Marathon, 10 & 20 km de Tours : rendez-vous le 26 septembre !

Plus que quelques mois pour s’entraîner et s’inscrire aux 10 & 20 km de Tours (à moins que vous vous lanciez dans le marathon !). Nouveautés, parcours, tarifs : suivez le guide.

UN NOUVEAU PARCOURS POUR LE MARATHON

« La grande nouveauté de cette édition 2021, c’est le parcours du marathon qui se renouvelle », indique Christophe Chinette, président du Comité d’organisation. « Les dix premiers kilomètres seront les mêmes que la course des 10 km, ce qui offrira une belle balade dans la ville de Tours. Ensuite, on file vers Rabelais et Giraudeau puis on rattrape la Loire à Vélo (le long du Cher, donc) jusqu’au moulin de Ballan. Là, c’est le point de relais pour le marathon-duo, dont ce sera la seconde édition. On poursuit jusqu’à Savonnières puis on revient de l’autre côté du Cher, par Saint-Genouph. Un superbe parcours qui ne quitte pas le bord de l’eau ! Si le soleil est de la partie, ce sera superbe ! »

LA MARCHE NORDIQUE DÉBARQUE

« C’est l’autre grande nouveauté de l’édition 2021. Pour la première fois, les amateurs pourront se lancer sur un 10 km de marche nordique. Le départ sera donné de la place Anatole-France en direction du pont Napoléon. Un petit tour de l’île Simon puis on part le long de la Loire en direction de Saint-Cyr. Attention, la montée vers le parc de la Perraudière risque de creuser les écarts. On pousse jusqu’au pont du périphérique, puis retour vers le pont Napoléon que l’on dépasse pour rejoindre le pont de fil. Et de là, arrivée sur l’île Aucard. Bâtons obligatoires pour cette course pour laquelle nous attendons environ 500 marcheurs. Il faut savoir que la région est très active sur le plan de la marche nordique et l’objectif pour nous est d’obtenir le label FFA très rapidement. »

LE VIRAGE ÉCOLO

« Nous travaillons énormément sur l’impact environnemental de notre événement. Nous sommes dans une démarche pour respecter la charte des 15 engagements éco-responsables mise en place par le ministère des sports et le WWF. C’est une charte qui comprend des engagements de types sociétaux, sur lesquels nous sommes déjà très avancés. Sur la parité femme-homme, par exemple, nous sommes déjà une des seules courses en France qui donne les mêmes dotations aux podiums femmes et aux podiums hommes. Nous avons toujours, également, proposé une course handisport. Sur l’aspect environnemental, nous prenons un virage très fort et nous réfléchissons aux moyens de réduire l’impact environnemental sur tous les aspects de la course : les déchets, les ravitaillements, les maillots, les sacs, les accès à la course… »

Les tarifs

Marathon :

  • 70€ jusqu’au 31 août 2021 [65 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA] 
  • 75€ jusqu’au 23 septembre 2021 [70 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA]

10 km :

  • 20€ jusqu’au 31 août 2021 [18 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA] 
  • 22€ jusqu’au 23 septembre 2021 [20 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA]

20 km :

  • 24€ jusqu’au 31 août 2021 [22 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA] 
  • 26€ jusqu’au 23 septembre 2021 [24 € pour étudiants, demandeurs d’emploi, licenciés FFA]

Le salon du running

Pour tester les nouveaux équipements, pour recevoir des conseils de nutrition, pour assister à des tables-rondes sur le running ou tout simplement pour venir chercher votre dossard, rendez-vous au Salon Running Loire Valley, au Palais des Congrès de Tours, les 24 et 25 septembre.

> En cas d’annulation pour des raisons de crise sanitaire, l’organisateur proposera aux coureurs inscrits le report de l’inscription sur la course de l’année suivante, en 2022 ou son remboursement à 100 %.

 

Retrouvez votre horoscope WTF de l’été ! (bon courage)

Comme tout le monde, l’astrologue de tmv va filer dans sa villa de luxe aux Seychelles, entouré de diplodocus géants qui lui serviront des cocktails bien frais. En attendant, il vous a réservé une grosse grosse dose d’horoscope WTF à la sauce TMV… spécial vacances d’été !

Bélier

Amour

Vous êtes un peu le Covid des relations amoureuses :
vous n’avez pas de goût et vous faites mal à la tête

Gloire

Charité bien ordonnée commence par pousser mémé
dans les orties.

Beauté

Le temps passe. Et comme tout le monde, vous
vieillissez. C’est moche, hein ? C’est déprimant. Bref, bel été,
bisou !

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un râteau. Vous devinerez pourquoi
lors de votre prochaine « super drague »…

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Céline Dion. Oui bah, on
a ce qu’on mérite hein. Ça vous apprendra à être Bélier, tiens…

Taureau

Amour

Vous êtes les pros de l’amour vache. Ce qui est
plutôt pratique quand on est Taureau. OUAAAAAAARF

Gloire

Les vacances approchent et les poules n’ont pas
de dents. Le rapport est troublant, non ?

Beauté

Force est de constater que les Taureaux seront
les plus sexy cet été. Laissez un peu de beauté aux autres,
voyons !

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Une cigarette qui fait rire, comme
on dit par chez nous. Parce que y a pas à dire, les Taureaux
sont les meilleur(e)s et vous nous faites plaaaaaneeeer…

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

George Clooney. Car
dans la vie, on a juste besoin d’un(e) Taureau, what else ?

Gémeaux

Amour

Oh la vache, l’ascenseur émotionnel
que vous allez connaître le 27 juillet à
13 h 39 !!!

Gloire

Vous êtes un mix de Père Castor,
Stéphane Bern et Pierre Bellemare : vous
racontez trop d’histoires

Beauté

Vous ressemblez à un triton. Et c’est mignon.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

L’intégrale DVD de Derrick. Aussi palpitant que votre vie
amoureuse et professionnelle en ce moment.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Jamel Debbouze. Vous êtes toujours là pour filer
un coup de main.

Cancer

Amour

L’été sera caliente ! Même un siège de voiture en cuir en plein soleil ne sera
pas aussi brûlant que vous…

Gloire

Tel le poil, ça ne va pu bien

Beauté

Ce soir, vous serez la plus belle pour aller danser. Mais pas d’pot, on n’a plus
le droit de le faire avec ce foutu Covid.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un axolotl. Parce que bon sang qu’est-ce que c’est mignon ce
petit machin ! (comme vous. AAANW)

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Mimie Mathy. Car tout ce qui est petit est mignon (ça peut s’appliquer à n’importe quoi chez vous) et que vous n’arriverez pas faire disparaître les beaux-parents en claquant des doigts.

Lion

Amour

La constellation du Cyclope voit vos relations coquines d’un mauvais oeil.

Gloire

Les gens sont décevants, mais pas la pizza ni la raclette. Alors pourquoi tenter de sociabiliser ?

Beauté

Pour les photos de vacances, restez en contre-jour, ça vaut mieux. #astucebeauté

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Rien du tout. Vous êtes nudiste et vous le vivez très bien !

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Madonna. Car tout le monde sait que vous prétendez être
liiike a viiirgin, touched for the very first tiiime. (mais c’est faux bien sûr, le monde n’est pas dupe AH !)

Vierge

Amour

Franchement, y a pas à dire, on vous love les
Vierges ! (sauf toi avec le tee-shirt noir)

Gloire

Si vous étiez si « génial(e) » que vous le prétendez, vous arriveriez à prononcer correctement le mot allemand le plus long qui est « Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz ». Mais bon

Beauté

Il suffit de regarder les Vierges et leur je m’en foutisme aigu pour se rendre compte que le summer body est une connerie sans nom.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Des chaussettes bien hautes. Pour aller avec vos sandales et réveiller enfin le
parfait Allemand en goguette qui sommeille en vous.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Le Prince Harry. Tout pareil, vous êtes le vilain petit canard de
la famille.

Balance

Amour

Un trop-plein de salive quand vous
faites des bisous. Calmez le jeu, les lardons

Gloire

Comme on dit, l’occasion fait le
lardon. Et vous en faites un beau, de lardon !

Beauté

Un passage à la salle vous ferait le plus grand bien ; votre carrure de lardon ne fera guère de ravages à la plage.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un lardon transportable. Pour pouvoir vous reposer
dessus, rebondir sur son dos lors d’une
randonnée ou encore vous en servir comme
boudin de porte.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Kim Kardashian. Qui, bien qu’étant Balance, a
récemment déclaré au New York Times :
« I would like to be a lardon ».

Scorpion

Amour

ON VOUS A DÉJÀ DIT QUE ÇA RENDAIT SOURD !!!!

Gloire

Aïe, dur dur. Ces vacances seront
aussi vides que la vie professionnelle de
Manuel Valls.

Beauté

Des yeux de biche, mais du poil aux
pattes. L’été sera en demi-teinte pour vous.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un paquet de mouchoirs. Pour essuyer vos larmes, lorsque
vos parents gagneront au loto mais décideront
de vous renier.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Le chanteur Raphaël. Car vous aussi, vous êtes
né(e) dans une caravane.

Sagittaire

Amour

Vous penserez voir une étincelle dans ses yeux. Mais que nenni, c’est uniquement le reflet du soleil dans ses lunettes.

Gloire

Mangez du lièvre. Vous serez peutêtre
un peu moins lent(e) d’esprit

Beauté

C’est homologué, autant de beauté
pour une seule personne ? Mraoooow.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un mini-moi de
poche. Aucune utilité, mais j’avais envie de
m’auto-flatter dans cet horoscope

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Brad Pitt ou Taylor Swift : à croire que tous les
Sagittaires sont canons… (et c’est agaçant)

Capricorne

Amour

Alors oui, on sait, la roue tourne…. Mais la roue tine également. Faites attention mes p’tits gnous.

Gloire

N’oubliez pas que tous les animaux s’apprivoisent forcément. Sauf les beaux-parents.

Beauté

Oh hisse, mes saucisses ! La reprise du sport, c’est pour ces vacances. Courage.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Une boîte de préservatifs. Mais ce sera juste pour en faire des ballons d’eau, ne vous excitez pas

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

John Legend. On sait pas qui c’est, mais toi qui me lis, sache que
tu es une légende. POH !

Verseau

Amour

Vous ne plaisez qu’aux Balances. Ce
qui fait quand même vachement maigre…

Gloire

Comme le dit le proverbe ivoirien,
« Fais plaisir à un ingrat, il te chiera sur les
doigts » !

Beauté

Ne stressez pas quant à vos pieds
palmés. Ils vous aideront à faire de la plongée
cet été.

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un bigorneau. Car force est de constater que vous avez le même
charisme.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Cristiano Ronaldo. En tant que pro de la simulation,
ça doit vous parler.

Poissons

Amour

Mettez-vous en couple avec une personne myope, ça vaudra p’tet mieux… #astucedulove

Gloire

YES ! Chouettes vacances en perspective,
puisque vous partirez à la réunion…

Beauté

(… Mais on parlait de la réunion des fétichistes
des pieds anonymes, sorry)

L’ACCESSOIRE DE L’éTé

Un masque. On sait pas pourquoi, mais on sent que ça va redevenir l’accessoire-clé à la rentrée.

LA STAR DU MÊME SIGNE QUE VOUS

Rihanna. Car cet été, vous serez tranquilou under my umbrella,
ella, ella, eh, eh, eh.

Printemps de Bourges, Francos, Yzeures N Rock, Midi Minuit… un été festivalier

Ouf ! Cet été, même si tout ne sera pas encore parfait, on pourra quand même s’enjailler un peu en festival.

Souvenirs souvenirs de l’édition 2019 de Terres du Son, à Monts (Photo archives tmv – Laure Colmant)

A l’heure où vous lirez ces lignes, le Printemps de Bourges battra son plein jusqu’au dimanche 27 juin. Outre quelques belles têtes d’affiches dont le génial HERVE, la fabuleuse LALA &CE ou les très attendus VIDEOCLUB, on fera notre miel avec les Inouïs/Découvertes. L’occasion de voir nos petits chouchous LE JUICE, LOVA LOVA ou les Orléanais de GARGUANTUA qui représenteront la Région Centre cet année.

 

On se délectera aussi des créations uniques du Printemps dont celle autour du groupe culte PORTISHEAD, dont le trip hop fera se relever les anges à la Cathédrale de Bourges. On n’oubliera pas de déambuler dans la ville, où différentes propositions permettront de vivre un Printemps en plein été. >Pour tout le reste : www.printemspdebourges.com


Second festival sur notre liste : les Francos de La Rochelle, avec des jauges remaniées également et un protocole sanitaire strict, mais surtout une envie de ne pas baisser les bras. Aux très belles soirées annoncées avec des têtes d’affiches comme MAGENTA, Ben MAZUE, ou ROVER, on saluera une fois de plus le travail remarquable de repérage et d’accompagnement du Chantier des Francos.

Entre JOHNNY JANE, Clara YSE et la Berruyère PR2B, on ne saura pas encore une fois où donner de la tête et des oreilles. Sans oublier aussi de belles soirées sur le port, à la Sirène, (la SMAC du coin) et de nombreuses animations à consulter sur www.francofolies.com


Et bien sûr, « last but not least » : on n’oublie pas non plus de se faire un été local avec Terres du Son à Monts et sa version intitulée « Midi Minuit » spécialement pour cette année 2021 un peu particulière : profitez de ces cinq soirées d’enfer les 9, 10, 11, 13 et 14 juillet avec entres autres IAM, STACHE ou encore Sébastien TELLIER. Cerise sur le gâteau : on pourra rester debout !

Musique toujours, où l’on va filer à YZEURES N ROCK les 6, 7 et 8 août avec envie pour aller voir PLK ou 47 Ter. Et en concert debout de nouveau, siouplaît !

Enfin, on fera obligatoirement un détour aux Années Joué qui deviennent « L’été des années Joué », du 8 au 18 juillet, avec notamment les Marseillais de Générik Vapeur. Bref, du théâtre de rue à tous les étages : c’est beau, c’est génial et c’est gratuit !

Hervé BOURIT

Sandrine Abello, cheffe du Chœur de l’Opéra de Tours : « Il y a autant de musique que d’humain dans mon métier »

#VisMaVille Sandrine Abello est à la tête du Choeur de l’Opéra de Tours qui compte treize chanteurs permanents. Rencontre avec une mélomane pianiste entraînante par son enthousiasme.

Devant la scène du Grand Théâtre de Tours, elle sautille, s’anime, ses bras donnent le tempo. À l’instar du chef d’orchestre qui dirige les musiciens, la cheffe de chœur dirige les musiciens du chœur.

Nous sommes en pleine répétition du spectacle qui se tiendra le soir même. Les Indes Galantes et Hippolyte et Aricie, de Jean-Philippe Rameau sont au menu. « La couleur est très belle, continuez comme cela, on frôlait la perfection. » En tenue décontractée, jean et baskets blanches, derrière son pupitre, Sandrine Abello, distille ses conseils et derniers réglages aux chanteurs, veillant à l’homogénéité des voix et aux nuances. « Ne forcez pas la voix, tout est dans la souplesse et la tranquillité. Après, il faudra y aller. »

Être cheffe de chœur, c’est comme « un entraîneur sportif. Mon rôle est de préparer musicalement le chœur. Il faut que ce soit nickel pour le concert et quand le chef d’orchestre prendra le relais. » Car le jour J, pour un opéra, Sandrine Abello écoutera dans le public.

Avant cela, de multiples répétitions, selon un rythme rigoureux (deux fois par jour cinq jours par semaine minimum), se déroulent entre les premières répétitions par pupitre (les femmes, les hommes, les aigus, les graves) les scènes-piano, les italiennes, les scènes-orchestre et la générale. La plupart du temps, le chœur travaille entre lui, sans l’orchestre ou les solistes.

Treize chanteurs permanents et un pianiste, Vincent Lansiaux, forment le Chœur du Grand Théâtre de Tours auxquels s’ajoutent parfois des intermittents. Soit un des plus petits effectifs de France mais une équipe soudée que Sandrine Abello dit avoir plaisir à diriger. « On apprend beaucoup avec l’échange humain, il faut savoir écouter. Être cheffe de chœur, c’est du management aussi, ne pas être trop raide. Il y a autant de musique que d’humain dans mon métier. »

La cheffe d’origine nîmoise est arrivée là un peu par hasard. Études de piano, conservatoire, elle s’est mise à accompagner le chœur avec son instrument à Avignon. Au gré des concours, elle est devenue cheffe de chant auprès de solistes puis de chœur à Nantes, à l’Opéra national du Rhin enfin à Tours depuis 2018. « Je ne suis pas chanteuse mais musicienne. Je ne donne donc pas de conseils techniques aux musiciens qui sont des professionnels et maîtrisent leur sujet à la perfection, mais je les guide sur une interprétation. Je veille à la qualité musicale ainsi que scénique lorsque ce sont des opéras. »

Sandrine Abello affectionne particulièrement le répertoire lyrique, les opéras classiques. En dehors de son temps au Grand Théâtre, elle se branche sur du jazz, son autre passion. « Je viens de découvrir Chet Baker, c’est extraordinaire. »
Aurélie Dunouau

Cinéma : la Touraine, une terre de tournage

Bien dotée en salles de ciné, la Touraine est également terre d’accueil de tournages. À Ciclic, l’agence régionale pour le livre, l’image et la culture numérique, Pierre Dallois, responsable image, gère l’accompagnement des productions.

Mauvaise Graines a été tourné en Indre-et-Loire (© Jean-Philippe BALTEL – FTV – MORGANE PRODUCTION)

Qu’est-ce que les producteurs viennent chercher dans la région ?

On a de beaux atouts : des offres clés en main proposées par Ciclic et ses partenaires, par exemple des réductions sur les trains Corail ou des accords avec des structures d’hébergement et de restauration. Nous travaillons main dans la main avec les collectivités, comme Tours Métropole ou la Ville de Tours, l’agence régionale Dev’Up ou les offices de tourisme pour proposer cet accompagnement et attirer les productions dans la région.

Il y a un vrai travail de prospection pour promouvoir notre région. En plus, nous sommes proches de Paris, et on a un patrimoine exceptionnel, qui séduit beaucoup les étrangers. Sans compter notre studio d’animation où des films naissent chaque année.

Les tournages sont nombreux en Touraine ?

En temps normal, on accueille une quinzaine de tournages avec Ciclic, ce qui représente entre 3 000 et 3 500 jours de travail pour les techniciens, les comédiens et les figurants de région Centre. En 2019, on a par exemple eu un long-métrage, six courts-métrages et trois projets de fictions télé. En 2020, la France a été réactive, les tournages ont repris dès le mois de mai, les assureurs ont été rassurés par le fonds de garantie du CNC, c’était un vrai atout, notamment par rapport à l’étranger.

Malgré le Covid, on était à 3 300 jours de travail. Nous sommes allés chercher des fictions télé, qui sont les formats qui « rapportent » le plus : les productions sont plus riches, donc ces projets rémunèrent mieux et engendrent plus de dépenses sur le territoire.

Il y a donc des retombées économiques importantes ?

Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte : si nous soutenons financièrement le projet ou non avec notre fonds d’aides, et son budget global. Pour la fiction télé, « Ce que veut Pauline » qui s’est tourné en 2021, pour 1 € dépensé pour aider le projet, on génère 8 € de retombées sur le territoire. Pour un film comme « L’invitation », de Fred Grivois, autre projet télé, on est à 1 € pour 5 €.

Des projets internationaux comme « Serpent Queen » (série américaine produite par Lionsgate Television), nous n’apportons pas d’aide financière, donc c’est forcément encore plus de retombées ! D’autant que cela participera à la promotion de la région à l’international, avec un impact sur le long terme sur le tourisme. Un tournage c’est de l’emploi, de l’activité économique et du rayonnement !

Salles de cinéma : comment se passe leur reprise ?

Fini, les plateformes et le streaming : retour au ciné pour le clap de reprise ! Et pour accompagner la reprise, nous avons fait le tour des salles pour leur demander : alors, comment ça va ?

11 heures du matin, rue des Ursulines. Une fois n’est pas coutume, les portes des cinémas Studio sont déjà ouvertes, et des cinéphiles matinaux sont au rendez-vous. « Nous avons ajouté ces séances pour compenser l’absence de séance de 21 h avec le couvre-feu, et pour étaler nos séances dans la journée afin d’éviter les files d’attente et les croisements entre spectateurs », expliquent le directeur Philippe Lecocq et la présidente Catherine Melet.

Face aux mesures sanitaires, à chacun sa solution ! Terrasse extérieure aux Deux- Lions pour favoriser l’achat de friandises, vente du popcorn à emporter, vente des places en ligne pour éviter les contacts et risques de contamination…

« La situation est totalement différente »

Mais une chose est sûre : la réouverture des salles obscures le 19 mai dernier a été une bonne surprise. Des clients plus sereins qu’en 2020 n’ont pas hésité à franchir les portes des cinémas. Aux Studio, entre le 19 mai et le 9 juin, les films à l’affiche ont totalisé 13 000 entrées. Un peu moins que les années précédentes, mais un beau résultat. Au CGR Deux-Lions, « la première semaine a été supérieure à nos attentes » pour le directeur Pierre Crétet. « Dès le mercredi, puis avec un week-end prolongé de Pentecôte où le climat était mitigé, nous avons eu une belle fréquentation, proportionnellement plus forte qu’en 2019 à la même période ».

Mehdi Belhadj, directeur du CGR Tours Centre, dresse le même constat : « Nous avons été très surpris, comme tous nos confrères, je crois ! Nous avons enregistré une hausse de 17 % du nombre d’entrées par rapport à 2019, alors même qu’on était en jauge à 35 % avec un couvre-feu à 21 h. La situation est donc totalement différente de la reprise de mai 2020, beaucoup plus timide ».

Ciné-Loire, installé depuis 2018 à Tours- Nord, a aussi eu une belle reprise : « Je m’attendais à beaucoup moins pour ce redémarrage. Bien sûr, c’est plus faible que les années passées, mais les conditions sont telles qu’il ne faut pas se comparer avec une année “normale” », explique Julien Marignier, directeur du complexe. La limitation à 35 % de remplissage des salles valable jusqu’au 9 juin n’a donc pas empêché une reprise plus favorable qu’en mai 2020.

Certaines séances ont toutefois affiché complet. Au CGR Deux-Lions, on a parfois dû refuser des spectateurs, tandis qu’aux Studio, les cinéphiles se sont alors reportés sur d’autres films qui ont bénéficié de cet effet « le film que je voulais voir est complet, mais puisque je suis là, autant en profiter ».

Les concurrents : le soleil et la bière en terrasse

Bien sûr, tout n’est pas rose. Le 9 juin, la fréquentation des salles obscures a décru le jour même aux Studio, et toute la semaine dans les autres multiplexes. La faute au retour des bières fraîches en terrasse, au soleil. Les semaines qui viennent s’annoncent tout de même prometteuses. La Fête du cinéma, qui aura lieu pour la première fois du mercredi au dimanche (30 juin- 4 juillet), permettra aux spectateurs de profiter de toutes leurs séances à 4 €. Aux Deux-Lions, on fera ensuite comme d’habitude la part belle aux grosses productions.

Et de ce coté, l’été sera bien doté : après Conjuring qui a connu un beau succès dès le mois de juin, on attend Black Widow, Fast and Furious 9, Kaamelott, OSS117 ou Les Croods 2 pour le public familial. Ciné Loire au nord annonce aussi de grosses sorties en Imax et une programmation grand public et familiale. Après avoir surfé sur la reprise d’ADN, Adieu les cons ou Mandibules, les Studio frémissent à l’annonce des sorties du festival de Cannes. On accueillera sur les écrans durant l’été les derniers Verhoeven, Carax, Hansen-Love et bien d’autres. Quant aux avant-premières et rencontres de réalisateurs, dans tous nos cinémas locaux, l’été est d’ordinaire calme.

Il faut faire revenir le public

Le programme événementiel devrait donc retrouver son rythme de croisière en septembre. « Les gens vont préférer partir en vacances et s’aérer, c’est en septembre qu’on pourra juger de la reprise », précise M. Belhadj. La rentrée, un moment-clé pour tous : « C’est le défi à relever ! Nous avons tous eu des aides de l’État, qui vont disparaître. Il faut donc réussir à faire revenir le public, qui entre temps a pris d’autres habitudes », explique Catherine Melet, présidente des Studio. Même si le cinéma associatif reste prudent, en ayant réussi à préserver sa trésorerie, il se donne jusqu’en 2023 pour revenir à la normale tranquillement.

Côté finances, CGR et Ciné Loire ont la chance de s’adosser à de grands groupes. Sans communiquer leurs pertes, les directeurs semblent sereins. Avec quatre multiplexes, des dizaines de films à l’affiche chaque semaine pour une agglomération de 300 000 habitants, Tours a la chance d’être une ville très bien dotée en cinés, alors pour les aider, profitons-en !

Texte : Maud Martinez
Photos : Adobe Stock

Les bons comptes

On peut se qualifier avec trois points, soit une victoire et deux défaites ou alors, trois nuls. Mais on peut aussi être éliminé avec quatre points, soit une victoire, un nul, une défaite. Une équipe qui a déjà une victoire à son actif et qui fait match nul peut ne pas être qualifiée au coup de sifflet final mais l’être, sans jouer, deux jours plus tard, si les troisièmes de deux autres groupes finissent avec seulement trois points.

Sachant qu’une équipe peut se retrouver pénalisée par un cas de Covid-19 et que certaines ont l’avantage de jouer à domicile devant des stades pleins, quel est l’âge du capitaine ? 35 ans, pour Hugo Lloris. Tout ça pour dire que ceux qui expliquent l’abstention massive par la complexité du système électoral feraient bien de nuancer un peu leur jugement.

Le France-Allemagne du 15 juin a réuni 15,1 millions de téléspectateurs, soit quasiment autant que d’électeurs dans les isoloirs dimanche. CQFD.

Matthieu Pays

Entraide Scolaire Amicale : quand les seniors jouent les tuteurs

#SolidaritéIntergénérationnelle [5/5] Les bénévoles de l’Entraide Scolaire Amicale se rendent au domicile d’un élève d’Indre-et-Loire pour l’aider. De jolis liens se créent ainsi.

Chaque semaine, 400 bénévoles de l’Entraide Scolaire Amicale se rendent chacun au domicile d’un élève d’Indre-et-Loire. Plus de la moitié de ces bénévoles sont des retraités. Du CP à la terminale, environ 400 jeunes sont donc accompagnés par cette escouade de bons samaritains, pour un soutien scolaire pas comme les autres, accessible à des familles qui n’ont pas beaucoup de moyens. L’association organise aussi des sorties culturelles en groupe.

Mais l’essentiel de l’activité, c’est cette heure hebdomadaire que chaque duo passe à travailler, à revoir les cours de la semaine… et même à envisager l’avenir, comme Antoine, responsable pour le département 37 et bénévole depuis 2011, et la jeune Sadia, qu’il accompagne depuis déjà quatre ans.

ANTOINE, 74 ANS

« Avant de prendre ma retraite, un ami m’avait dit “quand on est retraité on ne sert plus à rien”. Et j’avais conscience que j’avais eu de la chance : j’ai grandi dans une famille modeste, mais mes parents me soutenaient, me faisaient travailler à l’école, ce qui m’a permis de bien m’en sortir. En prenant ma retraite j’ai donc voulu renvoyer l’ascenseur, en aidant des jeunes, tout en étant utile. Je ne sais pas qui aide qui au final… ?

Après une carrière d’ingénieur dans l’aéronautique, j’aide surtout des lycéens en maths et en physique, et je me retrouve à répondre à des questions de philo ou de sciences éco ! Certains jeunes que j’ai accompagnés continuent à me donner des nouvelles, tous ont des belles histoires… Sadia vient d’être acceptée en fac de droit car elle souhaite devenir notaire, je suis heureux ! »

Sadia, élève de terminale

« Antoine me suit depuis que je suis en 3e. Il m’a beaucoup aidée, il y a vraiment eu un avant et un après. Ma moyenne a augmenté. Il m’a permis d’aimer les cours, de bien comprendre les consignes avant de répondre… Il corrige ce que je fais, il me parle de mes erreurs. Il m’aide à progresser ».


> Pour devenir bénévole ou obtenir des renseignements sur l’antenne de l’Entraide Scolaire Amicale proche de chez vous, rendez-vous sur https://www.entraidescolaireamicale.org/

 

Les Petits Frères des Pauvres jouent la seconde famille

#SolidaritéIntergénérationnelle [3/5] L’association Les Petits Frères des Pauvres accompagne les personnes qui vivent seules et qui sont en situation de précarité, âgées de plus de 60 ans.

« Nous accompagnons les personnes qui vivent seules et sont en situation de précarité, âgées de plus de 60 ans, même si la moyenne d’âge de nos bénéficiaires est plutôt autour de 80 ans. »

Luc Bonnefond, responsable d’équipe, détaille avec plaisir les activités proposées par les Petits Frères des Pauvres : séjours de vacances, journées à la campagne, repas de Noël… et les visites à domicile, cœur de l’activité des quelque 70 bénévoles de tous âges. 40 % de ces Tourangeaux qui donnent de leur temps ont moins de 35 ans et nombreux sont ceux qui sont encore dans la vie active et consacrent quelques heures par mois à « apporter un peu de soleil, d’amitié, de joie et de lien social » aux personnes visitées.

« Rompre la solitude »

Virginie, 38 ans, est bénévole depuis un peu plus d’un an : « Chacun fait selon ses disponibilités, pour être en lien avec au moins une personne âgée et rompre sa solitude. En ce qui me concerne, j’appelle les deux personnes dont je m’occupe une fois par semaine, et la semaine suivante je leur rends visite à domicile. Cela peut durer une heure, ou un après-midi entier, tout dépend des envies ! Mais on s’attache vite et cette action, si elle est faite avec le coeur, n’est pas un poids, bien au contraire ! C’est gratifiant ! ».

Nicole, 71 ans, reçoit donc chez elle Virginie et parfois Georges, autre bénévole : « Ils me tiennent compagnie car je n’ai plus mes frères et sœurs et pas d’enfants. On joue au triomino, on discute, on se balade s’il fait beau. Même si je fais du dessin ou de l’ordinateur, ça me fait très plaisir de les voir. » Pour Georges, 55 ans et en invalidité, donner de son temps est une évidence : « Je ne travaille pas donc j’ai du temps pour mes petites vieilles ! (Georges est un sacré blagueur, parole d’intervieweur !). Elle sait s’occuper, la petite Nicole, mais on s’amuse bien quand je viens ! Si j’avais encore mes parents, je serais bien content que des plus jeunes viennent s’occuper d’eux, alors je le fais pour les autres ».


> Pour en savoir plus sur l’association : www.petitsfreresdespauvres.fr et par téléphone : 02 47 37 91 70.

 

En Selle Marcelle : des balades en triporteur pour sortir les personnes âgées de l’isolement

#SolidaritéIntergénérationnelle [2/5] Des amis tourangeaux ont lancé « En Selle Marcelle » : cette asso propose des balades en triporteur pour les personnes âgées.

En selle Marcelle : ça roule pour les personnes âgées ! Fini le fauteuil roulant ou le déambulateur, bonjour le triporteur ? En tout cas, vous devriez voir bientôt des personnes âgées se balader sur ces engins, grâce à des bénévoles aux bons mollets dans les rues de la Membrolle, Joué-lès-Tours, Chambray…

A l’origine de ce projet, on trouve six amis motivés pour apporter un peu de contact humain et de plein-air aux résidents de plusieurs Ehpad de l’agglomération tourangelle. « On s’est mis en contact avec d’autres associations qui mènent déjà ces actions dans d’autres villes : Happy-Syklett dans le Morbihan, Ami Cyclette à Morlaix qui nous ont conseillées. Le but des balades, ce n’est pas faire des dizaines de kilomètres, c’est avant tout favoriser un moment d’échange entre bénévole et résident d’Ehpad », explique Pauline Guillemin, membre de l’association En Selle Marcelle.

Lauréate du budget participatif du conseil départemental 2020, l’association devrait recevoir ces premiers triporteurs à assistance électrique courant juin. Si les personnes âgées intéressées ne manquent pas, il reste des places de cyclistes à pourvoir.

Avis aux amateurs de balades en deux-roues et de rencontres forcément enrichissantes !


> Suivez le projet sur leur page Facebook en cliquant juste ici ! 

 

Johana Boktor, l’architecte du patrimoine

#VisMaVille Johana Boktor et son mari Benoît Moreau sont architectes à Tours. Leur petite entreprise s’appuie sur la réhabilitation du patrimoine. Avec talent et humilité.

Il a fallu convaincre Johana Boktor pour réaliser cet article. Pourquoi elle plutôt qu’un ou une autre ? Sa modestie réelle n’empêche pas qu’à 39 ans, elle a déjà réalisé d’importants projets architecturaux comme le hall du musée Guimet. Elle planche en ce moment sur la rénovation du bâtiment historique de la Chambre de Commerce et d’Industrie et sur la nouvelle entrée du musée du Compagnonnage. Benoît Moreau n’est pas en reste avec la façade de la bibliothèque de Tours.

Un couple complémentaire qui s’est associé à leur arrivée en Touraine, en 2016. Lui est « technique, la tête chercheuse des pathologies du bâtiment », elle est « créative et part de l’identité du lieu pour la prolonger dans sa réalisation ». Ce qui relie le duo d’architectes qui s’est rencontré sur les bancs de l’école d’archi à Paris, c’est leur enclin pour la réhabilitation de l’ancien, et tout particulièrement du patrimoine.

Diplômés de l’Ecole de Chaillot qui délivre une spécialisation complémentaire en patrimoine en deux ans, ils travaillent en grande partie sur les monuments historiques. Ce n’est pas un hasard s’ils se sont installés près du couvent des Capucins, à Tours-Nord, sur un ancien terrain divisé en parcelles appartenant jadis à l’ordre des Frères mineurs. Ils y ont construit et expérimenté leur maison bioclimatique, vitrine de ce qu’ils font et de ce qu’ils sont. Murs épais isolés, nombreuses fenêtres pour des ventilations naturelles et croisées, luminosité, grande pièce de vie traversante : ils prônent le confort des usages et la simplicité des volumes.

Leur maison abrite leur bureau à l’étage. C’est là qu’ils reçoivent leurs clients. Des particuliers mais aussi des collectivités locales. Parfois, leurs garçons de 6 et 8 ans débarquent en pleine réunion pour récupérer des crayons de couleur. L’ambiance est familiale. Qu’elle s’en souvienne, Johana a toujours voulu être architecte, voyant son père s’épanouir dans le métier. Petite, elle bricolait des meubles pour ses poupées.

Après le bac, l’école d’architecture s’est donc imposée. Naturellement. A Paris, elle était salariée pour une agence de logements. « C’était passionnant, il y a le côté pratique que j’adore, toucher et comprendre l’usage de chaque pièce, matériau. »

Aujourd’hui Johana Boktor garde, dans son métier, ce goût du fonctionnel et y ajoute sa touche personnelle, créative. « Je m’inspire de l’ancien pour reproduire une atmosphère. L’idée est de réhabiliter ou construire des extensions en partant de l’essence du lieu, souvent chargé d’histoire. » La meilleure récompense pour elle, qui parvient tout juste à se définir architecte ? « Susciter de l’émotion dans la réponse qu’on a su apporter au client. »

Textes et photos : Aurélie Dunouau


> L’Indre-et-Loire compte une dizaine d’architectes spécialisés dans le patrimoine. Sachant que le département compte 867 édifices bénéficiant de cette protection au titre de monuments historiques, les chantiers en perspective ne manquent pas.

 

Horoscope WTF du 9 au 15 juin 2021

Pas de chance pour les Poissons, les Vierges ou les Capricornes cette semaine. Ils prendront cher dans l’horoscope WTF de tmv, tout comme les Sagittaires à qui on offre une séance de rattrapage gratuite. De rien.

Bélier

Amour

L’astrologie, ce n’est pas toujours
que des bonnes nouvelles. Alors
on vous annonce que vous allez avoir
un mioche (et pas très beau en plus)
d’ici peu. Allez, bisou.

Gloire

Vous êtes l’acteur de votre
propre malheur. (roh, la vache, c’est beau et profond !)

Beauté

Vous avez le cuir chevelu gras

Taureau

Amour

Difficile de trouver l’âme soeur
quand on n’a pas d’âme, n’est-ce pas ?

Gloire

Aïe. Votre avenir paraît aussi
fade et déprimant qu’un film avec Kev
Adams.

Beauté

Par un étrange concours
de circonstances, une personne sera
attirée par votre corps en forme de
madeleine.

Gémeaux

Amour

Olala, mais faites ce que vous
voulez. Qu’est-ce que j’en ai à faire, moi
? Je ne suis qu’un astrologue sous-payé
moi, vous savez…

Gloire

Mouais. Foutu pour foutu,
autant nous envoyer un petit chèque
à la rédac’ de tmv. Merci, biz !

Beauté

Force est de constater que
vous avez la même dégaine qu’un
lombric.

Cancer

Amour

Vos hormones vous jouent des
tours. Du calme, les baraques à frites !

Gloire

N’oubliez jamais cette citation
si intelligente de Lauryne, dans Loft
Story 2 : « Un lama, c’est comme un
kangourou. Sauf que ça crache. »

Beauté

Avec l’âge, vous allez ressembler
à un croisement entre Philippe
Etchebest et Geneviève de Fontenay.

Lion

Amour

HAHAHAHA, non mais
quelle mascarade !

Gloire

Il va falloir se ressaisir ; les gens
vous trouvent aussi agaçant(e) qu’une
housse de couette à enfiler.

Beauté

Si vous croyiez vraiment à
l’égalité hommes/femmes, vous échangeriez
vos sous-vêtements avec l’être
aimé, mais bon… on veut pas vous
mettre la pression…

Vierge

Amour

Sur l’autoroute de la coquinerie,
vous en avez des kilomètres au
compteur !

Gloire

Vous ne comprenez pas grandchose
à ce qu’il se passe dans votre vie
en ce moment. Mais nous non plus,
alors on s’en fout un peu.

Beauté

Vos amis disent de vous que
vous avez des airs d’Eddy Mitchell. Mais
je ne veux surtout pas les balancer. Pas
mon genre, non non.

Balance

Amour

Vous aurez un coup d’un soir
avec Jean Lassalle. Be ready !

Gloire

Vous avez le je-m’en-foutisme
un peu trop facile, ces derniers temps…

Beauté

L’astrologue de tmv tenait
à vous faire part de ses condoléances
pour votre dignité retrouvée échouée
en soirée.

Scorpion

Amour

Baaaaah… C’est pas si mal
d’être célibataire, non ?…

Gloire

… et sans amis. Et sans argent
non plus. Ni espoir…

Beauté

… Mais bon, tout n’est pas
perdu. Vous auriez pu être Capricorne
ou fan de Christophe Maé, par exemple

Sagittaire

Amour

La constellation de
Kaamelott rappelle qu’avec vous,
« c’est systématiquement débile,
mais toujours inattendu ».

Gloire

L’avenir appartient à ceux
qui se lèvent tôt. Autant dire, sûrement
pas vous !

Beauté

Petit bouton sur votre
front deviendra grand.

Capricorne

Amour

Votre vie sentimentale est à
l’image du cerveau d’un candidat de
téléréalité : vide.

Gloire

Tout vient à point à qui sait
attendre. (En gros, attendez qu’un pigeon
fasse les choses à votre place)

Beauté

Un jour, va p’tet falloir l’assumer
cette passion pour les slips en
cuir, non ?

Verseau

Amour

Tel les Lego®, vous avez tendance
à vous emboîter plutôt facilement,
héhéhé…

Gloire

Chantez « I want to break
freeee » au boulot. Freddie Mercury
est en vous. (enfin, pas trop en vous
non plus hein)

Beauté

Parfois, vous sentez comme
un ado en fin de journée.

Poissons

Amour

Vous déciderez de vous mettre
en relation libre. Mais visiblement,
votre partenaire n’est pas au courant.

Gloire

Le 13 juin tombe un dimanche.
Déduisez-en ce que vous voulez, mais
nous on trouve ça flippant.

Beauté

Arrêtez de vous mentir à
vous-même, votre fétichisme des
coudes vous rattrape.

François Pérona, le sourire et l’accueil du CCCOD

#VisMaVille Jean-François Pérona est chargé d’accueil au centre de création contemporaine Olivier Debré de Tours. Rencontre avec cette figure du lieu.

Les habitués du musée d’art contemporain connaissent forcément Jean-François Pérona. Au CCC rue Marcel-Tribut puis désormais au CCCOD en plein coeur de ville, il en est un des visages historiques. Depuis 2005, il est au service du public, ce qui en fait le plus ancien de l’équipe.

Au milieu des sept autres jeunes personnes qui s’occupent des visiteurs, il apporte son expérience et son savoir-faire. Car avant tout, Jean-François Pérona a le don de recevoir et de vous mettre à l’aise comme si vous entriez dans sa propre maison. Avec tact, il vous ouvre la porte de son univers professionnel, celui de l’art contemporain.

Un univers auquel il n’était toutefois pas destiné, lui qui n’a pas fait d’études d’art ou d’histoire. Ce Normand d’origine, débarqué à Tours dans les années 80 pour ses études, a travaillé dans le commerce, un temps caissier chez Mammouth. Déjà, le contact avec le public l’attire, « j’étais moins doué pour vendre », concède-t-il. Seule incartade avec le milieu des artistes avant son entrée au musée : sa participation à l’organisation niveau régie d’une grande expo en 2000 avec Jeff Koons entre autres.

Car s’il est amateur d’art sans être spécialiste, « c’est un hasard si j’y travaille aujourd’hui après avoir répondu à une annonce du CCC. Je devais rester un an, j’ai manifesté l’envie de rester et j’y suis encore », explique Jean-François Pérona. Rue Marcel-Tribut, il n’était pas rare de le voir quitter l’entrée pour faire visiter les expositions.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Avec la nouvelle dimension du centre d’art, il reste attaché au public et à la billetterie, mais il n’est pas pour autant bloqué derrière le comptoir. Car il ne tient pas en place, Jean-François. Quand il n’y a pas trop de monde, il apprécie de se promener au milieu des expositions ou de dispenser quelques informations aux visiteurs, « même si je ne suis pas capable de faire le travail des médiateurs et conférenciers ».

Bavard lorsqu’il tient sa place au musée, il sait toutefois s’adapter au public. « Je reconnais les personnes qu’il ne faut pas aller embêter ou bien les jeunes pressés qui n’aiment pas trop les longs discours », tempère-t-il. « Mon travail, c’est orienter, recevoir, être attentif aux caractères de chacun et à ce qui se passe. Le public ici est bienveillant et détendu. Notre idée est d’accueillir simplement. »

D’un public d’habitués rue Marcel-Tribut, il est passé à un panel plus large, jeunes et touristes inclus. Ce qui n’est pas pour lui déplaire. « L’esprit d’accueil demeure l’âme du CCCOD. » En dehors de son temps au musée, Jean-François Pérona aime voir des comédies au cinéma, quelques spectacles de danse.

Mais son côté casanier prend vite le dessus. « En fait timide dans la vie privée », il n’aime rien tant que cultiver son petit bout de potager et se plonger sur les chaînes youtube des agriculteurs stars. Ce qui lui rappelle le rapport à la terre de ses aïeux dans l’Orne.

Textes et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 26 mai au 1er juin 2021

Chaque semaine, c’est l’heure de l’horoscope, le vrai de vrai, là où tout ce qui est dit est vrai. Normal : l’astrologue de tmv ne se trompe jamais. Ou presque.

Bélier

Amour

Booon, si vraiiiment vous êtes désespéré(e), vous pouvez sortir avec un(e) Gémeaux ou un(e) Scorpion.

Gloire

Bélier, ça rime avec « procrastiner ». COMME DE PAR HASARD.

Beauté

Être et avoir été. Pas facile, mais vous gardez la foi. (la vache, c’est profond ce qu’on dit pour vous tailler en fait).

Taureau

Amour

Ciel dégagé pour les 2e décans. Pour tout le reste, ça pue sévère !

Gloire

Vous êtes souple, mais il va falloir penser à arrêter de vous regarder le nombril.

Beauté

Vous êtes sexy comme un kiwi. Mais en moins poilu(e).

Gémeaux

Amour

Être en couple avec un(e) Gémeaux, c’est comme le saucisson. On sait qu’au fond, c’est pas très sain, mais on y retourne toujours la bave aux lèvres.

Gloire

Votre prochain achat, une ceinture de chasteté, étonnera fortement vos proches. Soyez sincère avec eux.

Beauté

Vous êtes plutôt agile pour un petit marcassin !

Cancer

Amour

Qu’est-ce qui déçoit le plus souvent entre l’amour et la pizza ? Bon bah voilà, déduisez-en ce que vous voulez.

Gloire

Comme on dit, il reste des trous dans la raquette. Vous en faites partie

Beauté

N’oubliez jamais cette citation de Jean-Claude Van Damme qui pourra vous servir cette semaine : « Une noisette, j’la casse entre mes fesses, tu vois. »

Lion

Amour

3, 2, 1… Friendzoooooone !

Gloire

N’oubliez jamais que… les produits laitiers sont vos amis pour la vie. (j’espère que vous l’avez en tête maintenant)

Beauté

Votre carrure de beignet à la pomme vous incite à retrouver le chemin de la salle de sport.

Vierge

Amour

Vous ferez un rêve érotique avec Cyril Hanouna. Ce qui va remettre en question toute votre vie amoureuse et intime.

Gloire

Murmurer à l’oreille des chevaux ne fait pas de vous le prochain Robert Redford, mais quelqu’un qui a visiblement un peu trop fumé la moquette.

Beauté

Vous sentez aussi bon qu’un bon bœuf bourguignon.

Balance

Amour

Moulé(e) dans votre maillot de bain, vous trouverez l’amour lors d’un cours d’aquaponey cet été.

Gloire

Quand vous parlez, on dirait Christophe Maé qui chante. Et c’est excessivement énervant

Beauté

Une queue vous poussera en bas du dos suite à votre injection d’AstraZeneca. Mais tout est ok, rassurez-vous.

Scorpion

Amour

Arf… Y a pas grand-chose à s’mettre sous la dent, n’est-ce pas ?

Gloire

Sage conseil pour les Scorpions : Si vous avez envie de jeter l’éponge, ne le faites pas et gardez-la avec vous, parce que c’est dégueulasse, une éponge.

Beauté

Vous avez de grosses joues. Mais ce qui est bien pratique pour planquer la bouffe que vous volez à droite à gauche.

Sagittaire

Amour

L’être aimé vous aurait bien offert des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas, mais bon… c’est une vrai brêle en romantisme. (ouaip, des fois on est subtil)

Gloire

« Ôtez-vous les doigts du séant, si vous voulez avancer dans la vie rapidement », comme le disait… euh un type chauve.

Beauté

Raaaaah, mais c’est criminel d’être aussi canon ! Vous êtes parfait(e) !

Capricorne

Amour

Retournement de situation. Vous allez finalement coucher avec Jean Lassalle cette semaine.

Gloire

Vous faites des strikes avec les gens chauves. C’est vraiment pas cool.

Beauté

Votre physique de gastéropode ne plaît pas franchement à l’être aimé.

Verseau

Amour

Avec vous, c’est comme avec un sèche-mains. Ça ne dure pas longtemps, mais qu’est-ce que ça fait du bien.

Gloire

La constellation du David Guetta vous invite à écouter de la musique en levant les bras comme un(e) abruti(e).

Beauté

Investissez dans le marché du slip à fourrure. C’est porteur (et ça vous irait très bien au passage)

Poissons

Amour

Tel le ver, vous êtes solitaire.

Gloire

L’étoile du Balavoine vous rappelle que vous n’avez pas choisi de vivre ici, entre la soumission, la peur ou l’abandon.

Beauté

Vous vous mettrez à sniffer de la harissa pour compenser votre forme physique de mollusque.

« Notre corps a perdu l’habitude, il oublie un peu trop vite nos séances de sport »

Les salles de sport et les gymnases nous rouvrent leurs portes le 9 juin, yeah ! Mais avant de nous lancer à corps perdu dans la reprise du sport, pour le plaisir de retrouver les copains sur le terrain de hand ou de suer à grosses gouttes en salle de fitness, nous sommes allés demander conseil à Caroline Demey, coach sportive au Studio Sport, rue Giraudeau à Tours. Pour éviter l’entorse, on suit ses conseils…

Pour ceux qui n’ont pas fait de sport ces derniers mois, que faut-il travailler en premier pour une reprise en toute sécurité ?

La sangle abdominale et le dos, car c’est ce qui ressort beaucoup au quotidien dans nos coachings privés. La perte de tonus musculaire peut entraîner des douleurs dorsales, il faut donc regainer tout cela pour l’éviter.

À quel rythme peut-on reprendre une activité physique ?

Il ne faut pas reprendre au même rythme qu’avant la fermeture des salles, surtout si vous n’avez rien fait depuis octobre. Votre corps a perdu l’habitude, il est un peu ingrat, il oublie un peu trop vite nos séances de sport ! Il faut donc repartir en douceur pour ne pas traumatiser le corps, et éviter les blessures. Vous pouvez par exemple prévoir deux ou trois séances par semaine comme vous le faisiez avant, mais en étant raisonnable sur la durée : si vous passiez 3 h dans une salle de fitness, commencez avec 1 h par exemple.

Est-il trop tard pour travailler notre summer body ?

Je ne vais pas vous mentir, au risque de vous faire passer une mauvaise journée : si vous voulez sculpter votre corps, perdre 15 kg et montrer vos tablettes de chocolat cet été, on oublie ! À moins que vous ne soyez prêts à un régime alimentaire et des entraînements hyper stricts ? Mais après cette période pleine de restrictions qu’on a vécue, est-ce que ça vaut la peine ? Mieux vaut reprendre tranquillement votre activité physique pour être en bonne santé, et ne pas vous blesser avant les vacances ou la rentrée de septembre.

On vise donc le « body de rentrée » ?

Disons que vous pouvez utiliser ce mois de juin et l’été pour prendre le temps de vous réadapter à l’activité physique, la réintroduire dans votre planning de vie privée, car on a perdu l’habitude ! Cela vous laisse le temps de relancer la machine, et ça évitera la cohue dans les salles de sport qui vous accueilleront sans doute sur réservation, toujours dans le respect des distanciations et des normes sanitaires.

Image

Un homme en uniforme, cerné par une eau grise et menaçante, qui tient à bout de bras un bébé livide et trempé. C’est l’image qui dit tout. Dans notre imaginaire, elle en appelle d’autres, des images. Celle de la maman, bien sûr, qui soulève son enfant nouveau-né, et le voit comme un prolongement d’elle-même.

Des images ancestrales, comme celle de Moïse que sa mère miséreuse abandonne au ruisseau, dans un berceau de fortune, pour lui offrir, peut-être, une vie meilleure. Ou des images populaires, comme celle du Roi Lion présentant au peuple du désert, Simba nouveau-né. Parce qu’un bébé, c’est ce qui restera de nous. C’est l’espoir et c’est le futur.

On n’écoute plus beaucoup Barbara et on a bien tort. Elle l’a chanté mieux que quiconque : « Un enfant qui meurt, qu’il soit de n’importe où, est un enfant qui meurt ». Et un sauveteur en mer, le regard hagard, qui tient au-dessus de l’eau, un nourrisson perdu, c’est un bien triste présage pour notre temps.

Matthieu Pays

Prix du roman tmv : les livres en compétition

Pour cette nouvelle édition du Prix du Roman, tmv a choisi de ne sélectionner que quatre premiers romans d’auteurs et autrices qui, à n’en pas douter, risquent de faire du bruit d’ici peu. Rendez-vous en juin pour la délibération !

Danse avec la foudre

Jérémy Bracone, éditions L’Iconoclaste, 276 p.

Il était une fois une bande de joyeux ouvriers, artistes de la débrouille. L’un d’eux, Figuette, est marié à une jeune femme aussi irrésistible que fantasque, Moïra. Mais, comme dans tous les contes cruels, la foudre frappe : Moïra se fait la belle et Figuette se retrouve seul avec leur petite Zoé. L’usine menace de fermer, les grandes vacances approchent, l’argent manque…

Alors Figuette tente l’impossible pour enchanter les jours gris. Et reconquérir sa muse. Jérémy Bracone raconte aussi le Nord ouvrier, les usines, le souvenir de la mine et des anciens « rouges », la solidarité, les cœurs gros comme ça. La souffrance et la misère sont-elles plus douces en poésie ? Ce roman écrit au présent, pétri de détails et d’humanité, nous incite à penser que oui.

Le Doorman

Madeleine Assas, éditions Actes sud, 384 p.

C’est un homme vêtu d’un costume noir à boutons dorés. Un étranger devenu le portier d’un immeuble de Park Avenue puis, avec le temps, le complice discret de plusieurs dizaines de résidents qui comme lui sont un jour venus d’ailleurs.

À New York depuis 1965, ce personnage poétique et solitaire est aussi un contemplatif qui arpente à travers ce livre et au fil de quatre décennies l’incomparable mégapole. Humble, la plupart du temps invisible, il est fidèle en amitié, prudent en amour et parfois mélancolique alors que la ville change autour de lui et que l’urbanisme érode les communautés de fraternité. Le Doorman ouvre des portes monumentales sur le monde extérieur, observe, écoute, avec empathie et intégrité ceux qui les franchissent. Jusqu’au jour où il part pour une autre ville.

Grand Platinum

Anthony van den Bossche, éditions Seuil, 160 p.

Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer, Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d’eau de Paris.

Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage. Un roman plein de fantaisie, de personnages attachants, qui présente les choses de la vie sous un jour inédit.

Toni tout court

Shane Haddad, éditions POL, 160 p.

C’est l’histoire de Toni. Elle se lève un matin, s’habille, déjeune, ferme la porte et s’en va pour la journée. La journée de son anniversaire et d’un match de foot. Le match de son équipe, la sienne, celle qu’elle aime. Ce soir, c’est match et toute la journée est une attente. Toute la journée est une projection de son entrée dans le stade, son entrée dans la tribune où déjà les supporters chantent son arrivée.

C’est dans cette tribune remplie d’hommes qu’elle trouvera sinon une place, du moins un espace où vivre pour un temps. Parce que la tribune est à la fois un espace qui n’imagine pas une présence féminine et à la fois un espace hétérogène, multiple, indéfinissable. C’est pour cela que Toni est un personnage qui ne veut pas se définir.


> Le jury, également composé de trois lecteurs de tmv, se réunira en juin. Un grand merci à nos partenaires : Crédit Mutuel, La Boîte à livres, Oceania – L’Univers et Fil Bleu !

 

Horoscope WTF du 19 au 25 mai 2021

Ô joie ! Les terrasses rouvrent et l’astrologue de tmv se déconfine (comme de par hasard). Voici le retour de l’horoscope WTF de tmv !

Bélier

Amour

Rien à faire, vous êtes aussi coincé(e) qu’un bateau Evergreen dans le canal de Suez.

Gloire

Victor Hugo disait « le plus lourd fardeau, c’est d’exister sans vivre »…

Beauté

… Mais Victor Hugo portait des slips blancs. Et je ne fais pas du tout confiance aux types qui portent un slip blanc.

Taureau

Amour

En amour, la fuite est votre meilleure amie.

Gloire

Patrick Bruel est Taureau. Voilà, c’est tout. J’ai pensé que vous aimeriez apprendre cette information vitale.

Beauté

C’est marrant, vous êtes Taureau et vous avez le regard bovin. Comme quoi…

Gémeaux

Amour

Explosez les points noirs de l’être aimé. ÇA, c’est l’amour véritable, bon sang !

Gloire

Vous pestez comme un caniche en rut. Cela agace votre entourage.

Beauté

Attention à la sagination. (« kesskeçaveutdiiir », coucouuu, Google est votre ami)

Cancer

Amour

Vous procurez autant de plaisir et de bonheur qu’un roulage de pelle à un arc-en-ciel.

Gloire

Il faut remercier la crise du Covid : pour la première fois, vous ne martyrisez pas un pauvre petit stagiaire de 3e qui ne vous a rien fait.

Beauté

Si ça ne bouge pas, mange le !

Lion

Amour

Quelques conflits à l’horizon pour les natifs en couple. Saturne pourrait en effet fausser vos relations avec votre conjoint, voire vous conduire à lui faire de petits mensonges…

Gloire

… Bon, on déconne. On a piqué ce vrai horoscope sur un site. En fait, c’est chiant l’astrologie, hein ?

Beauté

Votre idée de bronzer nu(e) sur la place Jean-Jaurès ne vous attirera que des ennuis. (voilà, c’est mieux à notre sauce)

Vierge

Amour

C’est la vie ! (ouais on s’est pas foulé. Mais on n’aime pas beaucoup les Vierges en ce moment, vous savez)

Gloire

Oh, vous entendez ce bruit ? C’est le son de votre ego qui vient de se briser.

Beauté

Hommes, femmes, peu importe : cette semaine, c’est début de calvitie pour tout l’monde chez les Vierges !

Balance

Amour

Un Kinder Surprise vous attend dans 9 mois… Hum hum.

Gloire

Pas de rêves, pas d’espoir. Typique des Balances.

Beauté

Vous auriez pu vivre aussi longtemps que le Prince Philip. Pas d’bol, la fin du monde est prévue pour 2025.

Scorpion

Amour

Sous la couette, vous pensez jouer une partition de thrash metal, mais c’est surtout du Michel Sardou.

Gloire

Vous aimez rester dans l’ombre…

Beauté

… et c’est tant mieux, vu les fringues que vous portez…

Sagittaire

Amour

L’amour c’est comme à Noël. On vous promet un cadeau génial et vous vous retrouvez avec un livre sur la reproduction des lamas alpaga.

Gloire

Einstein a dit « Nous aurons le destin que nous aurons mérité ». Ce qui fout pas franchement la confiance vu la situation qu’on traverse.

Beauté

Vous desserrerez un cran de ceinture. Vos fesses vous diront bravo.

Capricorne

Amour

Une étude prouve que la frustration sexuelle nous donne l’impression de lire 3 fois la même chose.

Gloire

Une étude prouve que la frustration sexuelle nous donne l’impression de lire 3 fois la même chose.

Beauté

Une étude prouve que la frustration sexuelle nous donne l’impression de lire 3 fois la même chose.

Verseau

Amour

Le printemps vous pousse à butiner à droite à gauche de nouveau. Coquinous !

Gloire

Un combat de rue vous opposera à Elie Semoun d’ici peu. Mais vous perdrez.

Beauté

Parfois, dans votre regard, c’est le néant.

Poissons

Amour

Vous tomberez follement amoureux/se de cette personne unijambiste qui fera le premier pas.

Gloire

Vos rêves d’un avenir radieux s’évaporent tel un pet fuyant.

Beauté

Les panards d’un Hobbit, mais vous gardez le sourire.

C’est reparti ! Nos petits plaisirs et bonnes idées pour ce déconfinement

De nombreuses choses vont changer à partir de ce mercredi 19 mai. Tmv est de retour et vous offre une grosse dose de bons petits plans pour fêter ça.

3, 19, 9 et 31 : presque une saveur de numéros du Loto pour tous ces Tourangeaux qui souffrent du couvre-feu et du confinement. Si la prudence est de mise, tant la situation de nos hôpitaux est critique, les esprits et les corps semblent avoir besoin de ce déconfinement progressif.

Un pied après l’autre, mais avec tout de même une grande envie d’y aller à pieds joints, de plonger dans le grand bain des activités estivales. Le masque sur le nez, en maintenant nos distances, on retrouve donc avec enthousiasme les mille et un plaisirs qui jusqu’ici nous semblaient aller de soi, mais qui ont été mis entre parenthèses plusieurs mois.

Saluer son barman préféré, manger un bon petit plat au restaurant, aller au ciné, partir en week-end, se poser à la guinguette… Savourez avec nous cette liste des petites joies simples d’une vie quotidienne en Touraine au rythme des réouvertures. Un retour à l’(a)normal, qui n’est donc pas une répétition, mais une réinvention !


> RETROUVEZ NOTRE DOSSIER DE TOUS LES BONS PETITS PLANS POUR CE DECONFINEMENT EN CLIQUANT ICI ! 

 

La première gorgée de bière

C’est vrai qu’elle va avoir un goût particulier cette journée. La première gorgée de bière, la première fourchette, le premier café en terrasse de ce mercredi 19 mai, ils vont se parer d’une saveur spéciale.

Évidemment, ce n’est pas la Libération de Paris et ce que l’on va faire ce jour-là est assez secondaire au regard de tout un tas d’autres choses et notamment de la lutte des médecins qui se poursuit dans tous les hôpitaux de France. Et pourtant… Pourtant, il y a bien quelque chose de réel derrière cet engouement pour cette toute petite et toute timide réouverture. Quelque chose que nous aurions tort de bouder.

Pour la première fois depuis des mois et des mois, ce premier verre en terrasse, cette assiette partagée, pourrait bien être le premier pas vers un vrai retour à la vie. Nous ne serons pas des héros en nous installant en terrasse, ni encore tirés d’affaire. Mais, au moins, nous pourrons le faire en nous disant que nous pourrons revenir demain et les jours suivants sans doute. Et ça, après tout ce que nous avons vécu, qu’on le veuille ou non, ça n’a pas prix…

Matthieu Pays

Suspension des contrôles de stationnement payant, nouveau centre de vaccination : des mesures annoncées par la Ville

Suite aux récentes annonces gouvernementales, la Ville de Tours a annoncé mettre en place de nouvelles mesures. Suspension du stationnement payant en surface, chèques CCAS, vaccination, droit de terrasse… Voici les points principaux pour le mois d’avril et de mai.

Enième période de restrictions oblige, la Ville de Tours a indiqué vouloir « accompagner les Tourangelles et les Tourangeaux » durant les quatre semaines à venir.

  • Les contrôles de stationnement payant de surface seront suspendus du 6 au 30 avril inclus
  • Envoi par le CCAS de chèques alimentaires au domicile des familles bénéficiant de l’aide à la restauration scolaire (30 € / enfant)
  • Pour les restaurateurs et cafetiers : exonération de taxes sur le droit de terrasse pour tout le semestre
  • Un nouveau centre de vaccination ouvrira au Palais des Congrès de Tours au mois de mai.

Une foire aux questions (FAQ) a également été mise en ligne par la municipalité. Vous pouvez la retrouver ici : https://www.tours.fr/action-municipale/721-covid-19-foire-aux-questions.htm

Indre-et-Loire : paroles de télétravailleurs et télétravailleuses

[2/2] Un an après, entre déconfinement, reconfinements et couvre-feu, une bonne partie des Français vit encore sur un rythme boulot-dodo, où le métro (le vélo ou l’auto) ont disparu des radars. Et pour vous, ça se passe comment le télétravail ? Tmv a eu envie de vous poser la question…

FRANCK, FORMATEUR SÉCURITÉ SNCF

« Lors du premier confinement, on était en 100 % télétravail, ce qui n’est pas simple pour assurer des formations. Mais comme les personnes ont à nouveau le droit de se déplacer pour la formation professionnelle, je suis maintenant sur mon lieu de travail quatre jours par semaine, et en télétravail le vendredi. »

LES +

J’aime bien cette répartition 4 jours/1 jour, cela permet d’être en contact avec les collègues et les stagiaires. C’est quand même plus simple pour bien faire mon travail ! Lorsque nous étions en 100 % télétravail nous avions réfléchi avec d’autres formateurs sur la manière d’assurer une formation à distance sur Teams, en maintenant l’intérêt des stagiaires, avec des travaux de groupes par exemple. Et puis il y a le temps de trajet en moins !

LES –

Si c’était tous les jours, je ne tiendrais pas ! Certes cela donne une flexibilité sur les horaires, ça m’est arrivé de travailler le soir pour faire autre chose en journée, mais le lien social me manquait trop quand j’étais 100 % en télétravail. J’ai beaucoup utilisé les réseaux sociaux pour maintenir une vie sociale, une activité, car rester toute la journée à la maison me pesait beaucoup.

(Photo illustration NR – Julien Pruvost)

Hubert, sous-directeur RH à la Caf Touraine

« Depuis 2016, les salariés dont les missions sont télétravaillables peuvent travailler en “pendulaire”, avec deux à trois jours par semaine en télétravail. Et plus récemment nous avons aussi mis en place un accord sur le travail nomade : 24 jours possibles de télétravail par an. En mars 2020 nous sommes bien sûr passés en 100 % télétravail et, depuis mai dernier, certains salariés sont revenus sur site. Aujourd’hui, on estime à moins de 40 % de nos 260 agents ceux qui sont présents dans nos locaux. »

LES +

Avant même le confinement, nos premiers bilans montraient de grands avantages sur la gestion vie privée/vie professionnelle pour la cinquantaine d’agents qui travaillaient en pendulaire, avec aussi une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Et même si ce n’était pas l’objectif, il y a eu une hausse de leur productivité. Le passage en 100 % nous a poussé à accélérer certaines mutations avec la simplification de certaines procédures. Et cela nous a permis d’identifier plus finement les postes et les tâches qui sont télétravaillables.

LES –

Bien sûr nous avons mis un peu de temps à adapter le réseau pour que tous les agents puissent se connecter à distance. Et mettre tout le monde en télétravail a supposé des investissements : deux écrans et un casque par agent, en plus de l’unité centrale d’ordinateur et, pour ceux qui le souhaitent, une webcam ou une clé 4G et parfois un fauteuil. Si de nombreux agents apprécient le travail à distance, nous sommes attentifs à ceux qui souhaitent être sur place, car les conditions à domicile ou leur maîtrise des outils informatiques ne sont pas bonnes, ou parce qu’ils sont psychologiquement fragiles. Le télétravail ne convient pas à tout le monde.

(Photo illustration NR)

Patrick, enseignant en informatique et chef du département GEA – IUT de Tours

« Depuis mars 2020, nous sommes passés au télé-enseignement, avec les embûches que cela suppose tant pour les étudiants que pour les enseignants. Même si les enseignants ont l’habitude de travailler chez eux, pour toute la préparation des cours, donner son cours à distance ce n’est pas la même chose ! »

LES +

Cela amènera peut-être une réflexion sur l’évolution de l’enseignement supérieur. Je me demande par exemple si les cours magistraux en amphi, avec peu d’interactions, valent le coup d’être en présentiel ?

LES –

Je dresse tout de même un constat plutôt négatif de tout cela : outre les soucis d’adaptation des enseignants au tout début, qui ont dû appréhender de nouveaux outils, adapter leur pédagogie, sans compter les soucis techniques, c’est surtout l’absence d’interaction qui est déstabilisante et démotivante pour tout le monde. On fait cours face à du vide, un écran où les étudiants n’allument pas leurs caméras et sont peu réactifs. Et pour eux, c’est difficile aussi, devant leur écran toute la journée. On a d’ailleurs plus de décrochages que les années antérieures…

Propos recueillis par Maud Martinez
Photo ouverture : Jérôme Dutac – NR

Dans l’atelier de Marine Vanpoulle, la passion des fleurs locales

#VisMaVille Marine Vanpoulle est fleuriste-designeuse. Elle crée son univers propre à partir de fleurs fraîches et locales, installée dans son atelier de Will you Marine me.

Les branches des feuillages atteignent presque le plafond dans l’atelier de Will You Marine me. « Chic et brut » : le décor est planté, selon les mots de Marine Vanpoulle, jeune cheffe d’entreprise et propriétaire des lieux. Son magasin de fleurs, installé rue Berthelot à Tours, détonne par son concept innovant et la fraîcheur de son équipe, quatre jeunes femmes de moins de 30 ans.

Ici, vous n’aurez pas l’embarras du choix mais vous ressortirez avec un bouquet inspiré par la production du moment. Les fleurs sont locales, elles proviennent principalement du producteur blésois Clément fleurs et, en complément, du grossiste Rose d’or. « Les fleurs sont fraîches et de qualité. Les tulipes sont coupées la veille de l’arrivage, sont en terre, et peuvent durer jusqu’à trois semaines. »

Les bouquets chez Will You Marine, c’est un style, avec du feuillage et des fleurs non pas sélectionnées par le client mais par les fleuristes qui proposent « des bouquets à la volée, en fonction de ce qu’on a, de notre inspiration et humeur aussi. »

Chaque semaine, un bouquet surprise est confectionné et le système d’abonnement au mois séduit les clients. « Nous changeons leurs habitudes, nous aimons les surprendre », sourit Marine. Autre avantage : en travaillant à la demande, il n’y a pas de pertes. Le fait que ses fleurs soient bio et équitables n’est pas revendiqué. Tout simplement naturel pour cette jeune équipe, imprégnée de convictions écologiques. Les végétaux sont recyclés pour faire du compost.

Will You Marine Me n’est pas qu’une boutique de fleurs. C’est aussi une agence événementielle spécialisée dans l’organisation des mariages, le métier d’origine de Marine. En fait, l’idée de la boutique en click and collect est née au mois de mai de l’année dernière, « alors que le chiffre d’affaires baissait de 80 %, il a fallu rebondir », explique Marine Vanpoulle. « Marie, de La Petite Cuisine, m’a proposé de m‘installer dans son ancien restaurant de la rue Berthelot. »

Auparavant, Marine travaillait dans son atelier de Fondettes. Passionnée et hyperactive, elle a appris son métier en Australie en étant wedding planner puis wedding designer en fleurs fraîches et locales. Elle rentre à 25 ans en France, car sa Touraine d’origine lui manque, passe son CAP de fleuriste et se lance. Sa maîtrise de l’anglais lui sert aujourd’hui pour renseigner les touristes qui s’arrêtent à sa boutique. Et avec son équipe, elle adore ça et projette déjà de transformer son magasin en « Life style shop ».

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Comment éviter que le télétravail se transforme en télé-calvaire

Les conseils de Chloé Archambault, psychologue du travail à Courçay.

On vous voit, assis dans votre canapé en caleçon à 10 heures du matin, en train de vous dire qu’il serait peut-être temps de vous mettre au boulot. Et vous aussi, là, à consulter vos mails à 23 h pour découvrir les remontrances de votre manager…

Pour éviter que le télétravail ne se transforme en télé-calvaire, nous avons demandé son avis et quelques conseils à Chloé Archambault, psychologue du travail à Courçay :

« La plupart d’entre nous n’a jamais “ appris ” à télétravailler et, en plus, le télétravail n’est pas très cadré d’un point de vue légal… C’est une découverte pour tout le monde ! Alors que les managers ont peur qu’on travaille moins, les télétravailleurs sont plus productifs, mais aussi plus stressés : au travail, si vous allez aux toilettes, personne ne vous tapote sur l’épaule pour savoir ce que vous faites, alors qu’à la maison on vous demande de rendre des comptes, on vous envoie des petites piques culpabilisantes, ce qui crée une pression supplémentaire. Il faut donc prendre des précautions et vous mettre d’accord sur tout cela avec vos supérieurs. Et pour les horaires, posez un cadre clair. Il faut éteindre l’ordinateur et le téléphone pro quand la journée est finie, car regarder ses mails avant de dormir en se disant « je n’aurai pas de mauvaise surprise demain », c’est la garantie d’un mauvais sommeil. Pour tout cela, il faut aussi que les employeurs prennent leurs responsabilités, pour respecter le Code du travail. Plutôt que de subir la situation en espérant un retour à la normale, mieux vaut essayer de s’adapter : cela rendra la situation plus confortable, et ce sera meilleur pour votre moral ! ».

M. M.


Quoi de neuf docteur ? La fatigue pandémique !

L’Organisation Mondiale de la Santé met en garde depuis quelques semaines les États sur un nouveau syndrome : la fatigue pandémique. Bon, on ne se lance pas dans une longue explication de texte, parce que c’est assez clair : c’est un combo gagnant de confinement + absence de vie sociale, culturelle et sportive + télétravail + anxiété liée aux risques pour notre santé.

Résultat de ce beau mix, de la dépression et une baisse de motivation quant aux respects des gestes barrières. Bonne nouvelle : les mutuelles santé ont annoncé qu’elles rembourseraient désormais jusqu’à quatre consultations chez un psychologue (sur prescription médicale). On attend que ce soit gravé dans le marbre et on en profite !

Télétravail : « Cela pose finalement la question du modèle-même du travail que nous connaissions jusqu’alors »

Est-ce que le télétravail modifiera durablement notre rapport au travail et à l’entreprise ? Pour le savoir, direction le bureau de Bernard Buron, sociologue du travail, des organisations et innovations à l’Université de Tours, où il étudie notamment l’impact des nouvelles technologies sur les professionnels de santé avec l’équipe Use Tech’Lab.

Bernard Buron est sociologue du travail. (Photo archives NR)

En tant que sociologue, quel est votre regard sur cette mise en place du télétravail ?

C’est un grand changement de nos habitudes. Le Code du travail indique que le salarié a une obligation de moyens et est présent dans l’entreprise. Même s’il ne fait rien (en faisant mine de travailler), l’employeur l’a sous les yeux et est rassuré. Ce n’est plus le cas en télétravail, il y a une perte de contrôle par le regard, et une incertitude pour la hiérarchie. D’ailleurs, cela peut remettre en cause l’existence de certains postes : si chacun sait ce qu’il a à faire et le fait en autonomie, à quoi sert le supérieur ?

Qu’est-ce que le télétravail peut changer pour le travailleur ?

Cela donne au travailleur l’apparente liberté de travailler comme il veut. Mais comme l’a dit le juriste Jean-Emmanuel Ray il y a déjà longtemps, “ si on peut travailler partout, c’est qu’on peut travailler tout le temps ”, et c’est le danger ! Il faut des repères temporels structurants, ce qui n’est pas simple : si je passe déjà toute la semaine chez moi, qu’est-ce qui fait la différence avec le weekend ? Les expériences individuelles sont variées, tout comme les réactions face à cette situation de télétravail et de pandémie.

Et pour l’entreprise, y a-t-il à y gagner ?

D’un point de vue comptable, bien sûr qu’on va économiser en mètres carrés utilisés et certaines entreprises ont déjà fait ce choix, qu’on retrouve aussi dans l’externalisation de certaines missions auprès de prestataires extérieurs. Mais on perd beaucoup ! Les interactions quotidiennes sont plus efficaces que des tickets et requêtes numériques. Si les gens ne se fréquentent plus, est-ce qu’on ne va pas perdre en compétence d’équipe, en expérience collective ? Cela pose finalement la question du modèle-même du travail que nous connaissions jusqu’alors.

On change donc de système ?

Depuis la révolution industrielle, le lieu de travail est séparé du domicile, sauf pour des métiers d’appoint, déqualifiés. L’entreprise, c’était donc rassembler au même endroit des moyens de travail, et du personnel. Il y a avait un lieu et un temps dédiés au travail, et tout cela était organisé par le droit. Avec le télétravail, ce modèle pourrait exploser…

M. M.

Horoscope WTF du 31 mars au 6 avril 2021

Chaque semaine, retrouvez votre dose d’astrologie 100 % authentique dans tmv. Bon courage à tous les signes !

Bélier

Amour

Arrêtez de faire n’importe
quoi dans votre vie sentimentale,
sinon on vous offre l’intégrale de
Christophe Maé.

Gloire

Vous êtes toujours la goutte
d’eau qui fait déborder le vase.

Beauté

Le front gras.

Taureau

Amour

Votre vie sentimentale est
aussi douloureuse qu’un caniche qui
ne pourrait plus s’asseoir à cause de
ses hémorroïdes.

Gloire

Les gens ne vous font plus
confiance depuis que vous avez le
charisme d’un navet.

Beauté

Le soleil vous donne bonne
mine ; vous ressemblerez à une écrevisse
séchée sur les bords de la Loire.

Gémeaux

Amour

Force est de constater que vos ex sont quand même
vachement mieux de dos.

Gloire

Vous boostez votre créativité
en ce moment. Super ? Non,
puisque de toute façon, on ne peut
rien faire en ce moment et on s’ennuie
comme des rats morts.

Beauté

Vous êtes beau/belle
comme une petite larve. (pour moi,
c’est un compliment, rassurez-vous)

Cancer

Amour

OEdipe a essayé de vous téléphoner.
Il aimerait bien que vous
lui rendiez son complexe.

Gloire

Jean Castex va décréter un
couvre-feu à 13 h 30 rien que pour
vous. Car il ne vous aime pas. (on
tient ça de source sûre)

Beauté

La constellation du Juan
Branco vous rappelle que votre ego
est beaucoup trop démesuré.

Lion

Amour

Hashtag ça commence à
craindre du boudin dans ce domaine-là…

Gloire

Tel Robert Redford, vous
murmurez à l’oreille des chevaux. Il
va donc falloir arrêter la drogue.

Beauté

Le matin, vous avez des
airs de Didier Raoult. Et ça…

Vierge

Amour

Sous la couette, vous
avez la grâce d’une chipolata. Il
faut vous ressaisir.

Gloire

Tel Jean Castex, vous
n’aimez visiblement travailler
que le jeudi, de 18 h à 19 h.

Beauté

Votre regard de mérou
intrigue bien plus qu’il ne
charme.

Balance

Amour

Vous êtes une biscotte.
Vraiment craquant(e), mais votre
cœur part en miettes.

Gloire

Les enfants aiment vous insulter.
Non pas que vous le méritiez,
mais c’est juste que les enfants, c’est
naze.

Beauté

Vous balader avec un slip
sur la tête ferait de vous une star.
Mais bon, vous n’allez pas suivre
notre conseil, voilààà comme d’habitude,
tout ça tout çaaa…

Scorpion

Amour

Une mini-série retraçant
toutes les péripéties amoureuses de
votre vie sera produite par Netflix.
Elle durera 2 épisodes.

Gloire

Achetez-vous une motocrotte
et partez en vadrouille.

Beauté

Euh, c’est légal votre style
vestimentaire, là ?

Sagittaire

Amour

Olala mais quel bazar, c’est
un vrai kamoulox votre vie amoureuse
!

Gloire

Plaquez tout pour devenir
moniteur/monitrice d’aqua-poney.

Beauté

Sagittaire, ça rime avec
« s’envoyer en l’air ». Mais aussi avec
« se vautrer par terre » et « puer la
pomme de terre ». Faites votre choix.

Capricorne

Amour

La constellation du Ed
Sheeran vous met des bâtons dans
les roux.

Gloire

Vous avez la réactivité d’un
caillou.

Beauté

Il y a deux choses parfaites
dans la vie : la pizza au salami et
vous. AAAANW !

Verseau

Amour

Pimentez votre vie sexuelle.
Faites-le sur l’étendoir à linge

Gloire

Vous êtes tendu(e) comme
un string. Relax, relaaaax…

Beauté

Aviez-vous remarqué que
lorsque vous vous baladez rue Nationale,
vous avec la même démarche
qu’un pigeon ? Rouuurouuuu

Poissons

Amour

En amour, vous êtes l’équivalent
de ce petit bout de saucisson
coincé dans la molaire du fond.

Gloire

L’orbite d’Uranus vous rappelle
que vous avez l’esprit bien mal
tourné…

Beauté

Force est de constater que
vous allez remettre la coupe mulet
au goût du jour.

Indre-et-Loire : paroles de télétravailleurs et télétravailleuses

[1/2] Un an après, entre déconfinement, reconfinements et couvre-feu, une bonne partie des Français vit encore sur un rythme boulot-dodo, où le métro (le vélo ou l’auto) ont disparu des radars. Et pour vous, ça se passe comment le télétravail ? Tmv a eu envie de vous poser la question…

VANESSA, CHARGÉE DE PROJETS DANS LES ASSURANCES

« Je travaille à Paris, je prenais donc le TGV de 6 h 30 ou 7 h 30 le matin et je rentrais chez moi à 21 h, sauf le vendredi qui était déjà une journée télétravaillée. Depuis mars 2020, c’est 100 % télétravail ! Tout s’est fait assez facilement car l’entreprise était équipée pour cette transition : le partage en réseau a été simple, on nous a fourni des ordinateurs portables et des écrans et on touche une allocation pour compenser nos frais d’électricité, de forfait web et les repas. »

LES +

On ne va pas se mentir : j’apprécie de me lever un peu plus tard et d’être chez moi dès 18 h ! Cela permet aussi un peu de flexibilité et, avec les collègues, on se prévoit des pauses café à distance ensemble. On a tout de même eu un rappel à l’ordre sur les horaires : certains envoyaient des mails à minuit et n’avaient plus de limites de temps de travail.

LES –

Cela dure depuis trop longtemps : au début il y a eu une vraie hausse de productivité pour tout le monde, mais la lassitude se fait sentir, la démotivation est là, le lien social me manque beaucoup. Ça manque de voir des gens et d’avoir une soupape entre le travail et la vie privée. Surtout que le temps que je ne passe plus dans le TGV, je ne peux pas l’occuper pour des activités de loisirs, puisqu’on ne peut plus rien faire.


(Photo illustration NR – Jérôme Dutac)

Alexandre, analyste programmeur

« Depuis mars 2020, je suis en 100 % télétravail, je crois que je suis retourné au bureau trois fois en un an ! Mais pour ceux qui ressentent le besoin de voir les collègues, d’être un peu sur place, on est autorisés à passer une journée par semaine dans les locaux de l’entreprise. La direction a proposé à tout le monde de prendre le nécessaire : chaise, clavier, souris, écran, pour améliorer nos conditions de travail. J’avoue que d’avoir une pièce consacrée au travail chez moi me permet de faire une vraie coupure : quand je ferme la porte, ma journée est terminée. »

LES +

Être à domicile permet un peu plus de flexibilité sur les horaires (qui étaient déjà assez flexibles en présentiel), de ne pas être interrompu toutes les dix minutes par des questions, ce qui me permet d’être plus efficace… et j’économise bien sûr en frais d’essence !

LES –

Ce petit moment dans la voiture, à écouter des podcasts pour décompresser et me changer les idées, ça me manque un peu quand même… Je crois que l’idéal ce serait d’alterner trois jours de télétravail et deux jours de présentiel, car ça fait du bien de voir du monde !


Frédérique, responsable commerciale dans le tourisme

« Je travaille en “ home office ” depuis 16 ans, c’est dans mon contrat de travail. J’ai longtemps travaillé avec un bureau dans la chambre ou dans le coin repas et aujourd’hui j’ai repris la chambre de ma fille, ce qui permet de marquer la coupure entre travail et vie privée. Le seul changement du confinement, pour moi, c’est l’absence de déplacements : j’étais en télétravail un jour par semaine, maintenant, c’est toute la semaine ! »

LES +

Pouvoir accompagner mes enfants à l’école quand ils étaient petits, faire les devoirs avec eux et finir ma journée de travail ensuite, c’est une flexibilité que j’apprécie, tout comme le fait de gagner le temps de transport. Et puis côté boulot, le fait de ne pas être interrompue fait que je suis plus efficace.

LES –

Mine de rien, cela occupe une pièce de la maison ! Et les compensations ne sont pas toutes au rendez-vous côté frais de chauffage ou d’électricité. Avec le temps, je sais qu’il faut être rigoureux dans les horaires, commencer tous les jours à la même heure, pour ne pas laisser le pro déborder sur le perso. Sans oublier une vraie pause dans la journée, pour prendre l’air, marcher, faire du vélo, c’est essentiel !

Propos recueillis par Maud Martinez
Photo ouverture : NR – Thierry Roulliaud

Plongée dans l’atelier de la chocolaterie du Pecq

#VisMaVille Sébastien Harault, chocolatier-couverturier, est responsable du site de la chocolaterie du Pecq qui fournit la célèbre boutique tourangelle La Chocolatière. Rencontre avec un passionné de la petite fève.

À quelques semaines de Pâques, l’atelier de la chocolaterie du Pecq est en ébullition. Les machines tournent à plein régime et les petites mains s’activent : broyage, conchage des fèves, fabrication de praliné, de nougatine, moulages, garnitures et montages des chocolats…

Au total, une cinquantaine de personnes travaillent alors à la fabrique de chocolat, située dans la zone industrielle de Chambray-Lès-Tours. Pâques représentant le pic d’activité, la période la plus concentrée pour les chocolatiers (20 % du chiffre d’affaires).

Pour l’occasion, Sébastien Harault, responsable du site de production et avant tout chocolatier, nous présente la dernière création : une poule de luxe, garnie comme le fameux pavé de Tours au praliné, amandes, noisettes, feuilleté croustillant. Cette poule, dessinée par Lisa, a été conçue en groupe.

Car ici, l’esprit d’équipe et de famille règne. L’épouse de Sébastien gère les boutiques tourangelles de la Chocolatière. Nombre de couples se sont constitués et le temps mélange les générations et favorise la transmission. Sébastien Harault, entré à 18 ans, aujourd’hui 39, a été formé au sein de l’entreprise par M. Polisset, une institution, puis par un MOF (Meilleur Ouvrier de France) qui lui a enseigné l’art de la couverture en chocolat.

Baignant dans le monde de la gastronomie et de l’artisanat depuis son enfance (ses parents étaient bouchers-charcutiers, son oncle et tante boulangers- pâtissiers), lorsqu’il parle de chocolat, Sébastien Harault est infatigable, comme le marathonien qu’il est. « C’est comme pour le vin ou le café, notre travail est de faire ressortir les meilleurs arômes. Les fèves de Madagascar ont des arômes de fruits rouges, celles du Pérou et d’Equateur des notes très florales. Le chocolat est magique, dans toutes ses étapes. Faire fermenter les fèves est pour moi la plus belle et importante des étapes, elle développe l’acidité et permet d’aller chercher le meilleur du cacao. »

La Chocolaterie du Pecq travaille en direct avec des coopératives bio et équitables, principalement d’Amérique latine. Sébastien s’émeut à chaque fois des rencontres sur place avec les producteurs, dans les plantations, comme au Pérou dont il garde une photo accrochée dans son bureau. Avec Haïti, le partenariat va plus loin : l’entreprise a apporté une aide financière à la coopérative au moment des ouragans.

Sébastien ne cache pas que le cacao haïtien a sa préférence, « avec des notes de réglisse et de lavande ». Gourmand, il ne manque pas l’occasion de plonger ses mains dans les sacs de fèves tout juste arrivés.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 24 au 30 mars 2021

Cette semaine, les Poissons n’ont pas franchement les bonnes grâces de l’astrologue de tmv. Par chance, les autres non plus.

Bélier

Amour

Au jeu de l’amour, vous reculez
de 3 cases. Pas d’bol mes p’tits gnous.

Gloire

Comme le dit le proverbe
camerounais, « la chèvre qui lèche la
rosée finira par arriver au ruisseau ».
On n’a pas trop compris, mais comme
on est un peu stupide, vous savez…

Beauté

C’est pas la taille qui compte,
on a dit.

Taureau

Amour

Cette semaine, on a décidé d’aimer fort les Taureaux et de
vous envoyer un câlin virtuel. (Raaah,
tant de gentillesse, ça me débecte)

Gloire

Beh alors les Picsou, on est
un peu radin(e)… ?

Beauté

Au réveil, vous avez des airs
de lamantin. C’est un peu mignon.

Gémeaux

Amour

Eh bé alors ? On a les hormones
qui travaillent ? Krrrkrrr

Gloire

Tel le gouvernement, vous
n’assumez rien de ce que vous faites.

Beauté

Vous ne cassez pas trois
pattes à un canard. D’un côté, tant
mieux, j’ai jamais vu de canard à trois
pattes, perso.

Cancer

Amour

Votre allure de doryphore ne
vous aidera pas à trouver l’être aimé.

Gloire

Arrêtez de pousser mémé
dans les orties, elle commence à avoir
mal la pauvre.

Beauté

Votre braguette est ouverte
(si vous avez regardé, n’oubliez pas
qu’on se moque de vous de là où on
est mouaaahaa).

Lion

Amour

Vous en pincez pour elle. Ou
pour lui. Ou eux. Faites ce que vous
voulez, bande de coquinous.

Gloire

Tut tut les rageuuux ! C’est
le moment de se rendre compte que
les Lions sont le meilleur signe du
monde. (bon, après les Balances, faut
pas déconner)

Beauté

Waouw, vous avez bon teint !
On dirait Gérard Larcher.

Vierge

Amour

Vous allez faire des galipettes
en marcel. Genre… Euh. Samedi.

Gloire

Vos projets de conquérir le
monde ont été retardés par la pandémie.
Mais pas de souci, vous y arriverez
prochainement.

Beauté

Ouais, ouais, on sait : la beauté
intérieure, tout ça tout çaaaaaa…

Balance

Amour

Force est de constater que
vous finirez seul(e) avec un chat unijambiste.

Gloire

Vous serez convoqué(e) par
votre patron et recevrez une chouette
augmentation…

Beauté

… Ahahahaha on décooooonne,
on est en France !

Scorpion

Amour

Vous draguez bien, mais
concluez peu.

Gloire

Courage, n’oubliez jamais
que tout est possible dans la vie. La
preuve, Roselyne Bachelot est ministre
de la Culture.

Beauté

Votre carrure de coton-tige
incite à la prudence.

Sagittaire

Amour

Le boomerang va vous revenir
en pleine tronche… (le boomerang,
c’est votre ex, hein)

Gloire

Vous vous ferez renverser par
la voiture de Cyril Hanouna. C’est con.

Beauté

La constellation de l’étoile
polaire vous verrait bien avec des
sous-vêtements en cuir.

Capricorne

Amour

Désolé, mais vous allez partir
un jour sans retour, effacer notre
amour, sans se retourner, ne pas regretter,
garder les instants qu’on a volés.

Gloire

Il doit exister un mot scandinave
pour traduire votre propension à
toujours vous mettre dans des situations
pourries.

Beauté

C’est poilu mais tout doux.

Verseau

Amour

L’être parfait existe. Et c’est…
vous !

Gloire

(Avouez, on est louche et
vous flippez de prendre cher dans le
prochain horoscope. Eh bien, vous
avez raison)

Beauté

La constellation du Jean
Castex vous conseille de vous faire
vacciner. Ou p’tet pas. Ou si. Ou pas.
Oh pis crotte.

Poissons

Amour

Eh oui, il faut bien
l’avouer : ceci s’appelle un naufrage.

Gloire

Pourriez-vous s’il vous
plaît arrêter de parler si près du
visage des gens ? Merci, bien à
vous, cordialement.

Beauté

L’oignon fait la force.
Surtout dans votre bouche.

Nos 5 petits plaisirs de printemps (avec un peu de verdure !)

[1/2] Les beaux jours pointent le bout de leur nez et, même si l’ogre Covid continue à nous pourrir la vie, il n’est pas question de renoncer à profiter de l’arrivée du printemps. La rédaction de tmv vous a préparé une
sélection de 10 petites idées, 10 petits bonheurs tout simples et doux. Voici la première partie de notre dossier !

1. Se promener dans les jardins de Villandry

Autre havre de paix en Touraine, les jardins de Villandry rouvrent au public en ce printemps, le 1er avril précisément et ça, c’est une chouette nouvelle. Quel plaisir de se promener, en famille, entre copains ou seul, au sein du jardin d’ornement, du jardin du soleil, du jardin d’eau, du potager, de l’orangerie et le labyrinthe.

Les jardins du chef, Laurent Portuguez et de son équipe, sont remarquables, conçus au cordeau et dans le respect de la nature. Petite info, il publie d’ailleurs ses conseils avisés pour jardiner au fil des saisons, sur le site internet du château de Villandry. Une mine d’infos utiles !

> Rendez-vous à partir du 1er avril pour la réouverture des jardins, tous les jours de 10 h à 17 h 30. Le château, quant à lui, reste fermé à la visite. Entrée pour les jardins : 7,50 € ; moins de 18 ans : 5 €. Gratuit pour les moins de 8 ans.

2. Jardiner au potager

Activité phare de ce début de printemps, le jardinage. Tandis que les semis de tomates et de courges poussent patiemment à l’abri, les jardiniers préparent le terrain. Aération des sols, mise en place d’une couverture de compost, ajout de terreau, paillage, installation d’un nichoir à insectes… C’est aussi la bonne période pour planter fleurs (capucines, soucis, coquelicots…) et vivaces (anémones, dahlias,…), diviser les fleurs et arbustes en place ainsi que tailler les rosiers.

Vous pouvez également semer dès à présent des radis, des oignons, de l’ail, des petits pois, des haricots verts, des poireaux ou encore des carottes pour les déguster dès le mois de mai. Bref, le jardin est l’endroit parfait pour se ressourcer avec la douceur du printemps, sans les fortes chaleurs, tout en faisant un peu d’exercice. What else ?

(Photo archives NR)

3. Planter des légumes et des fruitiers en ville

Si vous n’avez pas la chance d’avoir un bout de jardin, il existe d’autres solutions. Le collectif les Jardinières masquées, né pendant le confinement à Tours, propose régulièrement de semer légumes et fruitiers en ville, principalement au jardin de Strasbourg, sur l’île Balzac et au parc de la Gloriette. La philosophie est simple : planter dans les espaces délaissés de la ville pour proposer de la nourriture gratuite et saine. Ce collectif réunit des bénévoles engagés autour de valeurs écologiques mais aussi les habitants des quartiers concernés et souhaite s’ouvrir au plus grand nombre. Rejoignez-les !

Autre bonne idée, pour les étudiants, au campus Grandmont, un jardin participatif vient d’être relancé. Une initiative du jardin de l’Association pour la protection de la nature et de l’environnement (APNE). Aromatiques et arbres fruitiers sont pour l’instant en place. L’université fournit les graines, les outils et la rémunération de l’animatrice des ateliers.

> Contacts : jardinieres.masquees@protonmail.com et asso.apne@gmail.com

4. Fêter les plantes à la Bourdaisière

Lueur en vue, tout n’est pas annulé ! Le château de la Bourdaisière, niché à Montlouissur- Loire, maintient sa traditionnelle fête des plantes et du printemps. Les festivités se déroulent du 3 au 5 avril, en journée et ce jusqu’au couvre-feu, à 19 h, donc. De nombreux exposants vous proposeront des plants et autres graines afin de préparer votre jardin. Les stars du week-end seront évidemment les plants de tomates issus du Conservatoire national de la tomate de la Bourdaisière. Rouge, rose, bleue, verte noire, vous aurez l’embarras du choix.

Plus insolite : vous pourrez ramener la poule de vos rêves parmi la collection de volailles présentes. Puisque ce sera Pâques, les enfants ne seront pas oubliés, une grande chasse aux oeufs dans la forêt aura lieu les matins. Pour les grands, il y aura même une buvette, paraît-il…

> Places limitées. Renseignements au 02 47 45 16 31. Entrée : 7,50 € (Tarif réduit 5,50 €)

5. Faire son marché

Chaque ville, chaque village, propose un trésor simple et accessible : le marché ! Saviez- vous que le plus important de la région se situe à Amboise, avec près de 200 commerçants présents le dimanche ? Au printemps, les étals fleurissent de couleurs, de saveurs et de légumes primeurs : pomme de terre nouvelle, ail et oignons nouveaux, roquette, asperge, artichaut, radis, petit pois… Les produits de saison sont tout simplement frais, croquants et délicieux !

D’ailleurs, ça nous donne envie de nous préparer une salade de roquette- mozzarella avec un filet d’huile d’olive suivi d’un risotto aux asperges vertes. Bon appétit !

Textes : Maud Martinez

Immobilier : pour une visite Covid-compatible

Après les trois mois de fermeture complète au printemps 2020 et un confinement allégé en octobre-novembre, les agents immobiliers sont au taquet pour vous proposer des visites adaptées. Mais vous aussi allez devoir changer quelques habitudes. Suivez le guide !

Avant la visite : je suis dans les starting-blocks

Vous avez flâné tout l’été sur les sites immobiliers, et quand la bise (et le couvre-feu) furent venus, vous vous êtes trouvés fort dépourvus : pas beaucoup de biens qui correspondent à vos critères, et peu de bonnes affaires. Vous avez trouvé une maison/un appartement qui pourrait convenir, mais attention : vous ne serez pas les seuls sur le coup ! « Nous avons vu une annonce paraître un samedi, nous avons appelé tout de suite pour visiter le lundi suivant. Nous avons fait une offre un peu au-dessus du prix dès la première visite, mais nous n’étions pas les seuls et le vendeur a préféré un dossier plus solide côté financement », racontent Mickaël et son conjoint.

⇒Notre conseil : Je bétonne mon dossier auprès de mon banquier, pour savoir exactement quel budget j’ai à disposition. J’ai l’accord de prêt et tous mes papiers avec moi pour faire une offre dès la première visite s’il le faut. J’ai mon stylo personnel pour tout signer sans attraper le covid, et mon justaucorps à portée de main s’il faut catcher dans la boue pour départager les acquéreurs potentiels. Oui, je suis prêt à tout.

Pendant la visite : du virtuel au réel

Vous avez fait une visite virtuelle, en navigant sur le site web de votre agence immobilière, ou en direct avec un agent qui se balade pour vous avec son téléphone dans le logement de vos rêves. Vous concrétisez en passant à la visite réelle, en chair et en os… mais pas n’importe comment : « On est équipés en sur-chaussures et en masques, pour nous et nos clients, on a des bombes désinfectantes multi-surfaces, nous aérons le logement avant et après la visite, nous désinfectons les clés, le client est invité à ne rien toucher, même pas les poignées de porte », explique Benjamin Chauveau au sujet du protocole Century 21.

⇒Notre conseil : Profitez de ce moment pour vivre vos rêves de grandeur. Avancez tel un prince ou une princesse de pièce en pièce alors qu’on ouvre les portes et placards à votre demande. Tout ceci sans oublier de faire abstraction du masque et des sur-chaussures, pour vous concentrer sur une question : vous sentez-vous à la maison ?

Après la visite : dématérialisation à fond

Vous en êtes sûrs, chéri(e) est d’accord, même le chien à qui vous avez montré des photos est séduit : c’est là que vous voulez vivre. Ni une ni deux, vous dégainez vos papiers (car vous avez suivi notre premier conseil) et vous faites une offre… dématérialisée.

« La dématérialisation des documents administratifs avaient déjà commencé, et elle s’est accélérée avec la covid. Signature de baux locatifs, de mandats, d’offres ou de compromis de vente se font à distance, ce qui nous fait gagner du temps puisqu’on n’a plus la difficulté de trouver un créneau qui correspond aux 3 ou 4 personnes concernées, et on évite bien sûr les risques de contamination covid-19 en étant tous rassemblés dans un bureau », raconte Bertrand Fontaine de Nestenn Saint-Avertin.

⇒Notre conseil : C’est à distance mais ça reste du sérieux, donc ne prenez rien à la légère et lisez tous les documents (y compris les toutes petites lignes) avant de les signer. Et travaillez votre signature électronique, on ne veut pas du hiéroglyphe que vous faites au livreur de vos achats internet. Signer pour acheter, ça mérite mieux qu’un gribouillis.

Dans le quotidien d’Hélène Aubert, réflexologue

#VisMaVille Hélène Aubert évoluait dans l’industrie pharmaceutique. En devenant réflexologue, elle a basculé dans la médecine douce. Une reconversion qu’elle ne regrette pas.

La fenêtre du cabinet d’Hélène Aubert, situé dans une belle bâtisse jocondienne, à deux pas du manoir de Chérisy, s’ouvre sur des arbres majestueux et les chants des oiseaux. Un cadre reposant en miroir à la pratique apaisante de la réflexologie.

Hélène Aubert est réflexologue plantaire, pratique qui s’applique également aux mains, aux oreilles et au crâne. Depuis 7 ans qu’elle exerce dans son « havre de paix », cette rousse douce et pétillante dit avoir trouvé un sens à sa vie : apporter un mieux-être aux autres. Une reconversion qu’elle ne regrette pas.

Auparavant chef de projet en recherche et développement dans l’industrie pharmaceutique en région parisienne, elle avait besoin de se sentir plus utile. Elle déménage en Touraine et s’occupe alors de ses enfants en bas âge, se demandant comment les soigner « sans leur donner des médicaments à outrance. »

Scientifique de formation, docteur en immunologie

Cette scientifique de formation, docteur en immunologie, se tourne alors vers la réflexologie, adoptant les pratiques de la médecine énergétique chinoise. « La médecine douce aborde la personne dans son ensemble et fait le lien entre les émotions et le corps. Je ne sépare jamais les deux. Durant la séance, je prends le temps d’écouter la personne et de soigner ses douleurs physiques et émotionnelles par le toucher. On transmet énormément d’informations au corps par le toucher. On ressent les tensions, les blocages énergétiques et les relâchements. »

Concrètement, il s’agit d’apporter des points de pression au niveau des différentes zones du pied. Et cela ne s’improvise pas. Hélène Aubert précise : « Ce n’est pas du massage ! Il m’a fallu beaucoup de pratique pour ressentir et transmettre. On stimule des zones en lien avec les problématiques de la personne. On va à la cause des symptômes pour aller la réguler. »

Problèmes de sommeil ou de stress

Généralement, il suffit de trois à quatre séances pour régler des problèmes de sommeil, de digestion, de stress, de douleur…. « quand ils ne sont pas profonds et ancrés depuis trop longtemps », précise la professionnelle. Le cabinet d’Hélène Aubert ne désemplit pas, entre les séances à son cabinet, au domicile des patients et aux hôpitaux Bretonneau et Trousseau, elle se sent désormais « utile ».

Sa mission d’apporter un mieux-être physique et émotionnel semble plus que jamais d’actualité au moment où l’isolement et les incertitudes provoquent stress, dépressions mais aussi burn out. « Il est vrai que la demande augmente progressivement depuis que j’exerce et qu’aujourd’hui les apports de la réflexologie prennent tout leur sens : améliorer la qualité du sommeil, apaiser et donner un regain de vitalité, prendre du recul et rendre les choses plus légères, notamment pour les personnes âgées. »

A.D.

[3/3] Spécial immobilier : et en métropole ? (parce qu’il n’y a pas que Tours dans la vie !)

[Partie 3] Bohème ? Solo ou famille ? Gros budget ou petit porte-monnaie ? Voici notre tour du propriétaire TMV, pour la métropole, de Saint-Avertin à Saint-Cyr en passant par Joué-lès-Tours.

JOUÉ-LÈS-TOURS
AUX JOCONDIENS

Même si vous n’êtes pas originaire de Joué-lès-Tours, vous y serez bien accueillis, n’ayez pas peur. Mais côté achats/ventes immobilières, la clientèle se compose pour une bonne part de Jocondiens qui passent de la location à l’achat. Pour Karim Behinda (Century 21), « le choix du quartier n’est plus essentiel. Il y a tellement peu de biens que les critères ont changé : peu importe qu’on soit à La Marbellière, Vallée Violette ou dans d’autres secteurs, ou que le logement soit exposé Nord, s’il y a des maisons à visiter les gens se déplacent ! ».

Il n’est pas rare que des acheteurs qui visaient Chambray-lès-Tours ou Saint-Avertin n’hésitent plus à élargir la recherche à Joué. Cette clientèle qui vise de belles maisons n’est pas la même que les primo-accédants, qui trouvent eux aussi leur bonheur : avec moins de 100 000 € on peut trouver un T3 ! Voilà, on y est : les gens vont enfin comprendre qu’à deux pas de Tours, avec le Temps Machine, les restos, les cafés de quartier, le lac des Bretonnières ou le Parc de la Rabière, la patinoire ou la piscine, Joué-lès-Tours est une ville sympa qui bouge !

LA RICHE
N’EST PLUS À DES ANNÉES-LUMIÈRES

« Les gens se rendent compte qu’habiter dans le quartier de la mairie de La Riche, ce n’est pas si loin de Tours », explique Stéphane Martres (Fuchsia Immobilier). Grâce à des prix compétitifs, la ville attire un grand nombre de jeunes acquéreurs qui font là leur premier achat. Pour les maisons, plus on s’éloigne de Tours et du centre-ville de La Riche, direction Saint-Genouph, plus les prix baissent. La faute au manque de lignes de bus et de commerces de ce côté du périph’.

Quant aux appartements, pas de difficulté liée au quartier : « c’est le prix qui fait le marché ». Des prix qui peuvent varier : sur les immeubles récents situés derrière la mairie, on est aux alentours de 2 800-3000 € du m2 (FAI) pour une soixantaine de mètres carrés, alors que les immeubles plus anciens du centre-ville pourront tomber à 2 100-2 200 €. Un T3 de 60 m2 derrière la mairie vous coûtera 185 000 €, alors qu’un 45 m2 des années 1960 à La Parmentière/Botanique a été récemment vendu 110 000 €. Les deux secteurs à surveiller : le long de la nouvelle ligne de tramway, et la future ZAC Plessis-Botanique et ses immeubles tout neufs !

SAINT-AVERTIN OU SAINT-CYR-SUR-LOIRE
POUR LES TOP BUDGETS

Évitons tout malentendu : « top budget » au sens « gros budget », hein. Ces communes réputées chères depuis longtemps le sont toujours. « Les cadres CSP+ constituent la majeure partie de notre clientèle. Ils s’intéressent aux Prébendes et aux Halles à Tours, ou à Saint-Cyr et Saint-Avertin quand ils souhaitent un peu plus de verdure » selon Bertrand Fontaine (agence Nestenn).

Le centre-bourg, l’Ormeau, Robert Schumann, les Onze Arpents sont toujours demandés à Saint-Avertin, car proches de Tours en voiture ou en bus. Selon notre interlocuteur, si vous n’avez « que » 200 000 €, il faudra vous contenter d’une mini-maison avec maxi travaux, ou aller voir un peu plus loin, du côté de Larçay, Véretz ou Azay-sur-Cher. Et si vous êtes investisseur, il va falloir vous dépêcher pour profiter du programme neuf éligible à la loi Pinel, qui se construit rue de Grandmont, avec des appartements à partir de 164 000 € pour le T1bis, jusqu’à 447 000 € pour les T4 de 100 m2. Avis aux amateurs.

Maud Martinez

[1/3] Spécial immobilier : le debrief quartier par quartier à Tours Centre

[Partie 1] Bohème ? Solo ou famille ? Gros budget ou petit porte-monnaie ? Voici notre tour du propriétaire TMV, quartier par quartier à Tours Centre.

PRÉBENDES, HALLES, CATHÉDRALE
TOUJOURS LES PLUS CHERS

Depuis qu’on est bébé (ou presque), on entend dire que les Prébendes et son joli parc, les Halles et son grand marché ou la Cathédrale et ses rues pavées sont les quartiers les plus chers de Tours. Au Monopoly, difficile d’y acheter un hôtel… Pareil dans la vraie vie ! Parmi les ventes récentes de l’agence Artiga Immobilier, on compte ainsi un T2 de 33 m2 sur Vieux-Tours/Les Halles pour 130 000 € net vendeur, soit environ 3 900 € du m2. Bon, bien sûr, les petites surfaces ont souvent un prix du m2 plus élevé que les grandes, mais quoiqu’on en dise, ça fait une belle somme.

Aux Prébendes, la même agence a vendu un appartement de 81 m2 pour 256 000 € FAI. Pour ce quartier, rien ne change : « Cela restera toujours un quartier attractif car c’est très résidentiel, très vert grâce au jardin, on peut s’y balader tranquillement en famille » pour Benjamin Chauveau de Century 21, qui précise que dans l’hypercentre (de Michelet à la Loire), « on a dépassé 3 500 € du m2, on atteint parfois 4 000 € ». Si vous avez 500 000 à 600 000 € au moins, vous pourrez espérer une maison de ville dans l’hypercentre. Sinon, passez votre chemin, car l’hypercentre, c’est hyper cher.

STRASBOURG OU FEBVOTTE
À NE PAS NÉGLIGER

Y’a pas que Velpeau dans la vie ! Êtes-vous déjà allés vous balader un dimanche matin sur le marché de la place Rabelais ? Avez-vous joué avec vos enfants sur les pelouses de la place de Strasbourg ? Avouez : c’est pas mal non plus ! Et on ne va pas se mentir, l’autre avantage c’est que les prix y sont plus accessibles que dans l’hypercentre de Tours.

« Dès qu’on dépasse la place de la Liberté, les prix commencent à baisser, précise Benjamin Chauveau, dont l’agence est place Michelet. À Febvotte ou Maryse Bastié on peut ainsi espérer un T2 dans une fourchette 120 à 130 000 €. » Le même appartement peut valoir 170 à 180 000 € dans l’hypercentre, donc à ce prix-là, on prend le vélo ou le bus pour se déplacer et on investit dans l’immobilier.

À VELPEAU
IL FAIT TOUJOURS BEAU

« C’est un petit village », « j’adore l’ambiance », « on connaît tout le monde ». Si vous avez entendu ces phrases, c’est que vous aussi, vous avez des amis qui habitent le quartier Velpeau. Il faut dire que l’endroit a tout pour plaire : un beau marché le dimanche et le jeudi matin, des commerces qui pullulent sur la place Velpeau et alentours, et on est à deux pas de la gare SNCF. Idéal pour les fameux Parisiens qui choisissent l’option télétravail + TGV !

Résultat des courses, les prix de l’immobilier dans le quartier ont flambé ces dernières années, et ça continue. Et comme partout ailleurs, les biens sont de plus en plus rares. En mai-juin 2020, on y a vendu une maison T4 de 85 m2 à 275 000 €, ou un T2 de 45 m2 à 120 000 €, et depuis les prix ont encore monté. Notre recommandation : ne pas hésiter à traverser l’autoroute pour atterrir dans le Vieux Saint-Pierre-des-Corps, avec ses maisonnettes et sa gare TGV à proximité. Mais faites-le sans tarder car les prix là aussi commencent à grimper !

BEAUJARDIN
C’EST POURTANT BIEN !

Bizarrement, Beaujardin est un peu boudé des acheteurs. Pourtant il y a un beau marché bio le samedi matin, une place où les enfants jouent après l’école. Tiens, l’école Raspail justement, est à deux pas. Est-ce la proximité des barres d’immeubles du quartier Rochepinard ou du Sanitas ? Ou les 25 minutes à pied pour rejoindre la gare de Tours ? Toujours est-il que le quartier n’a pas encore vu ses prix trop augmenter : on y trouve donc encore des petites maisons ou appartements à prix sympas.

Dans les ventes de mai-juin 2020, on trouve ainsi un appartement T3 de 46 m2 pour 135 000 €, une maison T5 de 104 m2 sur 218 m2 de terrain pour 182 000 €, ou une maison T4 de 95 m2 sur 145 m2 de terrain pour 225 000 €… Ça fait rêver !

SANITAS, RIVES DU CHER…
LES MAL-AIMÉS

(Photo : Hugues Le Guellec)

Dites à un Tourangeau « j’achète à côté du Sanitas », observez son visage. Passé ce moment de franche rigolade en le voyant se décomposer, analysons la situation : « Tout ce qui est en périphérie du Sanitas est compliqué à vendre à des Tourangeaux, car le quartier a une mauvaise réputation depuis des décennies. Mais les gens qui viennent d’autres villes achètent, car ils ont moins d’a priori et saisissent l’opportunité de prix plus attractifs, à deux pas du centre-ville grâce aux bus et tramway » pour Benjamin Chauveau.

Même discours pour les Rives du Cher, où les tours proches de la place de Verdun restent pourtant attractives : un appartement de 81 m2 y a récemment été vendu pour 142 000 €. Une bouchée de pain comparé au centre-ville, alors que bus et tramway permettent de s’y rendre en dix minutes, tandis qu’on profite du lac de la Bergeonnerie et de la piscine du Lac à proximité.

Maud Martinez

Un petit tour par le « coffee bike » La Bicyclerie

#VisMaVille José et Amélie Galindo tiennent en tandem la Bicyclerie, place de la Victoire à Tours, lieu bien connu des amoureux du vélo et des bons cafés.

« Ce n’est ni un magasin de vélo, ni un café, mais plutôt la combinaison des deux », annonce José Galindo, le propriétaire des lieux. Et il y tient à ne pas réduire sa boutique à la vente de vélos ni à leur réparation. Tout comme sa femme, Amélie, avec qui il a monté ce projet voilà trois ans.

Car pour cet ancien chargé de communication et cette éducatrice spécialisée, l’état d’esprit du lieu compte tout autant. Voire plus. Ils ont voulu en faire une boutique chaleureuse, où les gens du quartier et les voyageurs de passage papotent autour de jus de fruits ou de bières bio.

« Ce n’est pas qu’une expérience artisanale et commerciale, elle est aussi humaine. Nous sommes à côté de la Loire à vélo. Ainsi, nous faisons de belles rencontres avec des voyageurs du monde entier. C’est fou de voir tous ces jeunes faire de longues distances à vélo, ces femmes seules ou même un monsieur qui est parti depuis cinq ans ! »

Ce concept de vélo-café, importé d’Orléans, les a séduits et fait ses preuves. « Il arrive que des habitués viennent juste prendre un café », sourit Amélie, qui s’occupe à mi-temps du bar et de la restauration du jeudi au samedi, lorsqu’elle ne travaille pas aux côtés des jeunes. Les produits locaux et bio ont la part belle, ils font travailler le Cafecito d’à côté, une copine traiteur pour les tartines et un producteur de Vouvray, juste à côté de chez eux, à Chançay.

Seule entorse aux circuits courts, une bière espagnole, qui rappelle les origines de José. Ils ont obtenu la licence bar et restauration juste avant le confinement, seules les boissons à emporter fonctionnent pour le moment mais, dès que possible, la restauration du midi reprendra.

Le BMX et ses bosses c’est le loisir de José. « J’ai toujours fait du vélo et plus spécialement du BMX, parfois en compétition. » S’il en vend parfois à la boutique, ainsi que quelques vélos électriques, ce sont plutôt les vélos de ville et les « gravel », des vélos de route qui roulent bien sur les chemins, qui ont la cote. « Nous vendons principalement du neuf, mais aussi un peu d’occasion. Et de ce côté-là, les carnets de commande sont pleins. Ça nous frustre, car nous nous sommes aussi installés sur cette place pour que les gens puissent essayer les vélos avant d’acheter ! »

La situation est similaire chez leurs collègues, dopés aussi par la prime de la Ville de Tours à l’achat. Quant à l’atelier réparation, le scénario se répète : la prime de 50 euros de l’Etat fait que les vélos en réparation s’accumulent. « Nous en avons une vingtaine en ce moment. » José a fort à faire, épaulé cette semaine par son jeune stagiaire. Heureusement il y a des pauses cafés !

Textes et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 3 au 16 février 2021

Attendant un éventuel 234908eme confinement, l’astrologue de tmv revenu du futur vous propose une petite dose d’astrologie 100 % véritable. Bonne chance !

Bélier

Amour

Qu’on se rassure, dans 10 ans, il y aura prescription pour votre vie amoureuse passée.

Gloire

Astuce pour tous les Béliers : appuyez simultanément sur votre nez durant le vaccin, pour faire une capture d’écran.

Beauté

La gastro, c’est tabou, on en viendra tous à bout. Courage.

Taureau

Amour

Votre ex est comme l’herpès. Il/elle finit toujours par revenir.

Gloire

Il y a toujours pire dans la vie. Vous auriez pu être fan de Christophe Maé par exemple.

Beauté

Vous souffrez de pogonophobie. (héhé Google est votre ami)

Gémeaux

Amour

On appelle ça le néant.

Gloire

Le 23 juin 2032, lors du 87e confinement, vous aurez enfin la pêche. Promis.

Beauté

Le secret honteux de votre attrait pour les sous-vêtements laids éclatera bientôt au grand jour.

Cancer

Amour

On vous aime. Qui ? Aucune idée, mais il doit bien y avoir quelqu’un dans le monde.

Gloire

Riez de votre infortune. (vous n’avez que ça à faire, de toute façon)

Beauté

De petit spermatozoïde si berk, vous êtes devenu(e) la plus belle personne du monde. C’est t’y pas mignon ?

Lion

Amour

La métaphore de votre vie sentimentale se résume à cette phrase de Ribéry : « Au niveau des sensations, j’ai rien ressenti. »

Gloire

Arrêtez d’être aussi hargneux qu’un teckel.

Beauté

Vous avez la fesse qui pique, King Kong.

Vierge

Amour

Le saviez-vous ? Le cafard peut changer 25 fois de direction par seconde. Exactement comme vous dans vos choix amoureux.

Gloire

Tel le film Les Visiteurs 4, vous êtes un navet.

Beauté

L’aérophagie quand on porte le masque, ce cruel dilemme…

Balance

Amour

Dans les moments intimes, vous faites le même bruit qu’une chèvre asthmatique.

Gloire

Si vous faites deux tours sur vous-même en criant « tmv », avec votre index posé sur le nez et en slip, vous recevrez 234 millions d’euros par Western Union. C’est un mail qui nous le dit et c’est sûrement vrai.

Beauté

Vous ressemblez à un petit kiwi des îles. Tout mignon, tout poilu, tout doux.

Scorpion

Amour

La constellation du Macron prédit un couvre-feu de 15 h à 9 h du mat’ pour calmer les ardeurs des Scorpions.

Gloire

L’Union des barmen de la place Plum’ à Tours a appelé. Vous leur manquez.

Beauté

Scorpion, ça rime avec double menton et ça fait peur quand on vous regarde d’en-dessous.

Sagittaire

Amour

Comme l’a dit un jour Platon : « Si tu veux bien t’envoyer en l’air, pense direct aux Sagittaires. »

Gloire

Si vous étiez quelqu’un de sympa, vous enverriez un petit chèque à l’astrologue de tmv, mais bon, je veux pas vous mettre la pression, évidemment.

Beauté

Les Sagittaires sont les plus canons. (je tente vraiment le tout pour le tout)

Capricorne

Amour

Le ridicule ne tue pas. Votre ex serait mort(e) depuis bien longtemps sinon.

Gloire

Vous êtes tel le saumon, à remonter à contre-courant cette difficile rivière qu’est la vie.

Beauté

Les gens ont le souffle coupé quand ils vous voient. Le Covid ? Non, votre beauté folle. MOOOH c’est choupi.

Verseau

Amour

« On n’a rien sans rien, alors bougez-vous les fesses » (Jean Castex le loveur)

Gloire

Évitez les personnes négatives. Évitez les personnes tout court, en fait.

Beauté

Arrêtez de tout le temps tirer la tronche. On dirait un mérou.

Poissons

Amour

L’amour, c’est comme un ananas sur une pizza. Ça sert à rien et c’est dégueulasse.

Gloire

Autour de vous, les masques tombent. Vous découvrirez donc que les gens sont laids.

Beauté

Mouais… Vraiment pas top en ce moment, n’est-ce pas ?

Année de césure : quand le break est un plus

Si elle est fréquente dans les pays anglo-saxons, l’année de césure ou de break laisse encore perplexe certaines personnes en France. Pourtant, c’est l’occasion de vivre des expériences uniques et d’acquérir des compétences.

(Photo illustration Adobe Stock)

À la manière des couvertures du célèbre « Guide du Routard », Alexis a attrapé son sac-à-dos il y a quatre ans, pour partir au bout du monde. « Je rêvais depuis longtemps de faire un grand voyage, et je me suis dit que c’était le bon moment : j’étais bien lancé dans mes études de médecine, mais il y a un gros concours à passer en 6e année. En partant entre la 4e et la 5e année de cursus, je m’assurais d’avoir encore deux ans pour préparer cette échéance à mon retour. »

Alexis relève alors le défi de partir de France pour rejoindre la Nouvelle- Zélande, en auto-stop (avec quelques trains, bus et avions tout de même sur sa route). Turquie, Iran, Émirats arabes unis, Inde, Birmanie, Thaïlande, Malaisie… Durant un an, le jeune homme a parcouru des milliers de kilomètres pour atteindre son objectif.

Et la médecine dans tout cela ? « Je n’avais pas fait ce voyage par besoin de m’échapper, j’étais donc content de revenir. J’ai eu un peu de mal à réactiver mes connaissances, je redouble d’ailleurs ma 6e année, mais je suis très content d’avoir réalisé ce projet. J’ai fait des rencontres incroyables, cela m’a appris la bienveillance, et je fais plus facilement confiance aux autres. » À 25 ans, le voici donc aujourd’hui en route vers son concours et la carrière médicale, sans regret sur cette année de globe-trotteur.

Travail et voyage font bon ménage

Ophélie, elle, a préféré voyager tout en gardant contact avec ses études. Aujourd’hui professeure d’espagnol au lycée, elle avait déjà passé une année de licence en Erasmus en Espagne.

Pas rassasiée, elle projette alors un voyage en Amérique latine : « Je ne voulais pas être en mode études, et je devais financer ce projet. J’ai donc cherché un travail là-bas, en contactant les Alliances Françaises de plusieurs pays, pour y enseigner le français ».

À force de CV et lettres de motivation, Ophélie finit par décrocher un poste de formatrice à Buenos Aires, en Argentine, où elle passe donc trois mois. En travaillant sur place et avec la colocation, elle partage le quotidien de millions d’Argentins.

Dans la foulée, elle parcourt durant quatre mois le Pérou, le Chili et la Bolivie, sans autre contrainte que celle de jouer la touriste… et de perfectionner son espagnol et sa connaissance des cultures latinoaméricaines, qu’elle fait aujourd’hui découvrir à ses élèves. « Partir juste avant le Master MEEF (Métiers de l’Enseignement de l’Education et de la Formation) m’a permis de donner un peu de consistance aux études que j’avais faites, et de confirmer que j’étais sur la bonne voie professionnelle ».

Transformer le break en atout

Céline Boulage, conseillère en compétences et recruteuse au sein de l’agence C Bo Talents, ne voit jamais d’un mauvais œil un CV où une année de césure vient interrompre un parcours. Bien sûr, certaines expériences peuvent directement booster un CV : « Si on demande une personne qui parle anglais, un séjour en Australie est forcément valorisant ! ».

Mais ce n’est pas tout : « Aujourd’hui la plupart des recruteurs misent sur des savoirs-êtres. Or on sait que quelqu’un qui a voyagé aura de l’autonomie, de la prise d’initiative, de la polyvalence, une capacité à s’adapter, contrairement à un candidat qui aura passé toute sa vie dans la même ville par exemple. »

Comment savoir si notre année « hors-études » peut jouer en notre faveur ? Il faut déjà s’assurer que l’on correspond bien au profil recherché. Si c’est le cas, à nous de mettre en valeur notre expérience hors-norme : « Tout est affaire de communication et de présentation. Nous avons tous des talents, et ce que vous avez fait a de la valeur, alors n’ayez pas peur ! Cette année de coupure vous a apporté du positif, ne craignez pas de le valoriser. »

Si l’après-césure est donc à aborder avec sérénité, reste à bien préparer en amont cette coupure : budget, passeport, réglementation du secteur professionnel ou du pays où j’envisage de travailler, et calendrier… À vous de jouer !

La Langue des signes française, une langue à part… entière !

La Langue des Signes Française n’est pas un langage « faute de mieux », mais bien une langue. Longtemps interdite, reconnue officiellement par une loi française de 2005, elle a fait son entrée en option du baccalauréat en 2008. Une histoire longue et complexe, pour une langue d’une richesse insoupçonnée que l’interprète Amélie Hédin, de l’agence Tours2Mains, nous aide à comprendre.

On parle de LSF, Langue des Signes Française : chaque pays a donc sa langue des signes ?

Oui, et de ce que j’en sais, le vocabulaire varie d’un pays à l’autre, mais des similitudes existent dans la syntaxe (la construction des phrases). Deux sourds de pays différents ne mettront ainsi que deux ou trois jours à communiquer assez aisément ensemble. Il existe par ailleurs une langue des signes internationale, qui est utilisée dans des événements internationaux essentiellement.

Apprendre la LSF, est-ce très différent de l’apprentissage de l’espagnol, de l’anglais… ?

C’est comme pour toute langue : on peut avoir des facilités… ou non ! En ce qui me concerne, j’ai eu plus de facilités avec la LSF (et avec l’allemand) qu’avec l’espagnol ou l’anglais, mais cela ne s’explique pas. J’ai été séduite par cette langue et j’ai tout de suite eu de bons contacts avec la communauté sourde. Cela a joué sur mon amour de la langue, que j’ai apprise de manière intensive après une licence de lettres, avant un master d’interprétariat français-LSF.

Qui dit langue dit grammaire, conjugaison, vocabulaire : la différence est grande entre français et LSF ?

Les avis divergent sur la grammaire : certains disent que la langue des signes a une grammaire très figée, avec en premier le « où/quand/qui/comment », puis le développement, et à la fin de la phrase l’action, le verbe. D’autres trouvent que la LSF est assez souple et que la grammaire est aléatoire, avec plusieurs manières d’organiser les informations dans la phrase.

Mais quoiqu’on pense, la grammaire n’est pas la même en LSF et en langue française. Et on n’interprète pas mot à mot : on interprète du sens, comme pour toute langue. Vous n’interprétez pas « il pleut des cordes » au sens littéral en LSF, ni dans les autres langues, tout comme des expressions en LSF verront leur sens interprété en français. Sans oublier les expressions du visage et l’intensité des mouvements, qui sont l’équivalent de l’intonation pour la langue des signes.

Un sourd qui lit et écrit en français et s’exprime en LSF est donc en situation de bilinguisme ?

C’est comme si on vous demandait d’écrire en anglais et de parler en allemand, car la langue des signes française est bien une langue à part entière !

Propos recueillis par Maud Martinez

Horoscope WTF du 20 janvier au 2 février 2021

Avant un éventuel reconfinement ou une hypothétique fin du monde, l’astrologue de tmv vous a gardé un petit horoscope pour bien débuter l’année. Aucune pitié pour les douze signes : comme ça, pas de jaloux ! Bonne année !

Bélier

Amour

Que dalle, rien, nada. Et ce, jusqu’à avril minimum.

Gloire

Oh bah désolé, vous n’êtes toujours pas le couteau le plus aiguisé du tiroir…

Beauté

Vous allez faire un bras-de-fer avec Jamel Debbouze ce dimanche. Mais vous perdrez.

Taureau

Amour

Comme disait Henry David-Thoreau, « il n’y a qu’un remède à l’amour : aimer davantage ». (naaaan, on déconne. L’amour, ça pue)

Gloire

Les gens qui embêtent les Taureaux, c’est comme les pantacourts : ça ne devrait pas exister

Beauté

Votre historique Google me susurre que vos recherches « Comment se débarrasser de l’aérophagie » nuiront à votre vie affective.

Gémeaux

Amour

Un mec chauve me rappelle de vous dire que c’est pas marqué dans les livres, que l’plus important à vivre, est de vivre au jour le jour, le temps c’est de l’amour.

Gloire

Vous avez l’ouverture d’esprit d’une huître.

Beauté

Un slip en acier trempé et c’est parti ! Vous voilà fin prêt(e) pour mener la guerre à votre folle libido.

Cancer

Amour

La tristesse de la vie fait que vous finirez dans les bras d’un(e) Taureau…

Gloire

Quel bonheur de dire qu’en 2021, vous n’aurez plus à serrer la main ou faire ces bises dégueulasses.

Beauté

On ne vous critique pas. On vous dit juste de penser à l’anti-cernes…

Lion

Amour

C’est la baguette magique qui choisit son sorcier, si vous voyez ce qu’on veut dire… Krrrkrrr.

Gloire

Tel Pinocchio, vous allez avoir la gueule de bois.

Beauté

Votre allure de lombric n’impressionne personne, vous savez ?

Vierge

Amour

Force est de constater qu’au niveau des relations, vous provoquez les mêmes sensations qu’une pizza hawaïenne.

Gloire

Vous êtes une source d’inspiration pour tout le monde et…

Beauté

… Ah non, merde désolé, je devais écrire ça aux Balances.

Balance

Amour

Si on était un oiseau, on ferait un nid douillet dans votre cœur…

Gloire

… Maiiiiiiiis, on n’est pas ce foutu oiseau et vous n’avez pas de cœur. Allez A+ !

Beauté

Et si, même après la pandémie, votre ex restait masqué(e) ?

Scorpion

Amour

On vous tourne souvent autour, sans jamais aller plus loin. Bref, on vous surnomme le Rond-Point.

Gloire

Vous avez de bonnes idées, mais votre charisme de gastéropode vous ferme bien des portes.

Beauté

Comme le dit le dicton, le putois ne sent pas des aisselles.

Sagittaire

Amour

N’oubliez pas qu’il ne faut jamais recongeler un produit décongelé… (z’avez pigé la métaphore ?)

Gloire

Pourquoi ? Aucune idée. Peut-être parce que ça rime avec pomme de terre et que les patates, c’est utile pour la raclette.

Beauté

Fini, la glandouille ! 2021 est l’année où vous abandonnerez votre carrure de chips.

Capricorne

Amour

Vous avez des papillons dans le ventre en le/la voyant. L’amour ? Eh non. Juste la gastro. Bisou.

Gloire

Comme le dit un proverbe africain : « Quand on monte au cocotier, il faut avoir le cul propre. » A+ !

Beauté

Vous allez croiser un bébé moche. Ce qui vous rappellera à quel point vous êtes l’être le plus divin de cette planète.

Verseau

Amour

Vos cris de lamantin dans les moments intimes finiront par vous porter préjudice.

Gloire

La constellation du Freddie Mercury vous rappelle que scaramouch, scaramouch, will you do the fandango.

Beauté

Un proverbe dit que les enfants, c’est comme les crêpes : la première est toujours loupée, les autres, ça va. À vous de voir quelle crêpe vous êtes…

Poissons

Amour

Arf, c’est comme une fin de baguette de pain. Va falloir vous contenter des miettes.

Gloire

Poissons, ça rime avec « qui ont toujours raison ». (mais ne vous enflammez pas, vous avez souvent tort)

Beauté

Vos tétons crient famine.

Sourds et malentendants : et si on les écoutait ?

Invisibles, les sourds et malentendants ? S’ils sont discrets du fait d’un handicap qui n’est pas décelable au premier coup d’œil, ils ont pourtant beaucoup à nous dire ! Avec la langue des signes française, nous pénétrons dans un nouveau monde. Suivez le guide !

Collège Léonard de Vinci. Des ados papotent dans la salle de classe. Shifa « parle avec les mains », en langue des signes française (LSF). Paul-Idriss s’adresse à nous oralement, et signe avec ses camarades. À eux deux, ils reflètent en partie la diversité du monde des sourds. Shifa est en effet sourde profonde, tandis que Paul-Idriss dispose d’appareillages lui permettant d’entendre le monde qui l’entoure, ce qui l’aide à « oraliser » : à utiliser sa voix pour parler.

Les treize élèves de l’Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire et ceux suivis par l’IRECOV dans ce collège reflètent les progrès de l’institution scolaire dans l’intégration des publics sourds et malentendants. « Ils suivent une partie de leurs cours dans la salle ULIS, ils ont des cours de LSF, et reçoivent le reste des enseignements dans leur classe de référence, avec un(e) interprète en LSF si les familles l’ont demandé », explique Cindy Thareau, coordinatrice du dispositif.

« Ma fille oralise, mais elle préfère utiliser la LSF »

Derrière l’éducation qui s’améliore, et avec elle des perspectives professionnelles qui s’élargissent, les familles sont en effet des moteurs. C’est à leur obstination qu’on doit l’arrivée du bilinguisme en langue des signes au collège il y a quatre ans et au lycée Vaucanson depuis l’an dernier.

Mais le choix de la LSF ne va pas forcément de soi, comme en témoigne Marie-Michèle, maman d’une ado diagnostiquée à 18 mois : « Notre fille a été opérée, son implant cochléaire lui permet d’entendre partiellement. Au début je voulais à tout prix qu’elle parle, c’était aussi l’avis des médecins. Mais quand on ne comprend pas son propre enfant, la LSF s’impose. Aujourd’hui ma fille oralise, mais elle préfère utiliser la LSF, car c’est dans cette langue qu’elle comprend et apprend le mieux. »

Pour certains sourds, la découverte de cette langue est ainsi un soulagement. Anne-Claire Prigent est de ceux-là. Appareillée dès la petite enfance, elle a reçu une éducation dite « oraliste » : « Grâce à l’orthophonie, on apprend à articuler en copiant ce qu’on voit, et je lis sur les lèvres. »

Enfance et adolescence se déroulent donc dans le monde des entendants. « Puis avec la LSF, j’ai rencontré des sourds et découvert un monde auquel j’appartenais sans le connaître ! ». Dans sa vie professionnelle de contrôleuse de gestion, elle n’hésite plus à faire appel à un interprète pour les réunions, quand les visages trop nombreux ne lui permettent pas de suivre les conversations.

Jeux de mains…

Oraliser pour être « normal » à tout prix ? C’est l’idée que le monde entendant a imposé aux sourds pendant près d’un siècle. Alors que la France a été pionnière dans l’éducation des sourds et la création d’une langue des signes avec l’abbé de l’Epée au XVIIIe siècle, le Congrès de Milan de 1880 a ruiné ces efforts en interdisant la langue des signes, considérée comme un obstacle à l’oralité. « Mon mari a connu l’époque où on attachait les mains des sourds pour les empêcher de signer ! ».

Devenue sourde à l’adolescence, Mireille Lecoustre a conservé l’usage de la parole à raison d’orthophonie et de théâtre, qu’elle enseigne avec la Compagnie du Bonheur. Elle n’en est pas moins engagée : « La LSF est notre langue naturelle, et le handicap est avant tout social ! Les “ sourdingues ”, ce sont les sourds qui devenaient fous car ils ne pouvaient pas s’exprimer. »

Un pôle santé pour personnes sourdes ?

Pour elle, le milieu médical a donc un rôle important à jouer, en étoffant ses connaissances sur la vie des sourds, pour renseigner au mieux les parents, leur laisser le choix, et ne pas opposer appareillage auditif et LSF. Pour Pascal Carré, président de l’Association Expression Tours, l’enjeu est aussi dans l’accueil des patients : « J’ai été emmené seul aux urgences pour un AVC, et pendant plusieurs heures, je ne savais pas ce qui m’arrivait. Ma souffrance, c’était de ne pas pouvoir communiquer. »

Suite à cette expérience, Pascal rêverait donc de créer un pôle santé pour personnes sourdes, ou au moins un accueil pour sourds à l’hôpital. Maintenant que l’éducation est possible en LSF, encore faut-il que les services quotidiens et la culture soient accessibles. Et pour cela, une solution : écouter ce que les sourds ont à dire !

Texte : Maud Martinez / Photos : Adobe Stock

Les bonnes idées pour un Noël solidaire (2/2)

[2/2] Suite de nos bons plans et bonnes idées pour un Noël solidaire : nous ne sommes pas seuls, certains ont besoin d’aide et nous pouvons forcément aider, chacun à notre échelle.

ÂGÉS ET ISOLÉS : COMMENT LES AIDER ?

Les Petits Frères des Pauvres organisent toute l’année des activités pour maintenir le lien avec des personnes âgées isolées. Noël est bien sûr une période-clé : à l’heure où de nombreux habitants se retrouvent en famille, d’autres ressentent encore plus la solitude. Habituellement, les Petits Frères des Pauvres de Tours organisent un repas festif, qui reste pour l’instant entre parenthèses, Covid oblige. Mais les bénévoles sont les bienvenus pour venir soutenir ces actions. Pour les fêtes, et plus si affinités.

Récemment, l’association a notamment invité les enfants à dessiner des petites cartes de Noël qui seront distribuées aux personnes isolées (lire notre article ICI)

www.petitsfreresdespauvres.fr, et antenne de Tours : 02 47 37 91 70.


UN PEU D’ART POUR LA BONNE CAUSE

La boutique de créateurs Nanza s’associe à l’association tourangelle Foussini Bougou Développement tout au long du mois de décembre. Les fruits de la vente des œuvres d’art exposées iront à cette association qui travaille pour le développement d’un village malien. Et sur les murs de Nanza, il y a du beau monde ! Grégory Cortecero, Elisabeth Guiot, Felix Oyoua et quelques autres participent à ce « vide-atelier » pas comme les autres.

>Nanza, 61 rue Blaise-Pascal, Tours – www.nanza.fr


UN CALENDRIER DE L’AVENT INVERSÉ

C’est Utopia 56, une association œuvrant quotidiennement au soutien des mineurs isolés étrangers à Tours, qui réitère l’opération. Le concept est très simple : il consiste à mettre chaque jour de côté un petit cadeau (gourmandise, produit d’hygiène, petit objet utile, vêtement, etc.) puis de porter le tout aux locaux de l’association (70, rue d’Entraigues). Les calendriers seront distribués aux jeunes pour Noël et feront, c’est certain, des heureux !

> (lire également notre article sur l’opération ICI)


UNE BD POUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

Chaque année, l’ONG Reporters Sans Frontières publie un ouvrage dont les fonds permettront de financer ses actions de défense des journalistes et de la presse à travers le monde. Et on est chanceux : cette année, c’est Riad Sattouf qui s’y colle ! Le principe de l’album est simple : 100 dessins et croquis commentés par l’auteur, depuis ses débuts jusqu’au succès de L’Arabe du futur. En bonus, quelques textes par d’autres soutiens de RSF, pour un cadeau passionnant à lire.

>Riad Sattouf, 100 dessins pour la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières, 9,90 € sur le site boutique.rsf.org


HOP LE SAPIN !

Pas besoin de chercher bien loin pour faire sa B.A. : en achetant le sac à sapin à 5 € à peine, vous aidez Handicap International, tout en vous facilitant la vie pour remballer l’arbre après Noël. Et cette année, on trouve aussi des pochettes cadeaux Handicap International, pour une B.A. de plus.

Le méga horoscope de Noël, des fêtes et de 2021 (tant qu’à faire)

Cette semaine, numéro spécial oblige, l’astrologue a été grassement payé pour rajouter quelques lignes dans l’horoscope.
Histoire de savoir ce qui vous attend pour les fêtes et surtout, pour 2021 qu’on espère un peu meilleure que 2020…

Bélier

Amour

2021 officialisera votre relation avec Cyril Hanouna.

Gloire

La vie sans vous, c’est comme une
Golf GTI qui n’aurait qu’une seule vitesse…

Beauté

Votre vision de la vie changera du
tout au tout, lorsque vous lirez enfin le mode
d’emploi du flacon de shampoing.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Bah du coup, un flacon de shampoing. Pour que vous puissiez
lire le… ouais bon ok, on se tait, roooh.

VOTRE RESOLUTION 2021

Fonder un groupe de musique avec, comme musiciens, des
hommes-troncs uniquement. Ambiance.

Taureau

Amour

Protégez vos fantasmes. Vous allez finir
par vous faire prendre la main dans le slip.

Gloire

Prenez le taureau par les cornes… ET
DEFONCEZ-LUI LA TRONCHE !

Beauté

Vous ressemblez à un pigeon. Mais
chauve.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Un string à grelots. Pour qu’on vous entende venir, lorsque
votre libido fera tchiki-boum tchiki-boum dring dring

VOTRE RESOLUTION 2021

Tout faire pour que votre corps soit inscrit aux Journées du patrimoine.
Krrrkrrrr.

Gémeaux

Amour

Le dernier film que vous avez vu
résumera votre vie sexuelle de 2021.

Gloire

Vous allez vous faire manger par un
ours samedi prochain. Plutôt con, comme fin
d’année, non ?

Beauté

Vous avez la résistance d’un pissenlit.
On vous souffle dessus et ziouuuuf, ‘a ‘pu rien !

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Un plaid. Pour vous enrouler dedans, tel le gros burrito que
vous êtes.

VOTRE RESOLUTION 2021

Demander à Shakespeare si « être ou ne pas être », car au final, on
n’a jamais eu la réponse à cette foutue question.

Cancer

Amour

Vous êtes le/la footballeur/se du
sexe. Toujours à simuler.

Gloire

Votre âme ne vaut plus rien du tout.
Vous ne pourriez même pas la vendre au
diable.

Beauté

Crise d’acné prévue pour le soir du
réveillon. Eh ouaiiiis, sorry mes p’tits bidibis !

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Un Jean Castex de poche. Parce que Jean Castex est aussi Cancer.
Et qu’il sera bien plus utile dans votre poche.

VOTRE RESOLUTION 2021

Enfin raser vos poils de nez disgracieux dont tout le monde se
moque secrètement.

Lion

Amour

Vous verrez la lune d’ici peu. Mais
pas celle qui est dans le ciel.

Gloire

D’après l’alignement de Pluton et de
mes chakras, votre élément est le feu et votre
couleur le rouge. Aucune idée de ce que ça
signifie, mais ça sonnait pas mal ! Allez bisou.

Beauté

Force est de constater que vous avez
un boule qui chamboule…

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Un préservatif. Non, parce que bon, on a eu suffisamment de
malheurs cette année ; n’allez pas non plus
vous reproduire, hein…

VOTRE RESOLUTION 2021

Arrêter d’être aussi lubrique qu’un bonobo, ce serait pas mal.

Vierge

Amour

On vous surnomme Viergecingétorix.

Gloire

Le saviez-vous ? A Portland, une
loi interdit aux hommes de chatouiller une
femme avec un plumeau. En voilà une info qui
changera votre semaine – que dis-je – votre
triste vie !

Beauté

Aucune idée et je m’en fous.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Pas grand-chose.
La romance torride avec les Bogdanov qui
vous attend vous suffira amplement.

VOTRE RESOLUTION 2021

Abandonner totalement cette stupide pratique de faire la bise à
des gens qui sentent mauvais et de serrer de molles paluches infectes

Balance

Amour

La constellation de la chanson débile
vous rappelle qu’avec vous, c’est « Vas-y
Francky c’est bon, vas-y Francky, c’est bon,
bon, bon ».

Gloire

La perfection n’existe pas. Sauf chez
les Balances, pas vrai ? Et je dis pas ça parce
que je suis Balance, hein !

Beauté

C’est un fait : vous incarnez la perfection.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Une gastro. Ne vous plaignez pas, vous vouliez avoir un
ventre plat, non ?

VOTRE RESOLUTION 2021

Trouver ENFIN un moyen de ne plus avoir le rideau de douche
collé aux fesses quand vous vous lavez.

Scorpion

Amour

Votre vie sentimentale est au point
mort. Essayez de passer la seconde l’an prochain.

Gloire

D’après une sombre étude anglaise,
ponctuer ses SMS par un point vous fait passer
pour quelqu’un de cruel et antipathique.

Beauté

Attention, vous n’aurez bientôt plus
de chapelure sur le jambonneau.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Une boîte de Viagra. Parce que… euh… Non, non rien, vous
verrez d’ici quelques mois.

VOTRE RESOLUTION 2021

Vous lancer dans la fabrication et la vente de sextoys à l’effigie
de personnages politiques. Et advienne que pourra !

Sagittaire

Amour

Tel Lucky Luke, vous avez un peu
trop la gâchette facile.

Gloire

2021 s’annonce très bien. D’un côté, c’est pas difficile de faire pire que cette année pourrie de 2020… De l’autre, mon boss est Sagittaire, alors j’ai peur de me faire virer.

Beauté

Votre père est un voleur. Il a volé toutes les étoiles du ciel pour les revendre sur Aliexpress

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Une ceinture de chasteté. Inutile de vous expliquer pourquoi.

VOTRE RESOLUTION 2021

Faire comme l’horloge parlante : ne la ramener que quand vous
sonne. Merci !

Capricorne

Amour

L’étoile du Carlos vous conseille de
tirelipimpon sur le chihuahua.

Gloire

Finalement, vous êtes le vainqueur
d’une course de millions de spermatozoïdes.
C’est déjà ça.

Beauté

On vous a menti. La tremper dans
l’huile, la tremper dans l’eau, n’en a pas fait un
escargot tout chaud.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Rien. Absolument rien. Vous êtes Capricorne, donc vous ne méritez
pas de cadeau. Allez, A+ bisou.

VOTRE RESOLUTION 2021

Ne plus manger de pangolin. Parce que la dernière fois que vous
avez fait ça, vous avez un peu foutu le bordel sur la planète.

Verseau

Amour

Vous êtes le/la Gilet Jaune du sexe.

Gloire

Ô joie ! La malédiction lancée par
l’astrologue de tmv sur les Verseaux s’arrêtera
cette semaine.

Beauté

De loin et de dos, vous ressemblez à
un poteau.

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Un triple CD de David Guetta. Vu que l’année 2020 a été une
horreur, autant continuer jusqu’au bout.

VOTRE RESOLUTION 2021

Changer votre collection de sous-vêtements, afin que le monde
se porte mieux.

Poissons

Amour

Tel le bouc, vous serez en rut 23
heures sur 24 en 2021.

Gloire

Noël Mamère et votre mère ne font
qu’un. Si vous en doutez, réfléchissez : les
avez-vous déjà vus ensemble dans la même
pièce ? Non ? Bah voilà.

Beauté

Pour les fêtes, rappelez-vous de cette
citation de Jean-Claude Van Damme : « Regarde
à l’intérieur de toi et deviens aware of
your own body. »

VOTRE CADEAU POUR NOËL

Une saucisse. L’aliment duquel vous vous rapprochez le plus
physiquement.

VOTRE RESOLUTION 2021

Tout faire pour que vous passiez une nuit sous la couette avec
Laurent Delahousse.

Les bonnes idées pour un Noël solidaire (1/2)

(1/2) Bon, cette année, on ne va pas se mentir, on ne va pas prendre quelqu’un par la main, car ce n’est pas très « covid ». Mais le cœur y est, tout comme notre bonne volonté ! Alors pour ce Noël 2020 qui arrive au terme d’une année vraiment compliquée pour tout le monde, cultivons cette petite graine qui a germé au printemps : nous ne sommes pas seuls, certains ont besoin d’aide et nous pouvons forcément aider, chacun à notre échelle.

DES PLACES « SUSPENDUES » À L’OPÉRA

Vous connaissez peut-être le « café suspendu » ? Un généreux buveur de kawa paye deux cafés, pour que le suivant soit offert à une personne dans le besoin. Eh bien l’Opéra de Tours instaure la « place suspendue », pour les concerts et opéras ainsi que pour des sessions jeune public, sur le même principe : on paye une place en plus de la sienne et l’association Cultures du Cœur la donnera à une personne en difficulté. De la culture en cadeau, rien de plus beau !
>Disponible au guichet de l’opéra à partir du 16 décembre pour la saison 2021. Contact au 02 47 60 20 20 et theatre-billetterie@ville-tours.fr


LE PÈRE NOËL EST… VERT !

Photo archives tmv)

En tout cas, celui du Secours Populaire ! Les actions habituelles sont forcément un peu chamboulées, mais qui sait ? Peut-être ferez-vous emballer vos cadeaux par les bénévoles, et vous les croiserez sans doute sur des marchés et animations de Noël, pour des collectes de jouets.

À suivre sur www.spf37.org


L’EFFET 3 EN 1

Voici comment faire des cadeaux avec triple effet solidaire : rendez-vous dans des lieux comme la Ressourcerie, Active, ou Emmaüs Touraine et trouvez-y votre bonheur parmi la multitude de vêtements, de meubles, de livres, d’objets décos ou d’électro-ménager.
Bienfait n°1 : on aide nos associations, qui viennent en aide aux plus démunis. Bienfait n°2 : on file un coup d’pouce à la planète en évitant la surconsommation. Bienfait n°3 : notre porte-monnaie ne souffre pas trop de l’opération !

>Ressourcerie la Charpentière, 153 rue Saint-François, à Tours. Active 153 rue Saint-François et 155 rue Edouard-Vaillant, Tours. Emmaüs Touraine : liste des points de vente sur emmaus-touraine.org


ARTISANS DU MONDE…

Voilà une histoire qui ne date pas d’hier, puisque le réseau Artisans du Monde est né en 1974. Et le principe n’a pas changé : pratiquer un commerce équitable, pour permettre aux producteurs du monde entier, partenaires de l’association, de diffuser leurs créations à juste prix. Décoration, ustensiles de cuisine, mobilier, alimentation… Les propositions sont variées, et l’accueil des bénévoles toujours sympathique.

>Artisans du monde, 67 rue Colbert, à Tours, lundi après-midi, et du mardi au dimanche 10 h 30-13 h 30 et 14 h 30-18 h 30 en décembre.


…ET ARTISANS D’ICI

N’oublions pas de soutenir nos artisans locaux ! Les créateurs et artisans d’art sont nombreux à compter sur les fêtes de fin d’année pour présenter au public le fruit de plusieurs mois de travail. Luminaires, pièces textiles, savons, bougies, sculptures, petit mobilier… La métropole tourangelle a la chance de pouvoir compter sur de multiples talents, à retrouver dans plusieurs boutiques de créateurs, comme à Tours l’Échoppe Éphémère (Galerie nationale), le 10 Lavoisier (rue Lavoisier), Petites Séries (rue Constantine) ou la Manufacture à Joué-lès-Tours par exemple.


 

Formation : une année hors norme !

Enseignement à distance, nouveaux bacheliers, remise en cause des départs à l’étranger… Aux aléas habituels d’une année de formation s’ajoutent les imprévus.

En mai 2020, 82 % des lycéens et étudiants interrogés par l’IFOP admettaient privilégier la proximité géographique de leur lieu d’étude pour décider de leur orientation. En même temps, pourquoi quitter la Touraine, alors qu’on y est si bien ?

Plus sérieusement, au-delà du voeu de rester proche de sa famille, il est fort probable que le spectre du Covid-19 continue de planer sur le futur des lycéens et étudiants. Dans les établissements privés comme à l’Université de Tours, le confinement du printemps a obligé enseignants et étudiants à passer du jour au lendemain à l’enseignement à distance.

« L’exigence académique est restée la même »

La qualité de la formation en a-t-elle souffert et les futurs diplômes perdront-ils en valeur ? Non, pour Cécile Goi, Vice-Présidente de l’Université de Tours en charge de la Formation et de la Vie Universitaire : « Il n’y a pas eu d’inertie ou d’arrêt des formations au moment du passage à distance, et l’exigence académique est restée la même, grâce à l’investissement des personnels de l’Université et des étudiants. »

Rien n’indique toutefois que l’enseignement supérieur serait prêt à adopter durablement la pédagogie du blended learning qui mélange distanciel et présentiel : « À l’Université, nous avons opéré cette adaptation dans l’urgence, pour assurer la continuité pédagogique. Mais il est difficile de dire si cela serait intéressant sur le long terme : la pédagogie à distance peut être bonne, si elle s’inscrit dans une préparation et une didactique spécifiques ; et ce serait oublier l’importance du présentiel qui fait de l’université un lieu de vie, d’échange, d’apprentissage et d’exercice de la citoyenneté. »

Impact sur les formations

Et malgré la mise en place réussie des outils d’enseignement à distance, la crise Covid-19 a tout de même eu un impact sur certaines formations, qui incluaient des échanges Erasmus à l’étranger ou des stages en entreprise, pour beaucoup mis entre parenthèses cette année, et sans doute l’année prochaine…

Mais ce n’est pas là la seule nouveauté de cette rentrée et de la suivante. La plateforme Parcoursup où les futurs bacheliers enregistreront leurs voeux d’orientation ouvrira en effet ses inscriptions le 20 janvier à la première génération « nouveau bac ». Avec lui, finies les filières comme L, ES ou S : depuis la rentrée 2019, les lycéens suivent des enseignements de tronc commun à tous, auxquels s’ajoutent trois options en première, et deux options en terminale.

Les cocktails possibles sont a priori infinis, mais forcément conditionnés par les offres de chaque établissement… et par les souhaits d’orientation des élèves, qui confronteront rêves et réalité dès l’ouverture du catalogue de formations sur la plateforme web, en décembre.

Enfin, un autre changement modifie le paysage des études supérieures, avec en 2021 la disparition définitive de la première année d’études de santé PACES (Parcours d’Accès Spécifique Santé). Cette année, elle coexiste déjà avec ses deux remplaçants : le PASS (Parcours Accès Santé Spécifique) et la L.AS (Licence Option Santé). « Nous avons observé un appel d’air important sur l’entrée dans les études de santé, explique Cécile Goi. Aujourd’hui, l’Université de Tours compte 1 300 étudiants dans ces filières en première année, mais le passage en deuxième année reste sélectif. »

Entre Covid-19 et réformes, les formations de demain seront donc forcément placées sous le signe de l’inédit !

Maud Martinez


> Retrouvez notre numéro spécial formation dans notre rubrique l’hebdo en PDF juste ici ! 

 

Dans le quotidien de Rachid Belaalim, propriétaire de la boulangerie Rabel

#VisMaVille Rachid Belaalim est le propriétaire de la boulangerie Rabel depuis février 2019 à Tours-Nord. Un lieu où se mélangent avec succès les pâtisseries et les clients les plus divers.

Sur l’esplanade François-Mitterrand, face à la médiathèque, l’odeur des croissants chauds nous happe dès la sortie du tramway, arrêt Beffroi. À l’intérieur de la boulangerie Rabel, Rachid Belaalim, son propriétaire, la main à la pâte depuis 6 h 30, en est à son deuxième café.

Il échange quelques mots, dans la partie salon de thé, avec un habitué qui prend son petit déjeuner, réchauffé par son chocolat chaud. Wassim, 22 ans, employé à Tours-Nord, se sent bien ici. « J’habite à côté. J’y viens souvent les matins et j’y mange tous les midis pendant ma pause. Il y a un bon accueil. »

Il faut dire que les habitants du quartier semblent apprécier la réouverture de cette boulangerie de proximité depuis plus d’un an et demi. Pour Rachid Belaalim, après Velpeau et le Sanitas qu’il a dû quitter à cause du projet de destruction de la barre d’immeuble près de Saint-Paul, cette nouvelle vie de boulanger à Tours-Nord correspond à ses attentes de commerçant qui aime voir se croiser et mélanger les populations, dans une bonne entente.

« Il existe une vraie mixité dans ce quartier, j’y retrouve celle qui existait auparavant au Sanitas. Ici on prend sa baguette chaude à toute heure mais on peut aussi se poser. À midi, les étudiants et les ouvriers de chantier déjeunent au coin snacking. À la sortie de l’école, les mamans discutent tandis que leurs enfants goûtent. Et toute la journée se croisent des clients de tous horizons, de tout âge et de toute culture. »

 

Une mixité symbolisée dans sa boulangerie par les viennoiseries et gâteaux traditionnels français qui côtoient les fameuses pâtisseries orientales. Rachid nous assure que « les gens traversent Tours pour elles. Je suis connu pour ça et mon chalet au marché de Noël qui propose des pâtisseries orientales depuis des années. »

Arrivé en France du Maroc en 1996, il a fait ses armes de boulanger à Paris avant de s’installer à Tours au début des années 2000. Il vient de déménager à Tours-Nord pour être au plus près de sa boulangerie avec sa femme qui y officie aussi.

À pied, en vélo ou en camionnette, les allers-retours rythment leur vie. Il rit beaucoup et son équipe semble suivre dans cette bonne humeur. Stefania, à la caisse, distribue le chant de son accent italien à ses clients. Cédric, jeune chef boulanger, n’est pas un inconnu : il a fait la première saison de « la meilleure boulangerie de France », sur M6. Sandrine, chef pâtissière, savoure la diversité de ses créations. Et Rachid, bien sûr, court entre les postes : à la caisse ou derrière, au four et dans son laboratoire.

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 4 novembre jusqu’au… ben, on sait pas trop en fait

Confinement oblige, nous n’avons pas pu distribuer tmv cette semaine. Mais l’astrologue reconfiné a tenu à vous offrir une petite dose d’horoscope WTF. Ouuuf…

Bélier

Amour

Par pitié, passez au mode manuel…

Gloire

Les sous-vêtements, c’est surfait. Vivez votre passion de la mode « tout-nu » à fond. On vous encourage mes loulous !

Beauté

Force est de constater que vous ressemblez à un poulet chauve.

Taureau

Amour

Il paraît que les Taureaux sont les meilleurs coups au monde. Mais bon, les rumeurs, vous savez…

Gloire

Vous pourriez parler au vent que même lui ne vous écouterait pas.

Beauté

En ce moment, vous rayonnez autant qu’une petite biche qui se balade à Tchernobyl.

Gémeaux

Amour

Bon bah… Comme dirait Macron, « ce n’est pas un échec, mais ça n’a pas marché ».

Gloire

Vous n’êtes que médisance. Un trait commun aux Gémeaux.

Beauté

Maiiiiis votre physique est absolument parfait (et zioup là, on se rattrape comme on peut).

Cancer

Amour

Vos fesses font des étincelles. Quelle libido enflammée !

Gloire

Tout vient à point à qui sait attendre. C’est-à-dire sûrement pas vous.

Beauté

Au réveil, vous avez des faux-airs de Dr Raoult.

Lion

Amour

Sentimentalement, vous êtes comme un trou noir. Dès qu’on s’approche de vous, ziouuuup : on tombe entre vos mains.

Gloire

Le revers de la médaille est que vous finirez seul(e), avec vos chats et de la soupe pour votre dentier.

Beauté

Confinement ou non, la brigade du bon-goût pourrait vous dresser une amende d’ici peu.

Vierge

Amour

On vous l’a déjà dit, mais la constellation du Gilbert Montagné vous rappelle que l’amour rend aveugle.

Gloire

Cette semaine, vous en verrez des vertes et des pas mûres. Et surtout des bien bien pourries.

Beauté

Vous avez le rototo facile pendant les repas. Il se pourrait que Philippe Etchebest vous foute deux, trois torgnoles.

Balance

Amour

Un(e) de perdu(e), dix de retrouvé(e)s ! Sauf si on est en foutu confinement, dans ce cas adieu la vie, adieu l’amour.

Gloire

Désolé de vous annoncer ça de but en blanc, mais la bamboche, c’est terminé !

Beauté

Votre main droite n’attend plus que vous pour ce reconfinement.

Scorpion

Amour

Vos conjoint(e)s se plaignent de vous. Paraît-il que sous la couette, vous avez autant de punch qu’un chat empaillé…

Gloire

Mais bon après, nous on veut pas balancer, hein ! Pas notre genre, non non ma bonne dame.

Beauté

Tous à poil. Et on avisera après.

Sagittaire

Amour

Oh oooooh, y’a baleineau sous gravillon, c’est louche avec les Balances !

Gloire

En changeant 3 lettres à « confinement », ça fait « vous allez féconder un(e) Balance ». AGAIN !

Beauté

La constellation du Pascal Obispo vous conseille de vous couper les cheveux avant qu’il ne soit trop tard.

Capricorne

Amour

Les compliments venant de vous, c’est comme les slips de l’astrologue de tmv : tout le monde en entend parler mais pas sûr que ça existe.

Gloire

Ben on vient de vous le dire : votre retard, votre retaaard, VOTRE RETARD, BON SANG !

Beauté

Votre tête est bizarre en ce moment. Vous ressemblez à un gros pouce.

Verseau

Amour

Sur un malentendu ça peut marcher. Sauf chez vous.

Gloire

Vénus est dans la droite lignée de votre champ astral. Aucune idée de ce que ça signifie, mais j’ai l’impression d’être un vrai astrologue en écrivant ça. Bisou.

Beauté

Achetez une couette décorée d’une tête d’aigle pour réveiller le/la beauf qui sommeille en vous.

Poissons

Amour

Bisou aux Florence et aux Nicolas. Pourquoi seulement eux ? Aucune idée, on est payés à écrire n’importe quoi ici alors bon…

Gloire

Avis aux Roxanne : la police me dit que vous n’avez pas à put on the red light.

Beauté

Votre gros bidon tout mou a un goût de reviens-y.

Avocates… rien que pour les enfants !

#VisMaVille La justice des mineurs ce n’est pas que des enfants qui commettent des délits ou en danger. C’est aussi, au quotidien, des avocats qui recueillent la parole d’enfants empêtrés dans les histoires de divorce de leurs parents. Rencontre avec deux avocates tourangelles, Karine et Valérie.

Le mercredi après-midi, la salle d’attente est remplie d’enfants dans le cabinet des Maîtres Bourgueil et Dubois, boulevard Heurteloup. Ces deux avocates tourangelles ont une prédilection pour ces clients pas ordinaires. Si être avocat d’enfant n’est pas une spécialité reconnue dans le droit, certains sont passés maîtres dans l’art de l’exercer, avec tact et empathie.

Valérie Bourgueil reçoit dans son bureau chaleureux, et met à l’aise, rassure l’enfant qui voit pour la première fois un professionnel de la justice. « Est-ce que tu sais qui je suis ? Je suis un avocat un peu particulier. Je ne suis ni l’avocat de ton père, ni l’avocat de ta mère. Je suis là pour toi. Tout est secret et je ne le répéterai à personne. »

Justine, 11 ans, semble très vite en confiance. Ses parents viennent de se séparer. Maître Bourgueil l’interroge pour évaluer si elle a envie de voir le juge et faire part de ses souhaits en termes de garde. L’avocat joue ici le rôle de « filtre ». Pour Karine Dubois, « les enfants y sont très sensibles car ils ont des messages à faire passer aux parents qu’ils ne peuvent pas transmettre directement. Il y a une liberté de ton. C’est à nous de porter cette parole auprès du juge. Nous avons aussi un rôle d’explication de ce qui va se passer. Pour eux, ce peut être compliqué à comprendre ».

Pour un cas de divorce, après avoir vu son avocat, l’enfant décide s’il souhaite être entendu par le juge aux affaires familiales. Après un entretien à huis clos, toujours sans ses parents, un rapport sera établi puis lu à ses parents, lors de l’audience de la procédure de divorce. « Leur parole sera écoutée mais pas toujours entendue », précise Maître Dubois. « Je suis claire avec eux sur ce point. »

Comment appréhender ces « clients » pas comme les autres ? À Tours, ils sont entendus à partir de 8 ans. L’avocat est chargé d’évaluer s’il est capable de discernement et s’il n’est pas manipulé par un de ses parents. Maître Bourgueil va au-delà, en « soutenant les enfants. Je les aide à traverser cette épreuve et prendre du recul, on est là pour qu’ils nous disent ce dont ils ont besoin et pas ce dont leurs parents ont besoin ou veulent entendre ».

Une relation de confiance et de complicité se noue. L’enfant sait qu’il peut joindre à tout moment son avocat. Comme ces deux sœurs qui souhaitaient revoir Maître Bourgueil, juste avant leur audition par le juge. Simplement besoin d’être rassurées. Et tout cela, gratuitement. Pas d’honoraires pour les avocats, l’aide juridictionnelle les rémunère, un forfait de 96 euros, quel que soit le temps passé. Autant dire que c’est une vocation.

Texte : Aurélie Dunouau / Photos : Aurélie Dunouau et Adobe Stock

Horoscope du 21 au 27 octobre (et peut-être un peu plus à cause des vacances, tout ça tout ça)

Pas de tmv la semaine prochaine ? Qu’à cela ne tienne ! Voici une bonne grosse dose d’astrologiesceptique avec notre horoscope WTF.

Bélier

Amour

Il y a deux choses magiques
dans la vie. La tartiflette et se réveiller
aux côtés des Béliers. Aaaanw…

Gloire

Arrêtez de nous insulter par
mail. On a votre adresse IP. #tuflippes

Beauté

Vous êtes délicat(e) comme
la caresse d’une plume. (Roh la vache,
qu’est-ce qu’on est poétique)

Taureau

Amour

Vous rendez les choses aussi
compliquées que les indices dans Fort
Boyard

Gloire

Bientôt l’hiver ! Les plaids, le
feu de cheminée, le chocolat chaud et
la grosse morve baveuse. A+ !

Beauté

La constellation du Chabal
vous conseille de vous occuper de
votre pilosité.

Gémeaux

Amour

Très sincèrement, je n’en
sais rien et je m’en fous éperdument.
Bisou.

Gloire

Ça aussi, j’en sais rien. Eh
oh, c’est un journal gratos, vous espériez
quoi ? Un vrai horoscope ?

Beauté

Vous êtes une fake news
à vous tout(e) seul(e).
#PrenezçalesTrump

Cancer

Amour

Pfiiiiit pfouiiiiit. Vous entendez
? C’est le bruit de la cocotte-minute
de votre libido qui va exploser.

Gloire

Vous poussez trop souvent
mémé dans les orties. Elle commence
à en avoir plein la couche.

Beauté

Vous êtes follement splendide.
Voilà un peu de gentillesse, car
on a vraiment été moche et pas sympa
avec vous récemment. Z’êtes contents ?

Lion

Amour

Cette semaine, vous irez
pointer à Popol Emploi.

Gloire

Saturne a un conseil : Ne lâchez
rien ! (surtout pas un bébé si vous
en portez un)

Beauté

Le sport, c’est la santé ! Allez,
courage mes p’tits mollusques !

Vierge

Amour

Les voies du Seigneur sont
impénétrables. Contrairement à vous

Gloire

Vous le saviez, vous, que Hey,
I just met you and this is crazy, but
here’s my number, so call me maybe ?

Beauté

Ça va, mais les Gémeaux
sont plus beaux que vous.

Balance

Amour

Vous êtes la gomme du
crayon de l’Amour : toujours là pour
effacer les erreurs.

Gloire

La constellation du melon
vous prévient que vous ne passerez
bientôt plus les portes.

Beauté

Avoir le physique d’un Picasso
fait tout de même de vous une
œuvre d’art

Scorpion

Amour

Waouuuw vous êtes une vraie
machine sous la couette ! Ah non, désolé,
c’était pour les Capricornes ça.

Gloire

Breaking news ! Semaine
pourrie pour tous les Scorpions, excepté
les 2e décans, roux et fans de
pizza hawaïenne.

Beauté

Force est de constater que
vous avez un problème de pédoncule.

Sagittaire

Amour

Vous obtiendrez un CDI en
détresse sentimentale.

Gloire

Sans mentir, votre ramage se
rapporte à votre plumage.

Beauté

Pas d’idée de déguisement
pour Halloween ? Regardez votre ex.
(oui, vos goûts laissent à désirer)

Capricorne

Amour

Toutes les routes mènent
à Rome. Et à votre lit, visiblement.
Graou !

Gloire

Ronfler, piquer toute la couette,
avoir les pieds froids… Vous n’en avez pas marre d’être si agaçant(e) la nuit ?

Beauté

Bientôt la petite pilule
bleue, hein. Ça pourra toujours servir !
Krrkrrr.

Verseau

Amour

Un marathon du sexe vous
attend ce week-end. Une bonne nouvelle
? Oui et non. Car il s’agira d’une
course en solo.

Gloire

Rachetez du PQ.

Beauté

Fragile comme un pissenlit.

Poissons

Amour

Pluton annonce un bon gros
bordel dans votre sentimentale

Gloire

Le ciel s’assombrit et l’alignement
des étoiles polaires vous incite à
botter le derrière de votre boss

Beauté

Vous avez la carrure d’un
kebab. La salle de sport n’attend plus
que vous !

Anne-Laure Rouxel et la danse hawaïenne pour femmes enceintes

Anne-Laure Rouxel est danseuse chorégraphe. Depuis cette année, elle propose des ateliers de danse hawaïenne, gratuits pour les femmes enceintes suivies à l’hôpital de Tours.

D’emblée, Anne-Laure Rouxel dresse le décor. « On commence par se masser le dos, le ventre, on respire. Imaginez-vous à Hawaï, sur le sable, on cueille la jolie fleur et on la met dans ses cheveux, on se pare d’un collier de fleurs autour de la tête puis sur la poitrine tout en respirant son parfum. Nous voilà prêtes ! »

Du fond sonore jaillissent les vagues. Les bassins d’Anne-Laure et de son élève du jour, Clarisse, ondulent peu à peu. Une ambiance douce et chaleureuse les entoure.

Nous sommes à l’atelier de danse hawaïenne que propose la chorégraphe tous les mercredis pour les femmes enceintes suivies au CHRU de Tours. Crise sanitaire oblige, il est délocalisé au studio du Petit Morier et comme il vient tout juste d’être mis en place, il n’y a pas foule ce matin. Mais gageons que bientôt le cours d’Anne-Laure Rouxel affichera complet. Car la danse hawaïenne est source de multiples bienfaits pour les femmes enceintes.

« Le travail que je propose, le hula prénatal, vise à mieux connaître son corps, mieux sentir ses appuis, mieux développer sa respiration, étirer sa colonne vertébrale et découvrir l’ensemble des mouvements du bassin. Les femmes qui le pratiquent savourent cette détente pendant le cours puis cela résonne en elles dans leur quotidien. Quelque part aussi, cela les prépare à l’accouchement, en les amenant vers plus de mobilité et en développant leurs appuis. »

Formée à la danse hawaïenne à Paris et dans le pays des origines par une maître danseuse devenue sa meilleure amie, Anne-Laure est précurseur en France de cette pratique auprès des femmes enceintes. Elle est heureuse de l’intérêt porté par le professeur Perrotin, chef du service gynécologie de l’hôpital, pour ces ateliers pour les femmes enceintes mais aussi les sages-femmes. Les cours ont démarré en janvier, juste avant le confinement. Elles étaient six femmes enceintes à participer et pour Anne-Laure, « elles ne sont pas six, mais douze, leur bébé en elles danse aussi ! ».

Elle aime les liens qui se créent avec ces personnes et rien ne la réjouit plus de voir qu’une de ses élèves, aide à domicile dont le corps est abîmé par le poids des personnes âgées qu’elle soulève, s’est éveillée à la danse. Le sourire en prime. Car Anne-Laure est persuadée que « la danse et la musique répondent à un besoin ontologique et social. La sensation des mouvements de bassin qui singularise cette danse est très douce et ondulante. Et puis c’est une danse qui ancre dans le sol, la terre ».

À la fin du cours, Clarisse, enceinte de son troisième enfant, semble approuver. Elle qui avait « le bassin en vrac » en arrivant au cours de hula prénatal, ressort une heure plus tard apaisée. Après avoir dansé et chanté, le temps d’une échappée à Hawaï.

Aurélie Dunouau


> Ateliers de danse femmes enceintes, mode d’emploi

Le temps de la crise sanitaire, ces ateliers gratuits se déroulent au Studio de danse Le Petit Morier (81 boulevard Jean-Royer, à Tours), les mercredis de 10 h 45 à 11 h 45. L’inscription se fait auprès de l’équipe d’accueil de la maternité, au Centre Olympe de Gouges du CHRU. Anne-Laure Rouxel est auteure d’un guide pratique et poétique pour un accouchement physiologique : Bougez votre bassin ! Elle sera à la librairie La Boîte à Livres, le jeudi 29 octobre, à 19 h 30.

Olivia N’Ganga, la réalisatrice des fictions dansées

Avec Électron Libre, son cinquième court-métrage réalisé avec Mikaël Dinic, Olivia N’Ganga met en scène le chorégraphe Abderzak Houmi.

Olivia N’Ganga et Abderzak Houmi (Photo Electron Libre – DR)

C’est une routine immuable : chaque jour, un biologiste enfile blouse et gants pour s’atteler à son microscope. Subrepticement, jour après jour, sons et chorégraphies hip-hop s’invitent comme par magie dans le quotidien millimétré de ce scientifique.

« Le démon de la danse va s’emparer de lui », s’exclame Olivia N’Ganga, la co-réalisatrice, avec Mikaël Dinic, d’Électron Libre, ce court-métrage qui sera diffusé dans l’émission Renversant de France 3 Centre Val de Loire*, puis sur TVTours et BIPTV.

« Je m’inspire de la vie et de la personnalité des premiers rôles »

L’acteur principal de cette fiction dansée ? Le danseur et chorégraphe Abderzak Houmi, fondateur de la compagnie X-Press installée à Joué-lès-Tours. La réalisatrice, ancienne du Conservatoire de Tours, de l’école de commerce (Escem) ou encore du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris, co-réalise ici son cinquième court-métrage de fiction. Des histoires qui, depuis 2017, ont la particularité d’évoquer des sujets de société en s’appuyant sur le vécu des acteurs principaux et … sur la danse.

« Je m’inspire de la vie et de la personnalité des premiers rôles pour créer un scénario original », détaille Olivia N’Ganga. Avec Itinéraire Etc, elle met en scène avec humour Thomas Lebrun, chorégraphe et directeur du Centre Chorégraphique national de Tours, dans une parodie de lui-même. Dans Électron Libre, elle évoque par le prisme d’un scénario de science-fiction, les études scientifiques d’Abderzak Houmi, qui plongera dans le bain de la danse en autodidacte, à 18 ans, avant, très rapidement, d’en faire son métier.

Mais auparavant, jusqu’en 2017, Olivia N’Ganga a travaillé pour d’autres caméras, en exerçant, durant sept ans, le métier de journaliste, notamment pour France 3. L’occasion de voir éclore sa passion du terrain et son goût pour les formats longs.

En 2014, Olivia N’Ganga a d’ailleurs co-réalisé Son rêve à lui, un documentaire ponctué d’interviews de l’Etoile Patrick Dupond, racontant l’histoire de deux apprentis danseurs et d’un professionnel du prestigieux Opéra de Paris. Pour filmer la danse, toujours.

Flore Mabilleau


> *Diffusion le 21 octobre vers 23 h dans Renversant, sur France 3 Val de Loire.

 

 

Horoscope WTF du 14 au 20 octobre 2020

Les vacances scolaires approchent. L’astrologue de tmv, 5 ans d’âge dans sa tête, est pressé de se dorer la pilule aux Seychelles. En attendant, voilà votre dose d’horoscope WTF.

Bélier

Amour

Le réchauffement climatique, c’est de votre faute. Vous avez bien trop chaud aux fesses.

Gloire

Arrêtez de croire que vous êtes le nombril du monde…

Beauté

… Car le vôtre est hyper sale et rempli de moumoutes en plus.

Taureau

Amour

Vous avez un cœur d’artichaut mixé avec une grosse purée de chou-fleur bien dégueu’.

Gloire

Vous allez marcher dedans du pied gauche samedi après-midi.

Beauté

Pour rappel, vos flatulences en paillettes ne font pas de vous une licorne.

Gémeaux

Amour

N’oubliez pas que le vent va souffler sur les plaines de la Bretagne armoricaine. Il va donc falloir jeter un dernier regard sur sa femme, son fils et son domaine.

Gloire

D’ailleurs faites gaffe, Akim le fils du forgeron va venir vous chercher.

Beauté

Daaans la vallée oh-oh, des Géééémeaux lalilala !

Cancer

Amour

Aimez-vous vous-même. Et que les autres aillent se faire voir. (A+ pour d’autres conseils)

Gloire

N’oubliez jamais de rabaisser vos ami(e)s.

Beauté

Drôle de surprise cette semaine, vous apprendrez que vous êtes en fait immortel(le) et que vous allez bien vous ennuyer toute cette foutue vie.

Lion

Amour

Votre ex n’attend plus que vous. Et c’est malheureusement le/la seul(e).

Gloire

Vous ne tiendriez que 2 heures à Koh Lanta. Vous aimez bien trop la bouffe.

Beauté

Force est de constater que vous paraissez 20 ans de plus, Père Fouras.

Vierge

Amour

Comme le dit le proverbe, « c’est pas parce qu’on est potes qu’on se tripote ». Allez A+ !

Gloire

Profitez, vous n’avez qu’une vie. Déjà qu’elle est assez chiante comme ça…

Beauté

Dans cette semaine pluvieuse, votre beauté est scandaleuse. (rah la vache, j’adore être poète comme ça)

Balance

Amour

L’être aimé va découvrir votre historique Google. Et vous rentrera dans le lard (oui oui, faites pas les innocents)

Gloire

Vous recevrez le Prix Nobel de médecine pour toutes ces fois où vous avez joué au docteur avec qui-vous-savez…

Beauté

On ne fait pas d’un âne un cheval de course. Eh ouais baby !

Scorpion

Amour

Ne culpabilisez pour vos relations passées avec vos ex. Dites-vous qu’il y a prescription. (et heureusement, parce que… wow)

Gloire

Oulaaa, relax. Vous êtes encore plus parano que les mecs dans Walking Dead.

Beauté

Comme disait John-David de Secret Story, « c’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire des limaces ».

Sagittaire

Amour

Franchement, je sais pas. Ça dépendra de la taille de la marguerite.

Gloire

Le saviez-vous ? Les dinosaures ont disparu, parce qu’ils ne portaient pas leur masque dans le centre-ville de Tours.

Beauté

Vous faites des jaloux. Qui veulent vous casser les genoux. C’est ça d’être parfait(e).

Capricorne

Amour

Sur l’échiquier de l’amour, vous êtes comme un pion. Toujours à vous faire avoir en premier.

Gloire

La constellation du Bescherelle vous rappelle que tel est pris qui croivait prendre.

Beauté

Vous entendez le loup, le renard et la belette chanter. Autant dire que vous êtes sacrément défoncé(e).

Verseau

Amour

On vous prévient direct : cette semaine, ça le fait pas du tout et ça craint du boudin.

Gloire

Tout le monde n’est pas diplômé de l’école du rire comme vous.

Beauté

Vous êtes l’équivalent d’un kiwi. Mais sans les poils. Bref, vous êtes un œuf.

Poissons

Amour

Attention, dans vos relations, vous faites souvent preuve d’outrecuidance (qu’est-ce qu’on rêvait de placer ce mot)

Gloire

Vous n’aimez pas les mioches et les mioches ne vous aiment pas non plus.

Beauté

Des joues de hamster sous Lexomil, mais c’est pas grave.

Tourisme : comment la Touraine peut rebondir

Si les perspectives ne sont pas très optimistes, notre département peut compter sur son patrimoine exceptionnel pour faire revenir les touristes.

Les chiffres pour 2020 seront de toute évidence catastrophiques : perte de chiffre d’affaires cumulé de mars à août estimé à plus de 75 %*, baisse de la fréquentation de moitié depuis le début de l’année, difficile d’avoir le sourire pour les professionnels du tourisme.

Le bel été ne suffira pas à rattraper le printemps perdu même s’il limite les dégâts. « Les grands sites sont les plus touchés », souligne Pascal Pillault, directeur de l’agence du développement touristique de Touraine (ADTT). Amboise, Chenonceau et les monuments phares qui attirent les groupes et touristes étrangers ont pâti de l’effet Covid, « avec une perte de 10 à 20 % par rapport à un été comparable, celui de 2018. Ce qui n’est déjà pas si mal », tempère Pascal Pillault.

Le choix de la nature

En fait, « ce sont les petits et moyens sites qui ont tiré leur épingle du jeu, comme Villandry, Montpoupon… Avec même une hausse de la fréquentation pour Château-Gaillard à Amboise, ce qui représente une performance ! »

Concernant l’hébergement, les chambres d’hôtes et les gîtes ont attiré cet été les familles désireuses de se retrouver tandis que l’hôtellerie fait grise mine. Les touristes ont assurément fait le choix de la nature, des sites en campagne, et des châteaux moins fréquentés en temps habituel. La métropole de Tours a d’ailleurs beaucoup plus souffert que le reste du département.

Beaucoup parlent d’une amélioration due cet été aux touristes locaux, mais est-ce vraiment le cas ? Pascal Pillault nuance ce constat. « Cela a permis à nos locaux de redécouvrir nos offres touristiques qu’ils avaient peut-être oubliées. Les activités de loisirs, comme le vélo et le canoë ont eu beaucoup de succès. Mais le tourisme ne peut se construire sur la seule proximité. Rester à 50 km de chez soi, cela ne durera qu’un temps ! »

Les chiffres attestent son propos : plus que ceux du département, ce sont les touristes de l’Hexagone qui sont venus visiter notre belle Touraine et expliquent la hausse de fréquentation cet été. Les Belges, Allemands et Néerlandais ont également répondu présent.

Une embellie de courte durée ?

Mais l’été ne pourrait avoir été qu’une embellie de courte durée. Depuis septembre, les professionnels du tourisme s’inquiètent des perspectives. La clientèle habituelle de cette période post-vacances, les plus de 65 ans qui dépensent et profitent des bonnes choses, risque de ne pas être au rendez- vous. « Les professionnels ont les yeux tournés sur notre opération de fin d’année, Noël au château, espère Pascal Pillault de l’ADTT. On compte sur cette période féérique et la volonté de se retrouver en famille. »

 

Autre stratégie sur laquelle planchent les professionnels : développer les axes du slow tourisme et de l’art de vivre.
« Il faut qu’on continue à travailler sur le développement durable. Mais au-delà, c’est tout simplement l’art de vivre à la française que nous devons développer. Nous avons un écrin naturel et culturel formidable classé à l’Unesco, des châteaux, des jardins, des vignes, avec un marqueur identitaire très fort, ce dont tout le monde ne peut se prévaloir. Il nous faut relier les filières entre elles, par exemple les châteaux et le vin, ce que l’on ne fait pas suffisamment. Et puis, qui sait qu’Amboise et Villandry sont également des refuges LPO pour les oiseaux ? Qu’à Villandry, aucun produit chimique n’est utilisé ? À nous de le faire savoir, de mieux communiquer sur nos atouts ! »
Aurélie Dunouau

*Selon une enquête d’impact de la crise sanitaire sur l’activité touristique locale menée par Tours Métropole Val de Loire et le Département auprès des acteurs du tourisme entre le 31 août et 16 septembre. 2 700 professionnels sur 7 000 ont répondu.

Savourons le Val de Loire : les produits locaux à l’honneur

Avec l’opération « Savourons le Val de Loire », les producteurs locaux viennent à votre rencontre pour vous faire découvrir les richesses de nos terroirs du 12 au 18 octobre.

Avis aux épicuriens tourangeaux : l’opération « Savourons le Val de Loire » revient pour la 10e année consécutive ! Du 12 au 18 octobre 2020, les producteurs adhérents de l’association Projets pour le Val de Loire mettront en avant leurs produits dans vos supermarchés, épiceries et autres magasins habituels.

Pour Laura Bizet, membre du comité organisateur, l’objectif de l’opération est multiple : « Nous nous inscrivons dans un engagement économique, mais aussi écologique en favorisant le circuit court. Savourons le Val de Loire est aussi là pour aider les producteurs à se mettre en relation avec des professionnels du secteur (industrie agroalimentaire, restaurants, cantines, réseau de magasins…) à travers un rendez-vous professionnel qui s’ajoute aux opérations pour le grand public. »

Dégustations, rencontres et échanges

Pour les 70 adhérents de l’association organisatrice, la semaine « Savourons le Val de Loire » sera donc l’occasion de se faire connaître de tous les publics, professionnels comme particuliers.

Pour rencontrer ces derniers, les producteurs s’installeront dans des espaces dédiés à Savourons le Val de Loire dans les supermarchés, hypermarchés mais aussi boutiques et épiceries qui seront de la partie. Présentation de produits, dégustations, et surtout rencontres et échanges seront au rendez-vous.

Et au cas où vous hésiteriez encore à faire vos curieux, sachez que toute la semaine un jeu-concours sera proposé, avec à la clé des dîners gastronomiques aux Hautes Roches de Rochecorbon et dans les restaurants sélectionnés par La Touraine Gourmande Cuisine en Loir-et-Cher.

Horoscope WTF du 7 au 13 octobre 2020

Encore une bonne dose d’astrologie qui changera probablement (et même à coup sûr) votre quotidien, votre semaine. Que dis-je : VOTRE VIE !

Bélier

Amour

Vous êtes aussi difficile à
choper qu’un appart décent à Paris.

Gloire

Le moral est bas en ce moment.
Vous devriez offrir du chocolat
à l’astrologue de tmv. J’dis ça, j’dis
rien.

Beauté

L’alignement avec Saturne
laisse à croire que vous n’arrivez pas
équilibrer votre slip.

Taureau

Amour

L’orage gronde dans votre
ciel tumultueux. (c’est une métaphore
pour dire que ça craint)

Gloire

Il n’est jamais trop tard
pour changer le cours des choses.
Sauf dans votre cas. (c’est pas gentil,
hein ?)

Beauté

N’oubliez jamais que
l’étoile de la Cindy Sander a dit de
vous que vous étiez un papillon de
lumière sous les projecteurs.

Gémeaux

Amour

Roh, j’en sais rien, je suis
pas astrologue, merde !

Gloire

« On ne guérit pas les plaies
en les léchant avec une langue de
bois. » Et vlan, il disait pas que des
conneries Giscard !

Beauté

OUI, on est vulgaire dans
votre horoscope, mais parce que
VOUS êtes vulgaire.

Cancer

Amour

Sans vouloir vous faire flipper,
votre ex reviendra vous les briser
ce mois-ci.

Gloire

Vos soirées pas très catholiques
au Cap d’Agde en ont pris un
sacré coup avec le Covid.

Beauté

Vous vieillissez à vue d’oeil.
Votre cerveau est comme une clé
USB, il a une capacité de stockage
limitée.

Lion

Amour

Sous la couette, vous
avez l’expressivité d’un parpaing.
Ressaisissez-vous !

Gloire

Sans vouloir vous faire
culpabiliser, c’est à cause de vous
qu’il y a la faim dans le monde.

Beauté

Votre visage transpire
autant la joie de vivre que celui
de Benjamin Biolay.

Vierge

Amour

La vache, quel naufrage,
tout ça quand on y repense…

Gloire

Force est de constater que
les Vierges sont chafouins. (on tenait
absolument à placer ce mot qu’on
aime beaucoup. Bisou)

Beauté

Vous avez le poil d’un lévrier
afghan. Quelle classe.

Balance

Amour

L’amour triomphe de tout.
Sauf des MST.

Gloire

Un proverbe ivoirien dit :
« Si tu vois une mère poule en vente
au marché, c’est à cause de son caractère.
» Voilà, c’est tout, débrouillez-
vous avec ça.

Beauté

C’est un fait : les Balances
sont vraiment des êtres lubriques.

Scorpion

Amour

Vous procurez autant de
plaisir qu’un coton-tige dans l’oreille.

Gloire

Sans vouloir vous dénoncer
à la police-municipale-bonjour, Scorpion
ça rime avec chichon.

Beauté

La beauté intérieure, ça
compte pas, désolé.

Sagittaire

Amour

Vous faites l’effet de la pluie
sur un velux : vous nous détendez. (la
vache, on est si poétique)

Gloire

Cette semaine, la constellation
de la Mimie Mathy prédit une
mission de taille pour vous.

Beauté

Pourquoi le corps des Sagittaires
a-t-il hérité des plus beaux
atomes du cosmos ? Encore un mystère
de la science irrésolu.

Capricorne

Amour

Avec vous, l’amour est aussi
difficile à trouver que la sortie d’un
Ikea.

Gloire

Ne l’oubliez jamais : « L’important,
c’est de participer » n’est
qu’une phrase de loser.

Beauté

En reliant votre nombril
à vos tétons, ça fait un triangle.
Triangle comme celui des… ILLUMINATI.
Coïncidence ? Je ne crois pas !

Verseau

Amour

Vous êtes comme une clé
USB. On n’arrive jamais vous brancher
du premier coup.

Gloire

Bah justement, c’est pas très
glorieux…

Beauté

Arf flûte, déjà que vous
n’étiez pas gâté(e) par la vie…

Poissons

Amour

La constellation de la Lara
Fabian vous rappelle que tout, tout,
tout est fini entre vous et que vous
n’avez plus la force du tout, d’y croire
et d’espérer.

Gloire

Votre vie changera le jour où
vous vous rendrez compte que vous
marchez sur vos chaussures.

Beauté

Comme le dit le proverbe,
« si c’est mignon et si ça sent bon,
c’est sûrement pas un Poissons »

Lionel Herin, l’esprit judo depuis 40 ans

#VisMaVille Lionel Herin est le président du Judo Club de Touraine (JCT). Toujours actif au club, quarante ans après son arrivée, il est une référence pour les jeunes du quartier du Sanitas.

Au dojo, ce jeudi soir, les 15- 25 ans en kimono enchaînent les prises, sous le regard avisé de Lionel Herin. Peut-être a-t-il une pensée émue pour ses débuts, lorsqu’il avait 12 ans. Nous sommes dans les années 60, la sciure faisait alors office de tatami. Lorsqu’il était un gamin turbulent, Lionel Herin pratiquait le judo Porte de Clichy, à Paris. « Le judo m’a sauvé des bandes rivales du 92 qui s’affrontaient. Beaucoup de mes copains de l’époque ont d’ailleurs fini en prison. »

Très vite ceinture noire à 15 ans, il connaît un parcours sans faute jusqu’à sa ceinture rouge et blanche 7e dan, une des plus hautes distinctions, denrée rare en France. Boursier de l’équipe nationale, il n’en a pas fait une quête de médailles mais un loisir érigé en art de vivre.

Aujourd’hui encore, à 68 ans, il lui arrive d’entraîner les gamins du Sanitas qu’il couve sous son air sérieux. Vincent et Julien, la vingtaine, font partie des deux judokas qu’il suit depuis de nombreuses années au JCT. Il les a d’ailleurs amenés avec lui au Japon pour améliorer leur technique. « C’est un gentil même s’il peut être un peu dur. Il nous force à nous dépasser et recadre bien les choses », reconnaît Vincent.

Car la pédagogie, Lionel connaît. Sa carrière, il l’a faite comme professeur de sport au collège Michelet. Juste à côté, au Palais des sports, il a longtemps préparé les ceintures noires aux compétitions tout en s’impliquant au centre sportif départemental.

Aujourd’hui un peu en retrait, il double parfois les entraîneurs, s’occupant plutôt de l’administratif dans son rôle de Président du JCT, trois heures par jour. Et il continue de « transmettre ». Au collège comme sur les tatamis, Lionel Herin a toujours appliqué le code moral du judo : respect de soi, respect des autres.

« Les méthodes d’apprentissage évoluent selon le groupe en face. Il faut savoir s’adapter aux différents niveaux. » Pour les enfants, le judo est plus ludique, mis en scène « comme une représentation de théâtre ». Dispensant ses consignes sur le tatami, Olivier Morel est l’un des trois entraîneurs du club.

Ce jour-là, au milieu des ceintures noires, rouges et bleues, il apprécie d’avoir Lionel Herin à ses côtés. « C’est une figure connue ici, les parents l’ont toujours connu. On est arrivé au club en même temps en 1978, j’étais tout jeune à l’époque. » Et comme un passage de témoin, Olivier est aujourd’hui professeur d’EPS au collège Michelet.

Textes et photos : Aurélie Dunouau

Beat Matazz, l’as de la batterie digitale et champion de « finger drumming »

Beat Matazz, alias Marco Pillitteri, vient de remporter la médaille de bronze d’un championnat européen de « Finger Drumming » soit de batterie digitale.

Sur Instagram, ses 2 500 followers l’observent chaque semaine se laisser joyeusement posséder par sa musique. Dans son étroit studio home made, Marco Pillitteri se filme pianotant en virtuose sur un drôle d’instrument de musique, plus proche de l’ordinateur que de la grosse caisse.

« Je suis passionné de composition électronique et dans un délire assez geek », reconnaît le musicien âgé de 32 ans. Son nom de scène ? Beat Matazz.

C’est en « tambourinant » avec maestria sur sa boîte à rythmes rose aux boutons blancs que ce batteur, rappeur et compositeur, a remporté la médaille de bronze d’un championnat européen de Finger Drumming, soit de batterie digitale en version française. Un podium décroché grâce à une composition hip-hop à base sur de samples de la 5e symphonie de Beethoven et de sons créés grâce à un synthétiseur analogique japonais des années 70.

« Je suis sûr d’être à ma place »

Déjà, en 2018, pour sa première participation à un battle, après 10 années d’entraînement seul dans sa chambre, le musicien avait braqué la première place. Pourquoi se lancer dans ces compétitions où se réunit le gratin du beatmaking ? « Je ne sais pas vraiment pourquoi je le fais, mais lorsque je suis là-bas, je suis sûr d’être à ma place, de faire partie d’une tribu », sourit-il. « Plus je m’entraîne, plus je maîtrise mon art qui demande un gros niveau de technicité et de concentration. Il faut avoir la précision d’un pianiste et l’énergie d’un batteur. »

Live Finger Drumming Beatmaking Performance – Beethoven + Beat Matazz = Beathoven

JE VIENS D'ETRE SELECTIONNÉ pour le Championnat du Monde de #FingerDrumming avec ce beat vidéo 🌎 8 Finalistes, 1 Vainqueur ⚡️J-5⚡️Samples Imposés : Beethoven, ici c'est la Symphonie N°6 Pastorale.Live Stream le Vendredi 21 Aout Je vous donne RDV Vendredi 21 Aout 2020 sur le compte Twitch de Sample Music Festival pour me soutenir jusqu'au podium ♥️ ❤️ A très vite#Berlin #fingerdrumming #handmadebeatz #pinkmpc #Loveforthemusic

Posted by Beat Matazz on Monday, August 17, 2020

C’est d’ailleurs par là que l’artiste, installé aujourd’hui à Vallères, a débuté, à 6 ans, à l’école de musique de Saint-Cyr-sur-Loire. « Tout ce que j’ai appris à la batterie, je m’en sers et le transforme à la machine », observe-t-il.

Aux Beaux-arts de Bourges, puis de Nantes, Beat Matazz a ensuite laissé libre cours à son goût pour l’expérimentation sonore dans des créations musicales, en trio avec sa machine et… des bâtiments. « C’est durant cette période que j’ai commencé à créer de la musique à partir d’échantillons », se souvient-il.

Le musicien professionnel, influencé par l’artiste de hip-hop américain Flying Lotus, s’investit aujourd’hui de front dans cinq projets et groupes différents de blues, percussions de rue, jazz/ hip-hop, etc. « C’est la musique live qui me fait vibrer, c’est dans le show que je m’épanouis », souffle-t-il. Un plaisir communicatif qui séduit jusqu’à 5 000 internautes par vidéo postée.

Flore Mabilleau

> Pour le suivre sur Instagram @beatmatazz.

 

Ces chercheurs et chercheuses qui font briller Tours : terres glaciales et insectes

[3/3] L’Université et le CHRU de Tours regroupent de nombreux chercheurs de talent. Nous vous en présentons plusieurs pour un court mais passionnant voyage au centre de la recherche.

LE GOÛT DES TERRES GLACIALES

Isabelle BIANQUIS. Professeur d’anthropologie

Cela a commencé à l’adolescence, par le goût des récits de voyage. Ensuite, Isabelle Bianquis s’est cherchée mais avec l’envie profonde de découvrir des terres lointaines.

C’est en croisant la route d’un professeur d’anthropologie à l’université de Strasbourg que son sort s’est scellé. Puis celui de sa thèse, toujours le fruit d’une rencontre : le vin en Alsace. Une autre rencontre la mène en Mongolie, seule, dans les années 90, à l’époque où le pays sortait du système soviétique. Une révélation.

Elle y mène des recherches innovantes sur les boissons fermentées, les éleveurs nomades consommant des alcools à base lait. « Il fallait que j’aille voir cela ! », s’enthousiasme-t-elle.

Arrivée à Tours, en 2006, elle s’attaque à une étude majeure sur le territoire et les traditions en Mongolie, « comment les rituels sont définis par le politique dans un pays qui, à l’époque, craignait de disparaître entre la Russie et la Chine ». En 2012, retour à ses premières amours, elle intègre un laboratoire de l’Université de Tours spécialisé dans l’alimentation et entame une recherche en Iakoutie, en Sibérie.

Avide des grands espaces plutôt glaciaux, son prochain projet la mènera en Antarctique. « Ce sera la première fois qu’une anthropologue sera intégrée dans les bases scientifiques ! » Son but : étudier comment les gens construisent du lien social dans des conditions extrêmes et isolées. L’alimentation bien sûr ne sera pas loin : « Je suis sûre que le rôle des repas et du chef cuisinier est important dans l’organisation de leur vie. »


LE MONDE MERVEILLEUX DES INSECTES

David GIRON Directeur de recherche CNRS et de l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (IRBI)

Tout a commencé ici à la faculté de Tours pour celui qui dirige aujourd‘hui un institut mondialement réputé et LA référence européenne dans le monde de la recherche sur les insectes.

Après une formation complétée aux États-Unis et au Pays de Galles, le voici revenu chez lui, à Tours, recruté au CNRS. Quand on écoute David Giron, on a immédiatement envie de plonger avec lui « dans le monde fascinant des insectes pour lequel je me suis pris en affection », un domaine de recherche vaste qui permet de partager ses connaissances avec les industries.

Ses deux axes de recherche ? D’une part, les interactions entre les insectes, les plantes et les micro-organismes. Ce qui le mène à trouver des solutions écologiques pour réguler les organismes ravageurs par exemple. D’un autre côté, il s’intéresse à la production d’insectes pour l’alimentation humaine et animale, en définissant les conditions les plus favorables à leur production.

« Nous sommes un appui à cette filière d’avenir », explique David Giron. Le biologiste croise aussi son domaine avec celui du patrimoine. Il annonce un projet avec les soieries Roze : la sériciculture, qui consiste à produire des vers à soie dans l’objectif de revaloriser cette filière en Touraine. Car le chercheur de 44 ans originaire de Loches se dit « très attaché » à son territoire.

Ce n’est pas pour rien que cet excellent vulgarisateur scientifique sera cette année l’ambassadeur de la Fête de la science pour la Région Centre-Val de Loire.

Textes : Aurélie Dunouau


> RETROUVEZ LA SUITE DE NOTRE DOSSIER DANS LE NUMERO 372 DE TMV OU EN CLIQUANT ICI ! 

 

Ces chercheurs et chercheuses qui font briller Tours : cours princières et cosmétiques intelligents

[2/3] L’Université et le CHRU de Tours regroupent de nombreux chercheurs de talent. Nous vous en présentons plusieurs pour un court mais passionnant voyage au centre de la recherche.

DANS LA COUR DES GRANDS

Anne-Madeleine GOULET
Chercheuse au CESR en histoire des arts du spectacle

Elle fréquente les plus grandes cours princières d’Italie et d’Europe. Installée dans la salle Saint-Martin du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR) auquel elle est rattachée, Anne-Madeleine Goulet nous embarque aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Elle ambitionne d’écrire une histoire des arts du spectacle à Rome à partir des archives des grandes familles aristocratiques. C’est là que se situe l’originalité car, habituellement, les historiens travaillent sur cette époque avec les sources pontificales.

Théâtre, danse, musique…, ce qui l’intéresse c’est de comprendre pourquoi les riches familles finançaient à cette époque les spectacles. Quels en sont les enjeux économiques et politiques. Ce qui nous renvoie forcément « à apprendre des choses utiles pour aujourd’hui. Car à cette époque, art et politique étaient indissociables. Les aristocrates recherchaient des gains de prestige. Et puis on s’interroge beaucoup sur le mécénat privé aujourd’hui. »

Pour ce projet baptisé PERFORMART (2016-2021), elle a obtenu un budget conséquent de deux millions d’euros, une équipe pluridisciplinaire de 30 personnes issues de 8 pays. Cette imposante recherche est l’œuvre du CNRS et de l’École française de Rome pour laquelle elle a travaillé quatre ans. Elle a dû convaincre des institutions et des princes de lui ouvrir les portes de leurs archives. À terme, plus de 6 000 documents seront transcrits et en libre accès.

Anne-Madeleine Goulet retient également de cette aventure le travail en équipe. « Nous ne travaillons pas de la même manière et je tiens beaucoup à cette logique de projet. » Deux livres sortiront en 2021 couronnant la fin de PERFORMART. Encore la tête dans ses archives, Anne-Madeleine Goulet, n’en pense pas moins à sa prochaine recherche. Dans cette perspective, elle, vient de se mettre avec frénésie à l’espagnol.


VERS DES COSMETIQUES INTELLIGENTS

Émilie MUNNIER
Docteur en pharmacie galénique

Des résultats et un impact sur la vie réelle. Voilà à quoi aspire cette bosseuse qui, depuis qu’elle a poussé la porte de la faculté de pharmacie à Tours en 2004, n’a plus quitté ses amphis et labos. Le peu de temps libre qu’elle s’accorde, elle le consacre aux sorties culturelles. Sa spécialité ? La pharmacie galénique qui s’intéresse à la formulation et fabrication du médicament et des cosmétiques.

En clair, la chercheuse fabrique sa potion, en l’occurrence un médicament ou une crème à partir de molécules. Avec son équipe « Nanomédicaments et nano-sondes », ce sont une dizaine de personnes à travailler sur le développement de ces formules et méthodes. Et le labo tourangeau est en pointe, intégré au réseau Cosmetosciences, très soutenu par la Région. Il réunit chercheurs et entreprises du Centre-Val de Loire (dont les parfums Dior) leur permettant une visibilité européenne.

Un autre projet très concret mobilise Emilie Munnier : MISTIC, sur lequel elle collabore avec des chercheurs de l’Université d’Orléans et des partenaires industriels. « On travaille sur des nouveaux matériaux intelligents en utilisant des méthodes innovantes. Par exemple, sur une crème solaire que l’on appliquerait le matin et dont les actifs ne se libéreraient qu’au contact de la peau aux UV. »

Des méthodes déjà appliquées en cancérologie, domaine qu’elle connaît bien puisqu’elle y a débuté ses recherches. « Ce qui me plaît c’est d’être utile au quotidien. »

Textes : Aurélie Dunouau


> RETROUVEZ LA SUITE DE NOTRE DOSSIER DANS LE NUMERO 372 DE TMV OU EN CLIQUANT ICI ! 

 

Horoscope WTF du 30 septembre au 6 octobre 2020

L’automne est là. Les feuilles mortes, le mauvais temps, la pluie fine et froide. Et la mauvaise humeur de l’astrologue de tmv.

Bélier

Amour

Snif snif, ouuuuh ça sent l’roussi par ici !

Gloire

Vous murmurez à l’oreille des chevaux. Mais même eux ne vous écoutent pas.

Beauté

Votre expression « les plus courtes sont les meilleures » ne s’applique qu’aux blagues, vous savez…

Taureau

Amour

Une étude de la Nasa prouve que sous la couette, les Taureaux font décoller au 7e ciel.

Gloire

FROUUUUTCHHH (c’est le bruit de la fusée qui décolle jusqu’au 7e ciel)

Beauté

Tout le monde dit que vous n’êtes pas sportif/ve. N’empêche, vous avez été le spermatozoïde le plus rapide.

Gémeaux

Amour

Vous faites semblant. Et maintenant, toute la ville le sait car tout le monde lit l’horoscope des Gémeaux. Krrkrr.

Gloire

Ces gens qui mettent leur masque sous le nez, qui sont-ils, quels sont leurs réseaux ?

Beauté

L’influence de Vénus est palpable cette semaine : vous lâchez des gaz.

Cancer

Amour

Vous êtes l’équivalent de la pièce-jointe d’un e-mail. On parle de vous, mais on vous oublie souvent.

Gloire

Les produits laitiers sont nos amis pour la vie. (pas comme vous)

Beauté

Envie d’une peau lisse ? Frottez-vous avec du saucisson. #conseildami

Lion

Amour

Les Lions, c’est comme la raclette. On ne s’en lasse pas ! Aaaaanw.

Gloire

Ça y’est. Vous utilisez les expressions « c’était mieux avant » et « les jeunes sont des p’tits cons ». Vous êtes officiellement vieux/vieille.

Beauté

La perfection. (mon frère est Lion, j’ai peur de me faire taper)

Vierge

Amour

Vous êtes au bout du rouleau de PQ de la vie sentimentale.

Gloire

La constellation du Tata yoyo vous demande ce qu’il y a sous votre grand chapeau ?

Beauté

(sûrement un truc dégueulasse en plus, vous connaissant)

Balance

Amour

On prédit une panne. Sexuelle ou d’essence, on sait pas. La boule de cristal est sale.

Gloire

« Cessez d’être aussi performant(e), vous êtes une source de complexe pour votre équipe. » (copyright notre collègue, ouais ouais)

Beauté

Le poil soyeux.

Scorpion

Amour

Aaah Scorpion de mon cœur… Dans la vie, il y a des gens irremplaçables. Mais vous n’en faites pas partie.

Gloire

Le télétravail a été inventé pour éviter que vous veniez au boulot. #complot

Beauté

Vous êtes aussi fragile que l’ego de l’astrologue de tmv. Et ça…

Sagittaire

Amour

Tel l’incontinent, vous en rajoutez toujours une couche.

Gloire

Il en faut peeeu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaiiire des Sagittaires.

Beauté

C’était mignon, ce qu’on a dit au-dessus hein ? Tant mieux, car vous avez la carrure d’une moule. A+

Capricorne

Amour

Vous voyez quand vous êtes tranquille dans la mer à nager et qu’un truc inconnu commence à vous frôler le pied ? Bah vous faites autant stresser que ça.

Gloire

Vous attendez Godot. Mais depuis trop longtemps. Il ne viendra pas, je pense qu’il se fout de votre tronche.

Beauté

Boulet mais canon.

Verseau

Amour

Faites pas semblant de jouer les Pavarotti sous la couette, c’est pas crédible hinhin.

Gloire

La constellation du Donald Trump vous rappelle que make Verseau great again.

Beauté

N’écoutez pas les « haters » : votre slip kangourou vous va à merveille.

Poissons

Amour

Comme dirait Denis Brogniart : « Ah ! »

Gloire

Vous allez vouloir raconter une blague. Mais vous oublierez la chute. La honte et le ridicule s’empareront de vous et tout le monde vous jettera des cailloux.

Beauté

Force est de constater que vous avez des airs de Jean Lassalle.

Ces chercheurs et chercheuses qui font briller Tours : vaccin contre l’hépatite C et médicament contre le Covid

[1/3] L’Université et le CHRU de Tours regroupent de nombreux chercheurs de talent. Nous vous en présentons plusieurs pour un court mais passionnant voyage au centre de la recherche.

LA QUÊTE D’UN VACCIN CONTRE L’HÉPATITE C

Philippe ROINGEARD Professeur de biologie cellulaire, chercheur en virologie

Cette sommité de la médecine qui dirige le laboratoire INSERM morphogénèse, antigénicité du VIH et des virus des hépatites, travaille avec une trentaine de personnes, dans un laboratoire du CHRU classé P3 (soit un labo totalement confiné), autour d’une palette large de virus qui embrasse le zika, le chikungunya et, depuis six mois, le Covid-19.

Il ne se voyait pas « rester les bras croisés, alors que nous avons les compétences et l’envie de comprendre le cycle infectieux du Covid. Nous avons rapidement mis le virus en culture et développé des projets ». Une étape sera d’ailleurs bientôt franchie avec la publication de résultats de recherche fondamentale.

Mais c’est surtout l’hépatite C qui occupe le temps et les pensées de Philippe Roingeard. Depuis le dépôt de son premier brevet en 2009 et l’obtention de prix les plus prestigieux dans le domaine, la mise en route d’un vaccin approche. Testé sur les animaux, il souhaite l’appliquer sur l’homme. Dans le but de passer au stade industriel et commercial, il vient d’ailleurs de créer une start-up afin de récolter des fonds privés. C’est la seule équipe à développer ce projet en France.

« La maladie est assez terrible car si on ne s’en rend pas compte tout de suite, elle peut causer des dégâts dans le foie, allant jusqu’à un cancer. » 70 millions de personnes sont infectées dans le monde, environ 300 000 en meurent chaque année. À 59 ans, Philippe Roingeard compte bien être celui qui aura couplé un vaccin hépatite B et hépatite C, quarante ans après la découverte du vaccin contre l’hépatite B par un autre illustre tourangeau, Philippe Maupas. Pour l’anecdote, Philippe Roingeard fut son élève en 1re année de pharma.


UN MÉDICAMENT CONTRE LE COVID

Alexandra AUDEMARD-VERGER Docteur en immunologie clinique

Alexandra Audemard-Verger, le mercredi 27 mai 2020 au CHU Bretonneau de Tours. (Photo : Cyril Chigot)

Arrivée au CHRU de Tours, il y a moins d’un an, pour associer à son activité clinique l’enseignement et la recherche, Alexandra Audemard-Verger, n’a pas perdu son temps. À 36 ans, cette jeune chercheuse en immunologie clinique a fait ses classes à Paris avec le Dr Lucas, à l’hôpital Cochin.

Passionnée par le fonctionnement des globules blancs, elle cherche à comprendre « les mécanismes qui font que le système immunitaire se dérègle et se retourne contre nos propres organes, comme s’il y avait un incendie ».

Et c’est ainsi que cette spécialiste des maladies rares et de la vascularite (ou l’inflammation des vaisseaux) s’est retrouvée au printemps dernier à se pencher sur les cas de COVID-19. Avec son équipe composée uniquement de femmes, elle s’est employée jour et nuit, trois semaines durant, à écrire un projet de recherche, financé par le CHRU et du mécénat.

Son idée : tester un médicament, l’anakinra, déjà utilisé pour traiter les maladies auto-inflammatoires, sur les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë. Pour l’instant, 45 patients sont inclus dans cet essai thérapeutique baptisé Anaconda, il en faudrait 240 pour valider le processus.

À ce projet, la chercheuse ajoute celui d’une étude sur les lymphocytes, développée avec Christophe Paget de l’INSERM. Alexandra Audemard-Verger ? Une tête chercheuse qui ne cesse d’aller vers cette « quête de connaissances » qui la guide depuis toute petite.

Textes : Aurélie Dunouau


> RETROUVEZ LA SUITE DE NOTRE DOSSIER DANS LE NUMERO 372 DE TMV OU EN CLIQUANT ICI ! 

 

Les Inouïs du Printemps de Bourges : place aux jeunes talents

Eh oui : le Printemps a bien eu lieu du 16 au 18 septembre. Certes dans une forme différente, mais en préservant son ADN, celui de la découvertes et la propulsion de jeunes talents. On y était et on vous raconte.

Pas de rendez-vous annuel en avril dernier, évidemment…. Mais le festival de Bourges a réduit sa programmation et son format les 16, 17 et 18 septembre pour dénicher de nouveaux talents/

Ils étaient donc une trentaine à se produire devant un beau parterre de professionnels et un jury présidé par Flavien Berger. Le Prix du Printemps est revenu à la chanteuse d’origine australienne Merryn Jeann avec sa pop éthérée et son folk diaphane.

Le Prix du Jury a été attribué à la rappeuse Leys et le Prix du public au groupe pop The Doug. On notera de notre côté l’impressionnante prestation des tourangeaux de Stuffed Foxes (retrouvez notre précédente interview ici)  pour un set tout en puissance, mais aussi l’impeccable concert et les chansons bien troussées de Terrier, la classe du pop-rock de Parade.

Notre coup de cœur ira sans conteste à la prestation de Khadyak. Seule sur scène dans une choré incroyable et un rythme d’enfer, la jeune Parisienne nous a littéralement bluffés, avec des textes très forts et une assurance incroyable.

Au final, un plateau au niveau très relevé et beaucoup de grain à moudre pour les programmateurs, tourneurs, maisons de disques, éditeurs… présents en nombre à cette édition 2020. On ne pourra que constater comment ce moment sous le soleil et la bonne humeur générale, malgré des concerts assis et un protocole sanitaire strict parfaitement en place, fut important pour toute une profession à l’arrêt… et pour tous ces jeunes artistes qui ont vraiment tout donné.

Et bonne nouvelle : il y aura bien un Printemps de Bourges 2021 du 4 au 9 mai. A vos agendas !

Live report : Hervé Bourit

 

Horoscope WTF du 23 au 29 septembre 2020

Qui souffrira de la constellation du Pas-ce-soir-j’ai-mal-au-crâne ? Qui va se battre avec Jamel Debbouze ? Quel signe se sent aussi mal-aimé que le pangolin ? La réponse à toutes ces questions existentielles dans notre horoscope WTF de la semaine.

Bélier

Amour

Votre QI de bigorneau plaît
à l’être aimé. N’est-ce pas là le plus
important ?

Gloire

Vous êtes un(e) simple d’esprit
avec une pensée complexe.

Beauté

Kikoo les Pères Fouras,
faudrait p’tet vous mettre au sport
maintenant.

Taureau

Amour

Chuuut… Collez votre
oreille contre le crâne de votre ex.
Vous verrez, vous entendrez la mer.

Gloire

Comment cela se fait-ce ?, se
demande le sadomaso.

Beauté

Hey, sympa votre look
d’Amish ! C’est original, en tout cas.

Gémeaux

Amour

Avec vous, c’est comme un
épisode de Walking Dead. Une bien
longue attente pour prendre du plaisir
seulement les 5 dernières minutes.

Gloire

Votre avenir est comme une
carotte : râpé.

Beauté

Comme le dit Mike Horn :
« Il vaut mieux avoir un glaçon dans
ton Gin tonique qu’un glaçon qui t’arrive
sur la gueule en Arctique. »

Cancer

Amour

Vous êtes le courant d’air
des relations amoureuses.

Gloire

Une sombre étude autrichienne
prouve que les poules n’ont
pas beaucoup d’amis. Cacheriez-vous
une âme de volaille ?

Beauté

Sous votre pâté, la plage.

Lion

Amour

Vous êtes aussi chaud(e)
qu’une petite merguez frétillante sur
le barbecue du sexe.

Gloire

(ahaha BOUUUUH, maintenant
toute la Touraine sait que vous
êtes chaud(e) comme une baraque à
frites)

Beauté

Fumer la moquette fera un
bien fou à votre teint. (on déconne
hein, après procès, prison, savon qui
tombe, tout ça tout ça)

Vierge

Amour

Samedi, c’est votre jour ! Ce
soir-là, vous allez tirelipimpon sur le
chihuahua.

Gloire

Vos amis vous veulent du
bien. Mais vous n’avez pas d’amis,
pas de pot.

Beauté

Quel regard bovin…

Balance

Amour

La constellation du Pas-cesoir-
chéri(e)-j’ai-la-migraine n’augure
rien de bon pour cette semaine.

Gloire

En avril, ne te découvre pas
d’un fil. Mais comme on n’est pas en
avril, on s’en fout : TOUS À POIL !

Beauté

Eh voilààà : le réchauffement
climatique dans votre slip, par
contre, personne n’en parle !

Scorpion

Amour

Vos râles de plaisir ressemblent
au hennissement d’un poney.
Pas cool pour votre chéri(e).

Gloire

instant #blaguepourrie. Quel
est l’animal qui n’a jamais soif ? Le
zébu. Car quand zébu zébu soif. À+ !

Beauté

Croyez-moi, ce ne sont pas
vos 3 poils aux fesses qui nous impressionnent.

Sagittaire

Amour

Tel le pangolin, vous
vous sentez un peu seul(e) et
mal-aimé(e) en ce moment.

Gloire

La constellation du Renaud
vous rappelle que : cassetoi
tu pues et marche à l’ombre.

Beauté

Cessez de chercher
des noises. On n’embête pas les
gens quand on a une carrure de
Toblerone.

Capricorne

Amour

Vous êtes le suppositoire de
l’amour. Efficace, vous guérissez tous
les maux. Cœur sur vous !

Gloire

La seule conjugaison que
vous connaissez, c’est le présent de
l’apéritif.

Beauté

Qui suis-je ? Où vais-je ?
Pourquoi les Capricornes sentent-ils
autant des pieds ? Toutes ces questions
existentielles sans réponse…

Verseau

Amour

Telle l’éolienne, vous ne
faites que brasser du vent.

Gloire

Vos actions dans Jacquie et
Michel vont prendre un coup en raison
du port du masque obligatoire.

Beauté

Rien ne vaut un Verseau
tout nu. Surtout vous. Mraoooow !

Poissons

Amour

Le saviez-vous ? L’amour, ça
sert à rien vu qu’on va tous y passer et
mourir un jour. À+ biz kiss flex.

Gloire

Vous allez en venir aux
mains avec Jamel Debbouze. Et ce ne
sera pas joli-joli à voir.

Beauté

Arrêtez de vous regarder le
nombril. (en plus, c’est dégueulasse
là-dedans)

Laurence Dréano expose à Saint-Cyr : « Je sculpte des femmes qui portent le monde »

L’artiste tourangelle Laurence Dréano expose cinq années de création et de sculptures de femmes aux formes voluptueuses.

Laurence Dréano exposera à Saint-Cyr-sur-Loire (Photo Flore Mabilleau)

Depuis quand n’avez-vous pas exposé ?

C’est ma première exposition majeure depuis le confinement et je l’attends avec impatience ! Cette exposition – pour laquelle on m’a donné carte blanche – est prévue depuis deux ans. Je vais montrer plus de 50 œuvres, représentant 5 années de création, avec des petits formats – comme mes créations en verre de Murano – des grands formats, dont une sculpture inédite de 3,70 m qui s’appelle Retrouvailles.
Mon livre Aquarelles et Conversations qui rassemble les aquarelles que j’ai peintes chaque jour durant le confinement, ainsi que des textes, sera aussi dévoilé. J’ai beaucoup travaillé la mise en scène de cette exposition. Les visiteurs pourront notamment découvrir une salle immersive de mon univers, grâce à une fresque de vidéo mapping.

Quel est le fil conducteur de cette exposition ?

C’est toujours l’idéalisme, l’élan, l’accueil, l’optimisme, toutes ces valeurs considérées comme désuètes et fleur bleue. Mais mon discours a aussi un côté féministe. Depuis mes débuts il y a 15 ans, je sculpte des femmes qui portent le monde. Elles sont maternelles, légères, mais aussi fortes !
J’ai travaillé sur Olympe de Gouges pour la maternité du CHU de Tours. J’ai réalisé L’Insoumise, en 2014, dans le cadre d’un programme de résidence sur les droits des femmes à Notre-Dame-d’Oé, j’ai travaillé sur un poème d’Andrée Chedid défendant la liberté… Cette nouvelle exposition s’appelle Les sens i Elles, fruit du questionnement sur ce qu’est notre essentiel, après cette période de confinement, et sur la place des femmes dans ce monde.

On compare souvent vos sculptures aux Nanas de Niki de Saint-Phalle…

C’est une belle référence à une artiste qui a défendu les droits des femmes, même si notre travail n’est pas du tout le même, à de nombreux égards. Mon père, architecte, a fait les Beaux-arts à Paris la même année qu’elle et mes premières découvertes de la sculpture, sont les siennes, au Palais de Tokyo, où l’on entrait carrément dans ces femmes, ce qui m’a sans doute marqué. Mais son œuvre est très violente, très revendicative. Or, il n’y a aucune violence dans mes sculptures, au contraire.

Propos recueillis par Flore Mabilleau


> « Les sens i Elles », du 24 septembre au 11 octobre, au Pavillon Charles X, parc de la Perraudière à Saint-Cyr. Vente aux enchères le 25 septembre, à 18 h 30, au profit de l’Association pour la Recherche sur l’Autisme et la Prévention des Inadaptations (Arapi).

 

Il n’y a plus de saison !

Non, mais, franchement, on fait comment pour se remettre au boulot ? On veut bien, nous, la reprise, le nouvel élan, tout ça. Mais il y a quand même des repères dans la vie. Si vous demandez à un indien d’Amazonie de fabriquer un igloo, il va avoir un peu de mal, au début.

Eh bien nous, c’est pareil. On fait comment pour se mettre dans l’ambiance de la rentrée alors qu’il y a le Tour de France à la télé ? Et maintenant qu’il est fini, le Tour, on nous dit que Roland-Garros arrive ! Non, mais Roland-Garros, c’est les longs après-midis dans le canapé, c’est la chaleur qui écrase le Central, c’est la langueur moite de la terre battue.

Ça ne colle pas du tout avec les réunions powerPoint, les points Excel et les briefs du lundi matin. On veut bien, nous, que le coronavirus ait tout changé et qu’il faut s’adapter mais, si on a le Tour en septembre, alors ça veut dire qu’on aura Noël en avril et Pâques aux tisons, c’est ça ? Il faut nous dire, hein, qu’on puisse anticiper, quoi !

Matthieu Pays

Horoscope WTF du 16 au 22 septembre 2020

L’anniversaire de l’astrologue de tmv approche. Résultat : il est encore plus de mauvaise humeur et se venge sur les Poissons (bon et les autres aussi). Le vilain.

Bélier

Amour

Vous voyez bien que ça ne
marche pas à deux. Essayez donc à
plusieurs (graouuuu)

Gloire

Aaaah, ce réchauffement climatique,
la bonne excuse pour votre
passion du naturisme.

Beauté

Vous ressemblez à un pixel.
C’est mignon.

Taureau

Amour

Un petit 5 à 7 avec Jean Castex,
ça vous tente ? Car c’est ce qui arrivera
jeudi prochain…

Gloire

… Et niveau prédictions, on
est béton ! L’astrologie, c’est jamais
des conneries.

Beauté

PS : vous êtes aussi canon que
la rime que je viens de faire au-dessus.

Gémeaux

Amour

Vous dégoulinez de mièvrerie.
Comme un gros camembert puant
sur une plage de Californie. Eurk, ça
me dégoûte.

Gloire

La constellation du Balavoine
indique que quand vous arrivez en ville,
tout l’monde change de trottoir, vous
n’avez pas l’air virils, mais vous faites
peur à voir.

Beauté

Votre postérieur fait un
concert en la mineur.

Cancer

Amour

Bonne nouvelle ! Vous allez
féconder quelqu’un ce dimanche soir.

Gloire

Aaaaanw, on a toujours besoin
d’un(e) Cancer avec soi…

Beauté

… Pour lui péter la troooonche !

Lion

Amour

Votre vie sentimentale tient
sur un Post-it. Il serait temps que ça
change !

Gloire

Sympa, votre Schadenfreude.

Beauté

L’auréole, c’est au-dessus de
la tête. Pas sous les bras.

Vierge

Amour

ENFIN ! Ça y’est, c’est cette
semaine que l’homme à la chèvre à
Tours vous invitera dîner pour vous
déclarer sa flamme.

Gloire

L’est aussi en quarantaine, votre
second degré ?

Beauté

Vous êtes pas mal, mais
uniquement le premier week-end des
années bissextiles.

Balance

Amour

Comme on dit, on récolte ce
que l’on sème… UNE BONNE GROSSE
EMBROUILLE DANS VOTRE CAS.

Gloire

OUAIS J’ÉCRIS EN MAJUSCULES
POUR CRIER, Y A QUOI, TU
VAS FAIRE QUOI ?!

Beauté

Allô la police ? Je crois qu’on
a un excès de beauté en flagrant délit
chez les Balances. (po po poooh)

Scorpion

Amour

Oups, on a loupé d’écouter
Vénus et la constellation du truc bidule.
Du coup, on sait rien. Faites comme
vous le sentez, débrouillez-vous.

Gloire

Cinq demis, un vomi et au lit !
Chouette week-end en perspective.

Beauté

Vous avez le sourire d’un
marsouin. (et allez, ça va aller sur Google
images, puisque vous ne savez pas
comment sourit un marsouin)

Sagittaire

Amour

Votre ex, ce mou du bulbe
qui pourtant reste dans votre tête et
dans votre cœur…

Gloire

Euuuh… Pensez à un plan B,
non ? Même un C. Et un D.

Beauté

Vous avez autant la pêche
qu’un sénateur français.

Capricorne

Amour

Vivez vos fantasmes à fond.
Enduisez l’être aimé de rillettes et
fouettez-le/la.

Gloire

Ahaha, ce prénom que vous
avez !

Beauté

Votre bouche sent parfois le
Whiskas. (pas pratique quand on doit
porter un masque)

Verseau

Amour

En amour, vous faites l’effet
d’un laxatif. Ou d’un pruneau. Bref, on
va pas vous faire un dessin.

Gloire

Le 18 septembre, c’est la Fête
des voisins. Mais vous ne les aimez
pas. Eux non plus ne vous aiment pas.

Beauté

Vous êtes né(e) pour briller.
(mais juste du front)

Poissons

Amour

Très sincèrement, vous
êtes encore plus intrusif/ve qu’un
Témoin de Jéhovah.

Gloire

Put your hands in the
aiiiir ! (mais pas trop quand même,
car ça sent comme chez mémé
là-dessous)

Beauté

Tout porte à croire que
vous êtes vraiment beau/belle de
dos, de loin et dans le noir.

Reconversion : Sylvain, ancien ingénieur, nouveau maraîcher bio

#VisMaVille Après une carrière d’ingénieur, Sylvain Le Thuaut est devenu maraîcher à Saint-Genouph. Il produit 20 à 30 tonnes de légumes biologiques par an. Rencontre.

Entre l’ingénierie pour le nucléaire et le maraîchage, il y a un gouffre, de ceux qu’on n’ose rarement enjamber dans une vie. Après avoir pris son élan, le temps du deuil d’un métier auquel il ne trouvait plus de sens, d’une étude de marché et d’une formation d’un an à l’Agrocampus de Fondettes, Sylvain Le Thuaut a franchi ce fossé, il y a quatre ans.

Aujourd’hui, le quadragénaire, installé avec sa famille dans le quartier Velpeau, passe la majeure partie de son temps à planter, récolter ou désherber à Saint-Genouph. Face à la Loire, que juste une route sépare de son exploitation maraîchère de trois hectares, et loin, très loin, des bureaux de son ancien employeur Enedis.

Ici, tomates, courgettes, poivrons et herbes aromatiques s’épanouissent dans un jardin biologique, façonné à la force des bras, avec l’aide de deux saisonniers. Son modèle de culture ? « Le maraîchage biologique intensif », détaille-t-il. Un système décrit et popularisé par un agriculteur et écrivain québécois, Jean-Martin Fortier.

« C’est un modèle peu mécanisé, qui correspond à mes aspirations environnementales et qui est viable économiquement s’il est réussi », commente Sylvain Le Thuaut, à deux pas de sa plus grande serre, soit 1 500 m2 de plantations luxuriantes.

La surface des Bio de l’Isle – le nom de baptême de l’entreprise – se scinde en « jardins auxquels sont associés des familles de légumes, qui tournent d’une année sur l’autre, pour prévenir les maladies et les ravageurs ». Pour produire ces fameux végétaux – de 20 à 30 tonnes par an – le maraîcher enthousiaste se plonge dans des tableurs Excel, planifie plantations, récoltes, choisit ses commandes, apprenant de ses réussites et de ses échecs avec Dame Nature.

Pour vendre à qui ? Aux adhérents de l’Amap de la Fuye, l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne qu’il a co-créée et qu’il livre en personne tous les jeudis. « Le contact des clients est très important pour moi », observe-t-il. Et brise la monotonie de certaines semaines « même s’il faut toujours s’adapter ».

Aux aléas climatiques ou à l’arrivée, comme cette année, d’une nuée de pucerons voraces. Sylvain Le Thuaut fournit aussi quelques restaurants et organise, chaque mardi soir, des ventes à la ferme. Mais la vie, même au grand air, n’est pas un long fleuve tranquille. « Si je voulais faire de l’argent, je n’aurais pas changé de métier », lance-t-il. Même s’il aimerait que le fruit de son travail intense soit mieux rémunéré. « C’est plus long que je ne me l’imaginais », admet le maraîcher.

Textes et photos : Flore Mabilleau

Horoscope WTF du 9 au 15 septembre 2020

Et c’est reparti pour un tour ! Une fois de plus, la mauvaise foi et la mauvaise humeur de l’astrologue de tmv ne vous épargneront pas.

Bélier

Amour

Eh ben dites-moi, côté
amour, c’est aussi palpitant qu’un
épisode de Derrick en ce moment…

Gloire

Qui a eu cette idée folle de
vous filer le permis ?

Beauté

Diantre, mais comment font
les Béliers pour être aussi canons ?!!

Taureau

Amour

L’amour donne des ailes…

Gloire

… Alors faites gaffe à ne pas
vous prendre une ligne à haute tension
et vous crasher au sol.

Beauté

Comme l’espace, les Taureaux
sont beaux mais vides.

Gémeaux

Amour

Au lit, vous avez la vivacité
d’une moule accrochée à son rocher.
Faites des efforts.

Gloire

Il fait beau, il fait chaud, bottons
les grosses fesses des Gémeaux !
(z’aimez bien notre nouvelle chanson
?)

Beauté

Vous étiez le plus beau des
fœtus.

Cancer

Amour

La constellation du
Rocco Siffredi a du mal à tenir
avec votre rythme effréné de
conquêtes.

Gloire

En perdition totale, vous
attendez que l’on vous tende la
main. Pas d’bol, vous n’allez rencontrer
qu’un homme-tronc.

Beauté

Des airs de Bernard-
Henri Lévy. (oui, j’avoue,
c’est pas gentil)

Lion

Amour

Vous enquillez les mauvaises
décisions comme l’astrologue
enquille les bières. Pas jojo.

Gloire

Les compromis sont la marque
des faibles. Et vlan dans les dents !

Beauté

Vous vous fourrez le doigt
là où on en pense (et Dieu sait qu’on
pense souvent des choses pas très
catholiques)

Vierge

Amour

Vous avez un goût de reviens-
y. (on essaye d’être sympa, car la
semaine dernière, vous avez pris cher)

Gloire

C’est pas trop chiant d’être
vierge toute la vie ?

Beauté

Il faut s’y résoudre : votre
allure de doryphore n’impressionne
plus votre entourage.

Balance

Amour

Vous avez plus de chances
d’adopter un gnou qui s’appelle Paul
que de trouver l’amour. Désolé.

Gloire

Vous poussez mémé dans les
orties. Ce qui, soit dit en passant, n’est
vraiment pas très sympa pour elle.

Beauté

Vous ressemblez à une carotte.
Mais une jolie carotte. Douce
et belle.

Scorpion

Amour

On ne dit pas que vous avez
mauvais goût, on dit juste que vous
devriez prendre rendez-vous chez
l’ophtalmo…

Gloire

Vos parents auraient du
prendre l’option second degré en
vous créant.

Beauté

Eh béééé, en voilà une
bonne tête de vainqueur !

Sagittaire

Amour

Un(e) Balance vous fera un
bisou sur le nez. C’est pas très Covid,
mais c’est le seul signe qui vous aime.

Gloire

La personne à votre droite
est un(e) gros(se) naze

Beauté

Petit bidou deviendra
grand. (et gros. Et gras.)

Capricorne

Amour

Comme le dit le proverbe suédois,
« S’il y a de la place dans le coeur,
il y a de la place pour le cul ». Allez biz.

Gloire

L’erreur est humaine. Vous
êtes humain(e). Donc vous êtes une
erreur. #syllogisme #prendsçaAristote

Beauté

De magnifiques fesses. Et
une très jolie raie du plombier.

Verseau

Amour

Vous déchaînez les coeurs
et les slips.

Gloire

Ce week-end, vous finirez
en garde à vue pour exhibitionnisme.
C’est con, hein ?

Beauté

Les Verseaux, c’est comme le
fromage : ça fond dans la bouche, mais
ça finit par puer au frigo. (ça veut rien
dire et alors ? Vous allez faire quoi ?)

Poissons

Amour

Non, vos nouvelles inventions
sous la couette ne font pas de
vous un bon coup. Vous ressemblez
juste à un poney en fin de vie.

Gloire

En parlant de poney, vous
avez un beau nez. Allez A+ !

Beauté

Tout ce qui sort de votre
bouche est passionnant et génial. À
part votre haleine.

Horoscope WTF du 2 au 8 septembre 2020

C’est la rentrée pour tout le monde… et même pour l’astrologue de tmv. Qui, forcément après tant d’attente, en avait gros sur la patate. Voici ses prédictions !

Bélier

Amour

Vos ex, c’est un peu comme les poubelles. Alors essayez de vous mettre au tri sélectif.

Gloire

Le porc est dans la porcherie, je répète : le porc est dans la porcherie. #motdecode

Beauté

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures. Par chance, vous êtes un vieux pot.

Taureau

Amour

À la définition du mot « perfection » dans le dictionnaire, on devrait trouver votre photo. Poh poh poh !

Gloire

(mais ne vous excitez pas hein, on écrit souvent n’importe quoi)

Beauté

Miam. Z’êtes un beau bestiau quand même !

Gémeaux

Amour

Fantasmer sur Patrick Sébastien commence à vous jouer des tours.

Gloire

On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. (Par contre, on vous attrape tranquille avec de la bière et des chips, bande de beaufs !)

Beauté

Votre maman disait que vous étiez le ou la plus beau/belle ? Eh bien, c’est faux.

Cancer

Amour

Même le trou de la Sécu est plus comblé que vous.

Gloire

Vu la tronche de votre patron, on se dit que c’est quand même bien le port du masque.

Beauté

Vos fesses font bravo. C’est bien, vous êtes doué(e).

Lion

Amour

Le paquebot de l’amour va s’échouer sur le récif de la solitude. Et pan !

Gloire

Mangez du pain et arrêtez de nous saouler, merci.

Beauté

Vous êtes nihiliste de la saucisse.

Vierge

Amour

Rien. Que tchi. Peau d’zob. Allez A+ !

Gloire

Là où les Vierges passent, la dignité trépasse.

Beauté

Vos problèmes d’aérophagie n’iront pas en s’arrangeant. Ça promet une belle semaine pour vos collègues ! (ouaip, on sait tout de vous)

Balance

Amour

La constellation du Obispo vous rappelle que c’est pas marqué dans les livres, que le plus important à vivre est de vivre au jour le jour, le temps c’est de l’amour.

Gloire

Vous allez passer chez Sosh. Mais force est de constater que tout le monde s’en carre de votre vie.

Beauté

C’est en vous voyant qu’on a inventé le donut.

Scorpion

Amour

Commencez déjà les gestes barrières avec votre ex.

Gloire

Arrêtez d’être ronchon comme Mélenchon.

Beauté

L’été n’a pas porté ses fruits. Vous avez la carrure d’un boudin de porte.

Sagittaire

Amour

Telle la guêpe, vous mettez du piquant dans notre vie (oh trop choupinou)

Gloire

D’après Wikipédia, « l’hippopotame est reconnaissable à son buste en forme de baril, sa gueule qu’il peut très largement ouvrir, son corps dépourvu de poils… »

Beauté

… Seriez-vous donc un hippopotame ?

Capricorne

Amour

En relations amoureuses, vous êtes ce que la pizza hawaïenne est à la gastronomie. Un sacrilège.

Gloire

(ouaip, ça faisait longtemps qu’on s’était pas payé les Capricornes. Et qu’est-ce que ça fait du bien !)

Beauté

Non, en maillot vous ne ressemblez pas à Alerte à Malibu. Juste à une Knacki Ball.

Verseau

Amour

Et si vous lui susurriez doucement à l’oreille : « oh you touch my tralala. My ding ding dong » ?

Gloire

Vous allez participer à un escape game mais n’en ressortirez plus jamais. Voilà. Comme quoi, c’est con la vie.

Beauté

Rasez-vous la toundra.

Poissons

Amour

Votre fétichisme des pieds finira par vous causer quelques ennuis.

Gloire

À vrai dire, je m’en fous.

Beauté

Vous avez vraiment le don pour ne pas terminer vos

A vélo à Tours : en route pour la véliberté !

À l’heure où la nouvelle municipalité crée des voies cyclables et projette une aide à l’achat de vélo, rencontrons ceux qui vivent déjà la ville à vélo au quotidien, en famille ou en solo, avec un sentiment partagé : la liberté.

Vente ou réparation, le bicyclette-business a le vent en poupe ! Mais il est difficile d’évaluer dès aujourd’hui l’impact à long terme du déconfinement et des nouvelles voies cyclables sur l’évolution des mobilités douces à Tours. Voyons pourquoi certains pédalent déjà.

Pour Julien, 46 ans au compteur et presque autant à vélo, c’est de famille : « Mon père faisait du vélo, je fais du vélo. J’imagine mes trajets en fonction de cela, que ce soit pour aller travailler en ville depuis notre maison de Tours-Nord, ou aller faire la fête chez des amis à Luynes, je ne me pose même pas la question ».

(Photo Hugues Le Guellec)

En couple, avec trois enfants et autant de bicyclettes à la maison, on sort la voiture familiale seulement pour les vacances, les grosses courses ou l’entraînement de roller-hockey et son matériel encombrant. À 41 ans, Alice pédale depuis ses années collège, et aujourd’hui ses enfants ont pris le relais.

« Je ne perds pas de temps à trouver une place de parking »

Quant à elle, elle parcourt chaque jour les kilomètres qui séparent son domicile de Tours-Nord, de son travail sur les hauts de Saint-Avertin. Un exploit au regard de ses collègues, un train-train quotidien pour elle : « Je mets 35 minutes contre une vingtaine de minutes en voiture, je fais de l’exercice, je ne perds pas de temps à trouver une place de parking… Sans compter ce sentiment de liberté absolue et cet autre regard sur la ville que permet le vélo ».

Plus novice dans cette pratique, Mélaine est montée en selle il y a un an, pour un trajet Saint-Avertin – Tours centre : « J’ai hésité à me lancer car j’avais du mal à trouver un parcours sécurisé pour ce trajet quotidien. J’ai fait des tests en juillet 2019, et depuis, je vais au travail comme cela, en évitant les bouchons et les problèmes de parking », qu’elle retrouve en voiture lorsqu’il pleut.

(Photo Hugues Le Guellec)

Parking, temps de trajet, autonomie, sans oublier le budget riquiqui : quatre qualités du vélo citées par nos cyclistes… et pas seulement. À 29 ans, Maxime se déplace en trottinette électrique, pour rallier le quartier Giraudeau à la gare de Tours, d’où il embarque pour Paris-Montparnasse, avant de rejoindre son bureau à Boulogne-Billancourt : « Je n’ai plus l’angoisse du vol de vélo ou les soucis du parking puisque j’ai ma trottinette avec moi dans le train ou au bureau, et je suis autonome, même en cas de grève RATP ou Fil Bleu ! ».

Une vie en rose ?

Passer d’un mode de transport à un autre est fréquent pour certains cyclistes de centre-ville : pour la famille Perrin, couple avec trois enfants, plus de voiture individuelle, mais un recours à l’autopartage Citiz de temps en temps. Idem pour Julie, 35 ans, qui avait choisi le vélo avant d’avoir le permis : « Je travaille et vis dans l’hypercentre, donc je mixe marche, vélo, autopartage pour sortir de l’agglo, et carte Fil Bleu Liberté, quand la pluie me décourage de pédaler. Mais avec le Covid, j’évite un peu les transports en ce moment ».

La vie en vélo est donc une vie en rose ? Nos témoins saluent les améliorations récentes côté voies cyclables : pont d’Arcole, pont Wilson, rue Mirabeau… mais rappellent que certains trajets sont encore peu sécurisés, comme avenue Maginot ou quartier Paul-Bert, ou peu cohérents, avec des fins de voies dangereuses (coucou le rond-point de la Victoire !).

(Photo Hugues Le Guellec)

Pour Julien, « avec un bon vélo, en roulant à son rythme, on va partout, et on grimpe la Tranchée. Hormis le choix d’une tenue vestimentaire adaptée, je ne vois pas d’inconvénient, à part l’état d’esprit des gens. Les automobilistes sont parfois agressifs, ou doublent trop près… ».

Apprendre à partager l’espace serait donc la clé, comme le défend le Collectif Cycliste 37 via son vice-président, David Sellin : « Rendre Tours cyclable, c’est un grand chantier ! Tours est une ville conçue depuis les années 1960 pour la voiture. La solution, c’est repenser la place qu’on accorde à chacun (voiture, vélo, piétons), et faire sortir les automobilistes de l’automatisme qui les pousse à utiliser leur véhicule pour des petits trajets ». On ne sait pas vous, mais nous pour la rentrée, on va tester le vélo-boulot-dodo, pour se sentir libéréééés, délivréééés…

Textes : Maud Martinez
Photos : Hugues Le Guellec (sauf photo de tête, par Julien Pruvost)

Voitures, vélos, piétons : comment vivre ensemble ?

Plus de vélos, plus de trottinettes, c’est aussi plus d’usagers variés de l’espace urbain. Klaxons et coups de sonnette rythment donc souvent la vie citadine, pour exprimer un mécontentement (non, ce n’est pas pour leur aspect mélodieux). Pour éviter les conflits d’usage, qui naissent parfois d’une méconnaissance du code de la route, Christophe Limeul, enseignant de la conduite à l’auto-école ECF, nous éclaire.

(Photo Hugues Le Guellec)

Un cycliste a-t-il les mêmes obligations qu’un automobiliste vis-à-vis du code de la route ?

Les obligations sont les mêmes, mais il existe des spécificités pour le vélo, qui ne sont pas encore connues de tous les usagers de la route. Ainsi, les cyclistes ont droit de prendre les routes à contresens dans les zones 30 (où un panneau est censé l’indiquer). Sur certains feux tricolores, ils peuvent aussi avoir le droit de passer le feu rouge dans la direction indiquée par un panneau apposé au feu.

Et pour les trottinettes électriques, même régime ?

La réglementation a été fixée récemment : elles sont assimilées à des vélos, donc pas d’utilisation des trottoirs, à moins d’être âgé de moins de 10 ans. On roule sur les bandes cyclables quand il y en a, et sinon on roule sur la route, comme le vélo, toujours dans la limite de 25km/h prévue par la loi. Au-delà de cette vitesse, l’appareil sera assimilé à un cyclomoteur et devra rouler sur la chaussée, le conducteur aura un casque intégral et porter des gants homologués.

Mais les automobilistes ne sont pas habitués… Il y a des soucis fréquents entre piétons, voitures et vélos ?

La principale situation à risque, c’est la présence de vélos ou trottinettes dans l’angle mort du véhicule, notamment quand la bande cyclable est à droite : le vélo est prioritaire puisque c’est la voiture qui coupe la voie vélo pour tourner à droite. Le stationnement peut aussi être problématique : les automobilistes qui font leur créneau vérifient s’il y a des voitures derrière eux, mais ne pensent que rarement au vélo qui peut arriver, et qui est dans son bon droit pour passer puisque l’on n’est pas prioritaire lorsqu’on fait une manœuvre. Quant aux piétons, s’ils expriment l’envie de traverser, ils sont prioritaires, y compris face aux vélos ! Et ceux-ci ne sont pas prioritaires lorsqu’ils arrivent sur un passage piéton, attention !

Quels conseils donnez-vous aux cyclistes et automobilistes ?

Soyez attentifs ! Contrôler ses angles morts en voiture est essentiel, d’autant qu’en centre-ville, le vélo ou la trottinette arrivent aussi vite qu’une voiture. Et pour les cyclistes, pensez au casque, même s’il n’est pas obligatoire, vous n’avez pas de carrosserie, alors protégez-vous.

 

Stuffed Foxes aux Inouïs du Printemps de Bourges : « On veut montrer ce qu’on sait faire ! »

Même annulé pour cause de Covid, le Printemps de Bourges n’a pas dit son dernier mot et propose de mettre en valeur ses découvertes durant trois jours du 16 au 18 septembre prochains. Trois jours de concerts Inouïs à la salle du 22 d’Auron. Et qui représentera la Région Centre pour cette édition ? Les Tourangeaux de Stuffed Foxes !

Le groupe Stuffed Foxes représentera la Région Centre (Achille Laplante Le Brun)

Alors, ça fait quoi d’être sélectionnés comme Inouïs ?

Ça a été une super bonne surprise et on a trouvé ça génial le fait que ce soit reporté pour ce mois de septembre. Car on avait vraiment peur : pour nous, c’est tout de même la seule date de cette rentrée de septembre qui a été maintenue !

Vous allez aussi représenter la Région Centre…

Oui, c’est un honneur. C’est vrai que rien qu’à Tours, la scène rock est mortelle. Il y a plein de bons groupes et sur la Région aussi. Après, on n’a pas pris ça comme une opportunité carriériste, même si l’on sait qu’il y a beaucoup de professionnels qui seront dans la salle. On veut juste montrer notre musique, ce qu’on sait faire. Si ça plaît, c’est tant mieux ! On ne se prend pas trop la tête là-dessus. Mais bon… Si on peut trouver quelqu’un qui nous file un peu d’argent pour produire notre prochain album, on n’est pas contre ! (rires)

Vous allez quand même être soutenus et aidés à travers de dispositif ?

On travaille ensemble avec notre tourneur, main dans la main, donc on aimerait bien avoir ce genre de relations avec nos prochains partenaires, même si la période est un peu compliquée. Le live, c’est vraiment ce qu’on aime. Donc on espère réussir à convaincre le public ou les pros. Là, sans concerts, c’est dur car cela nous prive d’argent pour réaliser notre prochain album, alors qu’on a travaillé très dur dessus. Tout ce que l’on nous apportera sera un vrai plus.

Propos recueillis par Hervé Bourit

La culture face au monde d’après : les salles de concert

[5/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Carole Lebrun, de la Scic OHE (Le Bateau Ivre) et Odram Trumel, directeur du Temps Machine.

Carole Lebrun
Présidente de la Scic OHE ! (Le Bateau Ivre)

Carole Lebrun, de l’équipe du Bateau Ivre (Photo DR)

« Patience ou impatience. On est en train de mûrir la date d’ouverture, en visant début octobre. Ce qui est sûr : les travaux seront finis fin août, on a mis le paquet sur l’acoustique. Ça devrait être performant ! Mine de rien, ça fait 10 ans qu’on attend, nous ne sommes plus à un mois près… On a hâte que ça commence vraiment.

Fête. L’idée derrière ça est celle de la fête, avec un besoin d’une convivialité retrouvée, de partager avec les artistes, le public, les sociétaires, que les gens puissent enfin retrouver le nouveau Bateau, que les jeunes générations qui ne le connaissaient pas le découvrent.

Explorations. Cette année sera une année d’explorations et d’expérimentations. Il n’y aura pas un unique événement d’ouverture car nos 1 800 sociétaires ne rentreraient pas… Nous aurons au début une programmation modeste en fonction des moyens. On aura des soirées pirates dans une jauge réduite où les artistes prendront les commandes. On va aussi ouvrir le café culturel avec des programmations impromptues, sous le mode de l’intime, une fois par mois. Et puis dès que ce sera possible, le lieu a vocation à être loué. »

Odran Trumel
Directeur du Temps machine / Terres du Son

Odran Trumel est le directeur de la salle Le Temps Machine, à Joué-lès-Tours (photo archives tmv)

« Brouillard. Comme nous avons une salle debout, nous ne pouvons, pour l’instant, pas faire grand-chose. On espère reprendre les concerts en septembre, en partie avec les concerts annulés du printemps dernier, sans appliquer les règles actuelles, car notre jauge serait limitée à 50 personnes et ce modèle économique-là est introuvable.

Public ? Va-t-il revenir ? Quand toutes les règles sont faites pour que les gens s’éloignent, nous nous interrogeons sur notre capacité à imaginer notre activité. Si on ne peut organiser des concerts que dans des conditions antinomiques à la convivialité (qui fait partie de notre esprit), est-ce qu’on aura encore envie de le faire ?

Contrecoup. Les séquelles économiques sur le Temps Machine liées aux finances publiques vont être lourdes. Pour Terres du Son, les trois jours du festival nous font vivre un an. On va devoir emprunter pour supporter cette année. L’aspect plus positif c’est de savoir si on va profiter de cette crise pour casser la bulle spéculative autour des prix des spectacles, notamment des festivals. Peut-être qu’on ira vers quelque chose de plus solidaire et compréhensif pour que survivent les festivals. »

Propos recueillis par Aurélie Dunouau

Catherine Honnet, l’habilleuse de l’Opéra de Tours

#VisMaVille Habilleuse de l’Opéra de Tours, Catherine Honnet ne se contente pas d’aider les artistes à passer leurs costumes de scène. Retouches, raccommodages et bonnes idées forment son quotidien depuis une trentaine d’années !

« Je voulais continuer dans la couture, après dix ans auprès d’une brocanteuse spécialisée en lingerie ancienne. Je ne sais même plus pourquoi j’ai présenté ma candidature à l’Opéra… Peut-être car j’avais des copains dans le milieu du théâtre ? ». De là à dire qu’elle a vu de la lumière, et qu’elle est entrée… Mais Catherine Honnet n’a jamais ambitionné d’être sous les feux des projecteurs.

Elle s’étonne donc qu’on s’intéresse à son savoir-faire, elle qui occupe depuis déjà vingt-neuf ans un atelier au 5e étage de l’Opéra de Tours.

La grimpe vaut le détour ! Après avoir contourné une ribambelle de chaussettes qui sèchent, on découvre le chaleureux repaire de cette couturière hors-pair. Ici, on ne confectionne pas de costumes : on les adapte, on les répare, on les lave, pour que ces vêtements créés dans d’autres maisons d’opéra aillent aux artistes qui reprendront les rôles pour les représentations tourangelles.

Lorsqu’un opéra se prépare, Catherine est donc sur le pont : elle navigue sur internet et parcourt les maquettes des créateurs, pour découvrir le style choisi, et la morphologie des artistes qui prendront le relais à Tours. Mais rien ne vaut les essayages : « Même si deux chanteurs ont des mensurations identiques, il n’y a jamais deux personnes pareilles ! ».

« En vingt-neuf ans, on a toujours trouvé une solution ! »

Durant les trois semaines de répétitions, l’atelier du 5e étage se transforme donc en fourmilière : les rôles principaux mais aussi les choristes viennent y enfiler leurs costumes sous les yeux de l’habilleuse. Aiguille et mètre en main, elle s’assure, avec deux collègues venues en renfort, que la quarantaine de costumes sera prête pour le Jour J.

Heureusement, les tenues sont toujours bien pensées par les costumières, pour faciliter les retouches. Le système D est aussi de la partie, car il faut parfois improviser. « En vingt-neuf ans, on a toujours trouvé une solution ! », s’enorgueillit Catherine. Avec trois exigences : le respect des créations de départ, le confort des artistes, et la qualité de retouches « solides, mais invisibles ».

Pendant les dernières répétitions et les représentations, l’habilleuse et son équipe sont en coulisses. Lasser les corsets, gagner du temps, éviter les oublis… Le mois de labeur se conclut dans une ambiance complice, tandis que dans l’atelier, le Barbier de Séville laisse place à Don Quichotte, pour une nouvelle aventure éphémère.

Textes et photos : Maud Martinez


EN SAVOIR PLUS : QUEL PARCOURS PRO ?

Quel parcours pro ? Si à l’époque où Catherine s’est lancée dans le métier, il n’existait pas vraiment de formation pour être habilleuse de spectacle, c’est désormais le cas ! Pour exercer cette profession, optez donc pour un CAP ou Bac Pro métiers de la mode, un Diplôme des techniciens des métiers du spectacle – techniques de l’habillage, un DMA costumier-réalisateur ou un diplôme « arts et techniques du théâtre » option costumier.

La culture face au monde d’après : du CCC OD au ciné

[4/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Isabelle Reiher, directrice du CCC OD, et à Pierre-Alexandre Moreau, directeur des cinémas Studio.

Isabelle Reiher
Directrice du CCC OD

Isabelle Reiher est la directrice du CCC OD (Photo Julien Pruvost)

« Remise en question. Avec l’équipe du CCC OD, avec les artistes, avec nos publics, nous coconstruisons sans cesse notre rapport au monde, en interrogeant les grands enjeux de nos sociétés. La crise que nous venons de vivre, ce confinement obligé, nous ont pris par surprise, nous ont obligés à nous remettre en question et à réagir. Comment inventer de nouvelles formes d’être ensemble ? Comment l’art peut-il y contribuer ? Voilà un des défis que ces récentes semaines ont fait émerger, qui convoque notre désir de vivre et de partager.

Plaisir. Je trouve très stimulant de nous interroger sur le rôle du centre d’art en tant que passeur, sur la capacité de l’artiste à inventer de nouvelles histoires, à travers la fiction mais aussi à travers des réalités bousculées. Il ne faut jamais oublier non plus que c’est le regardeur qui fait l’oeuvre ! J’espère que notre public sera au rendez-vous dès cet été pour chercher à nos côtés ce dépaysement et imaginer ensemble comment voir le monde qui nous entoure d’un œil nouveau. Voilà ce qui m’anime et me motive.

Nouvelle expo. Notre nouvelle exposition dans la nef du centre d’art à compter du 10 juillet 2020, de l’artiste français Vivien Roubaud, promet d’être une amorce de ce changement de paradigme qui s’esquisse avec poésie, souplesse et mouvement. Je me réjouis également de célébrer le centenaire de la naissance d’Olivier Debré avec différents partenaires en région, à commencer par le Garage d’Amboise en juillet, puis au CCC OD même à compter du 16 octobre. Cela promet des découvertes inédites sur l’oeuvre de cet artiste qui a marqué notre paysage et notre imaginaire ligérien. »

Pierre-Alexandre Moreau
Président des cinémas Studio

Pierre-Alexandre Moreau est à la tête des cinémas Studio, à Tours. (Photo DR)

« Se réinventer. Notre préoccupation est d’accueillir le public de façon à ce qu’il se sente en sécurité tout en n’étant pas anxiogène. Nous voulons rester sur quelque chose de positif et joyeux. Il faut également se réinventer car les jeunes s’étant abonnés en masse à Netflix et autres, il faut trouver comment être complémentaire.

Résister. C’est la question de l’exception culturelle française : nous avons le plus gros réseau de salles par habitants au monde. On se doit de porter haut cette résistance face aux multiplex et géants de l’internet. Notre jauge est désormais limitée à 50 % de la salle. Cela nous permettra quand même de remplir nos salles, sachant que le taux moyen est de 17 %. Mais ce sera compliqué en termes de trésorerie si cela dure un an. On a perdu 50 000 euros par mois pendant le confinement.

S’ouvrir. On a la chance d’avoir un public fidèle mais malgré cela, plein de gens à Tours ne connaissent pas les Studio. C’est un challenge pour les années à venir : les amener dans nos salles en leur proposant une ouverture sur le monde une réflexion sur ce qui nous entoure. »

Propos recueillis par Aurélie Dunouau

La culture face au monde d’après : devant et derrière la scène

[3/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Maïe-Tiaré Coignard, musicienne intermittente, et au régisseur technique du Petit Faucheux, Guillaume Riguet.

Maïe-Tiaré Coignard
Musicienne intermittente

Maïe-Tiaré Coignard est intermittente du spectacle. (Photo Jacques Hermitte France 2014)

« Attente. Tout est prêt, est resté en suspens et on attend. On est vraiment dans le flou. J’avais des concerts prévus avec des petites structures, dans des festivals. Je mène aussi des ateliers d’action culturelle avec des enfants dans des écoles ou des personnes âgées dans des chœurs, et je sais pas du tout si ces projets vont pouvoir reprendre, sont reportés ou annulés.

Optimisme. Dès qu’on aura des réponses, j’ai espoir que ça reprenne tout de suite, on est dans les starting blocks. Quand on est intermittent, il faut être optimiste car c’est un statut assez précaire.

Adaptation. Quand tu es musicien, c’est beaucoup d’adaptation, sur les conditions financières, techniques,… Peu importent les heures de route, les conditions, on est toujours très contents de se rendre sur les lieux des concerts et de partager les émotions avec le public. »

Guillaume Riguet
Régisseur général du Petit Faucheux

Guillaume Riguet est le régisseur technique de la salle tourangelle Le Petit Faucheux. (photo DR)

« Réinventer. En termes de programmation, on ne peut plus, selon les règles actuelles, accueillir des groupes de 15 musiciens alors on réfléchit à des formes de concert extérieures, ambulatoires, à des résidences, avec accueil de public restreint. Au niveau des répétitions, chacun travaillera à son tour dans la salle, musiciens comme techniciens son, lumière et nettoiera ses affaires.

Adapter. On a revu les règles, l’accueil des spectateurs sera différent. J’ai monté un plan de circulation dans notre bâtiment. Tout sera contrôlé, avec un énorme boulot d’encadrement, de suivi du nettoyage, les rampes d’accès, les poignées, les instruments, les câbles, consoles de montage. Nous sommes bien préparés et on se réadaptera face à la pratique. Le plus compliqué à mon avis est de savoir comment va réagir le public, comment contrôler ses diverses réactions ?

Vigilance. Je pense qu’il vaut mieux prendre ces habitudes et précautions que ne pas en faire assez. Nous sommes garants de la sécurité du public. »

Propos recueillis par Aurélie Dunouau.

Le retour de l’horoscope WTF, de l’été, spécial vacances (tout ça tout ça)

Vous n’avez pas eu votre dose d’horoscope WTF pendant 3 mois ? Pas de problème, l’astrologue va vous le faire payer puissance 3. Bon courage à tous les signes (et bel été quand même. Des fois, on est sympa).

Bélier

Amour

N’oubliez pas ce proverbe : « Non, les MST ne sont pas confinées. »

Gloire

Ah bah voilà, ça part bien cet horoscope, hein. Tout de suite, l’astrologue, ce gros dégoûtant…

Beauté

Arrêtez d’aboyer comme un teckel. Vous ne faites peur à personne.

L’accessoire de l’été

Un seau d’eau. Pour doucher vos rares espoirs. (pooooh dans la tronche)

le mot cool des vacances

Coronavirus. Parce que fichtre, on ne l’a pas encore assez entendu ces trois derniers mois, non ?

Taureau

Amour

Il fallait que ça arrive : vous fantasmez secrètement sur le professeur Didier Raoult. Ça arrive.

Gloire

N’oubliez pas, l’occasion fait le lardon !

Beauté

D’ailleurs, vous en faites un beau de lardon tiens. Avec votre teint rose et votre façon de vous tortiller frénétiquement sous la couette.

L’accessoire de l’été

Euh, bah du coup… une quiche, tiens ! (votre ex est une quiche et on causait lardon, m’voyez. Sinon, ça va, vous ?)

le mot cool des vacances

FDLDPA. Soit le Front de libération des poils d’aisselles. Ce à quoi vous allez adhérer en juillet.

Gémeaux

Amour

Tétons doucereux, mariage heureux ! (de rien pour le conseil)

Gloire

Vous empestez la conscience pas tranquille.

Beauté

N’oubliez pas cette phrase de Renaud : « Vouloir trop plaire, c’est le plaisir des moches. » On dit ça, on dit rien.

L’accessoire de l’été

Une serviette de plage à l’effigie de Patrick Sébastien. Votre cœur de beauf palpite.

le mot cool des vacances

Rhododendron. Pourquoi ? Parce que ça sonne bien. Et ça fait des points au Scrabble®. Et parce que c’est moi qui décide.

Cancer

Amour

Votre vie sexuelle est aussi palpitante que l’intégrale DVD de Louis La Brocante.

Gloire

Ne voyez pas trop grand. Souvenez-vous de Lolo Ferrari!

Beauté

Oh, bah dites, plutôt sympa votre teint de Doliprane.

L’accessoire de l’été

Un mug Jean-Marie Bigard. Déduisez-en ce que vous voulez…

le mot cool des vacances

Strudel. Parce que comme le strudel, vous êtes « composé(e) de plusieurs couches beurrées au pinceau qui entourent une garniture pour former un cylindre qui sera doré au four ». (merci Wikipédia!)

Lion

Amour

Vous êtes un peu comme un soutien-gorge push-up : vous réservez bien des surprises.

Gloire

La vache, vous n’avez pas inventé le tact, vous !

Beauté

Tel le phoque, vous suerez cet été. Honk honk ! (c’est le bruit du phoque. C’est bien fait hein ?)

L’accessoire de l’été

Une canne à pêche. Car pêcher le saumon, nu(e) sur un rocher, telle est votre destinée.

le mot cool des vacances

Streichholzschächtelchen. Qui veut dire boîte d’allumettes en allemand. Ça peut toujours servir pour une lumière comme vous.

Vierge

Amour

Viser la lune, ça ne vous fait pas peur, même à l’usure, vous y croyez encore et en cœur… tout ça, tout ça quoi.

Gloire

Regardez dans le ciel, c’est votre second degré qui s’envole !

Beauté

La Lady Gragra qui sommeille en vous aimerait bien reprendre un petit bout de cette tartiflette.

L’accessoire de l’été

Un navet. Car c’est l’allégorie de votre vie.

le mot cool des vacances

Galimafrée. Qui désigne un ragoût composé de restes de viandes, un mets mal préparé et dégoûtant. Et ça, ça vous la coupe, car pour une fois on ne dit pas que des conneries.

Balance

Amour

Allez, bim bam boum, on a décidé que Balance serait LE signe parfait de cet été, les meilleurs, tout ça…

Gloire

… bon après, l’horoscope raconte souvent des conneries, alors…

Beauté

Vous êtes relativement spongieux. Tel un adorable loukoum trempé dans l’eau. (eh ouais, bac+12 en compliments, y a quoi ?)

L’accessoire de l’été

Un clone de vous. Normal, vous êtes les meilleurs, on a dit. Suivez un peu, bon sang.

le mot cool des vacances

Ribéry. Parce que notre ami footballeur a quand même dit un jour : « Chaque année, je vieillis d’un an. » Et ça, c’est beau, c’est profond.

Scorpion

Amour

En couple, vous envoyez du steak ! (même les vegans)…

Gloire

… « ouiiii mais nouuuus, les célibataires, on pue, c’est ça ? » Il est vrai, mes chers gnous, on ne parle pas assez des célib’. Eh bien, dites-vous que toutes les personnes en couple se feront larguer cet été. Hop, cadeau.

Beauté

Vos yeux de biche et vos poils aux pattes n’impressionnent guère.

L’accessoire de l’été

Une perruche. Car « coucou petite perruche » (et si vous n’avez pas la référence, on ne vous aime plus beaucoup)

le mot cool des vacances

Slibard. Pourquoi ? Parce que pourquoi pas

 

Sagittaire

Amour

Force est de constater que votre ex a l’intelligence d’un poireau.

Gloire

La constellation du Cyril Hanouna vous déconseille de vous poudrer le nez.

Beauté

Waouw, quel charisme ! On dirait une enclume. Ça va faire des envieux à la plage, ça.

L’accessoire de l’été

Un téton. Car vous allez perdre le vôtre cet été en vous baignant. C’est ballot.

le mot cool des vacances

Roubignoles. Y a pas à dire, c’est sale, mais ça semble si poétique.

Capricorne

Amour

La constellation du Tryo prédit que vous allez ramener le croisé de Jackie Sardou et d’un Pokémon. Désolé. (pour hier soir)

Gloire

Dire que votre avenir tout tracé dans le porno s’est arrêté en raison du coronavirus. Rah, triste vie.

Beauté

De jolis pieds mais qui sentent la tartiflette. C’est à moitié mignon.

L’accessoire de l’été

Un rouleau de PQ. Car comme dirait Dark Vador : « J’essuie ton père. »

le mot cool des vacances

Râteau. Car vous en prendrez à la pelle cet été.

Verseau

Amour

Un(e) seul(e) Verseau vous manque et tout est dépeuplé. MOOOOH c’est trop choupi hein ? (coeur sur vous. Un peu.)

Gloire

Gilbert Montagné voit vos relations amicales d’un très mauvais œil.

Beauté

Vous êtes bossu(e) et n’avez ni bras ni jambes. Pas de doute, vous êtes une madeleine.

L’accessoire de l’été

Des haltères. Ce qui pourra potentiellement servir à retravailler votre carrure de surimi.

le mot cool des vacances

Alopécie. Qui est l’accélération de la chute des cheveux ou des poils. Un peu de culture ne vous fera pas de mal.

Poissons

Amour

Aux yeux de l’être aimé, vous êtes tel le kebab ouvert à 3 heures du matin, bref un vrai phare dans la nuit de l’amour. (la vache, c’est profond)

Gloire

Il faut avouer que vous n’êtes pas le couteau le plus aiguisé du tiroir…

Beauté

Le matin, ça sent la marée quand vous parlez. Partez donc en Bretagne pour ces vacances.

L’accessoire de l’été

Un arrosoir. Pour arroser et faire pousser la dignité de votre ex. ET
BOUUUUUUM

le mot cool des vacances

Aucun. Vous êtes le dernier signe de l’horoscope qu’on écrit. Du coup, on n’a plus d’idées.
À+ !

La DNCG interdit au Tours FC de monter en National 2

Contrôlant les finances des clubs, la DNCG a rendu son verdict hier : interdiction, pour le Tours FC, de monter en National 2. Le club tourangeau va faire appel.

Un nouveau coup dur pour le club Ciel et Noir. Lundi, dans un communiqué, la DNCG (Direction Générale du Contrôle de Gestion de la Fédération Française de Football) a annoncé au Tours FC son interdiction de monter en National 2.

Sur le terrain pourtant, le club avait réalisé une bonne saison pour se sortir de National 3. Mais la DNCG en a décidé autrement après avoir épluché les comptes financiers de l’équipe tourangelle. Il faudra attendre un peu pour les raisons précises, puisque le courrier ne donne aucune autre explication.

Incompréhension

Dans les colonnes de la Nouvelle République, le directeur général du Tours FC, Cédric Chauvet, a indiqué : « Je ne peux pas dire que je comprends cette décision. Pour nous, le dossier présenté correspondait aux attentes de la DNCG. » 

Le Tours FC a contesté cette décision. Il fera appel. « J’attends avec impatience de voir les attendus de la décision. Mais j’ai l’impression que ce sont les incertitudes de formalisme. J’ai bon espoir en appel. »

Horoscope du 31 mars en plein confinement car on n’en peut plus

En plein confinement, l’astrologue de TMV a décidé de reprendre du service. Qu’on se rassure : ça n’a pas fait de lui quelqu’un de plus charmant. Loin de là.

Bélier

Amour

Les blond(e)s du 1er décan méritent tout notre respect. Les autres, on s’en contrefout.

Gloire

Pécher le saumon, nu(e) sur un rocher, telle est votre destinée.

Beauté

Vous êtes beau/belle. De loin.

Taureau

Amour

Envoyez EX au 61313 et pleurez des larmes de sang.

Gloire

La constellation du Cyril Hanouna vous déconseille de vous poudrer le nez.

Beauté

En changeant 39 lettres à Taureau, on obtient CORONAVIRUS. Et purée, ça fait flipper !

Gémeaux

Amour

A l’époque, on vous rappelle que le gouvernement avait interdit les rassemblements de plus de 1 000 personnes. Ça valait aussi pour votre lit hein.

Gloire

Arrêtez d’aboyer comme un teckel. Vous ne faites peur à personne.

Beauté

Votre physique de momie vous conseille de dormir un peu plus.

Cancer

Amour

Pluton prédit que vous allez vous faire fesser sur la place Plum’ à la fin du confinement.

Gloire

Pour rappel, on a changé d’heure dimanche. Ce qui ne changera rien, vu qu’on est tous confinés et qu’on n’en peut plus.

Beauté

Vous allez perdre un téton. C’est con hein ?

Lion

Amour

Faites-le avec du beurre.

Gloire

Lancez-vous dans le chauve-business.

Beauté

Le lion est quand même l’un des animaux les plus flemmards au monde. On dit ça…

Vierge

Amour

En couple, vous faites l’effet d’un laxatif. (ouais ouais, vous avez très bien compris)

Gloire

Votre dignité est comme une photo Snapchat : éphémère.

Beauté

Par chance, cette semaine vous êtes les plus canons du monde (zoupla, on s’rattrape) !

Balance

Amour

Votre aurtograf ne pléra guerre a lètre aimé.

Gloire

Vou naite pa tré caupain avec l’aurtograf. Mé s’est pa grave, on vou pardone.

Beauté

Pour gagné en boté, améliauré votre aurtograf.

Scorpion

Amour

Graouuuu, vous allez souvent faire l’amour cette semaine. Mais seul(e).

Gloire

Si ce soir tu manges indien, ça sentira bizarre demain matin.

Beauté

Votre regard est aussi expressif que celui d’une truite.

Sagittaire

Amour

Vous êtes aussi excitant(e) qu’un week-end dans la Creuse.

Gloire

On vous voit venir avec vos gros sabots et votre chevelure colorée. En plus, vous proutez des paillettes…

Beauté

… bref, pas de doute, vous êtes une licorne.

Capricorne

Amour

Raaah… Même un acteur porno joue mieux la comédie que vous.

Gloire

Regardez dans le ciel, c’est votre second degré qui s’envole !

Beauté

D’après une étude scientifique très sérieuse, les Capricornes sont les personnes qui possèdent les plus belles fesses du monde entier. Si, si, je vous jure.

Verseau

Amour

Ne vous réjouissez pas trop vite : après le confinement, l’amour ce sera toujours aussi naze.

Gloire

La constellation du coronavirus ne sait pas si votre patron sera confiné ou est un con fini.

Beauté

Le matin, ça sent la marée quand vous parlez. Mais certaines personnes vous aiment quand même. Comme quoi.

Poissons

Amour

Allez paf, on l’a décidé. Les Poissons seront le meilleur signe de la semaine. Cœur sur vous mes p’tits gnous !

Gloire

(après, l’horoscope dit souvent des conneries hein, on dit ça on dit rien)

Beauté

Waouw, quel charisme ! On dirait une enclume.

Billet confiné 01

Pas inutile, quand on emploie subitement à tour de bras un mot habituellement peu usité de revenir à l’étymologie. d’aller voir à la source, quoi.

Alors, voyons… Confinement. Du préfixe latin (et non Marseillais comme on le croit souvent à tort) “con”, qui signifie “ensemble”, comme chacun sait, et du bas breton “fin’ment” qui veut dire “pas trop gros quand même non mais j’te jure”. Ce qui suggère un sens caché à ce vocable devenu si commun : “Tâchez de ne pas être trop épais ensemble”. Soit, pour faire plus concis : « faites tous bien gaffe sinon, vous risquez de le regretter ».

On retrouve cette construction syntaxique caractéristique, par exemple, dans le terme “considération”, littéralement “coupés ensemble” et qui peut se comprendre par “collectivement complètement sciés”, mais plutôt dans le sens figuré, du coup. Et que l’on pourrait adapter à notre vie moderne par cette maxime “arrêtez de couper ensemble les cheveux en quatre ”

Voilà, je crois que la preuve est faite de l’utilité du Latin, du Grec et du Transsibérien dans l’enseignement des Humanités. Autant de matières qui nous permettent à tous d’agir en pleine conscience : là encore, du préfixe latin “con” et de “scientia”, “connaissance”. Savoir ensemble et agir en connaissance de cause. Voilà, voilà… Bonjour chez vous et courage à tous !

Message à nos lectrices et lecteurs : Non-parution de TMV Tours

En raison de la situation sanitaire actuelle et des dernières recommandations gouvernementales, nous ne pouvons assurer la distribution habituelle de Tmv.

⚠️ INFORMATION IMPORTANTE⚠️

#Coronavirus / Non-parution de TMV

 
C’est avec le cœur lourd que nous vous rédigeons ce message. Eu égard aux dernières mesures gouvernementales et à la situation sanitaire actuelle, il devient désormais quasi-impossible de diffuser TMV que ce soit dans la rue, de la main à la main, ou en dépôt dans les commerces habituels (bars, restaurants). Notre modèle de distribution, en tant qu’hebdomadaire gratuit et local, ne le permet pas dans une situation si particulière. Qui plus est, nos rubriques habituelles (pages culture, sorties, sport, resto, cinéma…) ne sont pour le moment plus réalisables.
 
Par conséquent, il n’y aura pas de TMV mercredi. La publication est momentanément suspendue.
 
Le moment est difficile pour tout le monde. Nous revenons le plus vite possible et espérons que vous comprendrez la situation délicate qui amène à faire ce choix. En attendant, prenez soin de vous et de votre santé, pensez aux autres, soyons toutes et tous responsables pour un chouette retour à la normale. 💪
➡️Nous restons évidemment disponibles sur nos réseaux sociaux ou par mail (redac@tmvtours.fr) si vous avez besoin de quoique ce soit ; vous pouvez aussi visiter notre site internet.
 
Cœur sur vous et courage ❤️ (Même l’astrologue de tmv vous aime !)


[MISE A JOUR 18/03, 20 h 35 : toute la rédaction de tmv souhaitait à vous remercier pour vos gentils messages reçus ces dernières heures. Cela nous touche énormément]

Horoscope WTF du 17 mars (quand on est en confinement)

Pas de tmv cette semaine, certes, mais l’astrologue a tenu à publier tout de même son horoscope WTF. Histoire de vous accompagner en confinement.

Bélier

Amour

Oh bah dis, c’est la poêle qui se moque du chaudron là. 

Gloire

Mieux vaut une brioche qui dépasse du pull qu’une baguette qui dépasse de la braguette.

Beauté

(vous aimez nos conseils avisés, hein ?)  

Taureau

Amour

Quand on veut que le travail soit bien fait, on le fait soi-même. Z’avez compris… ? 

Gloire

Vos gaz intestinaux vous causeront préjudice au travail.

Beauté

Vous serrer dans nos bras nous rappelle que vous avez finalement la carrure d’une Knacki.

Gémeaux

Amour

Cette semaine, vous coucherez avec votre pote Paul Ochon. (haha, qu’est-ce qu’on s’marre… rah, tout fout l’camp dans cet horoscope moisi)

Gloire

Dur dur au boulot, car vous avez le nez dans le guidon. Normal, ce n’est jamais facile de travailler sur un vélo (haha, qu’est-ce qu’on s’marre…rah, blabla)

Beauté

Bon bah du coup, voilà, c’est fini. A+ !

Cancer

Amour

Étrange d’avoir caché votre fétichisme des pieds si longtemps.

Gloire

Car vous étiez sur la route, toute la sainte journée. Et vous n’avez pas vu le doute en toi s’immiscer, mais bon. 

Beauté

Printemps pluvieux, string malheureux. A+ ! 

Lion

Amour

Massez le bulbe de l’être aimé.

Gloire

Jour de chance. Vous jouerez à shifumi avec un homme-tronc et vous gagnerez. 

Beauté

Lion rime avec constipation. On dit ça, on dit rien.

Vierge

Amour

Oh le vide.  

Gloire

Vos collègues ne vous aiment pas. Ouais, ça en fout un coup d’apprendre ça dans l’horoscope, mes p’tits gnous. 

Beauté

Telle la moufette, vous êtes réputé(e) pour vos sécrétions de liquide malodorant en cas de menace.

Balance

Amour

Comme le disait Jésus : « Cupidon est un peu con. » 

Gloire

Le saviez-vous ? Balance est le meilleur signe du monde entier de l’univers.

Beauté

Votre bidon est comme la planète Terre. Vous pensez qu’il est plat, mais en fait il est rond.

Scorpion

Amour

Côté sexe, vous êtes en PDI (Pause à Durée Indéterminée). 

Gloire

Ne pas vous voir quotidiennement est aussi douloureux que de se couper avec une feuille de papier.

Beauté

Oui ouiii on sait, vos abdos sont cachés pour l’instant, car il fait froid, tout ça tout çaaa.

Sagittaire

Amour

L’étoile de Mimie Mathy indique qu’en ce moment, vous faites nain-porte quoi (pouet pouet)

Gloire

Vous avez Bac+12 en je m’en foutisme.   

Beauté

Vous sentez bon des genoux. 

Capricorne

Amour

L’amour, c’est comme un slip. Parfois, c’est chiant de se le coltiner toute la journée. 

Gloire

Vous le savez, vous, que les M&M’s crispy sont là, LES M&M’S CRISPY SONT LÀ ! 

Beauté

La personne classe que vous êtes ne pète pas. Elle murmure des fesses, voilà tout.

Verseau

Amour

Bientôt le printemps ! Votre libido va bourgeonner… 

Gloire

…  avant de se prendre le retour du gel d’ici peu. Oupsi !

Beauté

La constellation du Coronavirus vous indique que c’est le bon moment pour arrêter de serrer toutes ces paluches dégueu et faire la bise à ces joues infâmes. 

Poissons

Amour

Vous savez que vous êtes un bandit ? Car vous braquez les cœurs. POOOOH.

Gloire

(on déconne. Vous ne valez pas grand-chose en drague)

Beauté

Le front lisse mais brillant. 

Basket : Vincent Pourchot tient le haut du panier

Il s’était éloigné des parquets, en raison d’une vilaine blessure. Mais Vincent Pourchot est de retour. Une bonne nouvelle pour l’UTBM.

Vincent Pourchot, de l’UTBM (photo Julien Pruvost)

Victime d’une rupture partielle du ligament croisé antérieur, le 16 décembre dernier lors du match victorieux contre Dax (123-113, après deux prolongations), Vincent Pourchot est éloigné des parquets de basket depuis trois mois.

Mais son retour au sein de l’équipe première de l’UTBM est prévu pour très bientôt. « C’est mon ressenti qui primera », nous confiait-il il y a quelques jours. Son retour, sans doute pour quelques minutes de jeu tout d’abord, est une bonne nouvelle pour l’UTBM.

Car en fin de semaine, le club entame contre Avignon, la seconde phase du Championnat dont l’issue pourrait bien déboucher sur une accession en Pro B. « En début de saison, nous savions que nous possédions un groupe fort, équilibré avec un bon collectif, analyse le pivot de 27 ans et 2,22 m sous la toise. Et la sauce a pris très rapidement. »

« On peut atteindre notre objectif »

Les compteurs pratiquement remis à zéro, les dix équipes – les cinq premières de chaque groupe – sont sur la ligne de départ avec un court avantage à Chartres. « Seuls comptent les résultats entre équipe de chaque groupe et Chartres a quasiment fait un sans-faute, poursuit Vincent Pourchot. Nous savons de notre côté qu’en faisant un parcours parfait, on peut atteindre notre objectif. »

Gonflé à bloc après un gros travail de rééducation effectué à Capbreton, le pivot tourangeau revient très fort après avoir accusé le coup lors de sa blessure. Auteur de 24 points lors du match du 16 décembre contre Dax, Vincent Pourchot était alors en plein boom, affolant les stats grâce à sa présence au rebond et son efficacité aux tirs. « Ça a été dur. On a parlé d’opération et puis d’un très long repos. Aujourd’hui, je suis revenu sur de bonnes bases. »

Croisant rugbymen du Top 14 en convalescence ainsi que d’autres basketteurs, il a sué pour espérer revenir au plus vite. « Du matin au soir, j’avais un plan de travail très précis et désormais tout va bien », confie-t-il. L’UTBM pourrait bien être dans les prochaines semaines la nouvelle rampe de lancement de celui qui, il n’y a pas si longtemps, était la doublure de Rudy Gobert dans les équipes de France jeunes.

Thierry Mathiot

Mise à jour 13/03 9 h 55 :

Tous les matchs de basket sont annulés jusqu’au 31 mars.

 

Don’t feed the alligators : ils fêtent la mort sous chapiteau

La Compagnie de nouveau cirque 100 issues va jouer au 37e parallèle Don’t feed the alligators, sa dernière création sur… la mort.

Si la mort ne craint personne, eux n’hésitent pas à se jouer d’elle. Pour leur septième création, les artistes de la Compagnie de nouveau cirque 100 issues se sont lancés dans un spectacle interrogeant les 1000 facettes de la Grande Faucheuse.

« Pourquoi est-elle célébrée dans certains pays et pas dans d’autres ? », s’interroge Simon Remaud, technicien-musicien de la formation. « Pourquoi n’est-elle triste que dans certaines cultures ? ». « Une fois par an, au Mexique, elle est fêtée de façon très joyeuse au cimetière », ajoute Grit Krausse, responsable de la diffusion de Don’t feed the alligators.

Cirque, manga et Bollywood

Des questions existentielles qui ont incité les artistes, une dizaine sur scène, à revisiter les rites qui l’entourent, les façons de la célébrer, « avec humour et dérision, profondeur et émotion », décrivent-ils, dans une mise en scène de Lorca Renoux. Pour l’occasion, la compagnie basée à Joué-lès-Tours, a construit « Dame Brigitte », un chapiteau de 375 places.

Le spectacle, se revendiquant de l’influence du cirque, du manga, de l’anthropologie ou de Bollywood, rassemblera les ingrédients phare de 100 issues : « la musique live, le mât chinois et la danse », résume Simon Renaud. Mais aussi de la corde volante, de la contorsion, du trapèze ou encore du fouet !

Une création jouée les 10 et 11 avril prochains dans la cour du 37e parallèle et en co-réalisation avec ce centre de création de spectacle vivant, qui les a accueillis en résidence. Le spectacle, soutenu par le Label Rayon Frais de la Ville de Tours, est proposé dans le cadre de la Préfiguration du festival International de Cirque en Val-de-Loire.

Que les inquiets de nature se rassurent, « on rit beaucoup dans Don’t feed the alligators », assure Romain Pachot, administrateur et musicien de 100 issues. Du rire accessible aux enfants à partir de 9 ans.


> Les 10 et 11 avril, à 20 h 30, au 37e parallèle, allée Roger Lecotte à Tours. Ouverture à 19 h avec une petite restauration. Tarifs : de 12 à 15 €, 8 € pour les 7 – 16 ans.

Abdou, l’écrivain public du Sanitas

Abderrahmane Marzouki n’est pas un écrivain classique. Il est écrivain public. Sa mission : aider les personnes en difficulté à remplir des documents administratifs et tisser aussi du lien social.

 

Tout le monde ici l’appelle Abdou. Au centre social Pluriel(le)s, dans le quartier du Sanitas, il occupe un tout petit bureau surchauffé par les bouches d’aération du sol et tapi de papiers en tout genre. Coupures de presse, affiches, livres, ornent son antre.

« Souvent on me dit qu’il y a du désordre. Ce n’est pas faux mais c’est fait exprès. Car j’ai plein de choses à communiquer aux gens. » Abdou est ainsi : généreux et curieux. Son bureau est en effet un joyeux mélange entre ses centres d’intérêts : l’écrivain public qu’il est, l’homme militant aux convictions écologiques qui le nourrit.

Il reçoit autour d’un thé ou café bio et de dattes pour sucrer. La confiance s’établit immédiatement avec ceux qu’il reçoit. Ce jour-là, un jeune homme vient lui demander de l’aide pour remplir un papier consécutif à un arrêt de travail dû à un accident. Abdou, petite voix basse et douce rassurante, le guide, patiemment, lui glissant au passage des conseils en écriture.

Un côté social central

« Attention, je ne suis pas un dactylo, précise Abdou. La difficulté rencontrée bien souvent par les gens c’est de prendre son temps pour écrire distinctement, il y a des confusions de lettres. L’idée est de les orienter vers l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Mon travail est de les aider pour écrire des imprimés CERFA, administratifs le plus souvent mais aussi des recours. Mon second rôle est de les orienter vers les bonnes structures. »

Le côté social est en effet central, particulièrement ici au Sanitas où Abdou, bien implanté, « tisse des liens pour eux, essaie d’ajouter à leur carnet d’adresses des personnes de confiance. Je suis arabophone alors ça facilite les choses dans le quartier. » Lui qui a démarré dans l’insertion des jeunes porte depuis 2004 le titre d’« écrivain public pour l’accès au droit. »

À sa connaissance, le seul à temps plein dans le département, même si certains exercent quelques heures dans d’autres centres sociaux. Claire, retraitée de la mairie l’épaule 2 heures par semaine : « Il y aurait autant d’heures que de disponibilités », plaisante-t-il. Le bouche à oreille fonctionne. »

Pourtant, écrivain public demeure un métier méconnu, presque confidentiel. Pour preuve, « Macron l’a cité comme un métier nouveau qu’il faut développer ! » Abdou en sourit, en briscard de l’écriture au service des autres depuis tant d’années. La semaine dernière, il a d’ailleurs reçu ce joli compliment « Quand vous écrivez quelque chose, ça réussit, vous avez la main heureuse. »

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 11 au 17 mars 2020

Courage aux Taureaux qui sont cette semaine sous l’influence (néfaste) du K-Maro.

Bélier

Amour

Yihaaaaaaa, vous êtes en rut comme un chameau en ce moment.

Gloire

Cette semaine, vous grimperez l’escalier de la honte marche après marche.

Beauté

Ah, vos tétons vacillent. C’est signe de mauvais temps ce week-end !

Taureau

Amour

L’étoile du K-maro vous invite à donne-moi ton coeur, baby, ton corps baby, je veux une femme like you.

Gloire

Un pour tous, tous bourrés !

Beauté

Quand on appuie sur votre ventre, c’est tout mou.

Gémeaux

Amour

La constellation du Pierre Perret vous annonce que tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi.

Gloire

Tel un participant de Star Academy, vous allez connaître votre trimestre de gloire.

Beauté

Curez-vous le nombril, c’est tout sale là-dedans.

Cancer

Amour

Une étude montre que les infidèles vivent plus longtemps. Vous serez donc centenaire.

Gloire

Tout vient à point à qui sait attendre. C’est-à-dire pas vous.

Beauté

Vous sentez les transports en commun un après-midi d’été.

Lion

Amour

Ôtez-moi d’un doute : vous avez vraiment aimé votre ex, ce bidule-là ?

Gloire

Votre prénom n’est pas très beau, n’est-ce pas ?

Beauté

Un passage sur Doctissimo vous apprendra que vous avez la lèpre, une pneumonie et un ongle incarné. Dur.

Vierge

Amour

En enlevant une lettre à Vierge, ça fait verge. Ce qui prouve que vous êtes un(e) sacré(e) dégueulasse.

Gloire

Waouw, quelle autorité ! On dirait un chaton castré.

Beauté

Vous avez le charisme d’une poutre.

Balance

Amour

Sous la couette, vous êtes aussi vivace qu’une feuille de laitue.

Gloire

Les reproches vous glissent dessus. (normal, vous avez la peau grasse)

Beauté

Tous à poil ! Ensuite on avisera.

Scorpion

Amour

Bon, la théorie c’est bien deux minutes, mais quand passez-vous à la pratique ?

Gloire

Vous courez après vos rêves. Mais vous êtes trop lent(e) pour les rattraper.

Beauté

Vous pourriez un peu remonter votre pantalon s’il vous plaît ? Pour nous éviter ce genre de visions…

Sagittaire

Amour

Ces petits grognements de phacochère pendant l’amour, c’est fait exprès ?

Gloire

Selon une étude menée en 2011, un téléphone portable sur 6 présente des traces de matières fécales. Allez, A+ !

Beauté

(En plus, pour une fois, c’est vrai. On raconte même pas de conneries !)

Capricorne

Amour

Dans le love game, vous êtes un Saint-Emilion grand cru ; les autres ne sont que de vulgaires bouteilles de piquette.

Gloire

Vous avez la tendresse d’un rouleau de PQ triple épaisseur.

Beauté

Force est de constater que vous ressemblez à Dora l’exploratrice.

Verseau

Amour

Vos nuits riment avec ennui. Allez A+ !

Gloire

Hé dites, les p’tits prouts, c’est pas bien de prendre les gens pour des jambons.

Beauté

LOL.

Poissons

Amour

Snif… vous sentez ? C’est l’odeur du vent que vous allez vous prendre demain.

Gloire

Stevie Wonder voit bien que tout est mal barré pour vous

Beauté

Vous avez la pilosité d’un kiwi, c’est assez mignon.

Les petits poucets

Les élections municipales, c’est comme la Coupe de France, en foot. Même les petits peuvent participer. Et, un peu comme les clubs amateurs, à part un moment de gloriole, ils n’ont pas grand chose à y gagner. Allez, un petit quiz : vous savez combien de Français sont candidats dimanche ? Dites un chiffre au hasard… Non, c’est plus ! 900 000.

900 000 femmes et hommes qui ne sont pas tous, vous pouvez m’en croire, des professionnels de la politique. Comme les petits poucets de Plougastel ou de Carquefou qui affrontent chaque année l’ogre PSG, la plupart ont un vrai métier à côté ou sont à la retraite.

Et, quand ils passent un tour et se retrouvent adjoint à la mairie de leur bourg, sûr qu’ils ne la volent pas leur (maigre) indemnité. Parce qu’un adjoint, plus encore un maire, c’est tous les jours qu’il doit se rendre à son bureau. Et les dossiers qui l’attendent, c’est technique comme la roulette de Zizou. Alors, dimanche, masque ou pas masque, solution hydroalcoolique ou pas, on va voter. Franchement, c’est bien le moins qu’on puisse faire.

Matthieu Pays

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (ENFANCE)

[5/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le dernier épisode de notre série avec tout ce qui concerne le monde de l’enfance.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Vivre en ville, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


ENFANCE

♦Mathieu, papa fraîchement débarqué : « Nous sommes agréablement surpris »

Nous sommes arrivés à Tours en août 2019 avec ma femme Ingrid et nos filles Camille et Pauline. Nous n’avons donc pas encore beaucoup de recul, mais sommes agréablement surpris par pas mal de choses. À commencer par l’inscription à l’école : il y en a plusieurs prés de chez nous, du côté de Liberté / Prébendes, et nous avons pu choisir. L’accueil périscolaire du mercredi est moins flexible qu’à Pontoise où nous vivions avant, mais pour le soir, ça se passe bien. Il faudrait par contre faire quelque chose pour l’entretien des bâtiments, qui mériteraient des rénovations. Et si nous avons choisi Tours, une grande ville, c’est pour pouvoir profiter des équipements culturels et sportifs, notamment les spectacles ou ateliers pour enfants. Ce n’est pas toujours facile de se tenir au courant de tout ce qui existe à ce niveau-là… mais on y travaille !

♦Arthur, créateur des micro-crèches : « Tours a vraiment une offre de plus en plus variée »

La Pouponnière Lorsque j’ai ouvert la première Pouponnière, quartier Saint-Eloi, en 2013, il y avait très peu de structures de ce genre à Tours. Depuis, il y a eu un vrai boom ! De notre côté, nous avons maintenant trois micro-crèches et dix salariés. Et à l’échelle de la ville, l’offre s’est fortement développée et diversifiée.

En l’espace de six ans, de plus en plus de besoins des parents ont été couverts par toutes ces structures. On trouve aujourd’hui aussi bien des petites entreprises que des grands groupes du secteur, pour des profils variés. La crèche proche de la gare SNCF va ainsi accueillir les enfants des parents qui prennent le train pour aller au travail, celles des Deux-Lions s’adressent aux salariés et habitants du quartier… Sans oublier les assistantes maternelles ou les structures municipales ! Même si tous les besoins ne sont pas encore couverts et que la demande reste forte, Tours a vraiment une offre de plus en plus variée, et c’est tant mieux ! Car l’idéal est que les parents puissent trouver le mode de garde qui correspond à leur mode de vie et à leurs valeurs.

♦Delphine et Claire, moteurs du Bar Bidule : « Développer les activités pour les 0-3 ans »

Sortir avec son enfant n’est pas vraiment facile, et c’est donc la raison d’être du Bar Bidule, association et lieu pour les familles que nous avons repris en 2018. Ici, on vient en famille, prendre le goûter, jouer, rencontrer d’autres parents et enfants. C’est une respiration pour les pères et mères, et une occasion de se socialiser pour les enfants, sans compter les spectacles et ateliers qui permettent de découvrir d’autres horizons. Les médiathèques et les ludothèques ont beaucoup amélioré leur accueil famille dans ces domaines-là, c’est super !

Peut-être peut-on développer encore plus les activités pour les 0-3 ans, car c’est sur cette tranche d’âge que nos activités ont le plus de succès, et sont le plus demandées, il y a donc un vrai besoin de la part des familles. À l’extérieur, pourquoi ne pas développer les parcs et leurs jeux pour enfants, en laissant plus de place à l’imagination et à la rencontre ? Finalement, c’est l’espace public qu’il faudrait repenser, pour inciter à la rencontre, quel que soit l’âge !

♦Amina, pré-ado hyperactive : « Un parc d’attractions permanent en ville »
J’ai 11 ans et j’habite Tours-Nord. J’ai déjà fait de la gym, du basket et du foot… Avec tous les clubs qu’il y a, j’ai pu essayer ce qui me plaisait. Bon, j’ai abandonné assez vite, mais je ne me plains pas ! Si vraiment je devais réaliser un rêve, ce serait d’avoir un parc d’attractions permanent en ville… ou au moins une salle pour faire du roller quand on veut !

♦Isabelle, mamie en vadrouille : « Développer des lieux comme le Bar Bidule »
J’habite en bord de mer mais je viens souvent rendre visite à ma fille, et garder ma petite-fille de quatre ans. Elle adore être dehors ! On passe donc du temps au jardin des Prébendes, et j’aime l’emmener au cinéma ou à la librairie pour lire ensemble. Je viens de découvrir le Bar Bidule, et une chose est sûre : il faut développer plus de lieux comme celui-ci, où on peut aller et venir en famille, et en parler dans les écoles, pour que les familles sachent qu’elles peuvent sortir sans se compliquer la vie.

Propos recueillis par : Maud Martinez


CHIFFRES

>3 429 Bébés nés à Tours en 2019, d’après les registres d’état civil. Une légère baisse par rapport à 2018 (3510 naissances). Et Gabriel et Emma sont les deux prénoms-stars.

>1881 C’est l’année de création de l’hôpital Clocheville, qui veille sur la santé de nos têtes blondes.

>58 écoles primaires et maternelles publiques à Tours

Foot : Omar da Fonseca, plus d’un Tours dans son sac.

Un fou du foot. Cette semaine, zoom sur une voix du ballon rond, mais pas que : Omar da Fonseca.

Omar da Fonseca (au centre), une voix du foot.

« Vivre, c’est risquer de mourir ! Espérer, c’est risquer le désespoir ! » Non, non, ne vous y trompez-pas, nous n’avons pas invité un prof de philo cette semaine pour animer la rubrique sport de TMV.

Mais si vous avez regardé dimanche soir sur beIN Sports la retransmission du match de foot entre le Real Madrid et le Barça (2-0), vous ne pouvez pas avoir oublié ces propos mystico-footballistiques en forme de commentaires venus d’ailleurs signés Omar da Fonseca, alors que Lionel Messi venait de rater l’immanquable. Le consultant foot de la chaîne qatarienne (depuis 2012 après avoir également travaillé pour le groupe Canal +) s’est installé dans l’univers médiatique français à coup d’aphorismes et d’expressions incroyablement visuelles mais aussi de tirades philosophiques réaménagées à sa sauce. C’est ce qui fait son charme.

Passé par le club de Tours

Et à Tours, le charme d’Omar, on n’est pas près de l’oublier quand on se souvient que l’Argentin de 60 ans a fait les beaux jours de l’équipe de foot de la ville en division 2 et en division 1. C’était au siècle dernier, les années 1980 pour être précis.

Débarqué d’Argentine, en provenance du club de Velez, Omar da Fonseca allait rapidement faire parler la poudre. Au Stade de la Vallée du Cher, il inscrivit 23 buts lors de la saison 1983-1984 (en division 2) puis 14 autres la saison suivante, braquant sur lui les projecteurs et le chéquier des grands clubs. Au PSG en 1985-1986 puis à Monaco et Toulouse, le fantasque et redoutable attaquant n’a laissé que de grands souvenirs.

Il y a quelque temps, il nous avait confié avoir un jour envisagé de participer à un tour de table pour re-financer le club tourangeau. Mais voilà, Omar, c’est Omar. Et si l’ex-joueur, désormais consultant star, est passé par la case agent de joueur puis responsable de la cellule recrutement à l’AS Saint-Etienne, il ne veut aujourd’hui pour rien au monde troquer le micro pour de nouvelles fonctions officielles.

Thierry Mathiot


> REVOIR TOURS PARMI L’ÉLITE DU FOOT

S’il garde encore un rêve pour notre région, c’est bel et bien celui de revoir un jour le Tours FC parmi l’élite du foot français. Samedi dernier, pour nos confrères du Parisien, il déclarait : « Dans la vie, à part dans une dictature, on ne peut imposer des règles. Dans n’importe quel domaine, c’est la somme des individualités qui permet d’obtenir un collectif. » Une belle leçon.

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (VIVRE EN VILLE / ENVIRONNEMENT)

[4/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le quatrième épisode de notre série : cette fois, le côté vivre en ville, environnement.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Vivre en ville/Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


VIVRE EN VILLE / ENVIRONNEMENT

♦Céline des Deux-Lions : « Avoir le parc de la Gloriette à deux pas, c’est un vrai plaisir ! »

Installés en famille aux Deux-Lions depuis 2012, nous avons vu le quartier évoluer. Avec le tramway, les lignes de bus vers le lycée pour notre fille, un vélo électrique qui me permet d’aller travailler, et une voiture pour les grosses courses, nous sommes vraiment proches de tout. Et pour le restaurant ou le cinéma, on est à côté ! Je n’ai encore jamais vu le quartier sans une grue à l’horizon, et cela m’inquiète un peu : cela se construit toujours plus, et les espaces verts rapetissent… Mais ce que j’espère surtout, c’est voir apparaître une vraie vie de quartier, avec plein de commerces de proximité.

♦David, Coprésident du Collectif Cycliste 37 : « Que le vélo ait sa place »
Tours a été reconstruite après-guerre avec la voiture comme seul mode de déplacement. Le passage de l’A10 en plein cœur de ville en est l’exemple le plus criant. Le Collectif Cycliste 37 milite donc pour que le vélo ait sa place, car selon nous, la ville idéale est celle qui tiendra compte de toutes les mobilités, en favorisant en priorité les mobilités actives que sont la marche et le vélo. Viennent ensuite les transports en commun et la voiture n’est qu’en dernière place dans cette nouvelle hiérarchie des moyens de transport, qui répond aussi aux enjeux climatiques actuels.

(Photo archives NR)

Tours a un énorme potentiel pour les mobilités douces, mais les éventuels cyclistes sont souvent freinés par un sentiment d’insécurité face au volume de la circulation et à la vitesse des véhicules. Nous préconisons donc des aménagements séparés pour les cyclistes sur les axes rapides, avec la création de voies express vélo permettant de traverser l’agglomération sans danger. Et par ailleurs, on peut jouer sur et un apaisement du trafic dans les quartiers, où une limitation à 30 km/h permettrait la circulation à pied ou à vélo en toute tranquillité.

♦Jérémy et Vanessa du quartier Paul-Bert : « C’est assez compliqué pour le bus, tôt le matin ou tard le soir »

Avec nos horaires décalés (livreur de journaux pour moi, et femme de ménage pour Vanessa), c’est assez compliqué pour le bus, tôt le matin ou tard le soir. Et à pied, certains quartiers ne sont pas toujours bien éclairés… Il m’est arrivé de servir d’escorte à des jeunes femmes traversant le Pont de Fil de nuit. Mais on est tout de même bien desservis, avec les lignes de bus au pas de la porte pour aller faire les courses à Tours-Nord ou se balader en ville.

♦Mathieu Ingénieur de recherches en géographie – laboratoire Citères (Tours) : « Les défis qui se posent sont multiples »

En quelques années, Tours a beaucoup changé : l’arrivée du tramway a modifié le paysage urbain ; les Tourangeaux se sont réappropriés les bords de Loire grâce à la guinguette et on assiste depuis plusieurs années à une densification urbaine importante. Cela ne va pas s’arrêter, car les nouvelles réglementations poussent à limiter au maximum l’utilisation des terres agricoles environnantes. Pour pouvoir accueillir plus d’habitants, il faudra donc détruire l’existant pour rebâtir, ou empiéter sur les espaces verts.

Mais cela amène à se poser la question du maintien d’îlots de fraîcheur, ces jardins et autres parcs qui font vivre la ville et qui sont indispensables à une démarche de transition écologique. Les défis qui se posent sont donc multiples : faire de Tours une ville plus dense, plus efficace, mais aussi une ville qui continue de respirer et d’offrir un cadre de vie agréable. Or l’urbanisme n’est pas fait que de questions techniques : face à ces enjeux, parfois contradictoires, c’est le choix politique qui tranchera !

♦Gérard et Bernadette du quartier des Halles : « Redynamiser l’avenue Grammont » 
Nous sommes à Tours depuis 1975 et toujours dans l’hypercentre, pour ne pas passer trop de temps dans les transports. La retraite nous laisse aujourd’hui encore plus de temps pour profiter de la ville, aller au marché, au cinéma… Certaines choses ont beaucoup changé !
Le tram a revitalisé des quartiers comme le Sanitas ou Europe et la rue Nationale est agréable sans voitures. Par contre, l’avenue Grammont était autrefois dynamique, dans une vraie continuité de la rue Nationale, mais aujourd’hui elle est endormie… Il faudrait donc la redynamiser. Nous espérons en tout cas que les futurs projets (tramway, grands hôtels, rénovation des Halles) seront menés par les prochains élus en prenant le temps de la réflexion.

Propos recueillis par : Maud Martinez

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>3,03 / 6 C’est la note attribuée par les cyclistes tourangeaux à leur ville dans le dernier baromètre des villes cyclables publiés par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette). Tout juste la moyenne !

>3 959 habitants au km2 à Tours selon l’INSEE (2016), contre 753 pour l’ensemble de la Métropole. Ah qu’est-ce qu’on est serrés…

>10 bus électriques sur le réseau Fil Bleu, pour 159 bus… et 1 calèche !

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (SOCIAL/SOLIDARITÉ)

[3/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le troisième épisode de notre série avec tout ce qui concerne le social et la solidarité.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


♦Jérôme, technicien agricole: « Des actions sportives dans les quartiers sensibles »

Une ville qui intègre par le sport ! Je constate, en tant que bénévole à la fédération de multisports l’UFOLEP, que la Ville mène déjà pas mal d’actions dans les quartiers sensibles. Ce qui serait intéressant c’est que la Ville continue à aider les projets d’éducation sportive dans ces quartiers en faveur des jeunes, car cela leur évite de rester dans la rue, et en faveur des femmes, car cela leur évite de rester chez elles.
Il est important aussi que la Ville se penche sur les lieux d’accueil pour les associations sportives, il y un gros souci de disponibilité pour les associations de sport loisir, la Mairie semble plutôt portée vers le sport de haut niveau.

♦Agnès, secrétaire universitaire : Respecter les gens en rendant la ville belle »

Je souhaiterais qu’il y ait plus de solidarité créée par l’activité. Les personnes qui sont sans travail, en HLM, pourraient développer des activités paysagères, nettoyer et embellir l’espace en bord de Loire, aux côtés de jeunes en intérêt général ou de prisonniers, pour instaurer de la mixité. Ces personnes ont des talents qui pourraient s’exprimer dans la création. Autre exemple, rue Édouard-Vaillant, elles pourraient l’embellir par des trompe-l’oeil. Rendre une ville belle, c’est respecter ses habitants et les changer, les rendre heureux.

♦Séverine, bibliothécaire : « Moins de caméras, plus de social ! »
On parle de la fermeture du plan B, l’accueil d’Utopia 56 (association qui aide les jeunes migrants isolés) dans le quartier Velpeau, mais il serait souhaitable de pouvoir justement réquisitionner des locaux vides ! J’aimerais plus d’accueil pour les mineurs isolés, les femmes en difficulté, toutes les personnes qui se retrouvent à la rue et ont besoin d’un hébergement d’urgence.
S’il y avait un peu plus de centres d’accueil de nuit, ce serait mieux plutôt que de les mettre à l’hôtel. Je souhaiterais qu’il y ait moins de sécurité, moins de caméras de surveillance et que cet argent soit plutôt mis dans le social et pour les associations. Que les associations qui en ont besoin disposent aussi d’un endroit gratuit dans la ville.

♦Marie-Gaëlle, professeure des écoles : « Plus de facilité pour se déplacer »

Améliorer les transports en commun pour les personnes handicapées et les jeunes mamans, qui ont des difficultés à se déplacer avec des poussettes. Il est important pour une ville que les personnes se sentent libres de se déplacer ! Et il reste beaucoup d’infrastructures inaccessibles, des trottoirs encombrés par les poubelles.

♦Stéphanie, directrice de l’association Active : « Des chantiers d’insertion »

Dans notre association d’insertion par le vêtement, nous avons 80 % de femmes, 15 nationalités. Ce sont des personnes que l’on remet au travail, mais ça ne marche pas pour toutes. On a également des activités d’ouverture à la culture, des sorties au théâtre. C’est notre valeur ajoutée. Et ce qu’on constate, c’est que des personnes s’ouvrent ainsi à la langue française et s’épanouissent, se révèlent, ce qu’elles ne peuvent pas toutes faire dans nos activités. Du coup, je rêve qu’il existe des chantiers d’insertion culture, dans les festivals, les théâtres…
Avec le même principe : un salaire, des horaires à respecter, des tâches précises, un lien social qui se crée, et que ces personnes puissent valider des compétences dans le champ culturel. Peut-être est-ce utopiste mais ce pourrait être une solution à l’insertion et l’emploi des personnes en difficulté.

♦Warren, patron du bar The Pale : « Ce sont les associations qui font bouger la ville »

Les Français sont très râleurs mais solidaires. Avec le Pale, on récolte de l’argent pour les enfants à Clocheville, pour le centre LGBT, Les Petits Princes, Médecins sans frontières,… ce sont ces associations qui font bouger les choses et la ville.
Rue Colbert, il y a l’esprit village entre commerçants, habitants, pas de concurrence, à la différence de Plumereau. On ne se marche pas sur les pieds les uns des autres, et je trouve que c’est ça la solidarité de la rue Colbert : un exemple pour moi.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>Plus d’1,5 million d’euros d’aides en nature accordées aux associations (aides logistiques, mise à disposition de salles et locaux…)

>11 % c’est le montant total de la part solidarité et action sociale dans le budget de fonctionnement la Ville de Tours

>Pour 100 euros investis par la Ville, 5 le sont dans la solidarité et vie sociale

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (ECONOMIE)

[2/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le second épisode de notre série avec tout ce qui concerne l’économie.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


ECONOMIE

♦Mathis, doctorant en intelligence économique : « Tours semble un peu endormie par rapport à Nantes et Angers »

Il faudrait favoriser les synergies université- public-privé comme pour les pôles de compétitivité, trop rares. Ça marche pour la Cosmetic Valley ! Au Québec, où j’ai travaillé, les entreprises y font de la « coopétition », mélange de coopération et de compétition. Elles mutualisent leurs services, font des économies et sont plus performantes.
En France, j’ai l’impression que la compétition prime sur la coopération. J’ai l’exemple à Mame, où j’étais en alternance ; on en fait le porte étendard de la nouvelle économie à Tours mais en réalité, Tours me semble un peu endormie par rapport à Nantes et Angers. On est pas encore dans le tiers-lieu de rêve.

♦Grégori, économiste : « Une smart city »

Faire de Tours une smart city (ou ville intelligente). C’est un sujet pour la métropole qui a la taille idéale, avec des centres-villes ramassés et qui demande d’investir dans la formation et les compétences d’entrepreneurs afin de créer un environnement urbain plus respectueux des gens et de l’environnement.
L’idée est de développer des bureaux d’étude, des petites entreprises avec une vision, comme les capteurs pour mesurer la qualité de l’air. Par exemple, le Sanitas pourrait bénéficier d’une approche de ville intelligente à la fois pour le confort de vie et pour dissuader les dealers (grâce aux éclairages qui s’allument en détectant les gens…).

♦Lucie, agent territoriale : « Favoriser le commerce de centre-ville » 
Une ville idéale ? Celle qui favorise le commerce de centre-ville, qui crée une dynamique de centre-ville plutôt qu’en périphérie où les grands supermarchés me désespèrent. Pour cela, il faut qu’il y ait plus de transports en commun, de parkings relais à la périphérie, pour ne pas inciter les gens à venir en voiture. Toutes les villes ont des périphéries identiques mais pas les centres-villes qui font leur identité.
Orléans me semble moins plaisante à vivre mais plus dynamique au niveau de l’emploi de centre-ville. Il faudrait favoriser l’implantation d’entreprises et de grandes industries. Michelin et Tupperware sont partis, c’est dommage.

♦Vincent, conseiller clientèle : « Développer les structures responsables »

Ce qui me tient à cœur, ce serait de développer des économies et structures responsables. Cela passe par le développement de jardins partagés en ville, c’est essentiel de donner la chance au plus grand nombre d’être autonome et de produire ses propres légumes. Cela commence à se faire dans la métropole, mais on peut faire bien plus. Ce qui me plairait bien aussi, ce serait de mettre des plantes comestibles dans la ville plutôt que des plantes d’ornement pour subvenir aux besoins alimentaires. Le sujet est « comment on va manger dans le futur » ?

♦Anne-Laure, co-gérante d’une agence de communication : « Un coup de projecteur sur les femmes dans l’entreprise »

Je trouve que Tours est une ville très dynamique au niveau économique, on voit que ça bouge, qu’il y a de l’énergie. J’ai envie que les acteurs publics prennent en compte les jeunes entrepreneurs et les petites structures de 2-3 personnes qui ne parviennent pas à embaucher.
Également, je me rends compte que l’entrepreneuriat féminin est plus difficile que pour un homme, malheureusement encore de nos jours. On bénéficie de moins d’aides des banques, de moins de subventions, de moins de visibilité dans l’économie en général. Peut-être faudrait-il mettre un coup de projecteur sur les femmes dans l’entreprise dans le but de changer les mentalités.

♦Augustin, réparateur de guitares (Gus le Doc) : « Sauver le petit commerce »

J’aimerais vraiment que la Mairie fasse des efforts pour sauver le petit commerce, proposer des petits locaux pas chers pour ceux qui se lancent dans une activité. Pourquoi aussi ne pas rendre les parkings gratuits le week-end pour que les gens reviennent dans le centre-ville ? Ou bien proposer aux consommateurs des commerces, bars, restaurants, des coupons de remise sur le stationnement s’ils ont acheté quelques chose ?
Car c’est un réel problème, beaucoup de gens ne viennent plus car c’est compliqué et cher de se garer, comme ceux de Tours-Nord. Une politique qui boosterait le centre-ville ferait du bien. Il faudrait créer des manifestations originales les week-ends qui apporteraient plus de dynamisme.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>4 % le montant des dépenses de fonctionnement pour le Commerce dans le budget de la ville de Tours (source Ville de Tours)

>17, c’est le nombre d’années nécessaires à la Ville de Tours pour rembourser sa dette en utilisant son épargne brute. La moyenne nationale est de 8,1 années. (source cabinet Michel Klopfer/ février 2020)

>Pour 100 euros investis par la Ville, 1,4 euro le sont dans le commerce

>2,7 millions d’euros sont consacrés en 2020 par la Métropole à l’investissements pour le développement économique du territoire dont 1,1 million d’euros en soutien aux structures de l’enseignement supérieur et de la recherche (CERTeM et Nano) (source Métropole)

Horoscope WTF du 4 au 10 mars 2020

Le revoilà, ô joie (ou pas) ! Le mois de mars signe le retour de l’astrologue de tmv. Cette semaine, les Béliers prennent cher. Car Bélier, ça rime avec bébé et qu’on n’aime pas les bébés.

Bélier

Amour

Rassurez-vous. Vous
aussi, vous trouverez chaussure à
votre pied. Du genre, une vieille
sandale dégueulasse.

Gloire

A chaque fois que vous
proposez une idée, un bébé
phoque meurt dans le monde.
Taisez-vous.

Beauté

Vos proches n’osent
pas vous le dire mais vous avez
parfois l’haleine d’un bouquetin
en fin de vie.

Taureau

Amour

Ce week-end, vous péterez
les lattes de votre lit. Mais seul(e).

Gloire

La constellation du Mc Do
vous conseille de venir comme vous
êtes…

Beauté

… C’est-à-dire nu(e), avec
votre mini-dignité en bandoulière.

Gémeaux

Amour

Tout est éphémère : l’amour,
le bonheur, votre fierté, vous. Allez A+ !

Gloire

Gitchi gitchi ya ya da da,
vous seriez pas une Lady Marmelade
par hasard

Beauté

Berk, c’est tout gluant
quand on vous touche.

Cancer

Amour

Un suppo vous ferait plus
d’effet.

Gloire

Chaque mercredi, vous perdez
une minute de productivité en lisant
cet horoscope. Votre employeur
va nous péter les dents, on vous dit
pas merci

Beauté

Force est de constater
que vous faites des bruits de poule
lorsque vous êtes au petit coin.

Lion

Amour

D’après une récente étude,
une personne sur 10 serait prête à
coucher avec un(e) Lion. Berk.

Gloire

« On est toujours le couillon
de quelqu’un », comme l’a dit un jour,
euh… disons Émile Zola.

Beauté

C’est quelle marque, les jolies
valises sous les yeux ?

Vierge

Amour

On vous a jamais dit que les
chaussettes pendant l’acte, c’était un
tue-l’amour ?

Gloire

Aaaah, le fameux Syndrome
de l’imposteur, c’est vous !

Beauté

Faites-vous la raie au milieu.
(on parle de vos cheveux, pas
d’autre chose, bon sang)

Balance

Amour

Votre zizi dit oui, mais vos
tétons disent non.

Gloire

Vous tenterez le fameux porté
de Dirty Dancing avec l’être aimé… qui vous écrasera pathétiquement,
car vous n’avez pas de muscles.

Beauté

Triton et pédoncule.

Scorpion

Amour

Vous doutez de vos sentiments.
Normal, vous n’avez pas de
cœur.

Gloire

Tapez de votre poing (dodu)
sur la table ! Votre entourage professionnel
ne remarque pas votre perfection.

Beauté

Dans le tram’, vous prétexterez
un rhume des fesses pour vous
en tirer.

Sagittaire

Amour

Vous êtes aussi chaud(e)
qu’un hammam suédois. Tout doux,
la libido, tout doux…

Gloire

L’Amérique, vous voulez
l’avoir, mais vous ne l’aurez pas. Joe
Dassin vous a menti, ce saligaud.

Beauté

La constellation du cholestérol
vous fera un petit coucou d’ici peu.

Capricorne

Amour

« C’est un petit pas pour
l’Homme, mais un grand pas pour
l’humanité. » (Vous, lors de votre
dépucelage)

Gloire

Détendez-vous le string, vous
allez choper avec un ulcère stade 72.

Beauté

Vous êtes encore mieux
qu’une licorne. Parce que vous, au
moins, vous existez. (la vache, cette
dose d’amour !).

Verseau

Amour

No zob in job, on vous a dit.

Gloire

En avril ne te découvre pas
d’un fil. (on dit ça, car on connaît pas
du tout le dicton pour le mois de mars)

Beauté

Vous avez la force physique
d’un loukoum.

Poissons

Amour

Pas mal cette semaine. Ou la
semaine dernière, on ne sait plus. Du
coup, ça ne sert à plus rien, dommage !

Gloire

La constellation de la
Saint-Patrick prédit que vous allez
finir la tête dans la cuvette le 17 mars.

Beauté

Excès de cérumen demain.

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (CULTURE)

[1/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le premier épisode de notre série avec tout ce qui concerne la culture.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


CULTURE

♦Arnaud, coordinateur d’un collectif d’artistes : « Lutter contre ces inégalités d’accès aux œuvres »

La politique culturelle rêvée de Tours, ce serait une politique publique qui soit à destination de la population, qui ne court pas après un objectif de rayonnement, de valorisation touristique, d’événementiel, mais qui s’intéresse à la question des inégalités qui sont nombreuses et diverses, qu’elles soient de revenus, d’origine symbolique (« ce n’est pas fait pour moi ») ou causes de mobilité géographique.
Ce serait lutter contre ces inégalités d’accès aux œuvres. Une politique publique qui ne considère pas les œuvres comme des outils de communication ni de pures marchandises mais comme un outil parmi d’autres pour faire société.

♦Joël, directeur de La Boîte à Livres : « Une vie culturelle idéale tient par ses associations »

Je considère que Tours et sa périphérie ont beaucoup de lieux de culture, une grande diversité. Pour moi, une vie culturelle idéale tient aussi grâce à la vie associative. J’aimerais que la vie associative dure et se développe. Elle permet l’échange, le partage, la réunion des gens. Dans mon domaine, l’important n’est pas qu’acheter des livres, mais aussi échanger avec les bibliothèques, les associations de lecteurs,… c’est le vivant qui donne l’ouverture au monde.

♦Louise, étudiante en master ingénierie de la formation : « Que Tours devienne la capitale du dub ! »

Avec mon copain, on aimerait bien que Tours devienne la capitale du dub ! On a un vivier incroyable, avec le label ODG qui a la moitié des artistes en France. Avec aussi le label Brigante records (Biga Ranx) et United Vibes qui organise le festival Ma cité va dubber. En fait, je ne comprends pas que le dub ne soit pas plus soutenu, je souhaiterais que des manifestations plus alternatives puissent se dérouler à Tours. Ce serait le moment de mettre en avant ce qui se passe chez nous et s’ouvrir à la diversité musicale !

♦Laurence, conseillère en insertion professionnelle : « Des lieux plus alternatifs »
J’aimerais bien des lieux un peu plus underground, alternatifs. Mon idéal de ville ? C’est Saint-Etienne où il y à la fois des lieux assez fous, pas totalement réhabilités un peu comme l’ancien projet 244 à Tours. J’aimerais plus de mélange entre les disciplines artistiques. On a beaucoup de compagnies, mais c’est balisé, avec des dates précises et des festivals qui reviennent. J’aimerais des nouveautés, comme un bar dancing à Saint-Étienne où les cultures, les styles et les gens se mêlent toute la nuit.

♦Alain, retraité banquier : « Desservir les lieux culturels par les transports en commun »

Quand on habite Tours-Nord et pas à côté du tramway, on a des difficultés pour se rendre sur certains lieux culturels. Par exemple, aux cinémas Studio, il est très compliqué de se garer et ce n’est pas bien desservi en transports en commun, un bus toutes les heures. Il faudrait que la ville prévoit de nouveaux transports en commun ou des parkings avec des prix plus raisonnables que les horodateurs actuels pour l’accès à la culture !
Également, j’aimerais qu’un coup de projecteur soit porté sur les petites troupes de théâtre amateur, on n’en parle pas suffisamment et le rôle d’une municipalité est de soutenir financièrement ces associations et de les faire connaître.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>Pour 100 euros investis par la Ville, 18,70 euros le seront dans la culture en 2020 (source Ville de Tours

>14 %, c’est le montant total de la part culture dans le budget de fonctionnement la Ville de Tours

>65 000 C’est le nombre de spectateurs qui sont venus au Grand Théâtre la saison dernière.

Alexandra Dupont, éleveuse de chèvres engagée

#VisMaVille À quelques jours du Salon de l’agriculture, rencontre avec une femme engagée, Alexandra Dupont, qui élève depuis 2011 des chèvres à la ferme des Croq’épines à Nouans-les-Fontaines, dans le sud-est du département.

Lorsqu’Alexandra Dupont nous accueille ce jeudi-là dans sa chèvrerie de Nouans-les-Fontaines, tout ne se déroule pas comme prévu. « S’adapter aux imprévus, c’est ça le métier d’éleveur ! », lance-t-elle tout en remplissant les mangeoires.

Les 43 chèvres se ruent sur la nourriture tandis que la machine à traire collecte leur lait. 11,5 litres ce matin-là, la période creuse… La traite a lieu chaque jour vers 9 h, puis 19 h, pas moins de trois heures de travail pour l’éleveuse, qui enfile ensuite sa blouse de fromagère.

Dans une pièce attenante à la salle de traite, elle filtre le lait cru pour ôter d’éventuels brins de paille, puis ajoute le petit lait et la présure nécessaires à la coagulation. Le lait doit ensuite reposer 36 à 48 heures avant la fabrication des fromages. Mais pour Alexandra Dupont, point de repos : elle sale les tommes, retourne les crottins, démoule les pyramides… « Je gère les urgences les unes après les autres », assure-t-elle en gardant le sourire. Après le fromage, l’administratif. Après l’administratif, les livraisons…

Dans sa campagne tourangelle, la quadragénaire trace son chemin loin des allées du Salon de l’agriculture. Dans son troupeau métissé, les chèvres ont gardé leurs cornes et portent toutes un collier à leur nom : Litchi, Fiesta, Fable…

Dans sa ferme, aucun animal ne partira à l’abattoir

L’éleveuse connaît le parcours de chacune : « À 11 ans, Douchka est la doyenne des laitières. Je l’ai ramenée d’un stage dans une ferme cévenole. » C’était en 2008. Après une formation en agronomie tropicale, une expérience dans une ONG de développement au Mozambique puis divers contrats aidés en France, elle décide de devenir éleveuse : « Je voulais être mon propre patron, avec mes animaux, à la campagne. »

En stage de reconversion, elle n’a pas supporté d’amener les chevreaux chez l’engraisseur. Dans sa ferme, aucun animal ne partira ni chez l’engraisseur, ni à l’abattoir, se dit-elle alors. Pari tenu grâce à la création en 2014 d’un refuge attenant à sa ferme. La relation de l’éleveuse avec ses chèvres se renforce : « des êtres sensibles, curieux et affectueux, avec lesquels je vis au quotidien ». À ceux qui militent pour l’abolition de l’élevage, elle répond que soutenir des fermes familiales et respectueuses des bêtes, ce serait déjà bien : « Les humains et les animaux domestiques évoluent ensemble depuis des millénaires. Nous sommes interdépendants. »

Nathalie Picard


> EN SAVOIR PLUS

Aux petits soins Bienvenue aux boucs castrés, aux chèvres à la retraite et aux éclopés. Depuis 2014, le refuge associatif des Croq’épines accueille tous les animaux de la ferme devenus non productifs. Pour limiter leur nombre, Alexandra Dupont laisse au moins deux à trois ans entre deux gestations (ce qui réduit les naissances de chevreaux mâles) et mise sur une lactation de longue durée. Reste malgré tout 75 bouches à nourrir, ce qui nécessite du temps et de l’argent. Le refuge lance un appel au bénévolat et aux dons. Il est même possible de parrainer une chèvre.

>>> lafermedescroqepines.com

Athlétisme : Agathe Bougouin, un bond en avant

Agathe Bougouin (A3 Tours) a enfin franchi la ligne des 6 mètres au saut en longueur !

L’athlète de l’A3 Tours affichait un grand sourire, dimanche soir, à l’issue des championnats de France espoirs d’athlétisme indoor disputés à Saint-Brieuc. Non seulement, Agathe Bougouin venait d’ajouter une nouvelle médaille nationale à son palmarès en prenant la troisième place mais, de surcroît, en franchissant pour la première fois les 6 m au saut en longueur, elle venait de signer son entrée dans la cour des grandes.

À 20 ans, la native d’Angers qui a grandi à Saint-Nicolas de Bourgueil, pour vivre aujourd’hui à Nantes où elle est étudiante en sociologie, continue de gravir les échelons dans la hiérarchie nationale. Alors qu’elle se présentait en outsider à l’entame du concours, l’athlète licenciée à Tours, nous a sorti un de ses concours dont elle a le secret.

Un record personnel

Comme aux championnats de France juniors, il y a trois ans, ou déjà en espoirs en 2018, elle a signé sa meilleure perf de la saison en grande compétition. Prenant la tête de l’épreuve au 2e essai (5,98 m) en battant de six centimètres son record personnel, elle faisait encore mieux lors de son avant-dernière tentative avec 6,01 m venant se classer derrière Léonie Cambours (6,16 m) et Angelica Berriot (6,05 m).

Désormais 13e performeuse française de la saison, juste derrière Heather Arneton, grand espoir de la discipline en France, Agathe Bougouin vise les championnats de France élite à la fin du mois à Liévin où l’occasion lui sera donnée de briller encore et de démontrer que l’allongement de sa course d’élan (14 à 16 foulées) pourrait l’emmener encore plus loin.

Thierry Mathiot

Horoscope WTF du 12 au 18 février 2020

Avant la petite pause des vacances de février de tmv, l’astrologue a tenu à vous faire un dernier cadeau. Un bon petit horoscope, gentil comme il faut. Ou pas.

Bélier

Amour

Le proverbe dit : « mieux vaut séduire que sévir ». Ce qui n’est pas votre cas, sadomaso que vous êtes.

Gloire

Conseil : lisez un autre horoscope. On est bien trop chacal avec vous.

Beauté

Bon sang, cette odeur…

Taureau

Amour

Les 2es décans passeront une sale semaine. Les autres, on s’en fout totalement.

Gloire

Dites-vous bien que, souvent, vous êtes aussi utile que la croûte sur le pain de mie.

Beauté

Vos cheveux brillent, waouw ! Des nouveaux soins ? Non, juste les cheveux gras.

Gémeaux

Amour

Pas de chance, votre libido fait face à l’obsolescence programmée.

Gloire

Le lundi, ça pue. Voilà, de rien pour le super conseil ! Bisou.

Beauté

L’alignement de Vénus et de l’étoile polaire vous offrira une pilosité monstre.

Cancer

Amour

Comme on dit : « on est jamais mieux servis que par soi-même » ! (clin d’oeil coquin, krrkrr)

Gloire

C’est donc ça, la perfection ? Regarder un(e) Cancer dans les yeux. MOOOH !

Beauté

La constellation du Rocco Siffredi vous voit tout(e) nu(e). Et c’est pas joli-joli.

Lion

Amour

Ça fait un peu long pour l’abstinence, non ? ‘Serait p’tet temps d’aller faire un tour au couvent.

Gloire

Vous le saviez, vous, que in meinem Hals steckt ein Schlauch ?

Beauté

Même les pandas sont jaloux de vos cernes.

Vierge

Amour

Vous êtes une vraie bête de sexe !… Ah non, mince, on s’est plantés, c’était pour les Balances.

Gloire

Faut dire, Balance ou Vierge, c’est la même chose, les deux signes sont nazes.

Beauté

MAIS vous sentez bon des trous de nez.

Balance

Amour

Prière de lire l’horoscope des Vierges please.

Gloire

« On apprend de ses erreurs ». Autant dire que vous n’êtes pas sorti(e) de l’auberge…

Beauté

Regardez dans le ciel ! Est-ce un oiseau ? Un avion ? Superman ? Non, c’est l’ego des Balances !

Scorpion

Amour

Arrêtez de courir plusieurs lièvres à la fois. On sait que vous êtes chaud lapin, mais tout de même…

Gloire

Votre avenir est comme vos plans : foireux.

Beauté

Une crise de gaz intempestive vous causera préjudice dans les transports en commun.

Sagittaire

Amour

Tel le ver solitaire, vous êtes bien seul(e).

Gloire

« L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs », disait Kennedy. Ce qui tombe bien, vu que ce n’est absolument pas votre cas, vous qui êtes juste entouré(e) de boulets.

Beauté

C’est bon, on a pigé que vous étiez claustro’ des sous-vêtements.

Capricorne

Amour

Votre slip est comme un concert des Rolling Stones, il affiche toujours complet.

Gloire

D’ailleurs, vous êtes tellement génial(e) qu’avec vous, c’est toujours « saaatisssfaaactioooon » (moh trop choupi, on vous aime un peu)

Beauté

Bon sinon, vous êtes aussi frippé(e) que Keith Richards. (On pouvait pas être sympa jusqu’au bout, mes p’tits gnous.)

Verseau

Amour

Le papillon que vous êtes aimerait bien butiner un peu autre chose que son plaisir solo.

Gloire

Uranus vous prédit un sacré samedi soir. Dommage que vous ne vous en souviendrez pas.

Beauté

Vous avez le charisme d’un ragoût de boeuf.

Poissons

Amour

P’tet. Mais p’tet que pas.

Gloire

Cette semaine, on n’a pas trop envie de se fouler, vous avez vu ? Tidadidadaaa…

Beauté

… Sinon, ça va comment, vous ? Oh bah crotte, l’horoscope est fini. A+ !

Amour : quand le big love est un big business

Les sites de rencontres ? Un vrai labyrinthe, où l’on s’en prend au porte-monnaie et à l’amour-propre des célibataires. Car sur le web ou dans la « vraie » vie, le coeur à prendre est un client. Embarquement immédiat dans le monde des pros de l’amour.

Les portions individuelles concurrencent allègrement les plats familiaux dans les rayons du supermarché, signe que le célibat est désormais un vrai marché. Célibataires, veufs et divorcés représentent en effet plus de 50 % de la population adulte de plus de 15 ans selon l’INSEE.

Or, quoi de mieux pour attirer les célibataires dans les filets de son commerce, que de leur proposer de rencontrer l’âme sœur ? Le site français de rencontres en ligne Meetic a ouvert la voie en 2001, dans un secteur aujourd’hui concurrentiel et segmenté. En 2019, on comptait ainsi plus d’une centaine de sites et applications en France.

Des généralistes Tinder ou Adopteunmec jusqu’aux plus spécialisés (religion, âge, secteur professionnel, extraconjugal…), le refrain est le même : dis-moi qui tu es, et je te dirais qui aimer… à condition d’ouvrir ton porte-monnaie ! Car si on s’inscrit gratuitement, l’accès à toutes les options est souvent payant.

Un beau pactole

Appâté par la possibilité d’une rencontre (d’un soir ou d’une vie), un quart des français a déjà tenté l’expérience. La seule garantie, c’est un beau pactole pour les entrepreneurs concernés. Au premier trimestre 2019, Tinder devenait ainsi l’application la plus rentable de l’histoire, avec 230 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Thierry, Tourangeau de 31 ans, fait partie des déçus d’internet : « Je payais 29 euros par mois sur le site, mais être devant mon écran ne m’aidait pas à sortir de ma réserve. Et j’avais peur de tomber sur des faux profils. » Il a donc opté pour une soirée pour célibataires, « plus conviviale que le virtuel ».

Aux commandes des soirées Air Célibat créées fin 2019 à Tours et Nantes, on retrouve William Nicolas, 32 ans. Pour le jeune entrepreneur, le succès est au rendez-vous, mais ce n’est pas un hasard : « J’ai mené une étude de marché, évalué le nombre de célibataires sur Tours-agglo, le nombre d’inscrits sur les sites de rencontres, testé autour de moi le concept, et j’adapte ma communication en fonction des profils déjà inscrits à la soirée ».

« Remettre au goût du jour le bal d’autrefois »

Lieu insolite, accueil personnalisé, jeux variés, apéro dînatoire et musique jusqu’au bout de la nuit : pour trente euros, William cherche à offrir une soirée qui sort de l’ordinaire à sa soixantaine de convives. Avec un objectif : « remettre au goût du jour le bal d’autrefois, pour aider les gens à se rencontrer. »

La rencontre « à l’ancienne », c’est aussi la spécialité de Patrice Huby, directeur de l’agence matrimoniale Fidelio Tours depuis vingt-deux ans. « Avant l’apparition des sites, notre travail était simple : les clients nous contactaient, et nous organisions les rencontres. Aujourd’hui, nous devons proposer plus, pour des personnes de tous âges qui sont déçues (voire abîmées) par leur expérience sur le web, ou qui ne souhaitent pas y avoir recours. »

On s’abonne donc pour un suivi au long cours. Patrice Huby aide son client à se poser les bonnes questions, en fonction de son passé amoureux et de son caractère, avant de l’aiguiller vers la bonne personne. Dernier couple marquant en date ? Une femme de 84 ans et son nouvel amoureux de 92 printemps, car il n’y a pas d’âge pour s’aimer… ni pour se marier.

Cahier des charges et marché

Et là aussi, des professionnels s’invitent à la noce. Depuis une quinzaine d’années, les wedding planners se chargent d’organiser ce grand jour. En Touraine, Noémie s’est lancée en 2016 avec son agence Mona Lisa. Son but : « trouver l’équilibre entre les envies des clients et leur budget, et après avoir établi avec eux un cahier des charges, je m’occupe de tout pour qu’ils profitent à fond de leur journée ! ».

Pour Pauline, mariée en 2019, le recours à une pro a permis de simplifier la logistique et de soulager tout le monde : « Nous ne voulions pas mettre à contribution nos proches, pour que tous vivent l’événement sans stress. » Rendons-nous à l’évidence : des mots comme « cahier des charges » ou « marché » ne sont pas romantiques, car l’amour est un enjeu commercial, n’en déplaise aux fleurs bleues. Mais cultivez cette petite étincelle en vous, qui déjoue toujours les lois du marché ! (cœur avec les doigts).

Maud Martinez

L’artiste Pio croque la vie comme ses dessins

Les galeries d’art tourangelles exposent souvent des noms bien connus dans le milieu mais parfois, aussi, lancent des petits nouveaux, aux parcours singuliers. Pio en fait partie. Autodidacte, le dessin n’est pas son métier mais sa passion. Le jour, elle travaille dans un club de rugby. La nuit, elle dessine. Son trait est frais et réjouissant tout comme sa personne. Rencontre.

Elle est de la nouvelle génération d’artistes, celle qui se lance sur les réseaux sociaux. Instagram et Facebook l’ont fait connaître auprès du public et du monde de l’art tourangeau. Qu’elle s’en souvienne, elle a toujours dessiné. « J’ai fait des arts plastiques au lycée mais je n’ai pas poursuivi car ce n’était pas un métier pour ma mère. »

Aucune frustration pour autant, Pio est du genre positif et si elle s’occupe de comptabilité et de secrétariat au sein de l’US Tours rugby, elle s’épanouit totalement dans ce milieu sportif. « J’ai besoin de voir du monde ».

Une artiste pas seule dans son monde et la tête sur les épaules. La nuit, elle développe son univers créatif et poétique, lorsque sa fille de 7 ans dort enfin. En fait, Pio s’est vraiment remise au dessin il y a deux ans, avec sa fille, qui tente parfois de l’aider sur ses œuvres mais « se voit opposer un refus à son grand désespoir », s’amuse-t-elle, la voix douce. « C’était comme s’il me manquait un truc avant dans ma vie et que j’avais enfin réussi à exploiter mon grain de folie. »

Un stage à l’atelier Célavie et ses premières œuvres se retrouvent sur les murs d’un magasin de tapisserie, SOFA. Puis son frère, musicien, mixait au Citizen, dans le vieux Tours et voilà ses œuvres affichées dans ses lieux d’expos alternatifs.

Prise de risque gagnante

« Et de fil en aiguille, c’est le mélange des rencontres. Pour moi, la Boîte noire est la référence artistique à Tours du point de vue de l’originalité des œuvres et de son large éventail. C’était là que je voulais exposer. J’y traînais souvent pour voir ce qu’il s’y passait et puis, un jour, j’ai osé demander à Agathe comment on faisait pour exposer chez elle. J’y suis allée au coup de poker. »

Une prise de risque gagnante. Elle vient d’y être exposée pour les Petits formats de janvier. Des œuvres « qui tournent toujours autour d’un personnage, avec la thématique de l’enfant, de la femme et de l’oiseau. Je suis dans l’expression intuitive. » Un mélange d’encre de Chine et d’aquarelles « aux textures aériennes ».

Le côté élitiste de l’art ne lui parle pas. « Je suis ouverte et je veux partager mon plaisir. Il y a plein de fois où je me suis baladée dans les galeries et je ne pouvais pas m’offrir les œuvres, trop chères. Je trouve ça dommage. L’art ne doit pas être réservé à une catégorie. » Son parcours singulier le prouve. « Je n’ai pas fait les Beaux-arts, je ne viens pas d’une famille d’artiste, cela ne m’a pas empêchée d’aller vers ça. »

En ce moment, Pio entame une pause dans ses dessins et cherche l’inspiration dans les galeries parisiennes où elle furette ses yeux curieux.

A.D.

> Facebook Pio Pio

> Instagram #artistepio

Horoscope WTF du 5 au 11 février 2020

Cette semaine, bonne chance aux Capricornes qui – une fois n’est pas coutume – prendront cher dans l’horoscope WTF de tmv. Mais on les aime bien, au fond. Parfois…

Bélier

Amour

La constellation d’Evelyne
Dhéliat prédit une vigilance orange
en-dessous de votre ceinture.

Gloire

Vous voulez une blague ?
Quelle est la différence entre un
chauve et une pomme ?…

Beauté

Réponse : les 2, surtout si la
jambe est plus longue.

Taureau

Amour

Pensez à réarmer votre slip.
Ça va être la guerre pour votre libido.

Gloire

Une récente étude indique
que les Taureaux sont les plus sympas
et géniaux de toute la planète…

Beauté

… Mais tout le monde sait
que les études ne racontent que des
conneries, donc bon.

Gémeaux

Amour

Pas top, mais vous mettez
quand même votre pierre à l’orifice
(haha qu’est-ce qu’on s’marre bande
de pervers).

Gloire

Votre mot d’ordre : Pourquoi
faire simple quand on peut faire compliqué
?

Beauté

La gastro, ça fait maigrir.
On dit ça…

Cancer

Amour

Bah dites donc, c’est la fête
du slip en ce moment de votre côté !

Gloire

Vous allez participer à un dîner
de cons. En revanche, on ne sait
pas si vous serez l’hôte ou l’invité(e).

Beauté

Vous avez la peau douce
pour une peau de vache.

Lion

Amour

L’être aimé est bruyant au
lit… mais pas avec vous.

Gloire

Quelle était la probabilité
pour que le fisc opère à un contrôle
fiscal chez vous après avoir lu cet horoscope
?

Beauté

Pas de pot, vous ressemblez
à un œuf.

Vierge

Amour

Le ridicule ne tue pas. Sinon
il aurait déjà défoncé votre ex à coup
de pioche.

Gloire

La nuit ne porte pas conseil,
c’est faux : vous foirez tout ce que
vous entreprendrez.

Beauté

Comme l’a dit un grand
sage : Pleure, tu pisseras moins.

Balance

Amour

Bah, le célibat, c’est cool
aussi. Ça vous muscle le bras droit.

Gloire

Repose en paix, petite dignité
partie trop tôt… Snouf.

Beauté

Tel le lip dub, vous étiez à
la mode il y a 10 ans.

Scorpion

Amour

Filmer vos ébats ne vous
rendra pas meilleur(e) ! (on en sait
quelque chose).

Gloire

C’est pas facile la vie quand
on est aussi parfait(e) que vous, n’estce
pas ?

Beauté

Le spécialiste du mono-sourcil,
c’est vous ! (mais ouiii, vous êtes
beau/belle, blabla tout ça tout ça)

Sagittaire

Amour

Au pieu, on vous surnomme
Pépin le Bref.

Gloire

Noooon, ce n’est pas que
vous êtes toujours en retard. C’est
simplement que vous n’êtes pas spécialement
en avance.

Beauté

Vous êtes aussi délicat(e)
qu’un éléphanteau sous Lexomil dans
un magasin de porcelaine.

Capricorne

Amour

Tiens c’est marrant,
lors de l’orgasme, vous ressemblez
à une merguez en pleine
crise d’épilepsie.

Gloire

Vous êtes partisan du
moindre effort. (allez bim, c’est
gratuit mais je m’en fous)

Beauté

Parfois, le matin, vous
avez l’haleine d’un prof de SVT.

Verseau

Amour

Dire que vous avez le pouvoir
de vous reproduire… C’est relativement
inquiétant.

Gloire

Un slip tout doux, un doigt
dans le nez, des chips : c’est pas ça,
la vraie vie ?

Beauté

Vos cernes sont aussi
grandes que la malle dans laquelle
s’est planqué Carlos Ghosn.

Poissons

Amour

Faites la guerre, pas l’amour.
De toute façon, vous n’êtes pas
doué(e) dans ce domaine.

Gloire

On ne va pas se mentir. La
vie serait bien triste si vous n’existiez
pas.

Beauté

Oulaaaa, ça sent comme
chez mémé par chez vous !

Quand les galeries veulent mettre l’art à portée de tous

Une nouvelle génération de petits galeristes tente de dépoussiérer leur image et de faire partager l’art à tous.

À Tours, elles se comptent sur les doigts de la main, les galeries d’art contemporain qui exposent quasi en permanence des artistes. Veyssière, Le lieu Commun, la Galerie 21, la chapelle Sainte-Anne et puis les deux phares qui ont pignon sur rue, à l’est, Olivier Rousseau, du côté de la cathédrale et à l’ouest, la Boîte Noire, du côté de la place de la Victoire.

Ces deux galeries n’ont pas dix ans et font bouger la place tourangelle. À l’image de leurs deux gérants, aux parcours et aux styles bien différents. D’un côté, Agathe Place, de la Boîte Noire, qui a ouvert son « bébé » rue du Grand-Marché en 2012 après une solide expérience déjà en tant que galeriste à Tours.

Du coup, les artistes éclectiques qu’elle expose « sont devenus la famille », tels Laurent Bouro, M. Plume, Magalie Bucher… Elle se repose sur ces derniers comme fonds d’exposition permanent et va « glaner des moins connus et des coups de cœur ».

« Combien de fois ai-je eu des gens qui rentraient tout en s’excusant de ne rien y connaître »

Agathe Place a voulu donner une dimension humaine à son lieu en misant sur la « simplicité de l’accueil ». « Combien de fois ai-je eu des gens qui rentraient tout en s’excusant de ne rien y connaître ! Ou des jeunes qui n’osent pas car ils ne peuvent pas acheter. Je leur réponds que ce n’est pas du tout un problème. Mon but est de démocratiser l’art, faire que les gens n’aient plus peur de rentrer dans une galerie. »

Un métier passion qu’elle essaie de faire partager à ses visiteurs, en renouvelant souvent ses expos (une par mois) et en proposant des Petits Formats, à petits prix. « Je rends ainsi l’acquisition d’une oeuvre unique accessible à tous. C’est une légende de croire qu’en galerie c’est plus cher qu’ailleurs, ici on pratique des prix ateliers. »

Autre manière de démocratiser l’art et sa diffusion : la communication et les réseaux sociaux. « On fait un vernissage par mois, le rythme est hyper soutenu. Il faut souvent faire des événements, montrer qu’on est dynamique. C’est important pour fidéliser et rencontrer de nouvelles personnes. Les réseaux sociaux ont une force incroyable ; avec Instagram, on peut déjà montrer des images pour inciter les gens à se déplacer », explique Agathe Place.

Le pouvoir des réseaux sociaux

Son confrère, Olivier Rousseau confirme la force de la communication pour des galeristes d’aujourd’hui. Lui-même est un ancien communicant reconverti dans l’art. « Les affiches, flyers, réseaux sociaux et mailings autour des expositions font partie du travail. J’essaie de toucher des jeunes urbains, c’est une envie et un objectif pour moi. »

Dans sa galerie où la peinture est la raison d’être, aux côtés de dessins, de gravures et de l’art sacré, Olivier Rousseau joue la carte de l’ouverture. « L’entrée est libre, je souhaite que les gens prennent du plaisir ; je monte des expos pour partager des envies, un goût et montrer des œuvres. Le but est de faire venir du monde sans que cela ne devienne une croisade. »

Et le succès est au rendez-vous : « De plus en plus de gens viennent et ce qui me tient à cœur c’est quand les gens regardent la vitrine puis osent rentrer, j’ai conscience que ce n’est pas toujours évident. Cela fait partie de mon métier de décomplexer, désacraliser le rapport à l’art. » Olivier Rousseau et Agathe Place revendiquent tous deux l’essence de leur métier : vendre des œuvres, savoir les exposer et surtout les expliquer. Ce qui fait leur différence avec l’exposition d’oeuvres qui essaiment partout en ville, dans les bars restos, magasins,… Mais plus qu’une opposition, la complémentarité s’affiche.

Les galeristes s’adaptent puisqu’eux-mêmes travaillent avec ces lieux d’exposition alternatifs. Agathe Place avec le SmÄak et le restaurant le QG. Olivier Rousseau juge qu’ « il y a très peu de galeries à Tours et beaucoup d’artistes qualifiés donc c’est difficile de trouver un lieu et tant mieux si ces lieux peuvent leur mettre le pied à l’étrier ».

Lui-même prête des œuvres au Coffee Shop et au Bibliovore de la rue Colbert. Au restaurant La Petite Cuisine, rue Voltaire, Marie Paulay, la cheffe, expose depuis le début des artistes, Caroline Bartal et Aurélia Vissian actuellement. Plus qu’une déco, c’est une véritable harmonie qui se crée avec son restaurant.

Mettre en avant les artistes locaux

Pour Marie Paulay, « c’est une chance, j’ai un lieu beau, sobre et spacieux qui permet d’exposer. L’idée est de mettre en avant des artistes locaux, de les faire découvrir à des gens qui ne vont pas aux vernissages dans les galeries mais aussi de faire vivre le restaurant. Il faut que les tableaux soient à l’unisson de la cuisine, qu’ils se marient avec le lieu tout en étant source d’inspiration pour moi. »

Et qui sait, peut-être que les clients de Marie, après un premier coup de cœur artistique, oseront ensuite franchir la porte des galeries, chez Olivier, Agathe et les autres pépites tourangelles.

Aurélie Dunouau

On s’est aimés comme on se quitte

Tu peux garder le pudding, je garderai le Paris- Brest. Tu peux garder la reine et Diana, il me reste Albert de Monaco et son rocher. Nous, on a la côte de granit rose alors, je te laisse le port de Douvres. Big Ben et Hyde Park, c’est pour toi. On a le Champ-de-Mars et les Invalides.

Bon, évidemment, pour les CD, il va falloir qu’on parle un peu. Il y a quand même des trucs qu’on a choisis ensemble. Bon, d’accord pour les Beatles, ils sont à toi. Garde aussi Elton John, pas de soucis. Mais bon, The Cure, Police et Cranberries, franchement, j’en ai payé au moins la moitié, non ? Et au fait ? Tu l’as mis où le Ken Loach ? Ben oui, juste à côté des Dardenne, quasiment Français, quoi ! Je te donne un Clavier et deux Jean Reno à la place, si tu veux.

Par contre, t’es gentil, tu me rends Jean-Jacques. Lui, j’en ai qu’un et le modèle ne se fait plus. Je te donne Daho en échange, si tu veux. Bon, ce qui est bien, c’est qu’on se quitte proprement, sans cri et sans drame. C’est vraiment mieux pour les enfants.

Matthieu Pays

Ahmed Doumbia, le grand-frère de l’UTBM

L’alchimie est là, les résultats également : rencontre avec Ahmed Doumbia, un véritable lien pour l’équipe de l’UTBM.

Dans un effectif grandement chamboulé à l’intersaison à l’UTBM, Ahmed Doumbia fait figure de lien ou de grand-frère. Le basketteur tourangeau n’a pas voulu changer d’air durant l’été, persuadé que son équipe, presque totalement rebâtie, avait le potentiel pour joueur la montée en Pro B.

L’analyse était juste car cinq mois après le début du championnat, l’UTBM surfe sur une série de onze matches sans défaite et occupe actuellement la 2e place après son succès, samedi soir, sur Le Havre (87-72).

« Je veux jouer en Pro B avec Tours, annonçait-il en juillet dernier. J’ai encore une année de contrat avec une option si nous montons. » L’alchimie au sein d’un groupe dans lequel il se sent bien a tout de suite fonctionné et les résultats sont au rendez-vous.

« Nous sommes ambitieux »

En dépit des blessures de joueurs phares comme celle de Vincent Pourchot, à l’écart des parquets jusqu’en mars, l’équipe de Pierre Tavano réalise des prouesses, notamment dans des money time arrachés de haute lutte. « Nous sommes ambitieux mais nous ne le crions pas sur tous les toits », ajoute l’ailier trentenaire de l’UTBM.

Ahmed Doumbia ne tarit pas d’éloges au moment de décrire l’ambiance dans le groupe. « Nous avançons avec humilité, le recrutement a été cohérent », analyse-t-il.

Outre son expérience, Doumbia apporte son leadership, sa dureté défensive et ses qualités offensives à l’équipe. Véritable régulateur du jeu tourangeau et capable de rendre des feuilles de match à plus de 30 points, il sera une nouvelle fois un des atouts de l’UTBM, samedi prochain à Boulogne pour un nouveau match au sommet du championnat de Nationale 1.

Thierry Mathiot

On a testé le restaurant Gaspard, à Tours-Nord

Récemment installé au Nord de Tours, Gaspard se lance dans le buffet local et maison, du lundi au vendredi. Sans oublier le brunch le samedi.

Quelques semaines après son ouverture, Gaspard change de formule du midi. Une bonne raison d’aller découvrir ce restaurant se présentant comme un tiers-lieu, à mi-chemin entre l’univers pro et le perso.

Direction Tours-Nord, dans une zone commerciale à deux pas de l’aéroport. Gaspard a vu grand, mais l’ambiance reste cosy. Aux murs, des oeuvres d’artistes locaux, ambiance street-art, un bar à l’entrée, un coin canapé, et sur les tables en formica ou en bois, des assiettes au charme d’autrefois.

Vous l’aurez compris : ici, la déco oscille entre le contemporain et la nostalgie des repas du dimanche chez mamie. Le midi, chacun fait selon ses envies, car du lundi au vendredi, c’est désormais formule unique, avec buffet à volonté.

On va donc rapidement faire un tour du côté des entrées, où quelques charcuteries s’ajoutent à des salades maison. Du classique taboulé jusqu’au plus original quinoa-crevettes, le choix est varié et bien assaisonné. Pour les plats chauds, des recettes de famille côtoient les créations maison. Pas question de se frustrer, vos enquêteurs vont donc tout goûter.

Ce jour-là : samoussas de légumes, boulettes porc-riz sauce tomate, gratin de chou-fleur, hachis parmentier et frites. On ne s’embarrasse pas du dressage de l’assiette (ce n’est pas notre fort), et on déguste ces plats simples et bien cuisinés.

Le personnel réapprovisionne fréquemment le buffet, jamais en panne de nouveautés au fil de la pause-déjeuner (ah ces beignets de poisson, apparus après notre dessert !). Côté desserts justement, nous laissons de côté la belle corbeille de fruits pour profiter des mousses, panacottas et autres cheesecakes revisités.

Une touche sucrée savoureuse pour clôturer un repas copieux et rapide dans une ambiance décontractée, pratique pour une pause-déjeuner qui met du bon et du local dans l’assiette.

Maud Martinez


> L’addition : Prix unique pour formule unique : 16,90 € tous les midis, du lundi au vendredi, de 12 h à 14 h. Boissons en supplément. En soirée, place aux planchettes apéro et burrata pour l’Après-Boulot, de 18 h à 22 h. Brunch le samedi de 11 h à 14 h 30, 25 €/personne (sur réservation).

> C’est où ? 15 rue Arthur Rimbaud à Tours-Nord

> Réservation et renseignements par téléphone : 02 47 63 36 31. Sur les réseaux sociaux : facebook.com/gaspardtours et Instagram 

Laurence, animatrice en Ehpad : « L’oxygène vient du dehors »

Laurence Hémeret, 47 ans, est animatrice à l’Ehpad Korian Le Vençay de Saint-Avertin. Dans cet endroit chic, on se croirait dans un hôtel 5 étoiles. Et si les prestations première classe adoucissent les journées des résidents, Laurence revendique d’apporter de la vie et du dynamisme dans ce cocon feutré.

Après une première vie professionnelle dans l’agroalimentaire, Laurence Hémeret est aujourd’hui animatrice auprès des personnes âgées. « En 2009, je me suis reconvertie en intégrant une école formant directeurs d’Ehpad, animateurs, etc. En alternance chez Korian, j’ai été embauchée à la fin de ce cursus. »

Cinq jours sur sept, du lundi au vendredi, Laurence Hémeret se démultiplie auprès des 90 résidents de Korian Le Vençay à Saint-Avertin. Ne manquant pas l’occasion de les associer aux enfants dans des animations intergénérationnelles (carnaval, chandeleur, chasse aux œufs), de multiplier les sorties (croisière sur la Loire, balades en calèche), et d’inviter chorales, groupes de danse et autres écoles de musique, Laurence a toujours le même credo : « N’oublions jamais que l’oxygène vient du dehors. C’est là qu’il y a la vie. On travaille tout de même avec la fin de vie. C’est particulier. Ça interpelle. C’est dur. On s’attache à des personnes qu’on voit partir, certaines à qui on doit dire au revoir. Je n’aurai pas pu faire cela à 21 ans… »

Dans l’univers feutré et confortable de Korian Le Vençay, elle anime également deux fois par semaine une revue de presse. Des articles de La Nouvelle République sont l’occasion de débats, d’échange de souvenirs, de partage d’expérience entre, ici, un monsieur franco-américain ancien médecin à New York, et une dame de 93 ans dont le mari fut un pionnier de la photographie à Paris.

L’importance du dialogue

Une vingtaine de résidents, souvent à mobilité réduite, sont au rendez-vous. Ingrid Bascoul, 33 ans, directrice de l’établissement, a connu une trajectoire identique à celle de l’animatrice. Infirmière de formation, elle a repris des études universitaires de gestion administrative pour se réorienter.

Elle souligne l’importance du dialogue et de l’écoute dans son travail quotidien. « L’arrivée en Ehpad est vécue comme une forme de deuil pour un résident. Cela ne peut pas se faire sans l’accord de la personne. Pour les hommes, c’est plus facile. Ils trouvent chez nous le confort d’un hôtel. Mais parfois, la décision vient au bout de deux ou trois ans. » La perte de mobilité, l’atténuation des sens et les symptômes de type Alzheimer accélèrent souvent cette prise de décision.

« Avec les personnes atteintes d’Alzheimer, on ne les bouscule jamais. On essaie de nouer une relation de confiance. Si le matin, ils ne veulent pas prendre leur douche, refusent de s’habiller, on ne les force pas. Pour quelqu’un atteint de cette maladie, l’extérieur ou l’inconnu est souvent vécu comme une agression. C’est parfois une des difficultés rencontrées par les familles qui, bien sûr, connaissent bien leur parent pour parfois s’en être beaucoup occupé. Jusqu’à vivre une inversion des rôles. L’arrivée en Ehpad permet à chacun de retrouver sa place », insiste Ingrid Bascoul..

Th. M.

Coiffeuse écolo jusqu’au bout des ongles

#VisMaVille Sylvie François gère le salon de coiffure naturel De la Tête aux Pieds. Un salon où priment les sens humain et écologique… et le caractère bien trempé de Sylvie !

Un silence total règne dans le salon de Sylvie, seuls les bruits de circulation de la rue de la Victoire résonnent. Pas de sèche-cheveux en route, ni de musique entêtante…

Atypique pour un salon de coiffure, l’ambiance est zen et apaisante. La cliente se relaxe sur un lit massant et chauffant tandis que la coiffeuse effectue son shampoing puis un massage crânien. Lumières tamisées et décor cosy, le salon de Sylvie accueille un seul client à la fois. Une relation privilégiée s’établit.

« La cliente se sent à l’aise, il y a un côté très intime. Cela débouche souvent d’ailleurs sur une belle amitié. » Un salon de coiffure pas comme les autres, c’est certain. Le côté humain prime. À l’image de sa gérante, Sylvie, tout sourire et sensible. Elle devine très vite l’état émotionnel de ses clients lorsqu’elle appose ses doigts sur leur tête. « C’est fou, acquiesce une nouvelle cliente, elle a tout de suite vu que j’étais stressée et pourtant je ne le montrais pas du tout. »

Un salon végétal avant la mode

Autre facette de Sylvie, un côté passionné, résolu, et des convictions écologiques ancrées. Le salon, « c’est mon bébé, un vrai choix. J’ai 41 ans de métier. Tout a commencé à Luynes quand j’avais 13 ans, la voisine m’avait amenée chez son coiffeur et ce fut le déclic. Après une vie parisienne, je suis rentrée dans ma Touraine natale et j’ai installé mon concept ici, rue de la Victoire. » Il y a 9 ans.

Le concept ? « Un salon 100 % végétal. » Avant que ce ne soit devenu la mode du bio, Sylvie fut pionnière en la matière. Elle déplore les salons étiquetés bio qui s’installent mais dont les shampoings et couleurs contiennent « du bio surtout boosté par la chimie. Par exemple, les mèches rien qu’à l’argile ça n’existe pas. C’est de l’argile avec des oxydants dedans. En 100 % naturel, il est ainsi plus difficile de faire des couleurs stables, les résultats ne sont pas toujours probants, varient d’un jour à l’autre ».

 

Ses convictions écologiques se traduisent également dans tous ses gestes au quotidien : elle récupère l’eau, remplit les flacons de ses clients avec son shampoing Hairborist, recycle les chutes de cheveux pour des associations qui fabriquent des boudins contre les marées noires…

Elle a d’ailleurs obtenu un Trophée du déchet de la Chambre des métiers pour sa démarche. « Je jette une toute petite poubelle toutes les trois semaines ! L’écologie, c’est inné chez moi. J’ai grandi dans la campagne tourangelle et au sein d’une grande famille, on ne jette pas ! »

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 29 janvier au 4 février 2020

Il est de retour ! Après avoir été kidnappé par les étudiants en journalisme, l’astrologue de tmv reprend sa place. Et il n’est pas content, vraiiiment pas content.

Bélier

Amour

fiu »’tu 48»’(ç_(uo’ »iujligujl

Gloire

Pour 1 million d’euros, pourriez-vous couper un pied à votre mère ? Vous avez une heure. #dilemme

Beauté

Votre ventre est un trou noir. Arrêtez de bouffer.

Taureau

Amour

Quelqu’un a un coup de coeur pour vous ? Arf, encore une victime innocente tombée au combat…

Gloire

Aïe. Ça sent le fennec, votre semaine !

Beauté

HAHAHAHA !… Ah ? Comment ça, c’était voulu votre style vestimentaire ? Mince !

Gémeaux

Amour

Belle-maman is coming. And she is going to botte you le cul.

Gloire

Filez à la pharmacie. Il faudrait vous prendre un vaccin pour votre fièvre acheteuse. OUAAAARF

Beauté

Vous n’êtes qu’un petit vermicelle dans ce triste monde.

Cancer

Amour

Votre sex-appeal ne dépend que de votre sexe à pile.

Gloire

La constellation d’Indochine vous rappelle que vous êtes Bob Morane contre tout chacal.

Beauté

Vous vous caresserez la belette.

Lion

Amour

Un jour, un grand philosophe a dit : « Baisse ta culotte, c’est moi qui pilote ! »

Gloire

C’est un fait avéré : vous êtes pleutre…

Beauté

… Bah ouais, c’est gratuit comme attaque, y a quoiii ? Battez-vous, ventre mou !

Vierge

Amour

Faites-vous une petite cure de Blanche-fesse et les 7 mains.

Gloire

Brian is in the kitchen. Allez donc lui péter la tronche à ce petit saligaud.

Beauté

ALERTE ATTENTAT… à la beauté. Car vous êtes vraiment un missile nucléaire, graouuu !

Balance

Amour

Vous êtes un peu comme l’art contemporain. On ne sait pas si on vous aime, mais vous êtes êtes cool à regarder une fois bourré.

Gloire

Telle l’année 2020, vous serez bissextile. Ça ne veut rien dire, mais je m’en fous, je fais ce que je veux. Là par exemple, je rajoute des lignes inutiles pour embêter les personnes qui mettent en page cet horoscope

Beauté

Ah bah, y a pu d’place du coup. Bisou.

Scorpion

Amour

Ni vu, ni cocu !

Gloire

Qui vivra, verra. (hop, encore un bon conseil pourri)

Beauté

Sciatique des cheveux prévue pour cette semaine. (ouais on s’improvise médecin, y a quoiiii ?)

Sagittaire

Amour

Libido grandissante. Vous êtes aussi surexcité(e) qu’un Hanouna sous coke.

Gloire

Comme dirait Jésus, vous avez la classe à Dallas mes loulous.

Beauté

La calvitie vous guette la braguette.

Capricorne

Amour

Votre âme soeur se trouve là, tout près de vous : oui, je parle bien de votre main droite.

Gloire

Mon petit doigt me dit que votre avenir en tant que proctologue est tout tracé.

Beauté

Vos flatulences nocturnes ne font pas peur à l’être aimé.

Verseau

Amour

Vous êtes comme une petite saucisse Knacki : tout(e) rose, qui couine, sue et se tortille quand on la chauffe.

Gloire

Votre meilleur(e) pote a le charisme d’une moule. Changez d’ami.

Beauté

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures. Par chance, vous êtes un vieux pot.

Poissons

Amour

En réalité, votre père est un cyborg envoyé du futur pour foutre en l’air vos relations.

Gloire

L’étoile du Jacques Dutronc vous rappelle que vous retournez votre veste, toujours du bon côté.

Beauté

Et pan, dans vos dents (jaunes).

Ehpad : aux petits soins pour nos anciens

Souvent, la question des conditions de vie des personnes âgées dans les établissements spécialisés revient à la Une de l’actualité. Nous avons décidé de pousser la porte de l’un d’entre eux. Rencontre avec Estelle Menit, aide-soignante à l’Ehpad de La Vallée du Cher et passionnée par les relations humaines. Elle transmet son dynamisme aux 103 résidents.

Installé au cœur du quartier des Fontaines, à deux pas du Stade Rodriguez, l’immeuble se fond dans le paysage. Dans ce quartier de grande mixité sociale, on ne se doute pas un seul instant que ce bâtiment aux jolis balcons suspendus abrite une centaine de résidents âgés, très âgés même pour certains.

Au 2 de la place Sisley, vous êtes à l’Ehpad de La Vallée du Cher, un des quatre établissements gérés par le CCAS sur Tours. Ehpad ? Cela signifie Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Une maison de retraite pour faire simple. CCAS ? Ça veut dire Centre communal d’action sociale.

C’est là que travaille Estelle. Elle nous a parlé de son quotidien. De ses joies, de ses doutes parfois. Mais surtout de son extraordinaire dynamisme pour aider les résidents. Certains ont nettement plus du double de son âge. « Mais ils ont vécu de telles expériences dans la vie, que j’adore les écouter. Si on n’a pas cette passion, pas la peine de venir travailler ici », confie-t-elle.

Estelle Menit va avoir 40 ans. Elle est aide-soignante. D’origine martiniquaise et née en banlieue parisienne, elle a pensé devenir assistante dentaire, avant de « s’expatrier » en Touraine où elle a gravi tous les échelons au rythme des concours et des études : agent d’entretien, auxiliaire de vie puis aide-soignante.

Beaucoup d’écoute

Lors de notre première rencontre, un soir de fin décembre, tous les emplois du temps ont été chamboulés. Les blouses blanches, roses ou bleues sont au placard. Repas de Noël oblige, le personnel comme les résidents sont en tenue de soirée. Ou presque. Estelle est venue sur un jour de repos pour aider et participer à ce moment festif.

Tout le personnel, sous la houlette de l’animatrice, Isabelle, aide les résidents à s’installer autour des tables dans la grande salle à manger du 1er étage. Quelques minutes plus tard quand le repas débutera, chacun viendra s’asseoir à une table, participera au service, amènera de la bonne humeur, ou tout simplement aidera Jacqueline, Nicole ou un autre résident à dîner.

« On est dans l’exceptionnel, ce soir, explique Estelle. Mais vous voyez bien l’esprit dans lequel on travaille. » Beaucoup d’écoute, un maximum de relationnel, une tonne d’énergie, des kilos d’empathie, il leur faut donner tout cela pour éclairer la journée des résidents. « Certains sont diminués, en fauteuil. Pas toujours drôle pour eux. »

Plus tard, en janvier, lors de notre deuxième visite, Estelle et tout le personnel ont rebasculé dans le quotidien. Arrivée à 14 h, l’aide-soignante finira à 21 h. « De 14 h à 14 h 30, nous faisons la réunion de transmission entre les deux équipes. Nous indiquons ce qui a été fait auprès des résidents. Comment ils se sentent. Certains se sont réveillés un peu grognons. On les laissera se reposer. D’autres veulent parler. On ira les voir plus longtemps. »

En pantalon et blouse rose, Estelle commence son petit tour au 3e étage – Il y a une vingtaine de résidents par niveau, du rez-de-chaussée au 4e étage. Elle frappe doucement à chaque porte. Demande comment ça va. Même si elle connaît le prénom de chacun, c’est par « bonjour M. ou Mme untel » qu’elle entame la conversation. « Le matin, nous nous occupons des toilettes, du service des petits déjeuners. »

« Bien sûr, on s’attache aux résidents, parce qu’ils sont des puits de savoir. »

Le soin mis dans la décoration des couloirs et l’individualisation des chambres font de l’Ehpad un lieu à part, entre pension de famille et maison de convalescence. Les difficultés de son travail, Estelle les a gommées avec le temps et l’expérience.

« Bien sûr, on s’attache aux résidents. Parce qu’ils sont des puits de savoir et qu’ils ont vécu des choses extraordinaires. Un jour, un monsieur me dit : ‘’Vous savez, j’ai connu la reine d’Angleterre.’’ Je me suis assis à côté de lui et il m’a raconté des tas de souvenirs qu’il avait sur le couronnement d’Elisabeth, notamment. D’autres fois, c’est dur. Les résidents peuvent avoir des mots qui dépassent leur pensée. Quand ça arrive aujourd’hui, je relativise. »

Issues d’une multitude de corps de métiers (infirmière, psychologue, cuisinier, couturière, coiffeur, agent technique, aide-soignant(e)s, etc…), plus d’une cinquantaine de personnes sont au service des 103 résidents de l’Ehpad dont la moyenne d’âge est d’environ 85 ans.

Dans ce choc de générations, le dynamisme et l’enthousiasme comblent les fossés et la rudesse des destins. Estelle le sait : « Pour les résidents, c’est le dernier lieu de leur vie. À leur âge, certains voient leur santé se détériorer assez vite aussi. On est là pour les aider, leur donner bon moral. J’aime prendre soin d’eux. »

Textes et photos : Thierry Mathiot

Pourquoi tu tousses ?

Mais alors, c’est possible ! Un danger immédiat se fait jour et, comme un seul homme, l’Humanité prend les mesures qui s’imposent. Ce qui paraissait impossible quelques jours plus tôt semble soudainement frappé au coin du bon sens.

Placer une ville de 12 millions d’habitants en quarantaine, clouer tous les avions au sol, renoncer à des voyages touristiques qui, pourtant, font tourner la grande roue du capitalisme, tout cela se fait d’un coup d’un seul et tout le monde applaudit, en se collant un masque sur le nez.

Alors, si nous sommes collectivement capables de réagir avec une telle vigueur pour une pandémie qui fera sans doute plusieurs centaines de victimes de par le monde, je n’ose imaginer la réaction mondiale, massive et déterminée qui sera la nôtre face à un autre problème qui, selon les dernières études, devrait provoquer autour de 250 000 morts par an entre 2030 et 2050.

Alors, on se dit ça : on gère le coronavirus et on se met au réchauffement climatique ?

Matthieu Pays

Nicolas Rossard : cap sur le sommet du TVB

#EPJTMV Le TVB ne cesse de progresser. Retour sur la carrière d’un de ses joueurs les plus prolifiques, Nicolas Rossard.

« J’ai commencé à jouer au volley- ball parce que presque toute ma famille pratique ce sport », explique Nicolas Rossard. S’il s’intéresse au tennis et au football, c’est le volley qui a finalement gagné son cœur.

C’est à l’âge de 14 ans que tout débute pour ce jeune joueur. Tout d’abord à Bordeaux où il suit un cursus sport-études puis à Toulouse où il démarre sa carrière professionnelle. Le jeune libero (1,83 mètre) devient rapidement vice-champion de France de volley, d’abord avec les Spacers en 2016, puis une deuxième fois avec Paris l’année suivante.

« Le TVB, meilleur club de France »

Il connaît ensuite une courte parenthèse étrangère, en Pologne dans le club de Stocznia Szczecin puis dans celui de Berlin, avec lequel il remporte le championnat d’Allemagne.

Fort de ce succès, il revient en France avec de nouvelles ambitions. « J’ai intégré le TVB car c’est le meilleur club de France », a-t-il déclaré. L’objectif est clair pour Nicolas : « Je souhaite gagner le championnat de France. »

S’il compte bien poursuivre ses études d’ingénieur en informatique dans l’optique de préparer sa retraite sportive, il ne perd pas de vue sa priorité actuelle : sa carrière de volleyeur.

Texte : Brice Le-Doux-Saramalet / Photo : Chadi Yahya, étudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Au Café-concept, on sert au plateau !

Place de la Victoire, le Court-Circuit a laissé la place au Café Concept. Un restaurant – mais pas que – qu’on a décidé de tester pour vos beaux yeux… et vos papilles !

En ce jeudi midi ensoleillé, nous avons décidé d’aller tester le Café Concept. À peine entrés, Florence et Cyril Gomez nous accueillent. Au menu ce midi – celui-ci change tous les jours – quatre plats dont un végétarien : « Nous proposons un plat végétarien tous les midis, c’est important ! », insiste Florence.

Pour ce déjeuner, nos papilles découvrent un wok de dinde façon basquaise et ses tagliatelles fraîches et une blanquette de cabillaud accompagnée de son riz basmati. Florence nous avait prévenu en prenant nos commandes : « Ici, on sert au plateau ! Vous aurez vos plats et vos desserts en même temps ».

Servis, nous sommes amusés de voir que ce dernier, en inox, est divisé en portions. Au premier abord, cela nous fait penser à un plateau-repas de cantine, mais seulement d’apparence, parce que gustativement parlant : c’est excellent.

En dessert, le cake au potiron accompagné de son caramel beurre salé nous laisse en bouche un goût de cannelle. Le café-concept tient son pari : revisiter des plats traditionnels pour toutes les bourses. Une sympathique adresse pour manger un bon repas, comme à la maison, entre deux réunions !

Marie Lebrun, étudiante à l’Ecole de journalisme de Tours (EPJT)


> Le service brasserie ne se fait que pour le déjeuner. Il existe trois formules pour le midi allant de 9,50 € à 17 €. Boissons en supplément. 

> C’est où ? 16 bis place de la Victoire, à Tours. Ouvert du mardi au dimanche de 8 h à 19 h. Contact au 02 47 77 94 35 ou par mail au contact@lecafeconcept.fr 

Les Z’Imbert et Moreau : « Les petits colibris de l’écologie musicale »

Le groupe les Z’Imbert et Moreau s’est formé en 1967. Très engagés dans l’éducation des enfants, Françoise Moreau et François Imbert ont également participé aux luttes écologistes.

« Notre engagement pour l’environnement a commencé il y a déjà très longtemps », se remémorent Françoise Moreau et François Imbert. Dans la cuisine, attablés devant la grande baie vitrée qui mène au jardin, ils replongent dans leurs souvenirs.

En plus de cinquante années de carrière, les chanteurs du groupe Les Z’Imbert et Moreau sont toujours restés concernés par les enjeux écologiques. Pionniers dans l’élaboration de chansons dédiées aux enfants, ils ont très vite décidé d’intégrer un de leur combat dans l’élaboration des textes. Leur nouvel album « Magique ! » est sorti le 20 septembre 2019.

« Des chanteurs concernés »

« Le choix de mettre le titre Tout va bien en première place n’est pas anodin. Tout le monde s’emporte contre la petite Greta (Thunberg, Ndlr) alors qu’elle est magnifique à tenir tête à tous ces vieux politiques », explique François. La chanson présente un monde qui ne tourne plus très rond et dont le refrain « Tout va bien », entonné gaiement en chœur par des enfants, accentue l’ironie.

« Nous sommes des chanteurs non plus engagés, mais concernés. Nous avons des petits enfants de 10 et 15 ans qui sont très sensibles à ces questions. » Françoise explique que leurs propres enfants, Jérémie et Corentin, qui sont aussi membres du groupe les Z’Imbert et Moreau, avaient essentiellement des jouets en bois. François se lève pour aller chercher les albums qui sont très utilisés par les enseignants dans les écoles. La pile est impressionnante.

« La lune saigne », en 1976, « La baleine au supermarché » en 2001, « Les éléphants » en 2009, sont autant de titres qui traitent d’enjeux écologiques. « Pierre Rabhi a théorisé cette idée du petit colibri que je reprends un petit peu dans ce que nous faisons. Depuis des années, nous semons des petites choses pour que les enfants et les parents se les approprient », précise François.

La conjoncture environnementale ne laisse pas les Z’Imbert et Moreau très tranquilles. Tous deux m’invitent à les suivre dans le salon où François lance son lecteur vinyle. « Nous allons replonger dans une époque hippie », plaisante-t-il, avant de lancer leur première chanson engagée, sortie en 1970, « Vivre et survivre ».

Tandis que leurs voix, d’une autre époque, entonnent conjointement un pamphlet musical contre les centrales nucléaires, François glisse : « Cette chanson est passée une fois sur France Inter à midi moins deux. La personne qui l’a diffusée a été virée pour cela. C’est un combat de longue durée et tant mieux si ce sont les jeunes qui se mobilisent aujourd’hui. »

Textes : Fabian Lavalade / Photo : Sophie Podevin
Etudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

> www.les-zims.com

 

Redécouvrir la nature avec Couleurs Sauvages

L’association Couleurs Sauvages, basée à La Riche près de Tours, propose des activités pour sensibiliser la Touraine aux grandes problématiques environnementales locales. Des actions et des ateliers sont notamment proposés aux jeunes, jusqu’à 18 ans.

Avec 427 interventions pour sensibiliser plus de 9 200 personnes en 2019, l’association Couleurs Sauvages a mené de nombreuses opérations. Les trois quarts d’entre elles, concernent les jeunes entre 0 et 18 ans.

Créée en 2004, l’association a pour but de valoriser le patrimoine naturel de la région Centre- Val de Loire. Elle organise des animations en pleine nature, tout en soutenant les initiatives écologiques.

« Nous éduquons à l’environnement en stimulant l’imaginaire, le sensoriel et le ludique », explique Nathalie Blanc, éducatrice à l’environnement et coordinatrice de l’association. « Nous aiguisons la sensibilité de ces jeunes à des thèmes comme la faune, la flore, l’eau, l’air, le sol, les énergies, les modes de consommation… ».

Intervenir auprès des scolaires

Le but ? Montrer aux jeunes que la nature est belle et porteuse de bien-être. Positive, l’éducatrice nature estime que beaucoup de jeunes sont très intéressés par la cause environnementale. « On ne peut pas dire qu’ils ne comprennent pas ce qu’il se passe », précise-t-elle. Elle explique avoir rencontré un public « hyper motivé » et « prêt à faire beaucoup pour agir en faveur de la nature ».

Si Couleurs Sauvages intervient souvent dans les écoles primaires et les collèges, elle ne souhaite pas exclure les adultes : « On ne peut pas mettre le sauvetage de la planète seulement sur les épaules des jeunes, c’est l’affaire de tous ».

L’association met ainsi en place des sorties natures, des ateliers et des stages destinés à tout âge. Pour s’organiser et agir efficacement, l’association est présente au sein du réseau régional pour l’éducation à l’environnement : Graine Centre-Val de Loire. Ce regroupement permet aux éducateurs de travailler conjointement et de pouvoir élargir leur champ d’action dans la région. Au niveau local, elle fait également partie du Réseau d’éducation à l’environnement d’Indre-et-Loire (REE 37). Celui-ci regroupe des associations œuvrant pour la cause environnementale dans le département.

« À Tours, la population est en partie sensibilisée, cependant, nous sommes bien conscients que chacun fait ce qu’il peut en fonction de ses moyens », déclare-t-elle. Ainsi, Couleurs Sauvages tente de rassembler, chaque année, des financements auprès de la région et de la métropole afin de proposer « un maximum d’actions gratuites » en fonction de la demande.


Textes : Rachel Herman et Amel Zaki / étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)
Photo : Association Couleurs Sauvages

Horoscope WTF spécialement écrit (oui encore) par les étudiants en journalisme

#EPJTMV L’astrologue de tmv étant encore en congés dans sa villa aux Seychelles, ce sont les étudiant(e)s de l’Ecole publique de journalisme de Tours qui ont pris la relève. Voici leur horoscope rien qu’à eux !

Bélier

Amour

S’aimer soi-même c’est un
bon début.

Gloire

Vous gagnerez une partie
de fléchettes et ne paierez pas votre
tournée.

Beauté

La seule beauté durable est
la beauté du coeur. Qui a dit que les
Béliers n’étaient pas romantiques ?

Taureau

Amour

Vous pouvez draguer une
fois, vous pouvez draguer deux fois,
Vous pouvez draguer quinze fois…
vous n’avancerez toujours pas.

Gloire

On récolte que ce que l’on
sème. Une courgette, donc.

Beauté

Halte. C’est un début de
calvitie qu’on vous voit-là. Mettez de
l’huile de ricin, ça marche bien.

Gémeaux

Amour

Apollon, vous faites le fanfaron
mais gardez cet adage à l’esprit,
un tu l’as vaut mieux que deux
tu l’auras.

Gloire

Petits chanceux que vous
êtes, Pluton va vous brancher avec
Jimmy Neutron.

Beauté

L’originalité c’est bien. Mais
peut-être pas tous les jours.

Cancer

Amour

Ainsi disait le grand philosophe
Roméo Elvis, « une de perdue,
une de perdue, autant dire les choses
comme elles sont… »

Gloire

Les seuls billets que vous allez
compter sont ceux du Monopoly.

Beauté

Le verdict de Cristina Córdula
: « Ma chérie c’est pas possible.
On va vous préparer psychologiquement
mais ça va être dur. »

Lion

Amour

Fuis-moi je te suis, suis-moi
je te fuis, l’adage ne marche pas quand
on s’appelle Jean-Michel Toutseul.

Gloire

Hier vous étiez Jean-Michel
Torché, aujourd’hui vous serez
Jean-Michel Banqueroute.

Beauté

Conseil de Jean-Michel
Atrobu : Deux demis, deux vomis et
hop au lit.

Vierge

Amour

Pour trouver l’amour
évitez les Lions, les Sagittaires,
les Poissons, … ah bah en fait évitez-
les tous !

Gloire

La routourne va tourner,
mais pas tout-tout de suite.

Beauté

La constellation Cristina
Córdula est de retour, « C’est
pas possible là, vos sourcils c’est
la forêt amazonique. »

Balance

Amour

La constellation de Lomepal
vous indique que dans votre caleçon
c’est plus chaud qu’au Népal.

Gloire

Né pour briller, vous allez
devoir imposer vos idées.

Beauté

Le lever de coude ne fera
pas gonfler vos biscottos.

Scorpion

Amour

Si ça ne marche pas à deux,
essayez à trois !

Gloire

Laissez les emplois fictifs
aux assistants parlementaires.

Beauté

Les jaloux diront Photoshop.

Sagittaire

Amour

Votre mec assure, votre mec
assume, votre mec est pur, il vous
trompe pas, j’en suis sûre…

Gloire

Vous n’êtes pas dans un hémicycle.
Quand vous n’êtes pas là, on
le voit.

Beauté

Miroir, miroir, dis-moi qui
est la plus belle ? Pas encore vous.

Capricorne

Amour

Pas de bol pour vous, les
astres ne sont pas alignés. Vous pourrez
tout tenter, mais il/elle finira par
se barrer.

Gloire

N’est pas Steve Jobs qui veut.

Beauté

Vous regrettez déjà de vous
être fait tatouer le prénom de votre
conjoint(e).

Verseau

Amour

Le légendaire Hervé Bazin
écrivait « une vie sans amour, c’est une
vie sans soleil »

Gloire

Tu sens l’ouragan arriver ?

Beauté

Vous êtes trempés de la tête
aux pieds.

Poissons

Amour

« Femme qui rit à moitié
dans ton lit » : il vous faudra choisir
laquelle.

Gloire

Les brosses à dents se
changent tous les deux mois. À bon
entendeur.

Beauté

Soyons honnête, vous n’êtes
pas au top… Heureusement il vous
reste encore 342 jours pour vous perfectionner
un summer-body de qualité.

Biodivercity, l’apiculture… urbaine !

#EPJTMV La disparition des abeilles est une problématique environnementale préoccupante. Anne Desnos et Laurie Dufrenne sont apicultrices au sein de l’association Biodivercity qui propose des ateliers de sensibilisation à la vie de la ruche.

« Je vous propose d’aller chercher les tenues, nous allons aller sur le rucher. » Ce vendredi 17 janvier, Anne Desnos et Laurie Dufrenne animent le « Club Api » de l’association Biodivercity.

Dans le domaine du Château de Taillé à Fondettes, l’association possèdent sept ruches dont les salariés s’occupent toute l’année. Le « Club Api » se réunit une fois par mois pour former à l’apiculture une poignée de volontaires.

La mission du groupe aujourd’hui : bricolage d’hiver et visite des ruches pour vérifier que les abeilles vont bien. Sur le chemin, Laurie explique : « Pendant la période hivernale, les abeilles sortent peu. Elles sont en période d’hibernation et consomment leurs réserves dans la ruche. »

Ne pas déranger les butineuses

Laurie est apicultrice depuis dix ans. Elle a commencé sa formation sur le terrain en Allemagne, en production biologique de miel. Elle s’est rapidement tournée vers les associations jusqu’à intégrer Biodivercity en 2014. Ce qu’elle aime le plus, surtout dans « ce contexte de difficulté pour l’environnement, c’est sensibiliser et faire connaître le rôle de l’abeille dans l’environnement ».

Concernant les ruches, les deux animatrices insistent sur la nécessité de ne pas déranger les butineuses et de ne pas ouvrir les ruches si ce n’est pas nécessaire. Le parcours d’Anne Desnos jusqu’à l’apiculture est différent. Elle a intégré l’association en 2017 pour un service civique et ne l’a pas quittée depuis. « Je me suis formée sur le tas, à Biodivercity », confie-t-elle.

« J’ai longtemps eu un projet d’animation autour de l’environnement. J’ai un lien très fort avec la nature et il est très important pour moi de le partager pour la protéger. »

Sur le rucher, les deux animatrices expliquent au groupe comment s’assurer que la ruche est en bonne santé. Il faut la peser et vérifier les réserves de nourriture. Les volontaires écoutent attentivement mais toujours dans une ambiance détendue.

Pendant cette séance, aucune n’a eu besoin de nourriture (du sucre) supplémentaire. Les deux animatrices mettent en place une approche douce de l’apiculture. Pour Laurie, « le consentement doit aussi être avec les abeilles. Il faut comprendre les abeilles et ne pas déranger les colonies nerveuses par exemple. » Elle confie, avant de partir, que grâce à ce métier, elle a « appris à avoir une certaine humilité face à l’abeille ».

Texte : Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault, étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> En savoir plus sur l’association Biodivercity : www.biodivercity.fr

 

A la Gloriette, les enfants s’interrogent sur l’urgence climatique

Au parc de la Gloriette, des élèves de CM2 sont invités à s’interroger sur les questions liées à l’urgence climatique à travers diverses activités. C’est aussi l’occasion pour ces enfants citadins de sentir et déguster les plantes de saison.

« Vite, vite, vite mon équipe » s’exclame Lucien, 10 ans. Un questionnaire dans une main, un crayon de bois dans l’autre, l’atelier climat commence pour la classe de CM2 de l’école André-Gide. Pendant deux heures, les 25 enfants vont participer à différentes activités.

Au programme, questionnaire sur l’hiver, dégustation de plantes aromatiques et visite de la serre du parc. Ce jeudi 16 janvier, leur terrain de jeu s’étend sur deux parcelles du potager de la Gloriette. Leur mission ? Identifier les plantes, les légumes et les animaux typiques de la saison hivernale. Par groupe de trois, les élèves déambulent en remplissant leur questionnaire.

L’animal phare de la matinée est le ver de terre. Anis le ramasse en premier avant de le montrer fièrement à ses camarades. « Touche, touche, touche ! », dit-il au petit groupe qui s’est formé autour de lui. Intrigués, les enfants tendent timidement leurs mains.

Après vingt minutes, Sophie Legland, l’animatrice de la Gloriette en charge de l’atelier, rassemble les élèves. « Qu’estce que vous avez répondu pour la météo du jour ? » Aussitôt, les mains se lèvent et les réponses fusent. « Froid », « nuageux », « soleil », réagissent les enfants. Sophie Legland leur explique alors que le climat est relativement doux avec une température de 10° C, plus du double de la température moyenne pour la saison.

« Rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie »

« Regardez, un ver de terre qui marche ! », s’exclame un élève. Une nouvelle fois, le lombric vole la vedette à l’animatrice. Pendant un an, la classe de CM2 va participer à différents ateliers autour du climat. Tantôt dans leur classe, tantôt à la Gloriette. Une initiative de leur enseignant, Stéphane Burel, pour qui « il est intéressant de rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie ».

Leur vision du réchauffement climatique témoigne de leur vie citadine. Lors de leur deuxième séance en décembre, Sophie Legland a présenté à sa classe plusieurs photos liées au dérèglement du climat : des embouteillages, des radiateurs, des catastrophes naturelles ou encore des panneaux solaires. Instinctivement, la plupart des élèves se sont tournés vers des images de pollution ou de déchets.

Avant les vacances de Noël, Sophie Legland était venue dans la classe des CM2 pour un atelier bouture. Le but était qu’ils se questionnent sur l’effet de serre. La moitié de la classe a réalisé un pot avec un couvercle et l’autre moitié a laissé la plante à l’air libre.

Tous les matins, les élèves suivent le même rituel ; après avoir regardé Arte journal junior, ils observent l’évolution de leurs boutures. « Des élèves jouent les jardiniers dans la classe et s’occupent des plantes tous les jours », précise leur professeur. Il est maintenant l’heure pour les élèves de se rendre dans la serre, pour enfin comprendre ce qu’est ce fameux effet de serre.

Mais avant, petit détour par le potager où une dégustation de plantes aromatiques s’improvise. Devant la lavande, les réactions ne se font pas attendre : « Ça se mange ça ? » Sophie Legland répond par la négative et les invite à sentir la plante. Quelques mètres plus loin, le groupe s’arrête devant un plan de légumes. Ici, l’animatrice leur fait goûter des feuilles de céleri. D’abord sceptique, « ça se mange cru ça ? », demande l’un deux, les enfants se prêtent finalement au jeu. Souriant, ils semblent avoir apprécié.

Avec le froid qui commence à se faire sentir, les enfants sont de plus en plus pressés d’arriver à la serre. Une fois à l’intérieur, ils découvrent l’espace et observent avec attention les différentes plantes qui y poussent. L’animatrice les rassemble devant les plantes aromatiques. Persil, origan, basilic… Les enfants poursuivent leur dégustation.

Avant qu’ils retournent à l’école, Sophie aborde la problématique de l’effet de serre. Les accessoires sont de mises : globe terrestre, saladier, lampe torche et tableau. Les enfants se concentrent et écoutent avec attention. Sophie aborde le parcours des rayons du soleil et des rayons infrarouges avant de demander aux enfants quels sont les gaz à effet de serre. Les réponses sont diverses : CO2, O3, CH4 ou encore N2O. L’animatrice est bluffée.

Le mois prochain, ils se transformeront en petits rats de laboratoires pour comprendre les effets du réchauffement climatique à travers des expériences chimiques.


Enquête : Mélanie Guiraud et Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault
Étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

TMV du 22 au 28 janvier 2019 (spécial EPJT)

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2020/01/TMV_A_20200121_TMV_001_T_Q_0-BD.pdf

Et voilà le deuxième numéro de tmv intégralement réalisé par les étudiant(e)s en journalisme de Tours ! Le fil conducteur ? L’écologie et les bonnes idées pour se mettre au vert avec, au programme, l’apiculture en ville, des musiciens écolos, des ateliers à la Gloriette ou encore l’association Couleurs Sauvages. Pour le reste, retrouvez également Le Innocents, le début de la campagne des municipales et la suite de notre série Tmv vous coache !

Quinte de toux dans le tennis

Comme chaque année en janvier, le monde de la petite balle jaune débarque à Melbourne pour l’Open d’Australie. Mais attention cette année, l’homme à suivre ne s’appelle pas Nadal ou Djokovic, mais bien Brayden Schnur.

Comment suivre un joueur qui ne jouera pas le tournoi (car non qualifié) me direz-vous ? C’est très simple. Il ne vous aura pas échappé que l’accueil de ces millionnaires en tenue de sport (et d’un milliardaire depuis deux semaines : bravo Roger Federer !), a été éclipsé par les flammes destructrices qui ravagent l’Australie.

Écoutez la toux des joueurs sur les courts à cause de la qualité de l’air. Sentez le malaise s’installer en imaginant les forêts calcinées non loin de Melbourne, alors qu’ici, on joue au tennis.

Mais écoutez plutôt les grands joueurs répondre, hésitants, aux questions qui leurs sont posées sur la légitimité du tournoi dans ce contexte. Brayden Schnur (103e ATP) s’est posé en porte-parole de ce malaise et a récemment déclaré : « Federer et Nadal ne pensent qu’à eux ».

Jules Liévin

Les Innocents : « Nous voulions retrouver cette complémentarité musicale »

#EPJTMV Les Innocents reviennent avec un sixième album : 6 ½. 22 ans après leur dernier passage à Tours, le groupe de pop français se produira à Joué-lès-Tours le 25 janvier prochain.

Les Innocents seront en concert à l’Espace Malraux, le 25 janvier (Crédit Yann Orhan)

Quatre Victoires de la musique, un Bus d’Acier, un disque de diamant avec Fous à lier (1992)… Les Innocents ont marqué leur génération. Lors de leur séparation en 2000, le groupe comptait quatre membres. Mais en 2013, Jean-Christophe Urbain et Jean-Philippe Nataf (tous deux chanteurs et guitaristes) ont décidé de faire renaître le groupe en revenant cette fois en duo.

« Avec Urbain, nous voulions retrouver cette complémentarité musicale qu’il y a entre nous », raconte Jean-Philippe Nataf, fondateur du groupe en 1982. Depuis leur premier grand succès en 1987 avec le single Jodie, Les Innocents restent fidèles à leurs influences. « Ceux qui nous inspiraient quand nous avions vingt ans nous inspirent encore aujourd’hui. Je pense notamment à Bob Dylan, The Clash ou Paul McCartney. »

« L’industrie musical a évolué »

Celui que l’on surnomme “Jipé” (Jean-Philippe Nataf) confie être aussi un fan de musique moderne : « J’écoute beaucoup de musique brésilienne, éthiopienne et même du rap américain ! » Ils restent, malgré tout, attachés à leur style musical de prédilection avec une direction “pop” anglo-saxonne en langue française.

« L’industrie musicale a évolué : l’offre est incroyable et la musique gratuite. Il n’y a plus la même rareté. Nous voyons le monde avec des yeux de vieux », s’amuse J-P Nataf. Même si tout a changé, eux, ont décidé de faire comme avant : « C’est comme si nous étions des pâtissiers et que nous avions fermé boutique puis rouvert. Tout est pareil, mais nous prenons encore plus de plaisir », raconte-t-il.

Une authenticité qui paye. En 35 ans de carrière, ils ont fidélisé un large public qui ne manque pas l’occasion de venir les écouter pour découvrir leurs nouvelles créations ou se remémorer des souvenirs de jeunesse. « Nous avons accompagné la vie du public dans ses joies et ses tristesses. Nous sommes dans un partage joyeux. Notre musique s’écoute avec les gens que l’on aime ».

Rachel Herman

> A 20 h 30, le 25 janvier. Espace Malraux de Joué-lès-Tours. Tarifs : de 17 € à 34 €. Billetterie : 02 47 53 61 61. Réservez rapidement.

 

Municipales : c’est le top départ !

Alors que les élections municipales approchent, la campagne s’est lancée avec un premier grand débat, mercredi dernier, à Tours.

Le débat a réuni plusieurs candidats aux municipales (Photo Sophie Poidevin)

Les faits

Mercredi 15 janvier à 19 h, s’est tenu au Centre de vie du Sanitas, le premier grand débat des municipales de Tours. Une soirée organisée par cinq étudiants de deuxième année de l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT). La rencontre réunissait quatre candidats au siège de maire : Xavier Dateu (centre-droit), Benoist Pierre (LREM), Emmanuel Denis (EELV – PS – LFI) et Claude Bourdin (C’est au Tour(s) du peuple).

Un seul manquait à l’appel : le maire sortant Christophe Bouchet, justifiant un « problème d’agenda ». Un événement qui a intéressé de nombreux Tourangeaux puisqu’ils étaient près de 200 dans la salle.

Le contexte

Le premier tour des municipales se tiendra le 15 mars prochain. S’ils n’étaient que quatre à débattre mercredi soir, ils sont pour le moment une dizaine à prétendre à la mairie. L’élu succédera à un dernier mandat municipal quelque peu agité. Le débat s’est déroulé dans les règles de l’art : tirage au sort, temps de parole chronométré… Lydia Menez et Léo Juanole, journalistes en formation ont animé la soirée.

Les enjeux

Comme pour chaque débat politique, l’objectif était de confronter les différents candidats aux sujets portant sur le quotidien des Tourangeaux. Quatre thèmes ont été choisis pour animer une discussion parfois enflammée : les mobilités et l’aménagement, la sécurité, la démocratie locale et la métropole. Chacun des candidats a pu donner son avis à propos de la gratuité des transports, du prix du stationnement ou encore des projets municipaux.

Point de vue

Le débat a démarré sur les chapeaux de roue avec la prise de parole inattendue du candidat Mickael Corto, non invité au débat, qui a manifesté son mécontentement. Suite à cela, l’affrontement a démarré avec quelques pointes d’ironie de la part des candidats sur l’absence du maire sortant. Les esprits se sont parfois échauffés autour de la table des invités mais aussi dans le public, sur des sujets de société comme la sécurité, les SDF ou les femmes battues.

Marie Lebrun

AMAP de la Fuye-Velpeau : le succès de la vente directe bio

L’association pour le maintien d’une agriculture paysanne de la Fuye-Velpeau distribue des paniers de fruits et légumes à ses adhérents chaque semaine depuis 2016. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour l’année prochaine.

Le 16 janvier 2020, dans la salle du 4 rue Montesquieu, les habitants du quartier défilent comme tous les jeudis soir et ressortent avec leurs paniers garnis de légumes bio. L’AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) de La Fuye-Velpeau est la seule présente dans le centre de Tours. Elle accueille les 80 adhérents de l’association à partir de 18h30. Deux paniers leur sont proposés : le grand panier à 17 euros et le petit panier à 12 euros. Le paiement se fait chaque trimestre, pour toute l’année, et garantit aux paysans une juste rémunération de leur travail.

En plus de soutenir l’agriculture paysanne, la vente en AMAP s’inscrit aussi dans une démarche de consommation plus saine, locale et de saison.  Toutes sortes de légumes composent ainsi les paniers. Au menu cette semaine : courges butternut, choux blanc, ail, carottes, et fenouil. C’est ce qui plaît à Mireille : « Avec l’AMAP, je découvre des légumes. Ce sont toujours des produits de saison variés ». Des pâtes, du pain, des produits laitiers et d’autres aliments bio et locaux peuvent aussi être commandés chaque trimestre.

Sylvain Le Thuault, maraîcher, est présent depuis le début. Il fournit l’AMAP depuis sa ferme Les bio de l’Isle. Il est à la fois producteur et intermédiaire entre les agriculteurs et les clients. Pour lui, l’AMAP est un moyen de « ne pas vendre ses légumes à des anonymes, de valoriser ses produits et créer du contact humain ».

Un réel engouement 

Pour l’année 2020, le carnet de commandes des paniers est d’ores et déjà rempli. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour en bénéficier l’année prochaine. 

Ce système de vente directe s’avère rassurant pour les consommateurs. Beaucoup pensent comme Thierry Bodin, 39 ans et membre de l’AMAP depuis sa création en 2016. Il explique : « Quand je paye, je sais à qui je donne mon argent et pour quels produits j’achète. »  Pour le maraîcher Sylvain Le Thuault, se rendre à l’association le jeudi est aussi une récompense qui lui permet de voir dans quelles assiettes finissent ses produits. « Cela participe à un certain équilibre », précise-t-il.

Si les bénévoles précisent qu’entre les départs et les arrivées d’adhérents, une forme de roulement s’installe ; le maraîcher a choisi de limiter cette année le nombre de paniers disponibles par semaine à 75 . Il envisage éventuellement d’augmenter le nombre l’année prochaine en fonction de la demande. Néanmoins, ils sont beaucoup à préférer que d’autres AMAP se développent au centre de Tours. Comme la retraitée et consommatrice Mireille le précise, « il ne faut pas que cette AMAP devienne démentielle ».

Texte : Lise Lacombe et Théo Hesnard / Photos : Sophie Podevin – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Albane De Voort, la jeune championne sur roulettes

#EPJTMV Le roller ? C’est sa passion. Et tout roule pour elle ! Rencontre avec Albane De Voort.

« Un jour, ma mère m’a emmenée au gymnase pour essayer le roller et ça m’a plu », raconte Albane De Voort. Six ans plus tard, à 13 ans, elle est vice-championne de France en slalom classique et vitesse.

« Aller vite ou faire des sauts, ce n’est pas mon truc. Moi j’aime la danse, le côté artistique avec de la musique. J’aime créer mes programmes et les faire en compétition. »

La jeune sportive a débuté dans une section loisirs aux Nordiks de Touraine. Pour atteindre ce niveau, elle s’est entraînée seule : « J’allais dehors, sur des places ou des parkings. J’ai beaucoup travaillé », confie-elle. Le club s’est développé depuis, ce qui permet aujourd’hui à Albane de Voort et ses coéquipiers de participer aux compétitions nationales.

La vice-championne benjamine a même eu sa place dans l’équipe de France en 2017. Malgré son talent, Albane De Voort ne pense pas à la professionnalisation. « Même si ce serait un rêve, ce n’est pas un sport assez connu pour en faire un métier, relativise-t-elle. Mais plus tard, j’aimerais coacher dans un sport de glisse. »

Coline Davy, étudiante à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Occuper sa retraite en jardinant

Les jardiniers de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde entretiennent 114 jardins dispersés sur cinq sites à Tours. Carottes, tomates, poireaux… Chacun récolte ses fruits et légumes dans une ambiance solidaire et conviviale.

« Quand on se retrouve à la retraite, du jour au lendemain on n’a plus rien à faire. Jardiner, ça prend du temps et ça permet de voir du monde », explique Gérard Goyon, membre de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Au cœur de l’Amicale : entraide et échanges

« Même si on connaît deux ou trois jardiniers un peu égoïstes, tout se passe bien, on organise des repas et des voyages pour se réunir », se réjouit Laurette Forestier. Présidente de l’Amicale depuis cinq ans, elle vérifie régulièrement l’état des cabanes et des jardins sur ses cinq sites à Tours-Nord : Sapaillé, Calais, le Clos-Moreau, Daniel Mayer, Alphonse Lecomte et l’Ile Aucard.

Gérard Goyon et Laurette Forestier s’investissent quotidiennement dans l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Chaque parcelle dispose d’un composteur, une cabane et une réserve d’eau. Le jardinier doit payer chaque année un fermage (un loyer) à la mairie et adhérer à l’Amicale. Chacun est libre de faire pousser ce qu’il veut sur son terrain : carottes, poireaux, pommes de terre, ail, oignon… mais aussi des fleurs et parfois des fruits. « Moi, j’aime bien décorer mon jardin, installer des mangeoires pour les oiseaux », explique Laurette Forestier. Souvent, les jardiniers ont des récoltes trop importantes. Chacun a sa méthode pour écouler ses stocks : « Je laisse mes excès dans une caisse, à l’entrée de mon immeuble », « Je donne ce que j’ai en trop à des associations » racontent Gérard Goyon et Laurette Forestier.

Toute l’année, les jardiniers font pousser fruits et légumes sur leurs parcelles.

Le jardinage demande un investissement important : « Je viens m’occuper de ma parcelle au moins deux heures tous les jours. C’est pour cela que nous sommes beaucoup de retraités », explique Laurette Forestier. Chronophage mais économique, le jardinage est un bon plan, la plupart des adhérents n’ont même plus besoin d’acheter de légumes.

Texte : Alice Porcher / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

On a testé un institut de beauté bio à Tours

Dans le centre de Tours, rencontre avec un institut respectueux de votre peau et de l’environnement.

Un institut entièrement bio ? C’est en tout cas ce que propose Fabienne Gabard dans son institut de beauté situé rue du Rempart à Tours. Chez Essentiel Bio Esthétique, on utilise les produits de la maison du Docteur Hauschka.

Créée il y a 53 ans, la marque allemande s’est exportée à l’international. Selon la gérante, deux mots-clés sont essentiels : « rythme et globalité ». Des produits aux soins, tout est pensé selon ce principe. Les gammes sont conçues à partir de plantes élevées en biodynamie (prise en considération de l’influence des rythmes lunaires et planétaires, NDLR). Labellisés, les produits misent sur l’autocorrection de la peau.

Fabienne Gabard dans son institut.

« Mon institut est à mon image » 

Dans son établissement, un seul mot d’ordre : utiliser uniquement des produits bio et faire des efforts pour que toute la structure soit écologique. Elle a par exemple remplacé les serviettes en coton par des serviettes en fibres qui consomment moins d’eau et d’énergie lors de leur nettoyage et de leur séchage. Des actions mises en place dans le respect des valeurs de leur fournisseur.

En effet, la marque Docteur Hauschka soutient le commerce équitable et tente de réduire son impact sur l’environnement, à l’image de ses produits en verre pour éviter le plastique. C’est ce qui a séduit Fabienne Gabard. Elle tient son goût pour le naturel et le bio de sa mère qui était, nous dit-elle, « allergique à tout ».

Elle travaille seule dans son salon : « Mon institut est à mon image » et fait ses propres choix. Celui de ne pas pratiquer l’épilation en est un. Un choix courageux puisqu’une partie importante de la clientèle est générée par l’épilation. Mais Fabienne ne veut pas céder à cette facilité et veut garder la pratique des soins de visage et de corps au cœur de son institut.

« L’être humain est un ensemble »

Véritable rituel, le soin classique – 130 € – dure deux heures et sollicite tout le corps. Bain de pieds chaud, massage des pieds, relaxation de la nuque, étirements des bras et des jambes… Des pratiques rythmiques se mêlent au soin pour en faire un moment de relaxation justifiant le prix.

Une pratique étonnante mais en accord avec la philosophie de l’établissement : « L’être humain est un ensemble ».  Fabienne vend également les produits de la gamme Docteur Hauschka. Comptez des prix classiques entre 30 et 50 € pour une crème de 100 ml. Du maquillage entièrement bio est aussi en vente (la rédaction de TMV a testé pour vous, voir la vidéo ci-dessous). Fabienne, pinceau en main, vous propose un maquillage sur mesure : « Le maquillage, c’est comme un tableau ! ». A vos palettes !

Texte: Lise Lacombe et Louise Grange / Photos et vidéo : Jeanne Gerbault – étudiantes à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Au Tonnelé, les apprentis sont aux commandes !

Le Tonnelé ? C’est le restaurant pédagogique du CFA, à Tours. Vous pensez bien qu’avec un numéro spécial sur la jeunesse, nous nous devions de tester l’établissement…

Ambiance établissement étoilé au Tonnelé, restaurant d’application de la Cité des formations ! Nous sommes accueillis dans une salle spacieuse aux grandes baies vitrées. Les apprentis de deuxième année en CAP hôtellerie accrochent nos vestes sur des cintres.

Nous sommes conduits à notre table par un élève de 18 ans, Yousuf Hussain, notre serveur attitré pour ce vendredi midi. En cuisine, des jeunes également en deuxième année de CAP s’activent. Ce repas constitue une séance de travaux pratiques pour les apprentis. Quarante couverts pour ce midi, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer.

Le serveur nous propose un apéritif. Nous acceptons bien entendu mais sans alcool… Nous sommes en service ! Ce sera un cocktail de jus de fruits. L’entrée arrive peu après : une assiette de poisson fumé présentée harmonieusement et accompagnée d’un petit pain. Le service est souriant et investi. Les jeunes semblent réussir l’exercice pédagogique supervisé par Mickaël Aupère, formateur du CAP hôtellerie.

Nous enchaînons avec le plat principal : filet mignon de porc rôti et légumes du moment. Le filet mignon fait une entrée remarquée. Sur sa tablette roulante, la pièce de viande arrive entière. Yousuf, avec l’aide de son formateur, découpe notre morceau sous nos yeux et dresse l’assiette avec les légumes encore présents dans la sauteuse. Un service en direct !

Les légumes du moment sont des champignons de Paris, une pomme de terre et une sucrine cuite à la poêle. L’heure du dessert sonne. Une part de pithiviers, le nom chic de la galette des rois, nous est servie. « Si vous avez la fève, il faudra porter la couronne. » Nous voilà prévenus. Nous ne l’avons pas. Ouf !

Après un thé, on passe à l’encaissement. Dix-sept euros, menu et extras compris, un vrai bon plan qui vaut le détour. Prévoyez deux heures de déjeuner pour cet entraînement grandeur nature avec des apprentis appliqués.

Lucie Diat, de l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> Tarifs : De 8,50 € à 11 € pour le service brasserie et de 13,50 € à 19 € pour le service restaurant, composé de trois à cinq plats. Les boissons sont en supplément. Le prix varie selon le niveau d’études des apprentis (CAP, brevet professionnel, mention complémentaire).

> À La Cité des Formations (ex-CFA), 8 allée Roger Lecotte, dans le quartier Les Douets à Tours-Nord.

> Ouvert les midis du mardi au vendredi et les mardi et jeudi soirs. Réservation obligatoire au minimum 48 h à l’avance au 02 47 88 51 00 ou par mail à nathalie.boisgigou@citeformation.com.

 

 

Environnement : une licence pro pour l’avenir

#EPJTMV En France, La seule licence professionnelle de médiation scientifique et d’éducation à l’environnement se trouve à l’IUT Jean Luthier de Tours-Nord. Portraits de trois étudiants pour qui la cause environnementale est aussi un métier.

Vingt-quatre étudiants ont été sélectionnés dans toute la France pour apprendre à sensibiliser le public aux causes scientifiques et environnementales. Une licence professionnalisante qui vise à  les former  à développer et concevoir des projets pédagogiques, s’adressant à tous les publics. Si les actions se dirigent majoritairement à destination des écoles, elles ne le sont pas seulement. Pour Sylvie Fortin, responsable de la formation : « Avant les adultes voulaient savoir, désormais ils veulent savoir pour agir ».

Trois étudiants partagent leurs aspirations, leurs parcours et engagements.

Alice Porcher et Théo Hesnard, étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).