Portrait chinois : le père noël

#EPJTMV À partir du 5 décembre, le Père Noël déambulera les mercredis, samedis et dimanches sur le marché de Noël de Tours. L’occasion pour TMV de dresser son portrait chinois.

Ah le père noël ! Un chic type...
Ah le père noël ! Un chic type…

Si j’étais une chanson : « Petit papa Noël », parce qu’elle est universelle.

Si j’étais un instrument : Un pouet-pouet. Je l’utilise partout.

Si j’étais un vêtement : Des chaussettes, parce que j’ai toujours froid aux pieds quand je livre mes cadeaux.

Si j’étais un animal : Un rêne, évidemment.

Si j’étais un chiffre : Le 25. C’est le jour où que je travaille le plus.

Si j’étais une plante : Un sapin, tout simplement.

Si j’étais une couleur : Le rouge bien sûr !

Si j’étais un poète : Jacques Prévert. Parce qu’il écrivait « j’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant. »

Si j’étais un livre : « Bonne nuit les petits ». C’était un livre avant d’être un dessin animé.

Si j’étais un fait d’actualité : Les remontrances de la mère Noël quand je suis en retard.

Si j’étais une arme : Une fleur, c’est la résistance par la non-violence.

Si j’étais un philosophe : Éric-Emmanuel Schmitt. Il disait « entre le rêve et la réalité, il y a le chemin du courage. »

Si j’étais un objet du quotidien : Une pipe. Sans commentaire.

Si j’étais un chanteur : Tino Rossi, il chantait « Petit papa Noël ».

Si j’étais un film : Le père Noël est une ordure. Parce que mon père Noël est aussi un peu provoquant.

Si j’étais une drogue légale : Normalement c’est le vin rouge, mais je ne bois plus une goutte d’alcool.

Si j’étais un surnom : Papy.

Si j’étais une lettre : Une lettre ? Un courrier entre Karl Marx et la Vierge Marie.

Si j’étais un jouet : Un fusil, c’est le cadeau que je n’ai jamais pu avoir.

Si j’étais un dessin animé : L’apprenti Père Noël, parce que ma fille adore.

Si j’étais un people : Dieu. Comme moi, on ne le voit pas souvent, mais on en entend beaucoup parler.

Si j’étais un personnage politique : Noël et ma mère.

Si j’étais une devise : « C’est à différer les régimes que l’on devient obèse. C’est pour ça que j’ai du bide. » C’est mon père qui m’a appris ça.

Robin Doreau et Robin Wattraint