Hellfest 2022 partie 2 : chiffres fous et marathon du metal

Canicule le premier week-end, début sous des trombes d’eau pour le second, avant le retour du soleil ! Mais pas de quoi décourager les festivalier(e)s du Hellfest qui, durant quatre jours supplémentaires, ont pris une nouvelle (grosse) dose de metal. Notre compte-rendu !

Hellfest pluvieux, Hellfest heureux (quand même)

En débarquant de nouveau à Clisson, pour ce deuxième week-end d’affilée du Hellfest, c’est un sublime ciel gris et de magnifiques nuages bien moches qui nous accueillent. Comparé aux 17, 18, 19 juin, la température a chuté de… 20 degrés. Rien que ça. De la canicule qui nous a fait perdre 32 litres de sueur et 10 kg de gras, voici désormais madame Pluie qui s’abat par averses sur le site clissonnais.

Vendredi 24 juin, le jugement est sans appel : la boue aura eu raison de notre première paire de baskets et le soir, nos orteils ressemblent à des Knacki® mouillées. Mais le metal réchauffe.

Des chiffres ahurissants

420 000

Cette 15e édition du Hellfest – on l’a dit – est synonyme de démesure. Sur ces 7 jours, 420 000 festivalier(e)s réuni(e)s pour l’amour du metal (et de la bière, mais chut). Les 350 groupes se répartissent sur 6 scènes, ratissant large en représentant des dizaines de genres musicaux.

Boire un petit coup et manger ? Toujours possible partout sur les dizaines d’hectares du festival.

800 000

Entre 700 000 et 800 000 litres de bière ont été écoulés durant tout ce Hellfest, a estimé Ben Barbaud, big boss du festival. Mais – ô fichtre diantre, malheur ! – c’est 15 % de moins qu’une édition normale, « la faute » à une canicule qui aura poussé les metalleux à préférer l’eau (c’est bien) au breuvage houblonné.

5 000

Le nombre de bénévoles qui ont œuvré tout du long. 3 000 d’entre eux ont même fait les deux week-ends !

900 m2

La taille de la « loge » de Metallica, tête d’affiche de cette 15e édition, d’après le journal Ouest France. En fait, il s’agit surtout d’un mini-village, où s’affaire un staff de 120 personnes, installé exceptionnellement pour ce groupe mythique jamais venu au Hellfest.

300 000

En litres, la quantité de fioul utilisée pour l’ensemble des groupes électrogènes durant cette semaine.

74

C’est l’âge du légendaire ALICE COOPER qui a délivré un concert fun à souhait le vendredi, un spectacle, un vrai de vrai.

Y a pas d’âge pour écouter du metal !

17

En moyenne, le nombre de kilomètres que la team tmv parcourait par jour. (PS : si quelqu’un a une bonne adresse pour les massages de pieds…)

La dose de claques

[Lectrice, lecteur, on te connaît : si tu t’ennuies, tu peux aller en fin d’article pour lire notre baffouille sur la déception de cette édition ou sur le concert magique de Metallica]

Difficile de ne pas trouver son bonheur avec une telle programmation. Celui ou celle qui n’aura rien à trouver à se mettre sous la dent sera condamné à se farcir l’intégrale de Christophe Maé. Une fois de plus, c’était totale régalade.

On retiendra notamment la prestation absolument hallucinante de NINE INCH NAILS. Le groupe de Trent Reznor, que le Hellfest draguait depuis tant d’années, a enfin mis les pieds à Clisson. En mode machine de guerre. Set imparable (« Wish » en deuxième titre, façon pichenette de bûcheron), mur du son qui décolle les plombages, jeu de lumières ultra-réfléchi… La perle noire du metal indus aura mis le Hellfest à genoux.

On attendait de pied ferme, le samedi à 13 h (l’équivalent de 6 h du mat’ quand on est au Hellfest…), HUMANITY’S LAST BREATH. Un nom poétique qui signifie « Le dernier souffle de l’humanité ». Bref, une bonne dose d’optimisme en vue ! Là encore, une bonne baffe des familles, puisque les Suédois ont mis tout le monde d’accord avec leurs rythmiques syncopées et visqueuses, ces guitares sous-accordées plongeant dans les abysses de la noirceur, le tout avec une voix d’outre-tombe qui vous rappelle que oui, la fin du monde est bel et bien pour bientôt.

Humanity’s Last Breath : douceur, poésie et optimisme au Hellfest.

Dans un registre totalement différent, THE RUMJACKS a balancé son punk celtique devant une fosse bouillonnante (coucou, j’ai perdu un pied), riffs sautillants imbibés de Guinness, pour une dose de bonne humeur et un public chauffé à blanc, où l’on a pu dénombrer 12 slammeurs au mètre carré durant tout le show.
Récemment passé par Joué-lès-Tours, IGORRR a pulvérisé la scène malgré un retard de 15 minutes, amputant un set joué à cent à l’heure. Quant à MONKEY 3, le groupe suisse a offert une partition confinant au sublime, avec son stoner psyché sans paroles. Le concert, de toute beauté, s’est fini par l’extatique « Icarus » qui – on l’avoue, moquez-vous – nous a fait couler une larme.

Pas du tout metal, mais diablement superbes, NYTT LAND (du folk nordique très chamanique) et MYRKUR (un set acoustique folk danois) auront permis une bouffée d’air frais pendant ce week-end.

Car avec MIDNIGHT, la température est remontée de quelques degrés : prenez du punk, saupoudrez de speed metal, ajoutez-y trois musiciens encagoulés dont on ne voit pas le visage, et ça donne un concert totalement maboule, finissant sur un public en feu, des cordes de basse arrachées et des types se tapant leurs instruments sur le crâne. Normal.

Midnight, quasi incognito au Hellfest…

Oh, un OVNI !

On ne misait pas grand-chose sur DIRTY SHIRT, mais c’est probablement l’une des prestations les plus remarquées et remarquables de ces dernières années au Hellfest ! Au menu ? Du metal roumain, mâtiné de folklore de Transylvanie, avec 28 (!) personnes sur scène (grosse guitare, flûte, choeurs féminin, violons et autres), pour un joyeux bordel aussi accrocheur que fantasque. En un mot comme en cent : génial.

Et la palme de la déception revient à…

Tu l’attendais, ce moment, où tmv crache son fiel. C’est pourtant avec douleur que l’on écrit ça, car la déception 2022 aura été… GUNS ‘N ROSES. Le groupe mythique de notre adolescence, ce par quoi tout a commencé, « THE truc à voir une fois dans sa vie » comme dirait mamie Guiguitte. D’autant qu’il s’agissait de la formation originale… Las. Si Duff et Slash ont été impériaux, Axl Rose a rendu ces 2 h 30 (interminables) de concert douloureuses, avec un chant aux fraises et des envolées façon canard ramolli coincé dans une porte.

Evidemment, des « Welcome to the jungle » et « Live & let die » sont toujours un orgasme auditif… Mais rien n’y fait, difficile d’entrer dans ce set aux allures de jam entre potes (pourquoi caser une reprise d’ACDC en… 4e morceau ??), desservi par un son brouillon sur certains titres. Bref, on pleure des larmes de sang. Tristesse.

Metallica, en maître sur le Hellfest

Dimanche 26 juin, dernier jour. Plus de guibolles, plus de panards, le corps suintant la bière et les lingettes pour bébé (on n’avait que ça pour se nettoyer, désolé) : mais pas l’temps de niaiser, car c’est à ce moment-là que METALLICA devait marquer le Hellfest au fer rouge. Le groupe légendaire est attendu depuis des années et des années. Ce Graal, Ben Barbaud le convoitait depuis bien longtemps, alors que tous les groupes cultes (Iron Maiden, Kiss et compagnie) sont déjà passés sur les terres clissonnaises.

À ce moment-là, le site est en ébullition. Blindé. Trop. L’orga’ a fait venir de nombreux invités et des milliers de personnes ont acheté un pass 1 jour juste pour le groupe. La circulation se fait centimètre par centimètre et il y a BEAUCOUP trop de monde. Un enfer.

Mais quand l’intro d’Ennio Morricone se fait entendre, tant pis, c’est l’excitation qui reprend le dessus. Les Californiens débarquent enfin à Clisson. Mastodonte musical (plus de 150 millions d’albums vendus dans le monde, dont un « Black Album » à 30 millions…), METALLICA dicte sa loi. Triplé « Whiplash », « Creeping Death », « Enter Sandman » pour débuter (« Bon, on a joué les plus connues, qu’est-ce qu’on peut faire maintenant ? », sourit James Hetfield), petites surprises au menu (« No Leaf Clover » ou le plutôt mal-aimé « Dirty Window »), l’incontournable ballade « Nothing Else Matters » reprise en choeur par 60 000 personnes, ou encore un « Damage Inc. » orgasmique en fin de set…

En deux heures, METALLICA aura prouvé son statut de « star » (même si l’on regrette un petit manque de mise en scène). La preuve, même le ciel s’est illuminé pour lui, avec un feu d’artifice grandiose et XXL pour clôturer cette 15e édition.
Rendez-vous les 16, 17 et 18 juin 2023 pour un retour en Enfer.

Texte, photos et vidéos : Aurélien Germain

C'est la teuf de la science !

Les 4 et 5 octobre, aura lieu la Fête de la Science 2014 à l’hôtel de ville de Tours. De notre côté, on vous a préparé plein d’expériences, de quizz et de découvertes pour la préparer ! Eurêka !

Fête de la science à Tours

Nos coups de cœur pour la fête de la science 2014 :

> Réveille le chimiste en toi. Le top du Village des sciences, où chacun pourra manipuler pipettes et autres colorants, préparer des solutions ou observer des cellules au microscope. En plus, il sera possible d’échanger avec des professionnels sur le don et la greffe d’organes.
> N’aie plus peur des insectes. À découvrir, des travaux sur les colonies de termites ou encore comment lutter contre les invasions de frelons asiatiques.
> Teste ta mémoire. Avec différentes expériences et surtout les astuces de spécialistes pour stimuler sa mémoire, parce que… flûte, on a oublié. Le 10 octobre, à Vaucanson :
> Félicite les futurs scientifiques. Parce que pour Vauc’en sciences, lycéens de Vaucanson et collégiens de Bergson et Montaigne animeront des ateliers. Le 18 octobre, à Chinon :
> Fais coucou à E.T. Il sera possible de visiter l’observatoire spectroscopique de Chinon, de 14 h à 18 h. En plus de ça, une observation du ciel pour que l’Univers n’ait plus aucun secret…
Programme complet sur centre-sciences.org
 

Deux expériences à faire à la maison

Pas question de vous apprendre à réaliser de la dynamite. Simplement deux expériences à faire à la maison, pour devenir un apprenti scientifique.
DOSS_EXPERIENCE1
#1 L’EXPLOSION DE COULEURS
Facile comme tout et histoire d’admirer la beauté des couleurs… Matériel : Une assiette, un demi-litre de lait, 3 ou 4 colorants liquides différents (cartouches d’encre, un manche de cuillère en bois ou un coton-tige, du liquide vaisselle).
Étapes :
1/ Remplir une assiette de lait à moitié
2/ Verser quelques gouttes de colorant liquide au centre. Attendre une dizaine de secondes, puis ajouter quelques gouttes d’une autre couleur à côté, puis d’une autre, etc. Les colorants ne doivent pas se superposer.
3/ Enduire l’extrémité ronde du manche de la cuillère en bois (ou le coton-tige) avec du liquide vaisselle.
4/ Il suffit de poser doucement cette extrémité à la surface du lait au centre des colorants.
#2 JAMES BOND, AGENT YAOURT
Écrivez un message secret avec de l’encre invisible… en yaourt ! Matériel : Une bougie, un pot de yaourt nature, une feuille blanche, des allumettes.
Étapes :
1/ Prendre une allumette et tremper le bout dans du yaourt. Écrire le message sur une feuille blanche. Puis laisser sécher la feuille de 5 à 10 minutes.
2/ Allumer la bougie et la placer sous la feuille blanche (sans faire tout brûler !). Il faut que le côté sur lequel le message est écrit soit vers le bas, face à la flamme. Et là, magie…
 

Savoirs inutiles

Pour briller pendant la Fête de la science facilement…
DOSS_SAVOIRINUTILE
SINGE ET HEAVY METAL
De nombreux chercheurs ont montré que les animaux, notamment les singes, préférent le silence à la musique humaine (car elle est une construction mentale consubstantielle à l’homme, et ça, ça vous la coupe). Mais des scientifiques de l’Université du Wisconsin ont diffusé plusieurs chansons à des Tamarin pinché, un petit singe d’Amérique du Sud. Celle qui les a le plus apaisés était un titre du groupe de heavy metal Metallica.
CORPS EN EAU
Près de 65 % du corps humain est composé d’eau (bon, pour Gérard Depardieu, peut-être un peu moins mais ceci est une autre histoire…). Soit environ 42 litres d’eau pour une personne de 70 kg.
COQ INTERNATIONAL
Le chant du coq (qui pousse à un niveau sonore de 50 à 60 dB, l’équivalent d’un lavelinge soit dit en passant) est inné chez lui. En France, on le traduit par l’onomatopée Cocorico. En allemand, on choisira Kikeriki, cock-adoodle- do en anglais, coucakérkou en russe et Ò-ó-o-o en vietnamien.
ALCOOL ET BEAUTÉ
Une étude de chercheurs français a démontré que plus le taux d’alcoolémie était élevé chez un homme, plus il se sentait séduisant. Sauf que si une part des cobayes avait ingéré des vraies doses d’alcool, les autres n’avaient pris qu’un simple placebo à leur insu. Bref, tout dans la tête !
EN BONUS
Pour votre gouverne : le cochon ne transpire pas (inutile de dire « suer comme un porc ») ; on ne connaît au plus que 5 % de l’Univers ; un psychiatre japonais a réussi à retenir 83 431 décimales du nombre Pi (il a mis 13 h pour les énumérer) ; le fouet claque parce que son extrémité dépasse la vitesse du son…
 

>>>> Vous en voulez plus ? Il y a encore plein d’autres jeux par ici !