Réfléchir sur le réchauffement climatique… dans le vignoble !

Pire que l’électricité dans l’air ? L’eau dans le vin ! L’oeuvre créée par des étudiants de l’Université de Tours et l’artiste Carole Marchais interroge sur les futures adaptations au réchauffement climatique dans le vignoble ligérien.

NEWS_Installation5

Traversant la façade de verre de la « casquette » tourangelle, la lumière du jour embellit une oeuvre étrange, installée la semaine dernière au centre de congrès de Tours lors du colloque international Eau et changement climatique. Des parois de bouteilles aux nuances grenat ou lie de vin, des cercles de fer remplis d’une terre craquelée traversée de tuyaux en plastique noir…

Cette création est l’oeuvre de dix-huit étudiants en master gouvernance territoriale, spécialité environnement, territoire et paysage (dirigé par Isabelle La Jeuneà l’université François Rabelais. « Nous travaillons sur l’impact du changement climatique sur la vigne dans l’appellation Montlouis-sur-Loire. À cause du réchauffement, le vignoble va manquer d’eau, ce qui risque d’accroître le taux d’alcool du vin et modifier sa qualité », présente l’étudiante Cristiana Silva-Rodrigues, 26 ans. Au-delà de ce constat, les jeunes ont planché sur deux scénarios prospectifs. Dans le « nomadisme », les vignes se délocaliseront vers le Nord pour retrouver les conditions climatiques auxquelles elles sont habituées.
Quant à l’autre option, l’adoption de « pratiques innovantes », elle a particulièrement retenu leur attention : « Les vignerons vont devoir mettre de l’eau dans leur vin… ou plutôt dans leur vigne », lance Adrien Hérisson, un autre étudiant. Au sens propre, car la vigne va manquer d’eau. Mais aussi, au sens figuré, car les viticulteurs devront s’adapter et changer leurs méthodes.

NEWS_Installation1

De ces réflexions est née l’oeuvre exposée : « Dans les cercles de fer, la terre présente, selon son aridité, différents niveaux de craquèlement. Plus elle est sèche, plus elle est traversée de tuyaux en plastique : ils représentent l’irrigation nécessaire », décryptent les étudiants. Quant aux bouteilles de vin, elles contiennent différents niveaux de dilution. Comme autant d’adaptations possibles au changement. Les vignerons trouveront-ils l’installation provocante ? « Nous diluons leur vin à l’eau. Nous irriguons leur terre. Arroser la vigne, en France, c’est contre-culturel », remarque la plasticienne Carole Marchais, qui a accompagné les étudiants dans l’aventure.

S’ADAPTER AU CHANGEMENT

En résidence à l’Université de Tours, l’artiste construit ses projets grâce à ses rencontres avec un lieu, un territoire, des personnes. Ses installations, souvent éphémères, sont faites des matériaux de son environnement. « Ce projet est né d’une rencontre avec la géographe Isabelle La Jeunesse, au laboratoire Citeres.
En octobre, un premier échange avec les étudiants a permis de travailler sur le sens de leur démarche. Au début, cette approche artistique les a surpris, c’est loin de leur univers. » Représenter un tel phénomène dans une oeuvre plastique. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils n’étaient pas habitués à ce genre d’exercices. NEWS_Installation3

Comment s’est passée leur plongée dans le monde de l’art ? « Le travail de Carole nous a inspirés. L’idée d’un cheminement, l’usage de produits locaux… », répond Cristiana. Cercles en fer, bouteilles, sarments, terre… Tous ces matériaux viennent de la cave de Montlouis-sur-Loire et de la productrice Stéphanie Latouche. En décembre, le groupe se retrouvait pour les tester et définir les grandes lignes de l’installation. « Nous avons fait sécher divers mélanges de terre et d’argile, testé plusieurs dilutions de vin dans des verres… », se rappellent les étudiants, qui ont ensuite concrétisé leur oeuvre lors de quatre demi-journées en janvier.
« Je leur tire mon chapeau car ils ont su rentrer dans le projet et être efficaces », souligne la plasticienne. Certains travaillaient la terre, quand d’autres réalisaient les fonds de cercles, les ombrelles, les dilutions… Avec pas moins de 200 bouteilles à remplir, boucher et trier selon les nuances ! « Une telle expérience s’inscrit dans la vision pluridisciplinaire de notre master. Et cette vision nous ouvre l’esprit », apprécie Corentin Linas, étudiant de 22 ans. Les ombrelles manquent, malheureusement, à l’installation du centre de congrès. Refusées pour des raisons de sécurité.

« Au-dessus des cercles de terre devaient être suspendues des ombrelles en sarments et en fil de fer. L’idée était de créer un dialogue. Cela évoquait également la couverture de la vigne, pratiquée pour garder l’humidité. Une partie de l’oeuvre manque, c’est frustrant », regrette Carole Marchais. Le groupe compte bien l’exposer ailleurs dans sa version intégrale. En effet, c’est un point fort de l’installation : elle est modulable. On en revient donc toujours au même : l’adaptation au changement…

Nathalie Picard

NEWS_Installation6

#WTF 42 : Oh la vache ! (dans l’eau)

Une vache dans la piscine et des pièces jetées dans un réacteur d’avion par superstition ? Oui, le monde est fou. Voilà la rubrique insolite et #WTF de la semaine.

Capture

> En Meurthe-et-Moselle, une habitante a fait une curieuse découverte en ouvrant ses volets un beau matin : une vache pataugeait dans sa piscine. Elle cherchait sûrement la fraîcheur pendant l’épisode de chaleur. Les pompiers sont intervenus pour sortir l’animal du bassin.

> À Marseille, un jeune homme s’est rendu chez une sexagénaire avec un bouquet de fleurs et un chèque de 20 000 euros, pour se faire pardonner d’avoir, 3 ans et demi plus tôt, volé son sac à main. Sac qui contenait 20 000 euros. Faute avouée à moitié pardonnée ? Le jeune homme a tout de même été interpellé fin mai, car la victime a communiqué son numéro de téléphone à la police.

> Vous vous souvenez sûrement : un correcteur avait perdu 61 copies de bac il y a peu. Les élèves avaient été contraints de repasser l’épreuve dans la foulée. Elles ont finalement été retrouvées au fin fond d’un sac à dos oublié… dans un bar du 18e arrondissement de Paris. Reste à savoir si elles seront prises en compte pour le baccalauréat.

> Le vol d’un avion à Shanghai a été retardé à cause d’une passagère de 80 ans très superstitieuse. Explication : elle aurait jeté des pièces de monnaie dans un des réacteurs de l’avion pour lui porter chance. La police l’a interpellée après l’évacuation d’une centaine de passagers. Oops…

> Quoi de plus classe ? Certains policiers autrichiens peuvent à présent rouler sur les autoroutes du pays avec une Porsche 911. Elle est prêtée par Porsche jusqu’en octobre. Aucune modification technique n’a été faite, mais elle a été équipée d’une nouvelle radio et d’un gyrophare posé sur le capot.

Ph. D.

Sport & alimentation : le vrai du faux

Sport & alimentation : et si on faisait le point ?

Image5

MANGER AVANT L’EFFORT N’EST PAS INDISPENSABLE
FAUX. Il est impératif d’avoir suffisamment de ressources énergétiques pour supporter une séance d’entraînement. Sans évanouissement, c’est toujours plus sympa, et cela vous évitera de vous jeter sur la barre chocolatée du distributeur après la séance. Oui, oui, on vous connaît. Mangez toutefois au minimum deux heures avant la pratique pour laisser à l’organisme le temps de digérer. Privilégiez les aliments à index glycémique faible : céréales complètes, légumineuses, fruits, légumes…

S’HYDRATER PENDANT L’EFFORT COUPE LE RYTHME
FAUX. Et archi-faux. C’est au contraire la déshydratation qui rend l’activité difficile et peut être à l’origine d’une mauvaise performance. L’eau permet de drainer les déchets accumulés dans l’organisme pendant l’effort, réduisant ainsi la fatigue musculaire, les crampes et le risque de blessures. Ce n’est pas une raison pour vous jeter sur les boissons sucrées pour autant !

CONSOMMER DES SUPPLÉMENTS PROTÉINÉS N’EST PAS NÉCESSAIRE POUR SE MUSCLER
VRAI. Pour construire un muscle, il faut le soumettre à des charges pour qu’il se casse et se reconstruise plus fort. Ce n’est pas la viande ou les shakers protéinés qui vont construire les muscles, mais bien l’entraînement. Gardez aussi en tête que pour être au top de sa forme, votre alimentation doit être constituée de 55 à 65 % de glucides, de 15 à 30 % de lipides et de 10 à 15 % de protéines. Les protéines sont donc les éléments dont vous avez le moins besoin en quantité.

AVOIR UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE LE MATIN EST PLUS BÉNÉFIQUE QUE LE SOIR
VRAI. C’est au réveil que la production de cortisol et de dopamine est à son maximum. Le cortisol permet de fournir de l’énergie en rendant les sucres et les graisses de votre corps utilisables. Quant à la dopamine, elle améliore la concentration et la créativité jusqu’à dix heures après la sécrétion. Par ailleurs, on continue à brûler des calories après sa séance, alors autant profiter de ces nombreux avantages au lieu d’aller se coucher´!

[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/WqmYGa2LjQlTG » width= »480″ height= »328″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »http://giphy.com/gifs/cat-funny-WqmYGa2LjQlTG »>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]

MANQUER DE MAGNÉSIUM EST PLUS FRÉQUENT CHEZ LES SPORTIFS
VRAI. L’activité physique et la transpiration vident les réservoirs en magnésium de l’organisme. Ajoutez à cela une pilule contraceptive et du café, facteurs accélérant le déficit, et vous comprenez que 70 % de la population française en manque ! L’alimentation ne su¤sant pas toujours, une cure d’un mois peut être utile pour remettre les pendules à l’heure. Pensez aussi aux eaux riches en magnésium.

FAIRE DU SPORT PERMET DE MINCIR
VRAI ET FAUX. Si la pratique sportive permet de brûler des calories, elle ne su¤t malheureusement pas pour obtenir la silhouette de Gisele Bündchen, sans une alimentation équilibrée en parallèle. Le muscle ne pèse pas non plus plus lourd que la graisse : un kilo de muscle, c’est un kilo de graisse. C’est la densité qui importe, puisque la graisse est plus volumineuse que le muscle.

BOIRE DES PRODUITS ÉNERGISANTS PERMET D’AMÉLIORER LA PERFORMANCE SPORTIVE
FAUX. La caféine ou la taurine, présentes dans ces boissons riches en sucre, n’ont aucun intérêt nutritionnel pour la performance. Consommées en excès, elles sont susceptibles d’augmenter la tension artérielle et d’avoir des effets néfastes sur le rythme cardiaque. Preuve que tout ne donne pas des ailes… (vous l’avez, la référence). Attention à ne pas confondre avec les boissons énergétiques qui répondent à certains besoins des sportifs, en sels minéraux et vitamines notamment.

Marine Sanclemente

Morgan Bourc’his : à couper le souffle

Pas d’homme-poisson qui tienne, il affirme être un terrien avant toute chose. Et pourtant, à 90 mètres sous les mers, il dit avoir envie de tout, sauf de respirer. Lui, c’est Morgan Bourc’his, l’un des plus grands apnéistes du monde. Et vous savez quoi ? Ses premières brasses, c’est à Joué-lès-Tours qu’il les a nagées.

Morgan Bourc'his
Morgan Bourc’his, l’homme qui avait la classe même avec un bonnet de bain.

SA BIO

— Né en 1978, Morgan Bourc’his a passé son enfance en Touraine. Après avoir barboté quelques années à la piscine municipale Jean Bouin, c’est d’abord sur les terrains de basket qu’il se distingue. Il part ensuite faire ses études de Staps (sciences du sport) à Poitiers, où il ressent le besoin de retourner sous l’eau, au sein d’un club de plongée cette fois. En parallèle, dans le cadre de ses études, il travaille sur la physiologie cardio- vasculaire de l’homme en apnée. Il devient alors son propre sujet d’expérience. En 2000, face à l’appel du large, il quitte Poitiers pour Marseille.

SA BOUFFÉE D’AIR FRAIS

— « J’habite à Marseille, à côté des calanques. C’est un endroit préservé, encore sauvage, dans lequel on retrouve la puissance des éléments. Ma bouffée d’oxygène, c’est une balade à pieds, un tour en bateau ou une plongée dans cet environnement. J’entretiens avec ce petit bout de terre un rapport puissant et viscéral. »

SA PHILOSOPHIE

— « Plonger, c’est faire un voyage intérieur. On se retrouve dans un milieu hostile, voire inquiétant. Mais quand je descends, mon corps s’adapte et j’ai envie de tout, sauf de respirer. Je m’y sens bien, je vis des instants grisants. J’éprouve un certain apaisement, je me retrouve avec moi-même. Mais je plonge aussi pour profiter de l’environnement marin. Je suis sensible à sa faune et à sa flore, menacées par la pollution actuelle des fonds. »

SON PALMARÈS

— 2005 : première sélection en équipe de France 2008 : champion du monde par équipe avec Guillaume Néry et Christian Maldamé
2012 : recordman d’Europe en poids constant sans palmes (– 88 mètres)
2013 : champion du monde en poids constant sans palmes
2015 : disqualification lors de la remise en jeu de son titre de champion du monde (protocole de sortie dépassé de deux secondes)

SA MADELEINE DE PROUST TOURANGELLE

— « Je reviens environ deux fois par an en Touraine pour voir mes parents. Aujourd’hui, je ne pourrais plus habiter dans un endroit loin de la mer, mais quand je rentre, j’aime me balader avec eux dans la campagne tourangelle, du côté de Loches ou d’Azay-le-Rideau. À l’époque, ils avaient une maison du côté de Manthelan. J’apprécie tout particulièrement le sud du département, qui a beaucoup marqué mon enfance. »

SES CAPACITÉS PHYSIQUES HORS-NORMES

— Morgan Bourc’his assure être un autodidacte. Ses entraînements lui ont permis d’adapter son corps à la pratique de l’apnée. Il peut ainsi stocker jusqu’à 10 litres d’air dans ses poumons (environ 5 litres pour le commun des mortels). Spécialiste de la brasse, il a également acquis des techniques qui lui permettent d’être économe dans ses mouvements. En raison de ces capacités physiques hors-normes, l’apnéiste est devenu un sujet d’études et d’expérimentations scientifiques.

"Il va faire tout noir !"
« Il va faire tout noir ! »

Portrait par Camille Petit

Reportage : à bord de l’Hermione

Alors que L’Hermione s’apprête à prendre le large pour rejoindre les États-Unis, tmv est allé à la rencontre de ceux qui vibrent au rythme de ce navire d’exception.

Photo de Patrick Lavaud
Photo de Patrick Lavaud

Belle, majestueuse, royale… La dame en question est une célèbre frégate du XVIIIe siècle. Dans le bassin des Chalutiers, on ne voit qu’elle. La fierté rochefortaise dont tout le monde parle : L’Hermione. Depuis le 22 février, le trois mâts a jeté l’ancre à La Rochelle (1). Dernière ville où le navire fait escale avant sa grande traversée jusqu’aux Amériques.

Mais avant de mettre le cap sur les États-Unis, l’heure est aux derniers préparatifs. À bord, pas le temps de chômer. Avant le départ, il faut encore s’occuper des mâts de perroquets, des vergues, des cordages, de l’installation des voiles… Les bénévoles et les membres de l’équipage sont donc sur le pied de guerre, même si tous ne sont pas présents. « Les bénévoles ne peuvent pas tous arrêter leur activité professionnelle pendant plusieurs mois. C’est essentiellement les marins professionnels qui sont là. Les gabiers se relaient pour leur prêter main forte » explique Marine Villartay, de l’Association L’Hermione- La Fayette. Elle est là, la magie de ce voyage. La grande majorité de l’équipage est loin d’être expérimentée. Alors qu’au XVIIIe siècle, l’équipage de L’Hermione se composait de 196 hommes, la version XXIe siècle a été réduite à 78 personnes à bord avec seulement 17 marins professionnels.
Les gabiers, les jeunes recrues volontaires — un tiers de femmes, moyenne d’âge 27 ans — composent la majorité des troupes. C’est sur eux que repose la réalisation des manœuvres manuelles. Eux que l’on voit grimper là-haut sur les gréements tels des acrobates sous les regards émerveillés et le crépitement des flashs rochelais. « On est habitués. La difficulté, c’est de constamment faire attention avec le matériel, les cordages… C’est un bon exercice car en navigation c’est pareil, il faut toujours être vigilant », assure Nicolas Chambon, 26 ans, gabier volontaire. Cet étudiant en gestion à La Rochelle, fait partie des 160 gabiers élus pour la traversée – en mer ils ne seront que 54 pour permettre un roulement au cours des différentes escales (cf. carte). Un rêve de gosse devenu réalité pour ce jeune Rochefortais. « J’ai suivi la construction du bateau depuis tout petit. Tous les ans, c’était la sortie familiale. Nous allions visiter le chantier. » Alors, quand il a appris le recrutement de volontaires, le jeune homme n’a pas hésité une seule seconde avant de postuler, conscient de pouvoir vivre « une aventure unique dans sa vie ». Il a mis ses études en stand by pour profiter du voyage. Et aujourd’hui, il se retrouve à grimper de nombreuses fois par jour à plusieurs mètres de hauteur.

Des efforts intenses qui nécessitent d’être en forme. « C’est sûr, c’est très physique. Au début, le plus dur pour moi, c’était de monter sur les gambes de revers, maintenant ça va », sourit Mélanie Le Floch, les cordages plein les bras. À 25 ans, ce gabier volontaire n’en revient toujours pas d’avoir été sélectionnée parmi les 800 candidatures. « Je ne suis pas une voileuse. Je ne pensais pas avoir ma chance. C’est ça qui est bien ici. C’est que contrairement à d’autres équipages, où les gens sont mutés, nous on a tous choisi d’être là. »

lexiqueJustement pourquoi est-elle là ? « Pour le côté historique. J’avais visité le bateau en août 2013 et au cours de la visite, j’ai appris que l’association cherchait des volontaires. » La jeune femme a pris sa plus belle plume pour écrire sa lettre de motivation et préparer son CV. Bingo ! Candidature retenue. Si Mélanie a été recrutée comme ses camarades, c’est parce qu’elle a réussi l’épreuve test : monter dans la mâture sans avoir le vertige. Mais au final, le test de vérité, c’était lors des essais en mer. « Comme beaucoup, j’ai été assez malade. Je n’avais jamais navigué avant. C’est un rythme à prendre. »
Yves Henry, 61 ans, bénévole, ajoute : « C’est pas le Club Med, c’est une discipline quasi militaire, car en mer y’a pas le droit à l’erreur. » Lui, qui fait partie des premiers bénévoles chantier, ne participera pas à la traversée. « Je suis trop vieux maintenant pour un tel voyage », dit -il. Mais qu’importe. Pour lui, l’essentiel est d’avoir participé « à ce projet fou ». À bord, c’est un rythme à prendre notamment pour l’organisme. En mer, les gabiers sont divisés en tiers : bâbord, tribord, milieu. Chaque tiers, partage le même rythme de vie. Les gabiers travaillent 4 h, se reposent 8 h, mangent et reprennent 4 h ainsi de suite. « Du coup, j’ai l’impression de ne faire que manger », plaisante, Mélanie. Question intimité, faudra repasser. Ils sont dix-huit par chambres filles et garçons confondus. Hamacs et bannettes superposés font office de lit.
Et pendant le temps libre, on s’occupe comme on peut. « On fait du yoga, pour se détendre, on joue aux cartes… », confie Thiphaine Gautier, 28 ans, gabier volontaire. Ça change des réseaux sociaux. Mais tous l’assurent : à bord, ils n’ont jamais le temps de s’ennuyer. On les croit sur parole.

 (1) Avant d’être offerte aux yeux des passants, L’Hermione a dû passer plusieurs jours au port de commerce de La Rochelle à la fin janvier, pour y subir des travaux de carénage (inspection de la coque et peinture).

Photo de Patrick Lavaud
Photo de Patrick Lavaud
Photo de Patrick Lavaud
Photo de Patrick Lavaud

On prend quoi contre la gueule de bois ?

Désolé, c’est comme ça. Vous allez devoir y passer. Vous allez enquiller le vin, le champagne, le mousseux, le plein-de-trucs-
qui-font-du-tam-tam dans le crâne le lendemain. Normal,
nous sommes à Tours. Et à Tours, les verres descendent plus
vite qu’ils ne se remplissent.

Gueule de bois
Bon, ok, pas grand monde n’a franchement envie de se retrouver comme dans Very Bad Trip, avec un tatouage sur la tronche ou un tigre dans sa piaule (quoique, nous, ça nous ferait bien marrer à tmv…). Alors, que faire pendant votre gueule de bois du 1er janvier (et du 2, si vous avez vraiment carburé) ?

> Déjà, boire beaucoup. De l’eau hein (oui, oui, on vous voit venir avec vos « non, mais il faut combattre le mal par le mal ») ! C’est peut-être tout bête, mais ça vous réhydratera. Le mieux est de boire de l’eau pendant le repas (celui que vous arroserez à coup d’alcool), d’alterner. Sinon, contentez-vous d’avaler de grandes rasades d’eau froide le lendemain matin.

> Évitez le café. Il fait travailler le foie. Or, qu’y a-t-il dans votre foie ? Les litres de champagne engloutis avec vos potes (et le/la canon de la soirée, juste pour l’impressionner), bingo ! Donc laissez-lui un peu de répit. Prenez plutôt un fruit ou un yaourt 0 %. Même si c’est moins glamour.

> Citrate de Bétaïne et paracétamol seront vos amis le lendemain matin, pendant que vous grognerez dans l’oreille de votre conjoint(e), avec une haleine de chacal du désert : « Beuargh, je boirai plus jamais… »

> Pour calmer le bidon qui fait des bruits étranges, il y a des astuces : du gingembre en jus ou en infusion, une soupe miso, du lait de coco ou du jus de tomates. Pour votre mal de crâne, un steak de thon peut vous sauver (même si ce n’est sûrement pas le plat dont vous rêvez le 1er janvier au matin).

> Enfin, essayez de placer le mot « veisalgie » durant la fête. C’est le terme médical pour gueule de bois. Il paraît même que cela viendrait de « kveis », en norvégien, qui signifie « inconfort succédant à la débauche ». Alors, ça vous la coupe ?