Le Bon Temps : resto tradi comme chez mamie

Le Bon Temps a remplacé le 5G à deux pas de Jean-Jaurès. Maintenant, c’est resto tradi et cuisine de grand-mère au menu !

« Quiii veut de la cuisine de grand-mère, quiii veut ? » Celles et ceux qui ont levé la main doivent déjà connaître Le Bon Temps, situé à deux pas de la place Jean-Jaurès.
Cet établissement remplace l’ancien 5G dont on avait également parlé en ces pages.

Le Bon Temps, quant à lui, a changé de carte et d’esprit. Le credo ? « Faire revivre une cuisine oubliée, une cuisine traditionnelle, celle que nos grands-mères savaient faire avec trois fois rien. » Bref, de la popote comme chez mamie avec des plats simples. Et surtout, à petit prix. Car ici, le menu ne s’affiche que très rarement au-dessus de 12 € (lire ci-dessous). On reste dans la « modestie », tant dans l’assiette qu’au niveau des tarifs.

Tête de veau sauce Gribiche, poitrine de veau ou encore saumon au four se disputent la carte. Pour nous, ce sera le faux-filet sauce au bleu, accompagné de pommes de terre.
Tout est servi dans une vaisselle de maison de campagne. C’est rétro et authentique. Pas de chichis, pas de prétention : ce n’est pas le but ici. On reste dans le fait-maison grâce au chef Léo Margueritat.

Tout est servi avec le sourire par une chouette équipe et, en ce vendredi ensoleillé, avec rapidité. En dégustant notre plat en terrasse, on jette un œil par la vitre pour regarder la salle du Bon Temps : tables bistrot, beaucoup de blanc et de luminosité.
C’est l’ambiance à l’ancienne, collant parfaitement à ce style d’établissement qu’on appelle « bouillon ». De quoi changer un peu et apporter quelque chose de différent à la place Jean-Jau.

En sortant de table, on se dit qu’on a mangé correctement, que la portion était suffisante pour un déjeuner du midi rapide et, surtout, que le rapport qualité-prix est difficilement mis en défaut. Un restaurant sympa et tout en simplicité qui devrait apparaître comme une cantine du midi adéquate pour les amateurs de cuisine basique et traditionnelle.


> Le Bon Temps, 5 avenue de Grammont, à Tours. Ouvert du mardi au samedi, de midi à 14 h et de 19 h à 22 h.
> Contact 02 47 20 58 48 ou sur restaurantlebontemps.fr / contact@restaurantlebontemps.fr / ou sur Facebook

> Tarifs : Ce jour-là, en prenant le faux-filet et une pinte de bière (*attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé), nous avons eu une addition à 19 €. Soit 12,50 € pour le plat et 6,50 € pour la boisson. Pour le reste de la carte, les plats oscillent entre 7,90 € (la saucisse fumée poelée) et 12,50 € (la dorade grillée) avec une moyenne de 8,50 € (coq au vin, côte de porc…). Les entrées vont de 1 € à 5,90 € et comptez moins de 3 € pour un dessert ou du fromage. 

Aurélien Germain

Le Re-Tours : place à la brasserie de quartier

A quelques pas de la place Jean-Jaurès, on a fait un petit tour au Re-Tours, une véritable brasserie de quartier comme on les aime.

RESTO_RE_TOURS_2

Blotti juste derrière la place Jean Jaurès, on trouve encore une vraie brasserie de quartier. Dans la salle, des ouvriers du bâtiment se mélangent aux comptables et aux médecins.

Ici, le taux d’habitués doit frôler les 99 %. La patronne tutoie la moitié des clients, certains posent gentiment leur assiette vide sur le comptoir avant d’aller chercher leur dessert : de grandes tartes sont posées sur un petit buffet.

RESTO_RE_TOURSMonsieur est en cuisine et Madame est en salle, quarante-six couverts qu’elle gère de main de maître. La carte est certainement la plus courte de la ville. Quatre plats à l’ardoise, deux vins au verre, un cheverny et un chinon, une farandole de desserts au choix : c’est la formule choisie par Alexandra et Franck Nivaud, installés au coin de la rue Victor-Hugo et de la rue George- Sand depuis deux ans, une nouvelle brasserie nommée avec humour Le Re-Tours.

Ce vendredi, c’est bavette grillée, veau marengo, pieds de porc farcis ou filet de merlu. Va pour les pieds de porc farcis, ce n’est pas tous les jours qu’on en croise. Accompagnés de petites pommes grenaille et d’une sauce au sainte-maure, ils nous convainquent.
On cale pour le dessert mais professionnalisme oblige, il faut goûter. Ce sera une part de tarte poire-chocolat.

Manger une viande ou un poisson en une heure chrono, pour moins de 10 €, dans une ambiance familiale place Jean-Jaurès, on pensait que ce n’était plus possible. On repart le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir trouvé un dodo.

> Le Re-Tours, 12 rue George-Sand. Ouvert de 9 h à 18 h 30, du lundi au vendredi. Plat du jour : 9 €, formule plat + dessert 11,50 €.
> Contact : 02 47 61 48 07

Le HQ va faire bouger la tech à Tours !

La place Jean-Jaurès verra bientôt naître le HQ, temple du numérique. Au menu, 1 000 m2 et 3 étages pour mieux accueillir la population et les entrepreneurs tourangeaux. Visite des lieux.

Image14
Le HQ s’adresse à tous, de l’étudiant au salarié, du plus jeune au plus âgé.

À chaque niveau, odeurs de peinture, câbles électriques et échafaudages à gogo. Alors que Julien Dargaisse, l’un des cinq associés à l’initiative du HQ et directeur de l’association Palo Altours (retrouvez son interview juste ICI), nous promène d’étage en étage, ouvriers et chefs de projets s’affairent.

Dans les anciens locaux de La Poste, ambiance French tech et co-working seront au rendez-vous courant février, selon le jeune entrepreneur. Au premier niveau, étudiants, lycéens et travailleurs en pause déjeuner, ou souhaitant se retrouver entre amis, seront les bienvenus dans un espace de travail avec café et bar. Dans cette même salle, un espace exclusivement dédié à l’événementiel, avec vidéoprojecteur, pourra accueillir 170 personnes et plus si besoin. Un endroit chaleureux et décontracté ouvert à tous, gratuit aussi souvent que possible, qui ouvrira ses portes dans quelques semaines.

Image10
Architectes et ouvriers s’activent pour finir les travaux à temps.

Quelques marches plus haut, les visiteurs pourront se restaurer tout en travaillant. Des bureaux pourront être loués au mois, sachant que la structure privilégiera les entrepreneurs dont le projet touche au numérique et à l’innovation. Le plus important restant les valeurs entrepreneuriales des candidats. Dernière étape, et pas des moins intéressantes, le troisième étage. Ici, Julien Dargaisse et ses collaborateurs pensent à un studio photo couplé d’une sorte de Fablab à la pointe de la technologie où pourraient être installées des imprimantes 3D. De quoi faire rêver les passionnés les plus habiles. « Ici, l’enjeu sera de favoriser la collaboration entre les différents acteurs qui s’y rencontreront », insiste Julien Dargaisse.
Étudiants, startupers et entreprises se côtoieront donc quotidiennement, autour du numérique. « Nous allons aussi proposer des formations autour de l’innovation », explique Julien Dargaisse. Les entreprises pourront venir se former à de nouvelles méthodes de travail ou des nouvelles technologies numériques. Les formations seront assurées par des intervenants extérieurs, sélectionnés par le HQ. « Tout le monde pourra proposer des formations. On regardera de quoi il s’agit, si ce n’est pas n’importe quoi, puis on validera. Ensuite, ces formations seront intégrées dans notre catalogue », explique Julien Dargaisse.

Image11
Les collaborateurs veillent au bon déroulement des opérations.

Pour les intervenants, l’entrepreneur peut déjà compter sur le réseau qu’il a développé avec Palo Altours, son association dédié au numérique. Elle compte 150 membres et pourrait intégrer les locaux flambant neufs. À Palo Altours, les membres proposent des formations par rapport à leurs connaissances. Ces formations sont ensuite validées et dispensées aux gens qui le souhaitent. Le système sera semblable au HQ.

SENSIBILISER AU NUMÉRIQUE

Image13
Le 3er étage accueillera un studio photo et un Fablab.

La formation tiendra donc une place importante. Avec cette offre, Julien Dargaisse veut sensibiliser les entreprises tourangelles au numérique. « Les entreprises du territoire n’ont pas toutes pris le virage du numérique, surtout les PME. Nous pensons qu’il faut les aider à le faire sinon elles vont droit dans le mur », estime Julien Dargaisse. Les formations seront donc très pratiques et n’excéderont pas deux jours. L’idée est que les entreprises puissent directement rentrer dans leurs établissements avec des solutions concrètes.

Le modèle du HQ n’est pas nouveau. Ce genre d’espace existe déjà à Paris. « Nous n’avons rien inventé. On s’est inspiré de ce qui existait déjà, on l’a transporté à Tours parce qu’il n’y avait rien », explique Julien Dargaisse. Le coût global du projet : deux millions d’euros. Il a fallu racheter le bâtiment et tout rénover. Pour réunir cette somme, il s’est donc entouré de quatre autres associés, mais la Région Centre-Val-de-Loire a également participé au projet en accordant un prêt de 200 000 euros. C’est le seul investisseur public du projet. « Nous n’avons pas demandé d’argent à la mairie ou une autre collectivité. Je pense que l’argent public peut servir à plein d’autres choses », confie Julien.

Pour rentabiliser ces lourds investissements, le HQ commercialisera ses offres de formation et compte sur la location des bureaux et de la salle de conférence. Avec le HQ, Julien Dargaisse veut que Tours compte dans le numérique, avec un lieu ouvert à tous.

EN SAVOIR PLUS
> lehq.co/
> facebook.com/lehqtours

TEXTES : Clara Gaillot & François Breton / PHOTOS : Lorenza Pensa (toutes et tous étudiants à l’EPJT)

Le Printemps des Prisons à Tours

L’association Genepi met en place l’opération Printemps des Prisons, à Tours.

11933467_915376085199562_8399929910965966743_n

Militer pour le décloisonnement carcéral par la circulation de savoirs entre détenus, public et bénévoles, c’est l’objectif de l’association – essentiellement étudiante – Genepi.
L’antenne tourangelle organise, du 29 mai au 3 juin prochains, l’opération Le Printemps des Prisons.

Au programme, un cycle de conférences gratuites et ouvertes à tous à la faculté des Tanneurs, en collaboration avec d’autres assos comme LGBT Touraine, Convivencia ou encore l’Arca et l’Acat. Elles se dérouleront les 30 et 31 mai. La veille, le lundi 29 mai, un ciné-débat aura lieu autour du film A l’ombre de la République.
Ce sera l’occasion de débattre et de s’informer sur « la religion en prison » ou encore « les violences policières ».

Un des moments forts, pour clôturer Le Printemps des Prisons, sera l’exposition d’une cellule fictive et grandeur nature, à l’angle de la place Jean-Jaurès et de la rue Buffon, le 3 juin. Un stand de Genepi y sera aussi accolé.

> Infos et prog sur facebook.com/GenepiTours

Demain, on s’tient la main pour le Bateau Ivre

#EPJTMV. Pourquoi réouvrir le Bateau Ivre ? « Parce que c’est une salle mythique à Tours, les acteurs culturels et les artistes en ont besoin. »

EPJTMVLa diversité culturelle, c’est super important : voilà le discours de Franck Mouget, président de l’association Ohé du Bateau, qui milite pour la réouverture du Bateau. Le but : une salle où l’art et la culture pourraient s’exprimer librement et où les gens pourraient partager un bon moment. Et à des prix abordables (entre 5 et 12 euros).
Pour l’association Ohé du Bateau, les finances ne doivent pas guider l’envie de réouvrir ce lieu. L’utilité sociale doit primer, l’intérêt général pour la ville et son rayonnement. C’est quoi l’important ? « Ce que cela crée comme liens d’humanité. » D’où la chaîne humaine organisée ce samedi 6 décembre par le collectif. L’objectif est de montrer que chacun peut participer à la réouverture, chacun est essentiel à ce que ce soit un lieu de culture et d’art dans sa plus grande diversité. La chaîne, c’est symbolique. Le collectif veut provoquer la volonté du politique. « La municipalité est assez molle sur la question », estime Claude Bourdin, secrétaire adjoint de l’association et candidat aux dernières élections municipales. « Ils sont intéressés par le projet, mais ils ne savent pas par quel bout le prendre », ajoute Franck Mouget. Selon lui, « le bout le plus simple c’est le bout citoyen. Il y a des gens qui veulent faire des choses, pourquoi ne pas les accompagner ». En avril, Christine Beuzelin, adjointe à la culture, déclarait à La Nouvelle République : « Il faut que la culture aille plus vers les gens.» Et c’est exactement ce que veulent les défenseurs du Bateau, ça tombe bien, non ?
EPJTMV« Quand on veut on peut » est la devise qui anime l’ensemble des Tourangeaux derrière le projet de réouverture du Bateau Ivre. « On a envie de prouver qu’on existe, qu’on peut créer du lien. L’argent, il y en a marre de le mettre au centre des activités humaines. C’est la culture qui doit l’être. » La très forte volonté citoyenne, qui existe depuis quatre ans maintenant, n’a qu’une envie : ne plus être dans la démonstration, mais dans l’action. « On veut être dans le lieu et montrer de quoi les citoyens qui défendent la diversité culturelle sont capables, témoigne le président de l’association. Au Bateau Ivre, on veut qu’il y ait de l’humanité, des échanges, du partage, parce que ça manque à Tours. »
Ce samedi 6 décembre, en se tenant la main, les membres du collectif et les citoyens tourangeaux auront à cœur de montrer qu’ils veulent relier le projet de réouverture du Bateau à la mairie. Ce sera ça, d’ailleurs, le trajet de leur chaîne humaine : du 146 rue Edouard-Vaillant à la place Jean-Jaurès et l’Hôtel de Ville. Midi pile au Bateau, et puis, vu le froid, quitte à sortir, autant marcher dans la joie et se tenir la main. « Venez nombreux, on ne sera jamais assez pour défendre ce genre de projet. »
Déroulé des évènements 
Ce samedi 6 décembre. Départ à 12 h du Bateau Ivre, passer par la gare vers 13 h, et arriver à la mairie à 14 h. Tous les 100 mètres environ, des « agitateurs » vous réchaufferont !
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=QOz7sE83TNc[/youtube]
Sébastien Guerche (article + photos)

Accident place Jean-Jaurès : reprise progressive du tramway

Violente collision, ce midi, entre le tramway et une voiture. Les deux voies sont bloquées au niveau de la place Jean-Jaurès.

Photo tmv
Photo tmv

Ce midi, un grave accident s’est produit à Tours, place Jean-Jaurès, entre une voiture et le tramway. La collision a été très violente.
Des dizaines de secours sont présents. Police, identification criminelle, samu, pompiers…
Le périmètre est bouclé. La circulation des tramways est toujours interrompue, à 13h30. Celle des bus passant par la place Jean-Jaurès est fortement perturbée. Il reste de nombreux curieux sur la place.
D’après certains témoins, la voiture aurait foncé délibérément sur le tramway. D’après la Nouvelle République, le conducteur de la voiture est décédé. Aucun voyageur n’aurait été blessé dans le tramway, son conducteur a d’ailleurs été pris en charge par les secours, très choqué.
MISE A JOUR 15 H 43 :
[nrm_embed]<blockquote class= »twitter-tweet » lang= »fr »><p>Info trafic Ligne Tram A : Retour progressif à la normale sur le réseau. <a href= »https://twitter.com/search?q=%23timp&amp;src=hash »>#timp</a></p>&mdash; Fil Bleu (@filbleu) <a href= »https://twitter.com/filbleu/statuses/454612475561148417″>April 11, 2014</a></blockquote> <script async src= »//platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>[/nrm_embed]
MISE A JOUR 14 h 30 :
Le site filbleu.fr indique :

« La ligne de tram est interrompue entre les stations Place Choiseul et Gare de Tours. Les stations Jean Jaurès, Nationale et Anatole France ne sont pas desservies.
Un bus de remplacement « Plan B » circule entre Place Choiseul et Gare de Tours. Il dessert les arrêts de bus Gare de Tours, Jean Jaurès (bd Béranger), Grand Marché, Victoire, Constantine (situé à l’angle de la rue des Tanneurs et de la rue Constantine) et Place Choiseul.
Reprise des itinéraires normaux des lignes 2 Tempo et 10 dans les deux sens. Attention, les arrêts de bus à Jean Jaurès sont effectués dans la voie de circulation générale. »

Le Mao, Asia-chic

C’est simple, depuis quelques mois, c’est le resto le plus « Place to be » de Tours.

Le Mao

C’est simple, depuis quelques mois, c’est le resto le plus « Place to be » de Tours. Mais, à tmv, nous ne sommes pas du genre à nous en laisser conter et, donc, ni une ni deux (mais à deux quand même), nous avons décidé de tester le Mao, in situ. Prudents, nous prenons soin de réserver. Accueil courtois et discret, ambiance chic, on sent que la bonne société tourangelle a ses quartiers méridiens en ces lieux… D’ailleurs, déjà attablés, il y a là un grand monsieur de la presse régionale, un écrivain célèbre… Un premier bon point pour le décor. À la fois végétal (apaisant la montée d’escalier couverte de lierre) et baigné d’Asie. Tout est un peu pêle-mêle : Bouddha et Mao qui courent main dans la main dans les champs verdoyants, cela n’a pas dû arriver souvent dans la vraie vie, mais bon pour l’ambiance, ça le fait. Une petite serviette chaude pour se rafraîchir les mains (c’est paradoxal mais c’est l’effet que ça fait) et nous voici plongés dans la carte en forme de Petit livre rouge (si, si, c’est vrai).

 

Tout fait envie mais le choix est assez court. Pour le midi, trois formules possibles de 13,5 € à 18 €. Le soir, à la carte, l’addition est plus salée et proche d’un Français un peu gastronomique. Mais les saveurs, qui allient avec bonheur les fragrances de l’Orient et les codes de la cuisine française sont à la fois surprenantes et très agréables. Un service efficace et discret, une table sobre… Il y a tout ce qu’il faut pour passer un bon moment. Attention quand même aux tables un peu serrées lors de vos conversations romantiques. L’argument du prix mis à part, le Mao est sans doute le vrai restaurant asiatique que Tours attendait depuis longtemps. M.P. 3 bis, avenue de Grammont Tél. 02 47 20 26 05 contact@restaurantmao.fr