A la manette !

L’info est passée un peu inaperçue, sauf bien sûr pour les fans qui étaient déjà au courant depuis des mois : Fifa 23 est disponible sur toutes les bonnes consoles. Pourquoi, me direz-vous, déballer cette actualité, somme toute assez mineure et un peu commerciale, comme ça, en ouverture d’un billet d’info ?

Eh bien parce que parfois, on a la solution et on ne la voit pas. Franchement, on a un souci avec le foot, non ? Des supporters hors de toute réalité, qui balancent des trucs sur les joueurs, qui chantent des chants racistes ou qui déboulent sur le terrain pour déverser leur violence. Des matchs qui se jouent sous des cloches climatisées construites par des ouvriers précaires qui ont risqué leur vie à chaque jour de travail. Des joueurs qui pouffent comme des collégiens quand on leur parle de leurs voyages en avion ou qui Tik-tokisent leurs préférences politiques d’extrême droite.

Et on en passe… Alors comme ça, je me disais : si on se la faisait sur Fifa 23 la prochaine saison ? Histoire de changer d’air, un peu…

Matthieu Pays

Foot : c’est la reprise pour le Tours FC !

Une rentrée sur le terrain avec son lot de nouvelles…

C’était dimanche de rentrée, le weekend dernier pour les Ciel et Noir. Une rentrée qui s’est finalement effectuée en National 3. En effet, à la mi-juillet, la commission d’appel de la DNCG confirmait l’accession du club tourangeau à l’échelon supérieur.

En mai, le tribunal de commerce avait validé le plan de redressement du club, dont la dette, estimée à 4 millions d’euros, sera étalée sur dix ans. Enfin de bonnes nouvelles, donc, en provenance de la Vallée du Cher dont les pensionnaires avaient, rappelons-le, survolé leur poule de Régional 1 lors de la saison dernière.

Un même terrain

Autre nouvelle tombée au cœur de l’été, le club tourangeau devrait désormais partager le stade de la Vallée du Cher avec l’équipe de Joué-Lès- Tours, qui évolue, elle, en Régional 1. Les équipes devraient jouer en alternance, un week-end sur deux et disposer des terrains d’entraînement. Une décision qui, on s’en doute, a provoqué la colère du dirigeant tourangeau, Jean-Marc Ettori. Eric Thomas, adjoint au sport de la Ville de Tours répondant que cette décision n’enlevait rien au Tours FC et permettait au club jocondien de se donner les moyens de ses ambitions.

Une décision qui reste cependant à confirmer dans les faits. Côté jeu, le premier acte du championnat pour le club tourangeau se déroulait, donc, ce week-end, à Châteauneuf- sur-Loire, dans le Loiret. Une entame qui fut difficile, mais qui s’est soldée, finalement, par une victoire 1-2.

On le sait : il est toujours important de bien démarrer une saison. Même s’il y a encore du travail à faire dans le jeu, cela permet de se mettre en confiance pour la suite.

M.P. / Photo : NR

Des fourmis sur la Lune

Vous le saviez, vous, que les fourmis possèdent un système de navigation interne hyper perfectionné qui leur permet de toujours savoir dans quelle direction et à quelle distance se situe leur nid ?

Un truc pointu de chez pointu qui fonctionne avec la position du soleil, la polarisation de la lumière, le nombre de pas qu’elles ont effectués depuis leur départ… Un GPS naturel et inné, qui ne fonctionne pas avec internet ou des ondes qui nous traversent partout et qui ne tombe jamais en panne. Et, en plus, elles sont aussi au top en matière de communication. En se touchant les antennes, elles peuvent se passer tout un tas d’informations cruciales.

Et le reste, ça passe par la chimie : des phéromones qui disent tout sans fil et sans le moindre son.

Je ne sais pas pourquoi, je pensais à ça en voyant que les humains ressortaient leurs petites fusées pour retourner bientôt sur la Lune. Idée de cadeau à Thomas Pesquet, candidat au voyage : l’excellent Guide des fourmis d’Europe Occidentale, de nouveau disponible chez Delachaux et Niestlé !

Matthieu Pays

On a fait un tour au temple du burger : le Tatoué Toqué

C’est devenu une adresse incontournable à Tours, et plus particulièrement à Tours Nord : on a goûté aux fameux burgers du Tatoué Toqué !

Elle a ouvert ses portes il y a tout juste un an et demi (oui, vous avez bien compté, c’était en plein confinement) et l’adresse fait déjà figure d’institution. On exagère à peine.

Nous arrivons sans réservation et, à la petite mimique de la personne qui nous accueille, nous comprenons que ce n’était pas la meilleure idée du siècle. Coup de chance, il y a tout de même une table pour nous. Il faut dire que l’endroit et surtout son chef Benoît Sanchez, ont pas mal fait parler d’eux, ces derniers temps.

À l’automne 2021, il décrochait le titre de meilleur burger au Sirha de Lyon et décidait, dans la foulée, de partir représenter la France au Mondial du burger, à Dallas. Une aventure finalement contrariée par le Covid et, surtout, par la douane américaine. Tout ça pour dire que nous sommes ici dans ce qui est devenu, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le temple du burger gastronomique à Tours.

Une dizaine de burgers et une carte régulièrement modifiée

À la carte, qui change tous les trois mois, une petite dizaine de burgers auxquels s’ajoute la recette du moment (en vigueur pendant deux semaines). Parmi les intitulés qui fleurent bon les années 80 (on y reviendra…), notre choix se porte sur un Porky te Vas, à l’effiloché de Roi Rose, avec confit d’échalotes, pickles et roquette. Le tout est servi avec une généreuse portion de pomme de terre façon chips et une salade céleri-betterave. Les goûts sont francs, c’est gourmand, original… et copieux.

Benoît Sanchez a travaillé dans de nombreux et excellents restaurants gastronomiques et il compose ses recettes comme on invente un plat. Pour la réalisation, il a la même exigence. Tous les matins, il se lève aux aurores pour confectionner lui-même son pain, préparer ses viandes, ses pickles et ses sauces. Il sélectionne avec soin ses produits, en local autant que possible et de saison, bien sûr.

Pas la place pour un dessert, en ce qui nous concerne, mais le temps pour une petite flânerie dans le restaurant. Benoît est un fan de pop culture et des années 80. Il y a là, des pièces de collection qui agissent sur certains comme de véritables machines à remonter dans le temps. Ah, ces jolis bonbons chimiques dans un présentoir Goldorak…

Matthieu Pays


> L’addition : burgers de 15,50 à 19,90 €. Deux plats de viande dans les mêmes prix et une salade à 14,90 €. Pour les desserts, comptez de 5,20 € pour la glace à 8,50 € pour la tartelette citron nougat.
> C’est où ? Au Centre commercial de l’Horloge (16, rue du Maréchal-Joffre), à Tours Nord. Ouvert le lundi, de 11 h 30 à 14 h et du mercredi au samedi, de 11 h 30 à 14 h, de 18 h 30 à 21 h. Dimanche, de 11 h 30 à 14 h.
> Contact : Tél. 02 34 53 53 39. Sur la page Facebook Le Tatoué Toqué ou le site internet letatouetoque.fr + Instagram Restaurant Le tatoué Toqué

 

Juste un mot

Il y en a tant eu, des mots. On a dit, tous, tant de choses. Des mots poignants de victimes, traçant le visage de l’horreur pour ceux qui n’y étaient pas, ceux qui ont eu la chance de ne pas y être. Des mots qui restent longtemps en suspens au-dessus des gens. Des mots d’apaisement. Des mots fermes d’un président pour imposer le silence ou revenir au débat. Mais, aussi, des mots perdus, des mots confus ou, même, des mots déguisés, contreplaqués, prononcés par des accusés, un peu perdus eux-aussi.

Des mots vides encore. Et puis, des mots d’expert, fonctionnels, descriptifs, ennuyeux. Des mots formels, du langage judiciaire. Sans parler des mots pour ne rien dire, les mots qui s’écoulent comme un robinet qui fuit, de la salle des pas perdus.

Et puis un jour, à la fin de tout, juste quelques mots. Les derniers mots des accusés. Face à la salle qui s’éteindra bientôt, les ultimes paroles prononcées, avant que ne retombe, sur tous ces mots, le rideau lourd de la justice.

Matthieu Pays

Tematai à Paris

Il est arrivé par l’avion du lundi. Il a mis dans sa valise ses affaires d’étudiant. « Il faut emmener quoi avec soi, pour faire député ? » s’est-il demandé, pour rire, au moment de boucler ses bagages. Il revient de là-bas, mais il est chez lui ici. Dans cette ville grise et souvent trop froide, il a appris à vivre. Loin Papeete où il est né, loin de l’île de Tubuai, où il a grandi et loin aussi de Tahiti. Il s’est battu pour devenir quelqu’un.

Il a appris les codes, il a appris les lois, il a travaillé son éloquence. Il a appris, aussi, à se battre pour ses amis de ses îles lointaines. Dans des associations, dans des partis, dans des groupes. On l’a élu président de ceci, représentant de cela. Et le voilà ici, ce matin, au bureau d’accueil de la grande Assemblée du pays. On va lui montrer son bureau, on va lui donner le code de son ordinateur.

Il aura peut-être un petit livret d’accueil. Comme à la fac, les dorures en plus. Il va devoir embaucher des gens pour travailler avec lui. Il a 21 ans. Tematai Le Gayic est le plus jeune député de toute la Ve République. En y pensant, pour lui-même, il sourit.

Matthieu Pays

Le vote noir

C’est comme à Koh Lanta. Vous savez, quand le candidat qui vient de se faire éliminer donne son vote pour le prochain conseil à un de ses camarades. C’est pareil. Il ne sait pas du tout, celui qui s’en va, pour qui va voter l’autre, la prochaine fois. Il ne sait même pas, pour de vrai, si c’est vraiment son ami. Si ça se trouve, il est en au cœur d’une stratégie qui a conduit à son élimination.

N’empêche, l’autre, celui qui reste, il se retrouve avec une super arme entre les mains. Un deuxième bulletin de vote qui lui donne un vrai pouvoir par rapport aux autres aventuriers. Avec ça, il est le roi dans les stratégies. S’il joue bien, il peut pratiquement éliminer qui il veut au tour suivant. Il pèse deux fois plus que tous les autres.

Et, fort de ses deux voix, il est pratiquement intouchable. On en est là, aujourd’hui, en France. Pour des tas de raisons, la moitié des Français sont éliminés des élections. Et les autres, ceux qui continuent à voter, de fait, tiennent leur vote noir entre les mains. Un vote donné sans conditions, sans retour et sans aucun contrôle.

Matthieu Pays

Sport régional : des mesures face à la hausse des incivilités et violences

Les incivilités se font de plus en plus fréquentes dans les Districts de football de la région. La Ligue Centre-Val de Loire a donc validé deux projets…

La semaine dernière, un joueur de l’équipe réserve de Montbazon a été roué de coups et un arbitre menacé de mort, à la fin d’un match de 4e division de district. Des événements qui, malheureusement, sont de plus en plus fréquents sur les stades, dans le département comme ailleurs.

Cette hausse des incivilités, la Ligue régionale sait la chiffrer. « Le nombre de dossiers au niveau régional a augmenté de 6,21 % par rapport à la dernière saison pleine », détaillait le président Teixeira, lors de l’Assemblée générale, la semaine dernière.

C’est pour lutter contre ce fléau que deux mesures fortes ont été adoptées. La première, c’est la licence à point, qui existe déjà au niveau départemental en Indre-et- Loire (comme dans six autres départements de France). Le principe, c’est que chaque incivilité constatée chez un joueur entraîne une perte de points sur sa licence, exactement comme pour le permis de conduire. Pour récupérer ses points, il faut un an sans aucune sanction ou un stage. Un joueur qui n’a plus de points sur sa licence se voit suspendu pour une saison complète.

À noter tout de même que cela ne change rien pour les incivilités ou les violences contre les arbitres ou les adversaires, puisqu’elles sont déjà sanctionnées en mois de suspension et que le barème est beaucoup plus lourd depuis cette année.

Les jeunes pas épargnés

L’autre mesure, c’est l’attribution de points bonus (trois maximum) en Régional pour les équipes qui font montre de fair play. Cette mesure incitative vient compléter les retraits de points qui existent déjà pour les équipes coupables de mauvais comportements.

Les incivilités, malheureusement, concernent aussi de plus en plus les catégories de jeunes, notamment de la part de certains parents. Des panneaux de sensibilisation seront donc installés dans 350 stades de club de la région avec des U7, U9 et U13. « Une idée née dans notre région et qui devrait être reprise par la FFF au niveau national », souligne Antonio Teixeira.

M.P.

Un nœud à son mouchoir

Comment on va faire pour ne pas oublier ? Il y a le noeud au mouchoir. C’est bien, c’est classique. Bon, mais vu la météo en ce moment, tout le monde ne se balade pas tous les jours avec un mouchoir dans la poche. Il vaudrait mieux un casque pour se protéger des grêlons.

Sans compter que faire un nœud à un kleenex®… On peut demander à quelqu’un de nous le rappeler ou, même, d’y aller avec nous. Mais la personne risque de nous demander de lui rappeler qu’elle doit nous le rappeler et on en revient au point de départ. Une alarme sur le portable ? Oui, mais à quelle heure ? Trop tôt, on risque de remettre ça à plus tard. Trop tard, on risque de se dire que, tant pis, ce sera pour la prochaine fois.

Reste le post-it® sur le frigo ou le petit point dessiné dans le creux de la main. Parce que oui, dimanche prochain (et celui d’après), il ne faudra pas oublier d’aller voter pour élire notre député. Ce n’est pas parce que personne n’en parle et qu’on se demande si la campagne a vraiment commencé que ce n’est pas important. C’est important et c’est une fois tous les cinq ans.

Matthieu Pays

Howard Hinton Sevens : la fête du rugby à 7

Ce week-end, Tours a vibré avec le Howard Hinton Sevens, un tournoi de rugby à 7… qu’on vous explique ici.

Le stade de la Vallée du Cher, d’ordinaire temple du ballon rond, est presque entièrement voué au rugby quand vient le mois de mai. La semaine dernière, nous vous parlions du challenge Lamarre, qui mettait aux prises 1 200 jeunes joueurs venus de toute la France.

Ce week-end, c’est le rugby à 7 qui prenait ses quartiers en bord de Cher, pour le Howard Hinton Sevens. Le tournoi tourangeau, créé en 1997, en hommage à un ancien joueur de l’UST disparu à l’âge de 33 ans, est devenu une référence en France et même en Europe.

Rugby à 7, kézako ?

Tout d’abord, le rugby à 7, c’est quoi ? Eh bien, c’est comme du rugby à 15, mais il n’y a que sept joueurs dans chaque équipe. Le terrain et les principales règles sont les mêmes. A noter quand même que les temps de jeu ne sont pas identiques : 7 minutes par période à 7, contre 40 à 15. Dans cette variante du rugby née en Ecosse à la fin du XIXe siècle, les lignes sont beaucoup plus étirées et les essais plus fréquents.

Enfin, pour clore la leçon de choses, le rugby à 7 est une discipline olympique depuis les Jeux de 2016.

Ce dimanche, à Tours, la finale féminine opposait deux équipes françaises. L’une venue du Pays Basque (Euskadi) et l’autre de région parisienne (Rugan’s). Et ce sont les Franciliennes qui se sont facilement imposées (36-5). Signalons au passage, puisque les résultats de l’élite suscitent souvent des vocations, que l’équipe de France féminine a été sacrée vice-championne olympique, lors des jeux de Tokyo.

Chez les garçons, la finale opposait les Scavengers, également de la région parisienne, à l’équipe Germany Development, dont il est inutile de préciser la nationalité. Et ce sont les Allemands, en pleine préparation pour une qualification en coupe du monde (en Afrique du sud, en septembre 2022) qui se sont imposés (12-24). Un beau tournoi, une belle organisation et de belles finales qui clôturaient trois jours sous le soleil, pour faire connaître et aimer, une discipline en plein développement.

M.P. / photo : NR – J.Pruvost

Deux stades, deux ambiances

On s’entasse, on se bat, on achète des faux billets à prix d’or. On grimpe sur les piliers, on escalade les grillages, on est nombreux et très énervés. Du coup, on ne sait plus bien quoi faire. On retient, on arrête, on cogne, on interpelle. Côté terrain, version tribunes, on attend, on retarde, on s’interroge, on essaye de savoir ce qu’il se passe exactement.

Et devant son poste, on n’en croit pas ses yeux. Tout ça, pour 90 minutes à se regarder au milieu de terrain en espérant que l’autre ne tirera pas le premier. Un des deux tire. But. On remballe.

Alors que deux heures avant, autre stade, autre ballon, on se regarde, on se jauge, on se respecte. Sur la pelouse, on s’affronte, on s’écoute, on joue ensemble. On souffre, on ne lâche rien. Dans les tribunes, on agite des drapeaux, on vibre, on chante.

On a payé son billet et on ne le regrette pas. Devant son poste, on espère, on tremble, on explose, on jubile. Tout ça pour un titre, enfin, arraché au bout de l’effort, une mention au tableau d’honneur de l’histoire du sport. Et, le lendemain matin, c’est le premier stade qui fait la Une et pas l’autre. Allez comprendre…

Matthieu Pays

On a testé IT Trattoria, resto italien de l’Heure Tranquille

Petit détour aux Deux-Lions cette semaine pour notre chronique resto. On a fait un tour en Italie, chez IT Trattoria.

IT Trattoria entre dans la catégorie de ce que l’on pourrait appeler les concept-restos. C’est évidemment une dénomination que l’on vient d’inventer, mais elle dit bien ce qu’elle veut dire. En résumé, quand vous passez la porte, vous entrez vraiment dans un autre monde.

Cela passe d’abord par le décor, évidemment, qui est spécialement soigné ici avec tout un tas de détails qui rappellent l’Italie. À commencer par le bar Aperitivo qui nous accueille à notre arrivée.

Mais, au-delà de ça, c’est une ambiance. On parle fort, on s’interpelle et on se croise, comme dans les trattorias de Rome ou de Milan. Concept aussi dans le déroulement du repas. Ici, on se dirige d’abord vers la caisse pour passer sa commande. Ensuite, on prend son petit bipeur et on va s’installer où on veut. Quand ça sonne, on va chercher son plat. Côté carte, les choses sont assez simples.

Les pizzas et les pâtes se taillent la part du lion. À première vue, pas de surprise, les recettes sont traditionnelles (ne cherchez pas l’hawaïenne pâte épaisse). Mais cette apparente simplicité cache, en fait, des plats très bien faits, avec d’excellents produits.

Et quand c’est bon, ce n’est pas la peine d’en rajouter. La pâte de notre pizza, une Prosciutto e Bufala de belle dimension, est fine et légère. La tomate dégage ses arômes puissants, tout comme le jambon et la mozzarella, tous deux venus de là-bas. Les pâtes, que l’on reluque chez nos voisins de table, sont fraîches et copieuses.

Ici, on le comprend très vite, c’est la cuisine qui est au centre de l’espace. La petite cohorte de cuisiniers travaille devant nous et prépare les plats à la demande. C’est là que tous les clients viennent chercher leur commande. Sourire et convivialité garantis. Là aussi que sont préparés les desserts qui garnissent le très joli comptoir de sucrerie parfaitement ordonnées. Nous optons pour une tarte au citron meringuée. Elle n’est pas trop sucrée et n’a pas oublié sa petite touche de croquant. Parfait pour finir en beauté.

Matthieu Pays


> L’addition : Pour une belle pizza, comptez entre 10 et 14 €. Les pâtes sont dans la même fourchette, tout comme les salades. Les desserts s’affichent à 5,50 €.

> C’est où ? Dans la galerie de l’Heure Tranquille, aux Deux-Lions.
> Contact Tél. 02 47 39 65 86. Plats à emporter. Wi-fi en libre accès. Ouvert tous les jours, midi et soir. Site : it-trattoria.com

Kylian et le roi

On ne dit pas non au roi. C’est, pendant très longtemps, ce que les rois ont pensé. Les vrais rois, avec la couronne et le spectre, qui auraient voué aux galères le premier qui leur aurait manifesté leur refus. Puis, plus tard, certains rois de la politique, qui ont longtemps cru pouvoir tenir le pouvoir dans une main et le consentement de tous et toutes (enfin, surtout toutes), dans l’autre.

Les rois du PAF, de la scène ou de l’écran, de la mode ou des médias, les roitelets de tous acabits. Même les tout petits souverains dans leur royaume minuscule, une arrière boutique, un bout de bureau, une PME de sous-préfecture.

Kylian, lui, il a dit non au roi du foot. Le très, très gros chèque du PSG a sans doute été plus déterminant que sa peur du déménagement et sa réticence à apprendre une nouvelle langue. N’empêche : il a dit non. Comme plusieurs femmes puissantes ont dit non au monarque républicain qui voulait les adouber Première ministre.

Et ces refus, quelle que soit la noblesse réelle ou supposée de leurs motivations, ont quelque chose de réconfortant. Et, sans mauvais jeu de mot footballistique, ça s’appelle le libre-arbitre.

Matthieu Pays

Gaston, c’est la vie

C’est fou comme sont les hommes ! Il faut toujours qu’ils réparent les jouets cassés ou qu’ils essayent de faire revivre les choses qui ne sont plus. On avait déjà essayé de ressusciter des dinosaures sur des îles lointaines et on a vu ce que ça a donné.

La dernière lubie en date, elle revient à l’éditeur Dupuis, qui s’est mis en tête de faire revivre notre Gaston préféré. Nous, on croyait qu’il s’était endormi sur une pile de lettres en retard et qu’il avait simplement oublié de se réveiller. Et ça nous allait bien, comme idée.

Mais non, il doit se remettre au travail, Gaston, lui qui ne sait pas trop ce que c’est, le travail. L’éditeur (que l’on imagine en gros monsieur énervé, joufflu et court sur pattes) lui demande d’aller chercher des sous chez ses fans. Mais lui, il ne sait même pas à quoi ça sert, les sous. Et il ignorait qu’il avait des fans.

Franquin ne voulait pas que son héros lui survive. Et c’était son droit. Gaston, c’est une époque, c’est quelque chose qui a un début et une fin. Comme un éclat de rire, comme une BD, comme la vie.

Matthieu Pays

Grève des éboueurs : les poubelles de la colère

Les trottoirs de la ville sont envahis par les poubelles. La faute à un conflit entre les agents métropolitains et municipaux et leurs employeurs à propos de congés.

Les faits

Les agents métropolitains et municipaux de Tours sont en grève depuis le 5 mai. À l’origine de cette grogne, la suppression annoncée de 1 à 5 jours de congés d’ancienneté (selon les cas). La Ville de Tours et la Métropole expliquent qu’elles sont obligées de les supprimer suite à l’adoption d’une loi, en 2019, sur le temps de travail.

Le maire de Tours, Emmanuel Denis, avait proposé l’instauration, en compensation, de deux jours supplémentaires de RTT et le paiement des 3e et 4e jours. Une proposition rejetée par les syndicats qui entendent élargir les revendications sur la question des salaires.

Ils réclament une augmentation de 300 € mensuels et une prime annuelle de 1 500 €. « Ces congés d’ancienneté ont été instaurés en 1983 par Jean Royer car les agents étaient mal payés », rappelle Koffi Ghyamphy, secrétaire général CGT des agents municipaux de Tours et du CCAS. « On est fatigués, on sort de la pandémie où les agents ont été très sollicités, on mérite ces congés ! »

Le contexte

Depuis le déclenchement de cette grève, les poubelles ne sont plus ramassées dans les villes de l’agglomération et les détritus commencent à envahir les trottoirs des 22 communes de la métropole. De même, les employés de la propreté urbaine ayant rejoint le mouvement à partir du 10 mai, les trottoirs et les marchés ne sont plus nettoyés.

Les diverses rencontres entre les collectivités et les syndicats se sont soldées par des échecs. Depuis 11 mai, la situation semble même assez figée.

Pour la Métropole, le blocage des dépôts qui rend impossible le ramassage des poubelles rend également impossible les négociations. « On est sur quelque chose contraire au code du travail », explique Maria Lépine, vice-présidente de la Métropole en charge notamment des ressources humaines. Pour assurer l’hygiène dans les secteurs les plus sensibles (foire de Tours, centre-ville de Tours), la Métropole a annoncé faire appel de façon ponctuelle à des prestataires.

Vers une solution ?

Vendredi 13 mai, les premières avancées ont été enregistrées. La Métropole a proposé une augmentation de salaire de 120 € mensuel, mais a refusé d’évoquer la possibilité d’une prime annuelle. Les discussions devraient s’intensifier, au cours de cette semaine qui promet d’être une des plus chaudes du printemps.

Texte : Matthieu Pays / Photo : A.G.

Dans le métro, j’ai vu des guitaristes classiques qui jouaient « Jeux interdits » d’un air inspiré. J’en ai vu d’autres s’user les doigts sur l’« Asturias », d’Albéniz entre deux rames bruyantes. J’ai vu des joueurs de bandonéon avec un petit singe sur l’épaule. J’ai vu des violonistes à l’archet criard. J’ai vu des accordéonistes, des chanteurs sur bande magnétique.

Dans les couloirs de Montparnasse, une fois, j’ai même croisé un bagad tout entier qui devait attendre son train. Bien souvent, je passais devant ces musiciens sous-terrains d’un pas pressé et d’une oreille vide. Mais, de temps en temps, il y avait comme un miracle.

Il y en a, parfois, des miracles dans le métro. Une voix cristalline à l’entrée de Châtelet-Les Halles, peut-être Sirima qui fait vibrer sa courte vie. Et, juste pour un jour, juste pour une fois, la voix humaine et blessée de Bono, dans le métro de Kiev qui, par sa présence, honore tous les musiciens de métro du monde. Sans nom, sans gloire. Rien que pour l’humain.

Matthieu Pays

A Tours, la course au passeport !

Les vacances arrivent à grands pas et bien des Tourangeaux cherchent à refaire leurs papiers d’identité en vue d’un voyage. Pas simple en ce moment…

Les faits

À Tours-Centre, en s’y prenant le lundi 9 mai, en début d’après-midi, nous obtenions un premier créneau pour le mercredi 3 août. Soit 55 jours d’attente avant de pouvoir faire sa demande de passeport. Pour les mairies annexes, c’était encore pire, puisque des rendez-vous nous étaient proposés en septembre ou octobre. Il reste encore, après ce rendez-vous, à attendre que le document soit prêt. Les délais restent normaux pour cette phase, compris généralement entre deux et trois semaines.

Le contexte

Cette situation inédite n’est évidemment pas propre ni à Tours ni à l’Indre-et- Loire. Anne-Gaëlle Baudoin, directrice de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) indiquait récemment à nos confrères de France-Info, que les délais pour l’obtention d’un rendez-vous dépassaient en moyenne les deux mois actuellement, contre quinze jours à trois semaines en période normale.

Cette situation inédite est liée, en grande partie, à un effet de rattrapage. Durant la période de la crise sanitaire, 1,3 million de documents officiels n’avaient pas été renouvelés puisque les déplacements étaient très difficiles.

Les solutions

Pour remédier à cette situation, les administrés ont d’abord recours au système D. En demandant des rendez-vous dans des secteurs ou des communes moins peuplées, on peut trouver des créneaux plus rapidement. L’Indre-et-Loire compte 23 communes équipées d’un (ou plusieurs) dispositifs de recueil, indispensables à l’établissement d’un document d’identité.

Elles affichent des délais pouvant aller du simple au double. Il est également possible de guetter sur internet les éventuels désistements qui libèrent des créneaux. Mais ils sont aléatoires et ils partent vite.

L’État à la rescousse

Le gouvernement à récemment annoncé un effort exceptionnel en mettant 400 dispositifs de recueil supplémentaires à la disposition des communes. L’ambition étant de revenir à une situation normale pour la prise de rendez-vous avant l’été. Une solution mise en avant depuis longtemps par Cédric de Oliveira, maire de La Riche et président de l’association des maires d’Indre-et-Loire.

Matthieu Pays

Basket : tous ensemble derrière le TMB pour le maintien !

Tmv sera le parrain de la rencontre contre Nantes, ce vendredi, à la halle Monconseil. Un match qui, depuis les derniers résultats, a pris une importance capitale. Alors, si vous hésitez encore, voici 5 bonnes raisons de venir supporter les Tourangeaux !

1. Pour vibrer !

Pour vibrer, il faut de l’enjeu et, malheureusement, il y en a. On aurait bien préféré que ce match ne soit qu’un parmi les autres et qu’à part prendre un peu de bon temps en équipe, les joueurs du TMB n’aient plus grand chose à jouer lors de ce Tours-Nantes à la maison.

Ce n’est hélas pas le cas. Tours est actuellement 15e du championnat de Pro B, juste devant… Nantes. Il reste quatre matchs à jouer avant la fin de la saison. Les deux dernières équipes seront reléguées en Nationale 1.

2. Pour lancer le sprint

Oui, c’est un sprint. Dans la dernière ligne droite du championnat, en quatre matchs, les Tourangeaux vont rencontrer trois de leurs concurrents directs pour le maintien. Nantes, donc, ce vendredi. Puis Boulazac, également à domicile, avant un déplacement à Quimper. Le TMB terminera ce sprint qualificatif par un derby très compliqué face à Blois (3e).

Autant dire qu’il vaudrait mieux avoir bouclé l’affaire avant ce dernier acte. Autant dire aussi que le maintien, il va beaucoup se jouer à domicile. Ces matchs, les joueurs vont les jouer comme des finales, les supporters se devront d’être au diapason.

3. Parce qu’ils ont besoin de nous !

Oui, si tmv est fier de parrainer ce match à la maison, c’est d’abord parce que vendredi, encore plus que d’habitude, le TMB aura besoin de tout le monde. La ferveur d’un public, le soutien dans les bons comme dans les moments plus difficiles, ça peut tout changer. Avec vous, le TMB peut gagner ses deux prochains matchs à la maison et, enfin, respirer un peu.

4. Parce que c’est une p… d’équipe !

À regarder le parcours du TMB cette saison en Pro B, on en oublierait presque qu’il s’agit d’une formation promue de Nationale 1. Un effectif au top, un coach expérimenté et respecté, les Tourangeaux ont su, dès le début du championnat prouver qu’ils avaient leur place en Pro B. Des blessures et un peu de fatigue rendent la fin de saison plus difficile, mais ils sont là, les Tourangeaux !

5. Parce que le basket, à Tours…

…C’est une longue histoire. Une histoire glorieuse qui a contribué à faire de Tours la ville la plus sportive de France en 1980 (lire tmv n°289 juste ici !). On vous en parle de la finale de Coupe d’Europe contre le Cinzano Milan, le 17 mars 1976 ?

> Tours VS Nantes, le 29 avril à 20 h.

 

Volley : pour le TVB, il faut y aller… encore !

Le Tours Volley Ball a connu deux finales et un ascenseur émotionnel compliqué. Mais ce n’est pas fini.

Le TVB a connu deux finales majeures en dix jours. D’abord celle de la Coupe CEV, perdue en deux confrontations face à Monza, puis celle de la Coupe de France, perdue également, face à Chaumont, samedi dernier. Deux finales, mais surtout deux allers-retours dans un ascenseur émotionnel assez compliqué à gérer.

Car, pour finir finaliste de deux compétitions de cette ampleur, il faut être dans une dynamique exceptionnelle. Il faut être dans une saison pleine. Sauf qu’au final, la vitrine des trophées du club ne se remplit pas.

Samedi, la pilule a été encore plus amère à avaler, car la défaite est intervenue après un match fou, une remontada tourangelle d’anthologie et au terme d’un tie-break dantesque pour, finalement, échouer sur un impitoyable challenge vidéo, particulièrement cruel.

Un nouveau marathon pour le titre de champion

Dans un communiqué, le président Bruno Poilpré rappelait ce dimanche, que le club avait disputé 11 matchs en 32 jours. Il indiquait sans détour : « La Coupe de France, de par son organisation inhumaine a largement émoussé le potentiel de nos joueurs. » Ramassée sur une période très courte, la Coupe de France (dont le TVB était le tenant du titre), a imposé à l’équipe quatre matchs et 3 000 km en bus en une semaine. Des cadences infernales incompatibles avec le haut niveau irrespectueuses du sport et des sportifs.

Et pourtant, il va falloir y retourner. Car il reste un titre à aller chercher, pour accrocher enfin, une étoile à cette incroyable saison. Un des plus beaux : celui de Champion de France. Ce nouveau marathon qui devra, encore une fois, se courir en sprint, débute vendredi, face à Tourcoing.

« Je fais un appel solennel à tous nos supporters et tous nos partenaires pour soutenir notre équipe et son staff en déployant une énorme énergie positive pour que nous abordions le quart de finale de Championnat rechargés à bloc. » Paroles de président.

M.P. / Photo : NR – Julien Pruvost

10 & 20 km de Tours : plus que quelques jours pour le tarif préférentiel

Les 10 & 20 km (et le marathon !), c’est en septembre prochain ! Jusqu’au 31 mars, l’inscription à la course est moins chère.

Attention, amis coureurs de toutes catégories, vous n’avez plus que quelques jours pour profiter des tarifs de lancement pour les courses des 10, 20 km et du marathon de Tours du 25 septembre prochain. Après le 31 mars, ce sera (un peu) plus cher.

Cette petite info (qui peut vous faire économiser quelques euros) est l’occasion pour nous de vous redonner envie de participer à cette belle fête de la course à pied, au cœur de la ville.

10 km ? 20 km ? Marathon ou marche nordique ?

Au départ de la place Anatole-France, le 10 km, l’épreuve la plus populaire, vous emmènera pour une belle balade sur les deux rives de la Loire, avec un passage par l’abbaye de Marmoutier et une petite virée dans le centre historique. Si vous vous sentez un peu plus motivés, vous pouvez partir sur le 20 km et ses deux boucles sur le parcours du 10 km. Le parcours est tellement roulant et agréable que, franchement, on ne s’en lasse pas.

Et si vous avez vraiment des jambes de feu, vous pouvez vous lancer dans la belle aventure du marathon. Mais là, évidemment, grosse préparation à prévoir : il faut y penser dès maintenant (et avoir déjà un bon petit niveau dans les pattes). Vous partirez, là encore, de la place Anatole-France, pour une virée en bord de Loire, mais dans l’autre sens et beaucoup plus loin, jusqu’à Savonnières et retour par Saint-Genouph.

Les organisateurs ont aussi ajouté une belle épreuve de marche nordique, sur 10 km. Alors, on se motive et les inscriptions, c’est maintenant !

M.P. / Photos : archives NR Julien Pruvost


> 10, 20 km et marathon de Tours, le 25 septembre. Tarifs jusqu’au 31 mars : 10 km : 14 € ; 20 km : 18 € ; Marathon : 58 € ; 10 km nordique : 16 €

 

Bistrot du 60 : le bon plan de la rue de la Scellerie

Ce jour-là, nos pas nous ont menés rue de la Scellerie. À la recherche d’un endroit où satisfaire notre appétit, nous jetons un œil distrait à la devanture du 60 et quelque chose se met en marche dans notre cerveau affaibli par le manque de carburant. N’y avait-il pas autre chose ici, avant ? Quelque chose de très différent…

Une série de remue-méninges plus tard, nous y sommes : la Fiesta Latina et ses promesses brésiliennes ! Autant l’envie de passer la porte de ladite fiesta ne nous avait jamais effleurés, autant là… Nous sommes à la fois intrigués et tentés. Et, vous le savez, ne pas céder à la tentation est un grand péché pour nous.

Grand bien nous en prend : la belle porte en bois s’ouvre sur une entrée hyper cosy et décorée avec soin. Le lieu est tout en longueur et nous devinons au fond, après quelques mange-debout, des tables bien accueillantes. En entrant, nous remarquons plusieurs groupes d’habitués : encore un bon signal. Côté carte, on apprécie également le parti-pris. Il y a celle du midi et celle du week-end (du vendredi soir au samedi midi). La seconde offrant, bien sûr, des propositions un peu plus sophistiquées.

Tartare de bœuf au citron et pesto, frites maison

Mais en semaine, il y a aussi de quoi se faire plaisir. Comme nous nous sentons d’humeur carnassière, nous optons pour le tartare de bœuf au citron et pesto avec ses frites maison. C’est à la fois frais et gourmand : on valide ! En dessert, une variation de fondant au chocolat-vanille-caramel, version mille-feuilles vient nous caresser les papilles. Un vin choisi parmi les propositions au verre accompagne le tout.

Discutant avec Noémie, qui veille sur la salle, nous apprenons qu’elle et le chef Emmanuel ont ouvert ce lieu début novembre 2021 et qu’il ont dû refermer assez vite, pour les raisons que l’on sait. C’est donc un deuxième lever de rideau qu’ils vivent actuellement. Et on aurait tort de s’en priver. Une cuisine entièrement maison, déclinaisons de recettes de la tradition française modernisées, une carte qui change toutes les semaines, des prix doux, un service au petit soin : ce bistrot du 60 coche vraiment toutes les cases.

M. P.


> L’addition : En semaine, la version deux plats est à 16 €. La formule complète est à 20 €. Quelques plats (dont notre tartare) affichent un supplément de 3 à 5 €. Plat seul : 12 €. Le week-end, les plats tournent autour de 15 €.

> C’est où ? 60, rue de la Scellerie, à Tours. Ouvert du lundi au samedi, à midi et au dîner les vendredis et samedis soir. Fermé le dimanche. Contact Tél. 02 47 05 78 07 Sur internet : lebistrotdu60.business.site , Facebook (Le Bistrot du 60) et Instagram.

 

Truman et Sylvia

Ils se lèvent le matin pour aller au travail. C’est un peu loin et il fait froid. Ils s’entassent dans des rames de métro et revivent sur les écrans de leur téléphone, les images de la grande commémoration de l’annexion de la Crimée. Gloire aux armées, gloire au chef et gloire à la Russie. Les journaux répètent ce qu’a dit la télévision la veille : l’opération spéciale se passe normalement.

C’est difficile, c’est douloureux, mais c’est nécessaire pour la survie du pays et (pourquoi pas) du monde tout entier. Ils ne voient rien des bombes sur les maternités, sur les centres commerciaux, sur les écoles. Ils n’ont pas vu non plus l’image de cette famille morte sur un trottoir, en essayant de se mettre à l’abri.

C’est un Truman Show. Mais sans les sourires bienveillants et sans les couleurs pastel. Et, dans un Truman Show, il y a toujours une Sylvia. Dans celui-ci, elle s’appelle Marina Ovisannikova et, pour tenter de percer le dôme de mensonge au-dessus du pays, elle a brandi une pancarte en plein journal de propagande télévisée. Fragile épine sur un dôme de fer.

 

Matthieu Pays

Match retour de la CEV : bien sûr que c’est possible pour le TVB !

Le TVB n’aura pas la tâche facile, ce mercredi soir, à Grenon, en match retour de la Coupe d’Europe CEV. Après le 3-0 encaissé à Monza, les joueurs n’ont pas le droit à l’erreur. Perdre deux sets, c’est perdre tout court. Et pourtant, le TVB a encore toutes ses chances. Et cela pour, au moins, cinq bonnes raisons.

1. UNE INCROYABLE CAPACITÉ À SE SUBLIMER

On le sait pour l’avoir vu à de nombreuses reprises : quand le TVB donne toute sa puissance et qu’il a décidé de ne vraiment rien lâcher, il est carrément invincible.
Et rien de tel pour galvaniser ce TVB-là que de se savoir au pied du mur. Cette force, le TVB la tient peut-être des difficultés qui ont marqué son début de saison et dont elle a su se sortir par le haut. On ne compte plus les matchs mal embarqués où cette force de caractère a pu faire la différence.

2. LA FORCE, EN ÉQUIPE

Si le TVB peut, bien sûr, s’appuyer sur des individualités fortes (voir le point 3), elle puise une grande partie de sa force dans la puissance de son collectif. Le TVB a connu une quinzaine de compositions d’équipe différentes depuis le début de la saison.
Depuis son premier match, à Poitiers, le 9 octobre, trois liberos différents, trois pointus, quatre centraux et sept réceptionneurs-attaquants ont été alignés. « Peu importe qui joue, ça gagne ! », comme le titrait La Nouvelle République récemment.

3. DES INDIVIDUALITÉS FORTES

 

Au sein de ce collectif en béton, il y a quand même plusieurs individualités qui, pour des raisons diverses, sont capables de faire la différence. Citons-en trois parmi d’autres. Kévin Tillie, fort de son titre olympique, fait clairement figure de boussole et de maître à jouer.
Pierre Derouillon, qui a su s’imposer au poste de pointu qui ne lui était pas destiné au départ est un peu le symbole de ce groupe « résilient ».
Enfin, à la passe, le capitaine Zeljko Coric est là pour faire gagner tout le monde ensemble. Et ça marche…

4. L’EXPÉRIENCE D’UN CLUB

Certes, à Monza, plusieurs joueurs ont déjà connu, la pression d’une finale internationale et savent comment la gagner. Oui, mais le TVB est fort d’un palmarès hors-norme qui lui confère une grande expérience collective. Une ligue des champions en 2005, une coupe CEV en 2017, le TVB, c’est aussi huit titres de champion de France, dix Coupes de France et quatre Super Coupe. Gagner des titres, ici, on sait faire.

5. LA FERVEUR DU PUBLIC

Quand c’est tendu, quand c’est difficile, c’est évidemment lui qui peut tout changer. Grenon, c’est un chaudron, c’est roc infranchissable pour les adversaires. Ce mercredi, il faudra être à 200 % derrière les joueurs, à tous les instants du match, pour que le feu emplisse la salle et que l’énergie collective transcende l’équipe.

Texte : Matthieu Pays / Photos : archives NR – Julien Pruvost

TVB : une finale pour l’Histoire

Les prochains jours s’annoncent décisifs pour le Tours Volley Ball.

C’est un suspense en deux actes qui va se jouer les 16 et 23 mars prochains. Deux matchs pour écrire une nouvelle page d’histoire pour le TVB. Cette finale de Coupe d’Europe, le club tourangeau est vraiment allé la chercher.

En acceptant d’être reversé, en début de saison, de la Challenge Cup à cette CEV, le TVB relevait un défi de taille. Car dans la compétition, il y avait quelques uns des clubs les plus redoutables d’Europe. Il y avait Modène, Belchatow et Kazan. Les Tourangeaux ont éliminé les deux premiers en quart puis en demi-finale.

Quant à Kazan, l’ogre russe, il a été mis sur la touche par le vent de l’histoire, disqualifié de la demi-finale pour les raisons internationales que l’on sait.

Finale à Tours, le 23 mars prochain

Du coup, c’est l’équipe italienne de Monza, septième du championnat italien, que le TVB devra vaincre pour accrocher une nouvelle étoile européenne à son palmarès. Plus prenable, évidemment, que Kazan, le club transalpin est arrivé là sans avoir joué.

Prenable oui, à condition d’aller le prendre car Monza, bien sûr, ne se rendra pas sans se battre. La finale retour aura lieu à Tours, le 23 mars. Assurément un avantage car ici, avec le public que l’on connaît, tout est possible.

À Grenon, sur les réseaux, partout, il faut soutenir ce TVB qui réalise une saison exceptionnelle, dans un contexte très difficile. L’équipe entre dans le money time, celui où les titres se gagnent. Elle la mérite tellement, cette troisième coupe européenne !

M.P. / Photo : NR Hugues Le Guellec

All In

Ne demandez pas à un militaire à la retraite : son logiciel date des années 70. Ne demandez pas à un chroniqueur sur BFM, il répète ce qu’il a lu dans le Figaro de la veille. Ne demandez pas à un diplomate, vous ne comprendriez pas la réponse. Pour savoir si Vladimir Poutine envisage vraiment, oui ou non, d’utiliser l’arme nucléaire, il vous faut un spécialiste, un vrai. Quelqu’un qui soit en mesure de vous dire s’il bluffe ou pas.

Parce qu’en fait, c’est ça, la question. Ce petit rictus au coin de l’oeil, est-ce qu’il veut dire quelque chose ? Cette rigidité dans le regard, est-ce le signe d’une détermination sans faille, d’une main exceptionnelle ou d’un terrible excès de confiance ? Pour le savoir, il faut quelqu’un qui soit capable de lire les signaux invisibles, quelqu’un qui puisse se fier à son intuition intime quand la pression est à son comble.

Et ça, il n’y a qu’un endroit au monde où ça peut s’apprendre : une table de poker. Alors, tous les soirs, au 20 h, le seul spécialiste qu’il nous faut, c’est Patriiiiiick !

Matthieu Pays

Projet de reprise du Tours FC : le club bientôt fixé ?

Déclaré recevable, le projet d’Omar da Fonseca sera présenté prochainement. Décision prévue en avril.

Il y a du nouveau dans le feuilleton qui agite le football tourangeau depuis des mois. On se souvient qu’en novembre dernier, l’offre présentée par Omar da Fonseca n’avait pas convaincu le tribunal de commerce qui avait prolongé la période d’observation de six mois. Le but étant de laisser le temps aux divers repreneurs éventuels de peaufiner leur dossier.

C’est ce qu’a fait l’ancien joueur et consultant franco-argentin. La semaine dernière, il revenait devant le tribunal, avec une offre remodelée. La principale modification, c’est que cette offre ne sera pas présentée par une société coopérative d’intérêt collectif (Scic), comme c’était le cas en novembre, mais par une société de type traditionnel, appartenant à la famille da Fonseca.

Projet déclaré recevable

« Fédérateur, avec le soutien des collectivités et de l’association TFC, ce projet dispose d’ores et déjà d’un budget suffisant pour les deux prochaines saisons, avec des acteurs économiques de renom, ce qui va permettre de relancer le Tours FC », affirme Guillaume Barré, président-délégué du club, à nos confrères de La Nouvelle République.

Déclaré recevable, le projet sera présenté dans les prochaines semaines au tribunal, pour une décision qui devrait intervenir en avril. Là, trois solutions : soit ce projet est accepté et Omar da Fonseca deviendra le nouveau patron du club, soit le tribunal lui préfère le plan de continuation du dirigeant actuel Jean-Marc Ettori, soit il décide la liquidation pure et simple du Tours FC…

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR – Julien Pruvost

Hop ! Tous remplacés !

Mais ils sont où les infectiologues ? Les chefs de cliniques ? Les immunologues de tout poil ? Souvenez-vous, c’était hier… Ils faisaient la pluie et le beau temps sur tous nos écrans, précis, documentés, posés et concernés à toute heure du jour ou de la nuit. Ils tenaient, avec courage, leurs positions dans les journaux télévisés. Des heures durant. En quelques semaines, ils ont fait de nous, masse scientifiquement inculte, des spécialistes de la santé publique. Et tout ça, sans se plaindre, en plus de leurs journées de travail. De vrais héros, je vous dis.

Et comment on les remercie ? Du jour au lendemain, sans préavis : plus rien. Le réd’ chef de la matinale ne les prend plus en ligne, les rédactions laissent moisir leurs mails au fond des spams. Les plus motivés décrocheront, peut-être, une pastille à la fin du journal de France 3 Normandie, avec de la chance.

Tout ça pour laisser la place à des types en treillis qui nous parlent de puissance de feu, de géopolitique et de tenaille militaire. On n’y comprend rien non plus mais là, on n’a pas grand monde à applaudir, le soir, à nos fenêtres…

Matthieu Pays

Oups…

Paris, 5 mars 2022, Palais de l’Élysée. Emmanuel, rasé de frais, se tient face au miroir, devant le lavabo à double vasque en marbre blanc de la chambre présidentielle.

« – Dis donc, Brigitte, tu sais pas toi, j’avais une croix sur mon agenda hier. Je n’arrive pas à savoir de quoi je devais me rappeler. »

Il achève, tout en parlant, de nouer sa cravate striée de bleu, d’un geste machinal.

« – Le Mali, c’est bon, c’est géré. L’Ukraine, bon… On a fait ce qu’on a pu, franchement. Le Covid, j’ai quand même bien assuré. C’est vrai que ça fait un moment que je n’ai pas remercié les infirmières, mais non, la croix dans l’agenda, ça ne peut pas être ça… »

Il passe un dernier coup de peigne dans ses cheveux, jette un œil sur le résultat et se replonge dans ses interrogations.

« – Le chômage, c’est réglé, on n’en parle plus… Bon OK, il reste les retraites, mais ça, c’est pour le second mandat. »

Tout à coup, ses mouvements se figent. Pris de panique, il checke sur son smartphone. Trois clics. Date limite de dépôt des candidatures à l’élection présidentielle : 4 mars 2022.

« – Brigitte ! Tu sais quoi ? Je crois que j’ai fait une boulette… « 

Matthieu Pays

On a testé les sushis de Oi Izakaya (servis par… un robot !)

Direction la zone commerciale de la Petite Arche pour découvrir le restaurant japonais Oi Izakaya… et sa petite dame-robot qui peut également vous servir.

Nous sommes sur le parking de la Petite Arche, nous grimpons dans un ascenseur (ou par un bel escalier en marbre blanc) et nous voici à Tokyo. À l’entrée du Oi Izakaya, la star du lieu nous accueille. Un robot aux yeux blancs et en robe bicolore qui porte sur un plateau un distributeur de gel hydro-alcoolique. Ce n’est pas là son seul emploi, mais nous y reviendrons…

L’espace est vaste, il y a du monde, mais la disposition des tables fait que la multitude ne nous gêne pas. Un garçon nous mène, sans perdre de temps, vers notre table. En le suivant, nous lorgnons d’un œil gourmand le buffet des entrées qui nous attend déjà. En deux temps trois mouvements, nous voilà sagement assis. Devant nous, un QR code à flasher nous invite à passer notre commande. On tente. La fonctionnalité ne fonctionne pas. Pas grave, le gentil garçon revient pour noter la chose, à l’ancienne, sur un calepin et nous autorise à foncer vers le buffet.

Une dame-robot qui navigue entre les tables

Un buffet qui fait le tour du monde. L’Asie est en première ligne bien sûr, avec ses nems et fritures en tous genres, mais on y trouve aussi du foie gras et des fruits de mer. Mais, franchement, le grand écart ne nous tente pas. L’important, c’est que les sushis du menu sont réalisés à la commande et ils sont, de loin, la partie la plus marquante du repas. Le choix est vaste, comme souvent dans les restaurants japonais.

Mais le clou de l’affaire, c’est cette petite dame-robot qui nous a reçus à l’entrée et que nous retrouvons, naviguant tranquillement entre les tables pour nous apporter notre commande sur un plateau. On lui check la main et elle repart à son travail, de son petit pas roulé.

C’est rigolo, les smartphones s’en donnent à cœur joie. Côté assiette, bilan de l’opération : Oi Izakaya est un endroit où l’on mange vite et bon et où on ne transige pas avec la qualité des sushis. Que demander de plus ?

Matthieu Pays


> L’addition : La carte s’organise autour de plusieurs menus à 14,50 et à 21,90 €. La formule comprend une sélection de sushis et/ou de brochettes et un accès aux buffets des entrées et des desserts à volonté.

> C’est où ? Dans la zone commerciale de la Petite Arche, accès juste à côté du magasin Intersport. Ouvert tous les jours, de 12 h à 14 h 15 et de 19 h à 22 h 15. 

Ce mercredi soir, le TVB à l’assaut de l’Europe

Ce mercredi 2 février, c’est un match du TVB à ne pas manquer ! Le volley européen va vibrer et en plus, c’est à voir exceptionnellement en direct sur TV Tours.

Ne nous y trompons pas. C’est un événement historique pour le TVB et un vrai cadeau pour les supporters. Le club dispute, ce mercredi soir à Tours et la semaine prochaine à Karlovarsko (République Tchèque), un quart de finale de coupe CEV. Une possibilité de se qualifier pour un final four européen, ce qui serait le signe que le club a désormais toute sa place dans l’élite continentale.

Le TVB a, bien sûr, déjà gagné la Ligue des champions en 2005 et la coupe CEV en 2017 mais, depuis, l’économie du volley a creusé les écarts et intégrer le wagon des meilleurs est devenu une véritable gageure. D’ailleurs, la preuve en est que pour se hisser au stade des quarts de finale, les Tourangeaux ont dû réaliser l’exploit de sortir Modène, un ogre sur le continent.

Une rencontre diffusée en direct sur TV Tours

Mais le match de ce mercredi soir est aussi un cadeau pour les amoureux du volley et, on l’espère, tous les Tourangeaux. Car la rencontre sera diffusée en direct sur TV Tours-Val de Loire, ce qui permettra à tous de participer à cette grande fête sportive. Un événement exceptionnel, offert par le TVB, avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire.

Depuis des années, le TVB fait vibrer le public de Grenon mais, une fois de plus, la salle est bien trop petite pour accueillir la foule des supporters. Alors, on met son beau maillot blanc et on sort les vuvuzelas de salon !

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR – Julien Pruvost

> Pour voir le match TVB-Karlovarsko, quart de finale aller de la Coupe CEV. Le mercredi 2 février, à 19 h 45, sur TV Tours-Val de Loire. TNT : chaîne 37. 

 

Un fantôme au palais

Frayeur au Palais, tempête chez les conseillers ! Le scénario catastrophe, celui auquel on n’osait pas penser, celui que l’on n’évoquait qu’à mi-voix et en faisant bien attention à ne pas être entendu par le boss, la terreur de la Macronie s’est déclenchée. Devant un parterre d’élèves de seconde dans un lycée de Saint-Denis, qui n’en revenaient pas d’être les témoins privilégiés de ce moment d’histoire, François Hollande a laissé planer un doute sur son éventuelle candidature à la présidence de la République.

Branle-bas de combat dans les couloirs du pouvoir, tornade sur les instituts de sondage, sueurs froides chez les éditorialistes. Il faut tout revoir, tout repenser. Balayée l’hypothèse Zemmour, oublié le spectre Pécresse, ratiboisée la possibilité Le Pen.

Le duel de 2017, empêché par des circonstances contraires, pourrait enfin avoir lieu. « L’histoire n’oublie jamais… », murmure une voix menaçante dans les cauchemars présidentiels.

Matthieu Pays

Rentrée sportive : les clubs mis hors-jeu par le Covid

Le moins que l’on puisse dire et sans que l’on puisse s’en étonner, c’est que le Covid tient la vedette également dans l’actualité sportive du département.

Depuis le début de l’année, les reports se multiplient et retardent la reprise des championnats. Le plus spectaculaire est sans doute celui du match de Ligue européenne prévu samedi à La Fontaine Blanche. Dans leur salle mise aux normes et dotée d’un tout nouveau parquet, les handballeuses de Chambray devaient recevoir l’équipe de Vaci (Hongire). Hélas, la détection de plusieurs cas de Covid dans les rangs tourangeaux (dont trois joueuses de l’équipe première) ont conduit au report de la rencontre.

Du basket au volley en passant par le hockey

La reprise de la Pro B de basket qui devait, elle, se dérouler ce mardi à Boulazac pour les joueurs du Tours MB a, elle aussi, été reportée à une date ultérieure. En cause ? Plusieurs joueurs positifs dans l’effectif adverse. Pour le moment, l’équipe de Pierre Tavano est, elle, épargnée par le virus.

Même motif, même punition pour le TVB. Après les cas détectés dans son effectif qui avaient conduit au report de plusieurs matchs, c’est cette fois l’adversaire du jour, Cambrai, qui a été victime du Covid. Le prochain match des Tourangeaux est prévu le mercredi 12 janvier et il s’agit d’une rencontre très importante, de Coupe CEV contre Modène. La préparation pour ce rendez-vous ne sera donc pas idéale…

Les Remparts n’ont pas pu jouer contre Mont- Blanc samedi, pas plus que l’UST, privée de déplacement à Nantes, pour cause de cas dans son effectif. Naturellement, toutes ces rencontres (et toutes celles qui seront à leur tour reportées dans les jours qui viennent) viendront alourdir le calendrier de la suite de la saison qui est déjà des plus denses. Nerfs et organismes risquent d’être mis à rude épreuve.

M.P.

Bientôt une nouvelle salle de sport pour les clubs tourangeaux ?

Frédéric Augis, le président de Tours Métropole, souhaite s’emparer de la question d’une nouvelle « vraie » salle dont bénéficieraient les clubs de sports de haut niveau.

Le débat sur la nécessité d’une nouvelle grande salle pour les événements sportifs de la ville a été relancé la semaine dernière, suite à une interview accordée par Frédéric Augis, président de la Métropole, à nos confrères de La Nouvelle République.

Au cours de cet entretien, Frédéric Augis a déclaré travailler sur le sujet avec la ville. Il a également donné sa vision du projet. « Je pense qu’il faut une grande salle multimodale (une salle modulaire). Mais le parquet de match n’est pas le parquet d’entraînement. Il faut changer ce prisme. Je n’ai jamais vu un club NBA s’entraîner sur son parquet de match. Que Monconseil soit très bien pour l’entraînement, c’est très bien. Qu’à un moment donné, on trouve une salle pour eux, oui ! Pareil pour le volley. Il va falloir changer la façon de faire : que des équipements soient faits pour l’entraînement et qu’il y ait une salle de match. »

Le débat est lancé

L’idée serait donc d’offrir une grande salle à l’agglomération, que les équipes fanions pourraient utiliser de façon partagée, tandis que chacune disposerait d’une salle dédiée pour ses entraînements. Le président de l’agglomération a souligné qu’il ne souhaitait pas imposer cette solution. Le débat, quoiqu’il en soit, est lancé, sachant que le Palais des sports, adapté en termes de capacité, est handicapé par son ancienneté et la halle Monconseil bien trop petite pour une équipe du TMB en pleine ascension.

Si les intérêts et les vues des uns et des autres seront sans doute compliquées à mettre en adéquation, le sujet, au moins, est posé de façon claire et concrète. C’est déjà ça…

M.P. / Photo : NR – Julien Pruvost

Réalité

Il y a parfois comme une fascination. Pour la violence des éléments, pour le spectacle de la désolation. Le cinéma américain, en particulier, le sait bien, lui qui n’hésite jamais à filmer en longs plans séquences des villes qui s’effondrent comme des châteaux de cartes, des monuments emblématiques qui partent en poussière comme balayés par un simple coup de vent.

Voir ainsi s’effondrer ce que l’on imagine immuable, cela doit nous rassurer, sans doute. Nous conforter dans notre sentiment de puissance et d’invincibilité. Mais quand ce ne sont plus des maquettes, quand ce ne sont plus des dessins numérisés, des bouts de pixels assemblés, quand ce sont de vraies villes, de vraies maisons, des habitants en chair et en os qui sont frappés alors, la sidération est totale. Absolue.

Parce qu’il y a les vies brisées et les villes en ruines. Mais, au-delà de cela, parce que ces images qui nous renforcent quand elles sont celles de la fiction, nous font devenir tout petits et sans défense, quand elles sont celles de la réalité.

Matthieu Pays

Handball : le CTHB à l’assaut de l’Europe

Les Chambraisiennes ont rendez-vous avec Viborg, Váci et Ramnicu Valcea, en janvier et février 2022, lors de la phase de groupes de la Ligue européenne.

 

Ce fut la grosse sensation de cette fin de mois de novembre : les handballeuses de Chambray sont entrées dans le club encore très (trop) fermé des clubs tourangeaux européens.

De fort belle manière, par une victoire à la Fontaine Blanche, puis par une nouvelle victoire à l’extérieur, elles ont éliminé Molde (Norvège) et se sont ouvertes en grand les portes de la phase de poule. Le tirage au sort avait lieu le jeudi 25 novembre.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que puisqu’elles aiment les défis, les joueuses du CTHB ne risquent pas d’être déçues. Les Tourangelles ont, en effet, hérité de la poule la plus relevée de la compétition.

Un plateau de choix

Comme un épouvantail, c’est le nom du club danois de Viborg qui vient en premier à l’esprit. Un très gros palmarès (Ligue des Champions en 2010) et un très gros effectif, habitué à un très gros championnat national. Les Roumaines de Ramnicu Valcea peuvent également impressionner. N’oublions pas qu’elles ont atteint les 1/8es de finale la saison dernière et comptent plusieurs internationales dans leurs rangs. Les Hongroises de Vaci complètent ce plateau de choix.

Pour se qualifier, il faudra terminer à l’une des deux premières places de la poule. Sur le papier, cela relèverait de l’exploit, mais les joueuses de Chambray ont pris l’habitude de ne rien s’interdire. Pour le club, cette première expérience européenne est aussi un moyen de s’étalonner à ce niveau. De ce point de vue une (bonne) surprise, n’est pas totalement à exclure. Réponse en janvier et février 2022.

M.P.

Osez Joséphine !

Ça va être une de ces fêtes ! Elle va te les faire danser, les Jaurès et les Gambetta, les Jean Zay et les Sadi Carnot. Elle va te les passer en revue, te les mettre en ordre de bataille, les Caulaincourt et les Dorsenne, ces généraux aux noms d’avenues parisiennes qui sommeillent paisiblement sous la voûte du Panthéon. Ça les changera du défilé.

Elle va te les électrifier, les physiciens et les scientifiques de tout poil. Et les têtes de chapitre de la littérature française, les premiers de la classe Lagarde et Michard, les Hugo, les Zola, les Malraux, elle va te les mettre à la chanson.

Parce qu’une meneuse de revue, une femme, une black, une immigrée, ça peut être, aussi, une artiste, une résistante, une militante, une féministe, une maman. Que l’on ait son nom en lettres grasses sur la couverture d’un ouvrage relié ou en lettres rouges au fronton d’un music-hall ne change rien à l’affaire : on peut changer l’histoire et la patrie se doit de nous en être reconnaissante.

Matthieu Pays

Emile Coddens, vigneron star de TikTok : « Le vin, c’est pour tout le monde ! »

Son compte TikTok compte presque 500 000 abonnés. Ses fans raffolent de ses vidéos où il désacralise le monde du vin, vu de l’intérieur. Second de chai chez Plou & Fils, a 24 ans, il a été classé parmi les 50 meilleurs jeunes vignerons du monde. Et en plus, il vient de sortir un livre (Le vin, ça se partage, chez Équateurs). Rencontre avec Émile Coddens, vigneron à Chargé.

Il est né comment ce compte TikTok (@le.vigneron) qui cartonne actuellement ?

Chez Plou & Fils, je fais souvent des visites. J’avais donc cette habitude de transmettre ma passion et j’ai toujours vu aussi mes oncles le faire. J’adore ça, de voir les yeux des gens ébahis qui comprennent enfin comment on fait du vin ! Puis, le confinement est arrivé : plus de touristes, pas de visites. Je trouvais ça dommage qu’il y ait du raisin, du jus de raisin, plein de belles choses à montrer et qu’on ne puisse pas le faire. Comme il n’y avait pas de vigneron sur TikTok, j’ai eu envie de me lancer. Et tout cela a pris une ampleur assez folle en l’espace de quelques mois !

500 000 abonnés en moins d’un an : comment expliquez-vous ce succès incroyable ?

Je reste moi-même dans mes vidéos, je prends mon téléphone à la main et je me filme, en expliquant simplement les choses. Je pense être assez fun et assez simple. Du coup, ça fonctionne…

Avez-vous le sentiment de dépoussiérer le terroir ?

Oui, sans doute. Mais, en fait, je ne néglige pas du tout le côté terroir. C’est juste que ce n’est pas mon registre. Ce qui compte pour moi, c’est de montrer que le monde du vin est accessible à tous. Le vin, c’est un produit assez cool et qui ressemble à celui qui le produit. Boire du vin, cela suscite des sentiments personnels, souvent liés à des souvenirs ou à des sensations. Je trouvais dommage que des gens aient peur de ça. Parce que, c’est vrai, les gens ont souvent peur de dire des choses sur le vin par crainte de se sentir nuls.

Avec vous, les jeunes vont enfin pouvoir se dire que le vin, c’est aussi pour eux…

C’est vrai que ce que je fais tisse un lien direct entre les jeunes et le vin. Les jeunes se disent parfois que pour boire un bon vin il faut mettre un gros billet et qu’un vin à 5 € sera forcément mauvais. Alors qu’en fait, pas du tout, ça ne marche pas comme ça ! On peut trouver de très bonnes bouteilles à bas prix et de mauvaises bouteilles très chères. Au début, quand on demande aux jeunes qui viennent ici ce qu’ils pensent des vins qu’ils dégustent, ils n’osent pas en parler. Et nous, on leur demande de dire simplement s’ils aiment ou s’ils n’aiment pas. Après, on peut en discuter.

Diriez-vous que les goûts des consommateurs évoluent également ?

Oui, c’est sûr. Il y a 30 ans, le goût Parker faisait la loi à Bordeaux et même un peu ailleurs. Il y avait des stéréotypes sur les rouges qui se sont inscrits dans la tête des gens. Aujourd’hui, les gens aiment bien les vins plus simples. Il faut des vins à la fois faciles à boire tout de suite et qui puissent aussi se déguster dans 10 ans. C’est un véritable enjeu économique pour la filière. Le vin, ce n’est pas quelque chose de vital, c’est un plaisir. Donc, il faut écouter le goût des consommateurs.

Chez les vignerons aussi, la nouvelle génération arrive. Qu’est-ce que cela change sur la façon de faire du vin ?

Dans notre région en particulier, il y a beaucoup de jeunes qui s’installent. Les exploitations se rajeunissent. Chaque génération apporte sa pierre à l’édifice. Mes oncles font du vin d’une façon complètement différente de ce que faisaient leurs père. Moi, j’arrive avec ma petite fougue et mes nouvelles techniques. Ils ne me laissent pas totalement carte blanche mais ils apprennent de cette jeunesse comme moi j’apprends de leur expérience. On a surtout envie de faire des choses plus écologiques, moins énergivores. C’est aussi ce que veulent les nouveaux consommateurs. Chez nous, le passage en bio est pour bientôt.

Propos recueillis par Matthieu Pays / Photos : Cyril Chignot (ouverture), tmv (corps article)


*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

 

 

Tours FC : un nouvel élan avec Omar da Fonseca ?

L’ancien joueur, aujourd’hui consultant à la télévision, souhaite évidemment sauver l’avenir du club, en redressement judiciaire.

« Un nouvel élan », voilà à quoi a appelé Omar da Fonseca, lors de la présentation du projet de reprise du Tours FC par la SCIC dont il est le président. Un élan sportif, mais surtout un élan de la ville tout entière derrière son club.

« Moi, en Argentine où j’ai grandi, tous les enfants font du sport. On va au stade pour jouer au foot, mais aussi au volley ou au basket. Et tous les gamins portent soit le maillot de leur club soit celui de la sélection nationale. C’est ce que je veux faire ici, à Tours. »

Sur le plan sportif, l’ancien joueur tourangeau qui a rappelé sa très grande proximité avec la ville, n’a pas promis monts et merveilles. « on ne vise pas la Champions League, mais cette dynamique de groupe nous offre de magnifiques perspectives pour l’avenir », a t-il affirmé.

Les aspects financiers ?

Ludovic Carteault, président de l’association Tours FC a indiqué, de son côté, que si le tribunal de commerce acceptait l’offre de reprise, la DNCG n’aurait pas la possibilité de s’opposer à une montée en N3 obtenue sportivement. Si l’équipe reste sur sa bonne dynamique, c’est donc peut-être à ce niveau que l’aventure pourrait repartir.

Pour ce qui est des aspects financiers, le maire de Tours, Emmanuel Denis, a indiqué qu’en l’état « ce n’est pas le sujet, puisque l’on parle d’un club qui évolue actuellement au niveau régional ». Les promesses de dons des supporters s’élèvent à 100 000 €, une somme que la Ville entend doubler pour soutenir le projet.

Tout cela, naturellement, est suspendu à la décision du tribunal de commerce qui aura à choisir entre le prolongement de la période de redressement, la cession à la SCIC soutenue par Omar da Fonseca ou la liquidation judiciaire pure et simple.

Texte : M.P. / Photo : NR – Julien Pruvost

Salade chinoise

Ils ne seraient pas un tout petit peu en train de nous prendre pour des nems aux crevettes, les dirigeants chinois ? La joueuse de tennis Peng Shuai, c’était une star dans son pays, on lui déroulait le tapis (rouge, évidemment). Et puis un jour, elle accuse de viol un très haut dirigeant du PC chinois. La pauvre se croyait autorisée à surfer sur la vague de libération de la parole qui parcourt la Terre entière.

Sauf que non. Elle, au lieu d’entrer dans la lumière réparatrice, elle sombre dans les ténèbres des opposants de tous poils. Elle disparaît brusquement des radars : réseaux sociaux coupés, mémoire effacée. Fin de l’histoire. Et là, elle réapparaît dans une vidéo où on la voit tranquillement à table avec son coach en train de parler de la saison à venir. Une autre où elle signe (sans parler) des balles de tennis pour ses fans.

Non mais, sans blague, on a lu Tintin, on a vu tous les James Bond. Le coup de l’otage tout sourire au bras de ses geôliers, on connaît. Alors rideau (rouge, évidemment) et liberté pour Peng Shuai.

Matthieu Pays

Le 23 novembre, tous à Grenon pour supporter le TVB face à Toulouse

Le 23 novembre prochain, le TVB affrontera Toulouse. Voici quelques (bonnes) raisons d’aller y faire tour…

Franchement, cela ne devrait pas être trop compliqué de vous convaincre d’aller voir ce TVB – Toulouse, car les arguments massues ne manquent pas. Vous pouvez, par exemple, venir pour voir une personne de l’équipe tenter de faire passer la balle au-dessus du filet lors du coup d’envoi fictif (on ne sait pas encore qui sera désigné !). C’est un classique et ça amuse toujours.

Mais vous pouvez aussi (et surtout) faire le déplacement pour prendre une bonne dose de ferveur et d’enthousiasme collectif. Sans chauvinisme mal placé, le public du TVB, c’est ce qui se fait de mieux. Surtout qu’en ce moment, c’est vraiment spécial. Suite à une série de blessures très handicapantes, le TVB joue actuellement sans pointu majeur.

Pierre Derouillon et le collectif

Catastrophique pour une équipe ordinaire, mais pas pour le TVB qui enchaîne les victoires, et avec la manière ! Poitiers, Nice, Cambrai, Tourcoing, Paris et, ce week-end, Montpellier en ont fait les frais en championnat. Sept matchs joués, sept matchs gagnés et seulement cinq sets perdus en route… Pierre Derouillon a su prendre en main le rôle de pointu et la responsabilité qui va avec, le collectif fait le reste.

Au final, avec du caractère, avec de la solidarité et avec beaucoup de talent, le TVB 2021/2022 sait renverser toutes les montagnes. En face, le 23 novembre, il y aura une bonne équipe de Toulouse, qui pointe à la 7e position au classement. Tout est réuni pour un spectacle total, autant sur le parquet que dans les tribunes. Les enjeux de la soirée : conserver la tête du championnat et, surtout, demeurer invaincu à Grenon, citadelle imprenable du volley français.

Texte : Matthieu Pays / Photo : NR – Julien Pruvost


NB : Tmv sera partenaire de ce match

 

 

Resto : on a testé L’Appart Flexitarien, rue Colbert

Nous avions déjà testé L’Appart Côté Mer : la team tmv a décidé de tester le côté « terre » avec son frère, L’Appart Flexitarien, situé rue Colbert.

Cela faisait un moment que nous l’avions dans notre viseur, celui-là. Il y a peu, nous avions passé un très agréable moment chez son petit frère, rue du Grand Marché qui, lui, regarde côté mer. L’Appart’ Flexitarien, rue Colbert, ouvert depuis le mois de juin, est à l’affiche de notre sortie gourmande de la semaine.

Comme dans tout bistro qui se respecte (et là, on est en bonne compagnie, entre Bourvil, Fernandel et Ray Charles), on affiche la couleur dès l’entrée, sur une ardoise. Ici, on fait dans la cuisine « de bon sens », avec des produits de qualité et surtout de saison et bio le plus souvent possible.

« Les appétits végétariens sont traités avec les mêmes égards »

Tout est fait maison et la carte change toutes les semaines. L’idée, c’est de manger équilibré et de façon raisonnée, sans sacrifier le plaisir, évidemment. Venons-en maintenant à ce mot qui s’affiche fièrement dans le nom du restaurant. Flexitarien… Pour faire simple, ça veut dire que les appétits végétariens sont traités avec les mêmes égards que les autres.

À la carte, en entrée, comme en plat ou en dessert, il y a toujours une ou deux propositions sans protéines animales. Comme ça, chacun fait comme il veut et tout le monde mange des bonnes choses. Car, concept ou pas, c’est quand même le plus important : se faire plaisir et passer un bon moment.

Et là, objectif atteint ! Notre formule méridienne s’est ouverte avec un velouté de champignons délicieusement crémeux, réconfortant à souhait. Puis la saucisse de Toulouse et ses pommes de terre sautées, fondantes comme il faut. Et, pour terminer, une brioche perdue tendrement régressive. Le tout pour 16 € les trois plats (14,50 € en version courte) et agrémenté d’un verre de chinon bio. Elle est pas belle, la vie ?

Chronique : Matthieu Pays / Photos : Tmv (photo d’ouverture) + L’Appart Flexitarien


> L’addition : La formule entrée/ plat/dessert s’affiche à 16 €. On est à 14,50 € avec seulement l’entrée ou seulement le dessert. À la carte, les plats oscillent entre 15 et 17 €. Le verre de vin est entre 5 et 6,50 €.

> C’est où ? L’Appart’ Flexitarien est situé au 105 de la rue Colbert. Il est ouvert tous les jours, sauf le mardi et le mercredi, au déjeuner et au dîner.

COP 64

Hier soir, à IceTown, capitale politique européenne, installée sur la plateforme de l’Antarctique, la Cop 64 s’est achevée sur un accord ambitieux. Les chefs d’État des pays confédérés du Nord ont trouvé un accord avec leurs homologues du bloc du sud, pour répondre aux effets des changements climatiques que nous connaissons.

Les participants se sont félicités des bons résultats des mesures adoptées lors des Cop précédentes, qui ont permis de limiter largement les conséquences de la transition actuelle. Au cours de l’année écoulée, les eaux n’ont recouvert que 1 684 km2 de territoire, et les 14 ouragans et inondations majeurs enregistrés n’ont eu que des effets contenus (3 698 décès et 365 000 personnes déplacées).

Le désert tropical ne progresse plus que très lentement au-dessus d’une ligne allant de Bordeaux à Berlin. Les chefs d’État ont renforcé leur coopération et affiché toute leur détermination, sans manquer, en conclusion de leur déclaration commune, de renvoyer la responsabilité de la crise actuelle à la faiblesse des décisions prises lors des Cop 20 à 30.

Matthieu Pays

Allô, Thomas ?

— Bon, Thomas, cette fois-ci, il va vraiment falloir y aller…

— Non, je ne veux pas ! C’est nul en bas. Ici, je suis avec mes potes, on ne se prend pas la tête. Il y a des tournées pour la vaisselle et c’est à chacun son tour de choisir ce que l’on va regarder à la télé. J’ai ma playlist, je fais ma gym. Tout va bien !

— Mais en bas, Thomas, c’est ta vraie maison. Tout le monde t’attend…

— C’est pas grave, ça ! Vous faites tout en visio, de toute façon ! Que je sois ici ou chez vous, ça ne change rien.

— Mais la Terre, elle est belle quand même, elle ne te manque pas un peu, la Terre ?

— Je la vois par la fenêtre, la Terre et j’en fais le tour 16 fois par jour. Et franchement, elle est plus belle d’où je suis. Parce qu’on ne peut pas dire que vous en preniez soin, quand même, de votre planète. Nous, si on fait gaffe, sur la station, on peut tenir un bon bout de temps. Bon, je vous laisse, je passe sous un tunnel !

Matthieu Pays

Extrait de conversation (fictive) entre la Terre et l’ISS.

Cher Monsieur Georges,

Quand vous êtes mort, j’avais dix ans et je me souviens que tout le monde était triste à la maison. Quelques années plus tard, en ces temps d’anniversaire, je viens vous donner quelques nouvelles. Non pas des affaires publiques, sujet qui, je le sais, vous rend un peu mélancolique. Non, des nouvelles de vos chansons.

Savez-vous que le petit joueur de flûteau a finalement accepté l’offre du roi ? Il parade le samedi soir sur écran plat et se fiche pas mal de ce qui se dit au village. Le gorille est soigné au Viagra et les enfants de Martin galèrent toujours à faire tourner l’exploitation familiale. Les trois capitaines se portent bien, ils ne manquent pas de boulot, merci pour eux. Et de la pauvre Hélène, pas de nouvelles.

Il n’y a plus beaucoup d’Auvergnats pour sourire au migrant qui arrive sur la plage. Quant à la mauvaise réputation, elle s’affiche en story sur nos téléphones. Vous savez quoi ? Il me prend comme une envie d’aller m’y installer, au pied de votre arbre.

Matthieu Pays

Volley : Dans la tempête, le TVB démarre bien

Et c’est une bonne nouvelle pour le sport tourangeau !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la victoire du TVB à Poitiers (1-3), ce week-end, a fait du bien au moral. Il était important à plus d’un titre, ce match. D’abord parce qu’il s’agissait de la première rencontre du championnat et qu’il est toujours préférable de débuter par une victoire. Ensuite, parce que Poitiers-Tours, c’est le grand derby du volley et que ces confrontations ont toujours un goût particulier. Mais, surtout, il y avait le contexte de l’avant-saison, qui trottait lourdement dans les têtes tourangelles.

Sportivement, en effet, le TVB ne se présente pas du tout dans la configuration imaginée par le staff. En quelques jours d’octobre, le club a perdu deux de ses joueurs cadres sur blessure. Ce fut d’abord le réceptionneur-attaquant marocain Zouheir El Graoui, victime d’une blessure au pied, qui devrait être absent des parquets pendant plusieurs semaines. Puis, lors d’un match amical du TVB, c’est l’attaquant brésilien Aboubacar Drame qui s’est effondré au sol, victime d’une rupture totale du tendon d’achille droit. Pour lui, la saison est terminée.

Si pour le premier, un joker a été trouvé, en la personne du Tchèque Kamil Baranek, pour le second, aucun remplacement pérenne n’est annoncé pour le moment. Ce scénario, évidemment, rappelle celui de la saison dernière qui avait si mal débuté et que le club entend par-dessus tout effacer lors de cet exercice.

Annulation du contrat de naming

Mais à ces déboires médicaux qui, fort heureusement, n’ont pas eu de conséquences sportives ce week-end, s’ajoute la déconvenue financière liée à l’annulation du contrat de naming signé avec l’enseigne McDonald’s. Pour le TVB, c’est entre 150 000 et 200 000 € de manque à gagner. Une ligne en moins dans le budget du club qui pourrait avoir des conséquences dans les mois qui viennent si la situation n’est pas rétablie au moment de boucler les budgets.

On le sait, seuls les succès sportifs et la cohésion peuvent permettre de surmonter ces coups du sort. Le TVB a su trouver l’un et l’autre, samedi soir, à Poitiers. Une bonne nouvelle pour le sport tourangeau.

Texte : Matthieu Pays / Photo : archives NR

Snif snif !

Quel bonheur d’être enrhumé ! Pouvoir éternuer dans la rue sans que tout le monde ne se retourne et ne jette sur vous un regard suspicieux et inquisiteur. Ne pas sentir, quand vous sortez votre mouchoir pour vous moucher, le poids de la culpabilité peser sur vous. Pouvoir enfin renifler en paix !

Songez qu’il y a quelques mois seulement, l’enrhumé était le pestiféré moderne. À son passage, on s’écartait dans la rue ou, pour les plus hardis, on allait quérir un agent. Il fallait l’enfermer, l’empêcher de nuire, tant pis si lui était perdu, il fallait se sauver soi-même. Cette semaine, cela ne vous aura pas échappé, la moitié de la France est enrhumée et, selon toute vraisemblance, l’autre moitié le sera la semaine prochaine. Les épidémiologistes grincent un peu car cela veut dire que les virus circulent de nouveau librement (comme nous, en fait) et celui du Covid, sans doute, comme les autres.

Oui, mais nous sommes 85 % à ne plus avoir à le craindre et cela change tout. Alors, enrhumez-vous, cette goutte au nez, elle a comme un air de liberté ! l

Matthieu Pays

Foot : Omar da Fonseca au secours du Tours FC

Le joueur argentin va s’impliquer dans le projet de reprise, en devenant l’actionnaire principal de la future Société Coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui portera le projet. 

Omar da Fonseca est déjà venu plus d’une fois au secours du club tourangeau mais jusqu’alors, il l’avait toujours fait sur le terrain, par un des coups de patte légendaires dont il avait le secret. La star argentine a, en effet, fait les beaux jours du Tours FC (qui s’appelait FCT à l’époque) quand celui-ci évoluait dans l’élite, au début des années 80.

On a appris en fin de semaine dernière que le joueur argentin, devenu consultant sur BeIN Sport, a décidé de s’impliquer dans le projet de reprise, en devenant l’actionnaire principal de la future Société Coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui portera le projet.

Depuis l’été, et après plusieurs années compliquées financièrement et sur le plan organisationnel, le TFC est placé en redressement judiciaire. Il a été plusieurs fois relégué administrativement, pour se retrouver aujourd’hui en Régional 1, un niveau objectivement indigne de son statut. L’actuel propriétaire du club, Jean-Marc Ettori, a clairement indiqué qu’il n’avait plus l’intention de poursuivre l’aventure.

« C’est hyper-valorisant pour nous »

Le Président délégué du club, Guillaume Barré a déposé le projet de reprise devant le tribunal de commerce mercredi dernier. Il a indiqué que la présence d’Omar da Fonseca dans le projet était une grande nouvelle pour le club. « C’est quelqu’un de charismatique, qui a une notoriété sur le plan national, mais aussi une vraie expérience et une connaissance du football, de ses réseaux, qui sont très importantes pour notre projet. Il va nous apporter tout cela. Il a le potentiel pour amener les projecteurs sur le club, de manière positive. C’est hyper-valorisant pour nous. »

La période d’observation du club s’achève le 25 novembre. À cette date, le tribunal pourra décider de la prolonger de six mois supplémentaires ou acter la reprise par la SCIC. Pour la première fois depuis bien longtemps, la lumière semble apparaître au bout du long tunnel du foot tourangeau.

M. P. / Photo : archives NR

All-in

Faire Tapie, c’est tout jouer sur un coup, sur une main, sur un bluff. Faire Tapie, c’est miser un franc et en récolter mille, c’est bouger les montagnes, entraîner avec soi. Faire Tapie, c’est s’affronter souvent, à des ennemis, à des amis, aux joueurs autour de la table. Faire Tapie, c’est accepter le bras de fer, envoyer l’adversaire dans les cordes ou rester au tapis.

Faire Tapie, c’est regarder ses cartes et se dire que la partie n’est pas jouée, tout faire pour les faire mentir. C’est chercher un joker, le sortir de sa manche, s’il le faut. Faire Tapie, c’est être capable de tout perdre sur tapis vert et de revenir sur le tapis rouge, celui que l’on déroule pour les saltimbanques.

Faire Tapie c’est tout mettre dans l’ultime bataille. Les empires, les honneurs, les richesses, les souvenirs, le peu de sagesse que l’on a, la foi et l’amour, tout contre l’ennemi qui s’est glissé à l’intérieur. Faire Tapie, c’est tenir. Ne rien lâcher et partir tout à la fin, quand les dés sont retombés, que toutes les ruses sont épuisées et que l’on reste face à soi-même, nu et libre, comme au premier jour.

Matthieu Pays

Dans la course

« Il est ridicule avec ses chaussettes », « Non mais tu as vu comme il sautille »… Non, nous ne sommes pas dans une cour de récréation mais tout simplement sur Facebook, dans les commentaires d’une vidéo montrant le maire de Tours avant le départ des 10 km auxquels il a décidé de participer.

Moi, je veux bien que l’on se plaigne de nos politiques, que l’on dise qu’ils sont trop ceci ou pas assez cela. Mais il faut que nous fassions un effort, nous aussi de notre côté. Juste que, collectivement, nous gardions en tête quelques règles simples pour que le débat reste possible.

« Ne pas attaquer la vie privée, ne pas humilier, insulter ou diffamer », c’est l’une des dix règles pour débattre vraiment, lancé par l’hebdomadaire La Croix L’Hebdo et déjà signé par une centaine de personnalités de tous bords, de tous horizons et de toutes confessions.

Et ça commence là. Dans un événement aussi anodin qu’une course populaire comme les 10 et 20 km de Tours.

Matthieu Pays

Tours : les Assises du journalisme pour le climat

À partir de ce mercredi, à Mame, les 14e Assises du journalisme s’interrogent sur le rôle des médias dans l’urgence climatique et sanitaire que nous connaissons actuellement.

Nicolas Hulot sera présent aux Assises du journalisme.

Les faits

Les Assises internationales du Journalisme de Tours mettent cette année au premier plan la question du rôle des médias dans la perception de l’urgence climatique. Trois jours d’ateliers, de débats et de rencontres, sur le site de Mame et à la salle Thélème (site universitaire des Tanneurs). Si les matinées sont plutôt destinées aux très nombreux journalistes qui viendront de toutes les rédactions de France, les après-midis et surtout les soirées seront des occasions de rencontres et de débats passionnants.

Mercredi soir, la venue de Nicolas Hulot, qui participera à un débat public, salle Thélème, marquera un moment fort. Le jeudi, place à la discussion autour du thème « Conjuguer fin du monde et fin du mois », avec Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et le journaliste Patrick Cohen.

L’éducation aux médias est également au cœur de l’événement et c’est le journaliste militant Hugo Clément qui présidera le jury des prix dédiés à l’éducation aux médias, le mercredi.

Le contexte

Toutes les études d’opinion le montrent : le dérèglement climatique se place désormais tout en haut des préoccupations des Français, loin devant le chômage ou la sécurité. Ces Assises du journalisme se déroulent à sept mois de l’élection présidentielle, au cours de laquelle le dérèglement climatique devrait être un sujet majeur.

Les enjeux Ces Assises ont un double objectif. Tout d’abord, ouvrir une vraie réflexion à l’intérieur des rédactions locales et nationales sur le traitement des sujets environnementaux. Comment les rendre compréhensibles, comment susciter l’intérêt du public et sortir des visions catastrophistes ?

Le deuxième objectif, ensuite, est de créer les conditions d’une prise de conscience plus générale encore dans la population et faire en sorte que le public s’empare vraiment de ces sujets.
M. P.


> Les Assises internationales du journalisme, de mercredi à vendredi, à Mame. Suivies du Salon du livre du journalisme, le samedi après-midi. Tous les ateliers, débats et conférences sont gratuits et en accès libre sur présentation d’un pass sanitaire

 

Agent 007, bonjour. Lisez ce rapport secret. Plusieurs de nos agents ont risqué leur vie pour l’obtenir. Il montre que la Chine manipule les réseaux sociaux et mène sur le net une campagne d’influence en grand format et ce, sur l’ensemble de la planète.

Deux millions de cyber soldats sont déjà sur les dents. La situation est grave, James. Nous avons déjà perdu un contrat de 56 milliards de dollars et ce n’est que le début. Tout se passe à la base 311, « la base de la guerre de l’opinion publique, de la guerre psychologique et de la guerre du droit », comme ils l’appellent. Elle se trouve dans la province du Fujian à Fuzhou, juste en face de Taïwan.

Elle est cachée à l’adresse d’une piscine mais, attention ce sont des requins qui y nagent. Voici un Huawei un peu amélioré, il vous permettra de vous infiltrer discrètement dans la base. Mais comme d’habitude, si vous êtes pris ou tué, l’organisation niera tout lien avec vous. Vous êtes seul, 007…

Matthieu Pays

10, 20 km de Tours, marathon : à chacun sa course !

Les 10 et 20 km de Tours (et le marathon, bien sûr), c’est ce week-end ! Et c’est la dernière ligne droite pour s’inscrire.

Attention, attention, vous n’avez plus que quelques heures pour vous inscrire aux 10, 20 km, au marathon de Tours ou 10 km marche nordique. Les inscriptions seront closes le jeudi 23 septembre à midi. Il ne sera pas possible de s’inscrire sur le salon Running Loire Valley, les 24 et 25 septembre. Et, conformément à la législation sanitaire en vigueur, tous les participants devront présenter un pass sanitaire valide pour prendre le départ.

Bon, ça, c’est dit. Pour ce qui est de la course en elle-même, les 10 km s’élanceront en deux temps. À 9 h 15, c’est le départ pour tous les coureurs qui se sont inscrits sur des temps inférieurs à une heure. Les autres partiront à 10 h. Cela permettra de fluidifier le peloton, chacun à son allure, chacun dans sa course. Pour le parcours, on est dans le déjà presque classique : départ de la place Anatole-France, pont Napoléon, quai Paul Bert, Marmoutier et retour par le Loire à Vélo puis le vieux-Tours. C’est varié, ça passe tout seul.

Parcours en musique

Ça passe d’autant mieux que la programmation musicale en live a été concoctée par Terres du Son et que ça va envoyer sérieux. Les 20 km, lui, partira à 11 h 15 pour sur le parcours du 10 km, mais en version deux boucles.

Pour courir le marathon, il faudra être plus matinal (mais bon, sur un marathon, ce n’est pas de se lever tôt qui fait le plus mal…) puisque le départ sera donné à 8 h, pour une boucle qui commencera sur le parcours des 10 km et qui emmènera ensuite les coureurs jusqu’à Savonnières.

Enfin, la course de marche nordique, grande nouveauté de l’année, partira à 8 h 30 pour un parcours qui fait la part belle à la Loire. On va pouvoir recourir ensemble dans la ville… Enfin !

Matthieu Pays

Parties civiles

Elle est vraiment trop petite, cette salle d’audience. Il n’y a pas assez de places. Parce que nous sommes tous victimes, tous touchés et que, dans ce procès, nous sommes tous parties civiles. Ceux qui sont morts et ceux qui ont été blessés, le 13 novembre 2015, à Paris, ne sont pas différents de nous. Ils sont nous. Dans leur diversité, leur anonymat, dans le reflet imparfait de leurs réseaux sociaux, dans les yeux mouillés de leurs amis, dans le coeur brisé de leurs proches.

Ils sont ce que nous sommes. Ils sont la France des gens qui passent, comme le chante joliment Gauvin Sers dans son dernier album. Bien sûr, ils ont des noms et des vies intimes qui se sont fracassées au rocher noir de l’absurdité. La douleur individuelle est incommensurable. Mais nous avons tous étés frappés par les éclats.

Et c’est nous tous, avec nos confessions, nos croyances, nos opinions, nos histoires, qui devrions être présents, à partir de ce mercredi, dans la salle d’audience hors normes installée dans le Palais de Justice de Paris.

Matthieu Pays

Tour de France : top départ de Tours le 1er juillet !

Rendez-vous le 1er juillet prochain pour voir le peloton s’élancer de la place Anatole-France, à Tours. Mais attention, des perturbations sont également à prévoir côté circulation et stationnement.

Le Tour de France approche ! (Photo archives NR)

La dernière fois, c’était en 2013, autant dire que l’événement est d’importance : pour la neuvième fois de son histoire, le Tour de France s’offre un départ de la ville de Tours, le 1er juillet. À 13 h 50, la caravane s’élancera de la place Anatole-France et prendra la route de Châteauroux pour une des étapes les plus courtes de cette édition.

Côté sportif, il n’y a pas de grande surprise à attendre de cette sixième étape. Les 161 km du parcours ne présentent pas de difficulté et devraient se terminer par une arrivée au sprint dans la capitale du Berry. Les réelles festivités et aussi les premières empoignades devraient commencer deux jours plus tard, le samedi 3 juillet, avec l’étape reliant Oyonnax au Grand-Bornand.

Un rayonnement à l’extérieur

En revanche, l’image sera belle pour la ville et la région. Les coureurs passeront, en effet, par quelques-uns des grands sites touristiques du Val de Loire : la curieuse pagode de Chanteloup, d’abord, puis Chenonceaux, Thésée- la-Romaine, le ZooParc de Beauval et le château de Valençay. Le Tour de France restant un des événements sportifs les plus suivis dans le monde, cette journée a de quoi booster la reprise du tourisme ligérien.

Plus encore et au-delà du strict aspect sportif, la municipalité a décidé de se servir de cet événement pour favoriser l’utilisation du vélo comme moyen de transport intra-muros aussi souvent que possible. Dès 9 h, des animations seront organisées devant la bibliothèque centrale, pour attendre l’heure du départ. Laquelle bibliothèque accueillera, jusqu’au 17 juillet, une exposition de photos et de dessins d’enfants sur le thème du vélo.

Et n’oublions pas que, la veille, les femmes de « Donnons des ailes au vélo », qui parcourent les étapes du Tour de France un jour avant la compétition officielle, seront sur la ligne de départ, à 9 h.
Matthieu Pays


> Attention, perturbations

Le 1er juillet, le peloton du Tour de France partira de la place Anatole-France à Tours pour relier Châteauroux. Ce qui va forcément entraîner des complications. Dès le 29 juin, le stationnement sera interdit sur les quais de Loire (dès le matin), place Anatole France et jusqu’au pont de Fil (18 h). Le 30 juin, la rue des Tanneurs et le pont Wilson s’y rajoutent dans la journée ainsi que, le soir, le début de l’interdiction de stationnement boulevard Preuilly.
Le 1er juillet, restrictions le long des quais Paul-Bert et Marmoutier, avenue Malraux et pont Mirabeau. Ce jour-là, le tram ne circulera pas entre la gare et Choiseul jusqu’à 17 h.

> Retrouvez une cartographie des perturbations de circulation sur https://www.tours.fr/services-infos-pratiques/770-tour-de-france-2021.htm

Rugby : l’US Tours monte d’un cran

Le club tourangeau courait après cette montée. C’est désormais chose faite !

« Il était 18 h, jeudi, lorsque j’ai reçu un appel de la Fédération française de rugby m’indiquant que notre dossier d’accession en Fédérale 2 était accepté. Nous étions en cinquième place parmi les meilleurs clubs de Fédérale 3 français et il m’a fallu aller voir le mail de confirmation pour officialiser cette montée. »

C’est Benoît Sebillet, le président de l’US Tours, qui parle. Depuis la saison 2015-2016 où il a quitté ce niveau, mais plus encore depuis deux ans, le club court après une montée. Cette saison, elle semblait à bout de crampons, mais le vilain virus est venu stopper un championnat pourtant bien engagé avec six victoires en six matchs disputés.

Heureusement, un réaménagement du championnat et des défections d’autres équipes ont rendu justice au club tourangeau. C’est un moment important pour le rugby tourangeau qui, en dépit des difficultés, a su garder le cap et le soutien des collectivités territoriales et de ses nombreux partenaires privés.

Au crédit du club, en plus d’une gestion saine, une action déterminée au cœur de la ville en direction des jeunes. Sur le plan sportif, évidemment, cette montée en Fédérale 2 impose à l’UST un recrutement adapté. L’équipe dirigée par Pascal Sassi et Sébastien Velez a entamé sa montée en puissance, avec l’arrivée de plusieurs recrues.

« Il nous faudra neuf première ligne pour tenir la maille », a prévenu Pascal Sassi. Le défi de la Fédérale 2 est de taille mais il n’en est pas de plus stimulants !

M. P.

Exilée

On n’arrive pas tous sur la Terre avec les mêmes cartes en main. Il est des enfants qui naissent dans des palais dorés et entourés de l’amour de leurs proches. Et d’autres qui n’ont pas la chance de voir le jour sur le sol de leurs ancêtres. Coupés de leurs racines et privés de leurs droits, ils sont des fruits arrachés à la terre. Ce week-end encore, une pauvre âme nous est née, exilée dans un hôpital de Santa Barbara, ville de pacotille aseptisée comme un décor de soap alors qu’elle était promise au raffinement des palais impériaux et aux voitures anglaises décapotées.

Plantée dans un sol qui n’est pas le sien, elle n’a que ses deux prénoms comme liens avec ses aïeules. Une grand-mère et une arrière-grand-mère, Diana et Lilibet. Mais ce ne sont que des figures lointaines, sans la charge d’amour qui fait grandir.

Dans le royaume qui est le sien et dont elle est arrachée, elle aurait pu être reine (à condition quand même, de flinguer les sept qui sont devant elle dans l’ordre de succession) et la voilà simple citoyenne américaine. La vie est cruelle, quand même, quand on y pense..

Matthieu Pays

C’est grave, docteur ?

Imaginez une arête dans un gosier. L’arête, c’est un gros bateau pas joli du tout. Une arête de 200 000 tonnes : rien que du métal et des marchandises made in China. Le gosier, c’est le canal de Suez, petite glotte toute serrée entre la Mer rouge et la Méditerranée. Et, pour compléter le tableau, le corps auquel appartient ce gosier, eh bien, c’est le nôtre. C’est nous.

Bref, on a avalé de travers. Sans doute que l’on se goinfrait trop, que l’on était trop gourmand. Gloutons, même… Alors, on se gratouille la gorge, on toussote, on boit un peu d’eau. Et on a peur, surtout, que le flux qui nourrit notre boulimie se tarisse et nous laisse en rade. On panique. On ne devrait pourtant. Ben non…

Parce que ce n’est pas normal, en vrai, de se retrouver sur le flanc, juste à cause d’une bouchée mal avalée. S’il existait des médecins pour ce genre de cas, ils nous diraient comme ça, avec un petit sourire entendu : « Dites donc vous, ce ne serait pas le moment de changer de régime alimentaire ».  Matthieu Pays

Plus qu’une centaine de jours avant le Tour de France à Tours

Cela faisait bien longtemps que la Ville de Tours n’avait pas accueilli l’événement.

Un grand maillot jaune était accroché à la façade de l’hôtel de ville (Photo NR – Hugues Le Guellec)

La semaine dernière, les organisateurs du Tour de France ont convoqué les médias pour lancer symboliquement les festivités autour de la prochaine édition, à 100 jours du départ. Un Tour qui, cette année, aura une saveur toute particulière pour les Tourangeaux, puisque le Grande Boucle fera étape à Tours, le 1er juillet prochain.

Ne nous voilons pas la face, il y a peu de grands frissons à attendre, a priori, de cette 6e étape qui reliera Tours à Châteauroux. Une des plus courtes (144 km) et des plus plates de cette édition. Tout cela a de grandes chances de se solder par une arrivée au sprint dans la capitale du Berry.

Oui, mais la Ville de Tours n’avait pas accueilli le peloton depuis huit ans et l’événement est, bien sûr, d’importance. Et surtout, il concorde parfaitement avec la politique municipale qui entend donner au vélo toute sa place dans la cité.

« Une fête du vélo XXL »

« Cette journée du 1er juillet doit être l’occasion de faire concorder le travail des artistes, la fête sportive et notre volonté d’aller vers une révolution des mobilités », a indiqué le maire Emmanuel Denis, qui a également annoncé une fête du vélo XXL dans la ville à cette occasion. Emmanuel Denis s’est également félicité des efforts faits par Amaury Sport Organisation en matière d’impact environnemental du Tour de France.

« Désormais, les coureurs qui jetteront leurs déchets en dehors des zones autorisées recevront des pénalités de temps. Si l’on ajoute la présence de plus en plus importante de véhicules hybrides, c’est un plus. Le Tour fait sa mutation », a souligné le maire comme pour clore définitivement la polémique ouverte en 2020 par le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet qui avait taxé la course d’épreuve machiste et polluante.

Le retour d’un Tour de France féminin, dès 2022, devrait permettre de mettre, et pour de bon cette fois, tout le monde d’accord.

M.P.

Migrants parisiens

Mettre tout dans la voiture. Tout ce qui compte, tout ce qui est important et quand même, un peu de superflu. Partir dès que possible, poussé par une force irrépressible. Fermer la porte de la maison sans trop savoir quand on l’ouvrira de nouveau. Jeter un dernier regard à la volée. Et puis, partir. Et là, au bout de la rue, tomber dans le flux de ceux qui partent aussi. Plonger dans le long serpent de voitures à touche-touche qui congestionne les sorties de la ville.

Des centaines de kilomètres de tôle et moteurs impatients. Il n’y a pas de honte à fuir. Fuir des murs exigus dans lesquels on pourrait croiser la folie si on y restait enfermé trop longtemps. Fuir une capitale gorgée de peur et de lassitude. Nous ne sommes ni les premiers ni les seuls sur Terre à faire ce choix difficile que jamais, personne, n’a fait de gaieté de cœur.

Au volant de nos automobiles, coincé sur le périphérique, nous voilà donc en communion avec tous les migrants du monde. Ceux qui fuient la guerre, la famine, la répression policière. Et qui n’ont pas toujours une résidence secondaire ou une vieille tante sur l’île de Ré.

Matthieu Pays

UTBM : nouvelle donne pour le basket tourangeau

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre dans l’histoire du club de basket de Tours.

Une nouvelle ère s’ouvre pour l’UTBM. (Photo archives NR – Julien Pruvost)

Depuis sept ans, le Touraine Basket Club et le Patronage Laïque La Riche Lamartine Tours Basket (P3L) étaient regroupés au sein de la même entité, l’Union Tours Basket Métropole ou UTBM pour les intimes. C’est la fin de cette aventure qui a été annoncée par un communiqué de presse, fin février.

Mais cela ne signifie pas la fin des ambitions tourangelles, bien au contraire. La montée en Pro B reste bien l’objectif principal du P3L, qui entend reprendre son indépendance mais conserve ses droits sportifs en N1. Au 1er juillet, le club adoptera donc un statut professionnel et son staff s’appuiera sur l’architecture actuelle de l’UTBM. Bruno de L’Espinay prendra la présidence de l’équipe pro, tandis que Frédéric Chouraki, dirigeant de l’actuel P3L, s’occupera de la partie amateur. Romain Régnard, actuel manager général du club, sera également de l’aventure.

La montée en pro B reste l’objectif principal

« Concrètement, les petits qui jouent au basket auront le même maillot, les mêmes couleurs que les professionnels, confirmait récemment Frédéric Chouraki à nos confrères de la Nouvelle République. Notre souhait est qu’il n’y ait qu’une seule entité visible de l’extérieur. C’est évidemment un gros virage pour l’association P3L, qui a 85 ans d’existence. Mais on pense qu’il était nécessaire de n’avoir qu’un seul et même nom, nouveau, pour que les joueurs aient ce sentiment d’appartenance à un club, à une unité. »

Concernant le nom, justement, rien n’est encore acté, mais il se murmure qu’en retirant simplement le U de l’UTBM, on ne devrait pas être très loin du compte. Les dirigeants précisent par ailleurs que le projet, s’il est toujours très ambitieux pour l’équipe fanion, n’oublie pas la formation.

L’idée étant de faire monter la réserve en N3 et de créer un véritable centre de formation, seule façon de rendre, à terme et de façon pérenne, ses lettres de noblesse au basket tourangeau. Quant à l’autre partie de l’UTBM, le TBC, c’est un nouveau départ en National 3, niveau auquel il évoluait avant l’union, qui se profile.

M.P.

Y être ou ne pas être

À 13 ans, elle avait raconté à qui voulait bien l’entendre que son professeur d’histoire avait demandé aux élèves de confession musulmane de lever la main, puis de sortir de la classe avant de montrer en cours les caricatures de Mahomet. Mais elle n’y était pas. Elle avait expliqué à son père qu’elle s’en était indignée et que cela lui avait valu une exclusion de deux jours. Mais non, elle n’y était pas.

Son père avait aussitôt relayé le mensonge sur les réseaux sociaux et le message avait suivi son chemin mortifère, jusqu’à tomber sous les yeux d’un certain Abdoullakh Anzorov, apprenti terroriste d’origine tchétchène, âgé de 18 ans. Un jour, à la sortie du lycée, Anzorov avait attaqué le professeur et lui avait coupé la tête. Mais elle n’y était pas.

Elle, par contre, elle y était dans les locaux de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. La dessinatrice Coco sort ces jours-ci, un récit graphique qui s’appelle « Dessiner encore » et qui raconte les derniers moments de la rédaction de Charlie, juste avant l’arrivée des tueurs. La bienveillance de Cabu, les gâteaux sur la table, l’engueulade entre Tignous et Bernard Maris, ce simple morceau de vie arraché à la marche du monde. Elle a enfin pu la dire, sa vérité, comme l’adolescente son mensonge. Troublant téléscopage…

Matthieu Pays

Le Tours FC retrouve la compétition

Après des mois de « coupure », le Tours FC retrouve le plaisir de retourner sur le terrain. Pour de bon !

Des nouvelles du Tours FC ! (Photo archives NR)

Le Tours FC jouait ce dimanche 31 janvier son 6e tour de la Coupe de France. Oh, ne nous emballons pas, l’affiche n’avait rien du match de gala, puisque que les Tourangeaux se déplaçaient sur la pelouse de Saint-Jean-de-Braye, valeureuse équipe de Régionale 2, soit deux divisions en dessous d’eux.

Oui, mais cette rencontre n’était finalement pas si anodine, puisqu’il s’agissait de la première sortie officielle des Ciel et Noir depuis plus de trois mois et que la Coupe demeure l’unique compétition en cours actuellement. L’occasion d’une petite revue des effectifs.

Reprendre l’opération conquête

Levons d’emblée le voile, les Tourangeaux se sont imposés, mais non sans trembler. Après une ouverture du score rapide (5e minute de jeu), ils ne parvenaient pas à faire le break et, chose déjà vue, se faisaient même rejoindre avant la mi-temps. Un pénalty arrêté plus tard, les Tourangeaux parvenaient à se qualifier en toute fin de rencontre. L’aventure continue donc en Coupe de France et la petite flamme de la compétition reste allumée.

Côté championnat de Nationale 3, interrompu depuis le mois de novembre, le TFC pointe à une modeste 6e place, après une entame de saison un peu timide. Mais n’oublions pas que, la saison dernière, les Tourangeaux avaient survolé les débats et gagné leur billet pour l’étage supérieur, montée qui avait été invalidée par les instances financières.

Grâce au statut professionnel dont ils continuent de profiter, les Tourangeaux peuvent toujours s’entraîner, ce qui n’est pas le cas de nombre d’équipes à leur niveau. Donc, oui, il y a toujours une équipe à la Vallée du Cher. Une équipe qui n’attend plus qu’une chose : reprendre dès que possible l’opération reconquête qu’elle avait entamée avant la crise sanitaire.

M.P.

Volley : Bruno Poilpré, le nouveau boss du TVB

Il est le successeur d’Yves Bouget : Bruno Poilpré a pris la présidence du Tours Volley Ball. On fait les présentations.

Bruno Poilpré, à la tête du Tours Volley Ball (Photo capture d’écran TVB)

Le club phare du sport tourangeau, notre cher TVB, a un nouveau président. Pas de départ dans la douleur pour l’emblématique Yves Bouget, qui présidait aux destinées du volley tourangeau depuis 4 ans, puisqu’il vient de prendre la présidence de la Ligue Nationale et qu’il souhaite simplement éviter tout conflit d’intérêt avec son club de cœur.

C’est Bruno Poilpré, membre du Conseil d’administration et patron de l’entreprise Roulliaud, partenaire historique du club, qui reprend donc le flambeau. Dans une vidéo de présentation, le nouveau dirigeant a annoncé qu’il entendait développer, dans le cadre du club, le concept de « sport spectacle ».

« Il faut que vous ressortiez de la salle avec la banane »

« Quand vous viendrez assister à un match de volley, a-t-il expliqué, que l’on gagne ou que l’on perde, il faut que vous ressortiez de la salle avec la banane, avec la pêche et que vous ayez participé à une soirée mémorable. »

Par ailleurs, le nouveau dirigeant n’a pas caché son ambition de faire briller le club encore plus que ne le fait aujourd’hui, en Touraine et au-delà. « Il est tout de même regrettable, a souligné Bruno Poilpré, que le TVB soit connu au Brésil quand vous allez faire du beach volley et que, malheureusement, parfois, en interrogeant un piéton à La Membrolle, on découvre qu’il ne le connaît pas ».

« Pour moi, a conclu le nouveau président, ce club fait partie du patrimoine culturel et sportif de la Touraine, au même titre que les châteaux de la Loire ou les vignobles. » Vivement que l’on puisse en retrouver le goût et l’odeur, sur le parquet de Grenon !

Spectra Covidum !

C’est comme un mauvais sort. Vous savez, comme ceux que le méchant dont-on-ne-dit-pas-le-nom jette avec sa vilaine baguette dans les films de Harry Potter.

Spectra Covidum ! Et paf, tous les centres-villes de France se figent d’un seul coup. Et bim, les rencontres sportives s’interrompent, les acteurs s’immobilisent au beau milieu d’une tirade, les salariés restent cloués derrière leur écran d’ordinateur.

Spectra Covidum et l’air se charge d’un coup d’un poids nouveau, plus rien ne semble possible, les projets restent suspendus et les initiatives tournent court. Par l’effet maléfique de ce sort, la marche du monde elle-même se ralentit. S’il se passe encore quelque chose autre part, cela nous semble si lointain, si irréel, que les images ne nous atteignent plus.

Spectra Covidum et je me vois obligé d’ajouter un point de suspension à la fin de ce 376e billet. Alors, si Harry est dans le coin ou Hermione ou même ce grand nigaud de Ron, est-ce qu’ils pourraient voir pour trouver un sort qui briserait le sort. Parce que là, vraiment, il est pas drôle, le film…

Matthieu Pays

L’exposition : Olivier Debré, architecte

Retour aux sources de l’œuvre d’Olivier Debré, avec cette exposition collective, Étendue, corps, espace, au CCCOD jusqu’au 28 mars.

Il fallait bien une exposition collective pour figurer l’importance de l’architecture dans le travail et l’œuvre d’Olivier Debré. « Il y a une quantité incalculable de carnets de croquis, de calques qui ont trait à des projets d’architecture réalisés ou non, explique Marine Rochard, chargée d’exposition. Nous en avons mis un petit échantillon en ouverture de l’exposition. C’était pour planter le décor et servir de point de départ à notre exposition. »

Car, si l’artiste est évidemment d’abord connu pour ses toiles et ses sculptures, c’est bien en architecture qu’il s’est d’abord inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts, en 1937, avant de se tourner vers la peinture au sortir de la guerre.

La résonance entre l’art et l’architecture

L’objet de cette exposition qui occupe la galerie blanche, à l’étage du CCCOD, est donc de montrer, dans les œuvres d’artistes contemporains, cette résonance entre l’art et l’architecture qui était omniprésente chez Olivier Debré et qui perdure aujourd’hui.

Les artistes réunis sont américain, français, allemand ou espagnol, ils utilisent des matériaux et suivent des démarches bien différentes. Cela donne à cette exposition un aspect « cabinet de curiosité » très plaisant.

Naturellement, la visite est également l’occasion de revoir, dans la nef, l’envoûtant Scalaire de Vivien Roubaud. On peut se perdre des heures dans la contemplation de cette toile qui flotte dans l’air au gré de ses mouvements. À ne pas rater non plus, dans la galerie noire, Odysées, de Marie-Anita gaube, des grands formats peints, qui vous plongent dans un imaginaire coloré et délicieusement naïf.
M.P.


> CCCOD, jardin François 1er. Tram Porte de Loire. Tarifs : 7 € (réduit : 4 €). Gratuit pour les moins de 18 ans. Ouvert du mercredi au dimanche, de 11 h à 18 h et le samedi jusqu’à 19 h.

 

Covid et mesures : ça grince dans les vestiaires !

La situation sanitaire étant plus que préoccupante et dans le cadre du passage de l’Indre-et-Loire en alerte renforcée, de nouvelles mesures ont également été prises dans le domaine sportif. Pas du goût de tous.

Ça n’a échappé à personne, depuis samedi dernier, l’Indre-et-Loire est passée en zone d’alerte renforcée pour le coronavirus. Un changement de situation qui n’est pas sans conséquences et notamment pour la pratique sportive.

La première des mesures que cela entraîne, c’est l’interdiction des sports de contact et des sports collectifs en salle pour les adultes (sauf les pros et les sportifs de haut-niveau). Pour jouer, disons, au basket en salle, il faut donc désormais avoir moins de 18 ans ou évoluer, par exemple, dans l’effectif pro de l’UTBM.

« Il y a de grandes incohérences dans ces décisions »

Nous n’avons qu’à aller jouer dehors, nous direz-vous. Oui, sauf que même les sports en extérieur sont impactés, notamment par l’interdiction d’utiliser les casiers et les douches des vestiaires collectifs du département, à l’exception, là encore, des pros et des sportifs de haut-niveau.

Une mesure qui va rendre très compliquées les très nombreuses rencontres entre clubs amateurs de rugby ou de foot par exemple. Face à cette décision, le président de la Ligue Centre Val de Loire de foot, Antonio Teixeira ne décolère pas. « Il y a de grandes incohérences dans ces décisions, a t-il déclaré à nos confrères de La Nouvelle République. Aujourd’hui, on met simplement en doute le sens des responsabilités de nos bénévoles qui ont, pourtant, fait un travail énorme jusque-là. Et là, de but en blanc, on interdit les vestiaires et on met beaucoup de clubs dans la panade. »

De fait, des clubs ont déjà commencé à annuler des rencontres qui devaient se jouer prochainement. Du côté de la Préfecture, on rappelle que « la dynamique épidémiologique du département est préoccupante. Ainsi, entre fin septembre et mi-octobre, le taux d’incidence sur la métropole a plus que doublé tant pour la population générale, que pour les plus de 65 ans particulièrement vulnérables face au virus. »

M.P.

Respect(s)

À madame Dogwiller, qui m’a appris à faire de jolies lettres quand j’écris parce que c’est important d’avoir une belle écriture, et même si je n’ai pas tout retenu, merci. À monsieur Mériot, qui m’a appris l’émotion que pouvait contenir une chanson, le partage et la joie, merci. À madame Sazias, qui est allée chercher dans les textes l’esprit de d’invention et de non conformisme qu’elle voulait pour ses élèves, merci.

À monsieur Tavenot qui m’a montré les errances de l’histoire, mais qui a aussi su me les faire un peu comprendre, merci. À monsieur Cochie, qui m’a montré en quoi l’économie, c’était surtout la vie des gens, merci. À monsieur Blot qui a insisté pour que je termine mon range-courrier en carton, merci.

À monsieur Venin qui m’a ouvert des pensées qui m’étaient inconnues, merci. Merci à eux et à tous les autres. Il en faut des professeurs pour faire un homme, une femme, un citoyen. Il en faut des professeurs pour apprendre les valeurs communes et le respect des autres. Merci et respect à eux.

Matthieu Pays

Et nos élites, alors !

C’est une tradition bien à nous et le monde entier nous l’envie. La pratique de l’enfumage, l’excellence du noyage de poisson, cette faculté de parler d’un bouquin sans avoir lu autre chose de la quatrième de couverture tout en ayant l’air intelligent, c’est véritablement un art à la française, une part de notre patrimoine national et cela s’apprend dans une école, une seule : Sciences-Po.

Un art qui fait la grandeur de notre personnel politique, la quintessence de notre administration et la renommée de pas mal de nos éditorialistes. Eh bien, vous le croirez si vous voulez, mais il paraît que l’on va désormais pouvoir entrer dans cette belle institution, sans écrire la moindre ligne. Nada.

On regarde les notes du bac et on se fait un petit rendez-vous Skype et emballé, c’est pesé ! Alors, mais quoi, c’est la mort de la dissertation en deux parties ! C’est des hordes venues des quartiers et des campagnes qui vont déferler rue Saint-Guillaume !

Et après, il y aura qui à l’ENA ? Des Youtubeurs, des intermittents du spectacle ? Des citoyens ? Non, mais quelle horreur !

Matthieu Pays

Izakaya : resto japonais et sushis à deux pas de la gare

Cette semaine, direction le quartier de la gare à Tours pour découvrir (et goûter bien sûr) le restaurant de sushis Izakaya.

L e petit restaurant japonais de quartier, celui où l’on vient entre amis, à la pause déjeuner pour déguster quelques sushis et brochettes, c’est un genre à part entière. Des établissements de ce type, il en existe beaucoup, dans toutes les villes du monde et, il faut bien le dire, pas tous de la même qualité.

Izakaya ne se trompe pas de registre : il ne s’agit pas, ici, de révolutionner la gastronomie japonaise ou de la fusionner avec les codes de la cuisine française. On n’est pas, chez Nobuki ou Parfum culture. Non, l’ambition de l’établissement est plus modeste : faire passer un bon moment à ses convives, rapide s’ils sont pressés, tranquille s’ils le sont moins, mais toujours avec le sourire. L’accueil étant, il faut le souligner, un des points forts de l’endroit.

Sushis, spécialités maison et menus assortiments

Le décor est soigné, avec cette tonalité bois et ce côté épuré qui souligne l’ambiance nippone sans en faire trop. Côté assiette, ce qu’il fait, Izakaya le fait bien. La carte est, comme souvent dans ce type de restaurants, assez fournie et s’ouvre sur une page de sushis “spécialités maison” que l’on peut aussi retrouver dans des menus assortiments. Petite soupe miso en entrée, comme de tradition et salade de chou agrémentée de graines de pavot qui relèvent un peu l’ensemble.

Les sushis, donc, sont préparés sur place et d’une fraîcheur irréprochable. Ce n’est pas révolutionnaire, mais c’est bon et bien fait. Pour les plus aventureux, l’endroit propose également des sushis-burgers assez étonnants, des Poké Bowl végétariens et un imposant Chirashi composé de riz blanc vinaigré et de seize tranches de saumon cru.

Attention lors de votre commande, les portions sont généreuses. Heureusement, si vous calez, le personnel se fera un plaisir de vous emballer tout cela dans une petite boîte. Les plats, d’ailleurs, sont aussi proposés à emporter.

Au final, l’escale chez Izakaya relève clairement de la bonne surprise. Juste en face de la gare, dans un quartier où le fast food est roi, ce restaurant offre une alternative bien sympathique au voyageur gourmand.

M.P.


> Izakaya, 8, rue Édouard-Vaillant, juste en face du parking dépose-minute / Covoiturage de la gare. Ouvert tous les jours, de 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 22 h.

> Les menus s’échelonnent de 13 à 20 €, avec diverses possibilités (sushis, sushis + yakitori) et comportent tous une salade de chou et une soupe miso. Le sushi-burger est à 13 €. Même fourchette pour le Poké Bowl et comptez autour de 14 € pour le Chirashi. 

Artur Udry, de Varsovie au TVB

Le joker du TVB ? Il s’appelle Artur Udrys. Débarqué de Varsovie il y a peu, le voilà cette fois fin prêt à œuvrer au sein du club tourangeau. On fait les présentations.

Voilà un dossier rondement mené. À la mi-septembre, le TVB annonçait être à la recherche d’un joker médical pour remplacer son pointu brésilien Renan Buiatti, blessé au pied. Une dizaine de jours plus tard, le club annonce l’arrivée de son remplaçant, le Bélarusse Artur Udrys.

Le pointu, qui fêtera ses 30 ans dans quelques jours, évoluait l’année dernière à Varsovie, un des ogres du championnat polonais. Et, du haut de ses 2,12 m (Buiatti culmine à 2,18 m), le nouvel arrivant avait fait forte impression, en Pologne, face à Tours lors de la première journée de la Ligue des Champions. Battu 3-0, le TVB avait bien senti la puissance du bras du Bélarusse, qui avait fini meilleur joueur de la rencontre avec 76 % de réussite.

Auparavant, il avait fait les beaux jours de Urengoy, en Russie et avait évolué à Shenzhen (Chine). Hubert Henno, le coach du club résume, dans les colonnes de La Nouvelle République, un sentiment qui semble largement partagé : « Je pense qu’il joue plus haut, saute plus haut que Renan, je ne crois pas que l’on y perde au change. »

Reste à savoir dans quelle état de forme il se trouve, sa période sans compétition ayant été plus longue encore que celle de ses camarades. « On va voir dans quel état il va arriver, confirme Henno, sa facilité à s’acclimater mais aussi son envie de jouer en France. On sait que les étrangers peuvent parfois sous-estimer le championnat français et vite déchanter. »

Pour le TVB, la saison de Ligue A commence ce samedi, à Cannes et le Bélarusse sera du voyage, étant d’ores et déjà qualifié auprès de la fédération.

M.P.

Chez Pia : la pizza comme en Italie !

Et si on partait pour un voyage gustatif en Italie ? La pizzeria Chez Pia vient d’ouvrir rue Châteauneuf et on s’est délecté de ses pizzas. Attention, le restaurant étant relativement petit, pensez à réserver !

C’est vraiment peu dire que Julie et Thomas (qui oeuvraient auparavant au Café contemporain, au CCCOD) ont ouvert une pizzeria qui leur ressemble et qui, donc, ne ressemble à aucune autre.

Il y a le cadre, d’abord. Une ancienne librairie, nichée à l’angle de la rue de Châteauneuf dont ils sont tombés amoureux et dont ils ont tenu à conserver tout le cachet. Du bois, de la pierre, des photos développées au charbon, du mobilier chiné et des éclairages conçus par Thomas et fabriqués en Touraine.

Un détour par l’Italie

Mais, bien sûr, c’est dans l’assiette que tout se passe. Une pizzeria, nous direz-vous, pas grande surprise à attendre. Eh bien, détrompez-vous ! Nous sommes ici dans la pizza napolitaine, la vraie. « Pour nous, c’était obligé ! Si nous faisions une pizzeria, il fallait que les pizzas soient vraiment au top ! », explique Julie.

La pâte, faite d’une farine de blé ancien, pré-germée venue de Florence est d’une incroyable légèreté. Voilà une pizza qui ne vous pèse pas sur l’estomac pour le restant de la journée et ça, c’est déjà un vrai bon point. Côté garniture, c’est du même tonneau. « Nous n’utilisons que des produits AOP, dont beaucoup viennent de la région des Pouilles et qui sont tous validés par la Vera Pizza Napoletana, dont nous aurons bientôt le label. »

 

 

Les légumes, bien sûr, sont choisis en local. Idem pour les recettes, qui sont toutes issues de la tradition napolitaine. Si vous ne jurez que par la Quatre-fromage ou la Montagnarde, vous risquez, c’est vrai, d’être déçu. En revanche, si vous avez envie de découvrir une recette authentique avec de la mortadelle et des éclats de pistache, vous êtes au bon endroit.

Une bonne pizzeria, c’est aussi un bon four et un bon pizzaiolo. Le four, que Thomas et Julie sont allés chercher à Naples, trône dans une des (petites) salles du restaurant et le pizzaiolo arbore tranquillement ses vingt années d’expérience. Et, pour ceux qui malgré tout cela, restent insensibles au charme de la pizza, il y a aussi un plat cuisiné et un plat de pâtes à la carte.


> 9 rue de Châteauneuf, à l’angle avec la rue du Change. Ouvert tous les jours sauf le dimanche, midi et soir.

> Les pizzas s’affichent entre 10 € pour la Margherita et 20 € pour une recette à base de crème de truffe. Les salades sont à 7,50 € pour la Cesar et 13 € pour la Caprese. Superbe assiette de charcuterie à partager à 15,50 €. Plats autour de 15 €. Les desserts s’affichent entre 6 € pour le Tiramisu et 7,50 € pour la Panna Cotta. Pas de formule midi, mais menu enfant à 10 €. 

Un jour et quelques nuits

Évidemment, je pourrais vous parler de deuxième vague, d’attaque au couteau, je pourrais faire le malin en précisant que non, ce n’est pas un couteau, mais une feuille de boucher.

Alors, qu’en fait, il y a une semaine, je ne savais pas du tout ce qu’était une feuille de boucher. Le monde que nous avons construit, il est comme ça. Il fait de la lumière avec du noir, avec du pas grand chose.

Juliette Gréco, elle, c’était l’inverse. C’était de la lumière habillée en noir. Qu’elle ait connu Aragon, Sartre, Vian, Brel, Ferré et tous les autres, ce n’était pas ça l’important. La muse de Saint-Germain-des-Prés, ça ne dure qu’un temps et ça ne veut pas dire grand chose.

L’important, c’était ce qu’elle apportait. Ce qu’elle portait. Quelque chose d’authentique et qui n’appartenait qu’à elle et qui, donc, s’est éteint avec elle. Comme une autre flamme s’est éteinte avec Michael Lonsdale. C’est de cette lumière unique, hors actualité et hors réseaux que j’avais envie de vous parler, moi, cette semaine.

Matthieu Pays

La Côte et l’arête : pour tester le goût du bœuf maturé

Situé au centre commercial L’Heure Tranquille, La Côte et l’arête est un restaurant qui sait parler tant aux amoureux de viande que de poisson.

Cette semaine, nous avions envie de viande, de bidoche, de quelque chose de saignant histoire de digérer la rentrée. Alors ni une ni deux, nous voici en route pour la nouvelle adresse de l’Heure tranquille : La Côte et l’arête, avec la ferme intention de privilégier la première de deux options.

Premier regard en entrant : il y a du monde, mais le service à l’air rapide et organisé. Et les serveurs, des tatoués, des vrais ! Dès l’entrée, on aperçoit sur la gauche un aquarium rempli de homards mais l’élément de déco totalement impossible à louper, c’est l’imposante armoire réfrigérée qui trône devant le bar, remplie d’une improbable collection de pièces de viande étiquetées comme des bijoux dans une joaillerie.

Une pièce de 226 grammes

Une fois à table, le couvert est sobre et la carte raccourcie pour cause de Covid. Ce n’est pas un mal, qui dit petite carte, dit plats maîtrisés. On glisse rapidement sur la formule de midi : une entrée, une pièce de viande ou la pêche du jour, le choix entre trois desserts, le tout pour moins de 20 €. C’est bien, c’est ce qu’on attend de ce type d’établissement.

Mais, vous l’avez compris, ce midi : on a faim ! En entrant, nous avons vu une belle pièce de barbaque servie sur une large planche avec une montagne de frites, se poser devant un monsieur à l’air ravi. Nul besoin de s’éterniser sur la carte : on veut ça. Ça, c’est une côte de bœuf maturée, vendue au poids. Il ne reste que la portion de 226 g : on s’en contentera…

En commandant, honte à nous, nous ignorions ce qu’était une viande maturée. Petit check sur le smartphone et le tilt se fait avec la grande armoire de l’entrée. Un frigo, en fait, où les morceaux entiers restent plusieurs semaines avant d’être consommés. Le gras protège la chair, laquelle devient plus tendre qu’une glace à la fraise sur une plage de Vendée. Et le goût se teinte d’une note ambrée. Vraiment surprenant, vraiment à tenter.

Une fois la bête engloutie, avec ses frites et salade à volonté, plus de place pour un dessert. Dommage, il y avait pourtant une « énooorme » profiterole qui nous faisait de l’oeil.


> La Côte et l’arête, centre commercial de l’Heure tranquille, sur la place de la fontaine, vers la sortie côté tram. Ouvert 7 jours sur 7, midi et soir. Contact : 02 47 75 11 75

> Formule du midi, l’entrée-plat ou le plat-dessert est à 14,50 €. Les trois plats sont à 17,50 €. La découverte de la viande maturée : 15,50 €. Menus à 22,90 € ou 27,90 €, toujours avec le choix viande ou poisson. Menu enfant à 9,50 €.

 

Sport’Ouvertes, rendez-vous incontournable pour trouver son sport

C’est LE rendez-vous à ne pas manquer quand on veut (et c’est toujours une bonne idée) pratiquer un sport un peu sérieusement au cours de l’année. Ça vaut pour les parents comme, bien sûr, pour les enfants.

Sport’Ouvertes, c’est le 13 septembre, dans une version un peu modifiée, Covid oblige. Cette année, donc, il y aura quatre lieux distincts pour, explique t-on du côté de la Ville « limiter les concentrations en un même lieu fermé ». Mais ces endroits ont été choisis sur la ligne de tram ainsi, on peut facilement aller de l’un à l’autre.

Commençons par le nord. À la halle Monconseil, antre du basket tourangeau, vous retrouverez les sports collectifs, mais aussi l’athlétisme, les sports de raquettes et la gym.

Sport’Ouvertes se met en quatre

Quelques stations plus loin, nous voici en centre-ville, à l’Hôtel de Ville, plus précisément. C’est là que sont regroupées les associations culturelles, mais c’est là aussi que vous trouverez les structures multi-sports, comme le CEST ou le Patronage laïque Beaujardin-Raspail, par exemple. Là aussi que sont regroupées les structures privées, les institutionnels (UFOLEP…) et les handisports.

Encore un peu plus au sud, au Palais des Sports, place aux sports aquatiques et nautiques, de nature, cycles, sports artistiques (danse et autres) et sports de glisse et de glace.

Dernière étape, sur l’esplanade Toulouse-Lautrec, le long du Cher, pour découvrir les sports d’opposition et de force. Comme chaque année, les inscriptions seront possibles sur site mais, cette année, le public ne pourra pas participer aux animations qui seront donc des démonstrations présentées par les exposants

Mars attack

C’est décidé, je pars. J’y vais. Je fais le grand saut. Déjà, en 2015, j’avais failli. En le voyant, lui, Matt, faire pousser ses salades, fabriquer son eau et explorer le paysage comme personne avant lui, je m’étais senti inspiré, aspiré, même, on pourrait dire. Mais là, avec le Covid, la crise économique et l’arrêt de Scènes de ménage sur M6, je me sens tout à fait prêt.

Un million de Terriens vont recréer une civilisation sur Mars. J’en serai. J’ai commencé à regarder. Le voyage n’est pas encore au catalogue des agences, évidemment, mais en fouillant un peu, on peut se débrouiller.

Le prochain départ (ce sera le premier, en fait) c’est pour 2024. C’est-à-dire demain. À peine le temps de préparer les bagages. Une navette embarquera un millier de passagers pour un voyage qui doit durer environ six mois. Mais bon, j’imagine qu’au prix du billet, c’est de la first class, quand même.

Sur place, on aura sans doute un petit taf à faire, pour le nouveau monde, chacun met la main à la pâte, c’est normal. Perso, je le dis en passant, je fais assez bien les carbonara !

Matthieu Pays

Course à pied : comment bien reprendre (en douceur)

Le confinement puis les vacances, le tout enchaîné, n’a pas été très bon pour notre niveau sportif. Alors, avec la rentrée et même si on ne semble pas encore tiré d’affaire question crise sanitaire, on a forcément une petite voix dans la tête qui nous souffle de nous remettre un peu sérieusement à la tâche. Une bonne idée… à condition de respecter quelques petites précautions de base.

1 Y aller en douceur au début

Quel que soit votre sport, au départ, après une longue période d’arrêt, mieux vaut ne pas dépasser les deux entraînements par semaine. Et encore, en y allant tout doux. Sinon, votre corps qui n’a plus l’habitude de fournir de gros efforts, pourrait se blesser et là : plus de sport du tout pour un bon moment.

En running, par exemple, on se fait des petites sorties de 30 à 40’, à allure d’entraînement. Le but étant simplement à ce stade de retrouver le plaisir. Précision : évidemment, on ne néglige pas l’hydratation, surtout en période de chaleur…

2 Accélérer doucement

Au bout d’un mois, on peut ajouter une troisième séance et commencer à muscler un peu les choses. Les coureurs pourront, par exemple, varier les plaisirs en ajoutant une petite séance de fractionné doux ou de côtes dans la semaine. Et le troisième mois, vous devriez avoir retrouvé vos bonnes vieilles sensations. Reste alors à construire votre entraînement en fonction de vos objectifs.

3 S’inventer des objectifs

D’habitude, un objectif, c’est une course ou un grand rendez-vous régional. Dans la situation actuelle, pas simple de se projeter puisque les événements sont annulés les uns après les autres. Alors, fixez-vous une date et un objectif précis, mais rien qu’à vous. Par exemple : le 22 novembre, pour mon anniversaire, je fais Tours-Villandry en courant !

4 S’entourer

Alors, bien sûr, la pratique collective, surtout en groupe important, n’est pas à privilégier actuellement. Mais il est quand même possible d’échanger sur ses perf’ et de s’encourager les uns les autres. Pendant le confinement, nous avons inventé des tas de moyens de communiquer, on peut bien continuer un peu !

Viva Il Cinema : « Les talents ont toujours été là »

Du 4 au 8 mars, Viva il cinema ouvre une fenêtre sur une production transalpine riche et variée. En espérant que les réalisateurs pourront bien faire le voyage jusqu’à Tours…

Croce e Delizia sera en projection inédite à Viva il cinema.

Eh non, le cinéma italien ne s’est pas arrêté de vivre quand se sont éteintes ses grandes heures, à la fin des années 70. « Ce qui s’est passé, explique Louis d’Orazio, programmateur du festival Viva il cinema,c’est que le cinéma italien a connu ensuite de gros problèmes de distribution, liés à l’explosion des télévisions privées dans le pays. Mais la production ne s’est jamais arrêtée et les talents ont toujours été là. »

Et c’est vrai que des grands noms qui composent une oeuvre singulière, la production transalpine n’en manque pas et c’est tout l’objet de ce festival que de leur donner une vitrine.

« Le cinéma italien est très influencé par les grands courants qui traversent la société. Il rend compte, de façon très proche, de la réalité et aborde frontalement les thème de l’actualité. Si l’on veut mieux connaître l’Italie d’aujourd’hui, il faut vraiment se pencher sur son cinéma. » Les œuvres que l’on verra à Tours auront donc, pour beaucoup, une forte valeur documentaire.

« La comédie, l’autre versant de ce cinéma social »

Mais le cinéma transalpin n’en oublie sa marque de fabrique : l’humour. « Oui, le côté pétillant, la comédie, c’est l’autre versant de ce cinéma social. Cette idée de se dire que quitte à montrer une réalité difficile, mieux vaut en rire qu’en pleurer. L’ironie, cette faculté à rire d’eux-mêmes, est vraiment une caractéristique des Italiens. »

Un sens de la comédie qui a, pourtant, si l’on en croit le programmateur tourangeau, une tendance à se charger de plus en plus de noirceur. « L’époque est dure, en Italie et les utopies qui ont porté la société au cours des décennies passées se sont effondrées. Alors, il y a ce sentiment d’échec collectif dans le cinéma italien d’aujourd’hui, même si on continue à garder l’espoir. »

Nul doute que l’actualité, qui frappe encore l’Italie de plein fouet, ne démentira pas Louis D’Orazio. Une actualité qui, d’ailleurs, pourrait bien priver le festival de tout ou partie de ses invités cinéastes(*). Si tel est le cas, resteront les films que nous pourrons découvrir et qui, mieux encore en leur absence, parleront pour eux.

[(*)MISE A JOUR : le festival aura bien lieu, mais sans les invités (réalisateurs, acteurs…) italiens]

M.P.


> Viva il cinema, du 4 au 8 mars, à la salle Thélème (faculté des Tanneurs), aux cinémas Studio et au CGR Centre. Tarifs : 7 € (réduit : 5,50 €, étudiants : 4 €). Pass 5 entrées : 25 €.

 

Corona-Charlie

Il n’avaient pas réussi. À coup de kalachnikov, à coup de bombes dans les rues, à coup de couteaux même, ils s’y étaient toujours cassé les dents. C’est bien ça qu’ils espéraient pourtant, les furieux de Daech. Nous empêcher de remplir les stades, de danser, serrés, jusqu’au matin.

Nous interdire de nous embrasser, de nous caresser la joue. Ils en rêvaient de nous clouer chez nous, dans la pénombre de nos solitudes, planqués derrière nos persiennes et scotchés à nos écrans à voir le monde en déformé. Nous ôter l’envie de nous réunir dans des salons, des conférences, des manifs, des festivals, c’était leur kif. Faire taire la voix plurielle, c’était ça le but, on le savait et on ne s’est pas fait avoir. Pas si cons.

Faisons gaffe quand même qu’un virus, d’accord un vicelard, un corona, y arrive à leur place sans même qu’on s’en rende compte. Alors, par pitié, les amis, sous le masque, et même si on ne se sert plus la main, on continue de se sourire. On reste nous-mêmes. On reste Charlie.

Matthieu Pays

La France à la carte

Moi, quand j’étais minot, à l’école où j’allais, il y avait des grandes cartes en couleur posées sur des rails accrochés aux murs. Elles tenaient par de gros œillets dorés et le maître ou la maîtresse pouvait faire coulisser les cartes pour afficher celle sur laquelle la classe devait plancher.

Elles étaient fabriquées pas loin d’ici, d’ailleurs, ces cartes, du côté de Montmorillon. Un geste et paf, on avait un topo sur la production nationale de charbon. Un mouvement de bras et zoup, les fleuves et rivières de France s’affichaient sous nos regards inquiets.

Elles sont un peu passées de mode ces jolies cartes illustrées. On les trouve encore parfois en brocante et on les achète pour la déco de nos maisons. Mais, quelque chose me dit qu’il va bientôt falloir penser à les ressortir, histoire de se rappeler comment c’était la France, avant.

Quand il y avait une ville qui s’appelait Le Havre, quand on pouvait partir en vacances sur l’île d’Oléron, quand les vignes de Saint-Emilion ne poussaient pas sur la plage. Allez, vous révisez cette semaine, et mercredi prochain : interro !

« L’Intime festival, c’est un peu l’inverse d’un festival d’été »

L’Intime Festival revient pour sa douzième édition à Saint-Avertin. Une programmation variée et un seul maître mot : proximité.

Sanseverino est l’une des têtes d’affiche de l’Intime festival.

L’Intime festival, c’est trois soirs hors du temps. Trois soirées pour retrouver un peu de cette proximité entre le public et les artistes qui a trop tendance à se perdre. « L’Intime, c’est un peu l’inverse d’un festival d’été, résume Joao Goncalves, responsable des actions culturelles à la mairie de Saint-Avertin. J’adore ces grands rendez-vous, mais on est souvent assez loin de la scène, dans un espace ouvert… Ici, c’est en intérieur, avec une jauge qui permet d’être très près de l’artiste, de presque le toucher. »

Au départ, l’Intime festival, s’attachait également à privilégier les soirées acoustiques, mais depuis deux ou trois éditions, l’électro a fait son apparition à Saint-Avertin. « En fait, reprend Joao, c’est cette authenticité, ce lien qui est important. Peu importe finalement, que la musique soit amplifiée ou non, électronique ou acoustique. »

Têtes d’affiche et noms plus confidentiels

Idem pour la programmation des soirées, où les têtes d’affiche voisinent avec des noms plus confidentiels. « Cette année, on me parle beaucoup de la soirée Sanseverino (photo), qui sera en effet un grand moment et d’Électro Deluxe. Mais moi, ma soirée coup de cœur, c’est celle du vendredi, avec Malik Djoudi. C’est un folk classe, c’est soyeux. Un coup de cœur. »

Mais, pour de vrai, il y en a pour tous les goûts, à l’Intime festival. Les goûts de chacun et les goûts du moment. On vient pour un grand nom et on se laisse embarquer par un groupe dont on ignorait jusqu’à l’existence. C’est la magie d’un festival, mais d’un festival d’hiver, qui se vit bien au chaud, en rangs serrés.

« Et puis, conclut Joao, il y a toujours une place pour les groupes de la scène locale qui peuvent vraiment trouver un public ici. Il faut les découvrir. Il n’y a pas que les groupes lillois ou bordelais qui valent le coup ! »

> AU PROGRAMME

Jeudi 6, à 20 h 30 : Sanseverino (solo). Tarifs : de 18 à 26 € Vendredi 7, à 20 h 30 : Jim Ballon (ancien lauréat du dispositif Téléscope de Jazz à Tours), Troy Von Balthazar et Malik Djoudi. Tarifs : de 8 à 14 €. Samedi 8, à 20 h 30 : Strawberry Seas (accompagné par Jazz à Tours dans le cadre du dispositif Télescope), Electro Deluxe et Zoé Colotis (DJ set). Tarifs : de 11 à 18 €

« Compte » de Noël

Il était une fois, dans un village quelque part, vivait une très vieille dame très riche et très seule. Tous les monsieurs veufs de la contrée, attirés par l’odeur des fauteuils en cuir et du brandy tiède, chaque hiver, venaient toquer à la porte de son château pour lui demander par quel présents ils pourraient gagner son cœur.

Aux uns et aux autres, elle donnait les idées les plus extravagantes, les inspirations les plus abracadabrantesques. Et tous s’ingéniaient à dilapider ce qu’il leur restait de fortune pour la satisfaire, courant les drugstores et les internets de la planète.

Le jour de Noël, les cadeaux sans saveur s’entassaient dans la salle du trône sous l’oeil indifférent de la châtelaine. Puis, bien après les autres, alors que tous les chandeliers étaient éteints, vint un monsieur qui ne s’était pas annoncé. Timidement, il tendit à la dame un tout petit paquet. Comme elle ignorait ce qu’il contenait, elle le contempla de longues minutes avec des frissons dans les yeux. Jamais elle ne l’ouvrit et jamais elle ne se sépara du petit bonhomme qui n’aimait pas beaucoup le brandy tiède.

Matthieu Pays

Mourir, c’est interdit

Ils voient tout, les maires de France. Tout ce qui se passe dans la rue, dans une ville, dans une école et même parfois, dans le silence des foyers, tout finit par se retrouver sur leur bureau. Des moyens pour régler les problèmes, ils n’en ont pas beaucoup, mais les problèmes, ils les ont devant le nez.

À La Gresle, commune de 850 âmes du département de la Loire, le seul médecin accessible était celui du village voisin, lequel a récemment pris sa retraite. Alors, pour se faire soigner, des administrés vont jusqu’à Lyon, à plus de 75 km. L’autre jour, il a fallu plusieurs heures pour trouver un toubib pour constater un décès dans un Ehpad.

Alors, madame le maire en a eu marre. Face à l’absurdité de la situation, elle a choisi la seule arme possible : l’absurdité. Faute de soignants en nombre suffisant pour assurer les gardes, il est désormais interdit, par arrêté municipal, de mourir dans la commune les samedis, dimanches et jours fériés. Si les moribonds ne sont pas contents, qu’ils aillent se plaindre au Ministère de la Santé !

Matthieu Pays

Basilic & co : pizzas de terroir et artisanales au menu

La franchise Basilic & co vient de s’installer à Tours Nord. Avec elle, ses pizzas de terroir, mettant en valeur les régions françaises. On y a évidemment fait un tour pour la chronique resto…

Vous croyez tout savoir sur la pizza, pâte fine, pâte épaisse, fond tomate ou fond crème ? Eh bien sachez qu’il y a du nouveau sur la planète pizz’ à Tours.

Le credo de Basilic and Co, qui a pris ses quartiers du côté de Monconseil il y a quelques jours seulement, c’est la pizza de terroir, de qualité et composée avec des ingrédients artisanaux français labellisés (bleu du Vercors AOP, mozzarella artisanale française, jambon sec d’Ardèche IGP, chiffonnade de jambon blanc ardéchois, tome des Bauges AOC…). Et le tout fabriqué à la demande devant le client et cuit au feu de bois.

Les régions de France à l’honneur

Laurent Bassi, le fondateur de la franchise a ouvert son premier restaurant en 2004 dans la Drôme et le premier franchisé est né à Nantes en 2014. Depuis, c’est l’explosion. Dès l’année suivante l’enseigne devient la première franchise de pizza à obtenir le label « fait maison » et Basilic and Co devrait atteindre les trente restaurants en France à la fin de cette année.

Celui de Tours est tenu par un duo de choc : Aurélien et Geoffrey, tout sourire au comptoir du restaurant. Alors, de terroir, il est effectivement beaucoup question à la carte. Une série de recettes met les régions de France et d’ailleurs à l’honneur et c’est assez rigolo de se retrouver avec une pizza bourguignonne, tajine, Iraty ou aux quatre fromages des Alpes.

Nous, on a opté pour une savoyarde, avec du Reblochon AOP et une petite fondue d’oignons maison. C’est gourmand et ça fait du bien en ces jours frisquets. La pâte est moelleuse et fondante à souhait et il y a deux tailles au choix, pour satisfaire tous les appétits.

Pour ce qui est de l’ambiance, la salle est assez petite et on sent que la franchise a soigné le décor et n’hésite pas à mettre ses valeurs en avant (protection de l’environnement, produits artisanaux, tout ça…). Service souriant et efficace et on peut se restaurer rapidement si on est pressé. Et si on l’est encore plus, il est naturellement possible de déguster ces petits morceaux de terroirs à emporter ou en livraison.

Matthieu Pays


> Basilic & co, au 42 rue Daniel Mayer, à Tours Nord. Ouvert tous les jours, midi et soir.
> De 9,90 à 11,90 € pour la pizza taille standard et de 11,90 à 14,90 € pour la taille maxi. 4,90 € pour le tiramisu café ou framboise. 10,90 € pour une salade à composer soi-même. Sur place ou à emporter. 

> Contact : sur internet ou au 02 47 44 98 19. 

Jour de grève

A la rédaction de tmv, on a pris un stagiaire. Ben oui, on est comme ça. C’était un garçon très bien qui nous avait été conseillé par des potes à France Bleu. Il avait déjà fait un stage chez eux et tout s’était bien passé. « Il a tout de suite su s’adapter à la culture de la maison », qu’ils nous avaient dit, les confrères.

Nous, normal, on veut l’impliquer dans la vie du journal, le garçon, on est bienveillants, tout ça. Alors on lui donne une petite brève à faire pour l’actu, histoire de jauger un peu la bête. Histoire de l’occuper un peu aussi, parce qu’à force de lui demander de nous amener du café, on avait un peu les nerfs en pelote devant nos écrans.

Au bout d’un bon petit moment, le gars vient me voir. Il me tend un papier et reste planté comme ça devant moi. Moi, plein de confiance et de confraternelle attention, je commence à lire les quelques lignes tapées en gros caractères sur la page blanche : “A la suite d’un mouvement de grève d’une partie du personnel, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos contenus.” On apprend de ces trucs un jour de grève à Radio France !

Matthieu Pays

Baptiste Trotignon, toutes les musiques dans un piano

Trotignon, c’est du jazz, du classique, de la chanson, des compos et du grand répertoire. C’est une musique sans oeillères, pleine d’énergie et d’envies. Il est à Tours cette semaine pour deux concerts exceptionnels.

Baptiste Trotignon en concert (Photo Fabrice Neddam)

C’est un des événements culturels de la saison à Tours. Le pianiste et compositeur Baptiste Trotignon pose ses valises pour une résidence exceptionnelle au Grand Théâtre. Pour la faire courte, Baptiste Trotignon, c’est une référence du jazz sans frontières et de l’impro tous azimuts.

Un artiste toujours en mouvement et surtout sans œillères, qui se trouve tout aussi naturellement dans son élément chez Mozart que du côté de la chanson anglo-saxonne.

Évidemment, quand on accueille un artiste à ce point curieux et multiple, il faut s’attendre à une sortie de résidence particulièrement riche. On y verra des créations bien sûr, mais aussi une commande (à découvrir le 12 juin au CCCOD), des concerts du compositeur, des rencontres et des masterclasses.

Trotignon et l’Orchestre symphonique de la Région

Et le premier acte de cette résidence au long cours, c’est cette semaine. Samedi 16 novembre, à 20 h et dimanche 17 novembre à 17 h, Baptiste Trotignon retrouvera l’Orchestre symphonique de la Région Centre-Val de Loire, placé sous la direction de Benjamin Pionnier, pour un concert symphonique à son image : dynamique et enlevé !

Baptiste Trotignon en concert (Photo Fabrice Neddam)

On y entendra des pièces d’Offenbach (le Concerto militaire, mais aussi le voyage dans la Lune et des extraits de la Gaité Parisienne) et Hiatus et turbulences, la première pièce symphonique de l’artiste, créée en 2018. « C’est une pièce très dynamique, d’un seul souffle, pleine d’agitations et de turbulences comme je les aime », décrit Baptiste Trotignon.

Improvisation dans la partition

Mais c’est pas tout, mais c’est pas tout, comme chantait le regretté Bourvil. Mercredi 20 novembre, à 20 h, le pianiste revient sur la scène du Grand Théâtre, en solo cette fois, pour son récital issu de son dernier album You’ve changed. « Cet album raconte une histoire, celle d’une évolution, une transformation intérieure, une sorte de chrysalide. C’est l’album qui me ressemble le plus », explique t-il.

Et ce qui est sûr, c’est que, sur scène, la musique prend une ampleur nouvelle. À chaque concert, l’improvisation vient se mêler à la partition et les grands classiques de la chanson anglo-saxonne ou d’Amérique du sud ou encore les standards du jazz viennent à la rencontre de Bach ou d’autres. Une soirée pour tous et faite de toutes les musiques, pleine de surprises et de mouvement. En un mot comme en cent : à ne pas louper.
Matthieu Pays


> Au programme

-Concerts symphoniques Offenbach et Hiatu et Turbulences. Avec l’orchestre symphonique de la Région Centre Val de Loire. Samedi 16 novembre, à 20 h et dimanche 17 novembre, à 17 h, au Grand Théâtre. Tarifs : de 12,50 à 52 €.
-Récital Piano solo de Baptiste Trotignon. Mercredi 20 novembre, à 20 h, au Grand Théâtre. Tarifs : de 8 à 25 €.

Espion, lève-toi !

Il faut savoir repérer les signaux faibles. Ce qui compte, ce qu’il faut vraiment regarder, c’est le changement d’attitude. Par exemple, votre ado est taiseux et s’exprime par mono syllabes. Ça, c’est normal. Mais, d’un coup, si vous le voyez marmonner doucement en penchant la tête vers son col et en regardant partout autour de lui, vous pouvez vous inquiéter.

Pareil si vous le voyez changer de code vestimentaire. Mettre des costumes sombres avec des cravates et des chemises blanches au lieu du jogging réglementaire, par exemple. Idem, passer sa vie sur les réseaux sociaux, c’est plutôt courant chez les jeunes. Mais si le vôtre affiche une page Excel en double écran : attention danger !

Et la menace est partout. Ils peuvent tous tomber dedans, pas seulement les gosses de riches dans les lycées des beaux quartiers. Ils vont chercher vos gamins à l’école, dans les salons sur l’orientation, sur internet… 1 200, ils seront à devenir des espions au service de la France, c’est programmé. Et ça peut arriver à tout le monde.

Matthieu Pays

Handicap : plus de visibilité en entreprise

Changer le regard du monde professionnel, c’est l’un des enjeux de la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap.

(Photo Adobe Stock)

Les faits

Du 18 au 24 novembre, c’est la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. Une action coordonnée depuis plus de 20 ans, au niveau national, par LADAPT, une association dont le but est d’accompagner les personnes handicapées dans leur vie de tous les jours.

Dans ce cadre, entre autres manifestations, Cap Emploi 37 organise un « Vis ma vie » de travailleur en situation de handicap, le 18 novembre, dans ses locaux de Saint-Cyr-sur-Loire. L’idée est de répondre aux questions des personnes qui travaillent avec collègue en situation de handicap, par des ateliers, des jeux et des mises en situation.

Les enjeux

En 2018, le taux de chômage des personnes en situation de handicap était de 19 % contre 9 % pour le total de la population active. C’est pour lutter contre cette disparité qu’a été créée, en 1997, la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. Le réseau des Cap Emploi a été créé en 2000. Leur mission est d’aider les personnes en situation de handicap à se maintenir dans leur emploi ou à intégrer le monde du travail. Une action qui passe, bien sûr, par l’accompagnement des employeurs.

Le contexte

Le marché de l’emploi connaît depuis quelques mois une embellie notable. En Centre Val-de-Loire, le taux de chômage est revenu à 8 % tout juste (contre 8,2 pour l’ensemble de la France). L’Indre-et-Loire fait partie des bons élèves régionaux, avec un taux de chômage de 7,7 %. Le but est que les personnes en situation de handicap ne soient pas les grandes oubliées de ce sursaut.

Le point de vue

« 80 % des handicaps sont invisibles, rendons visibles les compétences. » Le slogan de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées résume bien son enjeu. Benoît Malbran, chargé de mission à Cap Emploi 37, le résume à nos confrères de La Nouvelle République : « Les situations de handicap au travail sont le plus souvent invisibles et les salariés ne sont pas obligés de les signaler ».
1 758 personnes étaient accompagnées par Cap Emploi 37 en décembre 2018 et 491 entrées en emploi ont été enregistrée. À quoi s’ajoutent 45 personnes ayant bénéficié d’une formation.


> Toutes les infos sur capemploi-37.fr et semaine-emploi-handicap. com/ladapt

 

 

Festival Émergences : le jazz pour tous

De nouveaux artistes, des sons inédits, Émergences, c’est le festival du jazz vivant et c’est pour tout le monde.

Anne Paceo sera au programme du festival.

Émergences, c’est un festival à deux têtes. D’un côté, Le Petit Faucheux, la fameuse salle tourangelle dédiée au jazz sous toutes ses formes et, de l’autre, l’école Jazz à Tours, une référence, elle-aussi. « Nous travaillons toute l’année ensemble, confirme Renaud Baillet, programmateur du Petit Faucheux, mais le festival est vraiment le point d’orgue de notre collaboration. Tout est fait à 50/50, du financement à la programmation. »

Un festival bien né, donc et qui a deux ambitions principales. « L’idée, c’est de programmer des talents émergents, de jeunes artistes issus de la scène locale ou nationale en début de carrière et en qui nous croyons. Mais la volonté, c’est aussi de mettre à l’honneur des formes émergentes de la musique jazz, de nouvelles esthétiques portées, parfois, par de très grands noms qui savent se renouveler. »

Et l’alchimie fonctionne. À ces deux lignes de force, on peut en ajouter une troisième, que l’on sent présente à tout moment : celle de rendre le jazz accessible à tous les publics. « Il arrive encore que le jazz fasse un peu peur à certains. Nous voulons montrer que c’est une musique qui s’adresse à tous. »

C’est la raison pour laquelle, Émergences (qui fête sa majorité cette année avec sa 18e édition) se paye une petite tournée des bars (le barathon) avec des musiciens, pour beaucoup étudiants de Jazz à Tours qui viennent se confronter à un public pas forcément habitué à cette musique. C’est aussi pour cela que le festival investit des lieux nouveaux, comme le musée des Beaux-arts ou le HQ (espace de coworking et pépinière numérique boulevard Béranger) pour des concerts ouverts à tous et gratuits.

« Plus de la moitié des nos rendez-vous sont gratuits, souligne Renaud Baillet et ces formes plus intimistes, pour des spectateurs non-initiés, sont très importantes pour nous. » Émergences, comme tout festival qui se respecte, c’est aussi des temps forts. Citons- en deux. La soirée d’ouverture avec la batteuse Anne Paceo, à La Pléiade de La Riche qui vient d’être sacrée artiste de l’année aux Victoires du Jazz.

« Un jazz teinté de soul, de pop et d’électro, c’est fascinant ! », s’enflamme Renaud Baillet. À noter également, toujours au chapitre ouverture, Alternate Cake, un concert commenté pour le jeune public, le mercredi 13 novembre, à 15 h 30. « On joue et on explique la recette, nous avions beaucoup de demandes des familles. Nous voulions y répondre. »


Au programme

♦Vendredi 8 novembre
Anne Paceo Bright Shadows, à La Pléiade de La Riche, à 20 h 30. De 8 à 25 €. Samedi 9 novembre Soirée West Coast, au Petit Faucheux, à 20 h. De 8 à 16 €.

♦Dimanche 10 novembre
Artdeko à l’Hôtel Gouin, à 15 h et 18 h, gratuit. Nosax Noclar, au HQ, à 16 h 30, gratuit.

♦Mardi 12 novembre
Grand ensemble Koa, au Petit Faucheux, à 20 h. De 8 à 16 €.

♦Jeudi 14 novembre
Le Barathon, de 18 h à 22 h, à la grande ourse, le Cubrik, le Shelter et le Balkanic. Gratuit.

♦Vendredi 15 novembre
Sylvain Rifflet Troubadour + Endless, au Petit Faucheux, à 20 h. De 11 à 23 €.

>Programme complet et infos pratiques sur festivalemergences.fr

DéTours des Sciences : alimentation et santé au menu

L’événement scientifique arrive à Tours avec conférences et débats prévus au programme.

L’alimentation, voilà bien un thème qui nous concerne tous et qui est au cœur de bien des débats de société et souvent même à la colonne des faits divers depuis des années. Et si la science avait quelque chose à nous dire pour nous aider à y voir plus clair sur la question ?

C’est tout le pari et tout l’intérêt de ce nouveau rendez-vous tourangeau DéTours des Sciences qui se propose de mettre une thématique à l’honneur chaque année et de créer la rencontre entre des scientifiques pointus, des personnalités de la société civile et le grand public.

Cela se passe à l’amphithéâtre Thélème de la faculté des Tanneurs et c’est totalement gratuit. Sur deux jours, le vaste sujet de l’alimentation sera décliné en quatre thématiques sur une demie-journée chacune. On commence avec les grands défis de l’alimentation, où l’on parle d’eau, d’environnement et de ressources avec, notamment le prix Nobel Jean Jouzel.

Puis, l’après-midi, on se penche sur l’alimentation et la santé, avec des révélations sur nos comportements alimentaires et, aussi, les comportements de notre système digestif. Le samedi matin, on fait le point sur nos peurs alimentaires et le père de l’oenologie moderne, Jacques Puisais, nous raconte d’où vient et ce qu’est le goût du vin.

Et on termine le samedi après-midi avec une passionnante projection sur la table de demain et, entre autres, les fameux insectes qui pourraient la garnir. Le menu est copieux ! La seconde édition de DéTours des Sciences pourrait nous emmener, dans un an, du côté du cerveau et de l’intelligence artificielle…


> Vendredi 8 et samedi 9 novembre, de 9 h à 17 h 30, amphi Thélème de la faculté des Tanneurs. Gratuit et sans inscription.

 

Prix Goncourt (après quoi ?)

Il y a ceux qui font pousser des fleurs sur les trottoirs. Il y a ceux qui écoutent les infos dans leur casque connecté. Il y a ceux qui regardent la télé le soir après le dîner et il y a ceux qui préfèrent aller dîner en ville. Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon.

Il y a ceux qui briguent des mandats. Qui veulent être président. Président de quelque chose, ça fait joli dans les salons. Et puis, il y a ceux qui ne sont que simples sujets, sans objet précis, et qui se trouvent très bien comme ça. Il y a ceux sur les affiches et il y a ceux qui ne sont candidats à rien et qui en oublient même, parfois, de voter.

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon. Il y a ceux qui sont dans les livres, il y a ceux qui les lisent et il y a ceux qui, parfois, les écrivent. Il y a ceux qui courent après les honneurs, qui s’en nourrissent, qui les affichent. Et puis, il y a ceux qui disent qu’un prix Goncourt, eh bien non, cela ne va pas changer vraiment la réalité de leur vie. Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon.

Matthieu Pays

Un point c’est tout

Point sur le i du mot Brexit. Relu, négocié, disséqué, point par point. Et poings levés dans les rues de Hong-Kong, depuis vingt semaines, déjà. Point chaud, manifestants sous les verrous. Point de nouveau à espérer. Il faut rentrer dans le rang : point à la ligne. Point sur les i du mot Chili, pays en guerre, dont on ne dit rien.

Point mort en Syrie, armées face-à-face et populations blessées. Un avenir en point de croix. Point de départ, en gare d’ici et d’ailleurs. Pas trop sûr d’être à l’heure à son point d’arrivée. Et tous ces points dans ces sondages, ces élections de par le monde. Peuvent-ils vraiment changer la vie ? Point de suspension.

Beaucoup de vies en pointillé, loin des journaux télévisés, des vies pas nettes, des avenirs flous. C’est compliqué de faire le point. Et dans un match, au point du jour, par un méchant dimanche de pluie, il manque un point et tout s’effondre. Ce n’est qu’un tout petit point dans le tableau. Un point de détail qui nous rappelle le mal que fait un point final.

Matthieu Pays

Steak ‘N Shake : burgers à Saint-Cyr

L’enseigne existe depuis bien longtemps aux Etats-Unis. En Touraine, elle s’est implantée du côté de Saint-Cyr, près du magasin Auchan. On a testé Steak ‘N Shake.

Quand on arrive chez Steak’n Shake, au début, on ne comprend pas. Nous sommes bien dans un fast food. Tous les codes sont là : le guichet pour commander son menu (sandwich, frites et boisson, tout est normal), l’écran où les spécialités s’affichent, le machin vibrant que l’on pose sur le plateau et qui nous prévient quand notre commande est prête.

Oui, mais il y a quand même des petites choses qui attirent notre attention. Un coca en bouteille en verre, comme quand on avait 14 ans que la dame verse dans notre verre, de jolies petites frites, un peu irrégulières et toutes craquantes présentées en cornet…

Et la chose se confirme quand, pour la première fois, on croque à belles dents dans le burger. Nous, c’était une recette avec du guacamole maison. Un vrai goût, quelque chose de puissant et de typé, une surprise. Confirmation sur la frite, maison, elle tient toutes ses promesses. Tout comme le coca qui nous ramène direct 30 ans en arrière (eh oui, ça ne nous rajeunit pas), avant le temps des O-tout.

Sur le tableau numérique, il était précisé que le Milkshake de l’enseigne a reçu la distinction “meilleur milkshake des États-Unis” par un guide gastronomique. Alors, bien sûr, nous, conscience professionnelle oblige : on goûte. Et on fait même plus que goûter. Le dessert est copieux (très) et surtout, fondant à souhait et gourmand en diable.

Pour nous, tout cela est une découverte, mais c’est parce que nous ne sommes pas des habitués de la ligne Paris-San Francisco. Parce que la marque Steak’n Shake, elle existe aux États-Unis depuis plus de 80 ans. Et les valeurs qu’elle véhicule nous parlent. Les produits sont frais et cuisinés sur place, il y a une légumerie avec baie vitrée juste à droite du comptoir. Et si le concept vient d’outre-Atlantique, les produits sont français (la viande, le pain et la glace).

La chaîne comprend aujourd’hui une grosse vingtaine de restaurants en France, dont beaucoup dans le sud du pays. L’adresse de Tours-Nord est la première sous nos latitudes et une vraie découverte.


> Steak ‘N Shake : 243 Boulevard Charles-de-Gaulle, à Saint-Cyr-sur-Loire. Ouvert toute la journée, 7 jours sur 7. Contact :  02 46 99 04 19 ou sur Facebook.

> Tarifs : 12,50 € le menu complet. Ajouter 3,50 € pour le milkshake.

 

Ô Liban : la cuisine de maman revisitée

 

Si vous voulez faire un petit voyage express et pas cher au Liban, c’est simple, il faut aller rue Colbert. On connaissait le Beyrouth et ses mezze en plateaux à partager, copieux, plein de saveurs et abordables, à grignoter entre copains en terrasse. On connaissait le Sidon et sa cuisine plus cossue et tout aussi goûtue.

Voici que s’ouvre à quelques portes de là, dans la même rue, une nouvelle adresse, Ô Liban, qui hisse la cuisine libanaise un ton encore au-dessus. « Ici, la cuisine vient toujours de la base familiale, de la cuisine de la maman, explique le propriétaire des lieux, mais nous avons voulu fusionner tout cela avec la gastronomie française et aussi avec le repas à la française. »

Ne soyez donc pas surpris, ici, la carte est composée de façon assez classique, entrées, plats et desserts. Pas de plateaux de mezze à l’horizon. Mais des saveurs et aussi des couleurs qui décoiffent. Nous étions deux autour de la (très jolie) table. Madame cumule une entrée (caviar d’aubergine très revisité) et la salade O Pita, fraîche comme une pluie d’été, tandis que Monsieur opte pour un trio de viandes.

Dans l’assiette, trois brochettes toutes mignonnettes et bien épicées, une sauce à base de petits légumes et de jus de viande, un fromage frais, un morceau de Pita relevé et une tombée de pommes de terre bien fondantes. De la fusion, on vous dit.

Au rayon des desserts, on en revient aux fondamentaux avec un assortiment de Baklawa qui vous requinque pour l’après-midi. Question décor, rien à dire, c’est la classe. « On a pensé les couleurs pour qu’elles rappellent les teintes et les ambiances du Liban », détaille notre hôte en nous montrant un ouvrage d’architecture locale. Le lieu, ouvert depuis quelques jours seulement offre une trentaine de couverts pour un déjeuner un peu plaisir ou une soirée fusionnelle !


> Ô Liban 76 rue Colbert à Tours. Ouvert du mardi au samedi, midi et soir. 

> Tarifs : 7 à 9 € pour les entrées et salades. Plats cuisinés grimpent à 23, 24 €. Desserts autour de 6 €. 

 

Performance dansée d’Anne Perbal au Musée des Beaux-Arts

Anne Perbal propose une performance dansée au musée des Beaux-Arts. Comme une sculpture qui, soudainement, prendrait vie devant les visiteurs.

Ce samedi, une sculpture humaine va s’animer sur le parquet craquant du musée des Beaux-Arts de Tours. Une forme blanche et vaporeuse va se mettre en mouvement, aux sons mystérieux du chant et du violoncelle de Daphne Corregan.

Une forme humaine, drapée dans une longue bâche blanche qu’un ventilateur fera flotter autour d’elle, se jouant de la lumière et du mouvement composera toutes sortes de personnages. Et, comme par enchantement, cette danse répondra aux tableaux sur les murs autant qu’elle s’en nourrira.

« J’aime beaucoup cette conversation entre les différents arts, qui se nourrissent entre eux, explique la chorégraphe et danseuse Anne Perbal. Et je me rends compte que mon travail entre vraiment en résonance avec les lieux de patrimoine comme le musée des Beaux-Arts. Moi, poursuit-elle, je danse sur un mètre carré. C’est comme de la matière qui se met en mouvement. On peut y voir, selon les moments, un corps humain ou un animal ou bien du végétal. Tout mon travail tourne autour de cette notion de métamorphose et de ces infimes différences qui font que nous ne sommes soudainement ni tout à fait les mêmes ni vraiment différents. »

Ce n’est pas la première fois que la danse s’invite en ces lieux chargés d’histoire, mais c’est une première pour Anne Perbal qui avait créé son spectacle au musée des Beaux-Arts d’Orléans. Une première qui répondra à une exposition de photographies réalisée par Isabelle Whyte, en collaboration étroite avec la danseuse. Dialogue des arts, là encore et mystère de la création, toujours.

Matthieu Pays


> Samedi 12 octobre. À 18 h 30, conférence de Jean Raoux : Portrait de Mademoiselle Prévost en bacchante. À 20 h, Performance d’Anne Perbal.

> Tarif : 6 €. Exposition des photos d’Isabelle Whyte, jusqu’au 4 novembre.

Une chercheuse au cœur des abysses

Lauréate de la bourse L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la science en 2014, Daniela Zeppilli est chercheuse à l’Ifremer, à Brest et ses travaux sur les nématodes marins sont reconnus dans le monde entier. Rencontre.

(Photo Gilles Martin)

Qu’allez-vous chercher dans les abysses ?
L’idée, c’est d’évaluer la diversité des grands fonds en sachant que plus on descend en profondeur, plus on trouve de petits animaux car il y a moins de nutriments disponibles. Ce sont des êtres vivants minuscules qui sont très peu connus et qui constituent pourtant la majorité des espèces vivantes. Pour vous donner une idée, en 2010, on estimait que l’on avait exploré moins de 1 % des grands fonds. Or, les eaux profondes recouvrent tout de même plus de 60 % de la surface de la planète.
Moi, je suis spécialisée dans un groupe de vers, les nématodes, qui sont les plus abondants dans les grands fonds. Je les répertorie, j’en fais la taxonomie, j’essaie de décrire comment ils interagissent dans l’écosystème, avec les animaux plus grands, mais aussi avec les bactéries.

(Photo Gilles Martin)

Et pourquoi est-ce si important de les répertorier, ces espèces minuscules ?
Parce que ces animaux sont des clés pour des molécules qui ont un grand intérêt pour l’homme. Ils sont capables de s’adapter à toutes les conditions de vie possibles et imaginables et ils connaissent déjà tous les secrets pour guérir de n’importe quelle maladie, de n’importe quel cancer. C’est en les connaissant et en les étudiant que l’on peut arriver à utiliser ces clés. On a un trésor biologique au fond de la mer que je cherche à révéler.

Pourquoi avoir fait appel à un photographe pour illustrer votre travail ?
Ce sont des petits animaux, mais ils sont magnifiques. Je me sens comme Alice au pays des merveilles. Quand je suis au microscope, je rentre dans un monde magnifique et très peu de personnes peuvent partager cette expérience avec moi. Je voulais trouver quelqu’un qui pouvait reproduire ce que je vois quand je regarde dans le microscope et qui soit capable de sortir des images avec une vision artistique et esthétique qui parle au grand public. Je voulais quelqu’un qui puisse me dire, ça c’est beau, ça c’est moche, ça ne me parle pas, ça me parle.

Quelle sont les réactions des personnes qui découvrent ces photos, en général ?
Souvent, les gens pensent que les photos sont des montages, mais non ! Ce sont vraiment ces animaux, ce sont leur tête, on n’a rien modifié.


> Daniela Zeppilli passe au moins 6 semaines par an en mer pour effectuer des prélèvements. Puis, elle étudie ces espèces inconnues, elle en fait la taxonomie et elle cherche les applications utiles pour l’homme notamment dans le domaine médical.

(Photo Gilles Martin)

En direct des abysses

Dans son studio tourangeau, Gilles Martin a photographié des espèces inconnues remontées des abysses par les chercheurs de l’Ifremer. Récit.

(Photo Gilles Martin)

Les photos que vous allez découvrir dans ce dossier ont été prises à Tours, tout en haut d’un immeuble au bord du Cher, dans le studio de Gilles Martin, entre ciel et terre. Certaines aussi (celles qui sont en noir et blanc) sont issues de longues séances entre le photographe et les scientifiques de l’Ifremer, penchés au-dessus d’un microscope électronique à balayage, dans un labo de Brest.

Gilles Martin est un photographe tourangeau, un des noms les plus connus de la photographie animalière, un des seuls, pour dire les choses simplement, qui a réussi à vivre réellement de ce drôle de métier. Mais Gilles a une spécialité, une marque de fabrique.

Depuis toujours, il s’emploie à montrer ce qui se cache dans l’invisible, le très, très petit ou le vraiment caché. Ses images de micro-photographie sur des ailes de papillons ou au plus près des insectes, par exemple, font référence dans le monde entier.

Portrait d’un polychète. (Photo Gilles Martin)

C’est à la suite d’un stage qu’il anime, justement, sur le sujet auprès de photographes désireux de découvrir ce monde inconnu que Gilles Martin est entré dans l’aventure incroyable de Pourquoi pas les Abysses ? Daniela Zeppilli étudie les nématodes, ces tout petits vers qui vivent dans les fonds marins, à toutes les profondeurs, y compris dans les plus sombres abysses et dont on ne connaît encore que 1 % des espèces.

Au microscope, la méiofaune révèle toute sa beauté. (Photo Gilles Martin)

Pour faire comprendre les enjeux de ses recherches au grand public, Daniela avait besoin du regard d’un photographe, quelqu’un capable de montrer le visage de ces espèces qui pourraient bien révolutionner la médecine et ses traitements dans les décennies qui viennent. Ce ne pouvait être que le Tourangeau Gilles Martin.

Des échantillons, jusqu’à 5 000 mètres de fond

« L’Ifremer m’a contacté pour réaliser en exclusivité l’inventaire photographique de la méiofaune et de la macrofaune des abysses (polychètes, nématodes, crustacés, échinodermes, mollusques) prélevés au cours des différentes campagnes du bateau de recherche le “ Pourquoi pas ? ”. Je reçois les espèces à photographier par la poste, explique le photographe. À Tours, je peux photographier les spécimens qui font de 0,5 à 30 mm avec mon propre matériel : un soufflet, un stéréomicroscope Zeiss et un microscope optique. »

Ampharetidae vit aux abords de sources hydrothermales. Ce ver polychète utilise ses tentacules
pour apporter de la nourriture à sa bouche. (Photo Gilles Martin)

Pour les plus petites espèces, dont certaines sont de l’ordre du micron, l’image est réalisée à l’aide d’un microscope électronique à balayage, dans l’un des laboratoires de l’Ifremer de Brest. « Pour faire ressortir les contours et protéger le spécimen, on le recouvre d’abord d’une très fine pellicule d’or. C’est ce que l’on appelle la métallisation. Ensuite, il faut trouver le bon angle de vue et chaque changement demande beaucoup de temps. Enfin, il y a un gros travail, parfois plusieurs heures pour une seule image, en post production. »

Vers Polynoidae (Polychaeta). (Photo Gilles Martin)

Après une première phase de travail de plusieurs mois, Daniela Zeppilli veut aller encore plus loin et elle propose au photographe de s’embarquer avec son équipe à bord du navire le « Pourquoi pas ? » pour une expédition de prélèvements dans les abysses marins entre l’Arctique et la France. Plusieurs semaines de navigation entre Saint-Pierre-et-Miquelon et la rade de Brest. Et encore des centaines de photographies, de reportages, cette fois, qui racontent la vie à bord de ce bateau quasi unique au monde.

Car le « Pourquoi pas ? » n’est pas un bateau comme les autres. Partagé entre l’Ifremer et l’armée, il est équipé pour permettre à des scientifiques de mener leurs recherches océanographiques avec les outils les plus complexes et les plus encombrants.

Vue d’ensemble de la petite faune abyssale (nématodes, polychètes, ostracodes, copépodes, kinorhynches). (Photo Gilles Martin)

À bord, par exemple, le Nautile, un sous-marin de poche digne des meilleurs productions hollywoodiennes, capable de plonger à 6 000 mètres et, ainsi, de couvrir 97 % des fonds marins de la planète. Pour aller chercher les bébêtes qu’elle étudie, Daniela Zeppilli envoie des carottes creuser le sable jusqu’à 5 000 mètres de fond. Imaginez la longueur et la force des câbles, songez à la puissance des poulies qui doivent ramener tout cela à la surface.

Depuis son retour à la terre ferme, Gilles Martin s’attache à faire découvrir le monde insoupçonné des abysses. « Vers l’âge de 15 ans, en traînant chez un bouquiniste, je suis tombé par hasard sur un livre intitulé Sur la piste des bêtes ignorées. Soigneusement couvert avec du papier cristal. C’était un livre de Bernard Heuvelmans, le plus connu des cryptozoologues. Il parlait de créatures mystérieuses, disparues ou inconnues, qui vivaient peut-être encore de nos jours dans des endroits reculés de notre planète. Pendant des années, les livres de Bernard Heuvelmans m’ont fait rêver. » Aujourd’hui, le photographe tourangeau en écrit quelques unes des plus belles pages.

Bactéries : Gammaprotéobactéries. Laboratoire de microscopie en fluorescence de l’ifremer de Brest (Photo Gilles Martin).

Photos : Gilles Martin photographe – tous droits réservés

Retrouvez notre portfolio dans le numéro 348 de tmv ! 

« Les Wriggles, c’est une boîte à outils »

Avant leur passage sur les planches tourangelles, on a pu s’entretenir quelques minutes avec les Wriggles. Rencontre !

Les Wriggles © Pidz

Comment expliquer à quelqu’un qui ne connaît pas ce que sont les Wriggles ?
On peut se la jouer Wikipédia : les Wriggles est un groupe de musique français créé en 1995, dissous en 2009 et recomposé en 2018. Bon, mais sinon ?

Les Wriggles, c’est surtout un collectif de cinq artistes qu’il est déjà impossible de mettre dans des cases individuellement, alors ensemble, vous imaginez le casse-tête. Ils sont chanteurs, musiciens, comédiens et plein d’autres choses encore.
Sur scène, ils sont habillés tout en rouge, il n’y a aucun décor, seulement quelques accessoires.

« Les Wriggles, si tu veux, explique Franck d’un air inspiré. C’est une boîte à outils. » Les quatre autres approuvent en dodelinant de la tête. « Pour repartir dans l’aventure, nous nous sommes juste assurés que nous avions bien les bons outils dans la boîte et nous nous sommes mis au travail. avec ce que nous sommes aujourd’hui. »

Pas un revival

Donc, les Wriggles 2018 ne sont pas le revival des Wriggles d’antan, mais un plat d’aujourd’hui cuisiné avec les ingrédients qui ont fait le succès du groupe. Et c’est quoi la recette, alors ?
« Notre vraie marque de fabrique, c’est le contre-pied. On croit qu’on fait une chanson marrante et en fait, une pirouette à la fin et on se retrouve dans quelque chose de pas gai du tout ou l’inverse. Et, quand la chute est trop attendue à la fin, on la met au début. Il arrive même que le public attende tellement le contre-pied qu’on décide de ne pas en faire du tout ! »

Du contrepied à deux bandes, quoi. Mais, du coup, les gars, blague à part, on est repartis pour 20 ans de Wriggles, alors ? Et là, réponse sur le mode : « On suit les consignes du coach, on prend les matchs les uns après les autres et on vise le maintien. »

> Le 14 novembre, au Palais des Congrès de Tours. Tarifs : de 28 à 42 euros.

BACK HOME !

Bon, Emmanuel, 2022, c’est demain, faut se bouger, maintenant. C’est bien beau de faire la Une du Time, de prononcer de beaux discours devant tes copains, de parler d’immigration en tapant sur la table et en faisant celui à qui rien ne fait peur…

Mais tout ça, c’est le vieux monde, c’est de la politique à papa, c’est la loose. Ce qu’il faut, Emmanuel – Monsieur le Président, pardon – c’est profiter des opportunités que te donne l’actu, faut être au taquet, mon vieux ! Par exemple, là. Tu es à New York pour l’ONU, le machin de l’ancien temps, tout ça. Bon, tu écourtes un peu (de toute façon, franchement, personne ne s’écoute, alors…) et tu te lances dans une grande tournée de sauvetage.

Cinq jours, cinq continents, tu ramènes à la maison tous les Français laissés sur le carreau par ce gros British de Thomas Cook. À l’arrivée, photo de groupe sur le tarmac du Bourget et selfie sur ton twitter. Et bam dans la face à Boris et à son Brexit. Et vlan 5 points de mieux dans les sondages. Le voyagiste se crashe et toi, tu t’envoles ! Ça, c’est du boulot !

Matthieu Pays

« Pour un Christophe Maé, c’est au moins 40 personnes qui suivent la tournée »

Dans le cadre de notre numéro spécial saison culturelle 2019-2020, tmv a interrogé Julien Lavergne, à la tête d’AZ Prod, sur le fonctionnement de la structure et son rôle au sein de la culture tourangelle.

AZ Prod multiplie les spectacles au cours de l’année.

Comment se passe la venue des grosses têtes d’affiche dans une ville comme Tours ?
Dans ce type de cas, c’est-à-dire 20 % de nos dates, nous sommes prestataires pour le compte du producteur national et on s’occupe des relations avec la salle, de la billetterie, de la promo, de la presse… Ensuite, on reçoit la fiche technique et, suivant l’artiste, il faut fournir diverses prestations. Ça va des serviettes à porter dans les loges au restaurant à gérer après le spectacle, en passant par le son, la lumière… Pour un Christophe Maé, c’est au moins 40 personnes qui suivent la tournée. Mais nous, on fournit du personnel local pour aider à monter et démonter, entre 30 et 40 personnes, en général. Un spectacle de variété, ça arrive le matin, ça monte, ça répète l’après-midi, il y a le show le soir et tout est démonté dans la foulée et ça repart le soir même. Quand on a huit semi-remorques et 60 techniciens sur la route, tout doit être optimisé en terme de coût.

Et pour les 80 % restant de vos spectacles ?
On est soit co-producteurs soit producteurs en direct. Le principe, c’est que l’on prend en charge l’aspect logistique et que l’on laisse l’artistique à nos partenaires. Mais quand on est co-producteur d’un spectacle, cela signifie que l’on assume une partie du risque. Donc, on ne prend que les spectacles auxquels on croit.

Avez-vous une action sur les artistes en développement, sur la scène locale ?
Nous avons très peu de lien avec la scène locale. C’est la mission des SMAC et des structures associatives ou liées à des collectivités qui ont des subventions pour cela. Nous, on arrive plutôt après, quand le groupe a été signé par un producteur ou un tourneur. On commence aux jauges de 400 places..

Un gros spectacle, à Tours, c’est combien de spectateurs ?
Le plus gros spectacle en intérieur qui ait eu lieu à Tours, c’est celui que nous avons fait avec les Insus. 15 000 personnes au Grand Hall. Mais c’est quelque chose de vraiment exceptionnel ici. En dehors des passages de Johnny, d’un Stromae, d’un Indochine et un Noah à la grande époque, en quinze ans, on a rarement dépassé les 10 000. En revanche, on peut le noter : Tours est une ville très rock. Les Lenny Kravitz, Deep Purple et autres fonctionnent très bien ici.


> Julien Lavergne est à la tête de la société AZ Prod qu’il a fondée en 2009. La structure basée à Tours organise environ 180 spectacles par an, dans tout le Centre-Ouest de la France.
> Mais, depuis plusieurs années, AZ Prod est également producteur du spectacle du Cadre Noir de Saumur, co-producteur de la tournée Les années 80 et de tournée Age tendre qui va partir sur la route en janvier.
> AZ Prod produit aussi le nouveau spectacle équestre de Mario Luraschi.

 

Le Petit Faucheux : la petite salle qui voit grand

Trente ans que ça dure ! Et l’aventure mâtinée de jazz du Petit Faucheux n’est pas prête de s’arrêter.

(Photo archives NR)

L’aventure du Petit faucheux dure depuis plus de 30 ans. Trente ans de passion pour une musique, le jazz, qui se décline sous bien des formes et bien des couleurs.

Aujourd’hui, la petite salle de la rue Léonard de Vinci fait partie des incontournables du paysage tourangeau, au même titre par exemple, que les cinémas Studio ou de TVB.
Et, comme eux, le Petit Faucheux exporte l’image de la ville bien au-delà de ses frontières. .

« Nous sommes très reconnus au niveau national, confirme Françoise Dupas, directrice du lieu. Comme le Temps Machine, nous avons le label SMAC et sur les 90 établissements qui ont ce label en France, cinq seulement sont spécialisés dans le jazz. Et, parmi ceux-là, Le Petit faucheux est la plus importante en terme de jauge et de public. »

Pas pour une élite

Et cela place naturellement Tours parmi les places fortes du jazz en France. « Quand une tournée européenne se monte pour un artiste international et qu’il y a dix dates en Europe, dont seulement deux en France, très souvent, nous sommes une de ces deux-là. »
La force du label, mais la force de l’histoire et, surtout de la réputation globale de l’endroit. « C’est vrai que nous sommes très attentifs à l’accueil des artistes, cela participe à notre réputation et cela facilite la venue des têtes d’affiche », souligne Françoise Dupas.

Têtes d’affiche dont peuvent profiter des spectateurs tourangeaux qui ne se limitent pas aux seuls amateurs de jazz. « Il est très important pour nous de nous tourner vers d’autres publics, en co-produisant des spectacles avec d’autres, en participant à des festivals, en menant des actions auprès du jeune public et, aussi, en nous transportant dans des lieux où on ne nous attend pas forcément. »

Manière de rappeler que le jazz (mais c’est vrai aussi pour toutes les musiques, finalement) est une expression populaire, aucunement réservée à une élite d’initiés.

A Tours, la culture sans frontières

Et si on vous disait que la culture à Tours est en train de devenir un exemple au niveau national ? Eh oui, les complicités qui se tissent ici entre les acteurs en font une ville unique.

(Photo NR / Julien Pruvost)

« Une autre chanson… Oui, vous madame ! » Thomas Lebrun est planté au milieu d’une scène improvisée dans une des salles du musée des Beaux-arts.
Les spectateurs-visiteurs ont une liste de titres entre les mains et ils lancent leurs propositions à la volée. Quand un morceau est choisi, un des danseurs de la troupe s’élance et improvise sur la musique. Des danseurs contemporains, dans un musée d’art classique, devant des spectateurs de hasard : cherchez l’erreur !

Mais cet improbable brassage est tout, sauf une erreur, sauf un hasard. « Il y a quelque chose d’assez unique, je crois, qui s’est mis en place depuis quelques années à Tours, savoure Françoise Dupas, directrice du Petit Faucheux, salle mythique du jazz s’il en est. Les lieux et les artistes collaborent ensemble et s’ouvrent les uns aux autres de façon très facile. »

Des « complicités »

Car Thomas Lebrun, charismatique directeur du Centre Chorégraphique National, ne fait pas exception. Benjamin Pionnier et Jacques Vincey, qui président respectivement aux destinées du Grand Théâtre et du Théâtre Olympia ne sont pas en reste.
« Jacques a fait sa première mise en scène d’opéra l’an dernier au Grand Théâtre mais l’an prochain, il vient comme comédien, comme résident, détaille Benjamin Pionnier. Cette année également, le chœur va participer à des spectacles dans la saison du théâtre Olympia. »

La liste de ces « complicités » entre ces deux lieux phares de la culture tourangelle est longue comme le bras. Et elles ne datent pas d’hier. « Il y a eu un alignement de planètes il y a quelques années quand plusieurs personnes sont arrivées en même temps à la tête de structures importantes, avec la même vision. Des gens qui avaient envie de travailler ensemble et qui n’avaient pas le goût du pré carré », se souvient Benjamin Pionnier.

Mais lui comme beaucoup d’autres le soulignent : tout cela n’aurait pas été possible sans une réelle volonté politique. « Dès 2015, c’était dans le projet de la Ville et de l’adjointe à la culture, Christine Beuzelin que de créer cette synergie, ces passerelles entre les lieux et les esthétiques. »
Tout cela, bien sûr, pour renouveler les publics et les propositions, mais aussi pour faire rayonner la ville sur le plan culturel, au-delà de ses frontières. « Elle est connue dans le milieu professionnel, cette ouverture. Tours est donnée en exemple pour cela », assure le directeur de l’Opéra.

La naissance du CCCOD, en mars 2017, est venue sceller cette nouvelle donne. Car, dès le début, dès les premières prises de parole de son directeur Alain-Julien Laferrière, le ton était donné : le centre d’art sera un carrefour, une agora où tous les artistes de la ville, comme ceux venus de beaucoup plus loin, pourront se retrouver.
Et, de fait, depuis sa création, le CCCOD multiplie les collaborations et ne perd jamais une occasion d’ouvrir ses portes à d’autres publics.

Des gens qui ont envie de travailler ensemble

« Avant, on avait peur qu’en se mélangeant avec les autres, on perde son public, analyse Benjamin Pionnier. Un public, c’était un peu une chasse gardée. Aujourd’hui, la consommation culturelle c’est “ Je vais voir le spectacle qui me donne envie et s’il y a un lien entre deux arts, c’est encore mieux ” ».

Voilà pourquoi une chanteuse de rock comme Claire Diterzi a pu passer une année en résidence au Grand Théâtre, aventure conclue par un concert de ses chansons en version symphonique, avec le chef à la baguette et le choeur de l’Opéra sur scène.
Voilà comment les affiches du Petit Faucheux se délocalisent à Thélème ou à Malraux quand elles sont trop alléchantes, comme ce fut le cas avec Brad Mehldau en mai dernier. Et font souvent salles combles.

À Tours, la culture ouvre les fenêtres à tous les étages. Un exemple ? Autour de la programmation pointue concoctée par Marie Hindy cette saison à Malraux, viendront s’ajouter plusieurs soirées plus « grand public » : Bigard dans son show d’adieu en novembre ou le tribute à Goldman en mars 2020. « Mais Marie, moi et les autres, on fait le même métier ! insiste Julien Lavergne, le patron d’AZ Prod, qui produit ces spectacles dans la région. Notre boulot, c’est de mettre des artistes en relation avec un public. »

Il n’y a pas de bon ou de mauvais public, ni d’art a priori plus respectable qu’un autre. Pour l’avoir compris et le mettre en pratique, la culture tourangelle est en train de franchir un vrai palier. Et ce n’est que justice.

Photo NR/Guillaume Souvant

Docuférence : L’innovation fait son show

Un documentaire et un conférencier qui se répondent en direct, une forme innovante pour parler d’innovation et prolonger l’esprit de Léonard. Explication avec Karl Baumé, consultant et animateur de la Docuférence.

Comment est née cette idée d’une docuférence sur l’innovation ?
L’idée a germé dans la tête d’Anne Prat la présidente, entre autres, de Pôle Nord Entreprises. Elle a vu les 500 ans de la mort de Léonard comme une occasion de s’adresser aux entreprises en leur montrant ce qu’un homme comme Léonard était capable de faire d’un point de vue artistique, bien sûr, mais aussi d’un point de vue entrepreneurial et sur le plan de l’innovation.
L’idée était de montrer aux entreprises qu’elles avaient toutes les capacités, aujourd’hui, pour innover.

Innover, est-ce la seule chance pour les entreprises de s’en sortir ?
L’innovation est un levier indispensable. L’accélération des changements autour de nous, très liés au numérique, fait qu’il n’y a plus de période de stabilité pour les entreprises. Elles sont prises dans un tourbillon d’avancées qu’elles maîtrisent plus ou moins et c’est encore plus vrai pour les PME. Mais l’innovation fait souvent peur. On voit les désagréments que cela va engendrer mais on ne voit pas immédiatement ni la finalité ni les gains que l’on va en tirer à terme.

Ce que dit cette docuférence, c’est que l’innovateur, il est peut-être déjà dans nos équipes et qu’il faut le faire émerger…
On part, nous, du principe que nous sommes tous, à notre niveau, des Léonard. On a tous une compétence, une qualité particulière. Le schéma habituel dans une entreprise, c’est que celui ou celle qui dirige est légitime parce qu’il sait. La plupart des chefs d’entreprise que nous rencontrons sont, à la base, des super-spécialistes de leur métier.
Les compétences complémentaires, on peut aller les chercher à l’extérieur, mais aussi dans l’équipe et de manière insoupçonnée. Kévin, le petit stagiaire, c’est peut-être un champion des réseaux sociaux !

Quels sont les freins à l’innovation ?
On se met nous-mêmes nos œillères en se disant, “je fais ce que je sais faire” ou “on a toujours fait comme ça” ou encore “je n’en suis pas capable”. On entretient cette croyance limitante parce qu’on est pris dans le quotidien et que l’on a souvent le nez dans le guidon.
On n’a pas le temps de prendre cette respiration nécessaire pour se dire “où est-ce que j’emmène mon équipe ?” Si on ne se permet pas de rêver et d’être curieux, on passe à côté de l’innovation.

Propos recueillis par Matthieu Pays


> Docuférence, le 25 septembre, à L’Escale, Saint-Cyr-sur-Loire, 18 h 30, suivie d’un cocktail. 21 € (gratuit pour les étudiants)

LA QUESTION DU JOUR

Je peux vous donner un petit conseil de vie, un truc simple, façon développement personnel, tout ça ? Quand une question vous taraude tellement que vous n’arrivez plus à dormir, à manger, à sourire, quand une question vous paraît tellement insoluble que vous y perdez votre latin et le peu de grec que vous savez, au lieu de vous user la santé à tenter d’y répondre, mettez-la sous l’oreiller.
Ou sous le tapis, comme vous voulez.

Et pourquoi donc, alors, faire cela ? me direz-vous plein d’une légitime méfiance ? Tout simplement parce que la question d’aujourd’hui sera la réponse à celle de demain. Je sais, c’est un peu puissant.
Prenez le temps d’assimiler… Et ça vaut pour les toutes petites comme pour les très grandes questions.

Un exemple ? Voici une question cruciale, posée par le Général de Gaulle aux Français, le 14 janvier 1963. Je cite : “Comment faire pour que l’Angleterre, tel qu’elle vit, tel qu’elle produit, tel qu’elle échange, soit incorporée au marché commun tel qu’il a été conçu et tel qu’il fonctionne ?” 50 ans plus tard, la réponse est limpide, non ?

M.P.

Le loto perd la boule

Vous vous rendez compte ? Elle sera bientôt à nous, la Française des jeux. À nous pour de vrai : on va pouvoir faire tout ce qu’on veut ! Non, parce que c’est quand même bien plan-plan, tout ça, la bou-boule qui tourne, les petits numéros, Jean-Pierre Foucault…

C’est la loterie à la papa, quoi. Si on rachète le bouclard, il faut innover, faire bouger tout ça.

Tiens, par exemple, une idée de gratte-gratte qui me vient comme ça : une carte du monde, si vous découvrez trois bombes rouges sur le même continent, c’est le jackpot !
Ou alors, tiens, Ouragan, une boule bleue qui tourne autour d’un continent, selon la côte où elle s’arrête, vous gagnez plus… ou moins. La Floride, c’est mieux que Cuba et Cuba c’est mieux que la République Dominicaine !

Encore mieux : La Boulette à Donald, à chaque tweet, vous engrangez des points, avec un bonus sur le nombre de like. Ça sera comme avant, les jeux d’argent vont toujours nous coûter aussi cher, mais au moins, on pourra rigoler en se faisant plumer !

Matthieu Pays

Swimcross : de sueur et d’eau

Prêt(e) à booster votre cardio ? Tmv est allé découvrir, du côté du Centre aquatique de Tours, le swimcross. Plongez dans le bain avec nous.

Pour faire simple, le swimcross, c’est un grand mix entre des exercices qui se font sur le bord du bassin, type burpies, abdos, squat jump, des exercices qui se font dans l’eau (obstacles à franchir…), de la course à pied et de la nage.

Du crossfit, on garde une certaine philosophie de l’effort, mais pas le côté traumatisant, puisque c’est quand même bien l’élément aquatique qui domine.
« En fait, le concept a été inventé par nous, les maîtres-nageurs pour varier un peu les plaisirs parce que manger du carreau, au bout d’un moment…», s’amuse Grégory, chef de bassin au Centre aquatique du lac.

Et depuis, la pratique fait tranquillement son petit bonhomme de chemin. Ce mercredi soir, ils sont une petite dizaine au rendez-vous, de tous les profils. « Chacun peut enchaîner les ateliers à son rythme, reprend Grégory. Et pas besoin d’être un champion de natation. »

La séance du jour est tout de même assez intense pour tout le monde. Six minutes d’un échauffement qui fait monter le cardio en flèche puis 25 minutes d’un parcours où s’enchaînent les ateliers autour du bassin, une boucle de course dans le Centre aquatique et 50 m de nage. Tout le monde a le temps de valider ses trois passages. On termine par quelques minutes de récup’ dans l’eau, en forme de débriefing et, aux dires des uns et des autres, ça vous fait quand même bien oublier les mojitos de l’été.


PRATIQUE

ours est une des quelques villes en France où l’on peut régulièrement pratiquer le Swimcross. Une séance dédiée a lieu chaque mercredi soir, de 19 h 30 à 20 h 15, dans le bassin de 25 m du Centre aquatique du lac.

À noter qu’un événement avait été organisé au même endroit à l’été 2018. Une centaine de concurrents s’étaient retrouvés sur un parcours qui comprenait une vingtaine d’ateliers, au Centre aquatique et autour du lac. On attend la deuxième édition…
> Renseignements : centre-aquatique- du-lac.fr

A Tours, l’Orchestre prend l’air !

L’orchestre de la région Centre investit la Place de la Résistance, le 5 juillet à 20 h 30, pour un concert gratuit et festif, en plein air. Décryptage avec Benjamin Pionnier, l’homme à la baguette.

Benjamin Pionnier

C’est quoi, cette histoire de concert en plein air ?
C’est l’orchestre au complet avec un répertoire grand public et de grands classiques, des tubes et beaucoup de belles musiques de films. Pour citer ce qu’on adore : Star Wars, Pirates des Caraïbes, l’Âge de glace… Il y a aussi des musiques du répertoire classique, comme l’ouverture du Barbier de Séville et on terminera avec de la musique d’Amérique du sud pour danser un peu. Le tout joué par l’orchestre symphonique, en live. Une vraie fête, quoi !

Jouer dehors, avec du bruit et des gens qui s’arrêtent et repartent, ça ne vous gêne pas ?
Aller à la rencontre des publics, c’est notre mission. Il faut revenir à cette base première de la musique qui est le partage. La musique, c’est aussi un vrai spectacle populaire. C’est la fin du XIXe et le début du XXe siècle qui ont institutionnalisé le concert dit sérieux, mais le concert a toujours été une fête et un moment de rencontre entre une oeuvre et le public.
À la création de la 5e symphonie de Beethoven, par exemple, on n’entendait plus l’oeuvre. Il y avait ceux qui criaient parce qu’ils adoraient et ceux qui criaient parce qu’ils détestaient. C’est comme quand on applaudit après un solo à l’opéra : ça ne me dérange pas du tout. On applaudit quand on a envie, quand on apprécie. C’était quelque chose de fréquent au XIXe, d’applaudir au milieu des œuvres pour manifester son plaisir.

Et mélanger les répertoires, comme ça, ce n’est pas un peu péché ?
Il ne faut pas croire que c’est parce que c’est de la musique de film que c’est de la moins bonne musique. Au contraire, c’est de la musique géniale qui est super bien écrite pour l’orchestre.
John Williams, c’est un compositeur et un orchestrateur de génie. C’est de la musique contemporaine qui s’inscrit vraiment dans la continuité des grands classiques qui ont, d’ailleurs, aussi souvent servi la musique de film. Cela fait partie de notre répertoire, il ne faut pas cloisonner. La saison qui vient de s’écouler était justement dans cet esprit de grande ouverture avec les concerts Charlie Chaplin, avec les suites de John Williams pour Harry Potter, des concerts thématiques ouverts à tous…

Un concert en plein air, avec des tubes, c’est un format rock, ça !
Quand l’orchestre se déplace, c’est un gros camion plein à craquer, comme pour un groupe de rock, mais la console de son en moins ! Et vous savez, les musiques actuelles dérivent toutes des musiques classiques.
Tout cela, c’est des strates et c’est une histoire. Ce n’est pas parce qu’on est fan de rock, qu’on aime le slam ou le rap qu’on doit tirer une croix sur ce qui s’est fait avant. Au XVIIIe siècle, quand on écoutait de la musique contemporaine, on écoutait du Mozart, parce que c’était un improvisateur de génie. Baptiste Trotignon qui est en résidence chez nous l’an prochain, on va venir l’écouter pour les mêmes raisons. C’est la même chose, à une autre époque.

DES LIGNES

DES LIGNES, c’est bien un truc d’humain ça, de tracer des lignes partout comme ça. Des lignes droites, gravées dans le sol et qui séparent deux pays pour toujours. Des lignes si puissantes qu’un président américain, juste en les franchissant d’un pas, croit entrer dans l’histoire. Des lignes tracées par les guerres et les traités, blanches pour la photo mais, le plus souvent, rouge du sang des hommes.

Ce n’est rien, une ligne, qu’un trait de peinture posé par terre, sur le goudron des frontières ou sur la pelouse d’un stade de foot. Et pourtant, ça change tout.
Si le ballon franchit la ligne blanche, c’est l’explosion. Des larmes pour les unes, le grand bonheur pour les autres. Si le pied n’est pas posé sur la ligne, plus rien ne va, il faut retirer le penalty.

Et vous savez quoi ? Des lignes, on en a même dans la tête. Les idées des hommes, noires ou vertes, bleues ou rouges, finissent toujours par suivre une ligne. Et même à tmv on a la nôtre, éditoriale, qui guide nos choix et nos journées.

Oui, mais voilà, si on efface les lignes, on ne peut plus jouer au ballon. Et puis, effacer l’histoire, quelle folie ! Alors, comme les enfants, jouons des lignes. Comme les artistes, dansons dessus et le monde, je vous assure, en sera plus léger.

Matthieu Pays

Interview : Manuel Benguigui pour son roman Un Bon rabbin

Le 19 juin, Manuel Benguigui était à la Boîte à Livres pour recevoir, en présence du jury, le Prix du roman tmv pour « Un bon rabbin », paru au Mercure de France. Rencontre à livre ouvert et à bâtons rompus.

Comment êtes-vous venu à l’écriture ?
J’ai commencé à vouloir écrire vers l’âge de 18 ans et j’ai commencé à écrire vraiment passé mes 20 ans. Et pendant une dizaine d’années, je me suis beaucoup regardé écrire. Je n’étais pas assez exigeant envers moi-même et tout ce que je faisais était comme gravé dans le marbre. À partir de l’âge de 30 ans, j’ai eu beaucoup plus d’exigences et d’assiduité au travail. J’ai appris à modifier et à jeter, ce que je ne faisais pas avant. Et, à partir de ce moment-là, mon travail a commencé à se métamorphoser en récits plus complets, plus aboutis.

Et pourquoi le roman, plus qu’une autre forme d’écriture ?
J’ai toujours eu le goût du narratif, de l’histoire. Ce que j’aime, c’est arriver par le roman, à plier le monde. Le principe du roman, c’est que l’auteur se transforme en un démiurge absolu. On fait ce que l’on veut avec le monde. Et cela ouvre des portes à tout ce qu’il y a dans mon esprit.

Ce roman a pour cadre la religion juive. Aurait-il pu, tout aussi bien, se jouer dans une communauté catholique ?
Oui, j’aurais pu décrire les mêmes choses avec un curé. Cela fonctionne aussi. C’est d’ailleurs, quand on le lit bien, un roman qui est presque plus chrétien que juif. On peut considérer que Chlomo se sacrifie pour sauver Jacob.
Or, la notion de sacrifice, elle est beaucoup plus chrétienne que juive. Il est d’ailleurs arrivé que je sente, plus ou moins clairement, que le contexte de ce roman, mon nom, mon origine, que tout cela faisait une boucle qui me cantonnait à un quelque chose de fermé, un roman communautaire. Alors que vraiment, le roman communautaire, ça ne m’intéresse pas du tout. La question de l’identité, oui. Mais pas l’identité telle qu’on la définit souvent aujourd’hui : une religion, une origine… Pour moi, la vraie question identitaire, c’est : « Qui suis-je vraiment en tant qu’être humain ? »

Avant de partir dans l’écriture, saviez-vous où le chemin allait vous conduire ?
Ça m’ennuierait que le chemin soit déjà tout tracé et de ne plus avoir qu’à l’illustrer. Le plus souvent, quand je commence une histoire, j’ai le point final. La dernière scène de ce roman, je l’ai eue très tôt. En revanche, le reste du chemin s’élabore au fil de l’écriture. Je sais où je vais, mais je ne sais pas comment je vais y aller. Parfois, je butte sur un événement par lequel j’ai décidé de passer. Alors soit je change d’événement, soit je me débrouille pour que ça colle dans le récit.

Ce roman, finalement, parle du Bien et du Mal. Pourquoi avoir choisi de vous frotter à ce thème éternel de la littérature ?
Je ne travaille jamais en me disant que je vais parler de tel ou tel thème. Ca ne marche pas, en général. Ca donnerait un essai et je n’ai pas envie d’écrire un essai.
J’écris une histoire et, au bout d’un moment, je me rends compte que certains thèmes ressortent d’eux-mêmes. La question de la morale m’intéresse, bien sûr, mais à aucun moment je n’avais envisagé d’écrire une intrigue pour illustrer un thème. Mais pour autant, pour qu’un roman fonctionne, il faut que le lecteur y trouve un peu plus que la simple histoire qui est racontée.

Un bon rabbin, jusque dans son titre, est un roman ironique et drôle. pourquoi ce choix d’un récit à ce point teinté d’humour ?
J’ai du mal à écrire quelque chose qui soit totalement dénué d’humour. Par exemple, j’ai beaucoup de mal avec les gens qui ne comprennent pas le second degré. Ce n’est pas complet s’il n’y a pas d’humour, c’est dommage. Dire que l’on ne peut pas exprimer des choses fortes et vraies avec de l’humour, cela m’atterre littéralement.
On peut faire usage de l’humour comme on fait usage d’un autre élément de rhétorique, d’une figure de style. C’est dans la palette et j’ai vraiment du mal à ne pas l’utiliser. Longtemps, je me suis questionné : peut-on vraiment être pris au sérieux s’il y a des moments drôles dans un texte ? Car souvent, on a tendance à considérer qu’un grand livre ne peut pas être drôle. Mais peu à peu, je m’affranchis de cette idée que l’humour n’est pas compatible avec le littéraire et ce n’est pas toujours facile à faire accepter.

Baba au rhum

IMAGINEZ. Vous entrez chez votre pâtissier préféré, les papilles déjà émoustillées par la promesse des saveurs fruitées, sucrées, chocolatées qui vont s’offrir à vous.
Déjà, vous salivez à l’idée de ce dessert que vous allez rapporter pour votre déjeuner dominical en famille. Vous entrez chez votre pâtissier préféré et, en un mot comme en cent, c’est un peu la fête…

Et là, dans tous ses présentoirs réfrigérés, vous voyez quoi, alignés comme une armée de clones de l’armée impériale ? Une impressionnante collection de Paris-Brest. Que des Paris-Brest. Des Paris-Brest partout. À la place des éclairs, des opéras, des fraisiers, des Balzac, même : des Paris-Brest. Vous vous étonnez.

Vous questionnez. « Oui, mais les gens, ce qu’ils veulent, c’est des Paris-Brest », qu’il vous dit, votre pâtissier préféré. Dépités, vu que vous n’avez pas envie de renoncer à votre dessert du dimanche, vous grognez un peu et puis, vous achetez un gros Paris-Brest bien crémeux. C’est pas que vous n’aimez pas les Paris- Brest, mais bon, vous auriez bien aimé avoir le choix, rêver un peu, quoi…
Maintenant, arrêtez d’imaginer et remplacez le mot « pâtissier » par le mot « média » et « Paris-Brest » par « canicule ». Et bon appétit, bien sûr !

Matthieu Pays

Basket : retrouvez notre supplément spécial UTBM

Dix pages spéciales UTBM sont à découvrir dans le numéro 338 de tmv !

Et pourquoi donc un supplément rien que sur l’UTBM, je vous prie ? Outre le fait que tmv est drôlement fier et content de figurer au nombre des 193 partenaires du club. D’abord et avant tout, parce qu’on a passé une superbe saison à le suivre en N1.

Alors oui, évidemment, ce premier exercice à ce niveau ne s’est pas conclu par une deuxième montée consécutive (quel supplément on vous aurait sorti sinon !) Alors oui, bien sûr, on aurait aimé pouvoir vibrer à Monconseil pour un match de 1/2 finale de play-off mais la rencontre un peu compliquée face à Rueil nous en a privés. Et oui, c’est vrai, il y a eu quelques petits ratés dans le moteur certains soirs à Monconseil ou ailleurs.

Mais nous, ce que nous retenons, c’est le chemin. Pour son entrée en N1, l’UTBM a fait mieux que marquer les esprits. L’équipe, surtout dans une fin de saison tonitruante où elle a enchaîné les succès, a montré qu’il fallait compter avec elle, non seulement qu’elle avait sa place à ce niveau, mais qu’elle était aussi taillée pour grimper encore d’un étage. Elle a pris date. Cette saison, c’est une pierre à l’édifice, une marche solide pour s’appuyer et continuer à construire.

Pourquoi un supplément ? Parce, depuis le début, on aime le projet. Rebâtir une équipe de basket de haut niveau à Tours, pour nous, c’est oui. Et surtout comme ça. Avec ce professionnalisme et cette détermination. L’UTBM, était déjà un grand club, même quand elle évoluait en N2, dans ses structures, dans son fonctionnement, dans son attitude. Tellement portée vers son objectif, la Pro B, le haut niveau, qu’elle se comportait déjà comme si elle y était.

Pourquoi un supplément ? Parce que cet esprit, cette conviction, c’est ce qui renverse les montagnes. Qu’il s’agisse de basket, d’un autre sport ou de tout autre chose. Et nous, on aime bien quand Tours voit les choses en grand.

> Le supplément 10 pages UTBM est à retrouver dans le numéro 338 de tmv. A TÉLÉCHARGER JUSTE ICI

 

Xavier Stubbe : chanson à textes pour enfants

Xavier Stubbe ne fait pas de la chanson pour enfant. Il fait des chansons, pour des enfants, nuance ! Il sort un nouveau et superbe livre CD et sera en concert le 26 juin au Petit Faucheux. Rencontre.

(Photo crédit xavierstubbe.com)

SON TRAVAIL

Ce que je fais, c’est de la chanson à texte pour les enfants. Ils ont des points de vue sur tout et souvent très intéressants. Et puis, ce sont eux qui vont se retrouver, demain, face à tous les problèmes d’aujourd’hui. Et donc, c’est intéressant d’aiguiser leur curiosité, leur réflexion, dès le départ.
Mais, aux concerts, toute la famille est là et les parents peuvent prendre du plaisir aussi avec les chansons, les recevoir à un autre niveau. Et quand elles ouvrent des débats après le spectacle, là, je me régale !

LES NOUVELLES CHANSONS

Il y a toujours quelques chansons très légères, comme Atchoum ou Ils sont où, parce c’est bien qu’il y en ait, mais il y a aussi beaucoup de chansons qui traitent de sujets très actuels. Tata 5G, par exemple, me permet de parler des écrans, en portant l’attention sur une Tata qui est tout le temps connectée, ça permet de dire des choses sans donner trop de leçons…
De nombreux thèmes très dans l’air du temps sont aussi abordés dans En 2050, Tous différents, ou On marche sur la tête, qui a donné son titre à l’album.

Illustration CHARLOTTE VOLTA

LES ILLUSTRATIONS DU LIVRE

Elle sont signées de Charlotte Volta, qui est originaire d’Orléans et qui fait à la fois de l’illustration et de la création de vêtements… J’aime beaucoup sa sensibilité et elle a amené cette touche poétique et féminine qui me plait beaucoup.
Pour les enfants qui sont un peu plus jeunes, ça les ramène à un objet qu’ils connaissent et qui est beau et les illustrations aident à la compréhension. Elles permettent de mieux saisir les paroles, elles incitent à écouter les textes. Chaque planche est une histoire différente.

LA TOURNÉE

On sera trois sur scène, Benoît Lavollée au vibraphone et clavier qui sera dans un « vibravion » avec les claviers cachés dans les ailes. Mathieu Hénault, à la batterie et drum machine et moi au chant et à la guitare et ukulélé. Et le décor nous permettra de rentrer vraiment dans l’univers visuel de l’album.
Sur scène, il y aura, par exemple, une tour de quatre mètres de haut comme sur la pochette de l’album avec quelques fenêtres qui vont s’allumer à certains moments.

AU DÉBUT

J’ai une formation de musicien intervenant à l’école. Je faisais des ateliers pédagogiques de chansons avec les enfants quand la Sacem a lancé le programme La fabrique à chansons. Et, du coup, plutôt que de faire ça dans mon coin, je m’y suis inscrit.
Et j’ai eu la chance de gagner le concours avec les enfants. Je fais encore quelques ateliers dans des classes de la région, mais assez peu en fait, je n’ai pas le temps de participer à plus de un ou deux projets par an. La scène me prend beaucoup de temps : je donne environ 70 concerts par an.

LE TRUC À NE PAS LUI DIRE

Pour les enfants, ça ira bien.

> En concert le 26 juin au Petit Faucheux. Plus d’infos ici ! 

 

Prix du roman tmv : et le gagnant est…

Le sixième prix du roman tmv a été décerné à Manuel Benguigui, pour Un bon rabbin, paru au Mercure de France. Le discours, de Fabrice Caro (Gallimard) obtient un Prix spécial du jury, auquel participaient trois de nos lecteurs.

Un conte moral, pas très moral, un concentré d’humour un peu noir quand même, une écriture au cordeau et un sens du non-conformisme qui fait plaisir à lire.

Voilà, résumé à gros traits, ce qui a fait la différence lors de la délibération de remise du sixième prix du roman tmv, dans un salon ouaté de l’Hôtel de l’Univers, mercredi 5 juin, à l’heure du déjeuner.

Un bon rabbin, troisième roman de Manuel Benguigui plonge le lecteur dans le quotidien d’une groupusculaire communauté juive qui fréquente avec une assiduité absolue, une pauvre synagogue menacée de délabrement.
Chlomo, le rabbin respecté, veille sur ce petit monde avec une bienveillance apaisée. Jusqu’au jour où un Jacob dont on ignore tout, vient lui demander les clés du lieu de culte pour pouvoir venir prier dans la solitude des premières heures du jour.
Intrigué, l’homme de foi finit par accepter. Venir en aide à cette âme perdue entraînera le rabbin loin, très loin des rivages de la morale commune.

Bref et dense, sous ses airs de ne pas y toucher, le nouveau Prix du roman tmv est de ces textes qui s’impriment dans l’esprit du lecteur. Il est truffé de références taquines et de clins d’oeil malicieux. Une très belle découverte.

Sans oublier…

Egalement très apprécié du jury, Le discours, de Fabrice Caro, que l’on connaît surtout pour la bande-dessinée Zaï, zaï, zaï, zaï, est distingué d’un prix Spécial. Du point de départ, le personnage principal est sollicité par son futur beau-frère pour prononcer un discours lors du mariage de sa sœur, l’auteur tire une suite de scénettes très drôles.
Il passe en revue les turpitudes de l’amour, les souvenirs d’enfance et les relations familiales souvent compliquées.

⇒RENDEZ-VOUS
Manuel Benguigui viendra recevoir le Prix du roman tmv le mercredi 19 juin, à 10 h 30, à la librairie La Boîte à Livres. Il rencontrera les membres du jury et tous les lecteurs de tmv.
On vous attend !

COMME UN ARBRE DANS LA VILLE

PRENEZ UN BÉBÉ CHÊNE, UNE JEUNE POUSSE PROMETTEUSE QUE QUELQU’UN, dans une exploitation forestière du nord de la France, choisit entre des milliers d’autres pour lui donner un destin exceptionnel. Il sera l’arbre que la présidence de la République lui a commandé pour être offert au président américain à l’occasion d’un voyage présidentiel outre-Atlantique.

Le symbole du chêne, tout ça, on ne vous fait pas un dessin. Et voilà la jeune pousse choyée, mise en pot et à la place de choix dans l’avion présidentiel. On la bichonne pour qu’elle soit la plus belle, la plus saine, la plus vivace de sa génération.

Et vient le jour de gloire, deux présidents, pelle à la main qui font mine de lui creuser son trou. En fait, pour de vrai, il est prêt depuis longtemps le trou, mais c’est pour la photo.
Et la photo, elle fait le tour du monde, le petit chêne s’imprime sur les journaux du monde entier. Puis, les feux de la rampe s’éteignent, les grosses voitures officielles repartent. On laisse l’arbuste tout seul dans son coin. Mais pas longtemps.

Un peu plus tard, on vient le déplanter et le remettre dans un autre pot, à la va-vite, sans terre et sans eau. Puis, on le met en quarantaine, au Guantanamo des organismes vivants, des fois qu’il ait fait rentrer sur le précieux sol américain quelque saleté venue d’Europe. Et on l’oublie. Le chêne de l’amitié, planté en grandes pompes, sous les sourires et les flashs, en avril 2018, meurt dans un entrepôt comme une mauvaise herbe. Symbole, vous avez dit symbole…

Matthieu Pays

JOUR DE FOIRE

ALEXANDRE PARCOURT DE SON REGARD PERÇANT LES ALLÉES DE LA FOIRE DU TRÔNE. Il marche d’un pas faussement nonchalant entre les vendeurs de pommes d’amour et les stands de barbe-à-papa.

À la ceinture, un talkie dernier cri et, sous sa veste en cachemire, dans son holster en cuir de Cordoue, un Magnum 357 factice qu’il espère ne pas avoir à sortir aujourd’hui. Depuis qu’on lui a confisqué le sien, Alexandre n’est plus le même. Il est comme perdu. Lui, qui a tant fait pour son pays, comment ont-ils pu lui faire ça ?

Sans bonne sécu, il n’y a pas de bon candidat, il n’y a pas de bon président. Il le sait bien, Manu. Il a cette dette envers lui et il le sait. Marcel, c’est un forain qui en a, lui au moins, c’est sûr. Ils se sont tapé dans la main, ils ont fait ça à l’ancienne.
Il sait qu’on ne peut pas doubler un gars comme Alexandre, Marcel. Alors y’a la confiance. Au bout de l’allée, la grande roue attire les badeaux et les gamins surexcités. Ça grésille dans le talkie. « Alex, Alex ! Ici central. Tu peux checker à la billetterie entrée sud. On nous a signalé un vol de doudou. »

Alexandre accélère le pas. Juste quand il passe devant le grand chamboultout, la tête d’un petit Laurent Wauquiez en chiffon est dégommée par un gamin en costume bleu. Ça ne le fait même pas sourire, Alexandre.

Matthieu Pays

Un tour au marché : Beaujardin le bio (5/6)

(Série 5/6) Depuis 40 ans tout pile, le marché bio s’installe sur une longue allée de la place Beaujardin, à Tours. Certains commerçants sont là depuis le début, d’autres viennent d’arriver, mais tous ont une passion en commun : le sain et le partage.

Il a toute une histoire, le marché bio de Beaujardin. Et, pour la connaître, il suffit de demander à Michel.
Michel, il vend du vin et des légumes (un peu de vin et quelques légumes) tout au début de l’allée réservée au bio, tous les samedis matins, dans ce quartier calme de la ville.

Et ça fait quarante ans que ça dure. « Moi je faisais du vin et ma femme était maraîchère. Et tous les deux en bio, depuis le début », explique-t-il le regard frisotant sous la gapette. « Il y avait des commerçants ambulant bio, mais ils étaient dispersés. Moi à Saint-Paul, un autre à Rabelais, un troisième ailleurs. Alors, les consommateurs nous ont demandé si on ne pouvait pas se réunir pour créer un marché unique et que en bio. »

 

RETOUR EN 1979

Quelques réunions plus tard, la petite troupe, une dizaine de commerçants et les représentants des consommateurs, ont un projet ficelé qu’ils présentent à la mairie. On tergiverse un peu et, finalement, on s’aperçoit que le petit marché du samedi cœur du village de Beaujardin dispose d’une allée vide qui pourrait faire l’affaire. Nous sommes le 16 juin 1979.
« Moi, j’ai raté le premier marché bio ici : j’avais un mariage. Mais dès la semaine suivante, j’étais là ! »

Évidemment, les choses ont bien changé depuis, à commencer par le regard du grand public sur l’activité bio. « À l’époque, on n’était pas des marginaux, mais quasi, quand on faisait du bio ! ». Il est heureux, ça se voit, Michel, que le vent ait ainsi tourné et que le bio soit enfin dans l’air du temps. Il est à la retraite, maintenant et sa production de vin comme celle de légumes a été divisée par cinq. Mais il est toujours là, avec ses tiges d’ail nouveau, ses asperges et son bourgueil 2014. « Moi, mes vignes, elles n’ont jamais vu une goutte de désherbant ! », s’amuse t-il.

Il y en a d’autres, des compagnons de cette époque le long de cette allée où chaque station mérite le détour. Le marchand de pommes d’à-côté, qui fait aussi des patates, des jus de fruits et des confitures. Et puis Bruno, un peu plus loin, qui est jeune, mais qui a repris la place de son oncle qui faisait, lui aussi, partie de la bande du départ. Katia et Alwan, couple d’origine libanaise, vient tous les samedis, ou presque, faire remplir ses bouteilles de lait frais.
« On a une ferme à côté de chez nous, à Joué-lès-Tours, mais il ne sont pas en bio alors, on vient ici depuis presque trente ans. » En face de lui, depuis une trentaine d’années, Jean-Paul fait du pain, avec des farines anciennes, dont certaines viennent de chez Bruno-d’en-face, justement. « Le pain, c’est le dernier aliment auquel on s’est intéressé pour le bio.

Ça a commencé avec le vin, le fromage ensuite, les légumes… Et pourtant, le gluten contenu dans les farines anciennes est beaucoup moins agressif et moins nocif que celui que l’on trouve dans les farines industrielles. Les bactéries mangent les principes actifs et ça change tout dans l’alimentation. »

La preuve qu’il n’en rajoute pas Jean-Paul : il est 10 h et il lui reste deux pain à l’épeautre à vendre sur un étal de trois mètres de long. « Je me suis un peu fait dévaliser, ce matin », confirme t-il. Mais il n’y a pas que des vétérans du bio le samedi à Beaujardin. Magalie et Samuel, éleveurs de porcs et de bovins à Courcoué (Sud-Touraine) ne sont là que depuis un an. Ils font aussi des légumes secs, des farines spéciales et des huiles. Le tout emballé ou, de préférence, en vrac. Leur ferme, la Ti’bio d’aire, commence à se faire un nom dans le milieu.

DU BON ET DU BIO

Claire, également, fait ses premières armes sur le marché Beaujardin depuis le début de l’année. Elle, son credo, c’est la pâtisserie bio. Pour ses oeufs, elle se fournit chez ses voisins de marché, qui sont aussi ses voisins dans la vie, quelque part dans le Loir-et-Cher.

La famille Habert fait de l’élevage de volaille et s’occupe aussi de la transformation des produits. « Tout ce que vous voyez-là, les rillettes, les saucisses, les pâtés, les brochettes, tout sauf le miel, nous le fabriquons nous-mêmes. Et nous maîtrisons aussi toute la chaîne, puisque nous cultivons en bio les aliments de nos bêtes », explique Denis, fils de la maison et patron du jour sur le stand.

Encore un peu plus loin, en face de Michel et de son incollable mémoire, Takayoshi fait frire ses Okonomi Yaki, des galettes de chou aux algues et aux oignons frais de printemps, une recette originaire d’Osaka, comme lui. C’est tout le Japon, parfum en tête, qui s’installe tranquillement sur la place du marché.
Son fiston nous fait goûter ses Daifuku Mochi, un délice au thé vert et à la confiture de haricot rouge. C’est un ancien employé du lycée Konan, le lycée japonais de Saint-Cyr, Takayoshi.

 

« Quand je suis arrivé en France, j’ai voulu fabriquer mon miso, comme je l’ai toujours fait et comme ma grand-mère avant moi. Mais impossible de trouver le koji, ingrédient indispensable de la recette du miso. Alors, je l’ai fabriqué moi-même. » Autant vous dire que si vous cherchez du vrai miso comme au Japon, tout en sachant ce qu’il y a dedans, vous êtes à la bonne adresse. Preuve, s’il en était besoin, que le bon et le bio, ça marche avec tous les aliments et toutes les cuisines.


> Retrouvez les autres épisodes de notre série Un Tour au marché juste ici <

CCC OD : zigzag dans le noir

La galerie noire du CCCOD accueille une nouvelle exposition. Signée des frères Quistrebert, elle est hypnotique et surprenante, abstraite et vertigineuse. Accrochez vos ceintures !

Florian et Michaël QUISTREBERT

C’est peu de le dire : la nouvelle exposition, qui occupe la galerie noire, au rez-de-chaussée du CCC OD sait se jouer des contrastes.

À droite en entrant, une monumentale fresque vidéo qui se déploie en zigzag (c’est le nom de l’expo) le long d’un mur transformé en paravent. Sur chaque panneau, le même mouvement de pixels hypnotiques qui semblent courir sans fin dans un interminable tunnel, mais dans une couleur différente.

La danse est effrénée, sans issue, et vous agrippe le regard pour un moment. Et, de l’autre côté, des toiles blanches, d’une extrême sobriété. Attention, blanches ne veut pas dire entièrement blanches. En fait, sur le châssis des toiles est appliquée une pâte épaisse, quelque chose entre l’enduit et le plâtre, qui donne du relief et de la matière à l’oeuvre.

ABSTRAIT

C’est de l’abstrait, pas de doute là-dessus, mais de l’abstrait qui s’amuse quand même avec la réalité. « Les toiles sont des variations autour de deux thèmes : une église et une vue marine », expliquent les frères Quistrebert, qui travaillent ensemble depuis 2007 et qui ont conçu cette exposition spécialement pour le CCC OD.

Et, de fait, on perçoit dans ces lignes obliques d’une très grande précision, les voiles et le mât et, plus ou moins haut selon l’angle de vue, la ligne droite de l’horizon. Il y a aussi un côté brut dans les toiles, quelque chose de très assumé, qui rappelle le gros oeuvre dans le BTP, le travail d’encollage du carreleur mais aussi, peut-être, le mouvement du râteau dans un jardin zen.

Mais, nous direz-vous, quel est le lien entre ce mur coloré et ces tableaux blancs ? « Pour nous, il y a le même rapport entre les deux qu’entre, par exemple, une BD et un film d’animation. » La vidéo murale serait donc une sorte de traduction en mouvement de ce qui se lit, en version figée sur la toile. Une traduction en couleur aussi.
Car les frères Quistrebert aiment bien jouer avec les codes classiques de la peinture. Par exemple, en séparant la forme de la couleur ou en imaginant des tableaux lumineux, à proprement parler, en y ajoutant des leds multicolores que des interrupteurs placés au beau milieu de la toile permettent d’allumer et d’éteindre. L’abstraction des frères Quistrebert ne manque pas d’humour donc, et elle manie le second degré avec gourmandise.

Cette exposition a fait plus que s’adapter au lieu qui lui a été proposé. Elle s’est construite à partir de lui. « Toute l’exposition s’est constituée petit à petit, comme un puzzle. Ce qui est intéressant, c’est de se planter plein de fois pour arriver à une proposition qui se tient. »

> EN PRATIQUE
Zigzag, Florian et Michaël Quistrebert, jusqu’au 11 novembre 2019, au CCC OD.

Années ’80 : dans l’air du temps…

[Numéro spécial années ’80] Dans les années 80, tout était assez différent. La façon de se coiffer, la façon de s’amuser, la façon de manger…

 

 

 

 

Nom de Zeus !

— « MARTY, NOM DE ZEUS ! LE MONDE DE 2019 EST DEVENU UN ENFER ! Si nous ne faisons rien, les réseaux sociaux vont dévorer les cerveaux de vos enfants, les hommes vont assécher la planète et le Tours FC va finir en troisième division de district. Et toi, Marty… »
— « Quoi Doc, qu’est-ce qui m’arrive dans le monde de 2019 ? »
— « Il vaut mieux ne pas le savoir, cela pourrait avoir des conséquences
intergalactiques catastrophiques et conduire à l’implosion de la galaxie. Mais c’est que ce n’est pas beau à voir. Monte dans la machine, nous partons immédiatement !
— « Mais Doc, nous partons où ? »
— « La vraie question est : nous partons quand ? Dans les années 80, Marty, c’est là que tout à commencé. Le premier Mac Classic, le Club Dorothée, les plats lyophilisés, la Golf GTI, Dallas à la télé, le tournant de la rigueur ! Il faut créer un nouvel espace-temps, une réalité alternative, dans laquelle tout cela n’arrive pas. Alors, les algorithmes ne prendront pas le pouvoir et la planète pourra respirer ! »
— « Et pour le Tours FC, doc ? »
— « 1983, Marty, dernier match de la saison à la Vallée du Cher. Il faut absolument empêcher Delio Onnis de quitter le club. Tout part de là ! En voiture, nom de Zeus ! »

TVB : la soirée de rêve !

Vendredi, le TVB a décroché son 8e titre de champion de France face à Chaumont. C’était aussi le dernier match pour Hubert Henno. Une soirée historique, donc. Vous l’avez ratée ? Pas grave, on rembobine et on y retourne.

(Photo Julien Pruvost)

Une heure avant le coup d’envoi, c’est déjà bouillant. Seules les deux tribunes de placement libre sont bien pleines (« premiers arrivés, premiers servis ! », comme le dit une supporter juste derrière moi), mais ça gronde quand même dans les gradins.

Et quand les Intenables, dans la tribune opposée, tentent un petit « Allez, TVB ! » histoire de se mettre en train, c’est une voix profonde et puissante qui répond, un écho multiplié par 100 : « Alleeeez TVB ! ».

Sur le parquet, des types grands comme des allumettes russes s’échauffent et font des trucs incroyables avec leur corps.
« Tu savais qu’on pouvait envoyer son pied au-dessus de sa tête comme ça, toi ? ». « J’sais pas. Jamais essayé. »

Après, ils se mettent à jouer au ballon, mais au pied. Dans les gradins, ça balance : « C’est eux qu’on aurait prendre au TFC, on s’rait peut-être un peu moins dans la mouise ! »
Les minutes s’égrainent, la pression monte. Les journalistes commencent à arriver sur les pupitres réservés, les photographes claquent leurs premières images. Ils s’échauffent un peu, eux-aussi.

Quelques minutes avant le coup d’envoi, ce sont les partenaires qui s’installent dans les tribunes latérales, en provenance du pot d’accueil offert par le club. Puis monsieur le maire, costard sombre et cravate rouge, qui prend sa place.
Tout le monde est là, la télé a ouvert les vannes : le show peut commencer.

La star Hubert Henno

Les applaudissements sont nourris pour accueillir l’équipe de Chaumont. D’un geste de la main, les joueurs saluent la trentaine de supporters qui ont fait le déplacement de la Marne, tout de rouge vêtus.
Mais quand le premier joueur tourangeau revient sur le terrain, c’est un tonnerre, c’est un rugissement, c’est une explosion. On se dit que plus, ce n’est pas possible, mais le deuxième joueur qui arrive, c’est Hubert Henno, figure mythique du club, seul rescapé de l’équipe championne d’Europe en 2006 et qui joue, ce soir, son ultime match, à Tours.

(Photo Julien Pruvost)

Et là, en plus du bruit, c’est un cri scandé qui descend des tribunes : « Hubert ! Hubert ! Hubert ! ». Émouvant. Vient ensuite une Marseillaise intense, qui se termine a cappella. Puis le jeu. Très vite, le TVB fait comprendre à tout le monde qu’il n’y aura pas de suspense, ce soir. La domination est totale.
Sur chaque service qui claque dans le camp de Chaumont une explosion de joie, sur chaque smash, un hurlement, sur chaque block, un soupir admiratif. Les points défilent. Monsieur le maire tombe la veste. La sueur coule, les voix se perdent. Les challenges vidéo n’y changent rien. Pour conclure les sets, la salle entière est debout, tapant en rythme, comme un seul cœur, jusqu’au point final.

La balle de match se joue en réception. C’est, peut-être, le dernier point d’Hubert. Le chant rien que pour lui, reprend. Il touche la balle. Clameur. Le point est perdu mais le match est déjà gagné. 10 points d’avance, tout le monde le sait depuis un moment.

Ensuite, il y a la coupe qui passe de mains en mains, Hubert qui valse dans l’air puis qui enlace monsieur le maire, définitivement passé au tee-shirt blanc et bleu. Il y a le champagne dont on s’arrose, les mines dépitées des joueurs en noir et les sourires lumineux des supporters qui croisent ceux des joueurs.

Merci TVB !

Un tour au marché : Amboise (3/6)

(Série 3/6) Au lendemain de la visite présidentielle sur la tombe de Léonard de Vinci, à Amboise, nous sommes allés faire un tour sur le marché de la ville, en bord de Loire. Sur ce marché historique et ombragé, on partage surtout le goût de la proximité et des bonnes choses.

« C’était quand la dernière fois qu’on l’a servi, Léonard de Vinci, y’a pas si longtemps, si ? » Stéphane, hilare, s’amuse comme un gamin derrière son magnifique étal de poissons.

C’est un historique, Stéphane. À douze ans à peine, dans les jambes de son père, il vendait des kilos de moules emballés dans du papier journal. Aujourd’hui, il commence à entrevoir l’âge de la retraite.
« C’est dans quatre ans, mais j’en parle dès maintenant. Il faut au moins ça pour trouver un repreneur… C’est dur comme métier, vous savez… » Stéphane, ancienneté oblige, a eu le droit de choisir son emplacement, parmi les premiers, au moment du déménagement du marché en bord de Loire. Tout comme Gilles, en face de lui, qui vend des volailles, des poulets surtout et des dindes, des chapons et du foie gras en saison.
« Ce sont toutes des bêtes que j’ai élevées et que j’abats spécialement avant chaque marché. »

ll vend un peu en direct, à l’exploitation, Gilles, mais ce qu’il préfère, c’est retrouver ses clients derrière son petit étal vitré dont il peut faire le tour en tendant les deux bras. « Mes parents sont arrivés sur le marché en 1956, moi j’ai repris en 93. » Soixante ans de bouche-à-oreille, y’a pas à dire : ça vous fait une réputation.

De Léonard, décidément, il est beaucoup question. Au détour d’une allée, un petit groupe ironise : « Il est pas enterré à l’église Saint-Florentin, De Vinci. C’est en plein centre-ville, Saint-Florentin ! » Sans doute quelque journaliste parisien un peu pressé et mal informé aura t-il confondu avec la chapelle Saint-Hubert, qui se trouve, elle, dans le château royal. La veille du traditionnel marché, deux présidents, français et italien, sont venus s’incliner sur la célèbre stèle à l’occasion du 500e anniversaire de la mort du génie.
Mais le ciel clair et le vent frais de ce vendredi matin ont tôt fait de balayer cette journée un peu folle où plus âme qui vive n’avait eu le droit d’arpenter à sa guise les pavés de la cité. « Autant le dimanche, les gens viennent pour la balade, ils arrivent de Tours ou de Blois ou de plus loin encore, autant le vendredi, c’est une clientèle locale, qui vient vraiment faire ses courses », explique Jean-Paul, compagnon boulanger qui voue au pain et à ses dérivés une passion communicative. « Je suis dedans depuis mes quinze ans, c’est ma vie ! », résume t-il, philosophe.

Soudain, un papy peu bavard se poste devant l’étal et lance un laconique : « Il m’en faut deux ! ». Pas besoin de précision : Jean-Paul sait deux quoi. Deux belles boules de campagne qui feront la semaine. Mais tout le monde n’a pas eu la chance de rencontrer, comme Jean-Paul, une vocation précoce. Maxime, posté de l’autre côté de l’allée fait partie de ceux qui ont changé de vie.
« Avant, j’étais commercial dans un secteur qui n’avait rien à voir. Mais je m’ennuyais, ça ne me convenait pas. Les gens de la génération d’avant, je crois, voulaient de la reconnaissance sociale, des métiers valorisant, gagner de l’argent. Pour ma génération, c’est très important d’avoir un métier qui ait du sens ».

Hélène et Romain, du Van.

Alors Maxime vend des légumes, bio et locaux pour la plupart. Il déniche des producteurs, il va les rencontrer, voir comment ils travaillent et, quand il tend une botte de carotte à un client sur le marché, ça se voit bien que ce n’est pas seulement une botte de carottes. Du sens, il en a trouvé, merci, ça va.

« IL FAUT AIMER LES GENS POUR FAIRE CE MÉTIER »

Pareil pour Corentin, un peu plus loin. Ancien apprentis dans une exploitation maraîchère de l’Indre, il donne encore le coup de main pour les marchés. « Nous, on est les seuls producteurs, bio, sur le marché d’Amboise. » En cette saison de plantation, on peut venir chercher ses plants ici et participer, du même coup, à la préservation des variétés historiques puisque 35 variétés de tomates et six de basilic sont à portée de main.
Et, de l’autre côté de l’étal, les mêmes variétés, mais prêtes à consommer celles-là. « En ce moment, nous avons les toutes premières courgettes, les mini-carottes et les fenouils nouveaux. »

À les contempler, l’âme du cuisinier se réveille. L’exploitation fournit d’ailleurs plusieurs restaurants gastronomiques de la région. Tous, clients comme commerçants, quand on leur demande ce qu’ils aiment retrouver quand ils viennent ici, chaque vendredi ou chaque dimanche de l’année, répondent d’une seule voix : le contact avec les gens ! « Il faut aimer les autres pour faire ce métier, c’est une chose que l’on a ou que l’on a pas. » résume François, en nous tendant pour qu’on y goûte une fine tranche de filet mignon séché et fumé.

« C’est plus convivial, on peut discuter avec les gens, on peut demander des conseils, des recettes… » confirme Régis bien parti pour remplir à l’en faire craquer son grand tote bag aux couleurs de la Région. « Je me tâtais pour venir ce matin, explique cette dame, un peu fatiguée, devant l’étal de sa fromagerie préférée, mais j’aime tellement vos confitures ! ». What else ?

Tours made in Japan

Depuis le 1er mai, le Japon est entré dans une nouvelle ère (Reiwa), comme à chaque fois qu’un nouvel empereur arrive sur le trône non pas de fer, mais de chrysanthème. Alors, nous, à tmv, le temps d’une semaine, on se met à l’heure du pays de Soleil levant.

POUR MANGER

Nobuki
Juste en face de la préfecture, le restaurant propose une cuisine japonaise fraîche et originale, le Japon en version gastronomique avec une carte volontairement réduite. L’endroit est un havre de zenitude et de raffinement. Tous les midis, une formule bento du jour avec soupe miso et crudités ou, pour les gourmands, le bol de sashimi, vol direct et sans escale vers Tokyo. Autour de 20 € à midi. Le soir, le vendredi uniquement.
3, rue Buffon. Tél. 02 47 05 79 79

(Photo archive tmv)

Parfum culture
Ici, vous n’êtes pas dans un restaurant, mais dans un restaurant- culturel. Vous dégustez les plats de la chef Céline Martin, d’origine taïwanaise, entouré de livres en japonais et vous pouvez assister à tout plein de soirées à thème. Dépaysant et délicieux !
63, rue Blaise Pascal. Tél. 02 47 05 13 66

Zen
De vrais sushis, préparés dans la plus pure tradition japonaise, des brochettes fines et gourmandes, Zen, c’est LE sushi bar de Tours. Comptez de 15 à 20 € par personne. Ouvert au déjeuner et au dîner, sauf dimanche et lundi.
27, rue Blaise Pascal. Tél. 02 47 66 70 84

CULTURE MANGA

Azu Manga
Comme son nom l’indique, c’est le temple du manga à Tours (ils ont aussi un magasin à Angers), neuf ou d’occasion. Grand choix également de figurines et de posters. Pour aller plus loin, vous y trouverez des guides de voyage au Japon et des romans traduits, ainsi que des mangas pour les petits. Mais aussi un coin cuisine si vous voulez passer aux fourneaux nippons. Un temple, on vous dit, un temple…
20, rue du commerce. Tél. 02 47 05 87 13

Le Japan Tours Festival
Des rencontres autour du manga avec des dessinateurs et trices, mais aussi des moments pour découvrir les traditions et la culture nippone, démonstrations de création de parfums traditionnels ou concerts, par exemple. Sans oublier le tournoi e-sport. Au Japan Festival, ça geeke à tout va ! Le tout dans une ambiance dingue avec des gens transformés en personnages de manga ou de films (le cosplay, ça s’appelle) qui se promènent partout dans le parc des expos.
Chaque année, fin février.

(Photo NR Julien Pruvost)

DES ASSOS

Amitié Saint-Cyr Japon
Il y avait une fois, dans un pays lointain, un lycée qui s’appelait Konan et qui avait décidé d’ouvrir un établissement en Touraine, à Saint-Cyr-sur-Loire, pour les enfants de familles japonaises expatriées en France. Pendant plus de vingt ans, les enfants et les parents japonais ont vécu aux côtés des habitants de cette paisible commune et des liens forts se sont créées entre eux.
Au fil des ans, ils furent plus de 600 élèves à étudier en bord de Loire. Las, le lycée finit par fermer ses portes, un triste jour de 2013. Mais comme l’histoire ne pouvait pas s’arrêter là, une association fut créée pour faire perdurer ces liens étroits et fraternels entre la commune de Saint-Cyr-sur-Loire et le Japon. Le lycée, en partant, a offert son dojo de 800 m2 à la commune et plusieurs Japonais de Konan sont restés en Touraine.
Très vite, des ateliers se sont mis en place pour découvrir la civilisation japonaise, la calligraphie, l’ikébana, l’origami ou la cuisine japonaise. Des fêtes japonaises ont été organisées, des rencontres, des conférences. Bref, Amitié Saint-Cyr-Japon est devenu un lieu d’échanges et de découverte du Japon assez unique en son genre.
Leur site:  www.amitiestcyrjapon.com

Hinodé
Hinodé, en japonais, ça signifie « lever du soleil ». Comme on peut s’en douter, le but de cette association qui est un des organisateurs du Japan Tours Festival, c’est de promouvoir la culture japonaise. Elle propose à ses adhérents des cours de japonais, de calligraphie japonaise par une maître japonaise, d’ikébana (art floral), d’origami, de dessin manga, de sumié (technique de dessin japonaise) et, bien sûr, de cuisine. Tout, donc, pour plonger la tête la première dans l’ère Reiwa !
Infos : hinode-tours.fr


C’EST QUOI CETTE HISTOIRE D’ÈRE ?

Eh oui, depuis l’an 645, le Japon change d’ère régulièrement. Au début, ça pouvait être à la suite d’une guerre ou d’un événement majeur, aujourd’hui, c’est à chaque fois qu’un nouvel empereur arrive.

Or, justement, Akihito, 85 ans, qui règne depuis 1989 a décidé de céder la place à son fils Naruhito. Le nom de la nouvelle ère, Reiwa, était attendu avec une ferveur incroyable par tout un peuple et a été révélé début avril.
Il se compose comme c’est l’usage, de deux idéogrammes et signifie, selon les interprétations « douceur propice » ou « Harmonie ordonnée ».

RECONSTRUCTIONS

À L’IDENTIQUE OU MISE AU GOÛT DU JOUR ?

En bois ou en béton ? Les projets de reconstruction de Notre-Dame s’empilent et la fine fleur de nos architectes rivalise de talent et d’inventivité pour répondre à l’appel de grandeur lancé l’autre jour par notre Président. Tmv, vous le savez, n’hésite jamais à s’engager et à entrer dans le débat et si nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice, à notre modeste niveau, il est de notre devoir national de le faire. Voici l’idée : au lieu de choisir entre toutes ces propositions qui sont chacune un des reflets du génie français, si on les adoptait toutes ?

Concrètement : on refait la charpente et on installe un système de clips pour la flèche. Comme ça, on peut alterner. Et les possibilités sont infinies : Baccara, pour son anniversaire, peut nous faire une belle flèche en cristal. Patrick Roger nous en fait une version en chocolat pour Noël. En forme de fusée pour célébrer un nouveau lanceur Ariane…

Infini, on vous dit. Après, pourquoi pas, on met aussi la rosace et les vitraux dans le thème avec des verres amovibles. Et, chaque fois que les touristes viendraient à Paris, Notre-Dame serait, comme dit le poète ni tout à fait la même ni tout à fait une autre. Magique !

Matthieu Pays

La leçon des pierres

IL Y A QUOI, DEUX MOIS, QUELQUES SEMAINES, j’y suis passé devant la vieille dame de Paris. Avec des amis, nous avions flâné sur les quais de la Seine et nous avions soudainement décidé de nous offrir une glace sur l’île Saint-Louis.

Nous sommes restés quelques minutes sur le parvis de Notre-Dame, levant la tête pour guetter les grimaces des gargouilles, slalomant entre les files de touristes et les vendeurs à la sauvette. Et je me souviens avoir eu envie d’entrer. Mais le long serpent polyglotte qui s’étirait devant la façade majestueuse m’avait découragé et, une fois de plus, j’avais reporté à ma visite à plus tard. Je ne reverrai plus comme je l’ai connue la nef de la cathédrale Notre-Dame.

En une nuit, le moment est passé et ce que je croyais pouvoir remettre à demain s’est soudainement évaporé. Et, curieusement, au matin de cette nuit d’incendie, ce n’est pas aux pierres que j’ai pensé. C’est aux gens.
À ceux que l’on imagine tellement à portée de main, à portée de cœur que l’on ne prend plus la peine de les visiter. À ceux que l’on aime, bien sûr, mais que l’on ne fait finalement que croiser. À ceux que l’on reverra, un jour. Chacun tirera de la catastrophe de Notre-Dame l’enseignement ou la morale qu’il voudra. Moi, j’en retiens une leçon de vie : il ne faut jamais remettre une visite à demain.

Matthieu Pays

L’Europe : comment ça marche ?

Dans un mois, c’est les élections et, franchement, vous le savez, vous, comment les lois sont votées en Europe, le poids qu’elles ont vraiment et qui tient la barre du bateau ? Allez, en quelques mots et deux-trois dessins, on essaie d’y voir plus clair.

LE PARLEMENT EUROPÉEN :
LA VOIX DES PEUPLES

C’est la seule institution européenne dont les membres sont élus directement par les citoyens européens, au suffrage universel direct. Ils seront 705 après les élections de mai. Le mandat est de 5 ans.

Il représente les 512,6 millions d’habitants des pays membres de l’Union (446,6 millions quand les Britanniques seront sortis de l’UE).

Chaque pays a un nombre de députés qui dépend de l’importance de sa population, mais pas de façon strictement proportionnelle, ce qui fait que les petits États sont sur-représentés par rapport aux plus peuplés.

Les députés ne se regroupent pas par nationalités, mais en fonction de leurs opinions politiques. Les partis européens de sensibilités voisines se rassemblent dans un même groupe.

Chaque député siège dans, au moins, une des 20 commissions chargées de préparer le travail du Parlement avant les sessions plénières.

Le Parlement se réunit 18 fois dans l’année, 12 fois à Strasbourg (siège du Parlement) et 6 fois à Bruxelles pour des sessions plénières additionnelles.

Le Parlement se prononce sur les propositions de lois faites par la Commission Européenne. Il soumet ensuite son avis (le texte amendé et voté) au Conseil. Le conseil peut proposer une nouvelle version du texte sur laquelle le Parlement doit de nouveau se prononcer. Sauf exception, une loi ne peut pas être adoptée en cas de désaccord entre le Parlement et le Conseil.

Le Parlement intervient dans l’adoption du budget européen, qui détermine les grandes orientations de la politique communautaire.

Le Parlement élit le Président de la Commission Européenne, sur proposition du Conseil. Il peut censurer la Commission ou destituer un Commissaire. Il peut poser des questions écrites à la Commission et ouvrir des commissions d’enquête. Il dispose d’un droit de recours devant la Cour de Justice de l’UE.


LE CONSEIL DE L’UNION EUROPÉENNE :
LA VOIX DES GOUVERNEMENTS

C’est l’autre versant du pouvoir législatif, partagé avec le Parlement.

Il réunit les ministres des États membres (un par État). D’ailleurs, on l’appelle parfois le Conseil des ministres de l’Union. Sa composition dépend de l’ordre du jour puisque ce sont les ministres concernés par le sujet qui y siègent : Agriculture et pêche, Compétitivité, Justice et des affaires intérieures, Emploi, politique sociale, santé et consommateurs, Transports, télécommunications et énergie, Environnement, Affaires générales, Affaires étrangères, Affaires économiques et financières et Éducation, jeunesse et culture.

Il est présidé par un État membre pour une durée de 6 mois, selon une rotation précise.


LA COMMISSION EUROPÉENNE :
LE CŒUR DE LA DÉCISION

La Commission comporte un membre par État et fonctionne un peu comme un « gouvernement de l’Europe », chaque commissaire ayant son domaine de compétence propre.

Le Président est désigné par le résultat des élections européennes. En effet, les groupes politiques se sont mis d’accord pour désigner des têtes de liste destinées à prendre la présidence de la Commission en cas de victoire aux élections.

Les autres membres sont désignés par les gouvernements (un par État membre) mais, une fois nommés, ils sont indépendants des gouvernements. Leur mandat est de 5 ans (comme celui du Parlement).

La commission présente les propositions de loi, veille à la bonne application des décisions et applique le budget.


LA CONSEIL EUROPÉEN :
L’ORGANE SUPRÊME
(à ne pas confondre avec le Conseil de l’UE, eh oui, c’est subtil !)

C’est le lieu où se définissent les priorités de la politique européenne et où se règlent les conflits entre États.

Il est composé des chefs d’État de chaque pays membre, du président de la Commission et du Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Soit 30 membres (29 après le Brexit).

Il se réunit tous les trimestres, à Bruxelles ou à la demande de son président (le Polonais Donald Tusk depuis 2014) en cas de nécessité.


LES AUTRES INSTITUTIONS

→ Cour de Justice de l’UE : chargée d’examiner la légalité des actes européens et de résoudre les conflits juridiques entre institutions et/ou Etats membres. Son siège est à Luxembourg.
→ Banque Centrale Européenne : qui gère la monnaie unique pour les 19 membres de la zone euro, assure la stabilité des prix et mène la politique monétaire de l’UE. Elle est basée à Francfort (Allemagne).
→ Cour des comptes : sa mission est d’améliorer la gestion financière de l’UE.