Match retour de la CEV : bien sûr que c’est possible pour le TVB !

Le TVB n’aura pas la tâche facile, ce mercredi soir, à Grenon, en match retour de la Coupe d’Europe CEV. Après le 3-0 encaissé à Monza, les joueurs n’ont pas le droit à l’erreur. Perdre deux sets, c’est perdre tout court. Et pourtant, le TVB a encore toutes ses chances. Et cela pour, au moins, cinq bonnes raisons.

1. UNE INCROYABLE CAPACITÉ À SE SUBLIMER

On le sait pour l’avoir vu à de nombreuses reprises : quand le TVB donne toute sa puissance et qu’il a décidé de ne vraiment rien lâcher, il est carrément invincible.
Et rien de tel pour galvaniser ce TVB-là que de se savoir au pied du mur. Cette force, le TVB la tient peut-être des difficultés qui ont marqué son début de saison et dont elle a su se sortir par le haut. On ne compte plus les matchs mal embarqués où cette force de caractère a pu faire la différence.

2. LA FORCE, EN ÉQUIPE

Si le TVB peut, bien sûr, s’appuyer sur des individualités fortes (voir le point 3), elle puise une grande partie de sa force dans la puissance de son collectif. Le TVB a connu une quinzaine de compositions d’équipe différentes depuis le début de la saison.
Depuis son premier match, à Poitiers, le 9 octobre, trois liberos différents, trois pointus, quatre centraux et sept réceptionneurs-attaquants ont été alignés. « Peu importe qui joue, ça gagne ! », comme le titrait La Nouvelle République récemment.

3. DES INDIVIDUALITÉS FORTES

 

Au sein de ce collectif en béton, il y a quand même plusieurs individualités qui, pour des raisons diverses, sont capables de faire la différence. Citons-en trois parmi d’autres. Kévin Tillie, fort de son titre olympique, fait clairement figure de boussole et de maître à jouer.
Pierre Derouillon, qui a su s’imposer au poste de pointu qui ne lui était pas destiné au départ est un peu le symbole de ce groupe « résilient ».
Enfin, à la passe, le capitaine Zeljko Coric est là pour faire gagner tout le monde ensemble. Et ça marche…

4. L’EXPÉRIENCE D’UN CLUB

Certes, à Monza, plusieurs joueurs ont déjà connu, la pression d’une finale internationale et savent comment la gagner. Oui, mais le TVB est fort d’un palmarès hors-norme qui lui confère une grande expérience collective. Une ligue des champions en 2005, une coupe CEV en 2017, le TVB, c’est aussi huit titres de champion de France, dix Coupes de France et quatre Super Coupe. Gagner des titres, ici, on sait faire.

5. LA FERVEUR DU PUBLIC

Quand c’est tendu, quand c’est difficile, c’est évidemment lui qui peut tout changer. Grenon, c’est un chaudron, c’est roc infranchissable pour les adversaires. Ce mercredi, il faudra être à 200 % derrière les joueurs, à tous les instants du match, pour que le feu emplisse la salle et que l’énergie collective transcende l’équipe.

Texte : Matthieu Pays / Photos : archives NR – Julien Pruvost

TVB : une finale pour l’Histoire

Les prochains jours s’annoncent décisifs pour le Tours Volley Ball.

C’est un suspense en deux actes qui va se jouer les 16 et 23 mars prochains. Deux matchs pour écrire une nouvelle page d’histoire pour le TVB. Cette finale de Coupe d’Europe, le club tourangeau est vraiment allé la chercher.

En acceptant d’être reversé, en début de saison, de la Challenge Cup à cette CEV, le TVB relevait un défi de taille. Car dans la compétition, il y avait quelques uns des clubs les plus redoutables d’Europe. Il y avait Modène, Belchatow et Kazan. Les Tourangeaux ont éliminé les deux premiers en quart puis en demi-finale.

Quant à Kazan, l’ogre russe, il a été mis sur la touche par le vent de l’histoire, disqualifié de la demi-finale pour les raisons internationales que l’on sait.

Finale à Tours, le 23 mars prochain

Du coup, c’est l’équipe italienne de Monza, septième du championnat italien, que le TVB devra vaincre pour accrocher une nouvelle étoile européenne à son palmarès. Plus prenable, évidemment, que Kazan, le club transalpin est arrivé là sans avoir joué.

Prenable oui, à condition d’aller le prendre car Monza, bien sûr, ne se rendra pas sans se battre. La finale retour aura lieu à Tours, le 23 mars. Assurément un avantage car ici, avec le public que l’on connaît, tout est possible.

À Grenon, sur les réseaux, partout, il faut soutenir ce TVB qui réalise une saison exceptionnelle, dans un contexte très difficile. L’équipe entre dans le money time, celui où les titres se gagnent. Elle la mérite tellement, cette troisième coupe européenne !

M.P. / Photo : NR Hugues Le Guellec

Ce mercredi soir, le TVB à l’assaut de l’Europe

Ce mercredi 2 février, c’est un match du TVB à ne pas manquer ! Le volley européen va vibrer et en plus, c’est à voir exceptionnellement en direct sur TV Tours.

Ne nous y trompons pas. C’est un événement historique pour le TVB et un vrai cadeau pour les supporters. Le club dispute, ce mercredi soir à Tours et la semaine prochaine à Karlovarsko (République Tchèque), un quart de finale de coupe CEV. Une possibilité de se qualifier pour un final four européen, ce qui serait le signe que le club a désormais toute sa place dans l’élite continentale.

Le TVB a, bien sûr, déjà gagné la Ligue des champions en 2005 et la coupe CEV en 2017 mais, depuis, l’économie du volley a creusé les écarts et intégrer le wagon des meilleurs est devenu une véritable gageure. D’ailleurs, la preuve en est que pour se hisser au stade des quarts de finale, les Tourangeaux ont dû réaliser l’exploit de sortir Modène, un ogre sur le continent.

Une rencontre diffusée en direct sur TV Tours

Mais le match de ce mercredi soir est aussi un cadeau pour les amoureux du volley et, on l’espère, tous les Tourangeaux. Car la rencontre sera diffusée en direct sur TV Tours-Val de Loire, ce qui permettra à tous de participer à cette grande fête sportive. Un événement exceptionnel, offert par le TVB, avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire.

Depuis des années, le TVB fait vibrer le public de Grenon mais, une fois de plus, la salle est bien trop petite pour accueillir la foule des supporters. Alors, on met son beau maillot blanc et on sort les vuvuzelas de salon !

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR – Julien Pruvost

> Pour voir le match TVB-Karlovarsko, quart de finale aller de la Coupe CEV. Le mercredi 2 février, à 19 h 45, sur TV Tours-Val de Loire. TNT : chaîne 37. 

 

Le 23 novembre, tous à Grenon pour supporter le TVB face à Toulouse

Le 23 novembre prochain, le TVB affrontera Toulouse. Voici quelques (bonnes) raisons d’aller y faire tour…

Franchement, cela ne devrait pas être trop compliqué de vous convaincre d’aller voir ce TVB – Toulouse, car les arguments massues ne manquent pas. Vous pouvez, par exemple, venir pour voir une personne de l’équipe tenter de faire passer la balle au-dessus du filet lors du coup d’envoi fictif (on ne sait pas encore qui sera désigné !). C’est un classique et ça amuse toujours.

Mais vous pouvez aussi (et surtout) faire le déplacement pour prendre une bonne dose de ferveur et d’enthousiasme collectif. Sans chauvinisme mal placé, le public du TVB, c’est ce qui se fait de mieux. Surtout qu’en ce moment, c’est vraiment spécial. Suite à une série de blessures très handicapantes, le TVB joue actuellement sans pointu majeur.

Pierre Derouillon et le collectif

Catastrophique pour une équipe ordinaire, mais pas pour le TVB qui enchaîne les victoires, et avec la manière ! Poitiers, Nice, Cambrai, Tourcoing, Paris et, ce week-end, Montpellier en ont fait les frais en championnat. Sept matchs joués, sept matchs gagnés et seulement cinq sets perdus en route… Pierre Derouillon a su prendre en main le rôle de pointu et la responsabilité qui va avec, le collectif fait le reste.

Au final, avec du caractère, avec de la solidarité et avec beaucoup de talent, le TVB 2021/2022 sait renverser toutes les montagnes. En face, le 23 novembre, il y aura une bonne équipe de Toulouse, qui pointe à la 7e position au classement. Tout est réuni pour un spectacle total, autant sur le parquet que dans les tribunes. Les enjeux de la soirée : conserver la tête du championnat et, surtout, demeurer invaincu à Grenon, citadelle imprenable du volley français.

Texte : Matthieu Pays / Photo : NR – Julien Pruvost


NB : Tmv sera partenaire de ce match

 

 

Volley : Dans la tempête, le TVB démarre bien

Et c’est une bonne nouvelle pour le sport tourangeau !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la victoire du TVB à Poitiers (1-3), ce week-end, a fait du bien au moral. Il était important à plus d’un titre, ce match. D’abord parce qu’il s’agissait de la première rencontre du championnat et qu’il est toujours préférable de débuter par une victoire. Ensuite, parce que Poitiers-Tours, c’est le grand derby du volley et que ces confrontations ont toujours un goût particulier. Mais, surtout, il y avait le contexte de l’avant-saison, qui trottait lourdement dans les têtes tourangelles.

Sportivement, en effet, le TVB ne se présente pas du tout dans la configuration imaginée par le staff. En quelques jours d’octobre, le club a perdu deux de ses joueurs cadres sur blessure. Ce fut d’abord le réceptionneur-attaquant marocain Zouheir El Graoui, victime d’une blessure au pied, qui devrait être absent des parquets pendant plusieurs semaines. Puis, lors d’un match amical du TVB, c’est l’attaquant brésilien Aboubacar Drame qui s’est effondré au sol, victime d’une rupture totale du tendon d’achille droit. Pour lui, la saison est terminée.

Si pour le premier, un joker a été trouvé, en la personne du Tchèque Kamil Baranek, pour le second, aucun remplacement pérenne n’est annoncé pour le moment. Ce scénario, évidemment, rappelle celui de la saison dernière qui avait si mal débuté et que le club entend par-dessus tout effacer lors de cet exercice.

Annulation du contrat de naming

Mais à ces déboires médicaux qui, fort heureusement, n’ont pas eu de conséquences sportives ce week-end, s’ajoute la déconvenue financière liée à l’annulation du contrat de naming signé avec l’enseigne McDonald’s. Pour le TVB, c’est entre 150 000 et 200 000 € de manque à gagner. Une ligne en moins dans le budget du club qui pourrait avoir des conséquences dans les mois qui viennent si la situation n’est pas rétablie au moment de boucler les budgets.

On le sait, seuls les succès sportifs et la cohésion peuvent permettre de surmonter ces coups du sort. Le TVB a su trouver l’un et l’autre, samedi soir, à Poitiers. Une bonne nouvelle pour le sport tourangeau.

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR

Artur Udry, de Varsovie au TVB

Le joker du TVB ? Il s’appelle Artur Udrys. Débarqué de Varsovie il y a peu, le voilà cette fois fin prêt à œuvrer au sein du club tourangeau. On fait les présentations.

Voilà un dossier rondement mené. À la mi-septembre, le TVB annonçait être à la recherche d’un joker médical pour remplacer son pointu brésilien Renan Buiatti, blessé au pied. Une dizaine de jours plus tard, le club annonce l’arrivée de son remplaçant, le Bélarusse Artur Udrys.

Le pointu, qui fêtera ses 30 ans dans quelques jours, évoluait l’année dernière à Varsovie, un des ogres du championnat polonais. Et, du haut de ses 2,12 m (Buiatti culmine à 2,18 m), le nouvel arrivant avait fait forte impression, en Pologne, face à Tours lors de la première journée de la Ligue des Champions. Battu 3-0, le TVB avait bien senti la puissance du bras du Bélarusse, qui avait fini meilleur joueur de la rencontre avec 76 % de réussite.

Auparavant, il avait fait les beaux jours de Urengoy, en Russie et avait évolué à Shenzhen (Chine). Hubert Henno, le coach du club résume, dans les colonnes de La Nouvelle République, un sentiment qui semble largement partagé : « Je pense qu’il joue plus haut, saute plus haut que Renan, je ne crois pas que l’on y perde au change. »

Reste à savoir dans quelle état de forme il se trouve, sa période sans compétition ayant été plus longue encore que celle de ses camarades. « On va voir dans quel état il va arriver, confirme Henno, sa facilité à s’acclimater mais aussi son envie de jouer en France. On sait que les étrangers peuvent parfois sous-estimer le championnat français et vite déchanter. »

Pour le TVB, la saison de Ligue A commence ce samedi, à Cannes et le Bélarusse sera du voyage, étant d’ores et déjà qualifié auprès de la fédération.

M.P.

Nicolas Rossard : cap sur le sommet du TVB

#EPJTMV Le TVB ne cesse de progresser. Retour sur la carrière d’un de ses joueurs les plus prolifiques, Nicolas Rossard.

« J’ai commencé à jouer au volley- ball parce que presque toute ma famille pratique ce sport », explique Nicolas Rossard. S’il s’intéresse au tennis et au football, c’est le volley qui a finalement gagné son cœur.

C’est à l’âge de 14 ans que tout débute pour ce jeune joueur. Tout d’abord à Bordeaux où il suit un cursus sport-études puis à Toulouse où il démarre sa carrière professionnelle. Le jeune libero (1,83 mètre) devient rapidement vice-champion de France de volley, d’abord avec les Spacers en 2016, puis une deuxième fois avec Paris l’année suivante.

« Le TVB, meilleur club de France »

Il connaît ensuite une courte parenthèse étrangère, en Pologne dans le club de Stocznia Szczecin puis dans celui de Berlin, avec lequel il remporte le championnat d’Allemagne.

Fort de ce succès, il revient en France avec de nouvelles ambitions. « J’ai intégré le TVB car c’est le meilleur club de France », a-t-il déclaré. L’objectif est clair pour Nicolas : « Je souhaite gagner le championnat de France. »

S’il compte bien poursuivre ses études d’ingénieur en informatique dans l’optique de préparer sa retraite sportive, il ne perd pas de vue sa priorité actuelle : sa carrière de volleyeur.

Texte : Brice Le-Doux-Saramalet / Photo : Chadi Yahya, étudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Portrait chinois : TVB, l’amour du jeu

TMV parraine le derby contre Poitiers ce samedi. Une fête en bleu et rose, donc ! L’occasion de passer le TVB, fleuron du sport tourangeau, à la moulinette de notre portrait chinois.

TVB

SI C’ÉTAIT UNE CHANSON

We are the champions, évidemment. Vu que les joueurs du TVB sont, cette saison, en course pour leur 5e titre consécutif de champion de France. What else…

SI C’ÉTAIT UNE VILLE D’EUROPE

Belgorod. Et oui, c’est dans cette charmante bourgade de Russie que le TVB a conquis son titre de champion d’Europe en 2005 en s’imposant en finale face à Salonique.

SI C’ÉTAIT UN MOYEN DE TRANSPORT

Une 4L. Celle de Loïc de Kergret, bien sûr ! Le plus jamaïcain des Bretons tourangeaux, qui fut le passeur emblématique du TVB jusqu’en 2011.

SI C’ÉTAIT UN CHIFFRE

25. Le but étant de l’atteindre avant ceux d’en face (et avec deux points d’avance)…

SI C’ÉTAIT UN ANIMAL

Je sais pas… Un kangourou, ça saute haut un Kangourou.

SI C’ÉTAIT UN SURNOM

Int’nable. C’est le nom d’un de leurs clubs de supporters. Mais le surnom va bien à l’équipe aussi…

SI C’ÉTAIT UNE DATE

1940, parce que c’est son année de naissance, au TVB, fondé par des étudiants.

SI C’ÉTAIT UNE COULEUR

Le bleu. Pourquoi le bleu ?

SI C’ÉTAIT UNE BOISSON

Le champagne, qu’on le boivent à la bouteille (avec modération, hum…) ou qu’on en arrose les copains.

SI C’ÉTAIT UNE IMAGE

Une étoile. Le TVB est le club masculin le plus titré de France : 19 titres (6 de champions de France, 9 Coupes de France, 3 Super coupes et une Ligue des Champions)

SI C’ÉTAIT UN LIEU À TOURS

La salle Grenon, évidemment. La grande salle du Palais des sports de Tours où se jouent les matchs et les entraînements. Elle porte le nom d’un ancien conseiller municipal de la ville.

SI C’ÉTAIT UN FILM

La vie devant soi, car le meilleur est toujours le prochain titre !

>>>TVB – POITIERS
SAMEDI 21 NOVEMBRE, SALLE GRENON, À 19 H 30.