Avocates… rien que pour les enfants !

#VisMaVille La justice des mineurs ce n’est pas que des enfants qui commettent des délits ou en danger. C’est aussi, au quotidien, des avocats qui recueillent la parole d’enfants empêtrés dans les histoires de divorce de leurs parents. Rencontre avec deux avocates tourangelles, Karine et Valérie.

Le mercredi après-midi, la salle d’attente est remplie d’enfants dans le cabinet des Maîtres Bourgueil et Dubois, boulevard Heurteloup. Ces deux avocates tourangelles ont une prédilection pour ces clients pas ordinaires. Si être avocat d’enfant n’est pas une spécialité reconnue dans le droit, certains sont passés maîtres dans l’art de l’exercer, avec tact et empathie.

Valérie Bourgueil reçoit dans son bureau chaleureux, et met à l’aise, rassure l’enfant qui voit pour la première fois un professionnel de la justice. « Est-ce que tu sais qui je suis ? Je suis un avocat un peu particulier. Je ne suis ni l’avocat de ton père, ni l’avocat de ta mère. Je suis là pour toi. Tout est secret et je ne le répéterai à personne. »

Justine, 11 ans, semble très vite en confiance. Ses parents viennent de se séparer. Maître Bourgueil l’interroge pour évaluer si elle a envie de voir le juge et faire part de ses souhaits en termes de garde. L’avocat joue ici le rôle de « filtre ». Pour Karine Dubois, « les enfants y sont très sensibles car ils ont des messages à faire passer aux parents qu’ils ne peuvent pas transmettre directement. Il y a une liberté de ton. C’est à nous de porter cette parole auprès du juge. Nous avons aussi un rôle d’explication de ce qui va se passer. Pour eux, ce peut être compliqué à comprendre ».

Pour un cas de divorce, après avoir vu son avocat, l’enfant décide s’il souhaite être entendu par le juge aux affaires familiales. Après un entretien à huis clos, toujours sans ses parents, un rapport sera établi puis lu à ses parents, lors de l’audience de la procédure de divorce. « Leur parole sera écoutée mais pas toujours entendue », précise Maître Dubois. « Je suis claire avec eux sur ce point. »

Comment appréhender ces « clients » pas comme les autres ? À Tours, ils sont entendus à partir de 8 ans. L’avocat est chargé d’évaluer s’il est capable de discernement et s’il n’est pas manipulé par un de ses parents. Maître Bourgueil va au-delà, en « soutenant les enfants. Je les aide à traverser cette épreuve et prendre du recul, on est là pour qu’ils nous disent ce dont ils ont besoin et pas ce dont leurs parents ont besoin ou veulent entendre ».

Une relation de confiance et de complicité se noue. L’enfant sait qu’il peut joindre à tout moment son avocat. Comme ces deux sœurs qui souhaitaient revoir Maître Bourgueil, juste avant leur audition par le juge. Simplement besoin d’être rassurées. Et tout cela, gratuitement. Pas d’honoraires pour les avocats, l’aide juridictionnelle les rémunère, un forfait de 96 euros, quel que soit le temps passé. Autant dire que c’est une vocation.

Texte : Aurélie Dunouau / Photos : Aurélie Dunouau et Adobe Stock

Bâtonnier, qui es-tu ?

Le 1er janvier, Maître Catherine Gazzeri-Rivet a pris officiellement la tête des avocats tourangeaux et sera bâtonnier de l’Ordre jusqu’en décembre 2018. Mais derrière ce joli terme un peu désuet, quel est le rôle du bâtonnier ?

(Photo http://www.barreaudetours.fr)
Maître Catherine Gazzeri-Rivet a pris officiellement la tête des avocats tourangeaux (Photo barreaudetours.fr)

D’OÙ VIENT CE NOM ?

Le nom de bâtonnier est une survivance de l’histoire de la corporation. Un corps d’avocats a été reconnu officiellement par le Roi en 1274 et à l’époque, le bastonnier désignait le prieur de la confrérie qui rassemblait avocats et procureurs. Il portait la bannière (le bâton, donc) lors des processions. Depuis, la bannière a disparu mais le nom est resté.

QUI LE CHOISIT ?

Le bâtonnier est un avocat élu par ses pairs, c’est-à-dire l’ensemble des avocats inscrits au barreau de Tours. Ils sont actuellement 283 inscrits (ils sont par exemple 500 à Nice, et… 27 000 à Paris !). Le vote a lieu à bulletins secrets et sur deux tours.

C’EST UN JOB À VIE ?

Le bâtonnier est choisi pour deux ans. Et comme les avocats sont malins et font les choses bien, ils anticipent : dès le mois de juin de la deuxième année, ils élisent le Dauphin qui succédera au bâtonnier en place. Il peut être élu à plusieurs reprises. C’est le cas de maître Gazzeri-Rivet, qui a déjà exercé cette fonction de 2001 à 2002. Parallèlement à ses fonctions, le bâtonnier poursuit son activité d’avocat mais il reçoit généralement une indemnité pour sa charge.

> SES MISSIONS ESSENTIELLES

CONSEIL, CONCILIATION ET ARBITRAGE
-En cas de conflits, il joue un rôle de conciliateur et d’arbitre entre les avocats et leurs clients. Si votre avocat néglige votre dossier ou vous envoie une facture que vous jugez délirante, c’est au bâtonnier qu’il faut écrire.
-Il arbitre les différends entre les avocats et les magistrats et entre les avocats salariés ou collaborateurs et leurs employeurs
-Il a un rôle disciplinaire : il instruit les réclamations, il a le pouvoir d’enquêter et la possibilité de classer l’affaire ou de saisir le conseil de discipline.

REPRÉSENTATION
-Il préside le Conseil de l’Ordre.
-Il est le représentant de l’ensemble des avocats du barreau auprès des autorités judiciaires ou administratives et plus généralement, des autorités officielles.
-Il assure la représentation de l’Ordre en justice.

GESTION DE L’ORDRE
-Il assure la gestion de l’Ordre et des services communs aux avocats.
-Il est garant de la déontologie, s’assure que les avocats suivent leur formation continue (elle est obligatoire).
-Il désigne les avocats commis d’office.