Les nouveaux coiffeurs : encore une petite coupe ?

Du salon cosy au coeur de Tours au rendez-vous express en galeries commerciales, en passant par l’intervention à domicile de votre coiffeuse préférée, se faire (bien) couper les cheveux n’a jamais été aussi facile.

Nelly Dubost a toujours voulu être coiffeuse. « J’aime rendre les gens beaux », nous glisse la propriétaire du salon franchisé Carpy, du centre commercial des Atlantes. Formée à la coiffure à l’âge de 14 ans, selon le cursus classique CAP + BP (brevet professionnel permettant d’ouvrir un salon et d’encadrer une équipe), elle a pendant sept ans managé un ensemble de 17 salons dans toute la France avant de se poser dans la galerie commerciale attenante à l’hypermarché Carrefour en 2015.

« Je ne regrette pas ; c’est la meilleure galerie de la région en nombre de visiteurs. On a une clientèle variée, certes de plus en plus exigeante, mais comme j’adore le relationnel et la coiffure, je suis en plein dans mon élément. »

Dur dur de trouver du personnel

Deux autres coiffeurs cohabitent au centre commercial : les franchisés Fabio Salsa et Franck Provost. Comme pour toutes les autres enseignes mixtes, la clientèle se compose d’un quart d’hommes pour trois quarts de femmes. En ce qui concerne les tarifs, on est ici à 25 euros pour les garçons et 38 euros pour les filles, en moyenne.

Se définissant comme coiffeur visagiste-coloriste, Nelly Dubost travaille avec Aziza, Sandra, Clarisse et Khasa. Et pour elle, le seul bémol tient (comme pour beaucoup d’autres patrons coiffeurs) dans la difficulté à trouver du personnel. « Notre plage d’ouverture va de 9 h 30 à 20 h 30, on travaille le samedi et pas de vacances à Noël. Si l’on ajoute la station debout, cet ensemble d’éléments semble rebuter les jeunes. On a un vrai problème. »

Thomas Petitcollin, actuel gérant et futur propriétaire d’un des cinq salons Joël Sicard (« Les inédits »), 72 bis avenue de Grammont, porte le même diagnostic. Vice-président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC) sur le département, il a fait ses armes aux côtés de Brigitte et Joël Sicard, et à 30 ans, il manage, coiffe, forme en CFA et conseille les professionnels.

Le secteur de la barbe

Également barbier, c’est lui qui, au virage des années 2010-2012, a convaincu ses propriétaires de se lancer dans ce nouveau business. Aujourd’hui, il forme son personnel afin de développer le secteur de la barbe. Car, vous l’ignorez peut-être mais, selon tous les coiffeurs rencontrés, trois hommes sur quatre portent aujourd’hui barbe, bouc ou moustache. Un véritable marché.

Manager des salons Authentic Men de Tours (Place de Châteauneuf, rue Charles-Gilles, rue de la Scellerie + deux salons à Chambray et Saint- Cyr), Steeven Laffont Delchet se passionne pour la barbe. Il aurait pu percer dans le monde du foot, évoluant il y a cinq ans en Nationale 3 en Bretagne, mais depuis deux ans et alors qu’il a seulement 24 ans, il impressionne. « Tailler une barbe, réaliser une coupe de cheveux en rapport, j’adore. Le contact manuel à travers le rasoir, la tondeuse, les ciseaux est unique. »

Pour le client, le passage chez Authentic Men revient à 25 euros pour la coupe de cheveux et 21 euros pour la barbe. « Nous ne pouvons pas faire de tarification groupée, et le calcul d’une prestation se fait selon le critère 1 minute = 1 euro. Même si la tendance hipsters s’est calmée ces deux dernières années, l’avenir des barbiers s’annonce prometteur », insiste-t-il.

Thierry Mathiot

Péages : les (trop) chères autoroutes de Touraine

Les liaisons autoroutières Tours-Nancy et Tours-Rouen ont connu une flambée des prix.

Outch ! Visiblement, pour prendre l’autoroute en Touraine, il faut sortir un gros… porte-monnaie ! D’après le journal Le Parisien-Aujourd’hui en France, la liaison Tours-Rouen est celle qui a le plus augmenté dans la décennie.

Entre 2011 et 2018, le péage sur ce trajet a connu une hausse de tarif de 34%. Soit un prix de passage à 37 € au lieu de 27,60 € il y a quelques années. Une augmentation faramineuse, surtout lorsqu’on la compare avec la hausse moyenne nationale qui est de… 9,5 %.

L’autre point qui pique ? Le trajet Tours-Nancy, facturé 55,80 €, soit 10 € de plus qu’en 2011. Ce tronçon d’autoroute, long de 550 km, a connu une augmentation de 16,98 % : s’il fallait débourser 47,70 € en 2011, il vous en coûte désormais 55,80 €.

Le gouvernement a indiqué qu’une nouvelle hausse (entre 1 et 1,5%) du prix des péages aurait lieu le 1er février prochain.

NB : Chaque année, les sociétés d’autoroutes justifient la hausse du prix des péages par l’inflation, les travaux et les redevances de l’État.

Ludothèque pour tous : paradis des jeux

#VisMaVille Myriam Schoenn, avec l’aide d’une dizaine de bénévoles, gère la ludothèque pour tous du quartier Mirabeau. Un lieu magique où près de 80 familles empruntent jeux, jouets et déguisements.

La ludothèque pour tous de l’îlot Mirabeau a fait peau neuve. Lorsque l’on pousse la porte du 15 de la rue Gutenberg, une petite odeur de peinture fraîche indique le chemin à suivre pour s’y rendre. À travers les couloirs, on entend les éclats de rire des mômes. Ici on s’amuse.

Une dizaine de mètres, à gauche, après le hall d’entrée, place aux Jeux ! D’emblée, c’est un chêne et un grand sourire qui nous accueillent. Myriam Schoenn, 72 ans, rayonne dans cet univers. 1 200 jeux, jouets ou déguisements sont exposés aux regards des enfants et de leurs parents dans les deux grandes pièces de l’association.

Deux jeunes bénévoles sont également là : Norah, étudiante saoudienne venue à Tours pour perfectionner son français et Angélique, déjà ancienne. Mais au fait, qu’est-ce qui a bien pu conduire Myriam à participer à la création de cette ludothèque, il y a près de quinze ans ? La passion des jeux et des jouets ? Tout faux.

« Cela peut surprendre, mais je n’étais pas une grande spécialiste des jeux, lâche-t-elle. Non, vraiment, c’est le projet global qui m’a intéressée. Créer un lieu de rencontres et de partage en m’appuyant sur mes qualités de gestionnaire et ma passion pour le bénévolat. On a fait une tentative un samedi au jardin Mirabeau en s’appuyant sur le bouche à oreille et cela a tout de suite pris. »

Les mêmes services que dans une médiathèque

Avec l’aide d’Agnès et de l’association Culture et Bibliothèque pour Tous (CBPT), la ludothèque a donc vu le jour. L’affaire de sa vie, aujourd’hui. Presque trois fois par semaine (mardi, mercredi et un samedi matin par mois), Myriam pousse la porte de la ludothèque. Mais de chez elle, à Saint-Cyr, elle garde aussi un œil sur la gestion de la structure, via un logiciel de prêts. « Nous offrons tous les services que l’on peut retrouver dans une médiathèque, par exemple, avec le suivi, la réservation, les retards… Nous avons une mission d’accueil, de conseil, d’écoute aussi. »

Entourée d’une dizaine de bénévoles qui se relaient pour réceptionner les retours de prêts, vérifier qu’il ne manque rien, s’assurer qu’ils sont en bon état, Myriam est bienveillante avec tous. Mais dès que la conversation s’enclenche, on perçoit très vite la femme d’affaires qu’elle a été, la créatrice d’entreprise aussi. Vive dans ses réponses, mais toujours très à l’écoute, elle s’intéresse d’abord à vous. « C’est toute la richesse de sa personnalité », glisse Angélique.

Quand un jeu revient incomplet ou abîmé, la règle est simple : en cas de retard, une amende est demandée et si le jeu est détérioré, il devra être remplacé ou un dédommagement devra être versé. L’argent perçu lors du prêt (1,20 euro par jeu en moyenne) est vite réinvesti. « Dès qu’on a 20 euros, on achète un nouveau jeu, insiste Myriam. On n’est pas là pour faire du profit. On s’approvisionne auprès des magasins de jeu et aussi via Internet, bien sûr. »

Texte & photos : Thierry Mathiot

La Bulle Gourmande : salon de thé et resto végétarien

C’est la bonne adresse pour les vegans, végétariens et adeptes du sans-gluten. Récemment installée rue Victor-Hugo, La Bulle Gourmande a déjà ses clients réguliers. On a testé.

Ami(e)s vegans, végétariens et amoureux/ses du sans-gluten, cette chronique est pour vous ! Bon, on vous rassure… les autres peuvent aussi rester. Car ils pourraient bien avoir une surprise (c’est ce qui nous est arrivé) avec La Bulle Gourmande.

Bienvenue donc dans un agréable petit restaurant-salon de thé qui a voulu jouer la carte du 100 % végétal, du bio et du local. Ici, la fine équipe a voulu rester au maximum dans l’idée d’un commerce éthique et éco-responsable.

Ouvert le 12 septembre dernier par Fanny (l’ancienne responsable d’Histoires de Tartes à Joué-lès- Tours), La Bulle Gourmande possède une salle au rez de chaussée, une autre – plus cocooning – à l’étage du dessous. En haut, c’est lumineux comme il faut, doté de teintes blanches et d’une déco épurée rehaussée de quelques plantes. En bas, on reste dans le cosy, mais plus intimiste pour la partie salon de thé.

La carte est modifiée quasiment tous les deux jours maximum. Un bon point qui permet de varier les plaisirs et ne pas tourner en rond. Ce jeudi-là, accueillis et servis avec le sourire et l’amabilité de Justine, on avait le choix de la quiche aux aubergines, courgettes, poivrons et salade de légumes.

Mais on a plutôt opté pour le riz crémeux qui nous faisait de l’oeil. Et qui a tenu toutes ses promesses ! Un plat agrémenté de champignons, de tofu et de pignons de pin et aromates qui satisfera également les « carnistes » (oui, oui, il faut être ouvert d’esprit). C’est doux en bouche, agréable au palais et bien sûr sain pour notre petit corps.

La Bulle Gourmande a également à cœur de travailler avec de vrais produits locaux et bio. Même jusqu’au choix des boissons. Près de 80 % de la carte est également sans-gluten : un choix salutaire, vu l’offre assez pauvre à ce niveau à Tours.

Verdict : La Bulle Gourmande devrait apparaître comme une bonne adresse pour les végétariens, vegans… mais aussi les curieux qui découvriront ici une autre philosophie du manger-sain.

A.G.


 > La Bulle Gourmande. Au 19 rue Victor-Hugo à Tours. Une petite rue dans les environs de la place Jean-Jaurès et de l’Hôtel de ville. Contact : 06 31 48 17 33 ou sur Facebook

> Tarifs : 9,50 € le plat seul. Formule midi à 12,50 € (plat + dessert). Dessert seul à 4 €. 

> Ouvert toute la semaine jusqu’à 18 h 30, sauf mercredi et dimanche. 

 

Prix du roman tmv : et le gagnant est…

Le sixième prix du roman tmv a été décerné à Manuel Benguigui, pour Un bon rabbin, paru au Mercure de France. Le discours, de Fabrice Caro (Gallimard) obtient un Prix spécial du jury, auquel participaient trois de nos lecteurs.

Un conte moral, pas très moral, un concentré d’humour un peu noir quand même, une écriture au cordeau et un sens du non-conformisme qui fait plaisir à lire.

Voilà, résumé à gros traits, ce qui a fait la différence lors de la délibération de remise du sixième prix du roman tmv, dans un salon ouaté de l’Hôtel de l’Univers, mercredi 5 juin, à l’heure du déjeuner.

Un bon rabbin, troisième roman de Manuel Benguigui plonge le lecteur dans le quotidien d’une groupusculaire communauté juive qui fréquente avec une assiduité absolue, une pauvre synagogue menacée de délabrement.
Chlomo, le rabbin respecté, veille sur ce petit monde avec une bienveillance apaisée. Jusqu’au jour où un Jacob dont on ignore tout, vient lui demander les clés du lieu de culte pour pouvoir venir prier dans la solitude des premières heures du jour.
Intrigué, l’homme de foi finit par accepter. Venir en aide à cette âme perdue entraînera le rabbin loin, très loin des rivages de la morale commune.

Bref et dense, sous ses airs de ne pas y toucher, le nouveau Prix du roman tmv est de ces textes qui s’impriment dans l’esprit du lecteur. Il est truffé de références taquines et de clins d’oeil malicieux. Une très belle découverte.

Sans oublier…

Egalement très apprécié du jury, Le discours, de Fabrice Caro, que l’on connaît surtout pour la bande-dessinée Zaï, zaï, zaï, zaï, est distingué d’un prix Spécial. Du point de départ, le personnage principal est sollicité par son futur beau-frère pour prononcer un discours lors du mariage de sa sœur, l’auteur tire une suite de scénettes très drôles.
Il passe en revue les turpitudes de l’amour, les souvenirs d’enfance et les relations familiales souvent compliquées.

⇒RENDEZ-VOUS
Manuel Benguigui viendra recevoir le Prix du roman tmv le mercredi 19 juin, à 10 h 30, à la librairie La Boîte à Livres. Il rencontrera les membres du jury et tous les lecteurs de tmv.
On vous attend !

Le Riad, saveur du Maroc

A deux pas de la gare, sur la méconnue place des Aumônes, le Riad propose ses saveurs du Maroc. Au menu ; couscous, tajine et brochettes. On a goûté.

L’Îlot Vinci, vous connaissez ? Mais si, cet espace coincé entre la rue Blaise-Pascal et la station Gare SNCF ? Là où une palissade Loire à vélo occupe les passagers attendant le tram.
Bref, un secteur qui mériterait de vivre mais qui reste à l’abandon depuis des années.

Par chance, un établissement y a trouvé refuge, place des Aumônes, à deux pas du cinéma CGR Centre. Bienvenue au Riad – ouvert il y a 5 mois – et que l’on a testé pour s’offrir une petite escapade marocaine.

Ce jour-là, midi pile (oui, on avait très faim), le soleil tape déjà fort et on glisse les pieds sous la table, bien installés en terrasse. Tout sourire, le sympathique gérant nous accueille.
« Au menu aujourd’hui, c’est couscous, tajine de poulet et citron, ou bien sûr l’ensemble de brochettes », nous dit-on.
Carte minimaliste ? Tant mieux. En route pour le couscous ! Quand il arrive, le fumet du plat nous titille les narines.

Une fois dans l’estomac, on le dit : c’est du traditionnel comme on aime (pas mal de pois chiche, légumes bien aromatisés, viande tendre…), exécuté comme il faut.
On a également trouvé le rapport qualité/prix plus que correct : 10 € l’assiette pour une portion généreuse.

Le Riad, même si sa devanture ne paie pas de mine et que l’endroit n’est pas des plus fréquentés, fait donc office d’adresse conviviale et plaisante pour qui a envie de goûter à la cuisine marocaine. Il ne nous reste plus qu’à tester leur thé à la menthe et les petites pâtisseries qui nous faisaient de l’oeil…


> Le Riad, au 4 place des Aumônes à Tours. Ouvert midi et soir du jeudi au samedi et juste le midi les autres jours. Fermé le dimanche. Contact : 09 86 66 11 76 ou Le Riad Tours sur Facebook.
> Tarifs : 10 € le couscous ; 10 € les brochettes et 9,50 € le tajine. Pas d’alcool.
> Sur place ou à emporter.

La cuisine pour 100 potes, à la sauce Aucard

Aucard de Tours, outre la musique, c’est aussi et surtout une équipe de bénévoles qui oeuvre… même en cuisine ! D’où la sortie de leur livre « Popote ‘N’ Roll, la cuisine pour 100 potes », à acheter sur le site du festival cette année.

A Aucard, le show se fait aussi dans les casseroles. Une quinzaine de bénévoles s’activent durant une semaine, de 9 h à minuit, pour nourrir les musiciens, les techniciens, les chanteurs et toute l’équipe du festival.

« On prépare 100 repas tous les midi, 250 le soir et tout est fait maison, y compris la chantilly », explique Cécile, aux fourneaux d’Aucard depuis 1995.

Mais comment font-ils ?! « Beaucoup d’organisation et des recettes testées et éprouvées par les bénévoles avant le festival », sourit Céline.
Soupe de petits pois à la menthe, gâteau à la betterave ou cheese cake salé : l’équipe des « toqués d’Aucard » a la bonne idée de partager cette année quarante de ces recettes dans un livre collectif, La Cuisine pour 100 potes.

100 % conçues par l’équipe, toutes ces recettes peuvent être multipliées ou divisées par deux pour des cousinades, des fêtes d’été ou des mariages. Et bien sûr, le livre intègre une play liste spéciale Aucard, à écouter en cuisinant !


> Popote ‘N’ Roll, La Cuisine pour 100 potes, 12 €, en vente sur le festival Aucard

 

Le Re-Tours : place à la brasserie de quartier

A quelques pas de la place Jean-Jaurès, on a fait un petit tour au Re-Tours, une véritable brasserie de quartier comme on les aime.

RESTO_RE_TOURS_2

Blotti juste derrière la place Jean Jaurès, on trouve encore une vraie brasserie de quartier. Dans la salle, des ouvriers du bâtiment se mélangent aux comptables et aux médecins.

Ici, le taux d’habitués doit frôler les 99 %. La patronne tutoie la moitié des clients, certains posent gentiment leur assiette vide sur le comptoir avant d’aller chercher leur dessert : de grandes tartes sont posées sur un petit buffet.

RESTO_RE_TOURSMonsieur est en cuisine et Madame est en salle, quarante-six couverts qu’elle gère de main de maître. La carte est certainement la plus courte de la ville. Quatre plats à l’ardoise, deux vins au verre, un cheverny et un chinon, une farandole de desserts au choix : c’est la formule choisie par Alexandra et Franck Nivaud, installés au coin de la rue Victor-Hugo et de la rue George- Sand depuis deux ans, une nouvelle brasserie nommée avec humour Le Re-Tours.

Ce vendredi, c’est bavette grillée, veau marengo, pieds de porc farcis ou filet de merlu. Va pour les pieds de porc farcis, ce n’est pas tous les jours qu’on en croise. Accompagnés de petites pommes grenaille et d’une sauce au sainte-maure, ils nous convainquent.
On cale pour le dessert mais professionnalisme oblige, il faut goûter. Ce sera une part de tarte poire-chocolat.

Manger une viande ou un poisson en une heure chrono, pour moins de 10 €, dans une ambiance familiale place Jean-Jaurès, on pensait que ce n’était plus possible. On repart le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir trouvé un dodo.

> Le Re-Tours, 12 rue George-Sand. Ouvert de 9 h à 18 h 30, du lundi au vendredi. Plat du jour : 9 €, formule plat + dessert 11,50 €.
> Contact : 02 47 61 48 07

Le Pressé : plaisir des sandwiches chauds

Il s’est installé il y a peu dans le Vieux Tours. On a fait un tour au Pressé, rue du Change, pour tester ses sandwiches chauds.

PAUSE_RESTO
Notre « Mat » que l’on a goûté avec appétit. (Photo tmv)

« Je ne veux pas devenir millionnaire avec mon enseigne. Je veux juste faire plaisir aux gens avec mes sandwiches ! » Nico, à la tête du restaurant Le Pressé, est humble et a toujours le petit mot qui va bien. Il prend un réel plaisir à faire tourner son échoppe rue du Change, ouverte en décembre dernier.

49132499_273396076868278_6346026334044553216_n
(Photo Le Pressé)

« Je veux vraiment faire les meilleurs sandwiches », confie-t-il. Vous voyez les paninis tout plats, secs, industriels, où il faut une carte au trésor pour trouver un bout de jambon à l’intérieur ? Eh bien, pas de ça ici ! Le Pressé envoie valser tout ça. Son credo : du sur place et de la cuisine maison.
Même les sauces. Nico y tient. « Même si je fais dans la restauration rapide, j’essaye de proposer des sandwiches plus travaillés et composés. »

La carte, ce jour-là, nous donnait envie à tous les niveaux. Le Gui avec sa coppa, raclette et cornichons ? Le Jeanne avec son mélange de saucisse, compotée d’oignons et moutarde à l’ancienne ? Argh… va plutôt pour le Mat ! Le sandwich, bien chaud et pressé (façon panini, donc), arrive coupé en deux.

Première réaction : le pain est excellent (c’est artisanal et ça vient des Halles), croustillant et un poil doré. À l’intérieur, le cheddar fond sur la roquette et sur le boeuf Black Angus séché et savoureux, coupé en fines lamelles. La sauce à l’échalote au vin rouge se marie parfaitement à l’ensemble préparé avec justesse.
On était pressés avant d’arriver au Pressé. Mais on a finalement pris le temps d’y rester. C’est qu’on a aimé l’endroit, non ?

> Le Pressé, 7 rue du Change à Tours. Ouvert du lundi au samedi, midi et soir. Sur place à ou à emporter. Contact : sur Facebook ou Instagram ; 09 72 10 58 84.
> Tarifs : de 5,50 € à 7 € pour les sandwiches chauds. Pressé choco de 1,50 € à 2,50 €. Boissons locales. Eau détox gratuite.

A.G.

Prix Maya : une récompense littéraire animaliste

BD et roman seront récompensés le 22 juin par Le Prix Maya, récompense littéraire animaliste. Une première à Tours… et ailleurs !

45140532_316092612504982_1096417215508381696_o
(Photo Facebook Prix Maya)

C’est une première en France et elle aura lieu à Tours.
Le Prix Maya sera la première récompense littéraire animaliste du pays qui récompensera des ouvrages servant et faisant avancer la cause animale.

« Ce prix est dédié à l’éléphant Maya, libérée en juillet 2018 de l’univers des cirques par la mobilisation citoyenne et associative », précise, dans un communiqué, l’équipe organisatrice également aux manettes de la Vegan Place de Tours.

Au menu du Prix Maya ? Une sélection de romans et de bandes-dessinées avec un jury trié sur le volet et, bien sûr, engagé dans la cause animale : Isabelle Attard (docteure en archéozoologie et ancienne députée), Yolaine de la Bigne (journaliste et fondatrice de l’Université d’été de l’animal), Laurent Baheux (photographe animalier), Audrey Jougla (de l’association Animal Testing) et Sarah Merlo (association One Voice).

Soutenu par L214, Utopia 37 et L’Association végétarienne de France, le Prix Maya aura lieu le 22 juin, lors de la Vegan Place.

> facebook.com/prixmaya ou prixmaya.org

TEDx débarque à l’Université !

Deux étudiants tourangeaux lancent TEDxUniversitédeTours, l’un des premiers TEDx universitaires d’Europe qui aura lieu à l’IUT. Les places sont parties comme des petits pains, mais différents lieux-relais retransmettront en direct et gratuitement ces conférences à succès. L’un des fondateurs, Thomas Garnier, nous en dit plus.

Logo fond noir

Commençons par le commencement ! On connaissait les TEDx à Tours depuis 2015, mais vous organisez, pour la première fois, un TEDx de l’Université. Comment ça s’est fait ?
Thomas Garnier :
Initialement, Céline Duval et moi-même sommes étudiants en communication à l’IUT de Tours. On devait travailler sur notre projet tutoré et après réflexion, on s’est dit : mais pourquoi ne pas faire un TEDx Université ? C’est quelque chose de très cadré, car TEDx est une sorte de franchise attribuée gratuitement, mais il fallait voir ce qu’on pouvait faire ou non. On a donc dû maîtriser un cahier des charges de 150 pages !

La différence avec TEDxTours, c’est juste le lieu qui change ?
Oui. Mais la cible, elle aussi, est un peu différente. Le public TEDx est assez large. Pour nous, on observe davantage une tendance universitaire.

Je suppose que le mystère règne autour des invités et que vous ne me direz rien…
Exactement ! (rires) Ça fait partie de la magie. On a défini le thème « De causes à effets ». Et les domaines peuvent être variés : biologie, sciences sociales, communication… On reste dans l’idée de progression. Il y aura sept intervenants – les « speakers » – venus d’horizons multiples. Ils partageront leurs idées qui « méritent d’être partagées », comme le veut la tradition TEDx. Ils auront entre 5 et 18 minutes maximum pour parler. C’est rapide, il faut aller droit au but. Le public aura la surprise et ne découvrira l’identité des speakers qu’au moment de monter sur scène.

En général, pour ces conférences TEDx, les places partent très rapidement. Pour vous également, puisque toutes les places ont été vendues en un clin d’oeil…
Oui, en 20 minutes !

Comment expliquer ce succès, à chaque fois ? Affiche A4
Je dois déjà faire un coucou à TEDxTours car ils ont une renommée locale et ça aide à faire connaître le concept… Et nous, eh bien… on a mis à exécution nos compétences apprises pendant notre formation. Il y a eu un trailer, mais aussi des affiches placardées un peu partout, même sur des abris de bus. Il fallait faire parler de nous. Et puis les gens aiment ce format : ils ne se retrouvent pas face à un langage savant ou incompréhensible. Les conférences sont données par des gens coachés en communication verbale et non-verbale. Ils défendent des valeurs montantes, comme l’écologie, le dialogue, etc.

TEDxUniversitédeTours a lieu à l’IUT mais la soirée est donc déjà complète… Ceci dit, il va y avoir des retransmissions en direct, non ?
Oui, tout à fait. Si seule une centaine d’étudiants sur les 28 000 peuvent y assister, c’est un peu dommage. Donc on organisera en direct des retransmissions dans différentes composantes. Ces lieux-relais sont : la fac des Tanneurs, celle de médecine à Tonnellé, la fac de droit des Deux-Lions, celle de biologie à Grandmont, l’ESCEM, mais aussi l’IUT de Blois et au campus de Saint-Paterne-Racan. Les conférences y seront diffusées en direct dans un amphi, le tout suivi d’une petite collation.

Mais tout le monde peut venir aux lieux-relais ?
Bien sûr ! On ne restreint pas. TEDxUniversitédeTours est payant à l’IUT, mais les retransmissions en direct dans nos lieux-relais sont gratuites. Il faut juste s’inscrire sur notre site ou sur les réseaux sociaux.

> Mardi 29 janvier, à l’IUT de Tours. Retransmissions en direct dans les lieux-relais précédemment cités à 19 h (ouverture des portes à 18 h 30).
> Inscriptions sur le site ou sur la page Facebook

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FTEDxUnivTours%2Fvideos%2F2180510875535401%2F&show_text=0&width=560″ width= »560″ height= »238″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allowFullScreen= »true »></iframe>[/nrm_embed]

On a testé le restaurant O&A aux Halles

Situé place des Halles, le O&A appartient à… Olivier Arlot, bien sûr !

PAUSE_RESTO_ARLOT

Olivier Arlot qui revient en ville, forcément, ça intrigue nos papilles ! Direction donc le O & A, son restaurant de la place des Halles, impatients de découvrir cette nouvelle carte du chef tourangeau.

La décoration, dans les tons de bois et de bleu foncé à la mode, est simple et élégante, un mélange équilibré d’années 50 et de style bistrot. On apprécie. On apprécie également le service, aimable, vraiment personnalisé, ce qui est rare. La carte présente les entrées (dénommées A), les plats (B) et les desserts (C) accessibles via trois formules et un bel assortiment de vins : Bourgogne mais aussi, plus près de chez nous, Quincy et Sancerre. PAUSE_RESTO_ARLOT_web
On opte pour une pièce de bœuf et ses choux de Bruxelles (oui, on a le goût du défi mais s’ils sont bons, alors, tout le sera). La viande est cuite à point, la sauce délicieuse et les petits choux passent facilement, bravo au chef.

Mon acolyte a choisi de l’agneau en croûte de persil et une tarte au citron. On teste le moelleux au chocolat, autre plat piège des restaurants, il est parfait.

Des plats maîtrisés mais sans surprise et c’est dommage. Avec un verre de vin à 7 euros, on frôle les 40 euros pour un plat, un dessert, un verre et un café, excellents mais ni très copieux ni très surprenants. On regrette que le restaurant ne propose pas une formule du midi, plus en accord avec la carte et la taille des portions.

> O & A, place des Halles, à Tours. Ouvert du lundi au vendredi, plat à 21 euros, formule à 29 ou 36 euros.
> À suivre sur instagram

Foodtruck : La Cuisine d’Ana

Vous l’avez probablement vue à Mame ou encore au Jardin Botanique. On a rendu visite à La Cuisine d’Ana pour tester son foodtruck.

 RESTO_ANA (5)

Elle régale autant les assureurs affamés de la Maif que les bricoleurs pressés de Leroy Merlin. La Cuisine d’Ana est un foodtruck qui existe à Tours depuis maintenant deux ans. Tenu par Anabela Payet, il circule du lundi au samedi, avec une pause le mardi, à travers la ville.
Le jeudi midi, c’est à Mame qu’elle régale les étudiants et professeurs de l’Esten, des Beaux-arts ou encore les entrepreneurs des start-up présentes

. Et pour faire fonctionner toute cette matière grise, quoi de mieux qu’un sauté de porc au soja avec des pâtes ou une tarte aux courgettes. En dessert ce jour-là, pas de brioche perdue, mais un fondant au chocolat, fort en cacao. « J’ai travaillé trois ans et demi Ô Lieu dit vin avant de reprendre mon ancien métier, secrétaire de gestion. Quand l’entreprise dans laquelle je travaillais a fermé, je me suis lancée dans ce que j’ai toujours aimé faire et seule, je ne me voyais pas ouvrir un restaurant, d’où le camion », explique Ana.

RESTO_ANA (1)

Toutes les semaines, elle change son menu du jour. « Je fais du poulet au curry, des lasagnes, du boeuf aux oignons… et des tartes saumon, épinard et chèvre… », énumère-t-elle. Une cuisine simple, familiale, mais généreuse et délicieuse. « Je cuisine le plus possible les produits locaux », précise-t-elle.

Au jardin botanique, mercredi et samedi, vous serez guidé à l’heure du goûter par l’odeur des gaufres ou des crêpes. Et si elle n’est pas l’entrée du parc, c’est qu’elle est partie nourrir les festivaliers d’Avoine Zone Groove à coup de burgers maison.

> Foodtruck, la Cuisine d’Ana. Les lundis midi au Leroy Merlin Tours-Sud, les mercredis au jardin botanique de 11 h 30 à 18 h 30, les jeudis midis à Mame, les vendredis midi à la Maif Tours-Nord et les samedis de 14 h 30 à 18 h 30 au jardin botanique.
> Informations au 06 15 57 39 37 ou sur Facebook.
> Plat du jour 5 € ou 6 €, dessert 2,50 €, sandwichs 3,70 €.

Brigitte Giraud: « Il m’a fallu vingt ans pour écrire ce livre »

L’histoire d’un appelé qui ne voulait pas porter d’arme, l’histoire d’une jeune femme qui ne voulait pas vivre séparée de son fiancé et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Le roman de Brigitte Giraud a conquis le jury du prix du roman tmv. Rencontre.

itw

C’est un roman qui s’inspire très directement de l’histoire de vos parents. A t-il été, de ce fait, plus compliqué que d’autres à écrire ?
Il m’a fallu plus de vingt ans pour écrire ce livre. J’avais besoin de me sentir les épaules plus larges en tant qu’écrivain pour être sûre de ne pas le gâcher. Il fallait que je sois très au fait sur la guerre d’Algérie, sur tous ses aspects. C’est un conflit qui est très difficile à comprendre. Il n’y a pas d’un côté les gentils et de l’autre les méchants.

Que saviez-vous de l’histoire de vos parents ?
Je savais assez peu de choses. Je savais que mon père avait demandé à ne pas tenir une arme et à suivre une formation d’infirmier. Mais je me demandais ce que cette information rassurante pouvait éventuellement cacher. Il fallait que j’entre dans la boîte noire qui contenait l’expérience de mon père. Cela a pris des années.

Comment vous est-elle apparue, cette expérience de votre père ?
Pour moi, c’est la révélation du soin. Antoine, qui est le personnage que j’ai construit à partir de l’image de mon père, se met du côté de ceux qui soignent, qui apaisent, qui réparent les corps et les âmes. Est-ce qu’il est plus viril de tenir un fusil ou de tenir une seringue, de prononcer des paroles apaisante, de soutenir un homme qui marche avec des béquilles, de rendre son humanité aux hommes ? Qu’est-ce qu’on attend des hommes, c’est une question importante pour moi.

Et puis, il y a cet acte incroyable de votre mère, Lila dans le livre, qui décide de rejoindre son fiancé en Algérie…
Je savais que ma mère l’avait rejoint, mais je n’avais pas mesuré à quel point c’était un acte exceptionnel en 1960. Un acte féministe et très libre. Dans le roman, une fois que le couple est réuni à Sidi-Bel-Abbès, ce qui m’intéressait, c’était de voir comment le féminin allait venir perturber, ou pas, l’univers d’hommes dans lequel évolue Antoine.

Était-ce une façon pour vous de braquer le projecteur sur cette génération ?
J’ai voulu montrer comment ces jeunes gens sont devenus les témoins et les complices malgré eux de quelque chose qu’ils n’auraient jamais dû voir. C’est cette grande mécanique de manipulation qui m’intéresse, ce conditionnement. Ils n’avaient pas compris qu’ils allaient se battre pour une cause qui était loin d’être noble. C’est pour ça qu’ils n’ont pas pu se regarder en face à leur retour et que personne ne pouvait les entendre.

On a l’impression en vous lisant que les détails comptent plus pour vous que les grandes choses. C’est vrai ?C’est vraiment ma façon d’écrire. Il me semble que tout ce que l’on vit passe par le détail. Si j’étais cinéaste, j’aurais envie de faire un zoom avec une focale assez serrée sur ces cinq ou six mecs qui partagent la chambrée, qui fument une cigarette ensemble, qui boivent des bières, qui jouent aux cartes, qui s’ennuient, qui se consolent. C’est en regardant comment quelqu’un fume sa cigarette que l’on comprend s’il va bien ou s’il va mal. Il y a beaucoup de scènes de la vie quotidienne dans le livre. Par exemple, quand les copains viennent dans le petit appartement, ils prennent l’apéro, ils veulent montrer à quel point ils sont séduisants. Ils essayent de découper une pastèque, de nouer un chèche autour de leur tête… Tout cela raconte nos vies.

Il y a les odeurs aussi. Vous l’avez voulu très olfactif, ce roman ?
Je suis très sensible à ce rapport aux paysages et aux lieux dans lesquels on vit. Or les lieux sont imprégnés d’odeurs. L’odeur de cigarette, l’odeur du gibier, l’odeur de la Méditerranée quand on s’en approche, l’odeur des sardines grillées, les odeurs d’épices quand on traverse un marché. L’Algérie est un pays qui est d’abord perceptible par ses odeurs, qui sont parfois contradictoires. Ce qui m’intéresse dans l’écriture, c’est la justesse, cette justesse-là.

RENCONTREZ BRIGITTE GIRAUD
Brigitte Giraud sera à Tours ce jeudi, à partir de 18 h, au CCC OD. 18 h : Remise officielle du prix du roman tmv, en présence du jury. 18 h 30 : rencontre croisée avec Manuel Benguigui pour son livre Un tableau neigeux (Mercure de France). Vous êtes cordialement invités à ces deux événements, entrée libre et gratuite.

Shunfa raviolis : artisanal et fait-maison

On y passe devant régulièrement sans forcément s’en apercevoir… Tmv a passé la porte de Shunfa Raviolis pour se remplir l’estomac.

PAUSE_RESTO

Fort discret, très tranquille, situé à quelques mètres du tumulte de la place Plumereau, coincé entre deux boutiques de la rue du Commerce…

Et pourtant, il serait bien dommage de manquer ce tout petit établissement qu’est Shunfa raviolis. Pas besoin d’avoir un Bac + 12 pour comprendre que la spécialité, ici, c’est le ravioli. Mais de l’artisanal, du fait-maison, s’il vous plaît !

Pour en avoir la preuve, il suffit d’ailleurs de passer devant la vitrine, où l’on peut apercevoir le chef travailler sa pâte et ses ingrédients. La viande fraîche est hachée par l’équipe et les légumes, frais bien sûr, sont préparés sur place.

Et dans l’assiette ? Eh bien, force est de constater que Shunfa connaît son affaire ! Si tout ou presque nous tentait à la carte, notre choix s’est orienté vers les raviolis grillés au porc et au céleri (vous pouvez aussi choisir l’option « bouillis ») : charnus, sains, parfaitement préparés avec ce qu’il faut de jus et de fraîcheur. Une très belle surprise en bouche !
Si les préparations à base de viande (porc, poulet, agneau…) ou de crevette ne vous disent rien, des options végétariennes sont possibles avec les raviolis au chou blanc et champignon ou encore au tofu sec. Dans tous les cas, les portions sont de dix pièces avec ajout possible.

À l’intérieur, c’est un restaurant intime à la décoration sobre et claire, au petit nombre de tables. Mais Shunfa propose aussi à emporter ou à livrer via Uber Eats. Aucune excuse pour ne pas découvrir les raviolis-maison…

> Shunfa Raviolis, 88 rue du Commerce à Tours. Ouvert du mardi au dimanche, midi et soir. Sur place ou à emporter ou livraison avec Uber Eats. Contact : 09 73 59 66 80 ou facebook.com/shunfatours
> Tarifs : raviolis à 7,90 € les 10 (bouillis) ou 8,90 € (grillés). Salades chinoises à 3,50 €, soupes à 9,90 €.

La Wild Code School s’installe à Tours

À la rentrée prochaine, une quinzaine d’élèves apprendront à Mame les bases du langage web.
Une formation pour adulte, la Wild Code School, les initie en cinq mois.

NEWS_WILDSCHOOL

DÉVELOPPEUR WEB, KÉSAKO ?
Coder, c’est créer un site internet et/ou une application et les faire fonctionner. Il s’agit de gérer les liens entre les bases de données et l’interface de l’utilisateur. Ce n’est pas inventer l’habillage d’un site (webdesigner), ni réparer un ordinateur (technicien de maintenance), ou encore animer un site et un réseau social (community manager).
À la Wild Code School, on apprend ainsi les bases de ce métier en cinq mois, à travers l’apprentissage d’un premier langage de programmation. Mais il ne suffit pas de savoir aligner des lignes de code pour être un bon développeur web, il faut aussi savoir travailler en équipe, communiquer avec le client et être capable de restituer son projet à l’oral. Ce métier permet aussi de travailler chez soi ou à l’étranger et comprendre un monde qui nous entoure au quotidien.

LES MAINS DANS LE CAMBOUIS
Devenir développeur web, c’est accepter de mettre les mains dans le cambouis. C’est un vrai métier de passion avec une carrière possible. Un métier pour lequel il faut sans cesse se mettre à la page et, pour cela, « apprendre à apprendre », comme le décrit Lucie Coulon, responsable du développement de l’école Wild Code School.

APPRENDRE À PARLER LA LANGUE DE LA VILLE
Impossible d’apprendre tous les langages de programmation existants en cinq mois. Il y en a plus d’une dizaine. Alors, pour mieux coller aux attentes du marché local sur le web, l’école réalise une enquête auprès des entreprises numériques tourangelles. Par exemple, à Orléans, le langage enseigné est le PHP Symfony, « plus utilisé par les PME, explique Lucie Coulon. À Tours, l’écosystème est différent. Le besoin des entreprises se situerait entre le Java J2EE, plus prisé par les Entreprises de services du numérique (ESN) ou le JavaScript plutôt utilisé par les startups. »

DES EMPLOIS À LA CLÉ
Selon les chiffres de Pôle emploi, entre 8 000 et 9 000 développeurs web sont recherchés par an en France. Mais beaucoup d’offres ne sont pas référencées par le site public et ce chiffre atteindrait, en réalité, entre 10 000 et 40 000 emplois par an. La région Centre souhaite développer les compétences dans le numérique de ses habitants et serait prête à financer des formations en ce sens : 2 000 places au total et 541 en Indre-et-Loire, département le plus soutenu.

UNE DEMANDE À TOURS
À Tours, des entreprises sont déjà intéressées par les élèves qui réaliseraient la formation de développeur web. Parmi elles on peut citer : Umanis (Data, business solutions et digital), C2S (ESN), Citya Immobilier, Group Open (ESN) et des discussions sont en cours avec les jeunes pousses de Mame. Ces dernières ont plus la cote auprès des étudiants sortants que les ESN.

« UNE ÉCOLE QUI SE VEUT DIFFÉRENTE »

INTERVIEW DE LUCIE COULON, RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT À LA WILD CODE SCHOOL

Qui peut intégrer la formation ?
Aucun diplôme n’est demandé. Il faut juste avoir 18 ans et réussir les tests en ligne. À la Wild Code School, on apprend en faisant et on apprend à être autonome. Il y a des gens en reconversion professionnelle et des jeunes qui sortent du lycée.

Que signifie le « Wild » dans Wild Code School ? UNE_SCHOOL
C’est notre côté décalé. On se veut être une école alternative, un juste milieu entre une formation autodidacte et une école d’ingénieur, où, après cinq ans d’études, on ne veut pas forcément rester développeur web mais chef de projet. « Wild » signifie sauvage, c’est aussi notre rapport à la campagne, où nous avons créé notre première école (La Loupe, en Eure-et-Loir) il y a quatre ans et un clin d’oeil au logo qui est un cerf.

Pourquoi avoir choisi la ville de Tours pour ouvrir cette 14e école ?
La Wild Code School est originaire de la région Centre qui nous a beaucoup soutenus et il y a un écosystème numérique développé à Tours. La présence de Mame a aussi été décisive dans notre intention. C’est le lieu « Totem » de la French Tech Loire Valley. Nous avons ouvert une école à Orléans au Lab’O et nous avons un beau retour d’expérience : 50 % de nos étudiants vont travailler avec les startups de ce lieu. Nous espérons la même chose à Mame et au-delà, il y a à Tours le HQ, l’association Palo Altours… On voit un dynamisme qui s’accélère et on souhaite en faire partie.

Combien d’étudiants y aura-t-il dans la première promotion tourangelle en septembre ?
Ils seront entre quinze et vingt dans les locaux de Mame. Les étudiants suivront cinq mois de cours suivis de quatre mois de stages. Ils pourront à passer à l’issue de leur formation un titre professionnel du ministère du Travail (équivalent bac+2), une épreuve orale.

Combien coûte la formation ?
Elle coûte 6 000 € et est éligible aux aides dédiées aux formations professionnelles telles que le CPF, le CIF pour les salariés ou les aides de Pôle emploi. Nous accompagnons les personnes qui le souhaitent à monter leur dossier de financement.

À Paris, l’école fondée par Xavier Niel, L’école 42, est basée sur l’apprentissage par soi-même et à son rythme dans les locaux de l’établissement. Est-ce le même principe à la Wild Code School ?
On est proche de 42 par certains points. Nous proposons du « peer to peer learning » nous aussi. C’est-à-dire que les étudiants peuvent échanger sur un site et se donner des conseils pour avancer. Il y a aussi des exercices d’e-learning à réaliser en classe, sur notre plateforme « Odyssey » qui ressemble à un jeu vidéo avec des quêtes et des badges à décrocher. En revanche, nous nous distinguons de L’école 42 car nous avons un formateur dans chaque groupe qui a un rôle de coach et d’encadrement des projets. Les étudiants sont également priés de venir la journée, du lundi au vendredi. Ce n’est pas non plus une « école de la survie », dans laquelle on garde seulement les meilleurs, mais plutôt une école de la bienveillance où l’on cherche à emmener tout le monde vers la réussite.

Combien va pouvoir gagner un développeur web ?
Au début de sa carrière, un développeur web « Junior » va gagner entre 28 000 et 32 000 € brut annuel. Après deux ans, entre 32 000 et 41 000 € et après sept ans, entre 41 000 et 64 000 €.

Festival WET° : demandez le programme

Pendant 3 jours, le festival WET° investira 5 lieux de la métropole tourangelle. Théophile Dubus, l’un des jeunes programmateurs, vous décrypte la programmation en détail.

♦J’abandonne une partie de moi que j’adapte
C’est l’ouverture du festival. « Un projet passionnant, une fiction documentée, c’est foutraque et poétique », s’enthousiasme Théophile. La question du Bonheur y est centrale.

 (c)  Dominique Houcmant Goldo
(c) Dominique Houcmant Goldo

♦Jusqu’ici tout va bien
On en parle dans l’interview. C’est une création autour de Noël. Elle fait la part belle à une distribution intergénérationnelle.

♦Le songe d’une nuit d’été
C’est la proposition familiale du festival. « Une comédie de Shakespeare bourrée d’énergie », condensée en une heure trente !

♦Je suis la bête
Un solo adapté d’un roman. « C’est un Mowgli moderne », compare Théophile, référence à la frontière animalité/humanité abordée dans la pièce. Une création sensorielle et sonore.

♦Ultra-girl contre Schopenhauer
Un résumé ? « Catchy, esthétique pop des 80s, poésie personnelle et ambiance lynchienne. » Un jour j’ai rêvé d’être toi Le coup de coeur de Théophile. « Lui veut devenir femme et elle, veut devenir star. Une création qui pose la question de l’identité. »

♦La Rage et à la fin nous serions tous heureux
Quatre personnes, une confrontation d’univers, un jeu de trouble qui questionne l’identité et la notion d’émancipation. « Je suis ravi qu’on l’ait », sourit le programmateur.

(c) Martin Argyroglo
(c) Martin Argyroglo

♦Le monde renversé
Écrite par quatre filles, la pièce « part du mythe de la sorcière pour dériver sur Marx et le Capital, avec un point de vue sur la place des femmes. » Pour Théophile, c’est aussi drôle qu’intelligent.

♦Des panthères et des oiseaux
Cette pièce de troupe, création du JTRC, est « une comédie noire et queer ». Son créateur prévient : « C’est certain qu’elle provoquera un questionnement, en raison d’un humour dans la mise en scène qui crée de la gêne. »

♦Mon bras
« Une pièce hybride au top » prévue au musée des Beaux Arts. Atypique, qu’on vous dit !

♦Les entraîneurs
C’est la soirée de clôture et en plus, c’est gratuit ! Rendez-vous au Théâtre Olympia pour une carte blanche aux Entraîneurs, un collectif de Djs. Ça va être la fête !

> Du 23 au 25 mars, au Théâtre Olympia/CDNT, La Pléiade, salle Thélème, au Petit Faucheux et au musée des Beaux Arts.
> Réservations, horaires et infos sur cdntours.fr
> Tarifs : 8 € le spectacle (plein), 5 € (réduit pour moins de 30 ans, étudiants, jeunes de moins de 18 ans, demandeurs d’emploi, etc.)

Prix jeunesse de la Ville de Tours : résultats

À l’occasion des Assises du journalisme, la Ville de Tours et la Bibliothèque municipale ont décerné ce vendredi le Prix Jeunesse Ville de Tours qui couronne un ouvrage documentaire destiné aux enfants. Cinq ouvrages étaient en lice face à un jury d’enfants et d’adultes. Verdict, après un débat très vivant.

PRIX ACTU DES JUNIORS

PRIX_ECOLOGIEC’EST QUOI L’ÉCOLOGIE ?
Le jury des enfants représentés par 3 classes (les élèves de CM2 de l’école Stéphane Pitard, les élèves de 6e du collège Léonard de Vinci et les élèves de 5e du collège Saint Martin) ont choisi à l’unanimité ce livre collectif. La maquette claire, les illustrations rigolotes et vivantes, les explications limpides et détaillées, les ont convaincus. « Le sujet nous concerne », ont-ils argumenté. Chez les adultes, certains l’ont trouvé un peu simpliste parfois, mais assez complet. Intéressant : les renvois, pour croiser les infos.
Collectif, avec Sophie Dussaussois et les illustrations de Jacques Azam, éd. Milan, 128 p., 7,90 € – À partir de 9 ans.

PRIX ACTU DES ADULTES

 

PRIX_JOURNALISTESLES JOURNALISTES NOUS CACHENT-ILS DES CHOSES ?
La deuxième partie du jury, composé de bibliothécaires et de journalistes, a élu ce petit ouvrage ultra-pédagogique dont les illustrations de Ronan Badel rappellent celles du New Yorker. Clair, complet, bien écrit, il est né des questions posées par des enfants et des adolescents aux auteurs lors de rencontres. Sans langue de bois ni complaisance, les auteurs expliquent la réalité de ce métier souvent décrié mais toujours utile. Le livre a d’ailleurs remporté le Prix des Assises. Le glossaire en fin d’ouvrage est un plus.
David Groison, Pierangélique Schouler, illustrations de Ronan Badel, éd ; actes Sud, 78 p., 16,50 € – De 7 à 77 ans.

ILS N’ONT PAS ÉTÉ CHOISIS…

LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME PRIX_DROITS
Ce livre-objet met en scène les grandes notions de la Déclaration des droits de l’Homme. Les grandes notions des 30 articles sont mises en scène par des images en volume, comme autant de messages symboliques à inscrire dans l’esprit de chacun. Mais malgré sa maquette superbe, il n’a convaincu aucun des jurés. Il reste toutefois parfaitement adapté pour décorer ou animer un CDI, une bibliothèque.
Jean-Marc Fiess, éd. Albin Michel, 15 € – À partir de 6 ans

PRIX_CULTURESI J’ÉTAIS MINISTRE DE LA CULTURE
Ce livre grand format a surpris adultes comme enfants. Si les illustrations ont été jugées « effrayantes » ou « trop tristes » par les enfants, la démonstration par l’absurde d’un monde sans culture déroulée au fil de l’ouvrage a séduit une partie des adultes. Pas vraiment un livre à lire, plutôt un excellent outil pédagogique pour les enseignants, pour leur permettre de parler du sujet, ou d’introduire les arts plastiques. Bonus : l’affiche-manifeste détachable à la fin du livre.
Carole Frechette et illustrations de Thierry Dedieu, éd. Hongfei, 40 p., 14,50 € – À partir de 7 ans.

LE HANDICAP, POURQUOI ÇA ME CONCERNE ? PRIX_HANDICAP
C’est quoi un handicap ? Tous les handicaps sont-ils visibles ? Le handicap, ça concerne qui ? Peut-on aller à l’école avec un handicap ? Les handicapés ont-ils des super-pouvoirs ? Ce livre avait l’ambition de répondre aux questions concernant le handicap. Mission manquée, selon le jury : adultes comme enfants ont trouvé le livre triste, ennuyeux, culpabilisant et trop administratif.
Sylvie Baussier et Clémence Lallemand, éd. Fleurus, 9,50 € – À partir de 9 ans.

 

On a testé le Tia Gourmet

Vous êtes sûrement passé devant : situé rue des Halles, l’immense Tia Gourmet propose épicerie fine, cave à vin et… espace restauration que l’on a bien sûr testé.

Image9

Mais où est-on ? C’est un peu l’impression qu’on ressent quand on passe la porte vitrée automatique de Tia Gourmet, situé à deux pas de la basilique Saint-Martin. Un immense mur végétalisé dans l’entrée, une cave à vin au sous-sol, un salon de thé au-dessus et des étagères remplies de produits d’épicerie fine, de produits asiatiques ou encore de thé, d’huile ou de céréales bio en vrac.
Dans un autre recoin des 450 m2 de cet ancien magasin de prêt-à-porter, des frigos remplis de bols en plastiques : saumon et riz basmati, bò bun, poulet au caramel, sushis, perles de coco ou de tapioca…

Rien n’excède 10 € dans ces plats asiatiques à emporter ou à déguster sur place. On peut aussi choisir parmi une large gamme de bières du monde.
Après mon passage en caisse, je m’installe dans un des confortables fauteuils colorés du restaurant en attendant que le serveur réchauffe au micro-ondes mon poulet au basilic. Il me servira une dizaine de minutes plus tard sur un petit plateau avec mon dessert et ma boisson, le tout pour 19,75 €. Image8

C’est chaud et bien épicé, comme les plats du Mao, place Jean-Jaurès. Normal, parmi les associés de Tia Gourmet, deux font partie de la restauration et viennent de ce restaurant, un vient de la grande distribution et le dernier est issu du commerce. Les plats sont préparés le matin par une équipe de cuisiniers située dans un laboratoire en centre-ville.

La dizaine de plats à la carte varie ponctuellement mais les propositions devraient évoluer au fil des saisons. Les spécialités italiennes, portugaises ou africaines pourraient s’inscrire aussi au menu, pour une offre ouverte sur le monde entier.

> Tia Gourmet, 73 rue des Halles, Tours. Ouvert du mardi au jeudi, de 10 h à 19 h et du vendredi au samedi de 10 h à 19 h 30. Réservations au 02 47 64 85 25.
> Plat à moins de 10 €, dessert et boisson à 4 € en moyenne, sur place ou à emporter.

Gusto : le bon goût de l’Italie

La rédaction a décidé de tester le restaurant Gusto, à Tours. Embarquez pour l’Italie mais… n’oubliez pas de réserver !

Image1

Dès le premier contact avec le restaurant Gusto, on s’envole vers l’Italie. « Pour due (deux – NDRL) personnes ? », demande le chef Cristiano originaire des Pouilles, région située au sud-est de l’Italie. Ouvert depuis le 20 septembre, ce nouveau bar-restaurant récolte déjà les fruits du bouche à oreille et il vaut mieux réserver sa table.

Avec Ingrid, ils peuvent servir une cinquantaine de personnes en une soirée, dans le respect de l’hospitalité italienne et « en laissant le temps à chacun de profiter du moment », précise Ingrid, originaire de Tours. À deux pas de la place Plumereau, dans la rue de la Rôtisserie, l’établissement a organisé l’espace en fonction de ses deux activités.
L’avant est davantage destiné à boire un verre autour d’une « plancha » de fromages ou de charcuterie (11,90 € par personne) ; et l’arrière, permet de déguster les spécialités de Cristiano en admirant l’une des 200 photos dédicacées de stars. Le menu présente les « antipasti » (entrées), des spécialités des Pouilles comme la « burrata » un fromage italien fait à partir de mozarella ou la « frisella » dit aussi « pain des Croisés ».

Il y a aussi bien sûr des « pasta » confectionnées maison tout comme la sauce pesto aux amandes, ou les « carne » (viandes) dont le veau à l’huile de truffe blanche. Pour terminer, les « dolci » (desserts), parmi lesquels, le traditionnel tiramisu ou le café affogato, servi chaud sur de la glace.

Et dans tout ce qu’ils font, « il gusto », le goût, est bien là. « Les produits avec lesquels on cuisine, les vins, la bière viennent d’Italie, beaucoup des Pouilles, sauf le jambon de Parme de Felino », explique Ingrid qui, elle aussi, peut tenir la conversation en italien.

> Gusto, 10 rue de la Rôtisserie à Tours.
> Restaurant et bar ouvert du lundi au samedi, midi et soir, jusqu’à 2 h. Menu du midi en semaine, pasta (pâtes) e dolce (dessert) à 15, 90 € ou menus à trois plats à 25,90 € ou à 29,90 €. Réservations au 09 73 25 30 12.

Image2

La Casa Juna : voyage en Italie

Récemment installé place du Grand Marché, la Casa Juna est aux couleurs de l’Italie. Au menu, pizzas (dont certaines originales !), bruschettas, pâtes et assiettes de charcuterie. Miam !

Image9

L’équipe de la Casa Juna possède une humilité qui force le respect et qui fait plaisir à voir. Travailleurs, avec l’envie de bien faire et réussir, Julie Gourdet, Nathalie Braure et Franck Tison tiennent avec amour ce nouvel établissement, petite gourmandise au parfum italien.

Outre les bruschettas et les pâtes, la Casa Juna est spécialisée dans les pizzas, cuites au feu de bois, cuisinées avec des produits locaux via des producteurs du coin. Du fait-maison, de l’artisanal.
On pourrait citer en exemple la pizza Juna, avec sa crème fraîche, ses rillons, ses amandes effilochées et son Sainte-Maure de Touraine. Parce que oui, même si elle propose aussi des classiques, la Casa Juna se distingue avec ses créations. Notre choix s’est porté sur la Dalida, une vraie surprise. Sur un lit de mozzarella, on y retrouve de jolies tagliatelles de courgettes rajoutant une plus-value à la présentation, mais aussi de l’aneth, un petit nid de crème fraîche citronnée au centre de la pizza et… de l’espadon fumé !

Aussi original que délicieux, d’autant que la pâte (« préparée sur place également », précise le chef !) est fine et légèrement croustillante, et la garniture relativement copieuse. « Il est vrai qu’on cherche à proposer des pizzas différentes et travailler sur le volume », rapportent Julie et Franck, deux hôtes impeccables, d’une gentillesse remarquable.

Côté déco, le ristorante joue la carte des murs blancs et épurés, sur lesquels s’affiche une grande oeuvre pop colorée, signée du talentueux graffeur Kevin Le Gall. La Casa Juna, qui possède deux salles et bientôt une terrasse, donne désormais rendez-vous aux amoureux de l’Italie. Buon appetito !

A.G.

> 18 place du Grand Marché. Ouvert 7 jours sur 7. Contact : 02 47 26 75 24 ou Casa Juna sur Facebook.
> Pizzas de 11 à 13,50 €, bruschettas à 9,50 €, salades à 13 €…

Nolwenn Lavanant : la couture est son art

Nolwenn Lavanant est une jeune créatrice de mode tourangelle qui vient de remporter un prix prestigieux. Tmv fait les présentations avec cette styliste pleine d’avenir, juste avant son passage au Vinci ce week-end.

Image9

Nolwenn Lavanant a de l’or au bout des doigts. Elle le sait peut-être. Ou peut-être pas : la jeune femme de 19 ans est modeste. Pourtant, c’est bien elle qui, devant un jury de professionnels à Paris, a remporté le premier prix national étudiant du Trophée UNACAC (Union nationale de l’artisanat de la couture et des activités connexes), dans la catégorie « Tailleur jupe ». Une réussite, une victoire sous forme de « joie immense ».
Toute en retenue, elle préfère ajouter, dans un sourire, qu’effectivement à son âge, « ça encourage et c’est énorme ». Avant de compléter : « Ça m’a redonné confiance aussi. »

Nolwenn est tombée dans la marmite de la mode et de la création très tôt. « Toute petite, j’étais très manuelle. Je faisais des bijoux en pierre semi-précieuse. J’avais 11-12 ans. Ensuite, je me suis intéressée à la mode. J’achetais des magazines, je dessinais et redessinais les tenues », se souvient-elle. À 13 ans, elle apprend à manier la machine à coudre avec une couturière de son village, près de Blois, avant de s’intéresser au stylisme… Puis Nolwenn fait ses armes à Orléans, en bac pro métiers de la mode.
Le bouche-àoreilles la pousse ensuite au CFAM, le Centre de formation aux arts de la mode à Saint-Cyr-sur-Loire. C’est là qu’elle apprend et peaufine son style. Qu’elle prend du galon. Au début, Nolwenn était une grande stressée et perfectionniste. « Maintenant, ça va mieux. Je gère le stress ! », dit-elle en riant. Frédérique Payat, la directrice du CFAM, confirme : « Le fait de gagner ce concours l’a évidemment aidée. »

« Je veux sublimer la femme »

Nolwenn est élégante. A du style. Un foulard coloré noué autour du cou, une tenue sombre, des bracelets et des boucles d’oreilles pour habiller le reste, un petit trait d’eyeliner pour sublimer le regard. Du chic et de la douceur. Quelqu’un de classe, mais quelqu’un de « vrai », au naturel désarmant. Quand on lui demande si, tout de même, il lui arrive de rester chez elle en jogging (qu’on est espiègle, à tmv !), elle éclate de rire : « Oui, comme tout le monde… Heureusement ! »

Son large sourire, elle ne s’en départit pas non plus quand il s’agit de parler de sa création qui l’a emmenée sur la première marche du podium. Elle a mis de sa personnalité dans la création de ce tailleur. « J’aime les bijoux, le clinquant, ce qui brille. Ça se ressent dans ma création. Je veux sublimer la femme », résume-t-elle.
« Le thème du concours était le romantisme. Et je suis passionnée par la partie de ce mouvement qui se situe au milieu du XIXe siècle. J’ai effectué des recherches avant de faire un travail sur le velours : les hommes le portaient avec des couleurs sombres. Les femmes allaient plutôt vers la soie, le satin, la mousseline. J’ai donc allié le velours et l’organza pour créer mon tailleur. »

La tenue qu’elle a présentée au jury à Paris a mis tout le monde d’accord. Subjugués « par la broderie et les beaux tissus », la technique et la composition, les professionnels ont adoubé son travail. Pour l’anecdote, en passant dans la rue avec son modèle sous le bras, Nolwenn a même été arrêtée par une designer new yorkaise : « Elle a adoré ma création. Et m’a donné sa carte ! » Un pas de plus dans le parcours sans faute de Nolwenn.

Pour l’instant, elle ne filera évidemment pas outre-Atlantique (elle aimerait plutôt Londres ou Milan d’ailleurs), mais son modèle sera présenté au Salon de l’art au quotidien, du 10 au 13 novembre au Vinci de Tours. Nolwenn, elle, y sera le samedi dès 14 h. La jeune créatrice dit « qu’il faut avoir de l’ambition ». Elle a des projets, des envies, des idées. Son rêve ? « Avoir ma propre boîte, mes collections et dessiner tout le temps. »
En ce moment, Nolwenn est sur un petit nuage. Mais garde les pieds sur terre.

Portrait et photo : Aurélien Germain

Capture

On a fait un tour Chez Gaster

Auparavant, il y avait Les Blancs Manteaux. Désormais, il faut compter sur l’établissement Chez Gaster. De sympathiques menus et une très jolie carte des vins !

Image22

Il n’a même pas un mois, mais a déjà fait ses preuves. Lui, c’est Chez Gaster, un tout nouveau-venu (depuis début octobre) installé au début de la rue Colbert.

Des Blancs Manteaux, l’ancien établissement qui siégeait ici auparavant, Chez Gaster n’en a gardé que son cadre intimiste avec quelques tables. La petite salle a, elle, été entièrement refaite. Avec ses poutres et ses murs blancs, l’ensemble est simple et chaleureux, mais c’est l’assiette qui nous intéresse évidemment.

Aux commandes, on trouve notamment Robin Pasquier. Le jeune chef voulait revenir dans sa Touraine natale. En ouvrant Chez Gaster, il a visiblement voulu axer sa cuisine sur la simplicité, tout en privilégiant les circuits courts. Disons-le tout de go, ce sont de très bons produits que l’on trouve ici. Pour une entrée en matière, l’excellent velouté a visé juste avec ses légumes de saison, l’ensemble étant relevé par une légère touche pimentée.
En plat principal, notre dévolu s’est porté sur le gigot d’agneau rôti au cumin et sa purée de légumes (la viande, goutue et succulente, fond sous le couteau et dans la bouche !). Un menu qui se mariait parfaitement avec le verre de Cotes du ventoux de chez Usseglio proposé.

Car, amateurs de bons nectars, réjouissez-vous : Chez Gaster propose une sublime carte des vins, entre une référence espagnole, un Cheverny Les Carteries, en passant par des grands crus, style Chassagne Montrachet.  « Nous vous invitons avec une seule idée en tête : vous faire plaisir », est-il écrit sur la page Facebook du restaurant. Sur ce point, nous n’allons effectivement pas le contredire !

> Chez Gaster, 27 rue Colbert à Tours. Fermé le mardi et le mercredi midi. Ouvert le mercredi soir et du jeudi au lundi, midi et soir. Contact : 02 47 05 79 63 ou sur Facebook
> Tarifs : menu du midi à 15 € (2 plats) ou 18 € (3 plats). Possibilité de prendre à la carte. 

Image21

TOP 4 : Omar Sy

Cette semaine, il revient avec le film Knock. Retour en quatre anecdotes sur l’acteur-chouchou des Français, monsieur Omar Sy.

IL A LOUPÉ SON BAC

L’année du bac ? Omar Sy préfère embarquer avec son mentor, Jamel Debbouze, pour… le Festival de Cannes ! Il participe à l’émission Le Cinéma de Jamel. Et loupe donc le bac. Pas bien grave quand on connaît la suite de l’histoire.

PAUSE_ECRANS_TOP1

L’EXIL AMÉRICAIN

L’acteur vit à Los Angeles depuis 2012. Accusé de s’être exilé pour des raisons fiscales, Omar Sy a rétorqué qu’il y « trouvait plus de paix qu’à Paris » et son agitation : « Ici, je peux faire mes courses tranquillement. »

PAUSE_ECRANS_TOP2

SUBLIME VILLA

Omar Sy en a d’ailleurs profité pour s’acheter une luxueuse villa en Californie. L’an dernier, il s’est offert une propriété de 700 m2 (avec 5 chambres, piscine et jacuzzi) pour 3 millions d’euros d’après le magazine Variety.

PAUSE_ECRANS_TOP3

COUPÉ AU MONTAGE

« T’as fait une faute, là. Parce que le scarabée, il s’accorde quand le canard est placé avant le petit panier d’objet direct », disent Omar et Fred, en peintres hiéroglyphes, dans Astérix & Obélix. Une scène culte malheureusement… disparue au montage !

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xhl66q[/dailymotion]

Les Halles fêtent leur anniv’ : service unique

Petit changement exceptionnel dans notre rubrique resto de la semaine : cette fois, on a testé en avant-première le menu unique que proposeront les Halles de Tours pour leur anniversaire, le 17 septembre. Dépêchez-vous, les places partent vite !

Image9

Franchement, c’est le bon plan de l’année. Mais il ne va pas falloir se rater (ni trop s’y habituer), parce que c’est un resto qui ne vivra que le temps d’un service, le dimanche 17 septembre, pour le déjeuner.

Ce jour-là, les Halles de Tours fêteront leurs 150 ans (dans le cadre, aussi, du festival Tours et ses Francos Gourmandes) et, pour que la fête soit belle et surtout bien partagée, les commerçants du lieu ont décidé de proposer aux Tourangeaux un repas gastronomique complet pour 15 € seulement (10 € pour les enfants) hors-boissons.
Le menu sera servi sur le carreau des Halles et le nombre de convives est limité à 500.

Et, comme nous sommes des petits veinards, nous avons eu l’occasion de tester les plats en avant-première. Et on n’a pas été déçus. On attaque très fort avec l’oeuf bio mollet, ses rillons de roi rose et ses champignons, une entrée à la fois ancrée dans le terroir et pleine de légèreté avec son petit espuma qui va bien. Ensuite, arrive une petite poulette de Racan et son jus servie avec un écrasé de pomme de terre (pas une purée, hein, rien à voir !). Petite fantaisie fromagère avec ce sainte-maure travaillé à la façon nougat de Tours et, pour finir, une Tourézienne aux fraises de Chouzé vraiment très… conviviale !
La crème légère a des airs de galette bourgueilloise, pour ceux qui connaissent…

C’est Henri Leclerc, le chef de la Maison des Halles qui a imaginé ce menu riche en saveurs et parfait pour un déjeuner en famille et/ou entre copains. Les vins sont en sus, mais il seront proposés au prix plancher et vu la carte, franchement, ce serait péché de s’en priver.

> La tablée des Halles, dimanche 17 septembre à partir de 12 h. 15 € (10 €/ enfant). Résa obligatoire (nombre de places limité).
> leshallesdetours.fr/150-ans-des-halles/

O’Tacos s’est installé dans le Vieux Tours

Créée il y a 10 ans à Grenoble, l’enseigne O’Tacos n’a cessé de croître jusqu’à maintenant. La franchise est désormais installée à Tours.

O'Tacos

On ne va pas se mentir : O’Tacos nous intriguait beaucoup. Créée en 2007 à Grenoble, l’enseigne a connu un développement à vitesse grand V, multipliant les ouvertures partout en France et drainant avec lui une communauté impressionnante. À Tours, la déferlante O’Tacos n’avait pas encore frappé. Puis… un art du teasing, une stratégie digitale béton, des publications sur les réseaux sociaux raflant des centaines de likes et commentaires avant même d’avoir ouvert…
Le 8 juillet, la franchise ouvrait son premier restaurant dans le Vieux Tours. Tmv a donc profité des vacances scolaires pour se poser à sa terrasse.

Passé l’accueil sympathique, on se retrouve devant un grand tableau qui décrypte le concept de la chaîne. Ici, on compose son tacos en 4 étapes : sélection de la taille (de M à XXL), de la viande (texane pepper, mayo, harissa, etc.), puis les extras payants (de l’oeuf au boursin, en passant par les lardons ou champignons).
Les choix sont multiples, mais notre estomac a opté pour une gamme spéciale avec Le Fameux : un tacos gratiné au cheddar (le sport, ce sera pour demain… !), fourré de frites (malheureusement pas faites-maison), de sauce fromagère et de viande hachée qui nous a bien calé le ventre, sans être trop bourratif.

Le résultat reste correct – il s’agit de toute façon de restauration rapide – surtout pour la jeune clientèle qu’il vise. Et boosté par des horaires XXL et des prix abordables, O’Tacos peut visiblement compter sur ses nombreux fidèles.

> O’Tacos, 19 rue de la Rôtisserie. Ouvert 7 jours sur 7, de 11 h à 23 h non-stop (sauf le vendredi et samedi jusqu’à 2 h du matin). Contact : O’Tacos Tours sur Facebook ou o-tacos.fr
> Tarifs : à partir de 5 € pour une taille M / 6 € le L / 9 € le XL et 14 € le XXL. Menu étudiant le midi à 5 € pour un tacos M + une boisson.

Image3

Les Fruits Kiki à l’Unicef

Les Fruits Kiki, série d’albums pour enfants aux éditions Paja, sont en lice pour obtenir le Prix Unicef de littérature jeunesse. Tmv a rencontré leur créatrice, Nébine Dominguez, à Luynes.

« Des livres sur le handicap, ça n’intéresse personne ! Soyons honnêtes », concède, de but en blanc, Nebine Dominguez, assise à la terrasse de l’Hostellerie du château, à Luynes. « Et les personnes handicapées sont systématiquement exclues du champ visuel des enfants sous prétexte que c’est anxiogène. C’est ridicule ! Il faut leur en parler ! » C’est de ce constat qu’est née, en 2013, l’idée des Fruits Kiki. La jeune femme, lasse des railleries que subit son fils aîné, myopathe et atteint de troubles autistiques, décide d’écrire ses propres histoires.

Image19

Des récits ordinaires, des aventures du quotidien, dans lesquelles s’intègrent systématiquement des personnages différents, atteints de handicap le plus souvent. Il n’en fallait pas plus pour taper dans l’oeil de l’Unicef. Pour l’édition 2017 de son prix de littérature jeunesse, l’équipe de l’ONU recherche des livres sur l’égalité. Bingo ! Mesdemoiselles Kiki et le chat, 4e album de la série, met tout le monde d’accord autour d’un concours de pâtisserie : la chatte gourmande, la fraise non-voyante, la pomme moqueuse se chicanent et se réconcilient autour d’un bon gros gâteau.

Simple et efficace, le livre ne recherche pas la reconnaissance artistique mais va droit au but : il ne faut pas se fier aux apparences. Si cette morale est récurrente dans les livres pour enfants, ici, l’ouvrage a le mérite de pousser l’apprentissage de la différence plus loin. À la fin du livre, le lecteur peut s’initier au braille en tentant de décrypter un message ainsi écrit. En attendant le palmarès du prix en octobre prochain, Nebine fait la promo de son autre collection Les Parfaits. Des livres quiz à remplir en tête à tête avec son enfant. Le dernier, Parfaite n’est pas parfaite et c’est tant mieux, est sorti le 7 juin en librairie et sur paja-editions.fr.

Pour participer au vote du Prix Unicef : my.unicef.fr

Jeanne Beutter

On a testé le resto SmÄak Natural Food

Tmv a testé le nouveau resto SmÄak : cuisine scandinave bio de qualité au menu !

Image18

À peine arrivé dans ce restaurant, on est accueilli à bras ouverts pour nous expliquer le concept. SmÄak natural food s’inspire de la cuisine scandinave. Les végétariens et végétaliens peuvent ici trouver leur bonheur ! Mais que ceux qui ne le sont pas se rassurent : il y a aussi du saumon et du boeuf. On a le choix entre une salade, un pain fourré ou encore une soupe. Ajoutez à cela un assortiment de cinq fruits, légumes et condiments.

Avec cette chaleur étouffante, rien de mieux que du frais. On part donc sur un Gröten avec un pain aux graines : saumon fumé maison, salade et jeunes pousses, herbes aromatiques, quinoa, lentilles et sauce du chef. On nous propose l’eau détox du moment. Du citron, de la menthe et du gingembre. Ça fait du bien. Les repas sont toujours servis dans de grands bols en bois. Les pains commandés sont emballés dans du papier.

Difficile de savoir comment s’y prendre pour les manger mais tant pis, même si on s’en met plein les doigts, ça vaut le coup ! Le saumon est tendre et se marie magnifiquement bien avec les légumes choisis en assortiment (betteraves, carottes…). Le SmÄak fait de la restauration rapide. Mais avec des produits frais, naturels et de qualité. Le prix est convenable, les pains briochés et l’eau détox nous reviennent à 10,80 euros.

La salade coûte 2 euros plus chère mais est plus garnie. À la différence du brouhaha et de l’odeur pas très chouette des fast food, ici le cadre est moderne et très reposant. Les couleurs sont sobres, tous les meubles sont en bois et des plantes sont posées sur les tables avec des bougies. On voyage un peu vers le Nord. On repart ravi de cette découverte, avec l’envie de revenir pour goûter aux soupes lorsque le temps sera moins chaud.

> 35 rue du Grand Marché. Lundi au vendredi : 11 h 30–15 h, 18 h 30–22 h 30. Le samedi : 11 h 30–22 h 30. Sur place ou à emporter. Contact : 02 47 86 34 92.

> facebook.com/smaaknaturalfood

Philippine David

Tours’n’Man : le triathlon extrême débarque à Tours !

Tours aura désormais son triathlon extrême ! Natation, vélo et marathon sont prévus pour ce Tours’N’Man, façon « Iron Man ».

(Photo ToursNMan Facebook)
(Photo ToursNMan Facebook)

Commencer par 3,8 km de natation dans le Cher. Enchaîner par un « petit » 180 kilomètres à vélo. Avant d’enchaîner par un marathon, soit 42,195 kilomètres, sur un parcours relativement plat. Le tout, évidemment, d’une traite. C’est ce que prévoit le Tours’n’Man, un triathlon façon Iron Man, qui se déroulera pour la première fois en Touraine l’an prochain.

L’épreuve sportive est organisée par Tours événements et le comité départemental de triathlon du département. Espérant entre 500 et 700 athlètes, le Tours’n’Man misera aussi sur des courses de jeunes la veille, ainsi que des courses-relais.
Les sportifs auront donc désormais de quoi faire, étant donné que Tours a déjà son marathon et sa mythique course des 10 et 20 km, très bien installée et réputée.

Les inscriptions du Tours’n’Man ouvriront le 1er septembre (268 € le dossard tout de même). L’épreuve aura lieu le 10 juin 2018. De quoi vous entraîner d’ici là…

> Inscriptions sur toursnman.com/fr et infos sur Facebook

Hellfest 2017 : c’était chaud chaud !

Comme chaque année, tmv est allé faire un tour à Clisson, au Hellfest, gigantesque festival metal aux 160 groupes et véritable paradis du métalleux. Sous la canicule (et – record – 350 000 litres de bière vendus en 3 jour !), on a secoué notre tignasse, chanté, souri et pris un pied monumental.

Image9
Welcome to Hell ! (Photo tmv)

La chaleur de l’Enfer, le paradis de la musique. Cette année, le Hellfest aura connu l’une de ses éditions les plus chaudes depuis sa création. Une fournaise, dans laquelle les amplis ont craché pendant trois jours non-stop, où la température a même grimpé jusqu’à 35°C le dimanche. Un plaisir pour l’auteur de ces lignes, lui qui est du genre à se transformer en glace vanille-fraise-et-un-peu-chocolat-svp (oui, l’image fait fantasmer, je sais).

Il n’empêche : malgré ce show très chaud, le Hellfest a encore atomisé le petit village de Clisson (6 000 âmes en temps normal). Public bouillant, 160 groupes, six scènes, organisation au top, et ambiance de folie : un plaisir total. Avec 165 000 entrées payantes en trois jours, un budget de 19 millions d’euros et 3 500 bénévoles, le Hellfest a confirmé sa place de premier de la classe au niveau des festivals metal.

Présents le samedi et le dimanche, on en a profité pour décerner quelques prix…

Image36
Horreur : le festivalier du Hellfest n’est qu’une brute sanguinaire et satanique !!! (Photo tmv)

Prix de la tête d’affiche qui fait yeah

Forcément, un AEROSMITH en tête d’affiche, sur la scène principale, un samedi soir, pour leur tournée d’adieu (bon, Scorpions dit ça aussi depuis deux siècles…), ça ramène du monde. Le site était bondé, les dinosaures du rock – c’est un compliment — ont envoyé la purée. Ce « Dream On » éructé et audible à plusieurs kilomètres était de toute beauté. Entre mythe et curiosité, Aerosmith a de nouveau séduit. La moustache de Steven Tyler, moins.

Prix du groupe trop rigolo

Leur entrée sur scène sur fond sonore des Looney Tunes, avec un logo mal orthographié, annonçait la couleur : les Nantais du groupe ô combien romantique ULTRA VOMIT ont balancé un set filant le sourire et la patate. Connus pour jouer la carte de l’humour en-dessous de la ceinture, adorateurs de la prose pipi-caca et adeptes de la parodie, les Ultra Vomit ont enquillé les morceaux dans une bonne humeur contagieuse (on a même fait la chenille). Capable de copier Rammstein, de faire chanter à plus de 40 000 personnes un « Je collectionne des canards », ou encore de mixer Calogéro et le groupe de metal Gojira pour accoucher de… Calojira. Régressif, mais jouissif.
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=JIszYXZRloc[/youtube]

Mention spéciale aussi à STEEL PANTHER, toujours aussi fun sur scène, en jouant sur les codes du hard/glam, chevelures moumoutes, pantalons en Spandex bien moulants, enchaînement de blagues bien salaces et morceaux cultes (« Death to all but metal »).

Prix du commentaire le plus bête (ou drôle, on hésite)

Lu sur la page Facebook d’un média : « Ce n’est pas possible de permettre ce Hellfest. Il y a même un appel au viol de vierges ! » Voilà, voilà…

Piiiirate ! (Photo tmv)
Piiiirate ! (Photo tmv)

Prix du groupe qui met une grosse claque sans prévenir

Le dimanche, à 12 h 50, pendant que la moitié des festivaliers comatait sous la chaleur, THE VINTAGE CARAVAN a débarqué sans crier gare. Si, sur album, la musique des Islandais est déjà fort accrocheuse, le trio a eu la bonne idée de jouer le tout deux fois plus vite pour l’occasion. Le Hellfest a jubilé, le rock 70s survitaminé a chauffé le public comme jamais. Une grosse, mais alors une groooosse claque.

Prix de celui qui a tout compris (mais c’est pas Free)

Le magasin Leclerc de Clisson qui, comme chaque année, se pare de couleurs hellfestiennes. Stock gargantuesque de bières (donc chiffre d’affaires qui explose), équipe au taquet et vêtue de t-shirt du festival et la fameuse ouverture devenue mythique, à retrouver ci-dessous en vidéo :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bMdqpWQJmtA[/youtube]

Prix du groupe qu’on n’a pas vu (et c’est tant mieux)

On ne va pas vous mentir, la présence de LINKIN PARK sur l’affiche nous a quelque peu surpris. Petit cours d’Histoire : en 2000, le groupe américain a sorti Hybrid Theory. L’album, vendu à 25 millions d’exemplaires, est devenu l’une des pierres angulaires du nu metal (=mélange de grosses guitares metal et chant parfois rappé). Ensuite, Linkin Park a peu à peu perdu son public metal pur jus et a été jusqu’à pondre, récemment, un album insipide, infâme mélasse pop – R’n’B.

Au Hellfest, tout comme au Download quelques jours avant, les Ricains n’ont pas trouvé bon d’adapter leur setlist à un festival plus extrême et, de fait, plaire aux nostalgiques. Linkin Park a donc fait l’impasse sur une grosse partie dudit album culte. Résultat : public boudeur, huées, bad buzz sur les réseaux sociaux et un groupe qui termine 20 minutes plus tôt que prévu d’après celles et ceux qui ont assisté à la débandade.

Prix des festivaliers les plus mimis

Notre coup de cœur va à Mireille et ses trois amis, leurs âges oscillant entre 69 et 73 ans. « Il n’y a pas d’âge pour s’éclater au Hellfest », nous a dit le quatuor aux cheveux blancs.
[nrm_embed]<div class= »fb-video » data-href= »https://www.facebook.com/brealofcypresshill/videos/1881452538763488/ » data-width= »500″ data-show-text= »false »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/brealofcypresshill/videos/1881452538763488/ » class= »fb-xfbml-parse-ignore »><a href= »https://www.facebook.com/brealofcypresshill/videos/1881452538763488/ »></a><p>The maddness!! Prophets of Rage rock #hellfest in France</p>Publié par <a href= »https://www.facebook.com/brealofcypresshill/ »>B-Real of Cypress Hill</a> sur lundi 19 juin 2017</blockquote></div>[/nrm_embed]

Mention spéciale aussi au public qui a porté un festivalier en fauteuil roulant à bout de bras, pour le faire slammer sur la foule.

[nrm_embed]<blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>J’ai eu la chance de capturer l’essence et l’âme du <a href= »https://twitter.com/hashtag/Hellfest?src=hash »>#Hellfest</a> !!<a href= »https://twitter.com/hashtag/Metalheads?src=hash »>#Metalheads</a> <a href= »https://twitter.com/hashtag/TheGreatestOfAll?src=hash »>#TheGreatestOfAll</a> <a href= »https://t.co/osZhNnvi4M »>pic.twitter.com/osZhNnvi4M</a></p>&mdash; Dédo (@Dedodante) <a href= »https://twitter.com/Dedodante/status/876092241680445445″>17 juin 2017</a></blockquote> <script async src= »//platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>[/nrm_embed]

Prix du groupe le plus magique

Image38
Le groupe Wardruna (Photo tmv).

Impossible à nier : WARDRUNA était l’un des groupes les plus attendus de cette édition. Les Norvégiens, ultra-rares sur scène, pratiquent une musique magnifique, plongeant dans la mythologie nordique, un voyage à la rencontre des peuples vikings. Wardruna n’était même pas monté sur scène que le public, chaud bouillant, se mettait déjà à faire un clapping (popularisé par les Islandais lors de l’Euro 2016). Et lorsque les musiciens ont débarqué, c’était la folie. Un concert d’une heure, confinant au sublime, transcendantal et magique. L’utilisation d’instruments traditionnels, couplée à une scène baignée dans de somptueuses lumières, ainsi que la performance hallucinante des zikos a fait de Wardruna LE concert de cette édition.

Prix du mammouth qui t’écrase la tête

Oui, UFOMAMMUT, c’est de vous qu’on parle. Les Italiens pratiquent ce qu’on appelle le sludge/doom. En plus imagé, ça donne une musique pachydermique, où on a eu l’impression d’être écrasé par un mammouth, puis un autre, puis encore un autre (bébé, celui-là), avant de se faire broyer par un bulldozer, puis ratatiner par un mur du son qui nous plongerait encore plus sous terre, au cas où il nous resterait quelques bribes de cervicales. Dantesque !

Image28
Caliente au Hellfest ! (Photo tmv)

Dans le même registre, BONGRIPPER a distillé son doom enfumé (comprenez que le groupe semble aimer les cigarettes magiques qui font rire), parfaitement exécuté et hypnotique.

Prix du truc bizarre qu’on a ramené

Une piqûre étrange d’un insecte extra-terrestre qui a provoqué douleurs, rougeurs (et autres couleurs non-identifiées) tout le long de la jambe et une cheville qui a triplé de volume. Sexy.

Prix de la valeur sûre

Une fois de plus, AIRBOURNE a confirmé son statut de tuerie scénique. Son hard rock inspiré d’AC/DC sous amphet’ a renversé le Hellfest. Ça riffe, ça joue, ça tape un solo dément par chanson, merci les Australiens ! PRIMUS, cultissime, aurait dû jouer sur la scène principale : coincé dans la Valley, le trio bizarro-mythique a rempli la place comme personne. Connu pour avoir signé le générique de South Park, le « rock fusion funky » est emmené par le loufoque Les Claypool, sans conteste l’un des meilleurs bassistes sur Terre. Taré !
UGLY KID JOE, immense groupe de hard rock énervé des 90s, a mis le feu à la scène principale. Et quel plaisir de réécouter ce « Hate everything about you », chanté à gorges déployées par des milliers de fans. DELUGE, enfin, a beau taper dans le black metal sombre et hurlant, leur set était d’une violence inouïe. Carré et méchant, comme d’habitude.

Le métalleux aime faire du shopping. (Photo tmv)
Le métalleux aime faire du shopping. (Photo tmv)

Prix de l’occulte (féminin)

D’un côté, BLOOD CEREMONY a reçu un accueil dingue. Normal, me direz-vous, puisque leur heavy doom mâtiné d’influences 70s et occultes était de toute beauté. Mené par la leader Alia O’Brien, le groupe canadien a, en plus, l’intelligence de parsemer sa musique de flûte traversière, rajoutant une teinte vintage ensorcelante.

De l’autre côté, CHELSEA WOLFE, dirigé par la Californienne du même nom, aussi expérimental, brutal qu’envoûtant. D’une noirceur extrême, la musique est une plongée dans les ténèbres, un aller sans retour. Et c’était chouette !

Prix du groupe le plus original

VÔDÛN est la surprise du festival. Le groupe se décrit comme heavy-afro-psyché. Le trio a débarqué sur scène, vêtu de tenues traditionnelles africaines avant de… se lancer dans un gros trip jubilatoire, sorte de Black Sabbath excité, entraîné par une batteuse à la force de frappe monstrueuse, le tout mâtiné de percussions africaines et de rythmes endiablés.

Prix des groupes dont on doit tout de même parler

Un bravo à HIRAX qui, malgré la foule clairsemée, a brisé quelques nuques avec son vieux thrash-metal rapide comme un TGV sans les grèves. Idem pour BRIGHT CURSE qui a eu la lourde tâche d’ouvrir le festival le dimanche à 10 h 30 du matin, avec un rock stoner psyché parfaitement dosé, magnifié par le timbre surpuissant du chanteur Romain « Shaman » Daut.

On fatigue, on fatigue (Photo tmv)
On fatigue, on fatigue (Photo tmv)

Prix des groupes qu’on a un peu regardés (parce qu’on avait autre chose à faire comme boire des bières)

MONARQUE nous a cueillis à l’arrivée, le samedi à midi, avec un black metal agressif, mais un poil trop linéaire pour accrocher pleinement. IGORRR a mis les pendules à l’heure avec sa machine à tuer : terrassant le public avec leur musique explosant les codes, véritable chaos sonore épuisant mais jubilatoire. TURISAS a mis le feu sous la Temple avec un son à décorner les bœufs pour leur metal folk sautillant. Les mythiques SAXON ont envoyé leurs tubes (Wheeeels of steeeel) en prouvant par A+B que le hard rock n’a pas d’âge (Biff Byford, au chant, a 66 ans). Même s’il manquait juste le petit « truc »…

Prix du meilleur festival ?

Image24
La fameuse grande roue du Hellfest (Photo tmv)

Euh… le Hellfest, par hasard ? Malgré les réticences de rares personnes et associations qui, chaque année, tentent de faire interdire le festival, le Hellfest a de nouveau tenu toutes ses promesses. Pour notre part, on regrettera juste un site un peu trop bondé (il y a vraiment beaucoup de monde le samedi). Pour le reste : des décors somptueux (le Hellfest est en fait construit comme une « mini-ville »), une orga réglée au millimètre, une ambiance bon enfant, zéro bagarre ou problèmes et, surtout, un village de Clisson de nouveau ravi de recevoir tant de métalleux, grosses brutes barbues tatouées et violentes, adeptes de sacrifices de bébés roux les soirs de pleine lune… pour un week-end de partage et d’amour de la Musique. [et de la bière]

Et pour 2018 ?

>L’édition du Hellfest aura lieu du 22 au 24 juin 2018. Un changement de date, le tout récent Download à Paris ayant décidé de se caler sur le week-end du 15-16-17 juin (piqué les dates au Hellfest, dirons certains…).

>Inutile d’espérer Metallica. « Ça ne sera pas l’année prochaine. Ils ne feront pas les festivals, mais les stades », a indiqué Ben Barbaud, fondateur du festival. D’autant que le groupe appartient à Live Nation. Le Hellfest étant une association de loi 1901, « s’ils achètent une tournée entière, on ne pourra pas suivre », a rappelé Ben Barbaud.
Tool et System of a down font partie des grosses machines de guerre que le Hellfest rêve d’avoir. Idem pour Van Halen, mais qui est essentiellement en tournée aux États-Unis. Réponse dans quelques mois.

Textes et photos : Aurélien Germain

[nrm_embed]<iframe style= »border:none » src= »http://files.photosnack.com/iframejs/embed.html?hash=pt3l75lf1&t=1497953845″ width= »100% » height= »700″ allowfullscreen= »true » mozallowfullscreen= »true » webkitallowfullscreen= »true » ></iframe>[/nrm_embed]

On a testé le Hardwood Burger Bar

Installé juste avant la rue Colbert, le Hardwood Burger Bar propose une sympathique carte de… burgers bien sûr !

Image42
Notre burger au cheddar et bacon (photo tmv)

Ses clients, il les appelle les Hardwooders ; l’endroit où il concocte ses recettes, il le nomme Hardwood Labo. Bref, vous l’avez compris : welcome to the Hardwood Burger Bar, de Morgan. Installé depuis trois mois rue Voltaire à Tours, l’établissement spécialiste du burger a déjà fait ses preuves à Montbazon.
Désormais, le sympathique Morgan veut conquérir le cœur (et l’estomac) des Tourangeaux.

Ce jeudi ensoleillé, on s’installe en terrasse et on admire la carte. Le restaurant propose des recettes classiques comme le cheeseburger ou à la sauce BBQ, mais offre aussi une gamme intéressante, allant du Garlic Burger (sauce à l’ail et champignons) et l’Habbanero (sauce pimentée mexicaine et mozza), à la spécialité maison (betterave, ananas, steak, fromage, cheddar et oeuf), sans oublier les veggie pour végétariens ! Notre choix se porte sur un burger composé d’un bacon cuit tout comme il faut, d’oignons, et d’un délicieux cheddar fondu.
Imposant par sa taille, le steak se distingue aussi par sa préparation. Car ici, « la viande est hachée sur place », s’enthousiasme Morgan. Le restaurateur, par ailleurs boulanger (« je ne vous dis pas à quelle heure je me lève ! », rigole-t-il), n’est pas peu fier de son pain.

C’est d’ailleurs le gros point fort de Hardwood Burger Bar : exquis, les buns sont préparés sur place, un peu grillés à l’intérieur pour un rendu croquant qu’on a adoré. « Je souhaite garder des prix abordables », prévient Morgan qui ne jure aussi que par le fait-maison (les frites y compris). En ouvrant à Tours, Hardwood s’est lancé un challenge. Mais les amoureux/ses de burger devraient trouver ici leur nouveau QG.

> Hardwoord Burger Bar, 18 rue Voltaire à Tours. Ouvert du mercredi au dimanche, midi et soir. Sur place ou à emporter. Contact : facebook.com/hardwoodburgerbartours ou 02 34 38 32 57.
> Burger seul de 7,50 à 9,50 € ; frites 2 à 3 €.

16715960_1873028596276828_6639760433019970598_o
L’intérieur du restaurant (photo facebook Hardwood Burger Bar)

Happy Color : c’est reparti pour un tour (coloré) !

5 km à courir à son rythme en se faisant asperger de poudre de couleur à chaque kilomètre : c’est Happy Color. Et nous, on est à l’arrivée et on vous prend en photo, pour vous faire gagner des cadeaux.

AGENDA-PHOTO5-happy color

Et c’est reparti pour un tour ! Un petit parcours de 5 km autour du lac de la Bergeonnerie pour aller de l’Heure tranquille à la Gloriette. Quand vous partez, vous avez le sourire et le tee-shirt propre et quand vous arrivez, vous avez la banane et de la poudre partout. Sur le parcours, on peut courir, si on veut, mais on peut aussi le faire en marchant, en marche arrière, en rampant : c’est comme on veut.
Et à chaque kilomètre, on se fait asperger de poudre de maïs (et garantie sans gluten, en plus pour ceux qui auraient peur d’en avaler !). Ça peut se faire en famille (même avec de jeunes enfants et même avec de grands ados tout mous), entre amis (même avec gros Lulu qui sait pas danser). Et, à l’arrivée, vous avez un concert qui déboîte soutenu par Virgin Radio, avec les DJ Liberty, Parad2x et Gaetan Laurent.

COMMENT PARTICIPER ?

Avant la musique, il y a le passage obligé par le stand tmv, juste après l’arrivée (on sera là avec nos beaux tee-shirts, vous ne pourrez pas nous louper !) Alors, avant d’aller bouger son popotin en rythme, on va devant la toile tmv, on fait un sourire au photographe et c’est dans la boîte. Après, quand on est tout beau, tout propre, on va sur la page facebook de tmv, on like sa photo et on partage avec un maximum d’amis (comme l’année dernière !)

Au final, les photos qui auront le plus de like gagneront des tas de cadeaux. Et, cerise sur le gâteau, vous retrouverez la semaine prochaine, dans tmv, quelques-unes des meilleures photos de cette Happy Color #2. À dimanche !

C’est quand ? Dimanche 4 juin. Les départs s’échelonnent de 14 h à 16 h (à choisir au moment de l’inscription)

C’est où ? À l’Heure tranquille

C’est combien ? 18 € jusqu’au 1er juin sur le site www.happycolortours.fr / 20 € les 2 juin (15 h à 20 h), 3 juin (10 h à 20 h) et 4 juin (9h à 13 h), sur place.

Tahina : resto 100 % végétal

Leur credo ? « Créateur de saveurs 100 % végétales ». Tmv a testé le nouveau-venu, le Tahina !

Image5

Amis carnivores, passez votre chemin. Ici, vous ne trouverez dans votre assiette que des légumes, des fruits et des céréales. À deux pas des Halles, des étals de bouchers et de fromagers, on trouve le restaurant Tahina ouvert au début du mois.

Ce qu’on remarque en premier, c’est la décoration. Dans le petit local, gris et vert, un mur entier est recouvert d’une fresque végétale. « J’ai souhaité créer ce restaurant pour développer une franchise de restaurants vegan en France et en Europe », explique le propriétaire Georges Ayoub. Il s’est intéressé au concept de restaurant végétal en voyant autour de lui, de plus en plus de personnes qui ne souhaitent plus manger de viande.
Originaire du Proche-Orient et ayant passé sa vie à voyager, le cuisinier a introduit des saveurs du monde et particulièrement orientales. « Tahina, c’est la crème de sésame à la base de notre cuisine », ajoute-t-il.

Sur place ou à emporter, la carte propose ainsi des sandwichs veg, mais aussi une assiette mixte plus copieuse, pour goûter à tout. De délicieux falafels et la sauce légère Tahina, une purée de carotte au gingembre sucrée, accompagnés de portions de caviar de pois chiches, de caviar d’aubergines à l’huile d’olive et de quinoa mélangé avec des légumes.
Le tout accompagné de pain indien et de crudités à tremper. Une cuisine exotique, à base d’huile d’olive, où il faut aimer l’amertume, parfois un peu trop présente. Et pour le dessert, salade ou smoothie à base de fruits de saison, en attendant le menu de la semaine.

Un restaurant qui démarre au vert et qui sait tendre l’oreille aux remarques.

Pauline Phouthonnesy

> 13 Place Gaston Paillhou, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, de 12 h à 15 h et de 18 h à 23 h. Réservation au 02 47 61 14 25. A retrouver sur Facebook.
> Sandwich veg à 4,90 €, assiette « évasion de saveurs végétales » à 13,90 €, smoothie à 3,90 €.

Image6

Panier curieux : quand la culture est une surprise

Rencontrés à l’apéro-rédac tmv, Séverine et Merlin font partie de l’asso Viens voir à Tours qui propose des paniers surprise. Une façon originale de faire découvrir la culture tourangelle autrement.

Image1

Promouvoir la culture locale », c’est le credo de Viens voir à Tours. L’association – aussi connue sous le petit nom de VVhat – existe depuis 2015. Lancée à la base par des étudiants tourangeaux, la structure compte désormais une vingtaine de personnes, âgées de 20 à 30 ans. « On a recruté pas mal de nouvelles têtes ces derniers temps », précise Merlin qui fait partie de l’association.

Il faut dire que leurs paniers curieux cartonnent (lire tmv n°233). Le principe est simple : dans des paniers « surprise », l’équipe de VVhat glisse places de spectacle ou concert, CD, livre, créations artistiques, le tout garanti 100 % Tours. « Même le tote bag – le sac en tissu dans lequel se trouve tout ça – est illustré par un artiste du coin et sérigraphié en Touraine », soulignent Merlin et Séverine, son acolyte.
En mars dernier, par exemple, le panier curieux regroupait Le Monstre, le livre de Xavier Veilhan, des places pour le festival Super Flux, ou encore le CD de Toukan Toukan et un sac illustré par Élodie Oliveira. « Les paniers curieux sont ensuite distribués lors d’une soirée-remise. Il faut promouvoir la culture locale, mais aussi la partager », indique Séverine.

Dès lors, on comprend mieux qu’elle et Merlin soient intarissables sur le thème qui avait été abordé lors de l’apéro-rédac tmv la semaine dernière (la culture à Tours est-elle (vraiment) accessible à tous ?) : « Quand on me dit qu’il n’y a rien à faire à Tours, ça me fait sauter au plafond ! », s’exclame Séverine, avant d’ajouter : « Il y a toujours de belles découvertes à faire. La culture locale est riche, très riche, mais un peu méconnue. Cela fait neuf ans que j’habite ici, mais je découvre encore. » Pour Merlin, le panier curieux est efficace et l’offre, pertinente : « On essaye effectivement de stimuler la curiosité. »
Preuve en est : les acheteurs sont non seulement nombreux, mais aussi variés. « Concernant le profil type des acheteurs du panier curieux, nous n’en avons pas », indique Cindy, du bureau de l’association. Lors de la dernière édition, « ils étaient âgés de 18 à 70 ans. Un large public, donc ! D’autant plus que nous proposons désormais un panier jeune public, pour les enfants de 2 à 10 ans globalement ».

Il faudra un peu attendre pour voir sortir les prochains paniers de VVhat. En attendant, l’asso travaille sur un événement prévu en juin. « Il faut d’abord qu’on trouve un lieu… Mais on va faire une soirée pour se faire connaître », se réjouit Séverine. « Ce sera un moment parfait pour aller à la rencontre des gens. »

> Plus d’infos et contact sur : facebook ou viensvoiratours.fr ou par mail à what.asso@ gmail.com
> Panier curieux à 35 € ou 25 € en tarif réduit (étudiants, sans emploi, etc.)

Chez Zein : spécialités libanaises au menu

Un petit nouveau s’est installé rue du Commerce. Chez Zein, les spécialités libanaises sont au menu. Bon appétit !

Image3

« Oooh, mais c’est trop cool, ça ! Un resto libanais ! » Les deux ados qui passent devant la petite terrasse de Chez Zein semblent ravies. Tout au long du repas, d’autres curieux poussent la porte ou jettent un oeil à la carte. Le nouvel occupant du numéro 7 de la rue du Commerce intrigue. Ouvert il y a quelques semaines à peine, Chez Zein a remplacé la sandwicherie de Fred qui résidait ici jusqu’à maintenant.

Zein, l’hôte des lieux, accueille avec un large sourire. La commande est rapidement prise et le service, attentif. La carte est alléchante, avec son choix de spécialités libanaises. On passe du kafta (viande hachée persillée, pignons, épices fines) à l’assiette mezze (hommos, taboule, motabbal…), sans oublier – pour nos amis vegans – un plat végétarien.
Pour nous, ce sera un classique : les falafels (à 11 €). Tout est préparé au comptoir, sous les yeux des clients, sur fond de musique orientale.

Une fois notre bière (libanaise, bien sûr !) engloutie, on se concentre sur nos falafels. L’assiette est joliment pensée et présentée, avec au centre un monticule de salade, entouré de falafels parfaitement cuisinés. Le hommos, une purée de pois chiche, est fondant et décoré d’une feuille de menthe. Le tout est accompagné de pain pita. Autre bon point : les portions sont plus que correctes et on ne se sent pas lourds à la fin du repas.
Le goût de l’effort est notable. Mais celui du travail aussi : l’équipe de Chez Zein ne chôme pas, visiblement. « Ah, nous sommes ouverts toute la journée et tous les jours ! », indique le patron. De quoi avoir le temps de tester toute la carte.

> 7 rue du Commerce, à Tours. Contact : 09 83 71 08 21. Ouvert 7 jours sur 7. Sur place ou à emporter.
> Plat entre 11 et 13 €, sandwiches entre 5 et 6 €. Une formule midi basique à 7 €.

La Fée Gourmande, salon de thé

Tmv a poussé la porte du salon de thé La Fée Gourmande, rue Victor-Hugo à Tours. Verdict ?

la fée gourmande

« La meilleure façon de résister, c’est de céder à la tentation. » Au-dessus des moelleux au chocolat, cet écriteau allèche les clients qui passent la porte du salon de thé La Fée Gourmande. À deux pas des terrasses de Jean-Jaurès, ce cocon a été décoré avec coquetterie par sa propriétaire en 2014. Christine Cotilleau, anciennement dans les renseignements commerciaux, a chiné et customisé chaque fauteuil, angelots, serviteurs à gâteaux ou mini cup-cakes pour faire de ce local un salon digne d’Alice aux Pays des merveilles, l’agitation du Chapelier fou en moins.

Au goûter, avec ses enfants (un espace de jeu leur est dédié !) ou entre copines, vous vous délecterez d’une vingtaine de thés, d’une tarte caramel-noix ou d’un cake banane-chocolat. Un petit creux à midi ? Le salé a aussi sa place sur les tables en fer forgé pastel. Quiche aux trois fromages ou cabillaud-endives sont par exemple au menu, ainsi que des soupes et bientôt des salades.
En revanche, ne vous attendez pas à croiser le cuistot, il se situe à Charentilly. Il s’agit de Laurent Boucher de l’Auberge de l’Espérance. À noter, il préparera son chili con carne en avril. Pour l’été (et tout le reste de l’année), la Fée Christine vend aussi des glaces artisanales de Sonzé.

Enfin, une surprise se cache sous la salle : un salon privatif, au frais, qui accueille des ateliers chants, tricots, gestion des émotions et enterrement de vie de jeune fille. La cerise sur le gâteau !

Pauline Phouthonnesy

> La Fée Gourmande salon de thé, 19, rue Victor-Hugo à Tours. Ouvert du mardi au samedi, de 11 h à 18 h 30 et tous les derniers dimanches du mois de 12 h à 18 h (pendant la brocante).
> Réservations au 02 45 25 05 40.
> Formule Gourmande à 13, 90 € (Quiche ou cake, yaourt fermier, jus de pomme, thé ou café et pâtisserie) ; quiche et cake à 6,50 € ; soupe à 2,90 €, pâtisserie à 3,40 €, thé à 3,40 €.

RESTO_FEEGOURMANDE (4)

La Bonne Assiette : escapade portugaise

Et si on partait pour le Portugal ? Bon du moins, restons tout de même à Tours : on a testé le restaurant La Bonne Assiette.

(Photo Facebook La Bonne Assiette)
(Photo Facebook La Bonne Assiette)

C’est un petit établissement que les habitués connaissent par cœur. Niché rue Courteline, le restaurant La Bonne Assiette pourrait même passer inaperçu de l’extérieur. Et pourtant, quand on y entre, ce jeudi- là, la salle est bondée. Premier conseil tmv : pensez à réserver ! Ici, c’est un peu le bon plan qui s’est transmis par le bouche à oreille. Le genre d’adresse sympathique, accueillante et sans chichis. Découvrir les spécialités portugaises pour pas trop cher et, surtout, rester dans le simple.

Car soyons clair : La Bonne Assiette, c’est à la bonne franquette. Il n’empêche que ce restaurant fait le plein et, surtout, ne faillit pas à sa réputation. Équipe au top, cadre familial agréable et cuisine tradi. La carte propose un choix intéressant, allant des beignets de morue, incontournables, au jambon de pays en passant par le bacalhau ao forno (morue au four, pour ceux qui ont pris allemand en LV1). O
ubliez les portions maigrelettes, on est davantage dans les plats copieux et les repas roboratifs comme chez mamie.

(Photo tmv)
(Photo tmv)

Et même si la présentation est sommaire, notre frango churrasco remplit sa mission : un poulet assaisonné au piment doux, un peu grillé à la braise avec un accompagnement, tout en simplicité, qui finit de combler l’estomac. Le tout, pour un excellent rapport qualité-prix (7,30 € !). L’adresse est bien connue de la population portugaise. D’ailleurs, ce jour-là, on remarque qu’une grande partie des clients parle la langue.
Alors oui, la salle est bruyante quand il y a du monde. Mais eh… C’est ça l’ambiance chaleureuse du Portugal !

> La Bonne Assiette, 75 rue George-Courteline. Ouvert tous les jours, midi et soir, sauf le lundi soir et mercredi soir. Contact : 02 47 37 04 86 ou sur Facebook
> Menu du jour (entrée plat dessert) à 12 €, plat du jour à 6, 90 € en semaine. Plat à la carte entre 6,30 et 14 €.

La Deuvalière : à vos fourchettes !

Nous avions testé il y a plusieurs années, la Deuvalière, dans le Vieux Tours. Désormais, c’est une nouvelle équipe aux fourneaux. Une bonne raison d’aller essayer les nouveaux plats.

RESTO_DEUVALIERE 2

« Tirez la porte pour ouvrir ! », répètent les serveuses. Eh oui, si vous allez manger à la Deuvalière au 18 rue de la Monnaie, sachez que ça ne sert à rien de pousser la porte vitrée. Bon, une fois cette étape franchie, vous découvrez une salle aux vieilles pierres et poutres apparentes, où trône une cheminée allumée les jours de grand froid.
L’établissement tenu pendant treize ans par Servane et Emmanuel Deval a été repris en juin dernier par deux membres de l’équipe en place : Alexandra Matéo, en salle et Julien Martineau, derrière les fourneaux. Les employés ont ajouté leur touche sur la carte, sans changer les prix, gardant les mêmes fournisseurs.

Avec deux personnes en moins, ils ont dû néanmoins réduire le choix de plats et fermer l’établissement le week-end. Pour une formule du midi complète à 21, 50 €, je me laisse tenter par une salade d’endives et magret de canard fumé, entrée légère et réinventée. Je continue avec un filet de cabillaud, accompagné d’un clafoutis de carottes au miel et coriandre, délicieusement assaisonnés et relevés. Et comme je suis gourmande, j’ai réservé une tartelette de poires à la crème de marron meringuée, hmmm !

Ce menu change chaque semaine, mais on aurait envie de revenir pour goûter la formule de saison : foie gras de canard en terrine et sa déclinaison de mangue ; persillé de boeuf Black Angus et mille-feuilles à la fève de tonka et aux framboises… Dernier petit conseil : mieux vaut réserver !

Pauline Phouthonnesy

> La Deuvalière, 18 rue de la Monnaie, à Tours. Contact : page Facebook. 
> Formule (entrée + plat + dessert) du midi à 21, 50 € ou formule de saison midi et soir à 34 €. Ouvert du lundi au vendredi, de 12 h à 14 h et de 19 h 15 à 22 h. Réservation au 02 47 64 01 57.

Fresh Burritos : le Mexique tranquille

Ça y’est : depuis la mi-janvier, l’enseigne Fresh Burritos s’est installée à l’Heure Tranquille. Inutile de vous dire qu’on y a vite fait un tour…

fresh burritos

Arriba ! Un nouveau resto mexicain à Tours ! Tel Speedy Gonzales, tmv est parti à la découverte de l’enseigne Fresh Burritos qui a ouvert il y a tout juste deux semaines à l’Heure Tranquille.

Il y a déjà du monde au fast-food mexicain… quinze minutes d’attente dans la file, où j’ai le temps de changer six fois d’avis. Le menu à 8,30 €, boisson comprise, est composé d’un plat (burrito, salade, chili ou tacos) et d’accompagnements que l’on choisit directement au comptoir. « Comme chez Subway », explique un étudiant derrière moi. Les trois tacos me font de l’oeil et ça me permet de goûter la base de riz parfumé à la coriandre, les patatas, le poulet et le bœuf marinés. Tout ça avec du guacamole, des tomates et du fromage.
Connaissant les Jalapenos (piment mexicain) j’opte pour la sauce moyennement piquante. À l’aise, j’empoigne finalement la sauce piquante sur la table ! C’est léger, le goût est agréable et les légumes sont frais. Côté déco, c’est simple avec du bois et des murs colorés. Même s’il y a du monde, je trouve facilement une place assise et autour de moi ce midi, autant d’étudiants que de salariés. L’espace d’un instant, je m’imagine un peu au soleil.

Petite déception côté dessert, il faudra se contenter d’un cookie ou de yaourts. Fresh Burritos est la première chaîne de ce type en France. Elle a été créée par un trentenaire calaisien en 2011, qui possède aujourd’hui onze établissements. Allez, au moins ici Trump ne vous mettra pas dehors… Viva Mexico !

Pauline Phouthonessy

>Fresh Burritos, à l’Heure Tranquille, 59 avenue Marcel-Mérieux, à Tours. Contact sur leur page Facebook.
>Menu plat + boisson à 8,30 €, un cookie offert aux étudiants (1 €), extras (nachos, patatas, mini burrito, soupe) pour 2 €. Ouvert 7/7 j, de 10 h à 22 h ; jusqu’à 23 h le vendredi et samedi ; seulement à partir de 18 h le dimanche.

RESTO_BURRITOS (1)

Tours : Une école de cinéma en septembre

Une école de cinéma à Tours en septembre ? Le projet est signé Isabelle Heurtaux, qui souhaitait combler un vide dans la région. La directrice nous en dit un peu plus…

école cinéma

Cela fait 25 ans que je suis dans le monde de la télé et du journalisme. Mon mari (le producteur tourangeau Jean-François Geneix – NDLR) a passé 40 ans dans le cinéma. Et un jour, je me suis dit : c’est dingue, il n’y a toujours pas d’école de cinéma dans la région Centre ! » C’est comme ça qu’est venue l’idée à Isabelle Heurtaux. Son projet, elle le chouchoute, et y croit dur comme fer. L’EscaT – ou École supérieure de cinéma et d’audiovisuel de Tours – doit ouvrir ses portes à Tours-Nord, le 20 septembre 2017. Les dossiers d’inscription, eux, devraient être en ligne dès cette semaine.

« Il y aura entre 100 et 125 élèves sur les deux ans de la formation », assure Isabelle Heurtaux. Tranche d’âge visée ? Les 18-25 ans. Ils formeront des équipes. Tous les matins, ils auront des cours théoriques. La directrice de l’école n’en démord pas : « La théorie est importante. Il faut savoir ce qu’est le cinéma et avoir les références ».
L’après-midi, place à la pratique. « Les étudiants seront dans les conditions du réel. En sortant, ils seront à même d’intégrer une équipe de production. » Deux options seront d’ailleurs possibles : scénario/réalisation ou image (chef opérateur). Caméras, studios son, plateau de 200 m²… À l’EscaT, on devrait travailler dur !

Un partenariat a par ailleurs été noué avec les studios de tournage de Bry-sur- Marne qui fournira une part du matériel. « On assurera aussi un stage à la fin des deux ans », ajoute Isabelle Heurtaux. Avant d’aborder la réalisation d’un film de fin de scolarité par les étudiants et sa présentation devant un jury de professionnels qui donnerait un prix « pour faire un court-métrage pro ensuite ». Isabelle Heurtaux et Jean-François Geneix ayant un gros carnet d’adresses, tous deux ont aussi choisi de jouer sur les masterclass : une fois par mois, un professionnel interviendra en cours. Sur le site de l’EscaT, plusieurs noms sont déjà divulgués : notamment le comédien Bruno Solo, le producteur Éric Altmayer, ou encore la productrice TV Alexia Laroche-Joubert et Aurélien Dauge, distributeur.

Une ouverture qui a de quoi transformer le paysage tourangeau ? Contactée à propos du dossier de l’EscaT, la municipalité n’a pas donné suite à nos demandes. Mais Tours, terre de cinéma, a vu les initiatives dans le monde du cinéma se multiplier : des festivals Mauvais Genre et du cinéma asiatique, en passant par les Journées du film italien ou des tournages, des concours de courts-métrages et des projets étudiants autour de cet univers.
Pour la directrice de l’EscaT, l’arrivée d’une École de cinéma sera donc « quelque chose d’important en matière de culture, mais aussi d’emploi ». Avant de conclure : « C’est, je pense, un maillon qui manquait. Et je suis très enthousiaste. J’espère faire de l’EscaT un véritable pôle culturel. »

> +d’infos : escat-france.com
> Frais de scolarité : 6 000 € par an. Frais d’inscription : 550 € par dossier.

Le Coin de table : la bonne surprise à Tours Nord

Tmv est allé faire un tour au Nord de la ville pour y découvrir Le Coin de Table et sa cuisine inspirée.

RESTO_AUCOINDELATABLE (4)

On n’y va pas par hasard Au coin de table. Situé depuis huit ans dans la zone commerciale Arthur-Rimbaud, près de la Petite Arche, l’extérieur du bâtiment peut faire penser aux chaînes de restaurants voisines. Ne vous laissez pas tromper par les apparences, ça n’a rien à voir. En pleine semaine, vers 13 h, la salle est complète.
Rendez-vous d’affaires, déjeuner entre amis ou entre collègues, réserver est le plus sage des conseils pour être sûr de déguster un tartare de boeuf haché préparé par leurs soins.

Dès l’entrée, on apprécie l’accueil du personnel et les immenses plantes vertes qui mettent en valeur la hauteur sous-plafond. La déco industrielle, en bois et béton, se marie avec les murs couverts de bouteilles. En effet, la carte des vins – une petite bible de 200 références – attire autant que celle des plats. Seule, l’entrée coûte 9,50 €, alors mieux vaut prendre un menu à 22 € pour deux plats et 26 € pour trois.

Cuisine locale et de saison, on peut trouver du poisson, du veau, une entrecôte, du brie aux truffes et mascarpones ou encore une salade thaï. Ce restaurant est d’ailleurs certifié Maître restaurateur par l’État depuis un an, ce qui authentifie le fait-maison et l’utilisation de produits bruts issus de circuit-courts. La Bretonne que je suis s’est laissée tenter par l’oeuf mollet et son velouté d’oignons roses de Roscoff et des crépinettes de pintade aux champignons japonais shiitakes – du Maine-et-Loire – avec ses pommes grenailles. C’est bon et les assiettes sont bien présentées. Les plats arrivent assez rapidement, je ne perds pas de temps, il faut déjà retourner travailler…  RESTO_AUCOINDELATABLE (1)

> Le Coin de la table, 15 rue Arthur-Rimbaud, Tours Nord. Entrée + plat ou plat + dessert à 21,90 € et menu complet à 25,90 €.
> Ouvert du lundi au vendredi, de 12 h à 13 h 45 et du mardi au vendredi, de 19 h 30 à 22 h. Réservation conseillée au 02 47 51 68 29.

TOP 4 : Victoires pas victorieuses

La semaine dernière est tombée la liste des nominé(e)s aux Victoires de la musique 2017 (diffusion le 10 février à la TV). Voilà quatre faits que vous avez probablement oubliés à propos de la cérémonie…

MISS DOMINIQUE

Qui ça ? Miss Dominique. Victoire de la révélation 2007. Finaliste de la Nouvelle Star 4, aussi, mais battue par Christophe Willem. Et une participation à la Ferme célébrités en 2010. Qui s’en souvient, lève la main. Bah alors ?

PAUSE_ECRANS_TOP1

GUILLON VS ZAZ

« Ça sent bon ? Vas-y sens ! Sens ! » Zaz balance sa pique à l’animateur Bruno Guillon, en direct des Victoires de la musique. Gros malaise. La raison ? A la radio, Guillon avait émis quelques doutes quant à la propreté de la chanteuse.

PAUSE_ECRANS_TOP2

PRESTATION PAYÉE

C’est Le Parisien qui avait donné l’information l’an dernier. Les artistes qui viennent se produire sur la scène des Victoires de la musique touchent un cachet de 400 € bruts. Eh oh, tout travail mérite salaire, nom d’un Kendji Girac.

PAUSE_ECRAN_TOP3

ET L’INVENTEUR EST…

« Fichtre, diantre qui diable a donc inventé les Victoires de la musique ? », vous demandez-vous. C’est par la volonté de Jack Lang, alors ministre de la Culture, que la cérémonie est née en 1986. Alors, on dit merci qui ? Merci Jackie !
PAUSE_ECRANS_TOP4

Réparate : On dirait le Sud

Dans la fraîcheur de l’hiver, tmv est allé faire un petit tour au Réparate. L’établissement, rue du Grand Marché, propose une cuisine du Sud. Un peu de chaleur, ce n’est pas de refus.

RESTO_REPARATE

La carte est petiote mais on y trouve l’essentiel : des vins de Bandol, des encornets à la provençale comme chez mamie, une pissaladière, du pâté de lapin… et de la salade niçoise, « la vraie », précise fièrement l’ardoise accrochée au mur en pierre.

Parce que dans une niçoise, attention, y a que des légumes crus, nous explique la patronne. « A Paris, ils mettent même du maïs, mais non, on n’y met jamais rien de cuit, sauf les œufs ! » Et elle sait de quoi elle parle puisqu’elle est de Nice. C’est là-bas que son mari, Jean-Michel Lacaze, a ouvert son premier restaurant, avant de récidiver à Paris et de s’installer enfin à Tours il y a quelques semaines.
Pendant qu’on patiente avec une assiette de tapenade offerte par la maison (la meilleure qu’on ait goûté à Tours), on voit le chef s’affairer dans la petite cuisine ouverte, la moustache souriante. Trente-neuf ans derrière les fourneaux et toujours l’envie de faire connaître une cuisine du Sud sans chichis, comme à la maison, pleine d’olives de pays, de légumes frais et de poissons. Toujours content aussi de discuter avec le client qu’il accueille comme chez lui.

D’ailleurs, à propos de maison, il est déjà dans le quartier comme chez lui. On le voit traverser la rue pour apporter une assiette bien chaude à son voisin d’en face, qui tient l’épicerie.  Malgré sa jolie décoration et le CV du chef le Réparate n’est pas une table bistronomique. Il est bien plus que ça : une petite bulle bienveillante, où le client est accueilli comme à la maison. C’est ça, l’esprit du Sud.

>Réparate, 47 rue du Grand marché, à Tours. Formule 2 plats 12,90 €, 3 plats 15 €.
>Réservation au 02 47 50 44 76. Ouvert midi et soir, du mardi au dimanche midi, le soir jusqu’à 22 h 30. 

L’Atelier Gourmand : plaisir des papilles

Stéphane Fourmis dit qu’il est un « artisan de la cuisine ». Vrai ! On a testé L’Atelier Gourmand à Tours : une très bonne surprise.

EXIT_RESTO

C’est un atelier un peu particulier que l’on a découvert cette semaine. Celui d’un « artisan de la cuisine », comme se définit Stéphane Fourmis. Il est aux commandes des fourneaux de L’Atelier Gourmand depuis mai 2016, un restaurant situé dans une rue parallèle à celle du Grand Marché. La devanture ne paye pas de mine et pourtant… de magnifiques surprises gustatives nous attendent à l’intérieur.

Ici, la modernité se mêle parfaitement au charme de cette ancienne maison tourangelle. Tons violines sur les murs, chaises transparentes (qui ne font pas de bruit, si si ! Car le sol est en lino et en plus, il est pailleté) et lumière tamisée sur chaque table : la décoration est décontractée et soignée dans la petite salle du restaurant. Au menu, des produits frais du marché, le tout 100 % fait maison. « Je n’aime pas la cuisine gastronomique et sophistiquée. Ici, on est plus libre de faire ce que l’on veut. Je cuisine les produits simplement pour garder leurs goûts et leur forme initiale », affirme Stéphane Fourmis. IMG_9235

Dans l’assiette, les couleurs et le mélange des textures sont au rendez-vous. Pour l’entrée, nous nous laissons tenter par le légume phare de la saison : le butternut, cuisiné en velouté et relevé par la saveur iodée de coques. Fondant en bouche et relevé à souhait. Le patron voyage beaucoup et en profite pour ramener de la vaisselle ou des épices. Comme un imposant plat en teck, à mi-chemin entre le bol et l’assiette, qui accueille du veau et des petits légumes cuits à la vapeur et des trompettes de la mort pour le plat principal.
Pour le dessert, on a craqué pour la pomme tatin montée sur un sablé breton et caramel au beurre salé. Les trois saveurs s’allient à merveille. Et le sucre naturel de la pomme (encore tiède) se suffit à lui même et fond en bouche. Une jolie découverte et un plaisir pour les papilles.

Textes et photos : Mathilde Errard et Lucie Martin

> 37 rue Étienne-Marcel. Tours. Contact : 02 47 38 59 87 ou L’Atelier Gourmand, Tours sur Facebook. Menu à 26 €.

Un goût d’Italie au Leonard de Vinci

#EPJTMV Les étudiant(e)s en journalisme ont réalisé le n°235 de tmv en intégralité. Même la chronique restaurant, oui oui. Ils ont décidé de tester le Leonard de Vinci. Verdict.

leonard de vinci

Rien de tel que la chaleur d’un restaurant italien pour se réchauffer en ce pluvieux mois de novembre. Au Léonard De Vinci, on vous accueille avec un petit toast de tapenade et des classiques de la musique transalpine (Vivo per lei, Con te partirò, Ti Amo…) Dans la petite salle, le décor est charmant, rustique et agrémenté de maquettes imaginées par Léonard de Vinci.

Dans l’assiette, c’est un sans-faute : le velouté de potimarron est onctueux à souhait. Le merlan est parfaitement assaisonné, sans être noyé dans la sauce. Les lasagnes aux légumes de saison régaleront vos papilles, qu’elles soient végétariennes ou non. Un véritable opéra ! Et ce n’est que le premier acte… Par appétit ou par gourmandise, on ne peut que vous conseiller de jeter un coup d’oeil à la carte des desserts (maison bien sûr). Trilogie autour du Limoncello, Panna Cotta à la fève de Tonka, l’incontournable Tiramisu, tarte aux pommes caramélisées…

« Choisir c’est renoncer », et devant la carte des desserts, l’expression prend tout son sens. Si la décence nous l’avait permis, nous aurions léché nos assiettes. Sans être oenologue, il est certain que le caractère de la cuvée 2013 du Chianti proposé par la maison vous ravira le palais. Seul bémol, il est vraiment dommage que le restaurant soit si exigu. Mais on se console avec le ballet incessant que nous offrent les deux serveurs et le patron. Chaleureux et ouvert, celui-ci n’hésite pas à échanger avec ses clients. Côté cuisine, c’est copieux, simple, mais raffiné. Certes le restaurant n’est peut être pas accessible à tous les budgets, mais, pour une trentaine d’euros, vous remplirez votre estomac et votre âme d’un peu d’Italie.

Corentin Dionet et Colin Mourlevat

> 19, Rue de la Monnaie, à Tours. Midi et soir, fermé le mardi et le dimanche. Contact : 02 47 61 07 88.

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 235 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Un midi au resto de l’association jeunesse et habitat

Insolite. Cette semaine, tmv a testé le restaurant de l’association Jeunesse et Habitat, où se croisent hommes en costume du conseil départemental, jeunes du foyer, des majeurs protégés sous tutelle et retraités.

Ambiance cafétéria. Proche de la gare et du Vinci, le restaurant de l’association Jeunesse et Habitat, rue Bernard-Palissy, accueille chaque midi près de 350 personnes et une centaine le soir. Des hommes en costumes du conseil départemental y croisent des jeunes du foyer, des majeurs protégés sous tutelle, des policiers, des étudiants et des retraités vivant dans le quartier.

« C’est un symbole d’ouverture sur la ville et de mixité sociale », explique le directeur général, Claude Garcera. Comme à la cantine, chacun prend son plateau et choisit parmi les entrées ou le buffet de crudités. Pour le dessert il y a aussi du choix, même à la fin du service. Entre le gâteau au chocolat et la tarte aux pommes, mon coeur balance. Et au menu ce midi ? Merlu, boudin noir ou sauté de veau, avec un accompagnement au choix : semoule, frites, gratin de blette… Un plateau complet à 8, 60 €, et il paraît qu’il y a du « rab » pour les affamés. Il faut compter aussi 4 € pour l’adhésion annuelle et rejoindre les 1 800 adhérents. Image4

La salle est spacieuse, colorée et lumineuse. « Je viens depuis 25 ans, me raconte une ancienne employée de la préfecture. C’est bon et il y a du choix. » J’acquiesce en goûtant mon poisson. Le restaurant promet aussi une cuisine maison, où les produits sont transformés sur place par cinq cuisiniers. « Nous travaillons avec une vingtaine de producteurs locaux pour le vin, les fruits et légumes, le fromage… On veut faire vivre le terroir et la gastronomie. »

Pauline Phouthonnesy

> Restaurant de l’association Jeunesse et Habitat, 16, rue Bernard-Palissy, Tours. Adhésion 4 €, menu 8 € environ, selon les plats.
> Ouvert tous les jours, midi et soir, sauf le samedi soir et le dimanche. Services de 11 h 45 à 13 h 45 et de 19 h à 20 h, sauf vendredi, de 19 h 30 à 20 h.
> Réservations au 02 47 60 51 51 pour les groupes et à l’adresse contact@asso-jeunesse-habitat.org

Un petit tour au Vintage Café

En passant rue Marceau, tmv a fait la découverte du Vintage Café. Vous voulez vous y arrêter ? Lisez notre chronique de la semaine.

vintage café

Ça vous est forcément arrivé : vous êtes en train de faire vos petites emplettes en ville (ouh là, là, les courses de Noël arrivent, déjà !) et là, la faim vous prend. Vous n’avez pas envie de vous ruiner ni d’y passer des heures, mais vous voulez bien vous poser au chaud, dans un endroit agréable en mangeant quelque chose de simple et de bon. Eh bien voilà l’adresse qu’il vous faut. Le Vintage, ce n’est pas un restaurant à proprement parler, non, c’est un bar où l’on peut déjeuner. Nuance…

Nadine prépare une idée du jour à partir de ces petites courses à elle aux Halles et, comme elle le dit en avec un sourire qui en dit long : « Quand je ne fais pas moi-même quelque chose, je veux que ce soit bon quand même. » Et c’est comme ça, par exemple, que le client se retrouve avec un petit yaourt fermier, directement venu de chez le producteur local ou une belle assiette gourmande avec tout plein de bonnes choses dedans.

Nous, quand on est venus, on a eu une belle part de lasagnes bien chaudes agrémentée d’une petite salade bien fraîche. Mais on aurait pu aussi opter pour un tartare, une salade ou un sandwich, un hot dog ou un croque monsieur, le tout bien garni également. Dans la clientèle, il y a visiblement pas mal d’habitués (Nadine fait la bise à un client sur deux !) et c’est assez normal car Olivier et Nadine ne sont pas des inconnus dans le quartier. Ils ont, en effet, tenu la barre du B52 pendant une quinzaine d’années et celle du Cinq Sens pendant 6 ans. Aujourd’hui, les oiseaux de nuit ont choisi de revoir le jour avec ce Vintage Café au décor chic et élégant, pause cosy au coeur de la rue Marceau. Cosy, ça veut dire aussi qu’il n’y a pas beaucoup de tables, alors on vient tôt ou on grignote au bar !

> Vintage Café, 24, rue Marceau. Ouvert du mardi au dimanche, de 9 h à 20 h. Tél. 02 47 64 07 80.
> Plat du jour à 10 €, dessert à 4,50 €.

On a mangé un coup au Court-Circuit

Cette semaine, on a enfin testé le café locavore Le Court-Circuit à Tours !

le court circuit

Si t’es pas écolo, tu peux y aller, et même si t’es pas végétarien. Parce que, au départ, ça peut faire peur la promesse d’un restaurant locavore. Tu verras, c’est très agréable : l’ambiance de Court-Circuit est calme avec son mobilier en palettes recyclées, ses drôles d’abat-jour en pellicule et sa bibliothèque. La nourriture est exclusivement locale : « On fait le marché deux fois par semaine, explique Loïc, un des huit animateurs à se relayer. Ensuite, on fait jouer notre créativité. »

Mon convive du jour du test a choisi de la charcuterie, dont un bon pâté très réussi et pas du tout végétarien. « On se met aux plats d’hiver, continue Loïc. Il y aura des gratins aussi. » Ou une soupe de courge et aneth, savoureuse. Ouvert depuis ce printemps par Jeff, Le Court-Circuit fait son chemin, le bouche-à-oreille marche et l’objectif de faire de la place de la Victoire un lieu de rencontres est déjà rempli, comme le tableau des animations du mois. « Les gens proposent des activités et on se charge de la communication. » Aux beaux jours, il y a deux terrasses. En hiver, on se tient chaud et on discute avec les voisins.

Quant au service, il est super puisque c’est toi qui le fais. Tu as droit à une assiette (et une seule) pour 9 €. La boisson, le dessert et le café, c’est en plus. Au total, une quinzaine d’euros chacun si t’es gourmand. Et je te tutoie depuis le début, parce que Jeff, le patron, fait pareil…

Agnès Aurousseau

> Le Court-Circuit, 16 bis place de la Victoire, Tours. Assiette à 9 €, boissons locales de 2 € à 3,50 € (Gabare acceptée, on peut aussi en acheter !). Wi-fi gratuit.
> Ouvert de 12 h (le service débute à 12 h 30) à 22 h. Réservation au 07 83 02 53 81 ou sur facebook : courtcircuit.tours

Saveurs rôties : les petits plats dans les grands

Tout nouveau et tout chaud, l’établissement Saveurs Rôties a posé sa rôtisserie/sandwicherie aux Halles. Et c’est une très bonne surprise !

En passant devant le numéro 22 de la place Gaston-Paillhou, difficile de ne pas avoir le ventre qui gargouille. L’odeur de poulet qui en émane est tout simplement irrésistible. Alors vous pensez bien qu’à tmv, l’envie était trop forte. Ni une, ni deux, nous voilà à Saveurs Rôties, une rôtisserie-sandwicherie ouverte début septembre. Et l’établissement a tout pour devenir le repaire des amoureux/ses de viande qui ont envie de manger sur le pouce ou de se poser plus longtemps en passant aux Halles.

Dans un cadre épuré et élégant, Saveurs Rôties propose effectivement de consommer toute sa carte de viandes sur place ou à emporter, en plat ou en sandwiches. L’enseigne, tenue par les jeunes et très sympathiques Guillaume et Arnaud, joue la carte du fait-maison, en rôtissant poulet, canard, cochon, agneau ou encore bœuf.
Avec leurs toques blanches et leur costume noir, les deux amis se relaient en cuisine, essayent d’être aux petits soins malgré le rush (ce midi-là, les clients ont défilé par dizaines !). Dans l’assiette — ou plutôt sur cette étonnante planche en bois — notre choix s’est porté sur le sandwich fermier : le poulet, à la chair tendre et moelleuse, fond dans la bouche et, ô joie, n’est pas sec (pour info, il est élevé en plein air). Pour combler ce casse-croûte et notre estomac, de grosses pommes de terre et une poêlée de délicieux champignons frais se mêlent à la sauce maison crème-moutarde à l’ancienne. Le pain, lui, est au niveau, croustillant comme il faut.

Un concept séduisant, en plus d’une nourriture de qualité. Une adresse agréable !

> 22 place Gaston-Paillhou. Ouvert du mardi au samedi, 11 h – 14 h 30 et 17 h 30 – 21 h. Dimanche, 10 h 30 – 14 h. Contact : 02 47 32 88 04 ou facebook.com/saveursroties
> Sandwiches de 5 à 7 €, viandes rôties en plat de 5 à 18 €… Sur place ou à emporter.

Image29

Le CCCOD en chiffres et en dates

Dans le prolongement de notre portfolio sur le CCCOD, voilà la chronologie de ce centre de création contemporaine et tout ce qu’il faut savoir côté chiffres.

LE COÛT ?

15 millions d’euros, financés par l’Europe (FEDER), l’État (Ministère de la Culture), la Région Centre Val-de-Loire, le Conseil départemental d’Indre-et- Loire, la communauté d’agglomération Tour(s)Plus.

QUELLE SUPERFICIE ? Image13

4 500 m2, dont 1 770 m2 d’exposition. Ce qui en fait le plus grand Centre de création de France.

COMBIEN ?

Le droit d’entrée restera modeste, de 3 à 9 € selon les cas.

C’EST QUOI LE PASS ?

C’est une formule d’abonnement VIP à l’année. Pour 25 € pour une personne seule ou 40 € en duo (12 € pour la formule étudiant), il permet un accès illimité à toutes les expositions et aux diverses activités organisées par le CCC OD ainsi que des offres et des avantages exclusifs. C’est aussi, bien sûr, une façon de soutenir le lieu et son action.

VISITES

Depuis 2015, plus de 4 000 personnes se sont rendues sur le chantier, dans le cadre de visites ouvertes au public. Si vous n’en faites pas partie, sachez que vous aurez, dans les semaines qui viennent, bien des occasions de découvrir le CCC OD. Dès le 19 octobre, le hall d’accueil ouvrira ses portes au public du mercredi au samedi, de 14 h 30 à 18 h 30. On pourra s’y renseigner sur les futures activités du centre, acheter la carte CCC OD LEPASS et des tickets d’entrée en prévente.

Image82008
Naissance du projet du nouveau centre, intégrant la donation Olivier Debré, faite à Tour(s)Plus.

2012
Concours international d’architecture, à l’issue duquel est choisie l’agence portugaise Aires Mateus.

2014
Début du chantier jardin François Ier.

03 oct. 2016
Entrée de l’équipe dans les nouveaux locaux

02 déc. 2016
Remise officielle des clés, présentation de l’atelier d’Olivier Debré.

02>04 déc. 2016
« Le ccc od est à vous » portes ouvertes tout le week-end.

Déc. 2016 > jan. 2017
Tous les jeudis soirs, nocturnes, et pendant les vacances de Noël, visites libres les lundis, mercredis et vendredis après-midi.

10>12 mars 2017
Grande inauguration officielle

On a testé le 16 Jean Jau

Depuis la rentrée 2016, on peut compter sur le 16 Jean-Jau… situé place Jean-Jaurès bien sûr. Tmv y a fait un tour.

L’offre dans le secteur étant loin d’être à la hauteur d’une cité réputée pour ses métiers de bouche et la lutte pour obtenir une table en terrasse les jours de soleil étant féroce, la rédaction attendait l’ouverture de ce nouvel établissement avec impatience. Parce que la place Jean Jau’, c’est tout de même le top du spot pour déjeuner entre deux rendez- vous. Pour attendre… on a attendu. Une heure exactement entre le moment où nous avons obtenu la dernière table disponible et celui où le serveur a déposé une entrée devant nous, puis encore une demi-heure pour obtenir nos plats. Du coup, on a demandé le dessert et l’addition en même temps, tant pis pour le café, on l’a pris au bureau.

Pourtant, Le 16 part avec plusieurs bonus : une grande terrasse ensoleillée (mais avec quand même des places à l’ombre, comme ça, y en a pour tous les goûts), une décoration assez soignée et un emplacement stratégique, puisque, comme son nom l’indique, le 16ŸJean Jau est situé place Jean Jaurès. Et surtout, dans l’assiette, que du bon : c’est frais et ça renouvelle la cuisine de brasserie traditionnelle.
En entrée, la salade avocat-pamplemousse-crevette était délicieuse, suivie d’une juliennes de seiches et d’un sauté de courgettes maison. Ma collègue a apprécié son dos de cabillaud poché accompagné d’un risotto crémeux. À 13 € la formule déjeuner, Le 16 offre une bonne adresse. C’est l’endroit parfait pour un dîner en sortant du ciné ou du théâtre, puisqu’ici, on sert après les 21 h 30 réglementaires. Le service au ralenti présente un avantage pour les touristes : ils auront le temps d’admirer la place.
E.S.

Le 16 Jean Jau, 16 place Jean-Jaurès. Bar et restaurant. Menu du jour 11 €s (2°plats) et 13 € (3 plats). Plats à la carte : de 15 à 22 €.
Ouvert tous les jours, de 8 h à minuit. Service toute la journée. Brunch le dimanche. Réservation au 02 47 22 10 72.

Bibliothèque : le numérique pour les petits

Avez-vous déjà tenté de rechercher une appli pour enfant sur votre téléphone ? Trouver un simple puzzle relève de l’exploit dans les jungles foisonnantes que sont Play Store et l’App Store… Ne vous fatiguez plus ! La Bibliothèque de Tours a déniché les meilleures appli 2016.

« Papa, j’peux faire un jeu sur ton téléphone ? Maman, tu m’prêtes ta tablette ? » Soyons clairs, face à cette question et à l’offre pléthorique d’applications pour enfant, trois solutions s’offrent à vous : résister en brandissant un bon vieux Monopoly®, succomber aux premières suggestions du genre « Make up Reine des neiges » ou bien tenter de trouver des applis intéressantes. Parce que oui, il y en a !

Consciente du rôle qu’elle a à jouer auprès des familles sur ce terrain, l’équipe de la section jeunesse de la bibliothèque centrale de Tours a entrepris un travail de fourmi pour dénicher plus d’une trentaine d’applications vraiment réussies. Stéphanie Faligand et Lydie Sénécal ont fouiné, testé puis sélectionné une offre graphique, ludique et surtout captivante. La plupart fait écho à la littérature jeunesse, comme celles d’Olivier Douzou ou de Christian Voltz. Contes interactifs, jeux ou documentaires, il y en a pour toutes les bourses puisque si cinq d’entre elles sont gratuites, le prix des autres varie de 0,99 à 9,99 €.
La bibliothèque centrale vous les fait aussi tester : dès le mois d’octobre, la section jeunesse mettra à disposition des petits lecteurs quatre tablettes sur lesquelles elles seront installées. « Nous sommes au point de départ de la valorisation de notre offre numérique, explique Bérangère Rouchon-Borie, responsable du département Jeunesse. L’équipe a été formée et est en place, on est doté d’outils adaptés. Nous allons maintenant pouvoir donner une meilleure visibilité à ce qu’on propose. » Car l’institution dispose déjà d’une réelle offre numérique trop méconnue. Ses abonné(e)s ont notamment accès à un large choix de films en streaming, d’eBook et de formation en ligne via le site Nom@de. Allez voir, ça vaut le détour.

Jeanne Beutter

10 & 20 km de Tours : alors on court !

On a eu chaud mais, finalement, les 10 et 20 km ainsi que le marathon Tours-Loire-Valley auront bien lieu le 18 septembre sur un nouveau parcours. Et tmv vous invite à faire partie de sa team en gagnant un de nos 50 dossards.

SAUVÉE !

La course tourangelle mythique aura bien lieu, le 18 septembre. À l’issue d’une nouvelle réunion vendredi, la préfecture a donné son feu vert aux organisateurs, les conditions de sécurité étant remplies. Suite à l’appel à la mobilisation générale que nous avons relayé la semaine dernière, 228 personnes se sont manifestées pour participer à la sécurisation de la course en postant leur voiture, entre 6 h 30 et 13 h sur les intersections du parcours.

NOUVEAU PARCOURS

Pour simplifier l’organisation de la course et, surtout, pour fluidifier le flot des coureurs, le comité d’organisation a décidé de regrouper toutes les courses sur le tracé du marathon. Les 10 km emprunteront les cinq premiers kilomètres du marathon en aller-retour. Les 20 km partiront, en plus, pour une jolie boucle autour du moulin de Ballan-Miré. « C’est un parcours plus fluide, plus déroulant, propice aux performances avec, toujours, un départ et une arrivée place Anatole-France », explique Bernard Coupez, président du comité d’organisation.

FRANCE

Le parcours du marathon reste, lui, inchangé et sera bien labellisé National (épreuve du Championnat de France de la discipline), belle consécration pour une course qui fête cette année sa troisième édition et qui s’installe, déjà, dans la cour des grandes !

S’INSCRIRE

Marathon : les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 10 septembre sur marathon-tlv.fr
10 et 20 km : Inscription en ligne sur nrco.lanouvellerepublique. fr/dossiers/20km
ou au Village Partenaires « Hypermarché Géant Casino La Riche- Tours », le vendredi 16 septembre de 15 h à 20 h et le samedi 17 septembre, de 9 h à 20 h.

GAGNEZ VOTRE DOSSARD

Cette année encore, tmv vous propose de courir sous ses couleurs (avec un beau maillot technique magenta, donc). Pour cela, rendez-vous sur notre site tmvtours.fr, cliquez sur Les jeux concours tmv et laissez-vous guider. Vous n’avez que jusqu’au lundi 12 septembre inclus pour participer. Le tirage au sort des 50 dossards aura lieu le 13 au matin et les gagnants seront avertis dans la foulée.
Aucun dossard ne sera remis sans certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied de moins d’un an.

Marathon10 20 km 2016-001
Cliquez sur la photo du parcours pour l’agrandir.

Juju sans glut’ : paradis du sans gluten

L’établissement se trouve place de la Résistance (ça ne s’invente pas !) : Juju sans glut’, comme son nom l’indique, oeuvre dans le sans gluten. Une chouette surprise !

Julia est aux petits oignons pour les allergiques au gluten.
Julia est aux petits oignons pour les allergiques au gluten. (Photo tmv)

C’est le seul établissement du genre à Tours. Place de la résistance, en plus. Chez Juju sans glut’, tout est sans gluten. Oubliez l’effet de mode de certain(e)s ; ici, c’est un véritable mode de vie, une façon différente de penser la restauration rapide. Il faut dire que la gérante, Julia Meurdesoif, est elle-même allergique au gluten. Sa petite fille, idem. Alors forcément, ce régime spécial (les conséquences des intolérances sont graves !), elle le connaît sur le bout de la fourchette.

À la rédac’ de tmv, rien de tout ça. Mais il fallait tout de même tester ce joli petit restaurant, ouvert depuis avril 2016. Une agréable salon de thé proposant plats chauds le midi, pâtisseries, cakes salés et sucrés, etc. Passé un accueil fort sympathique, on s’installe en terrasse avec ses tables aux nappes colorées. On commence avec une soupe froide aux carottes blanches et coco. Cette entrée vegan, savoureuse, est fraîche, légère et accompagnée d’un petit pain fait-maison délicieux, moulé en forme de muffin. En plat, le choix se porte sur le croque-monsieur au fromage Brillat savarin crémeux comme il faut. Et là, dézinguons les préjugés : niveau saveurs, il n’y a pas de différence avec les plats gluten !

Juju sans glut’ est donc une table des plus surprenantes à Tours. D’autant que si le sans-gluten est le credo de la maison, la carte propose aussi des plats sans lactose et végétariens. Pour les plus curieux/ses, l’établissement possède aussi une minuscule épicerie gluten free. Les allergiques au gluten trouveront donc leur bonheur. Les autres peuvent déjà oublier leurs a priori… et se régaler.

> 22 place de la Résistance. Tous les jours sauf mercredi et dimanche, de 11 h 45 à 18 h 45. Brunch un dimanche par mois. Contact : 02 47 64 66 64 ou Juju Sans Glut’ sur Facebook. Sur place ou à emporter.
> Menu entrée/plat ou plat/dessert : 10,90 €. Menu 3 plats à 13,90 €.

Image4

On a testé Ma Pause burger !

Un petit nouveau vient de s’installer près de la place Plum’ : Ma Pause Burger oeuvre dans… les burgers (vous l’aviez vu venir ?) qui possèdent tous un nom de rue ou quartier de Tours.

Ma Pause Burger

Mais c’est qu’il est mignon tout plein ce nouvel établissement ! Tout neuf, à peine sorti de l’oeuf (il a ouvert le 29 juin), Ma Pause Burger remplace le Mezzo di Pasta qui siégeait rue du Commerce. Désormais, c’est le burger qui règne en maître. Aux commandes de cette aµaire, Manuel Figueiras qui a décidé de s’entourer de sa petite famille.
Ensemble, ils préparent diµérentes recettes de burgers qui, tous, possèdent le nom d’une rue ou d’un quartier de Tours : Scellerie, Les Halles, Colbert ou encore le végétarien Grand Marché… Côté desserts, le restaurant a tenté de piocher dans l’original : cheesecake au Snickers®, milkshake aux fraises Tagada, etc.

Dans l’assiette, c’est à la hauteur de nos attentes. Notre estomac mourrait d’envie de tester le Colbert : un très bon burger nappé d’un mélange mayo-ketchup, bardé d’emmental et de cheddar bien fondant, dans lequel du bacon et quelques oignons rehaussent les saveurs. Mention spéciale au steak délicieux, épais mais pas trop, et au pain rond, un poil croustillant et préparé par un artisan boulanger tourangeau. Le plat est accompagné de frites maison qu’on a préféré recouvrir de cheddar fondu (oui c’est possible, et oui, c’est notre côté « le gras, c’est la vie » qui ressort et notre cholestérol vous dit zut).

Ma Pause Burger, outre son sympathique accueil (on sent l’affaire familiale), a le mérite de proposer des menus qui tiennent le ventre sans pour autant être trop bourratifs. Avec, au final, une addition affichant 13 € pour un menu burger-frites-boisson : plutôt raisonnable pour le quartier (madame Plumereau est tout près…). Et de quoi donner envie d’y refaire une petite pause.

> 63 rue du Commerce. Du lundi au mercredi 10 h 30 – 20 h et du jeudi au samedi 10 h 30 – 23 h. Contact : Ma Pause Burger sur Facebook
> Burgers de 8,50 à 10,50 € (sans suppléments) ; milkshakes entre 4 et 4,70 €…

Le Bateau ivre de nouveau à flot !

Ouf, le collectif Ohé du bateau respire enfin. Le Bateau ivre est prêt pour une nouvelle aventure.

12573825_1113148615392582_8477467951869950312_n

« Bravo à nous tous. Un énorme merci aux 1 700 premiers sociétaires qui ont permis au collectif de devenir propriétaire de la salle de spectacle le Bateau ivre à Tours. L’aventure de la coopérative culturelle SCIC Ohé ne fait que commencer… » Ohé du bateau ne cachait pas sa joie, il y a quelques jours, sur sa page Facebook. La Semivit, propriétaire des murs dont l’actionnaire principal est la mairie, a accepté de vendre la mythique salle pour 270 000 € au collectif.
Un naufrage évité dans ce feuilleton épineux politico-culturel (et qui dure depuis 2010 !).

Mais maintenant, il faudra remettre à flot le navire. Après la signature de l’acte de vente, viendra le temps des travaux et la question de leur financement, ainsi que de la mise en conformité de la salle. Ohé du bateau dispose d’un peu de réserves financières, certes, mais il a aussi une motivation en béton armé et de bonnes idées. Ambitieux, mais pas impossible, donc. D’autant que Le Bateau ivre, incontournable de la vie culturelle tourangelle, a déjà bravé la tempête et n’a pas dit son dernier mot.

[nrm_embed]<blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>La Semivit <a href= »https://twitter.com/villedetours »>@villedetours</a> <a href= »https://twitter.com/hashtag/tours?src=hash »>#tours</a> vend le Bateau Ivre au profit d’Ohé du Bateau pour 270 000€ <a href= »https://t.co/sSbZfm54ZP »>pic.twitter.com/sSbZfm54ZP</a></p>&mdash; Marina Lagelle (@marinalagelle) <a href= »https://twitter.com/marinalagelle/status/746267369178284032″>24 juin 2016</a></blockquote> <script async src= »//platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>[/nrm_embed]

TOP4 : Janis Joplin, anecdotes et rock’n’roll

C’est cette semaine que sort le DVD Janis, film retraçant la carrière de la chanteuse mythique. L’occasion de vous donner quatre petites anecdotes sur la Mama cosmique.

UNE BÊTE DE SEXE

À 20 ans, Janis est élue « garçon le plus laid » de l’Université. Elle va pourtant bien se rattraper en draguant Hendrix, Morrison, Cohen et autres. Puis elle couchera avec des dizaines et des dizaines de coups d’un soir, filles ou garçons.

PAUSE_ECRANS_TOP1

ACCRO À L’HÉROÏNE

Janis avait beau avoir une sacrée descente, l’héroïne était son addiction première : début 69, la chanteuse en consomme 200 $ par jour. Idem quand elle fait l’amour. Idem avant ses concerts. Elle mourra le 4 octobre 1970 d’une overdose d’héroïne.

PAUSE_ECRANS_TOP2

CACHET A WOODSTOCK

Au cultissime Woodstock festival, Hendrix a été payé 18 000 $ (l’équivalent de 117 000 $ actuels). Janis Joplin, elle, a reçu un cachet de 7 500 $. Côté public, pour assister aux trois jours du festoche, il fallait juste débourser… 18 $. Ne comparez pas aux festivals d’aujourd’hui, ça risquerait de vous faire mal.

PAUSE_ECRANS_TOP3

REMBARRÉE PAR DICK RIVERS

Un jour, les chanteurs Dick Rivers et notre Johnny Hallyday national buvaient en terrasse d’un hôtel : « Une gonzesse complètement pétée est venue nous emmerder. On l’a envoyée chier. C’était Janis Joplin ! », a-t-il raconté. Oups.

PAUSE_ECRANS_TOP4

Happy Color : cours toujours ! (mais en couleurs)

Dimanche 5 juin, c’est la Happy Color de Tours ! Au total, 3 tonnes de poudre colorée et vous en-dessous, en train de courir vos 5 km, avant de finir au festival electro. Voilà votre guide de survie !

happy color

[ATTENTION MISE A JOUR 3/06] Nouveau parcours suite intempéries

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fhappycolortours%2Fposts%2F499295616936634%3A0&width=500″ width= »500″ height= »504″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true »></iframe>[/nrm_embed]

[ATTENTION MISE A JOUR 2/06] intempéries

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fhappycolortours%2Fposts%2F499138920285637&width=500″ width= »500″ height= »239″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true »></iframe>[/nrm_embed]

Rien, tu ne risqueras

« Ouiii, mais la poudre qu’on nous lance dessus, ça va polluer, tuer les mammouths et me faire mouriiir… » Oui, on vous voit venir. Sauf que non. Cette poudre colorée (et lavable !) est composée de fécule de maïs 100 % naturelle, biodégradable sans gluten : donc, un vrai repas végétarien (non, ça, on rigole) et inoffensif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires et l’environnement (ça, c’est vrai). Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas finir la course, le parcours ne fait que 5 km. À faire en courant ou en marchant !

1er tu finiras (non, on déconne)

Bon, vous pouvez toujours essayer de finir sur le podium bien évidemment. Mais avec près de 4 000 inscrits, ça réduit les chances de finir en première position. D’un autre côté, qui s’en soucie ? L’important est de s’é-cla-ter ! De toute façon, la course n’est même pas chronométrée.

Un selfie tu prendras (car le concours tu gagneras)

Bon, on rigole on rigole, mais n’oubliez pas que tmv est partenaire de la Happy Color. Ce qui signifie qu’on a mis en place un petit concours. Ainsi, le jour J, vous bougerez vos petites fesses au stand tmv dans le village arrivée. Faites une photo de vous toute mignonnette et envoyez votre selfie en message privé sur notre page facebook (facebook. com/tmv.tours)… On postera ensuite toutes les photos : celles qui obtiendront le plus de likes (sur notre page, pas votre compte perso’, hein !) gagneront des montres connectées, des mugs, des perches à selfie et un paquet d’autres cadeaux.

Une bonne action, tu feras

La Happy Color soutient le Lions Club Val de France et reverse donc 1 € de chaque inscription au profit de la recherche contre la spondylarthrite ankylosante.

Le parcours tu connaîtras

Les départs s’échelonneront de 13 h 30 à 15 h, devant l’Heure tranquille. Ensuite, passage devant l’UFR droit, un petit tour de lac de la Bergeonnerie, un crochet par Polytech, avant de se diriger vers la Gloriette. À chaque kilomètre, vous serez saupoudrés de poudre colorée tel le petit cupcake que vous êtes.

Aux Îlots tu te dandineras

C’est le cadeau bonus. À l’arrivée de la course, les participant(e)s finiront à la Gloriette pour pour le festival Run Electro. La programmation est assurée par les Îlots électroniques – donc gage de qualité. Au menu, Nude, Toto aka Hermes, Arno’n’Joy et Incast.

De s’inscrire il est encore possible

À l’heure où vous lirez ces lignes, vous vous direz probablement « quoiiii, je ne suis toujours pas inscrit(e) ! » Ouf : ce sera encore possible à l’Heure tranquille, le 3 juin (15 h – 20 h), le 4 juin (10 h – 20 h) et le jour même, 5 juin, de 9 h à 13 h. Le coût ? 15 € (et pas besoin de certificat médical). Ce qui donne le droit aussi au kit cadeau, entre sac à dos composé du dossard, un tee-shirt Happy Color, une paire de lunettes pour protéger vos yeux de biche et un bracelet avec l’horaire de départ. À l’arrivée, un sac de poudre colorée sera offert.

>happycolortours.fr ou Happy Color Tours sur Facebook
>La course est organisée sous l’égide des 10 & 20 km de Tours.

Zafferano : le royaume des pâtes

Les amateurs de bonnes pâtes devraient apprécier : on a testé le Zafferano, à Tours.

EXIT_RESTO

Il y a des choses simples, dans la vie. Comme celle-ci, par exemple : quand on veut manger des bonnes pâtes, il faut aller chez Zafferano, rue de la vieille tour. Comme on aime bien vérifier par nous-mêmes les croyances bien acquises pour tout le monde, nous sommes allés aiguiser notre appétit, chez Edoardo. (Et puis aussi, on avait bien envie d’un bon plat de pâtes, tiens…)

Ce qui est bien, dans cette institution du vieux Tours, c’est que le voyage commence dès la porte d’entrée. Edoardo nous reçoit avec une banane toujours aussi moustachue, un air d’opéra et une tartine au saucisson de chez lui. Nous n’avons pas réservé mais nous avons de la chance : il est tôt, les Tourangeaux sont tous en week-end et il reste encore quelques places. Nous nous installons donc sur une petite table juste en face des cuisines : le chef nous a en ligne de mire et nous balance un petit coup de Pavarotti de temps en temps. Mais nous aussi, malins, nous sommes aux premières loges pour observer la vie de la petite équipe.
Évidemment, comme souvent avec les adresses qui ont une paire d’années au compteur, le ballet est rôdé. Les commandes sont traitées dans l’ordre et la méthode, Edoardo met la touche finale et le service est rapide. Et c’est bon. Évidemment, c’est bon : les pâtes sont fraîches, les produits aussi, les saveurs sont archi-maîtrisées. C’est l’expérience (et le sang) qui parle. En plus, la carte des vins est une invitation au voyage puisqu’elle ne propose que des nectars italiens qui restent, pour beaucoup, largement à découvrir. S’il faut mettre un bémol à cette partition bien écrite, c’est au niveau de l’addition. Les pâtes valent vraiment le coup, mais elles s’affichent tout de même à 17 € l’assiette, ce qui nous a paru un peu cher. Mais ne boudons pas notre plaisir, quand on aime, mama mia… On ne compte pas !

> Zafferano, 7 rue de la Grosse Tour.
> Résa conseillée au 02 47 38 90 77.

Les fils à maman : retour en enfance

Aaaah, le petit kif du Babybel, des Kinder, des coquillettes et de la cuisine maison… Les Fils à maman a ouvert sur Tours. On l’a testé !

Image15

La peinture du nouvel établissement est encore fraîche. Entre les gigantesques luminaires accrochés au plafond, la fresque de comics et les chaises d’école old school, le décor est chaleureux et accueillant. La musique donne la pêche et vous aurez du mal à ne pas fredonner en croquant dans votre burger (évitez la chemise blanche du coup). Sans complètement vous spoiler, on vous prévient aussi que vous allez kiffer votre set de table. Le concept du resto ? Retomber en enfance, avec une carte de bistrot classique (cheesburger, salade césar, pièce du boucher avec frites maison) à laquelle ont été ajoutés des plats plus originaux comme des croquettes de Babybel, un tiramisu au Kinder ou un Sablé de Petits Lu au Nutella (avec Chantilly bim bam boum).

Le concept est en vogue en ce moment, comme le prouvent les 16 autres établissements déjà ouverts par la chaîne. Disons le franchement : les produits sont frais et plutôt de qualité (du bon pain ça compte aussi !) et les entrées sont réussies (excepté la salade en décoration, pas assaisonnée). On recommande les nems au chèvre de Sainte-Maure, le tartare de saumon et les croquettes de Babybel.

Par contre le service est encore en train de s’ajuster : attente, plats pas toujours chauds et pas servis en même temps… c’est le début, restons compréhensifs. En revanche, attention aux prix. 10 € pour un plat du midi qui passe entre 15 € et 18 € le soir. Entrées et desserts sont à 3 € le midi (certains avec supplément + 1 € ou 2 €) mais minimum entre 6 € et 8,50 € le soir. En résumé, comptez au moins 16 € le midi (hors boissons) et 28 € le soir. Assez cher pour du bistrot.

> 24 rue du Grand marché à Tours. Ouvert du jeudi au samedi midi et soir, dimanche midi, mardi et mercredi soir. Fermé le lundi. Contact : 02 47 20 50 25
> Leur page Facebook par ICI

Image16

Les Canailles : le coup de cœur fripon de tmv !

Eh bien voilà : il fallait que ça arrive. Tmv a flashé sur le petit nouveau Les Canailles, un établissement qui n’est autre que le petit cousin du Dagobert. Miam !

En pointant le bout de notre nez dans ce nouvel établissement joliment intitulé Les Canailles (rien que le nom, on adore !), on savait par avance qu’on ne serait pas déçus. Parce qu’il faut vous confier un secret pas si secret : les Canailles, c’est le petit cousin du Dagobert, rue du Grand Marché. Alors en connaissant la réputation du Dago’, il eut été difficile de se prendre les pieds dans le plat avec ce beau bébé né il y a seulement quelques semaines.

Les gérants du Dagobert ont donc traversé quelques rues pour ouvrir ce charmant petit bistrot bien vintage comme il faut, rue Colbert. Vintage, car ici, les murs débordent d’esprit cool et old-school. Des Paris Match qui ont fait leur âge, de vieilles publicités au mur, des bobines de cinoche à l’ancienne : la déco a ce petit côté rétro qu’on aime tellement à tmv. Qui fait qu’on se sent à l’aise, comme chez soi.
Sauf que « chez soi », on ne mange pas aussi bien qu’aux Canailles. Pourtant, ils nous avaient prévenus, les fripons sur Facebook : « Cuisine bistrot, plats copieux, belle sélection de viandes et de vins… » Pfeuh ! Un de plus ? Que nenni ! Les Canailles sait enchanter l’assiette. Preuve en est avec cette bavette de bœuf Black Angus à la plancha – une merveille en bouche ! – tendre et sublimée par sa poelée de légumes du marché. Histoire de bien caler l’estomac, un gratin maison complète la bête. Les appétits de moineau, passez votre chemin : ici, c’est du copieux (et délicieux !).
Rajoutez à cela une belle assiette soignée et une présentation réfléchie, ainsi qu’une carte des vins très riche : vous obtenez un de nos restaurants « coup de coeur ». Rah, les canailles !

A. G.

> 123, rue Colbert à Tours. Du jeudi au lundi, midi et soir. Contact : 02 47 61 54 33 ou facebook.com/lescanailles37.

> Menu entrée+plat+dessert à 30 € ou menu entrée/plat ou plat/dessert à 25 €. Plats à la carte.

Image15

Dans 2 mois, tmv débarque au Hellfest !

Du 17 au 19 juin, le Hellfest se tiendra à Clisson, près de Nantes. Comme chaque année, tmv y sera pour tout vous raconter et secouer nos trombines sur fond de death metal (entre autres) !

"On se rejoint ? Je suis habillé en noir"
« On se rejoint ? Je suis habillé en noir »

C’est devenu notre petit rituel, à tmv. Chaque année, notre journaliste vient traîner ses chaussures boueuses au Hellfest (mais si, lisez donc ICI), faire le plein de décibels et de groupes de metal. Pour l’édition 2016 – qui aura lieu du 17 au 19 juin – c’est rebelote ! Au retour de ces trois jours de folie musicale, vous aurez droit à un compte-rendu complet, trempé dans la sueur (miam), la bière (re-miam) et la bonne humeur (ce n’est pas pour rien que le Hellfest est constamment cité et nommé comme meilleur festival de l’année).

Les Allemands de Rammstein seront pour la première fois à l'affiche. Oh ja !
Les Allemands de Rammstein seront pour la première fois à l’affiche. Oh ja !

Une nouvelle fois, Ben Barbaud, le big boss du festival, et toute son équipe ont concocté une édition en acier trempé : des têtes d’affiche bodybuildées comme nos chouchous de Black Sabbath, les teutons pyrotechniques de Rammstein et un show rock’n’rollesque à souhait des Twisted Sister.
Pour le reste, la grande Messe (noire) du metal balancera les watts et enquillera les groupes sans répit : à tmv, on attend Volbeat de pied ferme (prenez du Johnny Cash, du Elvis et du Metallica, vous faites copuler tout ça), ainsi que Napalm Death, Dropkick Murphys, Bad Religion, Abbath, Slayer, Gojira ou encore Rival Sons, Amon Amarth (parce qu’au fond, on a tous quelque chose de viking en nous) et Kadavar.

Bref, vous l’avez deviné : comme chaque année, le Hellfest a prévu du lourd sur trois jours. Et comme dans chaque metalleux, il y a un cœur plein de paillettes et de zigouigouis qui bat, l’orga a prévu un énorme feu d’artifice et une statue géante en l’honneur de sieur Lemmy Kilmister, bassiste et chanteur de Motörhead décédé en décembre 2015.

On vous raconte tout ça dans deux mois.

> Pour le running order, c’est par là

> L’info en temps réel sur le Facebook du festival, c’est par là

12798890_10153361636862536_8528230229616996594_n
Clique pour agrandir la photo. Si tu ne vois toujours rien, c’est que tu as déjà commencé l’apéro du Hellfest.

Culture, tendances et web #18

Toutes les chroniques culture, tendances et web de la semaine. Avec, aujourd’hui, l’album de Radio Elvis, le prix d’un épisode de GOT ou encore le DVD de Babysitting 2.

PAUSE_ECRANS_BDLA BD 
L’ART DU CANARD
Lors du dernier festival d’Angoulême, on avait été bluffés par cette superbe exposition où un collectif d’artistes, Interduck, réinterprétait l’Histoire de l’Art en y introduisant des canards partout et à toutes les sauces ! L’expo est maintenant devenue un livre luxueux, édité en trois langues, où l’on retrouve avec plaisir toutes ces toiles et ces dessins. Car loin de la démarche dadaïste et cette touche d’humour bien déjanté, c’est aussi une véritable oeuvre d’art qui se dévoile sous nos yeux. De la Préhistoire à Warhol en passant par la Joconde : tous les grands moments de l’art pictural, peinture mais aussi photographie et sculpture, sont passés au prisme canardesque. Un résultat bluffant tout au long de ces 512 pages.
Hervé Bourit

LE DVD PAUSE_ECRANS_DVD
BABYSITTING 2
Babysitting, c’est le genre de petit plaisir coupable : un produit pas franchement malin, mais terriblement fun et sans prise de tête. Pour ce second épisode, la bande à Lacheau avait ressorti la même formule utilisée lors de son premier succès. Gags en rafale, très très potaches et le tout, ultra-prévisible. Quoiqu’il en soit, malgré ce manque cruel d’originalité, on rigole tout de même. De quoi faire le job pour les fans qui pourront donc se ruer sur cette édition Blu-ray proposant aussi des scènes coupées, un module sur la tournée cinéma et le commentaire audio de l’équipe du film.
A.G.

PAUSE_ECRANS_CDLE CD
RADIO ELVIS – LES CONQUÊTES
Radio Elvis a définitivement toutes les armes en main pour conquérir la scène française. Avec ce premier album, le trio prouve à point il sait mêler musique et lettres. Les Conquêtes enthousiasme, propose un rock lettré de qualité, où souvent les textes surpassent les notes. Même si le jeune groupe a parfois du mal à se détacher de son influence « Noir desiresque », et plonge dans la mélodie un peu trop facile, il accouche là d’un album généreux, à classer aux côtés des grands comme Dominique A.
A.G.

SÉRIE TV PAUSE_ECRANS_SERIE
GOT COÛTE BONBON
Cette année, HBO a encore misé gros pour sa série fétiche, Game of thrones. La chaîne a en effet augmenté le budget de la saison 6, passant au-dessus des 10 millions de dollars par… épisode ! Une saison à 100 millions de dollars, donc (soit 88 millions d’euros pour tourner ces 10 épisodes), alors qu’à l’époque, la saison 1 n’avait coûté que la moitié. En comparaison, The Walking Dead dépense en moyenne 3 millions de dollars par épisode.

RÉSEAUX SOCIAUX
NINTENDO A SON APPLI
Au Japon, elle a connu un million de téléchargements en 3 jours. Voilà que Miitomo débarque maintenant en Europe. Une appli signée Nintendo qui mélange réseau social à la Facebook et jeu vidéo. Celle-ci se base sur des interactions entre des avatars (votre « Mii » est personnalisable) et se veut résolument simple d’utilisation et fun.
> Dispo sur iOS et Android. Gratuit.
PAUSE_ECRANS_NINTENDO

1,25

C’est, en millions, le nombre de spectateurs français qu’a attiré Batman VS Superman… la première semaine ! Aux États- Unis, où le film cartonne tout autant, des fans mécontents de la réalisation de Zack Snyder ont lancé des pétitions pour le virer du prochain gros projet, Justice League !

Le Rest’O Quai : la surprise quartier gare

On vous a dégotté une chouette adresse, dans le quartier de la gare : Le Rest’O Quai. A tester !

Ça, c’est une vraie bonne adresse dans le quartier de la gare. Dans  un secteur où les enseignes sont nombreuses et de qualité inégale, la  petite brasserie de Mathieu Bourdais se distingue vraiment. Ne vous  fiez pas à la devanture qui ne paye pas de mine (en plus, il y a un échafaudage en ce moment). Entrez et filez vers le fond de la salle. Là,  c’est ambiance poutres apparentes, menu sur ardoises et, aux beaux  jours, déjeuner en terrasse, au calme. En salle, les deux serveuses ont le  sourire et sont hyper efficaces. Si vous êtes pressés, vous aurez mangé  et pris votre café en une grosse demi-heure. Mais c’est quand même  mieux de prendre un peu son temps…

Dans l’assiette, le parti pris de Mathieu s’avère payant : des produits  simples (pour ne pas faire exploser l’addition), mais frais et cuisinés  pour de vrai. Dans la formule du jour, l’entrée et le dessert sont fixes  et vous avez le choix entre un plat de viande et un poisson. Côté prix,  ça se tient : 13 € pour deux plats, 16 € pour la totale. Nous, on a pris le  poisson. Un beau filet de colinet agrémenté d’une crème aux poivrons  et d’une pomme de terre vapeur avec une petite sauce aux herbes.  Nickel. En entrée, une rillettes de la mer pleine de surprises et un clafoutis pomme-poire en dessert. Le reste de la carte est court, ce qui est  toujours bon signe : salades composées ou grillades, essentiellement.
Le Resto’quai n’est ouvert que depuis novembre, mais il a déjà, visiblement, ses habitués. Normal : la table de Mathieu Bourdais, c’est le genre  d’adresses que l’on se passe pour un déjeuner sympa entre copains ou  entre collègues.

> Rest’O Quai, 24 rue Edouard-Vaillant (en face de la gare).
> Formules 13 € et  16 €. Tél. 09 86 20 30 60.

La Fabrique à jus : bar à jus génial

Hein, quoi ? Un bar à jus ? Oui, m’sieurs dames : la Fabrique à jus a souhaité installer un nouveau concept à Tours. Et ça marche du tonnerre.

Nous n’avons pas attendu longtemps avant de tester la nouvelle adresse gourmande de la rue du commerce. C’est ouvert depuis le 7 mars et c’est sympa, parce qu’en ce moment, on y croise tous les copains des patrons qui viennent goûter le menu. Pour nous, déjà, ça commence bien. Dès la porte d’entrée franchie, on est accueillis (par les sourires de Lauren et de Julien, bien sûr), mais aussi par de bonnes odeurs de fruits et de légumes frais.

C’est ça, le concept de la Fabrique à jus : vous regardez le tableau et vous choisissez un jus ou un smoothie et Lauren vous le centrifuge à la demande d’un coup d’un seul. Et, bien sûr, les recettes ont de quoi titiller vos papilles autant que votre imagination. Nous, on a testé un mélange tout vert : concombre, pomme, basilic (l’anti-rouille, ça s’appelle) et franchement, on se serait crus à Chaumont-sur-Loire, au festival des jardins, en train de manger une de leurs glaces au goût incroyable. Si vous voulez déjeuner, no soucy : il y a des sandwichs qui vont bien, avec de jolis mélanges là aussi, comme notre Baltimore (échine, vinaigre balsamique et plein d’autres choses super bonnes).
En dessert, d’excellents muffins ou, par exemple, un cookie chocolat blanc et cramberries qui fond dans la bouche… Dites, au fait, ils ne seraient pas un peu fan des States, ces deux-là ? En tout cas, ils sont du genre qui ont tout compris. À gauche, au dessus de la centrifugeuse de Lauren, un compteur de like qui augmente en direct, comme au Téléthon. En arrivant, il était à 927, en repartant, il affichait 933 (et on a mangé vite !) Pas étonnant : sur leur page, on peut revivre toute l’aventure de leur installation. Sympa. On a liké.

 > La Fabrique à jus, 10 rue du commerce. Du lundi au samedi, de 8 h 30 à 18 h 30.
Menus déj’ de 6 à 9,50 €. Formule p’tit déj de 5,20 € à 6 €. Jus de fruit frais de 4 à 5,50 €. Pas de résa.

On a testé l’étoile La Roche Le Roy !

Eh oui, tmv a enfin testé le grand restaurant étoilé La Roche Le Roy. Un établissement à la hauteur de sa réputation !

Il nous aura fallu du temps avant de vous proposer cette chronique. Il faut dire qu’on ne va pas manger dans ce sublime manoir, symbole de la gastronomie tourangelle, tous les midis. Mais maintenant que le pas est franchi, que le dîner est passé, disons-le tout de go : La Roche Le Roy est un véritable et extraordinaire voyage culinaire… et mérite vraiment d’être testé au moins une fois !

Alors certes, l’établissement est étoilé et les prix sont à l’avenant (ceci dit, les menus « affaires » sont à 35 € le midi). Mais une fois les couverts portés à la bouche, la magie opère. Le chef Alain Couturier propose une belle cuisine réalisée avec soin et maîtrise. Par exemple, cette délicieuse petite crème brûlée de foie gras en amuse-bouche. Mieux encore : le dos de sandre rôti et sa croûte de pain d’épices. Sur sa fondue de poireaux, le poisson fond dans la bouche. C’est exquis et on en redemande. Idem pour le dessert, un soufflé chaud à l’orange et son granité Grand Marnier. Tout y est préparé et présenté avec goût.

Au-delà de cette cuisine raffinée, c’est aussi et surtout l’accueil qui est exceptionnel. Le service est parfait et toujours dans le bon ton. Loin d’être familier, mais surtout pas trop guindé. L’équipe, généreuse, est aux petits soins, sans être trop envahissante. Que ce soient le maître d’hôtel Stéphane Benoît (par ailleurs sommelier d’exception) ou Marilyn, l’épouse d’Alain Couturier, les attentions se font toujours dans la bonne humeur et l’élégance. Ajoutez à cela une magnifique carte des vins (un sans-fautes côté références) et un cadre tout aussi remarquable… Bref, une très belle table et un excellent moment.

> La Roche Le Roy, 55 route de Saint-Avertin. Du mardi au samedi, midi et soir. Contact : 02 47 27 22 00 ou larocheleroy.com
> Tarifs : comptez de 60 à 75 € pour un menu. Menu du midi à 35 €.

PicNicRic : food-truck vintage (et tex mex)

On a testé Pic Nic Ric, « le food-truck vintage où il fait bon miam-miam ». De quoi satisfaire les fans de cuisine tex-mex !

PicnicRic, c’est « le food-truck vintage où il fait bon miam-miam ». C’est ce qui est indiqué sur sa page Facebook et qui a titillé notre curiosité. Et notre appétit ! Il faut dire qu’Éric, aux manettes, propose des spécialités latino-américaines préparées grâce à des produits locaux (il se fournit à Joué ou encore Courcelles-de-Touraine). Bref, un peu de changement bienvenu dans le doux monde des food-trucks.

« Je voulais allier trois choses : ma passion pour la cuisine, le partage et le vintage », introduit Éric. Après avoir opéré un changement total dans sa vie – l’homme travaillait dans l’industrie chimique avec un poste à haute responsabilité ! – et suivi une formation, Éric s’est dégotté une Estafette jaune poussin. Retapée, reliftée et décorée avec goût (ce petit poste radio qui changera de vos MP3 mes braves gens !). Bref, plus vintage, tu meurs.
Désormais, il écume Joué-lès-Tours, les facs de Tours et les grands événements avec son « camion atypique acheté en Dordogne ».

Même s’il a débuté l’aventure en juillet 2015, il a déjà ses habitués. « Une clientèle plutôt jeune et qui va jusqu’à 45 ans », indique-t-il. Du coup, PicnicRic a fait le choix judicieux d’une carte alléchante aux prix très abordables, entre empanadas, chili con carne, hot dog, fajitas… On a opté pour le El Rico. Un excellent sandwich tex-mex, avec carottes, salades et oignons rissolés et, surtout, un boeuf mariné délicieux qui fond dans la bouche. Et outre les conseils avisés et la gentillesse d’Éric, le bon point ira aux portions bien généreuses. « Allez, bonne sieste après ça ! », nous a-t-il dit en nous servant. On ne vous dira pas s’il avait vu juste. Hum hum…

> Picnicric. Pour connaître les emplacements de la semaine : 06 62 07 75 89 ou sur Facebook.
> Formule hot-dog classique (avec frites et boisson) à 6,20 € ou 3,50 € le hot dog seul ; formule El Rico (avec frites et boisson) à 7,70 € ; fajita à 6 € ; chili à 7 €. Possible de payer par Weecop pour les étudiants.

Gagne ton pass pour le Festival Mauvais Genre !

Et si vous alliez tranquilou au Festival Mauvais Genre à Tours, en mars ? Tmv vous fait gagner votre pass pour cette semaine de folie. Bonne chance !

Réjouissez-vous, cinéphiles ! Comme l’an dernier, tmv est partenaire du festival de cinéma Mauvais Genre. Mais pour 2016, on vous fait un grooos cadeau : on vous offre la possibilité de gagner un pass pour aller voir tous les films que vous désirez pendant cette semaine délirante, où se mêleront drames, comédies bizarroïdes, films de genre, fantastique, avant-premières et pelloches de folie.

Le festival Mauvais Genre se tiendra au CGR et au Petit Faucheux, du 24 au 28 mars.

Pour gagner votre précieux sésame, rien de plus simple : envoyez un petit mail à redac@tmvtours.fr en précisant nom, prénom, numéro de téléphone (n’oubliez pas de rajouter « pass Mauvais Genre » comme objet du mail). Vous pouvez même nous rajouter un mot d’amour, on les prend aussi.

L’affiche de la 10e édition, réalisée par l’artiste Moon Li.

 >Le tirage au sort des deux gagnant(e)s aura lieu vers la mi-mars. Bonne chance !

Chez Tonton : bistrot relax et plats soignés

Ouvert fin janvier, Chez Tonton a fait le pari de se la jouer bistrot sympa et chaleureux, tout en soignant ses plats. C’est réussi !

Qu’il est étonnant, ce petit restaurant ! Le bien nommé Chez Tonton est tout beau, tout propre. Surtout très jeune, puisqu’il a ouvert ses portes le 22 janvier. En découvrant l’établissement situé place Châteauneuf, on s’attendait surtout au bistrot lambda. Excusez nos a priori (vous pouvez nous lyncher, allez-y). Car côté ambiance, ici, comptez plutôt sur du relax, du sympathique. On est bien, on est chez nous, au milieu de ces tables hautes collées au comptoir du bar, ou ces places qui longent les murs jaune et bleu foncé. Un resto tradi, à faire entre potes ou collègues pour se poser un peu pendant la pause du midi.

Et puis, une fois servis, surprise ! L’assiette est vraiment travaillée (d’où notre choix pour la photo). Loin d’une tambouille servie à la va-vite qu’on aurait pu trouver dans d’autres bistrots, Chez Tonton a fait le choix de soigner ses plats et de les réfléchir. Côté carte, on reste dans le simple, mais ce suprême de poulet, parfaitement doré, est une merveille en bouche. Avec des saveurs rehaussées par une crème de céleri et de moutarde à l’ancienne. En résumé, ambiance décontractée, mais plats étudiés. De quoi ravir l’équipe de Tonton quand on le fait remarquer : « Ah merci, c’est exactement notre credo. Vraiment ce que l’on recherchait ! »

Et ce que trouvent les — déjà — nombreux clients qui se pressent ici. Il faut dire qu’aux manettes, ce sont les mêmes têtes pensantes qui gèrent A torra, le bar à vin bien connu situé… juste en face ! Visiblement, en jouant la carte du restaurant avec une vraie identité, c’était une bonne pioche pour Tonton. Une adresse à découvrir.

> 8 rue Châteauneuf, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir. Contact : facebook.com/cheztontontours ou 02 47 61 67 34.

> Formule du midi (entrée-plat ou plat-dessert) à 15,50 €. Sinon, à la carte, comptez entre 5 et 6 € (entrées et desserts) et de 14 à 15 € (plats).

#WTF 10 : une photo de patate à 1 million d’euros

Les histoires wtf et insolites de la semaine, avec une patate qui vaut cher et un film érotique diffusé après le match OL-OM.

Allô Houston ? On a une patate.

> KEVIN ABOSCH, PHOTOGRAPHE BRITANNIQUE, n’aurait jamais pensé tirer aussi bon prix de Potato #345, sa photo d’une patate sur fond noir. Un homme d’affaires européen, après 4 verres de vin, aurait acheté (notez la présence des triples guillemets) « « « l’oeuvre d’art » » » pour 750 000 livres. Soit près d’un million d’euros.

> C’ÉTAIT POURTANT BIEN TENTÉ. Deux apprentis-malfrats se sont attaqués à une librairie à Roubaix, dans le Nord. En voulant bien faire (braquer, donc), nos deux compères ont fait main basse sur le coffre-fort. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient puisqu’il s’agissait en fait d’un Minitel…

> LE RAPPEUR BoB S’EST FAIT REMARQUER SUR TWITTER. Face à lui, un astrophysicien, Neil deGrasse Tyson qui a allègrement démonté ses « arguments », le rappeur n’hésitant pas à arguer que la Terre est plate et que nous n’avons aucune preuve du contraire. Copernic, si tu nous lis…

> LE FOOTBALLEUR CRISTIANO RONALDO s’est acheté un hôtel à Monaco pour 140 millions d’euros.

> À L’ISSUE DU MATCH OL-OM, la semaine dernière, un extrait d’un film érotique a été diffusé par erreur sur les les télévisions dans le stade. « Une erreur de manipulation », d’après le staff technique. Pour info, il s’agissait du film La Vie d’un gigolo.

Les Blancs Manteaux : le bon plan rue Colbert

Connu et reconnu pour son brunch du dimanche, Les Blancs Manteaux est aussi une parfaite adresse lors du midi, en plein centre-ville.

« Venez comme vous êtes, mais vous serez mieux qu’ailleurs. » Voilà ce que le restaurant Les Blancs Manteaux a rédigé dans sa présentation Facebook. De quoi suffisamment nous intriguer, pour ramener nos petits derrières gelés (il faisait très froid, ce jeudi, oui) dans cette ancienne armurerie du début de la rue Colbert.
Ouvert début 2015, Les Blancs Manteaux est le bon plan du midi pour les habitués du centre-ville, les couples et les amis : une formule au prix plus que raisonnable, un cadre intimiste (petite salle, quelques tables, des poutres apparentes, petite lumière tamisée) et des gérants sympathiques et chaleureux.

Ici, oubliez les cartes à rallonge ! Cuisine fraîche et « fait-maison seulement », comme l’indique la petite ardoise. Un bon point. Dans l’assiette, nos papilles ont frémi avec les frites (maison, donc), dorées et croustillantes… qu’on a adoré tremper dans la délicieuse sauce forestière qui accompagnait notre suprême de volaille. Dans le verre, un Minervois fort en bouche complétait le tout : le bon point ira d’ailleurs à cette carte des vins, belle et complète. On nous a même, vu notre hésitation, fait goûter deux domaines pour mieux nous décider !

Même si la présence d’un gentil toutou (bien élevé et adorable, soit) en salle pourrait en rebuter certain(e)s, on ne peut que trop vous conseiller de faire un tour aux Blancs Manteaux. Et pourquoi pas tester, un dimanche, leur brunch qui fait un tabac. Conseil : réservez avant !

 > Les Blancs Manteaux, ouvert midi et soir, tous les jours sauf le mardi. 27 rue Colbert à Tours. Possibilité de brunch le dimanche dès midi.
Contact : facebook. com/lesblancsmanteaux37 ou 02 47 61 62 44.

> Formule du midi à 11,90 € (entrée-plat ou plat-dessert) ou 14,90 € (entrée-plat- dessert). À la carte, comptez de 12 à 21 € pour un plat. Brunch à 14,90 €.

Image19

L’Aquila : pizzas et livres suspendus

Des pizzas et des bouquins : c’est au menu de l’Aquila, à Tours. On l’a testé et on vous en dit plus juste ici…

L'Aquila

Le café suspendu, le plat suspendu (c’est-à-dire payé à l’avance par un client pour un nécessiteux), tout le monde connaît. Mais le livre suspendu, ça existe aussi, on l’a rencontré par hasard dans une pizzeria. L’Aquila se cache derrière la Caf, au fond de la galerie marchande de Champ-Girault. C’est la cantine informelle des employés des bureaux alentours, de techniciens de la SNCF, « à 80 % des habitués », confirme Philippe Plagneux, le patron.

« La restauration, j’ai ça dans le sang : mon père était dedans et ainsi de suite depuis plusieurs générations. » Sur le comptoir, entre la caisse et un gros pot de bonbons multicolores, on repère deux petites piles de livres, le dernier Joël Dicker côtoie un Gavalda et la bio de Mike Tyson. On a découvert la première pizzeria- bibliothèque. « Je les ramène pour les clients, explique le patron. Vous pouvez les lire ici ou les emporter chez vous et puis vous les ramenez quand vous avez fini. Allez-y, n’hésitez pas. »
L’idée est bon enfant, comme le patron et les clients. Et pour les nourritures terrestres ¢? Des plats simples, qui tiennent leurs promesses, pour un budget raisonnable. On choisit la pizza Maya (miel, Sainte-Maure et coppa) qui passe le crash-test : pâte fine et croquante, vrai chèvre. La bavette reçoit une mention très honorable. Côté dessert, la crème brûlée manque un peu de saveur mais l’île flottante, bien ronde et joufflue, est plus que sympathique. Une cantine parfaitement adaptée à la pause de midi, comme l’ont compris ses fidèles.

>>Pizzeria l’Aquila, Galerie Marchande de Champ Girault, rue du Docteur Herpin, à Tours, tél. 02 47 20 97 92.
>>Ouvert tous les midis, du lundi au vendredi, de 12 h à 14 h. Pizza à partir de 9 €, bavette garnie : 10,90 €.

Le Préambule : le bon plan apéro

Depuis fin décembre, le vieux Tours compte un nouveau bar à vins : Le Préambule. Un ancien enseignant aux manettes et nous, on lui donne une très bonne note !

(Photo Sébastien Bussière)
(Photo Sébastien Bussière)

Frédéric Nobileau est un restaurateur pas comme les autres. Pendant vingt ans, il a essuyé la craie des tableaux noirs et cotoyé vos chères petites têtes blondes (ou rousses et brunes, hein, pas de favoritisme). Sa place était à l’école. Sauf que, comme il le dit en souriant, l’ancien instituteur s’est reconverti. Envie de changer. « J’étais arrivé au bout de quelque chose », rajoute cet ancien prof, qui a fini sa carrière à Montlouis. Il s’est donc lancé dans l’aventure du Préambule mi-décembre. Un petit bar à vins sympathique et chaleureux, à deux pas de la place Plum’, là où trônait avant un dépôt-vente.

Ici, on reste dans le simple : on est là pour boire un bon verre. Entre amis, en couple, peu importe. L’important est de se sentir bien et comme chez soi. Bon, c’est bien joli tout ça, mais sur la table, ça donne quoi ? Un sans-fautes quand tmv y a fait un tour (et pourtant, le Préambule n’était ouvert que depuis quelques jours).
Que ce soient les rouges charpentés ou les blancs secs que l’on a choisis de déguster, Frédéric Nobileau a su nous aiguiller, conseiller, faire goûter des vins pas forcément connus, mais à découvrir d’urgence. Pour accompagner le tout, une planche de charcuterie : un chorizo bien relevé, une petite salade, du lard ou encore un délicieux jambon cru. Pas de chichis, c’est parfait pour l’apéro !
Si l’excellent accueil de Frédéric et sa bonne humeur communicative sont un plaisir, on remarquera aussi les prix plus qu’accessibles dans un coin où certains n’hésitent pourtant pas à gonfler leurs tarifs. Une très jolie découverte et sûrement le futur QG de tmv, tiens. Mais chut, n’allez pas le cafter au prof…

> Le Préambule, 26 rue du Grand Marché, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, à partir de 17 h.
Comptez 9 € pour une planche de charcuterie ou de fromage. Vous pouvez avoir de très bons vins à partir de 4 € le verre.

Ze Chantier : qu’on amène papy Bricole !

#EPJTMV. Pour la chronique resto de cette semaine, ce sont les étudiants de l’Ecole de journalisme qui s’y sont collés. Direction Ze Chantier !

(Photo Victorine Gay)
(Photo Victorine Gay)

« Après Mamie Bigoude, restaurant de la même chaîne, Ze Chantier aurait pu s’appeler Papy Bricole », explique Kevin Bujol. Le gérant a ouvert ce nouvel établissement le 12 novembre dernier, près du centre commercial La Petite Arche, à Tours Nord. Ze Chantier est le petit frère de La Bricole qui existe déjà à Chambray-lès-Tours. Ce bistrot grill, qui propose hamburgers, viandes, et brochettes, mise sur les produits frais. « La carte évolue chaque semestre en fonction des saisons », souligne Kevin Pujol.

Au total, 17 personnes y travaillent, prêts à accueillir au maximum 125 clients en un seul service. Plus que la nourriture, c’est la décoration qui rend cet endroit atypique. Avant même de passer les portes, pots de peinture et plots de chantier accueillent les clients. À l’intérieur de ce grand « chantier », les barils se transforment en chaises, une grue en bois traverse la salle, les murs et les tables noires sont bariolés de gouttes de peintures. Pour les enfants, un large espace est prévu, avec des jeux à base de plots et de casques de chantier. « Attention à vos papilles gustatives », annonce un panneau collé au mur. Mais avec hamburgers au pain léger, frites maison, viandes parfaitement cuites et desserts en tous genres, aucune appréhension à avoir.
« Vous voulez avoir fini de manger pour quelle heure ? », demande en début de repas le serveur. Quelques minutes après avoir fait son choix, voilà que les plats arrivent déjà. Une heure plus tard, dans le laps de temps indiqué, le repas est fini. Le tout avec un service impeccable de la part des serveurs dont l’uniforme, un bleu de travail, rappelle une nouvelle fois que l’on est vraiment dans un chantier.

Jeanne Laudren

> Centre commercial La Petite arche. Réservations au 02 47 78 89 04.
Fermé le dimanche soir.
Comptez 9,90 € pour le plat du jour. Menus entre 13,90 € et 17,90 €

Upper Burger : eat me, I’m famous

Ultra connu à Bordeaux, Upper Burger débarque maintenant à Tours. Il fallait bien que l’on teste !

Ça sent encore le vernis frais et le bois neuf : l’Upper Burger a ouvert ses portes il y a moins de deux semaines. Si la déco blanche et rouge, dans un style un peu scandinave, fait craindre une cuisine standardisée, on comprend vite qu’Upper Burger n’a rien à voir avec une chaîne, encore moins un fast food.
Devant nous, deux clients sont un peu déboussolés. Le patron leur explique gentiment le concept : les burgers sont confectionnés à la commande, à eux de choisir ce qu’ils mettent dedans. La carte accrochée au-dessus du comptoir propose des burgers de base (steak ou poulet, avec cheese ou bacon, ou, soyons fou, les deux) à customiser de légumes frais ou grillés, de pickles et d’une sauce. La maison en propose sept. Y a plus qu’à choisir. Et c’est dur. « C’est de la cuisine rapide mais les clients doivent savoir qu’ils peuvent attendre 10 minutes avant de passer leur commande, explique Pierre- Jean, le gérant, puisqu’on ne sert que du sur-mesure. »

Upper Burger est né à Bordeaux en 2012. Pas encore une chaîne, mais le resto de Tours est déjà le troisième à ouvrir. On le doit à Pierre-Jean, un Tourangeau qui a tenu à l’importer place Plum’ : « Les créateurs d’Upper sont des amis et je trouvais que ça manquait à Tours. Ce qui cartonne le plus, c’est les steaks végétariens et les frites à la sauce cheddar. On la fait nous-même. » Nous, on vous recommande la sauce Upper au piment d’Espelette, une vraie tuerie qui relègue la sauce barbecue au rang de bouillie pour les chats. Outre la fraîcheur des ingrédients préparés chaque matin et ses frites maison découpées avec amour, l’Upper burger se distingue par un pain délicieux, fabriqué par un boulanger tourangeau selon une recette maison sans doute aussi bien gardée que celle du Pepsi. Et rien que pour ça, on a envie d’y retourner. La bonne idée en plus ? La petite lingette rince-doigts offerte. La street food, c’est bon, mais ça graisse. Et pas que les fesses.

27 rue du Change, à Tours.

Ouvert du lundi au dimanche, de 12 h à 15 h et de 19 h à 22 h 30. Tél. 02 46 10 44 20.
Burger à partir de 8 €. Menu burger + frites + boisson : 11 à 13 €. Menu kid à 8,50 €.

Expo photo : t’es Capa ou t’es pas Capa ?

Tours accueille une expo unique en France : une découverte toute en couleurs de Robert Capa.

Voir le monde en couleur alors qu’il est terne… Près de 150 tirages couleur d’époque de Robert Capa, le célèbre photographe, sont désormais visibles au Château de Tours. Parmi ces oeuvres figées, des documents personnels, aussi. Une expo unique en France. Une première. Menée en collaboration avec Le jeu de Paume.

En 1938, alors qu’il était en Chine pour couvrir la guerre, Robert Capa, surtout connu pour ses clichés en noir et blanc, a écrit à son frère pour lui demander de lui envoyer des bobines de pellicules Kodachrome, inventées deux ans plus tôt. Des raretés à découvrir d’ailleurs à Tours, parmi une centaine d’autres. Des reportages qui prouvent que l’artiste s’intéressait à la photo couleur avant même qu’elle soit utilisée par les photojournalistes. Des photos traitant aussi bien des conflits que de Picasso, des sports d’hiver, que de la France en général.

> Robert Capa et la couleur, jusqu’au 21 mai 2016. Au château de Tours, du mardi au dimanche, de 14 h à 18 h.
Tarifs : 3 € (plein), 1,50 € (réduit), gratuit pour les scolaires.

Immo à Tours : le tour des prix

Quel est le top 3 des quartiers les plus chers à Tours ? Et les moins chers ? Réponse ici !

Après la flambée, puis la crise, le calme amorcé en 2014 se confirme cette année. L’écart entre les prix annoncés en agence et les prix enregistrés par les notaires s’est réduit. La preuve ? Les prix affichés ont chuté de 2,7 % tandis qu’ils ont remonté de 3,6 % sur les actes. Bien sûr, on peut négocier mais l’heure n’est plus à la spéculation : on achète pour avoir un toit bien à soi et s’assurer une épargne retraite.

Dans le top 3 des quartiers prisés des Tourangeaux, on retrouve sans surprise Les Halles et la rue Nationale, Les Prébendes et le quartier Cathédrale : « Le prix médian en hyper centre est à 2 490 € le mètre carré, avec bien sûr des variations selon la rareté du bien, » précise Maître Beaujard, vice-président de la Chambre des notaires d’Indre-et-Loire. Du côté des Prébendes, les maisons anciennes se sont stabilisées.
En juin, un particulier situé rue Lakanal s’est vendu 337 000 €, un autre 275 000 € rue Boisdenier. Et dans l’agglomération ? « En première couronne, les appartements anciens se vendent en moyenne 1.750 € le mètre carré, le neuf se situe à 3 380 € le mètre carré. Là encore, c’est un prix moyen et dans le centre de Tours, il peut doubler pour un programme de prestige. »

Pour les primo-accédants, les villes de Saint Pierre-des-Corps et Joué-lès-Tours sont les plus attractives. Bien desservies, leur dynamisme culturel et associatif est séduisant. Mais une petite nouvelle les rattrape : La Riche.

1

2

Le Rond de serviette : la bonne surprise !

Ambiance Mistinguett au Rond de serviette : relativement récent, cet établissement est une jolie surprise.

Image27

Le vieux Tours, une expression que Le Rond de serviette a prise au mot : situé à deux pas de la place Plum’, ce nouveau venu (un joli bébé qui n’a que deux mois et demi !) plonge ses clients dans l’ambiance des années 20. Un charme désuet et suranné, un vieux comptoir en bois brun et, partout sur les murs, des tableaux défraîchis. « On voulait faire quelque chose d’un peu différent », nous confie-t-on. Et c’est réussi ! Décor façon bric-à-brac, objets qui semblent chinés tout droit d’un vide-greniers (ah, cette carafe d’eau !)… tout a un délicieux goût de vintage. Aux commandes, Franck et son équipe savent accueillir.

Ce jour-là, le service, impeccable, est aux petits oignons (ah ah, elle est bonne). Mais le plus important, c’est dans l’assiette, non ? Toute la carte nous tente. On choisit donc deux entrées (qui a dit morfale ?) : les rillettes sur leur petite ardoise sont savoureuses, premier bon point. Le second ira à la poêlée de Saint-Jacques tout bonnement exquise ! On continue avec un plat, certes simple, mais un véritable régal : l’onglet et ses frites maison. La viande succulente, qui vient du marché des Halles, se coupe comme du beurre, fond dans la bouche. Des plats traditionnels — c’est le credo du resto — mais parfaitement exécutés. Si les prix nous semblaient un peu élevés au départ, on se dit que la qualité est tout de même au rendez-vous.

Le Rond de serviette s’est donc fait une place de choix. Une adresse sympathique, à deux pas de la place Plum’. Qui sait aussi se transformer une fois la nuit tombée, comme le rappelle l’équipe : « Le soir, on change un peu d’ambiance. Lumières tamisées, on passe des chansons de Mistinguett, le champagne est servi dans du cristal Baccarat, etc. » À ce soir ?

> 28-30 rue du Grand Marché. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir. Réservations conseillées au 09 80 67 88 89.
Page Facebook : Le Rond De Serviette.
Entrées : entre 6,80 € et 8,80 € ; plats : entre 15,80 € et 20 € ; desserts : de 7 à 9 €.

Image28

O Petit Paris : le renouveau, rue Marceau

Fini, le Singe Vert ! Place, désormais, O Petit Paris. L’établissement a repris les lieux rue Marceau. Voilà notre chronique resto de la semaine.

Image23

La carte annonce la couleur : côte, tartare, carpaccio, mais aussi, plus rare, des rognons de veau : ami de la viande, réjouis-toi, un vrai bistrot pour carnivore a ouvert ses portes rue Marceau. Le Singe vert a disparu, remplacé par O Petit Paris. Nouveau nom, nouveau propriétaire et nouvelle cuisine, Stéphane Gaignard et son épouse Lucie ont voulu un « vrai resto à viande ». Dans les brasseries à poissons, on dîne à côté du vivier, ici, de beaux morceaux de boeuf trônent dans une vitrine de boucher, au fond de la salle. « Toutes nos viandes viennent de petits producteurs de race limousine, explique le patron. On sait où elles ont été élevées et abattues. La carcasse est ensuite débitée par un boucher tourangeau, puis je coupe les pièces moi-même, à la commande. » Du coup, le client paye sa viande au poids, comme chez le boucher.

En optant pour un tartare, on pressent que choisir une préparation hachés serait un pêché, va pour le couteau. On ne regrette pas : la viande est délicieuse, parfaitement coupée. Le tiramisu à la framboise compris dans le menu du jour est fait maison, comme les frites. Une exception : l’opéra, qui vient du Kiosque Gourmand, à Neuilly-Pont-Pierre « On voulait un vrai croquant et la pâtisserie, ce n’est pas notre métier », explique le patron.
Faire ce qu’ils savent faire et s’entourer de bons fournisseurs, tel est le choix de Lucie et Stéphane Gaignard, qui vont bientôt afficher la carte d’hiver. Au menu : plats en sauce et tête de veau. Le Singe vert est définitivement enterré. Il ne reste que sa décoration un peu froide, et on espère qu’elle va vite se faire la malle : les propriétaires du bistrot O Petit Paris méritent d’être entouré d’un cadre aussi chaleureux que leur accueil.

E. S.

> O Petit Paris, 5 rue Marceau, à Tours. Ouvert du lundi midi au samedi soir, de 8 h à 22 h. Fermé le mercredi soir et le jeudi soir. Réservations au 02 47 20 34 47.
Le midi, menu du jour entrée + plat + dessert : 14,50 €. À la carte, environ 13 à 20 € pour un plat, 5 à 7 € un dessert.

Image24

L’Entracte : petite pause avant le ciné

L’Entracte n’est pas un nouvel établissement… Quoique : un nouveau propriétaire venu de Normandie et toujours le lieu idéal avant de se faire une toile au ciné d’à côté !

L'Entracte

Tout nouveau, tout chaud ! L’Entracte était déjà connu des Tourangeaux : l’établissement, installé rue Auguste-Comte, est à deux pas du cinéma CGR Centre. Désormais, une banderole est placardée sur la devanture : on a affaire à un nouveau propriétaire. Place à Manu, un chef originaire de Normandie et qui reprend l’Entracte nouvelle génération, ouvert il y a à peine deux semaines.
Pour une première visite, on a envie de dire que l’établissement ressemble à une petite cantine bien sympathique et conviviale pour le midi. Une dizaine de tables, nappes violettes et chaises noires, et des photos de Marilyn Monroe et Charlie Chaplin qui trônent sur des murs blancs et lumineux. Le gérant a voulu garder le nom du resto et le côté cinématographique, « parce que je suis axé ciné noir et blanc », souligne le chef, encore affairé à fignoler sa déco’.

Dans l’assiette, c’est 100 % cuisine traditionnelle, renforçant le côté chaleureux et familial du restaurant. « Notre viande est française et les produits, frais. Je travaille avec des fournisseurs, si possible locaux d’ailleurs. » On s’est donc laissé tenter par les brochettes de poulet tandoori et sa poêlée de légumes maison. La viande était tendre et bien assaisonnée. Un plat simple, mais efficace. Et, point positif, les portions sont plus que convenables pour notre estomac soit rassasié. L’Entracte n’en est qu’à ses débuts (d’après nous, il faudrait par exemple des salières/poivrières plus raffinées), mais peut rapidement s’affirmer. L’établissement prévoit d’ailleurs des soirées à thème, des menus étudiants à 9 € ou encore d’éventuels partenariats avec le cinéma. Idéal avant de se faire une toile, non ?

>>53 rue Auguste-Comte. Ouvert tous les jours, midi et soir. Fermé le dimanche soir.
Contact et réservations au 02 47 20 02 50. Le midi, formule entrée-platdessert à 13 € ou 11 € pour entrée + plat ou plat + dessert. À la carte, de 9 à 15 € environ

Toute la culture (locale) dans un panier !

Des étudiantes ont lancé le panier culturel. Idéal pour attraper le plein de culture 100 % tourangelle tous les trimestres.

Vous connaissiez les paniers bio (mais si, les heureux possesseurs adooorent s’en vanter). Place, maintenant, aux panierx culturels. Un super projet lancé par des étudiantes tourangelles qui permet d’avoir un sac avec plein de surprises dedans. En gros, à la place de vos courgettes et de vos haricots, ce sera plutôt musique, bouquins, places de concert, et le tout, 100 % made in Touraine. Du bien de chez nous, quoi.
Le but ? Promouvoir la culture locale. Un concept déjà en place à Lille, Paris ou encore Bruxelles, mais que ces étudiantes en formation culture et médiation art et spectacle ont voulu décliner à Tours.

Ce « panier curieux » a officiellement débarqué dans notre bonne vieille ville. Il sera disponible tous les trois mois pour 30 € ou 25 € en tarif réduit (étudiants et demandeurs d’emploi, c’est pour vous). Et sera, en plus, sérigraphié par un artiste du coin.

Pour plus d’infos, vous prenez vos petits doigts et tapotez « Le panier curieux par WHAT » sur Facebook (ou en cliquant ICI parce que vous êtes feignants) ou un tour sur le site de leur asso Viens voir à Tours (plus connue sous le doux nom de What).

Notre nouveau flyer réalisé par Marie, nouvelle bénévole et Cindy membre active depuis le commencement
Flyer réalisé par Marie, nouvelle bénévole et Cindy membre active depuis le commencement.

Culture, tendance et web #1

Hop, on regroupe tout. Cette semaine, un lot de chroniques culture, avec de la BD, double dose de musique, du DVD, du jeu vidéo et la tendance web du moment

PAUSE_ECRAN_JEUVIDEOLE JEU VIDÉO 
SUPER MARIO MAKER
Nintendo met les petits plats dans les grands. Pour célébrer les 30 ans du plombier moustachu, le géant japonais offre aux fans la possibilité de concevoir leurs propres niveaux dans Super Mario Maker. Exclusivité Wii U, cet éditeur aussi puissant que facile d’accès permet évidemment de partager ses oeuvres avec les joueurs du monde entier via une simple connexion internet. Et ça marche, puisque plus d’un million de niveaux sont d’ores et déjà disponibles.
>>Nintendo, tout public, Wii U, 50 €.
L. Soon

PAUSE_ECRAN_DVDLe DVD
MAGGIE
Injustement boudé lors de sa sortie, Maggie raconte l’histoire entre un père et sa fille qui, contaminée par un virus, se transforme en zombie. Huis-clos qui envoie valser les clichés (oubliez la tripaille), Maggie est aussi un drame intimiste. Original et lent, il met en scène un Schwarzy étonnant à contre-emploi. Un mélo un poil poussif, mais intelligent et sans gore, à qui il faut accorder une deuxième lecture. Le DVD Blu-ray est doté de deux bonus intéressants, des interviews et des coulisses du tournage. [NB : pour la critique intégrale, jetez un oeil ICI]
A.G.

LE CDPAUSE_ECRAN_CD1
NIVEK – VERY BAD TAPE 3
C’est le retour du « Mec à part ». Un retour cosmique. Le rappeur tourangeau a désormais la tête dans les étoiles, mais garde les pieds sur terre. Jamais loin de ses racines corpopétrussiennes et de ce qui fait le sel de ses morceaux. Very Bad Tape 3, dernier volet d’une trilogie, se dévoile à travers sept titres. Si les habitués seront a priori déboussolés, ils retrouveront vite leurs repères : des textes qui font mouche, des références à la culture pop des années 90, et toujours cette voix reconnaissable, oscillant entre la rage du présent et la nostalgie de l’enfance. À la prod’, Kremlin livre des instru’ martiennes, inspirées par l’électro allemande des 80s. Le duo fonctionne à merveille pour un EP plus mature que ses prédécesseurs, au rythme plus lent qui séduira un nouveau public tout en secouant celui de la première heure.  [NB : tmv lui a tiré le portrait – chinois – et c’est à découvrir en cliquant là]
T.C.

LE CDPAUSE_ECRAN_CD2
KFÉ’IN – UNE VIE
Ils avaient écumé les scènes et enquillé les tremplins : les Kfé’in se lancent désormais dans la production, avec un premier album né d’un financement participatif. Avec ce Une Vie, le très jeune groupe orléanais (moyenne d’âge de… 16-17 ans, oui oui !) balance sa sauce pop-rock, à coups de riffs simples mais bien sentis. Passé un premier titre un poil trop candide (« Ce soir »), le reste de l’album est d’une maturité incroyable et sait envoyer quelques jolies pépites. Notamment son gros missile, le morceau « Assez ! », aux airs de Noir Désir. Les Kfé’in sont jeunes, mais prometteurs.
A.G

PAUSE_ECRAN_BDLA BD
CORTO MALTESE – SOUS LE SOLEIL DE MINUIT
Pari réussi pour cette reprise de Corto Maltese, la série culte d’Hugo Pratt. Il faut dire que Ruben Pellejero au dessin n’est pas n’importe qui et que Juan Diaz Canales au scénario n’est pas manchot non plus. Sous le soleil de minuit déroule une très belle aventure de notre marin préféré, perdu dans le grand nord de l’Alaska, avec suffisamment de rebondissements pour tenir le lecteur en haleine. C’est, au final, une reprise très fidèle mais aussi incroyablement moderne. On en redemande !
Hervé Bourit

TENDANCE WEB
DESSIN FOU
Il s’appelle Nestor Canavarro et on peut dire qu’il a un sacré coup de crayon ! Ce que vous voyez en photo est bel et bien un dessin. Cet artiste argentin réalise des portraits hyperréalistes, avec seulement quelques crayons de couleur (et beaucoup d’heures de travail).
À découvrir sur instagram.com/nestorcanavarro
PAUSE_ECRAN_WEB

100 000€

« Tu viens lire tmv avec moi ? Allez, viens, on est bien »

C’est le prix estimé du bikini de Princesse Leia dans l’épisode Le Retour du Jedi. L’objet culte du film Star Wars est mis aux enchères entre le 29 septembre et le 1er octobre. On attend de voir à quel prix il partira.

Les Gourmandises à roulettes : mon joyeux food truck

Nouveau venu aux 2 Lion,s le food truck Les Gourmandises à Roulettes. Très bons sandwiches, accueil tout sourire et pas cher : que demande le peuple ?

Les Gourmandises à roulettes a ouvert début septembre. Au menu, sandwiches, quiches, mini-pizzas, boissons. (Photos tmv)

Quoi ? Encore un food truck ?! Hep hep, on vous voit venir d’ici, avec vos gros sabots. Bon, avouons-le, on s’est dit la même chose au départ. Sauf que Les Gourmandises à roulettes (c’est son nom tout mignon) ne pioche pas dans le burger. Et qu’en plus, il a pris ses quartiers aux 2 Lions, à deux pas de L’Heure Tranquille. Bref, un peu de sang neuf dans un coin pourtant bien sympa, mais qui ne remue pas beaucoup.
« Artisan boulanger pâtissier snacking » est placardé sur le camion. Derrière un tas de sandwiches appétissants, il y a Maud et ses yeux bleus rieurs. Débordant d’enthousiasme, tout sourire, rayonnante. Elle a la conversation facile, motivée comme tout à l’idée de faire marcher ce food truck. Un concept lancé par Eugénie et Yann, les propriétaires de la boulangerie Les Gourmandises de Montjoyeux. Eux voulaient se diversifier. Et Maud avait un rêve. « J’en avais marre du chômage ! Et en plus, j’adorais leur pain », lance-t-elle en riant. L’affaire est scellée, Eugénie et Yann ouvrent les Gourmandises à Roulettes.

Ni une ni deux, Maud se jette aussi dans l’aventure. Ravis, les boulangers de Montjoyeux lui signent un CDI dans la foulée. « Une belle aventure humaine ! » Maud commence à préparer ses sandwiches à 7 h du matin. « Ici, c’est que de l’artisanal. Et du local ! Les produits sont frais. Le fromage, par exemple, vient du marché Montjoyeux. »
La jeune femme a une pêche d’enfer (on a l’air malin, nous, avec notre air zombie couché à 4 h du matin…) et ne cesse de dire qu’elle est « contente de ne plus travailler dans un bureau ». Et surtout « de pouvoir parler à plein de gens ». Côté produits, c’est du sans-faute (mention spéciale pour les pâtisseries qui donnent envie de prendre cent kilos pour l’occasion). Simple, mais efficace. Rapide et pratique. Les Gourmandises à roulettes est un petit nouveau qu’on aime déjà et qui a plein d’idées en tête pour se développer et prospérer. Petit deviendra grand, on l’espère.

AU MENU

DANS L’ASSIETTE
L’épicé doux (au chorizo et chèvre) nous tentait… Mais sur les conseils de Maud, nous avons testé le sandwich Tex-Mex, avec son poulet épicé, oeufs, sa salade croquante, garni de mayonnaise. Tous les produits sont du matin. Plein de fraîcheur, il mérite aussi un point bonus pour son très bon pain à l’huile d’olive et au sézame. En dessert, l’éclair coco est un délice !

L’ADDITION
Nous avons opté pour la formule menu, avec un sandwich, une boisson et une pâtisserie. Le tout nous est revenu à 6,90 €. Comptez 7 € pour un menu salade, 2,50 € le croque-monsieur ou encore 1 € la baguette.

EN PRATIQUE
Le foodtruck Les gourmandises à roulettes se situe aux 2 Lions, à côté de l’école Polytech, en face de FedEx, le long du tram (sortie Heure tranquille). Ouvert du lundi au vendredi, de 11 h à 13 h 30. Contact : les gourmandises à roulettes sur Facebook, ou 02 47 42 92 52.

Folie douce : pause thé, sucrée-salée

L’équipe de tmv a fait un petit tour à Folie Douce, un salon de thé implanté à Tours qu’on a beaucoup aimé.

À 24 ans, Anne-Sophie Oger a ouvert son premier restaurant. (Photos tmv)
À 24 ans, Anne-Sophie Oger a ouvert son premier restaurant. (Photos tmv)

A peine franchi le seuil du salon de thé, notre regard lorgne sur la cloche en verre qui trône sur la table. Bien abrité, le brownie au chocolat nous ouvre l’appétit. Plus loin, des coupes de panna cotta nous narguent derrière la vitrine du comptoir. Disposées ici et là, ces petites douceurs font qu’à peine installé, on pense déjà au dessert que l’on va commander ! Folie douce, le salon de thé d’Anne-Sophie Oger, a ouvert il y a 4 mois, le 12 mai : le jour de ses 24 ans.
Lassée de la hiérarchie en restauration gastronomique, la jeune femme rêvait d’autonomie et de liberté. Son idée : ouvrir son propre salon de thé et proposer une petite restauration, simple et saine. Un grand sourire aux lèvres, elle semble maintenant dans son élément : « À part les pâtes à tarte, tout est fait maison avec des produits frais et de saison », précise-t-elle avec fierté.

Chaque jour, trois sortes de salades, une quiche et un plat chaud sont au menu. Seule aux commandes, la restauratrice gère tout, des achats au service. Regrette-t-elle l’ambiance de la brigade de restaurant ? Sûrement pas ! « C’est le jour et la nuit ! Le contact avec les clients, ça me motive : j’ai envie de faire de la qualité, de soigner la présentation. »
Et quand les plats arrivent, ça se voit : sur un lit de salade verte et de radis roses, les bâtonnets de pommes sont agencés en étoile et les toasts au chèvre décorés de romarin. Pourtant, ce mardi-là, le restaurant est quasiment vide. Une tasse de chocolat chaud à la main, seuls deux touristes prennent un bain de soleil sur la terrasse, dans la rue piétonne. Ils s’apprêtent à reprendre le chemin de la Loire à vélo. Nous, on reviendrait bien cet hiver, pour découvrir la nouvelle carte. Ambiance « cocooning » annoncée par la gérante : soupes, jeux de société et coin lecture.

Nathalie Picard

AU MENU
Image19UN PLAT
Nous avons profité de la carte d’été, qui fait la part belle aux salades. Nous avons choisi celle au chèvre chaud, miel et romarin, pleine de couleurs, un mélange de saveurs tourangelles et provençales, histoire de prendre un peu le soleil avant l’automne. En dessert, une mousse au chocolat maison, joliment décorée d’une framboise et d’une feuille de menthe : un délice !

L’ADDITION
La formule plat + dessert nous a coûté 12,50 €. On peut choisir l’entrée et le plat au même prix. Pour les gros mangeurs, mieux vaut choisir le menu entrée + plat + dessert à 16,50 €. Il faut rajouter 1,50 € pour un café et 3,80 € pour un thé ou une infusion.

EN PRATIQUE
Folie douce se trouve au 21 rue du Change, entre la rue des Halles et la place Plumereau.
Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 19 h. Contact : 06 32 91 14 62 ou 02 47 61 06 01.

Spectacles : nos coups de cœur pour la saison AZ Prod’

Ce jeudi 17 septembre, la société de production AZ Prod’ a présenté la programmation de cette nouvelle saison 2015-2016. Tmv y était et a déjà repéré ses coups de cœur. Et vous ? 

Pour cette nouvelle saison, une trentaine de spectacles ont déjà été calés par AZ Prod’. Une grande partie se déroulera de nouveau au Centre Vinci, à deux pas de la gare.
Outre les concerts et les humoristes, le théâtre aura de nouveau sa place. « C’est la troisième saison de théâtre au Vinci. L’an dernier, on a fait huit pièces. Certaines n’ont pas marché, d’autres si. Les gens aiment les têtes d’affiche et les pièces où on rigole. On l’a retenu ! », a indiqué Julien Lavergne, la tête pensante d’AZ Prod.

Côté coups de cœur, l’équipe de tmv a notamment repéré :

Melody Gardot

Elle marie jazz et blues à la perfection. Son dernier album, Currency of man (excellent au demeurant), est sorti cet été et a plutôt bien marché. Sa voix magnifique va rendre fou le grand théâtre de Tours. « Elle jouera dans un lieu historique. C’est une belle artiste, à la mélodie particulière et qui a cartonné dans tous les festivals de jazz », souligne Julien Lavergne.
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Jb3lTVL7qM8[/youtube]

>>Vendredi 30 octobre, à 20 h 30, au Grand Théâtre. Tarifs : de 56 à 62 €.

Best of Floyd

On ne présente plus les Pink Floyd (si vous ne connaissez pas, on ne peut plus rien pour vous. Zou, retournez dans votre grotte !). Maintenant, Best of Floyd perpétue la légende et reproduit les morceaux cultes d’un groupe tout aussi culte. Autant dire que ça va planer !
>>Mercredi 25 novembre, à 20 h, au Vinci. Tarifs : de 35 à 48 €. Tarifs réduits possibles.

Les Chevaliers du Fiel

Ils ont beau revenir, encore et toujours, mais les excellents Chevaliers ne lassent jamais. Le plus ? Ils arrivent avec un nouveau spectacle sous le coude : ça s’appelle Otaké et ils promettent d’allier « la sagesse japonaise à un show déjanté à l’américaine ». Connaissant les gusses, on a déjà peur (et c’est tant mieux).
>>Mercredi 13 janvier 2016, à 20 h 30, au Vinci. Tarifs : de 45 à 55 €.

Deux Hommes tout nus

Ah, forcément, quand y a des gens tout nus, tmv est toujours là. Pièce de théâtre qui a l’air 100 % fendard, elle met en scène Alain, avocat sérieux et mari fidèle, qui se réveille en tenue d’Adam chez lui avec un collègue de bureau. Souci ? Ils ne savent pas pourquoi, ni comment ils ont fait pour en arriver là (ne riez pas au fond, ça peut arriver au meilleur d’entre nous). Ah et c’est avec François Berléand et Isabelle Gelinas !
>>Vendredi 22 janvier 2016, à 20 h 30, au Vinci. Tarifs : de 39 à 59 €.

Véronic Dicaire

Bon, au lieu d’écrire un pavé, on vous laisse vous faire votre propre avis, avec une vidéo de cette imitatrice de génie :
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=an0dymdMo70[/youtube]
>>Mardi 9 février 2016, à 20 h 30, au Vinci. Tarifs : de 49 à 62 €.

Sans filtre

Du théâtre bis. Parce que : 1) c’est Laurent Baffie ; 2) Laurent Baffie est drôle ; 3) c’est corrosif ; 4) ça risque d’être très fleuri… Humpf !
>>Jeudi 24 mars 2016, à 20 h 30, au Vinci. Tarifs : de 39 à 52 €.

 

On aurait bien dit Joe Bonamassa, le guitariste prestigieux et exceptionnel. Le six-cordistes débarque à Tours le 17 octobre. « On a ramé pour l’avoir car toutes les villes le veulent. Mais il ne passe qu’à Paris et à Tours », rappelle Julien Lavergne. Mais attention, à l’heure où nous écrivons, il ne restait qu’une dizaine de places. Avis aux amateurs… et aux rapides.

 

Pour tous les autres spectacles, programmation complète et réservations, direction ICI !

Bagelstein : des p’tits trous, des p’tits trous

Nouveau venu à Tours, le Bagelstein oeuvre dans les bagels… et le fun ! La bonne surprise de cette semaine…

Un « cheesecake de la mort pas nature » ou un « Trierweiler » ? Depuis août 2015, c’est possible chez Bagelstein. (Photos tmv)
Un « cheesecake de la mort pas nature » ou un « Trierweiler » ?
Depuis août 2015, c’est possible chez Bagelstein. (Photos tmv)

Pas plus de 500 bagels par jour et par personne. » L’écriteau sur la vitrine à l’intérieur du Bagelstein annonce la couleur. Ici, la déconne se fait jusqu’au bout des tables, remplies de phrases hautement philosophiques, comme : « Comment trouves-tu mes fesses ? – Très facilement » ou encore « S’il n’y a pas de Bagelstein au paradis, alors je n’y vais pas (Benoît XVI) ». Derrière la caisse, on aperçoit une pancarte obligeant les serveurs à être polis, tandis qu’à l’entrée, une affichette indique qu’on recrute des Bac+7 d’accord pour se faire exploiter.
Bref, vous voyez un peu la bête. Chez Bagelstein, c’est humour et second degré. Ça passe ou ça casse (sur les réseaux sociaux, certains n’ont pas goûté au « wifi gratuit pour les filles » placardé à la vitre), mais force est de constater que Bagelstein est une bouffée d’air frais dans le monde du bagel. Un point c’est trou ! (par exemple, cette vanne, on ne l’assume pas du tout)

Dur, dur de s’installer dans l’univers surchargé des bagels à Tours ? « On a tous notre clientèle, il y a de la place pour tout le monde », répond Olivier, à la tête du Bagelstein de Tours avec Faustine. « On a essayé d’avoir une déco sympa, avec des Unes de journaux partout sur les murs. On utilise exclusivement des produits frais. Tout est acheté le matin même et on prépare devant nos clients. Sauf les donuts, on le précise bien : c’est industriel, bien gras, mais qu’est-ce que c’est bon ! », se marre Olivier. Avant de nous montrer la brochure de l’établissement qui révèle leur ingrédient secret : « Beaucoup d’amour (d’après la femme du directeur marketing) ».

Bon. Avouons que Bagelstein est un petit coup de coeur. Emplacement ultra-stratégique, bonne humeur, service rapide… Tmv a beau n’être pas très fan des franchises — comme c’est le cas ici — on en est ressorti plus que satisfaits, avec le ventre plein… et surtout un sacré sourire !

AU MENU
UN PLAT
Le nom nous branchait : va pour l’Hypolite, un bagel rempli au ras du trou avec de la cream cheese, de la salade, du poulet, des tomates et des cornichons. On a choisi un pain gratiné. Produits frais du matin oblige, la salade croque sous les dents et le poulet a vraiment du goût. Difficile à manger (ouvrez grand la bouche !), mais il y a de quoi se nourrir. Ouf.

L’ADDITION
Entre 5,50 et 5,90 € le bagel seul (7,20 € pour un Albertine, où vous mettez ce que vous voulez dedans) ou entre 6,90 € et 7,30 € avec une boisson. Pour un menu bagel + boisson + muffin ou cookie, comptez 8,90 €. Formules bagel salé + un sucré et une boisson pour 9,30 €.

EN PRATIQUE
Bagelstein : 51 rue du Commerce. Ouvert du lundi au samedi, de 8 h à 22 h non-stop. Possibilité de manger sur place ou à emporter. Contact : 02 47 61 36 47 ou commerce- tours@bagelstein.com
Infos sur leur site ou @Mrbagelstein sur Twitter.

La réserve, repaire de gourmets

Savoir servir l’apéro? C’est un art que maîtrise la Réserve rue Colbert.

La Réserve
La Réserve, en plus de son épicerie qui la jouxte, possède deux terrasses, dont une en arrière-cour. (Photos tmv)

Tout est parti d’un tweet. Un certain @dadavidov qui nous demandait si l’on avait déjà testé La Réserve. Qui ? Quoi ? La Réserve ? Ouvert en décembre 2014, c’est rue Colbert que l’établissement a fait son nid. Et, ce mardi en fin de journée, force est de constater qu’il a déjà ses habitués. Il est à peine 18 h 30, mais les tables en terrasse, côté rue, sont toutes occupées.
En entrant, ce bar, qui n’en est pas un (on vous dit pourquoi plus bas…), s’étale en longueur. Une partie est réalisée en grosses pierres, éclairée par la grande devanture vitrée. D’immenses ardoises, sur lesquelles est écrite la carte, décorent l’autre pan de mur. À l’intérieur, tables hautes et tabourets en acier foncé. Au bar, les jolies bouteilles trônent fièrement : « Ici, que ce soit côté bières ou côté vin, on essaye de proposer des choses différentes », prévient Brice, le boss des lieux. La sono crache du Nirvana avant d’enchaîner quelques airs cubains. Ambiance et bonne musique ! Brice est responsable de la playlist: « Oh oui, j’y tiens ! ». Son associé, Brice aussi, sourit. Idem quand on se risque à dire que La Réserve oeuvre dans le créneau des bars à vins… « Ah non, c’est bien plus que ça ! », précise Brice, le gérant (vous suivez toujours ?). « Ici, il y a vraiment le choix, on fait nos planches apéros. Mais surtout, on peut manger à toute heure de la journée. Il est aussi possible de se faire une petite salade le midi… » Avant que son collègue n’enchaîne : « Ou un plateau d’huîtres avant d’aller en boîte ! C’est possible aussi. »

Bon, même si nos hôtes sont vraiment adorables et accueillants, on va éviter les huîtres… Et visiblement, nous ne sommes pas les seuls… Dehors, d’autres clients font leur dégustation, tranquillement installés… à une deuxième terrasse ! La Réserve possède en effet, dans une sorte d’arrière-cour, un petit coin calme, à l’abri du tumulte de la rue Colbert. Et on vous avoue que ça, c’est un sacré bonus…

Image9UN PLAT
Accompagné de noix et de raisins confits, cet assortiment de plusieurs charcuteries et deux morceaux de fromage, forts en bouche, est idéal pour l’apéritif. Les produits sont de qualité et coupés très finement (un régal). Le tout est servi avec de nombreux morceaux de pain.

L’ADDITION
Notre ensemble petite planche apéro-pinte de Chimay dorée nous revient à 13,70 €. Il faut effectivement compter 7 € pour l’assortiment charcuterie fromage (13 € si vous choisissez une grande). Vous pouvez aussi vous lancer dans les huîtres (9 € les six avec un verre de vin blanc) ou un duo de tartines à 11,50 €. EN

PRATIQUE
La Réserve, ainsi que son épicerie, se situe au 84 rue Colbert. Ouverte tous les jours, de 11 h à minuit ou 2 h du matin. Contact : 09 84 45 93 09 ou facebook. com/lareservecolbert

Le Fumoir : à la bonne planchette !

Un petit apéro ? Goûtez aux saveurs corses ou locales du bar à vin Le Fumoir. Délicieux !

Le bar à vin accueille des groupes de musique toutes les deux semaines. (Photos tmv)
Le bar à vin accueille des groupes de musique toutes
les deux semaines. (Photos tmv)

Finie la vieille rengaine « métro boulot dodo », aujourd’hui ce sera vélo boulot… resto. On quitte le travail, bien décidés à se régaler. Seul hic, la montre n’affiche que 18 h. Il est donc encore un peu tôt pour s’attabler. Et si on allait boire un verre avant ? On enfourche notre vélo et on pédale à vive allure, direction le bar à vin Le Fumoir, place du Monstre.

L’endroit est idéal pour un afterwork entre collègues (ça, c’est si vous ne pouvez vraiment plus vous passer d’eux) ou partager un verre entre amis dans une ambiance cosy et moderne. Le cuir des tabourets côtoie harmonieusement le bois du tonneau, à l’entrée, et celui des nombreuses caisses à vins qui s’érigent en étagères derrière le comptoir. Là, les vins locaux jouxtent ceux de Corse.
On choisit l’île de Beauté, qui a tant de charme. Ce n’est pas la planche de charcuteries et de fromages corses qui vous fera dire le contraire. Prisuttu, lonzo, coppa… Le tout est un régal, et copieusement servi. « L’un de nos associés est Corse, alors on met ces produits à l’honneur », explique Joe, la patronne.

Passionnée, elle se fait un plaisir de conseiller ses clients. « À la carte, je ne propose que des vins que j’aime. Beaucoup me disent : “ Joe, c’est dingue, ton vin est le seul qui ne donne pas mal à la tête ! ” » Son premier secret peut-être, pour fidéliser sa clientèle depuis l’ouverture du bar à vin, il y a tout juste un an.
Le deuxième : la venue, toutes les deux semaines, de groupes de musique qui mettent le feu au Fumoir. Il n’y en a pas ce soir, mais on reviendra. En plus, il paraît que boire un verre de vin par jour serait bon pour la santé. On repart donc avec la conscience tranquille et le ventre plein. Il est 20 h 30 et on n’a plus faim.

AU MENU
DANS L’ASSIETTE
... Ou plutôt, sur la planche ! On a dégusté de la charcuterie et du fromage tout droit venus de Corse : saucisson, jambon cru, coppa, lonzo, fromages de chèvre, tome de brebis, maquis (rien que ça!). Un régal (copieux) à partager entre amis. Et dans le verre, du rosé de l’île de Beauté. Le Fumoir propose également des vins locaux.

L’ADDITION
Entre 3 et 5 € le verre de vin. La planche de charcuteries coûte 12 €. Pour une planche mixte avec charcuteries et fromages corses, comptez 15 €.

PRATIQUE
Le Fumoir se situe 11 place du Grand-Marché. Ouvert tous les jours de 18 h à 2 h. Plus d’informations sur leur page Facebook ICI !

Le Myah : comme à la maison !

Tout le monde raffole des coffee-shops. Du coup, on a testé le MYAH, arrivé rue Palissy. Top décontract’ !

Ambiance décontracte et sourire au MYAH. ça fait du bien. (Photo tmv)
Ambiance décontracte et sourire au MYAH. ça fait du bien. (Photo tmv)

La folie coffee shop continue à s’emparer des rues de Tours. Nous avions testé le Petit Atelier rue Colbert il y a quelques semaines, voici le tour d’un autre petit nouveau, le MYAH.
Sous ces quatre lettres, la philosophie du lieu (attention, pour ceux qui avait 5/20 en sixième en Anglais, sortez votre Google trad) : Make yourself at home. Une fois à l’intérieur, on comprend mieux le nom. Le MYAH respire l’esprit anglo-saxon, les tons bruns de la devanture apportent une certaine chaleur. Sur un mur, un grand dessin d’un café a été collé. Esprit « fait à la maison », derrière le comptoir, c’est Karine qui s’occupe de tout. Cookies maisons (il faut se lever tôt pour avoir celui au beurre de cacahuète !), cheese cake, carrot cake, burritos, salades composées…

Les classiques du coffee shop sont bien présents, pas de fausse note, surtout que tout est préparé par Karine chaque jour dans sa petite cuisine. Gros point positif de ce café, c’est la petite cour extérieure qui se trouve au fond. Avec le soleil, on sent que ça peut devenir un des repères les plus secrets et confortables pour buller à Tours.
Karine a ouvert cette adresse il y a trois mois rue Bernard-Palissy. Un projet qu’elle avait en tête depuis plusieurs années. A la base, elle travaille dans les ressources humaines et puis trop de stress, pas assez de reconnaissance, elle s’envole en Australie pour reprendre ses études pendant deux ans. C’est là qu’elle fait mûrir son projet : « J’ai étudié en cours la stratégie de marques comme Starbucks® et mon projet collait tout à fait avec la ville de Tours. Les grandes enseignes ne s’installent pas dans les villes moyennes, je voulais reproduire ce que j’ai vu en Australie. » Karine a ce don de vous mettre à l’aise. Au MYAH, vous allez vraiment vous sentir comme chez vous.

EN BREF
SUR LE POUCE
Le MYAH, c’est avant tout un endroit pour se poser, boire un bon café ou un thé et une part de gâteau. Mais si vous avez envie de bien manger et pas trop le temps, le MYAH propose des burritos franchement bien fichus. On a pris le Mexicos avec du mais et un peu de riz, ça cale et ce n’est pas bourratif.

L’ADDITION
Le burrito avec une part de cheese cake et un cappuccino, on s’en tire pour 12 euros. Les tarifs du MYAH sont dans les prix tourangeaux. Pour les cafés, comptez 2 euros pour celui du mois et 3 euros pour le café viennois. Vous pouvez prendre à emporter.

PRATIQUE
Pour s’y rendre, il faut aller au 31 rue Bernard-Palissy. Plus d’infos sur la page facebook dédiée : facebook.com/myahcafe

Les Steppes de Mongolie : voyage aux Halles

Pas besoin de prendre l’avion pour voyager. On a fait un tour aux Halles, où se trouvent les Steppes de Mongolie.

Steppes de Mongolie
Itgel Bat cuisine tout elle-même dans l’arrière boutique et sert ses clients avec un grand sourire. (Photos tmv)

Nous avons reçu l’autre jour un mail nous invitant à aller tester ce traiteur asiatique. C’était un ami du couple (Itgel et Soyombo Bat) qui tient les Steppes de Mongolie depuis mars dernier. Pour tout vous dire, on ne répond pas, en général, pas à ce type d’invitation puisque nous avons déjà nos idées d’adresses. Un petit tour sur leur page Facebook nous fait savoir que le couple est originaire de Mongolie (assez logique…) et qu’ils sont installés en Touraine depuis une petite dizaine d’années. Sauf qu’avant d’ouvrir leur boutique, le couple et leurs enfants ont dû se débrouiller pendant plusieurs années à jongler entre petits boulots et études à l’Université de Tours.

Une histoire qui a finalement piqué notre curiosité. Alors on a enfourché notre vélo pour aller voir de nos propres yeux cette épicerie-traiteur. Un peu coincée à côté d’une brasserie de quartier, la boutique ne paye pas de mine de la rue. Une fois rentrée, l’ambiance change complètement. Des produits chinois, vietnamiens, thaïlandais ou encore mongols sont soigneusement rangés sur des étagères en bois. L’intérieur est lumineux.
Mais ce qui attire particulièrement notre regard, c’est la vitrine contenant les plats préparés. Nous sommes venus pour ça, d’abord par curiosité : que mange-t-on en Mongolie ? Et puis par envie gustative. Tout est préparé pas Itgel Bat, la femme de Soyombo. La cuisinière présente ses plats avec simplicité.

On a devant nous des mets que nous n’avions jamais réellement testés : Huushur (chausson fourré à la viande), Tsuivan (un plat de nouilles) ou encore Buuz (des raviolis à la viande). On a pris un peu de chaque plat à emporter. Les plats étaient très bien cuits, pas trop gras. Les pâtes tiennent bien au corps. On sent que la nourriture mongole est faite pour survivre en milieu hostile. Parfait quand on a un gros appétit !

EN BREF
DANS L’ASSIETTE
Ça donne envie, hein ? À gauche vous avez le plat de pâtes fraîches (faites maison) mélangées avec des morceaux de boeuf et des patates. On a décelé une pointe de cannelle qui donne un côté un peu sucré. À droite, ce sont des petits pains frits à la viande et au fond, des raviolis fourrés au porc qui ressemblent à leurs homologues chinois en un peu plus gros cela dit. Préparé dans la journée, c’est frais et finalement pas si gras.

L’ADDITION
Chaque plat est vendu à la pièce. Donc si vous avez une grosse faim, comptez 7 € pour un plat de pâtes et des raviolis par exemple. Si vous déjeunez sur le pouce, vous pouvez vous en tirer pour 5 €.

PRATIQUE
Les Steppes de Mongolie se trouvent au 7 place Gaston-Paillhou. Plus d’infos sur facebook.com/lessteppesdemongolie

L’Idée hall : bistrot idéal

Un bon petit bistrot de quartier qui, vous l’aurez compris, se situe aux Halles.

Idée Hall
À quelques pas des Halles : bistrot tradi le midi, apéro gourmand le soir. (Photos tmv)

Bon, avouons-le : on était plutôt confiants avant même d’avoir franchi le pas de la porte de L’idée Hall. Parce que c’est dans ce récent petit bistrot, joli comme tout, qu’oeuvre Ludovic Hardoin. Un jeune chef talentueux qui a fait ses armes et ses fourchettes dans des établissements comme Le Martin bleu. Tout de suite, ça rassure. Sympathique personnage à la voix douce, à l’attitude posée. Qui a décidé de tenter l’aventure seul, rue de la Victoire, à quelques mètres seulement des Halles. Ici, les tables hautes se mêlent naturellement aux tables basses. Les grandes ardoises noires au mur, sur lesquelles sont inscrits les menus, se marient avec l’intérieur cosy du restaurant.

On se croirait chez soi : convivialité est le maître mot. Couleurs et déco apaisent. L’accueil est sympathique. Ludovic Hardoin conseille, accompagne le client sans être envahissant. Le service en salle est bienveillant, très agréable. On se sent vraiment bien. Le chef s’affaire dans sa petite cuisine, compose ses recettes qui changent souvent (le top !), histoire de ne pas lasser. Il a ses petites adresses pour dénicher des produits du terroir, locaux ou régionaux. Du tout bon, du fait maison bien sûr. Avec la qualité qui suit dans l’assiette.
En fin de journée, sur les coups de 17 h 30, L’idée Hall change de costume. Devient l’endroit parfait pour les amoureux de l’apéro, avec les fameuses planchettes de fromages, charcuterie, saumon… Une énorme trancheuse trône sur le comptoir, d’ailleurs. Le tout, accompagné d’un (ou plusieurs, on ne va pas se mentir !) verre de rouge ou de blanc. Un peu resto, un peu bistrot, un peu bar à vins : Ludovic Hardoin aurait-il trouvé la formule gagnante, rue de la Victoire ?

Image26

>> LE PLAT On a testé le pavé de rumsteak, sauce vigneronne et frites maison. Un des plats du jour et on ne regrette pas notre choix : la viande, succulente, est d’une tendresse incroyable. Elle fond en bouche et se marie parfaitement à la sauce. Les frites, croustillantes et dorées, accompagnent à merveille. Un sans-fautes dans l’assiette.
>> L’ADDITION Le midi, comptez 12 € pour le plat du jour seul. Sinon, vous pouvez choisir le menu entrée + plat + dessert à 18,90 € ou seulement entrée – plat (ou plat dessert) pour 15,50 €. À savoir, aussi, que vous pouvez prendre une formule petit déjeuner le dimanche matin à 8 €, ou un brunch à 15 €.

>> EN PRATIQUE L’idée Hall se situe au 47 rue de la Victoire, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, entre midi, et le soir de 17 h 30 à 23 h 30, ainsi que le dimanche de 10 h à 13 h. Réservations au 09 81 16 92 29. L’idée Hall sur Facebook.

Le Hall : petit mais costaud !

Il était là depuis longtemps, mais c’est seulement maintenant qu’on l’a testé. Le Hall a fait ses preuves, au centre de Tours.

Le Hall
Les deux patrons qui tiennent d’une main de gourmet ce petit coin de paradis gastronomique. (Photos tmv)

Il y a des adresses comme celle-ci qui échappent à tous les radars. Pourtant en sept années d’existence, le Hall fait partie des incontournables des gastronomes tourangeaux. Situé aux Halles, il faut vraiment chercher à y entrer pour le repérer. Coincé entre une belle entrée d’immeuble et une myriade de restaurants, cette adresse prend pour sienne l’adage : pour vivre heureux, vivons cachés.
C’est que les deux associés qui tiennent le Hall sont des habitués de la cuisine tourangelle. Régis Parpoué et Laurent Ruel ont réussi le pari de monter un restaurant à la fois convivial avec l’exigence des adresses les plus chics de la ville. Dans l’entrée, les habitués dégustent une bouteille de vin en rigolant.

Il est midi, le restaurant est quasiment plein. Quelques tables au fond permettent aux gourmets, aux couples et aux curieux de passage de manger un bout assis. Niveau déco, c’est un mélange de bistrot parisien (vous savez ceux qui font souvent les angles de rue de la capitale) et de belles pierres tourangelles. Carte réduite, le plat du jour affiche des carrés d’agneau. Mais le succès aidant, il n’y en a plus. On se rabat alors sur une belle pièce de boeuf et un parmentier de canard.
Pour patienter, on nous dépose une belle ardoise de tartines de rillettes et de surimi. Le petit geste en plus mais qui compte, c’est succulent. Les deux patrons sont très présents sans forcément être sur votre dos. Un art qui est assez rare pour être souligné. Le ton est plutôt jovial, pas prise de tête, mais la qualité du service est là. Les assiettes arrivent vite de la petite cuisine. Et là, c’est l’évidence : ce qui est servi dépasse de loin beaucoup de plats que nous avons déjà testés dans des restaurants d’apparence plus cossus. Juste avant de partir, Laurent Ruel nous confirme notre impression : « Jusqu’à maintenant, nous avons toujours essayé d’être le plus discret possible. »

AU MENU
Le HallLE PLAT
On a failli ne pas en croire nos papilles : ce parmentier de canard fond littéralement dans la bouche. Salé, mais ce qu’il faut, la sauce est assaisonnée avec soin. Les champignons et les morceaux de viande sont disposés avec soin. La purée maison est parfaitement maîtrisée. L’ensemble du plat est sobre, délicat, délicieux. On se croirait dans le Sud Ouest dans un petit resto de Bordeaux du quartier Saint-Michel.

L’ADDITION
Bon, autant vous dire que si vous êtes fauchés, vous n’irez pas y manger tous les jours. Pour un plat seul, il faut compter en moyenne 20 €, voire 25 € pour les morceaux de viandes les plus prisés. Avec un verre de chinon (excellent), ce fameux parmentier, un café et un dessert, on s’en tire pour 30 €. Après, la qualité a forcément un prix.

PRATIQUE
Le Hall, 13 place Gaston-Paillhou. Résa au 02 47 61 71 76. Ouvert du mardi au samedi, entre midi et le soir.

L’Escapade : on change de cap !

Le Cap Sud ? C’est fini… Mais l’Escapade le remplace, et c’est encore meilleur ! Notre coup de cœur.

L'Escapade
Cuisine raffinée et équipe aux petits soins : l’Escapade s’offre un sans-faute pour sa nouvelle vie. (Photos tmv)

De Cap Sud à Escapade. Nouveau nom pour nouvelle vie. Rue Colbert, ce n’est pas un petit nouveau qui essaye de faire son trou dans la rue aux restos. C’est simplement l’Escapade, le bébé de Franck Guimon, qui a mué. Rien ne se perd, tout se transforme, comme dirait l’autre (on parle de Lavoisier ; un peu de culture, ça ne fait pas de mal). « J’ai eu un peu peur de changer de nom. Mais Cap Sud n’était plus évocateur de ce qu’on faisait. Maintenant, c’est l’escapade dont on a envie. On s’échappe… », explique le gérant.

Mieux qu’avant ? Pareil ? Moins bien ? À tmv, on opte pour la première solution. Parce que ce fantastique voyage nous a littéralement transportés. Décor plus sympathique, déjà. Des tons clairs, ivoire, un plafond mauve qui contraste, des chaises confortables… Tout un pan de mur est bardé de miroirs. Dans cette salle d’une trentaine de places, l’espace est optimisé. Avant, le cadre était un peu plus froid. Franck Guimon le dit lui-même. Maintenant, place « aux couleurs chaleureuses ». Car « même avec la meilleure cuisine du monde, l’écrin est le plus important », justifie-t-il.
Preuve en est avec l’excellent accueil. Ici, c’est frappant : l’équipe est aux petits oignons pour le client. Céleste, l’une des apprenties en salle, est rayonnante. Sourire vissé aux lèvres, attentionnée et accueillante. Idem pour Franck Guimont qui explique avec passion les plats préparés par le chef Gilles Hémart. D’ailleurs, le compliment sur sa manière de recevoir semble le toucher. Le gêner, presque : « C’est juste que l’on veut vraiment faire passer un bon moment au client… » Dans l’assiette, c’est aussi tout un voyage. Mélange de saveurs, petites folies. Souvent inattendu, jamais dans l’excès, toujours avec goût. Tout est cuisiné sur place, avec des produits frais. Le genre d’escapade qu’on a envie de recommencer. Encore et encore.

AU MENU
>>UN PLAT
On a tenté la joue de boeuf braisée au lait de coco, riz basmati au jasmin et papaye. Cette viande fond dans la bouche, tandis que des senteurs fruitées chatouiL'Escapadellent le palais et font découvrir de nouvelles saveurs. Un plat délicieux, intéressant à tester ; le tout accompagné d’un verre de Faugères bio étonnant. On a juste laissé les cacahuètes de côté… Mais c’est vraiment pour chipoter, hein !

>>L’ADDITION
Le midi, comptez 18,50 € pour un menu complet ou 15,50 € pour entrée+plat ou plat+dessert. Le menu complet du soir (entrée, plat, dessert) est plus cher : il oscille entre 26,50 € et 45 €. Mais la qualité est vraiment au rendez-vous. (Attention, le menu du midi change toutes les semaines ; celui du soir, tous les deux mois)

>>EN PRATIQUE
L’Escapade, 88 rue Colbert à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir. Contact : 02 47 05 24 81.
√Leur Facebook
√Leur site internet

Restaurant Alep : Syrie maison

Un parfum de Syrie flotte à Tours… On a testé l’Alep, un restaurant syrien, justement.

Alep fait maintenant partie des bonnes adresses où manger des plats orientaux de qualité. (Photos tmv)
Alep fait maintenant partie des bonnes adresses où manger des plats orientaux de qualité. (Photos tmv)

Salle en long typique de la rue Colbert, des photos un peu kitsch sont accrochées aux poutres apparentes des murs. Mélange de déco orientale et de vieilles pierres tourangelles. Ouvert depuis début janvier, ce restaurant offre une cuisine syrienne familiale, celle préparée à Alep, la capitale, d’où vient justement son propriétaire, Fadel. Déjà à la tête de l’Oriental, rue du Grand-Marché, le restaurateur est intransigeant sur la qualité, il désigne sa cuisine, située à l’entrée : « Vous voyez, il n’y a pas de congélateur ! »

C’est que Fadel préfère ne pas multiplier les plats mais se concentrer sur l’approvisionnement des produits frais. Il travaille en famille, ses neveux sont aux cuisines. En salle, la chaîne hi-fi crache une mélodie sirupeuse, un tube plein de violons et de « habibi » (mon amour). Ambiance un peu festive. La carte n’est pas gigantesque. En gros, vous avez le choix entre un mezzé froid ou un chaud. Test oblige, on prend un de chaque pour se faire une idée de l’étendue de la cuisine de l’Alep.
Les plats sont préparés sur le moment. Ils arrivent relativement vite. Le hummus et le taboulé sont plus acides que leur version libanaise, pour ceux qui ont déjà essayé. Les falafels sont très croquants. Côté chaud, le boeuf, la volaille et l’agneau sont très tendres, bien marinés. Le riz a ce qu’il faut de croquant et il est légèrement parfumé au safran.

Comme la gourmandise est un de nos pêchés, impossible de dire non à une pâtisserie. Là encore, il n’y a pas 36 choix : baclava ou kounafa. Elles sont croquantes et clairement faites maison. C’est agréable, alors que beaucoup d’adresses orientales se contentent de se fournir à l’extérieur. Avec un verre de thé parfumé à la cardamome, c’est parfait pour terminer le repas. Avec le Beyrouth pas très loin, la rue Colbert se dote d’une deuxième adresse moyenne-orientale avec une cuisine simple mais avec un rapport qualité/prix imbattable.

>>AU MENU
AlepLE PLAT
Pour les gourmands, les assiettes de mezzé calent bien. La salade est fraîche, avec beaucoup de jus de citron. Les portions, notamment celle de hummus, sont assez généreuses. La viande, tendre, est grillée mais pas non plus calcinée. Précisez-bien au moment de commander si vous la voulez bien cuite. Pour nous, elle a été servie rosée ce qui n’est pas forcément au goût de tout le monde.

L’ADDITION
Pour un plat et un dessert, comptez environ 15 €. Vu les assiettes, vous mangerez à votre faim sans non plus sortir le ventre gonflé. Petit geste sympa de la maison : le thé est offert avec les pâtisseries. On apprécie.

EN PRATIQUE
L’Alep se trouve au 95 rue Colbert. Il est ouvert tous les jours le midi et le soir (même le dimanche). Plus d’infos sur leur page facebook en tapant Alep Tours. Résa au 07 78 21 41 94.

Prix littéraire tmv : un roman pour l’été !

Comme l’an dernier, le prix littéraire tmv revient ! A vous de choisir le romain idéal pour les vacances d’été…

CaptureEt c’est parti pour la deuxième édition de notre prix littéraire tmv, en partenariat avec La Boîte à Livres, le Crédit Mutuel, le Cabinet Vaccaro et Fil bleu. Le but de l’opération ? Désigner notre roman de l’été à nous parmi les romans français parus depuis septembre dernier.

→ COMMENT ÇA MARCHE ?

Nous avons sélectionné pour vous neuf romans qui pourraient avoir leur place dans nos valises estivales. C’est à vous d’en retenir quatre. Pour cela, vous pouvez voter sur le site tmvmag.fr (EN COMMENTAIRE DE CET ARTICLE), sur notre page facebook ou compléter les bulletins de vote qui seront distribués en même temps que tmv cette semaine et les déposer dans l’urne installée à La boîte à Livres.

Vous avez jusqu’au 15 avril pour le faire. C’est, ensuite, le jury qui choisira le lauréat de ce deuxième prix du roman tmv, parmi les quatre ouvrages qui auront obtenu le plus grand nombre de suffrages. Alors, à vous de jouer ! Lisez-en un, lisez-en deux ou toute la sélection et votez pour votre coup de coeur.

Pour mémoire, en 2014, c’est Léonor de Récondo qui avait été primée, pour son roman Pietra Viva, paru aux éditions Sabine Wespieser.

 

 

LES ROMANS SÉLECTIONNÉS

ROMAN1√ Simone et André Schwarz-Bart, L’Ancêtre en Solitude, éditions Seuil
À la Guadeloupe, trois générations de femmes se succèdent depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux premières années du XXe siècle. La première, Marie, a été achetée bébé par la veuve d’un planteur. Plus tard, un pauvre blanc la « met en case ». Il finira par l’épouser. Sa fille, Hortensia, est comme sa mère, une étrange petite fille, tentée par la révolte mais prisonnière de sa condition. L’esclavage a été aboli mais rien n’a vraiment changé. Puis vient Mariotte. Un homme qui est peut-être son père, lui raconte l’histoire de son aïeule, la mythique Femme Solitude.
Elle entend aussi parler de négresses qui savent lire et écrire. Mais apprendre les « petites lettres » n’est-ce pas risquer de devenir folle ?  Le réalisme du quotidien est enchanté par l’imagination des trois héroïnes hantées par les sortilèges. La vie est dure. Mais c’est la joie ou du moins l’élan à vivre et à rire qui l’emporte toujours.

ROMAN2√ Jean-Marie Chevrier, Madame, éditions Albin Michel
C’est une étrange éducation que Madame, veuve excentrique et solitaire, s’obstine à donner au fils de ses fermiers dans un lointain domaine menacé par la décadence. Que cherche-t-elle à travers lui ? Quel espoir, quel souvenir, quelle mystérieuse correspondance ?
Curieusement, le garçon accepte tout de cette originale. Avec elle, il habite un autre temps que celui de ses parents et du collège. Un temps hanté par l’ombre de Corentin, l’enfant perdu de Madame. C’est dans ces eaux mêlées que nous entraîne l’écriture secrète, raffinée, et cruelle jusqu’à la fascination de Jean-Marie Chevrier.


√ Nicolas Delesalle, Un parfum d’herbe coupée, éditions PréludesROMAN3

« Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j’ai fait la gueule. Mais j’ai ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l’odeur de sa première clope. J’ai dit “ouais”, j’ai dit “super”, la mort dans l’âme, même si j’avais compris que la GTS pour la GTX, c’était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel. » Par petites touches qui sont autant d’instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté : la route des vacances, les filles, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, des livres, quelques sauterelles, Raspoutine le berger allemand… Des petits riens qui seront tout.
Un premier roman remarquable, plein d’émotion, d’humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l’enfance ouvre sur une partition universelle.

√ Jean-Marie Blas de Roblès, L’île du point Némo, éditions ZulmaROMAN4
Roman d’aventures total, tourbillonnaire, conquérant, véritable machinerie de l’imaginaire où s’entrecroisent et se percutent tous les codes romanesques, la littérature populaire, entre passé historique et projection dans le futur, nos hantises programmées et nos rêves d’échappées irrépressibles. Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock…).
Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae, tandis que trois pieds droits chaussés de baskets de marque Anankè échouaient sur les côtes écossaises, tout près de son château… Voilà donc Holmes, son majordome et l’aristocratique dandy, bientôt flanqués de Lady MacRae et de sa fille Verity, emportés – pour commencer – dans le Transsibérien à la poursuite de l’insaisissable Enjambeur Nô.

ROMAN5√ Hubert Mingarelli, La route de Beit Zera, éditions Stock
Stepan vit avec sa chienne quelque part en Israël dans une maison isolée près des bois. Il écrit chaque jour à son fils Yankel, forcé de se cacher à l’autre bout du monde. Il raconte ainsi sa vie de solitude et dit son espoir, un jour, de le retrouver. En faisant face à son chagrin, il se souvient de l’époque où il contrôlait les Palestiniens aux postes-frontières, éprouvait de la haine, de la honte ou de la compassion. Depuis quelque temps, un adolescent mystérieux lui rend visite et s’attache peu à peu à la chienne.
Livre de la paternité et de la transmission, il aborde la question de la séparation, celle d’un père et d’un fils mais aussi celle des peuples qui vivent avec les fautes commises par leurs aînés. Et dit, à hauteur d’homme, la vie quotidienne éprouvée par le conflit israélo-palestinien.

ROMAN6√ Serge Joncour, L’écrivain national, éditions Flammarion
Le jour où il arrive en résidence d’écriture dans une petite ville du centre de la France, Serge découvre dans la gazette locale qu’un certain Commodore, vieux maraîcher à la retraite que tous disent richissime, a disparu sans laisser de traces. On soupçonne deux jeunes  » néoruraux « , Aurélik et Dora, de l’avoir tué. Mais dans ce fait divers, ce qui fascine le plus l’écrivain, c’est une photo : celle de Dora dans le journal. Dès lors, sous le regard de plus en plus suspicieux des habitants de la ville, cet « écrivain national », comme l’appelle malicieusement monsieur le Maire, va enquêter à sa manière, celle d’un auteur qui recueille les confidences et échafaude des romans, dans l’espoir de se rapprocher de la magnétique Dora.
Dans une atmosphère très chabrolienne, Serge Joncour déroule une histoire à haute tension : les quelques semaines de tranquillité que promettait ce séjour d’écriture se muent, lentement mais sûrement, en une inquiétante plongée dans nos peurs contemporaines.

√ Julie Bonnie, Mon amour, éditions GrassetROMAN7
Un homme et une femme s’écrivent. Ils s’aiment, elle vient d’accoucher de leur enfant et lui, pianiste, est parti en tournée. Passion amoureuse, fusion maternelle, engagement artistique s’entremêlent et s’entredévorent tandis qu’un autre homme entre en jeu. Au fil des lettres et de l’inéluctable chassé-croisé amoureux, chacun se découvre livré à sa solitude.
Julie Bonnie saisit avec une extrême sensibilité une histoire qui s’écrit autant dans les mots posés sur le papier que dans les marges d’échanges impossibles. Un regard bouleversant sur la fugacité des rencontres, la transmission et la force des silences.

ROMAN8√ Océane Madelaine, D’argile et de feu, éditions des Busclats
Durant des années, j’ai été un point de silence et d’immobilité. Mais ce point s’est mis en marche ce matin. Mes pieds commencent à inventer une ligne. C’est une ligne de fuite. » Ainsi écrit Marie, jeune femme d’aujourd’hui, dans le cahier blanc.
Elle y raconte sa déambulation, sa halte, l’adhérence des pieds sur le sol des chemins, sa rencontre par- delà les siècles avec l’autre Marie, Marie Prat la potière, qui savait transformer la terre dans ses mains et la cuire au feu. En ce 19ème siècle où la poterie était affaire d’hommes, elle inventait des pots et les signait avec insolence « fait par moi ». Et c’est comme si la force vitale de Marie la potière consignée dans le cahier rouge, apprivoisait peu à peu Marie la narratrice hantée par un cauchemar d’incendie. Flamme de vie contre flammes de mort.

√ François- Henri Désérable, Évariste, éditions GallimardROMAN9
À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l’amour et la mort à l’aube, sur le pré.
C’est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.

Sandwich jambon-beurre : Tours explose les prix

Et bouuuum. Tours est la deuxième ville de France, où… le jambon-beurre est le plus cher.

D’après une récente étude publiée par le cabinet Gira conseil, Tours est la deuxième ville de France où le sandwich est le plus cher ! le jambon-beurre coûte en moyenne 3,15 € chez nous, contre 2,74 € au niveau national.

Pour info, sur les 2,19 milliards de sandwiches consommés en France, chaque année, 60 % sont des jambon-beurre (soit 1,31 milliards).

Bon, pour la peine, on va casser la croûte…

(source : Facebook Cabinet Gira Conseil)
(source : Facebook Cabinet Gira Conseil)

Amadeus Bagel : à la française !

La folie bagel continue. Implanté rue des Halles, le tout chic Amadeus a ouvert ses portes.

Le midi, en semaine, l’Amadeus bagel ne désemplit pas. (Photos tmv)
Le midi, en semaine, l’Amadeus bagel ne désemplit pas. (Photos tmv)

La folie du fast-food façon deli new-yorkais a depuis quelques années envahi les rues de Tours. Chics et rapides, ces petits restaurants apportent une formule à mi-chemin entre le street-food et le fooding. Produits de qualité, sains, déco sympa, tout est fait pour vous inviter à rentrer chez Amadeus bagel. Les murs oranges côtoient les grandes bandes noires et blanches.

La salle est lumineuse, le bois des tables et le cuir des fauteuils rendent l’ambiance chaleureuse. On se croirait presque rentrer dans un coffea shop américain à Brooklyn. Avec une touche bien frenchy quand même. Ouvert depuis deux mois dans le quartier des Halles, Amadeus Bagel se positionne sur le haut du panier de ce genre de nouvelles adresses au menu branché.
Commande à la caisse, les tables sont quand même dressées quand on mange sur place. Niveau choix, c’est une carte assez réduite avec quatre propositions de bagel, une soupe du jour, une salade ou quelques accompagnements optionnels. Le temps d’attente est raisonnable, malgré l’heure tardive à laquelle nous avons commandé et le restaurant quand même bien rempli. Dans l’assiette, les produits sont de qualité, c’est frais et bien assaisonné. La soupe est servie dans un gobelet en carton, fastfood oblige, certains ont droit au bol.

Le grand atout de ces endroits, dans la lignée de Starbucks, c’est le cadre. Étudiants ou passants en vadrouille shopping peuvent y faire une halte, au chaud. C’est que tout est pensé à l’intérieur pour que vous vous sentiez cosy : jusqu’aux toilettes où un feutre est à votre disposition pour écrire sur les murs. On a enfin le droit de faire des graffitis ! Amadeus Bagel a plutôt de bonnes idées de ce genre. Une façon de vous dire que vous êtes un peu chez vous, que vous pouvez prendre possession des lieux pour vous détendre.

M. Patoulachi

AU MENU
Amadeus BagelLE PLAT
Il faisait froid, alors en plus de ce bagel saumon avec des concombres, on a pris une soupe de carottes qui se révèle être bien épicée. Les deux, ensemble, calent bien. Le pain du bagel est assez croustillant. Le saumon est plutôt bien disposé. La crème fraîche, légère, passe très bien avec les quelques feuilles de salade.

L’ADDITION
Les prix sont un peu au-dessus de la concurrence, mais raisonnables par rapport à l’image renvoyée par Amadeus Bagel. Comptez 6,50 € pour un bagel et 3,50 € pour une soupe ou une petite salade d’accompagnement.

EN PRATIQUE
Amadeus Bagel se situe au 74, rue des Halles. Du lundi au samedi, 8 h 30-20 h. Ce n’est pas la peine de réserver. Attention quand même aux midis surchargés. Plus d’infos sur FACEBOOK

Le Cardinal Gourmand : micro-bistrot

Niché rue Richelieu, on s’est rempli l’estomac au Cardinal Gourmand.

Le Cardinal Gourmand
Emmanuelle, après avoir travaillé dans l’événementiel, a décidé d’ouvrir ce restaurant de quartier. (Photos tmv)

Rue Richelieu, une petite voie perpendiculaire à la rue Marceau que l’on traverse rarement. Un axe de passage où les petites boutiques de quartier s’alignent en bas des immeubles d’habitation. Le Cardinal Gourmand s’inscrit dans cet ancrage micro-local. Ici, le restaurant reste à taille de quartier : peu de tables, un accueil très souriant et une envie de ne pas servir des clients n’importe comment.
C’est Emmanuelle qui tient depuis un an ce nouvel établissement. Le Cardinal Gourmand a pendant longtemps été un bar d’habitués. La nouvelle patronne a voulu garder l’esprit en changeant quand même la formule et l’ambiance. Ouvert la journée, ce petit restaurant offre quelques plats du jour et un lieu convivial où on se retrouve entre collègues, pour boire un verre ou faire une pause déjeuner en amoureux.

Dominante rouge, la déco reprend les standards du bistrot à la française avec quelques touches de modernité. Juste ce qu’il faut. Emmanuelle vient prendre la commande : il lui reste un peu de gratin dauphinois de la veille si ça tente, sinon aujourd’hui c’est endives au jambon et flan noix de coco en dessert. Pour fêter le premier anniversaire de son restaurant, elle a placé des ballons de baudruche à l’extérieur et offre à tous ses clients un petit cocktail.
« Je viens de l’événementiel, explique-t-elle. S’installer dans la restauration, au début, ce n’est pas tous les jours facile, mais au bout d’un an, ce n’est que du positif. » Emmanuelle est heureuse de son nouveau travail, chouchoute les nouveaux arrivés sans être trop envahissante. Un peu pressés, nous restons une heure sans voir le temps passer, ni l’attente. La cuisine est simple, copieuse, bien préparée. Le Cardinal Gourmand fait partie de ces petites adresses qui s’échangent au bureau, mais que l’on ne divulgue pas trop, de peur de ne pas avoir de table le midi.

C. Vernon

AU MENU
Le Cardinal GourmandLE PLAT
Bon, comme ça, en photo, les endives au jambon, c’est compliqué à rendre… Mais on peut vous dire qu’elles étaient très bien cuisinées ! À la place de la béchamel, la crème fraîche est un peu plus légère. Le fromage fondu est bien « gourmang’ » comme dirait notre cher Cyril Lignac.

L’ADDITION
Franchement, le Cardinal Gourmand ne vous laissera pas sur la paille. Sept euros le plat du jour, c’est presque donné. On vous défie de trouver un meilleur rapport qualité-prix. Avec un café et un dessert, à deux, on s’en tire pour une petite vingtaine d’euros.

PRATIQUE
Le Cardinal Gourmand est ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 19 h 30. Vous pouvez y aller pour boire le café ou l’apéro sans problème. Plus d’infos en tapant Cardinal gourmand sur Facebook ou au 02 47 20 82 80.

La Dînette : de l'Opéra à l'assiette

Une adresse bien tourangelle : l’après-midi et le matin vous venez prendre le thé. Le midi, la dînette se transforme en adresse chic. Tout est maison.

dînette à tours

 » Euh, il n’y avait pas une brocante à cet endroit ?  » Ça y’est, gros doute. L’équipe tmv se retrouve devant le 3 rue Corneille, à quelques mètres de l’Opéra, le sourcil levé (normal, puisqu’on vous dit qu’on s’interroge !). Désormais, point de brocante effectivement, mais de grandes grilles et une devanture estampillée La Dînette.
L’entrée nous fait tout de suite craquer : les jolies tables, aux tons gris clair et blanc, sont placées sur un faux gazon. Contraste saisissant et amusant. Les huit petits degrés de ce jeudi ont forcé l’équipe de la Dînette à allumer les chauffages de terrasse. Il y a même des couvertures bien molletonnées pour les plus frileux. Oh, qu’on va être bien… Rapidement installés, on se met dans l’ambiance. Ce petit coin de verdure, dans ce quartier plutôt chic, c’est très agréable.

La page Facebook de la Dînette l’annonce : « Un endroit où l’on se sent bien pour faire une pause gourmande. » Et c’est tout à fait ça. Aussi bien à cette terrasse extérieure qu’à l’intérieur : une salle classe mais chaleureuse, cosy et joliment décorée. Couleurs douces, mignardises dès l’entrée, petits accessoires aux allures de maison de poupée. On comprend mieux le nom. Sandrine et Anne, les gérantes, ont le sourire vissé aux lèvres. Visiblement aux petits soins pour leurs clients. Elles font tourner La Dînette depuis le 23 septembre. Ici, on se régale à toute heure, car c’est un salon de thé et restaurant : il est donc possible de déguster son petit déjeuner le matin, prendre un plat de saison au déjeuner, ou un thé l’après-midi. Oh, et dernier conseil : avec la vingtaine de couverts, l’établissement est souvent complet. Et pour en avoir fait l’expérience, on vous conseille fortement de réserver à l’avance…

ALLER PLUS LOIN
La Dînettele plat >>  On a testé l’assiette Dînette : au programme des réjouissances, un succulent velouté Butternut (de la courge) et sa chantilly cumin, du rôti froid et une petite salade au morbier très bien assaisonnée. Le tout est servi avec un verre de vin, ici un blanc de Touraine sauvignon. C’est simple, mais consistant. Un mélange chaud/froid parfaitement réalisé.
l’addition >> Comptez 9,90 € pour les plats du jour ou les salades gourmandes. Si vous optez pour l’assiette Dînette, servie avec un verre de vin, il vous en coûtera 12,90 €. Côté dessert, essayez le café gourmand à 5,90 €. Bref, une addition pas très salée, ouf !
en pratique >> 3 rue Corneille. Ouvert du mardi au samedi, de 9 h à 18 h 30. Et les soirs d’opéra, jusqu’à 21 h exceptionnellement. Contact : 09 83 30 20 30, dinette@bbox.fr ou La Dînette Tours sur Facebook.

Enquête : les prix de l'immobilier à Tours en 2014

Découvrez notre enquête sur les prix de l’immobilier à Tours, quartier par quartier. Alors, est-ce le bon moment ?

À Tours et dans les villes de l’agglomération, il est très délicat d’établir un prix au mètre carré par quartier. De 1 300 à plus de 4 000 euros, les chiffres font le grand écart et peuvent aller du simple au double dans la même rue. Les acheteurs, comme les vendeurs ont de quoi s’y perdre. Les biens très bon état, bien situés se vendent en quelques jours et se négocient peu. Les prix baissent dans les grandes résidences qui souffrent de charges élevées. Dans la fourchette haute, les constructions neuves jouent sur la promesse d’une facture d’énergie allégée.

TOURS-NORD
Les nouveaux aménagements urbains y sont très attendus car ils rajeuniront des quartiers qui ont déjà une âme, des petits commerces et une vie autonome. Les prix ont légèrement baissé mais l’arrivée du tramway a renforcé Saint-Symphorien, Sainte-Radegonde, le haut de la Tranchée. À côté de l’avenue Maginot, un appartement impeccable de 92 m2 de moins de 10 ans s’est vendu 248 000 euros, un T3 des années 1980 situé à la limite de Saint-Cyr, 111 000 euros. Aux Douets, comptez 143 000 euros pour une maison de 4 pièces et de 80 m2.

IMMO_PREBENDES

LES PRÉBENDES
Calme, familial, le quartier a l’avantage d’offrir régulièrement des maisons à la vente mais les commerces se situent à la périphérie : avenue de Grammont ou place Rabelais. Le grand parc classé est entouré de particuliers typiques de l’architecture tourangelle : avec 3 ou 4 chambres et un petit jardin, ils sont très appréciés. Ainsi, une maison classique de 120 m2, proche du jardin, a trouvé un acheteur en deux jours à 310 000 €. Les prix sont plus élevés au nord du parc, rue Salengro ou rue Sébastopol mais dans la partie sud, on trouvera plus facilement des maisons avec un garage, rappelle Anne Coïc, de l’agence Adret immobilier. Les appartements sont plus rares.

CATHÉDRALE/THÉÂTRE
Situé en plein cœur du centre-ville, doté du charme de l’ancien et d’un environnement calme, il est à deux minutes de la gare, de la place Jean- Jaurès, de la mairie , de la bibliothèque et des magasins. La rue Colbert offre ses restaurants, ses bars et la proximité du Vinci, du théâtre, de l’Olympia, des musées, des bords de Loire permettent des sorties variées sans prendre sa voiture. Car là réside son défaut : les difficultés de stationnement. On y trouve essentiellement des T2, T3 ou T4. Les écarts de prix peuvent être importants, de 2 500 à 4 000 euros le mètre carré. Rue de la Scellerie, un T2 de 48 m2 s’est vendu 130 000 euros, un grand appartement de 125 m2 en état impeccable est parti à 600 000 euros. Plus qu’ailleurs, c’est un quartier « coup de foudre », où le charme de l’habitat et l’importance des travaux vont jouer. On peut encore y trouver des pépites, comme ce T4 à rafraîchir datant de la reconstruction, avec un balcon, vendu pour 155 000 euros.

web quartiers

HALLES/NATIONALE
S’il présente des avantages assez similaires à ceux du quartier théâtre (proximité des restaurants, bars, grands magasins), le quartier Halles s’en distingue par un superbe marché et un habitat plus varié. Entre la Loire et le boulevard Béranger, le quartier est coupé en deux par la rue de la Victoire. À gauche, côté Lamartine, on trouve des maisons Art Déco, de petites habitations ouvrières rénovées et quelques résidences. Côté est, en remontant vers la place Plumereau, des maisons à colombages et d’agréables appartements de la reconstruction le long de la rue Nationale. Les particuliers sont rares et très recherchés, les appartements en résidence beaucoup plus abordables mais attention aux charges.

GARE /MICHELET
Le secteur mélange appartements hausmanniens, immeubles des années 60 et 70, résidences neuves et particuliers tourangeaux. S’il ne possède pas de place centrale ou de marché, la proximité du TGV, des écoles et des petits commerces rendent le quartier attractif. Rue Michelet, on trouve des appartements dans de petites copropriétés où les charges sont raisonnables et individualisées, rappelle l’agence Century 21. Un T3 récent de 61 m2 au 3e étage s’y est vendu pour 138 000 euros, en un mois et demi. Rue Édouard-Vaillant, les prix se sont envolés dans le nouvel immeuble La Nef : 525 000 euros pour un appartement avec terrasse.

BLANQUI/MIRABEAU
Derrière la Cathédrale, les petites rues très calmes de Blanqui abritent un mélange de maisons moyenâgeuses et de résidences plus récentes. Le quartier a deux beaux atouts : son charme un peu désuet et son accessibilité, en train, en bus ou en voiture. Un appartement ancien de 3 chambres vient d’y être vendu 266 000 euros, soit 2 200 euros du mètre carré.

VELPEAU
L’âme de Velpeau, c’est sa place carrée, bordée de petits commerces et qui accueille chaque dimanche un grand marché. « Velpeau attire aussi les familles mais reste si différent des Prébendes que nous avons choisi de présenter les spécificités de chaque quartier sur notre site », précise le cabinet IMF Conseil. Après une hausse de prix astronomique, le quartier a retrouvé ses esprits et se stabilise. Proposée à 220 000 euros, une maison de 4 chambres dotée d’un jardin de 140 m2 et nécessitant une rénovation complète vient d’être vendue 213 000 euros. Un T3 dans une résidence 1970 sans ascenseur mais en état impeccable était présenté à 210 000 € et s’est vendu 180 000 euros.

RABELAIS /BRETONNEAU
Les établissements scolaires, les commerces et le marché du dimanche incitent les familles à rester dans ce quartier, considéré comme moins prestigieux que les Prébendes voisines. Les rues derrière le boulevard Béranger conservent beaucoup de charme. Il y a donc peu d’offres et une belle demande sur les maisons. Un particulier comptant 3 chambres et un petit jardin s’échange pour environ 250 000 euros. Côté Bretonneau, les écarts sont importants, les petites rues sont plus recherchées. Un appartement de 45 m2 s’est récemment vendu 106 000 euros, mais les prix baissent lorsqu’on se rapproche de Tonnellé.

IMMO_FEBVOTTE

FEBVOTTE/STRASBOURG
Le projet de transformation des casernes Beaumont-Chauveau en logements est en cours de réflexion : le changement de municipalité a suspendu la signature avec l’État. En attendant, l’ancien quartier ouvrier reste concentré sur des appartements et des maisons de taille moyenne. On y a trouvé un T2 de 48 m2 avec une belle vue sur la place et un parking pour 112 000 euros, soit 2 300 €/m2. Les maisons de 2 ou 3 chambres dans les petites rues, plus calmes, sont appréciées. Les prix sont plus intéressants au sud de la rue Febvotte.

RIVES DU CHER
Pourtant bien desservis par le tramway et les lignes de bus, proches de la piscine et du campus des Deux-Lions, les appartements des grosses copropriétés se bradent à partir de 1 200 euros du mètre carré pour les grandes surfaces. Les acheteurs refusent de payer des charges trop importantes, une tendance amplifiée depuis deux ans par l’augmentation de la facture énergétique et le quartier en fait violemment les frais. Même une vue superbe du haut des tours ne compense plus des charges de copropriété qui s’envolent, atteignant jusqu’à 300 euros par mois pour un appartement de taille moyenne.

AGGLOMÉRATION : SAINT-PIERRE-DES-CORPS
Pour les acheteurs intéressés par la liaison Tours-Paris, à budget égal, Saint-Pierre-des-Corps offre l’assurance de trouver une maison plus grande qu’à Velpeau. Les agents immobiliers notent une baisse des prix depuis juin, avec des négociations jusqu’à 15 % sur certains biens. Les grandes maisons familiales se négocient plus facilement. Rue Pierre- Sénard, une grande maison T5 avec jardin et dépendances est partie à 210 000 euros. Les surfaces de moins de 100 m2 se maintiennent : rue Gambetta, une maison années 30 impeccable de 100 m2 s’est vendue 228 000 euros. Comptez 1 600 €/m2 pour un appartement. Dans le neuf, les promoteurs font des concessions sur les prix.

LA RICHE
Dotée d’un beau patrimoine historique, la petite soeur de Tours s’est bien rajeunie et parie sur l’avenir. Touchant les quartiers Lamartine et Bretonneau, sa situation est très intéressante. Les maisons flottent autour des 2 000 euros le mètre carré et les appartements sont un peu en baisse. Le neuf, mieux isolé, se vend là aussi plus cher.

JOUÉ-LÈS-TOURS
Le centre-ville est dense et commerçant, les amateurs de musique apprécient Le Temps Machine et l’Espace Malraux et les fêtards profitent du tramway pour rejoindre le Vieux Tours le soir. La ville dispose de bons équipements sportifs et une vie associative très riche. On trouvera plutôt des appartements neufs ou semi récents, des maisons avec jardinet. Ici aussi, les prix baissent, particulièrement pour les appartements. Comptez 172 000 euros pour une maison de 2 chambres.

Sunny Diner : l'American dream

On a pris notre Chevrolet, regardé Pulp Fiction et on a filé au Sunny Dinner, à Tours. Ambiance !

Sunny Diner
Les fans de Pulp Fiction peuvent manger sur le capot de la Chevrolet.
(Photo tmv)

Audrey Hepburn, Marilyn Monroe, Elvis… les figures emblématique des sixties vous regardent manger à pleines dents votre burger dégoulinant de sauce barbecue. Accrochés aux murs, les portraits de stars et les pubs vintage côtoient les meubles repeints en bleu clair et en rose. Ambiance pop, le Sunny diner joue sur l’imagerie des années 1960 version restoroute américain. Sorte de rêve éveillé d’une nostalgie hollywoodienne un peu kitsch mais réjouissante.

À l’intérieur, on pense forcément à cette scène mythique de Pulp Fiction où John Travolta et Uma Thurman sirotent un milkshake, attablés sur le capot d’une fausse Chevrolet, prêts à monter sur la piste. Bon élève, le Sunny diner reprend tous les codes d’une reconstitution historique, juste ce qu’il faut de fantaisiste et d’exagéré. Sur les tables, des toiles cirées à pois rouges. Le restaurant pousse le concept jusqu’à la carte des menus : le graphisme fait ressurgir de manière fugace le souvenir d’images à l’American Graffiti, de serveuses en roller, de chemises vichy, de drive in éclairés au néon, bruit de grosses cylindrées dans la nuit. Ça fonctionne.

Côté service, rien à redire, souriant, les plats arrivent dans les temps. S’il y a assez de soleil, la terrasse est agréable. La rue de la Rôtisserie, piétonne, permet de manger au calme. Concernant les choix, le Sunny diner mise sur le fait maison. Heureusement, tout ne se résume pas au décor. Le nombre réduit de plats cuisinés rassure quant à la qualité. Salade Caesar, Burger, milkshake, onion rings… Si vous cherchez des tartines de saintemaure, passez votre chemin. Ici, les plats sont exclusivement imaginés sur les modèles des fast food américains à l’ancienne. Concept tenu, accueil agréable, cuisine bien pensée… Vous attendez quoi ?

AU MENU
Image2LA SPÉCIALITÉ Impossible de passer à côté du burger. Là, c’est un Cheesy avec, comme son nom l’indique, pas mal de fromage (de la fourme d’Ambert notamment). La viande de boeuf est de très bonne qualité, le pain sort de chez le boulanger. Quant aux frites maison, elles croquent bien sous la dent. Impeccable.

L’ADDITION Le menu du midi comprend un burger et une boisson. Pour 1 € de plus, on a eu droit à un café gourmand. Vu la qualité des produits, les prix sont relativement bas.

EN PRATIQUE Le Sunny diner se trouve au 19 rue de la Rôtisserie. Pour réserver : 02 47 32 97 95. Ils ont également une page Facebook où vous pouvez laisser votre avis sur leur concept.

Chroniques culture #33

Chaque semaine on vous régale avec un sélection de dvd, de bd…


LE CD
MELT – LIES
Formés en 2012, les Tourangeaux de Melt balancent enfin leur EP Lies (téléchargeable gratuitement oui, oui). Et on ne va pas se mentir, ici, ça sent le gros rock, les guitares qui suintent, avec de la rythmique qui fait taper du pied (ouch, ce Media Machine qui fait mal !). Dotés d’un son chaud, ces quatre titres costauds se démarquent par la voix surpuissante de Guillaume qui abat un travail phénoménal. Prometteur !
À découvrir et écouter juste ICI !
LE JEU
METRO REDUX
Vous aimez les ambiances de fin du monde et les mutants ? Alors n’hésitez pas. Replongez dans l’univers post-apocalyptique moscovite avec Metro Redux. Destiné aux plus de 18 ans, ce FPS à la sauce survival-horror regroupe les versions remasterisées et enrichies des précédents opus de la saga Metro sur PC et consoles nouvelle génération. C’est gore et violent, bourrin à souhait, mais qu’est-ce que ça défoule !
L. Soon
Metro Redux, + 18 ans, PC, PS4 et Xbox 360, 40 €.
LE DVD
LE VENT SE LÈVE
Si vous n’avez pas eu l’occasion d’aller voir en salle le dernier chef-d’oeuvre de Miyazaki, investissez. Cette quête du ciel menée par Jiro, un ingénieur aéronautique, va vous prendre aux tripes. Petit, grand, peu importe votre âge : universel, Le Vent se lève parle d’amour, de rêves et raconte sans détour l’histoire d’un Japon en quête de légitimité au début du XXe siècle. Ça vous donnera même envie de revoir Princesse Mononoke, Chihiro, Porco Rosso…
LA BD
VERTIGES DE QUITO
Entre guide touristique, carnet de voyage et album de famille, les aventures de Didier Tronchet en Équateur et en Bolivie sont un pur régal. Avec la visite d’un ambassadeur au fin fond de la jungle, d’une partie de foot avec les indiens Sarayku ou d’une simple description géopolitique de sa rue à Quito, l’auteur de Raymond Calbuth et de Jean-Claude Tergal, démontre un sens inné de l’observation. Tout ça, sans se départir de son humour légendaire : une des plus belles surprises de cette rentrée BD.
H. Bourit

Le temps à volon'thé

Entre salon de thé et bonne petite adresse pour le midi : Liber’thé va vous plaire.

Image23
Avez-vous déjà mangé une salade de légumes coupés en bâtonnets ? C’est l’originalité de la maison. Chez Liber’thé, d’autres choses sont surprenantes, à commencer par son atmosphère. Ici, les étudiants croisent les petites dames du quartier. Comme à la maison, installé dans un canapé club ou en terrasse, on peut se connecter à Internet ou lire les magazines proposés par le salon de thé. « On voulait prendre le temps, explique la gérante, Pauline Dupas. Pouvoir rencontrer nos clients, faire des gâteaux maison, choisir nos produits… Mon conjoint a toujours travaillé dans la restauration, hors de question pour nous de vivre au rythme des coups de feu. »
Un restaurant sans coups de feu, c’est possible ? Oui, les deux tourtereaux le prouvent. Le service n’est pas mou pour autant. Simplement, Pauline Dupas et Vichet Svay travaillent en douceur. Lui est en cuisine, elle en salle et parfois, c’est le contraire. « Vichet est plus doué que moi pour les plats mijotés, avoue la jeune femme. Ces jours-là, je prends le service. » Ce midi, c’est Monsieur qui est aux fourneaux pour préparer le sauté de veau. Sur les étagères, les thés s’alignent dans de gros pots en métal rouge : thé vert, thé noir, thé rouge, il est proposé à la théière, ou froid, dans un grand verre. Il est 14 heures, la cloche à pâtisseries est déjà presque vide. Mon voisin de table a dévoré les dernières miettes de son crumble pommes-pêches. En cuisine, Vichet Svay dore une crème brûlée à la lavande. Demain, elle sera peut-être parfumée au thé ou à la fleur d’oranger. Ça donne envie de revenir bruncher dimanche. Avec une boisson chaude, un jus de fruit, une viennoiserie, deux oeufs, trois tranches de bacon, une assiette de fromages et une salade verte, la formule anglaise devrait nous rassasier jusqu’à l’heure de l’apéro.

Bagels & coffee : le (bon) goût de l'Amérique

La folie Bagels est partout ! Et comme on aime ça, on a testé celui installé rue Michelet. Miam !

Image1

Encore des bagels ? Décidément, impossible de passer à côté de ce phénomène culinaire venu tout droit d’Amérique. Après avoir créé une boutique rue du Commerce, Bertrand et Yolaine, les deux gérants ont décidé d’ouvrir un nouveau lieu rue Michelet, dirigé par Swanny Miet. Depuis mi-mars, ce restaurant rapide proche de la gare ne désemplit pas. Et pour cause : de l’ambiance à l’accueil, en passant par l’assiette, tout donne envie de s’y arrêter, pour une collation ou pour déjeuner. Ici, la déco est minimaliste mais efficace, et nous transporte direct à SoHo, entre deux métros new-yorkais.

Pour la carte, il y a bien sûr l’incontournable bagel décliné à la sauce métropole : Paris, avec son jambon, New York et son pastrami, Delhi et son curry, Napoli à la mozza, ou encore Dublin et son saumon… Il y a même différents types de pain. De quoi trouver son bonheur, d’autant qu’on peut aussi commander un hot-dog, si l’on préfère les valeurs sûres. Pour les boissons, il y a l’embarras du choix, entre cafés et soft drinks, smoothies et thés raffinés. Dans l’atmosphère paisible de la rue piétonne, animée par la jeune clientèle habituée, nous dégustons notre Napoli, accompagné d’un thé vert jasmin parfumé. Si nos voisines de table ne parlaient pas français, on se sentirait vraiment ailleurs. En dessert, un petit donut à la fraise nous séduit, histoire d’ajouter encore un peu de douceur à ce repas déjà bien agréable. Ce qui attire surtout notre regard dans ce petit coin d’Amérique, ce sont les produits importés tout droit des States disponibles sur l’étagère au fond de la salle. Et ça messieurs-dames, c’est pas facile à trouver. Au final, Bagels & Coffees, c’est la formule idéale pour manger rapidement de la qualité et voyager par les sens, le tout à un prix plutôt sympa. Dommage que la météo ait été capricieuse, on n’a pas osé tester les fauteuils en terrasse. Qu’à cela ne tienne, on repassera !

√AU MENU
Image4UN PLAT
Pour une évasion méditerranéenne, rien de mieux qu’un Napoli : un bagel salé avec tapenade, mesclun de salades, tomates séchées, vinaigre balsamique et bien sûr mozzarella. Avec ça, non seulement vous allez être calés, mais vous ravirez aussi vos papilles, tant le mélange est frais et harmonieux.

L’ADDITION
La formule est correcte : comptez 5 € pour un bagel et une boisson, 7,60 € pour la même chose avec un dessert, et 8,70 € pour les plus gourmands. Un prix raisonnable, d’autant qu’on ne sort pas avec la faim. Et pour un petit plus fraîcheur et exotisme, optez pour un smoothie mangue, fraise ou encore passion, à 3,60 €.

EN PRATIQUE
Bagels & Coffees, c’est au 13 rue du Commerce, mais aussi au 6 rue Michelet. Ouvert du lundi au samedi, de 9 h 30 à 19 h. Possibilité de manger en terrasse, dans des canapés aussi moelleux que les bagels. Contact : 06 76 69 49 26.

Le Shelter : are you ready to rock ?

Rock n’ roooooll : petit détour par le Shelter, près de la Place Plume. Un de nos coups de coeur !

Image1

Il y a des signes, comme ça, qui ne trompent pas. Là, par exemple, se retrouver face à la grosse tignasse de Jim Morrison des Doors. Ou pouvoir contempler les têtes un peu stoned des Stones. Bon bien sûr, et à notre plus grand regret, ce ne sont que d’immenses tapisseries apposés aux murs, mais une chose est sûre : à l’intérieur du restaurant-bar Le Shelter, ça en jette !

Il faut dire que l’amour du wock ‘n woll du gérant Pascal se sent jusqu’au bout de ses doigts (qui préparent un mojito, « le meilleur de la ville ! », comme il dit). En attendant, on se prend même une bière au rhum, estampillée d’une tête de mort mexicaine, et on continue à regarder les photos un peu partout (ouf, ils n’ont pas oublié Led Zep !). À discuter avec le gérant, le barman Julien, et Émilie, la serveuse. Une toute petite équipe tellement sympathique. Et puis soudain, on a eu un petit diable sur l’épaule qui nous susurre des choses à l’oreille : le dieu du rock nous a poussés à aller traîner notre curiosité au sous-sol. Grand bien nous en a pris, car c’est dans cette petite cave que se déroulent les concerts. Mieux, c’est ici que sont possibles les jams. En gros, chacun prend un instrument et tout le monde joue ensemble.
Avec tout ça, on en aurait presque oublié le principal : l’assiette ! La nourriture du Shelter est à l’image de la déco : simple, mais vite addictive. Mini carte pour maxi plaisir. Rien ne sert d’avoir une carte longue comme le bras, il faut se nourrir à point. Mission réussie avec ces produits frais et faits maison. Et surtout qui calent le ventre (ho, on est rockeur ou on ne l’est pas) : burger, entrecôte ou encore le traditionnel fish and chips. Tout récemment, le Shelter s’est aussi mis au brunch : anglais, américain ou tourangeau. Bref, resto le midi, bar le soir ; l’idéal pour tout bon rockeur. Oh yeah !
A.G.

√ AU MENU
UN PLAT
RESTO_PLATImpossible de ne pas goûter le gros burger maison qu’on lorgnait déjà sur la table à côté. La viande est simplement succulente et ce pain croustillant fonctionne du tonnerre. Les frites, façon grosses potatoes, remplissent bien l’estomac et sont savoureuses. Même le ketchup est fait maison ! Le tout cuisiné par le jeune Lucas, déjà chef à 20 ans !

L’ADDITION
Comptez 18 € pour un menu complet. Sinon, 5,50 € pour une entrée ou un dessert ; 11,50 € le plat et entrée + plat (ou plat + dessert) sont à 14,50 €. Enfin, 18 € pour un brunch.

PRATIQUE
Le Shelter, au 19 rue du Grand Marché, dans le Vieux-Tours. Resto de midi à 14-15 h, du mardi au samedi. Brunch le dimanche, de 11 à 15 h. Bar de 18 h à 2 h. Boeuf musical le mercredi soir. Contact : 02 34 37 09 27.

++ Le Shelter est sur Facebook

On a testé : pilote d'avion !

Un simulateur de vol vient d’ouvrir ses portes à Tours Nord. Un de nos journalistes s’est transformé en commandant de bord.

Image2
Alignement en bout de piste, préparation au décollage ! » Bergame, Italie. Après une petite escale, je m’apprête à repartir à bord de mon Airbus A320. Evann, mon copilote, vérifie que nous sommes parés. Décollage. Main droite sur la manette des gaz, gauche sur le manche, je lance l’avion à pleine vitesse.

L’avion ? Pas exactement. Je suis en réalité à bord du simulateur Aviasim, installé depuis peu au coeur de la zone industrielle de Tours Nord. Et même si je suis pleinement conscient que toute l’expérience à laquelle je suis en train de participer est virtuelle, je me sens dans la peau d’un vrai pilote. C’est impressionnant de réalisme. Le simulateur reproduit à 99% les conditions de vol réelles.
La sueur commence à perler le long de mes tempes, tout mauvais geste peut entraîner le crash. À mes côtés, Evann, pilote professionnel fraîchement diplômé, me prodigue tous les conseils nécessaires au bon déroulement du vol. Installé confortablement dans le siège de commandant de bord, je suis entouré de boutons et de cadrans. Devant moi, un ingénieux système d’affichage panoramique me plonge en totale immersion.

Après plusieurs manoeuvres, Evann m’invite à regagner la piste de Bergame pour atterrir. Je m’aligne, sors le train d’atterrissage et entame la descente. Tout ça sans connaissance particulière de l’aviation. C’est d’ailleurs là que réside la grande force d’Aviasim. Faire découvrir le fonctionnement d’un avion de manière ludique. 500 m de la piste. Un bruit d’alarme retentit dans le cockpit. Mon moteur droit est en train de lâcher. Je n’ai pourtant touché à rien ! Je me retourne et vois Thomas Gasser, fondateur d’Aviasim, en train de pianoter sur l’ordinateur de contrôle, le sourire aux lèvres.
Toute panne peut être simulée à tout moment pour tester la réactivité du pilote. 100 m de la piste. Mon appareil se déporte à droite, l’atterrissage s’annonce musclé. Tant pis pour la piste, je dois poser l’avion dans l’herbe. Les roues à peine au sol, j’inverse les gaz, enclenche les freins, l’avion dérape et finit par regagner la piste pour un arrêt complet. « Félicitations, me lance Evann. Bon, en conditions réelles, vous auriez crashé l’avion. Mais c’est un bon début ! ». Je pense aux 150 passagers assis derrière moi. La prochaine fois, promis, j’atterrirai correctement !

√ EN BREF
LE PUBLIC
Aviasim s’adresse à la fois aux particuliers désireux de découvrir le fonctionnement d’un avion de ligne, mais aussi aux professionnels souhaitant perfectionner leur connaissance de l’Airbus A320. Abordant l’aviation de manière ludique et prônant l’entente entre pilote et co-pilote, le simulateur séduira aussi les comités d’entreprise désireux de renforcer l’esprit d’équipe au sein de leur société.

L’ÉQUIPE
Image1La gérante Emmanuelle Mary est épaulée par deux jeunes pilotes professionnels pour assurer le fonctionnement du simulateur et accompagner les clients pendant le vol. Lors de notre test, Thomas Gasser, fondateur d’Aviasim (à droite sur la photo), était présent et n’a d’ailleurs pas hésité à paramétrer le simulateur pour perturber notre vol et tester notre réactivité !

PRATIQUE
Les locaux d’Aviasim se situent au 7 allée Colette-Duval à Tours Nord et sont ouverts au public et aux entreprises sur réservation. Plusieurs packs incluant du temps de vol et un briefing sont disponibles, les tarifs allant de 99 à 249 €. L’équipe propose également un stage antistress pour les personnes effrayées par les trajets en avion. Plus d’infos sur aviasim.fr et au 09 81 19 39 99.

La Trattoria des Halles : chic et raffiné

La Trattoria des Halles se trouve au 31 place Gaston-Pailhou, dans le quartier des Halles à Tours.

Image3
Quartier des Halles, lundi midi. La place Gaston-Pailhou resplendit sous un soleil de plomb. Idéal pour s’accorder une pause déjeuner à la terrasse de la Trattoria des Halles. Sitôt arrivés devant le restaurant, nous sommes séduits par la devanture et l’allure de cantine chic pour cadres tourangeaux. Coup d’œil rapide à la carte. La formule du midi conviendra très bien. En entrée, nous optons pour une salade de blinis au gravlax de saumon à la crème ciboulette. Bon et léger, idéal en période estivale. Nous apprécions l’importance accordée à la présentation des plats et l’attention de la serveuse à notre égard. Arrive ensuite le plat, une pièce de bœuf très tendre accompagnée de frites et de salade, que nous dégustons avec un verre de Saint-Nicolas de Bourgueil. La Trattoria des Halles propose un choix de vin impressionnant, qui séduira les amateurs.
Nous profitons de l’attente avant le dessert pour faire un tour à l’intérieur. Le restaurant est relativement spacieux, décoré avec soin et modernité. Les tables sont quasiment toutes occupées, ce qui n’altère pour autant pas la rapidité du service. Retour à notre place. Pour conclure ce bon repas, nous avons choisi la mousse au chocolat et sa brochette de chamallows. Onctueux, rien à ajouter.
De ce déjeuner, nous retiendrons la qualité des plats et du service, qui justifient les prix légèrement élevés de la carte de la Trattoria. Idéalement situé dans le centre-ville, le restaurant affiche régulièrement complet. Pensez donc à réserver si l’envie vous prend de vouloir aller tester la formule du soir, très alléchante sur le papier. Vous pouvez d’ailleurs consulter l’ensemble de la carte sur le site web de l’enseigne, histoire de vous mettre l’eau à la bouche.
√ AU MENU
UN PLAT
RESTO_BV_PHOTOLe choix numéro un des clients ? La pièce de boeuf grillée, sauce au poivre vert, accompagnée de frites maison et de feuilles de saison. La viande est impeccable de tendresse, le tout préparé et présenté avec soin. Accompagné d’un verre de Saint-Nicolas de Bourgueil rouge, ce plat ravira vos papilles.
L’ADDITION
Si les tarifs à la carte sont assez élevés, vous vous en tirerez pour environ 20 euros en choisissant la formule du midi entrée-plat-dessert avec un café. La formule du soir, plus riche en choix, s’élève elle à 25 €. Mais à ce prix là, la qualité est au rendez-vous ! EN
PRATIQUE
La Trattoria des Halles se trouve au 31 place Gaston-Paillhou, dans le quartier des halles à Tours. Ouvert du lundi au samedi de 12 h à 14 h 30 et de 19 h 30 à 22 h (jusqu’à 23 h les jeudis et vendredis). Formules ou plats à la carte. Contact : 02 47 64 26 64 ou latrattoriadeshalles.com

Bulle de gourmandises : de la balle !

Super, un petit nouveau niveau resto ! Enfin, une petite nouvelle. On a testé Bulle de gourmandises. Bonne surprise !

Juliette Niney, délicate et aimable, propose de délicieux petits plats, sur place ou à emporter. (Photos tmv)
Juliette Niney, délicate et aimable, propose de délicieux petits plats, sur place ou à emporter. (Photos tmv)

C’est qu’on serait presque passé devant Bulle de gourmandises sans s’arrêter ! Sans le voir. Déjà parce que c’est un petit nouveau. Tout chaud, sorti de l’œuf, il y a à peine deux semaines. Ensuite, parce qu’il est situé, dans la rue Michelet, mais près du gymnase. Où, forcément, les restaurants ne sont pas légion. Mais notre flair nous a dit de pousser la porte. « La gastronomie arrive chez vous », indique le slogan…
Un établissement tout beau, tout propre. Façade blanche immaculée et même topo dans la salle. En entrant, on a l’impression d’être chez soi, dans une bulle (ça tombe bien, c’est son nom), tranquillement installé dans sa salle à manger, à écouter la reprise de Rooooxan de Police, soufflée par les enceintes. Les murs sont blancs, avec quelques tons gris par ci par là.
Tout est harmonieux et la déco, sobre, a été faite avec goût. Le plan de cuisine est situé à l’entrée, visible par tout le monde. La très sympathique Juliette Niney s’y affaire, carbure, semble avoir dix bras pour préparer seule toutes ces commandes.
« Dans la restauration depuis huit ans », comme elle le précise, Juliette a décidé de lancer sa propre affaire après avoir été traiteur à Tours. « En trois mois, tout était fait ! », dit-elle fièrement. Cette jeune Tourangelle semble un peu timide au premier abord. Mais aux fourneaux, ça déménage. Juliette prépare avec soin, y met son coeur, ses tripes. Elle propose une petite carte, mais réalisée avec soin. Ici, c’est du local, du fait maison. Et c’est surtout très bon. On s’autoriserait même à dire que c’est un de nos coups de cœur du mois, à tmv.
Pour l’instant, Bulle de gourmandises fait davantage de plateaux à emporter. Mais notre flair (encore lui, le coquin !) nous dit que la petite salle ne devrait pas tarder à se remplir prochainement. On parie ?
A.G.
√ AU MENU
RESTO_PLATUN PLAT
L’assiette du marché du jour ? Une fricassée de volaille aux champignons et risotto de coquillettes. Avec sa sauce au goût teinté de moutarde et ce côté fait maison, nos papilles ont adoré. Préparé avec soin et délicieux. Le tout, accompagné d’un verre de Chinon rouge.
L’ADDITION
Si les plateaux complets à emporter coûtent 16 €, les prix à la carte sont peu élevés pour la qualité proposée. Entre 2 et 3 € l’entrée ; 9 € pour un plat ou encore 3 € le verre de vin…
PRATIQUE
Bulle de gourmandises se trouve au 30 rue Michelet, à Tours. Ouvert du lundi au samedi, de 11 h 30 à 14 h 30 et de 19 h à 21 h 30. Possibilité de manger sur place ou à emporter. Contact et réservations : 09 81 65 44 10 ou 06 50 96 62 52 ou juliette.ninay@ gmail.com

Le Comptoir italien : simple, bon, efficace

Plats d’inspiration italienne dans un cadre lounge : c’est ce que propose le Comptoir italien, à Tours.

Cette salle qui sert surtout le midi a ce qu’il faut d’intimité et d’espace. Bien vu. (Photo tmv)
Cette salle qui sert surtout le midi a ce qu’il faut d’intimité et
d’espace. Bien vu. (Photo tmv)

C’est la troisième fois que nous nous rendons dans ce lieu. La première, l’enseigne affichait un restaurant gastro haut de gamme et urbain, le Trendy. Et puis est venu le Nico bar, un bistrot chic. Aujourd’hui, le nom change pour Le Comptoir italien.
A sa tête, Thomas Pitard, un touche-à-tout déjà passé par la restauration, côté cuisines. Là, il propose une offre simple : des plats d’inspirations italiennes dans un cadre lounge.

Sur place, les lieux n’ont pas trop changé. Les tables ont été redisposées pour donner un peu plus d’intimité aux hôtes. Un plus, car ces grandes salles un peu froides pouvaient faire peur. La petite musique électro en fond sonore et la déco résolument moderne annoncent un cadre urbain, chic mais sans trop se la jouer. Un autre bon point. Concernant le service, si vous avez peu de temps pour manger le midi, sans vouloir sacrifier un bon repas, c’est l’endroit où aller.En prenant la formule express, on est resté 45 minutes top chrono. Ni trop pressé, ni trop lent pour envoyer les plats, l’équipe fait le job avec le sourire.

La carte, elle, n’est pas trop conséquente. Juste ce qu’il faut pour tenir le « fait maison », l’arrivage de produits frais et la préparation. Quelques pizzas, trois ou quatre plats de pâtes, un choix réduit de viandes… On est loin des critères de la brasserie qui rogne sur la qualité pour la quantité. Le midi, le Comptoir italien se démarque avec la fameuse formule que nous avons testée. Abordable. Dans l’assiette, les légumes sont en effet frais, bien cuisinés. Le saumon est fumé maison, ça se sent. Appréciable. L’assiette est joliment présentée et surtout, les proportions sont correctes. On sent que le restaurant est tenu du début jusqu’à la fin, que chaque moment du repas est maîtrisé. Il n’y a pas de folie ou d’inventivité mal placée : juste l’envie de bien faire. Et ça, on s’enthousiasme pour ce type d’adresse.
Chloé Vernon

√ AU MENU
UN PLAT
SORTIR_RESTO_BVCette salade, franchement, on l’a dévorée. Les légumes, préparés à l’italienne, croquent et fondent ensuite en bouche (si, si c’est possible). Le saumon fumé maison est une tuerie. La salade est fraîche, bien assaisonné : ce qu’il faut d’huile d’olive et de vinaigre balsamique. C’est un plat simple mais exigeant dans la qualité des produits.

L’ADDITION
Pour une salade et un café gourmand, on s’en tire pour 13,90 euros. Un prix très compétitif vue la qualité des plats et surtout, des produits utilisés. C’est un des meilleurs rapports qualité-prix du centre-ville le midi.

EN PRATIQUE
18, place de la Résistance.
Le Comptoir italien est ouvert le midi et le soir : il y a même des happy-hours du mardi au vendredi, de 17 h 30 à 19 h 30. Plus d’infos et résas au 02 47 25 07 47 ou sur lecomptoiritalien.com

The Box : sandwich à part

On a mangé un petit bout, rue Colbert : l’occasion de découvrir les bons sandwiches de The Box.

SORTIR_RESTO_PAP
Dani, c’est l’âme de la cuisine, le moteur de The Box, l’homme derrière
les fourneaux. (Photos tmv)

La rue Colbert se réinvente sans cesse, les adresses bougent, disparaissent. C’est souvent le quartier que l’on choisit pour aller au resto, manger un bout, partager un moment à deux, entre amis. Loin du tumulte de la place Plum’. The Box fait partie des nouveaux arrivants, catégorie fast-food maison. L’endroit ne paye pas de mine. Un comptoir, de la viande qui grille tranquillement dans la cuisine et une énorme ardoise au-dessus de sa tête.
En cuisine, Dani, le sourire ridé par l’expérience des fourneaux. The Box, c’est lui. Du sandwich maison, de la baguette, des épices, des petits secrets de cuisine. On vient ici pour manger sur le pouce, comme dans une sandwicherie classique ou un kebab. Pas beaucoup de choix, des prix raisonnables.

La différence, c’est la qualité donnée aux produits, la façon de les cuisiner. Chaque matin, Dani prend plusieurs heures pour couper, hacher, réduire sa viande en très fines lamelles. Tout ça, à la force du couteau. Il achète en brut et détaille lui-même. Il cuit tout sur son grill, ajoute ses épices. Mélange d’appellations exotiques et de tradition française, ses préparations sortent des sentiers battus du sandwich de base.
Et pour ceux qui n’aiment pas trop le pain, ils peuvent repartir avec la boîte remplie de viande, de rougaille et de riz (ça, on n’a pas testé). Une fois la baguette garnie en main, on se régale en terrasse, en regardant passer la faune habituelle de la rue Colbert, mélangée. Certains étudiants s’arrêtent. Halte casse-croûte entre deux partiels. Ça rigole. Un travailleur, le bleu de travail maculé de peinture, déguste dehors son sandwich. « Le soir, il y a beaucoup de personnes seules qui n’ont pas forcément envie de cuisiner qui viennent commander une box pour le dîner », ajoute Dani, content de son concept. Nous, en tout cas, on y adhère.
Cholé Vernon

√ AU MENU
UN PLAT
SORTIR_RESTO_BV_PLATBon, comme ça, on n’a pas l’impression : mais derrière cette image de sandwich classique se cache un moment de plaisir. On a pris le Grand-mère avec des lardons et du poulet. On a vite été calés et comblés. Au lieu des frites, The Box propose des galettes de pommes de terre. Une bonne alternative. Niveau qualité, vous pouvez y aller les yeux fermés, c’est du maison.
L’ADDITION
Cinq petits euros pour un sandwich, ce n’est franchement pas excessif quand on sait que tout est transformé sur place. Rajoutez quelques euros pour la boisson et les galettes de pommes de terre, vous avez un menu pas trop cher et l’estomac rempli pour l’après-midi.
EN PRATIQUE
The Box est situé au 89 rue Colbert. La sandwicherie est ouverte de 11 h à 15 h et de 18 h à minuit, du mardi au samedi soir. Plus d’infos au 06 35 10 45 04 ou sur facebook.com/sandwicheriethebox.fr

Plaisirs des terroirs : l'autre cave à vin

Hors du centre-ville prospère une jolie cave à vin qui fait aussi de bons petits plats maison. Découverte des Plaisirs des terroirs.

 
Les plaisirs du terroir
Oui, à Tours, ce n’est pas ce qui manque les caves à vin. Donc on vous a déniché une adresse un peu à part. D’abord parce qu’elle n’est pas en plein centre. Il va falloir utiliser le tram, sauf si vous êtes en haut de la tranchée. Là, il suffit de vous rendre sur la place devant le Christ Roi. Le Plaisirs des terroirs est un peu en contrebas. La façade ne paye pas trop de mine. Mais une fois la porte passée, vous allez vous rendre compte que ça valait le coup. Pas une cave à vin typique, puisque c’est aussi un petit restaurant le midi, façon auberge.
Une fois à l’intérieur, ça sent bon les lasagnes maison. Il fait un peu sombre, juste ce qu’il faut pour l’intimité. Le patron est un peu bourru, mais ça fait le charme de l’adresse.
Ici, on vous laisse tranquille (si vous prenez du fromage, c’est à vous de vous servir sur le plateau). À peine assis qu’il vous sert un petit vin blanc apéritif offert par la maison. Quelques amuse-gueules vous donnent envie de commencer. On se sent vite bien, pas chahuté. Pas de tracas sur la carte, il y a un menu unique qui tourne tous les jours. Pratique, on peut aller voir à l’avance sur le site internet.
 
Au bout de quelques minutes, les plats fumants sortent de la cuisine. C’est bien du maison, généreux, authentique. C’est d’ailleurs le sentiment général que laisse ce Plaisirs des terroirs. C’est vrai. La déco va dans ce sens. Les bouteilles de vin vous entourent (en même temps c’est une cave à la base), il n’y a pas de superflu. On est là pour bien manger, bien boire, point final, pas de bla bla, de courbettes. Ce sont les saveurs et les goûts qui priment. Pas de philosophie, on ne pousse pas à l’achat. D’ailleurs, les bouteilles sont au même prix si vous les dégustez à table ou si vous choisissez d’en emporter une. Décidément, l’esprit est cohérent. Et avec le tram, il est à la portée de tous les Tourangeaux.
Chloé Vernon
Lasagnes
AU MENU
√ PLAT DU JOUR
On est tombé sur ce plat de lasagnes parce que c’était mercredi. Rien à redire, c’est comme à la maison, frais, vous repartez le ventre plein. En dessert, le petit pot de crème avec des morceaux de spéculos est dans la même veine. Le tout servi rapidement.
√ L’ADDITION
Pour 14 petits euros, vous pouvez prendre deux plats au choix (entrée + plat ou plat + dessert). Il y a aussi le fromage qui peut compter comme un plat. Pour les affamés, comptez 18 euros pour la formule complète.
√ EN PRATIQUE
Le resto est fermé le soir, sauf si vous voulez le réserver pour un groupe. Ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 20 h. 2 bis avenue de la République. Résa au 02 47 41 77 76. Plus d’infos sur plaisirsdesterroirs.com
 

L'Odéon : chic et choc

Un petit tour par l’Odéon s’imposait : direction la gare et … régalez-vous !

SORTIR_RESTO_PAP
L’entrée ressemble à un vieux cinéma américain des années 1960. À l’extérieur, la place de la Gare est bondée. Le soleil est encore là. On voit les tables dressées avec soin à l’intérieur. Bistrot chic, l’Odéon se définit comme ça. Pas vraiment un restaurant gastro, mais quand même.
La proximité de la gare, endroit populaire par nature, l’empêche d’être ce lieu typique de cuisine française chic. Mais quand même.

À l’intérieur, c’est assez traditionnel, de bon goût. Reste ce grand bar qui donne cette ambiance bistrot juste en rentrant, à droite. Pour le midi, le menu est abordable (enfin, à ce niveau de qualité, cela s’entend). Si vous y allez le soir, il faut vraiment taper dans le porte-monnaie. Mais l’Odéon, c’est avant tout une adresse où on prend le temps de savourer la cuisine, de discuter ou de se reposer devant cette avalanche de beaux plats. Même si tout est calme, le service est rapide, très attentionné. Le pain est servi avec des cuillères. On ne rigole pas avec la qualité ici. Peu de plats. C’est bon signe. En plus de ceux mentionnés sur la carte, des amuse-bouche et des mignardises à la fin. C’est copieux.

Mais le grand attrait de l’Odéon, c’est le mélange des saveurs. On a testé un plat terre-mer à tomber, entre porc craquant et langues d’oursins. C’est très fort en bouche, mais les deux saveurs s’accordent avec beaucoup de nuances. On voyage du côté de l’Espagne. Les goûts restent longtemps sur les papilles, même après avoir reposé la fourchette. Autour, ça parle affaires, élections municipales, cuisine. C’est raffiné. La salle est bien faite, pas de brouhaha, la lumière tamisée permet de se sentir bien. L’Odéon, depuis quelques années, s’est taillé une solide réputation. C’est une des adresses qui compte à Tours. Sa réputation est amplement méritée.

Chloé Vernon

AU MENU
√ LA SPÉCIALITÉ
On a décidé de prendre ce plat qui mélange morceau de porc et coquillettes aux langues d’oursin. Les senteurs de mer se mélangent avec SORTIR_RESTO_BVles saveurs de la viande grillée. Servis dans deux plats séparés, on peut vraiment prendre le temps d’associer les goûts, petit à petit.

L’ADDITION
En prenant juste le menu du midi, sans vin ni café, on s’en sort pour 30 €. Après, le ventre est rassasié et les papilles poussées au maximum de leurs capacités. Sinon, le soir, il faut compter 70 € le menu. Mais là, c’est la totale.

EN PRATIQUE
L’Odéon, 10 place Général-Leclerc (à gauche quand vous faites face à la gare). Résa au 02 47 20 12 65. Plus d’infos sur restaurant-lodeon. com Ouvert du lundi au samedi. Fermé le samedi midi et le dimanche toute la journée.

Les Agapes : 100 % régional dans l'assiette

En s’écartant de l’agitation de la Place Plum’, on est entré dans le restaurant Les Agapes. Gentillesse + fait maison = maxi plaisir.

Julien et Antoine : « On veut créer de la convivialité. C’est un bistrot. » (Photos tmv)
Julien et Antoine : « On veut créer de la convivialité. C’est un bistrot.
» (Photos tmv)

Les Agapes, c’est l’histoire de deux associés. Antoine et Julien, deux amis, deux anciens barmen. « Mais on est cuisiniers de formation », souligne d’emblée Antoine. Lui est en salle, l’autre en cuisine. Le premier a la langue bien pendue, le second préfère causer à ses plats, plus à l’aise dans ses cuisines que devant nous pour se fendre de discours.

Rue Bretonneau, près de la fameuse place du Monstre, ces deux locaux (Antoine est de Chinon et Julien de Saint- Pierre-des-Corps) ont fait le choix du 100 % régional, aussi bien dans l’assiette que dans le verre. « On n’a que du poisson de Loire, du fromage de Sainte-Maure, etc. Il faut jouer le jeu. On est des amoureux de notre région, alors on cherche les producteurs d’ici. Le principe, c’est que du frais et du fait maison. Donc pas de carte allongée ! »
Pas allongée, mais que du bon ! Escargots de Touraine, souris de cochon ou encore clémentines et kiwis sur mascarpone, par exemple… Mini éventail pour maxi plaisir gustatif. Antoine narre avec plaisir l’histoire de ses plats.
Il prend le temps d’expliquer, de décrire, de répondre aux questions. On écoute et on se laisse guider par ses phrases et nos envies (la bavette sauce moutarde est trop tentante !), tandis que Lorde et Jefferson Airplane passent en bande-son. Ici, c’est ambiance chaleureuse, décontractée. Des tons rose foncé – grenat pour les sièges et banquettes confortables, du noir chic… Au mur, les gérants ont accroché une photo du restaurant prise il y a… 70 ans. Au fond, un immense miroir aère cette jolie salle de 28 couverts.

En fait, on se sent bien. Tout simplement. Loin de l’agitation de la place Plum’. « Et encore, on a une petite terrasse dans la cour intérieure, au calme. Mais on ne l’ouvre que du 15 juin au 15 septembre, le midi. » Bon, c’est décidé : on reviendra !
Aurélien Germain
AU MENU
LE PLAT
RESTO_PLATaLe choix était difficile, mais l’appel de la bavette était trop fort. Les narines frétillent en premier, les papilles prennent le relais. Servie avec une petite sauce moutarde (ou au bleu, selon votre choix), cette viande était vraiment tendre et fondante en bouche. Même plaisir pour la purée (et son soupçon de rutabaga) délicieuse. On a aussi goûté le burger normand, tout aussi savoureux.

L’ADDITION
Comptez 16,50 € pour entrée + plat ou plat + dessert. Un plat seul est à 14,50 €. Il faut parfois rajouter des suppléments pour certains : par exemple, 2,50 € pour les huîtres.

EN PRATIQUE
Les Agapes, 39 rue Bretonneau. Ouvert le lundi, de 12 h à 14 h et de 19 h 30 à 21 h et du mercredi au samedi, de 12 h à 14 h et de 19 h 30 à 22 h. Fermé le dimanche et mardi. Tél. 09 80 37 86 24

Festival à Tours : viva il cinema !

Fantastico, Tours accueille les Journées du film italien pour la première fois. Suivez le guide.

A comme… avant-première
Acclamé dans plusieurs festivals, Ali a les yeux bleus (de Claudio Giavonnesi) est un peu le gros morceau des journées italiennes à Tours. Une histoire de contradictions identitaires et d’amours impossibles qui sortira sur les écrans le 30 avril. Il sera présenté en avant-première, samedi 8 février à 20 h 30, salle Thélème. Le lendemain, celle-ci accueillera aussi la première d’Anni Felici, de Luchetti, à 18 h 30.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=o8A_ZbgYR-U[/youtube]
C comme… crise
Le cinéma italien a bien connu un âge d’or. Si, si ! Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, mais notre voisin transalpin a commencé à exceller après-guerre : du néo-réalisme (Rossellini pour n’en citer qu’un) au giallo (Mario Bava et Dario Argento, les boss du domaine !), en passant par les western-spaghetti et la ribambelle de films d’horreur (Fulci était le maître)… Jusqu’aux années 80 où le déclin s’est amorcé pour faire tomber parfois (et à tort !) le cinéma italien dans l’oubli. Pour rattraper tout cela, Paolo Modugno, fondateur d’Anteprima, organise une conférence le 6 février, à 18 h, à la bibliothèque : « Où en est le cinéma italien aujourd’hui ? » (gratuit).
F comme… films
Oui, bon, c’est quand même le plus important ! Pas de compétition, mais neuf projections : outre les pellicules précitées, les amateurs pourront se délecter de L’Intervallo, Le Temps s’est arrêté, Piazza Fontana, L’Homme qui viendra, Senso, Les Premiers de la liste et Viva la libertà. Quatre courts-métrages sont aussi programmés.
I comme… invités
Les organisateurs ont convié plusieurs invités. Notamment Simonetta Greggio, romancière italienne (L’Odeur du figuier, Les Mains nues, etc.) qui sera à la Boîte à Livres le 7 février, à partir de 18 h. Ou encore Renzo Lulli (scénariste de I Primi della lista), Gianluca Farinelli (directeur de la cinémathèque de Bologne) et – sous réserve – le réalisateur Giorgio Diritti.
Aurélien Germain
EN BREF
C’EST QUAND ET OÙ ? Le Festival Viva il cinema se déroulera du 5 au 10 février. Quatre lieux de rendez-vous à retenir : les Studio (rue des Ursulines), la salle Thélème (rue des Tanneurs), la bibliothèque municipale (rue Malraux) et la Boîte à Livres (rue Nationale).
COMBIEN ÇA COÛTE ? Un pass pour les sept séances coûte 25 €. Sinon, un film revient à 6 € (tarif plein) ou 4 € en réduit et 3 € pour les étudiants et lycéens.
QUI ORGANISE ? L’association Henri-Langlois, née en 1990, veut promouvoir le cinéma classique et s’est associée à l’association Dante Alighieri qui tente d’ancrer la culture italienne dans nos petites têtes, à travers des cours, conférences ou encore des voyages culturels. Dernière association organisatrice : Cine off. Elle existe depuis 1984 et propose des séances en milieu rural. Pour le festival, la Cinémathèque de Tours s’est aussi greffée au mouvement. Créée en 1972, elle programme des films de patrimoine et mène des recherches sur l’histoire du cinéma en Touraine. Sans oublier le département italien de l’université François-Rabelais de Tours…
CONTACT Renseignements au 02 47 21 63 95. Tout le programme sur http://www.cinefiltours37.fr ou sur « Viva il cinema » sur Facebook.
CULTURE_PAP1

Patrice : au swag et caetera !

Le musicien Patrice, à mi-chemin entre le reggae et le swaggae, est en concert à l’Escale. L’occasion pour tmv de s’entretenir avec le chanteur.

Patrice-Gscarf--2B
Votre dernier album s’intitule « The Rising of the son ». Est-ce que cela veut dire que vous êtes mature désormais ?

Je pense que je ne serai jamais mature ! (Rires) C’est plutôt une renaissance, une nouvelle prise de conscience, une nouvelle inspiration. Un besoin de me retrouver et de tracer toujours mon propre chemin. Il y a aussi une référence à Babatunde, mon deuxième prénom (qui signifie « le retour du vieux » en haoussa, langue de l’Afrique de l’Ouest, NDLR). Il m’a été donné par mon père le jour de ma naissance, qui est aussi le jour où mon grand-père est mort. Il y a donc aussi cette idée d’un cercle de vie dans cet album.

Vous avez défini le style de ce nouvel album comme du « swaggae ». C’est quoi ?
C’est une musique qui a son propre style. Elle ne cherche pas à copier d’autres musiques. Il y des influences de l’Europe, de l’Afrique, des îles pour le reggae. Le swaggae représente les gens comme moi. Je ne suis pas comme les autres, de par ma culture et mes origines métissées. La mixité est désormais une culture avec une nouvelle génération. Le swaggae en est sa musique dont le style se veut moderne.

Autre particularité liée à cet album : vous avez réalisé des concerts gratuits au lever du soleil, par exemple à Montmartre à Paris. Comment expliquez- vous cette démarche ?
Je voulais simplement réaliser quelque chose d’original, qui n’avait jamais été fait. Je me suis dit qu’on faisait toujours des concerts le soir. Pourquoi pas le matin ? Tout le monde n’y croyait pas au départ. Mais ça a marché. Et finalement, c’est différent d’un concert habituel. Il y a une plus grande proximité avec le public et les fans. J’essayerai toujours de trouver des nouveaux concepts comme celui-là.

On a parlé de mixité. Comment vous êtes-vous connecté à vos deux identités ?
Déjà, pour revenir là-dessus, l’histoire de la rencontre entre mes parents est plutôt cool. Ils se sont rencontrés dans un avion, entre l’Afrique et l’Europe. Je suis quelqu’un de métissé, et cela se ressent dans ma musique. Si vous écoutez mon accent, vous ne saurez pas de quelle partie du monde je viens ! (rires)
Propos recueillis par Guillaume Vénétitay
EN BREF
LE CONCERT
Du bon son pour commencer le mois ! Patrice sera en concert le mardi 4 février à l’Escale de Saint- Cyr-sur-Loire.

BIO EXPRESS
Son nom complet, c’est Patrice Bart-Williams. Il est né le 9 juillet 1979 à Cologne (Allemagne), d’un père originaire de Sierra Leone et d’une mère allemande. Son père est décédé alors qu’il n’avait que 11 ans. Il a eu deux enfants avec la chanteuse Ayo.
SES ALBUMS
« The Rising of the son » est son sixième album studio, sorti au dernier trimestre 2013. Son premier album, « Ancient Spirit », diffusé en 2000, a lancé sa carrière. Ses premiers opus sont beaucoup plus teintés reggae. Il navigue ensuite entre différentes influences : soul, blues, hip-hop. Ce qui le rend inclassable. D’où un style auto-qualifié de « swaggae » (lire ci-contre). À tmv, on a une petite préférence pour l’album « How do you call it ? ».
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HpLcnUQ9TRs[/youtube]

Pas de (buffalo) bile, ma maman est en Amérique !

Un film d’animation touchant, abordant la question de la mort et de la vérité avec justesse.

CINE_PAP
Adapter un ouvrage pour enfants en film d’animation relève d’un sacré pari. Il est impératif de conserver le coup de crayon enchantant les plus petits. D’entretenir leur imaginaire pendant plus d’une heure et de garder intact le message de l’auteur. Marc Boréal et de Thibaut Chatel accomplissent brillamment leur mission avec Ma maman est en Amérique, tirée du livre de Jean Régnaud et Émile Bravo.
L’histoire est celle de Jean, un gamin de six ans, qui vit dans une petite ville de province dans les années 70. C’est l’heure de la rentrée à l’école élémentaire. Ce qui implique parties de billes, nouveaux copains. D’apparence, un garçon comme les autres. Sauf que sa maman est toujours « en voyage ». Elle écrit à Jean via sa petite voisine Michèle, qui lui lit régulièrement des cartes postales, envoyées d’Amérique. L’enfant se prend à imaginer des aventures d’outre-Atlantique. Avant de se rendre compte progressivement de la vérité.
Univers fidèle aux 70s
Le film aborde le sujet de la mort avec intelligence. Les rêves de Jean permettent de toucher cette problématique sans tomber dans le pathos ou la légèreté. Au fil du film, les personnages deviennent drôles, comme dans l’hilarant concours de billes, et touchants dans les scènes où l’absence de la mère plane. Les réalisateurs parviennent à obtenir la réflexion des spectateurs sur la question de la vérité et des mensonges livrés aux petits.
D’autres thèmes, comme le bizutage par les grands dans la cour de récré, rappellent à tous des situations observées ou connues durant l’enfance. Autre atout : l’univers des seventies est fidèlement retranscrit. Jouets, voitures, commerces. Les plus âgés ressassent leur jeunesse.
Résultat : Ma maman est en Amérique s’impose comme un des films d’animation de l’année. Il a d’ailleurs obtenu la mention spéciale du jury au Festival d’animation d’Annecy.

Dans la chambre de Julie Bonnie

600 concerts dans toute l’Europe avec Forguette Mi Note, trois albums en solo, la Tourangelle débarque en littérature avec un roman sensible et fulgurant.

bonnie web
«Béatrice, ce n’est pas moi ! ». D’entrée, Julie Bonnie met les points sur les i. Et en i, elle s’y connaît, Julie. Bien sûr, comme elle, son héroïne vient de Tours, comme elle, elle est auxiliaire en puériculture, comme elle, elle a sillonné les routes d’Europe, les salles de concerts et les aires d’autoroute avec une troupe d’artistes hétéroclites et un peu perchés, mais là s’arrête la comparaison. « On ne parle bien que de ce que l’on connaît », concède- t-elle. « Mais, très vite, Béatrice s’est éloignée de moi comme le roman s’est éloigné de ma réalité au fil de l’écriture. »
Dans Chambre 2, objet romanesque assez fulgurant, il est question de carapace. Celle que l’on tente de se construire pour rendre la vie plus supportable. Béatrice, donc, est auxiliaire en puériculture. Elle met sa blouse tous les matins et ouvre des portes de maternité derrière lesquelles se trouvent des femmes souvent en lambeaux, parfois en béton et, plus rarement, rayonnantes.
Sans filtre
Rien ne les a vraiment préparées à ce qu’elles viennent de traverser en donnant la vie. Tout comme rien n’avait préparé Béatrice à ouvrir ces portes dans cette maternité. « En fait, Beatrice est une femme qui ne parvient pas à trouver sa place dans la société. Elle est un peu irréelle, un peu fantomatique. Elle n’agit jamais, elle ne fait que traverser les situations. Et puis, elle reçoit tout du monde à la manière d’un nouveau-né. Sans filtre. »
Julie Bonnie écrit des chansons. Depuis qu’elle sait écrire. Depuis son adolescence tourangelle. Depuis Forguette Mi Note, ce groupe emblématique du rock alternatif des années 90 qui donna plus de 600 concerts à travers toute l’Europe. Alors, les chapitres de son livre ressemblent un peu à ça. Ils sont brefs et percutants. Avec, chacun, une lumière, une couleur bien à lui. Quand on en a lu un, on veut passer au suivant et, sans respirer, on les avale tous d’un coup. Il y a de la fièvre et du feu dans ces pages, fort justement couronnées par le 12e prix du roman Fnac. Et, si Béatrice n’est pas Julie, ce Chambre 2 ressemble bien à son auteure. Il en a le regard clair et la personnalité, forte.


SON ACTU
SIGNATURE
SORTIR_CULT_PAP02
Si vous souhaitez rencontrer Julie Bonnie, arrêtez de sillonner les rues de Tours. Quand elle y vient, elle s’enferme et ne fait que de la musique. Allez plutôt à la Boîte à Livres le 14 novembre. Elle y sera, entre deux piles de son très beau roman. On y sera aussi, du coup…
MUSIQUE
Actuellement, Julie Bonnie travaille sur la musique d’un spectacle pour tous (comme on dit) qui s’appellera Ouli et qui sera créé par la compagnie d’Anne-Laure Rouxel, Le Cincle Plongeur, en mai prochain, à l’Espace Malraux.
JEUNESSE
En parallèle de son premier roman, Julie publie un romanjunior Super chanteuse et petit pirate, aux éditions du Rouergue. L’histoire d’un frère et d’une soeur qui ont du mal à s’endormir et qui font appel à des lutins pour retrouver le sommeil. Illustré par Charles Dutertre. À partir de 9 ans.
C’EST PERSO
UN ALBUM
SORTIR_CULT_PAP03
Le dernier Bertrand Belin, Parcs. « J’adore vraiment ce qu’il fait. Son dernier album ne m’a pas déçue et je l’écoute en boucle ! »
UN LIVRE
Les Évaporés, de Thomas Reverdy. C’est un livre qui m’a beaucoup touchée. Je vous le recommande ! UN FILM Habemus Papam, de Nanni Moretti. Je l’ai vu récemment. C’est vraiment un chef-d’oeuvre d’irrévérence.

Quel avenir pour la ligne Tours-Paris ?

TGV en moins d’une heure, prix, LGV Tours-Bordeaux… La SNCF et l’association des usagers réguliers débattent.

114627179_20130126_NR.HR
La ligne Tours-Paris avait été déclarée « malade » par Guillaume Pépy, le président de la SNCF, en janvier 2011. Quasiment deux ans plus tard, David Charretier, président de l’Association des usagers Paris-Tours et Dominique Latard, directeur délégué TGV de la SNCF pour la région Centre font le bilan.
Combien y a-t-il d’abonnés ? La tendance est-elle à la baisse ou à la hausse ?
David Charretier annonce le chiffre de « 4 000 abonnés », pour le Paris- Tours, et « 1 500 à 1 700 » empruntant le TGV quotidiennement. Dominique Latard ne peut dévoiler les chiffres exacts mais confirme cet ordre, « relativement stable » depuis quelques années.
Quelles sont les plages horaires des TGV ?
Le premier part à 6 h 11 depuis Tours. Pour le retour, le dernier train quitte Montparnasse à 20 h 16. « On réclame une plage plus large.Nos abonnés doivent partir avant la fin de certains rendezvous », continue David Charretier. Dominique Latard annonce un dernier TGV pour l’an prochain, aux alentours de 20 h 35, « sous réserve que Réseau Ferré de France (RFF) donne son accord ».
Quelle a été l’évolution des prix ?
« On constate une augmentation de 30 % en dix ans, soit environ 100 euros, avec un abonnement le moins cher aux alentours de 450 euros, au bout de la 3e année. C’est le double de l’inflation », affirme David Charretier. La SNCF nuance. « La seule hausse de ces trois dernières années pour les abonnés s’est faite en 2012, avec + 1,7%, hors impact de la TVA », explique Dominique Latard. Il rappelle qu’un tiers du prix d’un billet de TGV provient du « coût du péage payé à RFF. » Et note une « hausse des coûts de l’énergie en quelques années et la modification des matériels SNCF ».
Paris redeviendra-t-il à une heure de Tours ?
« Aujourd’hui, on est à 1 h 15, voir 1 h 20. Comme l’ancien Corail », soupire David Charretier. « Tours-Paris en moins d’1 heure, on ne peut pas faire. Mais Saint- Pierre-des-Corps-Paris, c’est possible », dit Dominique Latard. Ce dernier annonce un aller/retour par jour SPDC-Paris en moins d’une heure pour l’an prochain, et donc qui ne s’arrêtera pas à Vendôme. Une réunion avec l’association devrait prochainement en fixer l’horaire.
La ligne LGV Tours-Bordeaux va-t-elle nuire au Tours-Paris ?
La ligne sera mise en service en 2017, pour permettre un Paris-Bordeaux en 2 h 05. « On évalue de 30 à 40 % de TGV en moins directs pendant les heures de pointe », s’inquiète David Charretier. Les récentes déclarations de Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, ne devraient pas le rassurer. En visite à Tours le 28 août, il a éludé la question avec une phrase très diplomatique : « Pas question de sacrifier qui que ce soit, mais on ne peut contenter tout le monde en même temps. » Dominique Latard « ne peut aller que dans le sens de [son] président ». « Si on fait une LGV Paris-Bordeaux, c’est pour aller vite, et donc ne pas marquer l’arrêt à Saint-Pierre. Il y a 16 A/R de l’agglo tourangelle jusqu’à Paris aujourd’hui. Il y en aura peut-être moins, mais je ne peux confirmer une baisse pour le moment et s’il y en a une la chiffrer », déclare-t-il.
G.V
Photo : Patrice Deschamps

Naturisme : ce qu'il faut savoir

Vous voulez tenter le naturisme ? Avant tout, lisez ces quatre points clés avant de vous lancer.

naturisme3
– En chiffres
Chaque été, deux millions de naturistes, dont 600 000 Français, sont présents sur le territoire. Un chiffre qui fait de notre pays la première destination mondiale des adeptes de cette pratique. Selon la Fédération française de naturisme (FFN), 11 millions de Français seraient tentés par une telle expérience. Elle recense 116 plages naturistes et 39 campings associatifs.
– Comment pratiquer ?
Il est nécessaire de posséder une licence pour entrer dans un camping naturiste. Par exemple, la « découverte » permet d’essayer pendant trois jours. Idéal pour les débutants. Son prix varie selon les campings. À Cléréles- Pins, elle coûte 8 euros. Une licence à l’année peut être demandée auprès de la FFN ou des associations, au prix de 25 euros.
– Les sports
« Les deux activités favorites des naturistes sont le volleyball et la pétanque », explique avec joie Alain Asselinne. Pour pratiquer le premier sport, les brassières sont autorisées pour les femmes. Au camping de Cléré-les-Pins, on compte également des terrains de badminton, un mini-golf, un trampoline et une piscine.
– La randonnue
Une nouvelle pratique se développe depuis quelques années : la randonnue. Comme son nom l’indique, il s’agit de se balader en forêt tout nu. Mais hors des sentiers réservés aux naturistes. Alain Asselinne reste sceptique sur ce phénomène. « Il faut surtout ne rien imposer aux “ textiles ”», dit-il. Se balader tout nu en dehors des endroits réservés n’est plus condamné en pratique, tant que la nudité ne rentre pas dans le cadre d’une « exhibition sexuelle ».

JEU VIDEO : The Last Of Us (PS3)

Rubrique jeu vidéo : cette semaine, on vous cause de The Last Of Us sur PS3.

L’APOCALYPSE, C’EST MAINTENANT !
Des villes abandonnées, un champignon qui attaque le cerveau et transforme n’importe quel être humain en zombie, une pandémie qui ferait passer la grippe aviaire pour un simple rhume des foins : placé sous le signe de l’action, The Last of Us est un jeu à (très) grand spectacle. Signé Naughty Dog, le studio à l’origine des incontournables Uncharted, ce futur blockbuster vous propose d’accompagner un contrebandier et une adolescente de 14 ans fermement décidés à quitter une zone de quarantaine militaire aux allures de prison. Graphismes impressionnants, prise en main optimale, scénario de haut vol : ce véritable film interactif, qui n’a rien à envier aux mégaproductions américaines, mérite sa place dans la ludothèque idéale.
L. Soon
 
> The last of Us, + 18 ans, PS3, 60 €.
 
JEUVIDEO