Vanne : chic Corée

On a testé le meilleur restaurant coréen de Tours. Si, si…

RESTO_PAP_OUVERTURE

Six ans que cette adresse de la rue Courteline s’échange jalousement entre inconditionnels. Vous le saviez, vous, que le meilleur restaurant coréen de Tours se situait ici ? On a voulu en avoir le cœur net. Alors, direction cette petite rue un peu cachée elle aussi. Une façade vitrée, ce qu’il y a de plus banal. Une fois la porte poussée, le restaurant offre un tout petit espace. Pas plus de 20 places. Déco sommaire mais de bon goût. Des tenues coréennes traditionnelles sont accrochées au mur. Pas de kitscherie, juste quelques cadres accrochés ça et là.

Au fond, un petit comptoir à peine visible. La salle est déjà à moitié remplie ce midi. Une famille rentre en même temps que nous, mais sans réservation. Dommage. On se félicite d’avoir s’il réservé. Kim Rah, la propriétaire de Vanne accueille les convives avec beaucoup de délicatesse. La carte est simple. Quelques entrées, sept plats, pas besoin de numéro pour s’y retrouver, une bonne nouvelle qui pourrait annoncer des produits frais. Une fois notre choix établi, on demande de notre plus bel accent français des « Goune- mane-dou » en entrée (des raviolis) suivis d’un « Bibim-bap vous plaît ». La serveuse sourit gentiment devant notre tentative, sans se permettre de nous reprendre.

Les plats arrivent relativement vite, sachant que le restaurant s’est encore rempli. Une fois sur la table, c’est la révélation : Vanne n’usurpe pas sa réputation. C’est frais, les saveurs des légumes et de la viande s’accordent parfaitement. Sur le côté, la serveuse dispose un petit plat avec des racines de lotus caramélisées (très doux), du chou épicé et du concombre doux-amer. Un accompagnement qui ajoute à la qualité du plat qui   s’illustre par son équilibre entre les goûts. Verdict : Vanne n’a pas d’équivalent à Tours. Et en Corée ?

 

DANS L’ASSIETTE 

RESTO_BV_PLAT

UN PLAT 
Alors ça, c’est le Bibim-Bap. Vous avez du riz au fond, des légumes revenus (notamment des épinards) et des morceaux   de porc. Il faut verser une sauce à base de soja dessus, remuer avec les baguettes et s’empiffrer   tellement c’est délicieux. Oubliez   la cuisine asiatique qui n’a que le goût de la sauce soja. C’est frais, superbement assaisonné (on a pris la version sans piment)   et la portion adéquate aux gros appétits.
L’ADDITION 
Comptez 15 euros pour un menu le midi avec une entrée et un plat. Le soir, c’est un peu plus cher mais ça ne dépasse pas les 25 €.   Pour un plat unique, c’est 14 €.
PRATIQUE
Vanne se situe au 26 rue Georges-Courteline. Réservations au 09 65 10 88 81 (on vous le conseille vivement). Fermé le dimanche et lundi. Sinon c’est ouvert de 12 h à 14 h et de 19 h à 22 h.

Mauvais Genre : carnet de bord (jour 3)

Allez, ça continue ! Troisième jour de festival pour Mauvais Genre. Au programme, un drame coréen, une pépite irlandaise, et une « chose » très étonnante.

Vendredi 3 avril : drame, amitié brutale et trip en Enfer

Exit le CGR. Désormais, le restant du festival Mauvais Genre se fera au Petit Faucheux. Fidèle au poste, la salle située à quelques pas des Halles accueille dès 17 h les spectateurs qui n’ont pas encore eu assez après la Nuit interdite (compte-rendu ici).

Mauvais Genre
Park Suk-Young (à gauche). Photo tmv

>On fera l’impasse sur un problème technique (on commence à s’habituer, et de toute façon, personne ne râle. Bon bougre, le festivalier !) pour se mettre dans le vif du sujet avec Wild Flowers. Un drame sud-coréen (en compétition), signé Park Suk-Young, sorte de chronique sur le quotidien de trois adolescentes errant dans les rues de Séoul. Le réalisateur montre ainsi une jeunesse désœuvrée, pointe du doigt les problèmes de son pays (la prostitution), dessine une violence clinique, qui met parfois mal à l’aise (cette scène d’un muet que l’on baffe… dur !). Si le début du film est prenant, il perd complètement pied dans un deuxième acte peu habile et qui patine. La caméra, énergique, tremblante, n’aide pas à la lisibilité et à garder l’attention. En revanche, Park Suk-Young a le mérite de proposer un cinéma différent, original, loin des habituels films coréens ultra-léchés. Par ailleurs, l’homme avait fait le déplacement à Tours pour présenter son film (une première française).

Mauvais Genre
Emma Eliza Regan et Patrick Ryan (Photo tmv)

>C’est bien beau de se goinfrer de film, il faut aussi remplir sa panse (et je ne dis pas par là qu’on est gros, hein). Les différents jurys, l’équipe du festival, ainsi que certains réalisateurs et acteurs se retrouvent dans une arrière-salle du Petit Faucheux. On mange, on boit, on déconne, ça parle cinéma : Nicolas Martin, de France Culture, compare le film de la veille, Backcountry (mais si, l’ours tueur, suivez un peu), à « une purge ». Simon Riaux, d’Ecran large, est enfin arrivé et a la patate (d’ailleurs, il en mange à la pelle. Allez, on balance).
Les bénévoles, qui préparent les plats et servent les verres, sont d’une gentillesse sans pareille. Merci à elles. Mais bon, assez causé bouffe, retournons poser nos jolies fesses sur les sièges rouges.

>Ce coup-ci, c’est Darkness on the edge of town (en compétition), de l’Irlandais Patrick Ryan qui est d’ailleurs venu avec l’actrice principale, la magnifique Emma Eliza Regan. Présentation du film et projecteur en route : et là, c’est la claque. Une véritable baffe. Mise en scène sublime, actrices phénoménales (Emma Eliza Regan est terrifiante, Emma Willis subjugue…), beauté visuelle…
L’histoire de Cleo, une passionnée de tir à la carabine, voulant venger la mort de sa sœur. A ses côtés, sa meilleure amie. A travers un pitch simpliste, Patrick Ryan accouche d’un thriller époustouflant, lorgnant vers le western urbain, d’une noirceur et d’une violence froide et sèche incroyable. Au-delà du « revenge movie », c’est aussi une plongée dans la spirale infernale d’une amitié perverse.
Croisé après la séance, le réalisateur Patrick Ryan se marre quand je lui demande si le titre de son film a un rapport avec la chanson du même nom de Bruce Springsteen. « Non, non, même pas ! Pourtant j’ai essayé d’obtenir les droits pour sa chanson sur le film mais… il était un peu cher pour moi (rires). » Effectivement, l’homme nous raconte avoir dû travailler avec « un budget d’à peine 18 000 €. Soit… vraiment pas beaucoup ! » Chapeau.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=I2k1lxI5ElM#t=18[/youtube]

>On finit avec Hellmouth (hors compét’). Douze heures après le visionnage, je ne sais toujours pas si j’ai adoré ou détesté. Pelloche signée John Geddes (Canada), Hellmouth est une pépite visuelle : emballée, dès le début, dans un style proche de Sin City, sublimé par un noir et blanc de toute beauté… Puis qui part ensuite en vrille. Une sorte de trip sous LSD complètement fou, blindé de références (de Tim Burton aux légendes sur le Diable) : on suit Charlie Baker, fossoyeur, atteint d’un mal incurable, qui effectuera une sorte de voyage à travers les entrailles de l’Enfer. En scène, Stephen McHattie et son visage creusé (vous l’avez vu dans 300 ou Watchmen), jouant un personnage tout aussi perdu que le spectateur. Enfin, moi, pour le coup.
Déroutant. Je… Euh, bah je sais pas. Ouais, ça ne vous arrange pas, je le concède.

 

 

Festival du cinéma asiatique : 15e édition à Tours

C’est la 15e édition de cet événement tourangeau. Pour l’occasion, on a pensé à 15 films asiatiques qui ont marqué l’histoire du cinéma.

old-boy-4
Les sept Samouraïs
d’Akira Kurosawa (Japon), parce que c’est un des premiers grands films à donner ses lettres de noblesse internationales au cinéma asiatique.
In the Mood for Love de Wong Kar-Wai (Hong-Kong), parce qu’il parle d’amour comme personne (On aurait pu citer The Grandmaster ou 2046, mais il fallait choisir).
Shaolin Soccer de Stephen Chow (Hong-Kong), parce que mélanger foot et moines shaolin, c’est canon.
Princesse Mononoké de Hayao Miyazaki (Japon), parce qu’il a permis aux adultes d’aller voir des dessins animés sans forcément emmener leurs enfants.
I Wish de Hirokazu Koreeda (Japon), un des derniers films de ce réalisateur très concerné par l’enfance. Une ode magnifique à l’innocence (on aurait pu encore mettre Tel Père, tel fils).
Adieu ma concubine de Chen Kaige (Chine), même s’il est long et très lent… qu’est-ce que c’est beau !
Tigres et dragons d’Ang Lee (Taïwan), car oui, c’est possible de faire un film d’art martial très intelligent et populaire.
L’Empire des sens de Nagisa Oshima (Japon), parce qu’il pousse l’érotisme et la sexualité à leur paroxysme.
Battle Royale de Takeshi Kitano (Japon), un exemple de violence contenue, chère à ce réalisateur fantastique.
Old boy de Park Chanwook (Corée du Sud), la vengeance n’a jamais été aussi bien mise en scène.
Une balle dans la tête de John Woo (Chine), non, les polars d’une telle intensité ne sont pas réservés aux réalisateurs américains.
The Host de Bong Joon-ho (Corée du Sud), une des œuvres majeures du cinéma de genre.
A touch of sin de Jia Zhang Ke (Chine), prix du scénario de Cannes 2013, un bijou.
Tropical malady d’Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande), ce n’est pas parce que le nom de ce réalisateur est imprononçable qu’il n’est pas hyper talentueux.
La Rivière de Tsai Ming Lang (Taïwan), un des films cultes d’un maître du cinéma taïwanais.
Benoît Renaudin
ÉVÉNEMENT
LE FESTIVAL
Cette année, la programmation du Festival International de cinéma asiatique de Tours (FICAT) est conséquente. Entre les projections de films aux Studio, en compétition (Un été à Quchi, Song of silence…) ou pas (With Mom, Real, Détective Dee 2…)? vous avez le choix parmi une bonne douzaine de films. Il y en a même pour les plus petits, avec des courts métrages d’animés (Les Petits canards de papier).
MAIS PAS QUE…
Le FICAT s’est entouré de plusieurs partenaires, qui proposent aussi de faire des activités en dehors du cinéma des Studio. Il y a par exemple un atelier d’origamis et des tables de lecture sur l’histoire du Japon à travers les mangas, au Nyanko café (Rue de Jérusalem). Ou encore, une projection de courts métrages à 20 h 30, le 26 mars, à l’Instant café (rue Bernard-Palissy). Mais aussi une rencontre avec la réalisatrice Momoko Seto et une projection de son documentaire à l’Espace Parfum culture (rue Blaise-Pascal).
√ PRATIQUE
Le festival se déroule jusqu’au 26 mars.
→ Pour voir tout le programme et les tarifs, allez jeter un coup d’œil à cineasia37.wordpress.com