Olivier Giroud : « Le plus beau métier du monde »

Cet ancien joueur du Tours Football Club, attaquant de l’équipe de France et de Chelsea, n’a rien lâché pour vivre de sa passion et devenir champion du monde.

BONUS_GIROUD1

Comment avez-vous vécu le retour de la Coupe du monde ?*
« C’était extraordinaire, c’est là que je me suis rendu compte que je faisais le plus beau métier du monde, quand on est descendu sur les Champs-Élysées en bus, avec tous ces gens… C’était impressionnant de voir l’engouement qu’il y a pu avoir autour de l’équipe de France et encore une fois, il n’y a que le football qui peut réaliser ce genre de chose. On était en totale immersion en Russie mais dès qu’on est arrivé en France, on a compris la portée de notre exploit. »

Comment s’est passée votre scolarité ?
« Déjà au collège, dès 12-13 ans, j’étais en Sport Études. Je m’entraînais trois fois par semaine et je jouais les matchs le week-end. Ensuite, à 15 ans, au lycée, c’est passé à des entraînements tous les jours après l’école. J’ai fait ça de la seconde à la terminale et j’ai passé mon bac ES, ce n’était vraiment pas facile de concilier ma passion et l’école. Il faut être motivé et fort mentalement, il y avait beaucoup de fatigue et il fallait rester concentré. J’ai continué mes études après le lycée parce que j’avais le sentiment de devoir continuer et j’en avais la possibilité tout en signant mon premier contrat professionnel. »

Quel a été votre parcours professionnel ?
« Dès ma deuxième année pro à Grenoble, je suis parti en prêt un an à Istres pour progresser et gagner en temps de jeu. Après, c’est le club de Tours qui est venu me chercher. Il me restait encore un an de contrat à Grenoble mais j’ai décidé de partir en Indre-et-Loire, racheter ma dernière année de contrat à Grenoble, et signer un contrat de trois ans au Tours FC. Ensuite, je suis parti à Montpellier, puis je me suis installé à Londres il y a six ans et demi pour jouer à Arsenal et maintenant à Chelsea. Ma première sélection en équipe de France date de 2011. »

Est-ce que c’est difficile de devenir footballeur professionnel ?
« C’est très difficile, dans le sens où sur une génération de vingt joueurs qui ont entre 13 et 15 ans, il y en a seulement un ou deux qui vont réussir à faire carrière. Donc il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Ce qui fait que tu y arrives ? Je dirais la détermination que tu peux avoir à vouloir réussir ton rêve de gosse, la force mentale, l’envie et l’ambition jouent une part très importante dans le sport quand tu es jeune. Après bien sûr, il y a des aptitudes physiques, le talent… le tout fait que tu as la chance d’être repéré et de passer d’un rêve à la réalité. » Avez-vous parfois froid en travaillant ? « L’été c’est parfois difficile parce qu’il fait chaud, mais bon en Angleterre ça va (rires). En revanche, l’hiver quand on joue le soir et qu’il fait 0°C ou moins, c’est délicat et difficile. Mais ce qui est compliqué c’est aussi de répéter les efforts, notamment en pré-saison, quand on reprend la préparation physique qui permet de tenir le reste de l’année. Mentalement il faut donc être prêt à souffrir. Il y a beaucoup de souffrance physique parce que c’est un sport et qu’il faut savoir se faire mal pour atteindre ses objectifs et pour l’équipe. On n’a rien sans rien. »

Propos recueillis par Pauline Phouthonnesy
(*) Les questions ont été proposées par les 3e du collège Jules-Romains à Saint-Avertin et lycéen de seconde de Sainte-Ursule à Tours.

>> Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le Guide des Études de La Nouvelle République ou en version en ligne ici.
>
> Retrouvez notre dossier spécial orientation scolaire dans le numéro 323 de tmv à télécharger ICI << 

Gamètes : don de sperme et d’ovocytes, comment ça marche ?

Le don de sperme et d’ovocytes est peu connu. Tmv vous explique comment il se déroule dans la région, alors que les stocks ne suffisent plus à répondre à une demande accrue.

zefPOUR DONNER À QUI ?
En France, le don de gamètes (spermatozoïdes et ovules/ovocytes) est encadré par la loi pour l’assistance médicale à la procréation (AMP). Il est anonyme et gratuit. Les couples hétérosexuels qui n’arrivent pas à avoir d’enfant de façon naturelle y ont recours lorsqu’un problème médical est avéré : infertilité, ménopause précoce, maladie génétique grave.
À ce jour, les couples de femmes homosexuelles et les mères seules ne peuvent donc pas y avoir accès, mais cela pourrait changer à l’occasion de la révision de la loi de bioéthique en 2018.

SUR QUELS CRITÈRES ?
En France, les futurs parents ne peuvent choisir leur donneur. Ce choix reste à la discrétion des médecins qui prennent uniquement en compte les caractères physiques des parents, tels que le groupe sanguin, la couleur de la peau, des cheveux et des yeux. À Tours, les donneurs d’origines maghrébine et africaine sont vraiment recherchés pour aider des familles en attente de ces caractéristiques, moins nombreux.

OÙ SE RENDRE ?
Direction l’hôpital et plus précisément le Cecos (Centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme humains).
Pour la région Centre, il faut se rendre à Tours, à l’hôpital Bretonneau, dans le secteur Médecine et Biologie de la Reproduction.

C’EST DÉJÀ FINI ?
En moyenne, un donneur permet de réaliser 40 paillettes de sperme. La loi limite à dix naissances réalisées par donneur. Une fois ces dix enfants nés, les paillettes restantes ne pourront plus être données. Un homme pourra réaliser trois dons maximum.

→PROFIL DU DONNEUR de

>Âgé de 18 à 45 ans.
>Avec ou sans enfant.
>En bonne santé.
>À Tours, ils ont en moyenne entre 19 et 44 ans et 57 % n’ont pas d’enfant.

1ER RENDEZ-VOUS
C’est le grand jour, celui de la première consultation médicale au Cecos. Le rendez-vous est pris selon les disponibilités du donneur, le matin en semaine. Un psychologue vérifie si le donneur est à l’aise avec la démarche et connaît le processus médical. Un premier recueil de sperme s’effectue dans une salle dédiée. Pas de panique, cela arrive souvent que ça ne fonctionne pas. « Pas envie, pas le jour… on ne se formalise pas », explique la Dr. Cynthia Frapsauce. Des prises de sang sont aussi réalisées pour des examens approfondis.

2E RENDEZ-VOUS
Suite des examens médicaux à travers un entretien pour rechercher une éventuelle maladie génétique chez le donneur et une autre prise de sang. Un second prélèvement de sperme est réalisé et congelé en paillettes. Voilà, c’est terminé !

→PROFIL DE LA DONNEUSE d

>Âgée de 18 à 36 ans (plus haute fertilité).
>Avec ou sans enfant.
>En bonne santé et sans antécédent gynécologique.
>À Tours, elles sont en moyenne âgées de 25 à 36 ans et n’ont pas d’enfant.

1ER RENDEZ-VOUS
Il faut compter une journée pour ce premier rendez- vous. Gynécologue, échographie, prise de sang, psychologue, entretien médical sur les antécédents génétiques et familiaux… tout est passé en revue pour ne prendre aucun risque. Si tout est ok, la donneuse passe au rendez-vous suivant.

2E RENDEZ-VOUS
La seconde rencontre vise à expliquer à la donneuse le traitement hormonal pour stimuler les ovaires qu’elle devra prendre. Ce sont des injections sous la peau au niveau du ventre à réaliser soi-même pendant une dizaine de jours et surveiller via des analyses régulières. « L’objectif est que pendant un cycle, plusieurs ovocytes se développent en même temps au lieu d’un seul naturellement », précise la Dr. Cynthia Frapsauce. Quelques effets secondaires comme des sautes d’humeur, des bouffées de chaleur peuvent être ressentis.

edOPÉRATION 
Il faut compter une hospitalisation d’une journée. Au bloc, les médecins introduisent une aiguille dans le vagin, à l’aide d’une sonde ovarienne, pour ponctionner les ovocytes situées dans les trompes. Une opération de 10 à 15 minutes. En moyenne, un don permet de récolter une dizaine d’ovocytes, contre un million de sperme. Les ovules seront congelés.

C’EST FINI ?
Une donneuse peut aider seulement un, voire deux couples maximum car il faut en général plusieurs tentatives pour que l’ovulation réussisse. Elle est limitée à deux dons à cause du traitement hormonal.

Capture
Cliquez sur l’infographie pour l’agrandir.

CECOS TOURS
> Service de biologie et de reproduction, Hôpital Bretonneau, 2 boulevard Tonnellé à Tours.
>Tél. 02 47 47 88 97
> Mail : cecos.tours@chu-tours.fr
> Site internet

Vie quotidienne : chassons les toxiques !

La journaliste tourangelle Catherine Levesque publie chez Leduc.s le grand livre anti-toxiques. En avant-première, elle nous dévoile quelques bons conseils.

MANGER MAVILLE_toxiquesCOCO

C’est à travers l’alimentation et l’air que sont ingérés le plus de toxiques. Pour éviter tous les pesticides, commencez par manger bio et cuisinez vos plats. Parmi les fruits les plus traités, il y a la pomme, le céleri, la fraise. Dans le vin, les sulfites, des conservateurs, sont aussi moins présents dans les labels bio. Le poisson est à consommer avec modération car il peut contenir des métaux lourds. Méfiez-vous aussi de l’acrylamide produit dans des céréales trop cuites et préférez cuire vos gâteaux à 180°C maximum.

Côté contenant, le bisphénol A a été interdit en France. Pour savoir si vos boîtes en plastique (hors Tupperware© qui dit ne pas en utiliser) en contient, prenez votre loupe et cherchez un chiffre, s’il n’y a ni le 7, 6 ou 3, c’est tout bon. La mention « Sans BPA » fleurit aussi sur les couvercles.
Dans tous les cas il faut privilégier les récipients en verre et éviter les canettes, les conserves et l’aluminium. Dans certains bonbons (M&M’s ou chewing-gum Hollywood), il y a un additif nommé l’E171. Ils contiennent des nanoparticules qui pourraient avoir un effet nocif. Et pas de chance, il y en a dans certains dentifrices… Le tout, c’est de ne pas en abuser.

NETTOYER

Nettoyer, balayer, astiquer… le tout en évitant là aussi les produits chimiques trop nombreux qui rejettent dans l’air des produits toxiques. Remplacez par exemple les désinfectants qui rendent les bactéries plus fortes par un entretien régulier avec du vinaigre blanc, du citron et selon les cas, du bicarbonate de soude. Équipez-vous de textiles en microfibres, lavables, pour frotter.

Vous pouvez aussi préférer un produit multi-usage au savon noir éco-labellisé. Et parmi les toxiques, il y a aussi des choses naturelles comme les acariens et la moisissure et pour ça rien de mieux que d’aérer toutes les pièces chaque jour et de retourner son matelas régulièrement.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=V2IewP-BgCY[/youtube]

SE LAVER

Une règle simple : plus la liste des composants est longue, plus c’est suspect… Ce qui est moins connu c’est l’effet « cocktail » que ces produits ont, une fois additionnés, sur notre santé et dans la durée. Là aussi, privilégiez les produits naturels ou bio en visant les éco-labels. Pas facile, quand on sait que 80 % des cosmétiques sont issus de la pétrochimie.
L’association UFC-Que choisir a publié une liste, aujourd’hui de 400 produits « contenant un ou plusieurs ingrédients indésirables », dont des perturbateurs endocriniens, qui sont des molécules qui ont un profil proche des hormones et déséquilibrent le fonctionnement de l’organisme. Ces éléments peuvent causer diabète, autisme, cancer, obésité ou altérer les capacités cognitives.

MAVILLE_toxiquesinterieurINTÉRIEUR

Alors que pour l’air extérieur, il est difficile d’agir sur les particules fines, sauf à soi-même moins polluer, c’est surtout sur l’air intérieur que l’on peut être actif. D’autant plus que l’on passe 85 % du temps dans des lieux confinés, parfois même plus pollués que dehors.
Pour la peinture et tout matériau de construction utilisez des produits étiquetés « A+ » qui dégagent moins de COV (composés organiques volatiles) que les produits classiques. L’aggloméré et le contreplaqué dans les meubles sont aussi toxiques à cause de la colle utilisée. Côté ambiance, éviter le papier d’Arménie ou l’encens, l’un sécrète des particules fines et l’autre du benzène cancérigène. Et si vous décidez de diffuser des huiles essentielles, soyez vigilants car certaines sont allergisantes.

⇒À PROPOS DE L’AUTEUR MAVILLE_Couv+Antitoxiques
La journaliste Catherine Levesque s’intéresse depuis 20 ans aux questions du développement durable en écrivant dans plusieurs titres nationaux, toujours avec le souci de vulgariser des domaines pointus. Elle a réalisé « Le Grand Livre de Toxiques » pour les Éditions Leduc.s, à la suite d’une enquête de Cash Investigation sur ce sujet en 2013.
Militante, elle se soucie du principe de précaution et accompagne ses conseils de résumés d’enquête et rappelle de grandes crises. Le tout, avec une pointe d’humour dans les illustrations de Coco, dessinatrice de Charlie Hebdo et des bonus web et vidéos sur la chaîne YouTube de l’auteure.

>>Sortie en avant-première le 2 mars, avec une présentation au Club de la Presse Val de Loire et sur TV Tours à 18 h. Sortie nationale le 7 mars et dédicaces à la Boîtes à Livres, le 18 mars, à partir de 15 h.

Image1

Textes : Pauline Phouthonessy

Do It Yourself : le 48 Hour film project

C’est bientôt le 48 hour film project. On vous dit tout ce qu’il vous faut pour réaliser un film en 48 heures.

En bref

1451437_669685686385751_1408037138_nLe 48 Hour Film Project est une compétition internationale de courts-métrages qui, comme son nom l’indique, se déroule en 48 heures chrono. Pour corser encore un peu plus l’exercice, amateurs et professionnels tirent au sort un genre cinématographique et se voient imposés un personnage, un objet et une ligne de dialogue avant de commencer. L’équipe gagnante – en plus de remporter une bourse Ulule de 1000€ – participera à la finale internationale Filmapalooza, à l’issue de laquelle les 10 premiers films gagneront une projection à Cannes.

Pour réaliser un film en 48 heures, il faut : 

Un petit grain de folie

La créativité, c’est le premier critère de sélection. Il faut que les participants se surpassent, qu’ils racontent une histoire unique. Comme 48 heures c’est quand même vachement court, les petites imperfections sont tolérées, tant qu’il y a de l’originalité.

Du matériel o-pé-ra-tio-nnel

Pas besoin d’arriver avec sa grosse caméra professionnelle, un smartphone ou un appareil photo reflex peuvent suffire. Mais le coup du « y’a-plus-de-place-sur-mon-disque-dur » ou du « mon-ordi-veut-pas-lire-ma-clé-USB », ça s’anticipe.

Des bons potos

Même si l’année dernière le meilleur réalisateur avait fait son film tout seul, il est conseillé de s’entourer d’une bonne équipe. Pas des gens avec qui on se prend la tête au bout de trois heures, quoi. Le nerf de la guerre, c’est la confiance.

Savoir s’adapter à TOUT

La météo capricieuse, les acteurs malades, les gens qui font la fête dans la rue, les autorisations qu’on donne et puis qu’en fait non…

Sacrifier quelques heures de sommeil.

Il vaut mieux avoir la patate avant de se lancer dans ce marathon de 48 heures. Ou prévoir quelques matinées après pour récupérer. Il paraît qu’en deux jours, les participants gagnent deux ans d’expérience.

Par Camille Petit