Législatives : renouvellement en Indre-et-Loire

Comme au niveau national, le département de l’Indre-et-Loire et la Région Centre ont connu le « renouvellement ».

Ce dessin de Giovanni avait été réalisé lors du premier tour des élections législatives.
Ce dessin de Giovanni avait été réalisé lors du premier tour des élections législatives.

Il n’en restait plus que trois au soir du premier tour ; tous ont désormais été éliminés. Sur les quatre députés sortants qui étaient candidats aux Législatives à leur propre succession, le cinquième, Philippe Briand, ayant laissé sa place, aucun n’a été réélu.

De droite (Claude Greff) comme de gauche (Jean-Patrick Gille, Marisol Touraine), chacun a subi la loi du « renouvellement ».
Même scénario dans les deux autres circonscriptions, où Fabrice Boigard (LR-UDI) et Hervé Novelli (LR-UDI) ont même réalisé de moins bons scores. C’est officiel : le « vent nouveau » souffle jusqu’en Indre-et-Loire.

La République En Marche sera représentée par Philippe Chalumeau, Daniel Labaronne, Sabine Thillaye et Fabienne Colboc au palais Bourbon. Puissance 4.En fin de compte, seule Sophie Auconie (UDI) a résisté à la tempête et limité l’étendue des dégâts. Les forteresses socialistes ont, elles, cédé sous la pression des électeurs.
Ils n’ont pourtant été que 44,05 % à participer au scrutin, dans le département, soit une baisse de plus de quinze points par rapport à 2012. Mais leur sentence est irrévocable. N’est-ce pas Denis ?

Simon Bolle

[nrm_embed]<blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Merci aux tourangelles et aux tourangeaux qui m’ont fait confiance et à toute mon équipe. Belle remontada ! Mais insuffisante <a href= »https://twitter.com/hashtag/Tours?src=hash »>#Tours</a></p>&mdash; Jean-Patrick Gille (@jp_gille) <a href= »https://twitter.com/jp_gille/status/876514138243178496″>18 juin 2017</a></blockquote> <script async src= »//platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>[/nrm_embed]

Dans les baskets d’un(e) député(e)

Ernestine Bonvoisin vient d’être élue députée. La fête avec ses amis et ses soutiens dans sa circonscription à peine passée, la voilà à la porte du Palais Bourbon. Un huissier en queue-de-pie lui lance un « Bienvenue dans votre maison » et Ernestine comprend qu’elle vient de pénétrer dans un nouveau monde, qui lui est totalement inconnu. Elle comprend aussi que la vie de député ressemble souvent à un marathon… qui ne s’arrête jamais.

1.Une des premières choses que l’on demande à Ernestine, c’est de s’affilier à un groupe parlementaire. Pour faire un groupe, c’est un peu comme sur Facebook, pas besoin d’être amis pour de vrai : il faut être 15 au minimum et être d’accord sur les choses importantes. Et, c’est comme en classe : il faut bien choisir parce qu’après, on est assis à côté des gens du groupe pendant toute la législature. Si pas de dissolution, ça nous fait du cinq ans, quand même…

2.Le jour du discours de politique générale du Premier ministre, l’Assemblée nationale, c’est vraiment THE place to be. Le principe de l’exercice est simple : il parle, il dit ce qu’il veut faire et, ensuite, les députés votent la confiance… Ou pas. Pour de vrai, le suspense est limité, selon la composition de l’hémicycle, on connaît à l’avance le résultat des courses.

3.Autre truc important à gérer pour le déCaptureputé fraîchement élu, intégrer une commission. C’est obligé. Tous les groupes sont représentés dans chaque commission, au prorata de leur nombre de députés. Il y en a huit et ça a une certaine importance parce que toutes les lois passent par une commission avant d’être votées en séance. Il paraît même que c’est là que se fait le vrai travail parlementaire. On discute des amendements, on écoute l’avis des gens concernés… Donc, si un mercredi Ernestine n’est pas en séance, n’allez pas la dénoncer à Mediapart : elle est peut-être en commission. Eh oui…

4.S’il est particulièrement inspiré ou en pointe sur un sujet, un député peut rédiger un texte de loi. Dans ce cas, on appelle ça une « proposition de loi » (quand c’est le gouvernement qui porte un texte, c’est un « projet de loi »). Soyons clairs, pour avoir une chance de la voir adoptée un jour, il vaut mieux être affilié à un groupe majoritaire.

5.Mercredi, c’est ravioli, mais c’est aussi le jour des questions au gouvernement. La séance est télévisée, c’est un peu la vitrine de la boutique. Chaque question dure deux minutes, montre en main. Et le gouvernement a aussi deux minutes pour répondre. Les ministres sont présents et ils n’ont pas eu les questions avant, c’est du direct live !

6.En plus des commissions traditionnelles (Affaires sociales, Affaires étrangères…), Ernestine peut se retrouver au sein d’une commission d’enquête dont la création est décidée par la conférence des Présidents. Elle concerne un sujet d’actualité précis. À l’issue de ses travaux, la commission doit remettre un rapport. Ces commissions comprennent une vingtaine de députés, un président, des vices-présidents, des secrétaires et un rapporteur

7.Le vote de la loi, c’est LE boulot du député. Il en vote en moyenne une centaine par an. C’est un moment qui va très vite. Le temps qui s’écoule entre « Le scrutin est ouvert » et « Le scrutin est clos », est à l’appréciation du président de séance mais il est toujours très bref, autour de deux secondes. Ernestine doit être derrière son pupitre et choisir entre POUR, CONTRE et ABST, en appuyant sur le bon bouton. Et c’est comme dans Qui veut gagner des millions, parfois, il y en a qui se trompent…

8.Rédiger un amendement, c’est-à-dire un bout de texte qui va corriger une partie d’une loi, c’est monnaie courante. Parfois, c’est vraiment pour améliorer la loi, parfois, c’est juste pour ralentir le travail parlementaire puisque tout amendement, aussi loufoque ou anecdotique soit-il, doit être examiné.

9.Ernestine le sait car elle connaît ses électeurs, le travail à Paris n’est qu’une partie de son job de député. Alors, plusieurs jours par semaine, elle revient chez elle et se consacre à sa circonscription. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est attendue. Tout remonte à un moment ou à un autre vers le député, les problèmes et les situations compliquées surtout. Rendez-vous en permanence, inaugurations, rencontres officielles… Ernestine ne va pas chômer !

10.À la maison, c’est Ernestine qui gère les comptes de la famille. Mais là, c’est carrément une PME qu’elle a entre les mains ! Pour elle, 7 100 € d’indemnités, de salaire donc, imposable sur 5 600 €. Pour ses collaborateurs (assistants parlementaires), une enveloppe globale à partager de 9 500 €. À cela s’ajoutent 5 770 € pour les frais de représentation (hors transports, puisque les députés voyagent gratuitement). Une somme dont l’utilisation n’est (pour le moment) pas contrôlée.

Législatives : et maintenant ?

En Indre-et-Loire, la tendance est la même qu’au niveau national pour les législatives. Que va-t-il se passer dimanche prochain ?

législatives

Pour le premier tour des élections législatives, Tours et l’Indre-et-Loire n’ont pas échappé à la tendance nationale.
La déferlante de La République en marche s’est faite ressentir : les candidats des partis traditionnels sont désormais en position de faiblesse. Jean-Patrick Gille, par exemple, est passé de 41,69 %, en 2012, à 15,14 %, cinq ans plus tard. Qu’en sera-t-il ce dimanche ? Son rival Philippe Chalumeau, qu’il a côtoyé un temps au PS, part encore une fois favori. Comme ses collègues Daniel Labaronne face à Claude Greff (LR-UDI), en Amboisie, Fabienne Colboc contre Hervé Novelli (LR-UDI), pour la zone Chinon-Joué, et Sabine Thillaye, opposée à Fabrice Boigard (LR-UDI) dans la cinquième circonscription.

Reste à savoir qui sortira vainqueur du Lochois. Le duel met aux prises deux femmes : Sophie Auconie (UDI) et Marisol Touraine, qui nage entre deux eaux, celles de ses racines socialistes et celles du mouvement d’Emmanuel Macron.
L’ancienne ministre de la Santé pourrait être inquiétée par ce double jeu et, surtout, par le report de voix de Marc Angenault (DVD). Suspense…

Simon Bolle

Législatives : les 14 candidats à Tours

Ils sont plus de 60 candidats en Indre-et-Loire pour les législatives des 11 et 18 juin. Dans la circonscription de Tours (la 1re d’Indre-et-Loire), ils sont 14. On fait les présentations.

Capture

CÉLINE BALLESTEROS (LES RÉPUBLICAINS)
Les Tourangeaux la connaissent surtout en tant qu’adjointe au commerce : Céline Ballesteros s’est lancée dans la bataille des législatives sous la bannière LR-UDI. Durant la campagne, elle a défendu les entreprises « pour créer de l’emploi », ainsi que « les valeurs de la droite et du centre ».

LIONEL BÉJEAU (DIVERS DROITE)
Le rapprochement de Dupont- Aignan et Le Pen ne lui a pas plu : Lionel Béjeau a donc décidé de décoller l’étiquette Debout La France qu’il portait. L’adjoint et médecin se présente donc aux législatives en tant qu’indépendant, pour défendre ses « idées gaullistes, humanistes, patriotes ».

CLAUDE BOURDIN (LA FRANCE INSOUMISE)
Investi par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, Claude Bourdin, commercial de 52 ans, veut poursuivre la dynamique des fameux Insoumis. Fustigeant la « monarchie républicaine », il a placé sa campagne sous le signe du social, de l’écologie et de la vraie démocratie citoyenne.

ANNE BRUNET (LO)
Enseignante et militante, Anne Brunet, 50 ans, veut « porter la parole des travailleurs ». Érigeant le capitalisme et les grands dirigeants comme adversaires – « et non l’étranger ou l’Europe » – elle estime la situation de plus en plus difficile. Une seule solution selon elle, la lutte.

PHILIPPE CHALUMEAU (EN MARCHE)
Depuis juin 2016, il est responsable du mouvement En Marche au niveau du département. Philippe Chalumeau, médecin à Chambray, souhaite surfer sur l’élection d’Emmanuel Macron. Pendant la campagne, cet ancien élu PS au conseil municipal a dit vouloir « faire de la politique autrement ».

PHILIPPE CONTE (UPR)
C’est la ligne suivie par François Asselineau qui l’a séduit. Philippe Conte, 50 ans, marche pour l’UPR. Quitter l’Union européenne, abandonner l’euro, tout comme l’Otan, voilà ce que voudrait défendre le candidat qui estime aussi que la démocratie a été « confisquée par une oligarchie ».

CHRISTOPHE DUPIN (EELV)
Ce professeur de Sciences économiques à Joué y croit dur comme fer : les Verts ont toutes leurs chances. Engagé dans la vie locale (Ohé du bateau notamment), Christophe Dupin souhaite maintenant le maximum de députés écologistes, afin d’aider Nicolas Hulot dans le nouveau gouvernement.

BRUNO DE JORNA (577 POUR LA FRANCE)
Travail, éducation, formation et famille : voilà les 4 axes pour ce membre de 577 pour la France, un mouvement qui regroupe des candidats de la société civile. À 60 ans, ce cadre commercial assure « connaître la vraie vie » et trouve « insupportable » qu’il y ait 6 millions de chômeurs.

JEAN-PATRICK GILLE (PS)
L’un des visages les plus connus de la circonscription. Le député sortant estampillé PS a voulu se rapprocher de l’électorat, en organisant des ateliers citoyens. De quoi, d’après Jean-Patrick Gille, « faire émerger des idées » et allier proximité et travail parlementaire. Il brigue là son 3e mandat.

EMMANUEL LAKIERE (DEBOUT LA FRANCE)
Inspecteur des finances publiques, Emmanuel Lakiere, 46 ans, roule pour le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Sa triple priorité ? L’emploi, la santé et l’éducation. Adepte des réseaux sociaux, il dit parler aux gens au quotidien pour mieux comprendre leurs attentes et convaincre les Tourangeaux.

LAURENCE LECARDONNEL (FN)
Cette Tourangelle de 55 ans, qui travaille dans le secrétariat de direction, estime qu’elle est « une candidate du peuple » qui connaît leurs problèmes et qui « se lève tôt ». Laurence Lecardonnel représente le FN dans une circonscription qu’elle décrit elle-même comme pas si simple.

LÉONARD LEMA (PCF)
Il n’a que 22 ans, mais c’est lui que le Parti communiste a désigné. Celui qui lisait Marx à 14 ans a mobilisé les étudiants tourangeaux contre la Loi travail. Avec un riche parcours de militant derrière lui, il a été qualifié de « jeune agitateur de consciences » par le journal L’Humanité.

MARIA LOIRE (ALLIANCE ÉCOLOGISTE INDÉPENDANTE)
Marie Loire s’est toujours investie dans la vie locale et le milieu associatif. Membre de l’Alliance écologiste indépendante, cette retraitée de l’Éducation nationale, âgée de 68 ans, aimerait que l’écologie soit présente « dans tous les domaines de la vie », de l’économie à l’éducation.

MATHILDE ZICCA (PARTI ANIMALISTE)
« Les animaux comptent, votre voix aussi. » Le slogan émane du Parti animaliste. Celui-là même que représente Mathilde Zicca. Très active, sur Facebook notamment, elle souhaite – à travers son parti – défendre les intérêts des animaux, mais aussi repenser leur relation avec les humains.

Législatives : c’est (re)parti !

Vous avez voté pour l’élection présidentielle ? Il va maintenant falloir y retourner pour les législatives. Dans la circonscription de Tours, les candidats se lancent dans la bataille.

Image1

Et ça continue, encore et encore…
Après l’élection présidentielle, la campagne des législatives est déjà, en marche…

Parmi les candidats de Tours, Philippe Chalumeau, médecin, s’est présenté sous l’étiquette d’Emmanuel Macron. Côté France Insoumise, mouvement de Jean-Luc Mélenchon, vous avez sûrement aperçu les affiche de Claude Bourdin et Inès Yamba sa suppléante, étudiante en droit. Le commercial a un point commun avec le candidat écologiste Christophe Dupin, professeur en sciences économiques et sociales : ils sont membres du collectif Ohé du Bateau.
Léonard Lema, 22 ans se porte candidat pour le Parti Communiste, à fond sur les réseaux sociaux.

Le député socialiste sortant, Jean-Patrick Gille, se représente tandis qu’à droite, Céline Ballesteros, vice-présidente du Département a été choisie par Les Républicains. Le médecin Lionel Béjeau est présent en tant que divers droit.
Laurence Lecardonnel, assistante de direction, représente le FN et Anne Brunet, le mouvement Lutte Ouvrière. Bruno de Jorna, consultant en développement commercial, est le candidat de 577 pour la France. Maria Loire (d’Alliance écologiste indépendante) et Et Philippe Conte (Union Populaire Républicaine) sont aussi en campagne.

Ce n’est que le début, d’accord, d’accord…

Pauline Phouthonnesy

> Les élections législatives auront lieu les 11 et 18 juin 2017.