Horoscope WTF du 11 au 17 septembre 2019

C’est parti pour une petite dose d’astrologie 100 % authentique !

Bélier

Amour

Vous vous dirigez vers l’amour les yeux fermés…

Gloire

… Du coup, vous vous taperez un poteau.

Beauté

Votre oeil bovin plaît à l’être aimé.

Taureau

Amour

Quelle lubricité ! Vous êtes de vrais bonobos.

Gloire

Samedi, vous rencontrerez un gnou. Qui s’appelle Léon. C’est fou, votre vie.

Beauté

Y a un truc magique qui s’appelle dentifrice. Je dis ça…

Gémeaux

Amour

Force est de constater que votre coeur est comme mon frigo : sombre, vide et gelé.

Gloire

Force est de constater que votre âme est comme mon placard : rognée par les termites et sentant la pizza.

Beauté

Force est de… Bon stop. Vive les Gémeaux (sauf toi qui lis cet horoscope).

Cancer

Amour

Tout laisse à croire que vu son physique, votre ex n’a pas été fini par ses parents.

Gloire

Mais haut les coeurs ! Le Cancer est le signe le plus cool, chanceux et majestueux.

Beauté

La vie, c’est comme vos tétons : c’est pas toujours rose.

Lion

Amour

Bon sang, quel enfer. Vous êtes aussi fiable qu’une livraison Chronopost.

Gloire

Vous êtes comme la SNCF, à être constamment en retard, à encombrer les voies et à percuter un chevreuil.

Beauté

La constellation Edithus Piafus vous rappelle que non, rien de rien, vous ne regrettez rien. Si ce n’est votre infâme coupe de cheveux.

Vierge

Amour

Vous séduisez surtout votre main droite.

Gloire

Certains ont la madeleine de Proust. Vous, c’est la madeleine de prout.

Beauté

Allez, A+ pour de superbes prédictions astrologiques !

Balance

Amour

Votre amour mièvre dégouline comme un camembert coulant au soleil.

Gloire

Comme le dit le dicton, « au mois de septembre, le feignant peut aller se pendre ».

Beauté

(c’est sympa, l’horoscope de tmv hein ? On lole, on positive, on s’enjaille)

Scorpion

Amour

Aussi vide que le Grand Canyon.

Gloire

Chute de popularité à prévoir. Mais pas grave, regardez l’astrologue de tmv : personne ne l’aime et pourtant…

Beauté

Berk, vous êtes tout(e) gluant(e)…

Sagittaire

Amour

Vous avez du potentiel niveau séduction. Du potentiel seulement.

Gloire

Un dicton dit « en septembre, le raisin ou la figue pendent »…

Beauté

… Mais « en septembre, les tétons du Sagittaire pendent » (ça, on l’a inventé).

Capricorne

Amour

Vous êtes une machine à distribuer du plaisir sous la couette.

Gloire

Tapez un mawashi-geri dans la tronche de votre patron.

Beauté

Oubliez pas votre suppositoire de second degré à 20 h.

Verseau

Amour

Certains croient au Père Noël ; vous croyez en l’amour. C’est pareil.

Gloire

Dring, dring ! C’est votre amour-propre qui vient de téléphoner, il est parti en année sabbatique.

Beauté

Vous avez des airs de Jet Li croisé avec Mireille Matthieu.

Poissons

Amour

Vous aimez titiller le pissenlit.

Gloire

Prochaine épreuve des J.O. : supporter les Poissons plus de 2 jours consécutifs.

Beauté

Attention, les chauves se moquent de votre coupe de cheveux.

Horoscope WTF du 3 au 10 septembre 2019

Quoi de mieux, pour accompagner votre rentrée, qu’une petite dose d’astrologie 100 % véritable ?

Bélier

Amour

Félicitations, vous avez
touché le fond mais vous continuez
à creuser.

Gloire

Avoir Christophe Maé
comme modèle de réussite ne
vous mènera à rien.

Beauté

Il faut s’y faire, vous
ressemblez à un blob fish
lorsque vous râlez.

Taureau

Amour

Vous avez l’embarras du
choix, puisque tout le monde vous
désire, vous veut, vous GNAAAH.

Gloire

Les chauves vous veulent
du bien.

Beauté

Le gras, c’est la vie.

Gémeaux

Amour

L’être aimé vous aime surtout
de dos. (normal, vous avez de
belles fesses)

Gloire

La constellation du Gilbert
Montagné vous voit un avenir radieux.
Ça vaut c’que ça vaut.

Beauté

Les belles fesses, on a dit !
LES BELLES FESSES !

Cancer

Amour

Votre envie de chair fraîche
et votre libido en feu auront votre
peau.

Gloire

Personne ne vous écoute.
Mais c’est pour ça qu’on vous aime.

Beauté

Le saviez-vous ? Le vrai
nom de Julien Lepers est Ronan Gerval
Lepers. Ouaip, ça calme.

Lion

Amour

« C’est quand on touche le
fond qu’on rebondit » (parole de culde-
jatte)

Gloire

Vous n’avez visiblement pas
été vendu(e) avec du second degré.

Beauté

Des airs de bébé lamantin.

Vierge

Amour

Douchez-vous avec les
larmes de votre ex. POH POH
POOOH.

Gloire

On se sent toujours moins
bête en vous parlant.

Beauté

Les Vierges sont beaux
comme le jour. Surtout la nuit.

Balance

Amour

La libido aussi grosse
qu’une Berlingo.

Gloire

Prenez le destin du monde
en mains. Seuls les Balances sont
parfaits pour ce rôle.

Beauté

Les Balances sont également
les plus canons. On ne dit pas
ça parce que l’astrologue est Balance,
hein.

Scorpion

Amour

Oubliez pas, on n’est toujours
l’ex de quelqu’un. Allez bisou !

Gloire

Votre avenir est comme
toutes les photos que vous prenez :
flou.

Beauté

L’anti-cernes est votre ami.

Sagittaire

Amour

L’ivresse vous presse quand
on vous caresse les fesses. (roh, c’est
beau)

Gloire

Eh ouaip mes gnous, l’astrologue
est poétique. Et vous aime.
Allez cadeau.

Beauté

En revanche, vos airs de
morse quand vous êtes en rut, c’est
plus possible.

Capricorne

Amour

L’étoile du Stevie Wonder prédit que I just caaalled to say I love youuu.

Gloire

Rah, ça fait du bien un peu
d’amour dans ce monde de brutes et
dans votre triste vie.

Beauté

Votre dignité s’est échouée
telle une tong sur l’autoroute.

Verseau

Amour

Finis les tabous ! Désormais,
vous ferez l’amour tout(e)
nu(e) !

Gloire

N’écoutez pas les gens, gardez
intacte votre passion du naturisme.

Beauté

Comment ne pas avoir la
classe quand on sort avec un(e) Verseau
?

Poissons

Amour

Trempez-la dans l’huile,
trempez-la dans l’eau, ça fera un escargot
tout chaud. Et ça pimentera
votre vie coquine.

Gloire

Quoi de mieux que de traîner
avec des Poissons, les best of the
world ?

Beauté

Votre dégaine laisse à penser
que vous jouerez dans le prochain
Walking Dead.

Apollo 11 : documentaire fabuleux et immersif

On revit les premiers pas de l’Homme sur la Lune avec le documentaire Apollo 11, une réussite de bout en bout. Attention, il ne sera diffusé en salles que du 4 au 8 septembre !

Un documentaire, sans voix off. Un documentaire, mais surtout une virée aux côtés des astronautes de la mission Apollo 11 et du centre de contrôle. Pour un voyage sublime vers la Lune et les premiers pas de l’Homme.

Disons-le de suite, ce docu signé Todd Douglas Miller est à couper le souffle. Il fera office, et pour longtemps, de témoignage incontournable.

Apollo 11 se distingue notamment des autres films par sa réalisation à partir d’images 70 mm inédites. Miller les a restaurées et leur offre une seconde vie. Et le résultat est prodigieux.
Les couleurs riches, les contrastes saisissants et d’une profondeur inouïe permettent aux détails de se révéler.

Spectaculaire de À à Z (la séquence de l’alunissage est si forte que notre cœur palpite comme devant le plus stressant des thrillers !), boosté par un travail sonore admirable, il laisse aussi les discussions internes à la NASA servir de narration. Le tout est enrobé d’une partition musicale splendide.
Une construction tellement réussie qu’elle offre une alchimie folle à la relation image/son.

Avec le choc esthétique provoqué et cette expérience viscérale, Apollo 11 est un documentaire qui vous envoie en orbite. Fabuleux.

Aurélien Germain


> Documentaire (USA) de Todd Douglas Miller. Durée : 1 h 33.
> Attention, au cinéma du 4 au 8 septembre uniquement !

Horoscope WTF du 26 septembre au 2 octobre 2018

D’après un récent sondage réalisé par une entité obscure, 98,2% des Tourangeaux croient dur comme fer à l’horoscope de tmv. En faites-vous partie ?

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/d2Z0sxvoljwtweju » width= »480″ height= »311″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/afv-funny-fail-lol-d2Z0sxvoljwtweju »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Célibat ne signifie point abstinence. Sachez-le mes jeunes gnous.
Gloire : Vous rentrez dans le lard de tout le monde avec votre caractère de cochon. (krrkr)
Beauté : Malaxez-vous les lobes.

TAUREAU
Amour : Au lit, vous êtes aussi difficile à manier qu’un Rubik’s Cube.
Gloire : Pédoncule et bistouquette.
Beauté : Adhérez au Front de libération des touffettes sous les bras.

GÉMEAUX
Amour : Je veux pas balancer, mais quelqu’un fantasme sur vous secrètement.
Gloire : Qui ? Vous le saurez dans le prochain horoscope.
Beauté : Vous avez la grâce d’un phacochère.

CANCER
Amour : Sous la couette avec vous, c’est comme un épisode de Walking Dead : rien de folichon tout du long, sauf les 2 dernières minutes.
Gloire : Les étoiles vous ordonnent de vivre nu(e).
Beauté : Remonter le courant, c’est être la proie du caïman, dit le proverbe africain. Et vu que, comme les crocodiles, vous avez une grande gueule…

LION
Amour : Tournez votre langue 7 fois dans votre bouche. Ou dans une autre, ça ne nous regarde pas.
Gloire : Tel Moïse, vous écartez les eaux…
Beauté : … Ouais bon c’est une métaphore pour dire que vous ne picolez que du vin rouge, hein.

VIERGE
Amour : C’est une fusée de détresse qu’il vous faut là…
Gloire : Qui a du caca kakiii cooollé au cucul ? … Bah c’est vous !
Beauté : Sans rire, vous avez une patate sur la joue.

BALANCE
Amour : Si on était un oiseau, on ferait notre nid douillet dans votre cœur.
Gloire : Mais on n’a pas d’ailes.
Beauté : Et vous n’avez pas de coeur haha vlan dans vos dents.

SCORPION
Amour : D’après la constellation de l’insulte, votre ex est un chiffon ramassé dans les latrines.
Gloire : C’est pas normal d’être aussi canon et sexy que vous.
Beauté : PS : profitez-en, car vous allez prendre cher dans le prochain horoscope.

SAGITTAIRE
Amour : Alors les coquinous, on pratique le surbooking dans vos relations ?
Gloire : Vous saviez que neun und neunzig Luftballons, auf ihrem Weg zum Horizont ?
Beauté : Jésus a appelé. Il aimerait récupérer ses fringues.

CAPRICORNE
Amour : Cupidon a du plomb dans l’aile. Achevez-le. Gloire : Aucune idée et je m’en fiche.
Beauté : Votre physique de beignet de crevette vous pousse au sport.

VERSEAU
Amour : Le néant.
Gloire : Il vous reste des bouts dans la brosse à reluire. Stop les flatteries.
Beauté : Des paléontologues ont révélé que les Verseaux avaient les plus beaux cuissots de la Terre.

POISSON
Amour : Rien avant le mariage. Ni même après. C’est la FAMINE !
Gloire : Vous faites partie de la team saucisse. Vous avez le physique et le charisme d’une saucisse. Vous ÊTES une saucisse.
Beauté : Petite contrepèterie pour finir ? « Vous avez du tracas jusqu’au cou ».

10 km de Tours : On a testé pour vous le nouveau parcours

L’équipe de tmv a chaussé ses baskets et a testé pour vous le nouveau parcours des 10 km de Tours. Difficultés, subtilités du tracé, relances… On vous dit tout !

PARCOURS 10KM-001
Cliquez pour agrandir le parcours

1
PAULINE
« Départ : joggeuse du dimanche, c’est la première fois que je participe à une course de 10 km. Imaginer des milliers de participants s’élancer sur le pont Napoléon, c’est effrayant et excitant à la fois ! »
MATTHIEU
« On n’est pas dépaysé au départ : les Tanneurs, on connaît. Mais, très vite, on tourne à droite et on plonge dans la nouveauté. Un premier kilomètre qui défile tout seul, sur un pont Napoléon large et roulant. »

2
PAULINE
« Quai Paul Bert : Les cinq premiers kilomètres défilent lentement sur le bitume. Une simple ligne droite, sans dénivelé, le long de la Loire. Pour les plus expérimentés, ce sera l’occasion de laisser le peloton derrière et pour les autres, comme moi, c’est un échauffement sans obstacles, si ce n’est les terre-pleins centraux à éviter. »
MATTHIEU
« Les trois kilomètres qui suivent devraient permettre au peloton de s’étirer un peu. Ce n’est pas la partie la plus fun du parcours, mais elle permet de bien caler son allure. Seul le passage sous le pont Wilson peut venir perturber un peu le rythme, mais le clin d’oeil au parcours historique de la course est sympa. »

3
PAULINE
« Marmoutier : Les portes de l’abbaye de Marmoutier sont ouvertes rien que pour nous, c’est impressionnant. On aurait presque envie de s’arrêter pour regarder cette vieille bâtisse. Mais non, non, on continue. On slalome dans les allées de l’Institution Marmoutier, aux allures de campus anglais et déjà, le retour sur le bitume. Fin de la parenthèse historique. »
MATTHIEU
« Avec le virage dans la petite rue Saint-Martin, qui remonte le long de l’Institution Marmoutier, nous entrons dans la deuxième partie du parcours. Très agréable détour devant l’ancienne abbaye de Marmoutier et l’Institution qui se termine avec le ravitaillement du 5e kilomètre. Nous sommes déjà à mi-parcours. »

10 km_02

4
PAULINE
« Bord de Loire : Les Tourangeaux reconnaîtront cet endroit. Les chemins des bords de Loire, à l’ombre des arbres, nous ramènent en direction du Pont Mirabeau. On ne voit pas le temps passer, les jambes avancent toutes seules. »
MATTHIEU
« Terrain de jeu de bien des joggeurs tourangeaux, les bords de Loire sont parfaits pour démarrer cette deuxième partie. Le parcours est ombragé et la fraîcheur de l’eau toute proche est la bienvenue. On passe sous le pont de l’autoroute, devant le parc Sainte-Radegonde, puis sous le pont Mirabeau. »

5
PAULINE
« Échangeur du Pont Mirabeau : Attention, c’est LA difficulté de ce parcours. On monte pendant quelques centaines de mètres sur l’échangeur du Pont Mirabeau. Je décélère, je n’ai pas le choix, mais les meilleurs grimpeurs en feront un atout pour mettre de la distance sur leurs concurrents. Rassurez-vous, ça passe vite et ce passage un peu douloureux suivi d’une ligne droite, à plat, avec une très belle vue sur la Loire. »
MATTHIEU
« Sur le plan, le tracé semble un peu compliqué pour aborder le pont Mirabeau, mais en fait, la progression est assez fluide. Attention au virage à gauche un peu raide pour retrouver les quais de Loire (toujours rive nord, donc). Là, on croise les coureurs qui sont en route vers Marmoutier. Puis on prend la rampe qui grimpe un peu sec sur une centaine de mètres. »10km_01

6
PAULINE
« Rue Colbert : On continue vers le Vieux Tours, on ne lâche rien, il reste encore un peu plus de deux kilomètres. Rue Nationale, la Basilique Saint-Martin, le Monstre… on aperçoit des lieux incontournables de Tours sur notre passage. Bon, ce jour-là personne ne nous a applaudis, mais j’ose espérer que le public sera nombreux le jour-J pour nous donner l’élan du dernier kilomètre. »
MATTHIEU
« Décidément, ce parcours est vraiment un hommage à la Loire que nous suivons encore, rive sud cette fois-ci. Avant de rejoindre l’arrivée qui se trouve à quelques centaines de mètres tout droit devant nous, il nous reste une petite virée en ville à effectuer, avec de multiples relances. Le public devrait être nombreux pour accompagner ces derniers efforts. Si on en a sous la pédale, c’est le moment de se lâcher. la borne des 8 est passée : on ne calcule plus !»

7
PAULINE
« Tanneurs : Terminééééé !! On imagine passer l’arche, victorieuses et victorieux ! Nous décidons, faute de ligne d’arrivée, d’atteindre la grande roue comme point final de cette course qui aura duré au total – avec les pauses photos – une heure et sept minutes. Une belle sortie matinale, avec des passages qui deviendront sûrement étroits le jour de la course. À refaire le 23 septembre ! »
MATTHIEU
« Final très sympa avec une arrivée qui se profile tout de suite, dès que l’on a passé la place du Grand marché. De la ligne droite, de la nature, de la ville, le parcours est vraiment varié, roulant et l’option rive nord est une excellente idée. Une réussite ! »

Testé par Pauline Phouthonnesy et Matthieu Pays

Horoscope WTF du 13 au 19 septembre 2017

La constellation du Justin Bieber et celle du Kevin Adams sont alignées : bref, la semaine s’annonce mauvaise pour tout le monde. Désolé.

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/ZeB4HcMpsyDo4″ width= »480″ height= »304″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/panda-num-nums-ZeB4HcMpsyDo4″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Bah alors, on préfère la quantité à la qualité ? Héhé.
Gloire : Un sentiment de déréliction. (des fois, on cause super bien hein ?)
Beauté : Sympa, votre carrure de haricot vert.

TAUREAU
Amour : Moooh, petit chat, vous voulez du mercurochrome sur votre petit cœur qui a bobo ?
Gloire : Ouloulou, attention à ne pas vous brûler avec tout ce premier degré.
Beauté : Pitié, ne levez plus les bras dans les transports en commun.

GÉMEAUX
Amour : Vous êtes le Mélenchon du sexe : totalement insoumis(e).
Gloire : C’est foutu. Selon une récente étude, les Gémeaux ne deviennent matures qu’à 74 ans.
Beauté : Le string-froufrou, ÇA c’est tendance ! (pour vous aussi, messieurs)

CANCER
Amour : lamourçapuemaisjemeportebien. com
Gloire : Personne n’aime vos cadeaux. C’est quand même triste, mes p’tits poulinous.
Beauté : Mettez-vous au topless. Même au boulot, si si.

LION
Amour : C’est à cause de gens comme vous que Thomas Pesquet se barre dans l’espace.
Gloire : Faites-vous une cure de Spice Girls 3 fois par semaine.
Beauté : Lit / Bi / Dos.

VIERGE
Amour : Vos nuits riment avec ennui.
Gloire : Fessez cette fesse que je ne saurai voir.
Beauté : Trop de sushis nuit à la fertilité, sorry.

BALANCE
Amour : Vous êtes tel un pichet, vous finirez bien par trouver votre bière.
Gloire : Rien à battre, vous êtes un œuf…
Beauté : …Sauf en ce moment. Votre pilosité vous fait davantage ressembler au kiwi.

SCORPION
Amour : Olala, c’est comme Pokémon avec vous : « Attrapez-les tous ! »
Gloire : En ce moment, c’est guerre et pets.
Beauté : Votre ressemblance avec le potamochère est assez troublante.

SAGITTAIRE
Amour : Ouais, ouais, vous avez raison de tester une Twingo avant de repasser à la Lamborghini krrkrr…
Gloire : Osons-le dire… Vive le Sagittaire, le Sagittaire is the best !
Beauté : On vous surnomme Passe Par Trou.

CAPRICORNE
Amour : Vous êtes une vraie perle. Dommage qu’avec vous, on se coltine souvent tout le collier.
Gloire : Bon par contre, en tant que perle…
Beauté : … Bah forcément, vous sentez l’huître.

VERSEAU
Amour : Oubliez-le/la : il/ elle est aussi valable que les experts invités sur BFM.
Gloire : Arrêtez de vous plaindre. C’est notre télescope intergalactique qui nous l’a dit.
Beauté : Un double-menton disgracieux.

POISSON
Amour : Wow, y avait de l’eau dans le cerveau de votre ex ou quoi ?
Gloire : Tektonik un jour, Tektonik toujours.
Beauté : Au moins, l’emballage est pas mal…

Festival : Imag’In all the people

Les 8 et 9 septembre, le festival Imag’In revient pour sa 9e édition. Au programme, une quinzaine de concerts, des animations et de la danse. On vous raconte l’histoire de cet événement devenu emblématique du quartier Sanitas.

imag'in

PETIT EST DEVENU GRAND

Neuf ans et toutes ses dents… Certains auraient jeté l’éponge depuis longtemps. D’autres, à l’instar de Pepiang Toufdy, non, et continuent ce qu’ils ont commencé. À la base, ce jeune Tourangeau d’origine tchadienne pense et construit un moment qu’il souhaite avant tout rassembleur et partageur, placé sous le signe de la culture. Un festival entièrement gratuit, au contenu dédié aux pratiques artistiques et culturelles actuelles.
L’idée de base de l’événement ? « Attirer un public qui n’a pas l’habitude d’aller à des concerts », comme nous confiait Pepiang Toufdy en 2012 (!), lors de la 4e édition d’Imag’In. Un festival urbain qui, au fil du temps, a grandi et s’est métamorphosé… et a su réunir des publics de différents horizons.

Ambiance au Sanitas -Photo ProdCité-
Ambiance au Sanitas -Photo ProdCité-

ANCRÉ DANS LE PAYSAGE TOURANGEAU

Imag’In est devenu un incontournable sur Tours. D’une part, grâce à son rôle social et culturel : un accès à la culture pour tous, via la gratuité du festival, mais aussi des valeurs qu’Imag’In n’hésite pas à brandir, rappelant l’importance de la diversité, du vivre-ensemble et de la solidarité. Immanquable d’autre part car l’éclectisme est devenu le credo d’Imag’In.

Nivek sera en concert à Imag'In.
Nivek sera en concert à Imag’In.

Lors de cette édition 2017 par exemple, le public se verra proposer de nombreuses animations. Il pourra s’essayer à des cours de zumba gratuits, admirer de la capoeira, s’initier au scratch avec un DJ, ou encore vibrer avec le live-painting de Lio. Côté musique, les spectateurs passeront du hip-hop au rock, en passant par la pop. Un coup d’oeil à l’affiche variée permet de repérer les noms de Nivek (rappeur tourangeau qu’on ne présente plus), Mazette & Friends (au carrefour du trip hop, hip hop et electro-dub), INK (jeune formation rock démentielle dont tmv vous avait déjà parlé) ou encore Toukan Toukan (pop-électro sucrée) et Tiâa (jeune formation prometteuse de pop rock made in Tours)…

Au fil des années, Imag’In a donc su s’extirper de son carcan rap/ hip-hop pour accoucher d’un festival diversifié, représentant de nombreux genres. Façon, aussi, d’élargir son public et de souligner son ouverture d’esprit. Le musicien Frank Zappa disait « L’esprit, c’est comme un parachute : s’il reste fermé, on s’écrase ». On dit ça comme ça…

MON BEAU SANITAS

Le quartier, depuis quelques années, a beaucoup changé. Et quoique semblent penser certains politiques ou mauvaises langues, le Sanitas fait entièrement partie de la ville et ne se cantonne pas aux faits-divers. Alors faire un tour au festival Imag’In, c’est aussi (re)découvrir le Sanitas et y rencontrer ses résidents, jeunes ou moins jeunes. Il suffit d’ailleurs de voir l’expo photos « Le Visage de la diversité », réalisée en amont du festival, dévoilant le visage d’habitants du quartier.

Parce que démonter les préjugés, c’est aussi l’un des objectifs du festival : promouvoir des genres musicaux stigmatisés (le hip hop, par exemple, souvent perçu comme une « musique de quartiers »), mélanger les publics différents sans problème, faire du Sanitas un espace de rencontre que d’aucuns auraient estimé impossible… À l’heure où le quartier s’inquiète de sa future transformation (près de 400 logements seront détruits d’ici à 2027) et de sa perception à l’extérieur (symbolique du changement de nom de la station de tramway « Sanitas » en « Saint-Paul »), la tenue d’un tel événement culturel ne peut être qu’une bonne chose.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=CJ0bDKxVQsk[/youtube]

PEPIANG, L’HOMME À TOUT FAIRE

Si le personnage figurait dans le dictionnaire, il aurait pour synonyme « infatigable »… Pepiang Toufdy ne s’arrête jamais. Les projets gravitent autour de lui constamment. Il y a Imag’In, bien sûr, mais aussi l’association Prod’Cité et la télé Wanted TV. Passé par l’animation, lauréat du concours Envie d’agir il y a quelques années, Pepiang Toufdy le passionné de musique et ancien membre du groupe Pyramides est aussi réalisateur (Dayman Tours, c’est lui), présentant même ses films à l’étranger. À constamment courir partout, Pepiang Toufdy tourbillonne. Et avec lui, la jeunesse tourangelle et tout un quartier aussi.

> Les 8 et 9 septembre, toute la journée, place Saint-Paul. Gratuit.
> Concerts :
VENDREDI dès 19 h > DJ Japs, The Lunatiks, Waidee, Lehmanns Brothers, Toukan Toukan, Nivek, Kacem Wapalek.
SAMEDI dès 19 h > Pang Pung, Muz-Muz, Ink, Tiâa, Sapiens Sapiens, Weez Afro, Roller 79, Mazette & Friends, Guizmo.
> Programme complet sur prod-cite.fr/le-festival/programme

Horoscope WTF du 30 août au 5 septembre 2017

Ainsi donc, après avoir passé l’été dans une villa en or massif aux Seychelles, l’astrologue de tmv est de retour. Rien que pour vous. Chanceux/ses, va…

[nrm_embed]<iframe src= »https://giphy.com/embed/Ub8XEam5vXbMY » width= »480″ height= »480″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/party-pizza-pizza58e2a1c2e81a0281819863-Ub8XEam5vXbMY »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

BÉLIER
Amour : Vous êtes le/la n°1… des derniers ! (eh ouaiiis, le méchant horoscope est de retour)
Gloire : Les reproches vous glissent dessus (donc vous êtes un peu huileux).
Beauté : D’après la constellation du minou, le Bélier est le signe le moins odorant de l’astrologie.

TAUREAU
Amour : Vous vous lavez avec les larmes de votre ex.
Gloire : « À défaut de Victor Hugo, je dormais pas le buste debout » (Moundir)
Beauté : La personne à votre droite fantasme secrètement sur vous.

GÉMEAUX
Amour : Vous êtes aussi sensible qu’un extincteur. On vous touche à peine et pchhhh.
Gloire : Au risque de vous décevoir, on dit pain au chocolat. Pas chocolatine.
Beauté : Des airs de Moustaki en ce moment.

CANCER
Amour : « Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira. » Les MST aussi, mais bon.
Gloire : On vous mettra des bâtons dans les roux. Ou dans les roues, je ne sais pas.
Beauté : Oubliez ce ventre plat des vacances. La tartiflette est votre amie.

LION
Amour : Eh bah alors, on n’assume pas son amour pour les menottes ?
Gloire : Le mieux serait de vous taire. De lundi à dimanche par exemple.
Beauté : Saturne vous prédit un slip qui gratte samedi.

VIERGE
Amour : Eh bé, ça bave quand vous embrassez !
Gloire : Septembre, le vent, la toux, les boutons, les arbres tout nus (mais pas votre chéri(e)).
Beauté : Vos fesses ressemblent à un abricot.

BALANCE
Amour : Excès de lulibérine cette semaine (alors, on sort le dico ?)
Gloire : La tartine de beurre qui tombe du mauvais côté, n’est-ce pas l’allégorie de votre vie ?
Beauté : Hé hé, toujours aussi canon !

SCORPION
Amour : Mmh, you touch my tralala. My ding ding dong.
Gloire : Wow, ce n’est plus un poil dans la main que vous avez, c’est un baobab !
Beauté : N’oubliez JA-MAIS ce conseil : il.

SAGITTAIRE
Amour : Un jour, on mettra la photo de votre ex sur les paquets de cigarettes. Ça devrait en calmer certains…
Gloire : Bravo, vous avez touché le fond. Creusez, maintenant.
Beauté : Ah, que Dieu vous pénis, les Sagittaires.

CAPRICORNE
Amour : C’est aussi régulier que la gastro ou les impôts, votre truc…
Gloire : Ouais, ouais, arrêtez de vous plaindre à Julien Courbet.
Beauté : Petite bourrelet deviendra beau.

VERSEAU
Amour : Arrêtez de papillonner, retournez à l’état larvaire.
Gloire : Avec vous, c’est comme une boîte de chocolats. On tombe toujours sur le dégueu’ à la liqueur.
Beauté : Quand vous dormez, vous ressemblez à un lamantin.

POISSON
Amour : Vous êtes aussi fiable que la météo sur iPhone.
Gloire : Demandez-vous pourquoi Denver le dernier dinosaure est votre ami « et bien plus encore » #bizarre.
Beauté : Habillez-vous comme un(e) Balance. Eux ont du style.

Horoscope WTF du 21 au 27 septembre 2016

Que va-t-il se passer dans votre vie ? Qui êtes-vous ? Pourquoi aimez-vous Justin Bieber ? Tant de questions auxquelles seul l’astrologue tmv peut répondre.

BÉLIER
Amour : Les Béliers… ON VOUS AIME ! (bah oui, vous n’arrêtez pas de râler sur votre horoscope)
Gloire : Les hommes-tronc auront votre peau.
Beauté : Peau qui suinte, d’ailleurs sans vouloir balancer…

TAUREAU
Amour : De toute façon, votre ex sentait le fennec.
Gloire : Demandez à travailler moins pour gagner plus.
Beauté : Paraît-il qu’on est ce qu’on mange. Pas glorieux pour vous…

GÉMEAUX
Amour : Votre futur(e) ressemblera à un donut, mais sans le trou. Bref, un beignet.
Gloire : A force de regarder NRJ12, il fallait que ça arrive : vous êtes désormais un bulot.
Beauté : Moumoute et biroute.

CANCER
Amour : Avec lui/elle, vous marchez sur des œufs. De toute façon, vous êtes une poule.
Gloire : En parlant poule, vous saviez que quand le coq copule avec elle, on dit qu’il côche la poule. Voilà. De rien. Bisou.
Beauté : Rototos en cascade dimanche midi.

LION (spécial citations de Ribéry)
Amour : « Arrêtez de vous battez ! »
Gloire : « On dirait que c’était comme si y avait rien changé hier »
Beauté : « Chaque année, je vieillis d’un an »

[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/L12g7V0J62bf2″ width= »480″ height= »360″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/dancing-wtf-swag-L12g7V0J62bf2″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

VIERGE
Amour : Une de perdue, 10 de retrouvées (mais qui sait, peut-être parle-t-on de MST. Notre boule de cristal est sale)
Gloire : Aïe, les salariés heureux seraient médiocres d’après une récente étude.
Beauté : Un petit côté caniche pas désagréable.

BALANCE
Amour : Marié(e) dans l’année, divorcé(e) dans la foulée. Kiss, love, flex.
Gloire : Reconvertissez-vous, câlinez des pandas.
Beauté : Vous êtes brillant(e). Mais aussi un peu luisant(e). Erk.

SCORPION
Amour : Guerre et pets ou guerre et paix, il va falloir choisir pour le bien de votre couple.
Gloire : Tel Sylvain Durif, vous êtes le Grand Monarque, le Christ cosmique.
Beauté : Bouclettes au niveau des aisselles.

SAGITTAIRE
Amour : Un(e) seul(e) Sagittaire vous manque et tout est dépeuplé.
Gloire : Arrêtez de croire les autres horoscopes. Seul celui-là est juste.
Beauté : D’ailleurs, vous avez de jolis pieds.

CAPRICORNE
Amour : Il faut que tu le/la fesses.
Gloire : Stress et détresse.
Beauté : Fais-toi des tresses.

VERSEAU
Amour : Faites l’amour, pas la guerre. Vous n’êtes bon(ne) qu’à ça, de toute manière.
Gloire : Le trône est bientôt à vous. Attention au manque de PQ.
Beauté : Vous préférez Noël Mamère ou ma mère Noël ? #questionexistentielle

POISSON
Amour : L’alignement de Saturne et de Tata Hortense me dit que ça craint du boudin.
Gloire : Crise de stomatophobie samedi.
Beauté : Vous piquez du dos et des orteils.

Horoscope WTF du 7 au 13 septembre 2016

Chaque semaine, la ville entière de Tours pleure. L’astrologue tmv est vilain, méchant, pas beau. Bah tant pis, prenez donc une nouvelle dose d’astrologie 100 % véritable.

BÉLIER
Amour : La revanche de l’ex, épisode 2.
Gloire : Vous la sentez, l’odeur pestilentielle de la rentrée ? Courage. Cœur sur vous.
Beauté : Cette semaine, vous serez la plus belle pour aller danser. Même vous, Roger.

TAUREAU
Amour : Vous avez des papillons dans le ventre, mais finirez par vomir une larve.
Gloire : Cette semaine, vous serez réincarné(e) en haricot.
Beauté : Le slip en mousse vous va si bien.

GÉMEAUX
Amour : Au lit, vous êtes comme le Père Fouras. Une vraie énigme.
Gloire : Souvenez-vous qu’on est toujours le con de quelqu’un, comme disait Pierre Perret. Beauté : Aussi moelleux/se qu’un Pitch.

CANCER
Amour : Vous êtes son Big Tasty tout gras
Gloire : La constellation Aznavourus vous dit que la misère serait moins pénible au soleil. Barrez-vous. Loin. COUREZ !
Beauté : Vos cloques font “ploc”.

LION
Amour : Vous respectez tellement la nature que vous finirez par flirter avec une pomme de pin.
Gloire : Vous êtes la définition même de “s’en battre les steaks contre un rocher”.
Beauté : Chat dans la gorge et lion dans le slip.

[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/WjSx3rJqsa448″ width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »http://giphy.com/gifs/rap-pimp-mygifs-WjSx3rJqsa448″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

VIERGE
Amour : Telle la limace, vous rampez et vous en bavez.
Gloire : Vous êtes plutôt Emmanuel Macron ou Emmanuon Maquerelle ?
Beauté : Gros nez = pureté.

BALANCE
Amour : Oh, vous êtes trop vieux/vieille pour ces conneries…
Gloire : Vous aviez dit qu’on ferait des Knackis. La déception est grande, sachez-le.
Beauté : Attention à la calvitie. N’est pas Moby qui veut.

SCORPION
Amour : Comme Daniel, tu t’en bats l’avoine.
Gloire : Tout fout le camp, d’après Saturne. Sorry but not sorry.
Beauté : Sourcils un peu secs, mais épaules douces.

SAGITTAIRE
Amour : On vous surnomme le Robocop du plumard.
Gloire : La canicule aura eu le mérite de révéler votre vraie nature aux gens : vous êtes bel et bien naturiste.
Beauté : Votre ressemblance avec un loukoum tout doux est frappante.

CAPRICORNE
Amour : Vous êtes son triton chéri.
Gloire : Comme on dit, si vous buvez c’est pour rendre les autres intéressants.
Beauté : Vous sentez bon des joues.

VERSEAU
Amour : Faites comme vous le sentez. De toute façon, on décline toute responsabilité. Marre à la fin, de devoir diriger votre vie comme ça. Pff. #révolte
Gloire : La routourne va tourner.
Beauté : Vous n’avez pas inventé la poudre, mais vous êtes canon.

POISSON
Amour : Le néant.
Gloire : Vous n’êtes pas un héros, ‘faut pas croire ce que disent les journaux.
Beauté : On vous l’a dit l’an dernier : arrêtez de la tremper dans l’huile et dans l’eau. Ça n’en fera pas un escargot tout chaud !

Horoscope WTF du 31 août au 6 septembre 2016

He is back… *cris de la foule en délire* Voilà l’astrologue revenu de ses vacances aux Seychelles sur son yacht privé. Avec, dans son maillot de bain, une nouvelle dose d’horoscope wtf.

BÉLIER
Amour : Saturne prédit une rencontre taquine dans le rayon fruits et légumes.
Gloire : Fini, les vacances, le soleil qui fait fondre le gras et le bon temps. À vous le boulot, la routine, les bourrelets et le retour de la belle-mère.
Beauté : Poussée d’acné pour tous les 3e décan, youpi !

TAUREAU
Amour : Tentez un homme-tronc.
Gloire : Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir. (ah ça en fout un coup, hein)
Beauté : Beaucoup de cérumen cette semaine. Attention à l’excès de Maître Gims.

GÉMEAUX
Amour : Tâtez un époux.
Gloire : Tâtez un pouls.
Beauté : Tâtez un pou.

CANCER
Amour : Massez les pieds de l’être aimé ce samedi soir.
Gloire : Arrêtez de faire des strikes avec des chauves. #JeSuisQuille
Beauté : Moustache, poncho et tortillas.

LION
Amour : Période de soldes. Pour un(e) Sagittaire conquis(e), deux offert(e)s. Amusez-vous bien.
Gloire : Attention aux embrouilles. Votre nom va finir dans le journal local.
Beauté : Arrêtez de vous renseigner sur Wikipédia. Tentez Doctissimo.

VIERGE
Amour… rime avec gros lourd. Vous voyez où l’on veut en venir ?
Gloire : Cucurbitacées et salsifis.
Beauté : Ce n’est plus des poignées d’amour, c’est carrément tout le tiroir.

BALANCE
Amour : Il/elle ne vous arrive pas à la cheville. Il/elle n’en est qu’aux ourlets.
Gloire : Pendant qu’on parle dans votre dos, ça glisse sur vos fesses. Gaffe ! Beauté : Caressez un bulbe.

SCORPION
Amour : Mieux vaut être avec vous que mal-accompagné(e).
Gloire : Mangez un hippie.
Beauté : Des Louboutin ou des boudins ? Il faut choisir.

SAGITTAIRE
Amour : C’est vraiment chou de la/le regarder pendant qu’il/ elle dort… Sauf que ce n’est pas votre maison. Ni votre chéri(e). COUREZ !!!
Gloire : Conspiration ressemble à constipation. Coïncidence ? Je ne crois pas.
Beauté : Beau/belle comme un strudel.

CAPRICORNE
Amour : Elle court, elle court, la maladie d’amour. Donc mettez- vous au footing.
Gloire : Les 2e décan seront clairement les meilleurs du monde cette semaine. On vous love.
Beauté : Des airs de chipolata au réveil.

VERSEAU
Amour : Le kiki aura votre peau.
Gloire : Tous les Jean-Sébastien et les Marie-Eglantine auront leur bac cette année.
Beauté : Pluton vous cassera le bras si vous bougez de là.

POISSON
Amour : À part des Pokémon, vous n’attrapez pas grand-chose.
Gloire : D’après la constellation du Jacques Chiracus, ça vous en touche une sans faire bouger l’autre.
Beauté : Rasez-vous l’épaule.

Horoscope wtf du 23 au 29 septembre 2015

« Eh, Marcel ? T’aurais pas vu mon journal ? Je voulais lire mon horoscope… » « T’inquiète, Bébert, lis tmv, ça va te faire du bien ».

wtf

BÉLIER (SPÉCIAL MOUNDIR DE KOH LANTA, CAR ON NE S’EN LASSE PAS)

Amour
« Je pensais venir avec un esprit de Farc… Et finalement je repars avec un cœur de Roméo. »
Gloire
« On vient d’éclater six scorpions. Laisse tomber, on se croirait dans Avatar ! » Beauté « On pourrait lui confier une mer, le mec ferait le Code de la route aux poissons. »

TAUREAU

Amour
Avec vous, c’est Rencontres du troisième slip.
Gloire
Tel un saumon des rivières, vous êtes seul(e), envers et contre tous.
Beauté
Uranus vous ordonne de vivre nu(e) à partir de samedi. Et vu le nom de cette planète, on vous conseille d’obéir.

GÉMEAUX

Amour
Votre coeur s’effrite.
Gloire
Mais vous adorez les frites.
Beauté
Coïncidence ? Je ne crois pas !

CANCER

Amour
Bon sang, vos photos de couple sur Facebook sont d’un niais. ‘Manquerait plus que vous vous surnommiez « bébé », tiens.
Gloire
Estomac sur pattes et face de patate.
Beauté
Des airs de Robert Hue.

LION

Amour
Et si l’horoscope tmv s’arrêtait la semaine prochaine, hein ?! Vous y avez pensé ?
Gloire
Arrêtez de mordre le facteur. Achetez-vous un chien.
Beauté
Pas de pot pour votre peau. Filez au pot.

VIERGE

Amour
Même Derrick n’était pas aussi chiant.
Gloire
Vous n’avez pas la langue dans votre poche. D’un côté, ça ne doit pas être très pratique.
Beauté
Petit bourrelet deviendra beau.

BALANCE

Amour
Amourette.
Gloire
Bistouquette.
Beauté
Tartiflette.

SCORPION

Amour
DSK ne serait pas fier de vous. C’est dire…
Gloire
La chasse d’eau aura votre peau.
Beauté
Rasez ce mono-sourcil. Emmanuel Chain n’est plus dans la vibe.

SAGITTAIRE

Amour
Vous êtes le/la meilleur(e). Ne l’oubliez jamais <3
Gloire
Si tu es bossu, sans bras, ni jambes, ne t’inquiète pas : tu es une madeleine.
Beauté
Tel un bon gros kebab, vous illuminez les nuits des gens.

CAPRICORNE

Amour
Un doute sur sa fidélité ? Torturez le/la en lui passant le nouveau clip de Francis Lalanne.
Gloire
Plus facile à durcir qu’à traire.
Beauté
Le ver solitaire est votre ami.

VERSEAU (LE DOCTEUR TMV A DIAGNOSTIQUÉ VOS PHOBIES. DÉBROUILLEZVOUS POUR EN SAVOIR PLUS. )

Amour
Halitophobie.
Gloire
Angrophobie.
Beauté
Pogonophobie.

POISSON

Amour
Sur un malentendu, ça peut marcher.
Gloire
Le mot le plus long en allemand est Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz. Ça vous la coupe ?
Beauté
Comme Claudia Sniffeur.

Au cœur du tournage : Tours montre sa bobine

Tmv a suivi Pepiang Toufdy, jeune réalisateur, pour le tournage de son court-métrage, en collaboration avec Arcades Institute. On vous refait le film.

Pepiang Toufdy, réalisateur du court-métrage (Photo tmv)

Vendredi matin. Il est un peu plus de 9 h. La gare de Tours somnole encore. Une petite mamie vient valider son ticket dans l’une des machines à composter. Elle n’a pas vu qu’une caméra la zieutait : elle vient de passer dans le champ et fait légèrement (restons gentil) louper la scène. Parce que ce jour-là, Tours est un immense plateau de tournage. C’est aujourd’hui que le court-métrage Daymane Tours est mis en boîte. Son réalisateur ? Pepiang Toufdy. Hyperactif et gros nom de la culture en Touraine. Il n’a même pas 30 ans mais a déjà à son actif un long-métrage et plusieurs courts ; il est aussi le créateur du festival Imag’In. L’homme ne s’arrête jamais.
Ce matin-là, Pepiang dirige son équipe technique d’une main de maître. Costard classe dans les tons gris, baskets et casquette. Il ne lâche pas sa tablette qui lui permet de suivre ce que filme la caméra en direct. Il court partout. Le réalisateur n’a même pas les traits tirés, alors qu’il revient d’un aller-retour express à Washington (hyperactif, qu’on vous a dit). « Action ! », crie-t-il dans l’écho de la gare. Un TGV déverse son petit lot de voyageurs. Tous et toutes sont figurant(e)s. Tous et toutes de Tours. Essentiel, car ce court-métrage se veut quasiment à 100 % tourangeau. De l’équipe technique aux figurants, en passant par le cinéaste et les lieux de tournage. La voie B de la gare voit la même scène se jouer plusieurs fois. Les figurants remontent dans le train. Effectuent les mêmes gestes, encore et encore. Pepiang Toufdy est visiblement du genre perfectionniste : « On la refait ! », lance-t-il, toujours tout sourire. Quatrième prise. Il veut le cadrage parfait. « Encore une… Pour le plaisir ! » Les figurants ne se font pas prier et ne se plaignent pas. Même quand ils rejouent le même trajet pour la dixième fois, dans le hall. « Oh, bah on est là pour ça. Bon ceci dit, c’est la première fois que j’ai un sac à dos et une valise vides ! », plaisante l’un d’entre eux. Une autre essaie de se dégourdir. Elle fait le pied de grue devant la photocopieuse et le Photomaton… depuis une demi-heure. Mal aux jambes ? « La prochaine fois, je prendrai des baskets, oui ! »

Au loin, Manda Touré se marre entre chaque prise. Mais dès que la caméra tourne, elle se transforme. Sérieuse, concentrée, pro. Manda, c’est un peu l’actrice principale de ce court-métrage. Daymane Tours raconte effectivement l’histoire d’une jeune migrante qui arrive à Tours, après avoir traversé plusieurs pays. Elle rencontrera par hasard une Tourangelle et se liera d’amitié avec elle. Ainsi qu’avec sa famille et son grand-père, un homme qui a vécu dans une Afrique qu’il adore. En résumé ? Un film humaniste et d’actualité.

MAMIE REBELLE ET KLAXON DE BUS

Emballé, c’est pesé. L’équipe a fini ses prises dans la gare. Au même moment, débarque un trio sur qui se tournent tous les regards. Philippe du Janerand, Jacques Boudet et Céline Vitcoq sont les têtes d’affiche du court-métrage. Le premier a tourné dans plus de 100 films (Nikita, Taxi, Monsieur Batignole, Les Choristes…). Le second est une vraie gueule de théâtre, un grand bonhomme qui a tourné avec Blier et Lelouch. La troisième est connue pour son rôle de Wendy dans la série Plus Belle la vie. Une actrice qui, d’ailleurs, ne passe pas inaperçue, ce vendredi. « Oh my god, mais c’est Wendy de Plus belle la vie ! Faut que j’prenne un selfie avec ! », s’excite une ado, sur le parvis de la gare. Ses copines se moquent gentiment : elle n’ose pas aller demander une photo à la jolie blonde qui vient de finir sa scène.

Manda Touré, en plein tournage (Photo tmv)

L’ambiance est bon enfant. Pendant que Pepiang, Manda, Céline et la petite équipe technique s’appliquent à bosser leur champ/contrechamp, les bénévoles, eux, sont en pleine galère. La raison ? Elle tient en deux mots : gare, midi. Il y a désormais bien plus de monde que ce matin. Et personne ne doit passer derrière les actrices. La plupart des passants acceptent sans rechigner. Une petite mamie n’est pas de cet avis : quand l’équipe lui demande gentiment de faire un détour d’environ – allez, soyons large – deux mètres trente pour contourner la caméra, celle-ci balance un « Oh je m’en fiche, c’est pas grave. Je vais prendre mon bus ! » Bon… Si on refaisait la prise ?
Quelques mètres plus loin, des badauds s’agglutinent et observent la scène. « Ne regardez pas vers nous ! Faites comme si on n’était pas là ! », lance l’assistant-réal’. Forcément, pour ce court-métrage sur une migrante, il vaut mieux éviter l’effet reportage de JT avec des gugusses qui font coucou à la caméra. Au même moment, un homme visiblement éméché, parfumé au whisky, débarque derrière la caméra en baragouinant « On vise plus haaaut, la kalaaach’ » (nota bene : … euh, pardon ?). En fond sonore, un bus klaxonne un cycliste qu’il a failli percuter. Deux minutes plus tard, c’est une voiture immatriculée dans la Vienne qui se trompe de chemin et se met à rouler sur le parvis de la gare jusqu’à l’entrée. L’équipe aurait dû prévoir un bêtisier…

UNE CENTAINE DE FIGURANTS

Cela fait déjà quatre heures de tournage. Pepiang Toufdy navigue entre son équipe, les figurants (qui demandent une photo souvenir), une équipe télé de France 3… « Mais je suis tellement content et ravi. Je travaille avec des comédiens que j’ai toujours appréciés. Ce projet, c’est une lourde responsabilité », soulignet- il. Lourde responsabilité qu’Arcades Institute a confiée sans hésiter à Pepiang. Car ce sont eux qui sont à la base de tout ça. L’espace culturel tourangeau a en effet créé les « Essentiels » : l’idée est de permettre à un jeune scénariste-réalisateur de se lancer dans une oeuvre de fiction de court-métrage dans un lieu patrimonial de la ville.
« On voulait un projet ambitieux, plus visible et qui touche un large public. Le court-métrage était tout trouvé, puisque Tours est une ville de cinéma. L’idée est de faire un festival de création, pas de diffusion », précise Jean-Pascal Jauzenque, l’un des propriétaires d’Arcades. L’acteur Philippe du Janerand est alors mis dans la boucle. Il jouera non seulement dans le court de Pepiang, mais sera aussi son parrain. « Philippe a une liste de contacts longue comme le bras. Il nous a beaucoup aidés », enchaîne Jean-Pascal Jauzenque. Une subvention de 10 000 € dans la poche, des autorisations de tournage dans les lieux patrimoniaux de Tours et hop : il ne reste plus qu’à Elsa, de l’équipe les Essentiels, à recruter les figurants. L’appel lancé sur les réseaux sociaux cartonne. « Les Tourangeaux se sont mobilisés. On a trouvé une grosse centaine de figurants en huit jours », précise Elsa.

Retour plateau. Les estomacs gargouillent. Il est midi passé. Pas de temps mort, il faut aller au foyer des jeunes travailleurs pour y tourner une scène. Pepiang et son équipe embarquent le matos et filent rue Palissy. Il faudra attendre un peu pour découvrir Daymane Tours, court-métrage tourangeau jusqu’au bout de la bobine. D’ici à septembre 2016, Arcades et leur projet « Les Essentiels » auront soutenu trois autres cinéastes du coin. Avec toujours un mot d’ordre : un film tourangeau, capable de faire ensuite sa route dans les festivals français.

Reportage et photos par Aurélien Germain

>> Notre galerie photos

« L’économie numérique n’existe pas qu’à Paris »

Emmanuel Roc, fondateur de l’école Esten Sup’édition. Il organise le Salon du livre numérique à Tours. Pour lui, la France doit s’ouvrir à l’édition numérique.

Comment est né ce Salon du livre numérique ?
Au départ, je voulais organiser des rencontres professionnelles pour mes étudiants (l’Esten Sup’édition, une école spécialisée dans les métiers de l’édition et de la communication, lire page 5, NDLR). L’idéal pour leur constituer un réseau. On voulait le faire sur Paris, avec des acteurs de l’économie numérique pour un speed dating. Mais c’était très cher à mettre en place. L’opportunité est venue d’une éditrice en Bourgogne qui avait organisé un salon du livre numérique qui avait bien marché. Elle était en reconversion professionnelle et m’a donc cédé le nom. J’ai relié les deux idées et c’est ainsi qu’est né le Salon du livre à Tours. Il permettra aux étudiants de l’Esten de rencontrer des professionnels venus de Paris. J’ai aussi invité des start-up de l’économie numérique en Touraine qui ont toutes été partantes. Et le grand public pourra découvrir un autre univers.

Il y a peu d’événements comme ça en France et dans la région qui permettent aux talents numériques de s’exprimer. Pourquoi ?
Les salons parisiens sont organisés à but lucratif. Le prix des stands est démesuré. Nous avons voulu un prix attractif pour les invités. Leur emplacement leur coûte 250 € (contre parfois 3 000 € à Paris, NDLR). On reste une école…

Emmanuel Roc (Photo Supedition.fr)
Emmanuel Roc (Photo Supedition.fr)

Et côté public ? Il n’y a pas d’intérêt pour l’édition numérique ?
En France, on est en retard concernant le sujet, comparé aux pays anglo-saxons. Le public français doit savoir ce qu’il se passe dans ce domaine pour être ensuite demandeur. C’est pour cela qu’on a étendu le Salon du livre numérique au grand public, à Tours. Le salon va montrer ce qu’on fait avec les tablettes, la presse numérique, les applis jeunesse, etc. Le public pourra essayer des tablettes, télécharger des applications… Celles et ceux qui possèdent déjà une tablette pourront repartir avec plein de livres numériques. Il y aura aussi un stand senior qui expliquera comment ouvrir un compte Amazon, Google, etc. Histoire de mieux appréhender les nouveaux supports.

J’ai envie de vous embêter… « Ah de toute façon, rien ne vaut un vrai livre physique, avec des pages que l’on peut tourner ! »
(Rires) J’adore le livre papier ! Mais le numérique est un complément. D’ailleurs, les ventes de livres n’ont pas chuté avec la venue du numérique. Le secteur se porte toujours bien, notamment les ouvrages jeunesse par exemple. Les deux forment un binôme. Mais je comprends les personnes réfractaires. Pour le salon, ce samedi, il y aura des ateliers d’écriture pour enfants et adultes. Des éditeurs confirmés seront là pour donner des conseils. L’écriture numérique est différente. C’est plus court. Pour reprendre la citation d’un éditeur : « les passages et chapitres sont calibrés par rapport à deux stations de métro ! »

Lors du salon, il y aura des dédicaces numériques. Qu’est-ce que c’est ?
On a développé un système qui permet aux auteurs de dédicacer leurs livres numériques. Cela ne se faisait pas jusqu’à maintenant. Là, les gens pourront tendre leur tablette à l’auteur qui signera avec le doigt ou un stylet. On va présenter ce système en avant-première au salon !

Pour le reste du programme, quelles sont les grandes lignes ?
Le samedi, le grand public pourra télécharger des livres gratuitement, en acheter, il y aura des dédicaces aussi bien papier que numérique, des ateliers d’écriture, de dessin. Et les étudiants de l’Esten présenteront les applis « enfance » qu’ils ont créées, sur le thème contes et légendes. Les enfants pourront découvrir tout cela et jouer.

À Tours, on commence à avoir de sacrés talents numériques, non ?
Je pense à Pirates sur Loire ou encore le pure-player 37°… Oui ! Justement, Pirates sur Loire est partenaire du salon. Ils organisent une chasse au trésor numérique qui partira de la gare et ira jusqu’à l’Institut de Touraine. On a vraiment des talents dans le coin. Le salon met l’accent sur le local, le régional. L’économie numérique n’existe pas qu’à Paris.

Propos recueillis par Aurélien Germain

Salon du livre numérique, les 11 et 12 septembre (vendredi pour les professionnels, samedi pour le grand public). Dès 10 h, à l’Institut de Touraine. Gratuit.
>>lefuturdulivre.com

Horoscope, du 24 au 30 septembre

Oh oui, les astres sont alignés, les planètes, ou les étoiles, on ne sait plus trop. Notre astrologue était relativement de bonne humeur, ouf.

BÉLIER
Amour
Vous vous mariâtes et eûtes beaucoup d’enfants.
Gloire
Dans les génériques de Disney.
Beauté
Beaucoup d’enfants, on a dit. Hum. Oui. Non.
TAUREAU
Amour
En avant toute !
Gloire
Évitez les corridas.
Beauté
Utilisez une brosse en poils de sanglier.
GÉMEAUX
Amour
À deux, c’est mieux. Bonne chasse.
Gloire
On ne peut pas courir deux lièvres à la fois. Vous cherchez déjà l’amour, n’en demandez pas trop.
Beauté
Vous exagérez. Mais pensez à vous faire des couettes (parce que deux, c’est mieux).
CANCER
Amour
Ce sera la semaine de votre vie. On ne vous en dit pas plus mais vous allez aimer.
Gloire
Le karaoké, le karaoké, le karaoké, voilà la voie.
Beauté
On vous dira ça quand on vous verra sur la piste.
LION
Amour
Un pas en avant, deux pas en arrière.
Gloire
Un pas sur le côté.
Beauté
Un pas de l’autre côté.
VIERGE
Amour
Rien.
Gloire
Rien.
Beauté
Toujours rien.
BALANCE
Amour
On voit… de la glace à la vanille et à la fraise avec beaucoup de chantilly.
Gloire
Tout commence dans la tomate. Avec un peu d’huile d’olive et de parmesan.
Beauté
Vous commencez à ressentir les bénéfices du régime crétois. Indiscutablement.
SCORPION
Amour
C’était prévu, sur une piste d’aéroport à Roissy. Dommage.
Gloire
Une minute et dix-huit secondes sur BFM-TV, c’est déjà ça. Même si le stagiaire s’est trompé sur votre nom en bas de l’écran.
Beauté
… On vous rappelle, on passe dans un tunnel.
SAGITTAIRE
Amour
Que vous dire ? Avez-vous pensé à prendre rendez- vous chez l’esthéticienne ?
Gloire
Vous êtes au sommet. Au firmament. Au zénith. Attention aux rhumes.
Beauté
Ça viendra avec l’amour. Ou le contraire. Cette histoire de poule et d’oeuf, c’est compliqué.
CAPRICORNE
Amour
Qu’en termes galants ces choses-là sont dites.
Gloire
C’est n’estimer rien que d’estimer tout le monde.
Beauté
Un amant dont l’ardeur est extrême aime jusqu’aux défauts des personnes qu’il aime.
VERSEAU
Amour
Hihi, on vous l’avait bien dit (cf semaine précédente).
Gloire
Voir semaine 41.
Beauté
Anticipez la semaine prochaine.
POISSON
Amour
Un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout, tout dépend de la taille de la marguerite.
Gloire
C’est l’histoire d’une grenouille qui croise un boeuf.
Beauté
Qui fait l’ange fait la grenouille.

Ceci est un blob fish.
Ceci est un blob fish.

Journées du patrimoine : l'antre de Max Ernst

Visite guidée de l’ancienne maison de l’artiste surréaliste Max Ernst, en compagnie de son propriétaire actuel, avant son ouverture exceptionnelle pour les Journées du Patrimoine.

Pour les Journées du Patrimoine, Dominique Marchès ouvre les portes de l'atelier de Max Ernst
Pour les Journées du Patrimoine, Dominique Marchès ouvre les portes de l’atelier de Max Ernst

Huismes, à quelques kilomètres de Chinon. Le soleil est écrasant ; le silence, étourdissant. Au milieu de ces 1 600 habitants, dans ce village arrosé par l’Indre, seule la voix de Dominique Marchès vient rompre la tranquillité. Voix paisible qui enveloppe les murs d’une maison dont il paraît fier… Parce que c’est ici, de 1955 à fin 1968, qu’a vécu l’un des plus grands artistes surréalistes, Max Ernst. Alors pour le commissaire d’expo et photographe Dominique Marchès (modeste, il ne se décrit pas comme un « artiste »), avoir racheté cette maison en 2006 est une sorte « d’hommage et de contribution ». Une sorte de rêve de gosse féru d’art, aussi… Lui qui, à 15 ans, était parti tout près de là, à Saché, en mobylette pour découvrir l’atelier du grand peintre et sculpteur Calder. « Ça a déterminé ma vocation… » « L’art m’a fait vivre plus richement, au niveau intellectuel », indique Dominique Marchès.
Cette richesse, il veut la transmettre. Quand il raconte la vie de l’artiste allemand, ses yeux se perdent partout. Dominique enquille les anecdotes sur le co-fondateur des mouvements Dada et surréaliste. Il est heureux de pouvoir ouvrir ses portes, lors des Journées du Patrimoine. Tout comme il le fait habituellement les week-ends. « Cela me permet de transmettre le visible, comme le jardin, la maison… et l’invisible, avec la mémoire de l’absent. Ce qui m’a intéressé en Max Ernst, c’est sa vie d’homme qui représente 60 ans du XXe siècle. Avec lui, on est face à un auteur qui a vécu pleinement cette période, ses horreurs, ses grandeurs. » Une fois entré dans cette ancienne grange, on se prend à rêver. Imaginer. C’était l’atelier de peinture de Max Ernst. Il avait commencé à travailler dans la longère située en face, « mais elle était exposée plein sud. Il y avait trop de lumière ». Impossible pour appréhender correctement les couleurs. « Alors il s’est installé dans la grange, avec la lumière du nord, plus diffuse. » Au mur, de gigantesques fresques sont posées. Un hommage de l’artiste Richard Fauget qui a reproduit la fameuse technique de frottage, inventée par Max Ernst (frotter avec un crayon les reliefs d’une surface sur laquelle on a posé une feuille de papier, NDLR). Contre une table, une très grande photo de la fontaine à Amboise, réalisée fin 1968 par l’artiste.
Dans cet atelier, le vieil évier est encore là. Il a vu passer les pinceaux de Max Ernst. Juste à côté, une petite arrière-salle, pleine de contrastes : un immense écran plat, qui diffuse un film sur l’artiste, trône au milieu de petits bancs d’époque, d’un châssis de tableau et de grandes étagères. L’odeur du vieux bois remonte aux narines. Les réminiscences du travail d’Ernst flottent dans l’air. Il a passé des heures ici. Lui qui avait acquis cette ancienne ferme, fin 1954, grâce aux 45 000 lires gagnées pour son prix à la Biennale de Venise. Lui qui revenait d’un exil aux États-Unis après la guerre. Lui qui avait passé du temps, isolé dans un désert en Arizona, alors que tous les artistes anti-nazis étaient revenus en Europe. « Peu importe le lieu, il n’était pas matérialiste. En venant à Huismes, il a trouvé un lieu paisible. » Nos pas filent vers une petite entrée à côté. Le mot « artiste » est inscrit sur un petit encadré, fixé à la porte. Une photo en noir et blanc du couple Max Ernst – Dorothea Tanning, de 1955, attire l’oeil sur ce mur blanc. Couple heureux. Couple d’artistes. « Regardez, c’est ici qu’il y avait la chambre du jardinier. Il n’habitait pas loin, mais pouvait dormir ici », raconte Dominique Marchès. Désormais, c’est une petite librairie. Où des ouvrages d’art s’alignent sur les étagères. Le dadaïsme et le surréalisme ont la part belle. Le Manifeste du surréalisme d’André Breton repose sous une cloche et l’oeil aguerri remarquera même une bouteille de vin estampillée Max Ernst !
L’art en lumière
En grimpant l’escalier, on arrive dans l’ancien atelier de collages de l’artiste. L’étage s’étire sur la longueur. Sous des tables en verre dorment des ouvrages rares, une collection parfois jaunie par le temps. Des documents inestimables pour l’amoureux de l’oeuvre de Max Ernst l’avant-gardiste. Il y a même une invitation à une inauguration, signée Jacques Duhamel, ministre des Affaires culturelles, datée de 1971. « Je pense que je possède la plus grosse documentation sur Ernst en France », dit sans détour Dominique Marchès. Petit sourire en coin. Puis il se perd de nouveau dans le silence en se plongeant dans la lecture d’un ouvrage. Il veut retrouver une petite info. Si, si, il y tient. Les minutes passent. « Ah, voilà ! Regardez la fenêtre en face de vous. C’est Max Ernst qui l’a faite, en oculus, une sorte de rond. Elle est souvent présente dans ses oeuvres. C’est un symbole, une forme comme un astre. » La luminosité exceptionnelle qui en émane inonde effectivement toute l’immense pièce. Mais dans le fond, à l’abri de la lumière, repose paisiblement la partie bibliothèque. Catalogues ultra rares et livres uniques font leur sieste. Certains dans du plastique, vu leur vieil âge. Dominique Marchès ne semble pas s’en lasser et contemple. Encore et encore.
Le jardin de la France
La visite touche à sa fin dans le jardin. Immense. Tranquille. Tout simplement beau. Des sculptures du XIXe siècle qu’Ernst a récupérées décorent les murs. Il y a au fond, derrière le noisetier, une serre. « Dorothea, sa femme, adorait les fleurs », dévoile Dominique Marchès. Il est agréable de tout observer, de s’approcher de ces immenses arbres, rêvasser… « Pour les Journées du Patrimoine, les gens pourront bien évidemment venir dans ce jardin de près d’un hectare. En général, ils adorent ça. C’est idéal pour se reposer un peu. » Pareil jardin fait penser au titre d’une de ses oeuvres les plus connues, Le Jardin de la France. Un dernier détour se fait par la maison de Dominique Marchès. Ancienne demeure de Max Ernst aussi. De vieilles photos montrent qu’en près de soixante ans, ça n’a pas tellement changé. La grande cheminée est toujours là. Tout comme l’escalier, les grosses poutres ou encore la table à manger… L’esprit du « Pin perdu », comme le couple d’artistes l’appelait à l’époque, n’a pas disparu. « Par contre, cette partie-là ne sera pas visible pour les Journées du Patrimoine. C’est vraiment… c’est ma maison, c’est chez moi », souffle Dominique Marchès. « Je l’avais déjà ouverte, mais j’avais même retrouvé des personnes dans ma chambre. Et ça fait bizarre. »
ALLER PLUS LOIN
Un ouvrage
Pour les curieux et adeptes de l’art de Max Ernst, impossible de passer à côté du livre Max Ernst, le Jardin de la France. Un joli pavé de plus de 200 pages qui a accompagné une expo au musée des beaux-arts de Tours. Bourré d’analyses, de somptueuses photos
et riche d’une documentation très intéressante. Ce catalogue est d’ailleurs disponible
à la maison de Max Ernst, présentée dans notre
 
DOSS_LIVRE

Ambiances de rentrée tourangelle

Quatre lieux, quatre façons de vivre la rentrée : tmv a flâné du Nouvel Olympia à la Caf, en passant par un restaurant et une librairie…

DOSS_PAP1_OUVERTURE
Rentrée, plat, dessert

>Premiers jours au Martin Bleu
Odeurs de prunes et de vanille, Thierry retire du four ses petits pots de crème au lait de brebis. À quelques mètres du cuisinier du nouveau Martin Bleu, avenue Grammont, son collègue Franck sort du frigo une belle brochette de poissons de Loire qu’il se met à découper en filet. C’est la spécialité du restaurant tenu, d’une main de gastronome, par Florent Martin. Le patron rigole de sa silhouette de rugbyman, sert un café, répond à un coup de fil. Le matin est déjà bien entamé avant le premier service du midi. Ambiance studieuse au Martin Bleu, tout le monde se concentre, l’heure du service approche.
Florent Martin grimpe sur une chaise devant le mur pour inscrire le menu du jour. De ses anciens locaux, le chef tourangeau n’a changé que la déco, plus contemporaine, ambiance bistrot chic. Dans l’assiette, c’est le même topo : poisson d’eau douce frais, produits de qualité, de la région, cuisinés avec passion. Stéphane, le serveur, arrive un peu plus tard. Il commence par s’occuper de la cave, sort ensuite l’aspirateur. Il n’y a pas un grain de poussière sur le sol. Les surfaces sont déjà immaculées.
Après la pause estivale, les visages ne sont pas encore tirés, les gestes toujours automatiques. Le mois d’août a été calme. Les choses sérieuses commencent en septembre. Depuis quelques jours seulement, le restaurant affiche complet. Il va falloir reprendre les horaires effrénés de la restauration, les deux services de la journée. Éprouvante vie d’un restaurant : il faut pouvoir se lever tôt et se coucher tard toute la semaine. Florent Martin n’a pas trop de mal à reprendre le rythme de la rentrée : « Je dis toujours qu’il faut être né dedans, sinon tu ne peux pas tenir. »

En coulisse
>La rentrée du Nouvel Olympia
Faux calme dans le hall d’entrée du Nouvel Olympia. Les habitués de la cafétéria ne sont peut-être pas revenus de vacances, mais le théâtre est déjà en ébullition. Abonnements, préparatifs de la nouvelle saison, création artistique… Dans la salle de répétition, nichée en haut du Nouvel Olympia, une dizaine de chanteurs lancent des « ooo » et des « aaa », gesticulent, moulinent leurs bras dans les airs, soufflent fort.
Devant eux, le nouveau dramaturge du Centre dramatique, Vanasay Khamphommala, orchestre cet échauffement à coup de notes de piano avant de les réunir en choeur. Depuis la rentrée, à midi, les employés du théâtre et les acteurs suivent ces répétitions de chant pour la nouvelle création du directeur du Nouvel Olympia. Jacques Vincey souhaite les incorporer à la pièce Yvonne, Princesse de Bourgogne qui se jouera fin septembre. Dans la salle de répétition, les chanteurs ont laissé place aux comédiens d’Yvonne, Princesse de Bourgogne. Commencer, recommencer, essayer, comprendre… les acteurs vivent ce texte de Witold Gombrowicz depuis plus de 10 jours. Plongé dans ses pensées, à chaque fin de scène, Jacques Vincey se lève de sa chaise. Il esquisse quelques pas devant des acteurs attentifs. Il lance finalement une petite phrase pour les faire réagir, les aider à avancer dans leur interprétation, ne les bouscule pas trop. La précision de la pièce se fait dans la recherche de l’intonation juste, de l’intention du jeu. La scène recommence. Les paroles filent. Il reste quatre semaines avant la première représentation de la saison.

Tourner la page des vacances
>Dernière ligne droite à La boîte à livres de l’étranger
Elle traîne des pieds. Souffle à chaque fois que sa mère la rabroue. « Tu aurais pu y penser plus tôt quand même ! » Oui, sauf que cette jeune ado a quelque peu « oublié » qu’il fallait avoir acheté et lu un livre en anglais pour la rentrée (après tout, ce n’est que dans quelques jours…). Alors elle souffle de nouveau. Trop dur la vie. Elle lève les yeux au ciel quand elle voit le nombre de pages. Cent-dix. Berk ! Et tout dans la langue de Shakespeare, sans images. Re-berk !
DOSS_PAP1_LIVRECeci dit, impossible de ne pas trouver son bonheur ici, à la librairie La Boîte à livres de l’étranger, rue du Commerce. Surtout à quelques jours de la rentrée. Les gros cartons continuent d’arriver. « Posez tout ici. » Le livreur, casquette vissée sur le crâne, mâchouille son gros chewing-gum et déverse de nouveaux livres en anglais et en espagnol. Une des dernières salves. Ce qui n’empêche pas une cliente – une prof – de râler quand elle apprend que l’ouvrage qu’elle a commandé n’arrivera que dans quatre jours. « Mais c’est beaucoup trop long ! Comment je vais faire, moi ? », lance-t-elle, agacée.
Au final, dans cette agitation de la rentrée, ce sont plus les clients que les libraires qui transpirent le stress. De loin, on observe ça, en souriant. Tout comme ce jeune homme devant un livre de Stephen Clarke. Ses yeux pétillent en lisant les quatrièmes de couverture. D’après les vendeuses, les oeuvres de cet écrivain britannique s’arrachent. Il se moque allégrement des particularités françaises (« être en grève est le deuxième sport national après la pétanque », écrit-il) et étonnamment, il est davantage prisé par… les Français.

Plein régime
>La CAF enchaîne les rendez-vous
« Les étudiants, ce ne sont pas des lève-tôt », sourit une conseillère. Bonne fille, la Caisse d’allocations familiales a prévu une file spéciale pour les accueillir chaque après-midi. Il est 9 h 15, l’espace d’attente est encore silencieux. Les canapés aux formes design n’incitent pas à la paresse. Les familles commencent à arriver. Des couples à poussettes zigzaguent savamment sur la rampe d’accès. Il y a les jeunes pères qui ont sacrifié leur dernier jour de vacances pour écluser la paperasse familiale avant la rentrée, les mamans, accompagnées contraintes et forcées, de leurs trois enfants.
Un blondinet qui n’a pas remarqué la télé, joue avec le portable de sa mère, une petite fille croque un BN. C’est aussi l’heure de la pause casse-croûte pour une quinquagénaire venue avec son mari et son fils : elle sort un sablé croustillant. On comprend pourquoi la chaîne Gulli est branchée en fond visuel. Le son est coupé mais les cris des enfants offrent un doublage de qualité. Dans les box d’accueil, les rendez- vous s’enchaînent toutes les 10 minutes. Une dame qui vient de prendre son ticket dodeline de la tête : « J’avais rendez-vous à 11 h, ils vont me prendre en retard. » Le gong l’appelle à 10 h 57, la dame se lève, tout étonnée.
11 h : trois bureaux sont ouverts, les techniciens travaillent à plein régime. Le public est reçu seulement sur rendez-vous. « Prendre rendez-vous ! Oh la la », souffle un homme d’une quarantaine d’années. Un peu emprunté, il s’est assis devant l’un des ordinateurs en libre-service. Ceux qui viennent au débotté patientent devant le guichet d’accueil. Pendant que les conseillers orientent les uns et les autres le plus rapidement possible, l’agent de sécurité garde un oeil sur tout le monde. On se demande si les étudiants seront aussi turbulents que les bambins…

Et retrouvez l’interview de François Testu, sur les rythmes à la rentrée ICI