50 idées de sorties pour les vacances d’été en Touraine

On vous propose un petit guide pratique avec de bonnes idées et des idées d’escapades en Indre-et-Loire.

Il n’y a pas à chipoter : rester, un peu ou beaucoup, en Touraine cet été, c’est l’assurance de trouver un paquet de chouettes sorties à faire. Que ce soit en famille, avec ses enfants, en solo ou avec les copains-copines, on vous a dégoté un tas d’idées pour vous occuper jusqu’à la fin août, dans notre joli département de l’Indre-et-Loire.

Ce guide pratique, vous pouvez le grignoter, le picorer tout doucement, et le prendre dans votre sac à dos pour vous accompagner.
Lectrices et lecteurs, on vous souhaite de bonnes vacances !

Retrouvez 50 idées de sorties pour l’été dans notre numéro 472 à télécharger EN UN CLIC ICI !

 

Quatre romans à glisser dans sa valise pour les vacances

Avec les vacances d’été, c’est le moment de prendre un peu de temps pour lire au calme. On vous propose quatre livres sympathiques à emmener avec soi…

LE RIRE DES AUTRES

Imaginez si, un beau jour, votre conjoint(e) se mettait subitement à… vomir des billets de banque à cadence soutenue ! C’est le postulat de départ un peu (beaucoup) farfelu de l’excellent roman d’Emma Tholozan, « Le rire des autres » (éditions Denoël). Rien à jeter dans ce premier coup d’essai, où l’autrice de 27 ans croque à merveille son personnage d’Anna, cynique désabusée contrainte de faire un job alimentaire éreintant, elle qui rêvait de devenir quelqu’un avec son master de philo sous le bras.

Ici, le ton est léger, drôle, boosté par de truculentes punchlines. Mais derrière ce côté décalé se dessine, finalement, un conte moderne, une sorte de fable sur la notion du paraître. Touchante au départ, Anna devient peu à peu imbuvable, exploitant à tout va le corps de son copain cracheur d’oseille. L’argent passe finalement au second plan : l’important pour elle ? C’est ce qu’il procure, surtout l’apparence !

Avec son récit invraisemblable qui fait réfléchir et offre un sous-texte intelligent et pertinent, « Le rire des autres » est un roman fantastique, dans tous les sens du terme.

> Emma Tholozan est lauréate du Prix du roman tmv 2024 avec « Le rire des autres ». Retrouvez son interview en un clic ICI ! 

LA FIN DU SOMMEIL

« Être parent, c’est d’accepter d’être une algue desséchée sur le rivage brûlant de la modernité. » Cette phrase est dite au début de « La fin du sommeil » (éditions de l’Olivier) par Pierre-Antoine, personnage principal et anti-héros face à ses enfants indifférents. Sa femme ? Elle l’est tout autant. Son travail ? Bof. Sa vie ? Idem.

Face à cette morne existence, et alors qu’une simple allergie lui a été diagnostiquée, Pierre-Antoine va alors annoncer qu’il souffre d’un cancer. Une ruse qui lui permettra d’écrire un roman et retrouver la considération de ses proches. Au fil de la lecture, « La fin du sommeil » fait rire, sourire, puis parfois moins : sous ce récit mordant se cache finalement une farce cruelle tragi-comique pas si drôle.

Emmené par une écriture enlevée et incisive, le récit de Paloma de Boismorel se permet aussi de dézinguer les hypocrisies de notre société (la description du monde de l’art contemporain est un régal) et d’offrir une satire contemporaine. Dommage toutefois que la dynamique s’essouffle en seconde moitié – le roman étant un poil trop long pour la matière de base – avec qui plus est une fin abrupte qui ne manquera pas de diviser lectrices et lecteurs.

J’AVAIS OUBLIÉ LA LÉGÈRETÉ

Une mère désemparée face à la fugue de sa fille, puis ses errances et sa détresse lors de son retour et cette tentative de se réapprivoiser l’une et l’autre… Il y a tout ça dans « J’avais oublié la légèreté » (éditions Du Rocher), roman en trois actes signé Edwige Coupez.

Si l’on pouvait craindre à première vue un récit dégoulinant de pathos, il n’en est finalement rien : la fragilité de l’adolescence post-confinement et Covid s’expose avec beaucoup de justesse et de réalisme. Au point, pourrait-on dire, de s’extraire du cadre strict du roman pour flirter avec les frontières du témoignage. L’autrice casse l’image stéréotypée des jeunes constamment sur leurs écrans et la jeune Gabrielle, éprise de liberté, est très bien écrite. C’est aussi, à travers cette histoire touchante, un très beau roman sur ce que c’est d’être mère.

D’aucuns seront déstabilisés par l’écriture vive, rythmée, télégraphique (trop ?), les autres aimeront cette vitesse qui fait qu’on lit « J’avais oublié la légèreté » d’une traite. Dans tous les cas, impossible de nier sa force émotionnelle et son authenticité.

NOS ÂMES SOMBRES

Ambitieux, « Nos âmes sombres » (les éditions du Gros Caillou) l’est certainement. Dense, il l’est assurément. Ce premier roman de Sarah Bordy, avocate de profession, est un polar sombre, mêlant enquête policière, maltraitance, jeux de pouvoir et jalousie sur fond de violence. Les drames se jouent au fil des pages, la tension monte en même temps que les non-dits ressurgissent et que les fantômes du passé reviennent hanter les pages et les protagonistes.

Sarah Bordy parvient à multiplier les rebondissements (et qui marchent !) et dépeindre un climat de suspicion dans une petite ville de Franche-Comté qui vire à l’ambiance malsaine. C’est simple, tout au long de ces 418 pages, tout le monde a quelque chose à cacher.

La construction narrative, elle, mérite une attention de tous les instants. Car ici, le grand nombre de personnages risque d’en laisse quelques uns sur le carreau, tout comme la multitude d’intrigues qui se mêlent rendant le tout assez touffu et complexe. Mais quiconque arrivera démêler cette pelote de laine y trouvera pour finalité un polar efficace et prenant.

Chroniques : Aurélien Germain


> Ces quatre ouvrages étaient présents dans notre sélection du Prix du roman tmv 2024.

 

Nouveautés BD : on fait le plein pour les vacances

De la bande dessinée, en veux-tu en voilà ! On vous propose une petite sélection de sept BD et un manga en prime, pour buller tout l’été…

ENVOYEZ L’ARMÉE !

Une page, un gag. C’est peu dire que dans « Envoyez l’armée » (éd. Delcourt), Fabrice Erre au dessin et au scénario ne lésine pas sur les vannes tirées comme des missiles à chaque page. Le dessinateur dépeint une armée française old school et rétro, des militaires franchouillards va-t-en guerre bloqués dans le passé (leur obsession des Allemands), maladroits au possible, à la gâchette facile.

La Grand Muette est ici tournée en dérision – même au ridicule, soyons honnête – dans de courtes vignettes souvent très drôles, avec sa propension à passer à l’intervention militaire radicale pour régler tous les problèmes de la société française. Les gilets jaunes ? Envoyez l’armée ! Les grèves ? Envoyez l’armée ! Le réchauffement climatique ? Envoyez l’armée !

Sous son trait toujours aussi reconnaissable, Fabrice Erre multiplie les situations désopilantes et se paye au passage un président de la République qui ressemble fortement à Emmanuel Macron, à l’heure où ce dernier parlait encore il y a peu de « réarmement » à tout va et de faire la guerre au Covid.
Aurélien Germain

NOTA BENE – La vie au Moyen Âge

Et de six tomes pour Nota Bene, youtubeur aux deux millions d’abonné(e)s, féru d’Histoire qu’on ne présente plus. Après avoir notamment exploré la mythologie nordique et grecque en BD, il revient en BD avec « La vie au Moyen Âge » (éd. Soleil), pour tordre le coup à quelques clichés.

Toujours accompagné de Phil Castaza au dessin et Mathieu Mariolle au scénario, Nota Bene – Benjamin Brillaud de son vrai nom – décrypte une période, la raconte, l’explique, sans jamais oublier un ton léger qui fait du bien. Instructif, avec beaucoup de texte, l’album fait découvrir le quotidien des gens au Moyen Âge avec sérieux et humour. Nous, on est preneurs !
A.G

CINQ BD EN UNE MINUTE

Direction l’Italie de 1886 avec « La Fleur au fusil » (éd. Dargaud) : Mayen et Crescenzi se penchent sur l’histoire de Michelina qui intègre une bande de brigands pour échapper à sa condition de veuve et de femme battue. Résultat : une épopée âpre et féministe, magnifiée par sa belle mise en scène.
L’Espagne maintenant, avec « Un Sombre manteau » (Dupuis). Jaime Martin nous emporte littéralement avec ce beau portait féministe vibrant de fureur et de drame, celui de Mara, guérisseuse marginale d’un village des Pyrénées au milieu du XIXe siècle.

Darryl Cunningham enquête, lui, sur « Elon Musk » (Delcourt). C’est la première biographie en BD du tycoon californien qui, au-delà de l’image et de l’opinion que l’on peut avoir du personnage, a déjà l’allure d’un roman hors norme.
Nouvelle aventure pour notre duo de détectives « Bertille et Lassiter » (Grand Angle) : toujours signé Eric Stalner, ce récit est plein de rebondissements et fort d’un parti pris graphique innovant.

On terminera avec « Bulles de Tendresse » (Hachette) de Andrés J. Colmenares et ses odes à la joie de vivre et à la poésie des petites choses. Cinq millions de fans à travers son webcomics Wawawiwa ont fait de cet auteur le chantre d’un humour loufoque et ô combien rafraîchissant.
Hervé Bourit


LE MANGA
ALICE IN KYOTO FOREST

Avec « Alice in Kyoto Forest » (Delcourt/Tonkam Moon Light), les deux autrices Niwa Haruki et Mai Mochizuki se lancent dans une réécriture d’Alice au Pays des merveilles transposée dans le monde féérique des geishas. On se balade avec elle dans un Kyoto plein de mystères où kitsune, tanuki, yokai et maiko apparaissent tour à tour pour notre plus grand plaisir.

Le dessin est fluide, travaillé, soigné et subjugue dans les épisodes féériques notamment. Quant au scénario, s’il s’évade de l’histoire de Lewis Carroll, c’est pour mieux souligner tout le combat d’émancipation d’Alice. Une belle découverte, en deux tomes seulement… mais prenons le pari qu’il y ait une suite ?
H. B

Photo ouverture :  macrovector sur Freepik

#Législatives. Ce qu’il faut retenir du second tour en Indre-et-Loire

Dans les quatre circonscriptions où un candidat Rassemblement national (RN) était en lice, aucun d’entre eux n’a finalement été élu. En Indre-et-Loire, la majorité présidentielle est en tête.

L’Indre-et-Loire avait, au premier tour, vu une poussée du Rassemblement national (relire notre article ici). Mais finalement, dans les circonscriptions où l’on comptait un candidat RN (soit les circonscriptions 2, 3, 4 et 5), aucun n’a réussi à être élu. Il n’y aura donc pas de député(e) RN en Indre-et-Loire.

Dans tout le département, on remarque surtout que la majorité présidentielle est passée en tête (45,65 % au total), très largement devant le RN qui n’obtient que 25,72 % des voix. Le Nouveau Front Populaire (NFP), lui, a récolté 19,91 % des voix.

Petite exception, comme au premier tour : la première circonscription (celle de Tours) a fait le choix de Charles Fournier, député sortant, du NFP (EELV) face au candidat macroniste Benoist Pierre.
Tout comme la 4e circonscription qui a placé Laurent Baumel, du NFP, en tête face à Jean-François Bellanger du RN.

Quant au taux de participation, il a de nouveau été relativement haut : 68,6 % des 444 992 électeurs appelés aux urnes se sont déplacés dans les bureaux de vote.

A.G.

On a testé la cuisine afghane de Bâmiyân

Faire un petit aller-retour, le temps d’un midi, du côté de l’Afghanistan depuis Tours ? C’est possible ! Depuis la mi-avril, la rue du Commerce peut compter sur le restaurant Bâmiyân, un nom en hommage à la ville où les talibans avaient, en mars 2001, détruit les statues géantes de bouddhas.

L’établissement a décidé d’opter pour une carte très courte, avec cuisine afghane exclusivement. À la tête du projet, deux noms qu’on commence à connaître dans la restauration, ceux d’Azim Hosseini et Melvin Marthély, deux amis depuis le lycée, qui avaient notamment ouvert le Boll’n’Roll en 2018. C’est d’ailleurs ce dernier que Bâmiyân vient remplacer depuis la mi-avril. Tout comme le restaurant Kabuli près de la gare (également lancé par Azim et Melvin), on part donc ici sur une gastronomie afghane et dépaysante, bien travaillée et colorée.

La preuve avec notre qabuli (orthographié ici avec un q) palow à la dinde choisi lors de notre venue. Ce plat emblématique et national offre une bonne portion de riz safrané tout doux, avec julienne de carotte caramélisée, le tout mélangé à un mijoté de dinde bien tendre, nourri aux épices afghanes. Alors forcément tout de suite en bouche, on sent vraiment de nouvelles saveurs, de nouvelles senteurs qui font voyager les papilles. Et surtout… qu’est-ce que c’est parfumé !

Présent ce jour-là, Azim, originaire d’Afghanistan, nous gratifie d’un « petit ingrédient magique » et dépose alors sur le plat de petits fruits secs « venant de là-bas et qui aident à la digestion ». Notons au passage que les assiettes sont bien copieuses et garnies : les portions devraient rassasier plus d’un estomac !

Au menu, si l’on trouve également une version au bœuf de ce qabuli, les végétaliens ne sont pas oubliés, puisqu’on peut opter pour l’option aux légumes ou le kofta nakhod, une rissole de pois chiches avec chutney d’oignon à la coriandre. Une attention qu’on retrouve aussi au niveau des entrées – les falafels de haricot rouge par exemple – et des desserts. De quoi satisfaire tous les régimes alimentaires et faire voyager tout le monde.

Aurélien Germain


> L’addition : plat à la carte entre 17,50 € et 19,50 €. Menus : 32,50 entrée, plat, dessert ou 27,50 € entrée, plat ou plat, dessert. Formule du midi à 22,50 € avec entrée et plat du jour. Vin au verre entre 8 € et 11,50 €.
> Bâmiyân, au 17 rue du Commerce à Tours. Ouvert du lundi au samedi, le midi et le soir. Terrasse extérieure. Sur place ou en livraison. Plat végétalien possible.
> Contact Tél. 02 34 36 49 59. Réseaux sociaux : @bamiyan.tours sur Instagram

 

Avec l’Enquête Tourangelle, un véritable escape game dans les rues de Tours

#VisMaVille De retour en centre-ville, la camionnette de l’Enquête Tourangelle intrigue. Nous y avons rencontré Franck Dupety, cocréateur du projet avec son frère Pierre, et Maxence Lelièvre. À nous de mener l’enquête !

Le soleil tape fort. Ça nous change des derniers mois marqués par la pluie. Pour Franck, Pierre et Maxence, la météo a un peu perturbé le début de saison, mais à en croire les gérants de l’escape game urbain L’Enquête Tourangelle, « on ne s’en sort pas si mal ».

La camionnette postée sous les arbres des bords de Loire abrite les entrepreneurs, qui viennent d’envoyer quatre-vingts employés de l’université de Tours sur les traces d’un meurtrier. Quels secrets cache l’estafette ? On y voit les rangées de sacoches que les joueurs emporteront pour parcourir la ville, mais aussi une petite table, un fauteuil en tissu, un ordinateur… Elémentaire mon cher Watson : ceci est le bureau de l’entreprise !

La légèreté du dispositif convient aux frères Franck et Pierre Dupety, à l’origine de cette aventure lancée en 2021, et rejoints depuis par un troisième larron, Maxence Lelièvre. Contrairement aux escape games classiques qui nous enferment dans une pièce dont on doit sortir en moins d’une heure top chrono, ici on joue au grand air, dans l’espace public. Donc pas besoin de louer ou acheter des locaux, ce qui allège les investissements de départ.

Les suspects : respectivement infirmier (Pierre) et couvreur (Franck), les deux frères sont des passionnés de jeux ayant découvert l’escape game urbain dans d’autres villes. Mais pour eux, l’aventure ne s’est pas jouée que dans les rues de Tours : « En plus d’être notre premier escape game, c’était notre première création d’entreprise, avec ce que ça implique côté gestion ou comptabilité », explique Franck.

Il a fallu une année de réflexion et de tests pour faire naître l’énigme du « Meurtre du conservateur » il y a trois ans. Depuis, le duo devenu trio s’est rodé, et a gagné en efficacité.

L’arme du crime ? Des aptitudes en création et bricolage pour fabriquer certains indices, et pas mal de neurones pour imaginer deux nouvelles enquêtes, dont la toute nouvelle, « Les Mystères de Saint-Martin », plus historique que les autres. « C’est complexe de monter une enquête, ça suppose pas mal de balades en ville, pour repérer les lieux qui nous intéressent, à conjuguer avec les idées d’histoire et d’énigmes qu’on a en tête », précise Franck.

Les amis et la famille servent de cobayes aux nouveautés, pour des jeux que l’équipe n’hésite pas à affiner si besoin, au fil des retours des 3 000 joueurs accueillis chaque année. Après tout un été à faire jouer les autres, en octobre, Franck retournera sur les toits, Pierre auprès de ses patients, et Maxence face à ses toiles d’artiste. Pas de regret ? « Si la météo le permettait on ferait ça avec plaisir toute l’année ! » Mais le trio reprend sans difficulté d’autres chemins à l’automne, car ils gardent en mémoire les bons moments. Pour Maxence, « quand un joueur me dit qu’il vit à Tours depuis vingt ans et qu’il a découvert de nouveaux lieux pendant le jeu, j’ai le sourire ! » 

Emilie Mendonça

 

Hellfest 2024 : retour sur une 17e édition de folie

Le festival de metal Hellfest se tenait à Clisson, en Loire-Atlantique, du 27 au 30 juin. Comme chaque année, tmv y était. Et a rapporté quelques souvenirs. Poussez le son, on vous raconte tout.

Des chiffres qui donnent le tournis

Pour parler du Hellfest et de son envergure (de sa démesure, aussi), il faut parler chiffres. Parce que pour cette 17e édition, ils sont de nouveau impressionnants.

Le nombre de billets vendus ? 240 000. Le nombre d’entrées payantes ? 60 000. Par jour, bien sûr. Et 10 000 non payantes, regroupant bénévoles, artistes, invité(e)s, mais aussi médias (coucou, c’est nous !). Budget total de la bête ? 38 millions d’euros. À titre de comparaison, les Vieilles Charrues – qui restent le plus gros festival en France, talonnées par le Hellfest – possèdent un budget de 23 millions d’euros.

Pour le reste, c’est près de 200 groupes, répartis sur six scènes, le tout sur plus de 120 hectares, durant 4 jours. Le festival réunit 72 nationalités, artistes et public confondu. Autant dire que la ville de Clisson, 7 600 habitants de base, voit passer du monde !

Cette année, 500 000 litres de bière ont été consommés. Quant aux bières que la team tmv a descendues cette année, on taira les chiffres. Secret des sources oblige bien sûr.

Les coups de cœur

Dès le jeudi d’ouverture, on attendait évidemment de pied ferme KERRY KING, guitariste de feu-Slayer. Et autant dire que les morceaux de son nouveau projet (intitulé, ô surprise, Kerry King) passent l’épreuve du live haut la main. Sur scène, ça mitraille du riff à tout va, c’est 100 % thrash. Ça ressemble à du Slayer, sans en être (mais si quand même un peu) : inutile de dire que quand le King a dégainé deux, trois reprises de Slayer, ça a fait mal dans la fosse.

Le même jour, les Suédois de GRAVEYARD ont de nouveau montré qu’ils étaient les maîtres en matière de rock typé très années 70 (la voix rocailleuse trempée dans le whisky de Joakim Nilsson, outch !), tandis que BRUJERIA, bandanas masquant une partie du visage, ont fait la « fiesta y cartel ». SODOM, eux, ont mis les point sur les i pour finir la journée : le rouleau-compresseur qui dégomme les chicots ? C’est eux.

Les Norvégiens, des gens froids ? Pas franchement si on se fie à KVELERTAK et sa prestation pied au plancher (et cauchemardesque pour la sécu). Sur scène, le chanteur Ivar Nikolaisen est ingérable et multiplie les allers-retours dans la foule, slammant à tout va pendant que côté son, le punk à la sauce black’n’roll dézingue à tout va.

150 bénévoles composaient le Hellcare, dispositif contre les violences sexuelles et sexistes malheureusement encore présentes.

Des slammeurs, on en aura également vu – et pas qu’un peu – durant les shows explosifs et sans-faute de WHILE SHE SLEEPS et KATAKLYSM. De quoi donner du fil à retordre aux agents de sécurité chargés de récupérer les corps (visqueux, parce qu’on avait un peu chaud) à tout va flottant sur le public.

Côté black metal, impossible de ne pas mentionner la triplette ravageuse KANONENFIEBER, SATYRICON, EMPEROR qui ont, tous les trois, donné une magistrale leçon de black metal. Une triple claque pour autant de dents perdues. Quelqu’un a vu mes plombages ?!

Emperor est considéré comme un des pionniers du black metal.

Enfin, on notera la prestation impeccable de MACHINE HEAD qui n’avait pas mis les pieds au Hellfest depuis 2012. Propulsé en tête d’affiche, le groupe a clairement prouvé qu’il méritait cette place de choix, alignant les missiles (« Imperium » d’entrée de jeu, le très méchant « Davidian » pour ratatiner la foule…). Une baffe, ni plus ni moins.

Metallica : la déception ?

Dur, dur d’écrire ces lignes (si, si, notre petit cœur tout mou saigne) mais force est de constater que METALLICA, maxi tête d’affiche de cette cuvée 2024, n’a pas délivré le concert qu’on espérait. Les papas du metal ont déroulé un set assez clinique et mécanique, sans trop de folie, le pied plutôt sur la pédale de frein que sur l’accélérateur.

La foule est colossale lorsque le groupe démarre le show. Les écrans géants ne servent à rien, puisqu’ils sont fragmentés en mode « multi screen » rendant le tout imbuvable et faisant grimper en flèche le nombre de rendez-vous chez les ophtalmos du coin.
Certains solos sont à moitié loupés (si ce n’est foiré, comme sur le départ de « Master of Puppets ») et des breaks sont égratignés. Cela reste tout de même un bon concert de Metallica (les « Hit the lights », « Sad but true » et autres « Creeping Death » font toujours leur effet), mais qui nous a laissé sur notre faim. Bon, mais pas jouissif.

→Regardez notre vidéo résumé du Hellfest 2024 :

Quand Metallica reprend… Indochine

L’instant lunaire aura sans conteste été le bassiste de Metallica, Rob Trujillo, racontant sur scène avoir découvert « L’Aventurier » d’Indochine grâce à son épouse française… avant de jouer ladite chanson devant un public de métalleux beuglant à tout va le refrain. Une bonne reprise ? Non, un véritable massacre.

Même la gare de Clisson s’est mise aux couleurs du Hellfest.

Des révélations

L’une des plus grosses surprises vient sans conteste de UUHAI, débarqué tout droit de Mongolie qui a littéralement renversé la scène à midi à peine. Au menu : folk metal boosté aux instruments traditionnelles, le tout mâtiné de khöömi, une technique de chant ancestral dyphonique, le fameux chant de gorge mongol. Magnifique et prenant.

Après le succès de The Hu l’an dernier, Uuhai a également fait chapiteau comble avec son folk metal mongol.

Côté voyage, HRAFNGRIMR nous en a offert un beau aussi, avec un concert à la croisée entre chamanisme hypnotique et chants vikings en vieux norrois. Quant au trip des cowboys de WAYFARER, c’était un retour au Far-West, avec un « black metal western » viscéral inspiré de récits prenant place dans les montagnes du Colorado.

Lofofora, militant, le poing levé

Engagé ? Pas qu’un peu. Enragé ? Pas qu’un peu (bis) ! Les Français de LOFOFORA ont clairement balancé les uppercuts, aussi bien musicaux, que dans leurs discours. Sur scène, Reuno, tout de rouge vêtu, envoie les scuds : « On espère que vous êtes contents d’avoir payé 350 balles pour voir Shaka Ponk et leur méga tournée de départ écologique ! » (et vlan dans les dents)
Derrière lui, l’écran gigantesque projette un « Nique le R.Haine ».  « N’oubliez pas que le rock’n’roll est à la base une musique noire. Les races n’existent pas ! »

Le groupe est également rejoint par deux Femen sur scène qui font alors un happening. Reuno, toujours en rage, rappellera « à ces mecs qui ne savent pas tenir leur teub d’y foutre un cadenas dessus ! Tout le monde devrait pouvoir profiter de son festival, sans se faire emmerder ». Un rappel plus que salutaire.


De nouveau, le Hellfest aura donc été monumental (dans tous les sens du terme). Débutant sous une chaleur de plomb (nos coups de soleil vous font coucou), entrecoupé par une pluie des enfers (sacré dimanche pluvieux !), cette virée à Clisson aura été un festival de découvertes et de belles surprises, une véritable coupure dans une actualité pas franchement gaie.

Les pass pour l’édition 2025, eux, seront déjà mis en vente le 9 juillet. On se revoit en enfer ?

Texte, photos, vidéo : Aurélien Germain

En enfer, il faut toujours se rafraîchir…

TMV du 3 juillet 2024 – Spécial été

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/07/TMV_A_20240702_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Vous sentez ? Snif snif… Oui oui, ça sent les vacances ! Pour cet été, on vous a dégoté 50 idées de bonnes sorties et d’escapades dans notre jolie Touraine. Suivez le guide !
Dans ce numéro, on a aussi suivi les créateurs de l’escape game L’Enquête Tourangelle, on parle bien sûr législatives, mais aussi du futur RER métropolitain. Côté resto, on a testé la cuisine afghane de Bâmiyân, et ensuite on vous propose un horoscope WTF totalement fou pour tout votre été. Le reste du sommaire se déguste en cliquant ici !

Résumé actu : nouveau festival dédié à la Corée du Sud, événement littéraire et « RER tourangeau »

Trois infos en trois minutes : c’est le résumé actu 37 avec un nouveau festival créé à Tours sur la pop culture et la Corée du Sud, un autre déjà établi qui va faire venir bon nombre d’auteurs et d’autrices, sans oublier un point sur le RER métropolitain qui a obtenu le label de l’Etat.

TOURS
Nouveau festival dédié à la Corée du Sud

Les équipes à l’origine du Japan Tours Festival viennent d’annoncer la création d’un nouveau festival tournant autour de… la Corée du Sud et de la pop culture ! Les 22 et 23 février 2025, la première édition du Korean Tours Festival se déroulera au Palais des congrès de Tours.

Au programme ? Des invité(e)s, des exposants, des animations, le tout autour de la culture coréenne, de la K-pop, avec aussi gastronomie, cosmétiques, mode, cosplay et gaming au menu. Le tout, sur les 23 000 m² du lieu.

La billetterie est déjà ouverte : comptez 12 € le pass 1 jour en prévente et 20 € le pass 2 jour.

> koreantoursfestival.com

LITTÉRATURE
Les écrivains chez Gonzague

Le dimanche 25 août, Chanceaux-près- Loches accueillera de nouveau le festival des écrivains chez Gonzague, événement littéraire très couru. « Nous recevrons de grands écrivains reconnus, des académiciens, de véritables icônes de la littérature », rappellent les organisateurs.

Les invité(e)s ont été annoncé(e)s. Aux côtés du parrain Jean-Marie Rouart, de l’Académie française, on retrouvera aussi Pascal Ory, Pierre Assouline, Sergueï Jirnov, Marine Jacquemin, Céline Laurens, Tiphaine Auzière, Denis Westhoff, Henri Leconte, Raphaël Zaoui, ou encore Cali, Didier Barbelivien, Patrice Duhamel, Nathalie Saint-Cricq et bien d’autres.

Chaque année, des milliers de visiteurs se retrouvent à cet événement littéraire. (Photo archives NR)

RER TOURANGEAU
Label de l’État

L’État a validé le projet de service express régional métropolitain (Serm), le fameux « RER tourangeau ». Sur sa page Facebook, le maire Emmanuel Denis souligne qu’il s’agit là « d’une première étape pour décrocher des financements publics et nous ouvre la voie à des ressources supplémentaires en matière d’ingénierie ». De quoi densifier le réseau ferroviaire tourangeau avec une multiplication des horaires et de nouvelles gares. Fin 2025, la gare de Fondettes-Saint-Cyr doit notamment être rouverte.

À l’instar de Tours, 14 autres villes ont vu leur projet de RER métropolitain retenu par le ministère de la Transition écologique.

 

Législatives : poussée du RN en Indre-et-Loire, mais la gauche en tête à Tours

Comme partout en France, l’Indre-et-Loire aussi fait face à la poussée du Rassemblement national pour ce premier tour des législatives. Sauf à Tours où la gauche est arrivée en tête.

Les faits

Confirmation des européennes du 9 juin dernier, le premier tour des législatives a donc vu la vague Rassemblement national déferler en France. L’Indre-et-Loire non plus n’y échappe pas : avec quatre candidats prévus au second tour, le RN et ses alliés font une percée dans tout le département, plaçant le parti en tête.

Toutefois, c’est la première circonscription, celle de Tours (sauf le nord-ouest), qui s’est de nouveau distinguée : résistant au RN, elle a placé en tête l’écologiste et député sortant Charles Fournier, candidat du Nouveau Front Populaire (NFP).  

La participation

Dimanche 30 juin, 444 733 électeurs et électrices d’Indre-et-Loire étaient donc appelé(e)s aux urnes. Le taux de participation a bondi, passant à 69,4 %. C’est près de 19 points de plus qu’en 2022, date des dernières législatives. Inédit. 

En détail

Dans la première circonscription (Tours), Charles Fournier a rassemblé près de 45 % des voix au premier tour, l’emmenant en duel au prochain tour le 7 juillet face à Benoist Pierre, candidat du camp présidentiel. Lisa Garbay, candidate du RN, n’a pas rassemblé assez de voix pour se maintenir au second tour. Dans le département, c’est la seule circonscription où le Nouveau Front Populaire est en tête. 

Dans la seconde circonscription (Amboise, Bléré, Montlouis-sur-Loire…), le RN avec Corine Fougeron arrive en tête avec 35 % des voix, talonné par le député sortant Daniel Labaronne (Ensemble) à 32,58 %, ce qui annonce un duel serré pour le 7 juillet. 

Dans la 3e circonscription (Saint-Pierre-des-Corps, Chambray-lès-Tours, Saint-Avertin…), c’est une triangulaire qui s’annonce : le député sortant (Horizons-Ensemble) Henri Alfandari, du camp présidentiel, se retrouvera face à Jules Robin (A droite ! Les amis d’Eric Ciotti), investi par le RN, et Sandra Barbier (NFP).  [Mise à jour 3/07 : Sandra Barbier se désiste finalement]

Côté 4e circonscription (Joué-lès-Tours, Chinon…), Jean-François Bellanger du RN est arrivé en tête, devançant ainsi Laurent Baumel du NFP qu’il retrouvera au second tour, puisque la députée sortante Fabienne Colboc (Ensemble), arrivée troisième, a annoncé se désister. 

Enfin dans la 5e (Saint-Cyr-sur-Loire, Tours nord-ouest, Bourgueil…), le RN arrive largement en tête. François Ducamp, son candidat, affrontera la députée sortante du MoDem Sabine Thillaye. Arrivée troisième, Marina Coccia du NFP s’est retirée « pour faire barrage au RN ».

Aurélien Germain
Photo : NR – Julien Pruvost


> Le second tour des élections législatives aura lieu le dimanche 7 juillet 

 

Vins d’artisans et cuisine bistronomique : on a testé Verjus, rue du Grand-Marché

Cela faisait quelques semaines qu’on guettait les réseaux sociaux du mystérieux « Verjus » qui devait ouvrir ses portes rue du Grand-Marché, à la place de La Cave se rebiffe. Le teasing donnait envie, le restaurant assurant le credo « cuisine de saison et vins d’artisans » avec photos d’une bien jolie cave à l’appui…

C’est donc chose faite depuis le 25 mai, date d’inauguration de l’établissement qu’on a enfin fini par tester. Le jour J, on tente le déjeuner en terrasse, puisque le dénommé soleil – qu’on n’a pas vraiment vu ces derniers mois – a décidé de s’inviter également ! Bien installés, on débute par une évidence : boire un petit verre de vin ! Car c’est tout de même une spécialité ici.

La formule du midi ou un choix à la carte

Et force est de constater que Verjus possède de sacrées références. La carte est très très belle, vraiment fournie (une centaine à vue d’œil), elle offre une multitude de choix. On se laisse guider par l’équipe (à noter que le service est vraiment impeccable !) et sur des conseils avisés, on part sur un Chinon « La Cuisine de ma mère », du domaine Grosbois. Une belle fraîcheur, un vin séduisant, ça se déguste tout seul et c’est une belle entrée en matière.

Pour le déjeuner, il est possible de choisir la formule du midi qui affiche un 26 € pour entrée-plat-dessert, ou quatre euros de moins si l’on se contente d’entrée-plat. Ce jour-là, il y avait un mille-feuilles betterave et mousse de chèvre, le poisson du jour ou encore la saucisse de cochon du Cantal par exemple.

À la carte, les tarifs sont un peu plus élevés mais les propositions sont autres : tartare de bar à la salicorne (une herbe aromatique au goût salé), un demi homard bleu grillé à la flamme, la pièce du boucher… Pour notre part, impossible de résister au filet de poulet fermier aux morilles. D’autant que la saison de ce champignon s’achève et, comme dit par l’équipe du Verjus, « on arrive sur les dernières ». Grand bien nous fasse, puisque le plat était un sans-faute.

Outre les morilles, on a apprécié ce goût plus prononcé grâce au vin jaune du Jura dans lequel était préparé le poulet et cette généreuse portion d’écrasé de pomme de terre. Une cuisine bistronomique travaillée, sympathique ; une adresse à retenir.
Aurélien Germain


> L’addition : Formule du midi complète à 26 € (ou 22 € pour entrée+plat ou plat+dessert). À la carte : entrées de 8 € à 18 € ; plats entre 22 € et 31 € et comptez une dizaine d’euros pour les desserts. Vin au verre à partir de 5 €. 
> Verjus, au 50 rue du Grand-Marché à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir. Petite terrasse extérieure.
> Tél. 02 47 36 94 82 ou sur les réseaux sociaux : @verjustours sur Instagram et « Verjus » sur Facebook. Mail : verjustours@ gmail.com

 

 

Fête de la musique 2024 : tout le programme à Tours

Retrouvez tout le programme de la Fête de la musique à Tours dans notre numéro spécial (à écouter !).

La Fête de la musique approche à grands pas ! A cette occasion, tmv vous propose dans son numéro 471 tout le programme et ce qui vous attend dans les rues le 21 juin.

Et nouveau : en scannant les QR Codes qui accompagnent certaines de nos présentations de groupes, vous pourrez découvrir leur musique !

Un numéro spécial à télécharger en un clic ICI !


Mise à jour 20/06/2024 17 h 01 : Les organisateurs nous préviennent des changements suivants :

–          Le conservatoire des cuivres ne sera plus au bois du Mortier mais au Parc Mirabeau

–          La Clinique du Street Art ne sera finalement plus au parvis de la Cathédrale mais chez eux à la Clinique du Street Art et leur programmation est présente dans le tableau

–          Le groupe des Deejays reste au Jardin Meffre mais seulement de 12 h à 18 h au lieu de 12 h à minuit.

TMV du 19 au 30 juin 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/06/TMV_A_20240619_TMV_001_T_Q_0_web-1.pdf

C’est bientôt la Fête de la musique ! A cette occasion, retrouvez tout le programme, artiste par artiste, lieu par lieu, à Tours. Un numéro spécial puisque, grâce à des QR Codes, vous pourrez également écouter les groupes de musique prévus ! Sinon au sommaire, on parle également de Mauvais Tours, un nouveau festival de cinéma qui arrive à Tours en octobre ; ainsi qu’un tour par la guinguette et Betty qui nous dit tout sur le lieu, sans oublier la chronique resto avec Verjus et un horoscope wtf.

Mauvais Tours : un nouveau festival de cinéma à Tours en octobre

Tout nouveau, tout chaud, le Festival Mauvais Tours débarque à Tours en octobre et célébrera les cinémas de genre et de l’imaginaire. Une campagne de crowdfunding est lancée.

On rejoue le film

C’est l’histoire de deux amis travaillant à Paris mais qui se sont rencontrés au Festival Mauvais Genre à Tours. Et qui, à l’arrêt de ce dernier, se sont retrouvés orphelins, mais titillés par l’envie de créer quelque chose ensemble. Ces deux amis ? Simon Riaux et Nicolas Martin, deux noms bien connus dans le circuit du cinéma et du journalisme, qui ont donc créé le Festival Mauvais Tours.

« Il y a une filiation symbolique avec Mauvais Genre, car notre amitié est née là-bas. Le jeu de mots était facile ! Néanmoins, la ligne sera différente, précise Simon Riaux. Ce n’est pas un festival de genre ou d’horreur simple, car on n’a pas envie de le dédier à un seul genre. Mauvais Tours, c’est un festival des cinémas de l’imaginaire, un festival qui secoue, un peu branque, avec des films qui nous surprennent. »
Fantastique, épouvante, étrange, SF, thriller, Mauvais Tours ne veut rien s’interdire : « Même s’il y a une comédie folle, on prend ! »

Plus que du cinéma

Toutefois, pour Simon et Nicolas, accompagnés de leur fine équipe tourangelle, il s’agit plus que d’un simple festival de cinéma stricto sensu. « Ce qui nous taraudait, c’était d’avoir autre chose qu’une série de projections. On veut aussi en faire un lieu de créateurs qui parlent, qui échangent », indique Simon qui rappelle son « plaisir fou » pris aux Utopiales, festival international de science-fiction regroupant littérature, cinéma et BD.

L’objectif ici à Mauvais Tours est de se gaver de films à tout va, certes, mais aussi de partager via des conférences, des tables rondes, des concerts et des rencontres autour des cinémas de l’imaginaire. Le tout est prévu aux cinémas Studio et au Bateau ivre.

Financement et crowdfunding

Preuve que la ville se sentait en manque d’un festival de ce genre, une campagne de crowdfunding a été lancée par Mauvais Tours et démarre fort ! En moins de 3 semaines, plus de 6 300 € ont été récoltés. « C’est encourageant et ça nous surprend en bien. Mais à Tours, le tissu associatif et culturel est super fort ! », se réjouit Simon.

La cagnotte est prête à « péter », le public prêt à débarquer. Rendez-vous est donc donné du 17 au 20 octobre.

Aurélien Germain


> pour participer au crowdfunding : kisskissbankbank.com/ fr/projects/mauvais-tours

> Mauvais Tours sur les réseaux sociaux : @mauvais.tours sur Insta et sur Facebook 

> retrouvez l’interview intégrale de Simon Riaux en un clic ICI

 

« Mauvais Tours est un festival des cinémas de l’imaginaire, un festival qui secoue »

Un nouveau festival de cinéma débarque à Tours au mois d’octobre. Son petit nom ? Mauvais Tours. On a passé au grill des questions l’un de ses créateurs, Simon Riaux.

Bonjour Simon ! Alors il se trouve qu’avec Nicolas, vous avez eu cette folle idée de nous refaire un festival de cinéma à Tours ? Est-ce né des cendres du festival Mauvais Genre ? D’où vient l’idée ?

Il y a une filiation symbolique : mon amitié avec Nicolas est née à Mauvais Genre il y a plusieurs années. On est vraiment devenu amis et, autour de nous, il y avait tout un noyau dur. Quand le festival s’est arrêté, on se retrouvait certains week-ends, on se disait ‘’ce serait bien si ça reprenait’’, mais on n’avait ni les épaules ni le temps. À l’époque, j’étais encore rédacteur en chef d’Ecran Large et Nicolas était à France Culture. Ensuite, quand on a quitté nos postes, on s’est dit : ‘’en vrai, ça nous manque. On sait regarder des films, et si on faisait un truc ensemble ?’’ Pas un Mauvais Genre bis, car ce ne sera pas la même ligne, mais le jeu de mots était facile !

Quelle sera la philosophie du festival ?

Il se jouera sur deux axes. Le premier, c’est que ce n’est pas un festival de genre ou de simple horreur. On n’a pas envie d’un événement dédié à un seul genre. Mais c’est un festival des cinémas de l’imaginaire, un festival qui secoue, branque, avec des films qui nous surprennent. Il y aura du fantastique et de la SF, mais pas que. C’est ouvert : s’il y a une comédie folle, on prend aussi, tant que la matrice est l’imaginaire.

Le deuxième axe vient du fait qu’on a écumé des festivals littéraires. Ce qui nous taraudait, c’est de montrer autre chose qu’une série de projections. Mauvais Tours, ce sera aussi un lieu de créateurs qui parlent, qui échangent, des tables rondes… On a pris un plaisir fou aux Utopiales par exemple.

Le festival se déroulera aux cinémas Studio et au Bateau ivre notamment. Comment ça s’est fait ?

Oui le Bateau ivre aussi, car on prévoit des échanges et avec un lieu comme ça, c’est top ! Cette salle est modulable. On peut organiser des rencontres, un ciné concert, boire un coup, etc. Et bien sûr, les projections se feront aux cinémas Studio qu’on adore.

Vous avez lancé une cagnotte de financement participatif. À quel état en est le projet ?

On a de la chance, on est soutenus par la Ville, la Drac, etc. Elles fournissent une aide matérielle, car nous ne sommes qu’à notre première édition. Donc on a besoin de financer les déplacements des invité(e)s, les films à transporter, aider à loger etc. Tout ça, ce sont des frais. Par conséquent, on a besoin des gens ! La cagnotte en est à plus de 73 % pour les 8 000 € demandés, c’est donc viable mais ric-rac.

Avec un peu plus, on peut par exemple organiser une masterclass supplémentaire, inviter une autre personne à une table ronde, faire un lieu plus accueillant, etc. L’ambition est de dégager suffisamment de trésorerie pour les futures éditions. N’oublions pas que toute l’équipe du festival est bénévole, Nicolas et moi y compris.

Une partie des membres et bénévoles de Mauvais Tours. (Photo https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/mauvais-tours)

D’ailleurs, il a démarré fort ce crowdfunding ! C’est une surprise ? Avez-vous senti une réelle demande de la part des Tourangelles et Tourangeaux pour un festival de ce type ?

C’est super encourageant et ça nous surprend en bien. Même si tu es Squeezie et que tu es hyper suivi, il faudra quand même toujours que ton projet soit excitant en fait. Là, à Tours, on voit bien que le tissu culturel et associatif est super fort. On ne fait doublon avec personne, ça a du sens, il n’y a aucune tentative de prendre l’aspiration de quelqu’un.

Et puis Tours, c’est tout près de Paris en train, donc d’autres talents et créateurs peuvent venir. On a envie d’un festival où l’on se dise : « Purée, d’où il sort ce film ?! »

Concrètement, qu’est-ce qu’on aura ? Du long-métrage, du court ? De la compétition ?

Du long-métrage en priorité avec compétition et de l’international également. Il y a une énergie dingue dans le cinéma français, ça s’électrise, alors on le mettra aussi en avant. Le tout, face à un jury professionnel. Côté films, je ne peux évidemment pas t’en dire plus pour le moment, héhé ! (flûte, pourtant on sait garder un secret à tmv, hum hum ! – NDLR)

Propos recueillis par Aurélien Germain / Photo ouverture : DR – Simon Riaux (à gauche sur la photo)


> Mauvais Tours, du 17 au 20 octobre, aux cinémas Studio et au Bateau ivre. Et pour le cagnotte participative, c’est PAR ICI ! 

> Retrouvez notre article sur le festival Mauvais Tours en un clic ICI ! 

 

 

 

Retour sur les Européennes : à Tours, Glucksmann (PS) en tête

Contrairement à de nombreuses villes en Indre-et-Loire (et en France), Tours a placé la liste PS en tête des suffrages. Quelques autres et rares communes se distinguent également. Dans le département, l’abstention est de 46,60 %.

Face au raz-de-marée RN, Tours s’est quelque peu distinguée. En effet, hier aux élections européennes, la Ville a placé Raphaël Glucksmann (PS) devant, avec 19,29 % (8 042 voix). Le candidat a réalisé de bons scores notamment dans les quartiers Febvotte, Velpeau, Michelet et Les Halles.

Juste derrière lui, Raphaël Bardella (RN) arrive en deuxième position avec 17,88 %. Soit à peine 586 voix d’écart entre lui et Glucksmann. Le candidat du Rassemblement national a été particulièrement plébiscité dans les quartiers des Fontaines, Douets et Europe.

Quant à Valérie Hayer, la candidate de la majorité présidentielle, elle arrive troisième avec 15,59 % des voix. C’est du côté de place Rabelais et aux Douets qu’elle a réalisé de bons scores.

Les Verts, eux, n’ont réalisé qu’un 8,89 % dans une ville pourtant emmenée par un maire écologiste. C’est loin derrière LFI, à 14,68 %. Pour le reste, François-Xavier Bellamy (LR) termine à 7,91 %, et Marion Maréchal à 5,24 %.

Quid du reste du département ?

Aux alentours, le RN l’emporte dans de nombreuses communes. A Joué-lès-Tours, Jordan Bardella est arrivé en tête avec 25,71 %, suivi de Valérie Hayer puis Raphaël Glucksmann. Sont également dans le même cas Fondettes, La Riche, Ballan-Miré et Chambray-lès-Tours, tout comme Montlouis-sur-Loire et Monts.

Saint-Cyr-sur-Loire et Saint Avertin font de la résistance et ont placé Valérie Hayer en tête des suffrages.

Idem du côté de Saint-Pierre-des-Corps, où la gauche s’impose, puisque l’insoumise Manon Aubry est arrivée en tête.

En Indre-et-Loire, seules neuf villes n’ont pas placé le Rassemblement national en tête de scrutin. L’abstention, elle, grimpe à 46,6 %.

A.G.

 

Résumé actu : Vegan Place, CCNT, mois pluvieux et « graffik party »

Le résumé de l’actu en 4 infos : de la Vegan Place à Tours au futur du CCNT, en passant par les graffik party qui se profilent et un mois de mai qui a été sacrément arrosé.

ÉVÉNEMENT
Vegan Place

Et de cinq éditions, pour la Vegan Place de Tours ! Organisée par l’association Educ Pop Animaliste, elle aura lieu le 15 juin prochain, boulevard Heurteloup. Cet événement autour de la cause animale réunira des associations, un village d’autrices et d’auteurs, des artisans vegans et des entreprises et proposera également une exposition sur le militant Louis Raimbault et la communauté végétalienne qu’il fonda dans les années 30 à Luynes.

L’autre temps fort de la Vegan Place sera le Prix Maya, « seule récompense littéraire animaliste de France », comme le soulignent les organisateurs.

> Le 15 juin, de 10 h à 18 h. Gratuit.


DÉCOUVERTE
Art « graffique »

Prêt(e) pour une graffik party ? (Photo F.Bouroullec – DR)

« Nous sommes des metteurs en fête », voilà le slogan du festival Graffik Party Tour[s] qui débute le 13 juin et se déroulera jusqu’en septembre dans divers lieux en Touraine. Porté par l’association Val de Loire, Centre d’Art, le projet se base sur une idée originale artistique de Franck Bouroullec : « quatre à cinq artistes peintres ou dessinateurs de presse ou BD illustrent des mots proposés et imaginés par le public » durant des « graffik party » de 5 minutes. À la fin, les dessins sont offerts au public.

Top départ de la tournée le 13 juin, à 19 h, au Parcillon à Parçay-Meslay.

> Infos : facebook.com/graffikpartytoursofficiel


CCNT
Cap sur 2029

Ouf, c’est acté ! Le nouveau Centre national chorégraphique de Tours (CCNT) verra bien le jour et sera construit à l’horizon 2029. Pour rappel, le premier projet datait de 2016 mais avait été abandonné en 2022, en raison de l’explosion des coûts de construction (+38 % portant le chantier à 23 millions d’euros).

Celui-ci coûtera 17,7 millions et se situera aux casernes Beaumont- Chauveau, sur 1 609 m² (contre 700 actuellement). Le nombre de places passera de 136 à 205. On y retrouvera notamment une zone d’accueil, une zone de création avec un studio pour les représentations, mais aussi un espace « zones pratiques et pédagogie ».


PRÉCIPITATIONS
+101 % !

Pas beaucoup de soleil durant ce mois de mai qui vient de se terminer ! Plutôt pluvieux, même, puisque les relevés de la station météorologique de Tours – Parçay-Meslay ont indiqué qu’il était tombé 115,7 mm de pluies entre le 1er et le 31 mai 2024, soit +101 % de précipitations ! Seul le week-end de l’Ascension avait été quelque peu épargné.

L’ensoleillement cumulé, lui, a atteint 172 h et 42 minutes, soit 19 % de soleil en moins qu’habituellement (sans oublier le mémorable mai 2020 et ses… 317,7 h ensoleillées). Mai 2024 n’est toutefois pas le plus arrosé : en mai 1997, il y avait eu 144,9 mm de précipitations. Alors, rassurés ?

A.G. / Photo : archives NR

Aucard de Tours : départ au top pour le festival

Le festival Aucard de Tours a ouvert ses portes à la Gloriette ce mardi 4 juin. Avec, pour ce début en fanfare, un public nombreux, du soleil, des concerts et des retrouvailles.

En débarquant à la Gloriette sur les coups de 19 h 30 ce mardi, on ne s’attendait pas à voir autant de monde ! En ce jour d’ouverture du festival Aucard de Tours, la file pour entrer sur le site est longue, bieeen longue. D’autant qu’à l’intérieur, des centaines et des centaines de personnes sont également déjà présentes. Comme top départ, on ne pouvait espérer mieux niveau fréquentation !

Entrée sur ce site qui nous avait bien manqués. Un check. Une bise. Un serrage de paluche. Un autre check. Une deuxième bise. Un copain, une copine, deux, trois, quatre, douze, vingt, aaaargh ! Impossible à nier, Aucard c’est vraiment le festival des potes, avec son ambiance unique. Il y règne une sorte de « bienveillance » assez difficile à décrire.
Côté bénévoles, ils et elles sont toujours souriant(e)s, à pied d’œuvre et ça envoie de tous les côtés, notamment aux bars. Chapeau à elles et eux !

 

Le soleil, lui, a fait son invité surprise après des dernières semaines bretonnes (désolé mes amis du Finistère !), entre pluie, ciel gris, pluie, et re-ciel gris. De quoi être de bonne humeur pour ce premier jour qui aura vu défiler des artistes, connus ou moins connus, mais toujours à fond sur scène.

Concerts, découvertes et grosses surprises

Pour ce top départ, on a notamment eu droit à ANGELICA GARCIA, les foufous de JOHNNY MAFIA (sacrée ambiance !), les LOS BITCHOS qui ont fait se dandiner le chapiteau, ou encore Mézigue. Mais de notre côté, on retient la performance ha-llu-ci-nan-te de SLIFT. Le trio toulousain a délivré un set d’une heure d’une puissance phénoménale : leur space rock saupoudré de stoner psyché en a envoyé planer plus d’un(e). Une baffe comme on ne s’était pas pris depuis bien longtemps !

Le set intense et psychédélique de Slift.

Ce mercredi signe le deuxième jour du festival. Aucard accueillera, ce soir, Clavicule, Cobrah, Melody Move, Mo’Kalamity & the Wizards, Télécascade Ensemble, Peet et TV Sundaze.

Le festival se poursuivra jusqu’à samedi 8 juin. Toute la prog’ se retrouve sur le site aucard-tours.com/programmation
Welcome back, Aucard !

Texte et photos : A.G.

 

10 ans du Prix du roman tmv : dans les coulisses de la délibération

La semaine dernière, autour d’un repas à l’Hôtel de l’Univers, chaque membre du jury a essayé de défendre son roman favori de la sélection (le combat de catch dans la boue était autorisé). Retour sur les débats.

Liste des coupables cités dans cet article : Nos trois lectrices de tmv membres du jury : Karen, Bérengère et Juliette. Nos partenaires : Geneviève (Océania l’Univers) ; Marie (SNCF) ; Célia (Fil Bleu) ; David (Cultura) ; Jacques (Galeries Duthoo) ; ainsi que Manon (NR Com) ; Elisabeth (romancière) et Aurélien (tmv).

NOS ÂMES SOMBRES

Premier roman à passer la moulinette, « Nos Âmes sombres », polar choral ambitieux de Sarah Bordy, avocate de profession, qui y mélange jeux de pouvoir, enquête multiforme sur fond de maltraitance. « Je l’ai trouvé très intéressant, mais il y avait des longueurs », débute Marie. Pour David, « c’est vraiment pas mal pour un premier. Mais c’est très confusant, toutes ces intrigues qui se mêlent. »

C’est d’ailleurs l’écueil qui reviendra le plus souvent : le trop grand nombre de protagonistes en a perdu certain(e)s.
De quoi empêcher d’accéder aux portes de la finale, comme penserait Denis Brogniart.

J’AVAIS OUBLIÉ LA LÉGÈRETÉ

C’est un « Aaaaaah ! » quasi-extatique qui sort de la bouche d’une partie du jury lorsque le titre du livre d’Edwige Coupez est annoncé. Fichtre diantre, aurait-on déjà notre vainqueur sans même s’être battu à coup de quignon de pain ?!

« C’est un coup de cœur ! », s’exclame Juliette qui parle d’un roman « très sincère, poignant, à l’écriture incisive ». Pour Manon, ravie, « c’est un 10/10 ! », comme Marie (« j’ai adoré ! ») ou encore Geneviève (« un roman addictif ») et Bérengère (« ça m’a touchée »). L’histoire, articulée autour des liens mère-fille après une fugue et des tourments de l’adolescence, a visé juste. Le style parfois télégraphique boosté aux anaphores a un peu rebuté l’auteur de ces lignes (« oui mais ça évite le pathos », argue Elisabeth qui a souvent raison).

Toutefois, l’ensemble a plu à 90 % de la tablée. Même Jacques – alias l’homme le mieux habillé de Touraine, d’après un sondage Ipsos/tmv – avoue : « J’ai eu un petit coup de cœur ». Mais contre tous ces Goliath, David le libraire dégaine : « Oui, mais ce n’est pas un roman en fait. C’est plus un témoignage. » Karen abonde : « J’ai l’impression d’un récit-conseil. »
Comme dirait Denis Brogniart : Ah !

LA FIN DU SOMMEIL

Alors qu’une simple allergie lui est diagnostiquée, un architecte annonce à son entourage souffrir d’un cancer de la gorge. Une ruse pour lui laisser le temps d’écrire un roman et de retrouver l’amour de ses proches. Voilà le pitch de « La Fin du sommeil » de Paloma de Boismorel qui a divisé le jury.

Bérengère a été « dérangée par l’histoire », Juliette n’a eu « aucune empathie pour le personnage » (Célia, tout en douceur : « j’ai eu envie de le baffer »). Geneviève a trouvé le livre « assez drôle » et Elisabeth salue l’écriture (« stylistiquement, c’est le meilleur »). Mais une large partie du jury, n’ayant guère apprécié les longueurs, ponctuera son avis par un « Tout ça pour ça ? »
Comme dirait Denis Brogniart : Aïe !

LE RIRE DES AUTRES

 

L’histoire en très résumé ? Une jeune femme contrainte de faire un job alimentaire découvre un jour que son compagnon vomit… des billets de banque ! « Je veux un film de ça ! », lance Manon. Geneviève est « mitigée en raison du côté trop décalé », Karen a « ri et été touchée » et souligne que « visuellement, c’est le plus attrayant ». Pour Célia, c’est clairement son « chouchou et ça touche un large public » et Juliette avoue : « Je l’ai lu en 3 heures. Je n’ai rien fait au bureau du coup ! » (mais on ne veut surtout pas balancer…).

Toutes et tous s’accordent à dire que c’est un livre qu’on pourrait prêter, pour le faire découvrir. Le timing s’y prêtant bien, dessert oblige, Marie se demande si ce serait pratique que son conjoint régurgite des billets. Jacques-les-bons-conseils rétorque : « Donne-lui du Canigou ce soir et tu verras ! ». De quoi faire rire la tablée qui, avec au moins 64 cafés dans le cornet, doit toutefois se presser.
Car il faut voter et comme dirait Denis Brogniart : il n’en restera qu’un.

LE VERDICT

Brouhaha Lancer de serviettes… Combat de cuillères. Vif débat. Emma Tholozan et Edwige Coupez finissent ex-aequo au premier tour. Au second, cela se jouera à une voix : « Le rire des autres » obtient le Prix du roman tmv 2024.

Toujours pas de combat de catch dans la boue cette année – dommage – mais une belle compétition qui aura de nouveau mis en lumière la plume de romancier(e)s en devenir.

Aurélien Germain


> Retrouvez l’interview de la lauréate Emma Tholozan en cliquant ici !

 

Emma Tholozan, lauréate des 10 ans du Prix du roman tmv avec « Le Rire des autres »

Un premier roman décalé, porté par une belle plume et un sous-texte pertinent : « Le rire des autres » d’Emma Tholozan a remporté le Prix du roman tmv 2024. Rencontre avec l’autrice de 27 ans qui raconte son ouvrage drôle et original.

Que feriez-vous si un beau jour, votre conjoint(e) se mettait à vomir… des billets de banque ? Oui, on ne va pas se mentir, la question est plutôt incongrue. Certes, cette situation ubuesque n’est pas prête d’arriver dans la vraie vie (enfin… normalement !), mais elle est centrale dans le livre d’Emma Tholozan, « Le rire des autres », qui vient tout juste de remporter le Prix du roman tmv.

Dans son premier roman paru aux éditions Denoël, l’autrice de 27 ans originaire de Toulon raconte l’histoire d’Anna, jeune femme pleine d’espoir, master de philo sous le coude, qui voit ses rêves dézingués par Pôle emploi : ses études ? Bof, elles ne valent finalement rien. Exit la vie fantasmée, bienvenue le boulot alimentaire comme chauffeuse de salle sur un plateau télé.

Cynique, un poil désabusée, Anna rencontre alors Lulu, smicard également, et tombe sous le charme. Mais son nouveau compagnon se met subitement à vomir des billets à cadence soutenue. De quoi transformer leur situation précaire et leur vie ? « En fait, j’avais envie de parler d’argent, mais de manière rigolote !, résume Emma Tholozan. Autour de moi, tout le monde cherchait du travail. On gagne tous de l’argent grâce à, d’une certaine manière, notre corps qui va au travail. Je me suis demandé : et si on en produisait spontanément ? »

Un conte d’un nouveau genre

Voilà donc sur la table ce premier roman, sorte de conte moral moderne, tirant sur la fable. « Au départ, ce n’était pas pensé comme ça. Mais c’est vrai que j’ai en fait utilisé les mêmes mécanismes. C’est une écriture métaphorique », dit-elle. Un récit qui montre finalement bien la société actuelle et aborde différentes thématiques : « Le couple, l’amour – ou du moins la relation – mais aussi l’amitié, l’ambition… J’explore aussi le thème de l’exploitation : le compagnon d’Anna régurgite des billets, mais pas elle. Elle, c’est son corps qui est exploité au travail, dans un job alimentaire qui la fatigue. Et en retour, elle exploite le corps de son copain. »

De manière sous-jacente se dessine aussi la notion du paraître, avec une Anna devenue aussi superficielle qu’imbuvable, profitant allègrement de son cher Lulu pour s’acheter une tripotée d’objets de luxe. « Finalement dans le texte, l’argent est secondaire, analyse la romancière. Pour Anna, c’est surtout ce qu’il procure : notamment l’apparence. Elle le voit quand, lorsqu’elle a un nouveau sac, on commence enfin à retenir son prénom. »

Un sous-texte qui, en filigrane, emmène aussi le lecteur/lectrice dans une réflexion intéressante, dépassant le registre comique du livre et allant plus loin que l’aspect invraisemblable, farfelu et fantastique du récit.

Aujourd’hui, Emma Tholozan travaille à Paris, en tant qu’assistante éditoriale « dans une petite maison qui s’appelle Éditions des femmes – Antoinette Fouque ». À peine « Le rire des autres » publié (et digéré !), elle a déjà un œil sur le futur et sur les prochaines pages à écrire. Elle pense à un second roman. Dit qu’elle a « déjà des idées » et qu’il sera différent du premier.

En attendant, à tmv, on n’oublie pas le personnage d’Anna et ses punchlines (« j’étais tellement fatiguée que même mes cernes avaient eux-mêmes des cernes »). Ni celui de Lulu, le cracheur d’oseille touchant et si terre-à-terre. Ni cette interrogation, qu’aurait-on fait, nous, face à pareille situation ? Mais tiens, d’ailleurs… Et Emma Tholozan, comment réagirait-elle si son conjoint se mettait lui aussi à vomir des billets ? « On me pose souvent la question… » Elle rit. « Eh bien… Je ferais comme Anna ! »

Aurélien Germain / Photo : Eric Garault


> Le rire des autres, d’Emma Tholozan (éditions Denoël).

> En dédicace le 8 juin à Cultura (Chambray-lès-Tours), de 10 h 30 à 12 h. [et en dédicace inédite dans le train Paris>Tours du 7 juin, départ 12 h 24]

 

TMV du 5 au 18 juin 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/06/TMV_A_20240605_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Les JO, c’est bientôt ! Mais est-ce que la Touraine vibre pour les Jeux olympiques ? On a demandé à des professionnels des secteurs sportifs et touristiques. Gros morceau de ce numéro également : le Prix du roman tmv ! Retrouvez l’interview de la lauréate des 10 ans de notre Prix : Emma Tholozan pour « Le Rire des autres ». On a aussi retrouvé un ancien nageur tourangeau qui portera la flamme olympique et on se fait un petit horoscope WTF des familles.

Séance de dédicaces avec Emma Tholozan, lauréate du Prix du roman 2024

Un premier roman décalé, porté par une belle plume et un sous-texte pertinent : « Le rire des autres » d’Emma Tholozan a remporté le Prix du roman tmv 2024. Et pour fêter ça, l’autrice de 27 ans sera de passage à Tours !

Elle sera en dédicace à Cultura Chambray-lès-Tours le samedi 8 juin, de 10 h 30 à 12 h. Et pourra parler de son ouvrage qu’on a littéralement dévoré (et donc adoré).

A noter également que les voyageurs du train Paris>Tours du 7 juin (départ 12 h 24 de Paris) auront la possibilité de rencontrer Emma Tholozan au cours du trajet, durant lequel nous distribuerons son roman aux passagers ! Vous pourrez ainsi participer à un « train de la dédicace » unique.

Tours a désormais son école bois-paille

Une façade en bois et une isolation en paille : la Ville vient d’inaugurer sa première école bioclimatique à Tours Nord. La première d’une série de rénovations écologiques.

Les faits

C’était l’un des projets-phare de l’équipe municipale : c’est désormais fait. La Ville a inauguré sa première école « bois-paille », l’école maternelle Jean de la Fontaine, à Tours Nord. Après deux ans de travaux, pour un coût total de 9,7 millions d’euros, l’établissement a été entièrement rénové.

L’objectif ici est double : cette école d’un nouveau genre a une grande ambition écologique (un gain de rejet de CO2 supérieur à 10 tonnes par an) et pédagogique (plus de confort, de matériel ergonomique, d’espace).

Une construction écologique et biosourcée

En très résumé, la façade et les structures de l’établissement sont donc construites en bois et l’isolation est en paille. Ce qui pourrait surprendre. Or, il ne faut pas oublier que ce matériau offre une très bonne isolation naturelle qui allie performance et économie. « Elle permet à la chaleur de rentrer en hiver, mais pas en été, soulignait Martin Cohen, adjoint au maire chargé de la transition écologique et énergétique lors de l’inauguration. Et il y a une chaufferie biomasse pour chauffer l’hiver. »

Les murs extérieurs sont faits en revêtement bardage bois en mélèze et pare-pluie. Quant au bitume extérieur, il a été remplacé par un béton peluché aérant et perméable. Le reste du sol est constitué d’épais coupeaux de bois et la cour est arborée.

Élèves et enseignants

À l’intérieur de l’école, on note également de très larges baies vitrées qui permettent aux élèves de voir ce qu’il se passe à l’extérieur. Ces derniers ont d’ailleurs désormais accès à un self, afin de gagner en autonomie. Il y a aussi du mobilier entièrement modulable pour les classes. Franck Gagnaire, adjoint au maire chargé de l’éducation, indiquait à nos confrères de la Nouvelle République : « On peut faire classe dehors. C’était une vraie demande des enseignants. »

Et après

L’école Jean de la Fontaine n’est que la première d’une longue série de projets du même acabit souhaité par la municipalité. Ceux-ci doivent effectivement s’étaler sur plusieurs années, puisqu’elle a en tête de rénover dix-huit écoles. Avec, à chaque fois, le souhait de développer une approche bioclimatique dans ses établissements scolaires.

Aurélien Germain / Photos : Julien Pruvost – NR

Rugby : les 1er et 2 juin, tous et toutes au Challenge Lamarre !

Le challenge Lamarre revient ce week-end pour sa 44e édition.

Le challenge Lamarre, c’est quoi ? C’est un tournoi de jeunes rugbymen et rugbywomen qui se déroule au stade de la Vallée du Cher, organisé par l’US Tours. Le club qui, soit dit en passant, dispute le même jour un huitième de finale du championnat de Fédérale 2 décisif pour une éventuelle montée en Fédérale 1.

Chaque année, une vingtaine de clubs venus de la région mais aussi de toute la France, se donnent rendez-vous à Tours. Au total, cela nous donne quand même 83 équipes engagées et plus de 800 jeunes joueurs et joueuses. Tout ce petit monde s’affronte en trois catégories, 8 ans, 10 ans et 12 ans. Le club qui obtient les meilleurs résultats dans ces trois catégories s’adjuge le challenge général. À noter que deux autres trophées viennent compléter le palmarès, le challenge du fair-play et le challenge citoyen, qui salue l’implication environnementale et le vivre-ensemble.

Les rencontres durent 10 minutes. L’année dernière et d’ailleurs celle d’avant aussi, c’est Massy qui avait remporté le titre, égalant l’US Tours en nombre de victoires. Ils auront sans doute, cette année, la ferme volonté de réaliser le triplé. Car il s’agit bel et bien d’une compétition. Chaque équipe entre vraiment sur le terrain avec l’esprit de la gagne.

Mais, au-delà de cet aspect, le challenge est aussi un grand moment de partage. Ça bouge dans tous les sens, les matchs se succèdent, l’ambiance est festive et conviviale autour des terrains. On parle souvent des fameuses « valeurs du rugby », cela fait un peu partie de la mythologie de ce sport d’équipe et de combat. Au challenge Lamarre, on mesure à quel point ces valeurs font partie de l’éducation que reçoit chaque jeune.

M.P. / Photo archives NR


> Les 1er et 2 juin, au Stade de la Vallée du Cher, de 9 h à 17 h. Finale à 16 h 30, puis remise des trophées. Gratuit. Buvette et restauration sur place.

 

Le guide des festivals en Touraine

Dossier spécial cette semaine, dans notre nouveau numéro ! Au programme ? La programmation des festivals en Touraine, de la fin mai à la fin de l’été.

L’été approche et avec lui… la saison des festivals bien sûr ! On vous a concocté un guide des festivals en Touraine, avec le plein de rendez-vous, que ce soit pour faire le plein de concerts, ou d’arts de rue, de théâtre et bien d’autres…

Pour faire votre choix, direction le numéro 469 de tmv.

A retrouver et télécharger en CLIQUANT JUSTE ICI !

TMV du 29 mai au 4 juin 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/05/TMV_A_20240528_TMV_001_T_Q_0.pdf

L’été approche ! Et avec lui, la saison des festivals. Ce qui tombe bien car voici notre guide des festivals en Touraine sur 7 pages. On reparle aussi du chantier XXL du Nouvel Hôpital Trousseau, du challenge Lamarre au rugby, de la conservatrice du Musée des Beaux-arts et de la place de la femme au Moyen-Âge. Sans oublier : la chronique resto (Café de Paula), l’horoscope WTF, les sorties culture et l’actu 37.

Chantier du Nouvel Hôpital Trousseau : le futur du CHRU

Les travaux vont bon train sur le site du Nouvel Hôpital Trousseau. C’est l’un des plus gros projets hospitaliers de France, un chantier colossal sur 80 000 m².

Les faits

Là, c’est sûr qu’on ne parle pas d’un petit agrandissement ou de légers travaux… Non, on est davantage dans du changement XXL : car le chantier du Nouvel Hôpital Trousseau se dessine sur une surface de 80 000 m² ! Sans compter les 13 000 m² qui seront dédiés à la psychiatrie.

Coût du contrat du chantier ? Près de 410 millions d’euros. Il devrait s’achever en 2028 pour une ouverture espérée en 2029.

Bouygues à la manœuvre

Au mois d’octobre dernier, c’est Bouygues Construction qui signait le contrat et décrochait le marché du futur CHRU de Tours. Le géant du BTP, avec AIA Architectes, va réaliser deux bâtiments étroitement liés.

Le principal sera sur quatre niveaux, abritant par exemple les services d’urgences, un important plateau d’imagerie, les unités de réanimation, etc. Le second abritera, sur quatre niveaux également, des unités de médecine ambulatoire et d’hospitalisation ou encore un plateau de biologie.

Dans sa synthèse de présentation, le CHRU et Bouygues Construction indiquent : « Le projet du Nouvel Hôpital Trousseau vise à restructurer l’offre de soins et à améliorer la prise en charge des patients pour cet hôpital situé au cœur de la métropole de Tours. » Le nouveau complexe hospitalier sera doté de 541 lits, 25 salles d’opération et 13 salles interventionnelles.

Les travaux

Les travaux ont débuté le 8 avril 2024 et continuent coûte que coûte en ce moment, malgré les averses de ces dernières semaines et les intempéries qui n’ont pas franchement aidé les ouvriers… Dans les colonnes de la Nouvelle République, Jean-François Mari, directeur de projet chez Bouygues, indique : « Le rythme est soutenu, mais on est dans les temps. » Actuellement, trois grues sont sur le site, mais elles passeront à sept cet été. Certains murs de béton sont déjà coulés dans les fondations et dressés. Le gros œuvre, le « squelette », sera terminé fin 2025.

En période de pointe, en 2026, plus de 500 personnes seront mobilisées pour ces travaux d’ampleur. C’est l’un des plus gros projets hospitaliers lancés en France.

Aurélien Germain / Photos : illustration AIA Architectes

Chroniques culture : rock tourangeau avec Nights of Atria, thrash metal avec Kerry King et le polar du jour

Cette semaine, les Tourangeaux de Nights of Atria débarquent avec un EP sous le bras, Kerry King de Slayer revient aux affaires avec un album qui tape dur et on découvre Marine Béliard et son super polar.

NIGHTS OF ATRIA – FOUNDATION PART.1

Et de deux, pour Nights of Atria ! Le combo tourangeau revient avec un second EP, concentré de gros rock abrasif. Intitulé « Foundation Part.1 », ce trois titres offre une belle carte de visite, en proposant une musique fusionnant des mélodies atmosphériques et de bons riffs bien plus puissants (le massif « N.I.K » ou l’ouverture quasi-stoner de « The Other Side »).

Bien mixé, le EP propose donc un juste équilibre entre la voix claire et sensible d’Eve (d’origine ukrainienne, elle chante des textes engagés) et l’ensemble basse-batterie- guitare. Et comme le rock se traduit le mieux sur les planches, c’est au Quartier de Tours qu’on pourra écouter Nights of Atria, lors d’un concert sous forme de release-party, le 31 mai prochain !
A. G.

@nights.of.atria sur Instagram


KERRY KING – FROM HELL I RISE

Difficile de ne pas parler de Slayer quand on parle de Kerry King. Et vice-versa. Il faut dire que le guitariste, figure emblématique du mouvement thrash metal, restera indissociable du célèbre groupe qui a décidé de raccrocher les gants en 2019. Impossible à mettre à la retraite, le père King a donc reformé un groupe autour de son nom, s’accompagnant au passage de noms prestigieux ayant fait leurs armes dans Death Angel, Hellyeah et… Slayer ! (le serpent qui se mord la queue, tout ça tout ça)

Autant dire qu’à peine l’album lancé et le son monté au max, le constat est sans appel : ce disque est du Slayer pur jus. Le groupe balance les torgnoles, décroche les uppercuts (ouille, le très brutal « Rage »), fait taper du pied autant qu’il donne envie de headbanguer ou de perdre quelques dents dans un bon gros pogo qui sent la bière et la sueur (de rien pour l’image).

Autour du King, le chant agressif de Mark Osegueda donne une toute-puissance aux morceaux et la double grosse caisse de Paul Bostaph fait l’effet d’un rouleau-compresseur. Hargneux, méchant, véloce, « From hell I rise » est un album qui convoque les belles heures du thrash : Kerry King, qui signe un premier effort solo convaincant, n’avait pas dit son dernier mot.

Aurélien Germain


NIG

LE LIVRE

A QUEEN IN NEW YORK

Dans le monde du polar, quand Marine Béliard se livre à l’exercice, on se précipite ! Car ce nouveau roman de la collection « New York Made in France » des éditions Rivages noirs est un bonheur.

À Greenwich Village, la chanteuse du groupe A Queen in New York est retrouvée décédée d’une overdose. Son ami Joaquin, ex-flic du NYPD, enquête sur cette mort suspecte, puisque la star avait raccroché depuis longtemps…

S’en suit un récit au rythme d’enfer dans le New York des clubs et de la scène musicale des années 1970. Marine Béliard nous entraîne dans l’histoire de cette bande de copains quittant leur Pennsylvanie natale pour se brûler les ailes dans les mirages de Big Apple. Un beau roman d’initiation doublé d’un polar efficace.
Hervé Bourit

Place Jean-Jaurès, on a testé Maison Gloria (et son ambiance exotique)

« Instagramable ». S’il y a bien un mot qui revient souvent quand on nous parle du restaurant Maison Gloria, c’est celui-ci !

Alors avouons-le de suite : oui, le lieu possède un cachet et se veut visuellement très bien pensé et réfléchi. L’endroit est vraiment beau et original et, donc, « instagramable ».

En entrant, on est de suite plongé dans une ambiance tropicale. La déco, d’inspiration sud-américaine, laisse place à beaucoup de bois et d’osier tressé. L’osier tressé, d’ailleurs, c’est ce qui enrobe entièrement cette montée d’escaliers assez dingue (et canon, soyons sincères) qui emmène à l’étage pour une seconde salle au style singulier.

Là, tout est pensé dans les moindres détails : jetez un œil au plafond, au design des lampes, ou encore à ces plantes tombantes façon jungle.

Autant dire que ça n’a plus rien à voir avec la brasserie O’Palais, que Maison Gloria remplace désormais. Tout a été refait de A à Z et l’établissement possède une identité forte. La terrasse, elle aussi, a été repensée et reprend les codes des salles intérieures. Et au menu ? Maison Gloria propose une carte tradi assez fournie. On peut tenter les assiettes à partager (de la burrata à la truffe à la classique planche charcuterie), les pad thaï, les salades, ou encore opter pour des plats à base de poisson ou de viande. Le midi, il est aussi possible d’opter pour un plat du jour (ce jour-là, c’était échine de porc au caramel et purée) à 12,90 €.

De notre côté, on s’est laissé tenter par le tataki de filet de bœuf (22,90 €). Il est proposé avec une marinade soja sucrée salée. Le riz vinaigré est rehaussé par une huile de sésame et du yuzu, un agrume qui assaisonne le tout avec un goût de citron vert. Idée sympa, le plat est dressé dans une assiette longue en céramique, à l’esthétique japonaise. En jetant un œil à droite à gauche aux tables voisines, on s’aperçoit que la vaisselle est souvent design.

Reste désormais à retourner à Maison Gloria pour tester la spécialité de la maison : la partie cocktails, en terrasse et au soleil. Et ne pas oublier de poster ça sur Instagram… ?

Aurélien Germain


> L’addition : Lors de notre venue : tataki de bœuf à 22,90 € + un verre de pinot noir (4,90 €). Assiettes à partager de 9,90 € à 22,90 €. Salades entre 16,90 € et 22,90 €. Pad thaï à 17,90 €. Plats poissons, de 18,90 € à 29,90 € et viandes de 18,10 € à 27,90 €. Plat du jour : 12,90 € et menu enfant à 10,90 €.
> Maison Gloria, 15 place Jean-Jaurès à Tours. Ouvert sept jours sur sept, toute la journée. Grande terrasse extérieure.
> Contact Tél. 02 47 61 48 54. Sur Instagram : @maisongloriatours. maison-gloria.fr

7 (ou 8) bonnes raisons d’aller à Aucard de Tours

On vous rappelle pourquoi il est toujours bon d’aller traîner du côté de la Gloriette…
Rendez-vous dès le 4 juin pour la 37e édition d’Aucard de Tours.

1. Parce qu’il y en a pour tous les goûts

On ne va pas se mentir, il faut être difficile pour ne pas trouver son bonheur dans la programmation d’Aucard de Tours. Parce que l’affiche s’est toujours voulue hétéroclite, variée et piochant dans tous les styles. Electro, rap, rock, musiques du monde…, on pourra profiter de Johnny Mafia, d’ODG Prod (joyeux anniversaire !), 8Ruki, Chill Bump, Maraboutage ou encore des mythiques Asian Dub Foundation !

2. Parce que sur scène, les femmes ne sont pas sous-représentées (et ça fait plaisir)

On n’y pense pas assez, mais il n’empêche : régulièrement, les festivals programment un bon nombre d’artistes masculins, laissant les femmes aux oubliettes. Le CNM, le Centre national de la musique, s’était penché sur ce manque de visibilité et avait dénombré seulement… 14 % de femmes sur scène dans les festivals de musiques actuelles.

Aucard, lui, est très bon élève. Cette année, on assistera aux venues d’Angelica Garcia, Belinda Mnesie, Cobrah Cousines Like Shit, Crenoka, Dream Wife, Jane & les autres, Los Bitchos, Mo’Kalamity, Nuxx Vomica, les Spicy Peaches, Vulves Assassines, sans oublier les autres groupes à majorité masculine, mais comptant tout de même des musiciennes…

3. Parce que c’est un « village »

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Enzo Petillault, le programmateur et l’un des big boss du festival. Parce qu’à tmv on est plutôt feignant, on est allé récupérer ses dires dans une interview qu’on avait publiée en 2016. À l’époque, en demandant pourquoi les gens venaient (tête d’affiche, programmation, ambiance…), mister Petillault avait répondu : « C’est un tout. Je pense que 50 % d’entre eux viennent “ parce que c’est Aucard ”. L’autre moitié est attirée par un groupe, une tête d’affiche. Aucard, c’est une ambiance à part, c’est un village. »
(si tu veux prendre un coup de vieux, clique ICI et relis cette interview de 2016)

4. Parce qu’il y a les copains et copines

« Tu vas à Aucard ? », c’est un peu la phrase que la moitié des Tourangelles et Tourangeaux se lance avant le jour-J. Aucard, c’est une famille, c’est les ami(e)s. On se retrouve sur le parking, on boit un verre, on entre sur le site tout sourire et… on fait coucou à celles et ceux qui passent les trois quarts du festival assis dans l’herbe à discuter avec les copains, copines. On ne dénoncera personne, bien entendu…

5. Parce que c’est toujours un succès

L’an dernier, il y en avait du monde sur la plaine de la Gloriette ! Tout comme en 2022 d’ailleurs (succès colossal) et 2024 ne devrait pas déroger à la règle. La preuve ? Les organisateurs ont annoncé, le 7 mai, que tous les pass 5 jours étaient écoulés (un mouchoir pour pleurer à celles et ceux qui viennent de le découvrir…). « Vous êtes des fous, on n’a jamais vu ça », est-il écrit sur la page Facebook.

Pour les retardataires, il reste encore quelques pass 1 jour… Go !

6. Parce qu’on respecte les anciens

Cette année, Aucard fête sa 37e édition. Et rien que ça, ça force le respect. Aimons nos aînés.

7. Parce que ça commence un peu avant en fait

Bah oui, le 30 mai c’est l’apéro Béton spécial Aucard ! Une sorte de before au Parc Mirabeau, si vous voulez. À cette occasion, on pourra récupérer son bracelet 5 jours et ses tickets conso en avance, boire la bière d’Aucard et profiter des shows de Jozeph (pop), Tartar (blues rock) et La Ciguë (bal trad’ moderne) pour un petit concert de préchauffe. Trois groupes à découvrir en avant-première puisqu’ils seront aux Apérocks.  Tiens, les Apérocks : la voilà, notre raison n°8 !

Aurélien Germain / Photo archives NR

> Aucard de Tours, plaine de la Gloriette du 4 au 8 juin.

 

TMV du 22 au 28 mai 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/05/TMV_A_20240522_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

EMI, kézako ? C’est l’Education aux médias et à l’information. On vous explique dans notre dossier pourquoi il est important d’éduquer les jeunes aux médias et lutter contre les fake news. On revient aussi sur la future ligne de tram, ainsi que sur le TMB, sans oublier notre chronique resto (Maison Gloria et son ambiance exotique) et l’horoscope WTF. Enfin, on a rencontré une pro qui répare les livres abîmés et on vous donne les bonnes raisons d’aller à Aucard.

Future ligne du tramway à Tours : enquête publique en septembre

À partir du 15 septembre prochain, les habitants pourront participer à l’enquête publique concernant la deuxième ligne de tramway et donner leur avis.

Les faits

Oui ou non, le projet de ligne B du tramway est-il bien reçu par la population ? C’est, en substance, ce qu’on déterminera avec l’enquête publique qui va être mise en place à la rentrée prochaine, concernant ce gros projet qui a déjà pris énormément de retard, notamment en raison des hésitations sur le tracé.

Du 15 septembre au 15 octobre, les habitant(e)s pourront donc donner leur avis et participer à l’enquête publique. Le maire de Tours, Emmanuel Denis, prévoit qu’elle « sera sûrement prolongée de deux semaines ».

Le calendrier

Au préalable, cet été, diverses réunions publiques seront organisées sur le territoire : elles débuteront le 5 juin à Chambray-lès-Tours, puis les 7 et 18 juin à Tours, le 12 juin à La Riche, le 26 juin à Joué-lès-Tours et le 2 juillet à Saint-Pierre-des-Corps.

Une fois que l’enquête publique de septembre- octobre sera passée, il faudra attendre la déclaration d’utilité publique espérée pour début 2025 qui permettra enfin de lancer, officiellement, les travaux. Ceux-ci devraient – si le calendrier est respecté bien sûr – débuter le 1er juillet 2025.

Un débat qui tourne en rond

Le 13 mai dernier, la Métropole a adopté, lors de son conseil, une délibération validant le projet de construction de la deuxième ligne de tramway, entre La Riche et Chambray. Celle-ci ouvre donc la voie à ladite présentation du projet en enquête publique, mais certains élus étaient encore dans le doute (11 abstentions et 7 votes « contre » sur 84 voix).

Le débat a, une nouvelle fois, tourné en rond, et certains ont de nouveau critiqué le tracé passant par le boulevard Jean-Royer, le retard pris ou encore les coûts engendrés.

Ligne B

Pour l’instant, 35 000 passagers sont espérés sur cette future ligne, les jours de semaine (contre 65 000 pour la ligne A). D’une longueur de 12,5 km, elle reliera La Riche à Chambray-lès-Tours, en passant par Tours et Joué-lès-Tours. Tours Métropole rappelle, dans sa présentation, qu’il y aura « 22 stations, espacées d’environ 500 mètres, desservies en 40 minutes » et « 900 places de stationnement réparties sur quatre parkings-relais ».

La mise en service officielle est, quant à elle, toujours espérée et prévue pour fin 2028…

Aurélien Germain / Photo tmv

Résumé actu : Marche des fiertés, solidarité au centre équestre, opération zéro déchet…

C’est l’heure du résumé de l’actu en 4 infos : les dates de la Marche de la fierté 2024, le rapport du Secours catholique sur la pauvreté dans le département, le succès de l’opération Zéro Déchet et la cagnotte pour aider le centre équestre après un incendie.

MARCHE DES FIERTÉS

Rdv le 15 juin

La 18e Marche des fiertés aura lieu le samedi 15 juin à Tours. Les participant(e)s se réuniront d’abord à 12 h 30 au château de Tours pour l’ouverture du Village associatif. Cette marche sera axée autour de la problématique du harcèlement scolaire, le Centre LGBTI de Touraine ayant reçu de nombreux témoignages de jeunes victimes de harcèlement en raison de leur identité de genre.

À noter également que, du 10 au 15 juin, la ville vivra au rythme de conférences, de spectacles, de performances ou encore de drag shows et d’expos.

> Programme complet sur centrelgbt-touraine.org/ edition-2024 


INDRE-ET-LOIRE

Quel Taux de pauvreté ?

Le Secours catholique vient de publier son rapport d’activité. Il y fait notamment état d’un taux de pauvreté de 12,8 % en Indre-et-Loire (14,5 % à l’échelle nationale). Un habitant sur dix serait considéré « comme pauvre » : c’est-à-dire, d’après l’association qui s’appuie sur les données de l’Insee, à partir du moment où une personne seule touche moins de 1 158 € par mois (ou moins de 2 295 € à deux, avec deux enfants de plus de 14 ans).

C’est à Saint-Pierre-des- Corps que le taux de pauvreté est le plus élevé, suivi de Descartes, Tours, Château-Renault et La Riche. Fondettes concentre le moins d’habitants en grande précarité.


CENTRE ÉQUESTRE

La solidarité se met en place

Dans la nuit du 15 au 16 mai, un hangar du centre équestre du Buisson, à Tauxigny-Saint-Bauld (à 30 km de Tours) est parti en fumée. L’incendie a notamment détruit des tracteurs, brûlé l’équivalent d’une année de foin et de fourrage de paille et provoqué la mort d’un poney, sans oublier le traumatisme pour les chevaux.

Depuis, la solidarité s’est mise en place pour aider les propriétaires. Une cagnotte en ligne a été ouverte et a suscité un réel engouement. À l’heure où nous imprimons, elle avait déjà atteint les 22 910 € pour 403 participants.

> Cagnotte : leetchi.com/fr/c/urgenceincendie–100-chevaux-anourrir- 2132892


ZÉRO DÉCHET

La bonne idée

L’an dernier, l’opération Zéro Mégot organisée par la Ville avait permis de ramasser 31 kilos de mégots. Le 18 mai dernier, la municipalité a renouvelé la manœuvre, mais cette fois avec l’opération Zéro Déchet. Celle-ci a réuni de nombreux bénévoles et volontaires. Au total, la pesée finale a montré que plus de… 100 kilos de déchets avaient été ramassés en deux heures !

La Ville de Tours voulait mettre « un accent particulier sur la pollution générée par les déchets d’emballages abandonnés » qui mettent « de nombreuses années à se désagréger, quand c’est possible » et peuvent être « ingérés par la faune locale ».

A.G. / Photo ouverture : archives NR

Le top 5 des musées insolites dans le monde

Samedi 18 mai, c’est la Nuit européenne des musées (et on vous conseille d’écumer ceux en Touraine !). L’occasion, aussi, de faire un petit tour d’horizon des musées étranges à travers le monde.

1. Roh, quelle nouille !

En poussant jusqu’au Japon, c’est à Osaka Ikeda qu’il faut s’arrêter. Bienvenue au Musée des nouilles instantanées de Momofuku Ando qui retrace donc ce chapitre de la gastronomie japonaise. Sont dévoilés des centaines et des centaines d’emballages de nouilles instantanées du monde entier. Pourquoi ? Parce que pourquoi pas.

2. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi…

Ah, l’Islande, ce pays de vikings, cette terre volcanique, ses paysages extraordinaires et… son musée du phallus ! Situé à Reykjavik, le « Musée phallologique islandais » est dédié à l’étude des pénis, donc. On peut y découvrir les attributs de mammifères terrestres ou marins (voire humains, avec ce « don » post mortem…).

Les spécimens sont séchés, présentés dans des bocaux de formol ou accrochés au mur et au plafond. L’œil aguerri remarquera aussi la poignée de porte des toilettes en zizi de bois et les gourmand(e)s se restaureront au bistrot du musée, The Phallic, qui propose des gaufres en forme de… bref, vous aurez deviné.

3. Aux chiottes, l’art !

Incongru, mais d’utilité publique : le Musée des toilettes connaît son lot de visiteurs chaque année en Inde, à New Delhi. On y découvre l’histoire des WC, de l’Antiquité à l’époque moderne, entre latrines en céramiques et toilettes en pierre.
L’occasion de vous rappeler d’ailleurs cette bien belle anecdote (tmv, premier sur la culture générale) : l’acteur de Game of Thrones Kit Harington est l’un des descendants de John Harington, l’inventeur du système de chasse d’eau en 1596. De Game of Thrones à Game of Trône, il n’y a qu’un pas.

4. Oh, la lose…

Difficile de les départager, alors soyons grand seigneur pour finir et plaçons à égalité le Museum of Bad art à Boston qui a la bonne idée de se consacrer uniquement à… l’art raté et le Musée des relations rompues en Croatie dédié, lui, aux cœurs brisés, aux couples séparés et aux relations qui terminent mal. Que du bonheur !

5. Quand la mort rôde

Du côté des Etats-Unis, on rigole moins : sur Hollywood boulevard, au milieu des stars et des paillettes, trône le Museum of death, le Musée de la mort. Au menu ? Des objets ayant appartenu à des tueurs ou des psychopathes, des dessins réalisés par des serial killers, ou encore un immense pan de mur réservé à Charles Manson. À la fin de la visite, le public peut toutefois admirer une tortue à deux têtes. Ça change…

Aurélien Germain

Chroniques culture : le EP de Nønne, le salon du livre queer et la BD de la semaine

Cette semaine, on se dégourdit les oreilles avec la musique de Nønne, on note dans son agenda la date du Salon du livre queer à Tours et on se détend avec une BD délicate, « L’Amour en équation ».

LE EP
NØNNE – NOTHING’S GOIN’ ON

Nønne a beau être un groupe relativement récent, il ne joue pas franchement dans la catégorie des amateurs ! Car derrière ce combo tourangeau se cachent des membres de Grande et d’Éphèbe (coucou Axel Nadeau). Autant dire qu’avec ce premier EP, Nønne affiche déjà clairement son côté pro.

Le mix est au poil – il est signé Vincenzo de Marinis – mettant en valeur cinq titres pêchus et travaillés, quelque part entre le rock et la pop saupoudrée d’électro. Dans sa présentation, le groupe parle de « la mélancolie des Cure, l’hyperactivité de Foals et le mordant des premières heures de Smashing Pumpkins ». Côté influences, on est plutôt sur du bon !

En résulte donc ce « Nothing’s goin’ on », EP sous forme de belle carte de visite avec, notamment, l’addictif « More Pain » et son refrain qui a tendance à s’incruster bien fort dans le crâne. Reste désormais à prouver tout ça également sur scène. Ce qui tombe bien, puisque Nønne viendra faire sa release party au Foudre de la guinguette de Tours, le 31 mai prochain.
Aurélien Germain

> Sortie du EP le 17 mai. Insta : @coucounonne

L’événement

SALON DU LIVRE QUEER

Le Salon du livre queer souffle ses deux bougies ! Pour sa seconde édition, il investira la bibliothèque centrale de Tours le 1er juin prochain avec, au programme, des rencontres et des dédicaces. De nombreuses autrices et auteurs seront présent(e)s tout au long de la journée, comme Wendy Delorme, Lou Eve, Alice Raybaud ou encore Vanasay Khamphommala.

Des animations et ateliers auront également lieu, comme des lectures à voix haute, des ateliers make-up drag, du théâtre et une table ronde. Et pour couronner le tout ? Une soirée festive au Foudre dans la foulée avec carte blanche au collectif Hic.
A. G.

> Le 1er juin, de 10 h à 18 h.


LA BD

L’AMOUR EN ÉQUATION – TOME 3 « l’heure des choix »

Troisième volet déjà pour la série « L’Amour en équation », dont les débuts nous avaient agréablement surpris (lire aussi ICI). Dans ce nouvel épisode, les autrices Camomille et Clara Lang poursuivent leur thématique centrale (trouver l’amour quand on est une personne autiste) avec leur personnage d’Emilie, atteinte du syndrome d’Asperger, qui cette fois se lance dans le développement d’une appli de rencontre.

Ce tome 3 se veut toutefois plus grave et sombre que les autres, en explorant également le thème du deuil d’entrée de jeu. Mais l’on reste toujours dans une BD pleine de sensibilité, de justesse, d’intimité. Bref, pleine de délicatesse.
A. G.

On a testé Les Fines Goules, à deux pas des Halles

Une excellente surprise bistronomique, aussi bien dans l’assiette qu’au niveau du prix de la formule midi !

Le bouche-à-oreille a visiblement vite fonctionné pour Les Fines Goules ! Implantée seulement depuis la mi-avril à deux pas des Halles, cette adresse a déjà son lot d’habitué(e)s. Il suffit de voir, le midi de notre visite, la salle complète de chez complète, tout comme la terrasse extérieure prise d’assaut.
Déjà, parce que dans l’assiette, c’est du sans-faute. Ensuite, parce que la formule du midi s’affiche à un prix étonnant (23 € seulement pour la totale !) pour une cuisine réellement qualitative.

Trêve de bavardage : ce vendredi-là, sans avoir réservé (ne faites pas comme nous…), on parvient tout de même de justesse à avoir une des dernières tables disponibles. Ouf ! On va pouvoir le tester, ce fameux menu du midi !

Quel rapport qualité-prix !

Une fois installé, et après une petite attention de la part de l’équipe – un houmous en guise de hors-d’œuvre – on se jette sur cette entrée qui arrive. C’est vraiment joliment présenté, dans une belle vaisselle, et on sent de l’application dans la préparation. En bouche, c’est une excellente surprise. Il s’agit d’une panna cotta d’asperges blanches toute douce avec un espuma au corail de Saint-Jacques qui repose par-dessus pour ajouter un côté crémeux. Avec, çà et là, quelques petits champignons shiitaké.

La suite est à l’avenant. La formule du midi offrait ce jour-là un filet mignon de porc lardé qu’on a également apprécié. Toujours aussi soigné visuellement, le plat est proposé avec une émulsion de chorizo et un lit de purée de pommes de terre. C’est du tout bon. Pour finir, on a préféré opter pour l’assiette de fromage plutôt que le dessert sucré.

Dire que l’addition grimpe à peine à 23 € pour tout ça : il faut avouer que le rapport qualité-prix de cette formule du midi est difficile à battre. Enfin, il faut noter que la tête pensante de l’établissement n’est pas franchement inconnue, car le chef n’est autre que Maxime Druet, passé notamment par L’Embellie et L’Accalmie.
L’homme a su faire ses preuves et montre, ici, qu’il s’exprime toujours aussi bien. Les Fines Goules, c’est une cuisine fine, raffinée et élégante. Du bistronomique comme on l’aime.

Aurélien Germain


> L’addition : formule du midi à 23 € pour entrée, plat, dessert. À la carte, menu entrée/ plat ou plat/dessert à 32 €. Et le menu complet entrée/plat/ dessert à 38 €. Assiettes à partager entre 16 et 19 €.
> Les Fines Goules, au 6 rue Rouget de l’Isle, à Tours. Ouvert le mardi de 19 h à 21 h 30 et du mercredi au samedi, de midi à 13 h 30 et de 19 h à 21 h 30. Petite terrasse extérieure.
> Contact Tél. 02 47 28 15 29, lesfinesgoules.tours@ gmail.com, @les_fines_goules_ tours_ sur Instagram et Les Fines Goules sur Facebook.

TMV du 15 au 21 mai 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/05/TMV_A_20240515_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Avec la multiplication des pistes cyclables et les suppressions de places de parking dues au Plan d’apaisement de la Ville, qu’en pensent les Tourangeaux ? On leur a posé la question dans notre dossier de la semaine. Au sommaire également : les nouveautés du Vitiloire, le portrait du commissaire-priseur Aymeric Rouillac, les chroniques culture, le resto Les Fines Goules, le succès de l’US Tours au rugby, l’horoscope WTF et le top 5 des musées insolites dans le monde.

Résumé actu : début des travaux, Années Joué, convention tatouage et TER en danger

C’est l’heure du résumé de l’actu en 4 infos. On y parle des travaux rues Marceau et Constantine, des Années Joué et de la nouvelle convention tatouage à Tours, ainsi que la pétition qui réclame le maintien de la ligne TER Lyon-Tours.

RÉSEAU CYCLABLE

Début des travaux

Les travaux rues Marceau et Constantine ont débuté ce lundi 13 mai. Ils s’inscrivent dans le schéma du réseau cyclable (lire aussi ICI) qui verra davantage de pistes pour vélo, mais aussi des places de stationnement supprimées. Durant ces travaux, la circulation rue Constantine et rue Marceau sera maintenue, des déviations seront mises en place aux intersections.

Tours Métropole a annoncé le maintien des cheminements piétons et cycles sur le mail Béranger et « la fermeture de la traversée à la circulation automobile ». Rue Marceau, le stationnement disparaîtra définitivement du côté ouest. Les commerces restent ouverts.

Ce à quoi ressemblera ensuite le mail Béranger avec l’intersection rue Marceau. (Photo image Urbanica / Tours Métropole)

TATOUAGE

Convention à Tours

Cela faisait bien des années que Tours n’avait plus sa convention tatouage, au grand dam des passionné(e)s. Mais d’ici quelques jours, on pourra enfin profiter de nouveau de l’événement ! La première édition du Tours Tattoo Show se déroulera en effet les 24, 25 et 26 mai au Parc des expositions. Près de 260 artistes tatoueurs et tatoueuses, venu(e)s de toute la France et de l’étranger, seront présent(e)s. Deux pierceuses, des exposants et des food trucks seront aussi de la partie. Des concerts et des spectacles d’hypnose rythmeront les trois journées.

> 15 € la journée / 35 € le pass 3 jours. @tourstattooshow sur Instagram

TRANSPORTS

TER en danger ?

Pour effectuer un Tours-Lyon en train, on peut prendre un TGV rapide, un Intercités sans changement (en 4 h 45) ou encore un des rares TER directs qui effectuent la liaison en 5 h 48. C’est cette dernière ligne qui serait actuellement menacée de fermeture.

D’après l’association d’usagers Adélifpaly, la région Bourgogne-Franche Comté ne souhaite plus participer à son financement aux côtés des régions Centre-Val de Loire et Auvergne-Rhône Alpes. Cette ligne TER pourrait être supprimée dès 2028. Sur change.org, une pétition a été mise en ligne et a, à ce jour, récolté plus de 27 000 signatures en un peu plus d’un mois.

FESTIVAL

Les Années Joué

La 27e édition des Années Joué, à Joué-lès-Tours, battra-t- elle encore des records de fréquentation ? Après le succès de l’an dernier (une affluence de 50 000 personnes !), le festival jocondien devrait de nouveau amener des dizaines de milliers de curieux, avec sa soixantaine de représentations prévues, articulées autour de trente-deux compagnies d’arts de la rue et de grandes déambulations.

Décliné sur le thème « Oh ! Naturel », l’événement (gratuit, on le rappelle) se déroulera du 31 mai au 2 juin. La programmation intégrale a été dévoilée sur le compte Facebook des Années Joué.

> facebook.com/anneesjoue

La compagnie Danka – Contre Temps sera notamment présente aux Années Joué.

Réseau cyclable : début des travaux le 13 mai rues Marceau/Constantine et places de stationnement supprimées

Les travaux de voirie vont commencer lundi 13 mai pour la piste cyclable, parcourant les rues Marceau et Constantine, jusqu’au boulevard Béranger. Rue Marceau, le stationnement disparaîtra définitivement côté ouest.

A partir du 13 mai, il va y avoir du changement au centre-ville de Tours. C’est en effet à cette date que débuteront les travaux pour le réseau cyclable urbain Vélival, intégrant le fameux plan d’apaisement de la circulation qui a tant fait causer (article à retrouver en un clic ICI !).

« Les premiers travaux de voirie s’échelonneront en plusieurs phases entre le 13 mai et le 27 septembre, sous réserve d’aléas », prévient le service communication de Tours Métropole.

Places de parking supprimées

Ces travaux vont avoir plusieurs conséquences. Tours Métropole annonce donc la « neutralisation définitive du stationnement à l’ouest de la rue Marceau », ainsi que celle, « temporaire, des places de stationnement côté est ». Il y aura possibilité de rabattement vers les parkings Anatole-France, du Palais-Jaurès et Tours Halles.

Une piste cyclable va voir le jour rue Constantine et Marceau, descendant jusqu’au mail Béranger. (Image illustration Tours Métropole)

Quid de la circulation ?

La circulation sera tout de même maintenue rues Constantine et Marceau. Mais des déviations seront mises en place au niveau des intersections. Tours Métropole annonce aussi le « maintien des cheminements piétons et cycles sur le Mail Béranger » et « la fermeture de la traversée à la circulation automobile dès le 13 mai ».

Petit rappel…

A noter évidemment que pendant cette période de travaux, les commerces restent ouverts et les points d’apport volontaires de la collecte des déchets resteront accessibles aussi.

Aurélien Germain / Illustration Tours Métropole

Tours : quel programme pour la guinguette ?

Ce jeudi 2 mai, c’est l’ouverture tant attendue de la guinguette de Tours sur Loire. Et pour son vingtième anniversaire, elle réserve quelques nouveautés et un joli programme.

Ouverture

Et c’est parti ! Ce jeudi 2 mai, c’est le top départ pour la guinguette de Tours sur Loire qui fête, au passage, ses 20 ans. Ce soir, pour démarrer les festivités, l’artiste américaine Nicole Rochelle foulera les planches de la toute nouvelle scène.

L’inauguration officielle de Chez Dupont suivra le lendemain vendredi 3 mai, puis quelques jours plus tard, ce sera celle du Foudre (le 8 mai). Tours sur Plage, quant à elle, n’ouvrira ses portes que le 10 mai.

Des nouveautés

Pour cette 20eme édition, on ne change pas une équipe qui gagne et une formule qui marche. Toutefois, quelques changements sont à noter : cette année en effet, la scène de la guinguette principale sera installée face à la Loire. Toute nouvelle, elle mesure 7,50 mètres de large et sa structure est en métal, donc bien plus solide que le bois.

L’intérieur du bar a lui aussi été rénové, au niveau du plancher et du revêtement. L’accès aux toilettes se fait désormais par une autre entrée, mais son emplacement reste le même.

Du côté de chez Dupont, un petit prolongement a été réalisé au sol pour permettre aux gens de danser. Le Foudre, lui, a été restauré.

Côté programmation

Là aussi il y a de la nouveauté. Car pour ses 20 ans, la guinguette va voir débarquer un festival ! Appelé « Peuple de Loire », il se déclinera sur trois week-ends et trois temps forts. Les 24, 25 et 26 mai, trois spectacles auront lieu, dont « Le Rite de feu » le samedi 25, par la compagnie Machine.
Les autres temps forts se dérouleront les week-ends du 5, 6 et 7 juillet, puis les 30 août et 1er septembre.

Mais en attendant, la fête commence dès ce week-end ! Car le samedi 4 mai, la guinguette principale a prévu un événement pour son anniversaire. Dès 19 h, une équipe de tournage décalée sera là pour filmer et immortaliser la soirée et fera revivre le meilleur des 20 ans du lieu. Ensuite, on aura droit au Gang Of Musette pour un bal-rétro façon années 30, suivi de Prosper, DJ et producteur iconoclaste avec rock, électro et funk au programme pour faire l’after.

A noter également que l’esprit de la guinguette se retrouvera aux casernes Beaumonts et à la Clinique du Street Art qui verront toutes deux des événements estampillés Tours sur Loire tout au long de l’été.

A.G.   / Photo ouverture : archives NR 


  • La Guinguette : du 2 mai au 28 septembre
  • Bar à mômes : du 2 mai au 28 septembre
  • Chez Dupont : du 3 mai au 15 septembre
  • Le Foudre : du 8 mai au au 6 septembre
  • La Plage : du 10 mai au 1er septembre

Vitiloire : rendez-vous les 25 et 26 mai à Tours (avec deux nouveautés !)

Le célèbre rendez-vous des amoureux du vin revient dans un peu plus d’un mois. Avec, cette année, un grand test des vins de Loire ouvert à tous et des ateliers culinaires parents-enfants.

Plus de 160 exposants, dont près de 140 vignerons et vigneronnes, 10 chefs et des milliers de visiteurs sur deux jours… La nouvelle cuvée de Vitiloire devrait de nouveau être un succès, suite à une édition record l’an dernier avec 38 000 personnes.

Le rendez-vous, qui aura lieu les 25 et 26 mai prochains à Tours, s’articulera autour de plusieurs temps forts :

  • une expo photo « Vigne et matières » de David Darrault
  • des animations en bord de Loire
  • des ateliers de cuisine en présence de grands chefs : le fameux pavillon des chefs accueillera notamment Juan Cervera Punzano, chef de la ville de Dénia en Espagne
  • et évidemment… la dégustation libre auprès des exposants !

Des nouveautés

Pas facile de se renouveler étant donné le format de la manifestation, ou même de changer une formule qui gagne. Mais cette année, on peut tout de même noter deux nouveautés à Vitiloire !

Déjà, quatre ateliers de trente minutes seront proposés aux parents et enfants pour cuisiner des produits locaux. Ils seront menés par des chefs cuisiniers opérant au sein des collèges du département. Ils « auront pour but de travailler les produits issus des Labels Grand Bœuf et Veau Bio, accompagnés de légumes et spécialités locales », précisent les organisateurs. « Un éleveur sera aussi présent durant les ateliers pour expliquer son métier et ses pratiques d’élevage. »

Vitiloire samedi 21 mai 2022 a Tours.

Ensuite, autre nouveauté : le « Grand Test des vins de Loire » ! 125 amateurs de vins (attention, il faut s’inscrire et c’est premier arrivé, premier servi…) pourront participer à ce concours organisé le dimanche au Palais des congrès, de 8 h 30 à midi. Ils devront reconnaître à l’aveugle 12 vins issus des indications géographiques protégées et appellations d’origines contrôlées des vins de Loire. « Ouvert à tous les amateurs de vin : tentez de découvrir à l’aveugle le cépage, la région, l’appellation et pourquoi pas le millésime proposé », expliquent les organisateurs, rappelant par ailleurs que des bouteilles de vin de la région seront à gagner.

Tarif pour ce concours ? 15 € et inscription obligatoire sur www.helloasso.com/associations/federation-des-associations-viticoles-d-indre-et-loire-et-de-la-sarthe/
La remise des prix aura lieu à 12 h 30 au Pavillon des chefs.

Aurélien Germain / Photos : ©Ville de Tours-F.-Lafit


> Vitiloire. Samedi 25 mai de 10 h à 19 h et le dimanche 26 mai de 10 h à 18 h à Tours : Boulevard Heurteloup, Jardin de la préfecture, place de la gare.
> Programme complet sur tours.fr ou en cliquant ICI

Nouveaux tarifs, lignes, gratuité, desserte Tours Nord : tout ce qui va changer sur le réseau Fil bleu

Gratuité pour les moins de 11 ans, augmentation de tarif pour d’autres, ligne de nuit ou encore desserte de Tours Nord : le réseau Fil bleu évolue. On fait le point.

Gratuité jusqu’à 11 ans

L’annonce avait été faite par Emmanuel Denis au micro de nos confrères de France Bleu Touraine : c’est désormais acté, les enfants de moins de 11 ans bénéficieront de la gratuité de l’abonnement des transports en commun. Cette mesure phare de la nouvelle grille tarifaire entrera en vigueur au 1er août 2024. Attention toutefois, il faudra aller récupérer ce « pass 0 € » à l’agence Fil bleu et non voyager les mains dans les poches…

Le tarif de l’abonnement pour les moins de 26 ans et les étudiant(e)s reste inchangé. Idem pour celui des personnes en situation en handicap.

Gamme tarifaire solidaire élargie

 » Face à l’augmentation des minimas sociaux, un nouveau seuil a été ajouté à la tarification solidaire pour les foyers ayant un quotient familial entre 551 € et 700 € par mois », annonce le SMT. Le tarif de cet abonnement sera de 23 €.

Augmentation de tarifs

En revanche, pour les 26-64 ans, l’abonnement va augmenter. Il passera de 45 € et à 49 €. Idem pour les plus de 65 ans qui verront leur pass coûter 30 € au lieu de 29 €.

Même chose pour les voyageurs plus occasionnels ! Si le tarif unitaire d’un voyage était de 1,60 €, il sera désormais de 1,80 €. Autre mauvaise nouvelle et autre hausse de 20 centimes avec le voyage « Liberté » qui passe quant à lui de 1,40 € à 1,60 €.

Sécurité : des arrêts à la demande

On repasse aux bonnes nouvelles avec cette chouette initiative : « Pour améliorer la sécurité des passagers, la descente à la demande sera mise en œuvre sur les deux lignes de bus de nuit à partir de la rentrée », indique-t-on.
On pourra donc descendre entre deux arrêts en le demandant simplement au conducteur. « Le dispositif sera étendu sur l’ensemble des bus qui circulent après 22 h dès début 2025. »

Ligne de nuit

Par ailleurs, il y aura une nouvelle ligne de bus de nuit. Celle-ci desservira les quartiers universitaires de Tours Nord. Cette « N2 » circulera du jeudi au samedi, toutes les heures, entre 1 h et 4 h du matin. Et reliera l’IUT, Monconseil, Europe, Maginot, Tranchée, place Choiseul et le centre de Tours.

Evolution de la desserte Tours Nord/Saint-Cyr-sur-Loire

Enfin, on peut noter le renforcement du réseau à Tours Nord. Au total, ce sont vingt nouveaux arrêts qui seront mis en place à la rentrée. La zone commerciale de la Petite Arche ou encore la clinique NCT+ seront aussi mieux desservies, et les bus seront plus nombreux du côté du quartier Saint-Symphorien.

Aurélien Germain / Photo tmv


> A lire aussi : le plan d’apaisement de la circulation fait réagir 

 

Vacances de printemps : bons plans et idées de petites escapades

Découvrez les bonnes idées pour une virée ou une escapade durant ces vacances de printemps et les ponts de mai !

Des vacances de printemps qui vont faire du bien et des ponts de mai qui ressemblent carrément à des viaducs… Si vous avez la chance d’en profiter, l’équipe de tmv vous a concocté un petit dossier spécial dans lequel vous retrouverez nos bonnes idées pour une échappée belle, le temps d’une journée ou plus, en Touraine et même ailleurs.
Suivez le guide et profitez !

> Téléchargez notre numéro 466 JUSTE ICI et découvrez les bonnes idées pour une virée ou une escapade durant ces vacances de printemps !

 

 

Le plan d’apaisement de la circulation à Tours continue de faire réagir

Le « plan d’apaisement » annoncé par la municipalité n’a pas fini de faire causer. Au menu ? Davantage de pistes cyclables, 600 places de parking en moins et une ville métamorphosée.

Les faits

Il a été présenté le 4 avril, mais il continue de faire réagir : le maire Emmanuel Denis et son équipe a donc dévoilé ce fameux « plan d’apaisement » de la circulation en ville, une « révolution des mobilités » tant voulue. Un plan qui en a séduit certains, agacé d’autres, et qui a aussi été critiqué par l’opposition. Thibault Coulon (Avec vous pour Tours) y a par exemple vu « un plan d’asphyxie » plutôt qu’un plan d’apaisement.

Une pétition vient aussi d’être lancée (*). Déplorant le fait que ledit plan ait « été annoncé sans consultation préalable avec les riverains et les commerçants » et « affecte directement leur vie quotidienne et leurs activités commerciales », elle réclame une concertation publique.

Place au vélo

Concrètement, qu’est-ce qui attend Tourangelles et Tourangeaux ? Déjà, une place accrue réservée aux vélos. En juillet et août, l’avenue de la Tranchée sera fermée pour des travaux de réalisation de piste cyclable. Une autre sera mise en place dans les rues Marceau et Constantine (cf. photo d’ouverture) et ce, jusqu’au boulevard Béranger (les travaux devraient durer du 13 mai à début septembre).

Selon Christophe Boulanger, conseiller délégué au plan de circulation, « il nous faut apaiser les cœurs de quartier et renvoyer le trafic automobile de transit vers les axes structurants, comme les grands boulevards, les avenues, la rocade ». Par exemple, en raison de filtres modaux, on ne pourra plus couper le boulevard Béranger pour filer de la rue Marceau à la rue George-Sand.

Un exemple de filtre modal qui attend automobilistes, cyclistes et piétons.

La Ville espère sept itinéraires cyclables – pour 110 km de longueur – d’ici à 2026. Et à noter également qu’à la rentrée 2024, la rue Nationale sera interdite aux vélos.

Moins de voitures

L’annonce qui a provoqué bien des remous, ce sont également les 600 places de parking qui vont être supprimées, dont 265 gratuites. La municipalité argue que 1 200 places sont libres en permanence dans les parkings souterrains. Par ailleurs, la vitesse sera abaissée à 30 km/h, sauf sur les grands axes, à partir du 1er janvier 2025.

Christophe Boulanger a confirmé : « On va réduire l’espace de la voiture. On ne va pas interdire… on va organiser différemment ! » Ce qui est sûr en tout cas, c’est que Tours va changer. Et pas qu’un peu.

Aurélien Germain / Photo : (©Images Tours Métropole)


(*) A retrouver sur https://www.change.org/p/pour-une-concertation-des-riverains-et-commer%C3%A7ants-sur-le-plan-d-apaisement-de-tours

TMV du 17 avril au 14 mai 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/04/TMV_A_20240417_TMV_001_T_Q_0.pdf

Les vacances approchent ! Et entre ces congés (bien mérités) et les ponts de mai façon viaduc, on vous a préparé plein de bonnes idées pour des escapades d’une journée en Touraine ou ailleurs. On revient aussi sur le plan d’apaisement de la circulation qui fait plus que réagir à Tours. A l’occasion du Disquaire day, on rend aussi visite à mister Legoff, le big boss du vinyle à Tours. Pour le reste, chronique resto du Paradis du Fruit et horoscope WTF.

Actu37 : 10&20 km de Tours, guinguette, affaire Augis et fermeture de la patinoire de Joué

L’actu du 37 en quatre infos et en deux minutes chrono : l’excellent démarrage des inscriptions des 10&20 km et du marathon, les suites de l’affaire Augis, sans oublier la fermeture de la patinoire de Joué-lès-Tours et l’ouverture de la guinguette dans quelques jours.

10 & 20 KM
Carton en vue

L’édition 2024 des 10 & 20 km de Tours et du marathon est bien partie pour être une sacrée réussite ! « Pour l’instant, on a déjà le double d’inscriptions comparé à l’an dernier. Et ce, pour toutes les épreuves », nous confiait il y a peu Elsa Rotureau, chargée de communication, alors que le top départ des courses ne sera donné que le 22 septembre.

L’objectif de l’équipe organisatrice serait d’avoir 14 000 inscrit(e)s, contre 13 000 l’an dernier. Un chiffre possible, d’autant que l’épreuve du marathon fêtera ses dix ans (et un parcours 100 % urbain qui avait déjà beaucoup plu en 2023) et que le 20 km inaugurera un nouveau tracé.

GUINGUETTE
C’est reparti !

En mai, fais ce qu’il te plaît… Comme aller à la guinguette par exemple. Dans quelques jours, celle de Tours rouvrira sur les bords de Loire. Le top départ de la principale est donné le jeudi 2 mai (avec deux petites nouveautés : l’intérieur du bar refait et une petite scène face à la Loire), tandis que Chez Dupont ouvrira le lendemain. Le Foudre, quant à lui, débutera sa saison le 8 mai et La Plage, le 10 mai.

Dans la même période, ce sera également la Foire de Tours qui démarre le 3 mai et se tiendra jusqu’au 12 mai au Parc expo, sous le thème de l’olympisme. Une partie du programme des animations est disponible sur lafoiredetours.fr

JOUÉ-LÈS-TOURS
Adieu, patinoire

Elle avait été construite en 1975, mais elle disparaîtra le 2 juin prochain : la patinoire de Joué-lès-Tours va définitivement fermer ses portes, en raison de sa « consommation énergétique considérable » et de « signes évidents de vétusté », comme le précise la municipalité dans un communiqué. La mairie rappelle également qu’elle « nécessiterait de gros investissements de mise aux normes ». « Autant d’éléments qui ont poussé la Ville, ainsi que le Joué Sports de Glace et le Hockey Club des Hérissons » à prendre cette décision.

Les activités scolaires liées à l’utilisation de la patinoire seront également supprimées.

AFFAIRE AUGIS
Les suites

C’est une peine plus lourde que celle requise par la procureure de la République, un mois plus tôt (lire tmv #463)… Cette fois, Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours et président de la Métropole, a été condamné à 12 000 € d’amende dont 4 000 avec sursis, ainsi qu’un an d’inéligibilité dans l’affaire dite de l’insulte raciste. L’an dernier, il avait insulté le vice-président de la Métropole, Cédric Oliveira, de « sale Portugais » (qui n’avait pas porté plainte) lors d’un conseil métropolitain agité.

Les représentants de la Licra et de SOS Racisme se sont dit « satisfaits » de sa condamnation, mais appellent à sa démission.

Chroniques culture : deux classiques sur Prime, du costaud sur Netflix et la sélection BD

Forrest Gump et Arrête-moi si tu peux débarquent sur Prime, tandis que Godzilla VS Kong va faire trembler Netflix. Ajoutez à ça notre sélection BD et vous avez tout un bon programme pour les chroniques culture de la semaine.

EN VOD

Deux classiques sur Prime

Le 15 avril prochain, c’est double dose de classiques sur Amazon Prime. La plateforme vidéo proposera « Arrête-moi si tu peux » et « Forrest Gump », deux excellents films tournés par deux réalisateurs qui le sont tout autant, Zemeckis et Spielberg.

L’occasion rêvée de se refaire l’histoire vraie du jeune Frank Abagnale Jr (joué par un DiCaprio solaire), escroc caméléon qui a joué au jeu du chat et de la souris avec le FBI durant des années. Ainsi que celle, aussi drôle que touchante, de « Forrest Gump », fable iconoclaste portée par l’une des meilleures bande son du cinéma et un Tom Hanks simplement parfait.

Aurélien Germain

Godzilla VS Kong sur Netflix

Le gros blockbuster bien grassouillet et petit plaisir coupable du mois a débarqué sur Netflix, le 2 avril dernier. Signé Adam Wingard, ce « Godzilla vs Kong » n’a rien de nouveau ni d’original, mais il convoque un bestiaire culte des sagas japonaises. Le tout est enrobé avec une mise en scène lisible emmenée pourtant par une orgie de combats titanesques.

Alors oui, le scénario n’a rien de très emballant et vire parfois au ridicule (ne soyons pas trop exigeants), mais le spectacle offert ici est continu et les castagnes monstrueuses font le travail, tout comme ce saccage démesuré auquel on assiste. Et c’est bien ça qu’on espère et qu’on veut pour pareil film popcorn du dimanche soir, non ?
A. G.

> Sur Netflix


La sélection BD

Qui soupçonnerait que le Ghana, pays anglophone de l’Afrique de l’Ouest, se battait avec autant d’énergie en matière d’environnement ? Troubs, avec « Le Royaume des Kapokiers » (Futuropolis), offre un carnet de voyage sensible et un documentaire fascinant sur les rapports entre l’homme et la nature.

Changement de décor avec une nature enneigée comme décor géant pour « La Vengeance » (Anspach), où David Wautier nous plonge dans un western hors du commun. Une histoire de vengeance donc, où un père entraîne ses enfants dans une quête de l’absolu, belle et troublante à la fois.
Un père et son fils aussi sur « La Route » (Dargaud) : Larcenet livre une adaptation du roman de McCarthy avec réussite, portée par un noir et blanc somptueux.

En matière de beauté, Yves Klein, l’inventeur du célèbre bleu qui porte son nom, se voit rendre un bel hommage avec « Immersion » (Marabulles). Voloj et William dessinent un portrait sensible de cet artiste hors norme qui a bouleversé la peinture à la fin du siècle dernier.

Enfin avec « Formidable » (Casterman), Bourhis, Bourgeron et De Monfreid signent aussi un portrait, mais celui de Jack Lang, dans un récit drôle et bien documenté, entre coulisses du pouvoir et folie douce d’un ancien ministre dont la vision imprègne encore la vie culturelle de notre pays.

Hervé Bourit

Chroniques culture : du metal à la Philharmonie grâce à un Tourangeau et le retour du Riip Fest

Cette semaine, on pousse les potards au max : les chroniques culture de tmv sont 100 % metal !

L’ÉVÉNEMENT

Du metal à la Philharmonie de Paris grâce à un Tourangeau

D’ici peu, la culture metal va s’exporter… à la Philharmonie de Paris ! C’est un projet XXL et assez fou qui a été lancé par le Tourangeau Corentin Charbonnier (lire tmv #210), docteur en anthropologie bien connu dans le milieu puisqu’il a notamment réalisé une vaste étude sociologique sur le public du Hellfest.

En tant que commissaire, cette fois accompagné de Milan Garcin, il lance ce 4 avril le top départ de l’expo « Metal – Diabolus in musica » qui dressera « pour la première fois en France, un tableau documenté de ce mouvement, où dialoguent musique, culture populaire, vision anthropologique et arts contemporains », précise-t-on du côté de la Philharmonie.

Au menu ? Un ensemble de plus de plus de 300 œuvres, avec notamment de nombreux instruments de musique et costumes, mais aussi des arts visuels, des partitions, des photos, des éléments de scène, le tout en lien ou en ayant appartenu à des musiciens de renom, de Metallica à Gojira, en passant par KoRn ou encore Slipknot et Behemoth (Behemoth qui, d’ailleurs, jouera sur la scène de la Philharmonie le 30 avril, précédé d’un… défilé de mode metal !).

Texte : Aurélien Germain / Photo ouverture © Corentin Charbonnier – Behemoth Knotfest, Clisson, juin 2016

> Du 4 avril au 29 septembre 2024, à la Philharmonie de Paris. Infos et programme complet sur philharmoniedeparis.fr


FESTIVAL

Riip Fest : la dose de gros son en juillet

Metal toujours, mais cette fois en Touraine ! Les 5 et 6 juillet prochains, l’espace Oésia de Notre-Dame d’Oé accueillera la huitième édition du Riip Fest, festival de metal hardcore.

Et si l’événement a pour habitude de proposer de sacrées affiches, force est de constater que celle qui attend nos petites esgourdes dans quelques mois dépasse toutes les attentes !

Les géants du deathcore américain, The Acacia Strain, seront de la partie aux côtés de Harms Way et Birds in Row. Pour le reste, on retrouvera Knuckle Dust, Judiciary, Insanity Alert, Fuming Mouth, Words of Concrete, sans oublier huit autres pépites nationales, dont nos locaux de Beyond the Styx. Autant dire que les réservations sont fortement recommandées…

A. G.

> Toutes les bonnes infos sur facebook.com/RIIPFest

Bonne humeur et cuisine aux accents méditerranéens : on a testé le restaurant Dahlia

Paul-Emmanuel et Anis s’étaient fait la promesse, il y a 15 ans, d’ouvrir un restaurant ensemble un jour. C’est chose faite ! On a donc goûté (et fortement apprécié) la cuisine du Dahlia, rue du Dr Bretonneau.

C’est l’histoire de deux amis et d’une promesse d’ados qu’ils se sont faite il y a quinze ans. Les deux copains, ce sont Paul-Emmanuel et Anis. Promis, juré, craché, un jour ils ouvriraient un restaurant ensemble, s’étaient-ils dit. Résultat : ça a marché ! La concrétisation de tout ça ? Dahlia, un établissement aux saveurs méditerranéennes qui a vu le jour à la mi-mars.

Ni une ni deux, nous voilà en route pour la rue du Dr Bretonneau. Sous un temps pluvieux, on a filé entre deux averses pour avoir un peu de soleil dans l’assiette. En salle, Paul-Emmanuel, tout sourire, prévenant et qui sait mettre à l’aise avec son sens de l’humour.

Aux fourneaux, Anis – qui visiblement déborde de bonne humeur – a aussi toujours le bon mot qui va bien. Mais côté cuisine, c’est sérieux, très bien travaillé. Le chef s’est formé aux côtés de Thierry Marx, il maîtrise sa partition sur le bout des doigts et travaille avec des producteurs locaux, de Vouvray et Vernou-sur-Brenne.

Le repas a débuté par une sympathique attention : de petits amuse-bouches avec, notamment, d’excellents falafels assaisonnés au yaourt et une petite portion de houmous de patate douce. Miam ! On apprécie le geste autant que ce qui vient de titiller nos papilles. Pour la suite, on a opté pour un passage direct par la case plat principal, malheureusement pressés par le temps (oui, ça nous arrive de travailler).

Au menu, il y avait par exemple la roussette pochée avec du fenouil confit. Ou encore le chou-fleur rôti puis passé à la braise et son yaourt citronné, car ici, les végés ne sont pas oubliés. Pour nous, ce sera l’option bœuf et quelle bonne surprise !

Mariné à la cardamome, il repose sur un monticule de houmous tout doux en bouche et des pois chiche glacés. Portée par une cuisson tout bonnement parfaite, la viande est tendre, moelleuse et savoureuse. Elle arrive légèrement snackée : on a adoré.

Paul-Emmanuel et Anis ont visiblement trouvé la bonne recette dès le départ pour faire de Dahlia un joli et très agréable voyage. Et, surtout, une adresse de qualité.

Aurélien Germain


> L’addition : formule du midi à 24 € pour entrée+plat ou plat+dessert, ou la totale à 29 € (entrée+plat+dessert). À la carte, plats à 18 € (sauf le poulpe, à 25 €, uniquement le soir) et des desserts à 7-8 € environ. Vin au verre à 7,50 €.
> Au 31, rue du Dr Bretonneau à Tours. Ouvert du mardi au jeudi midi et le vendredi et samedi, midi et soir. Réservation recommandée.
> Contact : Tél. 09 79 37 92 84. Site : dahlia-restaurant.fr Ou sur les réseaux sociaux @dahlia.restaurant.tours sur Instagram et Dahlia Restaurant sur Facebook.

 

TMV du 3 au 16 avril 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/04/TMV_A_20240403_TMV_001_T_Q_0_WEB.pdf

Ne les appelez pas « influenceurs » ou « influenceuses », mais créateurs de contenus. Et à Tours aussi, on a nos pros des réseaux sociaux ! On vous fait découvrir les stars locales de TikTok, Instagram ou encore YouTube. Côté actu, on parle de la semaine olympique et paralympique à Tours, on a fait un tour à la Choco’Laverie, avant d’aller se remplir la panse à Dahlia pour notre chronique resto. Pour le reste, culture, horoscope WTF et jeux.

Jusqu’au 6 avril, une semaine olympique et paralympique à Tours

Différents sports sont à découvrir toute la semaine, avec des activités ouvertes à toutes et à tous, pour la semaine olympique et paralympique organisée à Tours.

Les faits

Cinq jours, une dizaine de sports, deux sites. Cette semaine, Tourangelles et Tourangeaux pourront découvrir les disciplines olympiques, à l’occasion de la Semaine olympique et paralympique organisée par la Ville de Tours. À quelques mois de l’ouverture des JO, il sera possible d’essayer et de s’initier à différents sports, à la salle du Hallebardier et au Centre municipal des sports (piscine Bozon, patinoire et salle Grenon).

Toutes les activités seront ouvertes à toutes et à tous, sans inscription préalable, et gratuites. Commencée le 2 avril, cette opération durera jusqu’au samedi 6 avril.

Quels sports ?

Il devrait (normalement !) y en avoir pour tous les goûts… Hockey sur glace, judo, basket, tennis de table, athlétisme, nage avec palmes, escrime, natation et natation artistique sont au programme avec, également, la possibilité de s’essayer à des battles de hip-hop (le break dance étant cette année au programme des Jeux olympiques).

Des professionnel(le)s seront aussi de la partie. Un simple exemple ? Ce mercredi 3 avril, à 13 h, avec une initiation au basket en présence des joueurs de N3 ou encore l’après-midi avec la présence des joueurs de D1 pour la séance publique de hockey sur glace. L’équipe féminine des Remparts prendra quant à elle le relais, vendredi soir.

Puisqu’il s’agit en même temps d’une semaine paralympique, l’opération « inclusion par le sport » s’étirera jusqu’au 5 avril, avec du basket 3×3 et de l’athlétisme.

L’expo bonus

En parallèle de cette Semaine olympique et paralympique, une exposition est présentée dans la salle Grenon du Centre municipal des sports. Elle retracera l’histoire des JO, de ceux d’Athènes en 1896 (les tout premiers de l’ère moderne) à ceux de Paris, en 2024. Différents jeux, quiz et concours sont par ailleurs organisés avec la possibilité de gagner un tee-shirt « Terres de Jeux 2024 ».

Texte : Aurélien Germain / Photo :  © Ville de Tours – F. Lafite


> Programme complet, horaires et lieux sur tours.fr (rubrique actualités)
> Le Centre aquatique du lac organise aussi, jusqu’au 5 avril, des animations destinées à sensibiliser le jeune public au handicap (nage à l’aveugle, avec membre bloqué, etc.)

 

Chroniques Culture : le rock planant de Monkey3 et le plein de BD

Le coin musique

MONKEY3 – WELCOME TO THE MACHINE

Et de sept albums pour le groupe suisse de rock et stoner instrumental, Monkey3 ! S’inspirant de films comme 2001, l’Odyssée de l’Espace, Solaris et Matrix, « Welcome to the machine » raconte l’histoire d’une intelligence artificielle qui a réduit l’humanité à l’esclavage. Et l’embarquement dans ce récit pourtant sans paroles est immédiat.

L’allumage se fait sur une dizaine de minutes, via « Ignition », un titre d’ouverture de toute beauté, transpercé par solo quasi orgasmique et cosmique qui nous propulse dans l’espace.

Le reste de l’album est à l’avenant. Monkey3 joue sur les ambiances, se veut planant, parfois éthéré, parfois plus explosif (« Collision » et son envolée finale) . Mais reste toujours aérien, en témoigne notamment l’ultime morceau, « Collapse » et ses accents à la Pink Floyd.

Le voyage continue titre après titre et le groupe arrive miraculeusement à nous projeter des images mentales, sans même prononcer un mot (fermez les yeux en écoutant, vous verrez). Un disque qui, pour se comprendre en profondeur, doit impérativement s’écouter dans son intégralité, vraiment en une fois. Car le voyage musical est ici étourdissant.

Aurélien Germain


Le coin lecture

Plongée dans le monde des comics avec « Pussey ! »

Bienvenue dans le petit monde des comics américains ! Ou du moins… l’envers du décor. Car c’est bien cela que décrit Daniel Clowes dans ce très piquant « Pussey ! », paru aux éditions Delcourt qui rééditent ses albums pour le marché français.

Popularisé par Ghost World, auréolé du prestigieux Fauve d’or à Angoulême en 2024, l’artiste dézingue ici l’industrie de la BD à travers une satire acerbe, portée par son anti-héros Dan Pussey, véritable alter-ego de l’auteur. Il dépeint les travers et montre un aperçu presque pathétique et peu reluisant du monde des comics, égratignant au passage collègues, éditeurs et fans (tout le monde en prend pour son grade). Une farce cruelle et diablement caustique.
A. G.

LA SÉLECTION BD

Ancêtre des luttes sociales pour la défense de l’environnement, on a peine à rendre compte de ce que fut ce mouvement dans les années 1970… Pierre-Marie Terral et Sébastien Verdier nous racontent donc « Larzac » (éd. Dargaud), la belle histoire d’une résistance paysanne toujours d’actualité.
Avec « Au pied des étoiles » (Futuropolis), le duo Baudoin et Lepage évoque un voyage au Chili dans le désert d’Atacama, un des plus beaux sites astronomiques du monde. Un ouvrage magnifique sur la vie, l’amour, l’amitié et le temps qui passe sous les étoiles.

Plus de duo, mais un quintet : Lapière, Jakupi, Torrents, Pardo, Pellejero pour « Barcelona, âme noire » (Dupuis), un récit mêlant polar et drame entre la fin de la guerre d’Espagne et la mort de Franco. Le tout, raconté par ces auteurs qui transpirent d’amour pour leur ville.
Avec « Les 100 derniers jours d’Hitler » (Delcourt), Pécau, Mavrik et Andronik retracent le dispositif d’agenda basé sur des faits historiques jamais anecdotiques, toujours glaçants, qui démontrent l’effrayant mécanisme du nazisme.

Après la lecture de « Sang Neuf » (Casterman), de Jean-Christophe Chauzy, on dit juste notre amour à cet auteur. Car son combat contre la myélofibrose est une leçon de vie, joliment racontée dans cet ouvrage sensible et bouleversant.
Hervé Bourit

 

 

Prix du roman tmv : dix ans déjà !

Cette année, le Prix du roman tmv souffle ses dix bougies. Né en 2014, il a su évoluer en gardant en ligne de mire cette volonté de récompenser le premier roman d’une autrice ou d’un auteur en devenir.

RETOUR DANS LE TEMPS

Allez Marty, on grimpe dans sa DeLorean et on remonte en mars 2014. À ce moment-là, tmv n’est alors qu’un bébé qui existe depuis 3 ans seulement, le tram a débarqué à Tours quelques mois auparavant et il se dit alors que les deux hôtels du haut de la rue Nationale seront livrés deux ans plus tard (hahaha quelle époque insouciante).

La rédac de tmv, avec La Boîte à livres, décide de lancer son Prix du roman tmv. À l’époque, nos lectrices et lecteurs, ainsi que les client(e)s de la librairie, nous écrivent pour défendre leur ouvrage préféré parmi une sélection de plusieurs livres. Un poil plus tard, le prix se destine alors à mettre en avant des autrices et auteurs en devenir.

Le concept s’affine donc pour récompenser en priorité un premier roman. Et tant qu’à faire, donner l’idée d’un indispensable à glisser dans sa valise l’été.

LAURÉATES ET LAURÉATS…

Depuis, certains ont arrêté l’écriture (ils sont très rares), d’autres ont continué (ils sont plus nombreux), et d’autres ont carrément explosé : la preuve, en 2018, notre prix est attribué à « Un loup pour l’homme », écrit par une certaine Brigitte Giraud. Celle-là même qui, le 3 novembre 2022, recevra rien de moins que… le Goncourt ! Cela s’appelle avoir fin nez.

Laurine Thizy (à gauche), lauréate du Prix du roman tmv 2022, lors d’une rencontre à la Bibliothèque. (Photo tmv)

Pour le reste, lauréates et lauréats se sont succédé, de la toute première en 2014 (Léonor de Recondo pour son magnifique « Pietra Viva ») au dernier en date (« Staline a bu la mer », signé Fabien Vinçon), en passant par bien d’autres talents comme Laurine Thizy (« Les Maisons vides », une oeuvre coup-de-poing) ou encore Luc Blanvillain (« Le Répondeur », aussi drôle qu’inventif).

LE COVID N’ARRÊTE PAS LES LIVRES

Si chaque année, la délibération du Prix du roman se déroule en mai – suivie d’une rencontre et d’une remise en mains propres de la récompense en juin – l’édition 2020 est quelque peu chamboulée dans son organisation. La cause ? Un certain gros méchant nommé Covid.

Impossible d’organiser une rencontre « en vrai » avec le lauréat Luc Blanvillain (qui recevra tout de même ses petits cadeaux, que l’on se rassure !), pour son roman « Le Répondeur », qui sera finalement interviewé… par téléphone.

DES HAUTS ET DES DÉBATS

Mais en fait, comment ça marche ce Prix ? Lorsque la sélection est faite, les membres de la rédaction de tmv, de NR Communication, du jury lecteurs, sans oublier nos estimés partenaires, ont quelques semaines pour tout lire et prendre des notes.

Tout ce petit monde se réunit ensuite à la fin mai à l’Hôtel de l’Univers pour un déjeuner de délibération. C’est là que les débats enflammés commencent, sans combat de catch dans la boue ou presque, afin de déterminer celui ou celle qui recevra le prix.

Après deux heures environ, pour le vote final, c’est donc une bonne dizaine de personnes qui, entre deux coups de fourchette (on ne se laisse pas abattre), doivent se mettre d’accord sur LE roman à choisir, puisque comme le dirait Denis Brogniart : il n’en restera qu’un ! Et tout cela, ça fait déjà dix ans que ça dure.

Aurélien Germain / Photo Dragana_Gordic sur Freepik


> Retrouvez la sélection du Prix du roman tmv 2024 JUSTE ICI ! 

 

Prix du roman tmv 2024 : les quatre ouvrages en compétition

Sélection diversifiée pour le cru 2024 de notre Prix du roman tmv qui fête ses 10 ans. Voici la liste des quatre ouvrages en lice, uniquement des premiers romans, avant notre délibération à la fin mai.

LE RIRE DES AUTRES
EMMA THOLOZAN (Éditions Denoël)

On ne pourra pas dire que la couverture de ce roman n’est pas intrigante ! Ce drôle de livre suit Anna, fière de son parcours et master de philo en poche, qui tombe vite de haut lorsque sa conseillère Pôle emploi lui annonce que ce diplôme ne vaut rien et qu’elle doit trouver un travail alimentaire. Avec son copain smicard Lulu, elle va défier fièrement la société de consommation. Jusqu’à ce que ce cher Lulu se mette… à vomir des billets de banque à tout va !
Un conte philosophique déjanté qui fait aussi l’état des lieux de la jeunesse d’aujourd’hui, privée d’idéal et pétrie de contradictions.

J’AVAIS OUBLIÉ LA LÉGÈRETÉ
EDWIGE COUPEZ (Éditions du Rocher)

Une maman. Un policier. Un commissariat. « Vous avez une photo d’elle ? » Les doigts de la mère tapotent sur le téléphone, elle fait défiler les derniers clichés. En vain. « Je ne trouve pas de photo de Gabrielle. Je prends conscience de la distance qui s’est installée entre nous. Les heures passées seule dans sa chambre. Les sorties qu’elle déclinait. J’ai honte soudain. Quelle mère n’a pas de photo de sa fille ? »
Edwige Coupez a été journaliste et chroniqueuse à France Info pendant une quinzaine d’années. Elle publie aujourd’hui son premier roman, dans lequel elle raconte l’errance d’une mère après la fugue de sa fille.

LA FIN DU SOMMEIL
PALOMA DE BOISMOREL (Éditions de L’Olivier)

Dans son premier roman, Paloma de Boismorel raconte la grosse crise existentielle de Pierre-Antoine Deltière, un architecte de renom, très en vue, qui a toujours rêvé d’écrire un roman. Une nuit, en pleine insomnie, c’est la révélation : il va annoncer à son entourage qu’il souffre d’un cancer de la gorge (alors qu’on ne lui a diagnostiqué qu’une… allergie !). De quoi pouvoir, enfin, s’isoler et rédiger son œuvre, et également retrouver l’amour et la tendresse de sa femme et de ses enfants.
« La Fin du sommeil », une comédie absurde et burlesque qui dézingue en même temps l’hypocrisie de notre société moderne.

NOS ÂMES SOMBRES
SARAH BORDY (Les éditions du Gros Caillou)

De mémoire de la rédac’ de tmv, c’est bien la première fois qu’un polar atterrit dans notre sélection ! Pour inaugurer tout ça, place à Sarah Bordy qui, avec son expérience d’avocate, a choisi d’écrire sur son personnage de Julien Georget, lieutenant de gendarmerie dévoré par l’ambition, qui se retrouve à enquêter sur l’histoire de Kévin. Ce brillant lycéen, dont le père est une figure politique locale, découvre un jour sa mère inanimée après une tentative de suicide. Au menu de « Nos Âmes sombres » ?
Des jeux de pouvoir, de la jalousie, une enquête complexe et multiforme, sur fond de violence et de maltraitance.

Aurélien Germain


Bienvenue également à nos trois lectrices qui feront partie du jury : Bérengère Bru, Karen Passemard et Juliette Adam !

Et un immense merci à nos partenaires : Océania L’Univers, Galeries Duthoo, Cultura, Fil Bleu et SNCF. 

Travaux pour le tram, anniversaire de TV Tours, don de sang et chefs au piano : l’actu en 4 infos

On revient sur une semaine d’actu en quatre infos à lire rapidement.

TRAMWAY
Travaux de meulage

Depuis le 18 mars, la ligne A du tramway est concernée par une opération de maintenance corrective. Des travaux de meulage des rails auront lieu jusqu’au 6 avril, du lundi soir au samedi matin, entre minuit et 5 h du matin. De nuit donc, « afin de ne pas bloquer la circulation du tramway », précise Fil bleu.

Les rames usent naturellement les rails de la voie. C’est pour cela que cette campagne de meulage peut corriger cette usure via le meulage, pour redonner aux rails leur forme d’origine et, aussi, limiter les crissements lors de la circulation. Des nuisances sonores sont toutefois à prévoir durant ces travaux de nuit.

Les secteurs concernés :

  • Section entre les arrêts Vaucanson et Monconseil
  • Section entre les arrêts Marne et Beffroi
  • Les abords de la station Trois Rivières
  • Section entre les arrêts Christ-Roi et Tranchée
  • Section entre les arrêts Jean Jaurès et Charcot
  • Section entre les arrêts Verdun et Valadon
  • Les abords de la station Heure Tranquille
  • Section entre les arrêts Pont Volant et Joué Hôtel de Ville

MÉDIAS
TV Tours a 18 ans

Bon anniversaire TV Tours- Val de Loire ! Le 24 mars, la chaîne locale soufflera ses 18 bougies. À cette occasion, des programmes spéciaux seront diffusés à l’antenne tout du long de la semaine. Du 25 au 29 mars, dans l’émission Local Génial (à 18 h), les téléspectateurs/trices pourront découvrir l’envers du décor, les coulisses, la régie et les métiers de la chaîne, sans oublier une remontée dans le temps en 2006, lors de sa création. Autre temps fort, le 28 mars à 19 h 15, une émission dédiée aux médias locaux sera diffusée et reviendra également sur le journalisme au quotidien.

À noter enfin que des cadeaux sont mis en jeu sur tvtours.fr jusqu’au 22 mars.

DON DE SANG
Collecte XXL

Vendredi 22 et samedi 23 mars, c’est parti pour l’événement « Mon sang pour les autres » ! Cette énorme collecte de sang aura lieu à l’Hôtel de ville de Tours de 13 h à 20 h le 22 mars et de 10 h à 18 h le lendemain. Il faut s’inscrire au préalable sur dondesang.efs.sante.fr (ou sur l’appli Don de sang) et choisir son créneau.

À l’heure où nous publions, il ne restait plus beaucoup de places pour le vendredi, contrairement au samedi qui n’était que peu réservé. Les organisateurs espèrent recevoir plus de 400 personnes sur les deux jours. Pour pouvoir donner, il faut avoir entre 18 et 70 ans et peser 50 kg au minimum.

CHEFS AU PIANO
Et de sept !

Septième édition déjà pour l’opération « 5 Chefs au piano ». Cet itinéraire culinaire réunit une équipe de passionné(e)s « qui se réunissent le temps d’un défi pour faire voyager les convives de restaurants associatifs et collectifs de la région, en leur racontant une histoire », précisent les organisateurs dans un communiqué.

L’aventure débutera le 18 avril prochain, au restaurant de l’association Jeunesse et Habitat, à Tours. Le menu complet reviendra à moins de 14 € et sera servi entre 11 h 45 et 13 h 45. « 5 Chefs au piano » se clôturera à Vendôme en septembre, après être passé par Bourges, Blois et Romorantin.

A.G.

Le festival Yzeures’n’Rock rajoute 5 noms et des groupes découvertes à son affiche

Et hop, la programmation est complète ! Seront même présents Ninho et JoeyStarr, deux grosses pointures du rap hexagonal.

Les festivalier(e)s l’attendaient de pied ferme : la fin de la prog’ d’Yzeures’n’Rock a enfin été dévoilée, ce mardi 19 mars.

L’édition 2024 verra notamment un grand nom du rap débarquer : JoeyStarr, l’un des piliers de la scène hip hop française des années 90, chauffera la scène le vendredi 2 août.

Pour le reste, Yzeures a annoncé rien de moins que quatre gros noms pour compléter le dimanche 4 août. Au menu ? La chanteuse brésilienne Flavia Coelho, le reggae de Bazil et de Tairo pour un coup double, et enfin la venue très attendue du rappeur Ninho.

Des groupes découvertes

Pour compléter tout ça, le festival a concocté une chouette mise en bouche, puisque cinq groupes dits « découvertes » fouleront les planches. On y verra donc Who Lost The Keys, Les Cons Sonnants, Lemon Furia, Dixxit et Thelma !

A.G. / Photo Ninho, cover « Destin » (Photo : Fifou)


> L’édition d’Yzeures’N’Rock se déroulera du 2 au 4 août.
> Billet un jour : 36 € ; deux jours : 59 € ; trois jours : 85 €.

TMV du 20 mars au 2 avril 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/03/TMV_A_20240320_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Recherche nounou désespérément ! Cette semaine, on s’est demandé si la garde d’enfants était un casse-tête à Tours, avec parents et pros du secteur. On part aussi en Corée du Sud car la ville de Tours cherche ses jeunes ambassadeurs pour la représenter à Suwon. Pour le reste : chronique resto du Café Corbon, horoscope WTF, chroniques culture, 10 ans du marathon et un tour à la vélo-école où l’on prouve qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre à faire du vélo !

La Ville de Tours cherche ses jeunes ambassadrices et ambassadeurs pour la Corée du Sud

Vous avez entre 18 et 24 ans ? La Ville de Tours recherche deux jeunes ambassadeurs ou ambassadrices
pour la représenter en Corée du Sud. Il est possible de candidater jusqu’au 7 avril.

Les faits

C’est dans le cadre d’un programme bilatéral d’échange que la Ville de Tours est en ce moment à la recherche de jeunes ambassadrices et d’ambassadeurs pour la représenter en Corée du Sud. À Suwon plus exactement, « notre ville amie depuis 2019 », souligne la municipalité.

Âgé(e)s de 18 à 24 ans, ils et elles devront séjourner une dizaine de jours là-bas durant les vacances scolaires d’automne 2024, en octobre ou novembre. Les billets d’avion, de train, l’hébergement en famille d’accueil et les repas seront pris en charge par les deux villes.

Quel rôle ?

Un ambassadeur de Tours à Suwon, ça fait quoi ? Eh bien plein de choses. Les personnes retenues devront « mettre en valeur les liens d’amitié entre les deux villes et faire découvrir Tours et la culture française aux Coréens ». Elles interviendront auprès de différents publics, que ce soient des scolaires, des associations, ou des services municipaux, ainsi que dans quelques classes où l’on enseigne le français.

Des activités en anglais ou en coréen qu’elles auront travaillées au préalable devront être proposées, afin de promouvoir Tours et la culture française. Toutefois, il est précisé « qu’au moins un projet sur la transition écologique » doit y figurer. Enfin, il faudra élaborer un projet de communication durant tout le séjour, et le travailler en amont… sans oublier l’après, avec une restitution « pour maintenir le contact ».

À quelles conditions ?

Évidemment, avec pareil rôle à tenir, l’appel à candidatures a ses critères à respecter. Outre le fait d’avoir entre 18 et 24 ans maximum avant le 31 décembre, il faut également étudier ou résider sur Tours et maîtriser impérativement l’anglais et/ou le coréen, sans oublier de se conformer aux réglementations en vigueur en Corée du Sud. Il faut aussi, bien sûr, connaître suffisamment la ville de Tours, puisque les ambassadeurs en feront la promotion au quotidien. Et inutile de préciser que son passeport doit être en cours de validité…

Les intéressé(e)s peuvent candidater et déposer leur dossier sur https://linktr.ee/villedetours avant le 7 avril minuit.

Aurélien Germain / (Photos © Ville de Suwon)

Chroniques culture : La Petite Mort en BD, le black metal du Coven du Carroir et le rap engagé de Styf

Davy Mourier revient avec La Petite Mort en BD, accompagnée des héros de la culture pop. Côté musique, on découvre le black metal du Coven du Carroir et le rap du Tourangeau Styf.

LA BD

LA PETITE MORT – LES HÉROS MEURENT AUSSI

Attention attention, humour noir à tous les étages ! Davy Mourier revient avec son personnage de Nonos, dans « La Petite Mort – Les Héros meurent aussi » (éd. Delcourt), cinquième tome de sa série mais qui peut se lire indépendamment des épisodes précédents. Cette nouvelle salve est un concentré d’irrévérence, dans lequel les figures de la pop culture se font dézinguer à tour de bras.

L’ouvrage, pas linéaire du tout car entrecoupé de fausses pubs, multiplie les gags bien gras, les mises à mort s’enchaînent de façon grotesque et foldingue (coucou Peppa Pig qui finit en jambon à l’os !). Mario, Scooby Doo ou encore Bob l’éponge : tous y passent et trépassent. De quoi faire s’interroger le personnage principal qui se demande s’il n’y aurait finalement pas un autre tueur dans les parages…

Mais derrière cette boucherie décalée et grand-guignolesque, Davy Mourier dessine aussi en filigrane une angoisse, celle de cette petite Faucheuse face à la fatalité du temps qui passe, et une réflexion sur les générations. Un ouvrage pas si bête et léger qu’il n’en a l’air.

Aurélien Germain


METAL

LE COVEN DU CARROIR

Débarqué des entrailles de la ville de Bourges, Le Coven du Carroir est un trio proposant un black metal aux multiples atmosphères, alternant les mid tempo et les grosses accélérations qui tapent fort et visent juste.

Peaufinant son concept autour de légendes locales, le groupe est aussi intéressant dans son propos : « Black Female » traite de sorcière avec la femelle noire du Berry et l’excellent « The Devil’s Bridge » (avec son riff d’intro posé sur un bruit de marteau et d’enclume) évoque le pont de Beaugency, dont la légende attribue sa construction au Diable qui aurait exigé une âme en échange.
Deux titres costauds qui laissent augurer du meilleur pour l’album à venir prochainement, « Tenebris Legenda ».
A.G.


RAP

STYF – « ABATTOIR »

Étonnante découverte que ce single signé Styf ! Cet artiste underground tourangeau vient de sortir une petite pépite, « Abattoir », missile de rap militant pour… la cause animale ! Un thème plutôt rare et original dans ce genre musical qui ici, se retrouve scandé sur un beat inquiétant, porté par un texte engagé emprunt de poésie sombre.

Sans temps mort, avec un flow certain, Styf multiplie les scuds frappants (« Quand broyer des enfants/ne choque plus l’assemblée/quand t’écorcher vivant/ne suscite pas d’intérêt »). De quoi attendre avec impatience la sortie de son album « Après la mort » qui doit voir le jour le 28 mars.
A.G.

> Instagram : @styf_poesie_ sombre et sur soundcloud.com/styf-poesie-sombre

 

Le guide des restos à Tours 2024 : le plein de bonnes adresses

Dans notre édition du 13 mars 2024, retrouvez plus d’une cinquantaine de bonnes adresses de restaurants à Tours.

Le 18 mars 2024, le monde entier de la gastronomie aura les yeux rivés sur… Tours ! C’est en effet ici chez nous, au Palais des Congrès, que le Guide Michelin célébrera sa cérémonie annuelle des cheffes et chefs étoilé(e)s. À la rédaction de tmv, on a donc décidé nous aussi de faire notre petit guide rien qu’à nous, rien que pour vous.

Pas d’étoilés ici certes, mais des découvertes, des tables incontournables, sympathiques ou des coups de cœur, dans tous les styles. Tous les établissements qui suivent ont été testés ces dernières années pour notre chronique resto hebdomadaire.

Cet annuaire est donc non-exhaustif, mais il devrait suffisamment vous faire gargouiller le ventre pour avoir envie de goûter à la cuisine de l’une de ces soixante adresses.


> Téléchargez notre guide des restos 2024 en cliquant JUSTE ICI !

 

Cérémonie du Guide Michelin, amende pour Augis, surpopulation carcérale, rue de Suède réaménagée : l’actu en 4 infos

L’actu tourangelle de la semaine en quatre infos à lire rapidement, c’est par ici.

GUIDE MICHELIN
Étoiles à Tours

Lundi 18 mars, c’est au Palais des Congrès de Tours que se déroulera la célèbre cérémonie de remise des Étoiles Michelin. « L’intégralité des cheffes et des chefs à la tête des restaurants étoilés français, ainsi qu’un large parterre de professionnels, célébrités du secteur (…) seront conviés », a annoncé le groupe.

En amont de ce rendez-vous (non ouvert au public), un Village gourmand, quant à lui accessible à tous, prendra place le dimanche 17 mars, de 11 h à 19 h, sur le terre-plein central du boulevard Heurteloup. On y trouvera des restaurateurs, des producteurs locaux, des viticulteurs ou encore des food-trucks.

JUSTICE
Amende pour Augis

Frédéric Augis, le président de Tours Métropole, était jugé au tribunal le 7 mars dernier pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique » et « injure publique à caractère racial par dépositaire de l’autorité publique » (lire tmv #462).

Au mois d’avril dernier, il avait dit à Cédric de Oliveira, vice-président de la Métropole, « je t’emmerde, sale Portugais » lors d’un conseil métropolitain agité. SOS Racisme et la Licra avaient porté plainte, mais pas Cédric de Oliveira. La procureure a requis une amende de 12 000 euros, dont 8 000 avec sursis. La décision a été mise en délibéré au 11 avril prochain.

PRISON
Surpopulation carcérale

Triste record pour la maison d’arrêt de Tours : la surpopulation carcérale y a frôlé les 240 % en février. Un chiffre historique, d’après les syndicats. Ce qui a poussé le directeur à alerter les autorités judiciaires. La prison dispose effectivement d’une capacité de 145 places réparties en 135 cellules, mais au 26 février, 307 personnes y étaient détenues.

Des transferts ont donc été réalisés vers d’autres établissements périphériques, baissant le taux de surpopulation à 206 %. La situation est la même partout : en France, au 1er février dernier, on comptait 76 258 personnes incarcérées pour 61 737 places.

RUE DE SUÈDE
Nouveau visage

La rue de Suède, à Tours Nord, va être réaménagée dès juillet. À l’occasion de travaux pour la collecte des eaux usées, la Métropole va refaire entièrement cette rue et la sécuriser (une vingtaine d’accidents en 10 ans), avec une vitesse abaissée à 30 km/h et des carrefours surélevés. Une piste cyclable bidirectionnelle doit aussi être mise en place.

Renaturer le ruisseau de la Petite Gironde et améliorer la gestion des débordements sont aussi au programme. Une réunion publique se tiendra le 14 mars, salle des Compagnons des devoirs. Les habitants sont aussi invités à donner leur avis en ligne sur tours-metropole.fr jusqu’au 2 avril.

A.G. / Photos : archives NR – J.Pruvost

TMV du 13 au 19 mars 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/03/TMV_A_20240313_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Et hop, voilà l’édition 2024 de notre guide des bons restos à Tours ! Vous y retrouverez plus d’une cinquantaine d’adresses, à tester ou à retester, histoire de bien manger. Au sommaire également, une unité labellisée au CHRU de Tours pour aider les enfants souffrant de douleurs chroniques, ainsi que nos chroniques culture, un horoscope WTF, un point sur le TFC en passe d’être vendu et un VisMaVille aux côtés de Tiphaine, éducatrice de prévention spécialisée. Bon ap’ et bonne lecture !

Une structure douleur chronique pédiatrique labellisée au CHRU de Tours

À Clocheville, l’unité Consultation douleur pédiatrique du CHRU vient d’être labellisée
par l’Agence régionale de santé. Elle est consacrée aux douleurs chroniques des enfants.

Les faits

Une nouvelle unité labellisée au CHRU de Tours ! Localisée à l’hôpital de Clocheville, elle est « la seule de la région Centre Val-de-Loire, labellisée par l’ARS, comme structure de prise en charge de la douleur chronique pédiatrique », annonce le CHRU.

Rattachée au pôle Enfant, elle est composée de trois médecins, d’un psychologue, d’une infirmière, d’une cadre de santé et d’une secrétaire. Au-delà de cette équipe pluridisciplinaire, « nous travaillons aussi avec des kinés, des psychomotriciens, des psychologues, des hypnothérapeutes… », précise la Dr Florence Uettwiller. « L’objectif est de constituer un réseau de soins, un véritable maillage de professionnels, au plus près des patients. »

Quelle prise en charge ?

Maux de tête, douleurs aux membres ou encore au ventre… Certain(e)s jeunes patient(e)s, avec un long parcours médical derrière eux, souffrent et continuent d’avoir mal même si la maladie n’est plus « active ». Cette unité intervient à ce moment-là.

Elle va, en priorité, prendre en charge les douleurs chroniques, c’est-à-dire de plus de trois mois, et liées, donc, « à des pathologies (notamment maladies inflammatoires du tube digestif, rhumatismes inflammatoires, céphalées, migraines ou douleurs post-opératoires) ainsi que des douleurs dysfonctionnelles inexpliquées mais ressenties (douleurs abdominales ou ostéoarticulaires fonctionnelles, céphalées, syndromes douloureux diffus…) ».

En deuxième lieu, l’objectif « est de donner un avis d’expert dans des situations difficiles de douleur aiguë ou provoquée par les soins », explique l’unité dans un communiqué.

Aider l’enfant

Dans les colonnes de la Nouvelle République, la Dr Florence Uettwiller indiquait que l’unité fait tout pour être au plus près de l’enfant et l’aider : « D’abord, on le rassure. On le croit ! Ensuite, on remet du sens, on tente de faire la différence entre la douleur, la peur… On les remet en mouvement dans leur vie. »

Aurélien Germain

Journée internationale des droits des femmes : une série d’événements à Tours

Ce 8 mars à Tours comme partout ailleurs, divers événements seront organisés pour la Journée internationale des droits des femmes. Voici une petite sélection !

Evénements, actions sociales, militantes ou culturelles, et même sportives… Le programme est on ne peut plus chargé à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Wake up ladies !

A compter de ce 5 mars par exemple, ce sera la deuxième édition du Wake Up Ladies par l’association Dance Hope. Jusqu’au 7 mars, à partir de 9 h, le Centre social Pluriel(le)s accueillera des ateliers chorégraphiques sur différentes thématiques liées aux droits des femmes. Animations et conférences, récits d’expériences dans les milieux professionnels sont également prévus le 8 mars à partir de 18 h à la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville. Des battles de danse clôtureront la soirée.

Le 9 mars, la même association organisera un défilé dansé de la restitution de la création chorégraphique. Celui-ci démarrera de la rue de Bordeaux à 15 h, pour remonter jusqu’à l’esplanade de la gare.

La rue est à elles

Le 8 mars à 14 h, une fresque de Gil KD, célèbre et talentueuse street artist de Tours, sera dévoilée à l’Etoile bleue. Cette pièce d’art, collaborative, fera référence à la lutte contre les violences de genre.

Plus tard à 18 h, l’artiste Rouge Hartley inaugurera sa fresque au niveau du Passage du Pèlerin, près de la Tour Charlemagne. Son travail tourne autour de différents axes, comme les enjeux de valeurs et de propriétés dans l’espace public, le féminisme et les précarités dans le milieu urbain.

Egalement à noter dans son agenda, l’exposition « La Rue est à nous » du 6 au 13 mars (sauf les 9 et 10) dans le péristyle de l’Hôtel de ville. La municipalité avait décidé de féminiser le nom de certaines rues de Tours (on vous en parlait JUSTE ICI) lors d’une grande consultation auprès des habitant(e)s. On découvrira donc cette semaine le portrait de 22 femmes dont le nom a été choisi pour cette action. Vernissage prévu le 8 mars à 17 h 15 !

Enfin au programme, l’expo du collectif Osez le féminisme 37 , le 8 mars à 18 h. Son intitulé ? « Les illustres inconnues ».

Planning familial

Lui aussi sera présent : le 7 mars à la Mission locale située à Tours Nord, le planning familial organise tout une journée d’ateliers et de rencontres. Pour parfaire le tout, la structure a prévu la création d’une fresque et d’un clip vidéo.

Sans oublier le sport

Pour finir la semaine, un stage d’initiation de self-défense est prévu le dimanche 10 mars au gymnase des Minimes. Il durera de 14 h à 17 h et est le fruit d’une collaboration entre KMC37 et Pink Run Tours’N. C’est Fodil Chougrani, instructeur de krav maga, qui animera le stage.

L’intégralité des bénéfices récoltés lors de la journée seront reversés à Pink Run Tours’N « et serviront à financer encore plus de dispositifs médicaux post opératoires non remboursés (vêtements compressifs…) et de soins de dermographie pour les femmes qui se feront opérer sur le département », précise l’association.

Avec, bien sûr le même jour, la désormais traditionnelle course à pied Pink Run Tours’N !

A.G. / Photo :  redgreystock sur Freepik


> Programme complet et détaillé à retrouver en cliquant juste ICI ! 

 

Aucard de Tours : 16 noms rejoignent la programmation

Et c’est reparti ! Le festival complète son affiche avec seize autres artistes. Rendez-vous en juin !

Les seize premiers noms avaient été dévoilés tout début février… Un mois plus tard, Aucard de Tours envoie une autre fournée ! Le festival a annoncé une nouvelle tripotée de seize artistes qui, une fois n’est pas coutume, prouve l’éclectisme musical de l’affiche.

Du 4 au 8 juin, sur la plaine de la Gloriette, il sera donc possible de découvrir musicien(ne)s renommé(e)s et découvertes prometteuses. Pour cette nouvelle annonce ? Du rock et de la pop avec JOHNNY MAFIA, CLAVICULE, SLIFT, TV SUNDAZE et JOHNNY JANE.

Aucard a également choisi de contenter « la nouvelle génération » avec 8RUKI, JOE UNKNOWN (attention, ça va faire mal !) et PEET.

Côté voyage musical, on pourra aussi se tourner vers COBRAH, venue tout droit de Suède, ANGELICA GARCIA, JUNGLE BY NIGHT ou encore la cumbia psyché de LOS BITCHOS.

Enfin, toujours dans le désir de présenter la scène tourangelle, le festival a opté pour TELECASCADE ENSEMBLE, BEYADI et le collectif ODG PROD qui, pour fêter ses 20 ans, débarquera avec ART-X et TWANTEE et KSANTI. Au total donc, seize nouveaux noms qui rejoignent la programmation déjà annoncée avec Asian Dub Foundation, Chill Bump, Mézigue Live,
Sextile, Sodom & Sagesse. Dream Wife, Edredon Sensible, Maraboutage, Vulves Assassines, Nattali Rize, Dalle Béton, Crenoka, Cousines Like Shit,  Double Vitrage, Opus Kink et Kabeaushé.

A.G. / Photo : archives NR

Bientôt un skatepark aménagé à Tours ? La Ville lance une enquête en ligne

La Ville de Tours lance une réflexion sur l’offre en équipements de sports de glisse sur le territoire. Les participant(e)s peuvent répondre à une enquête en ligne jusqu’au 25 février.

Ce n’est pas un secret pour les amateurs de sports de glisse du coin : Tours fait depuis des années figure de parent pauvre du côté des équipements et n’a jamais eu vraiment de skatepark digne de ce nom. Les skateboardeurs et skateboardeuses, tout comme les passionné(e)s de roller n’ont par exemple pas d’endroit couvert pour pratiquer toute l’année.

Un skatepark aménagé verra-t-il donc le jour ? La Ville de Tours a lancé une réflexion sur la question. Sur son site, elle invite « les usagers pratiquants, débutants ou confirmés » à répondre à quelques questions « portant sur la pratique du skateboard, de la trottinette, ou du roller ». [le formulaire est disponible en cliquant ICI]

« Cette enquête a pour objectif de mieux cerner les habitudes et les attentes autour de ces sports ou loisirs, et notamment sur l’usage en lien avec les skateparks. C’est une première étape dans l’association des usagers à cette thématique », précise la Ville en préambule de son formulaire.

Une enquête en ligne

Les usagers sont donc invités à répondre à une enquête en ligne, afin de mieux cerner leurs habitudes et leurs attentes. Différentes questions sont posées sur les lieux de pratique et l’offre à Tours.

Le formulaire est ouvert jusqu’au 25 février 2024. Ensuite, des ateliers participatifs devraient être proposés et des études seront menées. Fin décembre 2023, l’équipe municipale promettait le lancement du chantier en 2025. En attendant, les riders pourront se réconforter en jetant un œil aux Jeux olympiques, le skate faisant désormais partie des épreuves.

A.G. / Photo illustration : Freepik


> Enquête en ligne à retrouver ICI.

 

Chroniques culture : le EP de Jane et les Autres, l’immanquable Netflix et l’Homme le plus flippé du monde en BD

De sacrées bonnes choses à se mettre sous la dent au menu de ces chroniques culture ! On commence par le dernier EP de la Tourangelle Jane et les Autres, puis on enchaîne sur la sélection BD du mois ainsi qu’avec le tome 3 de l’Homme le plus flippé du monde, avant de finir sur Le Cercle des Neiges sur Netflix.

LE EP DE LA SEMAINE

JANE ET LES AUTRES – CITY LIFE

Si vous avez l’habitude d’écumer ces pages de chroniques, le nom de Jane et les Autres ne doit pas vous être inconnu. Car à tmv, on suit cette Tourangelle depuis avril 2021, époque à laquelle ses premiers titres nous avaient déjà marqués de par leur maturité musicale.

Trois ans plus tard, la revoilà avec « City Life », un troisième EP toujours aussi bien ficelé et qui prouve bien que l’artiste s’est désormais trouvée. De cet album jaillissent huit titres à la coloration trap, portés par la douce voix de Jane (c’est particulièrement flagrant sur le délicat « Tempête »), avec son lot de coups de cœur ou de belles surprises (les inquiétantes variations sur « Tomie »).

On pense souvent à Zinée pour cette façon de scander et chanter, mais Jane possède sa propre personnalité, soulignée également par des textes ciselés et soignés, emprunts d’une certaine mélancolie (ou de nostalgie peut-être ?), racontant ainsi sa ville, sa vie, ses blessures, ses états d’âme.

Aurélien Germain
> @janeetlesautres sur Insta et Facebook


LE COIN BD

L’HOMME LE PLUS FLIPPÉ DU MONDE – tome 3

Un bonheur, de voir enfin débarquer ce tome 3 de « L’homme le plus flippé du monde » (éd. Delcourt) qui raconte donc le quotidien de… l’homme le plus flippé du monde ! Toujours autobiographique, cette BD de Théo Grosjean aborde le thème de l’angoisse et de l’anxiété – qu’elle soit existentielle ou circonstancielle – avec un humour absolument délicieux.

Toujours porté par un joli coup de crayon et des textes visant juste, l’auteur parvient à faire dédramatiser, tout en mettant en lumière un véritable handicap social. Abordant un tas de situations différentes (la visite chez le psy, les regards insistants, le premier bisou ou même ses propres séances de dédicaces), ce tome intitulé « Improvisation totale » est non seulement très drôle, mais est aussi très touchant.
A.G

LA SÉLECTION BD

Dans « Missak Manouchian » (Les Arènes), le duo Daeninckx-Mako, et leur conseiller historique Denis Peschanski, raconte l’histoire de celui qui rentrera bientôt au Panthéon. Immigré, résistant, poète, mort pour la France, Manoukian est un plus qu’un symbole, c’est un héros pour l’éternité.


Avec « Le combat d’Henry Fleming » (Dupuis), adaptation du roman de Stephen Crane sur les horreurs de la guerre de Sécession, Steve Cuzor marque définitivement son entrée dans la cour des grands, grâce à son sens de la narration et de la composition.

La nouvelle collection Cosmo accueille ce « Rivages lointains » (Dargaud) signé Anaïs Flogny. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour son premier ouvrage racontant l’histoire d’un jeune livreur dans le Chicago de 1938, la réussite est totale !
Restons aux Etats-Unis avec « Liberty » (Robinson), ou l’étonnante histoire de la statue de la Liberté et de son auteur Bartholdi. Voloj et Hartmann y narrent dans le détail sa réalisation et les affres de son créateur.

Enfin, en termes d’aventures, on saluera le génial « Gueule de cuir » (Drakoo), où Pevel, Crety et Maffre nous entraînent en 1963 dans le Paris de Louis XIII, où s’affrontent magie noire et alchimie. Un dessin et des couleurs à couper le souffle pour une intrigue bien dosée.
Hervé Bourit


A (re)voir sur Netflix

LE CERCLE DES NEIGES

Pour les retardataires du fond, c’est le moment de se rattraper ! Sorti en janvier sur la plateforme Netflix, le film de Juan Antonio Bayona retrace l’histoire vraie de ce crash d’avion uruguayen dans la cordillère des Andes, laissant une poignée de survivants pendant deux mois, coupés du monde, se résignant finalement à manger les corps des passagers morts.

Mais justement, « Le cercle des neiges » évite tout racolage quand il aborde le thème de l’anthropophagie. Cette poésie macabre est emmenée par une sobriété dans le jeu d’acteurs, une pudeur bienvenue et un degré de réalisme hallucinant, le tout avec cette montagne filmée par Bayona comme un être vivant subjuguant. Une œuvre bluffante et grandiose.
A.G.

Rue du Dr Bretonneau, on a testé Le Bistro Thaï

Mi-novembre 2023, il y a eu du changement du côté de la rue du Dr Bretonneau. Exit, l’enseigne de burgers qui siégeait au numéro 24, désormais c’est une cuisine totalement différente, puisque c’est un voyage pour la Thaïlande qui nous attend avec Le Bistro Thaï.

Ouvert par Piluek Thongwong, le restaurant surprend d’abord par son concept qui contraste. Ici, il est question de gastronomie asiatique, mais proposée dans un lieu à l’ambiance bistro. À l’intérieur, la salle parle d’elle même : pas d’exotisme dans le décor, mais une atmosphère cosy qui n’épouse pas les codes habituels du restaurant thaï traditionnel.

Petites plantes au plafond, tables effet marbré, chaises confortables et banquettes moelleuses contre le mur s’accordent bien. Même la musique contraste – sans jurer – puisqu’on a droit à une sympathique playlist de blues en fond.

On tente le panaeng mooh

Mais dans l’assiette, c’est bel et bien une authentique cuisine thaïlandaise qui nous attend ! Pad thaï kai (nouilles sautées au poulet), poh pia pak (nems aux légumes) ou encore – attention à l’orthographe – kung yai tod katiam prik thaï (les gambas sautées à l’ail et au poivre) sont proposés au menu. Une formule du midi, à 21 € pour entrée-plat-dessert-boisson, est également de la partie.

Une fois installés, Antonin David au service, tout sourire et prévenant, nous apporte une petite salade d’accueil au poulet. On apprécie l’attention. C’est suffisamment relevé pour satisfaire le palais, sans pour autant être trop épicé ou piquant.

Pour la suite, on a opté pour le panaeng mooh : il s’agit d’un porc au curry rouge avec plein de saveur, notamment porté par de la crème de coco qu’on a appréciée. Le plat est très parfumé, servi dans une jolie vaisselle, accompagné d’un riz nature ou d’un riz gluant suivant sa préférence. Le tout, pour un résultat copieux ! De quoi repartir le ventre plein et rassasié de ce voyage culinaire en terre thaïlandaise.

Aurélien Germain


> L’addition : formule du midi entrée-plat-dessert et boisson pour 21 €. A la carte : soupes, salades et fritures entre 10 et 12 €. Plats de 15 € à 23 €, avec une majorité de propositions à 18 €.
> Le Bistro Thaï, au 24 rue du Dr Bretonneau à Tours. Ouvert du lundi au dimanche, midi et soir. Petite terrasse extérieure également.
> Contact : Tél. 09 83 88 14 58.  @bistrothai.3 sur Instagram ou « Le Bistro Thaï Tours » sur Facebook.

 

TMV du 7 au 20 février 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/02/TMV_A_20240207_TMV_001_T_Q_0.pdf

Les formations en alternance, ça marche du tonnerre ! La preuve avec ces étudiant(e)s de Tours qui vous racontent tout. Retrouvez également tous les bons conseils sur l’alternance dans notre dossier spécial. Le reste du sommaire ? Le stationnement payant s’étend à Tours / Rencontre avec le mister Biodéchets de Zéro Déchet Touraine / un zoom sur les Remparts de Tours / la chronique resto (Bistro Thaï) / l’horoscope WTF / les premières annonces des festivals d’été en Touraine et nos chroniques culture !

Stationnement à Tours : 307 places gratuites en moins

À compter du 26 février, le stationnement payant sera élargi dans plusieurs endroits de la Ville de Tours. Au total, 307 places gratuites vont disparaître.

Les faits

L’annonce a d’abord été faite dans un communiqué de la municipalité. « À compter du 26 février 2024, la ville de Tours étend le stationnement payant dans plusieurs rues situées aux abords de l’hypercentre. »

De quoi faire râler de nombreux automobilistes et commerçant( e)s qui ont rapidement exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux. Car au total, ce sont 307 places exactement qui vont perdre leur gratuité et passer payantes à la fin du mois.

Pourquoi ce choix ?

Pour justifier cette mesure, la Ville indique que « ces zones à dominante résidentielle sont confrontées à un phénomène de stationnement prolongé qui pénalise les riverains et les commerces de proximité ».

Pour la municipalité, l’objectif est double : « favoriser la rotation des véhicules durant les heures d’ouverture des commerces et inciter les stationnements plus longs dans les parkings à ouvrage – dont les tarifs ont baissé parfois jusqu’à 30 % – ainsi que dans les parkings-relais. » Des affiches et prospectus seront déposés durant tout le mois dans les rues concernées par ces nouveaux emplacements payants et sur les véhicules stationnés.

Quels secteurs concernés ?

La partie nord voit un changement au niveau de l’avenue de la Tranchée (27 places deviennent payantes) et une sur la place Paul- Bert. Pour le reste, il s’agit surtout du centre de Tours. Le quartier Colbert est le plus impacté, puisque 163 places de stationnement passeront en payant (rues Benjamin-Constant, Moquerie, André-Malraux, Jacobins, Amandiers, Tour de Guise, Cygne, Hopiteau, Barre, Auber et Jules-Moinaux).

Sont également concernées les rues Juliot-Curie et Dublineau (16 et 9 places), Descartes et Léonard de Vinci (8 et 9 places), ainsi qu’une partie de la rue Jules-Simon (27 places). D’autres emplacements perdent la gratuité comme les 16 places de la rue Auguste-Comte près du cinéma CGR Centre, tout comme le parking Jean-Jacques Noirmant et ses 19 places, et une partie du boulevard Béranger (12 places).

Une pétition côté Colbert

[Mise à jour 15/02] Dans le quartier Colbert, une pétition a récemment recueilli plus de 1 620 signatures. Riverains et commerçants se mobilisent contre l’élargissement du stationnement payant de leur secteur qui va voir disparaître la majorité des emplacements gratuits. Les pétitionnaires déplorent également un manque de concertation de la part de la municipalité.

Aurélien Germain / Photo : archives NR


 

Chill Bump, Asian Dub Foundation, Nattali Rize… Aucard de Tours dévoile ses 16 premiers noms

Le festival Aucard de Tours proposera, de nouveau en 2024, une affiche hétéroclite. Les organisateurs viennent d’annoncer la première fournée de noms.

Une nouvelle fois, début juin, c’est du côté de la Gloriette qu’il faudra traîner ses pattes et ses esgourdes. Du 4 au 8 juin, c’est en effet le retour d’Aucard de Tours. Et pour bien commencer le mois de février, le festival vient de dévoiler les seize premiers noms qui constitueront son affiche pour 2024 !

Deux gros noms vont déjà faire frissonner un paquet de fans : la venue des mythiques CHILL BUMP (unique date à Tours) et des légendes anglaises ASIAN DUB FOUNDATION (20 ans de carrière au compteur) !

« Bien sûr, le festival Aucard est terre de rock et de slam », indiquent les organisateurs dans un communiqué. Avant d’enchaîner : « on aura donc l’occasion d’en découdre avec les anglaises de DREAM WIFE, le rock cuivré des OPUS KINK ou encore le jazz complètement dingo des EDREDON SENSIBLE ! »

Et pour les amateurs de punk, c’est en face des VULVES ASSASSINES et de DALLE BETON qu’il faudra pogoter.

Et si l’on pourra également voyager avec KABEAUSHÉ (Kenya), COUSINES LIKE SHIT (Autriche), SEXTILE (Etats-Unis) et NATTALI RIZE (Jamaïque), la Touraine, quant à elle, sera représentée par SODOM & SAGESSE, DOUBLE VITRAGE et CRENOKA.

Pour compléter cette première annonce, Aucard a également pensé au collectif marseillais de danse MARABOUTAGE et au producteur MEZIGUE qui donnera là son tout nouveau spectacle live.

Pour le reste de l’affiche, il faudra attendre début mars. D’ici là, il est déjà possible de prendre ses places (33 € les 5 jours) sur billetterie.radiobeton.com

A.G. / photo : archives NR Julien Pruvost

Eddy de Pretto, Niska… Yzeures’n’Rock annonce de nouveaux artistes pour la prochaine édition

Cinq nouveaux artistes ont été annoncés par le festival Yzeures’n’Rock. L’édition 2024 aura lieu du 2 au 4 août.

Ce mercredi 31 août, le festival Yzeures’n’Rock a refait des heureux en complétant son affiche : cinq nouveaux noms ont été dévoilés par les organisateurs.

Côté nouveautés ? On comptera donc sur la venue d’EDDY DE PRETTO en premier lieu ! L’artiste, qui viendra avec son dernier album « Crash Cœur » sous le bras, foulera les planches le dimanche 4 août.

Autre grand nom, celui de NISKA. Le rappeur – qui a récemment collaboré avec Luciano – est prévu pour enflammer la scène le vendredi.

Le festival a par ailleurs annoncé GRAVITY, ALEE & MOURAD MUSSET (de la Rue Ketanou) et enfin JOSEPH KAMEL pour compléter la journée du samedi.

Ces cinq nouveaux noms s’ajoutent donc à une affiche quasi-complète qui se présente ainsi :

-Vendredi 2 août : Dub Inc // Niska // Matmatah // Soviet Suprem
-Samedi 3 août : Shaka Ponk // Chinese Man // GRAViiTY // Joseph Kamel // Alee & Mourad Musset (de La Rue Ketanou)
-Dimanche 4 août ! Eddy de Pretto.

 

Reste encore à patienter un peu moins d’un mois pour en savoir plus sur ce qui arrive « de très lourd », comme l’a annoncé l’orga d’Yzeures’n’Rock, pour la journée du dimanche…

A.G. / Photo : archives NR – Eric Pollet

> Du 2 au 4 août 2024. Pass 1 jour : 36 €, pass 2 jours : 59 €, pass 3 jours : 85 €. 

Mass Hysteria, Vladimir Cauchemar, Disiz… Terres du Son dévoile 11 nouveaux noms

La bonne nouvelle de ce jeudi 25 janvier ? C’est que le festival Terres du Son vient de dévoiler la suite de sa programmation !

Le festival Terres du Son vient de dévoiler onze nouveaux noms qui se rajoutent à l’affiche, déjà composée de BigFlo & Oli, Justice, Gazo, Jain, Luidji, Feder, Trinix et Irène Drésel.

Du 12 au 14 juillet, on pourra donc également assister au show (qui risque de faire mal dans la fosse !) de MASS HYSTERIA. Les metalleux français pousseront les potards sur 11 et feront trembler le Domaine de Candé le dimanche 14.

Une des autres grosses claques qui s’annonce aussi, c’est le concert de VLADIMIR CAUCHEMAR ! Le producteur de génie débarquera le samedi !

Le même jour, autre grosse pioche : DISIZ. Le rappeur – dont le « J’pète les plombs » ne nous a jamais quittés depuis les années 2000 – aura en plus, sous le coude, son récent album déjà écoulé à plus de 83 000 exemplaires.

Pour le reste, Terres du Son joue de nouveau la carte de l’éclectisme, puisque les autres artistes qui se sont rajoutés à l’affiche sont DYONISOS, SANTA, FAKEAR, SANTA, BEKAR, mais aussi ADELE CASTILLON, JAHNERATION, LA P’TITE FUMÉE et CONTREFAÇON.

La programmation des jeunes artistes émergents, issus du dispositif Propul’Son, doit être dévoilée prochainement.
A.G. / Photo : archives NR Hugues Le Guellec


> Terres du Son, les 12, 13 et 14 juillet 2024, à Monts. 

 

TMV du 24 janvier 2024 – spécial EPJT

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/01/TMV_A_20240124_TMV_001_T_Q_0.pdf

Comme chaque année, la rédac a laissé les manettes aux étudiant(e)s de l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT) ! Toutes et tous vous proposent une plongée dans le monde de l’urbex en dossier principal. Le reste du sommaire ? Un atelier de transformation culinaire pour la Banque alimentaire de Touraine, le portrait de David Jackson, chef de chœur de l’Opéra, ou encore l’horoscope chinois, la vie de Léonard de Vinci en film d’animation et la chronique resto de L’Accalmie.

Chroniques culture : black metal islandais, sélection BD et la discothèque idéale

Au menu pour la nouvelle année, le live de Misþyrming venu tout droit d’Islande, toutes les bonnes BD de ce mois de janvier et un ouvrage sur la culture de la pochette.

Le coin musique

MISÞYRMING – MEÐ HAMRI Í LIFANDI FORMI

L’Islande serait-elle le nouvel eldorado du black metal ? À en croire la tripotée de groupes talentueux qui naissent sur cette terre volcanique, on aurait envie de dire (pardon, beugler) un grand oui ! Et cette nouvelle galette de Misþyrming en rajoute une petite couche.

Le quatuor – qui est devenu, depuis 2013, l’un des incontournables du black metal contemporain – vient de livrer leur premier album live, enregistré à Reykjavík. Et une chose est sûre, c’est que ce « Með hamri í lifandi formi » (courage pour la prononciation) est une véritable déflagration sonore.

S’ouvrant sur l’ultra-violent « Með Hamri », enquillant les variations (les titres brouillent les pistes, les contrastes sont forts), ralentissant parfois la cadence pour mieux se faire frondeur et rageur, l’album retranscrit parfaitement la puissance de feu des Islandais.
Doté d’un mix équilibré, avec un son situé entre la clarté de la production et la noirceur un peu cradingue inhérente au genre musical pratiqué, le disque est une pépite explosive. Prouvant, une nouvelle fois d’ailleurs, que Misþyrming est décidément impossible à prendre à défaut sur scène.
Aurélien Germain

> Dispo sur Bandcamp et Youtube.

Le coin lecture

la sélection BD

Incroyable polar pour commencer 2024 que « L’Expert » (Casterman), de Jennifer Daniel, dessinatrice allemande déjà remarquée pour ses ouvrages singuliers. Son héros, vieil employé d’une morgue, va se lancer dans une enquête complexe et captivante sur la mort d’une jeune sympathisante d’un groupe d’extrême gauche. Une vraie découverte !

« Il était une fois l’Amérique » (Les Arènes) est un projet ambitieux autour de l’Histoire de l’Amérique à travers sa littérature. Signé Mory et Hostache, ce volume 1 nous emmène sur les traces de Twain, London, Melville ou Allan Poe, pour une relecture de ces oeuvres qui ont fondé un continent.

« Metal » est le dernier opus des docu-BD de l’éditeur Petit à Petit, où plusieurs auteurs se penchent sur un genre musical. Du thrash metal au grindcore, aucune chapelle du genre n’est ici oubliée, avec au menu anecdotes, discographies sélectives et surtout un regard attachant pour des styles trop longtemps brocardés malgré leur créativité.

Enfin, avec « Aïe ! » (Fluide Glacial), Achdé (oui, le dessinateur de Lucky Luke !) et le docteur Patrick Sichère se penchent avec humour sur nos petits tracas de santé du quotidien. Mal de dos, migraines, anecdotes (la fistule de Louis XIV !), l’album trouve le juste milieu entre didactisme et déconnade !
Hervé Bourit.

LA DISCOTHÈQUE IDÉALE : LA CULTURE DE LA POCHETTE

Imaginez plus de 1 000 pochettes de disques toutes plus iconiques les unes que les autres et explorant tous les genres, réunies dans un superbe objet qui pèse son poids… C’est au programme de « La Discothèque idéale : la culture de la pochette » (Fnac éditions), un pavé somptueux et bien agencé, entrecoupé d’interviews de Mondino ou de Fifou, de focus sur Jean-Paul Goude ou Andy Warhol.

Qu’elles soient photographiées (Anton Corbijn pour U2), illustrées (Andy Warhol pour les Stones) ou graphiques (le studio Hipgnosis pour Pink Floyd), les pochettes de beaucoup de vinyles sont devenues « la collection d’art de l’homme de la rue », comme le disait Noël Gallagher, le leader d’Oasis. Un ouvrage indispensable.
H.B

Culture : les immanquables pour ce début d’année

Les premiers mois de cette nouvelle année seront bien garnis côté spectacles. Un petit top 8 des rendez-vous culturels incontournables en Touraine, ça vous dit ?

Jazz au féminin

On la dit accomplie, curieuse, généreuse. Elle est surtout tout simplement talentueuse : elle, c’est Hélène Labarrière, qui fait totalement corps avec sa contrebasse et qui bichonne les oreilles des amatrices et amateurs de jazz depuis plusieurs années désormais. Pour son passage à Tours, elle sera en formule quintet, pour le maximum d’harmonies et de mélodies entêtantes. Et qu’ça swingue !
> Le 17 janvier, au Petit Faucheux.

Le Temps Machine voit « Grande »

(Photo Nicolas Boulot)

Le groupe GRANDE n’a plus rien à prouver, ses prestations scéniques étant sacrément béton (première partie de Sting au château de Chambord devant 20 000 personnes, on vous le rappelle…), alors on file fissa à la salle jocondienne, puisque le désormais quatuor réserve sa soirée pour sa release party. Et pour accompagner tout ça ? La Québecoise Sofia Nolin, rien que ça !
> Le 19 janvier, au Temps Machine.

Un festival très intime…

Impossible de faire l’impasse sur ce rendez-vous devenu incontournable du côté de Saint-Avertin. Chaque année, l’Intime Festival propose une succession de concerts mêlant habilement artistes installés et reconnus, talents de demain et jeunes pousses locales. Au programme pour janvier, Émilie Simon, Comett, Diadème, ou encore Ehla et Arman Meliès.
> Du 25 au 27 janvier, au Nouvel Atrium.

La bise à Merteuil

« Et si “ Les Liaisons dangereuses ” avaient une suite ? » Voilà ce qu’on nous propose à l’Escale et voilà qui nous donne bien envie. Parce que ce livre, aussi extraordinaire qu’indispensable dans sa bibliothèque, nous a marqués à vie, on ira avec grand plaisir voir cette pièce de et avec Marjorie Frantz. Attention, les places partent comme des petits pains…
> Le 26 janvier, à l’Escale.

Alors on daaanse

Non, désolé, point de Stromae ici. On parle bien de danse, mais avec le talentueux Abderzak Houmi qui poursuit sa route depuis près de 20 ans, avec sa compagnie X-Press. Le chorégraphe est de passage à Veigné pour faire découvrir ce subtil mélange entre hip hop et ballet aérien. À voir absolument.
> Le 27 janvier, à la salle Cassiopée.

Musique sans frontière à Monts

(Photo Ernest Sarino Mandap)

Danse, musique, théâtre, impro, opéra… Difficile de faire un choix face à l’offre pléthorique prévue pour la deuxième partie de saison à la Ville de Monts. Mais impossible de ne pas parler de la date du 10 février. Ce jour-là, on se précipite à l’Espace Jean-Cocteau : les Nantais d’Orange Blossom seront sur les planches pour distiller ce mélange unique de musiques arabes teintées d’influences occidentales, tout en cassant les barrières des genres musicaux.
> Le 10 février, à l’Espace Jean-Cocteau.

Le Bateau ivre de punk

Nous à tmv, on aime quand les guitares sont branchées, les potards au max et qu’on sue de la bière (avec modération bien sûr) pendant un concert. Autant dire qu’on sera au Bateau ivre en février pour accueillir comme il se doit les légendes du punk de Cleveland, The Dead Boys. Les gars en ont encore sous le pied, ça va pogoter. Et pas qu’un peu.
> Le 21 février, au Bateau ivre.

Le Seigneur des anneaux débarque…

(Photo DR – Blue Neko)

Et Game of Thrones avec lui ! En mars, l’Espace Malraux accueillera un concert hommage aux plus grandes musiques de la série culte adaptée des écrits de George R.R. Martin et du film de Peter Jackson ! Sur scène, violon, moog, percussions, piano et guitare électrique s’enchevêtreront pour un résultat rock et qui nous ramènera jusqu’au Mordor (où se trouve probablement notre prof de maths de 5e soit dit en passant). Un immanquable qu’on vous disait.
> Le 17 mars, à l’Espace Malraux.

Aurélien Germain

Sandwiches faits minute et plat du jour : on a testé Mr Marcel

Une enseigne de sandwicherie (mais pas que !) installée rue Courteline.

Les deux amis et compères Axel Meriot et Teddy Vrignon ont un point commun. C’est le nom de leur grand-père, Marcel. Quoi de mieux, donc, que d’appeler leur établissement… Mr Marcel ? La petite enseigne a ouvert ses portes l’été dernier et a déjà ses habitués, dans un quartier qui commençait à manquer un peu de propositions.

Installé rue Courteline, Mr Marcel a fait le choix de la sandwicherie, avec du casse-croûte à emporter, fait sur place (et en une minute chrono, c’est leur pari), bien frais avec de bons produits, le tout en circuit court. Pour varier les plaisirs, la carte s’élargit avec des salades joliment présentées et, la bonne idée qui réchauffe, un plat qui change absolument tous les jours.

Preuve en est, la semaine de notre visite, on a pu constater que le mardi était dédié au poulet mafé, le mercredi au sauté de veau aux carottes et cumin, le jeudi aux lasagnes coppa ricotta… Pour nous, le vendredi, on a eu droit à la cocotte de porc, haricots blancs. Du tout bon, avec un point bonus pour l’excellent chorizo, savoureux et puissant, qui rehausse le tout (d’ailleurs, les références de charcuterie basque vendues ici sont fameuses).

Un pain focaccia qui fait la différence

Bien entendu, on a également emporté avec nous l’un des sandwiches proposés – c’est la spécialité d’ici après tout – en optant pour une recette avec roquette, jambon finement coupé (et sans nitrites !), moutarde jaune et un délicat cheddar affiné. Le tout, avec pain focaccia bien moelleux et parfumé qui fait toute la différence.

À noter que le sandwich est bel et bien réalisé en une minute – pari tenu, donc – à la commande et sous nos yeux en direct. Le reste de la carte est constitué de neuf offres, passant par exemple du « marcello » avec sa burrata, au « inferno » avec son chorizo affiné 2 mois et pecorino au poivre, sans oublier une option végé avec aubergines grillées et pesto.

Dernier point positif : l’accueil vraiment chaleureux, voire amical, au goût de reviens-y et qui nous a fait bonne impression. Une adresse à retenir à deux pas de la place de la Victoire.

Aurélien Germain


> L’addition : sandwich « tradition », 5,90 €. Sandwich focaccia : 7,90 €.Plat du jour 9,90 € ou salades à 7,90 €. Desserts maison à 2,80 €. Sinon, différentes formules avec dessert et boisson de 9,40 € (avec sandwich tradition) à 13,40 € (avec plat du jour).
 > Mr Marcel, au 38 rue Georges Courteline, à Tours. Ouvert du lundi au samedi, de 7 h 30 à 14 h et de 16 h à 20 h. À emporter.
> Contact Tél. 02 46 46 91 60 ou sur les réseaux sociaux : instagram.com/mr.marcelsandwicherie et Mr.marcelsandwicherie sur Facebook.

 

TMV du 10 au 23 janvier 2024

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2024/01/TMV_A_20240110_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Bonne année ! Et pour fêter 2024, quoi de mieux que de mettre un coup de projecteur sur… ces jeunes Tourangelles et Tourangeaux qui vont faire 2024 ? On vous en a sélectionné 10 tout pile. Dans ce numéro, on parle aussi de seconde-main et de friperie, du bon bilan pour les cinémas de Tours, sans oublier les immanquables côté culture pour ces premiers mois, la chronique resto pour Mr Marcel et bien sûr, l’horoscope 2024 XXL.

Cinémas à Tours : une bonne année 2023 avec une hausse de la fréquentation

Un ouf de soulagement… 2023 aura été très bonne pour les cinémas tourangeaux. La fréquentation est en hausse dans toutes les salles.

Les faits

Les chiffres dévoilés par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) en début d’année ont fait on ne peut plus plaisir. Avec 181 millions d’entrées en 2023 en France, la fréquentation des salles est en hausse de 18,9 % par rapport à l’année 2022.

Et à Tours aussi, les cinémas ont le sourire aux lèvres. Que ce soient les CGR (Centre et Deux-Lions), le Pathé Tours Nord ou encore les Studio, tous affichent une forte progression.

Des films porteurs

Il faut dire aussi que l’année 2023 a été tirée par de grosses locomotives. On pense notamment aux blockbusters américains, à l’instar du fameux combo « Barbenheimer » (Oppenheimer et Barbie ont explosé les records) et Super Mario Bros qui dézingue la concurrence en ayant attiré 7,3 millions de personnes dans les salles obscures françaises.

Mais les productions nationales ont également bien marché, avec notamment Alibi.com 2 et Astérix & Obélix : l’Empire du milieu qui dépassent les 4 millions d’entrées. Sans oublier Anatomie d’une chute et Les Trois Mousquetaires.

À Tours

Localement donc, les cinémas tourangeaux ont aussi bénéficié de ces belles sorties, mais pas que. Le CGR de Tours Centre, par exemple, opte de plus en plus pour les projections en version originale sous-titrée, mais aussi des retransmissions de concerts classiques et de ciné-débats. La salle signe la plus forte progression de la Ville (+ 28 % de fréquentation). De quoi compléter le duo avec le complexe des Deux-Lions qui joue sa carte avec la salle premium Ice (un festival spécial Ice débute d’ailleurs le 17 janvier).

Du côté des cinémas Studio, c’est également une belle année avec 316 030 spectateurs (+ 20 %). La salle arts & essai a pu satisfaire son public avec la Palme d’Or, Anatomie d’une chute, mais aussi des petites pépites comme Les Feuilles mortes ou Mon Crime, et ses venues de réalisateurs.

Enfin, Pathé Tours Nord signe une progression de 17 % (218 000 entrées) et a notamment su séduire avec sa salle, l’IMax, et des séances spéciales (à noter par ailleurs qu’une rétrospective Miyazaki est programmée jusqu’en mars).

Des chiffres qui, s’ils ne sont pas aussi grandioses qu’avant Covid (2017-2019 avait été un pic extraordinaire), confirment que le public se rue encore au cinéma. Et que la dynamique se poursuit.

Aurélien Germain / Photo : Adobe stock

Avoine Zone Groove : premiers noms et billetterie ouverte pour le festival

IAM, Kyo ou encore Pascal Obispo fouleront les planches du festival l’été prochain.

Top départ ! Le festival Avoine Zone Groove, qui aura lieu du 28 au 30 juin 2024, a annoncé les artistes et les groupes de la scène principale.
Le 28 juin, place à JULIEN GRANEL et les piliers du rap français, IAM.
Le lendemain, 29 juin, c’est la chanteuse HOSHI qui s’occupera d’enjailler la foule. Egalement sur scène, les auteurs du tube « Dernière Danse » : KYO.
Enfin le 30 juin, c’est la révélation de The Voice, MENTISSA, qu’on pourra voir, sans oublier PASCAL OBISPO.
La billetterie a ouvert ce vendredi matin. Attention toutefois, les pass promos partent comme des petits pains, préviennent les organisateurs.
👉 Rendez-vous sur le site www.avoinezonegroove.fr ou au service culturel de la mairie d’Avoine. 
A.G. / Photo archives NR Patrice Lavaud

Chroniques culture : pop punk avec Stick 7, prix littéraire animaliste et le livre de la semaine

Du côté de la Touraine, les Stick 7 sortent leur EP vitaminé et le Prix Maya revient pour une nouvelle édition. Pour le reste de ces chroniques culture, on se régale de l’ouvrage de Charyn.

MUSIQUE

STICK 7

En lançant le premier morceau des Tourangeaux de Stick 7, le constat est sans appel : ça sent bon le pop punk sucré des années 2000. Gros retour dans le temps donc que nous offre ce sympathique EP, partageant les mélodies à roulettes (« Sans moi » et ses accents à la Sum 41), les morceaux plus mélancoliques (« Dès demain » rappelle le « Adam’s Song » de Blink 182) et les chœurs typiques de ce genre musical (le final « Lisa »).

Stick 7 prend les codes et les retravaille à sa sauce, en osant notamment le chant en français malgré ce soleil californien qui brille tout du long des cinq titres. Bref, on enfile ses Vans, on dégaine sa casquette et on prend son skate pour faire un tour avec les Stick 7.

Aurélien Germain

> stick7.bandcamp.com


PRIX LITTERAIRE

PRIX MAYA : 5E ÉDITION

Et c’est reparti pour un tour ! Le prix Maya – unique prix littéraire en France récompensant les ouvrages engagés pour la cause animale – revient pour sa cinquième édition à Tours. L’annonce des lauréats aura lieu le 15 juin 2024, au studio mobile de Radio Campus, durant la Vegan Place.

Au menu de la compétition ? Quatre romans, cinq bandes-dessinées et cinq livres estampillés littérature jeunesse (liste à découvrir sur facebook.com/ prixmaya). Le jury, quant à lui, est composé de plusieurs personnalités comme l’autrice Isy Ochoa, Camille Silvert chargée de campagnes L214 ou encore Élodie Vieille- Blanchard, présidente de l’Association végétarienne de France. Rendez-vous en juin pour connaître leur verdict…

A. G.

LECTURE

LE SERGENT SALINGER – de jérome charyn

On adore ses polars et ses scénarios de BD, mais là, on est ravis de voir Jérôme Charyn raconter, pour les 70 ans de la publication de L’Attrape-cœurs en France, un J.D Salinger en soldat héroïque de la Seconde Guerre mondiale.

Et il y a de quoi jubiler, tant cet épisode inconnu d’un des plus grands écrivains est raconté avec style. Décrire ce que Salinger n’a jamais voulu livrer de ses souvenirs sur le champ de bataille tient du tour de force.

Membre des Counter Intelligence qui prépareront le Débarquement, épisode de la Libération de Paris où il rencontrera Hemingway au Ritz, découverte des camps de concentration : le sergent Salinger gardera un traumatisme qui explique sûrement son œuvre.

H. B.

Chroniques culture : La sélection BD du mois de décembre

La fin d’année est riche en parutions ! On vous fait le résumé côté bande dessinée.

Décidément, la fin d’année est bien remplie du côté des nouvelles sorties en bande dessinée ! On commence avec « Inexistences » (éd. Soleil) de Christophe Bec qui dégaine ici un album de haute volée dans sa présentation : l’ouvrage est proposé dans un grand format, est plus que généreux en ce qui concerne les visuels et a la bonne idée de mélanger textes, illustrations, BD, et roman graphique dessiné. Idéal pour se plonger dans ce récit post-apocalyptique, certes pas forcément très original, mais suffisamment sombre pour fasciner.

Changement total de registre avec le « Talk Show » (Delcourt) de notre chouchou Fabcaro. L’auteur s’y était déjà frotté, il reprend de nouveau ses planches à huit cases retraçant une interview TV avec, toujours, la même présentatrice. Le procédé est répétitif (trop ?), ce qui peut lasser mais, en même temps, permet à chaque fois de remettre une pièce dans la machine à ironie.

Enfin, pour se coucher moins bête, c’est vers le tome 6 de « Axolot » (Delcourt) qu’il faut se tourner. Toujours mené par Patrick Baud (de la chaîne Youtube Axolot) et porté par un collectif de dessinateurs, ce nouvel opus raconte l’étrangeté de la vie : comment une noix de coco a changé le monde, l’histoire de Pepsi à la tête d’une flotte militaire ou encore l’homme le plus fort du monde… Intéressant, malin, une véritable anthologie de l’insolite.

Aurélien Germain


En vrac

On ne dira jamais assez combien le dessin de Joost Swarte a révolutionné la BD moderne. Avec « Biblio + Picto » (Dargaud), il épate une fois de plus avec une anthologie de son travail autour du livre et des pictogrammes : bluffant, intelligent, ludique et génial.

Delaf reprend Gaston Lagaffe et « Le Retour de Lagaffe » (Dupuis) est une véritable réussite ! Le papa des « Nombrils » au dessin et au scénario offre des gags percutants et une mise en scène dynamique.

« Le Voyage de Shuna » (Sarbacane) est un autre chef d’oeuvre de Hayao Miyazaki publié pour la première fois en France. Un conte philosophique sur les dangers et les espoirs que crée la civilisation, à découvrir impérativement.

Adaptation fidèle du roman de Virginie Grimaldi, « Les Moments doux » (La Boîte à Bulles) est signé par le Tourangeau Vincent Henry et la prometteuse Valérie Guffanti au dessin. On y retrouve toute l’émotion et l’humour qui faisaient déjà le charme de ce best-seller drôle et touchant.

On a failli passer à côté de ce thriller impeccable : « Le Cri » (Phileas) est une adaptation, là encore, d’un polar de Nicolas Bruglet. Le duo Makyo et Laval NG fait des étincelles avec cette course contre la montre et une enquête menée sans temps mort sur fond de dérives scientifiques glaçantes.

Hervé Bourit

Restos : les bonnes idées pour le mois de décembre

La fin d’année approche et, avec elle, les vacances pour les plus chanceux/ses d’entre vous ! L’occasion de glisser les pieds sous la table et tenter l’une des jolies adresses que Tours nous offre. Voici quelques idées…

Côté belles tables gastronomiques, direction la sortie de la ville avec le célèbre La Roche Le Roy. Alors que l’établissement se prépare à des travaux d’ampleur, le poussant à une fermeture de cinq mois dès le 3 janvier 2024, c’est le moment ou jamais de profiter de la cuisine toute en finesse du chef Maximilien Bridier !
Au centre même de Tours, on peut également pousser la porte des Bartavelles. Salle intimiste, service précis, propositions raffinées au programme.

Au niveau des noms récemment découverts à tmv, on citera évidemment le dernier en date : Boui- Boui. L’établissement, implanté au cœur du quartier des Halles, est une excellente surprise. Menu du midi à 27 € pour la triplette entrée-plat-dessert, le tout porté par les délicates recettes d’Édouard Guillon qui font mouche à tous les coups et une présentation des plats travaillée.

Dans le même état d’esprit, pour l’ambiance chaleureuse et conviviale, on peut par exemple goûter aux propositions des Grands Ducs (place Gaston-Paillhou également)… et pour l’addition à moins de 30 €, pourquoi ne pas filer du côté de la rue Gambetta avec OBist’Ro et sa cuisine d’inspiration française avec produits de saison ?

Tout aussi efficace, mais situé du côté de l’avenue Grammont, Le Salon bleu ne désemplit visiblement pas. Également salon de thé, ce bistrot tout cosy propose une carte de qualité dans un cadre cocooning très agréable.

Mais on le sait : des fois, le petit diable sur notre épaule nous souffle d’aller déguster un bon gros burger frites ! Et à Tours, burger n’est pas forcément synonyme de malbouffe ou junk food. La preuve si l’on fait un tour chez Lazy Suzy (ah, ses viandes effilochées et ses bons pains !) ou encore au Délirium Café (des recettes malines qui changent régulièrement).

Et avouons que la ville peut quand même se targuer d’héberger le champion du monde de burger, alias Benoît Sanchez de Tatoué Toqué. Le cuistot possède deux restos, l’un à Tours Nord, l’autre dans le Vieux Tours : de quoi contenter tout le monde, non ?

Aurélien Germain

TMV du 6 décembre 2023 – Spécial Noël

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/12/TMV_A_20231206_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Retour de notre numéro spécial Noël, à quelques jours des fêtes ! Vous y découvrirez ce que certain(e)s Tourangeaux et Tourangelles, connus ou moins connus, ont de prévu pour les festivités. Sans oublier notre quiz et la sélection des marchés. Pour le reste, on parle de la collecte de colis pour sans-abris, d’un chocolatiers innovant, mais aussi de courses à pied « corrida », sans oublier la culture, les restos des vacances et l’horoscope WTF.

Course à pied : top départ des corridas

Le mois de décembre, c’est le mois des sapins, des cadeaux, des bons repas et… des corridas.

Pour les néophytes et les amis des animaux qui nous lisent, ne sortez pas tout de suite vos pancartes : en l’occurrence, dans les corridas dont nous parlons, il n’y a que les humains qui courent. Une corrida, donc, c’est une course à pied rapide, sur une courte distance, qui se court de nuit, en général, dans un centre-ville et dans une ambiance de Noël très festive.

C’est la corrida de Sainte-Maure-de- Touraine qui a ouvert le bal, samedi dernier. Les 200 participants ont parcouru les 7,5 km du parcours dans un froid vif et humide. Deuxième étape, ce vendredi, dans le centre-ville d’Esvres, avec la traditionnelle corrida organisée par les Foulées du Noble Joué. Le départ sera donné à 20 h, pour trois boucles de 2,3 km dans le centre-ville pour, donc, un peu moins de 7 km au compteur. Pour réchauffer les coureurs, les organisateurs ont prévu une véritable ambiance de feria du sud-ouest.

Belles perf’ à Saint-Pierre-des-Corps

Suite des opérations le 15 décembre, avec la corrida de Saint-Pierre-des- Corps. L’épreuve phare affiche 5 km et, sur un parcours favorable aux belles performances, elle sera le support des championnats départementaux sur la distance. Mais la nouveauté de l’année, c’est le Mile en préambule (1,6 km), dont ce sera la première édition en Indre-et-Loire.
Mais à Saint-Pierre, ça court. Si vous êtes un joggeur du dimanche et que la courte distance vous rassure, attention tout de même à ne pas essayer de suivre les premiers. Cinq kilomètres, quand on est cramé, ça peut être vraiment très long.

Enfin, comme de tradition, la corrida de Chambray-lès-Tours réunira les plus courageux d’entre vous le 28 décembre sur un parcours de 7,2 km. Dernier rendez-vous de l’année, cet événement est également une vraie fête populaire qui pourrait réunir plus de 1 000 concurrents. Le record à battre est de 1 200 partants en 2019.
Et si vous venez déguisé, c’est encore mieux. Dernière petite précision, ces courses se déroulent de nuit et la frontale est de mise !

M.P. / Photo : illustration adobe stock

Bigflo et Oli, Jain, Justice… Le festival Terres du Son annonce ses premiers noms

Le festival Terres du Son a dévoilé les huit premiers artistes de son édition 2024.

C’est un cadeau de Noël avant l’heure pour les festivaliers de Terres du Son. Les huit premiers noms de la prochaine édition viennent d’être dévoilés.
Le vendredi 12 juillet 2024, ce seront donc les rappeurs Bigflo et Oli qui investiront la scène à Monts. Egalement au programme ? Irène Dresel et Feder pour l’électro.
Le lendemain, le samedi 13 juillet, place à l’électro et au rap avec Gazo et Trinix.
Enfin le dimanche 14 juillet, Jain sera de retour ! Deux autres grands noms complètent l’affiche : Luidji et Justice.
La billetterie des pass 1, 2 & 3 jours ouvrira ce mercredi 6 décembre, à midi.
A.G.
Photo : B. Savoi/ Polydor

Indre-et-Loire : des colis cadeaux pour les sans-abri

La collecte de sacs cadeaux pour les personnes démunies et sans-logis a repris. Fanny et Marine, à l’origine de l’initiative, effectuent aussi des maraudes. Avec un mot d’ordre : aider.

« On ne peut pas aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu’un. » Depuis 4 ans maintenant, cette phrase est devenue le leitmotiv des deux Mères de Noël de Main dans la main 37. Des Mères Noël car chaque année, ces deux héroïnes de l’ombre – Fanny et Marine – effectuent des maraudes les samedis à Tours et distribuent des colis aux personnes sans-logis. Avec 5 000 boîtes cadeaux distribuées aux sans-abri, cette initiative a été un succès en 2022.

Mais cette année, par manque de temps et de moyens, Fanny et Marine avaient annoncé que la collecte ne pourrait pas se faire… Jusqu’à ce que la bonne nouvelle tombe un mois après : les deux amies ont finalement décidé de relancer leur action, « face à l’enthousiasme général que génère la collecte et au soutien dont ont besoin les centres d’accueil ».

Comment ça marche ?

L’opération « Colis de Noël » a donc démarré. Et pour y participer, c’est très simple. Dans un sac cadeau ou une boîte à chaussures décorée, on met « un truc chaud, un truc bon, un produit cosmétique, un jeu » et si possible, un petit quelque chose pour un animal, puisque nombre de personnes sans-abri ont un chien. Il faut également préciser si le colis est destiné à un homme ou une femme.

Les sacs cadeaux seront ensuite « distribués en priorité à nos amis de la rue et les boîtes cadeaux dans les centres d’accueil », précise-t-on du côté de Main dans la main 37.

Les points de collecte sont ouverts jusqu’au 20 décembre et sont affichés sur la page Facebook : UDAF à Tours, Terre Y Fruits à Saint-Cyr-sur-Loire et Sainte-Maure-de-Touraine, ou encore O Bistrot Quai à Esvres, GSM Immobilier dans plusieurs villes et même certaines écoles…

Des maraudes

Régulièrement, Fanny et Marine font également des maraudes dans les rues de Tours. Et là encore, elles aident et apportent bonheur, réconfort et petites attentions. Elles redistribuent des dons de duvets ou encore les invendus de la boulangerie Les Toqués du pain (Veigné) qui les soutient dans cette démarche d’aide aux démunis. Elles lancent des appels sur Facebook (« Maurice aurait besoin d’un survet taille XL ») et partagent leur expérience.

La prochaine maraude doit avoir lieu vendredi ou samedi. Et comme Fanny et Marine l’écrivent sur leur page Facebook : « Donc videz vos placards de vêtements chauds que vous ne mettez plus, et faites une belle action en les donnant à ceux et celles dans le besoin. »

Aurélien Germain / Photo : archives NR


> Main dans la main 37 sur Facebook

 

David Guetta en concert au Château de Chambord en 2024

La société de production AZ Prod fait de nouveau venir une pointure au Château de Chambord pour la troisième édition de Chambord Live. Le DJ David Guetta sera la tête d’affiche.

Après la venue de Sting en 2022, puis celle d’Imagine Dragons en 2023, c’est le célèbre DJ David Guetta qui sera en concert au Château de Chambord en 2024, le 29 juin plus précisément.

Il sera la tête d’affiche de cette nouvelle édition de Chambord Live qui, en 2 ans, a fait deux fois complet (30 000 personnes sur la soirée).

La billetterie, quant à elle, ouvrira dès le 5 décembre à 10 h avec prévente sur ticketmaster.fr L’ouverture officielle se fera le 6 décembre, à 10 h, sur les sites de points de vente habituels (chambordlive.com, az-prod.com, etc.)

Les tarifs devraient aller de 78,50 € en fosse classique à 133,50 € pour la fosse or.

A.G. / Photo archives NR – Eric Pollet

 

Chroniques culture : l’Histoire façon Bruno Solo, la bible des figurines et la sélection BD

Cette semaine, on part voyager dans le temps aux côtés de Bruno Solo qui nous fait rencontrer les grandes figures historiques, mais on fait aussi le plein de BD et on s’aventure dans la bible des figurines Uderzo et compagnie…

Le coin lecture

Le Voyageur d’Histoire – Bruno Solo

Non, Bruno Solo ce n’est pas qu’un comédien, ce n’est pas que le pitre de Caméra Café. Bruno Solo, c’est aussi un fin conteur et mine de rien, un véritable passionné d’Histoire. Preuve en est, de nouveau, avec « Le Voyageur d’Histoire » (éditions du Rocher), sorte de « suite » logique de « Les Visiteurs d’Histoire » paru en 2021.

Si dans ce premier livre, Bruno Solo avait convié chez lui, le temps d’un dîner imaginaire, des figures historiques, il revient cette fois avec un concept inverse, où il effectue un voyage dans le temps et s’invite chez elles.

C’est donc parti pour une virée aux côtés de Cléopâtre, Rabelais (un chapitre tout bonnement truculent !) ou encore Brillat-Savarin. On y découvre leur vie en résumé sous un angle différent : Bruno Solo vulgarise, mais le fait bien. Il y ajoute son humeur, son ressenti, une pincée d’humour, des clins d’oeil à l’époque contemporaine.

Et le mélange fonctionne, car la rigueur est là, tout comme cette façon de raconter percutante. Surtout, on sent à travers les chapitres un sincère amour de l’auteur pour l’Histoire. Idéal pour raconter de belles histoires.
Aurélien Germain

ENCYCLOPÉDIE DES FIGURINES DE COLLECTION UDERZO & CO

À l’heure où les ventes du dernier album d’Astérix atteignent des sommets, Cas Mallet publie lui sa deuxième édition complétée et enrichie de son argus des figurines de l’univers d’Uderzo. Une somme de travail inouïe regroupant tous les fabricants de l’univers de nos Gaulois préférés avec de nombreuses informations et surtout la cote de chaque pièce, afin de savoir ce que vous achetez. Une vraie bible pour les collectionneurs.

À signaler que cet éditeur se livre régulièrement à des publications très poussées sur d’autre univers BD (Tintin, Marvel, BD franco-belge…) avec, à chaque fois, un recensement encyclopédique de tous les produits dérivés.
H. B.

La sélection BD

L’adaptation de « La Vie secrète des arbres » (Les Arènes) par Bernard et Flao, d’après le livre de Wohlleben, est sans conteste l’événement BD de ce trimestre. À la fois poétique et réaliste, cet ouvrage incroyable de force et de pédagogie est une merveille.


Avec « Les Fantômes affamés » (Rue de Sèvres), Remy Lai nous emmène dans son univers bien particulier, où fantômes, ectoplasmes et âmes errantes se mêlent aux ados et à leurs parents, avec d’étranges jeux de séduction et de répulsion.

Après le succès du collectif « Le Crime », « L’Alibi » (Philéas) reprend le même principe en mettant en scène de courts récits illustrés par – excusez du peu – Le Roux, Labiano, Astier, Guérineau… Le résultat est bluffant, que ce soit au niveau des thèmes que des ambiances choisies.
Même principe de courts récits avec « Miséricorde » (Dupuis). Sauf que là, c’est Van Hamme au scénario, entouré de sept dessinateurs et pas des moindres (Bertail, Munuera, de Jongh) qui subliment ces contes cruels et jubilatoires.

Enfin, quel bonheur de pouvoir relire le monument qu’est « 300 » (Huginn et Muninn) avec cette réédition qui laisse éclater le talent de Frank Miller et les couleurs de Lynn Varley. Une vision spectaculaire de la célèbre bataille des Thermopyles et une ode à la liberté.
H.B.

Le coin musique

MARIE URBAIN – TON AVENTURE

Quatre chansons en apesanteur et une reprise de Marie Laforêt, il n’en fallait pas plus pour attiser notre curiosité pour cet EP que l’on finit par écouter en boucle. Il faut dire que les mélodies entêtantes de ces voix, entremêlées à un violoncelle, fonctionnent à merveille, dans un climat qui évoque le Jeff Lynne de E.L.O. mais aussi celui des Wilburys, ou encore les Simon & Garfunkel des débuts.

Cette recherche du point d’équilibre, de ce nombre d’or qui va vous faire basculer et vous emporter la tête et le cœur, Marie Urbain l’atteint à chaque fois. On espère donc une suite au plus vite et surtout de voir comment cela peut se traduire sur scène.
H. B.

Chronique resto : Boui-Boui, la bonne table place Gaston-Paillhou

C’est la très bonne surprise du côté des Halles : on a (enfin) pu tester la douce cuisine du Boui-Boui ! A table !

Cela faisait un bon petit bout de temps qu’on avait un oeil sur Boui-Boui ! Mais chaque fois, la team tmv débarquait un poil trop tard : arrivée à l’improviste, sans réservation, bec dans l’eau, tables prises d’assaut. Apparemment, cette récente table tourangelle a déjà son lot de fidèles depuis septembre. Alors pour cette chronique, alléchés par l’excellent bouche-à-oreille, on a enfin décroché le téléphone pour réserver…

Midi trente. La salle est complète. C’est ambiance bistrot sympa et convivial et ce jour-là, on se dit qu’on a bien fait de venir entre amis ; l’état d’esprit est tout à fait là. Détente et bons petits plats au programme.

La cuisine ? Un doux régal

Aux manettes, on reconnaît notamment deux têtes connues : au service, l’éternelle enjouée Sophie Boulay qu’on avait pu voir et apprécier à La Cour, place Plumereau. Et en cuisine (qui est d’ailleurs ouverte sur la salle), Édouard Guillon, que les amateurs de bonne chère ont pu croiser à l’Auberge du Croissant à Rochecorbon.

 

Et question cuisine, justement, c’est le doux régal ! La carte du midi, courte donc gage de qualité, offre de belles propositions pour un total à 27 € entrée- plat-dessert. Jolie vaisselle, présentations travaillées, recettes alliant traditionnel et originalité et surtout… eh bien, c’est tout simplement bon !

En entrée, l’œuf mollet a tenu toutes ses promesses avec son jaune coulant et souple et son blanc ferme. Le tout, porté par une purée de céleri bien onctueuse comme il faut, des champignons et des copeaux de jambon affiné 24 mois. Une excellente entrée en matière.

Pour la suite, on a voulu faire ressortir notre côté « viandard » (avis aux intéressé(e)s : Boui-Boui se proclame d’ailleurs « bar à bidoche » le soir…) en dégustant la pièce du boucher, de l’Angus, tartinée d’une bonne dose de beurre maître d’hôtel qui fait toute la différence. La viande, fine et très tendre, repose sur un écrasé de pommes de terre tout doux.

Notre voisine a été tout aussi satisfaite avec son pavé de cabillaud à la cuisson parfaitement maîtrisée, posé sur un risotto copieux et nourri à l’encre de seiche, avec une réduction de jus de moules. Un sans-faute de bout en bout selon nous. La formule du midi nous a ravis, on reviendra le soir pour la fameuse « bidoche »…

Aurélien Germain


> L’addition : formule midi à 27 € (entrée-plat-dessert) ou 23 € entrée-plat ou platdessert. Plat seul à 18 €
> Boui-Boui au 27 place Gaston- Paillhou, juste en face des Halles. Ouvert du mardi au samedi, de midi à 14 h 30, et les vendredis et samedis de 19 h à minuit. Cuisine du marché le midi, bar à bidoche le soir. Petite terrasse.
> Contact Réservations (fortement conseillées) au 02 34 37 69 05. Menu de la semaine et infos sur Instagram, @boui_boui_tours

 

Tours : A quoi vont ressembler les futures crèches Tonnellé et Confetti ?

Les crèches Tonnellé et Confetti vont être reconstruites et étendues. Un nouveau bâtiment plus écolo les accueillera d’ici à 2026. Un projet à 6,2 millions d’euros.

Les faits

Il va y avoir du nouveau dans le secteur Maryse- Bastié ! La municipalité de Tours a annoncé et dévoilé le projet de reconstruction et d’extension de la crèche Tonnellé et Confetti. C’est un nouveau bâtiment, prévu rue Merlusine, qui les accueillera à l’horizon 2026. Un choix stratégique dans le sens où le quartier est appelé à se développer, entre les casernes, la future ligne de tramway et la reconstruction du groupe scolaire Mermoz-Bastié.

Budget prévisionnel de ce gros projet de crèche ? Un peu plus de 6,2 millions d’euros, dont une participation de la Caf à hauteur de 916 000 €.

100 % écolo ?

C’est le cabinet parisien Giet Architecture qui a remporté l’appel d’offres. De quoi cocher toutes les cases environnementales souhaitées par la Ville ? Il semblerait que oui. Les deux futures crèches, dans un bâtiment en longueur, seront en ossature bois avec une isolation en papier ou coton recyclé.

Le toit sera végétalisé, des panneaux photovoltaïques seront installés et les matériaux utilisés sont issus du réemploi. Le cabinet parle également, dans son communiqué, d’une « forte végétalisation contribuant au confort thermique (…) et participe à la biodiversité du site » et la municipalité, par la voix de l’adjoint à l’urbanisme Cathy Savourey, indique que « pour l’écologie, ce bâtiment va plus loin que la réglementation environnementale RE 2020 ».

Meilleur accueil

L’objectif de ce projet était également d’augmenter la capacité d’accueil de 10 %. L’établissement sera construit sur 1 215 m² de terrain, comprendra deux niveaux et pourra recevoir 50 enfants pour Tonnellé et 22 pour Confetti.

Histoire, aussi, de faire grimper le nombre de places d’accueil pour la petite enfance, un secteur en tension partout en France, et répondre à la forte demande des parents (actuellement à Tours, on compte 2 668 places pour environ 3 600 enfants de 0 à 3 ans).

Et maintenant

Le chantier débutera dans quelques mois. La démolition débutera en octobre 2024. Suivra la reconstruction l’année d’après. Quant à cette nouvelle crèche, elle doit ouvrir et accueillir ses premiers enfants en septembre 2026.

Aurélien Germain
Visuels : © Giet Architecte

TMV du 29 novembre au 5 décembre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/11/TMV_A_20231129_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Et si on allait au tribunal ? Bon, on vous rassure : on vous montre simplement les coulisses et comment se déroule un journée là-bas, au cœur des audiences. Au sommaire également, le renouveau des crèches Tonnellé et Confetti à Tours, une semaine d’actu dans le monde, le CTHB à l’assaut de l’Europe, un horoscope WTF, la chronique du resto Boui-Boui, ou encore une plongée dans le quotidien d’un infirmier libéral.

Festivités de Noël : tout le programme des animations à Tours

Top départ des animations de Noël ce vendredi 24 novembre avec la mise en lumière du sapin à Jean-Jaurès et des guirlandes ! Pour le reste du programme, suivez le guide…

Les festivités de Noël vont débuter à Tours. La municipalité a dévoilé le programme des animations qui auront lieu tout le mois de décembre.

Illumination du sapin

Elle aura lieu ce vendredi 24 novembre, à 18 h, place Jean-Jaurès. Ce sera aussi le moment d’allumer les trois kilomètres de guirlandes lumineuses (en led) qui brilleront dans les rues.

Il n’y aura en revanche aucune guirlande place Plumereau. Une pétition vient d’ailleurs d’être lancée par le gérant du magasin L’Acropole qui s’en est ému. Il faut également noter que la municipalité a divisé par deux le budget des illuminations (soit 170 000 € cette année).

Beaucoup plus de chalets

Cette année, on comptera 100 chalets (contre 80 habituellement) dans la Ville. Le parcours se fera de la gare à la place Anatole-France (Porte de Loire) où l’on trouvera par exemple les chalets gourmands. Les autres seront évidemment sur le boulevard Heurteloup et tous ouvriront dès le 24 novembre. Ils resteront jusqu’au 26 décembre, de 11 h à 20 h, sauf les vendredis et samedis jusqu’à 21 h.

A noter également que des chalets « solidaires » seront installés à Heurteloup et place de la Résistance. Les fonds récoltés iront à des associations.

Il y aura toujours les marchés de Noël ! (photo archives NR – Hugues Le Guellec)

Un village gourmand

Vous le savez, à tmv, on aime bien manger. C’est donc du côté d’Anatole-France que l’on va personnellement flâner : c’est là où se trouvera le Village gourmand avec des chalets culinaires et… un bar ! Ouverture le 24 novembre également, jusqu’au 7 janvier prochain.

Mon beau sapin

Au total, la Ville a prévu 200 petits sapins qui seront répartis dans différents quartiers. Les enfants pourront aussi les décorer avec certaines associations.

Ouvertures du dimanche

C’est la tradition également pendant les fêtes : les magasins pourront ouvrir les dimanches. Et ce, dès le 26 novembre. Cette ouverture dominicale concerne aussi l’entièreté du mois de décembre.

Animations gratuites

Cette année, on pourra se faire maquiller gratuitement place de la Résistance, de 16 h à 19 h tous les mercredis, samedis et dimanches. Un caricaturiste itinérant se baladera aussi sur les marchés de 14 h à 18 h 30, samedi 25 et dimanche 26 novembre, ainsi que les dimanches 3, 10 et 24 décembre.

Un tour en manège

Les manèges de la Ville se trouvent sur le parvis de la gare (vous ne pouvez pas le manquer !), place de la Résistance et Porte de Loire où se trouvera la piste de patinage à roulettes (la patinoire en glace ayant été supprimée).

Des marchés de commerçants

Eux aussi seront de la partie ! Organisés par des commerçants et des associations, des marchés seront installés un peu partout à Tours. Notamment à l’Heure tranquille, du 24 novembre au 7 janvier ; au centre commercial de Montjoyeux le 9 décembre, tout comme place Michelet le 9 décembre également.

Pour le reste : parking de Leroy-Merlin à Tours Nord les 9 et 10 décembre ; place Châteauneuf le 16 décembre ; place de Strasbourg le 16 décembre ; hôtel de ville Marché de Lëon les 16 et 17 décembre et enfin le marché aux truffes et au safran à l’hôtel de ville le 23 décembre.

Ow, ow, ow c’est le Père Noël

Bah oui, il faut bien que le Père Noël déambule dans les rues. Ce sera chose faite les mercredis et les samedis du mois de décembre, ainsi que les dimanches, de 13 h à 16 h 15.
A.G.  / Photo d’ouverture : archives tmv

Restaurant La Roche Le Roy : deux millions d’euros de travaux de modernisation

Sept ans après avoir acheté le restaurant La Roche Le Roy, le chef Maximilien Bridier aspire à une renaissance du lieu. Des travaux d’envergure vont débuter en janvier 2024.

Deux millions d’euros… C’est le coût estimé des travaux de modernisation du célèbre restaurant La Roche Le Roy, à Saint-Avertin, juste après la sortie de Tours. Ces travaux, qui débuteront le 3 janvier 2024, doivent durer jusqu’à la mi-mai. Soit cinq mois de fermeture pour l’établissement tenu par le chef Maximilien Bridier.

Au menu ? Déjà, la destruction du bâtiment qui jouxte le restaurant abritant la cuisine (le but est d’en construire une bien plus adaptée aux ambitions du chef et à sa technique), ainsi que l’installation de nouveau matériel (3 fours de plus, un fourneau sur mesure, des outils connectés…). Ce nouveau bâtiment servira donc de cuisine, mais aussi d’accueil.

Le futur bâtiment abritera la nouvelle cuisine et l’accueil. (Photo illustration Caroline Tissier)

Oubliez aussi l’intérieur qui, s’il avait certes son charme, méritait un petit lifting. Les quatre salles vont voir disparaître moquette et mobilier ; elles accueilleront une décoration plus moderne et plus claire pensée par l’architecte d’intérieur Caroline Tissier.

A noter également que la capacité de La Roche Le Roy augmentera de dix couverts. Soit 50 grand maximum par service.

Aujourd’hui, le restaurant atteint un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros. Le chef souhaite l’augmenter de 10 % dans deux ans.

Aurélien Germain

Photo ouverture : La Roche Le Roy

TMV du 8 au 28 novembre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/11/TMV_A_20231108_TMV_001_T_Q_0_web-1.pdf

Entre son métier rêvé et la réalité… il y a parfois un monde. Ou pas ! C’est ce qu’on découvre dans notre dossier spécial formation. Tmv vous aide aussi à y voir plus clair et se la joue conseiller d’orientation ! Côté sommaire, on parle aussi de sacs de l’Avent solidaires pour les femmes en situation de précarité, du mister « Tri Mobile » de la Métropole, de chroniques culture et de bons plans pour la semaine, des violences qui n’épargnent pas les stades de notre département, mais aussi de la chronique du resto Dwitcher, d’un horoscope WTF, de Pink Floyd et du festival Blagues [à part].

Chroniques culture : l’autisme et l’amour en BD, les « Datas sanglantes » de Szamałek et l’album de Mass Hysteria

Nouvelle fournée BD cette semaine, avec l’Amour en équation et toute notre sélection du mois de novembre. Sans oublier un polar polonais de haute volée et un nettoyage d’oreilles avec l’album des Mass Hysteria.

Le coin BD

L’AMOUR EN ÉQUATION

Émilie a 19 ans et se contente de sa vie paisible à s’occuper de ses plantes et de son chat. Malade, sa mamie lui demande de trouver quelqu’un pour partager sa vie. Seulement voilà, la jeune fille est autiste Asperger et les relations sociales, ce n’est pas franchement son fort…

Dans ce premier tome de « L’amour en équation » (éd. Delcourt), les troubles autistiques et tout ce qui en découle sont abordés avec pudeur, mais justesse. Portée par un joli dessin tout en douceur, cette bande dessinée signée Camomille et Clara Lang est une formidable lecture, abordant de multiples aspects (sexe, travail, mort, amitié…).

Même si le postulat de départ peut paraître incongru (l’injonction de la grand-mère), on navigue rapidement dans un récit très agréable, intéressant, alliant humour et grande sensibilité. « L’amour en équation » est une BD pleine de délicatesse. Et attachante.
À tel point que, passée la dernière page – signant certes une fin un peu trop abrupte – l’on se dit qu’on a hâte de découvrir la suite qui doit paraître début 2024.

Aurélien Germain

La sélection BD de la semaine

Quel bonheur de (re)découvrir la géniale saga médiévale des bâtisseurs de cathédrales au XIIe siècle de Ken Follett en BD. Il faut dire que « Les Piliers de la Terre » (Glénat) est ici magnifié dans une adaptation haut de gamme de Didier Alcante et par le dessin de Steven Dupré.
Corto Maltese, autre figure historique, continue lui de vivre ses aventures, toujours animé par le duo Vivès et Quenehen. « La Reine de Babylone » (Casterman) est une petite merveille de mécanique mélangeant espionnes et pirates, de Venise aux Balkans.

Avec « L’Illusion magnifique » (Gallimard), le trop rare Alessandro Tota raconte la genèse des comic book US de l’âge d’or des années 1930. Son héroïne apprentie dessinatrice y croise Kirby, Eisner, Feiffer dans un flot de péripéties.
Une folie douce que l’on retrouve également dans le superbe « Maltempo » (Delcourt), où Alfred nous entraîne dans une Italie gorgée de musique, de soleil et de romance. La mise en scène de son récit d’une bande d’ados combattant la fatalité par divers procédés est bluffante.

On se replongera pour finir dans l’intégrale de « Psycho Investigateur » (Petit à Petit). Grâce aux scenarii de Courbier et au dessin de Dahan, vous voilà projetés comme il se doit dans de fabuleuses enquêtes policières !

Hervé Bourit


LE LIVRE

DATAS SANGLANTES

Si vous voulez savoir comment truquer des élections démocratiques ou comprendre comment marche le Dark Net, plongez-vous sans réserve dans les 448 pages de Datas Sanglantes (éd. Métailié) de Jakub Szamałek, jeune auteur polonais de polar sur qui il va falloir compter. Son groupe de héros façon Avengers, sans super pouvoirs mais bourré d’intuitions, va se retrouver projeté dans une enquête en plein Las Vegas.

Entre rassemblement de hackers, de fermes de trolls et autres fake news, ils vont devoir se battre contre les algorithmes et la fameuse IA. On cherchait le polar du XXIe siècle, capable de nous parler de l’homme et du rapport aux machines, le voilà enfin avec un rythme trépidant et des coups de pression à chaque page. À la fois terrifiant et jubilatoire, de quoi tenir en haleine jusqu’ à la dernière ligne (de code !).
H. B.


MUSIQUE

MASS HYSTERIA – TENACE, PART 2

Après une première partie sortie en juin, voilà que déboule dans les bacs la suite du « Tenace » des Mass Hysteria ! Et force est de constater que les ambassadeurs de la scène metal française sont revenus encore plus colériques et énervés.

Toujours aussi engagé, Mouss, avec son phrasé reconnaissable, balance ses textes ciselés sous forme de diatribes revendicatives (« Un Assange passe »), le tout porté par des samples qui se greffent sur des riffs costauds (le martial « Ex Voto ») voire carrément rageurs (« L’Inversion des pôles »), dopés par un bon gros mur du son bien béton.

Après 30 ans de carrière et de scène, Mass Hysteria a toujours quelque chose à dire et surtout, en a toujours sous le pied. Un groupe tenace, assurément.
A. G.

#Top7 des anecdotes sur Pink Floyd

Le 18 novembre, le Palais des congrès accueillera « The Wall, The Pink Floyd’s Rock Opera », adaptation en ballet contemporain de l’œuvre mythique de Roger Waters. L’occasion d’apprendre sept petites infos sur le groupe culte pour briller en société. Ou pas.

1. Le nom du groupe n’a rien à voir avec un flamant rose

Pink Floyd = flamant rose ? Oui mais non. Syd Barrett, éphémère leader du groupe, a trouvé le nom en juxtaposant le nom de deux musiciens de blues, Pink Anderson et Floyd Council.

2. Ce très gros vendeur de disques

En 1973, la planète Terre se prend une grosse claque. Pink Floyd, qui a déjà connu ses premiers succès et réussi sa transition vers le rock progressif, vient d’accoucher de « The Dark side of the moon ». Un album qui devient immédiatement mythique. Il restera d’ailleurs dans le Billboard 200 pendant 19 ans ! À ce jour, il est toujours le 3e album le plus vendu de tous les temps (derrière le « Thriller » de Michael Jackson et « Back in black » d’ACDC) avec près de 45 millions de copies.

Quant au fameux « The Wall », sorti six ans plus tard, il s’écoulera à 30 millions d’exemplaires : il est le double album le plus vendu au monde.

3. Le whisky de Janis Joplin

Les membres de Pink Floyd n’étaient pas les derniers pour la défonce (coucou Syd Barrett) et la picole. Pourtant, ce n’est qu’en 1967 qu’ils ont été initiés… au whisky. Et ce, par la chanteuse Janis Joplin.

4. L’album jamais sorti (et c’est tant mieux)

Après « Dark Side of the moon », Pink Floyd est au firmament. Mais que faire maintenant ? Le groupe se met alors en tête d’enregistrer un disque sans instruments ! Direction les célèbres studios Abbey Road pour mettre en boîte un album « musical » où le groupe vide des aérosols, coupe du bois, déroule du scotch et d’autres très bonnes idées de ce genre. Quelques mois plus tard, les musiciens laissent tomber. Le disque ne sortira jamais. Ouf.

5. Le groupe a financé les Monty Python

Une grande partie du budget du film « Monty Python : sacré Graal ! » a été financée par Pink Floyd qui adorait la troupe. Ils ont contribué à hauteur de 21 000 £, tout comme Led Zeppelin qui a également donné 31 500 £.

6. Très chère guitare

Lors d’une vente aux enchères d’anthologie, la guitare de prédilection de David Gilmour – la fameuse « Black Strat » – s’est envolée pour 3,9 millions de dollars ! (elle était estimée à 100 000 $…)
Quant à sa Fender Stratocaster portant le numéro de série #0001, utilisée sur la rythmique de « Another Brick in the wall – part 2 », elle est partie pour 1,8 million de dollars.

7. Pink Floyd, la crevette qui tue

La Synalpheus pinkfloydi est une crevette capable d’assommer ses proies grâce à sa pince rose qui claque. Le son produit est l’un des plus assourdissants de l’océan et peut même tuer un petit poisson. Sammy de Grave, le chercheur qui l’a identifiée en 2017, l’a baptisée « Pink Floyd ».
Un clin d’œil à cette légende urbaine qui raconte que le groupe avait joué tellement fort un jour qu’il avait tué les poissons d’un étang voisin ? Non. Notre bon vieux Sammy a simplement expliqué qu’il était fan des Floyd depuis ses 14 ans. De rien pour l’anecdote.

Aurélien Germain

> The Pink Floyd’s Rock Opera, le 18 novembre à 20 h au Palais des congrès de Tours. De 60 à 95 €.

 

Festival Blagues [à part] : triple dose de rire à Malraux

Le festival Blagues [à part] revient ! Fin novembre, trois grands noms de l’humour se succéderont sur les planches de l’Espace Malraux. À leurs côtés, quatre jeunes talents auront aussi leur chance.

L’an dernier, c’était un joli succès. Cette année, ce sera sûrement… la même ! Du 23 au 25 novembre, l’Espace Malraux accueille de nouveau le festival d’humour Blagues [à part] qui signe là sa deuxième édition. En 2022, le coup d’essai présentait Verino, François-Xavier Demaison et Alex Vizorek. Pour cette nouvelle salve, Stéphane Guillon, Aymeric Lompret et Guillaume Meurice sont les têtes d’affiche.

Le festival de la Ville de Joué-lès-Tours, toujours acoquiné avec AZ Prod, garde le même menu : un cabaret jeunes talents et la Ligue d’improvisation de Touraine en entrée, un spectacle d’un grand nom de l’humour en plat principal (si vous voulez un dessert, vous pourrez aussi boire un coup).

Trois grands noms

C’est Stéphane Guillon qui ouvrira le bal le 23 novembre avec un spectacle inédit. Le trublion a la vacherie facile, mais il a été privé de parole – pardon, « de méchanceté » comme il le dit ! – pendant toute la période Covid. Autant dire que pour ce nouveau one man show, l’homme risque d’avoir l’humour encore plus acerbe que d’habitude. Guerre en Ukraine, élection présidentielle, réforme des retraites, retour des Talibans… Guillon prend les temps forts de l’actu et les dézingue à sa façon pendant plus d’une heure trente.

Le lendemain, le 24 novembre, ce sera au tour d’Aymeric Lompret avec son spectacle « Yolo » (mais c’est désormais complet ! Désolé de briser vos espoirs) avant de finir avec l’inénarrable Guillaume Meurice et son « Meurice 2027 » (mais c’est désormais complet ! Désolé de blabla…)

Les talents de demain ?

Comme l’an dernier, un jury professionnel a également sélectionné quatre nouveaux humoristes dans le circuit, suite à un tremplin destiné aux jeunes talents. Au programme cette fois : la comédienne, humoriste et improvisatrice Mell et son spectacle « Tout simplement compliqué » sous le bras ; Pierre Hertout, ex de la radio reconverti et « influenceur cheveux » (c’est lui qui le dit !) ; Adèle Salomon qui raconte les tribulations d’une trentenaire un peu zinzin à Paris ; et enfin Camille Thoby qui a plongé dans le grand bain du stand up il y a peu, mais qui enchaîne déjà les dates.

Ce sont eux qui débuteront les soirées, façon première partie de luxe. Bref, un festival, un vrai.

Aurélien Germain
(Photo Montage photos Pascal Ito / Stéphane Kerrad / DR)

> Du 23 au 25 novembre, à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours. Tarifs : 32 € (plein), 27 € (réduit) la soirée.

> Infos : bap-festival.fr

 

Un petit tour avec Christophe Girardet et la déchèterie itinérante « Tri Mobile »

#VisMaVille Christophe Girardet gère la Tri Mobile, la déchèterie itinérante de Tours Métropole. Avec son camion, il va à la rencontre des habitants, collectant les déchets recyclables et renseignant sur le tri.

Le vent souffle sur le carreau des Halles de Tours ce jeudi après-midi. Peu importe les conditions météo, Christophe Girardet et son collègue de la Métropole installent leur stand, bricolant des astuces pour que leurs prospectus et panneaux d’informations ne s’envolent pas.

Depuis 2015, la Tri Mobile sillonne tous les matins et après-midis de la semaine les marchés et les places clés de la métropole, à Tours et alentours, collectant tout sauf les gros encombrants, gravats, déchets verts et produits toxiques.

Aujourd’hui, le camion fait étape durant deux heures trente aux Halles, des habitants du quartier semblent des habitués et s’arrêtent volontiers déposer piles, ampoules, vêtements, lunettes et petits appareils électriques endommagés. « Vous pouvez prendre cette vieille poêle aussi ? Oh, je vous aime vous ! », lance une mamie taquine aux deux collecteurs.

Depuis le mois de septembre, Christophe Girardet est devenu le responsable de ce service itinérant de collecte des objets usagés de la Métropole, choisi par sa direction pour son « dynamisme et son sens de la communication ». Cet ancien commerçant, qui a exercé durant 15 ans comme pâtissier d’apprenti à patron, adore échanger avec les visiteurs de passage.

« C’était aussi ce que j’appréciais lorsque je travaillais en déchèterie juste avant, donner des renseignements, apporter de la joie de vivre en plaisantant aussi. Les gens sont contents de nous voir car nous sommes un service de proximité. »

En effet, Christophe Girardet observe que nombre de personnes âgées, de personnes en manque de mobilité ou n’ayant tout simplement pas de voiture, fréquentent la Tri Mobile. Par ailleurs, les habitudes changent. « Avec le télétravail, nous avons aussi beaucoup de jeunes qui viennent déposer leurs objets en journée à Velpeau et place de Strasbourg. Ce sont d’ailleurs deux lieux qui marchent fort, jusqu’à 200 personnes par passage à Velpeau. D’autres endroits sont moins fréquentés, il faut le temps de se faire connaître », souligne l‘agent du tri.

Actuellement, les questions autour de l’obligation de compostage en 2024 fusent. Les consignes de tri ne cessent d’évoluer, ce qui renforce la mission pédagogique de Christophe. « Dans chaque département, c’est différent. De plus en plus d’objets sont devenus recyclables, alors il est difficile de s’y retrouver, mais cela tend à s’harmoniser avec l’Ademe qui chapeaute tout ça », explique Christophe Girardet.

Pour lui, le tri fait partie de son ADN. « Mon père était agriculteur et a toujours trié à la ferme, dès les années 60. » Ce n’est peut-être pas tant un hasard si cet ancien pâtissier, titulaire d’un BEP passé au lycée agricole de Fondettes s’est reconverti dans le secteur. « Au début c’était un choix financier, j’ai intégré la fonction publique la boule au ventre après mon aventure en pâtisserie, mais aujourd’hui je suis ravi de travailler dans l’environnement. De voir les gens satisfaits du service que nous apportons, c’est ce qui compte. »

La collecte terminée, Christophe Girardet et son collègue remballent le stand, direction la déchèterie pour décharger la collecte en seulement 20 minutes.

Texte et photos : Aurélie Dunouau

On a goûté les sandwiches gourmands de Dwitcher

« Des sandwiches beaux et bons, surprenants et envoûtants », nous promet-on du côté de Dwitcher. On a donc testé tout ça pour notre chronique resto de la semaine !

On compte un petit nouveau du côté de la rue du Commerce, à Tours. Dwitcher a ouvert ses portes le 21 octobre dernier avec, comme objectif, de renouveler l’art du sandwich. La promesse ? « Des sandwiches beaux et bons », « surprenants et envoûtants », avec des « ingrédients saisonniers ».

Et en observant la carte de l’établissement, force est de constater que les recettes nous semblent plutôt intéressantes et bien travaillées. Pour preuve ? Ici, on peut par exemple déguster un sandwich au pain de mie japonais, à la mangue fraîche et chutney, avec effiloché de poulet rôti et mayo yaourt citron.

Autres propositions, avec tempura de gambas, sauce tartare et sésame doré, ou encore une avec champignons, carottes rôties, yaourt et avocat. De quoi – on pense – intéresser les plus dubitatifs et dubitatives qui ne seraient pas forcément tenté(e) s par une expérience sandwicherie en guise de restaurant.

Une dose de cheddar puis de l’émietté de dos de cabillaud

De notre côté, notre flair (ou plutôt notre estomac qui criait famine) nous a poussés à tenter un petit doublé. D’abord, on a commencé par un « grilled cheese » basique, avec un cheddar fermier bien coulant et fort en goût, porté par une mayonnaise aux piments doux qui ajoute une chouette saveur à l’ensemble. Le pain viennois, un poil grillé, les cornichons pickles et la ciboulette font le reste !

Deuxième test avec l’autre recette qui nous faisait vraiment de l’oeil : celle avec de l’émietté de dos de cabillaud. Là encore, on a un pain différent (du ciabatta, cette fois). On ajoute du pesto de cajou, de l’avocat (très bon point !), de la cébette, du persil et de la coriandre et c’est tout bon. Peut-être pourra-t-on pinailler en estimant qu’il y avait un peu trop de graines de fenouil à notre goût.

Ce jour-là, on a pris à emporter, mais il est tout à fait possible de s’installer en terrasse ou à l’intérieur du restaurant, une petite salle aux tons vert bouteille, pour manger son sandwich. Une adresse pour quiconque a envie de changer de l’éternel jambon-beurre…

Aurélien Germain


> L’addition : sandwiches de 9 € à 15 €. Desserts à 5 € et « sides » à 5 € pour le trio découverte. Formule étudiante à 13 € (sandwich + boisson + dessert).
> Dwitcher, au 13 rue du Commerce, à Tours. Ouvert tous les jours, midi et soir. Le samedi, ouverture en continu toute la journée. Sur place ou à emporter.
> Contact : Tél. 02 47 05 66 43. Site : dwitcher.fr Ou @dwitcher.tours sur Instagram et facebook.com/dwitcher37 Infos sur linktr.ee/dwitcher.tours

 

Solidarité : une collecte de « sacs de l’Avent » pour les femmes en situation de précarité ou victimes de violences

L’association Poulettes l’assaut lance son action « Sacs de l’Avent », des sacs solidaires qui seront offerts à Noël aux femmes en situation de précarité ou victimes de violence.

Les faits

L’idée, excellente, est signée les Poulettes l’assaut, une association qui organise des événements culturels et mène des œuvres caritatives, portée notamment par Andréa Brochard et Julie Van Der Linde. Le but de leur opération « Sacs de l’Avent » est simple : elles recherchent des sacs de Noël solidaires, pour une grande collecte.

Et c’est tout simple : il suffit de prendre un sac et y déposer des produits d’hygiène (brosse à cheveux, à dents, crème hydratante, produits d’hygiène féminine et protections hygiéniques), des loisirs (un livre, des jeux, des crayons, des cartes, une BD…), un accessoire pour tenir chaud (gants, bonnet, écharpe) et pourquoi pas une carte de Noël (un petit mot peut toujours réchauffer le cœur).

Ces sacs, collectés dans différents lieux du département, seront ensuite distribués, pendant la période de Noël, à des femmes en situation de précarité, ainsi qu’aux victimes de violences conjugales.

Collecte solidaire

L’an dernier, Poulette l’assaut avait récupéré soixante-dix sacs en Indre-et-Loire. L’objectif pour 2023 est bien sûr de faire encore mieux pour offrir encore plus de bonheur.

L’association, dont la devise affichée sur son Instagram est « Circle pit, paillettes et sororité », souhaite pousser tout le monde à un peu plus de solidarité. Un petit geste mais qui peut faire beaucoup, car n’importe qui peut se retrouver en difficulté, un jour ou l’autre.

Un sac bien rempli

Attention toutefois à ne pas mettre n’importe quoi dans le sac de l’Avent ! On évite donc les objets coupants comme les rasoirs par exemple. Sont aussi interdits briquets, bougie et vêtements comme un pantalon ou un haut, puisqu’on ne peut pas savoir si la taille correspondra.

Quant au sac, on favorise évidemment le sac à dos qui se ferme. Parce qu’en plus de pouvoir transporter beaucoup de choses, il reste un objet très utile pour ces femmes qui ne seront que de passage dans les centres où auront lieu les collectes.

Différents lieux

La collecte a déjà débuté. Il est désormais possible de déposer son sac de l’Avent à Tours, au Piraat Café, au Day by Day et au Buck Mulligan’s, mais aussi à l’Eden Bar à Reugny et au Salon Claire à Nazelles-Négron. Et ce, jusqu’au 15 décembre.

Aurélien Germain / photo tmv

> facebook.com/Poulettes.Assaut, asso.poulettes-sisters.fr, @poulettesassaut sur Insta

 

« Coluche est de retour », « Quand l’Etat mutile », « Photographes de guerre »… les immanquables de la BD du moment

Bande-dessinée ou roman graphique ? La rédac de tmv a sélectionné de quoi vous satisfaire côté lecture pour les vacances !

La BD de la semaine

Coluche (est de retour)

Mais qu’est-ce qui se passe en France ? Qu’est-ce qu’il se passe nom de moi ?! » La BD « Coluche est de retour ! » (éditions Le Cherche midi) s’ouvre sur ces paroles de Dieu. Un Dieu un peu paumé qui cherche quelqu’un pour booster une France plombée, quelqu’un qui arriverait « réunir la droite, la gauche, les riches, les pauvres, les hommes, les femmes, les Blancs, les Noirs ».

Voilà donc l’histoire d’un mec qui débarque sur Terre pour régler les problèmes. Coluche ressuscité redécouvre la France de maintenant, ses ronds-points, ses Gilets jaunes (« c’est pour une manif du BTP ? »), ses Buffalo Grill (« ça doit être un Disneyland pour les pauvres ») et son Pascal Praud (qui prend deux trois tacles au passage).

Le Tourangeau Terreur Graphique s’est accompagné de Jérôme Vatrigan pour un récit sympa comme tout et une BD qui fait sourire tout du long. Malin et second degré : un album qui fait du bien.
Aurélien Germain


Roman Graphique

CASTI – QUAND L’ÉTAT MUTILE

Voici l’histoire vraie de Florent Castineira, jeune supporter de Montpellier et éborgné par un tir de flashball avant un match. Récit de sa reconstruction, récit de sa lutte acharnée pour faire reconnaître la bavure des policiers, récit de la violence des armes non-létales, « Casti – Quand l’État mutile » (éd. Delcourt) est un roman graphique fort, un témoignage ultra-documenté, signé Kotelnikoff-Beart et Aubry (spécialistes de la question des violences policières en France) et Aurel pour le dessin.

L’ouvrage interroge tout du long, reste pertinent de A à Z, ratisse large en abordant les sujets de « l’indépendance » de l’IGPN, du rôle de la justice, du rapport des victimes aux institutions et de la force exercée par les syndicats policiers sur le corps politique. Très intense et très actuel…
A.G.

La sélection BD

Le dessinateur tourangeau Titwane signe « Photographes de guerre » (Albin Michel) sur un scénario très documenté de Raynal Pellicer, autour de l’histoire vraie de deux jeunes photographes de guerre Namuth et Reisner. Un récit, qui du Barcelone en guerre de 1936, au New York des années 80, nous embarque littéralement par son trait réaliste et sa densité dramatique.

Autre pays et autre guerre (sourde) avec « Une éducation orientale » (Casterman), où le trop rare Charles Berberian dresse un portrait sensible de son enfance au Liban. Une belle évocation, parfois très intime, mais surtout un magnifique plaidoyer pour le vivre ensemble avec toujours ce dessin et cette mise en scène admirables.

Beau travail aussi de Franck Pé sur son adaptation du Marsupilami de Franquin. Le tome 2 de « La Bête » (Dupuis) enchante de nouveau, avec cet hommage à l’enfance, à la liberté et à l’art. Le Marsu, sauvage et fier, y est notamment sublimé par un dessin magnifique.

Du côté de Milo Manara, on s’attaque au chef d’œuvre d’Umberto Eco. Le merveilleux « Le Nom de la rose » (Glénat) revisite à la lettre le roman original, réussissant le tour de force de faire oublier l’excellente adaptation cinématographique.
Hervé Bourit

Les Brocanteurs : la nouvelle brasserie place de la Victoire

Une nouvelle table à tester du côté de la place de la Victoire ? On y est forcément allé. Voici la chronique resto de la semaine avec Les Brocanteurs.

Si vous furetez de côté de la place de la Victoire à Tours, vous vous êtes forcément aperçus que la Brasserie de la Victoire n’était plus. Par chance, l’endroit n’a pas été laissé à l’abandon. Mieux, il a été repris par Thomas Legendre (ex-associé de Hervé Chardonneau aux Linottes Gourmandes).

Nouvelle aventure, nouveau nom : désormais, place à la sympathique brasserie Les Brocanteurs. Un petit clin d’œil à cette place qui accueille une brocante le mercredi et le samedi matin.

Un vendredi midi, on se décide donc à tester cette nouvelle adresse qui joue la carte de l’authentique, de l’esprit convivial, du bistrot à la cool. Mais dans l’assiette, c’est du sérieux. Au menu ce jour-là (l’ardoise change régulièrement), on note certes de nombreux classiques comme la terrine maison aux noisettes, le tartare de bœuf et frites maison, ou encore la pièce de bœuf grillée sauce au poivre… mais aussi d’autres propositions un peu plus surprenantes et originales. Un saumon gravlax et sa salade de fenouil ou une fricassée de calamars aux rattes de Touraine par exemple !

Après un accueil tout en douceur, on s’est laissé porter par le filet mignon de porc rôti. La viande est tendre et trempe dans une sauce vinaigre de Banyuls qu’on a bien aimée. L’idée est bonne, car sa robe est puissante. En accompagnement, un duo de purée bien fondante, surtout celle au butternut. On sent également un effort au niveau de la présentation, une attention bienvenue dans le cadre d’une brasserie.

Pour l’addition, il faut compter 21,90 € pour la formule entrée + plat ou plat + dessert, tandis que la totale entrée, plat, dessert revient à 26,90 €. Sinon, un plat seul revient à 17 € (8 € pour les entrées et 7 € les desserts).

Les desserts, d’ailleurs, offrent de jolies suggestions : on peut tenter le duo de pots de crème chocolat et vanille de Tahiti, le riz au lait aux zestes d’orange ou bien la tarte feuilletée aux figues. Une bonne idée, donc, pour sa pause déjeuner du midi. D’ailleurs lors de notre passage, la terrasse s’est très vite remplie. Visiblement, Les Brocanteurs a déjà ses habitué(e)s.

Aurélien Germain


> L’addition : Menu entrée+plat à 21,90 € et entrée + plat + dessert à 26,90 €. À la carte, entrée : 8 €, plat : 17 € et dessert : 7 €. Planche de charcuterie espagnole à partager (15 €), assiette de frites maison (5 €)
> Les Brocanteurs, au 14, place de la Victoire à Tours. Café restaurant. Ouvert du mardi au samedi pour le déjeuner et dîner les jeudis et vendredis soirs. Fermé le dimanche et lundi.
> Contact : 09 70 80 91 89 ou lesbrocanteurs37@ gmail.com

 

TMV du 18 octobre au 7 novembre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/10/TMV_A_20231018_TMV_001_T_Q_0-4.pdf

Les vacances approchent alors on s’est dit qu’on allait vous proposer un paquet de bonnes idées de petites escapades d’automne, en Touraine ou à maximum une heure de voiture de Tours. En famille, en solo, ou pour les gourmands, il y en aura pour tous les goûts. Côté sommaire, on parle aussi du projet d’éoliennes près d’Amboise qui connaît de nombreux opposants dont Stéphane Bern, on revient sur le TVB, on a suivi le gardien des cimetières de Tours Nord et on n’oublie pas non plus nos chroniques culture et resto (Les Brocanteurs) et l’horoscope WTF.

Stéphane Bern vent debout contre le projet d’éoliennes près d’Amboise

Un projet d’éoliennes est prévu à Auzouer-en-Touraine, près d’Amboise. Le château royal est contre. Quant à Stéphane Bern, il annonce qu’il alertera Emmanuel Macron et estime qu’on massacre le patrimoine.

Les faits

Oratorio. Huit petites lettres qui donnent des sueurs froides à beaucoup. Oratorio, c’est un projet de parc éolien qui doit s’implanter dans le Castelrenaudais, plus précisément à Auzouer-en-Touraine, à une vingtaine de kilomètres d’Amboise et à une demi-heure de route de Tours. Quatre éoliennes seront construites par le fournisseur d’énergie indépendant Innergex.

En juin dernier, le projet a reçu avis favorable de l’enquête publique… malgré « un éventuel risque de déclassement de l’ensemble du Val de Loire » au patrimoine mondial de l’Unesco, comme il est écrit dans sa conclusion.

Opposition de Bern

De quoi faire bondir Stéphane Bern. Tout récemment, l’animateur, à qui Emmanuel Macron a confié la Mission « Patrimoine en péril », s’est prononcé sur le sujet. Il s’est dit « tout à fait opposé au projet Oratorio, car il contrevient de façon flagrante à la protection du patrimoine mondial de l’Unesco ».

Celui qui est également membre du conseil du conseil d’administration de la Fondation Saint-Louis, propriétaire du château d’Amboise, a indiqué à la NR : « On est dans un cône de visibilité des jardins du château d’Amboise et du château de Chaumont-sur-Loire. On ne peut pas, d’un côté, se battre pour que le Val de Loire soit protégé par l’Unesco et le dénaturer, détruire des paysages et la pérennité des sites par de l’éolien. »

Des opposants à la pelle

Stéphane Bern n’est clairement pas le seul à s’alarmer. Avant lui, le député Daniel Labaronne s’était déjà étonné des conclusions de l’enquête publique. Contestation également de Brigitte Dupuis, présidente de la Communauté de communes du Castelrenaudais. Marc Métay, directeur du château royal d’Amboise, voit rouge aussi. Dans un récent communiqué, il insistait sur la menace des éoliennes sur le classement au patrimoine mondial. En rappelant aussi qu’une perte de ce label égale à une perte de touristes.

Jusqu’à l’Élysée

Stéphane Bern doit rencontrer le Président de la République dans quelques jours. Il a assuré qu’il évoquerait avec lui le sujet. En attendant, le projet entre dans sa phase décisive. Car la préfecture d’Indre-et-Loire doit rendre son avis d’ici à la fin novembre.

Aurélien Germain / Photo : archives NR

Chroniques culture : les comics âpres Lodger et Reckless, et la BD déjantée Troie Zéro

Cette semaine au menu des chroniques culture : deux comics venus tout droit d’Amérique et un grand n’importe quoi hilarant signé Karibou et Duparcmeur.

Les comics

LODGER

Un récit sombre, crasseux, des cases en noir et blanc, un côté polar, de la violence sèche… il y a de tout ça dans « Lodger » (éditions Delcourt), dernier né du couple Maria et David Lapham. Durant 128 pages, on y découvre un mélange de road trip à la sauce thriller et d’histoire d’amour plus que tourmentée.

Le personnage, Ricky Toledo, est une nana badass, seulement équipée d’un gros flingue et portée par une soif de vengeance inextinguible. Son but ? Tout faire pour retrouver son ex-amour, escroc séducteur et assassin. « Lodger » est un comics explosif, brut. Il transpire le polar bien sale, emmène son lectorat dans les bas fonds d’une Amérique qui cuit.

L’ambiance est réussie, l’atmosphère est étouffante, l’intrigue parfaitement ficelée. Mais la dualité de narration et la construction alambiquée déstabilisent la lisibilité et la lecture, ce qui pourrait en perturber plus d’un(e). Reste une BD noire comme le charbon et diablement efficace.

Aurélien Germain

RECKLESS – TOME 5

On l’attendait avec une joie non-dissimulée, ce nouveau Reckless ! Cette série de polar – probablement l’une des meilleures de ces cinq dernières années – signée Brubacker et et Philips revient avec « Descente aux enfers » (éd. Delcourt).

Si le précédent opus se focalisait sur le personnage d’Anna, le duo d’auteurs revient ici sur l’antihéros Ethan, sans foi ni loi, lancé cette fois à la recherche d’une femme disparue. Âpre et sordide, le récit se fixe sur une intrigue noire et accrocheuse, mélange de sang et de vengeance. C’est mené pied au plancher, brillamment écrit, et Brubacker et Philips prouvent encore à quel point ils savent raconter une histoire. L’un des meilleurs épisodes de la série, assurément.
A.G.


LA BD DE LA SEMAINE

TROIE ZÉRO

Leur « Salade César » (sur Jules César) nous avait fait rire bêtement. Leur « Waterlose » (avec Napoléon) nous avait faire rire bêtement. Ce « Troie Zéro », tout juste paru aux éditions Delcourt, complète la triplette et nous fait… rire bêtement !

Le but est le même : ici, Karibou et Duparcmeur s’emparent du mythe de la Guerre de Troie et rejouent l’histoire de façon totalement déjantée. Tout le monde, d’Ulysse à Agamemnon en passant par Achille, se voit tourné en dérision. Le bulldozer des vannes foireuses de Karibou et ses truculents dialogues est inarrêtable.

À chaque case, son gag farfelu et sa blague « WTF », formant un grand n’importe quoi. Un résultat sous forme de fabuleuse crétinerie, d’où naît une BD désopilante.
A.G.

On a testé Lazy Suzy et ses « smoked BBQ burgers »

De la viande effilochée et cuite dans un fumoir au bois traditionnel pendant une grosse dizaine d’heures. C’est au menu chez Lazy Suzy et ses bons burgers. C’est parti pour la chronique resto !

Le voilà enfin à Tours, ce fameux Lazy Suzy ! Cette enseigne de burgers à base de viandes fumées avait déjà eu son succès à Lille et à Paris ; elle avait également ravi les papilles des visiteurs de la Foire de Tours au printemps dernier, en testant ses produits avant l’ouverture officielle au centre-ville.

Voilà donc les portes tourangelles du Lazy Suzy ouvertes, rue du Change. Spécificité ? Ici, les viandes sont « massées aux épices » et, surtout, ont la particularité d’être cuites dans un « fumoir au bois traditionnel » pendant une grosse dizaine d’heures.

Et côté présentations, précisons qu’Henri Leclerc (chef de la Maison des Halles et associé du Tutu) a pris les manettes du lieu avec Guillaume Pechoutre. Pour le reste, on est entre bons copains et l’équipe est au top. Il suffit de voir le super accueil qu’on a reçu en entrant dans l’établissement. En cuisine et au service, le staff est chaleureux comme tout, on est à l’aise de suite.

Mais comme on est quand même venu ici pour se remplir la panse, passons à ce qui vous intéresse le plus – lectrices et lecteurs affamé(e)s – : la nourriture ! Par manque de temps ce jour-là, on préfère prendre à emporter, mais il est possible de déguster sur place, en salle ou en terrasse.

Cinq burgers et un hot dog s’affichent à la carte. On flashe direct sur le cheese beef. Oubliez le steak classique, chez Lazy Suzy la viande est effilochée. Surprise n°1 : la viande est beaucoup moins grasse et c’est drôlement bon. Surprise n°2 : le goût est vraiment différent des burgers habituels. On sent une saveur un peu plus forte en bouche avec ce bœuf fumé lentement, ce qui se marie très bien avec la sauce barbecue, la compotée d’oignons et la raclette fumée qui composent l’ensemble.

Le burger, lui, est proposé avec un « bun », un pain au beurre. Pour accompagner tout ça, on a pris une portion de frites qui a le mérite d’être parfumée avec quelques herbes de Provence et une (très) discrète touche de piment d’Espelette (petit point bonus pour la mayo, proposée dans un pot compostable !)

Au final, c’est une une bonne surprise : force est de constater que dans le burger game à Tours, Lazy Suzy atterrit dans le trio de tête.

Aurélien Germain
(photo d’ouverture : capture écran Instagram @Lazy Suzy)


> L’addition : burgers seuls de 10 à 15 €, mais +3 € pour la formule avec frites et 5 € pour le menu burger + frites + boisson. Option végétarienne possible. Menu enfant Lazy Kids à 9,50 €.
> Lazy Burger, au 27 rue du Change à Tours. Ouvert du lundi au samedi, de midi à 14 h et de 18 h à 22 h (même 23 h le week-end) et le dimanche soir uniquement. Sur place ou à emporter.
> Tél. 09 79 60 00 24. Ou @lazy_suzy_bbq_ burger sur Instagram

 

Le festival Concerts d’automne entre en scène

Désormais bien ancré dans le sol tourangeau, le festival Concerts d’automne revient pour une nouvelle édition et faire le plein de musique baroque (mais pas que !). Avec, toujours, l’éclectisme en ligne de mire.

C’est devenu un incontournable en Touraine. Le festival Concerts d’automne est de retour et sa huitième édition, prévue du 13 au 22 octobre, sera de nouveau une grande porte ouverte au répertoire baroque et à la découverte.

Le succès, quant à lui, devrait encore être au rendez-vous, puisque chaque année passant prouve que cet événement lancé en 2016 a su fidéliser son public. L’an dernier ? Plus de 5 500 entrées sur deux week-ends. Le taux moyen de remplissage ? 93 %. Avec un pic à 100 % pour les concerts au Grand Théâtre !

Une programmation éclectique

Pour cette édition 2023, le festival tourangeau a une fois encore choisi l’éclectisme comme maître mot. Côté programmation, on peut notamment noter la venue du (rare) musicien Mario Stefano Pietrodarchi, entouré des musiciens de la Royal Academy of London (le 12 octobre à l’Espace Malraux), « Le Retour d’Ulysse » de Monteverdi par l’ensemble I Gemelli (le 14 octobre au Grand Théâtre), ou encore la toute jeune Bella Schütz, tout juste 21 ans, relève du piano français, qui jouera pour la programmation hors les murs (le 19 octobre à la Grange de Luynes).

Reste, également, l’une des volontés du festival de mettre en valeur les jeunes talents. Différents tremplins, cinq au total, sont donc distillés du 14 au 21 octobre, salle Ockeghem à Tours. Des apartés qui pourraient bien révéler les grands musiciens de demain, qui sait ?

Texte : Aurélien Germain (Photo Rémi Angéli)

> Concerts d’automne, du 13 au 22 octobre. Programmation complète et billetterie sur concerts-automne.com

TMV du 11 au 17 octobre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/10/TMV_A_20231011_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Octobre Rose, ce n’est pas fini ! On revient dessus dans ce nouveau numéro et l’importance des événements sportifs qui lui sont liés. Au sommaire également : la thérapie sportive face au cancer au CHU, un VisMaVille avec une experte de l’immobilier, des chroniques culture à foison, Concerts d’Automne et les Wriggles, sans oublier notre chronique resto de Lazy Suzy et l’horoscope WTF.

Au CHRU de Tours, la thérapie sportive face au cancer

Au sein du CHRU de Tours, les pôles « Sport & Cancer » permettent aux patients atteints d’un cancer de bénéficier de séances de thérapie sportive. Un atout face à la maladie.

Les faits

Début octobre 2022, le CHU Bretonneau ouvrait les pôles « Sport & Cancer ». Inaugurée le 4 octobre dernier, cette unité coordonnée par la Dr Catherine Barbe et dirigée par la Dr Bérengère Narciso permet aux patient(e)s de bénéficier de séances collectives de thérapie sportive dans les services d’oncologie et d’hématologie.

Le dispositif a pu être lancé « grâce à l’action conjointe du CHRU et de l’association Cami Sport & Cancer, avec le soutien du Fonds de dotation du CHRU de Tours, du groupe de protection sociale Malakoff Humanis, du laboratoire Pfizer et du Conseil régional Centre-Val de Loire », précise l’hôpital.

Thérapie sportive

Cela a été démontré de nombreuses fois : l’activité physique est un atout pour les patients face au cancer. Cette thérapie sportive « présente de nombreux bénéfices », souligne le CHRU : « réduction du risque de récidive et de la mortalité, diminution des effets secondaires des traitements et amélioration de la qualité de vie des patients… »

L’activité physique joue aussi « un rôle important de socialisation ». Sorte de bulle d’évasion dans une période difficile, elle permet aussi de réduire l’isolement des malades.

Comment ça se passe ?

À Tours, ces séances collectives durent une heure par semaine, pour une durée minimum de trois mois. Elles peuvent se faire en position debout ou assise, et même alitée, suivant les capacités et l’état des patient(e)s. Le Pr Gyan, médecin référent du pôle Sport & Cancer explique qu’il est important de mobiliser ces patient(e)s affaiblis pour « améliorer leur autonomie et favoriser un retour précoce à domicile plutôt qu’en service de rééducation ».

En hématologie (tout ce qui concerne le sang et ses composants), on combine « l’activité physique adaptée avec une approche nutritionnelle proactive ». De quoi en faire, selon le médecin, une « combinaison gagnante sport + nutrition » qui conduit à l’amélioration notable de l’état clinique.

Depuis son ouverture, le pôle Sport & Cancer de Tours a déjà accueilli près d’une centaine de patient(e)s.

Aurélien Germain / Photo illustration Adobe stock

Restaurant rooftop, école, résidence d’artistes… le Haut de la Tranchée va changer !

Le projet ambitieux de réhabilitation du haut de la Tranchée a été présenté aux habitant(e)s de Tours. Il y aura notamment un restaurant avec terrasse panoramique, une salle de quartier, une résidence d’artistes, ou encore la restructuration de l’école Victor-Hugo.

Il faudra encore patienter, mais d’ici à 2030, le haut de la Tranchée, à Tours, va changer de visage. Et c’est le moins que l’on puisse dire. Le but de ce projet était de redonner un peu de vie à ce carrefour urbain du nord de la Ville, en accord et en concertation avec les riverains, et que celui-ci soit « partagé par le plus grand nombre », dixit la municipalité.

Pour le maire Emmanuel Denis, il fallait en faire « un projet exemplaire ». Du côté des services de l’urbanisme, on parle du « plus ambitieux possible ». Alors qu’y trouvera-t-on, au juste ?

Le Rooftop

C’est probablement ce qui va marquer le plus les Tourangeaux. Le bâtiment de l’ancienne mairie de Saint-Symphorien va être totalement transformé, puisqu’il deviendra une « maison de la démocratie permanente », « un lieu d’expression culturelle avec une programmation publique ».

Et sur les toits, on y retrouvera un café associatif et à côté… un restaurant (une brasserie normalement) avec terrasse panoramique ! De quoi offrir une vue assez folle sur Tours !

Des commerces sont également envisagés en rez-de-chaussée, mais pas de logement.

Rénovation de l’école

C’est l’un des éléments centraux du projet. L’école Victor-Hugo sera rénovée et restructurée. Les travaux vont débuter dès l’été 2024. Le reste du chantier, le plus important (rénovation énergétique notamment), se fera normalement en 2028.

A noter aussi qu’une nouvelle salle de quartier sera installée au nord de l’école. Et dans l’ancienne grange rénovée ? Une résidence d’artistes !

Plus de vert

Le projet laissera également plus de place à la verdure. C’était un des souhaits des habitant(e)s. Ainsi, square et jeux seront créés. Et surtout, la place de la Tranchée sera végétalisée, tout comme les contre-allées.

Une piste cyclable devrait également voir le jour.

Combien ça coûte ?

Ce projet, très ambitieux il est vrai, doit coûter 10 millions d’euros. Le maire a précisé que dans cette somme, rien que 3 millions étaient déjà estimés pour la rénovation de l’école.

La fin des travaux est prévue quant à elle pour 2030.


Textes : Aurélien Germain / Esquisses : Amélie Desman – ville de Tours

> Le projet détaillé peut se télécharger sur le site de la mairie, en cliquant ici 

Chroniques culture : le roman On m’a piqué la Joconde, la sélection BD et le live de X Ray Pop au Bateau ivre

Cette semaine, au menu : le roman déjanté « On m’a piqué la Joconde » du Tourangeau Michel Douard, une tripotée de BD diverses et variées, sans oublier l’instant musique avec le nouvel album de X Ray Pop.

LE COIN LECTURE

ON M’A PIQUÉ LA JOCONDE

Il y a un nouveau venu aux « Romans d’Histoire pop », une collection qu’on adore des éditions Eyrolles. La formule ne change pas : respect de l’Histoire avec un grand H… mais « la forme n’a en revanche rien de sérieux ». Mais alors, vraiment pas ! Preuve en est – de nouveau – avec ce « On m’a piqué la Joconde – histoire ébouriffante de Léonard de Vinci ».

Le Tourangeau Michel Douard multiplie les références pop (essayez donc de retrouver tous les clins d’œil à la chanson française !), ne lésine pas sur le loufoque et dose comme il faut son second degré. Mais jamais, on ne bascule dans le grand n’importe quoi.

L’auteur raconte, toujours avec finesse et humour, les facettes d’un Léonard de Vinci qu’on voit ici… sous un autre jour, dirons-nous ! Sa fin de carrière, ses relations avec ses pairs, sa rencontre avec François Ier, son départ pour Amboise, le mythique tableau : tout y passe, la réalité se saupoudre de fiction et l’on prend malin plaisir, à la lecture, à revisiter l’histoire. Un très bon moment.

Aurélien Germain


Les BD

CHARLES CHARLES, PROFESSION PRÉSIDENT

La collection Pataquès (éditions Delcourt) nous fait le plaisir de rééditer ce délicieusement absurde « Charles Charles, profession président NED ». On y retrouve, sous le trait, le dessin animalier et l’esprit de Dubuisson et James, un président de la République arriviste, à moitié beauf à moitié sexiste, aussi incompétent que crétin.

Suit alors une tripotée de strips courts, où l’on rit parfois, où l’on sourit souvent. L’homme politique moderne est ici moqué à travers des gags bien sentis. C’est à la fois satirique, grinçant, ironique, mais aussi vraiment drôle. Et bien sûr, toute ressemblance avec des personnages ayant existé, blabla…
A. G.

La sélection de la semaine

« Showtime at the Apollo » (éd.Glénat), c’est 240 pages signées Smith et Fox, sur cette salle mythique qui a vu passer, depuis 1934, des artistes comme Billie Holiday, Jimi Hendrix ou James Brown. Hyper documenté, merveilleusement mis en images, c’est un « must have » pour tous les amateurs de musique.

De Harlem, on passe au Japon avec « Les Évaporés » (Sarbacane), récit sensible et poignant d’Isao Moutte, d’après le roman de Thomas B. Reverdy sur les personnes disparues. Une magnifique quête d’une jeune femme à la recherche de son père dans un Japon interlope entre Tokyo et Fukushima.

De Corée nous arrive le nouveau roman graphique de Keum Suk Gendry- Kim « Demain est un autre jour » (Futuropolis). De ce récit très personnel sur un impossible enfantement, on en ressort bouleversé.

Du coté de Cali en Colombie, Marchetti, Dandois et Merino nous racontent l’histoire de ce tueur à gages repenti devenu prêtre avec « Padre Sicario » (Albin Michel). Librement inspiré de fait réels, ce récit chromatique et haletant, entre polar et introspection, est une sacrée bombe.

« Tous ensemble » (Delcourt), c’est la cerise sur le gâteau de Kris, Michalak et Laude. Au menu : une comédie hilarante autour d’un fan du stade de foot de Brest, des gangsters du dimanche, des marchands d’armes… Une sorte de Pieds Nickelés de haute volée !
Hervé Bourit


A écouter !

X RAY POP – LIVE AU BATEAU IVRE

Enregistré le 20 février 2023 dans la mythique salle tourangelle, ce nouveau live des Tourangeaux propose un voyage intersidéral de haute volée. Au cours de ces 13 titres, la bande à Doc Pilot déploie un univers qui lui est propre entre pop psychédélique, jazz martien et groove vaudou.

Avec cette incroyable spontanéité et cette belle complicité qui les unit depuis déjà quelques années, les six musiciens déroulent une tapisserie sonore sur laquelle se pose la voix exceptionnelle de Charlotte Bartuss. Jalonnées de solos incandescents, les reprises de Gainsbourg ou des Stooges atteignent des sommets et confirment la maîtrise du groupe à s’emparer de classiques. Un album à savourer pleinement.
H.B.

On a testé La Bodega by Matthis, quartier des Halles

Pour la chronique resto de la semaine, un petit tour s’imposait à un établissement qui propose plats du jour et carte de tapas.

Oups, mais c’est qu’il était passé sous notre nez et notre radar, lui ! Lui, c’est l’établissement niché au cœur du quartier des Halles, place Gaston-Paillhou. La Bodega by Matthis – son petit nom – propose un côté bistrot le midi et le soir, c’est plutôt bar à tapas (mais que les amateurs se rassurent, les tapas sont aussi disponibles pour le déjeuner !).

Pour notre chronique resto de la semaine, on s’est dit qu’on allait tester la carte du midi. Ce jour-là, sept plats du jours se font face. On peut tenter le cabillaud vapeur, nouilles chinoises et sauce vierge, ou bien le filet mignon de porc sauce vin rouge et purée, ou la brochette d’onglet de boeuf et les frites maison notamment.

Les pieds sous la table, une petite bière en pression en apéritif (*), on opte finalement pour le simple plat de pâtes… Mais pas n’importe lesquelles : les penne al tartufo (16,50 €) ! Difficile, pour la team tmv, de résister à l’appel de la truffe…

Un large choix de tapas également

En attendant l’arrivée du plat, on discute un peu avec Paul, au service, chaleureux et avenant. C’est lui qui nous apprend que les tapas (un large choix) sont aussi possibles le midi. De ce côté, on est plutôt sur des tarifs autour des 9 € pour tout ce qui est tataki de thon, petite pizza apéro, ou encore les poulets crispy.

La salle est spacieuse, lumineuse, on ne se sent pas du tout serrés. Des habitués sont déjà au comptoir et ça discute entre amis. Notre assiette arrive rapidement et on voit que la portion est généreuse. Le goût et les saveurs de la truffe sont là, c’est assaisonné comme il faut. De larges tranches de jambon coupées finement habillent les pâtes qui, elles, reposent dans un petit jus qu’on a pris malin plaisir à « saucer » en fin de repas, avec un excellent pain venant tout droit des voisins des Halles.

Reste désormais à y refaire un petit tour pour découvrir les grandes planches mixtes, la carte des vins ou encore le large choix de tapas qui nous faisait de l’œil. Histoire de partager tout ça entre ami(e)s autour d’un bon verre.

Aurélien Germain


> L’addition : Ce jour-là, les plats du jour s’échelonnaient de 14,50 € (gnocchi sauce gorgonzola par exemple) à 22,90 € (pour le cabillaud et nouilles chinoises). Penne al tartufo à 16,50 €. Desserts : 6,90 €.
> La Bodega by Matthis, au 5 place Gaston-Paillhou. Ouvert du mardi au samedi, de 11 h à 14 h et de 18 h 30 à 1 h 30.
> Contact Tél. 02 47 73 57 59. Menus sur la-bodega-by-matthis.eatbu.com Réseaux sociaux : labodegabymatthis et @la_bodega_by_ matthis sur Instagram

 

(*) l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

TMV du 27 septembre au 10 octobre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/09/TMV_A_20230927_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Cette semaine, on vous a concocté un petit guide pratique pour briller en société (ou pas) et s’y connaître un peu mieux en matière de vins de Loire et de Touraine. Au sommaire également, la mauvaise note reçue par Tours par le collectif « Place aux piétons », un médecin des terrains de rugby, un retour sur les 10 & 20 km de Tours, sans oublier nos chroniques culture et resto, et l’horoscope WTF !

Tours ne brille pas au classement des villes « marchables » de France

La Ville de Tours écope d’un petit 9,7/20 de la part du collectif Place aux piétons, dans son dernier baromètre des « villes marchables de France ».

Les faits

Outch… 9,7/20, c’est la note de satisfaction globale attribuée à Tours par le collectif Place aux piétons. Sur une échelle de A+ à G, la Ville obtient un D comme indicateur (c’est-à-dire « moyennement favorable »). Le collectif estime que Tours n’est pas une ville très « marchable », même si sa note n’a que peu changé depuis 2021 et que la moyenne nationale – il faut tout de même le préciser – est de 9,2/20.

La note des aménagements et services s’est certes dégradée (presque un point de moins), en revanche celle sur les efforts proposés par la Ville a bien augmenté (de 7,4/20, on passe à 9/20). La piétonnisation récente de la place du Grand-Marché en est un exemple. Il s’agit là d’une « vraie réalisation », selon David Sellin, référent local de Rue de l’avenir, association d’usagers membre de Place aux piétons.

Plan piéton

D’après l’étude menée par le collectif, 68 % des piétons se sentent en sécurité à Tours. Quant à la question du partage des voies, les trois-quarts pensent qu’il est important d’être séparé de la circulation automobile.

Même son de cloche avec les deux roues : 67 % estiment qu’il est important d’être séparé des vélos et des trottinettes électriques. Les référents locaux, pour le collectif Place aux piétons, indiquent qu’il faudrait donc mettre en place un vrai « plan piéton ».

Quant aux piétons participant à l’étude, ils ont tendance à souhaiter des trottoirs plus larges et sécurisés, une verbalisation plus fréquente du stationnement sur les trottoirs, et davantage de bancs et de toilettes.

Des efforts

En juin 2023, pour son bilan à mi-mandat, le maire Emmanuel Denis déclarait déjà au micro de France bleu Touraine qu’il restait encore « beaucoup de projets à sortir », comme par exemple « l’extension de la zone piétonne dans le Vieux-Tours ».

Suite à la publication du baromètre de Place aux piétons, la municipalité est consciente qu’il « reste beaucoup à faire ». Mettant en avant ses efforts (piétonnisation, reprise des trottoirs, etc.), elle précise qu’un « plan bancs sera également mis en place ».

Il reste donc encore à faire et du chemin à parcourir. Mais que les Tourangeaux se rassurent : Tours est loin d’être la pire. Marseille notamment, pointe en bas de classement, essuyant, quant à elle, un minuscule… 4,3/20.

Texte : Aurélien Germain / Photo NR Lisa Darrault

Horloge

– Vous avez l’heure, s’il vous plaît ?
– Mais bien sûr, Monsieur, il est fin du monde moins 90 secondes…

Eh oui, car il existe une horloge de l’apocalypse. Elle a été créée au début de la guerre froide, après la guerre chaude, en 1947, par une poignée de scientifiques qui voulaient alerter sur les dangers que l’homme faisait courir à sa propre existence. Sur le cadran, la fin du monde est programmée à minuit et les aiguilles indiquent l’heure à laquelle l’humanité se situe.

Depuis, des experts de tous horizons se retrouvent deux fois par an pour remettre, si on peut dire, les pendules à l’heure, en avançant ou en reculant les aiguilles. Au départ, il était 23 h 53, soit sept minutes avant la fin de tout. Au mieux, en 1991, juste après l’effondrement du bloc soviétique, on s’est éloigné à 17 minutes.

Mais aujourd’hui, le temps presse. Cette semaine, les scientifiques ont décidé d’avancer la pendule de 10 secondes. Il est désormais 23 h 58 et 30 secondes. Guerre en Ukraine, menace sur Taïwan, prolifération nucléaire, fléaux sanitaires et crise climatique : l’Homme n’a jamais été aussi près de se faire péter le caisson.

Matthieu Pays

Tours et son agglo : Retrouvez notre numéro spécial Saison culturelle 2023-2024

Chaque année, tmv vous propose un numéro spécial. Au sommaire ? Un condensé de la saison culturelle de Tours et son agglo, d’octobre 2023 à avril 2024.

Et c’est reparti pour un tour ! Si vous êtes un(e) habitué(e) de tmv, vous le savez : chaque année, au mois de septembre, notre petite équipe se démène pour vous offrir ce numéro spécial saison culturelle. Cette rentrée n’échappe donc pas à la règle, vous voilà en possession d’un condensé de tout ce qui vous attend dans vos salles de spectacle, d’octobre 2023 à avril 2024 !

Concerts, expositions, pièces de théâtre, conférences, sorties sympas et bons plans culture, nous avons répertorié, sur 32 pages, un agenda non-exhaustif de ce qui se passera à Tours et son agglo ces prochains mois.

Sortez, découvrez, amusez- vous, vibrez et émerveillez-vous dans tous ces lieux vivants. Ils n’attendent que vous. Car on se répète et on reprend ces mots de l’année dernière : la culture n’est pas qu’essentielle, elle est vitale.

Aurélien Germain


> Téléchargez notre numéro spécial Saison culturelle 2023-2024 en cliquant ICI !

TMV du 20 septembre 2023 – Spécial saison culturelle

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/09/TMV_A_20230920_TMV_000_T_Q_0_web.pdf

Et c’est reparti pour un tour ! Comme chaque année, retrouvez notre numéro spécial saison culturelle. Au menu ? Un condensé de tout ce qui vous attend à Tours et son agglo, d’octobre 2023 à avril 2024 : concerts, expos, théâtre, spectacles et bien d’autres.

Le Salon Bleu : la bonne adresse avenue Grammont

« Restaurant et coffee shop familial, au service continu salé et sucré ». Voilà la promesse du Salon Bleu, installé il y a peu à deux pas de Jean-Jaurès. On y a fait un tour…

Une nouvelle jolie surprise se niche désormais au début de l’avenue de Grammont, à quelques pas de la place Jean-Jaurès. Il s’agit d’une adresse ouverte à la mi-août. Son petit nom ? Le Salon Bleu qui se présente comme un « restaurant et coffee shop familial, au service continu salé et sucré fait maison, de 8 h à 18 h 30 ».

Les premiers pas à l’intérieur donnent cette impression de cocon. L’établissement n’est pas très grand, la déco est bien réfléchie, avec ce large tableau fait de végétation, de fleurs et de lianes, et cette grande étagère au fond sur laquelle reposent divers livres et cadres. Ambiance chaleureuse avec des sièges confortables, une grande banquette, le tout dans des tons bleus et une petite musique jazzy en fond. Voilà pour les présentations…

Et dans l’assiette, alors ? Eh bien, ce midi-là, toute notre tablée était satisfaite. La carte est efficace, car courte (c’est donc un bon point) avec trois entrées-trois plats-deux snacks. Côté desserts, on est sur une sélection de six choix par le pâtissier en chef Louis avec, par exemple, un cheesecake citron, du tiramisu framboise, un cœur coulant chocolat noir et cœur vanille ou un crumble aux nectarines. Ce qui a régalé nos papilles !

Pour le reste, on a tenté notamment un excellent velouté de courgettes petit pois au basilic pour bien démarrer le repas. Ce jour-là, il y avait aussi la possibilité de s’essayer à la terrine de campagne au foie de volaille et aux rillons de Didier (l’homme qui a lancé ce restaurant).

Pour poursuivre, on a dégusté un curry rouge – bien relevé et un poil épicé – au lait de coco, poulet et crevettes au basilic thaï. De quoi prouver qu’en cuisine, Amélie maîtrise sa partition sur le bout des doigts.

On ajoute à ça une jolie vaisselle, un service toujours souriant et agréable, et une note légère (un billet de 20 pour notre duo entrée/plat) ; Le Salon Bleu a donc toutes ses chances de connaître une belle aventure à Tours.

Aurélien Germain


> L’addition : les entrées sont entre 6 et 7 €, tandis que les plats oscillaient ce jour-là entre 12 € (la salade de pâtes avoine et truite fumée) et 18 € (l’onglet de boeuf, huile ail des ours). Le curry rouge présenté dans notre chronique était à 14 €. Snacks (pain brioché) à 7,50 € avec formule à 14 € (avec boisson et cookie).
> Au 17 avenue de Grammont, à Tours. Ouvert de 8 h à 18 h 30, sauf le dimanche et le lundi. Sur place ou à emporter.
> Tél. 02 47 05 32 85, sur Facebook : Le Salon Bleu – Restaurant, Coffee Shop et sur Instagram, @lesalonbleu_tours

 

TMV du 6 au 19 septembre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/09/TMV_A_20230906_TMV_001_T_Q_0-1.pdf

Top départ pour la Coupe du monde de rugby ! A cette occasion, Tours se prépare : dans les bars, les fan zones ou encore du côté de la gastronomie, la ville va vibrer rugby…
Au sommaire également : les gros travaux sur l’A10, un pêcheur pas comme les autres sur la Loire, un horoscope WTF, les 10 & 20 km de Tours, Le Salon bleu en chronique resto et nos bons plans culture.

Grand chantier sur l’A10 : les travaux débutent

Depuis ce lundi 4 septembre et jusqu’au 20 octobre, d’importants travaux sont prévus sur l’autoroute A10. La circulation sera modifiée. Attention aux bouchons !

Les faits

C’est tout simplement le plus gros chantier depuis son ouverture : l’autoroute A10, construite en 1970, va connaître sept semaines de travaux (et donc de perturbations) jusqu’au 20 octobre. Et ce, de jour comme de nuit, ainsi que les week-ends « pour limiter au maximum la durée des travaux et la gêne aux usagers », tient à préciser Vinci Autoroutes.

Ces travaux d’ampleur concernent notamment la portion de six kilomètres entre les échangeurs de Tours-Nord et de Chambraylès- Tours. Un passage emprunté, chaque jour, par près de 70 000 véhicules…

Quels travaux ?

Vinci Autoroutes mène cette fois une phase de travaux d’entretien d’ouvrages, au-dessus des voies ferrées à Saint-Pierre-des-Corps, du Cher, de l’avenue du Lac et de la rue Charles-de-Foucauld. Il va falloir réparer le béton de la structure des ponts, remplacer l’étanchéité les joints de chaussée, et refaire les les appareils d’appuis du pont de l’avenue du Lac. Un chantier qui durera donc sept semaines.

Et pour les usagers ?

Concrètement, la sortie Saint-Avertin en direction de Bordeaux sera fermée. Il faudra également rouler sur deux voies et non trois, entre Tours-Centre et Saint-Avertin (avec voie de doublement à gauche interdite aux poids lourds). La circulation se fera dans les deux sens. Autant dire que vu le trafic habituel de l’autoroute A10, des perturbations et des bouchons sont à prévoir jusqu’à la date butoir.

Objectif 2025

Entretien des six viaducs, des neuf ponts, rénovation des 12 km de chaussée… Une fois ce programme terminé – ce qui doit nous emmener en 2025 – l’A10 sera donc entièrement reliftée. Vinci Autoroutes assure en outre qu’une fois les travaux réalisés, l’autoroute « offrira plus de confort tant aux usagers qu’aux riverains ».

En attendant, Vinci Autoroutes préconise aux usagers de l’A10 de favoriser le covoiturage et de prendre d’autres moyens de déplacement si possible. Le déroulement des travaux peut être suivi sur a10-amenagement.com et vinci-autoroutes.com

Aurélien Germain / Photo : illustration archives NR

Chroniques culture : Department of Truth, le comics perturbant et notre sélection BD de la semaine

Retour des chroniques culture pour la rentrée ! On commence avec le tome 4 de Department of Truth, avant d’enchaîner avec un tas de BD pour cette semaine, et le roman de Leonardo Padura…

LE COMICS

THE DEPARTMENT OF TRUTH – TOME 4

L’attente en valait le coup : voici donc que débarque ce tome 4 de Department of Truth (éditions UrbanComics), probablement l’une des meilleures et des plus folles séries du moment. Une fois encore, dans ce « Ministère du Mensonge », James Tynion IV et Martin Simmonds nous emmènent dans un trip perturbant, tortueux, où la parano vous gagne page après page.

Sans spoiler (on vous laisse la surprise), Department of Truth mélange pèle mêle les théories du complot, les réalités autres et transversales, Nixon, Lee Harvey Oswald, ovnis, conquête spatiale, Département de la vérité et terribles secrets.

De cette matière touffue (et qui peut parfois vous perdre), les auteurs en tirent de nouveau une œuvre passionnante et dérangeante, entre roman national de l’Amérique et étrange écho à notre société d’aujourd’hui. Aussi hallucinant que vertigineux.

Aurélien Germain


La sélection BD

Avec « Le Continent invisible » (éditions Graph Zeppelin), Aher se lance dans la BD avec cette expédition en pleine jungle d’une pin-up un peu nunuche et d’une bande de bras cassés. Avec un scénario bourré d’humour et un dessin costaud, c’est la belle surprise de cette rentrée.
On reste dans le domaine de l’humour avec le duo Supiot et Geffroy pour « Les cowboys sont toujours à l’Ouest » (Fluide Glacial). Ils y dynamitent les clichés du western avec férocité. Et côté gags, ça fuse de tous les côtés.

Nicoby et Zabus continuent, eux, d’explorer l’histoire de la philosophie de Descartes à nos jours, avec ce tome 2 « Le Monde de Sophie » (Albin Michel). Didactique et pédagogique, tout en restant d’une parfaite lisibilité, c’est vraiment l’ouvrage immanquable pour se refaire une petite mise à jour…


Pour finir, on ne remerciera jamais assez les éditions Delcourt de nous redonner à lire toute l’œuvre de Daniel Clowes. Dans cette réédition bienvenue de « Patience », le dessinateur américain vous offre un « voyage cosmique vers l’infini de l’amour éternel ». Idéal pour commencer la rentrée en BD…

Hervé Bourit


LE LIVRE

OURAGANS TROPICAUX

Les Rolling Stones et Barack Obama débarquent à la Havane, faisant souffler un vent d’espoir sur Cuba. Méfiant comme à son habitude, l’ex-policer Mario Conde devenu bouquiniste et écrivain reprend du service à l’occasion du meurtre d’un des pires censeurs qu’ait connu l’île. Une enquête qui le tourmente ; Conde se sentirait-il plus proche du meurtrier… ?

D’autant que dans le même temps, sur sa machine à écrire, son nouveau livre le plonge dans les mystères de l’Histoire de la ville… « Ouragans tropicaux » (éd. Métailié), de Leonardo Padura, signe le grand retour de son personnage fétiche.

Cette nouvelle pépite prouve encore le talent de l’écrivain. Le temps se mélange à l’Histoire, l’humour à la mélancolie, et les joutes verbales aux réflexions sur l’âme humaine.

H.B.

On a testé les hot dogs et les rolls de Jordy’s Street Food

Au menu ici ? Des hot dogs aux différentes recettes, des « rolls » (des rouleaux de pain farcis) et des pâtisseries.

Il y a du nouveau du côté de la rue Nationale ! Depuis quelques semaines, il faut compter sur Jordy’s street food, un établissement qui s’est installé à deux pas de Porte de Loire (Anatole-France pour celles et ceux qui n’auraient pas encore suivi). Au menu ? Des hot dogs aux différentes recettes, des « rolls » (des rouleaux de pain farcis) et des pâtisseries.

À l’intérieur du restaurant, il y a ce pan de mur avec de la fausse végétation et un gros néon qui reprend le panneau mythique « Welcome to fabulous Las Vegas ». À côté, une large sélection de boissons au frais avec, notamment, des bubble tea.

Rolls pastrami et hot dog raclette

Pour notre première visite, on s’est dit qu’on allait tester les deux spécialités de Jordy, c’est-à-dire le hot dog et le roll. Pour les rolls, différentes propositions s’affrontent, comme le « thon » (mayo épicée, thon, ciboulette et œufs brouillés), le « chicken » avec son poulet, l’option végétarienne (poivrons marinés, feta) et même le « lobster » avec sa chair de homard et beurre citronné.

De notre côté, ce sera le « pastrami ». Le pain est brioché et bien moelleux, c’est tout chaud et le mélange bœuf émincé / cheddar fondu fonctionne. Il y a toutefois un peu trop de guacamole à notre goût, ce qui atténue l’ensemble.

On a aussi testé les hot dogs, évidemment. Le menu affiche sept propositions, avec chili sin carne, chips de nachos ou encore l’original à la moutarde douce. Ce jour-là, il faisait environ 35°C – coucou, la canicule – alors pourquoi ne pas tester le hot dog à la… raclette ? (à tmv, on aime les défis, oui oui) Le plat est copieux, c’est généreux en sauce cheddar pour notre plus grand plaisir, le fromage est bien coulant, il y a un peu de bacon fumé et, par-dessus, des oignons crispy pour agrémenter tout ça !

À noter qu’en plus de ces plats, il est aussi possible d’opter pour des gaufres et pancakes. Avec, au choix, service sur place, sur une toute petite terrasse, ou à emporter.

Aurélien Germain


> L’addition : hot dog entre 4,90 € et 6,90 €. Rolls à 6,90 €, sauf le « lobster » (avec de la chair de homard) à 14,50 €. Gaufres et pancakes de 3 € à 5,50 €. Formule hot dog (ou roll) + boisson + dessert à 9,50 €.
> Jordy’s street food: 15 rue Nationale, à Tours. Ouvert tous les jours de 10 h à 20 h, sauf le dimanche. Pratique Sur place ou à emporter. Option végétarienne possible pour les rolls.
> Contact : streetfoodjordys.fr  Sur TikTok @ jordystours

 

TMV du 30 août au 5 septembre 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/08/TMV_A_20230830_TMV_001_T_Q_0.pdf

Et hop, c’est reparti pour un tour ! Tmv est de retour et pour cette rentrée, on commence avec un dossier sur le monde associatif tourangeau. On revient aussi sur le coût (en hausse) de la rentrée universitaire, avant de s’intéresser à une artisane de la tapisserie d’ameublement, à l’atmosphère irlandaise avant la Coupe du monde de rugby, à la chronique resto avec Jordy’s ou encore un horoscope WTF, des chroniques culture et un tour de l’actu du 37 !

Le coût de la rentrée universitaire en forte hausse

L’Unef a fait paraître son classement annuel sur le coût de la vie étudiante, où Tours pointe à la 35e place. Et la rentrée 2023 va coûter plus cher aux étudiant(e)s la Ville…

Les faits

Comme chaque année, l’Unef a de nouveau dévoilé son classement des villes universitaires, en se demandant quelle était la moins chère pour y faire ses études. Le syndicat en a ainsi analysé une cinquantaine. Et le constat est sans appel : « L’inflation n’épargne aucune ville. »

Sans trop de surprise, l’Île de France (Paris, Nanterre, Créteil, etc.) se retrouve en tête du classement, le bassin parisien étant « une nouvelle fois le lieu le plus cher de France », note l’Unef.

Et Tours ?

Tours est classée trente-cinquième : c’est « une ville dont le coût de la vie augmente davantage que l’année dernière (+ 5,86 %) », est-il indiqué dans l’enquête. « Face à une augmentation des bourses de seulement 37 € pour 23 % d’entre eux et elles, les étudiant(e)s s’enfoncent de plus en plus dans une précarité extrême. » (1)

Et malgré une « stagnation du prix des transports, cependant toujours bien trop élevé (230 €), les loyers augmentent de 2,40 % soit 120 € en plus par an ».

Dans son classement du coût de la vie par ville universitaire, l’Unef estime ainsi qu’un(e) étudiant(e) à Tours devra débourser 1088,60 € mensuels pour subvenir à ses besoins basiques. Il en faudrait par exemple 1 245,84 € pour Bordeaux (12e), 1 109,02 € pour Orléans (26e) ou 1 027,29 € pour Limoges, en bas de classement (47e).

Une rentrée plus chère

L’Agate, l’Association générale des assos tourangelles étudiantes, a quant à elle alerté sur la hausse, très forte, du coût de la rentrée. Elle serait de 3,7 % pour 2023, soit une augmentation de 92 € sur l’année, c’est-à-dire une somme de 2 524,32 € (obtenue en additionnant « les frais de vie courante, les frais spécifiques de rentrée, les frais modulaires et les frais complémentaires calculés pour septembre », indique l’Agate).

Ainsi, l’étude démontre que tout a augmenté : matériel pédagogique (papeterie notamment), contribution à la vie étudiante et de campus (CVEC), loyer, etc. Seul point positif : l’association a remarqué que les frais d’agence pour le logement et le prix des repas du Crous restaient stables.

Aurélien Germain / Photo : archives NR


(1) Pour lire le classement et l’étude dans son intégralité, c’est par ICI 

Passage du Convoi de l’eau : la circulation sera perturbée à Tours

La préfecture prévient que la circulation en Indre-et-Loire sera perturbée jusqu’au 23 août, en raison du passage du « Convoi de l’eau », protestation itinérante de militants écologistes. A Tours, des bouchons sont à prévoir ce mardi 22.

La manifestation itinérante du « Convoi de l’eau » a démarré. Celle-ci doit traverser plusieurs départements – les militants sont partis des Deux-Sèvres – et doit également passer par la Touraine.

La préfecture d’Indre-et-Loire a donc annoncé, dans un communiqué, que la circulation serait perturbée à cette occasion.

> Mardi 22 août : il faut prévoir des perturbations dans le secteur de la vallée de l’Indre, le matin entre Dolus-le-Sec et Chambray-lès-Tours.

Le centre-ville de Tours risque d’être pris dans ces perturbations routières entre 11 h et 14 h. Sont concernés : la rue du Général-Niessens, le pont du Lac, le pont du Sanitas, l’avenue de Grammont, la place Jean-Jaurès, l’avenue Georges-Pompidou, le carrefour des Français-Libres, le quai de la Loire. Et aussi la levée de la Loire par la D751 jusqu’à l’île de la Métairie puis vers Lussault-sur-Loire par les D752-D142-D82 et D751.

> Mercredi 23 août : il est recommandé d’éviter le secteur d’Amboise, Chargé et Mosnes par la D751 le matin.

Attention toutefois, les services de la préfecture préviennent que « les informations sont communiquées à titre indicatif et seront susceptibles d’évoluer »

Le Convoi de l’eau, kézako ?

Il s’agit d’une manifestation itinérante, partie depuis Lezay dans les Deux-Sèvres. Elle vise à « dénoncer les projets de méga-bassines » qui avaient fait l’objet d’une violente manifestation il y a quelques mois, en mars dernier, et milite pour « la défense de l’eau ».

A.G. / Photo : archives NR illustration

Beyond the Gates Festival : une virée à Bergen, capitale du black metal

« 4 days of darkness in the heart of Bergen. » Ou, en français, « 4 jours de ténèbres/obscurité au cœur de Bergen ». Voici le mantra du Beyond the Gates festival qui a eu lieu en août en Norvège. On y a fait un tour pour tout vous raconter…

Imaginez un peu la chose… Bergen, seconde ville de la Norvège, véritablement au cœur des fjords, un cadre idyllique, un port mignon comme tout, de jolies maisons colorées encastrées à flanc de colline et… des milliers de fans de metal qui débarquent soudainement !

Oui, ça existe. Oui, on l’a vécu. Et oui, on va vous raconter. Car comme vous le savez, à tmv on est plutôt du genre à aimer le metal bien gras. Et après notre pèlerinage annuel au Hellfest, en France, on s’est dit qu’on allait découvrir le Beyond the Gates Festival, en Norvège lors de nos congés du mois d’août.

La vue du fjord de Bergen

L’événement en lui-même est déjà fou. Le festival se déroule sur quatre jours, à différents endroits et salles de cette pittoresque cité qu’est Bergen. Partout dans les rues, des tee-shirts noirs, des cheveux longs, des métalleux et métalleuses bière à la main, calmes, papotant. Les organisateurs ont également préparé des événements hors les murs, comme des visites guidées avec des musiciens renommés ou encore une… dégustation de vin avec Gaahl, personnage mythique de la scène black metal norvégienne !

Les murs de la ville sont habillés aux couleurs du festival

Grâce à l’organisation du festival, on a pu dégoter un pass une journée pour voir ce que valait la Bête ! C’était la dernière étape de notre trip. Et autant dire qu’après avoir fureté partout dans cette magnifique ville de Bergen – vous avez droit aux photos ! – une grosse dose de metal dans les esgourdes a clôturé le voyage comme il fallait. Avec, en plus, un temps radieux et du soleil, pour une ville pourtant surnommée « capitale de l’Europe de la pluie » avec ses plus de 200 jours de pluie par an…

L’entrée du festival… plutôt pas mal !

Ayant opté pour le jeudi, on a pu commencer la journée dès 13 h 30 avec la prestation de SIJJIN. Les Allemands œuvrent dans un death thrash relativement basique, mais efficace. Sur scène, ça tabasse comme il se doit et niveau mise en bouche, on est plutôt bien !
Ensuite, place à BLACK CURSE. Très attendus, les Américains ont ratatiné la Kulturhuset, l’une des salles du festival, avec un death/black metal tonitruant, sale, malsain, véloce et écrasant. Reste que, malgré une prestation à tomber et une technicité folle, le volume poussé à 11 a clairement gâché en partie les subtilités musicales de ces gars venus du Colorado.

Black Curse a envoyé sévère sur scène

Sachant que le Beyond the Gates Festival se déroule dans plusieurs endroits de Bergen (vous avez suivi, c’est bien), on a aussi fait un tour à la salle USF, bien plus grande et spacieuse, séparée en deux scènes. L’une grande… l’autre très grande !

C’est là qu’on a notamment pu assister aux prestations sans faille de RUINS OF BEVERAST et, surtout, BLOOD INCANTATION, eux aussi du Colorado et ultra attendus. Sur les planches, les mecs de Denver, concentrés, balancent la sauce, envoie un death metal des plus old school, mais au son aussi gras qu’un fast food dégoulinant.

Pause cantine entre deux groupes !

Mais surtout, les deux machines de guerre qu’il ne fallait pas rater étaient GORGOROTH et MARDUK. Le premier, norvégien, joue à domicile puisqu’originaire de Bergen. Le second, connu pour être l’un des groupes les plus violents en concert, débarque tout droit de Suède. Les deux sont des pionniers, des groupes mythiques.

Parmi les maîtres du black metal, Gorgoroth de Bergen.

Autant dire que leurs prestations, d’une brutalité inouïe, ont été mémorables. Avec un public non seulement chaud bouillant (mais toujours d’un calme olympien assez étonnant pour un festival metal… Ah, les Scandinaves… !), mais aussi un son parfaitement mixé et d’une clarté absolue. Deux baffes, deux grosses claques qui vous couchent avant de prendre votre avion le lendemain…

Malgré des prix hallucinants (coucou la bière à 13 €) – Norvège oblige – le Beyond the Gates Festival reste une expérience à faire absolument (quelle organisation PARFAITE !), pour quiconque aime le metal et, encore plus, le black metal. Et pour qui souhaite, évidemment, poser les pieds à Bergen, une ville absolument sublime.

Aurélien Germain (texte & photos)


Un grand merci à Øystein, des relations presse du Beyond the Gates Festival, ainsi qu’à Laetitia, de North Star PR.

Où manger cet été à Tours ? Nos 6 petits plaisirs récents

Les vacances approchent et vous restez à Tours ? On vous surnomme l’estomac sur pattes ? Et votre ventre crie famine ? Voici quelques bonnes idées de tables à essayer cet été, des adresses que l’on a testées ces six derniers mois. Rien que pour vos beaux yeux (et votre bidon).

Pendant ce premier semestre, l’équipe de tmv a donc eu de chouettes surprises, des petits coups de cœur. Au hasard ? Le Kabuli, situé à deux pas de la gare. Ce restaurant franco-afghan est un vrai voyage gustatif, une virée vers l’Asie centrale où l’on peut découvrir dans sa marmite aux motifs colorés la spécialité, le Kabuli Palaw. Une cuisine très parfumée à goûter dans cette salle originale, où un grand arbre s’échappe du mur pour se faufiler jusqu’au plafond.

Et pour prolonger son envie de voyage, direction la rue Berthelot pour Afandina, un restaurant libanais. Conseil de tmv : n’oubliez pas de terminer le repas par un mouhallabyeh…

Les Frérots, place du Grand-Marché, nous a aussi fait forte impression. Ici, c’est cadre intimiste et joyeux, carte travaillée, mélange de saveurs et un régal à tous les étages. En plus, le bon plan pour cet été, c’est de s’installer au calme à la magnifique terrasse intérieure.

Pour celles et ceux qui souhaitent prendre à emporter (c’est évidemment aussi possible sur place), notre petit doigt nous dit qu’il faudrait se diriger vers le Vieux Tours.
Idée 1 : Collette. C’est un café-restaurant de cuisine de rue et pâtisserie, rue du Dr Bretonneau, et on avait adoré ses briochés (celui à la crème truffée !).

Idée 2 : les immanquables de Trois Frites, rue du Commerce. Comme son nom l’indique, c’est de la frite en veux-tu en voilà, déclinée sous plein de formes différentes. Chouette concept et chouette accueil : on dit oui.

Le bon plan méconnu : Délirium Café

On n’y pense pas forcément, mais les midis, le Délirium Café de Tours propose également de quoi se remplir le bidon ! Et force est de constater que tous nos essais là-bas se sont avérés concluants.

Que ce soit le burger, toujours bien costaud (croyez-nous, ça vous cale un pachyderme !) et décliné régulièrement sous différentes façons et recettes intéressantes qui sortent des sentiers battus… ou que ce soit la salade du moment, elle aussi tout aussi bonne et copieuse (on avait eu un gros coup de cœur pour la Athéna et ses tenders à la grecque).

À (re)découvrir ! (16, rue Constantine. Partie restauration du mercredi au samedi, de midi à 14 h 30. Partie bar ouverte tous les jours)

Aurélien Germain / Photos : archives tmv sauf Delirium Café (Photo facebook deliriumcafetours)


> Bien sûr, ce n’est qu’un tout petit aperçu des adresses sympathiques que l’on a à Tours. Mais les plus curieux et curieuses d’entre vous (ou les plus affamé(e)s au choix) iront télécharger notre guide des restaurants à Tours (JUSTE ICI). Cela devrait vous tenir l’estomac jusqu’à la rentrée…

 

Chroniques culture : le festival Riip Fest, un thriller du Nord et le plein de BD et de comics

Dernière salve de chroniques culture avant les vacances ! On vous parle du Riip Fest, un festival metal hardcore qui casse aussi les préjugés, on part dans le froid nordique avec un thriller glaçant et on finit sur le plein de BD et même un comics estampillé horreur…

RIIP FEST : UN FESTIVAL QUI CASSE LES CLICHÉS

Le Riip Fest – septième édition déjà – revient en Touraine, du côté de Notre-Dame d’Oé. La bête débarque ces 7 et 8 juillet salle Oésia et propose deux jours de musique extrême, avec une quinzaine de groupes estampillés metal et hardcore à l’affiche. Mais voit bien plus loin que le bout de son nez !

On vous en a déjà parlé dans tmv, les festivaliers auront la chance, déjà, de voir les légendes Cro-Mags et les monstrueux Memoriam, deux exclusivités nationales cet été. À leurs côtés, on retrouvera aussi une tripotée de décrocheurs de mandales, comme Born From Pain, Brothers Till We Die ou encore Grove Street. CERTES.

Mais avouons que le Riip Fest a également le mérite de proposer une expérience plus poussée et ne s’arrête pas qu’au gros son. En effet, sous cette musique parpaing se cache une jolie philosophie, puisque durant ces deux jours, les organisateurs feront venir quatre associations militantes, notamment les très respectables Stop Harcèlement de rue, mais aussi Entraid’Addict, Hardcore Cares (cause animale) et Coiffeurs Justes (recyclage de cheveux). Alors on dézingue les préjugés et on dit bravo.
Aurélien Germain

> Salle Oésia, le 7 juillet dès 17 h 30 (27 €) et le 8 juillet dès 14 h 30 (32 €).


LE COIN BD et COMICS

LA NUIT DE LA GOULE

« Un passionné enquête sur La nuit de la Goule, un film d’horreur qui aurait disparu dans un mystérieux incendie. Il retrouve son réalisateur qui vit dans une maison de retraite. Mais le maléfice de la Goule pourrait bien se réveiller… » Avec tel pitch, le lecteur sait dans quoi il embarque dans La Nuit de la Goule, le dernier-né des comics Delcourt.

Pas de surprise ici, on navigue en plein récit d’horreur, à la colorimétrie parfaite et pertinente (les tons gris, ternes, bleus, virant ensuite au plus flashy dans le dernier tiers), aux cadrages très cinématographiques, pour une histoire qui coche toutes les cases. L’ensemble est assez classique, mais le duo Scott Snyder/Francesco Francavilla réussit tout de même à proposer une série B horrifique divertissante comme tout.
A.G.

LA SÉLECTION BD

Pour préparer l’été, on commence avec une grosse dose d’humour comme on aime avec « Spoonfinger » (éd. Bamboo), le nouveau Spoon & White. Ils s’y sont mis à quatre (Léturgie père et fils, Yann et Isard) pour cette nouvelle aventure londonienne de nos deux policiers gaffeurs au possible.


« Les Petits Diables » d’Olivier Dutto reprennent du service avec ces « Vacances diaboliques » (Soleil). La première grande aventure long format de Tom et Nina, notre duo préféré, confronté à la présence de leur ignoble cousin Francis !

Riad Sattouf sera l’un des invités d’honneur des Rendez-vous de l’Histoire de Blois en octobre prochain. On se précipite donc sur ces « Cahiers d’Esther » (Allary) dont le tome 7 est un bijou de sensibilité et de grâce.
A peine terminé, on se replonge dans l’ambiance avec « Hellfest Metal Love » (Rouquemoute) : Bernstein, Hodecent et le génial Pixel Vengeur s’en donnent à coeur joie dans ce deuxième tome qui transforme la warzone en lovezone ! Énorme.
Pour finir, le Tourangeau Christopher s’est adjoint le scénario de Hofer pour faire revivre la délicieuse « Audrey Hepburn » (Michel Lafon) à travers ce biopic passionnant, de celle qui bouleversa les canons d’Hollywood avec son talent incroyable.
Hervé Bourit


LE ROMAN

X RAISONS DE MOURIR

La presse ne tarit pas d’éloges sur Stefan Ahnhem. « Star de la galaxie scandinave », « prodige », « maître dans l’art du suspense », et bien d’autres… Et en lisant son dernier roman, « X Raisons de mourir » (chez Albin Michel), il est vrai que l’auteur maîtrise tous les codes et sait emmener son lecteur dans les contrées froides du thriller bien troussé.

Ici, on suit Fabien et Astrid, deux flics qui ont aussi leurs faiblesses et leurs petits secrets, à travers le Danemark et la Suède qui se retrouvent confrontés à une série de meurtres atroces. Enquêtes criminelles et vie privée des personnages se retrouvent entremêlées, à travers ce thriller mâtiné de polar, efficace et rythmé.
Très sombre, mais rapidement addictif.
A.G.

Votre horoscope WTF de l’été et des vacances

L’astrologue vous a concocté une grosse dose d’horoscope pour tenir toutes les vacances. Avec, entre parenthèses, ce en quoi vous serez réincarné(e) cet été. L’astrologie est une science exacte, croyez-nous…

Bélier (en boudin de porte)

Amour

Pas grand-chose en ce moment… Vous vous sentez aussi seul(e) qu’un steak de tofu au congrès des viandards.

Gloire

Les poules du haut salissent celles du bas. Méditez ce dicton brésilien, véritable allégorie de votre vie actuelle.

Beauté

L’habit ne fait pas le moine, certes. Mais votre coupe de cheveux horrible, si.

l’accessoire indispensable de l’été

Un slip pour deux. C’est le moment de vous réconcilier avec votre ex.

Taureau (en Gilbert Montagné)

Amour

L’amour est aveugle. Gilbert Montagné aussi. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Gloire

D’ailleurs, comme disait Gilbert Montagné devant un film X : « Je ne vois pas le rapport. » Allez A+ pour d’autres bons mots.

Beauté

Sous le sunlight des Tropiques, c’est vous le/la plus canon. (et Gilbert Montagné)

l’accessoire indispensable de l’été

Des lunettes et un piano. Pour ressembler à votre idole de toujours, Gilbert Montagné.

Gémeaux (en dindonneau)

Amour

Félicitations, vous simulez autant qu’un joueur de foot.

Gloire

Au boulot et dans la vie, ce sont toujours les plus cons qui sont promus. N’oubliez jamais cette phrase de l’astrologue pour appréhender votre triste futur.

Beauté

Après les Béliers, les Balances, les Poissons, les Sagittaires, les Vierges et les Scorpions, vous serez le signe le plus sexy de cet été.

l’accessoire indispensable de l’été

Un filtre Instagram. Pour vos selfies pendant les vacances. Non pas que vous êtes laid(e), hein… mais bon…

Cancer (en rat-taupe nu)

Amour

Vous êtes le sèche-mains de l’amour. Ah, ça s’allume rapidement, mais ça se finit bien vite tout ça.

Gloire

Un superbe voyage se profile à la Réunion… (pas l’île, mais la Réunion des fétichistes de pieds anonymes)

Beauté

Mais que vous êtes sexy ! Même la Corée du Nord vous jalouse tellement vous êtes un missile nucléaire.

l’accessoire indispensable de l’été

Une cravache et un string en cuir. Car il va falloir enfin assumer votre passion cachée.

Lion (en Gémeaux, haha la honte)

Amour

Maxi méga ascenseur émotionnel de FOU prévu le 3 août à 11 h 34. On vous laisse la surprise.

Gloire

Le saviez-vous ? En changeant 11,3 lettres à « Lion », on obtient « Vaðlaheiðarvegavinnuverkfærageymsluskúraútidyralyklakippuhringur » qui est le mot le plus long en islandais. C’est fou, la vie.

Beauté

Tout fout l’camp… (même vos cheveux)

l’accessoire indispensable de l’été

Rien du tout. Vous êtes constamment à poil, alors vous vous en foutez.

Vierge (en vierge. Retour à la case départ)

Amour

« L’important c’est d’aiiimer, pour tout donner ; l’important c’est d’y croiiire sans s’en apercevoir » comme disait je sais plus quel chauve.

Gloire

Vous allez gagner au loto. (et découvrir que cet horoscope n’est pas fiable)

Beauté

Tempête en juillet, slip sale en août. (cette phrase est sponsorisée par l’Amicale des Beaufs du 37)

l’accessoire indispensable de l’été

Un duo sandales/chaussettes. Laissez sortir cet Allemand qui sommeille en vous depuis trop longtemps.

Balance (en rien, vous êtes suffisamment parfait(e))

Amour

Sea, sex & sun cet été !!! Bon, le sea c’est un peu foutu. Le sun, c’est mal barré d’après nos prédictions. Ah et le sex, on oublie en fait. Allez bonnes vacances, bisou.

Gloire

Gros gros clash prévu en juillet avec un(e) Capricorne. Mais personne ne les aime, alors ça passe.

Beauté

Une fois encore, ce sont les Balances qui auront le plus beau derrière de tout l’été. Ça en devient lassant.

l’accessoire indispensable de l’été

Un martinet. Car vous avez été vilain(e), ouuuuh oui, vous avez été vilain(e).

Scorpion (en Jean Castex)

Amour

Pluton avec l’alignement de la constellation des rhododendrons en 3e décan en partant de la droite vous prévoit une bonne engueulade avec votre ex tout naze cet été. (PS : l’amour, ça pue)

Gloire

Dans « été », il y a 3 lettres et « Scorpion » 8 lettres. 8 + 3 = 11. Or l’année 2023 multipliée par 11, ça fait 22 253. En combinant ces chiffres, ça fait 2 + 2 + 2 + 5 + 3, donc 14. Vous constatez donc que ça n’a aucun sens.
Comme votre vie.

Beauté

Importante perte de mucus en août.

l’accessoire indispensable de l’été

Pas pour marcher sur l’eau à la plage. Mais surtout pour changer
l’eau en vin, bande de soiffards.

Sagittaire (en slip kangourou)

Amour

Comme le dit le proverbe québécois, « bague au doigt, corde au cou ». Allez à bientôt pour une autre dose d’optimisme !

Gloire

Amel Bent vous rappelle que viser la Lune, ça ne vous fait pas peur. (et d’ailleurs, vous avez une très belle lune)

Beauté

Vous êtes du genre à aimer porter des chemises dragon ou des doudounes sans manches. Berk.

l’accessoire indispensable de l’été

Un lardon géant. Pour pouvoir grimper sur son dos et partir en randonnée, ou s’en servir comme bouée gonflable et… la vache, qui a mis du LSD dans ma purée ?!

Capricorne (en téton géant)

Amour

Tentez le coup avec un(e) Scorpion ou un(e) Gémeaux. Sinon, un(e) Balance si vraiiiment vous avez mauvais goût. (ce qui est un peu votre cas)

Gloire

Une récente étude prouve que 92 % des Capricornes sont des serial-killers ou des psychopathes en puissance.
(vous en faites probablement partie, vu votre tronche)

Beauté

Vous n’avez pas inventé la poudre, mais vous êtes canon. (roh c’est beau)

l’accessoire indispensable de l’été

Une petite boîte secrète fermée à double tour. Pour y enfermer le peu de dignité qu’il vous reste encore.

Verseau (en poil incarné)

Amour

Les astres vous font bouillonner les hormones cet été (un peu comme d’hab en fait). Ça va être calieeeeeeenteeee !

Gloire

La constellation du Balladur vous rappelle que vous êtes Ballamou. Ça ne veut pas dire grand-chose, mais on s’en fout, on écrit ce qu’on veut.

Beauté

Quel bel été que voilà ! Vous faites partie de la team saucisse. Vous avez le physique et le charisme d’une saucisse. Vous ÊTES une saucisse.

l’accessoire indispensable de l’été

Un Bescherelle. Parce ke l’aurtograf é vou, s’est pa vréman une histouare
damour.

Poissons (en blob fish)

Amour

Vous n’avez pas la langue dans votre poche. Mais vous l’avez surtout dans la bouche des autres. Bande de lubriques.

Gloire

Poissons, ça rime avec Mélenchon, téton et morpion. On vous laisse deviner quel été foufou ça va être.

Beauté

Vous ressemblez à un donut mais sans le trou. Bref, vous êtes un beignet.

l’accessoire indispensable de l’été

Un Harry Potter de poche. Parce que vous, vous avez surtout un bon coup de braguette magique.

40 idées de sorties et de petits plaisirs pour cet été en Touraine

Vous restez dans les environs cet été ? Alors ça tombe bien : on vous a concocté un petit guide pratique avec plein de bonnes idées de sorties à faire en famille, solo ou entre ami(e)s…

Et voilà, la saison s’achève et le temps est venu de prendre notre petite pause estivale. Et une fois n’est pas coutume, l’équipe de tmv vous a concocté un petit guide bien pratique pour celles et ceux qui resteront en Touraine durant les vacances.

Au menu ? Plein plein plein de bonnes idées de sorties, à faire en famille, solo, ou entre ami(e)s, des petits « kifs » comme on dit, parce qu’il y aura de quoi faire en juillet et en août…

Pour retrouver nos 40 idées et bons plans, c’est dans le numéro 450 de tmv ! A découvrir en cliquant JUSTE ICI ! 

 

TMV spécial été du 5 juillet 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/07/TMV_A_20230705_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

C’est les vacances ! Comme chaque année, on vous a préparé plein de bonnes idées si vous restez en Touraine durant l’été. Sorties, bons plans, en famille, solo ou entre ami(e)s, suivez-nous… Au menu également, un gros horoscope de l’été et vos réincarnations, sans oublier un VisMaVille avec l’ambassadrice de l’office de tourisme, ainsi que nos chroniques culture, et des idées de restos pour juillet et août.
Bonnes vacances !

L’ex-clinique Saint-Gatien accueillera bar rooftop, maison de l’hospitalité et école

L’ancienne clinique Saint-Gatien va être totalement transformée. Le futur projet urbain prévoit une Maison de l’hospitalité, une école et même un bar rooftop !

Gros projet

La Ville de Tours et la Société d’équipement de Touraine (Set) ont annoncé le lancement d’un énorme projet de rénovation de l’ancienne clinique Saint-Gatien, située à deux pas de la cathédrale de Tours. Celle-ci était fermée depuis plusieurs années.

Le bâtiment, haut de cinq niveaux, possède 12 000 m² de surface de planche, mais 8 925 m² sont concernés par cette transformation. Il abritera notamment une maison de l’hospitalité, mais aussi une école d’ingénieurs, des bureaux, des commerces, un restaurant et même… deux terrasses rooftop !

Maison de l’hospitalité

C’était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Denis. Le site de Saint-Gatien accueillera donc une Maison de l’hospitalité, avec un accueil de jour, pour orienter et informer les personnes en grande précarité. Un espace douche, bagagerie, médical et informatique sera mis en place, tout comme un accompagnement dans l’insertion sociale et professionnelle.

Mon beau rooftop !

C’est visiblement l’un des volets du dossier les plus attendus (et surprenants) : au dernier niveau des terrasses, on pourra boire un verre sur les toits. Ce bar rooftop donnera sur la rosace de la cathédrale et sur les toits historiques de la Ville.

Une activité commerciale est également prévue avec un restaurant et des commerces donnant sur la place en rez-de-chaussée.

Le plan du futur projet (©CTOUTVU)

700 étudiants attendus

Le bâtiment devrait également abriter, à l’horizon 2025-2026, une école d’ingénieurs. Celle-ci accueillera 700 étudiant(e)s. La Set parle aussi « d’activité tertiaire pouvant accueillir jusqu’à 100 emplois ». Les discussions « avec les preneurs sont en phase finale ».

En attendant…

Coût total de cette réhabilitation ? 18 millions d’euros. Un gros budget financé par la Set pour le clos, le couvert et les parties communes. Les travaux doivent commencer en septembre 2024.

Pour patienter, une exposition de street art est à voir au rez-de-chaussée de l’ancienne clinique (du mercredi au dimanche, 5 €). Ensuite seulement, vous pourrez enfin boire votre coup sur le rooftop…

Aurélien Germain / Photo ouverture : Visadrone

Violences urbaines : arrêt des tramways après 19 h et des bus après 20 h ce vendredi

Après les violences urbaines qui se sont déroulées les deux dernières nuits, Fil bleu a annoncé que la circulation des tramways s’arrêterait ce vendredi 30 juin à 19 h. Et celle des bus, à 20 h.

Nouvelles restrictions pour ce vendredi 30 juin, au soir. Fil bleu a annoncé qu’il n’y aurait plus aucun tramway après 19 h et plus aucun bus après 20 h. Une décision prise en raison des violences urbaines qui se sont déroulées hier et avant-hier.

Tramway

Dernier départ de Vaucanson vers Lycée Jean-Monnet à 17 h 22
Dernier départ de Jean-Monnet vers Vaucanson à 18 h 15

Bus

Pour les lignes de bus, les derniers départs s’effectueront :
Plan B :

  • de Vaucanson vers Lycée J. Monnet :
  • 1 départ toutes les 5 à 10 mn à partir de 17 h 35
  • Dernier départ à 18 h 25
  • Dernier départ de Lycée J. Monnet vers Vaucanson à 18 h 25

Ligne Tempo 2 :

  • de CHU Trousseau vers Les Douets à 18h35
  • de Les Douets vers CHU Trousseau à 18h33

Ligne 3 :

  • de Grand Sud vers La Pléiade à 18h08
  • de Onze Arpents vers La Pléiade à 18h20
  • de La Pléiade vers Grand Sud à 18h37

Ligne 4 :

  • de Rempart vers Les Atlantes à 18h19
  • de Les Atlantes vers Rempart à 18h18

Ligne 5 :

  • de St Pierre Gare vers Parc Grandmont à 18h38
  • de Parc Grandmont vers St Pierre Gare à 18h18

La Ligne N1 ne circulera pas.

 

Chroniques culture : Buckcherry et Dixxit côté musique et le plein de BD côté lecture

Cette semaine, dans les chroniques culture de tmv, on écoute le hard rock costaud de Buckcherry et on dérive vers l’électro tourangeau avec DIXXIT. Pour le reste ? La sélection BD !

L’ALBUM DE LA SEMAINE

BUCKCHERRY – VOL. 10

Et de dix albums pour Buckcherry ! Et, une fois n’est pas coutume, les tatoués de Los Angeles offrent ici une tripotée de pépites rock’n’roll à souhait, sur lesquelles il est impossible de ne pas taper du pied. Sur ce « Vol.10 », rien – absolument rien – n’est à jeter. Les Américains balancent la sauce, guitares bien en avant, avec un savant mélange entre un Aerosmith les doigts dans la prise, les L.A. Guns et les Guns N Roses.

Production aux petits oignons, mélodies à tous les étages, introductions musclées ou groovy, voix un poil eraillée, batterie qui claque et refrains efficaces et « catchy », Buckcherry coche toutes les cases et vise juste tout au long d’un disque truffé de bonnes choses (« Let’s get wild » en lui-même est une vraie leçon de hard rock). Même la fameuse ballade obligatoire à mi-parcours est bien troussée !

Au final, Buckcherry accouche d’un dixième album plus que réussi, un « Vol.10 » à écouter le son poussé au volume 10.

Aurélien Germain

LE CD

DIXXIT – WIDE

Il y a du nouveau du côté de la planète électro. DIXXIT, c’est un nouveau projet, un projet en duo qui envoie aujourd’hui « Wide », un album neuf titres électroniques mâtinés de pop. Il y a cette voix, chaude et emportée, et le tapis sonore qui enrobe tout ça (l’une des deux têtes pensantes est Charly DKN) pour emporter l’auditeur.

Tout du long, il y a un ressenti de son très « live ». Idéal pour s’imaginer s’ambiancer sur scène aux côtés du duo. En attendant, une oreille attentive à « Wide » s’impose, tout comme le visionnage du clip « For You », très jolie vidéo tournée dans les rues de Tours qui comptabilise déjà plus de 17 000 vues en deux semaines.

A.G.

> https://www.facebook.com/dixxitdixxit

LA SELECTION BD

Le coup de cœur de cette semaine va au « Carole » (éd. Dargaud) de Clément C.Fabre qui nous emmène en Turquie sur les traces de ses grands-parents arméniens. Ce magnifique récit autobiographique sur les liens familiaux est un pur moment de bonheur.


Autre ambiance familiale et autre pays, la Sardaigne : Albrespy et Aubertin, dans « Motorossa » (Dargaud), nous entraînent dans une virée en moto avec une héroïne plein de tendresse. Gorgée de soleil et d’une touche graphique surprenante, cette équipée sauvage est une belle réussite.

Comment exister dans une fratrie de frères et soeurs tous plus brillants les uns que les autres ? Participer à une émission de téléréalité ! Avec « Éloge de la surface » (Dargaud), Relmani et Lory décryptent le phénomène de manière réjouissante et ludique.
Quant à Ducoudray et Geffroy, on les retrouve aux manettes de « Inspecteur Balto » (Grand angle), aux côtés d’un personnage de flic un peu dépassé mais qui n’a rien perdu de son acuité. Une enquête d’apparence banale mais à laquelle on se prend très vite au jeu pour un résultat particulièrement bluffant !

Hervé Bourit

On a testé les « baogers » de Gomu, place du Grand-Marché

La franchise Gomu s’est installée à Tours. Son credo ? Allier street food américaine et japonaise avec, en rab, une petite dose de pop culture.

C’est peu dire que la franchise Gomu avait bétonné son arrivée à Tours. Du teasing sur les réseaux sociaux, un bon bouche à oreille (avec un nom qui parle à de nombreux vingtenaires), un marketing rôdé et et une ouverture en fanfare, fin mai dernier, avec 250 burgers offerts aux premiers clients et des cadeaux à gagner, comme un voyage au Japon ou des iPhone. Depuis, force est de constater que l’engouement est resté intact.

Pour la petite histoire, Gomu a ouvert son premier restaurant à Paris en juin 2021. Une dizaine d’autres établissements ont vu le jour très rapidement à travers la France. Tours a donc désormais, elle aussi, son Gomu, place du Grand Marché.

On arrive un vendredi midi pour tester l’enseigne. Très vite, un membre de l’équipe nous vient en aide, explique le concept : « Vous connaissez ? C’est inspiré de One Piece (le mot « Gomu » – NDLR). Le restaurant est un mélange entre l’Amérique et l’Asie. » En effet, les cinq amis qui ont lancé la chaîne sont tous fans de mangas et souhaitaient mixer le burger américain à l’esprit asiatique. On se retrouve donc, par exemple, avec des « baogers », c’est-à- dire des burgers avec un pain bao, un petit pain brioché d’origine chinoise… mais toujours dans le domaine de la street food, qu’on se le dise.

Néons, baogers et steak « smashé »

Une fois la commande aux bornes prise, on zieute l’intérieur du resto. La déco est originale. Il y a du néon à tout va, des tons et des couleurs qui rappellent l’esprit tokyoïte. Le staff, lui, est vraiment adorable et très avenant. À la carte, il y a un choix de dix baogers : le Ebi, avec sa galette de crevettes et sauce spicy, le Cheetos Mozza avec galette de mozzarella ou encore le Cheese tout simple, le tout avec frites crinkles ou frites patate douce.

 

On a choisi le Yonko, avec double steak « smashé », salade, oignons caramélisés et mayonnaise. Le pain se tient bien et ce fameux steak « smashé » ramène le bon point (c’est grillé comme il faut), ça a du goût. On reste évidemment dans de la fast food, mais c’est sympathique. Et à peine le repas terminé, on voit bien que la file d’attente – avec de nombreux jeunes – s’allonge déjà. Visiblement, Gomu a déjà beaucoup d’adeptes.

Aurélien Germain


> L’addition : burgers de 10,90 € (le Ham Baoger) à 13,90 € (un Crrrips avec la sauce truffe). Les principaux coûtent 12,90 €. Starters à 5,90 €. Frites à 3 €. Bubble tea à 5,90 €.
> Au 28, place du Grand Marché, à Tours. Ouvert tous les jours, du dimanche au mercredi de 11 h 30 à 23 h 30 et du jeudi au samedi de 11 h 30 à 2 h du matin. Sur place ou à emporter. Livraison possible.
> Contact Sur gomuburger.com ou @gomu.fr sur Instagram

 

Toit, toit, mon toit… Notre dossier spécial immobilier à Tours

Achat ? Location ? Neuf ? Ancien ? … Retrouvez notre dossier spécial immobilier cette semaine et suivez le guide.

On le sait, le logement traverse actuellement une crise importante. Matériaux trop chers, taux d’intérêt en hausse, inflation, normes environnementales de plus en plus drastiques… Ça secoue sérieusement sur le secteur.

Pour se loger, il y a plusieurs stratégies possibles. On peut opter pour le neuf ou préférer l’ancien. On peut choisir du clé en main ou se lancer dans des travaux. Ou alors, on peut choisir de rester en location…

Retrouvez notre dossier spécial immobilier dans le numéro 449 de tmv.

A télécharger en cliquant juste ici !

TMV du 28 juin au 4 juillet 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/06/TMV_A_20230628_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Pour se loger, il y a plusieurs stratégies possibles. Neuf ou ancien, du clé en main ou se lancer dans des travaux, location ou non ? On fait le point dans tmv avec notre dossier spécial immobilier à Tours. Sinon on parle aussi du rendez-vous littéraire des Ecrivains chez Gonzague Saint Bris, d’un glacier local qui ne travaille qu’avec les pros, d’un quiz sur Indiana Jones, un horoscope WTF, des chroniques culture, et de la chronique resto chez Gomu.

Ecrivains chez Gonzague Saint Bris : le rendez-vous littérature

La prochaine édition des Ecrivains chez Gonzague Saint Bris se déroulera fin août. La liste des invités a été dévoilée. L’éclectisme sera encore de mise.

C’est quoi ?

Appelez-le « Ecrivains chez Gonzague Saint Bris » ou « Forêt des livres », le rendez-vous est devenu un incontournable en Touraine. Direction Chanceaux-près-Loches, à une quarantaine de minutes en voiture de Tours : c’est ici que se tient cet événement littéraire, une sorte de grande fête culturelle et du livre qui prépare la rentrée.

La prochaine édition aura donc lieu le dimanche 27 août. Et l’équipe organisatrice a dévoilé une grosse partie de ses invité(e)s, qu’elle qualifie de « plateau exceptionnel ».

Les stars

Pour cette fournée 2023, un auteur devrait ramener du monde au stand de dédicaces : Bernard Werber. L’écrivain français, connu et reconnu pour sa fameuse trilogie des Fourmis, viendra dévoiler en avant-première son nouveau roman, prévu pour le mois d’octobre.

L’autre grand nom de cette édition, c’est celui de Boris Cyrulnik. Développeur du concept de résilience, neuropsychiatre célèbre, auteur de livres grand public sur la psychologie, il participera à un colloque autour de son dernier ouvrage.

Des immanquables

Certains auteurs et autrices devraient également voir du monde à leur table. Par exemple, Sergueï Jirnov, ancien du KGB, auteur de « L’Escalade », mais aussi Marek Halter pour « La Juive de Shangaï », roman vrai sur un exode méconnu et oublié.

Quant à Sarah Barukh, elle viendra avec son « 125 et des milliers », ouvrage tristement indispensable, puisqu’il raconte 125 victimes de féminicide.

Personnalités, people et politiques : l’éclectisme

Deux personnalités politiques seront aussi là. Manuel Valls déjà. L’ex-Premier ministre y présentera « Le Courage guidait leurs pas », dans lequel il raconte les personnalités qui l’inspirent. En face (enfin pas trop près quand même, on espère), sera présente, Ségolène Royal avec « Refusez la cruauté du monde ! Le temps d’aimer est venu » (qui est vraiment le titre de son livre).

Dans la liste d’invités également, on trouve de nombreuses personnalités. À commencer par des journalistes, comme Bruce Toussaint, Guillaume Auda, Catherine Nay, Sonia Mabrouk. Mais aussi d’autres noms plus surprenants, comme Jean-Jacques Debout, l’interprète de Starmania Fabienne Thibeault et… Jean-Claude Drouot, qui fut le Thierry La Fronde de 1963 à 1966.

D’autres écrivains seront également présents (liste complète sur lesecrivainschezgonzaguesaintbris.com, ils seront dévoilés prochainement) pour cet avant-goût de la rentrée littéraire. Un événement qui, comme chaque année, sera gratuit…

Aurélien Germain / Photos : ouverture NR, B.Werber par Michel Restany

Le top 5 des épisodes de Black Mirror

C’est le retour de la série Black Mirror sur Netflix ! L’occasion de se refaire 5 anciens épisodes cultes de cette série anthologique traitant des effets de la technologie sur l’être humain. Avec, à la clé, un rebondissement final toujours fou. Article garanti sans spoilers…

1. L’hymne national (saison 1, épisode 1)

Comme entrée en matière, on ne pouvait pas faire pire (sous-entendu « mieux »). Car on ne ressort clairement pas indemne du tout premier épisode de Black Mirror. Dans « L’Hymne national », la princesse royale est kidnappée. Pour empêcher que son ravisseur ne l’exécute, le Premier ministre britannique est confronté à un dilemme aussi horrible que choquant (on vous laisse découvrir lequel si vous avez le cœur bien accroché).

Terrible, stressant, glauque, cet épisode examine la notion de buzz, dénonce la glorification de l’obscène par la société et le voyeurisme abject. Glaçant.

2. La chasse (saison 2, épisode 2)

Victoria se réveille un beau jour dans une salle, sans savoir pourquoi ni comment elle a atterri ici. En sortant, elle a beau questionner tous les passants, ces derniers se contentent de la filmer avec leur smartphone. Jusqu’à ce qu’une course poursuite commence, certains se mettant même à lui tirer dessus pour l’abattre.

Encore une fois, le twist final de l’épisode réussit à mettre une petite claque là où il faut.

3. Chute libre (saison 3, épisode 1)

Dans cet épisode sorti en 2016, le spectateur suit Lacie Pound, une jeune femme toujours polie, bien sous tous rapports, cherchant constamment l’approbation de tous et toutes. Et pour cause : elle vit dans un monde où les interactions sociales sont évaluées, où chaque personne note les autres de 0 à 5. Ceux qui ont la chance d’avoir d’excellentes appréciations ont accès à de meilleurs services.

Mais une simple incartade et la note chute, tout comme sa popularité… tout comme sa vie. Utopique ? Pas tant que ça si on y réfléchit bien…

4. Playtest (saison 3, épisode 2)

Quand commence le rêve ? Où s’arrête la réalité ? Alors qu’il voyage à Londres, un Américain décide de participer à une expérience unique, un jeu vidéo immersif en réalité augmentée dans lequel il affrontera ses peurs les plus terribles. Un épisode qui rend littéralement fou… et qui, encore une fois, vous laisse pantois quand arrive le rebondissement final.

5. Tais-toi et danse (saison 3, épisode 3)

Kenny, un jeune garçon, est victime de sextorsion, du chantage sexuel en ligne. Des pirates informatiques menacent de dévoiler ses vidéos intimes. Pour éviter de voir sa vie ruinée, il doit s’allier à Hector (qui, lui aussi, est confronté à ces maîtres-chanteurs) et suivre leurs règles, allant du braquage au meurtre…

Si jusque là, le pitch pourrait presque sembler basique, la fin de l’épisode et son retournement en fait l’épisode le plus troublant et le plus dérangeant de toute la série Black Mirror.

Aurélien Germain

Hellfest 2023 : retour sur une 16e édition d’enfer

Et c’est reparti pour un tour ! Tmv était de nouveau au Hellfest pour se prendre une bonne dose de gros son sous une chaleur étouffante les trois premiers jours (et les pieds dans la boue le quatrième). On vous raconte, en résumé, ce festival de la démesure (avec photos et vidéos pour ceux qui n’aiment pas lire, ouf).

Des chiffres et des êtres

Cette année, le Hellfest se tenait sur 4 jours (et il en sera de même l’an prochain). Au menu de cette 16e édition ? Près de 200 groupes, 6 scènes réparties sur 15 hectares. Côté mimines ? 5 000 bénévoles oeuvrent (et coeur sur eux) chaque jour. Budget de la Bête ? 35 millions d’euros (le Hellfest est une association de loi 1901 et la seule subvention de la Région est de… 19 000 €).

Le festival amène 60 000 personnes par jour (77 nationalités différentes). Moyenne d’âge ? 39 ans et demi, d’après l’étude menée par le Tourangeau Corentin Charbonnier, docteur en anthropologie. Si vous vous attendiez à voir de vilains chevelus buveurs de sang, c’est loupé : la moitié du public est cadre supérieur. Toujours d’après cette étude, on compterait 30 % de femmes et 5 % de retraité(e)s.

Jour 1 : c’est parti pour les claques !

Qui l’eut crû, qu’un jour, on serait là en train de chanter « God Save the Queen » avec les anciens Sex Pistols et de Generation X ? C’est pourtant le cas ce jeudi d’ouverture de festival avec GENERATION SEX. Alors ok, sur scène, le peroxydé Billy Idol en a vachement moins sous le capot et ses speechs entre les morceaux avec la voix de Jeanne Moreau font moins rebelle. Mais n’empêche que les briscards de la scène punk londonienne ont offert un chouette moment nostalgie.

HARAKIRI FOR THE SKY a quant à lui squatté la scène Temple pour offrir une séance de post-black torturé. Les Autrichiens tapent fort, comme ARCHITECTS qu’on attendait avec impatience. Qu’on a attendu d’ailleurs pendant que HOLLYWOOD VAMPIRES terminait son show. Le projet d’Alice Cooper a quand même ramené énormément de monde, malgré la présence polémique de son guitariste Johnny Depp, accusé de violences conjugales (le Hellfest est pointé du doigt pour la venue de certains artistes comme Johnny Depp, donc, mais aussi Tim Lambesis et Tommy Lee… (1)).

Bref, ARCHITECTS a littéralement démonté la Mainstage à 21 h 50, faisant trembler le sol, avec un public chaud bouillant à en voir les circle-pits gigantesques qui se sont formés.

Pour la dose de musique qui broie la nuque, il fallait aussi jeter un œil à HYPOCRISY (baffe) et BEHEMOTH (re baffe). Et pour terminer la journée – enfin à 2 h du mat’ – par une ultime baffe, c’est PARKWAY DRIVE qui s’en est chargé. Le metalcore costaud comme un kangourou des Australiens a remporté tous les suffrages. Ici, rien à enlever : musiciens ravis d’être là, sourire aux lèvres tout du long, son qui déchausse les dents, public à fond et des moments intenses, comme quand Winston McCall se permet de chanter en plein milieu de dizaines de milliers de personnes, avec le public tournoyant autour de lui ; ou encore la présence de trois violonistes extraordinaires habillant le metal de Parkway Drive avec leurs partitions de toute beauté.

(1) Prix des pass qui explose, artistes condamnés, coût environnemental… Récemment, le patron du festival a répondu aux critiques à Ouest-France. A lire juste ICI

Jour 2 : Dans la Valley, oh oh

Chouette, en ce vendredi 16 juin, on a toujours l’impression d’être dans une serre tropicale, tant le temps est chaud et humide (spoiler : ça sera pire le lendemain). Mais ça n’empêche pas de rejoindre le site du Hellfest après un petit déj’ de guerrier (= bière / Red Bull / croissant).

NOSTROMO, DER WEG EINER FREIHEIT ou encore 1349 se sont chargés de faire péter notre dernier plombage à la molaire gauche en envoyant missile sur missile.

PRIMITIVE MAN a chauffé la scène Valley comme il se doit et… tiens, c’est le moment de l’aparté : la Valley, justement, a déménagé pour laisser la place à un immense bâtiment pour le merchandising officiel (alors oui, c’est canon, il y a même une créature maléfique aux yeux rouges qui brillent la nuit, brrr). Sauf que son nouvel emplacement (avec une déco superbe, avouons-le) se situe en plein air. Jadis, il s’agissait d’une scène couverte, configuration idéale puisqu’elle regroupe tous les groupes de stoner / doom. Alors là, forcément en plein cagnard, la magie est moindre. Même pour WEEDEATER qui a offert un show dément (à l’image de son chanteur, morve au nez, yeux exorbités et se rinçant au Jack Daniel’s toutes les 5 minutes) mais quelque peu affaibli par le soleil au-dessus de nos têtes.

À la nuit tombée, on s’est en revanche régalés avec les concerts des romantiques de BLOODBATH et leur death façon tronçonneuse, mais aussi de SUM 41 qui nous a rappelé notre adolescence en skate. Les keupons ont mis le feu pour leur dernière tournée.
On a passé notre tour sur l’arnaque MACHINE GUN KELLY (que diable fais-tu là, monsieur ?) mais beaucoup aimé (et c’est une surprise) MÖTLEY CRÜE. Les ex-trublions de Los Angeles ont offert un show efficace, surtout aidé par un John5 à la guitare exceptionnel, à la setlist béton – un « Primal Scream » sorti de nulle part ! – et avec un Vince Neill pour une fois pas trop à la ramasse. Bref, un très bon crüe (de rien pour la chute).

JOUR 3 : metal indien ou metal mongol ?

Ce samedi, on sue toujours comme des phoques. À considérer que les phoques suent. Pas de quoi nous empêcher de prendre la navette pour le site (avec une conductrice bénévole qui écoute Jul à fond) et arriver sur le site dès l’ouverture. Parce qu’à 11 h 40, BLOODYWOOD est là. Les métalleux indiens sont visiblement attendus. Et tant mieux, car le public est chaud chaud lorsque résonnent les premières notes.
La musique est un mélange intéressant entre du gros metal pachydermique, des mélodies indiennes (avec flûte et tambours dhôl, typiques du pays), un chant guttural bien gras et un autre chant scandé façon rap. Le summum est atteint pour le hit « Dana Dan », lorsque le leader balance une diatribe contre les agresseurs sexuels qui « méritent seulement d’être tabassés et de voir leurs **** broyées ». Le message est clair.

Au rayon des originaux, on a aussi pu voir KALENDRA (une vraie dose de douceur dans ce monde de brutes, de la folk nordique belle à en pleurer) et surtout THE HU, du metal folk tradi venu tout droit… de Mongolie ! Et force est de constater que la tribu est des plus attendues. La marée humaine déborde de la tente Temple. C’est tout bonnement aberrant de voir le groupe jouer ici et non sur la scène principale.
Le public est pris de folie, le concert est aussi beau qu’intense. On appelle ça une baffe, une patate, une torgnole. Tout simplement parfait.

Parfait, IRON MAIDEN l’a été mais qui s’en étonne ? Les Anglais ont encore une fois mis tout le monde d’accord : ils sont et resteront les parrains, les chefs. Deux heures passées avec des musiciens toujours aussi impliqués, costauds (Bruce Dickinson est clairement le meilleur chanteur du circuit). Et autant dire que quand arrivent les classiques comme « Fear of the Dark », « The Trooper » ou autres « Wasted Years », le bonheur est décuplé. Les boss.

JOUR 4 : « alors, ça fatigue les vieux ? »

Les jambes tirent, les cernes s’étirent. Mais l’envie est toujours là. Enfin peut-être moins lorsque la pluie fait une apparition surprise. Pardon, la PLUIE en majuscules. Car des trombes d’eau s’abattent sur Clisson le matin et le début d’après-midi. Nous voilà pataugeant gaiement dans la boue après l’orage (youpi, une paire de pompes en moins) mais on a quand même pu prendre nos petites baffes dans le coin de la nuque.

Avec notamment HATEBREED et son leader Jamey Jasta heureux comme un gosse – le bougre est heureux d’être là ! – qui assène un hardcore des familles qui fracasse comme il faut. Idem avec AMON AMARTH : les Suédois ont sorti la totale. Sur scène, un immense navire viking et un casque à cornes sur lequel joue le batteur, des guerriers se combattent sur les planches, la pyrotechnie est sortie à tout va, le public mime de ramer assis par terre. Enorme !

La surprise du jour vient d’ELECTRIC CALLBOY. On vous la fait courte : vous imaginez de la techno eurodance mixée à de grosses guitares metal sous-accordées. Dans le public, c’est la folie. On danse, on se rentre dedans, on se fait des câlins. La techno se marie parfaitement au metal martial de ces Allemands qui n’hésitent pas à débarquer en jogging fluo et perruque moumoute façon 80s. Fun !

Fun toujours avec TENACIOUS D, ultra attendu et qui aura fait le show qu’on attendait : un Jack Black aussi bon chanteur que pitre rigolo et des tubes à tout va.
Bref, un peu de bonne humeur avant les dernières claques de la soirée – des groupes hyper moins guillerets – comme PANTERA et sa (pseudo)reformation et bien sûr, les stars du soir SLIPKNOT. Les masqués de l’Iowa ont encore une fois mis le public, exsangue, à genoux en infligeant une setlist qui tue et des missiles nucléaires à tout va dans les dents (oui, ça fait mal). De quoi terminer cette 16e édition du Hellfest de toute beauté.

Et d’attendre désormais 2024…

Aurélien Germain

TMV du 21 au 28 juin 2023

https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2023/06/TMV_A_20230621_TMV_001_T_Q_0_web.pdf

Un petit tour avec des oiseaux de nuit, ça vous dit ? On a traîné dans la ville jusqu’à 6 h du matin pour voir comment vivait Tours la nuit. Côté actu, on parle (tiens !) de l’extinction de l’éclairage public qui s’étend. Retrouvez aussi un #VisMaVille avec DJ Christian qui enjaille la guinguette de Rochecorbon depuis des années. Pour le reste : horoscope WTF, Tours vue par ChatGPT, chronique resto de Mi Faim Mi Faim ou encore chroniques et bonnes idées sorties !

Fête de la musique à Tours : tout le programme !

La Fête de la musique, c’est ce mercredi 21 juin. On vous a concocté un numéro spécial, avec tout le programme, les groupes, les artistes et les lieux !

Comme chaque année, tmv publie un dossier spécial pour la Fête de la musique. Avec l’aide des services culturels et des grands événements de la Ville de Tours, on vous a concocté un petit guide qui répertorie tous les groupes et artistes qui se produiront ce mercredi 21 juin à Tours.

Suivez le guide, on vous dit tout, absolument tout !

 > A retrouver et à lire dans le n°447 de tmv, en téléchargement ICI ! 

 

 

 

On a goûté à la cuisine franco-afghane du Kabuli

Un voyage pour la cuisine afghane ? C’est possible à deux pas de la gare. Notre équipe, pour la chronique resto, est allée tester le restaurant Kabuli.

Le 10, place du Général Leclerc à Tours aura vu passer quelques adresses ces dernières années, notamment l’Odéon ou Karamara. Mais depuis un mois et demi, voilà que les murs ont été repris par un petit nouveau, un certain Kabuli.

Kabuli, c’est quoi ? C’est de la cuisine franco-afghane, un vrai voyage. Ici, on est tout de suite dans l’ambiance : on passe de la musique traditionnelle afghane toute douce, on vous explique les plats et les spécialités de ce pays, ce qui est idéal pour nous guider.

Le décor, lui, est un subtil mélange. Il y a cette salle élégante, aux tons raffinés, mais un grand arbre s’échappe d’un mur et remonte jusqu’au plafond, avec de petites guirlandes. Des feuillages enrobent également le haut du comptoir.

Le midi, il est possible de prendre la formule déjeuner à 20 € ou de piocher à la carte. On y va un peu à l’aveugle, ne connaissant que très peu cette cuisine. La spécialité, c’est le Kabuli Palaw, décliné sous plusieurs formes. C’est un plat emblématique de l’Afghanistan. La version vegan (*) nous tentait bien, mais finalement on se laisse surprendre par la version au poulet à 18,50 €.

À noter d’ailleurs qu’avant ça, arrive un petit amuse-bouche à base de houmous, déjà finement présenté. Un bon point pour commencer le repas et une attention qu’on retient.

Ensuite, le plat – ce fameux Kabuli Palaw au poulet – arrive dans une grosse marmite cuite aux motifs colorés, le tout sous cloche. À l’intérieur, le riz safrané offre de jolies douceurs en bouche, il est vraiment parfumé. La julienne de carottes caramélisées rajoute beaucoup de goût et le poulet mariné au curry (tout tendre) est parfaitement préparé, pour un résultat bien équilibré et d’ailleurs plutôt copieux (on a fait l’impasse sur le dessert, désolé !).

C’est donc une belle découverte comme adresse et comme proposition originale dans le quartier de la gare, et même tout simplement à Tours !

Aurélien Germain
(*) sur la carte figure des propositions végétaliennes également


> L’addition : formule du midi à 20 € (entrée ou dessert + plat du jour). Formule découverte, entrée-plat- dessert, revient à 29,50 €. Côté carte, les entrées sont à 8 € environ et les plats sont entre 17,50 € et 18,50 €. Desserts à 8 ou 9 €. Options vegan et sans gluten possibles.
> Kabuli au 10, place Général Leclerc. Ouvert du lundi au samedi, de 11 h 30 à 14 h et de 18 h 30 à 22 h 30. Repas sur place, à emporter et livraison.
> Contact Tél. 09 82 55 62 99 ou sur facebook.com/ kabuli.restaurant et @kabuli.restaurant sur Instagram.

« Staline a bu la mer est une fable, un récit initiatique »

Fabien Vinçon a remporté l’édition 2023 du Prix du roman tmv avec « Staline a bu la mer », dans lequel un ingénieur, obéissant à Staline, doit vider la mer d’Aral. Il nous raconte tout.

Lors de notre délibération, on s’est aperçu que que peu de gens étaient au courant de cet écocide perpétré par l’URSS qui a détourné deux fleuves qui alimentaient la mer d’Aral pour l’assécher. Comment vous est venue l’idée de partir de ce fait historique pour votre roman ?

En tant que journaliste, j’ai effectué un voyage pour RTL le 1er septembre 1997. J’étais sur le quai d’un port au Kazakhstan. Les pêcheurs reprisaient leurs filets, mais… il n’y a rien à l’horizon ! « Où est la mer ? », ai-je demandé. Ils m’ont répondu : « À 50 km. » C’était surnaturel. Je me suis donc documenté sur le sujet. Ce n’est pas vraiment Staline qui l’a vidée intégralement, Khrouchtchev était dans la continuité. Je voulais montrer, dans ce roman, que plus un tyran vieillit, plus il promulgue des projets contre la nature.

Vous en parlez encore avec beaucoup de stupéfaction…

Ah, ça m’a énormément marqué ! Comment une mer peut être rayée de la carte ? Alors qu’elle faisait 67 mètres de fond et 400 km de long ! C’était surnaturel.

À la lecture, on trouve un petit côté science-fiction au début (un vent mystérieux souffle), puis on bascule : il y a de l’historique, une histoire d’amour, un pamphlet contre le totalitarisme… Comment décririez-vous votre roman ?

Je pense que c’est une fable qui oppose la raison (le désir de soumettre la nature) à la magie, aux forces chamaniques. On a cette opposition entre le monde soviétique et le monde oriental. Ce n’est pas la même vision de la vie, idem pour les deux personnages principaux avec un homme fanatique qui va découvrir ses sentiments et cette femme si cultivée.

Vous êtes également journaliste. Quel travail de recherche avez-vous fait en amont ?

J’ai engrangé une masse de documents ! J’ai beaucoup lu, même des traités hydrologiques obscurs ! (rires) J’ai lu les classiques russes, de la poésie ouzbek…

La question n’est jamais facile, mais selon vous, à qui s’adresserait « Staline a bu la mer » ?

À différents publics. Celui qui aime les romans d’aventure – car il y a beaucoup de rebondissements –, à celui qui a un intérêt pour l’environnement, et à ceux qui aiment voyager.

Une des membres de notre jury a dit : « C’est un livre courageux. Et en plus, il montre bien qu’on n’a rien appris. C’est toujours la même folie écologique et politique. » Qu’en pensez-vous ?

Elle a raison. On ne va pas dans la bonne direction, on pille la planète pour s’enrichir. La Chine et l’URSS avaient ces projets pour des raisons idéologiques. Mais ça dit beaucoup de la démesure de la folie d’un homme.

Au final et avec du recul, je vois en ce livre une sorte de « conte philosophique » à la Voltaire. Vous êtes d’accord ?

Ah, c’est très juste. J’aime beaucoup votre réflexion. Dans mon roman, ça va vite, il y a cette fluidité de lecture, c’est ce que je souhaitais. Donc il y a cette idée de conte, car même si ça va vite, ça nous fait réfléchir. Le sujet est pourtant lourd.

Quels sont les retours que vous avez déjà eus ?

Il a maintenant été sélectionné pour cinq prix (interview réalisée le 1/06/2023 – NDLR). Et je viens donc de remporter ce Prix du roman tmv ! Je suis extrêmement touché. Je suis nouveau dans l’édition, vous savez. Ça ne fait que 18 mois que je suis édité. Donc ça me fait vraiment plaisir. J’ai aussi rencontré un public génial et ouvert à Saint-Malo, au festival Etonnants Voyageurs 2023. J’ai vendu tous mes livres et les retours sont positifs.

C’est votre deuxième roman. C’est plus difficile ?

Non. Après le premier qui est une autofiction très dure, je voulais repartir dans des paysages. Et j’avais cette documentation sur cette histoire. Le titre m’est venu, j’avais mon genre en tête, j’ai réfléchi aux équilibres et ça s’est écrit assez vite finalement. Je voulais un plaisir de lecture fluide. Et qu’il y ait cet aspect un peu « voyage imaginaire » à la Jules Verne. C’est un récit initiatique.

On en revient à l’idée de conte philosophique à la Voltaire ! Il y a ce personnage principal, qu’on suit, qui évolue. J’ai fini par l’apprécier au cours du roman, car je ne l’aimais pas du tout au début !

C’est fait pour ! (rires) C’est un personnage froid et dogmatique. Mais après, il se découvre. À travers ce récit initiatique, je voulais aussi rendre hommage à ces paysages, à cette civilisation ouzbek.

Nous allons vous remettre votre prix à Tours. Vous connaissez un peu la ville ?

Je venais à l’époque en vacances avec mes parents à Sainte-Maure-de-Touraine ! Mais je suis peu allé à Tours. C’est toutefois une ville que j’aime bien, car quand on descendait en vacances, on partait de Paris où c’était gris et le temps devenait tout le temps ensoleillé à partir de Tours !

Propos recueillis par Aurélien Germain
(Photo © Céline Nieszawer)