Pont Wilson à Tours : 20 % de cyclistes en plus

Deux mois après la fermeture du Pont Wilson aux voitures, la circulation des vélos y augmenté de 20 % par rapport à septembre 2019.

Les voitures sur le Pont Wilson ? C’est désormais fini ! (Photo archives NR – Julien Pruvost)

Les faits

La fermeture du Pont Wilson aux voitures, le 13 août dernier, avait fait grand bruit. Mais aujourd’hui, la municipalité a visiblement le sourire : en septembre 2020, 66 746 cyclistes ont emprunté ce pont, soit une hausse de 20 % par rapport au même mois en 2019 (55 506 adeptes du deux-roues). Le mois dernier, ce sont donc, en moyenne, 2 224 vélos qui l’ont traversé, contre 1 850 un an auparavant.

Au total, sur les quatre différents ponts de Loire, on comptabilise près de 150 000 cyclistes ! Plus précisément, 148 265, contre 135 821 en septembre 2019. Un chiffre en hausse de 9 %, d’après les données consultables par tous sur le site data.tours-metropole.fr

Le contexte

La nouvelle municipalité a souhaité mettre l’accent sur les mobilités douces et le vélo notamment. L’expérimentation sur le Pont Wilson doit courir jusqu’en janvier. Mais le maire Emmanuel Denis a « bon espoir qu’on puisse transformer cette piste temporaire en piste définitive », comme il l’a indiqué à nos confrères de la Nouvelle République.

Parallèlement à cela, la Ville envisage une aide à l’achat de vélo (un dispositif qui a fait débat lors du dernier conseil municipal) et ce, à partir de la mi-octobre.

Enfin, les travaux de réfection du mail du boulevard Heurteloup prévoient également la matérialisation, au sol, de traits pour séparer l’espace dédié aux piétons et celui dédié aux vélos. Un couloir de quatre mètres est prévu pour les premiers, un de trois mètres pour les seconds. En attendant ces travaux importants, il est à noter que la circulation sur le mail pourra ponctuellement être déviée provisoirement.

Le point de vue

Sur les réseaux sociaux notamment, certains doutent que la dynamique se poursuive avec l’arrivée des jours pluvieux ou du froid. L’ex-adjoint Jérôme Tebaldi a aussi affiché plusieurs fois son scepticisme et ses interrogations.

Mais pour sa part, Emmanuel Denis dit ne « pas être surpris par ces chiffres. Quand on met en place des vrais parcours sécurisés, les Tourangelles et Tourangeaux les investissent. Le Pont Wilson, ça peut être une sorte de déclic pour la bascule de la voiture vers le vélo ».

A.G.

Péages : les (trop) chères autoroutes de Touraine

Les liaisons autoroutières Tours-Nancy et Tours-Rouen ont connu une flambée des prix.

Outch ! Visiblement, pour prendre l’autoroute en Touraine, il faut sortir un gros… porte-monnaie ! D’après le journal Le Parisien-Aujourd’hui en France, la liaison Tours-Rouen est celle qui a le plus augmenté dans la décennie.

Entre 2011 et 2018, le péage sur ce trajet a connu une hausse de tarif de 34%. Soit un prix de passage à 37 € au lieu de 27,60 € il y a quelques années. Une augmentation faramineuse, surtout lorsqu’on la compare avec la hausse moyenne nationale qui est de… 9,5 %.

L’autre point qui pique ? Le trajet Tours-Nancy, facturé 55,80 €, soit 10 € de plus qu’en 2011. Ce tronçon d’autoroute, long de 550 km, a connu une augmentation de 16,98 % : s’il fallait débourser 47,70 € en 2011, il vous en coûte désormais 55,80 €.

Le gouvernement a indiqué qu’une nouvelle hausse (entre 1 et 1,5%) du prix des péages aurait lieu le 1er février prochain.

NB : Chaque année, les sociétés d’autoroutes justifient la hausse du prix des péages par l’inflation, les travaux et les redevances de l’État.

Tarification au quart d’heure : mon cher parking…

Interview de Marie-Claude Fourrier, présidente de l’asso de consommateurs CLCV 37. Selon elle, les parkings ont augmenté leurs prix suite à la nouvelle loi…

parking
D’après la CLCV, celui qui reste 2 h 15 dans un parking paiera moins qu’avant, mais celui qui reste 1 h 55 paiera plus ! (Photo Shutterstock)

La CLCV a publié une enquête nationale sur la tarification des parkings au quart d’heure. Comment avez-vous travaillé à Tours ?
Nous avons enquêté sur les six parkings les plus importants (1). Nous avons relevé les tarifs en mars et sommes revenus le 3 juillet, quand la loi Hamon s’est mise en place. Et qu’avez-vous constaté ? Qu’entre temps, il y avait eu une augmentation des prix ! Certes, tous les parkings avaient bien établi la nouvelle réglementation au quart d’heure. Mais c’était plus cher : de 11 € la journée à 12 €.

Comment se situe Tours ?
Elle est dans la moyenne générale côté tarifs. Elle est bonne élève pour la réglementation. On est plus cher qu’avant à l’heure, mais c’est une tendance nationale. En revanche, Tours est mauvaise élève sur un point : la lisibilité tarifaire est très insuffisante !

Les périodes de gratuité n’ont visiblement pas leur place non plus…
Non, aucun des parcs de stationnement que l’on a vérifiés n’offre de période de gratuité.

Que va changer cette enquête ?
Il faut en parler, débattre. Les parkings coûtent plus cher et il faut se trifouiller l’esprit pour savoir combien il faut débourser.

N’était-ce pas trop « naïf » ou utopique d’imaginer que les tarifs allaient baisser ?
Cela aurait dû ! C’était bien le but de cette loi. Certains automobilistes vont être bénéficiaires, mais de nombreux autres vont désormais payer plus…(2)

Propos recueillis par Aurélien Germain

(1) Vinci Gare, Anatole-France, Nationale, Relais Fil Bleu, Mairie, Champ-Girault.

(2) De nombreux parkings ont augmenté le tarif horaire ou de longue durée. Au niveau national, la CLCV a constaté des hausses moyennes de + 8,1 % pour 1 h ou encore + 11,1 % pour 24 h.