Ferme bioponique : les maraîchers 2.0 de Touraine

Avec Géo Pousse Tout, Grégori Defforge et Fabien Besse vont créer la première ferme bioponique de la Région Centre. Une solution pour cultiver, toute l’année, des plantes aromatiques et des fleurs comestibles sans aucun agent chimique ou résidu de pesticide.

Grégori et Fabien (Photo tmv)
Grégori Defforge et Fabien Besse (Photo tmv)

Vous vous lancez dans la création de la première ferme verticale bioponique de la Région. C’est un terme un peu barbare ! Concrètement, c’est quoi, comment l’expliquer ?
Fabien Besse (F.B) : Avec la bioponie, les plantes sont cultivées dans un container isolé, équipé d’un système d’hydroponie. Elles sont issues de graines bio et nourries toute leur vie par des nutriments biologiques. La plante sera au maximum de ce qu’on peut lui apporter, c’est un très bon développement pour elle.
Grégori Defforge (G.D) : C’est un peu leur paradis ! C’est hyper sain, car l’environnement est meilleur. Il n’y a pas de maladies. Une ferme verticale – car construite en étages – bioponique permet en fait de cultiver des plantes hors-sol, avec une solution nutritive organique et bio. L’énergie est verte et les lampes LED basse consommation garantissent leur photosynthèse. En gros, pas de pesticide ou d’agent chimique. Et même le container est recyclé !

Quel est l’avantage pour les gens ? Est-ce simplement un côté écolo ou cela va plus loin ?
(G.D) Tout le monde en a ras-le-bol des scandales sanitaires, du glyphosate, etc. La réalité, c’est qu’on fait encore des bêtises en France ! Tandis qu’avec une ferme bioponique, tout est transparent, naturel et sans pesticides. On pourra produire toute l’année et proposer aux particuliers et aux restaurateurs nos plantes. Et en plus, c’est du local.

Où allez-vous installer votre ferme ?
(G.D) Aux gués de Veigné, Nous ne serons donc pas loin du centre-ville de Tours. La livraison se fera en trottinette électrique ! (rires) Pour être le plus respectueux possible de l’environnement… On prendra ce qu’on récolte dans notre container pour le déposer et le livrer, notamment aux restaurateurs, aux « Ruche qui dit oui », etc.

D’où est venue cette idée ?
(G.D) Fabien Persico faisait ça sur Rennes (il est l’inventeur de la Farm- Box – NDLR). J’ai lu un article sur lui à l’époque et ça m’a plu. On l’avait d’ailleurs rencontré. Qui plus est, mon coéquipier et moi avons toujours été dans le bio, l’écolo, le naturel.
(F.B) Et puis il y a toujours des nouvelles affaires de pesticides dans l’actu…
(G.D) Mon papy n’utilisait jamais de produits chimiques. J’ai été habitué à ça lorsqu’il cultivait ses haricots verts. On a perdu ce côté-là, désormais tout est chimique et traité.
(F.B) Les pesticides sont partout ! Regardez la dernière enquête de Charlie Hebdo… (Les journalistes se sont coupé les cheveux pour les faire analyser. Résultat : tous étaient contaminés de pesticides – NDLR)

Une ferme bioponique vue de l'intérieur (Photo Géo Pousse Tout)
Une ferme bioponique vue de l’intérieur (Photo Géo Pousse Tout)

La bioponie, c’est quelque chose dans l’air du temps ?
(G.D) Eh bien ça se fait un peu partout… sauf en France ! La preuve, nous sommes les seuls en Région Centre à faire cette ferme. C’est très répandu dans les pays nordiques, l’Espagne développe ça aussi, la Suisse, l’Allemagne… On est cernés ! (rires) Notre problème, ce sont les freins politiques. On fait comme si on était écolos, mais on ne l’est pas du tout. Et les lobbys jouent.

Vous avez lancé une cagnotte pour vous aider dans votre projet…
(F.B) Oui, tout à fait. Nous espérons 5 500 € pour financer notre future formation, nos plaquettes publicitaires et le site. Elle sera clôturée fin octobre et tout le monde peut donner. Il y a des contreparties pour remercier les donateurs.

Quelles seront les plantes que vous allez cultiver dans cette ferme bioponique ?
(F.B) D’abord, de la menthe poivrée. Et ce sera toute l’année ! Il y aura aussi toute une gamme de basilic. On commence par se faire la main sur du basique. Ensuite, suivant les restaurateurs, on fera de l’herbe au goût d’huître – la Martensia Maritima – qui est normalement difficile à faire pousser en plein champ. Mais il y aura également des germes de poireaux, de la pensée, de la livèche, de la mélisse… Cela sera évolutif en fonction de la demande. Les premières plantes seront disponibles fin mars.

Récemment, il y a eu le mélodrame Hulot, l’amendement glyphosate de nouveau rejeté à l’Assemblée nationale il y a quelques semaines, etc. Qu’est-ce que ça vous évoque, tout ça ?
(G.D) Je suis très circonspect. Hulot a neuf véhicules et un très beau hors-bord. Je respecte l’homme mais je pense que l’écologie est surtout une étiquette. Là, on a De Rugy comme ministre de l’Écologie. C’est quand même fou. Il faudrait un vrai producteur à ce poste !
(F.B) : Le glyphosate… Je pensais vraiment que l’amendement passerait et qu’on l’interdirait. C’est dingue…
(G.D) C’est une situation où il n’y a aucune morale et un paquet de lobbys. Hulot a bien fait de partir. Il a sauvé la face.

Pensez-vous qu’il y ait aujourd’hui un regain d’intérêt pour l’écologie, le bio, le naturel… ?
(F.B) On le voit tous les jours. Prochainement, il y aura le Salon Very Bio à Tours, il y a les magasins Biocoop, une tendance avec les ventes en vrac pour limiter le plastique, etc.
(G.D) Les grands acteurs doivent jouer le jeu aussi. Nous, à notre humble niveau, on le fera… (sourire)

>> Pour aider les deux Tourangeaux dans leur aventure, la cagnotte est à retrouver JUSTE ICI ! << 

Propos recueillis par Aurélien Germain

Ces personnes qui œuvrent pour la ville de Tours

Pompier, éboueur, sage femme ou encore jardinier, autant de métiers dont la ville ne pourrait se passer. Chacun à leur manière, ces personnes facilitent le quotidien des Tourangeaux. Coup de projecteur sur ceux que l’on pourrait considérer comme nos héros du quotidien. #EPJTMV

Comme beaucoup de personnes, Yannick Thillier réalise un travaille quotidien pour améliorer le quotidien des Tourangeaux. (Crédit : Alizée Touami)
Comme beaucoup de personnes, Yannick Thillier réalise un travaille quotidien pour améliorer la vie des Tourangeaux. (Crédit : Alizée Touami)

Santé, sécurité, propreté… À Tours, nombreuses sont les personnes qui œuvrent pour améliorer votre quotidien.

Cliquez sur le portrait de ceux qui font bouger la ville de Tours et découvrez leur passion, leur histoire et leur métier.

[nrm_embed]<iframe width= »500″ height= »354″ src= »//www.thinglink.com/card/1009066472711913474″ type= »text/html » frameborder= »0″ webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen scrolling= »no »></iframe>[/nrm_embed]
(Crédit : Alizée Touami, Noé Poitevin et Valériane Gouban)

Valériane Gouban et Valentin Jamin 

Jardiner en ville ? oui, oui c’est possible

Le 20 mars prochain, le printemps revient ! Et si vous vous mettiez au jardinage ? Voici nos conseils, astuces, bons plans pour avoir la main verte, même en ville.

Déjà, quelques chiffres

7
C’est le nombre de Français, sur dix, qui possèdent un bout de jardin selon les chiffres de Harris Interactive.

2 000
Si vous possédez un jardin de 100 m2, c’est la consommation d’eau moyenne pour l’arroser chaque année. En général, il faut 15 à 20 litres par mètre carré.

290 €
C’est la dépense moyenne des Français dans le jardinage. Un secteur qui rapporte gros, le chiffre d’affaires national représentait 7,5 milliards d’euros en 2013 selon l’association Promojardin.

580
Comme le nombre de mauvaises herbes répertoriées par l’Inra en Europe. Oui, ça fait un sacré paquet. Pour consulter la base encyclopédique : www2.dijon.inra.fr/hyppa

DOSS_AJOUT2

Et la lune ?

Tous les jardiniers ne sont pas d’accord sur le sujet. Cependant, le jardinage en fonction des phases lunaires a beaucoup d’adeptes. En gros, on considère qu’il faut récolter et semer pendant une phase ascendante. En phase descendante, c’est plutôt le moment de planter, bouturer et tailler. Selon certaines théories, les jours de noeud lunaire (c’est quand l’orbite de la lune croise celle de la terre), les apogées et les périgées, vous laissez votre matériel de jardin rangé. Rien ne pourrait être fait pendant ces périodes. Finalement, les autres sont divisées en quatre catégories : les jours racines (parfaits pour les carottes, l’ail, le céleri…), les jours fleurs, les jours fruits et graines et les jours feuilles (salade, persil, gazon…).
Pour jardiner comme un(e) boss avec la lune, on vous conseille le site très complet graines-et-plantes.com

Nos conseils

>>> Le jardin geek
Le geek David Degrelle a installé un jardin connecté sur son balcon d’Aix-les-Bains. Équipé de deux stations météo et de quatre capteurs, le jardin lui envoie ses données via Twitter (@meteo_jardin) et sur un blog (meteo-jardin.info). Un exemple extrême d’accord. Dans le domaine du raisonnable, il existe beaucoup d’applications et objets connectés pour les jardiniers en herbe (ou paresseux). La société Parrot a développé un petit gadget pour aider les débutants à gérer l’arrosage ou l’ensoleillement. Flower Power, un capteur planté dans la terre, analyse toutes les 15 minutes l’humidité et la température. Associé à une application, il indique quand arroser ses plantes. Un peu comme un Tamagoshi® version chlorophylle. Parrot va sortir un pot intelligent et un capteur (vissé sur une bouteille d’eau) qui arrose automatiquement. Côté applis (Android® et AppStore®), on vous conseille « Pl@ntnet » une sorte de Shazam des végétaux. Non, on n’identifie pas les plantes en enregistrant leur cri mais en les pho- tographiant. 1 000 espèces sont répertoriées. Autre indispensable : « Au Jardin » la bible des jardiniers. Fiches pratiques sur la plantation, la floraison ou encore la taille. Plus d’excuses pour ne pas s’y mettre.
DOSS_AJOUT3

>>> Jardin d’appart’
Qui dit citadin dit souvent sans jardin. En général, vivre en ville, signifie habiter en appartement. Et parfois sans balcon. Alors, adieu les rêves de potager et jardins fleuris ? Non, car rien n’est perdu. Aujourd’hui, jardiner chez soi sans jardin ni balcon n’est plus un mythe. C’est même un défi que relèvent de plus en plus d’urbains. Les jardineries et les magasins de déco ont bien compris ce nouveau besoin. Ils multiplient les kits de jardinage : jardins verticaux, mini-serres et autres murs végétalisés. Ces derniers ont le vent en poupe. Comme un vrai jardin, le mur végétal recrée un lieu de vie. Élément de déco à part entière, on le trouve sous forme de cadre, tableau, mur floral ou encore en kit. Plus classique, les plantes d’intérieur sont les incontournables quand on manque de verdure. Elles sont en général dotées d’une grande faculté d’adaptation. Mais pour les entretenir, une seule règle : respecter leurs besoins spécifiques. Température, luminosité et humidité sont les principaux facteurs à prendre en compte.

>>> Et sur le balcon ?
Pour les pommes de terre, c’est compliqué. Leur culture demande trop d’espace mais pour le reste, pas de souci. Oui, il est possible de jardiner sur son balcon !
Plantes vertes et fleuries : tout est permis, toute l’année.
Plantes aromatiques et potagères : no limit. Laitues, épinards sur les balcons ombragés, tomates sur les parties ensoleillées.
Arbustes. Oui, oui et oui. Laurier et lavande pour la déco, fruitiers pour le saladier, à condition que l’espèce soit naine.
Plantes compagnes. Pour faire amie-amie et surtout chasser les parasites : menthe, capucines qui en plus se mangent !
Du pot. Penser à acheter de grands pots, en terre ou plastique (plus léger et plus résistant au gel) et/ou des suspensions.
Organisation. Différencier plantes d’ornement et potager et préférer courgettes et tomates cerise aux carottes sur un balcon XXS. Ne pas oublier l’arrosage, à petite dose mais régulier pour ne pas embêter le voisin du dessous qui peut rendre de bons services l’été…

>>> Si vous prêtiez le vôtre ?
Pas de balcon, pas de potager ? Hé que non, messieurs dames citadins. Parce que votre voisin, lui, a quelques mètres carrés de verdure et qu’il ne sait pas quoi en faire. Pourtant, il aimerait manger ses propres carottes et navets, mais voilà, il n’a pas la main verte. Et c’est là qu’intervient un concept tellement simple qu’il existe seulement depuis peu : le prêt de jardin, facilité par Internet. Deux sites proposent ainsi de mettre en relation les jardiniers amateurs et les propriétaires de jardin (potager ou non) : pretersonjardin.com et plantezcheznous. com. Les uns contactent les autres via les petites annonces. « Volontaire, prête à mettre la main à la terre, cherche petit lopin de terre » lit-on ici, ou encore « Nous avons un grand jardin, mais guère le temps de soigner notre potager. Si vous êtes un jardinier expérimenté, nous serions ravis de vous offrir un coin de campagne à bichonner. » Le plus souvent, lorsqu’il s’agit d’un potager, les récoltes sont partagées. L’idée : que tout le monde s’y retrouve, dans le meilleur des mondes !

Notre Test : Quel jardinier êtes-vous ?

DOSS_QUIZ
1/ Si on vous dit jardin, vous pensez…
c Le printemps arrive, il faut que je remette tout en état avant !
a Public ?
b Repos et plénitude ?

2/ Que préférez-vous dans un jardin ?
b Le silence, ce moment où je regarde les arbres, les plantes onduler sous la brise légère.
a La pelouse, parfait pour un pique-nique champêtre. En revanche, il ne faut pas qu’elle soit trop humide.
c Le moment où je vois que ce que j’ai planté est en train de pousser.

3/ Votre film préféré parmi…
c Jardinage à l’anglaise.
a Yves Saint-Laurent.
b Le Monde selon Monsanto.*

4/ Si on vous dit Abraham Lincoln, vous pensez…
a Hum, c’était un président des États-Unis, non ? Je ne saurais pas dire quand exactement.
c Bah c’est un type de tomate quoi. Pas la meilleure d’ailleurs, elle est très tardive et trop aléatoire.
b Une variété de tomates créées dans les années 1920. Aujourd’hui, c’est une variété assez populaire.

5/ Votre outil de prédilection ?
b Le livre de Gilles Clément, le Jardin en Mouvement, une bible pour moi.
c La binette, j’aime cette sensation de retourner la terre.
a Mon portable. Quoi ? Pourquoi est-ce qu’il faut que ce soit en rapport avec le jardinage ? Bon, bah… l’arrosoir alors, je trouve
ça joli.

6/ Votre saison préférée, c’est…
b L’automne, c’est une saison trop souvent méprisée mais qui est indispensable dans le cycle de la nature.
a L’été, j’adore, j’ai bonne mine, je bronze, je suis bien dans ma peau.
c Le printemps, j’aime bien ce moment où je me remets à planter.

7/ Vous allez souvent chez le fleuriste ?
c Jamais, je préfère faire mes propres bouquets.
a Tout le temps, j’aime bien avoir une petite touche nature dans mon appart.
b Oui, mais pas n’importe où, j’évite de prendre des fleurs qui ont été maltraitées ou cultivées
à coup de pesticides.

8/ La chanson « La main verte » de Tryo, elle est sympa hein ? Mais de quoi parle-t-elle ?
b J’sais pas. Mais le reggae, c’est bon pour mes plantes.
c De substances qu’on met dans une cigarette qui fait rire.
a Bah, de jardinage. La main verte, quoi, non ?

9/ Et l’engrais dans tout ça ?
b C’est une absurdité pour mère nature qui offre des alternatives à leur usage intensif.
a Je fais bien attention aux étiquettes sur les aliments.
c J’en utilise rarement, ça détruit complètement les sols cette vacherie.

10/ Comment peut-on conserver un bouquet de roses plus longtemps dans un vase ?
b Hm… En coupant les tiges ?
a En envoyant chéri(e) en acheter un autre, ha ha !
c En y diluant quelques gouttes de javel ou un cachet d’aspirine.

11/ Qui dit printemps, dit…
c On fonce au magasin de jardinage, on sème les aubergines, on bouture les chrysanthèmes.
b Pollution exacerbée, va falloir se révolter.
a Gamins en short qui courent partout, pollen, allergies, mouchou dans le nez.

12/ Votre chéri(e) a réservé les vacances sans vous prévenir. Surprise, direction une petite ferme au milieu de rien, en Ardèche. Pour le repas, les légumes dans le champ feront l’affaire.
a Euh, sinon chéri(e), t’avais pas plus pourri et paysan comme vacances ?
c Génial, c’est l’occasion de mettre la main à la pâte : vous aidez. Une semaine, ça passe vite.
b Sympa ! Vous discutez avec les gérants, donnez des conseils. Mais bon, c’est les vacances, vous vous faites servir hein.

13/ Une tondeuse, c’est ?
c Inutile. Maintenant, on peut louer un mouton. Bien plus pratique.
a Le bruit qui prend la tête par des gens qui n’ont que ça à faire à 7 h du mat’, un dimanche.
b Une machine utile, mais qui pollue 93 fois plus qu’une voiture.

14/ À choisir, dans votre cuisine, vous préférez :
b Un paquet de magazines, actu, environnement, etc.
a Une station Ipod.
c De jolies plantes.

15/ Une limace, c’est :
b Ça peut soigner les verrues. Faut voir le bon côté.
a Moche, visqueux et gluant comme les bisous de tata Michelle.
c Pas terrible, la plupart détruisent les jardins.

LES RÉPONSES
Une majorité de a ? Vous êtes du genre…
Paris Hilton, chic et propre !
Un peu comme dans l’émission américaine The Simple life, à laquelle Paris Hilton participait, le retour aux racines c’est difficile pour vous. Comme elle, la boue, c’est surtout pour vous faire des masques de beauté et les fruits et légumes vous rappellent plutôt votre dernier smoothie. Non, vraiment, le jardinage ce n’est pas votre truc. Vous n’y pensez d’ailleurs même pas.

Vous avez une majorité de b ? Vous êtes du genre…
José Bové, théoricien du jardinage.
Oui, la nature, c’est important. La biodiversité, l’agriculture raisonnée, bannir les pesticides… Vous êtes engagé(e) dans le jardinage. C’est d’ailleurs un de vos sujets de conversation favoris. Seulement, au-delà des discours, vous n’avez pas vraiment le temps de mettre la main à la pâte. Ok, vous avez un peu de basilic qui pousse sur votre balcon, mais finalement, on ne peut pas dire que vous êtes jardinier hors pair.

Une majorité de c ? Vous êtes du genre…
Géant Vert, la nature, c’est vous.
Alors là, oui, plus main verte que vous, impossible. À peine vous plantez un radis qu’il pousse le lendemain. Vous n’avez pas peur de retourner la terre sous le soleil, ni d’aller vérifier vos semis pendant un orage ou arroser tous les jours vos semences. À côté de vous, Stéphane Marie est un novice (le présentateur de Silence ça pousse sur France 5 pour les incultes).