Occuper sa retraite en jardinant

Les jardiniers de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde entretiennent 114 jardins dispersés sur cinq sites à Tours. Carottes, tomates, poireaux… Chacun récolte ses fruits et légumes dans une ambiance solidaire et conviviale.

« Quand on se retrouve à la retraite, du jour au lendemain on n’a plus rien à faire. Jardiner, ça prend du temps et ça permet de voir du monde », explique Gérard Goyon, membre de l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Au cœur de l’Amicale : entraide et échanges

« Même si on connaît deux ou trois jardiniers un peu égoïstes, tout se passe bien, on organise des repas et des voyages pour se réunir », se réjouit Laurette Forestier. Présidente de l’Amicale depuis cinq ans, elle vérifie régulièrement l’état des cabanes et des jardins sur ses cinq sites à Tours-Nord : Sapaillé, Calais, le Clos-Moreau, Daniel Mayer, Alphonse Lecomte et l’Ile Aucard.

Gérard Goyon et Laurette Forestier s’investissent quotidiennement dans l’Amicale des jardins ouvriers Saint-Symphorien-Sainte-Radegonde.

Chaque parcelle dispose d’un composteur, une cabane et une réserve d’eau. Le jardinier doit payer chaque année un fermage (un loyer) à la mairie et adhérer à l’Amicale. Chacun est libre de faire pousser ce qu’il veut sur son terrain : carottes, poireaux, pommes de terre, ail, oignon… mais aussi des fleurs et parfois des fruits. « Moi, j’aime bien décorer mon jardin, installer des mangeoires pour les oiseaux », explique Laurette Forestier. Souvent, les jardiniers ont des récoltes trop importantes. Chacun a sa méthode pour écouler ses stocks : « Je laisse mes excès dans une caisse, à l’entrée de mon immeuble », « Je donne ce que j’ai en trop à des associations » racontent Gérard Goyon et Laurette Forestier.

Toute l’année, les jardiniers font pousser fruits et légumes sur leurs parcelles.

Le jardinage demande un investissement important : « Je viens m’occuper de ma parcelle au moins deux heures tous les jours. C’est pour cela que nous sommes beaucoup de retraités », explique Laurette Forestier. Chronophage mais économique, le jardinage est un bon plan, la plupart des adhérents n’ont même plus besoin d’acheter de légumes.

Texte : Alice Porcher / Photos : Chadi Yahya – étudiants à l’Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT)

Les voisins : espèce menacée ?

Individualisme, indifférence, le « chacun chez soi » est-il en train de tuer le voisinage ? Pas si sûr…

DOS_VOISINS_EVOLUTION
Elle montre avec joie ses petites boîtes posées sur la table, construites à l’issue d’ateliers de cartonnage. Une activité conduite entre voisins. « On les organise pour les riverains, comme on programme aussi des tournois de belote », explique Jeanne Gentilhomme, 73 ans, présidente du Comité de quartier Febvotte-Marat. à la tête de l’association depuis le début des années 90, elle débite lentement ses griefs. « C’est net, les gens se voient moins. Il y a beaucoup plus de relations qui se limitent à “ Bonjour/bonsoir ”. Les voisins se voyaient davantage dans le temps ».
« Si j’ai besoin d’un marteau pour bricoler, je vais l’acheter. Au pire, je demande à des copains, mais certainement pas à un voisin », s’énerve Marie-Christine, 55 ans, habitante du vieux-Tours, « gavée » par le voisinage. Elle rêve d’un déménagement en pleine campagne, avec personne autour d’elle. Et de n’avoir jamais à demander une faveur à ses voisins. Comme payer un paysagiste pour redorer le jardin ou une nounou afin de garder les enfants. « Il y a un phénomène de monétarisation des petits services », analyse Nathan Stern, ingénieur social et fondateur du site Peuplade. Un chiffre parlant : en 2011, 300 millions d’heures de plus ont été rémunérées pour les services à la personne, par rapport à l’an 2000.
A l’aise avec ceux qui nous ressemblent
Nathan Stern poursuit sur un autre registre. « On constate des changements dans les relations entre voisins à cause du fort turnover des locataires », relève-t-il. Rester six mois, un an dans un logement, c’est un classique, notamment chez les jeunes. 31,8 % des moins de 30 ans font leurs cartons tous les ans, selon une étude du Crédoc de 2010. « Je n’ai pas l’occasion de connaître beaucoup de mes voisins. Ce sont souvent des étudiants. Il y a du changement tout le temps », témoigne Bruno, 47 ans, qui vit près de la Préfecture.
Et même quand ils changent rarement, il reste compliqué de faire le premier pas. La peur de tomber sur quelqu’un de trop différent, par ses goûts ou sur le plan social. « L’hétérogénéité s’est accrue. Cela peut forcer des gens à se fermer », avance Nathan Stern. Assis dans le parc des Prébendes, Thomas confirme qu’il est à l’aise avec des voisins qui ont une vie similaire à la sienne. Occupé à surveiller ses enfants en train de jouer à l’heure du goûter, il se justifie : « on partage le même quotidien, on a souvent les mêmes horaires. Si mon quartier ne me ressemblait pas, j’aurais plus de mal à nouer des liens », affirme ce jeune médecin.
« On a toujours besoin d’un voisin »
Les relations entre voisins ont donc changé. Sans disparaître pour autant. « Il y a une tendance à idéaliser les rapports d’il y a 30 ou 50 ans », relativise Nathan Stern, raillant le discours nostalgique du « C’était mieux avant ». Il observe des évolutions, qui intensifient les liens entre riverains sur différents points. Les pratiques de consommation collaborative qui se développent par exemple : locations de machine à laver, troc de matériel de bricolage. Le voisin est de plus en plus vu comme une ressource. On ne se focalisera plus sur l’insupportable chien de la vieille dame du 5e, mais plutôt sur la possibilité d’utiliser son sèche-linge.
C’est ainsi l’idée même du voisin qui change. Avant, la vie sociale s’effectuait principalement dans un seul quartier. « Aujourd’hui, l’offre de mobilité s’est accrue », pointe-t-il. Plus facile de se déplacer et de rencontrer d’autres personnes au-delà de la rue familiale. Chacun délimite alors ses voisins de manière subjective. Élodie*, serveuse de 25 ans, ne voit pas plus loin que son « immeuble » quand Thomas parle de son « quartier » et des quinzaines de riverains dans les rues adjacentes. La jeune femme, qui habite le quartier Velpeau, définit un bon voisin comme quelqu’un « qui n’empiète pas sur [sa] vie et qui respecte les autres ». Elle reste marquée par ses nuits agitées. « Au bout de six appels à la police pour tapage nocturne, j’ai déménagé ». Thomas évoque l’entraide : « le voisin idéal, c’est celui à qui on pourrait laisser ses clés ».
Malgré quelques coups de gueules, les relations entre voisins ne sont pas prêtes de disparaître, selon eux. « On en a toujours besoin », explique Elodie. Elle est bien placée pour le dire. « Il y a quatre ans, la voisine a commencé à accoucher. Son mari ne pouvait pas venir la chercher et il n’y avait plus le temps d’aller à l’hôpital. C’est mon copain, qui vivait déjà avec moi, qui l’a aidée à accoucher, chez elle. Aujourd’hui, il est le parrain de la petite fille et nous les revoyons régulièrement, même si nous ne sommes plus voisins ».
Guillaume Vénétitay
A LIRE AUSSI :
Quels sont les cinq voisins à éviter ?