Législatives : les 14 candidats à Tours

Ils sont plus de 60 candidats en Indre-et-Loire pour les législatives des 11 et 18 juin. Dans la circonscription de Tours (la 1re d’Indre-et-Loire), ils sont 14. On fait les présentations.

Capture

CÉLINE BALLESTEROS (LES RÉPUBLICAINS)
Les Tourangeaux la connaissent surtout en tant qu’adjointe au commerce : Céline Ballesteros s’est lancée dans la bataille des législatives sous la bannière LR-UDI. Durant la campagne, elle a défendu les entreprises « pour créer de l’emploi », ainsi que « les valeurs de la droite et du centre ».

LIONEL BÉJEAU (DIVERS DROITE)
Le rapprochement de Dupont- Aignan et Le Pen ne lui a pas plu : Lionel Béjeau a donc décidé de décoller l’étiquette Debout La France qu’il portait. L’adjoint et médecin se présente donc aux législatives en tant qu’indépendant, pour défendre ses « idées gaullistes, humanistes, patriotes ».

CLAUDE BOURDIN (LA FRANCE INSOUMISE)
Investi par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, Claude Bourdin, commercial de 52 ans, veut poursuivre la dynamique des fameux Insoumis. Fustigeant la « monarchie républicaine », il a placé sa campagne sous le signe du social, de l’écologie et de la vraie démocratie citoyenne.

ANNE BRUNET (LO)
Enseignante et militante, Anne Brunet, 50 ans, veut « porter la parole des travailleurs ». Érigeant le capitalisme et les grands dirigeants comme adversaires – « et non l’étranger ou l’Europe » – elle estime la situation de plus en plus difficile. Une seule solution selon elle, la lutte.

PHILIPPE CHALUMEAU (EN MARCHE)
Depuis juin 2016, il est responsable du mouvement En Marche au niveau du département. Philippe Chalumeau, médecin à Chambray, souhaite surfer sur l’élection d’Emmanuel Macron. Pendant la campagne, cet ancien élu PS au conseil municipal a dit vouloir « faire de la politique autrement ».

PHILIPPE CONTE (UPR)
C’est la ligne suivie par François Asselineau qui l’a séduit. Philippe Conte, 50 ans, marche pour l’UPR. Quitter l’Union européenne, abandonner l’euro, tout comme l’Otan, voilà ce que voudrait défendre le candidat qui estime aussi que la démocratie a été « confisquée par une oligarchie ».

CHRISTOPHE DUPIN (EELV)
Ce professeur de Sciences économiques à Joué y croit dur comme fer : les Verts ont toutes leurs chances. Engagé dans la vie locale (Ohé du bateau notamment), Christophe Dupin souhaite maintenant le maximum de députés écologistes, afin d’aider Nicolas Hulot dans le nouveau gouvernement.

BRUNO DE JORNA (577 POUR LA FRANCE)
Travail, éducation, formation et famille : voilà les 4 axes pour ce membre de 577 pour la France, un mouvement qui regroupe des candidats de la société civile. À 60 ans, ce cadre commercial assure « connaître la vraie vie » et trouve « insupportable » qu’il y ait 6 millions de chômeurs.

JEAN-PATRICK GILLE (PS)
L’un des visages les plus connus de la circonscription. Le député sortant estampillé PS a voulu se rapprocher de l’électorat, en organisant des ateliers citoyens. De quoi, d’après Jean-Patrick Gille, « faire émerger des idées » et allier proximité et travail parlementaire. Il brigue là son 3e mandat.

EMMANUEL LAKIERE (DEBOUT LA FRANCE)
Inspecteur des finances publiques, Emmanuel Lakiere, 46 ans, roule pour le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Sa triple priorité ? L’emploi, la santé et l’éducation. Adepte des réseaux sociaux, il dit parler aux gens au quotidien pour mieux comprendre leurs attentes et convaincre les Tourangeaux.

LAURENCE LECARDONNEL (FN)
Cette Tourangelle de 55 ans, qui travaille dans le secrétariat de direction, estime qu’elle est « une candidate du peuple » qui connaît leurs problèmes et qui « se lève tôt ». Laurence Lecardonnel représente le FN dans une circonscription qu’elle décrit elle-même comme pas si simple.

LÉONARD LEMA (PCF)
Il n’a que 22 ans, mais c’est lui que le Parti communiste a désigné. Celui qui lisait Marx à 14 ans a mobilisé les étudiants tourangeaux contre la Loi travail. Avec un riche parcours de militant derrière lui, il a été qualifié de « jeune agitateur de consciences » par le journal L’Humanité.

MARIA LOIRE (ALLIANCE ÉCOLOGISTE INDÉPENDANTE)
Marie Loire s’est toujours investie dans la vie locale et le milieu associatif. Membre de l’Alliance écologiste indépendante, cette retraitée de l’Éducation nationale, âgée de 68 ans, aimerait que l’écologie soit présente « dans tous les domaines de la vie », de l’économie à l’éducation.

MATHILDE ZICCA (PARTI ANIMALISTE)
« Les animaux comptent, votre voix aussi. » Le slogan émane du Parti animaliste. Celui-là même que représente Mathilde Zicca. Très active, sur Facebook notamment, elle souhaite – à travers son parti – défendre les intérêts des animaux, mais aussi repenser leur relation avec les humains.

Un Autre jour en France : film collectif

Un Autre jour en France, c’est un film collectif regroupant plusieurs courts-métrages. A l’approche de la présidentielle, une nouvelle façon de voir le pays, grâce à des collectifs de la région.

2ec2760cab65d2b1b75cad00c3a706

Il s’appelle Un Autre jour en France et c’est un film collectif en réponse à un monde politique et des médias « paraissant bien déconnectés du monde réel à l’approche de la présidentielle ».

Ce projet régional regroupe onze courts-métrages. Au programme, 12 réalisateurs pour 90 minutes de scénettes animées, une virée à travers « une autre France, à la veille d’un rendez-vous électoral ». Produit par les collectifs Sans Canal Fixe (Tours), Cent Soleil (Orléans) et la télévision BIP TV (Issoudun), cet ensemble de films politiques se veut à contre-sens.
Une carte blanche, une totale liberté, certes, mais aussi et surtout un nouveau regard.

Pour finaliser ce projet, une campagne de financement participatif a été lancée. À l’heure où nous mettons sous presse, plus de 40 % de la somme demandée (5 000 €) avaient été récoltés. La date du jeudi 13 avril est d’ores et déjà à noter : une avant-première d’Un Autre jour en France aura lieu, salle Thélème.

[vimeo]https://vimeo.com/205521575[/vimeo]

C’est quoi un président américain (by the way) ?

On dit de lui que c’est l’homme le plus puissant de la planète. Mais quels sont les vrais pouvoirs du président américain ?

Image1

L’ABSENCE DE POUVOIRS EXCEPTIONNELS

La Constitution américaine ne permet pas au président américain de s’octroyer les pleins pouvoirs en cas de crise, comme l’autorise l’article 16 de la Constitution française.

LE DROIT DE GRÂCE

Comme le président français, le chef d’État américain peut gracier, amnistier ou accorder un sursis pour les crimes fédéraux. Ce pouvoir est d’autant plus important que la peine de mort existe dans certains États américains.

LA DÉCLARATION DE GUERRE

Le président est chef des armées et de la garde nationale. La Constitution donne au Congrès le pouvoir de déclarer la guerre mais la décision d’envoyer les troupes au combat revient en réalité au président.

L’IMPOSSIBILITÉ DE DISSOUDRE LE CONGRÈS

Le président américain ne peut agir sur le pouvoir législatif en raison du principe de « checks and balances » (séparation des pouvoirs). Il lui est donc impossible de dissoudre le Congrès en cas de crise ou d’absence de majorité.

LA DESTITUTION

Le président peut être destitué en cas de mise en accusation ou de condamnation pour trahison, corruption ou crimes. La destitution est alors votée par la Chambre des représentants. C’est ce qui est arrivé à Bill Clinton en 1998 après le scandale du Monicagate. Il a toutefois été acquitté par le Sénat.

LA COHABITATION

Les élections de mi-mandat entraînent parfois une cohabitation qui se révèle être un handicap de taille pour le président. Dans ce cas, le chef d’État doit alors composer avec l’opposition et rechercher toujours le consensus, au risque d’être systématiquement bloqué par le Congrès.

LE DROIT DE VETO

C’est son arme suprême. La Constitution donne au chef d’État le pouvoir de renvoyer au Congrès un projet de loi voté par les deux assemblées. La simple menace d’un recours au veto peut parfois suffire à influencer un vote. Toutefois, son efficacité est relative : si le texte est voté une seconde fois à la majorité des deux tiers, la loi est promulguée.

(et si vous voulez tout savoir sur les élections américaines, c’est par ICI que ça se passe)

Par Camille Petit

Comprendre les Régionales en 5 minutes chrono

Au mois de décembre, on a plus l’habitude de choisir ses cadeaux que ses élus. Mais comme cette année, vous avez droit aux Régionales, on s’est dit qu’on allait vous faire comprendre l’élection en 5 minutes chrono.

POURQUOI VOTER ?

Si vous voulez plus de TER le matin, allez voter ! La région choisit ses axes de développement économiques et l’aménagement de son territoire. Par exemple :
– La gestion des lycées et financement des filières d’apprentissage (50 % du budget de la région Centre)
– La formation et l’orientation des étudiants (gestion des CROUS et CIO) – le financement d’actions de formation pour les salariés des secteurs en difficultés et les chômeurs.
– Le soutien aux PME et au tissu économique via des actions de filières (agriculture, industrie, recherche, tourisme…)
– Le transport ferroviaire : 20 % du budget de la région (TER, articulation des bus et des trains, transport scolaire à partir de 2017)

CaptureCOMMENT CA MARCHE ?

C’est un scrutin proportionnel, avec prime majoritaire. Au premier tour, le 6 décembre : si une liste recueille 50 % ou plus des votes, elle reçoit le nombre de siège proportionnel, plus un quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.
Au second tour (le 13 décembre) : si aucune liste n’obtient la majorité absolue, celles ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés participent au second tour. La liste qui arrive en tête obtient automatiquement la prime majoritaire, soit le quart des sièges au conseil régional en plus du nombre de sièges lié à son score. Le reste des sièges est ensuite réparti entre les listes ayant recueilli au moins 5 % des suffrages exprimés. A savoir : entre les deux tours, les listes peuvent fusionner avec d’autres ayant obtenu au moins 5% des votes. L’entre-deux tours est donc une période de fortes tractations politiques, chacun essayant de conserver son influence et de peser sur les futures décisions votées par la Région. Chaque département sera représenté par 2 conseillers minimum, 4 pour ceux de plus de 100 000 habitants.

ON NE SAIT PAS QUI ON ÉLIT

C’est vrai, pas facile de connaître chaque candidat puisque les listes sont communes à tous les départements. Mais elles sont tronçonnées par département, en fonction de son poids démographique. Plus un département va voter, plus il sera représenté au niveau régional. Ça vaut le coup d’être chauvin, pour une fois, non ?

COMMENT FONCTIONNE LE CONSEIL RÉGIONAL ÉLU ?

Les 77 membres du Conseil régional élisent le Président du Conseil régional : il dirige l’Assemblée régionale qui se réunit 4 fois par an pour voter les politiques de développement et le budget. En dehors de ces grandes orientations, les élus se répartissent en 11 commissions de travail.
Une Commission permanente composée de conseillers régionaux se réunit une fois par mois et prend les décisions sur les dossiers.

QUI SE PRÉSENTE ?

Huit listes ont été déposées en région Centre-Val-de-Loire. Elles sont présentées dans l’ordre, attribué par tirage au sort, dans lequel elles apparaissent sur les panneaux d’affichage.
Liste Front national présentée par Marine Le Pen, menée par Philippe Loiseau (conseiller jusqu’en 2014). Tête de liste pour l’Indre-et-Loire : Daniel FRACZAK

L’UPR avec François Asselineau Le parti qui monte malgré le silence des médias, menée par Thierry Fouquiau. Tête de liste pour l’Indre-et-Loire : Saïd HAREK

Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs, menée par Farida Megdoud. Tête de liste pour l’Indre-et-Loire : Jean-Jacques PRODHOMME

Debout la France avec Nicolas Dupont-Aignan, menée par Alix Penloup. Tête de liste pour l’Indre- et-Loire : Patrice COURT-FORTUNE

Centre-Val de Loire, la Renaissance !Union de la droite (UDI – LR – MoDem), menée par Philippe Vigier (conseiller jusqu’en 2014). Tête de liste pour l’Indre-et-Loire : Claude GREFF

Écologistes, citoyens et solidaires (Europe-Ecologie- Les-Verts), menée par Charles Fournier (conseiller jusqu’en 2014). Tête de liste pour l’Indre-et-Loire : Benoît FAUCHEUX

À fond ma région – Union de la Gauche (PS – PRG), menée par François Bonneau (président sortant). Tête de liste pour l’Indre-et- Loire : Jean-Patrick GILLE

Rassembler avec l’Humain au Centre (PCF – MRC), menée par Nicolas Sansu

Capture2

Elections algériennes : "Nous aspirons à la paix"

Les présidentielles algériennes se terminent ce jeudi soir. Rencontre avec Salah Merabti, président honoraire de l’Association des Algériens de Tours-Val de Loire.

Salah Merabti dans la salle du Champ-Girault transformée depuis plusieurs jours en bureau de vote. (Photo tmv)
Salah Merabti dans la salle du Champ-Girault transformée depuis
plusieurs jours en bureau de vote. (Photo tmv)

Vous dites venir souvent au bureau de vote installé au Champ-Girault. Sentez-vous une dynamique ?
Nous avons eu quand même de nombreux votants, notamment le week-end dernier. Le temps pour voter était assez long, pour permettre aussi à la communauté de toute l’Indre-et-Loire de venir. Ce vote, c’est aussi un moyen de dire qu’en étant ensemble, nous pouvons faire bouger les choses pour la communauté algérienne d’Indre-et-Loire. Ça nous permet d’avoir la parole, d’être écoutés par le pays d’accueil mais aussi par celui d’origine.

Les médias français ont parlé de la campagne, mais pas toujours de manière positive, qu’en pensez-vous ?
Pour moi, l’Algérie a beaucoup souffert des années 1990, le terrorisme a fait du mal aux Algériens. Aujourd’hui, les pays voisins ont connu une révolution et restent parfois instables. Nous aspirons à la paix, nous voulons quelqu’un qui guide le pays, sans sombrer dans la violence.

La mauvaise santé du président Bouteflika a été beaucoup commentée voire critiquée, quel est votre sentiment ?
Là, je parle comme citoyen algérien, pour moi le pays ne peut pas vivre de changement brutal. Mais il faut également laisser toutes les opinions s’exprimer, tous les partis. La richesse de l’Algérie, c’est la diversité des idées. Nous devons aller vers l’alternance, mais doucement, surtout pas de manière brutale.

À Tours, une pétition a été lancée pour la venue d’un consulat à Tours, qu’en pensez- vous ?
J’ai vu passer ce papier à la mosquée de Tours, il n’y avait quasiment pas de signatures dessus. Je ne connais pas ceux qui sont à l’origine de cette initiative. Ce n’est pas sérieux. On compte environ 8 000 algériens dans le département, ce n’est vraiment pas assez pour la venue d’un consulat. La Pologne a ouvert son consulat.

Propos recueillis par B.R.

Municipales à Tours : Jean sans terre

Le 1er tours des élections, c’est fait. Reste que Jean Germain s’est bien fait égratigner par Barbary et que le FN a percé. Analyse avant le 2e tour.

ACTU_PAP
Jean Germain ne s’attendait sans doute pas à vivre un entre-deux-tours si incertain. Pour lui, la déconvenue est de taille : avec 27,83 % des voix, le maire sortant est en recul de près de 20 points par rapport à son score de 2008 (46,74 %). Difficile d’y voir un satisfecit de son action. Toute la question, pour lui, est de savoir s’il pourra combler les 9 points de retard qu’il enregistre à l’issue du premier tour sur son adversaire Serge Babary (36,43 %), champion d’une droite à visage uni.
Sur le papier, les choses semblent jouables pour le maire sortant puisque l’addition de toutes les listes de gauche et des Verts (11,3 %) donne un total de 49 % des suffrages. Dans un contexte de triangulaire (le FN est qualifié pour la première fois pour le second tour avec 12,93 % des voix), la majorité relative semble à portée de main. Sauf qu’une addition de pourcentage n’a jamais fait une élection et que les électeurs Verts ou de toute autre couleur n’ont pas l’habitude de suivre aveuglément les consignes qu’on leur donne. Tout dépendra, en fait, de la nature et de la force du désamour qu’ils ressentent pour leur premier magistrat. Arrivé en tête du premier tour, Serge Babary, sans réserve apparente va tenter de surfer sur sa dynamique positive. Tours, que les observateurs s’accordaient à considérer comme imprenable est à portée de main. Cela pourrait en motiver certains.
Reste la question récurrente de nos entre-deux-tours à la française : que vont faire les abstentionnistes du premier tour ? Presque un Tourangeau sur deux ne s’est pas exprimé dimanche. Beaucoup sont restés chez eux car ils considéraient ce scrutin sans enjeu : ce n’est évidemment pas le cas. En se rendant aux urnes, le plus probable est qu’ils amplifient le mouvement de fond de cette élection. Des surprises, alors, ne sont vraiment pas à exclure…
 

Savant du rêve

Tourangeau et jeune chercheur doctorant, Anthony Guihur veut faire bouger les mentalités sur sa profession et casser les préjugés.

« Je ne suis pas un savant fou ! On est comme tout le monde. On a même Facebook ! », lance Anthony Guihur, avec un petit rire. Ce Tourangeau de 29 ans est chercheur et ce stéréotype du savant fou dans son labo lui colle à la peau. Tout comme celui de « l’éternel étudiant ». Des préjugés qu’il veut briser.
Barbe de trois jours, regard profond, des airs de Jim Carrey… Anthony Guihur balade un bac + 8 sous le bras. Un jeune doctorant chercheur en biologie végétale à Tours ultra motivé lancé dans l’aventure après avoir testé des études en mathématiques – « mais pas mon truc ! » – puis en informatique (idée aussi avortée).
C’est sa licence en biologie qui l’a lancé à 20 ans. En master, il s’est spécialisé en biotechnologie végétale. « Je passe ma thèse en avril. Je stresse un peu, oui… » Mais ne l’appelez surtout pas « thésard : rien que le suffixe -ard, c’est déjà péjoratif. »
Lui désire vraiment casser l’image « de ces chercheurs dans leur tour d’ivoire ». Il sort, fait du sport, boit des verres au centre-ville. « Comme tout le monde ! »

Voix toujours posée, mains immobiles, Anthony Guihur raconte son quotidien avec plaisir. Une vie de tous les jours « mal connue de tous ». « Je me réveille vers 7 h 30. De 9 h à midi, je pratique des expérimentations dans un laboratoire. »
Ses yeux pétillent quand il parle de la pervenche de Madagascar, une plante sur laquelle il travaille en ce moment, dont certaines molécules peuvent être efficaces contre le cancer. « On ne sait jamais quand on termine ! On revient aussi souvent le weekend », reprend le chercheur. « De toute façon, c’est un métier de passion. »

Comme beaucoup de gens mettent les chercheurs dans une bulle (« qu’on a du mal à percer ! »), il s’est lancé dans le parcours associatif. Sa deuxième maison. En plus d’être élu au conseil scientifique de l’université François-Rabelais, il a été président de l’Association des doctorants de Tours (Adoct), durant deux années consécutives. « Cela me permet d’exposer le métier de doctorant, beaucoup trop dans l’ombre. On essaye d’abattre les cloisons avec le grand public. » En projet, un « Nobel des lycéens » qui évalueront les travaux vulgarisés par les chercheurs eux-mêmes. « Parce que les mentalités ne bougent pas », soupire- t-il.

Pourtant, il est un salarié comme tout le monde. Avec une paie et des galères. Selon lui, la concurrence des grandes écoles fait du mal et « après le doctorat, c’est un problème… » Parce que la France est « le pays d’Europe où il y a le plus de chômage pour notre catégorie » : 10 % d’inactifs, alors que les chercheurs représentent 2 % de la population française. Alors beaucoup partent à l’étranger.
« À Tours, il y a une pépinière de 800 chercheurs. Pourquoi ne pas valoriser ça ? Au lieu de nous laisser partir en Angleterre… » Si c’était à refaire ? « Tout pareil ! Sauf que je serais allé en grande école. » A-t-il l’impression d’avoir perdu huit ans de sa jeunesse ? Il hésite. Puis se reprend : « Quand je vois mes amis, ils ont une petite amie, une maison… Nous, c’est sûr que c’est plus difficile pour la vie personnelle et familiale. J’ai fait beaucoup de concessions. Mais je me suis enrichi d’une autre manière. »
Aurélien Germain
>> Vous voulez lire plus de portraits de Tourangeaux pour notre série Vos municipales 2014 ?

L’an dernier, l’association d’Anthony a organisé un concert « pour montrer qu’on ne fait pas que chercher ! » (Photo tmv)
L’an dernier, l’association d’Anthony a organisé un concert « pour montrer qu’on ne fait pas que chercher ! » (Photo tmv)

Voyage, voyage !

Partir de Touraine pour quatre ans en Australie, en Inde et au Brésil : Pierre l’a fait, et puis il est revenu.

Pierre Saikali
Pierre Saïkali a l’attitude d’un jeune professionnel de 26 ans bien dans sa peau. Petite chemise et pantalon de circonstance, son regard cherche à évaluer, il pose des questions, prend parfois le rôle de l’intervieweur. Jamais il ne se laisse démonter sur les questions personnelles. Pierre Saïkali est graphiste sur le web, il s’occupe de communication, de développer des sites web. Mais pas que…
« Il faut savoir écrire son quotidien » , lâche le jeune homme. Partir loin, l’évidence. 2009 : Pierre Saïkali a 22 ans. Il a passé toute sa vie en Touraine. Comme beaucoup, son envie de voyage le démange. C’est un « voyage initiatique » qu’il cherche. Faire des milliers de kilomètres pour se construire, sortir de chez ses parents, pù il a vécu les 22 premières années de sa vie. Fraîchement diplômé de l’école de communication visuelle de Brassart, il décide alors de partir au Brésil un mois avec une association et d’autres jeunes d’un lycée professionnel. Premier électrochoc. « Nous sommes partis à Belo Horizonte, dans le sud-est du pays, se remémore Pierre Saïkali. Notre mission, c’était d’aider à la construction d’une crèche à côté d’une favela de la ville. » Début de sa vie d’indépendance, il rencontre aussi Raisa, celle qui deviendra sa femme.
Pierre Saïkali avait pour idée de partir un an en Australie. Il garde son plan initial, le cœur un peu lourd, son billet est déjà pris. Comme beaucoup de jeunes français de son âge, son visa en poche, il va enchaîner les petits jobs pendant plusieurs mois au pays des kangourous, travaille dans une ferme qui produit des œufs. Il est aussi accueilli par plusieurs familles en échange d’un coup de main (on appelle ça le woofing). Rêves d’ailleurs, toujours plus loin, il décide de partir un mois en Inde, pour faire un peu de couch surfing. Il donne des cours d’Anglais dans un orphelinat. Aller vers l’autre : « Dans ces voyages, tu te sens parfois seul, même si tu rencontres pas mal de personnes. J’avais envie de partager ce que je vivais. » Son frère, de dix ans son aîné, le rejoint à Adélaïde, dans le sud de l’Australie pour un mois de road trip. Après des milliers de kilomètres des centaines d’images en tête, Pierre Saïkali sent qu’il doit revenir… pour repartir au Brésil.
>> Vous voulez lire plus de portraits de Tourangeaux pour notre série Vos municipales 2014 ?
Retour à Belo Horizonte. « Là, je ne voulais pas forcément refaire des petits boulots. » Il rencontre une femme médecin qui lui donnera sa chance pour refaire la communication de son dispensaire. Le jeune homme a le contact facile. À aucun moment il ne parle de barrière de la langue. Il se fait très vite un réseau, répond à des commandes, commence son métier de graphiste sur le web. Ses clients sont Français, Brésiliens, Américains. Ses parents ne remettent pas ses choix en cause. « Mon père est d’origine libanaise. À 18 ans, il est parti faire ses études de médecine en France. Il a rencontré ma maman, a voulu exercer son métier ici. Il est resté. Est-ce que j’ai ça de lui ? Peut-être. » Pierre Saïkali se marie avec Raisa en 2012. Le besoin de revenir en France se fait sentir. « Au quotidien, le Brésil, c’est génial, les gens sont faciles à vivre, ils viennent vers toi facilement. Au niveau professionnel, c’est une autre histoire. Je n’en pouvais plus. »
Le couple prend la décision de venir en France, s’installer à Tours. Pierre Saïkali a 26 ans, il apprend alors qu’il va devenir papa. « Je ne suis pas toujours facile à vivre, j’ai besoin de mon indépendance, j’ai une tendance à me construire seul. Mais j’en suis conscient. »
 
 
 

Les cantons pour les nuls

Quoi, les cantons vont être réduits de moitié ? Mais pourquoi ? Du calme, on vous explique ce méli-mélo politique.

 

La carte des nouveaux cantons d'Indre-et-Loire.
La carte des nouveaux cantons d’Indre-et-Loire.

La semaine dernière, Jean- François Delage, le préfet d’Indre-et-Loire a rendu public le projet de réduction du nombre de cantons sur le département. Vous avez l’impression que cette phrase ressemble à du chinois ? Allez, on vous explique.
1. Mais, c’est quoi un canton ?
Un peu d’histoire : ça ne peut pas faire de mal. En 1790, en France, sont créés trois niveaux territoriaux : le département, le district et le fameux canton. Ce petit bout de territoire possédait un chef-lieu et une justice de paix, une sorte de tribunal local qui permettait de régler les petits problèmes de la vie quotidienne (amendes, litiges avec un voisin…). En 1800, les districts sont supprimés et le nombre de cantons diminue drastiquement. À partir de 1848, les conseillers généraux (élus départementaux, donc) sont élus au suffrage universel et par canton.
2. Pourquoi ils diminuent ?
C’était un des projets de la réforme territoriale lancée par le gouvernement Fillon en 2008. Cette année-là, Nicolas Sarkozy annonce la création des conseillers territoriaux qui remplaceraient les conseillers généraux et régionaux. La réforme prévoyait également la suppression des cantons. La gauche, en 2012, abandonne cette idée de conseillers territoriaux. En revanche, le gouvernement prévoit la réduction du nombre de cantons par deux. Le Parti socialiste souhaite également instituer, pour les élections locales de 2015, un scrutin binominal paritaire. Késaco ? En gros, les futurs candidats devront se présenter par deux, une femme et un homme.
3. Et donc, en Indre-et-Loire ?
La nouvelle carte affiche 19 cantons au lieu de 37. Mais cela ne veut pas dire qu’il y aura moitié moins de conseillers généraux puisque que les candidats se présenteront deux par deux. Ce redécoupage cantonal, avant d’être mis en oeuvre pour les élections de 2015, sera soumis aux conseillers généraux le 20 septembre pour qu’ils rendent un avis.
B.R.