Accouchement : « différencier les parcours des patientes »

Dossier accouchement : nous avons posé trois questions à Franck Perrotin, chef du service maternité au CHU de Tours.

3 QUESTIONS AU PROFESSEUR FRANCK PERROTIN,
CHEF DU SERVICE MATERNITÉ DU CHRU DE TOURS

L’Académie de médecine souligne que les maternités accueillant plus 3000 naissances ont plus de difficultés à respecter les choix des patientes.

A Bretonneau, ça nous tient à cœur depuis longtemps : quand on a construit le nouveau bâtiment il y a une douzaine d’années, on voulait intégrer une salle nature qui permette à la patiente d’adopter des postures différentes pour faciliter le travail. La direction n’a pas suivi, elle croyait à une fantaisie. Le domaine de l’accouchement est particulier, on n’est pas dans de la médecine brute comme de la cardiologie. On préconise une surveillance médicale parce qu’il peut survenir des événements imprévisibles mais ça reste un acte de la vie. L’idéal est de pouvoir différencier les parcours des patientes. Si nous accueillons 50 % de grossesses dites à risque, nous avons aussi des patientes « à bas risques » et nous sommes vraiment dans une désescalade de la médicalisation avec une diminution des médicaments et l’objectif de descendre à 11 % d’épisiotomies. C’est possible avec des équipes bien formées et très impliquées.

ACTU_PAP6

L’étude JUMODA menée en 2017 par le Pr Schmitz de l’Inserm conclut : « la grossesse gémellaire n’est pas en soi une indication d’accouchement par césarienne. »

Nous avons participé à cette étude et elle a complètement validé le fait qu’accoucher les jumeaux par voie basse est plus sûr, pour la maman comme pour les bébés. Il faut lutter contre cette idée imaginaire selon laquelle la césarienne est plus sûre ! L’évidence scientifique montre aujourd’hui que la césarienne a des conséquences importantes. La naissance est un bouleversement. Si on ne prépare pas le bébé par les contractions, le passage à travers le bassin, il a beaucoup plus de mal, il peut avoir des soucis respiratoires, digestifs, entraînant une hospitalisation puis une exposition aux bactéries résistantes…

Le CHU développe un projet de suivi connecté des patientes enceintes. De quoi s’agit-il ?

Le dossier progresse avec les premiers essais du cardiotocographe automatique, utilisable par la patiente à domicile qui vont être réalisées cet été en collaboration avec le Centre d’Investigation Clinique et d’Innovation Technologique du CHU (CIC-IT) Il s’agit d’une ceinture qui enregistre le rythme cardiaque du bébé et le transmettra directement à l’hôpital ou au cabinet de la sage-femme. Une start up toulousaine travaille au prototype de ceinture. Le système multi-capteurs a été imaginé par l’Inserm à Tours.

CHU de Tours : le malaise

Après la grève, le sit-in. Le personnel du CHU de Tours semble à bout.

CHU

Ce jeudi 14 mars, un sit-in est prévu devant les différents sites du CHU de Tours. La grogne monte toujours et le mal-être est croissant.

Vendredi dernier, cinq syndicats avaient effectivement déjà appelé à la grève dans les quatre établissements (Bretonneau, Trousseau, Clocheville, l’Ermitage). Tous et toutes protestent contre la dégradation des conditions de travail.

« Mettons la pression pour imposer nos droits, pour des remplacements à la hauteur des besoins, pour que chaque agent puisse bénéficier de ses congés d’été lorsqu’il ou elle le souhaite », a notamment déclaré le syndicat SUD Santé sociaux CHU de Tours.

Une pétition, réunissant 1 200 signataires, a déjà été remise à la direction de l’hôpital. L’intersyndicale du CHRU, à l’origine de la lettre, rappelle qu’une baisse de 116 équivalents temps plein dans les effectifs non-médicaux a été notée entre 2015 et 2017.
Face à une cadence infernale, les arrêts maladie ont déjà bondi de 20 %.

Cet hiver, nouveau dispositif pour les femmes en détresse

Grâce au CHU de Tours et à la Croix Rouge, un dispositif d’hébergement hivernal est mis en place pour les femmes en détresse et à la rue.

Image19
(Photo archives NR)

Mardi 5 décembre, c’est dans l’enceinte du CHU de Tours qu’un nouveau dispositif d’hébergement d’urgence ouvrira pour l’hiver, jusqu’au 31 mars.
Ce lieu est réservé aux femmes en détresse – de plus en plus nombreuses malheureusement – qu’elles soient seules ou avec enfants.

L’idée vient de l’hôpital et de la Croix Rouge qui, pour l’occasion, se sont associés. C’est le 115 qui fera le lien, afin qu’elles soient prises en charge.

Ces femmes à la rue seront donc logées et réparties dans une vingtaine de chambres situées dans une enceinte de l’hôpital Bretonneau. Les enfants en bas âge auront eux aussi droit à des lits (cinq au total).

Un travailleur social, ainsi que des agents d’accueil, seront présents. Cette initiative est une première en région Centre Val-de-Loire. À Tours, une personne à la rue sur trois est une femme.

CHU de Tours : nouveau service de néonatalogie

L’hôpital Bretonneau de Tours possède maintenant 3 800 m2 dédiés à la nouvelle unité néonatale.

(Photo Julien Provost)
(Photo Julien Provost)

Il doit entrer en service en janvier 2018, mais ce week-end, il a exceptionnellement ouvert ses portes au public.
Le futur service de néonatalogie de l’hôpital Bretonneau a effectivement dévoilé ses 3 800 m² aux curieuses et curieux.

Plus moderne, cette nouvelle unité néonatale regroupera sur un seul site l’obstétrique, la néonatalogie et le centre de nutrition. Près d’une cinquantaine de nouveaux-nés, prématurés ou malades, ainsi que leurs parents, pourront être accueillis en ce lieu. On compte aussi seize lits en réanimation, neuf en soins intensifs et dix-huit en soins continus.
Des mamans en situation de handicap pourront également être admises, grâce à des chambres individuelles spéciales.

Enfin, cette nouvelle unité néonatale possédera une « chambre interventionnelle présentant des caractéristiques proches des conditions d’un bloc opératoire », a précisé le Dr Dominique Saillant, chef de service. « Cela permettra de réaliser des interventions sur des bébés qui ne sont pas transférables. »

CHU de Tours : des fermetures de lit ?

La situation est toujours tendue au CHU de Tours. Les syndicats dénoncent des fermetures de lits en orthopédie.

CHU

Le syndicat SUD-Santé a dénoncé, dans un communiqué, la fermeture de douze lits dans le service orthopédie du CHU de Tours.

Une décision qui, selon eux, s’est faite sans concertation ni explication. Les syndicats s’interrogent de la prise en charge des patients « avec moins de lits d’hospitalisation », alors qu’ils estiment déjà le service surchargé, parfois jusqu’à cinq patients de chirurgie de la main par chambre.

De quoi raviver les tensions avec la direction de l’hôpital qui, rappelons- le, procédera d’ici à 2026 à une restructuration de son établissement : le plan de réorganisation du CHU entraînerait, d’après les syndicats, la suppression de près de 400 lits et postes hospitaliers.

Concernant cette nouvelle fermeture de lits en service orthopédie, la direction du CHU n’a pas souhaité réagir, indiquant qu’elle ne souhaitait pas faire de « commentaires par voie de presse à des communications syndicales ».

Feu vert pour la restructuration du CHU

Le plan de réorganisation du CHU de Tours a été validé par l’Etat. Et maintenant ?

Restructuration-du-CHU-feu-vert-ministeriel_image_article_large

Nouvel épisode dans le feuilleton de la restructuration du CHU de Tours. La semaine dernière, le ministère de la Santé a approuvé le projet de reconstruction de l’hôpital Trousseau, en donnant son feu vert. Considéré comme « un établissement essentiel pour l’accès aux soins de la population » par le Comité de performance et de la modernisation de l’offre de soins (Copermo), le CHU va donc connaître une transformation de grande ampleur.

Il devrait notamment y avoir la construction d’un nouvel hôpital sur le site de Trousseau qui regroupera, en 2026, la plupart des activités chirurgicales et les soins urgents.
Bretonneau, lui, s’occupera des activités de maternité, médecine, cancérologie et pédiatrie.

Si l’État a prévu d’apporter 75 millions d’euros au projet (23 % du coût de l’opération), le ministère n’a en revanche rien précisé sur les éventuelles conséquences sociales.
En effet, selon les syndicats, 400 suppressions de postes hospitaliers sont à prévoir. Vendredi, un « petit déjeuner syndical » a d’ailleurs été organisé devant la mairie, en guise de protestation, tandis que la direction présentait son projet aux cadres.

Restructuration du CHU : les craintes persistent

Le projet de suppression de postes et de lits au CHU continue d’inquiéter.

efe
(Photo NR, Guillaume Souvant)

Le projet de suppression de lits et de postes au CHU de Tours inquiète et la situation semble stagner. Les syndicats estiment ne toujours pas avoir eu de clarifications sur l’avenir social de l’hôpital. Dans un communiqué, CGT, FO, CFTC et Sud ont récemment déploré le flou entourant ce projet de restructuration de l’établissement qui doit être soumis au ministère de la Santé.

Ainsi, des courriers ont été adressés au maire de Tours (et président du conseil de surveillance), ainsi qu’à Marisol Touraine.

Si une pétition circule aussi au sein des services, les syndicats aimeraient une communication officielle des documents qui évoquent la suppression de plus de 400 lits et postes d’agents hospitaliers. La semaine dernière, 150 personnels et usagers du CHU de Tours s’étaient déjà rassemblés pour manifester. La direction, quant à elle, a tenté d’apaiser les esprits.

Interrogée par nos confrères de la NR, elle a estimé que le projet avait pour ambition « d’améliorer le service rendu aux patients tout en améliorant la qualité de vie au travail » du personnel. Le regroupement des 5 sites ferait ainsi « entrer le CHU dans l’avenir ».

Don d’organes : la vie top chrono

Immersion dans le service de coordination des prélèvements d’organes du CHU de Tours, un important centre de prélèvements et de greffe d’organes en France.

En 10 ans, le nombre de greffe a augmenté de près de 30 %.
En 10 ans, le nombre de greffe a augmenté de près de 30 %.

En 2016, 18 greffes cardiaques, 111 greffes hépatiques (foie) et 138 greffes rénales ont été réalisées au CHU de Tours. Autant de patients qui ont bénéficié de dons d’organes pour une nouvelle vie.

Derrière ces chiffres, le docteur Jean-Christophe Venhard, responsable de la coordination hospitalière des prélèvements d’organes du CHU de Tours manage un processus complexe. Toute la semaine, il navigue entre les pôles hospitaliers Bretonneau, Trousseau et Clocheville, aidé de cinq infirmiers dont un d’astreinte 24 heures sur 24. Le travail de la coordination se fait en étroite collaboration avec les médecins réanimateurs des trois sites et des équipes de greffe : Professeur Salame Ephrem (foie), Professeur Michel Aupart (coeur) et Professeur Matthias Buchler (reins).

Pendant qu’il explique tout cela, je me demande : « Et si le téléphone sur la table sonnait, il pourrait déclencher la procédure de prélèvement ? » Calmement, le docteur Jean-Christophe Venhard reprend le processus : « La mort encéphalique, ou mort du cerveau, est une situation de décès qui nous autorise à envisager un don d’organes ». Un important traumatisme crânien ou un AVC peuvent notamment provoquer de tels dysfonctionnements dans le cerveau que le patient est déclaré décédé après une série d’examens. Dans ce cas, les organes sont maintenus en état de fonctionnement grâce à des machines, des appareils respiratoires, des perfusions… « Ce n’est pas toujours facile pour la famille de comprendre que la personne est décédée, son apparence n’a pas changé », raconte Dr Venhard.

Dr Jean-Christophe Venhard.
Dr Jean-Christophe Venhard.

En 2016, la première cause de mort encéphalique est l’AVC, qui concerne en majorité des personnes de plus de 50 ans. Accompagnés dans ce moment douloureux, les proches sont invités par un médecin coordinateur à déterminer si le défunt était opposé au don d’organes ou seulement de certains organes. « Ce qu’on cherche, c’est bien la position de la personne décédée, pas celle de la famille », précise le docteur. En France, la loi de 1976 pose le principe du consentement présumé, c’est-à-dire que toute personne est déclarée donneuse d’organes et de tissus, sauf si elle a exprimé son refus de son vivant.
Et il existe plusieurs moyens de le signaler. Depuis 1994, on peut s’enregistrer par courrier au registre national des refus et depuis janvier 2017 une version en ligne a été créée. Les modalités d’expression du refus sont ainsi plus importantes pour inciter les gens à se prononcer. Il est aussi possible d’en parler avec ses proches ou de leur laisser une trace écrite. « Bien sûr, nous faisons en sorte que l’entretien soit le plus consensuel possible, sans aller au conflit », explique le docteur.

Les proches aussi sont pris en charge, c’est un moment très brutal où ils viennent à peine de comprendre le décès. « Et s’il n’y a pas de refus ? Nous commençons la procédure pour un éventuel prélèvement, c’est parti pour 24 heures chrono », ajoute-t-il. Des analyses et des examens sont alors effectués pour évaluer la qualité des organes. Leur attribution dépend de nombreux facteurs tels que l’âge du donneur, de sa pathologie, de sa morphologie mais également de la situtation clinique du receveur. Le dossier est validé par l’agence de biomédecine, avant d’être traité par le Pôle national de régulation des greffons à Paris pour savoir s’il y a un receveur compatible et des équipes disponibles.

UNE COURSE CONTRE LA MONTRE

En quelques heures, un receveur a été trouvé. Il faut dire que la liste d’attente s’allonge plus vite que celle des donneurs. « Nous greffons plus, la médecine, la chirurgie, l’immunologie ont faits de gros progrès », précise Dr Venhard. Pendant ce temps-là, les infirmiers de coordinations préparent le planning, tout est minuté. Pour un rein, organe le plus greffé en France, il peut y avoir entre 12 h et 18 h entre le moment où il a été prélevé et le moment où il est réalimenté en sang dans le corps du receveur.

Sur les deux reins prélevés à Tours, l’un sera greffé obligatoirement à un patient de la région.
Sur les deux reins prélevés à Tours, l’un sera greffé obligatoirement à un patient de la région.

Mais ce délai est moindre pour le foie, les poumons et surtout le coeur, 4 h seulement. C’est donc une course contre la montre. Le receveur et le défunt sont préparés pour aller au bloc. C’est l’équipe du receveur qui vient chercher l’organe. Avion, train, voiture, le mode de transport est adapté en fonction des besoins. L’opération est terminée, l’équipe de greffe arrive à Tours et conditionne l’organe dans un conteneur à 4° C. Il le transporte immédiatement dans leur centre hospitalier où le patient est entré au bloc, prêt à recevoir un nouvel organe. Le sang circule à nouveau, c’est la ligne d’arrivée.

> WWW.DONDORGANES.FR

Texte : Pauline Phouthonessy
Photos : CHU Tours

Les reins, le foie, les intestins, le pancréas, les poumons et le coeur peuvent être prélevés. Pour faire connaître son opposition www.registrenationaldesrefus.fr
Les reins, le foie, les intestins, le pancréas, les poumons et le
coeur peuvent être prélevés. Pour faire connaître son opposition www.registrenationaldesrefus.fr

Classement des meilleurs hôpitaux publics : le CHU de Tours septième !

Le classement des meilleurs hôpitaux publics de France, réalisé par le magazine Le Point, est sorti. Tours s’en sort très bien.

Comme chaque année, nos confrères du Point réalisent un classement des hôpitaux publics français. Pour le palmarès 2015, le CHU de Tours arrive à la septième place pour la qualité de ses spécialités médicales et/ou chirurgicales.

C’est le CHU de Lille qui obtient la première place, et celui de Toulouse la seconde. Dans le reste du classement, on note le CHU de Bordeaux (3e), les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris (5e), les CHU de Montpellier (6e), Nantes (8e), Rennes (9e) et Nancy (10e).

Le magazine précise que « pour figurer au classement final de ce palmarès indépendant, un établissement doit fournir un service médical et chirurgical complet. Les établissements spécialisés en sont donc écartés, mais apparaissent dans les classements spécifiques (cancers, maladies infantiles…) ».

CHU Tours

Fête foraine pour enfants malades

Manège, animations, cadeaux : l’association Sapeurslipopette redonne le sourire aux enfants malades le 5 juin au CHRU.

ACTU_TOURS_FETE2
Quand les enfants ne peuvent pas aller à la fête foraine, c’est la fête foraine qui vient à eux. C’est le credo défendu par l’association Sapeurslipopette et sa cinquantaine de membres. Celle-ci organise, ce mercredi 5 juin, une mini-fête en plein coeur de l’hôpital Clocheville, dans sa cour.
Le but de cette thérapie du bonheur ? Que les enfants malades ou alités ne soient pas oubliés. « Il y aura de tout : un manège, des animations, des dessinateurs de BD ou encore des jeux, de la pêche à la ligne et des cadeaux », énumère Anne-Karen Nancey, de la direction de la communication du CHRU de Tours. Le tout « gratuitement, bien sûr ».
Les enfants hospitalisés pourront alors descendre et participer à ce moment de bonheur. « Pour ceux qui ne peuvent pas quitter leur chambre, les animations viendront à eux. » Et comme la fête se déroule le mercredi, jour des consultations, les enfants seulement de passage, accompagnés de leurs parents, pourront aussi faire un tour.
« Ça les change de leur quotidien », explique Noël Jugel, vice-président de Sapeurs-lipopette. Il a cofondé l’association avec « l’envie de créer des choses à l’hôpital ». Lui et son équipe emmenaient souvent des enfants à Clocheville, sans pour autant avoir de nouvelles par la suite. « Grâce à cette fête, c’est une prolongation : on continue à les suivre. »
Ce 5 juin, les bambins auront droit à la police montée (chevaux), à des essais de lance à eau, une centaine de BD offertes et dédicacées, ou à la présence d’un clown. « On a des retours en direct quand les enfants sourient », se réjouit Noël Jugel. « Mais tout le personnel de l’hôpital est aussi unanime. Et après avoir tout rangé, on est bien content. On a l’impression qu’une auréole touche le bois de notre lit ».
Aurélien Germain
Mercredi 5 juin, de 14 h à 18 h, à Clocheville. Gratuit.