Projet de reprise du Tours FC : le club bientôt fixé ?

Déclaré recevable, le projet d’Omar da Fonseca sera présenté prochainement. Décision prévue en avril.

Il y a du nouveau dans le feuilleton qui agite le football tourangeau depuis des mois. On se souvient qu’en novembre dernier, l’offre présentée par Omar da Fonseca n’avait pas convaincu le tribunal de commerce qui avait prolongé la période d’observation de six mois. Le but étant de laisser le temps aux divers repreneurs éventuels de peaufiner leur dossier.

C’est ce qu’a fait l’ancien joueur et consultant franco-argentin. La semaine dernière, il revenait devant le tribunal, avec une offre remodelée. La principale modification, c’est que cette offre ne sera pas présentée par une société coopérative d’intérêt collectif (Scic), comme c’était le cas en novembre, mais par une société de type traditionnel, appartenant à la famille da Fonseca.

Projet déclaré recevable

« Fédérateur, avec le soutien des collectivités et de l’association TFC, ce projet dispose d’ores et déjà d’un budget suffisant pour les deux prochaines saisons, avec des acteurs économiques de renom, ce qui va permettre de relancer le Tours FC », affirme Guillaume Barré, président-délégué du club, à nos confrères de La Nouvelle République.

Déclaré recevable, le projet sera présenté dans les prochaines semaines au tribunal, pour une décision qui devrait intervenir en avril. Là, trois solutions : soit ce projet est accepté et Omar da Fonseca deviendra le nouveau patron du club, soit le tribunal lui préfère le plan de continuation du dirigeant actuel Jean-Marc Ettori, soit il décide la liquidation pure et simple du Tours FC…

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR – Julien Pruvost

Tours FC : un nouvel élan avec Omar da Fonseca ?

L’ancien joueur, aujourd’hui consultant à la télévision, souhaite évidemment sauver l’avenir du club, en redressement judiciaire.

« Un nouvel élan », voilà à quoi a appelé Omar da Fonseca, lors de la présentation du projet de reprise du Tours FC par la SCIC dont il est le président. Un élan sportif, mais surtout un élan de la ville tout entière derrière son club.

« Moi, en Argentine où j’ai grandi, tous les enfants font du sport. On va au stade pour jouer au foot, mais aussi au volley ou au basket. Et tous les gamins portent soit le maillot de leur club soit celui de la sélection nationale. C’est ce que je veux faire ici, à Tours. »

Sur le plan sportif, l’ancien joueur tourangeau qui a rappelé sa très grande proximité avec la ville, n’a pas promis monts et merveilles. « on ne vise pas la Champions League, mais cette dynamique de groupe nous offre de magnifiques perspectives pour l’avenir », a t-il affirmé.

Les aspects financiers ?

Ludovic Carteault, président de l’association Tours FC a indiqué, de son côté, que si le tribunal de commerce acceptait l’offre de reprise, la DNCG n’aurait pas la possibilité de s’opposer à une montée en N3 obtenue sportivement. Si l’équipe reste sur sa bonne dynamique, c’est donc peut-être à ce niveau que l’aventure pourrait repartir.

Pour ce qui est des aspects financiers, le maire de Tours, Emmanuel Denis, a indiqué qu’en l’état « ce n’est pas le sujet, puisque l’on parle d’un club qui évolue actuellement au niveau régional ». Les promesses de dons des supporters s’élèvent à 100 000 €, une somme que la Ville entend doubler pour soutenir le projet.

Tout cela, naturellement, est suspendu à la décision du tribunal de commerce qui aura à choisir entre le prolongement de la période de redressement, la cession à la SCIC soutenue par Omar da Fonseca ou la liquidation judiciaire pure et simple.

Texte : M.P. / Photo : NR – Julien Pruvost

Foot : Omar da Fonseca au secours du Tours FC

Le joueur argentin va s’impliquer dans le projet de reprise, en devenant l’actionnaire principal de la future Société Coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui portera le projet. 

Omar da Fonseca est déjà venu plus d’une fois au secours du club tourangeau mais jusqu’alors, il l’avait toujours fait sur le terrain, par un des coups de patte légendaires dont il avait le secret. La star argentine a, en effet, fait les beaux jours du Tours FC (qui s’appelait FCT à l’époque) quand celui-ci évoluait dans l’élite, au début des années 80.

On a appris en fin de semaine dernière que le joueur argentin, devenu consultant sur BeIN Sport, a décidé de s’impliquer dans le projet de reprise, en devenant l’actionnaire principal de la future Société Coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui portera le projet.

Depuis l’été, et après plusieurs années compliquées financièrement et sur le plan organisationnel, le TFC est placé en redressement judiciaire. Il a été plusieurs fois relégué administrativement, pour se retrouver aujourd’hui en Régional 1, un niveau objectivement indigne de son statut. L’actuel propriétaire du club, Jean-Marc Ettori, a clairement indiqué qu’il n’avait plus l’intention de poursuivre l’aventure.

« C’est hyper-valorisant pour nous »

Le Président délégué du club, Guillaume Barré a déposé le projet de reprise devant le tribunal de commerce mercredi dernier. Il a indiqué que la présence d’Omar da Fonseca dans le projet était une grande nouvelle pour le club. « C’est quelqu’un de charismatique, qui a une notoriété sur le plan national, mais aussi une vraie expérience et une connaissance du football, de ses réseaux, qui sont très importantes pour notre projet. Il va nous apporter tout cela. Il a le potentiel pour amener les projecteurs sur le club, de manière positive. C’est hyper-valorisant pour nous. »

La période d’observation du club s’achève le 25 novembre. À cette date, le tribunal pourra décider de la prolonger de six mois supplémentaires ou acter la reprise par la SCIC. Pour la première fois depuis bien longtemps, la lumière semble apparaître au bout du long tunnel du foot tourangeau.

M. P. / Photo : archives NR

Foot : Omar da Fonseca, plus d’un Tours dans son sac.

Un fou du foot. Cette semaine, zoom sur une voix du ballon rond, mais pas que : Omar da Fonseca.

Omar da Fonseca (au centre), une voix du foot.

« Vivre, c’est risquer de mourir ! Espérer, c’est risquer le désespoir ! » Non, non, ne vous y trompez-pas, nous n’avons pas invité un prof de philo cette semaine pour animer la rubrique sport de TMV.

Mais si vous avez regardé dimanche soir sur beIN Sports la retransmission du match de foot entre le Real Madrid et le Barça (2-0), vous ne pouvez pas avoir oublié ces propos mystico-footballistiques en forme de commentaires venus d’ailleurs signés Omar da Fonseca, alors que Lionel Messi venait de rater l’immanquable. Le consultant foot de la chaîne qatarienne (depuis 2012 après avoir également travaillé pour le groupe Canal +) s’est installé dans l’univers médiatique français à coup d’aphorismes et d’expressions incroyablement visuelles mais aussi de tirades philosophiques réaménagées à sa sauce. C’est ce qui fait son charme.

Passé par le club de Tours

Et à Tours, le charme d’Omar, on n’est pas près de l’oublier quand on se souvient que l’Argentin de 60 ans a fait les beaux jours de l’équipe de foot de la ville en division 2 et en division 1. C’était au siècle dernier, les années 1980 pour être précis.

Débarqué d’Argentine, en provenance du club de Velez, Omar da Fonseca allait rapidement faire parler la poudre. Au Stade de la Vallée du Cher, il inscrivit 23 buts lors de la saison 1983-1984 (en division 2) puis 14 autres la saison suivante, braquant sur lui les projecteurs et le chéquier des grands clubs. Au PSG en 1985-1986 puis à Monaco et Toulouse, le fantasque et redoutable attaquant n’a laissé que de grands souvenirs.

Il y a quelque temps, il nous avait confié avoir un jour envisagé de participer à un tour de table pour re-financer le club tourangeau. Mais voilà, Omar, c’est Omar. Et si l’ex-joueur, désormais consultant star, est passé par la case agent de joueur puis responsable de la cellule recrutement à l’AS Saint-Etienne, il ne veut aujourd’hui pour rien au monde troquer le micro pour de nouvelles fonctions officielles.

Thierry Mathiot


> REVOIR TOURS PARMI L’ÉLITE DU FOOT

S’il garde encore un rêve pour notre région, c’est bel et bien celui de revoir un jour le Tours FC parmi l’élite du foot français. Samedi dernier, pour nos confrères du Parisien, il déclarait : « Dans la vie, à part dans une dictature, on ne peut imposer des règles. Dans n’importe quel domaine, c’est la somme des individualités qui permet d’obtenir un collectif. » Une belle leçon.