A Tours, la culture sans frontières

Et si on vous disait que la culture à Tours est en train de devenir un exemple au niveau national ? Eh oui, les complicités qui se tissent ici entre les acteurs en font une ville unique.

(Photo NR / Julien Pruvost)

« Une autre chanson… Oui, vous madame ! » Thomas Lebrun est planté au milieu d’une scène improvisée dans une des salles du musée des Beaux-arts.
Les spectateurs-visiteurs ont une liste de titres entre les mains et ils lancent leurs propositions à la volée. Quand un morceau est choisi, un des danseurs de la troupe s’élance et improvise sur la musique. Des danseurs contemporains, dans un musée d’art classique, devant des spectateurs de hasard : cherchez l’erreur !

Mais cet improbable brassage est tout, sauf une erreur, sauf un hasard. « Il y a quelque chose d’assez unique, je crois, qui s’est mis en place depuis quelques années à Tours, savoure Françoise Dupas, directrice du Petit Faucheux, salle mythique du jazz s’il en est. Les lieux et les artistes collaborent ensemble et s’ouvrent les uns aux autres de façon très facile. »

Des « complicités »

Car Thomas Lebrun, charismatique directeur du Centre Chorégraphique National, ne fait pas exception. Benjamin Pionnier et Jacques Vincey, qui président respectivement aux destinées du Grand Théâtre et du Théâtre Olympia ne sont pas en reste.
« Jacques a fait sa première mise en scène d’opéra l’an dernier au Grand Théâtre mais l’an prochain, il vient comme comédien, comme résident, détaille Benjamin Pionnier. Cette année également, le chœur va participer à des spectacles dans la saison du théâtre Olympia. »

La liste de ces « complicités » entre ces deux lieux phares de la culture tourangelle est longue comme le bras. Et elles ne datent pas d’hier. « Il y a eu un alignement de planètes il y a quelques années quand plusieurs personnes sont arrivées en même temps à la tête de structures importantes, avec la même vision. Des gens qui avaient envie de travailler ensemble et qui n’avaient pas le goût du pré carré », se souvient Benjamin Pionnier.

Mais lui comme beaucoup d’autres le soulignent : tout cela n’aurait pas été possible sans une réelle volonté politique. « Dès 2015, c’était dans le projet de la Ville et de l’adjointe à la culture, Christine Beuzelin que de créer cette synergie, ces passerelles entre les lieux et les esthétiques. »
Tout cela, bien sûr, pour renouveler les publics et les propositions, mais aussi pour faire rayonner la ville sur le plan culturel, au-delà de ses frontières. « Elle est connue dans le milieu professionnel, cette ouverture. Tours est donnée en exemple pour cela », assure le directeur de l’Opéra.

La naissance du CCCOD, en mars 2017, est venue sceller cette nouvelle donne. Car, dès le début, dès les premières prises de parole de son directeur Alain-Julien Laferrière, le ton était donné : le centre d’art sera un carrefour, une agora où tous les artistes de la ville, comme ceux venus de beaucoup plus loin, pourront se retrouver.
Et, de fait, depuis sa création, le CCCOD multiplie les collaborations et ne perd jamais une occasion d’ouvrir ses portes à d’autres publics.

Des gens qui ont envie de travailler ensemble

« Avant, on avait peur qu’en se mélangeant avec les autres, on perde son public, analyse Benjamin Pionnier. Un public, c’était un peu une chasse gardée. Aujourd’hui, la consommation culturelle c’est “ Je vais voir le spectacle qui me donne envie et s’il y a un lien entre deux arts, c’est encore mieux ” ».

Voilà pourquoi une chanteuse de rock comme Claire Diterzi a pu passer une année en résidence au Grand Théâtre, aventure conclue par un concert de ses chansons en version symphonique, avec le chef à la baguette et le choeur de l’Opéra sur scène.
Voilà comment les affiches du Petit Faucheux se délocalisent à Thélème ou à Malraux quand elles sont trop alléchantes, comme ce fut le cas avec Brad Mehldau en mai dernier. Et font souvent salles combles.

À Tours, la culture ouvre les fenêtres à tous les étages. Un exemple ? Autour de la programmation pointue concoctée par Marie Hindy cette saison à Malraux, viendront s’ajouter plusieurs soirées plus « grand public » : Bigard dans son show d’adieu en novembre ou le tribute à Goldman en mars 2020. « Mais Marie, moi et les autres, on fait le même métier ! insiste Julien Lavergne, le patron d’AZ Prod, qui produit ces spectacles dans la région. Notre boulot, c’est de mettre des artistes en relation avec un public. »

Il n’y a pas de bon ou de mauvais public, ni d’art a priori plus respectable qu’un autre. Pour l’avoir compris et le mettre en pratique, la culture tourangelle est en train de franchir un vrai palier. Et ce n’est que justice.

Photo NR/Guillaume Souvant

CCC OD : zigzag dans le noir

La galerie noire du CCCOD accueille une nouvelle exposition. Signée des frères Quistrebert, elle est hypnotique et surprenante, abstraite et vertigineuse. Accrochez vos ceintures !

Florian et Michaël QUISTREBERT

C’est peu de le dire : la nouvelle exposition, qui occupe la galerie noire, au rez-de-chaussée du CCC OD sait se jouer des contrastes.

À droite en entrant, une monumentale fresque vidéo qui se déploie en zigzag (c’est le nom de l’expo) le long d’un mur transformé en paravent. Sur chaque panneau, le même mouvement de pixels hypnotiques qui semblent courir sans fin dans un interminable tunnel, mais dans une couleur différente.

La danse est effrénée, sans issue, et vous agrippe le regard pour un moment. Et, de l’autre côté, des toiles blanches, d’une extrême sobriété. Attention, blanches ne veut pas dire entièrement blanches. En fait, sur le châssis des toiles est appliquée une pâte épaisse, quelque chose entre l’enduit et le plâtre, qui donne du relief et de la matière à l’oeuvre.

ABSTRAIT

C’est de l’abstrait, pas de doute là-dessus, mais de l’abstrait qui s’amuse quand même avec la réalité. « Les toiles sont des variations autour de deux thèmes : une église et une vue marine », expliquent les frères Quistrebert, qui travaillent ensemble depuis 2007 et qui ont conçu cette exposition spécialement pour le CCC OD.

Et, de fait, on perçoit dans ces lignes obliques d’une très grande précision, les voiles et le mât et, plus ou moins haut selon l’angle de vue, la ligne droite de l’horizon. Il y a aussi un côté brut dans les toiles, quelque chose de très assumé, qui rappelle le gros oeuvre dans le BTP, le travail d’encollage du carreleur mais aussi, peut-être, le mouvement du râteau dans un jardin zen.

Mais, nous direz-vous, quel est le lien entre ce mur coloré et ces tableaux blancs ? « Pour nous, il y a le même rapport entre les deux qu’entre, par exemple, une BD et un film d’animation. » La vidéo murale serait donc une sorte de traduction en mouvement de ce qui se lit, en version figée sur la toile. Une traduction en couleur aussi.
Car les frères Quistrebert aiment bien jouer avec les codes classiques de la peinture. Par exemple, en séparant la forme de la couleur ou en imaginant des tableaux lumineux, à proprement parler, en y ajoutant des leds multicolores que des interrupteurs placés au beau milieu de la toile permettent d’allumer et d’éteindre. L’abstraction des frères Quistrebert ne manque pas d’humour donc, et elle manie le second degré avec gourmandise.

Cette exposition a fait plus que s’adapter au lieu qui lui a été proposé. Elle s’est construite à partir de lui. « Toute l’exposition s’est constituée petit à petit, comme un puzzle. Ce qui est intéressant, c’est de se planter plein de fois pour arriver à une proposition qui se tient. »

> EN PRATIQUE
Zigzag, Florian et Michaël Quistrebert, jusqu’au 11 novembre 2019, au CCC OD.

Coup de projecteur : Fabien Mérelle

Tourangeau depuis maintenant dix ans, Fabien Mérelle a exposé ses dessins dans de nombreuses galeries à travers le monde. Il présente ses créations pour la première fois sur ses terres, au CCC OD.

NEWS_FABIEN (5)

PARCOURS

Fabien Mérelle, père de famille décontracté de 37 ans, a été élevé en région parisienne. En grandissant, il a gardé le dessin comme moyen d’expression. Étudiant aux Beaux-Arts à Paris, il a passé quatre mois déterminant à Xi’an en Chine. « J’y ai appris les rudiments des techniques chinoises à l’encre de Chine. C’est aussi depuis cette période que je laisse plus de vide dans mes dessins. À côté d’éléments à la fois très réalistes et détaillés, ces blancs permettent à celui qui les regarde d’imaginer le reste du décor », explique-t-il.
Dès la fin de ses études, il expose à Paris, entre à la Casa Velasquez à Madrid… et Tours !

ABRI

Le dessinateur s’est peu à peu approprié le territoire, notamment par la Loire, le bois flotté et les bancs de sable qui forment des îles. Son exposition, « Abri, pierre, bois, encre, papier », s’inspire ainsi de « la région qui est devenue pour moi une sorte d’abri, loin de Paris et de la tentation de se comparer aux autres artistes, et un lieu où mon grand-père s’était réfugié pendant la Seconde Guerre mondiale. »

UNE_MERELLE

PYJAMA

« J’aime être chez moi pour dessiner. Quand j’ai commencé à me représenter dans mes dessins, j’habitais à Paris. Il était 11 h et j’étais en pyjama, c’est resté et je continue à me représenter ainsi dans la chronique du quotidien d’un homme lambda, avec sa femme et ses enfants. C’est à la fois moi et pas moi, car j’ai besoin de me projeter différemment comme le faisaient Charlie Chaplin ou Buster Keaton dans les films burlesques du début XXe siècle. J’ai besoin de détourner le réel pour raconter ce qu’il y a dans ma tête. »

LÉONARD DE VINCI

Fabien Mérelle voue une grande admiration à l’artiste Léonard de Vinci. Il a donc été invité à une exposition collective du château du Rivau sur le thème de la Renaissance. Il y présente deux sculptures, « mises en relief de mes dessins ».

> Au château du Rivau jusqu’au 3 novembre. 9 rue du château, Lémeré. Tél. 02 47 95 77 47. Tarifs : 5 à 11 €.

MYTHOLOGIE NEWS_FABIEN (2)

Entrer dans le monde de Fabien Mérelle, c’est découvrir un univers à la fois très réaliste et très onirique. Par exemple, son personnage se métamorphose parfois en arbre, ses dessins d’enfants côtoient ses dessins d’adultes, les pierres lui servent de support…. Passionné du musée d’histoire naturelle de la Rochelle, il aime aussi dessiner les oiseaux, dont trois qui forment sa propre mythologie : « le faucon, représente mon grand-père italien, le merle c’est mon père et la tourterelle, n’est autre que mon grand-père français. »

Pratique :
Jusqu’au 22 septembre au CCC OD, Jardin François Ier à Tours. Galeries du second niveau. Ouvert du mercredi au dimanche, de 11 h à 18 h et le samedi jusqu’à 19 h, nocturne jeudi soir jusqu’à 20 h. Tarifs : 4 € à 7 €. Gratuit moins de 18 ans. Tél. 02 47 66 50 00 et contact@cccod.fr

Un Tourangeau en Egypte / 2e message

#2 / L’artiste Mathieu Dufois habite et travaille à Tours. Le CCCOD a décidé de l’envoyer en résidence de création dans le désert égyptien du Fayoum. Il ne sait pas lui-même quels chemins va prendre son travail là-bas, ni ce qu’il va en ramener pour la future expo prévue au CCCOD. Nous avons eu envie de le suivre dans sa résidence. Cartes postales…

Capture

Le 22 octobre 2018

Des nouvelles de ma résidence en Egypte avec cette vue imprenable qui s’étend sur tout l’horizon englobant le village et le lac Qârûn, berceau de l’oasis du Fayoum. Je descends régulièrement pour m’en approcher et observer au loin le désert.

Ce paysage lointain et inaccessible me renvoi l’image d’un faux décor, d’un trompe-l’œil, par sa platitude et l’absence de mouvement. Une peinture murale où les ombres des nuages planants viennent se projeter et dessiner de longues formes étirées sur la surface vierge des dunes. C’est pour moi, un pur moment de cinéma, où un film en devenir tente de prendre forme dans un endroit où tout est à imaginer, inventer et construire.

Faire naitre un film d’animation dans un désert ; les premières ombres sont là…

>> Retrouvez sa première carte juste ici ! <<

Un Tourangeau en Egypte / 1er message

#1 / L’artiste Mathieu Dufois habite et travaille à Tours. Le CCCOD a décidé de l’envoyer en résidence de création dans le désert égyptien du Fayoum. Il ne sait pas lui-même quels chemins va prendre son travail là-bas, ni ce qu’il va en ramener pour la future expo prévue au CCCOD. Nous avons eu envie de le suivre dans sa résidence. Cartes postales…

IMG_0087

Le 07 octobre 2018

Me voici désormais Franco-égyptien depuis mon arrivée il y a trois jours au Tunis Village, dans le désert du Fayoum. Arrivé dans ce pays inconnu, mes premières sensations sont extrêmes et antagoniques. Du trajet en voiture depuis l’aéroport du Caire, je suis d’abord effroyablement saisi par l’inimaginable énergie de cette ville. Et puis nous atteignons rapidement le désert dans une nuit noire, où seulement la poussière, éclairée par nos phares, peut être visible. Il me faudra du temps pour décrire avec justesse cette expérience mémorable, mélange de terreur et de fascination.

Il me parait plus facile d’évoquer l’endroit que je fréquenterai durant ces onze prochaines semaines, à savoir le Fayoum Art Center. Mon lieu d’hébergement mais, plus que cela, mon lieu de travail.

Je vous transmets une de mes premières images réalisée sur l’un des toits du centre. Elle me semble particulièrement significative. Mon ombre plaquée sur la pierre jaune du sol (teinte qui ne cesse d’ailleurs de changer selon la disposition du soleil) semble dessiner un premier pas dans ce lieu étranger. Je ne peux lui espérer qu’une grande étendue afin qu’elle puisse investir librement ce vaste espace lumineux…

Nos 10 petits kifs pour les fêtes de Noël

Même ceux qui disent « j’aime pas Noël » l’avouent : cette fête reste exceptionnelle. À la rédac, on a gardé une âme d’enfant et on a chacun nos petits kifs. On vous les partage. Joyeux Noël et paix pour tous !

1. S’entasser avec la famille dans une voiture et faire la tournée des châteaux : Blois, Azayle- Rideau, Chenonceau, Cherverny et Langeais ont enfilé leurs habits d’hiver. Et croyez-nous, ça fait rêver ! Vous allez pécho des abonnés en masse sur Insta.

Photo Jean-Christophe Coutand
Photo Jean-Christophe Coutand

2. Partir à travers la ville à la chasse aux châtaignes grillées. Le marchand nous attend-t-il place Jean Jau, place Plum’, à côté du manège près de la Loire ou devant la gare ? C’est la question. Et provisions faites, croquer ses châtaignes très fort, en faisant du bruit, comme un renne qui broute.

3. Allumer une bougie (plein de bougies), se faire une tasse de chocolat chaud avec une montagne de chamallows dedans, prendre un livre et se coller en boule sur le canapé, bien pelotonné sous un plaid. Oui, c’est bateau, et oui, on adore (vous connaissez maintenant notre programme de la semaine prochaine).

4. Boire du vin chaud. La recette de la rédac : verser 1,5 litre de chinon ou de beaujolais dans une casserole. Ajoutez 100 g de sucre roux, 2 bâtons de cannelle, 2 étoiles de badiane, 2 clous de girofle, 1 morceau de gingembre frais émincé, 1 pointe de muscade, 2 oranges tranchées finement. Faites chauffer jusqu’à frémissement pendant 15 minutes. (buvez !)

Image5

5. Regarder une comédie musicale, mais en vraie, pas à la télé. Sous les ors de notre adorable théâtre de poche, passez une soirée avec My Fair Lady et suivez son incroyable métamorphose.
Au Grand théâtre, les 26, 27 et 29 décembre à 20 h, 30 décembre à 15 h et 31 décembre à 19 h.
Réservations et tarifs au 02 47 60 20 20.

6. Photographier Tours depuis la grande roue. Ou même tout simplement admirer la ville, du haut de ces 40 mètres. À faire, bien sûr, quand la nuit est tombée, pour profiter des lumières qui redessinent les rues. Et sachez-le : le chef de la grande roue, c’est Michel et il est très sympa.
Du lundi au jeudi, de 14 h à 19 h, week-end et jours fériés de 11 h à 20 h. Vacances scolaires : de 11 h à 22 h. Tarif : 5 €.
Image4

7. Se prendre le chou à fabriquer des sapins de Noël en origami. On a déjà failli devenir fou en testant la bête cocotte en papier, cette nouvelle session devrait nous faire sur-kiffer. En tout cas, occuper les petites mains un bon moment.

8. S’évader dix minutes, un quart d’heure, une heure, bref le temps que vous souhaitez, dans la galerie noire du CCC OD. Cécile Bart y présente son Silent Show. Une exposition onirique, magique, dans laquelle on s’immerge comme on veut et qui ressource autant qu’une séance de yoga. Et les enfants adorent (la rédac a testé avec un bambin de 8 ans).
Au CCC OD, jusqu’au 11 mars. Du mercredi au dimanche de 11h30 à 18h, nocturne le jeudi soir jusqu’à 20h. Tarif : 3 à 6 €.

9. Mettre un manteau bien chaud et sortir après 20 heures, pour un tour de ville by night. Et en rentrant, se faire le kif numéro 3 ou numéro 10. Les audacieux mettront un bonnet de père noël. Ou une cape rouge et blanche, pour ne pas être confondu avec les sapins.

10. Organiser une soirée « Étude comparative des bières de Noël ». Le matériel qu’il vous faut : une dizaine d’amis, une cinquantaine de bières de cinq sortes différentes (au-delà, on perd son palais), un bon plateau de fromages du Nord et de l’Est, un plateau de toasts de pain d’épices au foie gras et des tartelettes à la crème de marrons.

CCCOD : Entrez, c’est ouvert !

Ça y est, cette fois, c’est pour de bon : le Centre de création contemporaine Olivier-Debré ouvre ses portes le 11 mars. Le lieu n’attend plus que vous et pour en profiter au mieux, on vous dit tout !

Image9
(Photo Guillaume Souvant)

LE PASS

Le Pass, c’est l’accès illimité au Centre pendant une année, l’accès prioritaire en coupe-file (ce qui, en cette année inaugurale peut s’avérer pratique), une invitation personnelle à chaque vernissage et des tarifs réduits chez les partenaires culturels du CCC OD. Mais c’est aussi des visites privées accompagnées par les artistes, des soirées réservées au café du Centre, un jeudi par mois jusqu’à minuit, histoire de se rencontrer et de prendre le temps de se connaître. Les tarifs : 25 € en solo, 40 € en duo et 12 € pour les étudiants

AU CAFÉ DE JULIE ET THOMAS

En faisant une pause au Café contemporain, on prend un pot avec l’art, puisque la vue est plongeante sur la Nef et ses œuvres monumentales. Aux commandes, Julie et Thomas, pour une restauration simple et saine, à base de produits locaux revisités, souvent à la sauce orientale. Un endroit de détente, à la carte différente chaque jour, qui devrait devenir un point de rencontre des Tourangeaux et que l’on pourrait aussi bientôt retrouver dans notre page chronique de restaurant…
Accessible sans acquitter de droit d’entrée.

DES BOUQUINS D’ART,D’ART !

C’est la librairie La Boîte à Livres qui gère l’espace librairie du CCC OD. Joël Hafkin, le patron de la célèbre enseigne de la rue Nationale assure qu’on y « retrouvera l’esprit de la Boîte à Livres ». On y trouvera environ 400 titres. « Nous allons, bien sûr, nous inscrire dans la programmation du CCC OD, poursuit Joël Hafkin. Trois thèmes principaux seront représentés : l’art contemporain, la photographie et l’architecture. » L’espace sera ouvert du 15 mai au 15 septembre, tous les jours.
Accessible sans acquitter de droit d’entrée.

INFOS

Combien ça coûte ? Plein : 6 € Réduit (demandeurs d’emploi, services civiques, étudiants) : 3 € Gratuit pour les moins de 18 ans.
C’est où ? L’accès temporaire se fait par la rue Constantine et la rue du Commerce.
Tél. 02 47 66 50 00 contact@cccod.fr

Poussez les portes du CCC OD

Et si on poussait les portes du CCCOD ? Mais si, vous savez, le Centre de création contemporaine Olivier Debré. Tmv y a fait un petit tour, pour vous montrer l’envers du décor.

Image10

On préfère vous prévenir : vous allez en entendre parler. Et c’est normal. L’ouverture du CCC OD à Tours, c’est un événement de la dimension de la construction du Vinci ou de l’arrivée du TGV pour vous situer la chose. Mais c’est quoi, au juste, le CCC OD ? Eh bien, c’est un peu comme si le CCC de la rue Marcel- Tribut avait avalé un tonneau de potion magique pour devenir le plus grand Centre de création contemporaine de France. Rien que ça. 4 500 m2 dont près de 2 000 m2 de salles d’expos qui permettent de tout faire, de tout exposer, de tout oser. Cette semaine, l’équipe du CCC OD entre dans ses locaux. Alors, nous, on y est allés juste avant, jeter un petit œil. On vous fait visiter ? Effet « whaou » garanti !

>>> Pour tout savoir du CCC OD, côté chiffres et dates, cliquez ICI <<<

Elle court tout autour du nouveau bâtiment, la galerie de verre. Toute la construction semble reposer sur elle, mais il n’en est rien. Les prodiges de l’architecture font que tout le poids est réparti vers le haut. Le soir venu, la galerie s’éclaire et le cube de pierre semble flotter dans la nuit.

Associer l’ancien bâtiment avec une construction moderne, c’était tout le défi proposé aux architectes portugais. Minéralité, solidité et fluidité, le bâtiment, de l’extérieur, ne dévoile pas tous ses secrets.

C’est par cet escalier que les visiteurs accéderont à l’étage.
Image23

La Nef, une salle de onze mètres de hauteur qui permet d’exposer les œuvres les plus monumentales. Ouverte sur l’extérieur, elle permettra aux Tourangeaux d’entrevoir, par les immenses baies vitrées, une partie des œuvres présentées.
Image2

Nous sommes ici dans la « salle noire ». Située au rez-de-chaussée, juste en face de la nef, elle est conçue pour permettre un noir absolu. On pourra y exposer des œuvres multimédia, de la vidéo, des créations qui travaillent sur la lumière.
Image22

CA VEUT DIRE QUOI CCC OD ?

OD, ce sont simplement les initiales du peintre Olivier Debré, dont la famille est profondément liée à la Touraine. Toute sa vie, le peintre a magnifié les couleurs et le mystère de la Loire. Les cinq plus grands tableaux qui avaient été réalisés en 1991 pour les cimaises du CCC ont fait l’objet d’une donation à Tour(s)Plus. À cela s’ajoutent une sélection de 150 œuvres graphiques (dessins…) et le prêt permanent de 140 tableaux. C’est dans cette « Salle blanche » que les oeuvres d’Olivier Debré seront exposées. Mais le lieu n’a pas vocation à être un musée Olivier Debré. C’est un Centre de création ouvert aux artistes contemporains du monde entier.

Image14

  Image17

Image19

Légendes : Matthieu Pays
Photos : Christophe Kibleur

Le CCCOD en chiffres et en dates

Dans le prolongement de notre portfolio sur le CCCOD, voilà la chronologie de ce centre de création contemporaine et tout ce qu’il faut savoir côté chiffres.

LE COÛT ?

15 millions d’euros, financés par l’Europe (FEDER), l’État (Ministère de la Culture), la Région Centre Val-de-Loire, le Conseil départemental d’Indre-et- Loire, la communauté d’agglomération Tour(s)Plus.

QUELLE SUPERFICIE ? Image13

4 500 m2, dont 1 770 m2 d’exposition. Ce qui en fait le plus grand Centre de création de France.

COMBIEN ?

Le droit d’entrée restera modeste, de 3 à 9 € selon les cas.

C’EST QUOI LE PASS ?

C’est une formule d’abonnement VIP à l’année. Pour 25 € pour une personne seule ou 40 € en duo (12 € pour la formule étudiant), il permet un accès illimité à toutes les expositions et aux diverses activités organisées par le CCC OD ainsi que des offres et des avantages exclusifs. C’est aussi, bien sûr, une façon de soutenir le lieu et son action.

VISITES

Depuis 2015, plus de 4 000 personnes se sont rendues sur le chantier, dans le cadre de visites ouvertes au public. Si vous n’en faites pas partie, sachez que vous aurez, dans les semaines qui viennent, bien des occasions de découvrir le CCC OD. Dès le 19 octobre, le hall d’accueil ouvrira ses portes au public du mercredi au samedi, de 14 h 30 à 18 h 30. On pourra s’y renseigner sur les futures activités du centre, acheter la carte CCC OD LEPASS et des tickets d’entrée en prévente.

Image82008
Naissance du projet du nouveau centre, intégrant la donation Olivier Debré, faite à Tour(s)Plus.

2012
Concours international d’architecture, à l’issue duquel est choisie l’agence portugaise Aires Mateus.

2014
Début du chantier jardin François Ier.

03 oct. 2016
Entrée de l’équipe dans les nouveaux locaux

02 déc. 2016
Remise officielle des clés, présentation de l’atelier d’Olivier Debré.

02>04 déc. 2016
« Le ccc od est à vous » portes ouvertes tout le week-end.

Déc. 2016 > jan. 2017
Tous les jeudis soirs, nocturnes, et pendant les vacances de Noël, visites libres les lundis, mercredis et vendredis après-midi.

10>12 mars 2017
Grande inauguration officielle

La Nuit des musées : notre abécédaire

L’événement est incontournable. La Nuit des musées, c’est ce samedi soir et tmv vous conseiller d’y poser les pieds.

Image10
Le CCCOD (Photo Benoît Fougeirol)

M… comme musée (ou mammouth)
Chaque année, c ’e s t un rendez-vous à ne pas manquer. À Tours, comme partout en Europe, les musées ouvrent leurs portes en soirée et la nuit (et gratuitement). L’occasion, pour le public, d’avoir « une autre approche de l’environnement muséal, en nocturne et au travers de nombreuses animations », comme l’a rappelé Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, dans l’édito de cette onzième édition. Et quel rapport avec les mammouths ? Parce que les grosses bébêtes poilues seront aussi visibles de nuit, au museum de Tours. Et ça peut être super sympa (ou flippant).

U… comme ubiquité
Il vous faudrait ce don pour pouvoir être simultanément dans tous les lieux qui participent : les musées, certes, mais aussi le Château de Tours, les Eternal gallery et le Centre de création contemporaine.

S… comme selfie
Le musée des Beaux-Arts propose un éclairage sur les premières oeuvres entrées dans les collections. En plus de ça, vous avez l’occasion – exceptionnellement – d’admirer des tableaux en cours de restauration. Ils profiteront d’un cadre suspendu, d’accessoires et de costumes pour réaliser un selfie dans le musée (et c’est valable pour tous les autres lieux). Si vous en avez envie, vous pouvez ensuite partager votre photo sur facebook.com/musees.de.tours

É… comme Émile
En fait, on parle d’Émile le Tourangeau. Il a plein de secrets et c’est à découvrir au musée du Compagnonnage qui dévoilera l’histoire et les traditions des Compagnons du Tour de France sous un autre angle.

E… comme expositions
Parce qu’entre le château de Tours, le CCC (qu’on appelle CCCOD maintenant) et l’Eternal Gallery, vous avez de quoi faire. Le château de Tours en propose deux sur quatre étages (Nicolas Muller, traces d’un exil et L’écriture en mouvement). Eternal Network vous propose carrément un vernissage de l’expo Arrondir les angles, de Guillaume Constantin sur le devenir et la valeur des réserves patrimoniales et des musées de Tours. Enfin, au CCCOD, la présentation des projets du cabinet Ares Mateus sur le futur centre de création contemporaine Olivier-Debré.

>> CÔTÉ HORAIRES
Le musée des Beaux-Arts, le muséum et le château sont ouverts de 19 h à minuit. Pour le musée du compagnonnage, ce sera de 20 h à minuit et de 18 h à minuit pour le CCCOD. La galerie place Choiseul, dans l’octroi (notre photo), poussera jusqu’à 1 h du matin ! Une seule date à retenir : le samedi 16 mai.

>> EN CHIFFRES
En France, c’est près de 1 300 musées qui seront ouverts. En Europe, on passe carrément la barre des 3 400. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à faire un petit tour sur nuitdesmusees.culturecommunication.gouv.fr Ce site répertorie tous les lieux ouverts pour cette Nuit européenne des musées. Peu importe la ville.

>> UN FILM À REGARDER AVANT
La Nuit au musée, bien sûr. De toute façon, vous avez le choix, il y en a trois (on a une préférence pour le premier opus). Dans cette comédie ultra-sympa, un gardien de musée (joué par Ben Stiller) découvre que les oeuvres, les statues et autres animaux empaillés prennent vie la nuit, une fois les portes fermées. Conseil tmv : prenez un selfie si le mammouth du muséum de Tours se réveille et vous court après.

L’expo de la semaine : Aires Mateus

Les architectes portugais du futur Centre de création contemporaine Olivier-Debré investissent le CCC rue Marcel-Tribut. Visite guidée.

(Photo tmv)
(Photo tmv)

Aux murs ,le nouveau nom est déjà installé. Il faut désormais dire CCCOD. Atmosphère de fin d’époque, le Centre de création contemporaine entame sa mue. Le CCC de la rue Marcel-Tribut vit ses derniers mois, ses dernières expos, avant son déménagement en 2016 en haut de la rue Nationale. Il s’agit justement de cela.

À quoi ressemblera le futur musée ? Première réponse à l’entrée, sous la forme d’une grande maquette grise en polystyrène. Coupé en deux, le Centre de création contemporaine Olivier-Debré offre ses entrailles à la curiosité du visiteur. Pour mieux éprouver les volumes, la lumière. À l’origine du musée, deux stars de l’architecture contemporaine européenne : les Portugais Francisco et Manuel Mateus. Dominance de blanc et de matière lisse, les deux architectes présentent également 60 maquettes. 60 projets d’architecture que le cabinet Aires Mateus a fait sortir de terre ces 15 dernières années. 60 miniatures qui ont modelé sa réputation d’acteur majeur de l’architecture actuelle. Minuscule, à l’échelle 1:200, ces bâtiments tiennent pratiquement tous dans la paume d’une main.
Objets plastiques témoins d’une créativité architecturale, d’une ligne, d’une pensée, ces bâtiments miniatures reposent sur de grandes planches en bois brut. Au mur, des plans de coupe, de face, des vues aériennes sans légende, sans contexte, soulignent cette volonté de s’affranchir d’explications pompeuses. C’est justement l’attrait de cette exposition : pouvoir se plonger dans les projets d’Aires Mateus sans forcément s’alourdir de concepts architecturaux. Juste éprouver. Les oeuvres se transforment en sculptures immaculées. Abstraction, Francisco et Manuel Mateus pensent avant tout aux vides, aux creux, aux trous. Leurs bâtiments ressemblent à des blocs de pierre évidés. Aires Mateus imprime à chaque construction une identité forte, comme une emprunte indélébile, sans pour autant s’affranchir du territoire dans lequel il s’élève. Le Centre de création contemporaine Olivier-Debré fera désormais partie de cette lignée, comme un signal fort qui coïnciderait avec l’ambition tourangelle.

EN BREF
PRATIQUE
Le CCCOD (son nouveau nom) n’a pas encore bougé, il est toujours au 55 rue Marcel-Tribut (quartier Velpeau). Il est ouvert du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h, sauf le 1er mai. Entrée gratuite.

ATELIER
Les architectes d’Aires Mateus ont imaginé pour vous un atelier construction. Vous serez amenés à construire vous-même (en maquette papier, hein ?) votre Centre contemporain Olivier Debré. Une fois assemblé, vous aurez un bel aperçu du futur bâtiment (vous pourrez même mettre la tête dedans il paraît). Le 16 mai prochain pendant la Nuit des musées, de 18 h à minuit. Gratuit.

LE FUTUR MUSÉE
Le Centre de création contemporaine Olivier-Debré ouvrira ses portes l’année prochaine et disposera d’une surface de 4 500 m2. En gros, il y a aura quatre lieux d’exposition : la nef pour les grandes installations, la galerie noire pour des expos temporaires, les petites galeries pour des oeuvres graphique et la galerie des abstraits où sera présentée l’oeuvre d’Olivier Debré et des formes de l’abstraction.