Troublant Mezzanotte

Pour son premier film, le réalisateur Sebastiano Riso peint une ode à l’émancipation.

CINE_PAP

Androgyne, glam rock, marginale. Davide a quatorze ans, l’âge auquel les adolescents se cherchent. Il n’échappe pas à la règle. Lorsqu’on lui demande s’il est homosexuel, le jeune répond : « Un garçon m’a plu, une fois. » Mezzanotte, minuit en italien, narre le récit initiatique de ce jeune fugueur. Il laisse derrière lui les heures sombres de son enfance passée aux côtés d’un père homophobe mais aussi de tendres moments avec sa mère aimante. Rita est malade, elle perd la vue. Comme si elle ne supportait plus de voir la réalité, celle de son mari persécutant leur fils.

Davide arpente seul les rues de Catane, en Sicile. Et y découvre une nouvelle facette de la vie, plus sombre. Tapins, dealers, clochards, travestis… L’Italien se perd jusqu’au jardin malfamé de la ville. Finalement, il s’y retrouve. Là, au sein d’une bande de prostitués gays. Avec Mezzanotte, son premier long-métrage, Sebastiano Riso traite des sujets sensibles : prostitution, homosexualité, question du genre. Présenté à la Semaine de la critique au festival de Cannes l’année dernière, ce film n’avait pas besoin de sa mention « inspiré d’une histoire vraie » pour être authentique. Mezzanotte est une peinture sociale.
Troublante, l’histoire de cette société où les marginaux font tâche. Le décalage, Sebastiano Riso l’assume aussi dans sa réalisation avec une double temporalité maintenue tout au long du film. Utilisés par touches, les flashbacks forment une rupture dans la chronologie, comme pour mieux exprimer la fracture entre Davide et son père. Davide Capone porte son premier rôle avec brio, le regard perçant et la voix angélique lorsqu’il susurre Motherless Child. La musique aide le personnage à l’oubli sans jamais détourner le spectateur de cette réalité et de la colère qu’elle inspire. Filmé essentiellement la nuit, Mezzanotte met la lumière sur ce ghetto de l’ombre où s’enferment des individus rejetés. Où l’adolescent progressivement attiré par les hommes, a ses premiers rapports sexuels.
Une fois d’abord, avec un prostitué. Puis, avec un proxénète pédophile. Le réalisateur suggère l’acte, sans pour autant le montrer. Comme pour ne pas voler toute la candeur du jeune Davide. Aussi parce qu’il est ce réflexe de la société, de détourner le regard lorsqu’une situation dérange. Un message que Sebastiano Riso délivre pendant quatre-vingt quatorze minutes. Et dans sa dernière scène, pleine de cette rage que le film ne peut plus contenir : une ode à l’émancipation… Un cri du cœur.

Film dramatique (Italie), de Sebastiano Riso. Durée : 1 h 34. Avec Davide Capone, Vincenzo Amato, Micaela Ramazzotti, Pippo Delbono…
NOTE : ***

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wy1jknBL8fQ[/youtube]

NOTATION :
**** CULTEissime
*** TOPissime
** PASMALissime
* BOFissime
X NULissime

Economie numérique et TPE : SOS petits patrons

L’école d’informatique Supinfo et l’association Centre & Tic aident les petites entreprises à passer le pas du numérique.

TPE numérique

Tout est parti d’un constat relevé en 2013 par l’Observatoire économique de Touraine dans une de ses études : les PME et les TPE sont en retard dans l’utilisation des outils numériques. Si les grandes entreprises ont leurs services informatiques et leurs solutions, les artisans locaux, les commerçants ou encore les chefs d’entreprises en général ne s’emparent que très rarement des logiciels à leur disposition. « Tout le monde est aujourd’hui équipé mais cette fracture est différente, c’est celle des usages », analyse Mathieu Brémond.
Il est étudiant de l’école d’informatique de Supinfo à Tours. Avec son collègue Jérémie Rabusseau, ils encadrent une cinquantaine d’étudiants qui, dès juillet, vont convaincre, gratuitement, les entreprises tourangelles et orléanaises de se moderniser. Leur projet : accompagner les PME et les TPE dans la prise en main des nouveaux outils.

« Nous visons 500 entreprises à qui nous pouvons apporter des solutions pour améliorer leur productivité, réduire la charge de travail ou même améliorer l’organisation, explique Jérémie Brémond. L’autre jour, j’étais dans une entreprise de communication qui utilisait des tableaux avec les tâches marquées dessus. Je leur ai dit qu’il existait des applications comme Trello qui permettait de tout partager, de gagner du temps et de mieux s’organiser. Il existe quantité de logiciels ou d’outils comme Dropbox ou Doodle qui permettent de s’adapter au monde actuel et aux nouveaux usages. »

Tic & Tac, c’est le nom de ce projet mené par les étudiants de Supinfo. Une idée initiée par l’association Centre & Tic et un de ses vice-présidents, Éric Emmanuelli : « Les chefs d’entreprises sont constamment dans l’action, ils n’ont pas le temps de se tenir au courant des nouveautés. Je dirais même que le numérique est parfois vécu comme une contrainte dans les petites entreprises. Quand nous avons proposé aux étudiants de Supinfo ce projet, l’idée, c’était que les entrepreneurs puissent s’approprier ces outils. Demain, si ces entreprises ne modifient pas leur façon de travailler, d’autres le feront à leur place. C’est essentiel pour elles de se saisir de ces nouveaux outils. »

 Plus d’infos sur le projet Tic & Tac : tours.supinfo.com et centre-tic.fr

Du Potager électronique à Bertrand Chamayou

Chaque semaine, Doc Pilot voyage d’événements culturels en événements culturels… pour nous ramener le meilleur.

Marc Prépus
Marc Prépus

LE POTAGER ELECTRONIQUE, BERTRAND CHAMAYOU à Meslay, le Festival des Horizons à St Av
Passé Aucard de Tours, Le Potager Electronique est l’alibi pour aller glander sur le site de La Gloriette, s’affaler face à de la musique plutôt soft, plutôt lounge, user de la gratuité du site pour passer d’un son l’autre, d’une essence l’autre, arrêter le temps, se mettre le nez dans les nuages puis dans les étoiles. Les Hommes Verts ont finalement installé leur concept dans le temps, donné à l’événement un caractère incontournable et finalement nécessaire. Après, tout reste affaire d’affinités électives, la musique n’étant plus la raison du propos mais l’un des ingrédients nécessaires à fédérer un public, jeune, ouvert, underground dans ses goûts, par évidence électroniques, avides de contacts et de fête, de partage, de nature aussi ; et oui allez au Potager c’est un peu partir en vacances en bord de la ville. Toutes les Martine des seventies auraient rêvé d’aller au « potager électronique » ; finalement il aura fallu que les soixante- huitards fassent tout et n’importe quoi, mais surtout des enfants pour garder le meilleur et l’essence de leurs trips et ainsi bâtir ce style de manifestation alliant générosité et pragmatisme. Alors comme « Madame », Martine rêve ce soir au Potager ; l’heure avance et la génération de ses petit-enfants envahit l’espace… Le vendredi en arrivant du parking à travers champ, une voix, une guitare, un feeling à la Bertand Belin : Samuel Rehault, c’est bien, c’est beau… de l’audace pour habiter l’espace, de la force pour lui donner du sens…

Un jour qui tombe, un autre, de retour de l’incroyable concert de Bertrand Chamayou à la Grange de Meslay, violence dans l’abîme au piano exprimé dans les transcriptions de Schubert par Litstz, le merveilleux et le « beau bizarre » dans « Miroirs » de Ravel et sa « Pavane pour une infante défunte » en rappel : troublant, planant… à La Gloriette cette lumière rasante au fond à l’ouest : la fratrie Ropoporose chevauche des problèmes techniques, sans effet et sans panique, puis envoie la came, cet entrelacé de mantras électriques, d’hymnes du 21 éme siécle, de joyeuse insolence si fédératrice que toutes les générations mordent à l’hameçon. Ropoporose est unique et c’est son atout principal… Avant, Marc Prépus donnait un théâtre de rue électronique, une recette pour faire « passer le truc » ; drôle, absurde, technique, subtilement interactif, ce spectacle capte sans envahir, réjouit sans effondrer, occupe la vie sans la culpabiliser. Il y a du « bouffon » dans cet homme, alors le roi nous sommes…

Autre amuseur « haut de gamme », Sanseverino au Festival des Horizons à Saint-Avertin, populaire et offert, poète pour transcender le vulgaire, pour exploser le sordide, pousser à danser sur un volcan en bousculant les codes et le politiquement correct. Le lendemain sur la même scène, Ben l’Oncle Soul présente un nouveau style empreint d’influences caraïbiennes, renouveau du geste en modifiant la forme, la trame modifiée pour en garder l’essence : la danse, la joie, le   partage, le respect des racines… En Arcades Institute la même soirée, d’autres racines pour le concert de 18h, une fin de saison avec le quartet de Jean-Jacques Cigolini au chant et à la guitare ; Julien Cormier est à l’harmo, Cyril Latapie à la basse : c’est beau, c’est bon, c’est excellent.

Le CD de TOBASSI  est mon disque de l’été
Grande classe et maîtrise du concept pour ce premier album emprunt d’une telle maturité dans l’esthétique et l’expression qu’il pourrait sembler le fruit d’une longue carrière, l’aboutissement d’une recherche initiée depuis plusieurs années. Et bien non, Tobassi est un sextet de jeunes musiciens issus de la scène dites « jazz », mais totalement en phase avec l’histoire de la musique, l’écoute des maîtres, l’habilité séduisante dans les thèmes et les arrangements.

Tobassi est une machine à faire groover le temps, la symbiose parfaite entre la technique instrumentale et l’écriture de possibles standards. Il y a de la soul dans cette affaire, un peu de l’âme d’un possible ghetto planétaire, une réelle intuition dans la manière de fondre en un creuset, des personnalités uniques réunis pour nourrir le projet. Trompette, saxo, flûte, basse, claviers, drums, chant, des pupitres identifiés, des pratiques authentiques et au final de la joie dans la musique pour ceux qui l’écoutent et ceux qui la font. Parfois on pense à Marvin Gaye, Al Jarreau, d’autres fois à Zappa, à Magma ; toujours l’on se dit à la fin du morceau l’envie que l’on avait depuis longtemps d’entendre ça.
Ce disque bénéficie d’un son parfait (au contraire de la plupart des autoprods), il est présenté dans un design qui frôle l’œuvre d’art, et en plus à la scène le groupe est bon, très bon. Giovanni Thévenin a de la force dans ses mots, de l’impact dans sa diction et son flux fédérateur ; Louis Chevé Melzer n’en finit plus d’étonner les connaisseurs en la matière par l’inventivité de son art à la flûte et au saxo ;  Yohan Fourrier use des drums à la manière des grands accompagnateurs, toujours en place et à sa place, toujours dans l’axe de « pousser au crime » ; William Brocherioux est un ovni en sa gestion des claviers, le feeling exprimé semblant initier la fusion des sensibilités en présence, la joie ; Michael Kuakuvi fascine dans les touches instinctives de trompette très   influencées par « le cool » et « le blue » ; Pierre Thomas- Fredon est de sa basse le ciment de l’affaire, l’architecture occulte, force et stabilité offertes à la beauté de l’écriture. A n’en point douter cette affaire si brillante sera porteuse de bien des surprises, les acteurs de cette réussite des artistes qui feront « demain ». Ce disque sans passé, ce disque nécessaire pour notre présent est déjà un classique. A peine écouté il appartient à notre histoire. Il vit. Il sera la bande-son de mon été 2015.

Kids : Montessori at home

Une ancienne chef d’entreprise spécialisée dans la petite enfance lance du prêt de matériel pédagogique montessorien aux particuliers.

KIDS_PAP_OUVERTURE

Marianne Buring est aux anges ! La campagne de financement participatif lancée pour son association sur kisskissbankbank.com vient de récolter   les 3 300 € escomptés. Une aide financière bienvenue pour la trentenaire qui a initié son projet il y a un peu   plus d’an. « Je me sens soutenue, ça me donne une énergie incroyable », confie la jeune femme ancienne chef d’entreprise spécialisée dans la petite enfance.

Installée en Touraine depuis 4 ans, Marianne a pris le temps de mûrir son projet. « Je me suis aperçue qu’il n’y avait pas d’offre en Touraine proposant la méthode montessorienne pour les 0-3 ans, une approche qui encourage l’enfant à acquérir une autonomie dans la vie quotidienne. » La Maison des Familles de Touraine, dont l’ouverture est programmée pour l’été 2016, sera donc articulée autour de quatre pôles : un accueil petite enfance pour les 0-3 ans et une garderie pour les 3-6 ans ; un pôle ateliers avec des initiations par exemple au yoga, aux langues, etc. ; un pôle que Marianne aime appeler bien-être : très prisé des mamans qui pourront bénéficier d’une séance coiffure tout en laissant leur petit bout de chou en garde sur place ; et un dernier axé sur le soutien à la parentalité avec une proposition de conférences.

« L’objectif de ces rendez-vous accessibles à tous côté tarifs est de faire découvrir des associations et indépendants qui travaillent dans la même optique que nous. » En attendant de trouver un lieu d’accueil, Marianne lance à la rentrée prochaine du prêt de   matériel pédagogique montessorien aux particuliers. Elle devrait démarrer les ateliers dès cet hiver.

Anne Cécile Cadio

Infos sur https://www.facebook.com/maisondesfamillestouraine?_rdr=p

Sport lol #26

Voir l’actu sportive d’un autre œil, c’est ce qu’on vous propose. Cette semaine, scandale dans le foot danois et selfie mignon.

TU L’AS DIT !
« Pas le résultat qu’on espérait, mais j’ai rencontré le meilleur joueur du monde et c’était un sentiment génial de jouer contre lui. » C’est le commentaire du Jamaïcain Deshorn Brown qui accompagne son selfie avec Messi posté sur Instagram. À la fin du match de Copa America, Brown a dégainé son portable pour une photo souvenir avec la superstar argentine. So cute.

ÇA C’EST FAIT !
Les footballeuses danoises de Brondly ont scandalisé leur pays. En cause : un cliché de Theresa Nielsen célébrant la victoire en buvant au goulot d’une bouteille de bière, trophées entre ses cuisses et entourée par trois de ses coéquipières… les fesses à l’air.

LE TOP
Maria Vadeeva, 16 ans, toutes ses dents : 22 points, 7 rebonds et 2 passes décisives en seulement 19 minutes. Ça fait beaucoup de chiffres mais quand on aime on ne compte pas. La Russie s’est découvert une nouvelle future star du basket.

LE FLOP
Neymar a écopé de 4 matchs de suspension dans le cadre de la Copa America. Il avait été exclu de son match contre la Colombie pour une altercation avec des joueurs. Monsieur a ensuite attendu l’arbitre dans les couloirs pour l’insulter. La classe… ou pas.

Chroniques culture #68

Toute l’actu BD, CD, DVD et TV de la semaine chroniquée par la rédac de tmv.

 

LE DVD 
LES NOUVEAUX HÉROS 
Sorti au cinéma en février, ce long-métrage d’animation signé Disney cherchait clairement à draguer un public différent. Véritable   mélange d’influences, entre comics américains et mangas japonais, il est aussi une pépite visuelle, bluffante de   technicité. Occultant malheureusement ses personnages secondaires, il place en revanche l’adorable Baymax comme héros déjà   culte. Remplie de bonus (courts-métrages, suppléments, scènes coupées), la version Blu-ray permet une   nouvelle lecture de cette   perle d’émotion et d’humour.
A.G.

LE CD 
THE MOONFINGERS – ROOM 505 
On les avait rencontrés en 2013. Leur pop avait ce grain de la jeunesse, hors-temps. Et puis ils ont sorti un deuxième EP. C’était   début juin. Et là, la claque. Toujours pop mais plus de voix, de maîtrise, d’humour. Épuré. Room 505 annonce une maturité qui fait dire que les Moonfingers sont sûrement les petits-fils cachés des Beatles. En écoutant Morning song, on commence à y croire, à repenser au White album. À se dire que les Moonfingers ne font pas de la musique à   la mode. Tant mieux.  À écouter sur soundcloud.  com/the-moonfingers
B.R.

LA BD 
CATHARSIS 
Membre de Charlie Hebdo, le dessinateur Luz livre sa vision post attentat à travers un ouvrage bouleversant. Une BD sous forme de thérapie où ses doutes, ses angoisses, ses peurs s’étalent au grand jour. Loin du voyeurisme que l’on pourrait attendre, ce témoignage singulier et attachant emporte tout sur son passage. Cette catharsis touche au plus profond de l’être humain en nous laissant complètement hébété. On ressort de cette expérience avec un amour de la vie encore plus fort.
Hervé Bourit

À LA TV
QUI VEUT ÉPOUSER MON FILS ? 
Au secours, l’émission cu-cul(te) revient sur TF1. Trois Tanguy célibataires y rencontrent des prétendantes dans l’espoir de trouver l’âme sœur… avec, bien sûr, l’accord de Môman chez qui   ils vivent encore. On a surtout hâte de voir Michaël, 25 ans, qui habite avec sa maman Yvette et mamie Jeanine, dont la maison se trouve à 500 m. Délicieuse occasion pour permettre à   ses neurones de se liquéfier et de se rendre compte que notre vie amoureuse n’est pas si moche que ça. Vendredi 26, à 23 h, sur TF1.
A.G.

Vanne : chic Corée

On a testé le meilleur restaurant coréen de Tours. Si, si…

RESTO_PAP_OUVERTURE

Six ans que cette adresse de la rue Courteline s’échange jalousement entre inconditionnels. Vous le saviez, vous, que le meilleur restaurant coréen de Tours se situait ici ? On a voulu en avoir le cœur net. Alors, direction cette petite rue un peu cachée elle aussi. Une façade vitrée, ce qu’il y a de plus banal. Une fois la porte poussée, le restaurant offre un tout petit espace. Pas plus de 20 places. Déco sommaire mais de bon goût. Des tenues coréennes traditionnelles sont accrochées au mur. Pas de kitscherie, juste quelques cadres accrochés ça et là.

Au fond, un petit comptoir à peine visible. La salle est déjà à moitié remplie ce midi. Une famille rentre en même temps que nous, mais sans réservation. Dommage. On se félicite d’avoir s’il réservé. Kim Rah, la propriétaire de Vanne accueille les convives avec beaucoup de délicatesse. La carte est simple. Quelques entrées, sept plats, pas besoin de numéro pour s’y retrouver, une bonne nouvelle qui pourrait annoncer des produits frais. Une fois notre choix établi, on demande de notre plus bel accent français des « Goune- mane-dou » en entrée (des raviolis) suivis d’un « Bibim-bap vous plaît ». La serveuse sourit gentiment devant notre tentative, sans se permettre de nous reprendre.

Les plats arrivent relativement vite, sachant que le restaurant s’est encore rempli. Une fois sur la table, c’est la révélation : Vanne n’usurpe pas sa réputation. C’est frais, les saveurs des légumes et de la viande s’accordent parfaitement. Sur le côté, la serveuse dispose un petit plat avec des racines de lotus caramélisées (très doux), du chou épicé et du concombre doux-amer. Un accompagnement qui ajoute à la qualité du plat qui   s’illustre par son équilibre entre les goûts. Verdict : Vanne n’a pas d’équivalent à Tours. Et en Corée ?

 

DANS L’ASSIETTE 

RESTO_BV_PLAT

UN PLAT 
Alors ça, c’est le Bibim-Bap. Vous avez du riz au fond, des légumes revenus (notamment des épinards) et des morceaux   de porc. Il faut verser une sauce à base de soja dessus, remuer avec les baguettes et s’empiffrer   tellement c’est délicieux. Oubliez   la cuisine asiatique qui n’a que le goût de la sauce soja. C’est frais, superbement assaisonné (on a pris la version sans piment)   et la portion adéquate aux gros appétits.
L’ADDITION 
Comptez 15 euros pour un menu le midi avec une entrée et un plat. Le soir, c’est un peu plus cher mais ça ne dépasse pas les 25 €.   Pour un plat unique, c’est 14 €.
PRATIQUE
Vanne se situe au 26 rue Georges-Courteline. Réservations au 09 65 10 88 81 (on vous le conseille vivement). Fermé le dimanche et lundi. Sinon c’est ouvert de 12 h à 14 h et de 19 h à 22 h.

Une minute sur le web #59

Entre un chat alien, une blague pourrie et le changement d’algorithme de Facebook, on vous rapporte un paquet de petites pépites du web.


Une asso artistique américaine a donné carte blanche à Martin Peterson, street artist de Seattle. Au lieu d’un bête tableau, il a investi les toits d’immeubles pour y dessiner ses araignées. Œuvre visible à plus de 160 m de haut.
> marlinpeterson.com

LE TUMBLR
STOP HARCÈLEMENT
Des femmes, une pancarte, un message : le tumblr lesbeton dénonce le harcèlement de rue envers les femmes attirées par d’autres femmes et qui le montrent en public. Entre agressivité et lesbophobie, des mots qui prouvent qu’il reste encore un sacré bout de chemin à faire avant la tolérance…
À voir sur lesbeton.tumblr.com

BUZZ_TUMBLR

FACEBOOK
JE TE VOIS…
Hop, changement d’algorithme. Désormais, le réseau social mettra en avant les contenus sur lesquels ses membres passent le plus de temps (pas de chance pour ceux qui voulaient rester discrets sur certains posts…). Le but ? Vous proposer davantage de contenus pertinents, tout en enregistrant combien de temps vous passez dessus.

THE BLAGUE
DE HAUT VOL
Mark Gubin est un coquinou. Habitant à deux pas de l’aéroport de Milwaukee, dans le Wisconsin, il a peint en tout grand sur son toit : « Bienvenue à Cleveland », ville située à 7 h de là. Histoire de rire (et de faire flipper deux, trois passagers). Sa blague dure depuis… 27 ans, mais aucune compagnie ne s’est jamais plainte.

LE CHIFFRE
3,4
C’est, en millions de dollars, la somme dont a besoin le site pornographique Pornhub pour tourner le premier film X… dans l’espace. La campagne de financement participatif est lancée. Si vous êtes altruiste (faut bien aider dans la vie, hein), direction le site Indiegogo JUSTE ICI ! Bisous

MIAOU
ALIEN CAT
Matilda est une chatte de 2 ans qui a chopé une vilaine luxation du cristallin. Résultat : des yeux anormalement gros et larges. L’« alien cat » a désormais son compte Instagram, suivi par plus de 60 000 personnes. Un appel aux dons a été lancé sur le web pour financer son opération, très coûteuse…
> instagram.com/aliencatmatilda
BUZZ_CAT

C’EST LA CRISE
ART ÉPHÉMÈRE
L’artiste SpY a dévoilé un graff dans les rues de Bilbao, en Espagne. Valeur de son oeuvre : 1 000 €. Il s’agissait en effet du mot « crisis », réalisé à l’aide de 50 000 pièces de 2 centimes. Les passants pouvaient ainsi piquer la monnaie comme bon leur semblait. Résultat : toutes les pièces ont disparu en 24 h.
BUZZ_PIECES

Horoscope WTF du 24 au 30 juin 2015

Et si on vous disait que c’était votre semaine ? Lisez notre horoscope, à vous de voir si c’est vrai.

HOROSCOPE

BÉLIER
Amour : Booba loves you. Wesh.
Gloire : on a retenu cette phrase de Babor le fan : « Bizarre que ça soit interdit de pomper sur son voisin au bac, alors que le truc qu’on rend s’appelle une copie… » BAM, méditez là-dessus…
Beauté : ces petits frisottis sur les épaules, c’est d’un chic.

TAUREAU   (SPÉCIAL SPOILERS)
Amour : à la fin de Game of Thrones, ils couchent avec un dragon et meurent tous.
Gloire : à la fin de The Walking Dead, on apprend que c’était une caméra cachée géante. Les zombies étaient des acteurs. Du coup, Rick, vexé, pète un plomb et décide de se battre en duel avec Obama à dos de licorne.
Beauté : à la fin de cet horoscope tmv, une personne au moins nous enverra un mail d’insultes.

GÉMEAUX
Amour : ah bah, fallait y penser avant d’avoir des marmots.
Gloire : si tu ne sais pas où tu vas, retourne d’où tu   viens.
Beauté : tou as dou belles oureilles.

CANCER
Amour : « Plus jamais ça », direz-vous, les paupières collées, à côté de lui/elle.
Gloire : rote in hell.
Beauté : on doit vous avouer que vous êtes la personne la plus belle du monde (on le dit avec un   couteau sous la gorge, mais   quand même !)

LION
Amour : sur un malentendu, ça peut marcher.
Gloire : arrêtez d’être nu(e) et blond(e), vous n’êtes pas Cupidon.
Beauté : rembourrez votre soutif. Ou votre slip. C’est ça, la mode !

VIERGE
Amour : Jean-Luc Lahaye vous aime {mauvais goût inside}.
Gloire : dédicace à tous les chauves.
Beauté : la petite dentelle vous va si bien. À vous aussi, messieurs.

BALANCE (SPÉCIAL VA OUVRIR UN DICO !)
Amour : triton et pédoncule.
Gloire : rhododendron et bitonyme.
Beauté : mastigophore et verbigération.

SCORPION
Amour : ne loupez pas le moment fatidique. Ce samedi, 14 h 30, près de la mairie.
Gloire : dans une vie, on passe trois ans aux toilettes. Diminuez la dose.
Beauté : une vraie bombe nucléaire.

SAGITTAIRE
Amour : tel un étalon.
Gloire : le bras long.
Beauté : gros bidon.

CAPRICORNE
Amour : tirelipimpon sur le chihuahua…
Gloire : mystère et le boule de Bobonne.
Beauté : on vous caresse dans le sens du poil. Rasez- moi tout ça.

VERSEAU
Amour : regardez Dirty Dancing. Apprenez. Agissez.
Gloire : là, c’est du côté du Loup de Wall Street qu’il   faudra prendre des leçons.
Beauté : ouille, le Retour de la momie.

POISSON
Amour : dernier signe de l’horoscope, mais premier dans nos cœurs. Si, si, biz love flex.
Gloire : le saviez-vous ? Un poisson rouge a une mémoire d’environ trois mois et non trois secondes, contrairement à l’idée reçue. Allez dire ça à vos congénères.
Beauté : teint de fenouil.

La folie greeters : voir sa ville autrement

Découvrir une ville gratuitement aux côtés d’un habitant bénévole séduit de plus en plus de touristes. À l’arrivée, ils repartent avec bons plans et bonnes adresses.

Jardin des Beaux-Arts, cathédrale, château, vieux-Tours… Tout y passe. (Photo tmv)

« Tourangeau de cœur depuis maintenant 20 ans, la ville m’a adopté et je souhaite vous la faire découvrir lors d’une balade tout en convivialité et simplicité. » C’est cette annonce de Patrick qui a séduit Toshio et Shoko, sur un site de rencontres bien particulier. Sur tours-greeters. fr, ces retraités japonais l’ont choisi pour une découverte gratuite de la ville. Le rendez-vous est pris, Patrick va les « greeter ». Ce concept de tourisme participatif venu tout droit des États-Unis est en vogue. À Tours, il a vu le jour en 2012, à l’initiative de l’office de tourisme. Patrick Chabault était alors l’un des premiers greeters. « J’ai découvert ce principe grâce à une annonce postée sur Facebook par l’office de tourisme, ça m’a tout de suite tenté ! » Aujourd’hui, il est l’un des 40 ambassadeurs tourangeaux.
Avec Toshio et Shoko, c’est la première fois que Patrick greete des étrangers. Point de départ : l’office de tourisme. Sac sur le dos, lunettes de soleil sur le nez, le quadragénaire arbore fièrement son badge de greeter. « Alors, que vous voulez-vous voir de la ville ? » questionne-t-il, avec un sourire aux lèvres qui ne le quittera pas de la matinée. « On s’adapte aux demandes des personnes et les circuits varient aussi selon les centres d’intérêts et les connaissances des greeters. Aucune balade n’est identique », nous explique le guide amateur, à qui le couple a donné carte blanche. Au programme, ce sera donc un circuit vers les lieux emblématiques de la ville.

Premier virage au jardin des beaux arts, où les attend le célèbre Fritz. Un éléphant empaillé devenu mascotte tourangelle : « Le cirque Bailey en a fait don à la ville de Tours. La bête de 7 tonnes a été tuée car l’éléphant devenait fou et avait déjà causé la mort d’une personne », narre Patrick, sous le regard un brin inquiet de Shoko. Une pause photo s’impose. Puis, le greeter et ses deux compagnons de route prennent le chemin de la cathédrale Saint-Gatien. Outre les quelques explications historiques de Patrick, le lieu offre surtout la possibilité d’échanger avec le couple. Sur les croyances, la religion. « Être greeter permet de partager. Les balades sont avant tout des rencontres », explique Patrick, qui n’est pas prêt d’oublier celle avec Toshio.
Tour à tour, ces deux-là se livrent leur passé. L’un travaillait dans une usine d’ustensiles de cuisine à Tokyo avant de prendre sa retraite, il y a sept ans. L’autre était téléconseiller à Tours avant de perdre son emploi, il y a trois ans. Au chômage, Patrick trouve alors dans son activité de greeter un bon moyen de passer le temps et de faire découvrir « son petit Paris », pour lequel il est passionné. « C’est une ville géniale ! », ne cesse-t-il de répéter pendant les deux heures de balade avec Toshio et Shoko.

« Être greeter permet de partager. Les balades sont avant tout des rencontres. »

(Photo tmv)

En vacances en France pour deux semaines, le couple découvre le concept des greeters en même temps qu’il découvre la ville, son église Saint-Julien et son château. Patrick leur fait voir les coins de Tours qu’il affectionne. Il les balade ainsi des bords de Loire à la rue Colbert. Toujours soucieux du bien-être des touristes. « Ça vous plaît ? Madame, on ne marche pas trop vite ? » En guise de réponse, Shoko fait non de la tête, sourit et rattrape les deux hommes déjà emmanchés sous le passage du Coeur Navré. « C’était le passage emprunté par les condamnés à mort, au Moyen Âge, pour se rendre place du Foire le Roi où avaient lieu les exécutions. » Madame n’a pas compris, Toshio se charge alors de traduire l’explication de Patrick en japonais. Si elle effraie un peu la Japonaise, cette dernière retrouve de la sérénité à la Fontaine des Amoureux. Là encore, Patrick n’est pas là pour en conter l’histoire, qu’il ne connaît pas spécifiquement. « C’est ce qui différencie les greeters des guides-conférenciers professionnels, le greeter adopte plutôt une posture d’ami qui partage ses bons plans, ses bonnes adresses, explique Frédérique Noël, responsable des greeters à l’office de tourisme. Par respect pour la profession, nous parlons d’ailleurs de balades ou découvertes plutôt que de visites. »
Pourtant, le circuit emprunté par Patrick a – a priori – tout l’air d’une visite traditionnelle. Preuve en est, la prochaine halte se fait devant la basilique Saint-Martin. Où Patrick se livre à un petit commentaire : « Mon frère habitait l’appartement juste en face, il avait une vue imprenable sur cette basilique depuis sa baignoire ! » Finalement, cette balade se déroule vraiment hors des sentiers battus. Les anecdotes se multiplient, faisant sourire Toshio et Shoko. Devant The Shamrock notamment, « le bar où j’ai bu ma première bière lorsque je suis arrivé à Tours ! » À l’époque, Patrick était étudiant en licence d’administration économique et sociale (AES). Aujourd’hui, à 41 ans, il aimerait reprendre le chemin de l’école, pour passer une formation en tourisme : « Une vocation est née. »

Pour devenir greeter, aucun diplôme n’est exigé. Il suffit d’être passionné par sa ville. C’est ainsi que Margot, 22 ans, a intégré la course en septembre dernier. Étudiante en histoire de l’art, elle propose des circuits axés sur l’analyse de l’architecture urbaine et les activités culturelles. « Je greete une fois par mois environ, c’est une réelle pause dans mes études. Je fais des rencontres exceptionnelles que je n’aurais pas pu faire autrement. Je me souviens notamment d’un greet, avec une femme handicapée moteur. Il fallait penser le circuit pour qu’elle puisse se déplacer sans problème avec son fauteuil roulant. » Une autre fois, sa balade s’est prolongée autour d’un café et a duré quatre heures, le double de ce qui était initialement prévu.
Toshio et Shoko, eux, avant de repartir s’installent avec leur greeter sur une terrasse de l’emblématique place Plum’. Histoire de poursuivre leur échange autour d’un mets français. L’occasion pour Patrick, de leur raconter une dernière anecdote : « Il y a quelques mois, j’ai greeté un couple et ils ont tellement apprécié Tours que peu de temps après, ils s’y sont installés ! » Toshio regarde Shoko d’un oeil amusé. Pas sûr que ces deux là soient prêts à quitter Tokyo…

GREETER ?
Ce terme vient du verbe anglais « to greet » qui signifie accueillir. Les greeters sont des passionnés de leur ville qui la font découvrir bénévolement aux touristes. Les balades constituent avant tout un moment d’échanges entre le greeter et un groupe de six personnes maximum.

ORIGINE
En 1992, Lynn Brooks, une New-Yorkaise, lance ce concept de tourisme participatif avec Big Apple Greeters. Son objectif ? Casser l’image négative de sa ville, jugée trop grande et dangereuse, en partageant bénévolement avec les touristes ses bonnes adresses et bons plans.

100
C’est le nombre de destinations dans le monde où les greeters proposent leurs services. Présentes dans les cinq continents, les organisations de greeters sont fédérées dans un réseau international GGN. La France est le pays qui a le plus adopté ce concept avec 43 villes d’accueil.

>>>ALLER PLUS LOIN
Être greeté Vous souhaitez tenter l’expérience ? Vous trouvez les informations et les contacts nécessaires sur le site tours-greeters.fr ou auprès de l’office de tourisme. Pour un greet hors de Tours, toutes les organisations sont recensées sur globalgreeternetwork.info.

Être greeter L’office de tourisme de Tours Val de Loire recherche des habitants bénévoles de tous âges pour devenir greeter. Si vous souhaitez partager et faire découvrir votre ville, vous pouvez remplir le formulaire sur tours-greeters.fr

Retrouvez l’interview d’une guide-conférencière de Tours qui réagit sur le statut des greeters.

« Les greeters ne m’inquiètent pas »

Émeline Gibeaux, guide-conférencière professionnelle, nous livre son point de vue sur les greeters.

Émeline Gibeaux, guide-conférencière professionnelle à Tours.

Que pensez-vous du concept des greeters ?
En soi, le concept ne me dérange pas. Au contraire, c’est une avancée pour le tourisme participatif. Dans la lignée de ce qui existe déjà depuis longtemps comme le couchsurfing. En revanche il ne faut pas faire d’amalgame, un greeter n’est absolument pas un guide-conférencier. Ce sont deux conceptions totalement différentes de la visite. Le bénévole montre la ville telle qu’il la connaît, l’apprécie. Le professionnel partage ses connaissances, historiques notamment. Mais il gère aussi toute la logistique par exemple. Aussi, un guide est apte à faire la visite à de gros groupes tandis qu’un greeter propose des balades plus personnalisées, pour un groupe de six personnes au maximum. Nous proposons aussi des visites en petits groupes, bien sûr, mais nous ne sommes pas sur le même créneau.

Quels sont les risques d’une confusion entre greeter et guide-conférencier ?
Ce n’est pas la même chose, il faut que ce soit très clair aussi bien dans la tête du greeter, du guide que dans celle du visiteur. De plus en plus, c’est vrai que le débat se pose : les gens peuvent parfois se demander s’il s’agit d’un guide-conférencier professionnel ou d’un greeter. Les confusions pourraient entraîner la concurrence déloyale. Mais je ne crois pas que ce soit le cas. Les greeters ne sont pas ce qui m’inquiète le plus pour notre profession.

Il y a eu de nombreuses manifestations de guides-conférenciers, en décembre dernier notamment, et votre slogan était : « guide-conférencier, c’est un métier ».
Oui c’était notre slogan mais il ne faisait pas directement référence aux greeters. C’était surtout une allusion au manque de visibilité dans notre profession. Beaucoup pensent qu’elle est reservée aux jobs d’été pour les étudiants ! Alors que nous avons des qualifications et des formations complexes.

Quelles sont ces formations ?
Depuis 2012, la préfecture dél ivre une carte professionnelle attestant que le guide-conférencier est titulaire d’une licence professionnelle. (Tandis que pour être greeter, aucun diplôme n’est exigé, NDLR) Ce statut avait d’ailleurs été remis en cause par une discussion autour de la loi Macron. Telle que la réforme était prévue il y a quelques mois, elle prévoyait de supprimer la carte professionnelle. Ce qui est un danger pour notre statut. Au contraire, les gros tour-opérateurs auraient été gagnants car la réforme leur aurait permis de se contenter d’accompagnateurs de voyages qui n’ont pas nos qualifications. Heureusement, nous avons été entendus après nos manifestations. Le dossier est maintenant dans les mains du ministère de la Culture, et non plus de l’Économie.

Comment va évoluer le statut ?
Les réunions entre nos syndicats et les autorités nous le diront ! Mais je crois que c’est sur la bonne voie. Nos conditions d’exercice ne sont pas faciles. Nous sommes souvent vacataires. Et au niveau administratif, c’est parfois très complexe. Donc, je ne suis pas contre une réforme, mais il ne faut pas qu’elle nuise à notre profession.

Propos recueillis par Solène Permanne.

Gunman : Sean nous fait de la peine…

Le réalisateur du premier Taken met en scène un Sean Penn ennuyeux au possible. Un film sans importance et décevant.

CINE_PAP

Sur le papier, c’était prometteur : voir Sean Penn, plutôt habitué aux drames, se lancer dans le film d’action bourrin de base. Un   casting, lui aussi, dans l’ensemble savoureux (Javier Bardem, Jasmine Trinca, entre autres). Le tout, emballé par Pierre Morel, auteur du premier opus de Taken. Las… De sous- Taken, il en est effectivement question ici. Gunman, bête ersatz du film à flingues et à gros biscotos, est un véritable gâchis.  Sean Penn y joue Jim Terrier, ex-agent des forces spéciales devenu tueur à gages. Son passé étant expédié en quelques secondes à l’écran, le revoilà huit ans plus tard dans une association humanitaire en Afrique. Finie la bagarre, il faut tourner la page. Ce qui ne va pas durer longtemps : son ancien employeur tente de le faire   assassiner, Jim doit donc reprendre les armes.

Dans un script déballé sans finesse, ni intelligence, adapté du roman de Jean-Patrick Manchette on retrouve la patte du réalisateur Pierre Morel. Le cinéaste, qui a aussi réalisé Banlieue 13, sait donner beaucoup de lisibilité à ses scènes d’action. Sean Penn, lui, a certes toujours la classe. Qu’il ait une clope au bec ou qu’il manie sa mitraillette à une seule main, l’excellent acteur, 54 ans au compteur, a une gueule de cinéma, et un charisme magnétique. Il attire constamment le regard. Mais dans un jeu cabotin au possible, il finit peu à peu par perdre de sa superbe. Gonfle les muscles, quand il n’est pas content. Parle d’une voix grave, quand le moment est grave. Ce côté « badass », pas loin de rappeler – de nouveau   – Liam Neeson dans Taken, en fait malheureusement un protagoniste effacé, sans substance ni   relief. Pas assez creusé, pas assez   dessiné, pas assez travaillé : le personnage de Sean Penn méritait bien mieux…

À mi-chemin entre film d’action lambda et thriller   léger, Gunman a été accepté par Sean Penn en raison de son aspect politique (les grandes puissances occidentales qui exploitent les pays en voie de développement). Le comédien – on connaît son engagement   humanitaire – tente alors de sensibiliser le public entre deux scènes de fusillade. Mais avec son intrigue   trouée de partout et son rythme faiblard, Gunman perd ce côté réaliste et engagé. Et si Pierre Morel réussit parfois à proposer des   moments de tension agréablement mis en scène, son film n’en reste   pas moins bancal et, pire, ennuyeux. Déjà-vu et maladroit, Gunman n’est qu’un bis repetita des derniers action-movies, tout juste bon pour un dimanche soir sur TF1.

Film d’action (Grande-Bretagne,   France, Espagne), de Pierre Morel.   Durée : 1 h 55. Avec Sean Penn, Jasmine Trinca, Javier Bardem, Idris   Elba…
NOTE : *

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=HyNJ6L0mDbs[/youtube]

NOTATION :
**** CULTEissime
*** TOPissime
** PASMALissime
* BOFissime
X NULissime

Grâce à eux, les enfants malades de Clocheville seront de petits cinéastes

Cin’et moi, c’est le projet génial de trois étudiants de Tours, pour amener un peu de bonheur (et le cinéma !) aux enfants malades de Clocheville.

Pour ce projet, Emmanuelle, 19 ans, Mathis et Sloane, 18 ans : « C’est chouette de venir en aide à quelqu’un. »
Pour ce projet, Emmanuelle, 19 ans, Mathis et Sloane, 18 ans : « C’est
chouette de venir en aide à quelqu’un. » (Photo facebook.com/cinetmoi)

Apporter un peu de bonheur aux enfants malades de Clocheville ? Emmanuelle Cortes, Mathis Navard et Sloane Ragaigne n’ont que ça en tête. Ces trois étudiants de l’IUT de Tours, section info-com, ont eu la bonne idée : Cin’et moi. Un habile mélange entre projet tutoré (c’est obligatoire dans leur filière) et projet caritatif.

En septembre, ils intégreront l’hôpital Clocheville, afin de proposer un atelier stop-motion aux petits malades. Cette technique d’animation, image par image (mais si, rappelez-vous Wallace et Gromit), leur permettra de réaliser un courtmétrage. Trois groupes d’enfants auront donc l’occasion de colorier et donner vie à l’héroïne Cin’, l’égérie créée par Emmanuelle. Une action qui tient à coeur aux étudiants ; Mathis s’étant déjà retrouvé coincé dans une chambre, le temps d’une vilaine méningite, et le cousin d’Emmanuelle ayant été hospitalisé : « J’ai très bien vu à quel point le temps pouvait paraître long… », souligne Emmanuelle.

Sur leur lancée, les étudiants ont voulu élargir leur projet. « On s’est dit qu’on allait impliquer des enfants défavorisés du Sanitas et leur donner de grosses responsabilités », raconte Emmanuelle. Mission pour eux ? Réaliser un court-métrage pour des enfants hospitalisés de Clocheville. « À eux d’écrire le scénario, de trouver l’actrice qui jouera Cin’, de tourner tout ça en décembre. Une double projection aura lieu en mars 2016 : une publique et une autre pour les enfants de Clocheville uniquement », précise Mathis. Les dons seront d’ailleurs reversés à l’association Clocheville en fête.
Pour y parvenir, Sloane, Mathis et Emmanuelle ont lancé un appel à financement participatif. Ils cherchent à récolter 800 € sur la plateforme Ulule (filez donc sur fr.ulule.com/cin-et-moi). « Cela servira au matériel, à la communication, à la location de la salle de cinéma, etc. Il faut penser au moindre détail », sourit Emmanuelle. Pour les aider, vous avez jusqu’au 1er juillet. Action !

Hellfest : quand l’Enfer est un paradis  [+photos]

Comme l’an dernier, tmv a fait son petit tour au Hellfest, l’un des plus grands festivals de France et LE passage obligé pour tout bon métalleux qui se respecte. Reportage et photos du samedi 20 juin, entre avalanche de décibels, hectolitres de bière, gros barbus, maxi riffs, gens en string ou déguisés et bonne humeur.  

L'entrée du Hellfest a été repensée. (Photo tmv)
L’entrée du Hellfest a été repensée. (Photo tmv)


Reportage

Samedi 20 juin. Le soleil inonde Clisson, petit village près de Nantes. L’air est déjà chaud, mais pas autant que les milliers de métalleux qui se baladent dans les rues. La plupart ont un pack de 6 (ou 12 ou 24 ou 666) sous le bras, histoire de s’hydrater avant une journée brûlante dans l’Enfer du Hellfest. On laisse la voiture sur un petit parking de la gare : « Euh, excusez-moi, mais c’est gratuit pour stationner ? » Une Clissonnaise, la soixantaine, se marre : « Oh bah oui, tout est gratuit ici, ne vous inquiétez pas ! Bon festival ! » Sac à dos + casquette + tee-shirt Necrophagist (un groupe plein de romantisme et d’amour), et c’est parti. Comme l’an dernier, tmv vous fait (re)découvrir le Hellfest.

« A POIIIIIL ! »

C’est marrant, il n’est même pas 11 h et pourtant, sur le site, une fille est étalée par terre, en mode flaque. Elle dort paisiblement au milieu du chemin. Ses potes sont super sympas : ils lui ont dessiné une grosse barbe au feutre noir. C’est ça, l’amitié. Le temps de faire deux, trois photos, c’est parti pour le concert des BUTCHER BABIES. Les chanteuses font l’effet d’une bombe : leurs poitrines généreuses déclenchent quelques réactions de mâle en quête d’amour (« à poiiiiiil », hurle mon voisin). N’empêche que leur gros rock qui tabasse laisse des traces : c’est ultra-simple, mais bien fichu. Efficace et idéal pour se mettre en jambes. D’habitude, les demoiselles font dans la provoc’ en dévoilant leurs seins entre deux riffs de guitare ; ce coup-ci (et n’en déplaise à mon voisin), elles resteront dans le soft. Noël Mammaire likes this.
D’ailleurs, il est toujours aussi agréable de voir la place de plus en plus importante qu’occupent les femmes dans le metal et au Hellfest (jetez un oeil au reportage de nos confrères de France 3 ICI).

Prostitute Disfigurement : une ode à la poésie.
Prostitute Disfigurement : une ode à la poésie.

Pour rester dans la poésie, direction la scène Altar pour causer amour avec PROSTITUTE DISFIGUREMENT (on vous laisse traduire). Pour les connaisseurs, c’est du gros death de bourrin, limite grind. Pour les amateurs, imaginez un rouleau compresseur qui vous passe dessus.  En sortant de là, on a déjà la patate. Pour cette dixième édition, le Hellfest a vu les choses en grand. Les scènes Temple, Altar et Valley sont carrément plus grandes que les années précédentes. Du luxe, vu qu’habituellement, elles rameutaient tellement de monde qu’on était davantage comme des sardines (Patrick Sébastien, si tu nous lis), tous collés les uns aux autres pleins de sueur (c’est ça, la fraternité).
Serrés, on l’est aussi devant les Mainstage. Les scènes principales ont été totalement relookées : une immense façade avec un poulpe encadre un des écrans géants, tout est dans un style old-school. Non seulement c’est magnifique, mais ça permet aussi de se faire une petite dose de vintage avec THE ANSWER. Groupe de hard rock d’Irlande du Nord (ça s’entend), ils sont influencés par Led Zep et AC/DC (ça s’entend aussi). Grosse ambiance, gros son, gros solos. Mince, je viens de perdre 10 litres de sueur. Vite, bière.  Eh oui, la bière permet de tenir, de vivre. De survivre même. Kronenbourg, fidèle au Hellfest depuis des années, y balance environ 900 000 bières. Il y a quelque temps, Christine Boutin, pas vraiment amie-amie du festival, avait écrit au PDG de la célèbre marque de bière pour lui demander expressément de boycotter le Hellfest. On ne comprend toujours pas pourquoi c’est resté lettre morte…

DU LIBAN A CLISSON

Après la pause, on se nettoie les esgourdes avec THE WOUNDED KINGS. C’est doom (comprenez trèèès lent), ça vous écrase doucement mais sûrement. On regrettera le peu de variation dans la voix, mais les Anglais savent y faire : le public les acclame, ravi.  Tandis qu’ACE FREHLEY connu pour sa place au sein de Kiss, décoche son hard rock old-school, nos yeux vagabondent sur l’immense espace du Hellfest. Parfois moqué et appelé « le Disneyland du métalleux », force est de constater que les décors sont de nouveau sublimes cette année. Et qu’il n’existe aucun équivalent en France (le Hellfest peut d’ailleurs se targuer d’avoir été élu meilleur festival en France, devant les Vieilles Charrues).
Sur l’herbe (qui, ô miracle, est toujours là), d’immenses os qui servent de bancs. Des crânes, une main géante faisant le signe du metal, un skatepark (!), une grande roue (!!), une cathédrale décorée façon Hellfest pour l’entrée du festival (!!!)… Tout est pensé, stylisé à l’extrême : comme en 2014, il y a une ville dans le Hellfest. Un coin calqué sur le Camden de Londres, où on rivalise à coup de tatouages, de karaoké-bourré ou encore de fringues, véritable paradis pour refaire sa garde-robe (ça tombe bien, il me manquait un slip Cannibal Corpse). Dans ce véritable petit monde, les allées vomissent des hordes de métalleux. Tout le monde a le sourire, la pêche, la banane ou n’importe quel fruit. On discute avec un Libanais, un Canadien et même un Brésilien. Ils ont fait le déplacement exprès, quitte à tuer toutes leurs économies. « But hey man, it’s Hellfest ! », qu’il nous lance. Pas faux.

Sans titr2eAprès avoir regardé quelques minutes les excellents ONSLAUGHT (dix fois plus brutal que sur album), place à AIRBOURNE. On vous explique la bête : le groupe australien est une copie plus jeune et encore plus énergique d’AC/DC. Véritable bulldozer scénique, leur réputation n’est plus à faire. Et ça se voit… le site est noir de monde, impossible de s’approcher, la masse est grouillante. Mini-crise lorsque le son pète… Argh, instant gênant où Joel O’Keefe, le chanteur survolté (en général, il escalade les échafaudages des scènes et tape un solo à 10 m de hauteur), martyrise sa guitare et son micro et s’éclate une bière sur le crâne… sans s’apercevoir que le son a sauté. Rock’n’roll !
Pas de problème côté sono, en revanche, pour AHAB. Musique pachydermique, broyant vos os, vos cervicales : la rythmique est une chape de plomb, s’abattant et plongeant la fosse dans les ténèbres, dans une transe hallucinante. Passant d’une voix gutturale, du fin fond des entrailles de l’Enfer, à des envolées douces et planantes, Daniel Drost nous fait partir dans un voyage terrible, magnifique, terrifiant, mais beau. Le public sort de là, sonné. Wow…  Retour sous le soleil avec SLASH. Balançant quelques missiles pas forcément explosifs de son dernier album, le guitariste haut-de-forme n’est jamais aussi plaisant que quand il retourne dans le passé… en jouant ses tubes accouchés lors de la période Guns ‘n’ Roses. Autant vous dire qu’un Sweet child o’mine ou Paradise City ont le don de filer une sacrée chair de poule.

CARESSE-MOI LA BARBE

ZZ Top : la barbe leur va si bien.
ZZ Top : la barbe leur va si bien.

Pendant qu’on frôle l’émeute à BODY COUNT (le groupe de rap un peu rock, ou rock un peu rap qui a le « New York unité spéciale » Ice-T comme leader), en raison d’un ratio 100000 personnes pour 2 mètres carrés, KILLING JOKE ratatine la scène principale. Les pionniers de la vague post-punk/new wave enchaînent les hymnes dévastateurs. Une claque. À croire que les vétérans ont la cote, c’est une foule immense qui se presse devant ZZ TOP. Les célèbres barbus, annoncés à l’aide d’une cloche et d’un « here comes ZZ Top from Texas », se voient submergés par le public qui chante comme un seul homme un Gimme all your lovin’ d’anthologie {Instant savoir pour briller en société : le batteur du groupe est le seul à ne pas être barbu. Pourtant, son nom de famille est « Beard », soit « barbe » en anglais. Bisous}
La transition est étrange mais jouissive, avec ORANGE GOBLIN. Les Anglais, véritables stars du festival devant leur mur d’amplis Marshall et Orange, sont d’une sincérité désarmante. Sous la tente, on sue à grosses gouttes en s’explosant les cervicales sur leur gros stoner dégoulinant de riffs délicieux. Le géant Ben Ward et ses 2 mètres attire tous les regards, ne cesse d’enquiller les bières et d’en cracher en l’air (petite douche gratos, qui s’en plaindrait ?). Un véritable passage dans la machine à laver, programme essorage ultra-rapide-dans-ta-face. (pour info, une petite vidéo du groupe cette année ICI)

METAL ET BISOUNOURS

Lectrice, lecteur, ne nous leurrons pas : le métalleux est un Bisounours. C’est moi qui vous le dis. Pourtant, je suis moi-même un adepte de Satan et des sacrifices de chauve-souris les soirs de pleine lune en buvant du sang de vierge (quoi ? Les clichés ont la peau dure malheureusement dans le metal). Bref, le métalleux n’est qu’une gentille petite bête pleine de poils, hyper respectueuse (il n’y a jamais d’incidents au festival ou même à Clisson), qui rote très fort mais adore verser sa petite larmichette.
C’est ce qui est arrivé à 23 h… Quand le Hellfest, pour fêter ses 10 ans, a fait péter un feu d’artifice tout simplement magique. Durant un quart d’heure. Avec un final interminable et incroyable (zieute donc la vidéo ci-dessous, si tu l’oses). Et que dire quand 50 000 métalleux lèvent leurs bières devant ce feu d’artifices grandiose et chantent en choeur, d’une seule et même voix, le « Bohemian Rhapsody » de Queen que le festival a décidé de faire cracher volume 666 ? Nous, on a failli verser une larme. C’était une larme de bière, mais même.
[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x2uui6z_video-l-interminable-bouquet-final-du-feu-d-artifice-du-hellfest-clisson_news?start=1[/dailymotion]

CaptureInstant émotion, toujours, quand SCORPIONS envoie un Wings of change de toute beauté. Certains pleurent, d’autres se prennent dans les bras. Orgie de câlins aussi, durant un Stiiiill looooviiiin’ youuuu repris par toute la foule, tandis que d’autres feux d’artifices illuminent le ciel. On ne misait pas un kopek sur les Teutons, mais la bande à Klaus Meine nous a piqués sévère.
Pour finir un samedi en Enfer, quoi de mieux que rencontrer l’auto-proclamé Antéchrist ? Sieur MARILYN MANSON clôt la journée, grosse guitare en avant, façon mur du son. Le m’sieur a beau être un chouïa désintéressé (les pauses entre les morceaux s’éternisent), voire peut-être un peu imbibé, il reste magnétique, charismatique au possible.  Tandis que les notes résonnent encore, nos jambes poilues ne tiennent plus toutes seules. La nuit est tombée.

Une fois de plus, le Hellfest a tenu ses promesses et apporté une bouffée d’air frais et de la bonne humeur comme personne. Une fois de plus, le Hellfest était en fait le Paradis.

NOTRE GALERIE PHOTOS

>>Retrouvez le diaporama photos des groupes du samedi, par Eric Pollet (La Nouvelle République)

>>Pour plus de photos, un tour sur le Facebook officiel du Hellfest.

>>Remerciements à Ben Barbaud, Roger, aux 3 000 bénévoles du Hellfest, mais aussi à TOUS les Clissonnais(es) !

Fêtes Musicales à Meslay, Une Part d’ Ailleurs & Jungle Bouk  

Chaque semaine Doc Pilot nous régale de ses chroniques en terrain culturel.

Beat matazz
Beat matazz

Lise de La Salle à la Grange de Meslay
Grand privilège d’assister dans ce lieu unique à un concert d’une surdouée dans la pratique, d’une virtuose dans l’expression, d’une artiste qui depuis le plus jeune âge (premier concert à   9 ans) donne de la vie et de l’âme à l’instrument, le piano, instrument roi dans sa capacité à intégrer les diverses expressions et l’image des divers pupitres. L’artiste est au service des œuvres bien sûr, mais intense dans son rendu de la partition, Brahms en fil rouge du programme pour passer du calme à la folie, puis au-delà des rappels un prélude de Debussy pour désarçonner la perception, l’étirer dans le temps. Lise De La Salle marie la performance à la beauté, pousse le spectateur au péché de gourmandises, dans cette envie d’en vouloir toujours plus. Comme à l’habitude Les Fêtes Musicales en Touraine offre le haut de gamme, des dizaines de concerts incontournables.

Jungle Bouk dans un Jardin
La musique de Jungle Bouk parle à l’univers, caresse la spiritualité possible induite par l’écoute et la vibration ; ainsi elle se prête totalement à cette exercice dangereux de se produire à l’air libre dans le végétal. La musique de Jungle Bouk parle à l’espérance en des temps plus responsables, en des jours meilleurs, en une symbiose raisonnée entre le désir et la cohérence ; ainsi elle demande de l’espace pour exercer sa force, de l’audace dans la mise en action du public. La musique de Jungle Bouk parle à notre capacité naturelle à dépasser l’instant pour lui donner une substance éthérée, à peindre par le son nos silences les plus intimes ; ainsi  Marine Fléche transcende la frappe des percussions et dans nos cœurs et nos   tripes inscrit le rythme, Tatiana Paris de sa voix et de sa science harmonique nous hypnotise sans nous contraindre, nous fascine et nous soigne. Ce jeudi soir, le jardin de Brice ose un   nouvel impressionnisme : il s’y trouve une source de jouvence à en oser l’écoute, une option possible à tenter le joie.

Starting Blocks au Petit Faucheux
Passage dans la nuit au Petit Faucheux à la table ouverte des ateliers de Jazz à Tours, dernière prestation de la soirée dans un style rock progressif, habile mélange de structures très électriques à des phrasés de cuivre identifiés « jazz » : une fusion des années 10 génératrice sur les terres tourangelles d’une sorte de scène en relecture des seventies passées à la moulinette de l’histoire du rock et du jazz mélangée. La force en la présence d’ Adrien Lefevre au chant, interprète habité capable de transcender ses limites techniques par la force   de l’expression, l’habilité à capturer la vision, à générer le spectacle : cela s’appelle avoir du   style et l’on suppose « l’affaire » au début de son évolution… Un chanteur à suivre… A la   guitare Alexis Collas du groupe Madja, colle à un tel point au chant qu’il nous semble   entendre une nouvelle mouture de leur groupe… Aux drums, l’actuel batteur de Midjo… Ça s’écoute sans forcer ; on oublie être au spectacle d’un concert scolaire en fin d’année d’école.

Une Part d’Ailleurs à l’Atelier de Brice Auconie  
Acteur incontournable de la vie culturelle tourangelle, Brice Auconie en devient l’animateur  autonome pour combler un vide, celui laissé par la disparition de l’underground des possibilités citadines offertes à l’expression. Armé d’un esprit « do it yourself » il apporte une alternative en ouvrant son atelier à des expositions communes pour présenter des artistes à styles, des univers uniques aux pratiques difficiles dans leurs identités, leurs expressions, des chutes joyeuses ou dramatiques dans l’opposition à la facilité, à la redite. Partout la notion de travail est omniprésente, d’habilité, de sens donné au geste loin d’un art au quotidien. J’aime   la chair végétale « des enfants » génétiquement tourmentés de Anne Valerie Dupond, les peintures néopsychédéliques de Jean-Jacques Piezanowski, les bagues à usages multiples de Brice Auconie, toutes ces questions en suspens dans les peintures de Stacy.O, le blasphème omniprésent et l’inventivité dans les réalisations luxieuses de Yann Gateau… Une coterie nivelée par le haut à voir du 18 juin au 13 septembre : comment résister à l’appel.

Padawin au Plessis Theâtre
Concert de fin de résidence au Plessis Théâtre pour l’un des coups de cœur du festival Terres du Son pour l’année 2015, et dans ce lieu de création et de patrimoine, la rencontre didactique avec l’univers très identifié de ce concept solo devenu un groupe, ses pratiques, ses ambitions et son futur proche : la formation d’une équipe avec un duo de VJ à la pointe de cet art et l’utilisation massive des atouts en poche pour s’installer en première ligne de la nouvelle scène électronique et progressive. La violoniste me rappelle Jean-Luc Ponty : on a vu pire…   Rencontre avec José Cano Lopez et la problématique soulevée par la baisse des subventions du lieu et l’obligation de quitter le Château en décembre ; David contre Goliath   pour des temps où l’on ne peut plus rêver.

Ouverture de l’Atelier de Diego Movilla & Sanjin Cosabic
Entrer dans l’atelier de ces deux princes de l’art moderne nous force à pousser les portes de la perception, à entrevoir l’espace physique au travers du filtre des désirs et de la force. Diego Movilla tape dans le grand format sur papier journal, un papier de verre sur la luxuriance, un papier de terre dans son combat nous relatant l’histoire de l’envie et de la chute, celle polémique de l’instantané, aimé/haï par la presse, le danger aussi dans la vulgarisation de l’info en un déni de violence. Sanjin Cosabic travaille dans les trous noirs, les formules mathématiques, astronomiques, mais surtout la peinture traditionnelle, académique, celle des   grands maîtres portraitistes en lui insufflant ses propres pistes et ses propres clés, ses diverses   inclinaisons à tenir le réel en main pour mieux le projeter dans l’inconscient et l’insondable. Diego et Sanjin jouent dans l’art majeur avec la facilité de ceux désireux d’inscrire leur Oeuvre dans le temps, leur Vision dans l’audace.

Le Fumoir : à la bonne planchette !

Un petit apéro ? Goûtez aux saveurs corses ou locales du bar à vin Le Fumoir. Délicieux !

Le bar à vin accueille des groupes de musique toutes les deux semaines. (Photos tmv)
Le bar à vin accueille des groupes de musique toutes
les deux semaines. (Photos tmv)

Finie la vieille rengaine « métro boulot dodo », aujourd’hui ce sera vélo boulot… resto. On quitte le travail, bien décidés à se régaler. Seul hic, la montre n’affiche que 18 h. Il est donc encore un peu tôt pour s’attabler. Et si on allait boire un verre avant ? On enfourche notre vélo et on pédale à vive allure, direction le bar à vin Le Fumoir, place du Monstre.

L’endroit est idéal pour un afterwork entre collègues (ça, c’est si vous ne pouvez vraiment plus vous passer d’eux) ou partager un verre entre amis dans une ambiance cosy et moderne. Le cuir des tabourets côtoie harmonieusement le bois du tonneau, à l’entrée, et celui des nombreuses caisses à vins qui s’érigent en étagères derrière le comptoir. Là, les vins locaux jouxtent ceux de Corse.
On choisit l’île de Beauté, qui a tant de charme. Ce n’est pas la planche de charcuteries et de fromages corses qui vous fera dire le contraire. Prisuttu, lonzo, coppa… Le tout est un régal, et copieusement servi. « L’un de nos associés est Corse, alors on met ces produits à l’honneur », explique Joe, la patronne.

Passionnée, elle se fait un plaisir de conseiller ses clients. « À la carte, je ne propose que des vins que j’aime. Beaucoup me disent : “ Joe, c’est dingue, ton vin est le seul qui ne donne pas mal à la tête ! ” » Son premier secret peut-être, pour fidéliser sa clientèle depuis l’ouverture du bar à vin, il y a tout juste un an.
Le deuxième : la venue, toutes les deux semaines, de groupes de musique qui mettent le feu au Fumoir. Il n’y en a pas ce soir, mais on reviendra. En plus, il paraît que boire un verre de vin par jour serait bon pour la santé. On repart donc avec la conscience tranquille et le ventre plein. Il est 20 h 30 et on n’a plus faim.

AU MENU
DANS L’ASSIETTE
... Ou plutôt, sur la planche ! On a dégusté de la charcuterie et du fromage tout droit venus de Corse : saucisson, jambon cru, coppa, lonzo, fromages de chèvre, tome de brebis, maquis (rien que ça!). Un régal (copieux) à partager entre amis. Et dans le verre, du rosé de l’île de Beauté. Le Fumoir propose également des vins locaux.

L’ADDITION
Entre 3 et 5 € le verre de vin. La planche de charcuteries coûte 12 €. Pour une planche mixte avec charcuteries et fromages corses, comptez 15 €.

PRATIQUE
Le Fumoir se situe 11 place du Grand-Marché. Ouvert tous les jours de 18 h à 2 h. Plus d’informations sur leur page Facebook ICI !

Au pays de Nébine Dominguez…

Nébine Dominguez est une auteure jeunesse installée à Luynes. Cette maman d’un enfant handicapé vient de sortir le troisième livre d’une saga destinée aux 4-6 ans avec des personnes invalides.

Enceinte de son troisième enfant, Nébine Dominguez est ravie. Elle vient juste de conclure un partenariat avec une grande enseigne de jouets. Du 17 au 31 juillet, elle participera à la première édition de la grande fête du livre jeunesse, Lire en short. Une nouvelle récompense pour cette maman qui se bat depuis la naissance, en 2003, de son premier garçon, atteint d’une maladie orpheline et lourdement handicapé. Lasse des moqueries que son fils subissait, cette femme d’affaires passionnée par l’écriture a décidé d’agir à sa manière.

Nébine Dominguez

« Je me sentais frustrée, il fallait que je trouve un moyen pour lui venir en aide. Je me suis rendue compte que dans les histoires que je lui lisais, il n’y avait pas de petit enfant en fauteuil roulant. Mon idée a donc été d’introduire des personnages handicapés dans mes contes. L’objectif est que les parents puissent aborder ce sujet afin que leurs enfants ayant vus des personnages invalides ne les perçoivent plus comme différents. »
Au total, Nébine a imaginé neuf tomes dans lesquels évolue une bande de fruits délurés, le tout illustré par Olivia de Bona, parus aux éditions Paja. Dans ce nouvel opus, Les vacances des fruits Kiki, l’auteure aborde avec tendresse et poésie le thème des inégalités face aux vacances.
Un récit où évoluent entre autres Kikille la myrtille, Koko la banane, Kass et Kroute les tomates ; des fruits de terre qui rencontrent des fruits de mer… Cette collection « Yes they can » a même touché des personnalités du milieu artistique : Béatrice Dalle, Alice Pol et Frank Sorbier viennent de s’associer à la promotion des livres de la Tourangelle.

Anne-Cécile Cadio

Plus d’infos sur nebine.fr

Chroniques culture #67

Double dose de CD cette semaine, avec, notamment, un super groupe tourangeau. Voilà nos chroniques culture.

LE CD
PRINZHORN DANCE SCHOOL
Ce duo a emprunté son nom au Professeur Prinzhorn, qui collectionnait l’art de ses patients aux troubles mentaux. On avait déjà chroniqué en 2012 leur excellent album Clay class. Moins énervé, moins tendu, Home Economics garde quand même ce qui marche : une batterie minimaliste, une basse omniprésente, une ambiance post-apocalyptique. On pense aux premiers albums de The Kills avec cette énergie contenue, ce déchaînement qui n’arrive jamais.
B.R.

LA BD
THE FOUR ROSES
Un duo de rêve aux commandes de cette magnifique BD gorgée de musique et du parfum des « bons temps rouler » ! Deux de nos auteurs les plus rock du 9e art, Jano au dessin et Baru au scénario, viennent de nous livrer un des ouvrages qui nous balade de la Meuse à la Louisiane dans une quête effrénée sur la piste d’un vieux 45T. Une belle histoire d’amitié et de famille et surtout une résurrection pour un Jano absent des bulles depuis 10 ans et qui nous éblouit encore ici par son talent magistral.

Hervé Bourit

LE DVD
VIKINGS – SAISON 1
Après une sortie en import et une diffusion sur Canal+, l’excellente série Vikings voit enfin sa première saison bénéficier d’un vrai coffret DVD et Blu-ray. Proposés en 16/9, en VF et en VO, les neuf épisodes suivant Ragnar Lothbrok et ses guerriers vikings se dévorent à une vitesse folle. Mise en scène exceptionnelle, magnifiée par de sublimes décors, le tout ultra-documenté. En bonus, un paquet de suppléments, entre scènes inédites, commentaires audio et reportages dans les coulisses.
A.G.

LE CD
FREAK OUT TONIGHT  – Dog Guilty Party
Ce groupe tourangeau grandit avec ce nouvel EP. La musique des Dog Guilty Party vous donne envie de faire tomber le haut et de partir sur le dancefloor. Freak out tonight mélange rock, rythmes funky et groove endiablé, comme si vous mélangiez Phoenix avec les Arctic Monkeys et rajoutiez des bouts de Django Django. Une sorte de monstre pop qui va tout dégommer sur son passage. Une belle réussite. Sortie gratuite le 18 juin sur soundcloud.com/dogguiltyparty
B.R.

Une minute sur le web #58

Venez donc passer quelques instants avec nous dans les tréfonds du web, du lol, et du WTF…


On adore les illustrations de chiens de Valérie Susik, entre bouffonneries et interactions.
>>Plus sur instagram.com/vsusik

GAMERS
LA CONSOLE DU FUTUR
La plateforme de jeu Steam va faire trembler le monde des consoles de salon en novembre prochain. Sur le modèle d’Android, elle a demandé à 14 constructeurs de créer leur console Steam qui pourront se connecter aux milliers de jeux déjà accessibles sur PC.
>>Plus d’infos sur steampowered.com

BUZZ_MANETTE

LES JEUX
STICKMAN
On a tous joué à un jeu de la franchise stickman, mais là, on est tombé sur le site qui les réunit tous et c’est comme un petit paradis WTF. Stick war 2, Henry Stickmin Series, Stick RPG… Il y a des dizaines de jeux en flash qui parodient les grands succès actuels.
>>Jouez sur stickpage.com

LE TUMBLR
LA PRESSE LOL
Un des grands classiques du WTF sur le net, ce sont les titres de presse rigolos ou complètement décalés ou bizarres. Ce tumblr s’est donné pour mission de les répertorier. Quelques exemples ? « Toulouse : elle fait une fête chez elle et se fait virer par ses invités. » Ou encore : « Les sourds-muets faisaient trop de bruit. »
Retrouvez les ICI !

LA VIDÉO
GTA EN VRAI
L’excellente chaîne Youtube Corridor Digital vient de sortir une vidéo. On y suit un personnage ultra violent qui se balade dans une ville californienne. Ce qui est bluffant, c’est qu’elle est filmée façon GTA mais avec de vrais acteurs, de vraies voitures et de vrais pistolets. Troublant.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=0ZZquVylLEo[/youtube]

LE CHIFFRE
50 000
C’est l’objectif du futur nouveau site d’actu Les Jours sur le site Kiss kiss bank bank. Un nouveau média qui a été imaginé par des anciens du journal Libération, notamment les excellents spécialistes médias Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts. Sa ligne ? De l’info de qualité et des longs formats. Plus d’infos sur lesjours.fr

LECTURE
COMICS EN LIGNE
On ne vous a jamais parlé d’Extra Fabulous Comics, une des références sur le web ? C’est en anglais, mais pas non plus impossible à suivre. Régulièrement, l’auteur poste des petits strips complètement cyniques mais tordants. Allez faire un tour sur extrafabulouscomics.com
BUZZ_COMIC

Horoscope WTF du 17 au 23 juin 2015

Tmv regarde dans les astres. Gare à vous.

HOROSCOPE

BÉLIER
Amour : vivez d’amour et d’eau fraîche.
Gloire : faîtes péter le champagne.
Beauté : arrêtez la bière, ça fait grossir.

TAUREAU
Amour : rien.
Gloire : nothing.
Beauté : nada.

GÉMEAUX
Amour : la jalousie n’est pas une preuve d’amour, c’est un vilain défaut.
Gloire : heureusement, on n’est pas jaloux de vous.
Beauté : toujours pas.

CANCER
Amour : si on était un oiseau, on ferait notre nid dans votre coeur.
Gloire : mais on n’a pas d’ailes.
Beauté : et vous n’avez pas de coeur. hihihihihi

LION
Amour : le verbe aimer mais sans le i.
Gloire : le mot gloire mais sans le l, ni le i.
Beauté : le mot mignon mais sans les trois premières lettres.

VIERGE
Amour : vierge.
Gloire : arrêtez de vous prendre pour Zorro.
Beauté : enlevez votre masque. Remettez-le.

BALANCE
Amour : sachez que la tromperie, c’est mal.
Gloire : bravo, vous allez exceller dans tous les domaines.
Beauté : pour la précédente, finalement on s’est trompé.

SCORPION
Amour : nous n’avons pas compris la question.
Gloire : can you repeat please ?
Beauté : biiiiiiiiiiiiiip.

SAGITTAIRE
Amour : « tout amour semé, tôt ou tard, fleurira. » C’est beau hein ? Mais c’est pas de nous. Big up Raoul Follereau.
Gloire : pour le moment, on a beau chercher, on ne voit rien qui fleurit.
Beauté : ahhhh quoique… vous avez des champignons qui poussent.

CAPRICORNE
Amour : que diriez-vous d’être pris en sandwich ?
Gloire : yeahhhh, vous avez la frite.
Beauté : vous êtes aussi beau/belle qu’un Big mac.

VERSEAU
Amour : bim bam BOUM.
Gloire : live love LOL.
Beauté : pif paf POUF.

POISSON
Amour : t’es pas là, mais t’es où ?
Gloire : pas là.
Beauté : mais t’es où ? (pas là, pas là, pas là…)

Tout le programme de la Fête de la musique

Dimanche prochain, la ville sera rythmée au son de la Fête de la musique. On a tout écouté et on vous propose ce qui se fait de mieux.

Fête de la musique 2015

Le programme localisé réalisé par la Maison des associations de Tours :

[nrm_embed]<iframe width= »450″ height= »480″ frameborder= »0″ src= »http://ville-tours.webgeoservices.com/maps/177/?format=embed » allowfullscreen></iframe>[/nrm_embed]

De notre côté, nous avons épluché le programme et écouté tous les groupes qui passent sur des scènes ou s’installent eux-même dans la rue. Pour consulter notre tour d’horizon de la Fête de la musique 2015, c’est par ici.

Pour retrouver les infos heure par heure, ça passe plutôt sur la page Facebook de la Fête de la musique, qui a été créée cette année. Allez on like !!

 

INFOS PRATIQUES
Comme chaque année, diverses mesures ont été prises pour encadrer cette édition de la Fête de la musique. Elle commencera dans la matinée, mais s’arrêtera à minuit. Eh oui, le 21 juin tombe un dimanche et le lendemain, c’est boulot/marmots/bac (rayez la mention inutile). Interdiction, bien sûr, de vendre de l’alcool sur la voie publique. Les ventes ambulantes sont interdites sans autorisation préalables. Les boissons à emporter ou à consommer en terrasse seront servies dans des contenants en plastique. Des containers de tri sélectif seront aussi mis en place pour une fête propre.

LE TRAMWAY
Avec trop de décibels dans les oreilles, vous risqueriez d’être un poil inattentif… Alors n’oubliez pas : le tram circulera durant la Fête de la musique. Laissez votre voiture chez vous, Fil bleu renforce sa ligne à partir de 21 h, avec un tram toutes les 15 mn. Le dernier départ à Jean-Jaurès vers Joué sera à 0 h 13 ; et vers Vaucanson à 1 h 12. + d’infos sur filbleu.fr

N° D’URGENCE
17 : police 18 ou 112 : pompiers et secours Retrouvez la programmation complète et la cartographie détaillée de la Fête de la musique sur tours.fr, et sur Facebook avec la page « Fête de la musique de Tours ».

LA MACT CONNAÎT LA MUSIQUE
La Maison des associations culturelles de Tours (Mact) coordonne l’organisation de la Fête de la musique depuis 2011. Son but ? Recenser les groupes qui se produisent lors de cet événement d’une part et aider les musiciens à trouver un emplacement d’autre part. Elle peut aussi leur apporter un réel soutien logistique et une aide pour la communication. Vous n’y avez pas pensé ? Pas de soucis ! Pour l’édition 2016, n’hésitez pas à préparer avec eux votre passage à la Fête de la musique de Tours. Contact : 02 47 20 71 95 ou fetedelamusique@ville-tours.fr Plus d’infos sur le site de la ville de Tours.

Précision :dans la page 13 de notre numéro, il y a une erreur d’horaire : Namfone Marie Dutour passera de 12 h à 13 h, et non de 13 h 30 à 14 h 30.

 

Vice-Versa : le retour de Pixar

Le dernier film d’animation des studios Pixar s’immisce dans l’esprit d’une petite fille. Original ? Une habitude chez Pixar.

Vice Versa

Côté pile : Riley grandit dans une famille en or. En plein coeur du Minnesota, elle fait ses premiers pas, ses premières bêtises. Elle aime bien le patin à glace et le hockey. Et puis un jour, le drame : elle déménage à San Francisco. Côté face : une salle de contrôle avec cinq personnages haut en couleur. Ce sont les émotions de Riley. Il y a Joie, Tristesse, Dégoût, Colère et Peur. Mécanisme bien huilé d’une psyché enfantine en mouvement, l’esprit de Riley fonctionne comme une horloge suisse, chacun son rôle et ses tâches.

Et puis la machine se grippe lors du fameux déménagement. Joie et Tristesse se font éjecter du centre de contrôle et se retrouvent perdues dans les confins de la tête de Riley. Une quête pour retrouver le centre des pensées s’engage. Aux manettes de ce nouveau film d’animation, Pete Docter qui avait notamment réalisé Là-Haut et Monstres & Cie. Vice-Versa s’inscrit vraiment dans la lignée des précédentes productions de Pixar. Un scénario original, qui fait rêver les grands et les petits.

Qui ne s’est jamais demandé ce qui se passait dans la tête de quelqu’un ? Pete Docter en propose une vision, une interprétation plutôt bien construite. Mais il ne s’en contente pas. Pour comprendre comme l’esprit de Riley fonctionne, il plonge Joie et Tristesse dans ses tréfonds et offre un voyage au delà de la salle des émotions : inconscient, pays imaginaire, salle de l’abstrait, studio de production des rêves, stockage des pensées, déchetterie mémorielle… Vice-Versa met des images sur des concepts neurologiques ou sur l’étude du cerveau. C’est là sa force. Alors que la petite fille grandit, se confronte à la vie en bonne adolescente, son esprit est chamboulé. Joie, qui était la chef pendant l’enfance de Riley, apprend à lâcher son rôle de leader au profit d’autres émotions.
Bien documenté, Vice-Versa plaira aux parents qui se demandent comment un enfant fonctionne. Pour les enfants, c’est un film drôle, cartoonesque et finalement assez pédagogue. Pas vraiment de sans faute pour le dernier né des studios californiens. Sauf que… Ce petit grain de folie qui donnait l’originalité des précédentes productions lasse un peu. La recette, bien appliquée (double discours parent-enfant, scénario original, clins d’oeil, extravagance), devient une règle et donc, perd de sa force. Il y a une impression de déjà-vu, de redite. Comme si la « patte » Pixar commençait à trouver sa limite. D’autres films d’animation (voir On a pensé à) sont venus chasser sur les terres du studio américain. La fin d’une époque ?
B.R.

À partir de 3 ans. Comédie de Pete Docter. Durée : 1 h 34. Avec les voix françaises de Charlotte Bon, Pierre Niney, Mélanie Laurent…
NOTE : **

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=SYLrpcNTVwE[/youtube]

NOTATION :
**** CULTEissime
*** TOPissime
** PASMALissime
* BOFissime
X NULissime

Prix du roman tmv : les mots d’Océane

Rencontre avec Océane Madelaine, autour de son livre D’argile et de feu (éditions des Busclats), qui vient de recevoir le Prix du roman tmv-La Boîte à Livres.

Océane Madelaine, céramiste et romancière, prix tmv 2015.
Océane Madelaine, céramiste et romancière, prix tmv 2015.

Vous êtes à la fois romancière et céramiste. Modeler la terre et modeler les mots, c’est la même chose ?
J’ai l’impression que plus j’avance et plus ces deux pratiques ont tendance à se rencontrer, à se réconcilier. Et, finalement, D’argile et de feu raconte un peu ça : c’est le territoire de l’écriture qui accueille le territoire d’argile. Mon métier de céramiste m’aide à travailler la langue comme une matière, à aller chercher les mots, à les malaxer, à les tendre.

Et comment savez-vous qu’un texte ou qu’une poterie est prête à passer au four ?
Quand je décore un bol, il y a un moment où je sais que c’est fini, que si je rajoute quelque chose, cela va détruire ce que j’ai fait. Pour l’écriture, c’est un peu la même chose. Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup, au mot à mot, je retravaille… Et pour moi, la définition d’un texte qui est terminé, c’est un texte auquel on ne peut rien enlever.

Vous écrivez depuis longtemps et vous n’aviez jamais publié de roman. Pourquoi maintenant ?
D’argile et de feu n’est pas mon premier roman, mais c’est le premier qui est publié et je crois que ce n’est pas un hasard. Il y a dans ce roman quelque chose de très juste, qui est nourri de mon métier de céramiste. Mais, au-delà de ça, quand je suis devenue céramiste, j’ai eu très vite des contacts avec les gens. Je fais mon bol, je le cuis, je l’apporte sur un marché et j’en parle. Avec l’écriture, il est arrivé un moment où j’ai eu besoin de ça. Il me manquait quelque chose parce que je n’étais reconnue que comme potière, j’avais l’impression qu’il me manquait une moitié de moi.

Chill Bump : l’interview babyfoot

#Aucard Le duo de rappeurs tourangeaux Chill Bump cartonne, on a voulu voir s’ils étaient aussi bons au babyfoot… Réponse en vidéo!

Photo4-BenoitDogniez

On a perturbé les Chill Bump en pleine partie de babyfoot pour leur poser quelques questions…

 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_a6rS7iD5aQ[/youtube]

 

Résultat ? Victoire pas bancale de Bankal (ok, elle était facile celle-là…)

 

Découvrez Chill Bump en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=5Sz0Jwf9MIk[/youtube]

Si j’étais… Rich Aucoin!

#Aucard Rich Aucoin, ou celui qui a envoyé une claque électro-pop dans la tête des festivaliers, vendredi 12 juin, aime les Daft Punk, Star Wars et les koalas… Découvrez son portrait chinois.

aucoin

Si tu étais un fast food…

Probablement, le Subway. J’ai fait un tour du Canada en vélo il y a quelques années, je trouvais des Subway dans toutes les villes et je pouvais y manger à n’importe quel moment.

Si tu étais une devise…

Ne fais pas le con, sois juste sympa avec les autres.

Si tu étais une célébrité française…

Les Daft Punk. Ils ont la particularité de préserver leur identité alors qu’ils sont célèbres dans le monde entier. C’est incroyable dans l’industrie musicale. J’adore ces gars!

daft punk

Si tu étais un film…

Star Wars, c’est mon film préféré.

Si tu étais un déguisement…

Les lunettes avec le nez et la moustache intégrés, un classique!

Si tu étais un animal…

Un koala. C’est trop mignon! Ils dorment 22 heures par jour et se lèvent seulement pour manger.

10981740_10206562659728880_5797689342254490477_n

Si tu étais une année…

1968.

Si tu étais un président…

Ce n’était pas un président mais un Premier Ministre, je dirais peut-être Sir John. A. Macdonald (il est considéré comme l’un des Pères fondateurs du Canada NDLR).

Si tu étais une saison…

L’été. C’est ma saison préférée car il ne fait pas froid. Je sais, c’est marrant comme réponse puisque je viens du Canada où il fait froid la plupart de l’année…

Découvrez Rich Aucoin en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=OCu1geUteZM[/youtube]

Grand Cru Aucard de Tours : 30 ans de plaisir physique  et cérébral

Chaque semaine les aventures culturelles de Monsieur Pilot.

 

philemone 2 pour tmv

D’un Concert l’Autre en Aucard de Tours…  
D’abord des Zapérorocks où l’on découvre les émergents, ou se retrouvent aussi parfois ceux qui ont été zappés par la programmation et reçoivent ainsi « leur Aucard d’honneur pour l’ensemble de leur carrière » (on l’avait vécu avec Les Parpaings et cette année ce fut au tour de Foued devant le Bergerac pour un concert très brillant avec ses complices : Patrick Filleul, Julien Cormier, Cyrille Latapie et Jean-Jacques Cigollini)…

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=VwJyNZs6TTw&feature=youtu.be[/youtube]

Place des Joulins, un mardi midi ensoleillé avec Philémone, belle découverte, plume acérée, une sorte de chanson à textes en pendant à l’omniprésente influence de Dominique A sur l’expression actuelle, une alternative inédite par la féminité voire le féminisme inclus dans le propos, le tout balancé dans de l’électropop faussement ludique rarement festif, la force dans la voix, la charge dans les mots : en devenir… Plaine de La Gloriette, désormais l’espace vert du quartier nouveau des 2 lions ( pauvres bêtes !)… Et l’esprit Béton avec « le bingo god » de la Cie Cacahuète, drôle dans l’outrage et irrespectueuse avec les curaillons de tous poils : ça fait du bien, c’est bon, et c’est peut être « le temps fort » du festival pour honorer les 30 ans… Belle claque en ouverture avec Have The Moskovik, du texte, de la furie, de la virtuosité et la présence d’une actrice/performeuse très « dérangeante » et peut être aussi très « dérangée », incarnation du propos et de la partition dans le drame … Avec Peter Kernel et son duo électrique, on pense à PJ & Parish, ça le fait, ça envoie, mais je ne suis pas collé aux murs de toile du chapiteau, pas bousculé…
La bousculade c’est pour les Wampas et la prestation positive et excessive de l’incroyable Didier, épaulé en force et en images par l’ex-guitariste des Dogs Tony Truand. Avec les Wampas on a cette impression de se retrouver dans une bd de Margerin ou un Gaston, et l’on se laisse attacher aux ficelles les plus grosses, car c’est drôle, sans frime et vivifiant, et l’on se retrouve à brailler des textes à la con en pissant la sueur de rire : même pas honte… Dans la chapelle Kéké au pied de la caravane de Jean-Louis 2000, Boogers balance ses tubes à l’arrache, habillé de son matos tel un chevalier du son sans monture ; on tape de la semelle et l’on suit l’artiste en communion avec ses potes… Vendredi, arrivés de Seuilly avec le transformer de Lou Reed à plein volume, pile poil pour assister au sacre de Chill Bump sur ses terres de naissance devant un public très jeune et très « aimant » : la fête. Mon concert préféré de ceux vus sur cette édition du festival ; la présence brillante voire émue d’invités   complices, deux Voleurs de swing et un Nivek en osmose parfaite avec le public. Le groupe  d’une génération… Samedi, pluie, bonne raison d’aller à la caravane de la Smalla pour manger des crêpes et onduler dans le son de cette grotte à plaisir… 21 h, soleil, et rockab’ danois avec Powersolo le gang des frères Jeppesen, machine pour séduire « les petits agités », balancée sur des guitares inédites dans la forme comme dans le son. Balthazar avec quelques retards à l’allumage faute à des problèmes techniques vite résolus, avant d’entamer le  travail de séduction du public toutes générations confondues, à la manière des belges dans leur capacité à allier les belles harmonies vocales de la pop à des rythmiques bâties pour obliger au mouvement, à l’abandon : on décolle et c’est bon… Passage chez DJ Kéké où le néo-sixties exotique se revit dans le son, l’image et le geste.. Dehors, bataille d’expression   d’un chapiteau l’autre entre un Cotton Claw increvable et un Agoria sur de son style et de sa force… et le peuple rock, le peuple musique, le peuple Béton, celui né du punk et de l’alternatif, fidèle à l’appel sur plusieurs générations : 30 ans de démarche humaniste pour aider à vivre et installer la fête.

Tremplin Avoine Zone Groove à Seuilly : première demi-finale
Retour à l’Abbaye de Seuilly, lieu de paix et d’Histoire envahi par le son et l’électricité pour la demi-finale du tremplin Avoine Zone Groove ; l’occasion pour des artistes locaux de présenter leur travail,  voire de jouer à l’affiche du festival… Un jury où l’on retrouve Didier Godoy et Michel Daly, maire et adjoint à la culture d’Avoine, le maire de Seuilly, l’experte musicale Françoise Connan…

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Y2PR3ecBs0Q[/youtube]

Beaujardin d’abord, un peu en décalage face à la demande des organisateurs ; il balance son style et sa hargne, son énergie, celle d’une fusion entre le milieu des 80’s et la force du rock anglais du milieu des nineties : excellent… Pierre Dorian à l’harmonica et Jean-Pierre Poulain à la guitare, un duo dans un style très blues racine, assez minimal dans la forme, convivial quand il se donne à groover l’affaire… Pierre Delage, chanteur généraliste accompagné d’une section rythmique, une présence instinctive, avec cette impression que tout pourrait être possible dans son désir de capter le grand public avec ses mélodies populaires, ses thèmes universels… Feyls, une formation de jeunes musiciens armée pour séduire les foules, une formule construite pour gagner des tremplins (hihi), et bien sur il le gagne suivi de Pierre Delage, deux formules sélectionnées pour la finale du 2 juillet. Déception pour Beaujardin qui encore une fois râté un tremplin pour des raisons difficilement acceptables pour les artistes : l’originalité de son expression… L’occasion de discuter autour de l’affiche du festival, du 3 au 5 juillet : Michel Jonaz, Julien Clerc, Robben Ford, Charles Pasi, Nicoletta gospel, Manu Katché, Au Bonheur des Dames… du lourd et du légendaire.

Le pire et le meilleur de Scoop and J.Keuz

#Aucard Le duo de rap Scoop and J.Keuz s’est formé en 2011. Leur pire phobie, leur meilleur souvenir ensemble, leur meilleure blague ? La réponse en vidéo !

scoop

Comment s’est formé Scoop and J.Keuz ?

Scoop and J.Keuz s’est formé en 2011, c’est le fruit de dix ans de collaboration et de projets communs.

Si je vous dis « Deux jours à tuer… »

Ce film c’est notre inspiration pour notre premier album sorti en 2012. On l’a appelé Antoine en référence au protagoniste. C’est l’histoire d’un homme marié, avec des enfants, pour qui tout va bien dans la vie. Jusqu’à ce qu’on lui apprenne qu’il est atteint d’un cancer. Il décide alors de tout foutre en l’air. Ce film nous parlait beaucoup.

Quelles sont vos influences musicales ?

L’école de rap américaine.

Pourtant, vous rappez en français…

Parce qu’on ne parle pas assez bien anglais ! Tu peux faire swinguer la langue anglaise comme la langue française. Mais on n’arriverait pas à exprimer tout ce qu’on a à dire en anglais.

Vous travaillez tous les deux à côté de vos concerts, c’est un choix ?

Quand la musique devient ton travail tu ne fais plus ce que tu veux. Ce serait une frustration de faire de notre passion notre métier. Comme dans tous les milieux, tu peux vite foncer tête baissée, nous on veut garder la tête sur les épaules. Et quelque soit le travail, la routine est malsaine. On perdrait une part de magie si c’était notre métier au quotidien. Bon, en même temps, si on nous proposait une tournée on ne cracherait pas dessus !

Quels sont vos projets pour la suite ?

Pour Scoop and J.Keuz, on n’en a pas tellement. On a des projets chacun de notre côté. On n’est pas liés. Faire autre chose, changer d’air permet de revenir plus forts.

 

Découvrez le pire et le meilleur de Scoop and J.Keuz en vidéo :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=C0t8vw3GJfs[/youtube]

Découvrez Scoop and J.Keuz en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kJBir7pNUIU[/youtube]

Festival zik pour petits

Les petits Tourangeaux ont eux aussi leur festival de musique. La 4 e édition du festival Bric à Notes se tient ce samedi, au Domaine de la Source, à Semblançay.

KIDS_PAP_PHOTO

Créé il y a maintenant 4 ans par l’association Bric à Notes, cet événement musical et culturel unique dans la région se veut avant tout un rendez-vous dédié aux familles du nord Touraine et de l’agglo tourangelle. « Il y avait une réelle attente de la part de ce public », explique Amandine Lopes, la présidente de l’association. L’objectif du festival : éveiller la curiosité musicale des 0-12 ans. Treize spectacles sont programmés pour cette nouvelle édition.

Stéphane Pillu, le programmateur, consacre une bonne partie de son temps à dénicher des spectacles qui plairont aux petits et grands. « Je fonctionne aux coups de cœur. Les ingrédients d’un bon spectacle jeune public ? Une grande interactivité entre l’artiste, l’enfant et ses parents ! » Cette année, tous les styles de musique vont se côtoyer : du jazz au reggae en passant par les musiques du monde, le rap ou des contes chantés…

« Ce festival plaît, car les parents savent qu’ils vont passer une journée de détente, entre amis, sans crainte. Ici, le cadre clos est sécurisant, plus d’une centaine de bénévoles très impliqués sont à pied d’œuvre. Par ailleurs, deux espaces ludiques ont été aménagés pour occuper les petits entre les représentations : l’espace Maya pour les 0-3 ans et l’espace Yanis pour les 4-12 ans. Tout est fait pour faciliter la vie des parents, comme un coin pour allaiter en toute tranquillité ou un bracelet qui vous permettra d’entrer et sortir comme bon vous semble », précise Amandine Lopes.

Samedi 13 juin, de 10 h à 18 h, sur le site du Domaine de la Source, à Semblançay. Restauration sur place.
Plus d’infos sur bricanotes.fr

Interview avec A State of Mind : « Ne laisse pas ton soutien-gorge dans mon jacuzzi! »

#Aucard Tmv a rencontré le groupe de hip-hop anglais A State of Mind. Découvrez notre interview vidéo décalée, pleine de surprises!

url

Découvrez notre interview décalée en vidéo :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=QtxbvBvDseQ&feature=em-upload_owner[/youtube]

Extraits :

Peux-tu nous dire quelque chose en français ?

Ne laisse pas ton soutien-gorge dans mon jacuzzi!

Quel est ton petit plaisir de la vie de tous les jours ?

Probablement, arroser mes plantes dans mon jardin, c’est mon petit plaisir quotidien!

Quand as-tu dit pour la dernière fois “je ne ferai plus jamais ça” ?

Quelque fois quand tu es totalement saoul, tu le dis mais ce n’est jamais vraiment sérieux… Je n’ai jamais vraiment dit ça en fait! Je ne suis pas une chochotte!

Qui est la personne la plus importante de ton répertoire ?

Ma maman!

 

Découvrez A State of Mind en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wsImRREtOLY[/youtube]

Journée mondiale des donneurs de sang : donnez !

Ce week- end , c ’est la Journée mondiale des donneurs de sang. Et l’Établissement français du sang de Tours a organisé deux jours de festivités et de prise de conscience sur cet acte volontaire si particulier en France.

Cette année, l’objectif c’est d’attirer 800 donneurs de sang à Tours.
Cette année, l’objectif c’est d’attirer 800 donneurs de sang à Tours.

Pourquoi le 14 juin ?
C’est vrai ça… Hé bien, c’est la date anniversaire de Karl Landsteiner (né en 1868) le médecin qui a découvert le système ABO des groupes sanguins. C’est où ? Pendant deux jours (oui parce qu’en fait la collecte commence vraiment le 13 juin), la place Anatole-France va vivre au rythme de votre flux sanguin mais également des animations prévues pour les enfants.

Est-ce que ça fait mal ?
Pour l ’avoirr testé nous-mêmes, franchement, c’est indolore. Et en plus, spécialement pour ce week-end, des masseurs de l’EFT Tours vous relaxeront.

Et si on a peur des piqûres ?
Ça ne vous empêche pas de venir ! Il y aura plein d’animations autour des donneurs. Notamment un mur d’escalades pour s’initier, un podium avec plein d’artistes de programmés (on cite au hasard The Suns, The Seabling, The Souledgers…) mais aussi un atelier de maquillage, des fanfares, des animations autour du cirque…

Pourquoi ce week-end ?
Parce que la population de donneurs a tendance à reculer légèrement ces dernières années. Dans le département, 3 256 personnes ont fait la démarche de donner leur sang en 2014, une baisse de 12 % par rapport à 2012. L’idée de l’EFS, c’est d’attirer notamment les jeunes pour qu’il y ait un renouvellement. En moyenne, un donneur réalise 1,7 don dans sa vie. Et puis, la période estivale est une période souvent compliquée et il faut pouvoir engranger du stock.

Quelques chiffres.
Pour répondre à la demande des malades et des blessés, l’EFS doit trouver chaque jour 10 000 dons, en France. En Indre-et-Loire, chaque semaine, 600 poches de sang sont nécessaires.

Plus d’infos sur facebook.com/EFSCentreAtlantique

Une minute sur le web #57

Cette semaine, on vous parle d’un tumblr qui rend hommage aux femmes oubliées, d’un miroir dans la jungle, du Kung Fury total wtf et surtout… du soundboard Dikkenek.

Brusk est Lyonnais et c’est un des meilleurs street artists du moment. Il peint sur des murs XXL dans la rue – un art éphémère – et vend ses œuvres en galerie. Unique et plein d’émotions.
> brusk.fr

Photo Brusk
Photo Brusk



TOTAL WTF
KUNG FURY
Des vikings, des dinosaures, du kung-fu, des Nazis débiles et David Hasselhoff : le moyenmétrage Kung Fury (financé par crowdfunding pour 630 000 $) est enfin dispo gratuitement sur internet. En une semaine, cet OVNI déjanté et hilarant, typé années 80, a comptabilisé plus de 12 millions de vues.
Regardez-le intégralement ici :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bS5P_LAqiVg[/youtube]

ÉTUDE
MUSIQUE ET FIDÉLITÉ
Spotify a publié ses chiffres, concernant les types de musique les plus écoutés sur son service de streaming musical. Et c’est le metal qui arrive (très largement) en tête. Suivent la pop, la folk, talonnées par la country, le rock, le hip-hop, puis le reggae et le jazz. En dernier ? La musique classique et le blues.

SOUNDBOARD
CLAVIER DIKKENEK
On se l’est mis en favori sur l’ordi du bureau depuis deux semaines… et on ne s’en lasse pas. Une page web où il suffit d’appuyer sur une touche de son clavier pour déclencher une des répliques cultes du film Dikkenek. Inutile, débile, mais jouissif.
>Si tu viens de te faire carjacker, file sur dikkenek-le-soundboard.herokuapp.com

(et la vidéo, elle est cadeau 🙂
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=tOLo8XeImVg[/youtube]

DOMMAGE !
CHÈRE POUBELLE…
Elle détenait sans le savoir un des tout premiers ordinateurs Apple, mais… l’a jeté à la déchetterie ! La mystérieuse dame est recherchée par la société de recyclage de la Silicon Valley qui veut partager les recettes, l’ordinateur ayant été acheté 200 000 $ par un collectionneur (qui a bien fait de faire les poubelles ce jour-là).

LA VIDÉO
LE MIROIR DE LA JUNGLE
Xavier Hubert Brierre, photographe français, a voulu observer le comportement des animaux face à un miroir. Il en a donc placé un dans une forêt du Gabon. Gorilles, singes, léopards, confrontés à leur reflet, ont des réactions… inattendues !
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=GaMylwohL14[/youtube]

TUMBLR
FEMMES OUBLIÉES
Anna Marly, Mae Carol, Maya Angelou… Ces noms ne vous disent rien ? Ce sont pourtant des grands noms de l’Histoire, des femmes importantes mais dont on ne parle pas assez ou pas du tout. Un Tumblr a décidé de changer tout ça et présenter toutes ces femmes d’exception.
> À lire sur invisibilisees.tumblr.com
BUZZ_TUMBLR

Sport lol #25

Chaque semaine, on vous fait le compte-rend de l’actu sport… vue d’un autre œil.

TU L’AS DIT !
ir_thumb« Il s’agit d’une pathétique tentative de diffamation », a déclaré l’agent d’Irina Shayk, 29 ans et ex de Ronaldo. Le journal El Mundo avait affirmé que cette mannequin, désormais en couple avec l’acteur Bradley Cooper, avait eu une aventure avec Sepp Blatter, 79 ans (mmh graou), président démissionnaire de la Fifa. Pfff, de toute façon, c’est l’intérieur qui compte !

ÇA C’EST FAIT !
Aux X-Games, à Austin (Texas), Cotton Satterfield a tout pulvérisé à l’épreuve de BMX. Classé 7e jusqu’à son dernier run, il a finalement réussi à placer un double flair : une figure rare et difficile, consistant à faire un double salto arrière combiné avec un 180°. Résultat, 90.33 points et une médaille d’or. Et vlan.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=oAuhSTrQn3E[/youtube]

LE TOP
Et hop, Stan Wawrinka ajoute son nom au palmarès de Roland-Garros. Le Suisse a remporté le tournoi en triomphant du numéro un mondial, Djokovic. Et en déjouant tous les pronostics, aussi.

LE FLOP
Lors de la finale de la Ligue des champions remportée par le Barça, Neymar, fervent croyant, a célébré la victoire en arborant un bandeau « 100 % Jesus ». Pas du goût des internautes qui se sont enflammés sur Twitter, criant au prosélytisme religieux.

Prix du roman tmv : et le vainqueur est…

Le prix du roman tmv-La Boîte à Livres est décerné à Océane Madelaine pour son premier roman D’argile et de feu, aux éditions des Busclats.

Océane Madelaine
Océane Madelaine

C’est un roman singulier, c’est un roman puissant , c ’est un superbe premier roman que le jury du prix du tmv-La Boîte à Livres a choisi de mettre à l’honneur cette année. Océane Madelaine est céramiste quelque part dans les Corbières. Dans le sud, donc. Et de sud, il est largement question dans ce tout petit livre en forme de rédemption. D’argile et de feu raconte l’histoire de Marie, une jeune femme enfermée dans une vie immobile qui n’est pas la sienne et qui décide un jour de tout plaquer et de partir à pied, droit devant elle.
Vers le sud, donc. « Je suis un point qui marche », écrit-elle en tout premier. Elle part avec un maigre bagage et l’envie de la route dans les talons. Avec, aussi, une brûlure d’enfance à même le coeur qui la suit partout. En chemin, Marie rencontre Marie. Une autre Marie, tout à fait sédentaire, celle-là, potière d’un autre siècle, dont la trace demeure encore dans ce village où elle s’arrête par hasard. Et cette rencontre transforme la fuite vaine de Marie en chemin de renaissance. Le récit s’élève, s’illumine. L’errance conduit parfois, souvent, au chaos, à la perte.

CULT_PAP_ARGILEIci, c’est tout le contraire. Les mots d’Océane Madelaine vont vers la chaleur, le feu, la lumière. Comme Léonor de Récondo, lauréate du prix en 2014 pour Pietra Viva, Océane Madelaine est une orfèvre de la langue. Les mots sont pesés, calibrés et polis. Et cette langue-là se lit comme du petit lait, même si le propos peut, à l’abord, sembler un peu loin de nos préoccupations quotidiennes. On marche avec Marie, on a mal aux pieds avec elle, on dort dans sa cabane et on soulève, avec elle toujours, le voile sombre et brûlant de ses secrets.

EN BREF
LES AUTRES FINALISTES
PRIX SPÉCIAL DU JURY
CULT_PAP_MADAME√Madame, de Jean-Marie Chevrier (Albin Michel)
Une vieille aristocrate, restée seule dans son château au fin fond de la Creuse se prend d’amitié pour le gamin de ses fermiers. Lequel se trouve avoir tout juste l’âge auquel son propre fils, Corentin, a disparu… Mystère, mystère et le conte d’initiation tourne au thriller rural.

√Mon amour, de Julie Bonnie (Grasset) CULT_PAP_MON AMOUR
Ils s’écrivent à eux-mêmes, en faisant mine d’écrire à l’autre… La Tourangelle de l’étape avait gagné sa place dans le dernier carré avec un roman faussement épistolaire, sur la maternité, comme un prolongement à son premier roman (superbe), Chambre 2. Entre les lettres, entre les lignes, des solitudes, tragiques, se dessinent…

CULT_PAP_Beit Zera√La route de Beit Zera, d’Hubert Mingarelli (Stock)
Le conflit Israélo- palestinien vu à l’échelle humaine. Oui, c’est ça ce roman. Mais c’est aussi (surtout ?) une plongée au coeur des solitudes, des déchirements, que la guerre, les guerres, engendrent chez les hommes.

LE JURY
Joël Hafkin (Président du jury), gérant de la Boîte à Livres ; François Vaccaro, du cabinet Vaccaro, Anne-Sophie Laure, de Fil Bleu, Édouard Kotula, du Crédit Mutuel, Michèle Prévost, de la Bibliothèque municipale, Laurent Coste, professeur de français au lycée Balzac, Jeanne Schweig, enseignante à la retraite et animatrice d’un club de lecture, Phillippe Saillant, de NR Communication et Matthieu Pays, chef d’édition de tmv.

Le Boccaccio : la renaissance italienne

On a testé Le Boccacio, un bistrot italien tout juste rouvert après neuf mois de travaux.

RESTO_PAP

Tables en chêne, étagères en acier, recettes en béton… Le Boccaccio, ou le charme à l’italienne, version remasterisée. On s’était déjà régalés, en mai 2012, dans ce bistrot judicieusement installé rue Gambetta, à l’abri de la rue Nationale. Il a bien changé. L’ancien bâti – ment qui l’abritait était vétuste, il a donc été entièrement rasé, avant que le bistrot italien ne soit reconstruit et rouvre le 1 er juin. Après neuf mois de travaux, il s’agit bien d’une renaissance. Exit le décor façon trattoria et le manque de lumière au fond de la salle. La déco est épurée, moderne et branchée.

Aux commandes, Patrick Muleau est fidèle au poste. Aussi agréable que le sont ses serveurs, disponibles pour la moindre question. Le bistrot joue toujours la carte de la simplicité et c’est un gage de qualité. « Nos produits nous viennent d’Italie et nos plats sont faits maison », explique le boss. Les cuisiniers, eux, maîtrisent leurs classiques. Entre les lasagnes, les pizzas ou encore le risotto, on a opté pour le troisième. Une seule chose à dire : benissimo ! (Ça tombe bien, on ne sait dire que ça en italien !)

Finalement, le seul bémol est l’attente entre les plats. Il faut pourtant reconnaître que les serveurs courent partout… Le resto est plein, les habitués ont retrouvé leurs repères. Aussi bien à l’intérieur, que sur la terrasse à laquelle les gourmands ne résistent pas par cette chaleur, qui rappelle l’Italie. Pour nous rafraîchir, en dessert, on jette notre dévolu sur une panna cotta aux fruits rouges… Et on fond. C’est un aller direct vers le Piémont, pour un prix plus que raisonnable. Mais le séjour est de courte durée, il faut retourner travailler. On repart le ventre plein et la tête ailleurs… Ciao !

EN BREF

RESTO_BVDANS L’ASSIETTE
En allant au Boccaccio, on était bien décidés à se régaler à l’italienne. Après une longue hésitation avec la pizza, on a opté pour un risotto champignon ricotta speck (du jambon cru pour les intimes). Et c’était aussi joliment présenté que bon. On en aurait presque redemandé. Finalement, on a comblé notre faim par une panna cotta aux fruits rouges et là encore… un délice.
L’ADDITION
Entre la formule du midi entrée/ plat ou plat/dessert à 14,20 €, on s’est laissé tenter par la deuxième. Très raisonnable pour un déjeuner entre amis.
PRATIQUE
Le Boccaccio se trouve au 9 rue Gambetta. Il y a du monde, alors on vous conseille de réserver au 02 47 05 45 22.

Du reggae conscient avec Rod Anton and The Ligerians

#Aucard Le chanteur de reggae Rod Anton a grandi à Tours. Mercredi, il a chanté à la maison, au festival Aucard. On a réalisé son portrait chinois rien que pour vous.

18-avr-15-610x300

Rod Anton and The Ligerians s’est formé à Tours, en 2009. Depuis, l’oiseau a pris son envol. Il traverse la France et le chanteur s’est même produit en Angleterre, en Allemagne ou au Brésil, où il a joué ses compos avec des musiciens locaux. Mercredi, à Aucard de Tours, l’oiseau a retrouvé son nid. Cet oiseau, c’est celui de la pochette de leur dernier album Wevolution. Le colibri est une référence à une légende amérindienne.

« Dans une grande forêt, il y a un énorme feu. Tous les animaux s’enfuient en haut d’une colline pour assister au désastre de loin. Le petit colibri, lui, s’affère au ruisseau pour récupérer de l’eau goutte par goutte afin d’éteindre le feu. Les autres animaux se moquent de lui, mais au moins il fait sa part », nous explique le chanteur, très sensible aux problèmes écologiques. A travers son reggae, il apporte sa pierre à l’édifice : « Je chante pour tenter d’éveiller les consciences. Dans tout notre album, on dénonce ce qui ne nous plait pas et le dernier morceau Come Together apporte notre semblant de solutions. » Du reggae conscient, qui nous envoie tout droit dans les nuages.  Mais pas le temps de rêvasser, retour sur terre avec le portrait chinois de Rod Anton que nous avons réalisé :

Si tu étais un film…

Rockers ! (C’est un film jamaïcain, dans lequel plusieurs stars du reggae sont présentes NDLR.)

Si tu étais une célébrité étrangère…

Je serais moi-même en fait, parce que je suis français et portugais donc ça marche ! (il se fait charrier par les autres membres du groupe) Non, Raoni tiens, Raoni ! (figure brésilienne emblématique de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne NDLR)

Si tu étais un animal…

Un jaguar, c’est classe un jaguar ! C’est assez intelligent et assez costaud, c’est l’un des seuls félins qu’arrive à monter aux arbres pour choper ses proies. C’est assez impressionnant.

Si tu étais un pays…

La France, ça me va très bien la France.

Si tu étais une femme…

Je serais la mienne.

Si tu étais un vêtement…

Je serais un sous vêtement. Plutôt vers le haut je pense.

Si tu étais une chanson…

Youth Man des Congos.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7rEFB1-IF7k[/youtube]

Si tu étais un président…

Non je ne serais pas politicien, quoi qu’il arrive. Jamais dans cette vie je pense.

Si tu étais une année…

1979.

Si tu étais un autre artiste…

Peut-être un acteur, mais alors lequel je ne saurai pas dire…

Si tu étais une saison…

L’été, définitivement.

Si tu étais un fast food…

No way !

Si tu étais un déguisement…

Je serais un pirate.

Si tu étais une devise…

Carpe Diem.

 

Découvrez Rod Anton & The Ligerians en musique : 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=EA3TcyJzDY0[/youtube]

Horoscope du 10 au 16 juin 2015

On a demandé à un requin-cheval (ou cheval-requin, à vous de voir) de faire votre horoscope. Cliquez. Bisous

HOROSCOPE
BÉLIER
Amour : signe cornu, signe cocu.
Gloire : à partir de maintenant, méfiez-vous des passages piétons. De TOUS les passages piétons.
Beauté : moche, moche, moche, comme la nuiiiit.
TAUREAU
Amour : bien mal au cul ne profite jamais. (C’est pas de nous, c’est Desproges !)
Gloire : AHHHH fuyez ! Qui, à vous de voir… Mais sachez-le. Voilà.
Beauté : la calculatrice, c’est sur le bureau, pas sur votre peau.
GÉMEAUX
Amour : mieux vaut rater un baiser que baiser un… Voilà, vous avez tout compris.
Gloire : changez de nom pour Ryan Gosling et voyez ce que ça fait.
Beauté : la crème solaire n’est pas une option. Sauf si vous voulez mourir d’un cancer de la peau (joyeux cet horoscope, hein ?).
CANCER (Spécial Perceval dans Kaamelott !)
Amour : j’voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s’annonce pas super. µ
Gloire : vous, vous avez une idée derrière la main, j’en mettrais ma tête au feu !
Beauté : alors le cageot il dit merci et il ferme sa boîte à caca.
LION
Amour : ce que femme veut, Dieu lui-même ne sait pas pourquoi elle le veut.
Gloire : on nous a menti ! La nuit ne porte pas conseil !
Beauté : c’est trop tard, pour le régime. Non seulement pour cet été, mais pour toute votre vie. Alors hein, vive le gras.
VIERGE
Amour : jouira bien qui jouira le premier.
Gloire : il en faut certes peu pour être heureux, mais commencer le mois en négatif, c’est un peu poussé.
Beauté : vous avez la mine d’un bébé qui vient juste de naître. Et c’est franchement pas ça.
BALANCE
Amour : votre moitié raconte vrai – ment n’importe quoi. Écoutez-nous, plutôt.
Gloire : espèce de balance, d’où j’te parle d’abord ?
Beauté : un régime s’impose (balance, régime, blagounette… Hé, on fait ce qu’on peut.)
SCORPION
Amour : la vie ne vaut rien…
Gloire : … mais rien ne vaut la vie. Roh, revenez ! Et lâchez donc cette corde !
Beauté : mangez des bonbons (Chirac et tes pommes, on te fait grave de l’ombre là, avoue !)
SAGITTAIRE
Amour : guérir le mal par le mâle, ça marche. Et le mâle par l’autre mâle, aussi.
Gloire : pause exercice ! On répète, et plus vite que ça : six slips chics, six chics slips.
Beauté : la bouée autour de votre ventre ne vous sera d’aucune utilité dans l’eau. Ne lui cherchez donc pas de bon côté.
CAPRICORNE
Amour : et si on vous cassait un vieux fantasme ? Hélène Rollès d’Hélène et les garçons a 49 ans (!!!).
Gloire : celle de ton père ? Imhotep, ça va.
Beauté : c’est fou comme vos poils ressemblent à des cheveux.
VERSEAU
Amour : on ira, où tu voudras mais pas là-bas. Ni là-bas. On va là ?
Gloire : vous galérez à trouver l’inspiration ? Nous aussi.
Beauté : la gastro, nouveau régime à la mode. Ça marche, mais vous dégoûterez à vie votre moitié. À vous de voir : mince et seul(e), ou gros(se) et accompagné(e).
POISSON
Amour : faites la grève du sexe et obtenez tout ce que vous voulez. Mouahahah.
Gloire : trop dispersé, mais des efforts en fin de trimestre.
Beauté : l’été sera chaud, pensez déo.

Slow Joe & The Ginger Accident : rencontre avec un crooner vagabond

#Aucard À quelques heures de leur show, mardi 9 juin, Slow Joe et Cédric nous ont livré l’histoire de leur rencontre… Surprenante.

slowjoe

Il a la silhouette malingre, mais il en impose. Slow Joe, 72 ans, a un visage marqué qui pousse au respect. Le visage de celui qui a eu un passé mouvementé. L’homme, de son vrai nom Joseph Manuel Da Rocha, garde en lui le souvenir de ses années d’errance en Inde, de vagabondage, d’alcool et de drogue. Toute cette période durant laquelle Joe ne chantait pas encore sur les scènes de festivals, mais pour lui, ou de temps en temps dans les clubs de Bombay le dimanche après-midi. « Je chante depuis que je parle », se plaît à dire Joe. Ce dernier nous met très vite à l’aise, il nous propose à boire, se pose dans un fauteuil et s’éclipse pendant que Cédric, le guitariste, raconte l’histoire de leur rencontre.

C’était en 2007, dans les rues de Goa. Cédric, jeune musicien, est en voyage en Inde avec sa copine. Joe, lui, rabat les touristes vers l’hôtel du coin pour gagner quelques roupies. Très vite, le Frenchy remarque que l’Indien a une voix en or. Ils se mettent à parler de tout, de rien, et de musique. Joe lui chante I’ve got you under my skin. « Il n’a pas la voix tonitruante de Johnny Halliday qui te coiffe les cheveux quand t’es dans la même pièce,  mais il a l’essence d’un crooner », affirme Cédric. Joe interrompt l’interview, perturbé par un de ses ongles plus long que les autres. « Ce n’est pas grave », rigole Cédric. La discussion reprend et le musicien nous livre la fin de l’histoire qui a conduit Joe sur la scène.

« Ses lèvres étaient plus froides que le vagin d’une nonne! »

À son retour en France, Cédric fait écouter à ses potes la voix de Joe. Puis, tout va très vite. Ou presque, outre la galère de la paperasse. L’Indien rejoint Cédric, à Lyon. Et ce n’est pas le remake d’un Indien dans la ville, bien que l’histoire de ce groupe ait tout d’un scénario, basé sur la rencontre. Celle entre Joe et Cédric donc, mais aussi celle avec le bassiste et le batteur, quelques années plus tôt. Ce jour-là, Alexis et Josselin donnent un concert. Avant d’y assister, Cédric prend son tout premier ecstasy et quand il voit les deux jouer, il croit halluciner. « J’étais bouche-bée, on a discuté toute la nuit après le concert et je savais qu’il fallait faire quelque chose. » Puis la bande rencontre Régis, sur un quai de gare.  Et il décide de les suivre pour jouer du clavier sur scène avec eux, quelques heures plus tard. La machine est lancée. Et Slow Joe entre dans la danse.

Depuis, les compagnons de route traversent la France. Ils prennent même le chemin de l’Inde, en 2011, pour une tournée. L’occasion pour Joe de retrouver ses racines, même si elles ne lui manquent pas vraiment. « On mange indien de temps en temps mais sinon il s’en fout », rigole Cédric. Joe est un électron libre. Il aime faire ce qu’il veut, quand il veut. Poser une question surprenante, dans sa loge d’artiste : « Combien de cœurs avez-vous brisés ? » On lui renvoie la question. « Je me souviens d’une fille, en Inde, qui était amoureuse de moi. Ma sœur me disait de me marier avec elle, mais moi je n’étais pas amoureux. Pour tout vous dire, ses lèvres étaient plus froides que le vagin d’une nonne! » Cédric se marre, la complicité entre les deux ne reste plus à prouver.

Découvrez Slow Joe and the Ginger Accident en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=lgyK65HuK3c[/youtube]

Chroniques culture #66

Toute l’actu BD, CD, DVD et jeu vidéo de la semaine chroniquée par la rédac de tmv.

 

LE DVD
TAKEN 3
Parfois, il faut savoir s’arrêter à temps… La franchise Taken ne l’a visiblement pas compris : ce troisième volet, avec l’inénarrable et pour- tant très bon Liam Neeson, en est la preuve. Scénarisé avec les pieds par Luc Besson, ce gros action movie costaud et castagneur a beau être ultra énergique, il frôle le grotesque et la pâle caricature. Reste, pour les intéressés ou les fans, à se délecter des bonus de la copie Blu-ray, avec scènes coupées, interviews, making of de cascades et divers suppléments. A.G.

LE CD
MUSE – DRONES
Le trio a autoproclamé son Drones, « meilleur album de Muse ». Sans aller jusque là, Drones est effectivement bourré de bonnes choses : la pépite Psycho et son riff tonitruant, boosté par un véritable mur du son, par exemple. Concept album aux relents orwelliens, dérivant sur la théorie du complot (l’excellent Reapers), Drones est parfois en sous-régime (Dead inside, insipide). Si la facette heavy est réussie, un petit côté pompeux empêche Drones de s’envoler pleinement. A.G.

LA BD
BIZARRAMA CULTUROLOGIQUE
Compilées de Personne ne bouge, l’émission d’Arte, ces planches d’illustrations signées Marion Montaigne prennent vie une seconde fois. Il était impensable que ces chefs-d’œuvre d’humour loufoque ne soient pas publiés un jour. Au menu, tout sur l’Australie, François Truffaut, la véritable histoire de l’Arche de Noé ou encore le traîneau du Père Noël. C’est hyper drôle, caustique, déjanté : on a adoré. À ingurgiter à petites doses pour faire durer le plaisir ! Hervé Bourit

LE JEU VIDÉO
THE WITCHER 3 : WILD HUNT
Attendu par des hordes de fans à travers le monde, le troisième et dernier épisode de la saga fantasy The Witcher pointe le bout de son épée sur PC et con – soles nouvelle génération. Scénario aux petits oignons inspiré de l’œuvre du Polonais Andrzej Sapkowski, graphismes impressionnants, gameplay de folie et action à revendre : rarement action-RPG en monde ouvert n’aura été aussi passionnant. À vos manettes ! > Bandai Namco, + 18 ans, PC, PS4, Xbox One, de 50 à 70 €. L. Soon

Festival Faune Sonore : « On mise sur des artistes locaux »

Axel Nadeau est l’un des organisateurs du Festival Faune Sonore, qui revient pour une troisième édition, le 18 juillet, à Saint-Étienne-de-Chigny.

Festival Faune Sonore
Faune Sonore Photo Davy Crokett.com)

Comment est née l’idée du festival ?
À l’origine du projet, on retrouve des copains de lycée. À Paul- Louis-Courier, on faisait option musique et à la fin de l’année, on voulait pouvoir garder contact. L’idée d’un festival est née et en parallèle, l’association Faune Sonore a été créée pour pouvoir l’organiser. Le lieu était déjà tout trouvé : le théâtre de Verdure à Saint-Étienne-de-Chigny. Un lieu super que peu de gens connaissent, c’est un amphithéâtre en pleine nature, idéal pour les concerts. On a mis presque un an à tout caler pour la première édition…

À quoi doit-on penser quand on organise un festival ?
Plein de choses ! Le budget, le matériel, les artistes, la communication, la sécurité, la buvette… Ça prend beaucoup de temps et ce n’est pas toujours facile d’en trouver en parallèle de nos études. On met beaucoup d’énergie dans l’organisation du festival et le jour J. Les gens ne le voient pas forcément, ils viennent pour passer un bon moment. Moi qui suis dans la musique (il est bassiste dans Peter Pitches NDLR), je me rends compte maintenant de l’envers du décor d’un festival.

Quelles difficultés pouvez- vous rencontrer ?
Elles sont surtout financières. D’autant plus que nous tenons à la gratuité du festival. On doit donc démarcher mais ce n’est pas toujours facile de trouver de l’argent. La première année, on avait lancé un appel à contribution sur Kisskissbankbank. On a aussi des partenaires et quelques subventions de la Ville et de la Région. Et surtout, on a de nombreux prêts de matériel. Mais on est toujours ric-rac…

Quel est le secret pour un bon festival ?
Les bénévoles ! Une soixantaine, le jour du festival. Sans eux, il ne pourrait pas avoir lieu. Les ingénieurs son par exemple, il sont tous du métier mais viennent bénévolement. Et la programmation. On mise sur des artistes locaux, car il y a beaucoup de talents à Tours. Certains tournent déjà beaucoup dans toute la France, mais on aime aussi avoir un rôle de défricheurs. Il y en a pour tous les goûts musicaux. Parmi les groupes cette année, Swing Shouters, Ropoporose ou encore Caïman Philippines…

Des nouveautés pour cette nouvelle édition ?
Oui, une deuxième scène ! Des conférences seront aussi proposées.

Que peut-on vous souhaiter ?
Du soleil ! L’année dernière, à cause des orages, on a d’abord pensé à annuler le festival mais finalement, on l’a délocalisé dans un hangar à Saint-Pierre-des- Corps. Trois artistes seulement ont pu jouer sur les neuf initialement prévus. C’était complet en quarante minutes mais on n’a pu accueillir que 350 personnes. Malgré l’organisation sur laquelle on travaille toute l’année, on n’est pas à l’abri d’imprévus…

Propos recueillis par Solène Permanne

Le guide du parfait festivalier

La saison des festivals approche à grands pas.
On entre dans la danse et on fait le topo sur ce qui va rythmer la Touraine ces prochains mois. Histoire de passer l’été en musique comme il se doit.

Festivals sur le gril

CartocriseL’été approche, la saison des barbecues qui arrive fait saliver nos papilles, quand nos oreilles bourdonnent : la série des festivals est lancée. Quel rapport dites-vous ? Toute l’année, les organisateurs recherchent les plus belles viandes à présenter à leur public affamé. Mais les festivals pourraient bien partir en fumée. Emeline Jersol, médiatrice culturelle, tient depuis le début de l’année un registre des structures culturelles fermées ou des festivals annulés en France, en 2015. Hébergée par la plateforme Openstreetmap, sa « cartocrise » recensait le jour de son lancement, en janvier, une quarantaine de points. Aujourd’hui, il y en a près de 200. La raison ? Les coupes budgétaires pratiquées par les collectivités locales ou régionales, en lien avec la baisse des dotations de l’État, moins 11 milliards d’euros sur trois ans.

Dans ce contexte, plusieurs villes décident de faire des économies en diminuant leur budget alloué à la culture. Un constat fait notamment lorsque les villes ont connu l’alternance après les élections municipales de 2014. Tous les domaines sont touchés : danse, arts plastiques, arts de rue, littérature ou théâtre… Ainsi localement, à Joué-lès-Tours, le collectif Râ théâtre a annulé la seconde édition de son festival « Auteur(e)s à jouer », prévu en avril dernier. Entre 2014 et 2015, l’association a dû faire face à une baisse de 56,7 % de la subvention municipale qui leur était attribuée.
Et les festivals musicaux ne sont pas en reste. Dans la région, le festival M comme musique, à Châteauroux, a mis la clé sous la porte après douze années d’existence. « Nous aurons tout tenté mais en vain et finalement mieux vaut en finir une bonne fois pour toute que de mourir à petit feu », regrettaient les organisateurs. Sale temps pour les festivals et pourtant, l’été approche. Heureusement, une belle brochette d’entre eux n’ont pas encore été piqués. Sous les cendres encore chaudes, il reste une minuscule braise. L’été approche, la saison des festivals est lancée et à tmv, on espère de tout cœur qu’ils ne finiront pas avariés.
(D’ailleurs, retrouvez ICI l’interview des organisateurs du Festival Faune Sonore)

Neuf festivals régionaux

Notre sélection pour une tournée des festoches sans trop bouger…

DOSS_VIGNETTE1POTAGER ÉLECTRONIQUE
Le potager de la Gloriette devient terreau artistique. Organisé par l’association Les Hommes Verts, ce festival donnera la banane au milieu des courgettes. À l’entrée, vos euros seront échangés en Pioux, monnaie officielle du festival. À Tours, les 26 et 27 juin. Entrée libre.

LES KAMPAGN’ARTS DOSS_VIGNETTE2
Perturbé par la pluie l’an dernier, on leur souhaite (et chante) tout le bonheur du monde… Comme Sinsemilia, au programme. Des artistes locaux sont aussi attendus et des animations seront proposées : graffitis, arts de rue, jeu de bois… À Saint-Paterne Racan, le 27 juin. 10 € le pass.

DOSS_VIGNETTE3LES COURANTS
Au programme de cette 14e édition : rock, punk, world, dub, reggae, yiddish et tzigane. Le festival fait tomber la chemise avec la venue de Zebda, entre autres. Quatre groupes locaux se partageront la scène au cours d’une soirée tremplin. À Amboise, les 3 et 4 juillet. 24 € le pass.

AMERICAN TOURS FESTIVALDOSS_VIGNETTE4
Le Parc des expositions prendra des airs d’Amérique avec ces trois jours dédiés à la culture U.S. On y va pour les concerts rock et country mais aussi parce qu’on rêve de se marier comme à Las Vegas. Si, si, ce sera possible… À Tours, du 3 au 5 juillet. 30 € le pass.

DOSS_VIGNETTE5AVOINE ZONE GROOVE
Anciennement Avoine Zone Blues, le festival ouvre son répertoire. La programmation promet toujours des découvertes blues mais évolue, notamment avec la venue de Julien Clerc. Deux tremplins sont proposés aux jeunes groupes. À Avoine, du 3 au 5 juillet. 60 € le pass.

TERRES DU SON DOSS_VIGNETTE6
Staline, Lénine et Khrouchtchev à Tours ? Oui, oui. Ou plutôt Sylvester Staline, John Lénine et DJ Croute Chef du groupe français Soviet Suprem, qui sortira son premier album en septembre. Ils partagent l’affiche avec Fauve, The Dø ou encore Asa. À Monts, du 10 au 12 juillet. 70 € le pass.

DOSS_VIGNETTE7YZEURES’N’ROCK
Il souffle sa 10e bougie. En cadeaux : Groundation, Le Peuple de l’Herbe, Broussaï, Skawax, Shaka Ponk, Yaniss Odua, High tone, Aldawa et Manston. S’il bat son record d’affluence (8 500 personnes), ce sera la cerise sur le gâteau. À Yzeures-sur-Creuse, les 31 juillet et 1er août. 30 € le pass.

COSMOPOLITE DOSS_VIGNETTE8
On y retrouvera des groupes tourangeaux qui tournent maintenant dans toute la France. Les Voleurs de Swing présenteront leur style déjanté inspiré de la musique tzigane. Bankal et Miscellaneous de Chill Bump rapperont dans la langue de Shakespeare. À Artannes, les 15 et 16 août. 23 € le pass.

DOSS_VIGNETTE9MFEST
On dit oui car c’est le seul festival metal du coin. Avec un petit budget, il réunit une grosse affiche parmi laquelle Belphegor, Anaal Nathrakh ou encore HateSphere. En bonus, Fleshgod Apocalypse, une exclusivité sur un festival français. À Rouziers-de-Touraine, les 4 et 5 septembre. 35 € le pass.

Mini-quiz (réponses en fin de page !)

1/ Qui a reçu le Festival award 2014 dans la catégorie « grand festival » ?
a. Les Vieilles Charrues b. Le Hellfest c. Beauregard

2/ À qui sont reversés les bénéfices de Solidays ?
a. À des assos de lutte contre le racisme b. Aux restos du cœur c. À des assos de lutte contre le sida

3/ Où peut-on assister à un festival de musique ancienne et baroque ?
a. À Saint-Michel b. À Saint-Louis c. À Saint-Lô

4/ Classez ces festivals de metal par ordre d’apparition :
a. Raismes Fest b. Motocultor Festival c. Rock your brain fest

5/ Quels artistes étaient présents pour la 1re édition du Printemps de Bourges ?
a. Jacques Higelin, Les Frères Jacques b. Jacques Higelin, Renaud c. Jacques Higelin, Magic System

6/ Où se sont exportées les Francofolies en 1995 ?
a. En Belgique et aux Pays-Bas b. En Espagne et au Portugal c. En Argentine et au Chili

 

Le kit des festivaliers ! Garanti sans clichés (ou pas)

Au Hellfest, on sait s'habiller pratique (Photo tmv)
Au Hellfest, on sait s’habiller pratique (Photo tmv)

√Le sac à dos du métalleux
Apportez avec vous votre meilleure amie. Une belle blonde, ou plutôt une quinzaine… La bière est ce qui réhydrate le mieux le métalleux mais pensez quand même à prendre une bouteille d’eau, on ne sait jamais. Surtout que votre meilleure amie peut vite devenir votre pire ennemie. Pour les matins difficiles, prévoyez un tube d’aspirine, toujours fidèle, lui. Et il y a encore une chose que vous ne contrôlerez pas (outre vos cheveux pendant un headbanging) : la météo. Toujours prendre un sweat à capuche, c’est mieux qu’un parapluie pour ne pas gêner les gens derrière et risquer de s’attirer les foudres d’une bande de blackeux.

√Le sac à dos du hippie
She loves you yeah yeah yeah… Embarquez votre vinyle, choppé chez votre disquaire préféré, dont vous êtes le plus fier. Les Beatles, Bob Dylan ou Jimi Hendrix, à vous de voir. Côté fringues, laissez parler l’amoureux de la nature qui est en vous : chapeau de paille et chemises à fleurs (fabriquées à partir de matériaux naturels de préférence). Si votre sac à dos est trop petit, oubliez les vêtements, ça se fait chez les hippies. Et laissez tomber la toile de tente qui prend de la place, un bon duvet suffira : la nuit à la belle étoile, même pas peur. Enfin prévoyez un livre de philo pour méditer entre deux concerts et un peu d’herbe pour que le temps paraisse moins long.

√Le sac à dos du rappeur
Casquette à l’envers, ou sur le côté, pour le swag. Prenez-en une panoplie. On n’ira pas vérifier si vous avez changé de slip pendant les trois jours, mais de casquette en revanche… Apportez aussi votre tee-shirt à l’effigie de Tupac, parce qu’on a beau ne pas se rendre à l’enterrement de sa vieille tante, on n’oublie pas le boss. Pensez au stylo et au bout de papier pour écrire vos meilleures punchlines. Sinon votre téléphone fera l’affaire. Et sera bien utile pour retrouver vos potes partis aux toilettes.

√Les indispensables de tous les festoches
Des bouchons d’oreilles, pour ne pas finir sourd. Et un pince-nez, pour ne pas mourir asphyxié. Prenez aussi des chewing-gum : après trois sandwiches au pâté, douze bières et cinq vomis, ça peut servir. Enfin, le programme : multifonctions, on l’embarque dans son sac d’abord pour les horaires. Mais on s’en sert aussi comme GPS grâce au plan du site. Et comme éventail en cas de grosse chaleur.

 

Réponses au quiz
1/ b. C’est de la culture générale. Si, si, on vous assure.
2/ c. Vous le saviez ? Bien joué.
3/ a. Vous vous coucherez moins bête ce soir.
4/ a, b, c. Parce qu’on est gentil, c’était déjà dans l’ordre : 1998, 2007 et 2013.
5/ a. C’était en 1977. On y était aussi… ou pas.
6/ c. Vous ne le saviez pas ? Nous non plus.

Interview avec Hollie Cook : « Mon plat préféré, les sushis! »

#Aucard Au festival Aucard de Tours, on a rencontré Hollie Cook, chanteuse de reggae, pour une interview pas comme les autres…

Hollie Cook, chanteuse de reggae pétillante, a grandi à Londres et son enfance n’a rien de banal. Elle est la fille du célèbre Paul Cook, l’ancien batteur des Sex Pistols et de Jennie, chanteuse des Belles Stars. C’est eux qui lui ont transmis l’amour de la musique. Mais c’est aussi à eux que la chanteuse est très souvent ramenée. On lui a donc laissé la possibilité de démarrer l’interview par la question qu’elle souhaitait…

home-slider-slide-1

 

Quelle est la question à laquelle tu aimerais répondre mais que l’on ne t’a jamais posée ?

Personne ne m’a jamais demandé quel était mon plat préféré, mon animal préféré… Personne ne m’a jamais demandé non plus quelle était ma couleur préférée. On ne m’a jamais posé ces questions, ce sont des choses simples certes mais très importantes pour savoir qui je suis !

Alors, quel est ton plat préféré ? Ton animal favori ? Et la couleur que tu aimes le plus ?

J’aime vraiment beaucoup les sushis. Et mon animal préféré est le chat, ou peut-être le cheval. J’hésite aussi pour ma couleur préférée, le rouge ou le violet… En fait, ce n’est pas évident de répondre à ça !

On a une question plus facile, que tu t’es forcément posée un jour… Qu’est-ce-que tu emmènerais avec toi sur une île déserte ?

Un gros couteau. C’est important parce qu’avec ça, on peut tout faire. Couper le bois, les noix de coco, chassez des animaux… Bref, survivre ! Et j’emmènerais aussi ma meilleure amie, je nous imagine et ça serait vraiment plus fun avec elle. Elle pourrait m’aider et ça me ferait de la compagnie.

Mais si tu vivais sur une île déserte, tu devrais quitter ton quotidien…Quel est ton petit plaisir de la vie de tous les jours ?

Je fume de la marijuana une fois par jour, en écoutant de la bonne musique.

Et tu devrais quitter tes proches aussi, qui est la personne la plus importante de ton répertoire ?

Ma meilleure amie Jessie, parce que pour n’importe quel problème je peux l’appeler. Mais elle serait avec moi ! Sinon, ma mère et mon père bien sûr.

Tu as grandi entourée d’artistes mais qui rêves-tu toujours de rencontrer ?

Les chanteuses américaines Diana Ross et Ronnie Spector!

Et y-a-t-il a une période à laquelle tu aurais préféré vivre ?

Oui, dans les années 70, parce qu’il y avait vraiment de la bonne musique. J’aurais aimé vivre à cette époque pour voir le rockeur David Bowie jouer en direct par exemple. Il y avait aussi de très bons groupes de punk. Et j’aurais aimé vivre dans les années 30, à l’ère du jazz. Je me vois bien trainer dans les rues de Paris à cette époque !

Quelle est la devise qui t’aide à avancer tous les jours ?

Ne rien prendre au sérieux et prendre les choses comme elles viennent, c’est important…

 Propos recueillis par Solène Permanne

Découvrez Hollie Cook en musique :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Faj8-3VKl58&list=PLh8tF6XqVmEerZQJrPptRpClMww6U8UwM[/youtube]

La belle promise : un portrait de femmes captivant

La première réalisation de Suha Arraf ne tient pas toutes ses promesses mais livre une dernière demi-heure glaciale, qui laisse bouche-bée.

CINE_PAP

Elles sont trois. Trois sœurs issues de l’aristocratie chrétienne, en Palestine. Presque isolées du monde depuis qu’elles ont perdu leur terre et leur statut social, après la guerre des Six Jours avec Israël. Enfermées dans une villa silencieuse, triste et terne, à Ramallah. Jusqu’au jour où débarque leur nièce…

Pour La Belle Promise, sa première réalisation, Suha Arraf, née à Mi’ilya, Israël, a accouché d’un quasi huis-clos. Presque oppressant, d’ailleurs. Ces cadres aux lignes géométriques, ces plans carrés, ne font qu’accentuer cette impression. Faisant écho à la rigueur de ces trois tantes recluses chez elles (les scènes en extérieur sont rares). Le long-métrage est aussi élégant que la villa qu’il filme. Aussi dur que le caractère de ses personnages. À coup de plans séquences et de plans fixes, Suha Arraf fait pénétrer le spectateur dans l’intimité de ces femmes. Tour à tour touchantes, froides, acerbes, ou pleines d’émotion. Le jeu tout en justesse des actrices, formidables, est à saluer : Cherien Dabis, qui joue Antoinette, excelle dans son rôle de tante au grand cœur, toujours prête à défendre sa petite nièce Badia (merveille – use Maria Zreik). Contrairement à Juliette et Violet (incarnées par Nisreen Faour et Ula Tabari), rudes et sèches, perpétuellement rongées à l’idée de connaître la honte. Aiguisant leurs paroles comme des lames de rasoir.

Ici, c’est le côté humain qui prime. Pour une fois, les Palestiniens sont dépeints autrement que comme des pions politiques, simplement des personnes. Avec La Belle Promise (Villa Touma en VO), la réalisatrice voulait un film « apatride » et montrer la réalité de la vie en Palestine. « J’avais l’impression que cela manquait aux films palestiniens où nous sommes dépeints soit comme des héros, soit comme des victimes, sans jamais parler des êtres en tant que personne » , a-t-elle déclaré. La caméra, discrète, sait d’ailleurs se faire oublier. Laisse les personnages interagir. Transformant ce film en un conte parfois cruel, parfois émotionnel.

Abordant de nombreux sujets, La Belle Promise a tendance à trop les survoler : enterrements, mariages, poids des traditions, rapports entre musulmans et chrétiens, aristocratie, amour… Mais dans une réalisation si courte (le film ne dépasse même pas les 85 minutes), la cinéaste tend à noyer son propos. Connaissant un passage à vide assez rapidement, La Belle Promise réussit tout de même à se transformer en uppercut lors d’une dernière demi-heure glaciale. L’épilogue, lui, est une bombe. Une décharge émotionnelle qui laisse bouche bée.

Drame, de Suha Arraf (Palestine). Durée : 1 h 25. Avec Nisreen Faour, Cherien Dabis, Maria Zreik…
NOTE : **

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=USKK-XuAnSY[/youtube]

NOTATION :
**** CULTEissime
*** TOPissime
** PASMALissime
* BOFissime
X NULissime

En juin, double dose de festivals avec tmv !

Vous le savez, à tmv, on adooore la musique. Et les festivals, encore plus. Pour ce mois de juin, restez connectés : votre hebdo couvrira les festivals Aucard de Tours et le Hellfest.

Allez, double dose de plaisir, rien que pour vos beaux yeux (et vos oreilles !). Comme l’été approche, tmv a décidé de quitter quelques instants ses bureaux avenue Grammont… L’occasion de poser notre carnet de notes dans deux festivals qui vont beaucoup faire l’actu.

Cette année, on a donc décidé de couvrir, du mieux que l’on peut, deux festoches : d’abord, Aucard de Tours (du 9 au 13 juin) et ensuite, le Hellfest (du 19 au 21 juin).

Aucard de Tours : Ni dieu ni maître !

aucardToute la semaine, la rédaction de tmv sera sur la plaine de la Gloriette. Vous pourrez donc retrouver sur notre site des interviews des groupes et artistes programmés, mais aussi des reportages ambiances et concerts. On va essayer de vous faire le plein de photos et de choses intéressantes. Il se pourrait même que certaines interviews soient filmées.
Tous les jours, vous pourrez grignoter un petit quelque chose concernant cette 30e édition d’Aucard. Idéal pour ceux et celles qui veulent revivre la journée ou les malchanceux/ses qui n’auront pas eu l’occasion de traîner leurs bottes sous les chapiteaux. On a hâte !

Hellfest : highway to Hell

Comme l’an dernier, un de nos journalistes va se délocaliser à Clisson, près de Nantes, pour suivre et vivre la grand-messe du Metal. Cette dixième édition, complète depuis belle lurette, fait la part belle aux grosses têtes d’affiche (Motörhead, Alice Cooper, ZZ Top, KoRn…), mais aussi à plus de 150 groupes qui vont briser quelques nuques lors de séances de headbanging bien sévères.

L'arbre Hellfest (Photo Aurélien Germain)
L’arbre Hellfest (Photo Aurélien Germain)

De retour de l’Enfer, tmv vous fera (re)vivre ce moment intense, avec photos et reportages, aussi bien côté ambiance, que côté concerts. De quoi nourrir les curieux qui n’y ont jamais posé les pieds (rassurez-vous, les métalleux sont doux comme des agneaux et ne mangent pas de bébé les soirs de pleine lune) ou les connaisseurs qui savent que ce festival est non seulement le plus classe d’Europe, mais a aussi été élu meilleur festival de l’année, devant les Vieilles Charrues !

De UND au Années Joué via Les Éphémérides Décalées

Qui dit lundi, dit chronique pilot. Le doc revient avec un paquet de concerts et de culture sous le bras… et même un CD à découvrir !

UND au Théâtre Olympia

Nathalie Dessay (Photo vidéo doc pilot)
Nathalie Dessay (Photo vidéo doc pilot)

Nathalie Dessay, bien sur, dans le rôle, l’incarnation vocale, mais surtout une actrice de la trempe des grandes tragédiennes pour exprimer la force du bel agneau en l’attente de son boucher, l’omniprésence du drame sans possibilité d’endiguer l’angoisse, le destin tragique de ceux qui durent comprendre avant l’heure l’impossibilité d’échapper à la chute et à la déchéance. Rarement vu et entendu une si parfaite expression de cette injustice universelle vécue par les victimes de génocides, identifiée ici dans la Shoah mais directement transposable pour d’autres peuples, d’autres temps ou d’autres terres.
De la Saint-Barthélémy au Rwanda, toujours cet état au delà de la classe sociale, au-delà de la raison, au-delà de la force d’exister, de résister, d’envisager l’avenir. Dans une mise en scène de Jacques Vincey difficile à exprimer par des mots, l’attente et l’angoisse s’installent avec la certitude d’une « happy end » impossible. L’accompagnement musical d’Alexandre Meyer joué en live habille d’impacts et de malaises un univers de glaces en fusion, et la scène de peur « pisse sur elle ». Une réussite globale et utile, une leçon de vie et de mort.

Les Éphémérides Décalées en Arcades Institute

Philippe du Janerand en lecture jouée de textes écrits par l’historienne dramaturge Typhaine de Toury et la joie d’ainsi dépasser l’histoire reliée à Tours et diverses dates et événements habilement exposés pour générer la curiosité, le rire et le partage. Dans un Arcades Institute bondé, nous voyageons sur 2 000 ans d’Histoire, avec des points forts dans une scène sur Calder, une autre sur Henri III et celle sur une hypothétique remise des « Étienne » aux saints les plus méritants, dans un possible concours de l’an 400.
La plume de l’auteure est imparable, habile, subtilement travaillée pour mélanger des sources identifiées d’événements importants à une liberté délirante dans la forme et parfois même dans le fond. De la bonne matière pour l’excellent acteur qu’est Philippe du Janerand.

Les Parpaings à Montjoyeux

Parpaing (Photo vidéo doc pilot)
Parpaing (Photo vidéo doc pilot)

Rock’n’roll au bar le Montjoyeux, avec l’une des plus anciennes formations tourangelles dans le style, une bande de vieux restés jeunes, motivés par l’électricité et la joie, fédérateurs d’une génération venue assister à la messe du punk et du reggae décalé. Le concert de ce groupe devient alors l’alibi à des retrouvailles ; il crée ainsi du lien, du souvenir, de l’échange, et c’est bien : c’est rock et populaire.

Trois jours passés aux Années Joué

Enchaînement de temps forts pour cette bonne cuvée des Années Joué, Funambus ou l’utilisation d’un bus en support à des funambule-acteur pour une plongée dans un univers psychédélique très technique et fascinant, avant la force de la Compagnie Off dans son opéra cosmique et son hypothèse d’un big bang surréaliste ( la participation des enfants du Morier est un plus évident à la mise en scène). Grande claque avec la Cie Bitonio et son spectacle de marionnettes à taille humaine dans une dramaturgie mythologique, avec en réel produit d’appel leur bar animé, où Marcel et Alice vous servent à boire sur leurs corps de bois et de fer animés.
Total dépaysement avec la compagnie belge La charge du Rhinocéros, dans « y’a de la lumière chez le voisin », mélange de jeux d’acteurs et d’images projetées, une lanterne magique appliquée à l’instant pour un charmant scénario plein de douceur et d’humanité. Ballet de vents et de lumières avec la compagnie des quidams dans « fiers à cheval », une déambulation pour atteindre la place Nelson-Mandela où les ambiances sonores donnent matière à divers mouvements de la harde équine imagée… Final grandiose avec le Théâtre Tol, mélange d’opéra et de grande claque visuelle, avec des vélos porteurs d’acteurs musiciens soulevés dans les airs… Le manège enchanté tourne haut dans les airs : il est de chairs et de technologie mélangées, d’Ave maria et de Carmen revisitées… Et puis dans les rues l’oiseau de la compagnie Paris Benares, une belle bête fascinante et magique, La Fanfare Saugrenue et la compagnie Blaka … Dans le square, un temps fort imprévu avec « Ma vie de grenier » de Carnage Productions : plus d’une heure de comédie désopilante par un acteur haut de gamme, ou comment transformer un banal vide-greniers en un dramatique détournement psychologique poussant au rire et à la démesure : avec Bitonio, mon autre coup de cœur du festival.

Beaujardin à Gentiana

En plein soleil, premier apéro rock du festival Aucard de Tours sur l’esplanade de Gentiana avec Beaujardin, le groupe qui monte et se bonifie à chaque prestation. Néo new wave des 80’s passée à la moulinette du rock anglais du début du XXIe siècle, servie par un chanteur habité et des musiciens au service d’un style et de compositions bâties comme des hymnes. Belle reprise de Björk et grande énergie offerte au maigre public, pour ce midi à la température trop élevée pour garantir une parfaite attention.

CD LP Des Jeunes Gens Modernes vol 2 Agnes B

Volume 2 pour ce travail d’archiviste mené par Jean-Francois Sanz, en opposition à d’autres « années 80’s », avec la réunion de pépites et de groupes devenus cultes. C’est de l’Histoire mais ce n’est pas passéiste, tant la période charnière de la fin des seventies au début des eighties se révèle avec le temps une source identifiée pour nombre de groupes des années 10. A leur manière, ces « jeunes gens modernes » inventaient un style et une école sans le savoir, sans en avoir conscience, motivés parfois par l’envie de faire table rase du passé pour s’identifier comme uniques, pour d’autres installés dans ce désir à créer la bande-son de leur époque loin des codes établis… Souvent dans une démarche totalement artistique, globale dans l’accord entre un style vestimentaire, une attitude, un axe de vie, la musique en un reflet sensible d’un romantisme de la déglingue.

J’en suis persuadé : pas un des artistes présents dans cette compilation ne pensaient être encore écouté 30 ans après. L’heure n’était pas à durer, le mois suivant obligeait à se renouveler ou à mourir. Cette compilation est envahie par cette urgence instinctive…

Une minute sur le web #56

Tout ce qu’il faut savoir sur l’internet de cette semaine.

BUZZ_PETER

LA PHOTO
OEUVRE
Peter Callesen a des mains en or : avec ce qu’il découpe il crée des formes en 3D.
Plus sur petercallesen.com

LE CHIFFRE
100 000
C’est en dollars le montant d’une des œuvres vendues par l’artiste Richard Prince. Le truc, c’est que c’est une photo qu’un internaute avait postée sur Instagram et que l’artiste s’est réappropriée pour son expo dans une galerie new-yorkaise sans reverser un centime. Classe.

BUZZ_CHARLIE

 

TENDANCE
ADO
Les ados sont formidables ! En ce moment, aux USA, les djeuns postent des vidéos de Charlie charlie Challenge. Sorte de réminiscence des soirées spiritisme, il s’agit de dessiner un carré sur une feuille et de superposer un crayon avant d’appeler Charlie, Charlie, un soi disant esprit mexicain.

BUZZ_PORTRAIT

ART DIGITAL
RECONNAISSANCE
Stefan Bogner et Philipp Schmitt sont tous les deux étudiants en design en Allemagne. Plutôt futé, leur dernier projet consiste à déformer un portrait devant un logiciel de reconnaissance faciale et de voir à partir de quand on ne peut plus reconnaître le visage.
Plus sur philippschmitt.com

 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=XJpwCYCqW78[/youtube]

SAVOIR INUTILE
MINECRAFT
Le jeu qui consiste à construire des mondes avec des pixels serait la plus grande chose, en terme de surface et de volume, au monde. Le magazine Wired s’est amusé à prouver que le monde construit par ses joueurs correspondait à 8 fois la planète terre et représenterait une surface de 4 milliards de kilomètres carrés. Voilà.

L’APPLI
TOUCH PIANO
Vous ne savez pas jouer d’instrument et c’est votre rêve ? On a trouvé ce qu’il vous faut. Touch piano permet de jouer des grands classiques sans faire les notes mais seulement les rythmes. Vous allez vous impressionner.
Jouez ici. 

Sport lol #24

Le meilleur et le pire du sport international. Enfin… plutôt le pire !

 

TU L’AS DIT !
« Je joue comme ça depuis longtemps et je ne changerai pas juste parce que ça agace des personnes. » Neymar, un peu énervé après s’en être pris plein la tête, suite à son geste technique face à Bilbao qui a « ridiculisé » tous les défenseurs. Le dribble du Brésilien a été vécu comme une provocation et a déclenché une mini-échauffourée sur le terrain. Ah, football, ton univers impitoyable.

ÇA C’EST FAIT !
Lors d’un match de foot en D1 chinoise, le gardien Sui Weijie a voulu se désaltérer. Les adversaires en ont profité pour marquer sur coup franc, tandis que notre homme buvait un coup à côté de son poteau. En plus d’avoir l’air bête, Sui Weijie s’est pris une amende de 50 000 yuans (7 400 €) et une suspension par son club.
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=U7POswH0o9c[/youtube]

LE TOP
Les Simpson avaient prédit l’affaire de la corruption à la Fifa. Si, si. Dans l’épisode 16 de la 25e saison, diffusé en 2013, Homer rencontrait un membre influent de la Fifa, ensuite arrêté dans le salon, pour… corruption. Trop fort !

LE FLOP
Roger Federer n’a pas digéré qu’un ado prenne un selfie avec lui à Roland-Garros. Désormais, monsieur se balade avec… 14 gardes du corps ! Eh Roger, encore un et tu as ton équipe de rugby !

[nrm_embed]<iframe src= »https://vine.co/v/ebxUDxZvl6Z/embed/simple » width= »600″ height= »600″ frameborder= »0″></iframe><script src= »https://platform.vine.co/static/scripts/embed.js »></script>[/nrm_embed]

Le BistrO d’Arlot : il cartonne !

Pour notre spécial Joué-lès-Tours, on a fait un petit tour par le BistrO d’Arlot. Un délice.

Dans son Bistro, Olivier Arlot reste en salle, mais c’est lui qui donne le ton. (Photo tmv)

Ce jour là, on a de la chance, c’est Olivier Arlot himself qui nous accueille en salle. Tout sourire, le garçon. Remarquez, il peut : aujourd’hui comme tous les midis depuis l’ouverture (en mars), la salle est pleine. Pas une chaise de libre ! Donc, on le dit tout de suite et on ne le répétera pas : il faut réserver. Vu de dehors, l’affaire ne paie pas de mine, c’est un resto d’hôtel, avec les petites marches pour entrer et l’enseigne jaune Logis de France, le tout en bordure du lac des Bretonnières, à Joué-Lès-Tours. L’intérieur a été repensé dans une ambiance moderne-chic avec une pointe de végétal de bon aloi. Un bémol pour le carrelage gris au sol qui rend la salle un poil bruyante. Mais c’est pour l’assiette que l’on vient et là, c’est carton plein.

« Ici, explique Olivier, on fait une cuisine familiale de qualité et à petit prix. » Traduisez : on n’est pas à la Chancellière (le resto gastronomique d’Olivier Arlot à Montbazon), mais on y mange pas mal quand même. Pour 18 €, vous avez trois plats (dont le dessert à la carte) cuisinés avec des produits frais et de saison. Olivier Arlot reste en salle, mais ce sont ses recettes et Mickaël, le chef qu’il a recruté pour ce bistrot, sait parfaitement les interpréter. « Si je ne suis pas là, tout tourne exactement comme si j’y étais : c’est le but ! »
Mention spéciale à la carte des vins. Nous avons repéré quelques flacons régionaux visiblement choisis avec soin, à peine plus chers que si vous les achetiez chez votre caviste. Bon, nous le midi, on reste sobre, mais la tentation fut forte… Le concept, porté sans doute par le nom de son créateur, plaît donc. Il plaît même tellement qu’Olivier Arlot parle de le dupliquer ailleurs dans l’agglomération tourangelle. Bonne idée : ça nous fera plein de bonnes petites adresses à tester !

AU MENU

UN PLAT
Tenez, par exemple, cette entrée. Une soupe froide de petits pois frais toute simple et pleine de saveurs printanières, qui vient napper des filets de sardines (fraîches aussi). Pas compliqué en soi, mais super agréable en début de repas.

L’ADDITION
La formule déjeuner comprend deux versions : 15 € pour entrée/ plat ou plat/dessert et 18 € pour la totale. Nous, on dit ça, on dit rien mais pour trois euros, pourquoi se priver ? À la carte, compter autour de 15 € pour un plat et 7 € pour une entrée ou un dessert. Vins de la région autour de 20 € la bouteille

PRATIQUE
Le bistrO d’Arlot 6, avenue du Lac (Joué-Lès- Tours). Comme l’adresse l’indique, c’est juste en arrivant sur le lac des Bretonnières, attenant à l’hôtel du lac (encore !)

Joué-lès-Tours : « Notre regard a changé »

On vous avait déjà parlé de Nouvelles Donnes, un blog sur l ’actualité jocondienne, tenu par des étudiantes à l’École publique de journalisme de Tours (EPJT). Interview bilan avec trois d’entre elles.

(Capture d’écran du blog)

Quels sujets avez-vous abordés ?
Anaëlle Berre : Comme c’est un blog école, on essaye tous les formats. Il y a de beaux portraits, des reportages, comme par exemple à la Rabière après l’affaire Bilal (tué par la police de Joué, NDLR)… On a couvert tous les sujets : social, sécurité, économie.

Le blog est hébergé par lemonde.fr, ont-ils un droit de regard dessus ?
Julia Mariton : Il appartient à ses auteurs. On était libres, aussi bien dans les formats que dans l’écriture.

Désormais, comment percevez-vous Joué ?
Audrey Vairé : Au départ, je ne pensais pas que ce serait excitant, mais au final…
Anaëlle : C’est parce qu’on ne connaissait pas, Joué est dans l’ombre de Tours. Mais il y a beaucoup d’histoires à creuser.
Audrey : Notre regard a changé, on a découvert la ville.
Anaëlle : Mais on a eu du mal avec l’équipe municipale. On les a informés très tôt, mais ils se sont vite fermés avec l’affaire Bilal. Les relations étaient tendues, ils ont fait barrage à l’information. Quand il s’agissait d’être plus communicants, là, ça s’est décoincé sans problème ! Je pense qu’ils n’avaient pas vu qu’on allait vraiment creuser les sujets.

Comment les Jocondiens ont-ils réagi ?
Julia : Sur le blog, on a eu des commentaires concernant le fond des articles, pas sur notre travail. Quand on a rencontré les habitants sur le terrain, beaucoup étaient curieux et intéressés.

Un moment qui vous a marquées ?
Audrey : Lors des cours de français au centre de la Rabière… C’est un bon souvenir, j’ai vu des gens tellement généreux !
Julia : Les départementales, le bilan des municipales… Il y avait ce contact avec les citoyens, avec la mairie, on prenait la température.
Anaëlle : En ayant travaillé sur les municipales, j’ai compris leur mécanisme. Sinon, le cycliste Jean- Pierre Danguillaume : quelqu’un d’extraordinaire.

>jouelestours.blog.lemonde.fr

Années joué : l’abécédaire

On s’est amusé à reconstituer l’esprit du festival qui aura lieu le 5, 6 et 7 juin avec des coups de coeur.

Image6

A comme les acrobaties du Magic Sporting club : quatre zinzins qui pratiquent le saut de haies en échasses ou le nunjaku à base de ventouse. Des déglingos en complet de survet à voir au parking du Collère Rabière à 19 h 15 les 5 et 6 juin.

N comme n’importe quoi… Oui c’est un peu ce qu’on se dit quand on voit le duo loufoque Cissou et Filipon de la Compagnie Vils Brequins. Deux originaux qui jonglent, racontent des blagues et se baladent sur une grosse boule. Départ les 5 et 6 juin à 21 h 45 Maison de l’environnement.

N comme Nestor, le personnage muet et poétique qui va émerveiller vos enfants. Les 6 et 7 juin à 16 h et 18 h 30 à l’Espace famille.

É comme énergie. Parce qu’il en faut pour voir tous les magnifiques spectacles proposés.

E comme extraordinaire, c’est souvent ce qu’on se dit quand on voit la déambulation des Paraboles de la Compagnie off. Le 5 juin à 22 h, 22 h 45 et 00 h 15 place Nelson Mandela.

S comme synchro : quand vous verrez les percussions de la Compagnie Blaka, vous comprendrez ce qu’on dit. Look à mi-chemin entre le steam punk et le manga, les six membres vont vous en mettre plein la vue à 20 h 15 devant la médiathèque et 22 h 15 dans l’espace gastronomique. Et c’est pendant les trois jours !

J comme Jonas Diaboliste, le jongleur complètement dingue de la Compagnie du Grand hôtel. Le gars débarque dans son triporteur et sort des tours que vous n’avez jamais vus. Les 6 et 7 juin, à 16 et 19 h 15 au Parking Collège Rabière.

O comme options infinies : oui la machine à marcher de la Compagnie Fer à Coudre est modulable. The Walking machine project a son stand ouvert à partir de 20 h 30 à l’Espace gastronomique pendant les trois jours.

U comme les ultimes moments de la sœur d’Antigone. La pièce Sœur de… met en scène la seule survivante de la tragédie d’Antigone. Poignant. À 21 h 15 Salle Jacques-Brel les 5 et 6 juin.

E comme expérience de cinéma. Une Cerise noire propose d’assister à un tournage de film en noir et blanc, sauf que vous voyez tout ce qui se passe sur le plateau. Complètement bluffant. Le 6 juin à 22 h 30 au Gymnase.

 

PRATIQUE Les années Joué se déroulent pendant trois jours partout dans la ville de Joué-lès-Tours à partir de vendredi 5 juin et tout le weekend. Tous les spectacles sont bien sûr gratuits. La mairie de Joué vient même de mettre en place un site web dédié pour que vous puissiez vous y retrouver dans le programme. Plus d’infos et programmation sur anneesjoue.fr

LES ATELIERS La grande majorité des spectacles est vivement conseillée aux enfants. Mais si vous voulez d’autres idées pour les amuser aux Années joué, le festival met en place, cette année, des ateliers animés par le service jeunesse. Jeux d’illusion, graph’, coloriage numérisé, photophore… Vous aurez le choix. À l’espace famille.

ON ADORE Oui, parce qu’on avait envie de le mettre un peu avant, on vous conseille d’aller voir la déambulation magique, aérienne de la compagnie belge Theater Tol. C’est beau, féérique et très impressionnant.

Chroniques culture #65

Toute l’actu BD, CD, DVD et jeu vidéo de la semaine chroniquée par la rédac de tmv.

 

LE CD
STRUGG – DISORDERS IN PROGRESS
Duo à cheval entre Bourges et Tours, les Strugg (alias   Vincent et Man-U) viennent de sortir un EP prometteur. Ce Disorders in progress, véritable plongée dans une marmite bouillante de rock/ indus, broie les cervicales à coup de rythmiques imparables et de grosse guitare bourdonnante. Côté voix, on est dans du lourd, du saturé, influencé tour à tour par David Bowie, Marilyn Manson et Nine Inch Nails. Addictif et à retrouver d’urgence sur Itunes.   A.G.

LE DVD
IMITATION  GAME 
Contrairement à la majorité des biopics, celui-ci, sur la vie du mathématicien anglais Alan Turing, a ce petit plus qui fait sortir ce   film des sentiers battus d’Hollywood. S’il a des faux airs de blockbuster (le cadrage et la photographie n’apportent rien), Imitation Game aborde l’homosexualité, le manichéisme, la robotique et l’humanisme tout en finesse. Un propos   intelligent et intelligible porté par le talent de Benedict Cumberbatch et de Keira Knightley.  B.R.

LE JEU VIDÉO 
CODE NAME  STEAM 
Repoussez une invasion alien et entrez dans l’histoire avec Code Name :  STEAM, un jeu de rôle et de tir au tour par tour   taillé spécialement pour la 3DS Nintendo. Élaborez   toutes sortes de stratégies, jouez des muscles et des neurones dans l’univers  steampunk du Londres victorien. Gameplay classique mais efficace et ambiance graphique typée constituent les deux points forts   de ce titre. Une valeur sûre.  Nintendo, + 12 ans, 3DS, 35 €.  L. Soon

LA BD 
LES ENQUÊTES  DE RIC HOCHET
Pas facile de reprendre la suite des aventures d’une des icônes de la BD franco-belge. Un pari réussi pourtant, car le scénario de   Zidrou, un des auteurs les plus doués de sa génération, et le dessin de Simon Van Liemt emportent véritablement la mise. Intrigue machiavélique, soupçon d’érotisme, humour décapant, tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette reprise un must pour les amateurs de thriller et de costume pied de poule.  Hervé Bourit

 

Horoscope tmv du 3 au 9 juin 2015

On a regardé pour vous dans notre boule de cristal… Elle était cassée.

HOROSCOPE

BÉLIER
Amour : évitez les dîners surprise à la bougie, vous jouez avec le feu.
Gloire : non, se servir des autres comme piédestal ne vous apportera pas la gloire. On n’est pas à l’acrogym, là.
Beauté : si t’es pas joli(e), sois au moins poli(e).

TAUREAU 
Amour : meuuuhh! (Ok, on sort)
Gloire : la rançon de la gloire, tu connais?
Beauté : pas de congés cet été ne rime pas avec autobronzant en grande quantité (Mais si en fait ça rime !).

GÉMEAUX 
Amour : charité bien ordonnée commence par soi- même. Eh bah, pour l’amour c’est pareil !
Gloire : « La renommée, plus rapide que tout autre fléau…  messagère accrochée au mensonge et au mal, tout autant qu’à la vérité. » Méditez sur les mots de notre pote Virgile.
Beauté : cultivez votre beauté intérieure.

CANCER 
Amour : stop !!! Finies les plaintes. On se bouge et on remonte la pente.
Gloire : une médaille, deux faces.
Beauté : demandez à votre miroir qui est « la plus belle », éliminez les prétendantes jusqu’à ce que votre reflet apparaisse !   Il n’y a pas de problèmes, que des solutions.

LION 
Amour : toujours prendre un contrat prénuptial (On nous dit dans l’oreillette que le cynisme n’est pas autorisé).
Gloire : construire un coffre-fort assez grand pour nager dans son argent.
Beauté : s’admirer dans chaque miroir qu’on croise.

BALANCE 
Amour : la famille, c’est le plus important. Mais la famille, c’est pas toujours les liens du sang.
Gloire : faites tout péter. Envoyez tout valser. Mais évitez de le faire chez vous. C’est encore meilleur chez les autres.
Beauté : la beauté est dans les yeux de celui qui regarde. C’était une blague. Laisser pousser ses poils de nez n’a jamais été tendance.

VIERGE 
Amour : soyons fous, ce mois-ci on vise une cible de la catégorie au-dessus.
Gloire : peu importe la vitesse à laquelle vous gravissez les marches, tant que vous continuez   d’avancer.
Beauté : prenez un faire- valoir.

SCORPION 
Amour : regardez-bien qui sont vos vrais amis. Dur, le bilan. Revoyez vos priorités.
Gloire : qu’est-ce qui fait vendre ? Vous savez ce qui vous reste à faire…
Beauté : plongez vous dans les livres d’histoire, vous êtes forcément le canon de   beauté d’une époque.

SAGITTAIRE 
Amour : un bain, des pétales de roses, un massage. Ou sinon filez à l’institut.
Gloire : un soupçon d’assurance, des objectifs définis, du travail, de la persévérance encore et   encore.
Beauté : du sport, des projets et un petit bilan beauté. On va se retourner sur vous.

CAPRICORNE 
Amour : qui choisir ? Faites comme tout le monde prenez les deux.
Gloire : apparemment, vous êtes doués en brasse coulée : un coup la tête sous l’eau, un coup la tête en   dehors de l’eau.
Beauté : faites-vous plaisir. Prenez soin de vous.

VERSEAU 
Amour : prenez une gourmandise. Admirez-la d’abord pour le plaisir des yeux. Effleurez-la pour le plaisir de l’imminence. Mettez en bouche…
Gloire : insufflez quelques zestes de citron à votre plan. Pimentez le tout. Savourez le mélange détonnant.
Beauté : Parfois, souvent, l’attitude fait tout. Travaillez votre charme.

POISSON 
Amour : des bulles. Pour le philtre d’amour que vous préparez, cette fois votre proie ne vous échappera pas.
Gloire : des bulles. Pour le champagne qui célèbre votre victoire.
Beauté : des bulles. Pour le bain moussant ou le jacuzzi qui vous attend.

Pierre-Guy Bichot : « Créer des vocations »

Pierre-Guy Bichot est directeur des pépinières d’entreprises de Joué-lès-Tours et Tours-Sanitas. Entretien.

Image4

Vu le nom, Start’ère, c’est une nouvelle ère, un démarrage pour les jeunes patrons ?
Effectivement, c’est en partie cela. Cela sert d’envol pour les entreprises, c’est le coup de boost au démarrage. Les deux pépinières appartiennent à Tour(s)plus. La gestion est accordée au cabinet Interfaces (immobilier d’entreprise, NDLR). En fait, on accompagne dans le démarrage, le développement et l’installation.

C’est quoi, concrètement, une pépinière d’entreprises ?
Il y a trois volets. D’abord, le volet immobilier : avec Start’ère, on offre des tarifs préférentiels pour les jeunes entreprises ou celles en création. Elles sont prises une fois que leur dossier, passé en commission, est accepté. Le second volet, c’est l’accompagnement, le conseil : il y a une plate-forme de veille juridique, fiscale, commerciale, stratégique… Enfin, il y a le volet animation de ces outils, avec des ateliers, la mise en réseau de partenaires, etc.

C’est une ville dans la ville ?
Non, c’est plutôt une communauté d’entrepreneurs et on les incite à se mettre en réseau avec d’autres partenaires locaux, voire nationaux. On les prépare à leur sortie de la pépinière. On ne reste pas ici toute sa vie. Les start-up, ici, peuvent rester quatre ans maximum.

Comment ça se passe, au quotidien ?
Chaque entreprise est autonome. Chacune a accès à ses locaux, 24 h sur 24, sept jours sur sept.

Selon vous, c’est quoi une bonne ou une mauvaise start-up ?
Il n’y a pas de bonne ou mauvaise start-up ! Il y a juste un porteur de projet et une idée. L’entrepreneur doit se demander de quoi il a besoin côté technique, commercial, gestion, etc. avant de venir ici. Nous, on va regarder le modèle économique, comment il va générer de la valeur et surtout, la pérennité possible de l’entreprise. Certains projets sont refusés, car ils ne sont pas assez solides, il n’y a pas de réel marché et ils ne sont pas assez viables.

Vu l’état du marché du travail, c’est la bonne idée de lancer sa propre entreprise ?
Ici, il y a de nombreux profils : de jeunes sortis de l’école, des entrepreneurs en phase de reconversion, des profils cadre, managers… Les porteurs de projet ne sont pas créatifs par défaut, ils ne sont pas là juste parce que le marché du travail souffre.

Pourquoi se retrouve-t-on avec des pépinières d’entreprises ?
En raison de la volonté de se doter d’outils économiques pour les petites entreprises. Celle de Tours se situe près de l’A10 et de la gare ; celle de Joué à 3 minutes de la sortie du périph’, à 5 minutes de l’A10 et de l’A85. Les deux se trouvent au pied du tramway et ont un espace de coworking… Les pépinières d’entreprises apportent une vraie activité économique. Sur Joué-lès-Tours, aussi ! Ça peut créer des vocations. C’est un accompagnement à la carte.

Joué-lès-Tours : Les entreprises appuient sur le Start’ère

L’appellation semble obscure pour beaucoup : la pépinière d’entreprises Start’ère, à Joué-lès-Tours, est pourtant un véritable lieu d’innovation. Visite guidée d’un endroit rempli de jeunes entrepreneurs et bouillonnant d’idées.

Avec Antoine Lagarde, c’est Game of drones.
Avec Antoine Lagarde, c’est Game of drones.

Le bâtiment trône rue Mansart. Murs gris, grilles jaunes et de gros carrés rouge pétant. Ce jeudi matin, le soleil inonde le stade Jean-Bouin qui fait face à Start’ère, la pépinière d’entreprises de Joué-lès-Tours. À ses pieds, le tram’ dispose de rares passagers. Un calme qui contraste avec ce petit monde qui bouge à Start’ère. Une trentaine de bureaux modulables, allant de 15 à 50 m2, y abritent les jeunes start-up innovantes de Touraine. « Start’ère, c’est le coup de boost au démarrage. » La formule de Pierre- Guy Bichot claque comme une phrase marketing. Jolie et bien troussée. Mais force est de constater qu’elle vise juste.
Pierre-Guy Bichot est le directeur de la pépinière d’entreprises de Joué-lès-Tours, mais aussi de celle de Tours, au Sanitas. Petite barbe taillée au millimètre, lunettes carrées, poignée de main franche quand il nous accueille. Quand il raconte la genèse de Start’ère (lire notre interview), il triture sa bague, semble ravi de faire découvrir l’endroit. Ravi, aussi, quand on lui fait remarquer que Joué est loin de n’être qu’une banale cité-dortoir. La deuxième ville du département a redoublé d’attractivité depuis que les jeunes entrepreneurs du coin se bousculent pour avoir leurs locaux ici. Dans leur tête, une idée ; dans leur sac, un projet.

LE DRONE TE DONNE DES AILES
Créée par Tour(s) plus et inaugurée en 2012, la pépinière compte trois étages. Ici, ce sont quatorze start-up qui bénéficient d’une aide et d’un accompagnement. Start’ère, comme son nom l’indique, serait donc une aide au démarrage pour les entreprises. Un tremplin ? Antoine Machon confirme. À 26 ans, lui et Antoine Lagarde, même âge, gèrent Drone Contrast. Ce jour-là, ils bidouillent un énorme drone, sur lequel ils essayent de faire tenir une caméra. De loin, la bête fait penser à une grosse araignée. Ces deux ex-ingénieurs, aidés de leurs coéquipiers, travaillent dur. Carburent au RedBull®. Entre deux essais, Antoine Machon prend quelques minutes pour raconter le lancement de leur projet, en mai 2014 : « On était passionnés des drones et c’était aussi la naissance du drone commercial. » Ajoutez à ça « l’envie d’entreprendre » et les deux Antoine se retrouvent ici, à Joué. « On a non seulement trouvé un accompagnement, mais aussi des locaux moins chers. On ne se fait pas écraser par les charges dès le début… » La conception et la fabrication de drones pour le cinéma et la vidéo occupent une grande partie de leur temps. Mais ils forment aussi des gens qui veulent être télépilotes de drones et louent leurs services « à la publicité, l’industrie, le tourisme… On fait aussi des prises de vue thermique ! »

La guitare créée par Atalow : fais péter les watts !
La guitare créée par Atalow : fais péter les watts !

Ce sont leurs drones qui ont survolé le festival Aucard de Tours, l’an dernier. L’initiative avait fait grincer quelques dents : « On entend toujours davantage ceux qui râlent ! Et puis, quand tout le monde a vu les images, ils ont compris qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. On voit l’endroit, mais on ne reconnaît personne. » Quand on lui pose la question de la violation de la vie privée, Antoine réfute en bloc : « Déjà, ce n’est pas un lieu privé. Ensuite, il y a souvent des gens qui ne veulent pas être filmés par un drone, mais qui vont l’être durant tout le festival pendant les concerts, etc. » Le jeune entrepreneur pense que les mentalités bougeront. « Nous, ce n’est pas de l’espionnage, ce sont juste de nouveaux outils. » Drone Contrast se porte bien, d’après son créateur. Même le chiffre d’affaires en ferait rougir certains. « Et on peut même se verser des salaires maintenant. »

EFFETS SPÉCIAUX, COACH ET SILO
Atalow, lui, n’en est peut-être pas encore là. Inutile de connaître son identité ou son âge, il ne le souhaite pas et vous n’aurez que son pseudo. On peut simplement dire qu’Atalow paraît plutôt jeune et surtout, qu’il est bigrement doué. Scotché à son PC, celui qui est arrivé il y a à peine deux semaines, nous montre toutes ses prouesses. Tronatic, studio, c’est le nom de son bébé. Atalow baigne dans la marmite de l’imagerie numérique. Pro de la 3D et des effets spéciaux, il est capable de créer un pot à crayons qu’il fera naître par imprimante 3D… comme il peut réaliser une guitare futuriste ou une cuisine moderne à l’extrême. Dans la vidéo postée sur son site tronatic-studio.com, il montre l’étendue de ses capacités pour les VFX, les effets visuels : une table de salon qui se fait la malle, une explosion qui souffle tout, une voiture ultra-design… « Être ici, c’est une ambiance. Je suis tout nouveau, mais j’ai déjà des potes. Tout le monde est sympa, mais professionnel. Et là… j’ai un bureau ! », se réjouit-il. Idéal pour « concrétiser ses idées ».

Autre étage, autre ambiance. Plus studieuse (quoique… !), la fine équipe d’ESA Coaching se prépare à réaliser une « petite vidéo marketing », sourit Emmanuel Moyer, 38 ans. Dans ce grand bureau lumineux, il y a la co-gérante Agnès Mailhebiau Couzinet, 45 ans, et ses collègues Charles Ouedraogo et Sarah Lesellier, 19 ans. « On ne communique plus comme avant. On ne travaille plus comme avant », pose Emmanuel Moyer. D’où sa start-up qui forme à la posture de coaching, s’adresse à des personnes en poste qui souhaitent évoluer dans leurs fonctions d’encadrant ou d’accompagnateur. « On a créé un cursus de 6 mois pour repartir avec les outils. À la fin, les futurs coachs sont opérationnels. On ne va pas se mentir, la pépinière était attractive niveau loyers. Mais l’endroit crée aussi une émulation, on rencontre de jeunes entrepreneurs », justifie Agnès Mailhebiau Couzinet. « Et on reçoit beaucoup de conseils. Il y a de l’entraide », ajoute Sarah Lesellier.

L’équipe d’ESA Coaching s’entraîne dur.
L’équipe d’ESA Coaching s’entraîne dur.

L’entraide, c’est d’ailleurs le mot qui revient constamment ici. Dans les couloirs, on se croise, on se salue. Les portes sont souvent ouvertes. « Parfois, on mange aussi tous ensemble à la cafèt’, ça aide », souligne Raphaël Autale, le boss de Tekin. Il est arrivé dans ces 25 m2 avec son équipe le 20 avril. Le fondateur de Tekin, entrepreneur quadra auparavant basé sur Tours Nord, travaille avec Pascal Micoud, son collaborateur, 45 ans, avec qui il va fusionner son entreprise. Près de la fenêtre, deux stagiaires pianotent sur l’ordinateur : « Quentin et Pierre ne sont pas là pour faire des photocopies ! », plaisante Raphaël Autale. Ensemble, ils travaillent sur le développement d’objets connectés pour les entreprises. « En ce moment, c’est pour l’agriculture, avec une application qui permet de surveiller son silo à distance. En fait, on amène la technologie pour faciliter le travail. »
L’équipe insiste sur le côté « pratico- pratique » de Start’ère. « Il y a cette proximité avec les entrepreneurs. L’écosystème de la pépinière est propice à l’innovation. » Tekin, lauréat du concours Attract Tours Awards cette année, répète aussi la facilité à s’installer : « Quand j’étais sur Tours Nord, j’ai eu un souci d’Internet. Cela a duré trois mois ! Et je n’ai jamais reçu ma box, d’ailleurs… Ici, tout est beaucoup plus simple. » La visite s’achève. Dans les couloirs, les portes sont toujours ouvertes. Dehors, le soleil brille encore, mais la rue Mansart est toujours aussi calme. Au numéro 27, la fourmilière continue de travailler.

LES PRÉSENTATIONS
Start’ère compte vingt-neuf bureaux tout neuf, répartis sur trois étages colorés. Il y a un secrétariat commun, deux salles de réunion, un espace de coworking, une cafétéria, le tout équipé de la fibre optique pour Internet. Trente-cinq personnes travaillent ici

14 C’est le nombre d’entreprises à la pépinière de Joué-lès-Tours. Outre celles citées dans notre article, figurent aussi Agri NPK, e-stoires, Connect services, International food solution, KDN animation, PLC Centre, Pygmatec, SPS, Technigrain, Antikorp et Tours 2 mains.

>>>> Notre galerie photos :

Ex machina : ambiance philo

Un huis-clos robotique rigoureux qui soulève l’éternelle question de la conscience humaine et de l’existence de dieu… On a aimé!

CINE_PAP

Des montagnes à perte de vue et une villa incorporée littéralement dans la roche. Décors grandioses qui rappellent les peintures de Caspar David Friedrich décrivant une nature originelle. Loin de la folie des hommes. Au milieu de l’éden sauvage, dans cette caverne de verre et de pierre, isolé, Nathan travaille sur la découverte de sa vie : l’intelligence artificielle. Génie reclus et démiurge, il arbore une longue barbe et un corps sculpté par l’entraînement physique.

Il a invité dans son antre Caleb, un développeur de sa compagnie high-tech, Blue Book (une sorte de Google et de Facebook du futur). Le jeune homme va rencontrer la dernière création du savant : Ava. Une sorte d’Eve robotisée au visage angélique, une création ambiguë qui est censée incarner le futur de l’humanité. Plus Caleb avance, plus il découvre le Prométhée derrière Nathan, ce titan qui aurait créé les hommes à partir de boue et emprisonné par Zeus après avoir volé le feu. Dans la Grèce antique, le Deus ex machina était un acteur qui jouait un dieu. Placé sur une plate-forme mécanique, un artifice, il influait sur les personnages de la pièce.

Alex Garland, pour son premier film, s’amuse de cette manipulation, des références et de l’ampleur de son histoire. Par petites touches, comme celles laissées par le pinceau d’un peintre impressionniste, il laisse transpirer la mythologie grecque et les enjeux d’un monde où la machine serait la nouvelle espèce dominante. Une invention qui apporterait des changements forcément profonds, une problématique liée depuis des temps immémoriaux à l’homme. Au centre de cette toile épurée – les décors sont volontairement neutralisés – revient constamment la figure de Nathan. Mélange de Prométhée et d’Héphaïstos contemporain, il donne à son robot la figure d’une femme séduisante. Ava n’est pas sans rappeler une des créations du dieu grec : Pandore. Fabriquée à partir de boue et d’eau pour se venger de Prométhée, elle ouvre finalement cette boîte qui libérera la Guerre, la Maladie, la Vieillesse…

Si, théoriquement, Ex Machina ne plafonne jamais, s’inspirant aussi de la philosophie existentialiste et de la peinture expressionniste ou symboliste (Klimt et Pollock ont une place de choix dans le décor), il excelle également dans la construction cinématographique de ce huis-clos psychologique. Contraste entre les scènes extérieures et celles, étouffantes, dans cette maison presque enterrée, le film offre des airs de thrillers. De ceux qui mettent l’humanité au bord du précipice.

Film de science-fiction d’Alex Garland. Durée : 1 h 48. Avec Domhnall Gleeson, Alicia Vikander et Oscar Isaac.
NOTE : ***
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=vH76lOXIIXM[/youtube]
NOTATION :
**** CULTEissime
*** TOPissime
** PASMALissime
* BOFissime
X NULissime

Travail dominical : Fnac, la colère gronde

À Tours, salariés et syndicats à la Fnac dénoncent le travail le dimanche. Un amendement de la loi Macron qui les fait fulminer.

Image5

Vendredi, un peu partout en France, les salariés des enseignes Fnac ont débrayé. À Tours aussi les grévistes dénoncent le travail le dimanche. Raison de la colère ? L’amendement de la loi Macron autorisant les commerces de biens culturels à déroger au repos dominical. Voté par le Sénat, il stipule que « les commerces de détail de biens culturels peuvent déroger à la règle du repos dominical en attribuant le repos par roulement ». De quoi faire fulminer les syndicats.
Notamment Thierry Lizé, délégué syndical central Force Ouvrière à Tours (FO) : « Le dimanche devient un jour normal. Alexandre Bompard (directeur général de la Fnac, NDLR) va pouvoir ouvrir à la carte. Un dimanche open-bar ! » Bras de fer, donc, entre les syndicats et la direction de l’enseigne. « Leur argument premier, c’est que cela se fera grâce au volontariat… Mais c’est facile à biaiser », indique Thierry Lizé. « Ils parlent aussi de compensation financière, mais Bompard envisage des dimanches discount. Ça ne sera sûrement pas payé double. » Enfin, dernière crainte pour le magasin tourangeau : le relifting du haut de la rue Nationale. « Avec les hôtels de luxe et les touristes, on va faire joujou avec nos dimanches », prédit le délégué syndical. Sollicitée par l’AFP, la direction de la Fnac a souligné, le 29 mai, qu’il ne s’agissait pas d’un mouvement de grève. Elle a rappelé que la dernière action similaire, mi-mai, « avait mobilisé moins de 3 % de salariés ».
En attendant, une pétition a été lancée. Le texte doit toutefois passer en commission mixte paritaire, ce mercredi 3 juin, avant d’être définitivement acté. À Tours, Thierry Lizé indique que le combat n’est pas fini. « On a des alliés. C’est un mouvement d’ensemble (il fait référence aux enseignes Cultura, Gibert, etc., NDLR). Cet amendement ne doit pas passer. On sera vigilants. D’autres grèves sont possibles. »

De la Traviata à La Muerte via The Moonfingers

De la Traviata à la pop des Moonfingers, Doc Pilot a passé une bonne semaine.

(Photo Carmen Morand)
La Muerte (Photo Carmen Morand)

La Traviata à l’Opéra de Tours

Splendeur et chute d’une courtisane, Violetta, en déclinaison de toutes « les dames aux camélias » qui firent et diluèrent l’Histoire, victorieuses dans la fête et l’illusion, toujours perdantes face aux sentiments et aux hommes. Ce drame intemporel est magnifiquement exposé dans La Traviata, intense dans cette courte introduction où l’on voit l’héroïne si fragile avant « d’aller au combat » de la fête et des excès, puis dans ce dernier acte où la maladie et la mort s’imposent ; une maladie incurable, celle de l’amour bradé, de l’amour trahi, sacrifié. Eleonore Marguerre est fascinante en Violetta, surtout dans les scènes de passion, d’amour et de déchéance ; ma préférence instinctive va à l’interprétation de Kristian Paul dans le rôle de Giorgio Germont. Je suis très réservé sur le choix de la mise en scène à installer le drame dans la période de la « collaboration » au Lutecia, et faire, au final, le parallèle entre l’épuration, la chute et la fin de Violetta. Il me semble ici ( et ceci n’a bien sur rien à voir avec la beauté du livret et de la partition, créés en 1853 !!), voir s’exprimer une méconnaissance historique de cette période (1941/44), assortie d’un déni du « mourir d’aimer universel», entaché d’une notion de « faute » très réductrice, machiste et moralisatrice. Reste trois heures de grand plaisir au spectacle de cette représentation « haut de gamme ».

The Moonfingers à OK Game (Ockeghem)

Sous la contrainte du “son” très particulier de la salle OK Game se donne le concert de sortie du nouvel EP de The Moonfingers dans une ambiance très “copains”, avec le handicap d’un peu trop de temps laissé aux “groupes copains”, Ladybird d’abord, formation vocale dédiée à l’interprétation de standards du jazz avec un accompagnement guitare/clarinette basse… sSympa certes, convivial mais sans plus… Puis Fare thee well, trio dans la ligne country où se révèle la voix exceptionnelle de Agathe Henry… Et enfin, enfin, enfin… The Moonfingers, quartet hors du temps dédié en la perfection à la relecture de cet instant charnière que fut le passage des sixties aux seventies sur la côte ouest ; on pense bien sûr au Buffalo Springfield de Neil Young et Stephen Stills, aux Byrds de David Crosby, aux Eagles, le tout enrobé dans la douceur d’harmonies vocales initiées par les Beach Boys. En clair, nous sommes transportés dans le temps et loin de toute caricature du style, les pieds dans le Pacifique, la tête dans la fumée bleue : un America continental. C’est beau, c’est bien, on en sort heureux mais on aurait aimé en écouter un peu plus.

La Muerte, Ela Orléans & Super au Temps Machine

Dernière soirée intramuros de la saison, et dernière soirée programmée par Fred Landier, avec bien sur l’évidence de vivre la fin d’une époque. Belle affiche dans un style très intense et très « artistique ». Ela Orléans offre un univers global au feeling néo-gothique parsemé de fulgurances romantiques empruntant autant aux poètes maudits et à leurs paradis artificielles, qu’ à la macumbo sous ergot de seigle des mystiques les plus tendancieux ; ce trip allie musique électronique du 20e, images référencées dans la déviation des enfers supposés, et une voix, signature de l’artiste dans son offre d’un concert global et borné. Ca sent le drame, la douleur, le sang… Super nous ramène à la légèreté des duos bubbles du milieu des 80’s, petite machine à tubes et à danser, aux textes assez légers pour surtout ne pas nous troubler dans notre simple envie d’en jouir. Point fort, la parfaite utilisation en direct du synthé Korg monophonique : je connais assez le sujet technique pour vous confirmer la dextérité et l’inventivité du monsieur… Final brillant avec La Muerte, un magicien, un séducteur, un artiste capable d’embarquer son monde sur tous les types de scène, de transcender la culture club au delà du « pousse-bouton » et des « passeurs de galettes » en usant en direct et en action de « la gloire des machines », en relisant l’histoire du début des 80’s dans ses strates les plus festives et les plus imparables. On sent l’esprit de D.A.F bien sur, avec la force des années 10 à pousser le gimmick pour en tirer toute la substance jouissive induite par la musique sur la peau et sur les nerfs. Je pense à Lao Tseu d’en sa philosophie appliquée à l’amour physique car le concept joue ici sur l’idée de prolonger le plaisir ; cette musique à la classe et le feeling de ne pas vous laisser « en route » ; elle est endurante, respectueuse et habile pour vous rendre heureux et accros. La bande-son parfaite pour jouer à la bête à deux dos.

CD HELAS !
Bon, d’abord il faut le dire, Achille le leader de ce concept est un personnage, un acteur en la vie, un artiste bourré de présence et de charisme, et toute cette exagération de l’être transpire dans cet EP, dans cette écriture de fin de nuit où l’ivresse inspire les talentueux et abêtit les stupides, dans cette poésie beat, psyché et néo-réaliste, giclée à la manière de celle du jeune Christian Descamps (Ange) ou des « glissades » de Léo Ferré aux débuts des seventies, dans un phrasé et une expression qui amènent bien sûr à penser à Dominique A sur la forme (mais pas sur le fond). La musique en support à cette éclate verbale participe de cette nouvelle « prog » de plus en plus présente dans les années 10 : mélodies et furie dans la sauce, fulgurances techniques assorties de bizarreries harmoniques en collages contre-nature, extension du domaine de la chute aux formats traditionnels de la chanson française. C’est pas banal et c’est bien.

CD HAXIS happy

Dans son design de roses déclinés, cet EP est une friandise, la matière à se retrouver dans du bubblegum de lycée pour un après-midi volé à l’âge adulte. Faussement naïf et réellement tubesque, ces cinq titres sont maçonnés par l’envie de plaire, de jouer, d’offrir des images au delà de l’électronique, et des odeurs au delà du synthétique. On passe d’une voix féminine au grain un rien salace, à une voix masculine à peine muée ; on pousse ici l’adulescence en fer de lance d’un concept attractif, on mise sur de la nostalgie mélangée à de l’affectif en allant piocher dans les années 80’s et leurs emprunts détournés aux sixties ; on oublie le vinyle pour poser le diamant sur un rond de réglisse noir. En son centre le sucre : un titre fantôme, une cover de Depeche Mode. Y’a de l’Happy, y’a d’la joie, bonjour, bonjour les demoiselles.

CD THE MOONFINGERS Room 505
Le nouvel EP de Moonfingers enfonce le clou avec une collection de titres en relecture de cet instant béni du passage des sixties aux seventies, mélange des racines folk amenées d’Europe, avec le blues des esclaves et sa déclinaison vocale dans le gospel, le tout sous perfusion vitaminée du rock n roll et du bop, sous influence hippie : ben oué !! la Pop !! Nous sommes admiratifs de la rigueur avec laquelle les tourangeaux rendent témoignage en reprenant le flambeau de formations tels que Buffalo Springfield, Byrds, Crosby Stills et Nash, Eagles. Nous sommes ici en présence d’un concept totalement basé sur la beauté des arrangements, des harmonies, de la recherche de l’enchaînement qui tue. Nous sommes dans de l’histoire et de l’exercice de style, pourtant nous sommes aussi dans de la passion et de l’appropriation magique dans l’écriture de titres originaux. Les fans de cette époque vont se passer et se repasser cet ep ; d’autres découvriront ce style au travers de cet hommage nourri de respect et de talent. Ce « retour vers le futur » est une friandise et une madeleine de Proust ; c’est troublant et c’est bon.