Horoscope WTF du 21 au 27 février 2018

Les vacances approchent. Tmv ne paraîtra pas pendant deux semaines (tremblez, viles fripons). Mais l’astrologue vous a concocté votre petite dose d’horoscope WTF. Miam !

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/7di2MFqB14AFO » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/fall-panda-rolling-7di2MFqB14AFO »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Tel l’oeuf, vous vous en battez.
Gloire : D’ailleurs, qui vole un œuf vole un bœuf. Et le Bélier lui défonce la tronche.
Beauté : Votre ressemblance avec un parpaing est étonnante.

TAUREAU
Amour : Alors, elle était comment cette Saint-Valentin tout(e) seul(e) ? Krrkrr.
Gloire : Rototo, dermato et kakapo.
Beauté : Sans mentir, votre ramage se rapporte vachement à votre plumage. Plutôt cool.

GÉMEAUX
Amour : Vous êtes un peu le Robert Patoulatchi de l’amour.
Gloire : Antisocial, arrêtez de perdre votre sang-froid, aaaaaaaah !
Beauté : Vous avez des airs d’aptérygidé.

CANCER
Amour : Moi au moins, je vous aime. Un sur 7,55 milliards, c’est déjà pas mal.
Gloire : Vous êtes tout de même un troubadour bien attachant.
Beauté : Eeeh ouais, c’est ça d’avoir des poux !

LION
Amour : Votre onychophagie finira par le/la faire fuir.
Gloire : (haha et ça y’est, ça va sur Google, parce que ça n’a pas de vocabulaire)
Beauté : Rien ne saurait justifier votre goût pour ces physiques disgracieux.

VIERGE
Amour : Ouuuuh y a baleineau sous gravillon, mes loulous !
Gloire : Répétez 15 fois d’affilée et très vite « l’abeille coule ».
Beauté : De dos, vous êtes beaux. De face, vous êtes à la masse.

BALANCE
Amour : L’infidélité fait grossir. (vous flippez ?)
Gloire : Vous êtes un peu comme ce chewing-gum sur lequel on marche et qu’on a du mal à décrotter.
Beauté : La constellation du Gilbert Montagné a bien vu que ce style ne vous allait pas du tout.

SCORPION
Amour : La solution à tous vos problèmes se trouvent à la page 10 de cet exemplaire de tmv.
Gloire : Dans chaque Scorpion se cache un pochtron.
Beauté : Vos moustaches se touchent un peu trop dangereusement.

SAGITTAIRE
Amour : Avec vous, c’est comme Sodebo. On se souvient toujours du goût.
Gloire : (N’y voyez aucune allusion salace. Le Sagittaire est vraiment lubrique rah)
Beauté : [BREAKING NEWS] Vous ressemblerez enfin à quelque chose le matin.

CAPRICORNE
Amour : Riez de votre infortune (de toute façon, vous n’avez que ça à faire).
Gloire : « Make Capricorne great again » (Donald Trump)
Beauté : On vous l’a déjà dit mille fois : Trempez- la dans l’huile, trempez- la dans l’eau, ça fera un escargot tout chaud et voilà.

VERSEAU
Amour : « Il est toujours plus facile de baisser son froc que de se serrer la ceinture » (Gandhi)
Gloire : Semaine de tous les dangers ! Pourquoi ? Aucune idée et je m’en fiche.
Beauté : Le saviez-vous ? Les Verseaux font partie des gens les plus beaux de la planète.

POISSON
Amour : Oubliez la Saint-Valentin. La prochaine fois, tentez la Saint-Lamantin.
Gloire : En parlant lamantin, votre boss est aussi hargneux qu’un éléphant de mer. Changez de job.
Beauté : Et comme on dit, no job, no zob. Allez, bonne journée bisou !

Horoscope WTF du 14 au 20 février 2018

Vous pensiez que l’astrologue vous épargnerait pour la Saint-Valentin ? Que nenni mes jeunes amis. Il est encore plus aigri cette semaine pour son horoscope WTF.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/YsM20A186HG0g » width= »360″ height= »480″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/fail-dog-kiss-YsM20A186HG0g »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Cupidon est gras, moche et nudiste. Oubliez-le.
Gloire : Quoi ? Vous pensiez vraiment avoir un horoscope choupinet pour la Saint- Valentin ? Mouahaha.
Beauté : Vous avez autant d’allure qu’une petite gazelle gambadant dans la savane, postérieur tendu.

TAUREAU
Amour : 50 Shades of Taureau (waaaapa, coup de fouet)
Gloire : Imagine all the popole.
Beauté : The chauve must go on !

GÉMEAUX
Amour : C’est pire que Koh Lanta. Denis Brogniart ne vous filerait même pas l’immunité.
Gloire : Ça fait les prudes en société, mais ça fantasme secrètement sur Cyril Hanouna et Nadine Morano.
Beauté : Qui ose encore porter ce genre de slip ?

CANCER (spécial Kaamelott)
Amour : « Eh toi là-bas, avec ton casque à cornes ! Présente-moi ta femme, comme ça tu sauras pourquoi t’as des cornes ! »
Gloire : « Pour savoir s’il va y avoir du vent, il faut mettre son doigt dans le cul du coq. »
Beauté : « Vous êtes le fils d’un démon et d’une pucelle ? Vous avez plus pris de la pucelle. »

LION
Amour : N’oubliez jamais qu’une Christine Boutin vous surveille à chaque pensée lubrique.
Gloire : Ou tu sors, ou j’te sors, mais faudra prendre une décision.
Beauté : Votre ressemblance avec un sushi en affole plus d’un(e).

VIERGE
Amour : C’est l’amouuur à la plage… Aou cha-cha-cha.
Gloire : Sous les pavés, la plage (et accessoirement, votre dignité).
Beauté : Olala, ce regard de merlu, j’vous jure…

BALANCE
Amour : Tel un gros steak, vous êtes de plus en plus tendre. Bizarre.
Gloire : Ouuuh, la p’tite cure de cassoulet que voilà.
Beauté : « Ce n’est pas parce que tu as 3 poils aux mollets qu’on doit te respecter » (Einstein)

SCORPION
Amour : La constellation d’Amel Bent est formelle : viser la lune, ça n’vous fait pas peur, même à l’usure vous y croyez encore et au cœur.
Gloire : Vous êtes aussi gênant(e) qu’une paire de moufles.
Beauté : [écrivez le compliment qui vous ferait plaisir. On est trop méchant avec vous]

SAGITTAIRE
Amour : Votre petit râle de gnou, pendant l’amour… C’est si mignon.
Gloire : Cette crise de flatulences samedi prochain risque de faire mal.
Beauté : Votre string léopard est une insulte au règne animal.

CAPRICORNE
Amour : Vous êtes l’équivalent de cette pile de télécommande usagée qui ne sert à plus rien, mais qu’on n’ose pas jeter pour je ne sais quelle raison.
Gloire : Nombreux sont vos points communs avec les Tuche.
Beauté : Trop de beauté en vous. On pourrait se faire une conjonctivite à force de vous regarder.

VERSEAU
Amour : Avec vous, c’est comme dans Star Wars : ça se fait à la vitesse lumière.
Gloire : N’oubliez jamais qu’il n’y a rien de mieux que les Verseaux (juste cette semaine, relax).
Beauté : Vous êtes l’équivalent d’un ornithorynque.

POISSON
Amour : Petite dose de Blanche-fesse et les 7 mains.
Gloire : Noël Mamère, sors de ce corps ! (beeerk)
Beauté : De près, vous avez tout de même des airs de Patrick Juvet.

Horoscope WTF du 7 au 13 février 2018

Les astres sont alignés, la constellation du Justin Bieber virevolte : l’astrologue vous a concocté un petit horoscope pas piqué des hannetons. Une expression qu’on rêvait de placer dans tmv, c’est désormais chose faite.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/26vUDLOP9YIc8oxGg » width= »480″ height= »480″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/cheese-laminutecaprice-en-cas-de-caprice-26vUDLOP9YIc8oxGg »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Faites-lui palpiter le palpitant, nom d’un bidibou.
Gloire : Dur, dur d’être un Bélier (faites-vous une cure de Jordy 3 fois/jour)
Beauté : Arrêtez de prendre votre vessie pour une lanterne, c’est dégoûtant.

TAUREAU
Amour : L’arnaqueur des cœurs, c’est vous. Et vlan dans les dents.
Gloire : Les « si » n’aiment pas les « rais ».
Beauté : Lassie n’aime pas les raies.

GÉMEAUX
Amour : Arrêtez de chouiner, les fragiles !
Gloire : À part finir dans les Anges de la téléréalité, on ne voit pas trop ce que pourrait donner votre avenir.
Beauté : Les Gémeaux canons : qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ?

CANCER
Amour : Tel le bonobo, vous avez « une organisation sociale qui a recours aux relations sexuelles et à un bouc émissaire comme mode de résolution des conflits » (merci Wikipédia)
Gloire : Allez attendre Godot (bim, petite vanne de littéraire. On se moque moins des L, hein ?!)
Beauté : Un petit air de Jean Lassalle.

LION
Amour : Quand on aime, on ne compte pas (la preuve avec la raclette).
Gloire : Vous faites penser à un petit poisson tombé hors de son bocal, essayant de survivre alors que vous savez qu’au fond, il est inutile de lutter.
Beauté : Dire que vous deviez vous mettre à l’aquaponey il y a déjà un an.

VIERGE
Amour : L’amour est dans le pré. Pas de bol, vous n’avez même pas de jardin.
Gloire : Tout le monde sait que la cuvette des WC et les cheveux dans le siphon de douche, c’est VOUS !
Beauté : Bien trop sexy pour ce triste monde.

BALANCE
Amour : Bah alors, on a la gâchette facile, Lucky Luke ?
Gloire : Balance rime avec malchance, vengeance et odeur rance. Coïncidence ?
Beauté : Niveau amabilité, on a connu plus sympa. Mettez-vous aux carottes.

SCORPION
Amour : C’est long à l’allumage. Z’êtes un diesel ou quoi ?
Gloire : Chut, face de mouche.
Beauté : Ce week-end, vous aurez une telle gueule de bois que même Pinocchio sera jaloux.

SAGITTAIRE
Amour : Oh, ça pourrait être pire. Vous pourriez sortir avec l’astrologue de tmv par exemple.
Gloire : Oh, ça pourrait être pire. Vous pourriez travailler avec Christophe Barbier par exemple.
Beauté : Oh, ça pourrait être pire. Vous pourriez avoir le menton des Bogdanov par exemple.

CAPRICORNE
Amour : Secrètement, vous rêvez d’offrir un saut en parachute sans parachute à votre ex.
Gloire : C’est la mer noire ?
Beauté : Vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez. Une chirurgie esthétique s’impose. (ahah trop lol)

VERSEAU
Amour : Tels les participants à Question pour un champion, vous aimez vous en faire 4 à la suite.
Gloire : Des milliers d’années d’évolution pour finir Verseau. Arf.
Beauté : En maillot, le Verseau est beau. Mais tout nu, c’est tendu.

POISSON
Amour : Il faut vous y faire : vous êtes une single lady, wo wo wo, oh oh oh, ohohohoh.
Gloire : Une petite fessée n’a jamais fait de mal à personne.
Beauté : Votre tendance à frissonner des tétons est étonnante.

Tous accros au Japan Tours Festival

Du 24 au 26 février, la ville accueille le Japan Tours Festnivoalë alu centre Vinci. Un événement annuel qui reste le paradis de la culture manga, asiatique et geek pour les plus de 15 000 visiteurs qui s’y pressent.

DES INVITÉS PRESTIGIEUX

> Rien que sur Facebook, elle comptabilise plus de 85 000 likes. Elle, c’est Maliki. Son blog du même nom cartonne : avec son trait délicieux, elle y dessine et raconte son quotidien, toujours saupoudré d’un humour bien senti. En plus d’illustrer l’affiche de l’édition 2017 du Japan Tours, elle sera présente pendant le festival.
> Lucien Maine. Son nom ne dit peut-être rien aux néophytes, mais il est l’un des invités Golden Moustache, LA chaîne Youtube incontournable. Il sera en conférence le samedi à 13 h, puis en dédicaces. Et « le lendemain avec une surprise », dixit l’organisation.
> NotaBene. C’est devenu un peu notre chouchou, à tmv. Le Youtubeur tourangeau – son petit nom, c’est Benjamin Brillaud – brille avec ses vidéos d’Histoire pour tous. Inutile de vous dire que les fans de vidéos seront aussi aux anges avec la présence de miss Topovaures, Coralie Brillaud.
> C’est la reine du cosplay. On l’appelle Kiilys et elle fut la gagnante du concours cosplay en 2016. Elle sera aussi présidente du jury 2017. Il va falloir impressionner la pro. À vos costumes !
> La doublette Shoji Kawamori et Shinji Aramaki. Le premier est réalisateur de dessins-animés (Visions d’Escaflowne et Macross, c’est lui), tandis que le second a œuvré aussi bien dans Appleseed 2 qu’Albator, Corsaire de l’Espace.

slider-0

EXPOSANT, MONTRE-TOI

Ils seront plus d’une trentaine à exposer. Seront notamment présents Zombie of beers (asso d’airsoft tourangelle), Serial Gamer (une websérie sur les jeux vidéo), Belle de coeur (papeterie et accessoires kawaii), Entre le joystick et la bulle (une association dédiée à la culture geek à Tours) ou encore Bureau 21 (vente en ligne de tirages haut de gamme) et All Geek Studio (des vidéastes geeks et tourangeaux dont on vous a déjà parlé)…

PHÉNOMÈNE COSPLAY

De nombreux visiteurs qui se ruent au Japan Tours festival pratiquent le cosplay. Ce mot-valise mélange costume et playing. Comprenez, on s’habille en personnage de fiction.
Découverte dans les années 80 au Japon, la pratique s’est exportée avant d’atterrir en France. Faisant partie intégrante de la culture au Japon, le cosplay est une véritable passion, allant bien plus loin qu’un simple déguisement (il faut notamment s’efforcer de reproduire la gestuelle de son personnage). Bref, un prolongement de son amour pour les animes, mangas ou autres jeux vidéo.

AGENDA_JAPAN

JAPON TRADITION

– C’est une évidence, le festival souhaite mettre en valeur la culture japonaise et ses traditions. Cette année, le pays du Soleil levant sera représenté par Umewaka Monotori. Il est un peu l’invité d’honneur du festival. Exceptionnel, même. Il sera là pour faire découvrir l’art ancestral du Nô, un style traditionnel de théâtre japonais. Maître Umewaka est même détenteur d’un titre décerné par le ministère japonais de la Culture, en tant que « trésor culturel national vivant ». Oui, ça calme.
– Présent aussi, David-Minh Tra, le célèbre voyageur. Il connaît le Japon comme sa poche et a réalisé la série-documentaire à succès « Japon, qui estu ? ». On l’appelle l’expert.
Cyril Coppini est un rakugoka de Nice. Rakugo-quoi ? Pour comprendre, il faut remonter à la mythique période Edo du Japon. Soit plus de 400 ans en arrière. Le rakugo était une discipline littéraire humoristique. Cyril Coppini, lui, est tombé dedans et diffuse cet art en se produisant au Japon et en France. Et à Tours, hop.
– Son livre Fêtes et légendes à Kyoto est sublime : Priscilla Moore, illustratrice franco-britannique, fascinée par le Japon, maîtrise la technique du Nihonga, de la peinture à l’eau aidée par des matériels naturels comme le bois. On estime que le Nihon-ga demande plus d’une dizaine d’années d’études. Autant dire que la venue de Priscilla Moore fait partie des immanquables.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=QORqMe9a1lo[/youtube]

> Japan Tours Festival, les 24, 25 et 26 février, au Vinci, à Tours. De 10 h à 20 h, sauf dimanche jusqu’à 18 h. Tarifs : Pass 1 jour à 12 € en prévente (13 € sur place) ; pass 3 jours à 30 € ; pass VIP à 50 € et gratuit pour les moins de 8 ans.
> Contact : facebook.com/JapanToursFestival / japantoursfestival.com / @JapanTours37 sur Twitter

Piers Faccini en quatre mots

De passage à Joué-lès-Tours pour son dixième album, le chanteur et compositeur continue sa route en zigzags. Quatre balises pour comprendre son itinéraire.

(Photo Olivier Metzger)
(Photo Olivier Metzger)

MYSTIQUE

— Les bio officielles l’estampillent auteur, compositeur, peintre et photographe mais elles oublient l’essentiel : Piers Faccini est un philosophe, un contemplatif, un mystique, et c’est lui qui nous le dit.
« J’écris pour essayer de comprendre ce qui me pousse à écrire ». Mystique, il l’était déjà dans les années 90, quand il peignait nuit et jour dans sa chambre sous les toits à Tours (il y a vécu quelques mois) et il poursuit cette quête d’albums en albums, depuis quinze ans.

DISCRET

— Ultra discret sur sa vie privée, presque introverti, il enchaîne pourtant douze mois de tournée après chaque album.
« Chanter en salle, c’est abolir les barrières, être dans le réel avec les spectateurs. » Au Temps machine, il partage la scène avec Malik Ziad et le batteur Simon Prattico. « On travaille ensemble depuis 2008. On a une grande complicité et c’est essentiel. Jouer à plusieurs, c’est comme tisser une amitié, il faut être en confiance sinon ça ne fonctionne pas. »

VAGABOND

— Né d’un père italien et d’une mère anglaise, installé dans les Cévennes après avoir vécu à Londres, Piers Faccini redessine un monde à part, oscille entre les racines et les nuages.
I dreamed in Island mélange le chaud et le froid, sons glacés et accents arabisants. Un voyage onirique entre l’Orient et l’Occident. On entend au fil des chansons, deux dialectes du Sud de l’Italie, du français, de l’anglais et de l’arabe. « Changer de langue permet de changer de couleur. C’est un aspect très important de cet album et de la tournée. »

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ju_I86lx8EI[/youtube]

INCLASSABLE

— On le classe dans la folk ou dans la musique du monde, mais chez Piers Faccini, la musique est un voyage par les chemins de traverse.
Normal, pour le chanteur : « Faire des albums, c’est un regard sur soi, un regard sur le monde, et ce regard change, le monde change. Faire un album, c’est pas juste compiler les meilleures chansons. On peut vite tourner en rond au troisième album et tomber dans la facilité. Bien sûr, on garde toujours un fil rouge avec une voix, un son, mais il faut oser explorer des géographies différentes. Quand je discute avec les gens, aucun de mes albums ne fait l’unanimité : certains préfèrent Leave no trace, d’autres I Dreamed An Island et ça, ça me plaît. Ça veut dire que chacun dégage sa propre émotion, suffisamment forte pour toucher. »

>PIERS FACCINI SERA EN CONCERT LE 10 FÉVRIER, À 20 H, AU TEMPS MACHINE À JOUÉ-LÈS-TOURS

Fil Bleu : la grève se poursuivra ce mardi

Faute d’accord, la grève à Fil Bleu se poursuivra ce mardi 1er mars.

(Photo Hugues Le Guellec)
(Photo Hugues Le Guellec)

Le mouvement social continue à Fil Bleu : la poursuite de la grève a été décidée ce lundi. Des perturbations sont donc à prévoir pour ce mardi 1er mars. Il est prévu que le tramway circule toutes les 15 minutes environ, de 6 h 21 heures. Côté bus, 45 % d’entre eux circuleront. Les lignes 19, 30, 31, 32, 34, 51, 52, 53 ne circuleront pas. Les bus circuleront de 6 h 30 à 21 heures.

Ce lundi, une grosse centaine de chauffeurs Fil Bleu a d’ailleurs manifesté en distribuant des tracts aux passants.

Pour rappel, les agents de Keolis se plaignent « des conditions de travail ». Et notamment des temps de pause qu’ils estiment mal réglés entre leur arrivée à un terminus et le moment où ils doivent repartir.

[Mise à jour 29/02 18 h 16]
En guise de riposte, le collectif « Usagers Fil Bleu » a décidé de lancer un appel à la grève du côté des usagers, à partir du lundi 7 mars et ce, pendant 5 jours. Le collectif demande à ce que les passagers ne présentent pas leur titre de transport, en précisant bien que ceux-ci doivent être « en règle » et demandant « le respect des contrôleurs ».

Pour les horaires, rendez-vous sur filbleu.fr

Horoscope WTF du 3 au 9 février 2016

Que dire ? Que faire ? Où aller ? Qui suis-je ? Pourquoi dois-je lécher ce gravier ? Tant de questions auxquelles l’astrologue tmv peut répondre. Ou pas.

BÉLIER
Amour : La famille s’agrandit bientôt. On aurait pu vous prévenir avant, mais on a zappé. Autant pour nous.
Gloire : À trop manger indien, ça fouette le matin.
Beauté : Arrêtez la drogue. Lisez plutôt notre horoscope, c’est mieux.

TAUREAU
Amour : Olivier de Benoist a dit : « le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous. » Ne l’oubliez jamais.
Gloire : Arrêtez l’hélium, ça ne fait pas viril.
Beauté : Trop d’acné tue l’acné.

GÉMEAUX (et fans de 2Be3)
Amour : Essayez de partir un jour sans retour, effacer votre amour…
Gloire : Mais sans se retourner, ne pas regretter, hein…
Beauté : Genre garder les instants qu’on a volés.

CANCER
Amour : Sans amourette, vous êtes perdu(e).
Gloire : Ça vaut aussi pour la raclette…
Beauté : Et la braguette.

LION
Amour : Saturne s’accouple avec Vénus. ‘Serait p’tet temps de vous y mettre, vous aussi.
Gloire : Votre décision est prise : vous n’en prendrez aucune.
Beauté : Une bonne ganache de vainqueur.

VIERGE
Amour : Insatiable, autant au lit qu’en salive.
Gloire : Le 29 février tombera un lundi. Déduisez-en ce que vous voulez. Nous, on trouve ça flippant.
Beauté : Votre père est un voleur, il a volé toutes les étoiles pour les mettre dans vos yeux. Mais il vous a aussi chouré 20 € dans votre porte-monnaie. Gaffe.

BALANCE
Amour : Aucune idée, je ne suis qu’astrologue, après tout.
Gloire : La vodka ne vous réussit pas. Mettez-vous au rhum.
Beauté : Excès de sébum.

SCORPION
Amour : Vous êtes trop laxatif avec lui/elle. Ou laxiste, je ne sais plus.
Gloire : Chassez le naturiste, il revient au galop.
Beauté : Cotillons et durillons.

SAGITTAIRE
Amour : Le vendredi, c’est fessée au lit.
Gloire : Le dimanche, vous faites la manche.
Beauté : Le jeudi, c’est ravioli de yéti.

CAPRICORNE
Amour : L’orgasme du cochon dure 30 minutes. Soyez pas jaloux, yo.
Gloire : Toute peine mérite sale mère.
Beauté : Laissez tomber le latex à la bistouflex.

VERSEAU
Amour : Vous coucherez avec Pascal Obispo.
Gloire : Vous irez avec Pascal au bistrot.
Beauté : Vous ferez comme Pascal au pisse-pot.

POISSON
Amour : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés (l’astrologue de tmv, 2 février 2016).
Gloire : Qui éternue face au vent, se rince les lunettes.
Beauté : Tétons virevoltants.

[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/121lhOzN87QCAw » width= »480″ height= »326″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »http://giphy.com/gifs/hair-donald-insider-121lhOzN87QCAw »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

TOP 4 : le retour des séries

« Février, le plus court des mois, est de tous le pire à la fois », dit le dicton. Mouais. C’est surtout le mois de la reprise de nos petites séries chéries. Top 4 des saisons à ne pas louper !

THE WALKING DEAD

La série reprend le 14 février sur AMC (le 15 sur OCS France). Et la suite de la saison 6 risque de faire mal. D’autant que Negan, un mégaméchant, fera son apparition. « Et il sera une énorme bombe atomique », selon les showrunners.

« Ouf, heureusement que j’ai pris ma moto pour aller voir le remake de Thriller de Michael Jackson »

VIKINGS

La saison 4 débarque plus tôt que prévu (18/02 sur History) ! Le trailer sanglant prévoit du lourd pour le retour de Ragnar Lodbrok. En plus, la série a bien mangé pendant les fêtes : elle comportera non plus 10 mais… 20 épisodes ! Baston !

« Bon, les mecs… On va piller un petit village pour le kif ? »

BETTER CALL SAUL

Prévue le 15 février sur AMC et le lendemain sur Netflix, la saison 2 se voit réduite à 10 épisodes. Ce spin-off de Breaking Bad n’a pas dévoilé grand-chose dans sa bande-annonce. Mais le co-créateur Peter Gould a déjà promis « de l’intense ».

On se fait un petit trip avec Better Call Saul ?

GIRLS

Peu suivie à la télé, la série créée et portée par la géniale Lena Dunham fait pourtant de très jolis scores en streaming. Il n’empêche : la nouvelle saison arrive sur HBO le 21 février et sera diffusée dans la foulée sur OCS City. Ouf !

En attendant Godot.

L’expo : Femmes et mues

L’Arcades Institute accueille les œuvres de Nathalie Menant jusqu’au 21 février. Rencontre avec la plasticienne.

Mues
(Photos Frédérique Menant)


Vous réalisez des moulages sur des corps de femmes, expliquez-nous en quoi cela consiste.

J’utilise en effet une technique assez ancienne de moulage avec du plâtre et de la dentelle. Je prends une partie précise du corps du modèle. Le point de départ, c’était de crier ce que personne ne voulait entendre ou montrer quand il s’agissait des femmes. Au départ, c’était une oeuvre féministe en fait. Je ne souhaitais pas déclarer la guerre, c’était plutôt un désir de partager un regard sur le féminin. Les premières dentelles que j’utilisais appartenaient à mes arrière-grands-mères, des femmes issues d’un milieu populaire qui n’avaient aucun moyen de s’exprimer.

Comment cette intimité entre vous et le modèle se traduit dans votre oeuvre ?
J’utilise une technique qui n’est pas violente pour le corps de ces femmes. Plus je pose des bandes de plâtre, moins elles sentent mes mains bouger à travers. Ce n’est pas intrusif comme travail, mais je le vois plutôt comme la construction d’une douceur. Seulement, émotionnellement, c’est souvent très fort. C’est comme si je perçevais la souffrance : je suis persuadée que nous gardons dans notre corps la mémoire de notre vie.

Comment choisissez-vous la partie du corps à mouler ?
Je demande d’abord aux femmes si elles veulent mettre en avant une partie en particulier, une main, un pied, la poitrine. Souvent, elles me laissent choisir. Souvent, je tombe sur un endroit qui leur parle, avec lequel elles ont une histoire. J’ai par exemple eu une femme dont je moulais le bras. Le même que son mari avait cassé. Lors du séchage, le moule en plâtre s’est brisé. Elle m’a répondu que cela devait arriver.

Vous n’avez pas toujours fait de la sculpture, pourquoi ce choix du plâtre et de la dentelle ?
J’ai avant tout une formation dans l’audiovisuel et puis j’ai beaucoup fait de scénographie, des installations avec le collectif Akeway. Il y a quelques années, je me suis remise à la terre comme un hobby. Je me suis aperçue que mes mains faisaient ce que ma tête ne pouvait pas conscientiser. Ce que j’aime dans Mues, c’est de ne pas savoir où je vais.

Propos recueillis par B.R.

EN BREF
MuesL’EXPO
Les sculptures de Mues seront visibles à l’Arcades Institute du 12 au 21 février. Vous pourrez également voir le film tourné par Frédérique Menant (voir ci-dessous) et les témoignages des femmes « moulées ».

LA RÉSIDENCE
Nathalie Menant a réalisé les œuvres que vous verrez lors de l’expo pendant une résidence de deux semaines à l’Arcades Institute en décembre. « Elle m’a permis de me couper de mon quotidien, explique Nathalie Menant. Mais aussi de partager avec les autres femmes pour que tout ce que nous nous disons deviennent nos questions. »

JOSÉPHINE
Les femmes qui sont passées sous les bandes de plâtre de Nathalie Menant sont toutes passées par l’association Joséphine, le salon de beauté social lancé à Tours par Lucia Iraci. Plus d’infos sur josephinebeaute.fr

ENTRE SŒURS 
Nathalie Menant a invité sa soeur, Frédérique Menant, qui est venue filmer en 16 mm. Une démarche d’autant plus importante qu’elle a été son premier modèle pour Mues.

Interview : Phil Marso, fondateur des Journées mondiales sans portable

Phil Marso, écrivain indépendant, a créé sa propre société d’édition Megacom-ik. C’est lui qui a lancé la Journée mondiale sans téléphone portable en 2001.

Phil Marso
Phil Marso

Comment vous est venue cette idée de Journée sans portable ?
En 1999, en tant qu’auteur de polar, j’ai écrit et fait paraître Tueur de portable sans mobile apparent, qui montrait les avantages et inconvénients du portable, sur un ton humoristique. Et je me suis dit : tiens, si on prolongeait cette idée ? J’ai donc eu cette idée de Journée mondiale en 2001. Pendant quatre mois, tous les soirs, je balançais des communiqués de presse tous azimuts aux médias français et étrangers. À ma grande surprise, c’est le Canada qui en a parlé en premier. Je n’ai pas voulu faire quelque chose anti-portables, c’est un débat de réflexion.

Cela commence le 6 février et se fait sur trois jours. Pourquoi le 6 février, au fait ?
Je voulais trouver une date rigolote, pour ne pas prendre de front les utilisateurs. J’ai pensé à la chanson de Nino Ferrer « Gaston y a l’téléfon qui son’… » Et la Saint-Gaston tombe un 6 février. Voilà ! (rires)

Chaque année, il y a un thème. Et pour 2015 ?
Ce sera l’environnement. Je pose la question de savoir quelle est la résonance du portable sur le climat. Ce qui serait bien, c’est que des scientifiques se penchent là-dessus. Il y a aussi la question des métaux utilisés pour la fabrication, le changement des portables, le recyclage…

En fait, c’est quoi le but d’une telle journée ?
Un peu tout ! C’est une réflexion sur un outil qui a bouleversé notre vie quotidienne. On est de plus en plus dépendants. Surtout avec les smartphones… Chaque année, je propose 29 questions pour un débat. Ce qui est bien, c’est quand elles sont reprises dans les collèges et lycées. L’an dernier, des établissements ont proposé aux élèves de déposer leurs téléphones le matin et ne pas les utiliser de la journée…

Justement, en quoi le téléphone portable a-t-il bouleversé nos codes sociaux ?
Au départ, il nous servait à appeler et recevoir des appels. Aujourd’hui, c’est un couteau suisse. Personnellement, je n’ai pas de smartphone, car je ne veux pas être dépendant. Ce matin encore, j’ai pris le métro : tout autour, les gens ont les yeux rivés sur leurs écrans !

Comparé au portable d’avant, le smartphone — et j’utilise de gros guillemets — c’est plus « risqué » ?
Du point de vue de l’addiction, oui. Car aujourd’hui, il y a les réseaux sociaux : dès qu’on poste quelque chose, on veut tout de suite savoir s’il y a des réactions. C’est difficile de se déconnecter. Nous sommes dans une société où les relations sont différentes maintenant. Même si l’on fait des choses extraordinaires avec ces téléphones. Au niveau de la santé, aussi… Il faut avoir les bons gestes, ne pas mettre le smartphone sous l’oreiller.

Mais vous n’êtes pas anti-portable…
Exactement. Je dis juste qu’il faut maîtriser l’outil en imaginant un espace-temps de repos. On rentre chez soi le soir : hop, on met le portable de côté.

Propos recueillis par Aurélien Germain

Reportage : le tatouage dans la peau

À l’occasion de la 6e convention de tatouage de Tours, tmv est allé passer un après-midi dans le salon de son organisateur, histoire de s’ancrer dans le monde encré.

Jack Jouan, tatouant une jeune femme. (Photos tmv)
Jack Jouan, tatouant une jeune femme. (Photos tmv)

« Bon, t’es prête ? C’est parti ! » D’ici une grosse demi-heure, Déborah aura une première rose tatouée dans le haut du dos. Puis une deuxième, symétrique. Un nouveau tatouage qui se rajoutera à ses colombes et à son lys. « Oui, j’ai pas mal de fleurs encrées sur moi, effectivement. Ma mère est fleuriste ! », lance-t-elle en souriant. Jolie jeune femme aux cheveux auburn, elle est venue accompagnée de Philippe, 31 ans, coiffure impeccable et énorme barbe, aussi fan de tatouages. Ses jambes en sont d’ailleurs recouvertes. Les deux travaillent dans un laboratoire pharmaceutique. Et quand ils ont envie d’une séance, ils débarquent chez Jack, du Studio Ray Tattoo.

Jack Jouan est arrivé dans ce salon de tatouage il y a cinq ans. Concentré à tatouer les contours de la rose de Déborah, il manie son dermographe (la machine à tatouer) qui semble minuscule dans ses mains gantées.
Regard sombre, large d’épaule, bracelet religieux à droite, montre classe à gauche : cet imposant Tourangeau de naissance est chic et choc à la fois. Engoncé dans une chemise  élégante, cheveux gominés, barbe taillée au millimètre. Le reste, c’est du tatouage à tout va. Cou, phalanges, ou encore sous l’œil…
Né en 1980 d’un père tourangeau et d’une mère pied-noir née en Algérie, Jack s’est vite distingué par ses dessins. Après un tour en Loire-Atlantique, il est revenu à Tours, poussé par sa famille. « Et ma petite fille. » Lui qui est tombé dans cet univers « par hasard » a rapidement choisi la voie de l’auto-didactisme. « Je me suis formé tout seul, à coup de vidéos et d’émissions, tout en m’intéressant à différents artistes. »

Le pied sur une pédale (qui fait fonctionner le dermographe), Jack continue de « piquer » le dos de Déborah. Il essuie les quelques gouttes de sang qui perlent et trempe son faisceau d’aiguilles dans un petit pot à usage unique, rempli d’encre noire. Celle-ci est déposée dans un espace assez précis à la limite entre le derme et l’épiderme. D’où le tatouage à vie.
Déborah et Philippe en sont presque devenus accrocs. « Une fois que t’es lancé, difficile de s’arrêter ! », expliquent-ils.

« Brrrzzzzzzz ». Le petit bruit de la machine à tatouer continue et se mêle aux grosses guitares des Guns N’ Roses et à la voix criarde d’Axl Rose. Un morceau ultra-calme de Johnny Cash enchaîne. La salle de tatouage ressemble à un appartement du vieux Tours, poutres apparentes et cheminée abandonnée. Il y a une chaîne hi-fi vintage, des feutres posés dans un étui à violon et des posters au mur. Dans l’étagère du fond, au milieu d’un livre Playboy et sur les orchidées, s’entassent des ouvrages sur Dalí, Michel Ange et d’autres peintres. « Je suis spécialisé dans le réalisme et les portraits. Je suis influencé par des artistes de l’Est et j’essaie d’y apporter des couleurs ou quelque chose qui ressort. », indique Jack.

Dès qu’il a fini de poser sa patte sur une des peaux, place au nettoyage. Tout y passe. « Je désinfecte tout bien entendu. » Le siège, son espace de travail et même ses feutres. Un travail minutieux avant d’encrer le prochain client. Comme cela, toute la journée et parfois jusqu’à 22 h ou minuit…
Jérôme (son prénom a été changé, NDLR) est venu de région parisienne exprès avec sa compagne. Lui va un peu plus souffrir que Déborah : il est venu se faire tatouer dans le cou ! « Tourne ta tête. Voilà, comme c’est bon. »  Le bruit de la machine, comme celui d’une roulette de dentiste en plus sourd, se mêle à la rythmique de la chanson American Woman des Guess Who. Jérôme serre sa ceinture et les dents. Grosse douleur sur la gorge. Vêtu d’un débardeur, on voit ses muscles saillir et tressauter. Finalement, la séance sera écourtée, car sa peau saigne un peu trop et l’encre pourrait s’en aller. Une fois le tatouage bandé et fini, il faudra encore attendre la cicatrisation…

Un cou tatoué, de la folie pour certains ? 5 % des Français en sont adeptes. « Je refuse juste de tatouer les mains et les doigts pour les non-initiés. Sinon, je ne fais pas sur les parties génitales pour les hommes. On a juste eu une ou deux fois des filles qui voulaient quelque chose sur le pubis… », raconte Jack.
Y a-t-il certains motifs qu’il n’accepte pas de faire ? « Tout ce qui est symboles nazis. Hors de question », répond-il du tac au tac. Mais tient à préciser que « le tatouage n’est pas politique » : « J’ai parfois tatoué des skinheads d’extrême gauche, comme d’extrême droite. Mais c’étaient des dessins comme des menhirs, des signes celtiques. Tant que le motif n’est pas tendancieux, croix gammées et compagnie, je le fais. C’est mon boulot. Je me fous des convictions politiques des gens », indique le tatoueur, avant de tracer un parallèle avec la religion. « Moi, je suis catholique et croyant. Mais ce n’est pas pour autant que je vais refuser de tatouer des personnes athées. Je suis hyper ouvert d’esprit. Au delà de tout, j’aime le métier que je fais ! »

Avant de rentrer chez lui ce soir, il aura tatoué des roses, un lettrage ou encore un papillon réaliste. Il aura même vu passer un quinqa, looké comme un cadre BCBG, lui demander « Pouvez-vous faire quelque chose pour les trois tatouages que j’ai sur le corps ? » Surprenant. Mais l’habit ne fait pas le tatouage…

Aurélien Germain.
*************************
A SAVOIR
************************
√ SALON DU TATOUAGE
Tattoo-Tours-2014Tours accueille sa 6e convention du tatouage et piercing. Au total, une trentaine de professionnels pour ce salon (incorporé au Tours moto show). Le 21 février, de 18 h à 22 h (gratuit) ; le 22 de 10 h à minuit (5 €) et le 23 de 10 h à 19 h (5 €). Au Parc des expos. Retrouvez toutes les infos ICI

√ UN SYNDICAT
Le Snat est le Syndicat national des artistes tatoueurs qui « œuvre pour la reconnaissance du tatouage artistique et la défense » des professionnels en France. Créé en 2003 par le célèbre Tin-tin, tatoueur mondialement reconnu, il compte plus de 1 000 membres.

√ 10
C’est le pourcentage de personnes à posséder un ou plusieurs tatouages en France, d’après le dernier sondage Ifop. La tranche des 18-24 ans est la plus représentée. Aux États-Unis, ils sont 21 % à être « encrés ». Et les plus adeptes sont les 26-40 ans.

Retrouvez aussi notre interview de David Le Breton, Professeur à l’université de Strasbourg et sociologue travaillant sur les représentations et les mises en jeu du corps.
>>>NOTRE GALERIE PHOTOS :

Horoscope : spécial contrepèteries

Votre horoscope en date du 29 janvier au 4 février est signé tonton Michel, l’as des contrepèteries et oncle lourdaud des repas de famille.

BÉLIER
Amour Glissez dans la piscine.
Gloire Vous êtes folle de la messe. (Allez, un eff ort, elle est facile celle-là.)
Beauté Cette semaine, vous avez une bouille incroyable.
TAUREAU
Amour Vous brouillez l’écoute.
Gloire On vous laisse le choix dans la date, profitez-en !
Beauté En pull Lacoste ? C’est un concept.
GÉMEAUX
Amour Essuie-ça vite et bien.
Gloire Il ne faut pas chourrer le bien du voisin.
Beauté Il fait beau et chaud (celle-ci, elle est vraiment hard…).
CANCER
Amour Salut Patrick !
Gloire Le saviez-vous ? Les nouilles cuisent au jus de canne.
Beauté Un petit air de Conan le Barbare.
LION
Amour Salut Fred !
Gloire Quoi ? Vous achèteriez bien une barrette de shit ? C’est odieux.
Beauté Sachez que la mort est rousse.
VIERGE
Amour Un seul mot d’ordre : pieds au chaud !
Gloire Vous êtes arrivé à pied par la Chine. Mais c’est une façon de parler.
Beauté Tes yeux verts me tentent.
BALANCE
Amour Il court, il court, le furet !
Gloire Mammouth écrase les prix, profitez-en.
Beauté Vous aimeriez prendre votre thé avec ces deux piétons ?
SCORPION
Amour Pensiez-vous que mon cœur comptait pour du bon ?
Gloire Comme un cuisinier qui secoue les nouilles.
Beauté Votre mine inspire de la pitié.
SAGITTAIRE
Amour Vous avez du tracas jusqu’au cou.
Gloire L’abus d’élites est dangereux pour la santé.
Beauté Vous collectionnez les piles de boîtes ? Bizarre.
CAPRICORNE
Amour Que de peine me fait votre malice
Gloire Quel beau métier professeur… Non ?
Beauté Le champion jette avec puissance, et vous ?
VERSEAU
Amour C’est long comme lacune.
Gloire Suivez le Plan De Gaulle.
Beauté Peindre des toiles, c’est joli.
POISSON
Amour Elle déteste les ridicules…
Gloire Une bonne chaise, c’est beau.
Beauté Mets ta casquette !
*Si vous ne savez pas ce qu’est une contrepèterie, que Dieu vous garde.

(Photo DR labandepasdessinee.com)
(Photo DR labandepasdessinee.com)

Mariages chinois : une confrontation en février

Une confrontation entre Jean Germain et Lise Han aura lieu en février.

Mercredi, la première personne mise en examen dans le dossier des mariages chinois, a été entendue l’après-midi par les juges d’instruction de Tours. Elle était accompagnée de son nouvel avocat, Maître Gérard Chautemps.
Cette audition devrait servir pour préparer une confrontation avec l’actuel maire Jean Germain (PS), un face-à-face réclamé depuis le début par l’ancienne chargée des relations avec l’Asie.
Cette confrontation entre les deux aura lieu le mardi 4 février.
Un véritable feuilleton
Retrouvez nos anciens articles ici :
La mise en examen de Jean Germain décryptée
Mariages chinois : Des rebondissements à la pelle
Février 2013 : les mariages chinois, mais keskispasse ?
Lâchez-vous : le concours de la photo à légender !

Lise Han sera confrontée à Jean Germain le 4 février (Photo DR)