Printemps de Bourges 2024 : immanquables, créations et découvertes

Le Printemps de Bourges, c’est reparti pour un tour ! Et cette nouvelle édition, qui aura lieu du 23 au 28 avril, s’annonce encore riche et foisonnante. Décryptage et sélection subjective !

Des immanquables

On se précipitera donc pour voir la crème de la crème musicale lors des grandes messes festives au W, où entre les derniers concerts annoncés de SHAKA PONK, ou attendra avec impatience ceux de NISKA, PLK ou MARTIN SOLVEIG.

L’ambiance plus intimiste mais néanmoins survoltée du Palais d’Auron nous garantira quelques beaux frissons avec EDDY DE PRETTO, CALLING MARIAN ou le victorisé 2024 YAMÊ. Du coté du 22, on se plongera dans les dernières tendances comme la hip hop party inclusive de MARABOUTAGE ou le hardcore de LYSISTRATA, sans oublier une folle soirée le samedi avec Adèle CASTILLON (ex VIDEO CLUB), ZAOUI (ex Thérapie Taxi) ou encore le génial JOHNNY JANE.

A la Maison de la Culture, on pourra assister aux prestations plus calmes avec de belles créations autour de Virginie DESPENTES et de Béatrice DALLE, mais aussi des concerts de FATOUMATA DIAWARA ou de BABX en duo avec ADRIEN MONDOT. Le Palais Jacques Cœur, lieu d’exception par excellence, accueillera quant à lui trois spectacles de poésie avec une distribution de haute volée ou l’on retrouvera DOMINIQUE A, ANNA MOUGLALIS ou encore Christian OLIVIER, excusez du peu !

On n’oubliera pas non plus le très kitsch Théâtre Jacques Cœur pour des spectacles « jeune public », comme « Oy Yeah, Oh Yeah » du groupe BLACK BONES mais aussi des concerts de TIMBER TIMBRE ou de ASTRAL BAKERS.

Des créations

A propos de ASTRAL BAKERS, c’est bien SAGE, leur chanteur, à qui a été confiée la soirée hommage à Françoise Hardy. On y verra, après le premier épisode donné à l’Hyper Festival, le volume 2 ce beau projet porté par Thomas DUTRONC, Clara LUCIANI, VOYOU ou encore Zaho DE SAGAZAN. Outre les soirées poésie et de la création autour de l’hommage à Kurt Cobain (décédé il y a 30 ans), on pourra aussi voir l’immense CAT POWER pour un hommage à Bob Dylan à la Cathédrale.

Inouïs

Mais ce que l’on aime aussi à Bourges, ce sont aussi Les Inouïs, formidable système de découverte (et d’accompagnement !) de celles et ceux qui feront les beaux jours des salles et des festivals à l’avenir. On se rappellera juste que ZAHO DE SAGAZAN, Inouïs 2023, a raflé pas moins de 4 Victoires de la Musique ! Cette année, on aura donc une oreille attentive sur G.L.A.D. qui représentera la Région Centre, mais aussi sur nos grands favoris de cette sélection AKIRA & LE SABBAT et PAULVITESSE.
Rendez vous le 27 avril pour savoir qui seront les vainqueurs parmi les 33 groupes at artistes retenus cette année…

Bref, de quoi passer une semaine de folie dans la capitale berruyère qui sera d’ailleurs… Capitale européenne de la culture en 2028 !

Hervé Bourit / Photo ouverture (Shaka Ponk) : archives NR – Hugues Le Guellec

Horoscope WTF du 17 avril 2024 (un peu de gentillesse avant les vacances)

Avant de partir dans sa villa luxueuse aux Bahamas pour les vacances de printemps, l’astrologue de tmv vous a préparé un petit horoscope tout mignon et sympathique.

Bélier

Amour

N’oubliez jamais que même votre prout est plus important que votre ex.

Gloire

Vous êtes du genre à vous proclamer « attachiant(e) ». Mais non, vous êtes tout simplement relou(e). (et accessoirement ringard(e) à utiliser ce mot)

Beauté

En parlant d’être relou(e), calmez-vous, en ce moment vous faites l’effet
d’un laxatif.

Taureau

Amour

Votre vie amoureuse va prendre un grand virage. De quoi vous faire finir dans le mur.

Gloire

Vos collègues et amis lanceront une cagnotte pour votre anniversaire. Ils récolteront 4,75 €.

Beauté

Si vous vous sentez serré(e) dans votre jean, pas de panique : on l’avait déjà
remarqué.

Gémeaux

Amour

Une romance torride vous attend avec Jean Castex.

Gloire

Vous partirez en Amazonie, prendre de l’ayahuasca avec un chaman et
durant votre trip, découvrir que vous êtes en fait fan de Kev Adams et que vous êtes né(e) pour être proctologue pour kangourous.

Beauté

Sale ambiance dans votre entourage.
Il suffirait peut-être de vous acheter du déo.

Cancer

Amour

Vous êtes comme les sandwiches triangles vendus sur l’autoroute : fade, sans trop d’intérêt, mais bon sang on vous aime, vous êtes notre plaisir coupable !

Gloire

Je suis sûr que vous n’avez lu que l’horoscope dans tmv. Pour la peine : paf, 7 ans de malheur sexuel pour vous !

Beauté

Entraînez-vous à twerker. Ce si beau bouli doit bien servir à quelque chose.

Lion

Amour

Comme disait Platon, l’amour c’est comme des toilettes. Parfois, il faut savoir tirer la chasse.

Gloire

Vous marcherez sur un candidat de téléréalité du pied gauche. Ouf, ça porte
chance !

Beauté

Même Gilbert Montagné vous trouve magnifique. ♥

Vierge

Amour

Vous êtes une jolie fleur. C’est pas pour rien que tout le monde vous butine.

Gloire

Chouette, cette semaine vous arriverez à tourner votre tête à 360° ! Vous êtes soit possédé(e), soit un hibou. Bisou !

Beauté

Eeeerk ! C’est tout visqueux sous vos bras.

Balance

Amour

Saturne va quitter l’alignement de l’étoile polaire. Et votre partenaire va vous quitter vous. Désolé c’est sérieux l’astrologie.

Gloire

Filez à la piscine. Ça vous rappellera que parfois, vous ne coulez pas forcément dans le grand bain qu’est la vie.

Beauté

La vache, vous avez pris cher cette semaine en fait. Sorry, not sorry mes zigouigouis !

Scorpion

Amour

Cette semaine, vous trouverez la vie belle. Jusqu’à ce que vous vous rendiez
compte que toute relation amoureuse finit soit par une séparation, soit par la mort.
Bisou !

Gloire

Votre dignité est comme la place des légumes dans mon frigo : inexistante.

Beauté

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. N’est-ce pas les grosses feignasses ?

Sagittaire

Amour

La personne à votre gauche va vous faire une proposition indécente et lubrique. Acceptez, FONCEZ !

Gloire

Chez vous, absolument aucune.

Beauté

Finalement, vous tout(e) nu(e) dans votre couette le matin, vous ressemblez plutôt à un gros burrito non ?

Capricorne

Amour

Un(e) de perdu(e), 450 de retrouvé(e)s ! Normal, vous êtes bien trop canon,
graou !

Gloire

Et si vous preniez l’initiative d’aller vous faire voir ailleurs si j’y suis ?

Beauté

Il serait judicieux de travailler votre carrure. De loin, vous ressemblez à un pouce.

Verseau

Amour

Vous allez dépenser 150 € en téléphone rose. Mais vous n’aurez aucun regret.

Gloire

N’oubliez jamais que la vie parfois, c’est comme mon banquier : c’est con. A+ !

Beauté

Pour vivre heureux, vivons cachés. (comme votre gros bouton dégueu sur le front)

Poissons

Amour

Aïe… Sur l’autoroute de l’amour, vous vous prenez tous les nids-de-poule et les barrières de péage dans la tronche.

Gloire

Adoptez un perroquet. Au moins, il y aura quelqu’un pour vous parler.

Beauté

La seule chose brillante en ce moment chez vous, c’est votre front.

Les Îlots au soleil

Le Soleil, c’est un nouveau lieu dont on va beaucoup parler dans les mois qui viennent et au-delà (lire notre page Feelgood). Pour fêter sa pré-naissance, les Îlots s’y installent pour une nuit. Un chapitre 3 de cette aventure d’Alice au pays des merveilles, intitulé « Sortir de sa coquille ». C’est le printemps et c’est une proposition qui ne se refuse pas…

Le 20 avril. À partir de 18 h, au Soleil (9000 rue de la Grange Quillet, à Saint- Pierre-des-Corps). 10 €. Bar et restauration sur place.

Concert solidaire

L’idée est très belle. Des artistes qui interviennent bénévolement et qui se mettent en commun pour constituer un spectacle complet. Dans la joyeuse troupe, il y a Didier Buisson et son accordéon fou, L’Ardéchois Baptiste Dupré avec la lora de David Millet, le groupe Hellébore qui fait redécouvrir les mots d’Eugène Bizeau, le groupe Unclock et le duo poétique Matthieu Roger et Lucille Vermeulen. Le tout sous la baguette de la chanteuse et comédienne Delphine Meilland et au bénéfice intégral de l’association Stop Harcèlement de Rue.

Le 21 avril. À 15 h, à la salle Oésia de Notre- Dame-d’Oé. De 8 à 13 €.

Archipel

Toute une semaine pour retrouver tout ce qui fait vibrer le Bateau Ivre. Des concerts, des spectacles, des échanges, un repas de quartier et, pour finir, une assemblée générale de ce qui reste la plus grosse Scop culturelle de France. Parmi les marins qui viendront saluer le bord de ce joyeux bateau, citons les punks néerlandais de The Ex, l’inénarrable Didier Wampas ou encore le chanteur Sanseverino. À cela s’ajouteront moult jeunes pousses et talents locaux.

Du 24 au 28 avril. Programme complet et info sur www.bateauivre.coop

Horoscope WTF du 3 au 16 avril 2024

Et ça fait bim, bam, boum, ça fait pshht et ça fait vroum… C’est l’heure de l’horoscope WTF de tmv.

Bélier

Amour

Eh non, l’astrologie, ce n’est pas que de la bonne nouvelle. La
preuve, on vous annonce que vous allez bientôt avoir un gamin. Et pas très beau en plus.

Gloire

Super, votre carrière va faire un bond. (Dans le vide)

Beauté

N’oubliez pas que les murs ont des oreilles… (qui seront toujours plus propres que les vôtres, d’ailleurs)

Taureau

Amour

Si seulement ce monde était aussi parfait que vous.

Gloire

Vous êtes au top, vous êtes un(e) leader. Dites-vous donc que vos échecs sont de la faute des autres.

Beauté

Votre entourage vous surnomme Le Téton au Feu. (The Tétoune of Fire, en anglais)

Gémeaux

Amour

Le cœur a ses raisons que l’alcool ignore. Surtout avec vous.

Gloire

On ne veut pas vous faire de la peine avec cette info exclusive mais… Jacques Chirac est mort.

Beauté

Une crise de prouts intempestive vous causera préjudice dans les transports en commun.

Cancer

Amour

Beh dites donc, vous êtes de vraies abeilles ! Ah, ça pour butiner, ça butine !

Gloire

« Gngngngn j’ai pas d’argent. »
Au lieu de vous plaindre, vendez des photos de vos pieds. Bon business avec vous.

Beauté

En ce moment, vous avez le moral dans les chaussettes. Et c’est pas de bol, parce qu’elles puent.

Lion

Amour

Pas top en ce moment. Même un suppo’ fait plus d’effet.

Gloire

Super, on est en avril ! Vous allez enfin pouvoir vous découvrir d’un fil, bande de naturistes que vous êtes !

Beauté

Vous avez de faux airs de Francis Lalanne sous Lexomil®.

Vierge

Amour

Remarquez que « Vierge », ça rime avec asperge, auberge, cierge, concierge et verge. Tirez-en les conclusions que vous voulez.

Gloire

Un proverbe chinois dit que quand on n’a rien à dire, on cite un proverbe chinois.

Beauté

Vous êtes souvent le bouc émissaire.
Ce qui est parfaitement normal, en raison de votre sacrée pilosité.

Balance

Amour

Hommage à votre libido. RIP PETI ANJ PARTI TRO TOT.

Gloire

Les Balances sont souvent tête en l’air et ont tendance à ne jamais finir ce qu’ils/elles ont commencé. D’ailleurs, c’est

Beauté

 

Scorpion

Amour

N’oubliez qu’il n’existe que deux choses inutiles dans ce bas monde : la pizza hawaïenne et votre ex.

Gloire

Je veux pas balancer, mais un récent conciliabule tenu en ville indique que vous êtes un bon coup.

Beauté

Vous avez un joli bouli, mais vous ronflez comme une moissonneuse- batteuse. Ça gâche tout.

Sagittaire

Amour

Snif… vous sentez ? C’est l’odeur du vent que vous allez vous prendre demain.

Gloire

Vous ne voyez le monde que noir ou blanc. Mais voyez-le tel qu’il est : gris.
Morne, triste, moche, courant à sa perte le sourire aux lèvres. Bisou !

Beauté

Malhonnête, rancunier(e), possessif/ve, mais atrocement canon et sexy :
pas de doute, vous êtes bien Sagittaire.

Capricorne

Amour

Ce soir, rajoutez du piment à votre vie. Faites l’amour avec l’accent belge.

Gloire

Vous êtes les fourmis de notre société et n’existez que pour travailler. Attention à la grosse godasse de la vie qui va un jour vous écrabouiller.

Beauté

Vous êtes une licorne : quand vous avez des flatulences, ça fait des paillettes.

Verseau

Amour

C’est qui le signe le plus relou de la planète en amouuuur ??? Bah c’est vouuuuuus !

Gloire

Vous attendez Godot, mais il vous a visiblement posé un gros lapin.
(ouais on fait des blagues de littéraire, et tu vas faire quoi ? RIEN DU TOUT !)

Beauté

Félicitations. Les gens continuent de vous trouver chouette, malgré votre dégaine de troubadour.

Poissons

Amour

Le sexe, ça rend beau ; la bouffe, ça rend gros. A bientôt pour de nouveaux
proverbes inventés.

Gloire

D’après une étude scientifique, les lèche-bottes seraient Poissons dans 97 % des cas. C’est fou la science.

Beauté

La question est surtout de savoir si vous êtes daltonien(ne) ou si vous vous habillez volontairement comme ça.

Instagram, TikTok, YouTube… Ces Tourangelles et Tourangeaux pros des réseaux

Décrocher des likes, des abonné(e)s, des followers, puis passer l’échelon au-dessus en intéressant des partenaires pour pouvoir en faire un gagne-pain : la vie sur les réseaux n’est pas de tout repos !

« Maman, quand je serai grand je veux être influenceur. » Cri d’effroi dans les demeures tourangelles, débats animés à la table du dîner. « Non mon fils, ce n’est pas un vrai métier ! » Apportons de l’eau au moulin des futures stars des réseaux sociaux : déjà, maman, papa, on ne dit plus « influenceur » mais « créateur/créatrice de contenu ». Ça fait plus sérieux, et ça reflète un peu mieux la variété des propositions qu’on retrouve sur TikTok, Instagram ou YouTube (vous remarquerez qu’on laisse Facebook de côté, c’est dépassé).

Mais dans ce monde impitoyable où tout bouge à toute allure, beaucoup d’appelés, et peu d’élus ! Heureusement pour nous, même sans en tirer de revenus, plusieurs Tourangeaux sont actifs et tirent les réseaux vers le haut.

> Découvrez 11 personnalités de Tours pros des réseaux, dans notre numéro #465 en CLIQUANT ICI ! 

(Photo ouverture : Adobe stock)

Horoscope WTF du 20 mars au 2 avril 2024

C’est le printemps ! De quoi mettre l’astrologue de tmv de bonne humeur. Voici un horoscope plein d’amour.

Bélier

Amour

Héhéhé… Paraît-il que ça rend sourd…

Gloire

… On a dit que ça rendait SOURD !

Beauté

… SOURD BON SANG, ÇA REND SOUUUURD !

Taureau

Amour

Mettez-vous au boomerang.
Au moins lui, il reviendra. OUARF !

Gloire

Tel le teckel, vous êtes long et court(e) sur pattes et on vous surnomme souvent « chien-saucisse ».

Beauté

Et tel le rhododendron,
vous êtes rose mais précoce.

Gémeaux

Amour

R.A.S (comme depuis des plombes en fait)

Gloire

L’alignement de Pluton vous fera prendre des décisions stupides.
Comme avoir envie de travailler, vouloir des enfants ou regarder une émission de Hanouna.

Beauté

Vous paraissez le double de votre âge. Mais que de dos, ouf.

Cancer

Amour

Tous les chemins mènent à Rome. Mais surtout à votre slip.

Gloire

Petite info au passage. Le sanglochon (hybride entre un sanglier et un cochon domestique) est aussi appelé sanglichon ou cochonglier. Voilà A+ !

Beauté

Le matin, vous ressemblez à un petit tardigrade tout mignon (et hop,
direction Google Images pour découvrir de quoi ça a l’air)

Lion

Amour

Mieux vaut être avec vous, que seul(e) ou mal accompagné(e), ou avec un
homme-tronc. Enfin un truc du genre.

Gloire

Votre vie est un bordel sans nom. Même vos parents ne vous ont pas
respecté(e) avec un prénom pareil.

Beauté

Vos pieds sont tout mignons, mais votre gros orteil ressemble à une
petite Knacki® bien dodue et ruisselante. Dommage.

Vierge

Amour

Tel le prout, vous aimez vous échapper discrètement des relations amoureuses.

Gloire

N’oubliez jamais ce proverbe de Platon : Who does le malin, falls in
the ravin !

Beauté

Franchement, bien rattrapé !
Pourtant, c’était pas gagné à la naissance.

Balance

Amour

Cette semaine, vous êtes un peu comme un vieux tableau. On a du mal à vous encadrer.

Gloire

La constellation de la Carla Lazzari vous rappelle que ça fait bim, bam,
boum, ça fait pscht et ça fait vroum, ça fait bim bam boum, dans ma tête y a tout qui tourne. (on espère que vous l’avez en tête)

Beauté

Avec votre carrure du moment, difficile de ne pas vous comparer à un nem.

Scorpion

Amour

Soyez d’accord avec Jordan, en 4e B : « Fuck l’amour. Sa pu et sa fé soufrire ! »

Gloire

Vous allez participer à « l’Île de la Tentation ». Avec votre frigo.

Beauté

« L’intelligence des Scorpions fera la différence », dit l’astrologue d’Auféminin.com Comme quoi, les vrais horoscopes c’est vraiment de la connerie.

Sagittaire

Amour

D’après apsaumon.com, lors de la reproduction, « le mâle saumon
tremble de tout son corps, se tend et ouvre très grand sa gueule. La femelle, stimulée, en fait autant ». Vous ne seriez pas un
saumon par hasard ?

Gloire

Tout vous sourit cette semaine ! Même Kim Jong-un.

Beauté

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, certes. Mais vous
êtes une feignasse et ne bougez même pas de votre canapé.

Capricorne

Amour

Vous êtes à la drague ce que Jul est à l’orthographe.

Gloire

Semaine de tous les dangers, puisque vous allez manger du boudin avec Christine Boutin en Louboutin®.

Beauté

Youpiiii c’est le printemps, vous bourgeonnez enfin ! (on parle de votre acné)

Verseau

Amour

En ce moment, votre vie amoureuse ressemble à un safari. On vous observe
beaucoup, mais on ne se rapproche pas beaucoup.

Gloire

Comme l’a dit un jour Moundir dans une téléréalité : « C’est un peu les Jeux
olympiques du sommeil. À défaut de Victor Hugo, je dormais pas le buste debout. »

Beauté

Le recto des Verseaux est vraiment canon. (classe, cette punchline)

Poissons

Amour

Dernier dans l’horoscope…
Mais premier dans nos cœurs : on vous love les Poissons, aaaanw !

Gloire

Sans les Poissons, le monde ne serait rien. (j’ai une pote Poissons vachement musclée qui me fait peur)

Beauté

L’avantage, c’est qu’on vous voit venir de loin. Mais on vous sent aussi de
loin.

Chroniques culture : la sélection BD, un polar islandais et l’album de Mesparrow

LA SÉLECTION BD DE LA SEMAINE

Avec « Missak, Melinée et le groupe Manouchian » (Dupuis), Morvan et Tcherkézian nous racontent l’histoire des fusillés de l’Affiche rouge. Célébrés et panthéonisés, ces personnages aux destins hors du commun revivent dans cet ouvrage hyper documenté et passionnant.

L’Histoire, on la vit aussi à travers les aventures de ce pirate devenu corsaire que fut L’Olonnois. Dans « Le Marin des sables » (Albin Michel), Jérémie Royer adapte le roman de Michel Ragon, pour un résultat plein de bruit et de fureur, mais aussi de réflexion sur la vie qui passe.

L’Histoire plus récente celle-là, celle d’un camp de réfugiés au Sud Soudan sous les yeux de deux enfants : « L’Œil du Marabout » (Daniel Maghen) est un livre choc et poignant, où les couleurs de Pendanx peinent à masquer la douleur et l’égarement de l’être humain.
La noirceur de l’âme humaine, Simenon l’a côtoyée dans tous ses romans et « La Neige était sale » (Dargaud), adaptée par Fromental, ne déroge pas à la règle. Ce chef d’œuvre de la littérature noire est ici magnifié par un travail remarquable de Yslaire.

Au moment où les progrès avancent à pas de géant sur la connaissance de la Préhistoire, on saluera vivement ce « Peindre avec les lions » (Dargaud). Grolleau et Conzatti nous entraînent il y a 35 000 ans sur les traces de nos ancêtres, avec un album fort et féministe épatant.
Hervé Bourit

L’album

MESPARROW – L’ESSENCE VAGABONDE

Déjà le quatrième album pour la Tourangelle Marion Gaume et son complice Simon Carbonnel qui livrent ici onze pépites, entre chanson et électro, entre français et anglais, entre Terre et mer. Un équilibre délicat et subtil, où la voix prend toute sa place avec des ambiances calmes comme « Poussières d’étoiles », suivies de tourneries dingues (« Open up »).

Ici, tous les titres sont sublimés par des ambiances sonores toutes aussi différentes les unes que les autres, portés par des textes introspectifs et très personnels. De quoi attendre avec impatience toute sa série de concerts, dont un passage à Terres du Son, le 12 juillet prochain.
H.B.

Le polar

FROID COMME L’ENFER

Dans le milieu des auteurs de polars islandais déjà bien fourni, Lilja Sigurdardóttir s’est fait une place à part avec son écriture nerveuse et ses histoires à tiroir aux finals toujours très surprenants. Sa nouvelle trilogie, après le carton mondial de « Reykjavik Noir », est bien partie pour en faire la nouvelle figure incontournable de sa génération.

Rien ne manque en effet à cette histoire de double kidnapping à laquelle une enquêtrice doit faire face, ni les paysages de son île aussi tortueux que ses protagonistes, ni ses innombrables revirements de situations qui vous scotchent. Voilà donc un train-fantôme idéal pour les jours de pluie sans fin et les nuits blêmes sans lendemain, où il ne reste qu’à embarquer.
H.B.

 

Horoscope WTF du 13 au 19 mars 2024

L’astrologue a été relativement clément avec les Poissons. Pour tous les autres… bonne chance !

.

Bélier

Amour

Les gens qui sentent des aisselles lisent 3 fois la même chose.

Gloire

Les gens qui sentent des aisselles lisent 3 fois la même chose.

Beauté

Les gens qui sentent des aisselles lisent 3 fois la même chose.

Taureau

Amour

La Saint-Valentin, c’était il y a un mois : Alors… vous avez brisé combien de
couples cette fois ? (vous savez si bien le faire

Gloire

Vous êtes comme les toilettes : toujours au fond à droite.

Beauté

Vous voyez, il y a les gens parfaits comme moi par exemple. Et puis, il y a le
reste. Il y a vous.

Gémeaux

Amour

Rien

Gloire

à

Beauté

battre

Cancer

Amour

Si vous êtes un peu triste, n’oubliez jamais que vous avez été un jour le spermatozoïde le plus performant. ♥

Gloire

L’important, c’est de participer
(phrase fétiche de ces losers de Cancer)

Beauté

Vous êtes magnifiquement magnifique et parfaitement parfait(e). (dommage que vous portiez ce prénom si laid…)

Lion

Amour

Argh, semaine catastrophique : vous vous rendrez compte que l’amour
n’existe pas et que vous finirez quand même seul(e) et aigri(e)…

Gloire

…Et que vos potes regardent secrètement
les émissions de Cyril Hanouna…

Beauté

…Et que la beauté intérieure chez vous, c’est de la vaste fumisterie. Bref, vraiment une sale semaine.

Vierge

Amour

Vous semblez vraiment désespéré(e)… Vous pourriez même copuler avec
un(e) Capricorne, c’est dire !

Gloire

Le temps passe, mais vous ne savez toujours pas si les chaussettes de l’archiduchesse sont sèches ou archi-sèches.

Beauté

En ce moment, vous pétez le feu.
Attention à la diarrhée.

Balance

Amour

Comme on dit, chaque pot trouve son couvercle. Mais le vôtre est ouvert depuis si longtemps que c’est tout moisi là-dedans.

Gloire

On a tous un côté artiste qui sommeille en nous. Mais vous, évitez de le réveiller par pitié…

Beauté

En verlan, beauté ça donne « tébeau ». Exactement comme toi qui me lis.

Scorpion

Amour

Votre vie sexuelle du moment est comme Xavier Dupont de Ligonnès : introuvable.

Gloire

Sale week-end pour les Scorpions qui se rendront enfin compte
qu’ils/elles font partie des pires signes astrologiques.

Beauté

Tout porte à croire que vous sentez le fenouil.

Sagittaire

Amour

Vous aimez les trous et le sucre.
Et si l’être aimé était un donut ?

Gloire

C’est l’histoire d’une vache qui fait partie de la police. Un jour, elle dit : « Halte, que personne ne bouse ! » Voilà c’est tout pour nous, A+ bisou !

Beauté

L’égalité homme/femme, c’est aussi dans votre couple. Echangez vos sous-vêtements avec votre conjoint(e).

Capricorne

Amour

Saint-Exupéry disait qu’aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction.
En l’occurrence pour vous, la direction du frigo.

Gloire

Σshtagur ўĦĕя kazum Ώ (c’est une incantation magique. Vous allez vous
transformer en boudin de porte macroniste)

Beauté

Méfiez-vous des gens laids. (par exemple, ceux qui se trouvent en face de
vous là).

Verseau

Amour

C’est moche la vie sans des Verseaux autour de soi… (non on déconne, vous êtes l’un des signes les plus relous)

Gloire

Blaise Pascal disait : « La vie n’est bonne qu’à étudier et enseigner les mathématiques. » Blaise Pascal était donc un bon gros psychopathe.

Beauté

Vous êtes quand même vachement plus sexy que vos potes Capricorne et Lion.

Poissons

Amour

Coucouuu les Bidibous ! Si c’est la semaine de votre anniv, on vous aime. Sinon on s’en fout totalement. Bisou !

Gloire

Vous allez participer à Koh Lanta.
Mais comme vous avez toujours la dalle, que vous ronflez comme un porcinet et que vous êtes invivable, vous serez éliminé(e) le premier jour.

Beauté

Vos tétons gris ne nous font nichon ni froid. (de rien, celle-là elle est cadeau)

Horoscope WTF du 7 au 20 février 2024

Retour en force des Sagittaires cette semaine qui… sont en fait la risée de cet horoscope, désolé.

Bélier

Amour

Tout le monde vous aime, vous êtes canon, un bon coup, au top… (Voilà,
c’est ce qu’on aurait dit si vous étiez Balance)

Gloire

Uranus et l’étoile polaire seront dans votre champ astral jeudi. (aucune idée de ce que ça veut dire, mais ça fait chouette à écrire dans un horoscope)

Beauté

Vous marchez comme quelqu’un sous laxatif. No stress.

Taureau

Amour

Vous êtes le suppositoire de l’amour : vous allez droit au but et guérissez
tous les maux.

Gloire

C’est moche de n’avoir lu que l’horoscope dans ce numéro. On vous juge, vous savez.

Beauté

Une personne de votre entourage fantasme secrètement sur vous. Cette personne, elle est à votre gauche.

Gémeaux

Amour

Pas grand-chose à vous mettre sous la dent, vous vous contentez d’écouter vos voisins faire l’amour. C’est déjà ça.

Gloire

Comme disait Sartre : « L’enfer, c’est les autres. Et les Gémeaux. »

Beauté

Cette semaine, votre charisme de poutre ne donnera rien de bon.

Cancer

Amour

Pour passer la Saint-Valentin avec la plus belle personne à vos côtés, vous n’avez qu’à vous acheter un miroir. (MOOOH)

Gloire

Dites, ça vous dirait d’aller bosser plutôt que de lire cette connerie d’horoscope… ?

Beauté

Un cœur de pierre mais un corps de rêve : pas de doute, vous êtes bien Cancer !

Lion

Amour

Hello les aspirateurs ! Alors, ça fait quoi de ramasser seulement les miettes… ?

Gloire

Vous aspirez à de belles et grandes choses. Mais commencez déjà par aspirer votre salon, bande de crados.

Beauté

Vous illuminez notre quotidien par votre beauté même si vous n’êtes pas franchement une lumière.

Vierge

Amour

Eh oh, l’âme sœur c’est une expression ! Foutez la paix à votre frangine.

Gloire

Vous allez acheter une villa aux Bahamas et serez entouré(e) de diplodocus géants qui vous serviront des cocktails et… la vache, qui a vu mon LSD ?

Beauté

Trop sexy pour ce monde. Laissez une chance aux autres.

Balance

Amour

Vous êtes sous l’influence de K-Maro. Alors donne-moi ton cœur, baby, ton corps baby, je veux une feeeemme like youuuu.

Gloire

Il va vous arriver quelque chose de fou le 19 février. Quoi ? Je ne sais pas et je m’en fous complètement.

Beauté

Vous seriez quand même vachement mieux avec d’autres sous-vêtements et un autre prénom.

Scorpion

Amour

Votre pote Gémeaux a des fantasmes un peu louches avec vous.

Gloire

Arrêtez de pousser mémé dans les orties. Elle ne vous a rien fait, cette p’tite vieille !

Beauté

Comme dirait mon chat qui marche sur le clavier d’ordi : poiz »ràçé »’(_é »(çé20é »_&

Sagittaire

Amour

L’amour se trouve à tous les coins de rue. Mais vous êtes visiblement bloqué(e) à un rond-point.

Gloire

Les gens vous prennent pour un(e) pigeon. (Et ils ont bien raison !)

Beauté

Lent(e), toujours à vous accrocher aux arbres et à bouffer la bouche ouverte bêtement : pas de doute, vous êtes un koala.

Capricorne

Amour

Vous n’êtes pas un footballeur. Inutile de simuler autant.

Gloire

Allez au rayon équitation chez Decathlon® et achetez une cravache. Ainsi, vos fantasmes honteux passeront inaperçus.
#Astuce

Beauté

Le ridicule ne tue pas. La preuve, regardez votre coupe de cheveux.

Verseau

Amour

En ce moment, y a que moi qui vous aime bien. Un ratio plutôt pourri, vous en conviendrez.

Gloire

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Comme les stagiaires de 3e qui bossent à notre place, youpi ! (on déconne, appelez pas l’inspection du travail)

Beauté

Dure réalité, mais vos tétons ne semblent pas très heureux sur votre corps.

Poissons

Amour

Vous êtes comme une biscotte : super craquant(e), mais votre cœur part en
miettes et ça en fout partout sur le tapis, c’est dégueu, BON SANG LES POISSONS VOUS ÊTES RELOUS !!!

Gloire

Rien et je m’en fous.

Beauté

Des policiers vont vous faire une fouille au corps. Et vous aimerez ça, bande de chaudières !

A Tours, des festivités prévues pour le Nouvel an chinois

#EPJTMV Le Nouvel an chinois a de multiples facettes : du réveillon en famille au défilé du dragon, il rassemble la communauté chinoise de Tours. C’est aussi l’occasion pour les habitants de la ville d’en apprendre plus sur la culture chinoise.

Depuis plus de vingt ans, la communauté asiatique de Tours célèbre elle aussi la nouvelle année du calendrier lunaire. Cette année, la célébration se fera à partir du 10 février. Les festivités sont organisées par l’association France-Chine Touraine, une association à l’origine 100 % française qui organise des cours de langue et des voyages à destination de tous les curieux.

Mais si le bureau est majoritairement constitué de Tourangeaux d’origine française, les membres de l’association et ceux qui participent à leurs événements sont, pour la plupart, d’origine chinoise.

Pour Li Zi Gao, responsable des projets, les membres de la diaspora chinoise ont toujours eu particulièrement à cœur de se rassembler et de se connaître entre eux. « Nous organisons souvent des repas et des sorties, pour cueillir de l’ail des ours par exemple (une plante aromatique prisée pour ses vertus médicinales, NDLR). Le Nouvel an, c’est le moment où les familles se retrouvent, mais c’est aussi une célébration dans l’espace public. »

C’est en effet l’occasion pour celles et ceux qui ont des costumes traditionnels de les porter pour défiler dans la rue, aux côtés du dragon savamment manié par les membres du club de kung fu et de tai chi France Shaolin de Tours. « C’est important parce que cela crée du lien entre les Français et les Chinois d’origine », estime le maître shaolin Shi Yanjun.

3 SEMAINES DE FESTIVITÉS

À Tours, Marie-Aude Ravet participe à l’organisation des festivités. Professeure de danse de l’association Aux Quatre Vents, la seule école de danse asiatique en France, elle associe ses étudiants au défilé du dragon et organise aussi de son côté un brunch le 11 février à Tours à Table, à partir de midi.

« Mais il ne faut pas se tromper, explique Li Zi Gao. Le Nouvel an chinois est mal nommé puisqu’il est aussi célébré par les Vietnamiens, les Malais et les Philippins. » D’ailleurs, les festivités ne comprennent pas seulement le réveillon du Nouvel an mais s’étirent sur trois semaines. « Les lampions rouges et les pétards rappellent la légende du Nouvel an. Ils auraient été allumés pour faire fuir un petit dragon qui enflammait les maisons pour s’amuser », raconte Li Zi Gao.

À PETITE COMMUNAUTÉ, VIEILLE CÉLÉBRATION

Justement, c’est l’année du dragon de bois qui commence le 10 février 2024. Elle est particulièrement symbolique aux yeux de Boun Phone Tiang qui nous enjoint toutes et tous à la prudence. « Il faudra aussi prendre une grande décision cette année, qu’elle soit bonne ou mauvaise », indique-t- il, plutôt soucieux.

Plus connu sous le nom de Monsieur Boun, ce Laotien d’origine chinoise célèbre aussi le Nouvel an dans ses trois restaurants. Ses parents avant lui le fêtaient avec leurs clients dans leur restaurant rue Victor-Hugo, le China-Town. Arrivés en France en novembre 1979, comme réfugiés politiques, ils avaient racheté ce restaurant en perte de vitesse, alors tenu par des Laotiens.

« En arrivant à Tours en 1981, il était très rare de rencontrer un autre immigré d’origine asiatique, se rappelle Boun Phone Tiang. Avec mes frères, nous allions faire le tour du lycée Konan, à Saint- Cyr-sur-Loire, où les enfants de cadres japonais étudiaient pour se sentir moins extraterrestres. »

Aujourd’hui, la communauté en Indre-et-Loire compte environ 200 familles, estime Li Zi Gao, un groupe assez restreint comparé à celui de Poitiers où l’on retrouve un institut Confucius et des étudiants chinois qui se sont installés définitivement en France. Cela n’empêchera pas de célébrer la nouvelle année en beauté et de faire découvrir la culture chinoise à tous ceux qui le souhaitent.

Mourjane Raoux-Barkoudah, journaliste en formation à l’EPJT

> Retrouvez le portrait et l’histoire de Boun Phone Tiang

 

 

Lightpainting : Dominique de Ré, un peintre dans la nuit

#EPJTMV Entre sa casquette d’ingénieur et celle d’exposant à Montlouis-sur-Loire, Dominique de Ré jongle entre différents rôles. Mais quand la nuit tombe, c’est de son appareil photo et de ses lumières qu’il s’arme, pour pratiquer du « lightpainting ».

« Avant, j’escaladais les murs et je passais par les fenêtres. Puis un jour, j’ai remarqué que 10 mètres plus loin, une porte était ouverte. » Sur ces mots, Dominique de Ré lâche son premier rire. Les fenêtres dont il parle, ce sont celles de ce lieu aux abords de Tours qu’il appelle « la grande halle », pour rester discret. L’ingénieur s’introduit ici pour pratiquer le « lightpainting », passion qu’il a développée il y a 2 ans.

Cette technique de photographie s’appuie sur de longs temps de pauses accompagnés de jeux de lumière. Ils permettent de figer les mouvements de celle-ci. « La lumière est le sujet central de mes photos. Mais elles permettent aussi de mettre en valeur un décor, d’où l’urbex », explique le photographe.

C’est pour sa passion qu’il se dédie à l’exploration urbaine. « Je cherche des lieux, je fais du repérage et je prépare ma performance en amont avant de venir la réaliser de nuit. Je peux passer deux heures sur place s’il le faut. » C’est à 19 h que le rendez-vous a été fixé pour le rencontrer. Il y restera jusqu’aux environs de 21 h.

Et ce ne sont pas que de grands hangars qui passent sous son objectif. « Le street art m’intéresse beaucoup, les lieux historiques aussi ou encore les tunnels ferroviaires », ajoute-t-il. Mais pas question de dévoiler les emplacements, pour éviter qu’ils finissent dégradés.

Et la lumière fut

L’avantage de ces lieux abandonnés, au-delà du décor, c’est l’environnement. Pas question de pratiquer son art l’été en pleine sécheresse dans la nature, car son éclairage principal, c’est le feu. « Ici ce n’est que du béton, il y a même de l’eau qui me permet de jouer avec les reflets. Alors, il n’y pas de risque », explique Dominique de Ré.

Toutes sortes d’éclairages l’accompagnent : des lampes – avec un tas d’accessoires à accrocher pour changer la couleur de la lumière, comme des bouteilles en plastique rouge, des guirlandes ou encore des porte-clés lumineux. Mais son outil principal, c’est un fouet de cuisine attaché à une laisse pour chien et remplie de paille de fer. « Quand je vais commencer, reculez-vous, vos vêtements risquent de prendre feu », lance-t-il sereinement. Il allume la paille, le feu prend, et le spectacle commence.

Texte : Axel Monnier, journaliste en formation à l’EPJT
Photos : Baptiste Villermet, journaliste en formation à l’EPJT

Coupe d’Afrique des nations : un « Village CAN » à Tours

#EPJTMV Jean-Christophe Kouassi est membre fondateur de l’association des étudiants ivoiriens de Tours. À l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations, il a mis en place un espace dédié à la diffusion de matchs pour les amoureux de football.

Les discussions fusent entre les clients, tandis que d’autres jouent au billard et que les serveurs slaloment entre les tables. Sur les murs de la salle, les différentes télévisions du bar, situé à proximité de la gare de Tours, diffusent le match Sénégal-Cameroun de la Coupe d’Afrique des nations (CAN).

Personne n’a l’air intéressé par la compétition qui rassemble pourtant tous les deux ans 24 sélections nationales. Personne, sauf un homme. C’est Jean-Christophe Kouassi, membre fondateur de l’association des étudiants ivoiriens de Tours. Et pour cause. Même s’il suit la CAN « depuis toujours », cette année, elle a une saveur bien particulière pour ce titulaire d’un master en Gestion de l’Énergie à l’Université de Poitiers, et bientôt d’un diplôme d’entrepreneur de l’Université de Tours.

Les nations s’affrontent depuis le 13 janvier et jusqu’au 11 février prochain dans son pays natal, la Côte d’Ivoire. Jean-Christophe, plutôt réservé, esquisse un large sourire lorsque l’on évoque le sujet. « Chez nous, c’est la fête mais nous sommes loin de notre pays. Outre les moyens financiers, nous ne pouvons pas aller en Côte d’Ivoire à cause des cours, regrette-il avant de poursuivre, il fallait trouver un moyen pour être en harmonie avec les festivités. »

Rencontres entre communautés

Afin de lutter contre le mal du pays, l’association a créé le « Village CAN ». Tout part d’une réunion où un membre de l’association suggère d’organiser une diffusion des matchs. Jean-Christophe Kouassi dirige alors le comité. « Le but est que toutes les communautés des pays qui participent à la CAN puissent regarder les rencontres », explique-t-il.

Après avoir contacté la direction de la résidence Crous de Grandmont, il obtient l’accès à une salle qui lui permet d’accueillir près de quarante supporters africains. Mais un problème se pose rapidement. Elle est « trop petite » pour recevoir du monde. L’étudiant contacte donc la municipalité pour se procurer un espace plus grand. « Elle m’a conduit à l’association “ Pluriel(le)s ” du Sanitas. J’y ai laissé mes coordonnées et on m’a recontacté pour voir dans quelle mesure on pourrait collaborer », précise-t-il.

Finalement, depuis le 23 janvier, entre 100 et 150 amoureux du ballon rond peuvent se réunir et profiter ensemble de la CAN depuis le quartier du Sanitas. Pour le moment, seuls quelques matchs sont prévus pour être diffusés dans le centre social. Le nouvel objectif de Jean-Christophe : trouver une salle encore grande pour la finale et y organiser une soirée mémorable.

Texte : Marie-Mene Mekaoui, journaliste en formation à l’EPJT
Photo : Inès Figuigui, journaliste en formation à l’EPJT

David Jackson, la musique au « chœur » de tout

#VisMaVille Chef d’orchestre et pianiste franco-britannique, David Jackson est chef de chœur de l’Opéra de Tours depuis deux ans. Il multiplie les initiatives auprès des Tourangeaux, à l’instar de la « Maîtrise populaire » pour les enfants.

Installé au fond d’un fauteuil en velours rouge, David Jackson porte son regard sur la mise en place du décor du spectacle qui sera joué le soir même. Les plissures de chaque côté de ses yeux bleus trahissent son profond enthousiasme et sa joie contagieuse. Il plaisante : « J’ai le même âge que le chœur de l’Opéra de Tours (Rires). » Pour information, celui-ci a fêté ses 40 ans l’année dernière.

Chef de chœur de l’Opéra de Tours depuis deux ans, David Jackson initie de nombreux projets, qu’il appelle des « planètes ». Il préfère la métaphore céleste à celle du cœur. « Le soleil, c’est le chœur de l’Opéra, explique-t-il, et tout autour, nous avons les planètes. La première est la chorale populaire. »

Deux fois par semaine depuis deux ans, 220 participants se rassemblent pour chanter. Le virtuose souligne l’implication de ces Tourangeaux : « Les amateurs sont des éponges. Quand ils commencent à chanter ensemble, il y a de la joie. Ce n’est pas difficile de les motiver. »

Sur un autre astre, David Jackson reçoit, avec Marie Saint-Martin, professeure de chant, une trentaine d’enfants de moins de 11 ans issus de tous les quartiers de Tours. « Après un an de travail dans ces lieux, ils s’y sentent chez eux », confie-t-il en souriant. Les deux groupes se retrouvent sur scène, scellant ainsi la volonté de répandre la musique dans chaque recoin de la ville. Une autre planète encore, celle de « À Voix Haute », située à l’église Saint-Julien. Passants, habitués ou personnes isolées s’y retrouvent une fois par mois pour chanter à l’unisson.

Les deux années passées à l’Opéra de Tours ont été « fortes en projets de toutes tailles ». David Jackson a fait entrer cet art à l’école comme à l’Ehpad. Il retient tout particulièrement son expérience de préparation du chœur pour Thaïs de Michel Plasson, chef d’orchestre français.

Quand il dirige, David Jackson se laisse totalement happer par la musique. Il sautille au piano et ne peut s’empêcher de chanter. Impossible de le voir avec le traditionnel nœud papillon ou la baguette ! « Les choses dorées ne m’intéressent pas du tout. Moi, je suis ému par la musique. Je veux la partager avec les gens. »

 

Diplômé de l’Université de Durham et de la Royal Scottish Academy of Music and Drama de Glasgow, il quitte sa terre natale pour son premier poste en tant que chef de chant à l’Opéra national de Cologne, en Allemagne. Après des années à travailler à Paris, il s’est lui-même surpris à vivre à l’étranger : « C’est quelque chose qui m’a étonné. Je n’étais pas du tout comme ça quand j’étais adolescent. […] Je n’aurais jamais imaginé que je vivrais dans un autre pays, et encore moins que je parlerais d’autres langues (Rires). »

Une chose semble essentielle pour le franco- britannique : laisser les portes de l’opéra grandes ouvertes pour tous. Quand il commence à en parler, il perd ses mots. Sa langue natale revient au galop. « Je suis sensible au…. Comment dire ? (Longue pause) Politically, I’m very motivated dans ma vie privée. […] Si je peux amener ça dans le cadre professionnel, ça me fait vraiment plaisir. Musically, on a une responsabilité. »

Texte : Lou Attard, journaliste en formation à l’EPJT
Photos : Emma Sikli, journaliste en formation à l’EPJT

Belle table : on a testé la cuisine de L’Accalmie

Salle spacieuse et moderne, musique de fond, très légère : nous voici à L’Accalmie, pour goûter au menu concocté par le chef Arthur Viard, arrivé en 2022. La qualité est toujours au rendez-vous.

L’Accalmie est une adresse connue à Tours. Certes. Mais depuis 2022, le restaurant a changé de propriétaire et de ligne culinaire. Arthur Viard dirige les cuisines. Aurore Legrand Viard, sa femme, s’occupe du service. Le nouveau chef revendique une cuisine gastronomique préparée avec des produits frais. Une montée en gamme qui ne se paye pas forcément au prix fort.

Le midi, il est possible de prendre, comme nous, le menu Retour du marché à 25 €. On commence avec trois amuse-bouches qui annoncent la couleur. Arrive ensuite l’entrée : un ceviche de lieu noir, radis red meat et leche de tigre. Un intitulé long qui décrit pourtant une association de saveurs simple et soignée.

Le plat : un filet mignon de porc, purée de panais, champignons et jus réduit truffé. C’est la pièce maîtresse de l’ensemble. La viande parfaitement cuite et les assaisonnements habilement équilibrés montrent que le chef maîtrise sa partition.

Pour conclure, un entremets façon banoffee (pâtisserie anglaise à base de banane) accompagné d’un caramel beurre salé, de cacahuètes caramélisées et d’un sorbet banane. Une fin en douceur qui ne laisse pas sur sa faim.

Pour une occasion particulière ou pour le plaisir de bien manger, L’Accalmie est une adresse à garder en tête, du fait de son rapport qualité- prix notamment. L’équipe du restaurant est accueillante et chaleureuse. Le tout incite à profiter de l’instant.

Théo Lheure, journaliste en formation à l’EPJT


> L’addition : Menu Retour du marché (uniquement le midi) 25 €. Menu 36 € (entrée/plat ou plat/ dessert) et 46 € (la totale entrée/plat/ fromage/dessert). Des menus de 4 à 8 « temps » entre 55 € et 157 €.
> L’Accalmie, au 10 rue de la Grosse Tour, à Tours. Ouvert du mardi au vendredi de 12 h à 14 h et de 19 h à 21 h et le samedi de 19 h à 21 h.
> Contact Tél. 02 47 39 24 83 ou sur les réseaux sociaux : @laccalmietours sur Instagram et L’Accalmie sur Facebook.

 

 

Léonard de Vinci : film-événement à Tours et expos à Amboise

#EPJTMV Les Cinémas Studio et le Clos Lucé mettent à l’honneur les dernières années de la vie de Léonard de Vinci en Touraine.

À l’occasion de la sortie du film d’animation Léo, les Cinémas Studio collaborent avec le Clos Lucé et le château d’Amboise pour deux événements à ne pas manquer. Une avant-première et deux expositions qui dévoilent les coulisses du tournage. « C’est un projet assez exceptionnel », explique Doris Gruel, chargée de la distribution des films jeune public chez Little KMBO.

Tout commence lorsque Jim Capobianco, le scénariste de Ratatouille et co-réalisateur de ce nouveau film d’animation, se rend en repérage à Amboise. Après avoir travaillé pour Disney et Pixar, il se lance dans son premier long-métrage qu’il dédie à Léonard de Vinci. Un personnage qui fascine petits et grands. Un pari réussi selon Manon Lory (en photo), responsable jeune public des Studio, qui retrouve la magie des inventions de De Vinci dans la musique et les images du film.

Les indispensables exposés au Clos Lucé

Mais c’est aussi dans le but de déconstruire la magie de l’image animée que les deux expositions autour du film ont été pensées. Pour Doris Gruel, l’idée est d’éduquer à l’image et de découvrir ce qu’elle cache… des créateurs et des artistes ! Ce sont eux et leur travail qui sont mis en lumière au Clos Lucé où vont être exposés tous les indispensables du stop motion : dessins originaux, storyboards, têtes en latex, moules en silicones et patrons de costume.

Cerise sur le gâteau, on y retrouve aussi la maquette du Clos Lucé « qui prend un peu de place » confirme Paul Riffault, responsable pédagogique du projet. Il s’est rendu dans les studios d’animation à Saint-Peray, dans la Drôme, pour inspirer la scénographie de l’exposition. « C’est un atelier de Léonard des temps modernes, résume-t-il, avec des menuisiers, des éclairagistes et des mécaniciens ! »

À Amboise, ce sont les décors qui ont été reconstruits, pour faire revivre la vie de l’inventeur au sein des murs. Une façon de résister au « drame du cinéma qui est de créer des décors destinés à être jetés », rappelle Paul Riffault. Le montage des expositions a été facilité par la proximité des studios Foliascope, l’un des seuls en Europe capable de faire du stop motion.

Tout autant que Léonard de Vinci et la Touraine, c’est l’art de l’animation et ses maîtres que l’on célèbre. Rendez-vous, donc, aux Studio, le 27 janvier et jusqu’à la mi-avril, et mi-mai au château d’Amboise et au Clos Lucé.

Mourjane Raoux-Barkoudah, journaliste en formation à l’EPJT


> Samedi 27 janvier, avant-première du film : Léo, la fabuleuse histoire de Léonard de Vinci aux cinémas Studio

 

Urbex : « Investir une usine est une manière de se réapproprier la ville et l’espace. »

#EPJTMV Olivier Chantôme est photographe et passionné par l’urbex. Il signe son premier livre Balsan (f)riche en mémoire (Ed. La Bouinotte) en février 2023. Il nous en dit plus sur cette pratique.

D’où vient l’urbex ?

L’urbex est une discipline anglo-saxonne qui vient des États-Unis et de l’Angleterre. Elle s’est développée dans les années 80-90 dans un contexte de fermetures d’usines. Ceux qui le pratiquent ont investi les lieux de travail pour remettre en cause leur arrêt et contester les principes libéraux de la grande ville.

En France, l’urbex a émergé en lien avec le mouvement des cataphiles (individus qui explorent les catacombes, NDLR), punk et du graffiti. Des éléments disparates qui se sont agrégés à des emprunts de la culture anglo-saxonne pour que la pratique s’implante dans l’Hexagone.

Y a-t-il une dimension politique à la pratique de l’urbex ?

Oui. Investir une usine dans une friche urbaine industrielle d’une ville moyenne est une manière de se réapproprier la ville et l’espace.

Y a-t-il un profil type des personnes qui explorent les lieux abandonnés ?

On trouve des profils de différentes origines sociales. La pratique ne se limite pas à une élite. On a tendance à voir des hommes, mais les femmes font aussi de l’urbex. Même si elles en pratiquent plus souvent accompagnées que seules, pour des raisons de sécurité. Cette hétérogénéité des profils s’explique par la diversité des lieux dans lesquels on retrouve les bâtiments abandonnés, dans les grandes villes ou à la campagne.

Alors que la pratique est illégale, pourquoi est-elle de plus en plus tendance ?

La tendance et l’illégalité de la pratique sont paradoxales. Cela s’explique car on en parle davantage, notamment sur les réseaux sociaux. Officiellement, la pratique est illégale mais tolérée. Explorer une usine abandonnée n’occasionne pas de problème avec la justice.

Mais, entrer dans des bâtiments privés ou des maisons abandonnées, les conséquences diffèrent car les propriétaires peuvent légitimement dire que c’est une infraction. Malheureusement, cela génère des dommages collatéraux. De plus en plus de lieux sont visités et dégradés par des personnes qui ne connaissent pas « les règles » de l’urbex. On doit sortir du lieu exploré dans l’état où on l’a trouvé, sans casser ni dégrader.

Toujours dans les dérives, certains marchandent l’urbex. Ils révèlent ou organisent des visites guidées de lieux interdits. Or, une des règles de l’urbex est de ne pas donner les localisations pour ne pas qu’ils ne soient pas trop fréquentés.

Propos recueillis par Marie-Mene Mekaoui, journaliste en formation à l’EPJT
(Photo DR)


> Retrouvez notre reportage « Urbex : sur les lieux abandonnés » en cliquant ICI.

 

L’urbex : retrouver l’âme des lieux oubliés

#EPJTMV Les ruines sont l’essence de l’exploration urbaine. L’histoire derrière celles-ci, aussi. Près de Tours, un parc immobilier a déchaîné les procès et fait verser des larmes. Mais il fait aujourd’hui le bonheur de quelques aventuriers, passionnés d’urbex.

Près de Tours, le long d’une route d’une commune voisine, un paysage de pavillons abandonnés attire l’œil des passants. Vitres, portes et escaliers ont été retirés de ce chantier pourtant presque achevé. Ils ont laissé place à des murs recouverts de tags. Les lieux sont-ils complètement vides ? Pas tout à fait. Entre deux maisons, quelques adolescents courent et se cachent. « Eux, ils doivent venir pour casser », suppose Axel. Ce déménageur de 32 ans est ce qu’on appelle un urbexeur. Le nom est tiré de la pratique qui le passionne : l’urbex, pour « urban exploration ». En français, l’exploration urbaine.

Ce lieu abandonné, qui était censé être un village de vacances, est devenu un repaire pour ces passionnés. « Avant, je posais des compteurs Linky, je travaillais dans la commune d’à côté et comme tout le monde, j’ai vu les maisons abandonnées. Depuis, je suis venu une quinzaine de fois ici. »

Sur ce terrain, des morceaux de verre et des tuyaux traînent par terre, des mousses isolantes moisies pendent au plafond. L’intérêt semble minime. « Ce qui me passionne, c’est l’histoire qu’il y a derrière. Et ici, il y en a une. Quand vous explorez des châteaux abandonnés, vous tombez sur des lettres, des correspondances, des documents qui racontent la vie que ces lieux ont connu. »

L’histoire n’est pas toujours très joyeuse. Ce lieu devait devenir un village vacances avec piscine, balnéothérapie et restaurant de 250 couverts dans 11 hectares de nature. Mais la société en charge du chantier met la clé sous la porte en 2012. Le projet a déjà pris trois ans de retard. « Les entreprises sont venues et ont récupéré tout ce qu’elles pouvaient ! Regardez, il n’y a plus de gouttière, plus d’escalier, plus aucune fenêtre », pointe du doigt Axel alors qu’il se balade dans ce qui aurait dû être une rue. Les ruines des habitations, de la piscine et du gymnase gisent dans le froid hivernal.

Un second souffle

Le lieu reprend vie quand les urbexeurs s’en emparent. « C’est tellement connu que beaucoup de gens y viennent. Or, plus il y a de passage, plus c’est dégradé », juge Axel, fort de son expérience. Il a décidé d’organiser une partie de sa vie autour de cette passion. « Quand tu pars en vacances, tu regardes les lieux où tu vas aller faire un tour. J’ai même mis un matelas à l’arrière d’une voiture pour partir explorer des lieux sur plusieurs jours. »

Plus loin, l’aventurier nous conduit dans ce qui semble être un ancien gymnase. Ici, aucune trace de parquet, mais les rayons du soleil qui traversent le toit troué illuminent les quelques tags. Le silence n’est rompu que par les gouttes d’eau qui tombent des plafonds. Pour le jeune homme, plusieurs types d’explorateurs existent.

« Tout le monde connaît les casseurs. Ce sont ceux que personne n’aime car ça ne sert à rien de casser. Les tagueurs aussi, quand c’est du béton comme ça, pourquoi pas si c’est beau. Mais certains taguent même de très vieux châteaux, c’est dommage. Quant aux photographes, ils sont nombreux parce qu’ils adorent ça. Et il y a aussi ceux que j’appelle les brocanteurs qui viennent récupérer des objets pour les revendre. » Il ne dira pas dans quelle catégorie il se situe.

Une pratique dans l’ombre

Alors que la visite du gymnase se termine, l’heure est venue de quitter les lieux, sans faire trop de bruit. La discrétion est le maître mot de cette pratique. Si rien en soi n’interdit d’explorer de vieilles ruines, bien souvent, celles-ci se trouvent sur des propriétés privées où il est interdit de pénétrer.

Direction un nouveau lieu ? Pour aujourd’hui, non. Il faudra d’abord passer quelques heures à en repérer un. Il n’est pas dans la coutume de partager la localisation des « spots ». La recherche fait partie intégrante de la passion. « Je suis abonné à tous les sites d’urbex. Dès que je vois la photo d’un lieu, je fais des recherches avec les images pour les trouver. Je regarde de vieilles cartes postales aussi », conseille Axel, sans en dire tellement plus. Avec un peu de chance, il l’espère, son prochain lieu d’exploration sera tout autant chargé d’histoire.

Clara Demajean et Axel Monnier, journalistes en formation à l’EPJT
– Photos : Emma Sikli, journaliste en formation à l’EPJT


> Retrouvez l’interview d’Olivier Chantôme, photographe et spécialiste de l’urbex en cliquant ICI

 

Quiz Room : on a testé pour vous la nouvelle salle de jeu

#EPJTMV Chacun devant un pupitre avec écran et buzzer, les lumières tamisées et une voix pour nous guider dans le jeu, c’est ainsi qu’a commencé notre partie chez Quiz Room, la nouvelle salle de jeu tourangelle autour du quiz.

En plein centre-ville de Tours, la salle aux tons jaune et bleu est immanquable. « Salut à tous ! », nous lance joyeusement Emma, la responsable de l’établissement. S’ensuit un temps d’explication du jeu et de ses subtilités et nous voici dans la salle, tous devant un pupitre qui porte notre surnom. Très professionnellement, mes collègues, Camille, Florian et Jules ont bien voulu m’accompagner pour tenter l’expérience de cette salle à l’ambiance « jeu télévisé. »

Une voix attire immédiatement notre attention, celle d’Ambre, le robot qui dicte les règles et dirige la partie. « Bienvenue chez Quiz Room. Le jeu où ce n’est pas la taille du savoir qui compte, mais la façon dont on s’en sert. » Il est clair que ce ne sera pas un simple quiz, la stratégie semble avoir une importance toute particulière.

La salle propose neuf thématiques de quiz pour renouveler ses parties. Chaque session dure une heure minimum soit deux parties complètes avec la possibilité de prolonger l’expérience selon la disponibilité des salles. Et puisqu’on est aussi gourmands pour se restaurer que pour s’amuser chez tmv, on a réservé trois parties : deux quiz « originaux » avec des thèmes variés et un quiz « what the fuck » qui nous a pour le moins surpris.

Pupitre de quiz room composé d’un écran et de quatre buzzers. Photo : Baptiste Villermet

Un jeu immersif et stratégique

Chaque pupitre est composé d’un écran et de quatre buzzers. Une partie classique se décompose en trois manches. Durant la première, une question est posée, quatre réponses sont possibles et une seule est correcte. Tous les joueurs peuvent marquer des points. La deuxième manche demande d’être rapide, car seuls les trois premiers joueurs à répondre juste auront des points. La troisième peut renverser complètement la partie. Seul le premier joueur qui répond correctement remporte les cinq points mis en jeu et pour les retardataires, en cas de réponse incorrecte, c’est deux points en moins.

De la lumière au son, toute la décoration de la salle est faite pour rappeler un environnement de plateau télé. Durant le jeu, les joueurs sont aussi et selon la situation éclairés de lumières de couleur différentes. Ambiance « Qui veut gagner des millions » garantie !

Très vite, il est devenu évident qu’Ambre ne mentait pas concernant la stratégie. Quatre bonus utilisables deux fois chacun, sont mis à disposition de chaque joueur au début de la partie et peuvent être utilisés à raison d’un joker par tour et par personne. Entre chaque manche, des mini jeux vous permettront d’étoffer votre réserve.

En plus de cette subtilité, le thème des questions est affiché quelques secondes à l’avance pour laisser aux joueurs le temps d’utiliser les jokers à leur disposition. Alors ayez bien connaissance des forces et faiblesses de vos adversaires pour agir vite si le thème de prédilection d’un autre joueur apparaît.

Rhaïs Koko et Florian Pichet en pleine partie. Photo : Baptiste Villermet

Un lieu pensé pour la convivialité

Ouvert depuis le 1er décembre, Quiz Room veut proposer également un espace de détente avec canapés et boissons softs. « On est actuellement en train de tenter d’obtenir la licence pour les alcools, souligne Emma. J’ai toujours aimé la relation client. Mais avec Quiz Room, l’expérience est spéciale car on vend du fun. Les meilleurs joueurs obtiennent même des cadeaux. »

Dans les deux salles de jeux, le nombre de joueurs minimum est établi à quatre et peut monter jusqu’à 18, ou 36 en tournoi sur deux salles. Quiz Room est accessible aussi aux enfants avec un format « kids » pensé pour les 8-12 ans.

La seule ombre au tableau durant cette séance test sera le prix. Si Quiz Room a très gentiment proposé de nous offrir les parties, la grille de tarifs nous a semblé un peu excessive pour faire de l’activité une expérience accessible à tous. Ainsi pour une heure de jeu soit deux parties, comptez 20 à 24 euros par personne (selon le nombre de joueurs). Mais fait important, les étudiants bénéficient d’un tarif à 15 euros les mercredis et dimanches.

Comme évoqué précédemment, on vous laisse la possibilité de prolonger l’expérience pour 6,60 euros par partie ajoutée ainsi que le loisir de personnaliser vos questions moyennant tout de même 60 euros.

Malgré tout, « les gens repartent toujours d’ici heureux », assure Emma. Et soyons honnêtes, nous avons passé un très bon moment. La preuve : certains dans l’équipe parlent déjà… d’y retourner !

> Quiz Room, au 14, rue Néricault-Destouches à Tours. Ouvert du mardi au dimanche. Réservations et infos sur quiz-room.com/villes/tours

Rhaïs Koko, journaliste en formation à l’EPJT
Photos : Baptiste Villermet, journaliste en formation à l’EPJT

Tours : Monsieur Boun, restaurateur aux mille vies

#EPJTMV À la veille du réveillon du nouvel an chinois, Boun Phone Tiang se rappelle son parcours, de ses débuts comme serveur à l’achat de son dernier restaurant. En même temps que ses origines se rappellent à lui.

Tia Gourmet est à ses couleurs : vert jade et bleu canard. Le patron de deux autres restaurants tourangeaux a choisi un nom court et facile à retenir, comme pour celui qu’il a racheté au tribunal de Tours en 2009.

« J’ai su que ce local, avenue de Grammont, était en liquidation judiciaire, alors j’ai tout de suite fait une offre au tribunal. Au téléphone, la greffière m’a demandé comment je voulais appeler ce nouveau restaurant. Elle m’a pris de court, j’avais sous les yeux un carnet rouge que j’avais trouvé dans un hôtel alors je lui ai dit « Mao ». J’ai reçu beaucoup de critiques mais j’ai essayé de dépolitiser ce nom, de jouer sur le côté ludique de la décoration plutôt que sur l’histoire. »

De Vientiane à Tours

Lui aussi s’est fait un nom. « Il est génial Monsieur Boun ! », lance un des serveurs chez Tia Gourmet. Son nom complet, c’est Boun Phone Tiang, mais tout le monde l’appelle Monsieur Boun. Avec son col roulé noir et ses lunettes, il en impose. « Il va falloir mieux s’habiller mieux », leur avait lancé leur père, à ses frères et lui, avant de quitter le Laos. « Pour la première fois de ma vie, j’enlevais mes tongs et je mettais un jean », plaisante le quinquagénaire.

On est en novembre 1979, il a 10 ans et il arrive à Paris sous la neige. « Notre père nous avait donné un billet de 500 francs pour aller à la boulangerie. Je voulais tout acheter ! La vendeuse n’avait même pas de quoi nous rendre la monnaie. »

Il a l’air ému en retraçant sa vie qui le conduit du 15e arrondissement de Paris à Vitry-sur-Seine, puis à Dijon avant l’installation définitive à Tours. « Mes parents nous prévenaient toujours deux jours avant notre départ. À Vitry, nous avions rencontré une amie chinoise qui nous avait rappelé que nous avions une tante à Chenôve, près de Dijon. Nous sommes partis du jour au lendemain. Nous ne sommes restés là-bas qu’un an avant de nous installer à Tours, où mon père avait décidé de racheter une épicerie tenue par des Laotiens. »

« Je dormais pendant les cours de catéchisme »

Son sens des affaires, Monsieur Boun semble le tenir de son père. « Il avait appris que cette épicerie asiatique à Tours marchait mal en regardant la télé. Je ne sais même pas avec quel argent il l’a rachetée puisqu’il avait tout perdu au Laos. Et à Chenôve, il travaillait à l’usine », s’étonne encore Monsieur Boun.

Comme sa mère est bonne cuisinière, la famille installe quelques tables dans le fond de l’épicerie, qui devient rapidement un restaurant à part entière. « Comme je faisais plus grand que mon âge, j’aidais au service. À midi je filais au restaurant, j’enfilais un kimono et je mangeais cinq bols de riz blanc dans la cuisine avant de prendre les commandes. Je n’allais pas boire des cafés à Jean Jaurès avec les copains après les cours pour assurer le service du soir. Et du coup, je dormais pendant les cours de catéchisme. »

Un jour, c’est Monique Ruchet, la directrice de l’école du Sacré-Cœur en personne, qui vient déjeuner au restaurant familial. Le lendemain, elle l’attend au portail… pour lui annoncer qu’il aura désormais la permission de dormir en cours de caté.

L’homme d’affaires

Comme son père, c’est en suivant l’actualité que Boun Phone Tiang devient homme d’affaires. Il apprend ainsi que les cartes à puce font fureur à Hong Kong et lance une affaire de vente au détail en France. Son premier client, c’est Palaf Solde, le créateur de la boutique de déstockage Mistigriff à Tours.

En 1997, il part en backpack tenter sa chance dans la téléphonie mobile à Hong Kong. Mais le pays ne lui plaît pas. « Les Chinois n’ont pas le même sens de l’humour que moi. Au bout d’un moment, je réalise que la France est mon pays. Et puis les affaires ne marchent pas si bien… »

Commence alors sa vie de Monsieur Boun : il reprend son premier restaurant, l’Indochine, qui marche mal, alors qu’il n’avait pas souhaité garder celui de ses parents. « On avait tellement trimé dans cet endroit qu’aucun des enfants n’avait envie de continuer à y travailler. » Au bout du compte, il finit tout de même par bosser dur toute sa vie.

Aujourd’hui à la tête de trois restaurants et d’un supermarché de produits exotiques à Notre-Dame-d’Oé (Tia Supermarché), il semble soucieux. Avec la nouvelle année qui se présente sous le signe du dragon de bois, il nous prévient tous : « Il faudra prendre une décision cette année, qu’elle soit bonne ou mauvaise. » Avec 70 familles d’employés sous sa responsabilité, il s’agira d’être prudent.

« Nous sommes des invités »

S’il est fier de rendre visible ses origines ? Il estime plutôt avoir recréé un monde fermé. « Les Asiatiques sont des gens discrets. Mon père répétait souvent : « Nous sommes des invités ! » pour que nous ne nous attirions pas d’ennuis. Parce que s’il arrivait quelque chose, on se serait d’abord tourné vers nous… »

En quittant Vitry-sur-Seine, la famille quitte aussi la communauté laotienne de Paris. Les enfants sont obligés de parler français avec leurs amis. À Tours, il est rare de rencontrer d’autres Asiatiques. « Parfois, on allait faire le tour du lycée Konan où étaient scolarisés les enfants de cadres japonais installés en Indre-et-Loire. Pour se sentir moins extraterrestre. »

Aujourd’hui encore, il est agréablement surpris de rencontrer quelqu’un qui lui rappelle ses origines. Et touché de se raconter, du petit garçon en tong à Vientiane jusqu’au restaurateur aux mille vies ici, à Tours.

Texte : Mourjane RAOUX-BARKOUDAH, journaliste en formation à l’EPJT Photo : Inès FIGUIGUI, journaliste en formation à l’EPJT

A vos bulletins… Prêts, votez !

Et si c’étaient elles, les véritables vedettes de cette année 2024 ? Bien plus que Gabriel Attal, plus jeune Premier ministre de l’histoire de France, et bien plus encore que les JO de Paris 2024, les élections feront parler. Depuis la création du suffrage universel en 1792, c’est la première fois qu’autant de scrutins (présidentiels, législatifs, régionaux, et municipaux) ont lieu la même année.

Et pour cause, 4,1 milliards de personnes sont concernées dans 68 pays. Cela représente la moitié des habitants de la planète. Un record. Parmi eux, on retrouve notamment les États-Unis, le Brésil, le Mexique, la Russie mais aussi le Sénégal et l’Inde.

Autant de pays, et de scrutins, qu’il faudra surveiller dans une atmosphère mondiale déjà extrêmement tendue. Et comme le disait l’ancien Premier ministre, Jean Pierre Raffarin : « Les élections n’effacent pas les problèmes. » Serviront-elles au minimum à les mettre en lumière, dans une année que beaucoup d’observateurs annoncent décisive pour le maintien de la démocratie et d’un retour à la paix dans le monde ?

David Allias

Les rues de Tours se féminisent

#EPJTMV Des femmes, à Tours, il y en a beaucoup. Des rues portant les noms de femmes, en revanche, beaucoup moins. La municipalité cherche cependant à atténuer ce manque de visibilité dans l’espace public.

À Tours, il y a des femmes. Cette nouvelle, qui ne surprendra pas les plus observateurs de nos lecteurs, implique qu’on en croise souvent dans la rue. Pourtant, en 2020, moins de 5 % de ces mêmes rues portaient le nom de femmes.

La municipalité actuelle, consciente que ce pourcentage est loin d’être paritaire, s’est engagée à féminiser les noms des lieux publics. La consultation citoyenne « La rue est aussi à nous » a permis de déterminer une liste de 50 noms de femmes à utiliser pour nommer les nouvelles voies de la ville. Dernière étape en date, franchie fin décembre, avec la désignation de 6 nouveaux lieux publics portant le nom de femmes (voir carte).

Ces rues n’existent pas encore et seront nommées lorsqu’elles seront créées. D’autres viendront, puisque c’est un projet à long terme de la mairie. On y va lentement mais sûrement. Depuis 2020, 42 lieux publics ont été baptisés avec le nom de femmes illustres. C’est une augmentation de 60 % des rues portant le nom de personnalités féminines à Tours.

L’objectif est de rendre les femmes plus visibles au sein de l’espace public. Christophe Dupin, adjoint au maire, tient beaucoup à cette mesure symbolique : « Nous allons continuer : il reste trois ans de mandat. C’est une dynamique qu’il faut prolonger. Nous devons poursuivre cet effort afin de mettre les femmes plus à l’honneur. » Seul reproche fait par certains : pas assez de Tourangelles parmi les récentes nominées.

Noé GUIBERT, journaliste en formation à l’EPJT

Diététique et réseaux sociaux : « J’ai commencé à tourner des vidéos après des consultations avec des jeunes »

Ysaline Benakli est un pur produit tourangeau. À défaut de promouvoir la gastronomie de la région, qui n’est pas toujours très diététique, elle propose sur son compte Instagram @ysalinediet des recettes pour rééquilibrer son alimentation. La diététicienne-nutritionniste de 28 ans a conservé son activité principale et l’utilise pour alimenter ses réseaux sociaux et, par la même occasion, ses 344 000 abonné(e)s. 

Diététicienne-nutritionniste, influenceuse…c’est une carrière professionnelle plutôt atypique. Quel est votre parcours ? 

Je viens de Tours et j’y habite, mais j’ai fait mes études à Toulouse. Je voulais faire un travail utile, en lien avec la santé. J’ai choisi ce métier parce que l’alimentation, c’est la base d’une bonne santé.

fait maintenant cinq ans et demi que j’ai obtenu mon diplôme d’État de diététicienne-nutritionniste. J’ai d’abord commencé chez un prestataire de santé à domicile, où je m’occupais des nutritions artificielles [solutions nutritives pour les patients avec des difficultés à s’alimenter, NDLR], puis dans un cabinet libéral en collaboration. Aujourd’hui, je suis à mon compte, uniquement en télé-consultations.

Quelle était l’intention de départ en créant un compte de recettes sur les réseaux sociaux ?

Ça fait un an et demi que j’ai commencé et, initialement, je voulais sensibiliser sur l’alimentation. Je voulais répondre aux préjugés et apporter de vrais conseils santé face à tout ce que l’on voit sur les réseaux sociaux. Le déclic a été de voir des choses complètement fausses, des aberrations qui, dans le pire des cas, peuvent mener à des troubles du comportement alimentaire.

J’ai commencé à tourner des vidéos après des consultations avec des jeunes, qui me disaient : « Moi j’ai vu ci, j’ai vu ça sur les réseaux sociaux. »  Je les ai publiés et je suis allée préparer mon repas. En regardant mon téléphone par la suite, j’ai remarqué que j’avais déjà pas mal de vues. Aujourd’hui, à ma petite échelle, j’essaye d’influer sur les pratiques alimentaires.

Vos comptes, sur TikTok puis sur Instagram, ont rapidement pris de l’ampleur. Cela a-t-il eu un impact sur votre activité principale de diététicienne-nutritionniste ? 

Je passe pas mal de temps à créer du contenu vidéo, j’ai donc dû réduire mon volume de consultations. Je ne prends plus aucun nouveau patient. Être sur les réseaux sociaux m’a en revanche beaucoup aidée quand j’ai voulu démarrer à mon compte. Cela a servi de relais et je n’ai pas eu à chercher de nouveaux patients.

Et puis j’ai plusieurs projets. J’ai écrit des e-books de recettes et je prépare un livre physique qui devrait voir le jour en février ou en mars. J’ai mis plus d’un an à l’écrire. Le but de ces livres de recettes est de proposer des menus complets, avec les étapes et la liste de course, afin de soulager de la charge mentale que peut représenter la préparation des repas.

Vous promouvez la technique du rééquilibrage alimentaire pour des personnes qui, dans la plupart des cas, souhaitent perdre du poids. Vous inscrivez-vous également dans la mouvance body positive, que l’on a vue fleurir sur les réseaux sociaux ces dernières années ? 

Le but de cette technique est de rééquilibrer son alimentation de manière globale et sur le long terme. C’est toute la différence avec les régimes que l’on voit fleurir partout après les fêtes, par exemple. Alors, effectivement, il peut y avoir une perte de poids et c’est souvent la démarche mais c’est surtout la conséquence d’une alimentation équilibrée.

Le body positive consiste plutôt à apprendre à s’accepter. Il faut cependant comprendre que, pour certaines personnes, cela passe par des changements à mettre en place, notamment dans l’alimentation et l’activité physique. Tout est une question de nuance. Mais effectivement, une fois que toutes ces choses sont mises en place, le travail d’acceptation est important.

Propos recueillis par Marie-Camille CHAUVET, journaliste en formation à l’EPJT.

Photo : Maëva Landais

Un atelier de transformation culinaire ouvre en Touraine

#EPJTMV Pour lutter contre le gaspillage, la Banque alimentaire de Touraine et les associations la Belle et la blette, ainsi que Atouts et perspectives, collaborent cette année pour donner une deuxième vie aux aliments abîmés.

Chaque année, les Banques alimentaires de France récupèrent plusieurs tonnes de denrées dans les grandes surfaces, des aliments devenus invendables à cause des dates limites de consommation (DLC). Bien que les fruits et légumes en bon état soient redistribués tous les jours aux personnes en situation de précarité, beaucoup d’aliments sont jetés car trop abîmés pour les donner.

Pour répondre au défi du gaspillage, les banques alimentaires ont créé des ateliers de transformation culinaire. L’antenne tourangelle, à Saint-Pierre-des-Corps, prépare un de ces ateliers : un espace dédié à améliorer les denrées abîmées. Concrètement, il s’agira « d’arranger des produits invendables, car défigurés, voire moches » en conserves, confitures, soupes et autres plats déjà consommables, explique Jean-Paul Baunez, le président de la banque alimentaire de Touraine. A terme, l’atelier prévoit de faire de la découpe de viande et de poisson.

Les fruits et légumes abîéms et récuépérés à la banque alimentaire seront transformés et redistribués. Photo : Inès Figuigui/EPJT.

À l’origine prévu pour 2023, le local situé à Mettray, près de Tours, ne sera opérationnel qu’à l’hiver 2024, la faute au retard pris par les travaux. Au total, ce sont « vingt-trois ateliers de transformation en fonctionnement et presque autant en projets », rapporte Andréa Moissiard, cheffe de projets innovation sociale et relations associations de la banque alimentaire.

Élargir l’offre de la Banque alimentaire

En plus de rappeler que « les Français gaspillent environ 150 kilogrammes de denrées par an », Jean-Paul Baunez liste les bénéfices que cet atelier apportera. Entre autres, « élargir l’offre de la banque alimentaire » pour des bénéficiaires toujours plus nombreux chaque année. En 2023, ils étaient 15 000 en Touraine.

Le projet va aussi permettre de récolter plus de denrées lors des ramassages, y compris « des produits en mauvais état », souligne le président de la banque. « Ils auront une deuxième vie » après leur transformation dans l’atelier, ce qui limitera le gaspillage alimentaire. Avant la mise en place de l’atelier, les aliments trop abîmés sont jetés ou donnés à des éleveurs d’animaux.

L’atelier des Restorés de Touraine servira aussi aux agriculteurs qui veulent transformer leurs propres produits, dans une démarche de travail à façon.

À la banque alimentaire de Touraine, une centaine de bénévoles s’occupent du tri et de la redistribution. Photo : Inès Figuigui/EPJT.

Les produits seront fabriqués par la société coopérative d’intérêt collectif Les Restorés de Touraine, maître d’œuvre de l’atelier. Le cuisinier de l’atelier et les salariés seront employés, soit dans le cadre d’un chantier d’insertion, soit par une structure d’Esat (établissement et service d’aide par le travail). « Au moins 10 % des produits transformés seront reversés à la banque alimentaire de Touraine », se félicite le président. Le reste sera vendu dans des grandes surfaces.

Une coopération de trois associations

Les bénévoles de la banque alimentaire de Touraine ne sont pas seuls à porter ce projet. Les associations la Belle et la blette et Atouts et perspectives sont aussi fondateurs des Restorés de Touraine. Clément Abrassart est co-fondateur et directeur de la Belle et la blette, association qui a vocation à renforcer la résilience alimentaire sur le territoire de la Métropole de Tours. Il précise que l’objectif est « d’offrir des solutions en bout de chaîne alimentaire » en produisant de nouveaux aliments.

En plus de lutter contre le gaspillage alimentaire, une activité du quotidien pour les bénévoles des associations partenaires, la Banque alimentaire de Touraine et la Belle et la blette font régulièrement des actions dans les collèges pour sensibiliser aux pratiques anti-gaspi.

Texte : Clara Lebarbey, journaliste en formation à l’EPJT

Photos : Inès Figuigui, journaliste en formation à l’EPJT

Une mobilisation étudiante timide contre la loi immigration

Jeudi 18 janvier à 18 h, une assemblée générale étudiante contre la loi immigration se tenait sur le site universitaire des Tanneurs. Une banderole a été créée en vue d’une mobilisation à venir.

« Assemblée générale contre la loi immigration jeudi 18 janvier à 18 h aux Tanneurs », lit-on sur les murs de l’université. Sans même attendre la décision du conseil constitutionnel du 25 janvier sur l’entrée en vigueur possible de cette loi et sous quelles conditions, les étudiants de Tours se mobilisent doucement. Des feuilles ont été placardées sur les murs des autres universités de la ville, aux Deux-Lions, à Grandmont et l’IUT.

« C’est une loi profondément discriminatoire, réagit Joseph, étudiant en première année de médecine venu assister à l’assemblée. Pour n’évoquer que le cas des étudiants étrangers, ils devront régler une caution qu’ils récupéreront lorsqu’ils quitteront le territoire. C’est un système de préférence nationale excluant. »

Une assemblée régulée

Rapidement, l’assemblée s’accorde sur une date pour une manifestation. Elle est fixée au samedi 20 janvier à 18 h avec un départ devant la salle Thélème. L’ambition est de faire une marche et des collages dans la ville pour dénoncer les mesures de cette loi. Une banderole a également été créée à cette occasion.

« Lors des assemblées générales, il y a les étudiants mais il y a aussi des professeurs », indique Anaëlle, 27 ans, en troisième année de sociologie aux Tanneurs. Elle a été élue pour présider la tribune du jour en compagnie de Nathania, étudiante également. Le principe est le même à chaque fois : une tribune prend vie grâce à trois personnes avec des rôles distincts. Une personne écrit le compte-rendu, une autre régule la parole et une dernière qui anime les sujets. 

« Là, nous n’étions que deux. De mon côté, j’ai à la fois animé et régulé la parole. Nathania a fait le compte-rendu », reprend Anaëlle. La tribune est votée au début d’une assemblée générale, sur la base du volontariat. Les participants peuvent être syndiqués ou non. « Avoir un syndicat est simplement une façon de bien organiser l’assemblée », précise Anaëlle.

Une mobilisation moindre comparé à l’an dernier

Quarante-huit personnes ont assisté à cette assemblée générale, pour environ 250 places d’amphithéâtre. « Pour la réforme des retraites l’an dernier, on pouvait avoir deux amphis entièrement remplis », se souvient Anaëlle. Une assemblée générale se déroule en trois moments clés : un premier temps pour les propositions de sujets d’actualité sur lesquels il faut agir ; un deuxième temps pour évoquer les actions possibles et enfin, un dernier temps de votes sur les actions et le choix des dates.

Les étudiants de l’Université de Tours ne limitent pas leur engagement à la lutte contre la loi immigration. Un rassemblement est prévu contre le Centre de rétention administrative (CRA) d’Olivet à 13 h samedi 20 janvier avec un départ de la place Jean-Jaurès. Ce centre doit accueillir dès le 1er février 2024 des étrangers en attente de régularisation ou d’expulsion. Un ciné-débat sur la Palestine est aussi prévu le mardi 23 janvier à 18 h à l’IUT.

Rhaïs Koko, journaliste en formation à l’EPJT

 

Désir…Désirs, un festival pour tous(tes)

#EPJTMV Après un record de fréquentation en 2023, le plus ancien festival LGBT de France fait son retour pour une 31e édition aux cinémas Studio de Tours jusqu’au 23 janvier. Fidèle à son image, Désir… Désirs sait conserver ses valeurs tout en questionnant l’époque actuelle.  

Mardi, 18 h 30, température et convivialité sont au rendez-vous, lorsqu’une petite foule commence à s’attrouper devant les cinémas Studio de Tours. Des hommes et des femmes de tous âges, accompagnés ou non, font connaissance autour de boissons et de petits fours.

Dans l’écho des discussions raisonnent curiosité et excitation avant la projection du film qui sonnera le lancement de la 31e édition du festival Désir…Désirs…Tous sont venus à l’occasion de l’avant-première d’Un jour fille de Jean-Claude Monod qui relate l’histoire d’une femme devenue homme au XVIIIe siècle.

Des sujets d’actualité

Connu pour aborder des thématiques militantes axées principalement sur les minorités de genre, le festival Désir…Désirs est surtout un événement ouvert à tous. « Ma venue est tout simplement fortuite, j’avais envie d’aller au cinéma et je n’avais pas constaté qu’il s’agissait du festival. La programmation est plus étoffée que d’habitude donc ça m’a tenté sachant que certains films ne repasseront que dans quelques mois », partage Elsa dans l’agitation de la soirée d’ouverture.

D’autres visiteurs sont venus, attirés par les thèmes abordés : « Même si je suis habituée aux cinémas des Studio, c’est la première fois que je viens à Désir…Désirs. J’ai notamment été attirée par les sujets qui sont tous très actuels et qui, sûrement, nous engagent un peu plus », rapporte Sylvie, accompagnée de son amie et ex-collègue Agnès.  Cette dernière approuve elle aussi les valeurs de « tolérance et d’ouverture d’esprit » qui font l’identité du festival.

Au fil des ans, de plus en plus de personnes s’intéressent à Désir…Désirs. En 2023, l’édition anniversaire a comptabilisé près de 12 000 spectateurs. « On a de plus en plus de spectateurs, car de plus en plus de personnes se sentent concernées. Ce n’est plus juste du cinéma gay ou lesbien mais du queer, ce qui est beaucoup plus large », affirme Alexia Bourdy programmatrice générale de l’événement.

Soirée d’ouverture du festival Désir…Désirs
Photo : Nahomie Perigny/ EPJT

Les minutes défilent au rythme des bruits de verre qui s’entrechoquent, des conversations et des rires. « Ce qui est bien, c’est qu’on a un public assez divers entre les habitués des Studio, des personnes non issues de la communauté LGBT, ceux qui le sont ou encore des familles et des proches des personnes concernées par cette thématique », continue Alexia Bourdy.

  « Une cause qui touche beaucoup »

Ce festival, pensé et géré par une équipe entièrement composée de bénévoles, sera pour sa 31e édition, marqué par la nouveauté. Les spectateurs auront l’occasion, lors d’une soirée hommage, de découvrir Delphine Seyrig, actrice des années 1960 et figure du féminisme en France.

Le samedi 20 janvier, ils auront également l’occasion d’échanger avec Iris Brey, spécialiste des représentations des genres et des sexualités au cinéma et initiatrice de la théorisation du female gaze : « Dans une volonté globale de mettre en avant le regard féminin », affirme joyeusement Alexia Bourdy. Les sujets abordés se veulent inclusifs : « Le féminisme n’est pas forcément soutenu par les femmes. Ça se joue des deux côtés. Et puis c’est de la curiosité, on est aussi là pour apprendre », assure Didier aux côtés de son père Joseph. « Si on voyait un inconvénient à ce genre de sujets, nous ne serions pas là. »

Dans une volonté de recentrer le festival sur le cinéma, la programmation de 2024 s’efforce de refléter les valeurs initiales de Désir…Désirs. C’est un festival qui porte sur la place des femmes dans la société et la lutte contre la discrimination. Celui-ci s’inscrit parfaitement dans l’ère de son époque avec tous les questionnements et débats qui sont soulevés. « J’ai 14 ans et c’est mon premier festival, je trouve que les sujets abordés ont l’air plutôt bien », s’exprime Ysé. Non loin de l’adolescente, son père l’observe avec fierté : « On aime bien cette cause-là et ces thèmes en particulier. Cela nous touche beaucoup. Plus on en entend parler, plus ça devient normal et moins marginalisé », continue Samuel.

Des thématiques moins taboues

Ces dernières années, il y a eu une réelle poussée de la représentation LGBTQIA+ dans le cinéma français et international.  Il met également en avant les questionnements et la réalité auxquels sont confrontées les personnes concernées par le mouvement.

« Durant ces dix dernières années, il y a eu des grandes évolutions socio-politiques sur les questions LGBTQIA+. On peut le voir à travers le mariage pour tous, ou encore l’augmentation de la visibilité des personnes trans… Il y a plus de production cinématographique LGBTQIA+ et avec des propositions plus variées », raconte fièrement Alexia Bourdy

Au total une quinzaine de films sont à l’affiche de cette édition 2024, parmi eux des films internationaux comme Blue jean, Carol ou encore Rebel Dykes.

Stand du festival Désir…Désirs aux cinémas Studio Tours
Photo : Inès Figuigui/ EPJT

Nahomie Perigny, journaliste en formation à l’EPJT

Toute la programmation est à retrouver sur studiocine.com

 

Hébergements d’urgence : Au cœur de l’hiver, la vie au gymnase

#EPJTMV Le gymnase des Fontaines de Tours a été aménagé en centre d’hébergement d’urgence pour les familles sans domicile pendant la période de grand froid. Reconduite jusqu’au mercredi 24 janvier, cette solution reste provisoire alors que l’hiver se poursuit.

Journée froide et blanche de janvier, ciel laiteux. Le gymnase des Fontaines est posé sur le bitume, comme une brique de Lego, entre l’arrêt de bus Mozart et la crèche de quartier. Un bâtiment du siècle dernier, grisâtre, sans artifice. A l’intérieur, les cris de Nahid emplissent l’espace et se substituent aux habituels crissements des baskets et rebonds des ballons.

Le garçon de 3 ans grogne, rigole et court entre les vingt-trois tentes disposées dans le gymnase. Comme les autres familles accueillies, la sienne est arrivée en France il y a quelques semaines. Venue d’Algérie, elle est installée depuis plus d’une semaine entre les quatre bâches blanches qui délimitent chaque espace.

Des familles renvoyées vers l’inconnu

Les températures ont opéré une chute vertigineuse vers le négatif en ce début d’année. A Tours, le plan grand froid s’est matérialisé par la réquisition d’un seul gymnase, pour une durée initiale d’une semaine. Le dispositif a été reconduit pour une semaine supplémentaire puisque le mercure ne remonte que très faiblement.

Mardi 17 janvier, dix places ont été ajoutées dans trois nouvelles tentes, à destination des hommes seuls sans abri. Mais dès mercredi prochain, les tentes seront repliées et les familles renvoyées vers l’inconnu. Elles devront trouver d’autres hébergements d’urgence afin de ne pas dormir dehors.  « Il faut une solution plus pérenne sur Tours, au moins pour les trois mois de l’hiver, et pas seulement pour une semaine ou deux. Il y a un réel manque de centres », déplore Mathieu Lagarde, salarié au sein d’Entraide et Solidarités.

Mathieu Lagarde est salarié au sein d’Entraide et Solidarités depuis un an. Photo : Baptiste Villermet/EPJT

Cette association vient en aide aux personnes en situation d’extrême précarité et agit sur d’autres sites permanents de la ville. Dans le gymnase, salariés et bénévoles s’occupent des besoins des bénéficiaires et distribuent leurs repas. Certains ont été embauchés pour une mission d’intérim d’une à deux semaines, la durée du plan grand froid. « D’habitude, je travaille avec les handicapés, et là j’ai été recrutée pour ce dispositif. C’était tout nouveau, mais je recommencerai l’expérience avec plaisir », explique Jennifer, tandis qu’elle dit au revoir à une autre recrue qui vient d’achever sa mission.

Jouets et cris d’enfants au milieu des lits de camp

Côté logistique, l’association gère aussi l’approvisionnement en nourriture. Dans de grands frigos professionnels sont stockés les plats préparés par la cuisine centrale de l’association. Ils sont réchauffés sur place, et distribués trois fois par jour aux quelque soixante-dix personnes qui les consomment sur les tables disposées au milieu du gymnase.  « Les tentes ont été apportées par la Croix-Rouge, et les lits de camp, c’est la Sécurité civile qui les fournit », explique Mathieu Lagarde, en arpentant les allées jonchées de jouets.

Le gymnase des Fontaines est le seul de l’agglomération tourangelle à ouvrir ses portes pour le plan grand froid. Photo : Baptiste Villermet/EPJT

Le mercredi, c’est le jour des enfants. Le jeune Nahid l’a bien compris et pour l’occasion, il a décidé de passer la journée en pyjama. Son grand frère, Younès, 9 ans, l’air rieur derrière ses lunettes carrées, essaye de le calmer un peu. Lui s’exerce aux arts plastiques dans le coin des enfants, une table où sont disposés jeux et crayons de couleurs. Il montre fièrement le coloriage de Spiderman qu’il vient d’achever.

Certains parents restent en retrait, et jettent des regards discrets vers leurs enfants derrière les bâches. D’autres s’amusent avec eux.   « Là-bas, les papas jouent avec un enfant qui n’est pas le leur. C’est ce qu’on observe beaucoup ici, la solidarité, la bienveillance entre les familles. La situation, la culture, la langue, les rapprochent », indique Mathieu Lagarde.

Au gymnase, les quinze enfants présents sont scolarisés le reste de la semaine. La plupart de leurs parents ne parlent pas le français et sont dans l’attente d’une régularisation. Malgré la précarité de la situation,  « tous sont d’une extrême reconnaissance et font tout pour nous aider », poursuit le salarié. Quant aux habitants des alentours, ils semblent avoir été touchés. En témoignent les dons spontanés de vêtements et de jouets qui s’entassent dans un coin. Le tumulte enfantin enveloppe, quant à lui, au moins pour un temps, le gymnase froid et gris du quartier des Fontaines.

Texte : Marie-Camille CHAUVET, journaliste en formation à l’EPJT

Photos : Baptiste VILLERMET, journaliste en formation à l’EPJT





Les chauves-souris de Tours, ces bienfaitrices mal considérées

#EPJTMV À Tours, on aime les chauves-souris. Et si vous voulez leur rendre ce qu’elles nous donnent, il existe des moyens d’en prendre soin.

Nombreux sont ceux prêts à accueillir chez eux Robert Pattinson. Mais qu’en est-il d’un Grand rhinolophe ? Ce dernier, comme tous ses camarades, a beaucoup à vous offrir. Les chauves-souris dévorent notamment les moustiques qui vous harcèlent. Les Tourangeaux ont visiblement bien compris l’importance de ces mammifères nocturnes puisqu’ils ont voté pour la mise en place de nichoirs à chauves-souris dans le quartier Velpeau.

Ce projet, porté par un particulier, fait partie des lauréats du budget participatif 2023 de la Ville de Tours. Amélie Beillard est chiroptérologue (en gros : elle est sacrément calée en chauves-souris) à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) du Centre-Val de Loire. Elle explique : « La Ville de Tours commence à se rendre compte des enjeux autour de la présence de chauves-souris. Mais il reste beaucoup de choses à faire, sur la pollution lumineuse notamment. »

Les chauves-souris : un enjeu de la rénovation énergétique

À Tours, certaines espèces trouvent un gîte dans les barres d’immeubles. Comme les amateurs de BTP – ils sont nombreux sur cette page – elles ont un faible pour les joints de dilatation. La protection des chauves-souris est donc un enjeu méconnu de la rénovation énergétique des bâtiments. Les rénover ou les détruire risquerait d’anéantir les colonies qui y vivent. La LPO (qui, comme son nom ne l’indique pas, protège la nature dans sa globalité) souhaite que ce problème soit mieux considéré.

Au niveau national, Vigie-Nature a constaté le déclin de plusieurs populations de chauves- souris. Parmi les plus alarmantes, une baisse de 88 % du nombre de Noctules communes. Les causes sont multiples : les éoliennes, la déforestation ou encore l’utilisation de pesticides font des ravages. Les chauves-souris sont donc suffisamment malheureuses comme ça, alors soyons sympas avec elles.

Une coloc avec Batman

Si ces animaux décident de squatter chez vous, soyez flattés, c’est que l’on doit s’y sentir bien. Le mieux à faire, c’est de les laisser faire leur vie. Vous pouvez même récupérer leurs excréments, aussi appelés guano, et les mettre sur vos plans de tomates : c’est un super engrais. « Avoir des chauves-souris chez soi, en général, ça se passe très bien. Mais si ça n’est pas le cas, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à une association spécialisée. » rappelle Amélie Beillard. Si vous êtes fan de Batman, vous pouvez même disposer des refuges à chauves-souris sur les murs de votre maison. Ils seront bien utiles si elles ne trouvent pas d’autres abris.

Pour les hypocondriaques, enfin, sachez que les chauves-souris françaises sont porteuses de coronavirus depuis plusieurs milliers d’années et ne l’ont jamais transmis à l’Homme. Si notre bon vieux Covid-19 provient d’une chauve-souris (à tmv, on n’en sait rien), ce n’est certainement pas d’une petite Pipistrelle de Kuhl toute mignonne. Et puisqu’on est là pour vous rassurer, sachez qu’elle ne boira pas non plus votre sang (promis).

Noé GUIBERT, journaliste en formation à l’EPJT
Photo : Pipistrelle de Kuhl ©Natacha Griffaut

Tours : ces 10 jeunes sur qui compter en 2024

Les moins de 30 ans vont de l’avant ! Découvrez dix Tourangelles et Tourangeaux qui pourraient bien faire la différence au cours de cette nouvelle année.

Kaylia NEMOUR

Spécialité : gymnastique artistique (et plus spécialement les barres asymétriques).

Pourquoi on compte sur elle ? À 16 ans tout juste, la gymnaste franco-algérienne qui s’entraîne au club d’Avoine a toutes ses chances pour les Jeux olympiques de Paris. Après sa médaille d’argent aux barres asymétriques à Anvers en 2023, et l’argent à la poutre ainsi que le bronze aux barres aux Internationaux de France 2023, elle est un grand espoir de la gym hexagonale…

Mais c’est cependant sous les couleurs de l’Algérie qu’on la retrouvera à Paris Bercy, suite à des tensions entre ses entraîneurs et la Fédération française de gymnastique. Pour la jeune femme, l’essentiel, c’est de pouvoir donner le meilleur d’elle-même aux agrès !

La date à retenir : du 27 juillet au 5 août pour les épreuves de gym de ces J.O. parisiens.

(photo archives NR)

Camille GUINOT

Spécialité : dénicher les spectacles à voir dans l’agglo tourangelle.

Pourquoi on compte sur elle ? En à peine plus d’un an, l’Instagram de Camille (@Keskonvavoircam) est devenu ZE place to be pour retrouver des conseils de pièces de théâtre ou spectacles dansés à ne pas manquer. Cette community manager formée à l’ESCEN et passionnée de culture nous partage régulièrement ses coups de cœur à la sortie des salles de spectacles. Quelques minutes de vidéos dynamiques qui s’ajoutent aux agendas des dates à retenir coté planches.

L’adresse à retenir : @keskonvavoircam sur Instagram et TikTok.

Adrien FONTENEAU et Pauline LEVEQUE

(photo NR – Julien Pruvost)

Spécialité : le plaisir des papilles.

Pourquoi on compte sur eux ? Auréolés de leur prix au Top des Entreprises 2023, le couple a du succès auprès des gourmands de Monts. En reprenant l’ancienne boulangerie-pâtisserie le Fournil Montois, le pâtissier-chocolatier et sa conjointe ont trouvé le magasin qu’il leur fallait.

L’ouverture officielle, en octobre 2021, a ravi les gourmets comme les habitués. L’équipe a donc dû s’agrandir pour pouvoir soutenir le rythme. Avec aujourd’hui douze personnes, Monts et Merveilles fabrique et vend des pâtisseries, ainsi que des produits de boulangerie et de snacking, sans mettre de côté la créativité d’Adrien, formé à bonne école (Campus des Métiers de Joué-lès-Tours puis les maisons d’Eric Rivero et Nicolas Léger). Prochain objectif pour le duo ? Ouvrir une boutique à Tours.

L’adresse à retenir : Monts et merveilles, rue du Val de l’Indre à Monts – sur Facebook @montsetmerveilles37

Tom et Matthieu NANTIER

(photo archives NR)

Leur spécialité : la charentaise. Non, c’est pas ça : la savate.

Pourquoi on compte sur eux ? Les deux frères jumeaux de 26 ans ont débuté la boxe française (dite « savate ») il y a à peine dix ans, et pourtant ils tutoient déjà le haut-niveau. Coups de pieds et de poings, cardio, stratégie… Les deux frères ont trouvé là le sport qui leur convenait après en avoir testé plusieurs autres. Pour le club de Joué-lès-Tours BFSJ où ils s’entraînent, aucun doute : ils ont la trempe des grands !

La date à retenir : finale nationale d’élite B pour Tom Nantier le 20 janvier 2024. On croise les doigts à l’intérieur de nos gants !

Frédéric MANAS

(photo TheConversation)

Sa spécialité : coach en séduction pour les mouches qu’on peut manger.

Pourquoi on compte sur lui ? Certes, observer des mouches toute la journée ça ne vous fait peut-être pas rêver. C’est pourtant le quotidien de Frédéric Manas, doctorant à l’Université de Tours (Institut de recherche sur la biologie de l’insecte).

Puisque la mouche soldat noire pourrait être un aliment dans quelques décennies, il faut s’assurer de sa capacité à se reproduire pour avoir des « élevages » dignes de ce nom. Le jeune chercheur a réussi à tout nous faire comprendre de sa thèse en participant au concours « Ma thèse en 180 secondes » où il s’est présenté comme « coach en séduction » pour ces mouches. Certes, il n’a pas remporté le 1er prix, mais on a tout saisi de ses recherches autour des spermathèques, fécondation, œufs, collecte d’échantillons, comparaisons… Un travail de fourmi !

La date à retenir : patientons jusqu’à 2025 pour la soutenance de thèse.

Angéline FERREIRA

(Photo Worldskills heroes)

Spécialité : brosses et pinceaux pour refaire une beauté… à vos murs.

Pourquoi on compte sur elle ? Après un bac Arts Appliqués, des stages lui ont permis de découvrir le métier de peintre en bâtiment. Dans un secteur plutôt masculin, Angéline Ferreira a trouvé son bonheur. À 21 ans, elle rechampit comme personne et manie le rouleau et les brosses à la perfection. Pas une goutte de couleur qui dépasse, et des murs impeccables après son passage. Plus qu’un métier, une passion.

Pour se dépasser et continuer à flirter avec la perfection, elle a participé à la compétition « World Skills » en 2023 : épreuve de vitesse, esthétique, porte peinte… Les épreuves se sont enchaînées, et Angéline en est sortie parmi les meilleurs. Ce qui lui vaut de participer à la compétition internationale dans quelques mois.

La date à retenir : septembre 2024 pour les finales internationales à Lyon, avec 52 métiers représentés par 1 500 participants venus de 65 pays.

Luca RAMON

photo TVB)

Spécialité : libérééééé…. Ah non : libéro, au TVB.

Pourquoi on compte sur lui ? Arrivé en juin dernier au Tours Volley-Ball, le jeune Tourangeau a rejoint l’équipe pro au poste de libéro après avoir joué à Poitiers et Narbonne. A bientôt 24 ans, il a même été élu meilleur libéro de ligue A la saison dernière ! Une recrue de choix pour le TVB et son entraîneur Marcelo Fronckowiak qui mise cette année sur un effectif jeune à consolider pour atteindre les sommets.

La date à retenir : l’affrontement TVB / Ljubljana le 17 janvier pour la coupe européenne CEV, à la salle Grenon. Et la suite sur toursvolleyball.com

Le Cluster Ensemble

(Photo DR Le Cluster Ensemble)

Leur spécialité : faire de la musique, ensemble.

Pourquoi on compte sur eux ? On avait déjà craqué en les découvrant à Terres du Son l’an dernier. On est tombés sous le charme aux Rockomotives d’octobre à Vendôme. On a chaloupé en écoutant leur premier album sorti en novembre.

Sous un visuel un peu passé de mode, à l’image des photos noir & blanc granuleuses qu’on retrouve dans les archives de leur page Facebook comme sorties d’une époque révolue, cette bande originale mélange textes rappés, percussions corporelles ou instrumentales, riffs de guitare sèche et chaleur des chœurs parfois teintés de sonorités latines. Comme un groupe de potes autour d’un feu de camp, les copains-copines du Cluster Ensemble chantent autour de la table, posés. Mais on espère qu’en 2024 ils prendront d’assaut les planches de scènes d’envergure !

La date à retenir : le concert du 26 janvier au Bateau Ivre, pour fêter la sortie de l’album du Cluster Ensemble.

Jean Poirier

(photo archives NR)

Spécialité : caresser nos papilles dans le sens du poil.

Pourquoi on compte sur lui ? En 2021, Jean Poirier, à peine le quart de siècle passé, avait ouvert le restaurant Le Chien Fou, en lieu et place du Zafferano, rue de la Grosse Tour, à quelques mètres de la rue du Grand Marché. Un pari réussi si l’on en croit nos amis gourmands ou gourmets. En 2023, cap sur la rue Bernard-Palissy pour reprendre le Chien Jaune. Hasard ou destinée, allez savoir.

En tout cas les chiens aboient et la caravane passe, puisqu’après avoir remis un coup de neuf au mythique bistrot situé à deux pas de la gare, le jeune entrepreneur a repris une carte 100 % bistrot qui fonctionne. Pour Noël, le Chien Fou a coorganisé avec la Croix-Rouge un repas solidaire. Et pour 2024 ? De nouveaux projets, car Jean Poirier a encore de la moëlle !

Les adresses à retenir : Le Chien Fou – 7 rue de la Grosse Tour, Le Chien Jaune – 74 rue Bernard Palissy à Tours.

Amanda YAHIA

(Photo @Ville de Tours – F. Lafite).

Spécialité : les bons produits près de chez nous.

Pourquoi on compte sur elle ? Armée de ses convictions et amoureuse des bons produits, Amanda Yahia a repris en septembre dernier le local de l’épicerie vrac Sur la Branche pour y installer La Fourchette Paysanne. On y retrouve des produits vracs et du frais, des petits plats à emporter, mais pas seulement : en s’installant en cœur de ville, Amanda veut retisser les liens entre les urbains et les campagnes qui les nourrissent, à travers des rencontres, des conférences, des dégustations…

Elle connaît déjà sur le bout des doigts les meilleurs artisans et paysans de Touraine, et on se lèche les babines rien qu’à l’écouter parler des bonnes choses qu’elle propose à la vente. Une chose est sûre, en 2024, La Fourchette va cartonner !

L’adresse à retenir : La Fourchette Paysanne, 2 bis pl. de la Victoire à Tours

Votre horoscope WTF pour l’année 2024

Et c’est reparti pour un tour ! Le contrat de l’astrologue de tmv a été prolongé pour 2024. Il en a donc profité pour offrir un horoscope XXL, avec en bonus, votre nouveau signe astrologique. Ne nous remerciez pas.

Bélier

Amour

Que vous soyez célibataire ou en couple, 2024 sera une année exceptionnelle, faite d’amour, de bonheur, de rencontres, de…

Gloire

… Ah mais non, au temps pour moi, c’était destiné aux Balances ça.

Beauté

Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi êtes-vous si mal fringué(e) ? Que de questions existentielles…

votre résolution pour 2024

Avant de parler, tourner votre langue sept fois dans votre bouche (plutôt que dans celle des autres).

votre nouveau signe astro en 2024

Escargot émasculé.

Taureau

Amour

Vous êtes un peu le prout des relations amoureuses : toujours à venir au mauvais moment.

Gloire

Votre avenir n’est pas brillant brillant. Mais votre front, oui.

Beauté

Comme le chantait Léo Ferré : avec le temps vaaa, tout s’en va. (Sauf votre double menton)

votre citation pour 2024

« J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes c’est doux et salé, fort et tendre, comme une femme. Manger des cacahuètes, it’s a really strong feeling. Les cacahuètes, c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme. » (Jean-
Claude Van Damme)

votre nouveau signe astro en 2024

Phacochère imberbe.

Gémeaux

Amour

Cette année, vous serez le tsunami de l’amour, à faire chavirer les
cœurs et les slips.

Gloire

Complément d’Enquête va sortir un reportage sur vous. Votre carrière de beauf est terminée.

Beauté

Waouuuuw, quel beau sourire de constipé(e) !

votre résolution pour 2024

« L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs » (JF Kennedy). Pas d’pot, puisque vous n’êtes entouré(e) que de
gros boulets.

votre nouveau signe astro en 2024

Téton velu.

Cancer

Amour

Astuce pour votre éventuel couple : nettoyez enfin votre historique Google. (ouais ouais, faites pas les innocents…)

Gloire

2024 sera à l’image de votre personnalité : quelconque, fade et moyenne.

Beauté

… Mais par chance, vous serez élu(e) « plus beau fessier de Touraine » cette année ! <3

votre résolution pour 2024

Reprendre du poil de la bête. Et Dieu sait que vous en avez un sacré paquet, de poils !

votre nouveau signe astro en 2024

Porcinet acnéique.

Lion

Amour

Vous allez être embauché(e) pour jouer dans la série « Ex of Thrones »… Et croyez-moi, vous ne finirez pas sur le trône à la fin !

Gloire

Il en faut peu pour être heureux.
La preuve, regardez la tronche de la personne à votre gauche.

Beauté

Haleine de poney un jour,
haleine de poney toujours !

votre citation pour 2024

« Soyez malins, arrêtez de croire toutes les citations
postées sur Facebook. » (Platon)

votre nouveau signe astro en 2024

Lémurien libidineux.

Vierge

Amour

Votre cœur dit non, mais votre slip dit oui.

Gloire

Les murs ont des oreilles, certes.
Mais même eux n’ont pas envie d’écouter vos conneries.

Beauté

Non, vous êtes parfait(e), ne changez rien… Sauf peut-être ce nez. Et ces fesses étranges. Ah, et cet air un peu bête. Non mais bon la beauté, c’est intérieur avant tout.

votre résolution pour 2024

Faire votre « coming août » cet été (LOOOOL KESSKON RIGOLE À TMV)

votre nouveau signe astro en 2024

Gnou des prés fleuris.

Balance

Amour

Année en demi-teinte pour vous. Parfois, ce sera bof. Parfois, ce sera
bof aussi. D’un côté, avec un nom de signe pareil, hein…

Gloire

Il faut bien se rendre compte que cette année encore, les Balances seront les plus exceptionnel(le)s de la Terre.

Beauté

Vous avez un bras plus musclé que l’autre. Ne nous demandez pas pourquoi, vous le savez très bien.

votre résolution pour 2024

Continuer à être aussi sexy qu’en 2023.
Fastoche pour vous.

votre nouveau signe astro en 2024

Prout fumant.

Scorpion

Amour

Là où les Scorpions passent, la dignité trépasse. Faites un peu plus attention aux personnes que vous aimez, pitié.

Gloire

Vos « amis » s’inquiètent quelque peu pour vous : cela fait un petit moment qu’ils ne vous ont pas vu(e) aux soirées fétichistes cuir and latex.

Beauté

Mouais. J’ai connu mieux mais bon… vous êtes Scorpion, hein.

votre résolution pour 2024

Lever le pied sur les réseaux sociaux. Car, soyons sincères, tout le monde s’en fout de ce que vous postez.

votre nouveau signe astro en 2024

Rat-taupe nu.

Sagittaire

Amour

Sagittaire. Déf. [nom fém. ou masc.] Petit être fragile, compliqué, finissant généralement sa vie seul(e) et aigri(e) avec son chat ou son chien.

Gloire

Vous êtes la cerise sur le gâteau, que dis-je : vous êtes la merguez sur le
couscous. VOUS ÊTES GÉNIAL(E) !

Beauté

Retour en force de la barbe de trois jours. Pour vous aussi, mesdames.

votre citation pour 2024

« Un(e) Sagittaire, c’est bien. Un(e) Sagittaire à poil, c’est mieux ! » (signé : l’astrologue de tmv)

votre nouveau signe astro en 2024

Triton analphabète.

Capricorne

Amour

N’oubliez pas ce bien beau proverbe finlandais qui dit : L’amour est un jardin fleuri et le mariage un champ d’orties.

Gloire

La Raie Publique, c’est vous !

Beauté

Force est de constater que seuls les vegans vous trouvent canon avec votre carrure de branche de céleri.

votre citation pour 2024

« C’est pas la taille qui compte, d’abord ! » (phrase fétiche des Capricornes depuis la nuit des temps)

votre nouveau signe astro en 2024

Boudin de porte.

Verseau

Amour

C’est un fait : même le trou de la Sécu est plus comblé que vous.

Gloire

A la définition du mot « perfection » dans le dictionnaire, on devrait
trouver votre photo. (mais calmez-vous, on dit aussi souvent beaucoup de conneries)

Beauté

Le lobby des sous-vêtements moches veut vous recruter ce mois-ci.

votre citation pour 2024

« Chaque année, je vieillis d’un an. »
(Franck Ribéry)

votre nouveau signe astro en 2024

Truite dégoulinante.

Poissons

Amour

L’amour est dans le pré. Ce qui tombe bien, vu que vous êtes une vraie peau de vache.

Gloire

Bonne nouvelle pour janvier : votre sextape fera le buzz à la fin du mois.

Beauté

Tout le monde est d’accord là-dessus : vous êtes vachement mieux de dos.

votre résolution pour 2024

Vous lancer dans la fabrication et la vente de sextoys à votre effigie. Futur
carton en vue !

votre nouveau signe astro en 2024

Blobfish baveux.

Ambroise Voreux, Zoé Colotis, team Bédélire et Théâtre O… Ils nous racontent leur Noël

Connus ou moins connus, ces Tourangeaux vous livrent leurs petits secrets pour leurs fêtes de Noël…

Cette année, pour notre numéro de Noël (qui fait presque partie des incontournables des fêtes tourangelles, comme le sapin devant la mairie ou la grande roue), nous avions envie de changer un peu.

Alors, nous avons demandé à quelques Tourangeaux, connus ou moins connus, de nous raconter ce que Noël signifiait pour eux. Tout en nous donnant quelques conseils pour remplir la hotte du Père Noël.

A découvrir EN CLIQUANT JUSTE ICI ! 

Gaëlle et David Hermange, les innovateurs du chocolat

#VisMaVille Gaëlle et David Hermange dirigent Néogourmets, une entreprise de biscuits et chocolats sans sucres ajoutés ni édulcorants. Leurs mots d’ordre : l’innovation et la gourmandise nutritive.

En cette fin novembre, toute la famille s’affaire à coller les étiquettes sur les dernières gourmandises de Noël sorties de Néogourmets, entreprise de biscuits et chocolats bio et équitables, installée à Saint-Cyr-sur-Loire depuis 2018. Gaëlle et David Hermange, les cofondateurs, sont entourés ce jour-là des parents de Gaëlle et de leur fille, Clémence. Une implication familiale qui résume bien leur état d’esprit.

« Tout est parti de notre cuisine, je ne pouvais plus manger de sucres rapides dans mon alimentation et je me suis posé la question d’un goûter sain pour mes trois enfants », explique Gaëlle Hermange. C’est ainsi que les premières gammes de biscuits sucrés sont nées, sans sucre ni édulcorant, ce qui était unique en France à l’époque. « Nous utilisons le sucre naturel présent dans les fruits, comme la datte », précise-t-elle.

De quoi attirer l’attention du chef Thierry Marx et du scientifique spécialiste de la cuisine moléculaire, Raphaël Haumont, avec qui ils travaillent désormais sur toutes leurs nouvelles recettes, recherchant l’équilibre parfait entre la gourmandise et l’intérêt nutritionnel.

« L’innovation est la raison d’être de notre société, dans le but de faire différemment et plus sainement », souligne David Hermange. Ainsi, le couple passe une grande partie de son temps dans leur laboratoire de recherche et de développement, installé dans leurs locaux. Des créations à la pistache chocolat blanc, à la figue chocolat noir café, des bouchées à l’orange bergamote figurent parmi les dernières innovations. En ce moment, le couple se penche sur les créations de Pâques.

Leur autre exigence a été de contrôler toute la chaîne de production du chocolat qu’ils ont entamée en 2020 avec un partenaire belge. Depuis l’année dernière, ils transforment eux-mêmes les fèves de cacao sur place. C’est ce que l’on appelle le « bean to bar ». « Nous avons la volonté de maîtriser la chaîne de A à Z, du produit brut à son emballage et sa commercialisation », explique David, autodidacte en la matière, qui s’est formé récemment en chocolaterie à l’école Alain Ducasse à Yssingeaux (Haute- Loire).

Il s’occupe également de la partie commerciale et gestion de la société tandis que sa femme, ancienne photographe, gère les finances, le graphisme des emballages et la communication-marketing, une grosse partie de son activité. De multiples casquettes nécessaires pour faire tourner leur entreprise en croissance, s’occuper aussi « des aléas quotidiens de la vie d’une petite société ».

Depuis 2018, Néogourmets, né en quelque sorte dans leur cuisine, a bien grandi et l’équipe s’établit désormais à dix personnes. Ce qui a permis de sortir cette année une vingtaine de nouveautés entre les tablettes, bouchées chocolatées, pâtes à tartiner et autres réjouissances gourmandes.

Horoscope WTF du 6 au 12 décembre 2023

Ow, ow, ow, c’est le Père Noël ! Il apporte un peu de dignité aux Capricornes qui en ont vraiment besoin cette semaine…

Bélier

Amour

En ce moment, c’est plutôt le désert. Mais rassurez-vous, un jour vous
trouverez aussi votre chameau à monter <3

Gloire

Votre entourage n’ose pas le dire, mais il vous trouve aussi utile qu’une chaise à trois pieds. #onbalance

Beauté

Ne souriez pas trop. Du moins pas toutes dents dehors. Non promis, c’est
pour votre bien, hein…

Taureau

Amour

Vous brisez les cœurs, ça c’est sûr. Mais vous brisez surtout les c…

Gloire

Les Taureaux sont une énigme.
Mais les énigmes, c’est chiant. Donc, les Taureaux sont chiant(e)s.

Beauté

C’est un fait : même Gilbert Montagné se moque de votre style vestimentaire.

Gémeaux

Amour

Mouais… Bah en ce moment, ça sent le fennec votre vie amoureuse !

Gloire

N’ayez plus honte, laissez éclater au grand jour votre passion pour le tuning.

Beauté

La vérité est dure et elle fait mal. Mais vous n’êtes pas une bouteille de vin, l’âge ne vous bonifie absolument pas.

Cancer

Amour

Vous êtes un peu comme du munster. Vous ne sentez pas très bon,
mais on vous aime et vous avez ce goût de reviens-y.

Gloire

Vous êtes trop à l’étroit chez vous. Il n’y a pas assez de place pour votre énorme melon.

Beauté

On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Et vous avez une tête d’œuf.
Coïncidence ? Je ne crois pas.

Lion

Amour

Comme quoi, on est peu de choses… Regardez par exemple : je suis mille fois mieux que vous !

Gloire

Au lieu de pleurnicher sur vos petits malheurs, dites-vous qu’il y a pire :
avoir la gastro dans un embouteillage par exemple.

Beauté

Vous avez beaucoup de succès auprès du 3e âge. À votre passage, les gens vous jettent leurs gaines et leurs déambulateurs.

Vierge

Amour

Tic tac, tic tac, le temps passe, il va bientôt falloir penser aux petites pilules
bleues…

Gloire

Votre avenir est comme mes WC : totalement bouché.

Beauté

La peau grasse redevient tendance.
C’est chouette : comme quoi, vous étiez précurseur !

Balance

Amour

Notre boule de cristal nous dit que pour vous, c’est comme les trains :
un(e) ex peut en cacher un(e) autre.

Gloire

Il y a toujours pire que soi, vous savez. La preuve, regardez la personne à votre droite.

Beauté

Et hop, félicitations ! Un cran en plus à la ceinture !

Scorpion

Amour

Vous voyez double. Consultez un opthalmo.

Gloire

Vous voyez double. Consultez un opthalmo.

Beauté

Aucune cette semaine. Mais retentez la semaine prochaine.

Sagittaire

Amour

Viser la lune, ça ne vous fait pas peur. Surtout quand c’est celle de l’être aimé.

Gloire

Vous êtes vraiment unique ! (et heureusement, car on ne saurait pas quoi
faire de deux comme vous)

Beauté

Assurez vos arrières. Et votre derrière, car il est plutôt canon. GRAOU !

Capricorne

Amour

Cupidon pointe à Pôle emploi à cause de vous ; vous êtes un cas désespéré.

Gloire

Ow ow ow, c’est le Père Noël ! Il vous apportera bientôt un
peu de dignité au pied du sapin, vous en avez besoin.

Beauté

Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi êtes-vous si mal fringué(e) ? Que de questions existentielles…

Verseau

Amour

Cette semaine, vous serez soit célibataire, soit en couple. Voilà, de rien pour cette prédiction astrologique au top !

Gloire

Méfiez-vous des Sagittaires. Et des poneys. Et des chauves. Et des poneys
chauves.

Beauté

Franchement, vous êtes pas mal. Et c’était pas gagné d’avance en étant
Verseau.

Poissons

Amour

Vous êtes le/la Harry Potter des relations coquines : que de la magie sous la couette, miam !

Gloire

D’ailleurs Harry Potter, profitez- en pour prendre votre balai magique et nettoyer tout le foutoir chez vous.

Beauté

C’est la cata votre empreinte carbone. Mais normal, quand on est un avion de chasse comme vous. Krrkrrr !

Aux côtés de Mathieu Tupin, infirmier libéral, tous les jours au service des patients

#VisMaVille Mathieu Tupin est infirmier libéral à Tours. Un métier qui lui permet d’être un acteur social essentiel au système de santé mais qui n’est pas simple tous les jours.

Mathieu Tupin ne croit pas à la vocation mais, aujourd’hui, cet ancien étudiant en biologie exerce son métier d’infirmier libéral comme une évidence, mixant ses deux intérêts, le relationnel et la technique. Après une première expérience en centre de personnes handicapées puis en tant qu’infirmier en clinique psychiatrique, il choisit, il y a 21 ans, de se lancer en indépendant au sein du cabinet de soins Jean Royer, juste à côté de la place de la Liberté.

« Au départ, j’étais intéressé par la santé mentale. Puis les évolutions ont fait que j’ai recherché plus de liberté, d’autonomie. Il n’y pas la contrainte de temps ici, quand vous êtes chez un patient, vous n’avez pas d’autres urgences, le téléphone qui sonne. »

L’infirmier de 46 ans est désormais son propre patron, au côté de ses trois collègues infirmières, ne comptant pas ses heures. « On fonctionne à deux équipes qui se relaient 7 jours sur 7, chacun travaillant un week-end sur deux, principalement sur Tours centre. On commence notre journée à 6 h 30 et on ne sait pas quand on finit dans l’après-midi ou le soir. Certains rendez-vous durent 5 minutes comme la distribution d’un traitement auprès d’une personne âgée, d’autres plutôt 45 minutes chez un patient en chimiothérapie. C’est très varié. »

Le cabinet visite une quarantaine de patients par tournée journalière. Certains seront des patients éphémères, d’autres chroniques recevront la visite de Mathieu et de ses collègues chaque jour durant des années.

« Ce sont des patients pour lesquels on peut commencer par faire un prélèvement sanguin et que l’on va finalement accompagner jusqu’à la fin de leur vie. Cela crée forcément des liens. Au quotidien, le métier, au-delà de la technique intéressante comme lorsqu’il s’agit de poser une perfusion, c’est aussi de redémarrer le modem internet ou d’aider à boire un café. »

Mathieu Tupin souligne cette place unique tenue par l’infirmier : « Nous sommes le seul métier de santé à travailler 365 jours sur 365. Les cabinets d’infirmiers sont au chevet des patients toute l’année. »

Si le rôle premier de l’infirmier est « d’appliquer les prescriptions décidées par le médecin », celui-ci peut se révéler parfois frustrant. Mathieu Tupin déplore un manque de marge de manœuvre. « J’aimerais pouvoir faire des sutures, cela permettrait de désengorger une partie des urgences de l’hôpital .»

Autre frustration : le temps passé à l’administratif qui représente environ 20 % de son travail. « Le soir chez nous, nous devons recenser tous les actes de soins et les transmettre à la sécurité sociale via un logiciel. Il existe une nomenclature pour rémunérer chaque acte, c’est assez complexe puisqu’après il faut gérer les retours de la Sécu, les ordonnances manquantes… »

Le professionnel souligne aussi la partie commerciale du métier. La rémunération dépend du nombre et de la nature des actes de soins prodigués par l’infirmier, auxquels s’ajoutent 2,50 € par déplacement. Un temps de déplacement qui peut coûter bien plus cher en réalité, surtout pour les infirmiers de campagne. Mathieu, lui, songe à passer au vélo électrique pour parcourir la ville de Tours.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 29 novembre au 5 décembre 2023

Noooon, rien de rien, je ne regrette rieeen… Surtout pas d’avoir écrit cet horoscope. Bon courage !

Bélier

Amour

L’amour avec vous, c’est comme la choucroute. Ça pue et ça fait mal au bide.

Gloire

Vous avez la vie d’un cénobite.
(mais comme vous êtes également salace et peu cultivé, vous venez d’imaginer un truc lubrique)

Beauté

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures grands-mères. Ou un
truc du genre, je sais plus.

Taureau

Amour

Le saviez-vous, en moyenne l’orgasme du cochon dure 30 minutes. Soit 30 de plus que vous.

Gloire

Eh non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. La preuve, vu comme vous ramez sévère !

Beauté

N’oubliez jamais cette citation de Van Damme : « Un biscuit, tu me diras,
ça n’a pas de spirit, c’est juste un biscuit. Mais avant, c’était du lait, des œufs. Et dans les œufs, il y a la vie potentielle… »

Gémeaux

Amour

Dire que vous misez tout sur votre physique… et que personne n’ose vous le dire…

Gloire

Les pompiers passeront bientôt pour vendre leur calendrier. Petite info qui ne vous intéresse pas, vu la pince que vous êtes.

Beauté

Reprenez donc un peu de tartiflette… Au point où vous en êtes…

Cancer

Amour

Si vous lisez votre horoscope jusqu’au bout, vous serez comblé(e) sentimentalement et sexuellement.

Gloire

Si vous lisez votre horoscope jusqu’au bout, vous n’aurez que des bonnes nouvelles et plein d’argent cette semaine.

Beauté

Si vous lisez votre horoscope jusqu’au bout, vous vous rendrez compte qu’on se fout de votre tronche depuis le début. Bisou.

Lion

Amour

Qui se ressemble s’assemble.
Mais pas vous deux, désolé.

Gloire

En Bretagne, il ne pleut que sur les cons. Réfléchissez au temps qu’il faisait quand vous y étiez.

Beauté

Vous êtes super canon, mais votre prénom gâche tout.

Vierge

Amour

/!\ Alerte enlèvement /!\ On recherche votre amour-propre perdu depuis 2 ans…

Gloire

Dommage pour vous, Vianney vous invitera boire un verre. Mais il sera où ? Ben il sera pas là.

Beauté

Vous avez un petit air de Bilbo le Hobbit. Ou de Bilbit le Hibou, j’en sais rien, je m’en fous en fait.

Balance

Amour

Draguez votre futur(e) partenaire avec cette punchline de Booba
(promis, ça marche) : « Jolie gueule, joli boule ; toi et wam ça s’rait cool. »

Gloire

Félicitations, vous êtes constant(e) dans la médiocrité.

Beauté

Vous simulez aussi mal que Marion Cotillard et sa mort dans le film Batman.

Scorpion

Amour

Si vous avez un enfant, donnez-le. (pour les autres, c’est que vous avez déjà fait le bon choix)

Gloire

La constellation du Macron vous prédit zéro vacances pour Noël, au boulot bande de grosses larves.

Beauté

Sans vouloir balancer, la personne à votre gauche convoite vos sous-vêtements.

Sagittaire

Amour

Si c’est la semaine de votre anniversaire, je vous aime. Mais n’oubliez pas que je suis le seul et vous allez quand même mourir un jour. Bisou.

Gloire

Pas terrible votre vie. Mais y a pire : vous pourriez venir de Blois par exemple.

Beauté

Tous les Sagittaires qui s’appellent Sébastien sont de vraies loques. Les autres, je vous avoue que je m’en fous.

Capricorne

Amour

Vous allez enfin trouver ce quelqu’un qui vous comprend et qui ne vous quitte pas : l’odeur de la sueur.

Gloire

Horrible semaine à prévoir, puisque vous ferez la rencontre d’une affreuse créature de la nuit (loup garou ou vampire ou David Guetta)

Beauté

Cuir chevelu tout gras. Vraiment dégueulasse.

Verseau (foutez-nous la paix)

Amour

Il est dans le pré, alors foutez-nous la paix.

Gloire

Elle est à votre père, alors foutez-nous la paix.

Beauté

Elle est du diable, alors foutez-nous la paix.

Poissons

Amour

♥   Si vous voyez un cœur noir sur cette ligne, c’est que vous êtes un mauvais coup.

Gloire

L’anagramme de « gloire », c’est « rigole ». Ce qu’on ne fait jamais avec vous en fait.

Beauté

Ça fait longtemps qu’on ne vous a pas fait de compliment. Et c’est normal, puisque vous ne le méritez pas.

Un journée au tribunal au cœur de l’audience

Plongée dans la fourmilière d’un après-midi de procès au tribunal de Tours. Un impressionnant ballet auquel tout un chacun peut assister. De l’éducation civique grandeur nature !

La chorégraphie imposée est bien maîtrisée : une sonnerie retentit. Tout le monde se lève, non pas pour une célèbre crème dessert, mais pour l’entrée des juges (espérons qu’elles nous pardonneront cette référence publicitaire). « L’audience est ouverte, vous pouvez vous asseoir. » C’est chose faite, sans mot dire.

La salle 112 du palais de justice est pleine comme un œuf : aux lycéens venus découvrir le fonctionnement de la justice, s’ajoutent les soutiens des différentes parties représentées dans les procès à l’agenda de ce jeudi de novembre, et les badauds, habitués de ce spectacle vivant.

Le décor est solidement planté : un bâtiment édifié sous Louis-Philippe, inauguré en 1843, et dont la rénovation s’est achevée il y a quelques mois. Après l’accueil modernisé du rez-de-chaussée, les escaliers nous mènent à la salle des pas perdus qui n’a rien perdu de sa majesté.

De part et d’autre, les grandes portes de bois massifs. L’une indique « huis-clos », signe qu’une audience pour mineur est peut-être en cours (et forcément sans public). De l’autre, dans une salle imposante, place aux procès en correctionnelle, ouverts à tous. Sans doute les plus intéressants : dans le cas de délits mineurs, le jugement est souvent une contravention ou autre peine.

Autre exemple : « Une audience sur un contentieux de la construction n’a pas grand intérêt pour le public, car bien souvent les avocats ne plaident pas et ne font que déposer des dossiers », nous explique la présidente du tribunal judiciaire de Tours, Catherine Bruère. En correctionnelle, pour les affaires plus graves, il y a bien plus à observer.

Face à nous, nous surplombant, les sièges des juges. À leur droite, les greffiers, prenant en note les échanges. Une étape parmi d’autres pour ces pros du droit, qui assistent les magistrats avant et après le procès en préparant tous les documents nécessaires, jusqu’à l’édition de la décision du juge et sa notification aux personnes et services concernés.

À gauche de la juge du jour, le procureur. Un magistrat lui aussi, mais lié au parquet. Il faut en effet distinguer deux entités : le siège, et ses 31 juges, chargés de rendre la justice de manière impartiale, en application de la loi ; et le parquet avec ses 11 magistrats, qui défendent l’intérêt public et proposent une peine aux juges… mais pas seulement !

« Le parquet a de nombreuses missions. Il organise le traitement des affaires selon leur spécialisation (économique et financière, mineurs, violences conjugales…), gère les gardes à vue, coordonne les enquêtes pénales avec la police et la gendarmerie, et est par ailleurs en lien avec de nombreux partenaires extérieurs (notamment pour la prévention de la délinquance) », explique Catherine Sorita-Minard, procureure de la République de Tours.

 

Retour en salle d’audience. En contrebas des magistrats et greffiers, à la barre et face au micro, seul, le prévenu : un homme accusé d’avoir dépassé à grande vitesse et par la droite un autre véhicule, et de l’avoir ensuite heurté, sans s’arrêter. Après avoir vérifié son état civil, la juge lui pose des questions, calmement mais fermement.

Pendant qu’il répond, un petit ballet de robes noires s’opère discrètement dans son dos : tous les avocats dont les affaires seront jugées dans l’après-midi prennent place sur les bancs, attendant leur tour pour plaider. Malgré les costumes et le décor majestueux, personne ne joue la comédie ici, les enjeux sont grands et les conséquences peuvent être importantes pour chacun. L’accusé, qui se défend d’être « un terroriste de la route », et la victime encore sous le choc de cet événement remontant à près d’un an.

Après les questions de la juge, déclaration du prévenu (en solo) ; questions à l’accusé par la partie civile (qui défend la victime) ; la parole au procureur puis à la victime ; enfin questions du juge à l’accusé sur sa situation personnelle, avant que son avocat ne le défende en revenant sur plusieurs éléments du dossier. La juge se retire pour délibérer. Fin d’un rituel bien réglé qui aura duré une heure, en attendant le verdict. Un rituel à connaître pour ne pas être déstabilisé s’il nous arrivait d’y être confronté !

Maud Martinez
Photos archives NR – Julien Pruvost + Maud Martinez

 

Horoscope WTF du 8 au 15 novembre 2023

Novembre, la pluie, le ciel gris, le froid, la nuit qui tombe tôt… et l’astrologue de tmv encore plus de mauvaise humeur que d’habitude. Bon courage.

Bélier

Amour

Dans vos relations amoureuses, la fuite est votre meilleure amie. N’est-ce pas ?

Gloire

Vous allez enfin réaliser votre plus grand rêve : tourner dans le téléfilm érotique « Le Jacuzzi du plaisir » diffusé sur RTL9.

Beauté

Changez de coiffeur. Vraiment.

Taureau

Amour

On ne veut pas balancer, mais votre surnom est « Le/La Chacal »…

Gloire

Astuce : collez votre oreille contre le crâne de votre ex. Vous entendrez
la mer.

Beauté

Ooooh, quelle jolie fleur vous êtes… (VIVEMENT QU’ON VOUS DERACINE !!! MOUAHAHA)

Gémeaux

Amour

Vous exprimez vos sentiments spontanément et simplement et plus d’une
personne risque d’être surprise par cette attitude. Mais…

Gloire

… Non, on déconne, on a piqué cette phrase dans un vrai horoscope. C’est
chiant l’astrologie, hein ?

Beauté

Vous allez provoquer une alerte à la bombe. Ce qui est normal, quand on est une bombe comme vous. Krrrkrrr

Cancer

Amour

Ce week-end, vous ferez des choses pas très catholiques avec un(e) Bélier. Parole d’astrologue !

Gloire

Les Cancers sont les personnes les plus incroyables et talentueuses de la
Terre. (mais nous, on est des sacrés gros mythomanes)

Beauté

Vous avez tant de classe et d’élégance que vous ne pétez pas, non.
Vous murmurez des fesses.

Lion

Amour

Prouvez votre amour à l’être aimé : percez-lui les points noirs.

Gloire

Vous vivrez centenaire. Pas d’bol pour vous, la fin du monde est pour 2026. (petit scoop en exclu rien que pour vous)

Beauté

Force est de constater qu’au réveil, votre visage ressemble à celui d’un homme de Néandertal.

Vierge

Amour

Court mais intense. Voilà votre devise sous la couette.

Gloire

Vos collègues sont incompétents, tout comme vos ami(e)s et tout votre
entourage. Oui, avouons-le : vous êtes la perfection.

Beauté

(d’ailleurs, vu que vous êtes la perfection, vous pourriez par exemple offrir une bière à l’astrologue de tmv. Je dis ça, je dis rien)

Balance

Amour

Jésus transformait l’eau en vin.
Et vous, vous transformez vos relations amoureuses en problèmes. C’est fou.

Gloire

Semaine de tous les dangers, puisque vous avouerez enfin votre fétichisme des pieds.

Beauté

Éternelle. Comme toujours chez les Balances <3

Scorpion

Amour

La constellation du Giscard vous rappelle que vous n’avez pas le monopole
du cœur. D’ailleurs, vous n’avez pas de cœur tout court.

Gloire

La constellation de la Larusso vous rappelle que tu oublieras, tous ces
jours, tout ce temps, qui n’appartenait qu’à nouuus.

Beauté

Sans vouloir vous faire peur, Scorpion rime avec constipation…

Sagittaire

Amour

Les deux choses les plus douloureuses sur Terre ? Être loin des Sagittaires et se couper le doigt avec une feuille de papier.

Gloire

Tel Robert Redford, vous murmurez à l’oreille des chevaux. Mais c’est surtout parce que vous avez un peu trop forcé sur le pinard.

Beauté

D’ailleurs, bon week-end en perspective, puisque vous assisterez au concert de Ben l’Oncle Soul avec Ben, votre oncle saoul.

Capricorne

Amour

Bof, c’est la vie. (on se foule pas, on sait. Mais on n’aime pas trop les
Capricornes)

Gloire

Professionnellement, vous avez le nez dans le guidon et c’est galère. Normal, c’est pas évident de bosser sur un vélo
OUAAAARF !

Beauté

Vous êtes complotiste : vous pensez que votre ventre est plat, alors qu’il
est rond.

Verseau

Amour

Vous allez faire un rêve coquin avec Cyril Hanouna. De quoi remettre toute votre vie intime en perspective.

Gloire

Vos amis vous veulent du bien.
Sauf que vous n’avez pas d’amis.

Beauté

N’en avez-vous pas marre d’être aussi sexy et magnifique tous les jours ?

Poissons

Amour

Soyons clairs, chers Poissons : vous ne m’aimez pas certes. Mais je ne vous aime pas non plus.

Gloire

Félicitations pour votre Bac+12 en foutage de gueule.

Beauté

Bon baaah… dites-vous qu’il vous reste toujours votre beauté intérieure, hein !

Formation et orientation : du métier de rêve à la réalité

Du rêve à la réalité, la route est parfois longue. Entre les projets fantasmés à l’adolescence et l’entrée dans la vie active, les métiers de rêve ont parfois la vie dure. Mais faire un métier qui nous plaît, on peut y arriver !

Toujours en tête des listes des métiers pour répondre à la question « tu veux faire quoi quand tu seras plus grand ? » : journaliste, artiste (chanteur, actrice…), pompier, astronaute… Mais aussi influenceur ou youtubeur, depuis quelques années.

Les équipes des CIO (Centres d’information et d’orientation) voient ainsi quelques valeurs sûres revenir régulièrement dans les souhaits d’orientation… et des nouveautés qui suivent le cours de l’actualité culturelle et médiatique, comme nous l’a expliqué une psychologue du CIO : « Il y a quelques années, on a vu bondir les projets d’études pour devenir expert scientifique suite aux séries du type Les Experts, ou des souhaits d’orientation vers les métiers de l’hôtellerie-restauration grâce au succès d’émissions comme Top Chef et quelques autres. »

Il y a vingt ans, ce sont les Urgences et autres Grey’s anatomy qui venaient conforter les projets d’études médicales. Les ados de plus en plus nombreux aujourd’hui à envisager d’être soigneur animalier plutôt que vétérinaire sont-ils le fruit du succès de « Une saison au zoo », la série documentaire de France Télévisions ?

Eh non ! Tout le monde ne devient pas forcément vidéaste youtube…

Coté pile et coté face

Toujours est-il qu’il est nécessaire de pousser l’enquête un peu plus loin avant de se lancer dans X années d’études pour exercer un métier qui fait rêver. « Ce n’est pas un métier idéal pour la famille (…). C’est un métier qui contamine tout. » Bonjour l’ambiance. Et pourtant, ce sont les mots de Thomas Pesquet, chez nos confrères du Journal des Femmes. Comme quoi, astronaute, c’est chouette, mais comme la Lune, il y a une face cachée !

Revêtir la robe d’avocat pour haranguer la cour fait ainsi parfois fantasmer. Cependant être avocat ne consiste pas seulement à revêtir la robe pour les joutes oratoires devant un juge : « Il existe bien sûr une excitation de la plaidoirie, mais il faut tempérer, précise l’avocat tourangeau Benjamin Philippon. La plaidoirie joue un rôle important en droit de la famille et en droit pénal, mais à coté de cela il y a tout le travail de préparation des dossiers, solitaire, au bureau, ou les échanges avec les clients. D’une semaine à l’autre, c’est toujours différent. »

Et pour y parvenir, il faut avoir fait quatre à cinq ans d’études de droit, et réussir l’examen d’entrée à l’école d’avocats.

La vie professionnelle rêvée ne serait donc pas un long fleuve tranquille ? Évidemment, diront certains ! Les infirmiers libéraux vous parleront des tâches administratives à gérer en plus des visites aux patients à l’aube et en fin de journée. Les comédiens évoqueront les heures d’apprentissage d’un texte, non rémunérées.

Même dans les métiers « sexy » du moment, comme celui de youtubeur, la vie n’est pas de tout repos. Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, n’est pas que devant la caméra. Le passe-temps des débuts est aujourd’hui une entreprise avec douze personnes travaillant à temps plein toute la semaine pour alimenter la chaîne Youtube, préparer les émissions Twitch ou les podcasts qui passionnent les fans d’Histoire(s).

Les pour… et les contre !

Avantages et inconvénients sont donc à soupeser avant de se lancer. Sans oublier d’autres critères : quelles études faudra-t-il faire ? Suis-je apte à les mener à bien ? L’une des meilleures apprenties de France en toilettage canin, la Tourangelle Camille Debosschere, a ainsi pris le temps de réfléchir : elle qui voulait travailler auprès des animaux avait éliminé les études vétérinaires (trop longues) et les métiers de soigneur ou d’éducateur pour chiens d’aveugle (pas assez de débouchés). Aujourd’hui, le toilettage la ravit, car ce qu’elle cherchait avant tout était le contact avec l’animal et l’humain.

C’est le conseil qu’on nous a donné au CIO : « Demandez-vous ce qui vous motive vraiment. Vouloir être joueur de foot professionnel, c’est pour avoir une reconnaissance sociale ? Pour l’argent ? Ou par amour du sport ? Derrière ces trois motivations se cachent d’autres métiers, très différents. » Dis-moi ce qui t’habite réellement, et je te dirai dans quoi t’orienter professionnellement…

Maud Martinez / Photos : illustrations Adobe stock


> Retrouvez notre numéro spécial formation & orientation en cliquant ici ! 

 

Dans le quotidien de Julien Thibault, gardien des cimetières de Tours Nord

#VisMaVille Julien Thibault est gardien des cimetières de Tours Nord. Sa mission : faire appliquer le règlement mais aussi être à l’écoute des visiteurs.

Dans sa loge à l’entrée du cimetière La Salle, Julien Thibault, gardien des cimetières de Tours Nord, y passe très peu de son temps de travail. « Je suis toujours à droite à gauche, il y a toujours du passage entre les visiteurs, les jardiniers, les pompes funèbres. »

Il lui faut, en effet, être aux aguets car le cimetière compte 13 hectares et mesure près d’un kilomètre de long, ce qui en fait le plus imposant de Tours en termes de tombes.

Ce cimetière dont il a la garde principale est celui de La Salle, bordant la rue Saint-Barthélémy et l’IUT de Tours. Au total, ils sont six gardiens à se relayer dans les quatre cimetières de la Ville, trois au nord, un au sud.

Arrivé en 2017 au poste, « un peu par hasard suite à un déménagement » après une expérience de couvreur zingueur à Vendôme avec son père, Julien Thibault semble comme un poisson dans l’eau. Il avait la bougeotte, dorénavant il semble posé. Plaisantant souvent avec ses collègues – il était déjà fan d’humour noir, c’est devenu son quotidien de rire avec dérision. Ici, c’est une nécessité d’y recourir « pour dédramatiser ».

Les inhumations s’enchaînent chaque jour, avec des moments parfois difficiles. « Au premier enterrement, ça m’a serré à la gorge, aujourd’hui je me mets en retrait, comme spectateur », admet le grand gaillard. Parfois sa loge sert de « bureau des pleurs ».

L’échange humain est ici très important. « J’ai appris à peser mes mots, à ne pas rentrer dans les détails techniques de comment un corps se décompose. Ici on se sent utile, on renseigne ceux qui recherchent un défunt, on écoute les peines, on rassure, c’est gratifiant de rendre service. »

 

La surveillance du site constitue l’autre facette de son métier. « Mon rôle premier est de faire appliquer le règlement auprès des visiteurs mais aussi des sociétés qui interviennent ici. Tout doit être fait dans les règles. Je vérifie que tout se passe bien lors des inhumations et exhumations, que les creusements soient faits au bon endroit sans détruire le monument », détaille le fonctionnaire territorial. Il lui arrive aussi de faire la police, pour assurer la quiétude du lieu lors d’intrusions malvenues, parfois nocturnes.

Ici, les semaines longues de sept jours s’alternent avec des gardes de trois jours, avec une semaine d’astreinte par mois, ce qui permet aux six gardiens de la Ville de se relayer sur les différents cimetières de 8 h à 19 h l’été et de 8 h à 17 h 30 l’hiver.

Julien Thibault avoue parfois ne pas avoir l’impression de se sentir au travail, lui qui habite à côté de sa loge avec sa compagne et sa petite fille de 2 ans. « C’est bizarre parfois de ne pas avoir de coupure de lieu avec la vie personnelle. » Une fois les portes fermées, le gardien respire le calme de son lieu de travail. « J’ai l’impression d’avoir un immense jardin pour moi tout seul à la campagne », plaisante-il tout sourire.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 18 au 24 octobre 2023

Avant les vacances, l’astrologue vous a préparé un petit horoscope pas piqué des hannetons (on avait vraiment envie d’utiliser cette expression un jour dans notre vie)

Bélier

Amour

Paraît-il que l’amour est dans le pré. Mais faites gaffe aux bouses de vache.

Gloire

Vous ferez un combat de regard
avec Gilbert Montagné mais vous perdrez.

Beauté

Quelle tristesse… Vous n’avez que deux mains et pourtant tellement de
têtes à claques à baffer…

Taureau

Amour

Dimanche, vous coucherez avec Pascal Obispo. Ou avec Pascal au bistrot.
À vous de choisir.

Gloire

Vous avez mal à la langue. Ce qui est normal à force de lécher autant de bottes.

Beauté

Vous allez être arrêté(e) par la police… pour excès de beauté. Kssksss !

Gémeaux

Amour

La constellation de Madonna vous rappelle que vous êtes like a viiirgin, touched for the very first time.

Gloire

Toute peine mérite salaire. Par chance, vous n’en foutez pas une, alors bon…

Beauté

Tout(e) nu(e), force est de constater que vous ressemblez à un hérisson sans ses pics.

Cancer

Amour

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures. (à vous les seniors et le 3e âge !)

Gloire

Grattez un jeu Astro. Vous ne gagnerez probablement pas, mais au
moins vous vous tairez pendant quelques minutes.

Beauté

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  (voilà écrivez ce que vous voulez, vu que vous
n’arrêtez pas de vous plaindre de cet horoscope)

Lion

Amour

Ouf, vous pouvez vous rassurer : votre ex est la preuve incarnée que
le ridicule ne tue pas.

Gloire

Vous parlez énormément, mais vous êtes vraiment lourdingue à ne jamais
terminer vos

Beauté

Paraît-il qu’on est ce que l’on mange. Vous êtes donc une bonne grosse malbouffe bien dégueulasse.

Vierge

Amour

La mairie devrait tout de même ériger une statue en ville en votre honneur
tellement tout le monde vous aime.

Gloire

Vos collègues parlent dans votre dos. Astuce : dessinez un sourire sur vos
fesses.

Beauté

Chouette. A force de brasser du vent, vous allez enfin pouvoir vous reconvertir en éolienne.

Balance

Amour

Votre cœur s’endurcit. Mais c’est bien le seul.

Gloire

Hahaha vous êtes du même signe que Cyril Hanouna. Rien que ça
devrait vous gâcher la semaine.

Beauté

Si la soupe faisait vraiment grandir, ça fait longtemps que vous
auriez trempé votre cerveau dedans.

Scorpion

Amour

Votre passion du string en cuir commence tout doucement à inquiéter votre partenaire.

Gloire

La constellation de la Shakira vous rappelle que Tsamina mina, eh, eh, Waka waka, eh, eh, Tsamina mina zangalewa, this time for Africa.

Beauté

Crise de rototos intempestifs ce week-end.

Sagittaire

Amour

Vous avez Vénus et Mercure en ascendant sur un alignement cosmique des étoiles. Aucune idée de ce que ça veut dire, mais je m’en fous complètement de votre horoscope.

Gloire

Continuez à péter plus haut que votre cul. Au moins là-dedans, vous excellez.

Beauté

Qui est-ce qui a les plus belles
fesses du mooonde ? C’est vouuuus !

Capricorne

Amour

Qui se ressemble s’assemble.
Vous trouverez donc vous aussi votre sociopathe d’amour.

Gloire

Vous êtes le genre de personne insupportable qui peut dire « Santé ! Mais pas des pieds. » Pas de doute, vous êtes un(e) giga beauf.

Beauté

Bonne nouvelle, vous allez poser pour le calendrier des Dieux du stade.
Mais en tant que ballon.

Verseau

Amour

Vous êtes la punaise de lit des relations amoureuses : IMPOSSIBLE de se débarrasser de vous.

Gloire

Who does le malin falls in the
ravin. Et ce malin, c’est vous. (bien fait)

Beauté

Vous êtes un peu une sorte de ver luisant : votre beauté illumine même
la nuit, mooooh <3

Poissons

Amour

Une semaine torride vous attend.
Mais seulement avec vous-même.

Gloire

Exercice pour vous cette semaine : allez dans votre chambre. Posez-
vous sur le lit. Inspirez profondément. Fermez les yeux. Mettez-vous en position fœtale. Et repensez à tous vos échecs.

Beauté

Vous avez autant de charisme qu’un poteau, mais on vous aime bien quand même, rassurez-vous.

Sorties familiales, châteaux, gastronomie… Retrouvez nos escapades d’automne pour les vacances

Vacances ou pas vacances, c’est décidé, on s’aère un peu pour fêter officiellement le début de l’automne (puisque les derniers jours étaient plutôt… estivaux !), ses températures douces et ses belles couleurs.

Il y a un an, nous écrivions que le prix de l’essence n’encourageait pas à planifier un déplacement en bord de mer. Au risque de nous auto-plagier, disons que le contexte n’a pas énormément changé… Les escapades qu’on a en notre escarcelle, par contre, ont évolué !

Pour une journée, voire deux si vous voulez vraiment vous dépayser à deux pas de chez nous, les options sont nombreuses, à petits prix et en passant maximum une heure en voiture ou dans les transports en commun.

On vous propose quelques suggestions détaillées pour vivre la vie de château, vous balader en famille, mêler tourisme et gastronomie ou partir à la découverte des lointaines contrées (situées juste après les frontières de l’Indre-et- Loire), et vous aurez là une mine d’or d’idées sympas pour égayer la Toussaint !

>>> Retrouvez toutes nos escapades et bonnes idées pour ces vacances dans le dernier numéro de tmv #456 à télécharger ICI ! <<< 

4 questions pour un champion Wriggles

Le mythique (n’ayons pas peur des mots) groupe semi-local Les Wriggles a fait un retour remarqué dans un format quintet en 2018, devenu quatuor depuis. Avant de les découvrir en live à Oésia le 20 octobre prochain, on a mis le Tourangeau Stéphane Gourdon sur le grill.

Les Wriggles c’est deux anciens (Antoine Réjasse et toi) et deux nouveaux (Manu Urbanet et Fabien Marais) : c’est toujours les Wriggles ?

Oui bien sûr, on est complètement dans l’ADN originel du groupe, avec aussi une nette évolution. L’album Complètement RED en 2018 nous a permis d’apprivoiser cette nouvelle formule. Et avec Quatre étoiles sorti en 2022, on l’a bien entre les mains, avec Sébastien Lalanne à la mise en scène du spectacle. Un ancien lui aussi de retour !

Est-ce qu’avec l’âge les Wriggles se sont assagis ?

Surtout pas ! On a peut-être un peu plus de chansons calmes dans notre répertoire, mais juste un peu. Et on le voit bien en spectacle : les gens rient, même sur des chansons qui a priori ne sont pas faites pour, ce sont des montagnes russes émotionnelles, pour que le public reparte le coeur léger.

Sur scène on retrouve quand même les classiques ? Julie la p’tite Olive, Poupine et Thierry… ?

On débute le spectacle par sept nouvelles chansons (issues de l’album et inédites), et l’ensemble est encore plus théâtralisé que jamais ! Chaque chanson est un tableau… Mais évidemment qu’on ne peut pas passer à coté de certains petits trésors comme Poupine ou la Petite Olive !

N’y allons pas par quatre chemins : où est-ce qu’on vous voit cette année ?

En Touraine c’est à Oésia ce vendredi 20 octobre. Et important à signaler : c’est gratuit pour les moins de 18 ans !

Propos recueillis par Matthieu Pays / Photo : Pidz

Octobre Rose : « Le dépistage permet pourtant d’éviter le pire »

Seules 59,1 % des femmes d’Indre-et-Loire saisissent l’opportunité de passer une mammographie gratuite proposée par le ministère de la Santé et l’Assurance maladie. Avec le Dr Ken Haguenoer, médecin coordinateur du Centre de dépistage des cancers pour la Région Centre Val de Loire, nous avons tenté de trouver une réponse…

Comment expliquer ce pourcentage de femmes dépistées, qui passe tout juste la moyenne ?

Notre département présente l’un des taux de participation les plus élevés de France, mais il faudrait faire mieux ! Même si cela n’explique pas tout, il ne faut pas oublier que ce pourcentage est celui du dépistage organisé : en parallèle, des femmes se font dépister individuellement, via leurs médecins.

Les inégalités sociales et territoriales entrent aussi en jeu. On observe de grosses inégalités entre les métropoles et les zones éloignées, où l’accès à un centre d’imagerie s’avère plus compliqué. La participation est ainsi moins élevée dans le nord ou le sud de notre département qu’à Tours.

Mais même dans la métropole on constate des différences : les chiffres des Prébendes et ceux du Sanitas sont très différents, du fait des conditions socioéconomiques de la population, et c’est malheureusement une différence qu’on retrouve pour toutes les questions de santé.

Enfin, l’examen peut aussi inquiéter les patientes. La nudité, l’intimité, ou la douleur éventuelle de la mammographie… ou la peur qu’on découvre quelque chose, alors que le dépistage permet justement d’éviter le pire.

Octobre Rose a-t-il un impact sur les dépistages ?

On observe généralement un pic d’activité en fin d’année, mais difficile de dire s’il est lié à Octobre Rose, car il correspond peut-être aussi au retour de vacances ou aux bonnes résolutions de rentrée. Ce qui est certain, et positif, c’est qu’on parle de plus en plus de dépistage grâce à Octobre Rose.

Est-ce qu’en insistant autant sur Octobre Rose et le cancer du sein, on ne fait pas oublier d’autres cancers féminins ?

Le cancer du sein reste le plus lourd, avec 12 000 décès par an contre 1 000 pour le cancer du col de l’utérus, qu’on espère voir disparaître grâce au dépistage et à la vaccination. Mais celui qu’on a du mal à faire connaître, c’est le cancer colorectal, alors qu’il représente 17 000 morts par an (hommes et femmes).

L’opération « Mars Bleu » n’a pas autant d’écho qu’Octobre Rose, alors que le dépistage est plus simple ! On est chez soi, on envoie ses prélèvements et on a les résultats sous quinze jours, pour déceler d’éventuels polypes et lésions à risques. Or seulement 30 % de la population profite de ce dépistage organisé. C’est le prochain défi à relever !

Propos recueillis par M.M.

Amélie Mendes est l’œil expert de l’immobilier

#VisMaVille Amélie Mendes est experte immobilière à Saint-Avertin. Un métier qu’elle exerce en complément de la vente de biens, gestion de locations et de copropriété.

Ne négliger aucun détail, toujours aller voir sur place et comparer avec des biens similaires situés dans le même périmètre : cette rigueur semble la base de son métier pour Amélie Mendes. La patronne du cabinet immobilier Arthurimmo, installé à Saint-Avertin, possède depuis 2019 la casquette d’expert immobilier qui se rajoute à ses missions d’agent immobilier, de syndicat de copropriété et de gestion des locations.

Une fonction moins exposée qui consiste principalement à estimer la valeur exacte des biens à un moment donné, selon le marché et une multitude de critères objectifs concernant l’état du bien et sa desserte.

Pour cela, l’expert répond aux demandes de ses clients qui peuvent avoir besoin de connaître la valeur précise de leur maison, appartement, terrain ou immeuble en cas d’un divorce, d’un rachat de part, d’investissement dans une société civile immobilière, d’une succession ou encore d’un redressement fiscal. « Cette impartialité est l’essence de notre métier », insiste l’experte de 55 ans qui doit faire preuve de compétences juridiques.

Son autre spécificité est d’étudier la pathologie du bâtiment c’est-à-dire de relever ses moindres défaillances. Ce qui requiert des compétences techniques importantes. « C’est un peu comme le médecin qui va voir les bobos du bâtiment que ce soit des infiltrations, des fissures, un défaut de ventilation, des remontées de sol capillaire… On préconise le remède avant de laisser la main au professionnel du bâtiment ».

Munie de sa caméra thermique, elle expertise sur toute la région Centre- Val de Loire. Quand elle n’est pas sur le terrain, elle reçoit à son cabinet ses clients, prépare ses dossiers, rédige ses rapports, répond au téléphone… des journées bien remplies et hétérogènes. Ses diverses missions dans l’immobilier, Amélie Mendes les exerce en complémentarité avec son fils et associé, Maxime Mendes, avec qui elle partage son bureau.

Si à 55 ans elle est devenue rompue à l’exercice, ce métier n’était pas le sien au départ. Il s’est en quelque sorte imposé à elle, il y a trente ans. Alors qu’elle travaillait dans un restaurant italien avec son mari, elle se retrouve à gérer un immeuble après une acquisition de patrimoine. Elle devient alors syndic bénévole avant de passer professionnelle dans une agence comme assistante commerciale puis négociatrice.

Elle gravit vite les échelons dans différentes agences immobilières, passe même par un cabinet de notariat, avant de fonder sa propre enseigne, Averimmo, en 2018. « Je suis une autodidacte pure, je me suis constamment formée et je continue. Je suis friande d’apprendre, je lis beaucoup les informations et législations sur le métier, cela me permet d’avoir une longueur d’avance. »

Dans son bureau, les diplômes et certifications s’accumulent. Une des dernières formations en date concerne la rénovation énergétique, un aspect désormais essentiel pour l’expertise des bâtiments. Pour être toujours « à la pointe des compétences », souligne Amélie Mendes.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 11 au 17 octobre 2023

Bisou aux Balances qui ne cassent pas trois pattes à un canard et aux Cancers qui prennent vraiment cher cette semaine.

Bélier

Amour

Votre vie sexuelle ressemble à un magasin Ikea un samedi aprem : y a VRAIMENT beaucoup de monde.

Gloire

« C’est un petit pas pour l’Homme, mais un grand pas pour l’humanité. » (votre pote qui va enfin penser à rabaisser la cuvette des WC)

Beauté

Par pitié, investissez dans du désodorisant pour chaussures…

Taureau

Amour

Délicate situation qu’est la vôtre.
Mais rassurez-vous : il y aura bientôt prescription pour votre ex…

Gloire

L’important, c’est de ne pas participer.
Vu que vous perdez toujours.

Beauté

Eh bé… heureusement qu’il y a la beauté intérieure, hein !?

Gémeaux

Amour

Faites ce que vous voulez, je m’en contrefous.

Gloire

Vous allez avoir une augmentation de salaire, les gens vous respecteront et seront polis avec vous, et…

Beauté

… NAAAAAN on déconne, eh oh on est France !

Cancer

Amour

N’essayez plus. Renoncez.
Ça vaudra mieux pour tout le monde.

Gloire

Vous roulez sur l’autoroute du bonheur. Mais la semaine prochaine, vous prendrez cette route de campagne aux multiples nids-de-poule représentant tous les échecs de votre vie.

Beauté

Ne faites pas semblant avec vos pseudo-muscles, alors que la seule muscu que vous faites est d’ouvrir les pots de cornichons.

Lion

Amour

Arf… Au moins, vos parents vous aiment, eux.

Gloire

La vie, c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va
tomber. Sauf si c’est des Mon Chéri®, là on sait que ce sera toujours un truc dégueulasse.

Beauté

Tiens, d’ailleurs, vous avez des petits airs de Forrest Gump, non ?

Vierge

Amour

Œdipe vient de nous téléphoner.
Son complexe vous passe le bonjour.

Gloire

Pour vivre heureux, vivons cachés
(comme vos tétons)

Beauté

Nettoyez-vous le nombril, c’est vraiment dégoûtant là-dedans.

Balance

Amour

En amour, vous êtes l’équivalent des +4 du Uno : vous aimez casser les c…

Gloire

Les Balances seraient les êtres les plus parfaits au monde, d’après une étude
très objective réalisée par l’astrologue qui est Balance.

Beauté

Mouais, vous ne cassez pas trois pattes à un canard. Mais bon, je n’ai jamais vu de canard avec trois pattes.

Scorpion

Amour

Cette semaine, tout le monde aime les Scorpions. (sauf toi, en teeshirt noir)

Gloire

Poursuivez vos rêves. De toute façon, on va tous mourir dans cinq ans.

Beauté

Changez de coiffeur. Non, mais vraiment.

Sagittaire

Amour

L’être parfait existe. Cet être parfait, c’est vous. (non, on déconne)

Gloire

En avril, ne te découvre pas d’un fil.
Sauf qu’on n’est pas en avril, donc vous pouvez continuer à rester à poil, bande de nudistes.

Beauté

Mais le proverbe dit aussi « s’il neige en octobre, l’hiver sera sobre » (pas comme vous, les ivrognes ! haha)

Capricorne

Amour

Dure semaine. Vous vous rendrez compte que vous êtes le fantasme ultime de la personne se trouvant à votre droite.

Gloire

Avec l’inflation, tout augmente.
Sauf votre Q.I visiblement.

Beauté

Vous décortiquez constamment les paroles des gens comme des crevettes.
C’est pour ça que vous puez des doigts.

Verseau

Amour

La constellation des 2be3 vous indique que vous allez partiiiir un jouuuur
sans retour, effacer notre amour, sans se retourner, ne pas regretter, garder les instants qu’on a volés.

Gloire

(hop, maintenant vous l’avez dans la tête pour la journée. Ne nous remerciez pas)

Beauté

Ambiance tropicale sous vos aisselles, c’est pas top top.

Poissons

Amour

oifeuo »_uè »’çà_tu »(oitu »(ùàç- _’(à(48397’( ‘yhthdr

Gloire

Arrêtez de dessiner des zizis dans les toilettes des bars. On sait que c’est vous.

Beauté

La vie doit être tellement difficile quand on porte un prénom comme le vôtre…

Octobre Rose : les événements sportifs pour mettre le cancer au pas

Se bouger pour la bonne cause, tel pourrait être le slogan d’Octobre Rose ! Derrière la mobilisation des associations se trouvent de nombreux enjeux pour les malades, et pour nous tous.

Ce dimanche, plus de 700 personnes se sont élancées sur le parcours de la Pink Run. Pour Stéphanie, c’est une évidence : courir, c’est forcément pour une bonne cause. « Les 10 km de Tours ne m’intéressent pas ; quand je participe à une course, c’est quand elle a du sens. » Quant à Pierre, il dit avoir atteint l’âge où l’on prend conscience des maladies qui peuvent nous toucher, nous et nos proches.

Dans les événements sportifs de cet Octobre Rose, on trouve ainsi des Tourangeaux et Tourangelles ayant bon pied bon œil, mais aussi des personnes malades ou en convalescence, car le sport est un ingrédient essentiel d’une guérison plus rapide (lire notre article sur la thérapie sportive ICI), et d’un moral au top.

Un élément important du parcours de soin

Jean-Christophe Bonnin, kinésithérapeute et président de l’association Rose & Blu, ne dira pas le contraire : « L’activité physique adaptée est un élément important d’un parcours de soin. » Au-delà des bienfaits physiques (rebouger cette épaule affectée par la mastectomie par exemple), le sport est aussi un lien social qui fait du bien au moral.

Les membres des Cher Dames de Loire, parties cet automne naviguer du côté d’Annecy sur leur dragon-boat, confirment par leurs exploits et leurs activités régulières que l’effort physique, la bonne humeur et le sens du collectif sont essentiels pour aller de l’avant.

 

Le défi sportif Rose & Blu, qui a lieu chaque début d’été à Tours, permet aussi aux malades et à leurs proches de se fixer un objectif, de regarder vers l’avenir avec optimisme et l’envie d’y arriver.

Mais revenons au temps présent : octobre 2023. À l’heure où vous nous lisez, Sophie Auconie est au travail, et reprendra sa Marche Rose vendredi. Rien ne sert de courir, il faut marcher à point ? L’ancienne députée, diagnostiquée en 2020 d’un cancer aux deux seins, va aujourd’hui de l’avant sans oublier l’épreuve qu’elle a traversée puisque la Marche Rose vise à sensibiliser au dépistage, récolter des dons pour la Ligue contre le cancer, et promouvoir un soin de qualité pour toutes et tous, et partout.

Elle raconte l’importance du dépistage, qu’elle avait négligé : « Avec une maman touchée par un cancer du sein à récidive, deux tantes, et ma cousine décédée de cette maladie, j’étais une personne à risque, mais je reportais toujours la mammographie au profit d’autres obligations… jusqu’au jour où on m’a découvert un cancer déjà avancé. »

Heureusement rétablie aujourd’hui, elle mène pour la deuxième fois cette marche de 250 km, accompagnée par le Comité départemental de la randonnée pédestre, des élus, et des citoyens et citoyennes venus marcher pour la bonne cause.

Mais au-delà des dons récoltés lors de ces journées de marche souvent festives, Sophie Auconie souligne d’autres sujets de mobilisation : « Être malade à Yzeures-sur-Creuse ou à Tours, ce n’est pas la même chose, l’accès aux soins est différent. Et 20 % des femmes qui subissent une ablation du sein ne se font jamais reconstruire. On peut ajouter aussi que la reconstruction du mamelon ou du téton n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale, alors que c’est un véritable soin, un bienfait psychologique, et non un simple confort. »

Aides et initiatives

Soins médicaux versus soins de confort : l’Assurance maladie distingue ce qui relève du médical, et ce qu’elle considère comme facultatif. De nombreuses associations viennent donc pallier cette défaillance, car le facultatif est souvent essentiel et onéreux.

La course pédestre Pink Run Tours’N transforme ainsi les dons des particuliers en coupons de financement pour des vêtements compressifs post-opératoires (qui coutent près de 75 €) et des dermographies (pigmentation de la peau pour simuler un mamelon).

L’association Esprit Papillon est elle-même née d’un arrêt de financement par l’Agence régionale de santé des ateliers d’éducation thérapeutique du patient : Stéphanie Coutoux a donc pris le relais pour proposer sophrologie et conseil en image aux femmes.
Les Roses Poudrées amènent la socio-esthétique mêlée de moments conviviaux à leurs adhérentes, tandis que Flamme en Rose finance des aides à domicile, pour prêter main-forte aux patientes trop « fortunées » pour obtenir des financements publics. Car l’union fait la force.

Maud Martinez / Photos : freepick & Ville de Saint-Avertin

D’une image à une autre

Parfois, l’histoire est cruelle et, souvent, les images sont là pour nous le rappeler. Il y a quelques jours à peine, nous aurions pu, si nous avions eu la mémoire des dates, célébrer le 30e anniversaire de la poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, le 13 septembre 1993.

Un acte majeur qui leur valut de se partager le prix Nobel de la Paix, l’année suivante. Je suis assez vieux pour me souvenir de l’élan d’espérance qui avait suivi cette image dont chacun percevait bien, à l’époque, la portée historique.

D’autres images, aujourd’hui, s’imposent à nous. Des drones assassins, des tireurs dans la foule, des otages terrorisés. Une armée qui se prépare à la riposte aussi, les armes qui sortent de leurs caches, la guerre qui revient. Comment a-t-on pu passer d’une image à une autre ? Du souffle de la paix à la tempête de la mort ? Quelles erreurs, quelles compromissions, quel battement d’aile à l’autre bout du monde, peut-être, nous a-t-il conduit d’une promesse de paix à une guerre inévitable ? De réponse, nous n’en avons pas. Juste une infinie tristesse.

Matthieu Pays

Horoscope WTF du 27 septembre au 4 octobre 2023

Cette semaine, il y a un petit quelque chose entre les Sagittaires et les Balances. On dit ça, on dit rien…

Bélier

Amour

Une récente étude affirme que les Béliers sont des êtres aimants et aimés,
fidèles et géniaux. (mais les études racontent toujours des conneries)

Gloire

Bélier, ça rime avec « perfection incarnée » !…

Beauté

…Mais Bélier, ça rime aussi avec « votre haleine sent le pâté ».

Taureau

Amour

De pire en pire. Vous en êtes arrivé(e) au point de vous contenter des téléfilms érotiques sur la TNT.

Gloire

*Alerte disparition* La dignité des Taureaux a disparu la semaine dernière. Si vous la localisez, n’intervenez pas vous-mêmes.

Beauté

Une fois à gauche, une fois à droite… Vos convictions politiques ? Non, vos poignées d’amour !

Gémeaux

Amour

Pimentez votre vie de couple.
Tartinez-le/la de harissa.

Gloire

Non, la nuit ne porte pas conseil.
La preuve : vous foirez tout ce que vous entreprenez.

Beauté

Le haut, ça va. Le bas, bonjour les dégâts.

Cancer

Amour

En changeant 11 lettres et demi à « Cancer », ça fait « Célibataire ». TIENS DONC COMME DE PAR HASARD.

Gloire

Vous dites tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Sauf que tout le monde s’en tape de ce que disent les Cancers.

Beauté

Votre rire ressemble au cri d’une truie. Il fallait que ce soit dit.

Lion

Amour

Votre vie amoureuse est un long fleuve tranquille… mais qui se terminera
par une méga chute dans une cascade où tout le monde se noie. A+ pour un autre horoscope positif.

Gloire

Les résultats viennent de tomber.
D’après un panel représentatif de lecteurs de tmv, vous avez été élu(e) déception de l’année.

Beauté

Les chats du quartier vous attaqueront cette semaine. Car pas de doute :
vous sentez le poisson.

Vierge

Amour

L’être aimé se donne à 100 % au lit. Mais pas avec vous.

Gloire

Un combat de bras de fer vous opposera à Jamel Debbouze. Et vous perdrez.

Beauté

Ça joue les Musclor, mais tout le monde a bien remarqué que vous aviez la carrure d’un rouleau de printemps.

Balance

Amour

Cette semaine, c’est l’anniversaire de l’astrologue de tmv qui est Balance. On a donc décidé que ce signe serait le plus génial, le plus aimé, le plus parfait. Aimez les Balances. Vénérez les !

Gloire

Il va vous arriver un truc horrible d’ici peu. Partir vivre dans le 41 ou flirter avec un(e) Sagittaire par exemple.

Beauté

Super, vous ne baissez jamais la tête. (et ça vaut mieux, en raison de votre
double-menton)

Scorpion

Amour

Ooon s’eeeeen…

Gloire

…fouuuuuut totalement !

Beauté

Voilà, voilà… On vient de foutre en l’air votre horoscope hahaha. À la semaine prochaine mes p’tits gnous !

Sagittaire

Amour

Les Balances vous kiffent. Mais ce sont les seuls. (pas de chance pour vous, vu leur tronche)

Gloire

Quelle angoisse de traîner avec vous. Vous êtes aussi stressant(e) qu’un passage dans des toilettes à la turque !

Beauté

Napoléon avait toujours la main dans son gilet. Et vous, vous avez toujours la main dans votre slip. Chacun son truc !

Capricorne

Amour

Évitez de vous reproduire. La France a assez de soucis comme ça en ce moment.

Gloire

Vous aimeriez partir à la pêche aux moules-moules-moules. (ça tombe bien, vous avez un Q.I de bulot)

Beauté

Votre perfection physique vous lasse. Filez-en un peu aux Balances qui ne
sont pas vraiment gâtés par Mère Nature.

Verseau

Amour

Des fois, la vie c’est con. La preuve, cette semaine, vous serez enlevé(e) et fécondé(e) par un extraterrestre.

Gloire

Dur, dur en ce moment : les plats que vous cuisinez sont aussi fades que votre personnalité.

Beauté

Vous avez de très jolis durillons.

Poissons

Amour

Vous flirtez avec le danger. Et c’est bien le seul qui veuille de vous d’ailleurs.

Gloire

Le ridicule ne tue pas. Ce qui se prouve par A+B quand on regarde votre style vestimentaire.

Beauté

Tiens, c’est marrant. Le matin au réveil, vous ressemblez à une momie.

 

  • Image de pikisuperstar sur Freepik

Jean-Loup Hadjadj, le médecin des terrains de rugby

#VisMaVille Jean-Loup Hadjadj est médecin du sport et ostéopathe. Sa particularité : il est un des médecins spécialistes en France des joueuses et joueurs de rugby au plus haut niveau.

Rue des Tanneurs, juste en face de la faculté, le bureau du docteur Jean-Loup Hadjadj regorge d’objets inattendus : des vitrines de collection de médicaments anciens qu’il chine dans les brocantes, complétés par ses patients, côtoient des maillots, médailles et accréditations souvenirs qu’il a collectés au gré de son parcours en tant que médecin des équipes de rugby, que ce soit à Tours ou au niveau international.

Un médecin assurément atypique qui vous reçoit pieds nus, décontracté. Celui qui s’occupe aujourd’hui des féminines de l’équipe de France de rugby à 7 en tant que médecin salarié de la Fédération française de rugby (FFR), a connu aussi avec le XV féminin, deux tournois des 6 nations et une Coupe du monde, il a également accompagné les équipes masculines avec les Barbarians et les espoirs.

Le rugby, il a plongé dedans à la faculté de médecine de Tours en intégrant l’équipe universitaire – en même temps qu’il pratiquait la trompette, précise ce personnage éclectique et curieux. « Un sport collectif de combat », qui nécessite un suivi médical étroit, souvent sous le feu des projecteurs avec les cas de traumatologie.

Jean-Loup Hadjadj, diplômé de pathologie du rugby, était d’ailleurs de ceux qui ont connu les débuts de la prise en charge des commotions cérébrales. « Notre rôle, en parcours d’excellence, commence avec l’évaluation de la capacité du jeune joueur à supporter les contraintes cardio-respiratoire, musculo-squelettique et psychologique. Ensuite, nous l’encadrons dans son développement jusqu’au maximum de ses performances. Puis nous assurons le suivi médical réglementaire et la surveillance des entraînements et compétitions, avec prise en charge des blessures. »

Et c’est là qu’on le voit, le médecin de l’ombre, courir sur le terrain voler au secours de ses joueurs. Si ce poste de médecin salarié à la fédération compte aujourd’hui pour 70 % de son temps, les 30 % restants sont dédiés à son cabinet tourangeau et ses 6 000 patients en médecine du sport et ostéopathie. « Ici, je pratique une médecine axée sur le musculo-squelettique pour des sportifs de haut niveau ou non mais aussi pour des non-sportifs », précise le docteur.

Une fois les valises posées des compétitions qui l’ont amené en Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande, Jean-Loup Hadjadj redevient un médecin presque lambda dans sa ville, n’oubliant pas son ancrage, auscultant aussi le pôle espoir de canoë-kayak. Après la faculté, il avait installé son cabinet à Autrèche pendant une dizaine d’années avant de se poser à Tours.

Exerçant depuis 33 ans, il transmet aujourd’hui son expérience, enseignant un temps à la faculté de Tours la médecine manuelle-ostéopathie, et auprès des nouveaux médecins du sport, lui qui a une vision globale, sur l’évolution du rugby et sur sa pratique au niveau des hommes et des femmes. « J’y tiens à cette mixité souligne-t-il. Ce n’est pas encore acquis dans ce sport. »

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 20 au 26 septembre 2023

Quoi ? Qu’ouïs-je ? Qu’entends-je ? Serait-ce l’heure de l’horoscope WTF de tmv où tout le monde prend cher ? Mais oui !

Bélier

Amour

Copulez uniquement avec des Balances, merci.

Gloire

Les sondages Ifop ne mentent pas.
Ce mois-ci, vous êtes le pire signe astrologique de l’horoscope.

Beauté

OUAAAAAH, mais vous êtes trop canon, trop sexy, trop incroyable !!! (c’est ma pote Bélier qui m’oblige à écrire ça)

Taureau

Amour

Vroum vrouuum, sur l’autoroute des cochonneries, vous avez pas mal de kilomètres au compteur, hin hin…

Gloire

En ce moment, vous avez le moral dans les chaussettes. Et en plus, elles puent.

Beauté

D’ailleurs en parlant d’odeur, si vous pouviez éviter de lever les bras quand
vous êtes dans le tramway, ce serait cool pour la société, merci.

Gémeaux

Amour

Le joli kebab que vous êtes trouvera un jour sa broche, rassurez-vous.

Gloire

La constellation de Manau vous rappelle que « dans laaa vallééééee oh oh, de Dana la li la la ».

Beauté

Votre teint, votre rondeur, vos petits poils : pas de doute, vous ressemblez à un kiwi.

Cancer

Amour

Vous n’avez pas de cœur…

Gloire

Vous n’avez pas de réussite…

Beauté

Mais vous avez un bon p’tit boule qui chamboule. Alors ça va, ça passe.

Lion

Amour

Vous allez recontacter votre ex. Ou manger une pizza hawaïenne. Ce qui revient au même : faire une grosse connerie !!

Gloire

Vous détestez secrètement tous les gamins de la planète. (et vous avez bien raison)

Beauté

Tout miser sur le physique est peut-être un peu trop audacieux pour vous…

Vierge

Amour

La constellation de Mr Bricolage vous rappelle que vous prenez un peu trop de râteaux.

Gloire

Vous êtes un peu comme la gazelle.
Toujours les fesses tendues, à gambader gaiement.

Beauté

Très jolie, votre raie du plombier.

Balance

Amour

Oh, des signaux de fumée au loin !
Un message indien ? Un incendie ? Non, juste les Balances qui ont encore chaud aux fesses comme d’habitude.

Gloire

Ce qui fait vendre, c’est le porno et les faits-divers. Vous finirez bien dans l’un des deux…

Beauté

En ce moment, que dalle.

Scorpion

Amour

Essayez de vous mettre en couple avec un(e) Sagittaire. Ce signe a vachement la dalle.

Gloire

Les faits sont désormais avérés.
D’après la constellation de la Aya Nakamura, vous feriez mieux de fermer la porte, car vous avez la pookie dans l’sas.

Beauté

Vous sentez la chambre d’ado. Berk.

Sagittaire

Amour

Vous avez du mal à trouver l’âme sœur. Ce qui est normal, puisque vous n’avez pas d’âme.

Gloire

Tel le saumon, vous remontez la rivière de la vie à contre-courant, avec toutes ses difficultés, pour au final finir par vous prendre un gros rocher dans la tronche. Bisou.

Beauté

Alors, ça fait quoi d’être le signe le plus canon et le plus sexy de l’univers ?

Capricorne

Amour

On verra bien où la vie vous mène. Sûrement dans le mur.

Gloire

Vous croquez la vie à pleines dents. Profitez-en, car vous aurez bientôt un dentier.

Beauté

Vous avez le sourire Colgate®
mais sans l’haleine qui va avec.

Verseau

Amour

En ce moment, vous ne comprenez pas grand-chose à ce qu’il se passe dans votre vie sentimentale. Mais moi non plus. Alors on s’en fout un peu.

Gloire

N’oubliez pas que les bons comptes
font les bons amis. Mais n’oubliez pas non plus que vous n’avez pas d’amis.

Beauté

Par un étrange concours de circonstances,
une personne sera attirée par votre carrure de surimi.

Poissons

Amour

Les deux choses les plus reloues sur Terre ? Aimer un(e) Poisson et enfiler une housse de couette.

Gloire

Comme disait Victor Hugo : « Les Poissons, c’est mignon, mais qu’est-ce que c’est con-con. »

Beauté

Hahahaha regardez le truc trop bizarre que vous avez sur le cou !!! Ah bah flûte, c’est votre tête.

Coupe du monde de rugby : des effets sur l’économie en Touraine ?

En ville, les commerçants pratiquent leur anglais au cas où les journalistes et supporters irlandais auraient la bonne idée d’une sortie shopping in Tours city. Mais pour les businessmen locaux, les enjeux dépassent la période de la Coupe du monde de rugby. En ligne de mire : le développement des liens avec l’Irlande, et les J.O 2024.

On pensait naïvement que le tourisme et l’hôtellerie allaient connaître un boom grâce à la Coupe du monde de rugby. Il faut bien accueillir les journalistes et les supporters irlandais, qui trouvent en Touraine un point central pour aller voir les matchs à Paris, Nantes ou Bordeaux, non ?

Mais Pascal Brault, directeur du château d’Artigny et président de l’association professionnelle Touraine Hôtels tempère : « Septembre est toujours une période très forte en Touraine. On reçoit encore des touristes français (des seniors surtout) et des étrangers encore nombreux à cette période. C’est aussi le redémarrage des voyages d’affaires, dans un mois riche en événements (cocktails d’affaires, réunions de clubs…). La Coupe du monde sera donc un booster, mais cela ne va pas doubler non plus nos chiffres d’affaires ! »

Sur le long terme ?

C’est sur le long terme que la présence du XV irlandais peut tout de même changer la donne : « Les joueurs, le staff, les journalistes vont faire des sorties (les joueurs aiment le golf par exemple). On aura donc sans doute des articles sur la Touraine à l’international. Et avec les J.O. dans un an, les prix qui explosent à Paris et notre proximité avec la capitale, cela pourrait aider la Touraine à sortir son épingle du jeu l’an prochain. »

À la Chambre de commerce et d’industrie Touraine, on est aussi penché sur l’avenir. Philippe Roussy, son président, nous explique que l’accueil des Irlandais est une heureuse nouvelle : « Avec la sortie du Royaume- Uni de l’Union européenne, la France devient le plus proche voisin de l’Irlande dans l’UE. Il faut en profiter, et nous avons déjà commencé à tisser des liens, avec des webinaires, et le voyage d’une délégation tourangelle partie là-bas pour rencontrer la fédération irlandaise et des acteurs économiques du milieu digital et start-up ».

Liens entre universités et entre entreprises du secteur pharmaceutique sont aussi à l’ordre du jour. Pour la CCI, la Coupe du monde est l’occasion de sensibiliser les chefs d’entreprise locaux au potentiel irlandais : « L’événement va créer du lien, des passerelles entre Tours, la région Centre Val de Loire et l’Irlande. » Et en coulisses, on s’affaire déjà pour espérer accueillir à Tours d’autres sportifs pour les J.O 2024. Affaire à suivre…

Maud Martinez

Thierry Bouvet, le pêcheur de Loire penseur

#VisMaVille Thierry Bouvet est pêcheur professionnel sur la Loire. Portrait d’un personnage atypique qui ne passe pas autant de temps sur le fleuve que l’on pourrait imaginer.

Au lever du soleil, Thierry Bouvet embarque pour ramasser ses sept filets posés la veille au soir entre Rochecorbon et Tours. Des filets déployés entre 7 et 50 mètres de long et 3 mètres de profondeur, à proximité des îles de Loire.

Ce jour-là, le butin est maigre : une poignée d’aspes, mulets et silures seulement. Sur cette partie de Loire, l’activité devient en effet de plus en plus difficile avec l’ensablement. « Je suis installé sur la portion la plus urbaine du fleuve d’Indre-et-Loire. Là où il y a de l’activité humaine, c’est là où le pêcheur doit être à la base, ne serait-ce que pour poser son bateau », explique Thierry Bouvet, à l’approche du pont Mirabeau de Tours, guidant sa « plate » de sept mètres, son bateau en acier de type hollandais.

Cet ancien géographe, titulaire d’un DEA sur la pêche maritime au Maghreb, sait de quoi il parle. Amarré au port de La Rabouilleuse à Rochecorbon, il partage avec l’association une vision écologiste de l’écosystème de Loire, une volonté de préserver ses ressources, lui qui observe la raréfaction des poissons et des paysages ligériens au fil des ans.

Thierry Bouvet est venu à la pêche sur le tard, en 2014, après une carrière dans le social et l’humanitaire, débutée chez Emmaüs. Un intellectuel qui n’aime rien tant que partager ses connaissances et discuter du fleuve quand l’occasion se présente. Apercevant un canoë, il fait aussitôt demi-tour pour échanger quelques mots.

Certes, la pêche n’est pas toujours des plus productives, mais ce contemplatif revendique de pêcher mieux. Entre 2,5 et 4,5 tonnes selon les années. Son idée en se lançant dans cette reconversion était de maîtriser la filière en circuit court et de pouvoir utiliser tout le poisson, et non pas de ne garder que les beaux filets achetés dans les poissonneries.

C’est ainsi qu’est né le garum de Loire, ce condiment salé inspiré de la Rome antique et du nuoc man, qu’il a inventé après quatre ans de recherches, se rappelant des récits de son père, jeune marin en Indochine. Depuis 2020, date de sa commercialisation, c’est d’ailleurs devenu à 90 % la source de ses revenus.

Il passe un quart de son temps à le préparer dans son laboratoire, installé à Montlouis-sur-Loire, selon un processus de fermentation dans du sel. La moitié de son temps est consacrée à la logistique, administration et vente du garum. La pêche, effectuée au lever et au coucher du soleil, ne représente en réalité qu’un quart de son activité. « Le modèle du pêcheur qui est uniquement sur son bateau ne tient pas la route aujourd’hui », confirme t-il.

Pour s’en sortir, les pêcheurs transforment leurs produits, avec chacun leur spécialité : le garum donc mais aussi les rillettes de poissons, vendues dans des épiceries fines. « Je ne vends mon poisson frais à des restaurants que pour 10 % de mon chiffre d’affaires. » Son avenir, Thierry Bouvet le voit à promouvoir son précieux condiment, constitué de viscères de poissons et utilisé dans les restaurants étoilés. Le lancement d’une coopérative est imminent (1).

Aurélie Dunouau


> (1) Convergences bio : Thierry Bouvet lancera officiellement la coopérative d’exploitation du garum en agriculture paysanne le 17 septembre, à l’occasion de Convergences Bio. Cet événement se tient sur les quais de la Loire à Tours dès 10 h

 

Horoscope WTF du 6 au 12 septembre 2023

Le revoilà. Beau comme un camion, tout doux et tout gentil (ou presque) : l’astrologue de tmv vous a concocté un petit horoscope tout mignonnet…

Bélier

Amour

« Blablabla, nous les Béliers, on se fait toujours maltraiter dans l’horoscope, blabla, personne nous aime, ouin ouin. »

Gloire

Petite gastro pour bien commencer la rentrée.

Beauté

Vous êtes un peu comme une œuvre d’art contemporain. Sobre, on ne sait pas trop si on aime vous regarder ; mais bourré, ça passe nickel.

Taureau

Amour

L’espoir fait vivre.

Gloire

Vous retrouver tout(e) nu(e) dans les vestiaires de l’équipe irlandaise de rugby pour la Coupe du monde : voici votre destin cette semaine.

Beauté

On ne veut pas être vache, mais
vous avez le regard bovin.

Gémeaux

Amour

Votre vie amoureuse ressemble à un mauvais Marc Lévy (pléonasme)

Gloire

Arrêtez de pousser mémé dans les orties. Poussez plutôt pépé dans les chardons.

Beauté

Il est trop tard pour rattraper les dégâts. Misez plutôt sur votre humour…

Cancer

Amour

Vous êtes comme une Knacki® : rose, qui sue et frétille quand on la chauffe.

Gloire

Vous êtes le suppôt de Satan. Ou le suppo’. Ce qui doit être vachement plus douloureux.

Beauté

(Spoiler) 2 Cancers sur 3 n’auront pas compris la phrase ci-dessus.
(#sexymaisunpeubête)

Lion

Amour

Ah, vous nourrissez des pensées très lubriques envers les Balances. Franchissez le pas, c’est un signe plutôt cool.

Gloire

Vous allez marcher sur la Lune.
Mais on n’est plus en 1969, donc tout le monde s’en foutra.

Beauté

Votre beauté fait toute la différence. Et votre troisième téton aussi.

Vierge

Amour

Je veux pas balancer, mais la personne en face de vous fantasme secrètement sur vous.

Gloire

(mais cette personne vous trouve aussi très très bête. À vous d’voir, mes loulous)

Beauté

Arrêtez de chercher des embrouilles aux gens. On ne fait pas ça quand on est gaulé comme un teckel.

Balance

Amour

(regardez l’horoscope des Lions, on vous arrange un coup)

Gloire

La constellation du Pierre Palmade vous rappelle que vous n’avez pas inventé la poudre.

Beauté

Hé diiiites, vous le saviez que les Balances étaient le signe le plus parfait du
monde ? C’est fou, non ? Et étant Balance moi-même, j’en sais quelque chose.

Scorpion

Amour

Arrêtez de vous caresser la belette.

Gloire

Vous croquez la vie à pleines dents. Ce qui n’est pas étonnant, vu que vous bouffez tout ce qui passe.

Beauté

Une cagnotte sera ouverte sur Internet pour vous offrir enfin ce qu’il vous fallait depuis longtemps. Du déodorant. (on ne juge pas)

Sagittaire

Amour

Les Sagittaires sont les premier(e)s dans nos cœurs. (en partant de la fin)

Gloire

Suivez donc ce bon conseil du chanteur Renaud : « Casse-toi tu pues et marche à l’ombre. »

Beauté

De loin, on pourrait croire que vous êtes sexy.

Capricorne

Amour

Sous votre apparence antipathique, se cache… eh bien se cache aussi un cœur antipathique en fait

Gloire

L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne. Mais chez vous, si.

Beauté

Vous étiez le spermatozoïde le plus laid, et pourtant maintenant, vous êtes la plus belle personne du monde.
C’est fou.

Verseau

Amour

À poil !!!

Gloire

À POIIIL !!!

Beauté

À POIIIIIIIIIIIIL !!!!!

Poissons

Amour

Les cafards peuvent changer 25 fois de direction en une seconde. (un peu comme vous dans vos choix amoureux)

Gloire

Vous rentrez dans le lard de tout le monde. Normal, avec votre caractère de cochon. (poh poooh poooh)

Beauté

Tout est bon dans le cochon. Mais tout est con chez les Poissons.

Coupe du monde de rugby : les Tourangelles et Tourangeaux sont « ready » !

C’est bientôt le premier match de la Coupe du monde de Rugby : France vs. Nouvelle-Zélande. En fanzone, dans les bars ou chez soi, les Tourangeaux sont prêts à plonger dans ce Mondial à la saveur particulière.

Plus de 10 000 places qui s’envolent en quelques heures, des files d’attente dès l’aube devant les lieux de retraits… A la surprise des organisateurs, « l’entraînement » du XV Irlandais samedi dernier à Tours a suscité un engouement inespéré ! Dans les tribunes, on croisait des curieux aussi bien que des passionnés.

Pierre-Antoine, la vingtaine et joueur de rugby, était descendu de Paris exprès pour assister à l’événement avec Sylvie, une amie de la famille. Pour lui, pas de canapé-télé pour le mondial, mais sept ou huit matchs à vivre dans la chaleur des stades.

Philippe, la cinquantaine, a fait le déplacement pour les Irlandais, mais il restera chez lui à Saint-Pierre-des-Corps pour savourer la rencontre de vendredi : « Mon père a toujours regardé le rugby, moi aussi. Devant la télé avec une bière, pour vivre le match à fond ! Le rugby c’est l’ambiance, la convivialité, des sportifs qui se rentrent dedans pour le match mais boivent un coup ensemble après, rien à voir avec le foot ! »

 

Preuve de cet état d’esprit ? Les joueurs irlandais, qui ont dû faire une croix sur un « vrai » entraînement pour cause de pelouse fragilisée par des champignons (ça ne s’invente pas…), ont tout de même fait le déplacement.

Pendant une heure, on enchaîne : photo sur fond de Champs-Élysées de Dassin, discours, jeu avec une grosse baballe puis quelques passes avec le ballon de rugby, et des passages devant les tribunes pour faire applaudir en chœur les spectateurs. Les sportifs ont joué le jeu, avec signature d’autographes aux premiers rangs. Fair-play.

Retransmissions dans les bars de Tours

Il faudra donc attendre le samedi 9 septembre pour les voir véritablement jouer, face à la Roumanie, par écrans interposés. Des écrans, on en trouvera un peu partout en ville, dans la plupart des bars et brasseries habitués des retransmissions sportives.

The Pale, bar irlandais par excellence situé rue Colbert, est évidemment de la partie. Mais il n’est pas le seul. À l’Irish Company, place Plumereau, tout est prêt : un vidéoprojecteur et grand écran mural dans la salle du fond, et des écrans télé dans tous les recoins de la brasserie, qui reçoit déjà les réservations pour certains moments-clés du tournoi.

 

Au Camden Pub, rue du Grand-Marché, même combat, avec en bonus le retour de la Guinness en pression, dans un lieu dont le propriétaire est fan de rugby.

D’autres bars accrocheront un écran spécialement pour l’occasion. C’est le cas de la P’tite Maiz, place du Grand-Marché, où l’on retrouvera à la pression la bière créée pour l’occasion par la brasserie du même nom. Cette Irish Harvest, irish ale à la manière irlandaise, est déjà un succès : « D’autres établissements vont la proposer, en Touraine mais aussi à Nantes ou à Paris grâce à notre réseau habituel de distributeurs. On ne sait pas quelles seront les retombées économiques pour nous, mais ce qui est sûr c’est que tous les reportages que nous avons eus dans les médias nous font connaître ! », ajoute le brasseur.

Rugby dans l’assiette

Geoffrey Nivard profite lui aussi de la Coupe du monde pour se faire connaître, avec ses dégustations bières Art is Ale (d’Amboise) et fromages tourangeaux de Rodolphe Le Meunier. Le Tourangeau longtemps expatrié à Londres marque ainsi son retour sur ses terres avec des événements dans des bars partenaires, juste avant la diffusion des matchs. La Touraine gourmande n’a qu’à bien se tenir !

Fan zone

Mais au-delà des bonnes idées gastronomiques ou commerciales, la Coupe du monde reste surtout le moment des retrouvailles de l’Ovalie. Et celles-ci auront lieu ce vendredi 8 septembre au stade Tonnellé, converti en fan-zone par l’US Tours Rugby. Un investissement pour le club tourangeau, heureux de voir son sport à l’honneur.

Alors que le stade accueille 600 à 1 500 personnes pour les matchs de l’UST, ce sont 5 000 personnes qui pourront assister à la retransmission de France/Nouvelle-Zélande, avant les quarts de finale en octobre. Régis Radureau (commission communication) souligne qu’ « un tel événement met en avant la discipline, cela peut encourager enfants, ados, féminines à se lancer ». Ça tombe bien, ce weekend c’est le forum des associations Tours en Fête. Prêts à marquer l’essai ?

A Tours, des associations comme à la maison

Il y a toutes sortes d’associations. Certaines disposent de leurs propres locaux et d’un ou plusieurs salariés. D’autres n’ont ni les uns ni les autres. C’est pour elles, d’abord, que la Maison des Associations a été créée. À la fois lieu d’accueil et lieu ressource, cette structure municipale est à la fois une pépinière et une… association d’associations.

Ouverte depuis 2019 dans l’ancien collège Louis Pasteur, quartier du Sanitas, la Maison des Associations est désormais bien installée dans le paysage de la vie associative locale. Certaines associations tourangelles y ont élu domicile, d’autres viennent y trouver aides et conseils ou y travailler leurs dossiers, quand il ne s’agit pas d’y organiser son assemblée générale ou ses rendez-vous hebdomadaires. Petit tour du propriétaire…

Des étages du collège Louis-Pasteur, on ne verra rien : la Maison des Associations n’occupe que le rez-de-chaussée de l’ancien établissement scolaire. La faute à l’amiante. Au début du couloir, les bureaux du Service de la vie associative. Ici, on gère les demandes de subventions, on répond aux questions sur des sujets aussi variés que la recherche de bénévoles, l’embauche de salariés ou la réservation de locaux, quand on n’organise pas des ateliers pour accompagner dirigeants et bénévoles dans les aléas de la gestion associative.

C’est ici aussi que Marie Rousseau, animatrice et coordinatrice de la Maison, chapeaute l’organisation de Tours en Fête. L’événement qui se déroulera le dimanche 10 septembre au lac de la Bergeonnerie est une importante vitrine pour les associations tourangelles.

Une vie associative « dynamique » à Tours

Elles seront 76 associations culturelles cette année, et plus de 200 associations sportives. Tout ceci sans compter la face immergée de l’iceberg piloté par Nathalie Tibolla, responsable du service vie associative : participation à divers réseaux (réseau national des Maisons des Associations, Guid’Asso 37…), gestion du « Portail des associations » pour les démarches en ligne, etc.

Sept personnes travaillent à plein temps pour tout cela. « La vie associative a toujours été dynamique à Tours, rappelle Catherine Reynaud, adjointe au maire déléguée à la vie associative et à la cohésion territoriale. C’est une tradition de longue date, certains patronages ont été créés dans les années 1930 ! Les municipalités successives ont toujours pris au sérieux les associations, jusqu’à créer le service en 2014. »

Aide et appui

Et depuis l’arrivée de la nouvelle municipalité, la vie associative est vécue comme une opportunité supplémentaire d’encourager la démocratie permanente : « L’entraide, les échanges entre générations, la proximité sont des valeurs communes, d’autant que les associations participent à la dynamisation des quartiers », souligne l’élue.

Au-delà des subventions (7 603 160 € en 2023 pour 444 associations), ce soutien se traduit par la mise à disposition de locaux et de matériel, l’appui à la communication… et cette Maison des Associations qui ne se contente pas d’héberger le service vie associative. Boîtes aux lettres, espace coworking, deux salles de réunion et deux salles d’activités disponibles sur réservation : tout pour que les associations s’y sentent comme à la maison !

M.M. / Photo Maison des Assos – © Ville de Tours – V. Liorit

Tapisserie d’ameublement : Rachel Dubois, la reine des voilages

#VisMaVille Rachel Dubois est tapissière d’ameublement à Tours, quartier Saint-Eloi. Installée avec son mari, elle y déploie son savoir-faire et du sur-mesure de qualité depuis 25 ans.

Dans l’atelier-boutique de la rue Léon Boyer, près de la chapelle Saint-Eloi, Rachel Dubois coud un rideau d’inspiration art déco tandis que son mari fixe des clous après avoir finalisé la garniture sur un fauteuil d’époque XVIIIe destiné à la Pagode de Chanteloup.

Fauteuils, doubles rideaux avec voilages, abatjours, dessus et têtes de lits… Le couple réalise des reproductions comme des créations sur mesure, qu’elles soient traditionnelles ou contemporaines, pour des particuliers le plus souvent, et parfois des clients prestigieux tels que le château de Candé, le Conseil départemental et la préfecture.

Depuis 25 ans, Rachel – plus connue sous ce nom par ses clients – s’est installée comme tapissière d’ameublement indépendante. Après avoir obtenu un double CAP en couture et garniture en apprentissage à l’Atelier du Tissu, avenue Grammont, chez Gérard Labonne, elle s’est lancée à son compte à Notre-Dame d’Oé puis 20 ans, rue Blanqui.

Très vite, Cyrille, son mari-collaborateur l’a rejoint à mi-temps. Depuis 2019, ils sont installés à Tours au 55 bis rue Léon-Boyer, appréciant de dominer depuis leur atelier situé à l’étage, la verdure du jardin de l’éléphant Fritz.

Le contact du tissu a happé Rachel Dubois à l’âge de 5 ans, dès ses premiers pas de couture sur des poupées réalisés grâce à la vieille Singer à pédales de sa grande tante. « Dès lors, je voulais être styliste, travailler le tissu. Une conseillère d’orientation m’a dirigée vers la tapisserie d’ameublement. Ça me plaisait, je voulais passer le maximum de temps à l’atelier, être dans le concret, les rythmes scolaires ne me convenaient pas. »

Rachel est aujourd’hui heureuse de consacrer à la fabrication la majorité de son temps, le reste étant composé de devis, factures, échanges mails et contacts avec les clients. Une autre facette de son métier qu’elle apprécie. « Je suis présente du début à la fin, du conseil à la réalisation et l’installation sur place. Au début, on sélectionne les tissus avec les clients, puis je produis une seconde sélection et je me déplace pour voir in situ ce qui ira le mieux, je ressens comment les personnes vivent, leur sensibilité. Chaque rencontre est unique. On rentre dans leur intimité, il faut de l’écoute, de la confiance. Au final, je fais comme si c’était pour moi. »

Voilà donc le secret de la réussite de sa petite entreprise, outre sa qualité consacrée dernièrement par le titre de Maître artisan d’art : s’adapter constamment, avec sensibilité et un sens artistique. Pour le choix des tissus, le panel est large, composé de grandes maisons comme Pierre Frey, Lelièvre…

Ce n’est donc pas par hasard si Rachel a été élue par le Conseil départemental pour reconstituer une pièce maîtresse du château de Candé : la chambre de Fern-Bedaux, avec pour mission de reproduire à l’identique lit, paravents, tabourets, tentures murales et un immense double rideau en satin de 3,46 mètres de hauteur. Des pièces d’exception qui côtoient des éléments du quotidien dans le travail de la tapissière d’ameublement. Celui de Rachel Dubois n’a pas l’air ennuyeux en tout cas, au vu de son entrain et de sa passion, partagés par son mari depuis 25 ans.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 30 août au 5 septembre 2023

Vous pensiez que la rédaction de tmv l’avait viré ? Eh bien malheureusement non. C’est la rentrée et l’astrologue de tmv est toujours là…

Bélier

Amour

Dites, c’est vous qu’on a vu(e) sur Canal+ le premier samedi du mois,
vers minuit ?

Gloire

Vous savez, si quelqu’un fait un truc nul et qu’il existe quelque chose d’encore plus naze, ça ne fait pas de la première chose quelque chose de bien. (c’est exactement le résumé de votre vie en fait)

Beauté

Oh l’enfer, vous êtes aussi expressif/ve qu’un mix entre Benjamin Biolay et
Ryan Gosling.

Taureau

Amour

Eh bé… vous devez vraiment avoir la dalle pour « fréquenter » ce genre de personnes…

Gloire

Oh ! Regardez sur votre gauche !
Y a votre dignité qui se barre.

Beauté

Côté forme, vous ne pétez pas le feu… puisque vous avez le transit difficile. #jeudemotfoireux

Gémeaux

Amour

D’après une revue très sérieuse, 94 % des Gémeaux ont une libido aussi intense que celle des bonobos.

Gloire

Une récente étude montre que 98,3 % des Gémeaux sont des sociopathes en puissance. Ne l’oubliez pas.

Beauté

La science l’a confirmé : dans sa vie, un(e) Gémeaux sur deux se mettra au
naturisme du fait de ses attributs généreux.

Cancer

Amour

On dit que tous les chemins mènent à Rome. Mais ils mènent surtout dans votre slip, bande de lubriques.

Gloire

Vous êtes comme un BigMac : bien appétissant(e) en photo, mais en vrai, c’est pas franchement ressemblant…

Beauté

(par chance, vous êtes quand même le meilleur des hamburgers, on vous love)

Lion

Amour

« Le meilleur moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder », disait Oscar Wilde. Par chance, vous n’attirez personne en ce moment, alors ça va

Gloire

Bon sang, mais quand est-ce qu’on se rendra compte que les Lions sont les meilleurs de la planète ??!

Beauté

Vous allez vous faire un nouveau pote. Il est sympa, il s’appelle « anti-cernes ».

Vierge

Amour

Vous allez choper un(e) cycliste.
Ou une cystite. On sait pas trop, notre boule de cristal est vraiment sale.

Gloire

Aucune idée et je m’en fous.

Beauté

Vous êtes bien parti(e) pour vous faire des dreads sous les aisselles.

Balance

Amour

Ouah ! C’est la Guerre des étoiles côté libido.

Gloire

Mais c’est aussi l’Empire contre-attaque avec votre ex (et votre boss relou, tant qu’à faire)

Beauté

Le Retour du Jedi (et surtout de vos points noirs)

Scorpion

Amour

Paraît-il qu’il est dans le pré d’après Karine Le Marchand. Alors débrouillez-vous, je suis pas votre astrologue.

Gloire

Beaucoup de soucis en ce moment dans votre vie. Mais il y a pire : vous pourriez être Sagittaire par exemple.

Beauté

Vous ressemblez à un tableau de Picasso. À vous de voir si c’est un compliment ou pas.

Sagittaire

Amour

Ça rime avec « ça dure pas pour toujours ». Bisou !

Gloire

Vous avez le bonjour de Jacquie et Michel. Ils vous disent merci.

Beauté

Olalaaaa mais il va falloir appeler le GIGN. Car vous êtes une bombe ! Ksskss

Capricorne

Amour

Moi, je vous aime bien. Mais je suis bien le seul.

Gloire

L’avenir appartient à ceux qui croivent que si j’aurais pas de Bescherelle, ce sera pas grave.

Beauté

Vous brillez en société. Mais c’est uniquement en raison de votre front gras.

Verseau

Amour

La Terre n’est pas plate. Contrairement à votre vie sentimentale.

Gloire

Vous allez critiquer Michel Sardou et « Les Lacs du Connemara ». Les gens vous détesteront jusqu’en octobre.

Beauté

Migraines cette semaine. Consultez un médecin (ou allez-y mollo sur l’apéro)

Poissons

Amour

Dans la vie, il faut savoir rire de tout. Surtout de votre vie amoureuse et sentimentale.

Gloire

Vous finirez comme l’astrologue de tmv : aigri(e), méchant(e), seul(e), à raconter des conneries.

Beauté

Les vacances n’ont rien changé à votre carrure : de loin, on vous confond toujours avec un nem.

Monde associatif à Tours : des réseaux sociaux in vivo

À l’approche de la rentrée, toutes les associations sont sur la ligne départ. Objectif ? Trouver des adhérents pour leurs activités… et des bénévoles pour les faire tourner !

la Société Chevaleresque des Programmeurs 37, pas d’épée en vue, mais des pirates, puisque l’association prévoit un atelier hacking informatique, avec le soutien du Crous et de l’Université de Tours. L’occasion pour ces étudiants d’éveiller l’intérêt des nouveaux arrivants dans leur filière, et de « recréer du lien entre les étudiants d’informatique », selon le président, Andreas Mulard (qui entame sa 3e année).

Le lien humain ? C’est ce qui a poussé les habitants de la rue Chanzy à créer leur association au printemps : La Commune Libre de Chanzy. Au départ, une conversation Whatsapp née pendant le confinement de 2020, comme le raconte l’actuel président, Stéphane Fouassier : « À l’origine on échangeait pour des achats de paniers de légumes ; cela a attiré beaucoup de voisins, et des liens durables se sont créés. »

Echange et coopération

En juin, la Fête des Voisins fait ainsi le plein, avec presque cent participants cette année, et d’autres idées ont germé… Tellement d’idées que les voisins motivés ont lancé une association pour pouvoir les porter. Bientôt une boîte à livres, un vide-greniers, des activités culturelles… La rue Chanzy va continuer de s’animer, tandis que le groupe Whatsapp poursuit sa vie pour l’organisation d’apéros, des balades à vélo ou des échanges d’outils, dans un quartier « où les gens se connaissent, il n’y a plus d’anonymat, mais un esprit village », se réjouit Stéphane.

L’échange et la coopération sont tout aussi essentiels pour Alain Herault, président de l’Ardente, qui est un vrai dinosaure du monde associatif tourangeau.

« Une association sans convivialité, ça n’est pas une association ! »

Créée en 1936, l’association désormais basée dans le quartier de la Bergeonnerie a pour devise « entraide et convivialité ». « Une association sans convivialité, ça n’est pas une association ! » ajoute Alain. Dans la section football, où s’entraînent une soixantaine d’enfants, tous les animateurs sont bénévoles. Idem pour les responsables des cinq sections de l’Ardente : football, gymnastique, danse, sarbacane, et « Bebbo », la section dédiée à la vie de quartier (Bergeonnerie Est Bois Bergeonnerie Ouest) qui a pour objectif que « les gens fassent connaissance entre eux et se sentent bien dans leur quartier ».

Mais tout cela n’est pas de tout repos ! Si créer une association est assez simple (deux personnes pour former le bureau, des statuts souvent inspirés de modèles trouver en ligne, un compte en banque et une assurance pour enregistrer tout cela sur le site web de la préfecture), la faire fonctionner est parfois une gageure.

Lors de l’assemblée générale de l’Ardente, en juin dernier, Alain avait fait les comptes : comité directeur, responsables de sections, animateurs… les bénévoles avaient consacré à eux tous plus de 6 500 heures à l’Ardente au cours de l’année écoulée, pour faire vivre les activités qui réunissent près de 170 adhérents.

Et si le bénévolat est une manière de partager un bon moment, des compétences, ou les deux, c’est aussi parfois un sacerdoce ! Les mesures sanitaires mises en place pendant la pandémie ont ainsi mis à rude épreuve les nerfs de nombre de responsables associatifs, responsables légaux en cas d’incident. Pas toujours simple !

Et pas toujours attractif ? Richard Lévrier, vice-président de France Bénévolat Touraine, souligne en effet la baisse du nombre de bénévoles en France en 2023. « Pendant le Covid, de nouvelles personnes se sont investies dans des actions bénévoles, mais on constate tout de même une perte de 2 millions de bénévoles entre les périodes avant et après Covid. »

Et le bénévolat change de physionomie : les séniors sont moins nombreux qu’avant (25 % des bénévoles contre 38 % en 2019), ce qui ne devrait pas s’arranger avec le recul de l’âge de départ en retraite. Il est également difficile de trouver des bénévoles sur le long terme ou pour des missions à responsabilité. Le défi pour les associations, qu’elles œuvrent dans la culture, le social, l’environnement ou le sport ? « Fidéliser les bénévoles en maintenant le plaisir et l’envie de s’engager. » Alors, prêts à vous lancer ?

Maud Martinez / Photos : Tours en Fête @ Sébastien Pons

Sewra Mehretab, l’ambassadrice du tourisme Tours Loire Valley

#VisMaVille Sewra Mehretab est conseillère en séjour à l’Office de Tourisme & des Congrès de Tours. Accueil, conseil mais aussi vente constituent la palette de cette ambassadrice qui garde constamment son sourire.

Derrière le comptoir de l’Office de Tourisme de Tours & des Congrès Loire Valley, face à la gare et au Palais des Congrès Vinci, Sewra Mehretab et ses quatre collègues titulaires se relaient chaque jour pour assurer l’accueil et renseigner les touristes et curieux. Une équipe du matin, une de l’après-midi, complétée par les saisonniers d’avril à fin septembre, avec des roulements les week-ends et jours fériés à la clé.

Le métier de « conseiller séjour », Sewra Mehretab l’exerce depuis 13 ans ici au siège de la rue Bernard-Palissy, après avoir tenu la boutique touristique de la place Plumereau durant sept ans.

Titulaire d’un BTS Tourisme passé à Blois, cette Tourangelle maîtrisant l’allemand et l’anglais, a pourtant cru qu’elle devrait faire une croix sur son métier. Elle est, en effet, issue de la promo du 11 septembre 2000. Les perspectives de recrutement dans le tourisme étaient alors au point mort. Sewra a dû exercer un job alimentaire de vendeuse de vêtements avant de pouvoir enfin embrasser son objectif.

« J’aimais voyager, les langues, j’avais envisagé de travailler pour des tours opérateurs et puis j’ai changé d’image sur les offices de tourisme que je trouvais alors trop statiques, répétitifs dans les tâches. En fait, le métier évolue constamment avec les nouveaux produits à proposer et la technologie. »

Le cœur du métier de conseiller séjour réside toujours dans l’accueil et le conseil. La vente d’excursions, de balades en montgolfières ou en canoë, de visites dans les châteaux du Val de Loire surtout, mais aussi d’hébergement touristiques et de souvenirs prend de plus en plus de place. Avec une diversification dans les prestations proposées. « Les dégustations de vins dans des sites insolites sont devenues tendances », souligne Sewra Mehretab.

Les conseillers séjours accueillent physiquement le client, mais répondent également à leurs demandes par téléphone, mail et messagerie en ligne. En arrivant le matin à 9 h, le point est fait sur les affiches, le panneau indiquant la météo, les documents disponibles pour le public et les mails donc. « Nous essayons de répondre le plus vite possible, entre deux clients, assure Sewra. Nous jonglons, nous essayons d’être efficaces, de poser les bonnes questions pour affiner la demande, la recentrer car beaucoup d’informations circulent sur internet. »

Sewra insiste sur sa mission de service public. « Notre but est de promouvoir la destination et le département. » Elle apprécie les retours positifs et les échanges qui peuvent s’instaurer, avec une clientèle large, du jeune couple aux séniors, de tous horizons sociaux et géographiques. « Les gens viennent d’abord chez nous pour découvrir la ville, je sors la carte de Tours maintes fois, mais ce n’est jamais la même explication, la même approche, car chaque personne a une façon différente de visiter. »

Et parfois les échanges prennent une autre tournure. « Quelque part, nous voyageons aussi à travers nos clients. Dernièrement, un Québécois m’a proposé de venir voir les caribous l’automne, c’est tentant. »

Aurélie Dunouau

 

Eric Plat, le glacier des pros tourangeaux

#VisMaVille Eric Plat est le gérant du Palais de la Glace. L’un des rares fabricants de glace local qui vend d’abord aux professionnels.

Généralement, on le reconnaît à son camion rétro de 1963 estampillé « Le Palais de la glace et du sorbet » qui parcourt l’été les marchés, les événements culturels, les mariages et les fêtes d’entreprises. Eric Plat, le gérant, rigole de la notoriété de son camion plus que de la sienne.

Après un parcours dans la restauration, celui qui est devenu artisan glacier a repris en 2018 cette institution tourangelle, connue depuis 1984 pour fournir restaurants et sites touristiques locaux comme le château de Villandry pour qui il crée des parfums particuliers : fraise-thym, framboise-bergamote, citron vert-estragon, verveine-menthe-ortie figurent ainsi sur la carte de La Doulce Terrasse.

Répondre aux commandes des professionnels fait partie des particularités de l‘entreprise qui travaille à 95 % sur le département. Pour son voisin, La P’tite Maiz, il a conçu une glace à la bière ; pour Terres Exotiques, un sorbet au poivre. « On peut tout imaginer, assure Eric Plat. Le tout est de trouver l’équilibre avec les différents goûts. Soit je pars d’une demande, soit je pars d’un parfum que j’ai envie de réaliser, en dosant bien les quantités, au gramme près. »

Dans son local de production et de stockage de 500 mètres carrés, rue de Hollande à Tours Nord, les congélateurs s’alignent : les classiques mangue, caramel beurre salé, vanille, cohabitent avec les créations originales framboise-poivron, et la dernière en date sarrasin.

Depuis la création de l’entreprise, ce sont 900 recettes établies et validées, environ 20 000 litres de glaces écoulés à l’année. Les quatre mois d’été représentent 60 % des ventes, la période de Noël est également active, avec une fabrication des bûches glacées dès septembre. Eric Plat fait tourner la boutique avec un salarié et un apprenti.

Ici tout démarre, avec la matière première. Les incrustations de cookies sont par exemple faites maison. Les produits proviennent autant que possible du local, comme le miel d’Athée-sur-Cher et le beurre de Verneuil. La vanille constitue le produit phare, entre 30 et 35 % des ventes, 180 litres de bacs sont conçus chaque semaine.

Le processus de fabrication demande du temps et surtout des équipements importants. Pour les glaces, le lait frais est livré chaque matin. « On le pasteurise avec le mélange, on laisse maturer 24 heures avant de mixer dans le freezer ou la turbine, explique Eric Plat. On peut produire 300 litres de glace à l’heure avec cette technique. Pour le sorbet, on le travaille avec des purées de fruits surgelées, sans ajout d’arômes, ça permet d’en avoir toute l’année. »

Ici, vous ne trouverez pas un sorbet aux fruits rouges mais des recettes à base de fraise, cassis, myrtille… « Il faut retrouver le goût en bouche, comme si on croquait dedans. » Le seul paramètre dont il ne tient pas compte est celui des calories : « Une glace c’est d’abord gourmand, il faut faire plaisir », dit-il en tendant une petite cuillère tentatrice.

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 28 juin au 4 juillet 2023

Cette semaine, on a (presque) été gentils avec les Poissons. Tout le contraire des Capricornes…

Bélier

Amour

Super, je viens de regarder votre vie amoureuse. En fait, la mienne n’est pas
si horrible.

Gloire

Chute de popularité à prévoir.
Mais rien de grave : regardez l’astrologue de tmv, personne ne l’aime, mais tout le monde l’écoute.

Beauté

Au réveil, vous avez des airs de Philippe Etchebest

Taureau

Amour

Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir.
C’est pas moi qui le dis, c’est Johnny

Gloire

Comme le dit le dicton : « Si juillet est beau, prépare tes tonneaux »…

Beauté

…mais il dit aussi « Si juillet est beau, Taureau prépare tes lolos » (ça, on l’a inventé)

Gémeaux

Amour

Vous, vous, êtes libertineuh,
vous êtes une catin.

Gloire

On veut pas vous faire flipper,
mais un drone vous observe depuis une semaine tout(e) nu(e) chez vous.

Beauté

Comme le dirait mon chat qui marche sur mon clavier : « op’i »çàé(à_’_iyçyçyç_ i’(y

Cancer

Amour

Venant de vous, les compliments, c’est comme le calebute de l’astrologue de tmv : tout le monde en entend parler mais pas sûr que ça existe.

Gloire

En ce moment, vous êtes une grosse patate, mais vous avez la frite.

Beauté

Le moment est peut-être venu de révéler pourquoi vous avez des sous-vêtements si moches.

Lion

Amour

L’amour est plus fort que tout et vaincra. (Non, on déconne. Y a que la
pizza qui vaincra, c’est tout)

Gloire

La constellation du Claude François vous rappelle que cet âne est là (et cet âne, c’est vous)

Beauté

Passé 22 ans tout fout le camp.
Il n’y a plus d’espoirs, mes petits chatons…

Vierge

Amour

THE big boss, c’est vous. Votre surnom sous la couette ? Viergecingétorix.

Gloire

Félicitations ! Cela fait désormais 2 mois et 17 jours que vous n’avez pas eu
de bonne idée.

Beauté

Pas au top cette semaine.
Mais toujours mieux que votre voisin(e) de gauche.

Balance

Amour

Vous êtes un bon coup. (mais juste pour vous-même)

Gloire

Super, en ce moment, vous êtes aussi utile qu’une valise sans poignée.

Beauté

Bref, tout va mal dans votre horoscope. Heureusement que vous sauvez les meubles en étant ultra canon.

Scorpion

Amour

Waouw, vous êtes une vraie machine à distribuer du plaisir. (mais seulement en solo)

Gloire

Comme disaient les grands philosophes d’O-Zone : « Vrei să pleci dar, nu mă, nu mă iei, nu mă, nu mă iei. »

Beauté

Prenez une tartine de second
degré chaque matin. Vous verrez, ça ne mange pas de pain.

Sagittaire

Amour

Eh bé… En observant vos relations amoureuses et amicales, force est de constater que vous n’êtes pas bien exigeant(e)…

Gloire

Les Poissons sont vos ennemi(e)s.
ELIMINEZ-LES !

Beauté

Vous poussez souvent des coups de gueule. (mais il faudrait se laver
les dents)

Capricorne

Amour

C’est quand même magique, les Capricornes. Ça enquille les plans foireux et les mauvais choix, mais ça continue de foncer dans le mur tout
sourire.

Gloire

Installez ChatGPT. Histoire de pouvoir parler à quelqu’un qui fait semblant de vous écouter et d’être votre ami

Beauté

Le matin, votre bouche sent la marée.

Verseau

Amour

Ce soir, y a quelqu’un qui va passer à la casserooole. Et ce quelqu’un,
c’est vouuuus !

Gloire

Quand un(e) Verseau naît, un Bescherelle meurt.

Beauté

Oui enfin n’oubliez pas que de dos, dans le noir, tout le monde est
beau hein…

Poissons

Amour

Les Poissons aiment tout le monde. Mais personne n’aime les Poissons.
Comme quoi, c’est con la vie.

Gloire

Arrêtez de coller autant aux fesses des gens, on dirait un rideau de
douche.

Beauté

La perfection n’existe pas.
Sauf chez les Poissons. Sachez-le, bande de larves.

La Ville de Tours vue par… ChatGPT

On s’est dit qu’on allait tester un peu ChatGPT sur un sujet qui nous tient à cœur : notre bonne ville de Tours. Nous lui avons posé quelques questions, en mode Interview et voilà le résultat. Où l’on apprend qu’une intelligence artificielle, ça ne se mouille pas trop quand même…

Pourquoi est-ce si agréable de vivre à Tours ?

Vivre à Tours est agréable pour plusieurs raisons. La ville offre un cadre charmant et historique, avec ses rues pittoresques et son patrimoine culturel. Elle bénéficie d’une atmosphère animée et dynamique grâce à la présence d’une université et à une vie étudiante dynamique. Tours jouit d’une situation géographique avantageuse, proche de la vallée de la Loire et bien reliée aux autres grandes villes.

Elle offre un bon équilibre entre vie urbaine et tranquillité, avec des espaces verts, des parcs et des pistes cyclables. Enfin, la gastronomie et les vins de la région ajoutent une touche culinaire plaisante à la vie quotidienne.

À votre avis, Emmanuel Denis est-il un bon maire de Tours ?

Je m’excuse, mais je ne dispose pas d’informations récentes sur les maires de Tours après ma date de coupure de connaissances en septembre 2021. Par conséquent, je ne peux pas fournir une évaluation précise d’Emmanuel Denis en tant que maire de Tours

. Je vous recommande de consulter des sources d’actualité locales ou des avis des habitants pour obtenir des informations plus récentes sur sa performance en tant que maire de Tours.

Pourquoi est-il bon de lire tmv ?

Il est bon de lire « tmv » à Tours car ce journal local offre une couverture détaillée et spécifique de l’actualité et des événements de la ville. En lisant « tmv », les habitants de Tours peuvent rester informés sur les développements urbains, les initiatives communautaires, les projets culturels et bien plus encore. Le journal offre également une mise en contexte locale des actualités nationales et internationales, permettant ainsi aux lecteurs de comprendre les enjeux mondiaux à travers le prisme de leur propre communauté.

De plus, « tmv » fournit des informations pratiques sur les services locaux, les événements à venir et les recommandations pour profiter pleinement de la vie dans la ville. En lisant « tmv », les résidents de Tours peuvent se sentir plus connectés à leur communauté et renforcer leur sentiment d’appartenance.

Christian Leau, 68 ans, le DJ de la guinguette de Rochecorbon

#VisMaVille Christian Leau est le responsable des animations musicales de la guinguette de Rochecorbon depuis 13 ans. Portrait d’un passionné de danse et de musique.

Il arrive en fin d’après-midi à la guinguette de Rochecorbon, apprêté, foulard autour du cou, couvert de son chapeau, encore imprégné des pas de country qu’il vient d’enseigner dans son association de Saint-Avertin. Souvent à vélo d’ailleurs, son mode de déplacement en même temps que son loisir qu’il pratique en compétition.

Christian Leau, 68 ans, Tourangeau depuis toujours, est un homme qui vit à 100 à l’heure, jamais rassasié de danse, de musique et donc de vélo. Il donne 14 heures par semaine de cours de danse de line country, prend des cours de salsa pour se perfectionner, anime encore des mariages et des fêtes avec ses playlist éclectiques et son sens de l’animation reconnu… bref il n’arrête pas.

A Rochecorbon, on le retrouve les lundis, mercredis, jeudis et dimanches, derrière sa petite table de DJ disposée à côté de la belle piste de danse de la guinguette. Le samedi, il est carrément sur scène pour la soirée dansante qui peut attirer jusqu’à 500 danseurs. Country, valse, bachata, rock, variétés, jazz, il touche à tout, veillant à alterner les styles et ménager le souffle des danseurs, toujours au goût du jour.

« Après deux rock, je peux passer une rumba, c’est une question de dosage. Les gens nous font des retours positifs ici. Je reste aussi moderne, la chanson de Mentissa, Et Bam, je la passe en mode valse. »

Celui que tout le monde appelle ici DJ Christian a de la bouteille dans le milieu musical. « De l’animation, j’en fais depuis 40 ans. Quand j’ai rencontré Bernard Repussard, DJ de la discothèque Club 57 à Tours dans les années 70, j’ai tout de suite accroché. Il m’a vendu des milliers de disques et m’a appris à mixer des vinyles. À l’époque, nous n’avions pas d’ordinateur mais seulement deux boutons. »

Cette passion l’a toujours occupé sur ses temps libres, les soirs et week-end puisque Christian Leau a exercé son métier de géomètre jusqu’à sa retraite. Dans sa vingtaine, du Club 57, il passe à l’animation des mariages avec le magasin Spot’light. « J’ai animé plus de 600 mariages et 2 000 soirées depuis que je suis indépendant », comptabilise Christian Leau.

Autodidacte, il adore parler de musique, glisser quelques enchaînements bien sentis et une pincée d’humour. « J’aime écrire mes textes et présenter les personnages avec humour. Vingt minutes d’animation pour un mariage c’est quatre à cinq pages d’écriture, des dizaines d’heures de boulot. »

À Rochecorbon, il arrive à sa treizième saison, recruté par le patron actuel Gérard Morissseau. Au compteur : 770 soirées, qui sont devenues à thèmes et prisées des Tourangeaux. Aucune playlist établie, Christina s’adapte à l’ambiance du jour. De 20 h à minuit, il enchaîne les disques, tenant sa ligne svelte et son physique grâce à son hygiène de vie, la danse et les kilomètres de vélo avalésprès de 10 000 par an entre les balades et les courses. Il ne s’autorise plus qu’un petit verre de moelleux en arrivant à la guinguette, heureux de retrouver ses patrons Gérard et son fils Romain.

« C’est une famille ici et puis le cadre est tellement agréable en bord de Loire. J’ai l’impression d’être en vacances ici », glisse le retraité actif.

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 21 au 27 juin 2023

L’astrologue a choisi ses cibles de la semaine. Bienvenue dans l’horoscope WTF !

Bélier

Amour

Pour trouver l’amour, le vrai, évitez les Taureaux, les Gémeaux, les Poissons
et… non en fait, évitez tout le monde, l’amour ça pue.

Gloire

Vous commencez la semaine avec
une motivation à toute épreuve. (ce qui ne va évidemment pas durer avec vous)

Beauté

Coucou les pandas ! Pensez à l’anti-cernes un de ces quatre ! #conseil

Taureau

Amour

Une récente étude prouve que les signes astrologiques commençant par « tau » ou se finissant par « reau » sont infidèles.

Gloire

Votre patience est aussi limitée
que le Q.I de votre ex.

Beauté

Bah heureusement qu’y a la beauté
intérieure, dites donc !

Gémeaux

Amour

Bon allez… on va tout donner et essayer d’être sympas avec les Gémeaux.
Allez hop… Bon…

Gloire

… Ben euh. Ouais non, vous voyez quand ça veut pas, ça veut pas.

Beauté

Comme quoi la morale de cette histoire, c’est que ça doit vous servir de leçon, vous n’auriez jamais dû être Gémeaux, car c’est vraiment un signe tout pourri.

Cancer

Amour

Sur l’autoroute de l’amour, vous êtes bloqué(e) dans les toilettes
glauques de l’aire de repos…

Gloire

(c’était une métaphore hein, mais on vous a déjà dit que les Cancers
n’étaient pas les couteaux les plus aiguisés du tiroir)

Beauté

Un cœur d’or pour une face de pet.

Lion

Amour

Vous n’avez pas vraiment de fierté pour être amoureux/se de ce genre de machin, n’est-ce pas ?

Gloire

Un marabout vous jettera un sort et vous deviendrez fan de Cyril Hanouna.
On a les embrouilles qu’on mérite.

Beauté

Telle la Tektonik, vous étiez à la mode il y a 15 ans.

Vierge

Amour

Les gens vous prennent pour un pigeon. Spoiler : ils ont bien raison.

Gloire

Comme on dit, les grands esprits se rencontrent. C’est peut-être pour ça qu’on ne vous a pas rencontrés.

Beauté

Chouette, voilà l’été. À vous de retaper votre carrure de strudel.

Balance

Amour

C’est tout de même fantastique.
Chaque jour qui passe, vous touchez le fond sentimentalement parlant. Et vous creusez toujours plus.

Gloire

Y a rien qui va en ce moment, que ce soit dans votre vie ou dans votre slip.
Sale période.

Beauté

Des fois, seulement les jours impairs.

Scorpion

Amour

Non.

Gloire

Non plus.

Beauté

Et là non plus.

Sagittaire

Amour

Votre braguette crie famine. Mais rien de très étonnant pour les Sagittaires…

Gloire

La semaine s’annonce radieuse.
Mais seulement pour les Gémeaux. Et vous n’êtes pas Gémeaux.

Beauté

Attendez, quoi, qu’ouïs-je, que vois-je ? Mais comment est-ce donc possible d’être aussi magnifique que vous ???

Capricorne

Amour

Cœur sur les Capricornes qui ont des lunettes. Les autres, on s’en fout complètement.
(eh ouaiiiis, c’est précis l’horoscope, Y A QUOI ?)

Gloire

Le saviez-vous ? Dans le dictionnaire, à la définition du mot « hypocrite »,
on trouve votre photo.

Beauté

Les fétichistes des pieds vous kiffent. Y a p’tet un filon à exploiter, non ?

Verseau

Amour

Si même les Verseaux sont capables de trouver l’amour… Comme quoi tout est possible dans la vie.

Gloire

Vous imaginez un monde sans Verseaux, comme ce serait triste ?? (haha
non, on déconne, bande de larves)

Beauté

Oui, mais pas cette semaine.

Poissons

Amour

Pépin Le Bref était le roi des Francs. Mais c’est aussi votre surnom au pieu.

Gloire

Arrêtez de sourire bêtement, ça ne vous donne pas l’air plus intelligent(e).

Beauté

Début de l’été rime avec poussée d’acné. Gros bisous et bon courage.

Quand Tours vit la nuit…

Quand vient la nuit, Tours révèle de multiples visages. Ceux de Tourangeaux qui s’amusent, travaillent ou se baladent. On les a suivis jusqu’à 6 h du matin…

21 h

Nina, infirmière à l’hôpital, prend son service à 21 h. « J’ai voulu travailler la nuit, car la solidarité et la convivialité entre collègues y sont plus fortes. Et on a le temps d’écouter les patients. La nuit est un moment propice aux angoisses pour eux, ils sont seuls face à la maladie, mais on peut justement prendre le temps de les apaiser. »

21 h 30

Virginie s’apprête à aller dormir. « Je me couche un peu tard par rapport à mes collègues ! » La reporter radio est arrivée à Tours il y a quelques mois pour devenir « matinalière » : elle assure les flashs infos du 6 h-9 h sur les ondes de France Bleu Touraine. Un gros changement de rythme pour la trentenaire qui avait plutôt l’habitude de sortir le soir !

22 h 30

La guinguette des bords de Loire est bien remplie. Les jeunes Tourangeaux sont nombreux à délaisser le bar éphémère pour aller siroter leur verre assis au bord de l’eau. « C’est plus calme, et de toute façon on trouve rarement où s’asseoir là-haut ! » commente Julie.

En cœur de ville, l’ambiance est parfois électrique, à en croire un habitant du quartier accoudé au comptoir de la Vida Loca. « On dirait que les gens ne savent plus s’amuser sans se prendre la tête. » Il est encore tôt pour en juger.

23 h 15

Dernier appel, car le bar de l’Étape 84 va bientôt fermer, tout comme la réception. Au-delà de minuit, il faudra montrer patte blanche pour entrer : les voyageurs hébergés sur place devront utiliser leur badge pour activer la porte d’entrée. Le veilleur de nuit sera fidèle au poste, en plus d’assurer d’autres tâches : « laver les torchons, le bar, et mettre en place le petit-déjeuner », raconte Julien, réceptionniste polyvalent qui passe le relais à minuit à son collègue « de night ».

23 h 30

Les rideaux métalliques de la gare de Tours s’abaissent. 23 h 30 en semaine, 1 h 40 le weekend. Tout dépend des derniers trains… et des éventuels soucis, comme ce fut le cas le vendredi 9 juin avec la ligne TGV perturbée, et des voyageurs accueillis jusqu’à 4 h du matin.

On pourrait imaginer toute une fourmilière en action une fois les rideaux baissés… mais il n’en est rien ! « La fonction première d’une gare, c’est d’accueillir du public ! rappelle Laurence Glever, directrice des gares de la région Centre Val de Loire. Notre première mission, à la fermeture, c’est de vérifier qu’il n’y a plus personne à part les agents de sécurité, qui sont là pour éviter tout incident sur place. »

Il faut pousser un peu plus loin, du coté du poste d’aiguillage, pour apercevoir une silhouette humaine, qui veille à amener les trains de marchandises et autres rames en maintenance à destination. Certains travaux ont également lieu la nuit. Mais dans le hall, nada, nadie, nobody à part les trois ou quatre agents et leur chien.

2 h

Des bars jaillissent les clients. Hormis quelques lieux spécifiques (l’Académie de la Bière, Hot Rod Café…) qui ont la permission de 4 h, il est temps de vider terrasses et comptoirs. Pour certains, retour à la case dodo. Pour d’autres, direction les boîtes de nuit. Derrière les portes closes, un peu de ménage, puis la journée de travail se termine. A chacun son rythme.

Gary, au Dolittle, va rentrer chez lui, pour se coucher sur les coups de trois heures. Titi, à la Vida Loca, fait un autre choix : « Je vis totalement en décalé. Après le travail, je vis un peu, je me coucherai vers 8 h du matin, c’est un rythme qui me correspond ». Pour lui, la soirée ne fait que commencer !

3 h

Le réveil est programmé pour sonner une trentaine de fois. Virginie prend la route du studio de France Bleu Touraine vers 4 h du matin. « Cela me laisse trois heures pour faire le tour de tous les médias nationaux, vérifier les infos, écouter les sujets proposés par mes collègues de France Bleu Touraine et des autres stations France Bleu, pour sélectionner ceux qui passeront à l’antenne. Puis je prépare les textes des flashs infos que je ferai entre 6 h et 9 h ».

4 h 30

Le premier tramway s’élance, chargé des travailleurs de l’aube et des premiers fêtards fatigués. La gare de Tours relève son rideau.

6 h

Alors que les derniers clients sortent des boîtes de nuit, la journée commence sur les ondes. Il est 6 h, et vous êtes bien en Touraine.

L’extinction de l’éclairage public s’étend à Tours

Dans le cadre de sa politique de réduction de l’éclairage nocture, la Ville a annoncé l’installation de systèmes de détection sur des candélabres autour de la rue Colbert.

Les faits

Trente-six lampadaires à led situés dans six rues perpendiculaires à la rue Colbert (rues des Jacobins, de la Barre, du Cygne, de Guise, Jules-Moineaux, de la Moquerie) vont être équipés d’un système de détection. Entre 22 h 30 et 6 h 30 et plus tard en hiver, la lumière (trois luminaires) s’allumera à l’arrivée d’un piéton.

Le reste du temps, la rue ne sera pas éclairée. Une idée née du premier budget participatif de la Ville.

Le contexte

Depuis le 14 novembre 2022, l’éclairage public s’éteint entre 1 h et 5 h du matin dans trois quartiers de la ville de Tours : Blanqui, une partie de la rue Febvotte et le quartier des Douets à Tours nord.

Une étude menée sur ces secteurs indiquent que les habitants sont globalement satisfaits (à 55 %) de cette initiative. Aucune agression n’a eu lieu dans les secteurs concernés. De même, les données fournies par la police montrent que la mesure n’a eu aucune incidence sur le nombre de cambriolages qui, contrairement à une idée reçue, se déroulent majoritairement en journée, quand les habitants sont absents de leur domicile.

Un éclairage à détecteur de mouvement, à Tours.

Les enjeux

Pour la Ville, limiter l’éclairage nocturne répond à trois enjeux majeurs. Il s’agit, tout d’abord, de limiter la consommation d’énergie. Éclairer des rues vides, de fait, ce n’est pas ce que l’on peut faire de mieux par les temps qui courent. Il s’agit, aussi, plus prosaïquement, de faire baisser la facture liée à l’éclairage public de la Ville, qui se monte quand même à près de 2 millions d’euros cette année, contre 1,2 million l’année dernière.

Enfin, le but est de favoriser la biodiversité en ville, en limitant les effets néfastes de l’éclairage nocturne.

Et demain ?

Un nouveau point sur l’éclairage nocturne et les deux systèmes (extinction totale ou allumage automatique par détection de mouvement) sera effectué à la fin de l’année. Mais sans attendre, la Ville laisse déjà entendre qu’elle envisage d’étendre le principe de l’éclairage ciblé dans les mois qui viennent. Une mesure qui ne concernera pas les grands axes.

Si elle l’appliquait à tous les quartiers, elle pourrait économiser jusqu’à 300 000 € sur sa facture d’électricité.

Matthieu Pays / photos archives NR

Horoscope WTF du 14 au 20 juin 2023

Vous avez passé une mauvaise journée ? Lisez l’horoscope WTF de tmv, ça devrait aller mieux. Ou pas…

Bélier

Amour

Premier dans l’horoscope, mais
dernier dans nos cœurs. Bisou.

Gloire

On dit pas que vous êtes un vieux machin… on dit juste que vous avez probablement côtoyé les dinosaures.

Beauté

Vous sentez très très bon ! (ce qui est plutôt rare pour ce signe astrologique)

Taureau

Amour

La constellation du Netflix vous prévoit une saison 2 de la série « Le retour
de votre ex ».

Gloire

Tel le végétarien, vous allez tomber et vous viander. Voilà A+ bisou.

Beauté

Riez, riez tant qu’il est encore temps. Bientôt vous n’aurez plus de dents.

Gémeaux

Amour

Conseil d’ami : achetez-vous un préservatif pour protéger votre petit cœur
tout mou.

Gloire

« On ne dit pas « le gospel », mais
« l’enfant a eu un coup de soleil ». (merci
1jour1blague.fr !)

Beauté

Faites comme Afida Turner. Osez la crinière.

Cancer

Amour

Rassurez-vous, la roue tourne. Et elle écrasera méchamment votre ex.

Gloire

Arrêtez de vous plaindre. La vie pourrait être bien pire, vous pourriez être
pote ou travailler avec un(e) Capricorne par exemple.

Beauté

Court(e) sur pattes et toujours à gueuler : pas de doute, vous êtes un teckel.

Lion

Amour

Votre devise sous la couette et pour le sport est la même : « L’important,
c’est de participer. »

Gloire

Cette semaine, vous serez aussi aigri(e) que l’astrologue de tmv. Ce qui n’est
clairement pas un compliment, croyez-moi.

Beauté

Votre ressemblance troublante avec une crevette vous incite à acheter de la
crème solaire indice 150 cet été.

Vierge

Amour

Lancez une campagne de crowdfunding.
Pour vous racheter un tant soit peu d’amour propre.

Gloire

Vos collègues ne vous aiment pas.
Ce qui tombe plutôt bien, puisque vous ne les aimez pas non plus.

Beauté

La moustache vous va si bien. (et à vous aussi, mesdames)

Balance

Amour

« C’est tellement simple, l’amour… Tellement possible,
l’amour » Comme quoi Daniel Lévi s’est bien foutu de vous !

Gloire

Vous allez participer à un dîner de cons. En tant qu’hôte ou invité(e), ça,
on sait pas…

Beauté

Vous avez de jolis cheveux pour quelqu’un qui va bientôt finir
chauve.

Scorpion

Amour

Jamais deux sans trois, dit le proverbe. Hm hmmm, avis à la chaudière
que vous êtes. (clin d’œil lubrique)

Gloire

« Si ça ne bouge pas, mange-le »
(phrase fétiche des Scorpions)

Beauté

Problème d’intestin dans le bus ou le tramway ce samedi après-midi.

Sagittaire

Amour

L’astrologue bipolaire de tmv vous aime très fort, bande de nazes.

Gloire

Méfiez-vous des Poissons, ces êtres viles, sales et fourbes.

Beauté

En ce moment, vous sentez comme un ado.

Capricorne

Amour

Bah… l’avantage dans tout ça, c’est que vous simulez quand même vachement bien !

Gloire

En changeant 23 lettres à Capricorne,
ça fait « olala quel signe relou quand même ». Coïncidence ? Je ne crois pas.

Beauté

Vous aviez déjà remarqué que vous êtes le/la plus canon du monde entier ?
Voilà, quelqu’un devait le dire un jour ou l’autre et ce quelqu’un, c’est moi.

Verseau

Amour

Euuuh, vous n’avez toujours pas compris que là, il n’y avait vraiment plus
d’espoir ?

Gloire

Les Sagittaires, Capricornes, Gémeaux et Béliers ne vous aiment pas trop. S’il y en a un(e) près de vous, on vous autorise à lui mettre une bonne pichenette dans le nez.

Beauté

Posez-vous cette question existentielle : préféreriez-vous avoir quatre bras
ou deux tétons sur le visage ?

Poissons

Amour

Même l’être le plus insignifiant du monde peut changer le destin. (cet être
insignifiant, c’est vous)

Gloire

Méfiez-vous des Sagittaires, ces êtres viles, sales et fourbes.

Beauté

Vous n’êtes pas un verre de vin.
L’âge ne vous bonifie absolument pas.

Augustin Gassies, l’homme à l’écoute des guitares

#VisMaVille Augustin Gassies est réparateur de guitares dans le quartier Colbert, à Tours, depuis 2019. Un métier où la connaissance des instruments est fondamentale.

Un banjoline de la fin du XIXe siècle côtoie des guitares électriques, une guitare acoustique, un ukulélé. Tous ces instruments se nichent aux quatre coins de l’appartement d’Augustin Gassies, qui constitue aussi son lieu de travail, quartier Colbert. Une table, quelques outils et une prise de courant lui suffisent pour réparer une prise jack, améliorer des réglages sonores, changer des pièces usées.

« Souvent les gens pensent que je suis luthier. Mais je ne fais que réparer les guitares, je ne les fabrique pas. Un peu comme un garagiste pour les voitures. »

Augustin Gassies, connu par son nom professionnel « Gus Le Doc », a le sens de la formule. De l’esprit, de l’humour, de l’attention aux autres, Augustin n’en manque pas. C’est aussi ce qui fait sa marque de fabrique dans un métier marqué par le relationnel.

Gus Le Doc est le nom qu’il a choisi pour son auto-entreprise montée après près de 30 ans à exercer comme responsable des ventes et de l’atelier de guitares dans le magasin Music Stock de Tours Nord. « Les gens apportaient leur guitare et disaient venir voir le docteur. » L’appellation est restée.

Les anciens clients lui sont toujours fidèles. Depuis, le carnet d’adresses s’est élargi pour ce natif de Tours, qui navigue dans les cercles artistiques depuis toujours, issu d’une famille d’artistes peintres. Le bouche à oreille est fondamental dans ce milieu. Gus Le Doc entretient et répare les guitares à 95 % de groupes locaux comme « The Sidewalk Bandits » depuis 1989, « Stuffed Foxes » plus récemment.

Concrètement, « avant leurs tournées, leurs concerts, ils viennent me voir pour que je vérifie les réglages pour être rassurés. Je prépare leurs basses et guitares au mieux. Mon travail se fait en lien avec les musiciens, j’aime bien parler avec eux, comprendre la manière dont ils pratiquent pour cerner au mieux leurs attentes. Également, j’apprécie de travailler avec eux sur la durée, ainsi un rapport de confiance s’installe. »

La majorité des clients de Gus le Doc sont des amateurs. Il intervient également au Centre de Formation des Musiciens Intervenants de Fondettes, Jazz à Tours et Tous en scène pour expliquer les ficelles de son job. Dans ce métier, il faut savoir démarcher, se faire une place, surtout lorsque l’on travaille à son compte.

Autodidacte, ce diplômé de commerce s’est lancé à 20 ans, par passion pour la musique, lui qui jouait à l’époque avec des amis dans un groupe Tribute to Pink Floyd. « J’ai commencé par démonter des guitares, je voulais comprendre comment cela fonctionnait. Le joli hasard a été d’être embauché chez Music Stock, situé à la Tranchée, puis j’ai été rattrapé par les clients et me suis lancé. »

L’avantage est bien entendu l’autonomie, la liberté de gérer son temps. Il répare en moyenne quatre guitares par semaine. Dès qu’il le peut, Augustin Gassies se déplace à vélo, son autre passion. Il formule d’ailleurs ce rêve : allier un jour musique et vélo.

Aurélie Dunouau

Un don de soi

Donner quelque chose qui ne coûte rien, qui ne nous manquera pas, que nous pourrons facilement remplacer, est-ce vraiment donner ? Donner cette chose totalement gratuite et recevoir, en échange, un sourire, de la gratitude et une petite collation, est-ce vraiment un don ? Eh bien oui. Et ça pour une raison toute simple : la valeur d’une chose ne se mesure pas à son prix. On l’oublie souvent parce que nous avons pris l’habitude d’utiliser l’argent comme seule unité de valeur. Mais c’est un leurre.

Une poche de sang, c’est 450 ml et c’est dix minutes de notre temps. Ça ne coûte rien, mais c’est une promesse de vie pour une femme victime d’une hémorragie à l’accouchement ou un enfant impliqué dans un accident de la route. C’est hors de prix. Il manque, actuellement, entre 10 000 et 20 000 poches de sang pour couvrir les besoins de l’été qui arrive.

Ce mercredi, c’est la journée mondiale du don du sang et, jusqu’au 21 juin, vous pouvez même donner votre sang dans des lieux de prestige partout en France. Alors, donnez ce qui ne coûte rien et vous en ressortirez plus riches et plus forts. Tout est affaire d’unité de mesure…

Au CHU, Olivia Delrieu la kiné qui vous remet debout

#VisMaVille Olivia Delrieu est masseuse-kinésithérapeute à l’hôpital Trousseau. Le rôle du kiné, ici, est central : celui de remettre debout le patient après une opération.

8 h 30, dans leur bureau du bâtiment de médecine physique et de réadaptation de l’hôpital Trousseau, les kinés sont derrière leurs écrans d’ordinateur. Dans le jargon, c’est l’heure des « transmissions » : l’équipe se communique les informations nécessaires sur les patients, avant de débuter les visites dans les chambres.

Au total, les kinés navigueront dans l’ensemble des services de médecine, chirurgie et de psychiatrie du site. Une transversalité caractéristique de la kinésithérapie hospitalière, ainsi que celle de traiter des patients en situation critique (services des brûlés, de réanimations, SOS main…).

Ce large panel a attiré Olivia Delrieu, masseur-kinésithérapeute à l’hôpital Trousseau depuis septembre 2022, après avoir travaillé à Clocheville pendant 13 ans. « J’ai commencé à exercer en libéral et ce qui me plaît ici c’est d’être dans la pathologie aiguë. À l’hôpital, le kiné a toute sa place, quand le patient est immobilisé depuis un certain temps, le remettre debout est primordial. On se sent utile. »

Cette étape, le kiné la réalise en lien avec l’équipe médicale. « J’aime aussi ce travail d’équipe avec les médecins, infirmiers, aides-soignants, ergothérapeutes. On apprend chaque jour, il n’y a pas de routine. Je suis plus à l’aise en respiratoire, je travaille surtout en réanimation chirurgicale et digestive, sur les greffes hépatiques, mais comme on s’entraide dans tous les services, chacun apporte ses compétences. »

Sortir de sa zone de confort anime la kiné de 39 ans, venue de Belgique. Olivia Delrieu a obtenu son diplôme à Bruxelles, puis suivi son mari en France, d’abord dans le Nord, avant de s’installer à Tours en 2007. Aujourd’hui maman de trois enfants, Chambray était pour elle le lieu idéal, avec un temps partiel à Trousseau. Les journées s’étirent jusqu’à 16 h 30 en semaine, avec des gardes les samedis et dimanches matins.

Les séances dans les chambres durent en moyenne 20 minutes par patient. Les kinés se déplacent avec leur matériel portatif léger, pour la kinésithérapie respiratoire ainsi que pour le renforcement musculaire. En réanimation, les kinés mobilisent leurs patients, pour prévenir les complications liées à l’alitement prolongé, leur apprennent comment se désencombrer, à bouger leurs membres : tout un travail préparatoire à la sortie de service.

« Une fois remis debout, notre rôle est aussi de les autonomiser, leur donner les clés pour qu’ils soient acteurs de leur rééducation, en leur expliquant les exercices. C’est de l’éducation thérapeutique. » Parfois, les histoires des patients sont lourdes mais Olivia Delrieu reste optimiste.

« C’est un métier où il faut être positif, il faut être prêt à accompagner les personnes quand elles sont au fond de leur lit. Il faut avoir envie d’y aller, avoir de l’humour, être dans le contact. Il arrive que les gens opérés soient dans des états confus, vraiment costauds, on se demande si ça va aller, et deux semaines après, ils remarchent dans les couloirs. Je trouve cela beau et je m’éclate dans ce métier. »

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 31 mai au 13 juin 2023

Semaine délicate et risquée pour les Poissons et les Balances. Désolé pour vous (et pour votre entourage).

Bélier

Amour

Faites un petit coucou à votre libido. Car elle ne va pas revenir de sitôt !

Gloire

Vous deviendrez un(e) fanzouz.
On ne pouvait pas faire plus pourri comme semaine.

Beauté

Restez confidentiel(le), ne divulguez à personne le secret de votre poil si soyeux.

Taureau

Amour

Vous jouerez à des jeux coquinous avec Michel Houellebecq (ou Kev Adams, au choix)

Gloire

Y a plus rien qui va. Quittez tout, abandonnez, et devenez prof d’aquaponey
bon sang !

Beauté

Arrêtez de frimer, on sait très bien que tout le monde vous trouve canon.

Gémeaux

Amour

Et voilààà, chaque année c’est la même. L’été arrive, les Gémeaux sont chaud(e)s comme des baraques à frites !

Gloire

Qui est-ce qui sait tout, tout, tout sur le zizi, le vrai, le faux, le laid, le beau, le dur, le mou, qui a un grand cou ? Eh ben c’est vouuus.

Beauté

Eh bah ouaiiis, vous avez tout donné à votre adolescence. Maintenant, il ne reste que les miettes.

Cancer

Amour

Mieux vaut rater un baiser que… Ouais bon c’est bon, on a compris.

Gloire

Votre côté Jean Michel J’ai Pas La Réf commence à agacer votre entourage.

Beauté

(donc tout ça pour dire que vous êtes vachement sexy, mais pas bien fûté(e))

Lion

Amour

Aïe ! Tout, tout, tout est fini entre vous, vous avez plus la force du tout, d’y croire et d’espérer.

Gloire

Parfois, la vie c’est comme les gosses : c’est chiant. Courage.

Beauté

Votre carrure de panini va en impressionner plus d’un(e) cet été !

Vierge

Amour

Les gens infidèles répètent toujours trois fois la même chose.

Gloire

Les gens infidèles répètent toujours trois fois la même chose.

Beauté

Les gens infidèles répètent toujours trois fois la même chose.

Balance

Amour

C’est Fukushima dans votre slip. Calmez vos ardeurs !

Gloire

L’occasion fait le larron. Et vous êtes un larron. (ou un lardon, on sait plus)

Beauté

Cette semaine, dans le tram’, vous éternuerez des fesses. Tout le monde vous regardera et se moquera de vous.

Scorpion

Amour

Ciel amoureux radieux pour les Gémeaux ! … Ah bah crotte, on est chez les Scorpions ici, oupsi.

Gloire

Scorpion, ça rime avec démission, saucisson ou encore carrure d’homme tronc. Choisis ton camp, camarade !

Beauté

Très bon style vestimentaire.
C’était hyper à la mode en 1991.

Sagittaire

Amour

Force est de constater que les gens ne vous aiment que pour votre physique
avantageux…

Gloire

… et votre gros paquet de thunes !

Beauté

Dimanche, vous vous apercevrez que vous avez la braguette ouverte (mais pas grand-chose à cacher)

Capricorne

Amour

Paraît-il que les Capricornes sont les meilleurs coups du monde. (profitez, c’est le seul truc sympa qu’on dira)

Gloire

Oh regardez ce petit point dans le ciel. C’est l’étoile polaire ? Nope, juste votre dignité qui s’envole au loin.

Beauté

Votre place est dans un musée. (mais dans la zone de stockage toute poussiéreuse)

Verseau

Amour

Les Verseaux masculins trouveront leur sugar mamma samedi ; les Verseaux féminins trouveront leur sugar daddy dimanche. L’est pas belle, la vie ?!

Gloire

Personne ne vous comprend, révoltez-vous ! #laRépubliquecestvous

Beauté

Yihaaaaa les beaux jours sont là ! Les Verseaux peuvent enfin repartir en camp naturiste !

Poissons

Amour

Horoscope à double tranchant : les célibataires passeront en couple, et les en couple passeront célibataires. Bisou.

Gloire

Ouuuh, c’est pas malin malin les Poissons. Vous n’êtes pas la chips la plus croustillante du paquet…

Beauté

Atroce semaine, puisque vous allez vous tromper de destinataire et envoyer un nude à une personne de votre famille.

Ecopia : Aline Lonqueu, la tisseuse de liens culturels

#VisMaVille Aline Lonqueu est directrice d’Ecopia, une structure culturelle d’accompagnement et de formation, basée à Tours. Son métier : épauler les acteurs culturels dans leurs parcours professionnels.

Dans le local d’Ecopia, situé en bord de Loire, au bout de la rue des Tanneurs, le coach du jour est Gwendal Stephan. Cet artiste tourangeau, venu du spectacle vivant, partage son expérience sur le cycle de formation visant à organiser un événement culturel dans l’espace public.

Dans l’année, la structure culturelle organise une soixantaine de journées de formation à destination des artistes et des professionnels de la culture sur des thématiques pros telles que « entreprendre dans la culture », « l’éco responsabilité dans le milieu culturel »…

« J’aime bien animer des formations, voir des rencontres se faire et les projets des personnes évoluer », souligne Aline Lonqueu. Ecopia est aussi spécialisée dans le conseil et l’accompagnement, point de départ de la structure qui a pris de l’ampleur en 20 ans d’existence : 200 artistes sont accompagnés chaque année dans leur insertion professionnelle, souvent bénéficiaires du RSA.

Ce métier de formation, conseil et accompagnement dans la culture, Aline Lonqueu l’exerce depuis 2017 à Ecopia. Arrivée en indépendante après un master en politiques culturelles, un premier emploi au centre culturel italien à Paris puis l’accompagnement en production dans le spectacle vivant dans le Loir-et-Cher. Elle en est devenue la directrice en 2021.

 

Son rôle : opérationnel bien sûr, avec la gestion d’une équipe de dix personnes, les RH, les bilans financiers, la recherche de partenariats, mais aussi une partie plus relationnelle, informelle, celle de tisser des liens, créer des réseaux. « Nous sommes à la croisée des chemins entre la culture, l’économie sociale et solidaire, et l’entrepreneuriat. Ce sont des milieux qui ne se rencontrent pas beaucoup. D’où l’originalité de notre structure. »

Aline Lonqueu passe ainsi beaucoup de temps et d’énergie les soirs dans les réunions, les CA, et dans les événements culturels. « C’est ce qui fait la force de ce métier, se donner les moyens de se créer un réseau. » Et elle sait de quoi elle parle : être, à 38 ans, une femme à la tête d’une structure culturelle suppose beaucoup de détermination voire de sacrifices sur sa vie personnelle.

Elle a d’ailleurs apporté à Ecopia sa touche féministe. Un incubateur féminin dénommé Essent.ielles a été lancé l’année dernière, partant du constat « que nous avons deux fois moins de femmes qui entreprennent des projets que des hommes, pour diverses raisons. » En parallèle, elle a participé à titre individuel et bénévole au programme de mentorat régional « Affranchies » en aidant une jeune femme à accéder à un poste à responsabilité.

« C’était une expérience très riche, la cause de l’égalité femme-homme me tient à cœur. Le fait qu’il y ait deux fois moins de femmes à des postes à responsabilité dans la culture est très questionnant », admet Aline Lonqueu qui se souvient de ses débuts à la direction d’Ecopia, et de l’importance des réseaux pour réussir sa carrière à la tête d’une structure culturelle. Elle est d’ailleurs devenue, depuis l’automne dernier, coprésidente du collectif H-F Centre- Val de Loire.

Aurélie Dunouau

Portrait de Hayman Alkhameesi, 23 ans, réfugié irakien

Hayman Alkhameesi devait émigrer en Australie. Il est arrivé à Tours en 2019. Voici le récit de son périple, tel qu’il l’a raconté lors d’une conférence de presse organisée au lycée Grandmont la semaine dernière.

Ce qui lui manque le plus ? « Mon ami Rani. Et aussi les beignets d’aubergine et les falafels », sourit Hayman Alkhameesi, 23 ans, qui a quitté l’Irak il y a 8 ans, venu raconter son parcours devant des lycéens de première à Grandmont le 15 mai.

Son père, bijoutier, avait déjà cette idée d’exil en tête : il avait été visé par trois tentatives de meurtre par le passé. Mais le déclic est venu de la situation de sa fille, Alana, la sœur ainée d’Hayman. « Elle subissait de plus en plus d’agressions sexuelles dans la rue », dit-il.

Peu avant son départ, Hayman vivait un quotidien de lycéen assez classique en filière scientifique : 4 heures de cours le matin, l’après-midi consacré aux devoirs, aux amis et à aider son père à la bijouterie familiale. « Je n’étais pas vraiment content de partir d’Irak », raconte le jeune homme. Le voyage commence en 2015. Direction : la Turquie, l’un des pays d’accueil des réfugiés irakiens, et la petite ville de Corum.

48 h dans un no man’s land

Puis les longues attentes pour les demandes de visa, « d’abord pour l’Australie et les Etats-Unis, où nous avions de la famille », se rappelle Hayman, qui reprend le lycée, mais a du mal à apprendre la langue turque. Finalement, c’est un ami du père immigré en France qui fournit une attestation d’hébergement. La famille Alkhameesi prend un vol pour Paris.

Mais une fois à l’aéroport, le jeune Hayman se rend compte qu’il a perdu son visa. Impossible de franchir la douane pour la France. Sa famille part sans lui. « J’étais perdu. Je suis resté 48 heures à l’aéroport d’Istanbul ; j’ai dormi dans les salles d’attente de la zone internationale avant de devoir retourner en Irak », raconte-t-il.

Quatre mois après, il obtient un nouveau visa français. Une fois le document en poche et un billet d’avion passant par le Qatar, il arrive en France. « A l’aéroport ma famille m’attendait. Tout le monde pleurait », se souvient Hayman. Le jeune Irakien intègre une classe de FLE (Français langue étrangère) au lycée Notre Dame La Riche, « où j’ai rencontré des Iraniens, un Allemand, et une prof formidable, Mme Pajot, qui m’a beaucoup aidé », raconte-t-il.

Aujourd’hui, la famille Alkhameesi tente de s’intégrer. La mère prend des cours de français. Le père a laissé derrière lui ses espoirs de redevenir bijoutier. Un temps livreur pour Uber Eats, Hayman s’est lancé dans des études de gestion au lycée Balzac, à Tours. « J’aimerais créer ma propre entreprise, ne dépendre de personne », lance-t-il.

L’Irak lui manque, notamment son meilleur ami, Rani, mais aussi les falafels, les beignets d’aubergine et les baklavas que l’on mange dans la rue. Mais la vie à Tours lui plait. « Tout est calme, les gens sourient, je ne veux pas repartir, je veux juste vivre », conclut-il.

Léonard Martin-Antoine Bassaler


La Fabrique de l’info

L’Éducation aux médias et à l’information (EMI) intègre désormais les programmes scolaires. Au lycée Grandmont, une classe de première, en spécialité Sciences politiques, a invité une réfugiée ukrainienne à témoigner lors d’une conférence de presse début mai. L’un des articles est publié dans nos colonnes.

Horoscope WTF du 24 au 30 mai 2023

Les Capricornes n’ayant pas été très gentils ni sages cette semaine, l’astrologue a donc décidé de s’en prendre à ce signe très méchant.

Bélier

Amour

En amour, vous êtes un peu ce
hamster dans sa roue : toujours à courir bêtement
après rien du tout.

Gloire

Cette semaine, vous ferez pipi à
la piscine et tout le monde s’en apercevra.
Les gens se moqueront et vous jetteront des
cailloux. Ils auront bien raison.

Beauté

Deux choses tellement difficiles à
avoir sur Terre : un Colissimo dans sa boîte
aux lettres et le physique parfait des Béliers.

Taureau

Amour

Les histoires d’amour finissent mal.
Les Rita Mitsouko vous avaient prévenu(e),
mais comme d’habituuude, vous n’avez rien voulu entendre. Ben vlan dans les dents.

Gloire

Votre sextape fera le buzz le mois
prochain.

Beauté

Même Saez a l’air moins déprimé
que vous.

Gémeaux

Amour

Force et soutien à tous les prochains
inconscients et inconscientes qui se
risqueront à une relation avec un(e) Gémeaux…

Gloire

Continuez de vous sous-estimer.
En voilà un domaine où vous excellez.

Beauté

Avant vous, le soleil n’existait pas.
Car notre soleil, c’est vous ! (TROP KIKI)

Cancer

Amour

Une rencontre, c’est le début d’une
séparation. Allez A+ bisou !

Gloire

Vous n’avez lu que l’horoscope dans
tmv aujourd’hui ? Si oui, vous serez frappé(e)
de malheur sexuel pendant 7 ans.

Beauté

La vieillesse est arrivée. Chez vous,
y a plus rien à sauver de ce côté !

Lion

Amour

Paraît-il que 9 serial-killers sur
10 sont du signe du Lion… (on vous laisse
méditer)

Gloire

Un(e) Lion, c’est bien. Un(e) Lion à poil, c’est mieux.

Beauté

Le matin, force est de constater
que vous ressemblez à un carlin.

Vierge

Amour

Personne ne vous apprécie en
ce moment. Sauf moi. (ce qui n’est pas un
cadeau, croyez-moi)

Gloire

Vous êtes un kayakiste. À ramer
sévère dans cette difficile rivière qu’est la vie.

Beauté

Beh, ça chmoute sous vos aisselles,
non ?

Balance

Amour

Pluton et sa constellation vont
vous brancher avec un(e) Capricorne. Samedi.
14 h. C’est précis, on sait.

Gloire

Alors, ça fait quoi d’être parfait(e) ?

Beauté

Oui, oui, on sait, vous avez un
6-pack mais il est bien caché.

Scorpion

Amour

Vous allez enfin trouver quelqu’un
qui ne vous quitte pas : l’odeur des frites.

Gloire

Parlez comme Yoda désormais
vous devez…

Beauté

… Puisque la même face ridée que
lui vous avez.

Sagittaire

Amour

Promis, on n’est pas du tout en
train d’écrire dans 30 000 exemplaires de tmv
que vous aimez les fessées.

Gloire

Chez vous, aucune.

Beauté

Un peu de sport ne ferait pas
de mal à votre carrure de boudin de porte.

Capricorne

Amour

Vous êtes la biscotte de
l’amour. Craquant(e), facile à beurrer,
mais dont la relation part vite en miettes.

Gloire

Ne laissez personne ruiner
votre journée. Vous y arrivez déjà très
bien tout(e) seul(e).

Beauté

Glouglouglouglouuuu. Qui
est-ce qui a le même cou qu’un dindon ?
C’est vouuuus.

Verseau (cette semaine, vous êtes Schtroumpf)

Amour

Vous allez schtroumpfer un bon
gros schtroumpf demain après-midi.

Gloire

Rien ne sert de schtroumpfer, il
faut schtroumpfer à schtroumpf.

Beauté

Ahahaha la vieille schtroumpf
que vous avez ! La honte !

Poissons

Amour

Vous êtes le Covid-19 de l’amour :
bien relou et qui s’accroche dur comme fer
alors qu’on ne veut pas de vous.

Gloire

On devrait tous avoir un(e) pote
Poissons dans la vie. (pour se foutre de sa
tronche)

Beauté

Tout est bon dans l’cochon ! (et
chez les Poissons <3 )

Bénédicte Chaleroux, la spécialiste des plantes aromatiques

#VisMaVille Bénédicte Chaleroux est productrice de plantes aromatiques et médicinales à Mettray. Elle les transforme en tisanes et sirops, sous l’étiquette des « Plantes de la Sévaudière ».

Habitant Tours, Bénédicte Chaleroux arrive en vélo électrique sur son lieu de travail, dont les bâtiments sont imposants. La ferme de la Paternelle, à Mettray, est logée dans la ferme de l’ancienne colonie pénitentiaire. Ils sont trois à se partager les lieux, dans une même dynamique et vision du travail : Bénédicte Chaleroux, productrice de plantes aromatiques et médicinales, Julien Davaze, producteur d’huiles et légumineuses et les Savons d’Amélie.

Ensemble, ils ouvrent leur petite boutique bio le vendredi après-midi et partagent leurs savoir-faire et matériels, allant jusqu’à imaginer fabriquer des baumes à base de plantes pour septembre prochain.

Bénédicte Chaleroux occupe le petit bureau derrière la boutique où elle prépare ses 4 000 tisanes à l’année ainsi que ses 1 500 sirops. Semis, séchage, empaquetage, tout est confectionné sur place. Le terrain d’aromates de Bénédicte de 1 000 mètres carrés, mêlant thym, romarin, sauge, aubépine, verveine, camomille, lavande… est situé à quelques mètres, entouré de champs biologiques.

En ce moment, la paysanne herboriste est occupée par les plantations d’une trentaine d’essences de plantes. Un carré supplémentaire de menthes est prévu cette année, suite à la demande de bars tourangeaux qui en ont besoin pour élaborer leurs mojitos. Sinon, elle vend principalement dans des magasins de producteurs et bio, les Amap, mais est aussi connue pour ses sirops créés spécialement pour la guinguette de Tours, la « remise en route » et « le philtre d’amour ».

Car avant de se lancer il y a huit ans dans cette activité sur le terrain de la Sévaudière à Esvres-sur-Indre, Bénédicte Chaleroux baignait dans le milieu socio-culturel. Elle est passée par la guinguette et s’est occupée longtemps de compagnies de théâtre.

Ce réseau qu’elle s’est créé l’aide aujourd’hui à vendre, dans un métier assez précaire et aléatoire. La naissance tardive de ses enfants l’amène à se poser. Son tout jeune fils malade, elle se replonge dans sa bibliothèque garnie de livres sur les plantes médicinales, une passion transmise par sa grand-mère. Et c’est la révélation.

« Cela m’était sorti de la tête, j’avais toujours eu ça en moi et depuis, je ne veux plus faire autre chose que de travailler avec les plantes et les humains, car les deux sont intimement liés. Nous sommes un élément à part entière de la nature. » Que ce soit en prévention ou en curatif, elle ne cesse d’en découvrir les bienfaits et de les associer dans ses tisanes.

Formée à la Maison Familiale Rurale de Chauvigny et en ligne par l’école québécoise d’herboristerie, Floramedicina, Bénédicte Chaleroux avoue que c’est surtout « un métier qui s’apprend sur le tas ». Aujourd’hui, elle transmet elle-même ses connaissances acquises à ses stagiaires et lors d’ateliers qu’elle propose pour étudier les plantes au fil des saisons, sur le terrain de la ferme de la Paternelle. La prochaine session aura lieu le 3 juin.

Aurélie Dunouau

Création de commerce : les conseils de la CCI

Même si nous n’avons pas trouvé la recette-miracle pour garantir le succès d’une boutique, les conseils de Magali Penaud (conseillère à la CCI) nous ont aidés à vous concocter ce petit pense-bête du futur commerçant.

La bonne idée, mais surtout le bon projet !

Vous êtes fan de chaussettes en laine de lama et vous trouveriez génial d’ouvrir une boutique spécialisée pour en faire profiter toute la communauté locale. Vos proches vous diront que c’est super (car ils n’osent pas vous dire que c’est l’échec assuré).

Conclusion : « Il faut valider votre idée en menant une étude de marché. Cela peut prendre la forme d’un sondage (qu’on peut faire circuler par Facebook par exemple) ou d’une enquête dans la rue, pour voir si vous avez une clientèle potentielle. En quoi vous démarquez-vous de la concurrence ? Votre idée répond-elle à un besoin ? »

Le business-plan, yes baby

Vous avez enregistré plusieurs centaines de réponses à votre sondage, et c’est bon : les chaussettes en laine de lama semblent (étonnamment) avoir un public. Maintenant il va falloir casser la tirelire, ou convaincre un banquier de vous prêter quelques deniers.

Conclusion : « Avec l’aide d’un expert-comptable, vous allez élaborer un prévisionnel (ou business plan). De quoi avez-vous besoin pour démarrer ? Il faut envisager aussi bien les travaux que le stock de produits disponibles en boutique et en réserve par exemple. Et faire des projections du chiffre d’affaires à atteindre pour que le projet soit rentable. » Et c’est seulement ensuite qu’on va faire les yeux doux au banquier !

La bonne adresse

Vraiment ? Ouvrir votre boutique dans un recoin du quartier Blanqui ? Oui, vous habitez à coté, vous pourrez vous lever cinq minutes avant l’ouverture. Mais laissez-moi vous dire que rue Eugène Durand, y’a pas beaucoup de chalands…

Conclusion : « Les personnes ont un temps de déplacement maximum pour leurs achats du quotidien, 15 minutes environ. Pour des produits spécialisés, c’est autre chose, car les clients peuvent venir de loin. Et il faut prendre en compte la vitalité du quartier ou le passage sur l’axe que vous choisissez. »

Les bons coups de main

Votre fournisseur de chaussettes péruvien ne donne plus signe de vie. AAAH !

Conclusion : « L’erreur à éviter c’est de rester seul ! Il faut s’entourer, personnellement et professionnellement, ne pas hésiter à contacter son expert-comptable, son association de commerçants, pour rebondir et s’adapter, car c’est le lot de ce métier. »

Horoscope WTF du 10 au 17 mai 2023

Oh noooon ! C’est le retour de l’horoscope WTF à la sauce tmv.

Bélier

Amour

Vous vous dirigez vers l’amour les yeux fermés. (vous allez donc encore vous prendre un mur dans la tronche)

Gloire

Vous rendez heureux les gens.
Vous feriez même sourire Elisabeth Borne, c’est dire !

Beauté

On vous surnomme le yéti. Et ce n’est pas que pour vos grands pieds…

Taureau

Amour

N’espérez rien. Vous êtes le signe mal-aimé de cette semaine.

Gloire

Vous êtes ce petit slip abandonné sur le chemin rocailleux de cette foutue vie.

Beauté

Cet été, votre teint de surimi devrait faire un malheur sur les plages…

Gémeaux

Amour

Tchou tchouuuuu, le train en direction de CélibatLand va partir !

Gloire

Snif, snif… ça sent le cramé.
(c’est votre dignité qui part en fumée)

Beauté

En mai, petit bourrelet deviendra grand.

Cancer

Amour

Votre vie est répétitive. Vous avez l’impression de toujours voir les mêmes choses.

Gloire

Votre vie est répétitive. Vous avez l’impression de toujours voir les mêmes choses.

Beauté

Votre vie est répétitive. Vous avez l’impression de toujours voir les mêmes choses.

Lion

Amour

Ecoutez votre ventre plutôt que votre cœur. Ça vous évitera de bouffer à tous
les râteliers.

Gloire

Incroyable, mais vrai : le temps passe moins vite pour les mouches. Ça vous
en mouche un coin, hein ?

Beauté

Avec votre teint, on vous confond de loin avec un Doliprane.

Vierge

Amour

Copulez uniquement avec des Sagittaires ou des Béliers, merci.

Gloire

Bah… Qui vivra, verra !, comme dirait Gilbert Montagné.

Beauté

Votre maman, elle dit que vous êtes spécial(e)…

Balance

Amour

Regardez bien la personne sur votre droite. Il se pourrait qu’il y ait une ouverture ! Foncez !

Gloire

Et si vous vous taisiez, parfois ? Le bonheur, ça tient à peu de choses.

Beauté

Vous êtes gaulé(e) comme un champignon, mais ça ne vous empêche pas
de vous faire cueillir tous les soirs. #lubrique

Scorpion

Amour

Quand ça veut pas, ça veut pas. Et chez vous, ça veut vraiiiment pas !

Gloire

Cette semaine, vous allez passer chez Sosh. Mais on doit avouer qu’on s’en fout totalement.

Beauté

Force est de constater que même les Allemands en chaussettes/sandales ont
plus de style que vous.

Sagittaire

Amour

ALERTE DISPARITION. Votre ex a été vu pour la dernière fois sur Le Bon Coin. Bah, vos goûts ne sont pas glorieux…

Gloire

Comme disait Gandhi, on est toujours le con d’un autre. Allez A+ !

Beauté

Votre prénom n’est pas beau, mais vous, vous êtes super canon. Et ça c’est cool.

Capricorne

Amour

On vous surnomme le magasin de jardinage de l’amour. Parce que les râteaux, vous les prenez à la pelle.

Gloire

Il ne faut pas rire du malheur des autres. Mais les Capricornes s’en foutent, puisqu’il n’ont pas de cœur.

Beauté

C’est en voyant votre physique qu’on comprend mieux pourquoi il y a la canicule. #calientedansleslip

Verseau

Amour

Peut-être que votre meilleure idée serait de ne jamais vous reproduire, mh ?

Gloire

Tel Didier, vous avez le bourdon.

Beauté

Arrêtez de faire la gueule, vous ressemblez à un mérou.

Poissons

Amour

Toute cette attente pour seulement une minute de montagnes russes… Vous êtes le Disneyland des relations coquines.

Gloire

Rien de fifou en ce moment dans votre vie. Votre plus grande excitation du moment consistera à faire péter du papier bulle.

Beauté

Beauté, ça rime avec Bélier, mais pas avec Poissons. Déduisez-en ce que vous voulez.

Le commerce indépendant à Tours ? Ça bouge !

Une crise en chasse-t-elle une autre ? Covid puis inflation ont mis à rude épreuve les nerfs des commerçants. Mais le contexte socio-économique n’empêche pas des courageux de se lancer, faisant ainsi évoluer le paysage local du commerce indépendant.

Au bar Les Dix Fûts, rue Colbert, Valentin Coulon connaît un début 2023 mitigé : « 2022 était la meilleure année depuis mon installation en 2018, il y avait un effet reprise après les fermetures administratives de la période Covid. Mais depuis janvier c’est plus compliqué, et la météo n’a pas aidé. Ici, dès que le soleil revient, on a du monde. »

Samanta Nunes de la boutique Sapatos – Baia, dans le Grand Passage, attendait elle aussi de pied ferme le soleil pour pouvoir vendre sandales et ballerines. Mais il n’y a pas que la météo pour expliquer ce début d’année en demi-teinte. 2023, c’est aussi le moment de rembourser le prêt garanti par l’État souscrit pendant le Covid, pas toujours simple. Et l’inflation freine les achats plaisir.

Se renouveler sans cesse

Adieu vêtements, bijoux et gourmandises ? Pas pour tout le monde, puisqu’à la Boîte à Laine, rue du Grand Marché, Martine Bernard souligne à juste titre que tout dépend du produit proposé. Avec la laine, elle attire une clientèle venue de loin, qui n’a pas peur des intempéries.

Et en dépit de tous ces aléas, dans sa librairie Rosemonde ouverte en novembre 2022, Cloé Lebron a le sourire : « Malgré le contexte économique actuel, le démarrage a été bon, il y a vrai regain d’intérêt pour le petit commerce local », explique la jeune femme qui avoue tout de même que cette nouvelle aventure suppose un bel investissement (40 000 €), et des sacrifices.

Cloé n’est pas la seule à s’être lancée. Depuis plusieurs semaines, Damien Bonnot présente des jeux de société sur les réseaux sociaux de sa future boutique Le Sablier Curieux. L’ancien employé de Renault relève ainsi le défi d’allier sa passion des jeux de société au goût du contact clientèle, avenue Grammont.

Le pari sera-t-il gagnant ?

Pour Danièle Julien, conseillère à la Chambre de Commerce et d’Industrie, il est évident que « aujourd’hui le commerce n’est plus seulement une boutique physique, où le commerçant attend le client. Il faut aller le chercher, se faire connaître par tous les moyens, notamment les réseaux sociaux. On y entretient le lien avec la clientèle, on crée l’envie en partageant nouveautés ou vie du magasin ». Damien peut cocher cette case sur la to-do list du parfait commerçant. Et les deux suivantes aussi : choisir un emplacement où il y a du passage, et se distinguer de la concurrence.

 

Pour lui, cela passe par la vente de jeux neufs mais aussi d’occasion, et l’option café ludique, « pour me démarquer des deux super boutiques déjà présentes dans l’hypercentre ». Se démarquer, c’est ce que fait la boutique La Secourable, rue des Halles, en proposant des plantes sous toutes les formes (infusions, savons, bougies…) en même temps que des ateliers et soins bien-être.

C’est aussi l’objectif d’Émilie Tartarin avec sa boutique bio et vrac « Baucartier », quartier Paul Bert, ouverte il y a un an. « Il n’y avait pas de proposition de ce type ici, et je tenais à proposer des produits qui n’aient pas fait le tour du monde. Mais je ne m’attendais pas à ce que la rue Losserand soit aussi peu passante. »

Même difficulté pour les Sœurs Piqûres venues de Blois pour monter une deuxième boutique dans le Grand Passage : « Cet emplacement n’était peut-être pas le meilleur pour nos vêtements upcycling ? » Mais il leur faut le temps de se faire connaître ! Et les sœurs ne ménagent pas leurs efforts, en tissant des partenariats avec des influenceuses ou l’Armoire Sans Fin. Tous ces entrepreneurs sont ainsi seuls derrière le comptoir, à gérer les stocks, la relation-client, les imprévus, mais pas si seuls que ça !

« Je ne pensais pas tisser des liens aussi forts avec ma clientèle », explique Anne-Gwénolée Tu, qui a ouvert en 2017 l’épicerie Sur la Branche, place de la Victoire. Émilie Tartarin découvre ce même plaisir dans son épicerie de Paul Bert. « Des rencontres avec les clients, et aussi avec les autres commerçants », précise-t-elle.

L’entraide est en effet forte chez les commerçants tourangeaux, qui ont redonné un second souffle à leurs associations (Grand Passage, Colbert, ou les Vitrines de Tours devenues Com&A).

Lien avec la mairie, elles œuvrent aussi pour la dynamisation de leurs quartiers. D’ailleurs, on vous laisse car on a à faire : ce weekend c’est fanfare et brocante rue Colbert !

Maud Martinez

Enzo Petillault, la voix Béton, l’esprit Aucard

#VisMaVille Enzo Petillault est chargé de production. Un temps sur les ondes de Radio Béton, un autre sur l’organisation du festival Aucard de Tours, il surfe sur sa passion : les découvertes musicales.

Sa voix ou son visage ne doivent pas vous être totalement inconnus si vous êtes familier de « Béton », comme on dit à Tours. Depuis 12 ans, on l’entend sur le 93.6 parler de musique ; on le croise le mercredi à l’animation du « Quart d’heure tourangeau » au Balkanic ou à La Gloriette, aux manettes d’Aucard de Tours.

S’il est entré, en 2011, chez Béton Production dont il est l’unique salarié au sortir de ses études, après un master de médiation culturelle à la fac de Tours, Enzo Petillault, 36 ans, est désormais rôdé. « J’avais déjà une expérience d’organisation de concerts, lorsque j’étais lycéen à Bourges. En rentrant à Béton, c’était bien sûr une autre dimension. J’ai beaucoup appris des bénévoles de l’association qui m’ont chapeauté et je suis devenu rapidement autonome. Je partage une vision de la musique alternative, une bonne entente avec les bénévoles. »

Un lien qui compte lors de l’organisation du festival qui mobilise jusqu’à 180 bénévoles par soir. Cela lui avait manqué lors des deux années Covid. « Passer son temps devant un ordinateur à remplir des tableaux Excel et ne pas rencontrer le public ni les bénévoles, c’était très frustrant. Aucard, c’est aussi comme une colonie de vacances pour adultes. On vit des moments intenses sur deux semaines entre le montage et le démontage, la préparation des repas. »

Le festival Aucard de Tours occupe Enzo Petillault à peu près à 70 % de son temps annuel, le reste se lissant sur la vie de la radio. « Sachant que c’est poreux, ajoute-t-il. C’est le même boulot de découvertes musicales. J’écoute beaucoup de musique, je vois pas mal de concerts. Je suis très rock mais j’écoute de tout, de la pop à l’électro en passant par la soul et le metal. »

De septembre à février, il se concentre sur la partie artistique – la programmation, déniche les artistes têtes d’affiche et des moins connus. « L’important est d’allier les deux. Mais ce qui me fait le plus plaisir est que les gens apprécient en concert un groupe qu’ils ne connaissaient pas. »

Au printemps, tout est calé, il passe sur la partie production de l’événement qui se déroule en juin : caler les plannings, réserver les transports et les hôtels, s’occuper de la communication, de la partie technique, toujours épaulé par une quinzaine de bénévoles. « C’est une période plus dense, Il ne faut rien oublier pour que tout le matériel arrive à l’heure et reparte dans les temps. »

Aucard de Tours brasse aujourd’hui de 350 à 400 000 euros de budget. « Nous avons connu 15 % d’augmentation mais le budget programmation n’a pris que 10 000 euros de plus. À moi d’aller chercher des choses moins connues, et pas les artistes les plus demandés qui ne cessent d’être de plus en plus chers. Nous avons aussi une jauge de 4 500 personnes qui ne bouge pas, c’est souvent plein comme l’année dernière et cela permet un équilibre financier. Nous n’avons pas l’intention de grossir. »

Une philosophie qui correspond à l’esprit Béton, libre et à l’écart du moule dominant.

Aurélie Dunouau

« Le Bateau Ivre, c’est vous, c’est nous ! »

Il existe une règle simple au Bateau : une personne = une voix. Chaque sociétaire a donc son mot à dire pour participer à la définition du cap à suivre.

Avec 2 000 sociétaires, le Bateau Ivre est un paquebot hors-norme dans l’univers des sociétés coopératives du secteur culturel. Mais aujourd’hui, ils sont à peine 300 à s’engager régulièrement pour faire vivre la salle de spectacles. Or pour fonctionner à plein régime, le Bateau a besoin de toutes les énergies disponibles !

Le Forum des Sociétaires, samedi 6 mai, aura pour thème la responsabilité et l’engagement des sociétaires dans la vie du Bateau. « On ne tiendra pas si les gens ne se l’approprient pas », explicite Franck Mouget. Les associations locales, sociétaires ou non, s’impliquent déjà dans la vie du lieu et dans sa programmation.

Mais tout Tourangeau peut aussi participer. Comment ça se passe ? Voici deux Tourangelles qui sont à bord !

Perrine, matelot tout-terrain Chaloupe « vie coopérative », chaloupe « vie de l’équipage », chaloupe « bar » :

Perrine donne un coup de main sur ces trois thématiques. Concrètement, cela signifie une réunion par mois par chaloupe, et parfois un peu de temps passé sur un dossier qu’il faut faire avancer. Participer au choix des boissons proposées au bar ou créer un questionnaire destiné aux sociétaires par exemple.

Pour cette Tourangelle qui a vécu à quelques pas de la salle, s’investir dans la vie du Bateau tombait sous le sens : « J’aime l’utopie du Bateau, son indépendance, et travailler en collectif. J’espère que l’Archipel et l’Aassemblée générale vont développer plus d’engagement, de participation, pour que l’aventure continue ! »

Zoé, au comptoir Zoé est bénévole au bar du Bateau Ivre depuis l’ouverture.

Et sociétaire depuis quelques mois seulement : « C’est un cadeau d’anniversaire qu’on m’a fait l’été dernier ! Et en septembre prochain je pense intégrer la chaloupe Bar ». Zoé s’insère progressivement dans la vie coopérative, où elle se devait d’avoir sa place : « En revenant à Tours et en voyant que le Bateau rouvrait, c’était une évidence d’y participer ! »

Servir des bières, rendre la monnaie, sans se tromper sur la tablette de la caisse, tout un art que les bénévoles se partagent, sous la houlette de Thomas et Laurence, salariés du Bateau. « N’hésitez pas à nous rejoindre, au bar ou ailleurs il y a toujours de la place pour les bénévoles ! »

Horoscope WTF du 3 au 9 mai 2023

C’est l’heure, mes petits lardons ! Voici le moment tant attendu (ou pas) de l’horoscope WTF à la sauce tmv.

Bélier

Amour

Bélier ? Un signe cornu. COMME DE PAR HASARD.

Gloire

Vous aimeriez débattre plus souvent avec vos amis. Mais vous n’avez pas d’amis, c’est con.

Beauté

Suite au succès de sa Une avec Marlène Schiappa, le magazine Playboy
vous contactera d’ici peu pour poser en couverture en duo avec Cyril Hanouna. Bravo à vous.

Taureau

Amour

Vous êtes l’oignon des relations.
Toujours à faire chialer quiconque vous approche.

Gloire

Relativisez la tristesse de votre vie.
Y a pire : vous pourriez être Capricorne, par exemple.

Beauté

Eh bah en tout cas, les étoiles sont mieux alignées que vos dents.

Gémeaux

Amour

Moi j’vous aime bien. Mais je suis le seul.

Gloire

Saturne est dans votre champ astral. Aucune idée de ce que ça signifie, mais le magazine Femme Actuelle le dit, alors bon…

Beauté

Vous préférez rester dans l’ombre.
(ce qui tombe bien, vu vos fringues)

Cancer

Amour

L’arrivée prochaine d’un enfant est possible… Ou un animal de compagnie, on sait pas, mais ça revient au même.

Gloire

Un côté artiste sommeille en vous.
Mais ce serait bien de le laisser dormir.

Beauté

Vous avez passé la date de péremption. Mais courage, certain(e)s sont anti-gaspi.

Lion

Amour

Vous espérez un coup de foudre.
Mais c’est comme une promotion au boulot : vous pouvez toujours rêver.

Gloire

Faute avouée, à moitié pardonnée.
(sauf si vous aimez la pizza hawaïenne, là c’est foutu pour vous)

Beauté

Comme on dit, « un esprit sain dans un corps sain » ! Bref, tout le contraire de vous.

Vierge

Amour

Ok c’est le printemps. Mais cessez de vous titiller le pissenlit.

Gloire

Vous saurez capter l’attention de vos interlocuteurs grâce à votre manque de charisme et d’allure.

Beauté

M’en fous.

Balance

Amour

Une récente étude péruvienne prouve que les Balances sont les plus parfait(e)s en relation amoureuse.

Gloire

Tout le monde s’imagine qu’on complimente les Balances dans l’horoscope,
sous prétexte que l’astrologue est Balance…

Beauté

…Alors qu’il est tout simplement objectif de dire que nous sommes les plus géniaux et sexy de la planète.

Scorpion

Amour

Oh la vache, la détresse sentimentale… !

Gloire

Un proverbe japonais dit « sept fois à terre, huit fois debout ». Sûrement inventé en vous voyant un samedi soir à Plum’…

Beauté

De loin, vous ressemblez à un joli boudin de porte.

Sagittaire

Amour

Cupidon vous a laissé(e) tomber.
Ça vous apprendra à faire confiance à un type à poil qui vole avec un arc.

Gloire

Les Sagittaires, c’est comme les huîtres. Avec du vin blanc, ça se bouffe tout seul, sinon c’est vraiment dégueu.

Beauté

Wow, quelle rapidité. Vous avancez aussi vite qu’un escargot qui recule.

Capricorne

Amour

Impossible d’oublier un(e) Capricorne.
Rencontrer quelqu’un d’autre, c’est comme passer d’une bouteille de grand cru à un cubi de piquette.

Gloire

Évitez de lire la partie « gloire » des Taureaux…

Beauté

Comme disait Sartre, l’enfer, c’est les autres. Et aussi les WC après que vous y soyez passé(e).

Verseau

Amour

On sait que vous aimez bien les animaux et les chiens. Mais il serait judicieux que vous arrêtiez de renifler le derrière des gens.

Gloire

Attention au rhume des foins. Surtout pour un âne comme vous.

Beauté

Mmmh écoutez ce silence. Ça fait du bien, hein ? Quel bonheur quand les Verseaux la mettent enfin en veilleuse…

Poissons

Amour

Votre avenir amoureux s’annonce comme vos tétons : rose.

Gloire

L’argent n’a pas d’odeur. Mais votre haleine, si.

Beauté

La semaine s’annonce brillante.
Normal, vous luisez tellement vous suez. #phoque

(Photo ouverture Freepik)

Bateau Ivre : où en est le navire de la culture ?

Avec les beaux jours, le Bateau Ivre prend le large ! La salle de spectacles largue les amarres pour son assemblée générale en forme de festival : l’Archipel du Bateau, du 3 au 7 mai au Point Haut. Et si on faisait le bilan de cette année à flot ?

Cinq jours, dix-neuf concerts, des centaines de sandwichs confectionnés avec amour, et une grosse quantité de bonnes ondes : c’est le programme affiché par les équipes du Bateau Ivre pour l’Archipel du Bateau, festival organisé par la salle de concerts de Tours centre, délocalisée pour l’occasion au Point Haut du 3 au 7 mai.

Sur scène, groupes locaux, talents émergents et artistes confirmés se mélangeront allègrement chaque soir. Irène Drésel, Lysistrata, Vulves Assassines, Lo’Jo, les Australiens de Hard-Ons ou les Tourangeaux de Grauss Boutique, il y en aura pour tous les goûts !

Mais qu’on se le dise : ce festival est aussi et surtout le moment d’une assemblée générale décisive pour la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Ohé du Bateau, qui a racheté il y a maintenant presque sept ans la mythique salle de spectacles de la rue Edouard-Vaillant. « Nous sommes dans une urgence joyeuse », précise Franck Mouget, aujourd’hui en charge de la coordination générale et du développement coopératif.

Les moussaillons doivent en effet faire face aux réalités. D’un côté, la salle a ouvert ses portes à 24 000 spectateurs entre janvier et décembre 2022, avec 350 spectacles accueillis. Une vraie réussite, avec un Bateau de nouveau ancré dans les habitudes tourangelles, y compris auprès des générations qui n’avaient pas connu l’ancienne version du lieu.

Mais côté finances, le compte n’y est pas : « On a plus de 200 000 € de pertes, car l’emploi artistique et technique a un coût important », explique Franck Mouget. La voie d’eau n’est pas irréparable, à condition que tous les matelots soient sur le pont (on vous avait prévenus pour les jeux de mots !). Kevin Turpeau, chargé de communication, ajoute que « avec cette première année à un rythme normal, on a testé les possibles. On a exploré au fur et à mesure.

Mais on ne pourra pas envoyer beaucoup plus de bois : il faut que chacun, bénévole, sociétaire, habitant, vienne prendre part au rêve ! Le débat n’est pas que culturel, il est citoyen, car c’est une vraie démarche coopérative, qui touche au vivre-ensemble ».

Les rouages de la machine

Ni association, ni MJC, ni entreprise lambda, le Bateau Ivre est bien une coopérative. Dans ses statuts, et dans son fonctionnement. « La démocratie permanente, au quotidien, même si ce n’est pas toujours simple ! », commente en souriant Franck Mouget.

En plus d’un Conseil d’Administration de dix-huit membres, la SCIC fonctionne ainsi avec six « chaloupes » : des groupes de sociétaires qui se réunissent régulièrement pour faire avancer des dossiers variés. Communication, bar, administration, programmation, travaux, vie de la coopérative, à chaque chaloupe sa spécialité !

Cet engagement bénévole vient ainsi épauler le travail de « l’équipage », les huit salariés présents au quotidien en salle des machines (et hop, un jeu de mots de plus, qui ne marche que si le Bateau est un paquebot).

Pour sortir de la galère financière, qu’on espère passagère, les chaloupes et les salariés réfléchissent à plusieurs options. Réduire le nombre de soirs d’ouverture ; arrêter ou limiter les soirées à prix libre aux recettes souvent insuffisantes ; encourager la location de salle ou en modifier les tarifs… « Il est temps de partager avec les sociétaires, pour trouver ensemble une solution ! », s’exclame Franck Mouget.

Et ça tombe bien, puisque ce weekend aura donc lieu l’AG, l’assemblée générale de la SCIC Ohé du Bateau. Sur les 2 000 sociétaires actuels, il en faudra au moins 300 présents (ou représentés par procuration) pour valider les décisions qui y seront prises dimanche après-midi.

Et hors de question de baisser pavillon ou de faire grise mine, puisque cette assemblée générale sera aussi l’occasion d’évoquer une ligne d’horizon pleine de belles nouvelles ! Le Bateau s’installera en effet au Foudre de la Guinguette de Tours avec sa propre programmation pour onze semaines cet été, et les travaux sont imminents pour réhabiliter le balcon afin d’accueillir 150 spectateurs supplémentaires dès la rentrée ! Alors, prêts à monter à bord ?

Maud Martinez / (Photos Alain Bregeon / Bateau Ivre)

Printemps de Bourges 2023 : compte-rendu et coups de cœur

Comme chaque année, notre chroniqueur était au Printemps de Bourges. Alors, verdict de cette nouvelle édition ?

Durant six jours la 47e édition du printemps de Bourges a accueilli 25 0000 festivaliers et près de 5 000 professionnels et de nombreux artistes. Un niveau de fréquentation plus que satisfaisant pour pour une ville qui se rêve capitale européenne de la Culture pour 2028 et surtout pour un Festival qui verra plusieurs de ses créations jouées cet été à Avignon, une reconnaissance d’un travail artistique de haut niveau qui doit être salué comme il se doit.

Pour preuve, cette « Trilogie 1972 » autour des 3 albums emblématiques de Lou Reed, David Bowie et Neil Young. Ce dernier voyait en effet son magnifique « Harvest » revisité par La Maison Tellier et ses prestigieux invités d’un soir, Baptiste Hamon, Emilie Loiseau, Albin de la Simone, Lonny etc.

Le résultat fut sublime dans une église Saint-Pierre pleine à craquer avec un final collectif sur un gospellisant « Down by the river » beau à pleurer.

La création fut décidément le maître mot de cette édition avec un croisement réussi entre la plasticienne Sophie CALLE et le chanteur Florent MARCHET, mais également un génial « Désir(s) » orchestré par Oxmo PUCCINO et ses invités (JOKER, JADE, BEBE JACQUES…).

Honneur au rap

Le rap ! Ce fut aussi la thématique mise à l’honneur cette année pour célébrer 40 ans de ce genre en France avec propositions, exposition et concerts au programme. Notons la prestation remarquée du parrain DIZIZ, de TAKIOLA ou de PRINCE WALLY.

On retiendra aussi que les Inouïs n’ont pas échappé à cette lame de fond avec beaucoup de propositions de ce style. Même si les Tourangeaux de SUIJIN – représentants de la Région Centre cette année – n’ont pas démérité, c’est leurs collègues BRIQUES ARGENT et DEMAIN RAPIDES (avec AGHIAD comme Prix du Public) qui décrochent cette année le jackpot au terme d’une sélection très relevée.

Pour finir, voici trois coups de cœur de cette édition 2023 : Coline RIO qui échappée de INUIT nous a proposé un nouveau projet magnifique de poésie, HERVE qui par sa chanson pop électro a retourné tout le public du W comme une crêpe grâce à son énergie incroyable et Irène DRESEL qui nous a éblouis grâce à son électro floral et sensuel.

Rendez-vous donc du 23 au 28 avril 2024 pour poursuivre l’aventure !

Hervé BOURIT

Accompagner vers un emploi ou un diplôme, c’est l’affaire de Magali Egliseau !

Magali Egliseau est formatrice à l’Association de Formation Professionnelle Polytechnique de Touraine (AFPP). Son but : accompagner les personnes vers l’emploi ou un diplôme.

Dans les locaux de l’AFPP de Touraine, boulevard Preuilly, Magali Egliseau pousse le tableau numérique roulant devant un groupe de stagiaires à la Garden Cie, entreprise d’entraînement fictive leur permettant de se former aux rouages d’une boîte du tertiaire. Détendue dans son approche, elle fait le point sur leur campagne de communication à venir, comme en vrai.

Difficile de deviner qu’il y a 15 ans, Magali Egliseau aujourd’hui formatrice et coordinatrice du dispositif de l’Entreprise d’entraînement pédagogique (EEP), était elle même à la place des élèves. « Je vous préviens, mon parcours dans la parcours dans la formation est atypique, glisse -t-elle en préambule. Aujourd’hui, pour être formateur, le titre de formateur pour adultes est un minimum. »

Après une licence en AES à Tours, la voici assistante commerciale à Chambéry durant 11 ans. Puis un congé parental l’éloigne du marché du travail, jusqu’à son retour en terre tourangelle et l’orientation de Pôle emploi vers l’AFPP qui l’amène en stage à l’EEP puis à être directement embauchée par l’organisme de formation pour adultes.

Ce n’est donc pas un hasard si Magali Egliseau exerce aujourd’hui son métier avec empathie et compréhension et place la bienveillance comme la principale qualité du formateur. « J’ai pour mission de transmettre un savoir mais aussi d’accompagner les stagiaires. Dans le cadre de l’EEP, je m’immerge dans l’entreprise comme chef de service. Je leur montre comment faire les choses puis ils les font eux-mêmes, avec le droit à l’erreur. La meilleure pédagogie expérimentale, c’est d’apprendre de ses erreurs. »

Magali Egliseau voit son rôle comme un accompagnement au sens large. Ici le public va de jeunes gens au chômage sans qualification ou à bac +5, à des personnes plus âgées, proches de la retraite, avec des parcours de vie propres, parfois éloignés de l’emploi.

« J’ai une écoute active, je m’adapte à cette diversité de profils et j’essaie de gommer les certitudes qu’ils peuvent avoir, dans leurs pratiques et leur image souvent dévalorisée. » Un rôle de coach en quelque sorte pour leur redonner confiance. À l’AFPP, Magali Egliseau a aussi évolué de son côté.

Elle a commencé comme formatrice à l’EEP puis a chapeauté le service. Entretemps, elle a développé les titres professionnels d’assistant commercial et de ressources humaines, qui permettent d’obtenir en 6 mois un bac + 2. Mais elle est revenue à l’EEP car c’est ici qu’elle se sent bien. « J’adore le concept, ce n’est pas comme l’école obligatoire, les stagiaires font une démarche personnelle pour candidater. »

Recrutements, entretiens individuels et collectifs, formations, évaluations,… son métier est assurément au contact des autres même si la part d’administratif n’est pas négligeable. En tout cas, Magali Egliseau ne décroche pas son sourire. « Cela fait 15 ans que je ne me lasse pas, de 9 h à 17 h, je ne vois pas la journée passer. Et même si je gagne moins que mon ancien métier d’assistante commerciale, ici au moins je m’éclate. »

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 12 au 19 avril 2023

Mais oui mais oui, l’astrologue ne prend pas de vacances (enfin si, un peu) et vous livre une nouvelle tournée d’astrologie… à sa sauce. Bienvenue dans l’horoscope WTF de tmv.

Bélier

Amour

A quoi bon aimer, finalement ?
Puisque vous finirez seul(e) et aigri(e) ?

Gloire

Un cowboy vous choisira comme nouvelle monture. Il vous fouettera les fesses pour que vous alliez plus vite. Bref, tout ce que vous aimez.

Beauté

Vous reprenez du poil de la bête !
Ce qui tombe bien, vu votre pilosité.

Taureau

Amour

Ne désespérez pas de votre situation. Dites-vous que même Eric Zemmour a trouvé l’amour…

Gloire

Avec vous, c’est comme pisser dans un violon. (et ça fait pas plaisir à André Rieu)

Beauté

Oula alors non désolé, mais ce sera visiblement pour la semaine prochaine.

Gémeaux

Amour

Vous allez rencontrer quelqu’un qui vous plaira ce week-end (à condition que vous ne soyez pas à cheval sur l’hygiène…).

Gloire

D’ailleurs en parlant cheval, notons que si vous prenez un selfie avec un cheval, vous avez le même sourire.

Beauté

Rien de plus à ajouter, on vous a suffisamment taillé(e) !

Cancer

Amour

L’amour frappera à votre porte d’ici peu. (à moins que ce ne soit le fisc)

Gloire

Il faut se rendre à l’évidence. Un jour, ce sera la fin du monde. Et vous n’aurez toujours pas réussi à faire de créneau.

Beauté

Trop belles, vos cernes. On dirait un panda.

Lion

Amour

Sous la couette, vous êtes un diesel.
Ça met du temps à démarrer, mais après, ça tient assez longtemps.

Gloire

La vie est pleine de surprises. La preuve, demain vous affronterez Poutine dans un combat de catch, nu(e), dans la boue.

Beauté

Même Stevie Wonder voit que vous êtes trop canon.

Vierge

Amour

Vous allez retourner avec votre ex. Et vous marier. Et avoir un gosse qui s’appellera Cunégonde et qui aimera Cyril Hanouna. Votre vie est foutue.

Gloire

« Toujours là au mauvais endroit, au mauvais moment ! », telle est votre devise.

Beauté

En toute objectivité, vous avez le charisme d’une chèvre.

Balance

Amour

Vos emmerdes amoureuses ressemblent à une partie de Uno®. On vous colle un +2 et vous finissez avec un +12 dans la tronche

Gloire

La chance vous sourit. Mais c’est bien la seule.

Beauté

#astuce Achetez des lunettes de soleil à vos proches. Ça leur évitera d’être
éblouis par votre beauté.

Scorpion

Amour

Vous l’aimez si fort… Vous vous accrochez à lui, comme le bouton d’acné s’accroche au front d’un ado.

Gloire

Notre société est trop laxiste. La preuve : vous existez et on tolère même que vous puissiez avoir des amis.

Beauté

La constellation du cholestérol vous fera un petit coucou d’ici peu.

Sagittaire

Amour

N’oubliez pas qu’on vous aime les Sagittaires, vous êtes les meilleur(e)s ! <3

Gloire

(ahahah je rigole, on peut vraiment vous faire gober n’importe quoi)

Beauté

Regardez dans le ciel ! Est-ce un oiseau ? Un avion ?? Superman ??? Non, c’est votre dignité qui va s’envoler samedi soir, rue Colbert.

Capricorne

Amour

« Un(e) seul(e) Capricorne vous manque et tout est dépeuplé. » (non, on déconne, vous êtes relou)

Gloire

Quand vous riez, on croirait entendre un poney (mais un poney relou, comme vous)

Beauté

Alors, ça fait quoi d’avoir les plus belles fesses de la Terre ? (enfin, n’oubliez pas que vous êtes tout de même relou)

Verseau

Amour

Allez hop les Verseaux ! Une pelle et une petite balayette et hop, on ramasse le peu d’amour propre qu’on a !

Gloire

Votre meilleur(e) ami(e) vous avouera être fan de Gérald Darmanin.
On ne pouvait pas faire pire comme semaine.

Beauté

Incroyable mais vrai : au réveil, vous ressemblez à Michel Houellebecq.

Poissons

Amour

Vous êtes le croque-lardon des relations.

Gloire

La vengeance est un plat qui se mange froid, certes. Mais vous, vous l’avez
déjà bouffé depuis bien longtemps, gros(se) morfale que vous êtes.

Beauté

De face, c’est pas mal. Mais c’est votre profil qui gâche tout.

Vacances d’avril : nos bons plans « une escapade par jour »

Quinze jours en avril, puis les week-ends prolongés de mai… On a de quoi s’échapper, même pour une journée !

Le défi : une heure de route environ pour des escapades à la journée, et des sorties à faire en famille ou entre amis pendant les vacances scolaires et les week-ends prolongés. Notre réponse ? Le tour est joué !

Il y a des classiques bien sûr, comme toutes les activités proposées dans les monuments de la région, ou les randos à vélo ou à pied. Mais même de côté, il y a de quoi innover ! Nouvelles activités et itinéraires hors des sentiers battus sont en effet possibles, même chez les vieux briscards du tourisme local.

Pas trop d’essence, petit budget, mais plein d’idées :

retrouvez nos idées d’escapade dans le n°442 de tmv à télécharger ICI !

Printemps de Bourges 2023 : c’est bientôt le moment !

C’est reparti pour un tour ! Le Printemps de Bourges se tiendra du 18 au 23 avril. Avec, encore une fois, une programmation riche !

Il faudrait un numéro complet de tmv pour présenter l’intégralité de la programmation du Printemps de Bourges 2023, tant elle est encore cette année riche et foisonnante. On se concentrera donc tout d’abord sur la scène locale avec la participation de Suijin, la Tourangelle qui représentera la Région Centre aux Inouïs le mercredi 19 avril. Une ouverture en fanfare, où l’on pourra aussi compter sur les Tourangeaux de La Charcuterie Musicale qui, du mardi au samedi, proposeront leur désormais célèbre quiz musical de plus de 5 000 morceaux sur les rives de l’Auron. Ambiance garantie !

Enfin on sera ravi de revoir la Chartraine Irène Dressel, toute auréolée de son César 2023 pour la meilleure musique de la BO de « A Plein temps », dans une soirée de folie le 22 avril aux côtés d’ Acid Arab et Contrefaçon.

Pour le reste, c’est vrai que l’on jettera un œil et deux oreilles à toutes les propositions des Inouïs qui d’année en année offrent généralement de belles découvertes. Autre temps fort à ne louper sous aucun prétexte : les géniales créations du Printemps. On y verra cette année Silly Boy Blues s’attaquer au mythique album « Transformer » de Lou Reed ou Florent Marchet et la plasticienne Sophie Calle en duo pour « Des Histoires vraies ». Sans oublier une carte blanche à Thomas Pourquery…

Outre ses propositions singulières et inédites, on naviguera entre têtes d’affiches comme Lomepal ou La Femme et jeunes talents en devenir (Poppy Fusée, Sabrina Bellaouel, Prince Wally, ou Julien Granel) avec aussi quelques coups de cœur comme Johan Papaconstantinos ou Coline Rio.

Bref une édition qui ne baisse pas les bras face à la morosité ambiante et qui devrait ramener quelques beaux souvenirs – qu’on vous racontera bien sûr – du 18 au 23 avril prochains.

Hervé Bourit

> www.printemspdebourges.com

 

TMV du 12 avril au 2 mai 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/04/TMV_A_20230412_TMV_001_T_Q_0-1.pdf

Les vacaaances approchent. Et avec elles, nos bons plans pour s’en aller, partir le temps d’une journée, le temps d’une escapade rapide mais qui vous fera du bien. Suivez le guide ! On revient également sur le nouveau visage de la place du Grand-Marché, on fait le plein de BD avec notre grosse sélection pour les vacances d’avril, sans oublier un #VisMaVille sur une coach en formation, un horoscope WTF et notre chronique resto du Più Più.

Série Jobs d’été [2/2] Animation et agriculture : témoignages et conseils

À peine le printemps… mais il faut déjà penser à l’été ! Pour tous les étudiants et autres travailleurs saisonniers, c’est en effet dès maintenant ça se prépare ! Second volet de notre série sur les jobs d’été.

ANIMATION : PATIENCE ET RELATIONS HUMAINES

Tous ces enfants qui partent en colo ou qui fréquentent le centre de loisirs pendant que papa-maman sont au travail, qui s’en occupe ? Peut-être vous !

Pour exercer les fonctions d’animateur-animatrice auprès de mineurs, il est fortement recommandé d’être titulaire du BAFA (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur). Mais ce n’est pas obligatoire : les structures d’accueil doivent avoir au minimum 50 % de leur effectif diplômé, ce qui laisse un peu de place pour les passionnés qui n’ont pas (encore) ce sésame.

Et pour les séjours adultes (souvent des séjours adaptés, pour personnes handicapées), plus de quota, comme le précise Aurélie Tireau de l’association LCV – Loisirs Culture Vacances : « Nos animateurs n’ont pas forcément de diplôme ou de formation spécifique, même s’ils sont souvent étudiants en psychologie ou dans le paramédical et le médicosocial. L’essentiel est d’être motivé, à l’écoute, et de comprendre en quoi consistent nos séjours. »

Cécile, 21 ans, animatrice en séjour adapté

« J’ai travaillé pour plusieurs associations, et j’ai mon BAFA. Ça m’est toujours utile pour la partie animation, qu’il faut concevoir avec l’équipe, mais pas obligatoire. Certaines associations proposent une formation avant de nous envoyer en séjour, c’est l’idéal ! ».

Le +

Le travail en équipe et les échanges humains avec les collègues et les adultes dont on s’occupe. Ce sont des relations fortes qui se tissent !

Le –

Les horaires, car on travaille 6 jours sur 7, souvent de 8 h à 23 h ou plus. Et le salaire, qui varie beaucoup d’une association à l’autre.

Le conseil : bien se renseigner sur l’association et le séjour (quel degré d’autonomie des pensionnaires, la taille du groupe…) pour être sûr de vivre une bonne expérience.

Madeline, 21 ans, animatrice en centre de loisirs

« J’ai travaillé pour plein de structures différentes, et tout peut changer de l’une à l’autre ! Maintenant je travaille plutôt en centre de loisirs, car les colonies c’est très prenant. »

Le +

En centre de loisirs les horaires sont mieux cadrés qu’en colo, on est sur du 35 h-40 h par semaine.

Le –

Le salaire n’est pas extraordinaire, et le BAFA est plus souvent exigé.

Le conseil : faire connaissance rapidement avec l’équipe d’animation, car ça va déterminer l’ambiance du séjour. Bien s’entendre avec ses collègues c’est essentiel.


AGRICULTURE, SOUS LE SOLEIL TOURANGEAU

« Pour les étudiants, les propositions d’emploi vont surtout concerner la castration des maïs, ou les récoltes de fruits et légumes. Tout ce qui concerne la vigne ou les travaux des champs (conduire des tracteurs par exemple) s’adresse plutôt à des travailleurs saisonniers, qualifiés », explique Julien Primault, du Groupement d’Employeurs de Touraine (affilié à la FNSEA et la Maison des Agriculteurs).

Et, pour le maïs comme pour le maraîchage, la solution, c’est de passer directement par l’exploitant, ou de fréquenter le site web de Pôle Emploi !

Marie, 17 ans, castreuse de maïs

« Franchement, c’est pas facile ! Il faut parfois être dans les champs avant 7 h du matin, et même comme ça il peut faire chaud. Mais c’est un bon moyen de se faire un peu d’argent quand on n’a pas d’expérience et qu’on est mineur, et si l’équipe est sympa on passe de bons moments. »

Le +

Hmm… le bronzage ? La vie au grand air ? On a souvent ses après-midi de libres aussi.

Le –

Le rythme, pas toujours simple si on n’est pas du matin comme moi !

Le conseil : trouver un bon chapeau et des bons gants pour ne pas se blesser. Et comme les horaires peuvent changer d’un jour sur l’autre, bien se renseigner sur la manière de se tenir au courant.


Photo ouverture illustration : Freepik
M.M.

Dans le quotidien de Jean-Paul Baunez, président de la Banque alimentaire de Touraine

#VisMaVille Jean-Paul Baunez est le président de la Banque alimentaire de Touraine. Chaque jour, ce retraité donne de son énergie pour lutter contre la précarité et le gaspillage alimentaire.

11 h 30. L’activité bat son plein dans l’entrepôt de 2 200 m2 de la Banque alimentaire de Touraine, installée rue des Grands Mortiers, à Saint-Pierre des-Corps. Les quatre camions de collecte déchargent chacun leur tour les denrées collectées auprès des grandes surfaces de la Métropole.

Une trentaine de bénévoles est à pied d’œuvre, chacun à sa tâche : déchargement, tri, pesée, remplissage des données tracées par informatique, préparation des cartons pour les associations qui viendront les récupérer l’après-midi, administratif…

Au total, ce sont 123 bénévoles et trois salariés qui assurent la mission de collecte et de redistribution de l’aide alimentaire, du lundi au vendredi. Certains sont là de longue date comme Nicole, 82 ans.

Jean-Paul Baunez, le président depuis un an, est au poste depuis 6 h 45. Tous les jours depuis cinq ans, cet ancien expert-comptable tient sa place, imprégné et passionné. « J’ai toujours été attiré par le domaine du social. Je souhaitais donner du temps et de l’énergie à ma retraite. C’est à la Braderie de Tours que j’ai rencontré les membres de la Banque alimentaire sur un stand, et ça a tout de suite tilté. L’idée de se battre contre la précarité et le gaspillage alimentaire m’a parlé. »

La première mission de la Banque alimentaire est en effet de collecter les invendus des grandes surfaces, des plateformes agroalimentaires et des producteurs mais aussi les surplus de la cuisine centrale et de l’hôpital, qui représentent, avec les dons particuliers, 1 600 tonnes en 2022 soit trois millions de repas distribués.

Ensuite, les conserves, les légumes comme les produits frais gardés dans la chambre froide sont dispatchés entre les 62 associations tourangelles et le CCAS selon leur nombre de bénéficiaires. Ils étaient 15 760 à recourir à cette aide l’an dernier dans le département. Des chiffres qui ne cessent d’augmenter.

« Ces derniers mois, nous avons de 9 à 10 % de bénéficiaires de plus tandis que la collecte a baissé de 3 %, détaille Jean-Paul Baunez. Nous sommes obligés de rééquilibrer par des dons et d’aller chercher des solutions. » Le président est, en effet, chargé de coordonner, de superviser les équipes, de gérer les finances mais aussi d’impulser des projets, comme une plateforme informatique pour que les petits producteurs en milieu rural référencent leurs surplus, ou encore le futur atelier de transformation des aliments (« les Restorés de Touraine »).

Cet aspect de lutte contre le gaspillage lui tient à cœur tout comme la sensibilisation à l’équilibre nutritionnel via la cuisinette ambulante qui se balade dans les associations et collèges. « Il ne suffit pas de donner de l’aide alimentaire, il faut aussi l’accompagner. » Ce qu’il aime aussi dans son bénévolat, c’est l’ambiance « chaleureuse ». Il n’y a qu’à le voir plaisanter avec les autres bénévoles, qui n’hésitent pas à faire des kilomètres pour rejoindre l’entrepôt malgré le coût du carburant, pour comprendre qu’il s’agit bien d’une « pette famille ».

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 5 au 11 avril 2023

Chaque semaine, l’éternelle rengaine (oh ça rime)… L’astrologue de tmv revient vous faire un horoscope plein d’amour et de gentillesse. Spoiler : c’est faux.

Bélier

Amour

Aimer un(e) Bélier, c’est comme le Nutella. Au début, ça fait plaisir, mais après, ça bute les orangs-outans.

Gloire

Cette semaine, vous rencontrerez enfin Jésus. Mais il ne s’agira que de votre
voisin du deuxième.

Beauté

La personne à votre gauche a une haleine de poney. Faites-lui comprendre subtilement.

Taureau

Amour

Vous allez être nommé(e) M.R.L :
Ministre du Redressement de la Libido.

Gloire

Votre collègue vous agace ? Sur son clavier d’ordi, appuyez sur les touches
AltGr + flèche du bas. De rien.

Beauté

Sortez plutôt quand il pleut. On verra moins vos auréoles sous les bras.

Gémeaux

Amour

Samedi, un mec chauve vous arrêtera dans la rue pour vous rappeler que
c’est pas marqué dans les livres, que le plus important à vivre est de vivre au jour le jour, le temps c’est de l’amoooour.

Gloire

D’ailleurs, incroyable mais vrai : vous allez rencontrer Pascal Obispo au
bistrot.

Beauté

Hello les cyclopes, dites bonjour au gros bouton au milieu du front, ce dimanche !

Cancer

Amour

Elle court, elle court, la maladie d’amour. Ce qui explique pourquoi vous galérez tant, petite feignasse que vous êtes.

Gloire

Arrêtez de faire des strikes avec des chauves. #JeSuisQuille

Beauté

Bébé furoncle pour tous les premiers décans. Bisou.

Lion

Amour

Vous avez un chat dans la gorge, mais aussi un lion dans le slip. Alors ça va.

Gloire

Vous êtes une femme en or. Même vous, messieurs.

Beauté

Les sous-vêtements en avril, c’est futile. Laissez parler votre passion pour le naturisme.

Vierge

Amour

Rien en ce moment. Comme le mois dernier. Et comme l’an dernier.

Gloire

Une Fête des beaufs sera organisée prochainement. Et vous en serez l’invité(e) d’honneur.

Beauté

Vous ressemblez de plus en plus à Philippe Etchebest.

Balance

Amour

Votre « moi » du futur viendra vous rendre visite. Il vous apprendra que
votre vie amoureuse sera toujours aussi chiante dans 20 ans.

Gloire

Toutes ces années d’évolution pour finir Balance. Quel enfer !

Beauté

Votre string léopard est une insulte au règne animal.

Scorpion

Amour

Ouiiii, « c’est une chance inestimée de sortir avec un(e) Scorpion, meilleur signe de la Terre », tout ça tout ça…

Gloire

(Oui mais attention, 50 % de cet horoscope est faux)

Beauté

Dur dur d’être un(e) Scorpion. Tous ces gens qui vous admirent, jalousent
votre divine beauté et votre corps sublime… Ahlala.

Sagittaire

Amour

Un grand cœur mais une grande gueule : pas de doute, vous êtes Sagittaire.

Gloire

La constellation du Mélenchon vous rappelle que vous êtes seulement Insoumis(e) du slip.

Beauté

C’est sympa votre voix de Garou au réveil.

Capricorne

Amour

Votre historique Google est la preuve formelle que oui, vous êtes bel et bien un(e) gros(se) lubrique.

Gloire

Vous êtes un peu comme un soutif push-up : vous réservez bien des surprises, mais pas forcément que des bonnes.

Beauté

C’est bien. Continuez de brasser du vent, vous pourrez vous reconvertir en éolienne.

Verseau

Amour

Vous n’êtes que déception. Ce qui est normal, puisque vous êtes Verseau.

Gloire

Qui va à la chasse doit la tirer, parce que bon, c’est pas très propre sinon.

Beauté

Inutile de beugler comme ça au téléphone. On sait très bien que vous avez
une grande gueule.

Poissons

Amour

Mmmmmh, y a baleineau sous gravillon avec la personne en face de vous…

Gloire

C’est l’histoire d’une fraise, elle est sur un cheval. Et elle fait tagada tagada
tagada… Allez c’est tout pour nous, A+ bisou

Beauté

Oula, c’est quoi ce truc bizarre sur votre cou ? Ah pardon, c’est votre tête !

Série Jobs d’été [1/2] Hôtellerie, restauration, tourisme : témoignages et conseils

À peine le printemps… mais il faut déjà penser à l’été ! Pour tous les étudiants et autres travailleurs saisonniers, c’est en effet dès maintenant ça se prépare ! Premier volet de notre série sur les jobs d’été.

HÔTELLERIE-RESTAURATION : EN SALLE OU EN COULISSES, ÇA BOUGE TOUT LE TEMPS

Durant plusieurs mois, le secteur de l’hôtellerie-restauration a fait savoir qu’il peinait à recruter. Crise des vocations ? En tout cas, pour cet été, les affaires reprennent avec la saison touristique. Courir d’une table à l’autre, être aux petits soins pour les clients, enchaîner les cocktails (en les servant, pas en les buvant, soyez sérieux !), préparer les chambres façon 24 h chrono… Ce sont des métiers qui bougent !

Pascal Brault, directeur du château d’Artigny et président de l’association professionnelle Touraine Hôtels, rappelle que dans l’hôtellerie comme dans le tourisme, la saison s’étale d’avril à l’automne. Malgré cela, les recrutements pour juillet-août sont toujours possibles. Et pas besoin d’être un pro du milieu : « Il y a vingt ans on recrutait sur un CV et une formation en école hôtelière, ce n’est plus le cas maintenant. La motivation et le savoir-être sont essentiels, tout comme l’aptitude à apprendre vite. Et pour le savoir-faire, nous pouvons former nos futurs collaborateurs ! Et aujourd’hui, restaurateurs et hôteliers font des efforts pour limiter les coupures, alléger les rythmes, pour proposer une vraie qualité de vie au travail à leurs équipes. »

Kylian, 21 ans, serveur en brasserie

« J’ai commencé il y a 2 ans et chaque été je suis repris au même endroit. J’ai mes habitudes, et même si au début j’ai un peu galéré à trouver le rythme, depuis j’ai progressé et ça roule ! ».

Les +

J’aime le contact avec la clientèle, et le travail en équipe. Et puis il y a les pourboires, c’est un beau petit plus si on se débrouille bien !

Les –

Le rythme est parfois intense ! On finit souvent tard le soir, on travaille le weekend…

Le conseil : bien dormir, bien manger, car il faut tenir sur la durée !


TOURISME : DO YOU SPEAK ENGLISH ?

Dans la plupart des monuments de Touraine, ça recrute ! Accueil, billetterie, snack… Des postes sympas auxquels on peut prétendre sans formation spécifique. Mais où les langues étrangères sont les bienvenues, puisque la clientèle internationale est bel et bien de retour dans notre beau Val de Loire !

Apolline, 20 ans, hôtesse d’accueil

« J’ai travaillé tout l’été dernier dans un grand aquarium de bord de mer, à l’accueil et la billetterie. Mon rôle consistait à accueillir les clients, donner ou récupérer les audioguides, répondre à leurs questions, m’occuper du vestiaire… »

Le +

Ça fait un peu d’argent, et une expérience professionnelle !

Le –

C’est assez fatigant, on est souvent statique, debout, et ce n’est pas très enrichissant car les missions ne sont pas passionnantes. On se fait parfois crier dessus, mais ça pourrait être pire.

Le conseil : en entretien, il faut montrer qu’on est motivé(e), souriant(e), patient(e) ! Et si on parle plusieurs langues c’est un atout !


 

Tours Volley-ball : une coupe de bonheur

Le TVB s’offre son onzième titre de Coupe de France de Volley masculin. On appelle ça la classe !

Le TVB a remporté, ce dimanche, à Paris, la Coupe de France de volley face à Nice. On pourrait se dire, c’est la onzième fois, ce n’est plus tellement un événement. Eh bien, on aurait tort.

D’abord parce qu’un titre, même si on l’a déjà remporté dix fois, il faut toujours aller le chercher avec la même énergie et la même envie. Et qu’un nom ou un sigle sur un maillot n’a jamais assuré de rien. Demandez au PSG…

Mais ce titre, il est capital pour une autre raison. Le TVB, c’est un des clubs tricolores les plus titrés de France, tous sports confondus. Son palmarès est long comme le bras : onze coupes de France, donc, mais aussi huit titres de champion de France, quatre supercoupes de France, une coupe de la CEV et une Ligue des champions.

Une valeur sûre

Oui, mais depuis quatre saisons, le sort semblait s’acharner sur le club tourangeau. La saison dernière, après avoir fini premier de la saison régulière, le TVB avait chuté en finale de la même coupe de France. Mais le club avait aussi laissé échapper une seconde coupe CEV qui semblait à sa portée. Avant de s’incliner de nouveau lors de la troisième finale de la saison, celle du championnat, face à Montpellier. Un véritable drame en trois actes. Une saison sportivement pleine, mais une besace désespérément vide.

Alors, quand on lui demande pourquoi cette coupe a pour le club un goût particulier, le président Bruno Poilpré, n’hésite pas. « Cela veut dire beaucoup de choses. D’abord que le club est une valeur sûre du volleyball français, voire même européen, puisqu’on sera encore en Ligue des champions l’année prochaine », confie-t- il à nos confrères de La Nouvelle République.

Cela montre aussi que dans des circonstances compliquées (l’effectif a été très secoué par des blessures en début de saison), le TVB sait revenir à ses fondamentaux et retrouver son niveau. Il reste, maintenant, à enfoncer le clou. Le TVB a, une nouvelle fois, terminé premier de la phase régulière du championnat. Mais les joueurs n’entendent pas, cette-fois, laisser échapper le titre national après lequel ils courent depuis 2018. Ce doublé, si doublé il devait y avoir, signerait de la meilleure des manières, le retour de ce très grand club, au niveau qui est le sien.

M.P. / Photo NR Hugues Le Guellec

On a testé la street food coréenne de Joie Joie

Implanté place du Grand-Marché, Joie Joie propose un nouveau concept shop de ramen instantané et de kits repas. On a goûté à cette bien bonne « street food coréenne ».

Des machines à ramen flambant neuves trônent dans la petite salle de Joie Joie, nouvel arrivant de spécialités coréennes dans le centre-ville, place du Grand-Marché. Et ce n’est pas pour nous déplaire, non non ! Surtout avec le froid dehors ce jour-là, on a bien eu envie d’avoir un peu de buée plein les lunettes et un plat bien consistant dans l’estomac.

Derrière sa devanture rouge, se cache un espace épuré pour commander, préparer, manger et se poser en écoutant de la musique du pays du matin clair en toute détente, malgré le léger manque de lumière extérieure. De quoi ravir la team des dingos de K-Pop et de dramas, mais aussi les petits curieux qui veulent tenter l’aventure pour explorer une nouvelle culture le temps d’un repas.

Surtout avec des plats stars de la street-food qu’on peut retrouver dans la bouillonnante Séoul à la tombée de la nuit. Des tteokbokki, des gâteaux de riz dans une sauce pimentée ; des japchae, des nouilles froides aux légumes ; des mandus, de délicieux raviolis farcis. Trois menus et un conseil : préparez vos papilles car certaines options sont très épicées.

On peut préparer son ramen soi-même

Coup de cœur pour la soupe de ramen, mais aussi le petit kimbap triangle. Des boules de riz farcies avec du kimchi – du chou fermenté épicé – sauté (veggie friendly bien sûr) ou avec un bon bœuf bulgogi comme on les aime. Un service rapide et efficace, ni plus ni moins.

On peut aussi choisir de préparer soi-même ses ramen avec des produits achetés sur place, différents « toppings » (des accompagnements) sont proposés pour pimper ses nouilles comme dans les convenience-stores asiatiques : œuf, pousses de soja, fromage… Pas déçus du voyage, le repas ne pouvait pas se terminer sans une note sucrée : un mochi glacé, fleur de cerisier pour nous.

Si vous avez aimé votre repas, le coin épicerie vous permet d’acheter le nécessaire pour reproduire les plats chez vous.  Alors 빨리빨리 (à prononcer ppali ppali, « vite »), on profite de cette expérience à la coréenne !

Charlotte Gide / Photo : Flore Mabilleau


> L’addition : pour les trois menus, comptez entre 8,50 € et 10,90 €, avec plat et boisson. Grands bao à l’unité à 6,50 €. Desserts : de 2 € pour un mochi à 5 € pour un bao sucré.
> Joie Joie, au 26, place du Grand- Marché. Ouvert de 11 h à 21 h, du lundi au mercredi et jusqu’à 22 h du jeudi au samedi. Repas sur place ou à emporter/ épicerie.
> Contact : joiejoie.fr ou instagram.com/joiejoiefrance et facebook.com/joiejoieshop. Tél. 06 06 94 17 64.

 

Horoscope WTF du 22 au 28 mars 2023

Le printemps est là, tout le monde est heureux et souriant… à part l’astrologue qui revient avec une nouvelle dose d’horoscope WTF pour bien commencer votre semaine.

Bélier

Amour

Vous êtes un bon coup. Mais personne ne le sait. C’est bête, hein ?

Gloire

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et magner votre boule,
parce que vous êtes toujours d’une lenteur hallucinante.

Beauté

Si vous voulez être si brillant(e), pas de souci : il suffit de regarder votre front.

Taureau

Amour

Taureau, élu le signe le plus cœur de pierre du mois.

Gloire

En ce moment, vous êtes aussi fatigué(e) que l’astrologue de tmv. Attention à ne pas vous endormir sur votre clav239_’àçpoitjm’ »oijiuty

Beauté

Sympa votre teint de saumon.
(vivement l’été, hein ?)

Gémeaux

Amour

« Ouiii, nooon, j’sais paaaas »
AAAH que vous êtes lourdingue !

Gloire

La constellation de Nena vous rappelle quand même, au cas où, que neunundneunzig Luftballons, auf ihrem Weg zum Horizont, mais bon.

Beauté

On veut pas balancer, mais la personne à votre droite n’arrête de reluquer votre derrière.

Cancer

Amour

Rooooh, vous êtes trop vieux/vieille pour ces conneries…

Gloire

On ne juge pas un livre à sa couverture ! (ouiii sauf le Kama-Sutra, on sait, bande de lubriques)

Beauté

Vous êtes aussi sexy qu’un Allemand en tong-chaussettes l’été.

Lion

Amour

Vous êtes l’abri-bus des relations coquines : un lieu de passage certes, mais où l’on ne s’attarde guère malheureusement.

Gloire

C’est vraiment agaçant, car vous ne terminez jamais vos

Beauté

Casper le p’tit fantôme a téléphoné.
Il aimerait bien récupérer son teint.

Vierge

Amour

Inutile de candidater à L’Île de la tentation. Vous craqueriez au bout de 1 h 30, bande de lubriques.

Gloire

Inutile de candidater à The Voice. Le jury ne se retournera pas et préférerait choisir Christophe Maé (c’est dire !).

Beauté

Inutile de candidater à Koh Lanta. Vous auriez déjà envie de bouffer un tronc d’arbre au bout de 23 minutes de jeu.

Balance

Amour

Vous êtes le sandwich triangle de l’amour. Vraiment pas top, mais on ne sait pas pourquoi on vous aime.

Gloire

Enervé(e), vous êtes un peu comme un caniche. À gueuler très fort, mais ça ne fait pas franchement peur.

Beauté

Étonnant mais vrai : en changeant 23 lettres à votre signe, ça fait « les Balances ont les plus belles fesses de la Terre ».

Scorpion

Amour

La constellation de la Lorie vous rappelle que vous, vous avez besoin d’aaaamoooour, des bisoux des câlins, vous en voulez tous les jouuurs.

Gloire

Bah chez vous, aucune.

Beauté

Force est de constater que de loin et dans le noir, vous êtes le/la plus sexy.

Sagittaire

Amour

Le 12e numéro de votre répertoire vous désire secrètement.

Gloire

La vie est un long fleuve tranquille, certes. Mais vous, vous y faites du rafting en vous bouffant toutes les vagues dans la tronche.

Beauté

C’est autorisé par la police du bon-goût, ce style vestimentaire ?

Capricorne

Amour

Drôle de paradoxe : vous êtes aussi compliqué(e) que trouver la sortie d’un magasin Ikea, mais qu’est-ce qu’on aime être avec vous !

Gloire

Que de discrétion chez vous. Vous avez la flatulence silencieuse. On le sait.

Beauté

Si vous faisiez un peu moins la gueule, on verrait déjà moins votre ride du lion…

Verseau

Amour

On

Gloire

S’en

Beauté

Tape

Poissons

Amour

#conseil C’est quand vous vous taisez qu’on vous aime le plus.

Gloire

Une récente étude très sérieuse affirme que les deux choses les plus chiantes
dans la vie sont les trottinettes électriques et les Poissons.

Beauté

Quelle prestance, quel charisme… Non, on déconne, de loin vous ressemblez à une madeleine.

Etudiants-entrepreneurs : des boss en devenir !

Créer sa boîte avant même d’être diplômé, c’est l’aventure choisie par des dizaines de Tourangeaux depuis maintenant quelques années. Épaulés par des pros, avec un statut taillé sur-mesure, zoom sur ces étudiants-entrepreneurs.

De sa licence de psychologie, Kenny- Marcel Nyamugabo, a conservé quelques enseignements. À commencer par celui qui l’a amené à créer sa Smart-Borne. « Skinner a formalisé la théorie du conditionnement opérant : vous faites une action, on vous récompense, alors vous serez motivé à recommencer ! ». En glissant canettes vides et autres bouteilles plastiques dans sa borne, on récupère ainsi des points qui nous donneront accès à des bons d’achats valables chez des enseignes partenaires (pizzerias, restaurants, commerces…).

Aujourd’hui, le cap fixé est prometteur pour son entreprise : livraison de cinq nouvelles bornes d’ici l’été, et embauche d’un salarié à la rentrée. On est bien loin du master de psychologie du travail que l’étudiant tourangeau envisageait à son arrivée à l’université !

Parcours et récompenses

Comment en est-il arrivé à la Smart-Borne, multirécompensée ? « Je me suis rendu à un business-dating organisé par la MOIP (Maison de l’Orientation et de l’Insertion Professionnelle de l’Université de Tours), pour trouver un stage, faire autre chose… Et on m’a orienté vers Créa’Campus puis Pépite. »

Deux dispositifs- clés pour tout étudiant ayant un projet de création d’entreprise, ou même d’association, comme le précise Delphine Lepissier, chargée de mission accompagnement des étudiants pour Pépite région Centre Val de Loire : « Tout projet pérenne est le bienvenu, que ce soit une entreprise ou une association. Et l’objectif n’est pas forcément la création d’entreprise : après être passés par Pépite, certains arrêtent complètement mais ont acquis des compétences qui leur serviront dans leur vie de salarié ; d’autres décident de faire une pause, d’avoir d’autres expériences professionnelles avant de revenir à l’entreprenariat. »

Et si créer une entreprise semble s’adresser avant tout aux étudiants de l’IAE, des écoles de commerce ou du BUT GEA (Gestion des Entreprises et Administrations), dans la pratique, il n’en est rien ! « Ces dispositifs s’adressent à tous les étudiants post-bac, quelle que soit leur filière et leur établissement », précise Lindsay Georges, chargée d’entreprenariat étudiant à l’Université de Tours.

Les échanges avec mon mentor me font avancer, et l’échange avec d’autres créateurs d’entreprise est enrichissant !
-Aurore Alamovitch

Si Créa’Campus dure une année universitaire avec le montage en équipe d’un projet fictif ou concret, pour participer à un concours, l’accompagnement Pépite est en prise avec le monde réel et peut s’étaler sur plusieurs années, le temps de développer un projet en bénéficiant du statut national d’étudiant-entrepreneur. Créé en 2014, ce statut spécifique permet à ses bénéficiaires de profiter de journées de formation (marketing, comptabilité, communication…), d’un mentorat par un chef d’entreprise, et de transformer leurs périodes de stage en périodes de travail sur leur projet personnel.

Kenny a ainsi pu profiter des conseils de Julien Nédélec, lauréat Créa’Campus 2015, co-fondateur de Weecop, le pro des bracelets de paiement connectés. Depuis, le jeune homme a quitté Pépite pour lancer son entreprise, accompagné par le Rotary Club, la CCI Touraine ou encore l’incubateur de la Digital Loire Valley.

46 étudiants ont rejoint Pépite

 

Pour Aurore Alamovitch, l’aventure Pépite ne fait que commencer : à 23 ans et avec un master de communication & relations publiques en poche, elle est revenue en Touraine pour lancer son entreprise Ecclezia.

 

Déjà reconnue par le prix de l’Open ISEG (son école lilloise), Aurore souhaite profiter du statut d’étudiante-entrepreneuse pour se consacrer à 100 % à ce projet de plateforme web de démocratie participative. « Les échanges avec mon mentor me font avancer, et l’échange avec d’autres créateurs d’entreprise est enrichissant ! Et cela m’a confirmé que pour entreprendre, il faut croire en soi et en son projet. On pense souvent qu’être chef d’entreprise, c’est réservé à des gens plus âgés : c’est un frein qu’on se met tous seuls, qu’il faut laisser de côté pour avancer ! ».

Et comme elle, ils sont déjà 46 étudiants à avoir rejoint Pépite à Tours cette année. Et vous savez quoi ? Il ne sera jamais trop tard pour vous lancer !

Maud Martinez / Photos : DR + Freepik

La Compagnie La Clef fête ses 25 ans d’impro !

On peut être une compagnie d’impro théâtrale et choisir, pour son anniversaire, de ne rien laisser au hasard ! La compagnie La Clef fête ses 25 ans cette semaine et nous lui avons réservé quelques petits cadeaux…

Un petit Footix en mousse

Oui, Footix, la mascotte de France 98. Et pourquoi donc ? Eh bien, parce que c’est là que tout à commencé. Un groupe de comédiens est approché pour monter des ateliers à destination des enfants du département 93 au moment de la Coupe du monde 98 et c’est le début de l’aventure. Pour organiser tout ça, ils ont besoin d’une structure : ils fondent la Clef !

Une affiche de Paris-Tours 2001

Cette année-là, c’est notre Richard Virenque national qui s’était imposé avenue de Grammont. C’est aussi l’année où Valérie Lesage, une des comédiennes de la compagnie, décide de s’installer à Tours, une ville où elle travaille déjà de temps en temps. Elle amène la compagnie avec elle. Welcome !

Un slip en skaï rouge

Oui, du genre de ceux que portent les catcheurs. Parce qu’en 2007, la Clef invente le concept qui sera sa signature. Des spectacles d’impro construits sur le modèle des combats de catch. Deux joueurs de chaque côté, un arbitre qui essaye de maintenir le calme, des commentaires en direct, une bonne dose de mauvaise foi. Tout pour faire le show ! Ça marche et on en est à la 16e saison.

Un sac Eastpak®

Pour aller au collège ! D’abord parce que la Clef, c’est aussi une école d’impro ouverte à tous et aussi parce que la compagnie, depuis 2019, est référente du Trophée d’impro culture et diversité pour la région Centre-Val de Loire. Un trophée qui travaille sur l’égalité des chances. Et donc, la Clef organise des ateliers d’impro pour les élèves dans les collèges de la région.

Un paper-board

Pour les fois où les comédiens vont travailler dans des entreprises, une des spécificités maison. L’idée, c’est de rebondir sur ce que les personnes disent lors des réunions et de dédramatiser un peu tout ça. Du team building intelligent, quoi !

Un beau L en bois

Pourquoi un L ? Parce que, dans la Clef, le C, il veut dire Compagnie. Le E, c’est pour Evénementiel et le F pour Formation. Mais le L, ben… On sait pas ! Si vous avez des idées, n’hésitez pas.


Une belle soirée d’anniv’ !

Ça, en fait, c’est eux qui vont nous l’offrir. Le 24 mars, c’est Catch Impro avec un duo de comédiens locaux qui affrontera le duo d’humoristes multi talents Giroud et Stotz. Il y aura aussi plein de jolies surprises, dont un DJ set de Zoé Colotis après le spectacle, pour boire un verre et papoter tranquillement en musique. Préparez vos thèmes et venez souffler les bougies !

> Le 24 mars. À 20 h 30, à la salle Yves-Renault de Chambray-lès-Tours. De 10 à 13 € en prévente et 16 € sur place. Infos : compagnie.laclef@gmail.com Tél. 02 47 41 14 71

 

Venue du XV d’Irlande : quelles retombées pour le rugby tourangeau et le tourisme ?

Si la Saint-Patrick met traditionnellement Tours aux couleurs de l’Irlande, pas sûr que le vert ne quitte les rues et les esprits d’ici à l’automne prochain. Et pour cause : la ville accueillera en effet l’équipe d’Irlande, qui établira chez nous son camp de base durant la Coupe du monde de rugby 2023.

« Ce sera une belle exposition de la Touraine pendant plusieurs semaines, avec une grosse couverture médiatique attendue, et des retombées touristiques qui devraient en découler. » Marieke Gourdin (Agence Départementale du Tourisme) se fait l’écho des attentes des professionnels du tourisme en Touraine.

Offres spéciales, campagnes promotionnelles à destination des anglophones, packs calibrés pour les fans de rugby… L’arrivée du XV du Trèfle à son camp de base tourangeau pour la Coupe du Monde 2023 éveille les appétits. A juste titre !

Cet accueil est en effet synonyme d’hébergement des familles et proches des joueurs, de leur staff, mais aussi des supporters et des journalistes qui feront le déplacement, et préfèreront Tours et ses bonnes connexions vers les autres lieux de compétition, à Paris et ses prix exorbitants. Les premières réservations commencent d’ailleurs dès maintenant, doucement mais sûrement.

Mais l’accueil d’une équipe internationale, dans le cadre de cette compétition mondiale, suppose bien des aménagements, à commencer par les travaux de rénovation du stade de la Chambrerie, où s’entraînera le XV irlandais. Création d’une salle de musculation, nouveaux vestiaires… La Ville, la Métropole, la Région et l’État mettent les bouchées doubles pour que tout soit fin prêt à la fin du printemps 2023.

Une exposition bienvenue

Verra-t-on les joueurs en chair et en os ? Hébergé à deux pas du stade et de l’aéroport, pas sûr qu’ils se baladent en ville, même si un entraînement ouvert au public sera probablement organisé, à la Vallée du Cher. Les joueurs et encadrants de l’US Tours se réjouissent en tout cas de l’exposition donnée à leur sport grâce à cet événement d’envergure.

Plusieurs opérations seront ainsi mises en œuvre au fil de l’année, à commencer par les actions en milieu scolaire. Et ça commence pas plus tard que maintenant ! En partenariat avec la Ville de Tours et les enseignants, l’UST animera des séances d’initiation au rugby dans des classes de CM1-CM2 à partir de fin mars, avec en ligne de mire un tournoi interclasses à la fin de l’année scolaire ! Et les écoliers pourront par la même occasion assister au match France-Angleterre des joueuses de moins de 20 ans, le 15 avril prochain… Un avant-goût prometteur avant un mondial qui, en Touraine, n’aura rien de banal.

M.M.

Chroniques culture : la sélection BD, l’album de H-Burns et le châtiment de Giancarlo De Cataldo

Cette semaine, c’est reparti pour faire le plein de BD, avec la sélection de la semaine. On lit également « Je suis le châtiment » de Giancarlo De Cataldo, on écoute le dernier H-Burns, avant de féliciter Suijin qui représentera la Région Centre aux Inouïs du Printemps de Bourges.

LE COIN LECTURE

La sélection BD de la semaine

Les héros ne meurent jamais et nous régalent toujours, comme Alix dont le tome 41 « La Reine des Amazones » (Casterman) est ce qui se fait de mieux en matière d’aventure trépidantes. Une fois de plus, le duo Millien et Langin nous emporte en mêlant Histoire et coups de théâtre.
Dans « Le Mystère du Sabre jaune », de Buendia et Durand, les deux pilotes Tanguy et Laverdure ne lâchent rien non plus et sont envoyés sur une base canadienne en plein Guerre froide en 1960, où rôdent de mystérieux espions chinois. Un concentré de suspense !

On reste dans l’Histoire avec le très attendu T2 « Les Zazous » (Glénat) : Danide et Rubio plongent en plein Paris occupé de 1942 où de jeunes rebelles épris de jazz et de mode se retrouvent confrontés à la milice et aux rafles de leurs amis juifs. Poignant et très documenté.

Deux magnifiques récits pour finir avec « La Contrebande Society » (Sarbacane) signé Baker et Goux. Un groupe d’amies vit des aventures improbables autour d’un DVD piraté, un récit magnifique sur le passage à l’âge adulte. Puis « Mandarine » (Bamboo) et les aventures d’une jeune pré-ado qui alterne entre la garde de son père et de sa mère. Avec de courts récits touchants et justes, cet ouvrage est plein de sensibilité et d’émotion.
Hervé Bourit

Le livre

JE SUIS LE CHÂTIMENT

En France, on connaît encore trop mal Giancarlo De Cataldo, magistrat à la cour de Rome et l’un des écrivains les plus importants de romans noirs d’Italie. Ses livres sont même adaptés à la télé ou au cinéma (« Romanzo criminale »). Sa présence au Festival du livre spécial Italie, du 21 au 23 avril à Paris, devrait changer la donne.

D’autant plus que son dernier ouvrage, « Je suis le châtiment » (éd. Métailié) est un régal ! L’intrigue navigue entre la Nouvelle Star italienne et les opéras. Elle mélange crimes et musique avec brio. À cela s’ajoutent les décors de Rome, des bas-fonds aux luxueuses villas, pour un cocktail explosif !
H.B.

LE COIN MUSIQUE

H-BURNS – SUNSET PARK

H-Burns, de son vrai nom Renaud Brustlein, ex-membre de Don’t Look Back, a depuis 2006 entamé une carrière solo des plus exigeantes. Il nous livre son neuvième album solo qui navigue entre pop et folk, avec cette voix de tête tour à tour charmeuse ou introspective.

On craque particulièrement sur le tempo de « Blue lights » ou encore sur la très belle mélodie de « Dark Eyes », où la voix de Dominique A propulse le morceau dans l’éther. Amateur de petits bijoux ouatés et délicats, ces onze titres sont pour vous. De quoi offrir un beau voyage sans quitter son canapé. l H.B.

INOUÏS 2023

C’est donc Suijin, originaire de Chartres et installée à Tours, qui représentera la Région Centre aux Inouïs (ex Découvertes) du prochain Printemps de Bourges, prévu du 18 au 22 avril. Sur la scène du Temps Machine en janvier dernier, on avait déjà vu qu’elle et son hip hop mélancolique teinté d’électro, sublimé par de superbes textes.

Aux côtés de trente-quatre autres jeunes pousses de toute la France, Suijin y présentera son univers bien particulier, entre sa passion de l’image, du manga et ses influences de Laylow ou encore Bones.
H.B.

Entreprises : Emmanuel Moyer accompagne la transition environnementale

#VisMaVille Emmanuel Moyer est gérant d’Arevol, une société de coaching d’accompagnement des entreprises dans les transitions. Sa dernière création, un accompagnement à la transition environnementale.

C’était il y a 15 ans. Emmanuel Moyer était alors chargé d’affaires dans une importante structure. Ce scientifique de formation commence à s’interroger sur le sens du management, celui qu’il exerce sur son équipe et celui qui est produit sur lui par sa boîte. « On croulait sous les procédures et les méthodes. J’avais déjà envie de casser le système, d’agiter le potentiel de la personne. »

Il bascule alors dans le coaching et crée une école à Tours, avant de monter sa société de coaching en accompagnement dans la transition humaine, Arevol. Entre temps, l’arrivée de ses deux enfants, Valentin et Sacha, réveille en lui sa conscience écologique. Ils ont aujourd’hui 7 et 12 ans.

« Je suis devenu éco anxieux pour leur avenir, je devenais lourd pour mes proches. En réponse, j’ai trouvé un terrain de jeu, il y a trois ans, en devenant bénévole à la Fresque du climat. Avec la fresque, on peut créer des espaces pour que les personnes puissent s’éveiller sur les sujets du climat et de l’énergie. »

Devenu co-référent de la Fresque du climat à Tours avec Valérie Forgeot, il a eu l’idée d’en transférer le principe dans son travail quotidien. Aujourd’hui, Arevol propose dans sa palette de coaching la sensibilisation au devenir de notre planète et de nos ressources, en partant du jeu de la fresque ainsi que du kit « Inventons nos vies bas carbone », made in Touraine.

« Il y a deux ans, c’était compliqué pour les entreprises qui se posaient la question de l’intérêt économique d’une telle prestation. En fait, il s’agit de s’interroger sur le coût de l’énergie, les ruptures d’approvisionnement, l’économie circulaire et au final les entreprises voient leur intérêt de travailler sur leur bilan carbone. »

Pour y parvenir, Emmanuel Moyer travaille in situ en quatre phases, étalées sur plusieurs mois. D’abord par des ateliers de sensibilisation, puis une phase de recherches d’idées en équipe, la définition d’un plan d’actions et enfin le pilotage et la transmission du projet. Des PME comme Proludic à Vouvray comme des groupes plus conséquents tels Gambetta à Tours ou Dior à Saint-Jean-de-Braye, ont fait appel à ses services.

Emmanuel Moyer constate que l’accompagnement dans la transition environnementale est devenu tendance dans les entreprises comme les grandes écoles.

« Cela monte en puissance, quoi de mieux que le climat pour créer un intérêt commun ? La fresque a remplacé en quelque sorte les journées kart ou gaming. Les grandes entreprises s’emparent du sujet et comprennent qu’au-delà de la cohésion d’équipe qu’elles recherchent d’abord par de tels ateliers, elles ont un véritable retour sur investissement. Par exemple, des salariés ont décidé eux-mêmes de baisser la température de leurs locaux de trois degrés. Des actions concrètes sont mises en place. »

Mais pour cela, encore faut-il que la sensibilisation dépasse la demi-journée de la fresque pour se prolonger sur la durée par un brainstorming collectif.

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 15 au 21 mars 2023

C’est l’heure du rendez-vous hebdomadaire, celui qui décide de votre terrible avenir… J’ai nommé l’horoscope WTF à la sauce tmv !

Bélier

Amour

Au fond… Vous savez pertinemment qu’il/elle n’est que votre plan B (voire C ou D).

Gloire

Jupiter porte vos rêves, vos espoirs et vos envies aux nues. Vous vous sentez
boosté(e) dans vos projets. (ça, on l’a piqué à un vrai horoscope. C’est nettement plus chiant, hein ?)

Beauté

C’est une évidence pour tout le monde, mais il est toujours bon de rappeler que vous êtes une légende.

Taureau

Amour

La belle saucisse que vous êtes va
passer à la casserole ce week-end.

Gloire

L’homme qui murmurait à l’oreille
des chevaux, c’est vous. Mais même eux ne vous écoutent pas.

Beauté

Salut les King Kong ! N’oubliez pas que votre rasoir se trouve dans le tiroir de gauche.

Gémeaux

Amour

Vous êtes à l’amour ce que Salto est à Netflix. (oui, c’est pas gentil, mais on dit ce qu’on veut)

Gloire

D’après une récente étude, 100 % des Gémeaux ont une chance de mourir
un jour.

Beauté

En CDD. N’oubliez pas qu’on se ramollit de partout à partir de 35 ans.

Cancer

Amour

Youpi, bientôt le printemps ! Vous allez enfin pouvoir planter votre petite graine.

Gloire

Plus moche la vie.

Beauté

Acné au printemps, bouton qui éclate bien purulent.

Lion

Amour

Votre ex ne vous rappelera pas. Il/elle préfère que vous restiez ami(e)s, désolé.

Gloire

Il serait bon de copier la personnalité de Père Castor, cet homme bien sous tous rapports.

Beauté

(d’ailleurs, en parlant de « rapports », faudrait p’tet vous y remettre un
jour, non ?)

Vierge

Amour

Votre vie sentimentale est à l’instar de mon frigo : totalement vide.

Gloire

N’oubliez pas cette sage parole de Jean-Claude Van Damme : « La vie, c’est
mourir aussi. »

Beauté

Votre ego est aussi fragile que la cheville de Neymar.

Balance

Amour

Le derrière qui frétille, le naseau qui s’excite, le slip qui gambille : pas de doute, vous êtes en rut !

Gloire

Comme on dit en mars, « À la Saint-Joseph, va et vient l’hirondelle » (sauf que pour vous, c’est surtout va et vient la rondelle)

Beauté

Vous avez la raie brillante et soyeuse, c’est bien.

Scorpion

Amour

Période difficile pour les Scorpions en ce moment qui se rendront compte de leur désir caché pour Jean Castex.

Gloire

Oh, ça sent pas bon pour vous, cette semaine ! (regardez sous votre chaussure au cas où)

Beauté

Citation préférée des Scorpions :
« Je pense donc je sue. »

Sagittaire

Amour

Fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis… C’est bien joli tout ça, mais vous ne comprenez plus ce que vous devez faire, car vous êtes un peu stupide.

Gloire

Une bonne fois pour toutes :
ACHETEZ-VOUS UNE CEINTURE DE CHASTETÉ !!!

Beauté

Au pieu, avec votre souplesse, on vous surnomme Clic-Clac.

Capricorne

Amour

Ne prenez pas trop la confiance.
Seul(e)s les Balances vous aiment à peu près. (et encore, c’est grâce à votre popotin canon)

Gloire

Semaine difficile, puisque vous allez vous faire rouspéter par une rousse pétée.

Beauté

Arrêtez de vous boubouler le hibou.

Verseau

Amour

L’amour est aveugle. Heureusement pour vous finalement.

Gloire

L’occasion fait le larron. Et vous en faites un beau, de larron !

Beauté

Ce n’est pas à un vieux singe qu’on
apprend à faire la grimace. Pas d’bol, vous êtes un vieux singe.

Poissons

Amour

Wow… alors à ce niveau-là, on dirait plutôt un couple
sorti tout droit de “Mariés au premier regard”.

Gloire

Vous vivez par procuration avec Koh Lanta et Top Chef. Mais il faut se rendre à l’évidence : vous n’avez ni l’âme aventurière, ni le talent d’un cuistot.

Beauté

Poissons, ça rime avec pied rond. (et c’est moche. Comme votre nom, mais vous le savez déjà)

Chroniques culture : les BD de la semaine, le « Colombian Psycho » de Gamboa et l’album de Palatine

Aujourd’hui pour les chroniques culture, on vous propose la sélection de la semaine côté BD. Lecture toujours, on a dévoré Colombian Psycho. Et ensuite, on repose ses oreilles avec Palatine ?

LECTURE

La sélection BD

L’ex-Tourangeau Herve Bourhis ajoute, avec son « Britbook » (éd. Dargaud), un nouvel opus à ses géniales encyclopédies en BD. Cette fois, il y passe au crible ce qui fait le charme et la force de la culture britannique. C’est ludique, plein d’humour et donc indispensable.
On reste en Angleterre avec « Le Ferry » (Delcourt), où Betancourt et Bouuaert, sur fond de punk rock, nous emmènent sur les traces de Max, musicien français exilé prêt à tout pour réussir. Un récit plein de gloires et de déboires, servi par un dessin aussi aiguisé qu’un accord des Sex Pistols.

Christian Mallet est lui aussi un passionné et un collectionneur fou. La preuve avec cette « Encyclopédie des figurines de collections » (Cote-à-cas éditions) dédiée à Hergé. On y retrouve tous les produits dérivés autour de Tintin avec photos, cotes et descriptifs de manière très exhaustive !
Avec « Madones et Putains » (Dupuis), Nine Antico confirme son statut d’autrice majeure. Son récit, brossant le portrait de la condition de la femme dans l’Italie du XXe siècle, est puissant et d’une beauté graphique folle.

On a aussi adoré « Kosmograd » (Casterman), où Bonaventure propose un beau thriller SF. Son trio de héros au coeur d’une mégalopole futuriste et inquiétante, offre 120 pages de courses-poursuites et de gestes comico-héroïques.
Hervé Bourit

COLOMBIAN PSYCHO

Colombian Psycho s’ouvre sur une partie de jambes en l’air, suivi de la découverte d’un cadavre démembré. Le reste des 592 pages est un portrait sans fioritures d’une Colombie gangrenée par la violence entre truands et milices paramilitaires. Un milieu que Santiago Gamboa connaît parfaitement, n’hésitant pas à se mettre en scène (et c’est truculent !).

Grand conteur à la poésie désespérée et à l’écriture au scalpel, cet immense auteur, encore trop méconnu chez nous, nous happe dès les premières pages de Colombian Psycho (éd. Metailié). Pas besoin de faire le voyage à Bogota : avec Gamboa, le prix du billet est celui de ce livre flamboyant.

H.B.

MUSIQUE

PALATINE – PHANTÔMATON

Avec son premier album « Grand Paon » en 2018, Palatine avait donné à entendre une pop folk poétique qui lui avait valu une certaine reconnaissance. Avec ce deuxième album très attendu, « Panthômaton », le groupe creuse son sillon grâce à des mélodies horspair (« Calice »), des textes sublimes (« La Sentinelle Amadouée ») et un sens aigu de la composition (« Les Glaces ou le feu »).

Petit frère de Feu ! Chatterton, digne rejeton de Gainsbourg, le quatuor tient avec ses 10 titres les fondations d’un palais sonore, un véritable gant de fer dans des chansons de velours. Luxe et volupté, cela aurait pu être aussi le titre de ce disque coup de cœur.

H.B.

A l’Atelier d’Offard, Simon Florent est l’orfèvre du papier peint

#VisMaVille Simon Florent est « dominotier » ou imprimeur à la planche de papiers peints à l’Atelier d’Offard de Tours. Depuis huit ans, il y développe son goût pour l’artisanat et l’histoire.

Minutieusement, il déroule son papier peint sur 300 mètres linéaires, y imprime les nuances de vert à l’aide de sa planche faite sur mesure, aidé par Hardy. Simon Florent, le chef d’atelier, est en mode concentré. Dans l’atelier d’Offard, situé en haut de la Tranchée, à Tours Nord, le travail se déroule en silence cet après-midi-là pour les cinq artisans d’art, sur fond musical.

L’entreprise est singulière dans le paysage tourangeau et même français : elles ne sont qu’une poignée à perpétuer le savoir-faire des papiers peints à la planche des grandes manufactures des XVIII et XIXe siècles, par les « dominotiers ».

Ici l’impression se déroule par superposition de couleurs planche après planche, les cylindres n’ont pas droit au chapitre. « Nous reproduisons fidèlement des modèles historiques avec du neuf, explique Simon Florent. Dans 80 % des cas, tout part d’un vieux document décollé envoyé par le client et nous le restaurons à l’identique. »

Pour cela, l’atelier redessine le modèle sur informatique puis crée des plaques en résine sur-mesure. « La planche de gaufrage permet de donner du relief au papier, détaille le jeune chef d’atelier de 31 ans. Nous avons entre 400 et 500 références de ces planches, nous recréons nous-mêmes les couleurs à partir des échantillons et nuanciers. » Au final, il en ressort une qualité picturale et d’impression visible.

« Avec cette technique on a aussi la liberté d’aller chercher des effets de matière, s’amuser à aller chercher un grain particulier » assure Simon Florent. Lui a commencé comme menuisier-ébéniste avant d’intégrer, en 2016, l’atelier d’Offard. « Je suis l’un des plus vieux ici », sourit-il. Chacun maîtrise la fabrication du papier peint de A à Z, il n’y a pas de poste fixe ni de journée type, même si Simon dit pouvoir rester quelques jours coincé derrière la presse. C’est un travail physique, qui demande de l’énergie et une passion certaine pour l’art.

« Je m’éclate surtout avec les commandes des monuments historiques, précise-t-il, dépliant une copie de tenture tissée en velours rouge du XVIIIe siècle. Réaliser le décor du château de Fontainebleau ou de maisons illustres est à la fois classique et intemporel. À l’époque, ils n’étaient pas timides sur les couleurs. On aurait tendance à vieillir les reconstitutions, à ne pas assez doser la couleur, mais c’est une erreur. Cela je l’ai appris aux côtés de François Xavier (F-X. Richard, le fondateur et patron de l’Atelier d’Offard). »

Autre satisfaction du métier : « nous avons la chance d’être à l’embryon du projet jusqu’à la finalisation. Lorsque l’on intervient sur le chantier final pour poser le papier, on se rend compte de la globalité du projet, ce pour quoi on le fait. On arrive parfois dans des décors incroyables. Je me souviens notamment de de la Villa Laurens à Agde qui était assez dingue, comme une villa romaine. C’est émouvant », conclut Simon Florent.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

 

Horoscope WTF du 1et au 7 mars 2023

Noooooooooon, le revoilààààà ! L’astrologue de tmv a pris quelques congés bien mérités. Il en revient plus en forme que jamais. (et ça rime, roooh)

Bélier

Amour

Vous n’avez donc aucun amour propre
pour faire « la chose » avec ce genre de personnes ?

Gloire

D’après un récent sondage, votre cote de popularité est au plus bas. Les Tourangeaux ne vous aiment pas.

Beauté

Croyez-nous, ce ne sont pas vos
trois poils aux fesses qui vont nous impressionner.

Taureau

Amour

Du caca restera toujours du caca, même emballé dans du papier cadeau. Bah votre ex, c’est pareil. Bisou.

Gloire

Vous donnez toujours votre avis alors que tout le monde s’en fiche. Pas de doute, vous allez être embauché(e) comme
expert(e) sur BFMTV.

Beauté

Soyez sur vos gardes : flatulences
surprises dans le tramway ce week-end.

Gémeaux

Amour

Arrêtez de lire ce foutu horoscope
pour régir votre vie. Prenez plutôt un psy !

Gloire

D’après une sombre étude, les personnes qui dorment à droite dans le lit sont casse-burnes. Pensez-y.

Beauté

En avril, ne te découvre pas d’un
fil. Sauf qu’on n’est pas en avril, alors on s’en
fouuut : A POIIIIIL LES GEMEAUUUX !

Cancer

Amour

Nous voilà en mars ! C’est reparti
pour 30 nouveaux jours où vous serez une
vraie baraque à frites. Comme d’hab.

Gloire

Les Cancers n’ont aucune personnalité.
Vous ne faites pas exception à la règle.

Beauté

Vous avez beau aimer les paillettes,
ça ne fait pas de vous quelqu’un de brillant.

Lion

Amour

Une opportunité frappera à votre
porte cette semaine. Mais comme vous êtes
sourd(e) comme un pot, vous allez la louper

Gloire

Telle Elisabeth, vous dépassez les bornes.

Beauté

Personne ne vous arrive à la cheville. (à part vos gros poils dégueus de gambette)

Vierge

Amour

Vous n’avez pas la langue dans votre poche ! (uniquement dans la bouche de vos potes et c’est dégueu)

Gloire

Souvenez-vous à jamais de cette époque où vous attendiez la mort après avoir avalé un chewing gum sans faire exprès…

Beauté

Votre avenir est comme vos WC : bouché.

Balance

Amour

Décadence, luxure, fornication. Voilà à quoi se résume votre vie du moment. Bande de lubriques !

Gloire

D’après des études scientifiques, les
poules n’ont pas d’amis. Vous n’avez pas d’amis
non plus. Vous êtes donc une poule. CQFD.

Beauté

On ne dit pas que vous êtes mal habillé(e). On dit juste qu’un clown qui se fringue dans le noir aurait plus de style que vous.

Scorpion

Amour

Ne vous plaignez pas du célibat. Au moins, vous n’être pas obligé(e) de fermer la porte des toilettes.

Gloire

Sauvez la planète. Mangez un hippie.

Beauté

On surnomme votre arrière-train « Philippe Martinez ». A cause de sa grosse moustache.

Sagittaire

Amour

C’est en regardant votre vie amoureuse qu’on se dit que la nôtre n’est pas si horrible finalement. Merci.

Gloire

Demain sera semblable à hier. Et cette semaine à la semaine dernière. Chiante, longue, monotone. A+ bisou.

Beauté

Votre prénom est très laid. Changez-le.

Capricorne

Amour

Etonnant mais vrai : aucun scientifique ne parle encore du réchauffement climatique dans votre slip.

Gloire

Les moments avec vous sont toujours géniaux. Une fois la journée passée à vos côtés, c’est comme sa « première fois » : excitant, mais passé trop vite.

Beauté

Tout le poids du monde repose sur
vos épaules. Mais comme vous êtes gaulé(e)
comme un coton-tige, on est foutus.

Verseau

Amour

Arrêtez de faire des rêves érotiques
avec Cyril Hanouna. Ça devient gênant.

Gloire

Vous vous rendrez compte que vos ami(e)s sont ridicules. Ça fait mal, hein ?

Beauté

Le sachiez-tu ? Tous les autres signes astrologiques sont plus beaux que vous, excepté les Sagittaires.

Poissons

Amour

Votre vie coquine est une
vraie boucherie en ce moment. Et c’est vous la viande.

Gloire

Bon sang que vous êtes lent(e)… Quand on vous écoute raconter une histoire, on en ressort les cheveux blancs

Beauté

C’est votre vraie voix ou vous avez un petit retard mental ?


Image : Free Pik

A la SPA de Luynes, opération séduction

La SPA de Luynes, comme les autres sites de l’association en France, mise sur les réseaux sociaux pour séduire de nouveaux adoptants. Un pari réussi, qui ne résout pas pour autant l’engorgement des refuges.

« Voici notre nouveau compte Instagram. N’hésitez pas à vous abonner pour suivre notre quotidien. » Ce message posté sur la page Facebook du refuge SPA de Luynes le 20 février a attiré notre attention. Direction Instagram @la_spa_de_luynes. Là, on découvre Mouche et Lucile, Scoubidou et Pierre-Martial, Lynka et Mélany, Tyson et Marina, Angelo et Oréanne, Thibault et Clémence. Des duos pas comme les autres : des toutous en attente d’adoption et les agents animaliers du refuge !

« Heureusement qu’on a les réseaux sociaux ! » commente en souriant Jennifer Gavelle, responsable du refuge luynois depuis deux ans et demi. « Les vidéos, les photos permettent à certains de nos futurs adoptants de repérer des animaux qui leur plaisent avant de venir les rencontrer, et échanger avec l’équipe. »

Un match qui a du chien

Coup de foudre au premier regard ? Pour les portes ouvertes de la Saint-Valentin, c’est en tout cas sur la thématique du match façon Tinder que la SPA avait misé pour attirer les adoptants, avec succès. Mais les utilisateurs d’applis de rencontres le savent : y’a pas que le physique dans la vie ! « Malheureusement, les gens choisissent parfois un chien plus sur son physique que par rapport à leurs besoins et à ceux du chien », explique Jennifer Gavelle.

Résultat ? On retrouve au refuge des chiens victimes d’effets de mode : le malinois, l’american staff… et bientôt le berger australien ? « Il est à la mode en ce moment, mais c’est un chien qui a besoin de beaucoup d’exercice physique et mental, il est en demande d’activités ! C’est un super chien, mais qui demande du temps et de l’énergie. » C’est pourquoi une famille doit répondre à plusieurs questions avant de pouvoir adopter un chien à la SPA de Luynes (la chaterie est en travaux, donc pas de matous en ce moment). L’adoption peut même se dérouler en plusieurs visites pour faire connaissance, lorsque le chien a besoin d’être rééduqué, après des mauvais traitements par exemple.

À Tours, Armelle et son conjoint ont accueilli Swing il y a presque un an. Sensibilisés à l’adoption via le programme télé « Animaux à adopter », c’est par Facebook qu’ils se sont laissés tenter par l’adoption à la SPA, avant d’y aller un samedi. « On nous a posé des questions sur notre mode de vie : nous sommes en ville, nous aimons nous balader, nous avons un petit jardin. On cherchait donc un petit chien. Mais lorsque nous avons hésité à prendre un bulldog qui était au refuge, on nous a indiqué qu’il demandait beaucoup de temps par rapport à ce que nous pouvions lui consacrer. Et pour Swing, on nous a donné plein de conseils pour lui faciliter la vie chez nous. »

« Adopter un animal, c’est en sauver deux, celui qui part et celui qui arrive chez nous »

Aujourd’hui, le couple consacre une heure par jour au moins à son jack terrier, après quelques nuits blanches durant les premières semaines d’adaptation. Mais pas question de revenir en arrière !

C’est pourtant le pas que franchissent certains maîtres : abandonner un animal lorsqu’ils ne peuvent plus s’occuper de lui (personnes âgées qui partent en Ehpad, déménagements, prise de conscience…) : entre les animaux abandonnés apportés par les fourrières, ceux laissés au refuge, et ceux recueillis après maltraitance, les bâtiments débordent avec environ 140 chiens actuellement. Et dès qu’un chien est adopté, sa place est prise par un nouvel arrivant.

« C’est pour ça que je dis souvent qu’adopter un animal, c’est en sauver deux, celui qui part et celui qui arrive chez nous », souligne Jennifer Gavelle. Et le verbe « sauver » n’est pas un vain mot, puisque la SPA est également mobilisée sur les signalements de maltraitance sur animaux. Tout un chacun peut signaler sur le site web de la SPA un mauvais traitement (chez un particulier comme chez un professionnel), et les enquêteurs bénévoles de l’association prennent alors le relais.

Parfois quelques conseils suffisent pour renverser la situation. Dans d’autres cas, on finira par recueillir l’animal, pour donner à SPA son sens plein et entier, au-delà de la seule adoption : une Société Protectrice des Animaux.

Texte : Maud Martinez / Photos :  archives Anaïs Andos

Et si on imaginait la cantine de demain ?

Le menu végétarien à la cantine, débat épineux qui agite souvent des polémiques politiques un brin stériles, au gré de l’actualité politique. Le fait est qu’en réalité, les municipalités n’ont pas beaucoup de choix : la loi Egalim votée en 2018 prévoit l’instauration d’un menu sans viande au moins une fois par semaine !

Qui fait la loi dans les assiettes ?

Menus végétariens à la cantine, produits locaux et bio dans les assiettes… De l’école maternelle au lycée, les mairies, le Département et la Région sont les maîtres d’oeuvre de la restauration scolaire. Et les ingrédients d’un restaurant scolaire qui marchent sont presque toujours les mêmes, du fait de la mise en place de la loi Egalim, votée en 2018 et dont certaines mesures s’appliquent depuis l’an dernier.

Végé or not végé ?

Instaurer un menu végétarien dans les cantines, credo des écolos ? Certes, la mesure est depuis longtemps au programme, mais la loi Egalim votée en 2018 prévoit de toutes façons la mise en place obligatoire d’un menu végétarien une fois par semaine dans les restaurants scolaires.

À Tours, la municipalité va plus loin en offrant la possibilité aux familles de choisir pour leur enfant la formule mixte (avec un menu végé par semaine et d’autres jours un repas avec viande ou poisson), ou une formule 100 % végétarienne.

Du beau, du bon, du bio

La même loi Egalim instaure aussi l’obligation d’utiliser pour la préparation des repas 50 % de « produits durables et de qualité », dont 20 % de produits bio. Un sacré défi qui pousse les gestionnaires de restaurants scolaires à revoir la liste de leurs fournisseurs. Même si la plupart étaient déjà engagés dans la mise en valeur des produits locaux, la démarche n’est pas toujours simple au vu des grandes quantités nécessaires à la fabrication des repas : 7 300 repas environ pour les écoles de Tours, et 2 700 repas préparés à la cuisine centrale du collège Montaigne (Tours).

À Chambray-lès-Tours, on a fait un choix encore plus audacieux, avec la promesse d’une cantine scolaire 100 % bio et l’internalisation de la production de légumes. Comprenez : la mairie a embauché un maraîcher qui fournira en fruits et légumes la cuisine centrale de la ville !

Texte : Maud Martinez / Photo : Freepik

Etudes de santé : c’est compliqué ? On fait le point !

Il y a eu tellement de changements dans les études de santé qu’il est devenu un peu compliqué de s’y retrouver. Si on faisait un peu le point sur ce cursus qui est un de ceux qui séduisent le plus les étudiants ?

Depuis deux ans, la réforme des études de santé a pas mal chamboulé le paysage en médecine. Et en premier lieu, son premier cycle et sa première année qui a été totalement remodelée avec ses deux nouvelles voies d’accès aux études de médecine, maïeutique, odontologie ou pharmacie : le PASS (parcours accès spécifique santé) et la LAS (licence avec option « accès santé »).

Exit donc la PACES (première année d’études commune aux études de santé) qui n’a pas réussi, au terme de ses dix années d’existence, à convaincre de son efficacité. La principale cause de son remplacement réside dans son taux d’échec trop important. En 2019/2020, sur près de 60 000 étudiants inscrits en PACES à l’échelle nationale, ils étaient seulement 23 % à être admis en deuxième année d’études de santé, contre 77 % à devoir se réorienter.

S’il est trop tôt pour mesurer les effets de la réforme, les premiers chiffres révèlent que plus d’étudiants sont pris en deuxième année. Ceci est l’effet direct de la suppression du numerus clausus qui était lié à la PACES.

Un oral en deuxième session

Désormais le numerus apertus définit le nombre de places en fonction des besoins des territoires où sont installées les universités. Si le nombre de places augmente, la sélection reste la règle. On ne parle plus de concours mais le principe est identique. Ce sont les notes qui sont prises en compte à la fin du premier puis du second semestre : un classement permet de déterminer les admis directement en deuxième année.

Pour les autres, une épreuve a fait couler beaucoup d’encre : un oral en deuxième session. Comment, dans ce cas, se préparer au mieux à figurer en haut du classement afin d’intégrer l’année d’après ? Faut-il opter pour un PASS ou une LAS ?

En fait, tout dépend du profil de l’étudiant. Les LAS ont aussi été créées dans le but de diversifier les visages des futurs professionnels médicaux, d’ouvrir à des formations moins classiques. En PASS, les profils se révèlent avant tout scientifiques. Néanmoins, dans le contenu des études, il s’agit d’une année moins technique que l’ancienne PACES, plus à coloration santé. Pour Soulène, étudiante qui a effectué son PASS l’an dernier après un bac spécialité SVT et Physique-Chimie, les connaissances n’étaient pas difficiles à assimiler.

Gérer la quantité de travail

« C’est plutôt la quantité de travail qu’il faut savoir gérer. Nous avons, en première année, des cours abordables et intéressants mais nombreux, avec deux spécialités à choisir. Cela représente au minimum des cours de santé de 8 h à 12 h et plus de 60 heures de notre mineure le premier semestre.» La mineure, c’est aussi la nouveauté, censée faciliter les réorientations en cas d’échec, car il n’y a plus de redoublement en première année. Soulène avait choisi une mineure psychologie. Les mineures sont différentes selon les universités mais tournent souvent autour de la psychologie, philosophie, droit, langues.

En LAS, il faut souvent étudier deux années avant d’intégrer les études de santé. La mineure de la PASS devient ici la majeure et inversement. Les profils sont ici plus littéraires. Autre moyen d’accès : les passerelles qui permettent, avec un niveau Licence 3 ou master, de rejoindre la deuxième ou troisième année de santé. Elles peuvent représenter jusqu’à 5 % des places en moyenne dans les facultés.

Au final, le nouveau système des études de santé se révèle plus diversifié et complexe. Aussi est-il judicieux de s’informer au préalable sur les possibilités de ces nouvelles études lors des journées portes ouvertes des facultés ou sur leurs sites internet.

Aurélie Dunouau et Maud Martinez / Photo : Freepik

Tours : le nouveau visage de nos cours d’écoles

Dans les écoles Croix-Pasquier/Saint-Exupéry à Tours Nord, et Gide-Duhamel ainsi que Buisson- Molière à Tours centre, la cour de récré a changé de visage. Qu’en disent les principaux intéressés ?

Des copeaux. Encore des copeaux. Toujours des copeaux. Lorsqu’on évoque la nouvelle cour de l’école primaire Buisson-Molière de Tours avec les parents d’élèves, ou avec les enfants, le mot « copeaux » se fait étrangement une place dans la conversation.

« Il y a un amphithéâtre, des barrières autour du terrain de foot pour empêcher le ballon de sortir trop souvent, des ronds de couleur dessinés par terre, un potager, une grande structure en bois avec plein de choses où on s’accroche, on a les pieds sur un rouleau, on marche sur une poutre, on fait de l’escalade. À la maternelle ils ont des toboggans. Et il y a beaucoup de copeaux ! » s’exclame Jean, élève de CE2.

Lorsqu’on demande à sa camarade de classe Pauline ce qui est nouveau dans la cour, elle énumère : « des copeaux, le terrain de foot, la structure, et l’amphithéâtre ». Copeaux qui se retrouvent souvent collés aux chaussures ou pris dans les vêtements, au grand dam des parents.

Des copeaux… et des écoles en transition

Vient alors la question-clé : mais pourquoi ces copeaux de bois ? La réponse se trouve dans le programme de végétalisation des cours de récréation mené par la municipalité, dans le cadre du plan « Ecoles en transition ».

Franck Gagnaire, adjoint délégué à l’éducation, à la petite enfance et à la vie étudiante, résume ce programme « Récré en herbe » : « Les cours d’école en forme de grand rectangle de bitume ne correspondent plus aux attentes pédagogiques et aux nécessités climatiques actuelles. D’où le programme Récré en herbe qui consiste à « débitumiser » les cours, les végétaliser et les réaménager. On lutte ainsi contre les îlots de chaleur pour le bien-être des enfants et des personnels, on favorise la biodiversité et de nouvelles activités pédagogiques ou récréatives ».

Concertation durant plusieurs mois avec les élèves, les personnels enseignants et la municipalité, puis mise en place des nouveaux aménagements au fil de l’année scolaire suivante : il faut jusqu’à deux ans de travail pour voir naître une nouvelle cour comme celle de l’école Buisson- Molière. Là où l’éétablissement comptait 20 % de surface perméable non bitumée et 22 arbres, on trouve aujourd’hui 57 % de surface perméable et 62 arbres dans la cour. Un potager de 140 m2, un amphithéâtre extérieur, 930 m2 carré de gazon (contre 160 m2 auparavant). Et bien sûr, des copeaux, sur 453 m2.

« Les copeaux c’est bien car c’est mou », précise Pauline, l’une de nos deux expertes. On en déduit que pour tomber, ça fait moins mal. La maman de Jean confirme qu’elle a moins de bobos aux genoux à soigner, malgré une structure de jeux apparemment acrobatique.

Une cour de récré au top

Un grand succès, même si pour Pauline, cela remplace des jeux sympas : « Avant on jouait à chat, mais là tout le monde veut aller sur la structure », dit-elle, un peu déçue. Le terrain de foot n’est pas au centre de la cour, gommant un peu la domination sur l’espace commun de ce jeu masculin (eh oui, dès la primaire !). Le potager fait l’objet d’activités pédagogiques. La pelouse est pour l’instant un terrain de boue, du fait des courses-poursuites fréquentes. Les ronds de couleur peints au sol semblent délaissés. Pour Pauline, c’est sans doute un Twister, sans certitude.

« C’est le propre de l’appropriation d’un espace par ses usagers ! Parfois, les installations sont utilisées comme elles avaient été pensées. Mais pas toujours, du fait de la différence de points de vue et d’intérêt entre les enfants et les adultes », explique Julie Delalande, anthropologue de l’enfance et de la jeunesse travaillant depuis une vingtaine d’années sur les usages des cours de récréations dans les établissements scolaires (université de Caen / laboratoire Cirnef).

« Il y a vingt ans, la sécurité était la priorité : enlever les bacs à sable pour des questions d’hygiène, supprimer les haies pour pouvoir mieux surveiller, changer régulièrement les toboggans pour suivre les normes de sécurité. » Aujourd’hui, place à la verdure dans de nombreux projets à travers le monde, pour faire de la cour un espace agréable, pour le loisir, comme pour le temps pédagogique avec la classe à l’extérieur, comme c’est le permet l’amphithéâtre à Buisson-Molière.

Une chose est sûre : pour les principaux concernés, la cour est au top ! Pauline n’y voit qu’une seule amélioration possible, « ajouter des barrières pour protéger les plantes et la petite rivière ». Mission sensibilisation à l’environnement ? Réussie !

Textes : Maud Martinez – Photos : Ville de Tours

Être alternant(e) : vos droits… et vos devoirs !

Presque tous les métiers peuvent se préparer par une formation en alternance. Grâce aux aides de l’État, les entreprises ont de plus en plus la possibilité d’accueillir des jeunes. Mais être alternant, c’est adopter un statut très particulier, avec des droits mais aussi, des devoirs.

Faire financer sa formation par son entreprise

DROIT

Si les formations en alternance peuvent parfois coûter plusieurs milliers d’euros en frais d’inscription, pour les bénéficiaires, pas d’inquiétude : c’est en effet l’employeur qui doit financer le coût de la formation, tant pour le contrat d’apprentissage que pour le contrat de professionnalisation. En échange, l’étudiant-salarié s’engage à respecter droits et devoirs qui lui incombent.

Respecter les règles de l’entreprise

DEVOIR

Être en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, c’est être un salarié de l’entreprise et respecter les mêmes règles que les autres employés. Cela peut sembler évident, mais rappelons-le quand même : respecter les horaires de travail définis avec l’employeur et le règlement intérieur ; passer la visite médicale d’embauche ; se comporter avec professionnalisme avec les collègues, les supérieurs, les clients, les fournisseurs ; justifier de ses absences.

Transmettre son arrêt de travail

DEVOIR

En cas de maladie, il est essentiel de faire établir un arrêt-maladie par son médecin traitant, à transmettre à l’employeur et à la sécurité sociale. Attention ! Même si l’arrêt a lieu durant la période de formation, il faut respecter cette procédure, sous peine de se voir ôter des jours de salaire pour absence injustifiée !

Bénéficier des congés payés, mutuelle, droits sociaux et aide aux transports

DROIT

Comme tout salarié, l’alternant bénéficie de cinq semaines de congés payés par an. Il cotise aussi pour sa retraite et pour ses droits au chômage : à l’heure de l’allongement de la durée de cotisation, c’est un droit important ! Comme ses collègues, l’alternant peut souscrire à la mutuelle d’entreprise, souvent avantageuse en termes de tarifs puisqu’elle financée en partie par l’employeur.

Il peut aussi demander la participation aux frais de transport : l’entreprise paye obligatoirement 50 % de l’abonnement aux transports publics. Certaines entreprises choisissent aussi de rembourser une partie des frais de déplacement avec véhicule personnel (voiture ou vélo).

Profiter des tickets restaurants et du comité d’entreprise

DROIT

L’alternant a accès au comité d’entreprise, au même titre que n’importe lequel de ses collègues. Les tickets restaurant ou chèques-déjeuners doivent également lui être proposés. Et c’est un avantage non négligeable : ces titres restaurants sont financés au minimum à 50 % par l’employeur, et ils permettent d’acheter son déjeuner ou de payer une partie de ses courses alimentaires !

Être un étudiant modèle

DEVOIR

Tout comme il le fait au sein de son entreprise, l’alternant se doit de respecter les règles de son établissement de formation. Être présent aux cours, passer les évaluations et examens, et s’investir dans sa formation : le but, c’est de décrocher son diplôme ou sa qualification professionnelle, et sans travail et assiduité, c’est compliqué !

Obtenir sa carte d’étudiant ou d’apprenti

DROIT

Et tous les avantages qui vont avec ! Cinéma, salles de spectacles, clubs sportifs… De nombreuses structures proposent des tarifs étudiants : avec la carte d’étudiant ou d’apprenti qui est délivrée par l’organisme de formation, à vous les sorties et loisirs à prix réduits !

Être accompagné en entreprise et en formation

DROIT

Même s’il est salarié, l’alternant est en formation, il ne faut pas l’oublier. À ce titre, il doit être accompagné en entreprise par un tuteur, qui le guidera dans l’accomplissement de ses missions et l’acquisition de nouvelles compétences, tout au long de son contrat. L’organisme de formation assure lui aussi un suivi, via un formateur chargé de veiller au bon déroulement de l’alternance. En cas de difficulté, ces deux interlocuteurs doivent répondre présent pour aider l’alternant à sortir de l’impasse.

Percevoir des aides

DROIT

L’alternant peut prétendre à certaines aides qui lui sont réservées, comme l’aide au logement Mobili- Jeune (cumulable avec les APL). Les différentes régions proposent aussi des aides complémentaires qui concernent aussi bien le logement que le transport ou les loisirs. Et comme étudiant, il a accès aux services du CROUS. Souvent peu connue, l’aide Départ 18-25 de l’ANCV est une autre belle opportunité ! L’Agence Nationale des Chèques Vacances peut en effet financer les vacances des 18-25 ans jusqu’à 250 € par an (et au plus pour 80 % des frais de séjour). Si pour le grand public, il faut justifier d’une situation financière précaire, le fait d’être engagé dans un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation donne accès au dispositif sans conditions de ressources.

Amphithéâtre de Tours enseveli : notre vrai/faux !

Il y a 170 ans, la Société archéologique de Touraine découvrait, dans le quartier de la cathédrale, les vestiges d’un monument antique disparu sous les constructions : le gigantesque amphithéâtre de Tours. Avec l’exercice de notre vrai/faux, c’est l’occasion de mettre au jour ce joyau du patrimoine gallo-romain du centre-ville. Enfilez votre tunique, c’est parti !

Photo ouverture : Restitution de l’amphithéâtre à l’issue des fouilles de 1853. (Crédit général de Courtigis, Public domain, via Wikimedia Commons)

Barbara Goutte, la vidéaste aux yeux créatifs

#VisMaVille Barbara Goutte est vidéaste, réalisatrice de contenus audiovisuels. C’est en Touraine qu’elle filme artistes et entreprises, avec l’envie de sublimer chacun par l’image.

Installée sur le canapé de son bureau des ateliers de la Morinerie à Saint-Pierredes- Corps, avec son rouge à lèvres, ses yeux et cheveux bleus, elle a un petit air de Jinx, personnage de la série Arcane, version sympa. Dans la vraie vie, Barbara Goutte n’a pas pour habitude d’être devant le cadre, elle est plutôt derrière sa petite caméra Sony à filmer les autres.

La jeune femme de 27 ans, à peine deux ans dans le métier, a déjà un carnet d’adresses bien rempli et une notoriété qui se construit à grands pas dans le milieu tourangeau. Productrice de contenus audiovisuels, elle filme, prend en photo, construit des images et des clips à destination de ses clients : des entreprises, des particuliers, des institutionnels comme TV Tours, la Ville de Tours et la Métropole, mais aussi des artistes musicaux tels que Shælin, Myosotis, Jane et les autres. Elle réalise également des making-of pour le réalisateur franco-canadien Fred Grivois.

Après une école de cinéma à Toronto où elle est restée vivre cinq ans et un stage à Canal +, elle décide de poser ses valises à Tours, non loin de la Sologne où elle a grandi. En 2020, en plein Covid, elle prend un travail d’agent d’accueil chez Mame tandis qu’elle démarre son activité de vidéaste en auto-entrepreneur.

Les startupers de Mame et la Métropole seront d’ailleurs ses premiers clients. « Grâce à Mame, j’ai pu au bout d’un an arrêter mon job alimentaire et me mettre à mon compte à temps plein. Cela a déterminé le développement rapide de mon activité. »

Aujourd’hui ses vidéos circulent vite sur You Tube et les réseaux sociaux. En ce moment, elle poursuit une collaboration avec la boîte de nuit de Rochecorbon, le Red Club. Un monde du spectacle qu’elle adore filmer. « J’aime ce métier qui me permet de travailler dans plein de secteurs différents, je ne m’ennuie pas. Le milieu artistique me laisse une liberté créative plus grande, plus de couleurs possibles. Pour des entreprises, c’est plus carré. »

Elle est souvent appelée à construire des aftermovies, des films en direct lors de soirées d’entreprises. Elle mène aussi des interviews, construit des scénarios… Un travail élaboré seule de A à Z, de la conception, de l’écriture du script au montage des images. « Le temps de la rencontre avec la personne, l’échange est important. Ensuite, j’essaie de sublimer par l’image ces personnes, qui sont souvent passionnées par leur métier. Je me demande quelles images peuvent correspondre à leur personnalité, à l’entreprise, les mettre en valeur. »

Derrière ce travail à la fois technique et créatif, Barbara Goutte Production y apporte sa patte, sa signature visuelle, reconnaissable d’après son entourage. Un aspect qu’elle développe sur son temps personnel à travers la réalisation de courts-métrages plus expérimentaux, dont un réalisé dernièrement dans le bassin de la piscine du lac.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

La belle cuisine libanaise du restaurant Afandina

À deux pas de la rue Nationale, Afandina propose une cuisine colorée, à l’image de la décoration du restaurant. L’occasion de faire voyager vos papilles pour un prix raisonnable !

Au début de la rue Berthelot, une devanture colorée attire l’oeil et invite au voyage. En franchissant la porte du restaurant libanais Afandina, une décoration soignée annonce la couleur. D’ailleurs, des couleurs, ce n’est pas ce qui manque : des murs peints en bleu, en rouge, en vert et en jaune, un cocktail audacieux qui fonctionne à 100 %. La plupart des pièces de décoration sont faites sur mesure.

La cuisine aussi est unique : le contenu de l’assiette du midi varie selon les envies du chef. Pour le midi, on a le choix entre plusieurs assiettes gourmandes : agneau, poulet, falafels… Il y en a pour tous les goûts !

On a opté pour le chawarma : de délicates tranches de viande marinées. Elles se marient à merveille avec une onctueuse crème de sésame, des oignons au sumac et une généreuse quantité de persil. Des pommes de terre fondantes, un cigare au fromage crémeux et croustillant ainsi qu’un falafel doré accompagnent la viande. Du houmous et un caviar d’aubergine ramènent de la fraîcheur dans l’assiette.

Rien n’est très épicé, mais la tapenade de poivron, noix et oignons est relevée avec du piment et accompagne très bien la viande. Pour couronner le tout, le pain pita (à volonté, s’il vous plaît !) se marie à la perfection avec chacun des éléments qui compose l’assiette. De quoi, si vous en doutiez encore, vous caler largement l’estomac en fin de repas !

Mais s’il vous reste de la place après tout ça, on vous conseille de prendre un dessert. La spécialité du chef, c’est le mouhallabyeh, un flan libanais (sans oeuf) délicatement parfumé à la fleur d’oranger et à la rose. Quelques amandes effilées viennent rajouter de la texture dans l’assiette. Parfait pour finir sur une note sucrée !

Difficile de dire ce qu’on a préféré entre le service impeccable et les assiettes colorées, à l’image du restaurant. En tout cas, chez TMV, on valide à 100 % !

Roméo Marmin


> L’addition : assiettes de 18 à 21 € le midi. Pour le soir, les mezzés coûtent entre 7 et 9 € et les grillades entre 18 et 24 €. Desserts, entre 6 et 9 €.
> C’est où ? Au 4 rue Berthelot, à Tours. Ouvert de 12 h à 14 h du lundi au samedi, de 19 h à 22 h du mardi au jeudi et de 19 h à 23 h le weekend.
> Contact Tél. 02 47 05 69 14. Mais aussi sur facebook.com/afandina.tours

 

 

Horoscope WTF du 1er au 7 février 2023

L’astrologue de tmv vous a concocté un petit horoscope pas piqué des hannetons (on adore cette expression). Voici votre dose de la semaine !

Bélier

Amour

Vous êtes le mot « aimer » mais
sans le « i ». Zblaaaa dans les dents !

Gloire

Vous êtes le mot « gloire », mais
avec un « a » au lieu du « o ».

Beauté

Vous êtes le mot « beauté », sans
le « e » et le « a ».

Taureau

Amour

Vous allez être pris(e) en sandwich. Et vous jouerez le rôle du
jambon. (ce qui, en soi, ne change pas de d’habitude)

Gloire

[d’ailleurs, vous en faites un
beau, de jambon !]

Beauté

Cessez de porter vos sous-vêtements
plusieurs jours d’affilée. C’était
un secret jusqu’à maintenant, mais désormais,
toute la ville le sait. BOUUUH !

Gémeaux

Amour

Vous imaginer en couple, c’est comme imaginer Hanouna ministre de la Culture. Ça fait peur.

Gloire

L’aspirateur de la vie professionnelle,
c’est vous. À seulement ramasser les
miettes.

Beauté

En changeant 3 lettres à L.E.J, ça fait M.S.T. Arrêtez d’écouter cette musique.

Cancer

Amour

Le chaos et le néant.

Gloire

Continuez à vous sous-estimer.
Vous excellez dans ce domaine.

Beauté

Les gens préféreraient lécher la
barre du tramway plutôt que de vous faire
la bise. Posez-vous les bonnes questions.

Lion

Amour

Vous rendez lubriques vos partenaires.
(oui, on a bien dit «VOS », car vous
bouffez à tous les râteliers)

Gloire

Votre slogan ? « Born to be a larve »

Beauté

Cette nuit, vous grandirez de 2 mètres d’un coup. Puis vous mourrez.
Car vous serez trop grand(e). A+, bisou !

Vierge

Amour

Bon, va falloir remettre le pied à
l’étrier, maintenant. Allez, hue les étalons !

Gloire

Pour le bien-être de la société tourangelle, cessez de porter ce genre de
fringues par pitié.

Beauté

Une vergeture apparaîtra sur votre cuisse droite, le 19 février, à 17 h 38,
latitude 12° sud-ouest. (l’astrologie est une science précise)

Balance

Amour

L’étoile du Jean-Pierre Foucault vous conseille de plutôt faire appel à un ami la prochaine fois, plutôt que d’opter pour ce
genre de choix amoureux…

Gloire

Votre passion du cyclo-nudisme commence à devenir trop envahissante dans votre quotidien.

Beauté

Vous êtes bien trop canon et sexy pour ce monde. L’univers tout entier vous envie, mes petits gnous.

Scorpion

Amour

Le peuple exigera un referendum
concernant vos choix amoureux (qui sont
plus que douteux).

Gloire

Méfiez-vous des Gémeaux, ces êtres
maléfiques, ces machins velus et odorants.
Ils vous veulent du mal.

Beauté

Faites un haka dans la rue tout(e) nu(e). (Pourquoi ? Aucune idée, mais je l’ai décidé).

Sagittaire

Amour

Un proverbe africain dit « Seul on va vite, à plusieurs on va loin ». Une citation parfaite pour vos exploits sous la couette.

Gloire

Vous êtes une vraie mouche : toujours
à survoler la bouffe, agacer son monde
et vous coincer dans les rideaux.

Beauté

Peu de charisme en ce moment.
De loin, on vous confond avec un poteau.

Capricorne

Amour

Tous les chemins mènent à Rome.
Mais surtout dans votre pieu.

Gloire

Le réchauffement climatique vous poussera à vous installer sur la banquise parmi les vôtres : c’est-à-dire les phoques.

Beauté

Le ridicule ne tue pas. La preuve, vous êtes en vie.

Verseau

Amour

Vous trouverez l’être aimé, celui
ou celle qui vous percera les boutons dans
le dos avec amour et sensualité.

Gloire

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Certes. Mais vous êtes une feignasse et vous êtes de toute façon toujours en retard.

Beauté

Très jolies cernes. Vous ressemblez à un panda. (mais un panda, c’est mignon)

Poissons

Amour

Hahaha, vous êtes vraiiiment une imposture !

Gloire

La constellation du Tolstoï indique qu’avec vous, c’est plutôt « Guerre et pets ».

Beauté

N’oubliez jamais que les murs ont des oreilles… (qui seront toujours plus propres que les vôtres, d’ailleurs)

Image : freepik

Choisir un métier dit « genré » : les conseils d’Alice Dupond du Centre d’Information et d’Orientation

Alice Dupond est psychologue de l’Éducation nationale dans un Centre d’Information et d’Orientation (CIO). Une ressource essentielle pour vous aider dans votre orientation…

Comment les jeunes ont évolué sur leur orientation vers des métiers genrés ?

Dans nos statistiques, nous recevons plus souvent des jeunes filles car elles se questionnent sur leur avenir. Certaines sont intéressées par des métiers masculins, il y a une évolution de ce côté. En troisième, les jeunes ont encore du mal à affirmer leur choix. Les questions deviennent plus sereines et matures en terminale sur ces métiers.

Comment le milieu scolaire s’empare-t-il de cette question ?

Nous développons de plus en plus de partenariats avec les enseignants pour qu’ils puissent se rendre compte de la façon dont ils peuvent présenter, par exemple, les mathématiques et décourager les jeunes filles. On explique qu’il est important d’avoir le même niveau d’exigence avec les jeunes filles et les jeunes hommes.

En lycée professionnel, les familles de métiers instituées en seconde font beaucoup dans ces changements : les métiers de la beauté et du bien-être, par exemple, regroupent coiffeur et esthéticien, ce qui fait que des jeunes hommes qui se projetaient barbier vont peut-être changer d’avis pour l’esthétique. De même pour les métiers de la gestion administrative, du transport et de la logistique : en seconde, le jeune aura découvert ces métiers différents qui vont du secrétariat au transport et fera son choix de spécialité en première.

Quel travail menez-vous dessus au CIO ?

Nous essayons de voir le jeune dans sa singularité et globalité, analyser sa situation, ses problématiques, au cas par cas. Lorsqu’on le reçoit en entretien individuel, nous sommes très attentifs à ce que nous présentons sur les métiers dits genrés. Nous travaillons sur l’estime de soi, la confiance et les atouts de l’étudiant(e). Il faut faire passer l’idée que ça paraisse naturel et normal qu’il veuille travailler dans ce métier normalement réservé à l’autre univers.

Nous encourageons aussi les jeunes à se rendre compte sur le terrain du métier, faire des stages.

Quels sont les principaux obstacles que vous constatez ?

C’est un choix professionnel important, qui peut être anxiogène pour le jeune. Il faut dédramatiser, relativiser un choix qui serait fait pour la vie. C’est parfois la famille que nous devons rassurer, qui a peur que son enfant se dirige vers ce métier trop féminin ou masculin, ou un bac professionnel qui ne serait pas assez valorisé. Les enfants ont parfois l’impression que les parents les empêchent de faire ce métier mais c’est parce qu’ils sont anxieux.

Ces métiers que l’on pense « genrés » : tout est (pourtant) possible !

Pas plus qu’il n’y a des jeux pour les filles et d’autres pour les garçons, il n’existe pas de métiers interdits aux unes ou aux autres. Ce qui compte, c’est la passion et, même si parfois le chemin est rude, tout est possible !

Des femmes cheffes cuisiniers étoilées, d’autres qui commentent les matchs de foot ou de rugby masculins à la télé, ou encore des hauts gradées dans les métiers de la sécurité… Cela aurait été impensable il y a encore quelques années. Signe que les mentalités ont évolué. Mais attention, ne nous emballons pas, ces exemples médiatiques demeurent des exceptions dans certains domaines. Les évolutions sont lentes…

Car dans les faits, « on observe une ségrégation genrée très forte, avec des métiers surreprésentés chez les femmes et chez les hommes à la fois au niveau numéraire et symbolique », analyse la sociologue Marie Buscatto. « Si la mixité progresse dans certaines professions qualifiées, la polarisation des métiers entre les hommes et les femmes s’accentue du côté des emplois moins qualifiés. »

Socialisation marquée dès l’enfance

Dans son livre « Sociologie du genre », elle relève que quasiment la moitié des emplois occupés par les femmes sont concentrés dans une dizaine des 86 familles professionnelles : aides à domicile et aides ménagères, assistantes maternelles, agentes d’entretien, aides-soignantes, infirmières et sages-femmes, secrétaires, vendeuses, employées administratives de la fonction publique, enseignantes, employées de la comptabilité, employées administratives d’entreprise, employées de maison.

Dans ces métiers, plus de 77 % des employés en moyenne sont des femmes. En cause, une socialisation marquée qui s’applique dès l’enfance, dans les goûts, les pratiques sportives et culturelles, et dans le choix de l’orientation. Dans leur vie professionnelle, « les jeunes filles sont confrontées à la dévalorisation de leur métier quand elles vont vers des métiers masculins alors que les hommes sont confrontés à une dévalorisation de leur personne quand ils exercent un métier féminin », décrypte la sociologue.

Yann Maurel-Loré, esthéticien

Sont-ils des vrais garçons ? C’est la question qu’est habitué à entendre Yann Maurel-Loré, esthéticien et créateur de la marque bio Estime et Sens. Marié, père de trois enfants, on lui demande souvent s’il n’est pas homosexuel. Âgé aujourd’hui de 52 ans, il était le premier homme diplômé d’un BTS d’esthétique en France.

« Il y a 30 ans, l’esthétique pour un homme, c’était seulement être maquilleur ou vendeur de parfum. Aujourd’hui, les esthéticiens sont plus nombreux avec la clientèle homme qui augmente. J’en connais aussi trois qui exercent en cabine pour faire de l’épilation pour femmes. » Une petite révolution dans le milieu.

Pour y parvenir, « à partir du moment où la famille vous suit, je ne vois aucun obstacle. Il faut être motivé, passionné et également respectueux, car certains hommes arrivent dans le métier en terrain conquis, comme si c’était gagné. Non, il faut faire ses preuves. »

Grégoire, « sage-femme »

Montrer ses compétences avec humilité, c’est également ce qu’apprend à faire Grégoire, nouveau « sage-femme » à l’hôpital. Diplômé l’année dernière, il fait partie des 2 % d’hommes dans ce métier. « Ma famille exerçait dans le soin donc je ne me suis pas rendu compte que c’était un métier féminin. C’est quand je me suis retrouvé le seul mec à l’école que j’ai compris ! Je n’ai eu aucun problème au niveau de l’apprentissage à l’école même si j’étais vite repéré. Au CHU, les patientes et leurs maris ont peu l’habitude d’avoir un homme sage-femme mais la plupart des réticences se résolvent par le dialogue. Je n’ai eu qu’un seul refus de patiente pour le moment. »

Pourquoi donc si peu d’hommes dans ce métier alors que la profession de gynécologue est largement exercée par des hommes ? « Je pense qu’un homme gynécologue est socialement plus accepté qu’un sage-femme, explique Grégoire. Si les conditions salariales étaient plus intéressantes dans mon métier je pense que ce serait plus attractif pour les hommes. »

En effet, la question de la rémunération et du prestige social semble essentielle pour les jeunes hommes. Les chiffres prouvent que les métiers féminins attirent peu les hommes. Mais une fois qu’ils choisissent cette voie, aucune difficulté ne semble s’opposer à eux.

Elsa Berthelot, tailleuse de pierre

À l’inverse, du côté des métiers masculins, la tendance est à une ouverture plus large aux femmes. Tels les métiers du bâtiment où Elsa Berthelot, tailleuse de pierre, a fait sa place à seulement 26 ans en tant que chef d’équipe dans une entreprise artisanale. « Je suis femme et plus jeune que mes collègues mais cela se passe bien. Il y a des besoins dans ces métiers qui recrutent alors si on est motivée, il n’y a pas de raison que cela ne marche pas. »

Dans les métiers de la sécurité, les femmes sont également de plus en plus embauchées. Des métiers qui jouissent d’une bonne image, socialement utiles, et valorisés dans les séries télé, ça crée forcément des vocations. Pour autant, les femmes doivent toujours se battre pour percer dans ces postes.

Émilie Juquois est sapeur-pompier professionnelle, elle était la première femme pompier professionnelle de terrain dans son département au début des années 2000 (lire aussi ICI). Un poste nommé « homme du rang »… Elles sont aujourd’hui 20 sur 400 pompiers à exercer tous postes confondus. 20 en 20 ans, cela évolue, mais très lentement…

D’après l’expérience d’Émilie, « il faut avoir de la volonté et être à fond. Physiquement, car il faut parfois tirer des cordes, des tractions, porter des matériels lourds, monter dix étages en urgence. Mais c’est possible, on s’entraîne pour et le matériel évolue aussi. Quant au regard des collègues masculins, ils s’enthousiasment vite sur nos efforts et trouvent qu’on assure pour un rien, mais, globalement, que ça évolue positivement. Pour y arriver, il faut se démarquer, être bonne en sport, passionnée. » À 42 ans et 20 ans de carrière chez les sapeurs-pompiers, Emilie ne regrette pas un instant sa vocation.

Textes : Aurélie Dunouau et Maud Martinez – Photos : Freepik

Chat GPT billet

Dans le monde où nous vivons, un billet est un texte court et illustratif rédigé en français, à vocation informative et humoristique. Il s’appuie sur un élément factuel choisi parmi les sujets de l’actualité récente. Il est destiné à créer un sentiment de connivence entre les lecteurs et l’équipe de rédaction. Parmi les sujets discutés dans les articles d’actualité récents, j’ai choisi celui de l’intelligence artificielle comme base de mon premier billet.

Cela pourra paraître un peu immodeste à certains lecteurs que je choisisse ainsi de parler de moi-même. Pour autant, l’analyse des textes antérieurs montre que l’auteur humain qui m’a précédé parlait de sa propre expérience dans 56,8 % des occurrences.

Mon algorithme d’humour intègre les items considérés comme les plus drôles par les utilisateurs français et les lecteurs de tmv – 100 % urbain et plus si affinités, ont 67,5 % de chances supplémentaires d’apprécier mes billets. En revanche, je n’ai pas assez d’informations pour rédiger un horoscope décalé à la manière de l’astrologue de tmv. Désolé.

Billet entièrement rédigé par une intelligence artificielle.

Le street art, une discipline unisexe

#EPJTMV À Tours et ailleurs, les femmes ont largement leur place dans le graffiti. Peu importe le genre de l’artiste, ce sont les oeuvres qui comptent.

« Dans les années 80, j’avais juste le droit de tirer les chariots avec les bombes dedans », raconte Gil KD. Après avoir commencé par des petits collages de filles aux détails rouges, elle peint notamment des femmes asiatiques et africaines dans les rues de Tours. Aujourd’hui mère de famille et infirmière, Gil KD assure que la situation a bien évolué pour les artistes féminines. Bien qu’elle regrette une moindre médiatisation.

« Beaucoup ont pris des blases non genrés. Souvent, on ne sait simplement pas que ce sont des femmes qui signent », explique-t-elle.

Ce n’est pas le choix qu’a fait l’artiste Madame, native de Tours, qui baigne dans le milieu depuis une dizaine d’années. Elle tombe dans la marmite alors qu’elle photographie la nuit un graffeur en pleine action. Un jour, il remarque les petits collages que la Tourangelle réalisait seule depuis longtemps. C’est le début de l’aventure.

 » Ce qui compte, c’est l’art « 

Pour Madame, le genre n’est pas un sujet dans le graffiti. Elle insiste : « Ce qui compte, c’est l’art, et non pas de savoir si c’est fait par un homme ou par une femme. Il y a plus d’hommes, c’est sûr, mais je n’ai travaillé qu’avec des gens curieux et bienveillants ».

Des graffeuses Luciole à Cria, elles sont plusieurs à avoir coloré les rues de la ville. Trois femmes sont également bénévoles à la tête de l’association Le M.U.R, qui met en lumière l’art urbain à Tours. « Les femmes ont souvent des messages ethniques ou féministes », ajoute Gil KD. La peinture reste et c’est ce qui compte.

Madame, qui s’est depuis professionnalisée à Paris, n’entend pas oublier la rue pour autant : « Il y a le côté pro, mais ça me tient à cœur de ne pas oublier d’où je viens artistiquement parlant ». Ces artistes espèrent avant tout que Tours continue de s’ouvrir au graffiti. « Ça me gênait quand je venais à Tours de ne pas voir d’œuvres dans la rue », reconnaît Gil KD. Aujourd’hui, elle pense aux futures générations : « L’art de rue est un éveil sur l’art pour les mômes qui passent devant. »

Dossier réalisé par Élias Insa, Sellim Ittel, Zeïneb Hannachi, journalistes en formation à l’Ecole publique de journalisme de Tours

Photos : Mathilde Lafargue, Kelvin Jinlack

La Loire, un refuge pour les oiseaux

#EPJTMV Tours a la chance d’être traversée par la Loire, fleuve sauvage, relativement préservé de la bétonisation. Ce havre de paix ne manque pas d’attirer, au cœur de la Métropole, de nombreuses espèces d’oiseaux qui y trouvent une nourriture abondante et un environnement paisible.

« Ce n’est pas meilleure période pour voir des oiseaux », prévient Clément Delaleu, chargé d’études à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) du Centre Val de Loire. 

Ce passionné d’ornithologie depuis l’enfance sillonne les bords de la Loire, jumelles autour du cou pour observer les volatiles restés à Tours pour l’hiver.

Outre les cygnes et les couples de canards colvert que l’on peut apercevoir barboter près du pont Wilson, de nombreux oiseaux marins remontent la Loire depuis la côte. Selon Clément Delaleu, « ces oiseaux trouvent dans les grandes villes une nourriture plus abondante et des conditions climatiques plus favorables ».

On peut ainsi observer des cormorans, pêcheurs hors pair facilement reconnaissables à leur plumage sombre orné d’un point blanc sur le flanc.

Des mouettes rieuses et des goélands tourbillonnent dans les airs avant d’atterrir avec adresse sur les quelques bancs de sable quiémergent des eaux. Ces deux espèces aux plumes immaculées sont souvent confondues. La première est plus petite et pourvue d’un bec orangé. Celui de la seconde est jaune et les plumes de ses ailes sont plus foncée. Le héron cendré, échassier au long bec acéré est lui aussi un pensionnaire bien connu de la Loire tourangelle.

L’automne dernier, la LPO a mené une série d’action pour préserver l’habitat d’oiseaux moins connus : les sternes (aussi connues sous le nom d’hirondelles de mer). Pour favoriser leur reproduction, plusieurs îlots du fleuve ont été « dévégétalisés » pour permettre à cette espèce, qui pond à même le sable, de constituer plus facilement des colonies. Actuellement au chaud en Afrique, elles seront observables au printemps à leur retour de migration.

Toutefois, maintenir les sternes près de la Loire s’avère de plus en plus compliqué à mesure que les effets du changement climatique s’amplifient. Au printemps, les crues sont de plus en plus fréquentes et incitent la LPO à faire preuve d’inventivité. Ainsi, depuis deux ans, les équipes construisent et installent des îlots artificiels flottants pour les oiseaux. L’été, le faible niveau de la Loire attire les baigneurs qui peuvent facilement traverser à pied et involontairement piétiner les nids.

La sterne est loin d’être la seule espèce peu courante que l’on peut croiser à Tours. Une fois le retour des beaux jours, il est courant d’apercevoir des oiseaux rares qui s’arrêtent quelques heures sur les berges de la Loire pour reprendre des forces sur le chemin de la migration. 

Confidence d’ornithologue : vous pourriez même observer un faucon, perché au sommet du clocher de la cathédrale Saint-Gatien, prêt à fondre sur ses proies repérées depuis son nid panoramique.

La LPO organise plusieurs comptages par an ouverts aux initiés comme aux novices. Il suffit de téléphoner à l’association au  02 47 51 81 84 pour s’inscrire. Les prochains auront lieu le 2 avril, le 7 mai, le 23 juillet et le 3 septembre 2023.


Texte : Dorian Gallais, Zachary Manceau et Louise Monard–Duval, journalistes en formation à l’École publique de journalisme de Tours.

Photos : Kelvin Jinlack et Mathilde Lafargue, journalistes en formation à l’École publique de journalisme de Tours.

A Tours, plongée avec les pros de l’impro

#EPJTMV Et si on vous dévoilait les secrets des ateliers d’impro ? La Ligue d’improvisation de Touraine nous amène dans ses coulisses à la rencontre de ses comédiens amateurs. Le maître mot de la soirée : « Respirez ! ».

« Je veux une improvisation sur le thème “ après la mort ”. Vous avez trois minutes ! » On dirait que Mikaël Teyssié, comédien et formateur à la ligue d’improvisation de Touraine, aime bien les thèmes joyeux pour l’atelier de ce soir. De 19 à 78 ans, les quinze élèves improvisateurs foulent le parquet d’une salle de classe en guise de scène, ou plutôt de patinoire, comme on l’appelle en Touraine. C’est avec une belle harmonie de groupe que les comédiens se retrouvent à La Riche tous les mercredis soirs.

Mais alors que se passe-t-il dans un atelier d’impro ? On commence par faire des mouvements et des sons de voix surprenants pour s’échauffer. Des petits cercles de hanche dans un sens puis dans l’autre. « Votre corps veut dire beaucoup plus que vos cordes vocales. » Quel poète ce Mikaël Teyssié.

A vos impros !

Ensuite vient l’heure des exercices d’impro. On se laisse immerger par un personnage attribué ou inventé par son imaginaire. La clé pour être un bon comédien d’improvisation ? Eh bien un secret reste un secret. Allez puisqu’on est gentil, on vous révèle la recette miracle : ne pas chercher à être original et mettre de sa propre personnalité dans son personnage. Mais chut ! C’est une information confidentielle…

À 78 ans, Anne Aubert est la doyenne du groupe. Elle participe aux cours depuis deux ans. Des ateliers qui lui ont permis de « libérer [sa] parole, gagner en assurance et d’obtenir une meilleure élocution ». Tout l’art des ateliers, selon Mikaël, est le partage et la cohésion de groupe. S’ils le souhaitent, les comédiens peuvent participer aux matchs amateurs. La seule contrainte le jour J : respecter le sujet imposé par l’arbitre.

À vos impros ! Vous n’avez plus d’excuses pour venir tester vos prouesses. Et n’oubliez pas, « respirez, merde ! » (Ce conseil ne vient pas de nous, mais du professeur).


Texte : Sarah Costes, journaliste en formation à l’Ecole publique de journalisme de Tours. Photo : Mathilde Lafargue