Législatives en Indre-et-Loire : les duels prévus pour le second tour

Pour le premier tour des législatives, Nupes rebat les cartes en Indre-et-Loire. La Nouvelle union populaire économique et sociale sera au second tour dans quatre circonscriptions.

Les faits

Des duels à surveiller, ce dimanche 18 juin, pour le second tour des législatives ! Dans le département d’Indre-et-Loire – et comme d’ailleurs partout en France – la Nupes (la Nouvelle union populaire économique et sociale) a rebattu les cartes. Elle sera d’ailleurs au second tour dans quatre circonscriptions et une possibilité de victoire à la clé.

Virage à gauche à Tours ?

Regroupant la quasi-totalité de la Ville de Tours, la première circonscription a vu le candidat écologiste Charles Fournier (Nupes) arriver en tête, avec 39,60 % des voix. Il devance ainsi le député sortant Philippe Chalumeau (ex-LREM, puisque le parti s’appelle désormais Ensemble !), avec 27,38 % des voix. Pour le macroniste, c’est bien moins que ses 36,29 % en 2017. La Ville de Tours pourrait donc bien retrouver un député de gauche.

2e mandat pour Labaronne ?

Dans la seconde circonscription (le nord-est du département), le député sortant Daniel Labaronne (Ensemble !) a une avance assez confortable, puisqu’il recueille 32 % des voix et réalise d’ailleurs le meilleur score des élus sortants en Indre-et-Loire. Il devance ainsi Christelle Gobert (Nupes) et ses 25 %. Derrière, le candidat du Rassemblement national Christophe Guestault n’est pas qualifié.

Métadier éliminée

C’est la surprise du dimanche : Sophie Métadier est éliminée dès le premier tour. La troisième circonscription (Saint-Pierredes- Corps, Loches, Chambray…) a décidé de ne pas renouveler la députée UDI sortante. Cette fois, c’est Henri Alfandari (parti Horizons, de l’ex-Premier ministre Edouard Philippe) qui arrive en tête. Il devance de 500 voix la candidate Nupes, Roxane Sirven.

Duel dans le chinonais

La députée sortante Fabienne Colboc (Ensemble !) et l’ex-député Laurent Baumel (Nupes) arrivent au deuxième tour, dans la quatrième circonscription. Et dire que le vote a été serré est un doux euphémisme : seulement 205 voix séparent les deux candidats (30 % pour Colboc, 29,55 % pour Baumel).

Le RN au second tour

La cinquième circonscription (Saint- Cyr, Bourgueil, Fondettes…) se distingue, puisque le Rassemblement national arrive au second tour, grâce à Ambre Louisin qui obtient 21,08 % des voix. Elle reste toutefois assez loin de la députée sortante Sabine Thillaye (Modem) et ses 29,15 %. l Aurélien Germain

Présidentielle 2022 : comment a voté l’Indre-et-Loire ?

Dans son ensemble, l’Indre-et-Loire a de nouveau opté pour Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle. Mais une fracture se dessine entre les zones rurales et urbaines.

Plus qu’au niveau national

Le résultat est donc tombé dimanche soir, à 20 h. Emmanuel Macron, président sortant, a été réélu face à Marine Le Pen, en obtenant 58,54 % des voix.

Mais quand on s’intéresse à l’Indre-et-Loire, le score y est encore plus élevé. En effet, le candidat a obtenu 62,69 % des voix dans notre département. Il a gagné près de 88 000 voix comparé au premier tour. Pareil du côté de la candidate du Rassemblement national qui a obtenu 42 000 voix supplémentaires.

Un département fracturé

Toutefois, on observe de grosses différences et une certaine fracture sur la carte d’Indre-et-Loire. Concrètement, le nord-ouest, davantage rural, a favorisé Marine Le Pen.

Mais ce sont dans les villes qu’Emmanuel Macron a réalisé ses meilleures percées. Dans les zones urbaines, le président réélu a par exemple obtenu 73 % des voix à Saint-Cyr-sur-Loire et Tours, et même 68 % à Saint-Pierre-des-Corps, ville où Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête au premier tour, loin devant les autres candidat(e)s.

On remarque également que la candidate du RN s’est imposée à Château-Renault (50,82 %). Dans les territoires ruraux, Marine Le Pen est en tête (et de loin) dans de nombreux petits villages, souvent de moins de 1 000 habitants.

Participation… et abstention

En Indre-et-Loire, 331 793 électeurs et électrices sont allés voter dimanche. Une participation en légère baisse, depuis la dernière présidentielle (77,03 % en 2017, contre 75,30 % en 2022). Toutefois, et comme à l’échelle de la France, c’est aussi l’abstention qui est gagnante avec plus de 24 %.

Les votes blancs, quant à eux, représentent 22 207 bulletins dans l’urne, mais ne sont pas décomptés dans les votes exprimés. Idem à l’échelle locale, où à Tours par exemple, les votes blancs (3 810) et nuls (1 219) atteignent un niveau important.

Et maintenant ?

Reste, désormais, à attendre les législatives qui auront lieu les 12 et 19 juin prochains. Il reste un mois et demi. Le vote déterminera ainsi et aussi le futur visage du département. Il y a cinq ans, quatre députés macronistes sur cinq avaient été élus.

La situation n’est clairement plus la même qu’en 2017 ; il reste donc bien des inconnues, avant d’y voir plus clair…

A.G. / Photo : NR

Emmanuel Macron attendu à Tours mardi 5 janvier : un rassemblement prévu place Jean-Jaurès

Le Président de la République doit se rendre à la CAF d’Indre-et-Loire, à Tours. Un appel au rassemblement a été lancé.

Emmanuel Macron était déjà venu en Touraine, notamment en 2018 (Photo archives NR – Julien Pruvost)

Ce mardi 5 janvier, à 14 h, Emmanuel Macron est attendu à Tours. De passage à la CAF d’Indre-et-Loire, le président doit promouvoir la réforme de la pension alimentaire, entrée en vigueur le 1er janvier, comme l’avait annoncé La Nouvelle République fin décembre.  

Pour ce déplacement, le premier de l’année, le chef de l’Etat rencontrera notamment des bénéficiaires de cette réforme.

Un appel à la mobilisation

Cette visite présidentielle a poussé Solidaires 37 à lancer un appel au rassemblement, le 5 janvier à 11 h, place Jean-Jaurès. Titré « Pas de sécurité globale, plus de sécurité sociale ! Stop à la casse de nos droits ! », leur communiqué demande le « retrait de la loi Sécurité globale », dit « stop aux violences policières et racistes » et rappelle également d’autres revendications (soutien aux revendications des grévistes de l’ADMR 41, arrêt des contre-réformes de l’assurance chômage, défense du service public, etc.)

Quant aux Gilets jaunes de Touraine, ils ont également prévu de se rassembler place Jean-Jaurès, même heure, avant de se rendre devant la CAF. « Il est urgent de se mobiliser », indique un tract circulant sur les réseaux sociaux.


> NB : à l’heure où nous rédigeons ces lignes (4 janvier, 16 h 57), le déplacement en Touraine d’Emmanuel Macron était toujours inscrit à l’agenda du Président de la République, consultable sur le site de l’Elysée. Mais le contexte actuel peut évidemment bouleverser les choses au dernier moment.

 

Présidentielle : petit résumé tourangeau

Emmanuel Macron et Marine Le Pen seront au second tour de l’élection présidentielle. Petit résumé de ce qu’il s’est passé à Tours et aux alentours.

présidentielle

Les résultats de la présidentielle en Indre-et-Loire en ont surpris plus d’un, dimanche. Dans le département, et comme au niveau national, si Emmanuel Macron est arrivé en tête avec 24,47 % des voix(*), il se retrouve talonné par… François Fillon (21,25 %) ! Suivent Jean- Luc Mélenchon (19,40 %) et Marine Le Pen, en quatrième position, avec ses 18,94 % des voix.

Chez nos voisins de l’Indre et du Loir-et- Cher, c’est la candidate frontiste qui est arrivée en tête.

À Tours en revanche, le paysage politique a changé. Là encore, Emmanuel Macron a été le plus plébiscité (26,7 %). Mais la France insoumise est la deuxième force de la Ville : Jean- Luc Mélenchon a en effet récolté 23,48 % des voix.
Derrière, se trouve François Fillon (21,24 %). Le score du Front national, lui, n’est que de 12, 38 %. Sur Tours, l’abstention a connu une petite hausse (24,4 % contre 21,5 % en 2012).

Dans tout le département, avec 430 402 électeurs, le taux de participation s’est élevé à 81,30 % (contre 82,72 % il y a 5 ans).

(*) il s’agit des derniers chiffres dévoilés (24/04 à 17 h 30)