Ahmed Doumbia, le grand-frère de l’UTBM

L’alchimie est là, les résultats également : rencontre avec Ahmed Doumbia, un véritable lien pour l’équipe de l’UTBM.

Dans un effectif grandement chamboulé à l’intersaison à l’UTBM, Ahmed Doumbia fait figure de lien ou de grand-frère. Le basketteur tourangeau n’a pas voulu changer d’air durant l’été, persuadé que son équipe, presque totalement rebâtie, avait le potentiel pour joueur la montée en Pro B.

L’analyse était juste car cinq mois après le début du championnat, l’UTBM surfe sur une série de onze matches sans défaite et occupe actuellement la 2e place après son succès, samedi soir, sur Le Havre (87-72).

« Je veux jouer en Pro B avec Tours, annonçait-il en juillet dernier. J’ai encore une année de contrat avec une option si nous montons. » L’alchimie au sein d’un groupe dans lequel il se sent bien a tout de suite fonctionné et les résultats sont au rendez-vous.

« Nous sommes ambitieux »

En dépit des blessures de joueurs phares comme celle de Vincent Pourchot, à l’écart des parquets jusqu’en mars, l’équipe de Pierre Tavano réalise des prouesses, notamment dans des money time arrachés de haute lutte. « Nous sommes ambitieux mais nous ne le crions pas sur tous les toits », ajoute l’ailier trentenaire de l’UTBM.

Ahmed Doumbia ne tarit pas d’éloges au moment de décrire l’ambiance dans le groupe. « Nous avançons avec humilité, le recrutement a été cohérent », analyse-t-il.

Outre son expérience, Doumbia apporte son leadership, sa dureté défensive et ses qualités offensives à l’équipe. Véritable régulateur du jeu tourangeau et capable de rendre des feuilles de match à plus de 30 points, il sera une nouvelle fois un des atouts de l’UTBM, samedi prochain à Boulogne pour un nouveau match au sommet du championnat de Nationale 1.

Thierry Mathiot

INRA : quand la santé va, tout va !

A l’Inra de Nouzilly, une bonne partie des recherches sont dédiées à la santé animale. Avec en corollaire, l’amélioration de la santé humaine. Explications.

TROIS QUESTIONS À

NEWS_SCIENCE_SCHOULERCATHERINE SCHOULER / CHERCHEUSE À L’UNITÉ MIXTE DE RECHERCHE INFECTIOLOGIE ET SANTÉ PUBLIQUE (INRA – UNIVERSITÉ FRANÇOIS RABELAIS)
Vous travaillez sur la collibacilose aviaire, une maladie fréquente dans les élevages de volailles. Pourriez- vous nous en dire plus ?
Cette maladie est causée par la bactérie E. Coli, hébergée dans l’intestin des oiseaux mais aussi des êtres humains. Certaines souches, chez les volailles, sont à l’origine de maladies osseuses ou de pneumonies. Chez l’homme, E. Coli est la première cause d’infections urinaires. D’où l’intérêt de mieux comprendre cette bactérie.

Quels liens existent-ils entre santé humaine et santé animale ?
Les animaux souffrent de maladies qu’ils peuvent transmettre à l’homme. Par ailleurs, les maladies infectieuses sont traitées, chez l’animal comme chez l’homme, à l’aide d’antibiotiques. Quand certaines bactéries, dans les élevages, deviennent résistantes au traitement, ce nouveau caractère risque de se transmettre à des bactéries qui attaquent l’homme. Justement, un plan national prévoit de réduire de 25 % l’usage des antibiotiques vétérinaires d’ici à 2017.

Développez-vous des alternatives ?
Oui, on utilise par exemple des phages : ce sont des virus qui détruisent les bactéries. Une autre voie s’intéresse à des molécules antimicrobiennes, produites naturellement par l’animal malade. Ce sont des pistes pour de nouveaux médicaments.

>> Au village des sciences, vous pourrez compter des colonies de bactéries, les observer au microscope, extraire l’ADN d’une banane ou vous exercer à manier une pipette

MALADIES INFECTIEUSES : ATTENTION DANGER

Combinaison intégrale, bottes, casque ventilé, respirateur, système sophistiqué de filtration d’air… Non, il ne s’agit pas de Sam Daniels, le héros campé par Dustin Hoffman dans le film catastrophe Alerte !, mais d’un simple mannequin que vous aurez l’occasion d’observer au village des sciences. Pour autant, cet équipement de protection est bien porté par des agents de l’Inra de Nouzilly, à la plate-forme d’infectiologie expérimentale.
L’objectif : étudier des maladies infectieuses ou tester de nouveaux vaccins sur de gros animaux comme la vache, le porc ou le mouton. Puisque certaines sont contagieuses ou transmissibles à l’homme, des mesures de confinement sont nécessaires. Ici, le confinement maximal est de niveau 3 (sur 4), ce qui permet de travailler sur des maladies comme la tuberculose. > Présentation du matériel de confinement et d’un équipement de protection individuel au village des sciences.

À L’HÔPITAL DES ANIMAUX

IRM, scanner et échographe : ces appareils d’imagerie médicale sont installés à la plate-forme Chirurgie et imagerie pour la recherche et l’enseignement (Cire), qui regroupe un bloc opératoire et un service d’imagerie à l’Inra de Nouzilly. Les mêmes qu’à l’hôpital Bretonneau. Et pourtant, ils sont réservés aux animaux de grande taille, comme le mouton ou le porc.
À quoi ça sert ? « Ça permet de réaliser des observations sur des animaux vivants et d’effectuer un suivi dans le temps », répond Yves Tillet, directeur de recherche à l’Inra. Des travaux ont permis de suivre l’évolution d’une maladie des ovaires sur un modèle de brebis. Aussi, la structure est ouverte à des partenaires extérieurs. Des animaux du ZooParc de Beauval sont venus passer des examens : une hyène, un kangourou et même un tigre ! > Visite commentée de la plate-forme Cire (scanner et IRM)

Image1

Nathalie Picard