En attendant les beaux jours : Au Plessis, le mois de juillet sera culturel !

Des concerts, des animations et des spectacles : la Ville de La Riche et le château du Plessis veulent faire vivre la culture tout l’été avec une programmation variée. Avec une majorité de rendez-vous gratuits.

Le château du Plessis, à La Riche, va accueillir de nombreuses manifestations culturelles cet été (Photo archives NR)

Un été sans culture ? Oh que non ! Pas pour la Ville de La Riche en tout cas. « En attendant les beaux jours », c’est le petit nom de la programmation estivale culturelle qui se poursuivra jusqu’à fin juillet. Avec, à la clé, de nombreux spectacles en extérieur au château du Plessis… et dans le respect des règles de sécurité sanitaire, bien sûr.

Pour ce déconfinement culturel, allié à une vraie programmation (et ils sont « peu nombreux à le faire en ce moment », comme l’a rappelé l’équipe du Plessis !), le lieu est ouvert à tous et plusieurs propositions artistiques sont mises en place.

Concerts, ciné plein air et théâtre

Côté rendez-vous, voici ce que l’on trouvera au menu :

  • 10 juillet à 21 h : concerts de l’ensemble Parchemins et récital de piano d’Angelina et Alexandra Natal. De 5 à 10 €.
  • 11, 18 et 25 juillet et 12, 19 et 26 juillet à 16 h : Théâtre jeune public avec « L’Enfant fourmi » par le collectif Les Yeux ouverts. De 5 à 10 €.
  • 11 juillet à 22 h : ciné plein-air « Dragon 3 » (Gratuit)
  • 12 juillet à 22 h : ciné plein-air « Le sens de la fête » (Gratuit)
  • 12 juillet à 17 h 30 et 26 juillet à 15 : conférence « Mémoires perdues du château du Plessis-lès-Tours ». (Gratuit)
  • 17 et 24 juillet à 21 h : Théâtre. « Vestiges entre Cher et Loire » par le Groupe K. De 5 à 10 €.
  • 18 juillet 19 h et 21 h : carte blanche au Temps Machine avec deux concerts (DJ CocCo et DJ KoKo puis Hémisphère Sud) (Gratuit)
  • 19 juillet à 17 h : orchestre des jeunes du Centre (Gratuit)
  • 25 juillet à 19 h : carte blanche à Goat Cheese avec le concert de Toekan et à 21 h, Toukan Toukän (Gratuit)
  • 26 juillet à 17 h  : carte blanche à Rubin Steiner (Gratuit)

> A noter que des espaces restauration sont prévus. Et comme partout, les jauges sont limitées pour les spectacles. Il faut donc réserver au 02 47 38 29 29. Infos sur le site de la mairie de La Riche.

 

Les Îlots électroniques reviennent les 25 et 26 juillet

La reprise de la fête en Indre-et-Loire sera électronique ! Les Îlots ont obtenu l’autorisation de la Préfecture d’organiser un événement fin juillet. Avec, évidemment, règles sanitaires strictes et jauge limitée.

Reprise de la fête les 25 et 26 juillet ! (Photo archives Ovashoot)

« Nous travaillons activement sur l’organisation de deux événements cet été. On ne sait pas si cela sera possible, mais on fera notre maximum », nous confiait encore récemment Thomas Giovani, co-fondateur des Îlots électroniques (à lire juste ici). Il semble que le vent a tourné favorablement pour la fine équipe, puisque les Îlots ont annoncé qu’ils reprenaient du service… les 25 et 26 juillet !

Cette édition aura lieu en extérieur, au Grand Parallèle (situé près du lycée Choiseul, à Tours Nord), de 16 h à 23 h le samedi et de 13 h à 21 h le dimanche.

« La Préfecture vient de donner son accord », ont indiqué les organisateurs dans une annonce Facebook. « Confinés pour notre anniversaire, notre début de saison et lors de dimanches ensoleillés, la frustration était palpable (…). Le week-end du 25 et 26 juillet, on sonne la cloche d’une rentrée tardive et atypique. »

Règles sanitaires et gestes barrières

Atypique, pour sûr. Car pour cette reprise d’activité, les Îlots doivent évidemment respecter des règles sanitaires strictes. Il faudra donc avoir son masque personnel et respecter les distanciations physiques visibles au sol dans les files d’attente.

La jauge, quant à elle, sera limitée : 1 500 personnes grand maximum. Les organisateurs, avec leur verve légendaire, précisent : « Ce qui nous oblige à demander exceptionnellement une participation libre (mais obligatoire) à chacun d’entre-vous à l’entrée (tu peux donner 10 cents comme 100€, mais en dessous de 1€ sache que t’es une grosse radasse). »

D’autres mesures sont mises en place, comme des points d’eau avec du savon, du gel hydroalcoolique, des protections pour les bénévoles au bar et désinfection des mains obligatoire à l’entrée.

La programmation n’a pas encore été annoncée. Elle le sera prochainement. C’est à suivre sur l’événement Facebook.

[TEUF] C'EST PARTI !La préfecture vient de donner son accord, la reprise officielle de la fête en Indre & Loire sera…

Posted by Les Îlots Électroniques on Wednesday, July 8, 2020

Pas de feu d’artifice le 14 juillet à Tours

Comme de nombreuses autres communes, la Ville de Tours est contrainte d’annuler son feu d’artifice du 14 juillet.

C’est dans un communiqué que la Ville de Tours vient d’annoncer qu’elle n’était « pas en mesure de proposer le traditionnel feu d’artifice » du 14 juillet.

La raison ? Comme dans de nombreuses villes françaises, le « contexte sanitaire est toujours incertain » et il reste toujours les « restrictions liées à la limitation des rassemblements sur la voie publique ».

La municipalité a cependant annoncé la piétonnisation de la place du Grand-Marché et la rue de Châteauneuf à partir de 17 h.

 

Tours : des artistes ouvrent une galerie partagée et auto-gérée

La galerie collective « Les Couleurs et les sons se répondent » a ouvert le 6 juillet à Tours. Un repère d’artistes qui exposeront toute l’année. Et c’est ouvert sept jours sur sept !

« Les couleurs et les sons se répondent » ? C’est le petit nom d’une nouvelle galerie d’art qui vient d’ouvrir dans le Vieux Tours. Particularité : celle-ci est partagée et auto-gérée. C’est « une galerie d’artistes où tout est possible », d’après l’annonce faite par Diagonale, duo de plasticiens réunissant Juliette Gassies et Frédéric Dumain, à l’initiative du projet.

Pour l’occasion, Juliette Gassies et Frédéric Dumain se sont entourés de cinq artistes : Chrystèle Saint-Amaux, Jean Pierre Loizeau, Yveline Bouquard, Laurence Hauss et Aurélia Vissian. Toutes et tous seront présent(e)s à tour de rôle dans la galerie.

Merci Baudelaire !

Jusqu’à présent, les locaux étaient occupés par la galerie Lyeuxcommuns. L’art imprègne donc toujours les lieux avec cette nouvelle galerie, dont le nom est une référence directe à l’immense Baudelaire. Il s’agit en effet « d’une citation extraite du poème Correspondances ». Le duo Gassies-Dumain souhaitait que le nom « évoque la possible association d’univers artistiques variés ».

Et ici, l’art ne s’arrête jamais. Les Couleurs et les sons est effectivement ouverte… sept jours sur sept ! Aucune excuse pour ne pas prendre le temps de découvrir cette nouvelle pépite tourangelle… A un moment où la culture a besoin de (sur)vivre plus que jamais, après les épreuves qu’elle a affrontées.


> Les Couleurs et les sons se répondent, galerie située au 27 rue Etienne-Marcelle, à Tours. Ouverture : tous les jours, de 11 h à 19 h. A retrouver sur Facebook : https://www.facebook.com/lescouleursetlessons/

 

Aurélien Germain
Photos : Aurélie Dunouau

Tours : reprise du son et lumières « Les Nuits Renaissance » ce 4 juillet en jauge réduite

Comme l’an dernier, l’animation-phare gratuite de l’été à Tours revient sur la façade du Musée des Beaux-arts. Mais attention, seuls 200 spectateurs par soir seront admis, contre 1 500 auparavant. Et il est obligatoire de réserver.

L’animation sera toujours gratuite. (Photo NR archives)

L’un des cartons de l’été revient ! L’événement mapping / son et lumières « Les Nuits Renaissance » recommence à partir de ce samedi 4 juillet, à Tours. Et ce, jusqu’au dimanche 6 septembre. Comme l’an dernier, il sera projeté sur la façade du Musée des Beaux-arts, chaque soir.

Jauge réduite et réservations obligatoires

Toutefois, en raison de la situation sanitaire actuelle, des modifications ont été apportées. Il faudra notamment réserver sa place (il faut se rendre sur ce site). Quant à la jauge de spectateurs, elle a été drastiquement réduite. Alors que, l’an dernier, 1 500 personnes pouvaient s’y presser, vous ne serez désormais plus que… 200 !

Pour cette deuxième édition des Nuits Renaissance, le son et lumières débutera à 22 h 45 en juillet (ouverture des portes du jardin à 22 h) et 22 h 15 en août et septembre (ouverture à 21 h 30). Le spectacle reste gratuit.


> Gratuit. Réservations obligatoires sur https://www.tours.fr/actualite/508/73-les-nuits-renaissance.htm. Durée : 20 minutes. Chiens non-admis.

 

 

Lutte contre le Covid-19 : un événement caritatif en ligne avec des gamers qui ont du cœur

Les 4 au 5 juillet, sur la plateforme Twitch, se déroulera le premier événement gaming caritatif de Touraine ! Le tout, au profit du Fonds de dotation du CHRU de Tours pour le financement de l’étude nationale Coviquest contre le Covid-19, une collaboration entre médecins généralistes et étudiants en médecine en stage.

Rendez-vous les 4 et 5 juillet prochains (Photo coviquest.fr)

Du 4 au 5 juillet prochain, le service de streaming vidéo en direct Twitch diffusera le premier événement gaming caritatif de Touraine.  Cette opération, s’étalant sur 36 heures, permettra de récolter des dons au profit du Fonds de dotation du CHRU de Tours, pour le financement de l’étude nationale Coviquest contre le Covid-19. Portée par le Pr. Clarisse Dibao Dina, celle-ci se base sur la collaboration entre médecins généralistes et étudiants en médecine en stage.

Initiative originale, donc, pour soutenir les équipes médicales du CHRU de Tours dans la lutte contre le Covid-19. On la doit à trois étudiants tourangeaux, Maxime, Florian et Merlin, qui voulaient aider l’hôpital grâce à leur passion des jeux vidéo.

Compétitions de jeux vidéo et démonstrations de streamers

Pour cet événement caritatif en ligne, « des entreprises locales spécialisées dans l’e-sport et le jeu vidéo », ainsi que des joueurs, se sont associés « à ce projet de territoire », précisent les organisateurs dans un communiqué.

Au programme de ces deux jours de stream proposés sur la chaîne Chœur de gamers ? Compétitions de jeux vidéo, donc, mais aussi démonstrations de streamers, interventions de youtubeurs ou encore de professionnels du CHU de Tours. Les spectateurs pourront interagir avec ce plateau d’invités. Et bien sûr, faire un don en ligne !

« L’événement est accessible à tous publics : novices, amateurs, aficionados de jeux en ligne ou simples curieux », tiennent à rappeler les organisateurs.


> A suivre sur la chaine Choeur de gamers du 4 juillet 12 h au 5 juillet minuit.

> D’autres infos sur http://www.coviquest.fr/

 

[Solidarité COVID-19] Du 4 au 5 juillet prochain sur Twitch se déroulera le 1er événement gaming caritatif de Touraine !…

Posted by Fonds de dotation du CHRU de Tours on Friday, June 26, 2020

Catherine Honnet, l’habilleuse de l’Opéra de Tours

#VisMaVille Habilleuse de l’Opéra de Tours, Catherine Honnet ne se contente pas d’aider les artistes à passer leurs costumes de scène. Retouches, raccommodages et bonnes idées forment son quotidien depuis une trentaine d’années !

« Je voulais continuer dans la couture, après dix ans auprès d’une brocanteuse spécialisée en lingerie ancienne. Je ne sais même plus pourquoi j’ai présenté ma candidature à l’Opéra… Peut-être car j’avais des copains dans le milieu du théâtre ? ». De là à dire qu’elle a vu de la lumière, et qu’elle est entrée… Mais Catherine Honnet n’a jamais ambitionné d’être sous les feux des projecteurs.

Elle s’étonne donc qu’on s’intéresse à son savoir-faire, elle qui occupe depuis déjà vingt-neuf ans un atelier au 5e étage de l’Opéra de Tours.

La grimpe vaut le détour ! Après avoir contourné une ribambelle de chaussettes qui sèchent, on découvre le chaleureux repaire de cette couturière hors-pair. Ici, on ne confectionne pas de costumes : on les adapte, on les répare, on les lave, pour que ces vêtements créés dans d’autres maisons d’opéra aillent aux artistes qui reprendront les rôles pour les représentations tourangelles.

Lorsqu’un opéra se prépare, Catherine est donc sur le pont : elle navigue sur internet et parcourt les maquettes des créateurs, pour découvrir le style choisi, et la morphologie des artistes qui prendront le relais à Tours. Mais rien ne vaut les essayages : « Même si deux chanteurs ont des mensurations identiques, il n’y a jamais deux personnes pareilles ! ».

« En vingt-neuf ans, on a toujours trouvé une solution ! »

Durant les trois semaines de répétitions, l’atelier du 5e étage se transforme donc en fourmilière : les rôles principaux mais aussi les choristes viennent y enfiler leurs costumes sous les yeux de l’habilleuse. Aiguille et mètre en main, elle s’assure, avec deux collègues venues en renfort, que la quarantaine de costumes sera prête pour le Jour J.

Heureusement, les tenues sont toujours bien pensées par les costumières, pour faciliter les retouches. Le système D est aussi de la partie, car il faut parfois improviser. « En vingt-neuf ans, on a toujours trouvé une solution ! », s’enorgueillit Catherine. Avec trois exigences : le respect des créations de départ, le confort des artistes, et la qualité de retouches « solides, mais invisibles ».

Pendant les dernières répétitions et les représentations, l’habilleuse et son équipe sont en coulisses. Lasser les corsets, gagner du temps, éviter les oublis… Le mois de labeur se conclut dans une ambiance complice, tandis que dans l’atelier, le Barbier de Séville laisse place à Don Quichotte, pour une nouvelle aventure éphémère.

Textes et photos : Maud Martinez


EN SAVOIR PLUS : QUEL PARCOURS PRO ?

Quel parcours pro ? Si à l’époque où Catherine s’est lancée dans le métier, il n’existait pas vraiment de formation pour être habilleuse de spectacle, c’est désormais le cas ! Pour exercer cette profession, optez donc pour un CAP ou Bac Pro métiers de la mode, un Diplôme des techniciens des métiers du spectacle – techniques de l’habillage, un DMA costumier-réalisateur ou un diplôme « arts et techniques du théâtre » option costumier.

La culture face au monde d’après : du CCC OD au ciné

[4/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Isabelle Reiher, directrice du CCC OD, et à Pierre-Alexandre Moreau, directeur des cinémas Studio.

Isabelle Reiher
Directrice du CCC OD

Isabelle Reiher est la directrice du CCC OD (Photo Julien Pruvost)

« Remise en question. Avec l’équipe du CCC OD, avec les artistes, avec nos publics, nous coconstruisons sans cesse notre rapport au monde, en interrogeant les grands enjeux de nos sociétés. La crise que nous venons de vivre, ce confinement obligé, nous ont pris par surprise, nous ont obligés à nous remettre en question et à réagir. Comment inventer de nouvelles formes d’être ensemble ? Comment l’art peut-il y contribuer ? Voilà un des défis que ces récentes semaines ont fait émerger, qui convoque notre désir de vivre et de partager.

Plaisir. Je trouve très stimulant de nous interroger sur le rôle du centre d’art en tant que passeur, sur la capacité de l’artiste à inventer de nouvelles histoires, à travers la fiction mais aussi à travers des réalités bousculées. Il ne faut jamais oublier non plus que c’est le regardeur qui fait l’oeuvre ! J’espère que notre public sera au rendez-vous dès cet été pour chercher à nos côtés ce dépaysement et imaginer ensemble comment voir le monde qui nous entoure d’un œil nouveau. Voilà ce qui m’anime et me motive.

Nouvelle expo. Notre nouvelle exposition dans la nef du centre d’art à compter du 10 juillet 2020, de l’artiste français Vivien Roubaud, promet d’être une amorce de ce changement de paradigme qui s’esquisse avec poésie, souplesse et mouvement. Je me réjouis également de célébrer le centenaire de la naissance d’Olivier Debré avec différents partenaires en région, à commencer par le Garage d’Amboise en juillet, puis au CCC OD même à compter du 16 octobre. Cela promet des découvertes inédites sur l’oeuvre de cet artiste qui a marqué notre paysage et notre imaginaire ligérien. »

Pierre-Alexandre Moreau
Président des cinémas Studio

Pierre-Alexandre Moreau est à la tête des cinémas Studio, à Tours. (Photo DR)

« Se réinventer. Notre préoccupation est d’accueillir le public de façon à ce qu’il se sente en sécurité tout en n’étant pas anxiogène. Nous voulons rester sur quelque chose de positif et joyeux. Il faut également se réinventer car les jeunes s’étant abonnés en masse à Netflix et autres, il faut trouver comment être complémentaire.

Résister. C’est la question de l’exception culturelle française : nous avons le plus gros réseau de salles par habitants au monde. On se doit de porter haut cette résistance face aux multiplex et géants de l’internet. Notre jauge est désormais limitée à 50 % de la salle. Cela nous permettra quand même de remplir nos salles, sachant que le taux moyen est de 17 %. Mais ce sera compliqué en termes de trésorerie si cela dure un an. On a perdu 50 000 euros par mois pendant le confinement.

S’ouvrir. On a la chance d’avoir un public fidèle mais malgré cela, plein de gens à Tours ne connaissent pas les Studio. C’est un challenge pour les années à venir : les amener dans nos salles en leur proposant une ouverture sur le monde une réflexion sur ce qui nous entoure. »

Propos recueillis par Aurélie Dunouau

La culture face au monde d’après : devant et derrière la scène

[3/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Maïe-Tiaré Coignard, musicienne intermittente, et au régisseur technique du Petit Faucheux, Guillaume Riguet.

Maïe-Tiaré Coignard
Musicienne intermittente

Maïe-Tiaré Coignard est intermittente du spectacle. (Photo Jacques Hermitte France 2014)

« Attente. Tout est prêt, est resté en suspens et on attend. On est vraiment dans le flou. J’avais des concerts prévus avec des petites structures, dans des festivals. Je mène aussi des ateliers d’action culturelle avec des enfants dans des écoles ou des personnes âgées dans des chœurs, et je sais pas du tout si ces projets vont pouvoir reprendre, sont reportés ou annulés.

Optimisme. Dès qu’on aura des réponses, j’ai espoir que ça reprenne tout de suite, on est dans les starting blocks. Quand on est intermittent, il faut être optimiste car c’est un statut assez précaire.

Adaptation. Quand tu es musicien, c’est beaucoup d’adaptation, sur les conditions financières, techniques,… Peu importent les heures de route, les conditions, on est toujours très contents de se rendre sur les lieux des concerts et de partager les émotions avec le public. »

Guillaume Riguet
Régisseur général du Petit Faucheux

Guillaume Riguet est le régisseur technique de la salle tourangelle Le Petit Faucheux. (photo DR)

« Réinventer. En termes de programmation, on ne peut plus, selon les règles actuelles, accueillir des groupes de 15 musiciens alors on réfléchit à des formes de concert extérieures, ambulatoires, à des résidences, avec accueil de public restreint. Au niveau des répétitions, chacun travaillera à son tour dans la salle, musiciens comme techniciens son, lumière et nettoiera ses affaires.

Adapter. On a revu les règles, l’accueil des spectateurs sera différent. J’ai monté un plan de circulation dans notre bâtiment. Tout sera contrôlé, avec un énorme boulot d’encadrement, de suivi du nettoyage, les rampes d’accès, les poignées, les instruments, les câbles, consoles de montage. Nous sommes bien préparés et on se réadaptera face à la pratique. Le plus compliqué à mon avis est de savoir comment va réagir le public, comment contrôler ses diverses réactions ?

Vigilance. Je pense qu’il vaut mieux prendre ces habitudes et précautions que ne pas en faire assez. Nous sommes garants de la sécurité du public. »

Propos recueillis par Aurélie Dunouau.

La culture face au monde d’après : les festivals de musique

[2/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Thomas Giovani, des Îlots électroniques, et Enzo Pétillault du festival Aucard de Tours.

Enzo Pétillault
Programmateur du festival Aucard de Tours

Enzo Pétillault est une des têtes pensantes du festival Aucard de Tours (Photo archives tmv)

« Espoir. J’ai de plus en plus bon espoir de pouvoir assurer le report du festival en septembre ! On voit que d’autres événements de plus grande taille ont confirmé leur tenue sur cette période, donc c’est rassurant. On voit aussi que l’épidémie diminue un peu partout dans le monde, ça soulage. Mais bien sûr, il est encore trop tôt pour crier victoire, notamment car nous n’avons – à l’heure actuelle – aucune info de la Préfecture sur les règles sanitaires que nous devrons opérer.

Contrepied. L’équipe de choc décoration/déguisement est en plein brainstorming pour adapter l’univers du festival à cette année 2020 bien pourrie. Je pense qu’ils vont réussir encore une fois à nous faire bien marrer, pour réussir à prendre un peu de recul avec tout ça.

Révolution. Sinon, grande nouveauté 2020, on va proposer un concept délirant : des concerts visionnables une seule fois, dans un lieu spécifique et à partager avec des amis et des inconnus au même moment. On espère que le public est prêt à cette révolution du monde du spectacle qui ne sera pas sur internet mais sur une scène. Du jamais-vu ! Mais si jamais ils sont trop perturbés, ils pourront toujours regarder le concert en le filmant à travers leur smartphone, malin… »

Thomas Giovani
Co-fondateur des Îlots électroniques

Thomas Giovani a co-fondé le festival Les Îlots électroniques (Photo DR)

« Se projeter. Depuis le début de la crise sanitaire que nous connaissons, nous nous sommes projetés sur la saison prochaine, histoire de prendre ce temps libre imprévu à réfléchir à de belles choses et à de nouveaux projets. Nous avons organisé des réunions de travail, des visites techniques et nous avons rempli des tableurs Excel… avec pour seul objectif : NOS 7 ANS dans un beau château de Touraine, en avril 2021 !

Deux événements. L’espoir des jours meilleurs plutôt que d’être abasourdis par la crise. Ces derniers jours, suite aux dernières communications gouvernementales, nous travaillons activement sur l’organisation de deux événements cet été (en août et septembre). On ne sait pas si cela sera possible, mais on fera notre maximum. Parce qu’un été sans fête(s) dans les parcs, sans bénévoles pleins de paillettes, sans DJ survoltés, sans pintes de bière fraîche… sans vous, n’est pas un été envisageable.

Espoir. C’est le seul mot que nous gardons en tête pour les prochains mois ! »

Propos recueillis par Aurélien Germain

La culture face au monde d’après : côté théâtre

[1/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Jacques Vincey, directeur du Théâtre Olympia, et au jeune comédien Thomas Christin, programmateur du prochain WET°.

Jacques Vincey
Directeur du Théâtre Olympia

Jacques Vincey est le directeur du Théâtre O, à Tours (photo archives NR)

« Peur. Comme un train lancé à pleine vitesse, rien ne semblait hier encore pouvoir stopper la marche du monde, malgré des signaux d’alarme de plus en plus inquiétants. Ce qui relevait de l’habitude et du normal a été bousculé et parfois même balayé. Le T° a fermé ses portes mais ouvert une fenêtre digitale sur les créations confinées de l’Ensemble Artistique, pour conjurer la peur et l’isolement.

Joie. La vie reprend son cours. Cette pause forcée nous oblige à relever la tête pour regarder plus loin et envisager de nouvelles perspectives. Les premières représentations ont pu reprendre mi-juin au T° et nous tournons un film pour présenter la saison prochaine qui sera mis en ligne le 27 juin, à 17 h.

Surprise. Face à l’incertitude, il faudra composer, s’adapter et inventer sans cesse : cela demande beaucoup d’énergie et de détermination, d’exigence et de légèreté, d’obstination et de bonne humeur ! Nous nous projetons en acceptant de devoir renoncer, nous parions sur le possible et surtout sur ce que nous n’imaginons pas (encore) possible. Le T° jouera pleinement son rôle dans la reconfiguration nécessaire de notre réalité commune. »

Thomas Christin
Comédien de l’ensemble artistique du CDN de Tours et programmateur de la prochaine édition du festival WET°

Thomas Christin est comédien et programmateur du festival WET° (Photo Photo : Christophe Raynaud de Lage)

« Se réinventer. J’ai la chance de faire partie d’une structure CDN (Centre Dramatique National – NDLR) qui a été parmi les premières à reprendre l’activité après le confinement. Très vite, nous avons pu finir la création de « Monuments Hystériques », de Vanasay Khamphommala, puis proposer trois avants-premières exceptionnelles au Théâtre Olympia. La réactivité de Jacques Vincey et de son équipe est un terrain fertile pour la création des jeunes artistes du Théâtre Olympia.

L’audace. L’émerveillement. La joie. Dans le prolongement des « mots au creux de l’oreille », nous allons renouer le contact avec le public. Proposer un contenu audacieux et des « formes nouvelles, voilà ce qu’il faut, et s’il n’y en a pas, alors mieux vaut rien du tout », comme disait Treplev, dans La Mouette de Tchekhov. Le festival WET° sera le grand rendez-vous de cette audace et de cette prise de risque. Une saison riche, pleine et joyeuse, pour célébrer l’art vivant.

Surprendre. Tout en étant conscient et respectueux des consignes sanitaires, il s’agit à présent de nous surpasser et de nous saisir pleinement de ces nouvelles contraintes pour surprendre les spectateurs. »

Propos recueillis par Aurélien Germain

Municipales : la dernière ligne droite

Le duel Emmanuel Denis – Christophe Bouchet se jouera dans les urnes, ce dimanche 28 juin, lors du deuxième tour de l’élection. Qui prendra le fauteuil de maire ?

Les faits

Ce dimanche 28 juin, c’est le second tour des municipales. À Tours également, on votera pour le conseil municipal. Deux listes sont en compétition : « Pour demain, Tours 2020 », avec l’écologiste Emmanuel Denis à sa tête, également élu d’opposition depuis six ans.

En face, « Tours Nous Rassemble », menée par le maire sortant Christophe Bouchet. Au premier tour, Emmanuel Denis était arrivé en tête (35,4 % des voix).

Le contexte

Début juin, Christophe Bouchet, arrivé deuxième au premier tour des municipales, a annoncé qu’il faisait liste commune avec le candidat LREM Benoist Pierre, arrivé troisième. « Une union naturelle », d’après le maire sortant, puisque « chacun avait envie ». Une nouvelle liste, composée de 16 nouveaux membres, a donc été déposée en préfecture, dans laquelle on retrouvait pèle-mêle Pierre Commandeur, Céline Delagarde ou encore l’ex-adjointe à l’éducation Barbara Darnet-Malaquin qui avait pourtant démissionné il y a quelque temps, suite à des accrochages avec M.Bouchet.

Quant à Emmanuel Denis, le 18 juin dernier, il a reçu la visite et surtout le soutien d’Éric Piolle, unique maire écolo d’une grande ville française, Grenoble. Avec, au programme, rencontre avec le Collectif Cycliste 37, les Jardinières masquées ou encore une déambulation en vélo en ville. De quoi évoquer un maillage de villes écologistes avec « des synergies communes », a indiqué Emmanuel Denis.

Le point de vue

Cette élection aura été singulière et atypique, torpillée par un premier tour coincé entre une crise sanitaire et une campagne bloquée par le confinement. Désormais, Tours – ville de plus de 100 000 habitants – attend son maire. Ici comme à Strasbourg, Lyon ou encore Lille, les écolos souhaitent s’installer. Mais la récente alliance Bouchet-Pierre est une donnée qui peut changer le jeu.

Reste, enfin, une dernière inconnue : celle du taux de participation, celui-ci ayant été, comme partout en France, ridicule lors du premier tour.

Le CHU de Tours ouvre de nouveau les visites pour les patients hospitalisés

Depuis lundi 22 juin, les visites auprès des patients hospitalisés sont de nouveau autorisées. Avec, toutefois, certaines conditions.

C’est un ouf de soulagement pour de nombreuses familles. Depuis ce lundi 22 juin, les visites auprès de patients hospitalisées sont de nouveau autorisées, à raison d’un visiteur majeur par jour et par patient. Les visites des enfants sont toutefois toujours interdites.

Le CHU de Tours a précisé les horaires d’accueil des visiteurs :

> Du lundi au vendredi : de 14 h à 18 h 30 sur l’ensemble des sites
> Le week-end :
– Dans le bâtiment Olympe de Gouges, l’accueil des visiteurs est possible de 14 h à 16 h 30
– Pour Bretonneau, Trousseau et Clocheville, l’accueil des visiteurs est possible de 14 h à 17 h 30

Evidemment, en cas de signes du Covid-19, faibles ou non, il ne faut pas venir.

Posted by CHRU Tours – Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours on Monday, June 22, 2020

10 & 20 km de Tours et marathon : report en septembre 2021

Les célèbres courses tourangelles devaient se tenir dans quelques mois. Mais il a été décidé du report de l’édition en 2021, au regard des nombreuses incertitudes qui pèsent sur les rassemblements de grande envergure.

L’an dernier, top départ de la course à Tours (Photo archives NR – Julien Pruvost)

« Cette année, au regard des (trop) nombreuses zones d’ombres, le Comité a pris la lourde décision de reporter le marathon et les 10 & 20 km de Tours. » L’annonce est tombée ce mardi après-midi. Initialement prévues pour le 27 septembre, les mythiques courses tourangelles se tiendront finalement le dimanche 26 septembre 2021.

Le Salon Running Loire Valley est, quant à lui, également reporté l’an prochain, du 24 au 25 septembre.

Incertitudes et manque de visibilité

Dur, dur pour les coureurs qui devaient y participer. Mais vu « la période complexe et encore pleine d’incertitude », le Comité Directeur de l’association des 20 km de Tours a dû se résoudre à décaler son événement. En effet, le manque de visibilité et le gros point d’interrogation qui plane au-dessus des rassemblements de plus de 5 000 personnes ne permettent pas d’imaginer la tenue des courses d’ici la rentrée.

A cela, il faut également ajouter, comme le précise le communiqué des organisateurs : « L’incapacité, dans ces conditions de garantir et d’assurer la sécurité et la santé de nos 12 000 coureurs, 850 bénévoles et milliers de spectateurs ».

Report ou remboursement

Les participants inscrits à l’édition 2020 seront contactés prochainement pour choisir entre le report de l’inscription pour l’édition 2021 ou le remboursement intégral du dossard.

La DNCG interdit au Tours FC de monter en National 2

Contrôlant les finances des clubs, la DNCG a rendu son verdict hier : interdiction, pour le Tours FC, de monter en National 2. Le club tourangeau va faire appel.

Un nouveau coup dur pour le club Ciel et Noir. Lundi, dans un communiqué, la DNCG (Direction Générale du Contrôle de Gestion de la Fédération Française de Football) a annoncé au Tours FC son interdiction de monter en National 2.

Sur le terrain pourtant, le club avait réalisé une bonne saison pour se sortir de National 3. Mais la DNCG en a décidé autrement après avoir épluché les comptes financiers de l’équipe tourangelle. Il faudra attendre un peu pour les raisons précises, puisque le courrier ne donne aucune autre explication.

Incompréhension

Dans les colonnes de la Nouvelle République, le directeur général du Tours FC, Cédric Chauvet, a indiqué : « Je ne peux pas dire que je comprends cette décision. Pour nous, le dossier présenté correspondait aux attentes de la DNCG. » 

Le Tours FC a contesté cette décision. Il fera appel. « J’attends avec impatience de voir les attendus de la décision. Mais j’ai l’impression que ce sont les incertitudes de formalisme. J’ai bon espoir en appel. »

Piétonnisation de la rue et de la place Châteauneuf les vendredis et samedis

Une mesure qui intervient dans le cadre de l’accompagnement par la Ville de la réouverture des bars et des restaurants.

 

La piétonnisation de la Ville continue, afin d’aider bars et restaurants (Photo archives Hugues Le Guellec)

Après la place du Grand-Marché, place à la piétonnisation du secteur Châteauneuf ! Tous les vendredis de 16 h à 2 h du matin et les samedis de 11 h à 2 h du matin, la rue et la place Châteauneuf seront réservées aux piétons. Pas de voitures !

« Il a été constaté le week-end dernier une forte affluence dans certaines rues de la Ville, ce dont nous nous réjouissions pour la reprise commerciale. Cette affluence a pu amener certains piétons à déambuler sur la chaussée, notamment sur le secteur de la rue et de la place Châteauneuf », justifie la mairie. « Afin d’écarter tout danger, il est donc décidé de piétonniser ces espaces chaque vendredi et samedi. »

La mesure prendra effet dès ce vendredi 12 juin et ce, pour tout l’été.

 

Du 10 au 12 juin, avant-premières de « Monuments hystériques » au Théâtre Olympia

Et c’est reparti au Théâtre Olympia ! La salle s’ouvre – en jauge très réduite évidemment – pour trois avant-premières exceptionnelles des Monuments hystériques de Vanasay Khamphommala.

Monuments hystériques se jouera du 10 au 12 juin (photo Marie Pétry)

C’est la bonne nouvelle qu’a annoncé le Théâtre Olympia : du 10 au 12 juin, la salle rouvre pour recommencer ses représentations ! Et cela se fera avec la création de Vanasay Khamphommala et la pièce « Monuments hystériques » (création qui aurait dû se jouer pendant le festival WET° en mars dernier). Elle sera jouée avec les comédien(ne)s de l’ensemble artistique du Théâtre Olympia.

« À mi-chemin du théâtre et de la performance, du documentaire et de la fiction, Monuments hystériques examine la manière dont nous organisons les espaces, en réponse à la manière dont, à l’inverse, ceux-ci sculptent nos imaginaires », indique l’équipe du Théâtre O, dans sa présentation.

Jauge très réduite

Attention toutefois, en raison des règles sanitaires et de la situation actuelle, la jauge sera très réduite. Le spectacle se jouera d’ailleurs en salle de répétition et le port du masque sera obligatoire.

Du 10 au 12 juin, à 19 h. Durée : 50 minutes. Tarif unique : 11 €
Les places sont en vente sur la billetterie en ligne.

Avec :
Thomas Christin
Garance Degos
Hugo Kuchel
Tamara Lipszyc
Diane Pasquet

Une partie de la Place du Grand Marché devient provisoirement piétonne

Un bout de la Place du Grand Marché va devenir piétonne jusqu’à fin octobre. La pose du matériel urbain et de la signalisation interviendra ce 5 juin.

On retourne en terrasse… Sans oublier les gestes barrières ! (Photo tmv)

La Place du Grand Marché (la fameuse « place du Monstre ») va devenir en partie piétonne pour quelques mois. Cela concerne « la contre-allée Est de la place du Grand Marché, depuis la rue de la Rôtisserie jusqu’à la rue Châteauneuf », précise la Ville de Tours.

Cette décision de la municipalité intervient dans le cadre de la réouverture des bars et restaurants et de l’extension des terrasses pour respecter les règles sanitaires.

Les terrasses des commerces situés de l’autre côté de la place (côté Ouest) s’étendent quant à eux sur le terre-plein central.

La Ville ajoute que « la pose du matériel urbain et de la signalisation impactant la circulation et permettant cette piétonnisation, ainsi que l’arrêté municipal, seront effectifs à partir du vendredi 5 juin au matin ». Cela durera jusqu’à fin octobre.

 

Don de sang : un « appel urgent à la mobilisation » est lancé

En Région Centre, les réserves sont basses, beaucoup trop basses. L’Etablissement Français du Sang (EFS) lance donc un appel au don de sang dans les six départements.

Depuis le déconfinement, les réserves sont en chute libre (Photo archives)

Les donneurs ont été nombreux, durant la crise sanitaire, à répondre présents. Mais depuis le déconfinement, leur nombre est en chute libre… alors que les besoins des patients sont toujours aussi importants.

L’Etablissement français du sang (EFS) a donc lancé un « appel urgent à la mobilisation générale ». « La situation est aujourd’hui préoccupante : les réserves de sang sont désormais en dessous du seuil d’alerte et tout indique qu’elles continuent à baisser », précise Christelle Guiral, chargée de communication de l’EFS Centre – Pays de la Loire, dans un communiqué.

Prendre rendez-vous

Les habitants de la Région Centre sont donc appelés à se rendre dans les centres en prenant rendez-vous à l’avance. Un dispositif qui permet d’une part, une meilleure prise en charge des donneurs et, d’autre part, de respecter toutes les règles sanitaires en vigueur. Les gestes barrières seront également de mise.

Il faut « faire remonter le niveau de réserve avant l’été et le maintenir jusqu’au mois de septembre », souligne également le communiqué.

Dates des prochaines collectes

  • 3 juin à Loches, espace Agnès-Sorel de 15 h à 19 h.
  • 4 juin à Monnaie, salle Raymond-Devos de 15 h à 19 h.
  • 5 juin à Chanceaux-sur-Choisille, salle des Loisirs, de 15 h à 19 h.
  • 8 juin à Richelieu, salle des fêtes de 15 h à 19 h.
  • 9 juin à Tours, péristyle de l’hôtel de ville, de 14 h 30 à 18 h 30.
  • 10 juin à Descartes, salle des fêtes de 15 h à 19 h.
  • 11 juin à Chinon, espace Rabelais de 15 h à 19 h.
  • 12 et 13 juin à la Maison du don, 2, boulevard Tonnellé à Tours (journée mondiale des donneurs de sang) de 13 h à 17 h.
  • 15 juin à Amboise, salle des fêtes théâtre, de 15 h à 19 h.
  • 16 juin à Esvres, salle des fêtes du Haut, de 15 h 30 à 19 h.
  • 17 juin à Tours, salle Athlétic Tours nord, de 15 h à 19 h.

Municipales : Christophe Bouchet et Benoist Pierre font alliance pour le second tour

Christophe Bouchet et Benoist Pierre (LREM) ont décidé de faire liste commune pour le second tour des municipales. Tours Nous Rassemble comprend seize nouveaux membres.

Ce sera donc un duel Christophe Bouchet – Emmanuel Denis ! Mardi, le maire sortant Christophe Bouchet, arrivé 2e au premier tour des municipales, a annoncé qu’il faisait liste commune avec le candidat LREM Benoist Pierre, arrivé 3e. « C’est une union naturelle, chacun avait envie », a souligné Christophe Bouchet, dans les colonnes de la Nouvelle République. 

Une nouvelle liste, composée de seize nouveaux membres, a donc été déposée en préfecture. On y retrouve notamment – et forcément – Benoist Pierre, mais aussi Céline Delagarde, Pierre Commandeur et Jean-Jacques Place. Benoist Pierre deviendrait donc premier adjoint en cas de victoire.

A noter également que l’ex-adjointe à l’éducation, Barbara Darnet-Malaquin, figure dans l’équipe : elle avait démissionné après plusieurs accrochages avec le maire, avant de rejoindre la liste LREM. 

Les résultats seront connus le 28 juin prochain, lors du second tour des municipales. Au premier tour, Emmanuel Denis, le candidat Europe Ecologie – Les Verts, était arrivé en tête (35,4%).

Tours : le 21 juin, ce sera la Fête de la musique… à la maison !

En raison de la situation actuelle, la Ville de Tours a décidé que la Fête de la musique s’inviterait… à la maison ! La municipalité lance un appel aux musiciens amateurs ou professionnels pour proposer leurs contenus qui seront diffusés le jour J sur les réseaux sociaux.

Cette année, il était compliqué d’imaginer une Fête de la musique sous sa forme habituelle, dans des rues noires de monde et bondées ! Alors la municipalité de Tours a décidé de jouer la carte du numérique. « En raison de l’épidémie du Covid-19 et des conditions sanitaires strictes liées au déconfinement, la Ville de Tours propose en effet cette année que La Fête de la Musique s’invite à la maison ! », indique-t-elle.

Ce 21 juin, ce sera donc devant son écran que l’on assistera à l’événement. « Nous avons décidé de faire un appel à participation pour cette édition », précise Nicolas Aubry, de l’équipe de coordination de la Fête de la musique et de la Direction des Affaires culturelles. « C’est ouvert à toutes et à tous, pros ou amateurs. Le but est de récolter le maximum de contenu qui sera diffusé sur nos réseaux sociaux, sur Youtube, sur la page Facebook de la Fête de la musique de Tours. »

Comment participer ?

« Il suffit de proposer un projet musical sous format numérique, en respectant les règles sanitaires et les gestes barrière », informe la Ville. Les propositions musicales peuvent être soit pré-enregistrées, soit en conditions live (en direct) le jour-J.

« Par ailleurs, nous aimerions varier les formats », ajoute Nicolas Aubry. Ainsi, les musicien(ne)s pourront laisser libre cours à leur imagination : du concert en tant que tel au clip vidéo, en passant par des master class, voire « une interview d’une personnalité du monde la musique ».

Pour participer, un formulaire à remplir a été mis en ligne sur le site de la Ville. Attention toutefois à le remplir avant le 11 juin.
« Les propositions retenues seront diffusées via les réseaux sociaux, la page Youtube et le site de la Ville de Tours le 21 juin », conclut la municipalité.

 

Aéroport de Tours : reprise des vols Ryanair dès le 1er juillet

A partir du 1er juillet, la compagnie low cost Ryanair reprendra ses vols réguliers à l’aéroport de Tours, pour Dublin, Porto, Marrakech. Avec, évidemment, les mesures sanitaires qui vont avec.

Ryanair reprend ses vols depuis Tours. (Photo archives NR)

La compagnie irlandaise Ryanair va reprendre ses vols réguliers depuis l’aéroport de Tours, à compter de ce 1er juillet 2020. Elle compte effectuer, dans un premier temps, 40 % de son programme de vol normal, « sous réserve de la levée des restrictions gouvernementales sur certaines destinations ».

Pour cet été, voici les vols qui devraient être opérés par Ryanair, au départ de Tours :
⇒ Tours – Dublin : 2 départs par semaine (lundi / jeudi)
⇒ Tours – Porto : 2 départs par semaine (mardi / samedi)
⇒ Tours – Marrakech : 1 départ par semaine (samedi)

Des normes sanitaires à respecter

En outre, le groupe Edeis – qui gère l’aéroport de Tours notamment – précise qu’il suit « au jour le jour » toutes les recommandations sanitaires des autorités. Ainsi, il y aura par exemple l’installation de façades en plexiglas pour les bornes d’enregistrement et d’embarquement. Les mesures de distanciation devront être respectées. Un nettoyage fréquent sera opéré.

Quant au masque, il sera obligatoire dans les aérogares et pendant les trajets en avion.

Tours : Réouverture d’établissements culturels à compter du 3 juin

CCCOD, Musée des Beaux-arts, Tour Charlemagne… Entre le 3 et le 5 juin, certains établissements culturels vont rouvrir leurs portes au public. Voici la liste, les horaires et les jauges.

Et c’est parti ! La Ville de Tours vient d’annoncer que différents établissements culturels allaient rouvrir leurs portes à partir du 3 juin prochain. (Attention, le port du masque peut être obligatoire pour les visites. Des points sanitaires et des circuits seront mis en place)

CCCOD

>Réouverture le 4 juin.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS

>Réouverture le 3 juin 2020 avec des horaires inchangés.
>Les visiteurs pourront voir les collections habituelles ainsi que l’exposition « Exhibition ! Calme, nature et volupté », du 10 juillet au 20 octobre 2020.
>Des médiations d’été se dérouleront du 6 juillet au 30 août.
>Jauge de 100 visiteurs maximum.

CHÂTEAU DE TOURS

>Réouverture le 3 juin avec horaires inchangés.
>Les visiteurs pourront voir les expositions suivantes : René-Jacques du Jeu de Paume, Claude Le Poitevin, Jorge Carrasco, Alix Le Méléder.
>Jauge de 70 visiteurs maximum.
>Visites guidées à 9 personnes maximum, équipées de masques.

MUSÉE DU COMPAGNONNAGE

>Réouverture le 3 juin avec des horaires modifiés : tous les jours sauf le mardi, 9 h – 12 h / 14 h – 17 h 30 au lieu de 9 h – 12 h 30 / 14 h – 18 h (tous les jours à partir du 15 juin).
>Les visiteurs pourront voir les collections habituelles.
>Jauge de 25 visiteurs maximum.

ABBAYE DE MARMOUTIER

>Visites guidées possibles sur réservation obligatoire auprès de l’Office de Tourisme, les vendredis 5 et 19 juin à 14 h 30. Jauge : 9 personnes.
>Visites libres les dimanches 7 et 14 juin, de 15 h à 18 h avec une jauge limitée à 30 personnes.

TOUR CHARLEMAGNE

>Visites guidées pour le public individuel et pour les familles et les amis début juin. Une date va prochainement être annoncée.
>Jauge limitée à 8 personnes avec réservation obligatoire.

LE MUSEUM

>Réouverture en septembre 2020 pour cause de travaux.

Covid-19 : le CHU prêt aux tests massifs grâce à sa nouvelle machine

Grâce à une nouvelle machine, le CHU de Tours peut désormais analyser 2 000 tests respiratoires. De quoi permettre d’affronter la situation en cas d’éventuels nouveaux foyers de contamination.

La machine peut analyser 2 O00 tests par jour. (Photo NR Julien Pruvost)

Son petit nom, c’est MGISP 960. Cette machine, importée de Chine, a débarqué au CHU de Tours et grâce à elle, l’hôpital peut désormais analyser 2 000 tests respiratoires par jour ! Jusqu’à maintenant, le laboratoire de virologie était capable d’en traiter… 400 quotidiennement.

Cet équipement de pointe permet au CHU de Bretonneau d’être préparé si la situation l’exige, en cas d’explosion des nouveaux cas positifs liés au déconfinement et de nouveaux foyers de contamination.

Une technologie de pointe

La plateforme met en oeuvre une technique de biologie moléculaire haut-débit. Grâce au procédé d’automatisation, l’analyse est plus rapide et on limite les erreurs. Elle permet alors une analyse des tests en 5 heures. Les résultats arriveront ensuite en 24 h. Normalement, cet équipement doit rester en configuration jusqu’à la fin du mois de juin. Mais il pourra être réactivé suivant l’évolution de l’épidémie et reste déployable sur deux ans.

Même si cette machine a été offerte par l’Etat (la France en a reçu 21 exemplaires), l’hôpital a dû investir 300 000 € pour les travaux, le matériel, les logiciels.

Le Théâtre Olympia dévoilera sa saison prochaine fin juin

Le Théâtre Olympia de Tours doit révéler sa saison le 27 juin prochain. Tout au long du mois, les répétitions devraient également reprendre pour certaines créations.

Le Théâtre Olympia, CDNT, a hâte de rouvrir ses portes. (Photo tmv)

Les amoureux/ses du Théâtre Olympia l’avaient laissé le cœur lourd avant la fermeture et le confinement. Puis avaient pu le retrouver avec plaisir et hors les murs grâce aux multiples initiatives spéciales « confinement », distillées tout du long, comme #Dramareve (à lire ICI), les captations ou les lectures au téléphone…

Cette fois, le Théâtre O se projette : « Sans savoir précisément quand nous pourrons rouvrir nos portes, nous traçons désormais les chemins qui nous permettront de nous rapprocher, et de vous retrouver physiquement, avec une attention particulière à la santé de tous », précise Jacques Vincey, à la tête du CDNT, dans sa newsletter.

Saison dévoilée le 27 juin

Ainsi, c’est le 27 juin que l’équipe révélera et dévoilera la saison prochaine. Jacques Vincey précise bien être conscient « qu’elle sera peut-être impactée par les aléas dont nous ne pouvons mesurer l’ampleur, ni la nature exacte ». Mais, rajoute-t-il, « plutôt que de jouer les Cassandre, nous faisons le pari du possible ».

L’équipe travaille en ce moment sur la forme virtuelle que prendra cette présentation, celle-ci ne pouvant évidemment pas se faire avec un public en face, comme à son habitude. Quant à la brochure, elle devrait être mise en ligne. Les exemplaires papiers seront distribués en boîtes aux lettres, au cours de l’été.

Il n’y aura pas d’abonnements proposés en début de saison, « mais des réservations spectacle par spectacle un mois avant leur présentation ».

Reprise et projets

Dans sa lettre, Jacques Vincey et l’équipe du Théâtre O indiquent également que les répétitions du spectacle « Monuments hystériques » reprendront début juin. Celles-ci avaient été interrompues à la mi-mars. Une création est prévue pour mi-septembre.

« Si les conditions sanitaires nous le permettent, nous envisageons à partir de mi-juin des lectures journalières dans l’espace public : douze étapes pour une traversée commune d’un chef-d’œuvre de la littérature », est-il aussi précisé.

Enfin, le 20 août, Jacques Vincey débutera les répétitions de sa nouvelle création, « Les Serpents », de Marie NDiaye. La première est prévue le 29 septembre !

Tours : réouverture de la Bibliothèque et des médiathèques le 2 juin

La Bibliothèque Centrale et les médiathèques François-Mitterrand et Fontaines rouvrent bientôt. Mais les procédures de prêts et de retours ont changé, crise sanitaire oblige.

La bibliothèque de Tours va pouvoir rouvrir. (Photo archives NR)

C’est ce 2 juin que la Bibliothèque centrale de Tours et les médiathèques François-Mitterrand et Fontaines rouvriront.

Seulement voilà, en raison de la situation sanitaire actuelle et de la crise du Covid-19, les services ont dû s’adapter et ont repensé les procédures de retours et de prêts (sur rendez-vous). Désormais, les bibliothécaires mettent notamment les documents rendus en quarantaine pendant 10 jours avant de les ranger.

Réservez empruntez : le mode d’emploi

A compter de ce 2 juin 2020 :

→ Ce que les lecteurs peuvent emprunter :

Livres, CD, livres audio, DVD, etc. La durée des prêts est doublée. « Par exemple, il sera possible d’emprunter 5 livres, 5 CD, 3 livres audio, 2 DVD fiction et 2 DVD documentaires, pour 8 semaines », précisent les services dans un communiqué.

→ Qui peut emprunter ?

Peuvent emprunter : les lecteurs inscrits à la Bibliothèque municipale de Tours, y compris les nouveaux abonnés (il est possible de s’inscrire sur place en apportant son stylo, un sac, une pièce d’identité ; ou bien par téléphone pour les personnes bénéficiant de la gratuité).

→ Comment réserver ?

Il est possible de le faire via le compte lecteur sur le site www.bm-tours.fr, ou par téléphone (Bibliothèque centrale au 02 47 05 47 33 / Médiathèque François-Mitterrand au 02 47 54 30 42 / Médiathèque des Fontaines au 02 47 74 56 30).

→ Et pour le retrait des commandes ?

« Les documents réservés sont « pré-prêtés » sur la carte du lecteur dès le traitement de sa demande », indiquent les services de la Bibliothèque. En précisant : « La commande est prête le lendemain de la réservation, et conservée pendant 48 h ». Au-delà, les documents sont remis en circulation.

> Ouverture du mardi au samedi, de 14 h à 18 h. Le port du masque est recommandé. Des bibliothécaires médiateurs veilleront aux distances de sécurité. 

 

Des commerçants refusent le paiement en liquide, ce qui est illégal

Par crainte du virus et de contagion, certains commerçants en Indre-et-Loire, notamment à Tours, refusent le paiement en espèces. Mais d’après la loi, ce n’est pas permis, rappelle l’association de consommateurs CLCV37.

(Photo archives NR Jérôme Dutac)

C’est l’association de consommateurs de Touraine CLCV37 qui a donné l’alerte. « Nombre de personnes nous ont signalé avoir été confrontées à un refus de paiement en argent liquide chez un commerçant qui invoquait le risque de contagion par la manipulation des pièces et des billets », indique-t-elle.

Sauf que cela est… illégal ! La CLCV37 précise que le paiement en espèces « est le seul moyen de paiement que le commerçant est dans l’obligation d’accepter ». S’il refuse, il est passible d’une amende de 150 €. « Par ailleurs, cette attitude pourrait être qualifiée de « refus de vente » qui
est une pratique interdite par le Code de la consommation », ajoute l’association de consommateurs.

Privilégier la carte bancaire rassure les commerçants

Mais certains commerçants tourangeaux préfèrent refuser le paiement en espèces et imposer le paiement par carte bancaire. Nos confrères de France Bleu Touraine citent notamment l’exemple, rapporté par la CLCV37, d’un pharmacien au centre de Tours qui a refusé un paiement en liquide de 10 € et un commerce alimentaire qui a refusé les 5 € en liquide d’une femme de 91 ans.

En ayant fait un petit tour en ville, nous avons bien constaté que nombreux sont ceux qui privilégient le paiement par carte bancaire (et si possible, avec le sans contact). Interrogé par TMV, un commerçant situé près de la rue Nationale confie qu’il favorise effectivement ce mode de paiement : « La crise sanitaire nous a tous tellement perturbés et inquiétés… C’est vrai, je préfère que mes clients ne paient pas avec de la monnaie ou un billet qui a traîné je ne sais où… C’est un excès de précaution, ça me rassure, ça rassure mes salariés. On pense toujours à la transmission du virus, à  notre santé. »

Refus possible : les exceptions

La CLCV37 rappelle toutefois que le commerçant peut parfois refuser le paiement en liquide dans certains cas précis. Par exemple, s’il n’a pas assez de monnaie à rendre, si le consommateur paie avec plus de 50 pièces, si le billet est trop abîmé ou suspecté d’être faux, etc.

La CLCV37 précise que les personnes qui ont rencontré ou rencontreraient ce problème peuvent le signaler à cette adresse :
CLCV Touraine
1 Avenue Michelin
37 200 Tours
Ou au : 02 47 72 71 69
Ou par mail : accueil@clcv-touraine.org

A Tours, distribution des masques pour les plus de 11 ans dès le 18 mai

Suite et fin de la distribution des masques par la Ville de Tours. Dès le 18 mai, finies les restrictions d’âge (personnes âgées, vulnérables, seniors, etc.), tous les habitants de plus de 11 ans pourront récupérer le leur.

La distribution se fera sur dix sites. Notamment au Grand Théâtre (Photo NR)

Après la distribution de masques aux plus de 65 ans, aux personnes vulnérables, à la tranche d’âge 50-65 ans et aux abonné(e)s Fil Bleu, la Ville distribuera à tous les habitants de plus de 11 ans un masque en tissu, à compter de ce lundi 18 mai.

Pour récupérer le sien, il faudra se munir d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile. Il est également possible de retirer un
masque pour son conjoint et ses enfants de plus de 11 ans sur présentation du livret de famille.

Attention toutefois, les personnes ayant déjà bénéficié d’un masque de la Ville ne pourront en récupérer un deuxième.

Où aller chercher son masque ?

Dix sites distribueront les masques en Ville.
Pour Tours Nord : gymnase Choiseul, Halle Monconseil, Médiathèque François-Mitterrand

Pour Tours centre : Grand Théâtre, Château de Tours, Centre municipal des sports, Maison des associations du Sanitas, Espace Rabelais

Pour Tours Sud : Salle Toulouse-Lautrec, Salle familiale des Fontaines

Heures d’ouverture

La distribution aura lieu : le lundi 18 mai et le mardi 19 mai de 8 h à 14 h. Le mercredi 20 mai de 8 h à 14 h, avec ouverture exceptionnelle de 8 h à 20 h à la halle Monconseil, au Grand théâtre, au Centre municipal des sports et à la salle familiale des Fontaines, suite aux remontées de certains habitants se plaignant des horaires compliqués. Enfin, le lundi 25 mai, mardi 26 mai, de 8 h à 14 h.

 

Tours : attention, le stationnement redevient payant le 25 mai

Le déconfinement avance et le centre sature, prévient le maire. Fini, le stationnement gratuit. Il redevient donc payant à compter du lundi 25 mai.

L’annonce a été faite par le maire Christophe Bouchet. A compter du lundi 25 mai, le stationnement redeviendra payant dans la Ville de Tours. Celui-ci était gratuit depuis le confinement.

« Le déconfinement avance, le centre commence à saturer, les voitures-ventouse à s’installer », a argué Christophe Bouchet dans une vidéo publiée sur Facebook.

Des petites étiquettes devraient être apposées sur les voitures la semaine prochaine pour prévenir les automobilistes et riverains. « Pour que personne ne soit pris en traître », avance le maire.

Le 25 mai, toutes les zones qui étaient payantes le redeviendront. Des contrôles seront effectués.

 

 

Aucard de Tours : le festival annonce une nouvelle date pour septembre 2020

Le festival Aucard de Tours a annoncé qu’il organiserait finalement son édition du 17 au 20 septembre. Ces nouvelles dates restent toutefois fragiles, comme l’annonce l’organisation, vu la situation actuelle.

 

« Aucard revient du 17 au 20 septembre 2020, en mode couteau entre les dents mais avec un masque par dessus quand même. » C’est par ces mots que le festival tourangeau a annoncé son retour, après sa récente annulation en raison de la crise sanitaire (il devait se tenir en juin, NDLR).

Evidemment, l’équipe organisatrice est bien consciente de la difficulté « de se projeter » et que « ces dates restent fragiles », vu le flou qui entoure encore le monde culturel et celui des concerts et festivals.

« Ces dates sont nos seules chances de réussir à faire un Aucard en 2020. Nous avons dû composer avec de nouvelles contraintes : le festival n’aura lieu que sur quatre jours au lieu de cinq, nous ne pourrons pas proposer les apérocks cette année, le spectacle enfant est compromis ainsi que les spectacles d’arts de rues … », ajoute Aucard, dans un post publié sur Facebook.

« Mais en dehors de ça nous avons le souhait de faire un Aucard comme on l’aime : fou, intense, potache et critique. Si les conditions permettent sa tenue en septembre, on pense qu’on en aura tous extrêmement besoin. »

Et la programmation ?

Les organisateurs assurent travailler à reprogrammer au maximum les artistes qui devaient jouer en juin (à lire juste ici). Plus de 70 % d’entre eux ont visiblement déjà donné leur accord. La situation est plus délicate pour les groupes venant de l’étranger.

Une première annonce devrait avoir lieu dans quelques semaines.

 

Tours : la Ville va distribuer des masques aux abonnés Fil bleu et aux détenteurs de la carte Liberté

Jusqu’au 20 mai, la Ville de Tours distribuera un masque en tissu aux abonnés Fil Bleu et détenteurs de la carte Liberté, âgés de 11 à 50 ans.

Dès demain, jeudi 14 mai, la Ville de Tours a annoncé qu’elle distribuerait « un masque en tissu aux abonnés Fil Bleu et détenteurs de la carte Liberté, âgés de 11 à 50 ans ». Il sera possible d’en récupérer jusqu’au 20 mai, en se rendant sur l’un de ces dix sites :

Tours nord : Gymnase Choiseul, Halle Monconseil, Médiathèque François- Mitterrand

Tours centre : Château de Tours, Grand Théâtre, Centre Municipal des Sports, Maison des associations, Espace Rabelais 

Tours sud : Salle Toulouse-Lautrec, Salle familiale des Fontaines

Pensez à vos justificatifs !

La distribution aura lieu le jeudi, vendredi, lundi, mardi et mercredi, de 8 h à 14 h. « Les habitants de plus de 50 ans doivent présenter une carte d’identité et un justificatif de domicile. Il est possible de retirer un masque pour son conjoint ou un voisin avec leurs justificatifs », précise, dans un communiqué, la municipalité.

Les abonnés Fil bleu, âgés de 18 à 50 ans, devront présenter une carte d’identité, un justificatif de domicile et la carte d’abonnement ou carte Liberté Fil Bleu. « Il est possible de retirer un masque pour son conjoint et ses enfants (à partir de 11 ans) avec leur carte Fil Bleu et un livret de famille ». 

Dès le 25 mai pour les autres publics

Si la distribution pour les populations âgées et/ou fragiles a déjà commencé depuis plusieurs jours, nombreux sont ceux qui, sur les réseaux sociaux, s’impatientaient concernant les masques donnés aux moins de 50 ans.

La mairie apporte aujourd’hui une réponse : « La distribution des masques aux autres publics s’effectuera à partir du 25 mai. »  Les horaires seront précisés ultérieurement. 

 

Indre-et-Loire : la semaine de déconfinement en chiffres

#Déconfinement Rentrée scolaire, verbalisations, réouverture de châteaux, Covid-19, impôts… On commence cette première semaine de déconfinement en chiffres.

1 300

Le nombre d’élèves qui vont faire leur rentrée scolaire ce jeudi 14 mai à Tours (sur 9 500 en temps normal). Les 58 écoles de la Ville sont en train de peaufiner le protocole nécessaire pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions de sécurité.

7

A Tours, cette semaine, il y aura en moyenne 7 enfants par classe. La pré-rentrée des professeurs a eu lieu, quant à elle, lundi.

123

Le nombre d’enfants accueillis en crèche ce jeudi 14 mai à Tours. Les effectifs sont réduits et 142 professionnels seront là pour les accueillir, sur 9 sites.

4 %

Le pourcentage des contrôles qui ont abouti à une verbalisation en Indre-et-Loire, durant le confinement. La Préfecture a indiqué que le département avait plutôt respecté les règles, globalement.

(Photo archives confinement TMV)

16

Le nombre de verbalisations dressées en Indre-et-Loire le dimanche 10 mai, la veille du déconfinement. Neuf étaient la conséquence de rassemblements dans des quartiers dits « sensibles » par la Préfecture.

45

Le nombre de salariés de la Caisse primaire d’assurance maladie actuellement formées pour assurer le suivi des personnes testées positives au Covid-19 dans le département. Ces « brigades sanitaires » sont disponibles et opérationnelles depuis ce mercredi 13 mai.

135

Dans le département, et à la date du 13 mai, le nombre de patients encore hospitalisés. C’est 6 de moins en 24 h. Dix-sept sont encore en réanimation.

71

Au 13 mai, on compte 71 décès en hôpital au total (+2 en 24 h), en Indre-et-Loire, et 41 en Ehpad (+1).

255

C’est le nombre de personnes guéries et rentrées à domicile dans notre département, à la date du 13 mai. Au niveau de la Région, au total, 1 484 patients ont pu rentrer chez eux.

16 mai

C’est la date de réouverture du château de Villandry comme l’a annoncé le site touristique sur sa page Facebook. Celui d’Amboise ouvrira ses portes le 20 mai. Le 1er juin, ce sera au tour de la Cité Royale de Loches.

 

Le Château de Villandry et ses jardins (Photo tmv)

680 000

La Conseil départemental du Loiret a commandé la fabrication de 680 000 masques en tissu. Soit un par habitant.

8 juin

C’est la nouvelle date limite de dépôt de déclaration d’impôts en ligne. Pour les contribuables qui préfèrent la version papier, ils ont jusqu’au 12 juin.

Déconfinement : le point sur les transports à Tours

Ce lundi 11 mai, Tours – comme toute la France – entre dans sa première phase de déconfinement. On fait le point sur la reprise des transports.

1) Transports en commun / Fil Bleu

A partir du 11 mai, Fil Bleu fournira « un service de transport adapté aux besoins de mobilité du bassin métropolitain ». Différentes mesures ont toutefois été mises en place :

-Port du masque obligatoire pour les voyageurs de plus de 11 ans (risque d’amende à 135 €)
-Les véhicules seront désinfectés quotidiennement (bus et tram)
-Les trajets en heures de pointe (7 h à 9 h / 16 h à 19 h) doivent être réservés « aux  déplacements impératifs liés au travail ou aux besoins de soin ».
-Respect de la distanciation physique. Un marquage au sol a été réalisé.
-Le réseau sera en service de 5 h 45 à 22 h 30 jusqu’au 10 juillet inclus.
-L’offre de tramway devrait reprendre son niveau optimal (fréquence : 7 minutes) à partir du 18 mai.
-Réouverture des parkings-relais à compter de ce lundi 11 mai. Le paiement par carte bleue doit être privilégié.
-Pour les abonné(e)s Fil Bleu en prélèvement automatique, les abonnements d’avril n’ont pas été prélevés et ceux de mai l’ont été à 50 %.

2) Stationnement

-Le stationnement en surface dans toute la ville de Tours sera gratuit jusqu’au 31 mai, comme l’a annoncé le maire Christophe Bouchet.

3) Service Velociti

-Reprise du service Velociti à partir de 10 h, ce lundi 11 mai, à l’Accueil vélo et rando, boulevard Heurteloup. Ouverture du lundi au samedi. Le pôle technique est quant à lui ouvert, rue de la Vendée, du mardi au samedi.
-Infos : Pôle Velociti au 02 47 33 17 99 ou velociti@mobilites-touraine.fr ou pôle technique au 02 47 61 22 23.

4) Vélo

-La Ville de Tours a décidé de « favoriser les modes doux à partir du 11 mai ». Un plan Vélo doit être mis en place progressivement, avec notamment un réseau de 60 km de pistes cyclables transitoires.
-Le collectif Cycliste 37 (CC37) ont fait part de leurs propositions « pour réussir l’après-confinement en favorisant les modes actifs que sont la marche et la vélo ». Leur plan, baptisé « Tous à pied et à vélo ! », propose par exemple la création d’espace sécurisés pour les piétons d’une part et les cyclistes de l’autre, l’augmentation de l’offre stationnement vélo ou encore la communication positive pour inciter à la marche et au vélo.

Ce qu’on pourra faire à partir du 11 mai en Touraine

La préfète d’Indre-et-Loire a donné de nouvelles informations concernant le déconfinement dans le département. Une trentaine de sites touristiques pourront d’ailleurs rouvrir.

Balades, forêts et parcs

-C’est un ouf de soulagement pour beaucoup : à partir de lundi 11 mai, il sera possible de se balader en bords de Loire ou arpenter les berges de l’Indre, du Cher et de la Vienne. Toujours dans le respect des gestes barrières et de distanciation sociale. Se promener en forêt est également possible.

-L’Indre-et-Loire étant classée « verte », les parcs et jardins seront également ouverts. Attention toutefois, il est interdit de se rassembler à plus de 10 personnes.

-Les plages et lacs sont pour l’heure interdits.

Commerces et marchés

-Les commerces, hors bars et restaurants, vont pouvoir rouvrir leurs portes à partir de lundi 11 mai. Tout comme les grandes surfaces et zones commerciales.

-A Tours, au centre-ville, les commerces alimentaires pourront rester ouverts jusqu’à 22 h.

Les commerces vont enfin pouvoir rouvrir (photo archives tmv)

« La règle était l’interdiction avec dérogation pour ouverture, désormais elle est inversée, la règle est l’ouverture avec dérogation de fermeture en cas de non-respect des règles sanitaires de protection », a indiqué la préfète d’Indre-et-Loire, Corinne Orzechowski.

-Tous les marchés rouvriront, mais les maires devront s’assurer que les gestes barrières sont respectés, tout comme la distanciation sociale.

Déplacements

-Les déplacements seront désormais autorisés sans attestation à remplir au préalable et ce, dans un rayon de 100 km.

Si vous devez sortir de cette zone des 100 km, il vous faudra une nouvelle attestation disponible à partir de lundi qui stipulera que vous vous déplacez pour raison familiale impérieuse ou professionnelle. Des contrôles routiers devraient avoir lieu.

-Vous pourrez également vous remettre aux pratiques sportives en extérieur. Fini, le rayon d’un kilomètre (et la durée d’une heure maximale). Attention toutefois, il faudra continuer à respecter les gestes barrières si vous êtes plusieurs, rester espacés les uns des autres. Les salles de sport ne rouvriront pas encore. Les sports de contact sont interdits.

(Photo Adobe Stock illustration)

Lieux culturels

-Les petits musées, médiathèques et bibliothèques peuvent maintenant rouvrir leurs portes. Il faudra cependant attendre quelque peu, le temps que ces lieux relancent la machine. Le CCCOD, à Tours, envisage par exemple une réouverture le 3 juin. Les Beaux-Arts et le Musée du compagnonnage devraient suivre le même exemple.

-Les bibliothèques tourangelles semblaient également parties pour reprendre début juin. Il faut notamment désinfecter tous les ouvrages qui étaient prêtés.

Transports

-Au ralenti jusqu’à maintenant, Fil Bleu va étoffer son offre. Le trafic va reprendre un peu d’importance, mais il faudra respecter des règles de sécurité.

-Le port du masque sera ainsi obligatoire pour toute personne de plus de 11 ans. Les agents Fil Bleu en porteront également. Vous risquez une amende de 135 € si vous n’en portez pas.

-Les trajets en heure de pointe, de 7 h à 9 h, et de 16 h à 19 h, devront être réservés aux déplacements professionnels ou pour motifs impérieux.

-Du 11 mai au 10 juillet, le réseau fonctionnera de 5 h 45 à 22 h 30.

Lieux touristiques et patrimoniaux : une trentaine de site ouverts

Voici la liste des sites qui vont pouvoir rouvrir à partir du 11 mai. D’autres devraient suivre s’ils en font la demande à la préfecture et signer un protocole particulier :

Château du Clos Lucé – Parc Leonardo da Vinci, à Amboise

Château royal d’Amboise

Château de l’lslette, à Azay-le-Rideau

Musée Maurice-Dufresne, à Azay-le-Rideau

Vallée troglodytique des Goupillières

Cave de la Dive Bouteille, à Bourgueil

Domaine royal de Château Gaillard, à Amboise

Pagode de Chanteloup, à Amboise

Parc Mini-Châteaux -Val de Loire, à Amboise

Réserve de Beaumarchais – Les grands gibiers d’élevage en Safari Train, à Autrèche

Château de Montpoupon, à Céré-la-Ronde

Château de Valmer – Vins et Jardins, à Chançay

Clic’Lac parc aventure, à Chemillé-sur-Indrois

Château de Chenonceau

Forteresse royale de Chinon

Château de Champchevrier, à Cléré-les-Pins

Château de Gizeux

Château de La Guerche

Prieuré Saint-Cosme, demeure de Ronsard, à La Riche

Cité royale de Loches

Grand Aquarium de Touraine, à Lussault-sur-Loire

Forteresse de Montbazon

Château de la Bourdaisière, à Montlouis-sur-Loire

Château de Montrésor

Domaine de Candé, à Monts

Château et parc de Langeais

Musée de la Préhistoire du Grand-Pressigny

Musée Rabelais – La Devinière, à Seuilly

Château et jardins du Rivau, à Lémeré

Carrière troglodytique de Vignemont, à Loches

Cave de la Sibylle, à Panzoult

Château d’Ussé, à Rigny-Ussé

Musée Balzac, château de Saché

Saint Benoit Aventure, à Saint-Benoît-la-Forêt

Grottes pétrifiantes de Savonnières-Villandry

Gadawi Park Tours-Nord

Château et jardins de Villandry

Château de Jallanges, à Vernou-sur-Brenne.

 

Déconfinement : le département de l’Indre-et-Loire vire au vert

Edouard Philippe et Olivier Véran ont présenté, ce jeudi 7 mai, la carte de déconfinement qui doit intervenir à partir du 11 mai. La Touraine passe de la couleur orange à verte.

 

(Photo capture d’écran France 2 – direct)

C’était l’une des annonces les plus attendues de cette semaine. A partir du lundi 11 mai, le déconfinement progressif se fera en France. Au niveau départemental, l’Indre-et-Loire, qui était jusqu’alors en couleur orange, a viré au vert.

Le déconfinement sera donc moins strict que d’autres départements français. Tous les départements des quatre régions que sont les Hauts-de-France, le Grand Est, l’Île de France et la Bourgogne Franche-Comté restent en rouge. Mayotte également.

Des changements pour juin ?

Edouard Philippe a précisé : « Si les départements se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons, au tout début du mois de juin, envisager une nouvelle étape de déconfinement. Avec peut-être l’ouverture des lycées, des cafés, des restaurants. Bien sûr, dans la mesure où les conditions sanitaires le permettraient. »

Olivier Véran a, bien évidemment, tenu à rappeler les risques qui peuvent se profiler : « L’épidémie est évolutive et la vérité d’un jour peut ne pas être celle du lendemain. J’en appelle donc à ce qui ne fera jamais l’objet d’une attestation, d’aucune justification, d’aucune règle : c’est bien l’esprit de responsabilité de chacun pour le bien de tous. »

Tours : réouverture des écoles le 14 mai pour les grandes sections, CP et CM2

La Ville de Tours vient d’annoncer la réouverture des écoles primaires et maternelles pour le 14 mai. Sont concernées les classes de grande section, CP et CM2 dans un premier temps.

C’est après discussion et accord avec l’Education nationale que la Ville de Tours a décidé de la réouverture de ses écoles le 14 mai prochain.

Cela concerne les écoles maternelles (grande section) et les écoles primaires (CP et CM2).

« Par ailleurs, les crèches ouvriront également à effectifs réduits à cette date. Les modalités d’accueil, de prise en charge et de restauration seront diffusées avant la fin de la semaine », précise la municipalité.

Masques : distribution à Tours pour les 50-64 ans dès le 5 mai

La distribution de masques aux plus de 65 ans, à Tours, a déjà commencé. Dès demain, mardi 5 mai, ce sera au tour des 50 – 64 ans. Pour les moins de 50 ans, elle se fera « dans un second temps ».

(Photo archives NR)

La municipalité vient d’annoncer la poursuite de son plan de distribution de masques à la population tourangelle. Après avoir commencé par les plus de 65 ans, elle va désormais s’occuper de la tranche 50-64 ans.

A partir du 5 mai, la distribution « s’effectuera selon deux canaux principaux », indique la mairie :

  • Du 5 au 11 mai, par les bailleurs sociaux Ligeris et Tours Habitat, via une diffusion dans les boîtes aux lettres des locataires (« y compris aux non-inscrits sur liste électorale »).
  • Du 7 au 15 mai, par la Ville de Tours, sur dix sites :

– Au nord : Gymnase Choiseul, Halle Monconseil, Médiathèque François-Mitterrand
– Au centre : Château de Tours, Grand Théâtre, Centre Municipal des Sports, Maison des associations, Gymnase Rabelais
– Au sud : Salle Toulouse Lautrec (Rives du Cher) et Salle familiale des Fontaines.

La Ville précise les jours et horaires : jeudi 7 mai ; mardi 12 mai, mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15 mai, de 8 h à 14 h.

Il faudra toutefois présenter une carte d’identité et un justificatif de domicile (si vous n’êtes pas inscrits sur liste électorale). « Les habitants peuvent venir avec les justificatifs de leur conjoint ou voisins », souligne le communiqué.

Un peu plus tard pour les moins de 50 ans

Si le choix du site de distribution est libre, la mairie préconise cependant aux personnes de de ne pas toutes venir le 7 mai.

Quant à la distribution des masques aux moins de 50 ans, « elle s’effectuera dans second temps ».

Les masques en tissu de la Ville de Tours sont en tissu, à plis et sans coutures, selon les recommandations de l’AFNOR – 100% coton et lavable à 60°C.

Indre-et-Loire : la huitième semaine en chiffres

#Confinement Somme récoltée pour le CHU de Tours par une course virtuelle, nombre de personnes guéries et de cas en réanimation, surpopulation carcérale ou encore gel hydroalcoolique, on commence cette dernière (?) semaine de confinement en chiffres.

17 899 € (mise à jour le 4/05 14 h 30)

La somme récoltée par Tou(r)s en course et qui sera reversée au Fonds de dotation du CHU de Tours. Du 1er au 3 mai, cette « course virtuelle » a fait participer près de 2 000 coureurs qui devaient parcourir 5 km sur route (dans le rayon obligatoire d’un kilomètre bien sûr), sur tapis ou même dans leur jardin.

Il s’agissait de s’inscrire sur Internet (6 €), ensuite de prendre en capture d’écran son chrono et son parcours (pour prouver de la tenue des 5 km) et rajouter une petite photo et un mot doux pour les soignant(e)s.

Ces plus de 17 000 € serviront à la recherche d’un essai clinique du CHU de Tours dans la lutte contre le Covid-19.

 

(Photo Facebook Tours en course)

7/05

Cette semaine, c’est le 7 mai que l’on saura si l’Indre-et-Loire vire au vert ou passe au rouge, en vue du sas de déconfinement prévu le 11 mai. Ce lundi 4 mai, le département est toujours en orange.

29

Le nombre de personnes qui restent hospitalisées en réanimation dans le département, à cette date (article rédigé lundi 4 mai). Ils sont 116 dans toute la Région Centre.

1 232

Le nombre de personnes sorties guéries et rentrées à domicile, au total, dans toute la Région Centre. Au niveau de l’Indre-et-Loire, on compte 212 personnes rentrées chez elles guéries.

99

Le nombre de décès liés au Covid-19 en Indre-et-Loire, à cette date également. On compte 59 décès en milieu hospitalier (aucun supplémentaire depuis la veille) et 40 en Ehpad.

2 000

En litres, la quantité de gel hydroalcoolique qui sera livré par le Conseil départemental aux maires d’Indre-et-Loire à destination de tous les personnels enseignants ou non, des groupes scolaires communaux.

1 800

Le nombre de masques qui sont distribués ce lundi 4 mai aux 300 avocat(e)s du Barreau de Tours.

160 %

Le taux de surpopulation carcérale à la maison d’arrêt de Tours, fin avril. Le chiffre est en baisse par rapport au début du confinement. Il y a eu baisse des incarcérations et accélération de certaines libérations suite à l’ordonnance prise dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

182 km/h

C’est à cette vitesse qu’un automobiliste, en état d’ivresse, circulait sur la rocade de Tours, celle-ci étant limitée à… 90 km/h. « Pendant que certains sauvent des vies, d’autres ont des comportements inqualifiables », a écrit la gendarmerie d’Indre-et-Loire sur son compte Facebook.

A.G.

Confinement : les 6 infos positives à se mettre sous la dent #5

En Touraine, dans le monde, ou en France, petite revue de presse des bonnes nouvelles, dans une période pas franchement très souriante…

Tours : Toukan Toukän sort un clip participatif et « girl power »

Et c’est reparti pour un tour avec les Tourangeaux de Toukan Toukän ! Le duo a sorti un clip participatif (et de confinement bien sûr) pour leur morceau Take Control. Pour votre dose de « girl power » (et de pop bien énergique), c’est à voir ici :

Le stationnement à Tours gratuit jusqu’à la fin du mois

Il était gratuit depuis le début du confinement. Le stationnement le sera encore tout le mois de mai, comme l’a annoncé le maire de Tours, Christophe Bouchet, dans une vidéo. « On va permettre à la vie de se relancer dans la cité », a déclaré l’édile. En revanche, c’est une mesure provisoire. Le stationnement redeviendra payant dès le mois de juin.

Indre-et-Loire : baisse du nombre de cas en réanimation

A ce jour (article rédigé le 30/04), on compte 33 cas en réanimation dans le département. Un chiffre en baisse. Le nombre de personnes guéries et rentrées à domicile (près de 200) continue, lui, d’augmenter.

Corée du Sud : pour la première fois, aucun nouveau cas enregistré

Dans le monde, on retient le cas de la Corée du Sud qui, ce jeudi, a annoncé n’avoir enregistré aucun cas de transmission du coronavirus. Et ce, pour la première fois, depuis que la maladie est apparue dans ce pays il y a 70 jours.

Le Hellfest récolte plus de 75 000 € pour le CHU de Nantes

On vous en parlait il y a quelques jours (à lire juste ici), le festival de metal Hellfest a décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne à destination du Fonds de dotation du CHU de Nantes pour les soutenir. Une vingtaine de jours plus tard, 75 500 € ont été récoltés !

Par ailleurs, le Hellfest a également lancé, aujourd’hui, la vente de masques barrières aux couleurs du festival. Plus de 10 000 ont déjà été vendus, sachant que le pack de 3 masques coûte 15 €. Les bénéfices seront reversés à ce même fonds de dotation du CHU.

Protège ton soignant : quand les artistes se mobilisent

Booba, Orelsan, BigFlo & Oli, Soprano, Vladimir Cauchemar… La liste des artistes soutenant l’association Protège ton soignant ne cesse de s’allonger. Le projet consiste à offrir des objets personnels pour une grande tombola Stars Solidaires qui se poursuivra jusqu’au 8 mai.

Vous pouvez par exemple remporter une journée avec le musicien M, un maillot dédicacé de Zinedine Zidane, une journée de tournage avec Guillaume Canet, des vêtements signés de Joey Starr et d’autres lots, tout en faisant une bonne action.

> A découvrir sur le site Stars Solidaires

 

 

Tours : 30 000 bons d’achat de 50 € pour relancer le commerce

Le plan Etincelle a été annoncé par la Ville de Tours. La municipalité veut distribuer 30 000 bons d’achat social et solidaire de 50 €, à utiliser dans les commerces indépendants, aux personnes qui ont été « en première ligne » durant le confinement et à ceux qui en ont le plus besoin.

Le bon sera utilisable dans les commerces participant à l’opération. (Photo archives tmv)

« Le but est de faire repartir le commerce local, le commerce qui est un des facteurs du rayonnement de la Ville. » C’est en ces mots que le maire Christophe Bouchet a annoncé le plan Etincelle, lors d’une conférence de presse.

La municipalité a donc décidé de proposer 30 000 bons d’achat « social et solidaire de 50 € » qui devront être consommés entre le 12 mai et le 18 juillet dans les commerces indépendants de Tours. Cela représente un investissement de 1,5 million d’euros pour la Ville. Pour Christophe Bouchet, il s’agit d’un « fonds à triple action : sociale, solidaire et économique ».

« A ceux qui ont été en première ligne »

Ce plan s’adresse « à ceux qui ont le moins et toutes les personnes qui, pendant le confinement, ont été en première ligne », a précisé le maire. « On va les distribuer de manière simple : d’abord aux gens qui en ont le plus besoin, à ceux qui étaient aussi en première ligne pendant le confinement, évidemment les soignants, mais aussi les caissières… »

Ces bons seront utilisables dans 1 900 commerces de la Ville. Sauf dans les commerces appartenant à des marques ayant leur siège social hors du département et ayant plus de 10 salariés.

Une commission, regroupant élus de la majorité et de l’opposition, décidera de faire cette distribution aux personnes en situation de précarité, aux personnels d’Ehpad, de CCAS ou encore hospitaliers.

 

Point de situation Covid-19 – 28 avril 2020

Point de situation Covid-19 – 28 avril 2020 :🔹 Présentation du Plan Etincelle qui a pour but de relancer l'économie de proximité de façon sociale et solidaireRetrouvez toutes les mesures ➡ http://bit.ly/MesuresCovid19Tours

Posted by Tours & moi on Tuesday, April 28, 2020

 

 

 

Indre-et-Loire : la septième semaine en chiffres

#Confinement Activité partielle, taux de chômage, Orchestre de la Région Centre, hospitalisations et tests, ou encore pertes à Emmaüs et encombrants… On commence la semaine par quelques chiffres.

A Tours comme partout, bars et restaurants sont toujours en attente d’une réouverture (photo tmv)

95 000

Le nombre de salariés en activité partielle dans le département. 9 917 entreprises ont dû se placer en travail partiel.

29 390

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A en Indre-et-Loire a bondi de 7,1% ce mois-ci. Le département compte donc 29 390 personnes au chômage. La catégorie des 25-49 ans est la plus touchée.

150 000 €

La somme perdue par mois par les communautés Emmaüs en Touraine. « Au mieux, à la fin mai, nous aurons perdu 350 000 € », a précisé Yves Girard, président d’Emmaüs Touraine, dans les colonnes de la Nouvelle République. La situation est donc très difficile en raison du confinement.

2 min 05

La durée de la vidéo réalisée par les musiciens de l’Orchestre symphonique de la Région Centre, basé à Tours. L’ensemble joue un extrait des Planètes de Gustav Holst. Ce joli clip comptabilise déjà plus de 4 700 vues.

189

C’est, à la date du 28 avril, le nombre de patients guéris du Covid-19 et rentrés à domicile en Indre-et-Loire. A ce jour, le nombre d’hospitalisations baisse au CHU de Tours.
Au niveau de la Région Centre, 1 089 personnes ont pu rentrer chez elles.

5 300

Le nombre de dépistages effectués en 45 jours par le CHU de Tours. Près de 1 000 étaient positives au test PCR.

11/05

Déchets : Le ramassage des encombrants ne devrait pas reprendre avant le 11 mai (Mais il est possible de prendre rendez-vous au 02 47 33 17 81). Toutefois, la collecte des déchets (recyclables, verts et ordures ménagères) connaît un retour à la normale depuis le 27 avril.

 

 

Tours : comment la Ville distribuera ses masques

La municipalité a dévoilé comment elle comptait s’y prendre pour la distribution de masques à ses habitants. Plusieurs modes opératoires sont définis suivant les tranches d’âge.

La distribution va se faire selon plusieurs modes opératoires (Photo archives NR)

Jeudi, la Ville de Tours a dévoilé son plan de distribution de masques. Chaque semaine, 18 000 sont fabriqués par des bénévoles et des couturières professionnelles. Des entreprises ont également contribué en fournissant la matière première. 400 000 masques ont aussi été commandés par la Métropole et la Ville.

Distribution :

  • Mercredi 29 avril : envoi par voie postale d’un masque à toutes les personnes de plus de 80 ans. Une notice d’explication pour le lavage et l’utilisation seront fournis.
  • A partir du 30 avril : distribution aux 65-79 ans par les pharmaciens.
  • Du 4 au 15 mai : distribution aux moins de 65 ans.
    >Les bailleurs sociaux (Tours Habitat et Ligéris) en fourniront à leurs locataires.
    >Les autres devront se rendre dans une dizaine de sites de la ville pour les récupérer. Ils seront installés sur Tours Nord, Tours-Centre et Tours Sud. La liste sera communiquée aux habitants d’ici peu.
  • La distribution se fera sur présentation d’une pièce d’identité.

Tours : pendant le confinement, certaines librairies se réinventent

A Tours, La Boîte à livres a mis en place un système de commandes en ligne, tout comme Bédélire et Lire au Jardin. Tout en respectant évidemment les règles sanitaires.

Bédélire : commandes en ligne et livraison à vélo

L’annonce a rendu heureux bon nombre d’amoureux de BD : la librairie spécialisée en bandes-dessinées Bédélire « expérimente une phase de livraison sur Tours Centre ». Dans un post sur Instagram, elle précise bien que « cette opération se fera dans le plus strict respect des préconisations et obligations sanitaires gouvernementales ».

Il suffit de commander sur le site internet de l’établissement. Seuls les articles indiqués par une signalétique verte sont disponibles. Aucun article supplémentaire ne peut être commandé chez les fournisseurs habituels. Ce dispositif constitue donc bien un « dépannage », comme le précise Bédélire.

Les livraisons se font ensuite à vélo par l’équipe de la librairie, après avoir procédé au paiement et défini un créneau horaire.

> https://www.canalbd.net/bedelire

Boîte à livres : à recevoir par voie postale ou en « drive »

En ayant perdu 500 000 € de chiffre d’affaires, le directeur de la Boîte à livres, Joël Hafkin, a voulu prendre les devants avant une éventuelle réouverture des librairies le 11 mai. Il est désormais possible de commander des ouvrages sur le site internet et de les recevoir à la maison, par voie postale.

Mais depuis quelques jours, les commandes peuvent également être récupérées devant la librairie, comme un système de « drive », du mardi au vendredi, entre 14 h et 16 h.

>www.boitealivres.com

 

 

 

Lire au jardin : Alain et Colette s’y mettent aussi

Ajoutons à cela l’initiative de Lire au Jardin, rue Constantine, qui a envoyé un mail à ses clients, rappelant qu’il est « désormais possible de réserver un livre en stock et de venir le chercher en respectant les consignes sanitaires. Pour ce faire nous vous invitons à prendre rendez-vous ».

Ce qui est (potentiellement) en stock est listé dans les rubriques de la colonne de droite de leur site internet. Des ouvrages d’occasion sont également disponibles, rappellent les gérants Alain et Colette.

> http://lireaujardin.com/

 

 

Radio Velpo : Un podcast collaboratif fait par et pour les enfants

Née pendant le confinement, Radio Velpo propose un podcast interactif fait par des enfants du quartier Velpeau à Tours. Aux manettes, Suzanne, 7 ans, et son papa.

(Photo Facebook Radio Velpo)

Les initiatives et projets continuent de naître pendant la quarantaine ! Radio Velpo est un podcast collaboratif apparu au début du confinement. Fait par et pour les enfants du quartier Velpeau (« mais pas que ! », précise-t-on évidemment), il est destiné aux enfants de 5 à 12 ans.

Une initiative tourangelle et familiale

Aux commandes, on retrouve la petite Suzanne, présentatrice de 7 ans qui a déjà tout d’une professionnelle. En support, son papa Jean s’occupe du montage des épisodes et récolte les contributions des enfants.

Car podcast collaboratif oblige, les jeunes peuvent proposer des chroniques, chanter, jouer de la musique ou raconter des blagues. Pour ce faire, il suffit d’envoyer ses idées à radiovelpo@gmail.com (format : 1 min 30 maximum).

Yoga, musique et invités

« Sur la radio, tu pourras écouter des recettes, des blagues, du yoga, de la musique, des expériences scientifiques et bien plus encore ! », indique la fine équipe. La radio a déjà accueilli de nombreux invité(e)s, comme l’ornithologue Julien Présent, un archéologue, mais aussi les directeurs et directrices du Museum d’histoire naturelle de Tours et du CCCOD, ou encore le chef Yves Camdeborde.

Une vingtaine d’épisodes sont déjà disponibles.

Pour écouter :

https://soundcloud.com/radio-velpo

https://planetenfants.fun/

A suivre sur : 

https://www.facebook.com/radiovelpo/

 

 

Indre-et-Loire : la sixième semaine en chiffres

#Confinement Chômage partiel, reprise de la collecte des déchets, verbalisations, distribution de masques et de tablettes numériques, tests PCR ou encore réouverture du marché Saint-Paul à Tours, on refait la semaine en quelques chiffres.

8 864

Le nombre d’entreprises qui, en Indre-et-Loire, ont demandé une demande d’activité partielle. Cela concerne 85 451 salarié(e)s. Dans le département, les deux premiers secteurs concernés sont le commerce et la construction, estime Pierre Fabre, directeur de la Direccte37.

207

En millions d’euros, le montant des prêts garantis par l’Etat pour accompagner les entreprises du département actuellement en difficulté.

25 000

Le nombre de masques distribués, à Tours, depuis lundi 20 avril, aux personnes vulnérables (à lire ICI). Cela concerne d’abord les plus de 80 ans, personnes dites vulnérables, la tranche 65-80 ans. Mille sont également destinés aux associations et commerçants.

27/04

Le service de collecte des déchets (ménagers, recyclables et verts) reprendra normalement à partir du 27 avril dans la Métropole de Tours. Il était réduit depuis la mi-mars. Les 22 communes de la Métropole sont concernées.

(Photo archives NR)

20 000

Le nombre de masques qui doivent être distribués chaque semaine au reste des Tourangeaux, à partir du 30 avril, une fois que la remise aux personnes vulnérables sera faite.

286

Le nombre de verbalisations lors du week-end dernier sur le département : 139 en zone urbaine (sur 1 458 contrôles réalisés par la police nationale) et 147 en zone gendarmerie (sur 5 942 contrôles).

95

Le nombre de verbalisations ce lundi 20 avril. Soit 23 en zone urbaine (238 contrôles) et 72 en zone gendarmerie (2 365 contrôles).

24/04

C’est le 24 avril que rouvrira le marché Saint-Paul, dans le quartier Sanitas à Tours. Fermé jusqu’à maintenant, au grand dam des habitants, il sera désormais accessible le mardi et vendredi. Le maire Christophe Bouchet a précisé que seuls 23 commerçants le mardi et 23 le vendredi seraient présents, contre les 46 habituellement.

Point de situation Covid-19 – 20 avril 2020

Point de situation Covid-19 – 20 avril 2020🔹 La réouverture du marché Saint-Paul à partir de vendredi🔹 Les Parcs et Jardins 🔹 Les jardins familiaux Retrouvez toutes les mesures ➡ http://bit.ly/MesuresCovid19Tours

Posted by Christophe Bouchet on Monday, April 20, 2020

25 000

Le nombre de tests PCR de dépistage du Covid-19 commandés par le Département auprès du laboratoire Innovalys.

80

En récoltant plus de 25 000 € en quelques semaines (à lire ICI), le Fonds de dotation du CHRU de Tours a pu acheter 80 tablettes numériques qui seront distribuées en hôpital, pour permettre aux patients de communiquer avec leurs familles et leurs proches.

 

#Dramareve : quand le Théâtre Olympia fait des films avec vos rêves

Avec #Dramareve, chaque jeudi, le comédien Hugo Kuchel met en scène les rêves des internautes pour en faire de mini-films sur le compte Instagram du Théâtre Olympia (CDN Tours). Car la création tourangelle ne dort jamais !

Le principe de #Dramareve, c’est que les gens vous envoient leurs rêves et les comédien(ne)s du Théâtre Olympia en font des films chaque jeudi. Comment est venue cette idée en plein confinement ?
Hugo Kuchel : Tout mon travail part toujours des rêves. Là, effectivement, on est un peu enfermés, alors que c’est le monde qui nous permet de créer. Comme on ne voit pas grand-chose, je me suis demandé : que voient les gens ?
J’avais déjà fait un spectacle à partir des rêves de mes comédiens : ils l’écrivaient et glissaient le papier dans une boîte. J’en avais écrit un canevas pour une pièce assez improvisée d’une heure quinze. Avec #Dramareve, la formule est un peu différente. L’internaute fait la démarche d’écrire son rêve, je le reçois directement puis j’utilise ça comme une petite histoire. Je n’utilise pas forcément tout le rêve, car parfois, c’est vraiment farfelu ! (rires)

Comment se passe le process de travail et de création ? En confinement, ça ne doit pas être facile j’imagine…
C’est un peu compliqué, oui. Je suis seul pour l’écriture, donc ça va. Mais déjà pour le tournage, on utilise des outils qu’on ne connaît pas trop, comme Adobe Rush sur téléphone portable. Toutefois, les scénarios sont courts, donc facilement réalisables. On en fait des films de 2 à 3 minutes max. Concernant l’équipe, il y a cinq comédien(ne)s confinés à des endroits différents. J’envoie le scénario aux équipes de confinés en fait ! C’est une très courte pièce de théâtre finalement.

« On s’inspire des gens »

Est-ce qu’on pourrait assimiler ça à du théâtre participatif, d’une certaine manière ?
Mmh, je ne sais pas trop. C’est du théâtre inspiratif, on s’inspire des gens, des rêves. Ils nous donnent de la matière brute. C’est à moi, ensuite, de moudre tout ça, tout comme les comédiens. C’est du théâtre participatif à distance ! (rires)

Faire des films avec les rêves des gens, c’est un moyen justement de les faire eux-mêmes rêver ? D’échapper au quotidien difficile ?
J’espère. C’est un peu le but de ces acteurs, car on fait également, avec le Théâtre Olympia, des lectures au téléphone. (NDLR : pendant le confinement, les jeunes comédiens du Théâtre O peuvent vous appeler pour réciter quelques bribes de poésie, de théâtre, etc.) Et c’est très bien, c’est donner un souffle, un espace détente pendant quelques minutes. Avec #Dramareve, on voit son rêve d’une autre manière.

Parlons d’ailleurs deux minutes de ces fameuses lectures téléphoniques. Comment ça se passe ?
Ça marche bien ! C’est étrange, car on ne voit pas les personnes, mais on est tout aussi près d’elles. C’est une démarche intime de création. On peut leur parler, elles nous inspirent. On leur propose un texte, il y a un échange, on sent vraiment toutes les réactions même au téléphone ! On perçoit la façon d’écouter de notre interlocuteur, ce qui la touche. Il y a ce côté intime. Et le public est varié : il y a des gens dans le monde du théâtre bien sûr, mais pas que, loin de là. Avec plein d’âges différents, et une grande majorité de femmes.

« On ne donne pas l’identité du rêveur »

Revenons à #Dramareve. Vous ne faites ça que sur Instagram. Pourquoi ce format ?
C’est intéressant d’utiliser Instagram. Il y a ce « truc » de messagerie et de post dans le même principe ; ça fonctionne pas mal. Mais après, oui, pourquoi ne pas diversifier le support ?

Est-ce un projet éphémère ou appelé à rester quelque part, sur une plateforme vidéo par exemple ?
J’adapte ces scénarios, comme s’il était possible de les publier après. Les personnages ne sont pas définis par des acteurs. Il y a possibilité de publier, car c’est adaptable. Donc au niveau vidéo, j’aimerais que cela soit compilé, sur la plateforme du théâtre par exemple. J’ai proposé l’idée au Théâtre O…

Y a-t-il des choses que vous vous interdisez, des restrictions, des rêves que vous refusez ou qui vous bloquent ?
Je ne crois pas, non. D’autant qu’on ne donne pas l’origine du rêve. Si la personne le souhaite, elle peut évidemment laisser un commentaire. Mais on ne donnera pas l’identité du rêveur. C’est personnel et ça peut être trop intime. Donc non, pas de restrictions et d’interdits. En revanche, certains sont plus difficiles à écrire que d’autres. Certains sont bien plus clairs. Des fois, il ne me faut qu’une seule image qui m’inspire et hop, j’écris.

Propos recueillis par Aurélien Germain


> Le Théâtre O poursuit son programme spécial confinement sur les réseau sociaux : lundi, journal de création / mardi, paroles de spectateurs / mercredi, journal de confinement / jeudi, #Dramareve / vendredi, captation / samedi, entracte 2.0 / dimanche, le saviez-vous ? 

 

Tours : début de la distribution de masques pour les personnes vulnérables

Les personnes de plus de 65 ans et vulnérables sont les premières concernées. Les autres habitants recevront le leur un peu plus tard.

Ce lundi 20 avril, la Ville de Tours commence la distribution de masques pour ses habitants les plus vulnérables. A partir d’aujourd’hui, les personnes de plus de 80 ans recevront, par courrier, un masque directement chez elles. La tranche d’âge 65 – 80 ans vont également recevoir un courrier à domicile pour leur expliquer les modalités, afin de récupérer leur masque.

Entre le 20 et le 30 avril, ce sont environ 25 000 masques qui devraient ainsi être distribués aux Tourangeaux. Mille seront également destinés aux associations et commerçants.

La suite pour le 30 avril

Le reste des habitants de Tours seront équipés à partir du 30 avril. Chaque semaine, 20 000 masques seront distribués. Ils ont été réalisés par des couturières bénévoles, donnés par des professionnels ou encore issus de stocks commandés par la Métropole.

A noter également que Tours Métropole a passé une commande de 400 000 masques en tissu lavable, aux normes AFNOR.

 

Tout ce qui danse, un projet créatif pour tous grâce au CCNT

En période de confinement, le Centre chorégraphique national de Tours (CCNT) fait participer le public avec Tout ce qui danse, un groupe Facebook, où les membres partagent des créations et des gestes artistiques personnels en rapport à la danse.

Le Centre chorégraphique national de Tours (CCNT) a lancé un projet créatif et artistique, ouvert à tous, intitulé Tout ce qui danse. Dans ce groupe Facebook, « nous vous invitons à animer votre créativité et à dynamiser votre fibre artistique », indique le CCNT.

Les amateurs de danse peuvent ainsi partager leurs idées et leurs sensations par une photo, un texte, une image, sur le thème Tout ce qui danse.. Uniques restrictions : pas de film ou de vidéo et, évidemment, de créations dont vous n’êtes pas l’auteur ! L’objectif est de « proposer l’instant, l’éphémère et la vitalité de la danse autrement ».

Ainsi, depuis plusieurs jours, amateurs ou professionnels, petits et grands, postent leurs créations sur ce groupe comptant déjà plus de 260 membres. Et c’est une véritable bouffée d’air frais et d’inventivité en ces temps de confinement.

A noter que certaines réalisations seront également présentées dans le prochain programme de saison du CCNT.

Danse à deux… Llofriu. Palafrugell. Girona.

Posted by Deborah Torres Garguilo on Friday, April 10, 2020

Pour rejoindre le groupe Tout ce qui danse du CCNT, c’est par ici :

https://www.facebook.com/groups/644440979449677/

En toute légèreté Collage papier sur moussePerrine HernandezTours, Indre-et-Loire

Posted by Perrine Johnson on Thursday, April 2, 2020

> En raison des dernières annonces gouvernementales, le CCNT se voit contraint d’annuler ses prochains temps forts, notamment SPOT #Roulez jeunesse et le festival Tours d’Horizons.

A.G.

Visières 3D, étudiants en musicologie, radio associative : zoom sur 3 initiatives sympas et locales

Un collectif tourangeau qui fabrique des visières en 3D pour les soignants, des étudiants en musicologie au téléphone pour rompre l’isolement ou encore une radio locale qui tient le cap…

Le collectif Makers 37 fabrique des visières 3D pour les soignants

Cela fait à peine trois semaines que le collectif tourangeau s’est monté. Et pourtant… « Non, vous ne rêvez pas… 2 180, c’est le nombre de visières distribuées dans nos points de distribution. Autant de personnes protégées par des équipements imprimés en Touraine ! », s’enthousiasme Makers 37 sur sa page Facebook.
La communauté s’est montée très rapidement sur Tours. Leur objectif est de « fournir des protections aux soignants, en imprimant en 3D des pièces pour faire des visières de protection et des masques à filtres et à oxygène, à partir de masques Décathlon ».
Photo crédit Makers37
Toute leur organisation est bénévole et les visières sont distribuées gratuitement.
Les professionnels intéressés peuvent remplir un formulaire pour passer commande : https://frama.link/CommandeVisieres

Des étudiants en musicologie au téléphone pour rompre l’isolement

Le projet, solidaire, s’appelle « Correspondants musicaux »: des étudiant(e)s en musicologie de l’Université de Tours ont décidé de partager leur passion pour la musique par téléphone ou par visio avec des personnes isolées, comme le précise le communiqué.

L’initiative se fait sous la houlette d’Olivier Carrillo, responsable Master MEEF 2nd degré du département musicologie de la Fac. Pour lui, « ils apprennent à ne plus être de simples étudiants, mais des citoyens ».

(Photo crédit Université de Tours)

Les étudiant(e)s en musicologie participant au projet assurent que les personnes isolées sont âgées de 10 à 90 ans, le plus jeune étant un petit garçon hospitalisé à Clocheville, en raison de son cancer.

Double effet de ces « Correspondants musicaux » ? Les étudiant(e)s se sentent utiles et, en face, les personnes privées de toute relation sociale trouvent un réconfort et peuvent tisser du lien. Et puis de toute façon, la musique adoucit les mœurs, n’est-ce pas ?

> Plus d’infos : https://sites.google.com/view/correspondants-de-guerre/accueil

La radio associative et locale Antigone continue et se réinvente

En période de confinement, la radio tourangelle Antigone se mobilise et n’a évidemment pas envie de lâcher ses auditeurs ! « C’est ainsi que, depuis un mois, Radio Antigone s’est réinventée avec très peu de moyens », écrivent Antoine Ricard, président, et Bérénice Moudurier, vice-présidente, dans un communiqué.

Deux heures d’antenne, en direct, sont encore proposées avec l’émission La Case du soir, diffusée toute la semaine de 17 h 30 à 19 h 30 (et le week-end de 18 h à 19 h).
Vous y trouverez notamment infos musicales, playlist électro rock, dès 17 h 30, puis des infos locales et internationales à 18 h, avant un talk à 18 h 30, avec des infos culture, sport, numériques ou encore société, animé par une bande de chroniqueurs.

Le Fonds de dotation pour le CHRU de Tours récolte plus de 25 000 €

Lancé le 26 mars dernier, le Fonds de dotation du CHRU de Tours a déjà récolté plus de 25 000 € pour aider personnel, soignants et malades.

Depuis le 26 mars dernier, il est possible de participer à la collecte lancée par le Fonds de dotation du CHRU de Tours. Et bonne nouvelle : trois semaines ont passé et l’équipe a déjà récolté 25 130 €, provenant de 235 donateurs particuliers.

Elodie Gaspard, responsable mécénat de ce Fonds, explique : « Grâce à ces fonds, nous équipons aujourd’hui les services de tablettes permettant aux familles de communiquer avec leurs proches. Nous allons fournir des ordinateurs portables pour les enfants hospitalisés afin qu’ils puissent suivre l’école à distance. » Ce sera d’ailleurs chose faite cette semaine. Les PC seront remis à l’Hôpital Clocheville.

Le Fonds de dotation va également soutenir plusieurs projets de recherche clinique en cours d’élaboration pour lutter contre le Covid-19.

Des actions caritatives sont également en cours d’élaboration pour les prochaines semaines.

[Solidarité COVID-19] 25 000 € récoltés. Un grand merci pour vos généreux dons ❤️Grâce à vous, nous continuons d'…

Posted by Fonds de dotation du CHRU de Tours on Monday, April 13, 2020

⇒Pour suivre le Fonds de dotation sur les réseaux sociaux :

https://www.facebook.com/FdDCHUTours/

https://twitter.com/fddchutours?lang=fr

https://www.instagram.com/fddchutours/

⇒ Pour aider et participer à la cagnotte en ligne :

Suivez ce lien ! 

Vitiloire, Guinguette et Plage : les décisions de la Ville de Tours

Impossible de maintenir le Vitiloire début juin. Quant à la guinguette, la municipalité réfléchit à un éventuel report d’ouverture pendant l’été.

La Ville de Tours a communiqué, ce mercredi 15 avril après-midi, concernant les événements Vitiloire et la Guinguette.

Vitiloire

« La Ville de Tours, les organisateurs et les partenaires de Vitiloire prennent acte de l’impossibilité de maintenir les dates de la manifestation les 6 et 7 juin 2020 », précise le communiqué.
Cela fait évidemment suite aux récentes annonces d’Emmanuel Macron.

Guinguette et Tours sur Loire

La municipalité précise : « Concernant Tours sur Loire, la Guinguette et la Plage n’ouvriront pas le 1er mai 2020. Les services de la Ville, l’association le Petit Monde et la Sarl Kwamti, travaillent à un éventuel report d’ouverture pendant l’été. Une décision ne pourra être prise qu’en fonction de l’évolution de l’épidémie dans les semaines à venir. »

Confinement : les 7 infos positives à se mettre sous la dent #4

C’est reparti pour un mois de confinement ! Dans le monde, en France ou en Touraine : on se détend avec une petite revue de presse des bonnes nouvelles.

Partir dans l’espace grâce à la NASA

La Nasa vient de lancer un nouveau portail, Nasa at home, pour faire venir « tout l’Univers dans votre maison ». Au menu : podcasts, e-books, vidéos ou encore visites virtuelles de notre galaxie et activités manuelles. Bref, tout pour explorer le système solaire sans bouger de son canapé !

Indre-et-Loire : le nombre de personnes guéries progresse

Ce 14 avril, le département comptait certes 36 décès en hôpital et 15 en Ehpad, mais il est à noter que le nombre de personnes hospitalisées, notamment les cas graves en réanimation, a amorcé une légère baisse ce week-end.

Surtout, en Indre-et-Loire, on compte 108 patients guéris et donc rentrés chez eux. Ce chiffre est également en hausse en Région Centre et dans toute la France : 27 718 personnes ont été guéries.

Le Hellfest récolte plus de 66 000 € pour le CHU de Nantes

On vous en parlait il y a quelques jours sur tmvtours.fr (un article à retrouver ici) : le Hellfest étant annulé, l’équipe organisatrice en avait appelé à la solidarité de ses festivaliers en lançant une cagnotte en ligne pour aider le CHU de Nantes. En 5 jours, les métalleux ont visiblement eu du cœur : plus de 66 000 € ont déjà été récoltés ! [NB : à l’heure où nous rédigeons ces lignes, la cagnotte atteint exactement 66 241 €)

Tours : l’Ensemble Parchemins sort son album

Vous faites quoi le 17 avril ? « Pas grand-chose, on est confinés, gros malin », me répondrez-vous (et vous avez raison). Mais sachez que c’est à cette date que les Tourangeaux de l’Ensemble Parchemins sortiront leur nouvel album. Celui-ci sera en écoute libre sur leur site et sur les plateformes de streaming musical (Spotify, Deezer, ITunes).

« Un peu de baroque italien pour égayer cette période plus que bizarre et plombante ? », s’enthousiasment les musiciens Nathalie et Matéo, dans un message qu’ils nous ont fait parvenir. C’est l’occasion de (re)découvrir des pièces composées au XVIIe siècle, mais rejouées par nos chers Tourangeaux. Qui rappellent d’ailleurs : « Notre musique est aussi souvent comparée à un baume, fort utile en ces temps blessés. »

Bonne écoute !

(Photo Ensemble Parchemins)

Réouverture du marché des Halles à Tours ce 15 avril

C’est l’adjoint au maire Olivier Lebreton qui l’avait annoncé sur sa page Facebook : « Grâce à la détermination de la municipalité, Tours fait partie des rares grandes villes de France à avoir voulu conserver la majorité de ses marchés.  Aussi, réouverture du marché des Halles le mercredi à compter du 15 avril. »

Le marché sera plus étalé, sur les deux places, et les gestes-barrières sont évidemment toujours d’actualité ! En revanche, il est à noter que seul le marché du mercredi est autorisé. Celui du samedi reste fermé.

Amboise : des visières 3D imprimées pour l’hôpital

Le Pépit’Lab d’Amboise a décidé d’aider, lui aussi, durant l’épidémie de coronavirus. Cet espace numérique fabrique des visières de protection dédiées aux soignants, grâce à des imprimantes 3D.
Les premiers modèles sont déjà utilisés par l’hôpital d’Amboise.

Ecole au Sanitas : la petite vidéo bonus

C’était un défi lancé par la directrice : élèves et enseignants, confinés, de l’école Pasteur-Bernard, dans le quartier du Sanitas à Tours ont tourné une vidéo sur les gestes-barrières.

Le festival de metal Hellfest annule son édition et récolte des milliers d’euros pour un hôpital

Il faudra finalement attendre juin 2021 pour pouvoir profiter du plus grand festival rock et metal de France.

(Photo archives tmv)

Les festivaliers et l’équipe organisatrice n’avaient plus grand espoir depuis quelque temps. Mais le communiqué officiel est tombé jeudi 9 avril : le Hellfest se voit contraint d’annuler son édition 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

Pas de 15eme édition

« Plus les jours passaient et plus il nous semblait impossible d’envisager une édition 2020 garantissant une organisation satisfaisante, et, le plus important : votre sécurité. Ayant conscience que le risque de contagion lié au Covid-19 sera encore élevé en juin, il aurait été irresponsable et dangereux de laisser se rassembler plusieurs dizaines de milliers de fans – torse nu et assoiffés de bière – dans un périmètre ne permettant pas de faire respecter la distanciation sociale de rigueur », précise Ben Barbaud, le big boss du Hellfest, dans un communiqué (à lire ici)

Le festival aborde également l’épineuse question d’un de ses assureurs qui auraient lésé le Hellfest. Une partie du communiqué au vitriol dénonce les faits.

Les détenteurs de pass 3 jours ou 1 jour pourront garder leur(s) billet(s) pour l’édition 2021. Ils resteront valables, sans frais supplémentaires. Il est également possible de se faire rembourser.

Une cagnotte en ligne pour l’hôpital

Le Hellfest a également décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne « Hellfest For Health » à destination du Fonds de dotation du CHU de Nantes pour les soutenir face à l’épidémie de Covid-19.

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, plus de 30 000 € ont été récoltés en l’espace d’une matinée.
> Pour participer à la cagnotte, cliquez ici

 

Hellbangers,Les autorités françaises signent la fin de la partie pour nous via un arrêté préfectoral. Il n’y aura pas…

Posted by Hellfest Open Air Festival on Thursday, April 9, 2020

Indre-et-Loire : la quatrième semaine en chiffres

#Coronavirus Masques distribués à La Riche, contrôles routiers et contraventions, litres de gel hydroalcooliques, personnes guéries… On refait la semaine 4 en chiffres !

[L’article est rédigé le 8/04 au matin. Les chiffres sont susceptibles d’évoluer]

500 000

Le nombre de masques FFP1 livrés aujourd’hui 8 avril à la Région Centre-Val de Loire. Ils seront délivrés aux personnels soignants. Cette commande sera complétée par la livraison de 1,2 million masques supplémentaires mi-avril.

6 000

Le nombre de masques en tissu réalisés par les Couturières masquées du Centre-Val de Loire. Et ce, seulement en 3 semaines ! Ces bénévoles au grand cœur (on les applaudit bien fort) vont bientôt fournir les 10 500 habitants de La Riche !

21

Le nombre de décès recensés en Indre-et-Loire. 181 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 61 en réanimation ou soins intensifs.

73

Le nombre de personnes guéries en Indre-et-Loire, depuis le 1er mars, et depuis rentrées chez elles. Un chiffre en hausse.

140

Le nombre de personnes décédées en Région Centre. Soit huit de plus en 24 h.

10-18/10

La Foire de Tours a finalement été reportée du 10 au 18 octobre 2020 (à retrouver dans notre article juste ici). Pour rappel, elle devait d’abord se tenir début mai puis avait déjà été décalée une première fois à la fin mai.

10 000

En litres, la quantité de gel hydroalcoolique que doit avoir produit Indena : l’entreprise tourangelle spécialisée dans les extraits de plantes a lancé fin mars un projet solidaire. Sa production de gel sera donnée aux soignants et aux métiers qui en ont le plus besoin.

247

Le nombre de gendarmes d’Indre-et-Loire mobilisés, dimanche dernier, sur 98 points de contrôles. Les forces de l’ordre ont multiplié les contrôles ce week-end.

5 %

D’après le sondage Ifop-Consolab, publié ce mercredi, la proportion d’habitants de la Région Centre qui disent avoir changé de résidence pour la période du confinement. Dans cette enquête, on apprend également que ce sont surtout les 18-24 qui ont déménagé. Toujours en Centre-Val de Loire, 2% des sondés disent vivre dans un logement ne dépassant pas 30 m2.

150

Le nombre de festivals indépendants signataires de la lettre ouverte du SMA – Syndicat des musiques actuelles, appelant le gouvernement à plus de clarté quant à l’avenir des festivals. « Un faux-pas pourrait être fatal. Plus tôt seront prises vos décisions, moins préjudiciable cela sera », rappellent-ils. Le festival tourangeau Terres du Son fait partie des signataires.

2 000

Le nombre de contraventions déjà dressées en Indre-et-Loire. Avec un pic les 4 et 5 avril derniers.

La Foire de Tours reportée du 10 au 18 octobre

Reportée une première fois, la Foire de Tours prendra finalement place à la mi-octobre en raison de la crise sanitaire actuelle.

(Photo archives NR)

Elle devait initialement, et comme chaque année, se dérouler début mai. Finalement, en raison de la pandémie de Coronavirus, l’organisateur Tours Evénements avait choisi de reporter son événement-phare au 29 mai. Mais aujourd’hui mardi 7 avril, la Ville de Tours et Tours Evénements ont annoncé décaler la Foire de Tours au deuxième semestre, du 10 au 18 octobre 2020.

« La crise sanitaire majeure que le monde entier subit nous oblige une fois de plus à [la] décaler », est-il dit dans un communiqué, « estimant qu’à cette période le plus gros de la crise sanitaire sera derrière nous ».

« La Foire de Tours est l’un des plus grands rendez-vous commerciaux de la Région. Foire et Fête foraine sont intimement liées, notamment pour le Village Gastronomique. Nous sommes donc en discussion avec nos amis forains pour envisager la possibilité et étudier la faisabilité d’une fête foraine pendant la durée de la Foire en octobre », rappellent également les organisateurs.

La Foire de Tours gardera les couleurs de l’Espagne. Rendez-vous mi-octobre !

A.G.

Confinement : les 7 infos positives à se mettre sous la dent #3

Dans le monde, en France ou bien en Touraine, petite revue de presse des bonnes nouvelles, dans une période pas franchement très souriante…

Etude : les océans pourraient se rétablir d’ici à 2050

On le sait tous, la vie marine est menacée (on remercie l’homme au passage pour sa capacité à tout détruire), tout comme les récifs coralliens bien mal en point, risquant de disparaître dans les prochaines décennies.

Mais une étude publiée dans Nature vient de redonner un peu de baume au cœur : d’après des chercheurs, la vie marine pourrait être restaurée dans les trente prochaines années.

 « Nous sommes à un point où nous pouvons choisir entre l’héritage d’un océan résilient et dynamique ou un océan irréversiblement perturbé », explique Carlos Duarte, coauteur de l’étude, qui a rassemblé des chercheurs issus de 16 universités de par le monde.

Pour les chercheurs, il existe des preuves de la résilience remarquable de la biodiversité marine, dont le retour… des baleines à bosse au large de l’Australie !

Selon eux, les mesures de protection seraient certes coûteuses (un milliard de dollars par an), mais elles apporteraient des bénéfices dix fois supérieurs. Si l’on agit maintenant, c’est encore possible !

Indre-et-Loire : ralentissement de l’épidémie ?

Pour la première fois depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le nombre de personnes hospitalisées en Indre-et-Loire, ainsi qu’en réanimation ou soins intensifs, a baissé dans le département.

Par ailleurs, on constate qu’il y a une petite hausse du nombre de personnes guéries et rentrées chez elles (de 55 à 64).

Aucun nouveau décès lié au Covid-19 n’a été remonté des structures médico-sociales du département

On compte toutefois 115 décès dans toute la Région Centre (+8 en 24 h) et un décès supplémentaire en Indre-et-Loire (18 au total depuis le 1er mars)

Indre-et-Loire :166 personnes hospitalisées, 53 en réanimation.18 décès depuis le 1/0364 personnes guéries, rentrées chez elles

Posted by TMV on Monday, April 6, 2020

Les youtubeurs récoltent 400 000 € pour les hôpitaux

On en parlait la semaine dernière sur tmvtours.fr : deux youtubeurs, McFly & Carlito, ont lancé le Maradon, un marathon vidéo caritatif durant toute une journée.
Finalement, grâce aux internautes, ils ont réussi à récolter plus de 400 000 euros pour aider les hôpitaux et le personnel soignant.

 

Tours : Nouvel album pour VLAP

Les Tourangeaux de Vlap viennent de sortir, le 3 avril dernier, leur nouvel EP intitulé Kiwi Shot. Pour une dose de pop groovée, c’est juste ici :

> Ecoute sur Bandcamp 

> Ecoute sur Spotify

L’attestation de déplacement est (enfin) numérique

Bien des Français s’étaient plaints de ne pouvoir présenter une version numérique de l’attestation dérogatoire de déplacement. C’est désormais chose faite depuis ce lundi 6 avril.

Le formulaire est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur  « Après avoir rempli les informations sur un formulaire en ligne, un fichier .PDF est généré apposé d’un QR Code comprenant l’ensemble des données du formulaire, ainsi que la date et l’heure de génération du document. Ce fichier doit être présenté lors du contrôle sur smartphone ou tablette », précise le gouvernement.

On va économiser du papier !

 

 

 

 

 

 

Tours : le plein de bonnes idées avec le Théâtre O

Décidément, l’équipe du Théâtre Olympia – CDN de Tours ne chôme pas pendant le confinement. Elle multiplie donc les initiatives et les bonnes idées. Notamment – on se répète – ce formidable projet, pour lequel les comédien(ne)s de l’ensemble artistique peuvent vous appeler au téléphoner pour vous livrer quelques bribes de poésie ou de théâtre (inscriptions juste ici)

Mais le Théâtre O s’inquiète aussi de savoir comment vous allez : vous pouvez donc leur répondre en commentaire, en story Instagram, en MP ou autrement, que vous soyez en pleine forme ou un peu débordés. Vos réponses seront publiées en story :

View this post on Instagram

COMMENT ÇA VA ? C’est dimanche, il fait beau, et on s’est dit que c’était le moment, après bientôt trois semaines de confinement, de vous demander de vos nouvelles. Alors, comment allez-vous ? Comment ça va, toi ? Vous êtes joyeu.ses, fatigué.e.s, exalté.e.s, en colère, enthousiastes ou débordé.e.s., répondez-nous en commentaire, en story (n’oubliez pas de nous mentionner (@theatreolympia_tours), en MP, ou de toute autre manière. Nous publierons vos réponses en story. Vous pouvez aussi juste profiter du soleil par la fenêtre… Prenez soin de vous ! Dans le petit film, vous retrouvez quelques membres de l’équipe du T° : secrétaire, directeur, comédien.ne.s, attaché.e.s aux relations avec les publics, à accueil, à sécurité, à la production, à la diffusion, directrice des productions… @learoselauretoto @garancedegos @jacquesvincey @mariehelenepy85 @hugokuchel @tamaralipszyc @mtz.camille @antoineatours @kellyangevine @tony_trompette @thomas_christin

A post shared by Théâtre Olympia, cdn de Tours (@theatreolympia_tours) on

Disney+ débarque en France mardi !

C’est ce mardi 7 avril que Disney veut conquérir la France avec Disney+, sa plateforme de vidéo à la demande. Face au géant Netflix, la firme devrait gagner bien des abonnés en période de confinement.

L’équipe de tmv a pu avoir accès au contenu en avant-première : croyez-nous, Disney+ risque bien de faire quelques heureux… (chut, on n’a le droit de rien dire… #teasing)

Bonus : la petite vidéo du CHU de Tours… en musique !

Tours : la municipalité publie un annuaire en ligne des commerçants livrant à domicile

En un clic, les Tourangeaux peuvent désormais trouver une charcuterie, un magasin bio ou encore une épicerie en vrac qui livre à domicile.

(Capture d’écran tours.fr)

La Ville de Tours a annoncé le lancement d’un annuaire des commerçants effectuant des livraisons à domicile.

Publié sur le site de la Ville (à retrouver ici), cette annuaire en ligne concerne les secteurs alimentaires et horticoles de Tours qui essayent de poursuivre leurs activités en période de quarantaine.

En un clic, l’internaute peut trouver épicerie en vrac, boucherie, fromager ou encore caviste et magasin bio.

Les intéressé(e)s peuvent également se référencer en remplissant un formulaire disponible sur le site.

Confinement : les 6 infos positives à se mettre sous la dent #2

Dans le monde, en France ou bien en Touraine, petite revue de presse des bonnes nouvelles, dans une période pas franchement très souriante…

Naissance de 97 tortues rares sur une plage au Brésil

Presque 100 ! 97 tortues imbriquées, une espèce en danger critique d’extinction a rappelé la WWF, sont nées sur une plage brésilienne.

Si, d’habitude, la foule se presse pour assister au spectacle, il n’y avait cette fois-ci personne (mis à part des employés gouvernementaux)… en raison du confinement !

Italie : un village en Lombardie résiste étrangement au coronavirus

Alors que le coronavirus ravage l’Italie, un tout petit village coincé en Lombardie – une région durement touchée – semble étrangement résister au virus. A Ferrera Erbognone, 1 000 habitants au compteur dont la plupart ont plus de 60 ans, on ne compte pour le moment aucun cas positif. De quoi intriguer les scientifiques : un institut de recherche a donc décidé d’étudier le sang des habitants.

Objectif avoué : établir si la majorité des villageois ont été infectés sans développer de symptômes et sont maintenant immunisés. Et déceler éventuellement une forme d’anticorps leur permettant de ne pas être contaminés.

Ceux qui le souhaitent pourront prochainement subir un examen sanguin à domicile ou dans un centre de prélèvement.

Région Centre : 20 000 masques récupérés par les soignants

L’appel aux dons de matériels de protection, venant de l’URPS Médecins libéraux notamment, a été entendu ! En Région Centre, près de 20 000 masques ont été récupérés par les professionnels de santé libéraux.

A Tours, une nouvelle salle au centre-ville pour aider les Restos du cœur

On en parlait ce matin sur notre site : la Ville de Tours a décidé d’ouvrir une nouvelle salle à Champ Girault pour les Restos du cœur. Elle souhaite ainsi faciliter les distributions d’aide alimentaire.

Questions pour un balcon

En France, le comédien Noam Cartozo fait passer le temps à ses voisins de rue avec son jeu Questions pour un balcon. Même principe que Questions pour un champion, mais les côtés pairs et impairs s’affrontent. La preuve :

Le moment idéal pour regarder les étoiles

Profitez-en : le ciel, en ce moment, est dégagé. Moins de pollution (lumineuse également), moins de traînées d’avions et des phénomènes célestes nombreux.

Chaque soir, observez Vénus. L’étoile du berger scintille comme jamais. Elle vient d’atteindre son élongation maximale et est d’une parfaite luminosité. Pour celles et ceux dont les fenêtres donnent à l’ouest, c’est le moment ou jamais de rêver. Et il est possible de l’observer à l’œil nu.

Vénus passera également au plus près de l’amas des Pléiades le soir du 3 avril. Jetez un oeil à la constellation du Taureau, mais de préférence aux jumelles, vers 21 h 30.

Le 14 avril, la Lune viendra à la rencontre de Jupiter. Suivi d’un alignement de Mars, Saturne et Jupiter, en toute fin de nuit, le lendemain. Et enfin, dans la nuit du 21 au 22 avril, ce sera la pluie d’étoiles filantes des Lyrides à son pic d’activité !

Tours : une nouvelle salle pour les Restos du cœur

En pleine période de confinement, la Ville de Tours a souhaité ouvrir une nouvelle salle en centre-ville pour pouvoir assurer la distribution d’aide alimentaire aux Restos du cœur. Emménagement prévu le 4 avril.

La salle va ouvrir au centre-ville. (Photo archives Patrick Gaïda)

La Ville de Tours a décidé de mettre à disposition des Restos du cœur une nouvelle salle en centre-ville. Dans un communiqué, la municipalité indique que « dans le contexte sanitaire actuel », elle souhaite « faciliter les distribution d’aide alimentaire ».

C’est le samedi 4 avril que l’emménagement se fera salle Champ-Girault, au 8 rue Jean-Bernard-Jacquemin.

La première distribution, quant à elle, aura lieu deux jours après, le 6 avril. Le fonctionnement de l’établissement pourra ainsi continuer en pleine période de confinement. Les distributions se font les lundis, mercredis et vendredis, de 13 h 30 à 17 h.

La Ville précise enfin : « Les personnes qui ne sont pas inscrites aux Restaurants du Cœur pourront également se présenter et recevront un colis de dépannage. Ils pourront éventuellement s’inscrire de façon permanente en fournissant tous les documents justifiants de leur précarité (ressources, charges, situation de famille, identité, etc). »

A.G.

Le CHU de Tours en renfort, des transferts de malades attendus

#Coronavirus Une première évacuation sanitaire depuis Paris vers la Touraine a eu lieu samedi. Elle s’est poursuivie dimanche et aujourd’hui.

Alors qu’elle fait partie des moins touchées en France, la Région Centre-Val de Loire accueille des patients de région parisienne pour décharger des services qui affichent complet, comme l’a annoncé la Direction générale de la Santé.

Entre samedi et aujourd’hui, lundi 30 mars, ce sont entre neuf et douze malades qui auront été accueillis au CHU de Tours. Les patient(e)s ont été déployé(e)s à Bretonneau et Trousseau. Tous ont été accueillis en réanimation.

Parmi ces douze patient(e)s, trois à cinq doivent être transférés à Tours en ce lundi 30 mars.

Les chiffres

L’Agence régionale de santé (ARS) a annoncé ses nouveaux chiffres, dimanche soir. Dans la région Centre :
– 103 personnes en réanimation
Il y a 39 personnes décédées en établissement de santé :
– 4 dans le Cher
– 11 en Eure-et-Loir
– 9 dans l’Indre
– 4 en Indre-et-Loire
– 3 en Loir-et-Cher
– 8 dans le Loiret

1157 cas sont confirmés.

Confinement : 5 infos positives à se mettre sous la dent

Les comédien(ne)s du Théâtre Olympia qui vous appellent pour réciter un peu de poésie, un hôtelier au grand cœur ou encore un peu d’espoir au CHU : parce que l’info est plutôt tristoune en ce moment, voici quelques nouvelles un peu plus souriantes…

1. Les comédien(ne)s du Théâtre Olympia au téléphone rien que pour vous !

Depuis plus d’une semaine, l’équipe du Théâtre Olympia se mobilise, à distance. Après la mise en place d’une plateforme numérique, voici une bonne nouvelle supplémentaire : les comédien(ne)s de l’ensemble artistique « peuvent vous appeler au téléphone pour vous livrer quelques bribes de poésie, de littérature ou de théâtre qui leur sont chères », annonce l’équipe.

On compte notamment dans les rangs : Thomas Christin, Garance Degos, Hugo Kuchel, Tamara Lipszyc et Diane Pasquet. Ces membres du JTRC (Jeune Théâtre en Région Centre) vous téléphoneront dès la semaine prochaine, entre 17 h et 20 h.

> Pour tenter l’expérience, il suffit de remplir un formulaire et prendre rendez-vous sur le site :  https://cdntours.fr/lectures-telephoniques

 

(Photo Facebook CDNT)

2. Tours : un hôtelier prête ses chambres au personnel soignant

Plus de 146 000 partages, 1 400 commentaires et 4 300 likes : depuis le 23 mars, l’annonce de Cyril Dodin sur Facebook n’est pas passée inaperçue ! L’homme est le gérant de l’Hôtel Mondial, à Tours, et a décidé de prêter gratuitement ses 20 chambres au personnel soignant qui le désirait.

L’hôtelier précise qu’il ne fait pas de ménage dans les chambres pour cause de confinement.

Salut. J'ai un hôtel avec 20 chambres de disponibles sur Tours centre. Si quelqu'un du personnel soignant à besoin d'…

Posted by Cyril Dodin on Monday, March 23, 2020

3. CHU : Les bénéfices du confinement se font sentir ?

Le Coronavirus continue de se propager dans la Région Centre (645 cas ce vendredi 27 mars, dont 123 en Indre-et-Loire). Mais le CHRU de Tours a indiqué, dans les colonnes de la Nouvelle République, que « les bénéfices du confinement se font sentir plus tôt » dans le département que dans le Grand Est.

Il y est aussi précisé que la montée en puissance était « maitrisée » par le Centre hospitalier et qu’il n’y avait pour le moment pas d’embouteillage en réanimation. « Nous ne sommes pas du tout en dépassement de capacité », précise Pauline Bernard, secrétaire générale du CHRU de Tours. On croise les doigts !

4. Des mini-cours gratuits d’anglais pour les collégiens

« Avis aux collégiens tourangeaux, élèves de 6e et de 5e ! », alerte l’école de langues English sur Loire dans un message transmis à notre rédaction. La fine équipe propose effectivement des mini-cours gratuits d’anglais, en ligne puisque confinement oblige, sous forme de questionnaires avec dix phrases à traduire. Les corrections seront commentées le lendemain par email.

Vous devez avoir l’accord d’un adulte avant de participer. La même chose arrive prochainement pour les collégien(ne)s de 4e et 3e.

> Plus d’infos sur leur page Facebook. 

5. Un polar en temps réel !

L’auteur tourangeau Jérémy Bouquin a trouvé que c’était « le moment de feuilletonner ». Ainsi, il a lancé un projet bien sympathique : celui de nous entraîner dans un polar en temps réel.

Créé spécialement pour le Confi-blog de la Bouinotte (à retrouver juste ici), ce feuilleton-polar propose au lecteur, un épisode chaque jour. Les curieux pourront également trouver le titre eux-mêmes !

Quand Charly débarque à Bouge le château en plein confinement, ce n'est certainement pas pour faire du tourisme….Feuilleton berrichon : épisode 3

Posted by Jrmy Bouquin on Thursday, March 26, 2020

 

 

 

 

 

 

Indre-et-Loire : La liste des marchés autorisés

Vingt-six communes ont été autorisées à maintenir un ou plusieurs marchés hebdomadaires pendant le confinement. Un arrêt préfectoral va en ce sens.

L’annonce avait été faite il y a peu par le gouvernement : la tenue de marchés, couverts ou non, serait désormais interdite… sauf dérogation du préfet du département !

A ce titre, la préfète d’Indre-et-Loire Corinne Orzechowski vient d’accorder une dérogation pour la tenue des marchés alimentaires de 26 communes.

A Tours, on notera notamment que les marchés Saint-Paul et des Halles sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Idem pour celui de la Rabière à Joué-lès-Tours.

Voici la liste des marchés autorisés (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

(Document fourni par la Préfecture 37)

La préfecture a bien sûr rappelé que ces autorisations allaient de pair avec le respect de certaines mesures de sécurité : distances sanitaires entre les clients et les étals, respect de l’interdiction de rassembler plus de 100 personnes dans un même lieu et présence de produits issus de circuits courts auprès des commerçants.


> A l’heure actuelle (jeudi 26 mars), 103 cas ont été confirmés en Indre-et-Loire (+17 en 24h), et 3 décès.

 

Covid-19 : Trois centres de consultation médicale vont ouvrir à Tours

La Ville de Tours met en place trois sites de consultation médicale dédiés à la lutte contre la propagation du coronavirus Covid-19.

La Ville de Tours a annoncé, dans un communiqué, qu’elle mettait en place « trois sites de consultation médicale dédiés à la lutte contre la propagation du virus Covid-19 ». Cela se fait en partenariat avec la Communauté professionnelle territoriale de santé O’Tours (CPTS).

L’ouverture des trois centres :

–          SOS Médecins (19 Rue de la Dolve, 37000 Tours) : mercredi 25 mars 2020.

–          Centre médical des Fontaines (Salle familiale, 8 avenue de Milan 37200 Tours ) : jeudi 26 mars 2020

–          Centre médical de Choiseul (Gymnase, 84 rue des Douets 37100 Tours) :  lundi 30 mars 2020

La municipalité tient à préciser qu’à Choiseul et aux Fontaines,  » l’installation du matériel, l’entretien des lieux et la désinfection seront pris en charge tous les jours par les agents de la Ville de Tours. Quant aux déchets médicaux, le CCAS en assurera la gestion ».

Attention toutefois : les patients doivent d’abord appeler leur médecin traitant, afin de savoir vers quel site se diriger !


> Aujourd’hui (mercredi 25 au matin), en Indre-et-Loire, on compte 86 cas confirmés (+15 en 24 h), dont deux décès qui sont survenus lundi. Dans la région, il y a 450 cas confirmés (+89 en 24 h)

A.G.

Live at bunker : des concerts dans votre salon

Si tu ne peux plus aller aux concerts, les concerts viendront à toi. Des musiciens de Tours et de Nantes ont lancé Live at bunker, une page Facebook qui retransmet leurs performances en direct pour les Tourangeaux confinés. Parce que… The show must go on !

Tout nouveau, tout chaud ! Depuis quelques jours seulement, Facebook a vu éclore la page « Live at bunker », alias L.A.B. Des amis musiciens de Tours et de Nantes sont à la manœuvre. Pour apporter « un soutien moral et psychique », ils organisent donc des concerts « dans leurs bunkers respectifs » retransmis en direct sur Facebook, et ce, plusieurs fois par semaine. Ces rendez-vous musicaux ont lieu de 18 h 30 à 19 h 30, tous les deux, trois jours.

« En gros, c’est une idée de mon père que j’ai mis en place, débute Jérôme, Tourangeau du groupe Nash. Il a des bons copains zikos sur Nantes, et moi un bon réseau de zikos sur Tours. L’idée c’est de s’occuper, et d’occuper les gens. Il n’y a plus de concerts, on peut plus s’y déplacer, alors c’est nous qui nous nous déplaçons en soi. »

La fine équipe – ils sont 10 aux manettes – a lancé les retransmissions live et, rapidement, les internautes ont apprécié l’initiative. « Ça a bien fonctionné. Les réseaux sociaux sont bien pour ça, c’est viral, ça rassemble le peuple d’une certaine manière. Et là c’est l’occasion d’apporter un petit quelque chose de sympa durant une période hyper charnière. On vit une véritable expérience sociale. Chacun, et encore plus les gens qui sont seuls chez eux, ont besoin de ce genre de projets, de moments sympas afin de ne pas tomber dans une détresse sociale », souligne Jérôme.

Un exemple de live retransmis récemment sur la page de Live at bunker.

Les petits concerts commencent donc et les musiciens, « bunkerisés » chez eux, se donnent au maximum. « On essaye d’avoir une qualité de son assez bon pour proposer un truc vraiment cool », précise Jérôme, rappelant que les balances sont effectuées sur un groupe privé ! « C’est technique, mine de rien ! »

Les prochains shows auront lieu ce mardi 24 mars, ainsi que vendredi soir et dimanche. Bon concert !


> facebook.com/liveatbunker

Aurélien Germain

 

Coronavirus en Indre-et-Loire : la semaine en chiffres

Cas confirmés, décès, travailleurs en chômage partiel, nombre de masques, collecte de poubelles… On vous dit tout.

[Cet article est rédigé le mardi 24/03 au matin. Les chiffres sont susceptibles de changer]

2

Le nombre de décès liés au Covid-19 en Indre-et-Loire. L’Agence régionale de santé l’a annoncé lundi soir : les deux premières victimes tourangelles étaient âgées de 79 et 89 ans. Il s’agit de deux hommes morts au CHRU de Tours.

361

Le nombre de cas de Covid-19 dans la région Centre Val-de-Loire.

71

C’est le nombre de cas recensés dans le département d’Indre-et-Loire (+7 en 24 h). En Eure-et-Loir, on compte 73 malades, 12 dans le Cher, 33 en Loir-et-Cher et 129 dans le Loiret.

680

Le nombre de places d’hébergement d’urgence ouvertes dans le département, d’après le directeur départemental de la Cohésion sociale.

3

Trois médecins ont décidé de porter plainte contre le gouvernement, dont un médecin tourangeau. Le Dr Emmanuel Sarrazin reproche le « retard » dont le gouvernement se serait rendu coupable dans la prise de décisions pour protéger patients et soignants.

3 : le nombre de pigeons avec qui on s’est fait amis à Plum’.

 

1

Une seule poubelle à sortir, puisque les bacs jaunes (recyclage) et verts ne sont plus ramassés dans Tours Métropole. Depuis le 19 mars, les équipes mettent en place une tournée de ramassage hebdomadaire des bacs à ordures ménagères. Le calendrier, évolutif, peut se retrouver sur tours-metropole.fr

24 h

La Préfecture a précisé que, pour des raisons sanitaires, les particuliers devaient jeter leurs mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié et résistant, fermé, conservé 24 h avant d’être placé dans le sac plastique des ordures ménagères.

243

Le nombre d’entreprises en Indre-et-Loire qui ont pour le moment fait une demande d’activité partielle.

4 074

Le nombre de salariés qui sont pour le moment placés en chômage partiel dans le département d’Indre-et-Loire.

0 €

La Région Centre Val-de-Loire a annoncé la gratuité des transports du réseau Rémi pour les personnels soignants, pompiers et  policiers.

1

En million, le nombre de masques que va acheter la Région Centre, en complément de ce qu’annonce l’Etat. C’est François Bonneau, le président de la Région, qui l’a indiqué.

2

La France (et les Tourangeaux) entament leur deuxième de confinement.

3287

Le nombre de tentations que le journaliste de tmv a en l’espace de 24 h. Non mais vous les avez vus, ces bonbons qui nous font de l’œil ???

A.G.

Place Plumereau : confinement et grise mine

Le moral est en berne place Plumereau. Comme de nombreux autres commerçants, artisans et salariés, on craint « l’après »…

Seul client ce jour-là ? Un… pigeon !

Avec un ciel aussi bleu et un si beau soleil, elle aurait été noire de monde en temps normal : mais là, la Place Plum’ est déserte. Absolument déserte. A part deux ou trois pigeons qui picorent au sol, rien. Même la Civette, le tabac que les noctambules connaissent très bien et qu’on croirait ouvert 24 h/24, est fermé.

Tout autour, les bars et restos ont baissé le rideau. Le gérant d’un des bars de Plum’, venu s’occuper de quelques affaires dans son établissement, semble résigné : « On ne peut rien y faire de toute façon… Le confinement est obligatoire, c’est important pour la suite. Rester chez soi est la seule solution face à cette pandémie. »

Toutefois, c’est bien l’aspect économique que lui et ses collègues redoutent le plus. « C’est certain : ceux qui n’auront pas la trésorerie suffisante risquent bien de disparaître « , assène-t-il.

Lui et un de ses collègues n’imaginent pas un retour à la normale d’ici plusieurs semaines. « Je pense que ce sera vers le 1er mai. Ou le 4, comme pour le retour en classes des élèves« , pense le barman.

Un autre gérant ne préfère pas se faire de faux espoirs. « La date, on n’en sait rien. En attendant, c’est dur, très dur. Leurs histoires de chômage partiel, c’est bien joli mais bon… Il va vraiment falloir nous aider après ça. Aujourd’hui, il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre », lance-t-il, cigarette aux lèvres, fixant une place baignant sous le soleil, mais fantôme.

Deux étudiants, à la fenêtre de leur logement dans une rue adjacente, confient : « C’est vraiment flippant en fait. Il n’y a pas un bruit. Plus un bruit ! », corrige-t-il. Sa coloc, l’air espiègle, enchaîne :  » Ah bah, il va falloir aider les barmen qui auront du mal financièrement. Donc ce qui est sûr, c’est que quand tout reviendra à la normale, on va se faire une de ces fêtes à Plum’! Ca va être épique ! »

 

 

Sélection#1 : Notre top 12 des feel-good movies pour le confinement

On ne va pas se mentir, le confinement peut être difficile pour beaucoup. Tmv pense à vous et a fait une petite sélection de feel-good movies, ces films qui font du bien et qui font sourire. Pour ne pas trop déprimer !

1.Mon voisin Totoro

Pas de méchants, que de la magie, du bonheur et de l’onirisme. Miyazaki accouche ici d’un film d’animation de toute beauté, débordant de poésie et qui fait fondre notre petit cœur tout mou. Esthétique parfaite, personnages que l’on aime de bout en bout, rapport profond à la nature : on dit oui, oui et oui monsieur Miyazaki.

2.The Blues Brothers

De la musique géniale et la plus grosse scène de destruction de voitures du cinéma. Rien qu’avec ça, il est impossible de ne pas se refaire ce film mythique de John Landis (1980), où Dan Aykroyd et John Belushi brillent dans leur costume noir, où pléthore de stars de la musique se succèdent et où le cool se résume à chanter « Eeeverybody, needs sooomebody ».

 

3.La vie rêvée de Walter Mitty

Rarement n’a-t-on vu Ben Stiller aussi juste… Ici, il campe Walter Mitty, homme d’une banalité sans nom, un personnage ordinaire enfermé dans son quotidien qui ne s’évade que dans ses rêves. Un jour, il décide d’embarquer dans un périple incroyable. Le résultat ? Un grand film, une belle aventure, un moment tout en finesse et en poésie, malin et bourré de couleurs saturées. C’est tout en tendresse et ça fait surtout sacrément rêver…

4.Intouchables

On ne présente plus ce succès monumental, emmené par un Omar Sy en pleine forme. Son rire, ses pas de danse, ses vannes et son charisme : tout concorde pour faire de lui la tête pensante et le maître de cette comédie qui fait du bien à la tête.

5.Le livre de la jungle

« Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux… » Cette chanson et un petit retour en enfance grâce au livre de la jungle, par exemple ?

6.Chantons sous la pluie

Le genre de la comédie musicale file déjà le sourire et apaise les esprits. Si, en plus, on vous propose la comédie musicale culte par excellence… On retourne dans les années 50, pour un classique enchanteur et drôle.

7.Un jour sans fin

Le pitch de base était déjà fantastique (être coincé dans une boucle temporelle, tout en donnant un sens à sa vie). Quand en plus, il est porté par l’inénarrable Bill Murray… On se reprend une dose de cette comédie signée Harold Ramis. Et quand on y pense, Un jour sans fin : n’est-ce pas là le résumé de nos journées de confinement actuellement ?

8.Dumb & Dumber

En 1994, Jim Carrey est prêt à conquérir le monde. Le « Mask » revient sur les écrans dans Dumb & Dumber, comédie des frères Farrelly, dans laquelle il incarne la crétinerie absolue. Le film est débilissime à souhait (deux amis spécialistes de l’élevage de lombrics, après un malentendu, partent à la recherche de Mary qui a oublié sa valise… avant de se retrouver au centre d’un complot), mais qu’est-ce que c’est bon de rire en ce moment.

9.Mary à tout prix

Allez, on continue dans le bébête mais drôle avec, de nouveau, les frères Farrelly aux commandes de cette comédie culte des années 90. Un loser, un détective privé, un amour de jeunesse, un imbroglio, des personnages hilarants (Ben Stiller a décidément le chic pour ses rôles de gros boulet), des scènes inoubliables (oui, oui, le gel dans les cheveux…) et des vannes au kilomètre. Qu’est-ce que c’est bon de rire en ce moment (bis).

10.Good Morning England

Porté par sa délicieuse galerie de personnages et un récit sans-faute, Good Morning England est une bouffée d’air frais. Ce zoom sur les radios libres et pirates dans une époque où les pourfendeurs de la liberté d’expression étaient nombreux colle le sourire aux lèvres. Le tout, dopé par une B.O dantesque et 100 % rock’n’roll.

11.Les Miller, une famille en herbe

Bon avouons : c’est notre péché mignon, notre film de la honte. Parce qu’on a beau l’avoir vu un paquet de fois, Les Miller nous fait toujours nous marrer bêtement. L’histoire ? Un dealer de pacotille doit éponger sa dette en passant une grosse cargaison au Mexique. Pour ce faire, il convainc ses voisins (une strip-teaseuse, un puceau, une voyou) de devenir ses complices : en se faisant passer pour une famille modèle, ils ne devraient avoir aucun souci… Autant dire que cette comédie fumante, politiquement incorrecte, se la joue divertissement généreux et improbable, trash tout en en faisant des caisses. Allez, on se le remet pour la 9e fois…

12. Mme Doubtfire

Parce que 1993-1994 a vraiment été la décennie des meilleures comédies US… Parce que ce film est bienveillant… Parce que c’est drôle et émouvant à la fois… Parce que ce long-métrage n’a pas pris une ride… Parce que Robin Williams nous manque.

Prix du roman TMV : les livres sélectionnés

Le 4 juin prochain, le prix du roman TMV distinguera le vainqueur. Voici la liste (et le résumé) des ouvrages en compétition.

 

Avant que j’oublie, d’Anne Pauly, éditions Verdier

A la mort de son père, la narratrice décide de trier méthodiquement ses affaires. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée de ce « gros déglingo » devient un réseau infini de signes et de souvenirs. Que disent de son père étrange ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d’érable ou de papier hygiénique font office de marque-page ? Et puis, un jour, parlant d’outre-tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

 

 

Le répondeur, de Luc Blanvillain, éditions Quidam

Baptiste sait l’art subtil de l’imitation. Il contrefait à la perfection certaines voix, en restitue l’âme, ressuscite celles qui se sont tues. Mais voilà, cela ne paie guère. Maigrement appointé par un théâtre associatif, il gâche son talent. Jusqu’au jour où Jean Chozène, un romancier célèbre et discret, fait appel à ses services. Assiégé par les importuns, les solliciteurs, les mondains, les fâcheux, Chozène a besoin de calme et de temps pour achever son texte le plus ambitieux, le plus intime. Il demande à Baptiste de devenir sa voix au téléphone.

Un été à l’Islette, de Géraldine Jeffroy, éditions Arléa

Eugénie, jeune Parisienne cultivée dont les parents craignent qu’elle ne devienne vieille fille, est engagée comme préceptrice au château de L’Islette, en Touraine. Dans ce décor enchanteur, elle s’attache aussitôt à Marguerite, sa petite élève. Entre deux leçons, Eugénie et l’enfant profitent de ce huis clos champêtre propice au repos et à l’insouciance. Mais lorsque Camille Claudel arrive à L’Islette pour en faire son atelier estival, l’artiste devient l’objet de toutes les attentions et de toutes les fascinations. 

Honoré et moi, de Titiou Lecoq, éditions L’Iconoclaste

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac. » Tout le monde connaît Balzac, mais bien souvent son nom reste associé aux bancs de l’école. Titiou Lecoq décape le personnage. Elle en fait un homme d’aujourd’hui, obsédé par l’argent, le succès, l’amour, dans un monde où le paraître l’emporte sur le reste. Sous sa plume, ce géant de la littérature devient plus vivant que jamais.  

L’ombre du soir, de Malik Zidi, éditions Anne Carrière

Premier roman du comédien Malik Zidi, L’Ombre du soir a été écrit comme on dépose une main courante, des faits sont consignés : par la voix de Mehdi, onze ans, qui grandit sous le règne de la peur, témoin terrorisé par l’échec annoncé de la cellule familiale, l’auteur écrit un roman d’apprentissage. Mehdi, bouleversé par ses premières pulsions d’adulte, grand manitou de l’univers onirique et métaphysique qu’il s’est construit pour survivre à sa famille. Voici Mehdi, un enfant allures de résistant, de combattant, d’amoureux éperdu.

La délibération aura lieu le 4 juin prochain, avec notamment un jury de lecteurs tmv ! A bientôt pour les résultats.

Confinement : quelques verbalisations en Touraine

#Coronavirus Les Tourangeaux semblent dans l’ensemble plutôt respectueux des règles de confinement. Une trentaine de contraventions ont été dressées en zone police et gendarmerie.

 

La rue Nationale, déserte (photo tmv)

Ce vendredi, on entame le quatrième jour de confinement. En pleine crise sanitaire, la préfecture d’Indre-et-Loire a indiqué qu’elle continuait à être fortement sollicitée (124 mails hier, jeudi 19 mars, et 250 coups de téléphone).

Concernant le confinement, il semble « globalement plutôt bien respecté » dans l’ensemble du département. « En zone police, 14 contraventions sur les 398 contrôles menés ont été relevées dans la journée du 19 mars », précise-t-on à la préfecture. Toutes concernaient « des jeunes des quartiers qui sortent sans attestation et en se regroupant ».

Tout comme la place Jean Jaurès (photo tmv)

En zone gendarmerie, où 110 militaires étaient mobilisés, « près de 2 000 véhicules » ont été contrôlés, donnant lieu à 12 verbalisations. « Ces dernières ne concernent que des personnes se déplaçant en voiture également sans attestation. »

Deux policiers, à cheval, tournant hier sur les quais de Loire, nous ont confié leur « dépit » face aux récalcitrants qui n’avaient pas encore pris l’importance de la situation. Rapportant également que certains s’étaient même permis un barbecue…

Jeudi soir, on comptait 41 cas positifs en Indre-et-Loire (cinq de plus en 24 h) et 157 dans toute la région.

A.G.

A Tours, le CHU lance un appel aux dons pour des masques et du gel hydroalcoolique

#Coronavirus Le CHU de Tours demande en urgence des masques et du gel hydroalcoolique. Il a lancé un appel aux dons aux collectivités, institutions et entreprises.

(Photo Facebook CHRU)

En cinq heures, le post Facebook a été partagé plus de 700 fois. Sur les réseaux sociaux, le CHU de Tours a lancé un appel aux dons de masques et de solutions hydroalcooliques « en provenance de collectivités, institutions et entreprises ».

L’hôpital a déjà remercié la Ville de La Riche qui a fait don de masques chirurgicaux.

Le CHU précise également : « Les masques et solutions seront contrôlés strictement et mis en circulation uniquement sur validation de la Pharmacie du CHRU. »

> Pour faire un don, les entreprises et collectivités peuvent adresser leur proposition à la Pharmacie du CHRU, par mail à : secretariat.pharmacie.trousseau@chu-tours.fr

[MISE A JOUR 19/03 à 18 h 16]

A noter également que l’ASSAD-HAD lance également un appel aux dons  afin que ses personnels soignants et ses aides à domicile puissent en être équipés face au coronavirus.

Confinement : « La collecte de sang doit se poursuivre »

L’Etablissement français du sang a fait parvenir un communiqué faisant état du maintien indispensable et demandé par le gouvernement de l’activité de collecte de sang. A Tours et partout en France.

« La collecte de sang ne peut être interrompue durant la période de confinement : les réserves actuelles en globules rouges sont de moins de 15 jours et en plaquettes de moins de 3 jours. Les globules rouges se conservent au maximum 42 jours et les plaquettes 7 jours. »

L’Etablissement français de sang (EFS) a fait parvenir un communiqué dans lequel il explique que la « collecte de sang doit continuer » coûte que coûte, même si la période de confinement n’aide pas.

Pourtant, le don du sang est autorisé. Pour ce faire, il suffit de se munir de son attestation de déplacement et cocher la case « Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants ».

Les déplacements des citoyens se rendant sur une collecte de sang sont effectivement autorisés par les autorités de l’Etat « car les dons sont vitaux et indispensables pour soigner les patients. »

A NOTER :

– Les gestes barrières doivent être respectés
– On n’y va pas si on présente des symptômes grippaux
– Tous les donneurs doivent respecter des distances de sécurité
– Le parcours donneurs a été modifié et un lavage des mains est imposé avant et après
– Le personnel est équipé de masques
– Le coronavirus est un virus respiratoire ; il ne se transmet pas par le sang

A.G.


> Prise de rendez-vous pour un don à la Maison du don-EFS de Tours à l’hôpital Bretonneau au 02 47 36 01 01.
> Collecte le 20 mars, à Veigné, à la salle des fêtes, rue du Poitou, de 15 h 30 à 19 h.
> Collecte le 23 mars, à Monts, à l’espace Jean- Cocteau, de 15 h à 19 h.
> Pour savoir où et quand donner rendez-vous sur dondesang.efs.sante.fr ou sur l’application « Don de sang »

 

Message à nos lectrices et lecteurs : Non-parution de TMV Tours

En raison de la situation sanitaire actuelle et des dernières recommandations gouvernementales, nous ne pouvons assurer la distribution habituelle de Tmv.

⚠️ INFORMATION IMPORTANTE⚠️

#Coronavirus / Non-parution de TMV

 
C’est avec le cœur lourd que nous vous rédigeons ce message. Eu égard aux dernières mesures gouvernementales et à la situation sanitaire actuelle, il devient désormais quasi-impossible de diffuser TMV que ce soit dans la rue, de la main à la main, ou en dépôt dans les commerces habituels (bars, restaurants). Notre modèle de distribution, en tant qu’hebdomadaire gratuit et local, ne le permet pas dans une situation si particulière. Qui plus est, nos rubriques habituelles (pages culture, sorties, sport, resto, cinéma…) ne sont pour le moment plus réalisables.
 
Par conséquent, il n’y aura pas de TMV mercredi. La publication est momentanément suspendue.
 
Le moment est difficile pour tout le monde. Nous revenons le plus vite possible et espérons que vous comprendrez la situation délicate qui amène à faire ce choix. En attendant, prenez soin de vous et de votre santé, pensez aux autres, soyons toutes et tous responsables pour un chouette retour à la normale. 💪
➡️Nous restons évidemment disponibles sur nos réseaux sociaux ou par mail (redac@tmvtours.fr) si vous avez besoin de quoique ce soit ; vous pouvez aussi visiter notre site internet.
 
Cœur sur vous et courage ❤️ (Même l’astrologue de tmv vous aime !)


[MISE A JOUR 18/03, 20 h 35 : toute la rédaction de tmv souhaitait à vous remercier pour vos gentils messages reçus ces dernières heures. Cela nous touche énormément]

Horoscope WTF du 17 mars (quand on est en confinement)

Pas de tmv cette semaine, certes, mais l’astrologue a tenu à publier tout de même son horoscope WTF. Histoire de vous accompagner en confinement.

Bélier

Amour

Oh bah dis, c’est la poêle qui se moque du chaudron là. 

Gloire

Mieux vaut une brioche qui dépasse du pull qu’une baguette qui dépasse de la braguette.

Beauté

(vous aimez nos conseils avisés, hein ?)  

Taureau

Amour

Quand on veut que le travail soit bien fait, on le fait soi-même. Z’avez compris… ? 

Gloire

Vos gaz intestinaux vous causeront préjudice au travail.

Beauté

Vous serrer dans nos bras nous rappelle que vous avez finalement la carrure d’une Knacki.

Gémeaux

Amour

Cette semaine, vous coucherez avec votre pote Paul Ochon. (haha, qu’est-ce qu’on s’marre… rah, tout fout l’camp dans cet horoscope moisi)

Gloire

Dur dur au boulot, car vous avez le nez dans le guidon. Normal, ce n’est jamais facile de travailler sur un vélo (haha, qu’est-ce qu’on s’marre…rah, blabla)

Beauté

Bon bah du coup, voilà, c’est fini. A+ !

Cancer

Amour

Étrange d’avoir caché votre fétichisme des pieds si longtemps.

Gloire

Car vous étiez sur la route, toute la sainte journée. Et vous n’avez pas vu le doute en toi s’immiscer, mais bon. 

Beauté

Printemps pluvieux, string malheureux. A+ ! 

Lion

Amour

Massez le bulbe de l’être aimé.

Gloire

Jour de chance. Vous jouerez à shifumi avec un homme-tronc et vous gagnerez. 

Beauté

Lion rime avec constipation. On dit ça, on dit rien.

Vierge

Amour

Oh le vide.  

Gloire

Vos collègues ne vous aiment pas. Ouais, ça en fout un coup d’apprendre ça dans l’horoscope, mes p’tits gnous. 

Beauté

Telle la moufette, vous êtes réputé(e) pour vos sécrétions de liquide malodorant en cas de menace.

Balance

Amour

Comme le disait Jésus : « Cupidon est un peu con. » 

Gloire

Le saviez-vous ? Balance est le meilleur signe du monde entier de l’univers.

Beauté

Votre bidon est comme la planète Terre. Vous pensez qu’il est plat, mais en fait il est rond.

Scorpion

Amour

Côté sexe, vous êtes en PDI (Pause à Durée Indéterminée). 

Gloire

Ne pas vous voir quotidiennement est aussi douloureux que de se couper avec une feuille de papier.

Beauté

Oui ouiii on sait, vos abdos sont cachés pour l’instant, car il fait froid, tout ça tout çaaa.

Sagittaire

Amour

L’étoile de Mimie Mathy indique qu’en ce moment, vous faites nain-porte quoi (pouet pouet)

Gloire

Vous avez Bac+12 en je m’en foutisme.   

Beauté

Vous sentez bon des genoux. 

Capricorne

Amour

L’amour, c’est comme un slip. Parfois, c’est chiant de se le coltiner toute la journée. 

Gloire

Vous le savez, vous, que les M&M’s crispy sont là, LES M&M’S CRISPY SONT LÀ ! 

Beauté

La personne classe que vous êtes ne pète pas. Elle murmure des fesses, voilà tout.

Verseau

Amour

Bientôt le printemps ! Votre libido va bourgeonner… 

Gloire

…  avant de se prendre le retour du gel d’ici peu. Oupsi !

Beauté

La constellation du Coronavirus vous indique que c’est le bon moment pour arrêter de serrer toutes ces paluches dégueu et faire la bise à ces joues infâmes. 

Poissons

Amour

Vous savez que vous êtes un bandit ? Car vous braquez les cœurs. POOOOH.

Gloire

(on déconne. Vous ne valez pas grand-chose en drague)

Beauté

Le front lisse mais brillant. 

Vladimir Cauchemar se rajoute à l’affiche d’Yzeures’n’Rock

Le festival se déroulera du 31 juillet au 2 août, à Yzeures-sur-Creuse.

Leur petite surprise a pu passer inaperçue dans le flot d’informations estampillées « coronavirus »… Pourtant, c’est un bien joli nom que le festival Yzeures’n’Rock a ajouté à son affiche : VLADIMIR CAUCHEMAR !
Pour rappel, Vladimir Cauchemar, c’est un clip (et une chanson) devenu culte :

Un nom qui vient s’ajouter aux autres groupes et artistes déjà nombreux : Babylon Circus, les fous furieux d’Ultra Vomit, – M – , Thérapie Taxi, Moha La Squale, Suzane ou encore 47TER, les Tourangeaux de Nash et… Nekfeu, l’une des têtes d’affiche.

Le festival se déroulera du 31 juillet au 2 août prochains, à Yzeures-sur-Creuse (pass 3 jours : 72 €), à 1 heure de Tours.

 

Collecte des déchets recyclables suspendue et stationnement gratuit

#Coronavirus Finie, la collecte des déchets verts et recyclables dans Tours et sa métropole. Quant au fait de se garer à Tours, ce sera désormais gratuit.

(Photo NR archives)

Les déchets recyclables ne sont plus ramassés

A partir de maintenant, la Métropole de Tours continuera de réaliser la collecte des déchets ménagers, mais à un rythme moindre.

Toutefois, il a été décidé que la collecte des déchets recyclables (bacs jaunes) et verts (bacs verts) allait être suspendue. Ceci intervient évidemment en pleine crise sanitaire et des récentes annonces gouvernementales.

Pour les ordures ménagères, il est demandé aux habitants de laisser les bacs sortis « sans tenir compte des jours et heures habituelles de collecte ».

Les déchetteries sont fermées, les demandes de rendez-vous pour enlever ses encombrants sont suspendues.

On se gare gratuitement !

A  noter également que le maire Christophe Bouchet a annoncé qu’à Tours, dès aujourd’hui, le stationnement serait gratuit jusqu’à la fin de la période de confinement.

A.G.

Aucard de Tours : les derniers noms !

Acid Arab Live, Grauss Boutique ou encore Borokov Borokov… Le festival Aucard de Tours a annoncé les 16 derniers noms de son affiche.

Et hop ! Le festival Aucard de Tours vient d’annoncer les derniers noms de son affiche. Au programme ?

ACID ARAB LIVE (Electro Trad – Paris) 
DREAM WIFE (Garage Pop Punk – Londres, UK)
TR/ST (Gothwave/Dark Pop – Toronto, CA)
SAMPA THE GREAT (Hip-Hop – Melbourne, AUS)
HMLTD (Art Rock – Londres, UK)
ANNABEL LEE (Garage Pop – Bruxelles- BE)
JUNIORE (Pop psyché – Paris)
DJ LAG (Gqom – Durban – AFS)
LADY BIRD (Punk Rock – Kent – UK)
MURMAN TSULADZE (New Wave / Post pop soviétique – Tbilissi/Paris, Géogie/France)
BOROKOV BOROKOV (Electro – Anvers – BE)
 
MARBLE ARCH (Dream Pop Shoegaze – Paris)
ATOEM (Techno Electronica – Rennes)
GRAUSS BOUTIQUE (Math Rock – Tours)
LES PRINCES DU ROCK (Rock Psyché – Tours)
UNITY VIBES HIFI invite ROOTS RAID feat. COOKAH, JR ROY, TONTO ADDI (Dub corner)


> La 35e édition du festival se déroulera du 9 au 13 juin 2020, au Parc de la Gloriette à Tours.

Basket : Vincent Pourchot tient le haut du panier

Il s’était éloigné des parquets, en raison d’une vilaine blessure. Mais Vincent Pourchot est de retour. Une bonne nouvelle pour l’UTBM.

Vincent Pourchot, de l’UTBM (photo Julien Pruvost)

Victime d’une rupture partielle du ligament croisé antérieur, le 16 décembre dernier lors du match victorieux contre Dax (123-113, après deux prolongations), Vincent Pourchot est éloigné des parquets de basket depuis trois mois.

Mais son retour au sein de l’équipe première de l’UTBM est prévu pour très bientôt. « C’est mon ressenti qui primera », nous confiait-il il y a quelques jours. Son retour, sans doute pour quelques minutes de jeu tout d’abord, est une bonne nouvelle pour l’UTBM.

Car en fin de semaine, le club entame contre Avignon, la seconde phase du Championnat dont l’issue pourrait bien déboucher sur une accession en Pro B. « En début de saison, nous savions que nous possédions un groupe fort, équilibré avec un bon collectif, analyse le pivot de 27 ans et 2,22 m sous la toise. Et la sauce a pris très rapidement. »

« On peut atteindre notre objectif »

Les compteurs pratiquement remis à zéro, les dix équipes – les cinq premières de chaque groupe – sont sur la ligne de départ avec un court avantage à Chartres. « Seuls comptent les résultats entre équipe de chaque groupe et Chartres a quasiment fait un sans-faute, poursuit Vincent Pourchot. Nous savons de notre côté qu’en faisant un parcours parfait, on peut atteindre notre objectif. »

Gonflé à bloc après un gros travail de rééducation effectué à Capbreton, le pivot tourangeau revient très fort après avoir accusé le coup lors de sa blessure. Auteur de 24 points lors du match du 16 décembre contre Dax, Vincent Pourchot était alors en plein boom, affolant les stats grâce à sa présence au rebond et son efficacité aux tirs. « Ça a été dur. On a parlé d’opération et puis d’un très long repos. Aujourd’hui, je suis revenu sur de bonnes bases. »

Croisant rugbymen du Top 14 en convalescence ainsi que d’autres basketteurs, il a sué pour espérer revenir au plus vite. « Du matin au soir, j’avais un plan de travail très précis et désormais tout va bien », confie-t-il. L’UTBM pourrait bien être dans les prochaines semaines la nouvelle rampe de lancement de celui qui, il n’y a pas si longtemps, était la doublure de Rudy Gobert dans les équipes de France jeunes.

Thierry Mathiot

Mise à jour 13/03 9 h 55 :

Tous les matchs de basket sont annulés jusqu’au 31 mars.

 

Don’t feed the alligators : ils fêtent la mort sous chapiteau

La Compagnie de nouveau cirque 100 issues va jouer au 37e parallèle Don’t feed the alligators, sa dernière création sur… la mort.

Si la mort ne craint personne, eux n’hésitent pas à se jouer d’elle. Pour leur septième création, les artistes de la Compagnie de nouveau cirque 100 issues se sont lancés dans un spectacle interrogeant les 1000 facettes de la Grande Faucheuse.

« Pourquoi est-elle célébrée dans certains pays et pas dans d’autres ? », s’interroge Simon Remaud, technicien-musicien de la formation. « Pourquoi n’est-elle triste que dans certaines cultures ? ». « Une fois par an, au Mexique, elle est fêtée de façon très joyeuse au cimetière », ajoute Grit Krausse, responsable de la diffusion de Don’t feed the alligators.

Cirque, manga et Bollywood

Des questions existentielles qui ont incité les artistes, une dizaine sur scène, à revisiter les rites qui l’entourent, les façons de la célébrer, « avec humour et dérision, profondeur et émotion », décrivent-ils, dans une mise en scène de Lorca Renoux. Pour l’occasion, la compagnie basée à Joué-lès-Tours, a construit « Dame Brigitte », un chapiteau de 375 places.

Le spectacle, se revendiquant de l’influence du cirque, du manga, de l’anthropologie ou de Bollywood, rassemblera les ingrédients phare de 100 issues : « la musique live, le mât chinois et la danse », résume Simon Renaud. Mais aussi de la corde volante, de la contorsion, du trapèze ou encore du fouet !

Une création jouée les 10 et 11 avril prochains dans la cour du 37e parallèle et en co-réalisation avec ce centre de création de spectacle vivant, qui les a accueillis en résidence. Le spectacle, soutenu par le Label Rayon Frais de la Ville de Tours, est proposé dans le cadre de la Préfiguration du festival International de Cirque en Val-de-Loire.

Que les inquiets de nature se rassurent, « on rit beaucoup dans Don’t feed the alligators », assure Romain Pachot, administrateur et musicien de 100 issues. Du rire accessible aux enfants à partir de 9 ans.


> Les 10 et 11 avril, à 20 h 30, au 37e parallèle, allée Roger Lecotte à Tours. Ouverture à 19 h avec une petite restauration. Tarifs : de 12 à 15 €, 8 € pour les 7 – 16 ans.

La Table ronde : pour bien festoyer

Tout au fond de la rue Colbert se trouve La Table Ronde. Pas besoin de venir en armure si vous voulez goûter à cette cuisine maison et à leur belle sélection de vins.

Il est de ces heureux hasards… Pour tout vous dire, nous étions au départ partis pour chroniquer un tout autre restaurant dans la rue Colbert. Mais malins que nous sommes (sous-entendu : oups, on n’a pas pensé réserver), notre premier choix était littéralement complet de chez complet. Flûte. Par chance, en traînaillant quelque peu, voilà que l’on tombe nez à nez avec La Table ronde.

Quoi ? Honte à nous, fessez-nous sur la place publique, la chose n’avait encore jamais été testée par tmv. C’est donc parti pour y festoyer. Ce jour-là, l’établissement fêtait tout juste ses un an. Calée au fin fond de la rue depuis 2019, La Table ronde opte pour la bonne cuisine maison couplée aux bons vins (très jolie sélection d’ailleurs).

Le midi, on peut tenter le menu du jour à 18 € entrée, plat, dessert. Ce jour-là, par exemple, le chef avait choisi une salade de saumon fumé, pomme et ricotta, suivi d’un sauté de poulet mariné au citron, curry coco. À la carte en revanche, les tarifs sont tout de même plus élevés et pas forcément pour toutes les bourses : 20 € le plat ou 17 € pour le végé.

Saint-jacques à l’unilatérale

Après avoir admiré l’affiche de concert de Queen du 16 avril 1974 côté déco (en voilà des gens de bon goût dans ce resto), notre plat arrive, le fumet titille les narines. Préparées à l’unilatérale, les saint-jacques sont poêlées comme il faut, pleines de goût, habilement portées par de l’huile de citron vert et du gingembre. La cuisson est parfaitement maîtrisée. La petite salade qui les accompagne offre une saveur singulière : chouette, une petite tranche de clémentine parfume le tout. Enfin, dans une cassolette, on retrouve une purée crémeuse de chou-fleur – quel régal ! – sur laquelle on a craqué.

Au final, une cuisine fine, dans un cadre chaleureux, avec service efficace à la clé. Reste plus qu’à retourner à La Table ronde pour goûter au reste de la carte… et au chouchen. Eh, on est chevalier ou on ne l’est pas !

Aurélien Germain


> L’addition : Repas du midi à 18 € (complet) ou 14 € (entrée + plat ou plat + dessert). À la carte, 10 à 15 € l’entrée, de 17 à 20 € le plat et comptez 8 ou 9 € pour le dessert. Le « menu du chevalier » affiche 30 € (complet) ou 25 € (entrée + plat ou plat + dessert). Menu enfant à 12 €.

> 126 rue Colbert à Tours. Contact Tél. : 02 47 64 25 88, Site : latableronde37.eatbu.com Mail restaurantlatableronde@orange.fr et sur Facebook.  Le restaurant est ouvert du mercredi au dimanche, midi et soir.

Le Hellfest fête sa 15e édition (et on y sera évidemment !)

19, 20 et 21 juin : notez bien ces dates, ce sont celles de la 15e édition du Hellfest, à Clisson, près de Nantes. Et comme toujours, la rédac’ de Tmv y fera un tour pour vous ramener des souvenirs.

J-100 !

L’an dernier, il avait fallu moins de 2 heures pour que les 55 000 pass 3 jours pour le Hellfest soient vendus. Pour cette édition 2020, cela aura été encore plus… rapide ! Quant aux pass 1 jour, mis en vente il y a quelques semaines, ils se sont envolés en 15 minutes (et même 5 pour la place du dimanche).

Comme chaque année, le festival de metal situé à Clisson a fait fort ! Et comme chaque année, la rédac’ de TMV va venir secouer sa tignasse durant trois jours au Hellfest. Vous retrouverez (le temps qu’on se remette de nos émotions, bien sûr, et de nos 72 heures sans sommeil) un compte-rendu des concerts, de l’ambiance, ainsi que photos et vidéos dans notre « live report » qui sera publié ici-même vers la fin juin.

(Photo archives TMV)

En attendant, on rappelle que la Grand-messe métallique a prévu du lourd pour sa 15e édition :
VENDREDI : on pourra compter sur DEFTONES, INCUBUS, et THE OFFSPRING en haut de l’affiche pour un petit retour en adolescence.  Mais on ira surtout se dépoussiérer les esgourdes sur le black metal de MAYHEM, le gros death old school d’OBITUARY, avant de plonger dans le doom pachydermique et psyché d’ELECTRIC WIZARD.
On fera aussi un tour à MASTODON, BODY COUNT (qui devrait provoquer un sacré raz-de-marée) et les SUICIDAL TENDENCIES.

SAMEDI : les « vieux » groupes ne sont pas morts. La preuve, puisque DEEP PURPLE tient une place de choix sur cette journée avec SOCIAL DISTORTION. Côté tête d’affiche, place à FAITH NO MORE ! On attend évidemment énormément de la doublette WARDRUNA et THE HU (un groupe qui mélange sonorités metal et musique traditionnelle mongole pour un rendu absolument gé-nial !).
Pour le fun, AIRBOURNE et STEEL PANTHER devraient faire couler quelques litres de bière (et de gens tout nus pour le second !).

DIMANCHE : pour finir en beauté, KORN et SYSTEM OF A DOWN clôtureront la soirée (oui, oui, retour dans les années 90-2000 !), épaulés de JUDAS PRIEST qui fêtera ses 50 ans d’existence (et bim le coup de vieux). Impossible également de louper la cérémonie spéciale prévue par WATAIN, le romantisme de DYING FETUS, la grosse surprise TWIN TEMPLE (on vous laisse découvrir ça sur youtube…) ou encore le très costaud JINJER qui cartonne un peu partout dans le monde en ce moment.

On se donne donc rendez-vous du 19 au 21 juin prochains pour fêter comme il se doit l’été et la musique… et le gros metal qui dégouline !


> A noter que, le 29 avril, une warm-up Hellfest se déroulera au Temps Machine avec le concert de Benighted, Shaârgot et les locaux de Töter Fisch ! 

Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

 

Abdou, l’écrivain public du Sanitas

Abderrahmane Marzouki n’est pas un écrivain classique. Il est écrivain public. Sa mission : aider les personnes en difficulté à remplir des documents administratifs et tisser aussi du lien social.

 

Tout le monde ici l’appelle Abdou. Au centre social Pluriel(le)s, dans le quartier du Sanitas, il occupe un tout petit bureau surchauffé par les bouches d’aération du sol et tapi de papiers en tout genre. Coupures de presse, affiches, livres, ornent son antre.

« Souvent on me dit qu’il y a du désordre. Ce n’est pas faux mais c’est fait exprès. Car j’ai plein de choses à communiquer aux gens. » Abdou est ainsi : généreux et curieux. Son bureau est en effet un joyeux mélange entre ses centres d’intérêts : l’écrivain public qu’il est, l’homme militant aux convictions écologiques qui le nourrit.

Il reçoit autour d’un thé ou café bio et de dattes pour sucrer. La confiance s’établit immédiatement avec ceux qu’il reçoit. Ce jour-là, un jeune homme vient lui demander de l’aide pour remplir un papier consécutif à un arrêt de travail dû à un accident. Abdou, petite voix basse et douce rassurante, le guide, patiemment, lui glissant au passage des conseils en écriture.

Un côté social central

« Attention, je ne suis pas un dactylo, précise Abdou. La difficulté rencontrée bien souvent par les gens c’est de prendre son temps pour écrire distinctement, il y a des confusions de lettres. L’idée est de les orienter vers l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Mon travail est de les aider pour écrire des imprimés CERFA, administratifs le plus souvent mais aussi des recours. Mon second rôle est de les orienter vers les bonnes structures. »

Le côté social est en effet central, particulièrement ici au Sanitas où Abdou, bien implanté, « tisse des liens pour eux, essaie d’ajouter à leur carnet d’adresses des personnes de confiance. Je suis arabophone alors ça facilite les choses dans le quartier. » Lui qui a démarré dans l’insertion des jeunes porte depuis 2004 le titre d’« écrivain public pour l’accès au droit. »

À sa connaissance, le seul à temps plein dans le département, même si certains exercent quelques heures dans d’autres centres sociaux. Claire, retraitée de la mairie l’épaule 2 heures par semaine : « Il y aurait autant d’heures que de disponibilités », plaisante-t-il. Le bouche à oreille fonctionne. »

Pourtant, écrivain public demeure un métier méconnu, presque confidentiel. Pour preuve, « Macron l’a cité comme un métier nouveau qu’il faut développer ! » Abdou en sourit, en briscard de l’écriture au service des autres depuis tant d’années. La semaine dernière, il a d’ailleurs reçu ce joli compliment « Quand vous écrivez quelque chose, ça réussit, vous avez la main heureuse. »

Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 11 au 17 mars 2020

Courage aux Taureaux qui sont cette semaine sous l’influence (néfaste) du K-Maro.

Bélier

Amour

Yihaaaaaaa, vous êtes en rut comme un chameau en ce moment.

Gloire

Cette semaine, vous grimperez l’escalier de la honte marche après marche.

Beauté

Ah, vos tétons vacillent. C’est signe de mauvais temps ce week-end !

Taureau

Amour

L’étoile du K-maro vous invite à donne-moi ton coeur, baby, ton corps baby, je veux une femme like you.

Gloire

Un pour tous, tous bourrés !

Beauté

Quand on appuie sur votre ventre, c’est tout mou.

Gémeaux

Amour

La constellation du Pierre Perret vous annonce que tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi.

Gloire

Tel un participant de Star Academy, vous allez connaître votre trimestre de gloire.

Beauté

Curez-vous le nombril, c’est tout sale là-dedans.

Cancer

Amour

Une étude montre que les infidèles vivent plus longtemps. Vous serez donc centenaire.

Gloire

Tout vient à point à qui sait attendre. C’est-à-dire pas vous.

Beauté

Vous sentez les transports en commun un après-midi d’été.

Lion

Amour

Ôtez-moi d’un doute : vous avez vraiment aimé votre ex, ce bidule-là ?

Gloire

Votre prénom n’est pas très beau, n’est-ce pas ?

Beauté

Un passage sur Doctissimo vous apprendra que vous avez la lèpre, une pneumonie et un ongle incarné. Dur.

Vierge

Amour

En enlevant une lettre à Vierge, ça fait verge. Ce qui prouve que vous êtes un(e) sacré(e) dégueulasse.

Gloire

Waouw, quelle autorité ! On dirait un chaton castré.

Beauté

Vous avez le charisme d’une poutre.

Balance

Amour

Sous la couette, vous êtes aussi vivace qu’une feuille de laitue.

Gloire

Les reproches vous glissent dessus. (normal, vous avez la peau grasse)

Beauté

Tous à poil ! Ensuite on avisera.

Scorpion

Amour

Bon, la théorie c’est bien deux minutes, mais quand passez-vous à la pratique ?

Gloire

Vous courez après vos rêves. Mais vous êtes trop lent(e) pour les rattraper.

Beauté

Vous pourriez un peu remonter votre pantalon s’il vous plaît ? Pour nous éviter ce genre de visions…

Sagittaire

Amour

Ces petits grognements de phacochère pendant l’amour, c’est fait exprès ?

Gloire

Selon une étude menée en 2011, un téléphone portable sur 6 présente des traces de matières fécales. Allez, A+ !

Beauté

(En plus, pour une fois, c’est vrai. On raconte même pas de conneries !)

Capricorne

Amour

Dans le love game, vous êtes un Saint-Emilion grand cru ; les autres ne sont que de vulgaires bouteilles de piquette.

Gloire

Vous avez la tendresse d’un rouleau de PQ triple épaisseur.

Beauté

Force est de constater que vous ressemblez à Dora l’exploratrice.

Verseau

Amour

Vos nuits riment avec ennui. Allez A+ !

Gloire

Hé dites, les p’tits prouts, c’est pas bien de prendre les gens pour des jambons.

Beauté

LOL.

Poissons

Amour

Snif… vous sentez ? C’est l’odeur du vent que vous allez vous prendre demain.

Gloire

Stevie Wonder voit bien que tout est mal barré pour vous

Beauté

Vous avez la pilosité d’un kiwi, c’est assez mignon.

Coronavirus : psychose et parano

Alors qu’un 5e cas de coronavirus a été relevé en Indre-et-Loire lundi, la psychose s’installe jusque dans les rayons des supermarchés. La préfète rappelle qu’il ne faut pas céder à la parano.

Les rayons dévalisés… (Photo Julien Pruvost)

Les faits

L’Indre-et-Loire compte désormais 5 cas de coronavirus (à l’heure où nous mettons sous presse, le 9 mars). Dix-sept malades sont recensés en Région Centre-Val de Loire, d’après l’Agence régionale de santé (ARS). Rien d’alarmant, leur état de santé n’inspirant pas d’inquiétude. Pourtant, comme partout en France, la psychose gagne du terrain à Tours et dans le département.

Il y a quelques jours, un passage à Auchan-Saint-Cyr (voir photo) ou aux Atlantes suffisait pour s’apercevoir que certains rayons étaient dévalisés, notamment au niveau des pâtes et des conserves. « J’ai aussi encaissé une cliente qui venait d’acheter… 27 flacons de gel hydroalcoolique ! », nous a confié une hôtesse de caisse. Côté pharmacies, produits pour se désinfecter les mains et thermomètres partent comme des petits pains.

Dans le monde du spectacle, le stress guette. Début mars, la jauge du Japan Tours festival avait été restreinte. Désormais, des dates sont annulées ou reportées. À Tours, Dadju qui devait se produire devant 6 000 personnes ce 14 mars se voit repoussé au 29 octobre au Parc expo.

Le contexte

Cinq cas en Indre-et-Loire, 7 dans le Loiret et 5 en Eure-et-Loir : les chiffres peuvent évoluer d’ici notre parution, évidemment, car le CHU de Tours recense une quinzaine de cas suspects par jour. Lundi, le gouvernement français a annoncé interdire tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes (sauf manifestations, concours et recours aux transports en commun).

Le point de vue

« Il n’y a pas, à cette heure, d’inquiétude », a tenu à rappeler la préfète Corinne Orzechowski, dans une interview à la NR, en faisant référence aux cas détectés dans le département. Soulignant que ce n’était « pas grand chose » si on le comparait « au nombre de personnes malades de la grippe », elle précise tout de même que la situation peut évoluer.

Enfin, concernant la psychose et les rayons dévalisés, Mme Orzechowski dit : « Je comprends que les gens puissent être inquiets et prévoyants. Aujourd’hui, on se prépare à tout, parce que l’information est répétée en boucle. Pour autant, il ne faut pas céder à la parano. Faire des réserves aujourd’hui est inutile. » Aurélien Germain

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (ENFANCE)

[5/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le dernier épisode de notre série avec tout ce qui concerne le monde de l’enfance.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Vivre en ville, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


ENFANCE

♦Mathieu, papa fraîchement débarqué : « Nous sommes agréablement surpris »

Nous sommes arrivés à Tours en août 2019 avec ma femme Ingrid et nos filles Camille et Pauline. Nous n’avons donc pas encore beaucoup de recul, mais sommes agréablement surpris par pas mal de choses. À commencer par l’inscription à l’école : il y en a plusieurs prés de chez nous, du côté de Liberté / Prébendes, et nous avons pu choisir. L’accueil périscolaire du mercredi est moins flexible qu’à Pontoise où nous vivions avant, mais pour le soir, ça se passe bien. Il faudrait par contre faire quelque chose pour l’entretien des bâtiments, qui mériteraient des rénovations. Et si nous avons choisi Tours, une grande ville, c’est pour pouvoir profiter des équipements culturels et sportifs, notamment les spectacles ou ateliers pour enfants. Ce n’est pas toujours facile de se tenir au courant de tout ce qui existe à ce niveau-là… mais on y travaille !

♦Arthur, créateur des micro-crèches : « Tours a vraiment une offre de plus en plus variée »

La Pouponnière Lorsque j’ai ouvert la première Pouponnière, quartier Saint-Eloi, en 2013, il y avait très peu de structures de ce genre à Tours. Depuis, il y a eu un vrai boom ! De notre côté, nous avons maintenant trois micro-crèches et dix salariés. Et à l’échelle de la ville, l’offre s’est fortement développée et diversifiée.

En l’espace de six ans, de plus en plus de besoins des parents ont été couverts par toutes ces structures. On trouve aujourd’hui aussi bien des petites entreprises que des grands groupes du secteur, pour des profils variés. La crèche proche de la gare SNCF va ainsi accueillir les enfants des parents qui prennent le train pour aller au travail, celles des Deux-Lions s’adressent aux salariés et habitants du quartier… Sans oublier les assistantes maternelles ou les structures municipales ! Même si tous les besoins ne sont pas encore couverts et que la demande reste forte, Tours a vraiment une offre de plus en plus variée, et c’est tant mieux ! Car l’idéal est que les parents puissent trouver le mode de garde qui correspond à leur mode de vie et à leurs valeurs.

♦Delphine et Claire, moteurs du Bar Bidule : « Développer les activités pour les 0-3 ans »

Sortir avec son enfant n’est pas vraiment facile, et c’est donc la raison d’être du Bar Bidule, association et lieu pour les familles que nous avons repris en 2018. Ici, on vient en famille, prendre le goûter, jouer, rencontrer d’autres parents et enfants. C’est une respiration pour les pères et mères, et une occasion de se socialiser pour les enfants, sans compter les spectacles et ateliers qui permettent de découvrir d’autres horizons. Les médiathèques et les ludothèques ont beaucoup amélioré leur accueil famille dans ces domaines-là, c’est super !

Peut-être peut-on développer encore plus les activités pour les 0-3 ans, car c’est sur cette tranche d’âge que nos activités ont le plus de succès, et sont le plus demandées, il y a donc un vrai besoin de la part des familles. À l’extérieur, pourquoi ne pas développer les parcs et leurs jeux pour enfants, en laissant plus de place à l’imagination et à la rencontre ? Finalement, c’est l’espace public qu’il faudrait repenser, pour inciter à la rencontre, quel que soit l’âge !

♦Amina, pré-ado hyperactive : « Un parc d’attractions permanent en ville »
J’ai 11 ans et j’habite Tours-Nord. J’ai déjà fait de la gym, du basket et du foot… Avec tous les clubs qu’il y a, j’ai pu essayer ce qui me plaisait. Bon, j’ai abandonné assez vite, mais je ne me plains pas ! Si vraiment je devais réaliser un rêve, ce serait d’avoir un parc d’attractions permanent en ville… ou au moins une salle pour faire du roller quand on veut !

♦Isabelle, mamie en vadrouille : « Développer des lieux comme le Bar Bidule »
J’habite en bord de mer mais je viens souvent rendre visite à ma fille, et garder ma petite-fille de quatre ans. Elle adore être dehors ! On passe donc du temps au jardin des Prébendes, et j’aime l’emmener au cinéma ou à la librairie pour lire ensemble. Je viens de découvrir le Bar Bidule, et une chose est sûre : il faut développer plus de lieux comme celui-ci, où on peut aller et venir en famille, et en parler dans les écoles, pour que les familles sachent qu’elles peuvent sortir sans se compliquer la vie.

Propos recueillis par : Maud Martinez


CHIFFRES

>3 429 Bébés nés à Tours en 2019, d’après les registres d’état civil. Une légère baisse par rapport à 2018 (3510 naissances). Et Gabriel et Emma sont les deux prénoms-stars.

>1881 C’est l’année de création de l’hôpital Clocheville, qui veille sur la santé de nos têtes blondes.

>58 écoles primaires et maternelles publiques à Tours

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (VIVRE EN VILLE / ENVIRONNEMENT)

[4/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le quatrième épisode de notre série : cette fois, le côté vivre en ville, environnement.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Vivre en ville/Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


VIVRE EN VILLE / ENVIRONNEMENT

♦Céline des Deux-Lions : « Avoir le parc de la Gloriette à deux pas, c’est un vrai plaisir ! »

Installés en famille aux Deux-Lions depuis 2012, nous avons vu le quartier évoluer. Avec le tramway, les lignes de bus vers le lycée pour notre fille, un vélo électrique qui me permet d’aller travailler, et une voiture pour les grosses courses, nous sommes vraiment proches de tout. Et pour le restaurant ou le cinéma, on est à côté ! Je n’ai encore jamais vu le quartier sans une grue à l’horizon, et cela m’inquiète un peu : cela se construit toujours plus, et les espaces verts rapetissent… Mais ce que j’espère surtout, c’est voir apparaître une vraie vie de quartier, avec plein de commerces de proximité.

♦David, Coprésident du Collectif Cycliste 37 : « Que le vélo ait sa place »
Tours a été reconstruite après-guerre avec la voiture comme seul mode de déplacement. Le passage de l’A10 en plein cœur de ville en est l’exemple le plus criant. Le Collectif Cycliste 37 milite donc pour que le vélo ait sa place, car selon nous, la ville idéale est celle qui tiendra compte de toutes les mobilités, en favorisant en priorité les mobilités actives que sont la marche et le vélo. Viennent ensuite les transports en commun et la voiture n’est qu’en dernière place dans cette nouvelle hiérarchie des moyens de transport, qui répond aussi aux enjeux climatiques actuels.

(Photo archives NR)

Tours a un énorme potentiel pour les mobilités douces, mais les éventuels cyclistes sont souvent freinés par un sentiment d’insécurité face au volume de la circulation et à la vitesse des véhicules. Nous préconisons donc des aménagements séparés pour les cyclistes sur les axes rapides, avec la création de voies express vélo permettant de traverser l’agglomération sans danger. Et par ailleurs, on peut jouer sur et un apaisement du trafic dans les quartiers, où une limitation à 30 km/h permettrait la circulation à pied ou à vélo en toute tranquillité.

♦Jérémy et Vanessa du quartier Paul-Bert : « C’est assez compliqué pour le bus, tôt le matin ou tard le soir »

Avec nos horaires décalés (livreur de journaux pour moi, et femme de ménage pour Vanessa), c’est assez compliqué pour le bus, tôt le matin ou tard le soir. Et à pied, certains quartiers ne sont pas toujours bien éclairés… Il m’est arrivé de servir d’escorte à des jeunes femmes traversant le Pont de Fil de nuit. Mais on est tout de même bien desservis, avec les lignes de bus au pas de la porte pour aller faire les courses à Tours-Nord ou se balader en ville.

♦Mathieu Ingénieur de recherches en géographie – laboratoire Citères (Tours) : « Les défis qui se posent sont multiples »

En quelques années, Tours a beaucoup changé : l’arrivée du tramway a modifié le paysage urbain ; les Tourangeaux se sont réappropriés les bords de Loire grâce à la guinguette et on assiste depuis plusieurs années à une densification urbaine importante. Cela ne va pas s’arrêter, car les nouvelles réglementations poussent à limiter au maximum l’utilisation des terres agricoles environnantes. Pour pouvoir accueillir plus d’habitants, il faudra donc détruire l’existant pour rebâtir, ou empiéter sur les espaces verts.

Mais cela amène à se poser la question du maintien d’îlots de fraîcheur, ces jardins et autres parcs qui font vivre la ville et qui sont indispensables à une démarche de transition écologique. Les défis qui se posent sont donc multiples : faire de Tours une ville plus dense, plus efficace, mais aussi une ville qui continue de respirer et d’offrir un cadre de vie agréable. Or l’urbanisme n’est pas fait que de questions techniques : face à ces enjeux, parfois contradictoires, c’est le choix politique qui tranchera !

♦Gérard et Bernadette du quartier des Halles : « Redynamiser l’avenue Grammont » 
Nous sommes à Tours depuis 1975 et toujours dans l’hypercentre, pour ne pas passer trop de temps dans les transports. La retraite nous laisse aujourd’hui encore plus de temps pour profiter de la ville, aller au marché, au cinéma… Certaines choses ont beaucoup changé !
Le tram a revitalisé des quartiers comme le Sanitas ou Europe et la rue Nationale est agréable sans voitures. Par contre, l’avenue Grammont était autrefois dynamique, dans une vraie continuité de la rue Nationale, mais aujourd’hui elle est endormie… Il faudrait donc la redynamiser. Nous espérons en tout cas que les futurs projets (tramway, grands hôtels, rénovation des Halles) seront menés par les prochains élus en prenant le temps de la réflexion.

Propos recueillis par : Maud Martinez

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>3,03 / 6 C’est la note attribuée par les cyclistes tourangeaux à leur ville dans le dernier baromètre des villes cyclables publiés par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette). Tout juste la moyenne !

>3 959 habitants au km2 à Tours selon l’INSEE (2016), contre 753 pour l’ensemble de la Métropole. Ah qu’est-ce qu’on est serrés…

>10 bus électriques sur le réseau Fil Bleu, pour 159 bus… et 1 calèche !

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (SOCIAL/SOLIDARITÉ)

[3/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le troisième épisode de notre série avec tout ce qui concerne le social et la solidarité.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


♦Jérôme, technicien agricole: « Des actions sportives dans les quartiers sensibles »

Une ville qui intègre par le sport ! Je constate, en tant que bénévole à la fédération de multisports l’UFOLEP, que la Ville mène déjà pas mal d’actions dans les quartiers sensibles. Ce qui serait intéressant c’est que la Ville continue à aider les projets d’éducation sportive dans ces quartiers en faveur des jeunes, car cela leur évite de rester dans la rue, et en faveur des femmes, car cela leur évite de rester chez elles.
Il est important aussi que la Ville se penche sur les lieux d’accueil pour les associations sportives, il y un gros souci de disponibilité pour les associations de sport loisir, la Mairie semble plutôt portée vers le sport de haut niveau.

♦Agnès, secrétaire universitaire : Respecter les gens en rendant la ville belle »

Je souhaiterais qu’il y ait plus de solidarité créée par l’activité. Les personnes qui sont sans travail, en HLM, pourraient développer des activités paysagères, nettoyer et embellir l’espace en bord de Loire, aux côtés de jeunes en intérêt général ou de prisonniers, pour instaurer de la mixité. Ces personnes ont des talents qui pourraient s’exprimer dans la création. Autre exemple, rue Édouard-Vaillant, elles pourraient l’embellir par des trompe-l’oeil. Rendre une ville belle, c’est respecter ses habitants et les changer, les rendre heureux.

♦Séverine, bibliothécaire : « Moins de caméras, plus de social ! »
On parle de la fermeture du plan B, l’accueil d’Utopia 56 (association qui aide les jeunes migrants isolés) dans le quartier Velpeau, mais il serait souhaitable de pouvoir justement réquisitionner des locaux vides ! J’aimerais plus d’accueil pour les mineurs isolés, les femmes en difficulté, toutes les personnes qui se retrouvent à la rue et ont besoin d’un hébergement d’urgence.
S’il y avait un peu plus de centres d’accueil de nuit, ce serait mieux plutôt que de les mettre à l’hôtel. Je souhaiterais qu’il y ait moins de sécurité, moins de caméras de surveillance et que cet argent soit plutôt mis dans le social et pour les associations. Que les associations qui en ont besoin disposent aussi d’un endroit gratuit dans la ville.

♦Marie-Gaëlle, professeure des écoles : « Plus de facilité pour se déplacer »

Améliorer les transports en commun pour les personnes handicapées et les jeunes mamans, qui ont des difficultés à se déplacer avec des poussettes. Il est important pour une ville que les personnes se sentent libres de se déplacer ! Et il reste beaucoup d’infrastructures inaccessibles, des trottoirs encombrés par les poubelles.

♦Stéphanie, directrice de l’association Active : « Des chantiers d’insertion »

Dans notre association d’insertion par le vêtement, nous avons 80 % de femmes, 15 nationalités. Ce sont des personnes que l’on remet au travail, mais ça ne marche pas pour toutes. On a également des activités d’ouverture à la culture, des sorties au théâtre. C’est notre valeur ajoutée. Et ce qu’on constate, c’est que des personnes s’ouvrent ainsi à la langue française et s’épanouissent, se révèlent, ce qu’elles ne peuvent pas toutes faire dans nos activités. Du coup, je rêve qu’il existe des chantiers d’insertion culture, dans les festivals, les théâtres…
Avec le même principe : un salaire, des horaires à respecter, des tâches précises, un lien social qui se crée, et que ces personnes puissent valider des compétences dans le champ culturel. Peut-être est-ce utopiste mais ce pourrait être une solution à l’insertion et l’emploi des personnes en difficulté.

♦Warren, patron du bar The Pale : « Ce sont les associations qui font bouger la ville »

Les Français sont très râleurs mais solidaires. Avec le Pale, on récolte de l’argent pour les enfants à Clocheville, pour le centre LGBT, Les Petits Princes, Médecins sans frontières,… ce sont ces associations qui font bouger les choses et la ville.
Rue Colbert, il y a l’esprit village entre commerçants, habitants, pas de concurrence, à la différence de Plumereau. On ne se marche pas sur les pieds les uns des autres, et je trouve que c’est ça la solidarité de la rue Colbert : un exemple pour moi.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>Plus d’1,5 million d’euros d’aides en nature accordées aux associations (aides logistiques, mise à disposition de salles et locaux…)

>11 % c’est le montant total de la part solidarité et action sociale dans le budget de fonctionnement la Ville de Tours

>Pour 100 euros investis par la Ville, 5 le sont dans la solidarité et vie sociale

Isaan : resto thaï à deux pas de la gare

Il n’est qu’à quelques mètres de la gare de Tours et près du cinéma CGR Centre. On a testé le restaurant Isaan, rue Blaise-Pascal.

 

C’est un petit nouveau qui s’est récemment installé du côté de la rue Blaise-Pascal ! Situé à même pas 100 mètres du cinéma CGR Centre et à une minute à pied de la gare, le restaurant Isaan a ouvert il y a un tout petit peu plus d’un mois.

Ici, on s’adresse aux amateurs de cuisine thaï et aux curieux. Et comme à la rédac de tmv, on est un peu les deux, il fallait bien qu’on aille tester la chose. De suite, l’accueil qui nous est réservé nous plaît : extrême politesse, sourires radieux de l’équipe, on se sent vite à l’aise. Un bon point.

Pour la salle, c’est la sobriété qui l’emporte. Sièges noirs confortables, murs dans les tons jaune-orange, petites lampes torsadées suspendues et belle luminosité. Cela manque toutefois un peu de déco. Un petit plus serait le bienvenu, pour apporter un peu de cachet et un côté chaleureux à l’ensemble.

Bœuf au curry et tapioca au taro

Après commande, pour patienter, on nous apporte une petite coupelle de porc séché en guise d’amuse-gueule. Beaucoup de goût et sympathique attention. Le « vrai » repas arrive après une courte attente. Le menu du midi nous fait débuter par un « tom yam kung » (eh oui, bac +7 en thaïlandais ! Bon, peut-être qu’on triche en recopiant ce qui est écrit sur la carte…). C’est une soupe à la citronnelle, assez forte en bouche, avec crevettes, herbes et champignons. Un peu de piment relève le tout.

Ensuite, on passe au « phanang nea », un bœuf au curry plein d’arômes, un peu plus corsé que l’entrée (ça pique un tout petit peu, mais vraiment rien de bien méchant).

La viande est très tendre, la sauce est adoucie par un peu de lait et un monticule de riz blanc accompagne le tout. De quoi nous caler l’estomac avant le dessert qui arrive, un tapioca au taro.

Résultat ? Une addition à 13,50 € seulement pour un menu du midi avec entrée, plat, dessert. De quoi poser un joli rapport qualité- prix pour ce petit voyage culinaire.

Aurélien Germain


> Tarifs : 13,50 € le menu du midi avec entrée, plat et dessert. Comptez sinon 23,50 € pour un plateau composé (uniquement disponible le soir). À la carte, on tourne davantage sur du 10 à 14 € le plat en moyenne. 

> Au 17B rue Blaise-Pascal à Tours. Ouvert du mardi au samedi, de 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 21 h 30. Fermeture le dimanche et le lundi. Contact 02 47 20 99 41. « Isaan restaurant thaï » sur Facebook

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (ECONOMIE)

[2/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le second épisode de notre série avec tout ce qui concerne l’économie.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


ECONOMIE

♦Mathis, doctorant en intelligence économique : « Tours semble un peu endormie par rapport à Nantes et Angers »

Il faudrait favoriser les synergies université- public-privé comme pour les pôles de compétitivité, trop rares. Ça marche pour la Cosmetic Valley ! Au Québec, où j’ai travaillé, les entreprises y font de la « coopétition », mélange de coopération et de compétition. Elles mutualisent leurs services, font des économies et sont plus performantes.
En France, j’ai l’impression que la compétition prime sur la coopération. J’ai l’exemple à Mame, où j’étais en alternance ; on en fait le porte étendard de la nouvelle économie à Tours mais en réalité, Tours me semble un peu endormie par rapport à Nantes et Angers. On est pas encore dans le tiers-lieu de rêve.

♦Grégori, économiste : « Une smart city »

Faire de Tours une smart city (ou ville intelligente). C’est un sujet pour la métropole qui a la taille idéale, avec des centres-villes ramassés et qui demande d’investir dans la formation et les compétences d’entrepreneurs afin de créer un environnement urbain plus respectueux des gens et de l’environnement.
L’idée est de développer des bureaux d’étude, des petites entreprises avec une vision, comme les capteurs pour mesurer la qualité de l’air. Par exemple, le Sanitas pourrait bénéficier d’une approche de ville intelligente à la fois pour le confort de vie et pour dissuader les dealers (grâce aux éclairages qui s’allument en détectant les gens…).

♦Lucie, agent territoriale : « Favoriser le commerce de centre-ville » 
Une ville idéale ? Celle qui favorise le commerce de centre-ville, qui crée une dynamique de centre-ville plutôt qu’en périphérie où les grands supermarchés me désespèrent. Pour cela, il faut qu’il y ait plus de transports en commun, de parkings relais à la périphérie, pour ne pas inciter les gens à venir en voiture. Toutes les villes ont des périphéries identiques mais pas les centres-villes qui font leur identité.
Orléans me semble moins plaisante à vivre mais plus dynamique au niveau de l’emploi de centre-ville. Il faudrait favoriser l’implantation d’entreprises et de grandes industries. Michelin et Tupperware sont partis, c’est dommage.

♦Vincent, conseiller clientèle : « Développer les structures responsables »

Ce qui me tient à cœur, ce serait de développer des économies et structures responsables. Cela passe par le développement de jardins partagés en ville, c’est essentiel de donner la chance au plus grand nombre d’être autonome et de produire ses propres légumes. Cela commence à se faire dans la métropole, mais on peut faire bien plus. Ce qui me plairait bien aussi, ce serait de mettre des plantes comestibles dans la ville plutôt que des plantes d’ornement pour subvenir aux besoins alimentaires. Le sujet est « comment on va manger dans le futur » ?

♦Anne-Laure, co-gérante d’une agence de communication : « Un coup de projecteur sur les femmes dans l’entreprise »

Je trouve que Tours est une ville très dynamique au niveau économique, on voit que ça bouge, qu’il y a de l’énergie. J’ai envie que les acteurs publics prennent en compte les jeunes entrepreneurs et les petites structures de 2-3 personnes qui ne parviennent pas à embaucher.
Également, je me rends compte que l’entrepreneuriat féminin est plus difficile que pour un homme, malheureusement encore de nos jours. On bénéficie de moins d’aides des banques, de moins de subventions, de moins de visibilité dans l’économie en général. Peut-être faudrait-il mettre un coup de projecteur sur les femmes dans l’entreprise dans le but de changer les mentalités.

♦Augustin, réparateur de guitares (Gus le Doc) : « Sauver le petit commerce »

J’aimerais vraiment que la Mairie fasse des efforts pour sauver le petit commerce, proposer des petits locaux pas chers pour ceux qui se lancent dans une activité. Pourquoi aussi ne pas rendre les parkings gratuits le week-end pour que les gens reviennent dans le centre-ville ? Ou bien proposer aux consommateurs des commerces, bars, restaurants, des coupons de remise sur le stationnement s’ils ont acheté quelques chose ?
Car c’est un réel problème, beaucoup de gens ne viennent plus car c’est compliqué et cher de se garer, comme ceux de Tours-Nord. Une politique qui boosterait le centre-ville ferait du bien. Il faudrait créer des manifestations originales les week-ends qui apporteraient plus de dynamisme.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>4 % le montant des dépenses de fonctionnement pour le Commerce dans le budget de la ville de Tours (source Ville de Tours)

>17, c’est le nombre d’années nécessaires à la Ville de Tours pour rembourser sa dette en utilisant son épargne brute. La moyenne nationale est de 8,1 années. (source cabinet Michel Klopfer/ février 2020)

>Pour 100 euros investis par la Ville, 1,4 euro le sont dans le commerce

>2,7 millions d’euros sont consacrés en 2020 par la Métropole à l’investissements pour le développement économique du territoire dont 1,1 million d’euros en soutien aux structures de l’enseignement supérieur et de la recherche (CERTeM et Nano) (source Métropole)

Horoscope WTF du 4 au 10 mars 2020

Le revoilà, ô joie (ou pas) ! Le mois de mars signe le retour de l’astrologue de tmv. Cette semaine, les Béliers prennent cher. Car Bélier, ça rime avec bébé et qu’on n’aime pas les bébés.

Bélier

Amour

Rassurez-vous. Vous
aussi, vous trouverez chaussure à
votre pied. Du genre, une vieille
sandale dégueulasse.

Gloire

A chaque fois que vous
proposez une idée, un bébé
phoque meurt dans le monde.
Taisez-vous.

Beauté

Vos proches n’osent
pas vous le dire mais vous avez
parfois l’haleine d’un bouquetin
en fin de vie.

Taureau

Amour

Ce week-end, vous péterez
les lattes de votre lit. Mais seul(e).

Gloire

La constellation du Mc Do
vous conseille de venir comme vous
êtes…

Beauté

… C’est-à-dire nu(e), avec
votre mini-dignité en bandoulière.

Gémeaux

Amour

Tout est éphémère : l’amour,
le bonheur, votre fierté, vous. Allez A+ !

Gloire

Gitchi gitchi ya ya da da,
vous seriez pas une Lady Marmelade
par hasard

Beauté

Berk, c’est tout gluant
quand on vous touche.

Cancer

Amour

Un suppo vous ferait plus
d’effet.

Gloire

Chaque mercredi, vous perdez
une minute de productivité en lisant
cet horoscope. Votre employeur
va nous péter les dents, on vous dit
pas merci

Beauté

Force est de constater
que vous faites des bruits de poule
lorsque vous êtes au petit coin.

Lion

Amour

D’après une récente étude,
une personne sur 10 serait prête à
coucher avec un(e) Lion. Berk.

Gloire

« On est toujours le couillon
de quelqu’un », comme l’a dit un jour,
euh… disons Émile Zola.

Beauté

C’est quelle marque, les jolies
valises sous les yeux ?

Vierge

Amour

On vous a jamais dit que les
chaussettes pendant l’acte, c’était un
tue-l’amour ?

Gloire

Aaaah, le fameux Syndrome
de l’imposteur, c’est vous !

Beauté

Faites-vous la raie au milieu.
(on parle de vos cheveux, pas
d’autre chose, bon sang)

Balance

Amour

Votre zizi dit oui, mais vos
tétons disent non.

Gloire

Vous tenterez le fameux porté
de Dirty Dancing avec l’être aimé… qui vous écrasera pathétiquement,
car vous n’avez pas de muscles.

Beauté

Triton et pédoncule.

Scorpion

Amour

Vous doutez de vos sentiments.
Normal, vous n’avez pas de
cœur.

Gloire

Tapez de votre poing (dodu)
sur la table ! Votre entourage professionnel
ne remarque pas votre perfection.

Beauté

Dans le tram’, vous prétexterez
un rhume des fesses pour vous
en tirer.

Sagittaire

Amour

Vous êtes aussi chaud(e)
qu’un hammam suédois. Tout doux,
la libido, tout doux…

Gloire

L’Amérique, vous voulez
l’avoir, mais vous ne l’aurez pas. Joe
Dassin vous a menti, ce saligaud.

Beauté

La constellation du cholestérol
vous fera un petit coucou d’ici peu.

Capricorne

Amour

« C’est un petit pas pour
l’Homme, mais un grand pas pour
l’humanité. » (Vous, lors de votre
dépucelage)

Gloire

Détendez-vous le string, vous
allez choper avec un ulcère stade 72.

Beauté

Vous êtes encore mieux
qu’une licorne. Parce que vous, au
moins, vous existez. (la vache, cette
dose d’amour !).

Verseau

Amour

No zob in job, on vous a dit.

Gloire

En avril ne te découvre pas
d’un fil. (on dit ça, car on connaît pas
du tout le dicton pour le mois de mars)

Beauté

Vous avez la force physique
d’un loukoum.

Poissons

Amour

Pas mal cette semaine. Ou la
semaine dernière, on ne sait plus. Du
coup, ça ne sert à plus rien, dommage !

Gloire

La constellation de la
Saint-Patrick prédit que vous allez
finir la tête dans la cuvette le 17 mars.

Beauté

Excès de cérumen demain.

Municipales : la Ville rêvée des Tourangeaux (CULTURE)

[1/5] A quelques jours des municipales, nous avons demandé aux Tourangeaux et Tourangelles quelle était leur ville idéale et rêvée. Voici le premier épisode de notre série avec tout ce qui concerne la culture.

Dans moins de deux semaines, les Tourangeaux se choisiront un maire, mais aussi et surtout une équipe municipale et un projet pour les six années à venir. Nous avons eu envie de demander leur avis à des habitants sur les grands sujets qui concernent notre ville. Economie, Solidarité, Culture, Enfance, Environnement, des Tourangeaux anonymes ou plus directement concernés nous ont dessiné la cité dans laquelle ils aimeraient vivre.


CULTURE

♦Arnaud, coordinateur d’un collectif d’artistes : « Lutter contre ces inégalités d’accès aux œuvres »

La politique culturelle rêvée de Tours, ce serait une politique publique qui soit à destination de la population, qui ne court pas après un objectif de rayonnement, de valorisation touristique, d’événementiel, mais qui s’intéresse à la question des inégalités qui sont nombreuses et diverses, qu’elles soient de revenus, d’origine symbolique (« ce n’est pas fait pour moi ») ou causes de mobilité géographique.
Ce serait lutter contre ces inégalités d’accès aux œuvres. Une politique publique qui ne considère pas les œuvres comme des outils de communication ni de pures marchandises mais comme un outil parmi d’autres pour faire société.

♦Joël, directeur de La Boîte à Livres : « Une vie culturelle idéale tient par ses associations »

Je considère que Tours et sa périphérie ont beaucoup de lieux de culture, une grande diversité. Pour moi, une vie culturelle idéale tient aussi grâce à la vie associative. J’aimerais que la vie associative dure et se développe. Elle permet l’échange, le partage, la réunion des gens. Dans mon domaine, l’important n’est pas qu’acheter des livres, mais aussi échanger avec les bibliothèques, les associations de lecteurs,… c’est le vivant qui donne l’ouverture au monde.

♦Louise, étudiante en master ingénierie de la formation : « Que Tours devienne la capitale du dub ! »

Avec mon copain, on aimerait bien que Tours devienne la capitale du dub ! On a un vivier incroyable, avec le label ODG qui a la moitié des artistes en France. Avec aussi le label Brigante records (Biga Ranx) et United Vibes qui organise le festival Ma cité va dubber. En fait, je ne comprends pas que le dub ne soit pas plus soutenu, je souhaiterais que des manifestations plus alternatives puissent se dérouler à Tours. Ce serait le moment de mettre en avant ce qui se passe chez nous et s’ouvrir à la diversité musicale !

♦Laurence, conseillère en insertion professionnelle : « Des lieux plus alternatifs »
J’aimerais bien des lieux un peu plus underground, alternatifs. Mon idéal de ville ? C’est Saint-Etienne où il y à la fois des lieux assez fous, pas totalement réhabilités un peu comme l’ancien projet 244 à Tours. J’aimerais plus de mélange entre les disciplines artistiques. On a beaucoup de compagnies, mais c’est balisé, avec des dates précises et des festivals qui reviennent. J’aimerais des nouveautés, comme un bar dancing à Saint-Étienne où les cultures, les styles et les gens se mêlent toute la nuit.

♦Alain, retraité banquier : « Desservir les lieux culturels par les transports en commun »

Quand on habite Tours-Nord et pas à côté du tramway, on a des difficultés pour se rendre sur certains lieux culturels. Par exemple, aux cinémas Studio, il est très compliqué de se garer et ce n’est pas bien desservi en transports en commun, un bus toutes les heures. Il faudrait que la ville prévoit de nouveaux transports en commun ou des parkings avec des prix plus raisonnables que les horodateurs actuels pour l’accès à la culture !
Également, j’aimerais qu’un coup de projecteur soit porté sur les petites troupes de théâtre amateur, on n’en parle pas suffisamment et le rôle d’une municipalité est de soutenir financièrement ces associations et de les faire connaître.

Propos recueillis par : Aurélie Dunouau

>> Retrouvez les autres articles de notre dossier spécial « la ville rêvée des Tourangeaux » juste ici << 


CHIFFRES

>Pour 100 euros investis par la Ville, 18,70 euros le seront dans la culture en 2020 (source Ville de Tours

>14 %, c’est le montant total de la part culture dans le budget de fonctionnement la Ville de Tours

>65 000 C’est le nombre de spectateurs qui sont venus au Grand Théâtre la saison dernière.

Avenue Grammont : deuxième phase des travaux en avril

Alors que la première tranche des travaux, avenue Grammont, est finie, la seconde débutera en avril. Un aménagement pour relier la place Michelet à Jean-Jaurès.

Nombre de cyclistes n’avaient pas apprécié au réaménagement de ce bout de l’avenue de Grammont (Photo archives NR)

Les faits 

C’est un projet de 6 millions d’euros, débuté en 2019 et censé redonner un coup de fouet à un endroit-phare de la ville : l’avenue Grammont s’est refait une petite beauté et, surtout, offert un petit lifting. La fin de la première phase des travaux a eu lieu fin février (avec inauguration à la clé et élus locaux) ; on peut maintenant voir à quoi ressemble la portion du côté de la place Michelet. 

Désormais, place à la deuxième partie ! La seconde phase des travaux va débuter au mois d’avril. Il s’agira de relier ce qui vient d’être réalisé à la place Jean-Jaurès. Ce réaménagement devrait être terminé en décembre 2020. 

Le contexte

Ce n’est pas un secret, l’avenue Grammont était quelque peu tombée en désuétude – doux euphémisme – ces dernières années. Ce secteur en berne méritait, pour les habitants et les commerçants, d’être redynamisé et reprendre un peu de couleurs. Un changement de visage qui intervient également en plein contexte d’élections municipales (elles auront lieu les 15 et 22 mars). 

Les enjeux

Le maire Christophe Bouchet précisait il y a peu, à nos confrères de la NR, que ce projet répondait à quatre priorités : « la redynamisation commerciale, l’embellissement, la végétalisation et les mobilités »

En septembre 2019, aperçu des travaux (Photo archives NR)

Le point de vue 

Riverains et commerçants semblent, dans l’ensemble, satisfaits de ce coup de neuf. Pour preuve, une nouvelle association de commerçants a d’ailleurs été créée. Intitulée « Le Renouveau de la place Michelet », elle est gérée par Léa Fontaine, co-gérante du restaurant Le P’tit Mich (lire notre chronique resto juste ici). 

Pour autant, pour cette nouvelle phase de travaux, il faudra également étudier une solution pour les voies cyclables/piétonnes. En effet, pour la première tranche, nombre de cyclistes avaient torpillé l’idée du revêtement en pavés calcaires (voir photo) et avaient fustigé la faible lisibilité des marquages au sol pour différencier les voies de circulation.
Dans son bilan, le Collectif cycliste 37 espère
« être cette fois davantage écouté » pour la phase 2. Le maire a, lui, promis un meilleur enrobé pour la piste cyclable. 

Aurélien Germain 

N’oubliez pas les paroles : casting à Tours le 25 mars

L’émission de France 2 présentée par Nagui organise un nouveau casting à Tours pour sélectionner ses candidats.

Que les chanteurs en herbe se réjouissent : l’émission « N’oubliez pas les paroles », présentée par Nagui sur France 2, organise un nouveau casting à Tours pour sélectionner ses prochains candidats.

La date ? Mercredi 25 mars. Le lieu ? Pas d’info encore puisque, comme le dit le directeur du casting Anthony Pinto dans La Nouvelle République, « les curieux croient toujours qu’ils peuvent voir Nagui pendant les sélections ».

Une pré-sélection aura d’abord lieu en amont, par téléphone (oui, on essaye quand même de savoir si vous pouvez aligner deux notes). Ensuite, rendez-vous le 25 mars dès 13 h donc, pour la vraie sélection.

A noter que les candidat(e)s devront forcément chanter devant tout le monde… a cappella. Bonne chance !


> Inscriptions : 01 49 17 84 20 ! 🎤

 

> Suivez également l’événement Facebook juste ici !

 

 

Théâtre tentaculaire avec le collectif Le Poulpe

Les huit artistes du Poulpe inventent, à Tours, un théâtre dans lequel ils écrivent et mettent en scène collectivement.

Les huit têtes pensantes du collectif Le Poulpe (photo collectifpoulpe.com)

Le Poulpe ? Comme les huit tentacules de l’animal et les huit mémoires qui s’y logent. « Cela a commencé comme une blague lorsqu’on ne savait pas comment s’appeler et puis c’est resté ! », sourit Maud Terrier, une des huit membres de ce collectif d’acteurs et de compagnies.

Des artistes âgés de 26 à 33 ans qui se sont découverts « des affinités » au Conservatoire de Tours. « Nous avons tous une formation de comédiens, mais nous avons envie d’être un peu partout à la fois », reprend-elle.

Après AD LIB (jusqu’à ce que nous soyons pleinement satisfaits), le collectif peaufine sa deuxième création Good Girl (là-dessus, on est tous d’accord), dont la première aura lieu en mai.(1) Un spectacle dans lequel les artistes s’approprient un fait-divers américain : le meurtre irrésolu de JonBenét Ramsey, mini-miss de 6 ans retrouvée morte dans le sous-sol de sa maison en décembre 1996. Et qui interroge l’appétit pour le sensationnel, les notions de mythe et de vérité.

Créé à huit cerveaux

Un spectacle conçu, une nouvelle fois, à huit cerveaux et âmes, bouleversant les modèles créatifs traditionnels. Ici, pas de metteur en scène qui dirige l’ensemble de la troupe. « Nous faisons tout, tous, et cette envie de coopération et de générosité crée un objet théâtral » rappelle Louise Maurice.

© Marie Pétry

« Mais il est difficile de se diriger quand tout le monde est sur le plateau ! ». Le Poulpe a donc fait appel au comédien Alexandre Le Nours, à la façon d’un « featuring » sur un album, pour apporter un regard extérieur au moment du filage. « Lorsqu’il s’agit de répéter, la collab’ permet de ne travailler que le jeu », analyse Jules Jacquet.

Parallèlement, « il y a aussi des envies artistiques individuelles ou par binômes », ajoute l’artiste. Du Poulpe est donc né, en tout, cinq ensembles artistiques. Trois pièces sont en cours de création, et six autres ont déjà été montées. Dont Love and Money, en résidence à Rouziers-de-Touraine fin février, qui sera jouée du 29 avril au 3 mai au Théâtre de l’Opprimé, à Paris.

Flore Mabilleau

(1) À 20 h 30, le 15 mai, au Centre Culturel de Saint-Pierre-des-Corps. Tarifs : de 9 à 12 €.

Alexandra Dupont, éleveuse de chèvres engagée

#VisMaVille À quelques jours du Salon de l’agriculture, rencontre avec une femme engagée, Alexandra Dupont, qui élève depuis 2011 des chèvres à la ferme des Croq’épines à Nouans-les-Fontaines, dans le sud-est du département.

Lorsqu’Alexandra Dupont nous accueille ce jeudi-là dans sa chèvrerie de Nouans-les-Fontaines, tout ne se déroule pas comme prévu. « S’adapter aux imprévus, c’est ça le métier d’éleveur ! », lance-t-elle tout en remplissant les mangeoires.

Les 43 chèvres se ruent sur la nourriture tandis que la machine à traire collecte leur lait. 11,5 litres ce matin-là, la période creuse… La traite a lieu chaque jour vers 9 h, puis 19 h, pas moins de trois heures de travail pour l’éleveuse, qui enfile ensuite sa blouse de fromagère.

Dans une pièce attenante à la salle de traite, elle filtre le lait cru pour ôter d’éventuels brins de paille, puis ajoute le petit lait et la présure nécessaires à la coagulation. Le lait doit ensuite reposer 36 à 48 heures avant la fabrication des fromages. Mais pour Alexandra Dupont, point de repos : elle sale les tommes, retourne les crottins, démoule les pyramides… « Je gère les urgences les unes après les autres », assure-t-elle en gardant le sourire. Après le fromage, l’administratif. Après l’administratif, les livraisons…

Dans sa campagne tourangelle, la quadragénaire trace son chemin loin des allées du Salon de l’agriculture. Dans son troupeau métissé, les chèvres ont gardé leurs cornes et portent toutes un collier à leur nom : Litchi, Fiesta, Fable…

Dans sa ferme, aucun animal ne partira à l’abattoir

L’éleveuse connaît le parcours de chacune : « À 11 ans, Douchka est la doyenne des laitières. Je l’ai ramenée d’un stage dans une ferme cévenole. » C’était en 2008. Après une formation en agronomie tropicale, une expérience dans une ONG de développement au Mozambique puis divers contrats aidés en France, elle décide de devenir éleveuse : « Je voulais être mon propre patron, avec mes animaux, à la campagne. »

En stage de reconversion, elle n’a pas supporté d’amener les chevreaux chez l’engraisseur. Dans sa ferme, aucun animal ne partira ni chez l’engraisseur, ni à l’abattoir, se dit-elle alors. Pari tenu grâce à la création en 2014 d’un refuge attenant à sa ferme. La relation de l’éleveuse avec ses chèvres se renforce : « des êtres sensibles, curieux et affectueux, avec lesquels je vis au quotidien ». À ceux qui militent pour l’abolition de l’élevage, elle répond que soutenir des fermes familiales et respectueuses des bêtes, ce serait déjà bien : « Les humains et les animaux domestiques évoluent ensemble depuis des millénaires. Nous sommes interdépendants. »

Nathalie Picard


> EN SAVOIR PLUS

Aux petits soins Bienvenue aux boucs castrés, aux chèvres à la retraite et aux éclopés. Depuis 2014, le refuge associatif des Croq’épines accueille tous les animaux de la ferme devenus non productifs. Pour limiter leur nombre, Alexandra Dupont laisse au moins deux à trois ans entre deux gestations (ce qui réduit les naissances de chevreaux mâles) et mise sur une lactation de longue durée. Reste malgré tout 75 bouches à nourrir, ce qui nécessite du temps et de l’argent. Le refuge lance un appel au bénévolat et aux dons. Il est même possible de parrainer une chèvre.

>>> lafermedescroqepines.com

Athlétisme : Agathe Bougouin, un bond en avant

Agathe Bougouin (A3 Tours) a enfin franchi la ligne des 6 mètres au saut en longueur !

L’athlète de l’A3 Tours affichait un grand sourire, dimanche soir, à l’issue des championnats de France espoirs d’athlétisme indoor disputés à Saint-Brieuc. Non seulement, Agathe Bougouin venait d’ajouter une nouvelle médaille nationale à son palmarès en prenant la troisième place mais, de surcroît, en franchissant pour la première fois les 6 m au saut en longueur, elle venait de signer son entrée dans la cour des grandes.

À 20 ans, la native d’Angers qui a grandi à Saint-Nicolas de Bourgueil, pour vivre aujourd’hui à Nantes où elle est étudiante en sociologie, continue de gravir les échelons dans la hiérarchie nationale. Alors qu’elle se présentait en outsider à l’entame du concours, l’athlète licenciée à Tours, nous a sorti un de ses concours dont elle a le secret.

Un record personnel

Comme aux championnats de France juniors, il y a trois ans, ou déjà en espoirs en 2018, elle a signé sa meilleure perf de la saison en grande compétition. Prenant la tête de l’épreuve au 2e essai (5,98 m) en battant de six centimètres son record personnel, elle faisait encore mieux lors de son avant-dernière tentative avec 6,01 m venant se classer derrière Léonie Cambours (6,16 m) et Angelica Berriot (6,05 m).

Désormais 13e performeuse française de la saison, juste derrière Heather Arneton, grand espoir de la discipline en France, Agathe Bougouin vise les championnats de France élite à la fin du mois à Liévin où l’occasion lui sera donnée de briller encore et de démontrer que l’allongement de sa course d’élan (14 à 16 foulées) pourrait l’emmener encore plus loin.

Thierry Mathiot

Bruissements d’Elles : la création féminine se sent pousser des « elles »

Bruissements d’Elles, le festival dédié à la création au féminin, revient ! Au menu ? Événements, expos, rencontres et films dans une dizaine de lieux culturels de Touraine. Rendez-vous du 4 au 25 mars.

POUR LA PETITE HISTOIRE

Et si on remontait le temps ? Retour en 1998. Outre-Atlantique, Les Monologues du Vagin, la pièce écrite par Eve Ensler, s’apprête à conquérir le monde. Pilier du féminisme, cette création impertinente, maline, drôle et sérieuse, donne enfin la parole aux femmes. Et à leur vagin, mot ridiculement tabou depuis des lustres. Le succès est fulgurant. La France succombera également au charme.

Et alors que la pièce secoue la planète, la Touraine bruisse d’un vent de liberté : la création au féminin, elle se retrouvera incarnée dans la foulée par Bruissements d’elles, un festival « né du désir d’affirmation et d’émancipation des femmes œuvrant en tous secteurs de la création ». Plusieurs villes se réunissent autour d’une programmation qui veut mettre en valeur l’histoire des femmes, à travers la musique, la danse, l’humour ou encore le théâtre.
Deux mots d’ordre : qualité et variété. Au service d’un festival féministe (aussi) et féminin (beaucoup).

Vingt-et-une bougies

Cette année, Bruissements d’elles célèbre donc sa 21e édition. Côté organisation, on espère de nouveau un succès : « C’était quasi-complet l’an dernier. Là, nous attendons plus de 4 000 personnes, voire un peu plus, se réjouit Cécile Dujardin, du Point Cédille pour la coordination de la communication. Bruissements d’Elles est devenu un label. Nous n’avons que de très bons retours. Et maintenant, les gens n’hésitent pas à assister à plusieurs spectacles. »

On ne change pas une équipe qui gagne, on continue sur le même principe : chaque structure choisit sa programmation, avec en ligne de mire, faire entendre les femmes artistes. Le tout dans 15 lieux culturels tourangeaux, à travers 10 spectacles, 6 concerts, 4 expositions et 3 séances de cinéma.

Spectacles et théâtre : doublé gagnant

Le choix est cornélien parmi tous les spectacles prévus !

-Le cœur de la rédac’ penche d’abord pour « Nous sommes les petites filles des sorcières que vous n’avez pas pu brûler ! ». Derrière ce titre aux allures de poing levé, l’auteure Christine Delmotte retrace 4 moments-clés de l’Histoire des femmes, des Suffragettes au droit à l’avortement, en passant par la jeune pakistanaise Malala et les Femen ukrainiennes (6 mars à Oésia).

Nous sommes les petites filles des sorcières… (Photo Lara Bongaerts)

-Impossible également de résister à « Un coeur simple » : acclamée par la critique, la pièce de théâtre emmenée par Isabelle Andréani investira les planches de l’Escale, à Saint-Cyr (13 mars). Tirée de Trois Contes, cette nouvelle de Flaubert redessine les relations sociales codées du XIXe siècle, via la figure de la servante Félicité.

Concerts : notre top 3

Dur, dur de choisir parmi les 10 concerts prévus à Bruissements d’elles.
-Mais difficile toutefois de ne pas mettre en lumière Pauline Dupuy qui sera sur la scène de la Grange de Luynes pour Contrebrassens, revisitant avec sa contrebasse les chansons autour des femmes écrites par l’immense Brassens (6 mars).

-En second, plaçons la venue de Suzane à La Parenthèse de Ballan-Miré (14 mars). Nominée aux Victoires de la musique 2020, la « conteuse d’histoires vraies sur fond d’électro », ainsi qu’elle se définit, devrait faire salle comble.

Mayra Andrade (Photo © Ojoz)

-Enfin, coup de cœur pour Mayra Andrade : c’est l’Espace Malraux qui accueillera la chanteuse capverdienne et son énergie solaire, le temps d’un concert à Joué-lès-Tours (24 mars).

Expos : la preuve par 4

Bruissements d’elles accueillera quatre artistes qui exposeront durant le mois : la peintre Cathy Belle avec ses « Fragments d’elle » à Azay (du 29 février au 21 mars) ; Olivia Rolde et ses peintures tantôt verdoyantes, tantôt brûlantes à La Riche (du 6 au 28 mars) ; la Tourangelle Gil KD et ses superbes oeuvres baignant dans la culture urbaine (du 14 mars au 12 avril à Langeais – voir photo) et la plasticienne et scénographe Danielle Marchal à Luynes (du 11 au 28 mars). Toutes les expos sont gratuites !

Gil KD

Cinéma : Gloire à Agnès Varda

Quoi de mieux, côté cinéma, de rendre hommage à la grande Agnès Varda ? Un an après sa mort, Bruissements d’elles tournera ses thématiques autour des films de cette documentariste accomplie punkette dans l’âme (et dans la coupe de cheveux!). L’ombre de Varda la militante féministe planera au-dessus de La Pléiade avec Visages, Villages (10 mars), de La Grande avec Jacquot de Nantes (12 mars) et à Langeais avec Les Plages d’Agnès (17 mars).

Aurélien Germain

> Du 4 au 25 mars, dans 15 lieux culturels de Tours et son agglo.
> Programme complet, tarifs et billetterie en ligne sur bruissementsdelles.fr > À suivre également : « Festival Bruissements d’elles » sur Facebook

Au Maître Carré : le croque-monsieur revisité

Croqueurs, croqueuses, la rédac de tmv est allée tester pour vous Au Maître Carré, un établissement spécialisé… dans le croque-monsieur.

Un restaurant spécialisé dans le… croque-monsieur ? Tiens donc ! À première vue, c’est l’étonnement qui prime. Pas que le concept nous laisse sceptique, non. Mais la rédac se demandait bien ce qu’il était possible d’en faire.

Très vite, les doutes s’effacent quand on passe le pas de la porte du Maître Carré, à quelques mètres de la place Plum’. Car évidemment, ici, la fine équipe – jeune et dynamique – a fait le choix de retravailler ce plat.

On retrouve ainsi une petite carte qui customise les croques à coup de tomates confites, poulet, parmesan pour le « fermier » par exemple. Ou en y rajoutant thon, béchamel et comté (pour le « pêcheur »), voire de la sauce barbecue avec oignons caramélisés, bacon et cheddar. À noter que le Maître Carré n’a pas oublié les végétarien(ne)s : trois croques différents leur étant consacrés (aubergines, miel, pommes, etc.)

Les présentations faites, on se rue sur le « Savoyard ». Le croque-monsieur arrive sur un plateau de bois. Il est plutôt épais en main. Côté garniture, on est sur de la viande des grisons, tartinée de béchamel qui supporte des pommes de terre et du morbier coulant comme il faut. Bref, bien loin du croque industriel et famélique.

Ketchup à la carotte et légumes des Halles

Le menu permet de l’accompagner avec soupe du moment (à l’heure où vous lirez ces lignes, ce sera normalement butternut), salade ou frites-maison… accompagnées d’un ketchup de carottes (!) qu’on a adoré. Et là encore, du fait-maison.

C’est d’ailleurs un des credo de la maison qui insiste sur cet aspect et sur la provenance des produits. « Tous les légumes viennent du marché des Halles », précise Mathieu, à la tête de l’établissement. Idem du côté du pain, pris à deux pas d’ici, et les bières, locales.

Ajoutez un rapport qualité-prix plus que raisonnable (moins de 10 € le tout) et une plage horaire d’ouverture très large, le Maître Carré nous apparaît comme une chouette adresse. La carte étant appelée à se renouveler régulièrement, la rédac’ se fera un plaisir d’y retourner avant d’aller boire un petit verre à Plum’ !

Aurélien Germain

> 23 rue de la Monnaie. Contact 02 47 61 43 45 ou sur les réseaux sociaux : sur Facebook ou sur instagram

> Ouvert dès 11 h 30 puis jusque tard le soir. Fermeture le lundi et le mardi.

> L’addition Les menus (croque + boisson + accompagnement) oscillent entre 9,50 € pour la taille M et 10, 50 € pour le L. Menu enfant à 6,50 €. Croque-monsieur seul à 6,50 €, dessert à 2,50 € et verre de vin à 3,80 €. Les bières locales sont à 4,50 € la bouteille.

Amour : quand le big love est un big business

Les sites de rencontres ? Un vrai labyrinthe, où l’on s’en prend au porte-monnaie et à l’amour-propre des célibataires. Car sur le web ou dans la « vraie » vie, le coeur à prendre est un client. Embarquement immédiat dans le monde des pros de l’amour.

Les portions individuelles concurrencent allègrement les plats familiaux dans les rayons du supermarché, signe que le célibat est désormais un vrai marché. Célibataires, veufs et divorcés représentent en effet plus de 50 % de la population adulte de plus de 15 ans selon l’INSEE.

Or, quoi de mieux pour attirer les célibataires dans les filets de son commerce, que de leur proposer de rencontrer l’âme sœur ? Le site français de rencontres en ligne Meetic a ouvert la voie en 2001, dans un secteur aujourd’hui concurrentiel et segmenté. En 2019, on comptait ainsi plus d’une centaine de sites et applications en France.

Des généralistes Tinder ou Adopteunmec jusqu’aux plus spécialisés (religion, âge, secteur professionnel, extraconjugal…), le refrain est le même : dis-moi qui tu es, et je te dirais qui aimer… à condition d’ouvrir ton porte-monnaie ! Car si on s’inscrit gratuitement, l’accès à toutes les options est souvent payant.

Un beau pactole

Appâté par la possibilité d’une rencontre (d’un soir ou d’une vie), un quart des français a déjà tenté l’expérience. La seule garantie, c’est un beau pactole pour les entrepreneurs concernés. Au premier trimestre 2019, Tinder devenait ainsi l’application la plus rentable de l’histoire, avec 230 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Thierry, Tourangeau de 31 ans, fait partie des déçus d’internet : « Je payais 29 euros par mois sur le site, mais être devant mon écran ne m’aidait pas à sortir de ma réserve. Et j’avais peur de tomber sur des faux profils. » Il a donc opté pour une soirée pour célibataires, « plus conviviale que le virtuel ».

Aux commandes des soirées Air Célibat créées fin 2019 à Tours et Nantes, on retrouve William Nicolas, 32 ans. Pour le jeune entrepreneur, le succès est au rendez-vous, mais ce n’est pas un hasard : « J’ai mené une étude de marché, évalué le nombre de célibataires sur Tours-agglo, le nombre d’inscrits sur les sites de rencontres, testé autour de moi le concept, et j’adapte ma communication en fonction des profils déjà inscrits à la soirée ».

« Remettre au goût du jour le bal d’autrefois »

Lieu insolite, accueil personnalisé, jeux variés, apéro dînatoire et musique jusqu’au bout de la nuit : pour trente euros, William cherche à offrir une soirée qui sort de l’ordinaire à sa soixantaine de convives. Avec un objectif : « remettre au goût du jour le bal d’autrefois, pour aider les gens à se rencontrer. »

La rencontre « à l’ancienne », c’est aussi la spécialité de Patrice Huby, directeur de l’agence matrimoniale Fidelio Tours depuis vingt-deux ans. « Avant l’apparition des sites, notre travail était simple : les clients nous contactaient, et nous organisions les rencontres. Aujourd’hui, nous devons proposer plus, pour des personnes de tous âges qui sont déçues (voire abîmées) par leur expérience sur le web, ou qui ne souhaitent pas y avoir recours. »

On s’abonne donc pour un suivi au long cours. Patrice Huby aide son client à se poser les bonnes questions, en fonction de son passé amoureux et de son caractère, avant de l’aiguiller vers la bonne personne. Dernier couple marquant en date ? Une femme de 84 ans et son nouvel amoureux de 92 printemps, car il n’y a pas d’âge pour s’aimer… ni pour se marier.

Cahier des charges et marché

Et là aussi, des professionnels s’invitent à la noce. Depuis une quinzaine d’années, les wedding planners se chargent d’organiser ce grand jour. En Touraine, Noémie s’est lancée en 2016 avec son agence Mona Lisa. Son but : « trouver l’équilibre entre les envies des clients et leur budget, et après avoir établi avec eux un cahier des charges, je m’occupe de tout pour qu’ils profitent à fond de leur journée ! ».

Pour Pauline, mariée en 2019, le recours à une pro a permis de simplifier la logistique et de soulager tout le monde : « Nous ne voulions pas mettre à contribution nos proches, pour que tous vivent l’événement sans stress. » Rendons-nous à l’évidence : des mots comme « cahier des charges » ou « marché » ne sont pas romantiques, car l’amour est un enjeu commercial, n’en déplaise aux fleurs bleues. Mais cultivez cette petite étincelle en vous, qui déjoue toujours les lois du marché ! (cœur avec les doigts).

Maud Martinez

L’artiste Pio croque la vie comme ses dessins

Les galeries d’art tourangelles exposent souvent des noms bien connus dans le milieu mais parfois, aussi, lancent des petits nouveaux, aux parcours singuliers. Pio en fait partie. Autodidacte, le dessin n’est pas son métier mais sa passion. Le jour, elle travaille dans un club de rugby. La nuit, elle dessine. Son trait est frais et réjouissant tout comme sa personne. Rencontre.

Elle est de la nouvelle génération d’artistes, celle qui se lance sur les réseaux sociaux. Instagram et Facebook l’ont fait connaître auprès du public et du monde de l’art tourangeau. Qu’elle s’en souvienne, elle a toujours dessiné. « J’ai fait des arts plastiques au lycée mais je n’ai pas poursuivi car ce n’était pas un métier pour ma mère. »

Aucune frustration pour autant, Pio est du genre positif et si elle s’occupe de comptabilité et de secrétariat au sein de l’US Tours rugby, elle s’épanouit totalement dans ce milieu sportif. « J’ai besoin de voir du monde ».

Une artiste pas seule dans son monde et la tête sur les épaules. La nuit, elle développe son univers créatif et poétique, lorsque sa fille de 7 ans dort enfin. En fait, Pio s’est vraiment remise au dessin il y a deux ans, avec sa fille, qui tente parfois de l’aider sur ses œuvres mais « se voit opposer un refus à son grand désespoir », s’amuse-t-elle, la voix douce. « C’était comme s’il me manquait un truc avant dans ma vie et que j’avais enfin réussi à exploiter mon grain de folie. »

Un stage à l’atelier Célavie et ses premières œuvres se retrouvent sur les murs d’un magasin de tapisserie, SOFA. Puis son frère, musicien, mixait au Citizen, dans le vieux Tours et voilà ses œuvres affichées dans ses lieux d’expos alternatifs.

Prise de risque gagnante

« Et de fil en aiguille, c’est le mélange des rencontres. Pour moi, la Boîte noire est la référence artistique à Tours du point de vue de l’originalité des œuvres et de son large éventail. C’était là que je voulais exposer. J’y traînais souvent pour voir ce qu’il s’y passait et puis, un jour, j’ai osé demander à Agathe comment on faisait pour exposer chez elle. J’y suis allée au coup de poker. »

Une prise de risque gagnante. Elle vient d’y être exposée pour les Petits formats de janvier. Des œuvres « qui tournent toujours autour d’un personnage, avec la thématique de l’enfant, de la femme et de l’oiseau. Je suis dans l’expression intuitive. » Un mélange d’encre de Chine et d’aquarelles « aux textures aériennes ».

Le côté élitiste de l’art ne lui parle pas. « Je suis ouverte et je veux partager mon plaisir. Il y a plein de fois où je me suis baladée dans les galeries et je ne pouvais pas m’offrir les œuvres, trop chères. Je trouve ça dommage. L’art ne doit pas être réservé à une catégorie. » Son parcours singulier le prouve. « Je n’ai pas fait les Beaux-arts, je ne viens pas d’une famille d’artiste, cela ne m’a pas empêchée d’aller vers ça. »

En ce moment, Pio entame une pause dans ses dessins et cherche l’inspiration dans les galeries parisiennes où elle furette ses yeux curieux.

A.D.

> Facebook Pio Pio

> Instagram #artistepio

Quand les galeries veulent mettre l’art à portée de tous

Une nouvelle génération de petits galeristes tente de dépoussiérer leur image et de faire partager l’art à tous.

À Tours, elles se comptent sur les doigts de la main, les galeries d’art contemporain qui exposent quasi en permanence des artistes. Veyssière, Le lieu Commun, la Galerie 21, la chapelle Sainte-Anne et puis les deux phares qui ont pignon sur rue, à l’est, Olivier Rousseau, du côté de la cathédrale et à l’ouest, la Boîte Noire, du côté de la place de la Victoire.

Ces deux galeries n’ont pas dix ans et font bouger la place tourangelle. À l’image de leurs deux gérants, aux parcours et aux styles bien différents. D’un côté, Agathe Place, de la Boîte Noire, qui a ouvert son « bébé » rue du Grand-Marché en 2012 après une solide expérience déjà en tant que galeriste à Tours.

Du coup, les artistes éclectiques qu’elle expose « sont devenus la famille », tels Laurent Bouro, M. Plume, Magalie Bucher… Elle se repose sur ces derniers comme fonds d’exposition permanent et va « glaner des moins connus et des coups de cœur ».

« Combien de fois ai-je eu des gens qui rentraient tout en s’excusant de ne rien y connaître »

Agathe Place a voulu donner une dimension humaine à son lieu en misant sur la « simplicité de l’accueil ». « Combien de fois ai-je eu des gens qui rentraient tout en s’excusant de ne rien y connaître ! Ou des jeunes qui n’osent pas car ils ne peuvent pas acheter. Je leur réponds que ce n’est pas du tout un problème. Mon but est de démocratiser l’art, faire que les gens n’aient plus peur de rentrer dans une galerie. »

Un métier passion qu’elle essaie de faire partager à ses visiteurs, en renouvelant souvent ses expos (une par mois) et en proposant des Petits Formats, à petits prix. « Je rends ainsi l’acquisition d’une oeuvre unique accessible à tous. C’est une légende de croire qu’en galerie c’est plus cher qu’ailleurs, ici on pratique des prix ateliers. »

Autre manière de démocratiser l’art et sa diffusion : la communication et les réseaux sociaux. « On fait un vernissage par mois, le rythme est hyper soutenu. Il faut souvent faire des événements, montrer qu’on est dynamique. C’est important pour fidéliser et rencontrer de nouvelles personnes. Les réseaux sociaux ont une force incroyable ; avec Instagram, on peut déjà montrer des images pour inciter les gens à se déplacer », explique Agathe Place.

Le pouvoir des réseaux sociaux

Son confrère, Olivier Rousseau confirme la force de la communication pour des galeristes d’aujourd’hui. Lui-même est un ancien communicant reconverti dans l’art. « Les affiches, flyers, réseaux sociaux et mailings autour des expositions font partie du travail. J’essaie de toucher des jeunes urbains, c’est une envie et un objectif pour moi. »

Dans sa galerie où la peinture est la raison d’être, aux côtés de dessins, de gravures et de l’art sacré, Olivier Rousseau joue la carte de l’ouverture. « L’entrée est libre, je souhaite que les gens prennent du plaisir ; je monte des expos pour partager des envies, un goût et montrer des œuvres. Le but est de faire venir du monde sans que cela ne devienne une croisade. »

Et le succès est au rendez-vous : « De plus en plus de gens viennent et ce qui me tient à cœur c’est quand les gens regardent la vitrine puis osent rentrer, j’ai conscience que ce n’est pas toujours évident. Cela fait partie de mon métier de décomplexer, désacraliser le rapport à l’art. » Olivier Rousseau et Agathe Place revendiquent tous deux l’essence de leur métier : vendre des œuvres, savoir les exposer et surtout les expliquer. Ce qui fait leur différence avec l’exposition d’oeuvres qui essaiment partout en ville, dans les bars restos, magasins,… Mais plus qu’une opposition, la complémentarité s’affiche.

Les galeristes s’adaptent puisqu’eux-mêmes travaillent avec ces lieux d’exposition alternatifs. Agathe Place avec le SmÄak et le restaurant le QG. Olivier Rousseau juge qu’ « il y a très peu de galeries à Tours et beaucoup d’artistes qualifiés donc c’est difficile de trouver un lieu et tant mieux si ces lieux peuvent leur mettre le pied à l’étrier ».

Lui-même prête des œuvres au Coffee Shop et au Bibliovore de la rue Colbert. Au restaurant La Petite Cuisine, rue Voltaire, Marie Paulay, la cheffe, expose depuis le début des artistes, Caroline Bartal et Aurélia Vissian actuellement. Plus qu’une déco, c’est une véritable harmonie qui se crée avec son restaurant.

Mettre en avant les artistes locaux

Pour Marie Paulay, « c’est une chance, j’ai un lieu beau, sobre et spacieux qui permet d’exposer. L’idée est de mettre en avant des artistes locaux, de les faire découvrir à des gens qui ne vont pas aux vernissages dans les galeries mais aussi de faire vivre le restaurant. Il faut que les tableaux soient à l’unisson de la cuisine, qu’ils se marient avec le lieu tout en étant source d’inspiration pour moi. »

Et qui sait, peut-être que les clients de Marie, après un premier coup de cœur artistique, oseront ensuite franchir la porte des galeries, chez Olivier, Agathe et les autres pépites tourangelles.

Aurélie Dunouau

Biga*Ranx, Ludwig von 88, Isha… Aucard de Tours dévoile ses premiers noms

Le festival Aucard de Tours vient d’annoncer ses seize premiers noms. Rendez-vous en juin !

Biga Ranx (Photo Sébastien Multeau)

 

 

 

 

 

 

Le coup d’envoi a commencé ! Le festival Aucard de Tours dévoile les 16 premiers noms de son affiche. Deux grands artistes risquent déjà de plaire à bien du monde : il s’agit des légendaires punks de Ludwig von 88 et du Tourangeau Biga Ranx !

Pour le reste, il faudra compter sur : Macadam Crocodile, Dooz Kawa, le rappeur belge Isha, l’Argentine Catnapp, la Grecque Marina Satti et son groupe Fonès, les Muthoni Dummer Queen venant tout droit du Kenya et le gros son de The Wytches.

Sans oublier la venue de San Salvador (polyphonie tribale), Delgres (blues caribéen), Gargäntua (techno), LVOE (indie rock), Stuffed Foxes (shoegaze), Pineapple (electro pop punk) et New Kidz (rock pour enfants).

Les 16 autres noms, ainsi que la programmation des Apérocks notamment, seront dévoilés d’ici quelques semaines.


> Le festival aura lieu du 9 au 13 juin, à Tours, sur le thème « On va tous crever ! ». Ô joie !

Pass’Sport pour l’emploi : la réinsertion grâce au sport

L’association Pass’Sport pour l’emploi, imaginée notamment par Thierry Marx, va ouvrir sa première antenne régionale en Indre-et-Loire. Objectif ? Réinsérer les personnes dans le monde du travail grâce au sport.

Une antenne ouvrira à Tours. (Crédit photo : sport-pour-l-emploi.com)

Les faits

Le sport, vecteur de performance, d’esprit d’équipe et de bien-être… Et le biais idéal pour réinsérer celles et ceux qui se sont éloignés de l’emploi ou qui sont en dérive scolaire. C’est de cette idée que sont partis Thierry Marx (chef cuisinier) et Benoît Campargue (champion de judo) pour lancer Pass’Sport pour l’emploi.

« Cette école de formation à but social, humain et éducatif permet aux personnes de retrouver un emploi pérenne à l’issue de la formation grâce aux partenariats d’entreprises que nous avons développés », explique l’association. Au menu ? Un programme de 12 semaines avec sport le matin et formation au métier l’après-midi.

L’association a décidé d’implanter une antenne régionale en Indre-et-Loire, à Tours plus précisément, pour cette année 2020. La première promotion devrait voir le jour fin avril. Des entreprises tourangelles ont déjà été retenues comme partenaires, notamment dans le secteur de la sécurité.

Le contexte

Cette implantation de Pass’Sport pour l’emploi à Tours s’est faite suite à un échange avec l’association ID Cités Touraine, comme l’a précisé la directrice de la structure, Lydia Bouchardon, à nos confrères de 37°. À Paris, l’association existe déjà depuis février 2017. Elle a permis à 103 personnes de retrouver un travail en CDI.

Les enjeux

L’antenne régionale veut favoriser le retour à l’emploi en Indre-et-Loire et compte sur son « concept » pour s’adresser à tout le monde. En effet, Pass’Sport pour l’emploi vise toutes les personnes âgées de 18 à 63 ans, des simples jeunes sortis du système scolaire aux moins jeunes éloignés du monde de l’emploi.
Le fait que la formation soit gratuite devrait en outre parler au plus grand nombre. Cette « innovation sociale et solidaire » met en avant son taux de réussite de 100 %.

Le point de vue

L’antenne régionale devrait donc également réussir son pari en Touraine. Lors de la présentation à Tours, le co-fondateur Benoît Campargue a rappelé que les personnes sortant de cette formation au bout de 12 semaines en étaient « transformées » et avaient retrouvé « confiance et collaboration ». La phase de recherche des candidat( e)s va maintenant commencer. Il faudra s’armer de motivation !

Aurélien Germain

Ahmed Doumbia, le grand-frère de l’UTBM

L’alchimie est là, les résultats également : rencontre avec Ahmed Doumbia, un véritable lien pour l’équipe de l’UTBM.

Dans un effectif grandement chamboulé à l’intersaison à l’UTBM, Ahmed Doumbia fait figure de lien ou de grand-frère. Le basketteur tourangeau n’a pas voulu changer d’air durant l’été, persuadé que son équipe, presque totalement rebâtie, avait le potentiel pour joueur la montée en Pro B.

L’analyse était juste car cinq mois après le début du championnat, l’UTBM surfe sur une série de onze matches sans défaite et occupe actuellement la 2e place après son succès, samedi soir, sur Le Havre (87-72).

« Je veux jouer en Pro B avec Tours, annonçait-il en juillet dernier. J’ai encore une année de contrat avec une option si nous montons. » L’alchimie au sein d’un groupe dans lequel il se sent bien a tout de suite fonctionné et les résultats sont au rendez-vous.

« Nous sommes ambitieux »

En dépit des blessures de joueurs phares comme celle de Vincent Pourchot, à l’écart des parquets jusqu’en mars, l’équipe de Pierre Tavano réalise des prouesses, notamment dans des money time arrachés de haute lutte. « Nous sommes ambitieux mais nous ne le crions pas sur tous les toits », ajoute l’ailier trentenaire de l’UTBM.

Ahmed Doumbia ne tarit pas d’éloges au moment de décrire l’ambiance dans le groupe. « Nous avançons avec humilité, le recrutement a été cohérent », analyse-t-il.

Outre son expérience, Doumbia apporte son leadership, sa dureté défensive et ses qualités offensives à l’équipe. Véritable régulateur du jeu tourangeau et capable de rendre des feuilles de match à plus de 30 points, il sera une nouvelle fois un des atouts de l’UTBM, samedi prochain à Boulogne pour un nouveau match au sommet du championnat de Nationale 1.

Thierry Mathiot

On a testé le restaurant Gaspard, à Tours-Nord

Récemment installé au Nord de Tours, Gaspard se lance dans le buffet local et maison, du lundi au vendredi. Sans oublier le brunch le samedi.

Quelques semaines après son ouverture, Gaspard change de formule du midi. Une bonne raison d’aller découvrir ce restaurant se présentant comme un tiers-lieu, à mi-chemin entre l’univers pro et le perso.

Direction Tours-Nord, dans une zone commerciale à deux pas de l’aéroport. Gaspard a vu grand, mais l’ambiance reste cosy. Aux murs, des oeuvres d’artistes locaux, ambiance street-art, un bar à l’entrée, un coin canapé, et sur les tables en formica ou en bois, des assiettes au charme d’autrefois.

Vous l’aurez compris : ici, la déco oscille entre le contemporain et la nostalgie des repas du dimanche chez mamie. Le midi, chacun fait selon ses envies, car du lundi au vendredi, c’est désormais formule unique, avec buffet à volonté.

On va donc rapidement faire un tour du côté des entrées, où quelques charcuteries s’ajoutent à des salades maison. Du classique taboulé jusqu’au plus original quinoa-crevettes, le choix est varié et bien assaisonné. Pour les plats chauds, des recettes de famille côtoient les créations maison. Pas question de se frustrer, vos enquêteurs vont donc tout goûter.

Ce jour-là : samoussas de légumes, boulettes porc-riz sauce tomate, gratin de chou-fleur, hachis parmentier et frites. On ne s’embarrasse pas du dressage de l’assiette (ce n’est pas notre fort), et on déguste ces plats simples et bien cuisinés.

Le personnel réapprovisionne fréquemment le buffet, jamais en panne de nouveautés au fil de la pause-déjeuner (ah ces beignets de poisson, apparus après notre dessert !). Côté desserts justement, nous laissons de côté la belle corbeille de fruits pour profiter des mousses, panacottas et autres cheesecakes revisités.

Une touche sucrée savoureuse pour clôturer un repas copieux et rapide dans une ambiance décontractée, pratique pour une pause-déjeuner qui met du bon et du local dans l’assiette.

Maud Martinez


> L’addition : Prix unique pour formule unique : 16,90 € tous les midis, du lundi au vendredi, de 12 h à 14 h. Boissons en supplément. En soirée, place aux planchettes apéro et burrata pour l’Après-Boulot, de 18 h à 22 h. Brunch le samedi de 11 h à 14 h 30, 25 €/personne (sur réservation).

> C’est où ? 15 rue Arthur Rimbaud à Tours-Nord

> Réservation et renseignements par téléphone : 02 47 63 36 31. Sur les réseaux sociaux : facebook.com/gaspardtours et Instagram 

Coiffeuse écolo jusqu’au bout des ongles

#VisMaVille Sylvie François gère le salon de coiffure naturel De la Tête aux Pieds. Un salon où priment les sens humain et écologique… et le caractère bien trempé de Sylvie !

Un silence total règne dans le salon de Sylvie, seuls les bruits de circulation de la rue de la Victoire résonnent. Pas de sèche-cheveux en route, ni de musique entêtante…

Atypique pour un salon de coiffure, l’ambiance est zen et apaisante. La cliente se relaxe sur un lit massant et chauffant tandis que la coiffeuse effectue son shampoing puis un massage crânien. Lumières tamisées et décor cosy, le salon de Sylvie accueille un seul client à la fois. Une relation privilégiée s’établit.

« La cliente se sent à l’aise, il y a un côté très intime. Cela débouche souvent d’ailleurs sur une belle amitié. » Un salon de coiffure pas comme les autres, c’est certain. Le côté humain prime. À l’image de sa gérante, Sylvie, tout sourire et sensible. Elle devine très vite l’état émotionnel de ses clients lorsqu’elle appose ses doigts sur leur tête. « C’est fou, acquiesce une nouvelle cliente, elle a tout de suite vu que j’étais stressée et pourtant je ne le montrais pas du tout. »

Un salon végétal avant la mode

Autre facette de Sylvie, un côté passionné, résolu, et des convictions écologiques ancrées. Le salon, « c’est mon bébé, un vrai choix. J’ai 41 ans de métier. Tout a commencé à Luynes quand j’avais 13 ans, la voisine m’avait amenée chez son coiffeur et ce fut le déclic. Après une vie parisienne, je suis rentrée dans ma Touraine natale et j’ai installé mon concept ici, rue de la Victoire. » Il y a 9 ans.

Le concept ? « Un salon 100 % végétal. » Avant que ce ne soit devenu la mode du bio, Sylvie fut pionnière en la matière. Elle déplore les salons étiquetés bio qui s’installent mais dont les shampoings et couleurs contiennent « du bio surtout boosté par la chimie. Par exemple, les mèches rien qu’à l’argile ça n’existe pas. C’est de l’argile avec des oxydants dedans. En 100 % naturel, il est ainsi plus difficile de faire des couleurs stables, les résultats ne sont pas toujours probants, varient d’un jour à l’autre ».

 

Ses convictions écologiques se traduisent également dans tous ses gestes au quotidien : elle récupère l’eau, remplit les flacons de ses clients avec son shampoing Hairborist, recycle les chutes de cheveux pour des associations qui fabriquent des boudins contre les marées noires…

Elle a d’ailleurs obtenu un Trophée du déchet de la Chambre des métiers pour sa démarche. « Je jette une toute petite poubelle toutes les trois semaines ! L’écologie, c’est inné chez moi. J’ai grandi dans la campagne tourangelle et au sein d’une grande famille, on ne jette pas ! »

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Stephen King : le roi de la flippe

Il est le maître du fantastique depuis près d’un demi-siècle. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman le 29 janvier (qu’on a pu lire en avant-première pour vous en parler dès à présent !), tmv revient en quelques anecdotes sur Stephen King, 72 ans, toutes ses dents et toujours aussi terrifiant.

Carrie : de la poubelle… au succès !

1972. Stephen Edwin King n’a que 25 ans. Diplômé de l’université, marié, jeune papa, il n’a qu’une idée en tête : devenir écrivain. À ses côtés, sa femme Tabitha. La petite famille a du mal à joindre les deux bouts. King est loin d’être un roi, il envoie des dizaines d’écrits, mais les éditeurs brisent ses rêves et envoient tout valser.

Les mois passent dans cet appartement miteux et Stephen King entreprend la rédaction de Carrie, l’histoire d’une ado souffre-douleur dotée de pouvoirs de télékinésie sur fond de maman bigote un tantinet fanatique. Doutant de leur qualité, Stephen King jette les 3 premières pages à la poubelle ! Son épouse récupère son manuscrit, le lit. Une révélation.

Carrie sera adapté au cinéma par Brian de Palma, avec le succès que l’on sait…

Tabitha prend soin de nettoyer les mégots de cigarette qui salissent le futur best-seller. Et encourage son mari à continuer. La suite appartient à l’histoire : le livre est envoyé à Doubleday, l’éditeur accepte, l’avance sur les droits est ridicule… mais quelques mois après, les droits en livre de poche sont vendus. Stephen King, au téléphone avec son éditeur, entend la somme de 4 000 dollars. Mais non. Il s’agit bien de 400 000 $. « Mes jambes ont flanché, je me suis assis par terre », racontera plus tard l’auteur, lors d’un passage à Paris en 2013. « Je voulais acheter un cadeau à ma femme, parce que c’est elle qui avait sauvé ce livre. »
Mais en ce dimanche, seul le drugstore est ouvert. « Du coup, je lui ai pris un sèche-cheveux ! (rires) »

Drogues, alcool et mauvais souvenirs

Stephen King naît le 21 septembre 1947. Deux ans après, son père quitte le domicile… et ne reviendra jamais. À 4 ans, King voit un de ses amis se faire écraser par un train sous ses yeux. Son enfance, il la passe « souvent malheureux et différent », comme il le raconte dans un entretien à Playboy.

Il est gros, pas très agile. Le sport à l’école est une plaie. À l’adolescence, il sent en lui « de la violence, comme si je voulais m’en prendre au monde ». Une rage qu’il contient tandis qu’il griffonne ses premiers écrits, admirateur de Lovecraft.

Mais avec ses premiers succès viendra la déchéance. Ses addictions l’attendent tapies dans l’ombre comme le croque-mitaine : dans les années 60, King carbure au LSD, au peyotl et à la mescaline. Les trips s’enchaînent. Plus tard, il plonge dans la picole. Beaucoup. Et dans la drogue. Beaucoup. L’auteur carbure à la coke (Misery n’est-il pas un livre sur la cocaïne ?). Tapisse le tout avec des médocs. Tout ça, en cachette et pendant huit ans, au point de ne pas se rappeler certains de ses livres. C’est une nouvelle fois sa femme qui le tirera de là et le forcera à tout arrêter.

Mais de quoi a peur Stephen King ?

Stephen King, digne héritier d’Edgar Allan Poe et influencé par Richard Matheson, est un auteur terrifiant. Avec ses intrigues bien ficelées, son sens du détail, de la description (il suffit de lire un huis-clos comme Jessie), des personnages ultra-travaillés, il EST un conteur. L’auteur révèle aussi les peurs et les névroses contemporaines.

Mais le King de la flippe a-t-il la trouille de quelque chose ? « Je ne peux pas dormir sans qu’une lumière soit allumée dans la chambre », a-t-il confié. Oui on sait, ça brise le mythe. Terrifié par l’avion et les choses qui rampent, l’écrivain triskaïdékaphobe est également peu à l’aise avec le chiffre 13. Mais pire que tout ? C’est de la retraite ou de perdre la boule que King a le plus peur !


L’INSTITUT : CHRONIQUE DU NOUVEAU ROMAN DE STEPHEN KING

« Bienvenue à l’Institut. Quand les enfants y entrent, ils n’en sortent plus. »
Dans son nouveau roman – à paraître le 29 janvier (éditions Albin Michel) – le lecteur suit Luke, un jeune surdoué kidnappé chez lui par des intrus. Il se réveille à l’Institut, dans une chambre qui ressemble à la sienne… mais qui ne l’est pas du tout. Dans cet établissement, se trouvent d’autres enfants dotés de pouvoirs de télékinésie ou de télépathie. Toute la journée, ils passent des batteries de tests horribles et peuvent gagner des jetons pour se nourrir. La directrice, en attendant, ne cesse de leur promettre qu’ils rentreront bientôt chez eux. Sauf que personne n’a réussi à s’échapper d’ici…

Avec son récit mastoc, Stephen King réunit tous ses thèmes de prédilection en une sorte de best of convoquant tour à tour Charlie ou Ça : il y a cette trame chorale avec des gamins bien particuliers toujours aussi attachants, leur amitié, il y a son obsession de la télékinésie, du paranormal plongé dans le normal, il y a cette méfiance du gouvernement et cette peur de l’injustice.

Au total, 608 pages qui, comme d’habitude, prennent à la gorge. King possède toujours cet art de la description, du récit. Il conte et raconte. Ses monstres à lui sont les adultes. Ce n’est pas de l’horreur bête et méchante, c’est du stress que King nous inflige en intraveineuse, comme à ses petits personnages. L’Institut ne constitue pas un livre-révolution en soi, loin de là, mais un bon cru, à mettre en parallèle avec le contexte actuel et politique des États-Unis…


Dossier réalisé par Aurélien Germain, à retrouver en intégralité dans le numéro 362 de tmv (à télécharger sur tmvtours.fr)

Ehpad : aux petits soins pour nos anciens

Souvent, la question des conditions de vie des personnes âgées dans les établissements spécialisés revient à la Une de l’actualité. Nous avons décidé de pousser la porte de l’un d’entre eux. Rencontre avec Estelle Menit, aide-soignante à l’Ehpad de La Vallée du Cher et passionnée par les relations humaines. Elle transmet son dynamisme aux 103 résidents.

Installé au cœur du quartier des Fontaines, à deux pas du Stade Rodriguez, l’immeuble se fond dans le paysage. Dans ce quartier de grande mixité sociale, on ne se doute pas un seul instant que ce bâtiment aux jolis balcons suspendus abrite une centaine de résidents âgés, très âgés même pour certains.

Au 2 de la place Sisley, vous êtes à l’Ehpad de La Vallée du Cher, un des quatre établissements gérés par le CCAS sur Tours. Ehpad ? Cela signifie Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Une maison de retraite pour faire simple. CCAS ? Ça veut dire Centre communal d’action sociale.

C’est là que travaille Estelle. Elle nous a parlé de son quotidien. De ses joies, de ses doutes parfois. Mais surtout de son extraordinaire dynamisme pour aider les résidents. Certains ont nettement plus du double de son âge. « Mais ils ont vécu de telles expériences dans la vie, que j’adore les écouter. Si on n’a pas cette passion, pas la peine de venir travailler ici », confie-t-elle.

Estelle Menit va avoir 40 ans. Elle est aide-soignante. D’origine martiniquaise et née en banlieue parisienne, elle a pensé devenir assistante dentaire, avant de « s’expatrier » en Touraine où elle a gravi tous les échelons au rythme des concours et des études : agent d’entretien, auxiliaire de vie puis aide-soignante.

Beaucoup d’écoute

Lors de notre première rencontre, un soir de fin décembre, tous les emplois du temps ont été chamboulés. Les blouses blanches, roses ou bleues sont au placard. Repas de Noël oblige, le personnel comme les résidents sont en tenue de soirée. Ou presque. Estelle est venue sur un jour de repos pour aider et participer à ce moment festif.

Tout le personnel, sous la houlette de l’animatrice, Isabelle, aide les résidents à s’installer autour des tables dans la grande salle à manger du 1er étage. Quelques minutes plus tard quand le repas débutera, chacun viendra s’asseoir à une table, participera au service, amènera de la bonne humeur, ou tout simplement aidera Jacqueline, Nicole ou un autre résident à dîner.

« On est dans l’exceptionnel, ce soir, explique Estelle. Mais vous voyez bien l’esprit dans lequel on travaille. » Beaucoup d’écoute, un maximum de relationnel, une tonne d’énergie, des kilos d’empathie, il leur faut donner tout cela pour éclairer la journée des résidents. « Certains sont diminués, en fauteuil. Pas toujours drôle pour eux. »

Plus tard, en janvier, lors de notre deuxième visite, Estelle et tout le personnel ont rebasculé dans le quotidien. Arrivée à 14 h, l’aide-soignante finira à 21 h. « De 14 h à 14 h 30, nous faisons la réunion de transmission entre les deux équipes. Nous indiquons ce qui a été fait auprès des résidents. Comment ils se sentent. Certains se sont réveillés un peu grognons. On les laissera se reposer. D’autres veulent parler. On ira les voir plus longtemps. »

En pantalon et blouse rose, Estelle commence son petit tour au 3e étage – Il y a une vingtaine de résidents par niveau, du rez-de-chaussée au 4e étage. Elle frappe doucement à chaque porte. Demande comment ça va. Même si elle connaît le prénom de chacun, c’est par « bonjour M. ou Mme untel » qu’elle entame la conversation. « Le matin, nous nous occupons des toilettes, du service des petits déjeuners. »

« Bien sûr, on s’attache aux résidents, parce qu’ils sont des puits de savoir. »

Le soin mis dans la décoration des couloirs et l’individualisation des chambres font de l’Ehpad un lieu à part, entre pension de famille et maison de convalescence. Les difficultés de son travail, Estelle les a gommées avec le temps et l’expérience.

« Bien sûr, on s’attache aux résidents. Parce qu’ils sont des puits de savoir et qu’ils ont vécu des choses extraordinaires. Un jour, un monsieur me dit : ‘’Vous savez, j’ai connu la reine d’Angleterre.’’ Je me suis assis à côté de lui et il m’a raconté des tas de souvenirs qu’il avait sur le couronnement d’Elisabeth, notamment. D’autres fois, c’est dur. Les résidents peuvent avoir des mots qui dépassent leur pensée. Quand ça arrive aujourd’hui, je relativise. »

Issues d’une multitude de corps de métiers (infirmière, psychologue, cuisinier, couturière, coiffeur, agent technique, aide-soignant(e)s, etc…), plus d’une cinquantaine de personnes sont au service des 103 résidents de l’Ehpad dont la moyenne d’âge est d’environ 85 ans.

Dans ce choc de générations, le dynamisme et l’enthousiasme comblent les fossés et la rudesse des destins. Estelle le sait : « Pour les résidents, c’est le dernier lieu de leur vie. À leur âge, certains voient leur santé se détériorer assez vite aussi. On est là pour les aider, leur donner bon moral. J’aime prendre soin d’eux. »

Textes et photos : Thierry Mathiot

SOS Médecins s’installera à Tours-Nord en septembre

SOS Médecins va ouvrir un nouveau local d’accueil et de soins dans le quartier Monconseil en septembre. Une installation bienvenue, l’antenne de Tours Centre étant saturée.

SOS Médecins s’installera à Tours-Nord d’ici le mois de septembre. (Photo archives NR)

Les faits

Rendez-vous en septembre 2020 ! C’est à cette période que doit ouvrir la nouvelle antenne de SOS Médecins, à Tours-Nord. Rue Daniel-Meyer, dans l’éco-quartier Monconseil plus précisément. Les travaux doivent débuter dans deux ou trois mois. Le Dr Paul Phu, président de SOS Médecins à Tours, a dit espérer 20 000 patients en un an.

Ce local possédera une surface de 500 m² en face de la pharmacie. On y trouvera trois médecins, un service de radiologie et d’échographie, ainsi qu’un laboratoire d’analyses médicales. L’installation et la mise à disposition des lieux se sont fait en lien avec la Ville de Tours et le bailleur social Tours Habitat.

Le contexte

Cette ouverture intervient dans un contexte tendu au niveau de la médecine de proximité. En effet, le local de Tours Centre, place Jean-Jaurès(1), a traité 70 000 actes médicaux l’an dernier ! Un chiffre énorme qui témoigne de la saturation de cette antenne en surchauffe… et un chiffre qui ne cesse également de progresser au fil des années.

D’autant que les urgences sont également engorgées et il devient difficile, en ville, de trouver des médecins généralistes qui prennent sans rendez-vous.

Les enjeux

Ce complément est donc le bienvenu, d’autant que les personnes qui se pressaient au centre-ville venaient de Tours, certes, mais aussi de toute l’agglo et du reste du département. Répartir au mieux les patients ? C’était donc une urgence, pour le Dr Phu.

Le point de vue

Ce projet, d’un coût de 1,3 million d’euros financé sans subventions, est évidemment une aubaine pour la municipalité et les patients et, plus globalement, pour le domaine de la santé.

Mais SOS Médecins voit encore plus loin : car tout cela pourrait également donner naissance à l’installation d’une autre adresse de SOS Médecins à Tours-Sud, dans le quartier des Deux-Lions. C’est ce qu’envisage le Dr Phu qui imaginerait bien un troisième pôle médical au sud du Cher. Celui-ci pourrait éventuellement ouvrir à l’horizon 2023-2024.

Aurélien Germain

(1) 19 rue de la Dolve / 02 47 38 33 33.

Nicolas Rossard : cap sur le sommet du TVB

#EPJTMV Le TVB ne cesse de progresser. Retour sur la carrière d’un de ses joueurs les plus prolifiques, Nicolas Rossard.

« J’ai commencé à jouer au volley- ball parce que presque toute ma famille pratique ce sport », explique Nicolas Rossard. S’il s’intéresse au tennis et au football, c’est le volley qui a finalement gagné son cœur.

C’est à l’âge de 14 ans que tout débute pour ce jeune joueur. Tout d’abord à Bordeaux où il suit un cursus sport-études puis à Toulouse où il démarre sa carrière professionnelle. Le jeune libero (1,83 mètre) devient rapidement vice-champion de France de volley, d’abord avec les Spacers en 2016, puis une deuxième fois avec Paris l’année suivante.

« Le TVB, meilleur club de France »

Il connaît ensuite une courte parenthèse étrangère, en Pologne dans le club de Stocznia Szczecin puis dans celui de Berlin, avec lequel il remporte le championnat d’Allemagne.

Fort de ce succès, il revient en France avec de nouvelles ambitions. « J’ai intégré le TVB car c’est le meilleur club de France », a-t-il déclaré. L’objectif est clair pour Nicolas : « Je souhaite gagner le championnat de France. »

S’il compte bien poursuivre ses études d’ingénieur en informatique dans l’optique de préparer sa retraite sportive, il ne perd pas de vue sa priorité actuelle : sa carrière de volleyeur.

Texte : Brice Le-Doux-Saramalet / Photo : Chadi Yahya, étudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Au Café-concept, on sert au plateau !

Place de la Victoire, le Court-Circuit a laissé la place au Café Concept. Un restaurant – mais pas que – qu’on a décidé de tester pour vos beaux yeux… et vos papilles !

En ce jeudi midi ensoleillé, nous avons décidé d’aller tester le Café Concept. À peine entrés, Florence et Cyril Gomez nous accueillent. Au menu ce midi – celui-ci change tous les jours – quatre plats dont un végétarien : « Nous proposons un plat végétarien tous les midis, c’est important ! », insiste Florence.

Pour ce déjeuner, nos papilles découvrent un wok de dinde façon basquaise et ses tagliatelles fraîches et une blanquette de cabillaud accompagnée de son riz basmati. Florence nous avait prévenu en prenant nos commandes : « Ici, on sert au plateau ! Vous aurez vos plats et vos desserts en même temps ».

Servis, nous sommes amusés de voir que ce dernier, en inox, est divisé en portions. Au premier abord, cela nous fait penser à un plateau-repas de cantine, mais seulement d’apparence, parce que gustativement parlant : c’est excellent.

En dessert, le cake au potiron accompagné de son caramel beurre salé nous laisse en bouche un goût de cannelle. Le café-concept tient son pari : revisiter des plats traditionnels pour toutes les bourses. Une sympathique adresse pour manger un bon repas, comme à la maison, entre deux réunions !

Marie Lebrun, étudiante à l’Ecole de journalisme de Tours (EPJT)


> Le service brasserie ne se fait que pour le déjeuner. Il existe trois formules pour le midi allant de 9,50 € à 17 €. Boissons en supplément. 

> C’est où ? 16 bis place de la Victoire, à Tours. Ouvert du mardi au dimanche de 8 h à 19 h. Contact au 02 47 77 94 35 ou par mail au contact@lecafeconcept.fr 

Les Z’Imbert et Moreau : « Les petits colibris de l’écologie musicale »

Le groupe les Z’Imbert et Moreau s’est formé en 1967. Très engagés dans l’éducation des enfants, Françoise Moreau et François Imbert ont également participé aux luttes écologistes.

« Notre engagement pour l’environnement a commencé il y a déjà très longtemps », se remémorent Françoise Moreau et François Imbert. Dans la cuisine, attablés devant la grande baie vitrée qui mène au jardin, ils replongent dans leurs souvenirs.

En plus de cinquante années de carrière, les chanteurs du groupe Les Z’Imbert et Moreau sont toujours restés concernés par les enjeux écologiques. Pionniers dans l’élaboration de chansons dédiées aux enfants, ils ont très vite décidé d’intégrer un de leur combat dans l’élaboration des textes. Leur nouvel album « Magique ! » est sorti le 20 septembre 2019.

« Des chanteurs concernés »

« Le choix de mettre le titre Tout va bien en première place n’est pas anodin. Tout le monde s’emporte contre la petite Greta (Thunberg, Ndlr) alors qu’elle est magnifique à tenir tête à tous ces vieux politiques », explique François. La chanson présente un monde qui ne tourne plus très rond et dont le refrain « Tout va bien », entonné gaiement en chœur par des enfants, accentue l’ironie.

« Nous sommes des chanteurs non plus engagés, mais concernés. Nous avons des petits enfants de 10 et 15 ans qui sont très sensibles à ces questions. » Françoise explique que leurs propres enfants, Jérémie et Corentin, qui sont aussi membres du groupe les Z’Imbert et Moreau, avaient essentiellement des jouets en bois. François se lève pour aller chercher les albums qui sont très utilisés par les enseignants dans les écoles. La pile est impressionnante.

« La lune saigne », en 1976, « La baleine au supermarché » en 2001, « Les éléphants » en 2009, sont autant de titres qui traitent d’enjeux écologiques. « Pierre Rabhi a théorisé cette idée du petit colibri que je reprends un petit peu dans ce que nous faisons. Depuis des années, nous semons des petites choses pour que les enfants et les parents se les approprient », précise François.

La conjoncture environnementale ne laisse pas les Z’Imbert et Moreau très tranquilles. Tous deux m’invitent à les suivre dans le salon où François lance son lecteur vinyle. « Nous allons replonger dans une époque hippie », plaisante-t-il, avant de lancer leur première chanson engagée, sortie en 1970, « Vivre et survivre ».

Tandis que leurs voix, d’une autre époque, entonnent conjointement un pamphlet musical contre les centrales nucléaires, François glisse : « Cette chanson est passée une fois sur France Inter à midi moins deux. La personne qui l’a diffusée a été virée pour cela. C’est un combat de longue durée et tant mieux si ce sont les jeunes qui se mobilisent aujourd’hui. »

Textes : Fabian Lavalade / Photo : Sophie Podevin
Etudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

> www.les-zims.com

 

Redécouvrir la nature avec Couleurs Sauvages

L’association Couleurs Sauvages, basée à La Riche près de Tours, propose des activités pour sensibiliser la Touraine aux grandes problématiques environnementales locales. Des actions et des ateliers sont notamment proposés aux jeunes, jusqu’à 18 ans.

Avec 427 interventions pour sensibiliser plus de 9 200 personnes en 2019, l’association Couleurs Sauvages a mené de nombreuses opérations. Les trois quarts d’entre elles, concernent les jeunes entre 0 et 18 ans.

Créée en 2004, l’association a pour but de valoriser le patrimoine naturel de la région Centre- Val de Loire. Elle organise des animations en pleine nature, tout en soutenant les initiatives écologiques.

« Nous éduquons à l’environnement en stimulant l’imaginaire, le sensoriel et le ludique », explique Nathalie Blanc, éducatrice à l’environnement et coordinatrice de l’association. « Nous aiguisons la sensibilité de ces jeunes à des thèmes comme la faune, la flore, l’eau, l’air, le sol, les énergies, les modes de consommation… ».

Intervenir auprès des scolaires

Le but ? Montrer aux jeunes que la nature est belle et porteuse de bien-être. Positive, l’éducatrice nature estime que beaucoup de jeunes sont très intéressés par la cause environnementale. « On ne peut pas dire qu’ils ne comprennent pas ce qu’il se passe », précise-t-elle. Elle explique avoir rencontré un public « hyper motivé » et « prêt à faire beaucoup pour agir en faveur de la nature ».

Si Couleurs Sauvages intervient souvent dans les écoles primaires et les collèges, elle ne souhaite pas exclure les adultes : « On ne peut pas mettre le sauvetage de la planète seulement sur les épaules des jeunes, c’est l’affaire de tous ».

L’association met ainsi en place des sorties natures, des ateliers et des stages destinés à tout âge. Pour s’organiser et agir efficacement, l’association est présente au sein du réseau régional pour l’éducation à l’environnement : Graine Centre-Val de Loire. Ce regroupement permet aux éducateurs de travailler conjointement et de pouvoir élargir leur champ d’action dans la région. Au niveau local, elle fait également partie du Réseau d’éducation à l’environnement d’Indre-et-Loire (REE 37). Celui-ci regroupe des associations œuvrant pour la cause environnementale dans le département.

« À Tours, la population est en partie sensibilisée, cependant, nous sommes bien conscients que chacun fait ce qu’il peut en fonction de ses moyens », déclare-t-elle. Ainsi, Couleurs Sauvages tente de rassembler, chaque année, des financements auprès de la région et de la métropole afin de proposer « un maximum d’actions gratuites » en fonction de la demande.


Textes : Rachel Herman et Amel Zaki / étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)
Photo : Association Couleurs Sauvages

Horoscope WTF spécialement écrit (oui encore) par les étudiants en journalisme

#EPJTMV L’astrologue de tmv étant encore en congés dans sa villa aux Seychelles, ce sont les étudiant(e)s de l’Ecole publique de journalisme de Tours qui ont pris la relève. Voici leur horoscope rien qu’à eux !

Bélier

Amour

S’aimer soi-même c’est un
bon début.

Gloire

Vous gagnerez une partie
de fléchettes et ne paierez pas votre
tournée.

Beauté

La seule beauté durable est
la beauté du coeur. Qui a dit que les
Béliers n’étaient pas romantiques ?

Taureau

Amour

Vous pouvez draguer une
fois, vous pouvez draguer deux fois,
Vous pouvez draguer quinze fois…
vous n’avancerez toujours pas.

Gloire

On récolte que ce que l’on
sème. Une courgette, donc.

Beauté

Halte. C’est un début de
calvitie qu’on vous voit-là. Mettez de
l’huile de ricin, ça marche bien.

Gémeaux

Amour

Apollon, vous faites le fanfaron
mais gardez cet adage à l’esprit,
un tu l’as vaut mieux que deux
tu l’auras.

Gloire

Petits chanceux que vous
êtes, Pluton va vous brancher avec
Jimmy Neutron.

Beauté

L’originalité c’est bien. Mais
peut-être pas tous les jours.

Cancer

Amour

Ainsi disait le grand philosophe
Roméo Elvis, « une de perdue,
une de perdue, autant dire les choses
comme elles sont… »

Gloire

Les seuls billets que vous allez
compter sont ceux du Monopoly.

Beauté

Le verdict de Cristina Córdula
: « Ma chérie c’est pas possible.
On va vous préparer psychologiquement
mais ça va être dur. »

Lion

Amour

Fuis-moi je te suis, suis-moi
je te fuis, l’adage ne marche pas quand
on s’appelle Jean-Michel Toutseul.

Gloire

Hier vous étiez Jean-Michel
Torché, aujourd’hui vous serez
Jean-Michel Banqueroute.

Beauté

Conseil de Jean-Michel
Atrobu : Deux demis, deux vomis et
hop au lit.

Vierge

Amour

Pour trouver l’amour
évitez les Lions, les Sagittaires,
les Poissons, … ah bah en fait évitez-
les tous !

Gloire

La routourne va tourner,
mais pas tout-tout de suite.

Beauté

La constellation Cristina
Córdula est de retour, « C’est
pas possible là, vos sourcils c’est
la forêt amazonique. »

Balance

Amour

La constellation de Lomepal
vous indique que dans votre caleçon
c’est plus chaud qu’au Népal.

Gloire

Né pour briller, vous allez
devoir imposer vos idées.

Beauté

Le lever de coude ne fera
pas gonfler vos biscottos.

Scorpion

Amour

Si ça ne marche pas à deux,
essayez à trois !

Gloire

Laissez les emplois fictifs
aux assistants parlementaires.

Beauté

Les jaloux diront Photoshop.

Sagittaire

Amour

Votre mec assure, votre mec
assume, votre mec est pur, il vous
trompe pas, j’en suis sûre…

Gloire

Vous n’êtes pas dans un hémicycle.
Quand vous n’êtes pas là, on
le voit.

Beauté

Miroir, miroir, dis-moi qui
est la plus belle ? Pas encore vous.

Capricorne

Amour

Pas de bol pour vous, les
astres ne sont pas alignés. Vous pourrez
tout tenter, mais il/elle finira par
se barrer.

Gloire

N’est pas Steve Jobs qui veut.

Beauté

Vous regrettez déjà de vous
être fait tatouer le prénom de votre
conjoint(e).

Verseau

Amour

Le légendaire Hervé Bazin
écrivait « une vie sans amour, c’est une
vie sans soleil »

Gloire

Tu sens l’ouragan arriver ?

Beauté

Vous êtes trempés de la tête
aux pieds.

Poissons

Amour

« Femme qui rit à moitié
dans ton lit » : il vous faudra choisir
laquelle.

Gloire

Les brosses à dents se
changent tous les deux mois. À bon
entendeur.

Beauté

Soyons honnête, vous n’êtes
pas au top… Heureusement il vous
reste encore 342 jours pour vous perfectionner
un summer-body de qualité.

Biodivercity, l’apiculture… urbaine !

#EPJTMV La disparition des abeilles est une problématique environnementale préoccupante. Anne Desnos et Laurie Dufrenne sont apicultrices au sein de l’association Biodivercity qui propose des ateliers de sensibilisation à la vie de la ruche.

« Je vous propose d’aller chercher les tenues, nous allons aller sur le rucher. » Ce vendredi 17 janvier, Anne Desnos et Laurie Dufrenne animent le « Club Api » de l’association Biodivercity.

Dans le domaine du Château de Taillé à Fondettes, l’association possèdent sept ruches dont les salariés s’occupent toute l’année. Le « Club Api » se réunit une fois par mois pour former à l’apiculture une poignée de volontaires.

La mission du groupe aujourd’hui : bricolage d’hiver et visite des ruches pour vérifier que les abeilles vont bien. Sur le chemin, Laurie explique : « Pendant la période hivernale, les abeilles sortent peu. Elles sont en période d’hibernation et consomment leurs réserves dans la ruche. »

Ne pas déranger les butineuses

Laurie est apicultrice depuis dix ans. Elle a commencé sa formation sur le terrain en Allemagne, en production biologique de miel. Elle s’est rapidement tournée vers les associations jusqu’à intégrer Biodivercity en 2014. Ce qu’elle aime le plus, surtout dans « ce contexte de difficulté pour l’environnement, c’est sensibiliser et faire connaître le rôle de l’abeille dans l’environnement ».

Concernant les ruches, les deux animatrices insistent sur la nécessité de ne pas déranger les butineuses et de ne pas ouvrir les ruches si ce n’est pas nécessaire. Le parcours d’Anne Desnos jusqu’à l’apiculture est différent. Elle a intégré l’association en 2017 pour un service civique et ne l’a pas quittée depuis. « Je me suis formée sur le tas, à Biodivercity », confie-t-elle.

« J’ai longtemps eu un projet d’animation autour de l’environnement. J’ai un lien très fort avec la nature et il est très important pour moi de le partager pour la protéger. »

Sur le rucher, les deux animatrices expliquent au groupe comment s’assurer que la ruche est en bonne santé. Il faut la peser et vérifier les réserves de nourriture. Les volontaires écoutent attentivement mais toujours dans une ambiance détendue.

Pendant cette séance, aucune n’a eu besoin de nourriture (du sucre) supplémentaire. Les deux animatrices mettent en place une approche douce de l’apiculture. Pour Laurie, « le consentement doit aussi être avec les abeilles. Il faut comprendre les abeilles et ne pas déranger les colonies nerveuses par exemple. » Elle confie, avant de partir, que grâce à ce métier, elle a « appris à avoir une certaine humilité face à l’abeille ».

Texte : Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault, étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> En savoir plus sur l’association Biodivercity : www.biodivercity.fr

 

A la Gloriette, les enfants s’interrogent sur l’urgence climatique

Au parc de la Gloriette, des élèves de CM2 sont invités à s’interroger sur les questions liées à l’urgence climatique à travers diverses activités. C’est aussi l’occasion pour ces enfants citadins de sentir et déguster les plantes de saison.

« Vite, vite, vite mon équipe » s’exclame Lucien, 10 ans. Un questionnaire dans une main, un crayon de bois dans l’autre, l’atelier climat commence pour la classe de CM2 de l’école André-Gide. Pendant deux heures, les 25 enfants vont participer à différentes activités.

Au programme, questionnaire sur l’hiver, dégustation de plantes aromatiques et visite de la serre du parc. Ce jeudi 16 janvier, leur terrain de jeu s’étend sur deux parcelles du potager de la Gloriette. Leur mission ? Identifier les plantes, les légumes et les animaux typiques de la saison hivernale. Par groupe de trois, les élèves déambulent en remplissant leur questionnaire.

L’animal phare de la matinée est le ver de terre. Anis le ramasse en premier avant de le montrer fièrement à ses camarades. « Touche, touche, touche ! », dit-il au petit groupe qui s’est formé autour de lui. Intrigués, les enfants tendent timidement leurs mains.

Après vingt minutes, Sophie Legland, l’animatrice de la Gloriette en charge de l’atelier, rassemble les élèves. « Qu’estce que vous avez répondu pour la météo du jour ? » Aussitôt, les mains se lèvent et les réponses fusent. « Froid », « nuageux », « soleil », réagissent les enfants. Sophie Legland leur explique alors que le climat est relativement doux avec une température de 10° C, plus du double de la température moyenne pour la saison.

« Rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie »

« Regardez, un ver de terre qui marche ! », s’exclame un élève. Une nouvelle fois, le lombric vole la vedette à l’animatrice. Pendant un an, la classe de CM2 va participer à différents ateliers autour du climat. Tantôt dans leur classe, tantôt à la Gloriette. Une initiative de leur enseignant, Stéphane Burel, pour qui « il est intéressant de rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie ».

Leur vision du réchauffement climatique témoigne de leur vie citadine. Lors de leur deuxième séance en décembre, Sophie Legland a présenté à sa classe plusieurs photos liées au dérèglement du climat : des embouteillages, des radiateurs, des catastrophes naturelles ou encore des panneaux solaires. Instinctivement, la plupart des élèves se sont tournés vers des images de pollution ou de déchets.

Avant les vacances de Noël, Sophie Legland était venue dans la classe des CM2 pour un atelier bouture. Le but était qu’ils se questionnent sur l’effet de serre. La moitié de la classe a réalisé un pot avec un couvercle et l’autre moitié a laissé la plante à l’air libre.

Tous les matins, les élèves suivent le même rituel ; après avoir regardé Arte journal junior, ils observent l’évolution de leurs boutures. « Des élèves jouent les jardiniers dans la classe et s’occupent des plantes tous les jours », précise leur professeur. Il est maintenant l’heure pour les élèves de se rendre dans la serre, pour enfin comprendre ce qu’est ce fameux effet de serre.

Mais avant, petit détour par le potager où une dégustation de plantes aromatiques s’improvise. Devant la lavande, les réactions ne se font pas attendre : « Ça se mange ça ? » Sophie Legland répond par la négative et les invite à sentir la plante. Quelques mètres plus loin, le groupe s’arrête devant un plan de légumes. Ici, l’animatrice leur fait goûter des feuilles de céleri. D’abord sceptique, « ça se mange cru ça ? », demande l’un deux, les enfants se prêtent finalement au jeu. Souriant, ils semblent avoir apprécié.

Avec le froid qui commence à se faire sentir, les enfants sont de plus en plus pressés d’arriver à la serre. Une fois à l’intérieur, ils découvrent l’espace et observent avec attention les différentes plantes qui y poussent. L’animatrice les rassemble devant les plantes aromatiques. Persil, origan, basilic… Les enfants poursuivent leur dégustation.

Avant qu’ils retournent à l’école, Sophie aborde la problématique de l’effet de serre. Les accessoires sont de mises : globe terrestre, saladier, lampe torche et tableau. Les enfants se concentrent et écoutent avec attention. Sophie aborde le parcours des rayons du soleil et des rayons infrarouges avant de demander aux enfants quels sont les gaz à effet de serre. Les réponses sont diverses : CO2, O3, CH4 ou encore N2O. L’animatrice est bluffée.

Le mois prochain, ils se transformeront en petits rats de laboratoires pour comprendre les effets du réchauffement climatique à travers des expériences chimiques.


Enquête : Mélanie Guiraud et Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault
Étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Les Innocents : « Nous voulions retrouver cette complémentarité musicale »

#EPJTMV Les Innocents reviennent avec un sixième album : 6 ½. 22 ans après leur dernier passage à Tours, le groupe de pop français se produira à Joué-lès-Tours le 25 janvier prochain.

Les Innocents seront en concert à l’Espace Malraux, le 25 janvier (Crédit Yann Orhan)

Quatre Victoires de la musique, un Bus d’Acier, un disque de diamant avec Fous à lier (1992)… Les Innocents ont marqué leur génération. Lors de leur séparation en 2000, le groupe comptait quatre membres. Mais en 2013, Jean-Christophe Urbain et Jean-Philippe Nataf (tous deux chanteurs et guitaristes) ont décidé de faire renaître le groupe en revenant cette fois en duo.

« Avec Urbain, nous voulions retrouver cette complémentarité musicale qu’il y a entre nous », raconte Jean-Philippe Nataf, fondateur du groupe en 1982. Depuis leur premier grand succès en 1987 avec le single Jodie, Les Innocents restent fidèles à leurs influences. « Ceux qui nous inspiraient quand nous avions vingt ans nous inspirent encore aujourd’hui. Je pense notamment à Bob Dylan, The Clash ou Paul McCartney. »

« L’industrie musical a évolué »

Celui que l’on surnomme “Jipé” (Jean-Philippe Nataf) confie être aussi un fan de musique moderne : « J’écoute beaucoup de musique brésilienne, éthiopienne et même du rap américain ! » Ils restent, malgré tout, attachés à leur style musical de prédilection avec une direction “pop” anglo-saxonne en langue française.

« L’industrie musicale a évolué : l’offre est incroyable et la musique gratuite. Il n’y a plus la même rareté. Nous voyons le monde avec des yeux de vieux », s’amuse J-P Nataf. Même si tout a changé, eux, ont décidé de faire comme avant : « C’est comme si nous étions des pâtissiers et que nous avions fermé boutique puis rouvert. Tout est pareil, mais nous prenons encore plus de plaisir », raconte-t-il.

Une authenticité qui paye. En 35 ans de carrière, ils ont fidélisé un large public qui ne manque pas l’occasion de venir les écouter pour découvrir leurs nouvelles créations ou se remémorer des souvenirs de jeunesse. « Nous avons accompagné la vie du public dans ses joies et ses tristesses. Nous sommes dans un partage joyeux. Notre musique s’écoute avec les gens que l’on aime ».

Rachel Herman

> A 20 h 30, le 25 janvier. Espace Malraux de Joué-lès-Tours. Tarifs : de 17 € à 34 €. Billetterie : 02 47 53 61 61. Réservez rapidement.

 

Municipales : c’est le top départ !

Alors que les élections municipales approchent, la campagne s’est lancée avec un premier grand débat, mercredi dernier, à Tours.

Le débat a réuni plusieurs candidats aux municipales (Photo Sophie Poidevin)

Les faits

Mercredi 15 janvier à 19 h, s’est tenu au Centre de vie du Sanitas, le premier grand débat des municipales de Tours. Une soirée organisée par cinq étudiants de deuxième année de l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT). La rencontre réunissait quatre candidats au siège de maire : Xavier Dateu (centre-droit), Benoist Pierre (LREM), Emmanuel Denis (EELV – PS – LFI) et Claude Bourdin (C’est au Tour(s) du peuple).

Un seul manquait à l’appel : le maire sortant Christophe Bouchet, justifiant un « problème d’agenda ». Un événement qui a intéressé de nombreux Tourangeaux puisqu’ils étaient près de 200 dans la salle.

Le contexte

Le premier tour des municipales se tiendra le 15 mars prochain. S’ils n’étaient que quatre à débattre mercredi soir, ils sont pour le moment une dizaine à prétendre à la mairie. L’élu succédera à un dernier mandat municipal quelque peu agité. Le débat s’est déroulé dans les règles de l’art : tirage au sort, temps de parole chronométré… Lydia Menez et Léo Juanole, journalistes en formation ont animé la soirée.

Les enjeux

Comme pour chaque débat politique, l’objectif était de confronter les différents candidats aux sujets portant sur le quotidien des Tourangeaux. Quatre thèmes ont été choisis pour animer une discussion parfois enflammée : les mobilités et l’aménagement, la sécurité, la démocratie locale et la métropole. Chacun des candidats a pu donner son avis à propos de la gratuité des transports, du prix du stationnement ou encore des projets municipaux.

Point de vue

Le débat a démarré sur les chapeaux de roue avec la prise de parole inattendue du candidat Mickael Corto, non invité au débat, qui a manifesté son mécontentement. Suite à cela, l’affrontement a démarré avec quelques pointes d’ironie de la part des candidats sur l’absence du maire sortant. Les esprits se sont parfois échauffés autour de la table des invités mais aussi dans le public, sur des sujets de société comme la sécurité, les SDF ou les femmes battues.

Marie Lebrun

AMAP de la Fuye-Velpeau : le succès de la vente directe bio

L’association pour le maintien d’une agriculture paysanne de la Fuye-Velpeau distribue des paniers de fruits et légumes à ses adhérents chaque semaine depuis 2016. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour l’année prochaine.

Le 16 janvier 2020, dans la salle du 4 rue Montesquieu, les habitants du quartier défilent comme tous les jeudis soir et ressortent avec leurs paniers garnis de légumes bio. L’AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) de La Fuye-Velpeau est la seule présente dans le centre de Tours. Elle accueille les 80 adhérents de l’association à partir de 18h30. Deux paniers leur sont proposés : le grand panier à 17 euros et le petit panier à 12 euros. Le paiement se fait chaque trimestre, pour toute l’année, et garantit aux paysans une juste rémunération de leur travail.

En plus de soutenir l’agriculture paysanne, la vente en AMAP s’inscrit aussi dans une démarche de consommation plus saine, locale et de saison.  Toutes sortes de légumes composent ainsi les paniers. Au menu cette semaine : courges butternut, choux blanc, ail, carottes, et fenouil. C’est ce qui plaît à Mireille : « Avec l’AMAP, je découvre des légumes. Ce sont toujours des produits de saison variés ». Des pâtes, du pain, des produits laitiers et d’autres aliments bio et locaux peuvent aussi être commandés chaque trimestre.

Sylvain Le Thuault, maraîcher, est présent depuis le début. Il fournit l’AMAP depuis sa ferme Les bio de l’Isle. Il est à la fois producteur et intermédiaire entre les agriculteurs et les clients. Pour lui, l’AMAP est un moyen de « ne pas vendre ses légumes à des anonymes, de valoriser ses produits et créer du contact humain ».

Un réel engouement 

Pour l’année 2020, le carnet de commandes des paniers est d’ores et déjà rempli. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour en bénéficier l’année prochaine. 

Ce système de vente directe s’avère rassurant pour les consommateurs. Beaucoup pensent comme Thierry Bodin, 39 ans et membre de l’AMAP depuis sa création en 2016. Il explique : « Quand je paye, je sais à qui je donne mon argent et pour quels produits j’achète. »  Pour le maraîcher Sylvain Le Thuault, se rendre à l’association le jeudi est aussi une récompense qui lui permet de voir dans quelles assiettes finissent ses produits. « Cela participe à un certain équilibre », précise-t-il.

Si les bénévoles précisent qu’entre les départs et les arrivées d’adhérents, une forme de roulement s’installe ; le maraîcher a choisi de limiter cette année le nombre de paniers disponibles par semaine à 75 . Il envisage éventuellement d’augmenter le nombre l’année prochaine en fonction de la demande. Néanmoins, ils sont beaucoup à préférer que d’autres AMAP se développent au centre de Tours. Comme la retraitée et consommatrice Mireille le précise, « il ne faut pas que cette AMAP devienne démentielle ».

Texte : Lise Lacombe et Théo Hesnard / Photos : Sophie Podevin – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Albane De Voort, la jeune championne sur roulettes

#EPJTMV Le roller ? C’est sa passion. Et tout roule pour elle ! Rencontre avec Albane De Voort.

« Un jour, ma mère m’a emmenée au gymnase pour essayer le roller et ça m’a plu », raconte Albane De Voort. Six ans plus tard, à 13 ans, elle est vice-championne de France en slalom classique et vitesse.

« Aller vite ou faire des sauts, ce n’est pas mon truc. Moi j’aime la danse, le côté artistique avec de la musique. J’aime créer mes programmes et les faire en compétition. »

La jeune sportive a débuté dans une section loisirs aux Nordiks de Touraine. Pour atteindre ce niveau, elle s’est entraînée seule : « J’allais dehors, sur des places ou des parkings. J’ai beaucoup travaillé », confie-elle. Le club s’est développé depuis, ce qui permet aujourd’hui à Albane de Voort et ses coéquipiers de participer aux compétitions nationales.

La vice-championne benjamine a même eu sa place dans l’équipe de France en 2017. Malgré son talent, Albane De Voort ne pense pas à la professionnalisation. « Même si ce serait un rêve, ce n’est pas un sport assez connu pour en faire un métier, relativise-t-elle. Mais plus tard, j’aimerais coacher dans un sport de glisse. »

Coline Davy, étudiante à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Occuper sa retraite en jardinant

Les jardiniers de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde entretiennent 114 jardins dispersés sur cinq sites à Tours. Carottes, tomates, poireaux… Chacun récolte ses fruits et légumes dans une ambiance solidaire et conviviale.

« Quand on se retrouve à la retraite, du jour au lendemain on n’a plus rien à faire. Jardiner, ça prend du temps et ça permet de voir du monde », explique Gérard Goyon, membre de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Au cœur de l’Amicale : entraide et échanges

« Même si on connaît deux ou trois jardiniers un peu égoïstes, tout se passe bien, on organise des repas et des voyages pour se réunir », se réjouit Laurette Forestier. Présidente de l’Amicale depuis cinq ans, elle vérifie régulièrement l’état des cabanes et des jardins sur ses cinq sites à Tours-Nord : Sapaillé, Calais, le Clos-Moreau, Daniel Mayer, Alphonse Lecomte et l’Ile Aucard.

Gérard Goyon et Laurette Forestier s’investissent quotidiennement dans l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Chaque parcelle dispose d’un composteur, une cabane et une réserve d’eau. Le jardinier doit payer chaque année un fermage (un loyer) à la mairie et adhérer à l’Amicale. Chacun est libre de faire pousser ce qu’il veut sur son terrain : carottes, poireaux, pommes de terre, ail, oignon… mais aussi des fleurs et parfois des fruits. « Moi, j’aime bien décorer mon jardin, installer des mangeoires pour les oiseaux », explique Laurette Forestier. Souvent, les jardiniers ont des récoltes trop importantes. Chacun a sa méthode pour écouler ses stocks : « Je laisse mes excès dans une caisse, à l’entrée de mon immeuble », « Je donne ce que j’ai en trop à des associations » racontent Gérard Goyon et Laurette Forestier.

Toute l’année, les jardiniers font pousser fruits et légumes sur leurs parcelles.

Le jardinage demande un investissement important : « Je viens m’occuper de ma parcelle au moins deux heures tous les jours. C’est pour cela que nous sommes beaucoup de retraités », explique Laurette Forestier. Chronophage mais économique, le jardinage est un bon plan, la plupart des adhérents n’ont même plus besoin d’acheter de légumes.

Texte : Alice Porcher / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

On a testé un institut de beauté bio à Tours

Dans le centre de Tours, rencontre avec un institut respectueux de votre peau et de l’environnement.

Un institut entièrement bio ? C’est en tout cas ce que propose Fabienne Gabard dans son institut de beauté situé rue du Rempart à Tours. Chez Essentiel Bio Esthétique, on utilise les produits de la maison du Docteur Hauschka.

Créée il y a 53 ans, la marque allemande s’est exportée à l’international. Selon la gérante, deux mots-clés sont essentiels : « rythme et globalité ». Des produits aux soins, tout est pensé selon ce principe. Les gammes sont conçues à partir de plantes élevées en biodynamie (prise en considération de l’influence des rythmes lunaires et planétaires, NDLR). Labellisés, les produits misent sur l’autocorrection de la peau.

Fabienne Gabard dans son institut.

« Mon institut est à mon image » 

Dans son établissement, un seul mot d’ordre : utiliser uniquement des produits bio et faire des efforts pour que toute la structure soit écologique. Elle a par exemple remplacé les serviettes en coton par des serviettes en fibres qui consomment moins d’eau et d’énergie lors de leur nettoyage et de leur séchage. Des actions mises en place dans le respect des valeurs de leur fournisseur.

En effet, la marque Docteur Hauschka soutient le commerce équitable et tente de réduire son impact sur l’environnement, à l’image de ses produits en verre pour éviter le plastique. C’est ce qui a séduit Fabienne Gabard. Elle tient son goût pour le naturel et le bio de sa mère qui était, nous dit-elle, « allergique à tout ».

Elle travaille seule dans son salon : « Mon institut est à mon image » et fait ses propres choix. Celui de ne pas pratiquer l’épilation en est un. Un choix courageux puisqu’une partie importante de la clientèle est générée par l’épilation. Mais Fabienne ne veut pas céder à cette facilité et veut garder la pratique des soins de visage et de corps au cœur de son institut.

« L’être humain est un ensemble »

Véritable rituel, le soin classique – 130 € – dure deux heures et sollicite tout le corps. Bain de pieds chaud, massage des pieds, relaxation de la nuque, étirements des bras et des jambes… Des pratiques rythmiques se mêlent au soin pour en faire un moment de relaxation justifiant le prix.

Une pratique étonnante mais en accord avec la philosophie de l’établissement : « L’être humain est un ensemble ».  Fabienne vend également les produits de la gamme Docteur Hauschka. Comptez des prix classiques entre 30 et 50 € pour une crème de 100 ml. Du maquillage entièrement bio est aussi en vente (la rédaction de TMV a testé pour vous, voir la vidéo ci-dessous). Fabienne, pinceau en main, vous propose un maquillage sur mesure : « Le maquillage, c’est comme un tableau ! ». A vos palettes !

Texte: Lise Lacombe et Louise Grange / Photos et vidéo : Jeanne Gerbault – étudiantes à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Au Tonnelé, les apprentis sont aux commandes !

Le Tonnelé ? C’est le restaurant pédagogique du CFA, à Tours. Vous pensez bien qu’avec un numéro spécial sur la jeunesse, nous nous devions de tester l’établissement…

Ambiance établissement étoilé au Tonnelé, restaurant d’application de la Cité des formations ! Nous sommes accueillis dans une salle spacieuse aux grandes baies vitrées. Les apprentis de deuxième année en CAP hôtellerie accrochent nos vestes sur des cintres.

Nous sommes conduits à notre table par un élève de 18 ans, Yousuf Hussain, notre serveur attitré pour ce vendredi midi. En cuisine, des jeunes également en deuxième année de CAP s’activent. Ce repas constitue une séance de travaux pratiques pour les apprentis. Quarante couverts pour ce midi, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer.

Le serveur nous propose un apéritif. Nous acceptons bien entendu mais sans alcool… Nous sommes en service ! Ce sera un cocktail de jus de fruits. L’entrée arrive peu après : une assiette de poisson fumé présentée harmonieusement et accompagnée d’un petit pain. Le service est souriant et investi. Les jeunes semblent réussir l’exercice pédagogique supervisé par Mickaël Aupère, formateur du CAP hôtellerie.

Nous enchaînons avec le plat principal : filet mignon de porc rôti et légumes du moment. Le filet mignon fait une entrée remarquée. Sur sa tablette roulante, la pièce de viande arrive entière. Yousuf, avec l’aide de son formateur, découpe notre morceau sous nos yeux et dresse l’assiette avec les légumes encore présents dans la sauteuse. Un service en direct !

Les légumes du moment sont des champignons de Paris, une pomme de terre et une sucrine cuite à la poêle. L’heure du dessert sonne. Une part de pithiviers, le nom chic de la galette des rois, nous est servie. « Si vous avez la fève, il faudra porter la couronne. » Nous voilà prévenus. Nous ne l’avons pas. Ouf !

Après un thé, on passe à l’encaissement. Dix-sept euros, menu et extras compris, un vrai bon plan qui vaut le détour. Prévoyez deux heures de déjeuner pour cet entraînement grandeur nature avec des apprentis appliqués.

Lucie Diat, de l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> Tarifs : De 8,50 € à 11 € pour le service brasserie et de 13,50 € à 19 € pour le service restaurant, composé de trois à cinq plats. Les boissons sont en supplément. Le prix varie selon le niveau d’études des apprentis (CAP, brevet professionnel, mention complémentaire).

> À La Cité des Formations (ex-CFA), 8 allée Roger Lecotte, dans le quartier Les Douets à Tours-Nord.

> Ouvert les midis du mardi au vendredi et les mardi et jeudi soirs. Réservation obligatoire au minimum 48 h à l’avance au 02 47 88 51 00 ou par mail à nathalie.boisgigou@citeformation.com.

 

 

Environnement : une licence pro pour l’avenir

#EPJTMV En France, La seule licence professionnelle de médiation scientifique et d’éducation à l’environnement se trouve à l’IUT Jean Luthier de Tours-Nord. Portraits de trois étudiants pour qui la cause environnementale est aussi un métier.

Vingt-quatre étudiants ont été sélectionnés dans toute la France pour apprendre à sensibiliser le public aux causes scientifiques et environnementales. Une licence professionnalisante qui vise à  les former  à développer et concevoir des projets pédagogiques, s’adressant à tous les publics. Si les actions se dirigent majoritairement à destination des écoles, elles ne le sont pas seulement. Pour Sylvie Fortin, responsable de la formation : « Avant les adultes voulaient savoir, désormais ils veulent savoir pour agir ».

Trois étudiants partagent leurs aspirations, leurs parcours et engagements.

Alice Porcher et Théo Hesnard, étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Foodtruck écolo : Adeline Le Goix fait « son truc à part »

#EPJTMV Toutes les semaines, Adeline Le Goix arpente Tours. À bord de son foodtruck « Mon truc à part », elle partage ses plats végétariens et ses valeurs aux quatre coins de la ville.

13 h 30. C’est la fin du service pour Adeline Le Goix dans son foodtruck. Il ne reste plus grand-chose dans son petit frigo. Elle vient d’intégrer à sa rotation le site de l’IUT Jean Luthier, à Tours Nord, tous les mardis midi. Nouvelle sur les lieux, elle ne se fixe pas encore d’objectifs de vente précis. « C’est un peu au petit bonheur la chance pour l’instant », indique-t-elle.

Avec son foodtruck, elle est présente depuis juin 2018 sur quatre emplacements : à la rédaction du journal de la Nouvelle République le lundi, à l’IUT de Tours Nord le mardi, à l’École de la Croix Rouge à Chambray le mercredi et à la fac de Grandmont le jeudi.

Au menu : muffins salés, soupes, quiches aux légumes… Tout ce qu’elle propose est végétarien. Et pourtant, elle ne l’est pas elle-même : « Pas besoin d’être végétarien pour réduire sa consommation de viande et de se sensibiliser à la cause. » Elle fait preuve de pédagogie en partageant avec ses clients son savoir sur les fruits et légumes de saison, comment les cuisiner et toujours avec le sourire.

Adepte de fleurs et plantes sauvages, elle les intègre au fur et à mesure à ses plats. En utilisant uniquement des produits issus de l’agriculture locale, elle « travaille avec des producteurs qui n’ont pas forcément le label bio mais qui s’engagent pour la valorisation de la terre et qui restent respectueux de l’environnement », explique-t-elle. Un réseau qu’elle avait commencé à développer bien avant, en s’investissant d’abord dans la vie associative, écologique, sociale et solidaire.

Écolo et humaniste

Cette ancienne éducatrice spécialisée a travaillé près de dix ans dans la prévention et la demande d’asile, tout en jonglant avec le milieu associatif. Lassée, elle décide de donner à sa vie un nouveau souffle.

Etant intolérante au lactose, se nourrir au quotidien lui revient cher. Pour réduire les coûts, elle passe son temps aux fourneaux. C’est l’élément déclencheur : « Je passais mes journées à cuisiner pour moi, alors autant cuisiner aussi pour les autres », résume-t-elle. Après un an d’hésitation, elle décide finalement de se lancer à son compte. C’est ainsi que « Mon truc à part » est né.

Toujours en adéquation avec son mode de vie authentique et simple, elle ne souhaite pas dégager plus de bénéfices que nécessaire. Son but ? « Pouvoir vivre dignement et rendre [son] activité pérenne. » On lui souhaite une affaire qui roule.

Texte : Alice Porcher et Théo Hesnard / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

« C’est un pari risqué de devenir musicien »

#VisMaVille Tours ne manque pas de bars et de salles de concerts pour écouter de la musique. En vous y aventurant, vous pourrez sûrement y croiser Rémy, un jeune bassiste professionnel, qui fait tomber les clichés sur les musiciens bohèmes.

On va faire avec deux amis un concert d’une heure, puis les musiciens présents pourront venir jouer s’ils veulent ! », explique Rémy Rouland en sortant sa contrebasse d’une camionnette.

Ce 8 janvier, le bassiste et contrebassiste intermittent de 23 ans, à l’air timide, reprend les standards de jazz au bar Le Strapontin à Tours. Ce soir, c’est « jam session », une séance d’improvisation musicale. L’ambiance est feutrée, des jeunes côtoient des plus vieux et se détendent autour d’un verre.

Rémy Rouland fait partie des nombreux musiciens très actifs à Tours. Loin de la vie bohème, il renvoie l’image d’un professionnel rigoureux, comme le remarque Jérôme Bonvin, gérant du Strapontin : « Il est très sérieux, on n’a pas besoin de lui courir après. » Originaire du Mans, il découvre la basse à 16 ans dans un groupe de funk. Rémy Rouland arrive à Tours en 2013 pour des études en musicologie.

Sa licence en poche, il souhaite pratiquer davantage. Il entame une formation de bassiste à l’école de musique Jazz à Tours. « J’y ai rencontré beaucoup de musiciens et j’ai commencé à me perfectionner dans le jazz pour devenir professionnel », avoue-t-il.

Ce n’est pourtant pas sans appréhension qu’il s’est lancé. « C’est un pari risqué de devenir musicien. Cela demande beaucoup de travail et le résultat n’est jamais au rendez-vous lorsqu’on débute ». Rémy a pu gagner de l’expérience dans une ville où l’émulation musicale est forte. « Il y a un gros vivier de musiciens à Tours, explique Jérôme Bonvin, avec deux écoles de musique et des salles comme le Petit Faucheux. »

Une aubaine pour les jeunes musiciens, qui peuvent former des groupes, se produire dans plusieurs salles et se perfectionner. « C’est en jouant avec des musiciens différents qu’on se forge, et c’est ce que j’ai trouvé ici », confesse Rémy Rouland. De son point de vue, « Tours est l’une des villes jazz du grand Ouest, avec Nantes et Rennes ».

Que ce soit au Strapontin, au Petit Faucheux ou encore à l’Oxford pub, chaque concert ou jam rassemble une communauté tourangelle de musiciens. « Tout le monde se connaît, il n’y a que des belles personnes à Tours », dit Rémy en souriant. Ce petit monde crée une effervescence qui, selon lui, n’est pas prêt de s’arrêter : « Beaucoup de projets continuent de se mettre en place. Nous sommes des acteurs de la culture, nous avons tous quelque chose à raconter. »

Textes : Victor Dubois-Carriat / Photos : Nathan Filiol et Lucas Bouguet

Mohamed Boumediene, de Chrétiens Migrants : « L’espoir partira seulement quand je serai mort. »

#EPJTMV Dans l’association Chrétiens migrants au cœur du quartier Sanitas, Mohamed Boumediene est devenu indispensable. D’abord aidé par les bénévoles, il s’est ensuite engagé pour soutenir les réfugiés.

Quel a été votre parcours de vie jusqu’en France ?
Mon père était officier de police en Algérie, mais il nous a toujours dit de ne pas entrer dans l’armée ou dans la police. Moi, je n’aimais pas le système corrompu. J’ai reçu des menaces là-bas, et mon pays sortait à peine de la guerre civile. Je suis arrivé en France en 2004.
Je voulais avoir une vie meilleure. Je suis d’abord passé par Reims, puis j’ai été accueilli près de Chinon. En 2012, je suis venu à Tours et mon frère, qui était déjà installé en France, m’a orienté vers l’association. J’ai rencontré Rose-Marie Merceron, la bénévole qui m’a accueilli et, comme elle avait besoin d’aide, je suis resté. J’ai toujours voulu aider les autres, c’est dans ma nature.

Comment se passe votre engagement quotidien au sein de Chrétiens migrants ?
J’accompagne les migrants qui viennent trouver refuge ici. Je sers de traducteur pour remplir des papiers administratifs. L’association avait besoin de quelqu’un qui puisse aider les arabophones qui viennent d’Irak, de Syrie, du Tchad, du Soudan, de Libye ou encore d’Algérie. Je remplis les dossiers de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides, NDLR), je les accompagne à la préfecture, à l’hôpital…
En contrepartie, je suis logé par l’association, qui met à ma disposition un petit appartement. Je fais aussi la vaisselle. Il y a entre vingt et trente personnes qui sont logées par l’association, parfois des familles entières.

Que pensez-vous de la situation dans votre pays d’origine ? Vous voyez-vous retourner en Algérie ?
J’ai définitivement fait une croix sur l’Algérie. Je n’y retournerai plus. Je suis plus utile ici. J’ai de l’espoir mais je ne sais pas vraiment comment les manifestations vont se terminer.
L’espoir, il partira seulement quand je serai mort. La jeunesse porte les espérances du peuple, mais il faut du temps pour changer ce système. Tant qu’ils manifestent par centaines de milliers, on peut y croire. Après tout, l’Algérie est un pays riche, il faut juste arrêter toute cette corruption.

Bastien David, étudiant à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Étudiantes, elles luttent pour l’égalité des chances

Emma Fauquembergue et Aurore Desruisseaux, camarades de promo à Sciences Po, ont des idées plein la tête. Le mot « solidarité » ancré en elles.

La réplique que lui a lancé, il y a deux ans et demi alors qu’elle était en terminale L, sa prof du lycée Vaucanson, est encore gravée dans sa mémoire. « Je venais de lui dire que je voulais faire Sciences Po Paris, elle m’a regardé et m’a dit : “ Allons Aurore, sois sérieuse, tu es à Vaucanson. À Tours. Comment veux-tu réussir le concours d’entrée à Sciences Po. ” Je ne lui en veux pas. Elle avait dit, tout haut, ce que les autres profs pensaient tout bas. »

Vous devinez la suite de l’histoire, Aurore Desruisseaux est aujourd’hui en 2e année à Sciences Po Paris. L’an prochain, elle prendra la direction du Caire, Beyrouth ou Amman pour son premier grand stage. Son objectif : travailler dans la diplomatie ou les relations internationales. Mais en attendant, la jeune étudiante de 20 ans, a fait de la lutte pour l’égalité des chances dans les études son cheval de bataille.

Avec Emma Fauquembergue, camarade de promotion à Sciences Po, diplômée (Bac ES) au Lycée Grandmont, elle a créé, l’an passé, l’associa-tion De l’Indre-et-Loire aux Grandes Ecoles. S’appuyant sur trois constats paralysant : le manque d’information sur les grandes écoles, l’autocensure (« Quand on vient de Tours, on ne peut envisager briller ailleurs »), l’enjeu financier (« Aller à Paris, cela coûte trop cher »), elles ont puisé dans leurs relations et les réseaux sociaux pour fédérer au-tour d’elles et s’attaquer aux préjugés.

« J’ai préparé le concours de Sciences Po Paris en moins d’un an. Quant au manque d’argent pour vivre à Paris, il y a des tas de combines. » Les actions de l’association « se concentrent pour l’instant sur l’information en direction des élèves de première. Les deux étudiantes se sont tournées vers les lycées qu’elles ont connus.

« Grâce à des enseignants de Vaucanson, nous avons pu retrouver d’anciens élèves, aujourd’hui ingénieurs. À travers notre association, ils peuvent aujourd’hui conseiller les jeunes sur la voie à suivre, assure Aurore. »

Emma, elle, partira l’an prochain à Brisbane, en Australie. Après avoir pensé se diriger vers le journalisme, elle réfléchit également à une carrière dans le domaine juridique. Formée à la dure école de la natation – elle était licenciée au club des Enfants de Neptune à Tours –, elle sait ce que l’effort signifie. Outre leurs interventions en lycée, lors de forums d’informations, ou comme courroie de transmission mettant en lien les jeunes avec des étudiants des grandes écoles, Aurore et Emma réfléchissent à un autre vecteur de progression : les concours d’éloquence.

« Les études deviennent de plus en plus orales et s’il y a bien une chose qui définit les origines sociales et les freins qui en découlent, c’est la façon de s’expri-mer, expliquent-elles. Lorsqu’on n’a pas eu l’habitude d’entendre des émissions de radio, de débattre en famille sur un sujet, de défendre un point de vue, cela se sent immédiatement. »

Th. M

À Tours, l’amour est dans les applis

#EPJTMV. À Tours aussi les jeunes cherchent l’amour. Tinder, Fruitz, OkCupid, les applications ne manquent pas. De jeunes tourangeaux parlent de leurs expériences.

Utilisez notre simulateur d’appli de rencontre pour découvrir les témoignages (cliquez sur le portable).

Caroline Frühauf et Émilie Chesné, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Pauline, opticienne tourangelle en mission humanitaire

Opticienne depuis plus de quinze ans dans l’agglomération, Pauline Le Moign s’est déjà rendue quatre fois en Afrique pour des missions humanitaires. Rencontre

Cela fait déjà quelques semaines qu’elle est rentrée. Sa clientèle dans le magasin d’opticien qu’elle dirige au centre commercial La Riche Soleil l’a retrouvée avec plaisir. Un mois plus tôt, en novembre, elle avait laissé entendre qu’elle partait en vacances. Aux plus familiers, elle avait évoqué l’Afrique, le Bénin.

Des vacances ? Façon de parler. Car Pauline, jeune femme de 37 ans, sportive, est impliquée dans l’humanitaire avec l’association Afrique Amitié. Pour la quatrième fois depuis 2010, elle est partie avec Michel Brosseau (fondateur) et Nicolas, un autre opticien, durant trois semaines au Bénin, apportant dans ses valises près de 2 000 paires de lunettes récupérées dans les magasins de l’agglomération pour en faire profiter une population pauvre.

Certes le Bénin, pays encastré entre Togo, Burkina Faso, Niger et Nigéria, est stable politiquement et sur les rails du développement mais dès qu’on parle de soin et de santé, le choc est brutal.

Des vacances pour aider

Au-delà de la notion d’aide, qu’est-ce qui peut bien pousser Pauline à donner ainsi 95 % de ses vacances annuelles pour une telle action ? « Un engagement personnel, sans doute mais je ne peux l’affirmer ainsi. Comme toutes les choses que l’on fait naturellement dans la vie, cela s’impose à moi comme une évidence », affirme-t-elle.

Durant le séjour (quinze jours dans la capitale économique, Cotonou, puis une semaine dans une autre ville, Grand Popo), le trio va accueillir quotidienne-ment, de 8 h 30 à 16 h 30 environ (avec une pause déjeuner) une centaine de personnes, effectuant des examens oculaires au bout desquels ils vendront pour une modique somme d’argent une paire de lunettes avec des verres adaptées à la correction nécessaire.

« Nous par-tons avec 2 000 paires récupérées dans des grands bacs à l’entrée des magasins à Tours. C’est d’ailleurs ainsi que j’avais rencontré Michel Brosseau en 2009. Notre premier travail consiste à réparer les lunettes et à monter des verres retravaillés sur une gamme complète de corrections visuelles. Quant au prix à payer, c’est nécessaire afin d’éviter les trafics. Si tout était gratuit, ce serait un risque », explique-t-elle.

« Ne pas faire de déçus »

Sur place, des relais locaux de l’association s’occupent de l’organisation et de la gestion des files d’attente, notamment. « A Cotonou, nous recevions dans la clinique de la police et à Grand Popo, c’était dans une salle municipale. Dans les premiers jours, tout va bien car la population sait que nous sommes là longtemps. En revanche, la dernière semaine, nous devons être plus vigilants dans la gestion de notre stock pour ne pas faire de déçus. »

Parallèlement à cette activité quotidienne, Pauline, Michel et Nicolas ont pu juger des progrès apportés par l’association. « L’argent qu’on récupère est réinvesti dans d’autres actions parfois immédiates. Nous avons ainsi pu acheter des matelas pour un orphelinat et débloquer des fonds afin de payer des bourses d’études jusqu’à la fin de l’année 2020 pour deux jeunes garçons. Si nous ne l’avions pas fait, leur scolarité se serait arrêtée le 31 décembre. Nous avons également rendu visite à Florencia. Une petite fille devenue aveugle lors d’une opération. Le père a abandonné la mère et les deux enfants. L’association paye le transport lui permettant de se rendre au foyer des aveugles », ajoute Pauline.

Lorsqu’à la fin de notre entretien, je lui pose une nouvelle fois la question sur le sens de son engagement,. Dans un sourire, Pauline me dit : « C’est hyper enrichissant. Bien sûr, ce n’est pas banal, mais je ne m’en rends pas compte. Il y a plein de gens qui s’impliquent dans l’humanitaire. »

Thierry Mathiot

Cat-sitter, un job au poil

#EPJTMV Pour les jeunes la garde d’animaux contre rémunération s’est imposé comme nouveau job étudiant. Amandine Penaranda en a fait sa carrière. Elle s’est spécialisée dans le comportement des félins et a créé son entreprise Chatypique en août dernier.

Un chat qui file entre vos pattes, vous mord à la moindre caresse, griffe les enfants… C’est loin de l’image du petit chaton mignon que vous vous faisiez quand vous avez adopté Croquette.

Amandine Penaranda voit ce genre de cas tous les jours : elle est comportementaliste félins. Elle raconte : « C’était un chat qui mordait une dame et sa petite fille au niveau du visage, des épaules et du cou. Le vétérinaire n’a rien trouvé de particulier. Je n’ai pas encore terminé avec ce chat, mais je pense qu’il y a aussi une part de responsabilité des propriétaires. Dans ces cas, les chats sont souvent brusqués pour avoir des câlins ou quand les enfants jouent avec eux ».

Mais le métier plutôt singulier d’Amandine a parfois des côtés amusants. La jeune femme propose également ses services comme cat-sitter. Elle s’amuse : « Il y a un chat qui est fan des infusions de croquettes. Il adore aller à l’autre bout de la pièce chercher ses deux croquettes puis retourner les plonger dans sa gamelle d’eau avant de les manger ».

 « Je suis tombée sur ce métier par hasard »

Après plusieurs années en tant qu’assistante dentaire, Amandine Penaranda décide d’arrêter cette activité qui ne l’épanouie pas : « Dans ce métier, nous sommes très peu reconnus par la hiérarchie. »

Elle décide alors de créer son entreprise. Sa reconversion professionnelle est le fruit du hasard : « Je voulais faire un métier avec les animaux, je revenais d’un week-end au ski, j’ai regardé ce que je pouvais faire et je suis tombée sur ce métier. »

Elle s’est alors renseignée sur ce job insolite et trouve un organisme de formation, Vox Animae, qui lui permet d’apprendre à lire dans nos boules de poils. Elle éradique les urines intempestives et évite que des chats, considérés comme inadaptés, soient euthanasiés. Au quotidien, il s’agit de donner beaucoup d’amour aux chats dont elle s’occupe, mais aussi d’ « éduquer les humains ».

« Il faut de la pédagogie et un poil de psychologie pour apaiser les relations entre les chats et les propriétaires. » Une philosophie qui ne demande qu’à se développer.

 

 

Pour plus d’informations : site internet de chatypique

Manon Bernard et Emilie Chesné, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Portfolio : manifestation du 9 janvier

#EPJTMV Ce jeudi 9 janvier a eu lieu la manifestation contre la réforme des retraites. Retour en images sur la mobilisation tourangelle.

Crédit photo : Lucas BOUGUET.
Les jeunes du Parti communiste sont également présents. Crédit photo : Noémie FURLING.
Le camion du syndicat CGT recouvert d’affiches ironiques à l’égard d’Emmanuel Macron. Crédit photo : Lucas BOUGUET.
« Vos étudiants, vous les voulez saignants ou bien cuits ? » Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
« Pour l’amélioration de nos pensions et de nos droits ! Retraite à points, c’est non ! » Crédit photo : Nathan FILIOL.
Mouvement jeunes communistes de France. Crédit photo : Nathan FILIOL.
La jeunesse mobilisée contre la réforme des retraites. Crédit photo : Nathan FILIOL.
Les jeunes et les plus âgés défilent côte à côte. Crédit photo : Nathan FILIOL.
« Qui sème la misère récolte la colère ». Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
Le barreau de Tours mobilisé contre la réforme. Crédit photo : Nathan FILIOL.

« Notre président fait l’autruche »

#EPJTMV La manifestation contre la réforme des retraites a eu lieu ce jeudi 9 janvier en France. À Tours, les manifestants ont battu le pavé, sous le signe de la convergence des luttes. Le cortège comptait 8 000 personnes selon les syndicats, 5 800 selon la police.

Il est 11 h lorsque les manifestants s’engouffrent rue nationale, la banderole en tête de cortège annonce la couleur : « Pour l’amélioration de nos pensions et de nos droits ! Retraites à points, c’est non ! ».

Les manifestants sont nombreux à battre le pavé rue Nationale. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Rue nationale, grève générale

Parmi les manifestants, Clément, étudiant en première année de licence d’histoire à l’université des Tanneurs : « Bougez-vous parce que notre Président fait l’autruche. C’est le moment de se mobiliser, on est jeunes, on a de l’énergie à revendre. » Il est venu ce jeudi 9 janvier pour « combattre ce système des retraites. » Fils de cheminot, il manifeste pour son père, qui en est à son 36ème jour de grève, mais aussi contre la misère étudiante. « Certains de mes potes ne peuvent pas payer leur loyer, le Crous tarde à leur envoyer leurs bourses. »

Au fil de la discussion, Clément explique qu’une partie de la jeunesse ne croit plus en ces manifestations « classiques », type CGT, FO. Clément met en avant un problème de représentativité : « Les jeunes pensent que les manifestations calmes ne changeront rien. Ils se rendent compte que ça ne bouge pas. Je ne suis pas pour la violence mais je peux la comprendre, notamment lorsque des grands groupes sont visés comme Amazon et McDonalds. »

Les jeunes en première ligne de la manifestation. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Les jeunes en première ligne

Dans la foule, se mêlent drapeaux de syndicats, bruits de klaxons et fumigènes multicolores. Sur les visages, les sourires témoignent d’une ambiance bon enfant. Un peu plus loin, Nathan, élève en terminale au lycée Vaucanson (Tours Nord). Il souhaite l’abandon de la réforme des retraites. « J’espère que ça va être un déclencheur pour que le système change ou du moins qu’il s’améliore. Je parle souvent avec mes parents qui ne soutiennent pas les grévistes. Je leur dis régulièrement qu’en ne se mobilisant pas, ils condamnent les générations futures. »

Baptiste, lycéen en première au lycée Paul-Louis Courier, confie : « Personne n’a appris à notre jeunesse à s’impliquer. Je suis aussi là pour lutter contre la précarité étudiante. Ça devient difficile de joindre les deux bouts, certains étudiants sont obligés d’accumuler les petits jobs pour boucler les fins de mois. » Face à la foule, il lance un message aux étudiants en colère : « On est les premiers visés. Si on ne se défend pas, personne ne le fera à notre place. »

Laura Alliche et Paul Boyer, étudiants à l’École publique de journalisme de Tours (EPJT).

 

 

 

 

 

 

 

 

Patricia Barber montre la « voix » du jazz

Elle se fait plutôt rare en France. Mais le 23 janvier, c’est bien à Tours que Patricia Barber, pianiste virtuose et voix majeure du jazz, viendra. Pour voir cette musicienne de Chicago, fille de l’ancien saxophoniste de Glenn Miller, direction la salle Thélème !

Patricia Barber (Photo Jimmy Katz)

« C’est l’une des chanteuses de jazz les plus singulières de ces dernières années. » Ces mots sont gravés dans les pages du Los Angeles Times, sous la plume de l’auteur et critique célèbre Don Hackman. La chanteuse en question ? Patricia Barber. Une jazzwoman, une pianiste, une compositrice, une chanteuse.

Il suffit de laisser certains titres caresser vos oreilles, comme « Muse » ou encore sa reprise du « Black magic woman », pour se laisser bercer par le jazz vocal de la musicienne.
Et pour s’apercevoir que sa partition est riche, que Patricia Barber ne s’interdit rien. Emprunte différents chemins, alterne compos originales et « covers », envoûte avec sa voix grave et magnétique. Probablement des réminiscences de ses débuts comme leader d’un trio jazz dans les minuscules clubs chauds de Chicago, là où elle est née.

De Chicago aux grandes scènes

Cette banlieue de Chicago, d’ailleurs, Patricia Barber l’a rapidement dépassée. Les commentaires élogieux ont fait grandir sa réputation. Ses concerts, comme en 1988 au Chicago Jazz Festival, et ses deux premiers albums dans les années 90 ont contribué à son succès.

Elle qui pratique le piano classique depuis ses 6 ans a fait du jazz sa vie. Un dévouement, même. « J’avais cette musique en tête à longueur de journée », aime-t-elle rappeler. Il faut dire qu’avec un père saxophoniste qui a joué avec l’immense Glenn Miller…

A force de travail et de pratique, Patricia Barber a fini par collaborer avec le légendaire Green Mill. Ce club, dont on dit qu’il a d’abord appartenu à un lieutenant d’Al Capone (jetez un œil au décor, on s’y croirait !), est l’un des lieux-clés du jazz. Elle y passe encore, parfois, aujourd’hui.

Mais d’ici quelques jours, c’est ailleurs que Patricia Barber passera. Salle Thélème, à Tours, plus précisément et en formation trio, s’il vous plaît. Co-organisé par le Petit Faucheux, le concert risque bien d’afficher complet, la jazzwoman étant plutôt rare dans nos contrées. L’occasion rêvée d’écouter un jazz précieux et riche, contemporain et chanté, doté de textes finement écrits, parfaitement ciselés. Bref, le jazz, le vrai.

Aurélien Germain


> Vos places à gagner pour le concert de Patricia Barber trio

Envie d’aller écouter ou simplement découvrir le Patricia Barber trio ? Le concert, organisé par le Petit Faucheux, aura lieu salle Thélème, à Tours, le 23 janvier à 20 h 30. À cette occasion, tmv vous fait gagner des places.

Pour participer, envoyez un petit mail à redac@tmvtours.fr (objet : « jeu Patricia Barber ») avec vos noms et prénoms. Un tirage au sort pour désigner les gagnant(e)s sera effectué aux alentours vers le 17 janvier. Bonne chance !

 

 

Romane, une stagiaire Bibliovore

#EPJTMV Romane, en troisième au collège Paul-Louis Courier, effectue son stage à la librairie le Bibliovore. Elle présente ses coups de cœur littéraires.

 

Romane replace un livre sur l’étagère. Crédit photo : Nathan Filiol.

Romane est une vraie bibliovore, c’est pour cette raison qu’elle envisage de s’orienter dans les métiers du livre ou de l’édition. Passionnée par le fantastique, elle présente sans hésitation les livres qui l’ont marquée.

Le livre…

  • Qui t’a donné envie de faire ton stage ici : Le quatrième tome de la saga fantasy La Passe-miroir de Christelle Dabos. Une fille vit dans un monde sans planète mais constitué d’arches (blocs de terre qui flottent dans l’espace). Elle possède le pouvoir de traverser les miroirs.

 

  • A changé ta vie : Je suis ton soleil de Marie Pavlenko. C’est l’histoire d’une jeune lycéenne qui doit faire face à des problèmes personnels tout en préparant son bac.

 

  • Que tu recommanderais à tes amis : Les Gardiens des Cités perdues de Shannon Messenger. « L’histoire est belle, les personnages sont attachants ».

  • Qui t’a fait peur : Harry Potter et la Coupe de feu de J.K Rowling. « Il ne faut pas le lire dans une pièce tout seul ».

  • Le premier livre que tu as lu : La série Fantômette de Georges Chaulet avec son personnage double. « J’avais adoré ces livres quand j’étais petite ».

  • Que tu as commandé à Noël : Les Sept sœurs de Lucinda Riley. C’est l’histoire d’une famille de six sœurs adoptées. À la mort de leur père, elles trouvent des indices pour remonter la piste de leurs origines. « Je l’ai déjà fini et adoré ».

  • Que tu as préféré : Harry Potter à l’école des sorciers de J.K Rowling. « J’ai commencé à les lire dès sept ans ».

  • Qui t’a fait rire : Les livres de Gilles Legardinier et surtout Complètement cramé ! 

  • Ta saga préférée : Oksa Pollock de Anne Plichota et Cendrine Wolf. Une adolescente se découvre des dons et apprend que sa famille et elle sont originaires d’un autre pays, invisible aux yeux des humains.

  • Que tu as toujours sur ta table de chevet : La bande dessinée Dad de Nob. C’est l’histoire d’un père qui a quatre filles de quatre mères différentes. « Elles lui mènent la vie dure, c’est très drôle ».

  • Ta pièce de théâtre préférée : L’Hôtel du Libre-Échange de Georges Feydeau. « J’ai vu la représentation de la pièce au théâtre ».

  • Ta BD préférée : Entre chiens et loups de John Aggs (adapté du roman du même nom). C’est l’histoire d’un monde dans lequel les gens sont très racistes, particulièrement envers les blancs.

 

Laura Alliche et Caroline Frühauf, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

On a testé pour vous les bons plans soldes

#EPJTMV La rédaction de TMV a testé quelques bons plans pour le début des soldes. Est-il toujours possible de s’habiller sans se ruiner lorsqu’on est jeunes et fauchés ? Nous avons tenté de relever le défi de s’habiller pour moins de vingt euros.

Mercredi 8 janvier, en ce premier jour des soldes, nous allons essayer de nous vêtir de la tête aux pieds pour vingt euros ou moins. Impossible diront certains ? Mission acceptée. Direction rue nationale, les boutiques sont pour la plupart au-dessus de notre budget. Après un bref passage dans la Galerie Nationale, nous rebroussons chemin car les prix nous donnent le tournis.

Mistigriff : le temple des petits prix 

Des chaussettes à petits prix sont en vente dans le magasin Mistigriff. Crédit photo : Noémie Furling.

Un client nous conseille d’aller au magasin Mistigriff, au 90 rue des halles. L’enseigne propose des articles dégriffés à des prix variés. Une fois la porte passée, nous sommes agréablement surpris par l’accessibilité des prix. Au rez-de-chaussée, vous pouvez trouver de belles chaussures à moins de quinze euros, des jupes de toutes les couleurs à six euros, des jeans aux alentours de dix euros. Des bacs sont disposés au premier et au deuxième étages, ils proposent des chaussettes et des sous-vêtements à des prix très raisonnables. Sur un présentoir, vous pouvez acheter des bijoux fantaisie à partir d’un euro.

Une fois sortis du magasin, direction rue de Bordeaux. Le magasin Caravelle propose des jeans à prix cassés. Comptez environ 8 euros. En face, le magasin C’est deux euros est ouvert, bingo ! À l’intérieur, comme son nom l’indique, une pièce suffit pour se faire plaisir. Les choix sont tout de même minces : chaussettes, sous-vêtements et parapluie.

Une friperie branchée et bon marché 

À la friperie Kilo Shop il faut peser ses articles pour connaître le prix. Crédit photo : Noémie Furling.

Dernier stop au magasin Kilo Shop place Jean Jaurès pour ne pas rentrer bredouille. L’intérieur est branché et vintage. Le concept est simple : le client pèse ses articles sur une balance disposée au milieu du magasin, puis il paie en fonction du poids indiqué. Un système de couleur sert à distinguer les prix : le rouge équivaut à vingt euros le kilogramme, le vert à trente euros le kilogramme, le bleu à quarante euros et l’orange à soixante. De quoi rendre heureux chaque client ! Mission réussie.

Notre sentence est irrévocable : il est possible de se vêtir pour moins de vingt euros mais cela au prix de quelques sacrifices. Le temps perdu à crapahuter entre les boutiques ainsi que la qualité discutable des produits peut être un frein pour les acheteurs.

Émilie Chesné et Paul Boyer, étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

 

 

 

 

 

Gymnastique rythmique : par la grâce de Maëna Millon

Elle apprend vite, très vite. Rencontre avec Maëna Millon, jeune prodige de la gymnastique rythmique.

La jeune Tourangelle, junior prodige de la gymnastique rythmique, est entrée en 2019 dans le grand bain des épreuves seniors. Autant le dire, à seize ans, elle apprend très vite.

Entraînée au Pôle national de gym rythmique à Orléans, sous la houlette d’Isabelle Jean et Snejana Maldenova, Maëna Millon a disputé l’an passé les championnats du monde à Bakou (Azerbaïdjan) dans trois des quatre épreuves de la discipline. Pour engranger de l’expérience.

Engagée pour le ruban, les massues et le cerceau, elle doit à un manque de régularité avec le ballon, cette entame… aux trois-quarts. « J’adore mon sport, confiait-elle il y a quelques semaines. C’est un des rares à pouvoir se pratiquer en musique.

Des médailles à tout va

Derrière un gros travail physique, il permet de véhiculer l’émotion. Avec chaque engin, on peut raconter une histoire. J’évoluerai en 2020 sur une musique bulgare avec le ballon, un morceau d’Oscar Benton pour les massues, et Carmen avec le ruban. » Dans une discipline dominée par les Russes et notamment les sœurs Averina (Dina et Arina) ainsi que les Israéliennes (Linoy Ashram), Maëna Millon sait tout le chemin qui lui reste à accomplir pour rejoindre l’élite mondiale.

Toutefois, ses belles prestations lors des épreuves de Coupe du monde 2019 (Minsk et Tartu) sans oublier ses performances aux championnats de France à Créteil, en avril dernier, où elle a pris la médaille d’argent (2e) au concours général et au cerceau, ainsi que le bronze (3e) au ballon, alors qu’elle rendait quelques années à la plupart de ses adversaires, lui ouvrent de belles perspectives.

Et si le visa olympique pour les JO de Tokyo, début août, ne devrait pas échapper à Kséniya Moustafaeva côté français, d’autres rendez-vous, comme les championnats d’Europe à Kiev, en mai, sont au programme de la Tourangelle… si elle parvient à décrocher son ticket lors des tests à l’Insep, début février.

Thierry Mathiot

Service civique : Un engagement pour soi et pour les autres

#EPJTMV Le Bureau Information Jeunesse (BIJ) d’Indre-et-Loire organise une réunion d’information sur le service civique le 8 janvier 2020. Quatre jeunes volontaires expliquent pourquoi ils se sont engagés dans cette voie.

 

Le service civique s’adresse à des jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent s’engager dans des missions d’intérêt général, en France ou à l’étranger. Selon Chloé, animatrice au BIJ « il permet aux jeunes de réaliser une mission tout en les accompagnant dans leur avenir ». Elle organise une rencontre d’informations le mardi 8 janvier 2020. Les participants sont invités à présenter et échanger avec les autres jeunes autour de leurs projets.

Quatre jeunes sont volontaires au BIJ. Ils parlent de leur engagement.

 

 

Infos : Réunion au BIJ, mardi 8 janvier 2020 de 14h à 16h.  57 avenue de Grammont, 37000 Tours

Émilie Chesné et Caroline Frühauf, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Ambiance décontractée à l’auberge de jeunesse de Tours

#EPJTMV L’auberge The People Hostel, ouverte depuis octobre 2019, accueille des touristes du monde entier et met à l’honneur l’univers du cyclisme.

Rencontre avec Émilie Lebreton et Alexandre Giroux, les deux gérants à l’initiative de la nouvelle auberge de jeunesse tourangelle The People Hostel. À peine passé la porte d’entrée, le monde du cyclisme saute aux yeux. L’atmosphère se veut décalée : vélos accrochés aux murs, maillots du Tour de France encadrés… Alexandre Giroux, lui-même cycliste et fan de vélo de route, est à l’origine de la décoration.

Des clients du monde entier  

« On préfère parler d’hostel que d’auberge de jeunesse, notre modèle s’inspire de l’international », confie Émilie Lebreton. Les clients sont de diverses nationalités (Américains, Canadiens, Asiatiques). Contrairement à leurs attentes, les gérants constatent une clientèle assez variée : « Nous pensions recevoir essentiellement des « backpackers », de jeunes baroudeurs parcourant le globe. Finalement, nous accueillons des familles mais aussi des salariés qui viennent travailler à Tours. Le cadre est moins froid qu’un hôtel traditionnel. » Le bâtiment appartient à la mairie de Tours, à qui les deux jeunes gérants versent un loyer chaque mois : « En reprenant la franchise de The People Hostel, nous gardons tout de même une indépendance en ce qui concerne les choix d’agencement et de décoration. »

Alexandre Giroux (à gauche) derrière le comptoir du bar « Étape 84 ». Crédit : Lucas Bouguet.

Le vélo roi de la déco

Émilie Lebreton évoque le partenariat de l’auberge avec des artisans de vélos de route sur-mesure haut de gamme (CYFAC). Situés à trente kilomètres de Tours, ce sont les derniers constructeurs de cadres de vélos artisanaux qui existent encore en France.

Le premier jeudi du mois, c’est afterwork à The People Hostel de 19 h à minuit. Au menu : vin local et bières belges. La carte du restaurant Étape 84 – qui fait référence au numéro de la rue de Grammont – propose principalement des produits faits maison, locaux et régionaux. See you soon !

Laura Alliche et Paul Boyer, étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

En Touraine, une création sur l’artiste Frida Kahlo

La compagnie La Course Folle consacre sa quatrième création à une icône de la peinture : l’artiste mexicaine Frida Kahlo.

Rendez-vous en janvier pour découvrir cette création ! (Photo Marie Pétry)

Après Annie Ernaux, Frida Kahlo. La peintre mexicaine est le coeur du prochain spectacle de La Course Folle, créé d’après les écrits que l’artiste iconique a laissés à la postérité. Une pièce née du désir de Laurence Cordier, directrice artistique de la compagnie tourangelle créée en 2014, « de parler de la puissance du féminin ».

« Au départ, je voulais rendre la puissance émotionnelle des tableaux de Frida Kahlo au théâtre, détaille la metteure en scène. J’ai alors découvert qu’elle était aussi une femme de mots, aux textes très poétiques et aux formules bouleversantes ! ».

Alitée une grande partie de sa vie en raison — notamment — du très grave accident de bus dont elle sera victime dès ses 18 ans, l’artiste passera beaucoup de temps, allongée, à peindre mais aussi à écrire, laissant une correspondance dense ainsi qu’un journal tenu durant les dix dernières années de sa vie, jusqu’à sa mort en 1954.

Pas un biopic

La création de Laurence Cordier, dont le titre Ni les chiens qui boitent, ni les femmes qui pleurent reprend une citation de la peintre, n’est pas un biopic mais vise à raconter « un rapport au monde universel » par le prisme d’une femme complexe, profondément libre, dans sa vie personnelle comme dans son oeuvre. Sur scène, quatre comédiens et comédiennes interprètent Frida et la donnent à voir dans sa relation passionnelle avec le peintre mexicain Diego Rivera, comme dans son processus créatif.

« Le tableau de la vie de Frida Kahlo peut sembler assez noir ; c’est une femme handicapée, trompée, souffrant terriblement physiquement, observe Laurence Cordier. Et pourtant, il n’y a jamais aucun misérabilisme chez elle, elle invente sa vie et illumine la noirceur de ce qui lui arrive ».

Flore Mabilleau


> Ni les chiens qui boitent, ni les femmes qui pleurent, mis en scène par Laurence Cordier le 24 janvier à l’Espace Ligéria de Montlouis-sur-Loire (de 5,30 à 17,80 €) et le 31 janvier à la Pléiade à La Riche (de 8 à 14 €).

 

Plongée dans le quotidien d’une maître-nageuse

#VisMaVille Bérengère Gault est maître-nageuse à la piscine du Mortier de Tours-Nord. Surveiller, apprendre à nager, développer des cours aquatiques… petite plongée dans son quotidien.

25 degrés, du soleil, et des maillots de bain… Non, nous ne sommes pas partis en vacances sous les tropiques mais nous avons simplement rendez-vous à la piscine du Mortier en ce tristounet mois de décembre.

Gris, bleu, vert, jaune, les couleurs extérieures automnales se reflètent dans les trois bassins de la piscine, grâce à l’imposante baie vitrée. Comme « l’impression d’être dehors en étant dedans », observe Bérengère Gault. Ici, les maîtres-nageurs sont un peu hors du temps, en short, T-shirt et claquettes.

10 h 30 à la pendule, les cours battent leur plein. Dans le bassin, Bérengère remue sa joyeuse troupe en aquagym tandis que Jérôme tente de rassurer les récalcitrants en aquaphobie. De son côté, David initie aux premiers gestes de nage à ses élèves du jour. Dans son travail, Bérengère Gault, vive blonde aux grands yeux clairs, « aime transmettre le côté dynamique de l’exercice » et apprécie de tenter de « pousser les limites ».

La surveillance ? « Pas le gros de notre temps »

La dimension sportive du métier représente une motivation importante pour elle qui a toujours nagé. Mais pas que. La base, c’est la surveillance, « mais ce n’est pas le gros de notre temps. Les activités prennent de plus en plus de place. On a au moins deux heures par jour rien qu’avec les scolaires. Et les cours du soir, enfants et adultes pour apprendre à nager ou se perfectionner ».

L’amplitude horaire est vaste, de 8 h à 21 h. Le côté relationnel est important dans ce métier. « On a des habitués, tous les jours à la même heure ; ils nous demandent des nouvelles, nous préviennent quand ils partent en vacances. »

Ce que préfère Bérengère ? « La diversité des publics. L’avantage de travailler avec des enfants le matin et l’après-midi avec des adultes. Cela va de 6 mois aux personnes âgées. Et le plaisir d’apprendre à nager. C’est super sympa de voir un enfant qui part de zéro, réussir à avancer au bout de quelques séances sans matériel. »

Peut-être que ça lui rappelle ses débuts à la piscine du Lude, dans la Sarthe, à quelques kilomètres de Château-La-Vallière, où elle a appris à nager à 6 ans, puis s’est affirmée en club avant d’y prendre son premier poste de maître-nageuse, après des études en sport études au lycée Balzac de Tours puis en STAPS, à Poitiers. Aujourd’hui, Bérengère est éducatrice sportive de la fonction publique territoriale et apprécie sa vie en eaux tourangelles, à l’extérieur et dans le bassin, aux côtés de ses six collègues du Mortier.

Textes et photos : Aurélie Dunouau