TOP 4 : Santa Clarita Diet

Netflix a annoncé qu’il n’y aurait pas de 4e saison pour Santa Clarita Diet, délicieuse rom-com zombie. Voici quatre raisons de (re)découvrir la série et la dévorer en un week-end.

POUR L’ASPECT ZOMBIE FRAÎCHEUR

L’histoire ? Une mère de famille agent immobilière apprend qu’elle est une zombie (mais sans l’apparence) et doit gérer, avec sa famille, ses pulsions meurtrières. Bref, quand The Walking Dead rencontre Desperate Housewives.

POUR DREW BARRYMORE

Connue pour son rôle dans E.T., Drew Barrymore porte ici la série à bout de bras. Carburant à la chair humaine (alors qu’elle est vegan dans la vraie vie), l’actrice est aussi drôle que touchante, pétillante et imprévisible.

CAR C’EST DRÔLE !

Farfelue, cocasse, drôle, lunaire et surtout WTF : la série est tout ça à la fois. Dans ce grand n’importe quoi, les situations improbables s’enchaînent. Santa Clarita Diet a le goût d’une sitcom en plus… morbide dirons-nous !

CAR ON EN VEUT… EN-GORE !

Voir du sang et de la tripaille et en rire ? Santa Clarita Diet y parvient. Les amateurs d’hémoglobine trouveront leur bonheur (ça gicle, ça croque, ça déguste). Surtout quand Sheila la zombie dézingue du nazi avec les dents.

Fin des cours pour C’koi ce cirk

La semaine dernière, adhérents, médias, politiques ont reçu une lettre d’adieu de la compagnie tourangelle C’koi ce Cirk… En juillet 2018, les cours de cirque qu’elle assure auprès de 2.780 enfants s’arrêteront, faute de moyens et de soutiens. Explications de Ludovic Harel, fondateur de la compagnie.

c'koi ce cirk

Quelle est la situation actuelle de C’Koi ce Cirk ?
Depuis 13 ans, la Compagnie C’Koi ce Cirk initie et forme enfants et adultes aux arts du cirque et de la piste sur le tout le département d’Indre-et-Loire. Au Rexy, à St-Pierredes- Corps et dans quarante-et-une structures partenaires comme les centres socio-culturels, les écoles, à Ballan- Miré, à Amboise, à Montlouis, etc. Chaque année, nos cours sont pleins. On est même obligé de refuser des enfants.
Notre pédagogie selon les principes de l’éducation populaire a fait notre force. Certains enfants nous suivent depuis 9 ans. Pourtant, nous venons de décider d’arrêter cette activité. À regret, mais nous n’avons pas le choix.

Pourquoi ?
Depuis nos débuts en 2005, on s’adapte, on fait avec les moyens du bord. Auto-financé à 72 %, on a toujours du mal à trouver des lieux où pratiquer. En 2015, on a pu s’installer au Rexy et sédentariser en partie notre activité. On a passé 3 années de bonheur. Mais ce lieu va être mis en vente. Ce qui signifie chercher un nouveau lieu, déménager, négocier. Le tout pour une addition trop salée. On ne peut plus tirer sur la corde.
L’équipe, qui travaille sans compter pour des petits salaires, est fatiguée. Continuer une année de plus, ce serait reculer pour mieux sauter… dans le vide… Aujourd’hui, on prend la réalité en pleine figure. L’envie est là, mais les moyens n’y sont pas. Par contre, nous continuerons l’activité spectacle, qui tourne bien aussi.

Alors quel avenir pour le cirque à Tours ?
Aujourd’hui, les pouvoirs publics mettent l’accent — et l’argent — sur un festival international du cirque, qui dure 3 jours dans l’année. Par contre, les compagnies de cirque qui travaillent au quotidien sur le territoire ne sont pas assez soutenues. On a quelques subventions, bien sûr, mais on a besoin d’une réelle ambition. Depuis 2001, on entend parler de pôle national des arts du cirque à Tours. Ça marcherait !
Quand on regarde la carte des écoles fédérées des arts du cirque, on se rend compte de la pauvreté criante de la Région Centre par rapport aux autres. Il y a le théâtre à l’Olympia, la danse au Centre Chorégraphique. Pourquoi pas le cirque dans les anciennes casernes ou ailleurs ? Mais ça, on ne peut pas le faire tout seul.

Propos recueillis par Jeanne Beutter

Le duo Funktrauma tire sa révérence

Fin des activités pour le duo tourangeau Funktrauma. Les musiciens l’ont annoncé sur Facebook.

Finito… Les Tourangeaux complètement funky de Funktrauma ont décidé de raccrocher les gants et de cesser leurs activités avec le groupe. L’annonce a été faite, ce 12 janvier, sur leur Facebook.

Ils expliquent notamment : « Après quatre années et demi bien chargées, Funktrauma tire sa révérence.
Arrivés au bout de l’aventure Funktrauma, Beat Matazz et The Poulpe sont appelés vers d’autres horizons et aventures musicales. Vous nous retrouverez très prochainement dans nos projets solos respectifs MAÅSS et Beat Matazz. »

 

Et pour se rappeler les bons souvenirs, il suffit de jeter un œil sur notre article daté d’avril 2014 : tmv avait rencontré le duo super sympa. (séquence nostalgie en cliquant ICI)

(Photo Cédric Neige)
(Photo Cédric Neige)