Ahmed Doumbia, le grand-frère de l’UTBM

L’alchimie est là, les résultats également : rencontre avec Ahmed Doumbia, un véritable lien pour l’équipe de l’UTBM.

Dans un effectif grandement chamboulé à l’intersaison à l’UTBM, Ahmed Doumbia fait figure de lien ou de grand-frère. Le basketteur tourangeau n’a pas voulu changer d’air durant l’été, persuadé que son équipe, presque totalement rebâtie, avait le potentiel pour joueur la montée en Pro B.

L’analyse était juste car cinq mois après le début du championnat, l’UTBM surfe sur une série de onze matches sans défaite et occupe actuellement la 2e place après son succès, samedi soir, sur Le Havre (87-72).

« Je veux jouer en Pro B avec Tours, annonçait-il en juillet dernier. J’ai encore une année de contrat avec une option si nous montons. » L’alchimie au sein d’un groupe dans lequel il se sent bien a tout de suite fonctionné et les résultats sont au rendez-vous.

« Nous sommes ambitieux »

En dépit des blessures de joueurs phares comme celle de Vincent Pourchot, à l’écart des parquets jusqu’en mars, l’équipe de Pierre Tavano réalise des prouesses, notamment dans des money time arrachés de haute lutte. « Nous sommes ambitieux mais nous ne le crions pas sur tous les toits », ajoute l’ailier trentenaire de l’UTBM.

Ahmed Doumbia ne tarit pas d’éloges au moment de décrire l’ambiance dans le groupe. « Nous avançons avec humilité, le recrutement a été cohérent », analyse-t-il.

Outre son expérience, Doumbia apporte son leadership, sa dureté défensive et ses qualités offensives à l’équipe. Véritable régulateur du jeu tourangeau et capable de rendre des feuilles de match à plus de 30 points, il sera une nouvelle fois un des atouts de l’UTBM, samedi prochain à Boulogne pour un nouveau match au sommet du championnat de Nationale 1.

Thierry Mathiot

On a testé le restaurant Gaspard, à Tours-Nord

Récemment installé au Nord de Tours, Gaspard se lance dans le buffet local et maison, du lundi au vendredi. Sans oublier le brunch le samedi.

Quelques semaines après son ouverture, Gaspard change de formule du midi. Une bonne raison d’aller découvrir ce restaurant se présentant comme un tiers-lieu, à mi-chemin entre l’univers pro et le perso.

Direction Tours-Nord, dans une zone commerciale à deux pas de l’aéroport. Gaspard a vu grand, mais l’ambiance reste cosy. Aux murs, des oeuvres d’artistes locaux, ambiance street-art, un bar à l’entrée, un coin canapé, et sur les tables en formica ou en bois, des assiettes au charme d’autrefois.

Vous l’aurez compris : ici, la déco oscille entre le contemporain et la nostalgie des repas du dimanche chez mamie. Le midi, chacun fait selon ses envies, car du lundi au vendredi, c’est désormais formule unique, avec buffet à volonté.

On va donc rapidement faire un tour du côté des entrées, où quelques charcuteries s’ajoutent à des salades maison. Du classique taboulé jusqu’au plus original quinoa-crevettes, le choix est varié et bien assaisonné. Pour les plats chauds, des recettes de famille côtoient les créations maison. Pas question de se frustrer, vos enquêteurs vont donc tout goûter.

Ce jour-là : samoussas de légumes, boulettes porc-riz sauce tomate, gratin de chou-fleur, hachis parmentier et frites. On ne s’embarrasse pas du dressage de l’assiette (ce n’est pas notre fort), et on déguste ces plats simples et bien cuisinés.

Le personnel réapprovisionne fréquemment le buffet, jamais en panne de nouveautés au fil de la pause-déjeuner (ah ces beignets de poisson, apparus après notre dessert !). Côté desserts justement, nous laissons de côté la belle corbeille de fruits pour profiter des mousses, panacottas et autres cheesecakes revisités.

Une touche sucrée savoureuse pour clôturer un repas copieux et rapide dans une ambiance décontractée, pratique pour une pause-déjeuner qui met du bon et du local dans l’assiette.

Maud Martinez


> L’addition : Prix unique pour formule unique : 16,90 € tous les midis, du lundi au vendredi, de 12 h à 14 h. Boissons en supplément. En soirée, place aux planchettes apéro et burrata pour l’Après-Boulot, de 18 h à 22 h. Brunch le samedi de 11 h à 14 h 30, 25 €/personne (sur réservation).

> C’est où ? 15 rue Arthur Rimbaud à Tours-Nord

> Réservation et renseignements par téléphone : 02 47 63 36 31. Sur les réseaux sociaux : facebook.com/gaspardtours et Instagram 

Laurence, animatrice en Ehpad : « L’oxygène vient du dehors »

Laurence Hémeret, 47 ans, est animatrice à l’Ehpad Korian Le Vençay de Saint-Avertin. Dans cet endroit chic, on se croirait dans un hôtel 5 étoiles. Et si les prestations première classe adoucissent les journées des résidents, Laurence revendique d’apporter de la vie et du dynamisme dans ce cocon feutré.

Après une première vie professionnelle dans l’agroalimentaire, Laurence Hémeret est aujourd’hui animatrice auprès des personnes âgées. « En 2009, je me suis reconvertie en intégrant une école formant directeurs d’Ehpad, animateurs, etc. En alternance chez Korian, j’ai été embauchée à la fin de ce cursus. »

Cinq jours sur sept, du lundi au vendredi, Laurence Hémeret se démultiplie auprès des 90 résidents de Korian Le Vençay à Saint-Avertin. Ne manquant pas l’occasion de les associer aux enfants dans des animations intergénérationnelles (carnaval, chandeleur, chasse aux œufs), de multiplier les sorties (croisière sur la Loire, balades en calèche), et d’inviter chorales, groupes de danse et autres écoles de musique, Laurence a toujours le même credo : « N’oublions jamais que l’oxygène vient du dehors. C’est là qu’il y a la vie. On travaille tout de même avec la fin de vie. C’est particulier. Ça interpelle. C’est dur. On s’attache à des personnes qu’on voit partir, certaines à qui on doit dire au revoir. Je n’aurai pas pu faire cela à 21 ans… »

Dans l’univers feutré et confortable de Korian Le Vençay, elle anime également deux fois par semaine une revue de presse. Des articles de La Nouvelle République sont l’occasion de débats, d’échange de souvenirs, de partage d’expérience entre, ici, un monsieur franco-américain ancien médecin à New York, et une dame de 93 ans dont le mari fut un pionnier de la photographie à Paris.

L’importance du dialogue

Une vingtaine de résidents, souvent à mobilité réduite, sont au rendez-vous. Ingrid Bascoul, 33 ans, directrice de l’établissement, a connu une trajectoire identique à celle de l’animatrice. Infirmière de formation, elle a repris des études universitaires de gestion administrative pour se réorienter.

Elle souligne l’importance du dialogue et de l’écoute dans son travail quotidien. « L’arrivée en Ehpad est vécue comme une forme de deuil pour un résident. Cela ne peut pas se faire sans l’accord de la personne. Pour les hommes, c’est plus facile. Ils trouvent chez nous le confort d’un hôtel. Mais parfois, la décision vient au bout de deux ou trois ans. » La perte de mobilité, l’atténuation des sens et les symptômes de type Alzheimer accélèrent souvent cette prise de décision.

« Avec les personnes atteintes d’Alzheimer, on ne les bouscule jamais. On essaie de nouer une relation de confiance. Si le matin, ils ne veulent pas prendre leur douche, refusent de s’habiller, on ne les force pas. Pour quelqu’un atteint de cette maladie, l’extérieur ou l’inconnu est souvent vécu comme une agression. C’est parfois une des difficultés rencontrées par les familles qui, bien sûr, connaissent bien leur parent pour parfois s’en être beaucoup occupé. Jusqu’à vivre une inversion des rôles. L’arrivée en Ehpad permet à chacun de retrouver sa place », insiste Ingrid Bascoul..

Th. M.

Coiffeuse écolo jusqu’au bout des ongles

#VisMaVille Sylvie François gère le salon de coiffure naturel De la Tête aux Pieds. Un salon où priment les sens humain et écologique… et le caractère bien trempé de Sylvie !

Un silence total règne dans le salon de Sylvie, seuls les bruits de circulation de la rue de la Victoire résonnent. Pas de sèche-cheveux en route, ni de musique entêtante…

Atypique pour un salon de coiffure, l’ambiance est zen et apaisante. La cliente se relaxe sur un lit massant et chauffant tandis que la coiffeuse effectue son shampoing puis un massage crânien. Lumières tamisées et décor cosy, le salon de Sylvie accueille un seul client à la fois. Une relation privilégiée s’établit.

« La cliente se sent à l’aise, il y a un côté très intime. Cela débouche souvent d’ailleurs sur une belle amitié. » Un salon de coiffure pas comme les autres, c’est certain. Le côté humain prime. À l’image de sa gérante, Sylvie, tout sourire et sensible. Elle devine très vite l’état émotionnel de ses clients lorsqu’elle appose ses doigts sur leur tête. « C’est fou, acquiesce une nouvelle cliente, elle a tout de suite vu que j’étais stressée et pourtant je ne le montrais pas du tout. »

Un salon végétal avant la mode

Autre facette de Sylvie, un côté passionné, résolu, et des convictions écologiques ancrées. Le salon, « c’est mon bébé, un vrai choix. J’ai 41 ans de métier. Tout a commencé à Luynes quand j’avais 13 ans, la voisine m’avait amenée chez son coiffeur et ce fut le déclic. Après une vie parisienne, je suis rentrée dans ma Touraine natale et j’ai installé mon concept ici, rue de la Victoire. » Il y a 9 ans.

Le concept ? « Un salon 100 % végétal. » Avant que ce ne soit devenu la mode du bio, Sylvie fut pionnière en la matière. Elle déplore les salons étiquetés bio qui s’installent mais dont les shampoings et couleurs contiennent « du bio surtout boosté par la chimie. Par exemple, les mèches rien qu’à l’argile ça n’existe pas. C’est de l’argile avec des oxydants dedans. En 100 % naturel, il est ainsi plus difficile de faire des couleurs stables, les résultats ne sont pas toujours probants, varient d’un jour à l’autre ».

 

Ses convictions écologiques se traduisent également dans tous ses gestes au quotidien : elle récupère l’eau, remplit les flacons de ses clients avec son shampoing Hairborist, recycle les chutes de cheveux pour des associations qui fabriquent des boudins contre les marées noires…

Elle a d’ailleurs obtenu un Trophée du déchet de la Chambre des métiers pour sa démarche. « Je jette une toute petite poubelle toutes les trois semaines ! L’écologie, c’est inné chez moi. J’ai grandi dans la campagne tourangelle et au sein d’une grande famille, on ne jette pas ! »

Texte et photos : Aurélie Dunouau

Horoscope WTF du 29 janvier au 4 février 2020

Il est de retour ! Après avoir été kidnappé par les étudiants en journalisme, l’astrologue de tmv reprend sa place. Et il n’est pas content, vraiiiment pas content.

Bélier

Amour

fiu »’tu 48»’(ç_(uo’ »iujligujl

Gloire

Pour 1 million d’euros, pourriez-vous couper un pied à votre mère ? Vous avez une heure. #dilemme

Beauté

Votre ventre est un trou noir. Arrêtez de bouffer.

Taureau

Amour

Quelqu’un a un coup de coeur pour vous ? Arf, encore une victime innocente tombée au combat…

Gloire

Aïe. Ça sent le fennec, votre semaine !

Beauté

HAHAHAHA !… Ah ? Comment ça, c’était voulu votre style vestimentaire ? Mince !

Gémeaux

Amour

Belle-maman is coming. And she is going to botte you le cul.

Gloire

Filez à la pharmacie. Il faudrait vous prendre un vaccin pour votre fièvre acheteuse. OUAAAARF

Beauté

Vous n’êtes qu’un petit vermicelle dans ce triste monde.

Cancer

Amour

Votre sex-appeal ne dépend que de votre sexe à pile.

Gloire

La constellation d’Indochine vous rappelle que vous êtes Bob Morane contre tout chacal.

Beauté

Vous vous caresserez la belette.

Lion

Amour

Un jour, un grand philosophe a dit : « Baisse ta culotte, c’est moi qui pilote ! »

Gloire

C’est un fait avéré : vous êtes pleutre…

Beauté

… Bah ouais, c’est gratuit comme attaque, y a quoiii ? Battez-vous, ventre mou !

Vierge

Amour

Faites-vous une petite cure de Blanche-fesse et les 7 mains.

Gloire

Brian is in the kitchen. Allez donc lui péter la tronche à ce petit saligaud.

Beauté

ALERTE ATTENTAT… à la beauté. Car vous êtes vraiment un missile nucléaire, graouuu !

Balance

Amour

Vous êtes un peu comme l’art contemporain. On ne sait pas si on vous aime, mais vous êtes êtes cool à regarder une fois bourré.

Gloire

Telle l’année 2020, vous serez bissextile. Ça ne veut rien dire, mais je m’en fous, je fais ce que je veux. Là par exemple, je rajoute des lignes inutiles pour embêter les personnes qui mettent en page cet horoscope

Beauté

Ah bah, y a pu d’place du coup. Bisou.

Scorpion

Amour

Ni vu, ni cocu !

Gloire

Qui vivra, verra. (hop, encore un bon conseil pourri)

Beauté

Sciatique des cheveux prévue pour cette semaine. (ouais on s’improvise médecin, y a quoiiii ?)

Sagittaire

Amour

Libido grandissante. Vous êtes aussi surexcité(e) qu’un Hanouna sous coke.

Gloire

Comme dirait Jésus, vous avez la classe à Dallas mes loulous.

Beauté

La calvitie vous guette la braguette.

Capricorne

Amour

Votre âme soeur se trouve là, tout près de vous : oui, je parle bien de votre main droite.

Gloire

Mon petit doigt me dit que votre avenir en tant que proctologue est tout tracé.

Beauté

Vos flatulences nocturnes ne font pas peur à l’être aimé.

Verseau

Amour

Vous êtes comme une petite saucisse Knacki : tout(e) rose, qui couine, sue et se tortille quand on la chauffe.

Gloire

Votre meilleur(e) pote a le charisme d’une moule. Changez d’ami.

Beauté

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures. Par chance, vous êtes un vieux pot.

Poissons

Amour

En réalité, votre père est un cyborg envoyé du futur pour foutre en l’air vos relations.

Gloire

L’étoile du Jacques Dutronc vous rappelle que vous retournez votre veste, toujours du bon côté.

Beauté

Et pan, dans vos dents (jaunes).

Stephen King : le roi de la flippe

Il est le maître du fantastique depuis près d’un demi-siècle. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman le 29 janvier (qu’on a pu lire en avant-première pour vous en parler dès à présent !), tmv revient en quelques anecdotes sur Stephen King, 72 ans, toutes ses dents et toujours aussi terrifiant.

Carrie : de la poubelle… au succès !

1972. Stephen Edwin King n’a que 25 ans. Diplômé de l’université, marié, jeune papa, il n’a qu’une idée en tête : devenir écrivain. À ses côtés, sa femme Tabitha. La petite famille a du mal à joindre les deux bouts. King est loin d’être un roi, il envoie des dizaines d’écrits, mais les éditeurs brisent ses rêves et envoient tout valser.

Les mois passent dans cet appartement miteux et Stephen King entreprend la rédaction de Carrie, l’histoire d’une ado souffre-douleur dotée de pouvoirs de télékinésie sur fond de maman bigote un tantinet fanatique. Doutant de leur qualité, Stephen King jette les 3 premières pages à la poubelle ! Son épouse récupère son manuscrit, le lit. Une révélation.

Carrie sera adapté au cinéma par Brian de Palma, avec le succès que l’on sait…

Tabitha prend soin de nettoyer les mégots de cigarette qui salissent le futur best-seller. Et encourage son mari à continuer. La suite appartient à l’histoire : le livre est envoyé à Doubleday, l’éditeur accepte, l’avance sur les droits est ridicule… mais quelques mois après, les droits en livre de poche sont vendus. Stephen King, au téléphone avec son éditeur, entend la somme de 4 000 dollars. Mais non. Il s’agit bien de 400 000 $. « Mes jambes ont flanché, je me suis assis par terre », racontera plus tard l’auteur, lors d’un passage à Paris en 2013. « Je voulais acheter un cadeau à ma femme, parce que c’est elle qui avait sauvé ce livre. »
Mais en ce dimanche, seul le drugstore est ouvert. « Du coup, je lui ai pris un sèche-cheveux ! (rires) »

Drogues, alcool et mauvais souvenirs

Stephen King naît le 21 septembre 1947. Deux ans après, son père quitte le domicile… et ne reviendra jamais. À 4 ans, King voit un de ses amis se faire écraser par un train sous ses yeux. Son enfance, il la passe « souvent malheureux et différent », comme il le raconte dans un entretien à Playboy.

Il est gros, pas très agile. Le sport à l’école est une plaie. À l’adolescence, il sent en lui « de la violence, comme si je voulais m’en prendre au monde ». Une rage qu’il contient tandis qu’il griffonne ses premiers écrits, admirateur de Lovecraft.

Mais avec ses premiers succès viendra la déchéance. Ses addictions l’attendent tapies dans l’ombre comme le croque-mitaine : dans les années 60, King carbure au LSD, au peyotl et à la mescaline. Les trips s’enchaînent. Plus tard, il plonge dans la picole. Beaucoup. Et dans la drogue. Beaucoup. L’auteur carbure à la coke (Misery n’est-il pas un livre sur la cocaïne ?). Tapisse le tout avec des médocs. Tout ça, en cachette et pendant huit ans, au point de ne pas se rappeler certains de ses livres. C’est une nouvelle fois sa femme qui le tirera de là et le forcera à tout arrêter.

Mais de quoi a peur Stephen King ?

Stephen King, digne héritier d’Edgar Allan Poe et influencé par Richard Matheson, est un auteur terrifiant. Avec ses intrigues bien ficelées, son sens du détail, de la description (il suffit de lire un huis-clos comme Jessie), des personnages ultra-travaillés, il EST un conteur. L’auteur révèle aussi les peurs et les névroses contemporaines.

Mais le King de la flippe a-t-il la trouille de quelque chose ? « Je ne peux pas dormir sans qu’une lumière soit allumée dans la chambre », a-t-il confié. Oui on sait, ça brise le mythe. Terrifié par l’avion et les choses qui rampent, l’écrivain triskaïdékaphobe est également peu à l’aise avec le chiffre 13. Mais pire que tout ? C’est de la retraite ou de perdre la boule que King a le plus peur !


L’INSTITUT : CHRONIQUE DU NOUVEAU ROMAN DE STEPHEN KING

« Bienvenue à l’Institut. Quand les enfants y entrent, ils n’en sortent plus. »
Dans son nouveau roman – à paraître le 29 janvier (éditions Albin Michel) – le lecteur suit Luke, un jeune surdoué kidnappé chez lui par des intrus. Il se réveille à l’Institut, dans une chambre qui ressemble à la sienne… mais qui ne l’est pas du tout. Dans cet établissement, se trouvent d’autres enfants dotés de pouvoirs de télékinésie ou de télépathie. Toute la journée, ils passent des batteries de tests horribles et peuvent gagner des jetons pour se nourrir. La directrice, en attendant, ne cesse de leur promettre qu’ils rentreront bientôt chez eux. Sauf que personne n’a réussi à s’échapper d’ici…

Avec son récit mastoc, Stephen King réunit tous ses thèmes de prédilection en une sorte de best of convoquant tour à tour Charlie ou Ça : il y a cette trame chorale avec des gamins bien particuliers toujours aussi attachants, leur amitié, il y a son obsession de la télékinésie, du paranormal plongé dans le normal, il y a cette méfiance du gouvernement et cette peur de l’injustice.

Au total, 608 pages qui, comme d’habitude, prennent à la gorge. King possède toujours cet art de la description, du récit. Il conte et raconte. Ses monstres à lui sont les adultes. Ce n’est pas de l’horreur bête et méchante, c’est du stress que King nous inflige en intraveineuse, comme à ses petits personnages. L’Institut ne constitue pas un livre-révolution en soi, loin de là, mais un bon cru, à mettre en parallèle avec le contexte actuel et politique des États-Unis…


Dossier réalisé par Aurélien Germain, à retrouver en intégralité dans le numéro 362 de tmv (à télécharger sur tmvtours.fr)

Ehpad : aux petits soins pour nos anciens

Souvent, la question des conditions de vie des personnes âgées dans les établissements spécialisés revient à la Une de l’actualité. Nous avons décidé de pousser la porte de l’un d’entre eux. Rencontre avec Estelle Menit, aide-soignante à l’Ehpad de La Vallée du Cher et passionnée par les relations humaines. Elle transmet son dynamisme aux 103 résidents.

Installé au cœur du quartier des Fontaines, à deux pas du Stade Rodriguez, l’immeuble se fond dans le paysage. Dans ce quartier de grande mixité sociale, on ne se doute pas un seul instant que ce bâtiment aux jolis balcons suspendus abrite une centaine de résidents âgés, très âgés même pour certains.

Au 2 de la place Sisley, vous êtes à l’Ehpad de La Vallée du Cher, un des quatre établissements gérés par le CCAS sur Tours. Ehpad ? Cela signifie Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Une maison de retraite pour faire simple. CCAS ? Ça veut dire Centre communal d’action sociale.

C’est là que travaille Estelle. Elle nous a parlé de son quotidien. De ses joies, de ses doutes parfois. Mais surtout de son extraordinaire dynamisme pour aider les résidents. Certains ont nettement plus du double de son âge. « Mais ils ont vécu de telles expériences dans la vie, que j’adore les écouter. Si on n’a pas cette passion, pas la peine de venir travailler ici », confie-t-elle.

Estelle Menit va avoir 40 ans. Elle est aide-soignante. D’origine martiniquaise et née en banlieue parisienne, elle a pensé devenir assistante dentaire, avant de « s’expatrier » en Touraine où elle a gravi tous les échelons au rythme des concours et des études : agent d’entretien, auxiliaire de vie puis aide-soignante.

Beaucoup d’écoute

Lors de notre première rencontre, un soir de fin décembre, tous les emplois du temps ont été chamboulés. Les blouses blanches, roses ou bleues sont au placard. Repas de Noël oblige, le personnel comme les résidents sont en tenue de soirée. Ou presque. Estelle est venue sur un jour de repos pour aider et participer à ce moment festif.

Tout le personnel, sous la houlette de l’animatrice, Isabelle, aide les résidents à s’installer autour des tables dans la grande salle à manger du 1er étage. Quelques minutes plus tard quand le repas débutera, chacun viendra s’asseoir à une table, participera au service, amènera de la bonne humeur, ou tout simplement aidera Jacqueline, Nicole ou un autre résident à dîner.

« On est dans l’exceptionnel, ce soir, explique Estelle. Mais vous voyez bien l’esprit dans lequel on travaille. » Beaucoup d’écoute, un maximum de relationnel, une tonne d’énergie, des kilos d’empathie, il leur faut donner tout cela pour éclairer la journée des résidents. « Certains sont diminués, en fauteuil. Pas toujours drôle pour eux. »

Plus tard, en janvier, lors de notre deuxième visite, Estelle et tout le personnel ont rebasculé dans le quotidien. Arrivée à 14 h, l’aide-soignante finira à 21 h. « De 14 h à 14 h 30, nous faisons la réunion de transmission entre les deux équipes. Nous indiquons ce qui a été fait auprès des résidents. Comment ils se sentent. Certains se sont réveillés un peu grognons. On les laissera se reposer. D’autres veulent parler. On ira les voir plus longtemps. »

En pantalon et blouse rose, Estelle commence son petit tour au 3e étage – Il y a une vingtaine de résidents par niveau, du rez-de-chaussée au 4e étage. Elle frappe doucement à chaque porte. Demande comment ça va. Même si elle connaît le prénom de chacun, c’est par « bonjour M. ou Mme untel » qu’elle entame la conversation. « Le matin, nous nous occupons des toilettes, du service des petits déjeuners. »

« Bien sûr, on s’attache aux résidents, parce qu’ils sont des puits de savoir. »

Le soin mis dans la décoration des couloirs et l’individualisation des chambres font de l’Ehpad un lieu à part, entre pension de famille et maison de convalescence. Les difficultés de son travail, Estelle les a gommées avec le temps et l’expérience.

« Bien sûr, on s’attache aux résidents. Parce qu’ils sont des puits de savoir et qu’ils ont vécu des choses extraordinaires. Un jour, un monsieur me dit : ‘’Vous savez, j’ai connu la reine d’Angleterre.’’ Je me suis assis à côté de lui et il m’a raconté des tas de souvenirs qu’il avait sur le couronnement d’Elisabeth, notamment. D’autres fois, c’est dur. Les résidents peuvent avoir des mots qui dépassent leur pensée. Quand ça arrive aujourd’hui, je relativise. »

Issues d’une multitude de corps de métiers (infirmière, psychologue, cuisinier, couturière, coiffeur, agent technique, aide-soignant(e)s, etc…), plus d’une cinquantaine de personnes sont au service des 103 résidents de l’Ehpad dont la moyenne d’âge est d’environ 85 ans.

Dans ce choc de générations, le dynamisme et l’enthousiasme comblent les fossés et la rudesse des destins. Estelle le sait : « Pour les résidents, c’est le dernier lieu de leur vie. À leur âge, certains voient leur santé se détériorer assez vite aussi. On est là pour les aider, leur donner bon moral. J’aime prendre soin d’eux. »

Textes et photos : Thierry Mathiot

TMV du 29 janvier au 4 février 2020

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2020/01/TMV_A_20200128_TMV_001_T_Q_0-web.pdf

On parle souvent des problèmes en Ehpad. Mais tmv a voulu pousser les portes de ces établissements pour discuter avec les aides-soignantes, afin qu’elles racontent leur métier, leur quotidien et leur lien aux résidents. Retrouvez également un dossier sur Stephen King, à l’occasion de la sortie de son nouveau roman, mais aussi un instant au Bar Bidule, nos idées de sorties, notre horoscope WTF, et un portrait de monsieur Doumbia, joueur-clé de l’UTBM.

Pourquoi tu tousses ?

Mais alors, c’est possible ! Un danger immédiat se fait jour et, comme un seul homme, l’Humanité prend les mesures qui s’imposent. Ce qui paraissait impossible quelques jours plus tôt semble soudainement frappé au coin du bon sens.

Placer une ville de 12 millions d’habitants en quarantaine, clouer tous les avions au sol, renoncer à des voyages touristiques qui, pourtant, font tourner la grande roue du capitalisme, tout cela se fait d’un coup d’un seul et tout le monde applaudit, en se collant un masque sur le nez.

Alors, si nous sommes collectivement capables de réagir avec une telle vigueur pour une pandémie qui fera sans doute plusieurs centaines de victimes de par le monde, je n’ose imaginer la réaction mondiale, massive et déterminée qui sera la nôtre face à un autre problème qui, selon les dernières études, devrait provoquer autour de 250 000 morts par an entre 2030 et 2050.

Alors, on se dit ça : on gère le coronavirus et on se met au réchauffement climatique ?

Matthieu Pays

SOS Médecins s’installera à Tours-Nord en septembre

SOS Médecins va ouvrir un nouveau local d’accueil et de soins dans le quartier Monconseil en septembre. Une installation bienvenue, l’antenne de Tours Centre étant saturée.

SOS Médecins s’installera à Tours-Nord d’ici le mois de septembre. (Photo archives NR)

Les faits

Rendez-vous en septembre 2020 ! C’est à cette période que doit ouvrir la nouvelle antenne de SOS Médecins, à Tours-Nord. Rue Daniel-Meyer, dans l’éco-quartier Monconseil plus précisément. Les travaux doivent débuter dans deux ou trois mois. Le Dr Paul Phu, président de SOS Médecins à Tours, a dit espérer 20 000 patients en un an.

Ce local possédera une surface de 500 m² en face de la pharmacie. On y trouvera trois médecins, un service de radiologie et d’échographie, ainsi qu’un laboratoire d’analyses médicales. L’installation et la mise à disposition des lieux se sont fait en lien avec la Ville de Tours et le bailleur social Tours Habitat.

Le contexte

Cette ouverture intervient dans un contexte tendu au niveau de la médecine de proximité. En effet, le local de Tours Centre, place Jean-Jaurès(1), a traité 70 000 actes médicaux l’an dernier ! Un chiffre énorme qui témoigne de la saturation de cette antenne en surchauffe… et un chiffre qui ne cesse également de progresser au fil des années.

D’autant que les urgences sont également engorgées et il devient difficile, en ville, de trouver des médecins généralistes qui prennent sans rendez-vous.

Les enjeux

Ce complément est donc le bienvenu, d’autant que les personnes qui se pressaient au centre-ville venaient de Tours, certes, mais aussi de toute l’agglo et du reste du département. Répartir au mieux les patients ? C’était donc une urgence, pour le Dr Phu.

Le point de vue

Ce projet, d’un coût de 1,3 million d’euros financé sans subventions, est évidemment une aubaine pour la municipalité et les patients et, plus globalement, pour le domaine de la santé.

Mais SOS Médecins voit encore plus loin : car tout cela pourrait également donner naissance à l’installation d’une autre adresse de SOS Médecins à Tours-Sud, dans le quartier des Deux-Lions. C’est ce qu’envisage le Dr Phu qui imaginerait bien un troisième pôle médical au sud du Cher. Celui-ci pourrait éventuellement ouvrir à l’horizon 2023-2024.

Aurélien Germain

(1) 19 rue de la Dolve / 02 47 38 33 33.

Nicolas Rossard : cap sur le sommet du TVB

#EPJTMV Le TVB ne cesse de progresser. Retour sur la carrière d’un de ses joueurs les plus prolifiques, Nicolas Rossard.

« J’ai commencé à jouer au volley- ball parce que presque toute ma famille pratique ce sport », explique Nicolas Rossard. S’il s’intéresse au tennis et au football, c’est le volley qui a finalement gagné son cœur.

C’est à l’âge de 14 ans que tout débute pour ce jeune joueur. Tout d’abord à Bordeaux où il suit un cursus sport-études puis à Toulouse où il démarre sa carrière professionnelle. Le jeune libero (1,83 mètre) devient rapidement vice-champion de France de volley, d’abord avec les Spacers en 2016, puis une deuxième fois avec Paris l’année suivante.

« Le TVB, meilleur club de France »

Il connaît ensuite une courte parenthèse étrangère, en Pologne dans le club de Stocznia Szczecin puis dans celui de Berlin, avec lequel il remporte le championnat d’Allemagne.

Fort de ce succès, il revient en France avec de nouvelles ambitions. « J’ai intégré le TVB car c’est le meilleur club de France », a-t-il déclaré. L’objectif est clair pour Nicolas : « Je souhaite gagner le championnat de France. »

S’il compte bien poursuivre ses études d’ingénieur en informatique dans l’optique de préparer sa retraite sportive, il ne perd pas de vue sa priorité actuelle : sa carrière de volleyeur.

Texte : Brice Le-Doux-Saramalet / Photo : Chadi Yahya, étudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Au Café-concept, on sert au plateau !

Place de la Victoire, le Court-Circuit a laissé la place au Café Concept. Un restaurant – mais pas que – qu’on a décidé de tester pour vos beaux yeux… et vos papilles !

En ce jeudi midi ensoleillé, nous avons décidé d’aller tester le Café Concept. À peine entrés, Florence et Cyril Gomez nous accueillent. Au menu ce midi – celui-ci change tous les jours – quatre plats dont un végétarien : « Nous proposons un plat végétarien tous les midis, c’est important ! », insiste Florence.

Pour ce déjeuner, nos papilles découvrent un wok de dinde façon basquaise et ses tagliatelles fraîches et une blanquette de cabillaud accompagnée de son riz basmati. Florence nous avait prévenu en prenant nos commandes : « Ici, on sert au plateau ! Vous aurez vos plats et vos desserts en même temps ».

Servis, nous sommes amusés de voir que ce dernier, en inox, est divisé en portions. Au premier abord, cela nous fait penser à un plateau-repas de cantine, mais seulement d’apparence, parce que gustativement parlant : c’est excellent.

En dessert, le cake au potiron accompagné de son caramel beurre salé nous laisse en bouche un goût de cannelle. Le café-concept tient son pari : revisiter des plats traditionnels pour toutes les bourses. Une sympathique adresse pour manger un bon repas, comme à la maison, entre deux réunions !

Marie Lebrun, étudiante à l’Ecole de journalisme de Tours (EPJT)


> Le service brasserie ne se fait que pour le déjeuner. Il existe trois formules pour le midi allant de 9,50 € à 17 €. Boissons en supplément. 

> C’est où ? 16 bis place de la Victoire, à Tours. Ouvert du mardi au dimanche de 8 h à 19 h. Contact au 02 47 77 94 35 ou par mail au contact@lecafeconcept.fr 

Les Z’Imbert et Moreau : « Les petits colibris de l’écologie musicale »

Le groupe les Z’Imbert et Moreau s’est formé en 1967. Très engagés dans l’éducation des enfants, Françoise Moreau et François Imbert ont également participé aux luttes écologistes.

« Notre engagement pour l’environnement a commencé il y a déjà très longtemps », se remémorent Françoise Moreau et François Imbert. Dans la cuisine, attablés devant la grande baie vitrée qui mène au jardin, ils replongent dans leurs souvenirs.

En plus de cinquante années de carrière, les chanteurs du groupe Les Z’Imbert et Moreau sont toujours restés concernés par les enjeux écologiques. Pionniers dans l’élaboration de chansons dédiées aux enfants, ils ont très vite décidé d’intégrer un de leur combat dans l’élaboration des textes. Leur nouvel album « Magique ! » est sorti le 20 septembre 2019.

« Des chanteurs concernés »

« Le choix de mettre le titre Tout va bien en première place n’est pas anodin. Tout le monde s’emporte contre la petite Greta (Thunberg, Ndlr) alors qu’elle est magnifique à tenir tête à tous ces vieux politiques », explique François. La chanson présente un monde qui ne tourne plus très rond et dont le refrain « Tout va bien », entonné gaiement en chœur par des enfants, accentue l’ironie.

« Nous sommes des chanteurs non plus engagés, mais concernés. Nous avons des petits enfants de 10 et 15 ans qui sont très sensibles à ces questions. » Françoise explique que leurs propres enfants, Jérémie et Corentin, qui sont aussi membres du groupe les Z’Imbert et Moreau, avaient essentiellement des jouets en bois. François se lève pour aller chercher les albums qui sont très utilisés par les enseignants dans les écoles. La pile est impressionnante.

« La lune saigne », en 1976, « La baleine au supermarché » en 2001, « Les éléphants » en 2009, sont autant de titres qui traitent d’enjeux écologiques. « Pierre Rabhi a théorisé cette idée du petit colibri que je reprends un petit peu dans ce que nous faisons. Depuis des années, nous semons des petites choses pour que les enfants et les parents se les approprient », précise François.

La conjoncture environnementale ne laisse pas les Z’Imbert et Moreau très tranquilles. Tous deux m’invitent à les suivre dans le salon où François lance son lecteur vinyle. « Nous allons replonger dans une époque hippie », plaisante-t-il, avant de lancer leur première chanson engagée, sortie en 1970, « Vivre et survivre ».

Tandis que leurs voix, d’une autre époque, entonnent conjointement un pamphlet musical contre les centrales nucléaires, François glisse : « Cette chanson est passée une fois sur France Inter à midi moins deux. La personne qui l’a diffusée a été virée pour cela. C’est un combat de longue durée et tant mieux si ce sont les jeunes qui se mobilisent aujourd’hui. »

Textes : Fabian Lavalade / Photo : Sophie Podevin
Etudiants à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

> www.les-zims.com

 

Redécouvrir la nature avec Couleurs Sauvages

L’association Couleurs Sauvages, basée à La Riche près de Tours, propose des activités pour sensibiliser la Touraine aux grandes problématiques environnementales locales. Des actions et des ateliers sont notamment proposés aux jeunes, jusqu’à 18 ans.

Avec 427 interventions pour sensibiliser plus de 9 200 personnes en 2019, l’association Couleurs Sauvages a mené de nombreuses opérations. Les trois quarts d’entre elles, concernent les jeunes entre 0 et 18 ans.

Créée en 2004, l’association a pour but de valoriser le patrimoine naturel de la région Centre- Val de Loire. Elle organise des animations en pleine nature, tout en soutenant les initiatives écologiques.

« Nous éduquons à l’environnement en stimulant l’imaginaire, le sensoriel et le ludique », explique Nathalie Blanc, éducatrice à l’environnement et coordinatrice de l’association. « Nous aiguisons la sensibilité de ces jeunes à des thèmes comme la faune, la flore, l’eau, l’air, le sol, les énergies, les modes de consommation… ».

Intervenir auprès des scolaires

Le but ? Montrer aux jeunes que la nature est belle et porteuse de bien-être. Positive, l’éducatrice nature estime que beaucoup de jeunes sont très intéressés par la cause environnementale. « On ne peut pas dire qu’ils ne comprennent pas ce qu’il se passe », précise-t-elle. Elle explique avoir rencontré un public « hyper motivé » et « prêt à faire beaucoup pour agir en faveur de la nature ».

Si Couleurs Sauvages intervient souvent dans les écoles primaires et les collèges, elle ne souhaite pas exclure les adultes : « On ne peut pas mettre le sauvetage de la planète seulement sur les épaules des jeunes, c’est l’affaire de tous ».

L’association met ainsi en place des sorties natures, des ateliers et des stages destinés à tout âge. Pour s’organiser et agir efficacement, l’association est présente au sein du réseau régional pour l’éducation à l’environnement : Graine Centre-Val de Loire. Ce regroupement permet aux éducateurs de travailler conjointement et de pouvoir élargir leur champ d’action dans la région. Au niveau local, elle fait également partie du Réseau d’éducation à l’environnement d’Indre-et-Loire (REE 37). Celui-ci regroupe des associations œuvrant pour la cause environnementale dans le département.

« À Tours, la population est en partie sensibilisée, cependant, nous sommes bien conscients que chacun fait ce qu’il peut en fonction de ses moyens », déclare-t-elle. Ainsi, Couleurs Sauvages tente de rassembler, chaque année, des financements auprès de la région et de la métropole afin de proposer « un maximum d’actions gratuites » en fonction de la demande.


Textes : Rachel Herman et Amel Zaki / étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)
Photo : Association Couleurs Sauvages

Horoscope WTF spécialement écrit (oui encore) par les étudiants en journalisme

#EPJTMV L’astrologue de tmv étant encore en congés dans sa villa aux Seychelles, ce sont les étudiant(e)s de l’Ecole publique de journalisme de Tours qui ont pris la relève. Voici leur horoscope rien qu’à eux !

Bélier

Amour

S’aimer soi-même c’est un
bon début.

Gloire

Vous gagnerez une partie
de fléchettes et ne paierez pas votre
tournée.

Beauté

La seule beauté durable est
la beauté du coeur. Qui a dit que les
Béliers n’étaient pas romantiques ?

Taureau

Amour

Vous pouvez draguer une
fois, vous pouvez draguer deux fois,
Vous pouvez draguer quinze fois…
vous n’avancerez toujours pas.

Gloire

On récolte que ce que l’on
sème. Une courgette, donc.

Beauté

Halte. C’est un début de
calvitie qu’on vous voit-là. Mettez de
l’huile de ricin, ça marche bien.

Gémeaux

Amour

Apollon, vous faites le fanfaron
mais gardez cet adage à l’esprit,
un tu l’as vaut mieux que deux
tu l’auras.

Gloire

Petits chanceux que vous
êtes, Pluton va vous brancher avec
Jimmy Neutron.

Beauté

L’originalité c’est bien. Mais
peut-être pas tous les jours.

Cancer

Amour

Ainsi disait le grand philosophe
Roméo Elvis, « une de perdue,
une de perdue, autant dire les choses
comme elles sont… »

Gloire

Les seuls billets que vous allez
compter sont ceux du Monopoly.

Beauté

Le verdict de Cristina Córdula
: « Ma chérie c’est pas possible.
On va vous préparer psychologiquement
mais ça va être dur. »

Lion

Amour

Fuis-moi je te suis, suis-moi
je te fuis, l’adage ne marche pas quand
on s’appelle Jean-Michel Toutseul.

Gloire

Hier vous étiez Jean-Michel
Torché, aujourd’hui vous serez
Jean-Michel Banqueroute.

Beauté

Conseil de Jean-Michel
Atrobu : Deux demis, deux vomis et
hop au lit.

Vierge

Amour

Pour trouver l’amour
évitez les Lions, les Sagittaires,
les Poissons, … ah bah en fait évitez-
les tous !

Gloire

La routourne va tourner,
mais pas tout-tout de suite.

Beauté

La constellation Cristina
Córdula est de retour, « C’est
pas possible là, vos sourcils c’est
la forêt amazonique. »

Balance

Amour

La constellation de Lomepal
vous indique que dans votre caleçon
c’est plus chaud qu’au Népal.

Gloire

Né pour briller, vous allez
devoir imposer vos idées.

Beauté

Le lever de coude ne fera
pas gonfler vos biscottos.

Scorpion

Amour

Si ça ne marche pas à deux,
essayez à trois !

Gloire

Laissez les emplois fictifs
aux assistants parlementaires.

Beauté

Les jaloux diront Photoshop.

Sagittaire

Amour

Votre mec assure, votre mec
assume, votre mec est pur, il vous
trompe pas, j’en suis sûre…

Gloire

Vous n’êtes pas dans un hémicycle.
Quand vous n’êtes pas là, on
le voit.

Beauté

Miroir, miroir, dis-moi qui
est la plus belle ? Pas encore vous.

Capricorne

Amour

Pas de bol pour vous, les
astres ne sont pas alignés. Vous pourrez
tout tenter, mais il/elle finira par
se barrer.

Gloire

N’est pas Steve Jobs qui veut.

Beauté

Vous regrettez déjà de vous
être fait tatouer le prénom de votre
conjoint(e).

Verseau

Amour

Le légendaire Hervé Bazin
écrivait « une vie sans amour, c’est une
vie sans soleil »

Gloire

Tu sens l’ouragan arriver ?

Beauté

Vous êtes trempés de la tête
aux pieds.

Poissons

Amour

« Femme qui rit à moitié
dans ton lit » : il vous faudra choisir
laquelle.

Gloire

Les brosses à dents se
changent tous les deux mois. À bon
entendeur.

Beauté

Soyons honnête, vous n’êtes
pas au top… Heureusement il vous
reste encore 342 jours pour vous perfectionner
un summer-body de qualité.

Biodivercity, l’apiculture… urbaine !

#EPJTMV La disparition des abeilles est une problématique environnementale préoccupante. Anne Desnos et Laurie Dufrenne sont apicultrices au sein de l’association Biodivercity qui propose des ateliers de sensibilisation à la vie de la ruche.

« Je vous propose d’aller chercher les tenues, nous allons aller sur le rucher. » Ce vendredi 17 janvier, Anne Desnos et Laurie Dufrenne animent le « Club Api » de l’association Biodivercity.

Dans le domaine du Château de Taillé à Fondettes, l’association possèdent sept ruches dont les salariés s’occupent toute l’année. Le « Club Api » se réunit une fois par mois pour former à l’apiculture une poignée de volontaires.

La mission du groupe aujourd’hui : bricolage d’hiver et visite des ruches pour vérifier que les abeilles vont bien. Sur le chemin, Laurie explique : « Pendant la période hivernale, les abeilles sortent peu. Elles sont en période d’hibernation et consomment leurs réserves dans la ruche. »

Ne pas déranger les butineuses

Laurie est apicultrice depuis dix ans. Elle a commencé sa formation sur le terrain en Allemagne, en production biologique de miel. Elle s’est rapidement tournée vers les associations jusqu’à intégrer Biodivercity en 2014. Ce qu’elle aime le plus, surtout dans « ce contexte de difficulté pour l’environnement, c’est sensibiliser et faire connaître le rôle de l’abeille dans l’environnement ».

Concernant les ruches, les deux animatrices insistent sur la nécessité de ne pas déranger les butineuses et de ne pas ouvrir les ruches si ce n’est pas nécessaire. Le parcours d’Anne Desnos jusqu’à l’apiculture est différent. Elle a intégré l’association en 2017 pour un service civique et ne l’a pas quittée depuis. « Je me suis formée sur le tas, à Biodivercity », confie-t-elle.

« J’ai longtemps eu un projet d’animation autour de l’environnement. J’ai un lien très fort avec la nature et il est très important pour moi de le partager pour la protéger. »

Sur le rucher, les deux animatrices expliquent au groupe comment s’assurer que la ruche est en bonne santé. Il faut la peser et vérifier les réserves de nourriture. Les volontaires écoutent attentivement mais toujours dans une ambiance détendue.

Pendant cette séance, aucune n’a eu besoin de nourriture (du sucre) supplémentaire. Les deux animatrices mettent en place une approche douce de l’apiculture. Pour Laurie, « le consentement doit aussi être avec les abeilles. Il faut comprendre les abeilles et ne pas déranger les colonies nerveuses par exemple. » Elle confie, avant de partir, que grâce à ce métier, elle a « appris à avoir une certaine humilité face à l’abeille ».

Texte : Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault, étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> En savoir plus sur l’association Biodivercity : www.biodivercity.fr

 

A la Gloriette, les enfants s’interrogent sur l’urgence climatique

Au parc de la Gloriette, des élèves de CM2 sont invités à s’interroger sur les questions liées à l’urgence climatique à travers diverses activités. C’est aussi l’occasion pour ces enfants citadins de sentir et déguster les plantes de saison.

« Vite, vite, vite mon équipe » s’exclame Lucien, 10 ans. Un questionnaire dans une main, un crayon de bois dans l’autre, l’atelier climat commence pour la classe de CM2 de l’école André-Gide. Pendant deux heures, les 25 enfants vont participer à différentes activités.

Au programme, questionnaire sur l’hiver, dégustation de plantes aromatiques et visite de la serre du parc. Ce jeudi 16 janvier, leur terrain de jeu s’étend sur deux parcelles du potager de la Gloriette. Leur mission ? Identifier les plantes, les légumes et les animaux typiques de la saison hivernale. Par groupe de trois, les élèves déambulent en remplissant leur questionnaire.

L’animal phare de la matinée est le ver de terre. Anis le ramasse en premier avant de le montrer fièrement à ses camarades. « Touche, touche, touche ! », dit-il au petit groupe qui s’est formé autour de lui. Intrigués, les enfants tendent timidement leurs mains.

Après vingt minutes, Sophie Legland, l’animatrice de la Gloriette en charge de l’atelier, rassemble les élèves. « Qu’estce que vous avez répondu pour la météo du jour ? » Aussitôt, les mains se lèvent et les réponses fusent. « Froid », « nuageux », « soleil », réagissent les enfants. Sophie Legland leur explique alors que le climat est relativement doux avec une température de 10° C, plus du double de la température moyenne pour la saison.

« Rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie »

« Regardez, un ver de terre qui marche ! », s’exclame un élève. Une nouvelle fois, le lombric vole la vedette à l’animatrice. Pendant un an, la classe de CM2 va participer à différents ateliers autour du climat. Tantôt dans leur classe, tantôt à la Gloriette. Une initiative de leur enseignant, Stéphane Burel, pour qui « il est intéressant de rassembler des enfants d’un milieu urbain autour d’un projet commun lié à l’écologie ».

Leur vision du réchauffement climatique témoigne de leur vie citadine. Lors de leur deuxième séance en décembre, Sophie Legland a présenté à sa classe plusieurs photos liées au dérèglement du climat : des embouteillages, des radiateurs, des catastrophes naturelles ou encore des panneaux solaires. Instinctivement, la plupart des élèves se sont tournés vers des images de pollution ou de déchets.

Avant les vacances de Noël, Sophie Legland était venue dans la classe des CM2 pour un atelier bouture. Le but était qu’ils se questionnent sur l’effet de serre. La moitié de la classe a réalisé un pot avec un couvercle et l’autre moitié a laissé la plante à l’air libre.

Tous les matins, les élèves suivent le même rituel ; après avoir regardé Arte journal junior, ils observent l’évolution de leurs boutures. « Des élèves jouent les jardiniers dans la classe et s’occupent des plantes tous les jours », précise leur professeur. Il est maintenant l’heure pour les élèves de se rendre dans la serre, pour enfin comprendre ce qu’est ce fameux effet de serre.

Mais avant, petit détour par le potager où une dégustation de plantes aromatiques s’improvise. Devant la lavande, les réactions ne se font pas attendre : « Ça se mange ça ? » Sophie Legland répond par la négative et les invite à sentir la plante. Quelques mètres plus loin, le groupe s’arrête devant un plan de légumes. Ici, l’animatrice leur fait goûter des feuilles de céleri. D’abord sceptique, « ça se mange cru ça ? », demande l’un deux, les enfants se prêtent finalement au jeu. Souriant, ils semblent avoir apprécié.

Avec le froid qui commence à se faire sentir, les enfants sont de plus en plus pressés d’arriver à la serre. Une fois à l’intérieur, ils découvrent l’espace et observent avec attention les différentes plantes qui y poussent. L’animatrice les rassemble devant les plantes aromatiques. Persil, origan, basilic… Les enfants poursuivent leur dégustation.

Avant qu’ils retournent à l’école, Sophie aborde la problématique de l’effet de serre. Les accessoires sont de mises : globe terrestre, saladier, lampe torche et tableau. Les enfants se concentrent et écoutent avec attention. Sophie aborde le parcours des rayons du soleil et des rayons infrarouges avant de demander aux enfants quels sont les gaz à effet de serre. Les réponses sont diverses : CO2, O3, CH4 ou encore N2O. L’animatrice est bluffée.

Le mois prochain, ils se transformeront en petits rats de laboratoires pour comprendre les effets du réchauffement climatique à travers des expériences chimiques.


Enquête : Mélanie Guiraud et Cassandre Riverain / Photos : Jeanne Gerbault
Étudiantes à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

TMV du 22 au 28 janvier 2019 (spécial EPJT)

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2020/01/TMV_A_20200121_TMV_001_T_Q_0-BD.pdf

Et voilà le deuxième numéro de tmv intégralement réalisé par les étudiant(e)s en journalisme de Tours ! Le fil conducteur ? L’écologie et les bonnes idées pour se mettre au vert avec, au programme, l’apiculture en ville, des musiciens écolos, des ateliers à la Gloriette ou encore l’association Couleurs Sauvages. Pour le reste, retrouvez également Le Innocents, le début de la campagne des municipales et la suite de notre série Tmv vous coache !

Quinte de toux dans le tennis

Comme chaque année en janvier, le monde de la petite balle jaune débarque à Melbourne pour l’Open d’Australie. Mais attention cette année, l’homme à suivre ne s’appelle pas Nadal ou Djokovic, mais bien Brayden Schnur.

Comment suivre un joueur qui ne jouera pas le tournoi (car non qualifié) me direz-vous ? C’est très simple. Il ne vous aura pas échappé que l’accueil de ces millionnaires en tenue de sport (et d’un milliardaire depuis deux semaines : bravo Roger Federer !), a été éclipsé par les flammes destructrices qui ravagent l’Australie.

Écoutez la toux des joueurs sur les courts à cause de la qualité de l’air. Sentez le malaise s’installer en imaginant les forêts calcinées non loin de Melbourne, alors qu’ici, on joue au tennis.

Mais écoutez plutôt les grands joueurs répondre, hésitants, aux questions qui leurs sont posées sur la légitimité du tournoi dans ce contexte. Brayden Schnur (103e ATP) s’est posé en porte-parole de ce malaise et a récemment déclaré : « Federer et Nadal ne pensent qu’à eux ».

Jules Liévin

Les Innocents : « Nous voulions retrouver cette complémentarité musicale »

#EPJTMV Les Innocents reviennent avec un sixième album : 6 ½. 22 ans après leur dernier passage à Tours, le groupe de pop français se produira à Joué-lès-Tours le 25 janvier prochain.

Les Innocents seront en concert à l’Espace Malraux, le 25 janvier (Crédit Yann Orhan)

Quatre Victoires de la musique, un Bus d’Acier, un disque de diamant avec Fous à lier (1992)… Les Innocents ont marqué leur génération. Lors de leur séparation en 2000, le groupe comptait quatre membres. Mais en 2013, Jean-Christophe Urbain et Jean-Philippe Nataf (tous deux chanteurs et guitaristes) ont décidé de faire renaître le groupe en revenant cette fois en duo.

« Avec Urbain, nous voulions retrouver cette complémentarité musicale qu’il y a entre nous », raconte Jean-Philippe Nataf, fondateur du groupe en 1982. Depuis leur premier grand succès en 1987 avec le single Jodie, Les Innocents restent fidèles à leurs influences. « Ceux qui nous inspiraient quand nous avions vingt ans nous inspirent encore aujourd’hui. Je pense notamment à Bob Dylan, The Clash ou Paul McCartney. »

« L’industrie musical a évolué »

Celui que l’on surnomme “Jipé” (Jean-Philippe Nataf) confie être aussi un fan de musique moderne : « J’écoute beaucoup de musique brésilienne, éthiopienne et même du rap américain ! » Ils restent, malgré tout, attachés à leur style musical de prédilection avec une direction “pop” anglo-saxonne en langue française.

« L’industrie musicale a évolué : l’offre est incroyable et la musique gratuite. Il n’y a plus la même rareté. Nous voyons le monde avec des yeux de vieux », s’amuse J-P Nataf. Même si tout a changé, eux, ont décidé de faire comme avant : « C’est comme si nous étions des pâtissiers et que nous avions fermé boutique puis rouvert. Tout est pareil, mais nous prenons encore plus de plaisir », raconte-t-il.

Une authenticité qui paye. En 35 ans de carrière, ils ont fidélisé un large public qui ne manque pas l’occasion de venir les écouter pour découvrir leurs nouvelles créations ou se remémorer des souvenirs de jeunesse. « Nous avons accompagné la vie du public dans ses joies et ses tristesses. Nous sommes dans un partage joyeux. Notre musique s’écoute avec les gens que l’on aime ».

Rachel Herman

> A 20 h 30, le 25 janvier. Espace Malraux de Joué-lès-Tours. Tarifs : de 17 € à 34 €. Billetterie : 02 47 53 61 61. Réservez rapidement.

 

Municipales : c’est le top départ !

Alors que les élections municipales approchent, la campagne s’est lancée avec un premier grand débat, mercredi dernier, à Tours.

Le débat a réuni plusieurs candidats aux municipales (Photo Sophie Poidevin)

Les faits

Mercredi 15 janvier à 19 h, s’est tenu au Centre de vie du Sanitas, le premier grand débat des municipales de Tours. Une soirée organisée par cinq étudiants de deuxième année de l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT). La rencontre réunissait quatre candidats au siège de maire : Xavier Dateu (centre-droit), Benoist Pierre (LREM), Emmanuel Denis (EELV – PS – LFI) et Claude Bourdin (C’est au Tour(s) du peuple).

Un seul manquait à l’appel : le maire sortant Christophe Bouchet, justifiant un « problème d’agenda ». Un événement qui a intéressé de nombreux Tourangeaux puisqu’ils étaient près de 200 dans la salle.

Le contexte

Le premier tour des municipales se tiendra le 15 mars prochain. S’ils n’étaient que quatre à débattre mercredi soir, ils sont pour le moment une dizaine à prétendre à la mairie. L’élu succédera à un dernier mandat municipal quelque peu agité. Le débat s’est déroulé dans les règles de l’art : tirage au sort, temps de parole chronométré… Lydia Menez et Léo Juanole, journalistes en formation ont animé la soirée.

Les enjeux

Comme pour chaque débat politique, l’objectif était de confronter les différents candidats aux sujets portant sur le quotidien des Tourangeaux. Quatre thèmes ont été choisis pour animer une discussion parfois enflammée : les mobilités et l’aménagement, la sécurité, la démocratie locale et la métropole. Chacun des candidats a pu donner son avis à propos de la gratuité des transports, du prix du stationnement ou encore des projets municipaux.

Point de vue

Le débat a démarré sur les chapeaux de roue avec la prise de parole inattendue du candidat Mickael Corto, non invité au débat, qui a manifesté son mécontentement. Suite à cela, l’affrontement a démarré avec quelques pointes d’ironie de la part des candidats sur l’absence du maire sortant. Les esprits se sont parfois échauffés autour de la table des invités mais aussi dans le public, sur des sujets de société comme la sécurité, les SDF ou les femmes battues.

Marie Lebrun

AMAP de la Fuye-Velpeau : le succès de la vente directe bio

L’association pour le maintien d’une agriculture paysanne de la Fuye-Velpeau distribue des paniers de fruits et légumes à ses adhérents chaque semaine depuis 2016. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour l’année prochaine.

Le 16 janvier 2020, dans la salle du 4 rue Montesquieu, les habitants du quartier défilent comme tous les jeudis soir et ressortent avec leurs paniers garnis de légumes bio. L’AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) de La Fuye-Velpeau est la seule présente dans le centre de Tours. Elle accueille les 80 adhérents de l’association à partir de 18h30. Deux paniers leur sont proposés : le grand panier à 17 euros et le petit panier à 12 euros. Le paiement se fait chaque trimestre, pour toute l’année, et garantit aux paysans une juste rémunération de leur travail.

En plus de soutenir l’agriculture paysanne, la vente en AMAP s’inscrit aussi dans une démarche de consommation plus saine, locale et de saison.  Toutes sortes de légumes composent ainsi les paniers. Au menu cette semaine : courges butternut, choux blanc, ail, carottes, et fenouil. C’est ce qui plaît à Mireille : « Avec l’AMAP, je découvre des légumes. Ce sont toujours des produits de saison variés ». Des pâtes, du pain, des produits laitiers et d’autres aliments bio et locaux peuvent aussi être commandés chaque trimestre.

Sylvain Le Thuault, maraîcher, est présent depuis le début. Il fournit l’AMAP depuis sa ferme Les bio de l’Isle. Il est à la fois producteur et intermédiaire entre les agriculteurs et les clients. Pour lui, l’AMAP est un moyen de « ne pas vendre ses légumes à des anonymes, de valoriser ses produits et créer du contact humain ».

Un réel engouement 

Pour l’année 2020, le carnet de commandes des paniers est d’ores et déjà rempli. Le projet rencontre un tel succès qu’une liste d’attente a été mise en place pour en bénéficier l’année prochaine. 

Ce système de vente directe s’avère rassurant pour les consommateurs. Beaucoup pensent comme Thierry Bodin, 39 ans et membre de l’AMAP depuis sa création en 2016. Il explique : « Quand je paye, je sais à qui je donne mon argent et pour quels produits j’achète. »  Pour le maraîcher Sylvain Le Thuault, se rendre à l’association le jeudi est aussi une récompense qui lui permet de voir dans quelles assiettes finissent ses produits. « Cela participe à un certain équilibre », précise-t-il.

Si les bénévoles précisent qu’entre les départs et les arrivées d’adhérents, une forme de roulement s’installe ; le maraîcher a choisi de limiter cette année le nombre de paniers disponibles par semaine à 75 . Il envisage éventuellement d’augmenter le nombre l’année prochaine en fonction de la demande. Néanmoins, ils sont beaucoup à préférer que d’autres AMAP se développent au centre de Tours. Comme la retraitée et consommatrice Mireille le précise, « il ne faut pas que cette AMAP devienne démentielle ».

Texte : Lise Lacombe et Théo Hesnard / Photos : Sophie Podevin – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Albane De Voort, la jeune championne sur roulettes

#EPJTMV Le roller ? C’est sa passion. Et tout roule pour elle ! Rencontre avec Albane De Voort.

« Un jour, ma mère m’a emmenée au gymnase pour essayer le roller et ça m’a plu », raconte Albane De Voort. Six ans plus tard, à 13 ans, elle est vice-championne de France en slalom classique et vitesse.

« Aller vite ou faire des sauts, ce n’est pas mon truc. Moi j’aime la danse, le côté artistique avec de la musique. J’aime créer mes programmes et les faire en compétition. »

La jeune sportive a débuté dans une section loisirs aux Nordiks de Touraine. Pour atteindre ce niveau, elle s’est entraînée seule : « J’allais dehors, sur des places ou des parkings. J’ai beaucoup travaillé », confie-elle. Le club s’est développé depuis, ce qui permet aujourd’hui à Albane de Voort et ses coéquipiers de participer aux compétitions nationales.

La vice-championne benjamine a même eu sa place dans l’équipe de France en 2017. Malgré son talent, Albane De Voort ne pense pas à la professionnalisation. « Même si ce serait un rêve, ce n’est pas un sport assez connu pour en faire un métier, relativise-t-elle. Mais plus tard, j’aimerais coacher dans un sport de glisse. »

Coline Davy, étudiante à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Occuper sa retraite en jardinant

Les jardiniers de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde entretiennent 114 jardins dispersés sur cinq sites à Tours. Carottes, tomates, poireaux… Chacun récolte ses fruits et légumes dans une ambiance solidaire et conviviale.

« Quand on se retrouve à la retraite, du jour au lendemain on n’a plus rien à faire. Jardiner, ça prend du temps et ça permet de voir du monde », explique Gérard Goyon, membre de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Au cœur de l’Amicale : entraide et échanges

« Même si on connaît deux ou trois jardiniers un peu égoïstes, tout se passe bien, on organise des repas et des voyages pour se réunir », se réjouit Laurette Forestier. Présidente de l’Amicale depuis cinq ans, elle vérifie régulièrement l’état des cabanes et des jardins sur ses cinq sites à Tours-Nord : Sapaillé, Calais, le Clos-Moreau, Daniel Mayer, Alphonse Lecomte et l’Ile Aucard.

Gérard Goyon et Laurette Forestier s’investissent quotidiennement dans l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Chaque parcelle dispose d’un composteur, une cabane et une réserve d’eau. Le jardinier doit payer chaque année un fermage (un loyer) à la mairie et adhérer à l’Amicale. Chacun est libre de faire pousser ce qu’il veut sur son terrain : carottes, poireaux, pommes de terre, ail, oignon… mais aussi des fleurs et parfois des fruits. « Moi, j’aime bien décorer mon jardin, installer des mangeoires pour les oiseaux », explique Laurette Forestier. Souvent, les jardiniers ont des récoltes trop importantes. Chacun a sa méthode pour écouler ses stocks : « Je laisse mes excès dans une caisse, à l’entrée de mon immeuble », « Je donne ce que j’ai en trop à des associations » racontent Gérard Goyon et Laurette Forestier.

Toute l’année, les jardiniers font pousser fruits et légumes sur leurs parcelles.

Le jardinage demande un investissement important : « Je viens m’occuper de ma parcelle au moins deux heures tous les jours. C’est pour cela que nous sommes beaucoup de retraités », explique Laurette Forestier. Chronophage mais économique, le jardinage est un bon plan, la plupart des adhérents n’ont même plus besoin d’acheter de légumes.

Texte : Alice Porcher / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

On a testé un institut de beauté bio à Tours

Dans le centre de Tours, rencontre avec un institut respectueux de votre peau et de l’environnement.

Un institut entièrement bio ? C’est en tout cas ce que propose Fabienne Gabard dans son institut de beauté situé rue du Rempart à Tours. Chez Essentiel Bio Esthétique, on utilise les produits de la maison du Docteur Hauschka.

Créée il y a 53 ans, la marque allemande s’est exportée à l’international. Selon la gérante, deux mots-clés sont essentiels : « rythme et globalité ». Des produits aux soins, tout est pensé selon ce principe. Les gammes sont conçues à partir de plantes élevées en biodynamie (prise en considération de l’influence des rythmes lunaires et planétaires, NDLR). Labellisés, les produits misent sur l’autocorrection de la peau.

Fabienne Gabard dans son institut.

« Mon institut est à mon image » 

Dans son établissement, un seul mot d’ordre : utiliser uniquement des produits bio et faire des efforts pour que toute la structure soit écologique. Elle a par exemple remplacé les serviettes en coton par des serviettes en fibres qui consomment moins d’eau et d’énergie lors de leur nettoyage et de leur séchage. Des actions mises en place dans le respect des valeurs de leur fournisseur.

En effet, la marque Docteur Hauschka soutient le commerce équitable et tente de réduire son impact sur l’environnement, à l’image de ses produits en verre pour éviter le plastique. C’est ce qui a séduit Fabienne Gabard. Elle tient son goût pour le naturel et le bio de sa mère qui était, nous dit-elle, « allergique à tout ».

Elle travaille seule dans son salon : « Mon institut est à mon image » et fait ses propres choix. Celui de ne pas pratiquer l’épilation en est un. Un choix courageux puisqu’une partie importante de la clientèle est générée par l’épilation. Mais Fabienne ne veut pas céder à cette facilité et veut garder la pratique des soins de visage et de corps au cœur de son institut.

« L’être humain est un ensemble »

Véritable rituel, le soin classique – 130 € – dure deux heures et sollicite tout le corps. Bain de pieds chaud, massage des pieds, relaxation de la nuque, étirements des bras et des jambes… Des pratiques rythmiques se mêlent au soin pour en faire un moment de relaxation justifiant le prix.

Une pratique étonnante mais en accord avec la philosophie de l’établissement : « L’être humain est un ensemble ».  Fabienne vend également les produits de la gamme Docteur Hauschka. Comptez des prix classiques entre 30 et 50 € pour une crème de 100 ml. Du maquillage entièrement bio est aussi en vente (la rédaction de TMV a testé pour vous, voir la vidéo ci-dessous). Fabienne, pinceau en main, vous propose un maquillage sur mesure : « Le maquillage, c’est comme un tableau ! ». A vos palettes !

Texte: Lise Lacombe et Louise Grange / Photos et vidéo : Jeanne Gerbault – étudiantes à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Au Tonnelé, les apprentis sont aux commandes !

Le Tonnelé ? C’est le restaurant pédagogique du CFA, à Tours. Vous pensez bien qu’avec un numéro spécial sur la jeunesse, nous nous devions de tester l’établissement…

Ambiance établissement étoilé au Tonnelé, restaurant d’application de la Cité des formations ! Nous sommes accueillis dans une salle spacieuse aux grandes baies vitrées. Les apprentis de deuxième année en CAP hôtellerie accrochent nos vestes sur des cintres.

Nous sommes conduits à notre table par un élève de 18 ans, Yousuf Hussain, notre serveur attitré pour ce vendredi midi. En cuisine, des jeunes également en deuxième année de CAP s’activent. Ce repas constitue une séance de travaux pratiques pour les apprentis. Quarante couverts pour ce midi, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer.

Le serveur nous propose un apéritif. Nous acceptons bien entendu mais sans alcool… Nous sommes en service ! Ce sera un cocktail de jus de fruits. L’entrée arrive peu après : une assiette de poisson fumé présentée harmonieusement et accompagnée d’un petit pain. Le service est souriant et investi. Les jeunes semblent réussir l’exercice pédagogique supervisé par Mickaël Aupère, formateur du CAP hôtellerie.

Nous enchaînons avec le plat principal : filet mignon de porc rôti et légumes du moment. Le filet mignon fait une entrée remarquée. Sur sa tablette roulante, la pièce de viande arrive entière. Yousuf, avec l’aide de son formateur, découpe notre morceau sous nos yeux et dresse l’assiette avec les légumes encore présents dans la sauteuse. Un service en direct !

Les légumes du moment sont des champignons de Paris, une pomme de terre et une sucrine cuite à la poêle. L’heure du dessert sonne. Une part de pithiviers, le nom chic de la galette des rois, nous est servie. « Si vous avez la fève, il faudra porter la couronne. » Nous voilà prévenus. Nous ne l’avons pas. Ouf !

Après un thé, on passe à l’encaissement. Dix-sept euros, menu et extras compris, un vrai bon plan qui vaut le détour. Prévoyez deux heures de déjeuner pour cet entraînement grandeur nature avec des apprentis appliqués.

Lucie Diat, de l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)


> Tarifs : De 8,50 € à 11 € pour le service brasserie et de 13,50 € à 19 € pour le service restaurant, composé de trois à cinq plats. Les boissons sont en supplément. Le prix varie selon le niveau d’études des apprentis (CAP, brevet professionnel, mention complémentaire).

> À La Cité des Formations (ex-CFA), 8 allée Roger Lecotte, dans le quartier Les Douets à Tours-Nord.

> Ouvert les midis du mardi au vendredi et les mardi et jeudi soirs. Réservation obligatoire au minimum 48 h à l’avance au 02 47 88 51 00 ou par mail à nathalie.boisgigou@citeformation.com.

 

 

Environnement : une licence pro pour l’avenir

#EPJTMV En France, La seule licence professionnelle de médiation scientifique et d’éducation à l’environnement se trouve à l’IUT Jean Luthier de Tours-Nord. Portraits de trois étudiants pour qui la cause environnementale est aussi un métier.

Vingt-quatre étudiants ont été sélectionnés dans toute la France pour apprendre à sensibiliser le public aux causes scientifiques et environnementales. Une licence professionnalisante qui vise à  les former  à développer et concevoir des projets pédagogiques, s’adressant à tous les publics. Si les actions se dirigent majoritairement à destination des écoles, elles ne le sont pas seulement. Pour Sylvie Fortin, responsable de la formation : « Avant les adultes voulaient savoir, désormais ils veulent savoir pour agir ».

Trois étudiants partagent leurs aspirations, leurs parcours et engagements.

Alice Porcher et Théo Hesnard, étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Foodtruck écolo : Adeline Le Goix fait « son truc à part »

#EPJTMV Toutes les semaines, Adeline Le Goix arpente Tours. À bord de son foodtruck « Mon truc à part », elle partage ses plats végétariens et ses valeurs aux quatre coins de la ville.

13 h 30. C’est la fin du service pour Adeline Le Goix dans son foodtruck. Il ne reste plus grand-chose dans son petit frigo. Elle vient d’intégrer à sa rotation le site de l’IUT Jean Luthier, à Tours Nord, tous les mardis midi. Nouvelle sur les lieux, elle ne se fixe pas encore d’objectifs de vente précis. « C’est un peu au petit bonheur la chance pour l’instant », indique-t-elle.

Avec son foodtruck, elle est présente depuis juin 2018 sur quatre emplacements : à la rédaction du journal de la Nouvelle République le lundi, à l’IUT de Tours Nord le mardi, à l’École de la Croix Rouge à Chambray le mercredi et à la fac de Grandmont le jeudi.

Au menu : muffins salés, soupes, quiches aux légumes… Tout ce qu’elle propose est végétarien. Et pourtant, elle ne l’est pas elle-même : « Pas besoin d’être végétarien pour réduire sa consommation de viande et de se sensibiliser à la cause. » Elle fait preuve de pédagogie en partageant avec ses clients son savoir sur les fruits et légumes de saison, comment les cuisiner et toujours avec le sourire.

Adepte de fleurs et plantes sauvages, elle les intègre au fur et à mesure à ses plats. En utilisant uniquement des produits issus de l’agriculture locale, elle « travaille avec des producteurs qui n’ont pas forcément le label bio mais qui s’engagent pour la valorisation de la terre et qui restent respectueux de l’environnement », explique-t-elle. Un réseau qu’elle avait commencé à développer bien avant, en s’investissant d’abord dans la vie associative, écologique, sociale et solidaire.

Écolo et humaniste

Cette ancienne éducatrice spécialisée a travaillé près de dix ans dans la prévention et la demande d’asile, tout en jonglant avec le milieu associatif. Lassée, elle décide de donner à sa vie un nouveau souffle.

Etant intolérante au lactose, se nourrir au quotidien lui revient cher. Pour réduire les coûts, elle passe son temps aux fourneaux. C’est l’élément déclencheur : « Je passais mes journées à cuisiner pour moi, alors autant cuisiner aussi pour les autres », résume-t-elle. Après un an d’hésitation, elle décide finalement de se lancer à son compte. C’est ainsi que « Mon truc à part » est né.

Toujours en adéquation avec son mode de vie authentique et simple, elle ne souhaite pas dégager plus de bénéfices que nécessaire. Son but ? « Pouvoir vivre dignement et rendre [son] activité pérenne. » On lui souhaite une affaire qui roule.

Texte : Alice Porcher et Théo Hesnard / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

L’horoscope WTF spécialement écrit par les étudiants en journalisme !

#EPJTMV Cette semaine, ce sont les étudiant(e)s en école de journalisme qui prennent le pouvoir… et remplacent l’astrologue de tmv. Voici leur horoscope rien qu’à eux !

Bélier

Amour

Vivre libre c’est aussi vivre seul disait Renaud. Vive la liberté.

Gloire

15 appels manqués de ton banquier. Tu vas prendre cher.

Beauté

Arrête d’exploser tes points noirs, on ne voit que ça et c’est dégueu !

Taureau

Amour

Tu fais défiler tous les profils Tinder, même ceux de tes ex

Gloire

La constellation de la moula te conseille de ne pas revenir et de prendre tes affaires.

Beauté

À Noël, on t’a offert des masques de beauté, des gels douches et du parfum. Pense à prendre soin de toi de temps à autre…

Gémeaux

Amour

À priori, c’est mort. Oublie cette personne, tu ne la mérites pas.

Gloire

10/10 pour le superbe vomi de ta dernière cuite. Arrête de boire.

Beauté

Grâce à toi, on sait que le combo raclette-galette des rois, ce n’est pas top pour la peau.

Cancer

Amour

Une licorne a une vie sexuelle plus torride que la tienne.

Gloire

Tu es comme une musique de film porno, tu es là mais personne ne t’écoute…

Beauté

Si tu es triste, ne baisse pas la tête, ça te fait un double menton, c’est horrible.

Lion

Amour

Une discussion s’imposera entre toi et ton partenaire, mais tu bégaieras et tu auras tort à chaque fois.

Gloire

Si tu vois le verre à moitié vide, verse-le dans un verre plus petit et arrête de nous soûler.

Beauté

Arrête d’accuser le père Noël, tu étais déjà gros avant.

Vierge

Amour

Conseil : Prends du temps pour toi. Apprends à te connaître. Car ton partenaire ne va pas tarder à prendre la porte.

Gloire

Conseil : Prends du temps pour toi. Apprends à te connaître. Car ton patron ne va pas tarder à te faire prendre la porte.

Beauté

Conseil : Prends du temps pour toi. Apprends à te connaître. Car ça commence à se voir sur ton faciès.

Balance

Amour

Tes performances sont au plus bas, pense à aller voir un médecin.

Gloire

Ton boss te guette, t’épie, il y a fort à parier qu’il se jette sur toi au détour d’un couloir et te foute à la porte.

Beauté

Après les fêtes, tu te couvres de boutons, de bourrelets et d’autres prépondérances graisseuses.

Scorpion

Amour

Ton date avec un syndicaliste CGT… Échec. On aurait dit Philippe Martinez !

Gloire

Tu t’essaies à la pole dance. Tu ressembles à la viande du kebab du coin qui rôtit sur la broche.

Beauté

Ton animal totem, le blobfish ou le poisson le plus laid du monde.

Sagittaire

Amour

Tu trouveras les réponses à tes doutes dans une chanson de Britney Spears.

Gloire

Arrête de te plaindre de ne pas avoir assez d’argent et continue à faire la queue pour la soupe populaire en silence.

Beauté

Deux mots : coupe mulet.

Capricorne

Amour

Ton couple est aussi en forme que le Tours F.C.

Gloire

Un matin, tu te réveilles au lit, des questionnements plein la tête. Arrête-toi, tu ne réaliseras jamais tes rêves.

Beauté

Tu glisses sur une peau de banane, tu tombes face contre terre et tu te fracasses le nez habilement.

Verseau

Amour

« L’âme soeur » ne signifie pas forcément que tu la trouveras dans ta famille. Cesse de draguer ta cousine.

Gloire

Ta récente conversion au véganisme te donne le charisme d’un navet. Arrête avant qu’il ne soit trop tard.

Beauté

N’hésite pas à utiliser ton abonnement à la salle de sport.

Poissons

Amour

Ta famille en a marre de découvrir un nouveau partenaire à chaque réveillon.

Gloire

Ton boss veut te découper. Sushi.

Beauté

Qu’attends-tu pour te remettre au sport ? 2021 ?

La cavale de Carlos

Plus rien n’arrête le nouveau roi du coup de théâtre. Après avoir visité les geôles japonaises, dans des conditions décrites par sa femme comme inhumaines – à deux doigts de le proclamer juste parmi les justes pour avoir subi un tel affront – Carlos Ghosn se fait la malle en douce pour rejoindre le Liban !

L’ex-patron de Renault-Nissan, libéré sous caution et assigné à résidence à Tokyo depuis avril, a manifestement de la suite dans les idées. Comme un petit sioux, Carlos a trompé la surveillance de ses gardes pour s’enfuir en avion privé en passant par la Turquie. Le lendemain, le 8 janvier, il dénonce devant la presse, visage tendu et traits tirés, un « coup monté » de la part de Nissan. Résultats des courses : le 9 janvier, Carlos est interdit par la justice libanaise de quitter le territoire.

Après avoir traversé la moitié du globe, le voilà coincé à domicile. Le pauvre homme, incompris de tous, est tel un poète romantique désespérant devant la vacuité de l’existence. Une seule solution Carlos : ouvre ton école d’art dramatique !

Marie-Élizabeth Desmaisons

TMV du 15 janvier 2019 (spécial EPJT)

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2020/01/TMV_A_20200114_TMV_001_T_Q_0-web.pdf

Comme chaque année, TMV laisse les clés de la rédac’ aux étudiant(e)s de l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT). Pour ce premier volet (un autre à suivre la semaine prochaine !), le fil conducteur sera la jeunesse tourangelle en 2020. On vous laisse découvrir le travail et les plumes de nos jeunes journalistes !

« C’est un pari risqué de devenir musicien »

#VisMaVille Tours ne manque pas de bars et de salles de concerts pour écouter de la musique. En vous y aventurant, vous pourrez sûrement y croiser Rémy, un jeune bassiste professionnel, qui fait tomber les clichés sur les musiciens bohèmes.

On va faire avec deux amis un concert d’une heure, puis les musiciens présents pourront venir jouer s’ils veulent ! », explique Rémy Rouland en sortant sa contrebasse d’une camionnette.

Ce 8 janvier, le bassiste et contrebassiste intermittent de 23 ans, à l’air timide, reprend les standards de jazz au bar Le Strapontin à Tours. Ce soir, c’est « jam session », une séance d’improvisation musicale. L’ambiance est feutrée, des jeunes côtoient des plus vieux et se détendent autour d’un verre.

Rémy Rouland fait partie des nombreux musiciens très actifs à Tours. Loin de la vie bohème, il renvoie l’image d’un professionnel rigoureux, comme le remarque Jérôme Bonvin, gérant du Strapontin : « Il est très sérieux, on n’a pas besoin de lui courir après. » Originaire du Mans, il découvre la basse à 16 ans dans un groupe de funk. Rémy Rouland arrive à Tours en 2013 pour des études en musicologie.

Sa licence en poche, il souhaite pratiquer davantage. Il entame une formation de bassiste à l’école de musique Jazz à Tours. « J’y ai rencontré beaucoup de musiciens et j’ai commencé à me perfectionner dans le jazz pour devenir professionnel », avoue-t-il.

Ce n’est pourtant pas sans appréhension qu’il s’est lancé. « C’est un pari risqué de devenir musicien. Cela demande beaucoup de travail et le résultat n’est jamais au rendez-vous lorsqu’on débute ». Rémy a pu gagner de l’expérience dans une ville où l’émulation musicale est forte. « Il y a un gros vivier de musiciens à Tours, explique Jérôme Bonvin, avec deux écoles de musique et des salles comme le Petit Faucheux. »

Une aubaine pour les jeunes musiciens, qui peuvent former des groupes, se produire dans plusieurs salles et se perfectionner. « C’est en jouant avec des musiciens différents qu’on se forge, et c’est ce que j’ai trouvé ici », confesse Rémy Rouland. De son point de vue, « Tours est l’une des villes jazz du grand Ouest, avec Nantes et Rennes ».

Que ce soit au Strapontin, au Petit Faucheux ou encore à l’Oxford pub, chaque concert ou jam rassemble une communauté tourangelle de musiciens. « Tout le monde se connaît, il n’y a que des belles personnes à Tours », dit Rémy en souriant. Ce petit monde crée une effervescence qui, selon lui, n’est pas prêt de s’arrêter : « Beaucoup de projets continuent de se mettre en place. Nous sommes des acteurs de la culture, nous avons tous quelque chose à raconter. »

Textes : Victor Dubois-Carriat / Photos : Nathan Filiol et Lucas Bouguet

Mohamed Boumediene, de Chrétiens Migrants : « L’espoir partira seulement quand je serai mort. »

#EPJTMV Dans l’association Chrétiens migrants au cœur du quartier Sanitas, Mohamed Boumediene est devenu indispensable. D’abord aidé par les bénévoles, il s’est ensuite engagé pour soutenir les réfugiés.

Quel a été votre parcours de vie jusqu’en France ?
Mon père était officier de police en Algérie, mais il nous a toujours dit de ne pas entrer dans l’armée ou dans la police. Moi, je n’aimais pas le système corrompu. J’ai reçu des menaces là-bas, et mon pays sortait à peine de la guerre civile. Je suis arrivé en France en 2004.
Je voulais avoir une vie meilleure. Je suis d’abord passé par Reims, puis j’ai été accueilli près de Chinon. En 2012, je suis venu à Tours et mon frère, qui était déjà installé en France, m’a orienté vers l’association. J’ai rencontré Rose-Marie Merceron, la bénévole qui m’a accueilli et, comme elle avait besoin d’aide, je suis resté. J’ai toujours voulu aider les autres, c’est dans ma nature.

Comment se passe votre engagement quotidien au sein de Chrétiens migrants ?
J’accompagne les migrants qui viennent trouver refuge ici. Je sers de traducteur pour remplir des papiers administratifs. L’association avait besoin de quelqu’un qui puisse aider les arabophones qui viennent d’Irak, de Syrie, du Tchad, du Soudan, de Libye ou encore d’Algérie. Je remplis les dossiers de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides, NDLR), je les accompagne à la préfecture, à l’hôpital…
En contrepartie, je suis logé par l’association, qui met à ma disposition un petit appartement. Je fais aussi la vaisselle. Il y a entre vingt et trente personnes qui sont logées par l’association, parfois des familles entières.

Que pensez-vous de la situation dans votre pays d’origine ? Vous voyez-vous retourner en Algérie ?
J’ai définitivement fait une croix sur l’Algérie. Je n’y retournerai plus. Je suis plus utile ici. J’ai de l’espoir mais je ne sais pas vraiment comment les manifestations vont se terminer.
L’espoir, il partira seulement quand je serai mort. La jeunesse porte les espérances du peuple, mais il faut du temps pour changer ce système. Tant qu’ils manifestent par centaines de milliers, on peut y croire. Après tout, l’Algérie est un pays riche, il faut juste arrêter toute cette corruption.

Bastien David, étudiant à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT)

Étudiantes, elles luttent pour l’égalité des chances

Emma Fauquembergue et Aurore Desruisseaux, camarades de promo à Sciences Po, ont des idées plein la tête. Le mot « solidarité » ancré en elles.

La réplique que lui a lancé, il y a deux ans et demi alors qu’elle était en terminale L, sa prof du lycée Vaucanson, est encore gravée dans sa mémoire. « Je venais de lui dire que je voulais faire Sciences Po Paris, elle m’a regardé et m’a dit : “ Allons Aurore, sois sérieuse, tu es à Vaucanson. À Tours. Comment veux-tu réussir le concours d’entrée à Sciences Po. ” Je ne lui en veux pas. Elle avait dit, tout haut, ce que les autres profs pensaient tout bas. »

Vous devinez la suite de l’histoire, Aurore Desruisseaux est aujourd’hui en 2e année à Sciences Po Paris. L’an prochain, elle prendra la direction du Caire, Beyrouth ou Amman pour son premier grand stage. Son objectif : travailler dans la diplomatie ou les relations internationales. Mais en attendant, la jeune étudiante de 20 ans, a fait de la lutte pour l’égalité des chances dans les études son cheval de bataille.

Avec Emma Fauquembergue, camarade de promotion à Sciences Po, diplômée (Bac ES) au Lycée Grandmont, elle a créé, l’an passé, l’associa-tion De l’Indre-et-Loire aux Grandes Ecoles. S’appuyant sur trois constats paralysant : le manque d’information sur les grandes écoles, l’autocensure (« Quand on vient de Tours, on ne peut envisager briller ailleurs »), l’enjeu financier (« Aller à Paris, cela coûte trop cher »), elles ont puisé dans leurs relations et les réseaux sociaux pour fédérer au-tour d’elles et s’attaquer aux préjugés.

« J’ai préparé le concours de Sciences Po Paris en moins d’un an. Quant au manque d’argent pour vivre à Paris, il y a des tas de combines. » Les actions de l’association « se concentrent pour l’instant sur l’information en direction des élèves de première. Les deux étudiantes se sont tournées vers les lycées qu’elles ont connus.

« Grâce à des enseignants de Vaucanson, nous avons pu retrouver d’anciens élèves, aujourd’hui ingénieurs. À travers notre association, ils peuvent aujourd’hui conseiller les jeunes sur la voie à suivre, assure Aurore. »

Emma, elle, partira l’an prochain à Brisbane, en Australie. Après avoir pensé se diriger vers le journalisme, elle réfléchit également à une carrière dans le domaine juridique. Formée à la dure école de la natation – elle était licenciée au club des Enfants de Neptune à Tours –, elle sait ce que l’effort signifie. Outre leurs interventions en lycée, lors de forums d’informations, ou comme courroie de transmission mettant en lien les jeunes avec des étudiants des grandes écoles, Aurore et Emma réfléchissent à un autre vecteur de progression : les concours d’éloquence.

« Les études deviennent de plus en plus orales et s’il y a bien une chose qui définit les origines sociales et les freins qui en découlent, c’est la façon de s’expri-mer, expliquent-elles. Lorsqu’on n’a pas eu l’habitude d’entendre des émissions de radio, de débattre en famille sur un sujet, de défendre un point de vue, cela se sent immédiatement. »

Th. M

À Tours, l’amour est dans les applis

#EPJTMV. À Tours aussi les jeunes cherchent l’amour. Tinder, Fruitz, OkCupid, les applications ne manquent pas. De jeunes tourangeaux parlent de leurs expériences.

Utilisez notre simulateur d’appli de rencontre pour découvrir les témoignages (cliquez sur le portable).

Caroline Frühauf et Émilie Chesné, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Pauline, opticienne tourangelle en mission humanitaire

Opticienne depuis plus de quinze ans dans l’agglomération, Pauline Le Moign s’est déjà rendue quatre fois en Afrique pour des missions humanitaires. Rencontre

Cela fait déjà quelques semaines qu’elle est rentrée. Sa clientèle dans le magasin d’opticien qu’elle dirige au centre commercial La Riche Soleil l’a retrouvée avec plaisir. Un mois plus tôt, en novembre, elle avait laissé entendre qu’elle partait en vacances. Aux plus familiers, elle avait évoqué l’Afrique, le Bénin.

Des vacances ? Façon de parler. Car Pauline, jeune femme de 37 ans, sportive, est impliquée dans l’humanitaire avec l’association Afrique Amitié. Pour la quatrième fois depuis 2010, elle est partie avec Michel Brosseau (fondateur) et Nicolas, un autre opticien, durant trois semaines au Bénin, apportant dans ses valises près de 2 000 paires de lunettes récupérées dans les magasins de l’agglomération pour en faire profiter une population pauvre.

Certes le Bénin, pays encastré entre Togo, Burkina Faso, Niger et Nigéria, est stable politiquement et sur les rails du développement mais dès qu’on parle de soin et de santé, le choc est brutal.

Des vacances pour aider

Au-delà de la notion d’aide, qu’est-ce qui peut bien pousser Pauline à donner ainsi 95 % de ses vacances annuelles pour une telle action ? « Un engagement personnel, sans doute mais je ne peux l’affirmer ainsi. Comme toutes les choses que l’on fait naturellement dans la vie, cela s’impose à moi comme une évidence », affirme-t-elle.

Durant le séjour (quinze jours dans la capitale économique, Cotonou, puis une semaine dans une autre ville, Grand Popo), le trio va accueillir quotidienne-ment, de 8 h 30 à 16 h 30 environ (avec une pause déjeuner) une centaine de personnes, effectuant des examens oculaires au bout desquels ils vendront pour une modique somme d’argent une paire de lunettes avec des verres adaptées à la correction nécessaire.

« Nous par-tons avec 2 000 paires récupérées dans des grands bacs à l’entrée des magasins à Tours. C’est d’ailleurs ainsi que j’avais rencontré Michel Brosseau en 2009. Notre premier travail consiste à réparer les lunettes et à monter des verres retravaillés sur une gamme complète de corrections visuelles. Quant au prix à payer, c’est nécessaire afin d’éviter les trafics. Si tout était gratuit, ce serait un risque », explique-t-elle.

« Ne pas faire de déçus »

Sur place, des relais locaux de l’association s’occupent de l’organisation et de la gestion des files d’attente, notamment. « A Cotonou, nous recevions dans la clinique de la police et à Grand Popo, c’était dans une salle municipale. Dans les premiers jours, tout va bien car la population sait que nous sommes là longtemps. En revanche, la dernière semaine, nous devons être plus vigilants dans la gestion de notre stock pour ne pas faire de déçus. »

Parallèlement à cette activité quotidienne, Pauline, Michel et Nicolas ont pu juger des progrès apportés par l’association. « L’argent qu’on récupère est réinvesti dans d’autres actions parfois immédiates. Nous avons ainsi pu acheter des matelas pour un orphelinat et débloquer des fonds afin de payer des bourses d’études jusqu’à la fin de l’année 2020 pour deux jeunes garçons. Si nous ne l’avions pas fait, leur scolarité se serait arrêtée le 31 décembre. Nous avons également rendu visite à Florencia. Une petite fille devenue aveugle lors d’une opération. Le père a abandonné la mère et les deux enfants. L’association paye le transport lui permettant de se rendre au foyer des aveugles », ajoute Pauline.

Lorsqu’à la fin de notre entretien, je lui pose une nouvelle fois la question sur le sens de son engagement,. Dans un sourire, Pauline me dit : « C’est hyper enrichissant. Bien sûr, ce n’est pas banal, mais je ne m’en rends pas compte. Il y a plein de gens qui s’impliquent dans l’humanitaire. »

Thierry Mathiot

Cat-sitter, un job au poil

#EPJTMV Pour les jeunes la garde d’animaux contre rémunération s’est imposé comme nouveau job étudiant. Amandine Penaranda en a fait sa carrière. Elle s’est spécialisée dans le comportement des félins et a créé son entreprise Chatypique en août dernier.

Un chat qui file entre vos pattes, vous mord à la moindre caresse, griffe les enfants… C’est loin de l’image du petit chaton mignon que vous vous faisiez quand vous avez adopté Croquette.

Amandine Penaranda voit ce genre de cas tous les jours : elle est comportementaliste félins. Elle raconte : « C’était un chat qui mordait une dame et sa petite fille au niveau du visage, des épaules et du cou. Le vétérinaire n’a rien trouvé de particulier. Je n’ai pas encore terminé avec ce chat, mais je pense qu’il y a aussi une part de responsabilité des propriétaires. Dans ces cas, les chats sont souvent brusqués pour avoir des câlins ou quand les enfants jouent avec eux ».

Mais le métier plutôt singulier d’Amandine a parfois des côtés amusants. La jeune femme propose également ses services comme cat-sitter. Elle s’amuse : « Il y a un chat qui est fan des infusions de croquettes. Il adore aller à l’autre bout de la pièce chercher ses deux croquettes puis retourner les plonger dans sa gamelle d’eau avant de les manger ».

 « Je suis tombée sur ce métier par hasard »

Après plusieurs années en tant qu’assistante dentaire, Amandine Penaranda décide d’arrêter cette activité qui ne l’épanouie pas : « Dans ce métier, nous sommes très peu reconnus par la hiérarchie. »

Elle décide alors de créer son entreprise. Sa reconversion professionnelle est le fruit du hasard : « Je voulais faire un métier avec les animaux, je revenais d’un week-end au ski, j’ai regardé ce que je pouvais faire et je suis tombée sur ce métier. »

Elle s’est alors renseignée sur ce job insolite et trouve un organisme de formation, Vox Animae, qui lui permet d’apprendre à lire dans nos boules de poils. Elle éradique les urines intempestives et évite que des chats, considérés comme inadaptés, soient euthanasiés. Au quotidien, il s’agit de donner beaucoup d’amour aux chats dont elle s’occupe, mais aussi d’ « éduquer les humains ».

« Il faut de la pédagogie et un poil de psychologie pour apaiser les relations entre les chats et les propriétaires. » Une philosophie qui ne demande qu’à se développer.

 

 

Pour plus d’informations : site internet de chatypique

Manon Bernard et Emilie Chesné, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

Portfolio : manifestation du 9 janvier

#EPJTMV Ce jeudi 9 janvier a eu lieu la manifestation contre la réforme des retraites. Retour en images sur la mobilisation tourangelle.

Crédit photo : Lucas BOUGUET.
Les jeunes du Parti communiste sont également présents. Crédit photo : Noémie FURLING.
Le camion du syndicat CGT recouvert d’affiches ironiques à l’égard d’Emmanuel Macron. Crédit photo : Lucas BOUGUET.
« Vos étudiants, vous les voulez saignants ou bien cuits ? » Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
« Pour l’amélioration de nos pensions et de nos droits ! Retraite à points, c’est non ! » Crédit photo : Nathan FILIOL.
Mouvement jeunes communistes de France. Crédit photo : Nathan FILIOL.
La jeunesse mobilisée contre la réforme des retraites. Crédit photo : Nathan FILIOL.
Les jeunes et les plus âgés défilent côte à côte. Crédit photo : Nathan FILIOL.
« Qui sème la misère récolte la colère ». Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
Crédit photo : Nathan FILIOL.
Le barreau de Tours mobilisé contre la réforme. Crédit photo : Nathan FILIOL.

« Notre président fait l’autruche »

#EPJTMV La manifestation contre la réforme des retraites a eu lieu ce jeudi 9 janvier en France. À Tours, les manifestants ont battu le pavé, sous le signe de la convergence des luttes. Le cortège comptait 8 000 personnes selon les syndicats, 5 800 selon la police.

Il est 11 h lorsque les manifestants s’engouffrent rue nationale, la banderole en tête de cortège annonce la couleur : « Pour l’amélioration de nos pensions et de nos droits ! Retraites à points, c’est non ! ».

Les manifestants sont nombreux à battre le pavé rue Nationale. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Rue nationale, grève générale

Parmi les manifestants, Clément, étudiant en première année de licence d’histoire à l’université des Tanneurs : « Bougez-vous parce que notre Président fait l’autruche. C’est le moment de se mobiliser, on est jeunes, on a de l’énergie à revendre. » Il est venu ce jeudi 9 janvier pour « combattre ce système des retraites. » Fils de cheminot, il manifeste pour son père, qui en est à son 36ème jour de grève, mais aussi contre la misère étudiante. « Certains de mes potes ne peuvent pas payer leur loyer, le Crous tarde à leur envoyer leurs bourses. »

Au fil de la discussion, Clément explique qu’une partie de la jeunesse ne croit plus en ces manifestations « classiques », type CGT, FO. Clément met en avant un problème de représentativité : « Les jeunes pensent que les manifestations calmes ne changeront rien. Ils se rendent compte que ça ne bouge pas. Je ne suis pas pour la violence mais je peux la comprendre, notamment lorsque des grands groupes sont visés comme Amazon et McDonalds. »

Les jeunes en première ligne de la manifestation. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Les jeunes en première ligne

Dans la foule, se mêlent drapeaux de syndicats, bruits de klaxons et fumigènes multicolores. Sur les visages, les sourires témoignent d’une ambiance bon enfant. Un peu plus loin, Nathan, élève en terminale au lycée Vaucanson (Tours Nord). Il souhaite l’abandon de la réforme des retraites. « J’espère que ça va être un déclencheur pour que le système change ou du moins qu’il s’améliore. Je parle souvent avec mes parents qui ne soutiennent pas les grévistes. Je leur dis régulièrement qu’en ne se mobilisant pas, ils condamnent les générations futures. »

Baptiste, lycéen en première au lycée Paul-Louis Courier, confie : « Personne n’a appris à notre jeunesse à s’impliquer. Je suis aussi là pour lutter contre la précarité étudiante. Ça devient difficile de joindre les deux bouts, certains étudiants sont obligés d’accumuler les petits jobs pour boucler les fins de mois. » Face à la foule, il lance un message aux étudiants en colère : « On est les premiers visés. Si on ne se défend pas, personne ne le fera à notre place. »

Laura Alliche et Paul Boyer, étudiants à l’École publique de journalisme de Tours (EPJT).

 

 

 

 

 

 

 

 

Patricia Barber montre la « voix » du jazz

Elle se fait plutôt rare en France. Mais le 23 janvier, c’est bien à Tours que Patricia Barber, pianiste virtuose et voix majeure du jazz, viendra. Pour voir cette musicienne de Chicago, fille de l’ancien saxophoniste de Glenn Miller, direction la salle Thélème !

Patricia Barber (Photo Jimmy Katz)

« C’est l’une des chanteuses de jazz les plus singulières de ces dernières années. » Ces mots sont gravés dans les pages du Los Angeles Times, sous la plume de l’auteur et critique célèbre Don Hackman. La chanteuse en question ? Patricia Barber. Une jazzwoman, une pianiste, une compositrice, une chanteuse.

Il suffit de laisser certains titres caresser vos oreilles, comme « Muse » ou encore sa reprise du « Black magic woman », pour se laisser bercer par le jazz vocal de la musicienne.
Et pour s’apercevoir que sa partition est riche, que Patricia Barber ne s’interdit rien. Emprunte différents chemins, alterne compos originales et « covers », envoûte avec sa voix grave et magnétique. Probablement des réminiscences de ses débuts comme leader d’un trio jazz dans les minuscules clubs chauds de Chicago, là où elle est née.

De Chicago aux grandes scènes

Cette banlieue de Chicago, d’ailleurs, Patricia Barber l’a rapidement dépassée. Les commentaires élogieux ont fait grandir sa réputation. Ses concerts, comme en 1988 au Chicago Jazz Festival, et ses deux premiers albums dans les années 90 ont contribué à son succès.

Elle qui pratique le piano classique depuis ses 6 ans a fait du jazz sa vie. Un dévouement, même. « J’avais cette musique en tête à longueur de journée », aime-t-elle rappeler. Il faut dire qu’avec un père saxophoniste qui a joué avec l’immense Glenn Miller…

A force de travail et de pratique, Patricia Barber a fini par collaborer avec le légendaire Green Mill. Ce club, dont on dit qu’il a d’abord appartenu à un lieutenant d’Al Capone (jetez un œil au décor, on s’y croirait !), est l’un des lieux-clés du jazz. Elle y passe encore, parfois, aujourd’hui.

Mais d’ici quelques jours, c’est ailleurs que Patricia Barber passera. Salle Thélème, à Tours, plus précisément et en formation trio, s’il vous plaît. Co-organisé par le Petit Faucheux, le concert risque bien d’afficher complet, la jazzwoman étant plutôt rare dans nos contrées. L’occasion rêvée d’écouter un jazz précieux et riche, contemporain et chanté, doté de textes finement écrits, parfaitement ciselés. Bref, le jazz, le vrai.

Aurélien Germain


> Vos places à gagner pour le concert de Patricia Barber trio

Envie d’aller écouter ou simplement découvrir le Patricia Barber trio ? Le concert, organisé par le Petit Faucheux, aura lieu salle Thélème, à Tours, le 23 janvier à 20 h 30. À cette occasion, tmv vous fait gagner des places.

Pour participer, envoyez un petit mail à redac@tmvtours.fr (objet : « jeu Patricia Barber ») avec vos noms et prénoms. Un tirage au sort pour désigner les gagnant(e)s sera effectué aux alentours vers le 17 janvier. Bonne chance !

 

 

Romane, une stagiaire Bibliovore

#EPJTMV Romane, en troisième au collège Paul-Louis Courier, effectue son stage à la librairie le Bibliovore. Elle présente ses coups de cœur littéraires.

 

Romane replace un livre sur l’étagère. Crédit photo : Nathan Filiol.

Romane est une vraie bibliovore, c’est pour cette raison qu’elle envisage de s’orienter dans les métiers du livre ou de l’édition. Passionnée par le fantastique, elle présente sans hésitation les livres qui l’ont marquée.

Le livre…

  • Qui t’a donné envie de faire ton stage ici : Le quatrième tome de la saga fantasy La Passe-miroir de Christelle Dabos. Une fille vit dans un monde sans planète mais constitué d’arches (blocs de terre qui flottent dans l’espace). Elle possède le pouvoir de traverser les miroirs.

 

  • A changé ta vie : Je suis ton soleil de Marie Pavlenko. C’est l’histoire d’une jeune lycéenne qui doit faire face à des problèmes personnels tout en préparant son bac.

 

  • Que tu recommanderais à tes amis : Les Gardiens des Cités perdues de Shannon Messenger. « L’histoire est belle, les personnages sont attachants ».

  • Qui t’a fait peur : Harry Potter et la Coupe de feu de J.K Rowling. « Il ne faut pas le lire dans une pièce tout seul ».

  • Le premier livre que tu as lu : La série Fantômette de Georges Chaulet avec son personnage double. « J’avais adoré ces livres quand j’étais petite ».

  • Que tu as commandé à Noël : Les Sept sœurs de Lucinda Riley. C’est l’histoire d’une famille de six sœurs adoptées. À la mort de leur père, elles trouvent des indices pour remonter la piste de leurs origines. « Je l’ai déjà fini et adoré ».

  • Que tu as préféré : Harry Potter à l’école des sorciers de J.K Rowling. « J’ai commencé à les lire dès sept ans ».

  • Qui t’a fait rire : Les livres de Gilles Legardinier et surtout Complètement cramé ! 

  • Ta saga préférée : Oksa Pollock de Anne Plichota et Cendrine Wolf. Une adolescente se découvre des dons et apprend que sa famille et elle sont originaires d’un autre pays, invisible aux yeux des humains.

  • Que tu as toujours sur ta table de chevet : La bande dessinée Dad de Nob. C’est l’histoire d’un père qui a quatre filles de quatre mères différentes. « Elles lui mènent la vie dure, c’est très drôle ».

  • Ta pièce de théâtre préférée : L’Hôtel du Libre-Échange de Georges Feydeau. « J’ai vu la représentation de la pièce au théâtre ».

  • Ta BD préférée : Entre chiens et loups de John Aggs (adapté du roman du même nom). C’est l’histoire d’un monde dans lequel les gens sont très racistes, particulièrement envers les blancs.

 

Laura Alliche et Caroline Frühauf, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

On a testé pour vous les bons plans soldes

#EPJTMV La rédaction de TMV a testé quelques bons plans pour le début des soldes. Est-il toujours possible de s’habiller sans se ruiner lorsqu’on est jeunes et fauchés ? Nous avons tenté de relever le défi de s’habiller pour moins de vingt euros.

Mercredi 8 janvier, en ce premier jour des soldes, nous allons essayer de nous vêtir de la tête aux pieds pour vingt euros ou moins. Impossible diront certains ? Mission acceptée. Direction rue nationale, les boutiques sont pour la plupart au-dessus de notre budget. Après un bref passage dans la Galerie Nationale, nous rebroussons chemin car les prix nous donnent le tournis.

Mistigriff : le temple des petits prix 

Des chaussettes à petits prix sont en vente dans le magasin Mistigriff. Crédit photo : Noémie Furling.

Un client nous conseille d’aller au magasin Mistigriff, au 90 rue des halles. L’enseigne propose des articles dégriffés à des prix variés. Une fois la porte passée, nous sommes agréablement surpris par l’accessibilité des prix. Au rez-de-chaussée, vous pouvez trouver de belles chaussures à moins de quinze euros, des jupes de toutes les couleurs à six euros, des jeans aux alentours de dix euros. Des bacs sont disposés au premier et au deuxième étages, ils proposent des chaussettes et des sous-vêtements à des prix très raisonnables. Sur un présentoir, vous pouvez acheter des bijoux fantaisie à partir d’un euro.

Une fois sortis du magasin, direction rue de Bordeaux. Le magasin Caravelle propose des jeans à prix cassés. Comptez environ 8 euros. En face, le magasin C’est deux euros est ouvert, bingo ! À l’intérieur, comme son nom l’indique, une pièce suffit pour se faire plaisir. Les choix sont tout de même minces : chaussettes, sous-vêtements et parapluie.

Une friperie branchée et bon marché 

À la friperie Kilo Shop il faut peser ses articles pour connaître le prix. Crédit photo : Noémie Furling.

Dernier stop au magasin Kilo Shop place Jean Jaurès pour ne pas rentrer bredouille. L’intérieur est branché et vintage. Le concept est simple : le client pèse ses articles sur une balance disposée au milieu du magasin, puis il paie en fonction du poids indiqué. Un système de couleur sert à distinguer les prix : le rouge équivaut à vingt euros le kilogramme, le vert à trente euros le kilogramme, le bleu à quarante euros et l’orange à soixante. De quoi rendre heureux chaque client ! Mission réussie.

Notre sentence est irrévocable : il est possible de se vêtir pour moins de vingt euros mais cela au prix de quelques sacrifices. Le temps perdu à crapahuter entre les boutiques ainsi que la qualité discutable des produits peut être un frein pour les acheteurs.

Émilie Chesné et Paul Boyer, étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

 

 

 

 

 

Gymnastique rythmique : par la grâce de Maëna Millon

Elle apprend vite, très vite. Rencontre avec Maëna Millon, jeune prodige de la gymnastique rythmique.

La jeune Tourangelle, junior prodige de la gymnastique rythmique, est entrée en 2019 dans le grand bain des épreuves seniors. Autant le dire, à seize ans, elle apprend très vite.

Entraînée au Pôle national de gym rythmique à Orléans, sous la houlette d’Isabelle Jean et Snejana Maldenova, Maëna Millon a disputé l’an passé les championnats du monde à Bakou (Azerbaïdjan) dans trois des quatre épreuves de la discipline. Pour engranger de l’expérience.

Engagée pour le ruban, les massues et le cerceau, elle doit à un manque de régularité avec le ballon, cette entame… aux trois-quarts. « J’adore mon sport, confiait-elle il y a quelques semaines. C’est un des rares à pouvoir se pratiquer en musique.

Des médailles à tout va

Derrière un gros travail physique, il permet de véhiculer l’émotion. Avec chaque engin, on peut raconter une histoire. J’évoluerai en 2020 sur une musique bulgare avec le ballon, un morceau d’Oscar Benton pour les massues, et Carmen avec le ruban. » Dans une discipline dominée par les Russes et notamment les sœurs Averina (Dina et Arina) ainsi que les Israéliennes (Linoy Ashram), Maëna Millon sait tout le chemin qui lui reste à accomplir pour rejoindre l’élite mondiale.

Toutefois, ses belles prestations lors des épreuves de Coupe du monde 2019 (Minsk et Tartu) sans oublier ses performances aux championnats de France à Créteil, en avril dernier, où elle a pris la médaille d’argent (2e) au concours général et au cerceau, ainsi que le bronze (3e) au ballon, alors qu’elle rendait quelques années à la plupart de ses adversaires, lui ouvrent de belles perspectives.

Et si le visa olympique pour les JO de Tokyo, début août, ne devrait pas échapper à Kséniya Moustafaeva côté français, d’autres rendez-vous, comme les championnats d’Europe à Kiev, en mai, sont au programme de la Tourangelle… si elle parvient à décrocher son ticket lors des tests à l’Insep, début février.

Thierry Mathiot

Service civique : Un engagement pour soi et pour les autres

#EPJTMV Le Bureau Information Jeunesse (BIJ) d’Indre-et-Loire organise une réunion d’information sur le service civique le 8 janvier 2020. Quatre jeunes volontaires expliquent pourquoi ils se sont engagés dans cette voie.

 

Le service civique s’adresse à des jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent s’engager dans des missions d’intérêt général, en France ou à l’étranger. Selon Chloé, animatrice au BIJ « il permet aux jeunes de réaliser une mission tout en les accompagnant dans leur avenir ». Elle organise une rencontre d’informations le mardi 8 janvier 2020. Les participants sont invités à présenter et échanger avec les autres jeunes autour de leurs projets.

Quatre jeunes sont volontaires au BIJ. Ils parlent de leur engagement.

 

 

Infos : Réunion au BIJ, mardi 8 janvier 2020 de 14h à 16h.  57 avenue de Grammont, 37000 Tours

Émilie Chesné et Caroline Frühauf, étudiantes à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Ambiance décontractée à l’auberge de jeunesse de Tours

#EPJTMV L’auberge The People Hostel, ouverte depuis octobre 2019, accueille des touristes du monde entier et met à l’honneur l’univers du cyclisme.

Rencontre avec Émilie Lebreton et Alexandre Giroux, les deux gérants à l’initiative de la nouvelle auberge de jeunesse tourangelle The People Hostel. À peine passé la porte d’entrée, le monde du cyclisme saute aux yeux. L’atmosphère se veut décalée : vélos accrochés aux murs, maillots du Tour de France encadrés… Alexandre Giroux, lui-même cycliste et fan de vélo de route, est à l’origine de la décoration.

Des clients du monde entier  

« On préfère parler d’hostel que d’auberge de jeunesse, notre modèle s’inspire de l’international », confie Émilie Lebreton. Les clients sont de diverses nationalités (Américains, Canadiens, Asiatiques). Contrairement à leurs attentes, les gérants constatent une clientèle assez variée : « Nous pensions recevoir essentiellement des « backpackers », de jeunes baroudeurs parcourant le globe. Finalement, nous accueillons des familles mais aussi des salariés qui viennent travailler à Tours. Le cadre est moins froid qu’un hôtel traditionnel. » Le bâtiment appartient à la mairie de Tours, à qui les deux jeunes gérants versent un loyer chaque mois : « En reprenant la franchise de The People Hostel, nous gardons tout de même une indépendance en ce qui concerne les choix d’agencement et de décoration. »

Alexandre Giroux (à gauche) derrière le comptoir du bar « Étape 84 ». Crédit : Lucas Bouguet.

Le vélo roi de la déco

Émilie Lebreton évoque le partenariat de l’auberge avec des artisans de vélos de route sur-mesure haut de gamme (CYFAC). Situés à trente kilomètres de Tours, ce sont les derniers constructeurs de cadres de vélos artisanaux qui existent encore en France.

Le premier jeudi du mois, c’est afterwork à The People Hostel de 19 h à minuit. Au menu : vin local et bières belges. La carte du restaurant Étape 84 – qui fait référence au numéro de la rue de Grammont – propose principalement des produits faits maison, locaux et régionaux. See you soon !

Laura Alliche et Paul Boyer, étudiants à l’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT).

TMV du 8 au 14 janvier 2019

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2020/01/TMV_A_201200107_TMV_001_T_Q_0.pdf

Et c’est reparti pour une année ! Pour 2020, Tmv a décidé de s’intéresser à ces belles personnes qui font rayonner la Touraine et aident les autres, sans oublier l’horoscope spécial 2020, et notre nouvelle rubrique où l’on coache des lecteurs ! Bonne lecture et surtout belle et heureuse année.

Votre horoscope WTF pour l’année 2020 !

L’horoscope de 2020, avec plein de prédictions super cool et super vraies (si, si, on ne ment pas)

Bélier

Amour

Rappelez-vous de votre première fois… C’était bien, hein ? Ben ça n’arrivera plus jamais.

Gloire

Bon… Pas sûr sûr, mais je crois que vous irez au bout de vos rêves, tout au bout de vos rêves, où la raison s’achève.

Beauté

En 2020, vous vous découvrirez une passion insoupçonnée pour les sous-vêtements en pilou pilou.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Une truie. Car vous avez le même rire.

Taureau

Amour

Cette année, vous vous essayerez à la relation libre. Sauf que votre moitié ne sera pas au courant.

Gloire

Faute avouée… bah faute pas pardonnée, faute avouée qu’on vous dit bande de larves.

Beauté

Votre tête de croque-lardon ne vous apportera pas que des amis cette année.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Le ver solitaire, ce formidable animal de compagnie pour petits et grands.

Gémeaux

Amour

En 2020, vous retournerez auprès de votre ex. Puis mariage. Puis nuit de noces pourrie. Puis 3 gosses, dont un qui s’appellera Jean-Eudes et sera fan d’Hanouna. Votre vie est foutue.

Gloire

Telle la vieille clope écrasée, vous renaissez de vos cendres.

Beauté

« Si tu pisses contre le vent, le vent te pissera dessus. » N’oubliez jamais ce chouette adage.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un dromadaire. Car vous êtes un vrai chameau avec les gens.

Cancer

Amour

La constellation de U2 vous rappelle que with or withouuut youuuuuu, ben c’est du pareil au même.

Gloire

C’est avec 4 grammes de champagne dans chaque œil que l’astrologue tmv vous annonce que la fin du monde est prévue pour cette année. Eh ouais, mes gnous !

Beauté

Un tatouage de loup, une couette de lit avec un aigle : vous voilà fins prêts, les Johnny !

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un poney shetland. Car la ressemblance entre sa crinière et votre coupe de cheveux est tout de même quelque peu troublante.

Lion

Amour

Ne vous inquiétez pas, la roue tourne. Et elle va écraser bien salement votre ex.

Gloire

Comme dirait Donald Trump (oui, oui) : « Devenir riche est facile. Rester riche est plus dur. »

Beauté

Jour après jour, année après année, vous avez l’élégance d’un veau marin.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Une mouche. Parce que ça emmerde tout le monde, une mouche. Ça fait bzzbzzz, ça sait pas voler, ça se coince dans les rideaux et c’est pas fichu de sortir alors que la fenêtre est grande ouverte.

Vierge

Amour

Si vous changez 9 lettres à « relation amoureuse », ça fait hippopotame. Dingue, non ?

Gloire

Va p’tet falloir vous bouger un peu au travail. On dirait un emploi fictif là.

Beauté

Rien de neuf à signaler de ce côté-là. Vous resterez LE signe canon, THE beauté de l’univers intergalactique of the world et… (fiou, c’est coton d’être lèche-cul)

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un tamanoir. Que vous achèterez en février prochain. Et que vous appellerez Léon.

Balance

Amour

Surprenez votre partenaire. Mangez un bon cassoulet avant d’aller vous coucher et laissez faire le destin.

Gloire

……………………………………………………… (voilà, vous pouvez écrire ce que vous voulez à ma place, au lieu de râler. Roh, c’est infernal les Balances)

Beauté

Vos fesses tirent la tronche. Va falloir se ressaisir pour 2020 !

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un crocodile. Court sur pattes, mais grande gueule. Bref, tout à fait vous.

Scorpion

Amour

Débarrassez-vous de cette chose superflue qui vous stresse. (on parle de votre partenaire)

Gloire

Vous savez, ça se revend sur Internet, les cadeaux de Noël pourris…

Beauté

Votre carrure de bout de bois devrait malheureusement vous fermer quelques portes cette année.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Aucun. Vous n’aimez pas les animaux car vous êtes sans cœur. L’association animaliste PETA va donc venir vous péter les genoux.

Sagittaire

Amour

Cupidon en a plein la couche de vous et vos conneries. Il laisse tomber, désolé mes petites cailles.

Gloire

Avez-vous remarqué à quel point vous étiez un(e) véritable orchidoclaste ?

Beauté

Oh purée… c’est fait exprès ce look ou…??

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Le fameux Urechis unicinctus, appelé communément « poisson-pénis ». Ne nous demandez pas pourquoi.

Capricorne

Amour

Vous avez la libido comme une baraque à frites. Ça va être chaud dans les slips pour 2020, tchikaaaaa !

Gloire

Votre historique Google parle pour vous : vous êtes vraiment un(e) gros(se) dégueulasse.

Beauté

Vous êtes beaucoup trop lent(e) pour ce monde. Mais aussi trop canon. Alors ça passe.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Le hamster. Car comme lui, vous êtes dodu(e), doux/ce, bouffez tout le temps et courez après rien du tout sans raison.

Verseau

Amour

Sachez-le, les jeunes saumons migrent vers l’océan jusqu’à leur maturité sexuelle. (êtes-vous un saumon ?)

Gloire

Vous dormez avec votre solitude. (pfouah, c’est profond, c’est beau)

Beauté

Uranus prédit que vous serez quelque peu patenteux en janvier. Vous ne savez pas ce que ça veut dire ? Bah nous non plus.

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un petit panda. Car c’est tout mignon, tout choupi, tout kiki. Bref, tout votre contraire.

Poissons

Amour

La constellation du Jean-Marie Bigard vous prédit que cette année, ça va rentrer comme dans du beurre.

Gloire

Selon nos calculs, vous alignez votre carrière sur celle de Philippe Risoli. Aïe.

Beauté

Attention aux sushis de santé (Poissons / soucis / sushis, ouaaaaaarf z’avez pigé ?)

VOTRE ANIMAL FÉTICHE POUR 2020

Un paon. Car c’est toujours en train de faire le fier, de se la péter, tranquilou bilou làààà, faire des bruits bizarres. Ouais ouais, vous êtes pareils !

Les voitures-radars privées arrivent en région Centre-Val de Loire

C’est parti… Depuis ce début d’année 2020, le Centre-Val de Loire, aux côtés de deux autres régions, fait place au nouveau système des voitures-radars privées. Ça va flasher…

Depuis le 1er janvier 2020, les voitures-radars privées peuvent circuler. (Photo archives NR)

Les faits 

Depuis le 1er janvier 2020, le Centre-Val de Loire fait partie des trois régions (avec la Bretagne et Pays de Loire) qui mettent en place le système de voitures-radars privées. Si jusqu’à présent, ces véhicules banalisés étaient conduits par des gendarmes, ils peuvent désormais être confiés à des sociétés privées.

Au total, 21 voitures sont mises en service dans notre région. Elles pourront circuler 5 à 6 h par jour, avec verbalisation automatique. La marge d’erreur sera légèrement plus élevée que pour les radars automatiques : 10 km/h en-dessous de 100 km/h et 10 % de la vitesse au-dessus de 100 km/h. À noter que vous ne verrez pas de « flash » si vous vous faites prendre… 

Le contexte

Le dispositif avait déjà été initié en Normandie en 2018. Pas du goût de tous, d’ailleurs, puisque la maire de La Caule Sainte-Beuve, Chantal Benoit, avait par exemple tenté de le faire interdire par arrêté municipal (une décision toutefois cassée par le tribunal administratif). Au final, au bout des 9 premiers mois, un premier bilan plus que contesté et mitigé avait été publié.

Les enjeux 

Après ces phases d’expérimentation, le gouvernement souhaite généraliser le dispositif sur tout le territoire. Selon AutoPlus, pourraient aussi être concernés d’ici la fin de l’année : le Grand-Est, la Bourgogne-Franche-Comté, les Hauts-de-France et la Nouvelle-Aquitaine. À terme, 383 voitures banalisées de ce type sillonneront le réseau routier français. 

Le point de vue 

Dénonçant une politique du chiffre, l’association 40 Millions d’automobilistes a pour sa part qualifié ces nouveaux véhicules de « pompes à fric », fustigeant au passage le fait qu’ils soient confiés à des sociétés privées.

L’État assure – évidemment – que ces voitures ne seront pas rémunérées au nombre de PV et qu’elles doivent se limiter à un nombre de kilomètres fixé au préalable… Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, estime aussi qu’il s’agit là d’un bon moyen de faire baisser le nombre d’accidents et « permettre aux gendarmes et policiers de se concentrer sur des tâches plus intelligentes ». 

Aurélien Germain