De la haine à l’amour, vivre sa foi en tant que minorité

Le centre LGBTI de Touraine et le festival Désir… Désirs proposent trois courts-métrages d’une vingtaine de minutes pour réfléchir à la place des minorités dans la religion.

 

Skyes are not just blue, de Lysandre Cosse-Tremblay, Des thérapies bidon pour guérir l’homosexualité, de Brigitte Noël et La Religion face à l’homosexualité : Être croyant et homosexuel, de Panos. Trois films qui posent la question de la relation complexe des minorités (et des femmes) avec la religion.

Le choix de cette thématique s’explique notamment par le développement actuel des thérapies de conversion qui prétendent guérir l’homosexualité ou l’identité de genre d’une personne par des traitements psychologiques ou médicaux. Mickaël Achard, co-organisateur du festival Désir… Désirs, précise : « Les députés se posent la question de légiférer sur ces pratiques qui viennent des États-Unis et se diffusent en Europe avec de plus en plus d’ampleur. Au niveau européen, les députés ont déjà signalé ces groupes dont les pratiques néfastes peuvent malheureusement mener au suicide. »

Intolérance religieuse

En mars 2018, le Parlement européen a adopté un texte non contraignant appelant les États à les interdire. Des réflexions sont en cours en Angleterre, en Espagne et en Allemagne. « Tantôt chassées, tantôt jugées, tantôt tolérées, les minorités doivent encore faire face à l’intolérance religieuse. Si des paroisses progressistes et des associations LGBTI religieuses tendent à l’acceptation, demeurent toujours des personnes condamnées à vivre leur foi, cachées. Cependant, minorités et spiritualité religieuse ne sont pas nécessairement incompatibles. »

La projection aura lieu en présence du journaliste et sociologue Frédéric Martel, auteur de « Sodoma : enquête au coeur du Vatican » et de la députée française Laurence Vanceunebrock- Mialon, à l’origine d’un projet de loi contre les thérapies de conversion.

Et on en profite pour rappeler que la prochaine édition du festival ‘Désir… désirs’ aura lieu du 22 au 28 janvier 2020.

Claire Breton


> De la haine à l’amour, vivre sa foi en tant que minorité / Jeudi 12 décembre, à 20 h, aux cinémas Studio, 2 rue des Ursulines à Tours. Tarifs : de 3,5 à 4,5 €.

 

La Touraine est-elle une terre LGBTI-friendly ?

Le Centre LGBTI de Touraine a lancé une consultation en Indre-et-Loire. La plupart des sondé(e)s indiquent avoir déjà été agressé(e)s. Et le dépôt de plainte reste rare.

Le Centre LGBTI de Touraine a lancé une grande consultation en Indre-et-Loire. (Photo Adobe Stock)

Les faits

Le Centre LGBTI de Touraine a réalisé une consultation auprès de 465 personnes lesbiennes, gay, bi, trans et intersexe sur leur vie et leur ressenti en Touraine. Pour cette enquête, intitulée « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? », différentes questions étaient posées, telles que : Montrez-vous des gestes d’affection avec votre partenaire dans la rue ? Avezvous déjà été agressé(e) verbalement ou physiquement ? Dissimulez-vous le fait d’être LGBTI ?

Dans l’ensemble, il apparaît que la majorité a été déjà agressée ou moquée, même si 60 % des sondé(e)s estiment se sentir bien en Indre-et-Loire. Autre résultat : sept personnes sur dix considèrent qu’il n’y a pas assez de lieux LGBTI-friendly en Touraine. Pour la moitié d’entre elles, les gestes d’affection sont cachés dans la rue, par peur.

Enfin, il est à noter que 22,4 % des sondé(e)s ont déjà été agressés physiquement, 53,8 % ont été moqués et 55,1 % se sont sentis discriminés. Mais peu portent plainte : la proportion s’élève seulement à 4,3 %.

Les enjeux

Jamais une telle consultation n’avait été lancée ici. Il s’agissait « d’une vraie attente sur la question », comme l’a souligné le co-président de l’association, Mickaël Achard. Le Centre LGBTI de Touraine a invité « la Ville de Tours et les communes du 37 à mettre en oeuvre des politiques en faveur de l’inclusion des LGBTI ».

Le contexte

Le mois dernier, confronté à un manque de moyens flagrant, le Centre LGBTI de Touraine lançait un appel aux dons pour pouvoir survivre et continuer ses actions d’aide et prévention, ainsi que pérenniser l’emploi de sa salariée. La cagnotte en ligne a permis de récolter 6 640 € (sur les 6 000 escomptés), ainsi que 1 400 € directement envoyés à l’asso. Près de 49 000 € de subventions ont été promis par le conseil régional, le conseil départemental et la Dilcrah.

Le point de vue

Cette enquête devrait être renouvelée dans les années à venir. Elle pourrait également permettre aux élu(e)s de mieux cerner le quotidien des personnes LGBTI, que ce soit en ville ou en milieu rural, où cela reste encore plus délicat. Et reste à voir si des politiques en lien avec ces questions seront mises en place…

Aurélien Germain