« Notre président fait l’autruche »

#EPJTMV La manifestation contre la réforme des retraites a eu lieu ce jeudi 9 janvier en France. À Tours, les manifestants ont battu le pavé, sous le signe de la convergence des luttes. Le cortège comptait 8 000 personnes selon les syndicats, 5 800 selon la police.

Il est 11 h lorsque les manifestants s’engouffrent rue nationale, la banderole en tête de cortège annonce la couleur : « Pour l’amélioration de nos pensions et de nos droits ! Retraites à points, c’est non ! ».

Les manifestants sont nombreux à battre le pavé rue Nationale. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Rue nationale, grève générale

Parmi les manifestants, Clément, étudiant en première année de licence d’histoire à l’université des Tanneurs : « Bougez-vous parce que notre Président fait l’autruche. C’est le moment de se mobiliser, on est jeunes, on a de l’énergie à revendre. » Il est venu ce jeudi 9 janvier pour « combattre ce système des retraites. » Fils de cheminot, il manifeste pour son père, qui en est à son 36ème jour de grève, mais aussi contre la misère étudiante. « Certains de mes potes ne peuvent pas payer leur loyer, le Crous tarde à leur envoyer leurs bourses. »

Au fil de la discussion, Clément explique qu’une partie de la jeunesse ne croit plus en ces manifestations « classiques », type CGT, FO. Clément met en avant un problème de représentativité : « Les jeunes pensent que les manifestations calmes ne changeront rien. Ils se rendent compte que ça ne bouge pas. Je ne suis pas pour la violence mais je peux la comprendre, notamment lorsque des grands groupes sont visés comme Amazon et McDonalds. »

Les jeunes en première ligne de la manifestation. Crédit photo : Laura ALLICHE.

Les jeunes en première ligne

Dans la foule, se mêlent drapeaux de syndicats, bruits de klaxons et fumigènes multicolores. Sur les visages, les sourires témoignent d’une ambiance bon enfant. Un peu plus loin, Nathan, élève en terminale au lycée Vaucanson (Tours Nord). Il souhaite l’abandon de la réforme des retraites. « J’espère que ça va être un déclencheur pour que le système change ou du moins qu’il s’améliore. Je parle souvent avec mes parents qui ne soutiennent pas les grévistes. Je leur dis régulièrement qu’en ne se mobilisant pas, ils condamnent les générations futures. »

Baptiste, lycéen en première au lycée Paul-Louis Courier, confie : « Personne n’a appris à notre jeunesse à s’impliquer. Je suis aussi là pour lutter contre la précarité étudiante. Ça devient difficile de joindre les deux bouts, certains étudiants sont obligés d’accumuler les petits jobs pour boucler les fins de mois. » Face à la foule, il lance un message aux étudiants en colère : « On est les premiers visés. Si on ne se défend pas, personne ne le fera à notre place. »

Laura Alliche et Paul Boyer, étudiants à l’École publique de journalisme de Tours (EPJT).

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Macron : portrait chinois

Des portraits sous toutes les coutures du costard, vous allez en manger pour un moment, mais vont-ils vous aider à mieux connaître le nouveau président ? Pas sûr. Pour ça, rien ne vaut un bon vieux portrait chinois, même imaginaire…

Image1SI C’ÉTAIT UN SPORT ?

À part la randonnée pédestre, évidemment, ce serait le tennis. Beau-papa était président du Tennis-Club Touquettois.

SI C’ÉTAIT UN INSTRUMENT ?

Le piano. Dix ans de Conservatoire à Amiens, quand même…

SI C’ÉTAIT UN HÉROS MARVEL ?

Captain America (parce qu’il n’a jamais Thor, ah, ah, ah !)

SI C’ÉTAIT UN TIC DE LANGAGE ?

En 1 : En même temps. En 2 : Pardon de vous le dire. En 3 : Que ça vous plaise ou non. Et les trois à la suite, ça peut faire mal…

SI C’ÉTAIT UNE STATION DE MÉTRO ?

Sèvres-Babylone. Comme le titre de son unique roman Babylone-Babylone, qui raconte, paraît-il, l’histoire d’un conquistador espagnol. Pas la peine de courir à la Boîte à livres : le bouquin n’a jamais été publié. Mais il s’est rattrapé avec son Révolution qui a quand même dépassé les 200 000 exemplaires vendus (avant l’élection).

S’IL ÉTAIT UN MÉDICAMENT NATUREL ?

L’orgasme. Ben oui, il est né le 21 décembre et c’est justement la journée de l’orgasme. Et il paraît que ça soigne un peu tout, alors…

SI C’ÉTAIT UN AUTRE PERSONNAGE POLITIQUE ?

Najat Vallaud-Belkacem. Eh oui, ça surprend. Mais la ministre de l’Éducation est vraiment son double (un peu inversé) : elle est née la même année, dans la même ville et est diplômée de la même promotion (Senghor) à l’ENA.

SI C’ÉTAIT UNE ÉQUIPE DE FOOT ?

L’OM. Ok, le Velodrome, ça fait loin du Touquet, mais la devise lui va bien : « Droit au but ».

SI C’ÉTAIT UNE INSULTE ?

Socialiste ! (Meuh non, on rigole !)

SI C’ÉTAIT UN GROUPE DE MUSIQUE ?

Brigitte ?

[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/l3q2tOdlbdNFjsThm » width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »https://giphy.com/gifs/franceinfo-super-mimique-l3q2tOdlbdNFjsThm »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]