Bûches de Noël : le méga-test de la rédac’ (ne nous remerciez pas)

Pour son dossier culinaire de Noël, tmv s’est vraiment donné à fond, jusqu’à sélectionner pour vous les meilleures bûches du coin. Et oui, nous les avons toutes goûtées ! Petit compte-rendu de nos coups de cœur et de celles qui nous ont le plus marquées.

Bigot

Nous avons eu la chance de tester deux des nouveautés de cette année, qui nous ont séduites par leur légèreté et la profondeur des saveurs. La Forêt noire (biscuit brownie, mousse chocolat pure origine Caraïbes 66 % de cacao, mousse blanche — crème pâtissière et chantilly —, coulis griottes, cerises Amarena) nous a conquis notamment grâce à son léger cœur de mousse blanche et, pour ceux qui aiment la cerise mais pas forcément les gâteaux alcoolisés, le goût doux sans être trop prenant de la cerise.

Quant à la bûche Rubis (mousse myrtille, coulis fraise-framboise, ganache montée à la vanille, biscuit Joconde et sablé de Plougastel), elle a fait plusieurs ravis pour son mélange subtil des goûts de fruits rouges avec le cœur à la vanille. À tester absolument, cela vaut vraiment la promenade !
2 rue Nationale (place du Château), à Amboise. 5,30 € par personne.

Chartier

Parce qu’il n’y a pas que les grandes maisons tourangelles très connues, nous avons voulu ajouter une adresse réputée dans l’agglomération. Chez Chartier on aime la pâtisserie généreuse et cela se sent dans la bûche Élégance (mariage d’une mousse chocolat Guanara 70 %, crémeux chocolat lait-caramel et son croustillant praliné, le tout posé sur un biscuit moelleux chocolat) qui a séduit par son côté gourmand.

Amateurs de chocolat corsé, allez-y les yeux fermés !
88 avenue de la République, 37700 Saint- Pierre-des-Corps. 3,95 € la bûche individuelle. 4,40 € par personne pour une grande.

Maison Caffet

Bien que la bûche Merveilleuse (recette emblématique de la maison au praliné et au chocolat) ait plu à l’ensemble de la rédaction, la bûche Lumineuse (noisette, chocolat au lait, caramel Bourbon et notes de citron verts subtiles) a été la vraie agréable surprise de cette dégustation. Impeccable alliance du chocolat et de l’agrume, cette bûche a fait l’unanimité.
Les Halles, à Tours. 5,20 € la bûche individuelle, 42 € la 4-6 parts (généreuses).

Esprit Cacao

Cette année la Mûroise se transforme en bûche pour notre plus grand plaisir (biscuit moelleux au chocolat, compotée « mûroise » — mûre et framboise —, mousse au chocolat et habillage framboise) et nous prouve qu’on peut faire du gourmand et du savoureux sans lactose ni gluten. Le mélange chocolat / fruits rouges est parfaitement équilibré et l’ensemble très léger.
19 bis avenue de Grammont, à Tours. 24 € la bûche 4 parts (généreuses).

Nicolas Léger

La bûche fraîcheur (croustillant praliné noisette, biscuit amande, crémeux citron jaune, compotée cassis et crème légère à la citronnelle) ravira les amateurs de gâteaux aux fruits avec ses arômes frais mais c’est la Forêt noire (biscuit chocolat, crème légère amande, griottes au kirsch, compotée griottes, mousse au chocolat noir de Madagascar) qui nous a le plus plu. Le biscuit aéré donne à l’ensemble une légèreté inattendue.

Attention toutefois, il faut aimer les cerises au kirsch ! Pour les amateurs de goûts plus doux, la Symphonie (craquant noix de pécan, crème brûlée vanille bourbon et mousse chocolat noir 75 %) devrait faire des heureux.
59 place du Grand Marché, à Tours. 4,30 € la bûche individuelle, 6 € la part pour une grande. Forêt noire en taille unique 5-6 parts (généreuses) : 33 €.

Ils vont réaliser un supplément sur Tours dans L’Express

Dix étudiants de l’Escem participent au défi Grandes écoles organisé par le magazine L’Express. Objectif ? Confectionner un hors-série sur Tours de A à Z, soit de la rédaction à la vente, en passant par la communication sur les réseaux.

Image5

Quand on la taquine en lui disant qu’elle « nous vole notre boulot », Cloé Pilato étouffe un petit rire. Pas peu fiers, elle et neuf de ses camarades sont des journalistes multifonctions pendant quelques mois. Ces dix étudiants en MBA, âgés de 20 à 23 ans, sont dans l’aventure du défi Grandes écoles.
Ils feront paraître, le 21 mars, un supplément sur la Ville de Tours dans L’Express.

« Ce sont les écoles qui candidatent », retrace Cloé, coordinatrice du groupe. « En fait, on réalise vraiment un journal, du début à la fin. C’est-à-dire qu’on a cherché des sujets, écrit des articles, pris des photos… » Pas forcément chose aisée quand on n’a pas les pieds dans la tambouille journalistique.
« Ce n’est pas notre cœur de métier », acquiesce Cloé. Mais le groupe, « soudé et bien organisé », s’est débrouillé comme il faut : recherches en amont, contacts et un paquet de coups de téléphone et de rencontres. « Un thème était imposé cette année, puisque c’est le 30e anniversaire du concours. On a donc choisi les 30 qui font bouger la Ville de Tours, dans diverses rubriques : gastronomie, économie, sport, santé… » Pour ne pas spoiler nos confrères d’un jour, nous ne divulguerons pas les heureux élus. Mais l’équipe n’a pas voulu choisir les plus médiatisés ! 22780369_1629912313746401_2958144555235570835_n

Outre l’écriture, il y a également tous les autres aspects à gérer. D’une part, les réseaux sociaux, entre Facebook, Tumblr, Instagram et autres Twitter. Mais aussi le commercial, davantage au centre de leur formation : « Là, il nous reste 3 semaines pour vendre de la publicité. Il faut qu’on recrute de la force de vente. »
Bref, des petites mains pour un grand travail, puisque — difficultés supplémentaires — « le projet a commencé en octobre et de plus, on était en alternance ! » Si l’ensemble du travail a tout de même été chapeauté par leur parrain Christian Makarian, directeur délégué à L’Express, La Rédac Tourangelle (leur petit nom sur les réseaux sociaux) a tout de même eu de la liberté. « Il y a quand même un regard, notamment sur la Une. Mais tout s’est bien passé. Ça nous fait vraiment plaisir ».

Ce qui les ravirait, aussi, serait de gagner. Car ce défi est un concours face à 11 autres écoles françaises. « Chaque groupe est noté sur le résultat final, le volume publicitaire, la qualité des portraits, mais aussi le site local avec nos articles et le community management. » Un jury professionnel s’occupera de désigner le vainqueur. Nos Tourangeaux croisent les doigts avec leur bébé d’une vingtaine de pages qui leur a donné « quelques nuits blanches ! », dit Cloé. « La compétition est un moteur, bien sûr. Mais l’important reste qu’on a réalisé tout ça de A à Z. Quand on l’aura dans les mains, on se fera fier. »

>> defigrandesecoles.lexpress.fr/tours-2017/
>> À retrouver aussi sur facebook.com/defiexpress.escemtours

Tmv : vis ma vie de streeteuse !

Pour fêter comme il se doit nos 5 ans, on a laissé la parole à un maillon très important de la chaîne : les streeters et streeteuses. Ces étudiant(e)s adorables (graou, we love you) qui vous distribuent tmv le mercredi matin, qu’il neige, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse 40 °C. Anaïs, que vous croisiez souvent jusque récemment, raconte son expérience !

Depuis les débuts de tmv, peu importe le temps, les streeters et streeteuses sont là !
Depuis les débuts de tmv, peu importe le temps, les streeters et streeteuses sont là !

Aaah ! Mais qu’est-ce que c’est que ce bruit ?! 
Après un rapide  coup d’œil autour de moi, la zone semble sous contrôle. C’est juste le  réveil qui vient de sonner : il est 5 h 27, on est mercredi et c’est l’heure  d’aller distribuer le nouveau numéro de tmv ! Tout va bien. Le réveil, c’est l’étape la plus délicate. Une fois la radio allumée, il ne  faut pas refermer les yeux. Jamais ! À l’heure où seul le camion poubelle  fait du bruit dans la rue déserte, le train du sommeil peut être fourbe et  repartir aussi vite qu’il est arrivé.
Mais, alors que mes yeux sont encore  mi-clos, j’aperçois un objet qui finit de réveiller complètement ma rétine  endormie : la casquette tmv. Elle est là, posée, m’attend sur le coin de  mon bureau. Difficile de la louper.

Le petit-déjeuner est rapide et, sans tarder, j’enfile ma combinaison.
Il est 6 h.  Courageuse, j’enfourche mon vélo, prête à aller accomplir ma mission. Il fait encore nuit noire mais au moins il ne pleut pas.  C’est la première bonne nouvelle du matin. Il est 6 h 10. Je m’approche du  lieu de rendez-vous, aperçoit le camion NR et quelques casquettes roses.  Je dis alors bonjour à mes camarades puis, c’est le ballet des chariots  qui commence ! On sort les caddies, on les déplie, on met les paquets  de journaux dessus et c’est parti. Oh, j’allais oublier la touche finale… le parasol.
Cette fois c’est bon. Tous les petits bonhommes en noir et  magenta partent chacun de leur côté de la gare. On se retrouvera tout à  l’heure, à 9 h, pour faire les comptes.

6 h 20.
Mon chariot est posé près de l’arrêt de tram et ne bougera plus pour les trois prochaines heures . J’ai mes bonnes chaussures, sur le point de commencer ma randonnée entre les regards des  courageux encore endormis. Jusqu’à 7 h, même les abords de la gare  sont calmes.
[instant poésie : ON] J’en profite pour apprécier la belle  présence de la lune qui ne va pas tarder à se coucher et celle du soleil  qui arrive petit à petit pour prendre le relais. [Instant poésie : OFF]

Quand 7 h 30 se profile, la grande chorégraphie des passants  débute pour de vrai .
Et après plusieurs mercredis, c’est amusant de  distinguer les différentes catégories d’individus parmi les lève-tôt.  Tout d’abord, il y a les personnes-relais et notamment cette dame qui  me demande toujours 4 ou 5 exemplaires du journal. Elle travaille à la  maison de retraite et les donnera à « ses petits vieux » (comme elle les  nomme affectueusement) qui aiment bien le lire. Et cette autre dame, qui  en prend une dizaine tous les mercredis ! On apprend à se reconnaître  au fil des semaines et on échange seulement un sourire maintenant  lorsqu’elle me dit :  « Bonjour, je vais me servir sur le chariot ! ».
Ensuite, il y a les pressés. Et parmi eux, certains cyclistes sans peur qui  tendent le bras et lâchent le guidon quelques secondes au péril de leur  vie (comment ça, on exagère ?) pour attraper le journal au vol ! Il y a  ceux qui n’en veulent pas et qui se sont levés du mauvais pied :  « Oh,  pour ce qu’il y a écrit dedans… » . Heureusement, il y a aussi ceux qui  savent dire non avec le sourire :  « Désolé, je sais pas lire ! » .
Parmi les  lève-tôt, il y a aussi des dragueurs :  « Comment résister à votre sourire ?  Vous pourriez donner n’importe quoi avec. »

Et au milieu de tout ce petit monde ,  il y a nous .
Nous qui, à force  de faire les 100 pas sur une aire relativement étroite, sommes au courant  de choses qui pourraient bien améliorer vos matins. Alors si vous êtes  gentils avec la personne cachée dans la doudoune rose, elle pourra par  exemple vous prévenir que la deuxième porte coulissante de l’entrée  ouest de la gare ne s’ouvre pas ce matin (on vous évite un nez cassé  et une honte intersidérale, gnark).
Elle vous dira aussi que ça ne sert  à rien de courir pour monter dans le tramway puisqu’il est à l’arrêt  depuis 8 minutes. Bref, ce qu’on aime nous, c’est distribuer tmv avec le  sourire et recevoir les vôtres en échange. Rien de tel pour commencer  une journée. Oh, mais il est déjà 9 h. L’heure idéale pour retourner se  coucher, parole de casquette rose !

Récit par Anaïs Andos

La résurrection du P’tit rouge de Touraine

#EPJTMV Ancien mensuel d’information sociale et culturelle disparu en 1979, Le P’tit rouge de Touraine est de retour pour fêter les quarante ans de sa création. Jusqu’au 19 décembre, une exposition à la médiathèque de La Riche retrace l’existence de ce canard local. A l’issue de cette rétrospective, un numéro spécial de 16 pages en version papier paraîtra à la mi-décembre.

« Si votre journal ne vous plaît plus… » Encouragement implicite à abandonner la presse traditionnelle au profit des journaux « alternatifs », cette phrase a été le slogan du P’tit rouge de Touraine. De 1975 à 1979, 35 numéros de cette nouvelle presse d’information sociale et culturelle, découlant directement du Libération de Jean-Paul Sartre, sont parus. Chaque nouveau numéro est l’occasion de dénoncer la montée des partis d’extrême-droite, l’indifférence avec laquelle sont traités les cyclistes (les seuls qui daignent laisser leur voiture pour un moyen de transport propre et écologique) ou la politique de la ville (à l’époque à droite sous l’égide de Jean Royer). Le ton se veut satirique, voire insolent. Le politiquement correct est mis au placard et la franchise est de mise. Les caricatures et bandes dessinées qui parsèment les 4 pages du mensuel rappellent un autre symbole de la presse alternative de l’époque : Charlie Hebdo.

D'anciens numéros du P'tit rouge de Touraine sont mis à disposition du public. Photo : Aubin Laratte.
D’anciens numéros du P’tit rouge de Touraine sont mis à disposition du public. Photo : Aubin Laratte.

Au fil des étagères de livres, on découvre, accrochées sur un mur ou une fenêtre, des affiches relatant l’histoire du P’tit rouge de Touraine mais aussi celle de la presse alternative des décennies 70 et 80. A divers endroits de la médiathèque, des anciens journaux, mis à disposition par l’ancienne rédaction du canard, sont disponibles en libre lecture. Chacun peut se replonger dans l’actualité des années 1975 à 1979 et (re)découvrir Le P’tit rouge de Touraine.

Comités de rédaction publics

Pour faire revivre le journal, les anciens rédacteurs se réunissent tous les vendredis à la médiathèque de 17h à 20h. L’occasion de débattre des sujets à traiter dans le numéro spécial qui paraîtra à la mi-décembre. Tous les tourangeaux qui se sentent l’âme d’un journaliste peuvent participer à ces conférences de rédaction. Toutes les propositions de sujets sont étudiées. Les meilleures se retrouveront dans le numéro spécial. D’autres encore, iront aussi sur le site web temporaire spécialement créé par La Rotative, un autre média d’information alternative uniquement disponible sur internet.

Mais avant la parution de ce numéro papier du P’tit rouge de Touraine, les anciens rédacteurs et acteurs de la presse alternative tourangelle vous invite à passer la soirée avec eux ce soir, au château du Plessis. L’occasion de rencontrer les rédacteurs du P’tit rouge de Touraine après avoir découvert le journal à la médiathèque. L’occasion aussi de rendre un dernier hommage à Dominique Mureau, le fondateur du journal, décédé en juillet 2014.

Wilfried Redonnet

En juin, double dose de festivals avec tmv !

Vous le savez, à tmv, on adooore la musique. Et les festivals, encore plus. Pour ce mois de juin, restez connectés : votre hebdo couvrira les festivals Aucard de Tours et le Hellfest.

Allez, double dose de plaisir, rien que pour vos beaux yeux (et vos oreilles !). Comme l’été approche, tmv a décidé de quitter quelques instants ses bureaux avenue Grammont… L’occasion de poser notre carnet de notes dans deux festivals qui vont beaucoup faire l’actu.

Cette année, on a donc décidé de couvrir, du mieux que l’on peut, deux festoches : d’abord, Aucard de Tours (du 9 au 13 juin) et ensuite, le Hellfest (du 19 au 21 juin).

Aucard de Tours : Ni dieu ni maître !

aucardToute la semaine, la rédaction de tmv sera sur la plaine de la Gloriette. Vous pourrez donc retrouver sur notre site des interviews des groupes et artistes programmés, mais aussi des reportages ambiances et concerts. On va essayer de vous faire le plein de photos et de choses intéressantes. Il se pourrait même que certaines interviews soient filmées.
Tous les jours, vous pourrez grignoter un petit quelque chose concernant cette 30e édition d’Aucard. Idéal pour ceux et celles qui veulent revivre la journée ou les malchanceux/ses qui n’auront pas eu l’occasion de traîner leurs bottes sous les chapiteaux. On a hâte !

Hellfest : highway to Hell

Comme l’an dernier, un de nos journalistes va se délocaliser à Clisson, près de Nantes, pour suivre et vivre la grand-messe du Metal. Cette dixième édition, complète depuis belle lurette, fait la part belle aux grosses têtes d’affiche (Motörhead, Alice Cooper, ZZ Top, KoRn…), mais aussi à plus de 150 groupes qui vont briser quelques nuques lors de séances de headbanging bien sévères.

L'arbre Hellfest (Photo Aurélien Germain)
L’arbre Hellfest (Photo Aurélien Germain)

De retour de l’Enfer, tmv vous fera (re)vivre ce moment intense, avec photos et reportages, aussi bien côté ambiance, que côté concerts. De quoi nourrir les curieux qui n’y ont jamais posé les pieds (rassurez-vous, les métalleux sont doux comme des agneaux et ne mangent pas de bébé les soirs de pleine lune) ou les connaisseurs qui savent que ce festival est non seulement le plus classe d’Europe, mais a aussi été élu meilleur festival de l’année, devant les Vieilles Charrues !

Marathon de Tours : courez avec Chloé !

En septembre prochain aura lieu le premier marathon de Tours. Chloé, notre journaliste, va le courir. Elle tient un journal de bord jusqu’au jour J !

Chloé Vernon, notre chroniqueuse gastro, se lance dans la préparation du marathon !
Chloé Vernon, la chroniqueuse gastro de tmv, se lance dans la préparation du marathon ! Vous pouvez la suivre toutes les semaines sur son blog tmv.

Notre journaliste Chloé Vernon a décidé de se lancer dans l’aventure du marathon Touraine Loire Valley et de nous faire vivre sa préparation. Elle a même créé un blog sur le site. Et si vous partiez avec elle ? On ne sait pas si vous êtes au courant, mais, le 21 septembre prochain aura lieu le tout premier marathon Touraine Loire Valley.
Ben oui, et ça, ce n’est pas rien. Courir en bord de Loire, autant le dire tout de suite, ça nous parle plutôt, à tmv. Alors, nous avons fait une réunion pour décider de la meilleure façon d’accompagner cet événement interplanétaire. Et là, au bout d’un moment, il y a en a un qui a dit : « l’idéal, ce serait que l’un de nous se prépare au marathon pour de vrai. On fait un blog sur le site tmvmag.fr et il nous livre ses impressions, ses coups durs, ses bons moments, tout ça. Et puis, on pourrait la suivre aussi sur Facebook. Et, comme ça, les lecteurs qui se préparent en même temps que lui, ils pourraient laisser aussi leurs commentaires sur leur préparation à eux. Ce serait comme un carnet de bord partagé, en fait. Et puis comme ça, ceux qui le veulent, ils pourraient partir ensemble le jour J, avec un joli maillot rose, par exemple. On pourrait faire une sorte d’équipe tmv, quoi, en fait. »
Bonne idée, on a dit. Le seul problème, évidemment, c’était de désigner l’heureux élu. Alors, pour que ce soit juste, on a joué à Pierre-feuille-ciseaux et c’est Chloé qui a perdu. Chloé, vous la connaissez, c’est la fille qui fait souvent les critiques de restaurants à Tours. Comme, forcément, elle mange souvent au restaurant, elle a pris l’habitude de faire un peu de sport. Ce qui tombait plutôt pas mal, pour le coup. Donc, on se résume : Chloé Vernon commence là, maintenant, tout de suite, sa préparation pour le marathon Touraine Loire Valley qui aura lieu le dimanche 21 septembre. Pour de vrai, elle court déjà régulièrement, car un marathon, ce n’est pas pour les débutants en course à pied, quand même… Sur le site, elle tiendra son carnet de bord. Si vous voulez partager le quotidien de votre préparation à vous, les commentaires sont là pour ça !
En pratique
Le marathon Touraine Loire Valley, c’est le dimanche 21 septembre, le même jour que les 10 et 20 km de Tours. Départ à 9 h, de la place Anatole France. Vous pouvez vous inscrire à tarif préférentiel (40 € au lieu de 43 €) jusqu’au 31 juillet. Vous recevrez plein de cadeaux avec votre inscription (une veste Asics, une médaille, un maillot technique Asics « finisher », un sac à dos, un coffret souvenir de 2 bouteilles de Vin de Loire, une Paëlla-Party gratuite après course, l’édition spéciale « classements » la Nouvelle République, un diplôme personnalisé à télécharger, mais pas de raton-laveur.)
Le Parcours

Cliquez pour agrandir la carte
Cliquez pour agrandir la carte


Les Marathoniens sortiront du parcours urbain de la boucle des 10 km, dès le 4e km, en empruntant le circuit de la Loire à Vélo, tout en longeant le Cher jusqu’à Savonnières, pour y découvrir, enfin, au semi-marathon, le Château de Villandry et ses Jardins à la Française. Retour sur les berges de la Loire, via Berthenay, puis Saint-Genouph et La Riche… pour une arrivée mythique à Tours Place Anatole-France.
Attention
Ne vous lancez pas sur un marathon, juste comme ça, la fleur aux basquets, simplement pour le plaisir de courir avec Chloé. Le marathon est une épreuve ouverte à tous, mais pas à n’importe quelles conditions. Une pratique régulière de la course à pied ou d’un sport d’endurance depuis au moins un an est très vivement conseillée. Pour vous faire les dents, il y a le 10 ou le 20 km, qui ont lieu le même jour.