Marc-Eric Bourque, notre « cousin » hockeyeur

Il vient tout droit de la belle province de Québec, au Canada. Rencontre avec Marc-Eric Bourque, hockeyeur aux Remparts.

La Gaspésie, vous connaissez ? Cette région, située à l’Est du Canada, en bordure du fleuve Saint-Laurent, fait partie du Québec. C’est là-bas que Mar- Eric Bourque a grandi et fait ses premiers pas sur la glace.

Aujourd’hui, à 21 ans, ce hockeyeur au gabarit atypique (1,69 m pour 85 kg) est une des clés de voûte des Remparts de Tours. Débarqué au club, cet été, après avoir été le meilleur défenseur des Titans de Princeville, au Canada, dans une ligue mineure, il s’affirme de match en match.

Car s’il apporte beaucoup par sa rigueur en défense, c’est aussi par la qualité de sa passe qu’il fait briller ses coéquipiers. Le weekend dernier à Marseille, c’est une de ses assistances qui a permis à Carmy-Sarty de marquer alors que les deux équipes étaient à égalité (2-2). Vainqueur (5-2) sur la glace phocéenne, les Remparts ont engrangé un troisième succès de suite.

« C’était mon but de venir jouer en Europe »

« Avant de débarquer à Tours au mois d’août, j’ai été en contact avec les Remparts durant plusieurs mois. C’était mon but de venir jouer en Europe et comme le club est ambitieux… », explique-t-il. Quand on étudie de près son parcours au Canada, on découvre que malgré son gabarit et une brillante dernière saison, il ne s’est pas fait connaitre par une vraie carrière au plus haut niveau, notamment chez les jeunes.

« C’est peut-être un problème de timing. À un moment donné, il faut être dans le bon wagon. Mais en Europe, je pense qu’il a une vraie carte à jouer », confiait Rodolphe Garnier, le coach tourangeau, à son arrivée en Touraine. Sûr qu’aujourd’hui, personne ne regrette la présence du Québécois car dans un Championnat au long cours, les Remparts auront bien besoin de ce perceur de défense.

Thierry Mathiot

J’ai testé pour vous le hockey en salle et à roller

#EPJTMV Quand on vous dit hockey, vous pensez tout de suite au hockey sur glace. Sport où plusieurs gars taillés en V se tapent dessus pendant près d’une heure. Mais comme à TMV, nous n’aimons pas nous bagarrer, nous avons poussé un journaliste à tester le roller-hockey et le hockey en salle. Pour le meilleur et pour le pire…

  • Le roller-hockey avec les Apaches de Tours

capture_hockey_roller
Apprendre à maîtriser le palet pendant un match, c’est un exercice compliqué.Photo Martin Esposito.

Le rendez-vous est donné mardi soir au gymnase de la Rotonde dans le centre-ville de Tours. Très vite, Guilhem Bruel, l’entraîneur de l’équipe première (qui évolue en nationale 1 soit le deuxième niveau national) s’occupe de m’habiller. Dans un premier temps, j’enfile un pantalon noir épais qui doit me protéger le coccyx en cas de chute. J’enfile ensuite des genouillères, des coudières, le maillot et enfin les rollers. Seulement, comme votre serviteur n’a pas patiné depuis des lustres, je dois raser les murs pour éviter de tomber dans les vestiaires. Guilhem me donne une paire de gants, une crosse et c’est parti ! Sur un terrain d’une quarantaine de mètres, la séance commence par un jeu collectif qui consistait à faire une passe à un coéquipier, puis à se poster devant le but pour essayer de marquer. Jérémy, le gardien de l’équipe C qui évolue en quatrième division me prodigue les bases de ce sport. « Quand tu tiens ta crosse, tu dois placer une main en haut et elle ne doit pas bouger. Ta deuxième main va en bas, elle permet de déclencher un tir. » Je saisis ma chance, face au but. Raté, je ne tape pas dans le palet et je me retrouve les quatre fers en l’air. « Ne fais pas de grands mouvements comme au golf. Fais juste un petit geste avec ta main. » Deuxième essai. Cette-fois ci, je réussis mon tir. Il est mou mais il arrive quand même jusqu’au poteau.

L’entraînement a commencé à 21 h. Il est 21 h15 et je suis déjà lessivé. Les joueurs, frais comme des gardons, décident de faire un match. Je me retrouve dans l’équipe rouge. D’entrée, le rythme est dantesque. Je passe de la défense à l’attaque sans trop savoir où aller. Au bout de 20 minutes, je suis sur les rotules. Entre chutes, passe ratées et réceptions manquées, je prends conscience de la dimension physique de ce sport, et de l’énorme concentration dont il faut faire preuve. « C’est un sport où il est difficile de prendre du plaisir dès les premières séances, explique Jérémy. Quand tu patines tu dois être fléchi sur les genoux, mais aussi être légèrement penché en avant afin que tu puisses jouer le palet. » En fin de match, j’arrive à retrouver des réflexes de patinage, mais je ne parviens pas à prendre le palet. Dans un ultime effort, l’entraînement se conclut par une séance de tirs aux buts. Sur le même principe que le hockey sur glace, le tireur se présente seul face au gardien et n’a droit qu’à un seul tir. Mon honneur est sauf, je parviens à marquer deux fois.
[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/xT9DPHYchOpFLdgmD6″ width= »480″ height= »270″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »http://giphy.com/gifs/arizonacoyotes-mad-max-domi-xT9DPHYchOpFLdgmD6″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]
Bilan de la séance : je suis fatigué, j’ai des courbatures partout, mais ce sport très physique permet de se dépenser.

  • Hockey en salle avec le Tours hockey club

Capture_hockey_en_salle
Avant de débuter le match, j’apprends à maîtriser la trajectoire de la balle. Photo Martin Esposito.

Après mes exploits sur roller, place désormais au hockey en salle. Le rendez-vous est pris mercredi au gymnase de la Corneille à côté du stade de la vallée du Cher. Variante du hockey sur gazon qui est un sport olympique, les règles sont complexes. Mais Alexandre Blavet, le gardien de l’équipe première qui évolue en nationale 2 (quatrième championnat français) vous explique les règles de ce sport.
[nrm_embed]<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/odmD6a6aia0″ frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>[/nrm_embed]
Première difficulté, il n y a qu’une seule manière de tenir la crosse. La main gauche va en haut. Elle doit être solidement accrochée. L’autre main tient la crosse plus bas. Première étape apprendre à contrôler la balle. « Pour pouvoir toucher la balle à gauche, tu casses ton poignet gauche. » Une fois l’exercice accompli, place au tir. Le principe, essayer de marquer un but. Logique non ? Pour mettre de la puissance dans le lancer, j’essaye de faire glisser la balle sur la partie plate de ma crosse. Tantôt ça marche, tantôt ça rate. Mais aucun tir ne franchit la ligne de but.
La fin de l’entraînement approche et c’est l’heure du match. Les règles du jeu permettent l’épaule contre épaule, on ne tape pas dans la crosse de l’adversaire et on ne touche pas la balle du pied. Le match démarre, je parviens à faire une interception (c’est à peu près mon seul exploit de la soirée). Le rythme de jeu est effréné et il faut toujours faire attention à sa position sur le terrain. Globalement, mon équipe domine le jeu et se crée des occasions de but. Dans un temps fort offensif, le gardien adverse manque sa sortie et laisse sa cage vide. Un coéquipier me délivre une balle de but. Un cadeau du ciel, une offrande, une occasion de me découvrir un don pour le hockey en salle. J’arme ma frappe. Et là je loupe la balle…
[nrm_embed]<iframe src= »//giphy.com/embed/4A1am1JlzkJj2″ width= »480″ height= »244″ frameBorder= »0″ class= »giphy-embed » allowFullScreen></iframe><p><a href= »http://giphy.com/gifs/fail-friday-edition-4A1am1JlzkJj2″>via GIPHY</a></p>[/nrm_embed]
Après ce raté monumental, j’essaie de faire meilleure figure en passeur. C’est quelque peu laborieux mais je m’en sors bien. Si on occulte mes nombreuses fautes. Entre balle touchée du pied ou du mauvais côté de la crosse, obstruction pour empêcher mon adversaire de passer, ou anti-jeu (j’ai empêché mon adversaire de jouer la balle en me mettant devant lui), je m’aperçois de la difficulté à bien coordonner mes gestes pour toucher correctement la balle et surtout bien prendre conscience de la position des coéquipiers. Le but de ce jeu est, bien entendu, de jouer en équipe mais également, de créer des mouvements collectifs pour désorganiser la défense adverse.
L’arbitre siffle finalement la fin du match. Je suis essoufflé, mais je découvre un sport à la fois précis et dynamique au sein d’une équipe très conviviale. Le hockey en salle est absolument à sport à découvrir.

Bastien Bougeard

Sport : le hockey pour les nuls

Les Remparts de Tours bataillent dur pour se qualifier pour les Play-off de D1. Samedi, ils reçoivent Cholet et tmv est parrain de la rencontre. Pour vous remettre à niveau voici deux ou trois choses à savoir pour profiter à fond de ce spectacle décoiffant !

hockey

DEUX OU TROIS TRUCS À SAVOIR

D’abord, c’est bête, mais ne venez pas en débardeur sans manche : on est dans un patinoire, ok, avec de la glace. Donc, il peut faire un peu frais. Quand ça marque pour Tours, le speaker crie « Et il est où le palet ? » et là vous répondez avec le public “Il est au fond des filets”. Lors de la dernière minute, vous vous levez comme tout le monde et vous applaudissez.

PRISON !

Quand on fait une bêtise, au hockey, on va en prison (pour de vrai, c’est un box en plexi sur le bord de la patinoire). En général, c’est deux minutes, mais ça peut être plus. Et quand plusieurs joueurs de la même équipe sont aux fers, ça chauffe pour les copains

LA RÈGLE DE TROIS

Au hockey, il y a trois tierstemps de 20 minutes chacun. Comme au basket, le chrono s’arrête à chaque arrêt de jeu. Donc, pas de temps additionnel. On stoppe tout à la sonnerie, mais pas une seconde avant non plus

ON EN EST OÙ ?

Les Remparts de Tours sont actuellement en D1, ce qui, bizarrement, est l’équivalent de la deuxième division. Au-dessus, il y a la Magnus, la classe, l’élite. À la fin de la saison régulière, il y a deux équipes qui descendent direct en D2, quatre équipes qui se battent pour éviter la relégation (Play-Down) et les huit premiers disputent les Play-Off, pour monter d’un étage. Tours est actuellement 10e et il reste 4 matchs à jouer. C’est chaud, donc…

IL FAUT SAVOIR PATIENTER

Avant le début de la rencontre et entre chaque tiers temps, on refait la glace. Il y a un monsieur qui conduit un gros camion et qui laboure toute la patinoire, méthodiquement, et plein de fois. L’opération dure environ un quart d’heure. Juste le temps d’aller à la buvette. La vie est bien faite, hein, quand même.

LE BUT DU JEU

C’est assez simple, sur le principe. Le but, c’est de faire entrer le palet (une sorte de galette en plastique) dans le but. Le problème, c’est que le but, il est tout petit et protégé par un gars harnaché comme le chevalier qui fait peur dans Game of Thrones. Du coup, il faut être rapide, précis, tenace et un peu malin aussi, des fois…

ÇA CHANGE TOUT LE TEMPS !

Il y a six joueurs de chaque équipe sur la glace, un gardien et cinq autres. Mais, les cinq joueurs « de champ » changent très souvent. Quand vous aurez assisté à un match, vous comprendrez pourquoi… Dans chaque équipe, il y a un cinq majeur avec les meilleurs joueurs, une deuxième ligne, une troisième, une quatrième. Tout le jeu pour les coaches est de regarder quelle ligne l’équipe adverse aligne à un moment donné et de réagir vite, très vite !

hockeyTours- Cholet,
samedi 6 février, à la patinoire.
>à 20 h 30. 11 € (5 € pour les enfants).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Zyk0r86qu_Q[/youtube]