Maternité Le Blanc : un cas d’école

Indre : il y a peu, une habitante a accouché chez elle, faute de maternité dans la ville…

Capture
En septembre dernier, manifestation silencieuse. (Photo NR, Thierry Roulliaud)

« Bonjour, je voulais vous annoncer que mon petit-fils est né cette nuit, mardi 19 mars 2019, au Blanc, dans la salle à manger de ses parents, en présence uniquement de sa maman et son papa. Les pompiers et le Samu sont arrivés après sa naissance. »

Dans cette lettre, la grand-mère s’indigne de la situation vécue par sa fille. En trois mois, trois bébés sont nés au domicile de leurs parents.

La maternité du Blanc, dans l’Indre, symbolise depuis juin 2018 le sort des maternités de niveau 1 et surtout, celui de leurs patientes, contraintes de faire jusqu’à une heure et demie de route pour accoucher. Parallèlement, les sage-femmes ne peuvent pas leur proposer d’AAD, puisqu’il est soumis, par sécurité, à la présence d’une maternité à moins de 30 mn.

Le collectif C’est pas demain la veille a donc organisé des cours… d’accouchement en voiture, pour préparer les jeunes parents.
Dans d’autres départements, ce sont les pompiers qui ont suivi une formation spéciale. Pétition, soutien des élus, marche blanche, actions chocs : rien n’y a fait, la ministre de la Santé est restée sourde à tous les arguments. Elle a même annulé la réunion prévue le 13 mars avec le collectif du Blanc.

Die (Drôme), Creil (Oise), Bernay (Normandie),… le gouvernement justifie la fermeture de ces établissements par l’argument de la sécurité ; de leur côté, les collectifs de défense dénoncent un calcul financier, une maternité devenant rentable à partir de 1000 accouchements par an. Le Blanc accueillait ce week-end les Etats généraux des maternités en colère. Les 16 collectifs ont dévoilé une stèle : « À nos territoires abandonnés, aux enfants qui ne naîtront pas, à ceux et celles qui ne survivront pas, à notre système de santé condamné pour les économies de la France ».

>> Retrouvez notre dossier sur l’accouchement juste ici ! <<

Ces personnes qui œuvrent pour la ville de Tours

Pompier, éboueur, sage femme ou encore jardinier, autant de métiers dont la ville ne pourrait se passer. Chacun à leur manière, ces personnes facilitent le quotidien des Tourangeaux. Coup de projecteur sur ceux que l’on pourrait considérer comme nos héros du quotidien. #EPJTMV

Comme beaucoup de personnes, Yannick Thillier réalise un travaille quotidien pour améliorer le quotidien des Tourangeaux. (Crédit : Alizée Touami)
Comme beaucoup de personnes, Yannick Thillier réalise un travaille quotidien pour améliorer la vie des Tourangeaux. (Crédit : Alizée Touami)

Santé, sécurité, propreté… À Tours, nombreuses sont les personnes qui œuvrent pour améliorer votre quotidien.

Cliquez sur le portrait de ceux qui font bouger la ville de Tours et découvrez leur passion, leur histoire et leur métier.

[nrm_embed]<iframe width= »500″ height= »354″ src= »//www.thinglink.com/card/1009066472711913474″ type= »text/html » frameborder= »0″ webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen scrolling= »no »></iframe>[/nrm_embed]
(Crédit : Alizée Touami, Noé Poitevin et Valériane Gouban)

Valériane Gouban et Valentin Jamin