Nouveau Bac : la foire aux questions

Le nouveau bac change vraiment la donne. Pour y voir plus clair, nous avons choisi de répondre à quelques-unes des questions les plus souvent posées par les lycéens.

C’est vrai que le bac, ce ne sera que du contrôle continu ?

Non. La part du contrôle continu dans le nouveau bac, c’est 40 % de la note. 10 % provient des bulletins de 1ère et de terminale et les 30 % restant viennent d’épreuves de contrôle continu. Chaque lycéen doit passer deux épreuves en première et une en terminale et il peut choisir le moment où il veut les passer, en fonction de son avancée. Ce seront des devoirs ou des exercices sur table, sur le modèle des bacs blancs actuels. Et, pour que tous les lycéens soient égaux, les sujets des épreuves seront choisis dans une liste nationale de sujets, les copies anonymes seront corrigées par d’autres professeurs que les vôtres.

Quelles sont les matières qu’on ne passera plus en épreuves terminales ?

Ce sont l’histoire-géo, les deux langues vivantes, l’enseignement scientifique (grande nouveauté assez contestée de la réforme) et l’enseignement de spécialité que vous aurez décidé d’abandonner en 1re et qui seront évalués dans le cadre du contrôle continu en fin d’année. L’EPS reste évaluée comme actuellement en terminale.

Cette réforme, c’est vraiment la fin des séries ?

Oui, pour les séries L, ES et S. Tous les lycéens en voie générale suivent les mêmes enseignements : français en première, philosophie en terminale, histoire-géographie, enseignement moral et civique, deux langues vivantes, EPS, enseignement scientifique. Puis tous choisissent 3 enseignements de spécialités en 1re (4 h chacun) et deux en terminale (6 h chacun). On peut ajouter une option au cocktail si on le souhaite (3h) et même en prendre un en terminale (dans un liste spécifique), même si on n’en avait pas en première. Du coup, si on a envie, on peut reproduire les anciennes filières avec le jeu des enseignements de spécialités, mais on peut aussi panacher en fonction de son profil et de son projet.

Et pour la voie techno, ça se passe comment ?

Les séries ne changent pas, puisqu’elles ont été repensées il y a peu. La nouveauté, c’est que tous les lycéens suivent désormais les mêmes enseignements communs. Les enseignements de spécialités en 1re puis en terminale changent selon la série choisie.

Finalement, on passera quoi en terminale ?

À la fin de la terminale, il y aura quatre épreuves pour les bacs généraux : deux épreuves de spécialités, une épreuve de philo pour tous et un oral. Tout cela comptant donc pour 60 % de la note. L’épreuve de français en première (écrit et oral) reste inchangée.

C’est quoi cette histoire d’oral final ?

C’est une des grandes nouveautés de la réforme. Cet oral durera 20 minutes et portera sur un projet mené par l’élève depuis la classe de première, en lien avec un de ses enseignements de spécialité de l’élève. L’intérêt est de préparer les lycéens à s’exprimer à l’oral et devant des personnes étrangères. C’est une compétence essentielle dans le monde professionnel.

Est-ce qu’il y aura toujours le principe du rattrapage ?

Oui, bien sûr. Pour obtenir son bac, il faut avoir une moyenne de 10/20 à l’ensemble des épreuves. Si on obtient moins de 8 de moyenne, on est recalé, mais si on obtient entre 8 et 10, on peut aller aux épreuves de rattrapage. Le candidat est interrogé dans les enseignements qui ont fait l’objet d’une épreuve terminale écrite : français, philosophie, et les deux enseignements de spécialité suivis en terminale. Si les notes obtenues à l’oral sont supérieures aux notes initiales obtenues à l’écrit dans ces enseignements, elles s’y substituent et le jury recalcule la note globale à l’examen en tenant compte de la meilleure note dans chaque enseignement. Et voilà !

Et les options, ça sert à quoi ?

À part le latin et le grec qui offrent des possibilités de points bonus coefficient 3 (pour encourager les élèves à étudier les langues anciennes), les options ne donnent plus de bonus. Elles sont intégrées à l’évaluation des bulletins de 1ère et de terminale qui compte pour 10 % de la note globale.

Obésité : Ob’in Tours, l’asso qu’il faut

Ob’in Tours vient en aide aux personnes souffrant d’obésité. L’asso vient d’ouvrir un local et collabore avec des restaurants qui proposent des menus adaptés. Émilie Chevallier, présidente, explique.

Emilie Chevallier est présidente d’Ob’in Tours. (Photo NR)

C’est quoi l’association Ob’in Tours ?
C’est le point de rencontre pour les patients souffrant d’obésité et qui ont déjà ou veulent pratiquer une chirurgie bariatrique (réduire la taille de l’estomac – NDLR). Nous organisons des réunions mensuelles avec des professionnels de la santé, des réunions de parcours. L’asso travaille avec des médecins de la clinique de l’Alliance. Car après l’opération, on repart comme un nourrisson, on réapprend à manger.

Vous ouvrez un local ce 4 septembre au 1 allée Jean-Cocteau…
On y trouvera des activités comme la zumba adaptée, avec des intervenants qui connaissent la maladie de l’obésité, de la sophrologie, du Pilates, des groupes de paroles, des cours de cuisine et une permanence.

Pourquoi parlez-vous de « l’effet baguette magique de l’opération » ?
Ce qui nous énerve souvent dans les médias, c’est que l’on montre uniquement l’énorme perte de poids après l’opération, mais on n’aborde pas le côté psychologique très difficile. Tout n’est pas rose, il y a aussi une fatigue immense. Ce n’est pas rien, on se réalimente, on doit se re-sociabiliser. Le chemin mérite d’être fait, mais c’est un sacrifice et une implication personnelle. Il faut prendre de nouveau soin de soi, car on s’était oubliés.

Vous avez mis en place une convention avec des restaurateurs de Tours pour réduire les portions.
Oui, je profite de tmv pour lancer un appel à candidats ! (rires) On a eu l’idée de repas adaptés aux personnes qui ont subi l’opération. On travaille avec des restaurateurs qui ont apposé un sticker sur leur devanture : ils font soit un plat réduit (portion moins 15 à 20 %) et donc moins cher, ou alors ils proposent des doggy bags pour les plats classiques. Il suffit au client de montrer sa carte d’adhérent Ob’in Tours. Pour l’instant, le Quai 37 a fait cette démarche. Là, on signe aussi avec les Bonnes Grillades, Poggio et Gus.

Selon vous, le regard sur l’obésité a-t-il changé ?
Ça reste délicat. Les gens qui n’ont pas été en situation d’obésité ne savent pas ce qu’on peut vivre. Les choses changent doucement, mais il reste de la discrimination, par exemple au travail. Commencer par sensibiliser dès l’école serait déjà bien. L’obésité est une maladie. Cela peut nous arriver à tous.

Propos recueillis par Aurélien Germain

> Infos sur obintours.com ou 06 60 72 99 07.

 

 

10 & 20 km de Tours : du nouveau !

Salon du running, parcours des 20 km, marathon en duo… Il y a du nouveau pour la course des 10 & 20 km de Tours.

UNE_20KM

Il faudra compter sur bien des nouveautés pour l’édition 2019 des 10 & 20 km de Tours et du marathon qui auront lieu le 22 septembre prochain.

>Tout d’abord, le comité d’organisation a annoncé la présence d’un Salon du running, les 20 et 21 septembre, au Palais des congrès Vinci de Tours. Y seront proposés accessoires, tests d’équipements, conseils bien-être et nutrition. Soixante-dix exposants sont attendus sur 2 500 m2.

>Côté parcours, les 20 km font peau neuve avec un tracé inédit sur deux boucles de 10 km avec passage en ville, en bord de Loire et par l’abbaye de Marmoutier (le parcours des 10 est identique à celui de 2018).
Le marathon, quant à lui, pourra se faire en duo !

[nrm_embed]<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F10.20KmdeTours%2Fvideos%2F422768448299338%2F&show_text=0&width=560″ width= »560″ height= »315″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allowFullScreen= »true »></iframe>[/nrm_embed]

>Le plateau élite ne sera par ailleurs pas renouvelé et pour les trois courses, un euro sera collecté par inscription au profit de l’association Magie à l’hôpital.

>Enfin, la marque Running Loire Valley regroupera désormais les 10 & 20 km, le marathon et la Happy Color.
Près de 13 000 sportives et sportifs sont attendus le 22 septembre. À vos baskets !

Inscriptions sur runningloirevalley.com

Parcours des 10 km / 20 km / marathon (sous réserve de modifications)

Captture
(document NR)
Cagtrpture
(document NR)
Capture
(document NR)

Le Temps Machine : « Une saison avec de grosses dates »

Il est le nouveau directeur du Temps Machine depuis la rentrée. Rencontre avec le musicien Odran Trumel, 36 ans, qui, après un passage par Londres et Lisbonne, a atterri à Joué-lès-Tours.

Odran Trumel, nouveau directeur de la salle Le Temps Machine. (Photo tmv)
Odran Trumel, nouveau directeur de la salle Le Temps Machine. (Photo tmv)

Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?
Je viens de Touraine, j’ai grandi à Montlouis. Après avoir fait mes études à Rennes, j’ai travaillé pendant 3 ans dans les collectivités territoriales à la mairie de Nanterre et en parallèle, je faisais beaucoup de musique avec le label Another Record. J’ai aussi vécu 4 ans à Londres, où je travaillais à l’Institut français du Royaume-Uni. Donc davantage dans le secteur culturel. Je jouais beaucoup en Angleterre et ça m’a permis de voir comment s’organise le secteur de la musique là-bas, ça aide ! C’est là qu’on voit à quel point l’accueil des musiciens est différent : ça n’est que du business dans ce pays. Ça peut être assez violent, mais au moins tu joues partout. Et jusqu’en 2017, j’ai occupé la fonction de secrétaire général à l’Institut français du Portugal, à Lisbonne.

Quels sont vos projets pour cette saison au Temps Machine ?
Je ne peux pas trop en dévoiler ! (sourire) Là, ce qui arrive, c’est une saison avec de grosses dates : Arthur H, Eddy de Pretto (les deux sont complets – NDLR), Odezenne, Hyphen Hyphen… On a également du plus roots, du cool avec le rocksteady de Toots and the Maytals le 29 septembre, une soirée électro le 3 novembre. On lancera notre saison le 28 septembre avec Léonie Pernet et Tootard : on ouvrira même la salle sur le parvis !

Et pour 2019 ?
De janvier à juin, je peux surtout dire qu’on bossera dur sur nos deux festivals hors les murs : d’abord Allotropiques début février, où l’on va changer les lieux – toujours insolites bien sûr – et continuer notre partenariat avec La Parenthèse à Ballan-Miré. Ensuite, en mars avec le Petit Faucheux, ce sera Superflux ! Et puis évidemment, on pense toujours à Terres du Son. Bref, on ne s’ennuie pas ! (rires)

Vous parliez du Petit Faucheux et de La Parenthèse… Vous êtes toujours dans cette optique de partenariat, non ?
Oui bien sûr. C’est même l’une de nos missions principales : être aux côtés des autres acteurs locaux. On travaille également avec le Petit Faucheux pour le projet « Des étoiles plein les yeux » : on a uni nos compétences pour proposer à des collèges du département différentes activités. Les profs soumettent des idées autour d’un champ artistique et nous, on aide dans l’accompagnement. Une classe avait par exemple pu réaliser la bande-son d’un film d’animation. On est vraiment sur de l’action culturelle, le travail de médiation, avec ce désir de toujours toucher le public jeune.

Vous êtes bien connu des amateurs de musique puisque vous étiez déjà administrateur de l’association l’ASSO qui organise Terres du Son.
Je suis arrivé administrateur de l’ASSO en mai 2017. J’ai candidaté au poste de directeur au Temps Machine, car l’ASSO y était favorable. C’est quelque chose de plus réglementé, puisque la salle est une SMAC, une Scène des musiques actuelles. Il y a donc un texte du ministère de la Culture, puis une annonce nationale et le projet culturel que je devais présenter et défendre a plu. Je suis donc entré en fonction le 1er septembre 2018.

Une des grosses dates : la venue d'Eddy de Pretto.
Une des grosses dates : la venue d’Eddy de Pretto.

Quel est le rôle du directeur du Temps Machine ?
Il faut défendre des valeurs et ancrer la structure sur le territoire. Je m’occupe aussi bien de Terres du Son que du Temps Machine qui a un cahier des charges. Mon travail est de faire coïncider les objectifs de la SMAC et du territoire, on continuera dans la même direction. Au quotidien, cela se traduit par un portage du projet, de voir comment on évolue (programmation, communication, volet social…) et on se fait un devoir d’accompagner la scène locale.

Est-ce vrai que, plus jeune, vous vous êtes fait la main lors de scènes ouvertes à Edimbourg ?
Oui c’est vrai ! C’était de l’open mic : tu grimpes sur scène, chantes deux chansons et hop. Ce qui m’a servi. Car chanter en anglais devant des gens qui parlent anglais… c’est différent hein ! (rires) Ça a modifié mon rapport aux paroles.

Quels sont vos genres musicaux de prédilection ?
Au départ, j’ai commencé par Nirvana… Comme quasiment tout le monde de mon âge et qui travaille dans la musique maintenant ! (rires) J’écoutais aussi beaucoup de pop des sixties, comme les Kinks. Maintenant, c’est varié. J’ai toujours cette attirance pour de la pop qui surprend, aussi bien dans le côté mélodique que dans les sons, certaines choses pointues et expérimentales… Dans le « bizarre », j’ai flashé sur Le Singe Blanc par exemple. Ou encore Snapped Ankles qui est passé à Terres du Son. Des mecs déguisés en arbre ! (rires)

Et quels sont vos coups de cœur pour la saison du Temps Machine ?
Odezenne, déjà. Je suis ravi qu’ils jouent chez nous. Comme j’ai vécu à l’étranger, j’ai loupé plein de groupes que tout le monde a déjà vus ici (rires) ! Sinon il y a aussi Altin Gün, Molly Burch et la soirée Holàlà avec Julian Mayorga, Grabba Grabba Tape et Caliza.

Et l’an prochain, on pense à quoi ?
À Allotropiques et Superflux ! Comme je l’ai dit, ce seront deux grands moments pour nous, début 2019. La réflexion sur Terres du Son a également commencé. Les premières annonces devraient être faites d’ici quelques mois, en décembre. Ce festival, c’est tout un travail : sur la programmation bien sûr, mais aussi l’économie, l’environnement, etc.

Comment percevez-vous la vie culturelle tourangelle ?
Elle est extrêmement riche. Déjà sur le plan musical. Il y a de plus en plus de lieux. Ainsi que davantage d’assos ! Les gens y sont investis et hyper motivés. On a un vivier de groupes intéressants, notamment grâce aux écoles comme Tous en scène et Jazz à Tours.

> Infos sur letempsmachine.com

On a testé le (nouveau) Barju !

« Il fallait simplifier. » C’est ce que voulait le chef du Barju. Tmv est donc allé faire un tour au « nouveau » Barju, à Tours.

RESTO_BARJU (3)

Le restaurant n’a pas changé de place ni de propriétaires, mais sa carte et ses prix ont nettement évolué depuis janvier. « Avant on était plus élitiste sur les produits, maintenant on se rapproche plus de la brasserie traditionnelle. Il fallait simplifier », décrit le chef cuisinier Julien Perrodin.
C’est donc dans un décor sobre que les convives viennent désormais manger toute la semaine et jusqu’à 22 h le weekend. Le menu du midi à 21 € change chaque jour et contraste avec l’ancienne carte. « Je peux travailler des produits moins connus, moins chers, comme le chinchard, la vieille, des poissons moins nobles mais très bons. Je m’amuse davantage, c’est une cuisine décomplexée », explique l’ancien cuisinier du chef breton Olivier Roellinger.

Au menu ce midi, filet de lisette qui est un jeune maquereau, sauté d’agneau épicé fondant en bouche et un dessert au choix en vitrine. Là aussi, attendez-vous à plus de simplicité en pâtisserie : crème brûlée, mousse au chocolat… L’air iodé est cependant toujours bien présent au Barju. Le chef continue de se rendre deux fois par semaine dans les criées de Cancale et de Saint-Malo. La daurade laquée au curry rouge et sa purée de patate douce au citron vert, à 22 €, sont un délice de saveurs.

Bientôt, il ramènera des moules du Mont-Saint-Michel et pour les amateurs, il propose des ormeaux sauvages bretons à 49 €, sauf en juillet et août. Enfin, sa cave à vins n’a rien à envier aux grandes tables. Pour les moments du quotidien, comme d’exception.

Pauline Phouthonnesy

> 15 rue du Change à Tours. Ouvert du lundi au samedi, de 12 h à 14 h et de 19 h 30 à 21 h (jusqu’à 22 h les vendredis et samedis) et dimanche de 12 h à 14 h. Menu du midi (entrée, plat, dessert) à 21 € même le week-end, sauf jours fériés.
> Réservations au 02 47 64 91 12.

RESTO_BARJU (4)

Bienvenue au nouveau Bar Bidule !

Le café des enfants ouvre ses portes le 10 mai dans son tout nouveau local du 64 rue d’Entraigues.

Image2

À ce stade, on débarque encore dans un joyeux bazar de pinceaux, de grattoirs et de meubles qui cherchent leur place. Mais le 10 mai, promis, tout sera prêt pour l’ouverture du nouveau Bar Bidule. Bénévoles et permanents de l’association ont retroussé leurs manches pour mettre fin aux travaux. Où ? Au 64, rue d’Entraigues.

L’association créée il y a 5 ans par deux mamans tourangelles sur le modèle du café des enfants parisien, sans alcool — le Cafézoïde — a enfin trouvé son nid douillet. Elle avait quitté, en décembre, ses locaux du quai Paul-Bert voués à la démolition. Aujourd’hui, le Bar Bidule dispose d’environ 80 m2 avec une partie bar/restauration adapté aux enfants, une petite cuisine, un espace jeux, lecture et ateliers, et même un jardin !

« L’idée, c’est toujours d’être un lieu de vie et d’expérimentation où la place de l’enfant est privilégié, détaille Floriane Chabal, coordinatrice de l’association. C’est un lieu de rencontres et de socialisation qui permet d’accompagner les initiatives des enfants et des adhérents, mais c’est aussi un lieu ouvert à tous. » Le principe reste le même, les horaires d’ouverture identiques : de 10 à 18 h du mercredi au dimanche avec la possibilité d’y déjeuner mais aussi de suivre les ateliers (musique, arts plastiques, etc) proposés par les volontaires.

Mais le bouclage du budget travaux s’avérant difficile, l’association a lancé une campagne de financement participatif sur helloasso.com. Son objectif : réunir, d’ici fin mai, 2 000 € qui permettront de financer les matériaux achetés, mais aussi d’investir dans du nouveau matériel pédagogique. Une étape avant d’investir, potentiellement, dans un camion permettant de proposer plus facilement les services du Bar Bidule en mode itinérant.

> facebook.com/bar.bidule.3/ 

Un nouveau Gadawi Park à Tours

Un nouveau Gadawi Park va ouvrir à Tours Nord. Avis aux aventurier(e)s !

« Qui c’est qui ouvre un second parc aventure à Tours ?? C’est GAetan, DAvid et WIlliaaaaammmm !!! » Le message posté sur la page Gadawi Park a récolté une tonne de likes et de partages. C’est donc officiel : face au succès du parc de Joué-lès-Tours, la société Gadawi vient de se lancer dans l’ouverture de nouveaux parcours à Tours-Nord.

Depuis ce week-end, petits et grands peuvent donc tenter l’expérience au Parc des grandes brosses.  Contrairement au lac des Bretonnières, où les parcours sont créés dans du résineux, Tours Nord offrira des parcours sur des chênes parfois centenaires. « Les deux parcs sont complémentaires », précise l’équipe. Ce nouveau Gadawi Park propose sept parcours, avec chacun douze jeux, adaptés aussi bien aux enfants dès 3 ans qu’aux adultes un poil plus casse-cou. Le parc a aussi mis le paquet sur les tyroliennes, dont une à sensation de… 250 mètres !

> Gadawi Park à Tours Nord : Parc des Grandes Brosses, allée Roger-Lecotte. Contact : 07 83 28 26 10 ou sur Facebook, ainsi que gadawinord@gmail.com
> Tarifs: de 8 à 23 €.

La Chaudière : le festival qui envoie du bois

Tout nouveau, tout chaud, le festival d’hiver La Chaudière veut réchauffer les cœurs et les corps, entre son côté pluridisciplinaire, sa grosse programmation et ses 3 jours de fête dans 4 500 m2.

LA GENÈSE DU FESTIVAL

« La Chaudière est née il y a un an et demi, du désir d’une bande de potes — la plupart dans le milieu associatif et culturel de Tours notamment — de lancer un festival pluridisciplinaire. On avait besoin de faire un truc différent, pour clôturer l’hiver et lancer la saison », résume Margaux Bonnet, du festival.
Leur besoin d’un grand espace les pousse à investir les entrepôts désaffectés de la rue des Magasins Généraux à Saint-Pierre-des-Corps. « Il y a 4 500 m2, donc c’est énorme. C’est obligé, avec nos deux scènes et toute notre programmation. » Ce festival, mis sur pieds par l’association La Chaudière et en partenariat avec Radio Béton !, a choisi de miser sur l’éclectisme. Au programme ? Musique, danse, théâtre et expos, rien que ça.

SUR UN AUTRE CRÉNEAU

La philosophie de La Chaudière ? « C’est de proposer quelque chose de pluridisciplinaire et de toucher tous les publics. On peut venir entre potes, avec ses enfants, les grands-parents, etc. », indique Margaux Bonnet. Preuve en est avec l’amplitude horaire : le festoche lancera les hostilités à 18 h le vendredi, mais se finira à 3 h du matin et 4 h, le samedi. « C’est quelque chose de très convivial. On veut faire découvrir des arts, comme le cirque, et aussi des artistes, proposer quelque chose de différent, de novateur. »

CÔTÉ PROG’ 

Dévoiler l’intégralité de la programmation nous prendrait 10 pages. Alors on vous la fait courte et vous n’aurez qu’à filer sur leur site internet pour le détail ! Mais sachez que le 18 mars, il y aura par exemple La Smalla, Etienne de Crécy, Stand High Patrol, Dirty Zoo. Le lendemain, place à Roller 79, Grems, De Staat ou encore les créations de la Compagnie des 100 Issues et Magnetic Ensemble. Pour enrober le tout, La Chaudière a prévu des happenings, des déambulations et un espace exposition, avec Pussifolies, Nep, Chloé Boureux, Yannick Mouré…
Et ô surprise, le dimanche 20 mars, c’est la birthday party des Îlots électroniques ! « Ils voulaient un lieu extraordinaire pour leurs 2 ans. On s’est croisés et on pouvait bénéficier de leur notoriété », rappelle Margaux Bonnet. À savoir que les journées du vendredi et samedi sont payantes (*), mais le dimanche est gratuit.

UN PROJET AUTO-FINANCÉ

Non seulement le festival La Chaudière a été monté très rapidement, mais il est aussi auto-financé. Plutôt risqué, non ? « Oui, effectivement, mais c’était notre désir. Nous n’avons pas demandé de subventions, nous ne voulions pas dépendre de ça », répond Margaux Bonnet. « Un challenge supplémentaire » pour le festival : ce sont les bénévoles qui ont par exemple mis de leur poche. Il y a aussi eu des demandes de dons. Pour rentrer dans les clous (et permettre de futures éditions !), l’équipe espère plus de 3 500 personnes.

EN CHIFFRES

200 bénévoles
+ de 25 groupes, Djs, danseurs, artistes, compagnies
10 expos (sculpture, dessin, peinture)
2 salles pour…
4 500 m2 d’espace redécoré
3 jours de fête !

(*) Festival La Chaudière, du 18 au 20 mars, 10 rue des magasins généraux à Saint-Pierre-des-Corps. lachaudierefestival.com ou sur Facebook. Tarifs : pass festival 2 jours : 36 € (uniquement en préventes). Pass soirée : 20 € (ou 24 € sur place).

Ça se passe à Tours : bar à bières, orientation et patinoire !

Un nouveau bar à bières (et nouveau concept), la patinoire qui file du rab ou encore le Bibliovore et les travaux du tramway : l’actu tourangelle en 30 secondes.

A la vôtre, les Tourangeaux !

BAR À BIÈRES : NOUVEAU CONCEPT À TOURS
À vos pintes ! Le 22 janvier ouvrira le Fût et à mesure, un nouveau concept de bar à bières à Tours, importé de Lille. Il y aura, sur chaque table, une pompe à bières et « dans la poche du client, une puce RFID lui permettant de se servir seul, au gré de ses envies », précise Louise Roussel, la chargée de comm’. Ce sont Alexis Kaiser et Maud Préteux qui tiendront les lieux, à deux pas de la place Plumereau.
> Au Fût et à mesure, 24 rue de la Monnaie.

FORUM ORIENTATION
On vous en parlait juste là : le Forum de l’orientation se tiendra à Tours vendredi 15 et samedi 16 janvier, au Parc des expositions. Collégiens, lycéens et étudiants auront de quoi faire, avec différents pôles formations, métiers et informations pour savoir quoi faire de sa vie (si, si, c’est important, on vous jure).
> De 9 h à 17 h. Entrée libre.

BIBLIOVORE : LE RETOUR
On dirait un titre de film d’horreur, sauf que le Bibliovore, c’est le sympathique Corentin Halley. Un ancien prof de français qui a lancé sa boutique en ligne d’achat et revente en ligne de livres. Sa success- story l’amène à faire son retour dans le Vieux Tours. Jusqu’au 29 janvier, il est possible de vendre ses bouquins qui seront repris au cours de l’argus. Conditions ? Ils doivent être en bon état et posséder un code-barres.
> Au 28 rue Briçonnet, du lundi au vendredi. De 9 h à 13 h et de 15 h à 19 h. Estimation sur place.

Du temps supplémentaire pour chausser les patins (ou en rouler, au choix) (Photo Hugues Le Guellec)

PATINOIRE À TOURS
FERMETURE DÉCALÉE
La patinoire place Anatole-France aurait dû fermer dimanche 10 janvier… Finalement, elle restera ouverte jusqu’à fin janvier. « Les gérants, qui sont satisfaits de leur saison, nous ont demandé s’ils pouvaient rester jusqu’à la fin du mois. On a accepté, même si la date de fermeture n’a pas encore été arrêtée », a indiqué Céline Ballesteros, adjointe au commerce.

CONSEIL MUNICIPAL
POUVOIR AUX JEUNES !
Nous en parlions dans notre numéro 190 : Tours aura bel et bien son conseil municipal des jeunes. La Ville emboîte le pas à Joué-lès- Tours et Fondettes. L’ ensemble des élèves de 4e de Tours sont donc appelés, ces prochains jours, à élire leurs représentants à ce « CMJ ». Une quarantaine de collégiens (parité filles-garçons respectée, oui, oui !) seront élus et se réuniront à l’Hôtel de ville pour proposer des projets qui, à n’en pas douter, feront bouger Tours. Les jeunes élus seront investis le 30 janvier.

ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES
APPEL AUX AMBASSADEURS
Le Bureau information jeunesse 37 (Bij37) lance le réseau des jeunes ambassadeurs de l’égalité femmes/hommes. Un projet destiné à celles et ceux qui sont révolté(e)s par les inégalités et qui souhaitent se rassembler « pour échanger autour de cette thématique et mettre en place des actions, en fonction des propositions et envies de chacun », indique le Bij.
Le rendez-vous aura lieu mardi 19 janvier, à 18 h 30, au Bij37 (57, avenue de Grammont). Inscriptions au 02 47 64 69 13 ou sc2@bij37.fr

TRAMWAY
DES TRAVAUX LA NUIT
De nouveaux travaux de meulage auront lieu sur la ligne du tram. Ils se dérouleront jusqu’au 15 janvier, de 22 h à 4 h du matin, puis du 18 au 22 janvier aux mêmes horaires. D’abord dans les secteurs sud (Suzanne-Valadon, Deux-Lions, Joué-hôtel de ville et Jean-Monnet) puis au nord la 2e semaine (Vaucanson, Maréchal-Juin, avenue de l’Europe).
Ces opérations de meulage sont nécessaires pour limiter les crissements au passage du tramway.

Préparez les boules quiès pour les prochaines nuits ! ((Photo Hugues Le Guellec)

Upper Burger : eat me, I’m famous

Ultra connu à Bordeaux, Upper Burger débarque maintenant à Tours. Il fallait bien que l’on teste !

Ça sent encore le vernis frais et le bois neuf : l’Upper Burger a ouvert ses portes il y a moins de deux semaines. Si la déco blanche et rouge, dans un style un peu scandinave, fait craindre une cuisine standardisée, on comprend vite qu’Upper Burger n’a rien à voir avec une chaîne, encore moins un fast food.
Devant nous, deux clients sont un peu déboussolés. Le patron leur explique gentiment le concept : les burgers sont confectionnés à la commande, à eux de choisir ce qu’ils mettent dedans. La carte accrochée au-dessus du comptoir propose des burgers de base (steak ou poulet, avec cheese ou bacon, ou, soyons fou, les deux) à customiser de légumes frais ou grillés, de pickles et d’une sauce. La maison en propose sept. Y a plus qu’à choisir. Et c’est dur. « C’est de la cuisine rapide mais les clients doivent savoir qu’ils peuvent attendre 10 minutes avant de passer leur commande, explique Pierre- Jean, le gérant, puisqu’on ne sert que du sur-mesure. »

Upper Burger est né à Bordeaux en 2012. Pas encore une chaîne, mais le resto de Tours est déjà le troisième à ouvrir. On le doit à Pierre-Jean, un Tourangeau qui a tenu à l’importer place Plum’ : « Les créateurs d’Upper sont des amis et je trouvais que ça manquait à Tours. Ce qui cartonne le plus, c’est les steaks végétariens et les frites à la sauce cheddar. On la fait nous-même. » Nous, on vous recommande la sauce Upper au piment d’Espelette, une vraie tuerie qui relègue la sauce barbecue au rang de bouillie pour les chats. Outre la fraîcheur des ingrédients préparés chaque matin et ses frites maison découpées avec amour, l’Upper burger se distingue par un pain délicieux, fabriqué par un boulanger tourangeau selon une recette maison sans doute aussi bien gardée que celle du Pepsi. Et rien que pour ça, on a envie d’y retourner. La bonne idée en plus ? La petite lingette rince-doigts offerte. La street food, c’est bon, mais ça graisse. Et pas que les fesses.

27 rue du Change, à Tours.

Ouvert du lundi au dimanche, de 12 h à 15 h et de 19 h à 22 h 30. Tél. 02 46 10 44 20.
Burger à partir de 8 €. Menu burger + frites + boisson : 11 à 13 €. Menu kid à 8,50 €.

Escape Game : le tombeau du pharaon sera-t-il le vôtre ?

Le nouveau jeu d’évasion grandeur nature Escape Yourself fait un carton à Tours. Après Le secret de Léonard de Vinci et Contamination, deux nouvelles pièces viennent de voir le jour. Tmv a eu accès, en avant-première, à Pharaon. Et comme on est gentils, on a décidé de vous donner quelques indices. On vous laisse faire le tri !

LE CONCEPT DE L’ESCAPE GAME

Une énigme, une équipe de 2 à 6 joueurs et 60 minutes, pas une seconde de plus, pour trouver comment sortir de la pièce dans laquelle on vient de vous enfermer. Pour réussir, un zeste de matière grise et une grosse cuillère de logique, à mélanger avec un sens de la fouille bien développé suffiront ! (souvenez-vous, tmv avait testé la première pièce ICI)

PHARAON, À LA RECHERCHE DES TRÉSORS DE L’ÉGYPTE

Pour cette nouvelle énigme, le dépaysement est total. Vous vous retrouvez en l’an -1184, quand le jeune Pharaon Siptah accède au pouvoir. Se sentant manipulé par ses conseillers, il se dit que la fin est proche. Il sait déjà où se trouve son futur tombeau dans la Vallée des rois : la tombe KV47. Il décide alors de cacher dans sa future demeure mortuaire les plus grands trésors de l’Égypte. Ce sont ces trésors, que vous, aventuriers lecteurs de tmv, allez tenter de récupérer. Mais pour y arriver, il va falloir être rapide. Car Siptah n’a pas fait que cacher ses trésors, il a aussi maudit son tombeau, et quiconque y restera plus de 60 minutes sera maudit à jamais…

Si vous vous sentez l’âme d’un Champollion, pas de doute, cette énigme est pour vous. Car il se pourrait bien que vous ayez un peu de lecture. Nous, on fait des recherches (ouais, ouais) et d’après la Pierre de Rosette, le bonhomme en bas à gauche, ça veut dire « dieu » et la croix de Ankh au-dessus « vie ». Ça ne vous avance à rien ?

Image19

Il se pourrait bien que quelqu’un vous observe durant votre quête… Nan, ce serait trop facile. Et si ça avait quelque chose à voir avec des mesures ? À l’époque, les Égyptiens l’utilisaient pour écrire des volumes en fractions, avec un dénominateur de 64. Si on était vous, on réviserait mos cours de maths. On dit ça, on dit rien.
Image20

Quand on vous dit qu’il faut trouver un trésor ! Un vrai beau trésor qui brille de mille feux avec des pièces, des bijoux, des diamants, des vases, toussa quoi. À vue de nez, on tape dans le million, facile. Nous, on sait où il est, mais on vous le dira pas. Mouahahah.

Image22

Hey, coucou toi. Sympa le style cheveux longs et couronne à la mode Reine Elisabeth. D’après une certaine encyclopédie en ligne, c’est le maître de l’eau fraîche. Classe ! D’ailleurs, peut-être bien que quelque chose se cache dans sa coiffe (soit dit en passant, beaucoup trop grande pour lui). Ou pas.
Image24

Allez, on vous donne quand même un petit indice : vous ne sortirez pas du tombeau sans avoir trouvé cette urne. Encore faut-il avoir fait marcher ses neurones pour arriver jusque-là (vous comprendrez quand vous y serez). Eh oui, pas de logique, pas d’urne. Pas d’urne, pas de trésor. Pas de trésor… ben, pas de trésor !
Image21

KIDNAPPÉS, BIG TURNER IS WATCHING YOU

Un chouia plus difficile, l’autre salle plongera les joueurs au coeur des années 80, dans le sinistre appartement d’un ancien officier de police, John Turner. Il n’est plus le même homme depuis qu’il a été démis de ses fonctions. Reclus, il sombre petit à petit dans la folie. Son rêve désormais : devenir l’un des plus grands tueurs en série de l’histoire. Et malheureusement pour vous, sans le savoir, vous avez croisé sa route hier soir. Depuis, c’est le trou noir. Vous ne vous souvenez de rien, à part de votre réveil, ici, dans l’antre de John. Pour retrouver la liberté, vous allez devoir vous montrer plus malin que lui…

Image23

>>INFOS PRATIQUES
Pour les novices, on vous conseille de commencer par la toute première pièce créée par Escape Yourself, « Le secret de Léonard de Vinci ». Au même endroit, 53 bis rue Léon-Boyer, vous pourrez également chercher l’antidote du virus IB7A-H qui vous permettra de sauver le monde (oui, rien que ça) dans la salle « Contamination ». Attention, les deux nouvelles énigmes se trouvent quant à elles au 21, rue Etienne-Pallu, à côté des Galeries Lafayette.
Tarifs : de 19 € à 30 €, selon le nombre de joueurs et l’horaire. Pensez à réserver à l’avance sur escapeyourself.fr ou au 06 28 48 00 34.

 

 

Par Camille Petit

Huet et Pardo : buenisimo !

Tours est aux couleurs du monde. Cette semaine, on visite l’Espagne avec le nouveau venu Huet et Pardo, installé rue Michelet !

Ambiance familiale dans ce nouveau resto de la rue Michelet. (Photos tmv)
Ambiance familiale dans ce nouveau resto de la rue Michelet.
(Photos tmv)

Tours est bien pourvue en petits bistrots, en brasseries, en restaurants asiatiques ou bars à vin, mais les adresses espagnoles ne courent pas vraiment les rues. Huet et Pardo vient combler ce petit manque avec une formule plutôt originale. Pas vraiment restaurant classique ni tout à fait bar à tapas, Huet et Pardo propose avant tout une spécialité de la péninsule ibérique : le chocolate con churros. Pour ceux qui n’ont jamais testé, c’est une sorte de chocolat chaud très épais qui sert à tremper des beignets (style chichi) au sucre. C’est à tomber. Servi tout l’après-midi, c’est le goûter gourmand assuré.

Mais Huet et Pardo sert aussi des assiettes de tapas le midi. C’est cela que nous sommes allés tester. Nous y sommes passés le deuxième jour d’ouverture. Huet et Pardo est un peu caché, au début de la rue Michelet (juste en face du gymnase Caméo). C’est Carmen qui nous reçoit. Jean-Philippe, son mari, est en cuisine. L’accueil est agréable, souriant, presque familial. On sent que le lieu commence tout juste et qu’il vit déjà, des amis du couple passent dire bonjour.
Enjouée, Carmen met tout de suite à l’aise. À la carte, pas de choix pour manger le midi : c’est un plat unique. On a à peine le temps de regarder autour de nous que l’assiette de tapas arrive déjà. C’est frais, bien présenté, simple. Les tapas typiques (l’empanada, par exemple, ou la tortilla) côtoient les créations de Jean-Louis (on citera les aubergines farcies). Une vraie cuisine familiale. La déco est dans la même veine. les meubles et la vaisselle ne sont pas clinquants mais choisis avec goût. Les murs blancs apportent encore plus de lumière et donnent l’impression d’être dans un lieu plus grand que dans la réalité. Huet et Pardo fait partie de ces adresses honnêtes, rapides et de qualité qui vous raviront le midi.

DANS L’ASSIETTE
LE PLAT
Comme vous pouvez le voir, on picore plein de bonnes choses chez Huet et Pardo. On a adoré l’empanada et les aubergines farcies à la viande (ce n’est pas forcément espagnol, mais délicieux quand même). La salade est fraîche, bien assaisonnée. Le chorizo est de bonne qualité. Un vrai aperçu de la cuisine ibérique.

L’ADDITION
Pour l’assiette de tapas, comptez 12 euros. Avec le dessert (on a pris des fraises au caramel balsamique, c’était frais et rafraîchissant), vous rajoutez environ 3 € à l’addition. Et si vous venez goûter, le chocolate con churros vous coûtera 3,50 €, en plus, jusqu’au 30 mai, la deuxième portion est offerte.

PRATIQUE
Huet et Pardo se situe au 30 rue Michelet. Résa au 02 47 61 96 82. Pour plus d’infos, leur Facebook.

Chroniques culture #57

Du nouveau Spirou au DVD de Night Call, en passant par Resident Evil et Royal Thunder côté disque : nos chroniques culture.


LE DVD

NIGHTCALL
Branché sur les fréquences radio de la police, Lou parcourt Los Angeles pour filmer accidents et meurtres. Il revend les images choc à prix d’or aux télés, prêt à tout pour son scoop. Une nouvelle fois, Jake Gyllenhaal, tétanisant et cynique, est magistral. Dans cette allégorie sur la course à l’info, l’amoralité étouffe le spectateur. C’est brillant et tristement féroce. L’amateur de suppléments se rabattra sur le commentaire audio du réalisateur Dan Gilroy. Le reste des bonus ne valant pas très cher…

A.G.

LE CD
ROYAL THUNDER – CROOKED DOORS
Venus d’Atlanta, États-Unis, les Royal Thunder proposent un rock progressif, entre rythmiques lourdes et plus atmosphériques. La voix solide et groovy à souhait de Miny Parsonz (prestation bluffante de la chanteuse, lorgnant vers le hard-rock) enveloppe cette musique trempée dans les 70s, la transporte loin, la fait voler (« The Line », ou encore « Time machine »). Habiles montées en crescendo, mélodies lumineuses et planantes… La Géorgie a accouché d’un grand groupe.
A.G.

LA BD
LE SPIROU DE… LA GROSSE TÊTE
Depuis plus de 75 ans, le petit groom en uniforme rouge des éditions Dupuis est un des exemples de longévité inégalé du 9e Art. Avec cette variation autour d’un des albums mythiques de la série, le volubile duo Makyo/Toldac au scénario, et l’épatant Téhem au dessin, ce Spirou new look est une totale réussite. Tous les personnages mythiques de la série sont au rendez-vous, tout comme les gags et les péripéties. Le troisième âge n’est pas encore pour Spirou, désormais intemporel, voire immortel !
Hervé Bourit

LE JEU VIDEO
RESIDENT EVIL – REVELATIONS 2
Des couloirs sombres, des mutants comme s’il en pleuvait, une musique stressante… Bienvenue dans l’univers de Resident Evil : Revelations 2. Signé Capcom, le nouvel opus de cette légendaire saga vous propose d’incarner deux tandems perdus sur une île mystérieuse peuplée de créatures sanguinaires. Mélange d’action, d’exploration et d’énigmes, Revelations 2 est à savourer en solo ou en multi.
> + 18 ans, PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One, de 40 à 45 €.
L.Soon

Analyse : Tours vire au bleu

Les municipales 2014 sont terminées. Tours est passée à droite et sera gérée par Serge Babary. Analyse de ce qui l’attend.

(Photo NR Patrice Deschamps)
(Photo NR Patrice Deschamps)

Dimanche soir, Jean Germain, au moment de reconnaître sa défaite, avec une indéniable dignité, avait assuré que l’équipe sortante ne pratiquerait pas la politique des tiroirs vides et de la déchiqueteuse à papier.
Et c’est vrai que nombreux sont les dossiers sur lesquels le maire élu, Serge Babary et son équipe vont avoir à se positionner très rapidement. La question des rythmes scolaires et la grogne qui s’en est suivie à Tours (dont la municipalité sortante avait sans doute sous-estimé la portée) a toutes les chances de revenir sur la table. Il ne pourra pas être question de remettre en cause la loi en elle-même, il faudrait un retour en arrière gouvernemental pour cela, mais l’application du texte, notamment en ce qui concerne les horaires et l’organisation des activités périscolaires, relève de la compétence municipale.
Côté urbanisme, il faudra statuer sur la deuxième ligne de tram, dont on peut présager qu’elle ne sera pas une priorité pour la nouvelle
équipe. Le nouveau maire n’a jamais caché son scepticisme quant à cette réalisation phare de son prédécesseur.
Quid, encore, du vaste projet de réaménagement du haut de la rue Nationale ? Et de l’îlot Vinci ? Et de la cité Mame, destinée par l’équipe Germain à devenir un pôle d’enseignement des arts graphiques ? Pour ce qui est du virage Nascar du Parc Expo, l’affaire semble entendue : il faudra sans doute reboucher les premiers trous du chantier. Issu du monde économique (chef d’entreprise et président de la CCI), Serge Babary aura sans doute à cœur d’envoyer un message fort aux entreprises et aux commerçants de la ville. Enfin, précision importante, apportée dès dimanche soir sur le plateau de TV Tours, par l’intéressée elle-même : Sophie Auconie, 2e de liste, ne sera pas première adjointe à Tours. Elle préfère se concentrer sur sa fonction de députée européenne et, surtout, sur la campagne électorale à venir. Autre joute politique qui s’annonce bien difficile pour la gauche, autant au niveau local que national.
Matthieu Pays
√ 44,06 %
C’est le taux d’abstention relevé pour la ville de Tours, lors du second tour des municipales. Il était de 47,62 % au premier tour.

Le n°117 de tmv est sorti

Et un nouveau numéro, un ! Le sommaire et le téléchargement, c’est ici…

Le nouveau numéro de tmv sort ce mercredi, mais la version PDF (gratuite !) est déjà disponible en avant-première. Côté sommaire, pour ce N°118, on retrouve :
Notre dossier : une visite du chantier du Point Haut avec la Compagnie off et le pOlau. Deux pages de reportage sur ce futur lieu de création urbaine, à Saint-Pierre-des-Corps
Cinéma : on a vu 12 years a slave… La première grosse claque de 2014. Ainsi que d’autres critiques (Yves Saint-Laurent, A coup sûr, Les Brasiers de la colère…)
Culture : un petit tour chez Colette, ça vous dit ? Suivez-nous !
Actu : et si on ouvrait les bibliothèques…la nuit ?
Ainsi que du buzz, un voyage, une page resto sur La Rose d’Ispahan, l’horoscope et vos rubriques habituelles.
Pour le télécharger, c’est ici !
UNE