A Tours, Isabelle Dimier-Poisson développe un vaccin nasal contre le Covid

Isabelle Dimier-Poisson est enseignante-chercheuse à l’Université de Tours. Des recherches menées depuis vingt ans qui l’amènent aujourd’hui à développer un vaccin nasal contre le Covid-19.

Elle n’en revient toujours pas du tournant pris par sa carrière depuis la médiatisation récente de sa découverte : un vaccin nasal contre le Covid-19 qui empêcherait également sa transmission. Isabelle Dimier-Poisson semble à la fois heureuse et « fière pour son équipe et ses étudiants » mais aussi surprise et un peu gênée de tirer la couverture.

Celle qui a commencé son parcours il y a vingt ans à l’Université de Tours, spécialisée dans l’immunité des muqueuses, dirige une équipe de recherche BioMAP (BioMédicaments AntiParasitaires) labellisée Inrae, à la faculté de pharmacie, sur le site Grandmont. Elle voit aujourd’hui porter les fruits de ses recherches, ce qui l’enchante.

« Pour un chercheur, il y a généralement de la frustration. Vous avez souvent des résultats, vous les publiez dans des revues prestigieuses, vous pouvez obtenir des brevets, mais il reste la frustration de ne pas aller plus loin et de mettre en place le développement, surtout pour des recherches appliquées comme la nôtre. »

Isabelle Dimier-Poisson a commencé par mettre au point un vaccin nasal pour les animaux, utilisé depuis quatre ans dans une dizaine de zoos en France. Aucune mortalité parmi les animaux vaccinés n’a été constatée à ce jour. « Sur cette base, nous sommes partis sur le Sars Covid- 19, en répondant à un appel à projets. La conception est la même mais on est repartis de zéro pour l’étudier. »

Avec son équipe d’une dizaine de chercheurs travaillant sur le projet, elle a ainsi conçu un candidat-vaccin nasal unique à base de protéines. Les fonds sont levés, notamment grâce à une entreprise locale, Recipharm. Isabelle Dimier-Poisson insiste sur ce point. « Notre vaccin sera 100 % français. »

Pour elle, il n’arrive pas trop tard. Au contraire. « Le vaccin fonctionnera comme un rappel annuel et il a une logistique simple d’utilisation, facilement conservable. Et surtout, il ambitionne d’être utilisé par tous dont les pays émergents. »

Depuis sa découverte qui attend d’être validée, Isabelle Dimier-Poisson mène une vie intense. Elle n’en oublie pas moins l’autre facette de son métier : l’enseignement. « J’adore enseigner, les relations avec nos étudiants sont fortes, régulières, ils nous remettent en place, en fait ce sont eux les futurs chercheurs ! ».

Gaie, souriante et accessible, Isabelle Dimier-Poisson se révèle une chef d’équipe inspirante et motivante. Avec toujours « l’envie d’aller plus loin ». Une nouvelle mission de sa vie de chercheuse s’ouvre à elle : codirigeante d’une start-up chargée de lever des fonds pour la future commercialisation de son vaccin.

Textes et photos : Aurélie Dunouau

Indre-et-Loire : 5 centres de vaccination dès le 18 janvier pour les plus de 75 ans

La préfète d’Indre-et-Loire, Marie Lajus, a annoncé l’ouverture de cinq centres de vaccination pour les personnes âgées de 75 ans et plus. Début de la campagne le lundi 18 janvier.

Entre 2 000 et 3 000 doses de vaccin pourront être administrées chaque semaine. (Photo NR – Patrick Lavaud)

La campagne de vaccination pour les personnes âgées de 75 ans et plus va débuter à partir de ce lundi 18 janvier. Cinq centres dans le département vont ouvrir à cette occasion. C’est ce qu’a annoncé la Préfète Marie Lajus, lors d’une conférence de presse mercredi soir.

« Cela se fera sur prise de rendez-vous uniquement », ont indiqué les services préfectoraux. Ces centres seront situés à Tours, Joué-lès-Tours, Chinon, Amboise et Neuillé-Pont-Pierre. Un sixième à Loches pourrait ouvrir un peu plus tard, le 25 janvier.

Les lieux en détail

Voici où se trouveront précisément ces cinq centres :

> Aux Halles de Tours

> A la Maison des associations du Clos Neuf à Joué-lès-Tours

> Salle des fêtes du théâtre d’Amboise

> Salle Descartes adossée au CHU de Chinon

> Centre médical du SDIS à Neuillé-Pont-Pierre

Le pilotage sera assuré par la Préfecture, les mairies et les Communautés professionnelles territoriales de santé. Il devrait y avoir entre 2 000 et 3 000 doses de vaccin par semaine, dont la logistique sera gérée par le CHU de Tours.

La vaccination se fera du lundi au samedi. Pour prendre rendez-vous (on le rappelle, obligatoire), il faudra se connecter sur une plateforme en ligne sur Internet ou en appelant un numéro vert (celui-ci sera communiqué vendredi normalement).

Covid et vaccins : le CHRU de Tours recherche des volontaires pour les essais cliniques

Le 1er octobre, l’Inserm a lancé une plateforme nationale sur laquelle le public peut s’inscrire pour tester prochainement les vaccins contre le Covid. Le CHRU de Tours fait partie des centres mobilisés.

(Photo archives NR)

Les faits

Elle s’appelle covireivac.fr et vient d’être lancée il y a à peine quelques jours. Cette plateforme nationale a été créée par l’Inserm qui recherche 25 000 Français qui feront potentiellement partie des premiers vaccinés pour des essais cliniques contre la Covid-19. Et le CHRU de Tours fait partie des centres qui participeront à cette expérimentation, via le service de médecine interne – maladies infectieuses et le Centre d’investigation clinique.

C’est dans ce dernier « que seront menées les études cliniques sur la base d’un recrutement régional de volontaires, précise l’hôpital tourangeau. Ce qui permettra le recrutement régional de volontaires sains dans des études cliniques sur des vaccins. »

Les volontaires se verront donc injecter une dose du candidat vaccin ou de son placebo. Un suivi très serré sera mené.

Le contexte

Alors que l’épidémie repart de plus belle, la recherche d’un vaccin est devenue une véritable course contre la montre. Près de 200 sont en développement dans le monde, dont une quarantaine au stade d’essai clinique.

Les personnes d’Indre-et-Loire étant intéressées par ces essais vaccinaux peuvent se rendre sur la plateforme Covireivac, afin de s’inscrire. Il faut avoir plus de 18 ans, ne pas avoir de facteurs de comorbidité ou de pathologies associées et remplir un premier questionnaire de santé.

« Le volontaire sera ensuite contacté en fonction des besoins des différents protocoles de recherche. Il pourra alors confirmer son accord pour participer à l’essai spécifique pour lequel il aura été appelé ou bien choisir d’y renoncer. Il est également possible qu’il ne soit jamais appelé », tient toutefois à préciser le CHU de Tours.

Les enjeux

« Les premières études sont attendues à Tours fin 2020, début 2021. La sélection du CHRU de Tours dans la plateforme Covireivac est une nouvelle illustration de l’implication de la communauté hospitalo-universitaire tourangelle » dans la recherche sur le Covid-19, indique-t-on du côté du CHU. Il s’est engagé pour trois essais pouvant inclure chacun 140 volontaires.
A.G.

> Infos sur cic-tours.fr/ et covireivac.fr