Une chercheuse au cœur des abysses

Lauréate de la bourse L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la science en 2014, Daniela Zeppilli est chercheuse à l’Ifremer, à Brest et ses travaux sur les nématodes marins sont reconnus dans le monde entier. Rencontre.

(Photo Gilles Martin)

Qu’allez-vous chercher dans les abysses ?
L’idée, c’est d’évaluer la diversité des grands fonds en sachant que plus on descend en profondeur, plus on trouve de petits animaux car il y a moins de nutriments disponibles. Ce sont des êtres vivants minuscules qui sont très peu connus et qui constituent pourtant la majorité des espèces vivantes. Pour vous donner une idée, en 2010, on estimait que l’on avait exploré moins de 1 % des grands fonds. Or, les eaux profondes recouvrent tout de même plus de 60 % de la surface de la planète.
Moi, je suis spécialisée dans un groupe de vers, les nématodes, qui sont les plus abondants dans les grands fonds. Je les répertorie, j’en fais la taxonomie, j’essaie de décrire comment ils interagissent dans l’écosystème, avec les animaux plus grands, mais aussi avec les bactéries.

(Photo Gilles Martin)

Et pourquoi est-ce si important de les répertorier, ces espèces minuscules ?
Parce que ces animaux sont des clés pour des molécules qui ont un grand intérêt pour l’homme. Ils sont capables de s’adapter à toutes les conditions de vie possibles et imaginables et ils connaissent déjà tous les secrets pour guérir de n’importe quelle maladie, de n’importe quel cancer. C’est en les connaissant et en les étudiant que l’on peut arriver à utiliser ces clés. On a un trésor biologique au fond de la mer que je cherche à révéler.

Pourquoi avoir fait appel à un photographe pour illustrer votre travail ?
Ce sont des petits animaux, mais ils sont magnifiques. Je me sens comme Alice au pays des merveilles. Quand je suis au microscope, je rentre dans un monde magnifique et très peu de personnes peuvent partager cette expérience avec moi. Je voulais trouver quelqu’un qui pouvait reproduire ce que je vois quand je regarde dans le microscope et qui soit capable de sortir des images avec une vision artistique et esthétique qui parle au grand public. Je voulais quelqu’un qui puisse me dire, ça c’est beau, ça c’est moche, ça ne me parle pas, ça me parle.

Quelle sont les réactions des personnes qui découvrent ces photos, en général ?
Souvent, les gens pensent que les photos sont des montages, mais non ! Ce sont vraiment ces animaux, ce sont leur tête, on n’a rien modifié.


> Daniela Zeppilli passe au moins 6 semaines par an en mer pour effectuer des prélèvements. Puis, elle étudie ces espèces inconnues, elle en fait la taxonomie et elle cherche les applications utiles pour l’homme notamment dans le domaine médical.

(Photo Gilles Martin)

Les super pouvoirs de l’œuf !

À Nouzilly, au centre Inra Val de Loire, une équipe de recherche à la renommée internationale scrute l’œuf sous toutes ses coutures. Leurs découvertes n’ont pas fini de nous étonner.

REPORTAGE_oeuf1
Ce dispositif mesure la hauteur du blanc pour connaître la fraîcheur de l’oeuf.

C’est une histoire sans fin. « Voilà 36 ans que je travaille sur l’œuf et nous sommes loin d’en connaître tous les mystères. De nouvelles questions émergent à chaque découverte », s’enthousiasme le chercheur Joël Gautron, co-responsable avec Sophie Réhault-Godbert, de l’équipe Dove — Défense de l’ œuf, valorisation, évolution (rien à voir avec le shampoing !) — à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) à Nouzilly.
Un œuf, ça paraît simple pourtant ?

KIT POUR SUPER POUSSIN

Rassurez-vous : à moins d’une mauvaise blague, vous ne risquez pas de tomber sur un poussin en cassant des œufs dédiés à la consommation. Comme ils ne sont pas fécondés par les spermatozoïdes du coq, ils ne peuvent pas contenir d’embryon de poussin. En revanche, avec de bons yeux, vous pourrez peut-être observer un minuscule disque blanc sur le jaune : c’est le gamète femelle (la cellule reproductrice).
Ainsi, les œufs de nos omelettes, gâteaux et autres préparations culinaires ont été détournés de leur usage premier : « Une fois que l’oeuf est constitué, on ne peut rien y apporter, rien en sortir. Il renferme donc tous les constituants nécessaires à la vie, afin d’assurer le développement du poussin : nutriments, substances stimulant la formation des vaisseaux sanguins, molécules de défense… Ce qui lui confère des propriétés remarquables », poursuit l’expert en science de l’œuf.

REPORTAGE_oeuf2
Si simple et si complexe ! Même pour les experts comme Joël Gautron, l’oeuf garde bien des mystères

SUPER ALIMENT

Première mission : nourrir le futur poussin. Le jaune et le blanc renferment de précieuses réserves nutritionnelles. Lesquelles sont tout aussi intéressantes pour les humains. Ainsi, l’oeuf est un aliment riche en vitamines, minéraux (phosphore, soufre, fer…), lipides insaturés (les bonnes graisses), et surtout, en protéines d’excellente qualité.
« Elle sont très digestibles et renforcent la sensation de satiété. En effet, il n’y a pas de place pour accumuler de déchets dans l’oeuf », précise Joël Gautron. Mais que penser de sa richesse en cholestérol ? Dans les années 80, le cholestérol alimentaire était pointé du doigt : il augmenterait le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Les études menées depuis ont démenti cette accusation. Pour la plupart des gens, le cholestérol des aliments n’accroît pas le risque de maladies cardio-vasculaires. Pas de raison, donc, de se priver d’oeufs.

SUPER ARSENAL DE DÉFENSE

Nom de code : AvBD11. La beta-défensine 11 aviaire intéresse l’équipe Dove. Présente dans le blanc d’oeuf, c’est une molécule de défense contre les parasites, les virus et les bactéries. Après l’avoir purifiée, les chercheurs sont en train d’analyser ses propriétés, sa stabilité et sa structure.
L’AvBD11 fait partie d’un puissant arsenal de défense. En effet, l’oeuf doit protéger le futur poussin des invasions de microbes. Certaines molécules seraient utilisables en santé humaine ou animale. Par exemple, des antibiotiques naturels contenus dans l’oeuf pourraient servir d’alternatives aux antibiotiques classiques, auxquels les bactéries deviennent de plus en plus résistantes.

REPORTAGE_oeuf6
L’assistante ingénieur Alice Boinet trie les coquilles selon leur solidité afin d’analyser leurs molécules.

SUPER COQUILLE

REPORTAGE_oeuf5
Poids, hauteur du jaune, diamètre du blanc, solidité de la coquille… : cette machine passe au crible les œufs.

« Un oeuf peut résister à 4 kg de pression. On peut même marcher dessus », affirme Joël Gautron, une photo de lui à l’appui, debout sur un tapis d’oeufs. Véritable céramique naturelle, la coquille est composée de cristaux de calcite, comme le marbre ou la coquille d’huître, et parsemée de milliers de pores permettant les échanges gazeux. La coquille est recouverte d’un film naturel : la cuticule. Au passage, sa couleur n’a rien à voir avec l’alimentation de la poule. En réalité, elle dépend de ses gènes. C’est un peu comme nos cheveux : ils ne vont pas virer au violet si l’on mange des betteraves…
La cuticule constitue elle-aussi une protection contre les bactéries. « Laver les œufs ou les faire passer d’une température froide à chaude l’abîme », pointe Joël Gautron. Une aubaine pour les bactéries, qui pénètrent plus facilement.

SUPER POULE

Un œuf par jour. C’est quasiment ce que produit une poule pondeuse adulte dès l’âge de six mois. Elle pèse 1,5 à 2 kg et fabrique un œuf de 50 à 60 g doté d’une coquille riche en calcium. Cette minéralisation ultra-rapide est étudiée de près par les scientifiques.
Venu de l’université d’Ottawa grâce à un programme d’accueil de chercheurs étrangers, Maxwell Hincke s’intéresse au devenir du calcium dans l’oeuf fécondé : « L’embryon prélève le calcium nécessaire à la croissance de ses os dans la coquille. Celle-ci s’affaiblit et protège moins bien le futur poussin, qui synthétise alors de nouvelles molécules de défense. C’est un processus fascinant ! » De quoi alimenter vos conversations lors du repas de Pâques !

REPORTAGE_oeuf4
Expérience à tester chez soi : Donnez un bain de vinaigre à un œuf jusqu’à ce que sa coquille se dissolve : vous obtiendrez une balle rebondissante. Solidité non garantie…

Textes et photos : Nathalie Picard

L’art et la science, complices de longue date

N’opposez plus les cartésiens aux créatifs, les arts et les sciences ont évolué ensemble depuis des années. Et ce ne sont pas les projets qui se déroulent à Tours qui vous diront le contraire.

Capture
Collage photo tmv (Photos Julien Pruvost + EZ3kiel)

L’art est-il moins nécessaire que la science ? Vous avez quatre heures. Allez, comme on est sympa à tmv et que le bac approche, on vous aide à réviser la philo. Car pendant que Parcoursup, Roland Garros et même Zidane tirent la couverture à eux, le monde artistique bouillonne à Tours. La Compagnie Off, emblématique des arts de la rue, se prépare à partir au Burning Man, les Petites machines poétiques d’EZ3kiel reviennent pour une dernière danse au Château du Plessis et le musée des Beaux-Arts a inauguré Sculpturoscope, une exposition réalisée par des laboratoires de recherche.

Trois projets, trois façons de voir l’art, mais tous, à différents degrés, liés aux nouvelles technologies et à l’innovation. Ce n’est pas nouveau me direz-vous ? Et vous aurez raison. Léonard de Vinci étudiait déjà toutes les sciences possibles pour réaliser ses œuvres à la perfection.
« Il n’utilisait pas seulement les techniques de perspectives, cet ingénieur militaire s’intéressait aussi à la physique, à l’anatomie, à la géologie ou encore à la théologie, pour comprendre tous les phénomènes qui composaient son tableau », explique Pascal Brioist professeur au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours. « La photo a aussi été une révolution en terme d’image, explique le conservateur du musée des Beaux-Arts de Tours, François Blanchetière. On a craint qu’elle supplante la peinture car elle représentait mieux la réalité, mais la peinture a su évoluer et se détacher de la représentation du réel. »

DOSSIER ART_SCULPTUROSCOPE5
L’expo Sculpturoscope (Photo Julien Pruvost)

Pour lui, la 3D est aussi en train de changer les choses, sauf que tout va plus vite qu’à l’époque de la première Boîte noire. « La 3D permet de passer du virtuel au réel, sans pour autant supplanter la création et la présentation de l’oeuvre originale », insiste-t-il. C’est justement ce que l’exposition Sculpturoscope explore.
Les chercheurs du CESR et le Laboratoire d’informatique fondamentale et appliquée de Tours (LIFAT) ont travaillé ensemble pour faire changer le regard porté sur les sculptures de la Vierge à l’Enfant, si communes et pourtant méconnues du public. Ils ont travaillé avec des scanners pour récolter des données nouvelles, des imprimantes 3D pour créer des statues à toucher ou encore des capteurs de mouvements pour une scénographie nouvelle. Le visiteur passif devient alors un visiteur actif et créateur.

C’est aussi l’idée qu’a eu il y a déjà neuf ans, le groupe tourangeau Ez3kiel, à travers le travail de Yann Nguema. Cet artiste couteau-suisse, passionné d’image, de musique et d’informatique, avait eu l’idée de promouvoir l’album « Naphtaline », dans un projet donnant la possibilité aux spectateurs de créer leur propre mélodie. Dix machines à la patine ancienne ont ensuite mis en valeur ces logiciels interactifs, agrémentées des technologies de pointe à l’époque (écrans tactiles, capteurs sensoriels) apportant une magie qui perdure aujourd’hui.

Mais contrairement à une « Joconde » qui reste quasi-immuable des siècles plus tard, cette forme d’art vieillit très vite. « C’est de plus en plus difficile de les réparer, ce sera leur dernière exposition, explique l’artiste qui travaille déjà sur de nouveaux projets présentés au Maif social Club à Paris. J’utilise des blocs de verre comme des écrans augmentés sur lesquels j’intègre des images interactives en 3D », résume l’artiste de 44 ans qui s’est inspiré du mapping qu’il réalise depuis quelques années.

DOSSIER ART_EZ3KIEL2

Et l’art vivant dans tout ça ? Lui aussi s’est enrichi des techniques de projection vidéo, à l’image des créations chorégraphiques d’Adrien Mondot et de Claire Bardainne. Les danseurs semblent se mouvoir dans des vagues de pixels, tantôt tourbillon tantôt vapeur.

À Tours, la Compagnie Off a utilisé une seule fois au cours de ses spectacles ce genre de techniques, dans ses Paraboles pour écouter « l’immensément lointain ». Cette année, la compagnie relève un nouveau défi technique en partant pour le désert de Black Rock au Nevada. Elle renouvelle son spectacle de Roues de couleurs grâce à des leds qui devront changer d’intensité, de rythme et de teintes selon la musique. Une compagnie « de la vieille école » qui continue à croire que l’art doit provoquer et rassembler les foules avant tout. « On a démarré dans les années 80 avec des grandes scènes, des acrobates… », rappelle le directeur artistique Philippe Freslon, qui constate que ces grandes formations sont plus difficiles à créer et à diffuser.

« On trouve des jeunes compagnies qui proposent du multimédia, des balades au casque, je ne dis pas que ça ne doit pas exister mais je trouve que l’aspect de rébellion n’existe plus. Les formes sont plus aseptisées, neutres, gentils, dit-il avant de conclure. Chez nous, tout est poussé et tiré par des garçons de piste, l’effort est constructif de l’état dans lequel se trouve le spectateur. » Des liens humains qu’aucune science ne pourra remplacer.

Sculpturoscope : toucher le sacré

Dans le cadre de notre dossier sur l’art et la science, zoom sur le Sculpturoscope à Tours.

DOSSIER ART_SCULPTUROSCOPE4
(Photo Julien Pruvost)

Ici, ce n’est pas interdit de poser les mains sur les statues. Il est même fortement conseillé de les soulever pour évaluer leur poids. Sculpturoscope apparaît comme un Ovni au musée des Beaux-Arts.

Ce n’est d’ailleurs pas une exposition d’artistes qui est présentée, mais le résultat des trois ans de recherches scientifiques en histoire de l’art et en informatique. Ce sont les ingénieurs du Laboratoire d’informatique fondamentale et appliquée (LIFAT) qui ont contacté le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) pour monter un projet commun.
« Nous avions déjà travaillé des données 3D dans les domaines médical et biologique, tout comme la visualisation des résultats sur des interfaces 3D pour les professionnels. En revanche, nous voulions acquérir des connaissances sur la transmission au public de données scientifiques », raconte le professeur d’informatique Gilles Venturini. Grâce à la sélection de leur second projet par la Région, les équipes ont pu travailler ensemble sur un thème très présent dans le Val de Loire à la Renaissance : La Vierge à l’Enfant.

DOSSIER ART_SCULPTUROSCOPE2
(Photo Julien Pruvost)

« De grands chercheurs se sont penchés sur ce sujet, on a l’impression qu’on a déjà tout dit et tout vu, et pourtant, je me suis demandé comment on pouvait, avec ces technologies déjà utilisées en architecture et en archéologie, faire émerger de nouveaux questionnements », raconte Marion Boudon-Machuel, professeure en histoire de l’art moderne au CESR.
Trois œuvres sont ainsi présentées physiquement dans l’exposition : la Vierge d’Ivoy-le-Pré, la Vierge des Carmes et la Vierge de Blois. La première a fait l’objet d’impression 3D, la seconde, incomplète, est présentée de manière interactive et la dernière a été passée au scanner X de l’Institut national de la recherche agronomique. Un projet qui a si bien fonctionné que les informaticiens continuent à s’immiscer dans divers domaines, à travers un projet de réalité augmentée pour la Cité Royale de Loches et l’accompagnement de l’artiste plasticienne Laurence Dréano pour « mettre du numérique dans ces œuvres », décrit énigmatique le chercheur Barthélémy Serres.

> Pratique : Jusqu’au 10 septembre au musée des Beaux-Arts, 18, place François-Sicard. Ouvert tous les jours de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h. (fermé le 14/07)
> Tarifs : 6 €, 3 € réduit, gratuit le 1er dimanche du mois et enfants – 12 ans.

EZ3kiel présente ses mécaniques poétiques

Dans le cadre de notre dossier sur l’art et la science, zoom sur les mécaniques poétiques d’EZ3Kiel.

DOSSIER ART_EZ3KIEL6
(Photo tmv)

L’odeur de vieux placards se mélange à celle de l’humidité. Yann Nguema, du groupe tourangeau EZ3kiel, a disposé sept modules sonores interactifs à l’allure rétro dans les caves du Château du Plessis.

Leurs noms intriguent : table à courant d’air, machine à tisser musicale, cage de Fa Ré Do… Ces objets qui invitent à la créativité du spectateur sont inspirés de l’album « Naphtaline ». Depuis leur création il y a neuf ans par le musicien et magicien des images, Yann Nguema, ces Machines poétiques ont été exposées au Palais de la découverte à Paris, à l’Exposition universelle de Shangaï mais aussi à plusieurs reprises à Tours.
C’est la dernière fois qu’on pourra jouer avec ces boîtes à musiques, dont la « cyclo-harpe », ancienne machine à coudre qui permet de créer des notes et leurs donner un rythme en actionnant des boutons et un pédalier. Ou encore, au fond de la pièce, une Madone, sculpture sonore qui produit différents sons en fonction de l’endroit où l’on approche sa main.

« Je n’ai pas envie de faire ce qui a déjà été fait musicalement, en image, c’est pareil je ne veux pas faire des choses tournées vers le passé je cherche à innover, c’est un plaisir depuis 25 ans car j’ai affûté mes connaissances et mon savoirfaire », explique l’artiste qui réalise du mapping, dont celui de la cathédrale de Metz cette année.

Côté « musique cinématique électro rock », le groupe prépare depuis deux ans, un album de chansons. Et ça, c’est tout aussi nouveau pour eux.

>PRATIQUE : Jusqu’au 21 juillet au Château du Plessis à La Riche, ouvert du mercredi au vendredi de 14 h à 18 h. Entrée libre. Tél. 02 47 38 29 29.

DOSSIER ART_EZ3KIEL3
(Photo EZ3Kiel)

Science : Emilie Tisserond, une Tourangelle qui brille à Paris

À 25 ans, Émilie Tisserond a reçu ce mercredi une bourse L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science. Rencontre avec une Tourangelle qui expérimente l’électronique de demain.

Image28
(Photo © Fondation L’Oréal)

SON PARCOURS

Après son bac S au lycée Descartes obtenu avec une mention très bien et les félicitations du jury, elle intègre une classe préparatoire mais avoue que c’était très dur : « Je ne m’y retrouvais pas. Je ne suis pas dans la compétition, j’avais l’impression de tout survoler car les cours vont très très vite, alors que j’aime approfondir. L’université me convenait plus. »
Direction la fac en 2010, donc, pour un Magistère de physique fondamentale, puis l’École Normale Supérieure de Cachan.

SA BOURSE L’ORÉAL-UNESCO POUR LES FEMMES ET LA SCIENCE

Émilie est l’une des 30 lauréates 2017 de la bourse L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science. Le jury, présidé par le Professeur Sébastien Candel, Président de l’Académie des sciences, a sélectionné 20 doctorantes et 10 post-doctorantes scientifiques parmi plus de 1 000 dossiers reçus. « La cérémonie de remise des bourses a lieu ce mercredi 11 octobre, à la Salle Wagram à Paris et à cette occasion, chacune devra présenter ses travaux sous un format court et pédagogique. C’est un super exercice ! »

SES TRAVAUX

Doctorante au Laboratoire de physique des solides à Orsay, elle étudie les propriétés de l’a(BEDT-TTF)213. Un matériau organique aux propriétés étonnantes, proches de celles du graphène. Concrètement, ces super conducteurs pourraient révolutionner l’électronique en permettant de transmettre les informations de façon plus rapide et plus efficace.

SHE LOVES TOUJOURS TOURS

« Je suis née ici, j’y ai ma famille et depuis que j’habite à Paris, je rentre souvent en train le soir ; je vois alors une lumière sur la Loire magnifique, une lumière qui est unique. » Si elle est heureuse de profiter des sorties et des concerts parisiens, Tours reste la ville de son cœur, « une ville où il fait bon vivre, avec ses soirées d’été entre amis à la Guinguette ! »

SA RESPIRATION

La danse, dans laquelle elle est tombée par hasard, sur le conseil d’un médecin. Du CM1 à la 5e, elle pratique la danse classique au Conservatoire à Rayonnement Régional de Tours ; elle réintégrera un cursus classique en classe de 4e. « Je n’avais pas les compétences d’une grande danseuse. C’est dur d’être confrontée au miroir et de voir qu’on ne progresse pas comme on veut, avoue-t-elle. La danse doit être une flamme. »
Plutôt que s’acharner, elle préférera garder la danse en loisir. Et continuer à y puiser une bouffée d’oxygène.

SES ICÔNES

« Le Russe Liev Landau, Émilie du Châtelet, la maîtresse de Voltaire, qui a traduit Newton, Galilée, le père des sciences modernes, Marie Curie, bien sûr, Einstein, on le cite tout le temps mais c’est un grand bonhomme… Quand on voit leurs contributions, on se sent tout petit ! »

SES PROJETS

Elle va utiliser cette bourse de 15 000 € pour participer à des conférences internationales et tisser des collaborations avec des équipes aux Etats-Unis et au Japon.
Et à long terme, elle aimerait continuer à exercer le métier d’enseignant-chercheur. « J’enseigne déjà en 1re année de médecine, à Polytech et en licence de Physique fondamentale. L’avantage d’être jeune, c’est qu’on est plus accessible pour les étudiants. Ils osent nous poser des questions techniques mais aussi plus personnelles comme la recherche de travail, l’orientation…. Et même si on n’a que que deux ou trois ans de plus que les élèves, il n’y a pas de chahut quand on connaît ses dossiers. »

En petit train à la ferme de l’INRA

Devenez apprenti chercheur le temps d’un week-end ! À l’occasion de la 25e édition de la fête de la science, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), qui fête ses 70 ans, ouvre les portes du centre de recherche de Nouzilly et accueille le village des sciences. L’occasion de découvrir, aux portes de l’agglomération tourangelle, un lieu méconnu et de s’initier à la démarche scientifique en s’amusant.

Carte_Train_Inra-002
Cliquez pour agrandir la photo

Visiter les élevages en petit train : c’est l’une des animations phares qui sera proposée aux visiteurs à l’Inra de Nouzilly ce week-end. À Tmv, on avait bien envie de faire cette balade en avant-première. Dans l’unique intérêt de nos lecteurs, bien entendu ! C’est Elodie Guettier, directrice de l’unité expérimentale de physiologie animale de l’Orfrasière, qui nous a fait visiter les installations. Voici, en cinq stations, un petit aperçu de ce qui vous attend.

1. L’étable

Guidés par le meuglement des vaches, nous arrivons à l’étable. Les vaches laitières sont occupées à manger dans des auges automatiques, qui permettent de tester différents régimes alimentaires. Lequel pourrait favoriser la production de lait et la fertilité des vaches ? C’est une question sur laquelle travaille l’Inra : « Les vaches ont été sélectionnées sur la production de lait. Si bien qu’elles utilisent toute leur énergie pour cette activité et qu’elles ne tombent plus en chaleur », pointe Elodie Guettier, la directrice de l’unité. Un problème auquel les chercheurs tentent de trouver des solutions.

2. Le méthaniseur et le sécheur à foin

À quelques pas de l’étable se dresse un vaste réservoir vert et blanc. C’est un méthaniseur : une installation qui permet de produire de l’énergie, sous forme d’électricité et de chaleur, à partir de déchets organiques (notamment les déjections animales des élevages, mais aussi des graisses industrielles ou des boues de station d’épuration). À l’intérieur, des bactéries transforment ces déchets en méthane. À la fin, il reste une boue noire riche en minéraux, le digestat, qui peut servir d’engrais pour les cultures. Un programme de recherche démarre pour étudier l’usage et la toxicité du digestat. Par ailleurs, la chaleur du méthaniseur alimente un séchoir à foin durant l’été. L’intérêt ? « Ça permet de conserver toute la richesse de la luzerne, concentrée dans ses feuilles. Sinon, lorsqu’on sèche la luzerne au champ, les feuilles se détachent », précise la directrice.

3. La bergerie Capture

Des agneaux, nés il y a quelques semaines, tètent leur mère. Mais d’ailleurs, comment la reconnaissent-ils ? Les scientifiques de l’Inra passent au crible les différents paramètres qui jouent sur la reconnaissance de la mère et du petit. Des passerelles existent avec des travaux menés sur les grands prématurés. « Nous travaillons aussi sur l’effet de l’allaitement artificiel : a-t-il un impact, à long terme, sur le comportement de l’agneau ? », s’interroge Elodie Guettier.

4. L’écurie

Ici, lorsqu’une jument est inséminée, on suit les spermatozoïdes à la trace ! A quelle vitesse se déplacent-ils ? Quelle est leur trajectoire ? Comment nagent-ils ? L’idée : décrypter ce phénomène méconnu, puis utiliser ces nouvelles connaissances en reproduction humaine. Autre sujet de recherche, la conservation des espèces grâce à la cryoconservation : les scientifiques mettent au point des méthodes pour conserver à très basse température les gamètes – spermatozoïdes et ovules – et les embryons. (Ndlr : Toute ressemblance avec l’expérience d’un journaliste de Tmv, qui s’est fait cryothérapiser il y a quelques mois, ne saurait être que fortuite…)

5. Le pôle comportement

Le comportement des animaux est observé à loupe. Ou plutôt, à l’aide d’une caméra, puisque leurs réactions sont filmées et analysées. Quel est l’objectif ? Les scientifiques cherchent, par exemple, à caractériser le tempérament des chevaux dès le plus jeune âge, pour les orienter vers une discipline adaptée (comme l’équitation de loisir ou de compétition). Vous serez sûrement étonnés de l’extrême sensibilité du cheval : la simple caresse d’un pinceau sur sa peau peut le faire frémir.

Samedi 15 et dimanche 16 octobre de 10 h à 18 h au Centre Inra Val de Loire de Nouzilly. Tour des élevages en petit train. Durée : 20 minutes. Départ du parking.  
/!\ Attention, le site est interdit aux animaux de compagnie. Programme complet sur fetedelascience.fr

>> Pour en savoir plus sur l’INRA et ses recherches sur la santé animale, retrouvez notre article ICI ! <<

Nathalie Picard

LogoFDS

Arborésciences : la science en s’amusant

Mieux comprendre le monde qui nous entoure, c’est l’objectif des ateliers organisés par l’association Arborésciences.

Une pince à la main, Gaspard, concentré, dénude un à un les fils électriques qui vont lui permettre de fabriquer un jeu d’adresse. Son frère, Siméon, est en train de démonter une curieuse pile : deux tomates flanquées de lames métalliques reliées entre elles par des fils. « Vous avez fabriqué des piles végétales. Elles fonctionnent comme celles que vous avez à la maison, explique Brigitte, l’animatrice. Maintenant, nous allons construire un jeu d’adresse électrique que vous pourrez emmener chez vous. »
Comme les deux frangins, une quinzaine d’apprentis électriciens participent ce samedi-là à l’atelier organisé par l’association Arborésciences à la médiathèque de Tours. L’activité, gratuite, est ouverte aux adultes et aux enfants à partir de sept ans. « Le but, c’est de mieux comprendre le monde qui nous entoure », affirme Anne-Lise Desnoyers, la présidente de l’association. « On apprend en expérimentant, en faisant par soi-même. »

Observer, se poser des questions, émettre des hypothèses… Le tout en s’amusant. « L’aspect ludique est très important. On apprend plus facilement par le jeu », précise la présidente. Venus avec leur maman, Gaspard et Siméon en sont à leur troisième atelier : « On a découvert les sons, puis la lumière. On a même fabriqué une boîte noire », se rappellent- ils, enthousiastes.
L’objectif, aussi, c’est de faire le lien avec la vie quotidienne. Pour que les enfants, une fois rentrés chez eux, trouvent à la maison le matériel nécessaire pour refaire l’expérience avec leurs parents.

Nathalie Picard

> Plus d’infos sur arboresciences37.wix.com/arboresciences

Maladie de Parkinson : une avancée à Tours

Une avancée dans le diagnostic de la maladie de Parkinson ? Le CHRU de Tours a mis au point un médicament.

maladie Parkinson

On connaissait déjà le centre expert Parkinson, à Tours. Ouvert en novembre 2014, il représentait « une heureuse initiative » pour « cette maladie difficile à gérer », comme le confiait l’an dernier Monique Pizania, présidente du comité d’orientation de France Parkinson, à tmv.
Bonne nouvelle, Tours connaît visiblement de nouvelles avancées : un médicament permettant un diagnostic très précoce de la maladie a été mis au point par des chercheurs du CHRU de Tours. Un projet lancé en collaboration avec le laboratoire Cyclopharma.

Ce médicament devrait aider au diagnostic de cette maladie insoignable aujourd’hui et pourrait aussi permettre de mesurer l’efficacité d’éventuels nouveaux traitements. Cette substance radiopharmaceutique a été injectée à un patient malade pour un essai clinique au CHRU. C’est le professeur Maria-Joao Ribeiro, chef du service de médecine nucléaire, qui l’a réalisé. Un premier examen qui s’est révélé très encourageant dans la mise en évidence de la maladie de Parkinson.

Le mini quiz spécial Sciences…

Les 4 et 5 octobre, aura lieu la Fête de la Science 2014 à l’hôtel de ville de Tours. De notre côté, on vous a préparé plein de surprises, dont ce mini quiz. E=MC2 ?????

expérience-chimie-3
1/ Grâce à ses propriétés, on peut utiliser le Coca différemment. Comment ?
a. Pour apaiser le mal de dos.
b. Pour nettoyer ses toilettes.
c. Pour faire fondre le fer.
2/ Quelle est la durée de mémoire d’un poisson rouge ?
a. Trois secondes.
b. Trois heures.
c. Trois mois.
3/ Quelle est la particularité de la fleur Amorphophallus Titan, aussi connue sous le nom Pénis de titan ?
a. Elle mesure 3 m et sent la viande pourrie.
b. Réputée aphrodisiaque, elle pèse plusieurs kilos.
c. C’est la seule plante capable de s’accoupler.
4/ En 1977, les sondes Voyager ont été envoyées dans l’espace, pour donner un aperçu de l’humanité en cas de réception par une entité « extraterrestre ». Qu’y avait-il notamment comme données ?
a. Un paquet de cigarettes, un discours de De Gaulle et du sucre en poudre.
b. Des croquis d’homme préhistorique, un film d’Hitchcock et des hymnes nationaux.
c. Des chants de baleine, la photo d’un éléphant et une chanson de Chuck Berry.
5/ Tomber amoureux provoque certains effets neurologiques semblables à ceux de :
a. La cocaïne
b. L’alcool
c. La dépression
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
LES RÉPONSES
1/ b. Il suffit de verser une canette de Coca dans la cuvette des WC, laisser reposer une heure et tirer la chasse. En raison
de son acidité, le Coca va tout nettoyer, tout comme il peut enlever la rouille.
2/ c/Eh oui, contrairement aux idées reçues, le poisson rouge a une mémoire bien plus longue. Il peut se souvenir
d’une douleur jusqu’à 24 h après. Et s’il tourne en rond, c’est simplement qu’il suit sa trajectoire. Pas bête, le type !
3/ a/Oh hé, ce n’est pas la taille qui compte !
4/ c/Parmi ces 116 photos et autres chansons gravées, on retrouve aussi le bruit du vent et des extraits littéraires.
5/ a/Dans les deux cas, votre cerveau est submergé par un excès de dopamine. Plus il y en a, plus vous « planez ».
Comme la cocaïne. C’est du joli…

>>>> Vous en voulez plus ? Il y a encore plein d’autres jeux par ici !

Scientifiques : vrai ou faux ??

Les 4 et 5 octobre, aura lieu la Fête de la Science 2014 à l’hôtel de ville de Tours. De notre côté, on vous a préparé plein de surprise, dont ce vrai-faux spécial science !

DOSS_EINSTEINEinstein a dit « Si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour 4 ans ».
FAUX. Cette fausse citation est apparue en 1994, sur un tract d’apiculteurs en colère qui souhaitaient alerter sur le risque d’importation de miel chinois à bas prix.
 
 
 
DOSS_COPERNICLes œuvres de Copernic ont été censurées.
VRAI. Jusqu’en 1835, ses ouvrages sur l’héliocentrisme (le Soleil est au centre de l’Univers, la Terre tourne autour de lui) étaient inscrits dans l’Index des Livres interdits, par l’église catholique.
 
 
DOSS_ALPHERRalph Alpher, qui a joué un rôle crucial dans la découverte du Big Bang, a fini chez General Electric.
VRAI. Une courte carrière scientifique (une petite dizaine d’années) qu’il a rapidement quittée pour raisons financières.
 
 
DOSS_ARCHIMEDEAprès sa découverte, Archimède a couru nu dans la rue.
FAUX. Non, la ville de Syracuse n’a jamais vu l’anatomie d’Archimède criant « Eurêka » (j’ai trouvé), après sa découverte scientifique dans une baignoire.
 
 
 
DOSS_OPPENHEIMEROppenheimer, le père de la bombe nucléaire, a dit « Maintenant, je suis devenu la Mort, le destructeur des mondes ».
VRAI. Il a murmuré cet extrait d’un écrit sacré de l’hindouisme, en assistant au premier essai atomique, en juillet 1945.
 
 
DOSS_PYTHAGORELe théorème de Pythagore est appelé théorème de la mariée chez les Grecs.
VRAI. Car dans le fameux triangle parfait aux côtés entiers 3,4 et 5, le 3 et 4 étaient associés au masculin et au féminin et l’hypoténuse 5 à la descendance.
 
 
 
DOSS_REICHELTFranz Reichelt, créateur du costume-parachute, est mort à cause de son invention.
VRAI. En voulant prouver que son invention fonctionnait, il a sauté du premier étage de la Tour Eiffel avec son manteau en parachute. Ça n’a pas marché.
 
 
DOSS_THALESThalès a inventé le théorème de Thalès.
FAUX. Ce théorème n’a été ni démontré ni découvert par le mathématicien grec. La démonstration écrite la plus ancienne existait déjà dans les Éléments d’Euclide (- 300 av. J-C).
 
 
DOSS_DOLLYOn a appelé la brebis clonée Dolly, car cela signifie poupée.
FAUX. Les scientifiques écossais l’ont nommée ainsi en hommage à Dolly Parton, chanteuse à forte poitrine, car le clonage a été réalisé à partir de cellules de glande mammaire.
 
 
 

>>>> Vous en voulez plus ? Il y a encore plein d’autres jeux par ici !

Sanitas : les sciences seront de la fête

Samedi 29 juin, direction le quartier du Sanitas, à Tours. Fête du quartier, ciné, animations et une grosse fête de la science au programme…

Montrer aux enfants, comme aux plus grands, que l’on peut découvrir la science en s’amusant. C’est le credo de l’association Les Petits Débrouillards qui sera, cette année encore, présente à la Fête du Sanitas.
Titulaires et bénévoles seront armés de leur fameuse « Malle à manip’ », un joyeux fourre-tout d’objets de récup’ qui serviront à créer de petites expériences autour des grands thèmes scientifiques : l’eau, l’air, le son … Pour Sylvie Morice, membre de l’association, l’objectif est clair : « Nous voulons nous faire connaître et montrer que la science est ludique, abordable et amusante. Je donne souvent des exemples concrets : la cuisine, par exemple, c’est de la chimie ! Présentée comme ça, la science fait moins peur. »
L’association sera présente cet été, du 15 au 19 juillet, dans le quartier du Sanitas. Baptisée « Cités débrouillardes », l’initiative a pour but de faire découvrir les sciences aux enfants des quartiers défavorisés de l’agglomération, dès l’âge de 6 ans. Tous les après-midi, dans le jardin de la Gaudinière, sous les tonnelles, c’est sans inscription et entièrement gratuit. « Ils nous reconnaissent d’une année sur l’autre, c’est vraiment sympa, s’enthousiasme Alicia, membre de longue date de l’association. Je me souviens du petit Medhi, la terreur de la classe. Il a adoré nos expériences. Comme nous avons une approche différente et complémentaire de l’école, certains enfants en difficulté s’y retrouvent. »
Et peuvent se découvrir une vocation. Dans quelques années, le nouvel Einstein s’appellera peut-être Medhi…
Laura Buratti.

Comprendre la poussée d'Archimède, la capillarité ou la flottaison grâce à des expériences, c'est plus sympa qu'à l'école ! (Photo SD)
Comprendre la poussée d’Archimède, la capillarité ou la flottaison
grâce à des expériences, c’est plus sympa qu’à l’école ! (Photo SD)


>FÊTE
Samedi 29 juin, rendez-vous place Saint-Paul, à Tours, à partir de 15 h, pour la fête du quartier. Pour les petites fringales, vous pourrez déguster grillades, merguez, sandwichs, frites et boissons sans alcool (la fête sera plus folle). Retrouvez toutes les infos et le programme complet sur le site tours.fr
>CINÉ À la tombée de la nuit, retrouvez la projection du film Ratatouille. Oscar du meilleur film d’animation en 2007, il raconte l’histoire de Rémy, un rat passionné de cuisine qui emménage au célèbre restaurant parisien Chez Gusteau ! Il aidera Alfredo, un jeune commis, à devenir un grand chef étoilé.
>ANIMATIONS Ateliers arts plastiques, comptines, maquillage, poterie, modelage, sculpture sur ballons raviront les apprentis artistes. Sans oublier les jeux gonflables, l’atelier BD pour apprendre à dessiner ses super-héros préférés, et l’initiation au tag numérique en mosaïque façon QR code. Venez, venez, il y en aura pour tout le monde !