Red Sparrow : sexe, espionnage et violence

On l’attendait de pied ferme ce Red Sparrow, avec Jennifer Lawrence. Sauf que le film de Francis Lawrence est mou, lent, parfois ridicule, parfois violent, bête prétexte à un érotisme SM aussi gênant qu’embarrassant. Outch

PAUSE_CINE

Sexe, violence, clichés et accent russe… Voilà à quoi pourrait se résumer Red Sparrow, adaptation du roman éponyme qui avait pourtant tout l’air d’une jolie promesse. Il faut dire qu’avec un Francis Lawrence aux commandes (l’homme est responsable des Hunger Games et de Je suis une légende), une star à l’affiche (Jennifer Lawrence) et un casting de première classe (Charlotte Rampling, Matthias Schoenaerts, Jeremy Irons…), on s’attendait à une pépite.

Mais passé une formidable entrée en matière aussi alléchante que réussie, Red Sparrow se vautre ensuite dans la paresse, virant au thriller interminable et neurasthénique (il aurait gagné à être raccourci d’un bon tiers).
Pendant 2 h 20 aussi fougueuses qu’un koala sous Lexomil, le spectateur suit Dominika, ex-ballerine recrutée pour devenir agent secret, contrainte de jouer de ses charmes pour séduire et manipuler un infiltré de la CIA en Russie.

De là découle un film caricatural au goût de Guerre Froide, d’ailleurs plombé par une extraordinaire faute de goût : celle de laisser ses comédiens américains incarner l’ennemi russe, usant de fait d’un accent aussi ridicule que grossier. Pour le reste, il faudra compter sur des scènes de violence gratuite sans stylisation, ainsi qu’une dose de sexe pour compléter le cahier des charges putassier (coucou la scène du viol).

Alors, certes, Jennifer Lawrence n’a jamais été aussi belle et solaire. Magnifiquement photographiée, la comédienne apparaît incandescente et sulfureuse. Elle est également investie à 200 % dans son rôle. Mais ça ne suffit malheureusement pas à rattraper un film aux enjeux inexistants, à l’hypersexualisation malsaine de son héroïne et finalement bien trop anecdotique.

Aurélien Germain

> Thriller, de Francis Lawrence (USA). Durée : 2 h 20. Avec Jennifer Lawrence, Matthieu Schoenaerts…
> NOTE : 1,5/5

Cliquez pour voir la bande-annonce :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=D79-3yPaHy8[/youtube]

Interm’aide, une association qui aide les femmes battues

#EPJTMV Ce vendredi 25 novembre, c’est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. À Tours, Interm’aide, un groupe d’accueil et d’écoute du Secours catholique est en première ligne dans le combat contre la maltraitance faite aux femmes.

CaptureAu fond d’une cour, se cache une maison aux murs gris avec des baies vitrées. À l’intérieur, une quinzaine de femmes pratiquent différentes activités. Elles jouent aux dominos autour d’une table ronde, pendant que d’autres font la conversation.

Dans le coin cuisine, certaines réchauffent leur plat au micro-onde, ou préparent leurs repas de midi. Ce bâtiment est celui de l’association Interm’aide, un centre d’accueil du secours catholique d’Indre-et-Loire pour les femmes seules ou avec enfants. Anne Fage, présidente de la délégation tourangelle explique qu’« Interm’aide accueille des femmes qui ont été chassées de leur logement et qui ont également été victimes de violence. » L’association fait partie du protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes mis en place par la Direction départementale de la protection des populations.

[nrm_embed]<iframe id= »iframe_container » frameborder= »0″ webkitallowfullscreen= » » mozallowfullscreen= » » allowfullscreen= » » width= »550″ height= »400″ src= »https://prezi.com/embed/oe5mxw9zm6qo/?bgcolor=ffffff&amp;lock_to_path=0&amp;autoplay=0&amp;autohide_ctrls=0&amp;landing_data=bHVZZmNaNDBIWnNjdEVENDRhZDFNZGNIUE43MHdLNWpsdFJLb2ZHanI0eWl0c2tSbEpqQkZ0R0pJbno5UXlSTDBBPT0&amp;landing_sign=EHYxk8XaGWfJblTNmxTYs1RDBlmEF8ZU-_J1FNLEK8E »></iframe>[/nrm_embed]

Dans une des salles qui se situent à l’arrière de la propriété, trois bénévoles témoignent. Louise intervient depuis deux mois chez Interm’aide. Elle raconte avoir vu des femmes « anesthésiées par la violence qu’elles subissent. Certaines endurent des sévices depuis qu’elles sont petites, ça les rend vulnérables et ça attire les hommes violents. Mais comme elles ont l’habitude de se faire battre, ça crée un cercle vicieux, qu’il faut absolument casser. » Pour sortir ces femmes de leurs situations il faut « établir une relation de confiance », selon Francine, bénévole depuis trois ans et demi au Secours catholique.

« Nous avons plusieurs outils pour désamorcer le problème, explique-t-elle. Nous proposons un café ou à manger, c’est généralement un premier pas pour les rassurer. » Egalement pour les mettre en confiance, Nancy, présente depuis quelques semaines dans l’association, explique que l’organisme « est réservée aux femmes. Il peut même y avoir une peur de l’homme, et ça ne met pas la victime en confiance. » Si elles ne sont pas amenées à Interm’aide par des policiers, des victimes qui poussent les portes de l’association ne disent pas immédiatement qu’elles sont victimes de violence. « Nous leurs faisons remplir une fiche où on demande des renseignements basiques, explique Louise. Il y a un petit encadré qui demande si elles ont subi des violences. Si elles y répondent, on cherche à les orienter vers des associations pouvant les soutenir. »

Essayer de reconstruire la vie des victimes

L’association dirige les femmes vers des organismes comme le Cidff (Centre d’information sur les droits de la femme), des médecins pour faire reconnaître le statut de femme battue etc. Yamina vient à Interm’aide depuis le mois de juillet. Assise dans son fauteuil en bois et en cuir noir, elle affiche un large sourire quand elle évoque le soutien que lui a apporté l’association quand elle en a eu besoin, début septembre. « J’ai un fils qui est en dernière année de primaire. Il avait besoin de soutien scolaire. J’ai demandé à Interm’aide s’ils pouvaient nous aider. Les bénévoles nous ont dit d’aller voir une association spécialisée. Mon fils a obtenu son professeur particulier. »

IMG_6470 (1)
Kolamorine, entourée de deux bénévoles : Louise (gauche) et Nancy. Photo : Laura Bannier.

Mais toutes les femmes de l’association n’ont pas cette chance. C’est le cas de Kolamorine. Vêtue d’un pull noir et rouge, entourée d’un porte bébé, elle se présente la mine grave. Originaire de Kinshasa (République démocratique du Congo), elle a fui le pays car elle a « été violée et battue à plusieurs reprises en prison. Je devais partir car mon mari avait disparu », témoigne-t-elle. Aujourd’hui, elle essaie de régulariser sa situation, mais par manque d’argent elle n’arrive pas à obtenir des preuves de sa naissance et de sa vie au Congo.

Interm’aide cherche aussi à faire avancer ces femmes dans la vie grâce à des activités, afin qu’elles puissent se reconstruire. « Nous essayons de développer des liens d’amitiés, explique Francine. Nous les occupons avec des ateliers pour qu’elles puissent penser à autres choses. » Et ces méthodes fonctionnent. « Nous voyons que certaines personnes parviennent à trouver un logement, lâche Francine avec une pointe de joie dans la voix. Nous sommes contentes de voir que certaines parviennent à s’en sortir. »

Drôle de contraste quand elle nous confie qu’Interm’aide accueille de plus en plus de nouvelles adhérentes. Cette année, 1 500 plaintes pour violences ont été recensées à Tours. Un chiffre en augmentation qui montre que le combat contre la violence envers les femmes n’est pas encore gagné.

Bastien Bougeard.

Décevant The Purge (American Nightmare)

Synopsis corrosif, sujet politiquement incorrect : The Purge avait tout pour être une bombe dans le monde du cinéma. Au final, c’est un pétard mouillé et une grosse déception.

Imaginez un peu la bête : Etats-Unis, année 2022. La criminalité n’existe presque plus, les prisons ne sont plus surpeuplées. Pourquoi ? Parce que le pays et son gouvernement ont mis en place « The Purge », un système  qui autorise – une fois par an et pendant quelques heures – et rend légales toutes activités criminelles. Inutile de compter sur la police ou les hôpitaux, tout est fermé durant cette nuit du « chacun fait sa loi avec ses gros flingues ».
Les fans de films de genre bavaient déjà à la lecture de ce synopsis original et intéressant. Encore plus devant la bande-annonce aguicheuse (pour la voir, c’est ici). Sauf que la surprise est de taille devant ce long-métrage de James de Monaco (producteur de l’arnaque Paranormal Activity et du très bon Sinister) : The Purge (American Nightmare en français pour éviter les jeux de mots vaseux) est en fait une véritable déception.
Déjà, parce que le scénario s’écrase au bout de quelques minutes. S’il eut été passionnant de réaliser une satire grinçante sur l’utilisation des armes ou la violence en Amérique (par exemple), James de Monaco a préféré se la jouer Bisounours, en centrant son intrigue sur la famille Sandlin, millionnaire grâce à ses systèmes de sécurité ultraperfectionnés. Celle-ci va ouvrir la porte à un inconnu, lors de cette fameuse soirée de tuerie entre voisins. On ne vous en dira pas plus…parce qu’il ne se passe pas grand-chose de plus de toute façon.
Le concept de The Purge tombe donc aussi complètement à l’eau, et est en plus desservi par une photographie atroce (trop sombre, trop noir, trop moche, trop tout) et une façon de filmer pas très excitante. L’espace temps/lieu, quant à lui, n’est pas respecté et laisse le spectateur dubitatif devant cet ersatz de home invasion peu crédible et pas franchement convaincant.
Malgré ce sujet amoral et perturbant, The Purge n’interroge pas vraiment sur la société américaine, l’ultra violence et l’égoïsme latent. Et ce ne sont pas les performances vraiment limite d’un Ethan Hawke peu concerné et franchement mauvaise de Max Burkholder qui vont changer la donne.
Fade, mou et sans surprise, The Purge aurait pu être un des films de l’été en accentuant sa charge politique et son scénario corrosif. James de Monaco, et c’est décevant, a finalement préféré la carte de la facilité (visiblement, cela marche vu les bonnes retombées de billets verts outre-Atlantique). Sans être médiocre, le film est juste une immense déception.
Pour un film de cette trempe, bien plus méchant et piquant, replongez-vous plutôt dans le génialissime Funny Games. Ce film avait au moins un cerveau et quelque chose dans la pellicule.
Aurélien Germain
The-Purge-Movie