La Touraine : terre de permaculture

La Touraine est-elle « the place to be » pour pratiquer la permaculture ? Si l’engouement pour ce concept dépasse largement les frontières de notre cher territoire, les initiatives fleurissent.

Au potager de la Gloriette

Cette année, les jardiniers de la Gloriette ont créé une parcelle en permaculture. « Elle est en forme de fleur, arrondie, avec 5 pétales délimités par des piquets en châtaignier. Tout est biodégradable : il n’y a ni vis, ni clou dans cet espace, décrit la jardinière animatrice Anna Arnould. Nous testons différents supports de culture, avec un paillage en copeaux de bois ou en paille. Au centre, il y a une spirale de plantes aromatiques en pierre. » Aubergines, tomates, basilic, concombres…
Les légumes plantés au printemps y étaient encore nombreux au début de l’automne. L’un des 5 pétales est dédié à des ateliers, comme ceux de Kiwi-Nature.

>facebook.com/lagloriettedetours
Image7

Jardins perchés

Imaginez en pleine ville un verger, des cultures de légumes et un élevage de poissons, au cœur d’une résidence de logements sociaux. C’est le pari du bailleur social Tour(s) Habitat, qui lance la construction à La Milletière (Tours-Nord) d’un ensemble de 76 logements associé à une micro-ferme en maraîchage. L’objectif : amener du végétal en ville et créer du lien entre agriculteurs et consommateurs. Ce projet innovant – Les Jardins perchés – devrait aboutir fin 2019.

Déjà, l’association Fermes d’avenir a réalisé une étude de faisabilité et l’exploitant a été sélectionné : l’entreprise Macadam Farm cultivera les 2000 m² de surfaces – au sol et en toiture – dédiées à l’activité, en associant culture maraîchère biologique au sol, champignons en conteneur maritime, élevage de poissons au sol relié à une culture maraîchère sous serre en toiture (aquaponie). Mais ce n’est pas tout : pour renforcer les liens entre le futur maraîcher et les habitants de la résidence, Macadam Farm créera des jardins et un verger partagés.

Autres projets : l’installation d’un démonstrateur aquaponique, à vocation pédagogique, et un compost collectif. L’objectif de Tour(s) Habitat : développer un modèle simple à un coût comparable aux programmes classiques livrés par Tour(s) Habitat, afin de le rendre reproductible.

>les-jardins-perches.fr
MAVILLE_Jardin-perché

Un nouvel avenir pour les fermes ?

C’est en Touraine que tout a commencé. Plus exactement à Montlouis-sur-Loire, à la ferme de la Bourdaisière. En lisière de forêt, bordée par les jardins potagers du château, elle s’étend sur plus d’un hectare et produit des fruits et légumes variés. L’objectif de cette expérimentation lancée en 2013, alliant permaculture et agroécologie ? Evaluer s’il est possible de « développer, sur des fermes à taille humaine, une agriculture respectueuse de la nature et de la santé, portée par des paysans heureux de leur travail », affirme Maxime de Rostolan, fondateur et directeur de Fermes d’avenir.

Et trouver une nouvelle voie pour l’agriculture. En 4 ans, l’association a fait du chemin : organisation de concours pour soutenir des projets agricoles, formations, lobbying, réseau de fermes… Cet été, elle a même organisé le premier Fermes d’avenir tour : trois mois de péripéties à la découverte des fermes françaises. Au compteur de ce festival itinérant : 3 300 kilomètres à vélo, 220 visites de fermes et 15 000 participants. L’événement s’est achevé en Touraine, à Rochecorbon. De portée nationale, l’association développe désormais des projets sur de plus grandes fermes. Pour autant, elle poursuit son expérimentation à la Bourdaisière. On peut même y apprendre comment créer sa microferme inspirée de la permaculture.
Prochaine formation du 30 octobre au 3 novembre.

MAVILLE_bourdaisiere
Photo Clément Osé – Fermes d’avenir

>fermesdavenir.org

 

A VOS AGENDAS !

La permaculture en ville, c’est possible
La permaculture appliquée à la ville, ce sera le thème d’un apéro-conférence animé par Davy Cosson, formateur et gérant de Kiwi-Nature. L’occasion de boire un verre ou de manger des produits frais et locaux au Court-Circuit.

Le 2 novembre à 18 h au Court-Circuit, 16 bis Place de la Victoire à Tours.

> facebook.com/courtcircuit.tours

Tontines tressées

Un atelier participatif pour créer des tontines en végétaux tressés ? C’est au programme des animations de la Gloriette. Ces grands paniers tressés serviront à planter des végétaux.

Le 17 mars de 10 h à 18 h à la Gloriette sur réservation au 02 47 21 63 79.

Festival de la permaculture

C’est pour bientôt et ce sera en Touraine : un festival de la permaculture organisé par l’association Actinidia. Au programme de cet éco-village éphémère : découverte des plantes sauvages, atelier cuisine, troc de plantes, artisanat, vente de produits biologiques, stands associatifs, conférences, concerts…

Rendez-vous les 9 et 10 juin 2018  au château de Taillé à Fondettes.

> facebook.com/actinidiatours

Vous avez dit « permaculture » ?

Sur la plaine de la Gloriette, des Tourangeaux découvrent la permaculture avec Kiwi-Nature. L’occasion de mieux saisir ce concept en vogue.

Image3

« On leur coupe la tête alors qu’elles nous rendent service ! » Défenseur des plantes sauvages, le paysagiste et botaniste Davy Cosson s’insurge contre le sort réservé aux « mauvaises herbes ». Consoude, pissenlit, plantain lancéolé… L’homme ne tarit pas d’éloges sur ces végétaux aux mille vertus.

Face à lui, 8 personnes venues découvrir, sous un grand soleil d’automne, les plantes sauvages de la plaine de la Gloriette. Pas besoin de s’aventurer dans les méandres du potager. Elles sont là, juste à l’entrée, au pied d’une barrière en bois. Premier atout : « Ce sont des plantes bio-indicatrices. Elles nous renseignent sur l’état du sol », commence Davy Cosson. La consoude, par exemple : avec ses grandes feuilles poilues et rugueuses se terminant en pointe, elle indique un sol compact et humide. Mais ce n’est pas tout : transformée en purin, source de phosphore, elle revitaliserait les plantes. Et ses touches jaunes, juste à côté ? Ce sont des pissenlits, bien sûr. Ils indiquent un sol pauvre en potassium.

Image2

Et comme la nature est bien faite, leurs longues racines vont chercher ce nutriment en profondeur. « C’est comme en médecine, poursuit le botaniste. Plutôt que d’éradiquer le symptôme en arrachant les plantes, on ferait mieux de travailler sur les causes de la maladie ! Le pissenlit, en nourrissant le sol, est à la fois le symptôme et le remède. Ça n’a donc aucun intérêt de l’enlever. » Si on laisse la plante en place, elle disparaîtra toute seule une fois le sol suffisamment enrichi, assure le spécialiste. Après une matinée théorique, cette promenade digestive à la découverte des plantes sauvages a lieu dans le cadre d’un stage d’initiation à la permaculture, organisé par la société Kiwi-Nature.

La permaculture ? « C’est la conception et l’entretien d’écosystèmes humains et durables s’inspirant de la nature. Une philosophie de vie, qui amène vers plus d’autonomie et d’écologie », définit Davy Cosson, formateur et fondateur de Kiwi-Nature. La permaculture est un concept né dans les années 1970 à l’initiative de deux australiens : Bill Mollison et David Holmgren. Elle s’inspire du fonctionnement des écosystèmes naturels et repose sur trois principes essentiels : prendre soin de la terre, respecter l’Homme et partager équitablement les ressources. Appliquée au jardinage, elle consiste, par exemple, à améliorer le sol pour que la plante se développe dans des conditions optimales. « Adapter le sol aux plantes, et non l’inverse », précise le botaniste. Bien sûr, tous les herbicides, insecticides et autres produits chimiques en « -icides » sont remisés au placard. Une autre manière de jardiner, donc. Adieu le Roundup qui permettait de désherber son jardin en dix minutes. En même temps, vu ses effets probablement cancérogènes, notre santé s’en portera sûrement mieux. On oublie aussi les engrais de synthèse, auxquels on préférera la matière organique (fumier, compost…).

Image5

Culture en lasagnes

La fin de l’après-midi arrive, c’est le moment de passer à l’action ! L’objectif : mettre en pratique les acquis de la journée en créant une butte en lasagnes. Vous imaginez déjà des plaques de lasagnes géantes sur lesquelles pousseraient des légumes nourris à la sauce tomate ? Changez les ingrédients, et vous y serez. La culture en lasagnes consiste à empiler des couches de matériaux riches en carbone et en azote : fumier, paille, argile, compost, branche… Moins appétissants, mais plus propices à la création d’un riche support de culture.

Jardinière avertie, Véronique, l’une des stagiaires, a hâte de tester la technique : « La permaculture m’intéresse. Passionnée de jardinage depuis 30 ans, j’ai d’abord pratiqué en jardin ouvrier, puis chez moi à Thilouze. Si c’était à refaire j’en ferai mon métier ». Nicolas, lui, a franchi le pas : ancien courtier en œuvre d’art sur Paris, il se reconvertit dans le maraîchage bio sur 3 hectares à Langeais. Mais il n’y a pas que des pros : dépourvus de jardin, les autres stagiaires, comme Quentin et Cynthia, sont venus poussés par la curiosité.

Image1

Direction la cabane à outils. Chacun se munit d’une bêche, d’une binette ou d’une brouette, puis le groupe part à la recherche de matériaux disponibles sur la plaine de la Gloriette. De retour, les voilà qui empilent une couche de branches, une autre de fumier, des feuilles mortes, de la paille… En deux temps trois mouvements, la butte en lasagnes est faite. Il ne reste plus qu’à arroser, puis attendre le printemps pour planter.

En savoir plus : Prochain stage de permaculture théorique et pratique organisé à Tours les 9 et 10 décembre 2017.
> Infos sur kiwi-nature.com

N.P.