Femmes enceintes : peinture sur bidon

Rencontre avec Vanessa, une esthéticienne dans l’agglo tourangelle qui exerce le belly-painting : elle peint le ventre des femmes enceintes !

Amandine, une Castelroussine de 24 ans, enceinte de 7 mois, vient de faire près d’une heure et demie de route pour tester le belly painting. Elle a attendu parler de cette nouvelle pratique provenant des États-Unis par une amie. Curieuse, la jeune femme aime l’idée d’avoir un souvenir artistique de cette première maternité. À son domicile, l’esthéticienne, baptisée V Fée Mère, a préparé un endroit douillet pour que la future maman se sente à l’aise. Ce jour-là, elle est accompagnée de son conjoint et des futures mamies toutes émues. C’est décidé, Amandine a opté pour un dessin de Walt Disney.

La professionnelle commence la séance par esquisser les contours du dessin, à l’aide de pinceaux et de couleurs issus de produits professionnels hypoallergéniques. « Il n’y aucun risque pour la femme enceinte, précise Vanessa. Il faut savoir que ce maquillage est éphémère puisqu’il part à l’eau et au savon. » La future maman se détend et apprécie cette pause relaxante. Une fois allongée sur le canapé, son ventre se met à bouger. « Cela arrive souvent. Le foetus est bercé par les mouvements du pinceau. » Entre temps, la maquilleuse sort son appareil photo pour immortaliser la séance. La future maman prévoit déjà d’utiliser ces clichés pour illustrer en autre les faire-parts de naissance. Deux heures viennent de passer, la création est terminée. La maman est ravie : « Le résultat est épatant. C’est une expérience magique ! »

Anne-Cécile Cadio

> De 120 à 180 € la séance (entre le 6e et le 8e mois). Infos : Facebook de V fée Mère ou par mail v.fee.mere@gmail.com

Kids : aider les mamans enceintes

Les Ouvrières de la reine : et si on aidait les femmes enceintes ?

KIDS_PAP_REINE
Il est 15 h, ce mercredi dans le boudoir des ouvrières de la Reine, place des Joulins. Une future maman vient tester une séance de yoga. Après le cours adapté, elle prend le temps de déguster un thé, bien confortablement installée dans un fauteuil renaissance rose. Toute la semaine, six professionnelles diplômées s’affairent pour faire vivre cette nouvelle association tourangelle. Le planning, varié, prévoit des cours de yoga, de massages, de sophrologie, de pilates, des ateliers culinaires, etc. L’idée des ouvrières de la Reine est née il y a quelques mois dans la tête de Lauren Valverde.
Cette trentenaire sensibilisée au développement durable a eu une révélation en plein cours de yoga. « Ce jour-là, une femme enceinte est entrée. Elle a essayé de suivre la séance. J’ai été surprise de voir que le professeur n’adaptait pas les mouvements. » Le projet s’est alors mis en route : il fallait créer un lieu de vie chaleureux, solidaire et zen pour soutenir les femmes durant leur grossesse et les premiers mois qui suivent. Un accompagnement adapté. Il a fallu mettre en place un réseau et, après un financement participatif en ligne, les ouvrières de la Reine ont vu le jour en mai dernier. « Notre offre est complémentaire à tout ce qui existe déjà, nous ne voulons d’ailleurs pas remplacer les spécialistes de la maternité. Nous sommes là pour prendre soin de nos reines », explique en souriant la coordinatrice.
Les ouvrières de la Reine recherchent des papas pour participer au projet. Dons de livres, de matériel et de vêtements possibles également. Plus d’infos : lesouvrieresdelareine.com