Maternité Le Blanc : un cas d’école

Indre : il y a peu, une habitante a accouché chez elle, faute de maternité dans la ville…

Capture
En septembre dernier, manifestation silencieuse. (Photo NR, Thierry Roulliaud)

« Bonjour, je voulais vous annoncer que mon petit-fils est né cette nuit, mardi 19 mars 2019, au Blanc, dans la salle à manger de ses parents, en présence uniquement de sa maman et son papa. Les pompiers et le Samu sont arrivés après sa naissance. »

Dans cette lettre, la grand-mère s’indigne de la situation vécue par sa fille. En trois mois, trois bébés sont nés au domicile de leurs parents.

La maternité du Blanc, dans l’Indre, symbolise depuis juin 2018 le sort des maternités de niveau 1 et surtout, celui de leurs patientes, contraintes de faire jusqu’à une heure et demie de route pour accoucher. Parallèlement, les sage-femmes ne peuvent pas leur proposer d’AAD, puisqu’il est soumis, par sécurité, à la présence d’une maternité à moins de 30 mn.

Le collectif C’est pas demain la veille a donc organisé des cours… d’accouchement en voiture, pour préparer les jeunes parents.
Dans d’autres départements, ce sont les pompiers qui ont suivi une formation spéciale. Pétition, soutien des élus, marche blanche, actions chocs : rien n’y a fait, la ministre de la Santé est restée sourde à tous les arguments. Elle a même annulé la réunion prévue le 13 mars avec le collectif du Blanc.

Die (Drôme), Creil (Oise), Bernay (Normandie),… le gouvernement justifie la fermeture de ces établissements par l’argument de la sécurité ; de leur côté, les collectifs de défense dénoncent un calcul financier, une maternité devenant rentable à partir de 1000 accouchements par an. Le Blanc accueillait ce week-end les Etats généraux des maternités en colère. Les 16 collectifs ont dévoilé une stèle : « À nos territoires abandonnés, aux enfants qui ne naîtront pas, à ceux et celles qui ne survivront pas, à notre système de santé condamné pour les économies de la France ».

>> Retrouvez notre dossier sur l’accouchement juste ici ! <<

Manger, c’est d’un Commun !

Les Rencontres nationales des agricultures arrivent pour la première fois à Tours.

Du 21 au 23 octobre, l’agrocampus Tours-Fondettes accueille pour la première fois les Rencontres nationales des agricultures. Organisée par le réseau InPACT national et la Confédération paysanne, cette 3e édition souhaite faire se rencontrer le monde paysan et le grand public, autour du thème « Manger, c’est d’un Commun ». L’objectif ? Montrer que choisir son alimentation a des conséquences sur son futur.

C’est pour cela que le 23 octobre, de 10 h à 18 h, une journée ouverte à tous proposera marché paysan, mini-ferme, ateliers de fabrication de pain, tables rondes ou encore balade-découvertes et visite de ferme. « La production de l’alimentation, sa transformation, sa distribution, telles que mises en oeuvre majoritairement aujourd’hui participent à l’accroissement des inégalités, à l’épuisement des ressources naturelles et à la perte de confiance dans la nourriture proposée », affirme le comité exécutif de ces Rencontres nationales.

Une volonté de sensibiliser le grand public de la part des paysan(ne)s. Et d’affirmer la nécessité d’envisager l’avenir ensemble.

>> A retrouver ici : www.rencontresdesagricultures.com

RNDA2016_affiche

La Liodière : déjeuner à la ferme

Et si on faisait un tour à Joué-lès-Tours ? Idéal pour découvrir la ferme de la Liodière : une chouette adresse.

Déjeuner à la ferme, c’est ça, l’idée… On entre au restaurant de la Liodière par un large portail en fer forgé. C’est un corps de ferme, entouré de verdure. Une vraie ferme, très bien restaurée, qui offre comme un coin de campagne à dix minutes du centre de Joué-lès- Tours. On entre dans la salle exactement comme on pénètre dans une belle maison de famille, par un escalier en pierre. À droite, le bistrot ; à gauche, le restaurant gastronomique. Au sol, les tomettes irrégulières répondent à la pierre de taille des murs. Nous, évidemment, on se dirige directement vers le bistrot où sont déjà attablés plusieurs groupes d’habitués.

De la petite table où nous sommes, nous avons la vue sur le parc et son pigeonnier : pas mal, et surtout, très reposant ! Côté assiette, on a le choix entre une formule ardoise (12,35 € le plat, 9 € le plat mijoté du jour, 6,50 € l’entrée, 6 € le dessert) ou la formule carte (17 € pour deux plats). On se lance sur le poisson du jour (on est vendredi !), un filet de cabillaud au fenouil, relevé d’une super sauce délicatement parfumée à la vanille. Voilà un bon plat de bistrot, qui ne renie pas les codes du gastro.

Pour finir, un petit dessert très agréable à la pistache. Le tout pour un repas à la fois léger et plein de saveurs. Cela fait plus de dix ans, maintenant, que Karine et Cyril Plateau veillent aux appétits de leurs habitués. Les entreprises sont nombreuses dans le secteur et les collègues aiment se retrouver à la Liodière pour une pause déjeuner aux couleurs champêtres. Et s’il y a un contrat à signer ou un client à remercier, on réserve au gastro. Mais le charme et le côté insolite de l’endroit méritent que l’on vienne d’un peu plus loin…

>Ferme de la Liodière, à Joué-lès-Tours. Tél. 02 47 679 680.
> laliodiere.com
> Du mardi au dimanche pour le déjeuner, vendredi et samedi, également au dîner.

Le Wwoofing, un voyage participatif

Le Wwoofing, vous connaissez ? Voyager à moindre frais en découvrant le fonctionnement d’une ferme bio séduit de nombreux jeunes : nous sommes allés voir dans la campagne tourangelle.

Wwoofing
Bossay-sur-Claise, dans le sud de la Touraine. Sous un soleil de plomb, Tony et Sylvain, deux jeunes agriculteurs maraîchers, installés à leur compte depuis quelques années, s’affairent sur leurs terres. Il est presque midi, les conditions de travail sont rudes. Difficile de gérer à eux deux 11 hectares de cultures. Bientôt, deux travailleurs à mi-temps viendront les assister, mais en attendant, Tony et Sylvain ont opté pour une solution économique et enrichissante : le Wwoofing. Chaque année, les deux amis accueillent sur leur ferme des apprentis fermiers bénévoles, français ou étrangers, qui viennent les assister gracieusement en échange du gîte, du couvert et de belles rencontres. Côté fermier, l’investissement financier est minime et donc intéressant. Côté Wwoofer, le séjour à la ferme est l’occasion de découvrir le monde agricole et de partager des moments avec les agriculteurs, loin des villes.
« Recevoir des personnes à la ferme, ça nous permet de casser la routine et de rigoler à plusieurs. »
Tania est israélienne. Après deux premières expériences de Wwoofing, une en Israël et une aux États- Unis, elle a choisi la France pour son troisième séjour. Avant tout pour apprendre à parler le Français, mais surtout pour le dépaysement. Car ce qui séduit la jeune femme de 21 ans, c’est « cette déconnexion » qu’offre le Wwoofing. Après avoir passé quelques semaines dans une autre installation agricole du département, elle a choisi de continuer son séjour à la ferme maraîchère de Tony et Sylvain. En contrepartie de ses services, ses hôtes ont mis à sa disposition une petite caravane. Un confort rudimentaire, qui ne perturbe pourtant pas la jeune femme. « Cela fait partie du jeu, on s’adapte à chaque fois aux conditions d’accueil, qui varient d’une ferme à l’autre ». Chaque jour, Tania assiste les fermiers pendant quelques heures. Désherber, entretenir les cultures, préparer les paniers de légumes destinés aux AMAP, nourrir les cochons et les poulets… Tout y passe. La jeune israélienne est investie et n’hésite pas à poser des questions quand elle ne sait pas. Après tout, elle est là pour apprendre. Quand elle a fini son travail, la jeune Wwoofeuse peut profiter des environs ; quand elle le demande, ses hôtes lui prêtent leur voiture, pour qu’elle aille vadrouiller dans les alentours, visiter la Touraine. Et quand, le soir venu, les corps éreintés passent à table, c’est tous ensemble. Wwoofers et fermiers ne partagent pas seulement les tâches quotidiennes, ils apprennent aussi à se connaître autour d’un « bon verre de vin rouge et de fromage français ». En deux ans, Sylvain a accueilli de nombreux Wwoofers et ne pourrait maintenant plus se passer de leur aide. « Outre les avantages financiers, c’est surtout l’aspect humain qui nous manquerait. Recevoir des personnes à la ferme, ça nous permet de casser la routine et de rigoler à plusieurs. »
Nouans-lès-Fontaines, à une cinquantaine de kilomètres plus au nord. Josh, un Wwoofer néozélandais de 26 ans, rentre tout juste de Tours, où il vient de passer quelques jours de détente en compagnie d’amis. Ici, le décor est tout autre. Terminé les cultures à perte de vue, place aux chèvres laitières. Le Wwoofing a la particularité de ne pas se limiter à un type d’exploitation agricole en particulier. Si Josh a choisi l’élevage caprin d’Alexandra Robert, c’est justement pour « varier les plaisirs et avoir une vision d’ensemble de l’agriculture française ». Chaque jour, il sort la cinquantaine de chèvres de leur abri pour les emmener gambader et brouter au pré. Une activité qui amuse le jeune homme, qui assiste aussi Alexandra à la maison. Un geste que la fermière apprécie. « Ce qui est intéressant dans le Wwoofing, c’est que chaque apprenti fermier est différent. Certains sont très à l’aise avec les animaux, alors que d’autres ont plus d’aptitudes à la maison, pour la cuisine par exemple. Dans tous les cas, on y gagne, à la fois en main d’oeuvre mais surtout en rencontres. » La jeune éleveuse caprine sait de quoi elle parle. En un an, elle a reçu à sa ferme près de trente Wwoofers. Parfois seuls, parfois en couple, français ou étrangers. Accro au Wwoofing, Alexandra ? « C’est sûr qu’aujourd’hui, je ne vois pas comment je pourrais m’en passer. Sans l’aide de Wwoofers, je ne pourrais plus tenir la ferme seule, d’autant que je dois aussi m’occuper de ma fille de deux ans. » La petite Margot, encore trop jeune pour aider maman, profite aussi du Wwoofing pour rencontrer du monde. « Il arrive que des couples de Wwoofers viennent avec leurs enfants, explique Alexandra. En général, on se répartit les tâches : l’un d’entre nous reste à la maison pour garder les petits, tandis que les autres s’occupent de la ferme. »
Désherber, préparer les paniers de légumes destinés aux AMAP, nourrir les cochons et les poulets… Tout y passe.
Si la plupart des Wwoofers jouent le jeu en respectant la demande d’aide de l’agricultrice, il arrive parfois que certains abusent du concept. « Il m’est arrivé de recevoir des gens qui venaient simplement profiter du logé-nourri pour consacrer leur budget vacances aux sorties. » Des personnes qui n’aident pas, ça arrive, mais cela reste très rare. « En trois ans de Wwoofing, j’ai eu seulement deux cas de ce type, explique Alexandra. La plupart du temps, les gens s’investissent. Certains plus que d’autres, mais dans l’ensemble, je suis très satisfaite. » En cas d’abus, Alexandra et les autres hôtes peuvent compter sur l’association WWOOF France, qui s’occupe de la mise en relation entre Wwoofeur et hôte. Si la personne accueillie à la ferme ne respecte pas ses engagements, elle sera mise en garde par l’association, qui peut aller jusqu’à résilier l’adhésion du Wwoofeur si les abus sont répétitifs. Mais là encore, pas de règle bien définie. WWOOF France ne se considère pas comme une « police » du Wwoofing, mais plutôt comme un intermédiaire entre le voyageur et le fermier. Sa plateforme en ligne est d’ailleurs exclusivement dédiée à la recherche d’hôtes.
En France, ils sont près de 800 à accueillir chaque année des Wwoofers. Sur le département, sept exploitations agricoles proposent le gîte et le couvert aux apprentis fermiers. Souvent considéré comme un moyen pour les étrangers de visiter gratuitement la France, le Wwoofing évolue aujourd’hui. De plus en plus de Wwoofers français se laissent séduire par la formule, qui s’inscrit dans la droite ligne des nombreuses pratiques d’échange de services, comme le covoiturage ou le couchsurfing. Dans un contexte économique difficile, le Wwoofing représente une excellente alternative aux voyages coûteux. Le concept, apparu dans les années 70 en Angleterre, reste perfectible, notamment sur le plan juridique. Mais nul doute que d’ici quelques années le nombre d’hôtes et de Wwoofers aura considérablement augmenté.
WWOOF ?
Comprenez World-Wide Opportunities on Organic Farms. Le WWOOF est un réseau mondial de fermes bio qui se proposent d’accueillir toute personne souhaitant partager le quotidien et le travail de la ferme, en échange du gîte, du couvert et du dépaysement.
ORIGINES
Le WWOOF a été lancé en Angleterre en 1971. Sue Coppard, une secrétaire londonienne, voulait offrir aux citadins l’opportunité de découvrir la campagne anglaise, tout en soutenant l’agriculture bio. D’abord dans le Sussex, la formule s’est développée dans le monde entier.
800
C’est le nombre d’hôtes en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer. Les structures d’accueil sont diverses : élevages, fermes maraîchères, permacultures… Chaque département compte au moins une exploitation agricole accueillant des Woofers.
ALLER PLUS LOIN
Vous souhaitez tenter l’expérience ? Rien de plus simple. Vous trouverez toutes les informations et les contacts nécessaires sur le site web de l’association française de wwoofing : wwoof.fr. Une adhésion annuelle de 20 € est demandée aux futurs wwoofeurs. Un outil de recherche par département et type d’exploitation est mis à leur disposition. Avant de partir D’anciens wwoofeurs partagent leurs expériences en ligne, sur les forums. Vous y trouverez de nombreux conseils pour préparer au mieux votre voyage. Des avis y sont également laissés sur les hôtes.

Festival du Grand Bourreau : l'art à la ferme

C’était mieux avant, c’est un festoche de cirque et d’arts de la rue, mais dans la campagne de Joué-lès-Tours.

sortir_culture_pap_chapiteau
Le festival devait coïncider avec une bonne nouvelle : l’achat de la ferme du Grand-Boureau par les compagnies d’arts de rue 100 issues et Rouages. « Finalement, on ne l’achète pas », regrette Valo Hollenstein de 100 issues. Les pourparlers sont au point mort. « Notre interlocuteur à la mairie de Joué-lès-Tours (avant le renouvellement de l’équipe municipale, NDLR) nous a dit que la Ville ne souhaitait plus vendre. » Parallèlement, la rumeur de l’installation d’un centre de tri de déchets à proximité avait refroidi les circassiens. Mais pour chasser l’amertume, les artistes de rue ont décidé de maintenir l’événement du weekend prochain (lire ci-contre). Le Grand Bourreau c’était mieux avant (aucun rapport avec Francis Cabrel) était conçu comme le début d’une nouvelle ère pour les acquéreurs potentiels. « On voulait marquer le coup. »
Finalement, le festival célèbrera ce lieu de création alternatif. Un havre de verdure — situé à 500 mètres de l’A85 — où cohabitent groupes de rock, troupes de théâtre, artistes de rue et… ateliers municipaux. L’avenir du lieu n’est pas tranché. « On a envie de rester, assure Valo. Mais on étudie aussi de nouvelles options. » Un espoir persiste : « Il faudra voir avec le nouveau maire. » Pour l’heure, Valo et ses joyeux camarades ont à coeur de révéler le potentiel du Grand-Bourreau. Ils mettent tout en oeuvre pour réussir cette première édition du festival. « Entre les artistes et l’organisation, tout le monde est bénévole. Soit près de 100 personnes. » Parmi eux, les douze Italiens de Magda clan. « Nous les avons invités en résidence en mars, explique le directeur artistique de 100 issues. Ils nous aident et nous prêtent leur chapiteau. » Un second chapiteau le rejoindra. « L’un pour les spectacles, l’autre pour les concerts. » « On attend 450 spectateurs samedi », sourit Valo, confiant. « Le dimanche devait être plus calme, mais des concerts se sont greffés au programme », constatent les bénévoles en prenant la mesure de la tâche qui les attend. Si l’aventure est couronnée de succès, la compagnie projette de rééditer l’expérience. Prochain édition espérée en 2015.
 
>>Le programme
Om Taf, par le cirque Rouages.
L’histoire d’un employé de bureau que les vicissitudes du quotidien mènent à la folie. Vendredi 25 avril, 20 h. > La Mailloche. Un jeu de force pour baltringues. Vendredi et samedi.
Vodka, par 100 issues.
Une version punk-rock de L’Ours de Tchékhov ou comment un créancier tombe sous le charme d’une veuve éplorée. Samedi 26 avril, 22 h.
Sfumato, cabaret indocile du cirque Rouages.
La magie du cirque mise en mouvement, en acrobatie, en chant et en musique. Dimanche 27 avril, 16 h.
>>Mais aussi…
Des concerts, du théâtre, du cirque, un spectacle jeune public, un tournoi de belote, de la pétanque (tu tires ou tu pointes ?), de la restauration (miam miam) et des rafraîchissements (glou glou).
>>Pratique
Vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 avril. Au Grand-Bourreau, route de Monts, à Joué-lès-Tours. Suivre le fléchage « chapiteau Escales ». Pass trois jours : 15 €/20 €. Ou, à la journée : vendredi, 6 €/10 € ; samedi, 8 €/12 € et dimanche 6 €/10 €. 06 98 57 88 75. Plus d’infos par ici !

Restaurant. L'Etable, un restaurant vachement bon

Un petit restaurant, rue Colbert, où on mange bien et simple.

SORTIR_RESTO_PHOTOPRINCIPALE
 
De l’extérieur, ça n’a en pas trop l’air mais dès que vous pénétrez dans l’Étable, rue Colbert, vous vous y croyez. Vaches aux murs, cochons sur les tables, paille dans la mangeoire, il ne manque plus que la serveuse en bleu de travail, avec une fourche à la main. Bon, on vous rassure, ça ne va pas jusque là. N’empêche que vous serez installés sur d’épaisses tables en bois comme chez nos grand-mères. La classe !
Bienvenue, donc, à l’Étable, tenue par Ingrid Chaillou et son mari. « Ça fait huit ans que nous sommes installés ici », note Ingrid. « Notre spécialité, c’est le service à la planche. Sur une grande planche de bois, nous servons la pièce de viande (dans une assiette, quand même), puis nous avons creusé des petites cavités pour y placer la sauce et les accompagnements dans des petites cocottes. » Effet rustique garanti ! En plus de ce service original, il faut avouer que l’on mange plutôt bien à l’Étable. Un seul leitmotiv : la cuisine familiale ! Pas de chichis entre nous : on vous sert une cuisine franche, pas complexe, mais bougrement efficace. Côté vin, nous n’avons pas été déçus non plus, grâce à un Chinon vieilles vignes qui passe très bien avec les viandes de la maison.
La décoration, elle, est aussi faite maison. « On a écumé les brocantes et les foires à la recherche de mangeoires, pot à lait et figurines. Comme on habitait auparavant en région parisienne, nous avions tout entreposé dans un petit jardin avant d’installer notre restaurant. » À la ferme, (presque) comme si vous y étiez.