Naissance : tour du monde des traditions

Et ailleurs, quelles sont les différentes façons d’appréhender la grossesse et l’accouchement ? Coup de projecteur sur six traditions autour du globe.

langfr-225px-Flag_of_Spain.svgESPAGNE

JOUER À SAUTE-BÉBÉ

Ils sont déguisés en démons, en costume rouge et jaune et… sautent au-dessus de bébés placés sur un matelas. Bienvenue à Castrillo de Murcia, une petite ville espagnole qui célèbre El Colacho, le saute-bébés. Cette pratique est censée « nettoyer du péché et purifier » les enfants nés dans l’année. La tradition se tient depuis 1621 déjà, à l’occasion de la Fête-Dieu, 60 jours après Pâques. À l’époque, le Pape Benoît XVI avait appelé les prêtres espagnols à ne plus y participer. Sans succès.

318VqWxWiuL._SX355_TURQUIE

SIROP, COUTEAU, CISEAUX

Dans certaines régions de la Turquie, il existe une croyance pour prédire le sexe du bébé. Quelqu’un place un couteau sous un coussin et une paire de ciseaux sous un autre. Si la femme enceinte s’assoit sur le coussin avec le couteau, elle aura un fils. Pour le coussin « aux ciseaux », ce sera une fille. La tradition veut également que les nouvelles mères consomment le Lohusa Serbeti (« le sirop de l’accouchée »). Composée de cannelle, de clous de girofle et de colorants alimentaires rouges, cette boisson est servie à la maman à l’hôpital puis à domicile. Ce breuvage est considéré comme fortifiant.

21AdMPSfywL._SX355_CHINE

ASSISE !

« S’asseoir sur un mois », ou « Zuo Yuezi », c’est une des traditions chinoises relativement fréquentes. Là-bas, il est préférable que la femme qui vient d’accoucher se repose pendant un mois, quelque soit son rang social. Pendant cette période, la plupart des Chinoises ne doivent pas se laver les cheveux, ni ouvrir les fenêtres ou brancher la climatisation, ni regarder la télévision et manger d’aliments froids. Elles agissent ainsi pour ne pas attraper froid et pouvoir se remettre sur pied. Dans l’imaginaire, si ces règles ne sont pas respectées, la femme sera plus tard sujette aux migraines et à l’arthrite.

21PUlJdNS7L._SX355_PAYS-BAS

COMME À LA MAISON

Chez nos voisins néerlandais, l’accouchement à domicile est une vraie tradition. Il concerne une femme sur six et n’est pas du tout considéré comme une méthode alternative. Aux Pays-Bas, les femmes estiment que l’atmosphère à la maison est plus calme et tranquille, comparé à l’hôpital.

16617-bali_400pxBALI

PLACENTA, MON AMOUR

La pratique était fréquente à l’époque, mais elle tend à se faire plus discrète : à Bali, le mari assistant son épouse durant l’accouchement recueillait le placenta qu’il lavait ensuite pour le placer dans une noix de coco. Aujourd’hui, le rituel est encore pratiqué par certains papas qui récupèrent le placenta à l’hôpital et l’enterrent devant chez eux, histoire de porter chance au nouveau-né.

1200px-Flag_of_Nigeria.svgNIGERIA

LE BAIN DE MAMIE

Les grands-mères sont très importantes dans la culture nigériane. Ainsi, la tradition « Omugwo » veut que le premier bain de bébé soit donné par mamie. Souvent pratiquée dans certaines régions rurales, cette cérémonie doit rappeler à la mère qu’elle n’est pas seule à éduquer l’enfant.

TOP 4 : Joe Strummer & The Clash

Le 8 avril, le premier album du groupe mythique The Clash fêtera ses 40 ans. Sorti en 77, époque bénie des punks, il a fait des Anglais des musiciens emblématiques. Retour en 4 anecdotes sur son guitariste Joe Strummer.

GUITARE ADORÉE

Indissociable de sa guitare Fender Telecaster 66, Joe Strummer avait acheté son instrument en 1975 pour 120 livres. Malgré la tonne de propositions pour des grattes neuves, il a préféré celle-ci jusqu’au bout. Trop keupon.

PAUSE_ECRANS_TOP1

OUF LE SURNOM

Né John Graham Mellor en Turquie, le musicien a finalement opté pour un son surnom : Joe Strummer, soit Joe le gratteux. Bien plus classe que le nom de scène qu’il a failli choisir, Johnny Caramello. Oui, forcément, ça en jette moins…
PAUSE_ECRANS_TOP2

OH, LE FOU !

Joe Strummer a été arrêté plusieurs fois. Notamment pour avoir fracassé sa guitare sur la tête d’un spectateur. Mais aussi pour ivresse sur la voie publique et avoir volé des taies d’oreiller et une clé dans un hôtel. Moins rock’n’roll.
PAUSE_ECRANS_TOP3

CLASH CACHE

Après la dissolution du groupe et la traversée du désert, Joe Strummer s’exile en Espagne (qu’il adore), squatter incognito les bars. En 2013, une pétition de fans fera plier le maire de Grenade : une place à son nom y est inaugurée.
PAUSE_ECRANS_TOP4

Fronteras : clandestinité et homosexualité

Mikel Rueda aborde, avec ce Fronteras, l’immigration clandestine et l’homosexualité… chez les ados. Un film beau, tout simplement.

Il y a dans ce Fronteras une beauté assez étonnante. Un film d’une simplicité extrême, emballé avec la candeur des débuts. Car c’est le premier long-métrage que signe Mikel Rueda. Et de là découle sa force. Fronteras – qui aborde immigration et homosexualité – est certes un peu brouillon. Il souffre aussi, parfois, de son montage trop haché et de quelques maladresses ankylosant le récit. Mais cela n’enlève rien à son charme, à sa pureté.

Tout part de deux histoires. La première sur Ibra, un ado marocain en instance d’expulsion, car déclaré illégal sur le territoire espagnol. La seconde sur Rafa, adolescent lui-aussi, lambda au possible : il sort en boîte, joue à la console, fait du sport. Et puis, les deux récits vont se lier habilement. Vont se croiser, s’entrelacer, jusqu’à s’épouser. Car Ibra et Rafa vont devenir amis. Puis bien plus que ça. L’envie du premier baiser se fait ressentir. L’envie de se cacher aussi.

Parce que des deux côtés il y a pression. Pour Ibra, c’est comme s’il devait obligatoirement vendre de la came pour s’en sortir. Pour Rafa, c’est une bande d’amis qui insiste lourdement pour qu’il embrasse une fille. Mais l’un comme l’autre n’en ont pas envie. Ce sont des codes, des « normes », qu’ils refusent. Avec en toile de fond, le racisme et l’homophobie.
Et ça, Mikel Rueda le raconte avec finesse et grande sensibilité, renforcée par des nombreuses séquences improvisées. Une réussite bien évidemment aussi imputable aux performances extraordinaires des acteurs non-professionnels (le réalisateur souhaitait une certaine authenticité). Notamment les deux personnages principaux, campés par les éblouissants Germán Alcarazu et Adil Koukouh. En fin de compte, de Fronteras naît un cinéma politique et beau. Tout simplement.

Aurélien Germain

Drame/Romance (Espagne), de Mikel Rueda. Durée : 1 h 31. Avec Germán Alcarazu, Adil Koukouh…
NOTE : 3,5/5

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=2LfYs3J9wZU[/youtube]

Huet et Pardo : buenisimo !

Tours est aux couleurs du monde. Cette semaine, on visite l’Espagne avec le nouveau venu Huet et Pardo, installé rue Michelet !

Ambiance familiale dans ce nouveau resto de la rue Michelet. (Photos tmv)
Ambiance familiale dans ce nouveau resto de la rue Michelet.
(Photos tmv)

Tours est bien pourvue en petits bistrots, en brasseries, en restaurants asiatiques ou bars à vin, mais les adresses espagnoles ne courent pas vraiment les rues. Huet et Pardo vient combler ce petit manque avec une formule plutôt originale. Pas vraiment restaurant classique ni tout à fait bar à tapas, Huet et Pardo propose avant tout une spécialité de la péninsule ibérique : le chocolate con churros. Pour ceux qui n’ont jamais testé, c’est une sorte de chocolat chaud très épais qui sert à tremper des beignets (style chichi) au sucre. C’est à tomber. Servi tout l’après-midi, c’est le goûter gourmand assuré.

Mais Huet et Pardo sert aussi des assiettes de tapas le midi. C’est cela que nous sommes allés tester. Nous y sommes passés le deuxième jour d’ouverture. Huet et Pardo est un peu caché, au début de la rue Michelet (juste en face du gymnase Caméo). C’est Carmen qui nous reçoit. Jean-Philippe, son mari, est en cuisine. L’accueil est agréable, souriant, presque familial. On sent que le lieu commence tout juste et qu’il vit déjà, des amis du couple passent dire bonjour.
Enjouée, Carmen met tout de suite à l’aise. À la carte, pas de choix pour manger le midi : c’est un plat unique. On a à peine le temps de regarder autour de nous que l’assiette de tapas arrive déjà. C’est frais, bien présenté, simple. Les tapas typiques (l’empanada, par exemple, ou la tortilla) côtoient les créations de Jean-Louis (on citera les aubergines farcies). Une vraie cuisine familiale. La déco est dans la même veine. les meubles et la vaisselle ne sont pas clinquants mais choisis avec goût. Les murs blancs apportent encore plus de lumière et donnent l’impression d’être dans un lieu plus grand que dans la réalité. Huet et Pardo fait partie de ces adresses honnêtes, rapides et de qualité qui vous raviront le midi.

DANS L’ASSIETTE
LE PLAT
Comme vous pouvez le voir, on picore plein de bonnes choses chez Huet et Pardo. On a adoré l’empanada et les aubergines farcies à la viande (ce n’est pas forcément espagnol, mais délicieux quand même). La salade est fraîche, bien assaisonnée. Le chorizo est de bonne qualité. Un vrai aperçu de la cuisine ibérique.

L’ADDITION
Pour l’assiette de tapas, comptez 12 euros. Avec le dessert (on a pris des fraises au caramel balsamique, c’était frais et rafraîchissant), vous rajoutez environ 3 € à l’addition. Et si vous venez goûter, le chocolate con churros vous coûtera 3,50 €, en plus, jusqu’au 30 mai, la deuxième portion est offerte.

PRATIQUE
Huet et Pardo se situe au 30 rue Michelet. Résa au 02 47 61 96 82. Pour plus d’infos, leur Facebook.

L'avortement, "un droit fondamental"

A l’occasion du débat concernant l’avortement, nous avons interrogé Diane Roman, professeure de droit et spécialiste du sujet…

diane-romanEntretien avec Diane Roman, professeure des Universités en droit public. A travaillé sur le rapport remis par le Haut conseil à l’égalité sur l’accès à l’IVG et co-responsable du projet REGINE.

Dans son projet de loi pour l’égalité femmes-hommes, l’Assemblée nationale a voté la suppression de la notion de « détresse » pour l’avortement…
Un rapport en novembre mettait l’accent sur la nécessité de désigner l’IVG comme un droit. Le droit français ne reconnaît pas les droits reproductifs. Tout ce qui concerne la contraception, l’avortement, n’est pas considéré comme un droit fondamental de la femme. Dans le Code de santé publique, l’avortement n’est pas garanti comme droit des femmes. Dans la pratique, qui peut apprécier la « détresse » de la femme, si ce n’est la femme elle-même ?

Était-il temps de modifier cette notion ?
Très certainement. « Détresse » ne correspond pas à la mentalité de 2014. Il vaut mieux poser le principe d’un choix personnel. Là, on ne touche même pas à un tabou ! Notons d’ailleurs que ce n’est pas la première fois que l’on touche à la loi Veil.

Vous êtes spécialiste en droit à Tours : parlez-vous de ce débat avec vos étudiants ?
Bien sûr. Nous avons évoqué la question dans un cours de droit des libertés. C’est intéressant de les faire réfléchir sur le décalage entre un texte et une représentation sociale dominante.

On a pu voir des manifestations anti-IVG…
En France, il y aura toujours une opposition de certains. C’est leur droit ! Le problème, c’est quand certaines associations font des interventions musclées…

Y a-t-il quelque chose à changer ?
Il faudrait que le gouvernement soit plus en pointe, qu’on ait un article sur le droit reproductif, le droit à l’information. Ça coince au niveau de l’éducation.

Et concernant les autres pays ?
On a pu voir tout ce qu’il s’est passé en Espagne. Mais aux États-Unis aussi, rien n’est acquis ! Le débat s’est déplacé, ils insistent sur la protection de la femme, qu’elle se protège d’un choix qu’elle regretterait ! Quel recul !

Notre société est-elle en retard ?
On est dans la moyenne européenne pour le droit à l’avortement, les délais etc. Une grande majorité de gens est attachée à cette idée du droit des femmes à disposer de leur corps. Les récentes manifestations contre l’IVG restent marginales et galvanisées par le « mariage pour tous ».
Propos recueillis par Aurélien Germain