Café du Printemps : manger devant les sacs à main

Au magasin Printemps, on peut certes faire du shopping… Mais on peut également manger ! On a testé leur Café.

Ce midi, nous nous sommes rendus rue de Bordeaux à Tours, dans la galerie Printemps. Pas pour y faire du shopping mais bien pour y manger. Depuis novembre, la célèbre enseigne a ouvert un café, où l’on peut simplement s’octroyer une pâtisserie entre deux emplettes, ou carrément faire son déjeuner.

À l’entrée du magasin, un panneau indique la présence d’un restaurant. À l’intérieur, des valises, des chaussures, mais pas plus d’indications sur le café. Un peu déconcertant.
Après quelques instants de doute, on finit par trouver. « Tu vas tout droit et tu tournes à droite, juste après les sacs à main », indique une cliente à son amie qui, elle aussi, rencontrait quelques difficultés pour se repérer.

La déco est à l’image de la marque, soignée. Au comptoir, la serveuse, souriante, nous invite à faire directement notre choix. Elle prévient d’emblée : « Ici, tout est fait maison ». Les quiches, accompagnées de salade verte, sont à 9,90 €, tout comme les brushettas. Sinon, comptez 12,90 € pour l’assiette gourmande, le choix évident du jour : gaspacho, tartine au thon, salade de choux façon vietnamienne, et gougère. Alléchant.

L’espace ouvert sur les rayons de la galerie est un peu surprenant. Finalement, on s’y habitue vite. Manger au milieu des talons Gucci et des sacs à main Longchamp, le rêve. Moins de dix minutes d’attente et l’assiette gourmande arrive. Bien présentée. Un régal, les produits frais, cuisinés sur place, font la différence. Mention spéciale à la salade de choux.

Côté quantité, il y a juste ce qu’il faut pour une pause du midi et, si besoin, on peut se rattraper avec les pâtisseries, qui ont l’air tout aussi bonnes.

Emmanuel Haddek

> 24 Rue de Bordeaux à Tours. Du lundi au jeudi, 11 h-17 h 30. Vendredi & samedi, 11 h-18 h 30. Tarifs : plats de 9,90 € à 12,90 €
> Sur place ou à emporter. Contact : 02 47 31 32 32. Instagram : lecafe_printemps.

El Cafecito : saveurs du Guatemala

Cela fait plusieurs fois que connaissances, lectrices et lecteurs nous parlent du El Cafecito. Tmv s’y est donc rendu pour tester l’établissement et s’évader au Guatemala quelques instants. Enfin… tout en restant à Tours.

Image14

« Un vent de chaleur latine souffle sur le vieux Tours ! » C’est ainsi que se présente El Cafecito, rue du Grand Marché, qui fait le bonheur des amateurs de café depuis maintenant un an.
Ouvert en mai 2016, cet établissement lumineux et sympathique est un voyage au Guatemala. Une évidence, puisque Karla, la gérante, est originaire du pays. Ici, le charme de l’Amérique centrale imprègne tout, du mur jaune aux photographies du Guatemala qui y sont accrochées, en passant par les petites babioles sur l’étagère, les nappes tressées et colorées ainsi que la musique.

À peine arrivés, nous sommes accueillis par le sourire de Karla qui s’empresse de tout nous expliquer. Une gentillesse sans pareil, un accueil chaleureux et un accent délicieux (on adore). Si dehors, le ciel est gris, à l’intérieur c’est soleil à tous les étages. De quoi nous donner envie de tenter la fajita : fait sur place, le plat est un régal (ah, cette tonne de gruyère fondu et cette sauce relevée comme il faut !).  Image12
Gâteaux au maïs, cheesecakes et cookies sont aussi au menu.

Mais attention, si El Cafecito est devenu une référence à Tours, c’est surtout en matière de café. Les connaisseurs s’accordent à dire que l’établissement propose les meilleurs kawas de la ville.
Experte en la matière, la cobaye qui m’accompagnait (je ne suis pas friand de café : je sais, honte à moi, lancez-moi des cailloux) a trouvé en El Cafecito un paradis, entre frapuccino, capuccino, expresso et autres allongés. Pour permettre aux clients de découvrir constamment de nouvelles saveurs, Karla change tous les mois de types de graines. Mais ce qui ne varie jamais ici, c’est que tous les cafés, sans exception, proviennent directement d’un seul pays uniquement : le Guatemala. Évidemment.

> 43 rue du Grand Marché. Ouvert tous les jours, de 10 h à 19 h. Contact : facebook.com/elcafecitotours
> Formule du midi à 10 € (fajita + cookie + boisson + café), nachos ou fajita à 6,50 €. Cafés de 1,50 à 3,50 €.

Image13

Un petit tour au Vintage Café

En passant rue Marceau, tmv a fait la découverte du Vintage Café. Vous voulez vous y arrêter ? Lisez notre chronique de la semaine.

vintage café

Ça vous est forcément arrivé : vous êtes en train de faire vos petites emplettes en ville (ouh là, là, les courses de Noël arrivent, déjà !) et là, la faim vous prend. Vous n’avez pas envie de vous ruiner ni d’y passer des heures, mais vous voulez bien vous poser au chaud, dans un endroit agréable en mangeant quelque chose de simple et de bon. Eh bien voilà l’adresse qu’il vous faut. Le Vintage, ce n’est pas un restaurant à proprement parler, non, c’est un bar où l’on peut déjeuner. Nuance…

Nadine prépare une idée du jour à partir de ces petites courses à elle aux Halles et, comme elle le dit en avec un sourire qui en dit long : « Quand je ne fais pas moi-même quelque chose, je veux que ce soit bon quand même. » Et c’est comme ça, par exemple, que le client se retrouve avec un petit yaourt fermier, directement venu de chez le producteur local ou une belle assiette gourmande avec tout plein de bonnes choses dedans.

Nous, quand on est venus, on a eu une belle part de lasagnes bien chaudes agrémentée d’une petite salade bien fraîche. Mais on aurait pu aussi opter pour un tartare, une salade ou un sandwich, un hot dog ou un croque monsieur, le tout bien garni également. Dans la clientèle, il y a visiblement pas mal d’habitués (Nadine fait la bise à un client sur deux !) et c’est assez normal car Olivier et Nadine ne sont pas des inconnus dans le quartier. Ils ont, en effet, tenu la barre du B52 pendant une quinzaine d’années et celle du Cinq Sens pendant 6 ans. Aujourd’hui, les oiseaux de nuit ont choisi de revoir le jour avec ce Vintage Café au décor chic et élégant, pause cosy au coeur de la rue Marceau. Cosy, ça veut dire aussi qu’il n’y a pas beaucoup de tables, alors on vient tôt ou on grignote au bar !

> Vintage Café, 24, rue Marceau. Ouvert du mardi au dimanche, de 9 h à 20 h. Tél. 02 47 64 07 80.
> Plat du jour à 10 €, dessert à 4,50 €.

#WTF 8 : Un CDI pour un blabla et un joueur affamé

Le monde est fou. On vous le prouve cette semaine, avec quatre nouvelles histoires, entre un joueur qui mange une feuille de match (littéralement) ou encore une drôle de lettre de motivation…

wtf

> « Passionné par le digital, les médias… blablabla… compétences et connaissances… blablabla… » Voilà un petit extrait de la lettre de motivation envoyée par Julien Chorier à Alumnforce. Le jeune diplômé, en avait marre d’écrire toujours la même chose et n’avoir aucune réponse. Il a donc remplacé tout le superflu par des « blablabla ». La start-up Alumnforce a flashé sur cette lettre intrigante. Et l’a embauché en CDI ! Bref, une histoire qui buzze, trop mignonne et cool, blablabla…

> Selon une étude suédoise, menée par Helena Jernstrom, trop de café pourrait avoir un effet sur la taille de poitrine. D’après la scientifique, les grandes consommatrices de café ont de plus petits seins.

> En Italie, le maire de Sellia en a eu marre de voir son village perdre la moitié de sa population en 40 ans. Il a donc déclaré la Mort persona non grata ! À l’aide d’un décret, il a imposé l’obligation de soins à ses concitoyens (une visite médicale par an). Faute de quoi, ils devront payer une amende.

> Marre de marre : à la fin d’un match de foot plutôt tendu en division d’honneur, un joueur amiénois est allé voir l’arbitre pour lui demander la feuille de match… pour finalement la déchirer et l’avaler.

Une Barque de sauvetage social

#EPJTMV. La Barque est un café associatif, situé dans la rue Colbert à Tours. Cette structure vise à aider les personnes en situation de précarité, par le biais d’activités visant à les sociabiliser de nouveau.

web barque  2
Trois personnes sont salariées au café associatif La Barque. (Photo : Nathanja Louage)

« Tout le monde peut venir à la Barque, on veut que ce soit un lieu de mixité sociale. », indique Barbara Demcak, la directrice de la structure. Dans ce café associatif, situé rue Colbert, on se sent un peu comme à la maison. Une bibliothèque contient de nombreux livres et bandes-dessinées mais aussi des CD’s ou des jeux de société. Un joyeux bazar ! Un comptoir propose toutes sortes de boissons sans alcool. Mais consommer n’est pas obligatoire : on peut juste passer et s’asseoir, lire, discuter ou tout simplement observer.

La Barque agit au sein du réseau social d’urgence de Tours mais son action « est dirigée sur la relation des uns avec les autres, précise Barbara Demcak. Nous aidons les personnes qui se retrouvent en difficulté à un moment de leur vie. » A partir de 14 heures, le café se remplit peu à peu. Les nouveaux venus ont des âges très différents et cela va de pair avec leur parcours de vie. Jean-Michel, un homme aux cheveux et à la barbe grisonnante, vient de trouver un logement. « Comment vas-tu Barbara ? », lance-t-il à la directrice en se débarrassant de sa veste en cuir. Il s’est reconstruit, mais cela ne l’empêche pas de passer encore ici. « Les gens viennent pour sortir du quotidien et se faire plaisir », explique Barbara Demcak.

Des activités culturelles

Chaque objet présent à la Barque renvoie à une activité ou à une sortie qui a été faite. Et il y en a jusqu’au plafond ! Si on lève les yeux, des masques de carnaval nous lancent des grimaces et des marionnettes créées par des visiteurs nous narguent, suspendues par des fils. « Ce lieu sert aussi d’accueil pour faire autre chose », souligne Olivier Laurence en installant le matériel nécessaire à la confection de marionnettes. « Je ne sais pas si des personnes vont venir, mais je le prépare quand même, on verra bien ! » A la Barque, il n’y a aucune obligation d’inscription pour participer à un atelier. Dans un coin de la salle, deux stagiaires de la Barque ont décidé de lancer un jeu de plateau, Citadelle. Trois autres personnes les rejoignent afin d’y prendre part. Il est 15 heures et toujours rien à l’horizon pour l’atelier marionnettes. « L’essentiel c’est qu’ils viennent faire la démarche de participer, relativise Olivier Laurence. Et le plus important, que le travail final corresponde à leurs attentes et révèle un peu de leur personnalité. »

Finalement Christine, une habituée du café âgée d’une cinquantaine d’années, décide de créer sa première marionnette. Après s’être installée, Olivier Laurence lui explique tous les types de pantins qui peuvent être créés. Il lui tend un crayon et un papier, pour qu’elle puisse dessiner le visage qu’elle imagine. « Je pourrai l’offrir à la fille d’un ami, alors il faut qu’elle soit mignonnette cette marionnette ! », s’enthousiasme Christine. Cet atelier n’en n’est qu’un parmi d’autres. « Nous travaillons aussi sur des chantiers participatifs et nous organisons des sorties culturelles car nous sommes idéalement situés », précise Barbara Demcak.

C’est dans son bureau exigu, où s’entassent des dossiers en tous genres et de nombreux sacs plastiques remplis de vêtements, que la directrice de la Barque mène son bateau. Si justement, le café associatif est à proximité de lieux culturels tels que le musée des Beaux-Arts, le Château de Tours ou le musée du Compagnonnage, sa présence dans la rue Colbert est décriée par certains commerçants. « C’est vrai que des débordements arrivent, concède Barbara Demcak. Parfois cela nous est arrivé d’exclure certaines personnes du local et aux alentours. » Même si une journée semble calme, il y a toujours un risque pour que se déclarent des comportements violents. « Mais généralement, les gens qui viennent ici cherchent justement à se détacher de la violence de la rue. » La Barque ne changera pas de port si on ne lui propose pas un autre local adapté.

A lire aussi : La Barque, lieu de convivialité

Flora Battesti

Course et running : le marathon du frigo

Pour courir, il fait mettre du carburant dans le moteur, mais pas n’importe lequel ! Petit tour d’horizon des aliments qui nous aident… ou pas.

EAU
Le coureur perd de l’eau à chaque séance. Logiquement, les pertes doivent être compensées par des apports réguliers tout au long de la journée (et, bien sûr, pendant l’effort). L’eau est indispensable au fonctionnement des cellules, à la régulation de la température corporelle. Sa carence peut entraîner une baisse spectaculaire des performances et des blessures. La soif, c’est le signal d’alerte.

FRUITS LÉGUMES
Indispensables dans l’alimentation de monsieur Tout-lemonde, ils le sont, naturellement également pour le coureur. Un tiercé de tête ? La banane pour ses sucres lents et son apport en potassium, chou-fleur et brocoli pour les minéraux qu’ils contiennent en abondance et la pomme pour sa teneur record en fibre et ses vitamines. Mais la liste, évidemment, n’est pas limitative !

CAFÉ
Le café est à consommer avec modération. Il donne un petit coup de fouet et peut faciliter la digestion. Oui, mais des doses trop importantes augmentent le risque de blessures, de crampes ou de contractures. Comme son cousin le thé, c’est un diurétique. Il favorise donc la perte d’eau. A bannir, donc, lors du dernier repas avant un entraînement long ou une compétition.

POISSON VIANDE
Manger des protéines animales, c’est très important pour reconstruire les fibres musculaires détruites pendant l’effort. Le poisson est parfait, notamment le saumon, riche en omégas-3, ces acides gras essentiels, il prévient les maladies cardiovasculaires. Il est également riche en vitamines A, B et D. Pour la viande, préférez les viandes blanches comme le poulet qui assure une prise en vitamine B, précieuse car elle régule le brûlage des graisses durant l’effort.

PÂTES
Comme le riz ou les pommes de terre, les pâtes appartiennent à la famille des glucides complexes. Ils sont de digestion lente et l’énergie qu’ils apportent n’est utilisable qu’après plusieurs heures. C’est donc une réserve d’énergie, stockée dans les muscles et le foie qu’il faut augmenter pour préparer un gros effort. Dans les trois jours qui précèdent l’effort, on pourra augmenter d’un tiers la consommation de féculents pour optimiser son stock de glycogène, le carburant de l’effort.

ALCOOL
Autant le dire tout de suite, l’alcool n’est pas le meilleur ami du coureur. Au-delà de 4°, l’alcool déshydrate plus qu’il n’hydrate. Quand on connaît l’importance de l’hydratation du corps pour le coureur… C’est prouvé, l’alcool gène la récupération musculaire (attention aux courbatures et aux blessures) et fragilise les tendons. Et, pour couronner le tout, l’alcool nuit à la qualité du sommeil et donc à la récupération. Alors, pour le coureur plus encore que pour les autres, la modération s’impose…

>>>TMV VOUS FAIT GAGNER DES DOSSARDS POUR LES 10 et 20 KM DE TOURS !
N’hésitez pas à participer. Toutes les informations se trouvent dans notre numéro 180, disponible partout en ville, ou en téléchargement PDF sur notre site !

Le Petit Atelier : couleur café

On change un peu, cette semaine. On chante couuuleuuuur, caféééé. Et on a testé Le Petit Atelier.

Olivier et Coralie sont venus de La Rochelle pour s’installer rue Colbert. (Photo tmv)
Olivier et Coralie sont venus de La Rochelle pour s’installer
rue Colbert. (Photo tmv)

Ambiance coffee shop, les murs sont gris et blancs. Le mobi l ier mélange chaises en bois et vieux fauteuil. Les codes sont respectés jusqu’au comptoir rempli de belles pâtisseries anglo-saxonnes. Cheese cake, cookies, gâteau au chocolat… L’accueil est sympathique, assez décontracté.

Le Petit atelier s’est installé voilà un mois rue Colbert, ajoutant au carnet des nouvelles adresses branchées une spécialité bien à lui. Le café. On oublie vite, mais dans beaucoup de coffee shop, le caoua n’est pas toujours à la hauteur. C’est ce qui fait du Petit atelier une adresse unique. Oubliez tout ce que vous aimez en matière de caféine, le café chez le Petit atelier est assez bluffant. Comme on avait faim, on a quand même commencé par commander un sandwich. Pain ciabatta avec un peu de salade, quelques tranches de viande des grisons, du fromage de chèvre et Philadelphia font l’affaire. C’est un déjeuner sur le pouce, simple, l’ambiance à l’intérieur donne envie de prolonger.
Alors on a craqué pour le cheese cake (en même temps il nous faisait de l’oeil depuis le début). Avec un coulis de caramel en plus (ça passe très bien) on s’est dit que c’était le moment de tester le café. Si vous voulez devenir un expert en café, Olivier pourrait devenir votre mentor. Il est incollable. Ce qui est agréable, c’est que vous pouvez choisir entre un expresso, une cafetière à piston ou infusé doucement à l’ancienne (le dripper v60, c’est la façon préférée des jeunes patrons de consommer du café). On opte pour celui de Colombie en provenance del Carmen, c’est précis, Olivier ajoute : « Ce sont des cafés de qualité dit “ de spécialité ”. Nous savons même de quelle ferme ils viennent. Nous avons des arrivages réguliers d’un torréfacteur de Lyon. C’est plus rond, moins amer que les expressos que vous consommez dans le commerce. » Et en bouche, c’est vrai que le café vaut vraiment le coup. On a failli en reprendre un et puis on a pensé à la chanson Un Café d’Oldelaf.

AU MENU
Le Petit AtelierDANS L’ASSIETTE
Oui, comme ça vous vous dites que c’est un cheese cake comme les autres. Ok. Hé bah franchement, ça faisait très longtemps qu’on ne s’était pas fait un « gâteau au fromage » aussi bon. Quant au café, c’est doux, légèrement vanillé. Même pas la peine de mettre du sucre. Ceux qui n’aiment pas la caféine pourraient même revoir leur jugement.

L’ADDITION
Avec un sandwich, une part de cheese cake et le café (on a pris celui qui était cher), on s’en tire pour 10 euros. Le rapport qualité/ prix est au rendez-vous.

PRATIQUE
Le Petit atelier est ouvert du lundi au samedi de 7 h à 19 h au 61, rue Colbert. Olivier et Coralie sont très actifs sur Facebook et Instagram. Contact : 02 47 31 94 21. Plus d’infos sur lepetitatelier. coffee

On prend quoi contre la gueule de bois ?

Désolé, c’est comme ça. Vous allez devoir y passer. Vous allez enquiller le vin, le champagne, le mousseux, le plein-de-trucs-
qui-font-du-tam-tam dans le crâne le lendemain. Normal,
nous sommes à Tours. Et à Tours, les verres descendent plus
vite qu’ils ne se remplissent.

Gueule de bois
Bon, ok, pas grand monde n’a franchement envie de se retrouver comme dans Very Bad Trip, avec un tatouage sur la tronche ou un tigre dans sa piaule (quoique, nous, ça nous ferait bien marrer à tmv…). Alors, que faire pendant votre gueule de bois du 1er janvier (et du 2, si vous avez vraiment carburé) ?

> Déjà, boire beaucoup. De l’eau hein (oui, oui, on vous voit venir avec vos « non, mais il faut combattre le mal par le mal ») ! C’est peut-être tout bête, mais ça vous réhydratera. Le mieux est de boire de l’eau pendant le repas (celui que vous arroserez à coup d’alcool), d’alterner. Sinon, contentez-vous d’avaler de grandes rasades d’eau froide le lendemain matin.

> Évitez le café. Il fait travailler le foie. Or, qu’y a-t-il dans votre foie ? Les litres de champagne engloutis avec vos potes (et le/la canon de la soirée, juste pour l’impressionner), bingo ! Donc laissez-lui un peu de répit. Prenez plutôt un fruit ou un yaourt 0 %. Même si c’est moins glamour.

> Citrate de Bétaïne et paracétamol seront vos amis le lendemain matin, pendant que vous grognerez dans l’oreille de votre conjoint(e), avec une haleine de chacal du désert : « Beuargh, je boirai plus jamais… »

> Pour calmer le bidon qui fait des bruits étranges, il y a des astuces : du gingembre en jus ou en infusion, une soupe miso, du lait de coco ou du jus de tomates. Pour votre mal de crâne, un steak de thon peut vous sauver (même si ce n’est sûrement pas le plat dont vous rêvez le 1er janvier au matin).

> Enfin, essayez de placer le mot « veisalgie » durant la fête. C’est le terme médical pour gueule de bois. Il paraît même que cela viendrait de « kveis », en norvégien, qui signifie « inconfort succédant à la débauche ». Alors, ça vous la coupe ?

Le Vieux Mûrier : le renouveau

Le Vieux Mûrier, c’est un bar, non ? Eh bien non, pas que ! On a testé la cuisine de ce café place Plumereau. Bonne surprise.

ne bonne adresse pour déjeuner en terrasse place Plum’. Eh oui... (Photo tmv)
ne bonne adresse pour déjeuner en terrasse place Plum’. Eh oui…
(Photo tmv)

« Il fait beau. Ça vous dit de manger en terrasse ? » Ni une ni deux, on chausse les lunettes de soleil. Direction le coeur de Tours afin d’y trouver une table sympa. En arrivant place Plum’, les espérances sont quelque peu refroidies. Les brasseries ont fait le plein, les crêperies semblent désertes. L’ardoise du Vieux Mûrier nous tape dans l’œil. On y lit « Cuisine maison » suivi d’un gros point d’exclamation.
« Attends, le Vieux Mûrier, ce ne serait pas plutôt un bar d’apéro ? Bah, ils font les deux visiblement. On essaie ? »

On est gentiment installés en plein cagnard comme voulu. Histoire de prendre des couleurs. À en croire les assiettes des voisins, les burgers maison ont la cote. « Ils sont au poulet », nous prévient le serveur en ramenant la large ardoise. Le choix est simple : cinq entrées, quatre plats et autant de desserts. Au moins, on ne va pas tergiverser. Tout est frais, cuisiné maison et très majoritairement issu de la production locale. Ce qui justifie des prix légèrement plus élevés que ceux pratiqués par les restaurants voisins.
On opte pour le cabillaud rôti au serrano (lire ci-contre) après avoir hésité avec la salade au canard (magret et foie gras). Les portions sont suffisamment généreuses pour se contenter d’un plat principal. Mais, par gourmandise, on jette un œil à la carte des desserts. Le choix se porte sur le riz au lait, nappé de caramel et d’amandes effilées. Exquis, mais copieux.

Au moment de régler la note, on redécouvre l’intérieur. Comptoir en bois blond, miroirs et laiton. Un cadre chaleureux et un service souriant. « Le menu évolue tout le temps », nous indique Claire Hurdiel. Cette ancienne de l’Atelier gourmand a réussi son pari. Depuis février, la cuisine bistrot du Vieux Mûrier fidélise une clientèle qui avait déserté les brasseries de Plumereau à l’heure du déjeuner.
Chloé Vernon
AU MENU
UN PLAT
sortir_resto_bv_cabillaudDu frais. Du fait maison. On opte pour le cabillaud rôti dans des tranches de serrano. Le poisson cuit sous vide avant d’être rôti. Résultat : la chair reste souple. Le tout est accompagné de légumes de saison : navets, pommes de terre, carottes et fondue de choux verts.

L’ADDITION
On s’en sort pour un ticket à 22,50 €. Un prix honnête pour du « fait maison » revendiqué. Pas de menu, mais la possibilité de déjeuner d’une planchette de charcuterie et de fromages pour 12 € à 14 €, hors boissons.

√EN PRATIQUE
Le Vieux Mûrier est situé au 11, place Plumereau à Tours. L’établissement est ouvert tous les jours de 11 h à 2 h. La restauration est proposée le midi uniquement. Le soir, il faudra se contenter des planchettes maison pour accompagner l’apéro. Fermé le lundi. 02 47 61 04 77. levieuxmurier@wanadoo.fr et levieuxmurier.fr

Une nouvelle vie pour le café Colette

Un collectif de Tourangeaux a décidé de faire vivre autrement le café Colette, à Paul-Bert.

SORTIR_CULT_PAP_OUVERTURE
La nuit tombe sur le pont de fil. Quelques passants se dirigent dans le noir vers les quais Paul-Bert. Le café Colette se remplit peu à peu, ses lumières illuminent le bout du pont. À l’intérieur, les murs sont recouverts d’affiches annonçant des concerts, des expos, un appel à lutter à Notre- Dame-des-Landes.

Près du bar, Céline et Adrien discutent. Ils font partie du collectif qui souhaite continuer à faire vivre ce lieu. « Les gérants ont décidé d’arrêter le bar, explique Céline. C’est une figure du quartier, un lieu hétéroclite où les habitués se mélangent aux habitants du quartier, à des associations. C’est un café qui a une histoire depuis presque cent ans. »
Un lieu qui pourrait vivre différemment : le collectif des Colettes n’est pas né d’hier. Depuis deux ans, une vingtaine de personnes se sont regroupées pour organiser des concerts, des expos, des spectacles. Petit à petit, ils ont fédéré plusieurs associations avec pour point de rencontre, ce café.
« Ce n’est pas l’idée de sauver l’entreprise mais de proposer autre chose dans Tours, une coopérative où des associations pourraient se croiser, proposer, partager, continue Céline. Un café qui garderait son âme de bistrot de quartier », ajoute Adrien.

Une utopie ? Pas vraiment, les membres du collectif parlent avec pragmatisme de leur projet. « Nous nous sommes vite rendu compte qu’à Tours, il y a des bars, des salles de concert, de spectacle, mais aucun lieu transversal qui mélangeait les initiatives, les expérimentations, les publics. Tout est segmenté », lance Adrien. Ils apprennent en faisant, croisent leurs connaissances, s’entraident, montent des dossiers.
« On nous fait croire que la culture, c’est compliqué, réservé aux experts. Nous prouvons qu’ensemble, c’est possible », s’enthousiasme Adrien. Dans quelques mois, leur société coopérative devrait reprendre la suite du café. Adrien : « Musique, folie, politique, art contemporain, buveurs de café, tout se croise ici. »
Benoît Renaudin

*********************
EN PRATIQUE
*********************
DONS
Le collectif est toujours à la recherche de sous pour faire vivre le projet. Chèques, espèces, bitcoins : ils prennent tout. Il suffit de faire ses dons au bar directement ou par voie postale au 57 quai Paul-Bert, à Tours. Plus d’infos sur cafecomptoircolette.blogspot.fr

HISTOIRE
L’histoire du café Colette, c’est surtout celle de Saint-Symphorien, une commune avalée par Tours en 1964. Elle s’est transformée en Paul-Bert, un quartier, un peu à l’écart, de l’autre côté de la Loire. Le café Colette a connu les guerres du XXe siècle, la séparation quand les ponts sont tombés au début de la Seconde Guerre mondiale.

PROGRAMMATION
Curieux ? Allez découvrir ce bistrot en allant écouter et voir le Tours Soundpainting Orchestra, il passe le jeudi 23 janvier chez Colette, vers 20 h 30. Sinon, en journée, vous pouvez aller y faire un tour avec vos enfants : le bar Bidule s’installe le mercredi (de 8 h 30 à 18 h) et le dimanche (de 10 h à 16 h) avec plein de jeux, du chocolat chaud, des plats maison, une zone de gratuité. Tout le programme sur leur facebook !
SORTIR_CULT_BV_TSO