Des citoyens qui ont de l’énergie à revendre !

En Touraine, des citoyens participent concrètement à la transition énergétique : ils vont installer des panneaux solaires sur les toits des bâtiments publics.

COP21

Les citoyens peuvent se réapproprier leur énergie, choisir son mode de production et la gérer eux-mêmes », pensent Frédéric Messirejean et la vingtaine de bénévoles tourangeaux mobilisés autour de lui. Ensemble, ils ont créé l’association Énergie citoyenne en Touraine. Leur credo : « Agissez concrètement pour la transition énergétique. » Concrètement, en posant des panneaux solaires sur des toitures publiques.

L’idée n’est pas nouvelle. Au Danemark ou en Allemagne, les citoyens financent et gèrent des installations depuis plusieurs années. En France, la Bretagne fait figure de pionnier. Mais en Touraine, jusqu’à maintenant, il n’y avait rien. De premières rencontres, à l’automne 2014, débouchent sur l’organisation d’une réunion publique en décembre : un bénévole breton vient alors partager son expérience. Au fil du temps, le collectif s’étoffe. Des réunions mensuelles permettent de préciser le projet, définir des statuts, une charte éthique ou encore un mode de gouvernance. La participation active de chacun, Frédéric Messirejean y est particulièrement attaché. « C’est la démarche collective et citoyenne qui me motive. Ce projet est un prétexte à la coopération, au vivre-ensemble », affirme le bénévole. Dans ces conditions, mieux vaut prévoir du temps pour prendre les décisions, comme lorsqu’il a fallu choisir, parmi trente propositions, le nom de l’association. C’est en avril 2015 que la structure est créée, pour préfigurer la future société de coopérative d’intérêt collectif (Scic) qui sera propriétaire et responsable des panneaux solaires. Aujourd’hui, l’association compte 56 membres, dont une vingtaine d’administrateurs.

Suite à une étude de faisabilité, deux options sont envisagées : une surface de 60 mètres carrés de panneaux solaires pour un coût de 35 000 € ou 800 mètres carrés pour 75 000 €. « Nous commencerons sûrement avec la première, plus facile à mettre en oeuvre. Ce sera notre projet d’appel. On a envie de démarrer vite », s’enthousiasme Betsabée Hass, une bénévole. Pour elle, la transition énergétique se fera grâce à ces initiatives locales : « On veut montrer aux gens qu’on peut changer les choses, leur redonner l’envie d’agir. À plusieurs, on ouvre les portes des possibles. »

Pour trouver des toitures, les bénévoles ont sollicité plusieurs collectivités, comme les communes de l’agglomération, et les choses semblent bien engagées avec la ville de La Riche. Par ailleurs, grâce à un contact positif avec le Conseil régional Centre-Val de Loire, une première installation pourrait même voir le jour sur le toit du lycée Vaucanson à Tours- Nord. Le projet technique avance bien. Il faut dire que l’association a su s’entourer de professionnels du secteur, comme Ludovic Rousseau, administrateur et responsable de projets photovoltaïques dans une société privée. L’idée serait de démarrer l’installation des panneaux en 2016. Mais ce n’est pas tout : « Notre objectif est aussi de sensibiliser les lycéens, en lien avec l’équipe enseignante de l’établissement », affirme Betsabée Hass.

Pour financer les panneaux et leur pose, l’association constitue un capital. Tout citoyen peut y adhérer et acheter des parts sociales, à raison de 25 euros la part, pour alimenter ce capital social d’investissement. « Nous lancerons aussi un financement participatif et solliciterons sûrement des banques pour un prêt », envisage Frédéric Messirejean. Mais une fois les panneaux installés, que deviendra l’électricité produite ? « Elle sera injectée dans le réseau national EDF, dans le cadre d’un contrat de vingt ans au tarif subventionné. » Choisir un fournisseur d’électricité d’origine renouvelable aurait été plus cohérent, mais actuellement, seul EDF peut racheter au tarif subventionné. Et pour l’instant, la jeune association ne peut pas se passer de ce gain financier. D’autant plus qu’elle compte réinjecter l’argent gagné grâce à la vente d’électricité dans de nouveaux projets.

Nathalie Picard

Retrouvez chaque semaine dans tmv des initiatives locales dans notre rubrique COP21

Energie… 1,2,3, économisez !

Le défi Familles à énergies positives revient. Ce concours gratuit permet de réduire ses consommations d’énergie. Et ça marche.

économisez - énergie

« Aucune condition pour participer. Il faut juste avoir envie d’économiser ! » C’est comme cela que Nathalie Blanc, coordinatrice de l’association Couleurs sauvages, présente le défi Familles à énergies positives. Une sorte de jeu-concours qui marche du tonnerre. Normal, quand on sait qu’il permet d’alléger sa facture énergétique de 8 % minimum. Les gagnants, l’an dernier, ont même économisé… 37 % !
Familles, voisins, ou encore amis forment des équipes au sein de leur commune et sont accompagnés par l’Agence locale de l’énergie d’Indre-et-Loire (Ale37) et un binôme composé d’un conseiller et d’un animateur. « En fait, c’est un ensemble de trucs et astuces. Tout ça sous la forme d’ateliers, de rencontres, d’outils fiables… Un guide éco-gestes leur est donné et on prête du matériel au capitaine de l’équipe, comme un wattmètre ou un thermomètre », précise Nathalie Blanc, aussi référente lors du défi.

Les équipes sont donc accompagnées et aidées. Des conseils et des gestes ultra-simples, pour un maximum d’économie : « Par exemple, l’épaisseur de glace dans le frigo… Un centimètre, c’est 30 % de surconsommation en plus ! Il faut aussi nettoyer la grille du frigo, car de la poussière entraîne la surchauffe. On peut aussi indiquer qu’il faut des rideaux épais pour les fenêtres mal isolées. Et tout ça, mis bout à bout… »
En gros, un seul mot d’ordre : « C’est le progrès qui compte, peu importe d’où on part », rappelle Nathalie Blanc. En 2013, le département a vu 232 personnes participer au défi, soit 72 foyers répartis en 10 équipes. Tous ensemble, en quatre mois, ils ont économisé 25 720 kilowatt-heure et cinq tonnes de CO2 ! Grâce à cette initiative, les participants des précédentes éditions ont réussi, en moyenne, à économiser 200 € sur leurs factures d’énergie et d’eau. Toujours ça de pris.

>>Inscriptions jusqu’au 22 novembre, sur ale37.org Contact : 02 47 60 90 70.