Suspension des contrôles de stationnement payant, nouveau centre de vaccination : des mesures annoncées par la Ville

Suite aux récentes annonces gouvernementales, la Ville de Tours a annoncé mettre en place de nouvelles mesures. Suspension du stationnement payant en surface, chèques CCAS, vaccination, droit de terrasse… Voici les points principaux pour le mois d’avril et de mai.

Enième période de restrictions oblige, la Ville de Tours a indiqué vouloir « accompagner les Tourangelles et les Tourangeaux » durant les quatre semaines à venir.

  • Les contrôles de stationnement payant de surface seront suspendus du 6 au 30 avril inclus
  • Envoi par le CCAS de chèques alimentaires au domicile des familles bénéficiant de l’aide à la restauration scolaire (30 € / enfant)
  • Pour les restaurateurs et cafetiers : exonération de taxes sur le droit de terrasse pour tout le semestre
  • Un nouveau centre de vaccination ouvrira au Palais des Congrès de Tours au mois de mai.

Une foire aux questions (FAQ) a également été mise en ligne par la municipalité. Vous pouvez la retrouver ici : https://www.tours.fr/action-municipale/721-covid-19-foire-aux-questions.htm

Indre-et-Loire : paroles de télétravailleurs et télétravailleuses

[2/2] Un an après, entre déconfinement, reconfinements et couvre-feu, une bonne partie des Français vit encore sur un rythme boulot-dodo, où le métro (le vélo ou l’auto) ont disparu des radars. Et pour vous, ça se passe comment le télétravail ? Tmv a eu envie de vous poser la question…

FRANCK, FORMATEUR SÉCURITÉ SNCF

« Lors du premier confinement, on était en 100 % télétravail, ce qui n’est pas simple pour assurer des formations. Mais comme les personnes ont à nouveau le droit de se déplacer pour la formation professionnelle, je suis maintenant sur mon lieu de travail quatre jours par semaine, et en télétravail le vendredi. »

LES +

J’aime bien cette répartition 4 jours/1 jour, cela permet d’être en contact avec les collègues et les stagiaires. C’est quand même plus simple pour bien faire mon travail ! Lorsque nous étions en 100 % télétravail nous avions réfléchi avec d’autres formateurs sur la manière d’assurer une formation à distance sur Teams, en maintenant l’intérêt des stagiaires, avec des travaux de groupes par exemple. Et puis il y a le temps de trajet en moins !

LES –

Si c’était tous les jours, je ne tiendrais pas ! Certes cela donne une flexibilité sur les horaires, ça m’est arrivé de travailler le soir pour faire autre chose en journée, mais le lien social me manquait trop quand j’étais 100 % en télétravail. J’ai beaucoup utilisé les réseaux sociaux pour maintenir une vie sociale, une activité, car rester toute la journée à la maison me pesait beaucoup.

(Photo illustration NR – Julien Pruvost)

Hubert, sous-directeur RH à la Caf Touraine

« Depuis 2016, les salariés dont les missions sont télétravaillables peuvent travailler en “pendulaire”, avec deux à trois jours par semaine en télétravail. Et plus récemment nous avons aussi mis en place un accord sur le travail nomade : 24 jours possibles de télétravail par an. En mars 2020 nous sommes bien sûr passés en 100 % télétravail et, depuis mai dernier, certains salariés sont revenus sur site. Aujourd’hui, on estime à moins de 40 % de nos 260 agents ceux qui sont présents dans nos locaux. »

LES +

Avant même le confinement, nos premiers bilans montraient de grands avantages sur la gestion vie privée/vie professionnelle pour la cinquantaine d’agents qui travaillaient en pendulaire, avec aussi une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Et même si ce n’était pas l’objectif, il y a eu une hausse de leur productivité. Le passage en 100 % nous a poussé à accélérer certaines mutations avec la simplification de certaines procédures. Et cela nous a permis d’identifier plus finement les postes et les tâches qui sont télétravaillables.

LES –

Bien sûr nous avons mis un peu de temps à adapter le réseau pour que tous les agents puissent se connecter à distance. Et mettre tout le monde en télétravail a supposé des investissements : deux écrans et un casque par agent, en plus de l’unité centrale d’ordinateur et, pour ceux qui le souhaitent, une webcam ou une clé 4G et parfois un fauteuil. Si de nombreux agents apprécient le travail à distance, nous sommes attentifs à ceux qui souhaitent être sur place, car les conditions à domicile ou leur maîtrise des outils informatiques ne sont pas bonnes, ou parce qu’ils sont psychologiquement fragiles. Le télétravail ne convient pas à tout le monde.

(Photo illustration NR)

Patrick, enseignant en informatique et chef du département GEA – IUT de Tours

« Depuis mars 2020, nous sommes passés au télé-enseignement, avec les embûches que cela suppose tant pour les étudiants que pour les enseignants. Même si les enseignants ont l’habitude de travailler chez eux, pour toute la préparation des cours, donner son cours à distance ce n’est pas la même chose ! »

LES +

Cela amènera peut-être une réflexion sur l’évolution de l’enseignement supérieur. Je me demande par exemple si les cours magistraux en amphi, avec peu d’interactions, valent le coup d’être en présentiel ?

LES –

Je dresse tout de même un constat plutôt négatif de tout cela : outre les soucis d’adaptation des enseignants au tout début, qui ont dû appréhender de nouveaux outils, adapter leur pédagogie, sans compter les soucis techniques, c’est surtout l’absence d’interaction qui est déstabilisante et démotivante pour tout le monde. On fait cours face à du vide, un écran où les étudiants n’allument pas leurs caméras et sont peu réactifs. Et pour eux, c’est difficile aussi, devant leur écran toute la journée. On a d’ailleurs plus de décrochages que les années antérieures…

Propos recueillis par Maud Martinez
Photo ouverture : Jérôme Dutac – NR

Finalement, le Musée des Beaux-arts ne rouvrira pas exceptionnellement samedi

La mairie de Tours renonce à l’ouverture « exceptionnelle à titre d’expérimentation » du musée des Beaux-arts qui était prévue samedi. Une initiative qui n’avait pas été du goût de la Préfecture…

Ce devait être une ouverture « exceptionnelle à titre d’expérimentation »… La municipalité avait annoncé, il y a peu, que le Musée des Beaux-arts ouvrirait ses portes ce samedi, avec protocole sanitaire strict et jauge réduite (seulement 32 billets vendus très rapidement d’ailleurs). Le maire, Emmanuel Denis, voulait en effet montrer qu’il était possible d’aller au musée en respectant les gestes barrières.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, avait aussi été invitée « afin d’y constater ensemble l’efficacité des dispositions prises par la ville pour assurer une ouverture de ses lieux culturels », explique-t-on du côté de la mairie dans un communiqué.

« La Ville ne passera pas en force »

Mais marche arrière toute ! 24 heures après, la municipalité a finalement annoncé renoncer : « Il est évident que la Ville, respectueuse du cadre légal, ne passera pas en force. » En soit, il se dit que la Préfecture -plutôt agacée par la démarche – n’a visiblement que peu goûté à l’initiative de la mairie…

« Depuis plusieurs semaines, la Ville tient à ce sujet des réunions de travail, alerte sur les réseaux sociaux et revendique par voie de presse », indique pourtant de son côté l’équipe municipale. « Jusqu’à présent, les services de l’Etat n’ont jamais donné suite aux demandes maintes fois formulées. »

Enfin, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, n’a pas accepté cette invitation. Mais elle et le maire de Tours auraient convenu d’un « prochain échange ».

Quant aux détenteurs d’une réservation pour demain au Musée des Beaux-arts, leur billet reste valable pour une (éventuelle) prochaine réouverture. « L’ensemble des inscriptions prises par le Musée des Beaux-arts reste valable dans le cadre de la possible mise en œuvre de l’expérimentation. »

Immobilier : pour une visite Covid-compatible

Après les trois mois de fermeture complète au printemps 2020 et un confinement allégé en octobre-novembre, les agents immobiliers sont au taquet pour vous proposer des visites adaptées. Mais vous aussi allez devoir changer quelques habitudes. Suivez le guide !

Avant la visite : je suis dans les starting-blocks

Vous avez flâné tout l’été sur les sites immobiliers, et quand la bise (et le couvre-feu) furent venus, vous vous êtes trouvés fort dépourvus : pas beaucoup de biens qui correspondent à vos critères, et peu de bonnes affaires. Vous avez trouvé une maison/un appartement qui pourrait convenir, mais attention : vous ne serez pas les seuls sur le coup ! « Nous avons vu une annonce paraître un samedi, nous avons appelé tout de suite pour visiter le lundi suivant. Nous avons fait une offre un peu au-dessus du prix dès la première visite, mais nous n’étions pas les seuls et le vendeur a préféré un dossier plus solide côté financement », racontent Mickaël et son conjoint.

⇒Notre conseil : Je bétonne mon dossier auprès de mon banquier, pour savoir exactement quel budget j’ai à disposition. J’ai l’accord de prêt et tous mes papiers avec moi pour faire une offre dès la première visite s’il le faut. J’ai mon stylo personnel pour tout signer sans attraper le covid, et mon justaucorps à portée de main s’il faut catcher dans la boue pour départager les acquéreurs potentiels. Oui, je suis prêt à tout.

Pendant la visite : du virtuel au réel

Vous avez fait une visite virtuelle, en navigant sur le site web de votre agence immobilière, ou en direct avec un agent qui se balade pour vous avec son téléphone dans le logement de vos rêves. Vous concrétisez en passant à la visite réelle, en chair et en os… mais pas n’importe comment : « On est équipés en sur-chaussures et en masques, pour nous et nos clients, on a des bombes désinfectantes multi-surfaces, nous aérons le logement avant et après la visite, nous désinfectons les clés, le client est invité à ne rien toucher, même pas les poignées de porte », explique Benjamin Chauveau au sujet du protocole Century 21.

⇒Notre conseil : Profitez de ce moment pour vivre vos rêves de grandeur. Avancez tel un prince ou une princesse de pièce en pièce alors qu’on ouvre les portes et placards à votre demande. Tout ceci sans oublier de faire abstraction du masque et des sur-chaussures, pour vous concentrer sur une question : vous sentez-vous à la maison ?

Après la visite : dématérialisation à fond

Vous en êtes sûrs, chéri(e) est d’accord, même le chien à qui vous avez montré des photos est séduit : c’est là que vous voulez vivre. Ni une ni deux, vous dégainez vos papiers (car vous avez suivi notre premier conseil) et vous faites une offre… dématérialisée.

« La dématérialisation des documents administratifs avaient déjà commencé, et elle s’est accélérée avec la covid. Signature de baux locatifs, de mandats, d’offres ou de compromis de vente se font à distance, ce qui nous fait gagner du temps puisqu’on n’a plus la difficulté de trouver un créneau qui correspond aux 3 ou 4 personnes concernées, et on évite bien sûr les risques de contamination covid-19 en étant tous rassemblés dans un bureau », raconte Bertrand Fontaine de Nestenn Saint-Avertin.

⇒Notre conseil : C’est à distance mais ça reste du sérieux, donc ne prenez rien à la légère et lisez tous les documents (y compris les toutes petites lignes) avant de les signer. Et travaillez votre signature électronique, on ne veut pas du hiéroglyphe que vous faites au livreur de vos achats internet. Signer pour acheter, ça mérite mieux qu’un gribouillis.

Annulation de l’édition 2021 de l’American Tours Festival

Tours Evénements, organisateur du festival, a annoncé que la prochaine édition aurait finalement lieu à l’été 2022.

Chaque année, des milliers de personnes se pressaient à l’American Tours Festival. (Photo archives NR – Hugues Le Guellec)

« No way pour l’American Tours Festival ». C’est par ces mots que débute le communiqué de Tours Evénements, organisateur du festival qui avait amené plus de 60 000 personnes en 2019. La prochaine édition qui devait avoir lieu cet été est – sans trop de surprise – annulée.

Ce sont les nouvelles restrictions imposées aux festivals et annoncées par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot qui ont amené l’organisateur à prendre cette décision.

« Comment organiser notre événement dans ces conditions ? »

« Le 18 février dernier, notre ministre de la Culture a commencé à fixer le cadre d’organisation des festivals estivaux : seuls les événements avec 5 000 personnes assises, dans le respect de la distanciation sociale seront autorisés. Nous n’avons aucune précision à ce jour sur la possibilité de proposer sur place des zones restaurations et buvettes », explique Tours Evénements.
« De plus, la pandémie qui nous touche depuis l’année dernière a rendu la venue d’artistes internationaux sur notre territoire très incertaine. »

« Comment organiser notre événement dans ces conditions ? », s’interroge le festival, rappelant que « l’expérience ATF, c’est vibrer au son de la musique live, danser tous ensemble, découvrir et tester les meilleurs produits de nos exposants, rire et partager un verre avec ses amis ou sa famille… ».

Refusant d’organiser « une version dénaturée de notre festival » (qui avait par ailleurs été déjà annulé en 2020), l’organisateur annonce donc que la 14e édition de l’ATF se déroulera du 1er au 3 juillet 2022, au Parc Expo.

Touraine : Le secteur de l’événementiel en crise

Une étude publiée par la CCI de Touraine montre que l’événementiel en Indre-et-Loire est très durement touché par la crise. Plus d’un tiers des sondés pense à un dépôt de bilan.

Les faits

La CCI de Touraine a publié une étude sur les impacts multiples de la crise sanitaire sur le secteur de l’événementiel. Sans surprise, puisque quasiment à l’arrêt depuis de nombreux mois, il est très durement touché. On y apprend que 80 % des entreprises ayant participé à cette enquête ont perdu 50 % de leur chiffre d’affaires.

Si 51 % ont obtenu un Prêt garanti par l’État, 33 % l’ont déjà consommé. La moitié des acteurs anticipent une perte de 75 % de leur chiffre d’affaires avant le mois d’avril. Et, donc, plus d’un tiers estime possible un dépôt de bilan dans les six prochains mois. Les cinquante-trois entreprises qui ont participé à l’étude représentent pas moins de 800 emplois.

Enfin, 38 % des sondé(e)s ont déclaré songer à licencier. Dans le lot, de nombreuses entreprises sont de très petites structures, d’autant plus fragiles.

Les enjeux

Pour tous les professionnels du secteur, il y a donc désormais urgence à agir. Le secteur pèse lourd dans l’économie locale et régionale. Les acteurs de l’événementiel et du monde du spectacle réclament de la visibilité pour les mois à venir. Une tournée, par exemple, nécessite au moins 3 mois de préparation. Il faut également penser à la commercialisation des grands événements qui se fait bien en amont. Quant aux spectacles en plein air, c’est encore le flou total, malgré les promesses du gouvernement.

Le point de vue

Philippe Roussy, le président de la Chambre de commerce, a rappelé que les protocoles sanitaires étaient très respectés dans le monde de l’événementiel et que « même les hôtels et restaurants ont connu quelques moments de respiration depuis mars 2020 ». Il souligne que ce secteur représentait « plus d’emplois que celui de l’automobile », en France. Des emplois, justement, nombreux… mais aussi très variés (voir aussi notre portfolio en fin de journal sur les différents corps de métiers en souffrance dans le monde du spectacle).

Aurélien Germain

Indre-et-Loire : 5 centres de vaccination dès le 18 janvier pour les plus de 75 ans

La préfète d’Indre-et-Loire, Marie Lajus, a annoncé l’ouverture de cinq centres de vaccination pour les personnes âgées de 75 ans et plus. Début de la campagne le lundi 18 janvier.

Entre 2 000 et 3 000 doses de vaccin pourront être administrées chaque semaine. (Photo NR – Patrick Lavaud)

La campagne de vaccination pour les personnes âgées de 75 ans et plus va débuter à partir de ce lundi 18 janvier. Cinq centres dans le département vont ouvrir à cette occasion. C’est ce qu’a annoncé la Préfète Marie Lajus, lors d’une conférence de presse mercredi soir.

« Cela se fera sur prise de rendez-vous uniquement », ont indiqué les services préfectoraux. Ces centres seront situés à Tours, Joué-lès-Tours, Chinon, Amboise et Neuillé-Pont-Pierre. Un sixième à Loches pourrait ouvrir un peu plus tard, le 25 janvier.

Les lieux en détail

Voici où se trouveront précisément ces cinq centres :

> Aux Halles de Tours

> A la Maison des associations du Clos Neuf à Joué-lès-Tours

> Salle des fêtes du théâtre d’Amboise

> Salle Descartes adossée au CHU de Chinon

> Centre médical du SDIS à Neuillé-Pont-Pierre

Le pilotage sera assuré par la Préfecture, les mairies et les Communautés professionnelles territoriales de santé. Il devrait y avoir entre 2 000 et 3 000 doses de vaccin par semaine, dont la logistique sera gérée par le CHU de Tours.

La vaccination se fera du lundi au samedi. Pour prendre rendez-vous (on le rappelle, obligatoire), il faudra se connecter sur une plateforme en ligne sur Internet ou en appelant un numéro vert (celui-ci sera communiqué vendredi normalement).

En décembre, quatre marchés de Noël autorisés dans le centre de Tours

Quatre marchés de Noël, au nombre limité de commerçants, seront installés dans le centre de la Ville. Par ailleurs, les commerces auront l’autorisation d’ouvrir tous les dimanches du mois de décembre.

Il y aura quand même un air de fêtes cette année (Photo archives NR – Thierry Roulliaud)

« Bonne nouvelle pour les Tourangelles et Tourangeaux. A compter du vendredi 4 et jusqu’au dimanche 20 décembre, nous pourrons profiter de l’ambiance de Noël en nous promenant dans l’un des quatre marchés proposés par la Ville », a tweeté Emmanuel Denis, maire de Tours, ce vendredi 27 novembre.

La Ville a effectivement obtenu l’autorisation de la Préfecture pour mettre en place quatre petits marchés de Noël dans le centre, comme l’ont indiqué nos confrères de la NR. En revanche, la jauge sera forcément réduite : dix commerçants maximum seront autorisés par marché.

Ceux-ci se situeront places Anatole-France, Châteauneuf et de la  Résistance. Un quatrième marché de Noël sera boulevard Heurteloup.

Fin octobre, la Ville de Tours avait dû annuler le grand Marché de Noël habituel du boulevard Heurteloup et de la place de la Gare.


> Par ailleurs, les commerces seront ouverts les dimanches 29 novembre, 6, 13, 20 et 27 décembre. 

Les bibliothèques se mettent au Click and collect

A compter de ce samedi 21 novembre, six bibliothèques municipales vont proposer le Click and collect aux abonnés pour retirer livres et documents. Mode d’emploi !

Impossible d’accueillir le public ? Les bibliothèques se mettent donc au Click and collect !

C’est un grand ouf de soulagement pour les bibliothèques municipales ! Six des sept que compte Tours rouvriront samedi 21 novembre, en mode « Click and collect » (seule celle de la Rotonde n’est pas concernée). Impossible, donc, d’accueillir le public, mais au moins les Tourangeaux pourront dévorer quelques livres !

Il faut obligatoirement passer par une prise de rendez-vous sur le site internet des bibliothèques ou par téléphone. Les 17 000 abonnés pourront ainsi retirer leurs documents, tout en respectant un protocole sanitaire strict : pas d’inquiétude donc, puisque les livres sont isolés pendant trois jours avant d’être remis en stock.

Comment ça marche ?

  • Par internet : direction www.bm-tours.fr pour passer la commande.
    Il est possible de réserver 5 documents pour 5 semaines.
    Choisir un créneau horaire pour se présenter à la bibliothèque (en étant masqué et en se munissant d’un sac) avec sa carte d’abonnement.
    Jours de retrait : mercredi / vendredi / samedi. De 14 h à 18 h.
  • Par téléphone : appeler la bibliothèque du mardi au samedi, de 13 h 30 à 17 h 30. Passer la commande. Possibilité d’être conseillé(e) par les bibliothécaires.

Banque alimentaire : grande collecte prévue du 27 au 29 novembre

Cette année, la collecte de la Banque alimentaire de Touraine est encore plus importante en raison de la crise sanitaire actuelle.

La collecte se déroulera le week-end prochain. (Photo archives NR-Julien Pruvost)

A vos agendas ! Les 27, 28 et 29 novembre, la Banque alimentaire organise sa grande collecte nationale. Dans l’Indre-et-Loire, 1 500 bénévoles (vous les remarquerez grâce à leurs gilets oranges) se mobiliseront dans 130 magasins du département pour recueillir vos dons de denrées alimentaires.

Si cette collecte est habituelle, celle de cette année revêt « un caractère spécial en raison de la pandémie », souligne l’association dans un communiqué. « Face à l’épidémie de Covid-19, la Banque alimentaire de Touraine a immédiatement répondu à l’augmentation de près de 20 % des besoins d’aide alimentaire en Indre-et-Loire ». Une forte baisse des stocks a en effet été enregistrée. Cette collecte automnale est donc d’autant plus cruciale.

« La crise sanitaire de 2020, c’est 15 à 30 % de bénéficiaires en plus dans les associations et CCAS partenaires de la Banque Alimentaire de Touraine », est-il indiqué.

Collecte différentes et dispositifs

Le signal d’alarme est donc tiré. La collecte se déroulera durant tout le prochain week-end. Les gestes barrières seront évidemment respectés pour « préserver la sécurité des bénévoles et des donateurs ». Certains magasins seront également dotés de dispositifs d’auto-collecte avec des chariots placés à la sortie.

Certains, précisent la Banque alimentaire, proposeront également des collectes dématérialisées, « sous forme de lots de produits à scanner en caisse ».

L’an dernier, la Banque alimentaire de Touraine a récolté 1 185 tonnes de denrées alimentaires. Pour 2 300 000 repas distribués.

A.G.

L’Echoppe éphémère et ses créateurs se mettent au Click and collect pour Noël

Cela fait douze ans que l’Echoppe éphémère et ses artisans s’installent quelque part à Tours pour mettre en avant la création made in Région Centre. Covid et confinement oblige, la boutique s’est mise au Click and collect.

Cette année, l’Echoppe éphémère doit se mettre au Click and collect (photo Echoppe Ephémère)

C’est devenu, à force, une tradition : depuis plus de douze ans, l’Echoppe éphémère s’installe de mi-novembre à fin décembre dans le centre de Tours. Des artisans locaux y proposent leurs créations, pour que les Tourangeaux trouvent leur bonheur côté cadeaux de Noël originaux et faits en Touraine.

Mais cette année, « l’ouverture au 72 rue Nationale à Tours a été différée pour cause de situation sanitaire », précise la boutique dans un communiqué. « Toutefois, les 27 créateurs de cette session se tiennent près à ouvrir au public dès que ce sera possible et en attendant, ont mis en place un site internet avec un Click & Collect et comptent sur la volonté des Tourangeaux d’acheter ou de s’offrir des cadeaux locaux, originaux et de qualité pour soutenir la création made in Région Centre Val de Loire. »

En furetant sur cette boutique en ligne, on découvre ainsi une composition végétale sous globe, des boucles d’oreilles, des savons, des tableaux, ou encore des collants sérigraphiés et des ardoises en forme de chat…

Pour commander, il suffit cette fois de se rendre sur le site internet (en cliquant juste ici !) et passer commande. Celles-ci sont à retirer les mercredis et samedis de 10 h à 13 h ou sur rendez-vous à la boutique Petites séries, au 5 rue Constantine.

Message à nos lectrices et nos lecteurs…

Comme un air de déjà-vu… C’est donc reparti pour un tour, un nouveau confinement et, fatalement, une nouvelle décision aussi délicate que difficile à prendre. La crise sanitaire actuelle et les nouvelles consignes (= tout le monde reste chez soi !) nous empêchent, comme il y a quelques mois, d’assurer la diffusion de votre tmv.

Pourquoi ? Parce que celle-ci repose pour un tiers sur une distribution par nos équipes de la main à la main (vous les voyez si souvent le mercredi et le samedi) et, pour deux tiers, en dépôt chez les commerçants et dans les lieux publics qui sont fermés. Ces sites étant inaccessibles, vous comprendrez notre décision de ne paraître qu’en version web et PDF sur notre site.

Donc oui, les amoureux et amoureuses du papier ne pourront pas tenir cet exemplaire entre leurs mains. Il faudra se contenter de le dévorer sur Internet. Nous en sommes les premiers désolés, mais il n’y avait pas d’autre solution.

Pensées à tous les corps de métier…

Les prochaines semaines seront difficiles pour notre parution. Ce sera différent. Mais restez connectés sur www.tmvtours.fr et nos réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter) pour que l’on vous informe et que l’on vous fasse un petit coucou les jours pluvieux.

On pense également très fort aux soignant(e)s, aux enseignant(e)s et aux commerçant(e)s. À nos lectrices, à nos lecteurs, à ceux qui nous aiment, à ceux qui nous détestent (mais l’astrologue vous a à l’œil). À nos aînés. Au monde de la culture – parce qu’un monde sans culture n’est pas un monde – et du sport. À nos fidèles annonceurs. Aux restaurateurs et aux gérants de bars.
À tout le monde en fait, à qui l’on fait un bisou mouillé mais masqué. Prenez soin de vous.

On espère se revoir vite. Souhaitons une épidémie de bonnes nouvelles quand tout ça sera fini…

Toute la rédaction et l’équipe de tmv


> TELECHARGEZ NOTRE NUMERO EN SUIVANT CE LIEN OU DANS LA RUBRIQUE HEBDO EN PDF DU SITE !

 

 

Tours : il n’y aura pas de marché de Noël cette année

Strasbourg l’avait décidé il y a quelques jours. Tours suit le même chemin : en raison de la situation sanitaire actuelle, le marché de Noël n’aura pas lieu cette année.

Il faudra se contenter de sapins cette année… (Photo archives tmv)

Oubliez le vin chaud, les petits chalets, l’ambiance et tout le reste : il n’y aura pas de marché de Noël cette année à Tours. Selon la Nouvelle République, l’annonce a été faite le 27 octobre, lors de l’assemblée générale de l’Union des commerçants et artisans de Tours. C’est Iman Manzari, l’adjoint au commerce, qui s’est chargé de dire la mauvaise nouvelle.

Tout comme Strasbourg, la décision a été prise en raison de la situation sanitaire actuelle qui ne cesse de se dégrader. Pas de chalets, donc, sur le parvis de la gare et sur Heurteloup, ni même place de la Résistance. Animations et parades sont déprogrammées.

Seul minuscule réconfort pour les amoureux de Noël ? Le grand sapin illuminé sera, lui, bel et bien présent place Jean-Jaurès…

 

Couvre-feu pour l’Indre-et-Loire qui passe en alerte maximale

La situation sanitaire actuelle s’étant dégradée, le département est passé en zone d’alerte maximale.

On le sentait venir depuis quelques jours, mais c’est désormais acté : l’Indre-et-Loire passe en alerte maximale ce qui implique, de fait, un couvre-feu.

Les habitants ne pourront désormais plus sortir de chez eux entre 21 h et 6 h du matin (sauf exceptions). « Au total, 46 millions de Français sont concernés », a annoncé Jean Castex, le Premier ministre, ce jeudi après-midi.

La mesure doit entrer en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi, à minuit. Comme durant le confinement, il faudra désormais avoir une attestation si vous travaillez de nuit, en dehors des horaires du couvre-feu, si vous devez sortir pour raisons de santé, aider un proche ou promener votre animal de compagnie, etc.

Une conférence de presse est organisée avec la Préfète d’Indre-et-Loire, ce jeudi à 19 h. Elle communiquera davantage d’informations.

 

Covid et mesures : ça grince dans les vestiaires !

La situation sanitaire étant plus que préoccupante et dans le cadre du passage de l’Indre-et-Loire en alerte renforcée, de nouvelles mesures ont également été prises dans le domaine sportif. Pas du goût de tous.

Ça n’a échappé à personne, depuis samedi dernier, l’Indre-et-Loire est passée en zone d’alerte renforcée pour le coronavirus. Un changement de situation qui n’est pas sans conséquences et notamment pour la pratique sportive.

La première des mesures que cela entraîne, c’est l’interdiction des sports de contact et des sports collectifs en salle pour les adultes (sauf les pros et les sportifs de haut-niveau). Pour jouer, disons, au basket en salle, il faut donc désormais avoir moins de 18 ans ou évoluer, par exemple, dans l’effectif pro de l’UTBM.

« Il y a de grandes incohérences dans ces décisions »

Nous n’avons qu’à aller jouer dehors, nous direz-vous. Oui, sauf que même les sports en extérieur sont impactés, notamment par l’interdiction d’utiliser les casiers et les douches des vestiaires collectifs du département, à l’exception, là encore, des pros et des sportifs de haut-niveau.

Une mesure qui va rendre très compliquées les très nombreuses rencontres entre clubs amateurs de rugby ou de foot par exemple. Face à cette décision, le président de la Ligue Centre Val de Loire de foot, Antonio Teixeira ne décolère pas. « Il y a de grandes incohérences dans ces décisions, a t-il déclaré à nos confrères de La Nouvelle République. Aujourd’hui, on met simplement en doute le sens des responsabilités de nos bénévoles qui ont, pourtant, fait un travail énorme jusque-là. Et là, de but en blanc, on interdit les vestiaires et on met beaucoup de clubs dans la panade. »

De fait, des clubs ont déjà commencé à annuler des rencontres qui devaient se jouer prochainement. Du côté de la Préfecture, on rappelle que « la dynamique épidémiologique du département est préoccupante. Ainsi, entre fin septembre et mi-octobre, le taux d’incidence sur la métropole a plus que doublé tant pour la population générale, que pour les plus de 65 ans particulièrement vulnérables face au virus. »

M.P.

Indre-et-Loire : le département passe en alerte renforcée à compter de ce samedi

On s’en doutait depuis quelques jours, mais la Préfète Marie Lajus l’a confirmé : l’Indre-et-Loire passe en alerte renforcée dès samedi 17 octobre. Les bars fermeront à 22 h et les restaurants connaîtront un protocole sanitaire très strict notamment. Avec, au-dessus de nos têtes, la menace d’un couvre-feu.

(Photo archives NR) Le département passe en alerte renforcée.

C’est désormais acté : à compter de samedi 17 octobre, l’Indre-et-Loire passe en alerte renforcée. L’évolution de la pandémie sur notre territoire « rend la situation préoccupante », a indiqué la Préfète Marie Lajus. Elle a expliqué que le taux d’incidence pour l’agglomération de Tours était à 193 cas pour 100 000 habitants. Un net rebond en 24 heures.

Quelles conséquences sur la vie quotidienne ?

  • Bars : ils fermeront à 22 h à partir de samedi
  • Restaurants : mesures sanitaires renforcées, registre à renseigner par les clients pour une traçabilité Covid, distanciation d’un mètre entre les chaises, 6 convives max à une table
  • Sport : Pour la Métropole, pratique des activités collectives et de contact interdite dans les gymnases, dojos, salles polyvalentes, etc. (sauf pour les mineurs et sportifs de haut niveau)
  • Culture : pour les spectacles et cinémas, jauge max à 1 000 spectateurs + principe d’un siège sur deux

La menace d’un couvre-feu

« Il est déjà admis que Tours, comme Orléans, est la plus proche d’atteindre un stade qui nécessite un passage au couvre-feu. L’épidémie est galopante, les autorités nationales nous identifient comme les prochains sur la liste », a déclaré Marie Lajus.

 

Covid et vaccins : le CHRU de Tours recherche des volontaires pour les essais cliniques

Le 1er octobre, l’Inserm a lancé une plateforme nationale sur laquelle le public peut s’inscrire pour tester prochainement les vaccins contre le Covid. Le CHRU de Tours fait partie des centres mobilisés.

(Photo archives NR)

Les faits

Elle s’appelle covireivac.fr et vient d’être lancée il y a à peine quelques jours. Cette plateforme nationale a été créée par l’Inserm qui recherche 25 000 Français qui feront potentiellement partie des premiers vaccinés pour des essais cliniques contre la Covid-19. Et le CHRU de Tours fait partie des centres qui participeront à cette expérimentation, via le service de médecine interne – maladies infectieuses et le Centre d’investigation clinique.

C’est dans ce dernier « que seront menées les études cliniques sur la base d’un recrutement régional de volontaires, précise l’hôpital tourangeau. Ce qui permettra le recrutement régional de volontaires sains dans des études cliniques sur des vaccins. »

Les volontaires se verront donc injecter une dose du candidat vaccin ou de son placebo. Un suivi très serré sera mené.

Le contexte

Alors que l’épidémie repart de plus belle, la recherche d’un vaccin est devenue une véritable course contre la montre. Près de 200 sont en développement dans le monde, dont une quarantaine au stade d’essai clinique.

Les personnes d’Indre-et-Loire étant intéressées par ces essais vaccinaux peuvent se rendre sur la plateforme Covireivac, afin de s’inscrire. Il faut avoir plus de 18 ans, ne pas avoir de facteurs de comorbidité ou de pathologies associées et remplir un premier questionnaire de santé.

« Le volontaire sera ensuite contacté en fonction des besoins des différents protocoles de recherche. Il pourra alors confirmer son accord pour participer à l’essai spécifique pour lequel il aura été appelé ou bien choisir d’y renoncer. Il est également possible qu’il ne soit jamais appelé », tient toutefois à préciser le CHU de Tours.

Les enjeux

« Les premières études sont attendues à Tours fin 2020, début 2021. La sélection du CHRU de Tours dans la plateforme Covireivac est une nouvelle illustration de l’implication de la communauté hospitalo-universitaire tourangelle » dans la recherche sur le Covid-19, indique-t-on du côté du CHU. Il s’est engagé pour trois essais pouvant inclure chacun 140 volontaires.
A.G.

> Infos sur cic-tours.fr/ et covireivac.fr

 

Indre-et-Loire en zone rouge : quelques mesures mises en place dès lundi

Le département est officiellement passé en zone rouge ce samedi 19 septembre. La Préfète Marie Lajus veut mettre un tour de vis et a annoncé des mesures supplémentaires.

Samedi 19 septembre, la Préfète d’Indre-et-Loire Marie Lajus a fait le point sur la progression de l’épidémie de Covid-19 dans le département, ainsi que les nouvelles mesures qui allaient être mises en place, à compter de lundi 21 septembre.

La Préfète a effectivement rappelé son inquiétude quant aux chiffres en Touraine : selon elle, 17 clusters (foyers) ont été recensés en Touraine. Aussi, 4 % des tests sont positifs ces derniers jours, contre 1,2 % au début du mois d’août.

De nouvelles mesures

Marie Lajus a donc annoncé :
– concernant les salles de cinéma, de spectacle et de conférence, un siège sur deux doit rester vide.

-interdiction des pots, cocktails, vins d’honneur servis debout dans des lieux recevant du public. Il faudra rester assis !

-les soirées dansantes et étudiantes, tout comme les week-end d’intégration, sont également interdits.

-en entreprise, pas de pots de départ. Port du masque quand on est plusieurs en voiture.

-les forces de l’ordre continueront les contrôles dans les bars. La Préfète précise qu’elle n’hésitera pas à restreindre les horaires en cas de dérive. Ce qui n’est pas le cas pour le moment, le secteur de la restauration respectant bien les règles d’après elle.

-envoi de courriers aux directeurs d’établissement médico-sociaux, chefs d’entreprise et directeurs d’établissements d’enseignement supérieur, pour leur rappeler les règles de bonne conduite (port du masque, hygiène, interdiction d’événements festifs, etc.)

Marie Lajus a également rappelé à la population – et notamment « aux jeunes » – d’adopter une « attitude responsable » dans la sphère privée.

Quant au périmètre du masque obligatoire à Tours, il n’est pour l’instant pas étendu.

Ces mesures sont valables durant un mois, mais pourront être prolongées si la situation l’impose, prévient la Préfecture.

Covid : le département d’Indre-et-Loire passe en zone rouge

La Préfète va pouvoir prendre des mesures supplémentaires, ainsi que de nouvelles restrictions.

Il fallait s’y attendre : ce samedi 19 septembre, le département d’Indre-et-Loire passe donc officiellement en zone rouge. La Préfecture l’a annoncé ce vendredi après-midi, en raison de la situation épidémique qui s’aggrave.

Le passage du seuil d’alerte (plus de 50 cas pour 100 000 habitants) a été franchi mardi. Capacités d’hospitalisation et clusters (foyers) sont également pris en compte.

Le département étant désormais classé rouge, la Préfète Marie Lajus peut donc prendre des mesures supplémentaires. Celles-ci devraient être annoncées ce 19 septembre, lors d’une conférence de presse.

Port du masque en ville : « Simplifier les choses et les secteurs »

Clarifier les horaires et les secteurs du port du masque obligatoire : voilà l’une des volontés de la nouvelle préfète Marie Lajus.

Le périmètre dans le centre sera étendu. (Photo archives NR)

Les faits

Trop confus, trop flou… On ne va pas se mentir, le plan du périmètre du port du masque obligatoire à Tours en a laissé dubitatif/ve plus d’un(e) ! Beaucoup se sont plaints des horaires différenciés selon telles ou telles rues. Des modifications devraient donc avoir lieu cette semaine, avec port obligatoire dans l’ensemble du Vieux Tours. Via un arrêté préfectoral, en concertation avec la Ville. Dans un entretien à nos confrères de la NR, la nouvelle préfète Marie Lajus a souhaité « simplifier les choses et les secteurs (…), étendre le périmètre dans le centre ».

Des rappels devraient également être effectués auprès des cafés et restaurants. Pour autant, elle a pour le moment exclu quelconque généralisation du port du masque en ville. Le périmètre ne devrait donc pas être élargi à toutes les rues et tous les quartiers de Tours. Quant aux joggeurs, ils ne seront pas obligés de le porter.

Marie Lajus a aussi annoncé la généralisation du port du masque obligatoire « sur tous les marchés d’Indre-et-Loire dès le premier week-end de septembre ». Les fêtards, quant à eux, feront toujours grise mine : la préfète a annoncé que « les discothèques resteront fermées ».

Le contexte

La circulation du virus connaît une accélération en Indre-et-Loire depuis une quinzaine de jours. En une semaine, le nombre de cas positifs a doublé. Il n’y a toutefois pas de flambée des cas en hospitalisation ou en réanimation.

Les enjeux

Les forces de l’ordre vont intensifier leurs contrôles. Les policiers reconnaissent que les règles sont plutôt bien respectées dans l’ensemble. Une centaine de contraventions ont été dressées depuis la mi-août.

Il faut aussi noter que de nouveaux lieux de tests gratuits ouvriront prochainement. « Notamment dans des espaces commerciaux comme à Auchan Saint-Cyr (…), un site supplémentaire dans le Vieux Tours, quatre samedis de tests de suite aux Atlantes en septembre », a précisé la préfète Marie Lajus. Objectif affiché ? Passer à 10 000 tests par semaine.

MISE A JOUR DU 1/09 : 15 h 39

La Préfecture a dévoilé le nouveau périmètre pour le port du masque obligatoire à Tours :

Tours : Reprise de la distribution des masques ce 17 août

A partir de ce lundi 17 août, la Ville de Tours organise une nouvelle campagne de distribution de masques. Parallèlement à cela, s’ouvrent des sites de dépistage (gratuit !).

Et c’est reparti pour un tour ! La Ville de Tours a annoncé qu’elle organisait une nouvelle campagne de distribution de masques gratuits aux habitants. Et ce, à compter de ce lundi 17 août.

Quatre sites municipaux sont donc ouverts pour récupérer son masque :

  • Mairie Centrale (accueil) : Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 13 h et de 14 h à 17 h (sauf vendredi 14 h-16 h 30)
  • Mairie de quartier des Fontaines -Espace Jacques Villeret : Du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30
  • Médiathèque François-Mitterrand : Du mardi au samedi, de 14 h à 18 h
  • Château de Tours : Du mardi au dimanche, de 14 h à 18 h

Il faudra en revanche se munir d’un justificatif de domicile. Les familles doivent être représentées « par une seule personne en possession d’un livret de famille », précise la municipalité.

Des sites pour se faire dépister gratuitement

Par ailleurs, des sites de dépistage Covid-19 sont également, et à compter d’aujourd’hui, installés à Tours :

  • Centre Municipal des Sports : du 17 au 29 août, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h
  • Auchan Tours Nord : du 18 au 29 août, du lundi au samedi de 12 h à 19 h
  • Site des Tanneurs de l’Université de Tours : du 20 au 22 août, de 18 h à 22 h
    Ces dépistages sont ouverts à tous, sans rendez-vous et gratuits. Ils sont réalisés par les laboratoires ABO+, Cerballiance et l’équipe du CHU de Tours.

 

Pas de feu d’artifice le 14 juillet à Tours

Comme de nombreuses autres communes, la Ville de Tours est contrainte d’annuler son feu d’artifice du 14 juillet.

C’est dans un communiqué que la Ville de Tours vient d’annoncer qu’elle n’était « pas en mesure de proposer le traditionnel feu d’artifice » du 14 juillet.

La raison ? Comme dans de nombreuses villes françaises, le « contexte sanitaire est toujours incertain » et il reste toujours les « restrictions liées à la limitation des rassemblements sur la voie publique ».

La municipalité a cependant annoncé la piétonnisation de la place du Grand-Marché et la rue de Châteauneuf à partir de 17 h.

 

Tours : le 21 juin, ce sera la Fête de la musique… à la maison !

En raison de la situation actuelle, la Ville de Tours a décidé que la Fête de la musique s’inviterait… à la maison ! La municipalité lance un appel aux musiciens amateurs ou professionnels pour proposer leurs contenus qui seront diffusés le jour J sur les réseaux sociaux.

Cette année, il était compliqué d’imaginer une Fête de la musique sous sa forme habituelle, dans des rues noires de monde et bondées ! Alors la municipalité de Tours a décidé de jouer la carte du numérique. « En raison de l’épidémie du Covid-19 et des conditions sanitaires strictes liées au déconfinement, la Ville de Tours propose en effet cette année que La Fête de la Musique s’invite à la maison ! », indique-t-elle.

Ce 21 juin, ce sera donc devant son écran que l’on assistera à l’événement. « Nous avons décidé de faire un appel à participation pour cette édition », précise Nicolas Aubry, de l’équipe de coordination de la Fête de la musique et de la Direction des Affaires culturelles. « C’est ouvert à toutes et à tous, pros ou amateurs. Le but est de récolter le maximum de contenu qui sera diffusé sur nos réseaux sociaux, sur Youtube, sur la page Facebook de la Fête de la musique de Tours. »

Comment participer ?

« Il suffit de proposer un projet musical sous format numérique, en respectant les règles sanitaires et les gestes barrière », informe la Ville. Les propositions musicales peuvent être soit pré-enregistrées, soit en conditions live (en direct) le jour-J.

« Par ailleurs, nous aimerions varier les formats », ajoute Nicolas Aubry. Ainsi, les musicien(ne)s pourront laisser libre cours à leur imagination : du concert en tant que tel au clip vidéo, en passant par des master class, voire « une interview d’une personnalité du monde la musique ».

Pour participer, un formulaire à remplir a été mis en ligne sur le site de la Ville. Attention toutefois à le remplir avant le 11 juin.
« Les propositions retenues seront diffusées via les réseaux sociaux, la page Youtube et le site de la Ville de Tours le 21 juin », conclut la municipalité.