Horoscope WTF spécial vacances d’été !

Et voilà, toutes les bonnes choses ont une fin (sauf les saucisses qui en ont deux, mais soit). Voici le dernier horoscope de la saison ! L’astrologue reviendra fin août pour le numéro de rentrée. Ouf !

Bélier

Côté love

Les 2e décans plongeront
dans l’immense piscine du célibat.
Pour les autres, on sait pas et on
s’en fout.

Côté flex

Vous jacassez comme un
goéland. Ça attire les mouettes et
ça agace.

la citation a retenir

« Même
si ton iPhone explose à cause de
la batterie / C’est la merde, ne
confonds pas Siri et la Syrie. »
(La Fouine, rappeur et visiblement
amateur de géopolitique et de
téléphonie)

L’accessoire des vacances

Un Denis
Brognart de poche. Ça peut toujours
servir.

Taureau

Côté love

On a un truc super
méchant qui nous vient en tête.
Mais on a décidé de se taire et de
vous épargner pour une fois. Gloire
à l’astrologue tmv, il est notre
Seigneur.

Côté flex

Vous serez enfin à
l’heure à tous vos rendez-vous
professionnels. Mais pas d’bol, vous
êtes en congés.

la citation a retenir

« Le borgne
n’a qu’un oeil mais pleure quand
même. » (proverbe bantou qu’on aime
beaucoup)

L’accessoire des vacances

Absolument aucun. Vous vivrez nu(e)
tout l’été, dévoilant votre corps de
rêve à la Terre entière.

Gémeaux

Côté love

Ce sera caliente cet
été : la Macarena dans votre slip !

Côté flex

Ces vacances seront bien
délicates pour vous. En cause ?
Votre sueur abondante, rapprochant
votre odeur de celle du gnou.

la citation a retenir

« Vrei să
pleci dar, nu mă, nu mă iei, nu mă,
nu mă iei. » (O-Zone, monument de la
musique classique)

L’accessoire des vacances

Des
lunettes de soleil. Afin de ne pas
être ébloui(e) par la beauté de
l’astrologue de tmv.

Cancer

Côté love

Courage, le bout du
tunnel est bientôt là. Ensuite, vous
tomberez juste dans le ravin mais
bon…

Côté flex

Votre corps flétri ne
supporte plus trop le soleil.
Le meilleur moyen est de rester
seul(e), dans votre grotte. Comme à
votre habitude, bande d’ermites.

la citation a retenir

« Un grain
de maïs a toujours tort devant une
poule. » (proverbe du Bénin)

L’accessoire des vacances

Une
boîte de préservatifs. Mais
uniquement pour faire des ballons.
(oui désolé, cet été, vous ne serez
que de gros gamins et n’aurez aucune
vie sexuelle)

Lion

Côté love

Votre ex reviendra au
galop, sur un poney Shetland, le
sourire Colgate et le corps huilé.
Arriverez-vous à résister à la
tentation cet été ?

Côté flex

Aïe. Le sport et vous, ça
fait deux. Résultat : sur la plage,
on vous confondra avec un mollusque.
Pas de chance.

la citation a retenir

« Vous êtes
vraiment des never been washed up. »
(Afida Turner, dans l’émission Carré
VIIIP. Rien de plus à ajouter.)

L’accessoire des vacances

Une bouteille de Cointreau. Car
Cointreau n’en faut (ouaaaaaaaarf)

Vierge

Côté love

La constellation du
nudiste nous indique que vous serez
plutôt porté(e) sur la braguette cet
été.

Côté flex

Telle la poule, ça roule
pour votre boule (ça ne veut rien
dire, mais ça rime donc c’est cool)

la citation a retenir

« Ce qui ne tue pas rend plus fort. Ou
handicapé. » (Booba, rappeur et
philosophe à ses heures perdues)

L’accessoire des vacances

Une fiole
de vodka. Pour oublier vos malheurs
et le fait que vous détestez
secrètement tous les mioches de
cette planète.

Balance

Côté love

La constellation de la
musique-rétro-qui-reste-dans-la-tête
vous rappelle que c’est l’amour à la
plage, aou-cha-cha-cha.

Côté flex

Non, vous ne transpirez
pas. Vous luisez, nuance.

la citation a retenir

« Kikoo les
potos. Qui veut du pain et du vin ?
J’en ai plein. » (Jésus, homme à
tout faire)

L’accessoire des vacances

Un
arrosoir. Pour arroser votre ego qui
ne cesse de grandir.

Scorpion

Côté love

Peu importe votre
sexualité, vous flirterez avec José,
66 ans, tatouage d’aigle sur le bras
et pilier du PMU de Saint-Léger-les-
Domart.

Côté flex

Même avec le cheveu gras,
vous aurez la classe.

la citation a retenir

« Je suis
têtue comme une moule. » (Daniella,
une lumière dans Secret Story 3)

L’accessoire des vacances

Un
déambulateur. Eh ouais, on vieillit,
hein ?!

Sagittaire

Côté love

Les vacances, c’est fait
pour les rencontres ! Vous allez
ainsi enfin rencontrer votre dignité.

Côté flex

Vos tétons aux
allures de rondelles de chorizo
impressionneront bien du monde cet
été.

la citation a retenir

« Tire mon doigt. » (Emmanuel Macron, en
reconversion cet été)

L’accessoire des vacances

Un sac
de courses Ikea. Pour vous fabriquer
un maillot de bain.

Capricorne

Côté love

Inspirez-vous de la
punaise de lit, cet insecte capable
de copuler jusqu’à 200 fois par jour
avec n’importe qui.

Côté flex

Décidément, vous n’avez
vraiment pas de tête. Mais voyez le
bon côté des choses : du coup, pas
de torticolis !

la citation a retenir

« Les Bâtons
de Berger Mini possèdent un vrai
sens de la fête et sauront apporter
sourires et éclats de rire à vos
apéritifs. » (en fait, on a un
paquet de saucissons sous le nez en
écrivant l’horoscope)

L’accessoire des vacances

Une cloche autour du coup. Pour coller
parfaitement avec votre regard
bovin.

Verseau

Côté love

Votre situation
amoureuse pour cet été vous fait
rire. De désespoir.

Côté flex

Vous êtes aussi
compliqué(e) que la conjugaison du
verbe « moudre » à l’imparfait du
subjonctif.

la citation a retenir

« Mélancolique, c’est quand on a bu
et après on cuve ? » (Vivian, Secret
Story 8 et peut-être ami de Bernard
Pivot)

L’accessoire des vacances

Un ami
végétarien, pour vous dire à quel
point vous envoyez du steak.

Poissons

Côté love

Bah alors du coup, pas
grand-chose pour ces vacances, car
vous avez un charisme de caillou.

Côté flex

Vous faites flipper, comme
le dauphin.

la citation a retenir

« Inconnu, inconnu, inconnu, tu ne sers à rien
comme un brocoli. » (Niska, rappeur
gourmand)

L’accessoire des vacances

Un pistolet à eau. Pour refroidir vos
ardeurs et éteindre un peu votre
libido. Tchika, tchikaaaa.

Tmv sort son numéro spécial été pour les vacances

C’est l’heure de la trêve estivale. Tmv s’absente quelques semaines et vous propose un numéro spécial pour tenir durant ces vacances.

Voici donc venu le temps de notre petite pause estivale.

Une fois de plus, vous avez été au rendez-vous, le mercredi, à prendre votre tmv sous le bras et piocher à droite à gauche, un horoscope, un reportage, une interview ou une critique ciné.

Mais Tmv va maintenant enfiler son maillot et ses tongs (sans les chaussettes, pitié) pour quelques semaines de repos, avant de revenir à la rentrée. Bien sûr, nous n’allons pas vous laisser comme ça, seul(e)s et fébriles, la main tremblante : pour ce numéro estival, voilà donc sept mini-tmv à grignoter tout au long des vacances jusqu’à notre retour, avec un paquet de bonnes idées et de sorties à faire si vous restez à Tours ou dans les alentours… et bien entendu, un horoscope plein de soleil en fin de journal.

Bel été à toutes et à tous et excellentes vacances !

Rendez-vous le 28 août !

>> Pour télécharger le numéro spécial été, c’est par là ! <<

Antoine Heurteux, l’athlète boulanger

Fin août, Antoine Heurteux défendra les couleurs de la France aux 45e Olympiades internationales des métiers, à Kazan. À 21 ans, l’apprenti boulanger tourangeau consacre toute son énergie à la préparation de ces jeux Olympiques. Avec un seul but : monter sur la plus haute marche du podium.

LA GAGNE

« Je vais à Kazan pour devenir champion du monde. Si c’est pour finir 2e ou 3e, autant rester chez moi. » Antoine Heurteux donne tout pour réussir : « Il ne se passe pas une minute sans que je pense au concours, et j’en rêve même la nuit. Je ne vis quasiment que pour ça. J’ai totalement arrêté de boire de l’alcool. Quand je sors avec mes copains, je rentre tôt. C’est beaucoup de sacrifices, mais c’est quoi, deux ou trois ans dans une vie ? »

PRIX

Une fois lancé, le jeune apprenti enchaîne les formations (mentions complémentaires en boulangerie puis en pâtisserie, brevet professionnel) et les distinctions, jusqu’à devenir meilleur apprenti boulanger de France à 19 ans, puis médaille d’or aux Olympiades nationales des métiers à 20 ans. Ce dernier prix lui ouvre les portes des Olympiades internationales de Kazan, où il affrontera 19 boulangers (Chine, Corée, Finlande, Suisse, Japon…). « Pour avancer, j’ai besoin d’être sous pression en permanence. »

DÉCLIC

L’école, ce n’était pas trop son truc. « Au collège, mon professeur d’histoire m’a conseillé l’apprentissage, mais moi, ça ne me disait rien… » Après deux stages en boulangerie, qui ne lui plaisent pas, il entame malgré tout un CAP en apprentissage à la boulangerie Les Gourmets à Saint- Cyr-sur-Loire. « La première année, j’ai failli me faire virer. Je n’appréciais pas que tout le monde me dise quoi faire. Puis un jour, mon patron m’a parlé d’un concours. J’ai eu le déclic. Ça m’a donné envie de me donner à fond. »

INTENSE

Depuis son entrée officielle dans l’équipe de France en mars dernier, le jeune homme suit une formation intensive. Au programme, préparation aux épreuves (viennoiseries, pains, pièces artistiques…) et entraînement physique et mental : « Il faut être capable de réaliser des efforts physiques intenses tout en gardant sa lucidité. Par exemple, on doit enchaîner des séries de 30 secondes de pompes rapides avec 30 s d’enfilage de coquillettes sur un fil. » Le savoir-être compte aussi : « Il faut avoir un comportement exemplaire : ne pas s’énerver, être humble et digne du maillot de l’équipe de France. »

ARTISANAT

Son produit préféré ? Le pain. Plus spécialement, la baguette de tradition française. « J’ai eu la chance d’apprendre mon métier dans une entreprise artisanale, où tout est fait maison. Mon patron, Frédéric Flu, est mon modèle. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce à lui. Moi aussi, dans quelques années, je transmettrai mon métier et ma passion à des jeunes. »


> En savoir plus : http://www.worldskills-france.org/

Texte : Nathalie Picard

Céramiste jusqu’au bout des doigts

Objets détournés, vases enluminés, tasses décorées. La céramique est désormais dans toutes les maisons. À Tours, Catherine Azoulai fait partie de ces rares artisans qui travaillent encore la terre.

Le modelage est la toute premières étape à suivre pour la fabrication d’une pièce.

Dans son petit atelier situé quai Paul Bert, sur les bords de la Loire, Catherine Azoulai forme, déforme, sèche, peint et décore. Elle est céramiste.
Vêtue de son tablier badigeonné de terre et entourée de ses créations, la jeune femme garde un peu de la magie de cet artisanat ancestral.

Quand elle parle de son art, ses yeux pétillent : « J’ai toujours su au fond de moi que je voulais faire quelque chose de manuel, un métier créatif ».
Pourtant, la jeune étudiante qu’elle était ne semblait pas destinée à la céramique. Loin des tours de potiers, des fours et de son tablier, c’est d’abord sur les bancs de Panthéon-Assas qu’elle va étudier le droit. Il s’en suivra une thèse. Un parcours brillant, peut-être un peu trop.

La céramiste confectionne aussi des objets classiques. Ici, un vase de style Renaissance.

« J’ai été très bonne à l’école, alors forcément, mes parents m’ont poussée à entreprendre de longues études ». Quelques problèmes pour trouver du travail, un mari qui doit s’installer à Florence, il n’en fallait pas plus à Catherine Azoulai pour changer de vie.
Le destin fait que la ville de Toscane est réputée pour son artisanat, « des milliers d’étudiants s’y rendent pour cela ». Elle découvre l’art céramique et rencontre surtout Romano Pampaloni, un vieil artisan. Durant cinq années, l’Italien va lui apprendre cette technique.

L’artisane utilise des outils plus précis pour donner à sa pièce une forme précise.

DES PIÈCES UNIQUES

Penchée sur son tour de potier, l’artisane modèle son futur vase à sa guise. Ses mains glissent sur la pièce, la terre virevolte au rythme des tours. Le vase prend de la hauteur, puis elle le fait redescendre.
Un peu comme une magicienne. Son regard est fixe. Sans doute se rappelle-telle les gestes appris, quelques années plus tôt, en Italie.

D’ailleurs, le pays n’est jamais très loin : « J’y retourne tous les ans et mes deux enfants sont nés là-bas ». Même si elle parle d’une voix détachée, on décrypte un respect immense pour sa discipline. Et pour cause. Même après cinq ans d’apprentissage et « des heures de labeur », Catherine Azoulai n’a pas fini de découvrir certaines facettes de son métier.
« J’apprends tous les jours. Je ne considère pas ma formation terminée. Il faut apprendre à maîtriser la matière ». Elle raconte avec amusement cet après-midi où, fière du travail qu’elle avait accompli, un petit oubli avait causé la perte entière de sa pièce.

« UN ART EXIGEANT »

Les minutes passent et la conversation prend une autre dimension. Les détails s’accumulent et on se rend compte de la difficulté et de l’engagement personnel que demandent le métier.

L’artisane se remémore, avec nostalgie, une phrase prononcée par son vieux professeur : « La céramique, c’est comme le mariage. Il ne suffit pas de confectionner l’objet. Il y a aussi l’après ». L’après, c’est tout un travail de surveillance et d’attente.
« Le séchage. Il faut que la pièce soit à un certain niveau pour ne pas qu’elle sèche trop vite. C’est un art exigeant », affirme-t-elle.

Catherine Azoulai applique minutieusement les gestes qu’elle a appris pendant sa formation en Italie.

La fabrication d’une pièce suit des étapes bien précises. D’abord, le modelage. Autrement dit, le travail de la terre. « Je le fais souvent en deux fois. J’y reviens le lendemain après avoir pris un peu de recul sur ce que j’ai envie de faire » précise-t-elle. Ensuite, vient le séchage, qui peut durer parfois trois semaines.
Quand la pièce est bien sèche, elle est cuite une première fois. L’objet est émaillé, puis repassé au four. Pour finir, la décoration, plus ou moins longue selon les motifs.

Toutes ces étapes, Catherine Azoulai les réalise avec la plus grande minutie. Dans la boutique, les objets sont presque tous de style « art-déco ». Beaucoup de couleurs, des motifs soignés… « C’est la grande mode », précise l’artisane. Mais elle confectionne aujourd’hui des pièces plus classiques, une sorte de retour aux sources : « Je fabrique des vases du style Renaissance. Cela me fait du bien de renouer avec mes racines italienne. Là-bas, tout est resté très classique ».

Quand on lui demande d’essayer de définir la céramique, les mots ne viennent pas. Sur l’appellation d’« art » ou « artisanat », Catherine Azoulai est plus sûre d’elle : « La qualification d’artisanat me va très bien. ll y a une dimension créative indéniable mais aussi un côté très technique », explique-t-elle.
Son discours est fort, ses créations sont raffinées. Pourtant, elle ne se considère pas comme une artiste. « Il y a quelque chose de plus intimidant quand on se met dans la catégorie d’artiste parce que l’on se dit que l’on doit donner un message. Moi je ne me pose pas cette question du message, je crée pour créer. » La différence est peut-être là.

Artiste ou artisane, finalement peu importe, le travail est là, pour le plaisir des yeux.

Emmanuel Haddek / Photos : Ulysse Potet

Horoscope du 3 au 9 juillet 2019

C’est l’avant-dernier horoscope de la saison, avant des vacances bien méritées. Profitez de cette dose de gentillesse avant l’horoscope spécial congés d’été la semaine prochaine… !

Bélier

Amour

Vous êtes aussi sensuel(le) qu’un
éléphant de mer.

Gloire

Les bons comptes font les bons
amis. Mais vous n’avez ni compte, ni amis.

Beauté

Votre sourire ravageur illumine
les journées de chacun. (flippant, tant de
gentillesse de la part de l’astrologue
non ?)

Taureau

Amour

Tous les chemins mènent à Rome. Et
dans votre lit.

Gloire

Arrêtez d’écouter les conseils de
vos meilleurs amis. Vous allez droit dans
le mur (et ça fait mal)

Beauté

D’ailleurs les murs ont des
oreilles (et plus propres que les vôtres).

Gémeaux

Amour

Avant vous, le soleil n’existait
pas. (c’est vous notre soleil, AAANW
choupi)

Gloire

Le réchauffement climatique vous
poussera à vous installer sur la banquise
parmi les vôtres : c’est-à-dire les
phoques.

Beauté

Pour le bien-être de tous, ne
portez pas de tongs cet été. Pitié.

Cancer

Amour

Chaos et néant rythmeront votre vie
sentimentale aujourd’hui.

Gloire

Le parti communiste a besoin de
vous.

Beauté

On m’indique dans l’oreillette
qu’on vous confondra avec une bouée de
sauvetage cet été.

Lion

Amour

Des rumeurs en ville prétendent que
vous êtes un bon coup.

Gloire

Dites… ? Vous pensez sincèrement
que les gens aiment votre musique ?

Beauté

Vous sentez comme un ado.

Vierge

Amour

Anarchy in the U.K (et dans votre
slip)

Gloire

D’ailleurs, le punk n’est pas
mort. Il suffit de voir votre compte en
banque.

Beauté

Vous serez le/la plus canon
pendant ces vacances d’été. Allez hop,
cadeau de l’astrologue !

Balance

Amour

Pour exciter votre partenaire,
parlez allemand pendant l’acte.

Gloire

Vous vouerez un culte soudain au
cassoulet.

Beauté

Faites un haka. Nu(e). Dans la
rue. Pourquoi ? Car je l’ai décidé.

Scorpion

Amour

Vous ne contrôlez plus votre
libido. Vous le savez, ça ?

Gloire

Pensez-y : Pierre qui mousse
n’amasse pas boule.

Beauté

Votre dégaine de loukoum ne vous
portera pas chance ces vacances.

Sagittaire

Amour

Va falloir remettre le pied à
l’étrier, maintenant. Allez, hue les
étalons !

Gloire

Une soudaine passion pour le
cyclo-nudisme.

Beauté

Il est temps de bronzer. Topless,
bien sûr. (les mecs, vous aussi)

Capricorne

Amour

Christine Boutin et Cyril Hanouna
vous aiment secrètement.

Gloire

La Grande Ourse croit en vous,
petit ours.

Beauté

Vous avez des cernes énormes. On
dirait un panda.

Verseau

Amour

La légende dit que l’imposture va
se concrétiser ce week-end… Hmpf

Gloire

La constellation du Johnny
Hallyday exige qu’on vous donne l’envie
d’avoir envie.

Beauté

« Bois un thé et arrête de faire
chier » (citation de Barack Obama, le
2/04/2008, à 13 h 37).

Poissons

Amour

Vous n’avez lu que l’horoscope dans
tmv aujourd’hui ?

Gloire

Si oui, vous serez frappé(e) de
malheur sexuel pour toute la semaine.

Beauté

Une étude dit qu’être beau/belle
rend plus drôle. Pas de chance pour vous !
Haha.

Yesterday : le monde sans les Beatles

Imaginez un monde dans lequel les Beatles… n’auraient jamais existé ? C’est ce que propose Danny Boyle dans son dernier film, Yesterday, en salles dès le 3 juillet.

Jack Malik mène une vie tout à fait banale dans un petit village du Sud de l’Angleterre. Il vit encore chez ses parents et travaille dans un supermarché.
A priori, le personnage ne fait pas rêver. Sa seule échappatoire : la musique.

Avec sa manager et amie, il enchaîne les concerts dans les piano-bars, sans grand succès. Une coupure de courant plonge le monde entier dans le noir pendant 12 secondes.
Le temps pour Jack Malik de se faire percuter par un bus. À son réveil, rien ne semble avoir changé, à un détail près : plus personne ne connaît l’existence des Beatles. Le jeune chanteur va en profiter et s’approprier tous leurs succès. Vient alors la gloire, mais jusqu’à quand ?

Dans ce scénario un peu fou, on peine un peu à s’y retrouver. D’autant plus qu’au fur et à mesure du film, on se rend compte que les Beatles ne sont pas les seuls à n’avoir jamais existé dans ce « deuxième monde ».
Plus de cigarettes, ni de Coca- Cola, ou encore d’Harry Potter. Une critique de la société de consommation de la part du géant Danny Boyle ?

La surprise du côté loufoque de l’histoire passée, le long-métrage se tient finalement très bien. On est tantôt amusé par le personnage de Jack Malik, interprété par Himesh Patel, hors de ses pompes du début à la fin. Tantôt ému par Ellie Appleton (formidable Lily James) qui en pince depuis pas mal de temps pour le chanteur devenu rock-star.
A noter, l’apparition d’Ed Sheeran (qui joue son propre rôle) dans une bonne partie du film.

Finalement, on s’en serait peut-être passé, la faute à son jeu un peu forcé. Les vrais héros du film restent les Beatles, omniprésents par le biais de leurs chansons. L’hommage à ce groupe mythique passe en filigrane, tout en douceur.
Et c’est ce qui montre que Danny Boyle a ici, encore une fois, réussi son pari.

Emmanuel Haddek

> Comédie / musical (Angleterre), de Danny Boyle. Durée : 1 h 57. Avec : Himesh Patel, Lily James, Ed Sheeran, Kate McKinnon.

> NOTE : 3/5 

Années 2000 : une décennie d’actu

[Spécial années 2000] Retour sur les événements marquants des années 2000, une décennie pas forcément réjouissante. Bon, il y a quand même eu quelques trucs sympas (merci à Barack et à l’euro).

LES TOURS S’EFFONDRENT

Une journée d’horreur. Le 11 septembre 2001, deux avions percutent les tours jumelles du World Trade Center, dans le quartier de Manhattan à New York. Quelques heures plus tard, elles s’effondrent et le monde entier avec elles. Cet attentat, qui a fait au moins 3 000 morts, sera revendiqué par Al-Qaïda.
La réaction du président George W. Bush est quasi immédiate. En 2003, il envoie ses armées en Irak combattre le dictateur Saddam Hussein. Il sera abattu en 2006.

POUTINE ARRIVE

Vladimir Poutine, ancien membre du KGB, devient président de la Fédération de Russie le 26 mars 2000 en récoltant 52 % des voix, succédant à Boris Eltsine. Le début d’un règne, que dis-je, d’une ère Poutine, puisque 19 ans après, il est toujours là. Après avoir laissé la place à Dmitri Medvedev le temps d’un mandat, il a été réélu en 2012 et en est aujourd’hui à son troisième mandat. Sans aucun opposant sérieux.

FIN DE SERVICE

Établi depuis 1789 (rien que ça), le service militaire fait ses adieux aux français en 2001 grâce à Jacques Chirac. Finis les tests physiques et les levées de drapeaux à 6 h du mat’. Quoique, pas totalement.
Dix-huit ans après, Emmanuel Macron lance l’une de ses promesses de campagne : le service national universel. Et à première vue, ce service militaire 2.0 ne semble pas si éloigné de son ancêtre, esprit (ultra) patriotique et uniformes sont au rendez-vous.

GROSSES CHALEURS

En France et en Europe, l’été 2003 a été marqué par un épisode de canicule encore jamais vu. Dans l’Hexagone, le bilan est lourd. En deux semaines, 20 000 personnes sont décédées. Les températures ont pu atteindre jusqu’à 44° dans certaines villes (!).

L’ÉCLAIR BOLT

Du jamais vu sur une piste d’athlétisme. Aux mondiaux de Berlin en 2009, Usain Bolt, sprinter jamaïcain, va entrer dans l’histoire le temps de deux courses. D’abord, sur la finale du 100 m. Bolt pulvérise son propre record établi lors de JO de Berlin, un an plus tôt : 9’’58. Sur le 200 m, il arrive en tête : 19’’19. Son propre record battu. Encore.

COUP DE BOULE

9 juillet 2006, Berlin, finale de Coupe du monde de football. Alors que Zinedine Zidane et Marco Materazzi sont les deux héros du match, ayant inscrit un but chacun, les deux joueurs s’écharpent sur la pelouse. Jusque là, rien de grave. Mais après avoir été insulté par l’Italien, Zidane fait volte face et lui inflige un coup de tête au niveau du thorax. Le geste, qui sera évidemment sanctionné d’un carton rouge, restera dans les mémoires.

« OUI » AU QUINQUENNAT

En 2000, Jacques Chirac avait appelé les Français aux urnes pour qu’ils approuvent ou non le passage au mandat présidentiel de 5 ans. Et ils se sont prononcés : 79 % ont répondu « oui ». Le quinquennat entrera donc en vigueur à l’occasion des présidentielles de 2002 et est venu remplacer le septennat, le mandat de 7 ans (au cas où).

LE CONCORDE TOMBE

C’est l’une des plus grande catastrophe aérienne que la France ait connue. Le 25 juillet 2000, un concorde d’Air France se prépare à s’envoler pour New York. Mais quelques secondes après avoir décollé de Roissy Charles-de-Gaulle, l’appareil prend feu et vient s’écraser sur un hôtel. Les 113 personnes présentes dans l’avion sont mortes sur le coup, ainsi que 4 membres du personnel de l’hôtel. Cet accident signera le coup d’arrêt du modèle Concorde.

MONNAIE EUROPÉENNE

Après avoir été mis en place par le biais du traité de Maastricht, cette fois, ça y est : l’euro est là ! Les billets et pièces de monnaie en euros sont mis en circulation en 2002. En voyant certains de nos aînés qui convertissent, encore aujourd’hui, à peu près tous les prix en francs, on imagine bien l’ampleur de l’événement. Désormais, dix-neuf pays utilisent cette monnaie, devenue quasi universelle en Europe.

« YES, WE CAN »

Il est sans aucun doute l’un des personnage qui aura le plus marqué les années 2000. En 2009, Barack Obama devient le 44e président des États-Unis d’Amérique, succédant à Georges W. Bush. De ses deux mandats, on retiendra l’apaisement des relations avec Cuba, ses prises de position contre les armes à feu, son combat contre Daech en Syrie et la reconnaissance sur tout le territoire américain du mariage entre personnes du même sexe.
Des actions exemplaires qui lui vaudront le Prix nobel de la paix en 2009. Rien que ça.

C’EST LA CRISE !

Décidément, pas très réjouissant ce début de siècle… En 2008, Lehman Brothers, alors 4e banque d’affaire mondiale, fait faillite et entraîne dans sa chute les grandes places financières mondiales. C’est la crise des subprimes, la plus grave que le monde ait connu depuis 1929 et le fameux Black Thursday.

ILS NOUS ONT QUITTÉS

Le monde du spectacle perd deux de ses figures : le chanteur Charles Trenet et l’actrice Marie Trintignant, tuée par les coups de son compagnon, Bertrand Cantat.
On se souvient aussi de la mort de Yasser Arafat, activiste palestinien, décédé alors qu’il s’était réfugié en France. Le monde religieux, lui aussi, a été ébranlé par la mort du pape Jean-Paul II en 2005. Son successeur sera Benoît XVI. Enfin, en 2007, la France perd une figure, empreinte de solidarité et d’humanité : l’Abbé Pierre. C’est à cet homme que l’on doit notamment la création d’Emmaüs.

 

Café du Printemps : manger devant les sacs à main

Au magasin Printemps, on peut certes faire du shopping… Mais on peut également manger ! On a testé leur Café.

Ce midi, nous nous sommes rendus rue de Bordeaux à Tours, dans la galerie Printemps. Pas pour y faire du shopping mais bien pour y manger. Depuis novembre, la célèbre enseigne a ouvert un café, où l’on peut simplement s’octroyer une pâtisserie entre deux emplettes, ou carrément faire son déjeuner.

À l’entrée du magasin, un panneau indique la présence d’un restaurant. À l’intérieur, des valises, des chaussures, mais pas plus d’indications sur le café. Un peu déconcertant.
Après quelques instants de doute, on finit par trouver. « Tu vas tout droit et tu tournes à droite, juste après les sacs à main », indique une cliente à son amie qui, elle aussi, rencontrait quelques difficultés pour se repérer.

La déco est à l’image de la marque, soignée. Au comptoir, la serveuse, souriante, nous invite à faire directement notre choix. Elle prévient d’emblée : « Ici, tout est fait maison ». Les quiches, accompagnées de salade verte, sont à 9,90 €, tout comme les brushettas. Sinon, comptez 12,90 € pour l’assiette gourmande, le choix évident du jour : gaspacho, tartine au thon, salade de choux façon vietnamienne, et gougère. Alléchant.

L’espace ouvert sur les rayons de la galerie est un peu surprenant. Finalement, on s’y habitue vite. Manger au milieu des talons Gucci et des sacs à main Longchamp, le rêve. Moins de dix minutes d’attente et l’assiette gourmande arrive. Bien présentée. Un régal, les produits frais, cuisinés sur place, font la différence. Mention spéciale à la salade de choux.

Côté quantité, il y a juste ce qu’il faut pour une pause du midi et, si besoin, on peut se rattraper avec les pâtisseries, qui ont l’air tout aussi bonnes.

Emmanuel Haddek

> 24 Rue de Bordeaux à Tours. Du lundi au jeudi, 11 h-17 h 30. Vendredi & samedi, 11 h-18 h 30. Tarifs : plats de 9,90 € à 12,90 €
> Sur place ou à emporter. Contact : 02 47 31 32 32. Instagram : lecafe_printemps.

Horoscope WTF du 26 juin au 2 juillet 2019

Seule bonne nouvelle pendant cette canicule ? Une dose rafraîchissante d’horoscope WTF.

Bélier

Amour

N’étant pas d’accord
avec vos goûts amoureux, le
peuple réclame un référendum
pour vos prochains choix.

Gloire

Comme le dit le
proverbe luxembourgeois,
« une rondelle ne fait pas la
carotte » !

Beauté

Bientôt les couches !

Taureau

Amour

Vous mystifiez
l’amour, alors que l’amour
s’en contrefiche de vous.
Pétez les dents à Cupidon.

Gloire

Cette semaine, vous
aurez droit à un herpès.

Beauté

Oula non, un HERMES.
Désolé, nos doigts boudinés
ont glissé sur le clavier.

Gémeaux

Amour

L’astrologue
bipolaire vous aime fort
bande de nazes.

Gloire

À défaut de froisser
les gens, commencez par
repasser vos sous-vêtements.

Beauté

(ça veut pas dire
grand-chose, mais on avait
envie de faire un jeu de mots
pourri)

Cancer

Amour

Protégez-vous. Un
préservatif sur votre coeur
et hop.

Gloire

Telle la mouche,
vous rodez toujours près de
la bouffe et vous vous coincez
dans les rideaux.

Beauté

Vous avez le profil
d’un potamochère.

Lion

Amour

Ça ne vous dérange
pas d’aboyer comme un teckel
pendant vos disputes ?

Gloire

Ce n’est pas
tous les jours Noël. Et
heureusement, vous n’êtes pas
une dinde.

Beauté

Ils sont sympas les
amis dans votre tête ?

Vierge

Amour

Votre libido =
cocotte-minute. Ça va
péteeeeer !

Gloire

La paresse est votre
atout, bande de larves.

Beauté

En changeant
34 lettres à Vierge, on
obtient « vous sentez le
saumon ». C’est fou, non ?

Balance

Amour

Dans votre vie
sentimentale, vous êtes comme
le kiwi : rond(e), à ramasser
à la petite cuillère, avec
quelques poils.

Gloire

Avec vous, c’est
thèse, antithèse, prothèse.

Beauté

Au réveil, vous
ressemblez à un rat-taupe nu.
Vérifiez sur Google Images.

Scorpion

Amour

On se lève tous pour
Daaaanette, Daaanette (et
aussi pour vos jolies fesses)

Gloire

Un suppo, un bécot
et au dodo ! #conseildami

Beauté

Quelqu’un, quelque
part, vous trouve canon.
Peut-être.

Sagittaire

Amour

La constellation du
Jean-Pierre Foucault vous
conseille de passer un coup
de fil à un ami la prochaine
fois…

Gloire

(non, parce qu’en
matière de goût amoureux,
z’êtes pas fortiche)

Beauté

Un excès de cérumen
vous rendra la semaine
compliquée.

Capricorne

Amour

Oula… C’est la
sécheresse en ce moment,
non ?

Gloire

Avec l’alcool, vous
êtes tel le roseau qui plie
mais ne rompt pas.

Beauté

Votre corps rond
et votre peau rouge vous
rapprochent du Babybel.

Verseau

Amour

Vous rendez-vous
compte que votre ex va se
reproduire un jour ?

Gloire

Vous commencerez
la journée armé(e) d’une
motivation à toute épreuve.
Mais ça ne va pas durer.

Beauté

Offrez vous des tongs
à talon. Selon Madame Figaro,
ce sera tendance cet été donc
bon.

Poissons

Amour

Les Poissons sont
doux, beaux, gentils, aimants
et fidèles…

Gloire

(… pfouah, c’est
chiant d’être hypocrite en
fait)

Beauté

Non allez, cette
semaine, c’est cadeau : vous
êtes les plus beaux, vive
vous, Poissons présidents !

TMV du 26 juin au 2 juillet 2019

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2019/06/TMV_A_20190625_TMV_001_T_Q_0.pdf

Et hop, fin de notre série « on retourne dans le temps » avec, cette semaine, un numéro spécial années 2000 (après les 80s et 90s). Retrouvez donc ce qui a marqué cette décennie, que ce soit dans l’actu, l’ambiance ou la pop culture. On y trouvera également une interview de Manuel Benguigui, auteur d’Un Bon Rabbin, qui a gagné le prix du roman tmv cette année. Bonne lecture !

Place au « Lol Project »

David Ken est en train de construire la plus grande galerie d’éclats de rire du monde. Il a également posé son studio itinérant à l’Ehpad de l’Hermitage.

 

Après avoir passé plusieurs années à photographier des mannequins pour les plus grands magazines, David Ken a décidé de revenir à l’essentiel et de nouer un peu plus de lien avec ses modèles.

En 2009, ce photographe a dit adieu au papier glacé pour démarrer un projet ambitieux mais brillant : le Lol project. Il s’est lancé dans un tour de France des hôpitaux et des Ehpad pour y photographier patients et soignants et leur redonner le sourire à travers ses clichés.

Résultat, David Ken est en train de construire la plus grande galerie d’éclats de rire du monde, pour le plus grand bonheur de ses modèles. En dix ans, il a rassemblé presque 19 000 photographies.

Un travail titanesque. Vendredi dernier, le photographe a installé son studio itinérant à l’Ehpad de l’Hermitage, à Tours. Une cinquantaine de résidents et de membres du personnel se sont succédé devant l’objectif.
Un moment d’échange entre l’artiste, les résidents, et le personnel de l’Ehpad.
De quoi redonner le sourire à tout ce petit monde, et pour de bon.

> www.lolproject.com

Horoscope WTF du 19 au 25 juin 2019

Plus que quelques semaines avant les vacances d’été ! Le moment ou jamais pour profiter de son horoscope WTF à la sauce tmv.

Bélier

Amour

Telle la tortue, votre
carapace est bien difficile à
percer. #poésie.

Gloire

Vous le saviez, vous,
que is this the real life, is
this just fantasy, caught in
a landslide, no escape from
reality ?

Beauté

Votre teint de
crevette vous incite à acheter
de la crème solaire indice 50.

Taureau

Amour

Le saviez-vous ?
L’accouplement de la loutre a
souvent lieu dans l’eau durant
une demi-heure, avant de
mettre bas à des loutrons. (Un
peu comme vous.)

Gloire

L’étoile polaire de
Mélenchonus vous rappelle que
la République, c’est moi !

Beauté

L’été approche, mais
vous ressemblez toujours à une
chips. Dommage.

Gémeaux

Amour

Dis, tu serais pas
l’as de trèfle qui pique mon
cœur ?

Gloire

(En vrai, c’est juste
une phrase pour la classe.
Sinon on ne vous aime pas
trop)

Beauté

Vos fesses
ressemblent à des Knacki Ball.

Cancer

Amour

L’avantage dans tout
ça, c’est que vous simulez
tout de même hyper bien.

Gloire

Vous avez la capacité
d’attention d’un bulot.

Beauté

Votre démarche de
gnou sous laxatif prouve
que vous êtes bien trop
stressé(e).

Lion

Amour

Vous êtes l’écolo de
la vie amoureuse. Avec vous,
c’est zéro déchet.

Gloire

Envoyez RADIN au
8 12 12.

Beauté

Cette semaine, vous
aurez la gastro. Eh ouais,
l’horoscope, ce n’est pas que
des bonnes nouvelles.

Vierge

Amour

Votre passion pour la
braguette vous perdra…

Gloire

Promettez de ne
jamais devenir aussi chiant(e)
que les trotinettes en libreservice.

Beauté

C’est un fait, vous
avez le sourcil asymétrique.

Balance

Amour

Une romance torride
avec les Bogdanov vous attend.

Gloire

Jacquie et Michel ne
sauraient tarder à vous passer
un coup de fil.

Beauté

Vous êtes un mélange
de top model avec Brice de
Nice version beauf.

Scorpion

Amour

Cette semaine, c’est
la fête du slip. Profitez de
vos ardeurs !

Gloire

Ardeur / hardeur.
Coïncidence ? Je ne crois pas
mes p’tites loutres.

Beauté

Vos aisselles font
sproutch sproutch.

Sagittaire

Amour

Vous êtes le Michel
Drucker de l’amour : toujours
là, fidèle au poste, mais un
peu trop présent.

Gloire

La constellation du
Benalla indique que vous êtes
toujours dans les mauvais
coups.

Beauté

Force est de
constater que vous avez la
même tête qu’un autruchon.

Capricorne

Amour

Tout finit par une
rupture. Allez bye !

Gloire

Le revival de la
Tektonik n’attend plus que
vous.

Beauté

Vous avez le teint
d’un Doliprane. ‘Serait temps
de vous bouger au soleil les
loulous.

Verseau

Amour

Quand on voit ce que
vous ramenez, on a envie de
vous conseiller d’arrêter la
drogue.

Gloire

Pisse and love.

Beauté

Allez savoir
pourquoi, vous sentez le
basilic.

Poissons

Amour

Aimer, c’est c’qu’y a
d’plus beau, c’est monter si
haut, et toucher les ailes des
oiseaux.

Gloire

Mais vous vous en
foutez, les oiseaux, vous les
mangez.

Beauté

En parlant oiseaux,
n’avez-vous jamais remarqué
que vous aviez la démarche
d’un pigeon ?

« Unigo » : une application pour aider les malades et leurs familles

Trois tourangelles ont mis au point un agenda partagé qui permet aux malades de bénéficier d’une aide en permanence et aux aidants de pouvoir souffler un peu. Le projet vient d’être récompensé par le prix Créa Campus.

Sarah et Lou ont remporté, avec leur amie Christine, le prix Créa Campus.
Photo : NR

Communication et entraide. Ces deux mots peuvent résumer à eux seuls l’application « Unigo » mise au point par Lou, en licence de droit, Sarah et Christine, étudiantes à l’IUT de Tours. Avec l’objectif de venir en aide à leurs aînés, les trois amies ont crée un agenda partagé qui permet d’améliorer la communication entre aidants, malades, et bénévoles.

Concrètement, si un aidant souhaite disposer d’un peu de temps-libre il n’aura qu’à le signaler sur l’application et un bénévole se proposera pour le remplacer. À l’inverse, les bénévoles eux, pourront inscrire leurs disponibilités. Avant de se lancer dans ce projet, les trois amies sont parties d’un constat : la plupart des associations de malades sont peu familiarisées au numérique. Impossible donc de connaître leurs besoins immédiats.

Même si leur plateforme est encore en chantier, Lou, Sarah et Christine ont été couronnées du prix Créa Campus, qui récompense les projets innovants des jeunes étudiants.

Emmanuel Haddek

Horoscope WTF du 5 au 11 juin 2019

Qui aura des airs de Moustaki ? Quel signe aura droit à un poème ? Qui deviendra coach d’aquaponey ? Toutes ces questions trouveront réponse dans l’horoscope WTF de la semaine.

Bélier

Amour

Pensez à confesser vos péchés.
Parce qu’il y’en a pour un p’tit bout de
temps là…

Gloire

La vie est trop courte. Devenez
coach d’aquaponey.

Beauté

Poil au nez.

Taureau

Amour

Vous allez bientôt être nommé(e)
Ministre de la sexualité débridée.
Coquinous.

Gloire

Par contre, pour le reste, votre
vie sera triste et terne…

Beauté

… Ah, pis vous suerez tel un
phoque. Bisou !

Gémeaux

Amour

Vous êtes un bon coup, mais
personne ne le sait. Chienne de vie.

Gloire

La vie devrait constamment nous
rappeler qu’un jour, un fou vous a donné le
permis.

Beauté

Conseil d’ami : Les dents, ça se
lave.

Cancer

Amour

Tel le chat, vous vous frottez aux
meubles et ronronnez de plaisir.

Gloire

Tel le chat, vous avez neuf vies
(donc allez-y, faites n’importe quoi)

Beauté

Tel le chat, vous avez le pelage
doux (mais bon sang, vous schlinguez la
croquette)

Lion

Amour

Vous êtes aussi fidèle qu’un caniche
nourri par mémé.

Gloire

Viser la lune, ça n’vous fait pas
peur. Même à l’usure vous y croyez encore
et en cœur.

Beauté

Vous êtes quand même vachement
plus badass que Chuck Norris.

Vierge

Amour

Tel un casse-noix, vous brisez les
coeurs et cassez les c… non, rien pardon.

Gloire

Alors ? Comment va votre ami
imaginaire ?

Beauté

Paraît-il qu’on ne choisit pas son
physique, hein…

Balance

Amour

Les suppositoires sont les seuls
qui vous donnent un peu de plaisir en ce
moment.

Gloire

Il serait temps de faire un peu de
tirelipimpon sur le chihuaha.

Beauté

Pas grave si vous sentez le
maroilles.

Scorpion

Amour

En couple, vous êtes aussi vrai(e)
que le nez de Michael Jackson.

Gloire

Surveillez vos arrières (on parle
de votre popotin)

Beauté

C’est quoi ce petit bouton là ?
Ça nous inquiète. Et vous ? Filez sur
Doctissimo. C’est probablement le début de
la lèpre.

Sagittaire

Amour

Vous êtes son/sa capitaine, aaaanw
(mais votre bateau va se prendre un iceberg
dans la tronche).

Gloire

Tiens, vous avez une tête à vous
appeler Helbert ou Cunégonde.

Beauté

Cette nuit, vous grandirez d’un
mètre 30. Puis vous mourrez car vous serez
trop grand(e). Arf.

Capricorne (petit poème pour vous)

Amour

Ô mes Capricorne, que vous êtes
aimants, que vous ne sentez jamais mauvais ;

Gloire

Mais attention à vous, puisque
souvent, vous aimez vous pencher ;

Beauté

N’oubliez pas que tout le monde ne
veut pas forcément voir votre raie.

Verseau

Amour

Avec vous sous la couette, c’est
comme manger Mc Do alors qu’on s’attendait
à manger un gastronomique.

Gloire

Vos embrouilles sont comme les
bières, elles viennent par pack de 12.

Beauté

Il serait judicieux de vous
acheter un slip fluorescent. Toujours utile
pour vous trouver la nuit.

Poissons

Amour

Votre vie sexuelle est aussi
remplie qu’un Ikea en plein samedi aprèsmidi.

Gloire

Bof. Vous avez la mémoire d’un
poisson rouge sous Xanax.

Beauté

Vos airs de George Moustaki feront
des ravages.

J’ai testé pour vous… le bar à sieste

Après les bars à eau, les bars à chats, les bars à oxygène… Voici le bar à sieste à deux pas de la Place Plum’ et bien sûr, on a voulu tester.

POUR LE TRAVAIL

Je connaissais Centre One pour y avoir fait des séances de cryothérapie et d’autres de boxe. Quand j’ai appris qu’il s’y installait un bar à sieste, j’ai évidemment voulu tester.
Et quand j’ai dit aux gens : « Je peux pas, cet après-midi je vais faire une sieste pour le travail », ils ont trouvé que j’avais un travail cool. De mon côté, je m’inquiétais de devoir dormir entourée d’autres gens, mais le bar venant d’être lancé, j’étais toute seule. Cela dit, il y a de grands rideaux qui séparent les différents lits, situés à l’étage du local de Centre One, à l’abri de la cacophonie de la place et même du bruit du reste de la salle de sport.

LIT CHAUFFANT

Jérémy Ouanna m’installe en me donnant un masque rafraîchissant pour les yeux et un casque sans fil VR diffusant différents morceaux de musique relaxante.

Je choisis les vagues ; j’apprécie la fraîcheur du masque, mais je mets quelques instants à m’adapter au casque car je ne peux pas me coucher sur le côté. Après avoir cessé de gigoter comme une anguille pour trouver la bonne position, j’ai enfin pu apprécier la détente de l’endroit et du moment. Le lit chauffant, le plaid, la cheminée… Pas de petite voix disant « tu pourrais faire le ménage, ou bien cet article, ou encore ceci, ou cela… »

Le fait d’être à distance de mon bureau me permet de me détendre très rapidement et même de m’assoupir au bout d’un moment à écouter les vagues. Tout est bien sûr optionnel : on n’est pas obligé de faire chauffer le matelas, on peut apporter son propre casque et sa musique (ou ne pas en mettre du tout), opter pour un matelas à picots Champ de fleurs… L
e but est de profiter de son moment tranquille dans une bulle cosy et c’est bien ce que je fais. Je suis étonnée de réussir à me détendre dans un lieu public mais l’espace est tellement cocooning et l’équipe aux petits soins (et j’avais visiblement vraiment besoin d’une bonne sieste !) que mes appréhensions se sont évanouies.

ÎLOT DE CALME

Une bonne demi-heure plus tard, Jérémy vient me réveiller. J’ai un peu de mal à me rappeler où je suis et ce que je fais là, mais je pense à lui demander comment il a eu cette idée.
« Quand j’étais pompier de Paris, j’étais adepte de la micro-sieste, m’a avoué l’ancien champion de France de boxe. J’en faisais souvent pour récupérer, car ce n’était pas toujours évident avec le rythme. En attendant le train, je me suis souvent dit que j’aurais payé pour m’isoler du bruit. Et c’est un peu ça Place Plum’ aussi, avec le bruit parfois. Le but est d’offrir un îlot de calme. »
Pari réussi.

Testé par Chloé Chateau

Centre One, 34 rue de la Paix, à Tours. Bar à sieste disponible de 11 h à 17 h, tous les jours d’ouverture. 20 min : 7 € (ou 44 € les 8 séances) ; 30 min : 10 € (ou 64 € les 8 séances) et 1 heure : 14 € (ou 89 € les 8 séances).
> Réservations possibles.

 

Horoscope WTF du 29 mai au 4 juin 2019

Le temps passe et passe et beaucoup de choses ont changé, comme on chantait fut un temps. En tout cas, l’astrologue, lui, n’a clairement pas changé. La preuve.

Bélier (mais cette semaine,
vous êtes Van Damme)

Amour

« Adam et Eve, j’y
crois plus tu vois. Parce
que je suis pas un idiot :
la pomme, ça peut pas être
mauvais, c’est plein de
pectine. »

Gloire

« Si tu travailles
avec un marteau-piqueur
pendant un tremblement de
terre, désynchronise-toi,
sinon tu travailles pour
rien. »

Beauté

« Si tu téléphones
à une voyante et qu’elle ne
décroche pas avant que ça
sonne : raccroche. »

Taureau

Amour

L’amour, c’est comme
les gosses : c’est chiant.

Gloire

Fermer la bouche en
mangeant, ça vous dirait ? Mh ?

Beauté

Cultivez votre
beauté intérieure. Y a plus
qu’ça à faire de toute façon.

Gémeaux

Amour

Waouw félicitations !
C’est du sérieux avec Mme
Main Droite.

Gloire

Comme on dit, vous
êtes pas le couteau le plus
affûté du tiroir.

Beauté

Frottez bien. Ça
peut peut-être grossir.

Cancer

Amour

Vous avez le slip qui
crie famine.

Gloire

Comme on dit,
les grands esprits se
rencontrent ! (Mais du coup,
on ne vous a pas rencontrés)

Beauté

Votre semaine se
résumera à un seul mot :
bouton.

Lion

Amour

Vu vos relations,
la constellation du Nicolas
Hulot vous désigne pro du
recyclage.

Gloire

L’étoile polaire
vous prend en grippe. Et
c’est bien fait.

Beauté

Vous êtes le/la plus
canon cette semaine. (hop
cadeau !)

Vierge

Amour

Le poulpe possède 9
cerveaux. Il serait judicieux
de lui en demander un pour
votre ex.

Gloire

Vous êtes aussi
passionnant(e) à écouter
qu’un pissenlit…

Beauté

… mais par chance,
vous êtes une belle plante.
AAANW.

Balance

Amour

Eh bien, quelle
libido ! Va falloir installer
un pont-levis à l’entrée de
votre slip.

Gloire

Votre passion qui
consiste à faire du vélo sans
selle n’impressionne guère.

Beauté

Changez de coiffeur.
Non, vraiment.

Scorpion

Amour

Yes no, maybeee, I
don’t knooow, can you repeat
the question ?

Gloire

Tout travail mérite
salaire. Donc vous méritez un
paquet de pognon rien qu’en
sortant du lit

Beauté

Mettez-vous à la
salopette, puisque votre
fantasme est de devenir
fermier(e).

Sagittaire

Amour

Vous serez toujours
sur la 4e marche du podium.
Arf.

Gloire

Votre dégaine de
star du porno vous ouvrira
des portes cette semaine.

Beauté

Remettez-vous au
sport. Vous avez la forme
d’un mollusque.

Capricorne

Amour

L’allégorie de votre
vie amoureuse ? Le jeu Motus,
quand on choisit la boule
noire et qu’on perd tout.

Gloire

Bah alors les
roquets, on est hargneux ?

Beauté

Sympa mais on dirait
que vous avez un chou fleur
dans la bouche quand vous
parlez.

Verseau

Amour

Comme on dit, c’est
pas parce qu’on est au resto
qu’on peut pas regarder le
menu.

Gloire

Commencez à penser
botox.

Beauté

Vous êtes sexy, mais
ça ne va pas durer.

Poissons

Amour

Stéphane Bern vous
aime secrètement.

Gloire

La constellation de
l’unijambiste dit que vous
êtes à côté de vos pompes.

Beauté

Allez, rassurezvous.
Ce n’est pas si grave
de ressembler à Golum au
réveil.

TMV du 29 mai au 4 juin 2019

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2019/05/TMV_A_20190528_TMV_001_T_Q_0.pdf

La Coupe du monde féminine de foot, c’est dans quelques jours ! A cette occasion, tmv vous propose un dossier sur les enjeux de cette compétition avec une double page 100 % filles ! Pour le reste : la nouvelle expo hypnotique du CCCOD, le 5e épisode de notre série Un tour au marché (à Beaujardin) et l’horoscope de la semaine. On a également testé pour vous… un bar à sieste !

Horoscope WTF du 22 au 28 mai 2019

Toutes les bonnes choses ont une fin, sauf les saucisses qui en ont deux. Par chance, l’horoscope n’a pas de fin. Voici votre dose d’astrologie !

Bélier

Amour

Vous êtes à la
drague ce que Kev Adams est
à l’humour.

Gloire

Avec un(e) ami(e)
comme vous, on n’a pas
besoin d’ennemis.

Beauté

Pour une peau de
vache, vous avez une sacrée
peau de pêche.

Taureau

Amour

Serrez les fesses.
La semaine va être difficile.

Gloire

Augmentation de
salaire prévue ! Yiha !

Beauté

…En revanche, on
ne sait pas quand. Hé ho,
faut pas déconner, c’est
l’horoscope de tmv ici, pas
celui de Femme Actuelle.

Gémeaux

Amour

Vous êtes aussi
orgasmique qu’un coton-tige
qui trifouillerait le
conduit auditif.

Gloire

Tel un petit étron,
vous êtes au fond du trou.

Beauté

On vous l’a déjà
dit, mais vous avez le boule
qui chamboule.

Cancer

Amour

Alors ? C’est bien
galère en ce moment, hein ?
Haha.

Gloire

Les voyages forment
la jeunesse. Vous auriez pu
y penser avant. Maintenant,
vous êtes vieux/vieille et
croulant(e).

Beauté

Votre ressemblance
avec une escalope est
troublante.

Lion

Amour

Je pense que vous
devriez partir un jour
sans retour, effacer notre
amour sans se retourner ne
pas regretter, garder les
instants qu’on a volés.

Gloire

Que le meilleur
gagne ! (autant dire, pas
vous)

Beauté

Vous avez la frite
avec votre carrure de Big
Mac.

Vierge

Amour

Adoptez un hamster.
C’est fidèle ça, au moins.

Gloire

Le saviez-vous ?
En changeant 3 lettres à
« Vierge », on obtient
« Purée, comment elle va
schlinguer cette semaine ».

Beauté

Vos fesses vous
feront guili-guili.

Balance

Amour

Des fois, la vie
nous réserve des surprises.
Par exemple, vous ferez
l’amour ce soir et le
lendemain, gastro ! Et hop !

Gloire

Vous empestez
la beauferie par tous
les trous, si je puis me
permettre.

Beauté

Le gras vous
guette. Guettez le gras.

Scorpion

Amour

Vous êtes comme
votre casier judiciaire :
vierge.

Gloire

(ouais, ouais, ne
mentez pas. L’astrologue
sait tout de vous)

Beauté

Vous avez autant
de dégaine qu’un Allemand en
sandalettes

Sagittaire

Amour

C’est bien beau
d’être une jolie fleur comme
vous. Mais y en a du monde
qui vous butine !

Gloire

Vous salopez la
cuvette. Ça agace votre
entourage.

Beauté

Sortez un peu plus.
Votre teint de pain de mie
n’augure rien de bon.

Capricorne

Amour

Sur l’autoroute de
l’amour, vous êtes bloqué(e)
dans les toilettes glauques
d’une aire de repos.

Gloire

Tant d’études pour
rien, puisque vous finirez
par élever des lamas au
Pérou…

Beauté

Ventre flasque.

Verseau

Amour

Vos pieds odeur
reblochon ne vous aident pas
à plaire.

Gloire

Dimanche, vous
glisserez sur une peau de
banane et vous vous casserez
le coccyx, le col du fémur
et l’index…

Beauté

… Comme quoi, c’est
con la vie, parfois.

Poissons

Amour

Lors de vos ébats
sexuels, il serait judicieux
d’arrêter de vous agiter
comme un chihuahua sous
kétamine

Gloire

Vos idées plaisent
mais ne sont pas retenues,
la faute à votre charisme de
bulot.

Beauté

Vous sentez la
poiscaille jusqu’ici.
Ressaisissez-vous !

TMV du 22 au 28 mai 2019

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2019/05/TMV_A_20190521_TMV_001_T_Q_0.pdf

Et si on remontait le temps ? Aujourd’hui, tmv inaugure une série de 3 numéros spéciaux répartis sur plusieurs semaines. Premier épisode le 22 mai avec notre édition spéciale années ’80 : replongez dans cette époque à nos côtés, entre culture pop, chansons, objets disparus ou encore ambiance et mode. Même nos rubriques écrans s’y mettent ! Allez Marty, c’est parti.

Horoscope WTF du 15 au 21 mai 2019

En mai, fais ce qu’il te plaît ! L’astrologue a suivi le proverbe à la lettre : il se lâche dans un horoscope pas piqué des hannetons (oui, oui, on a utilisé cette expression).

Bélier

Amour

Vous êtes l’exempletype
qu’on doit toujours
laisser une 2e chance aux
gens.

Gloire

Comme dirait Sartre,
l’enfer, c’est les autres. Et
Kev Adams.

Beauté

Un duel à l’épée vous
attend samedi. Ouaip, tout
d’suite, ça calme et ça augure
d’une semaine pourrie.

Taureau

Amour

Gémir comme vous
sous la couette devrait être
interdit

Gloire

Telle l’éolienne,
vous brassez du vent.

Beauté

Faites-vous la même
coiffure que Pascal Obispo.

Gémeaux

Amour

Ahaha, vous ne devez
pas avoir beaucoup de fierté
pour sortir avec ce genre de
machin.

Gloire

Et si vous souquiez
les artimuses ?

Beauté

Vos crises de
flatulences dans les transports
en commun en gênent plus d’un.

Cancer

Amour

Pour une fois, on va
essayer d’être sympa avec le
signe Cancer. Alors : vous
allez… euh…

Gloire

… Bon désolé. Quand
ça veut pas, ça veut pas.

Beauté

Mais au final, cet
horoscope minable vous aura
donné une bonne leçon : vous
n’auriez jamais dû être
Cancer, car ce signe craint du
boudin. Bisou.

Lion

Amour

C’est pas fait pour
vous. Taillez votre route,
Biloute

Gloire

Vous aimez les toutes
molles, Duchmol.

Beauté

Vous êtes canon
uniquement la nuit. Ça, c’est
dit, Bouffi !

Vierge

Amour

Moi, je ne vous aime
pas. Mais ça ne regarde que
moi.

Gloire

Psst, on a de
bonnes nouvelles pour
vous. Pour en savoir plus,
envoyez 1 000 dollars en
mandat à l’astrologue
(astrologuepoilaukiki@
tmvtours.fr)

Beauté

(vous l’avez fait ?
Si oui, félicitations, vous
êtes bête)

Balance

Amour

Arrêtez de piocher
dans le réchauffé, vous risquez
l’indigestion.

Gloire

Le saviez-vous ?
Christophe Maé est Balance.
Rien que pour ça, votre signe
c’est la honte.

Beauté

Le matin, dans votre
bouche, ça sent la marée.

Scorpion

Amour

Péché n°11. Ton
horoscope tmv, tu ne liras
point.

Gloire

(bah voilà, vous avez
déjà échoué. Quel échec, ces
Scorpions…)

Beauté

Allez ça passe
pour cette fois. Mais c’est
bien parce que vous restez
diablement sexy malgré vos
sous-vêtements pas beaux.

Sagittaire

Amour

Regardez-vous.
Vous n’êtes que luxure et
déchéance.

Gloire

Comme le dit le
proverbe ivoirien : Fais
plaisir à un ingrat, il te
chiera sur les doigts.

Beauté

Vous feriez quoi
sans moi ? Envoyez « RIEN » au
61313.

Capricorne

Amour

L’astrologue de tmv
connaît tous vos fantasmes.
On va tout balancer mercredi
prochain.

Gloire

Jude Law et Vanessa
Paradis sont Capricorne. Mais
vous n’êtes pas Jude Law
et vous n’êtes pas Vanessa
Paradis.

Beauté

Péter face au vent ne
vous fera pas plus d’air.

Verseau

Amour

Allez, pour une fois,
on vous aime bien cette
semaine.

Gloire

C’est donc vous qu’on
surnomme le chacal ?

Beauté

Vous avez la
réactivité d’un tamanoir sous
Xanax.

Poissons

Amour

On a trouvé votre
amour-propre dans une
brocante. De rien pour
l’info !

Gloire

La maman des
poissons, elle est bien
gentille. Et moi je l’aime
bien avec du citron.

Beauté

Une belle tête
d’Australopithèque !

FICTION (enfin espérons…)

14 MAI 2039. C’est de son hydro-plateforme amarrée quelque part en mer de Béring et dont la position est un des secrets les mieux gardés du monde, que Mark Zuckerberg a fait ce matin, jour de son 55e anniversaire, une déclaration universelle via les réseaux mondiaux qu’il contrôle.

« C’est avec fierté et un grand bonheur que je proclame aujourd’hui et unilatéralement, la naissance FaceWorld en tant qu’État indépendant », a déclaré le patron, entre autres, de Facebook, Instagram et Whats’App. Cette déclaration vient confirmer une situation de fait, puisque FaceWorld contrôle plus de 90 % de l’activité mondiale sur les réseaux sociaux et que ses revenus échappent très largement à toutes les règles fiscales des pays où l’entreprise est déployée.

Son chiffre d’affaires global, de 6 200 milliards de dollars, place le groupe en troisième position des pays les plus riches du monde. Dans sa déclaration, le dirigeant autoproclamé indique qu’il ne revendique aucune place dans les instances internationales existantes, précisant qu’il ne reconnaît pas leur légitimité et ne soumettra à aucune de leurs injonctions. FaceWorld ne dispose que d’une armée symbolique, mais le nouvel État contrôle de fait l’intégralité de la circulation des informations dans le monde.

Mark Zuckerberg est donc assis sur un puits de pétrole qui ne semble pas prêt de se tarir.

Matthieu Pays

Horoscope WTF du 8 au 14 mai 2019

Chaque mois de mai, c’est la même : l’astrologue n’est pas autorisé à faire le pont. Alors sa méchanceté vous pousse du viaduc. Bonne chance.

Bélier

Amour

En mai, fessez ce qui
vous plaît.

Gloire

(ah tout d’suite, ça
vous titille hein, bande de
coquinous)

Beauté

Aussi sexy qu’un
Allemand en tong/chaussettes
l’été.

Taureau

Amour

Vendez votre amourpropre
aux enchères. Vous
pourrez p’tet en tirer quelque
chose.

Gloire

C’est pas la taille
qui compte. » (expression
préférée du signe Taureau
depuis 1922)

Beauté

Votre régime
alimentaire de mai prépare
habilement vos bourrelets de
juillet.

Gémeaux

Amour

Sachez une chose.
L’astrologue de tmv vous
aime autant que les Granola.
#mégacompliment

Gloire

Vous ne valez pas
grand-chose. (genre 6,99 €
environ)

Beauté

Beeeerk, vous avez un
gros mickey dans le nez. C’est
dégueu.

Cancer

Amour

Super, votre passion
pour l’échangisme ! Mais ça se
fait à deux, hein.

Gloire

D’ailleurs, le sexe
fait vendre. Vendez le vôtre.

Beauté

Vous faites penser à
Plastic Bertrand sous Lexomil.

Lion

Amour

Hashtag main droite.

Gloire

Vous ne pouvez pas,
vous ne savez pas, mais vous
restez planté(e) là. Les lois
ne font plus les hommes mais
quelques hommes font la loi.
Bah ouais !

Beauté

Quand la marée monte,
vous sentez assez mauvais. Pas
de doute, vous êtes une moule.

Vierge

Amour

Copulez uniquement
avec des Gémeaux.

Gloire

Le 1er mai est passé.
Va falloir vous remettre au
boulot bande de feignasses !

Beauté

La beauté intérieure,
tout ça tout ça… (on se
rassure comme on peut)

Balance

Amour

Chouette, vous pourrez
bientôt ouvrir un magasin de
jardinage vu les râteaux que
vous prenez.

Gloire

Force est de
constater qu’il va falloir
vous laisser zoom zoom zang,
dans votre Benz Benz Benz.

Beauté

Libérez vos poils
d’aisselles.

Scorpion

(vous êtes Scorpion-SNCF cette
semaine)

Amour

Tchou, tchouuuu, le
train pour Libido Land est
parti sans vous. Bisou.

Gloire

Vous êtes aussi utile
qu’un strapontin entre deux
wagons.

Beauté

Votre carrure de
croque-monsieur de wagon-bar
vous incite à faire du sport.

Sagittaire

Amour

Tout miser sur votre
physique, c’est peut-être un
peu audacieux, vous ne croyez
pas ?

Gloire

Olala, vous êtes
aussi fragile qu’une chanson
de Christophe Maé.

Beauté

Vous sentez le nem.

Capricorne

Amour

Sous la couette, il
serait judicieux d’arrêter de
remuer comme une larve.

Gloire

Comme a dit Bob
Marley, « l’argent ne peut pas
acheter la vie ». (bah ouais,
on dit pas que des conneries
ici)

Beauté

C’est un fait : vos
parents sont bien plus beaux
que vous.

Verseau

Amour

Votre coeur est en
chantier. Le tractopelle de
l’amour va venir vous écraser
la tronche.

Gloire

Riez du malheur des
autres, ça fait du bien.

Beauté

Une crise de
flatulences gâchera votre weekend.

Poissons

Amour

On peut tromper 1000
fois une personne…

Gloire

Non, mince. On peut
tromper une personne 1000
fois !

Beauté

Bref, on peut tromper
1000 personnes et… Roh
bordel, je sais plus, vivez
votre vie et voilà.

TMV du 9 au 14 mai 2019

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2019/05/TMV_A_20190507_TMV_001_T_Q_0.pdf

Cette semaine, tmv se met en mode coin-coin ! Une Duck Race, course de canards, aura lieu aux abords du château de Chenonceau, afin d’aider trois associations. On vous dit tout. Retrouvez également la suite de notre série sur les marchés tourangeaux, ainsi qu’un zoom sur un collectif qui veut donner un second souffle au patrimoine local. Côté ciné, on a vu l’infernal et infâme Hellboy. Et pour le reste, suivez les conseils de l’astrologue tmv !

Env’Air : Une appli pour mieux respirer

L’application a été mise en place par un kinésithérapeute et l’association L’Espace du souffle à Tours.

Il y avait le partenaire minceur, il y a maintenant le partenaire respiration Env’Air.

Son objectif ? Encourager la pratique sportive régulière chez des patients atteints de pathologies chroniques respiratoires, en fonction de la pollution de l’environnement.
Ces activités sont essentielles pour ces personnes qui ne respirent pas toujours facilement.

Mise en place par le kinésithérapeuthe Matthieu Brémond avec l’association L’Espace du souffle de Tours, cette application croise ainsi les données de qualité de l’air collectée par la Région et l’état de santé du patient, afin qu’il puisse choisir le moment, le lieu et l’intensité de l’effort de ses sorties.

Les réponses au questionnaire d’auto-évaluation peuvent aussi permettre un suivi plus précis de la personne et le signalement de tout signe préoccupant. « Il aura fallu quatre ans de travail, dont une année de test », décrit La Nouvelle République, pour terminer cet outil gratuit.

> Application Env’Air : envair.fr

Horoscope WTF du 2 au 8 mai 2019

Qui aura la dégaine d’un lombric ? Quel signe est immortel ? Quels sont les beaufs de la semaine ? Vous le saurez en lisant l’horoscope WTF de tmv !

Bélier

Amour

Cette semaine, dans
vos relations, vous ferez
l’effet d’un laxatif.

Gloire

Tel le prof de sport,
vous gagnez votre vie à la
sueur du front des autres.

Beauté

Vous avez la dégaine
d’un lombric.

Taureau

Amour

Euh, vous êtes au
courant que ça se fait à
deux ?

Gloire

Chouette, bientôt
l’été : le dos qui sue, la
couette qui colle la nuit, les
moustiques et les barbecues
avec le tonton alcoolo.

Beauté

On rigole, on rigole,
mais vous allez moins vous
marrer dimanche quand ce méga
bouton squattera votre front.

Gémeaux

Amour

Le saviez-vous ?
L’éléphant a en moyenne un
rapport sexuel tous les 5
ans…

Gloire

…Bref, un peu comme
vous !

Beauté

Vos trois poils aux
fesses n’impressionnent pas
grand monde, vous savez.

Cancer

Amour

Avec vous, l’amour
c’est comme un slip. Ça
gratte.

Gloire

Et si vous étiez en
réalité une souris verte qui
courait dans l’herbe qu’on
attrape par la queue pour la
montrer à ces messieurs ?

Beauté

(n’empêche, elle est
bien dégueu’ cette chanson,
non ?)

Lion

Amour

La personne à votre
droite lorsque vous lirez ceci
vous kiffe secrètement. Allez,
débrouillez-vous avec ça !

Gloire

Force est de
constater que vous ne servez
pas à grand-chose.

Beauté

Achetez-vous des
caches-tétons pour planquer
cette misère, bon sang.

Vierge

Amour

Snif… sniiiiff… Vous
sentez ?

Gloire

… C’est l’odeur de
votre dignité qui part en
fumée, ahah !

Beauté

Pour une peau nette,
caressez-vous le ventre
avec du Justin Bridou. (on
vous jure que c’est vrai,
faites-le)

Balance

Amour

Astuce > achetez votre
cravache chez Decathlon. Vos
fantasmes passeront ainsi
inaperçus.

Gloire

Vous êtes un peu
boulet.

Beauté

Sympa, vos dents
couleur smarties.

Scorpion

Amour

Arrêtez de prétexter
le mal de tête ou la fatigue,
on ne vous croit plus.

Gloire

En plus, vous êtes
chaud(e) comme une baraque
à frites. Donc aucune
crédibilité mes loulous.

Beauté

(Héhé voilà, toute
la ville saura désormais que
vous êtes une chaudière.
#mégalibido)

Sagittaire

Amour

Comme dirait le poète
Booba, les aigles ne volent
pas avec les pigeons.

Gloire

Vous ne valez rien en
taboulé.

Beauté

On appellera ça
un physique « disgracieux »
allez…

Capricorne

Amour

A quoi bon l’amour,
puisqu’on va tous mourir un
jour ? (à bientôt pour un
autre horoscope optimiste)

Gloire

Aucune idée et j’m’en
fiche ! 🙂

Beauté

T’inquiète belette,
les rides, ça donne un charme.

Verseau

Amour

Votre cœur est à
l’image de l’avenir de
l’astrologue tmv : vide et
terne.

Gloire

Salut la team beauf !
Quoi d’neuf de votre côté ?

Beauté

Mon dieu que vous
avez la raie soyeuse !

Poissons

Amour

Votre slip est ouvert
et pris d’assaut comme un
magasin d’électroménager un
jour de Black Friday.

Gloire

Vous ne le savez pas,
mais vous êtes immortel(le).

Beauté

(ce qui est un peu
bête, car votre vie n’est pas
palpitante. Ça va être long)

Printemps de Bourges : le bilan

Quand il ne parle pas bande-dessinée, notre chroniqueur BD s’en va traîner du côté du Printemps de Bourges. Il en ramené quelques souvenirs.

Vous vous en doutez : pas facile de résumer 6 jours de folie au Printemps de Bourges, car il nous faudrait bien un Tmv entier pour tout vous raconter de cette 43e édition qui s’est déroulée du 16 au 21 avril dernier.

Commençons donc sur le plan factuel avec, déjà, un chiffre. Plus de 200 000 festivaliers sont venus voir 127 artistes en In et plus de 350 concerts en Off ! Le tout, devant plus de 3 500 professionnels et 400 journalistes venus du monde entier.

Derrière ces chiffres qui donnent le tournis, on a pu savourer de magnifiques créations comme celle sur l’hommage à Jacques Higelin avec tous ses enfants et ses prestigieux invités ou de notre Tourangelle préférée, Claire DITERZI, avec l’Orchestre Symphonique de Tours sous la direction de Benjamin PIONNIER. Des moments plein d’émotions qui resteront gravés dans les mémoires.

Le Tourangeau Ephèbe n’a pas déçu.

On aura aussi passé beaucoup de temps devant les Inouïs, dont les différentes sélections et propositions nous auront bluffés une fois de plus. Le grand vainqueur cette année est la magnifique  SILLY BOY BLUE, mais également DIESE et CALLING MARIAN que le jury présidé par Sandra Nkake n’a pas su ou voulu départager.

On gardera quand même à l’esprit les prestations d’HERVE ou des LOUANGES. Le Tourangeau EPHEBE n’a franchement pas démérité : on le reverra très vite à Aucard et Terres du son.

Pêle mêle, il nous restera les images fortes de CANINE au Grand théâtre et son show chanté/dansé futuriste, COLUMBINE en apesanteur dans une Halle au Blé blindée a craquer, Michèle BLADES et ELISAPIE ou le novo folk dans toute sa splendeur dans un Auditorium magnifique. Aussi à noter, une séquence nostalgie avec un Guy CHADWICK déroulant tous les tubes de HOUSE OF LOVE sous un chapiteau de cirque usine à nostalgie improbable, Clara LUCIANI impériale avec un final de concert « La Baie/La Grenade » dans un Palais d’Auron en feu…

On a également aimé la belle prestation d’Aloïse SAUVAGE, avant de la retrouver pour papoter en toute décontraction pendant que sa maman vendait des tee-shirts à ses fans. Que dire également de DOPE SAINT JUDE, PONGO  et de KIDDY SMILE (sinon que l’on sera au premier rang pour leurs passages à Aucard? Et des furieux  IDLES, dont le chanteur – juste avant de monter sur scène – se fait recoller la mâchoire à la super glu par son manager qui lui crie « Show Time Man » !!!

Voilà c’était Bourges 2019 en quelques images et quelques phrases. Rendez-vous du 21 au 26 avril 2020 pour la prochaine édition. On y sera !

 

Review : Hervé Bourit

Horoscope WTF du 24 avril au 1er mai 2019

Un seul astrologue vous manque et tout est dépeuplé. Après une absence d’une semaine, il est de retour pour vous jouer un mauvais tour. Bienvenue dans l’horoscope WTF de tmv.

Bélier

Amour

« Les gens sont
comme un livre. Les uns sont
trompeurs par leur couverture,
les autres surprennent par
leur contenu. » (c’est beau
hein ? Mais c’est pas de nous)

Gloire

« Les gens sont comme
les saucisses : souvent dodus
et plein de jus » (ça, c’est
de nous, mais c’est moins
joli)

Beauté

Bref, vous êtes une
saucisse. À + pour un nouvel
horoscope super utile.

Taureau

Amour

N’espérez rien. Vous
êtes le signe mal-aimé de la
semaine.

Gloire

Mais vous êtes
premiers dans mon coeur. Biz
mes gnous.

Beauté

Vous voyez un
burrito ? Bah voilà, vous
ressemblez à ça.

Gémeaux

Amour

Pas l’temps d’niaiser
comme on dit au Québec. Vous
êtes en rut comme un caribou !

Gloire

Les extraterrestres
ne risquent pas d’avoir envie
de débarquer sur Terre quand
ils voient que des gens comme
vous la peuplent.

Beauté

C’te tête de
dépravé(e) que vous avez…

Cancer

Amour

Mon conseil cette
semaine, ne lisez pas
l’horoscope.

Gloire

Quelque chose vous
échappe dans cette vie… ça
s’appelle un pet.

Beauté

(bah voilà, on
vous avait dit de pas lire
l’horoscope)

Lion

Amour

Rassurez-vous, après
la pluie vient le beau temps.

Gloire

Rassurez-vous, après
la tristesse viennent les
grosses fesses.

Beauté

Rassurez-vous,
après la raclette vient la…
(celle-là, on vous la laisse.
Connaissant votre esprit
pervers, on imagine déjà la
rime)

Vierge

Amour

Titillez-lui les
aisselles, ça l’excite.

Gloire

En avril, ne te
découvre pas un fil. Vous vous
en foutez, vous êtes exhib’.

Beauté

Si canon et pourtant
si bête…

Balance

Amour

Vous êtes comme un
tire-fesses. On n’arrive
jamais vous choper du premier
coup.

Gloire

La vie, c’est comme
une boîte de chocolats. On
sait jamais sur quel truc bien
dégueu on va tomber.

Beauté

Une cure de Biactol
serait judicieuse.

Scorpion

Amour

Rappelez-vous toujours
que votre ex est une boule de
pus.

Gloire

Avec vous, c’est
comme les OVNIS. Mille
questions, aucune réponse.

Beauté

Scorpion rime avec
triton. Y aurait-il un lien
avec votre carrure ?

Sagittaire

Amour

L’allégorie de votre
vie amoureuse ? Ce fameux bout
de papier toilette qui reste
accroché.

Gloire

Avril, ça rime avec
ptérodactyle, imbécile et gros
sourcils. Coïncidence ? Je ne
crois pas.

Beauté

Tentez le string
panthère.

Capricorne

Amour

Révisez le kama sutra.
Sous la couette, vous êtes
aussi passionnant(e) qu’un
épisode de Julie Lescaut.

Gloire

Votre vie n’est
qu’une succession d’échecs et
de déceptions…

Beauté

… Par chance, vous
êtes drôlement sexy. Ça
compense.

Verseau

Amour

OEdipe vous passe le
bonjour et aimerait récupérer
son complexe.

Gloire

Tout le monde sait
que vous écoutez les Spice
Girls en cachette.

Beauté

Vous êtes gaulé(e)
comme une crevette. Mais
contrairement à elles, votre
tête est bonne.

Poissons

Amour

Pourquoi diantre
continuer à lire cet
horoscope ?

Gloire

Cette semaine,
vous aurez le bourdon (comme
Didier).

Beauté

Vous suez trop.

Horoscope WTF du 10 au 16 avril 2019

Qui est Bélier ici ? Et Capricorne ? Non, parce qu’une fois de plus, l’astrologue de tmv s’en prend à vous. Pas de chance.

Bélier

Amour

Vous allez lui donner
les 10 secondes de sexe les
plus folles de sa vie.

Gloire

Le travail, c’est pas
la santé. Regardez votre tête.

Beauté

Votre entourage
raconte n’importe quoi.
Ecoutez-nous plutôt.

Taureau

Amour

Ah, les hormones chez
les Taureaux… C’est quelque
chose, hein ?

Gloire

L’avenir appartient à
ceux qui se lèvent tôt. Autant
dire que vous êtes dans le
caca.

Beauté

Au final, vous
ressemblez surtout à un bon
kebab.

Gémeaux

Amour

Jachère (n.f.)
« État d’une terre labourable
qu’on laisse temporairement
reposer. »…

Gloire

… Bref, un peu comme
vous.

Beauté

La nature ne vous a
pas gâtés. Par chance, vous
avez un beau derrière.

Cancer

Amour

Non, rien de rien,
noooon, vous ne regrettez
rieeeen (à part d’être sorti(e)
avec ce machin dégueu).

Gloire

« Halte, que personne
ne bouse ! », dit la vache.
(voilà, de rien)

Beauté

Avec vous, c’est qui
s’y frotte s’y pique. (du coup,
épilez-vous)

Lion

Amour

Une cravache, un p’tit
slip en cuir et en voiture
Simone ! Votre week-end sera
fifou.

Gloire

Comme dirait le
célèbre Moundir : « J’ai
l’impression y a des haltères
qui sortent de ta bouche car
tout ce que tu sors, c’est
lourd. »

Beauté

Vous ressemblez à un
caillou.

Vierge

Amour

Ne mords pas la
main qui te nourrit, dit le
proverbe.

Gloire

Voilà, c’est tout
ce qu’on avait à dire.
Débrouillez-vous avec. On
arrête de vous mâcher le
travail.

Beauté

Vous allez choper une
gastro en terre cuite

Balance

Amour

Votre côté écolo vous
incite à recycler votre ex.

Gloire

Félicitations, votre
condescendance est désormais
visible depuis l’espace

Beauté

Tous foutus, tous tout
nus ! Vive le naturisme !

Scorpion

Amour

Vous tomberez amoureux/
se d’une personne sans cou…

Gloire

Ouais, on sait, ça en
fout un COUP. Hahaha !

Beauté

Bon trêve de
plaisanterie, ça va tranquilou
la vie ? Les gosses ? Votre
carrure de loukoum ?

Sagittaire

Amour

Vous touchez le fond.
L’avantage, c’est que vous ne
pourrez pas tomber plus bas.

Gloire

Vous marcherez dedans
du pied droit. Disons… lundi.

Beauté

Charité bien ordonnée
commence par soi-même. Faites
du ménage dans votre slip.

Capricorne

Amour

Pffiiit pfiiiit, la
cocotte-minute que vous êtes va
exploser. Sacrée libido !

Gloire

Sachez que David
voulait guetter. Et un jour,
David Guetta. (allez de rien,
kiss, bye)

Beauté

Pas mal votre
physique. On dirait un Picasso.

Verseau

Amour

Les voies du Seigneur
sont impénétrables. Vous aussi.

Gloire

Un collègue vous fera
ingurgiter un spacecake et
vous vous rendrez compte de la
tristesse de notre existence.

Beauté

Retournez vous
coucher.

Poissons

Amour

Avec vous sous la
couette, c’est comme une
compagnie low cost. Les
services sont réduits au
minimum syndical.

Gloire

La constellation
d’Uranus trouve que vous avez
l’esprit mal tourné.

Beauté

Bon sang, quand se
rendra-t-on compte que les
Poissons sont les meilleurs sur
cette planète ?

Horoscope WTF du 3 au 9 avril 2019

Chaque semaine, retrouvez l’horoscope WTF de tmv. Toutes les vérités sont bonnes à dire… !

Bélier

Amour

Aimer, c’est fermer
les yeux sur les erreurs de
l’autre. Demandez à Gilbert
Montagné

Gloire

Si votre anniversaire
ne tombe pas dans les 3
prochains jours, vous tomberez
dans un ravin.

Beauté

Ouais, l’horoscope,
ça fout les boules, désolé mes
gnous.

Taureau

Amour

Alors comme ça on est
fétichiste des pieds ?

Gloire

Vous le savez, vous,
que le monde entier est un
cactus sur lequel il est
impossible de s’asseouaaaouaaa-ouaaar ??

Beauté

Les Taureaux ont le
front aussi luisant que du
bacon.

Gémeaux

Amour

Adoptez un hamster.
Lui au mois vous sera fidèle.

Gloire

Évitez les excitants
avant de dormir (café, alcool,
boisson énergétique, photos de
l’astrologue nu)

Beauté

Rond, savoureux,
sucré, avec un trou : Pas de
doute, vous êtes un donut.

Cancer

Amour

Vous êtes les Gilets
jaunes du sexe.

Gloire

Sinon, personne
ne vous a jamais conseillé
d’arrêter de danser ? Non ?
Bah maintenant si.

Beauté

Comme on dit, vous en
avez dans le slip, boudiou !

Lion

Amour

Dès que vous ouvrez
votre cœur à quelqu’un, un
bébé panda meurt dans le
monde.

Gloire

Roh ça va, on sait
tous que les Lions sont les
lourdauds du love game.

Beauté

Ça fait quoi d’avoir
un regard de biquette ?

Vierge

Amour

Votre transit
intestinal et votre vie
amoureuse sont intimement
liés.

Gloire

Dans la vie, il faut
relativiser. Vous pourriez
par exemple être Cancer ou
Poissons.

Beauté

Ouloulou, c’est
ambiance tropicale sous vos
aisselles !

Balance

Amour

Plan fumeux, plan
foireux ! Fuyez !

Gloire

Vous êtes aussi
susceptible qu’un chauve qu’on
essaye de décoiffer.

Beauté

Sans vouloir vous
faire flipper, samedi, vous
éternuerez, provoquant un
éclatement de la rate et une
brisure du nez. Ouaip.

Scorpion

Amour

On est bien mieux
seuls. C’est pas votre main
droite qui dira le contraire.

Gloire

Il y a un côté
artiste qui sommeille en
vous. (mais laissez-le dormir,
pitié)

Beauté

Qui que vous
soyez, pour le bien-être de
l’humanité : épilez-vous.

Sagittaire

Amour

Le sexe, c’est
surfait. Mettez-vous au
tricot, vous aurez de toute
façon plus de réussite.

Gloire

Avec votre charisme
de pastèque, vous allez choper
le melon.

Beauté

Vous devriez
consulter sur Doctissimo. Ce
petit bouton, c’est tout de
même super louche

Capricorne

Amour

Au milieu de l’arène,
la reine a la raie à l’arrêt.

Gloire

Voilà, ça veut rien
dire, mais on était fier de
nous en écrivant ça, haha !

Beauté

Vu votre carrure de
panini, il serait judicieux de
vous remettre au sport.

Verseau

Amour

Quand vous embrassez,
on vous surnomme la limace. Ça
bavouille, ça bavouille !

Gloire

Vous avez un doctorat
en langue de bois, non ?

Beauté

Le gras vous guette
(mais le gras, c’est la vie.
Alors pas d’soucis mes kiris).

Poissons

Amour

Avouez que vu vos ex,
il y a de quoi douter de votre
bon goût.

Gloire

Complimentez votre
boss, ça ne mange pas de pain.

Beauté

Tiens en parlant
de pain, comment va votre
brioche ?

Jeu Temps Machine : votre place pour Catastrophe

Catastrophe sera en concert au Temps Machine. Gagnez votre place !

paon

Sept personnes, sept personnalités, sept musiciens : avec Catastrophe, c’est la preuve par 7 sur scène. Ce « kaléidoscope de genres musicaux » – comme le dit justement Le Temps Machine dans sa présentation – se retrouve sur les planches jocondiennes, le temps d’une soirée qui s’annonce mémorable.

Le concert aura lieu le 27 avril, au Temps Machine donc (vous avez suivi, c’est bien). Et tmv vous fait gagner votre petite place pour y aller.

Pour jouer, rien de plus simple : il suffit de nous envoyer un mail à redac@tmvtours.fr (avec pour objet : Jeu TM) et vos noms/ prénoms.

Un tirage au sort sera effectué le 23 avril. Bonne chance !

On a testé le Mei Hao

C’est un des nouveaux venus à deux pas de la place Plumereau. Notre verdict du restaurant asiatique Mei Hao.

PAUSE_RESTO
Le bœuf loc lac chez Mei Hao (photo tmv)

Le Tourangeau a probablement dû s’attarder devant le 16 rue Constantine, en passant à l’angle de la rue du Commerce. Alors que l’ancien magasin d’habits Tentation a fermé il y a peu, c’est un restaurant asiatique qui a pris sa place en un temps record (les travaux ont été plus que rapides).

Voilà donc « Mei Hao » que nos recherches ont permis de traduire par « bon et beau » (en fait, on est à peu près sûr de nous à 0,0001 %).
Le Mei Hao joue la carte de la restauration sur place ou à emporter, évitant la facilité du buffet à volonté. Ce que l’établissement aurait pourtant pu faire, vu la salle spacieuse à disposition ! La déco, sobre mais jolie, offre un cachet à l’intérieur très lumineux, bordé de grandes fenêtres donnant directement sur la rue.

Niveau service ce midi-là, peu d’attente. Ça carbure aux fourneaux, par ailleurs à la vue de tous. Les plats arrivent dans de gros bols blancs estampillés Mei Hao. Les portions sont vraiment copieuses et nourrissent son homme.

Au menu, la team tmv a jeté son dévolu sur le boeuf loc lac, un plat qu’on retrouve souvent au Cambodge et au Vietnam. La viande est hyper tendre – elle est sautée au wok – et coupée en cubes : tant mieux, vu notre maîtrise de la baguette avoisinant le 1/20. Le tout est servi sur une ration (trop) conséquente de riz thaï rouge aromatique et quelques légumes qu’on aurait toutefois souhaité plus nombreux.
Le Mei Hao devrait donc amener son lot de curieux et d’habitués, avec son emplacement idéal à deux pas de Plumereau et sa cuisine copieuse et peu chère. Les plats ne dépassent effectivement pas les 10,50 €…

> Mei Hao, 16 rue Constantine à Tours. Contact : 02 47 31 94 03. Sur place ou à emporter. Ouvert tous les jours, midi et soir.
> Tarifs : entrées de 4 à 8 € ; raviolis à 5 € ; plats entre 9,50 € et 10,50 €.

IMG_2366
Un des autres plats du restaurant à la carte.

Origine des expressions autour de l’œuf

L’œuf ? Une denrée alimentaire très ancienne. Pas étonnant qu’on le trouve si souvent dans nos expressions. La preuve…

Tuer la poule aux œufs d’or

Signification : Se priver de profits futurs importants pour satisfaire des intérêts immédiats.

Origine : Retour au XVIIIe siècle ! C’est dans une fable de La Fontaine que l’expression est utilisée (elle-même inspirée d’une morale d’Esope, un fabuliste grec de l’Antiquité). La Fontaine y parle d’un fermier chanceux qui possède une poule qui pond des œufs en or. Trop impatient et avare, il tue l’animal croyant que « dans son corps elle avait un trésor ».
Mais en lui ouvrant le ventre, il se rend compte que la poule était semblable aux autres et qu’il venait de détruire bêtement ce qui aurait pu l’enrichir sans fin. Oups !

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/yNSQNzNkb3rvW » width= »480″ height= »264″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/egg-sanrio-gudetama-yNSQNzNkb3rvW »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

Tête d’œuf

Signification : Intellectuel / premier de la classe / personne qui réfléchit avec un esprit créatif.

Origine : Cette expression populaire – qu’on utilise désormais de façon péjorative ou un poil moqueuse – fait référence aux intellectuels qu’on imaginait souvent avec un front bien dégagé, allongé et dégarni.

Se faire cuire un œuf

Signification : Aller voir ailleurs, déguerpir, éconduire quelqu’un.

Origine : Plusieurs versions s’affrontent. La plus plausible ? Que ce dicton provienne des femmes qui l’utilisaient pour avoir la paix face à leur mari. La cuisine étant auparavant le domaine réservé à l’épouse (on rappelle d’ailleurs à certains que les temps ont changé…), si le mari avait l’outrecuidance de critiquer le repas, la femme l’incitait à aller se faire cuire un oeuf. La chose étant si facile à faire, c’était une façon cordiale de dire à l’homme nul aux fourneaux… de lui lâcher la grappe !

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/d47IiTGlqdZlb6yk » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/kawaii-character-egg-d47IiTGlqdZlb6yk »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

C’est comme l’œuf de Colomb

Signification : une idée simple et évidente mais ingénieuse. En gros, l’équivalent du « mais bon sang, pourquoi n’y avais-je pas pensé avant ? »

Origine : La légende (jamais vérifiée) raconte que Christophe Colomb, lors d’un repas, était moqué par certains des invités. Ces derniers, forcément jaloux, dirent à l’explorateur que la découverte du Nouveau Monde n’était pas si extraordinaire et qu’il n’avait aucun mérite pour ce voyage auquel quiconque aurait pu penser.
Alors Christophe Colomb leur lança un défi : faire tenir un œuf sur sa pointe. Évidemment, tous les convives échouèrent, la forme de l’oeuf le faisant irrémédiablement tomber sur le côté. Colomb, lui, le prit, écrasa légèrement sa coquille et le fit ainsi tenir tout seul. Les détracteurs restèrent dubitatifs, en disant que la solution était bien simple.
Ce à quoi le navigateur aurait répondu « Sans doute, mais il suffisait d’y penser ». Comme quoi parfois, une tâche paraît simple une fois qu’on sait comment la réaliser. Mais encore faut-il avoir la bonne idée pour l’accomplir…

On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs

Signification : Faire certains sacrifices pour obtenir quelque chose.

Origine :
« – Voulez-vous arriver ? lui dit le grenadier.
– Au prix de tout mon sang, au prix du monde entier, répondit le major.
– Marche ! On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. »
Ce dialogue est extrait de la nouvelle Adieu, signée Balzac. L’auteur vulgarisa une expression pessimiste qui daterait du XIXe siècle. Elle-même dériverait de la locution « faire une omelette » qui, au XVIIIe siècle, signifiait « casser des choses fragiles » .

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/sPuDbEFCsoN32″ width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/gudetama-sPuDbEFCsoN32″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

Horoscope WTF du 10 au 16 avril 2019

Les vacances de Pâques sont là. Mais l’astrologue de tmv n’a pas chômé : il vous a concocté une petite séance d’astrologie garantie 100 % véridique.

BÉLIER
Amour : Vous allez lui donner les 10 secondes de sexe les plus folles de sa vie.
Gloire : Le travail, c’est pas la santé. Regardez votre tête.
Beauté : Votre entourage raconte n’importe quoi. Ecoutez-nous plutôt.

TAUREAU
Amour : Ah, les hormones chez les Taureaux… C’est quelque chose, hein ?
Gloire : L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Autant dire que vous êtes dans le caca.
Beauté : Au final, vous ressemblez surtout à un bon kebab.

GÉMEAUX
Amour : Jachère (n.f.) « État d’une terre labourable qu’on laisse temporairement reposer. »…
Gloire : … Bref, un peu comme vous.
Beauté : La nature ne vous a pas gâtés. Par chance, vous avez un beau derrière.

CANCER
Amour : Non, rien de rien, noooon, vous ne regrettez rieeeen (à part d’être sorti(e) avec ce machin dégueu).
Gloire : « Halte, que personne ne bouse ! », dit la vache. (voilà, de rien)
Beauté : Avec vous, c’est qui s’y frotte s’y pique. (du coup, épilez-vous)

LION
Amour : Une cravache, un p’tit slip en cuir et en voiture Simone ! Votre week-end sera fifou.
Gloire : Comme dirait le célèbre Moundir : « J’ai l’impression y a des haltères qui sortent de ta bouche car tout ce que tu sors, c’est lourd. »
Beauté : Vous ressemblez à un caillou.

VIERGE
Amour : Ne mords pas la main qui te nourrit, dit le proverbe.
Gloire : Voilà, c’est tout ce qu’on avait à dire. Débrouillez-vous avec. On arrête de vous mâcher le travail.
Beauté : Vous allez choper une gastro en terre cuite.

BALANCE
Amour : Votre côté écolo vous incite à recycler votre ex.
Gloire : Félicitations, votre condescendance est désormais visible depuis l’espace.
Beauté : Tous foutus, tous tout nus ! Vive le naturisme !

SCORPION
Amour : Vous tomberez amoureux/ se d’une personne sans cou…
Gloire : Ouais, on sait, ça en fout un COUP. Hahaha !
Beauté : Bon trêve de plaisanterie, ça va tranquilou la vie ? Les gosses ? Votre carrure de loukoum ?

SAGITTAIRE
Amour : Vous touchez le fond. L’avantage, c’est que vous ne pourrez pas tomber plus bas.
Gloire : Vous marcherez dedans du pied droit. Disons… lundi.
Beauté : Charité bien ordonnée commence par soi-même. Faites du ménage dans votre slip.

CAPRICORNE
Amour : Pffiiit pfiiiit, la cocotte-minute que vous êtes va exploser. Sacrée libido !
Gloire : Sachez que David voulait guetter. Et un jour, David Guetta. (allez de rien, kiss, bye)
Beauté : Pas mal votre physique. On dirait un Picasso.

VERSEAU
Amour : Les voies du Seigneur sont impénétrables. Vous aussi.
Gloire : Un collègue vous fera ingurgiter un spacecake et vous vous rendrez compte de la tristesse de notre existence.
Beauté : Retournez vous coucher.

POISSONS
Amour : Avec vous sous la couette, c’est comme une compagnie low cost. Les services sont réduits au minimum syndical.
Gloire : La constellation d’Uranus trouve que vous avez l’esprit mal tourné.
Beauté : Bon sang, quand se rendra-t-on compte que les Poissons sont les meilleurs sur cette planète ?

Les super pouvoirs de l’œuf !

À Nouzilly, au centre Inra Val de Loire, une équipe de recherche à la renommée internationale scrute l’œuf sous toutes ses coutures. Leurs découvertes n’ont pas fini de nous étonner.

REPORTAGE_oeuf1
Ce dispositif mesure la hauteur du blanc pour connaître la fraîcheur de l’oeuf.

C’est une histoire sans fin. « Voilà 36 ans que je travaille sur l’œuf et nous sommes loin d’en connaître tous les mystères. De nouvelles questions émergent à chaque découverte », s’enthousiasme le chercheur Joël Gautron, co-responsable avec Sophie Réhault-Godbert, de l’équipe Dove — Défense de l’ œuf, valorisation, évolution (rien à voir avec le shampoing !) — à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) à Nouzilly.
Un œuf, ça paraît simple pourtant ?

KIT POUR SUPER POUSSIN

Rassurez-vous : à moins d’une mauvaise blague, vous ne risquez pas de tomber sur un poussin en cassant des œufs dédiés à la consommation. Comme ils ne sont pas fécondés par les spermatozoïdes du coq, ils ne peuvent pas contenir d’embryon de poussin. En revanche, avec de bons yeux, vous pourrez peut-être observer un minuscule disque blanc sur le jaune : c’est le gamète femelle (la cellule reproductrice).
Ainsi, les œufs de nos omelettes, gâteaux et autres préparations culinaires ont été détournés de leur usage premier : « Une fois que l’oeuf est constitué, on ne peut rien y apporter, rien en sortir. Il renferme donc tous les constituants nécessaires à la vie, afin d’assurer le développement du poussin : nutriments, substances stimulant la formation des vaisseaux sanguins, molécules de défense… Ce qui lui confère des propriétés remarquables », poursuit l’expert en science de l’œuf.

REPORTAGE_oeuf2
Si simple et si complexe ! Même pour les experts comme Joël Gautron, l’oeuf garde bien des mystères

SUPER ALIMENT

Première mission : nourrir le futur poussin. Le jaune et le blanc renferment de précieuses réserves nutritionnelles. Lesquelles sont tout aussi intéressantes pour les humains. Ainsi, l’oeuf est un aliment riche en vitamines, minéraux (phosphore, soufre, fer…), lipides insaturés (les bonnes graisses), et surtout, en protéines d’excellente qualité.
« Elle sont très digestibles et renforcent la sensation de satiété. En effet, il n’y a pas de place pour accumuler de déchets dans l’oeuf », précise Joël Gautron. Mais que penser de sa richesse en cholestérol ? Dans les années 80, le cholestérol alimentaire était pointé du doigt : il augmenterait le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Les études menées depuis ont démenti cette accusation. Pour la plupart des gens, le cholestérol des aliments n’accroît pas le risque de maladies cardio-vasculaires. Pas de raison, donc, de se priver d’oeufs.

SUPER ARSENAL DE DÉFENSE

Nom de code : AvBD11. La beta-défensine 11 aviaire intéresse l’équipe Dove. Présente dans le blanc d’oeuf, c’est une molécule de défense contre les parasites, les virus et les bactéries. Après l’avoir purifiée, les chercheurs sont en train d’analyser ses propriétés, sa stabilité et sa structure.
L’AvBD11 fait partie d’un puissant arsenal de défense. En effet, l’oeuf doit protéger le futur poussin des invasions de microbes. Certaines molécules seraient utilisables en santé humaine ou animale. Par exemple, des antibiotiques naturels contenus dans l’oeuf pourraient servir d’alternatives aux antibiotiques classiques, auxquels les bactéries deviennent de plus en plus résistantes.

REPORTAGE_oeuf6
L’assistante ingénieur Alice Boinet trie les coquilles selon leur solidité afin d’analyser leurs molécules.

SUPER COQUILLE

REPORTAGE_oeuf5
Poids, hauteur du jaune, diamètre du blanc, solidité de la coquille… : cette machine passe au crible les œufs.

« Un oeuf peut résister à 4 kg de pression. On peut même marcher dessus », affirme Joël Gautron, une photo de lui à l’appui, debout sur un tapis d’oeufs. Véritable céramique naturelle, la coquille est composée de cristaux de calcite, comme le marbre ou la coquille d’huître, et parsemée de milliers de pores permettant les échanges gazeux. La coquille est recouverte d’un film naturel : la cuticule. Au passage, sa couleur n’a rien à voir avec l’alimentation de la poule. En réalité, elle dépend de ses gènes. C’est un peu comme nos cheveux : ils ne vont pas virer au violet si l’on mange des betteraves…
La cuticule constitue elle-aussi une protection contre les bactéries. « Laver les œufs ou les faire passer d’une température froide à chaude l’abîme », pointe Joël Gautron. Une aubaine pour les bactéries, qui pénètrent plus facilement.

SUPER POULE

Un œuf par jour. C’est quasiment ce que produit une poule pondeuse adulte dès l’âge de six mois. Elle pèse 1,5 à 2 kg et fabrique un œuf de 50 à 60 g doté d’une coquille riche en calcium. Cette minéralisation ultra-rapide est étudiée de près par les scientifiques.
Venu de l’université d’Ottawa grâce à un programme d’accueil de chercheurs étrangers, Maxwell Hincke s’intéresse au devenir du calcium dans l’oeuf fécondé : « L’embryon prélève le calcium nécessaire à la croissance de ses os dans la coquille. Celle-ci s’affaiblit et protège moins bien le futur poussin, qui synthétise alors de nouvelles molécules de défense. C’est un processus fascinant ! » De quoi alimenter vos conversations lors du repas de Pâques !

REPORTAGE_oeuf4
Expérience à tester chez soi : Donnez un bain de vinaigre à un œuf jusqu’à ce que sa coquille se dissolve : vous obtiendrez une balle rebondissante. Solidité non garantie…

Textes et photos : Nathalie Picard

10 & 20 km de Tours : du nouveau !

Salon du running, parcours des 20 km, marathon en duo… Il y a du nouveau pour la course des 10 & 20 km de Tours.

UNE_20KM

Il faudra compter sur bien des nouveautés pour l’édition 2019 des 10 & 20 km de Tours et du marathon qui auront lieu le 22 septembre prochain.

>Tout d’abord, le comité d’organisation a annoncé la présence d’un Salon du running, les 20 et 21 septembre, au Palais des congrès Vinci de Tours. Y seront proposés accessoires, tests d’équipements, conseils bien-être et nutrition. Soixante-dix exposants sont attendus sur 2 500 m2.

>Côté parcours, les 20 km font peau neuve avec un tracé inédit sur deux boucles de 10 km avec passage en ville, en bord de Loire et par l’abbaye de Marmoutier (le parcours des 10 est identique à celui de 2018).
Le marathon, quant à lui, pourra se faire en duo !

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F10.20KmdeTours%2Fvideos%2F422768448299338%2F&show_text=0&width=560″ width= »560″ height= »315″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allowFullScreen= »true »></iframe>[/nrm_embed]

>Le plateau élite ne sera par ailleurs pas renouvelé et pour les trois courses, un euro sera collecté par inscription au profit de l’association Magie à l’hôpital.

>Enfin, la marque Running Loire Valley regroupera désormais les 10 & 20 km, le marathon et la Happy Color.
Près de 13 000 sportives et sportifs sont attendus le 22 septembre. À vos baskets !

Inscriptions sur runningloirevalley.com

Parcours des 10 km / 20 km / marathon (sous réserve de modifications)

Captture
(document NR)
Cagtrpture
(document NR)
Capture
(document NR)

Un Printemps (de Bourges) de folie !

Le Printemps de Bourges revient du 16 au 21 avril. Mini aperçu de la maxi programmation.

PTB_COLUMBINE

Il faudrait au moins cinq numéros complets de Tmv pour arriver à présenter toute la richesse du Printemps de Bourges 2019 qui se tiendra à Bourges du 16 au 21 avril.

Avec des scènes en accès libre, la tournées des bars, des expos, du cinéma, des spectacles jeune public, des stars, des inconnu(e)s, des soirées thématiques, du folk au rock, du rap au rock, le PDB – son petit nom pour les intimes – n’oublie rien, ni personne.

Encore une fois, il va falloir chausser les baskets et fabriquer son petit logiciel pour ne rien manquer de l’immanquable : des créations éphémères au dernier buzz, du concert de Claire Diterzi avec l’Orchestre symphonique de Tours à la création de Jean-Claude Gallotta sur Gainsbourg, en passant par des icônes ou l’inconnu célèbre de demain.
On marquera une pause appuyée pour aller voir tous les jours les concerts des Inouïs, avec de formidables découverte en perspective. On ne vous refait pas la leçon, c’est vraiment là que cela se passe pour les artistes du futur. On n’oubliera pas de cocher sur son agenda les rendez-vous autour de l’Europe (eh oui, il n’y a pas que des concerts !).

Côté coups de cœur chez nous ? INÜIT, Suzane, Pongo, Aloïse Sauvage. Mais aussi des paris sur l’avenir comme Canine, Flèche Love, Requin Chagrin ou Columbine, sans oublier quelques plaisirs coupables tels Clara Luciani, Corine, Beirut ou la création par ses enfants autour de l’oeuvre de l’immense Jacques Higelin. Et puis Rodolphe Burger à l’Abbaye de Noirlac doit valoir de détour, Youssoupha à la salle médiévale du Duc Jean qui doit être génial… Et que dire alors de Nouvelle Vague, sous le chapiteau de l’École du Cirque ?
H.B.

> Le Printemps de Bourges, du 16 au 21 avril
> Prog complète, tarifs et horaires sur printemps-bourges.com

Chroniques culture #66

Gros programme, cette semaine, pour nos chroniques culture. On parle des BD immanquables, de The Dirt sur Netflix, de Stéphane Bern, mais aussi d’un Grinch grincheux et du vinyle de la semaine de Radio Campus !

SUR NETFLIX
THE DIRT
Adapter The Dirt, la mythique autobiographie du groupe Mötley Crüe à l’écran ? Les grands studios n’auraient jamais osé, tant la vie de ces fous furieux était trash. C’est donc de nouveau Netflix le messie qui se lance en sortant la bête sur sa plateforme. Les réalisateurs, eux, n’auraient jamais su toucher au matériau d’origine. Résultat (bis) ? C’est Jeff Tremaine (vu derrière la caméra des Jackass) qui a pris la chose en main. Résultat (bis encore, ouais, on sait) ? Bien qu’un poil trop elliptique, The Dirt est un biopic décomplexé, carrément valable, complètement dingue et pétri d’honnêteté.
Pour quiconque a lu le livre, c’est ici un plaisir tant le souci du détail est hallucinant : tenues, instruments, looks, mimiques, bagnoles et autres sont fidèlement reproduits. Suintant la came et l’alcool, brillamment joué, The Dirt dépeint aussi à merveille les personnalités schizo de musiciens mi-tête brûlée, mi-jeunes loups finalement paumés (donc touchants) et ravagés par une vie qu’ils brûlent par les deux bouts. Sex, drugs & rock N’ roll : jamais un biopic n’aura aussi bien suivi la devise à la lettre.
A.G.

PAUSE_ECRANS_NETFLIX

LES BD
PAUSE_ECRANS_BDDRÔLES DE DUOS !
L’événement de l’année est sans conteste « Retour à la terre » (Dargaud) de Ferri et Larcenet, dont le T6 Les Métamorphoses sort enfin après 10 ans de silence ! Ces chroniques douces amères sont de tels petits chefs-d’oeuvre d’humour, de poésie et de dérision, que cela valait le coup de patienter. Du coté de Tours, Étienne Leroux et Luc Brunschwig ont succombé aux charmes sulfureux de Conan, dont le nouvel opus « La Citadelle Ecarlate » (Glénat) est une merveille d’adaptation, entre héroïsme, érotisme, pensées philosophiques et scènes d’action.
Dans « Mes héros ont toujours été des junkies » (Delcourt), un must en matière de polar, Brubaker et Philipps offrent 80 pages nerveuses, où amour et drogue tissent d’étranges relations ! Notez aussi le nom de Christophe Alliel car il signe un récit époustouflant d’une nouvelle série, « Maïdanlove » (Grand Angle). Situé en pleine révolution ukrainienne de 2014, ce récit haletant est sublimé par un dessin incroyable.
On terminera avec « Yasmina à la patate » (Dargaud), une belle histoire de légumes, de petite fille et d’écologie signée Wauter Mannaert. Frais, drôle et dans l’air du temps.
H.B.

LES LIVRES PAUSE_ECRAN_BERN
POURQUOI SONT-ILS ENTRÉS DANS L’HISTOIRE ?
Saviez-vous que le sandwich si vite englouti tient son nom du gourmand John Montagu, comte de Sandwich ? Ou encore que Sosie était le nom d’un modeste serviteur du roi Amphitryon, roi mythique de Tirynthe ? Non ? Mais peut-être connaissiez-vous déjà les origines des mots Poubelle, de la tarte Tatin ou du Parmentier, qui tous découlent de personnages réels et d’une anecdote souvent atypique. Le confident des têtes couronnées et présentateur de Secrets d’Histoire, Stéphane Bern, a rassemblé 100 noms qui ont marqué notre Histoire, de Rudolph Diesel à Jack Daniel. Ces petits chapitres se lisent vite et facilement. On peut les picorer selon sa curiosité du moment, c’est léger et l’on apprend des choses qui nous font sourire, sans prétention.
> Aux éditions Albin Michel. Prix : 19,90 €
P.P.

ECRANS_GOURIONLES FILLES PEUVENT LE FAIRE AUSSI /
LES GARÇONS PEUVENT LE FAIRE AUSSI

Danser ? Les garçons peuvent le faire. Pleurer ? Aussi ! Et les filles ont le droit d’aimer jouer à la poupée comme aux petites voitures. Conçu en double-face, ce livre pour les enfants de 3 à 7 ans les invite à oublier les idées préconçues parfois assenées par les adultes. Le ton est léger, les illustrations sont toutes douces et permettent d’aborder un sujet important pour les aider à forger leur personnalité et suivre leurs choix.
E.S.
> Sophie Gourion, Isabelle Maroger, 48 p., 12,95 €, Gründ.

LE DVD PAUSE_ECRANs_DVD
LE GRINCH
Sorti dans nos salles en novembre dernier, ce Grinch adapté en animation constitue une bonne entrée en matière pour qui s’intéresserait à l’histoire du grincheux tout vert et tout poilu voulant voler Noël. Ici, on pense souvent à Moi, moche et méchant version fêtes de fin d’année : graphisme coloré, animation fluide, séquences rythmées… Tout concourt à faire rire les enfants et sourire les parents. On regrettera toutefois sa tendance au remplissage, due à une double intrigue parallèle un peu lourdaude. Une sortie DVD qui permettra également et surtout, outre sa tripotée de bonus, de regarder Le Grinch dans sa version originale : la voix de la bestiole grincheuse étant ici doublée par un Benedict Cumberbatch fantastique.
A.G.

PAUSE_ECRNAS_VINYLELE VINYLE DE LA SEMAINE DE RADIO CAMPUS
VENDREDI SUR MER – PREMIERS ÉMOIS
La nouvelle sensation electro-pop vient de Suisse ! Vendredi sur Mer, de son vrai nom Charline Mignot, nous offre un premier album sensuel et poétique. Son truc : scander des histoires mystérieuses sur des beats entraînants. Le disque bénéficie de la patte léchée du producteur Lewis OfMan qui apporte une grande fraîcheur au tout. Vous danserez probablement cet été sur « Encore » ou bien « Lune est l’Autre » et resterez fascinés par « La Femme à la Peau Bleue ». Dix-sept titres où l’on retrouve un univers kitsch assumé, décliné aussi dans de très beaux clips.
Yann Puron

TOP 4 : c’est quoi ce cirque ?!

Il fallait s’y attendre : le Dumbo version Tim Burton, sorti la semaine dernière, cartonne au ciné. L’occasion de vous présenter un top 4 de films autour du monde du cirque à se faire ce week-end.

FREAKS

Sorti en 1932, formidable ode à la tolérance, le Freaks de Tod Browning reste un chef d’oeuvre inégalé, tourné avec de vrais êtres humains difformes. Dérangeant, marquant, il sera interdit plus de 30 ans en Angleterre.
PAUSE_ECRANS_TOP1

THE GREATEST SHOWMAN

Axé comédie musicale et emmené par Hugh Jackman, The Greatest Showman retrace l’histoire de P.T Barnum, fondateur du cirque Barnum. Un mélange bâtard entre La La Land et Freaks, charmant mais un peu trop pauvre.

PAUSe_ECRANS_TOP2

CHOCOLAT

Côté frenchie aussi, le cirque s’est illustré avec Chocolat, récit du clown éponyme, premier artiste noir de la scène française. Un biopic convenu et un peu trop sage, mais Omar Sy, toujours bluffant, y est magistral.

PAUSE_ECRANS_TOP3

DUMBO (1941)

Impossible de terminer ce top sans le Dumbo originel, sorti il y a 77 ans ! Plaidoyer pour la tolérance, poétique, nostalgique, cette madeleine de Proust est un monument Disney. Vous n’avez pas pleuré ? Pas possible.
PAUSE_ECRANS_TOP4

Devenez DJ à la Happy Color !

Monter sur la scène du Happy Festival, le 19 mai devant 5 000 personnes pour un set de trente minutes ? C’est possible en participant au jeu concours/appel à talents tmv-UCPA.

AGENDA-PHOTO5-happy color

Happy Color, c’est quoi ?

Allô, non mais allô ! Happy Color, c’est la course la plus fun qu’il soit possible de courir dans la région. Pas trop fatigante puisque le parcours ne fait que 5 km et sans stress, puisqu’il n’y a pas de chrono à l’arrivée. Mais alors festive, très festive. À plusieurs endroits du parcours, vous vous faites recouvrir de poudre colorée (d’origine végétale, la poudre, comme les pigments). Bleu, vert, rouge, orange ! Vous allez vous transformer en véritable arc-en-ciel ambulant. Et le tout sous les encouragements de tout plein de groupes de musique. Que du fun, on vous dit !

53429957_1003152473217610_8755491571077480448_nÀ l’arrivée, un Happy Village

Il y a des stands avec des choses à manger et des tas de gens à rencontrer (on peut aussi se faire prendre en photo avec son beau tee-shirt bariolé). Mais aussi une scène électro-pop qui va prolonger la fête tout l’après-midi.

Un set, rien que pour vous

Si vous êtes sélectionné par le jury, vous aurez la chance de disposer de la scène pour 30 minutes. Un set rien que pour vous où vous pourrez faire s’enjailler les 5 000 coureurs de la Happy Color 2019. C’est qui le patron ?

C’est quoi l’UCPA ?

Non, ce n’est pas pour partir en vacances. Quoi que… L’UCPA, c’est une école de DJ ancrée dans le monde de la nuit depuis 2001. Elle dispose de deux sites, uniques en Europe, l’un à Lyon et l’autre sur la Technopole du Futuroscope. Les deux écoles dispensent la formation d’Animateur Musical et Scénique (AMS), un cursus de 18 mois, en alternance, gratuit et rémunéré. Renseignements : 05 16 01 00 70 ou ecole-des-dj.com

Comment participer ?

Envoyez une démo vidéo de 6 minutes, avant le 15 avril 2019 à happycolortours@nrco.fr
Les résultats seront communiqués le 19 avril.
Règlement du concours sur www.happycolortours.fr

Ephèbe au Printemps de Bourges

La scène tourangelle n’est jamais aussi excitante que quand elle se décide à sortir de la Place Plumereau pour aller conquérir le monde. C’est bien parti pour Ephèbe qui foulera la scène du Printemps de Bourges le 19 avril, comme représentant de la région Centre aux Inouïs.

NEWS_EPHEBE

À 25 ans, Ephèbe (Axel N. à l’état civil) est déjà un vieux routier de la scène musicale tourangelle. Pensez donc : quand on commence le solfège et l’accordéon à 6 ans du côté de Saint-Martin le Beau, que l’on tâte ensuite de la guitare, du piano et de la basse avant d’intégrer la prestigieuse maîtrise des chœurs d’enfants de l’Opéra de Tours, on est déjà bien rodé.

Vient le temps de l’adolescence, où l’on commence à écrire des chansons dès 14 ans, avant de se lancer dans des groupes de lycée. Pour finalement passer du rock à la pop, après une formation en MAO, et de l’anglais au français, trouvant les mots plus sincères dans la langue de Molière.

Un long parcours, si ce n’est qu’Ephèbe a pris son temps sans se précipiter. Sortant des choses au compte-gouttes, préférant garder ses morceaux au chaud en attendant le grand jour. Un projet où textes, musiques et habillage se déclinent d’abord en solo. Puis en trio avec ses partenaires Joseph et Étienne (de Toukan Toukan), un vieux complice, car à Tours, il dit « ne pas sentir de concurrence mais de l’émulation et de l’entraide entre les groupes ».
Il loue « Aucard, Béton, Terres du Son et surtout, Le Temps Machine, pour l’attention » qu’ils lui ont prêtée et se dit aussi qu’ici, « il y a vraiment un beau vivier d’artistes dans tous les styles musicaux ».

CHALLENGE « INOUÏ »

Derrière, on sent que les choses se structurent avec un management, des gens sur l’image et la vidéo, complément indispensable en 2019…

Même si Ephèbe revendique la musique avant tout. Car il est clair que les Inouïs représentent un sacré challenge, où tout le milieu professionnel en quête de sensations et de nouveautés va venir le scruter. Il reste serein par rapport à tout cela, en ayant préparé un show destiné à montrer tout ce qu’il sait faire, avec des moments de calme, d’autres plus forts.
Seul caprice autorisé ? Un réel travail sur la voix qu’il confesse « bosser à fond » pour l’événement.

Et puis il faut aussi penser à l’après Bourges avec un EP en préparation, des concerts annoncés, des projets vidéos et surtout un ordi rempli à ras bord de chansons… si jamais quelqu’un lui proposait un album ! Bref, Ephèbe le beau gosse devrait en faire vraiment craquer plus d’un, lui qui, dans sa bio, dit se nourrir « aussi bien d’Étienne Daho que de Kanye West ou de Gesaffelstein » et surtout assure vouloir bouffer la vie.
On compte déjà avec impatience les jours qui nous séparent de son concert à Bourges. Car à tmv, on prend les paris tout de suite : Ephèbe ne sera pas éphémère.

Hervé Bourit

> Ephèbe sur Facebook.
> Printemps de Bourges du 16 au 21 avril. 

On a testé Le P’tit Mich’, place Michelet

Situé place Michelet, Le P’tit Mich’ propose une carte bistronomique surprenante.

RESTO (Credit Les Petits Boudins)
(Crédit Les Petits Boudins)

La gastronomie est l’art d’utiliser la nourriture pour créer du bonheur. » La citation vient de Théodore Zeldin. Et elle trône fièrement au beau milieu du P’tit Mich’, le petit nouveau de la place Michelet.
Et de gastronomie ici, il en est question. Idem pour le bonheur dans l’assiette. Au moins, pas de tromperie sur la marchandise !

Cet établissement bistronomique accroche le regard avec une salle décorée avec goût. Raffiné et élégant, chic sans être pompeux, l’ensemble possède du style entre ses belles tables (tons noirs sur blancs) et chaises à effet cuir brun, sa grande banquette à coussins et la profondeur de la pièce.

Si Le P’tit Mich’ a de l’allure, il n’en reste pas moins abordable, le menu du midi affichant 15,90 €. À la carte (très belle au demeurant), les tarifs sont forcément un poil plus élevés mais le rapport qualité-prix est là. On s’est laissé tenter par la lotte rôtie (18,50 €). Au niveau des yeux, c’est un plaisir : l’assiette noire fait ressortir les couleurs du plat, tout comme les petites fleurs pimpantes ajoutent charme et éclat.
Côté goût, c’est un régal. Si le poisson, parfaitement assaisonné, est savoureux, l’onctueuse purée de brocolis qui l’accompagne est excellente. Le crémeux léger verveine et citron vert vient parfumer le tout.

Le restaurant souffre malheureusement des travaux avenue Grammont qui amoindrissent sa visibilité en ce moment (par chance, ils n’ont pas lieu le midi). Ceux-ci devraient être finis le 15 avril. Mais la rédac’ vous conseille grandement d’y faire un tour dès à présent. Car Le P’tit Mich’ est définitivement une adresse à retenir.
Jeune, mais déjà prometteuse.

> 2 bis place Michelet à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir + dimanche midi. Contact : 02 47 27 79 66 ou facebook.com/leptitmichrestaurant
> Tarifs : menu du midi à 15,90 €. À la carte, plats de 15 à 22 €.

Coup de projecteur : Fabien Mérelle

Tourangeau depuis maintenant dix ans, Fabien Mérelle a exposé ses dessins dans de nombreuses galeries à travers le monde. Il présente ses créations pour la première fois sur ses terres, au CCC OD.

NEWS_FABIEN (5)

PARCOURS

Fabien Mérelle, père de famille décontracté de 37 ans, a été élevé en région parisienne. En grandissant, il a gardé le dessin comme moyen d’expression. Étudiant aux Beaux-Arts à Paris, il a passé quatre mois déterminant à Xi’an en Chine. « J’y ai appris les rudiments des techniques chinoises à l’encre de Chine. C’est aussi depuis cette période que je laisse plus de vide dans mes dessins. À côté d’éléments à la fois très réalistes et détaillés, ces blancs permettent à celui qui les regarde d’imaginer le reste du décor », explique-t-il.
Dès la fin de ses études, il expose à Paris, entre à la Casa Velasquez à Madrid… et Tours !

ABRI

Le dessinateur s’est peu à peu approprié le territoire, notamment par la Loire, le bois flotté et les bancs de sable qui forment des îles. Son exposition, « Abri, pierre, bois, encre, papier », s’inspire ainsi de « la région qui est devenue pour moi une sorte d’abri, loin de Paris et de la tentation de se comparer aux autres artistes, et un lieu où mon grand-père s’était réfugié pendant la Seconde Guerre mondiale. »

UNE_MERELLE

PYJAMA

« J’aime être chez moi pour dessiner. Quand j’ai commencé à me représenter dans mes dessins, j’habitais à Paris. Il était 11 h et j’étais en pyjama, c’est resté et je continue à me représenter ainsi dans la chronique du quotidien d’un homme lambda, avec sa femme et ses enfants. C’est à la fois moi et pas moi, car j’ai besoin de me projeter différemment comme le faisaient Charlie Chaplin ou Buster Keaton dans les films burlesques du début XXe siècle. J’ai besoin de détourner le réel pour raconter ce qu’il y a dans ma tête. »

LÉONARD DE VINCI

Fabien Mérelle voue une grande admiration à l’artiste Léonard de Vinci. Il a donc été invité à une exposition collective du château du Rivau sur le thème de la Renaissance. Il y présente deux sculptures, « mises en relief de mes dessins ».

> Au château du Rivau jusqu’au 3 novembre. 9 rue du château, Lémeré. Tél. 02 47 95 77 47. Tarifs : 5 à 11 €.

MYTHOLOGIE NEWS_FABIEN (2)

Entrer dans le monde de Fabien Mérelle, c’est découvrir un univers à la fois très réaliste et très onirique. Par exemple, son personnage se métamorphose parfois en arbre, ses dessins d’enfants côtoient ses dessins d’adultes, les pierres lui servent de support…. Passionné du musée d’histoire naturelle de la Rochelle, il aime aussi dessiner les oiseaux, dont trois qui forment sa propre mythologie : « le faucon, représente mon grand-père italien, le merle c’est mon père et la tourterelle, n’est autre que mon grand-père français. »

Pratique :
Jusqu’au 22 septembre au CCC OD, Jardin François Ier à Tours. Galeries du second niveau. Ouvert du mercredi au dimanche, de 11 h à 18 h et le samedi jusqu’à 19 h, nocturne jeudi soir jusqu’à 20 h. Tarifs : 4 € à 7 €. Gratuit moins de 18 ans. Tél. 02 47 66 50 00 et contact@cccod.fr

Horoscope WTF du 3 au 9 avril 2019

Qui suis-je ? Où vais-je ? Pourquoi la vie ? Pourquoi Maître Gims ? Toutes ces réponses ne sont pas à retrouver dans l’horoscope WTF de la semaine.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/SeTPXfY3RFPkQ » width= »480″ height= »304″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/funny-beach-fall-SeTPXfY3RFPkQ »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Aimer, c’est fermer les yeux sur les erreurs de l’autre. Demandez à Gilbert Montagné.
Gloire : Si votre anniversaire ne tombe pas dans les 3 prochains jours, vous tomberez dans un ravin.
Beauté : Ouais, l’horoscope, ça fout les boules, désolé mes gnous.

TAUREAU
Amour : Alors comme ça on est fétichiste des pieds ?
Gloire : Vous le savez, vous, que le monde entier est un cactus sur lequel il est impossible de s’asseouaaaouaaa- ouaaar ??
Beauté : Les Taureaux ont le front aussi luisant que du bacon.

GÉMEAUX
Amour : Adoptez un hamster. Lui au mois vous sera fidèle.
Gloire : Évitez les excitants avant de dormir (café, alcool, boisson énergétique, photos de l’astrologue nu)
Beauté : Rond, savoureux, sucré, avec un trou : Pas de doute, vous êtes un donut.

CANCER
Amour : Vous êtes les Gilets jaunes du sexe.
Gloire : Sinon, personne ne vous a jamais conseillé d’arrêter de danser ? Non ? Bah maintenant si.
Beauté : Comme on dit, vous en avez dans le slip, boudiou !

LION
Amour : Dès que vous ouvrez votre cœur à quelqu’un, un bébé panda meurt dans le monde.
Gloire : Roh ça va, on sait tous que les Lions sont les lourdauds du love game.
Beauté : Ça fait quoi d’avoir un regard de biquette ?

VIERGE
Amour : Votre transit intestinal et votre vie amoureuse sont intimement liés.
Gloire : Dans la vie, il faut relativiser. Vous pourriez par exemple être Cancer ou Poissons.
Beauté : Ouloulou, c’est ambiance tropicale sous vos aisselles !

BALANCE
Amour : Plan fumeux, plan foireux ! Fuyez !
Gloire : Vous êtes aussi susceptible qu’un chauve qu’on essaye de décoiffer.
Beauté : Sans vouloir vous faire flipper, samedi, vous éternuerez, provoquant un éclatement de la rate et une brisure du nez. Ouaip.

SCORPION
Amour : On est bien mieux seuls. C’est pas votre main droite qui dira le contraire.
Gloire : Il y a un côté artiste qui sommeille en vous. (mais laissez-le dormir, pitié)
Beauté : Qui que vous soyez, pour le bien-être de l’humanité : épilez-vous.

SAGITTAIRE
Amour : Le sexe, c’est surfait. Mettez-vous au tricot, vous aurez de toute façon plus de réussite.
Gloire : Avec votre charisme de pastèque, vous allez choper le melon.
Beauté : Vous devriez consulter sur Doctissimo. Ce petit bouton, c’est tout de même super louche.

CAPRICORNE
Amour : Au milieu de l’arène, la reine a la raie à l’arrêt.
Gloire : Voilà, ça veut rien dire, mais on était fier de nous en écrivant ça, haha !
Beauté : Vu votre carrure de panini, il serait judicieux de vous remettre au sport.

VERSEAU
Amour : Quand vous embrassez, on vous surnomme la limace. Ça bavouille, ça bavouille !
Gloire : Vous avez un doctorat en langue de bois, non ?
Beauté : Le gras vous guette (mais le gras, c’est la vie. Alors pas d’soucis mes kiris).

POISSONS
Amour : Avouez que vu vos ex, il y a de quoi douter de votre bon goût.
Gloire : Complimentez votre boss, ça ne mange pas de pain.
Beauté : Tiens en parlant de pain, comment va votre brioche ?

Alimentation : Que mangerons-nous en 2050 ?

En 2050, la planète devrait compter 9 à 10 milliards d’habitants. En plus d’être serrés comme des sardines, nous allons devoir repenser notre façon de manger, pénurie de ressources oblige.. et histoire de sauver ce qu’il nous reste de planète. Alors dans le futur, de quoi sera faite notre assiette ?

UNE_FUTUR

LES INSECTES

PARDON ?
Ziouf, machine à remonter le temps : avril 2017, l’un des journalistes de tmv rédige un article, pour vos beaux yeux, intitulé : « J’ai testé pour vous… manger des insectes. » Au menu ? Grillons, vers à soie, criquets et petits scorpions. Hormis l’aspect peu ragoûtant de la chose (l’oeil de grillon, c’est croquang’, mais pas gourmang’), c’est étonnamment bon (les scorpions ont un goût de Curly !) et parfois bien assaisonné.
NEWS_BOUFFE_INSECTESMalgré le tabou culturel, l’entomophagie – le fait de manger des insectes donc – représente une bonne alternative à la viande. Le taux de protéines contenu dans ces bestioles serait supérieur à celui de la barbaque que certains chérissent tant, mais aussi celui des volailles ou des oeufs vendus en commerce. C’est aussi une très bonne source de minéraux (fer, zinc…) et d’acides gras oméga 3 et 6.
En outre, une étude publiée par Scientific Reports a découvert que la consommation de grillons permettait une réduction des inflammations dans le corps, grâce à une teneur en chitine et autres fibres bénéfiques à l’équilibre intestinal.

les +
> Solution viable pour nourrir les gens. Deux milliards d’individus en mangent déjà quotidiennement, alors pourquoi pas vous ?
> L’élevage d’insectes a un faible impact environnemental (peu de gaz à effet de serre).
> Ça vous entraînera pour la saison 4383 de Koh Lanta.

les –
> Les influenceurs vont chouiner avec la photo de leur pizza à la tarentule sur Instagram (pas assez de likes, hashtag tristesse)
> Les pattes, ça reste coincé entre les dents.
> Peu calorique, on ne vous conseille pas un grillon avant de taper un marathon.

ALIMENTATION IMPRIMÉE EN 3D

PARDON ?
À Halmstadt, en Suède, une maison de retraite veut tester la… nourriture fabriquée par une imprimante 3D. Il s’agirait de redonner le goût de manger aux personnes qui peuvent avoir du mal à mâcher et avaler. L’objectif ? Obtenir un visuel proche de l’original, mais avec une texture de purée. Ailleurs, les chercheurs s’affairent déjà à ce qui, selon eux, pourrait constituer la super-solution du futur. Une équipe sud-coréenne a d’ailleurs planché sur une imprimante 3D capable d’imprimer de la nourriture ciblant nos besoins nutritionnels, via de microstructures alimentaires.

les +
> De quoi fortement réduire le gaspillage alimentaire.
> On baisse les coûts associés au stockage et au transport.
> Les multiples possibilités créatives : imaginez des pâtes imprimées en forme d’astrologue de tmv… Nous, ça nous fait rêver.

les –
> Techniquement, ce n’est pas si simple. Le processus d’impression prend du temps.
> L’interaction avec les matériaux alimentaires est bien plus complexe.
> On a du mal à imaginer une raclette 3D. Et la raclette, c’est la vie.

NEWS_BOUFFE_3D

NOURRITURE 2.0

PARDON ?
En voyant le futur (probable) potentiel de tout ça, jeunes geeks et écolos idéalistes ont commencé à réfléchir au marché de la nouvelle nourriture, la new food. Certaines start-up, comme Soylent, ont lancé une boisson composée de l’ensemble des nutriments nécessaires à la survie. Le breuvage inventé par l’ingénieur américain Rob Rhinehart permettrait de remplacer les repas, puisqu’il contient de la farine d’avoine, de la maltodextrine, des protéines de riz et de soja et des fibres. NEWS_BOUFFE_2.0

Au Québec, la PME des Fermes Lufa a mélangé culture en serre sur le toit des immeubles et distribution en circuit court.
Dans la Silicon Valley, JUST INC. (ex-Hampton Creek) a mis au point une mayonnaise sans œuf, juste en transformant des petits pois jaunes (et c’est un carton commercial). La start-up Finless Foods cherche quant à elle à créer du fromage sans lait et du poisson sans pêcher. Habit, en Californie, a élaboré des régimes personnalisés en fonction de l’ADN de chacun ; ces plats sont ensuite livrés chez le client. À Londres, le laboratoire Rocks Lab a développé une technique pour emballer de l’eau dans de petites sphères en gélatine végétale qui seront aussi 100 % biodégradables.
D’autres, enfin, travaillent sur des emballages comestibles pour éviter de détruire encore plus la planète.

les +
> La nourriture du futur est destinée à tous : végétariens, carnivores, flexitariens, etc.
> Encore une solution face à l’élevage intensif !

les –
> Et le plaisir de manger dans tout ça ??
> Possibilité de (trop) déconnecter nos sens
> Parfois (souvent ?), ça n’a pas vraiment de goût
> Devoir encore se farcir des photos de plats (high-tech cette fois) sur Instagram en 2050 ? L’enfer.

LES MICROALGUES

CapturePARDON ?
En octobre dernier, le Salon international de l’alimentation avait déjà mis en avant les microalgues, alternative intéressante concernant le futur de notre alimentation. Se nourrissant de dioxyde de carbone, elles produisent une quantité impressionnante de protéines (50 à 100 fois plus par unité de surface que les sources animales !), de graisses et glucides, le tout sans être polluantes. Ajoutez à ça une excellente teneur en acides gras et, paf, ça fait une bonne santé cardiaque. La Spiruline et Chlorella sont déjà autorisées et peuvent être soit incorporées dans des aliments, soit vendues sous forme de compléments alimentaires. Et il reste encore 30 000 espèces de micro-algues non exploitées !

les +
> On peut même faire de la mayonnaise sans œuf avec des micro-algues. Et avec 60 % de matière grasse en moins. #ventreplat
> Une poignée d’algue spiruline contient autant de calcium que 3 verres de lait et autant de fer que 3 bols d’épinard. C’est Popeye qui va être content.
> Elle nécessite 30 fois moins de surface de culture que le soja par exemple.
> Elles sont consommées depuis la nuit des temps. Et à ce qu’on sache, les Aztèques ne s’en sont jamais plaints.

les –
> En raison de son impressionnante quantité de fer, la spiruline n’est pas franchement conseillée aux personnes souffrant d’hémachromatose (excès de fer dans le sang).
> De très rares personnes sont intolérantes et peuvent être allergiques.

LE STEAK ARTIFICIEL

NEWS_BOUFFE_STEAK

PARDON ?
De la viande produite in vitro, à partir de cellules souches, ça vous dit ? Pour certains scientifiques et professionnels, cette piste pourrait nous aider à répondre à l’explosion démographique qui nous attend au coin de la rue. Plusieurs start-up américaines se sont déjà lancées dans l’aventure. En 2013, le scientifique Mark Post avait préparé le premier prototype à Londres : le « Frankenburger » (142 grammes pour 250 000 € tout de même). Créé à partir de cellules souches de vache, il avait la même texture et la même couleur qu’un burger lambda… et plutôt bon goût, parait-il.

les +
> Le nombre de bêtes tuées pour remplir notre assiette pourrait réduire considérablement.
> Vraie solution face à l’empreinte carbone de l’élevage. > Économie de 90 % d’eau par rapport à la production de viande classique.

les –
> Le premier burger synthétique a mis 6 semaines à voir le jour. Un steak bien cuit, ça se mérite !
> Ses concepteurs estiment qu’une commercialisation pourrait se faire d’ici 10 à 20 ans. En espérant donc que la fin du monde ne soit pas passée par là entre temps.
> D’après les études d’acceptabilité menées en France, en Belgique et en Australie, la majorité des consommateurs éprouve une certaine répulsion à la viande artificielle.
> Quid des agriculteurs actuels ?

Le Parc des merveilles : grand-huit poétique

Le Parc des merveilles n’a pas la classe d’un Pixar certes. Mais il reste un film d’animation correct et follement poétique. On retombe en enfance ?

PAUSE_CINE

June, une fillette gentiment allumée et hyper-créative, nourrit une passion dévorante avec sa mère pour Wonderland, un parc d’attractions dont elles ont imaginé à deux les contours. Et où les animaux agiraient comme des humains.
Un jour, la maman, gravement malade, part à l’hôpital. June, atomisée par l’annonce, abandonne rêves et maquettes… jusqu’à ce qu’elle découvre, dans une forêt, que Wonderland existe bel et bien…

C’est un film d’animation doucement poétique que présentent ici Paramount Pictures et Nickelodeon. S’il est relativement étonnant de voir à quel point il a été laminé par une partie de la critique outre-Atlantique, Le Parc des Merveilles (Wonder Park en V.O) est pourtant un divertissement ludique, fun, qui n’hésite pas à aborder certaines thématiques adultes (la maladie notamment).

Évidemment, on est loin du maître Pixar, mais cette production est pétrie de bonnes intentions et d’honnêteté. Certes, le film n’évite pas quelques maladresses (rythme parfois chaotique, allégories peu subtiles, histoire banale et convenue, ventre mou au milieu…), mais il demeure suffisamment touchant comme fable d’apprentissage.

Nourri d’un joli onirisme, abordant les tourments intérieurs d’une enfant dépassée par les événements, doté d’une belle esthétique, Le Parc des Merveilles reste toutefois très orienté vers les enfants : personnages aux yeux immenses, explosions de couleurs, magie de certaines séquences et décors sont faits pour eux mais, par chance, sans avoir à se coltiner un prêchi- prêcha infantilisant.
Quant aux adultes qui regarderont ce Parc des merveilles, rien ne leur interdit de retomber un peu en enfance… et croire un peu en la magie de l’imaginaire.

> Film d’animation (USA/Esp). Durée : 1 h 26. Avec les voix françaises de Marc Lavoine, Odah, Frédéric Longbois…
> NOTE : 3/5 

Maternité Le Blanc : un cas d’école

Indre : il y a peu, une habitante a accouché chez elle, faute de maternité dans la ville…

Capture
En septembre dernier, manifestation silencieuse. (Photo NR, Thierry Roulliaud)

« Bonjour, je voulais vous annoncer que mon petit-fils est né cette nuit, mardi 19 mars 2019, au Blanc, dans la salle à manger de ses parents, en présence uniquement de sa maman et son papa. Les pompiers et le Samu sont arrivés après sa naissance. »

Dans cette lettre, la grand-mère s’indigne de la situation vécue par sa fille. En trois mois, trois bébés sont nés au domicile de leurs parents.

La maternité du Blanc, dans l’Indre, symbolise depuis juin 2018 le sort des maternités de niveau 1 et surtout, celui de leurs patientes, contraintes de faire jusqu’à une heure et demie de route pour accoucher. Parallèlement, les sage-femmes ne peuvent pas leur proposer d’AAD, puisqu’il est soumis, par sécurité, à la présence d’une maternité à moins de 30 mn.

Le collectif C’est pas demain la veille a donc organisé des cours… d’accouchement en voiture, pour préparer les jeunes parents.
Dans d’autres départements, ce sont les pompiers qui ont suivi une formation spéciale. Pétition, soutien des élus, marche blanche, actions chocs : rien n’y a fait, la ministre de la Santé est restée sourde à tous les arguments. Elle a même annulé la réunion prévue le 13 mars avec le collectif du Blanc.

Die (Drôme), Creil (Oise), Bernay (Normandie),… le gouvernement justifie la fermeture de ces établissements par l’argument de la sécurité ; de leur côté, les collectifs de défense dénoncent un calcul financier, une maternité devenant rentable à partir de 1000 accouchements par an. Le Blanc accueillait ce week-end les Etats généraux des maternités en colère. Les 16 collectifs ont dévoilé une stèle : « À nos territoires abandonnés, aux enfants qui ne naîtront pas, à ceux et celles qui ne survivront pas, à notre système de santé condamné pour les économies de la France ».

>> Retrouvez notre dossier sur l’accouchement juste ici ! <<

Investir dans l’immobilier : le vrai/faux

Vous songez à investir dans l’immobilier mais vous entendez tout et son contraire sur le sujet ? Tmv a fait le point avec Lionel Talluault, responsable des ventes de neuf et défiscalisation chez Citya immobilier pour vous aider à démêler le vrai du faux.

Capture

Pour investir il faut être riche

FAUX, mais… L’investissement Loi Pinel est une création de capital avec possibilité d’investir sans apport. Mais il faut payer des impôts pour en profiter pleinement puisqu’il s’agit d’une défiscalisation. La possibilité d’investir dépend de la réponse de la banque, qui sera prête à accorder le prêt en fonction des capacités de remboursement. Donc si en théorie il n’y a pas besoin d’apport ou de capital important au départ, si l’on n’a pas un job stable et une possibilité de rembourser correctement (en gros, si l’on n’entre pas dans les critères de la banque), ce sera beaucoup plus difficile.

Les frais de notaire sont moins importants dans le neuf

VRAI Les frais de notaire sont de 2,5 % dans le neuf contre 8 % dans l’ancien. Mais dans le neuf il faut payer la TVA (20 %) à l’État au moment de la vente. Il est plus intéressant d’investir dans l’ancien car c’est moins cher VRAI et FAUX S’il est vrai que l’ancien est moins cher et que la rentabilité y est donc plus élevée, les impôts le seront également car la Loi Pinel ne s’applique pas. Or pas de Loi Pinel : pas de défiscalisation.

Je dois prendre mon assurance emprunteur avec la banque qui m’accorde le prêt

FAUX Cette assurance (qui couvre le crédit en cas de décès, invalidité ou chômage) est obligatoire mais on n’est plus obligé de la prendre avec la banque qui fait crédit. Le plus souvent, les deux vont de pair mais si la banque qui accorde le prêt est d’accord pour les désolidariser, on peut prendre l’assurance dans une autre banque. C’est même une bonne idée car cela permet de faire jouer la concurrence et, en principe, l’assurance individuelle est moins chère, surtout pour les jeunes (qui présentent généralement des risques de santé moins importants), car on paie la prime sur le capital restant dû.

Pour investir dans le cadre de la Loi Pinel il faut être propriétaire de sa résidence principale

FAUX Il y a d’ailleurs beaucoup de jeunes qui achètent pour plus tard et se constituer un capital, surtout lorsqu’ils ont une forte mobilité professionnelle. Ils investissent donc dans le but de louer afin de ne pas être bloqués par une résidence principale.

Il faut investir près de chez soi et si possible en centre-ville

VRAI et FAUX Tout dépend du quartier dans lequel on vit. Il est effectivement plus malin d’investir dans une ville que l’on connaît, car on est en mesure d’identifier les « bons » quartiers, ceux qui seront plus recherchés. Mais si l’on vit dans un quartier « qui craint », mieux vaut investir dans un autre, qui sera plus attractif.

La Loi Pinel ne concerne que les logements

VRAI La Loi Pinel est un dispositif qui ne fonctionne que si l’on achète du neuf, appartement ou maison, dans le but de louer. On ne peut donc en profiter si l’on décide d’acheter un garage, un commerce, une place de parking…

On ne peut pas loger ses enfants dans un investissement Loi Pinel

FAUX On peut louer à ses ascendants et descendants. Attention toutefois avec les enfants, car cela les sort du foyer fiscal et ils ne pourront bénéficier des APL (bien que la loi prévoit une obligation de louer au prix du marché).

L’investissement Pinel est un bon plan pour les expatriés

VRAI, mais… Il arrive que les expatriés (hors DOM-TOM) ne cotisent pas, donc l’investissement immobilier leur permet de se constituer un investissement, notamment pour la retraite. C’est une sécurité, une réserve. En revanche, ceux qui ne cotisent pas car ils travaillent et paient leur impôts à l’étranger ne bénéficieront pas de la défiscalisation. Attention, il y a des cas particuliers selon le pays, l’employeur…

La Loi Pinel ne s’applique pas outre-mer

FAUX La Loi Pinel prévoit des cas particuliers pour les DOM-TOM. C’est une variante avec des calculs différents, mais il est tout à fait possible d’en bénéficier si l’on investit outre-mer.

par Chloé Chateau

Chroniques culture #65

Double dose de CD aujourd’hui, avec l’album du guitar hero Roman Rouzine, et le jazz manouche de My Favourite Swing. Sans oublier les BD de la semaine et le DVD d’Overlord !

LES CD
PAUSE_ECRANS_ROUZINEROMAN ROUZINE – HUMANS
Les plus attentifs d’entre vous (ça y’est, coup de pression) se rappellent de la trombine de monsieur Roman Rouzine, déjà apparu dans notre numéro 317. Le guitariste virtuose tourangeau y contait sa science de la musique instrumentale et des délices de la six-cordes. Voilà donc enfin Humans, un second disque où le guitariste franco-ukrainien, en plus d’exceller comme à son habitude, y apparaît plus libre. De cette liberté fraîchement acquise – Roman n’est plus obligé de prouver qu’il joue à la perfection – naît ainsi un album très cinématographique dans son approche (les ambiances sur « Aura » et la lourdeur de « Pulse » l’illustrent si bien). Quant à la durée, raisonnable (43 min), elle permet à Humans de rester dans son chemin et d’éviter l’écueil du CD indigeste.
Moins véloce mais plus dans l’émotion, Roman Rouzine allège son propos et gagne en efficacité. Il offre là un formidable voyage dans son univers musical et personnel. Et prouve qu’un guitar hero sait aussi viser en plein cœur.
A.G.

MY FAVOURITE SWING – KISS MY LIVE PAUSE_ECRANS_SWING
En 2013 déjà, nous évoquions My Favourite Swing comme « un groupe tourangeau idéal pour ambiancer un apéro au calme, dans son salon ». Rien n’a changé depuis et le jazz manouche entraînant du trio est toujours aussi savoureux. Leur swing guilleret et chaud (« Have you met Miss Jones » au hasard) se retrouve cette fois version live, avec ce concert enregistré au Festival international de guitare de Vendôme. De quoi montrer, avec ces 14 titres, que My Favourite Swing sait maîtriser la guitare à la perfection (diantre, cette envolée sur « Stomping at Decca » !) et envoyer la sauce côté rythmique. Chantant et frais : parfait pour débuter le printemps.
A.G.

PAUSE_ECRANS_DVDLE DVD
OVERLORD
Un film de guerre avec des Nazis, des zombies surhumains et des soldats américains qui ont envie d’en découdre : vous craignez le pire ? Eh bien… Pas tant que ça ! Série B parfaitement assumée dans son côté crétin, Overlord a beau être maladroit, il reste un divertissement efficace et généreux. Les amoureux du genre seront servis (second degré, personnages caricaturaux, délires régressifs…), les autres passeront leur chemin (il faut subir les incohérences, le rythme pachydermique et les misérables décors). Ce mélange de Call of Duty et Inglorious Basterds voit sa sortie en DVD / Blu-ray agrémentée de suppléments plutôt abondants. Au menu, plusieurs séquences aux titres poétiques, comme « mort-vivant », « frères d’armes » ou « la mort sous terre ».
A.G.

LES BD PAUSE_ECRANS_BD
Avec Sabre (Dargaud) Éric Feres se lance dans un roman graphique sans parole d’une beauté totale. En plein Pléistocéne, un vilain tigre livre un combat féroce contre la différence et une nature hostile. Une véritable performance graphique aux couleurs époustouflantes et l’un des chefs-d’oeuvre de l’année.
Cet art graphique, on le retrouve dés les débuts de Jean Giraud / Gir / Moebius dans Le Lac des Émeraudes (Humanoides Associés), un ouvrage où sont réédités les premiers essais du père de Blueberry. À propos de nostalgie, on se replongera dans ses émois adolescents avec le T3 de la très belle intégrale Julie Wood (Dupuis), enrichie pour l’occasion d’une aventure inédite et le dessin d’un Jean Graton à son meilleur niveau.
Infinity 8 (Rue de Sèvres) vivra son dernier épisode avec ce tome 8, sous les traits de Killoffer et de Trondheim au scénario. C’est drôle, malin et on adore ce challenge SF maîtrisé. Saluons pour finir le dernier ouvrage du Tourangeau Luc Brunschwig qui, avec Laurent Hirn au dessin, déploie dans Le Pouvoir des Innocents (Futuropolis) un art du récit magistral pour ce thriller politique passionnant.
H.B.

Naissance : tour du monde des traditions

Et ailleurs, quelles sont les différentes façons d’appréhender la grossesse et l’accouchement ? Coup de projecteur sur six traditions autour du globe.

langfr-225px-Flag_of_Spain.svgESPAGNE

JOUER À SAUTE-BÉBÉ

Ils sont déguisés en démons, en costume rouge et jaune et… sautent au-dessus de bébés placés sur un matelas. Bienvenue à Castrillo de Murcia, une petite ville espagnole qui célèbre El Colacho, le saute-bébés. Cette pratique est censée « nettoyer du péché et purifier » les enfants nés dans l’année. La tradition se tient depuis 1621 déjà, à l’occasion de la Fête-Dieu, 60 jours après Pâques. À l’époque, le Pape Benoît XVI avait appelé les prêtres espagnols à ne plus y participer. Sans succès.

318VqWxWiuL._SX355_TURQUIE

SIROP, COUTEAU, CISEAUX

Dans certaines régions de la Turquie, il existe une croyance pour prédire le sexe du bébé. Quelqu’un place un couteau sous un coussin et une paire de ciseaux sous un autre. Si la femme enceinte s’assoit sur le coussin avec le couteau, elle aura un fils. Pour le coussin « aux ciseaux », ce sera une fille. La tradition veut également que les nouvelles mères consomment le Lohusa Serbeti (« le sirop de l’accouchée »). Composée de cannelle, de clous de girofle et de colorants alimentaires rouges, cette boisson est servie à la maman à l’hôpital puis à domicile. Ce breuvage est considéré comme fortifiant.

21AdMPSfywL._SX355_CHINE

ASSISE !

« S’asseoir sur un mois », ou « Zuo Yuezi », c’est une des traditions chinoises relativement fréquentes. Là-bas, il est préférable que la femme qui vient d’accoucher se repose pendant un mois, quelque soit son rang social. Pendant cette période, la plupart des Chinoises ne doivent pas se laver les cheveux, ni ouvrir les fenêtres ou brancher la climatisation, ni regarder la télévision et manger d’aliments froids. Elles agissent ainsi pour ne pas attraper froid et pouvoir se remettre sur pied. Dans l’imaginaire, si ces règles ne sont pas respectées, la femme sera plus tard sujette aux migraines et à l’arthrite.

21PUlJdNS7L._SX355_PAYS-BAS

COMME À LA MAISON

Chez nos voisins néerlandais, l’accouchement à domicile est une vraie tradition. Il concerne une femme sur six et n’est pas du tout considéré comme une méthode alternative. Aux Pays-Bas, les femmes estiment que l’atmosphère à la maison est plus calme et tranquille, comparé à l’hôpital.

16617-bali_400pxBALI

PLACENTA, MON AMOUR

La pratique était fréquente à l’époque, mais elle tend à se faire plus discrète : à Bali, le mari assistant son épouse durant l’accouchement recueillait le placenta qu’il lavait ensuite pour le placer dans une noix de coco. Aujourd’hui, le rituel est encore pratiqué par certains papas qui récupèrent le placenta à l’hôpital et l’enterrent devant chez eux, histoire de porter chance au nouveau-né.

1200px-Flag_of_Nigeria.svgNIGERIA

LE BAIN DE MAMIE

Les grands-mères sont très importantes dans la culture nigériane. Ainsi, la tradition « Omugwo » veut que le premier bain de bébé soit donné par mamie. Souvent pratiquée dans certaines régions rurales, cette cérémonie doit rappeler à la mère qu’elle n’est pas seule à éduquer l’enfant.

Horoscope WTF du 27 mars au 2 avril 2019

Chaque semaine, l’astrologue de tmv reçoit des plaintes concernant l’horoscope. Pourtant chaque semaine… les lecteurs les plus téméraires s’y pressent.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/Q8OIR3s0hT5p6″ width= »480″ height= »320″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/retrofunk-afv-Q8OIR3s0hT5p6″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : What is love ? Baby don’t hurt me, don’t hurt me… no moooooooore.
Gloire : Cette semaine, on fêtera les Gontran, Gwladys, Amédée et Benjamin. C’est vraiment pas de bol.
Beauté : (Non, on déconne. Z’avez vu votre prénom à vous ?)

TAUREAU
Amour : Rassurez-vous, votre ex n’est qu’une mammifère lissencéphale.
Gloire : Selon une sombre étude de l’astrologue, les hommes deviennent matures à partir de 66 ans…
Beauté : …Bref, le monde est bien dans le caca.

GÉMEAUX
Amour : Avantage : il/elle a envie de sexe. Inconvénient : Pas avec vous.
Gloire : Le ver solitaire peut vivre 40 ans en provoquant des troubles, il est hermaphrodite et de forme plate.
Beauté : (Un peu comme vous en fait)

CANCER
Amour : Tchou tchouuu, le p’tit train du célibat va passer.
Gloire : Le saviez-vous ? Les moufettes sont des mammifères caniformes et sont réputées pour leurs sécrétions de liquide malodorant en case de menace.
Beauté : Bref, vous êtes une moufette.

LION
Amour : mmmlppoXDooipji oijoijo pokppokprg
Gloire : Désolé, mon chat vient de s’asseoir sur mon clavier.
Beauté : Vous êtes gaulé(e) comme de la mie de pain mais personne ne se plaint.

VIERGE
Amour : Les stars connaissaient les jetés de culottes sur scène. Vous, c’est plutôt un lancer de déambulateurs lors de votre passage.
Gloire : Mangez plus avec vos collègues, ça leur donnera moins souvent l’occasion de parler dans votre dos.
Beauté : Il faut s’y faire. Vous êtes désormais une vieille coque rouillée bonne pour la ferraille.

BALANCE
Amour : La constellation de l’unijambiste prédit que vous prendrez votre pied demain soir (haha).
Gloire : Vous avez pas choisi, de vivre ici, entre la soumission, la peur ou l’abandon. #jeanjacques
Beauté : Vous avez le boule qui chamboule.

SCORPION
Amour : Scorpion rimant avec morpion, on vous conseille de laisser votre slip en grève.
Gloire : Vous chevrotez comme Julien Clerc.
Beauté : Grande gueule et le poil soyeux : pas de doute, vous êtes un ornithorynque.

SAGITTAIRE
Amour : C’est triste, mais les gens ne vous aiment que pour votre argent et vos jolies fesses.
Gloire : On vous surnomme le Revers de la médaille.
Beauté : Vos poignées d’amour vous gênent ? Rassurez-vous, vous vous réincarnerez en panier.

CAPRICORNE
Amour : Vos nuits riment avec ennui.
Gloire : La métaphore de votre vie ? Celle du pingouin qui respire par le cul et qui meurt quand il s’assoit.
Beauté : Un visage asymétrique, ça a aussi son charme…

VERSEAU
Amour : Prout.
Gloire : En Bretagne, il ne pleut que sur les cons. Faites-y un tour. Juste pour vérifier.
Beauté : Ce qui devait arriver arriva : vous voilà obligé(e) de faire un nouveau trou à votre ceinture.

POISSONS
Amour : Votre cœur s’effrite, mais les frites c’est bon.
Gloire : « Tu peux dire 50 fois à un âne d’aller à gauche, s’il a décidé d’aller à droite tu ne pourras rien y changer… »
Beauté : On n’insinue rien du tout avec cette phrase, hein… HUM.

Accouchement : « différencier les parcours des patientes »

Dossier accouchement : nous avons posé trois questions à Franck Perrotin, chef du service maternité au CHU de Tours.

3 QUESTIONS AU PROFESSEUR FRANCK PERROTIN,
CHEF DU SERVICE MATERNITÉ DU CHRU DE TOURS

L’Académie de médecine souligne que les maternités accueillant plus 3000 naissances ont plus de difficultés à respecter les choix des patientes.

A Bretonneau, ça nous tient à cœur depuis longtemps : quand on a construit le nouveau bâtiment il y a une douzaine d’années, on voulait intégrer une salle nature qui permette à la patiente d’adopter des postures différentes pour faciliter le travail. La direction n’a pas suivi, elle croyait à une fantaisie. Le domaine de l’accouchement est particulier, on n’est pas dans de la médecine brute comme de la cardiologie. On préconise une surveillance médicale parce qu’il peut survenir des événements imprévisibles mais ça reste un acte de la vie. L’idéal est de pouvoir différencier les parcours des patientes. Si nous accueillons 50 % de grossesses dites à risque, nous avons aussi des patientes « à bas risques » et nous sommes vraiment dans une désescalade de la médicalisation avec une diminution des médicaments et l’objectif de descendre à 11 % d’épisiotomies. C’est possible avec des équipes bien formées et très impliquées.

ACTU_PAP6

L’étude JUMODA menée en 2017 par le Pr Schmitz de l’Inserm conclut : « la grossesse gémellaire n’est pas en soi une indication d’accouchement par césarienne. »

Nous avons participé à cette étude et elle a complètement validé le fait qu’accoucher les jumeaux par voie basse est plus sûr, pour la maman comme pour les bébés. Il faut lutter contre cette idée imaginaire selon laquelle la césarienne est plus sûre ! L’évidence scientifique montre aujourd’hui que la césarienne a des conséquences importantes. La naissance est un bouleversement. Si on ne prépare pas le bébé par les contractions, le passage à travers le bassin, il a beaucoup plus de mal, il peut avoir des soucis respiratoires, digestifs, entraînant une hospitalisation puis une exposition aux bactéries résistantes…

Le CHU développe un projet de suivi connecté des patientes enceintes. De quoi s’agit-il ?

Le dossier progresse avec les premiers essais du cardiotocographe automatique, utilisable par la patiente à domicile qui vont être réalisées cet été en collaboration avec le Centre d’Investigation Clinique et d’Innovation Technologique du CHU (CIC-IT) Il s’agit d’une ceinture qui enregistre le rythme cardiaque du bébé et le transmettra directement à l’hôpital ou au cabinet de la sage-femme. Une start up toulousaine travaille au prototype de ceinture. Le système multi-capteurs a été imaginé par l’Inserm à Tours.

Accouchement : la voix des femmes

Longtemps vue comme une sécurité, la médicalisation systématique de l’accouchement est remise en question. Une évolution liée à la dénonciation des violences obstétricales mais aussi à des observations scientifiques.

NEWS_ACCOUCHEMENT

« Ce serait à refaire, je le referais sans hésiter. Mais je partirais plus tôt ! J’ai accouché dans la demi-heure suivant mon arrivée. » Pour son premier enfant, Aline a préféré faire 45 minutes de route pour accoucher à la maternité du Chinonnais, un établissement réputé pour accompagner les futurs parents en douceur. Un choix qui peut étonner, mais porté par l’histoire d’Aline : « On a eu un parcours compliqué pour avoir notre bébé et on voulait éviter au maximum le côté clinique de la naissance. La maternité de Chinon est petite, apaisante, en pleine forêt. On a passé cinq jours dans une bulle avec le papa, c’était merveilleux. »

La rébellion des femmes contre les violences obstétricales et gynécologiques a modifié leur rapport au corps médical. Elles s’approprient de plus en plus la naissance de leur enfant, se documentent, confirme Valérie, sage-femme à Bretonneau : « Mais elles arrivent souvent avec la crainte qu’on leur fasse du mal, elles sont très angoissées. En tant que soignant, c’est violent de recevoir des lettres de patientes qui me disent : je ne veux pas que vous me fassiez ça et ça… On peut être amené à faire une épisio (acte chirurgical consistant à inciser le périnée pour laisser passer l’enfant à l’accouchement – NDRL) et on ne le fait pas pour les blesser. J’ai choisi ce métier pour aider les patients et j’ai le sentiment d’être cataloguée comme quelqu’un de malveillant. » UNE_BEBE

Une difficulté dont les patients n’ont pas conscience, se sentant a contrario otages du personnel : « Pour l’accouchement de l’aînée en polyclinique il y a 9 ans, on avait préparé un projet de naissance, se rappelle Laurent. Ma femme voulait accoucher sans péridurale. Le gynéco s’est énervé et a dit “ les accouchements bio, ça va bien ! ” La sage-femme ne voulait pas faire d’épisio, il est passé outre son avis. Ça été très brutal, on a mis plusieurs semaines à s’en remettre. » Selon l’Académie de médecine, 5 % des parturientes souffrent de syndrome post-traumatiques, renonçant parfois même à une nouvelle grossesse. Mais l’institution rappelle que longtemps, ce fut la peur de mourir en couches qui inhibaient les femmes. Malgré les cours de préparation, Camille a trouvé que « rien ne préparait à ça. Je n’avais jamais été hospitalisée, ça me faisait très peur. Mais vouloir la fin de la médicalisation, c’est une réaction d’enfant gâtée ; j’ai perdu beaucoup de sang, au Moyen-âge, je serais morte. »

Son premier enfant est né il y a un an et demi, après 39 heures de travail, dont 18 sans péridurale. « L’anesthésie a été une délivrance incommensurable ! » Longtemps vue comme rassurante, les observations scientifiques confirment aujourd’hui les limites de la médicalisation. En 2017, la HAS (Haute Autorité de la Santé) a édicté de nouvelles recommandations, bouleversant des années de pratiques.
« Cet avis a énormément fait bouger les choses, estime Amélie Garnier, de l’Ordre des sage-femmes d’Indre-et-Loire. Nous sommes formées à l’accouchement physiologique, c’est la base de notre métier ; on sait qu’avec des positions imposées et la médication, on casse ce processus naturel. »

ACCOUCHEMENT À DOMICILE

Marie, qui a accouché à Bretonneau en 2016 et en 2018, confirme cette évolution. « La deuxième fois, j’ai pu marcher comme je le souhaitais, on m’a laissé prendre mon temps. J’étais plutôt pour un accouchement à domicile mais le papa, qui travaille à l’hôpital, ne voulait pas. »

Environ 2 200 Françaises choisissent d’accoucher chez elles chaque année. Une pratique légale mais déconsidérée. Infirmière, Pauline a choisi l’AAD (Accouchement Accompagné à domicile) pour son deuxième bébé. « Je n’en ai pas parlé au travail. Mon compagnon pensait qu’il fallait absolument aller à l’hôpital, qu’accoucher est dangereux… j’ai dû le rassurer. En tant que militante féministe, je me suis intéressée au corps de la femme. Une grossesse physiologique normale, c’est naturel. Et on n’accouche plus comme au XIXe ! Il y a l’image de la sage-femme sorcière mais Isabelle Koenig est arrivée avec un monitoring, du matériel, et elle est très claire dès le départ sur ce qui peut remettre en cause un AAD au cours de la grossesse : en cas de diabète gesta, de bébé en siège, etc., c’est impossible. »

une

« Beaucoup de soignants font extrêmement bien leur métier, explique Isabelle Koenig, sage-femme libérale. Mais à l’hôpital, on n’a pas toujours le temps, matériellement, de tenir la main à une femme pendant le travail, de rester avec elle. Alors qu’elle a souvent simplement besoin de ça, pour que l’accouchement se passe sans intervention. » Elle est la seule sage-femme en Touraine à suivre les naissances à domicile. Après 33 ans en hôpital, c’est pour répondre à la demande d’une patiente qu’elle a accompagné sa première naissance à domicile. Elles sont moins d’une centaine en France à le proposer.
« En France, contrairement à d’autres pays, les instances pensantes ne sont pas favorables à l’AAD et mettent des bâtons dans les roues à ces professionnelles, explique une sage-femme hospitalière. La pratique est pourtant très encadrée : pas de grossesse à risques, pas de jumeaux, pas de pathologies… »

« Le projet de naissance peut créer des difficultés chez les soignants qui ont l’impression qu’on veut leur apprendre leur métier, analyse Amélie Garnier. Mais nous ne devons pas oublier que nos patients ont des droits : le droit au consentement, le droit d’être informé, le droit à l’intimité. Les femmes sont prêtes à accepter une épisio si on leur explique. Et c’est plus confortable pour tout le monde que de rester dans un climat de toute-puissance. » Ce sentiment de domination, Pauline l’a vécu lors de son premier accouchement en 2010 à Blois, avec « l’impression d’être un bout de viande ». L’obstétrique, c’est d’abord de l’humain, rappelle Valérie.
« Ce qui est intéressant, ce n’est pas d’en “ finir ” avec quelque chose, mais de donner le choix, estime Laure. Cela dit, avec les fermetures des maternités qui s’accélèrent, on court à la fin de la médicalisation, qu’on le veuille ou non. On accouchera chez soi ou sur le bord de la route. »

Boy Erased : l’enfer des centres de conversion

De jeunes homosexuels « convertis » à l’hétérosexualité dans de terribles centres à thérapie : c’est le sujet glaçant de Boy Erased, film inspiré d’une histoire vraie.

PAUSE_CINE

Ce n’est pas que du cinéma… Le thème de Boy Erased est tout sauf inventé. Ces centres de « réorientation » dont il parle, où de jeunes homosexuels sont « coachés » durant une thérapie pour devenir hétérosexuels, existent vraiment.
Aux États-Unis, il en reste encore ouverts… 36 en toute légalité.

Ce sujet glaçant est adapté de l’autobiographie de Garrard Conley qui a déjà subi ces horreurs, envoyé dans un de ces centres par ses parents croyants et puritains. Boy Erased est donc une histoire vraie qui ne cesse de mettre mal à l’aise.
Certaines scènes sont parfois très dures. L’atmosphère, sombre et renforcée par une photographie terne, renforce cette impression.

De cette quête identitaire et sexuelle (le personnage principal est tiraillé entre sa vraie nature et l’amour sincère de ses parents), le cinéaste en tire le portrait d’un pan de la société américaine, jamais lacrymal, toujours tout en justesse. Il est aidé en cela par un casting extraordinaire.

Porté à bout de bras par un Lucas Hedges impeccable (déjà vu dans Manchester by the sea), Boy Erased n’en oublie pas sa galerie de personnages secondaires. Nicole Kidman et Russell Crowe sont touchants dans le rôle des parents ; Xavier Dolan, dans son caméo, est parfait ; Flea (bassiste des Red Hot Chili Peppers !) fait frissonner et Joel Edgerton – qui se met lui-même en scène en prédicateur infâme – est habité.

Cependant, Boy Erased alourdit trop son propos en raison de sa construction pataude à coup de flashback. Nécessaire par son sujet, le film aurait pourtant gagné à être plus dans l’émotion (c’est un peu trop convenu parfois). De menus défauts qui n’empêcheront toutefois pas ce drame psychologique et biographique de marquer le spectateur.

À voir. Et à méditer…

> Drame, de Joel Edgerton (USA). Durée : 1 h 55. Avec Lucas Hedges, Nicole Kidman, Russell Crowe, Joel Edgerton…
> NOTE : 3/5 

Mon Sang pour les autres : grande collecte

La dixième édition de la collecte « Mon Sang pour les Autres » revient à Tours au Péristyle de l’Hôtel de Ville.

ACTU_PAP_OUVERTURE2

On ne dira jamais assez à quel point le don du sang est important. Et à l’heure où la mobilisation baisse (lire tmv n°326 – il fallait 30 000 poches de plus pour mars), l’événement Mon Sang Pour les Autres tombe à point nommé.

Lancée par le Rotary, cette opération est la plus grande collecte de sang d’Europe, en partenariat avec l’Établissement français du sang (EFS). Ce « rendez-vous générosité du printemps », comme l’appelle l’organisation, se tiendra à Tours les 29 et 30 mars, à l’Hôtel de ville.

À cette occasion, les artistes Laurence Dréano et Rémou exposeront leurs œuvres dans le péristyle de la mairie (jusqu’au 10 avril) et parraineront l’événement. Des chefs restaurateurs de la Touraine gourmande ont également répondu présents pour remplir l’estomac des donneurs.

Pour rappel, rien qu’en Indre-et-Loire, 600 dons sont nécessaires… chaque semaine.

> Vendredi 29 mars de 13 h à 19 h et samedi 30 mars de 9 h à 12 h 30, à l’Hôtel de Ville.
> Événement sur Facebook 

[MISE A JOUR 28/03 : l’organisation a décidé de changer les horaires du samedi, en raison de la manifestation prévue à Tours]

53142089_2336325183318151_6797520485975326720_o

Consonance : au chœur du baroque

Le chanteur et chef d’orchestre de l’ensemble Consonance, François Bazola, fait revivre la musique baroque à notre époque. Une musique ancienne, loin d’être oubliée.

(Photo Rémi Angéli)
(Photo Rémi Angéli)

Consonance, « accord agréable à l’oreille ». Pour le Tourangeau François Bazola, responsable de l’ensemble baroque éponyme, ce mot évoque aussi le fait de « faire vibrer les sons ensemble. »

Et en terme d’harmonie, il sait de quoi il parle, car en plus de tenir la baguette, François Bazola est aussi un chanteur reconnu. Après des études au conservatoire de Tours et un prix d’interprétation vocale baroque à Paris, dans la classe de William Christie, il a choisi de partager son temps entre le chant et la direction de l’ensemble Consonance, qu’il a créé en 2011. « Il est composé de professionnels instrumentistes et solistes. Nous pouvons nous produire à quatre comme à 25, selon le répertoire choisi », décrit le musicien.

En parallèle, le chef d’orchestre est aussi devenu chef de chœur en 2016, en créant l’ensemble régional Omnes Voces, constitué de 45 chanteurs amateurs triés sur le volet. La marque de fabrique de l’ensemble Consonance est ainsi basée sur sa volonté de faire découvrir de nouvelles musiques à divers publics et de mélanger les genres : « connecter les professionnels aux amateurs, faire entrer cette musique dans les collèges et les lycées ou collaborer avec une compagnie de danse hip hop comme X-Press », énumère ce spécialiste de la musique baroque.

On remonte en 1750

D’ailleurs, comment la reconnaître ? « Les musiques baroques ont été inventées entre 1600 et 1750 environ, avant la musique classique, explique-t-il. Il en existe plusieurs car elles sont différentes de l’Italie à l’Allemagne et chez Bach, Purcell ou encore Rameau. Elles se caractérisent par une grande liberté, beaucoup d’inventivité et mettent les sentiments de l’homme au coeur de la création. »

Les polyphonies travaillées de Bach sont ainsi loin d’être oubliées d’après le chef d’orchestre : « beaucoup de jeunes musiciens étudient les instruments et le chant de ces musiques anciennes dans les conservatoires. Il y a un vivier de talents exceptionnel dans la région, il faut les mettre en avant ! »
Parmi les instruments d’époque qu’utilise l’ensemble Consonance, il y a les violons baroques, les violes d’amour, le luth, l’orgue, le hautbois d’amour, le traverso ou encore le basson et le contrebasson baroque…

Un univers à (re) découvrir à l’église Saint-Julien samedi 30 mars à Tours, lors de “ La Passion selon Saint-Jean de Bach ” interprétée par l’ensemble Consonance et le choeur Omnes Voces. « Même si l’on ne comprend pas l’allemand et que l’on n’est pas croyant, on ne peut qu’être touché par la profondeur de la musique et l’environnement dans lequel il sera joué. »

>> Samedi 30 mars, à 20 h, église Saint-Julien de Tours, 20 rue Nationale Tarifs : de 15 € à 25 € (gratuit – 12 ans)
>> Réservations sur le site www.ensembleconsonance.com

Les Gens Heureux : du bonheur rue Marceau

La Rue Marceau a un petit nouveau (enfin presque !). L’établissement s’appelle Les Gens Heureux. On a testé.

CaptureLes vieux Tourangeaux comme nous, qui ont connu la grande salle du fameux bistrot Le Singe vert et plus récemment, celle du O P’tit Paris, seront ravis : les nouveaux propriétaires du 5 rue Marceau ont métamorphosé l’endroit.

Fini l’espace façon salle de cantine, on s’entend enfin parler grâce à de discrets effets de séparation. La nouvelle décoration est gaie, chaleureuse, elle mélange esprit design, nature, industriel et rétro.
Dit comme ça, ça semble un peu beaucoup, vu en vrai, c’est très chouette. L’ambiance resto de quartier est bien présente dans la salle et dans l’assiette, la cuisine est de saison. Ce midi, on déguste une blanquette de veau : la présentation est réussie (pas toujours évident avec un plat en sauce), l’équilibre viande-riz est là et le veau est tendre à souhait. Ça se gâte un peu au dessert, avec un diplomate aux marrons assez décevant.

La carte change très régulièrement, une bonne nouvelle pour ceux qui cherchent un endroit sympa où se changer les idées pendant leur pause déjeuner avant de retourner au boulot. Les Gens heureux est à découvrir, d’autant que les patrons ont la bonne idée d’organiser régulièrement des des apéros et des soirées à thème.
On est heureux de voir un lieu aussi bien situé revivre enfin.

> Les gens heureux, 5 rue Marceau. Formules du midi : entrée + plat ou plat + dessert 14,90 €, Entrée + plat + dessert 18,90 €. Le soir : formules à 24 ou 29 €.
> Ouvert du mardi au samedi, de 12 h à 14 h 30 et de 18 h à 23 h. Tél. 02 47 20 98 10. Page Facebook.

Un aperçu de l'esthétique des plats (photo Facebook Les Gens heureux)
Un aperçu de l’esthétique des plats (photo Facebook Les Gens heureux)

#WTF 70 : Demi-tour après un bébé oublié à l’aéroport

Vous avez loupé l’info insolite et #WTF ces derniers jours ? Séance de rattrapage avec un bébé oublié, un dealer plutôt particulier et un jeune Chinois « explosif ».

PAUSE_WTF
« Chéri ? Je crois qu’on a oublié un bagage un peu plus important… »

— En Arabie Saoudite, une femme à bord d’un avion s’est rendu compte qu’elle avait oublié quelque chose à l’aéroport, dans la zone d’embarquement. Un bagage ? Non, son bébé tout simplement. Le pilote du vol reliant l’Arabie Saoudite à la Malaisie a dû faire demi-tour en insistant auprès de la tour de contrôle pour que la maman récupère son enfant.

— À Toulouse, les policiers ont interpellé un jeune de 16 ans qui transportait 130 grammes d’herbe, mais pas que. Ils ont ainsi découvert que ce dealer avait trouvé une idée pour fidéliser ses clients : leur offrir des tickets de grattage en plus de leur marijuana.

— Dans la série Nos amis les Bretons : en Bretagne, un homme a été arrêté alors qu’il circulait entièrement nu sur son scooter jaune, comme le rapport Ouest-France. Déjà condamné à plusieurs reprises pour des délits d’atteintes aux moeurs, il a cette fois expliqué qu’il avait des pulsions incontrôlables. Il a été condamné à deux mois ferme.

— Un jeune Chinois de 23 ans a avalé un briquet pour faire rire ses amis (oui bon, chacun a un humour différent, dirons-nous). Sauf que l’objet, avec 30 heures passées dans le corps, a failli exploser, puisqu’il se dégradait par le suc gastrique. Le liquide inflammable risquait alors de couler dans l’estomac. Le briquet a finalement été retiré. Ouf.

— Les spectateurs ont pu voir le président du Kosovo taper le mot de passe de son ordinateur, lors d’un reportage télé. Sur la séquence, on le voit taper 123456. C’est l’équipe de cybersécurité qui a dû pleurer. A. G

Eric Maravélias : au bout du noir

Dans son deuxième roman, Au nom du père, paru en février dans la Série noire, Éric Maravélias décrit la société telle qu’il la voit. Une fable pessimiste et onirique.

PAUSE_PORTRAIT_MARAVELIASSon premier roman, La Faux soyeuse, inspiré de son parcours personnel, avait provoqué en 2015 un séisme dans le milieu littéraire ; Éric Maravélias se savait attendu pour son deuxième opus.

Publié au bout de cinq ans d’écriture et de péripéties dans le monde de l’édition, Au nom du père est moins âpre mais tout aussi sombre. « Ce sera sans doute mon dernier livre », explique-t-il.

Autodidacte, lecteur compulsif, dévorant Montaigne comme Chase, Eric Maravélias lit par passion, écrit par pulsion et avoue avoir perdu la flamme. Après la musique, la poésie et la sculpture, il trouve aujourd’hui son moyen d’évasion en composant.
« En ce moment, c’est Bach, seulement Bach. Il y a toute la musique, dans Bach ! » Son roman Au nom du père est une fiction dans laquelle il décrit la société telle qu’il la perçoit : « Un monde où l’on a banni le père, Dieu, les repères, dans lequel tous les personnages sont en quête d’amour. Cristalle, la pauvre gosse, qui ne sait même pas ce que c’est, Dante, qui achète l’amour en s’offrant des filles, Akhan qui n’aime plus sa femme… Parce qu’au fond, l’amour, c’est ce qu’on cherche tous, non ? »

« Ce monde irrespirable existe déjà »

L’histoire ? Dans un Paris dantesque, écrasé par la pollution, la corruption et les trafics d’influence, Dante, un vieux mafieux, se bat contre un ami perdu et un fils nié. L’histoire finira mal, on s’en doute. Au nom du père se lit comme un conte noir, dans lequel il n’y a pas de héros mais une galerie de personnalités déglinguées, une volonté de l’auteur qui souhaitait composer des personnages secondaires forts.

« Des critiques parlent de dystopie, mais ce monde irrespirable existe déjà et ceux qui ne le voient pas n’ont jamais mis les pieds hors de leur quartier. Liberté, égalité, fraternité ? Aujourd’hui, ce ne sont que des concepts. Paris est entouré de camps géants, toutes les démarches se dématérialisent, on est tous ligotés par notre carte bleue… Le cash deviendra bientôt la chose la plus précieuse. C’est ce cash, un sac plein de billets, qui noue le destin de mes personnages. » PAUSE_POLAR

Enfant du bitume, Éric Maravélias a aujourd’hui quitté Saint-Pierre-des-Corps pour vivre à la campagne avec sa compagne. Un besoin de retrouver l’essentiel, de se protéger. Il maçonne, jardine. N’écrit plus. « Je n’ai pas envie de jouer, de faire semblant, de faire mon beau quatre fois par jour sur les réseaux sociaux. On demande aux écrivains publiés de se mettre en scène comme des produits. Mais c’est ce qu’on écrit qui devrait intéresser les gens, rien d’autre. Construire un mur, planter des légumes, c’est du concret. Ça me semble plus utile. »

>Au nom du père, Gallimard,
384 p., 21 euros.
> Bande-son pendant l’écriture de cet article : Mischa Maisky plays Bach Cello Suite No.1 in G.

Jazz : Baptiste Trotignon, pianiste unique

Attention, concert exceptionnel ! Ce vendredi 22 mars, le pianiste Baptiste Trotignon partagera la scène avec Joe Lovano. Retour sur la carrière d’un compositeur hors-pair.

NEWS_TROTIGNON
(Crédit Photo Hélène Pambrun)

AUTODIDACTE

— Baptiste Trotignon naît en 1974, en région parisienne. Enfant, il est poussé par son père à poser ses mains d’abord sur un violon. Il essaye. Mais la sauce ne prend pas. En revanche, lorsqu’il découvre le piano deux ans plus tard, c’est la révélation.
C’est dans la Drôme qu’il va se familiariser avec l’instrument, grâce à une vieille dame atteinte de la maladie de Parkinson ! À 10 ans seulement, il joue déjà du Moussorgski. Ses premières impros, en autodidacte, le pousseront naturellement vers le jazz. Baptiste Trotignon vient de tomber amoureux d’un son et d’un genre qu’il épousera toute sa vie.

PASSION JAZZ

— Grâce à un passage au Conservatoire de Nantes, Baptiste Trotignon peaufine son approche du piano. À 13 ans, il considère sérieusement la musique, mais hésite encore entre le classique et le jazz. Mais c’est ce second qui finit par occuper l’esprit de l’ado.
Le swing l’excite. Il découvre des disques, des artistes. À 16 ans, il donne son premier concert. La vingtaine tout juste passée, on le verra même dans le film Le Nouveau Monde, dans le rôle… d’un jeune pianiste ! Ce style de prédilection est partout. L’attirance terrible pour la liberté de l’improvisation fera de lui l’une des références en matière de jazz français contemporain.

MULTIRÉCOMPENSÉ

— Qui dit Trotignon, dit multiples récompenses. La carrière du musicien a été jalonnée de prix divers. En 2001, avec « Fluide », le premier disque de son trio, il récolte un Django d’or d’espoir. Puis tout s’enchaîne : Prix Django Reinhardt de l’Académie de jazz, Grand Prix du Concours international Martial Solal, Révélation française aux Victoires du jazz… Tout ça alors qu’il n’a, à l’époque, que 31 ans.

UN VIRTUOSE ?

— Le musicien est humble. Baptiste Trotignon aime la virtuosité, mais ne s’estime pas virtuose. « Je vois plus mes éternelles lacunes pianistiques que je n’arrive toujours pas résoudre », disait-il dans une interview à orchestre-ile.com Mais il reste conscient d’avoir travaillé dur quand il était jeune. Un apprentissage féroce de la technique pour rester fluide. « Le piano est consentant », aime-t-il à dire, reprenant la phrase de György Sebök.

DES RENCONTRES

— Le parcours de l’artiste est aussi un chemin de rencontres. Des concerts avec Tom Harrell ou le grand Brad Mehldau par exemple. Mais aussi des collaborations avec David El Malek, Otis Brown III, ou encore le percussionniste Minino Garay. Cette semaine, les amoureux de jazz pourront le voir aux côtés d’un autre immense musicien : Joe Lovano. Et ça, c’est à Tours que ça se passe.

>>Pratique : Baptiste Trotignon et Joe Lovano, en concert le 22 mars, à 20 h, salle Thélème. Organisé par le Petit Faucheux. Tarifs : de 11 à 23 €.

Horoscope WTF du 20 au 26 mars 2019

C’est l’heure de l’horoscope WTF de tmv ! Cette semaine, une phrase commune à tous les signes s’est cachée. Sauras-tu la retrouver Einstein ?

(Une phrase commune à tous les signes est cachée dans cet horoscope. Sauras-tu la retrouver, Einstein ? )

BÉLIER
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : En changeant 39 lettres à Bélier, on obtient « don du sperme ». Coïncidence ? Je ne crois pas.
Beauté : Gaulé(e) comme un loukoum, vous déchaînez les coeurs et les appétits.

TAUREAU
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Vous êtes aussi réactif/ve qu’un koala sous Lexomil.
Beauté : Même les Allemands portant des chaussettes avec leurs sandales ont plus de style que vous.

GÉMEAUX
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Oh, après tout… qui suis-je pour vous juger ? (à part l’astrologue qui régit votre vie et sur qui vous fantasmez chaque soir)
Beauté : Et si vous ressortiez enfin votre petit slip léopard ? Le peuple n’attend que ça.

CANCER
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Pour le savoir, rendez-vous page 32 du dernier numéro de Femme Actuelle.
Beauté : Aaaah, une binouze de Lidl, des chips et des poils aux jambes: ça, c’est votre petit plaisir.

LION
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Il faut vous y faire : vous avez le QI d’une moule.
Beauté : Mais vous ressemblez à Bobby le phoque. Alors ça passe.

VIERGE
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Vous êtes une étoile montante qui n’est jamais montée.
Beauté : Eeeh ouais, on vous avait prévenu que ça rendait sourd. Krrkrr (bande de lubriques, va)

BALANCE
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Vous envoyez du pâté en croûte cette semaine. C’est qui le meilleur signe ? C’EST VOUS !
Beauté : Où y a de la gaine, y a pas d’plaisir ! Mettez-vous au régime.

SCORPION
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Le saviez-vous ? L’astrologue de tmv est votre père caché.
Beauté : Eh ouais, on en apprend dans l’horoscope hein ? Et encore, on vous a pas dit ce qui allait arriver avec la couleur de vos tétons d’ici lundi…

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/3ornk64Apg6Ip97m5W » width= »480″ height= »427″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-funny-fail-lol-3ornk64Apg6Ip97m5W »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

SAGITTAIRE
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : La constellation du On-fout-le-dawa prédit que vous vous consolerez sous la couette d’un(e) Verseau.
Beauté : « Le côté câlin du Sagittaire peut vite disparaître dès lors qu’il se sent attaqué ». En gros, vous êtes un teckel.

CAPRICORNE
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Votre avenir rimera avec aquaponey et steak de tofu.
Beauté : Votre prochain tatouage sera situé au-dessus de votre postérieur, avec une flèche indiquant « Le Paradis, c’est ici ».

VERSEAU
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Tout allait bien sur Terre. Jusqu’à votre naissance.
Beauté : Vous suez comme une grosse otarie. Honk honk honk !

POISSONS
Amour : Casse-toi l’amour, tu pues.
Gloire : Comment faire confiance à quelqu’un comme vous qui ronfle et bave en dormant ?
Beauté : Aaaah bah des vicieux comme vous, on n’en fait plus !

Foulette : La révolution des culottes !

Camille et Maëva Collinet, deux Tourangelles de 23 et 21 ans, ont un projet : elles chinent des foulards pour en fabriquer… des culottes ! Foulette, leur marque de lingerie, se veut écoresponsable et anti-gaspi. Bref, faire du neuf avec du vieux.

PAUSE_CULOTTE
Camille et Maëva Collinet lancent Foulette : et si on créait des culottes à partir de foulards ? (Photo tmv)

Avec Foulette, vous voulez créer des culottes à partir de foulards. Apparemment, l’idée vous est venue un dimanche matin, après avoir refait le monde ! Racontez-nous…
Camille : Oui, ça s’est vraiment passé comme ça. On a toujours écouté des podcasts d’entrepreneurs. On rêvait toutes les deux de lancer une marque qui ait un impact positif.
Maëva : En plus de ça, on adore voyager, on avait envie de créer… Et j’ai déjà travaillé dans la lingerie.
C : L’idée est donc venue comme ça, un dimanche. On était très intéressées par la réutilisation, l’upcycling (c’est-à-dire le « surcyclage », une sorte de recyclage par le haut – NDLR). Et le foulard est une matière qui nous plaît.
M : Camille me disait toujours de noter les idées quand on en a…
C : Alors on en a parlé et de là est né Foulette. On chine des foulards aux motifs différents pour les transformer et en faire des culottes uniques. Cela évite la surproduction, le gaspillage et limite au maximum l’impact écologique. On fait du neuf avec du vieux.

Vous souhaitez limiter cet impact écologique car il y a un gros problème de surconsommation dans la mode selon vous ?
C : Oui. C’est la deuxième industrie la plus polluante au monde, elle a des effets néfastes. On utilise des milliers de litres d’eau pour fabriquer ne serait-ce qu’un seul tee shirt ! Sans compter tous les produits chimiques qui polluent les sols, etc.
M : Les gens sont sensibilisés à la protection de la planète, au mieux-consommer, au bio, etc. Mais beaucoup moins au problème posé par l’industrie du vêtement. On s’est donc dit qu’il serait bien de proposer une marque écoresponsable.
C : On veut tout de même que Foulette reste une marque tendance. Avec une belle image.
M : Nos foulards font des culottes uniques qui raconteront une histoire. Les foulards de belle qualité qu’on aura chinés connaîtront donc une nouvelle vie.

50964936_732955403747537_65456340973125632_nPourquoi avoir choisi de prendre des foulards pour faire vos culottes ? Le tissu est-il meilleur ?
M : Le foulard est souvent fait avec de belles matières, comme par exemple la soie. C’est doux au toucher, c’est beau visuellement, les motifs sont originaux. Pour l’instant, on a différents prototypes qu’on finalise. Quand tout sera prêt, il y aura des culottes de tailles S, M et L. Notre premier modèle a été réalisé il y a un mois, mais je le répète, c’est un prototype qu’on veut encore perfectionner. J’ai le souci du détail ! (rires)
C : Quand tout sera prêt, on vendra les culottes au prix de 50 €. Car c’est fait main et c’est du made in France. Chaque pièce sera unique et plutôt haut de gamme. D’où le tarif. On vise une clientèle soucieuse de l’environnement, qui aime les choses tendances et peuvent mettre un certain budget pour ça.

Sur votre site, vous écrivez qu’en France, aucune marque de lingerie féminine ne réutilise de tissus existants. Comment l’expliquez-vous ?
C : Il y a une marque pour hommes, Les Damoiseaux, qui pratique l’upcycling et reste un concept alternatif. Mais pour la lingerie féminine, ça n’existe pas.
M : La lingerie pour femmes a encore ce côté « raffiné ». On n’ose pas changer nos habitudes, on n’achète pas de lingerie de seconde main, on croit que ça donnera un côté ringard ou sale, ou je ne sais pas quoi… Mais nous, ça ne nous fait pas peur ! (rires) Notre produit sera joli, attrayant, confort. Le tissu est lavé et on utilise du coton bio pour le fond de culotte. Ce ne sera pas la culotte de grand-mère ! Ce sera comme neuf !

Capture
Capture d’écran du compte Instagram de Foulette.

Financièrement, comment vous vous en sortez ?
C : On va faire une campagne de financement participatif pour lancer la marque. L’idéal serait de lancer ce crowdfunding cet été, une fois que nos modèles de culottes seront parfaitement finalisés. C’est également pour voir si les gens sont intéressés par notre concept et par Foulette.
M : Le crowdfunding sera un crash-test ! Pour le reste, on a quelques dépenses. Ça nous coûte un peu d’argent pour acheter, par exemple, les élastiques, les étiquettes… Mais bon, on ne le voit pas comme un travail – on a toutes les deux un métier à côté – mais surtout comme une passion.

Aujourd’hui, où en êtes-vous dans votre projet alors ? (l’interview a été réalisée le 14 mars – NDLR)
C : Les premiers prototypes sont faits et on souhaite encore, comme on le disait, tout fignoler. L’image de la marque est installée, l’identité visuelle, forte et cohérente, également. On essaye de réunir une communauté, notamment sur les réseaux sociaux. On a eu pas mal de retours positifs !

Il y a un peu d’appréhension à se lancer dans l’aventure, quand même ?
M : Oui, il y a forcément un peu de pression. On ne veut pas que ça tombe à l’eau. On croit vraiment à notre idée. Et qui sait, si ça fonctionne bien, pourquoi pas faire aussi des soutiens-gorge fabriqués à partir de foulards ?

> Avancement du projet à suivre sur :
foulette.fr
instagram.com/foulettefrance
facebook.com/foulettefrance

L’école de musique de Saint-Avertin et le Tours soundpainting orchestra réunis

Les musiciens de l’école municipale de musique de Saint-Avertin préparent un projet hors norme : improviser un concert avec le Tours soundpainting orchestra. Une création d’un soir à découvrir le 30 mars.

Reportage_TSO4
Les musiciens jouent aussi avec leur corps

Une trentaine de personnes déambulent sur la scène du Nouvel Atrium à Saint-Avertin. Elles marchent lentement, occupent tout l’espace, accélèrent le pas, ralentissent, s’observent, se disent bonjour du regard… Tout à coup, une personne s’arrête. Tout le groupe l’imite. Puis elles avancent à nouveau, s’arrêtent, ferment les yeux, pointent le doigt vers un projecteur ou un siège, et repartent…

Le groupe suit les consignes de leur guide Angélique Cormier : « Je vais là où je regarde et je regarde là où je vais », indique-t-elle. Pourquoi cette curieuse déambulation ? « Pour se familiariser avec la scène et se rencontrer. »
On dirait un cours de théâtre, mais en réalité, c’est la première répétition des élèves de l’école municipale de musique de Saint-Avertin sur scène, en prévision de leur prochain spectacle : un concert improvisé avec le Tours soundpainting orchestra, ensemble dirigé par Angélique Cormier. Un sacré challenge pour les musiciens des classes de cordes et de flûtes traversières, de l’atelier de musiques actuelles et de l’orchestre à cordes.

Avec le soundpainting, les élèves apprennent à utiliser toutes les possibilités de leur instrument.
Avec le soundpainting, les élèves apprennent à utiliser toutes les possibilités de leur instrument.

Chaque année, l’école mène un projet original pour « favoriser la rencontre avec des professionnels, apporter de l’éclectisme aux élèves et les placer dans des situations artistiques variées », précise la directrice Céline Halbout. Théâtre, bal Renaissance… et cette année : soundpainting. L’ idée vient de l’équipe pédagogique, certains enseignants comme Erick Pigeard (percussions) connaissant déjà cette pratique.

Inventé par le new-yorkais Walter Thompson dans les années 70, c’est un langage des signes universel qui permet de composer en temps réel des pièces de musique, danse, théâtre… grâce à un dialogue entre le soundpainter – sorte de chef d’orchestre qui fait les signes – et les artistes improvisateurs. Dans le rôle du soundpainter : Angélique Cormier, la fondatrice du Tours soundpainting orchestra (TSO), qui a découvert ce langage en 2005 en Touraine.

Angélique Cormier dirige l’ensemble à l’aide de signes, le langage universel du soundpainting.
Angélique Cormier dirige l’ensemble à l’aide de signes, le langage
universel du soundpainting.

« Ce fut une révélation, un coup de foudre », se souvient-elle. La jeune femme traversa l’Atlantique pour se former auprès du maître new-yorkais puis créa le TSO fin 2005. L’ensemble professionnel monte des spectacles, en région Centre-Val de Loire comme à l’international, et des projets pédagogiques.

À l’école de Saint-Avertin, l’expérience a démarré dès la rentrée, en septembre dernier. Les élèves ont travaillé et appris par coeur des extraits musicaux sélectionnés par leurs enseignants, devenus un matériau d’improvisation identifié par un signe de leur invention. Lors des précédentes répétitions, ils ont appris plusieurs dizaines de signes de soundpainting. « Les signes parlent d’eux-mêmes, ils sont assez logiques », apprécie le flûtiste Grégoire, 15 ans.

PARTIR D’UNE PAGE BLANCHE

Ce samedi-là, après leur déambulation, les élèves retrouvent chaises et instruments pour la suite de la répétition. Pas question, en revanche, de se cacher derrière un pupitre : ici, point de partition. « Lâcher le support écrit n’est pas facile pour eux, mais ensuite ils se sentent plus libres », remarque la professeure de violoncelle Lucile Louis. Les musiciens jouent avec leur instrument, leur voix, leur corps…

Travailler sur le corps permet de se sentir moins nu sans pupitre.
Travailler sur le corps permet de se sentir moins nu sans
pupitre.

Seule limite à leur créativité : l’imagination… Et peut-être la peur d’improviser ? « Wrong is strong est la première chose qu’Angélique nous a dite, rapporte la violoncelliste Sophie. Il n’y a pas d’erreur. La fausse-note fait partie du spectacle. » Le mot d’ordre d’Angélique Cormier : se déconditionner. « Le soir du spectacle, je partirai d’une page blanche. » Mais alors, comment se préparer ?
Reportage_TSO5« Lors du concert, les élèves devront être présents et acteurs de A à Z. La présence, essentielle, donne vie à la musique. » Rien de tel, donc, que des jeux d’écoute : reproduire une phrase improvisée par un soliste, y ajouter une variante ou une réponse. L’entraînement porte ses fruits : « Bravo, vous captez bien les notes. Promenez vos oreilles, tendez des fils d’écoute entre vous », les encourage la fondatrice du TSO.

Après un travail sur les signes, histoire de réviser leur langage, le groupe improvise des pièces de quelques minutes sous la houlette du soundpainter. L’occasion pour les musiciens de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Que pensent-ils de l’expérience ? « C’est bizarre mais génial », résume Grégoire. « Au début, tu flippes, tu te dis “ c’est quoi ça ? ”, puis “ ouah, il se passe un truc ! ” », ajoute la violoniste Noémie.
Ce truc, la clarinettiste Christine l’appelle « la tension créatrice » : « Elle naît de notre hyper-concentration et crée une liberté. C’est unique, incroyable ! » Démonstration sur scène le 30 mars.

Photos et reportage : Nathalie Picard

> Concert le samedi 30 mars à 20 h 30 au Nouvel Atrium.
> Entrée 6€ – gratuit pour les moins de 12 ans et les élèves de l’école municipale de musique de Saint-Avertin. Billetterie en mairie.

Leaving Neverland : que penser du documentaire sur Michael Jackson ?

Le docu choc et pas chic Leaving Neverland a fait un carton aux Etats-Unis. Cette semaine, il est diffusé sur M6. Nous l’avons vu : voici notre verdict.

PAUSE_CINE

« Il m’a aidé avec ma carrière, il a aidé ma créativité à se développer. Mais il a aussi abusé de moi sexuellement. J’avais 7 ans. »

Cela fait à peine 1 min 48 que Leaving Neverland a commencé que la phrase, tranchante comme une guillotine, tombe. Le docu-choc sur Michael Jackson, controversé et dézingué par les fans, a fait causer. Le film, qui a fait un carton à la télé américaine, donne la parole à Wade Robson (36 ans) et James Samechuck (40 ans).
Face caméra, ils décrivent la relation qui les a liés à Michael Jackson lorsqu’ils étaient enfants et l’accusent d’agressions sexuelles et de viols.

Greffées à d’intéressants témoignages, des images d’archives aèrent un ensemble indigeste de base (4 h au compteur, séparées en deux parties). Provenant des familles de Robson et Samechuck, ces vidéos privées et photos donnent à voir l’envers du décor.

Dans un déluge d’infos, parfois sordides (sexe anal et compagnie), Michael Jackson y apparaît alors comme un dieu manipulateur, calculateur, l’anti-thèse du bienveillant Peter Pan. Les témoignages sont troublants et mettent en lumière l’affection glauque entre la star et les enfants…
Mais aussi l’aveuglement de leurs mères profitant de la générosité du chanteur, tout le monde vivant à ses frais sans pour autant s’inquiéter de voir des enfants dormir dans son lit.

Mais Leaving Neverland pose problème : Comment est-il possible de ne pas faire intervenir de témoignages contradictoires ? Pourquoi donner la parole uniquement à Safechuck et Robson et à ceux qui les croient ? Pourquoi pas aux avocats ou à la police ? Et quid des experts ou psychiatres ?

En prenant ce parti-pris, Dan Reed prête le flanc aux critiques, montrant Leaving Neverland comme un documentaire à charge, au doux parfum de scandale. Dans tous les cas, il ne laissera personne indifférent.

> Durée : 4 h. Diffusion le 21 mars sur M6, 21 h, en 2 parties.
> NOTE : 2,5/5

#WTF 69 : Pain au chocolat / chocolatine : et le gagnant est…

Que s’est-il passé d’insolite et #WTF en France et dans le monde ? Bref résumé, entre pain au chocolat, dent dans le nez et dopage.

PAUSE_WTF

> Fallait-il un sondage pour, enfin, décider qui de « pain au chocolat » ou « chocolatine » gagne le combat ? « OUIIII », crie la foule en délire. Un sondage a donc été réalisé par l’Ifop.
Résultat ? 84 % des Français préfèrent dire « pain au chocolat ». L’enquête trahit, forcément, un fort clivage entre le Sud-Ouest et le reste du territoire. Reste à voir si cela peut clore le débat… (« NOOOON », crie la foule (du Sud Ouest) en délire.)

> Un Danois de 59 ans, qui pensait être enrhumé depuis deux ans, a finalement décidé de faire un petit tour chez le médecin. Il ne s’agissait pas d’un rhume chronique. Mais d’une dent de treize millimètres sur six qui avait poussé dans le nez de ce pauvre monsieur qui, en plus, avait perdu l’odorat.
Recouverte de mucus nasal (de rien pour les détails), logée dans la cavité nasale, elle a pu être extraite. Et les symptômes se sont arrêtés immédiatement. Ce phénomène reste toutefois très rare.

> Lors d’une réunion à la Maison Blanche, le plus sérieusement du monde, Donald Trump a appelé Tim Cook, big boss d’Apple, … « Tim Apple ». À l’époque, il avait également appelé le patron d’Amazon, Jeff Bezos, « Jeff Bozo ». Soit Jeff le crétin. Sacré Donald.

> Geir Helgemo, numéro 1 mondial de… bridge, a été contrôlé positif à la testostérone lors d’un contrôle antidopage. Il a été suspendu un an par la Fédération.

A Tours, Balzac fait son casting !

C’est un casting pas comme les autres. L’idée, c’est de devenir l’incarnation contemporaine d’un des personnages de la Comédie humaine de Balzac. Et, accessoirement, d’avoir une statue de soi, de façon définitive, dans le jardin de la préfecture.

COMMENT ÇA MARCHE

Si vous vous sentez des affinités avec un des personnages décrits ici, envoyez avant le 17 mars minuit, un mail pour vous présenter, accompagné d’une photo en pied à l’adresse suivante : milhebalzac@gmail.com L’artiste Nicolas Milhé choisira trois personnes par profil (soit quinze en tout).

Le casting final de sélection des cinq personnages aura lieu le 23 mars à la mairie de Tours. Ensuite, l’artiste réalisera un scan de chaque personnage en habits contemporains pour fabriquer les sculptures en bronze.

NEWS_DESSIN

LE PÈRE GORIOT
— C’est un homme riche mais, pour lui, la vraie richesse, ce sont ses deux filles Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen. Capricieuses et égocentrées, elles ne lui rendent pas l’amour et encore moins l’attention qu’il leur porte. Il leur donne tant qu’il finit ruiné, dépensant même ses derniers sous pour offrir une robe à Anastasie. Ce sont Bianchon et Rastignac, les deux étudiants, qui paieront ses obsèques.
Caractère : Paternel, bon et généreux.
Profil : homme âgé de taille moyenne. Carrure imposante et léger embonpoint.

EUGÈNE DE RASTIGNAC
— Ce personnage est sans doute l’un de ceux que l’on croise le plus souvent dans la Comédie humaine. Il est originaire d’Angoulême et il « monte » à Paris pour y poursuivre des études de droit. Mais son but est bien de s’élever dans l’échelle sociale. Et, pour cela, tout est permis : séduire des femmes pour s’assurer la protection de leur mari, louvoyer parmi les puissants, trahir… Mais la plume de Balzac nous le prouvera : le pouvoir et les honneurs, ça ne remplit pas l’âme d’un homme. Ah mais non…
Caractère : Ambitieux et arriviste
Profil : Visage assez fin, silhouette dynamique, élancée, allure soignée.

Attention, Balzac is watching you !
Attention, Balzac is watching you !

MADEMOISELLE SOPHIE GAMARD
— Dans le Curé de Tours, Mademoiselle Sophie Gamard, propriétaire, incarne le prototype de la vieille fille. C’est-àdire, la femme de 40 ans, qui n’a encore ni mari ni enfants. Le personnage illustre une loi énoncée par Balzac : « Les vieilles filles deviennent âpres et chagrines, parce qu’un être qui a manqué sa vocation est malheureux. »
Caractère : Femme acariâtre, sèche.
Profil : assez mince, longiligne.

HENRIETTE DE MORTSAUF
— « Une femme vertueuse par goût », c’est ainsi que Balzac définissait l’héroïne du Lys dans la vallée. Vertueuse, mais aussi mal mariée à 17 ans au comte de Mortsauf, un personnage bien peu sympathique, Henriette ne vit que par et pour ses deux enfants. Quand la tentation de l’adultère se fait jour (ce qui était à prévoir, vu le pédigrée de l’époux), en la personne du jeune Félix, c’est par la religion qu’elle parvient à conserver sa vertu. Amoureuse de son galant, elle ne lui cédera pas mais l’aidera dans sa carrière. Félix se consolera dans les bras de Lady Dudley et Henriette en mourra de chagrin. Voilà, voilà…
Caractère : Douceur, élégance, grâce.
Profil : Allure souple, juvénile, taille moyenne à grande.

L’ABBÉ BIROTTEAU
— C’est le vicaire de la Cathédrale Saint-Gatien, à Tours. En 1817, il devient directeur de conscience de Madame de Mortsauf et, quelques années plus tard, il s’installe dans un appartement dans l’immeuble de Mademoiselle Gamard. Il est bon, jusqu’à la bêtise, instruit mais de peu d’esprit.
Caractère : naïf, résigné, innocent.
Profil : Petite taille, rondeurs, corpulence.

Les Frangins : le bon plan du midi

Situé à deux pas de la gare, le restaurant Les Frangins propose une jolie cuisine, visuelle, avec des couleurs dans l’assiette.

PAUSE_RESTO

Lectrice, lecteur, il se pourrait qu’on vous ait dégotté un vrai bon plan pour votre cantine du midi. Les Frangins, c’est le petit nouveau du quartier gare : située rue Charles-Gille, l’enseigne devrait faire « tilt » aux habitués de la place Châteauneuf !
Car aux manettes, on retrouve de nouveau la famille Ettori qui, après Le Tournesol, l’A Torra et Chez Tonton, change un peu d’air.

Leur nouveau bébé garde l’ambiance bon enfant et relax, et propose une cuisine maison dans un bistrot tradi’ cosy, lumineux (l’emplacement dans un angle de rue et les grandes vitres aident), dans les tons verts.
Ici, c’est la règle de 3 : à la carte, c’est trois entrées, trois plats, trois desserts. Pas plus, c’est de la cuisine maison on vous a dit !

Ce midi-là, le poulet au curry nous faisait de l’œil, mais la drague a bien plus fonctionné avec l’émincé de bœuf. En bouche, c’est tout en saveurs. La viande, tendre et en fines lamelles, repose sur un écrasé de pommes de terre tout doux.
Par-dessus, le chef a disposé ses poivrons bien mijotés qui rajoutent de la couleur et de l’éclat au plat. Une poêlée de courgettes accompagne l’ensemble et il y a ce qu’il faut de sauce onctueuse pour pouvoir « saucer » avec son pain (oui, oui, on fait ça, on assume !).

Ce qu’on a apprécié, c’est cette assiette travaillée et visuelle. Chez Les Frangins, il y a le côté bistrot avec une cuisine simple et sans prétention (ce n’est pas une injure, on se rassure) et, en parallèle, le côté gastronomique avec un aspect esthétique étudié. En fait, tout ce qui faisait déjà le sel de Chez Tonton. Comme quoi, l’art du repas, c’est de famille.

> 33 rue Charles-Gille, à Tours. Contact : 02 47 47 06 50 ou facebook.com/LesFranginsTours
> Tarifs : plat/café à 13,50 € ; entrée/plat ou plat/dessert à 14,90 €. Ouvert le midi du lundi au vendredi.

Les journalistes ? Tous pourris !

Oui, on sait : les journalistes, tous pareils, tous pourris, tous corrompus, à la botte du système, menteurs, partisans et peu crédibles. À l’occasion des Assises du journalisme cette semaine, Tmv a repris certaines critiques adressées aux médias pour tenter d’y répondre le plus honnêtement possible. Niche fiscale, traitement de l’info, salaires, on vous dit tout.

journalisme2

Pourquoi les journalistes ne payent pas d’impôts avec leur niche fiscale ?

Ce n’est pas tout à fait ça. En revanche, les journalistes qui peuvent prouver que la majorité de leurs revenus provient du journalisme bénéficient d’un abattement forfaitaire de 7 650 €, carte de presse ou non. En gros, si le revenu imposable communiqué par l’employeur est 37 650 €, on ne mentionne que 30 000 € sur sa déclaration.

Cet abattement fiscal était justifié lors de sa mise en place en 1934, puisqu’il était censé financer les frais professionnels importants de cette profession. Mais la situation a changé et l’argument des frais est difficile à concevoir désormais. Dur dur, donc, de justifier cette « niche fiscale » aujourd’hui. De nos jours, cet avantage fiscal coûte entre 40 et 70 millions d’euros par an aux caisses de l’État.

Fin 2018, les députés ont décidé de le plafonner : cet abattement a été interdit pour les journalistes qui touchent plus de 6 000 € nets par mois (autant dire les privilégiés et ceux-dont-on-ne-doit-prononcer-le-nom comme dans Harry Potter).

journalisme.Il y a un vrai manque de diversité dans les rédactions !

Malheureusement, c’est vrai. Dans la plupart des médias, la diversité sociale et ethnique est faible. Les rédactions sont un univers très « blanc ». La seule étude statistique sur la diversité ethnique et sociale des journalistes remonte à 2009. Et ce fut un échec : seules 40 entreprises sur 117 ont répondu.
Ce manque de diversité avait été pointé du doigt par la journaliste et écrivaine Rokhaya Diallo. Elle soulignait aussi la proportion trop importante de journalistes « issus de classes moyennes et supérieures ». Les étudiant(e)s en journalisme issus de classes sociales modestes sont moins nombreux. On peut donc effectivement dire que les médias ne sont pas vraiment le reflet de la société française.

De toute façon, nous sommes informés par des milliardaires, puisque les médias sont détenus par les riches patrons…

C’est un fait : excepté quelques rares indépendants (le Canard enchaîné), les médias, dans leur immense majorité, appartiennent à des actionnaires privés (grands groupes, milliardaires, industriels…) ou à l’État (pour France Télévisions, Radio France, etc.). Comme le disait Le Monde, « si certains [industriels] assurent investir dans les médias par pur désintéressement, la plupart le font pour gagner de l’influence. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils contrôlent le contenu publié ».
Guillaume Erner, dans Charlie Hebdo, écrivait : « Quant aux oligarques qui la renflouent, ils soutiennent la presse comme la corde soutient le pendu. Parce qu’une entreprise lambda peut redevenir rentable ; un titre de presse est condamné, pour sa part, à se maintenir à flot tant bien que mal. Voilà pourquoi le sort de nombreux confrères dépend désormais du bon plaisir de Drahi, Bolloré et consorts. »

Les journalistes sont heureusement souvent protégés par une charte d’indépendance. Mais cela n’évite pas les dérapages. On se souvient de l’intervention de Vincent Bolloré, du groupe Canal, qui avait empêché un documentaire d’investigation sur le Crédit mutuel en 2015. L’autre risque important est celui que les journalistes s’auto- censurent sur certains sujets sensibles, dans un contexte où la presse est économiquement fragile.

Pour précision, quant à nous, tmv appartient au groupe La Nouvelle République du Centre Ouest.

Berk, les journalistes sont tous de gauche…

En 2012, une consultation émanant de l’Institut Harris est demandée par la revue Médias, alors dirigée par Robert Ménard (désormais maire de Béziers). Résultat : 74 % des journalistes voteraient à gauche. Sauf que… seuls 105 journalistes professionnels ont répondu (et qui plus est sur Twitter). Depuis, quasiment pas de statistiques pour cette question aussi ancienne que la profession.
Certains vous diront que tous les journalistes sont de gauche ; les autres penseront qu’ils sont tous vendus au grand capital. Le journaliste est de droite pour les gens de gauche ; il est de gauche pour les gens de droite.

journalisme 32

Je parie que vous gagnez 10 000 € par mois.

On aimerait bien ! Mais… non. La réalité est moins reluisante. Beaucoup ont tendance à croire cela, puisque les présentateurs-stars de JT, eux il est vrai, ont des salaires très élevés. Aujourd’hui, Jean-Pierre Pernaut encaisserait environ 50 000 € par mois (d’après Le Dauphiné).
Le service public paye moins : 15 000 € par mois pour Laurent Delahousse. Dans les années 2000, Patrick Poivre d’Arvor touchait 71 000 € par mois.

Mais en vrai, le revenu médian brut mensuel d’un journaliste en 2016 était de 3 549 € (sur du net, cela fait environ 2 760 €) s’il était en CDI. En CDD, cela tombe à 1 896 €. Mais il y a également près de 20 % de journalistes pigistes. Et qui dit pige, dit salaire au lance-pierre, au compte-gouttes et irrégulier puisque votre paie dépend de la régularité des commandes.

Avec cela, il faut également faire la différence entre salaires à la télé, en radio ou encore en presse écrite (et encore différencier presse quotidienne nationale – 2 162 € brut en sortie d’école – et presse quotidienne régionale – 1 832 € – etc.) Journalistes sur le terrain, directeurs de rédaction, présentateurs, JRI (journaliste reporter d’images), salariés parisiens et en province… Tous sont payés différemment.

Le journalisme est un métier de plus en plus précaire, certains étant même obligés d’avoir d’autres activités à côté pour pouvoir vivre. En 2013, une étude auprès de 3 400 journalistes et présentée aux Assises du journalisme a par ailleurs montré que 12 % gagnaient moins que le Smic.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/LCdPNT81vlv3y » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/LCdPNT81vlv3y »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

Les médias sont gavés de subventions !

Oui, l’État soutient les journaux par des aides à la presse (les gratuits en sont exclus). Des subventions instaurées en 1796 qui devaient, à la base, garantir un pluralisme médiatique. Aujourd’hui, elles font surtout (sur)vivre une presse écrite moribonde. Les journaux Aujourd’hui en France et Libération sont les deux titres qui ont le plus été aidés en 2017.

Les chiffres, en centaines de millions d’euros, paraissent effectivement énormes et renforcent ce sentiment de manipulation des médias par les gouvernements. D’autant que les journaux semblent plutôt discrets au sujet de ces aides.
En mai 2018, dans un article intitulé « Comment aider vraiment la presse ? », les Échos écrivaient : « Plutôt que de distribuer de coûteuses aides aux journaux, l’État ferait mieux d’autoriser les lecteurs à déduire leurs abonnements aux médias de leurs revenus imposables. » Pas faux.

→RETROUVEZ LA  SUITE DE NOTRE DOSSIER ET D’AUTRES RÉPONSES AUX CRITIQUES ET REPROCHES DANS LE NUMÉRO 326 DE TMV. A TÉLÉCHARGER JUSTE ICI !

Horoscope WTF du 13 au 19 mars 2019

Chaque mercredi, on retrouve sa petite dose d’astrologie avec l’horoscope de tmv. Garanti 100 % vérité !

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/13Se61e5mhBwNW » width= »480″ height= »248″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/cat-reaction-13Se61e5mhBwNW »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Le mouvement des Gilets jaunes demande une revalorisation de votre vie sexuelle.
Gloire : Vous n’avez pas le compas dans l’oeil. Mais tant mieux car ça fait mal.
Beauté : Vous tournez en rond. Normal, vous êtes une boule.

TAUREAU
Amour : Courage, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.
Gloire : (en plus, ça fait des économies niveau cadeau)
Beauté : Vous voyez, l’astrologue a toujours le p’tit mot qui réconforte. Bisou mes gnous !

GÉMEAUX
Amour : Qui que vous soyez, vous tomberez follement amoureux/se de moi.
Gloire : N’oubliez jamais ce bon conseil : tout le monde s’en fiche de votre opinion.
Beauté : Vous êtes fluffy comme un corgi.

CANCER
Amour : Vous finirez seul(e) mais comme vous étiez fortiche en travaux manuels à l’école… [clin d’oeil lubrique]
Gloire : Fut un temps, vous étiez un petit spermatozoïde perdu et errant…
Beauté : … Désormais, vous êtes le plus mignon des spermatozoïdes.

LION
Amour : Jésus transformait l’eau en vin. Vous transformez les relations amoureuses en problèmes. C’est fou.
Gloire : Au boulot, bande de larves !
Beauté : La luisance de votre crâne est somptueuse.

VIERGE
Amour : La vie pourrait être pire. Vous pourriez être bloqué(e) avec Arielle Dombasle dans un ascenseur en panne.
Gloire : Vous êtes aussi stressant(e) qu’un vigile chez Sephora.
Beauté : La moumoute vous guette.

BALANCE
Amour : Vous êtes comme un chocolat Mon Chéri : toujours là à Noël, mais personne ne vous désire vraiment.
Gloire : Roh, ça va. L’astrologue est Balance aussi et il se vexe pas pour ça.
Beauté : Bah du coup, rien. J’arrête.

SCORPION
Amour : Aucune idée. Et je m’en tamponne le tralala.
Gloire : « Sur le pooort d’Amsterdam, y a des marins qui chantent… » Et accessoirement, y a vous, complètement bourré(e).
Beauté : Vous ressemblez à une pomme de terre. Mais une pomme de terre mignonne.

SAGITTAIRE
Amour : N’en avez-vous donc pas marre d’être aussi lubrique ?
Gloire : Désolé, mais vos parents ne sont pas vos parents. Les vrais se trouvent au Brésil.
Beauté : Et le Brésil tombe bien, vous qui portez si bien le string.

CAPRICORNE
Amour : Avec vous, c’est « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ».
Gloire : Votre carrière d’acteur/actrice X semblait pourtant bien partie…
Beauté : Force est de constater qu’avec pareille beauté, il faudrait ériger une statue en votre honneur.

VERSEAU
Amour : La seule qui ne vous quitte pas, c’est l’odeur de patate rôtie sur vos fringues.
Gloire : Par chance, le Verseau a été élu meilleur signe de l’Univers cette semaine.
Beauté : Réincarnez-vous en moule. C’est cool une moule. Peinard, au soleil, sur un rocher.

POISSONS
Amour : Il vous reste toujours le Nord Pas de Calais…
Gloire : Mettez-vous au krav maga, moyen d’autodéfense parfait lorsque vous ferez vos courses avec ces boulets qui n’avancent pas avec leur caddie.
Beauté : Même une coupe-mulet serait toujours mieux que ce que vous avez.

Les Îlots électroniques : 5 ans de souvenirs

Cinq ans et toutes ses dents ! Les Îlots électroniques fêtent leur anniversaire les 14, 15 et 16 mars. Les co-fondateurs Enzo et Thomas, accompagnés de la big boss des bénévoles Maëlle, sont passés sur le gril de nos questions. Discussion croisée

NEWS_ILOTS_ITW
(Photo Maxime Hillairaud)

Commençons par le commencement ! Comment est née cette idée de faire les Îlots électroniques, un rendez-vous dominical, gratuit, bénévole, alliant concerts et moment festif ?
Thomas : La réflexion a commencé en 2013. On a mis un an à lancer le projet. On n’a pas franchement inventé le concept de rendez-vous électro en extérieur, car ce format existait déjà notamment à Montréal avec le Piknic Electronik.
Enzo : En juin, j’étais à Nantes et un dimanche, il y a eu le « Goûtez électronique ». Un rendez-vous gratuit, comme Les Siestes électroniques à Toulouse. J’ai trouvé ça top, ce côté « on se réunit entre potes le dimanche pour de la musique ». J’ai tout de suite envoyé un texto à Thomas qui organisait des concerts à Blois.
T : Je cherchais une occupation… (rires)
E : Il pouvait le faire et moi, je bossais aussi pour Radio Béton. Boulimique que je suis, je voulais trouver une activité associative. En en parlant avec Thomas à la guinguette, on a imaginé un truc à faire sur l’Île Simon fait pour flâner et danser. C’était prévu comme une récréation. On a tapé dans nos réseaux et fait appel au musicien Arno N’ Joy qui était dans tout ça…
Maëlle : En 2013, c’était du Justice et compagnie. Ce genre de musique revenait.
T : C’était clairement le bon moment.
E : On a demandé à Arno s’il voulait rejoindre le projet. Il avait une bonne connaissance des DJ. Puis on a tout monté à trois. Du temps a passé, car l’Île Simon – d’ailleurs le nom des Îlots électroniques vient de là – était difficile à obtenir. On s’est cassé les dents, puisque c’est un site protégé. Mais un soir, j’étais au Projet 244, un lieu de création dont je suis tombé amoureux. J’ai téléphoné à Thomas pour le réveiller et qu’il vienne le voir. On a donc organisé notre première édition là-bas. Il y a eu 600 personnes le 30 mars 2014 !

En fait à Tours, il y avait clairement une demande au niveau de la musique électro, non ?
T : Carrément. Et les Tourangeaux ont répondu présent, car c’était un événement gratuit et un format appréciable.
E : Ce n’était pas que de la musique, il y avait aussi du 100 % local, ne serait-ce qu’au niveau des bières, un foodtruck du coin, des jeux vidéo… On a fait deux éditions au Projet 244 puis le lieu a fermé. On a rencontré José Manuel Cano Lopez (sa compagnie est installée au château du Plessis – NDLR). José, c’est un punk ! Il a adoré le concept des Îlots. On a donc organisé une édition au château, un 22 juin. On a fait 1 500 personnes !
T : On s’est toujours fait avoir sur l’affluence en fait ! (rires) Du coup, on a vite été en rupture de stock pour les bières. Mais les retours du public étaient géniaux.

Les Îlots ont donc 5 ans. Que voyez-vous en regardant dans le rétro ?
E : On est fiers du parcours de l’asso ! On a eu de la chance niveau météo, à part en 2017.
T : Et puis faire nos 1 an à l’Heure tranquille, quoi… C’était taré ! (rires)
M : À chaque édition, il y avait de plus en plus de monde. Je me suis dit : “Mais ça ne s’arrêtera jamais ou quoi ? On a créé un monstre !’’ (rires)
E : On trouve encore du plaisir à faire les Îlots, c’est super.
T : Même s’il y a eu des années pas simples bien sûr… La saison 2017 a été très difficile…

NEWS_ILOTS_SOLEIL
(Photo Arya)
NEWS_ILOTS_PROJET244
(Photo Objectif pixel)

Parfait, ça m’offre donc une transition à ma question suivante ! Il y a quelque temps, vous étiez en difficulté financière. Votre campagne de financement participatif, pour vous aider, a été un succès. Près de 7 000 € en 72 h ! Surprenant ?
E : Ça a reboosté l’équipe ! On n’était pas bien. On s’est pris une tôle financière, car on avait fait des erreurs. Mais ce crowdfunding nous a motivés ! Pour cette cagnotte, il y a quand même des jeunes de notre public qui n’ont pas un kopeck mais qui ont lâché 50 balles pour qu’on continue. Les 7 000 € n’ont pas épongé la dette, mais ça nous a fait survivre. On a augmenté le prix au bar. On ne faisait pas assez de marge là-dessus, alors que c’est ce qui nous aide, puisque les Îlots sont gratuits.
M : On a eu la chance d’avoir des partenaires qui nous ont fait confiance, notamment notre fournisseur de bière.
E : En octobre, on a tout posé à plat et on a payé nos créanciers. 2019 s’annonce sereine.

Sachant que les Îlots sont gratuits, les recettes de la buvette vous aident. Mais y a-t-il des partenaires financiers ?
T : On a un peu de mécénat venant de notre alcoolier. Depuis l’an dernier, il y a aussi une petite subvention de la SACEM. Une fois par an, la mairie de Tours nous fait le matériel gratuit. Ce qui représente 800 €. Mais le bar, c’est ce qui fait quasiment tout. Les Îlots sont auto-financés à 98 %.

Y a-t-il un « public Îlots » ?
E : Oui. Le noyau dur de nos concerts en extérieur, c’est du 18-25 ans. À 75 % je dirais. Mais il y a aussi beaucoup de familles, des trentenaires, des enfants… Des gens de tous horizons, et toute tranche d’âge.
T {avec un regard appuyé et entendu vers l’auteur de ces lignes…} : Il y a même des métalleux qui viennent boire une bière sans forcément aimer la musique ! (sourires)
M : C’est un lieu de brassage.
T : Oui, un lieu de vie. On a aussi eu des gamins de la Rabière. Il y a des gens qui nous découvrent, ou encore le Bar Bidule qui vient s’occuper des enfants…

NEWS_ILOTS_SIMON
(Photo OvahShoot)

Venons-en aux 5 ans des Îlots. Là, ce sera donc payant puisque c’est en intérieur et toute la nuit. Pourquoi avoir choisi le Point Haut pour votre anniversaire ?
T : Nos 4 ans là-bas se sont très bien passés. Mais il y avait un goût d’inachevé. Il fallait y retourner.
E : C’est un warehouse (une sorte d’entrepôt – NDLR) mais avec le confort d’une salle. On peut l’aménager avec la Compagnie Off. Ça aura de la gueule ! On a trouvé un lieu dans le lieu. Ça donnera accès à une deuxième scène, la « Loco » car c’est là qu’on y réparait les locomotives à l’époque !
M : Ce sera une sorte de mini-club disco débridé et plein de groove en plus de la salle principale de concerts. On pourra bien y danser !
E : On a aussi fait appel à un collectif d’arts de la rue. De quoi ajouter un grain de folie. Vous pourrez vous faire pailleter la tronche ! (sourires) Côté horaires, c’est de 22 h à 8 h du matin le vendredi et 22 h – minuit le samedi !

NEWS_ILOTS_1AN
(Photo Brian Soumeilhan)

Décrivez-moi en trois mots les Îlots !
M : Ouah, c’est une question piège, ça ! (rires) Je réponds en dernier…
E : Bière, musique, soleil !
T : Oh non, j’allais dire la même chose ! Bon bah… bière, musique, paillettes.
M : Ouais, paillettes, musique, copains.

Dernière question… quel est votre meilleur et votre pire souvenir pour les Îlots ?
E : Oula, je pense qu’on a tous le même ! (rire général) C’était juillet 2017, à la Rabière, sous la pluie. On a décidé de maintenir. Il n’y a que Thomas qui était contre ! (rires) Mais la programmation était mortelle. Il a commencé à pleuvoir tout doucement à 15 h puis… l’averse ! Mais les gens restaient, ils prenaient leur pied. À 17 h, on a dû tout couper, car c’était risqué.
M : Le public voulait rester, il pleuvait comme pas possible. C’était la cata. Les bénévoles étaient surexcités mais on a tellement ri en démontant le matos… Certains faisaient même du ventriglisse sur le bar. C’était l’apothéose d’une année de merde et, en même temps, un vrai coup de fouet.
T : Moi, le meilleur souvenir, c’était aux 4 ans des Îlots. Privation de sommeil totale le dimanche, mais ça m’a mis une patate monstre, car les gens étaient géniaux ! Le pire, c’est peut-être aussi la Rabière. On va dire que… c’était compliqué ! (sourires)

NEWS_ILOTS_RABIERE
(Photo BatVision)

> Les Îlots électroniques fêtent leurs  5 ans. Du 14 au 16 mars, le jeudi de 18 h à 23 h au Prieuré Saint-Cosme (Rubin Steiner + Ludo des jeunes) ; le vendredi de 22 h à 8 h au Point Haut (Antigone, DJ Deep, Folamour, Happy Faciatum, GL8…) ; le samedi de 22 h à midi même endroit (Arno N’Joy, la Charcuterie musicale, Umwelt, Chichi, Le Camion bazar…)

> A l’heure où nous rédigeons, il ne restait plus que quelques places pour le vendredi seulement !

> Navettes au départ de la gare de Tours vers le Point Haut : 2 €. Infos sur facebook.com/lesilotselectroniques

We The Animals : magnifique chronique sur l’enfance

C’est un très beau film qui atterrit cette semaine au cinéma. Dans We The Animals, Jeremiah Zagar offre une chronique sur l’enfance d’une poésie folle.

PAUSE_CINE

Dans We The Animals, il est tout bonnement impossible de détacher son regard d’Evan Rosado. Le (très) jeune comédien bouffe littéralement l’écran. Un regard clair et perçant, une gueule, un faciès.
Un acteur non-professionnel mais qui a déjà tout d’un grand.

Evan Rosado, donc, est Jonah, cadet d’une fratrie de trois jeunes garçons épris de liberté. Tous vivent à l’écart de la ville. Serrés dans une maison qui semble trop petite pour eux et leurs parents. Des parents qui passent des rires aux larmes, des sourires aux coups, tandis que les enfants, eux, sont livrés à eux-mêmes.
Dans tout ça, Jonah vivote, pense, réfléchit. Et surtout, grandit.

Chronique magnifique sur l’enfance et bourrée de poésie, We The Animals observe ses personnages. Il y a cette caméra à l’épaule, ces plans au plus près des protagonistes, cette utilisation du 16 mm et cette photographie âpre et terne.

Le réalisateur, Jeremiah Zagar, épouse l’œil du petit Jonah. Le garçonnet est dépassé par ce qui l’entoure. Ses dessins, qu’il réalise sous un lit, la nuit, éclairé par une lampe-torche, le montrent. Ses regards, insistants et curieux, quasi-amoureux, sur un garçon blondinet aussi. Jonah est perdu et se cherche.

Avec cette adaptation du livre semi-autobiographique de Justin Torres, Jeremiah Zagar convoque les archétypes freudiens pour pousser son histoire. Et s’aide de dessins matérialisant les émotions et de métaphores pour dessiner le chaos avec pudeur.
We The Animals est un récit initiatique autour d’un gosse pas comme les autres qui s’interroge sur son identité. Au final, un film aussi beau et fragile que son personnage principal.

> Drame. De Jeremiah Zagar (USA). Durée : 1 h 34. Avec Evan Rosado, Raul Castillo, Sheila Vand…
> NOTE : 4/5

CHU de Tours : le malaise

Après la grève, le sit-in. Le personnel du CHU de Tours semble à bout.

CHU

Ce jeudi 14 mars, un sit-in est prévu devant les différents sites du CHU de Tours. La grogne monte toujours et le mal-être est croissant.

Vendredi dernier, cinq syndicats avaient effectivement déjà appelé à la grève dans les quatre établissements (Bretonneau, Trousseau, Clocheville, l’Ermitage). Tous et toutes protestent contre la dégradation des conditions de travail.

« Mettons la pression pour imposer nos droits, pour des remplacements à la hauteur des besoins, pour que chaque agent puisse bénéficier de ses congés d’été lorsqu’il ou elle le souhaite », a notamment déclaré le syndicat SUD Santé sociaux CHU de Tours.

Une pétition, réunissant 1 200 signataires, a déjà été remise à la direction de l’hôpital. L’intersyndicale du CHRU, à l’origine de la lettre, rappelle qu’une baisse de 116 équivalents temps plein dans les effectifs non-médicaux a été notée entre 2015 et 2017.
Face à une cadence infernale, les arrêts maladie ont déjà bondi de 20 %.

Chroniques culture #64

Triple dose de livres, cette semaine, dans nos chroniques. On parle aussi musique avec Emmanuel Tellier, puis BD, DVD et c’est également le retour du vinyle du mois de Radio Campus !

LES LIVRES
PAUSE_ECRANS_LIVRECACATOESLES PÉPÈTES DU CACATOÈS
Le riche Aldebert, un industriel du nord de la France, meurt brutalement. Le jour où ses trois héritiers découvrent son testament, c’est la surprise ! Ces mous du genou passionnés par tout sauf le travail ne récupéreront la fortune qu’à une condition : gagner 100 000 € en un an sous peine de quoi l’argent ira… au cacatoès ! Le postulat de base du premier roman d’Elisabeth Segard (notre estimée collègue, oui oui !) est suffisamment clair pour indiquer que ces « Pépètes du cacatoès » sera fendard et guilleret. C’est évidemment le cas tout du long de cette histoire drôle et bien ficelée, emmenée par des personnages attachants. L’ensemble, dynamique et léger, reste tout de même porté par une écriture travaillée. Quant au récit, il est aéré par les passages outre-tombe d’un Aldebert mort qui disserte en voix off.
Rappelant parfois le ton de la pièce de théâtre Le Prénom, mais aussi l’esprit d’Arto Paasilinna (ici, on reste dans le jovial, la bonne humeur et la plume badine), Les Pépètes du cacatoès est un roman « feel good » réussi. Et promis, c’est dit en toute objectivité.
A.G.

L’ÉPARPILLEUR 41MlVe1wbCL._SX309_BO1,204,203,200_
Vous ne verrez plus jamais Tours du même œil… Un flic, Raoul Pénichot, un autre, répondant au surnom de Gus, leur patron, Ferdinand Robinet, un psy, Guilbert Tacar, la pulpeuse Pénélope Lajoie, un légiste pas très attachant… Tout ce petit monde est entraîné sur les traces d’un tueur en série diabolique, à Tours et aux alentours. S’inscrivant dans la grande époque du roman de gare, l’auteur tourangeau Gregory Merleau réussit un cocktail détonant, bourré de rebondissements et d’humour noir. Un vrai festival de style et de clins d’oeil, qui se dévore d’une traite.
E.S.

CHRONIQUES DE ST-MARY UNE SECONDE CHANCE
On retrouve la jeune professeure d’histoire Madeleine Maxwell en pleine guerre de Troie, alors qu’elle était partie… à la rencontre d’Isaac Newton. Si les voyages dans le temps ont leurs bugs, l’auteure, elle, n’en a pas ! Ce troisième opus de la série conserve le ton décalé, les punchlines et le rythme effréné qui ont séduit des milliers de lecteurs. Et le twist final risque bien de les empêcher de dormir jusqu’à la lecture du tome 4. Courage, il arrive en octobre ! E.S.

PAUSE_ECRANS_DVDLE DVD
JEAN-CHRISTOPHE & WINNIE
Projet casse-gueule par essence (il s’agit d’une adaptation en prises de vues réelles), Jean-Christophe & Winnie est finalement une bonne surprise dans l’ensemble. Dans cette version 2.0 de Winnie l’Ourson, le cinéaste Marc Foster offre une aventure poétique et séduisante, grandement influencée par Paddington. Animation léchée, photographie délavée et douce mélancolie nourrissent ce film sympathique qui n’évite toutefois pas certains écueils (fin mièvre, côté lisse…). Mais le pari de la nostalgie est, lui, réussi. Pour cette édition en Blu-ray, le DVD propose quelques rares bonus sur la fabrication du long-métrage, les voix ou des séquences sur « comment Winnie et Walt sont devenus amis »…
A.G.

LE VINYLE DU MOIS DE RADIO CAMPUS PAUSE_ECRANS_VINYLE
THYLACINE – ROADS VOL.1
Après nous avoir transporté à bord du mythique train Transsibérien, l’Angevin William Rezé a cette fois suivi le chemin de la Cordillère des Andes. C’est à bord d’un studio mobile installé dans une caravane qu’il a pu enregistrer la bande originale de ce voyage. De cette aventure ressort ce disque qui nous transporte à travers les paysages montagneux argentins. On y retrouve la patte de l’artiste avec un mélange de sons organiques et électroniques, mais aussi des airs au saxophone combinés à des sonorités plus dépaysantes comme celles de charangos. Roads Vol.1 accueille en plus les voix du rappeur américain J. Medeiros ou encore de la chanteuse Clara Truco.
Yann Puron

PAUSE_ECRANS_BDLES BD
SAUVAGES !
Avoir Yann au scénario et Lereculey au dessin est déjà la promesse d’un duo de choc. Alors quand ces deux-là s’attaquent à la Préhistoire avec Avant (Dupuis), on frémit d’avance. Et ce T1 Mumu la bâtarde (photo) nous confirme tout l’humour caustique et sauvage que l’on espérait ! Avec Milady (Futuropolis), Bihel et Venayre s’amusent à déconstruire la vision de la célèbre femme fatale des Trois Mousquetaires de Dumas. Bluffant et totalement maîtrisé.
Avec le T2 de L’Herbier Sauvage (Noctambule/Soleil), Fabien Vehlman déroule de nouveaux récits socioérotiques dont les cheminements buissonniers inventent un art du récit sensuel et iconoclaste. Superbement illustré par David Prudhomme, cet ouvrage est une mine de plaisirs et de curiosités.
Quant à Castaza et Parno, ils livrent avec Nos Vies Prisonnières (Grand Angle) un beau et bon thriller contemporain sur la recherche d’identité. C’est âpre, prenant et on marche à fond dans cette histoire singulière et attachante. On termine avec une superbe réédition de 40 Days in the Desert B (Moebius Productions), un petit livre d’illustrations aux parfums cosmiques d’un Moebius, qui décidément, manque à son art.
Hervé Bourit

LE CD
EMMANUEL TELLIER
– LA DISPARITION D’EVERETT RUESS PAUSE_ECRANS_CD

Cet album doublé d’un documentaire nous emmène sur les traces de ce jeune artiste américain disparu à l’âge de 20 ans. Avec ce premier album solo, le Tourangeau Emmanuel Tellier (Another Country, Chelsea, 49 Swimming Pool…) livre une de ces histoires d’Amérique dont il a le secret. Pas d’effet de manches ici, juste de l’émotion pure et un récit intime bouleversant. Saluons donc ce projet ambitieux, fruit de quatre ans de travail et de recherche, servis par une production sobre et lumineuse.
H.B.
NB : À noter également chez la même maison de disque (December Square), la sortie du disque de Matthew Edwards & the Unfortunates, l’Anglais tombé dans l’Americana avec une classe indéniable.

TOP 4 : Grey’s Anatomy

À l’antenne depuis 15 saisons, Grey’s Anatomy a obtenu, la semaine dernière, le record de la plus longue série médicale de prime-time de l’histoire avec 332 épisodes. Quatre anecdotes sur le show. Garanti sans spoilers !

PAUSE_ECRANS_TOP2

POURQUOI CE NOM ? PAUSE_ECRANS_TOP1

Oui, tiens, pourquoi ? Le nom de la série est un clin d’oeil à Gray’s Anatomy, véritable bible de l’anatomie humaine pour les médecins, publiée en 1858. Titre transformé en « Grey » en référence au nom de l’héroïne.

RÉALISME

Les acteurs de la série ont parfois des cours de médecine pour préparer les épisodes. Mais des conseillers spécialisés dans le médical, ainsi que de vraies infirmières, sont présents sur le plateau pour les aider.

PAUSE_ECRANS_TOP3

RÉALISME (2)

Des opérations chirurgicales crédibles ? Pas de problème. Sur le tournage, les comédien(ne)s manipulent de vrais organes de vaches ou des cerveaux d’agneaux. Même la machine IRM utilisée est une vraie.

MONEY MONEY

En 2018, Ellen Pompeo (Meredith Grey dans la série) a enfin pu renégocier son salaire. De 300 000 dollars par épisode, ses émoluments sont passés à… 575 000 dollars par épisode pour les prochaines saisons !

PAUSE_ECRANS_TOP4

Àrbol de Vida : l’Argentine dans son assiette

Au beau milieu de la rue Colbert, il est possible de s’envoler pour l’Argentine. On a testé Àrbol de Vida, petit paradis des amateurs d’empanadas.

PAUSE_RESTO

Dites, et si on partait en Argentine manger un bout ? Bon, d’accord, c’est un peu loin. Alors à la place, si on filait rue Colbert à Tours ? Histoire de découvrir le sympathique Àrbol de Vida, restaurant argentin où la spécialité est l’empanada.
Ici, on déguste ces petits chaussons farcis en les coupant en deux, puis en mangeant avec les doigts (et ça, on adore !).

Ce vendredi-là, le ciel tout gris tout triste a été illuminé par l’accueil rayonnant de Juan et Pauline. Monsieur (et son accent irrésistible) est argentin ; madame est française, mais a vécu en Amérique latine. Le duo insuffle un côté chaleureux à un endroit déjà très convivial. Entre le canapé, les fauteuils, la grande bibliothèque ou encore ces coussins tout doux, c’est du cocooning à 100 %.

Pour notre planche de 6 empanadas, on a savouré le carne (viande hachée, oeuf dur, épices, coriandres), le délicieux humanita (maïs, sauce crémeuse), le pollo (poulet, épices, poivron) et sa version « picante » (lait de coco, curry et piment) qui nous a débouché le nez. Même plaisir gustatif avec le calabrese (chorizo, fromage) et le jamón y queso (jambon, fromage) ! Une carte alléchante qui peut varier et qui n’oublie pas les végétariens en proposant certains empanadas veggie, à base de brocolis par exemple.
Le tout peut s’accompagner de bières et de vins argentins et mexicains.

Après notre chouette repas du midi, on s’est juré d’y retourner un soir pour y découvrir une autre ambiance. Àrbol de Vida a su toucher notre petit coeur. Bref : muchas gracias ! (oui désolé, on a séché les cours d’espagnol au collège)

> 107 rue Colbert, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir (mardi et mercredi : uniquement le soir). Contact : 09 73 20 12 46 ou facebook.com/arboldevidatours
> Empanadas à 2,80 € l’unité ou 14 € la planche de 6 ; 28 € les 12.

IMG_2206

Maison Boinet : L’art de la ceinture

Pendant la Fashion Week de Paris, Maison Boinet a exposé ses créations aux Tuileries. Des produits de luxe, nés à quelques kilomètres au nord de Tours.

MAROQUINERIE_BICHONAGE
Valérie contrôle la finition de chaque minaudière : c’est le bichonnage.

Bienvenue à Château-Renault, chez l’un des derniers fabricants français de ceintures. C’est un accessoires que tout le monde porte mais que l’on oublie, il peut pourtant être très original, voire carrément couture. De l’extérieur, rien ne fait rêver une modeuse : la manufacture Maison Boinet est installée au milieu d’une petite zone industrielle.

Il faut se glisser dans une grande pièce annexe de l’usine pour entrer dans le monde des photos de mode et du luxe. Des corsets en cuir vernis et des ceintures pailletées sont présentés sur des étagères en faux marbre.
« C’est notre petit studio photo, explique Ewelina, responsable de la communication. Nous faisons le maximum de choses en interne, pour être plus souples, plus rapides mais aussi pour intégrer les salariés à chaque étape. C’est important de savoir ce qui se passe après, une fois les pièces fabriquées. »

MAROQUINERIE_EMBALLAGE
Lucie, à l’emballage, l’une des dernières arrivées chez Maison Boinet.

La petite PME a été réveillée il y a dix ans par le groupe familial Vigin qui l’a rachetée et confiée à Bruno Jourd’hui. Le directeur imagine les collections et joue les VRP sur les salons de luxe. Après Pitti Uomo, la grande messe internationale de la mode masculine, mi-janvier, les ceintures made in Touraine s’affichaient début mars au salon Première classe, à l’occasion de la Fashion week.

UNE MANUFACTURE FAMILIALE

À 160 ans, la Maison Boinet s’est aussi offert une nouvelle jeunesse en ouvrant sa boutique en ligne, un saut nécessaire pour l’entreprise qui utilise encore des machines centenaires mais imagine des corsets en vinyle fluo. Avec ses 36 salariées et ses 4 stagiaires, elle reste une manufacture familiale. Tout le monde se connaît, certaines ouvrières travaillent ici depuis plus de trente ans.

Comme Isabelle, qui contrôle la qualité de chaque peau, l’une des rares femmes à occuper ce poste plutôt physique : les peaux de vachette sont lourdes. Elle entoure à la craie chaque défaut du cuir, même invisible pour un néophyte, avant de dessiner les bandes qui seront découpées puis encollées dans une machine, à la colle à l’eau. La teinture des tranches nécessite jusqu’à sept passages, les finitions se font à la main. Il faut ensuite poser les boucles, les œillets… La plupart des ouvrières sont polyvalentes et passent d’un poste à l’autre, comme Brigitte. Aujourd’hui à la couture des pochettes Origami en vinyle de la collection Eté, elle saute du perçage à la pareuse.

Cette organisation évite aux ouvrières la monotonie mais permet aussi à la manufacture d’être plus souple. « Nous avons travaillé avec des intérimaires en période de coups de feu, mais c’était compliqué. Certains manquaient de soin », explique Ewelina.

DES PIÈCES UNIQUES

La qualité. Le maître-mot de la petite usine, labellisée Entreprise du patrimoine vivant. Car Boinet est façonnier pour plusieurs marques haut de gamme et fabrique des pièces uniques pour de grands couturiers. Elle vend également ses propres créations au Bon Marché, à Paris mais aussi dans des magasins de luxe à Tokyo, Séoul, Singapour…

Monique, chargée de la qualité, contrôle la conformité de chaque pièce : couleur, finition, « main » – la souplesse et l’épaisseur de la ceinture finie – et les estampilles, avant leur emballage. Les ceintures doivent être soigneusement protégés pour ne pas s’abîmer pendant le transport : les boucles, emballées trop serrées, peuvent marquer le cuir.

Chaque pièce est marquée à chaud, en argenté ou en doré : taille, matières, nom de la marque… et bien sûr, « made in France »
Chaque pièce est marquée à chaud, en argenté ou en doré : taille, matières, nom de la marque… et bien sûr, « made in France »

Spécialiste de la ceinture depuis 1858, Maison Boinet s’attaque au marché de la maroquinerie depuis deux ans, avec prudence, car le sac à main nécessite un savoir-faire complexe, très différent. Amandine est l’une des deux maquettistes chargées des prototypes. Arrivée à l’usine par hasard il y a six ans, elle ne savait alors même pas qu’il restait des fabricants de ceintures en France, avoue-t-elle en riant.

(capture Insta Maison Boinet)
(capture Insta Maison Boinet)

Son habileté et son intérêt pour la création ont poussé la direction à lui confier ce poste particulier. D’après un dessin technique fourni par le styliste, elle coud un premier sac, dont les proportions et les finitions seront réévaluées selon sa « prise en main ». La création fonctionne encore de façon empirique : rien de tel que le regard, le toucher, pour voir ce qui fonctionne. Elle note également le temps de coupe et de montage, pour évaluer le coût de production final.

Chaque pièce possède sa fiche détaillée : le prix du cuir utilisé, des fils, de la bouclerie, du temps de main-d’oeuvre mais aussi de l’emballage… un euro d’écart, sur une pièce fabriquée 10 000 fois, peut coûter cher à l’entreprise ou trop augmenter le prix public. Tout est calculé. Par souci d’économie mais aussi pour ne pas gâcher.

C’est ainsi que la ligne de bracelets en cuir hyper chic est née en 2012 : la maison voulait valoriser des chutes de cuir. Vous avez dit upcycling ?

Horoscope WTF du 6 au 12 mars 2019

Une récente et obscure étude a récemment montré que l’horoscope WTF de tmv était l’un des plus fiables au monde. Si avec ça, vous ne nous croyez toujours pas…

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/C9AuY1VOvurxm » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/C9AuY1VOvurxm »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : « Gneuh gneuh, je vis d’amour et d’eau fraîche ». Dites-le tout de suite que votre vie pue.
Gloire : Oh, adieu petite dignité, morte au combat…
Beauté : Vous êtes divinement divin(e). (diantre que ça fait bizarre d’être sympa avec les Béliers)

TAUREAU
Amour : Ne vous inquiétez pas, la roue tourne. Et elle écrasera votre ex.
Gloire : Votre passion du tuning est restée cachée trop longtemps. Avouez bon sang, avouez !
Beauté : Ça fait quoi d’avoir une tête de furet ?

GÉMEAUX
Amour : Lancez une cagnotte Leetchi sur Internet pour vous racheter un peu d’amour propre.
Gloire : Le monde irait beaucoup mieux si vous étiez naturiste.
Beauté : Car force est de constater que les Gémeaux sont les personnes les plus canons de la planète de l’univers du monde interstellaire de la vie.

CANCER
Amour : Ce qui devait arriver arriva. Je pense que vous devriez réfléchir à votre sexualité.
Gloire : Il serait temps d’aller dans la vallée oh oh, de Dana, lalilala.
Beauté : Chez vous, tout est parfaitement parfait. Dommage que votre haleine vienne tout gâcher.

LION
Amour : Sous la couette, vous avez la grâce d’un orang-outan.
Gloire : N’oubliez pas que les chats régneront un jour sur Terre et vous n’en mènerez pas large. Beauté : Malgré votre physique extraordinaire, vos sous-vêtements ne vous mettent clairement pas en valeur.

VIERGE
Amour : Vous êtes premier(e) dans son coeur (en partant de la fin).
Gloire : Mouais, lolera bien qui lolera le dernier, mes ptits gnous.
Beauté : Vous ressemblez à un morse.

BALANCE
Amour : Le gouvernement souhaiterait instaurer une journée de deuil national pour votre vie sentimentale.
Gloire : Vous êtes aussi rare et précieux qu’un cheveu de chauve. Love sur vous.
Beauté : OEil pour oeil, dent pour dent, comme dirait mon pote cyclope.

SCORPION
Amour : Votre libido vient de demander son indépendance. Foutez-lui la paix.
Gloire : Tel le gnou, vous êtes un animal mou errant au bord de la mare d’eau croupie qu’est cette triste vie.
Beauté : Vous voyez la tête de Fantomas ? Ben c’est vous au réveil.

SAGITTAIRE
Amour : Un coup d’oeil à votre vie amoureuse suffit à voir que vos goûts laissent à désirer.
Gloire : Vous entendez le loup, le renard et la belette chanter. Autant dire qu’il faut arrêter la drogue.
Beauté : On appelle ça du gâchis. Bisou.

CAPRICORNE
Amour : Oula, cette situation, ce n’est plus un naufrage. C’est une épave échouée au fin fond des abysses.
Gloire : Vous avez vraiment le charisme d’un quignon de pain.
Beauté : (mais vous êtes la plus belle des baguettes à nos yeux)

VERSEAU
Amour : La seule chose qui vous fasse vraiment vibrer au lit en ce moment, c’est votre smartphone.
Gloire : Euh, c’est la mer noire ?
Beauté : Aaaah, vous avez une bonne tête d’épagneul breton !

POISSONS (ces films vous reflètent)
Amour : 20 000 vieux sous mémère.
Gloire : Dumb et Dumber.
Beauté : La Créature du marais.

Protection maternelle et infantile : aux petits soins pour tous

La PMI, ça vous dit quelque chose ? Vaguement ? La Protection maternelle et infantile existe pourtant depuis plus de 70 ans. C’est LE service public des familles. Sa mission : lutter contre les inégalités sociales de santé et soutenir la fonction parentale.

TMV Reportage PMI 3

En face du jardin Bouzignac, au pied d’un immeuble, se cache un petit bureau de consultation et sa salle d’attente. Une fois par mois, un médecin et une puéricultrice y reçoivent les familles du quartier. La plupart a pris rendez-vous auprès de la Maison départementale de la solidarité des Fontaines. Et quand bien même certaines arrivent à l’improviste, il y a toujours moyen de s’arranger…

Des lieux de consultations comme celui-ci, on en trouve quelques dizaines à Tours. Créés en 1945 en raison d’une forte mortalité infantile, ces services de PMI permettent aujourd’hui à toutes les futures et nouvelles familles – absolument toutes – de consulter gratuitement sages-femmes, infirmières-puéricultrices et médecins.

Parce qu’il faut être franc : l’arrivée d’un nouveau-né peut mettre sens dessus dessous les plus valeureux. Fatigue et angoisse atteignent un niveau jamais égalé. Certitudes et hardiesse fondent comme neige au soleil. On peut même avoir envie de fuir loin, très loin. Mais « C’est normal », « Tout va bien », « Bébé va bien » ou « Vous allez y arriver » sont les phrases que susurrent généralement les professionnelles – uniquement des femmes ! – à l’oreille des anxieux. Car leur travail se concentre sur la prévention et l’accompagnement.

TMV Reportage PMI 1

La PMI n’est ni un service d’urgence ni un cabinet médical, mais plutôt une sorte de lieu refuge. « Nous sommes sur des questions de bien-être, d’épanouissement, explique Pierre Suesser, président du Syndicat national des médecins de PMI (SNMPMI). Nous abordons la santé dans sa globalité et non pas sous l’angle de l’absence de maladie. »

UN SUIVI GRATUIT

Concrètement, à partir du quatrième mois de grossesse et jusqu’aux 6 ans de l’enfant, ces professionnelles proposent un suivi médico-social, entièrement gratuit, en consultation ou, le plus souvent, à domicile. Pour une pesée, un monitoring, un soin de cordon, un simple bilan de santé ou même un peu de réconfort. « On apporte des conseils, on montre les gestes mais surtout, on écoute, raconte Karine Auber-Laou-Hap, puéricultrice de PMI à Tours-Nord. Dans toutes nos activités, on part de la demande des parents, de leur problématique, de leur histoire. Ce sont des visites personnalisées, où l’on essaie de prendre le temps. »
Le tout selon un principe sacré d’universalité que chacun s’applique à maintenir, tout en menant l’action de manière différenciée en fonction des besoins.

TMV Reportage PMI 6« On est amené à se déplacer sur des lieux très différents, précise Catherine Rivière, puéricultrice de PMI depuis 20 ans. Dans des foyers pour de jeunes mamans ou chez des particuliers. Évidemment, il y a certaines personnes qu’on va voir en priorité ! » Les parents mineurs, de jumeaux, de prématurés ou avec des problèmes médicaux.

Néanmoins, depuis 1945, les compétences de ces services n’ont cessé de s’élargir sans pour autant que de plus amples moyens humains et financiers ne soient toujours octroyés. Ils assurent notamment les bilans de santé en école maternelle, délivrent l’agrément et garantissent le suivi des différents modes de garde (crèches, haltes-garderies, assistantes maternelles, etc.) et la formation de leur personnel. Ils traitent aussi les informations préoccupantes.
Les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) relèvent également de leurs compétences. Placés sous la tutelle des conseils départementaux depuis les lois de décentralisation de 1982, certains services de PMI en ont été fragilisés. Très fréquentés à Paris, ils restent souvent méconnus ailleurs. En Indre-et-Loire, on s’en sort plutôt bien. À Tours, quatre maisons départementales de la solidarité (Dublineau, Fontaines, Mame et Monconseil) gèrent les plannings de nombreux lieux de consultation de PMI.

TMV Reportage PMI 5

C’est d’ailleurs auprès d’elles que les familles intéressées pourront se renseigner. Malgré tout, la tendance est à la diminution du nombre de consultations et certains postes de praticiens restent difficiles à pourvoir. « Être médecin de PMI, c’est une vraie vocation, affirme Brigitte Crépeau qui l’a été durant toute sa carrière, principalement à Loches. Face à la pénurie de pédiatres, aux lourdeurs administratives qui s’amplifient et au manque de moyens, le travail de terrain devient parfois difficile. Pourtant, notre rôle est essentiel. Nous sommes parfois le seul professionnel de santé que voient certains enfants. »

Un avis que partage le SNMPMI qui attend beaucoup de la mission gouvernementale confiée, l’an dernier, à Michèle Peyron, députée LREM, sur la politique de PMI. La publication de son rapport est prévue pour ce mois de mars.

Texte : Jeanne Beutter
Photos : Christophe Raimbault (Conseil Général 37)

Dans les bois : un docu pas comme les autres

Mindaugas Survila présente son documentaire Dans les bois, une immersion dans les forêts lituaniennes ancestrales.

PAUSE_CINE

« Je sais que certaines personnes n’aiment pas les documentaires sur la nature, mais j’espère qu’ils aimeront ce film et même qu’ils tomberont littéralement amoureux de ces forêts lituaniennes. »

Difficile de donner tort au réalisateur, Mindaugas Survila, qui vient d’offrir, avec son « Dans les bois », un petit bijou de beauté et de sensibilité.

Immersion dans les forêts lituaniennes ancestrales, Dans les bois capte, durant soixante-trois minutes, les animaux des bois avec beaucoup de poésie.
Loin des standards habituels (oubliez tout de suite les Disney Nature et consorts), sorte de docu « arty », le film de Survila est au final un objet plutôt atypique. Sans voix off, il se contente d’emporter le spectateur grâce à un travail exceptionnel sur le son, où les bruits des forêts sont amplifiés.

Exit, donc, les discours moralisateurs et images culpabilisantes que l’on a récemment vus dans de nombreux documentaires. Exit, également, les surenchères techniques et technologiques. Ici, Dans les bois joue la carte du contemplatif.

Tout en évitant aussi les longueurs (il dure à peine une heure…), il est le documentaire idéal pour les enfants comme pour les adultes. Il faut d’ailleurs voir la tonne de récompenses obtenues par l’oeuvre à l’étranger, du Prix du meilleur son au Prix du jury du film de nature.

Ajoutez à cela à une bien belle BA derrière le tout (l’argent récolté par la distribution du film servira à acheter des forêts et les sauvegarder), on obtient là un documentaire immanquable. De quoi, une nouvelle fois, nous prouver à quel point la nature est d’une fragile beauté.

> Documentaire, de Mindaugas Survila (Lituanie/Estonie). Durée : 1 h 03.
> NOTE : 4/5

Sanitas : 128 millions d’euros pour la rénovation

Le programme de rénovation du quartier du Sanitas est lancé. Pour Christophe Bouchet, il s’agit « d’un projet majeur ».

(Photo dr)
(Photo archives)

128 millions d’euros : c’est le coût du projet de rénovation du Sanitas.
Censé débuter à la fin de l’année par les premières destructions à Saint-Paul, ce nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU) a été discuté et présenté aux habitants, lors d’une réunion publique la semaine dernière.

Il faut dire que si le maire Christophe Bouchet indique que « c’est un projet majeur », les résidents restaient jusqu’alors inquiets.

En effet, le programme prévoit la destruction de 472 logements sociaux (qui seront reconstruits dans d’autres communes de la Métropole). En revanche, 409 privés seront construits, 136 seront proposés en accession sociale et 94 seront réhabilités.

Les élus ont promis que personne ne serait chassé et que chacun se verrait proposer un logement dans le quartier ou ailleurs. Une équipe sera aussi dédiée à l’accompagnement et au relogement. De nouveaux équipements publics doivent sortir de terre (écoles, salles de sport, etc.).

Ce projet sera financé à hauteur de 47 millions d’euros par l’État avec l’ANRU. Le reste le sera par la Métropole, la Ville, la Région et Tours Habitat.

Dans l’armoire aux trophées du TVB

Ce dimanche, tmv est partenaire du match du TVB face à Rennes. Farfouillons ensemble dans la vitrine des récompenses du club. Et il y en a un paquet !

1988 : Champion de Nationale 3

Bon, d’accord, ce n’est pas le plus prestigieux ni le plus récent, mais il est important quand même. Ben oui, parce que ce titre (assez honorifique il faut bien l’admettre puisque la N3 est le plus bas niveau du volley national) couronne la toute première saison du TVB dans sa forme actuelle. Il venait de succéder au Tours Etudiant Club (TEC) dont la section Volley existait depuis 1940 et qui naviguait depuis le début des années 70 entre la Nationale 1 et la Nationale 3. L’heure de la professionnalisation avait sonné, il fallait un club à la hauteur de ses ambitions. Le pari était gagné.

1994 : Champion de France de N1B

Là, déjà, ça commence à causer… Pour vous traduire, la N1B, c’est la Pro B de l’époque. Sept ans après son changement de nom et de statut, le TVB accède à l’élite nationale. Ça vaut à Pascal Foussard (eh oui, déjà !) et à ses coéquipiers la poignée de main émue du maire, Jean Royer.

2003 : Vainqueur de la Coupe de France

Le voilà, le premier titre national du TVB ! Les Tourangeaux, lors de leur troisième finale (battus en 2000 et en 2001 par Paris), écartent le rival régional Poitiers. Les Henno, De Kergret, Sloboda et consort soulèvent la première d’une très longue série de coupes. Ah, au fait, au terme de cette même saison, le TVB termine vice-champion de France et se qualifie pour la Ligue des Champions. What else ?
TVB_2003 - Copie

2004 : Champion de France

Pas de N1, N2 ou N3. Non, champion de France tout court, avec rien ni personne au-dessus ! Elle est belle, celle-là, pile dix ans après son arrivée dans l’élite, le TVB décroche le Graal pour la première fois. Dans l’effectif, un certain Vladimir Nikolov est arrivé et au smash, ça tape dur. Dans un coin de l’armoire, accrochée à cette belle coupe, on remarque une petite médaille en bronze : troisième de la Ligue des Champions. De bon augure…

TVB_2004 - Copie

2005 : Champion d’Europe (et 2e Coupe de France)

C’est la plus belle. La star de la ribambelle de coupes qui trônent dans cette vitrine. En France, seul le Paris Volley a la même (gagnée en 2001). La plupart des autres sont en Russie ou en Italie. Elle place le TVB sur le toit de l’Europe et elle inscrit son sigle pour toujours dans l’histoire de son sport. Elle vaut au club la une du journal L’Équipe et notre gratitude éternelle…

2006 : Vainqueur de la Supercoupe (et 3e Coupe de France)

Tiens, on ne l’avait pas celle-là. Normal, ce n’est que la seconde édition de ce défi entre le champion de France en titre (Cannes, en l’occurrence) et le détenteur de la Coupe de France (Tours, donc…)
TVB_2006 - Copie

2007 : Vice-Champion d’Europe

Elle est en argent, mais elle est européenne. Donc, on l’aime bien aussi, cette petite breloque même si, après avoir battu Moscou à domicile en demi (grâce notamment à un grand Sloboda, photo), on avait espéré une deuxième étoile face aux Allemands de Friedrichshaffen.
TVB_2007 - Copie

2008 : Vainqueur du tournoi de la Ligue

Saveur particulière pour cette coupette gagnée sur trois jours, à la maison. Un titre acquis face à Cannes puis Paris, pour lancer une nouvelle ère du club, avec une équipe grandement renouvelée et un nouvel entraîneur, Éric Ngapeth.

2010 : Champion de France et Coupe de France

Ces deux-là, elles vont ensemble. On ne peut pas les séparer. Parce que c’est un doublé. Coupe-Championnat, les deux titres majeurs au niveau national, dans la même vitrine, la même année. Façon de dire aux autres : « Si vous les voulez, venez les chercher ! »

TVB_2010_COUPE DE FRANCE - Copie

2013-2015 : 8 sur 9

Là encore, c’est un lot. Un lot qui vous pose un club pour toujours : trois doublés Coupe- Championnat d’affilée. Et, pour couronner le tout, deux supercoupes sur trois. Personne n’a fait ça, dans aucun sport collectif. Alors, ces huit coupes, on les place bien au milieu, on enlève la poussière et on s’incline. Chapeau bas, messieurs !

2017 : Champion d’Europe CEV

C’est une Coupe d’Europe, les amis. La deuxième de l’histoire du club. On est content, parce que c’est celle qu’on avait pas, celle qui oppose les vainqueurs de coupe nationale. Paris en a deux et Cannes, une. 2018 : Champion de France Elle est toute neuve, celle-là ! Elle brille encore dans nos cœurs et dans nos yeux. Elle nous rappelle à chaque rencontre qu’en plus de son palmarès incroyable, le TVB est champion de France et qu’il entend bien le rester !

TVB_2017 - Copie

Texte : Matthieu Pays / Photos : Archives NR

Condition de la femme artiste : elles témoignent (3)

Qu’elles soient comédienne, plasticienne, musicienne ou encore illustratrice, ces personnalités nous parlent de leur condition de femme artiste. [Troisième partie]

JULIETTE

CHANTEUSE, PIANISTE, AUTRICE, COMPOSITRICE, MARRAINE DE LA 20E ÉDITION DU FESTIVAL BRUISSEMENTS D’ELLES

(Photo © Yann_Orhan)
(Photo © Yann_Orhan)

« J’aurais peut-être tendance à penser que les femmes artistes sont comme les hommes artistes. Pour moi, la vocation d’être artiste, quel que soit l’art qu’on exerce, c’est la même démarche, sauf que derrière, il y a l’organisation de la société dans laquelle on vit. Une sociologie qui fait que le destin d’une femme artiste, sa position, sa façon d’exprimer son art, ne sera pas tout à fait aussi libre, directe, simple, ni aussi facile que pour un homme.
La différence est sociale selon moi, je ne crois pas du tout à un imaginaire proprement féminin par exemple. Moi, j’ai trouvé ma place en m’en foutant. J’étais libre d’écrire ce que je voulais. Après tout, on sait que ça va être compliqué, avançons, on verra bien ! Si j’avais été une grande blonde, que je n’étais pas lesbienne, je pense qu’effectivement j’aurais pu aussi me poser d’autres questions : essayer d’être une “ intello réfléchie ” en étant canon, c’est super compliqué. J’ai une certaine place aujourd’hui, dans le monde du spectacle et auprès du public, mais je pense que d’un point de vue médiatique, peut-être qu’on parlerait plus de moi si j’étais un homme. Et en même temps, ce n’est qu’une sensation, ce n’est pas un regret.
C’est de toute façon plus compliqué dans l’humanité pour les filles, sauf que maintenant on en parle et, petit à petit, ça finit par imprégner. Même les hommes trouvent ça injuste.
Au niveau d’une vie, on voit des choses qui vont dans le bon sens. Aujourd’hui, je trouve ça génial que les femmes modernes ne soient pas systématiquement féminine, masculine ou queer, le fait d’arriver dans la vie en disant “ je n’ai pas envie d’obéir aux contraintes de mon genre ”, c’est formidable. C’est la chose la plus importante qui est en train de se passer, j’aurais été folle de joie d’être jeune aujourd’hui. »

CLAIRE DITERZI

ARTISTE ET DIRECTRICE DE COMPAGNIE TEMOIGNAGE_DITERZI

« Quand tu es une belle femme, les gens ne voient que ça et c’est un peu un problème, parce que ça gomme le reste. Le mec qui s’intéresse à toi, tu ne sais jamais vraiment si c’est à ton travail qu’il s’intéresse ou à ton physique. Un mec, lui, est immédiatement crédible. Après, quand tu vieillis, tu perds l’avantage du physique et souvent, c’est à ce moment-là que les femmes cessent d’intéresser. On n’aime pas les femmes qui vieillissent. Un homme, on dit qu’il vieillit bien, une femme on dit qu’elle a de beaux restes. Tout est dit. La question centrale qui se pose, finalement, c’est celle de la légitimité à créer, qui est socialement beaucoup moins admise pour les femmes. Mais tout cela tient à l’imaginaire collectif. C’est profondément ancré. Malgré nous, nous sommes tous misogynes et moi la première. La figure de la sorcière est toujours là. La femme qui est libre, qui est intelligente, qui pose des questions et qui a les yeux verts, elle dérange et on la crame. Par exemple, quand j’ai fait la Villa Médicis, je m’en suis pris plein la gueule. J’aurais été Vincent Delerm ou Grand Corps Malade, on ne m’aurait pas attaquée comme ça, j’en suis sûre. »

AURÉLIE LECLOUX

TEMOIGNAGE_AURELIEILLUSTRATRICE ET COLORISTE DE BD

« Le milieu de la BD est un milieu d’indépendants où il faut faire sa place et on en demande souvent plus à une femme. Les hommes seront moins embêtés sur les délais, par exemple. Il y a aussi une question d’affirmation de sensibilité, de son trait, c’est important d’oser affirmer son regard en tant que femme et artiste. Avoir travaillé dans d’autres domaines avant de devenir illustratrice m’a donné des points de comparaison sur la façon dont on peut exister en tant que femme et professionnelle. En treize ans, j’ai parfois senti des différences de traitement avec certains éditeurs et au sein des équipes.
Je me suis toujours adaptée, ça fait partie du job, les femmes coloristes sont très majoritaires, on est considérée comme plus malléables que les hommes.
À l’inverse, chez les auteurs édités, les femmes sont très minoritaires. En 45 ans, c’est la troisième fois seulement cette année qu’une auteure de BD a reçu le Grand prix de la Ville d’Angoulême, même si ce n’est pas parce qu’on est femme qu’on est forcément talentueuse ! »

Témoignages recueillis par Pauline Phouthonnesy, Matthieu Pays et Elisabeth Segard

La parité femmes-hommes dans l’art en chiffres

Parité et égalité hommes-femmes dans le monde de l’art ? On en est encore loin. La preuve en chiffres.

186

En millions de dollars, les revenus combinés des 10 actrices les mieux payées à Hollywood.

VERSUS

488,5

En millions de dollars, les mêmes revenus combinés, mais cette fois des 10 acteurs…

28,7 %

La représentation des rôles féminins dans les personnages principaux des films.

PORNO Capture

C’est le seul milieu où les femmes gagnent davantage que les hommes… alors qu’elles sont pour la plupart traitées comme des objets…

60 %

La part de femmes dans les écoles d’art.

Cinéma

Une femme réalisatrice est 42 % moins bien payée qu’un homme.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/26ueYUlPAmUkTBAM8″ width= »480″ height= »330″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/hulu-fox-new-girl-26ueYUlPAmUkTBAM8″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

43 %

Dans le monde de la BD, une femme sera 43 % moins bien payée qu’un homme.

2 %

La part de femmes ayant reçu le César de la meilleure réalisation.

5

Le nombre de femmes ayant obtenu l’Oscar dans la catégorie « meilleure réalisation »… en 91 ans d’existence.

Cate Blanchette

Présidente en 2018 du festival de Cannes, elle n’est que la 12e femme à avoir eu cet honneur en 71 ans.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/21wFWKHHeLpEA » width= »480″ height= »247″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/oscars-2014-cate-blanchette-21wFWKHHeLpEA »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

1987

L’année à laquelle le couple Holladay a créée le National Museum of women in the arts pour abriter une collection de 4 000 œuvres.

Hound Dog

Le célèbre single d’Elvis Presley en 1956 a d’abord été enregistré par… une femme, Big Mama Thornton, en 1953.

Capture1897

L’année qu’il aura fallu attendre pour que l’École des Beaux-Arts en France s’ouvre aux femmes et devienne mixte.

16 %

La part des œuvres créées par des femmes qui ont été acquises par le Fonds national d’art contemporain en 2013.

82

Le nombre de stars et femmes du 7e Art qui ont participé à une montée des marches historique et 100 % féminine, lors du Festival de Cannes 2018. Elles réclamaient l’égalité salariale dans le cinéma.

45

Le nombre de festivals de musique américains et européens qui se sont engagés à respecter la parité hommes-femmes dans leur programmation d’ici à 2022.

Zéro Capture

Aucune femme n’est présente dans le top 10 des DJ les mieux payés de la planète.

14,5 %

La proportion de concerts d’artistes féminines dans les dix festivals de musiques actuelles les plus fréquentés. Outre-Atlantique, le chiffre est sensiblement le même.

Sylvia Massy

Cette Américaine est l’une des productrices les plus cotées : elle a produit certains albums de Tool, System of a Down, Johnny Cash ou encore les Red Hot Chili Peppers.

Sources : Forbes, rapport annuel annenberg.usc.edu, Ouvrage « Judy, Lola, Sofia & moi », 20 minutes, Arts visuels en Région Centre AAAR, Le Monde, rapport du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, djfrenchy.com, Telerama. Pitchfork.

Le Re-Tours : place à la brasserie de quartier

A quelques pas de la place Jean-Jaurès, on a fait un petit tour au Re-Tours, une véritable brasserie de quartier comme on les aime.

RESTO_RE_TOURS_2

Blotti juste derrière la place Jean Jaurès, on trouve encore une vraie brasserie de quartier. Dans la salle, des ouvriers du bâtiment se mélangent aux comptables et aux médecins.

Ici, le taux d’habitués doit frôler les 99 %. La patronne tutoie la moitié des clients, certains posent gentiment leur assiette vide sur le comptoir avant d’aller chercher leur dessert : de grandes tartes sont posées sur un petit buffet.

RESTO_RE_TOURSMonsieur est en cuisine et Madame est en salle, quarante-six couverts qu’elle gère de main de maître. La carte est certainement la plus courte de la ville. Quatre plats à l’ardoise, deux vins au verre, un cheverny et un chinon, une farandole de desserts au choix : c’est la formule choisie par Alexandra et Franck Nivaud, installés au coin de la rue Victor-Hugo et de la rue George- Sand depuis deux ans, une nouvelle brasserie nommée avec humour Le Re-Tours.

Ce vendredi, c’est bavette grillée, veau marengo, pieds de porc farcis ou filet de merlu. Va pour les pieds de porc farcis, ce n’est pas tous les jours qu’on en croise. Accompagnés de petites pommes grenaille et d’une sauce au sainte-maure, ils nous convainquent.
On cale pour le dessert mais professionnalisme oblige, il faut goûter. Ce sera une part de tarte poire-chocolat.

Manger une viande ou un poisson en une heure chrono, pour moins de 10 €, dans une ambiance familiale place Jean-Jaurès, on pensait que ce n’était plus possible. On repart le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir trouvé un dodo.

> Le Re-Tours, 12 rue George-Sand. Ouvert de 9 h à 18 h 30, du lundi au vendredi. Plat du jour : 9 €, formule plat + dessert 11,50 €.
> Contact : 02 47 61 48 07

Condition de la femme artiste : elles témoignent (2)

Qu’elles soient comédienne, plasticienne, musicienne ou encore illustratrice, ces personnalités nous parlent de leur condition de femme artiste. [Deuxième partie]

LAURENCE DRÉANO

TEMOIGNAGE_LAURENCEDREANO
(Photo © Christophe Raimbault)

SCULPTRICE ET PEINTRE TOURANGELLE

« C’est difficile de réussir dans l’art en général et c’est encore plus difficile quand on est une femme. On n’est plus à l’époque de Camille Claudel, mais quand j’ai commencé, il y a une quinzaine d’années, je devais faire face à un monde de prestataires masculins (mouleurs, carrossiers, transporteurs…) dans lequel ce n’était pas toujours simple de se faire respecter ou d’être crédible.
Parce que vous êtes une femme dans un milieu industriel, parce que vous arrivez avec vos “ petites poupées avec des fesses généreuses ” et que vous venez choisir “ vos petites couleurs ”, ils ne vous prennent pas tous au sérieux. La solution ? La persévérance, même si c’est vrai pour tous les artistes. Il ne faut pas démissionner. Les acheteurs peuvent être aussi de véritables “ goujats ”. J’ai eu le droit à des remarques comme “ je peux toucher ? ” en parlant des sculptures et de moi, ça tenait parfois du harcèlement.
Aujourd’hui, ça s’est calmé. Je tiens au mot sculptrice, c’est aussi un travail de femme. Mes créations sont un traité de l’idéalisme, la façon dont j’aimerais voir le monde, l’élan de générosité et l’accueil spontané, la maternité, la femme forte, victorieuse et joyeuse. »

AURÉLIA MENGIN

RÉALISATRICE RÉUNIONNAISE DE FORNACIS, FILM TOURNÉ EN TOURAINE TEMOIGNAGE_REALISATRICE MENGIN

« Ça a été et ça reste un vrai parcours de combattante lorsque l’on est une femme réalisatrice. Le cinéma est un milieu très masculin. Malgré les nombreux courts-métrages que j’ai réalisés et l’obtention de prix, ma crédibilité en tant que réalisatrice est régulièrement remise en question. Le fait d’être une Réunionnaise rajoute encore un niveau de difficulté pour être prise au sérieux par les producteurs ou les distributeurs en France métropolitaine.
En revanche, mes équipes techniques, en partie masculines, respectent mon travail et s’engagent avec une vraie conviction sans remettre en question mes choix artistiques. Je travaille avec des hommes très talentueux qui disposent d’une grande sensibilité et d’une part de féminité. Des hommes en qui j’ai une grande confiance et qui n’ont jamais manifesté de comportement sexiste envers moi. J’étais toute jeune quand j’ai démarré, et durant plusieurs années, mes rencontres professionnelles ont échoué et n’étaient pas constructives. Trop souvent, je me rendais compte que mes interlocuteurs ne s’intéressaient pas du tout à mes films, mais plutôt à mon cul. Ce constat est tristement banal, je ne suis pas la première et malheureusement pas la dernière.
Vieillir dans le milieu du cinéma lorsque l’on est une femme présente au moins un avantage non négligeable, c’est que passé les 37 balais, le stade de la ‘’jeune proie’’ est terminé et on peut enfin parler cinéma. »

NINA ROUYE

(Photo © Nina Rouyer)
(Photo © Nina Rouyer)

MUSICIENNE (VIOLE DE GAMBE)

« La musique classique reste un milieu assez machiste. Il faut jouer des coudes, adopter certains codes pour se faire accepter. Au début surtout, on est souvent confronté à des démonstrations un peu grossières, on est obligées de montrer que l’on peut avoir un gros son, que l’on a une grosse technique pour se faire accepter. Après, une fois que l’on a montré que l’on a du caractère, que l’on a placé le bon mot au bon moment pour ne pas se laisser marcher sur les pieds, on est assez tranquille. C’est comme une forme de bizutage.
Passé cela, quand on propose quelque chose d’un peu différent, on est sans doute mieux entendue. Le fait d’être une femme, alors, peut devenir un atout. Personnellement, j’ai eu aussi à subir des réflexions franchement sexistes. Pour ce qui est des rémunérations, la “ règle ” des 20 % de moins quand on est une femme s’applique souvent, malheureusement. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le constater. »

Témoignages recueillis par Pauline Phouthonnesy, Aurélien Germain et Matthieu Pays

Horoscope WTF du 27 février au 5 mars 2019

Les vacances n’ont pas calmé l’astrologue de tmv. Il revient encore plus méchant qu’à l’accoutumée. Mais par chance, vous pourrez retrouver votre nouveau signe astrologique !

(Entre parenthèses, retrouvez votre nouveau signe astrologique !)

BÉLIER (Singe de feu)
Amour : Nooon, rien de rien, vous ne regrettez rien… à part cette personne à la tronche de chou-fleur qui vous sert d’ex.
Gloire : La constellation du André Rieu vous conseille d’arrêter de pisser dans un violon.
Beauté : Oula oula, appelons la police du mauvais goût !

TAUREAU (Caïman des Bermudes)
Amour : Séduisez l’être aimé avec du cassoulet.
Gloire : Cueillez la vie avant que la vie ne vous cueille (la vache, c’est profond l’horoscope de tmv).
Beauté : Comme disait Léo Ferré, avec le temps va, tout s’en va. Sauf votre double menton.

GÉMEAUX (Gnou des prés fleuris)
Amour : Vous faites l’effet d’un courant d’air dans la vie sentimentale des gens…
Gloire : … Pfoooooh, comment on vous taille !!!
Beauté : Ouais bon ça va, on s’excuse… Mais la vérité sort toujours de la bouche des enfants. Et comme j’ai 4 ans d’âge mental…

CANCER (Ragondin ivre)
Amour : Ah, la vantardise sous la couette… Ce si vilain défaut (oui, on vous vise).
Gloire : Euh, je cherche le moment où on vous a parlé, mais je ne trouve pas.
Beauté : Votre odeur de saumon en dit long sur votre personnalité.

LION (Belette affamée)
Amour : Votre ex est moche. C’est pas moi qui le dis, mais les astres.
Gloire : Vous ne comprenez pas la vie, ni où vous allez, ni le pourquoi du comment. Vous êtes un oeuf.
Beauté : D’ailleurs, avec vos poils, vous ressemblez plutôt à un kiwi en fait.

VIERGE (Ouistiti famélique)
Amour : N’oubliez jamais une chose, on vous aime, vous êtes les meilleur(e)s.
Gloire : (hahaha on peut vraiment vous faire gober n’importe quoi)
Beauté : Tout est bon dans le cochon. Et chez vous !

BALANCE (Truite)
Amour : Vous vous accrochez à lui/elle comme un bouton d’acné s’accroche à un ado.
Gloire : N’oubliez jamais, What does le malin, falls in the ravin.
Beauté : Sexy comme Moustaki.

SCORPION (Phacochère miséreux)
Amour : Votre relation la plus longue, c’est celle avec votre animal de compagnie.
Gloire : Vous reprenez du poil de la bête. Et Dieu sait que vous en avez un paquet, de poils !
Beauté : En toute objectivité, vous avez la dégaine d’une chèvre.

SAGITTAIRE (Renard émasculé)
Amour : Eh bien figurez-vous qu’aujourd’hui, je vous aime du fond du cœur.
Gloire : Regardez dans le ciel ! Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Est-ce Superman ? Non, c’est votre dignité qui vient de s’envoler !
Beauté : Jolie raie.

CAPRICORNE (Taupe de glace)
Amour : Comme on dit, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, hein !
Gloire : La constellation du Dominique, nique, nique vous conseille de vous en aller tout simplement, routier, pauvre et chantant.
Beauté : Pas d’pitié pour les gros nénés. Ça vaut pour tout le monde.

VERSEAU (Gazelle libidineuse)
Amour : Vous pédalez dans la semoule, telle la choucroute que vous êtes. Courage.
Gloire : Les murs ont des oreilles. Ils écoutent toutes vos cochoncetés.
Beauté : Les gens ne vous aiment que pour votre physique sublime et divin.

POISSONS (Lémurien érotomane)
Amour : A quoi bon, puisque vous finirez seul(e) et aigri(e) ?
Gloire : Comme dirait ce philosophe parti trop tôt, I’m the Scaaatman skibi dibby dib yo da dub dub.
Beauté : On ne pourrait même pas faire rentrer votre ego surdimensionné dans une chaussette de ski.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/Khx2u2qrqijew » width= »480″ height= »348″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/girl-fail-wtf-Khx2u2qrqijew »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

Artiste, un parcours de combattante

La prise de conscience des inégalités hommes-femmes semble amorcée. Pourtant, dans les milieux artistiques, le chemin reste semé d’embûches pour les femmes.

FEMMES_OUVERTURE

« J’aurais voulu être un artiste », chantait Claude Dubois dans Starmania, en 1979. Quarante ans plus tard, ce rêve, beaucoup d’hommes et de femmes souhaitent encore l’atteindre.

Selon différentes études, ce chanteur aurait même eu plus de chance à notre époque puisque le nombre d’artistes déclarés aurait triplé, voire quadruplé, depuis la sortie de la célèbre comédie musicale. Mais cela reste une sphère très compétitive, qui implique bien souvent un mode de vie précaire, instable et une carrière qui peut s’arrêter du jour au lendemain.
« Et les femmes, qui sont peu nombreuses à entrer, quittent encore plus ce milieu au bout de dix ans parce qu’elles n’arrivent pas à trouver leur place dans un univers qui leur est encore plus hostile que pour les hommes », précise ainsi Marie Buscatto, professeure des universités en sociologie à l’Université Paris 1.

Si vivre de sa passion est une ambition pour certains, cela relève de l’utopie pour certaines. Depuis ses premières études sur l’univers du jazz en 2007, qu’elle vient de rééditer (1), la sociologue a constaté que « rien ou presque n’a changé. Dans le jazz, moins de 10 % des musiciens sont des femmes, dont 4 % de femmes instrumentistes.

Et sur l’ensemble des chanteurs de jazz, 65 à 70 % des femmes sont chanteuses. Aujourd’hui, on est sur le même type de réalité qu’il y a dix ans, en jazz comme dans toutes les pratiques musicales : des concerts masculins ou très majoritairement masculins et des femmes, quand elles sont présentes, parfois batteur, parfois contrebassiste ou trompettiste, très souvent chanteuses », analyse-t-elle à l’autre bout du fil.

DES STÉRÉOTYPES QUI ONT LA VIE DURE

Pour Sylvain Dépée, directeur du pôle chanson de la région Centre-Val de Loire, les Bains-Douches à Lignières (Cher), les chanteuses sont plus présentes dans la chanson française et percent plus difficilement dans le monde de la pop, du rock ou encore du rap. Derrière l’image « moderne » de ces courants musicaux se cachent alors les plus anciens mécanismes machistes.
Chaque art et chaque esthétique ayant ses propres particularités (modes de formations, recrutements, création du réseau social…), la place des femmes diffère dans chaque milieu.

FEMMES_ENCADRE

Bon, bien sûr, il y a toujours l’exception qui confirme la règle et la palme revient… à la musique classique ! Eh oui, elle est « la seule musique qui s’est vue féminisée au niveau professionnel de manière plus importante depuis 30 à 40 ans et notamment la musique d’orchestre, par les instruments à cordes », décrit Marie Buscatto. Toutefois, ces artistes peinent à percer dans les positions hiérarchiques les plus élevées.
On comptait en 2016, dans le monde, seulement 21 femmes cheffes d’orchestre à renommée internationale pour 586 hommes. En France, on les recense sur les doigts d’une seule main.

DES CONCOURS À L’AVEUGLE

Et si l’émission The Voice, avec ses sélections à l’aveugle, détenait une partie de la solution ? En effet, ce qui a notamment permis à la musique classique de tendre vers l’équilibre, au niveau du pupitre, « ce sont les cursus en conservatoire, dans lesquels il y a une majorité de femmes depuis de longues années, notamment en piano, alto, violon, flûte… et des concours avec des auditions à l’aveugle, qui permettent de recruter des candidats sans connaître leur sexe », précise la sociologue.

Marie Buscatto, sociologue.
Marie Buscatto, sociologue.

Selon l’étude statistique des économistes Goldin et Rouse, qui a été faite aux États-Unis en 2000, quand six des plus grands orchestres du pays ont décidé de mettre en place des auditions à l’aveugle, il y a eu plus de 30 % de femmes recrutées dans ces orchestres après ce changement.
En France, ces auditions « paravents » ne sont pas systématiques et leur impact n’a donc pas pu être étudié. Une formation et des auditions plus « objectives » qui ont bénéficié par exemple aux Violons d’Aliénor, un groupe de cordes jouant un répertoire du XVIIe au XIXe siècle, composé de quatre étudiantes en section musiques anciennes (qui compte 6 hommes et 6 femmes) au pôle Aliénor à Poitiers, centre d’études supérieures de musiques et danses.

« On n’a pas ressenti de frein parce qu’on était des femmes. Aujourd’hui on n’y pense pas, on fonce, on va au contact des lieux de diffusion », constatent-elles.

Mais le son de cloche n’est pas le même selon les instruments et selon les stéréotypes de genre auxquels ils renvoient. Au sein du même pôle, dont une partie de l’enseignement se situe à Tours, seulement 2 femmes étudient les cuivres (trompette et cor) sur une classe de 10 et aucun des 5 élèves de percussions n’est une femme. Julie Varlet, trompettiste de 23 ans, a ainsi commencé son instrument à Dax (Landes), pays des bandas, à l’âge de 7 ans.
« J’ai toujours été la seule fille ou presque, mais ça ne me dérangeait pas, par contre, j’ai eu plus des problèmes avec des professeurs “ de la vieille école ” qui me faisaient des réflexions sexistes. Par exemple, ils disaient que je jouais “ trop féminin ”, pas assez fort », se souvient-elle.

À Tours, son professeur aborde plutôt la question du genre par l’anatomie et lui a conseillé de faire du sport et des exercices de respiration pour améliorer sa capacité pulmonaire. Ainsi, pour que les femmes passent de muses à peintres reconnues, comme le souhaite l’association Aware (Archives of women artists, research and exhibitions) qui tend à replacer les artistes femmes du XXe siècle dans l’histoire de l’art, et pour qu’elles puissent à leur tour vivre de leurs créations, il faut changer les mécanismes sociaux. En développant la formation et la parité parmi les recruteurs, en changeant les stéréotypes négatifs (manque d’autorité ou de force, d’efficacité, objet de désir…) et en donnant plus de place aux femmes artistes dans les écoles et les médias.

Ces dernières n’ont d’ailleurs pas attendu pour se regrouper en collectif, car l’union fait la force. Et même si les choses semblent avancer, il est temps que celles-ci changent vraiment, pour que toutes et tous aient les mêmes chances d’exprimer leur créativité.

(1) Marie Buscatto, « Sociologies du genre », Paris, Armand Colin, 2019 [2014] ; Marie Buscatto, « Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalisations », Paris, CNRS Editions, 2018 [2007].

>> Retrouvez notre dossier intégral sur la place de la femme dans le monde de l’art dans notre numéro 324 <<

Condition de la femme artiste : elles témoignent (1)

Qu’elles soient comédienne, plasticienne, musicienne ou encore illustratrice, des personnalités nous parlent de leur condition de femme artiste. [Première partie]

TEMOIGNAGE_CAMILLEROODGOLI (1)
(Photo François Manrique)

CAMILLE ROODGOLI

ARTISTE PLASTICIENNE TOURANGELLE

« On n’est pas souvent prise au sérieux. Il faut toujours être très claire avec les intentions des interlocuteurs. En tant que jeune femme, j’ai vécu beaucoup plus de situations déplaisantes que difficiles.
Je me souviens d’un galeriste à qui j’avais envoyé mes créas en photo. Je n’avais jamais eu la moindre réponse. Un jour, je le croise et il me dit : ‘’ Vous me dites quelque chose ’’. Je lui ai répondu : ‘’Oui, je vous ai envoyé mon travail, mais je n’ai jamais eu de réponse.’’ Il m’a ajoutée sur Facebook, m’a proposé de boire un café pour parler de mes créations. Une fois avec lui, j’ai compris qu’il n’aimait pas mon travail et voulait juste coucher avec moi. Évidemment, il a eu le revers de la médaille… Il ne faut jamais sous-estimer une artiste femme, ça peut être fatal.
La différence de traitement entre un homme artiste et une femme artiste est souvent liée au réseau et au capital de la personne. Sans réseau, on n’expose pas ; sans argent, on ne crée pas. »

AURÉLIA POIRIER TEMOIGNAGE_AURELIAPOIRIER

COMÉDIENNE TOURANGELLE (LAZY COMPANY, MONUMENTS MEN, LE PORTEUR D’HISTOIRE…)

« Je ne ressens pas de différence de traitement quand je suis sur un plateau, ou au niveau de mon salaire par exemple. En revanche, on attend encore souvent d’une comédienne qu’elle soit jeune et belle. Entre 40 et 60 ans, si tu n’as pas un réseau solide ou une notoriété, c’est très difficile. Alors que, bien souvent, les hommes percent vers les 40 ans… Nous sommes plus nombreuses mais il y a plus de rôles pour les hommes.
Dans le théâtre classique, il y a davantage d’hommes que de femmes. Mais j’ai l’impression que les choses évoluent.
Le regard masculin ? Impossible de généraliser. Je pense que les hommes tombent souvent sous le charme des actrices, car elles sont généralement très sensibles et un peu folles. Quant à la profession de manière plus large, il manque de la curiosité mais c’est valable pour les deux sexes. Au théâtre, c’est différent. Mais pour l’image, tant que tu n’es pas ‘’ bankable ’’, tu ne comptes pas vraiment. »

TEMOIGNAGE_SKOF
(Photo © Stéphane Gay)

SKOF

RAPPEUSE, AUTEURE ET INTERPRÈTE INDÉPENDANTE DE TOURS, MEMBRE DU COLLECTIF MATRIX GANG

« La plupart du temps, les regards masculins sur mon statut d’artiste sont impressionnés, car les gars voient en moi un petit je-ne-sais- quoi qui fait que je peux avoir ma place dans le ‘’ game ’’. Malheureusement, comme trop souvent, les intérêts ne sont pas innocents ou professionnels… J’ai l’impression de ne pas être prise au sérieux.
Dans des concours, tout le monde va savoir que tu es la meilleure – public comme jury – mais tu ne seras jamais première. C’est énervant : je suis impulsive, j’ai un fort caractère, donc je fifififinis par m’embrouiller (rires) !
À force, on finit par douter de soi en étant confrontée à ce sexisme. Et c’est encore pire quand tu n’es pas de type caucasien(ne)… Une femme qui rappe n’est pas prise au sérieux en France. À part Diam’s, je ne vois aucune artiste rap dans les grands médias. La femme aura toujours davantage de travail à fournir pour être considérée. »

Témoignages recueillis par Aurélien Germain

Apprentis Parents : comédie touchante sur l’adoption

Une comédie touchante et intelligente sur l’adoption ? C’est possible et c’est signé Sean Anders, avec Apprentis Parents.

PAUSE_CINE

On le sentait venir gros comme une maison… Une comédie signée Sean Anders (réalisateur des Very Bad Dads et Comment tuer son boss 2), dont le pitch se résume à un couple qui, voulant adopter un ado, se retrouve avec deux petits et leur grande sœur de 15 ans un poil rebelle ? Aïe.
Avec, en plus, son affiche cliché, Apprentis Parents avait tout pour se résumer à une énième comédie US débilitante et trop facile.

Sauf que cela nous apprendra à venir avec nos gros préjugés en tête ! Car au final, le film d’Anders est bien loin de ça. Inspiré d’une histoire vraie, il s’agit surtout d’une comédie dramatique qui ne se sert de l’humour que pour mieux appuyer son récit et poser ses thématiques.

Loin d’enquiller les vannes faciles, Apprentis Parents dose savamment ses gags pour dépeindre de façon juste et touchante le parcours des parents adoptifs. En utilisant le point de vue aussi bien des adultes que des enfants placés en accueil, l’œuvre se fixe sur les longues formations, les peurs, les hauts et les bas…

C’est également le casting qui donne toute la substance à l’histoire. Ici, le couple formé par Mark Wahlberg et Rose Byrne, éminemment sympathique et naturel, se voit transcendé par l’excellent jeu d’Isabela Moner (qu’on retrouvera bientôt dans le rôle de Dora l’exploratrice). La jeune comédienne, brillante, crève l’écran.
Tout comme la petite Julianna Gamiz, exceptionnelle de naturel, apportant à l’ensemble une crédibilité bienvenue.

Le film n’évite évidemment pas le happy-end gentillet, les rebondissements prévisibles et quelques longueurs. Mais, tout en sensibilité et bien écrit, Apprentis Parents se voit comme une chronique généreuse sur l’adoption. Et surtout réussie.

> Comédie, de Sean Anders (USA). Durée : 1 h 59. Avec Rose Byrne, Mark Wahlberg, Isabela Moner…
> NOTE : 3,5/5

Les étudiants en journalisme partent au Maroc pour Projet Marrakech

Avec Projet Marrakech, les élèves de l’EPJT veulent partir au Maroc pour y réaliser un magazine en ligne.

index

Vous aviez déjà eu un aperçu de leur plume dans le numéro du 23 janvier de tmv. Mais bientôt, c’est vers le Maroc que devront s’envoler les étudiant(e)s de l’École publique de journalisme de Tours (EPJT).

Dans le cadre d’un projet éditorial, ces élèves en deuxième année réaliseront un magazine multimédia – donc 100 % en ligne – sur la jeunesse marocaine. Pour ce faire, ils ont besoin d’aides financières et matérielles.

Les jeunes journalistes ont donc mis en place une cagnotte participative, afin de boucler ce projet.
Des contreparties sont prévues pour chaque participation, allant du petit merci accolé à votre nom dans le magazine en ligne, à la carte postale, en passant par des tote bags ou encore du contenu exclusif… et une chanson !

A l’heure où nous publions cet article, leur cagnotte atteignait 590 € sur les mille escomptés. Il reste encore une trentaine de jours pour les aider.

> A suivre également sur Twitter
> Lien pour la cagnotte : juste ici !

Olivier Giroud : « Le plus beau métier du monde »

Cet ancien joueur du Tours Football Club, attaquant de l’équipe de France et de Chelsea, n’a rien lâché pour vivre de sa passion et devenir champion du monde.

BONUS_GIROUD1

Comment avez-vous vécu le retour de la Coupe du monde ?*
« C’était extraordinaire, c’est là que je me suis rendu compte que je faisais le plus beau métier du monde, quand on est descendu sur les Champs-Élysées en bus, avec tous ces gens… C’était impressionnant de voir l’engouement qu’il y a pu avoir autour de l’équipe de France et encore une fois, il n’y a que le football qui peut réaliser ce genre de chose. On était en totale immersion en Russie mais dès qu’on est arrivé en France, on a compris la portée de notre exploit. »

Comment s’est passée votre scolarité ?
« Déjà au collège, dès 12-13 ans, j’étais en Sport Études. Je m’entraînais trois fois par semaine et je jouais les matchs le week-end. Ensuite, à 15 ans, au lycée, c’est passé à des entraînements tous les jours après l’école. J’ai fait ça de la seconde à la terminale et j’ai passé mon bac ES, ce n’était vraiment pas facile de concilier ma passion et l’école. Il faut être motivé et fort mentalement, il y avait beaucoup de fatigue et il fallait rester concentré. J’ai continué mes études après le lycée parce que j’avais le sentiment de devoir continuer et j’en avais la possibilité tout en signant mon premier contrat professionnel. »

Quel a été votre parcours professionnel ?
« Dès ma deuxième année pro à Grenoble, je suis parti en prêt un an à Istres pour progresser et gagner en temps de jeu. Après, c’est le club de Tours qui est venu me chercher. Il me restait encore un an de contrat à Grenoble mais j’ai décidé de partir en Indre-et-Loire, racheter ma dernière année de contrat à Grenoble, et signer un contrat de trois ans au Tours FC. Ensuite, je suis parti à Montpellier, puis je me suis installé à Londres il y a six ans et demi pour jouer à Arsenal et maintenant à Chelsea. Ma première sélection en équipe de France date de 2011. »

Est-ce que c’est difficile de devenir footballeur professionnel ?
« C’est très difficile, dans le sens où sur une génération de vingt joueurs qui ont entre 13 et 15 ans, il y en a seulement un ou deux qui vont réussir à faire carrière. Donc il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Ce qui fait que tu y arrives ? Je dirais la détermination que tu peux avoir à vouloir réussir ton rêve de gosse, la force mentale, l’envie et l’ambition jouent une part très importante dans le sport quand tu es jeune. Après bien sûr, il y a des aptitudes physiques, le talent… le tout fait que tu as la chance d’être repéré et de passer d’un rêve à la réalité. » Avez-vous parfois froid en travaillant ? « L’été c’est parfois difficile parce qu’il fait chaud, mais bon en Angleterre ça va (rires). En revanche, l’hiver quand on joue le soir et qu’il fait 0°C ou moins, c’est délicat et difficile. Mais ce qui est compliqué c’est aussi de répéter les efforts, notamment en pré-saison, quand on reprend la préparation physique qui permet de tenir le reste de l’année. Mentalement il faut donc être prêt à souffrir. Il y a beaucoup de souffrance physique parce que c’est un sport et qu’il faut savoir se faire mal pour atteindre ses objectifs et pour l’équipe. On n’a rien sans rien. »

Propos recueillis par Pauline Phouthonnesy
(*) Les questions ont été proposées par les 3e du collège Jules-Romains à Saint-Avertin et lycéen de seconde de Sainte-Ursule à Tours.

>> Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le Guide des Études de La Nouvelle République ou en version en ligne ici.
>
> Retrouvez notre dossier spécial orientation scolaire dans le numéro 323 de tmv à télécharger ICI << 

#WTF 68 : la dure semaine des stars

Vous avez loupé l’actualité insolite et #WTF des jours passés ? Séance de rattrapage !

PAUSE_WTF

> « On va jeter l’opprobre sur Gad Elmaleh au Québec. » Louise Richer, directrice de l’École nationale de l’humour à Montréal, n’est pas contente. L’humoriste français a effectivement été – de nouveau – épinglé et accusé d’avoir plagié des comiques canadiens et américains. Mais au pays des caribous, on ne rigole pas avec ça. Le Bordel Comédie Club a ainsi publié un tweet annonçant : « Pour protéger les humoristes et les créateurs, nous avons décidé de bannir Gad Elmaleh de notre établissement. » Gad ne pourra donc plus se produire sur la scène de ce cabaret… ni même venir assister à d’autres performances.

> Au Canada toujours, sachez que notre pays paralysé par les quelques flocons de neige et la tempête Gabriel a bien fait rire les Québécois qui se sont empressés de se moquer sur les réseaux sociaux.

> La chanteuse Ariana Grande a voulu se faire tatouer « 7 rings » (« 7 anneaux », en référence à sa chanson) sur la main, en japonais. Pas de bol pour l’artiste, les lettres qu’elle a inscrites désignent plutôt une sorte de petit barbecue transportable. C’est bien aussi, hein…

> En Floride, un nid de poule au milieu d’une rue de Miami a permis au FBI de mettre au jour un tunnel clandestin relié à une banque.

> À New York, le milliardaire Ken Griffin vient d’acheter l’appartement le plus cher des États-Unis. Le prix ? 238 millions de dollars seulement. La surface de ce quadruplexe ? Un tout petit 2 200 m2. L’homme pourra ainsi profiter de ses quatre étages, ses 16 chambres et ses 17 salles de bain.

Le Pressé : plaisir des sandwiches chauds

Il s’est installé il y a peu dans le Vieux Tours. On a fait un tour au Pressé, rue du Change, pour tester ses sandwiches chauds.

PAUSE_RESTO
Notre « Mat » que l’on a goûté avec appétit. (Photo tmv)

« Je ne veux pas devenir millionnaire avec mon enseigne. Je veux juste faire plaisir aux gens avec mes sandwiches ! » Nico, à la tête du restaurant Le Pressé, est humble et a toujours le petit mot qui va bien. Il prend un réel plaisir à faire tourner son échoppe rue du Change, ouverte en décembre dernier.

49132499_273396076868278_6346026334044553216_n
(Photo Le Pressé)

« Je veux vraiment faire les meilleurs sandwiches », confie-t-il. Vous voyez les paninis tout plats, secs, industriels, où il faut une carte au trésor pour trouver un bout de jambon à l’intérieur ? Eh bien, pas de ça ici ! Le Pressé envoie valser tout ça. Son credo : du sur place et de la cuisine maison.
Même les sauces. Nico y tient. « Même si je fais dans la restauration rapide, j’essaye de proposer des sandwiches plus travaillés et composés. »

La carte, ce jour-là, nous donnait envie à tous les niveaux. Le Gui avec sa coppa, raclette et cornichons ? Le Jeanne avec son mélange de saucisse, compotée d’oignons et moutarde à l’ancienne ? Argh… va plutôt pour le Mat ! Le sandwich, bien chaud et pressé (façon panini, donc), arrive coupé en deux.

Première réaction : le pain est excellent (c’est artisanal et ça vient des Halles), croustillant et un poil doré. À l’intérieur, le cheddar fond sur la roquette et sur le boeuf Black Angus séché et savoureux, coupé en fines lamelles. La sauce à l’échalote au vin rouge se marie parfaitement à l’ensemble préparé avec justesse.
On était pressés avant d’arriver au Pressé. Mais on a finalement pris le temps d’y rester. C’est qu’on a aimé l’endroit, non ?

> Le Pressé, 7 rue du Change à Tours. Ouvert du lundi au samedi, midi et soir. Sur place à ou à emporter. Contact : sur Facebook ou Instagram ; 09 72 10 58 84.
> Tarifs : de 5,50 € à 7 € pour les sandwiches chauds. Pressé choco de 1,50 € à 2,50 €. Boissons locales. Eau détox gratuite.

A.G.

Coup de projecteur sur Toukan Toukän

Le groupe électro-pop Toukan Toukän revient en duo sur le devant de la scène. Les musiciens sont lauréats du dispositif national Fair 2019, une occasion rêvée pour percer dans le monde des musiques actuelles.

(Photo Elisabeth Froment)
(Photo Elisabeth Froment)

DUO

Dans le duo Toukan Toukän, il y a la chanteuse Laure Berneau. Ce qu’elle aime par- dessus tout ? Composer. « J’ai découvert la musique assistée par ordinateur il y a six ans. Il suffit d’un clavier pour créer un orchestre entier », apprécie- t-elle. Son partenaire s’appelle Étienne Faguet. Lui réalise tous les arrangements électroniques. Avec sa formation de batteur, il a le sens du rythme. Et l’électro, il aime ça.

PASSION

La musique ? « À force d’en faire, on devient totalement accro. On ressent des sentiments tellement forts que ça nous obsède. C’est aussi merveilleux que difficile », exprime Laure. Étienne voit la musique comme une passion et un métier exigeant. Inconcevable pour lui d’en faire un job alimentaire. Et Laure d’ajouter : « Comme on vit depuis peu de notre musique, ça nous rend boulimique de travail ! »

EP & CLIP

En 2018, le duo a présenté sa nouvelle identité, avec la sortie de son EP (Vs the Giant Octotune). Leur style ? « Une musique pop, joyeuse, dansante et positive, aux sonorités exotiques, décrivent-ils sans vouloir se coller d’étiquettes. Nous mêlons notre culture pop aux influences qui nous inspirent, comme les percussions indiennes et africaines. » Une invitation au voyage que l’on retrouve dans leur clip sorti en décembre, Mr Boring, à l’univers bien particulier.

PARCOURS

Leur rencontre remonte à dix ans, alors qu’ils étudiaient sur Tours. Ils sont passés par les écoles tourangelles Jazz à Tours ou Tous en scène. Ils étaient ensemble dans des groupes comme Les Hommes de Lola ou Boys in Lilies. Né en 2015, Toukan Toukän était une formation scénique à quatre : un batteur, un guitariste, Laure au chant et Etienne à l’électro. En 2016, le coup de coeur du festival Terres du son leur a donné un coup de boost. Mais après le départ du batteur puis du guitariste, il a fallu reconstruire le projet.

PROPULSION

 Récemment, les deux artistes ont appris une excellente nouvelle : ils sont lauréats de la sélection nationale Fair 2019, un dispositif de soutien au top pour lancer sa carrière dans les musiques actuelles. Avant Toukan Toukän, des musiciens comme Dionysos, Christine and the Queens, Jain et Miossec sont passés par là. Avec un nouvel EP en préparation, l’année 2019 s’annonce prometteuse.

Nathalie Picard

Horoscope WTF du 6 au 12 février 2019

Moins cher qu’une consultation chez Mme Irma, plus fiable que le loto (enfin, presque), retrouvez notre horoscope qui jamais ne se trompe (enfin, presque).

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/3ornk64Apg6Ip97m5W » width= »480″ height= »427″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-funny-fail-lol-3ornk64Apg6Ip97m5W »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Pour un flirt avec toi, je ferai n’importe quoi.
Gloire : (héhé, ça y’est, on vous a rendu tout chose, graou !)
Beauté : Vous ressemblez à un goupil acnéique.

TAUREAU
Amour : Saint-Valentin rime avec lamantin. Vous voyez où je veux en venir ?
Gloire : Non ? Bah voilà, c’est bien un Taureau ça. Vous pigez jamais ce qu’on vous raconte. Mou du bulbe et dur de la feuille.
Beauté : Oui on est méchants, mais il faut vous asticoter mes choupis. Bon, sinon, vous êtes canon. La bise.

GÉMEAUX
Amour : Erk, vu votre ex, il serait judicieux de passer dans un sas de décontamination.
Gloire : L’astrologue sait quelque chose sur vous. Et c’est vraiment pas joli-joli, tsssk.
Beauté : Ça fait quoi d’être si sexy ? Pas trop dur à vivre ?

CANCER
Amour : La Saint-Valentin approche. Vous allez pouvoir faire ce que vous faites de mieux : briser les couples.
Gloire : Quel(le) rebelle vous faites ! On dirait Bernard Henri-Lévy.
Beauté : Le lobby des sousvêtements moches veut vous recruter.

LION
Amour : D’après un expert sur BFM TV, vous avez une vie sentimentale plutôt triste quand on y pense.
Gloire : Comme le dirait le poète incompris Franck Ribéry, « Arrêtez de vous battez ».
Beauté : On vous en dira plus le mois prochain. Là, j’ai pas envie.

VIERGE
Amour : Mais qu’est-ce que j’en sais, moi ?
Gloire : Vous avez cru que j’allais vous filer un horoscope gratos, comme ça, bim, bam, boum ?
Beauté : Ah sinon, les astres prétendent que ressemblez à un strudel. Bisou.

BALANCE
Amour : Il y a déjà suffisamment de gens sur Terre. Pitié, ne faites pas d’enfants.
Gloire : Vous êtes comme un journaliste télé, à mettre des intonations débiles partout dans vos phrases.
Beauté : Mh, sympa votre carrure de céleri.

SCORPION
Amour : Eh bé… dire que vous allez vous reproduire.
Gloire : Vous feriez moins les malins face à Pascal le grand frère.
Beauté : Rien ne vaut un Scorpion tout nu. Surtout vous.

SAGITTAIRE
Amour : Euh, vous êtes au courant qu’à deux, c’est quand même mieux ?
Gloire : Vous changez d’avis comme de slip et ce n’est pas très glorieux.
Beauté : Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi êtes-vous si mal fringué(e) ? Que de questions existentielles.

CAPRICORNE
Amour : On vous en demande trop. Faites la grève du sexe.
Gloire : Aïe, vous souffrez du syndrome de Witzelsucht (oui, va falloir chercher sur Google).
Beauté : Comme dirait les Hanson, Mmmbop, ba duba dop, ba du bop, ba duba dop.

VERSEAU
Amour : Vous êtes une fleur parmi les fleurs… Anw… VIVEMENT QU’ON VOUS DÉRACINE MOUAHAHA.
Gloire : Secrètement, vous êtes fan de Kev Adams. Et c’est la honte.
Beauté : Vous êtes comme du beurre étalé sur une tartine trop grande.

POISSONS
Amour : Soyons clairs, je ne vous aime pas et vous ne m’aimez pas non plus.
Gloire : Est-ce pour autant qu’on doit se faire la guerre, mes p’tits Poissons ?
Beauté : « Mbop, mbop », me répondrez-vous, telle la truite sauvage que vous êtes.

Orientation scolaire : dédramatisez !

Laetitia Toffart est coach d’orientation scolaire et professionnelle à Tours. Elle livre quelques conseils pour se lancer correctement… et pour arrêter de stresser.

UNE
C’est l’heure de s’orienter ? Alors suivez les conseils !

A comme année de césure

L’année de césure, bonne ou mauvaise chose ? Pour Laetitia Toffart, la réponse est claire : « C’est super bien ! » Cette parenthèse d’un an dans le cursus d’un(e) étudiant( e) « permet de faire un moment de pause, de souffler avant de repartir ». Stop aux préjugés : ce n’est pas l’année de la glandouille (expression des années 1920, de rien).
« L’année de césure, ce n’est pas un moment où on ne fait rien, attention ! C’est valider un projet et s’ouvrir à des choses qu’on ne connaît pas. On gagne en maturité », précise la coach qui rappelle également que de plus en plus d’écoles post-bac valorisent ce choix.

C comme coaching

C’est une des solutions parmi tant d’autres pour s’aider dans son orientation. Laetitia Toffart, dont c’est le métier donc, explique son rôle : « On aide les lycéens et étudiants sur les questions d’orientation et on les accompagne pour qu’ils se projettent dans leur avenir professionnel. L’idée est de ne pas penser en terme de stratégie d’études mais de se dire : “ vers quoi j’ai envie de me diriger ? ’’ »
Avec elle, le jeune imagine l’après et devient « acteur de son projet ». [Les prestations d’un coach en orientation sont payantes – NDLR].

D comme dédramatiser

Comment peut-on dédramatiser intelligemment l’orientation ? « Il faut partir du principe que rien n’est joué, que tout peut évoluer », conseille Laetitia Toffart. Selon elle, il y a bien trop de pression. Les choix se font très tôt. « Parlez-en de façon posée. Et puis, il y a de plus en plus de possibilités d’alternance. » Pour elle, il faut également arrêter de dire que tel secteur est bouché.
D’une, car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer d’ici plusieurs années (qui eut cru qu’un jour, X aurait été pris comme astrologue de tmv ?). De deux, car « si l’élève est motivé et qu’il aime ce qu’il fait, il s’en sortira ». La passion avant tout.

E comme erreur

Oui, on le sait : orientation = stress. Et oui, on le sait : « Môman, je me suis trompé dans mon orientation, c’est la fin du monde, on va tous mourir. » Oui, mais non. « Rien n’est grave !, répète Laetitia Toffart. Il y a de plus en plus de passerelles pour changer. Une erreur d’orientation est rattrapable. Il suffit simplement de se demander pourquoi on s’est trompé. C’est souvent par méconnaissance. Il ne faut pas dramatiser : ce n’est pas une question de vie ou de mort. » Donc lycéens, étudiants (et parents !) : on se détend.

P comme potentiel

C’est l’un des mots-clés à retenir. Le conseil le plus précieux à fournir à un jeune qui choisit son orientation ? « Il faut se baser sur le potentiel, l’envie et la motivation », dit Laetitia Toffart. Le potentiel permet d’être acteur de son projet. Et si on est motivé, on réussit. CQFD.

P comme parents

Laetitia Toffart
Laetitia Toffart

On vous voit, les parents stressés. Certains influencent le choix des enfants. Mais il faut éviter. En revanche, « les parents sont utiles pour parler du monde professionnel. C’est important, ils doivent partager leurs expériences et faire entrer en contact les jeunes avec leurs réseaux ».
D’après une étude de l’Observatoire du premier emploi et d’Opinion- Way pour le site My Job Glasses, 69 % des jeunes estiment que l’école ne les a pas assez préparés à leur premier emploi. Alors chers parents, à vos conseils !

> Contact Laetitia Toffart : atoutagecoaching.fr 

Propos recueillis par Aurélien Germain

Néogourmets dit halte au sucre !

Des biscuits bio sans sucre ajouté ni additifs et fabriqués au coeur de la Touraine : c’est le pari de Gaëlle Hermange qui a lancé Néogourmets avec son mari. Une entreprise familiale qui veut révolutionner le monde des gâteaux, changer les habitudes… et nos palais.

NEWS_NEOGOURMETS (2)

Néogourmets est encore tout récent sur le marché. Pouvez-vous rappeler son concept ?
Gaëlle Hermange : Ce sont des biscuits innovants, sans sucre ajouté et sans additifs. De toute façon, le sucre n’a aucun apport nutritionnel, ses effets sont néfastes. Nos gâteaux sont donc sucrés naturellement avec de l’abricot sec qui est un fruit riche en minéraux et en vitamines. Son index glycémique est bas, il arrive doucement dans le sang. Avec mon mari, on s’est dit que sur le marché du sans sucre, les produits proposés étaient quand même trop souvent chimiques et remplis d’édulcorants. Je voulais une alternative saine et gourmande, même sans la présence de sucre.

L’aventure est partie de votre souci de santé, non ?
Oui, suite à un problème, je ne peux plus consommer de sucre. J’ai donc souhaité faire des biscuits que je puisse manger, tout comme mes enfants. C’est dur de l’éviter, le sucre est partout ! Des études ont également prouvé qu’il était plus addictif que la cocaïne ! Difficile de s’en passer…

Faire de Néogourmets une aventure familiale, c’était quelque chose de pensé et réfléchi ou est-ce venu par hasard ?
Mon mari et moi-même sommes entrepreneurs dans l’âme. C’était aussi un nouveau challenge pour moi, puisque ça n’existait pas. On s’est donc dit : ‘’Allez, c’est le moment, c’est maintenant !’’. On voulait faire quelque chose de juste, qui apporte à la société. Et mes trois enfants sont à fond également ! Ils goûtent à tout.

Ce sont vos cobayes !
Oui exactement ! (rires) On travaillait sur ce projet depuis un an et demi et mes enfants sont les meilleurs testeurs. Avec eux, pas de langue de bois. Si ce n’est pas bon, croyez-moi qu’ils le disent tout de suite.

J’ai cru comprendre que vous aviez pris plusieurs engagements au niveaux des ingrédients, comme la farine de blé.
On a pensé le produit pour minimiser la réaction de la glycémie. Donc on utilise de la farine intégrale pour une recette la plus saine possible. Il fallait parvenir à garder le côté gourmand et le plaisir.

NEWS_NEOGOURMETS

On a beaucoup d’a priori sur le sucre. Un produit sans nous paraît plus fade…
Tout à fait. Je suis consciente qu’il faut aussi rééduquer notre palais. Le sucre est vraiment un exhausteur de goût. Sans, les saveurs fonctionnent différemment. On n’a plus l’habitude. Mais il faut avoir envie de mieux manger, tout en restant gourmands et gourmets.

Une diététicienne vous suit dans le projet ?
Camille Baïssas apporte tous les mardis matins les conseils nutrition et santé à ceux qui nous suivent sur les réseaux sociaux. On a également écrit un livre de recettes avec elle. Le projet l’avait emballée, car elle dit chaque jour à ses patients que l’avenir se fera sans sucre. On nous a tellement bassinés avec le gras qui fait grossir… mais c’est surtout le sucre !

Néogourmets, c’est aussi vegan ?
Sur nos quatre recettes actuelles, il y a en une vegane. Ce n’est pas notre concept de base, car on vise tout le monde. Mais le vegan est de plus en plus présent et celles qui sont dans ce mode de consommation ont déjà fait la démarche de manger mieux. Donc elles sont plus à l’écoute. Nos biscuits vegans sont faits avec de la farine de chia et sans œuf. Le beurre est remplacé par de l’huile de coco.

Quel est le consommateur visé avec vos gâteaux ?
Absolument tout le monde. En revanche, précisons que les matières premières sont très chères comme je le disais tout à l’heure, donc il faut avoir les moyens. On est sur du 4 € à 4,50 € le paquet de 80 g. de biscuits. Mais on veut démocratiser la chose pour baisser les coûts.

Vous ne faites que de la livraison ?
On vend nos biscuits sur la boutique de notre site Internet. Mais Néogourmets est aussi présent à Terres y Fruits à Saint-Cyr-sur-Loire et au Marché de Léopold. On essaye de nouer des partenariats, on a pas mal de pistes. C’est encore nouveau : on a démarré notre production au mois de décembre, donc ça se met en route. Ensuite, l’idéal serait de diffuser au niveau national, dans des magasins bio et dans les épiceries fines.

Vous avez une étiquette « fabriqué en Touraine ».  

(Photo Shutterstock)
(Photo Shutterstock)

C’est un produit de Touraine, oui. Évidemment, toutes les matières premières ne sont pas locales. Mais quand on peut, on travaille le plus possible avec des gens d’ici. La farine vient de Ballan-Miré par exemple.

Vous faites tout de chez vous ?
On a un bel atelier chez nous. On cherche tout de même des locaux et la Région Centre nous a aidés pour installer notre labo de production. Mais le but est de grandir, d’augmenter la capacité de production. Car les matières premières et les certificats bio coûtent cher.

En fait, vous préparez tout ça seuls dans votre sous-sol !
C’est un peu ça ! (rires) Mon mari et moi préparons tous les biscuits. Mais bon, l’idée est quand même de recruter, prochainement, un commercial et deux personnes pour la production et préparation des gâteaux. Il faut être ambitieux. Là, on a quatre recettes, mais on travaille sur d’autres. C’est un concept qui plaît, les gens sont prêts au sans sucre. Ils sont demandeurs.

Propos recueillis par Aurélien Germain
Photo : Néogourmets/GH sauf mentions

> Site internet de Néogourmets

> Page Facebook de Néogourmets

La Favorite : favori aux Oscars ?

Après The Lobster, Yórgos Lánthimos revient : sa nouvelle oeuvre, La Favorite, a tout pour plaire aux Oscars… mais pas que. Verdict !

PAUSE_CINE

Il était tout simplement impensable et impossible que La Favorite ne soit pas un film « oscarisable ». Un genre (le film historique à costumes), un réalisateur génial (Yórgos Lánthimos qui a reçu les honneurs avec The Lobster et Mise à mort du cerf sacré), un casting de folie (et très féminin) et, on le sent, une propension à diviser le public.
Résultat ? La Favorite se retrouve nommé dans dix (!) catégories aux Oscars.

Alors quoi ? Y a-t-il vraiment de quoi becqueter dans cette histoire de femmes, de pouvoir, d’ambition, de politique, de jeux de dupes au XVIIIe siècle sur fond de manipulations amoureuses ? Ou n’est-ce qu’un pétard mouillé ?

En premier lieu, c’est la mise en scène virtuose de Lánthimos qui saute aux yeux. Le cinéaste multiplie les angles de caméra incongrus ou peu souvent utilisés. Il offre des images d’une beauté hallucinante. Redoutable d’efficacité et chorégraphe de génie, il dynamite les codes du film d’époque et y insuffle une modernité bienvenue.
Ainsi, le réalisateur propose une oeuvre décalée, amusante, (d)éton(n)ante. Le récit, cruel, caustique et ironique, en profite même pour laisser les hommes de côté (et c’est tant mieux).

On est donc bien loin du film à costumes ronflant pour fans de Stéphane Bern. Lánthimos s’amuse ici à rester ce qu’il est : iconoclaste et punk. La mécanique narrative du film déroule quant à elle des dialogues vifs et ciselés, interprétés avec brio par une distribution de luxe (Emma Stone, brillante ; Rachel Weisz, lumineuse).

À la fois drame et comédie, tour à tour bouffon et malin, La Favorite montre bien que Yórgos Lánthimos n’a rien perdu de son mordant. Surtout quand il s’agit de dépeindre la nature humaine.

Aurélien Germain

> Historique (USA/GB/Irl), de Yórgos Lánthimos. Durée : 2 h. Avec Emma Stone, Olivia Colman, Rachel Weisz…
> NOTE : 4/5 

Prix Maya : une récompense littéraire animaliste

BD et roman seront récompensés le 22 juin par Le Prix Maya, récompense littéraire animaliste. Une première à Tours… et ailleurs !

45140532_316092612504982_1096417215508381696_o
(Photo Facebook Prix Maya)

C’est une première en France et elle aura lieu à Tours.
Le Prix Maya sera la première récompense littéraire animaliste du pays qui récompensera des ouvrages servant et faisant avancer la cause animale.

« Ce prix est dédié à l’éléphant Maya, libérée en juillet 2018 de l’univers des cirques par la mobilisation citoyenne et associative », précise, dans un communiqué, l’équipe organisatrice également aux manettes de la Vegan Place de Tours.

Au menu du Prix Maya ? Une sélection de romans et de bandes-dessinées avec un jury trié sur le volet et, bien sûr, engagé dans la cause animale : Isabelle Attard (docteure en archéozoologie et ancienne députée), Yolaine de la Bigne (journaliste et fondatrice de l’Université d’été de l’animal), Laurent Baheux (photographe animalier), Audrey Jougla (de l’association Animal Testing) et Sarah Merlo (association One Voice).

Soutenu par L214, Utopia 37 et L’Association végétarienne de France, le Prix Maya aura lieu le 22 juin, lors de la Vegan Place.

> facebook.com/prixmaya ou prixmaya.org

TOP 4 : nos pronos pour les Oscars

L’Académie a dévoilé la liste complète des nominations aux Oscars 2019 qui auront lieu le 24 février. Qui gagnera ? La rédac’ livre ses pronostics !

RAMI MALEK

L’acteur pourrait bien remporter la statuette du meilleur acteur pour son rôle de Freddie Mercury dans Bohemian Rhapsody. Une performance, une ressemblance et une transformation physique : les Oscars, en général, adorent.

PAUSE_ECRANS_TOP1

ROMA

Un film en noir et blanc, tourné en espagnol, avec des acteurs peu connus, le tout diffusé uniquement sur Netflix (une première) et qui est nommé dans 10 catégories. Vous sentez venir le (gros) truc ? Nous oui.

PAUSE_ECRANS_TOP2

LADY GAGA

On a souvent des surprises aux Oscars. Alors soyons fous : misons un kopek sur Lady Gaga nominée dans la catégorie « meilleure actrice principale », pour son rôle dans le film A Star is born. Un titre prémonitoire ?
PAUSE_ECRANS_TOP3

SPIKE LEE

On hésitait avec Pawlikowski mais notre choix se porte sur Spike Lee, pour la meilleure réalisation avec BlacKkKlansman. Accessoirement, on rappelle aux Oscars qu’aucune femme n’est en lice dans cette catégorie. Pas cool.

PAUSE_ECRANS_TOP4

 

>>> Retrouvez la liste des nominations juste ici <<<

 

 

On a testé La Grande Ourse

Le midi, on y mange (bien) et le reste de la journée, on peut y boire un (bon) coup. Notre verdict de La Grande Ourse !

PAUSE_RESTO (1)

Bon. Avouons-le : la rédac’ de tmv devait tester cet établissement depuis plusieurs semaines déjà. À force de passer devant et voir la salle remplie ou, encore récemment, de zieuter nos collègues de Tilt sur TV Tours (coucou à eux) invitant l’une des responsables de La Grande Ourse sur son antenne, il fallait bien qu’on y traîne notre estomac.
Jeudi dernier, les étoiles étaient enfin alignées ! On a pu essayer…

Faisons les présentations : La Grande Ourse, c’est le petit nouveau qui remplace les Agapes, rue Bretonneau. Ici, on est plutôt dans l’esprit bar-resto. Comprenez, un menu unique le midi et, le reste de la journée jusqu’au soir, on se détend en buvant des coups (au passage, la carte des bières est alléchante).

Au menu, de la cuisine populaire ou traditionnelle d’Europe qui change tous les jours. Les légumes sont bio, les produits locaux et on déguste tout ça dans une chouette ambiance (on a adoré la musique) et bon enfant grâce à Bettina au service et son immense sourire. Achille, lui, envoie la sauce derrière ses fourneaux et prépare ses plats avec amour, ça se sent.

On a pu tester la carbonnade flamande, savoureuse, et sa purée de patates bien douce en bouche (simple, mais c’est un régal). Le côté insolite de la chose, c’est qu’il n’y a que 20 portions produites chaque midi.
Autant dire qu’il est conseillé de réserver. D’une part, parce que la maison compte visiblement déjà de nombreux habitués. D’autre part, car… l’endroit est vraiment plaisant. Tout simplement !

> La Grande Ourse, au 39 rue Bretonneau à Tours. Ouvert du lundi au mercredi, toute la journée jusqu’à 20 h, le jeudi et vendredi toute la journée jusqu’à minuit et le samedi 17 h – 2 h. Fermé le dimanche. Contact : facebook.com/lagrandeoursetours et 02 47 96 31 87.
> Tarifs du midi : 14,90 € le menu (entrée, plat, dessert) ou 9,90 € le plat seul.

Horoscope WTF du 30 janvier au 5 février 2019

Une semaine avec un faux horoscope, une semaine avec un horoscope réalisé par nos étudiants adorés de l’EPJT… Bref, rassurez-vous, l’astrologue est de retour. Le vrai, le mirifique, l’extraordinaire. Et il ne dit pas ça parce que c’est lui-même qui écrit ce texte…

Avec des mots savants dedans un peu parfois (prenez un dico)

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/3o7ZeAiCICH5bj1Esg » width= »480″ height= »480″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-funny-fail-lol-3o7ZeAiCICH5bj1Esg »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER #optimisme
Amour : Oh, à quoi bon vu qu’on va tous mourir un jour ?
Gloire : Essayez de vous taire, juste pour voir ? Ah bah c’est tout de même mieux, non ?
Beauté : Non bon allez, vous avez pris trop cher. Bélier rime avec perfection incarnée !

TAUREAU
Amour : L’amour de votre vie souffrira de trichophagie. Pas d’pot.
Gloire : Comment peut-on donner le permis à quelqu’un comme VOUS ?
Beauté : Ce week-end, on vous amputera du nez et vous ressemblerez à un Snorky.

GÉMEAUX
Amour : Non, aimer, c’est pas c’qu’il y a d’plus beau, c’est pas monter si haut et toucher les ailes des oiseaux…
Gloire : … Aimer, c’est juste foncer dans un mur plein de gros pics pointus et trempés dans de l’acide.
Beauté : Des cours de strip-tease vous feraient le plus grand bien. Vous vous désapez aussi bien qu’un boudin de porte.

CANCER
Amour : Allô l’hôpital ? C’est la charité qui appelle pour vous dire qu’elle se fout de vous.
Gloire : Ci-dessous, une astuce beauté :
Beauté : Enroulez-vous dans un plaid et hop, avec votre gabarit, on dirait un rouleau de printemps !

LION
Amour : La constellation du Daniel Lévi vous indique que c’est tellement court une vie, tellement fragile aussi, que de courir après le temps, ne laisse plus rien à vivre.
Gloire : Epistaxis ce weekend.
Beauté : Votre carrure de flageolet vous fera entamer février du bon pied.

VIERGE
Amour : Quelle est la différence entre une girafe ? …
Gloire : … Aucune, les deux pattes sont de la même longueur sauf la droite.
Beauté : Voilà, voilà… On vient de foutre en l’air votre horoscope. À la semaine prochaine mes petits gnocchis !

BALANCE
Amour : Oula it stinks le pâté tout ça !
Gloire : Comme on dit : Jetzt stehen die Kartoffeln auf dem Tisch, jetzt werden si auch gegessen ! AHAHAHA !
Beauté : Snif… Vous sentez ? C’est l’odeur du gros bouton dégueu qui arrive sur le front !

SCORPION
Amour : Votre vie sentimentale est comme Xavier Dupont de Ligonnès : introuvable.
Gloire : Inutile de faire la galette l’an prochain : vous êtes déjà le roi/la reine de ce triste monde.
Beauté : Trop choupi votre peau flasque, on dirait du chewing gum.

SAGITTAIRE
Amour : Votre meilleure amie s’appelle main droite. Allez bisou !
Gloire : On vous surnomme Pousse-Caca.
Beauté : Votre corps rhagoïde ne nous impressionne guère, sachez-le.

CAPRICORNE
Amour : Votre vie sexuelle sera aussi excitante qu’une partie de curling.
Gloire : Vous êtes plutôt un agélaste en ce moment !
Beauté : Quel superbe teint ! On dirait du tofu.

VERSEAU
Amour : Votre tendance à psittaciser agacera l’être aimé.
Gloire : Cet été, vous vous reposerez les pieds en éventail, annnnw…
Beauté : … Mais ce sera uniquement pour ventiler vos durillons, désolé.

POISSONS
Amour : Faites une tartine avec votre frustration.
Gloire : Tel le mi-cuit au chocolat, vous êtes cuit de l’extérieur, mais dès qu’on vous ouvre le bide, vous dégoulinez de partout. Erk.
Beauté : Votre front brille plus que votre avenir.

A Grande-Synthe, des lycéens tourangeaux aux côtés des migrants

Dans le dernier numéro de tmv, retrouvez un portfolio retraçant la semaine de lycéens tourangeaux qui ont œuvré auprès d’associations aidant les migrants à Grande-Synthe.

014_17_12_2018__DSC4299

Ils sont huit. Huit lycéens de Notre-Dame La Riche à avoir choisi de s’engager dans un projet humanitaire qui a changé pour toujours leur façon de voir la question des migrants et des différences en général.

Pendant une semaine, du 15 au 21 décembre dernier, ils ont vécu au contact des migrants, à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Ils ont dormi dans les locaux d’Emmaüs et, chaque jour, ils ont partagé, en bénévoles respectueux des procédures en place, le travail des associations agréées.
Ils ont participé à des distributions de nourriture, ils ont joué au foot avec des gamins qui n’avaient plus souri depuis longtemps, ils ont partagé des moments et des histoires de vie avec des humains dont ils ne connaissaient pas la langue. Ils ont vu et entendu tous les acteurs de ce drame social qui se joue encore tous les jours, sous l’oeil avide des caméras comme dans l’indifférence générale.

Les migrants, bien sûr, dont les histoires les ont touchés, mais aussi les politiques, les policiers, les militants associatifs, les habitants. Ils en sont revenus à la fois plus sensibles et plus forts et ont souvent, depuis, un peu de mal à faire comprendre aux autres ce qu’ils ont vécu et la réalité de ce qu’ils ont vu. Grâce au photographe Olivier Pain, qui a vécu en immersion cette expérience, ils ont pu mettre des images et des mots sur cette semaine si particulière.

Photos : Olivier Pain, photoreporter

>> Le portfolio dans son intégralité, ainsi que les témoignages des lycéens, sont à retrouver dans le numéro 322 de tmv <<

019_17_12_2018_Aprem__OL50957

« On faisait des activités avec les enfants, comme du dessin et ça leur permettait de s’exprimer. Je me souviens par exemple d’un enfant qui avait dessiné des gens qui pleuraient, des bâtiments qui s’écroulaient. » « Je me souviens que le lundi, on a fait de la peinture au centre d’accueil. On a dessiné des mains de couleur sur du papier blanc et moi, j’ai trouvé ça très beau, comme un symbole. »

042_18_12_2018__OL51073 032_17_12_2018_Aprem__OL50974

« Il y a une chose qui m’a marquée : il y avait un homme, il avait des bananes et des bonbons et il me les a donnés. Même en ayant très peu de choses, les migrants voulaient nous donner ce qu’ils avaient. Quand on avait froid, on nous proposait un manteau, alors que c’était plutôt à nous de leur donner des choses, normalement. »

056_17_12_2018_Aprem__OL51002 107_20_12_2018__OL51408

 

 

Si Beale Street pouvait parler : le retour de Jenkins

Barry Jenkins est de retour. Après le magnifique Moonlight, il signe Si Beale Street pouvait parler, tout aussi éblouissant.

PAUSE_CINE

La planète ciné avait laissé Barry Jenkins en 2017 avec son Moonlight, véritable pépite sensible, drame intime à fleur de peau. Celui-ci était d’ailleurs reparti avec trois Oscars sous le bras. Il est peu dire que le cinéaste était attendu de pied ferme pour son oeuvre suivante.
D’autant que ce Si Beale Street pouvait parler sera lui aussi présent aux Oscars (trois nominations : scénario, second rôle féminin et musique).

Cette fois, Barry Jenkins adapte un roman de James Baldwin, son auteur fétiche qui lui a permis de « mieux comprendre ce qu’était la masculinité noire ». Direction les années 70, où la caméra se pose sur Tish et Fonny, deux habitants de Harlem, follement amoureux et prêts à avoir un enfant… jusqu’à ce que le jeune homme soit incarcéré suite à une erreur judiciaire.

Magnifié par la superbe photographie signée James Laxton, porté par la finesse de jeu de ses comédiens (Regina King mérite amplement sa nomination à la cérémonie des Oscars, donc), Si Beale Street pouvait parler se transforme en beau film tragico-romantique (ou romantico-tragique, à vous de voir).

Tour à tour poignant et engagé, fabriqué comme une chronique de la société afro-américaine, le long-métrage brille toutefois moins que Moonlight. En cause, notamment, sa tendance à la sur-esthétisation : l’exercice de style se fait alors au détriment de la portée symbolique et de la force du récit.

Mais bien sûr, pas de quoi torpiller ce film sensible et humain, intimiste et poétique. Avec Si Beale Street pouvait parler, Barry Jenkins prouve une nouvelle fois qu’il est un formidable directeur d’acteurs… et surtout un réalisateur prometteur devenu incontournable.

Aurélien Germain

> Drame, de Barry Jenkins (USA). Durée : 1 h 59. Avec Kiki Layne, Regina King, Stephan James…
> NOTE : 4/5

Ponctualité des trains régionaux : objectifs non respectés

Les trains régionaux sont-ils souvent en retard ? Oui, à en croire la plateforme Open Data qui recense les données sur la ponctualité des TER et Intercités.

(Photo archives NR)
(Photo archives NR)

La Région Centre Val-de- Loire a publié les données concernant la ponctualité des trains TER et Intercités pour l’année 2018. Il s’agit d’une plateforme Open Data, accessible gratuitement sur Internet, qui offre la possibilité à chacun d’observer les indicateurs à ce sujet.

Ce service est proposé par la Région elle-même, puisqu’en tant que collectivité organisatrice des trains régionaux, elle peut fixer les objectifs de ponctualité à la SNCF…

Mais pour 2018, les chiffres ne sont pas très bons. Par exemple, la ligne Paris-Orléans- Tours obtient une ponctualité de 76,3 % pour le mois de novembre 2018 (les données de décembre ne sont pas encore en ligne) et de 81,1 % seulement sur toute l’année. Soit 1 655 trains en retard sur 8 738.
Et la plupart des autres lignes sont dans le rouge : Tours-Nevers (ponctualité : 82,9 % sur l’année), Tours-Orléans (86,6 %), etc.

D’autres sont toutefois meilleures élèves. La ligne Tours-Chinon affiche, elle, un taux de ponctualité de 96,6 %.

Chroniques culture #63

#EPJTMV Cette semaine, ce sont les étudiant(e)s en journalisme de Tours qui se chargent des chroniques culture !

ECRANS_CD

LE CD
DU RAP SUR LES PISTES
Après trois mixtapes et un EP, le rappeur tourangeau Maxwell Nostar a sorti son premier album le 11 janvier. Intitulé « Pistes Noires », le projet est entièrement produit par le beatmaker Itam, membre du collectif Kids of Crackling. À travers 17 titres, Maxwell Nostar plonge son auditeur dans un univers sombre et réaliste. Le natif d’Eure-et-Loir se raconte sur des instrumentales boom bap accompagnées de divers instruments (piano, violons…). Sa marque de fabrique ? Des assonances, des introductions de films mais surtout des refrains chantés. Maxwell Nostar s’inscrit dans la frange des artistes underground, représentée depuis de nombreuses années par Hugo TSR. « Pistes Noires », sorti le 11 janvier, disponible sur les plateformes de streaming.
C.M.

LA BD ECRANS_BD (1)
UN AUTRE REGARD
Emma est une bédéaste amateure qui livre ses réflexions depuis près de trois ans sur des sujets sociaux et féministes à travers des dessins naïfs, postés sur son blog Emma Clit et sur Facebook, où elle compte plus de 300 000 abonnés. Un jour, elle a dessiné ce que la plupart des femmes vivent au quotidien : la charge mentale. Mais si, vous savez : le fait de devoir gérer à la fois le boulot, les enfants, les courses, le ménage, les tâches administratives et j’en passe… Son histoire, intitulée « Fallait demander » a été likée 77 000 fois, partagée 215 000 fois et commentée par 23 000 utilisateurs. Le tome 2 de sa BD « Un autre regard » est sorti en poche il y a une semaine alors on fonce l’acheter parce que 2019, c’est l’année de la meuf.
C.L.

MUSIQUE
UNE COLLABORATION ENTRE FLUME ET GORILLAZ
Dans une interview accordée à la radio Beats1, Damon Albarn, le chanteur du groupe, a expliqué avoir « travaillé avec Flume ». Une information passée inaperçue lors de la publication de l’interview courant 2018. Fort heureusement, un internaute a déniché l’information pour la partager sur Twitter. Le DJ australien et le groupe britannique ont donc collaboré à plusieurs reprises l’année dernière. Reste à savoir si le fruit de ces rencontres sera dévoilé au grand public. Pour rappel, Flume n’a plus réalisé d’album depuis 2016 et la sortie de Skin. Et nous ne sommes pas contre un retour du DJ australien dès 2019.
C.M.

SÉRIE 
À VOS ECRANS
L’année 2019 vient tout juste de débuter et deux séries phares sont déjà sous le feu des projecteurs : Game of Thrones et Peaky Blinders. La chaîne HBO a en effet diffusé le 14 janvier le teaser de la saison 8 de GOT, dans lequel les Stark (du moins ce qu’il en reste) sont réunis dans la crypte familiale. Il faudra patienter jusqu’au 14 avril pour connaître le dénouement de la série. Thomas Shelby et sa famille se sont aussi offert une publicité discrète mais efficace. La semaine dernière, la BBC a dévoilé un trailer de toutes les séries attendues sur leur plateforme. Parmi elles, les premières images de la saison 5 de Peaky Blinders, où Thomas Shelby apparaît plus fatigué que jamais. Le clan Shelby reviendra sur tous les écrans en automne 2019.
C.M.

Peaky-Blinders-Du-nouveau-sur-le-casting-de-la-saison-5-grande

LE MAG
DIEU EST FOOT
Loin des conférences de presse et des talk-shows stéréotypés, Les Cahiers du Football offre une vision critique et décalée du football. Ce site web créé en 1997 a lancé en mars 2017 une revue quadrimestrielle. Une expérience déjà réalisée de 2003 à 2009, avant qu’elle soit abandonnée suite à des difficultés financières dues en partie à la perte d’un procès contre ce bon Denis Balbir. Toujours est-il qu’aujourd’hui, Les Cahiers du football est revenu sur le devant de la scène. Le second numéro, intitulé « Numéro Dieu », vient tout juste de sortir dans les librairies. Promis, aucune polémique sur le coût d’une entrecôte en or, seulement des histoires, des interviews et des reportages sur le sport le plus populaire au monde.
C.M.

Textes : Chloé Lifante & Camille Montagu

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Dans les coulisses de l’Espace Malraux

#EPJTMV L’Espace Malraux regorge de couloirs menant à des loges, à des salles d’archives ou encore à la régie. Visite guidée des coulisses de cette salle. Elles seront d’ailleurs ouvertes au public le dimanche 27 janvier 2019 à 14 h, avec des visites de groupes.

Salle Plisson

La salle Bernard-Plisson est la deuxième salle de l’Espace Malraux. Contrairement à l’auditorium, elle est entièrement modulable. Elle peut accueillir des concerts, des pièces de théâtre ou encore des séminaires. C’est dans cette plus petite salle que sont généralement organisés les spectacles pour le jeune public.
MALRAUX_COULISSES_PLISSON

Patio

C’est ici, entre la cafétéria et l’auditorium que sont organisées les avant-scènes. Avant chaque spectacle, des artistes locaux ou des compagnies en résidence se produisent sur cette petite scène. L’un des enjeux principaux de l’Espace Malraux : s’intégrer dans la vie locale et donc de promouvoir des artistes de la région.
MALRAUX_COULISSES_PATIO

Scène

L’auditorium principal peut accueillir 1 008 personnes. Avec un plateau de 400 m2, c’est la plus grande salle de théâtre publique du département. À l’origine, cette scène était dédiée à l’opéra. Le sol dans la partie avant est donc amovible pour laisser place à un orchestre dans la fosse. Aujourd’hui, elle n’est plus utilisée et sert d’entrepôt pour le matériel audio. C’est donc à quatre mètres sous la scène qu’est stocké un piano Steinway.
MALRAUX_COULISSES_SCENE

Passerelles

Tout autour de la scène sont installées trois passerelles à 15, 18 et 20 mètres du sol. Deux passerelles servent pour l’habillage de la scène. C’est avec un système de balancier que les techniciens montent ou descendent les décors. La passerelle électricien permet quant à elle de gérer l’électricité et la lumière sur scène. Plus de 500 projecteurs sont installés dans la salle et « oui, tous sont utilisés » relève le régisseur général.
MALRAUX_COULISSES_PASSERELLES

Ancienne régie

La vidéo, le son et la lumière étaient gérés depuis une pièce fermée face à la scène, au-dessus du public. Cette pièce, décorée avec des affiches de concerts de 1990, n’est plus utilisée car les magnétos à bandes ont laissé place à des systèmes électroniques plus performants. Pour plus d’aisance, les techniciens son et lumière ont déplacé leurs commodes de travail dans la salle.
MALRAUX_COULISSES_ANCIENNE_REGIE (1)

Loges

Derrière la scène se cachent deux petites loges individuelles. Sous l’auditorium, deux espaces servent à la fois de loge ou de studio de répétition. Au total, l’Espace Malraux compte six loges qui peuvent accueillir jusqu’à 150 personnes. Elles sont toutes équipées d’écrans pour surveiller ce qui se déroule en direct sur scène.
MALRAUX_COULISSES_LOGES

Par Alice Blain et Mathilde Warda

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

TOP 4 : le sexe chez les seniors

#EPJTMV Le festival Désir…Désirs à Tours met en lumière les seniors et leur sexualité. L’occasion de revenir sur quatre œuvres qui traitent du sujet.

ENTRE DEUX ÂGES

Documentaire de Sylvie Banuls. Les hommes et les femmes interrogés dans ce documentaire évoquent leurs désirs et leurs peurs mais se livrent aussi sur leur rapport à leur propre corps et leur nouvelle approche de l’expérience érotique.

ECRANS_TOP_1 (1)

LE BOOK CLUB

Film de Bill Holderman. Un club de lecture, ça peut sembler morne. Sauf qu’ici, le choix s’est porté sur le best-seller 50 Nuances de Grey. En plus de stimuler les esprits des quatre héroïnes, cette lecture va aussi stimuler leur désir…

ECRANS_TOP_2 (1)

LE SEPTIÈME CIEL

Film d’Andreas Dresen. L’amour n’a pas d’âge. Inge, la protagoniste principale du film, va bien le comprendre. Mariée depuis 30 ans au même homme, elle va tomber amoureuse d’un autre, Karl, qui a déjà 76 ans.

ECRANS_TOP_3 (1)

LES SENIORS ET LE SEXE

Livre d’Inès Peyret. Le sujet de la sexualité chez les séniors est traité sous forme pratique et ludique. À travers conseils et illustrations, on suit Raymond et Carla dans leurs besoins amoureux. Et visiblement, ils sont encore nombreux !
ECRANS_TOP_4 (1)

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

On a testé le Zen Bing

#EPJTMV Cette semaine, les étudiants en journalisme ont également testé un restaurant pour tmv. Leur choix ? Le Zen Bing, à deux pas de la Place Plume !

LIFE_RESTO

Envie d’un bon gros goûter en sortant des cours/du taf/de votre lit ? Direction la rue du Commerce, où le restaurant de street-food chinoise Zen Bing s’est installé il y a un mois.

Si le lieu ne permet pas de s’asseoir en intérieur dès que l’on dépasse trois personnes, il est possible de s’installer en terrasse ou de commander à emporter. Les imitations d’Egg Waffle garnis (voir la photo ci-contre) en mousse donnent tout de suite le ton : on n’aura pas faim en sortant d’ici. Pour le plat salé, une seule possibilité : la crêpe traditionnelle chinoise appelée Jian Bing.
À cette base végétarienne, composé d’un œuf, de coriandre, de graines de sésame, d’un beignet croustillant et d’une sauce, peuvent s’ajouter plusieurs garnitures : poulet frit, thon, et poulet ou canard laqué. Un plat qui change de d’habitude mais pas très pratique à manger.

Oubliez l’idée de déguster cette crêpe avec votre « date », sauf si vous trouvez que les miettes dans l’écharpe et les bouts de canard sur le jean, ça ajoute un petit charme. Optez plutôt pour une Egg Waffle. Si l’aspect carton peut vous faire reculer, cette grosse gauffre bullée est en fait assez moelleuse. Plusieurs options pour la déguster : nature, assortie d’un coulis, de toppings, de chantilly ou d’une glace. Le personnel, adorable, peut même vous faire goûter la glace au Yam, un fruit chinois au goût particulier.

Et si une petite soif se fait sentir, vous pouvez commander un smoothie ou un thé. Attention l’eau n’est pas en libre-service, il faut en faire la demande. Au total, comptez 13,50 € pour une crêpe au poulet frit et une Egg Waffle au Nutella. Une bonne adresse surtout pour un quatre heures bien « fat ».

> Zen Bing, 100 rue du Commerce, ouvert du lundi au mercredi de 11 h 30 à 21 h 30 et du jeudi au dimanche de 11 h 30 à 22 h.
> Tarifs : Crêpe traditionnelle : de 6,90 € à 10,50 € Egg Waffle ; de 4,50 € à 6,90 €
> @Zenbingtours sur Facebook

Texte : Elise Gilles

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

TEDx débarque à l’Université !

Deux étudiants tourangeaux lancent TEDxUniversitédeTours, l’un des premiers TEDx universitaires d’Europe qui aura lieu à l’IUT. Les places sont parties comme des petits pains, mais différents lieux-relais retransmettront en direct et gratuitement ces conférences à succès. L’un des fondateurs, Thomas Garnier, nous en dit plus.

Logo fond noir

Commençons par le commencement ! On connaissait les TEDx à Tours depuis 2015, mais vous organisez, pour la première fois, un TEDx de l’Université. Comment ça s’est fait ?
Thomas Garnier :
Initialement, Céline Duval et moi-même sommes étudiants en communication à l’IUT de Tours. On devait travailler sur notre projet tutoré et après réflexion, on s’est dit : mais pourquoi ne pas faire un TEDx Université ? C’est quelque chose de très cadré, car TEDx est une sorte de franchise attribuée gratuitement, mais il fallait voir ce qu’on pouvait faire ou non. On a donc dû maîtriser un cahier des charges de 150 pages !

La différence avec TEDxTours, c’est juste le lieu qui change ?
Oui. Mais la cible, elle aussi, est un peu différente. Le public TEDx est assez large. Pour nous, on observe davantage une tendance universitaire.

Je suppose que le mystère règne autour des invités et que vous ne me direz rien…
Exactement ! (rires) Ça fait partie de la magie. On a défini le thème « De causes à effets ». Et les domaines peuvent être variés : biologie, sciences sociales, communication… On reste dans l’idée de progression. Il y aura sept intervenants – les « speakers » – venus d’horizons multiples. Ils partageront leurs idées qui « méritent d’être partagées », comme le veut la tradition TEDx. Ils auront entre 5 et 18 minutes maximum pour parler. C’est rapide, il faut aller droit au but. Le public aura la surprise et ne découvrira l’identité des speakers qu’au moment de monter sur scène.

En général, pour ces conférences TEDx, les places partent très rapidement. Pour vous également, puisque toutes les places ont été vendues en un clin d’oeil…
Oui, en 20 minutes !

Comment expliquer ce succès, à chaque fois ? Affiche A4
Je dois déjà faire un coucou à TEDxTours car ils ont une renommée locale et ça aide à faire connaître le concept… Et nous, eh bien… on a mis à exécution nos compétences apprises pendant notre formation. Il y a eu un trailer, mais aussi des affiches placardées un peu partout, même sur des abris de bus. Il fallait faire parler de nous. Et puis les gens aiment ce format : ils ne se retrouvent pas face à un langage savant ou incompréhensible. Les conférences sont données par des gens coachés en communication verbale et non-verbale. Ils défendent des valeurs montantes, comme l’écologie, le dialogue, etc.

TEDxUniversitédeTours a lieu à l’IUT mais la soirée est donc déjà complète… Ceci dit, il va y avoir des retransmissions en direct, non ?
Oui, tout à fait. Si seule une centaine d’étudiants sur les 28 000 peuvent y assister, c’est un peu dommage. Donc on organisera en direct des retransmissions dans différentes composantes. Ces lieux-relais sont : la fac des Tanneurs, celle de médecine à Tonnellé, la fac de droit des Deux-Lions, celle de biologie à Grandmont, l’ESCEM, mais aussi l’IUT de Blois et au campus de Saint-Paterne-Racan. Les conférences y seront diffusées en direct dans un amphi, le tout suivi d’une petite collation.

Mais tout le monde peut venir aux lieux-relais ?
Bien sûr ! On ne restreint pas. TEDxUniversitédeTours est payant à l’IUT, mais les retransmissions en direct dans nos lieux-relais sont gratuites. Il faut juste s’inscrire sur notre site ou sur les réseaux sociaux.

> Mardi 29 janvier, à l’IUT de Tours. Retransmissions en direct dans les lieux-relais précédemment cités à 19 h (ouverture des portes à 18 h 30).
> Inscriptions sur le site ou sur la page Facebook

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FTEDxUnivTours%2Fvideos%2F2180510875535401%2F&show_text=0&width=560″ width= »560″ height= »238″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allowFullScreen= »true »></iframe>[/nrm_embed]

Romain Guérineau : « la vie ne s’arrête pas au handicap »

#EPJTMV Romain Guérineau est tétraplégique depuis 2012. Athlète handisport, cet ancien pompier utilise Instagram pour montrer « qu’il n’y a pas de limite ».

PORTRAIT_HANDISPORT (1)

« Je fais du saut en longueur moi aussi ? » Romain Guérineau rentre sur la piste du Stade Guy-Drut à Saint-Cyr, le sourire aux lèvres. L’ambiance est détendue et les blagues vont bon train pendant que les jeunes athlètes du Pôle Espoir athlétisme handisport s’entraînent au saut.

« On est les premiers à faire les cons sur notre handicap, en tout cas dans le monde du handisport. » Malgré le vent glacial, Romain commence son entraînement. La saison n’est pas idéale et les prochains événements sportifs ne sont pas pour bientôt mais « rien ne le freine », explique son entraîneur, Gwenaël Lanne-Petit. Jeune sapeur-pompier depuis ses 12 ans, il est devenu sapeur-pompier professionnel en Haute-Savoie en 2009. Un accident de ski le rend tétraplégique en janvier 2012. Il passe un an en rééducation, où il découvre le monde du handicap. « Au début, il est difficile de tout comprendre, surtout l’administratif. »

En décembre 2013, il reprend le travail au service prévision de sa caserne. Deux ans plus tard, il revient à Tours pour se rapprocher de sa fille de six ans. Son accident a changé son caractère, « mais pas qui je suis ». Il se dit plus ouvert et moins matérialiste.

« IL A UNE GROSSE FORCE DE CARACTÈRE »

Sportif avant son accident, il l’est toujours aujourd’hui. « Mon corps en a besoin, mes jambes surtout. Elles ont des raideurs et se contractent toutes seules. Après une bonne séance, elles sont détendues. ». Il commence rapidement le handbike. À son arrivée à Tours, il se met à l’athlétisme. « Je voulais faire un sport où je changeais de fauteuil comme une personne enfile une tenue de sport », explique Romain. D’abord en loisirs, il participe ensuite à des 100, 200 et 400 mètres sur piste et jusqu’aux dix kilomètres sur route en compétition.

« C’est un vrai moteur pour le club, explique son entraîneur, il arrive avec le sourire et ça détend souvent l’atmosphère. » Les Jeux paralympiques de 2024 ? « Un rêve ultime ». Il reste encore beaucoup de boulot mais son entraîneur est formel : « Il a une grosse force de caractère et se donne les moyens pour y arriver. » Avec cinq entraînements hebdomadaires, son emploi du temps s’organise autour de sa passion. En plus des séances sur piste, il pratique la musculation et le handbike pendant la période estivale.

Romain admet être têtu, un trait de caractère finalement utile pour atteindre ses objectifs. Avec ses quelques milliers d’abonnés sur Instagram, Romain dispose d’une plateforme pour faire passer son message. « Je veux montrer que la vie ne s’arrête pas au handicap, qu’il n’y a pas de limite. » Il utilisait d’abord ce réseau pour communiquer sur le lancement de sa cagnotte Leetchi afin de financer son fauteuil. Au programme de ses posts et stories, beaucoup d’humour et de bonne humeur. « Je rigole beaucoup sur mon handicap, je suis fan d’humour noir. »
Sur le réseau, il peut aider les autres : « Je ne peux pas le faire physiquement alors j’aime pouvoir le faire mentalement. Ça me rappelle mon ancien métier. »

>> Retrouvez Romain sur son compte Instagram ! << 

Textes : Mathilde Warda
Photo : Lucie Rolland

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

J’ai testé pour vous… le sightjogging ou jogging culturel !

#EPJTMV Le sightjogging est la contraction de sight qui signifie « contempler » et jogging. Il s’agit de tourisme sportif alliant découverte d’un lieu et de son histoire avec le plaisir de la course à pied. S’il est déjà présent dans de nombreuses villes européennes et mondiales, son développement en France est plus timide. À Tours, une offre de sightjogging vient tout juste de voir le jour. 

JournalisteRomancier-Une-2
Le groupe s’est arrêté place Châteauneuf pour quelques commentaires sur la Tour Charlemagne.

Day Running et l’office de Tourisme Tours Val de Loire proposent les « Great Runners ». Ils sont une quinzaine de coureurs Tourangeaux confirmés a avoir été sélectionnés par l’entreprise de coaching fondée par Yosi Goasdoué (champion de France de Semi-Marathon et membre de l’équipe de France), Day Running. Ils se feront votre guide sur chacun des quatre parcours proposés, allant de 5,8 à 7,2 kilomètres. J’ai pour ma part choisi le Tours By Night de 6 kilomètres organisé une fois par mois. Le parcours permet de découvrir le cœur de la ville de Tours et ses lieux emblématiques de nuit. Il emprunte notamment le parcours lumière de la ville lancé le 17 novembre dernier.

Le départ est donné à 19 heures au Backstage, rue Bernard Palissy. Lampe frontale ou pectorale obligatoire. Ce soir là, nous sommes six à découvrir le parcours. Dès notre arrivée, un tour de cou aux couleurs de Great Running Tours nous est offert. Pour cette première sortie de nuit, Grégory sera notre accompagnateur. Yosi supervise. 

Découverte du patrimoine entre deux foulées

Nous nous lançons timidement et nous engouffrons dans le parking Vinci Gare. Là, c’est le moment où l’on se sent un peu comme Michael Jackson dans le clip de Bad. « Quelqu’un sait qui a réalisé la gare de Tours ? » demande notre guide. Elle s’impose à nous après que nous ayons gravi une à une les marches du parking souterrain. C’est Victor Laloux, célèbre architecte tourangeaux du XIXe siècle est à l’origine du monument. Nous suivons ensuite la rue de Bordeaux jusqu’à nous retrouver face à l’Hôtel de Ville, lui aussi réalisé par Victor Laloux. Une passante est intriguée par la flamme de notre Great Runner. Gregory lui présente alors le concept. « Amusez-vous bien », nous lance-t-elle alors que nous reprenons notre course.

Nous traversons la moitié de la rue Nationale avant de rejoindre la Basilique Saint-Martin puis la Tour Charlemagne. J’apprend que l’on peut monter au sommet de la tour pour contempler un panorama de la ville de Tours et même y prendre un verre. Yosi nous assure qu’il s’agit de l’offre la plus demandée à l’Office de tourisme. « Cela révèle quelque chose de l’esprit tourangeau ! ». Nous arrivons ensuite sur la Place du Grand Marché ou Place du Monstre pour les intimes, puis nous nous perdons un peu dans les jolies petites rues du Vieux Tours avant de rejoindre l’incontournable place Plumereau. Nous longeons quelques temps les bords de Loire en passant sous le mythique pont Wilson. Nous (re)découvrons des endroits comme le jardin De Beaune-Semblançay et profitons des nombreuses et délicieuses odeurs de cuisine de la rue Colbert jusqu’à notre dernière étape, la Cathédrale Saint-Gatien.

JournalisteRomancier-Une-3
La cathédrale Saint-Gatien a été construire sur quatre siècles.

Pour ceux qui n’oseraient pas se lancer, pas d’inquiétude, l’allure est vraiment tranquille. D’ailleurs il est parfois frustrant de piétiner. Nous avons parcouru les 6 kilomètres en tout juste une heure. 20 heures donc, retour au Backstage pour quelques étirements. À la fin de la sortie, chaque coureur a le droit à un petit sac avec, à l’intérieur, une carte présentant des parcours, un cookie diététique et une bouteille d’eau. 

Finalement, rien à voir avec un banal circuit touristique. Ici, l’ambiance est détendue et conviviale. Chaque sortie vous coûtera 15€. Un prix qui me semble juste mais le sera encore plus lorsque les commentaires seront approfondis. Mais les Great Runner sont sur le coup alors préparez vos baskets ! 

Réservation obligatoire, à faire à l’Office de Tourisme de Tours ou directement sur le site greatrunningtours.fr

Chloé Lifante 

Photos : Benjamin Baixeras

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

L’Espace Malraux fête ses 30 ans !

#EPJTMV Depuis cinq ans, Marie Hindy est la programmatrice de l’espace Malraux. Elle donne le ton à la saison culturelle de la salle.

MALRAUX_ITW_PROGRAMME

Création, diffusion et médiation sont les trois piliers de l’espace Malraux. Comment cela se matérialise ?
Nous programmons des premières, autrement appelé les créations. Cette saison, nous en avons deux dont une qui est montée ici. Je n’ai pas vu ces spectacles avant de les programmer : c’est un engagement pour nous. Nous accueillons aussi des artistes en résidence. Ils peuvent utiliser le plateau ou des salles pour travailler leurs spectacles et les présenter au public. Quant à la médiation, ce sont toutes les actions qui donnent envie aux gens de venir alors qu’ils n’en avaient pas l’idée : des rencontres avec les artistes ou des ateliers de danse par exemple.

Est-ce que votre programmation suit une ligne directrice ?
Je dirais plus un cadre qu’une ligne. L’espace Malraux s’inscrit dans son environnement : c’est la plus grande salle de théâtre publique du département. Elle a été conçue pour des concerts de musique classique, et est particulièrement adaptée aux concerts symphonique et acoustique. C’est un auditorium très ouvert avec un grand plateau très profond. Ces aspects techniques orientent la programmation. Cette salle n’est pas faite pour les spectacles avec beaucoup d’intimité. Par contre, elle est très bien pour le nouveau cirque ou les ballets. Ces paramètres m’obligent à programmer des spectacles très investis sur le plateau et qui remplissent la salle de 1 000 places. En dessous de 400 personnes, la salle semble vide et c’est désagréable pour tout le monde. Nous avons une programmation populaire, mais artistiquement exigeante.

Quelle est la politique de l’espace Malraux ?
La culture est un bien d’intérêt général. Comme dans l’Éducation nationale, on ne rentabilise pas un lycée. Mais la culture a un coût. Notre objectif est de perdre le moins d’argent possible. On est en plein dans la question “à quoi sert le service public ?”. Le rôle de l’Etat est de proposer une forme d’émancipation, une forme d’ouverture sur le monde et donc un accès à la culture pour tous.

Suivez-vous d’autres critères plus subjectifs ?
Il faut trouver un équilibre entre le théâtre, la danse, la musique, le cirque. Je suis assez sensible à la poésie. J’aime beaucoup les grands auteurs contemporains vivants parce que je pense que leurs spectacles parlent de la société dans laquelle on vit. L’histoire et l’affinité qu’on peut avoir avec un artiste ou une compagnie influencent aussi forcément.

Comment diversifiez-vous les publics ?
Les spectacles populaires amènent un public différent. Le public de la culture a du mal à se renouveler. Malgré tout ce que l’on essaie de faire, le combat est toujours en cours. Cette diversité de spectacles permet un mélange et une circulation des publics. D’autant plus que les spectateurs de la danse ne sont pas les mêmes que ceux du théâtre.

Propos recueillis par Mathilde Warda

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Une nuit à Tours : 5 lieux, 5 histoires.

#EPJTMV. La fête. C’est ce que font les honnêtes gens une fois le soleil couché. Mais qui dit fête dit organisation. Nous avons suivi cinq acteurs de la nuit tourangelle, ceux qui contribuent à ce que vous passiez de bonnes soirées.

NUIT_RECIT_3

21 H 

Un trapèze pend au milieu de la scène. Les artistes sont déjà en coulisses en ce début de vendredi soir. Tous, sauf une. Nellea Toulme, 32 ans, est sur scène, suspendue au trapèze. Habillée en tenue de sport, l’acrobate russe est déjà maquillée, prête à impressionner une salle qui affiche une nouvelle fois complet. L’artiste a rejoint le cabaret Extravagance en 2012. Un univers différent du cirque, dans lequel elle évoluait depuis toute petite. L’acrobate blonde aux yeux bleus et au sourire étincelant ne regrette pas ce choix : « Aujourd’hui, je ne fais plus un seul numéro, mais un spectacle de deux heures. La scène, c’est ma vie. Plus j’y suis, plus je suis heureuse. »

De retour en coulisses, Nellea prend part aux discussions du groupe, où les blagues fusent. Les visages se ferment, la pression monte. L’acrobate répète son numéro de barre russe avec ses deux acolytes cubains, Yoelis, son conjoint depuis deux ans, et Mihai. Nellea monte sur cette barre pour la première fois depuis deux semaines. Elle veut éviter la blessure. Une hantise pour tous les acrobates. « Tout peut s’arrêter du jour au lendemain. »

LE PUBLIC, CLÉ DU SPECTACLE

L’acrobate vit avec cette appréhension : elle n’a plus quitté le monde du spectacle depuis ses cinq ans. « Enfant, j’avais un problème cardiaque. Les médecins me disaient que j’allais mourir si je me mettais au sport. Mais j’ai convaincu ma mère de m’inscrire à la danse. » Devenue professionnelle à l’âge de 11 ans, Nellea a commencé à performer dans les grandes villes russes pour le Cirque national. À cette époque, ses parents ne voulaient pas qu’elle devienne acrobate. « Je devais leur prouver qu’ils avaient tort. »

Aujourd’hui, Nellea se confronte à un défi de taille qui se renouvelle lors de chaque spectacle : conquérir le public. « Nous sommes dépendants du public. Un soir, il nous arrive d’être très fatigués mais de faire un spectacle parfait car les spectateurs répondent présents. » Ce vendredi soir, ce ne sera pas le cas. Lors de son premier numéro, Nellea subit quelques remarques désobligeantes. Un regard et un signe de la main suffisent à faire taire l’individu. La suite du spectacle se déroule dans une ambiance bruyante. Reste que les applaudissements pleuvent lors du clou du spectacle, vers une heure du matin. Des horaires qui ne dérangent pas Nellea, bien au contraire. « J’ai du temps libre en semaine pour sortir et m’occuper de ma famille. » Consciente des épreuves parcourues, l’acrobate profite malgré cette soirée mitigée : « Nous vivons de notre passion. Nous sommes des privilégiés. »

22 h

NUIT_RECIT_TROIS O

On passe pas. « Pas ce soir, mais demain il n’y a pas de soucis ! », s’exclame l’un des deux portiers au client qui ne peut pas présenter sa carte étudiante. Une situation fréquente dans la discothèque Les 3 Orfèvres, cachée dans une petite rue près de la place Plume, à Tours. Durant toute la nuit, les deux portiers, James et Frédéric* maintiennent leur position devant l’entrée. Le froid ne semble pas les perturber. Habillés tout en noir, leur stature impressionne les clients. En observant la foule, les visages des portiers sont figés. Dans leurs vies privées, ils ont déjà été reconnus et abordés. C’est la raison pour laquelle ils préfèrent garder leur anonymat.

Ils font ce travail depuis une dizaine d’années, un métier dans lequel ils sont souvent confrontés à des difficultés. Dès les années 80-90, la profession s’est développée et les diplômes sont aujourd’hui obligatoires. Chargés de la sécurité de la discothèque, les portiers sont tenus de trouver les meilleures solutions pour prévenir des risques. De la même façon, le terme « videur » s’est transformé en terme de « portier ». En cas de problème, ils évitent d’intervenir physiquement sauf si cela devient nécessaire. Les deux hommes ne sont pas souvent confrontés à ce genre de cas extrêmes.
« Le premier problème, c’est l’alcool », explique Frédéric, l’un des portiers. Ils savent cependant réagir aux attaques potentielles. Leur objectif est de veiller à ce que les clients passent du bon temps. Chaque soirée est différente. Les portiers vivent des moments hors du commun en rencontrant un public varié.

23 h

Se chauffer la voix pour chauffer la piste. Les premiers chanteurs se lancent dans le grand bain au Feeling un club karaoké de Tours. Si vous êtes timide, pas de panique, Yohann sait mettre à l’aise. « Je ne force jamais les gens à chanter mais je sais comment les titiller », admet l’animateur, un brin taquin. Parmi les participants, des habitués, des néophytes, des jeunes, des nostalgiques de leurs années jeunesses… Parmi eux, un duo se fait remarquer sur la chanson « Les Mots », de Mylène Farmer et Seal.

Jackpot ! Ils auront l’honneur de participer au concours « Micro d’or » organisé en mars. La salle applaudit et Yohann les félicite chaleureusement. L’animateur est la définition même de l’homme de la nuit. En témoigne son parcours. À l’âge de 18 ans, il commence à exercer ses talents de DJ en Touraine : « J’ai fait un remplacement à une soirée et je n’ai plus arrêté, raconte Yohann en testant son micro. J’ai pas mal bourlingué, en travaillant pour différentes radios et différents clubs. » Pendant plus de vingt ans, il vit la nuit et enchaîne les soirées.

NUIT_RECIT_4

PARTIR POUR MIEUX REVENIR

Mais ce quotidien est éprouvant, physiquement et psychologiquement. Fatigué, il décide de partir en Guadeloupe pour se reposer, avec le sentiment d’avoir fait le tour : « Je voulais prendre ma retraite en quelque sorte. J’avais quasiment tout connu dans ce milieu. » Finalement, il revient sur Tours quelques années plus tard.

Mais le monde de la nuit a sacrément changé : les affluences sont en baisse dans les boîtes. « Il y a quelques années, je faisais des soirées avec 1 500 personnes et c’était banal ! Quand je suis revenu, rassembler 400 personnes dans une boîte, ça semblait exceptionnel… » C’est à ce moment-là qu’il rencontre Christophe, le gérant du Feeling. Yohann lui propose de monter un karaoké, pour diversifier l’activité de la discothèque. « On a fait ce pari-là et ça paye ! explique Christophe. On a connu quelques galères mais aujourd’hui, on a réussi à fidéliser une clientèle. C’est une boîte où il fait bon vivre, où les gens se sentent bien. Le Feeling porte très bien son nom ! » Habituellement, Jean-Jacques Goldman, Céline Dion et Johnny Hallyday sont les plus sollicités par les apprentis chanteurs. Mais la palette est large, puisque près de 30 000 titres sont disponibles ! Si nous, jeunes journalistes que nous sommes, avons dû partir à minuit pour rédiger l’article dans les temps, pour les stars du soir, la soirée ne faisait que commencer.

0 h 45

Bienvenue au Marquis. Ils sont déjà trois à attendre patiemment l’ouverture de la porte en bois du Marquis, la boîte de nuit de la rue de la Monnaie. Bitwiss les a remarqués sur son écran de surveillance, installé à côté de ses platines. Il sourit : ce soir, il devrait y avoir du monde. Une casquette au logo de la discothèque vissée sur la tête, concentré, le DJ installe son ordinateur, branche quelques câbles et lance la musique. Quelques boutons enclenchés et les lumières colorées s’allument. La boîte est prête et n’attend plus que les fêtards. Depuis plus d’un an, Bitwiss, ou DJ Bitwiss dans sa profession, travaille au Marquis du mercredi au samedi en tant que disc-jockey résident. NUIT_RECIT_10

De l’ouverture de la discothèque, à une heure, à sa fermeture, à 6 heures du matin, l’homme est chargé d’animer la soirée, « d’ambiancer les clients ». Et dans cette boîte de nuit généraliste, il est parfois dur de plaire à tout le monde : « Il faut cerner les gens et nous avons jusqu’aux heures de pointe pour faire monter l’ambiance », raconte Bitwiss. Cela passe parfois par l’observation des tenues des clients ou par des tests entre plusieurs titres pour voir lequel fait le plus danser.

Mais le plus important, c’est l’influenceur : « C’est celui qui a du charisme, qu’on va regarder et qui aime qu’on le regarde. Si on arrive à le faire danser, alors il va entraîner tout le monde. » Il faut donc être réactif et choisir les bonnes musiques au bon moment. La tendance collective est à Aya Nakamura et Vegedream. « Si je ne passe pas “ Ramenez la coupe à la maison ”, je me fais huer », plaisante- t-il.

SORTIR DE L’OMBRE

Ce monde de la nuit, Bitwiss le côtoie depuis un moment. C’est d’abord son cousin qui l’a initié à la production musicale en le prenant sous son aile. Mais tout bascule lorsque sa petite amie lui offre ses premières platines. « J’étais fou, je n’en dormais plus la nuit », se souvient le jeune homme. Un peu timide, il finit par prendre son courage à deux mains et se présente au bar ambiance Outback bar, à Tours. Puis tout s’enchaîne. Il est appelé pour mixer dans de nouvelles discothèques et fait la rencontre de celui qu’il appelle « son mentor », DJ Jons.
Ce dernier lui fait passer un test et décide de l’aider à se développer. Et c’est en tant qu’élève du DJ que Bitwiss se fait connaître au Marquis, dont il est fidèle et client, avant de finir par être embauché.

Pour les années à venir, le jeune homme souhaite se laisser porter. « Je me plais bien au Marquis et j’ai la chance de vivre de ma passion. » Une passion qui semble porter ses fruits, puisque chaque soir, de nombreux danseurs font une pause dans leur folle soirée pour venir féliciter le DJ et lui poser des questions sur son métier. Bitwiss pourrait faire naître des vocations.

1 h 30

Jo devant ! Il incarne à lui seul l’esprit de « l’Aca ». Jo, de son vrai nom Jocelyn (un mythe vient de tomber) fait partie des murs de l’Académie de la bière. C’est simple, il connaît tout le monde. Enfin, presque. Considérez qu’un « ça va doudou ? » permet de dissocier les descendeurs de pintes du commun des mortels. Une proximité avec la clientèle que Jo revendique volontiers : « C’est notre marque de fabrique. On essaye d’être fidèles à nous-mêmes, bruts de décoffrage. C’est ce que les clients recherchent avant tout. » Gérant associé du bar depuis quatre ans, cet ancien manager de restauration en connaît les moindres recoins : « Je venais boire des coups et jouer au billard à “ l’Aca ” quand j’avais 16 ans, c’est dire si l’endroit m’est familier », se rappelle-t-il.

NUIT_RECIT_6 (1)

Depuis, l’endroit a bien changé. Le billard a laissé place à une piste de danse et le bar s’est rallongé de quelques mètres, de quoi aligner les litres de Délirium beaucoup plus facilement. Habile. Jo est omniprésent. Toujours blagueur et chambreur, il fait de « l’Aca » un endroit chaleureux, idéal pour des soirées entre amis, un peu moins pour un premier rencart. Devant un débutant dans l’art de finir pompette, Jo annonce la couleur : « Si tu me demandes un mojito, je me fous de ta gueule. »
Ici, la bière est une religion. De 20 h à 5 h du matin, du mercredi au samedi, Jo donne des conseils d’expert sur les différentes bières proposées jusqu’au bout de la nuit (aucune ne garantit un lendemain sans gueule de bois). Un mode de vie particulier que Jo ne changerait pour rien au monde : « Je prends beaucoup de plaisir dans ce que je fais et c’est bien là l’essentiel. Dans la restauration, j’ai bossé comme un con, avec des horaires invivables. Aujourd’hui, l’équilibre que j’ai trouvé me convient parfaitement et me permet de profiter de mon fils. »

« TU ME DEMANDES UN MOJITO : JE ME FOUS DE TOI »

À partir de minuit, « l’Aca » et sa piste de danse proposent une ambiance festive. Plus les heures passent, plus Jo semble à l’aise, « toujours à 200 % ». Une image de grande gueule que le barman de 40 ans a mis du temps à maîtriser : « Dans mes anciens boulots je n’étais pas libéré, j’étais assez timide et réservé », admet-il avant d’enchaîner « en arrivant ici, je me suis inventé ce rôle de showman. Mais je me suis rapidement rendu compte que ce n’était pas un rôle. C’est vraiment moi. »
Entre deux fûts de Délirium, il donne sa définition de « l’Aca » telle qu’il la gère depuis quatre ans : « Je suis là pour répondre aux délires des gens. Ma patte, c’est d’être présent pour eux, faire le con ou le comédien s’il le faut. Ce qui m’importe le plus, c’est que venir à l’Aca soit un plaisir et un très bon souvenir. » Mission réussie !

*Les prénoms des portiers, souhaitant garder leur anonymat ont été changés.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Textes : LOUIS BOULAY / CELINA EHRLICH / ÉLISE GILLES / CAMILLE MONTAGU / ARNAUD ROSZAK
Photos : BENJAMIN BAIXERAS / ÉLÉA CHEVILLARD / LUCIE ROLLAND / SUZANNE RUBLON

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Green Book : en route vers les Oscars ?

#EPJTMV Peter Farrelly délaisse la comédie et s’essaye au biopic teinté de drame, sur fond historique, à l’époque des lois ségrégationnistes.

ECRANS_CINE_1

Entre « Favori aux Oscars » et « accumulation de polémiques », on ne sait pas sur quel pied danser avec Green Book. Pas de panique, les polémiques ne concernent pas le film, mais les propos tenus par un de ses scénaristes et le réalisateur. Alors puisqu’on m’a demandé de parler cinéma, passons.

Inspiré d’une histoire vraie, Green Book embarque le spectateur dans la tournée d’un pianiste virtuose noir, Donald Shirley, joué par Mahershala Ali, et son chauffeur garde du corps italo- américain, Tony Lip, incarné par Viggo Mortensen. Facteur spatio-temporel important : nous sommes en 1962 et les deux hommes partent dans le sud des États-Unis. Tony Lip découvre alors ce que signifient les lois ségrégationnistes alors qu’il a parfois du mal à comprendre pourquoi Donald Shirley refuse de ne pas utiliser les mêmes toilettes que ses hôtes blancs.
À noter que la famille de Don Shirley a accusé le film d’être une « symphonie de mensonges ». Ambiance.

Le récit déroulé par Peter Farrelly semble parfois un peu évident : la rencontre entre deux univers, deux classes sociales différentes qui ne se comprennent pas au début et qui finissent par s’accepter (Vous pourriez dire que je vous ai spoilé le film, mais vous vous attendiez à cette fin, non ? Voilà, c’est ce que je reproche au film). Si vous me permettez la comparaison, c’est un peu Intouchables, le handicap en moins.

Il n’empêche que Green Book possède tout de même son lot de qualités. Les acteurs, notamment, qui font preuve d’intensité dans leur jeu, en particulier Mahershala Ali dans le rôle de Donald Shirley. Green Book est touchant et drôle. Finalement, c’est un film qui s’inscrit très bien dans le contexte américain actuel.

Mathilde Warda

> Drame / Biopic (USA), 2h10, de Peter Farrelly avec Mahershala Ali, Viggo Mortensen et Linda Cardellini.
> NOTE : 3,5/5 

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Des cours aux compets, la vie des étudiants en sport-étude

#EPJTMV Aymeric Beauvais partage son temps entre le tir sportif à haut niveau et une licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication). Avec une vie rythmée par les entraînements, les compétitions et les cours, il faut trouver une organisation, et souvent faire des choix.

JournalisteRomancier-Une-19
Étudiant, Aymeric est aussi tireur de haut niveau. Un sport de précision, qui requiert de nombreuses capacités.

À 21 ans, Aymeric Beauvais s’apprête à entamer le deuxième semestre de sa licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication), à l’IUT de Tours. Parallèlement à ses études, il est tireur sportif de haut niveau, en “catégorie sénior, depuis deux saisons”. Après sept années de judo, il a commencé le tir en 2007. “Mes cousins en faisaient, et j’ai eu envie d’essayer. Finalement, je n’ai jamais arrêté”, s’amuse-t-il. Ce sport est devenu une vraie passion. C’est donc légitimement que s’est posée la question d’allier sa pratique sportive à ses études, alors qu’il passait son brevet des collèges. “Je suis parti en sport-étude à Bordeaux, pendant un an.” L’année d’après, il rejoint Toulouse et son Creps (Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive), ce qui lui permet de continuer sa démarche sportive mais aussi scolaire. Depuis 2012, il est in scrit sur la liste du ministère du sport et de la jeunesse comme sportif de haut niveau.

En match, il concourt sur trois distances, au pistolet ; 10 m, 25 m et 50 m, distance olympique. L’activité demande un mental fort et une attention particulière aux petits détails, “c’est un sport de précision”. Et tout va de pair pour l’atteindre : “en analysant les matchs, on trouve les petits points à re-bosser, ce qui oriente l’entraînement selon la période et les besoins”. Ses débuts, il les a pourtant faits avec une carabine mais aujourd’hui, c’est bien en pistolet qu’il s’est spécialisé. Le jeune Berrichon le précise, il faut du temps pour maîtriser un tel objet. “Le choix de l’arme se fait en fonction des affinités de chacun”. Le sport est technique, mais pas que : “ça apporte beaucoup et apprend à se maîtriser, à se contrôler et beaucoup en concentration aussi.”

Chaque semaine, ce sont en moyenne trois séances au stand de tir de deux heures, qui attendent Aymeric. “Je fais des entraînements plus physiques à côté, avec du renforcement musculaire et du vélo.”

Pour Aymeric, une année comporte deux saisons. “La première commence en septembre, et va jusqu’en février et les championnats de France sur 10 m, c’est notre saison d’hiver”. Il enchaîne ensuite avec la saison de 25 et 50 m, qui, elle, se termine en juillet, aussi par les championnats de France. Pour arriver y arriver, il doit passer par les départementaux et les régionaux. Son année de tir est aussi ponctuée de “petits matchs avec les clubs des environs”. Le sport est encore peu médiatisé, mais compte des succès. Comme dans beaucoup de disciplines, les Jeux olympiques sont un vecteur de polarisation. La Fédération française de tir compte d’ailleurs 214 000 tireurs à travers le pays. “Ce sont surtout les médailles qui offrent de la visibilité, comme celle d’argent aux JO 2012 (Céline Goberville ndlr.), qui était la première de la délégation française en tir”.  

JournalisteRomancier-Une-21
Le tir s’exerce à la carabine, au fusil et à l’arbalète, mais c’est au pistolet qu’Aymeric a choisi de concourir.

Des choix et une organisation rodée

Avec l’université, il a également un statut de sportif de haut niveau. “La seule obligation qu’on a avec le Suaps, c’est de participer aux championnats universitaires”. Cette compétition est d’ailleurs le meilleur souvenir, en compétition, d’Aymeric. “C’était l’année dernière, à Kuala Lumpur, en Indonésie, pour les championnats du monde universitaires. L’organisation était vraiment top et c’était ma première fois en dehors de l’Europe. On était aussi avec des étudiants d’autres pays et j’ai vraiment apprécié le moment.”

Dans ces entraînements et compétitions, il faut une organisation bien rodée. Avec l’université, et le Service universitaire des activités physiques et sportives (Suaps), il a aussi un statut de sportif de haut niveau. La distinction lui permet d’aménager son emploi du temps. Mais ça ne fonctionne pas toujours. “Les championnats de France (10 m ndlr.) ont lieu au début du mois de février. Mais je n’ai pas pu me dégager beaucoup de temps pour m’entraîner, avec les cours.” Entre partiels, mémoire et recherches de stage, le protocole est le même pour tous les élèves. “On essaye d’aménager, mais parfois ça n’est pas possible. On peut anticiper et décaler certains examens, mais ça n’est pas toujours faisable”. Pour les championnats de France, par exemple, qui auront lieu à Lorient le 2 février, Aymeric devait concourir en mixte, et en 10 m, mais impossible, il a des examens. Il participera donc à la compétition de 10 m, mais pas à celle de mixte. “Quand ça coince, il faut se débrouiller. Généralement les profs sont compréhensifs. Le statut c’est vraiment qu’une roue de secours” explique Aymeric, qui a rarement dû faire jouer ce “passe droit”. Mais il relativise tout de même : “Si on est organisé dès le départ, ça se passe très bien.”

Discipline de haut niveau, mais difficile d’en vivre

“En Allemagne, les tireurs parviennent plus à gagner leur vie, c’est plus ancré dans leur culture. Et donc les moyens ne sont pas les mêmes.” Entre le matériel, les bagages, les transports…Les coûts peuvent vite s’élever. Poursuivre des études était donc une évidence. Le jeune sportif reconnaît tout de même qu’au début, la relation qu’il avait avec l’école était compliquée. “On est obligés de travailler à côté. Il y a des récompenses, mais personne n’en vit”, éclaire Aymeric.

Une fois son diplôme en poche, il ne compte pas abandonner le tir pour autant. “Les journées finissent plus tard qu’en cours, mais sans avoir de devoirs à faire, donc rien n’empêche de s’entraîner.” Pendant les périodes d’examens, pas facile de continuer à pratiquer. D’ici là, le plus important, ce sont ses études : “ C’est la fin, donc priorité, et ensuite on verra.”

À voir : Pleins feux sur le tir sportif, France 3 Aquitaine

Mélina Rivière

Photos : Benjamin Baixeras

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Festival Désir… désirs : « On crève tous d’un désir de visibilité »

Vanasay Khamphommala est dramaturge associé au Centre national dramatique de Tours. Quelques jours avant le début du festival Désir… désirs, l’artiste présentait, au théâtre Olympia, Orphée aphone, une pièce sur l’amour et la transformation. Une performance aussi désarçonnante que brillante.

VK10HD©MariePétry

Vingt heures tapantes, mardi15 janvier à Tours, la salle du théâtre Olympia est pleine pour la dernière d’Orphée aphone, une pièce interprétée et écrite par Vanasay Khamphommala. Un marathon de six représentations s’achève dans le cadre de la 26e édition du festival Désir… désirs qui débutera officiellement mercredi 23 janvier. Un événement où se mêlent cinéma, théâtre, danse et musique. Mais surtout, un moment de questionnement sur l’identité et les genres, quels qu’ils soient.

Haut perché sur ses talons argentés, la tête cachée par un sac hermétique, le dramaturge arrive sur scène comme un ovni. Le spectacle débute par un court prologue : L’invocation à la muse. Allongé sur le sol, Vanasay devient objet, fouetté, martyrisé, poussant des gémissements. Silence pesant dans la salle, la séquence met mal à l’aise. Pourtant, le regard ne se détourne jamais, comme happé par la puissance presque mystique de la scène.

Puis, débute Orphée aphone. La pièce raconte l’histoire d’un amour perdu qu’il faut récupérer à tout prix, mais surtout l’histoire d’une transformation, physique et mentale. Le passage d’un Orphée homme, à une Eurydice femme. Une identité trouble, formidablement incarnée par Vanasay Khamphommala.

Né d’une mère bretonne et d’un père laotien, ancien élève de l’École normale supérieure, passé par Harvard et artiste associé au Centre dramatique national de Tours, son parcours est aussi diversifié que brillant.

vanasay_portrait_(c) Marie Pétry

Vanasay Khamphommala se définit comme « queer », ne se reconnaissant pas dans les genres masculins ou féminins. Un thème omniprésent dans son œuvre. Orphée un jour, l’autre Eurydice, dans la vie comme sur les planches, l’artiste casse les code du théâtre et du genre.

Quel message voulez vous faire passer à travers la pièce et à travers votre participation au festival Désir… désirs ?

 V. K. Je suis bien sûr très fier de participer à cet événement. Concernant la pièce, il s’agit moins d’un message que je veux faire passer que de sensations que je veux partager. La pièce n’a pas de côté didactique, pas de message. En revanche, je veux partager la difficulté de ne pas être la personne qu’on a envie d’être. J’ai voulu par ailleurs évoquer le désir d’une transformation pour s’autoriser à devenir celui qu’on a besoin d’être.

C’est un spectacle qui aborde la question des désirs alternatifs et des identités de genre non binaires. Pour faire cette pièce, je me suis inspiré des histoires mythiques qui souvent s’appuient sur des stéréotypes de genre. Mon but était de casser les tabous, réinterpréter ces histoires dans un angle plus inclusif pour que les personnes marginalisées s’y retrouvent.

Le festival Désir… désirs s’intéresse cette année aux séniors, femmes ou LGBTI, et leur invisibilité dans la sphère publique. Ce sentiment, l’avez-vous ressenti à titre personnel ?

V. K. Bien sûr. Ce qui est triste, c’est que nous sommes tous invisbilisés à un moment ou un autre alors que l’on crève tous d’un désir de visibilité. Dans mon cas, je suis à moitié asiatique, je ne m’identifie pas aux canons de la masculinité. Donc à certains égards, oui je suis l’objet d’une sorte de discrimination mais plus d’ordre systémique. Mais ce rejet ne m’empêche pas de créer, au contraire cela m’y encourage. Depuis ma jeunesse, mon désir de création a toujours été motivé par des gens différents, mais qui s’expose malgré tout. J’essaye de m’inspirer de leur démarche.

«  Les thématiques LGBT font peur au théâtre » 

Désir… désirs est avant tout un festival filmographique, mais pensez-vous que la question LGBT est assez évoquée au théâtre ?

V. K. Pas assez, jamais assez. La dernière édition du festival d’Avignon, à laquelle j’ai participé, a consacré sa dernière édition à la question du genre. Mais la plupart du temps, ces thématiques font peur. Les théâtres publics craignent que ces sujets heurtent les publics. D’autant plus que le cinéma et le théâtre sont deux mondes bien différents. Le cinéma implique toujours de la fiction, on est face à des corps qui sont filmés. Cela créé une sorte de barrière. Au théâtre, on a la chance et l’opportunité de voir des vrais corps, c’est une expérience de réalité. C’est peut-être cela qui explique le fait que ces sujets soient plus abordés dans les films qu’au théâtre. Tout le monde peut s’accommoder de son trouble derrière un écran, mais prendre conscience des choses lorsque que l’on est assis à côté d’un ami ou d’un inconnu c’est tout autre chose. Selon moi, le théâtre est une espace où l’on peut interroger et explorer les désirs que l’on a en commun, tout est moins conditionné qu’au cinéma.

VK60HD©MariePétry

Diriez-vous que c’est le théâtre qui vous a permis de construire ou déconstruire votre propre identité ?

V. K. C’est certain. Pour moi le théâtre est une espace de déconstruction des identités, un endroit où l’on peut jouer avec elles. Par exemple, le travestissement au théâtre existe depuis très longtemps. C’est un endroit où l’acteur cherche toujours de quelle manière il peut se rapprocher de personnages fictifs. On passe de la déconstruction à la reconstruction d’identité de façon permanente. C’est d’ailleurs l’une des choses que j’aime dans le spectacle, ce passage d’une figure à l’autre. Je ne suis pas un personnage figé.

Vous considérez-vous comme artiste engagé par rapport aux thématiques abordées dans vos spectacles ?

 V. K. Je ne dirais pas forcément que je suis engagé en tant qu’artiste. Je suis engagé dans ma vie et j’essaye de militer dans la mesure de mes moyens, en allant à la Gay Pride ou en soutenant des associations. Mais je ne sais pas si mon travail d’artiste est, lui, militant. Il ne cherche pas directement à diffuser un message. En revanche, j’espère rendre visible des thématiques qui sont nécessaires à l’évolution de la société. En tout cas, tout cela est abordé dans la douceur même s’il est question de choses violentes. Les changements d’identités sont des moments violents dans nos vies. J’essaye aussi de mettre en scène des sexualités alternatives comme le BDSM, une pratique qui est perçue comme violente mais je veux montrer qu’elle est néanmoins motivée par l’amour.

Vous qualifiez souvent la dramaturgie comme étant « du côté obscur de la force ». Pourquoi ?

V. K. Le dramaturge est tout le temps dans le noir mais il cherche beaucoup la lumière. C’est aussi un métier de réflexion permanente. On cherche constamment les réponses aux questions, que l’on n’obtient pas forcement.

Pourquoi vous être associé au théâtre Olympia et à la ville de Tours ?

V. K. Tout d’abord, c’est moi qui suis allé vers le théâtre Olympia et j’ai eu la chance que ses membres acceptent ce partenariat. Je sens que Tours est une ville dans laquelle il y a un désir pour des formes de récits alternatifs. Le patrimoine historique de Tours est extrêmement présent mais il est contrebalancé par des désirs de nouveauté assez radicaux. Cela me plait beaucoup.

Y’a-t-il une phrase qui vous a particulièrement marqué dans ce texte que vous avez joué et écrit ?

 V. K. « Le silence est aux morts, la parole aux vivants ». Cette phrase est répétée deux fois dans le texte et je la trouve particulièrement intéressante parce que l’on crève de ne pas parler et on meurt de trop entendre les voix des morts. Je pense qu’il faut un peu arrêter de faire parler les morts, de les écouter et essayer de se concentrer sur ce que les vivants ont à dire.

 

Emmanuel HADDEK BENARMAS.

Crédit photos : Marie Pétry.

 

Festival Désir… désirs, du 23 au 29 janvier 2019.

Infos et programme : https://www.festival-desirdesirs.com/

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Maison des adolescents, aider et accompagner

#EPJTMV La Maison des adolescents de Tours accueille et s’occupe de jeunes, de parents et de professionnels. Plusieurs spécialistes de la santé et du social y collaborent ensemble pour améliorer la prise en charge des adolescents, au-delà de la structure.

Manque de confiance en soi, problèmes d’obésité, puberté… L’étape de l’adolescence peut être compliquée à franchir. Lorsqu’un jeune ne parvient pas à surmonter ses soucis, un dispositif est à sa portée : la Maison des adolescents (MDA). Cette structure, située boulevard Béranger à Tours, est un lieu d’accueil, d’écoute et d’orientation au service des jeunes ou des parents d’enfants qui rencontrent des difficultés. Créée en 2010, elle s’adresse également aux professionnels, comme des enseignants, qui s’interrogent sur cette période de la vie.

« L’adolescent n’est pas obligé de prendre un rendez-vous, explique Marc Fillatre, psychiatre et intervenant dans l’organisme. Il peut venir, voir ce qu’il s’y passe, puis sortir. C’est vraiment très libre, il peut demander à rencontrer quelqu’un ou pas ».

MDA_SalleAttente
Dans la salle d’attente, des tableaux et brochures sont destinés à provoquer la discussion.

Que ce soit le jeune, un parent, un enseignant ou l’ami d’une personne en difficulté, il peut rencontrer un accueillant. Lors du premier entretien, il ne s’intéresse pas seulement au problème du patient, il se renseigne sur son état de santé, sa vie sociale, ses loisirs. « Notre clinique ne résume pas la personne  à un symptôme. Il faut que cet endroit soit un lieu de ressource pour l’adolescence », précise Samuel Guerin, directeur de la MDA. L’ensemble des accueillants sont formés pour accompagner, identifier le problème et orienter vers une solution.

« Traiter l’adolescence de la meilleure des façons »

Si l’ado rencontre une problématique en particulier, il est orienté vers une personne spécifique. Par exemple, pour un souci juridique, il est dirigé vers un avocat spécialisé en protection de la jeunesse. L’organisme fait en sorte qu’il soit pris en main de la meilleure des manières, il le dirige donc vers la personne la plus adéquate. Juliette Rieke, infirmière à la MDA, a plus tendance à s’occuper de ceux qui souffrent mentalement. « Mais si je sens qu’un cas nécessite un accompagnement éducatif, je l’oriente vers ma collègue éducatrice spécialisée parce que je vais le traiter moins bien qu’elle. »

La structure propose également de un accueil téléphonique pour ceux qui n’osent pas se rendre sur place.
La structure propose un accueil téléphonique pour ceux qui n’osent pas se rendre sur place.

Le jeune n’est pas seulement orienté vers un intervenant en raison de sa profession. « À plusieurs reprises, j’ai souhaité prendre en charge certains qui venaient de perdre un proche parce que je suis particulièrement sensible au deuil et à la souffrance. J’arrive à trouver les mots et montrer du positif pour qu’ils gardent espoir », témoigne Juliette Rieke.

L’originalité du dispositif, créé en 2004 par le gouvernement, est de réunir dans un même lieu plusieurs professionnels de la santé et du social : éducateurs spécialisés, psychiatres, psychologues, médecins, infirmiers, pédiatres ou encore avocats. « Lorsque le législateur a déployé le dispositif, il a compris qu’il fallait des professionnels émanant de différentes institutions pour traiter l’adolescence de la meilleure des façons », indique Samuel Guerin.

Cohabiter pour mieux travailler

La maison de Tours compte 23 intervenants. Presque la moitié n’est pas salariée, ils sont mis à disposition par plusieurs structures : le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, la protection judiciaire de la jeunesse, le barreau de Tours… Cette cohabitation est bénéfique pour l’ensemble du groupe. « Lorsqu’on se réunit, on explique ce qu’on a fait pour résoudre un cas. Des fois, on n’est pas tous d’accord mais on vise tous à ce que l’adolescent trouve une solution à son problème. C’est ainsi qu’on s’imprègne de la façon de faire de chacun, c’est un vrai échange », confie Juliette Rieke. « En entretien, ce n’est pas toujours évident parce qu’on est seule face à une personne en difficulté. Mais on sent tout de même la présence de l’équipe qui nous soutient et nous aide », ajoute Clarisse Babouin, stagiaire en troisième année de formation d’éducatrice spécialisée.

Le premier entretien dure une heure, qu'importe le problème de la personne.
Le premier entretien dure une heure, qu’importe le problème de l’adolescent.

Pour illustrer les avantages du travail d’équipe, Samuel Guerin évoque un exemple précis. Quand il a accueilli un consommateur de cannabis, il n’a pas limité le cas à son addiction. Au fil des questions, il a réalisé qu’il avait commencé à fumer du cannabis suite à un accident qui avait provoqué une déchirure musculaire de l’épaule. Inconsciemment, il était devenu dépendant car il ne sentait plus la douleur lorsqu’il fumait. « À la base je suis éducateur spécialisé, je pense que je n’aurais pas fait le lien à l’époque. Au contact d’autres institutions et d’autres références, j’ai pu développer une approche globale de l’adolescent », confie le directeur.

Ensemble, l’équipe professionnelle tente de mieux comprendre cette période de la vie et de trouver de nouvelles solutions aux problèmes. Elle peut ainsi remplir une autre mission : partager leur expertise et enrichir la culture de leurs partenaires. En s’appuyant sur leur réseau, ils organisent des événements sur différentes thématiques. « Aux mois de mars, avril et mai, on va organiser des séminaires sur la transidentité », révèle Samuel Guerin. Au-delà de ces questions, ils réfléchissent à construire la Maison des adolescents de demain. « On cherche toujours à s’adapter aux ados et à la société qui évolue », conclut Clarisse Babouin.

Théo Touchais

Photos : Suzanne Rublon

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Lydia Techer, un saut dans la mode

#EPJTMV Lydia Techer est mécanicienne en confection. À Joué-les-Tours, elle fabrique des parachutes pour l’armée française et les armées étrangères. La quadragénaire partage son temps entre son métier et son ultime passion : la création mode.

DSC_0087-1 (1)

Des parachutes de saut, de freinage, de largage… des centaines en sont fabriqués chaque semaines à Joué-les-Tours. Dans un grand hangar, Lydia Techer travaille à la confection de ces équipements militaires avec plus de cent ouvriers. L’armée française en est la plus grande consommatrice, mais les parachutes sont aussi distribués à certaines armées étrangères. Les employés de Joué-les-Tours sont tenus sous secret : « On s’abstient de nous donner beaucoup d’infos », raconte l’ouvrière. De même : interdit de prendre des photos dans l’atelier et de communiquer des informations sur les gabarits. Sous peine d’être poursuivi par le grand chef, la ministre des Armées… Mais Lydia Techer connaît les règles. Elle est employée depuis quinze ans par le site, d’abord dirigé par Zodiac Aérospace, société de construction aéronautique et spatiale, et récemment racheté par la plus internationale Safran Aerosystems.

Tout près du Cher, l’atelier de confection est rythmé par les demandes. Selon le cahier des charges, les ouvriers se concentrent sur tel ou tel modèle de parachute. Cette semaine, Lydia Techer et ses collègues fabriquent des pièces à destination des sièges éjectables des avions de chasse. Mais si les mécaniciens en confection doivent pouvoir s’adapter d’un gabarit à l’autre, le processus de fabrication reste le même pour tous les parachutes.

Contrairement aux chaînes de production classiques, chaque ouvrier n’a pas de rôle à part entière. Chacun suit son propre travail de A à Z. « On commence la confection d’un parachute en choisissant les tissus indiqués dans le cahier des charges au magasin. C’est là où tous les matériaux sont stockés », explique Lydia Techer. Ensuite vient la découpe et la couture, à la machine bien-sûr. « Pour réaliser un parachute, il nous faut deux jours chacun en général. » Une fois les dizaines de mètres carré de polyester assemblés, c’est aux plieurs de prendre le relais. Ces ouvriers plient donc les parachutes de façon à ce qu’ils s’ouvrent correctement et sans s’emmêler le moment venu. « Tous les ouvriers ont une grosse responsabilité. On travaille sous pression car le moindre accro pourrait être fatal pour le parachutiste, raconte Lydia Techer. J’essaye toujours de repérer les défauts en amont du contrôle pour éviter que le parachute revienne en atelier. »

« Ma passion, c’est de créer »

L’ouvrière a développé cette minutie et ce goût pour la couture avant même de travailler dans la confection de parachutes. Petite, elle fabrique des vêtements à ses poupées. Et en grandissant, elle décide de s’orienter vers un CAP en industrie de l’habillement à Nice, sa ville d’origine. Son rêve : travailler dans la mode. Mais son dossier ne le lui permet pas. « Face aux refus des écoles de mode, j’ai donc décidé de me lancer seule. J’ai été auto-entrepreneuse dans le domaine du textile pendant un moment… Mais la gestion était très compliqué. J’ai renoncé et j’ai suivi mon mari gendarme en Indre-et-Loire. »

Lydia Techer a trouvé son compte en continuant la couture pour l’armée. « Et puis, coudre des parachutes toute la journée ne m’empêche pas de continuer à la maison ! » La mécanicienne en confection n’a pas abandonné la création. Elle multiplie même les activités liées à la mode : elle fabrique ses sacs, coud quelques uns de ses vêtements ainsi que ceux de ses fils et de son mari. Lydia Techer vend également ses créations via Facebook et Instagram. Cette passion, elle la partage aussi avec son compagnon: « Tous les deux, on aime observer les jeunes qui pourraient être modèles pour des grandes marques. » Cette activité de chasseur de tête en amateur leur a fait repérer une jeune Saint-Avertinaise quand elle avait 14 ans. Grâce à eux, elle défilait lors de la Fashion Week de Paris en 2017.

Bien trop accrochée aux parachutes,ses succès dans le milieu de la création textile ne lui feront pas quitter l’atelier. « Le milieu de la mode est trop dur. Je présente toujours des jeunes filles magnifiques mais elles ne sont jamais assez grandes, assez minces, assez belles selon les recruteurs. C’est épuisant à force », confie la mécanicienne en confection. Après quelques années de tâtonnement entre le milieu de la création et celui de l’industrie, Lydia Techer a su trouvé l’équilibre entre sa passion et son métier. Prête pour l’atterrissage.

Lorène Bienvenu.

Photo : Suzanne Rublon.

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

« Mon fils a guéri grâce aux blouses roses »

#EPJTMV Blouses blanches, blouses bleues, blouses roses, … On s’y perdrait ? Pas tellement, les blouses roses sont reconnaissables par le cœur orange brodé sur leur blouse couleur framboise. Vous avez le tournis ? On vous explique.

« Les enfants ont une force mentale que nous sous-estimons, reconnait Catherine Fournier, les trois quarts du temps, ce sont eux qui rassurent leurs parents quand ils sont hospitalisés ». Catherine Fournier est une « blouse rose ».

Vous savez ces femmes habillées en rose qui vous ont sûrement proposé des jeux dans les salles d’attente de Clocheville lorsque vous étiez petits ? Ce moment où vous attendiez depuis deux heures et que chaque sourire apporté par ces femmes était une dose de bonheur inimaginable qui vous faisait oublier votre douleur au lobe droit. Tout ça à cause de votre voisin de classe qui ne maîtrisait pas encore parfaitement l’art du découpage…

Les jeux font partie du décor.
Les jeux font partie du décor.

« Tu veux faire un puzzle avec moi mon bonhomme ? », demande Martine Antoine. Bon, en théorie vous répondez non car le puzzle ne rentre pas dans vos hobbies et à ce moment très précis vous n’avez envie que d’une chose : vous faire soigner et rentrer à la maison. Mais ce jour-là, vous dites oui. Oui, parce que ça fait passer le temps. Oui, parce que cette dame en rose a très l’air gentille. Oui parce qu’à par regarder Gulli à la télévision vous n’avez rien d’autre à faire. Et puis tout compte fait, c’est quand même sympa les puzzles : vous vous en rendez compte grâce aux « blouses roses ».

Mais qui sont vraiment ces femmes ? Pourquoi sont-elles toujours là quand il faut ? À Tours, les « blouses roses » sont environ 160 (avec pas plus de dix hommes). En France, l’association compte 3 000 bénévoles. Leurs missions sont diverses : renseigner, aider, occuper, accompagner. Des verbes d’action qui résonnent dans plusieurs lieux tourangeaux. À Clocheville, les « blouses roses » occupent les enfants dans les services comme la chirurgie, l’orthopédie, la radio et les urgences par des jeux de société, des activités manuelles ou des lectures. D’autres passent du temps dans les maisons de retraite. Les bénévoles tiennent aussi compagnie aux femmes alitées ayant une grossesse compliquée, à Bretonneau, en proposant du tricot ou de la broderie.

« On se sent vraiment utile, finalement »

En franchissant la porte de l’accueil de l’hôpital de Clocheville, vous ne pouvez pas manquer les regards de Catherine Fournier, 63 ans, et Christine Jagueneau, 60 ans. Ces deux retraitées sont derrière leur table (rose, bien évidemment), pour rassurer les parents perdus, les orienter dans les différents services et discuter avec les enfants qui s’ennuient.

Dans le courant d'air de l'accueil de Clocheville, les "blouses roses" renseignent.
Dans le courant d’air de l’accueil de Clocheville, les « blouses roses » renseignent.

Ce jour-là, en trois heures, ces deux femmes ont renseigné soixante-dix personnes. « Depuis qu’ils ont supprimé l’accueil, on occupe ce rôle. Se repérer dans un hôpital est toujours compliqué donc on les aide », explique Catherine Fournier, « blouses roses » depuis 2007. « On se sent vraiment utile, finalement », renchérit Christine Jagueneau, membre l’association depuis décembre 2018.

Retraitée depuis un an, cette dernière avait envie de s’investir pour les autres. Les « blouses roses » répondaient parfaitement à ses attentes. « Pour entrer dans l’association, on a une réunion d’information puis un rendez-vous spécialisé. Après on suit un ‘’parcours découverte’’ où on travaille dans les tous les types de services. Puis on choisit ce qu’on préfère ». Parfois, certains volontaires ne sont pas retenus, « certaines personnes sont trop fragiles psychologiquement », précise Catherine Fournier. Elle même a vu des jeunes très malades, ce qui l’a touchée et forgée à la fois. « Les enfants ont une force de caractère qu’on finit par admirer », s’enthousiasme-t-elle.

« Le climat est plus apaisé quand elles sont là »

À l’heure du gouter, roulement dans le service et deux nouvelles « blouses roses » poussent un gros charriot rempli de jeux de société jusque dans la salle d’attente des urgences. Les enfants ouvrent grands les yeux et oublient tout à coup leur lobe droit. Des puzzles, des coloriages, des jeux envahissent les deux tables basses. Certains timides, certains assurés, d’autres à moitié endormis, les enfants se regroupent autour des différentes activités. Les « blouses roses » sont un réel soutien pour le corps hospitalier. « Le climat est plus apaisé quand elles sont là, les parents sont plus agréables et patients », explique Magalie Neveu, puéricultrice depuis plus de quinze ans.

Allissya fait passer le temps dans la salle d'atente des urgences.
Allissya fait passer le temps dans la salle d’attente des urgences.

Allissya, 7 ans, commence le puzzle d’Anna de La Reine des Neiges (vous savez, le dessin animé que votre petite-cousine adore mais avec une chanson qui vous libère, et vous délivre… de rien, à part l’avoir dans la tête). Sans voix, la petite fille répond aux questions en hochant de la tête. Retranscrit en mots ça pourrait donner : « Je me suis fait mal à l’école, je suis tombée. Mais là je n’ai pas trop mal donc je peux faire le puzzle d’Anna car je l’aime beaucoup ». Sur le banc derrière elle, sa mère sourit aux dames qui s’occupent de sa fille. Ces bénévoles, Sandra Damart les connaît très bien, grâce son fils. « Les blouses roses sont extrêmement utiles. En trois années de vie, mon fils n’est resté que trois mois à la maison. À la naissance, il ne respirait pas donc il a beaucoup vécu à l’hôpital. Les « blouses roses » ont été très présentes avec lui. Ce sont en partie grâce à elles qu’il est guéri aujourd’hui ».

Sur les coups de 19h30, dernier roulement. Les bénévoles marchands de sable entrent en scène et lisent une histoire aux enfants qui s’endorment paisiblement dans leur chambre avant d’affronter une nouvelle journée d’hospitalisation, aux côtés des « blouses roses ».

Salomé Raoult

Photos : Eléa Chevillard 

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Frencizzle, au rythme de ses productions

#EPJTMV « A Châteauroux, ils font du rap de vieux. » C’est sûrement pour cette raison que Frencizzle, beatmaker castelroussin de naissance, a préféré regarder de l’autre côté de l’Atlantique. Le désormais Tourangeau de 32 ans a produit, entre autres, des instrumentales pour des rappeurs tels que Chief Keef ou Gucci Mane, deux des artistes les plus influents de la scène rap américaine.

DSC_0049

« Je ne vois pas la musique comme un travail », assure le beatmaker* moustachu, qui, en plus de la musique, occupe un poste de caissier en supermarché, à Grand frais. « J’ai mon CDI pour être stable, parce que le monde de la musique peut te rendre fou. » Le petit producteur, et ce uniquement par la taille, a une comparaison bien à lui pour illustrer ce risque : « La musique c’est comme une fête, avec un début et une fin. Si tu n’as pas réussi à maximiser tes chances, à capitaliser sur ce que tu as fait tout le long, c’est dur quand ça s’arrête. »

Il pourrait gagner sa vie avec la musique qu’il produit, musique indispensable aux rappeurs, sur lesquelles ils rappent. « J’ai eu des approches mais je ne veux pas signer. L’industrie du disque est en déclin. Le streaming, ce n’est pas intéressant, ça rapporte surtout beaucoup aux labels. Si tu n’es pas Johnny ça ne sert à rien », constate-t-il. « C’est bandant d’être indépendant. » Clin d’œil à la mentalité de Frencizzle, ces paroles ne sont pas de Jean-Léonard, de son vrai nom, mais de Booba. Elles sont issues d’un morceau que le beatmaker a samplé* pour créer une instrumentale. Double Zulu et Karma Radieux, deux rappeurs peu connus, ont eu la chance de rapper dessus. Donner de la lumière aux jeunes artistes est un des objectifs premiers de Frencizzle. Il vient d’ailleurs de publier un projet trois titres, « Gonzo », en collaboration avec Strypes, un jeune rappeur américain.

« L’exigence mongole »

Le rap américain, Jean-Léonard l’a découvert sur M6, avec Snoop Dogg et son morceau « What’s my name ». Sa connaissance et sa maîtrise de ce genre musical ont ensuite bien évolué. Bien qu’il en produise fréquemment, le passionné de rap n’en écoute quasiment plus. Pourtant, le beatmaker reste bien au fait de toute l’actualité rap. Cette volonté d’isolement vise avant tout à éviter d’être inspiré par ce qu’il entend des autres. Le rappeur reste fidèle à un credo : « l’exigence mongole. » Cette expression désigne l’état d’esprit de Frencizzle, « la volonté de vivre sa vie comme on le sent, sans être influencé. C’est essayer d’être libre au maximum. »

Jean-Léonard est tout de même inévitablement influencé par d’autres inspirations, notamment de la musique vietnamienne. Il en a placé des sonorités dans le morceau « Saint-Exupéry », d’Infinit, rappeur originaire des Alpes-Maritimes. C’est des origines de sa mère qu’il tire cette inspiration. Elle est très peu au courant des activités de son fils. « Je lui cache car je ne veux pas qu’elle soit déçue, qu’elle sache que je fais de la musique avec des mecs qui disent beaucoup de gros mots… » Qu’elle se rassure, son fils côtoie très peu les rappeurs américains avec qui il travaille.

Énergie américaine

DSC_0070

Le natif de Châteauroux a rencontré Chief Keef et les autres via internet, sur MySpace d’abord. Aujourd’hui, c’est surtout sur Instagram qu’il connecte avec des artistes, via sa page, certifiée d’ailleurs. Depuis son ordinateur, « un vieux truc pourri à 200 euros », Frencizzle confectionne ses productions, tard le soir le plus souvent. Elles sont ensuite envoyées aux Etats-Unis. Le beatmaker emprunte parfois le même trajet que ses instrumentales, mais surtout en tant que touriste, moins pour faire de la musique. Ces voyages lui permettent entre autres d’améliorer son anglais.

Frencizzle ne comprend pas tout ce que disent les rappeurs américains sur ses productions. Mais ce n’est pas un problème pour lui, car ce qui compte avant tout, « c’est l’énergie, l’ambiance, Chief Keef est très fort pour ça ». Frencizzle n’a jamais collaboré avec les nombreux rappeurs français inspirés par Chief Keef. « Je ne vois pas l’intérêt de produire des gens qui reproduisent ce que font les américains avec qui je travaille », lance-t-il, catégorique, entre deux bouffées de chicha.

En France, il a travaillé avec Joe Lucazz, Infinit ou Metek, des rappeurs qui répondent à son « exigence mongole », puisqu’ils vont à contre-courant. Jean-Léonard a aussi travaillé avec Booba sur le morceau « Félix Eboué ». Le D.U.C, surnom du rappeur, l’a d’ailleurs surpris à cette occasion : « c’était une époque où il utilisait beaucoup d’autotune et sur mon instrumental il a vraiment rappé. » Ce morceau a rapporté pas mal d’argent au caissier de Grand frais car Booba l’a interprété à chaque concert de sa tournée 2015-2016.

Frencizzle touche des intérêts à chaque écoute et diffusion des sons qu’il a produit. « La Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) me verse mes droits d’auteurs tous les trois mois. » Il tente cependant de retarder le plus possible son entrée dans la « spirale » comme il l’appelle, le rap en tant que travail à plein temps. « Peut-être que ça m’enlèvera une part de liberté », évoque-t-il sous sa casquette vert fluo.

La création avant tout

DSC_0074

Son objectif avec la musique est surtout de se faire plaisir. Pour lui, cela passe par le fait de développer un rappeur qui débute, ce à quoi il travaille actuellement. Il n’est pas forcément attiré par la production de hits. « Faire un tube, c’est comme diluer son whisky avec du coca, c’est la facilité », image-t-il. Frencizzle reste tout de même impressionné par certains artistes qui tournent dans toutes les radios, comme Jul ou Maitre Gims. Il devait d’ailleurs organiser pour ce dernier une collaboration avec Gucci Mane, rappeur très important d’Atlanta, qui ne s’est pas faite faute de temps, reportée à plus tard.

Même s’il est en contact avec des têtes d’affiches, Jean-Léonard est conscient que son dernier projet, « Gonzo », avec un jeune rappeur de Nashville, ne sera pas disque d’or. Pour autant, pas question pour lui de se décourager. « Il faut se demander d’abord pourquoi tu as commencé. Moi, c’est pour créer. Si tu penses à l’argent c’est foutu. » Frencizzle continuera donc, tant qu’il le peut, à vivre sa vie comme il l’entend, entre sa caisse de supermarché et ses productions.

Victor Fièvre

Photos : Suzanne Rublon

Pour découvrir son univers, l’Instagram de Frencizzle : frnczzl

*Beatmaker : artiste qui produit la musique sur laquelle le rappeur pose ses textes

*Sample : reprendre une partie d’un morceau pour en créer un autre

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Quand les médias débarquent sur Snapchat

L’une des applications préférées des ados est également utilisée par des médias traditionnels. Entretien avec Noémie Pennacino, rédactrice en chef du site et du Snapchat de Society.

SNAPCHAT_ITW

Depuis quand le magazine Society publie-t-il des contenus sur Snapchat ?
On n’a pas de compte Snapchat privé mais nous publions dans Snapchat Discover qui est une plateforme où les médias, et depuis quelque temps les influenceurs, font paraître leurs stories. Les gens peuvent ainsi voir nos contenus dans la partie “Découvrir” de leur application. Nous faisons ça depuis juillet 2017, c’est Snapchat qui est venu nous chercher. On ne choisit pas d’y aller. Ils nous ont dit pour nous convaincre que de grands journaux, comme The New York Times, s’y trouvaient. Et que les gens, quand ça les intéresse, pouvaient finalement lire des articles longs également sur leur téléphone.

Pourquoi avoir dit oui ?
C’est pour toucher un public que nous n’atteignons pas forcément avec le magazine papier. Notre cœur de cible pour Society sont les 25-45 ans alors que Snapchat intéresse les 13-24 ans. Dans notre stratégie, on essaie de pousser aux 13-30 ans, même si ce n’est pas évident de parler à un adolescent et à un trentenaire de la même façon.

Publiez-vous souvent sur ce réseau social ?
Non, seulement une fois par semaine, chaque dimanche à 6 h du matin. C’est en général une story de 10 snaps.

Capture copie

Y a-t-il une armée de geeks pour s’en occuper dans vos locaux ?
Il n’y a pas de rédaction dédiée au web à Society, chacun fait un peu de tout. Pour Snapchat, nous sommes deux, avec Michaël Simsolo qui est aussi rédacteur en chef du site, avec parfois la contribution de pigistes du magazine. Nous avons quand même recruté une motion designer quand nous avons commencé : elle s’occupe des animations graphiques des « tops snaps » et des infographies des articles que l’on peut lire en dessous, quand on « swipe » vers le haut. Les textes, les vidéos, les tests de personnalité ou les quiz que l’on ajoute, c’est aussi nous qui les faisons. On peut mettre trois à cinq jours pour terminer une story.

Dans vos dernières stories, on peut lire un sujet sur les soirées en appart, la PMA, le Burkina Faso… Comment choisissez-vous vos sujets ?
Sur le fond, c’est un peu au feeling, mais comme c’est une publication qui était au départ visible une semaine seulement après sa publication, on ne faisait pas trop d’actualité. Depuis six mois environ, ces stories ne sont plus éphémères puisque Snapchat permet de les archiver. Donc il faut qu’on trouve des sujets que les gens pourront lire plusieurs mois après. On peut savoir quelles stories sont les plus vues et partagées, mais en dehors des articles qui fonctionnent grâce à l’interactivité des quiz ou des votes, il n’y a pas vraiment de logique pour que ça décolle ou non. Donc on essaye de se détacher des statistiques.

Quels sont les retours depuis un an et demi ?
L’audience est très forte, plus que sur notre site ou pour le magazine. On ne peut donner de chiffres car Snapchat nous l’interdit, on ne peut donc pas se comparer aux autres médias. Mais les retours sont bons. Les stagiaires de 3e qu’on reçoit nous disent aussi qu’ils consultent nos stories. On sait que les très jeunes ne vont pas lire d’articles sur les sites et préfèrent se rendre sur les réseaux sociaux pour s’informer et éventuellement cliquer sur un lien.

C’est une sorte de conquête d’un nouveau lectorat pour Society ?

Le magazine Society a été fondé en 2015.
Le magazine Society a été fondé en 2015.

En étant présent sur Snapchat, on ne va pas chercher à conquérir de nouveaux lecteurs pour le magazine, mais on se dit que ce qu’on propose peut quand même les intéresser. On utilise parfois des sujets déjà publiés qu’on réédite, qu’on va rendre plus explicatifs ou pédagogiques, tout en gardant notre ton. On fait aussi beaucoup de sujets uniquement pour Snapchat. Ces mini-sites sont différents de ce que nous faisons sur le plan technique. Après, au niveau éditorial, nous avons déjà des formats variés dans le magazine.

Parlons argent, ça rapporte ?
Les revenus viennent uniquement de la publicité, glissée tous les trois snaps dans nos stories. C’est à 95 % Snapchat qui s’occupe de vendre ces espaces publicitaires et nous découvrons les contenus à la publication.

Vous allez donc continuer avec ce petit fantôme ?
Oui, ça fonctionne bien. Bon, ils ont perdu pas mal de médias quand ils ont choisi d’inclure les influenceurs (ndlr : Nabilla, Jeremstar, Cristiano Ronaldo, Vitaa… ) car tout était mélangé mais depuis, les lecteurs peuvent s’abonner à des comptes et suivre plus facilement les médias qu’ils apprécient dans l’interface de Discover. Sur les autres réseaux sociaux, nous ne sommes pas les meilleurs, faute de temps et à regret, mais le fait d’avoir recruté une motion designer nous pousse à développer des stories sur Instagram aussi.

>> Retrouvez également le magazine Society sur Facebook.

Propos recueillis par Pauline Phouthonnesy

Formations digitales : My-Serious-Game impose son jeu

Spécialisée dans la création de formations digitales personnalisées et axées sur le jeu, My-Serious-Game connaît une croissance fulgurante. Visite de cette entreprise tourangelle devenue leader sur le marché national.

REPORTAGE_ENTREE
My-Serious-Game a déménagé rue Édouard-Vaillant pour de plus grands locaux.

Mercredi matin, à deux pas de la gare. Au numéro 21 se dresse un de ces nombreux immeubles de la rue Édouard-Vaillant, coincé entre les hôtels et les résidences étudiantes. Direction le 3e étage. Il y a déjà du mouvement ici et l’ambiance est studieuse. Une poignée de main ferme et énergique nous accueille : c’est Frédéric Kuntzmann, le big boss des lieux.
Bienvenue à My Serious Game, ou MySG pour les intimes.

Ici, on crée des formations digitales sur mesure. Exit les méthodes tradi’ à coup de Power Point ronflants : MySG s’est spécialisée dans des solutions technologiques et modernes qu’elle vend aux entreprises pour qu’elles forment leurs collaborateurs de manière ludique, à travers des jeux sérieux. S’adapter à l’apprenant, en faisant appel à différentes formes comme la simulation 3 D, la vidéo interactive ou encore la réalité virtuelle.

Devenue leader français sur ce marché, My-Serious-Game a pourtant débuté il y a peu. C’était en 2014. Le duo tourangeau Aurélie Duclos et Frédéric Kuntzmann fonde à cette époque cette startup qui va vite affoler les compteurs. Aujourd’hui, elle « affiche une croissance annuelle à deux chiffres », précise la direction. Elle compte des clients comme « des grands groupes du CAC 40, des acteurs publics ou des organismes de formation et des PME ». De sept salariés au départ, on en compte désormais… 40. Un effectif qui devrait encore doubler d’ici la fin d’année.

REPORTAGE_ORDI
Les salariés créent des formations ludiques et technologiques, offrant de vraies aventures immersives.

ESPRIT STARTUP

REPORTAGE_FREDERIC - Copie
Frédéric Kuntzmann, CEO et co-fondateur de My-Serious-Game, dans son bureau

En se baladant dans les immenses et récents locaux (la troupe s’y est installée cet été), on sent que MySG, bien que devenue entreprise, a souhaité garder l’esprit startup. On pense à ces atmosphères typiques des bureaux nés dans la Silicon Valley. Murs blancs, salles lumineuses, canapés confortables à droite à gauche, des plantes un peu partout. Au beau milieu trônent un baby-foot et une cuisine. « Désolé du bazar, on a fait la galette des rois !, lance Clément Horvath, communication manager qui nous présente aussi « la machine à café customisée » : à la clé, des jeux de mots que n’aurait pas renié l’astrologue de tmv (en-dessous du thé à la menthe est inscrit « sans kebab ») et un logo détourné.

Un peu plus loin, on aperçoit un espace avec faux gazon au sol et hamac suspendu. Ambiance décontractée mais studieuse caractéristique pour une équipe dont la moyenne d’âge oscille entre 30 et 35 ans. « C’est assez jeune, car c’est une génération qui oeuvre dans le digital. Les profils sont divers : développeurs web, designers, chefs de projet, commerciaux, ingénieurs pédagogiques ou personnes issues du monde de la formation », énumère Clément.

REPORTAGE_REU
Ici, le management se fait à l’horizontale : tout le monde est autonome et responsable.

Carlos par exemple se présente comme « expert en neurosciences ». Sourire vissé aux lèvres, couronne sur la tête (il a eu la fève !), il travaille en ce moment sur une « solution digitale pour les formateurs, afin d’accompagner les gens sur leurs compétences cognitives ». La première version devrait être disponible en mai pour le marché national. Quelques secondes après, il a déjà disparu pour plancher derrière son Mac.

MySG s’est propulsée aux quatre coins du monde, lors de salons à Paris, Las Vegas, Lisbonne ou encore Londres. Montrer son savoir-faire et étoffer le porte-feuille clients avec Sanofi, SNCF ou encore le Ministère de l’Intérieur. Pour ce dernier, My-Serious-Game « a conçu un “ jeu ” pour voir comment réagir en cas d’attaque terroriste », explique Clément. Pour Bouygues Construction, « on a fourni une formation digitale pour que leurs équipes partagent les valeurs de la société. On a ainsi modélisé un chantier dans lequel le collaborateur pouvait s’immerger ».
Il y a également leur gros bébé, IFSImulation, une simulation 100 % digitale dédiée à l’application de prescriptions médicales pour un apprentissage par la pratique. Exit les faux mannequins pour s’entraîner : ici, l’étudiant(e) infirmier(e) évolue dans un environnement 3D et applique les méthodes apprises en formation.

Mais face à « un marché qui bouge vite », My-Serious-Game a les yeux rivés vers le futur. Déjà parce qu’elle vient tout juste de lever 3 millions d’euros auprès de trois fonds d’investissement. Ensuite, parce qu’elle va ouvrir des locaux à Paris prochainement. Et enfin, parce qu’elle vise un gros projet d’internationalisation.
« On est leader sur le secteur national mais on veut désormais l’être au niveau européen », annonce Clément. Leur projet ? Une solution basée sur l’intelligence artificielle. Rendez-vous à l’été 2019.

> My-Serious-Game sera présent au Vinci le 24 janvier au Human Tech Days et les 30 et 31 janvier au Learning Technologies de Paris.

REPORTAGE_AMBIANCE
Une entreprise à l’esprit startup : ça se voit dans l’aménagement du plateau de travail !

Reportage : Aurélien Germain
Photos : Aurélien Germain & My-Serious-Game

TOP 4 : les attentes Netflix 2019

En 2019, Netflix prévoit d’ajouter 90 films originaux à son catalogue, sans compter les séries. Voici un top 4 de ce qu’on attend avec impatience sur la plateforme. Miam !

CONVERSATION WITH A KILLER

Sous-titrée The Ted Bundy Tapes, cette série documentaire s’intéressera au serial killer Ted Bundy. On retrouvera même des enregistrements inédits réalisés avant son exécution, gloups. Rendez-vous le 24 janvier.

PAUSE_ECRANS_TOP1

THE IRISHMAN

Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci au casting. Martin Scorsese à la réal’. Autant dire que The Irishman, adaptation de la vie du criminel Frank Sheeran, est plus qu’attendue. Sortie simultanée Netflix/cinéma courant 2019.

PAUSE_ECRANS-TOP2

STRANGER THINGS

Impossible de manquer la nouvelle et troisième saison de Stranger Things, prévue cet été. Netflix a déjà dévoilé les titres des épisodes et un teaser qui a évidemment mis l’eau à la bouche de tout le monde. Vite ! Vite !

PAUSE_ECRANS_TOP3

UMBRELLA ACADEMY

Première saison pour cette série basée sur les comics et qui raconte comment 43 bébés sont nés inexplicablement. Parmi eux, sept ont des pouvoirs surnaturels pour sauver le monde. L’apocalypse est prévue le 15 février.
PAUSE_ECRANS_TOP4

Un bouquin, des pépètes et un cacatoès !

On n’est pas objectif, mais on assume ! Le roman d’Elisabeth, Les Pépètes du cacatoès (City Éditions) on l’aimait déjà avant d’en avoir lu la première ligne, parce que Elisabeth, c’est notre copine-qu’onbosse-avec et qu’on l’aime aussi. Sa première interview de romancière est pour nous (et elle décoiffe !).

Interview / Spécial copinage (bah ouais)

NEWS_CACATOES_credit_gin_pineau
(Photo Crédit : Gin Pineau)

C’est quoi cette histoire de cacatoès, pourquoi pas un boa constrictor ou un gibbon à mains blanches ?
J’avais peur d’effrayer les enfants. Je me suis dit qu’un cacatoès, c’était plus consensuel. En même temps, un cacatoès, ça fait beaucoup de bruit et ça peut être drôle si plein d’enfants en réclament à leurs parents, du coup.

Donne-moi trois bonnes raisons de ne pas lire ton roman.
Déjà, c’est écrit par une journaliste (une journaliste de tmv, en plus !) et les gens détestent les journalistes. Deuxième raison, c’est écrit par une provinciale et on sait bien que tout ce qui vient de province est quand même assez insignifiant. J’habiterais Saint-Germain-des-Prés ça vaudrait peut-être le coup, là, franchement, c’est gâché. Et troisième raison, c’est écrit par une femme et, par définition, une femme ça n’a pas de cerveau. Et puis, dernière raison : c’est une comédie et la comédie, ça n’intéresse vraiment personne.

Et si, malgré tout, on avait quand même envie de le lire, qu’aurais-tu envie de nous dire avant ?
Ben… Merci, déjà. Vous ferez plaisir à mes enfants. Et aussi, que si Instagram et l’art contemporain vous intriguent, si vous aimez les plats locaux et de saison et les histoires qui finissent bien, vous avez fait le bon choix.

Comment aimerais-tu que les lecteurs le lisent, ton roman ?
Puisque c’est un livre improbable, j’aimerais qu’ils le lisent dans les endroits les plus improbables de la planète. Par exemple, la tête en bas, perché dans un arbre. Mais bon, ils le lisent comme ils veulent, en même temps, je ne serai pas là pour les surveiller, ils peuvent le lire dans leur canapé.

As-tu, sérieusement, envisagé l’hypothèse d’un succès ?
Non. Je me suis juste dit que j’allais écrire toutes les nuits pendant trois mois, que j’allais faire suer une vingtaine d’éditeurs et j’étais à peu près sûre que ça ne marcherait pas. En fait, l’objectif, c’était juste de boire un coup avec des copains et écrire un livre, c’est quand même une bonne raison pour boire un coup. Et si jamais ça marche (car on n’est jamais à l’abri d’un succès…), eh bien ça me fera une occasion de reboire un coup.

Si ce roman était adapté en film, tu verrais qui dans les rôles principaux ? Les-pepetes-du-cacatoes
Je verrais bien Michael Douglas dans le rôle du grand-père, ça pourrait être assez drôle. Et Catherine Deneuve dans le rôle de Mathilde, la fille. Et puis Jean-Hugues Anglade, il est de la région, ça me rendrait super fière de l’avoir dans le film.

C’est un livre drôle, puisque c’est une comédie et réconfortant puisque c’est écrit dessus. L’as-tu écrit dans un but thérapeutique ?
Absolument. Je suis d’ailleurs en attente de l’accord pour le remboursement du livre par la Sécu. C’est un livre qui n’est pas toxique, qui n’a pas d’effet secondaires, qui a une empreinte carbone raisonnable car imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim’ vert et qui est très bon pour la santé. Donc, si je n’obtiens pas l’accord, je vous encourage à lancer une pétition sur change.org, adressée à Agnès Buzyn pour exiger son remboursement.

Pour finir et sans langue de bois, doit-on croire ce que l’on commence à voir circuler sur les réseaux sociaux ? Seras-tu candidate à la mairie de Tours en 2020 ?
Je ne souhaite pas communiquer sur ce sujet pour le moment. Disons que j’entends des choses, j’écoute ce qu’on me dit. Il y a un désir d’autre chose, je le perçois bien. Mais il est vraiment trop tôt pour en dire plus.

(N’oubliez pas… Le second degré n’est pas qu’une température !)

Propos recueillis par Matthieu Pays / Photo : Gin Pineau

>> Les Pépètes du cacatoès, d’Elisabeth Segard. City Editions / 256 p. Disponible à La Boîte aux livres, à la Fnac, Cultura et autres librairies. Bref, partout !
>> Le résumé du livre : 
Le jour où Adalbert de Sainte-Sévère meurt brutalement, ses trois héritiers découvrent avec effarement son testament. Leur grand-père lègue sa fortune à son superbe cacatoès aux plumes roses. À moins que les petits-enfants relèvent son dernier défi : monter leur propre entreprise et ainsi prouver qu’ils ne sont pas juste des adultes trop gâtés ! Seulement, Victorien, Mathilde et Arthur sont passionnés par beaucoup de choses… mais pas franchement par le travail. Entre boîtes de nuit, soirées poker, et shopping, leur vie s’écoule paresseusement.
Comment récupérer l’héritage sans renoncer à leur mode de vie ? C’est le début d’une drôle d’épopée, au cours de laquelle l’esprit de famille (et un cacatoès…) s’avéreront bien utile. Et qui sait, au bout de l’aventure, peut-être gagneront-ils quelque chose de bien plus précieux qu’un héritage…

Sports de combat extrême : clichés et réalité

Notre expérience des sports de combat extrêmes consiste en un épisode de Friends (où le petit ami de Monica se met au MMA) et aux prouesses de Gal Gadot dans Fast and Furious. Alors tmv a enquêté… et casse quelques mythes.

Crédit MMA FIGHT CLUB GYM
Crédit MMA FIGHT CLUB GYM

Quand on lit « sport de combat extrême », on pense sang qui gicle, os qui se brisent et yeux qui sortent de leurs orbites. Après avoir visité plusieurs clubs, nous sommes en mesure de vous dire que ça ne se passe pas (mais alors pas du tout) comme ça.

« Les dents qui volent c’est une légende », nous lance de but en blanc Florian Rousseau, propriétaire du MMA Fight Club Gym à Saint-Cyr-sur-Loire. Et même s’il est écrit « Fight Club » à l’entrée de la salle, « on n’est pas la pour faire la bagarre ». D’ailleurs le « vrai » MMA (anciennement Free Fight) est interdit en France. Ce que l’on pratique, c’est en réalité sa variante, le pancrace, qui part du même principe (mélanger lutte, boxe et arts martiaux divers) mais est truffé de règles et d’interdits. Bon. Et ailleurs ?
« En krav maga il n’y a pas de règles ni d’interdits », révèle Thomas Euzénat, qui dirige Team K37, où se pratiquent aussi une forme de karaté full contact et des arts martiaux philippins. Bien que l’on mime certains gestes en entraînement (les doigts dans les yeux, les coups dans la gorge ou les cervicales), le professeur préfère revoir ses élèves la semaine suivante : on voit donc très peu de blessures en salles ou même en compétition, beaucoup moins en tous cas par exemple — tous les professeurs sont unanimes — qu’au rugby.

Krav maga, MMA, kickboxing, arts martiaux philippins… Tous ces sports vus comme extrêmes le sont donc surtout… à la télé. La réalité des salles de sports est bien différente. « Parce qu’à la télé ce sont des professionnels !, développe Florian Rousseau. Ils s’entraînent toute la journée en vue des combats. Nous ici on ‘joue’ à MMA. » Et si tout le monde peut s’essayer à tous les sports, il ne faut pas s’attendre à monter directement sur le ring. Certificat médical en main, on s’inscrit (et souvent on signe une charte de bonne conduite), puis on suit les cours en fonction de son niveau.
Kader Zighem, président du BSJT à la Rabière, propose boxe éducative et kickboxing. Mais pour arriver au deuxième, il faut un minimum de prérequis… que l’on trouve dans le premier cours. Kung Fu Panda, c’est pas pour demain.

TOC, TOC, QUI EST LÀ ?

Bien sûr, en krav maga ou en arts martiaux philippins, où l’on use de couteaux ou bâtons (on a vérifié, pour l’entraînement c’est des faux), le côté extrême on le voit bien. Le fait qu’il ne puisse pas y avoir de compétition parle d’ailleurs de lui-même : « La compétition engendre forcément des règles pour protéger les pratiquants et on ne veut pas créer de mauvais automatismes par rapport à ça, comme par exemple s’empêcher de frapper les parties génitales ou encore les yeux ou la gorge alors que ce sont des techniques qu’on apprend en krav maga. Puisqu’on ne souhaite pas déconditionner notre entraînement, il n’y pas de compétition possible », décrypte Thomas Euzenat.

Mais le lien entre tous ces sports, c’est que le « vrai » côté extrême est le dépassement de soi. Pour Kader Zighem, « il s’agit surtout de sports extrêmes dans la préparation, parce que pour combattre, il faut aller au-delà de ce qu’on pense pouvoir faire. On va chercher ses ressources, et c’est pour ça qu’on travaille le mental. On ne va pas s’arrêter dès qu’on a une petite douleur. » Longtemps « réservés » aux hommes de 20 à 40 ans environ, ces sports voient leur public s’élargir.

Aux femmes, mais aussi aux enfants. Nader Zighem travaille avec 24 filles sur 28 élèves en tout dans son cours de boxe éducative. Et voit surtout des jeunes et des ados. Chez Team K37, les cours commencent à 12 ans (avec un programme adapté) et les femmes représentent environ un quart des pratiquants. Au club de MMA, les enfants sont acceptés dès 5 ans et les femmes représentent environ 35 % des adhérents. Cette démocratisation se voit également au niveau social, alors qu’au départ, ils étaient plutôt réservés aux métiers de la sécurité, aux policiers ou aux militaires.

UNE_MMA
Crédit MMA FIGHT CLUB GYM

Pourquoi ce public aussi varié qu’une salade composée choisit un sport de combat ? « Pour sortir du métro-boulot-dodo, se dépasser, en chier, se sentir vivant, selon Florian Rousseau. Les gens viennent se défouler et évacuer le stress. Sinon on fait quoi ? On gueule sur ses employés, sa famille ? » Thomas Euzenat complète : « Les gens viennent passer un bon moment, transpirer. Mais aussi pour améliorer leur confiance en eux. » La confiance en soi. Un thème récurrent. Nader Zighem raconte d’ailleurs qu’une élève de 13 ans a réussi à tenir tête à « deux garçons plus âgés et grands qu’elle lorsqu’ils ont voulu lui voler son téléphone ».
Le besoin de self-défense explique aussi en grande partie cette démocratisation. « Il y a trois types de réaction en cas d’agression : se figer, s’enfuir (si c’est possible) ou se battre. Et dans le cas où l’on aurait l’étincelle qui permet de se défendre, il n’y a rien de pire que de ne pas savoir quoi faire », analyse Thomas Euzenat.

Pas question pour autant de promettre une méthode miracle. Rien ne garantit une réaction en situation de stress. Mais l’entraînement permet de (re)prendre confiance en soi et augmente ses chances. Même si cela prend du temps. « Au bout de trois ans de pratique régulière en krav maga, on commence à avoir quelques bonnes habiletés, mais pour un bon niveau c’est six ans, analyse Thomas Euzenat. C’est l’équivalent chez nous du temps minimum pour l’obtention d’une ceinture noire. » Alors, prêts à se lancer ?

Textes : Chloé Chateau
Photos : MMA FIGHT CLUB GYM

Apprentissage : « Notre fierté, ce sont les élèves »

Professeurs en horlogerie au CFA de Joué-lès-Tours, Olivier Rouiller et Adel Berrima ont deux passions : leur métier et leurs élèves. Interview croisée sur l’apprentissage, ses clichés et ses forces.

APPRENTIS_ITW_O.Rouiller-A.Berrima-CFA-credit Chloe Chateau 1

Quel est votre rôle au CFA ?
Olivier Rouiller : À la sortie du collège j’ai fait un BEP tourneur-fraiseur puis un bac pro EDPI (étude et définition de produits industriels) ; ensuite un CAP horlogerie et un bac pro d’horloger. J’ai continué un an chez mon maître d’apprentissage en tant qu’horloger, puis j’ai été responsable de SAV pour 14 magasins du groupe français Le Donjon. Enfin, je suis arrivé au Campus des métiers où je suis formateur en pratique horlogère depuis quatre rentrées.
Adel Berrima : Je suis plutôt un pur scientifique. J’ai commencé à enseigner en prépa et j’ai décidé de venir travailler au campus il y a 16 ans. Mais je ne fais pas que des maths : j’enseigne aussi la techno, des cours de pratique en horlogerie et le multi-services en cordonnerie. J’ai donc continué à me former à des métiers manuels, je n’ai jamais quitté l’école.
OR : Même formateurs, on apprend toujours. Nous faisons un métier où on ne prétend pas qu’on connaît toutes les choses. On apprend toute notre vie. Et malheureusement, le jour où on saura tout, on ne sera plus ici.

Comment êtes-vous arrivés dans le monde de l’apprentissage ?
AB : Quand j’enseignais en lycée, quelque chose me manquait. On était profs, on savait tout, on avait juste à recracher notre savoir. Et c’était très frustrant. Je voulais absolument travailler avec des personnes qui avaient d’autres connaissances et me préoccuper de ce que je pouvais leur apporter en fonction de leur diplôme.
OR : À la sortie du collège, on parlait des classes techno, des lycées pro comme des endroits où aller quand on avait des difficultés. Mais moi j’ai toujours voulu faire quelque chose avec mes mains. Et c’est en lycée pro, lorsque j’ai effectué mes stages en entreprises, que j’ai entendu parler de l’apprentissage.

Quel regard porte la société sur l’apprentissage ?
AB : Comme matheux, scientifique, universitaire, le regard porté par la société est très négatif. L’apprentissage est toujours considéré comme une voie de garage : « Tu es mauvais, tu pars en apprentissage ». Mon regard à moi, c’est : « Tu es excellent, tu vas en apprentissage. Tu sais ce que tu veux faire, tu y vas, tu te formes et tu es employé directement après ».
OR : On entend souvent « Passe un bac avant et après tu feras ce que tu voudras ». Mais en apprentissage on peut passer un bac !
AB : Et avoir des diplômes supérieurs, jusqu’à un Master.
OR : Et là il n’y a plus la question de l’expérience quand on cherche un emploi, parce qu’on l’a en temps de formation.

O.Rouiller-A.Berrima-CFA-credit Chloe Chateau 5

Vous-mêmes, avez-vous eu à souffrir de ce regard ?
OR : Du côté familial, non. Des membres de ma famille sont artisans, je n’ai jamais eu de souci de ce côté-là. De mes anciens profs non plus car j’ai toujours voulu faire ce métier et quand j’ai envie de quelque chose je suis très borné. Et quand on me demandait « Apprenti ? Apprenti en quoi ? » je répondais en horlogerie. Or l’horlogerie, ça brille, c’est l’or, les diamants… C’est prestigieux.
AB : C’est plus compliqué en tant que prof de maths de dire qu’on va former des jeunes en apprentissage. C’est que quelque part on est un mauvais prof et qu’on se tourne vers les CFA ou autres établissements techniques parce qu’on ne peut pas faire le reste. Mais c’est peut-être qu’on a décidé d’enseigner autrement… En apprentissage, on ne peut pas se permettre qu’un enfant ne suive pas le cours. Notre rôle est là. Tout le monde peut avoir du mal à comprendre que quand on a des diplômes on accepte de perdre 300 € sur son salaire en décidant de venir enseigner dans un CFA et d’avoir moins de vacances scolaires. Oui, j’ai été critiqué : pardon, mais je m’en fiche.
OR : Le matin quand on se lève, on est contents de faire ce qu’on fait. Notre fierté, c’est les jeunes. C’est de voir où ils sont maintenant.

Quelle est la particularité de votre formation ?
AB : En apprentissage, cette formation est unique en France. C’est un métier de passion, on a des jeunes qui sont passionnés et qui adorent ce qu’ils font. C’est un métier historique avec du dessin d’art, énormément de calculs et d’engrenages, donc un petit côté ingénieur. Et chaque jour, en entreprise, nos jeunes ne savent pas sur quoi ils vont tomber : une montre qui a dix ans ou une horloge de 350 ans ?

Qu’est-ce qui motive les élèves et les patrons ?
OR : Quand ils obtiennent leur diplôme, nos élèves sont autonomes sur plein d’actions.
AB : Pour les apprentis, c’est un métier où l’on touche à tout, avec à 99 % une embauche derrière et un salaire correct. En ce qui concerne les patrons, il y a ceux qui cherchent à transmettre leur savoir pour ensuite transmettre leurs horlogeries ; et ceux qui ont besoin de main d’oeuvre mais ne trouvent pas de personnes qualifiées. Donc ils forment par apprentissage, ainsi ils auront pu tester la personne pendant deux, voire quatre ans.

O.Rouiller-A.Berrima-CFA-credit Chloe Chateau 7

Les élèves trouvent-ils facilement des entreprises ?
AB : Non. C’est très difficile de trouver un maître d’apprentissage. Déjà il faut que l’horloger fasse confiance en quelques minutes pour travailler avec un jeune dans un petit espace avec des pièces coûteuses. Ensuite il faut que les parents acceptent de laisser leur enfant partir à l’autre bout de la France pour faire sa formation. Le boulanger peut être à dix minutes de la maison. Pour l’horloger il y a très peu de chances que ce soit le cas.
OR : Nous on a une demande mais il n’y a pas assez de maîtres d’apprentissage. Et en plus il faut que ce soit au niveau national. On n’a qu’un apprenti de Tours et son patron est à Orléans. On avait deux maîtres d’apprentissage à Tours mais ils ont embauché leurs apprentis.

Et quel avenir pour les jeunes au sortir de cette formation ?
OR : Beaucoup sont embauchés par leurs maîtres d’apprentissage. Après, il y a les horlogers qui recherchent, certains partent à l’étranger… Et d’autres finissent dans le milieu aéronautique qui recherche leur profil parce qu’ils sont minutieux, ont la dextérité, savent travailler des micro-mécanismes avec des procédures bien développées.

Et devenir profs à leurs tour ?
OR : Oui, ça arrive. L’apprentissage est une façon de penser les choses, de transmettre et de pérenniser.
AB : Et qu’est-ce que c’est agréable quand on est formateur de voir arriver un enfant en situation d’échec et de l’emmener vers un diplôme — qu’il obtient, de le voir partir avec le sourire et trouver un emploi rapidement…

Sur la trentaine d’élèves horlogers du CFA, quelle proportion de femmes ?
AB : Je me souviens que quand Olivier était apprenti, en horlogerie, on avait très, très peu de filles. Aujourd’hui, elles représentent environ un tiers de nos élèves.
OR : Si vous tapez manufacture horlogère sur Internet, vous allez tomber sur de vieilles photos et voir des ateliers, avec des hommes sur des choses à complications, mais le reste de la manufacture, ce ne sont que des femmes. Parce qu’au départ on disait qu’elles étaient minutieuses, possédaient une dextérité particulière, donc on leur donnait des tâches bien précises et elles faisaient toujours la même chose.
AB : Mais ce n’est plus le cas. J’ai une ancienne apprentie qui, après avoir fait son bac pro chez nous, est aujourd’hui responsable production chez Patek Philippe. Et c’est une femme, et elle est passée par l’apprentissage. C’est une certaine fierté et il y a des fiertés qui n’ont pas de prix.
OR : On forme à un diplôme, mais aussi au monde professionnel.

Propos recueillis par Chloé Chateau
Photos : Chloé Chateau

Horoscope WTF spécial (oui, pour l’année 2019 voyons)

Que va-t-il se passer en 2019 ? Les astres seront-ils tendres avec vous ? Amour, gloire & beauté, mois qui craint le pâté, résolution de l’année et phrase à méditer : voici nos prédictions.

UNE_HOROSCOPE

BÉLIER

Amour : Chômage technique pour les 1er décans. Les autres, ça sera l’année des amourettes certes, mais des coups de la panne également. Eh bah oui mes p’tites loutres, tout ne peut pas être joli-joli dans le doux monde de tmv.
Gloire & beauté : Vous vous ferez pote avec un Indien. Car Indien vaut mieux que deux tu l’auras. (bah voilà, super, l’humoriste ultraconnu Didier Gustin a déteint sur nous)
Le mois qui craint le pâté : Février, le mois où vous allez touch le tralala de Günther. Peut-être même son ding ding dong.
Votre résolution 2019 : Justement, essayer de vous retenir quand il s’agit de toucher les tralalas, les ding ding dong.
La phrase à méditer toute l’année : « Juin, ça rime avec Didier Gustin. » Tiens, qu’est-ce qu’on vous disait.

TAUREAU

Amour : Vous êtes un tsunami of love, vous ferez chavirer les coeurs et les slips.
Gloire & beauté : Vous êtes aussi fragile qu’un poil.
Le mois qui craint le pâté : Novembre, mois durant lequel vous retrouverez votre carrure de triton.
Votre résolution 2019 : Cesser de vous comporter comme des mufles (Taureau / muffle. Z’avez pigé ?)
La phrase à méditer toute l’année : « Mieux vaut une sardine sur le grill que deux pigeons qui volent ». C’est un proverbe africain. On l’a pas compris, mais vous avez tout intérêt à méditer cette phrase en 2019.

GÉMEAUX

Amour : Il faut s’y faire, les gens ne vous aiment que pour votre physique d’Apollon et votre corps joli comme du surimi.
Gloire & beauté : Tout fout l’camp. Même votre slip, c’est dire.
Le mois qui craint le pâté : Janvier, février, mars, avril, juillet, août, novembre. Eh oui, fallait le signe de la poisse, c’est tombé sur vous. Bisou sur vos genoux.
Votre résolution 2019 : Continuer à être aussi sexy qu’en 2018. Parce que pfiou, vous donnez des zigouigouis au bidon.
La phrase à méditer toute l’année : « Quand t’y penses, un kiwi, c’est comme un oeuf avec des poils » (Émile Zola)

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/l41lKy6p2jDMyHuDe » width= »480″ height= »367″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-funny-fail-lol-l41lKy6p2jDMyHuDe »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

CANCER

Amour : Cette année est votre année. Vous frétillez tel un saumon à l’idée de trouver l’âme soeur (on parle qu’aux célib’. Les gens en couple, ça sert à rien et c’est pas drôle)
Gloire & beauté : Le Mexicain qui sommeille en vous vous ordonne de vous enrouler dans votre couette tel un burrito et attendre que cette vie de malheur passe le plus vite possible.
Le mois qui craint le pâté : Janvier, lorsque vous vous rendrez compte que la chanson enfantine « Il court il court le furet » est en fait une contrepèterie salace.
Votre résolution 2019 : Continuer à lire l’horoscope de tmv et vous convaincre que oui, l’astrologue est votre dieu.
La phrase à méditer toute l’année : « La fessée, y a qu’ça d’ vrai ! » (l’astrologue tmv)

LION

Amour : Cette année, vous serez célibataire ou en couple. Et vlan, ça c’est de l’astrologie, science exacte, tout ça tout ça.
Gloire & beauté : Votre rencontre avec Roger, 54 ans, fan de Patrick Sébastien et de blanquette de veau, devrait changer votre vie sociale (voire amoureuse ? Oh oooh).
Le mois qui craint le pâté : Août, où on vous décernera le Melon d’Or 2019 pour votre ego surdimensionné.
Votre résolution 2019 : Tout plaquer et devenir prof d’aquaponey.
La phrase à méditer toute l’année : « Les oreilles ont des murs. » (Zelko dans Secret Story 5)

VIERGE

Amour : Vous savez, même les stars du X ont des instants de faiblesse…
Gloire & beauté : La constellation de la Geneviève de Fontenay indique que 23 de vos amis Facebook ne vous aiment pas.
Le mois qui craint le pâté : Juillet. Car ça sera la fin du monde. Et comme personne ne lit l’horoscope des Vierge à part vous, vous serez les seuls au courant.
Votre résolution 2019 : Arrêter d’avoir l’esprit mal placé et réduire un peu sur l’humour beauf.
La phrase à méditer toute l’année : « Vous avez plus d’appétit qu’un barracuda. Attention à votre gras. » (Claude François)

BALANCE

Amour : Qui dit 2019, dit libido de gros boeuf. Ça va chauffer chez les Balance !
Gloire & beauté : L’alignement de la constellation du Tom Cruise et de la planète Travolta vous feront adhérer à la Scientologie, provoquant la colère de Raël et Sylvain Duriff.
Le mois qui craint le pâté : Novembre. Un an après les Gilets Jaunes, vous lancerez le mouvement des Slips Bruns. Et ça fonctionnera drôlement moins bien.
Votre résolution 2019 : Faire des Knacki. Car vous aviez dit qu’on ferait des Knacki.
La phrase à méditer toute l’année : « La drogue, c’est comme quand tu close your eyes et que tu traverses la rue. » (Jean- Claude Van Damme)

SCORPION

Amour : Moui, avec vous c’est un peu comme un sèche-mains automatique. Bien bien chaud pendant 10 secondes, mais ça s’arrête vite.
Gloire & beauté : #astucebeauté > Frottez des potatoes sur votre front pour un teint parfait et un front brillant.
Le mois qui craint le pâté : Mai. Car figurez-vous que c’est à ce moment-là que vous ressemblerez le plus à un boudin de porte.
Votre résolution 2019 : Acheter un alpaga et partir sur son dos jusqu’au Pérou pour refaire votre vie.
La phrase à méditer toute l’année : « Quand le soleil du cœur s’allume, l’éteindre serait un pêché » (Serge Lama. Bah voui, vu qu’on parlait d’alpaga juste avant. Pis en plus, c’est beau ce qu’il nous dit l’ami Serge. Perso, je verse une larmichette)

SAGITTAIRE

Amour : Le monde se portera bien mieux cette année. Un reportage BFM TV prouvera enfin que les Sagittaire sont les personnes les plus extraordinaires de la planète. On vous aimera enfin.
Gloire & beauté : Le petit lardon que vous étiez deviendra enfin un beau morceau de bacon, bravo.
Le mois qui craint le pâté : Avril, car ça rime avec nombril. Et le vôtre n’est pas hyper propre.
Votre résolution 2019 : Lever le pied sur Facebook, car on ne va pas se mentir : tout le monde se fout de ce que vous postez.
La phrase à méditer toute l’année : Qui vole un œuf pousse mémé dans les orties en faisant déborder le vase.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/p8bGyqSfnmUfu » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-fail-americas-funniest-home-videos-p8bGyqSfnmUfu »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

CAPRICORNE

Amour : C’est qui la bête de sexe ??? (bah c’est pas vous)
Gloire & beauté : La constellation de la Nadine Morano prédit qu’en 2019, vous n’arrêterez pas de l’ouvrir pour tout et n’importe quoi, surtout sur Internet.
Le mois qui craint le pâté : Février, lorsque vous vous rendrez compte que votre ex est un fond de cuve qui glougloute.
Votre résolution 2019 : Vous taire. Tout simplement.
La phrase à méditer toute l’année : Qui pisse contre le vent se rince les dents ; qui pisse loin ménage ses pompes

VERSEAU

Amou