Des cours aux compets, la vie des étudiants en sport-étude

#EPJTMV Aymeric Beauvais partage son temps entre le tir sportif à haut niveau et une licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication). Avec une vie rythmée par les entraînements, les compétitions et les cours, il faut trouver une organisation, et souvent faire des choix.

JournalisteRomancier-Une-19
Étudiant, Aymeric est aussi tireur de haut niveau. Un sport de précision, qui requiert de nombreuses capacités.

À 21 ans, Aymeric Beauvais s’apprête à entamer le deuxième semestre de sa licence professionnelle Matic (Marketing et technologie de l’information et de la communication), à l’IUT de Tours. Parallèlement à ses études, il est tireur sportif de haut niveau, en “catégorie sénior, depuis deux saisons”. Après sept années de judo, il a commencé le tir en 2007. “Mes cousins en faisaient, et j’ai eu envie d’essayer. Finalement, je n’ai jamais arrêté”, s’amuse-t-il. Ce sport est devenu une vraie passion. C’est donc légitimement que s’est posée la question d’allier sa pratique sportive à ses études, alors qu’il passait son brevet des collèges. “Je suis parti en sport-étude à Bordeaux, pendant un an.” L’année d’après, il rejoint Toulouse et son Creps (Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive), ce qui lui permet de continuer sa démarche sportive mais aussi scolaire. Depuis 2012, il est in scrit sur la liste du ministère du sport et de la jeunesse comme sportif de haut niveau.

En match, il concourt sur trois distances, au pistolet ; 10 m, 25 m et 50 m, distance olympique. L’activité demande un mental fort et une attention particulière aux petits détails, “c’est un sport de précision”. Et tout va de pair pour l’atteindre : “en analysant les matchs, on trouve les petits points à re-bosser, ce qui oriente l’entraînement selon la période et les besoins”. Ses débuts, il les a pourtant faits avec une carabine mais aujourd’hui, c’est bien en pistolet qu’il s’est spécialisé. Le jeune Berrichon le précise, il faut du temps pour maîtriser un tel objet. “Le choix de l’arme se fait en fonction des affinités de chacun”. Le sport est technique, mais pas que : “ça apporte beaucoup et apprend à se maîtriser, à se contrôler et beaucoup en concentration aussi.”

Chaque semaine, ce sont en moyenne trois séances au stand de tir de deux heures, qui attendent Aymeric. “Je fais des entraînements plus physiques à côté, avec du renforcement musculaire et du vélo.”

Pour Aymeric, une année comporte deux saisons. “La première commence en septembre, et va jusqu’en février et les championnats de France sur 10 m, c’est notre saison d’hiver”. Il enchaîne ensuite avec la saison de 25 et 50 m, qui, elle, se termine en juillet, aussi par les championnats de France. Pour arriver y arriver, il doit passer par les départementaux et les régionaux. Son année de tir est aussi ponctuée de “petits matchs avec les clubs des environs”. Le sport est encore peu médiatisé, mais compte des succès. Comme dans beaucoup de disciplines, les Jeux olympiques sont un vecteur de polarisation. La Fédération française de tir compte d’ailleurs 214 000 tireurs à travers le pays. “Ce sont surtout les médailles qui offrent de la visibilité, comme celle d’argent aux JO 2012 (Céline Goberville ndlr.), qui était la première de la délégation française en tir”.  

JournalisteRomancier-Une-21
Le tir s’exerce à la carabine, au fusil et à l’arbalète, mais c’est au pistolet qu’Aymeric a choisi de concourir.

Des choix et une organisation rodée

Avec l’université, il a également un statut de sportif de haut niveau. “La seule obligation qu’on a avec le Suaps, c’est de participer aux championnats universitaires”. Cette compétition est d’ailleurs le meilleur souvenir, en compétition, d’Aymeric. “C’était l’année dernière, à Kuala Lumpur, en Indonésie, pour les championnats du monde universitaires. L’organisation était vraiment top et c’était ma première fois en dehors de l’Europe. On était aussi avec des étudiants d’autres pays et j’ai vraiment apprécié le moment.”

Dans ces entraînements et compétitions, il faut une organisation bien rodée. Avec l’université, et le Service universitaire des activités physiques et sportives (Suaps), il a aussi un statut de sportif de haut niveau. La distinction lui permet d’aménager son emploi du temps. Mais ça ne fonctionne pas toujours. “Les championnats de France (10 m ndlr.) ont lieu au début du mois de février. Mais je n’ai pas pu me dégager beaucoup de temps pour m’entraîner, avec les cours.” Entre partiels, mémoire et recherches de stage, le protocole est le même pour tous les élèves. “On essaye d’aménager, mais parfois ça n’est pas possible. On peut anticiper et décaler certains examens, mais ça n’est pas toujours faisable”. Pour les championnats de France, par exemple, qui auront lieu à Lorient le 2 février, Aymeric devait concourir en mixte, et en 10 m, mais impossible, il a des examens. Il participera donc à la compétition de 10 m, mais pas à celle de mixte. “Quand ça coince, il faut se débrouiller. Généralement les profs sont compréhensifs. Le statut c’est vraiment qu’une roue de secours” explique Aymeric, qui a rarement dû faire jouer ce “passe droit”. Mais il relativise tout de même : “Si on est organisé dès le départ, ça se passe très bien.”

Discipline de haut niveau, mais difficile d’en vivre

“En Allemagne, les tireurs parviennent plus à gagner leur vie, c’est plus ancré dans leur culture. Et donc les moyens ne sont pas les mêmes.” Entre le matériel, les bagages, les transports…Les coûts peuvent vite s’élever. Poursuivre des études était donc une évidence. Le jeune sportif reconnaît tout de même qu’au début, la relation qu’il avait avec l’école était compliquée. “On est obligés de travailler à côté. Il y a des récompenses, mais personne n’en vit”, éclaire Aymeric.

Une fois son diplôme en poche, il ne compte pas abandonner le tir pour autant. “Les journées finissent plus tard qu’en cours, mais sans avoir de devoirs à faire, donc rien n’empêche de s’entraîner.” Pendant les périodes d’examens, pas facile de continuer à pratiquer. D’ici là, le plus important, ce sont ses études : “ C’est la fin, donc priorité, et ensuite on verra.”

À voir : Pleins feux sur le tir sportif, France 3 Aquitaine

Mélina Rivière

Photos : Benjamin Baixeras

[#EPJTMV / Cet article fait partie du numéro 321 de tmv, entièrement réalisé par les étudiant(e)s de 2e année en journalisme de Tours]

Transports : l’abonnement étudiant trop cher à Tours ?

L’Unef vient de dévoiler son rapport sur le coût de la vie étudiante en France. Concernant Tours, le syndicat épingle une politique tarifaire trop élevée.

transports

Comme chaque année, le syndicat Unef a publié son enquête sur le coût de la vie étudiante en prenant en compte les loyers, les charges fixes (frais d’inscription, alimentation, etc.) et le coût des transports.

C’est avec ce dernier que Tours se distingue… en mal, apparaissant deuxième ville la plus chère de France après Paris ! L’Unef pointe ainsi du doigt « un tarif moyen de 331,20 € par an » pour l’abonnement étudiant (342 € à Paris).

Un chiffre à nuancer, puisqu’à Tours, le 12e mois est offert « si 11 sont achetés consécutivement », comme le rappelle Fil Bleu sur son site internet. Mais le syndicat estime l’offre inadéquate, peu d’étudiant(e)s restant l’été pour en profiter. En prenant cela en compte, cela placerait réellement la Ville à la 5e place, avec un coût annuel de 303,60 €. Un chiffre toutefois très élevé qui se situe au-dessus de la moyenne ou de nos voisins (182,30 € à Orléans).

Pour le reste, l’étude démontre que Tours est bien placée au niveau du prix des loyers (31e position), avec un prix moyen mensuel de 386 €, et finit 28e pour le coût global de la vie étudiante.

Au niveau national, celui-ci a encore augmenté de 1,31 % cette année. 

>> Retrouvez le rapport complet de l’Unef juste ici << 

Panier curieux : quand la culture est une surprise

Rencontrés à l’apéro-rédac tmv, Séverine et Merlin font partie de l’asso Viens voir à Tours qui propose des paniers surprise. Une façon originale de faire découvrir la culture tourangelle autrement.

Image1

Promouvoir la culture locale », c’est le credo de Viens voir à Tours. L’association – aussi connue sous le petit nom de VVhat – existe depuis 2015. Lancée à la base par des étudiants tourangeaux, la structure compte désormais une vingtaine de personnes, âgées de 20 à 30 ans. « On a recruté pas mal de nouvelles têtes ces derniers temps », précise Merlin qui fait partie de l’association.

Il faut dire que leurs paniers curieux cartonnent (lire tmv n°233). Le principe est simple : dans des paniers « surprise », l’équipe de VVhat glisse places de spectacle ou concert, CD, livre, créations artistiques, le tout garanti 100 % Tours. « Même le tote bag – le sac en tissu dans lequel se trouve tout ça – est illustré par un artiste du coin et sérigraphié en Touraine », soulignent Merlin et Séverine, son acolyte.
En mars dernier, par exemple, le panier curieux regroupait Le Monstre, le livre de Xavier Veilhan, des places pour le festival Super Flux, ou encore le CD de Toukan Toukan et un sac illustré par Élodie Oliveira. « Les paniers curieux sont ensuite distribués lors d’une soirée-remise. Il faut promouvoir la culture locale, mais aussi la partager », indique Séverine.

Dès lors, on comprend mieux qu’elle et Merlin soient intarissables sur le thème qui avait été abordé lors de l’apéro-rédac tmv la semaine dernière (la culture à Tours est-elle (vraiment) accessible à tous ?) : « Quand on me dit qu’il n’y a rien à faire à Tours, ça me fait sauter au plafond ! », s’exclame Séverine, avant d’ajouter : « Il y a toujours de belles découvertes à faire. La culture locale est riche, très riche, mais un peu méconnue. Cela fait neuf ans que j’habite ici, mais je découvre encore. » Pour Merlin, le panier curieux est efficace et l’offre, pertinente : « On essaye effectivement de stimuler la curiosité. »
Preuve en est : les acheteurs sont non seulement nombreux, mais aussi variés. « Concernant le profil type des acheteurs du panier curieux, nous n’en avons pas », indique Cindy, du bureau de l’association. Lors de la dernière édition, « ils étaient âgés de 18 à 70 ans. Un large public, donc ! D’autant plus que nous proposons désormais un panier jeune public, pour les enfants de 2 à 10 ans globalement ».

Il faudra un peu attendre pour voir sortir les prochains paniers de VVhat. En attendant, l’asso travaille sur un événement prévu en juin. « Il faut d’abord qu’on trouve un lieu… Mais on va faire une soirée pour se faire connaître », se réjouit Séverine. « Ce sera un moment parfait pour aller à la rencontre des gens. »

> Plus d’infos et contact sur : facebook ou viensvoiratours.fr ou par mail à what.asso@ gmail.com
> Panier curieux à 35 € ou 25 € en tarif réduit (étudiants, sans emploi, etc.)

#WTF 31 : Une truie anti-stress à l’aéroport !

Entre une truie déstressante, un site de rencontres pro-Trump ou encore une bougie parfum friture, le monde est décidément bien #WTF. Voilà l’actu insolite de la semaine.

(Photo courtesy San Francisco International Airport)
(Photo courtesy San Francisco International Airport)

> L’aéroport de San Francisco vient de se doter d’une truie anti-stress. Lilou – c’est son doux nom – sert de soutien thérapeutique aux voyageurs angoissés avant le vol. Habillée d’une casquette de commandant de bord, elle se laisse ainsi caresser par les passagers un poil stressés. La bête possède même un compte Instagram (@lilou_sfpig).

> Un ancien étudiant d’Oxford a décidé de porter plainte contre la prestigieuse école, parce qu’il n’est pas… devenu aussi riche et célèbre qu’il l’espérait. Faiz Siddiqui, déçu, réclame donc 1 million de livres (environ 1,2 million d’euros). L’établissement demande, lui , l’annulation du procès.

> Le Teddy Bear Toss est une tradition outre-Atlantique durant laquelle les supporters d’un match de hockey lancent des ours en peluche sur la glace après le premier match. Cette année, les Hershey Bears ont fait fort : le public leur a lancé 20 000 peluches. Elles seront offertes à une association caritative. > Les forces de l’ordre de Manchester ont arrêté un supporter du Celtic Glasgow, car ce dernier, ivre, avait lancé un hamburger sur un cheval de la police. Il a aussi dû payer une amende de 90 livres. Voilà, voilà…

> Le producteur de télévision David Goss a créé trumpsingles.com, un site de rencontre où seuls les pro-Trump sont autorisés à faire connaissance. Il a raconté à l’AFP s’être lancé dans ce projet après avoir entendu des histoires de « gens qui ont des rendez-vous amoureux et tout va bien, jusqu’à ce qu’ils se mettent à parler politique ».

> Après la crème solaire et le vernis à ongles goût poulet, KFC vient maintenant de lancer… la bougie parfum friture. Joyeux Noël !

Palmarès : Tours, 21e ville étudiante de France

Tours, 21e ville de France où il fait bon étudier d’après le classement annuel de L’Etudiant. Mais attention, côté sorties et transports, ça sent le roussi.

Après avoir été classée onzième ville la plus cool de France, Tours est désormais à la 21e place dans le palmarès des villes de France où il fait bon étudier. Un classement réalisé par L’Etudiant.

De nombreux critères ont été pris en compte, comme la culture, les tarifs des transports, le logement, le sport ou encore les sorties… Si Tours est en milieu de classement, c’est Toulouse la grande gagnante de l’édition 2015.

Youpi pour le logement, aïe pour les transports…

D’après L’Etudiant, Tours est une « ville propice pour réussir ses études à la fac ». Pour preuve, classée 21e du palmarès, elle affiche le 12e meilleur taux de réussite en licence.

Côté points forts, on note le logement (11e), les sports (14e), l’emploi (15e) et la culture (16e). Le site indique que « sa population étudiante a augmenté de 6,5 % en 10 ans », pour atteindre presque 30 000 étudiants.

Sauf que… notre belle ville se prend un méchant revers du côté des sorties (37e et dernière des grandes villes étudiantes). Étonnant ?
L’autre point noir se situe au niveau des transports, où Tours fait figure de très mauvaise élève (41e position !) : carrément en bas de tableau, Tours reste l’une des villes étudiantes les plus chères pour les abonnements (39e).

LES CLASSEMENTS DE TOURS EN DÉTAIL

21e au classement général toutes villes, Tours arrive au 6e rang de sa catégorie, les grandes villes.

– Culture : 16e toutes villes.

– Emploi : 15e toutes villes.

– Environnement : 23e toutes villes.

– Études : 18e toutes villes.

– Logement : 11e toutes villes.

– Rayonnement international : 31e toutes villes.

– Sorties : 37e toutes villes.

– Sports : 14e toutes villes.

– Transports : 41e toutes villes.

(Capture d'écran)
Cliquez sur la photo pour l’agrandir. (Capture d’écran de l’Etudiant)