On a testé le Mei Hao

C’est un des nouveaux venus à deux pas de la place Plumereau. Notre verdict du restaurant asiatique Mei Hao.

PAUSE_RESTO
Le bœuf loc lac chez Mei Hao (photo tmv)

Le Tourangeau a probablement dû s’attarder devant le 16 rue Constantine, en passant à l’angle de la rue du Commerce. Alors que l’ancien magasin d’habits Tentation a fermé il y a peu, c’est un restaurant asiatique qui a pris sa place en un temps record (les travaux ont été plus que rapides).

Voilà donc « Mei Hao » que nos recherches ont permis de traduire par « bon et beau » (en fait, on est à peu près sûr de nous à 0,0001 %).
Le Mei Hao joue la carte de la restauration sur place ou à emporter, évitant la facilité du buffet à volonté. Ce que l’établissement aurait pourtant pu faire, vu la salle spacieuse à disposition ! La déco, sobre mais jolie, offre un cachet à l’intérieur très lumineux, bordé de grandes fenêtres donnant directement sur la rue.

Niveau service ce midi-là, peu d’attente. Ça carbure aux fourneaux, par ailleurs à la vue de tous. Les plats arrivent dans de gros bols blancs estampillés Mei Hao. Les portions sont vraiment copieuses et nourrissent son homme.

Au menu, la team tmv a jeté son dévolu sur le boeuf loc lac, un plat qu’on retrouve souvent au Cambodge et au Vietnam. La viande est hyper tendre – elle est sautée au wok – et coupée en cubes : tant mieux, vu notre maîtrise de la baguette avoisinant le 1/20. Le tout est servi sur une ration (trop) conséquente de riz thaï rouge aromatique et quelques légumes qu’on aurait toutefois souhaité plus nombreux.
Le Mei Hao devrait donc amener son lot de curieux et d’habitués, avec son emplacement idéal à deux pas de Plumereau et sa cuisine copieuse et peu chère. Les plats ne dépassent effectivement pas les 10,50 €…

> Mei Hao, 16 rue Constantine à Tours. Contact : 02 47 31 94 03. Sur place ou à emporter. Ouvert tous les jours, midi et soir.
> Tarifs : entrées de 4 à 8 € ; raviolis à 5 € ; plats entre 9,50 € et 10,50 €.

IMG_2366
Un des autres plats du restaurant à la carte.

Tous accros au Japan Tours Festival

Du 24 au 26 février, la ville accueille le Japan Tours Festnivoalë alu centre Vinci. Un événement annuel qui reste le paradis de la culture manga, asiatique et geek pour les plus de 15 000 visiteurs qui s’y pressent.

DES INVITÉS PRESTIGIEUX

> Rien que sur Facebook, elle comptabilise plus de 85 000 likes. Elle, c’est Maliki. Son blog du même nom cartonne : avec son trait délicieux, elle y dessine et raconte son quotidien, toujours saupoudré d’un humour bien senti. En plus d’illustrer l’affiche de l’édition 2017 du Japan Tours, elle sera présente pendant le festival.
> Lucien Maine. Son nom ne dit peut-être rien aux néophytes, mais il est l’un des invités Golden Moustache, LA chaîne Youtube incontournable. Il sera en conférence le samedi à 13 h, puis en dédicaces. Et « le lendemain avec une surprise », dixit l’organisation.
> NotaBene. C’est devenu un peu notre chouchou, à tmv. Le Youtubeur tourangeau – son petit nom, c’est Benjamin Brillaud – brille avec ses vidéos d’Histoire pour tous. Inutile de vous dire que les fans de vidéos seront aussi aux anges avec la présence de miss Topovaures, Coralie Brillaud.
> C’est la reine du cosplay. On l’appelle Kiilys et elle fut la gagnante du concours cosplay en 2016. Elle sera aussi présidente du jury 2017. Il va falloir impressionner la pro. À vos costumes !
> La doublette Shoji Kawamori et Shinji Aramaki. Le premier est réalisateur de dessins-animés (Visions d’Escaflowne et Macross, c’est lui), tandis que le second a œuvré aussi bien dans Appleseed 2 qu’Albator, Corsaire de l’Espace.

slider-0

EXPOSANT, MONTRE-TOI

Ils seront plus d’une trentaine à exposer. Seront notamment présents Zombie of beers (asso d’airsoft tourangelle), Serial Gamer (une websérie sur les jeux vidéo), Belle de coeur (papeterie et accessoires kawaii), Entre le joystick et la bulle (une association dédiée à la culture geek à Tours) ou encore Bureau 21 (vente en ligne de tirages haut de gamme) et All Geek Studio (des vidéastes geeks et tourangeaux dont on vous a déjà parlé)…

PHÉNOMÈNE COSPLAY

De nombreux visiteurs qui se ruent au Japan Tours festival pratiquent le cosplay. Ce mot-valise mélange costume et playing. Comprenez, on s’habille en personnage de fiction.
Découverte dans les années 80 au Japon, la pratique s’est exportée avant d’atterrir en France. Faisant partie intégrante de la culture au Japon, le cosplay est une véritable passion, allant bien plus loin qu’un simple déguisement (il faut notamment s’efforcer de reproduire la gestuelle de son personnage). Bref, un prolongement de son amour pour les animes, mangas ou autres jeux vidéo.

AGENDA_JAPAN

JAPON TRADITION

– C’est une évidence, le festival souhaite mettre en valeur la culture japonaise et ses traditions. Cette année, le pays du Soleil levant sera représenté par Umewaka Monotori. Il est un peu l’invité d’honneur du festival. Exceptionnel, même. Il sera là pour faire découvrir l’art ancestral du Nô, un style traditionnel de théâtre japonais. Maître Umewaka est même détenteur d’un titre décerné par le ministère japonais de la Culture, en tant que « trésor culturel national vivant ». Oui, ça calme.
– Présent aussi, David-Minh Tra, le célèbre voyageur. Il connaît le Japon comme sa poche et a réalisé la série-documentaire à succès « Japon, qui estu ? ». On l’appelle l’expert.
Cyril Coppini est un rakugoka de Nice. Rakugo-quoi ? Pour comprendre, il faut remonter à la mythique période Edo du Japon. Soit plus de 400 ans en arrière. Le rakugo était une discipline littéraire humoristique. Cyril Coppini, lui, est tombé dedans et diffuse cet art en se produisant au Japon et en France. Et à Tours, hop.
– Son livre Fêtes et légendes à Kyoto est sublime : Priscilla Moore, illustratrice franco-britannique, fascinée par le Japon, maîtrise la technique du Nihonga, de la peinture à l’eau aidée par des matériels naturels comme le bois. On estime que le Nihon-ga demande plus d’une dizaine d’années d’études. Autant dire que la venue de Priscilla Moore fait partie des immanquables.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=QORqMe9a1lo[/youtube]

> Japan Tours Festival, les 24, 25 et 26 février, au Vinci, à Tours. De 10 h à 20 h, sauf dimanche jusqu’à 18 h. Tarifs : Pass 1 jour à 12 € en prévente (13 € sur place) ; pass 3 jours à 30 € ; pass VIP à 50 € et gratuit pour les moins de 8 ans.
> Contact : facebook.com/JapanToursFestival / japantoursfestival.com / @JapanTours37 sur Twitter

Le Vietnam, version fast-food

C’est nouveau et c’est unique sur Tours : de la cuisine vietnamienne à emporter !

SORTIR_RESTO_LEAD
La rentrée est passée. La rue nationale se remplit de Tourangeaux affamés à l’heure du déjeuner. Et encore nostalgiques des vacances. Ils n’ont pas tout perdu. Une nouvelle enseigne, Eat Delice, leur propose de voyager au Vietnam. Odeur typique, clients qui défilent. Comme dans un boui-boui d’Hanoi. Le bruit du tram ramène sur terre et donne un curieux métissage entre le centreville et l’ambiance exotique du restaurant.
L’enseigne a ouvert le 5 août. Aucun souci de mise en route. La gérante, Lili, est une habituée de la restauration. « Je tiens aussi le Chinatown avec mon mari. Le midi, je suis désormais ici », glisse-t-elle, en claquant des bises à plusieurs fidèles de son autre enseigne. Elle a senti le coup. « La restauration rapide vietnamienne manquait à Tours », avance Lili pour justifier l’ouverture d’Eat Delice.
Le voyage débute avec un classique. À la mode à New York, il commence à gagner l’Europe. Un héritage de la colonisation française : le banh mi. Une baguette, avec à l’intérieur des carottes, de l’huile de sésame, du soja, de la coriandre et au choix du poulet ou du boeuf. Saté, citronnelle ou autre épice. Le tout n’est ni trop sec, ni trop relevé et « élaboré avec des produits frais », dit Lili. Ce mélange des cultures est aussi présent dans les desserts, entre muffins et boules de coco. Des viennoiseries ou des chips à la crevette sont également disponibles.
Pour ceux qui veulent aller aux racines de la cuisine vietnamienne, il y a un chouchou : le bo bun. Composé de vermicelles de riz, de crudités, de morceaux de nems, cacahuètes pilées, et là encore d’une viande au choix. Complet, avec la certitude d’avoir le ventre rempli pour l’après-midi. Et des envies de voyage plein la tête. Avec une formule à 8 € (bahn mi+dessert+boisson), l’aller-retour pour le Vietnam n’est pas très cher.
Chloé Vernon
32 rue Nationale. Ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 19 h 30.
 
LE MENU
UN SANDWICH
SORTIR_RESTO_SANDWICH

Un banh mi aux brochettes de poulet, ses crudités. Le tout dans un délicieux pain chaud.
UNE SALADE
SORTIR_RESTO_SALADE

Le classique : Le bo bun. Nems, vermicelles de riz, salade, coriandre… Il y a de tout !
UN DESSERT
SORTIR_RESTO_DESSERT

Original : un mochi au thé vert.

Mei-Wei, un petit coin de Chine

Un restaurant asiatique tenu par Kim et Hach Lao, une cambodgienne et un chinois, juste à côté de la place plum’. Une bonne adresse traditionnelle, abordable et soignée.

Mei Wei restaurant
Bien qu’il soit situé à quelques mètres de la place Plumereau, Mei-Wei passe souvent inaperçu. Sa petite devanture, coincée entre deux autres restaurants, ne paye pas de mine. Pourtant, à l’intérieur, un festival de saveur vous attend. Kim et Hach Lao cuisinent tout eux-mêmes. Elle est cambodgienne et tient son savoir-faire de sa mère. Elle prépare les plats vietnamiens et cambodgiens. Lui est chinois et s’affaire donc derrière ses woks. Cela fait cinq ans qu’ils proposent une cuisine traditionnelle, faite maison.
SORTIR_RESTAU_OUVERTURE
Et depuis quelques semaines, Kim a décidé de faire découvrir aux Tourangeaux des plats méconnus par ceux qui n’ont pas eu la chance de voyager en Asie ou d’habiter dans le XIIIe arrondissement de Paris, le Chinatown de la capitale. Le mardi, pas de carte. Un choix restreint, en général une ou deux soupes (soupe Pho et soupe aux raviolis de crevette par exemple) et une entrée (comme des raviolis vietnamiens). « Ces plats demandent beaucoup de préparations, explique Kim. Je ne peux pas les proposer chaque jour. Tout est fait maison et sans glutamate donc pour obtenir le goût, je dois faire cuire le bouillon plusieurs heures. »
Elle essaye de combattre les idées reçues : une soupe n’est pas une entrée. Au contraire, en Asie, c’est un vrai plat : pâtes, viandes ou raviolis. Le gros bol suffit largement, même pour les gros appétits. Les autres jours, le choix est large : nems, rouleaux de printemps, bibuong (aussi connu sous le nom de bo-bun), nouilles sautées mais aussi boeuf, poulet, canard et fruits de mer…  Si les saveurs se mêlent, ces plats ne sont pas pimentés. Et restent abordables. Comptez 8 € pour un plat et 17 € pour entrée, plat et dessert. Seul hic : la salle ne peut accueillir que 10 personnes. Mais tous les plats peuvent être emportés.

SORTIR_RESTAU_1
Cuits à la vapeur, ces raviolis maison sont tout simplement délicieux.

SORTIR_RESTAU_3
Le boeuf sauté aux oignons reste un classique. À tester également : le boeuf aux cinq parfums. Un régal.

 
SORTIR_RESTAU_2
Le bi-buong (ou bo-bun) mêle vermicelles de riz, oignon, choux, soja, boeuf (ou poulet ou crevettes) et nems coupés.

 
Mei-Wei, 14 rue de la Rôtisserie. Tél : 02 47 05 60 45.
Facebook : restaurant Mei-Wei Tours.

Le top de la cuisine cambodgienne

Vous avez envie de manger asiatique mais ne savez plus quoi choisir ? La réponse est du côté des Halles, au Royaume d’Angkor, c’est bon et maintenant, c’est aussi un bar !

A l'intérieur du restaurant Angkor
Vous n’avez jamais goûté de bières coréenne ? Nous non plus. L’occasion parfaite pour découvrir la nouvelle version du restaurant cambodgien ex-Khemarak Angkor, qui vient de déménager pour s’agrandir ! Pas d’inquiétude, c’est toujours « la maman », Chantal, qui cuisine (et comment !), épaulée par ses deux (charmants) fils au service. L’un d’eux, Anthony, gère justement cette nouvelle adresse, au 17 de la place des Halles (ex-Cosmic bar). Deux grandes salles, rouge et écru, sur deux étages sont désormais dédiées à la cuisine vietnamienne, thaïlandaise et, surtout, cambodgienne. Le beau et large comptoir en bois donne du cachet à cette nouvelle version, tout comme les escaliers en bois, qui mènent à la salle de l’étage.
Nouveauté : l’établissement fait office de bar. Il est donc ouvert toute la journée et toute la soirée ! Parfait pour changer un peu et découvrir les diverses bières asiatiques (coréenne, thaï…) sur un fond musical tout aussi exotique. Niveau gastronomie, c’est copieux, beau et délicieux (et en plus le service est rapide…). Un sans-faute ! La carte, bien sûr, fait voyager : raviolis vietnamiens, soupe thaïlandaise, riz cambodgien, de quoi s’ouvrir aux saveurs asiatiques. Tous les jours (même le dimanche), comptez entre 9 et 14 € pour les spécialités (Bobun, grenouille au basilic ou citronnelle, poisson grillé au gingembre…), ou entre 8 et 10 € pour les viandes ou crevettes en sauce. L’ancienne vitrine du numéro 25 place Gaston-Paillhou reste active, mais seulement pour la vente à emporter. Pratique pour une pause déjeuner entre deux réunions ou pour rentrer chez soi se déguster un petit plateau télé à la sauce aigre-douce.
Le Royaume d’Angkor, 17 place des Halles, 02 47 72 83 74.

Le Mao, Asia-chic

C’est simple, depuis quelques mois, c’est le resto le plus « Place to be » de Tours.

Le Mao

C’est simple, depuis quelques mois, c’est le resto le plus « Place to be » de Tours. Mais, à tmv, nous ne sommes pas du genre à nous en laisser conter et, donc, ni une ni deux (mais à deux quand même), nous avons décidé de tester le Mao, in situ. Prudents, nous prenons soin de réserver. Accueil courtois et discret, ambiance chic, on sent que la bonne société tourangelle a ses quartiers méridiens en ces lieux… D’ailleurs, déjà attablés, il y a là un grand monsieur de la presse régionale, un écrivain célèbre… Un premier bon point pour le décor. À la fois végétal (apaisant la montée d’escalier couverte de lierre) et baigné d’Asie. Tout est un peu pêle-mêle : Bouddha et Mao qui courent main dans la main dans les champs verdoyants, cela n’a pas dû arriver souvent dans la vraie vie, mais bon pour l’ambiance, ça le fait. Une petite serviette chaude pour se rafraîchir les mains (c’est paradoxal mais c’est l’effet que ça fait) et nous voici plongés dans la carte en forme de Petit livre rouge (si, si, c’est vrai).

 

Tout fait envie mais le choix est assez court. Pour le midi, trois formules possibles de 13,5 € à 18 €. Le soir, à la carte, l’addition est plus salée et proche d’un Français un peu gastronomique. Mais les saveurs, qui allient avec bonheur les fragrances de l’Orient et les codes de la cuisine française sont à la fois surprenantes et très agréables. Un service efficace et discret, une table sobre… Il y a tout ce qu’il faut pour passer un bon moment. Attention quand même aux tables un peu serrées lors de vos conversations romantiques. L’argument du prix mis à part, le Mao est sans doute le vrai restaurant asiatique que Tours attendait depuis longtemps. M.P. 3 bis, avenue de Grammont Tél. 02 47 20 26 05 contact@restaurantmao.fr

Culture Japon

Une des pépites de Tours… Attention, c’est un secret bien gardé !

Sans titre-1

Rue Blaise-Pascal, se cache un joyau. Une fois à l’intérieur de Parfum Culture, vous avez l’impression de prendre l’avion vers une destination lointaine. La décoration est minutieuse. Au fond, la bibliothèque garnie de beaux livres en Français et Japonais donne le ton de l’établissement. « Nous ne sommes pas un restaurant mais un restaurant culturel », explique calmement Céline Martin, la chef d’origine taïwanese. Une nuance qui fait la différence une fois à table. Les traductions des plats par son mari, Jean-Louis, éclairent la dégustation.

Dans l’assiette, chaque herbe est finement ciselée, le poisson est coupé avec précision. Mais ce n’est pas tout. Céline Martin organise régulièrement avec son mari des conférences, des expositions et des événements autour de l’Asie. Pour elle, « le premier pas pour connaître un pays passe par l’assiette ».

 

63, rue Blaise-Pascal. Tel : 02 47 05 13 66

www.parfumculture.fr