10 & 20 km de Tours et marathon : report en septembre 2021

Les célèbres courses tourangelles devaient se tenir dans quelques mois. Mais il a été décidé du report de l’édition en 2021, au regard des nombreuses incertitudes qui pèsent sur les rassemblements de grande envergure.

L’an dernier, top départ de la course à Tours (Photo archives NR – Julien Pruvost)

« Cette année, au regard des (trop) nombreuses zones d’ombres, le Comité a pris la lourde décision de reporter le marathon et les 10 & 20 km de Tours. » L’annonce est tombée ce mardi après-midi. Initialement prévues pour le 27 septembre, les mythiques courses tourangelles se tiendront finalement le dimanche 26 septembre 2021.

Le Salon Running Loire Valley est, quant à lui, également reporté l’an prochain, du 24 au 25 septembre.

Incertitudes et manque de visibilité

Dur, dur pour les coureurs qui devaient y participer. Mais vu « la période complexe et encore pleine d’incertitude », le Comité Directeur de l’association des 20 km de Tours a dû se résoudre à décaler son événement. En effet, le manque de visibilité et le gros point d’interrogation qui plane au-dessus des rassemblements de plus de 5 000 personnes ne permettent pas d’imaginer la tenue des courses d’ici la rentrée.

A cela, il faut également ajouter, comme le précise le communiqué des organisateurs : « L’incapacité, dans ces conditions de garantir et d’assurer la sécurité et la santé de nos 12 000 coureurs, 850 bénévoles et milliers de spectateurs ».

Report ou remboursement

Les participants inscrits à l’édition 2020 seront contactés prochainement pour choisir entre le report de l’inscription pour l’édition 2021 ou le remboursement intégral du dossard.

Le festival de metal Hellfest annule son édition et récolte des milliers d’euros pour un hôpital

Il faudra finalement attendre juin 2021 pour pouvoir profiter du plus grand festival rock et metal de France.

(Photo archives tmv)

Les festivaliers et l’équipe organisatrice n’avaient plus grand espoir depuis quelque temps. Mais le communiqué officiel est tombé jeudi 9 avril : le Hellfest se voit contraint d’annuler son édition 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

Pas de 15eme édition

« Plus les jours passaient et plus il nous semblait impossible d’envisager une édition 2020 garantissant une organisation satisfaisante, et, le plus important : votre sécurité. Ayant conscience que le risque de contagion lié au Covid-19 sera encore élevé en juin, il aurait été irresponsable et dangereux de laisser se rassembler plusieurs dizaines de milliers de fans – torse nu et assoiffés de bière – dans un périmètre ne permettant pas de faire respecter la distanciation sociale de rigueur », précise Ben Barbaud, le big boss du Hellfest, dans un communiqué (à lire ici)

Le festival aborde également l’épineuse question d’un de ses assureurs qui auraient lésé le Hellfest. Une partie du communiqué au vitriol dénonce les faits.

Les détenteurs de pass 3 jours ou 1 jour pourront garder leur(s) billet(s) pour l’édition 2021. Ils resteront valables, sans frais supplémentaires. Il est également possible de se faire rembourser.

Une cagnotte en ligne pour l’hôpital

Le Hellfest a également décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne « Hellfest For Health » à destination du Fonds de dotation du CHU de Nantes pour les soutenir face à l’épidémie de Covid-19.

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, plus de 30 000 € ont été récoltés en l’espace d’une matinée.
> Pour participer à la cagnotte, cliquez ici

 

Hellbangers,Les autorités françaises signent la fin de la partie pour nous via un arrêté préfectoral. Il n’y aura pas…

Posted by Hellfest Open Air Festival on Thursday, April 9, 2020

Nouveau Bac : la foire aux questions

Le nouveau bac change vraiment la donne. Pour y voir plus clair, nous avons choisi de répondre à quelques-unes des questions les plus souvent posées par les lycéens.

C’est vrai que le bac, ce ne sera que du contrôle continu ?

Non. La part du contrôle continu dans le nouveau bac, c’est 40 % de la note. 10 % provient des bulletins de 1ère et de terminale et les 30 % restant viennent d’épreuves de contrôle continu. Chaque lycéen doit passer deux épreuves en première et une en terminale et il peut choisir le moment où il veut les passer, en fonction de son avancée. Ce seront des devoirs ou des exercices sur table, sur le modèle des bacs blancs actuels. Et, pour que tous les lycéens soient égaux, les sujets des épreuves seront choisis dans une liste nationale de sujets, les copies anonymes seront corrigées par d’autres professeurs que les vôtres.

Quelles sont les matières qu’on ne passera plus en épreuves terminales ?

Ce sont l’histoire-géo, les deux langues vivantes, l’enseignement scientifique (grande nouveauté assez contestée de la réforme) et l’enseignement de spécialité que vous aurez décidé d’abandonner en 1re et qui seront évalués dans le cadre du contrôle continu en fin d’année. L’EPS reste évaluée comme actuellement en terminale.

Cette réforme, c’est vraiment la fin des séries ?

Oui, pour les séries L, ES et S. Tous les lycéens en voie générale suivent les mêmes enseignements : français en première, philosophie en terminale, histoire-géographie, enseignement moral et civique, deux langues vivantes, EPS, enseignement scientifique. Puis tous choisissent 3 enseignements de spécialités en 1re (4 h chacun) et deux en terminale (6 h chacun). On peut ajouter une option au cocktail si on le souhaite (3h) et même en prendre un en terminale (dans un liste spécifique), même si on n’en avait pas en première. Du coup, si on a envie, on peut reproduire les anciennes filières avec le jeu des enseignements de spécialités, mais on peut aussi panacher en fonction de son profil et de son projet.

Et pour la voie techno, ça se passe comment ?

Les séries ne changent pas, puisqu’elles ont été repensées il y a peu. La nouveauté, c’est que tous les lycéens suivent désormais les mêmes enseignements communs. Les enseignements de spécialités en 1re puis en terminale changent selon la série choisie.

Finalement, on passera quoi en terminale ?

À la fin de la terminale, il y aura quatre épreuves pour les bacs généraux : deux épreuves de spécialités, une épreuve de philo pour tous et un oral. Tout cela comptant donc pour 60 % de la note. L’épreuve de français en première (écrit et oral) reste inchangée.

C’est quoi cette histoire d’oral final ?

C’est une des grandes nouveautés de la réforme. Cet oral durera 20 minutes et portera sur un projet mené par l’élève depuis la classe de première, en lien avec un de ses enseignements de spécialité de l’élève. L’intérêt est de préparer les lycéens à s’exprimer à l’oral et devant des personnes étrangères. C’est une compétence essentielle dans le monde professionnel.

Est-ce qu’il y aura toujours le principe du rattrapage ?

Oui, bien sûr. Pour obtenir son bac, il faut avoir une moyenne de 10/20 à l’ensemble des épreuves. Si on obtient moins de 8 de moyenne, on est recalé, mais si on obtient entre 8 et 10, on peut aller aux épreuves de rattrapage. Le candidat est interrogé dans les enseignements qui ont fait l’objet d’une épreuve terminale écrite : français, philosophie, et les deux enseignements de spécialité suivis en terminale. Si les notes obtenues à l’oral sont supérieures aux notes initiales obtenues à l’écrit dans ces enseignements, elles s’y substituent et le jury recalcule la note globale à l’examen en tenant compte de la meilleure note dans chaque enseignement. Et voilà !

Et les options, ça sert à quoi ?

À part le latin et le grec qui offrent des possibilités de points bonus coefficient 3 (pour encourager les élèves à étudier les langues anciennes), les options ne donnent plus de bonus. Elles sont intégrées à l’évaluation des bulletins de 1ère et de terminale qui compte pour 10 % de la note globale.