La culture face au monde d’après : côté théâtre

[1/5] Ces derniers mois sans théâtre, sans musique ou sans art nous ont rendus tout chose. Mais aujourd’hui, tout repart et il faut aller de l’avant. Des acteurs et actrices de la vie culturelle tourangelle évoquent pour nous les mois qui viennent. Aujourd’hui, laissons la parole à Jacques Vincey, directeur du Théâtre Olympia, et au jeune comédien Thomas Christin, programmateur du prochain WET°.

Jacques Vincey
Directeur du Théâtre Olympia

Jacques Vincey est le directeur du Théâtre O, à Tours (photo archives NR)

« Peur. Comme un train lancé à pleine vitesse, rien ne semblait hier encore pouvoir stopper la marche du monde, malgré des signaux d’alarme de plus en plus inquiétants. Ce qui relevait de l’habitude et du normal a été bousculé et parfois même balayé. Le T° a fermé ses portes mais ouvert une fenêtre digitale sur les créations confinées de l’Ensemble Artistique, pour conjurer la peur et l’isolement.

Joie. La vie reprend son cours. Cette pause forcée nous oblige à relever la tête pour regarder plus loin et envisager de nouvelles perspectives. Les premières représentations ont pu reprendre mi-juin au T° et nous tournons un film pour présenter la saison prochaine qui sera mis en ligne le 27 juin, à 17 h.

Surprise. Face à l’incertitude, il faudra composer, s’adapter et inventer sans cesse : cela demande beaucoup d’énergie et de détermination, d’exigence et de légèreté, d’obstination et de bonne humeur ! Nous nous projetons en acceptant de devoir renoncer, nous parions sur le possible et surtout sur ce que nous n’imaginons pas (encore) possible. Le T° jouera pleinement son rôle dans la reconfiguration nécessaire de notre réalité commune. »

Thomas Christin
Comédien de l’ensemble artistique du CDN de Tours et programmateur de la prochaine édition du festival WET°

Thomas Christin est comédien et programmateur du festival WET° (Photo Photo : Christophe Raynaud de Lage)

« Se réinventer. J’ai la chance de faire partie d’une structure CDN (Centre Dramatique National – NDLR) qui a été parmi les premières à reprendre l’activité après le confinement. Très vite, nous avons pu finir la création de « Monuments Hystériques », de Vanasay Khamphommala, puis proposer trois avants-premières exceptionnelles au Théâtre Olympia. La réactivité de Jacques Vincey et de son équipe est un terrain fertile pour la création des jeunes artistes du Théâtre Olympia.

L’audace. L’émerveillement. La joie. Dans le prolongement des « mots au creux de l’oreille », nous allons renouer le contact avec le public. Proposer un contenu audacieux et des « formes nouvelles, voilà ce qu’il faut, et s’il n’y en a pas, alors mieux vaut rien du tout », comme disait Treplev, dans La Mouette de Tchekhov. Le festival WET° sera le grand rendez-vous de cette audace et de cette prise de risque. Une saison riche, pleine et joyeuse, pour célébrer l’art vivant.

Surprendre. Tout en étant conscient et respectueux des consignes sanitaires, il s’agit à présent de nous surpasser et de nous saisir pleinement de ces nouvelles contraintes pour surprendre les spectateurs. »

Propos recueillis par Aurélien Germain

Du 10 au 12 juin, avant-premières de « Monuments hystériques » au Théâtre Olympia

Et c’est reparti au Théâtre Olympia ! La salle s’ouvre – en jauge très réduite évidemment – pour trois avant-premières exceptionnelles des Monuments hystériques de Vanasay Khamphommala.

Monuments hystériques se jouera du 10 au 12 juin (photo Marie Pétry)

C’est la bonne nouvelle qu’a annoncé le Théâtre Olympia : du 10 au 12 juin, la salle rouvre pour recommencer ses représentations ! Et cela se fera avec la création de Vanasay Khamphommala et la pièce « Monuments hystériques » (création qui aurait dû se jouer pendant le festival WET° en mars dernier). Elle sera jouée avec les comédien(ne)s de l’ensemble artistique du Théâtre Olympia.

« À mi-chemin du théâtre et de la performance, du documentaire et de la fiction, Monuments hystériques examine la manière dont nous organisons les espaces, en réponse à la manière dont, à l’inverse, ceux-ci sculptent nos imaginaires », indique l’équipe du Théâtre O, dans sa présentation.

Jauge très réduite

Attention toutefois, en raison des règles sanitaires et de la situation actuelle, la jauge sera très réduite. Le spectacle se jouera d’ailleurs en salle de répétition et le port du masque sera obligatoire.

Du 10 au 12 juin, à 19 h. Durée : 50 minutes. Tarif unique : 11 €
Les places sont en vente sur la billetterie en ligne.

Avec :
Thomas Christin
Garance Degos
Hugo Kuchel
Tamara Lipszyc
Diane Pasquet

Le Théâtre Olympia dévoilera sa saison prochaine fin juin

Le Théâtre Olympia de Tours doit révéler sa saison le 27 juin prochain. Tout au long du mois, les répétitions devraient également reprendre pour certaines créations.

Le Théâtre Olympia, CDNT, a hâte de rouvrir ses portes. (Photo tmv)

Les amoureux/ses du Théâtre Olympia l’avaient laissé le cœur lourd avant la fermeture et le confinement. Puis avaient pu le retrouver avec plaisir et hors les murs grâce aux multiples initiatives spéciales « confinement », distillées tout du long, comme #Dramareve (à lire ICI), les captations ou les lectures au téléphone…

Cette fois, le Théâtre O se projette : « Sans savoir précisément quand nous pourrons rouvrir nos portes, nous traçons désormais les chemins qui nous permettront de nous rapprocher, et de vous retrouver physiquement, avec une attention particulière à la santé de tous », précise Jacques Vincey, à la tête du CDNT, dans sa newsletter.

Saison dévoilée le 27 juin

Ainsi, c’est le 27 juin que l’équipe révélera et dévoilera la saison prochaine. Jacques Vincey précise bien être conscient « qu’elle sera peut-être impactée par les aléas dont nous ne pouvons mesurer l’ampleur, ni la nature exacte ». Mais, rajoute-t-il, « plutôt que de jouer les Cassandre, nous faisons le pari du possible ».

L’équipe travaille en ce moment sur la forme virtuelle que prendra cette présentation, celle-ci ne pouvant évidemment pas se faire avec un public en face, comme à son habitude. Quant à la brochure, elle devrait être mise en ligne. Les exemplaires papiers seront distribués en boîtes aux lettres, au cours de l’été.

Il n’y aura pas d’abonnements proposés en début de saison, « mais des réservations spectacle par spectacle un mois avant leur présentation ».

Reprise et projets

Dans sa lettre, Jacques Vincey et l’équipe du Théâtre O indiquent également que les répétitions du spectacle « Monuments hystériques » reprendront début juin. Celles-ci avaient été interrompues à la mi-mars. Une création est prévue pour mi-septembre.

« Si les conditions sanitaires nous le permettent, nous envisageons à partir de mi-juin des lectures journalières dans l’espace public : douze étapes pour une traversée commune d’un chef-d’œuvre de la littérature », est-il aussi précisé.

Enfin, le 20 août, Jacques Vincey débutera les répétitions de sa nouvelle création, « Les Serpents », de Marie NDiaye. La première est prévue le 29 septembre !

#Dramareve : quand le Théâtre Olympia fait des films avec vos rêves

Avec #Dramareve, chaque jeudi, le comédien Hugo Kuchel met en scène les rêves des internautes pour en faire de mini-films sur le compte Instagram du Théâtre Olympia (CDN Tours). Car la création tourangelle ne dort jamais !

Le principe de #Dramareve, c’est que les gens vous envoient leurs rêves et les comédien(ne)s du Théâtre Olympia en font des films chaque jeudi. Comment est venue cette idée en plein confinement ?
Hugo Kuchel : Tout mon travail part toujours des rêves. Là, effectivement, on est un peu enfermés, alors que c’est le monde qui nous permet de créer. Comme on ne voit pas grand-chose, je me suis demandé : que voient les gens ?
J’avais déjà fait un spectacle à partir des rêves de mes comédiens : ils l’écrivaient et glissaient le papier dans une boîte. J’en avais écrit un canevas pour une pièce assez improvisée d’une heure quinze. Avec #Dramareve, la formule est un peu différente. L’internaute fait la démarche d’écrire son rêve, je le reçois directement puis j’utilise ça comme une petite histoire. Je n’utilise pas forcément tout le rêve, car parfois, c’est vraiment farfelu ! (rires)

Comment se passe le process de travail et de création ? En confinement, ça ne doit pas être facile j’imagine…
C’est un peu compliqué, oui. Je suis seul pour l’écriture, donc ça va. Mais déjà pour le tournage, on utilise des outils qu’on ne connaît pas trop, comme Adobe Rush sur téléphone portable. Toutefois, les scénarios sont courts, donc facilement réalisables. On en fait des films de 2 à 3 minutes max. Concernant l’équipe, il y a cinq comédien(ne)s confinés à des endroits différents. J’envoie le scénario aux équipes de confinés en fait ! C’est une très courte pièce de théâtre finalement.

« On s’inspire des gens »

Est-ce qu’on pourrait assimiler ça à du théâtre participatif, d’une certaine manière ?
Mmh, je ne sais pas trop. C’est du théâtre inspiratif, on s’inspire des gens, des rêves. Ils nous donnent de la matière brute. C’est à moi, ensuite, de moudre tout ça, tout comme les comédiens. C’est du théâtre participatif à distance ! (rires)

Faire des films avec les rêves des gens, c’est un moyen justement de les faire eux-mêmes rêver ? D’échapper au quotidien difficile ?
J’espère. C’est un peu le but de ces acteurs, car on fait également, avec le Théâtre Olympia, des lectures au téléphone. (NDLR : pendant le confinement, les jeunes comédiens du Théâtre O peuvent vous appeler pour réciter quelques bribes de poésie, de théâtre, etc.) Et c’est très bien, c’est donner un souffle, un espace détente pendant quelques minutes. Avec #Dramareve, on voit son rêve d’une autre manière.

Parlons d’ailleurs deux minutes de ces fameuses lectures téléphoniques. Comment ça se passe ?
Ça marche bien ! C’est étrange, car on ne voit pas les personnes, mais on est tout aussi près d’elles. C’est une démarche intime de création. On peut leur parler, elles nous inspirent. On leur propose un texte, il y a un échange, on sent vraiment toutes les réactions même au téléphone ! On perçoit la façon d’écouter de notre interlocuteur, ce qui la touche. Il y a ce côté intime. Et le public est varié : il y a des gens dans le monde du théâtre bien sûr, mais pas que, loin de là. Avec plein d’âges différents, et une grande majorité de femmes.

« On ne donne pas l’identité du rêveur »

Revenons à #Dramareve. Vous ne faites ça que sur Instagram. Pourquoi ce format ?
C’est intéressant d’utiliser Instagram. Il y a ce « truc » de messagerie et de post dans le même principe ; ça fonctionne pas mal. Mais après, oui, pourquoi ne pas diversifier le support ?

Est-ce un projet éphémère ou appelé à rester quelque part, sur une plateforme vidéo par exemple ?
J’adapte ces scénarios, comme s’il était possible de les publier après. Les personnages ne sont pas définis par des acteurs. Il y a possibilité de publier, car c’est adaptable. Donc au niveau vidéo, j’aimerais que cela soit compilé, sur la plateforme du théâtre par exemple. J’ai proposé l’idée au Théâtre O…

Y a-t-il des choses que vous vous interdisez, des restrictions, des rêves que vous refusez ou qui vous bloquent ?
Je ne crois pas, non. D’autant qu’on ne donne pas l’origine du rêve. Si la personne le souhaite, elle peut évidemment laisser un commentaire. Mais on ne donnera pas l’identité du rêveur. C’est personnel et ça peut être trop intime. Donc non, pas de restrictions et d’interdits. En revanche, certains sont plus difficiles à écrire que d’autres. Certains sont bien plus clairs. Des fois, il ne me faut qu’une seule image qui m’inspire et hop, j’écris.

Propos recueillis par Aurélien Germain


> Le Théâtre O poursuit son programme spécial confinement sur les réseau sociaux : lundi, journal de création / mardi, paroles de spectateurs / mercredi, journal de confinement / jeudi, #Dramareve / vendredi, captation / samedi, entracte 2.0 / dimanche, le saviez-vous ? 

 

Théâtre : le festival WET° finalement décalé à la mi-octobre !

Il aurait dû se dérouler dans quelques jours… Annulé en raison de la crise sanitaire actuelle, le festival WET° est finalement décalé au 16 octobre 2020, comme l’a annoncé le Théâtre Olympia !

A venir à WET° : Education sentimentale, de Hugo Mallon/Flaubert, compagnie de l’Eventuel Hérisson Bleu au Phénix, Valenciennes, septembre 2018. © Vinciane Lebrun/Voyez-Vous

Ouf, enfin une bonne nouvelle ! Jacques Vincey, directeur du théâtre Olympia à Tours, et son équipe l’ont annoncé : « le festival WET° pourra être reporté du 16 au 18 octobre 2020. » La cinquième édition de ce festival (qui, rappelons-le, met en valeur la jeune création contemporaine) aurait dû avoir lieu du 27 au 29 mars mais a évidemment été annulée en raison de la crise sanitaire actuelle et du confinement.

Le Théâtre Olympia précise que « la consultation s’est faite avec les équipes artistiques, les lieux partenaires et l’Institut français ».

L’annonce de l’annulation de WET° avait été un coup dur au moral pour les équipes. Nous avions rencontré Thomas Christin, comédien et programmateur de cette 5e édition, il y a quelques semaines. Lui se réjouissait évidemment de la tenue de festival qu’il voyait comme « un vrai tremplin, une chance pour les jeunes compagnies de théâtre émergentes ». Thomas Christin précisait aussi : « WET° est devenu un rendez-vous crédible pour les programmateurs. C’est assez fort, ce que peut revendiquer le CDNT – Théâtre Olympia : on laisse la chance aux jeunes ! »

On jugera tout cela sur pièce à la mi-octobre !

Aller au Théâtre O en restant chez soi

L’équipe du CDNT a également annoncé l’ouverture d’une plateforme numérique alimentée par l’ensemble artistique(cdntours.fr/actualite). Vous pourrez y faire une visite virtuelle du théâtre, visionner des spectacles créés au T°, des photos, consulter le journal de création de Monuments Hystériques, avoir accès aux vidéos réalisées ces derniers jours par l’équipe… et accéder aux autres propositions qui germeront au fil du temps !

Aurélien Germain


> Le CDNT a également annoncé que son spectacle, Les Bonnes, de Jean Genet, en co-accueil avec le CCNT est reporté en mars 2021. 

 

La Réunification des deux Corées : coproduction internationale au CDNT

Avec une troupe d’acteurs singapouriens, Jacques Vincey reprend La réunification des deux Corées, un des succès de Joël Pommerat. Une coproduction internationale pour le CDNT, à voir dès le 19 novembre

(Photo Crispi Photography)
(Photo Crispi Photography)

La Réunification des deux Corées »… Le titre pourrait en tromper plus d’un. « Mais ça n’a rien à voir avec quelconque actualité politique », prévient d’emblée le metteur en scène Jacques Vincey.

Pas de géopolitique, donc. Mais d’amour. Ou plutôt « d’amour sous toutes ses déclinaisons avec également et notamment ses questions de solitude, de séparation ». Le besoin de l’autre et la réunification sont l’axe principal de cette pièce qui arrivera sur les planches du Théâtre Olympia du 19 au 24 novembre.
« C’est la métaphore de cette difficulté ontologique à se réunir dans l’amour », explicite Jacques Vincey au téléphone. Il vient tout juste de débarquer en France. L’homme revient de Singapour, où il a créé cette pièce.

« Tout est parti d’une sollicitation de l’Institut français de Singapour. J’ai répondu à la proposition d’Ong Keng Sen, de la compagnie Theatre- Works, de mettre en scène La Réunification des deux Corées, une pièce de Joël Pommerat, un auteur qu’il fallait leur faire découvrir. » C’est donc la première fois que le CDNT est coproducteur d’un spectacle créé à l’international. « Une étape importante, notamment pour notre rayonnement », rappelle Jacques Vincey. Et l’occasion de proposer un véritable spectacle, une pièce au texte fort.

UNE_COREE (crispi photography (1)
(Photo Crispi Photography)

Intemporelle et universelle, en regard des thèmes abordés. La Réunification des deux Corées se compose de vingt courtes saynètes, « une succession de petites histoires » qui explorent les territoires de l’Amour avec un grand A et des relations.
« Quels sont ces liens qui nous poussent à aimer, haïr, aider, trahir, protéger, fuir, lutter, tromper ou mentir ? », questionne le synopsis de la pièce.

Jouée en anglais

La Réunification des deux Corées sera jouée en anglais et surtitrée en français. Mais Jacques Vincey tient à rassurer : « La langue anglaise n’est pas une question ni un problème. Déjà parce que les gens la parlent de plus en plus et ensuite car le texte de Pommerat est simple. »

Il n’empêche : cela a dû être compliqué pour le metteur en scène de travailler avec une troupe singapourienne. Ne serait-ce que pour communiquer… « Oui, ça n’a pas été simple !, acquiesce Jacques Vincey dans un petit rire. Mais j’aime faire des choses que je ne connais pas. La barrière linguistique et culturelle est une difficulté. Mais la difficulté est un enjeu. Il fallait s’appuyer sur nos différences. »
Ces neuf comédiens du TheatreWorks de Singapour sont Malais, Indiens ou encore Chinois : une mosaïque de culture(s) infusée dans une pièce française. Et, là encore, à l’instar du thème de la pièce, des femmes et des hommes… réunis.

> La Réunification des deux Corées, de Joël Pommerat, mis en scène par Jacques Vincey. Du 19 au 24 novembre au Théâtre Olympia à Tours. De 9 à 26 €. Horaires et résas : cdntours.fr
> Puis du 28/11 au 1/12 à la MC93 de Bobigny. Tournée française prévue d’octobre 2019 à février 2020.