Législatives : les 14 candidats à Tours

Ils sont plus de 60 candidats en Indre-et-Loire pour les législatives des 11 et 18 juin. Dans la circonscription de Tours (la 1re d’Indre-et-Loire), ils sont 14. On fait les présentations.

Capture

CÉLINE BALLESTEROS (LES RÉPUBLICAINS)
Les Tourangeaux la connaissent surtout en tant qu’adjointe au commerce : Céline Ballesteros s’est lancée dans la bataille des législatives sous la bannière LR-UDI. Durant la campagne, elle a défendu les entreprises « pour créer de l’emploi », ainsi que « les valeurs de la droite et du centre ».

LIONEL BÉJEAU (DIVERS DROITE)
Le rapprochement de Dupont- Aignan et Le Pen ne lui a pas plu : Lionel Béjeau a donc décidé de décoller l’étiquette Debout La France qu’il portait. L’adjoint et médecin se présente donc aux législatives en tant qu’indépendant, pour défendre ses « idées gaullistes, humanistes, patriotes ».

CLAUDE BOURDIN (LA FRANCE INSOUMISE)
Investi par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, Claude Bourdin, commercial de 52 ans, veut poursuivre la dynamique des fameux Insoumis. Fustigeant la « monarchie républicaine », il a placé sa campagne sous le signe du social, de l’écologie et de la vraie démocratie citoyenne.

ANNE BRUNET (LO)
Enseignante et militante, Anne Brunet, 50 ans, veut « porter la parole des travailleurs ». Érigeant le capitalisme et les grands dirigeants comme adversaires – « et non l’étranger ou l’Europe » – elle estime la situation de plus en plus difficile. Une seule solution selon elle, la lutte.

PHILIPPE CHALUMEAU (EN MARCHE)
Depuis juin 2016, il est responsable du mouvement En Marche au niveau du département. Philippe Chalumeau, médecin à Chambray, souhaite surfer sur l’élection d’Emmanuel Macron. Pendant la campagne, cet ancien élu PS au conseil municipal a dit vouloir « faire de la politique autrement ».

PHILIPPE CONTE (UPR)
C’est la ligne suivie par François Asselineau qui l’a séduit. Philippe Conte, 50 ans, marche pour l’UPR. Quitter l’Union européenne, abandonner l’euro, tout comme l’Otan, voilà ce que voudrait défendre le candidat qui estime aussi que la démocratie a été « confisquée par une oligarchie ».

CHRISTOPHE DUPIN (EELV)
Ce professeur de Sciences économiques à Joué y croit dur comme fer : les Verts ont toutes leurs chances. Engagé dans la vie locale (Ohé du bateau notamment), Christophe Dupin souhaite maintenant le maximum de députés écologistes, afin d’aider Nicolas Hulot dans le nouveau gouvernement.

BRUNO DE JORNA (577 POUR LA FRANCE)
Travail, éducation, formation et famille : voilà les 4 axes pour ce membre de 577 pour la France, un mouvement qui regroupe des candidats de la société civile. À 60 ans, ce cadre commercial assure « connaître la vraie vie » et trouve « insupportable » qu’il y ait 6 millions de chômeurs.

JEAN-PATRICK GILLE (PS)
L’un des visages les plus connus de la circonscription. Le député sortant estampillé PS a voulu se rapprocher de l’électorat, en organisant des ateliers citoyens. De quoi, d’après Jean-Patrick Gille, « faire émerger des idées » et allier proximité et travail parlementaire. Il brigue là son 3e mandat.

EMMANUEL LAKIERE (DEBOUT LA FRANCE)
Inspecteur des finances publiques, Emmanuel Lakiere, 46 ans, roule pour le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Sa triple priorité ? L’emploi, la santé et l’éducation. Adepte des réseaux sociaux, il dit parler aux gens au quotidien pour mieux comprendre leurs attentes et convaincre les Tourangeaux.

LAURENCE LECARDONNEL (FN)
Cette Tourangelle de 55 ans, qui travaille dans le secrétariat de direction, estime qu’elle est « une candidate du peuple » qui connaît leurs problèmes et qui « se lève tôt ». Laurence Lecardonnel représente le FN dans une circonscription qu’elle décrit elle-même comme pas si simple.

LÉONARD LEMA (PCF)
Il n’a que 22 ans, mais c’est lui que le Parti communiste a désigné. Celui qui lisait Marx à 14 ans a mobilisé les étudiants tourangeaux contre la Loi travail. Avec un riche parcours de militant derrière lui, il a été qualifié de « jeune agitateur de consciences » par le journal L’Humanité.

MARIA LOIRE (ALLIANCE ÉCOLOGISTE INDÉPENDANTE)
Marie Loire s’est toujours investie dans la vie locale et le milieu associatif. Membre de l’Alliance écologiste indépendante, cette retraitée de l’Éducation nationale, âgée de 68 ans, aimerait que l’écologie soit présente « dans tous les domaines de la vie », de l’économie à l’éducation.

MATHILDE ZICCA (PARTI ANIMALISTE)
« Les animaux comptent, votre voix aussi. » Le slogan émane du Parti animaliste. Celui-là même que représente Mathilde Zicca. Très active, sur Facebook notamment, elle souhaite – à travers son parti – défendre les intérêts des animaux, mais aussi repenser leur relation avec les humains.

Régionales : le tour des candidats (rapidos !)

#EPJTMV. Les élections régionales se tiendront les 6 et 13 décembre prochains. En région Centre-Val de Loire, 8 listes sont en concurrence pour ce scrutin. Tour d’horizon des têtes de liste départementales en Indre-et-Loire.

Voici les 3 questions posées aux candidats :

1.Pourquoi êtes-vous candidat à ces élections régionales ?
2.Quelle sera votre priorité si vous et votre liste êtes élus ?
3.Les attentats du vendredi 13 novembre à Paris ont-ils changé quelque chose à votre programme ou à la façon dont vous faites campagne ?

Image22CLAUDE GREFF

Les Républicains, Mouvement Démocrate, Union des démocrates indépendants Députée de l’Indre-et-Loire
1.La situation de la France est telle que je ne pouvais pas me contenter d’être parlementaire. J’avais envie d’être dans l’action et de trouver des solutions.
2.C’est le développement économique. Il faut mettre un coup de boost avec un plan de relance de 500 millions d’euros pour permettre aux entreprises de pouvoir investir et ainsi revivre.
3.Ces attentats ont changé la France, les candidats, le contexte et surtout le contenu de la campagne. Nous allons davantage axer notre travail sur la sécurité. On se doit de respecter l’inquiétude de nos concitoyens.

JEAN-JACQUES PRODHOMMEImage24

Lutte ouvrière
1.Je suis candidat car je suis révolté par cette société qui fabrique tellement de richesses d’un côté et de misères de l’autre.
2.C’est l’affirmation du camp des travailleurs, des chômeurs et des retraités. Il faut faire face à la crise de l’économie capitaliste et donc lutter contre le chômage, notamment en imposant l’interdiction des licenciements.
3.Nous continuons de tenir le même discours. Les grandes puissances, dont la France, engendrent la barbarie. Il nous fallait donc dénoncer ces attentats sans tomber dans le piège de l’unité nationale

Image23SAÏD HAREK

Union populaire républicaine
1.Je suis candidat car il est important qu’il y ait un sursaut républicain, un changement face au délabrement de notre pays.
2.Notre objectif, c’est remettre les Français au cœur de la démocratie, leur donner la parole. Si nous avons un pouvoir décisionnel, nous ferons des référendums de manière constante et récurrente.
3.Nous avons un positionnement impartial par rapport aux attentats. Nous les déplorons, mais gardons un sens critique car nous ne savons finalement pas grand chose de ce qu’il s’est passé.

JEAN-MICHEL BODINImage17

Parti communiste français – Front de gauche – Mouvement républicain et citoyen. Vice-président au Conseil régional depuis 1986
1.Ce qui m’a poussé, c’est le travail qui a été engagé depuis un certain nombre d’années. Il y a encore beaucoup à faire.
2.La question de l’emploi est la grande priorité. Il y a aussi la formation, l’économie, et la mobilité. Nous voulons redonner toute leur place aux citoyens dans le champ de la décision politique.
3.Ces événements n’ont rien changé au programme. Y faire face, c’est aussi faire vivre la démocratie. Ce qui a changé, c’est que les gens les ont en tête et nous en parlons

Image19BENOÎT FAUCHEUX

Europe Écologie les Verts
1.J’ai décidé de m’impliquer en politique après l’élection présidentielle de 2002. La Région est, selon moi, le niveau le plus intéressant pour impulser et accélérer la transition écologique et sociale.
2.Réorienter notre tissu économique vers quelque chose de moins consommateur et plus dans l’économie circulaire, et revivifier le lien entre les citoyens et les institutions politiques.
3.Ça change le contexte. On met davantage l’accent sur la prévention car il faut s’attaquer aux racines du mal du fanatisme. C’est-à-dire travailler sur l’éducation, la culture et la citoyenneté.

JEAN-PATRICK GILLEImage21

Parti socialiste. Député de l’Indre-et-Loire et conseiller municipal à Tours
1.Au début, je ne pensais pas me présenter. Mais au printemps 2015, François Bonneau (tête de liste PS pour la région Centre, ndlr) a fait appel à moi. J’y suis allé volontiers car la région est une collectivité passionnante.
2.Défendre les intérêts de Tours agglomération et les questions de jeunesse, d’éducation et de formation. Nous souhaitons, par exemple, mettre en place la gratuité des transports scolaires.
3.Il était déjà difficile de mobiliser sur les enjeux régionaux, mais là, le contexte national écrase tout. On espère qu’après ces attentats, les gens iront voter en plus grand nombre.

Image18PATRICE COURT-FORTUNE

Debout la France Ne pouvant être joint, représenté par Alix Penloup, tête de liste régionale.
1. —
2. Ce sont les entreprises, et notamment celles qui sont dans des secteurs géographiques délaissés par la région. Nous voulons mettre en place un financement participatif régional : tous les fonds qu’une entreprise lèveraient lui seraient versés et une subvention en conséquence lui serait allouée.
3.Nous mettrons en place davantage de protection. Nous voulons installer des portiques d’accès avec badge aux entrées des lycées par exemple. On veut aussi renforcer les contrôles vis-à-vis des transports.

DANIEL FRACZAKImage20

Front national
1.Quand on est un politicien, on a des responsabilités, il faut aller au bout de nos idées. Au FN, on a la chance que la méritocratie existe. J’ai la capacité de mener une liste, donc on me l’a confiée.
2.On veut passer de 15 à 5 vice-présidents et ainsi resserrer la gouvernance tout en la rendant plus efficace.
3.Après les attentats, redémarrer la campagne a été difficile. Les gens nous questionnent sur des problèmes précis tels que la sécurité. Mais à l’échelle de la région, nous n’avons pas vraiment la main sur cela.

Par Aubin Laratte & Jeanne Laudren

Dessins d’Aimie Faconnier

Les départementales à Tours ? Mode d’emploi

Premier tour des départementales, ce dimanche 22 mars. Tmv vous fait le point : mode d’emploi de ces élections pas franchement connues…

ACTU_PAP_CARTE
Les quatre nouveaux cantons de Tours. (CC Open Stree map)


On vote pour qui déjà ?

En fait ces élections remplacent les cantonales. Il s’agit tout simplement d’élire les conseillers qui siégeront au conseil du département.

Pourquoi ça nous embrouille ?
D’abord parce que la réforme de 2013 a mis fin à celle de 2009 initiée par Nicolas Sarkozy. Rappelez- vous, l’ancien président de la République souhaitait supprimer les conseillers régionaux et généraux pour en faire des conseillers territoriaux. Bref, ça c’est fini. Et puis aussi parce qu’on ne doit plus dire conseiller ou conseil général mais conseiller et conseil départemental.

Les nouveautés
La réforme de 2013 introduit des changements. Les candidats doivent obligatoirement se présenter en binôme homme- femme pour plus de parité. Logiquement, pour que le nombre de conseillers ne bouge pas, les cantons ont été redécoupés. En Indre-et-Loire, on passe donc de 37 à 19 cantons.

Et à Tours ?
C’est que les luttes cette année sont particulièrement sévères sur les 4 nouveaux cantons. Au nord, c’est le président du Conseil général sortant Frédéric Thomas, avec Samira Oublal, qui affrontera Cécile Chevillard (conseillère municipale) et le centriste Xavieu Dateu. Dans le canton du centre-ville, c’est surtout Christophe Boulanger (C’est au Tour(s) du peuple) qui tentera de garder son siège avec Fanny Puel. Il devra notamment affronter deux binômes de gauche, celui de Claude-Pierre Chaveau et de Florence Zulian. Dans le canton sud (Fontaines, Grammont) c’est l’adjoint municipal chargé de la sécurité, Olivier Lebreton qui brigue le siège historiquement de gauche. Il affrontera l’ancien conseiller municipal Jean-Luc Dutreix (PS). Finalement, dans le canton ouest, c’est l’alliance Nicolas Gautreau (PS) et Fanny Siouville (Modem) qui part en tête. Ils devront affronter Céline Ballesteros (UMP) et Thomas Gelfi (UDI) sur un des secteurs en pleine expansion dans l’agglomération. Dernière inconnue, les candidats FN le parti d’extrême- droite sera présent dans chaque canton tourangeau.

Job d'été : encore possible !

Avis aux retardataires, vous pouvez encore trouver un travail pour juillet-août ! Un forum est organisé jeudi 30 mai au Centre de vie du Sanitas.

ACTU_TOURS_forum
Un job dating
Vous n’avez pas encore de travail pour juillet-août ? Rassurez-vous, il n’est pas trop tard ! Le Bureau information jeunesse Indre-et-Loire (Bij 37) organise un forum « jobs d’été dernière minute », ce jeudi 30 mai après-midi, pour les retardataires. « Beaucoup de jeunes cherchent encore un travail en mai-juin, pour différentes raisons… Et les employeurs aussi recherchent des jeunes à la dernière minute, car ils ne connaissaient pas encore leurs besoins fin mars », rappelle Françoise Dessables, documentaliste- informatrice au Bij.
Une dizaine d’employeurs
Au total, quatorze employeurs seront présents pour proposer jobs d’été et petits contrats pour la rentrée. Pour les jobs d’été, différents secteurs sont représentés : hôtellerie-restauration, ventedistribution, services à la personne, agence d’intérim, animation vacances adaptées (à condition d’avoir 21 ans et un an de permis) et même Pôle emploi international, « car il est plus dur de partir travailler à l’étranger, maintenant », indique Françoise Dessables. Et pour la rentrée scolaire, « il y aura des offres des communes de Tours et La Riche, en animation ou encore surveillance de restaurants scolaires… »
Comment ça se passe ?
Première condition : il faut être majeur. Le forum s’adresse « aux jeunes surtout, âgés de 18 à 26 ans ». Il suffit de venir avec son CV déjà prêt et imprimé. Les jeunes iront voir les employeurs à leur stand. « Cela ne doit pas durer plus de dix minutes. Il n’y a pas de signature de contrat à la fin du forum », précise Françoise Dessables. Mais l’employeur vous verra en face et proposera ensuite un poste. Un exercice « plus pratique » qu’un simple CV qui atterrit bêtement sur un coin de table. Là, « c’est du visu. Le contact passe plus facilement avec l’employeur ». Les jeunes, à vous de convaincre !
Jeudi 30 mai, de 13 h 30 à 17 h 30, au Centre de vie du Sanitas, au 10, place Neuve.
 
Aurélien Germain