Départementales : la gauche sombre

La droite tourangelle, comme dans de nombreux départements en France, reprend la main du Conseil général. Au détriment de la gauche.

49,08 % des Tourangeaux ne se sont pas déplacés pour ce deuxième tour. C’est plus d’un électeur sur deux. (Photo E. Pollet)
49,08 % des Tourangeaux ne se sont pas déplacés pour
ce deuxième tour. C’est plus d’un électeur sur deux. (Photo E. Pollet)

Le chiffre parle de lui-même : dimanche dernier, la gauche n’a décroché que 4 cantons sur les 19 d’Indre-et-Loire. Symbole de la défaite socialiste, le président sortant Frédéric Thomas s’est incliné dans le nord de Tours face à l’UMP Cécile Chevillard et l’UDI Xavier Dateu 52 % à 47 %. Le canton de Tours II est le seul à Tours, à rester à gauche. Dominique Lemoine et Florence Zulian devancent Louis Aluchon et Marion Cabanne (Union de la droite) de 113 voix. Sans surprise, Barbara Darnet-Malaquin et Olivier Lebreton remportent le canton de Tours III avec 53,35 % des voix contre 46,65 % pour le duo de gauche Jean-Luc Dutreix et Nadia Hamoudi. C’est finalement dans le canton de l’ouest de la ville, Tours IV, que la bataille a été la plus spectaculaire.
Le candidat PS sortant Nicolas Gautreau, associé à la MoDem Fanny Siouville se voit ravir le siège par Céline Ballesteros, adjointe chargée du commerce et Thomas Gelfi, pour 31 voix. Amer, Nicolas Gautreau a déclaré : « La division du premier tour a été mortifère. Même si nous avons discuté avec les autres partis de gauche, je regrette qu’il n’y ait pas eu de consignes claires. » Et le FN dans tout ça ? Son duel face au PS, à Langeais était l’objet de toutes les attentions. Martine Chaigneau et Jean-Marie Carles (PS) l’emportent finalement nettement (56,54 %). Absent au second tour dans l’agglomération tourangelle, mais présent dans neuf cantons du département, le Front national ne gagne finalement aucun siège.
Les vainqueurs de l’UMP et l’UDI étaient réunis lundi dernier à Saint-Cyr autour du leader de la droite tourangelle, Philippe Briand, pour élire le futur président du Conseil départemental. Lundi dernier, deux candidats étaient en lice. Finalement, Pierre Louault a retiré sa candidature et c’est Jean-Yves Couteau, également premier adjoint de la mairie de Saint-Cyr, qui devrait prendre la tête du Conseil départemental. Le vote en assemblée, qui validera ce choix officiellement, aura lieu ce jeudi.

Les départementales à Tours ? Mode d’emploi

Premier tour des départementales, ce dimanche 22 mars. Tmv vous fait le point : mode d’emploi de ces élections pas franchement connues…

ACTU_PAP_CARTE
Les quatre nouveaux cantons de Tours. (CC Open Stree map)


On vote pour qui déjà ?

En fait ces élections remplacent les cantonales. Il s’agit tout simplement d’élire les conseillers qui siégeront au conseil du département.

Pourquoi ça nous embrouille ?
D’abord parce que la réforme de 2013 a mis fin à celle de 2009 initiée par Nicolas Sarkozy. Rappelez- vous, l’ancien président de la République souhaitait supprimer les conseillers régionaux et généraux pour en faire des conseillers territoriaux. Bref, ça c’est fini. Et puis aussi parce qu’on ne doit plus dire conseiller ou conseil général mais conseiller et conseil départemental.

Les nouveautés
La réforme de 2013 introduit des changements. Les candidats doivent obligatoirement se présenter en binôme homme- femme pour plus de parité. Logiquement, pour que le nombre de conseillers ne bouge pas, les cantons ont été redécoupés. En Indre-et-Loire, on passe donc de 37 à 19 cantons.

Et à Tours ?
C’est que les luttes cette année sont particulièrement sévères sur les 4 nouveaux cantons. Au nord, c’est le président du Conseil général sortant Frédéric Thomas, avec Samira Oublal, qui affrontera Cécile Chevillard (conseillère municipale) et le centriste Xavieu Dateu. Dans le canton du centre-ville, c’est surtout Christophe Boulanger (C’est au Tour(s) du peuple) qui tentera de garder son siège avec Fanny Puel. Il devra notamment affronter deux binômes de gauche, celui de Claude-Pierre Chaveau et de Florence Zulian. Dans le canton sud (Fontaines, Grammont) c’est l’adjoint municipal chargé de la sécurité, Olivier Lebreton qui brigue le siège historiquement de gauche. Il affrontera l’ancien conseiller municipal Jean-Luc Dutreix (PS). Finalement, dans le canton ouest, c’est l’alliance Nicolas Gautreau (PS) et Fanny Siouville (Modem) qui part en tête. Ils devront affronter Céline Ballesteros (UMP) et Thomas Gelfi (UDI) sur un des secteurs en pleine expansion dans l’agglomération. Dernière inconnue, les candidats FN le parti d’extrême- droite sera présent dans chaque canton tourangeau.